http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/1139? alt=print http://www.cairn.

info/revue-d-histoire-litteraire-de-lafrance-2004-3-page-621.htm

Biographie de Beaumarchais
BEAUMARCHAIS Pierre Augustin Caron (24 janvier 1732-18 mai 1799), Ecrivain

Monsieur de Beaumarchais n’est ni ce qu’on a cru qu’il fut ni seulement ce dont on se souvient qu’il a été. Il doit le nom de Beaumarchais sous lequel il est passé ŕ la postérité ŕ la terre que possédait la veuve d ’ certain Franquet, auquel il acheta en 1755 une charge de contrôleur de la maison du un roi. Il épousa la veuve qui le laissa lui-męme veuf dčs 1757. Son pčre André-Charles Caron avait été reçu maître horloger, aprčs avoir abjuré en 1727 sa foi protestante. Pierre Augustin est son seul fils, entouré de cinq sœurs. Ni son apprentissage dans l’atelier paternel, ni des études sommaires, ni sa passion de la musique ne suffisent ŕ satisfaire son ambition. C’est pourtant par la musique que, dčs 1759, il devient proche des filles du roi que l’on appelle Mesdames et auxquelles il donne des leçons de harpe. La charge qu’il achčte la męme année grâce ŕ l’entregent du financier Pâris-Duverney lui confčre la noblesse et lui permet d’entrer dans le monde des finances et des affaires. Il commence, en 1764, ŕ s’acquitter en Espagne, sous prétexte de mariage, de missions qui passent pour secrčtes et qui sont ŕ demiofficielles. Il ne se remarie pourtant qu’en 1768 ŕ Genevičve-Madeleine Watebled dont il a un fils et une fille. Mais, en quelques années, sa femme, sa fille et son fils meurent. Les drames dont il est l’auteur et qui sont joués ŕ la Comédie-Française (Eugénie en 1767 et Les Deux Amis en 1770) lui valent une certaine notoriété. C’est le procčs qui l’oppose au comte de la Blache, héritier direct de Pâris-Duverney, qui lui vaut la célébrité. Beaumarchais perd un procčs qui achčve de le déposséder de l’importante somme que lui a léguée Pâris-Duverney ; il n’hésite pourtant pas ŕ porter plainte contre le juge Goëzman qu’il accuse de corruption. De blâme en mémoire, l’affaire qui aurait pu valoir les galčres ŕ Beaumarchais se termine en 1778 par un arręt qui lui donne raison et avec la gloire. Dans les męmes années du procčs, il a rencontré Thérčse de Willer-Mawlas dont il a une fille en 1775 et qu’il épouse en 1786. En 1777, il a fondé la Société des auteurs dramatiques. Il a parcouru l’Europe, de l’Angleterre ŕ l’Autriche et est soupçonné, ici et lŕ, d’ętre espion. Il entretient, en effet, une correspondance avec le ministre des Affaires étrangčres du roi qu’est Vergennes. Fasciné par le désir d’indépendance qui est celui des insurgents aux Etats-Unis, il fonde en 1778 une compagnie qui leur envoie des secours. Il n’hésite pas ŕ armer une flotte, dont plusieurs navires sont coulés par les Anglais, pour mener ŕ bien son entreprise. Son activité ne cesse pas. Il publie ŕ Kehl, de 1783 ŕ 1790, une édition des œuvres de Voltaire. En 1775, Le Barbier de Séville a été donné ŕ la Comédie-Française. Le Mariage de Figaro, terminé dčs 1778, n’est donné enfin qu’en 1784. Louis XVI juge l’œuvre dangereuse... Au lendemain qu’est le triomphe de la premičre, le 27 avril, il peut vérifier ne s’ętre pas trompé. Tout Paris répčte certains propos de Figaro qui remettent en cause ce qui fonde la séparation de la société en trois ordres : clergé, noblesse, tiers état. Pourtant, la Révolution surprend Beaumarchais comme d’autres. En 1790, l’opéra Tarare dont il a écrit le livret et que Salieri a composé est repris en 1790. La suite, Le Couronnement de Tarare fait scandale. En revanche, La Mčre coupable créée au théatre du Marais ne rencontre pas le succčs.

Ses déboires sur la scčne ne sont pas le premier souci alors de celui qui s’acharne ŕ fournir ŕ la République les fusils qui lui manquent. Beaumarchais est emprisonné en 1792. S’il échappe aux massacres de septembre et parvient ŕ s’enfuir, s’il quitte la France en juin 1793, c’est pour l’exil en Allemagne. Inscrit sur la liste des émigrés, il ne peut rentrer qu’en 1795. Sourd, il ne se soucie que de marier sa fille Eugénie et de refaire fortune. Au lendemain d’un dîner avec des amis oů il avait évoqué quelques souvenirs, le serviteur de Beaumarchais le découvre mort dans son lit. A soixante-sept ans, dans la nuit du 17 au 18 mai 1799, il vient de mourir d’apoplexie. Beaumarchais : (1732-1799), naît à Paris. Bien que fils d’horloger, il s’introduit à la cour grâce à une invention qui lui vaut de devenir horloger du roi puis professeur de harpe des filles de Louis XV. Il s’anoblit par l’achat d’une charge de secrétaire du roi. En 1770, une affaire de succession l’amène à comparaître en justice et Beaumarchais se trouve blâmé. Il travaille alors comme agent secret à Londres puis en Allemagne. En 1775, il sert d’intermédiaire dans les livraisons d’armes aux Américains insurgés contre la tutelle anglaise. Beaumarchais crée également des pièces de théâtre et donne en 1775 « Le Barbier de Séville » en 1ère représentation : sifflé, il le remaniera par conséquent ultérieurement. Ensuite il fonde la Société des auteurs pour faire reconnaître la notion de droit d’auteur et entreprend la publication des œuvres complètes de Voltaire. Réhabilité par le nouveau Parlement, il parachève son retour en grâce par le triomphe du « Mariage de Figaro » (1784) qui à cause de sa portée satirique s’attire la foudre des censeurs et vaut un séjour en prison à son auteur. En 1791, il commet l’erreur de s’impliquer dans l’achat de fusils pour les révolutionnaires. Son négoce échoue et vieilli, sourd usé par cette vie rocambolesque, il meurt en 1799 à Paris.

Le Barbier de Séville : 1775 - comédie en 4 actes Selon l’auteur : « Un vieillard amoureux prétend épouser demain sa pupille ; un jeune amant plus adroit le prévient, et ce jour même, en fait sa femme à la barbe et dans la maison du tuteur. » Le Mariage de Figaro : 1784 comédie en 5 actes

Comme le Barbier de Séville, cette pièce reçoit un accueil chaleureux du public. Selon Beaumarchais toujours : « La plus badine des intrigues. Un grand seigneur espagnol (un héros picaresque ou picaro), amoureux d’une jeune fille qu’il veut séduire, et les efforts que cette fiancée, celui qu’elle doit épouser et la femme du seigneur, réunissent pour faire échouer dans son dessein un maître absolu, que son rang, sa fortune, sa prodigalité rendent tout-puissant pour l’accomplir. Voilà rien de plus. La pièce est sous vos yeux ». L'originalité et l'intérêt de la pièce sont ailleurs, dans la critique des abus de l'époque. L'intrigue masque les messages sociaux dans un mouvement de débauche, de gaieté et d'énergie. Figaro veut épouser Suzanne. Marceline, la vieille

Chef-d’œuvre du théâtre français et international. Une troisième pièce viendra clore la trilogie en 1792 : L'Autre Tartuffe ou la Mère coupable. comme l’un des signes avant-coureurs de la Révolution française. (il s’en défend d’ailleurs dans sa préface.bacdefrancais. Sa critique exposée de manière théâtrale est osée puisqu’elle est présentée directement à un public dont la réaction est immédiate. Le jeune Chérubin.drame en 5 actes Cette dernière œuvre a connu moins de succès que les deux autres. par sa dénonciation des privilèges archaïques de la noblesse. dont il suscite la colère… Il s’agit véritablement d’une comédie d’intrigue.net/mariagefigaro. veut épouser Figaro qu’elle tient par la reconnaissance de dette qu’il a jadis signée. voir Figaro (homonymie) et Mariage (homonymie). ou le Mariage de Figaro est une comédie en cinq actes de Beaumarchais écrite en 1778. Beaumarchais y remet en scène les principaux personnages de sa pièce Le Barbier de Séville ou la Précaution inutile (1775) : le barbier. La Mère coupable : 1772 . fait figure de rival ingénu du comte. dont la première représentation officielle eut lieu le 27 avril 1784 au théâtre de l'Odéon. Cette pièce a été censurée pendant 4 ans et interdite durant l'occupation allemande. de promesses et d’incertitudes. Le Mariage de Figaro Pour les articles homonymes. Elle n’a pas encore reconnu en lui le fils qu’elle a jadis perdu. http://www. Figaro. le comte Almaviva et Rosine. mais aussi d’une comédie satirique puisque la justice est ridiculisée. rien de plus » remarque à juste titre Figaro dans sa tirade à l’acte V scène 3. après plusieurs années de censure. joue un rôle beaucoup plus secondaire. Le comte Almaviva (l’ancien partenaire de Figaro est devenu son adversaire) prétend ravir Suzanne à Figaro. Bartholo. même si cela semble aussi une manière de se protéger des censeurs) mais il justifie sans doute le mot de Beaumarchais : « qui dit auteur dit oseur ».phpsambata2iunie 19:05 La Folle Journée. .gouvernante de Bartholo. La comtesse Rosine espère bien reconquérir son époux volage. Le Mariage de Figaro n’est certes pas une pièce révolutionnaire. Deux ans après sa première représentation. les privilèges et l'ancien régime. autre personnage essentiel du Barbier. punies en majeures pour nos fautes » s’exclame Marceline. Elle dénonce les abus de l'époque. Beaumarchais remet donc en cause le principe de la naissance. s’accrochant à ses privilèges iniques. amoureux de sa marraine. la pièce a été adaptée en opéra par Mozart et Lorenzo da Ponte sous le titre Le nozze di Figaro (Les Noces de Figaro). et un monde nouveau plein de jeunesse. la pièce est considérée. La condition des femmes est évoquée : « traitées en mineures pour nos biens. Les injustes privilèges de la société féodale sont dénoncés « vous vous êtes donné la peine de naître. Ainsi la rivalité entre le comte et Figaro semble un conflit historique ou politique entre un Ancien Régime moribond. appelée maintenant la Comtesse.

mais le roi interdit la représentation du Mariage à Versailles. mais ils n'ont ni la comiques: dimension spychologique. ni le réalisme social de ceux de Molière. reprenant le thème de Tartuffe. agent secret en Angleterre et en Allemagne. homme d'affaire (associé au financier Paris-Duverney = procès + prison). Ce sont des Dans le Barbier Beaumarchais la satire sociale se . ses surprises et ses rebondissements qui fournissent des Ce sont des situations comiques. Le fil de l'intrigue y est simple mais le public est maintenu en "suspens" par ses méandres.Beaumarchais Sa vie C'est une suite d'aventures et d'intrigues où l'argent et l'amour tiennent une grande place. Ainsi. diplomate en Amérique. Il a écrit des romans dont "La vie de Marianne" et des pièces de théatre. est une suite larmoyante du Barbier de Séville. boutiquier fut anobli par Louis XV. Son théatre Ses premières oeuvres sont des mélodrames sensibles et édifiants à la manière de Diderot: • • • • • Les deux amis ou le négociant de Lyon (1770) Eugénie (1767) avec une introduction (Essai sur le genre dramatique sérieux) qui montre que Beaumarchais au début de sa carrière méprisait le genre comique. éditeur (entre autres les oeuvres complètes de Voltaire). Il devient monsieur de Beaumarchais. Ses personnages sont toujours spirituels. l'amour est le hasard y jouent un plus grand rôle. marchand d'armes sous la révolution puis émigré à Hambourg. "Le Barbier de Séville" et "Le Mariage de Figaro" Beaumarchais plut aux parisiens qui voyaient en lui Ce sont des "le fils de Molière" à cause de sa gaieté et de son comédies esprit. le sujet du Barbier est le même que celui de l'Ecole des femmes mais la poésie. La mère coupable. des jeux de scène qui comédies maintiennent le spectateur en haleine et constitue d'intrigue: l'originalité de Beaumarchais. Il fut horloger (il reçoit une charge à la cour). Le Barbier de Séville (1775) le Mariage de Figaro (1784) eurent du succès à Paris. franchement attachants et bien vivants. musicien (amuseur des filles de Louis XV). Pierre-Augustin Carron.

La différence est que dans la 1ère pièce. Il abuse de son pouvoir pour assouvir ses désirs sexuels. . Le Comte jaloux s'aperçoit de l'intérêt que Chérubin porte à sa femme. fille d'Antonio qui surveille sa fille. Figaro veut protéger sa fiancée. mais la satire du Mariage est franchement politique. et Suzanne aider sa maîtresse. égoïste et sensuel. Figaro veut se marier avec Suzanne. Tout ce mouvement se traduit en dialogue rapide et souvent très comique et en revirements compliqués. et dans la 2ème c'est Figaro. Marceline aidée de Bartholo est une vieille sensuelle qui veut aussi empêcher le mariage car elle s'intéresse à Figaro à qui elle fait du chantage à cause d'une dette.comédies satiriques: limite pour la plupart à des plaisanteries traditionnelles contre les médecins. Ce n'est pas un "honnête homme" et Beaumarchais en fait le symbole de l'arbitraire des grands seigneurs. Le Mariage de Figaro Résumé de la pièce Le Mariage de Figaro est une comédie qui pousse les thèmes du Barbier de Séville jusqu'au ridicule. censure) et aux moeurs politiques (le favoritisme. les gens de lettres et les juges. l'intrigue. c'est le comte qui se marie. Chérubin jeune adolescent qui s'éveille à l'amour poursuit à la fois la très jeune Fanchette. Ce en quoi il manque au code de l'honneur aristocratique. l'arbitraire) qui sont autant d'attaques contre l'Ancien Régime. L'intrigue se fonde sur une histoire d'amour contrariée autour de laquelle viennent se greffer tout plein d'autres intrigues. Contrairement à Valmont il n'a aucun contrôle de soi et n'exerce pas la domination de soi-même. Beaumarchais s'en prend aux institutions (justice. et la Comtesse dont il est amoureux. la Comtesse jalouse empêche que son mari séduise Suzanne. tyranique. orgueilleux. Le sujet de la pièce montre le triomphe d'un valet sur son maître. le symbole de sa tyrannie c'est le "droit de cuissage". mais il est jaloux du Comte qui réclame "le droit de cuissage". Inventaire des personnages par classes sociales les hommes les femmes le comte les aristocrates: la comtesse Chérubin Les bourgeois Bartholo Marcelline Figaro Suzanne le peuple Bazile Fanchette Antonnio Le comte: C'est le grand seigneur féodal tout puissant. Mais sa verve satirique demeure toujours gaie. Les personnages Les personnages du "Barbier de Séville" réapparaissent dans "Le mariage de Figaro".

Il découvre avec émerveillement la sensualité. Elle est vertueuse. "De toutes les choses sérieuses. moi" (V.16).6) Il est amoureux de la comtesse et désire Suzanne et Fanchette. Bartholo: Dans le "Barbier de Séville" il a le rôle du vieux monsieur qui veut épouser sa pupille= Rosine (id. Il est parjure et cynique avec Marcelline.9). comique et drôle) et des héros de roman picaresques (i. Chérubin: Noble. Il est dans la tradition des valets de commédie (i.Figaro: C'est l'homme du peuple intelligent et rusé qu'on apprécie pour sa bonne humeur et sa gaieté. Marcelline Au début de la pièce elle apparait comme le personnage comique et ridicule de la vieille amoureuse. on serait tenu d'épouser tout le monde!" (III. "Si pareils souvenirs engageaient . montre que les hommes du peuple dominent aussi les femmes qui dépendent d'eux. elle suit ses instincts naturels (cf:Rousseau) et elle est plus amorale qu'immorale. qu'il avait abandonnée après lui avoir fait un enfant. père de Fanchette et oncle de Suzanne. Grâce à la ruse de Figaro. Arnolphe dans l'Ecole des femmes de Molière). l'amour Le désir Parcours amoureux 1 le mariage l'adultère Parcours amoureux 2 la chute la rupture l'abandon . Rosine épousera le comte Almaviva. A la fin de la pièce il se compare au comte et montre qu'il est capable de se dominner soi-même: "Je suis de sang froid. Stupide et corrompu. Antonnio: Jardinier. Fanchette Jeune adolescente naïve et spontanée. Bazile: C'est l'autre valet du comte mais l'opposé de Figaro. Elle est éduquée et courageuse. mariée et malheureuse. Suzanne Femme de chambre et confidente de la comtesse. Elle incarne la mauvaise conscience de cette société féodale dominée par les hommes. il y a entre les 2 femmes une complicité qui transcende l'inégalité sociale. Elle dénonce la tyrannie des hommes sur les femmes (III.e. Seuls sa bétise. et se retrouvera cocue dans le Mariage de Figaro. c'est un "méchant homme" comme son maître. comme Chérubin. le mariage est la plus bouffonne" (I. de la fidélité et de la vivacité.2) La comtesse: Noble.un personnage populaire sympathique et peu scrupuleux pour qui la vie n'est pas facile et que la destiné semble sans cesse contrarier.(II. C'est un "courreur de jupons".16) "Souviens -toi qu'un homme sage ne se fait point d'affaire avec les grands. elle a du bon sens. font d'elle un personnage de Marivaux.e. de la gaieté. Fille du peuple." (V. son ivrognerie l'empêche de tyranniser efficacement sa fille et sa nièce dont il prétend défendre la bonne réputation et la respectabilité sociale. Elle se moque des autres. La lutte qu'elle mène contre le goût naissant qu'elle ressent pour Chérubin et qu'elle blâme. c'est un Don Juan-en-herbe mais sans perversité. mélancolique et digne. Il cherche a assouvir sa vengeance personnelle et sert d'avocat à Marcelline lors du procès. Il y a une certaine ambiguïté sexuelle.16).

Il pratique "le badinage". il n'a qu'a suivre ses impulsions sexuelles. constant et l'amour heureux. (V."un je ne sais quoi qui fait le charme" (V. Elle le domine a titre de suzeraine. qui est un petit dialogue amoureux mièvre et sensuel. est placée sur un piedestal. Il complète son rôle de troubadour en lui chantant une romance (IV. cherche à séduire des filles jeunes et vierges. Chérubin et la comtesse forme un couple qui rapelle l'amour courtois. Il lui porte une vénération quasi religieuse (le ruban) qui n'exclue par pour autant la sensualité.1) Il personnifie l'amour comme le petit dieu ailé des peintures rococo.• • Le comte. de maraine et de femme aimée. Suzanne et Figaro= l'amour populaire. femme mariéee. libertin obsédé par la recherche du plaisir.. Il le trouve dans le refus de Suzanne et le jeu de rencontres clandestines qu'elle propose. de ranimer le charme de la possession par celui de la variété. Marcelline veut finir le parcours 1 (=mariage) par désir de respectabilité sociale. Chérubin l'a considère courtois comme sa suzeraine dont il est le vassal. de condition supérieure. Sentiment simple des gens du peuple qui populaire contraste avec la corruption des nobles et l'hypocrisie de la société. Il a fait le parcours 1 avec la comtesse et prévoit le parcours 2 avec les autres jeunes filles. Il n'a pas besoin de stimulant. Elle garde ses distances et ne récompense son soupirant qu'après qu'il l'amour ait réussit plusieurs épreuves. du sexe Manifestion de la jalousie .7) l'adolescent= Pour Chérubin.10): Selon la tradition galante et libertine du XVIIIe le désir doit être soutenu par l'imagination =érotisme qui peut aller de la simple réserve d'une fille qui ne veut pas faire l'amour (Cécile=viol).IV. "Cet aimable aveugle qu'on nomme badinage" l'Amour (IV.de se renouveller à l'amour. qui est la galanterie "le proprement rococo.. de l'érotisme Le comte a besoin d'érotisme.2) Anatomie du désir Le paysan = "Est-ce un crime de changer? Si l'amour porte des ailes de la variété N'est-ce pas pour voltiger?(Bazile. La dame. le désir est la voix de la nature.7) il declare les femmes responsables de l'infidélité des maris car "elles n'étudient pas assez l'art de soutenir notre goût. au jeu sophistiqué et mental de madame de Merteuil qui cherche ainsi à garder son amant le plus longtemps possible en renouvellant son Le libertin= plaisir.

mais soit considérée. si tu peux.5) Injustice sociale entre les hommes et les femmes = Tirade de Marcelline (III.4) c'est par orgueil et possession instinct de possession.. La comtesse utilise-t-elle la jalousie de ranimer sa passion son mari pour ranimer sa passion? Estelle plus découragée que jalouse? La jalousie de Figaro provient d'un amour blessé amour blessé et non d'un instinct possessif. de trouver la satiété où l'on recherchait le bonheur. vous et vos magistrats. la femme la plus aventurée sent en elle une voix qui lui dit: "Sois belle." (Acte I. un beau soir. et sans relâche.5) Monologue de Figaro (V) = contre l'arbitraire de l'ancien régime et de la société féodale. leurrées de respects apparents. sage si tu veux.. punies en majeures pour nos fautes! Ah! sous tous les aspects. (Acte V. si vains du droit de nous juger. scène 16) Le Comte:. elles nous aiment. qui flétrissez par le mépris les jouets de vos passions. Iul est brutal avec Chérubin et cruel avec la comtesse. nous aiment (quand elles nous aiment) et sont si complaisanteset si constamment obligeante. vos victimes! c'est vous qu'il faut punir des erreurs de notre jeunesse.8 )et la plus agée par des paroles méchantes(=calomnies: I. scène 7) Figaro: Ô femme! femme! femme! créature faible et décevante!. La différence entre Suzanne et Marcelline qui toutes deux sont jalouses est que la plus jeune répond par des violence physique et verbale actions violentes(=gifles:V. scene 4) Marceline: Hommes plus qu'ingrats. qu'on est surpris. Citations: .nul animal créé ne peut manquer à son instinct: le tien est-il donc de tromper? --Acte V. mais timide: un certain charme a beau nous attirer vers le plaisir.Nos femmes croient tout accomplir en nous aimant: cela dit une fois.Mon sexe est ardent. dans une servitude réelle. prisons. Figaro: Il faut broder jusqu'aux soldats! Marceline: Dans les rangs mêmes plus élevés. dure aux petits" (III. et de l'inégalité devant la loi "indulgente aux grands. et qui nous laissent enlever. tout honnête moyen de subsister.. il le faut. votre conduite avec nous fait horreur ou pitié! (Acte III. Est-il un seul état pour les malheureuses filles? Elles avaient un droit naturel à toute la parure des femmes: on y laisse former mille ouvriers de l'autre sexe. et toujours. (=lettres de cachet. couvents) contre l'intolérance (=censure).. par leur coupable négligence. scène 3 Injustice sociale entre maîtres et valets: Dénonciation de la corruption de la justice (III).16) Marceline: ... les femmes n'obtienne de vous qu'une considération dérisoire. traitées en mineures pour nos biens. jaloux orgueil et instinct de par vanité" (I.Le comte est "libertin par ennui.

. voilà le secret en trois mots. J'étais né pour être courtisan. bien embrouillées. qui s'étend même à celles de la presse. Du reste. (Acte V.. et rien de plus.il s'est établi dans Madrid un système de liberté sur la vente des productions. (Acte V. (Acte V. ni des corps.. (Acte II. ni du culte. ni de l'Opéra.Parce que vous êtes un grand seigneur.(Acte III. l'autre est berger: Le hasard fit leur distance. ni des gens en place. rang. il m'a fallu déployer plus de science et de calculs.Figaro: (Vaudeville. des places. prendre. quatre à la fois. le savooir-faire vaut mieux que le savoir. ni de la morale.Noblesse. Figaro: Indulgente aux grands.. Suzanne: Prouvez que j'ai raison serait accorder que je puis avoir tort. Suzanne: On dit que c'est un métier si difficile! Figaro: Recevoir.je commençais même à comprendre que. tout cela rend si fier! Qu'avez-vous fait pour tant de biens? Vous vous êtes donné la peine de naître. et que pourvu que je ne parle en mes écrits ni de l'autorité.. scène 3) Sur la censure Figaro: . Figaro: Deux. Suzanne: Je n'en veux point. si ce beau lit que Monseigneur nous donne aura bonne grâce ici. ni de la politique. septième couplet) Par le sort de la naissance.. Figaro: Pourquoi?.. morbleu! perdu dans la foule obscure. scène 3) Sur l'arbitraire Figaro: Je regarde. un homme assez ordinaire. L'un est roi. tandis que moi.. L'esprit seul peut tout changer.. ni de personne qui tienne à quelque chose.. et ne voit plus que l'ordonnance. Est-tu mon serviteur. ma petite Suzanne. demander. pout gagner du bien.. pour subsister seulement. scène 3) ----------Figaro: . scène 1) . que se croisent. vous vous croyez un grand génie!.. fortune. ou non? (Acte I. trois.. scène 19) -----Le Comte: Au tribunal le magistrat s'oublie.. sous l'inspection de deux ou trois censeurs. dure aux petits. scène 5) --------Suzanne: On peut s'en fier à lui pour mener une intrigue. en crédit. je puis tout imprimer librement. ni des autres spectacles. Suzanne: Dans cette chambre? Figaro: Il nous la cède..

de par sa position sociale. son ancien maître. Aussi. nous trouvons des confidents ) bien plus que la représentation d'une personne existant ou ayant existé. s'il est vrai que le Comte Almaviva est le maître et seigneur dans son château d'Aguas-Frescas. Il sera craint par le Comte qui devra toujours se méfier de lui à . et aussi la relationFigaro. il n'en demeure pas moins que la Comtesse. incarne avant tout un emploi et la relation hiérarchique détermine les rapports du maître et du valet. Scapin en est un exemple pertinent. la place de maîtresse du château. Suzanne nous apprend dés la première scène que le Comte a résolu d'en faire sa maîtresse. D'ailleurs Figaro dans "Le Barbier de Séville " résume dans une formule laconique l'attitude des maîtres à l'égard des valets : "Un grand nous fait assez de bien quand il ne nous fait pas de mal" Dans la trilogie de Beaumarchais. la relation entre Figaro et le comte ne repose pas seulement sur une relation de servitude. Le valet est une tradition théâtrale du genre comique ( Dans les tragédies. son épouse. En effet. la relation entre le maître et le valet va-t-elle devenir conflictuelle au point que le but de la pièce n'est autre que de confondre le Comte et de le prendre à son propre piège : Une relation d'opposition. Le valet est entièrement dévoué à son maître parce-qu'il tient tout de lui et sa liberté se limite à celle que le maître lui octroie. réduit d'ailleurs la comédie à cet aspect : " Cette pièce. Figaro va mettre son talent au service de son propre intérêt et la stratégie figaresque l'emportera sur celle du comte : ce n'est plus le maître qui va dominer le valet mais le contraire. En effet. Figaro est le complice du comte avec lequel il n'entretient plus de relation de maître /valet au début de la pièce.Gudin. Aussi étudierons-nous la relation la Comtesse/Suzanne. au service de son maître. est le plus souvent déconsidéré : sarcasmes. Le Comte Almaviva confirme cet aspect lorsqu'il s'étonne de trouver "de la liberté chez [ses]vassaux". injures sont autant de violences verbales qu'il subit et les coups sont le traitement habituel qui lui est réservé. La hiérarchie sociale n'est donc pas ce qui préside à leurs relations : chacun a besoin de l'autre : il y a complémentarité entre les deux personnages. s'installe dés le début de la pièce et il faudra attendre " La Mère coupable" pour que les relations de complicité s'installent à nouveau entre Figaro et son maître. Dans "Le Barbier de Séville". Dans le "Mariage de Figaro" la relation entre les deux personnages évolue : Figaro travaille officiellement au service du Comte. Sans ses ruses et son imagination. c'est à l'autre" I. 2)." Dés lors. De plus. le valet a besoin de son maître pour vivre et le rapport de servitude est tel celui du vassal à l'égard de son suzerain . où l'on peint un insolent valet / disputant sans pudeur. On se souvient de Sganarelle disant à Dom Juan ce qu'il pense de lui mais sous couvert d'une mise en scène qui l 'innocente : " ce n'est pas à vous que je parle. • Enfin. censeur de la pièce de Beaumarchais.le maître a soin de l'ascension sociale de son valet et on pourrait voir dans cette attitude une tendance à gommer les différences sociales en reconnaissant la valeur des plus humbles. la relation Suzanne /le Comte participera à démontrer la situation conflictuelle que le comte entretient avec ses "vassaux" par opposition à la relation de complicité que la Comtesse garde avec sa camériste et Figaro. De situation très modeste. de rivalité très précisément. Suzanne /la Comtesse. le valet. A priori. cette promotion relève d'une stratégie qui est conforme à la supériorité du maître. il est concierge du château et vient même d'être promu au grade de "courrier de dépêche"à l'ambassade du Comte à Londres.INTRODUCTION LE VALET DE COMEDIE Notre étude ne limitera pas la relation maître /valet à la relation Le Comte /Figaro. occupe. Rosine ne serait pas devenue la comtesse Almaviva. son épouse à son maître. l'obstacle majeur au mariage étant le désir du comte. Les propos de M. être inférieur. Mais. Ce personnage. Figaro est indépendant et il offre ses services au Comte.

] aider. Figaro a un rôle moral : il est le redresseur de tort. le comte s'appelle "Monsieur" et vit non plus dans un château près de Séville mais dans un hôtel particulier à Paris. au nom de son amour pour Suzanne.perso. des places .. Figaro est partout là où on ne l'attend pas. noblesse. tradition oblige. vous vous croyez un grand génie ! . c'est certes par affection sincère pour sa camériste mais aussi parce qu'elle est consciente que son mari " ne [l]'aime plus du tout" et sauver le mariage de Figaro et de Suzanne. Tout naturellement." il convient toutefois de reconnaître que les relations sociales ont évolué.défaut de pouvoir l'évincer. au contraire. et rien de plus. . d'un ton péremptoire :" tu épouseras Figaro.] Parce que vous êtes un grand seigneur. gai. rusé. comme le précise l'auteur lui-même que : "[ses] deux comédies espagnoles ne furent faites que pour préparer" la dernière pièce de la trilogie "La mère coupable"(petite_histoire_d. Au nom de sa liberté qu'il est en train de conquérir. 1) Figaro joue alors le rôle d'un" agent double" ( Jacques Scherrer dans : "la dramaturgie de Beaumarchais") et s'affranchit de sa subordination au Comte. personnage qui. date de la première représentation du " Mariage de Figaro". ou presque. tantôt faisant rire. La "disconvenance sociale" (petite_histoire_d. ( même si le contexte historique de la pièce est celui de 1768).... inventif : c'est de loin le personnage le plus sympathique de la pièce.. . elle reconnaît l'importance de Figaro dans cette entreprise : "Lui seul peut nous [. échafaudant stratégies et pièges.(le_mariage_de_figaro.. était habitué à subir sans rien dire.. courant de droite et de gauche.3 " La mère coupable") http://elisabeth." c'est bien grâce à Figaro.com/doc/6931583/Ion-Maria-Braescu-Silvia-Pandelescu-Sorina-Bercescu-Invatati-Lb-Franceza-FaraProfesor .."( II... . est dénoncée farouchement par le valet. "un maraud. C'est un personnage qui occupe le devant de la scène : personnage de la parole débridée. les classes sociales sont en mutation et les titres de noblesse héréditaires sont largement contestés : on prend peu à peu conscience que la valeur de l'individu est indépendante de la fortune et que la position sociale n'est que le fruit du hasard de la naissance. fortune. Figaro et Suzanne qui déplorent que le comte ne se fasse plus appeler Monseigneur ! ( I. toujours en belle humeur .htm). loin de penser que Beaumarchais est un révolutionnaire parce qu'il fait dire à figaro dans son monologue : " [. Certes le drame se passe en 1790.htmDUMINICA 27MAI201012:45 http://fr. c'est sauver le sien. ce sont ses domestiques. S'opposer au comte pour sauver son couple c'est faire abolir le "droit du seigneur" et faire admettre que la condition sociale n'est pas un viatique pour tromper sa femme et ravir celle des autres. Figaro sauve son couple et celui de son maître et si " tout fini-it par des chansons. En 1785. Gardons-nous de faire de cette comédie une pièce politique et considérons. Si Beaumarchais a préféré "La folle journée ou le mariage de Figaro" au titre initialement prévu "L'époux suborneur". généreux" selon Marceline ( I. mais il ne se plaint pas d'avoir perdu ses privilèges.htm) pour dénoncer "l'autre Tartufe" et faire du Comte "un être bon". c'est qu'il voulait faire du valet le personnage principal de sa comédie et montrer que le mariage des valets est un véritable sujet de comédie. Du reste homme assez ordinaire ! tandis que moi.fr/introduction.htm) Loin de considérer la pièce de Beaumarchais comme une avancée vers la révolution.. Enfin..neuf. Son rôle dans l'action est prépondérant et il sera un adjuvant actif au service de la comtesse . tel est bien le sujet qui occupe cette comédie en apparence légère. un fripon" (III. Lorsqu'elle affirme à Suzanne. sémillant. morbleu. personnage aux multiples facettes : " Jamais fâché . 4). capable du plus long monologue jamais mis dans une comédie..8) selon le comte...scribd.3).kennel. après la révolution française. il démasquera son maître et rétablira l'ordre social et sentimental . tantôt faisant réfléchir ( V..". tout cela rend si fier ! qu'avez-vous fait pour tant de biens ! Vous vous êtes donné la peine de naître. un rang.

amoureux par folles bouffées’ " Les noms ou les adjectifs définissent l'état et le complément en donne la cause. Figaro veut en fait parler de son emprisonnement ŕ la Bastille. aprčs lui. Figaro se transforme au cour du monologue en héros romanesque et tragique. il cache sa souffrance avec humour sauf quand il parle de Suzanne ŕ la fin : " désabusé…Désabusé !… Suzon. Son premier successeur est Ruy Blas. Suzon ! " Il y a une association phonétique par allitération avec le son [z]. on est informé sur la vie de Figaro. Conclusion Ce qui est véritablement révolutionnaire. elle permet de coupler cause et conséquence. auteur dramatique. 3. il a une réflexion trčs élargie sur les hommes. Un doute métaphysique est exprimé au travers de questions rhétorique : " Comment cela m'est-il arrivé ? Pourquoi ces choses et non pas d'autres ?’ " Figaro se rapproche de Hamlet. Un homme qui doute Figaro ne réfléchit pas que sur sa propre vie. comme peut l'ętre Sganarelle dans Dom Juan. Il est capable de tourner quelque chose en auto-dérision : " las de nourrir les bętes malades " " pendant ma retraite économique " -> c'est un euphémisme. Il fait une analyse psychologique de ses motivations et utilise un langage de l'introspection : " ambitieux par vanité. Figaro raconte sa vie et la commente. n'est plus dans la tradition. banquier du pharaon. 2. plus aucun valet de comédie ne sera ainsi. Il y a une rupture avec les valets de comédie traditionnelle. La dimension autobiographique Au travers du monologue. On passe du " je " au " on " au cour du monologue. Le valet de comédie devient un personnage de roman 1. Suzon. Il a de l'humour.3. Un valet de comédie qui n'exprime plus son désespoir sans ętre drôle. cet humour peut ętre dirigé contre les autres comme contre lui. Un homme qui souffre Figaro est parfois drôle mais jamais ridicule. Le texte prend une dimension pathétique et suscite la compassion du public. sur ses nombreux métiers : Vétérinaire. auteur de traités économiques. c'est la passage du valet de comédie ŕ un personnage romanesque. laborieux par nécessité ’ počte par délassement. barbier. Il est émouvant. . musicien par occasion. journaliste. les deux personnages ont les męmes questions métaphysiques. Un valet peut projeter dans l'avenir mais ne revient habituellement pas sur son passé. Figaro est tout ŕ fait unique en son genre. Comme dans tout roman autobiographique.

1.net/mariage-A5S3(2). statut qu'il gardera dans La Mère coupable. par soumission et ignorance.. Figaro accède au statut de personnage. comme d'actions limitées). dupés par Figaro. rénove la figure du valet de comédie. dramaturge. Notons qu'il "sert" Bartholo sans appartenir à la maison de ce dernier : il a sa propre enseigne. Figaro n'est donc pas un valet .au sens socio-économique .http://www. ainsi que les voyages et tribulations qu'il évoque (voir un extrait).ni un serviteur. plus que secondaires : outils de Bartholo (qui les méprise). La pièce La Mère coupable. suivre ce lien. Cette rupture au sein d'une tradition théâtrale se poursuit dans Le Mariage de Figaro : libéré de son statut trop strictement théâtral. . qui correspondaient plutôt à des "rôles". de vétérinaire (en "soignant" la mule de Bartholo). incultes (maîtrisant si mal le langage qu'ils ne comprennent pas les ordres de leur maître).2). Figaro dans "Le Barbier de Séville" [B] [pour "Le Mariage de Figaro". il est comparable à Bazile. voire accompagne le docteur en tant qu'apothicaire (et barbier : celui qui manie la lancette.. garçon apothicaire dans les haras d'Andalousie (et détournant des médicaments pour les vendre). mais il se met au service d'autrui. Bien qu'il s'inscrive dans la lignée de Sganarelle.. pour commettre un anachronisme. [Cette "fiche" est à compléter avec des exemples précis tirés des deux oeuvres] Les deux comédies en question sont Le Barbier de Séville ou la Précaution inutile et Le Mariage de Figaro ou la Folle journée. Les deux seuls véritables valets présents dans B. personnage romanesque (et non d'origine théâtrale). également "prestataire de services".. on apprend qu'il a exercé divers "états" : dans l'ordre : serviteur du Comte Almaviva. drame sérieux au dénouement heureux. 27 mai 2012 La figure du valet dans deux comédies de Beaumarchais : pistes de réflexion. Ces divers états. malgré leur récurrence d'une pièce à l'autre. comme son prédécesseur Arlequin chez Goldoni.). qui met en scène une grande partie des personnages des deux comédies précitées relève du drame et restera de ce fait exclue de notre examen. le maître à chanter (maître chanteur ?). écrivain.bacdefrancais. d'Arlequin et de Scapin. lorsqu'il sera actif (souligné)] Dans B. en font presque unpicaro.php 2 :18. Mais est-il réellement un valet ? Figaro est-il un valet ? Lorsqu'il rencontre le Comte Almaviva (I. ce qui diffère fondamentalement des personnages de la tradition issue de la comedia dell'arte. Figaro. son ancien maître qui l'a "émancipé" en lui procurant un emploi "indépendant". et fait fonction de barbier. pour vivre ou par conviction. Figaro est certes "le serviteur de deux maîtres". enfin barbier. dans Le Barbier de Séville. En cela. Ils incarnent une forme de servitude qui rend l'homme bête. l'Éveillé et La Jeunesse .restent éminemment méprisables : inefficients (au plan de l'intrigue.ainsi nommés par antiphrase . Ce passé romanesque lui confère une épaisseur et ue personnalité.

Il a toutefois le rôle central dans l'intrigue réelle. Auteur. de la tradition dramaturgique. dans la mesure où.2) est montré en train de composer une ariette. la naissance.Bazile. notamment lorsqu'il définit le rôle du Comte (en soldat ivre) et l'entraîne à le jouer. Liberté qui induit une rupture épistémologique dans la tradition du valet de comédie : le valet de comédie. Le modèle de l'École des femmes. et de quelle présence ! Cet aspect est peut-être plus pertinent pour porter la critique sociale que le décentrage géographique. mais aussi. donnée initiale. reste secondaire au plan de l'intrigue dans la mesure où il n'en "informe" pas les rebondissements : aucun des deux amants ne doute de l'autre. de Molière. Figaro l'est assurément qui lors de sa première apparition sur la scène (I. Le modèle shakespearien n'a pas cours ici. Figaro choisit de servir les intérêts du Comte et prend deux sortes de risques : celui d'échouer dans une "mission" qu'il s'attribue. Figaro joue même le metteur en scène. son absence de filiation (il ne connaît ni son père ni sa mère) inaugurent la fiction d'un personnage détaché de son époque. partiellement. représentant sur scène le dramaturge qui. sans modestie qui plus est. or Figaro n'intervient à ce niveau qu'en tant qu'auxiliaire du Comte. et de ce fait dépend de qui le paie. de statut comparable à celui de Figaro. construit et mène une intrigue qui ne l'implique pas personnellement. sans statut hérité. et façonne les personnages (comme Figaro pour le Comte). constituent une identité. Si Figaro mène l'intrigue. Figaro n'est qu'homme. La bigarrure des "états" exercés par Figaro. voire de tout milieu. s'il ne peut représenter aucune catégorie sociale existante. il n'est que PRESENT. à la différence de ces deux prédecesseurs. l'héritage. mais pleinement. par exemple. La verve et la vivacité de Figaro n'en font pas un nouveau Scapin ou Sganarelle. Du point de vue dramaturgique (théâtral) Au plan de l'intrigue. mais la virtuosité de Figaro pour l'intrigue (ce qui explique le titre même de la comédie). Ainsi la convention du théâtre classique voulant que l'ordre des choses soit rétabli (le valet. Mais il n'est pas un bourgeois car il ne possède rien (liberté supplémentaire). Ainsi Figaro intervient-il dans l'intrigue comme Auteur. Faut-il pour autant le considérer comme un représentant du "tiers état" ? La réponse est positive dans la mesure où. celui de la fiction de l'Espagne (ou celui des Lettres Persanes. voire deCandide). celui du valet "moliéresque". s'est ici totalement libéré de la référence à la société. semblant ainsi servir de porte-parole à Beaumarchais lui-même. Par rapport à L'École des femmes. Il critiquera aussi le milieu des lettres et de la critique. et de façon subalterne (au service de plus fortunés et puissants). dans lequel l'amour entre jeunes personnes doit surmonter des obstacles. Dans l'Ancien Régime. personnage fictif. l'intrigue sentimentale restant pauvre. celui de n'être pas rémunéré (il se paiera au dépens de Bartholo). la pièce se fonde essentiellement sur l'intrigue menée par un personnage libre socialement. dont l'intrigue sentimentale n'est que le "fond de toile". L'absence d'attaches de Figaro. pour prégnant qu'il soit (d'où le titre second de la comédie : La Précaution inutile). analogiquement. pose déjà la question de l'universalité de l'homme (qui fondera les idées de la Révolution Française). La conquête de Rosine est en effet l'enjeu apparent de la comédie. L'on peut certes nuancer en remarquant que Figaro ne peut appartenir ni à l'aristocratie ni au clergé. reste par sa vénalité soumis à sa condition économique : il vit de son travail de service. par l'exercice de ses talents uniquement. L'amour de Rosine et du Comte. maître de l'intrigue un instant est par le ridicule rappelé à sa condition subalterne) n'est pas respectée : Figaro triomphe. C'est donc un homme libre qui incarne le rôle du valet de comédie. elle n'a pour lui qu'un modeste enjeu. il doit gagner sa subsistance par lui-même. il n'est pas ridiculisé. le B ne met pas en scène l'émancipation de Rosine par rapport à son tuteur. S'il ne faut pas réduire Figaro à cet aspect de "représentant de Beaumarchais". où le lignage. à la différence de Bartholo. Non content d'élaborer et de conduire "l'action" dramatique. • . sociales ou familiales. fait de lui un personnage qui. reste plutôt allusif. confronté à plusieurs ordres de "pesanteurs" : • celui de la tradition de la comédie "sentimentale". Homme de nulle part. La liberté de Figaro Du point de vue "social".

. En véritable metteur en scène. Mais l'extrême mobilité de Figaro. trop convenue. l'enjeu apparent étant l'union du Comte et de Rosine (lui venant de l'extérieur. Il peut même être sans être. lorsqu'il fait tomber le nécessaire à barbe hors scène et contraint ainsi Bartholo à relâcher sa surveillance de Rosine). ordonne. Il est aussi le plus mobile des personnages. car Bartholo sort de chez lui par obligation). NB : ce dernier point ne sera pas développé ici. Si. sert de "faire-valoir" aux talents du personnage de Figaro. et de l'auteur. ni personnage défini du point de vue des interrelations habituelles. bougeant sans cesse. dans laquelle l'intrigue sentimentale.. le centre même de la comédie. selon que Figaro dialogue ou écoute caché (mais visible aux spectateurs). au sein de chaque acte. Il intervient aussi hors scène avec des incidences sur scène (lorsqu'il "drogue" L'Eveillé et La Jeunesse. Le jeu des personnages sur la scène légitime habituellement la fiction du lieu de l'action. c'est en fait la présence de Figaro (même cachée aux personnages en scène). caché aux personnages mais non au public.• celui de la cohérence. polémique. l'unité de lieu est apparemment respectée. Du point de vue langagier Si Figaro est le plus libre quant au langage. commentant même ce qui se passe hors la scène. Il est le seul personnage à parler de façon aussi variée : alors que leurs propos . D'autre part. permet d'instaurer un lieu scénique caché aux personnages mais connu du public : le lieu de la scène se trouve ainsi clivé en deux lieux. tient tête.). Figaro se révèle être. ni par le fait que chacun lui fasse confiance : Rosine qui se contraint lorsqu'elle parle à Bartholo adoube Figaro comme un personnage en qui elle a confiance alors que le public le voit intriguer. de le développer (et il serait utile de "mesurer" la place prise par les propos de chaque personnage). raille . Beaumarchais définit précisément ce décor. ni par son passé de picaro ou d'arlequin social. Marginal quant à l'enjeu de l'intrigue. Et Figaro n'est pas vraisemblable. satirique. Figaro utilise le langage tantôt de façon poétique (lorsqu'il compose son ariette). et pour le public surtout. il réplique. . Figaro est le seul personnage à pouvoir être présent en tous lieux : dans la maison de Bartholo. intercesseur du public. Figaro parvient. en relisant la pièce. invente. • Dans le "Barbier de Séville".. Le lieu de la scène se dédouble ainsi. qui assure fondamentalement l'unité de lieu de la pièce. Celui du statut enfin : ni réellement valet ni maître. dans la "chambre" de Rosine... outre qu'elle donne consistance au décor fondant la fiction théâtrale du lieu. comique . conseille.. Il est facile. à cliver pour le spectateur la maison de Bartholo en scène où les personnages croient être seuls et lieu où. elle confinée à l'intérieur . Au plan du jeu de scène. théâtral à l'extrême (se cachant sur la scène. Que le Comte se prête à la mise en scène élaborée par son ancien valet est peu vraisemblable. mais la synthèse conduit ici à une rupture épistémologique avec la tradition du valet de comédie. Seule l'unité de temps est respectée. l'intrigue apparente (l'enjeu amoureux) est mise au service de la valorisation du personnage de Figaro.. dans "Le Barbier de Séville". Figaro ne tient d'aucun d'eux parce qu'il tient de tous. mais rappelant ses prédecesseurs que furent Arelquin. représentée par le décor. de la vraisemblance classiques. Bartholo et Bazile veillant à l'étanchéité des deux lieux). caché. se cachant et apparaissant. comme l'intrigue : d'une part le lieu apparent et conventionnel distingue l'intérieur et l'extérieur de la maison de Bartholo. il les épie. Scapin ou Sganarelle. le lieu où se trouve Figaro est LE LIEU de l'intrigue : libre de passer de l'intérieur à l'extérieur de la maison de Bartholo (et il est seul à avoir cette liberté. il est aussi le seul à l'utiliser de façon variée. Il est aussi le seul personnage qui parle à tous et auquel tous parlent (Rosine lui témoigne même de sa confiance). sur la scène.. dans la rue.

Toutefois. convention dramaturgique. même s'il réplique parfois : s'il use encore de l'insolence qu'il avait dans B. deux valeurs habituellement condamnées.identifient assez bien les autres personnages. pour Figaro et Suzanne. Le revers n'est pas l'aspect calculateur ou manipulateur (pour une bonne cause : établir une relation amoureuse entre deux jeunes personnes. Il semble également parler par instants d'en deçà de la scène. voire de l'utilisation du langage. La chambre commune. de fonction inférieure et porté à la boisson (ce qui l'infériorise encore). que la disposition des lieux présentée dans l'acte I n'a rien de surprenant. la vivacité du personnage. qu'indique bien le titre. Il diffère aussi de Bazile. le sens de la formule. camériste de la Comtesse : au couple des maîtres ferait pendant celui des serviteurs. outre sa liberté parfois insolente. c'est. il désire épouser Suzanne. mais se révèle être un plaisir en soi. Figaro est le personnage le plus libre. ici faite virtuosité. et il doit user de l'intrigue pour contrevenir à l'abus que fait le Comte de sa position de maître et de "grand corregidor d'Andalousie" (de juge). indique leur condition sociale de roturiers. Figaro est dans M le valet du Comte. est que Figaro est devenu un personnage impliqué dans l'intrigue. Dans quelle mesure Figaro est-il un valet ? A la différence de B. des interlocuteurs présents. mais qui reste en situation de "libéral". La donnée essentielle. se trouve poussée à l'extrême. du mouvement du corps. Il diffère cependant du jardinier. être le porte-parole de Beaumarchais lui-même (que l'on songe à la peinture satirique du milieu des lettres. et n'envisage pas de quitter cette fonction : au contraire. des lieux. ayant le devoir de servir. c'est la variété du propos. son "unité" résultant de l'incessant mouvement. que ce soit au plan de l'intrigue. Notons pour quelques lycéens. il doit lui obéir. rétablir l'ordre naturel). du ton. le tourbillon qu'il crée autour de lui. auquel la situation échappe parfois. Le brio. voire rénovée. La figure du valet de comédie. Etant au service du Comte. Figaro parvient même à associer de façon positive le goût pour l'intrigue et l'appât du gain. ce qu'au XVIIIe siècle l'on nommait "esprit". Pour conclure (provisoirement) Dans le Barbier de Séville.2). Que les "maîtres" aient chacun sa chambre (ses appartements devrait-on dire) correspond à un usage fréquent dans la noblesse (et la chambre n'est pas un lieu privé. son habileté à "rebondir". ce qui le rend sympathique aux yeux du public. mais l'étourderie du personnage qui s'embrouille parfois. Le référent sociologique du statut de Figaro est bien celui d'un valet. Figaro dans "Le Mariage de Figaro" (M) Dans cette deuxième comédie. un vertige où l'intelligence joue d'elle-même. recruté par le Comte comme maître à chanter et comme "secrétaire amoureux" envers Suzanne (entremetteur). I. La chambre attribuée à Figaro et Suzanne se trouve entre celle de la Comtesse et celle du Comte. le moins "uni". du langage : il est le seul à "dépasser" l'espace scénique. 2. caractérisent le plaisir du langage chez Figaro : parler n'est pas uniquement utilitaire. puisqu'on aboutit à un double paradoxe : le valet est le plus libre des personnages. attaché à la personne du Comte. de la labilité extrême du personnage. qui identifie le mieux Figaro. Rupture qui se poursuivra dans le drame intitulé La Mère coupable. Antonio. alors que la nécessité était moins pressante dans B. c'est plutôt le cabinet). allant jusqu'à mettre en scène le maître qu'il a choisi de servir. avec la salle (et avec le lecteur) : Figaro parle aussi au-delà de l'espace scénique. . il est aussi le personnage le moins cohérent. ce n'est pas directement envers son maître . le personnage de Figaro gagne en densité et rompt avec la figure du valet de comédie issue du théâtre du XVIIe siècle. et illustre une fois encore la liberté du personnage. De la sorte s'établit aussi une connivence avec le spectateur.

Sa liberté de parole reste cependant entière. le valet ne disposant que de ce moyen. qui n'est pas seulement une comédie. Figaro reste cependant libre de ses mouvements. Figaro paraît moins libre qu'il ne l'était dans B . dans l'exercice de sa maîtrise. ému. En effet. il doit enfin rester avec sa femme. docteur et ancien maître. mensonger ou "véridique". il ne peut agir en maître absolu.). Les procédés théâtraux ont déjà été évoqués : Figaro est impliqué par l'intrigue. Si la "légèreté" du rôle s'efface pour la densité du personnage. nécessaire au valet comme au Comte. Son haileté à improviser ne se dément pas (lorsqu'Antonio révèle au Comte que le page a sauté par la fenêtre du cabinet de la Comtesse). en voulant rétablir le "droit du seigneur" pour Suzanne. puisqu'il est soumis. cette dernière relève de procédés théâtraux mais aussi d'origine romanesque. à la contrainte du respect de sa parole antérieure : par rapport à la Comtesse et au devoir de fidélité. se trouve empêtré : il ne peut officiellement rétablir ce droit (ce serait rendre public l'arbitraire de son "bon désir". qui intervertissent leurs rôles à son insu. Suzanne (et la Comtesse) vont même prendre en main celle-ci. critique. ni au jeu de déguisement de l'acte V (dans B. à double entente ou à simple entente.Mais la rivalité avec le Comte au sujet de Suzanne lui vaut la méfiance de son maître. rival du Comte. qui se trouve dans une situation complexe.. Même s'il contribue nettement à l'intrigue. et par rapport à Figaro. Maître et valet (sur le plan social) s'affrontent par l'intrigue. Mais il ne participe pas au jeu de "cache-cache" avec le fauteuil de la Comtesse. En bref. le maître étant entravé par les obligations de son statut. La référence à B est . son valet. mais le Comte manque aussi de liberté et ne peut exercer sa puissance qu'à couvert. apparaît pour chacun d'eux comme le seul moyen de parvenir à ses fins dans un réseau de contraintes qui enserre chacun d'eux. mais Bartholo. par rapport à son comtat et à l'abolition du "droit du seigneur". on le voit en tous les lieux de la scène. instrument du Comte (sans être pourtant au service de ce dernier). ne l'est pas moins. tenu à la fois par sa parole et par les obligations de son statut (de noble.. puisqu'il utilise toute la gamme des discours employés dans la pièce : joyeux. Si Figaro semble affaibli par rapport au "Barbier".. d'homme marié. Le nouveau Figaro : un personnage à part entière. alors qu'il l'avait officiellement annulé.. et revenir sur sa parole publique).. et par le risque du mariage avec Marceline (son passé le rattrape). il ne la maîtrise pas totalement. Il est à noter aussi que le véritable antagoniste de Figaro n'est plus seulement Bazile (ici assez marginal). Figaro devient dans M un personnage à part entière. Cela est enfin dû au ton même de la pièce. Ainsi. abusé par le stratagème de Suzanne et de la Comtesse. et user du chagement d'identité que le théâtre de Marvivaux avait rendu populaire dans les intrigues sentimentales. Il feint même sa présence dans le cabinet de la Comtesse (l'un des seuls lieux où il ne soit pas allé). insolent. dont il se méfie puisqu'il est son rival. ne serait-ce que pour des raisons de convenance publique. voire d'organiser ceux d'autrui. Il se trouve aussi bien chez la Comtesse qu'à l'extérieur.. alors qu'il déguise le Comte). . il doit corrompre Suzanne par des pressions psychologiques et par une promesse financière (or l'argument d'argent ne relève pas de l'éthique nobiliaire). son rival. la capacité à intriguer. mais sa virtuosité se retourne contre lui : lorsque le Comte le sonde. Car ce qui entrave le plus la liberté de Figaro est bien son implication dans l'intrigue : sa "possession" de Suzanne est remise en cause par le désir du Comte. par rapport à Suzanne qu'il doit séduire (la force ne suffit pas). Le Comte en effet. Figaro ne se déguise pas non plus.. le Comte. sans que cela suprenne. Que reste-t-il de la liberté du personnage du "Barbier" ? Par son statut de valet. et en tous les lieux mentionnés au dehors de la scène.

un personnage progressivement achevé. une labilité dans le discours. Le maître et le valet voient leurs rôles modifiés en conséquence. dès la fin de l'acte III. il crie . il acquiert un passé. . la crise qui affecte le théâtre de la fin du XVIIIe siècle. dont le monologue de l'acte V (scène 3) est l'acmé. Or dans M. au dialogue du Barbier de Séville. mais il est aussi "victime" de sa condition et contraint par ses obligations. à propos de la question du mariage. opposé certes au badinage amoureux. par le mélange des tons. Les femmes sont passées au premier plan. scène 15). / Tout fini-it par des chansons. la co-omédie / Que l'on juge en cè-et instant. genre "sérieux". en croyant badiner avec Suzanne. Les procédés d'origine romanesques transposés sur la scène. et le théâtre doit "mettre en scène" plus que suggérer. et plus complexes. te voilà dans ta sphère". comme dans nombre de romans de la seconde moitié du XVIIe siècle. confèrent aussi une densité de "personnage" à Figaro. une intrigue touchant à sa fin. / Sauf erreur. Outre la récurrence du personnage. la référence à B confère à Figaro une densité qui dépasse le "rôle" de valet de comédie : les références et la cohérence sont respectées : ainsi le monologue de l'acte V. au genre sérieux (proche du drame que Diderot promeut) dès l'acte III et surtout dans l'acte IV. La convention du valet de comédie n'y est plus respectée. ou. résolvant la contradiction au final chanté : Or. Figaro.nette. parce que la société des spectateurs et lecteurs ne se reconnaît plus dans les conventions qui régissent encore le fonctionnement des institutions ou de la représentation sociale. Et Molière ne s'est servi de ce procédé que pour dénouer. Il s'en découvre une dans M. éminemment individualiste et ponctuel. le "mot d'esprit" doit expliciter (mais il peut encore sous-entendre). ou de Suzanne et de la Comtesse : la pièce se fait "thèse" sur la question du libertinage sentimental (et physique) opposé au mariage. formalisée par la comedi dell'arte ne fonctionne plus : personnages et discours théâtral en portent la marque : il leur est demadé de représenter des questions de société moins schématisées. et par son succès. Certes le procédé de la reconnaissance avait déjà été transposé au théâtre par Molière. le fait que Figaro exprime sur scène les sentiments qui l'agitent (alors que le valet de comédie n'éprouve pas de sentiment). comment accorder le désir de séduction. opposée à celle du libertinage amoureux. Dans un premier temps elle redistribue les rapports de force : le Comte perd deux alliés. La tradition des rôles théâtraux. et qui intègre aussi quelques aspects du théâtre de Marivaux (séduction et déguisements générateurs de quiproquos). messieurs. est un rival amoureux. d'une pièce à l'autre. inscrit das la durée et dans la société (nous proposons un extrait où le Comte. et se trouve isolé. qu'il s'agisse de Marceline. Si la pièce passe de la comédie centrée sur la virtuosité du personnage de Figaro (comme dans B) pour laquelle l'intrigue sentimentale est prétexte. nous pein-eint la vie / Du bon peuple qui l'entend. Ainsi. passant de figure secondaire (Bartholo est son "porte-parole" lors du procès). il peste. / Il s'agite en cent faaçons . des traits de "caractère". Car le "Mariage de Figaro" est aussi une pièce "à thèse" sur les relations entre hommes et femmes. mais homme aussi. à laquelle s'ajoute l'esquisse d'un théâtre relevant du drame. quelque artifice qu'elle présente (en dénouant l'obstacle du jugement).. voire la pièce elle-même. la pièce de Beaumarchais illustre-t-elle à son insu. avec le mariage. et sa tendance à l'excès dans l'intrigue : Suzanne le lui rappelle dès la première scène : "De l'intrigue et de l'argent . La scène de reconnaissance.la préface insiste sur cet aspect. la scène de reconnaissance modifie l'intrigue. fils de Marceline et Bartolo. Le valet. Le Figaro de B était d'autant plus libre qu'il n'avait pas de filiation. Figaro garde aussi. mais sans les effusions que manifestent Marceline. / Qu'on l'opprime. son sens du "mot d'esprit". fondée sur la mise en valeur du personnage intriguant. "Le Mariage de Figaro" est une pièce qui s'émancipe du modèle de la comédie moliéresque : il s'agit d'une comédie d'intrigue. acte I. c'est bien qu'elle révèle à son corps défedant la crise du modèle classique : le précepte docere et placere n'a plus cours comme à l'époque classique : le comique se distingue de la "leçon". Plus encore. Marceline et Bartholo. par son nom. Le maître incarne l'arbitraire. fort "machiste" selon la vision actuelle. et surtout Figaro. enlevé très jeune. Le ton sérieux de plusieurs scènes. est intéressante à plus d'un titre. mais reprise même par les magazines "féminins"!). avec un artifice transposé au théâtre. fait-il écho (en plus amer).. marquent un "tournant" : la comédie de Molière n'est plus le modèle d'une pièce qui associe désormais le drame et le théâtre de Marivaux. expose une conciliation possible. et enfin à celle de "mère-complice" de Figaro (acte IV. identifié par "une spatule" au bras droit. et Beaumarchais a réintroduit l'extrait de la scène 16 de l'acte III que les comédiens avaient coupé -. à celle de personnage de dénonciation de la condition des filles séduites et abandonnées (les "filles-mères") . Figaro (comme dans le "Barbier de Séville"). par le ton même : le spectateur et le lecteur ne sont plus des comparses qui élaborent le sens. Marceline acquiert en densité. scène 2. et se superpose à l'intrigue de M un règlement de comptes entre Bartholo et Figaro. scène 3.

comédie et ton sérieux.php2iunie/18:27 Le mariage de Figaro. ne correspondait pas à l'intuition profonde de la crise qui traverse alors la dramaturgie ? Ainsi. cultivat.referatele. Beaumarchais est le fils du maître horloger parisien André-Charles Caron. Les futurs mariés auront besoin de toute les ressources de leur prudence et de leur astuce pour triompher de la passion du comte. 21 Septembre 2008 23:39 Écrit par Gladys I) Auteur La vie de Pierre-Augustin Caron (Beaumarchais) s’étend de 1732 à 1799. L’année 1967 voir le véritable début de sa carrière littéraire avec la représentation à la Comédie Française de sa première comédie Eugénie. fiche de lecture Littérature . Il est une des rares figures des Lumières à avoir traversé la Révolution et donc à avoir vu les grandes idées du XVIIIe siècle. théâtre et ballet. Mais leurs machinations vont être perturbés par l'intempestif et aimable Chérubin. C’est en 1756 qu’il prend le nom de Beaumarchais. dusman al moravurilor aristocratice si purtator de cuvant al ideilor si atitudinilor burgheze existente in preajma revolutiei din 1789. en associant comédie moliéresque et marivaudage. par son sens de la formule. . soit du règne de Louis XIV à la fin du Directoire. Beaumarchais n’en affiche pas moins une grande confiance dans la loi.personaj in comediile Barbierul din Sevilla si Nunta lui Figaro (autor Beaumarchais) Figaro reprezinta tipul valetului inteligent si abil. mises à l’épreuve d’une fracture politique qu’il accueillera pour sa part avec suspicion. mais devenu personnage de drame et alourdi en ce sens.Ne peut-on se demander si la tentative de Beaumarchais d'écrire un théâtre total. dont la flamme pour son épouse décroit. Suite à un démêlé . Prin intermediul lui Figaro. mais il doit affronter un dangereux rival dans la personne de son maître. Figaro.XVIIIème siècle Dimanche. mais je n'avais toujours pas lu la pièce originale de Beaumarchais. il nous laisse un Figaro brillant par ses mots d'esprit. A Séville. Tribunes et tribunaux Evoluant souvent aux limites de la légalité. Seul rempart du « citoyen » contre « l’abus » et contre le privilège. Figaro . http://www. le valet du comte Almaviva prépare ses noces avec la jeune Suzanne. 3ans plus tard Les Deux Amis. Je m'étais régalé plus d'une fois avec la version de Mozart et de Da Ponte.. qui ne m'a pas déçue. Il fait jouer sur la même scène.com/referate/noi/romana/figaro--personaj-in-201619493. Ce sera pis encore avec "La Mère coupable". Beaumarchais.. avec le "Mariage de Figaro". qui brûle pour la comtesse délaissée. drame "sérieux" où Figaro ne garde que son sens de l'intrigue. Beaumarchais exprima cateva din principalele atitudini ale "starii a treia".

Ce procès perdu sera pour beaucoup dans l’inspiration de la pièce. Le succès L’année 1775 marque une année faste pour Beaumarchais. est prêt à tout pour l'arracher à Bartholo. son vieux tuteur. En 1796. qui a le projet de l’épouser. qui est refusé. Il joue un rôle ambigu sous la Convention à partir de 1793 et échappe de peu à la guillotine. Beaumarchais est grisé par le succès. Initiative qui garantit aux auteurs que leurs textes ne seront pas impunément plagiés par quelqu’un d’autre. Cette pièce inspirera d'ailleurs à Mozart l'opéra Les Noces de Figaro en 1786. accuse Beaumarchais de faux dans la liquidation de la succession de ce dernier. La première représentation déçoit par ses longueurs mais elle est élaguée en 5 jours et le Barbier de Séville connaît enfin un succès triomphal. jouée pour la première fois au ThéâtreFrançais le 23 février 1775. . « rêveries de mon bonnet de nuit ». héritier de son ami Pâris-Duverney. Chef-d’œuvre du théâtre français et . . La comédie définitive comportera 4 actes et une grande part réservée à la chanson. 1784 est une année décisive. En 1778. il fait le guet. où il connaît la misère. qui ne sera joué qu'en 1784. ce qui lui fait perdre toute prudence. Cependant. la pièce Le Mariage de figaro est jouée à la Comédie Française. il s’exile à Hambourg. usé par ses mésaventures et y meurt trois ans plus tard en 1799. il rentre à paris. le comte de la Blache. En dépit de sa condamnation. le roi lui confie plusieurs missions secrètes. de Gioacchino Rossini ensuite : Il barbiere di Siviglia. meurt trois ans plus tôt. avec la présentation du Barbier de Séville qui rencontre un succès immédiat. Le comte Almaviva. Son luxe le rend suspect et il est accusé de trafic d’armes. Beaumarchais remet en scène ses personnages dans Le Mariage de Figaro. Beaumarchais se fait incarcérer en 1773. déguisé. opéra comique. tombé amoureux de la jeune Rosine qui est orpheline. A ce même moment. persifleur mais entremetteur. En 1776. son blâme est levé. Le Mariage de Figaro : La Folle journée ou Le Mariage de Figaro est une comédie en cinq actes de Beaumarchais écrite en 1778. La pièce connaît un immense succès et est perçue comme un signe avant-coureur de la Révolution. et largement inspirée de l'École des femmes de Molière. après plusieurs années de censure. etc. « amusement » . Il est condamné par le juge Goëzman dont il se vengera en le représentant sous les traits du ridicule juge Gusman Brid’Oison dans Le Mariage de Figaro. Tandis que. Un écrivain amateur ? Beaumarchais a toujours affecté de traiter ses activités d’homme de lettres : « délassement honnête » . il regroupe des auteurs dramatiques en une association pour la défense de la propriété littéraire : La Société des auteurs dramatiques. à Vienne. En 1772. La Mère Coupable qui marque l’aboutissement de sa trilogie est jouée au théâtre du Marais. ŒUVRES IMPORTANTES : Le Barbier de Séville : Le Barbier de Séville ou la Précaution inutile est une comédie en quatre actes de Beaumarchais.avec un puissant aristocrate. Il remettra encore ses personnages lors de La Mère coupable. Cette pièce inspira un opéra de Paisiello d'abord. troisième épisode de cette trilogie. puisqu’après 4ans d’interdiction. En 1777. il tombe à point nommé sur son ancien valet Figaro. La pièce est finalement jouée en 1775. Une fin de vie triste En 1792. dont la première représentation officielle eut lieu le 27 avril 1784 au théâtre de l'Odéon. Beaumarchais présente aux comédiens italiens un premier Barbier de Séville. En 1794. .

Surgit fort ému. Ce n’est que Bazile. est un échec. alarmé par le billet de Figaro. qui se moque de ses prétentions (scène 5). joue un rôle beaucoup plus secondaire. par un mouvement tournant. il fait adresser à Almaviva un billet anonyme l’informant que son épouse doit rencontrer un galant le soir même . Mais Figaro lui souffle le moyen de rester au château. le Comte frappe à la porte fermée à clef (scène 10). entend faire valoir une promesse de mariage de Figaro (scène 4). La Comtesse plus morte que vive. Le séducteur sera ainsi « confondu » (scène 2). Surcroît d’embarras : la vieille Marceline. veut le rétablir en secret avec elle. se révèle un grand succès. Chérubin entreprend aussi Suzanne. entendant entrer quelqu’un. le comte Almaviva et Rosine. Elle se querelle avec Suzanne. La Mère Coupable : L'Autre Tartuffe ou La Mère coupable est un drame en cinq actes de Beaumarchais. conduits pas la Comtesse et Figaro. le « ruban de nuit » (scène 7). comme l’un des signes avant-coureurs de la Révolution française. Il chante une tendre romance à la Comtesse aussi émue que lui (scène 4). Tandis que Figaro mesure sa chambre nuptiale. quant à Chérubin. achevé en 1792. Bartholo. tout en rêvant de la Comtesse sa marraine. Acte II : La chambre de la comtesse Suzanne informe sa maîtresse. le page Chérubin que le Comte vient de chasser après l’avoir surpris chez Fanchette. en tenue d’officier et son brevet à la main reste seul avec les deux femmes. mais y fait tomber une chaise. lorsque le Comte. constitué en outre du Barbier de Séville et du Mariage de Figaro. Chérubin s’accroupit d’abord derrière un fauteuil. la pièce est considérée. Celui-ci demande au Comte de célébrer sur-le-champ. Arrive Figaro. à l’autre bout de l’Espagne. il partira sur-le-champ servir dans la légion d’Almaviva. Figaro va donc chercher le page. Mais une allusion aux sentiments de Chérubin pour la comtesse provoque la colère du Comte. qui se dresse brusquement . Réponse embarrassée du Comte : la cérémonie aura lieu plus tard . sa fiancée Suzanne lui apprend que le Comte. la pièce a été adaptée en opéra par Mozart. taché de sang par une blessure (scène 6). par sa dénonciation des privilèges archaïques de la noblesse. et qu’il a chargé Bazile de la négociation (scène 1). venu jouer son rôle d’entremetteur. et chanté en italien. Figaro s’indigne et réfléchit : comment obtenir du Comte la dot qu’il a promise. aidée du Docteur Bartholo. la fille du jardinier Antonio. Elle représente la troisième partie de la trilogie de Figaro. le 6 juin 1792. s’y blottit sous une robe. appelée maintenant la Comtesse. Resté seul. Deux ans après sa première représentation. et plus encore lorsqu’elle découvre au bras du page son « ruban de nuit ». puis. sous le titre le Nozze di Figaro (Les Noces de Figaro). il faut qu’elle fixe un rendez-vous au Comte. lui prend sa première cachette (scène 8). tout en ayant officiellement aboli le droit de cuissage dit « droit du seigneur ». mais c’est Chérubin déguisé qui s’y rendra. sans pour autant rien lui accorder ? (Scène 2). prétend qu’il s’agit de Suzanne (scène 12). des faits et gestes de Chérubin et du Comte (scène 1). près de Séville chez le Comte Almaviva. en mimant sa découverte de Chérubin à Fanchette. La première. Beaumarchais y remet en scène les principaux personnages de sa pièce Le Barbier de Séville ou la Précaution inutile (1775) : le barbier Figaro. Sur ces entrefaites. et le mari jaloux . qui expose son plan : pour lui « donner le change ».international. l’abandon du droit de seigneur : celle-là sollicite la grâce de son filleul. Ils sont surpris par le Comte venu faire sa cour à la « camériste » : terrifié. par une cérémonie. quant à Suzanne. Chérubin s’enferme dans le cabinet de toilette. qui. mais la reprise au Théâtre de la rue Feydeau. dont il arrache à Suzanne. II) Résumé de l’œuvre Acte I : « Dans une chambre à demi démeublée » Jour de noces au château d’Aguas Frescas. le 5 mai 1797. il tire sur la robe et stupéfait. rêveuse et amère. Elle le lui reprend avec une feinte indifférence (scène 9). autre personnage essentiel du Barbier. voit de nouveau apparaître le page ! Il en est d’autant plus irrité que Chérubin connaît tous ses projets (scène 9). Heureuse diversion : une foule de paysans et de valets envahit la scène.

la Comtesse finit par tout avouer et livre la clef du cabinet. Figaro né de parents inconnus. Marceline puis Figaro essaient d’exposer leur cas au juge Brid’Oison. évidemment sans succès de se montrer. Caché. la Comtesse et Suzanne font le point : impossible désormais d’envoyer Chérubin au rendez-vous. lequel passe sa colère sur Figaro (scène 20). tourne à la confusion du Comte dont les vues sur Fanchette sont révélées à tous (scène 5). à l’insu du Comte avait pu se cacher (scène 13).enjoint à celle-ci. mais le malentendu se dissipe. Puis il sort avec la serrure. Figaro se moque de son maître (tirade God-dam. une indiscrétion de Fanchette lui en apprend la provenance (scène 14). Apparaît Figaro. « tout est jugé ». La cérémonie décidée à l’acte I se déroule enfin. Hélas ! Un mot de trop révèle au Comte qu’on cherche à le manoeuvrer. Figaro. Elle ouvre donc à Chérubin qui saute par la fenêtre. et figaro ergotent longuement sur les termes de la promesse de mariage . tenter de savoir si ce dernier est au courant de ses projets concernant Suzanne (scène 1 à 4). Il est accompagné de Bartholo. qui arrive avec de l’argent donné par la comtesse. qui se sent joué de tous côtés. l’assesseur d’Almaviva. Le procès commence : Bartholo. du moins. sous l’apparence de Suzanne. trouble leur entretien . et il se décide d’utilise ses pouvoirs judiciaires pour se venger (scène 11). Acte IV : Une galerie du château Badinage philosophique et amoureux entre les deux fiancés (scène 1). De nouveau. à l’insu de Figaro. Acte III : la salle du trône Elle va servir de salle d’audience. feint d’avoir voulu donner une leçon à son mari (scène 19). Reste à punir . Marcelline profère alors un violent réquisitoire contre l’oppression masculine et tombe dans les bras de Figaro (scène 16). Marcelline tente d’apaiser son fils ivre de jalousie. Coup de théâtre : ses « nobles parents » se révèlent être en réalité Marceline et Bartholo – lequel refuse obstinément d’épouser la mère de son fils. La Comtesse relance le jeu en dictant Suzanne. Mais il la reconnaît bientôt (scène 8). en échange de quoi il déboutera Marceline (scène 9). et condamne Figaro à payer Marceline ou à l’épouser « dans le jour » (scène 15). le Comte tranche. et a gardé le brevet pour y faire apposer le cachet seigneurial. qui ont échangé leurs vêtements et qu’il prend l’une pour l’autre. Catastrophe : le jardinier Antonio arrive avec un pot de girofles écrasées et le brevet de Chérubin. couplet sur la politique). Resté seul. décide de punir Figaro de ses soupçons. Apparemment. qui a sauté par la fenêtre. et prend sa place dans le cabinet (scène 14). Mais Suzanne retourne la situation en promettant au comte le rendez-vous tant espéré. Violemment agressée par le Comte. La Comtesse se remettant peu à peu. Il a convoqué Figaro pour. Une imprudence de Chérubin déguisé en fille parmi une troupe de villageoises et bientôt reconnu. Dans la nuit. (scène 12 et 13). et qui voudrait maintenant rompre avec Suzanne (scène 15 et 16) Acte V : Dans le parc du château Une salle de marronniers avec deux pavillons. Bazile. sous son déguisement. il voit arriver successivement Suzanne et la Comtesse. mais Figaro remarque le Comte tenant le billet entre les mains (scène 9) . un billet donnant au Comte le rendez-vous qu’il attend (scène 3). etc. également sur leurs gardes. Suzanne. c’est Suzanne ! (Scène 16). Fanchette cherche Chérubin (scène 1). Retour des deux époux. venu surprendre la présumée infidèle. En attendant. que celui-ci a malencontreusement perdu dans sa chute. Penaud. dit-il. enfin le Comte qui redécouvre les appas de son épouse en croyant lui aussi se trouver avec Suzanne (scène 7). le Comte rage et Bartholo se laisse fléchir (scène 17 à 19). qui croit néanmoins l’avoir percé à jour (scène 5). il exhale son amertume dans un long monologue et dresse le sombre bilan de sa vie (scène 3). Mais on n’en dira rien à Figaro (scène 24 à 26). Demeurées seules. avec Marceline qui vient réclamer au « grand corrégidor » ses droits sur Figaro. Mais Figaro sauve la situation : c’est lui. Et d’un groupe de valets et travailleurs qu’il poste aux alentours (scène 2). mais doit s’incliner (scène 21). Tête-à-tête crispé entre les deux hommes. une foule envahit la scène. Désarroi du Comte. ainsi que le lieu du rendez-vous : « sous les grands marronniers ». la Comtesse se retire de son côté et Suzanne. C’est donc la Comtesse elle-même qui s’y rendra. après avoir fermé à double tour la chambre où Suzanne. le Comte implore son pardon. Le Comte n’est pas dupe. rudoyé par le Comte est envoyé au bourg pour y chercher les « gens de justice » (scène 22). Bazile. le Comte s’enfonce dans l’obscurité. En désespoir de cause. se croit trahie. puis Chérubin qui lutine la Comtesse en la prenant pour Suzanne (scène 4 à 6). Stupeur. promu avocat de Marceline. bègue et formaliste. furieux. s’invente un haut lignage afin d’échapper au verdict.

implore une fois de plus le pardon de son épouse (scène 19) et. Le Comte comprenant sa bévue. cependant que Suzanne s’est enfuie dans l’un des pavillons – lequel sous les yeux du Comte se vide successivement de tous ses occupants : Chérubin. avec Marie-Antoinette dans le rôle de Rosine ! * Son esthétique (stylistique) L’action de la pièce Au XVIIe siècle. scandale (scène 9 à 10). La pièce respecte la règle des trois unités : temps. Ils sont très souvent caractérisés par la ruse comme lors de la scène 5 de l’acte III. mais il en sort vainqueur. III) L’œuvre * Son importance dans l’œuvre de l’auteur Le Mariage de Figaro confère à Beaumarchais un certain crédit et marque son apogée. La stichomythie permet d’accentuer l’aspect du duel verbal.aussi le Comte : celui-ci de retour. permettant de révéler les conflits entre les divers personnages. la pièce vaut à Beaumarchais un nouveau séjour en prison. après six ans d’interdiction. Fanchette. Beaumarchais dit dans sa préface : « L’auteur a formé son plan de façon de façon à y faire entrer la critique d’une foule d’abus qui désolent la société » La première représentation de la pièce a lieu. interrogé (scène 12). le 27 avril 1784 et c’est un triomphe sans précédant qui s’étend à l’Europe Entière (Mozart s’en inspirera pour ses fameuses Noces de Figaro en 1786). sort de l’autre pavillon. scène 10) . Figaro est arrêté. La pièce use beaucoup de stichomythies qui sont au théâtre des échanges verbaux très rapides entre deux personnages. le roi acceptant même que Le Barbier de Séville soit joué à Versailles par les princes. scène 5 et acte IV. tandis que la Comtesse seule donc innocente. au moins provisoirement. lieu et action. Les autorités révolutionnaires font de lui un pourfendeur de l’Ancien Régime et de ses abus. Le motif du mariage de Figaro et Suzanne constitue l’unité d’action. On en trouve à deux reprises dans la pièce et qui mettent en évidence l’antagonisme des personnages (acte I. « tout finit par des chansons ». Ressentie comme un défi par l’autorité royale. l’action d’une pièce devait avoir une forte unité : une seule intrigue principale dont les intrigues secondaires devaient se rattacher à l’intrigue principale. Le langage dramatique AU NIVEAU DES DIALOGUES : Les dialogues sont le plus souvent des joutes oratoires. Marceline… (scène 14 à 18). grâce à des répliques qui fusent. croit apercevoir sa femme avec Figaro ! Fureur.

on assiste plus à une peinture d’époque. Cette pièce contraste avec celle du Comte et de la Comtesse richement décorée. l’exemple du fauteuil est le plus probant : Chérubin et le Comte tournent autour sans se voir dans les scènes 8 et 9 de l’acte I. Lors de l’aparté. scène 16) où l’auteur par son intermédiaire dénonce les injustices dont souffrent les femmes. C’est donc une déclaration faite à part des autres personnages de façon à ce qu’ils n’entendent pas. deux objets se démarquent par leur fonction sensuelle : le ruban et l’épingle. On en retrouve beaucoup dans Le Mariage de Figaro. la scène est décorée en fonction de la cérémonie qui approche. Ils ont également une fonction dramatique. le décor traduit davantage la justice. Cependant. Beaucoup des tirades de la pièce ont une fonction esthétique et comique. Le fameux monologue de Figaro (scène 3 de l’acte V) est l’un des plus longs qui existe dans l’histoire du théâtre. Ainsi. Beaumarchais sait que le rire détruit davantage que de grandes déclarations indignes. Beaumarchais le prouve dans chaque acte en indiquant l’objet qui va donner l’impulsion aux scènes. mais c’est aussi un moyen pour Beaumarchais d’insérer une critique sur les magistrats : le personnage rappelle le pouvoir que détenaient les juges incompétents et corrompus. AU NIVEAU DES MONOLOGUES : Le monologue est un discours d’un personnage qui est ou se croit seul sur la scène et qui se parle à lui-même. d’autant plus qu’il manque le lit nuptial qui doit être donné par le roi. La symbolique des objets : Les objets ont un très grand rôle dans la pièce. la chambre démeublée symbolise le fait que Suzanne et Figaro ne sont pas encore mariés. car c’est l’acte où il y a le plus grand nombre de quiproquos. AU NIVEAU DES TIRADES : La tirade est un passage où l’un des personnages monopolise la parole lors d’un dialogue. c’est le cas lors de la tirade de Figaro sur la langue anglaise (Acte III. Fanchette. Brid’Oison fait souvent rire par sa bêtise. Dans l’acte III. Dans la pièce. notamment lors des scènes où les personnages jouent à l’hypocrisie vis-à-vis des autres. La Comtesse. Le Comte. L’aparté participe à la suspension de l’illusion théâtrale. ni au monologue. Et dans l’acte IV.AU NIVEAU DES APARTÉS : L’aparté n’appartient ni au dialogue. scène 3). Dans le dernier acte. Cela permet de révéler les pensées les plus secrètes des personnages. La fonction comique : L’humour de la pièce est souvent grinçant. Ils participent au comique de situation pour la plupart. Marcelline. Dans le premier acte. C’est l’occasion pour Beaumarchais de faire preuve de sa virtuosité. Brid’Oison. C’est aussi un moyen de véhiculer les idées chères à l’auteur comme lors de la tirade de Marcelline (acte III. Dans Le Mariage de Figaro. AU NIVEAU DU DÉCOR : Le décor a une très grande importance. le rire fait figure d’arme. L’acte V regorge d’apartés. les monologues sont très présents. la majeure partie des personnages a droit à son monologue : Suzanne. le personnage se tourne vers le public pour montrer qu’il s’agit d’un aparté. L’aparté sert à faire connaître les pensées du personnage au public sans que les autres personnages puissent l’entendre. On verra . Comme dans la scène 5 de l’acte III où le Comte interroge Figaro pour voir si Suzanne lui a parlé de ses avances.

Autre élément du comique de situation : le quiproquo qui consiste à prendre quelqu’un ou quelque chose pour quelqu’un d’autre ou quelque chose d’autre. Il cherche à paraître plus éduqué qu’il ne l’est d’où le comique. le comique de situation. * Les personnages Figaro : C’est un personnage original dont on peut reconnaître certains modèles traditionnels. Le comique de caractère : Certains personnages semblent avoir été créés spécialement pour le comique de caractère comme Bazile. cette dernière la traite presque comme une amie en dépit de leur différence sociale. L’ironie est également très présente de même que des gags (en rapport avec le comique de situation). Chez ces personnages. Il se fait l’écho de toutes les préoccupations morales et philosophiques de l’auteur. scène 7. d’autant plus que c’est un personnage qui ne se rend pas compte de sa bêtise. C’est une jeune . Le comique de situation : Il intervient à travers les coups. les personnages reçoivent souvent des soufflets. c’est à cause de leur bêtise ou leur sottise qu’ils font rire malgré eux. D’ailleurs. Le moment le plus comique est celui où la gifle n’est pas destinée à la bonne personne comme dans la scène 7 de l’acte V où Chérubin esquive une gifle du Comte qui atterrit sur la joue de Figaro. Figaro le premier (scène 8 de l’acte V). Il possède tous les traits typiques du valet de comédie : homme du peuple. on retrouve la caricature de la paysannerie : il est lourd d’esprit et cherche à montrer ses prétentions intellectuelles et sociales qui sont en totale inadéquation. Suzanne : C’est la femme de chambre de la Comtesse mais c’est surtout la confidente de celle-ci. D’autre part. 8 et 9) pour échapper au Comte qui lui-même tente d’échapper à Bazile et se réfugie derrière…le fauteuil. scène 13) et le cabinet (acte II. L’acte V en regorge. C’est un personnage plein de ressources et rusé. Mais il peut-être plus gai comme dans le fameux monologue de Figaro : « Las d’attrister des bêtes malades. il y a également la cachette de Suzanne (acte II. le comique née du décalage entre son talent médiocre de musicien et la haute idée qu’il a de son art. En ce qui concerne Brid’Oison. Elle se moque régulièrement de la Comtesse bien qu’elle lui soit dévouée. scène 15). Le comique de langage : On retrouve beaucoup de jeux de mots qui sont à l’initiative de Figaro pour la plupart qui excelle avec les ressemblances phonétiques. en effet. Chez Antonio. le comique provient du décalage entre l’incompétence de ce dernier et les pouvoirs qui lui sont conférés. Ceci est visible dans le monologue de l’acte V où Figaro est émouvant en racontant sa vie et ses malheurs Figaro peut être vu comme un miroir de la propre vie de Beaumarchais. Il est doté d’une profondeur humaine qui le rend particulier. scène 3). le comique est involontaire. Outre ce fauteuil. Les diverses cachettes sont aussi un pur moment de comédie : Chérubin se cachant derrière le fauteuil (acte I. Ils servent à mettre en évidence la critique sociale. C’est un procédé digne des farces. et pour faire un métier contraire. à l’esprit vif et au tempérament enjoué. Quant à Bazile. Antonio et brid’Oison. je me jette à corps perdu dans le théâtre » (acte V.que Beaumarchais utilise toutes les sortes de comique : le comique de caractère. le comique de langage. Ce qui oblige Chérubin à tourner pour ne pas être vu. la pièce fait la part belle aux mots d’esprit qui visent à faire sourire plus qu’à rire.

il n’a jamais voulu reconnaître cet enfant qui fût abandonné. Il se caractérise par son égoïsme et sa colère : la complicité qu’il avait avec Figaro est désormais révolue. Chérubin est sans doute celui qui le redoute le plus. Derrière son apparente stupidité se cache une certaine subtilité. ses caractères négatifs n’apparaissent plus. Quand elle découvre qu’elle est la mère de Figaro. Possédant un caractère « entier ». Néanmoins. scène 19). C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il sert d’avocat à Marceline lors du procès. scène 12. Il est donc l’incarnation de ce pouvoir féodal dont il use de façon tyrannique et passionnelle. Mais on apprend qu’ils ont été amants et que Figaro est né de cette relation. Figaro lui reproche même de ne pas se dominer. A présent. La Comtesse : Elle est restée la même contrairement au Comte et elle est l’une a constaté qu’il a changé depuis leur mariage (acte II. il devient plus sûr de lui à la fin et tient même tête au roi tirant à « moitié » son épée. Le personnage est en pleine puberté et découvre la sensualité avec émerveillement. scène 6). Suzanne représente les qualités et le bon sens populaire. néanmoins elle a de solides principes moraux : elle refuse de céder aux avances du Comte alors qu’il lui offre une belle dot en échange du « droit du seigneur ». C’est une figure maternelle.femme très perspicace : elle s’aperçoit très rapidement du trouble qui s’empare de sa maîtresse quand Chérubin s’apprête à rentrer dans sa chambre. Marceline est une femme « instruite » (acte I. C’est malgré tout un personnage qui finit par s’attendrir : dans le dernier acte. elle fait fi de tous ses ressentiments même à l’égard de Suzanne. A l’acte V. Il avait promis de l’épouser si elle le retrouvait mais ne tient pas parole. Bien que de caractère modeste. elle sait faire preuve d’espièglerie pour jouer un mauvais tour à son mari en se faisant passer pour Suzanne lors du rendezvous de l’acte V. Bien qu’elle soit digne dans son malheur. Chérubin : Il réside chez ce personnage très « mignon » selon les termes de Suzanne une ambiguïté sexuelle. Antonio joue une grande importance. Souvent. Cependant. Il est pris d’un grand trouble devant la Comtesse allant lui montrer des marques de son amour avec le fameux ruban. elle est gaie et spirituelle. il est capable de s’amender et de reconnaître ses torts si bien qu’à la fin. il est très enthousiaste pour aider Marceline à épouser Figaro : il souhaite empêcher Figaro d’épouser celle qu’il aime tout comme il l’a empêché d’épouser Rosine. C’est un homme dominé par ses passions sensuelles et qui bien qu’indulgent envers lui-même ne l’est pas envers les autres. c’est une personne sans grande force de caractère face à son époux qu’elle craint. Bartholo : Personnage dominé par la vengeance. Antonio : Père de Fanchette. Elle ne se révolte que lorsque le Comte la blesse ou pour implorer la pitié lorsque le Comte la menace de l’envoyer dans un couvent. il est prêt à tout sacrifier à son orgueil et à ses passions. C’est l’un des seuls personnages en évolution : effrayé par le Comte au début de la pièce. ce qu’elle expose dans sa longue tirade de l’acte III. il avoue ses faiblesses et est également entier dans ses préjugés moraux et sociaux . mais le temps passé n’a fait qu’accentuer ses aspects les plus négatifs. c’est aussi une femme de tête. Elle a besoin des encouragements de Suzanne pour lui tenir tête. il trépigne de colère et doit se dominer pour sauver les apparences. scène 16 où elle reproche l’oppression de la tyrannie des hommes fait peser sur les femmes. Néanmoins. c’est l’un des personnages qui change le plus au cours de la pièce. mais qui le fait rire des autres personnages car elle met en évidence leurs travers et leurs ridicules Le Comte Almaviva : Le Comte a bien mûri depuis Le Barbier de Séville certes. Tout comme Figaro. il semble s’être racheté. Marceline : Apparaissant comme un personnage ridicule dans les deux premiers actes. il est sur ses terres. s’extasiant devant le beau sexe. oncle de Suzanne. Suzanne est un personnage dont le public ne peut pas rire. D’ailleurs cette ambiguïté est l’une des raisons qui poussent les deux jeunes femmes à le travestir en fille.

Cependant. Mais néanmoins. bien qu’elle soit plus commode. Suzanne le traitant d’ « agent de corruption ». Sa naïveté la rend charmante. tandis que l’un vieillit. elle ne semble pas tant choquée par les avances du Comte. il n’est guère loyal. Alors que dans Le Barbier de Séville. scène 1 : Cette scène respecte les critères de la scène d’exposition. scène 17). C’est donc un Figaro rajeuni par l’amour qui apparaît devant nous. usé : la future chambre des domestiques en fournit la preuve. Il est souvent raillé par Figaro pour ses talents de musicien. elle favorise les projets du Comte et sépare symboliquement et matériellement. Le ridicule apparaît comme une arme qui lui permet d’être moins détestable. d’exposition et de comédie. Il faut voir le contraste entre les deux personnages . Mais cela n’est guère mentionné en raison des enjeux urgents de Figaro à savoir la fidélité de Suzanne et la constitution d’un patrimoine. elle ne pourra rien faire face à une agression physique du Comte. l’autre progresse et rajeunit. Bien qu’attirée par Chérubin. La complicité jadis entre Figaro et Almaviva a disparu. Elle est plus amorale qu’immorale suivant des instincts naturels. Bazile est considéré comme un maraud aux yeux de Bartholo. On peut voir le contraste entre les années passées et la jeunesse de Suzanne qui déteint sur Figaro : elle l’appelle affectueusement « mon fils ». ce qui aurait pu être ridicule si il y avait une trop grande différence d’âge entre eux. car elle dispose d’une promesse de mariage de Figaro. I) UNE SCÈNE DE TRANSITION Cette scène permet d’installer le public sur un terrain de connaissance. elle apporte au public une information quasi complète sur les enjeux de la pièce : enjeux grave. ici. L’information est fournie par le couple de domestiques : le mariage de Figaro tout comme le mariage du Comte mérite d’être porté à la scène. en effet. avec un nouveau personnage en la personne de Suzanne qui apparaît comme un double de Rosine dans Le Barbier de Séville. Même envers le Comte. C’est un être sans moralité dont la corruption n’est neutralisée que par une profonde stupidité. Le schéma actantiel se suit ainsi : Sujet : Figaro Opposant : le Comte Objet : Suzanne qui est aussi adjuvant Adjuvants : La Comtesse pour Figaro en un sens et Bazile pour le Comte Suzanne jugeant que la chambre est trop prêt de celle du Comte fait preuve de loyauté en informant Figaro des intentions du Comte : bien que sûre de sa fermeté. il était qualifié de gros et gras avec une figure atroce. son ancien maître. il se montre dur envers cette dernière. Mais ces deux objectifs une fois révélées à Figaro semblent incompatibles : si Suzanne demeure inflexible. si elle cède. On verra qu’il s’agit à la fois d’une scène de transition. ce que ce dernier va lui reprocher (acte II. Le couple du Barbier de Séville est désormais désuni. II) UNE SCÈNE D’EXPOSITION La scène d’ouverture est aussi destinée à indiquer aux spectateurs les enjeux de la pièce et le système actantiel dans lequel ils s’inscrivent. puisqu’il s’agit du bonheur d’un couple. mis en cause par les projets libertins d’un riche et puissant seigneur. proposant de s’offrir au Comte si celui-ci épargne le page.Bazile : être cynique qui n’a de loyauté envers personne. elle vit elle aussi la puberté. il semble vif et agile. le Comte ne donnera rien. l’espace privé de l’ « époux suborneur » et celui de l’épouse délaissée. on peut voir en Marcelline un adjuvant potentiel du Comte. . mais aussi de Figaro pour son goût de la maxime : « prouver que j’ai raison serait accorder que je puis avoir tort » et pour la parfaite harmonie de leurs répliques liées. Complice des manigances amoureuses du Comte. c’en sera fini de la propriété de Figaro. * Les passages clés Acte I. Fanchette : petite paysanne charmante. laissant place à la rivalité et à l’ingratitude.

Elle préfigure aussi le destin de l’autre « mère coupable ». « doux ». d’un stratagème dilatoire pour échapper au terrible « tout est jugé » du Comte : stratagème consistant à s’inventer des nobles parents pour se soustraire au verdict d’Almaviva. Acte V. Figaro ». puisqu’on voit bien l’ « abus aristocratique » dans ce qu’il y a de plus odieux. La femme n’est plus qu’un jouet aux mains des hommes qui n’hésitent pas à la séduire et à la « perdre ». nous assistons à une reconnaissance de la triste condition féminine.Colère d’un homme qui se sent trahi par sa fiancée et par le Comte . respecte les conventions de la comédie. N’ayant pas été mis dans la confidence. II) UNE SCÈNE DE RECONNAISSANCES A travers Marcelline. mais il s’agit de la Comtesse qui a pris l’uniforme de sa servante. La scène se dégrade en parodie burlesque.III) UN SCÈNE DE COMÉDIE La scène. « belle ». toute une batterie de procédés arriment solidement la scène au genre comique : l’information que délivre Suzanne est distillée comme une devinette par des onomatopées : « zeste ». Cette scène est traitée avec beaucoup de réalisme I) UNE RECONNAISSANCE TRAITÉE SUR LE MODE RÉALISTE Le coup de théâtre apparaît tardivement dans cette scène et comme le résultat d’un heureux hasard : le choix. beaucoup d’éléments contribuent à cet effet comme la solitude. Au-delà. « crac ». il se livre à un long monologue où il exprime sa colère contre les femmes. La scène commence sur le mode de la désillusion : tous les adjectifs dans les premières répliques appartiennent au champ lexical de l’idylle euphorique : « joli ». La rapidité du dialogue crée un effet de tourbillon qui empêche le spectateur de se poser trop de questions. son ton « sombre ». de manière objective. Le nouveau modèle familiale constitue une autre reconnaissance : qu’importent la filiation. des rires et des chantonnements : « Adieu mon petit Fi. Figaro se découvre le fils de Bartholo et Marcelline. l’ascendance : la famille est d’abord une société qui permet l’épanouissement personnel. « amoureux ». car ils montrent leur amour sans affection : Figaro « vole » beaucoup de . Fi. . là où on attendrait du pathétique : un sujet noble est traité avec des moyens de la comédie. Néanmoins. ne prête pas à rire.Monologue : Figaro croit que Suzanne s’est rendue au rendez-vous fixé par le Comte. mais aussi contre les injustices dûes au rang. scène 3 : Quelques éléments : . Beaumarchais. par Figaro.Colère contre les privilèges dûs à la naissance et contre les injustices de la société . c’est l’inégalité de traitement devant la loi que dénonce Marcelline. constatent leurs liens de parenté : en l’occurrence. etc. Mais l’affabulation romanesque de Figaro va être détruit par la reconnaissance qui prend l’allure d’une désillusion et donc d’un retour au réel.Occasion de voir Figaro en pleine détresse : il est en plein désarroi. en dévoilant cet amour. Puis les révélations de Suzanne le plongent dans l’amertume et un quasimutisme. Les fâcheux projets du Comte se trouvent masqués par un climat de sensualité et de coquetterie heureuse entre les deux domestiques dont la connivence est soulignée par la fréquence des répliques liées et par les jeux de scènes amoureuses Acte III. l’obscurité. marqué par la brièveté soudaine de ses répliques. scène 16 : Il s’agit d’une scène de reconnaissance : des personnages qui s’étaient perdus de vue se retrouvent face à face et grâce à un signe ou un souvenir quelconques. Il revient sur sa vie qui lui semble ratée * Les thèmes importants L’amour : seul couple où le bonheur semble constant Figaro et Suzanne forment un couple heureux à travers toute la pièce. qui empêchent de la prendre trop au tragique.

mais les mensonges de Figaro et le trouble de la comtesse suffisent pour accroître ses soupçons. Une société qui méritait d'être ainsi bafouée et qui riait la première des coups de fouet qu'on lui cinglait si vertement était bien près de périr.net/litterature/52/656-le-mariage-de-figaro-beaumarchais-fiche-de-lecture 2iun. on y entend derrière la scène comme le grondement lointain de la Révolution qui se prépare. Chérubin a sauté par la fenêtre et c'est Suzanne qu'il trouve dans le cabinet. avec l'aide de Suzanne. son sang ne fait qu’un tour. Chérubin se trouve bien dans cette situation. et justement elle est en train de costumer en femme. il y a cette accusation selon laquelle les hommes auraient crée un système qui ne leur accorde que des faveurs à eux-mêmes. qui est un violent réquisitoire contre les hommes. Figaro. Suzanne manifeste aussi de la jalousie de manière impétueuse : lorsqu’elle voit Figaro dans les bras de Marcelline dans la scène 18 de l’acte III. la Comtesse occupe une place supérieure par opposition à Chérubin. pour défendre son bien. C'était jouer de malheur. car ils jouent le jeu de la galanterie. c’est le désir d’un homme mûr qui aime retrouver en ses maîtresses un stimulant. après avoir si bien manœuvré pour enlever Rosine au docteur Bartholo et la faire épouser au comte Almaviva. d'une opposition au mariage de Figaro. notamment envers sa femme qui craint ses réactions. comme c’est le cas pour Suzanne qu’il considère comme agaçante. Elle dénonce aussi le fait que les femmes non mariées ne peuvent pas prétendre à des métiers qui leur sont normalement réservés.baisers volés à sa fiancée. veut tâter à son tour du mariage et va épouser Suzanne. soupire après sa dame. Alors que chez ce dernier. Almaviva est déjà las de sa femme et lorgne en dessous la camériste. car la pauvre Rosine délaissée éprouve un doux penchant pour le page Chérubin. il se promet bien de donner gain de cause à Marceline. mais Beaumarchais en a tiré sans fatigue cinq actes bien remplis. Une comédie telle que « le Mariage de Figaro » ne pouvait qu'être grosse d'orages . On trouve aussi l’amour « courtois » entre la comtesse et Chérubin. manque de surprendre Chérubin et fait une scène effroyable. et des haines qui le poursuivirent après. qui réclame pour époux le trop . Le désir : Celui-ci se manifeste essentiellement chez le Comte et Chérubin. la Comtesse souffre davantage de ce qu’il lui inflige moralement. Suzanne parle aussi de la loi beaucoup plus rigide pour l’inconduite d’une femme que pour celle d’un homme. Mais Almaviva. mis en éveil par le billet. La jalousie : La jalousie chez le Comte reflète son orgueil. un certain badinage règne entre eux. le joli page. Mais leur amour est profond. en effet. faisant une allusion à sa propre situation et à la mauvaise foi de Bartholo qui l’a séduite et ensuite mise dans cette situation. Mais plus que sa brutalité. RÉSUMÉ DÉTAILLÉ Le sujet de la pièce est simple. tout l'esprit d'intrigue qu'il a mis jusque-là au service des amours de son maître. il se sent inférieur à la Comtesse et lui voue une admiration sans borne. pour donner de l'occupation au comte. et certainement la conception la plus forte de Beaumarchais. entre chez elle. qu'on ne peut s'étonner des difficultés sans nombre suscitées a l'auteur avant la représentation. Magré tout. la seconde partie de la trilogie qui se termine par la « Mère coupable ». 27 avril 1784). ne sachant pas encore que Marcelline est la mère de Figaro Le féminisme : C’est surtout le personnage de Marcelline qui en est la voix. C'est une suite du « Barbier de Séville ». comédie en cinq actes et en prose. ce grand seigneur blasé dans lequel Beaumarchais a personnifié tous les vices et tonte la légèreté de la noblesse française. et comme il doit connaître. de Beaumarchais (Comédie-Française. Elle se révolte contre la société qui jette l’opprobre sur les filles mères. Il se croit berné par Suzanne. se laisse envahir par ce sentiment et brutalise Gripe-Soleil le paysan. Il manque d'abord de tomber dans son propre piège. il n'imagine rien de mieux que de l'inquiéter sur la comtesse. http://lettresexperts. Enfin. Figaro va avoir à déployer. en sa qualité de juge féodal. Il y a moins de gaieté et d'insouciance que dans le « Barbier ». chez le Comte. qui comme le voulait la coutume. lorsque Almaviva. Figaro qui considérait la jalousie comme un « sot enfant de l’orgueil ou la maladie d’un fou ». le désir est celui d’un jeune garçon en pleine puberté. la camériste de la comtesse. mais l'audace des situations et la hardiesse des doctrines sont telles. UNE CÉLÈBRE CRITIQUE DE LA SOCIÉTÉ FRANÇAISE « Le Mariage de Figaro » ou « La Folle journée ». notamment lors de son monologue de la scène 16 de l’acte III. 19:17 Description "LE MARIAGE DE FIGARO". Mais elle le rend aussi très brutal.

par Louis XVI lui-même. Bien personnifié dans toute son horreur. qu'il prend pour Suzanne. de sorte qu'Almaviva croit bel et bien les surprendre en flagrant délit et il convie toute sa maison à témoigner de son déshonneur. La scène de l'audience est la satire la plus vive de ces justices provinciales qui existaient encore. qu'il croit être la comtesse. l'accueil bruyant que lui fit le vrai public. qui se fait reconnaître par l'adresse et la ruse. et. qui est la mieux tournée et la plus méchante : « Je vis hier. dit M. chaque acteur offre un vice. Beaumarchais n'avait fait de Figaro. Suzanne alors se fait reconnaître. c'est dans cette pièce qu'il lance ces mots si bien frappés qui sont encore aujourd'hui de la monnaie courante. triomphant de la police. ce n'est qu'une comédie. les grands seigneurs orgueilleux qui ne se sont « donné que la peine de naître » pour être plus que lui . les cabales des courtisans pour la faire tomber lui valurent le succès le plus extraordinaire. par la prestesse avec laquelle les deux interlocuteurs se renvoient le volant des saillies. la pièce circulait manuscrite et était connue de presque tout Paris avant d'avoir vu la rampe. » RÉCEPTION À LA PREMIÈRE REPRÉSENTATION La représentation du « Mariage de Figaro » fut tout un événement. qui font passer par-dessus les invraisemblances. et après s'être quelque peu abandonné au désespoir dans le monologue resté fameux qui ouvre le cinquième acte. par ce côté. Pendant que le comte Almaviva serre tendrement la taille de la comtesse. est un type achevé. a su revêtir ses personnages du caractère de son époque. Dès qu'elle eut été jouée. comme il voit le comte s'avancer vers eux. peu avant 1789. . des effets de scène très intéressants et très habilement amenés. Suzanne gagne le procès de Figaro en promettant pour le soir. la comtesse doit prendre sa mante et se faire courtiser incognito par son mari. Dans ce drame honteux. « Le Mariage de Figaro ». de bêtise et de suffisance. n'en est que plus caustique . « Figaro. qu'un type amusant. c'est presque un type politique. Quand il a reconnu le subterfuge. surprend la réponse du comte au billet de Suzanne. en attendant qu'il domine et impose sa volonté. Profanait des Français le spectacle enchanté. au fond des manoirs seigneuriaux et même un peu aussi la satire des tribunaux de toutes sortes. les juges ignorants et prévaricateurs. les calomniateurs à gages. de Loménie. Longtemps arrêtée par la censure. avec son amour de la forme et ses axiomes juridiques. et quel maître ! Figaro lutte avec la puissance de l'esprit. toujours vivant. plein de détails charmants. deux fois pris pour dupe dans le même moment. il l'arrache des griffes de son maître. L'extravagante nouveauté Qui. sans jamais le laisser tomber par terre. il y a de l'analyse philosophique même dans les parties où. Il y a dans l'action générale un entrain. il a été profondément original. Figaro commence à transporter sur la scène la satire du gouvernement. flagellée dans la personne du noble comte Almaviva. offre des aliments pour tous les goûts . au comte. dit M. est charpenté avec cette science de la scène qu'il faut admirer dans Beaumarchais. assiste et prend part lui-même à l'amusant imbroglio qui dénoue la pièce. du fond d'une coulisse. Ce n'est plus la peinture générale des vices et des défauts de l'espèce humaine. et le grand seigneur. vivement rendus. un rendez-vous sous les grands marronniers . les avocats bavards et insolents. qui s'était mêlé aux hommes et aux choses du XVIIIe siècle. mieux que « le Barbier ». nous choisirons celle-ci. Parmi le nombre incalculable d'épigrammes haineuses que son chef-d’œuvre valut à Beaumarchais. il défend sa fiancée contre la séduction avec un noble courage. Almaviva est lui-même un peu vieilli. Figaro raconte ses chagrins à Suzanne. qui la trouvait détestable.galant barbier. mais modifiés. « le Mariage de Figaro ». il y a des traits de caractère bien sentis et. Mais Figaro. il avait seulement personnifié en lui l'esprit de ressources et d'intrigue. il se met à genoux devant la fausse comtesse et lui baise la main. est un impitoyable frondeur. il n'épargne pas les « Basiles ». Le juge Brid'oison. Beaumarchais n'avait pas le dédain de ces esprits trop délicats qui répugnent à se servir de certains moyens . un dialogue peu châtié parfois ou prétentieux. Beaumarchais. c'est le tableau des abus et des torts de la société française. un brio empruntés à la comédie espagnole. Il y a là de l'Aristophane. hostile aux puissants. Figaro frappe de tous les côtés. qui a pris de l'âge aussi. les courtisans avides. à qui l'on a caché l'intrigue. et il ne se trompait guère ! » Tous les types du « Barbier de Séville se retrouvent dans la pièce. mais souvent attrayant pour les esprits même les plus difficiles. Figaro. Dans « le Mariage ». la philosophie prend des allures de Polichinelle. laisse à Figaro et à Suzanne tous les honneurs de « cette folle journée ». dans « le Barbier ». INSPIRATIONS ET MISE EN SCÈNE Comme « le Barbier ». Bartholo et Basile sont passés à l'état de ganaches. Lucas. comme dit Sedaine dans une lettre à Beaumarchais. c'est le peuple bien appris de ses droits. tout lui était bon : il voyait dans le public assemblé un grand enfant qui ne demande qu'à rire. Il y a enfin des parties de grosse gaieté et de charge qui ne sont pas celles qui ont le moins de succès. mais Figaro. H. et dont le style étincelle d'esprit.

» Ce qui peint à merveille l'époque. l'adultère. puis « Les Deux Amis » en 1770. Fanchette. une comédie comme Le Mariage de Figaro (1784) qui annonce la Révolution de 1789 et qui garde toute son actualité. le drôle à son patron Si scandaleusement ressemble. il se rapproche de la Cour à partir de 1759 en enseignant la harpe aux filles de Louis XV. notamment ceux de Voltaire) et écrit ses premières pièces : « Eugénie » en 1767.devoir-de-philosophie. il vend des armes et envoie une flotte privée pour soutenir les indépendantistes aux Etats-Unis d’Amérique.patrimoine. « Le Barbier de Séville » lui . L’innocente est bien apprivoisée. et ils plaidèrent chaleureusement pour la représentation publique. tout brûlant d'amour.Bartholo nous peint l'avarice . Mais pour voir à la fin tous les vices ensemble. qui n’obtiennent pas un vif succès. Paris.html Biographie Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais. le comte de Vaudreuil et les Polignac étaient les plus ardents défenseurs du « Mariage de Figaro » qu'ils firent jouer secrètement sur le théâtre des Menus-Plaisirs. il multiplie les bonnes actions en tout genre (il entreprend la publication d’ouvrages censurés. Beaumarchais est régulièrement chargé de missions secrètes par le roi . quelles mœurs cette intrigue rassemble ! Pour l'esprit de l'ouvrage. Administration du grand dictionnaire universel. Tome X. pour bien dire. un fieffé libertin Protégé par Suzon.. né le 24 janvier 1732 à Paris. il est envoyé à Londres pour récupérer des documents secrets. le suborneur. Le parterre en chorus à demandé l'auteur. et l’année suivante. Basile un calomniateur. Et Double-main. 1183-1184.html 2iun. en 1775. Horloger brillant. pp. Et. fille plus que rusée. Et quant à Figaro. est un célèbre écrivain et homme d’affaire français du Siècle des Lumières. Quel bon ton. Marceline est une mégère.com/dissertation-pas-oeuvreslitteraires-dit-critique-contemporain-qui-vieillissent-aussi-vitecomedi-50310. le gentil Chérubin Est.. http://www. À cette époque.com/la-folle-journee-ou-le-mariage-de-figaro-comedie-en-cinq-actes-debeaumarchais-beaumarchais-pierre-augustin-caron-de-1732-1799-ark-12148-bpt6k5567683c. c'est que Marie-Antoinette. un plat voleur. 19:21 Source : Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle par Pierre Larousse. Prenant aussi sa part du page. il est chez Brid'oison. 1866. http://www. Sa tendre moitié. Almaviva. Cette comédie était le premier acte de la Révolution française. favori De la dame et de son mari. Il est si frappant qu'il fait peur.edilivre.

en vous appuyant sur les textes étudiés et sur vos lectures personnelles et votre expérience de spectateur.patrimoine. Beaumarchais en prend la défense.12 il ne fait pas la critique des avares mais d'1 fonctionnement global. . mais est discrédité par de sinistres affaires qui le contraignent à l’exil. selon vous. Dans sa préface Beaumarchais entreprend de monter la profonde moralité de sa pièce qui d'après lui ne serait choquante que pour les nobles manquant de vêtu mais pour ceux dont le comportement serait à la hauteur de leurs naissance. "Oh.31. Alors qu’il compose ses mémoires. l. http://www. MARIAGE DE FIGARO : EXTRAIT DE LA PRÉFACE Fil directeur : La défense que fait Beaumarchais de sa pièce en set aussi une explication. Distance / à 1 situation réel l. Les comportements des gens de la tragédie ne font pas parti des moeurs de l'époque . Le théâtre est-il.com/la-folle-journee-ou-le-mariage-de-figaro-comedie-en-cinq-actes-debeaumarchais-beaumarchais-pierre-augustin-caron-de-1732-1799-ark-12148-bpt6k5567683c. il se rallie étroitement à la Révolution.Ce sont des valeurs abstraites qui sont représentés.. mais c’est en 1784 qu’il obtient l’ultime consécration avec « le Mariage de Figaro ».Beaumarchais se fait critique littéraire .confère une certaine notoriété. En 1790. en effet la pièce avait été écrite 4 ans auparavant mais interdite de représentation par Louis XVI qui trouvait trop audacieux la critique des grands. Il retourne à Paris en 1796. Les caractéristiques qu'il souligne marqués par distance. le fonctionnement comique et la manière dont les 2 sont liés. I La revendication d'1 critique de la société qui reviens en fait à une critique des grands.=ex hypothétique. B-Beaumarchais fait la critique d'1 fonctionnement social global.ce n'est pas 1 instrument de critique. INTRODUCTION: En 1784. distance prise / à ses phénomènes là.ça représente en rien la société qui est la sienne. l. = implication à contrario: le mariage de Figaro est proche de nos moeurs mais au contraire loin de la tragédie. pour lui . où il meurt injustement oublié de la masse le 18 mai 1799.sanguinaire" = il ne l'a pas fait .edilivre.à l'occasion de la 1re représentation du Mariage de Figaro.html Critiques literaires : Dans la préface du Mariage de Figaro. pour lui le ressort comique du Mariage de Figaro est cette lutte sur pied d'égalité menant à l'humiliation du maître qui comme mérite son châtiment .on ne peut pas critiquer par la tragédie.cette tragédie est marqué par sa distance / à ces moeurs .. un lieu propice à une telle critique ?Vous y répondrez dans un développement argumenté.26:tragédie bien sanguinaire. Dans le passage étudié Beaumarchais explique précisément les visés de sa pièce. A-L'importance de la critique d'1 état contemporain la société. l. Beaumarchais affirme avoir construit sa pièce « de façon à y faire entrer la critique d'une foule d'abus qui désolent la société ».31:général d'armée =généralité.

à l'occasion de la 1re représentation du Mariage de Figaro. Les grands montent l'ex. Les nobles sont incapables de voir que leurs vices sont semblables au peuple.pour Beaumarchais les mauvais comportements des membres de la société s'explique par mauvais comportement de ce qui reigne.la modestie est 1 grand effort.Ce sont des valeurs abstraites qui sont représentés. La prostitution montre une société corrompus. Les nobles sont incapables de reconnaître leurs vices.. C'est surtout au denier § qu'on voit qu'il s'intéresse au comportement social l.société". 1-L'arogance des nobles :l.. Là il se différencie de Molière ...il s'intéresse au collectif. A-L'importance de la critique d'1 état contemporain la société.46-47 "j'en ..humour de la critique .26:tragédie bien sanguinaire. "Oh.ts ceux dont il a la responsabilité est corrompus = image d'1 royaume corrompus par ceux qui la gouverne. la vertu des membres vient des grands. Les aristocrates manquent de modestie.fait" il n'implique pas les nobles n'ont pas les même vices que les peuples. en effet la pièce avait été écrite 4 ans auparavant mais interdite de représentation par Louis XVI qui trouvait trop audacieux la critique des grands. I La revendication d'1 critique de la société qui reviens en fait à une critique des grands. le fonctionnement comique et la manière dont les 2 sont liés. 2-Le trop du pouvoir du comte:l.. l.=ex hypothétique. INTRODUCTION: En 1784.. l. C-L'abus des grands revient à dire que les grands on trop de pouvoir. D'après Beaumarchais.4-10 "un . Dans le passage étudié Beaumarchais explique précisément les visés de sa pièce.50-53 "Voulant .raison" = repose sur le double sens de "noble effort =c'est 1 grand effort.modestement.l. ... Beaumarchais en prend la défense.ça représente en rien la société qui est la sienne. distance prise / à ses phénomènes là. l.31....cette tragédie est marqué par sa distance / à ces moeurs .76-78 = le comportement "vicieux" du seigneur corrompt tt la société . Distance / à 1 situation réel l. Les caractéristiques qu'il souligne marqués par distance.sanguinaire" = il ne l'a pas fait .17 "a.31:général d'armée =généralité.plus" Le Comte:-->grand seigneur n du maître qui comme mérite son châtiment . Dans sa préface Beaumarchais entreprend de monter la profonde moralité de sa pièce qui d'après lui ne serait choquante que pour les nobles manquant de vêtu mais pour ceux dont le comportement serait à la hauteur de leurs naissance. Il ne s'intéresse pas au comportement individuel mais social.

ts ceux dont il a la responsabilité est corrompus = image d'1 royaume corrompus par ceux qui la gouverne.. l.= implication à contrario: le mariage de Figaro est proche de nos moeurs mais au contraire loin de la tragédie.. Les comportements des gens de la tragédie ne font pas parti des moeurs de l'époque ..plus" Le Comte:-->grand seigneur -->maître absolu -->tt puissant.ce n'est pas 1 instrument de critique. La prostitution montre une société corrompus. pour lui .Sa critique social d'1 état véritable de sa société.fait" il n'implique pas les nobles n'ont pas les même vices que les peuples. D'après Beaumarchais. Les aristocrates manquent de modestie. Il ne s'intéresse pas au comportement individuel mais social.40-42 : Beaumarchais pratique une fausse distanciation avec le sujet "Ce tps là"= 2 fois en apparence il prend distance / aux tps de sa pièce . l. C-L'abus des grands revient à dire que les grands on trop de pouvoir..4-10 "un .. ce qu'il possède:-->ramps -->fortune -->prodigalité .la modestie est 1 grand effort.50-53 "Voulant ..il s'intéresse au collectif.société".on ne peut pas critiquer par la tragédie. Les grands montent l'ex.Beaumarchais se fait critique littéraire .la pièce est situé dans un tps bien spécifique contemporain de Beaumarchais . l..pour Beaumarchais les mauvais comportements des membres de la société s'explique par mauvais comportement de ce qui reigne. Là il se différencie de Molière . B-Beaumarchais fait la critique d'1 fonctionnement social global. la vertu des membres vient des grands. 1-L'arogance des nobles :l..humour de la critique .modestement.12 il ne fait pas la critique des avares mais d'1 fonctionnement global.76-78 = le comportement "vicieux" du seigneur corrompt tt la société ..raison" = repose sur le double sens de "noble effort =c'est 1 grand effort. Les nobles sont incapables de reconnaître leurs vices. l..17 "a. 2-Le trop du pouvoir du comte:l. C'est surtout au denier § qu'on voit qu'il s'intéresse au comportement social l. Les nobles sont incapables de voir que leurs vices sont semblables au peuple. l.46-47 "j'en .45 "j'en vois bcp d'ici" on rapproche seigneurs qui étaient loin .

.. effet comique.on joute et pour 1 fois ce sont les socialement faible qui humilie les forts cependant ce monde fantaisiste n'est pas détaché de faire la critique du disfonctionnement réel dû à 1 trop grand pouvoir aristocratique. Fantasme dangereux compte tenu du milieu social de Beaumarchais.Il est opposé à la fiancée. Image de qqun qui se couche devant qqun =image d'huliation l.sensible".opposé". . l.69 confrontation. l.Figaro. L'analyse du rapport entre maîtres et valets devient donc 1 puissant moyen de dénonciation politique.79 "Doit . Pour lui c'est ce que fait sa pièce est comique on badine . l. II Le ressort comique de la pièce lié à cette critique.67-68 "Il. "Le mariage de Figaro"est 1 fantasme dans lequel le valet voudrait humilier le Comte Fantasme que les valets gagnent.54-55:Ce défaut particulier du Comte ne fait aucun effet comique .l.Galanterie du Comte = vouloir Suzanne.image de rivalité guerrière dans laquelle les 2 hommes sont =.est obligé. l...75:"assez vicieux": galanterie devient vice. CONCLUSION: Ainsi Beaumarchais crée 1 monde théâtrale dans lequel les valets peuvent se battrent avec un pieds d'égalité avec les maîtres.55 "jouter".. l. l.Entre "Barbier de Séville" et "Mariage de figaro"..61-63 :même principe "Ainsi.44: être galant :qqun qui flirte=galanterie = libertinage ..54"escrime". le Comte a tt pour lui = accumulation=> déséquilibre en faveur du Comte .. Humiliationn réponse à l'arrogance du Comte l. Cette bataille entre Comte et Figaro qui amuse "le jeu plaisant d'intrigue" l.renversement final.jeu" on voit un genre de déséquilibre en faveur du Comte par accumulation.valet" Le comte devient bouffon ..Comtesse Beaumarchais pratique procédé d'accumulation. A-Le comique de la pièce est lié au personnage de Figaro et non pas à la galanterie du seigneur l.66 La gaîté est dans l'opposition l. B-Le but de cette rivalité est l'huliation du comte. figaro a évolué il n'est plus bouffon.66 Accumulation le Comte est réduit =humiliation du Comte. c'est qqun qui pèse il a trop d'atouts.56 "véritable Figaro" = l'opposition se fait dans la gaîté = oxymore "gaiement . Figaro personnage qui se bat .

cette pièce est un feu d’artifice. mon vieil amour secret ! Ces figures de révolutionnaires me fascinent. 122] . une vraieFolle journée. Le Comte Almaviva incarne le parfait imbécile bien né et macho. la confiance est pesée. Son couple avec Suzanne est en d’autant plus frais et pétillant ! Pendant que les scènes s’enchaînent. Si l’abus du pouvoir et les corruptions de la justice sont dénoncés. (Zatoun peut dormir tranquille…) Aah. pourtant.multimania. des procès. Même s’il semblerait que j’aurais dû commencer par Le barbier de Séville pour comprendre quelques allusions. Wolfgang. Mais c’est sans compter Bazile. est une merveille qui répond aux critiques d’une façon un peu mordante comme je les aime. La préface de Beaumarchais. En donnant la parole aux trois femmes de la pièce. Beaumarchais fouette aussi fortement la condition de la femme à cette époque. Tandis que Figaro (valet de chambre du Comte Almaviva) et Suzanne (première camariste de la comtesse) s’apprêtent à se marier. ça fait jaser les seigneurs. je découvre Beaumarchais ! Une évidence. Et puis c’est l’amour. bien sûr. pédant. réfléchie . de la nature et du sentiment ». on veut désormais du vraisemblable. que dit le sagesse des nations ? Tant va la cruche à l’eau. Il faut aussi mentionner la langue. ma lecture était accompagnée de Le Nozze di Figaro.%20extrait %20preface. d’abord. l’ironie est parfois maîtresse des situations. Ensuite. les genres littéraires changent de public et les auteurs changent alors de principes.http://membres. Pas si bête. toute sorte d’abus. en s’en allant. Le siècle des Lumières souffle son vent de philosophie et comme madame Giovanna Trisolini le dit très bien dans sa superbe introduction. assumées sans être amères. mon bonheur est complet. amène une certaine joie de vivre.fr/chewif/phpversion/txt/beaumarchais/Mariage%20de%20Figaro%20. pas si bête ! [P. l’intolérance. ce qui n’a bien sûr pas manqué de créer un scandale à l’époque. dès que les petites gens et les femmes se mettent à vouloir détourner les abus pour retrouver leurs droits. subtile et compliqué. les attaques sont semées. qu’à la fin… BAZILE. Beaumarchais atteint ses cibles une par une. on veut la vie quotidienne sur les planches. Elle s’emplit ! FIGARO. qui se trouve être au centre de la pièce. délicieuse ! Qu’on ait accusé Beaumarchais d’immoralité à cause du langage et des situations de sa pièce me fait sourire aujourd’hui. hardie et drôle ! Quelques extraits FIGARO. des cachoteries… A l’aube de la Révolution française. Au 18ème siècle (la première représentation du Mariage de Figaro date de 1784). à aller contre son bon-vouloir. Quant au lecteur/spectateur. L’amour et la tromperie. Figaro apprend que le comte a l’intention de les marier pour faire de Suzanne sa maîtresse. qui veut épouser Marceline ! S’ensuivent des complots à l’intérieur des complots.fr/Ressources/7/FR10/AL7FR10TEPA0111-Sequence-03. Car par leurs pièces. L’amour qui inspire autant la douce poésie que la sourde fourberie. Derrière cette drôlerie. au nom de la raison. qui ne constituent plus une élite. Evidemment. les auteurs influencent les valeurs morales des spectateurs. Car le vil tentateur n’est autre que Mozart. 19: 58 !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Enfin. cette fois.html !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! mportant de folosit http://www. pour notre plus grand bonheur ! Voilà une découverte intéressante que cette très belle pièce.pdf 2 iun. « Ce nouveau “théâtre” dénonce finalement l’inégalité sociale.academie-en-ligne. des complots voient le jour. un côté rebelle tout en ayant passé le stade du jeune fou. des leurres. l’opéra de Mozart adapté de la pièce : une autre merveille. qui au final devient tout à fait risible tant les personnages autour tendent à le tourner en bourrique. Ah ! voilà notre imbécile avec ses vieux proverbes ! Eh ! bien. Le personnage de Figaro. qui deviennent moralisatrices. il apprend que Marceline (femme de charge) attend de Bartholo (le médecin) qu’il l’aide à briser l’engagement de Figaro envers Suzanne pour pouvoir l’épouser. Au théâtre. il les met au cœur de celle-ci en dénonçant leur assujettissement.

madame. les protestations de buveurs. LA COMTESSE.FIGARO. Boire sans soif et faire l’amour en tout temps.L’utilisation de ce texte comme document introductif. sans oser les divulguer : car toute vérité n’est pas bonne à dire . et qu’anciens petits mensonges assez mal plantés ont produit de grosses. 162] FIGARO. 14 . grosses vérités. a. Et si je ne buvais pas. 149] LE COMTE. [P. Mais en prendre ainsi sans besoin… ANTONIO. Cette séance sur la France en crise dans les années 1780 a donc débuté par l’extrait d’œuvre de Beaumarchais : « Le mariage de Figaro ». crise financière…) dans ces années là est primordial. Il faut ici que l’élève comprenne que Beaumarchais écrit certes une pièce de théâtre mais en profite aussi pour critiquer la société dans laquelle il vit. il n’y a que ça qui nous distingue des autres bêtes. il s’agissait de montrer qu’il existe de l’histoire dans un texte fictionnel. on en a de mille espèces.com/2011/01/18/le-mariage-de-figaro-beaumarchais/ « Le mariage de Figaro » ou la contestation de l’ancien régime. et celles qu’on vante. b. [P. [P. cela ne finit pas. En effet. C’est qu’ils n’ont point de valets pour les y aider. le dernier mot de nos marchands. Le second objectif touche directement au texte utilisé : « Le mariage de Figaro » de Beaumarchais. Les élèves ne furent pas surpris par l’utilisation d’un texte pour introduire la leçon parce qu’ils sont tout d’abord habitués à cet exercice puis parce que ce fut la troisième séance en quelques semaines où le texte littéraire de fiction étaitt utilisé. L’objectif premier de cette séance est d’identifier l’état de la France dans les années 1780 afin de poser les bases de la séquence suivante : la révolution française. sans y ajouter foi : car toute vérité n’est pas bonne à croire . je deviendrais enragé. Il n’y a que mon amour pour Suzon qui soit une vérité de bon aloi. Ainsi notre intérêt va se porter essentiellement sur ce document introductif et non sur le corps même de la leçon 14 . 190-191] http://morgouille. Montrer cela doit amener les élèves à ce questionner sur les conditions de vie à l’époque d’écriture de cette œuvre. ce dernier est utilisé en tant que document introductif.wordpress. Mais à la différence des autres textes. les promesses des gens en place. Les domestiques ici… sont plus longs à s’habiller que les maîtres ! FIGARO. Depuis qu’on a remarqué qu’avec le temps vieilles folies deviennent sagesse.Objectifs de la séance. Comme à chaque fois. Ce choix est le fait d’un désir d’expérimentation afin de répondre à notre problématique : comment utiliser le texte littéraire de fiction en histoire ? L’extrait de L’œuvre « Le mariage de Figaro » introduit le thème de la contestation de la société d’ancien régime en critiquant des privilèges octroyés mais non justifiés. Tu boiras donc toujours ? ANTONIO. les menaces des mères. Et celles qu’on sait. et les serments passionnés. montrer les maux du royaume de France (baisse des récoltes.

les élèves l’ont souvent fait sans que le professeur ne les encourage. . après avoir énoncé la critique de Figaro. une mise en rapport avec le document introductif peut être intéressant pour la compréhension.Annexe 3. un petit questionnement sur les motivations de telles paroles a suffit pour amener la question bien sûr reformulée par le professeur : quel est l’état de la France dans les années 1780 ? Enfin. ?? En second lieu. Par exemple. Evidemment si tout cela à été relativement facile à réaliser c’est parce que ils ont pris l’habitude d’utiliser ce support documentaire mais aussi parce qu’ils avaient saisi le phénomène de remise en cause de l’absolutisme et de la société d’ancien régime. autrement dit la critique de sa société par sa pièce de théâtre.226 Comme pour tout document. Pour ce faire nous sommes partis d’un jeu de questions et de réponses très proches du texte puis les élèves ont tenté de transposer la critique envers « monsieur le comte » à l’ensemble de la société. quand nous étudions le document 1 16 . Il existe ici deux grandes difficultés : ?? En premier lieu. le texte est présenté par les élèves. Les élèves saisirent rapidement le propos de Figaro à l’encontre de la noblesse et n’eurent aucun mal à transposer cela en une critique de la société d’ancien régime. elle a été relativement facile à résoudre. des références au texte de Beaumarchais furent réalisées tout au long de la séance. Pour remédier à la première difficulté. D’ailleurs. puis lu par l’un d’entre eux et enfin. En effet. les problèmes de vocabulaire sont abordés. permettre à l’élève de comprendre la subtilité du propos de Beaumarchais . En ce qui concerne la seconde difficulté. un questionnement fut mis en place afin de permettre aux élèves de comprendre la critique de l’auteur 15 . utiliser le phénomène observé pour que les élèves introduisent la question du jour.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful