ÉVALUATION DES RISQUES

SOCIÉTÉ EEC 68, COURS ALBERT THOMAS 69 371 – LYON CEDEX 08

CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE
- DÉCRET N°2001 – 1016 DU 5 NOVEMBRE 2001 PORTANT CRÉATION D’UN DOCUMENT RELATIF À L’ÉVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DES TRAVAILLEURS, PRÉVUE PAR L’ARTICLE L. 230-2 DU CODE DU TRAVAIL - CIRCULAIRE N°6 DRT DU 18 AVRIL 2002 PRISE POUR APPLICATION DU DÉCRET N°2001 – 1016 DU 5 NOVEMBRE 2001 PORTANT CRÉATION D’UN DOCUMENT RELATIF À L’ÉVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DES TRAVAILLEURS, PRÉVUE PAR L’ARTICLE L. 230-2 DU CODE DU TRAVAIL

DATE DE L’ÉTUDE : DÉCEMBRE 2002

SOMMAIRE
PRÉSENTATION DE LA SOCIÉTÉ ET DES ACTIVITÉS____________________________________3 1.1. - DESCRIPTION SUCCINCTE DE LA SOCIÉTÉ __________________________________3 1.2. - DESCRIPTION DES POSTES ET ACTIVITÉS___________________________________3 RAPPORT D’ÉVALUATION DES RISQUES __________________________________________4 2.1. – RAPPEL DU CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE___________________________________4 2.2. – MÉTHODOLOGIE D’ANALYSE___________________________________________4 CONCEPTION DES LOCAUX ET DES POSTES DE TRAVAIL_________________________________9 3.1. - PRÉSENTATION DES LOCAUX ET DES POSTES DE TRAVAIL_________________________9 3.2. - FACTEURS DE RISQUES_____________________________________________14 3.3. - ÉVALUATION DES FACTEURS DE RISQUES__________________________________14 FACTEURS DE RISQUE INHÉRENTS AUX ACTIVITÉS___________________________________25 4.1. - FACTEURS DE RISQUES_____________________________________________25 4.3. - ÉVALUATION DES FACTEURS DE RISQUES__________________________________25 CONCLUSION SUR LES RISQUES/NUISANCES/GÊNES __________________________________28

PRÉSENTATION DE LA SOCIÉTÉ ET DES ACTIVITÉS
1.1. - DESCRIPTION SUCCINCTE DE LA SOCIÉTÉ EEC est une société de conseil créée en 1987, spécialisée dans les domaines de l’environnement et la sécurité. La société compte un effectif de 11 personnes à l’heure actuelle, réparties comme suit :     Directeur Manager Consultant Assistante : : : : 1 personne 2 personnes 7 personnes 1 personne

La société est installée au 68, cours Albert Thomas (Lyon – 8ème arrondissement).. 1.2. - DESCRIPTION DES POSTES ET ACTIVITÉS L’activité de la société se découpe en quatre fonctions :     Le Directeur Les Managers Les Consultants L’Assistante

Le Directeur et les Managers assurent notamment les fonctions représentatives de l’activité commerciale de la société et de suivi logistique des consultants en activité pour un client. Pour assurer ces missions, les Directeur et Managers sont fréquemment amenés à effectuer des déplacements sur les sites. Ces déplacements peuvent être effectués soit par le biais de voitures ou par l’utilisation des transports en commun. L’activité des consultants porte sur la réalisation technique des prestations issues des demandes des clients. Dans le cadre de cette activité et de manière similaire à l’activité des managers et directeur, les consultants sont amenés à effectuer des déplacements sur site. L’activité des consultants, managers et directeur est donc partagée entre un temps de présence au sein des locaux d’EEC et une présence sur les sites des clients de la société. L’activité de l’assistante est basée entièrement au sein des locaux d’EEC. Les missions inhérentes à sa fonction sont d’assurer le support et suivi des aspects logistique, financier et humain inhérents aux missions chez EEC, en collaboration directe avec les consultants, managers et directeur.

© EEC – Document unique

• Page 3 sur 30 •

UV - 13/01/200909 – EEC

RAPPORT D’ÉVALUATION DES RISQUES
2.1. – RAPPEL DU CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE Le décret n°2001-1016 du 5 novembre 2001 portant création d’un document unique relatif à l’élaboration des risques pour la santé et la sécurité des travailleurs, prévue par l’article L. 230-2 du Code du Travail et modifiant le Code du Travail a été publié au Journal Officiel le 7 novembre 2001. Ce texte crée un nouvel article R2 230-2 dans le Code du Travail afin d’instituer un document unique dans lequel l’employeur doit transcrire et mettre à jour les résultats de l’évaluation des risques pour la santé des travailleurs à laquelle il doit procéder en application du paragraphe III (a) de l’article L. 230-2 de ce même Code. Ce document sert à matérialiser l’évaluation à priori des risques qui incombe à l’employeur depuis la loi n° 91-1414 du 31 décembre 1991 (article L. 230-2 du Code du Travail). Les résultats de l’évaluation des risques doivent figurer dans le document unique ainsi qu’un inventaire des risques identifiés dans chaque unité de travail de la société. 2.2. – MÉTHODOLOGIE D’ANALYSE 2.2.1. - DÉFINITIONS ET CONCEPTS USUELS  L’expression « Situation de Travail » fait référence à tous les aspects physiques, organisationnels, psychologiques, sociaux de la vie au travail, qui sont susceptibles d’avoir une influence sur la santé et le bien être des salariés. Cette expression englobe un champ plus large que les expressions « conditions de travail » ou « poste de travail » qui font référence de manière restrictive aux facteurs d’ambiance (bruit, chaleur, énergie …) ou aux dimensions, espaces … Sont appelés « Facteur de Risque », « Danger » ou « Nuisance », tous les aspects d’une situation de travail ayant la propriété ou la capacité d’occasionner un dommage. Ces facteurs peuvent être relatifs à : o La sécurité o La santé physiologique o La santé psychosociale  « Exposition » : Un facteur de risque n’existe que dans la mesure ou le salarié y est exposé.

© EEC – Document unique

• Page 4 sur 30 •

UV - 13/01/200909 – EEC

Les définitions des termes « Facteur de Risque », « Danger » et « Nuisances » font référence à un dommage, c’est à dire à un effet négatif d’une certaine gravité. Il peut s’agir de : o Lésions physiques o Maladies professionnelles o Problèmes psychosociaux o Problèmes d’inconfort

Le dommage pouvant potentiellement être engendré consécutivement à une exposition à un ou plusieurs facteurs de risques est ensuite évalué en fonction de sa « Gravité ».  Le caractère d’ « Acceptabilité des Risques » est une notion définie en fonction des résultats et des quantifications des critères du risque.

Les législations ne définissent pas de manière précise les seuils de tolérance et d’acceptabilité à l’égard des risques. Le caractère acceptable ou non des risques est donc apprécié en fonction du risque lui-même et de l’activité attachée à ce dernier. Dans le cadre de la présente analyse des risques, trois niveaux d’acceptabilité des risques ont été définis : o Risque Inacceptable : améliorations à porter immédiatement o Risque Acceptable Réductible : améliorations à envisager pour améliorer la maîtrise du risque o Risque Acceptable Irréductible : maîtrise du risque très bonne 2.2.2. – RAPPORT D’ÉVALUATION DES RISQUES L’analyse des risques effectuée au sein des locaux d’EEC et présentée dans ce présent document a été établie à partir de la méthodologie de travail et de réflexion propre à EEC. Cette démarche comprend une réflexion sur deux échelles :   Le découpage fonctionnel de l’activité de la société et l’analyse pour chaque poste identifié, L’analyse de l’environnement physique des acteurs de la société. 2.2.2.1. - ANALYSE DE L’ACTIVITÉ DES ACTEURS DE LA SOCIÉTÉ L’analyse de l’activité des acteurs de la société, porte sur les tâches effectuées par les différents acteurs et leurs contraintes et risques associés. Cette analyse s’intéresse à l’identification et l’évaluation des pénibilités des situations potentiellement dangereuses. 2.2.2.2. - ANALYSE DE L’ENVIRONNEMENT PHYSIQUE L’analyse de l’environnement physique des acteurs de la société, porte sur les locaux et les postes de travail.

© EEC – Document unique

• Page 5 sur 30 •

UV - 13/01/200909 – EEC

Cette analyse s’intéresse aux conditions extérieures qui interfèrent avec la mise en œuvre de l’activité du salarié à son poste de travail et à la protection de sa santé et sécurité. 2.2.3. – IDENTIFICATION DES FACTEURS DE RISQUES ET ÉVALUATION 2.2.3.1. – IDENTIFICATION DES FACTEURS DE RISQUE L’identification des facteurs de risque au sein des locaux d’EEC et du fait de l’activité des salariés a permis d’isoler les origines des risques potentiels pour la société. Chacun de ces facteurs de risque fait l’objet d’une analyse à partir des méthodes précédemment exposées. Facteurs de risques identifiés chez EEC OCCURRENCE CHEZ EEC OUI NON

FACTEUR DE RISQUES RAYONNEMENTS RISQUES ÉLECTRIQUES RISQUES CHIMIQUES RISQUES MÉCANIQUES
ENVIRONNEMENT PHYSIQUE

         

INCENDIE CIRCULATION DANS LA SOCIÉTÉ FACTEURS D’AMBIANCE CONDITIONS DE TRAVAIL ET ERGONOMIE DES POSTES CHARGE NERVEUSE DÉPLACEMENTS PROFESSIONNELS

Le rapport d’évaluation des risques pour la société EEC prend en compte les différents postes de la société. On note une similitude importante en ce qui concerne les activités liées aux consultants, managers et directeur vis à vis de la nature des facteurs de risques identifiés. Les criticités des risques engendrés varient suivant l’activité exercée. De cette manière, les postes de Directeur, Manager et Consultants sont analysés avec une démarche similaire sans distinction de fonction.

© EEC – Document unique

ACTIVITÉ DES ACETRUS

• Page 6 sur 30 •

UV - 13/01/200909 – EEC

© EEC – Document unique

• Page 7 sur 30 •

UV - 13/01/200909 – EEC

2.2.3.2. – NOTATION DES FACTEURS DE RISQUE L’ensemble des facteurs de risque fait l’objet d’une analyse qualitative. La quantification des facteurs de risque se fait sur la base d’une échelle graduelle entre 0 et 10. On utilise ces critères quantitatifs pour définir alors la criticité des facteurs de risque. La signification de la cotation est la suivante :

NOTE 0 À 2,5 2,5 À 4,5 4,5 À 6,5 6,5 À 8,5 8,5 À 10

SIGNIFICATION MAUVAIS INSUFFISANT MOYEN BON TRÈS BON

CRITICITÉ RISQUE INACCEPTABLE

RISQUE ACCEPTABLE RÉDUCTIBLE RISQUE ACCEPTABLE IRRÉDUCTIBLE

Pour évaluer les facteurs de risque identifiés, des critères de notation ont été utilisés Ces critères rendent compte à des impressions ressenties au niveau des postes de travail. Pour quantifier les facteurs de risque identifiés chez EEC, les salariés ont été interviewés sur les différents critères de quantification des facteurs de risques et nuisances liées aux conditions de travail et ergonomie des postes. Dans le cadre de l’évaluation, des tableaux sont utilisés qui rendent compte des résultats issus de l’interview des salariés et des observations directes des situations de travail. Deux couleurs sont utilisées pour présenter les résultats. Le jaune rend alors compte de la (des) situation(s) habituelle(s) et le vert pour la (les) situations occasionnelle(s).

© EEC – Document unique

• Page 8 sur 30 •

UV - 13/01/200909 – EEC

CONCEPTION DES LOCAUX ET DES POSTES DE TRAVAIL
3.1. - PRÉSENTATION DES LOCAUX ET DES POSTES DE TRAVAIL 3.1.1. - IMPLANTATION DES LOCAUX On trouvera sur le schéma suivant, la répartition des locaux d’EEC. On remarquera que toute l’aile située sur le côté droit du croquis appartient à une autre société qui occupe avec EEC, l’ensemble des locaux.

Local de détente

Bureaux de travail

Managers Consultants Directeur Assistante

Salle de réunion Bibliothèque

Salle informatique

© EEC – Document unique

• Page 9 sur 30 •

UV - 13/01/200909 – EEC

3.1.2. - PHOTOGRAPHIES DES LOCAUX Cette partie présente les vues intérieures des locaux d’EEC afin d’illustrer l’environnement physique des salariés. Vues de l’allée

© EEC – Document unique

• Page 10 sur 30 •

UV - 13/01/200909 – EEC

Vues intérieures de la salle de détente

© EEC – Document unique

• Page 11 sur 30 •

UV - 13/01/200909 – EEC

Vues intérieures de la salle de réunion / bibliothèque

© EEC – Document unique

• Page 12 sur 30 •

UV - 13/01/200909 – EEC

Vues intérieures d’un bureau

© EEC – Document unique

• Page 13 sur 30 •

UV - 13/01/200909 – EEC

3.2. - FACTEURS DE RISQUES La conception du local et des postes de travail est de nature à occasionner certains risques, nuisances et contraintes pour l’activité humaine. Dans le cadre de l’activité des salariés au sein des locaux actuels d’EEC, les facteurs de risques potentiels suivants sont existants :     Incendie et Explosion Circulation dans la société Facteurs d’ambiance Conditions de travail et ergonomie des postes

3.3. - ÉVALUATION DES FACTEURS DE RISQUES Les différents facteurs de risque potentiels précédemment identifiés et nommés ont fait l’objet d’une analyse. 3.3.1. – INCENDIE Le risque de survenue et de propagation d’un incendie au sein des locaux est extrêmement faible. Les locaux sont munis d’extincteurs (3 extincteurs de 6 litres types AB et 1 extincteur 2 litres de type B) répartis sur l’ensemble du local dans les allées de circulation. Leur implantation permet une visibilité et une accessibilité immédiates et aisées. Le local est en outre muni d’un Robinet d’Incendie Armé. Une issue de secours permet la sortie du local par l’intermédiaire d’un escalier. En outre, les dispositions suivantes servent à prévenir tout risque de survenue d’un incendie :     Il est interdit de fumer au sein des locaux, La cuisine ne dispose d’aucun équipement fonctionnant au gaz, Les câblages électriques sont isolés par une armoire, Les postes informatiques sont installés en nombre limité et dans des locaux de grande dimension, permettant ainsi de laisser une distance entre les équipements.

Compte tenu des dispositions, le risque de survenue d’incendie au sein des locaux est faible. Notation (N)

OUI ACTIVITÉ SANS RISQUE INCENDIE PARTICULIER (ACTIVITÉ DE BUREAU) PRÉSENCE DES ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION INCENDIE (EXTINCTEURS, RIA) PERSONNEL FORMÉ À L’UTILISATION DES ÉQUIPEMENTS IDENTIFICATION DES ISSUES DE SECOURS
0 0 0 10

NON
-2 -2 -2

RINCENDIE = N=

8

© EEC – Document unique

• Page 14 sur 30 •

UV - 13/01/200909 – EEC

La formation des assistantes à l’utilisation des moyens de protection incendie est envisagée comme axe d’amélioration de la situation actuelle. 3.3.2. - CIRCULATION DANS LES LOCAUX L’ensemble des allées de circulation et des locaux est conçu afin de faciliter la circulation des personnes. Les allées sont larges, unidirectionnelles et ne font l’objet d’aucun encombrement matériel. Les risques liés aux chutes de plein pied sont en outre prévenus par :   Un sol à niveau constant d’élévation, Un sol non glissant (moquette ou parquet en bois)

Les risques liés aux interférences de circulation et nuisances potentielles avec des objets encombrants au sein des locaux d’EEC sont nuls.

Notation (N)

OUI
10

NON
-2 -2

SOLS NON - GLISSANTS SOLS NON SURÉLEVÉS

0 0

RCIRCULATION = N=

10

3.3.3. - FACTEURS D’AMBIANCE L’évaluation des facteurs d’ambiance des locaux d’EEC prend en compte l’analyse des différentes ambiances suivantes :     Sonore Lumineuse Thermique Atmosphérique

Aucune nuisance due à des vibrations au poste de travail n’est à considérer.

© EEC – Document unique

• Page 15 sur 30 •

UV - 13/01/200909 – EEC

3.3.3.1. - AMBIANCE SONORE L’ambiance sonore au sein des locaux est adaptée au contexte de l’activité (activité de bureau). Les bruits extérieurs ne sont pas des sources d’inconfort particulier et les bruits intérieurs ne provoquent pas de nuisance particulière à longue durée.
ÉVALUATION QUALITATIVE ÉVALUATION QUANTITATIVE

La conversation à 1m de distance est

Impressions physiques subjectives ressenties DOULEURS

Équivalence subjective Mesurage en dB (A) > 110 ≤ 110 ≤ 105

Notation (N) 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

IMPOSSIBLE

BRUITS TRÈS IMPORTANTS ET PÉNIBLES BRUITS IMPORTANTS BRUITS FORTS

POSSIBLE EN CRIANT TRÈS DIFFICILE À VOIX NORMALE

≤ 100 ≤ 95 ≤ 90 ≤ 80 ≤ 75

POSSIBLE À VOIX FORTE
BRUITS COURANTS

≤ 70 ≤ 65 ≤ 60

NORMALE
CALME

TRÈS FACILE

RAMBIANCE SONORE = N = De

9

à

10

© EEC – Document unique

• Page 16 sur 30 •

UV - 13/01/200909 – EEC

3.3.3.2. - AMBIANCE LUMINEUSE La conception des locaux est prévue de manière à optimiser l’éclairage naturel par le biais des fenêtres de grandes dimensions. L’éclairage naturel est complété par un éclairage artificiel assurant une luminosité suffisante et efficace au niveau des postes de travail. L’éclairage artificiel n’est pas systématiquement utilisé au sein des locaux. IL est à souligner qu’en période hivernale, l’éclairage artificiel est privilégié compte tenu de la clarté naturelle moins importante. En période estivale, l’éclairage artificiel peut être utilisé en fin de journée en appoint à l’éclairage naturel des locaux. On note toutefois un éblouissement direct et indirect du à deux faits (suivant la face des locaux considérée) :   La présence de fenêtres réfléchissantes d’un bâtiment voisin L’exposition directe au soleil

L’éclairage des couloirs est tamisé et de plus faible intensité par rapport à l’éclairage des locaux. Toutefois, compte tenu des faibles longueurs et de l’unidirectionnalité des allées de circulation, l’éclairage s’avère suffisant.

Niveau d’éclairement

Contraste

Notation (N1) 10 8 6 4 2 0 Notation (N2) 9

TRÈS VALABLE BIEN RÉPARTI MOYEN FAIBLE OU INSUFFISANT

HOMOGÈNE OMBRES VARIATIONS RÉPARTITIONS

BON MAUVAIS BON MAUVAIS BON MAUVAIS

ÉBLOUISSEMENT DIRECT OU INDIRECT PAS D’ÉBLOUISSEMENT ÉCLAIRAGE ARTIFICIEL CONSTANT ÉCLAIRAGE ARTIFICIEL OCCASIONNEL
0

-1 0 Notation (N3) -1 0

RAMBIANCE LUMINEUSE= N1 + N2 + N3=

9 9

Couloirs Locaux et Postes

© EEC – Document unique

• Page 17 sur 30 •

UV - 13/01/200909 – EEC

3.3.3.3. - AMBIANCE THERMIQUE L’ambiance thermique au sein des locaux est adaptée au contexte de l’activité (activité de bureau). Les locaux disposent de climatisations adaptées. Le chauffage des locaux est assuré par un chauffage collectif. Quelques variations peuvent apparaître, provoquant ainsi une gène momentanée pour les salariés. Cette occurrence s’explique notamment par la :   Défaillance d’un équipement de climatisation et délai de réactivité du prestataire chargé de la réparation, ou Réactivité du prestataire chargé du chauffage pour la mise en route des équipements Travail physique Température d’ambiance 15°C 18°C 20°C 22°C Notation (N1) 10 8 6 4 2 Courants d’Air Notation (N2) -1 0 0

IMPORTANT MOYEN LÉGER BUREAU
Estimation par Salariés en Activité

TEMPÉRATURE AGRÉABLE ET CONSTANTE TEMPÉRATURE VALABLE AVEC QUELQUES VARIATIONS PEU AGRÉABLES TEMPÉRATURE INSTABLE OBLIGEANT CHANGEMENT DE TENUE TEMPÉRATURE MAL SUPPORTÉE ET CONSTANTE TENUES SPÉCIALES TEMPÉRATURE INSUPPORTABLE DÉCALAGES TRÈS IMPORTANTS COURANTS D’AIR DÉSAGRÉABLES (FROIDS OU CHAUDS) AUCUNE GÊNE DUE AUX COURANTS D’AIR (FROIDS OU CHAUDS)
Radiations

Notation (N3) 0 -1 -2 0

AUCUNE RADIATION RADIATIONS IMPORTANTES RADIATIONS TRÈS IMPORTANTES

RAMBIANCE THERMIQUE = N1 + N2 + N3= De

8

à

10

© EEC – Document unique

• Page 18 sur 30 •

UV - 13/01/200909 – EEC

3.3.3.4. - AMBIANCE ATMOSPHÉRIQUE L’ensemble des locaux est classé non-fumeurs. Le local de détente est dédié uniquement à la restauration et à la consommation de boissons chaudes (café, thé, chocolat ..etc.). Ce local est fermé pendant les heures de repas et périodiquement aéré. Ces dispositions limitent les gênes olfactives vers le couloir et les locaux adjacents. Les locaux de commodité sont placés sur le même pallier et à l’extérieur des locaux EEC. De ce fait, aucune gêne olfactive n’est due à la présence de ces locaux. Les filtres des systèmes de climatisation sont échangés périodiquement de manière à prévenir toute pollution de l’air ambiant par des poussières. Aucune activité au sein des locaux n’est susceptible d’occasionner une pollution quelconque de l’atmosphère.

Types d’Ambiances

Notation (N) 10

PAS DE POLLUTION POLLUTION LÉGÈRE PEU DE POUSSIÈRE EN SUSPENSION AMBIANCE À XX POLLUTIONS AMBIANCE POLLUÉE AMBIANCE TRÈS POLLUÉE PLUSIEURS POLLUTIONS

GÊNE FAIBLE GÊNE FAIBLE NON TOXIQUE GÊNE FORTE TOXIQUE

8 6 4 2

RAMBIANCE ATMOSPHERIQUE = N =

10

3.3.4. – ERGONOMIE DES POSTES DE TRAVAIL L’ensemble des postes de travail au sein des locaux sont des bureaux disposant du matériel informatique et téléphonique nécessaire à l’activité mise en œuvre. Ces postes présentent une similitude dans leur conception et la nature des nuisances et gênes occasionnables. L’évaluation de l’ergonomie des postes de travail prend en compte l’analyse des différents facteurs suivants :     Implantation de l’aire de travail Postures de travail Efforts au poste Sécurité des aires de travail

© EEC – Document unique

• Page 19 sur 30 •

UV - 13/01/200909 – EEC

3.3.4.1. – IMPLANTATION DE L'AIRE DE TRAVAIL

Estimation par Salariés en Activité Accessibilité Notation (N1) 10 8 6 4 2 Hygiène et confort visuel Notation (N2) -1 -1 -1 -1 -2 Notation (N3) 10 9 8 à 10 9

ACCÈS DIRECT ET AISÉ ACCÈS DIRECT ET AISÉ SEUL ACCÈS MALAISÉ ACCÈS MALAISÉ ET INDIRECT POSTE ENCLAVÉ POSTE SALE PEU ESTHÉTIQUE, PEU ORDONNÉ PEU SPACIEUX, ESPACE INSUFFISANT, GÊNE POUR LES MOUVEMENTS ENCOMBRÉ, ESPACE ENCOMBRÉ PARTIELLEMENT TRÈS ENCOMBRÉ
Aménagements de travail(Rangements, Archives, Espace de travail)

BONS INSUFFISANTS DE FORTUNE, INADAPTÉS INEXISTANTS
Utilisation des Aménagements de travail

5à7 1à4 0 Notation (N4) -2à–1 -2à-1

MAUVAISE ADAPTATION DES AMÉNAGEMENTS (MAUVAISES POSTURES) MAUVAISE IMPLANTATION DES AMÉNAGEMENTS (DÉPLACEMENTS FRÉQUENTS)

RAIRE DE TRAVAIL = N1 + N2 + N3+ N4 = De 2

8

à

10

© EEC – Document unique

• Page 20 sur 30 •

UV - 13/01/200909 – EEC

3.3.4.2. – POSTURES DE TRAVAIL ET ORGANISATION DES POSTES DE TRAVAIL La conception des postes de travail et l’activité menée ne sont pas à l’origine de postures fortement nuisibles pour la santé des salariés. Quelques sources d’inconfort (déplacements latéraux, verticaux et horizontaux sur postes de travail) peuvent être ressenties lors de situations occasionnelles représentant moins de 5% du temps d’activité des salariés. En outre, les postes sont équipés de chaises réglables sur roulettes, facilitant ainsi l’adaptation du poste au profil du salarié et à son activité.

Estimation par Salariés en Activité Aménagement de confort postural Notation (N1) +2 +1 0 -1 -2 Notation (N2)

TRAVAIL ASSIS OU DEBOUT LIBRE BIEN CONÇU ET RÉGLABLE TRAVAIL ASSIS OU DEBOUT PÉNIBLE TRAVAIL ASSIS À POSITION TRÈS EN DESSOUS DU POSTE DE TRAVAIL POSITION ASSISE PERMISE ET TRAVAIL DEBOUT QUASI PERMANENT POSITION ASSISE NON PERMISE ET TRAVAIL DEBOUT
Flexions et torsions du tronc pour exécuter le travail

MOUVEMENTS LÉGERS (EN AVANT OU LATÉRALEMENT JUSQU'À 75 CM) MOUVEMENTS FORTS (EN AVANT OU LATÉRALEMENT AU DELÀ DE 75 CM)
Changements de niveaux

Rares Fréquents Rares Fréquents

-1 -2 -2 -3 Notation (N3) 10

SOL PLAN SANS DÉNIVELLATION ESTRADE < 15 CM ESTRADE AVEC MARCHE ESCABEAUX, ÉCHELLES Rares Fréquents Rares Fréquents Rares Fréquents

8 6 5 3 4 2

© EEC – Document unique

• Page 21 sur 30 •

UV - 13/01/200909 – EEC

Posture principale (N4) Posture la plus défavorable (N5) (> 10%)

Notation (N4) 2 4

Homme Femme >1700 1 700 1 600

Notation (N5)

- 1,5

6

1 500 1 400

-1

8

1 300 1 200

- 0,5

10

1 000 920

0

8

800 740

- 0,5

4

600 560

-1

2 -2

400 360

-2 -2

La hauteur de travail rend compte au niveau moyen effectif de travail des mains par rapport au sol (homme = 80 cm et femme = 74 cm).

RPOSTURE DE TRAVAIL = N1 + N2 + N3 + N4 + N5 = De 2

8,5

à

9,5

© EEC – Document unique

• Page 22 sur 30 •

UV - 13/01/200909 – EEC

On pourra remarquer que les précédentes valeurs d’hauteur de travail sont données à titre indicatif pour évaluer les conditions ergonomiques du travail. En ce qui concerne le travail sur écran les valeurs recommandées pour la conception du poste de travail sont les suivantes :

Repère

Préconisation 65 – 74 cm 80 – 110 cm 20 – 26 cm

EEC Environ 71 - 72 cm Minimum : 80 cm Maximum : 116 cm Suivant salarié

HAUTEUR PROFONDEUR ECART AVEC L’ASSISE

Notons en outre que le matériel mis en œuvre au sein des locaux d’EEC répond aux préconisations de conception ergonomique pour le travail sur écran :

Conception ergonomique d’une chaise pour travail sur écran

EEC : 47 cm

EEC : De 40 cm à 53 cm

EEC : 40 cm

© EEC – Document unique

• Page 23 sur 30 •

UV - 13/01/200909 – EEC

L’implantation du matériel informatique sur les bureaux permet de répondre aux préconisations suivantes : Repère Préconisation 65 –74 cm > 1,5 m Niveau des yeux 10 – 15 cm EEC Moyenne : de 70 à 75 cm > 1,5 m Oui Suivant salarié En moyenne 12 à 13 cm

ÉCRAN
Distance œil écran Distance écran fenêtre Hauteur

CLAVIER
Eloignement du bord de la table

La conception des postes de travail au sein des locaux d’EEC répond aux préconisations ergonomiques pour l’activité de travail sur écran. L'activité des salariés est aménagée : le temps de travail sur écran est périodiquement interrompu par des pauses (présence de la salle de détente) ou par des changements d'activité. Les risques potentiels inhérents au travail sur écran sont donc faibles. Les facteurs d’ambiance vus précédemment complètent l’analyse des postes de travail et ne présentent pas de nuisances particulières à l’origine de troubles ou de risques pour les salariés travaillant sur écran au sein de la société. 3.3.4.3. – EFFORTS PHYSIQUES Les activités de la société et la conception des postes de travail ne nécessitent pas d’effort physique particulier. Il est à noter toutefois, l’approvisionnement de la société en fournitures à raison d’une période d’un mois et demi. Cet approvisionnement en fournitures constitue un poids d’environ 90 kg. Après réception de la commande, l’assistante entrepose ces fournitures dans les armoires de la salle prévue à cet effet. Elle demande l’assistance de toute personne présente. La charge ainsi répartie ne constitue pas un risque au regard des manutentions manuelles de charges lourdes (la charge maximale levée unitaire étant de 12,5 kg) 3.3.4.4. – SÉCURITÉ ET CONCEPTION DES AIRES DE TRAVAIL Aucune activité n’est génératrice d’un facteur de risque suivant :     Rayonnements électromagnétiques (autre que les rayonnements du matériel informatique) et autres Risques électriques Risques chimiques Risques mécaniques

Aucune interaction particulière entre les postes n’est à l’origine de nuisance ou de risque. Les aires de travail sont conçues afin de répondre aux nuisances et facteurs de risque liés à l’activité de travail sur écran. Les espaces de travail sont spacieux et l’analyse des facteurs d’ambiance a permis de mettre en évidence l’adéquation des aires de travail avec l’activité mise en jeu.
© EEC – Document unique • Page 24 sur 30 • UV - 13/01/200909 – EEC

FACTEURS DE RISQUE INHÉRENTS AUX ACTIVITÉS
4.1. - FACTEURS DE RISQUES Les principaux facteurs de risques inhérents à l’activité de l’assistante ont été présentés et évalués dans la partie précédente : risques liés aux facteurs d’ambiance et ergonomie au poste de travail pour activité de travail sur écran. Les activités des consultants, managers et directeur présentent les vulnérabilités identiques pour le travail sur écran. De plus, compte tenu des déplacements à effectuer et la présence sur site, de nouveaux facteurs de risque sont à prendre en compte. Il s’agit des facteurs de risques liés à (aux) :   Déplacements en voiture Exposition aux risques inhérents aux sites visités / vus

La charge nerveuse de travail est un facteur de pénibilité pour l’ensemble des salariés. 4.3. - ÉVALUATION DES FACTEURS DE RISQUES 4.3.1. - DÉPLACEMENTS SUR SITE Les déplacements sur site sont à l’origine des rapports commerciaux et techniques entre les consultants, managers et directeur et les clients d’EEC. Les déplacements courts sont effectués en voiture alors que les déplacements longs sont prioritairement effectués par train. Il est difficile de pouvoir évaluer les risques inhérents aux déplacements professionnels effectués par les directeurs, managers et consultants. Les consultants effectuent toutefois moins de déplacements en véhicules du biais des projets : Dans le cadre de projets éloignés, le travail est alors effectué   soit sur site avec possibilité de logement à proximité du site soit des locaux d’EEC

De manière très générale, il peut être retenu comme critère de déplacement le kilométrage parcouru en voiture par les directeur et managers : entre 2200 et 2400 kilomètres par mois. Le risque inhérent aux déplacements professionnels n’est donc pas négligeable. Dans les dispositions contractuelles liant les acteurs de la société à cette dernière, le respect des règles issues du Code de la Route figure explicitement comme une obligation professionnelle. De plus, les déplacements sur site s’effectuent majoritairement de manière groupée. Les rencontres sont donc organisées afin d’optimiser le temps de présence dans une zone géographique donnée et limiter ainsi encore plus le nombre de déplacements à effectuer.
© EEC – Document unique • Page 25 sur 30 • UV - 13/01/200909 – EEC

RDÉPLACEMENTS PROFESSIONNELS = De

6

à

8

4.3.2. – CHARGE NERVEUSE DE TRAVAIL L’évaluation quantitative de la charge nerveuse d’une activité est difficilement réalisable compte tenu de l’importante variété des paramètres à faire entrer en jeu. De plus, les sensibilités et caractères propres à chacun individu et constituant donc des paramètres subjectifs ne permettent pas d’établir avec certitude un profil objectif de la charge nerveuse de travail effective. Toutefois, afin de présenter certaines des vulnérabilités potentielles, les paramètres principaux susceptibles d’être à l’origine de l’apparition de stress ont été identifiés : Travail

Environnement

Monotonie / Inintérêt

Déplacements professionnels

Horaire de travail

Facteurs d’ambiance STRESS Conflit de rôles Ambiguïté de rôles Niveau de responsabilité

Ergonomie des postes

Relations avec client

Relations internes

Perfectionnement professionnel Structure organisationnelle

Relations au travail (interpersonnelles)

Ces paramètres constituent les principales origines potentielles constitutives d’un stress pour les salariés d’EEC. Afin de prévenir ces risques, l’organisation de la société et les relations internes sont déployées de manière à prévenir ces risques. Comme souligné précédemment, il est difficile de quantifier les risques liés aux charges nerveuses inhérentes à l’activité, la société et l’environnement. En se basant sur les dispositions organisationnelles et logistiques de la société, et compte tenu des caractères propres à chaque salarié, la fourchette d’évaluation donne les résultats suivants :
© EEC – Document unique • Page 26 sur 30 • UV - 13/01/200909 – EEC

RCHARGE NERVEUSE = De

6

à

8

4.3.3. – EXPOSITION AUX RISQUES INHÉRENTS AUX SITES VISITÉS / VUS Lors des interventions sur les sites, les salariés (consultants, managers et directeur) sont exposés aux risques inhérents au site et aux activités mises en jeu. Dans les dispositions contractuelles liant les salariés à la société, le respect des règles d’hygiène, sécurité et conditions de travail figure explicitement comme une obligation professionnelle. En outre, la société EEC intervient dans les domaines de la sécurité et l’environnement auprès de ses clients, ce qui accentue la sensibilité des salariés à l’égard de ces problématiques.

REXPOSITION AUX RISQUES SUR SITE = De

9

à

10

© EEC – Document unique

• Page 27 sur 30 •

UV - 13/01/200909 – EEC

CONCLUSION SUR LES RISQUES/NUISANCES/GÊNES
Le tableau n°1 recense les facteurs de risque inhérents aux conditions extérieures générales des locaux et postes de travail ainsi qu’aux facteurs de risques inhérents aux activités. Ce tableau permet ainsi de visualiser la maîtrise effective des situations potentiellement dangereuses pour la santé et la sécurité des salariés (le risque est alors calculée par le complément à 10 de la valeur de maîtrise pour un facteur de risques considéré). Il est à noter qu’aucune situation analysée ne présente de vulnérabilités particulièrement néfastes pour la santé et la sécurité des salariés. En analyse complémentaire des données, le tableau n°2 présente les fréquences d’exposition aux risques. A l’aide de ce tableau et du tableau n°1, on détermine la valeur pondérée de la maîtrise des facteurs de risques potentiels représentative du poste et de l’ensemble des facteurs de risques associés. On obtient les résultats du tableau n°3 qui présente la maîtrise pondérée pour l’ensemble des facteurs de risque auxquels sont exposés les salariés (assistante, consultant, manager et directeur) de la société. On en déduit ainsi l’acceptabilité de l’ensemble des risques pour chaque poste.

© EEC – Document unique

• Page 28 sur 30 •

UV - 13/01/200909 – EEC

Tableau n°1 : Évaluation des facteurs de risques
MAÎTRISE DES FACTEURS DE RISQUES Note 10 9 8 7 6 5 4 3 2 1 organisation des Atmosphériques Implantation des Exposition aux Déplacements Lumineuses Lumineuses Thermiques 0 Paramètres Ambiances Ambiances Circulation Sonores Incendie Risques sur site aires de travail Postures et Ambiances Ambiances Ambiances
PARAMETRES / MATERIELS OU OBJECTIFS / HUMAINS OU SUBJECTIFS

Note 10 9 8 7 6 5 4 3 2 1 0 Paramètres

(voitures)

Facteurs d'Ambiance

Ergonomie

Rq : Plus la valeur est proche de 10, plus la situation est bonne. Plus cette valeur est proche de 0, plus les dangers sont importants.
© EEC – Document unique 13/01/200909 – EEC • Page 29 sur 30 • UV -

Nerveuse

(couloirs)

(Locaux)

sur site

Charge

postes

Tableau n°2 : Exposition aux facteurs de risques

EXPOSITION AUX FACTEURS DE RISQUES (Fij)
Facteurs de risque (i) Fonction (j) ASSISTANTE CONSULTANT MANAGER DIRECTEUR

Incendie Circulation Facteurs d'ambiance Ergonomie des Postes Charge nerveuse Déplacement sur site Exposition aux risques sur site

6 6 6 6 entre 3 et 4 0 0

entre 4 et 6 entre 4 et 6 entre 4 et 6 entre 4 et 6 entre 3 et 4 entre 2 et 4 entre 2 et 5

entre 4 et 6 entre 4 et 6 entre 4 et 6 entre 4 et 6 entre 3 et 4 entre 3 et 4 entre 2 et 4

entre 4 et 6 entre 4 et 6 entre 4 et 6 entre 4 et 6 entre 3 et 4 entre 3 et 4 entre 2 et 4

Note 0 1 2 3 4 5 6

Fréquence Jamais Annuelle Mensuelle Hebdomadaire Journalier Horaire Continue

© EEC – Document unique 13/01/200909 – EEC

• Page 30 sur 30 • UV -

Les résultats pondérés des facteurs de risque tiennent compte des valeurs de maîtrise des facteurs de risques Mi (tableau n°1) et de la fréquence d’exposition Fi associée à chaque facteur de risque i (tableau n°2). Le résultat est alors obtenu par pondération de la somme et en majorant le critère d’exposition retenu (c’est à dire le plus proche de 6) : Mpondérée, j = ∑ Mi.Fi ,j pour chaque catégorie de salarié
i

Fi

Tableau n°3 : Maîtrise pondérée des risques Valeurs pondérées Maîtrise des Risques Fonction Minimale Maximale Acceptabilité des risques Acceptable Acceptable Acceptable

ASSISTANTE CONSULTANTS MANAGERS ET DIRECTEUR

8,63 8.44 8,44

9,39 9.35 9.35

On reporte l’ensemble des valeurs obtenues au tableau de signification suivant : NOTE 0 À 2,5 2,5 À 4,5 4,5 À 6,5 6,5 À 8,5 8,5 À 10 SIGNIFICATION MAUVAIS INSUFFISANT MOYEN BON TRÈS BON CRITICITÉ RISQUE INACCEPTABLE

RISQUE ACCEPTABLE RÉDUCTIBLE RISQUE ACCEPTABLE IRRÉDUCTIBLE

L’analyse des risques a permis de souligner l’absence de risques inacceptables pour les salariés de la société.

© EEC – Document unique

• Page 31 sur 30 •

UV - 13/01/200909 – EEC

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful