You are on page 1of 4

N'^ 2 4 - M a i 2012

[3

3 ' ^

bu Coeur Immaculé
Milice de l ' I m m a c u l é e liancophone Couvent Saint-François F - 69910 V I L L I É - M O R G O N

« Les armes de notre milice ne sont point charnelles »

(si Paul. Il Cor 10.4)

EDITORIAL L E MARTYRE
Chers Chevahers, Le texte que nous vous proposons aujourd'hui est une conférence que le Père Kolbe donna à ses frères, quelques jours avant la déclaration de la guerre. Le fondateur avait le pressentiment de ce qui arriverait, aussi, avant la grande épreuve. le père exhorte-t-il ses enfants de vivre et mourir pour l ' I m m a c u l é e . Plus ils l'aimeront, plus vite cette M è r e très sainte les conduira à l'étape de la souffrance, soit du martyre du sang, soit du martyre de la souffrance endurée goutte à goutte, au fil des jours. Nous vivons aussi à une époque oiJ « l'orage gronde »; tout semble s'effondrer. Quand la foudre éclatera-t-elle ? Dieu seul le sait. Mais que du moins nous soyons trouvés prêts à verser notre sang, si telle est sa volonté. Pour cela, préparons-nous par le martyre quotidien du devoir, de la souffrance venant du prochain ; sachons pardonner dès à présent afin de mériter d'avoir la force de pardonner lors de la grande épreuve. Que l ' I m m a c u l é e elle-même nous y prépare ! Vous savez, chers enfants', la vie de l'homme se compose de trois parties : la préparation au travail, le travail lui-même, et la souffrance. Certains, ici, à Niepokalanow, n'en sont qu'à la préparation, d'autres' travaillent déjà, et un vieux comme celui qui est assis là (il se désignait lui-même du doigt), ferait bien
1 - C'est ainsi que le Père Kolbe apostrophait .ses frères, comme Notre Seigneur clans le discours apjès la Ccne.

I

de passer à la dernière partie, celle de la souffrance. C'est par ces trois étapes que Dieu nous rapproche de lui. Plus une âme est donnée à Dieu, plus vite elle se prépare à cette troisième phase, afin de renforcer son cunour pour l'Immaculée par la souffrance endurée par amour Car rien ne nous rapproche tant de l'Immaculée ni ne nous affermit dans l'amour, que l'amour uni à la souffrance offerte par amour C'est précisément par ce chemin de la soujfrcuice, que nous pouvons savoir si vraiment nous lui sommes totalement donnés, sans aucune limite. Dans cette troisième phase, nous devrons lui témoigner le plus grand amour, un cunour chevcderesque ! Beaucoup, peut-être, souffrent intensément, et peut-être même plus que ceux qui meurent martyrs. Par exemple, un frère qui aime beaucoup l'Immaculée, voudrait travailler pour elle le plus possible, et beaucoup souffrir pour lui gagner le plus d'âmes possible. Cependant il a trop peu de force, malgré son jeune âge sa scuité est chcmcelcuite et très atteinte. Et voilà que cette âme souffre beaucoup, à la seule pensée qu 'elle est un poids pour son entourage, et qu 'elle est incapable de travailler Réalisons, chers enfimts, combien cette âme doit souffrir ! Vous savez, chers enfants, que j'ai eu à passer par là lorsque j'étais jeune, et la maladie m'avait rendu incapable de remplir mes devoirs sacerdotaux. J'en eu tant soujfert, que je me disais qu 'il vcdait mieux travailler pour dix et être en bonne santé, que d'être jeune mais souffrant. Ainsi donc cette troisième étape de la vie est celle de la souffrance... et probablement qu 'elle m'attend pour bientôt... De qui viendra-t-elle ? quand ? et comment ? l'Immaculée le sait. Ainsi, souffrir, travailler et mourir en chevaliers non d'une mort ordinaire, mais par exemple, d'une balle dans la nuque pour sceller notre amour envers l'bnmaculée, en versant en vrai chevalier notre sang jusqu 'à la dernière goutte, afin de hâter la conquête du monde entier à elle. C'est cela que je souhaite, pour vous comme pour moi. En effet, mes chers enfants, que pourrais-je souhaiter de plus sublime, pour vous et pour moi ? Je ne connais rien de plus sublime. Et si j'en connaissais, je vous en aurais parlé, mais je n 'en connais pas ! ... Et le Seigneur Jésus lui-même a dit : " Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. " (Jn. 15, 13). Mais attendons patiemment, pcmce qu'il n'est peut-être pas éloigné le moment où les bombes tomberont sur nous. Il n 'est pas difficile de le prévoir, vous voyez, les éditions de la M.I., Niepokalanow et son développement, tout cela ne plaît pas à tout le monde. Mais soyons prêts à remplir alors notre devoir comme il convient à des chevaliers de l'Immaculée. Ici à Niepokalanow plus qu'ailleurs il faut s'attendre à de mauvaises surprises dans les jours qui viennent. L'Invnaculée peut permettre cela pour le plus grand bien de son œuvre. Et si quelqu'un ne se sent pas la force de persévérer en chevalier ici à

2

Niepokalanow, qu'il prie beaucoup la Mère très sainte de lui accorder cette grâce qui lui est si nécessaire. Quand saint Jean était âgé et qu 'il ne pouvait plus travailler, il passait son temps en prière et enseignait aux autres à ainiar Dieu et le prochain. Il s'efforçait d'inculquer cette vertu de charité et de l'enraciner profondément dans le cœur de ses disciples. C'est pourquoi il leur disait en toute occasion : " Mes enfants, aimez-vous les uns les autres. " (cf 1 Jn. 4,7). Et, en mourant, il ne laissa à ses disciples rien d'autre que cet encouragement à la charité fraternelle. " Mes petits enfants, aimez-vous les uns les autres ". Je désire, moi aussi, utiliser ces mêmes paroles : chers enfants, aimez-vous les uns les autres. Que votre amour vous conduise à l'Immaculée, au ciel, où régnera parfaitement la charité fraternelle. Oui, chers enfants, si l'amour vous accompagne durant toute votre vie, et si vous vivez dans la charité fraternelle, déjà sur cette terre vous éprouverez un avant-goût du ciel. Tout passera — la foi et l'espérance passeront — seule la charité demeurera, avec la charité nous entrerons dans la vie éternelle, et dans la charité nous nous réjouirons au ciel avec l'Immaculée. Niepokalanow, lundi 28 août 1939.

Dans les lignes qui p r é c è d e n t , le P è r e Kolbe é v o q u e les é p r e u v e s qui attendent Niepokalanow, « pour le plus grand bien de l ' œ u v r e » de l ' I m m a c u l é e . Nous aimerions rapprocher ce texte de celui du t r o i s i è m e secret de Fatima,parlant aussi de purification, celle de « la grande œ u v r e » de D i e u ici-bas, à savoir l ' É g l i s e . Le secret décrit d'abord le c h â t i m e n t frappant le monde qui ne veut pas faire p é n i t e n c e . Ce c h â t i m e n t servira de purification pour l ' É g l i s e , dans ses membres. M a i s cela ne pourra se faire que par l'effusion du sang de nombreux martyrs. « Sous les deux bras de la croix, i l y avait deux anges, chacun avec un vase de cristal à la main, dans lequel ils recueillaient le sang des martyrs, et avec lequel ils arrosaient les â m e s qui s'approchaient de D i e u . » L e P è r e M a x i m i l i e n a plusieurs fois é v o q u é cette épreuve de sang ' n é c e s saire avant le triomphe de l ' I m m a c u l é e qui r é g n e r a sur le K r e m l i n . Cette victoire n'ayant pas encore eu lieu, i l reste que cette é p r e u v e est toujours devant nous. Ensuite, le P è r e K o l b e tient à dissiper toute illusion chez ses religieux : la guerre qui approche n'est rien à c ô t é de la guerre de Satan et de ses s u p p ô t s contre l ' I m m a c u l é e et ses enfants. L ' œ u v r e de Niepokalanow, tout cela ne plaît pas à tout le monde.
2 - Le texte est très controversé. Nous le citons comme vraisemblablemenl authentique, sans nous engager davantage dans la polémique. ?! - Nous en avons parlé dans un précédent niniiéro.

3

Ces paroles sont l ' é c h o de celles du d i v i n M a î t r e à la d e r n i è r e C è n e : Si le inonde vous hait, sachez qu'il m'a haï le premier (...). Parce que vous n'êtes pas du monde, et que je vous ai choisis du milieu du monde, à cause de cela le monde vous hait (...). Je vous ai dit ces choses afin que vous ne soyez pas scandalisés. Ils vous chasseront des .synagogues. (Jn 15 et 16, passim). Ces paroles nous sont a d r e s s é e s ; Satan ne peut supporter les p r i è r e s quotidiennes de tous ces c œ u r s qui supplient tous les jours l ' I m m a c u l é e d'arracher de la secte les â m e s qui ont eu le malheur de tomber dans les griffes du M a u v a i s . M a i s l ' I m m a c u l é e reste la plus forte. En ce m ê m e secret de Fatima, i l est dit que les flammes c h â t i a n t le monde s'éteignaient au contact de l'éclat que, de sa main droite. Notre Dame faisait jaillir E n f i n , au m i l i e u de cet enfer que le d é m o n installe en ce monde, nous avons une consolation : si vous vivez dans la charité fraternelle, déjà sur cette terre vous éprouverez un avant-goût du ciel. Quel stimulant plus puissant pour cette c h a r i t é , que de nous souvenir c o n c r è t e m e n t que nous sommes les enfants d'une m ê m e M è r e , dont le C œ u r maternel bat pour chacun d'entre nous. Que Notre Dame de Fatima nous rende dignes du sort des martyrs, si telle est la v o l o n t é de Dieu. Prions du moins pour que le martyre du c œ u r serve à la r é n o v a t i o n de notre sainte M è r e l ' É g l i s e .

Rappel
Nous vous rappelons la publication de deux ouvrages sur le Père Maximilien Kolbe : - L'Immacidée, notre idéal, par M . l ' a b b é Stehlin. Manuel du combattant, il permet de p é n é t r e r davantage l'esprit de la M i l i c e de l ' I m m a c u l é e . - Avec l'Immaculée et le Père Maximilien Kolbe contre les ennemis de Dieu et de l'Église, par le P è r e di M o n d a , qui nous montre non seulement l'esprit c o m b a t i f du P è r e K o l b e mais aussi l'efficacité de sa méthode. Deux ouvrages à lire et à offrir, afin de ranimer en nos c œ u r s la ferveur et le z è l e pour sauver notre â m e et celle du prochain.

4