1946-1956 – INDOCHINE

Le CLI – 5ème RIC va jouer un rôle très important dans les opérations de dégagement de Saigon en octobre 1945 en liaison avec les éléments du groupement de marche de la 2° DB avant d'être engagé au Cambodge, en Cochinchine et au Sud-Annam. Les contraintes tactiques vont ensuite le faire éclater, le transformant progressivement en une simple formation administrative au printemps 1946 avant sa dissolution le 30 juin 1946. Dans l'intervalle, les Britanniques avaient mis sur pied la Force 136 dépendant du South-Fast-Asia Command, lui-même placé sous le commandement de l'amiral Mountbatten. Cette Force 136 comprend une section française dont le service Action est dirigé par le lieutenant-colonel de Crèvecœur et qui est la branche asiatique du "Subversive Opération Executive "anglais.
A partir du 21 décembre 1944, trois petits détachements (G.AU.R.S) de cadres sont parachutés dans la plaine des Jarres. Le premier composé de 11 officiers et sous-officiers, est commandé par le capitaine AYROLLES. D'autres détachements semblables (Dont le G.A.U.R "K" du Capitaine CORTADELLAS le 17-09-45 à DIEN BIEN PHU pour sauver la colonne ALLESSENDRI après une marche de 800 kms jusqu'en CHINE, fuyant les JAPONAIS) vont être largués sur la rivière Noire en mars 1945 et la compagnie B du CLI – 5ème RIC près de Vientiane en septembre 1945. Pendant ce temps, en France, le 2ème régiment de chasseurs parachutistes SAS est passé sous le commandement du lieutenant-colonel Paris de Bollardière qui veut poursuivre le combat en Indochine. Pour sa part, le général Leclerc a sollicité l'envoi d'un groupe de bataillons parachutistes. La mise sur pied du premier d'entre eux est décidée en novembre 1945 et le chef de corps du 2ème RCP n'a aucun mal à trouver les volontaires pour former la 1ere Demi-brigade de parachutistes SAS dont le 1er bataillon débarque à Saigon le 27 février 1946. Le deuxième va suivre et la 1ere Demi-brigade fournira les détachements parachutés au Laos, au Cambodge et au Tonkin où ils prendront une part active au dégagement du port de Haïphong et à la libération de Nam-Dinh ou le 6ème RIC sera encerclé par les Viets du 19 décembre 1946 au11 mars 1947. Début 1947, la réorganisation de l'armée de terre et la mise sur pied de la 25° division aéroportée, entraînent la dissolution du 2° régiment de chasseurs parachutistes SAS dont le drapeau est confié à la 1ere demi-brigade de parachutistes SAS alors en Indochine. De son côté le général Landouzy, alors directeur des troupes coloniales, se préoccupe de la relève de la demi-brigade. Le 1er février 1947 il crée le 5ème bataillon parachutiste de l'infanterie coloniale qui sera formé à Tarbes et placé sous le commandement du capitaine Dupuis. Cet officier, ancien du bataillon de tirailleurs montagnards du Sud-Annam, a participé à la guerre 1939-40 en qualité d'observateur aérien. Il a été deux fois abattu par la chasse allemande, avant de prendre une part active à la Résistance et de rejoindre en Indochine le commando PONCHARDIER. Le bataillon qui s'est vu confier la garde du drapeau du 5ème RIC assure la continuité avec la demi-brigade SAS dont il a reçu une partie des cadres à leur retour d'Indochine. Il devient l'élément de base de tout le système des bataillons paras envoyés outre-mer. Le 23 juin 1947, il met sur pied un détachement de 700 hommes qui embarque en octobre sous le commandement du capitaine Dupuis et qui deviendra le 2ème bataillon de la demi-brigade à son arrivée en Indochine le 15 novembre 1947. Le 13 août 1947, l'état-major des armées décide la création de la demi-brigade coloniale de commandos parachutistes qui se formera à Vannes à compter du 1er octobre sous le commandement du colonel Massu. Le principe adopté consiste à former toutes les unités dans le même moule : le bataillon de commandement est installé à Vannes-Meucon avec sa compagnie d'instruction, pour ne donner leur vie propre aux bataillons que lors de leur affectation outre-mer. A la fin du premier semestre 1948, l'organisation des parachutistes coloniaux présente sa forme presque définitive. Une demi-brigade est définitivement stationnée en métropole, la 1ere DBCCP et détient le drapeau du 2ème RCP (SAS) et une autre demi-brigade est définitivement stationnée en Indochine avec le drapeau du 5ème RIC Quant aux bataillons, leur ordre est le suivant : -1er BCCP (capitaine Ducasse) : Indochine, en instance de rapatriement; -2ème BCCP (commandant Dupuis, tué en septembre 1948 puis capitaine Trinquier) : Indochine, rapatriable en novembre 1949; -3ème BCCP (commandant AYROLLES) : embarquement prévu fin septembre 1948; -4ème BCCP (capitaine Ducasse) : à créer début 1949; -5ème BCCP (commandant Grail) : parti le 5 juin pour l'Indochine; - 6ème BCCP (commandant Vernières) : embarquement prévu début 1949 Au cours de la guerre d'Indochine les 1er 2°, 3° ,4°, 5°, 6°, 7° et 8° B.P.C vont ainsi se succéder là-bas, certains d'entre eux effectuant plusieurs séjours après remise sur pied en métropole à l'issue de chacun d'eux. Plus tard sera inaugurée à Meucon, une stèle à la mémoire des 3.600 parachutistes de la 1ere demibrigade coloniale de commandos parachutistes tués à l'ennemi en Indochine de 1946 à 1954. Sans oublier nos amis des unités B.P.V.N restées sur place après le départ de l'Armée Française… (C'est un bien mauvais souvenir) Dans les autres territoires d'outre-mer, rien n'est encore définitivement arrêté à l'époque mais sont prévus : - en AEF : un groupe de commandos; - en AOF : un bataillon de commandos à 3 groupes; - à Madagascar : un groupe de commandos

C.P.I.Ma

4ème B.C.C.P

G.C.P.M

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful