You are on page 1of 20

Lettre

aux
amis
de saint
François
. . N° 29
Le 6 janvier 2012
« Au Nom de Dieu,
les gens d' ar mes batailler ont,
et Dieu donner a la Victoire.»
' Chers amis de saint François,
Alors qu' il y avait «grande pitiédans le Royaume de France », l'aimée 1412
vit naître,le 6 janvier, celle qui devait rendre la paix à notre pays, en le rendant
à son véritable Souverain, Jésus-Christ.Nous fêtons cette aimée le sixième cen-
tenaire de la naissance de sainte Jeanne d'Arc, et sa mission est peut-être plus encore
pour notre époque que pour la sienne.
Les saints sont nos meilleurs amis. Du haut du ciel, la Pucelle veut nous
secourir : en notre temps de naturalisme, elle nous rappelle vigoureusement la pri-
mautédu surnaturel, pour lequel nous avons été créés.En notre siècle de laïcité,
elle affirme la Royautésociale de Notre Seigneur Jésus-Christ.En notre époque
d'hédonisme - c'est d'ailleurs peut-être le plus grand danger immédiat,car le plus
insidieux - elle nous donne un formidable exemple de vertu ; lys au milieu des
épines,nourrie de l'eucharistie, purifiée par la confession fréquente,elle a su se
garder pure au milieu des circonstances les plus difficiles. Puis, pour reprendre
une parole du cardinal Pie, elle est un modèle à ofiBir à toutes les conditions. Enfin,
par sa mort, elle nous rappelle que seule la croix nous sauve.
Reprenons chacun de ces points, à l'aide du Père Ayroles, auteur d'une œuvre
monumentale sur la «Vierge guerrière », et qui n' a pas peu contribuéà hâter la
béatification de l'héroïne.
La primautédu sur nat ur el
b. .+..s |.s ¸+.s.·+s ¸+· s¡·..+. |. s+s. |s ¸+.s.·+ .s¡·.s|. .s. ..||.
s+ s+·+s.+·.| |. s+·+s.+·.| .s. |++·¸+. s|+.·+ s. |s s.s.·+é. |+ss·+. s·. |.
(|··s.·s+·ss. · |. s+·+s.+·.| +.··s.. ¡ss s·s.+. s++. .ss++. .·· |.s
é.|.s +s.+·s|·s..s s. .+. s.¡·é · b·.+ s s·sé||ss. s+ ¡·+. s. .+|··
.+.·s...· s... |+· |s ¡|+s ·+.//s||. s.s s||·s+..s
|| s.s. /s·. |ss. .. .ss. s+·.. s. ..... ·+/·+·.
.+s.s..+ss+.. ·| s. ¡·.//. ¡s· |s /· .. |.s s¡¡s·
·.·|s s·.·+s ¸+ ·| s é.s||·s s+· .|s.++ s. ..+· ¸+·
..+|.+. .·.·. s++. .·. s·.·+. || ¡·s+·. .+ .+· s.s
..·.+s s+·¸+.||.s s...·¡+.+. |.s s.+|s .|·é.·.+s s.s
¡·s·¡.s s. ¡+·..é s|+s·|·.é.. s. .|s··.é
||.+·s s+ (·.| s+· |s ..··. ++. é..·+.||. s·.·+··
ss.·+ .+ s.·s |. /·+·. (ss. sés+s.·s.·+ s.
..... .s¡é+é.·s.·+ s. +.·. +s.+·. ¡s· |. b·.·+
|. l.·|. /s·. (|s·· +. s.s. ¡ss .+..+.és.s œ+.·.s
é.·s.ss.+. s+·|+ss·+.s ¸+· +. ¡·é¡s·é.. /·sé
||·s.··. s. |s l·. I|.s+s··¸+. ¸+ ·| s s.+é.
¡s·s· ++s s+·s+. s.s ¡+·s s·..|s ·| |.s
.+.·++. s .·s..·s |.s o¡.s |s· s.s /s·.s .+ s.|·s
Apparition de Saint Michel /^^-^ +s.+·. .+.·. |.s |·s s. |s +s.+·.
¡s· |. s··s.|. ¡s· |s ¡·¡|é.·. ¡é·és ss+s ¸+.|¸+.s·++s s. s.s s.s|·.s ¡···
.·|é¡·és ·| s...s.. ¸+ ·| |s|·.. .+¡+·s |s ·s.. s1sss ¸+ ·| s++·. ·+s·ss|+·
||.s.+. ss+s |. s.·+ s. s+ |sss.+|é. \`·. ( .s. |.+s.·¡+.s.+. .|·é.·.+
|. +s.+·s|·ss. ·é¡+s b·.+ s·| .··s.. + s ¡ss s. .ss.·.. s... |. s+s.
|| .·. s|·.s··. ss+s s+ é..·+·.é s¡...s..+· ·+s·//é·.+. s+ ¡.+ s.s /·..s |·|·.s
+ ·+.+s.·.+..s s.s ..·.s ·.··|ss ||·s.··. .s. .·s. s. s+·+s.+·.| .. s. s·.·+
\.s s++s|.s +. s+. ¸+. |.·¡sés. |s .s|·+s·s+ s.s é|és.+.s s. .·. .. s.
s·. s. /·.. .. s. /s·||.ss. ss+s |·s·. ·+..||...+.| s·s| .. ss.é··.|
sé¡sés s ¡·.·+s ·+é¡s|.s + +. ss·. ¡s· ¸+· ss+s |. s.·+ s.s ·+s·.·s+s s.s
s.·é.és .. s. |++·..·s
|s· sé.·é.é ¡+·s+·. |. +s.+·s|·ss. ¸+ ·| +; s ¡ss .+ ¸+ ·| + ; s ¡ss ¸+ ·|
+. ss+·s·. ; s.·· s. /s·.s s. |·s·. s+·+s.+·.| |. ¡·++.. ¸+. .. ¸+. s.s ..+·
.s·+.s .. s.s s·||·.·s s. ¡.·s++.s s//··s.+. s.s. s+s |s /· s+ s.·s.+. s.··
2
.+ .. .+..+s+ .||.s +. |+. +· .+ +· .+..+s+ |. s+¡¡··s.j s|.`·. .+. .. ¸+· ¡·é·
s.+.. ¸+.|¸+. s|·. s. s+·+s.+·.| ¡ ; s+|s.·.+. s. .+..s ¡·`..s s. ¡s· |. s··.
s. s+ |+ ¡|s·s·· s.s .·¡|·.s.·+s s. ss /sç+ |. s+·s |s .··.·¸+. s.s .+.·s·
s·...+·s ss+¸+.+. s. s·s..·+.s.+. ¡. s+·s |s s.·.+.. s.s ss..·ss··.s s+. |·¡+·
·s+.. ·|s s+. |s .·és+|·.é |s |é¡.+s. ¡. s+·s |é.|. ¡s·.·..
I.| .s. |·.+ s+ /+s ss+s ss ·é.|.s+.. .·+s·.é |. |s+¡s¡. s+ +s.+·s|·ss.
..|+· s+ s·+s ¸+· ·és+|.. s. |s ss+·`·. s+. ·| .·s·.. |.s /s·.s s. |·s·. s+·+s·
.+·.| ·+s.··.s ss+s |.s s++s|.s s. ||·s.··. ..||. .s. ¡s·.·.+|·`·.s.+. s+ s..·.+s.
.·s·s·.·s s. |s |+..||. |s l·.·¡. |·|é·s.··.. |é.·ss. |||. .s. |. s+·+s.+·.| é.|s·
.s+. s++. ss+·`·. /+|¡+·s+.. s+ |.s+ s·|·.+ s. +.·. |·s.··. |s¡ss·||. s. s+·.·.
|. .+·s s. +.·. ¡ssséss+s ·.+.+.·.· .. ss|+.· ..... /·¡+·. ss+s ss`|. .. ss+s
.¡·. (P. Ayroles, |s .·s·. |.s++. s1·. tome II, p. VII -VIII)
Le surnaturel une fois restauré,c' est par voie de conséquence l'erreur fon-
damentale de notre époque arrachée à sa racine. Sainte Jeanne d' Arc, tournez nos
regards vers ce beau ciel pour lequel Dieu nous a créés !
La royautéde Jésus-Christ, point culminant de sa mission.
|.s++. s1·. .s. ..++. s/·+ s. ·s¡.++·· ¡s· |. s··s.|. ... .+s.·¡+.s.+.
.s¡·.s| |és+s·(|··s. /· /·.+ ¸+ .||. s·. s//··sés... ¡|+s s·+s·s.s+.. s... ¡|+s
s. .+s.s+.. s+s s.s /·s.s s+|.·¡|.s (.s. |és+s·(|··s. /· ¸+· s¡·. .+ .||.
.. ¡s· .||. s |és+s·(|··s. s·. ..·. ·s¡¡·.é||++.+· s. s.s .·..··.s .. s. .+.
.. ¸+ ·| ; s s. |+ .+ .||. .||. .s. |és+s·(|··s. ss+·/.s.s+. ss ·;s+.és+· |.s
¡.+¡|.s ¡s· ++ ·+s.·+s.+. s· /s·||. s· ·s¡+·sss+. ¡s· |+··s.s. ¸+. s; s··...·
·é.|.. .+.. ·s·s+ .. s.s+. .+..s |.s s+.·.s |s ·s·s+ s. ..||. ¸+· s+·s·.
¡·é/é·é..·. .··é. s ¸+s.·. .|..s+· ¸+ ..·. ..++. .+ |·s+.. s+.·.s.+. ¸+. ¡s·
|·s·. s. s+ \.·¡+.+·
Son Seigneur, mon Seigneur, Messire, Notre Sire, Notre Seigneur, .....
s¡¡.||s.·+ ·..·.+. s .|s¸+. ·+s.s+. s+· s.s |`.·.s .ss. |. +s s. |és+s s+s
|s ¡|+s. s. ss·+. |s+| |+·¸+· ..... s·//é·.+.. ( .s. ¸+. ss·+. |s+| ..+. ¡·é·
s.+..· |. \s+..+· s.s os.s .s+s·s ¸+. |.s++. ..+. s+.·.· |. /· s.s +s.·+s
|+· s...·. .+ |+s·`·. ++ ss¡... .·¡ .·|é s.s. ss+s |.s |·s.··.s ·é¡+.é.s
|.s s·+s sé/...+.+s.s .+.·. ¸+ ·| s·. |. s|.·| s.s. s+ s·.·+ ¡`s. ·s¡¡··
.|+s ¸+.|¸+.s·++s s.s ..·..s é¡s·s ss+s |.s ¡·`..s ¡·é.és.+..s
|s .·|s s..s+. |s+s··.+·. .||. /s·. ss ¡·.s·`·. s¡¡s··.·+ ¸+.||. .s. |s ¡·.·
s·`·. ¡s·|. ¸+· .s|. s. s.s |`.·.s |s ¡·.|sss.·+ |s ¡|+s é+.·¡·¸+. s. |s ·;s+.é
s. s+ \.·¡+.+· «Le royaume ne regarde pas le Dauphin, il regarde mon Seigneur,
cependant mon Seigneur veut que le Dauphin soit fait roi, et tienne le Royaume en
commende... il sera fait roi, malgrétous ses eimemis, et c'est moi qui le conduirai
3
recevoir son sacre. » |s¡ss·||. s. s·.+· .·¡··s.· |s .+..·¡+·sss+.. s+z.·s·+..é
s. s+ \.·¡+.+· .. |s .ssss|·.és+ /+.+· ·· Né.s+. .+.·. ¸+. sés·¡+é¡+· |s
·;s+.é ss·s + é.s+. ¡ss ·+..s.· |. ·;s+s. +. |. ·.¡s·s. ¡ss || + s s·+s· ¸+. |.
s·ss·. |s ¡.++. ¡s;ss++. ¸+ s |·.+ s. ..+·· s +. ¡ss .+¡s¡.· s. |s.s·||. ¡+s¸+ s
.. ¸+. |. s+z.·s·+ ¡·.++. ss .s+s. .+ ss·+s .. ¸+· s.·s s¡·`s |s s··.s·.s.
|| s.·s /s·. ·· s·+s· |. ..+. |. s+z.·s·+ ·| |+· s++.·s |. ·;s+s. en com-
mende. // ¡ssés.·s |. /·./ .ss. ++ sé¡ô. ss.·é ..s¡·s··. . .s. |s |. s.+s
s+ s. com-
mende, ..·s.
¡s· |.¸+.| +
sés·¡+s·. ++
|·.+ s|¡|·s.
.+/·é s |s
¡s·s. s |s s||··
.·.+s. s++ ¡+·s·
ss+. ¸+· s..s·. |.
sé/.+s·.)
Le Christ-Roi
\+ é..+ss·s |+· é.s·. ¸+s·s+.. /·s ¡|+s .|.· ¸+. s+ é¡é. ¡+·.s+. s··s·
.+|.+s.s.+. sé.+..·.. |||. ++s s s·. ¸+. . é.s·.¡s· |·s·. s. N.·.·\.·¡+.+·
¸+ ·| s.s·. é.é .+/...·++é.. s·s¡sé /·.+ +. s; .·+.s·. ¸+· +. /+. s. ¡s· s+
.sss+s.s.+. 0· ¸+ é.s·. .. ++..s+ |s|s·+s |.·¡·.ss·+ s. |s s+..·s··
+..és+ |·|s s. ||ss. || ; é.s·. ·.¡·és.+.é..| ¸+ ·| .·.+s·s s |s /·+ s.s ..s¡s
¡·.és+· |.s ++é.s s++. ss·+ ..+s+. |. ¡||. s. |s ..··. s. |s+.·. |é+·sss+. s.s
|·s ¸+. s.+· s+¡.s |+· ¡·és.+.s·.+. |.s .|·+·¸+.s ·é¡`..+. s |.+.· ¸+. |s ¡+.··
··`·. ss.s+çs·. s+ .s|s. ss |s++·`·. .+ ss·+s .||.s ++s s·s.+. |.//·· ¸+. .....
.+. ·+s¡··s·. s+· .++.s·s (é.s·. |és+s·(|··s. /· .+s+·ss+. s+ s·sé. s |s
|s.s·||. 0+ .++sî. |. s·¡+. s++é¡s· |.s++. |·s s. |s ¡··s. s.s I+·.||.s |s
¸+.+. s. |é..+ss·s .+.|s+. |·+.·+.·||. /·..·.ss. (é.s·. |és+s·(|··s. |s
|·.·s+. s+· s|ss.s s. s+ .+.;é. 1+ss· s+ s. «Jeanne la queue y touche »,
.||. ·é¡+s ss+s |és·..· « Tout est vôtre » ,• .. ·| .+ /+. s·+s· 1+ ss.·. ·|
s|·s¡.s·. |s .... s+ bs+¡|·+ s··s.+|.+s.s.+. .+s+·. s /.·ss || s.s·. é.és
|s ¡.·+. ·| s..s·. ..·. s ||++.+· N; s.s·.··| ¡ss s·¡+·/·.s.·+ ¡|+s ¡·/+s.
N. /s+.··| ¡ss ; .·· |. s+z.·s·+ .+.·s+. ·+.·+·ss+. |. .ssss| s··s.+|.+s.s.+.
.··és.s ss·+s s. ..+· ¸+· ¡·é..+ss·.+. |+· ·s.·· |. /·./ |.s ¡s·|.s s. |s .é+é·
·s||. ¡.+..+. /·. |·.+ s. ¡·...· s .. s.+s
¸+./+. ¡+· (|s·|.s l|| |||·¡s.·+ s. s. |s·ss.· .+s+··.¡+s¸+ s |s |ss·|·¸+.
s. /.·ss ¡s· |s ss·+ s++. .+/s+. |s s.·+·`·. s. s.s s+¡....s s .·s..·s ..+.
4
|·.+.s s. ¡s;s .++.s·s .+ /s.. s. |s .|·é.·.+.é.. s. |s ¡s.é··.éé|s|·.s í+
|sss¡. s. .ssss|·.é.·s·s·.·s s+ s+z.·s·+ |. \.·¡+.+· s. |.+/s+. s·+s· .|·s·.
¸+· +. ss·. ¸+ s+ s;.+ o¡. ||sss¡. /éss| s·ss·. s ·....·· s.s /·s.s ¸+·
++s ¡s·s·ss.+. s+¡+·s |+· s·+¡+|·`·.s .. |·zs··.s ss·s ¸+· ¡s· |.+· s·+¡+|s·
··.és.s. +. /s·ss·.+. ¸+. ·.+s·. s.+s·||. s .+s |s sé¡.+ss+.. .. |s s+|·s··
+s.·+ ¸+ .||.s s·¡+·/·s·.+. |. .·s· ·· s. |·s+.. |és+s·(|··s. .··¡.s s.s||s||.
|sss¡. s+ /·|s s. |·+/·.++é(|s·|.s l| |+· s...·. le locum tenens .+ ¡s·
s.ss·+ s+ /·./ ·| ¡··. s+ s.·+·.· ·s+¡ s. ..s ¡..·.s s. ..s /s·||.s ¡+· |s ¡·...·
.·+ s.s¸+.|s ·| s s.s+. .+. é.s||· |s ·;s+.é.|·é.·.++. || .··¡.s·. ... |sss¡.
s+ .ssss| s+s ¡.·+. s. ·./+s s. |·+..s.·ss.s.+. s+ /·./ s+ ¡·+. ¸+. |.+/s+. ¡+·
.s·. s··. «Il n' y a de salut qu' en moi, ainsi le veut mon Seigneur. » |. ··.+ + .··
¡··ss·. s·.+· .. ss s+..·s·+..é .. |+ss¡. ¸+ ·| .+..+ss·. ¸+. |. .ssss|/·. s. |s+·
.··.é.. s. |s ¡+·sss+.. s+. ·| |·+..s.·sss·. (P. Ayroles, t. IV, p. 441-445)
La sainte demanda aux grands du royaume des réformes qui embrassaient le
pays tout entier ; elles n'étaient que la loi du suzerain, c'est-à-dire l'Évangile
appliquédans l'ordre politique :
|s s·ss·+ .s. .+s·.·++.||. |. bs+¡|·+ s·. |é·· s+· ·s·.s ¸+. |. (·.|
|+· ·+.·s.·s ¡s· s+ |+.;é. í+. ·é/·s. ¡é+é·s|. s·. ..·. ¡é·é. ·é.+.··
|·s.·+ s... b·.+ ·é.+.·|·s.·+ s. .+s |.s ¡s·.·s ¸+· s·.·s.+. |.s sé/.+s.+·s s.
|s .s+s. +s.·+s|. |·.+ ¡|+s ·é.+.·|·s.·+ /·+s|. s... |.s 1+¡|s·s \· |. ¡s·.·
¸+. |s ¡.++. /·||. .·.+. ·.|...· .s. ·+/·s`|. s+ |·.+ s.s |é+és·..·+s ¡·s·s.s ..
s.·+. sé¡+.s+.s||.s .|o.·s.+.s 0.·s+ ss+s s+ \és··. .s¡sés¡·`s
|s sé|·.·s+.. s0·|és+s s.s·. s.¡+·s sé¡s s.+· s·s s·. |s s.s. .|s. ..
·+s·¸+é|.s ¡·s+s.s |·¡+.s s. |s ·é/·s. s ¡é·.· |+ +. .s¡·.+s·s +· ||·s·
.··. +· |s s·ss·+ s. |s |·|é·s.··.. .s+. ¸+ + s|s.·+.·s s .·|.· ... ss¡...
(P. Ayroles, t. m, p. 520)
Sainte Jeanne d'Arc apprenez-nous à prier, apprenez-nous tout le sens de cette
parole : " Que votre règne arrive ", Cœur de Jésus,Roi de France !
Pat r iot isme de Jeanne.
|. ¡s.··.·ss. s. |s l·.·¡.·0+.···`·. + s ··.+ s. .ss++ s... |. ¡s.··.·ss.
ss+.s¡. .. |s·|s·. s. /s. .. s. \¡s·.. |||. +. ..+. ¡ss sss+·.· s s+ ¡s;s ++.
¡·é¡+sé·s+.. é¡·s.. /·||. s. |·¡+.·| .. s`·. s.s ·+¡+s..s ¡¡·.ss·+s /·.+ + .s.
¡|+s |·+ s. ss ¡.+sé. . .s. |s +··.·· ¸+. s. ¡.·+s·. s+s s. ¡s·.·|s .·s·.s |ss+·
¸+ .||. ¡·.. s |s |·s+.. .s· . .s. |é··¡.· .+ ¡s.·++. s.s s··.s s. |s /·.. ..
s.s ¡+.··.s s.·..·s·+s.·+ s. ¡.+¡|. s ¡.+¡|. ` ·
|. |+. ¸+ .||. ¡+·s+·. ++s s s·. 0.·s+ . .s. .+ /s·ss+. ..ss.· ++. ·+¡+s..
5
.;·s++·. sss.+.· |s ¡s·· ss+s |.s /;.·s ¡+· ¸+. |+ ; s.·.. b·.+ ss+s |s ss·+·
...é.. |s ¡+s.·..
|||. .+|s·. |s ¡s·· s... |.s 1+¡|s·s s`s ¸+ ·|s s.·s·.+. ·.+.·és ss+s |.+· î|.
.. s+·s·.+. s|s+s++é++ ¡s;s s+· |.¸+.| .||. s·ss·. s ·é¡é..· ¸+ ·|s + s.s·.+.
s+.++ s··. (. +.s. ¸+s¡·`s |.+· s.·· s·¡+·/·és .··s ·.¡··s.s ss.·· s
·.¡sss.· |s s.· ¸+ .||. .+ .·.+. s+· s·s.s ¡+· |.s ; .+.·s·+s·. |||. s.s·. ·s·.
s. |.+· /s··. ..... .··¡|. s+·.·+ .+ .s|·+s+. .. ¸+· .s. é¡s·s ss+s |.s s·..·s
s.+s.+.s ·| s.s||. ¸+. . .s. ¡|+s s.
.··s /·s ¸+ .||. |.+· s /s·. .+..+s·. s+
+|.·ss.+s
\.s. |·s¸+.||. /·s¡¡. + s·.+·
¸+.||. ·s++. s. /·s¡¡.· s+ .œ+·
ss·¡+. s. |s +é..ss·.és |s¸+.||. |s ·és+·.
||s.·+s.·+ s.s .++.s·s s sé¡··s.· s.s
s.+s..s 1¡·`s ss ¡·.s·`·. .·..··. s
\s·+.·|+¡ .||. ¡|.+·. s s·. |s¸+.·.|
s+· |.s os.s s. ..+· ¸+· s+. s·.s ss+s
s. .+/.ss.· ¸+.||. .+.|s+.. |¡+·¡s.·+
s 0|s.·sss ss.·· s s. ·.+s·. ' 1 |s.s;
|. sssss.·. s.s /+;s·ss |+· .s+s. |s ¡|+s
¡·/+s. s+|.+· .||. s.s..+s s. .|..s|
¡+· .+s|.· .. /s··. .+/.ss.· ++ ¡···
s++·.· ¡·`s s.·¡··.· s+s |.s .+¡s
\s .s¡sss·+ +. sé¡sés+ ¡s¡.
.. s+ s+sô+·.· sé..+ss·. s+·.+. s ..s
¡s+.·.s |ss.s ss·s.s ¸+. |+ /s·ss·.
¡sss.· s1+¡|...··. .+ |·s+.. ¡+· |.s ;
/s··. s+··· s s·. \+s.·.|..
|s ¡+.··. .+.·. |1+¡|...··. .. |s
|·s+.. ++s s·.··| é.és·. ss+s s. +s·
|·.+· s.+s.+.s s+ ..s¡s |s·sss·. |s .|·é·
.·.+.éss+s sé/.+s. .. |·+/·s`|. .+ ¡·/··
.s·. ¡+· é..+s·. |.s /·+.·`·.s s. |s |s··
|s··. || /·s¡¡s·. s+· ¡·..s s. |;zs+.. ..
s||s·. ss+s .·+¡. s+s ; é.s||·· ..... ss··
+s.·+ ¡¡·|·. s+ s+s. .·.·|·sé ¸+·
s.¡+·s ¡·`s s. .·+¸ s·`.|.s s.s. s. +s ¡+·s s. s·¡+s|. ¡s· s.s sssss.·.s ¡é···
s·¸+.s ..|s ¸+. ..+· s. \;··. s1·sé+·. s. (·`.. (P. Ayroles, t. IV, p. 447)
Jeanne d'Arc à l'épée et au fuseau
Voici ce qu' elle écrit au duc de Bourgogne, après le sacre de Charles VII à
Rei ms: »,S:T-:,- ^ ,;>- -r -
ns+. .. ·.s+.é¡··+.. s+. s. |+·¡¡+. |.|s++. |s |+..||. .+s ·.¸+·.·.
s. ¡s· |. ·· s+ (·.| s+ s··.+··.· .. s+..·s·+ \.·¡+.+· ¸+. |. ·· s. |·s+..
.. .+s /sss·.z |++. ¡s·· /.·s. ¸+· s+·. |+¡+.s.+. |s·s++.z |++ s |s+.·.
s. |+ .œ+· .+.·`·.s.+. s·+s· ¸+. s·..+. /s··. |;s+· .|·é.·.+s .. s·| .+s ¡|sî.
s. ¡+.··;.· s||.zs+· |.s \s··ss·+s
|··+.. s. |+·¡¡+. ¡. .+s ¡··. s+¡¡|·. .. ·.¸+·.·s .s+. |+s||.s.+. ¸+.
·.¸+é··· .+s ¡+·s ¸+. .+s +. ¡+.··;·.z ¡|+s s+ ss·+. ·;s+s. s. |·s+.. ..
/s·..s ·..··.· ·+.+.·+.+. .. |··`..s.+. .s ¡.+s ¸+· s+. .+ s+.++.s ¸+.|¸+.s)
¡|s..s .. /·..·.ss.s s+s·. ss·+. ·;s+s. b. |s ¡s·. s+ ¡.+.·| ·· s. |·s+.. ·|
.s. ¡·.. s. /s··. |s ¡s·· s... .+s ss+/ s+ |++.+· ..|s +. .·.+. ¸+ s .+s
|. ¡. .+s /s·s ss.·· s. ¡s· |. ·· s+ (·.| s+ s··.+··.· .. s+..·s·+ \.··
¡+.+· ¡+· ..·. |·.+ .. ¡+· ..·. |++.+· .. s+· .s .·.s ¸+. .+s +. ¡s¡+.·.z
¡·+. |s.s·||. s |.+.+.·. s.s |;s+· |·s+çs·s .. ¸+. .+s ..+· ¸+· /+. |s
¡+.··. s+s·. ss·+. ·;s+s. s. |·s+.. /+. |s ¡+.··. s+ ·· ||és+s ·· s+ (·.| ..
s. .+. |. s+s. s+ s··.+··.· .. s+..·s·+ \.·¡+.+· |. ¡. .+s ¡··. .. ·.¸+·.·s
s ¡·+..s ss·+s ¸+. .+s +. /sss·.z ++||. |s.s·||. +· +. ¡+.··;·.z .+.·. ++s
.+s .s ¡.+s + s+¡..s .. .·;.zs+·.s.+. ¸+. ¸+.|¸+. +s|·. s. ¡.+s ¸+. .+s
ss.+·.z.+.·. ++s ·|s + ; ¡s¡+.·+. ··.+ .. .. s.·s ¡·s+ ¡·.·és. |s ¡·s+ |s.s·||.
.. s+ ss+¡ ¸+· ; s.·s ·é¡s+s+ s. ..+· ¸+· ; .·.+s·+. .+.·. ++s (R Ayroles, t.
IV, p. 58-59).
Tout est ramassédans ces lignes : à la fois elles affirment la prédilection de Jésus-
Christ pour le saint royaume de France. Mais aussi est préciséle sens de cette mis-
sion : la défense de sa sainte loi ici-bas, et non pas l'exaltation de l'orgueil national.
Sainte Jeanne, hâtez la conversion de notre pauvre France !
Lys au milieu des épines.
Les forces du mal - Satan et ses suppôts - sont conjurés pour notre perte, et
leur armée semble triompher aujourd'hui. On pourrait être portéà baisser les bras.
Courage ! La Pucelle est passée par des situations semblables, elle nous montre
le chemin de la victoire.
||+s s··s.+|.+s. .+.·. .s. ss .|ss...é || + ; .+ .+. ¡sss·s s. ¡|+s .·¡sé.
·| + .+ .s. ¡ss s. ¡|+s s |s|·· s. .+. s+¡ç+ s. ¡|+s ¡é+é.·s+.. s· .. + .s. ..||.
s+. |s ¡+·..é/·. s·.·· |. l.·|. s+ s.·+ s. s+ |`·. |s .|ss...és. |.s++. .+. |.
¡··.·|`¡. s. ..||. s. |s \`·. s. b·.+ N+s s.+s .+..+s+ |.s +s|·.+· .és·+s
·| ; .+ s s+ s·+s |+·. + s·· ¸+· ++s +. s//··sé¡s· s.·s.+. ¸+ .||. .|ssss·. |.s
s·sss.s ·s¡+·s .s|ss·. |.s s.+s .. /s·ss·. é.s++·· ¡+s¸+ s |s s·s¡|. ¡.+sé.
7
.·+||s+.. |s·|. |·..+.·.+s. ·.¡s·s |ss.·/ s.+s ·é¡·+.é .+ ss ¡·és.+.. .+. .·¡··
·s·. .. /s·ss·. ss.+.s+és.+. ¡|s.. s |s sé·é+·.és. ||s.+ 1+ss· |s l··¡·+·.és·.·
.||. s++és |s lé+é·s||. s+ +s ¡·é/é·é |s |·|é·s.··.. s+ ¡.+·. |+ss·+ .s. ¡+·
.+.. |s+¡+. |s Vierge ss+s é¡·.|`.. ss+s .s¡|és.+. |s |·|é·s.··.. /·s+çs·s. /+.
la Pucelle ss+s é¡·.|`.. .. ss+s .s¡|és.+. 1·+s· |s +sss s+ s·`.|. ¡+s¸+ s s.s
.++.s·s ¸+· |. .+s.s..+. ++ ss+s ++ .·|.+. sé¡·. Johanna quae puella vocife-
ratur, é.··..+.··|s s·+s· .||. s·. ..·. +ssé. ¡s· ..+· ¸+· s+. ¡s|+· s. |s ¡s·.·
s. .+. |é.|s. s+ ¡|+s |.s+ s. s.s ¡;s+· (P. Ayroles, L. IV, p. 456)
Elle a veilléà instaurer partout la pureté. , r .
(. s.s. ¡+· s. |1s..+s·+ .||. /·.
¡+||·.· ¸+. ++| +. /+. |. |.+s.ss·+
sss.z |s·s· ¡+· s·.·· s. |s .·||. ..
s||.· s+ .s|s. ..s| ssss+. ss+s s..·.
¡·é.és.ss.+. ¡·és.+.és .+/.ss.
¸+. |+ ..·||o. s .. ¸+ ·| + ; .+. ¡ss
ss+s |s·sé. s.s /.ss.s s. ss+.s·s
·.+s ¡s·.. ¸+. s .s+s. s.s ¡é.|és
b·.+ ¡.·s...·s·. |s ss+.s·s. ·ss+. s.
|s ¡+.··. || /+. /s·. .ss. |.s++.
|s.s·. ·s++é
|. ¡é.|é s·ss·.·.||. /s·. ¡.·s·. |.s
|s.s·||.s . .s. s+ ¡é.|éss|·s ¸+ .||.
s /s·. |s ¡+.··. s |s .+· s |s·sé.
ss+s |.s .ss¡s .+¡+·s ¡s·.+. ||ss·
¡|`s. |·|.·.·+s¡. sé¡·éss.·+s .||. |.s
s .+s ¡+·s+·.·s s... |. z`|. |. ¡|+s
s·s.+. 0+ |s .+. ¡·.+s·. s+ .||.. ++
s.s ¡·s+ss s+ ·;s+s. ¸+· s.s·. ||ss·
¡|ésé .. .··¡.· ++. ·é¡s·s.·+ ·ssé·
En route vers Orléans -la marche sainte. s·s.. |. s+. s1|.+ç+ sé¡s. ¸+. |s
.·s·+.. s..·. .+..+s+ ¡s· .||. s··..s·. |. s. .+¡s||. s+· s.s |`.·.s |s|·.+é.s s
+.·s¡.· |·+/·+·. \s¡.s.é ¸+.||. ¡+.··. ss+s .·... s+· /.ss.s s. ss+.s·s. .·. '
|||. s.+sçs·. s. ¸+·...· |s·sé. s· |+ +. s...s·. ¡ss |s .+s.·.+.. .+ ·`¡|. ..
|. ¡+· s. |1s..+s·+ ´ ss· .||. /s·. ¡+||·.· ++ .·· ¸+. ¡.·s++. +. /+. sss.z
|s·s· ¡+· ..+·· s |s |s.s·||. s+ |.+s.ss·+ ss+s s..·. .+/.ssé |||. sé+s¡. ..
s.s /s.·|·.és .. s.s s..·s·.s ¡+· |s..s¡|·ss.s.+. s. .. s..·· (P. Ayroles, t.IV,
p. 453) • '
8
Quelle énergie ! Mais aussi, quelle simplicitédans les moyens employés,et qui
sont à notre disposition : l'eucharistie et la confession. Sainte Jeanne d'Arc, qui nous
voyez au milieu d'un monde si mauvais, donnez-nous l'amour de la puretéet la fer-
metépour la protéger !
Modèle pour t out es les condit ions. i
|. .s·s·+s| |·. s ¡+s..s.+. s·. ¸+ .||. é.s·. ++ ss`|. s ¡·¡s.· s .+..s |.s
.+s·.·+s s |s /+|. s.s ¡o.·.s .. s |s /+|. s.s ··s |ss¡·+.·.·+ ++ ·sés| ¡|+s ¡s··
/s·. s. |s ¡.++. /·||. ss+s ++ sé+s¡. s. ¡s+.·.s .+|.·.s..+·s ¸+. ..|+· ¸+. ++s
+. ·..·s.é|.s .és·+s s. bs·és; |+ ·.s.s+. ¡s;ss++. s.s ¡·.ésés .·s·s·
.·s s. |s ·.·+. ss ss+·`·. s. .·s·..· s... |. ·· |.s ¡··+..s s+ ss+¡ .. |.s ¡·s+ss
.+ ¡é+é·s| s+. s· ¡|.·+s s. .·s·. .+·.·s·. .||. s s· |·.+ .·s·s·.·s s. .|s.++ |.
.+ ¸+· .+.·.+. ¸+. |+ ¡.+. |s ¡·¡s.· .ss. ss`|. s |s /·||. s.s ··s
|s |+..||. .s. |. ss`|. s.s os.s .+..s¡|s.·..s 1... ¸+.| ·.s¡... .. ..¡.+·
ss+. ¸+.||. ·+.·s./ss·|·s··.é .||. .·s·.. s... s.s ss·+..s .. s.s /·`·.s s+ (·.| ' ¸+.||.s
ss·¸+.s .·s·.s .. s|·s.s .||. s++. ¡+· s·s..·+.· |.s .·s·+s s·.·+.s s.s ·+s.s
¡s· |.s¸+.||.s |.s¡··. s.s .é+`|·.s .|.·.|. s |.s .+.·./s··. .+ s. .·s+s/·¡+·s+.
.+ s+¡. s. |+s·`·. ' |. ..¡.+ss+. + .·+..· .·. ¡|+s /é.+s.s.+. s..·..
|||. .s. |. ss`|. s //··· s+· |.+·.+· s+ s·`.|. |s.·.. ¸+. ¡sss·s |ss.
s·..| ¡ssss s+ss·+ s.s .é+`|·.s s++. .·. |s.+·. s+ s·s· s++. ¡|··. ·+.s·
¡s·s||. ¸+s+s |. s|.·| s. |s ¡|··. s· ss+¡.·.+· ¡s· s.s /.+· ss·ss·.··| s+·
ss·+.s.+. s+· ++. .... s.s ·s;+s s· .s|·ssés |. |s ¡.++. /·||. |.s s+¡¡·.. ss+s
|. s·+s·. é||+·ss.s.+. ' |||. ·.s.. |s ¡.++. /·||. s·s¡|. .s+s·s. ss+s s|·.
s·¡+.·| .ss. ss+s .·s·s·.é |s||s·.··| ¸+. s+ .s¡··. /+. s+s·s s b·.+ ¡+·
¸+ ·| .ss++·¸+o. s ss .|s·· s... ++ .|s·s. s·.·+.s.+. .··¡·+s| |.s éss+s.·+s
s+¡é|·¸+.s ¸+· /s·ss·.+. ¸+s+.+· s.||. s.s. |.s |·|.·.·+s é.s·.+. ·.+s+s
ss.+.s+és.+. s+ .s|s. s. ||s.+ ¡··s·.·/' |||. .s. |. ss`|. s //··· s ..+·
¸+· s+//·.+. \+s ¸+.| ¡·.ss·· .||. s .é.+ s.¡+·s |. ¡+· + .||. ·.ç+. s+
s+++.·s.·+ ¡+s¸+ s+ ¡+· + s+ os. s.+.|s·. ..·s |. (·.| s+ s·|·.+ s.s /.+·
s+ |+.|.· ' ¸+.| s..s||s+. s..·.. ¡+· |.+/s+. s. s+z. s+s ¸+. |·+.·;s||. s·s·
s·+ s+. |.+.·..·.++.+. s+·s+. .·+¸ s+s |.s s+¡.s .. |.s ss·+..s ' ¸+.| .œ+· +.
/·és··s·. s |s .+. s++. /s·||. ¡s·.·. s.s |s.s.|.s /·s+.|·s ¡s· |s ¡.++. /·||. ' ¸+.||.
s..s||s+.. s+|.+· s. s.+.·· |. ¡.+ s. /· |·+s+.·s+.. |s .·s|·s+ ¡s·s|;s.·
s·+.//s||.s |·|é·s|·.és .s¡..|.· ss··...· s.s /·.+..s s. |s·s.s .. s. ss+¡ s.
¡·é..+·· s·ss.+s.s ss||.+·s ' \.s. ss+s s+ s++é. s. .··s¡|. |s lé+é·s||.
s+. ¡·..· ¡·ss s· s..s||s+. |. .||. +. s+..s|. ¡ss s+ s·s.+· + .+ .s. ¡ss
·s|.+.·. ' ¸+. + .s.·..·¡ss s. ss ¡sss·+ .. s. s+ ss·.;·. |·. s. ||s.·.s·
.·+ s+ .s·s·+s| |·. ¸+. |s ·.ss.s||s+.. s+ s·s.·¡|. + .s. ¡ss ++. ·+¡+·. ¡+· |.
9
ssî.·. ++s .s¡é·+s |·.+ é.s||·· ¸+ s s.+ ..+·· s+· .+.+·s .·.é··.+·s ¡sss·s
|s ¡sss·+ .. |s s·. s+ /és.s¡..+· + +. é.é¡|+s s·++.·.+s.s.+. ·.¡·s+·..s
.. ¡+· s·+s· s··. .s|¸+é.s (P.Ayroles, t. IV, p. 488-489).
Mais ce dernier point mérite une attention à part. Sainte Jeanne d'Arc, donnez-
nous l' amour de notre devoir !
, La Passion de Jeanne, r epr oduct ion du Golgot ha.
\.+|. |s .+/·s·.és.s .œ+·s s... |. .œ+· s+ \s`|. s. .+s |.s ¡·és.s.·+és
sé..·s·+. |. sé··.. .. s.s+·. |s ¡|··. .. |s /é|·.·.és.s \s·+.s b·.+ s.+| ¡.+. |s¡·
¡·é.·.· .||. é.|s¡¡. s +s ¡+¡.s.+.s .. + .s. ¡ss s+ s.¡·és. ss·+...é·+.é·
··.+·. s. |s |+..||. ¸+ ·| ¡.+. ..·. ·.· ¸+.s.·+ ·| ss¡·. s.s s.|·s s. s+ .··s·
..+.. s+ .ss·. s. ss .·. (. .ss·. ++s ¡s·sî. .ss. ++. s·+·s.+·. s. ..|+· s.
|s .·. s·..||. s. |nss.·b·.+
|.s .··s ¡é··s.s s· ¡¡sé.s .. s· .+.·s··.s s. ||·s.··. s. |s lé+é·s||.
\.·.s+.. s. b·.+ ·s¡¡.||.+. sss··s||.s.+. |.s .··s ¡é··s.s s.s ¡+·s s·..|s
s+ \s+..+·
\s·s . .s. s+·.+. ss+s |s ¡sss·+ .. |s s·. ¸+. |s .+/·s·.é.s. minutieuse,
++s +. s·. s.+· ¡·s+ss é..¸+.s .+..s¡·s·+s .. . .s. ..||. ¸+. ++s ¡·¡·
s+s s. s...·. .+ |+s·`·. (+/·s·.éss+s |.s s.+.+·s s+ s·ss. s. |é·+ss|.s
.. s. /+.+ .+/·s·.éss+s |.s ·s¡+.s.·+s .. ss+s |s ss+·`·. s+. + .|.·.|.
s |.s é.s||·· .+/·s·.éss+s |.s .·.+·.s ·+/|·¡é.s .. ss+s |. s+¡¡|·.. ss+s |.s
.//..s ¸+ ·| ¡·s+·. .. ¡+s¸+. ss+s |s .·. ¡s.|+s. ·.··|ss
|.s .++.s·s s. |és+s se mirent en quête de faux témoignage contre Jésus pour
le faire mourir : Quœrebant falsum testimonium contra Jesum ut eum morti tra-
derent (Matth., XXVI,59). (. + .s.¡ss |s .|+.é¸+· s ss+¸+és (s+.|+ |+
¡·.+.. |.s ·+¡+·.s .s·.s .+.·. 0é·s·s |..·. .. N·.|ss |s·||; .+¡s||.s s. + s.··
s¡¡·.é¸+. s.s .és·¡+s¡.s .·s·s s+ |·.+ s.s /s+ss..és ¸+ ·| s+·s·. .+|+ .+
|..+··
|| ; s.s·. séss..·s ss+s |.s /s+· .és·¡+s¡.s ·.+s+s .+.·. |és+s conveniens
non erat testimonium eorum. (Marc, XIV, 59) \· .ss. |. ..+. ¸+·.|.·s. ·| ;
.+. ++. s..+s. .+¸+... ¡|+s .+/·s. s+· .+.s s. (s+.|+ .||. ss+¸+s·. s.
.+s·s.s+.. ¡+·s¸+. ss¡·`s ¸+·.|.·s. .||. /+s·. s+ ¡·.`s |s .+.·ss·..·+
.ss. ||s.·.. |+·s.·||.s s.s. ¡|·ssé. ¡+s¸+. ss+s |s s.+..+.. + |s lé+é·
·s||. .s. ss|·s sé.|s·é. .+¡s||. s++. .··s·+.||. ·s¡s.+·. ¡+· s.··
·+..+.és.s s¡¡s··.·+s Decemimus te revelationum et apparitionum mendosam
confïctricem ; .. ++ ¡.+ ¡|+s |·+ .+sss+é. ¡+· s.·· .·+ |é¡`·.s.+. ¡+· ..·.
ss++é. s |s s+¡.·s.·.·.+ .. s |s s·.·+s.·+ Decemimus te leviter credentem,
superstitiosum, divinatricem.
10
1 sé/s+. s. .és·¡+s¡.s .·.é··.+·s |.s |+·/s .|.·.|s·.+. s ¡·.+s·. |. \sî.·.
s+ ¡·`¡. s. s.s ¡s·|.s Ut caperent eum in sermone (Luc, XX, 20).
(.s. s+·.+. s+·s+. |.s ¡+·s ¸+· ¡·é.és`·.+. |. s+¡¡|·.. ¸+ ·|s s+|.·¡|·.+.
|.+·s .s|+.|.s ||s |.s s+|.·¡|·.+. ¡+· |+· /s··. .+/.ss.· ss s·.·+·.é ¡·+. ¡··+·
.·¡s| s. |.+·s ·+.··s·+s.·+s |és+s +. |s ¡sss·s s//··sé. s... ¡|+s s. /·.. +·
¡|+s s+..+. ·| ¡·és·. s ..+· ¸+· |s sé.++s·ss.+. |.s .|o.·s.+.s ¸+· |.s s...+·
s.+. ·| ·.++..||. s.s .+s.·¡+.s.+.s |.s ¡|+s s+·s s |.+· +s.+·. |. ¡·+. ¸+ +.
s+·.+. .+ .+. |.s ·+..··¡s..+·s s. /+.+ . .s. |s s·.·+·.és. |s s·ss·+ ¸+. |s.·
.+sé. ss..··|+. |.s++. é¡+·s. |.s .·¡·.ss·+s ¡+· |s//··s.· |||. s+ss· + |s
.+ ¡·és·. s s.s .++.s·s |.s .|o.·s.+.s ¸+· |.+· s+. ·és.·.és .||. ·é.`|. |.s s;s.`·.s
s. ss .·. .. s. s+ os.
|·s·.s.·+ s.s||. .+¡+·s ¡|+s ¡s·/s·..
s s.s+·. ¸+. |. s+¡·.s. ss.··/·.. .s s.
.+sss.· |és+s s+· s+ (s|.s··. s ¡s··
s++és s.s |+··.s+· |.s++. ¡s·s++.
ss·s .. ¸+. |. \sî.·. +. ¡+.s·. ¡ss /s··. s
.s+s. s.s. s. ss ss·+...é |.s++. .·és.+·.
/s·||·||. |s /s·. .||. s.ss+s. ¡s·s+ ¡+·
.||.·s.s. .. s||·.·.. ++. s.ss. s. .+s |.s
¡·..·.s ¡·és.+.s s+ s+¡¡|·..
|s ss+·`·. s+. .||. ; .s. .+s+·.. ..
s..s.|é. + .s. ¡ss ss+s ·s¡¡.|.· |s .·|.+..
s... |s¸+.||. |. \sî.·. /+. ¡+ssés+· |s .···
|. |s·||· +. ¡·.+s ¡ss s.s. |. ..s¡s s. |s
.+sss+.· s+ |+.|.· Fais ton devoir, s·.··|
s+ |+··.s+ .. s++ s·¡+. ·| ·s++. ¸+ .||.
s·. ¡+ssé. s+· s+ .s|.s··. |||. ; .s. |·+·
.s|.s.+. s.+é. s..s.|é. .s+s·s ¸+ .||.
·+.¸+. l'Eglise victorieuse de là-haut s+
+s s. |s¸+.||. .||. .s. ..++. ss·s s`s ¸+.
|s /|sss. |s ¡s¡+. |.s ;.+· /··és s+· |s .··· ¸+. |.s s.+· ·.|·¡·.+· bs·+·.s·+s
.·.++.+. é|..é. s..s+. s.s ·.¡s·ss .||. +. ss·. ¡|+s ¸+. ¡...· s .+s |.s é.|s |. +s
s·.·+ ¸+· /+. |. .+. s. ss .·. |és+s ' |és+s ' s·.·.||. s... ++ s...+. ¸+· /.+s |.s
·.|.·s ¡. ..+· s··. |. .œ+· s. s.s .++.s·s s. (s+.|+ |+··s.s. .. .+ .··. s.s
·+·ss.s+· s. |s·s.s í+. s.·+·`·. /·s .||. |. /s·. .+..+s·. s... ++ .·· ¡|+s
¡.·çs+. ( é.s·. |. .·· s+¡·.s. \+ os. s.·|s|s·. s... .. s.·+·.· s¡¡.| s.s·
||s||. .+ ..|s .+.·. s s+ s·.·+ |·s+.é s+. |.s é.s+¡é|·s..s ++s s·s.+. Iterum
damans voce magna, emisit spiritum. (Matth., XXVII, 50)
11
¸+· sé.++s+. ¸+. ¡|+s·.+·s s.s sss·s.s+.s s·.+. .+ |ss·s||. +s s.
|és+s s. sé.s.|.· s+· |s /|sss. .+ |...·.s s. /.+ |és+s .+¡+·s .·.s+. ss+s s+
|¡|·s. + .s.··| ¡ss |. .+. s. |.s++. |s |+..||.
bs+.·.s +. .·+ .·· ++. .|s|. ||s+.|. s·.·· s.s /|sss.s s+ |+.|.· N.s.·
..·¡ss ¡+· sés·¡+.· ¸+. |. .+·. ¡ssss¡. s. |s l·.·¡. s. bs·és; s.s·. é.é
.ss. |s .+.·++s.·+ ss+s s.s s.s|·.s s. |s .·. .|.s+s··¸+. s. (.|+· ¸+. |s
.|s|. s.s·. ss·¸+éss+s |. |+·ss·+ ¡+· ..·. |. \sî.·. s+ ¡.+·. |+ss·+
|. .œ+· s+ \sî.·. .+.· +..·. ¡s· |s |s+.. s+ s|ss. .s. |. s.·+·.· s¡...s||.
¸+. ++s //·. |és+s .+ .··· |. .œ+· s. |.s++. ¸+. |. /.+ .s. ·s¡+·sss+. s
.+s+s.· .s. |. s.·+·.· s¡...s||. ¸+ //·. |s l·.·¡. s+· s+ |+.|.·
|. ..+.+··+ ¸+· s.s·. ¡·és·sés+· s.`+.s
s+ (s|.s··. sé.··. .+ s. ·..··s+. «Vraiment
cet homme était le Fils de Dieu : vere Filius Dei
erat iste. » Matth., XXVII, 54). |. |+··.s+ ¸+·
s.s·. |·+|é|.s++. .+·. s+ .+..+. s.s |·`·.s
|·..|.+·s ss..+ss+. ss.·· |·+|é++. ss·+..
«Nous sommes perdus, nous avons brûléune
sainte ! » sé.··. I·.sss·. ++ s.s s..·é.s··.s s+
·· s1+¡|...··. «Que je voudrais que mon
âme fût là où est son âme ! » s·. .+ ..·ss+. s.s
|s·s.s |. .|s+·+. 1|.s¡é. ++ s.s sss.ss.+·s
s. (s+.|+ |. /·`·. s+ ..+s.+· s. |s .·..·s.
|+·s s. |+·.s|+·¡ ++. s.s .|++.s s+
¡s·.· s+¡|s·s .s. ¡s·.·.+|·`·.s.+. s·¡+s|é¡+·
|s|+ss+.. s.s ¡|.+·s ¸+ ·| ·é¡s+s |. ¡·./·
Statue de Jeanne d'Arc, /·`` \s+.|+ sé¡s. .+ s.·· ¡|.+·és+·s+. ++
Place des Pyramides, à Paris. s·s
¸+.||. ·.¡·s+..·+ s. .. ¸+ s//··s. |É.s+¡·|. s. |s /+|. ·.s.s..+ss+. s+
(s|.s··. Ils s'en retournaient en se frappant la poitrine : Percutientes pectora sua
revertebantur. (Luc, XXIII, 48).
|és+s·(|··s. s¡·`s ss s·. .ss. s+·s+. ss .·. .s. ·.s.é++ s·¡+. s.
.+.·ss·..·+ b. .s|·.+ s. ss+·`·.s |·s¡·é.és .|.·.|és .·¡|·¸+.· s+ ss·
·s||. s¡¡s··.·+ s+ s.·+ s. +.·. |+ss+·.é .. |.s s.·..·||.s ¸+ ·| ; ¡`·. .|s¸+.
¡+· ' |s /·s+.·ssç++.··. |. .·s·.. .+ .. ss.+. .+ .++.s· ¡.·s++.| ..
·.¡·.+s |. .·· s. |·+/os. 1·+.. |s lé+é·s||. s+ss· .s. s.s.+·é. ++ s·¡+. s.
.+.·ss·..·+ ¸+. + s·.·+ ¡ss .sss;é¡+· |.·¡|·¸+.· ' |+ |s·+. s+ +s s ¡sss·s
|é+· ¸+· s. sé.s.|. .. .+.. s+ |·s.··. ¡|+s é.|s.s+. ¸+. ..|+· ¸+· /+. .+ é.··.
s+· |.s /|sss.s s+ |+.|.· |. /·|s sî+és. \s.s+ |. ¡`·. s. |s¡s.ss·. .+..s·
12
¡·s·+. .s·. .+.·. .||. |s ¡|+s ·+/.·+s|. s.s œ+.·.s |·..é·s··.s .. s+ ss.+.
+ ..s |·¡+.s s+. é.··..s ++ s.s. .·· s. /+·.+· .+.·. |és+s .. .+.·. |s .é+é·
·s||. |.s++. |s |+..||. ·...+.·. ss+s |.s s+.·.s ssç++·¸+.s
í+ ·+s.·+.. ss.s+·¸+. ¸+· +. .·s¡. ¡ss |.s /·|s s. |.+/.· |.+· /s·. ¡·é.·· |.
.+¡ ¸+. |.+· ¡·..·s |s |·|é·s.··.. .+ s+.s+. s+· |.s s+..|s
\· |.s .+s·sé·s.·+s ¸+· .·.++.+. s..·. sé..|¡¡é.s s+. s+ss· /+sé.s
¸+ .||.s ++s |. ¡s·s·ss.+. .. ¸+. ++s s|s+s+++s s s.s ¡+¡.s ¡|+s s+.··sés
.||. ; ¡·.+s·s ¡|s.. ++ s.+|.s.+. .ss. .·.·¡. ss·s .ss. ss·.;·. |ss ++
s.s s.||`..s s+ (|··s. |+·és ss+s |É¡|·s. +. ¡ss`s. s +.·. .++s·sss+..
s+.s+. s. .·.·.s ¡ss ++ ss+s ss |+... + s |s·ssé.s|.· s. s.s |`.·.s s+.s+. ..
s. s· é.|s.s+..s ¡·¡|é.·.s s++. ·+sé+·s||. s+.|.+.·.·.é s+.++ ss+s |.
.s|s. .. |. s+¡¡|·.. + s ·.¡·s+·. s++. ss+·`·. ¡|+s sé.s·||é. .. ¡|+s s·++·
.·.+s. |.s .··.+s.s+..s .·.é··.+·.s s. |s ¡sss·+ .. s. |s s·. s+ /· s.s
ss·.;·s| Ayroles, t. V, p. 589-597).
La Passion de Jeanne nous rappelle que c'est surtout par notre Passion, par nos
souffrances, que nous hâterons le triomphe du Christ-Roi. Certes, il faut combattre.
\sî.·. 0+·||s+s. 1;s.··. |+· /·. ..... s·//·.+|.é I+ ++s s·s ss¡·`s .s .··
¸+. b·.+ ..+. sé|·.·.· |. ¡.+¡|. s. |·s+.. s. s.s .s|ss·.és \·| ..+. |. sé|·.·.·
·| +s ¡ss |.s·+ s|ss.s ss·s.s |||. ·é¡+s·. «En nom Dieu, les gens
d'armes batailleront et Dieu donnera la victoire. » /é¡+s. s+. ssî.·. 0+·||s+s.
/+. .+..+.
«Vous me rendrez témoignage jusqu'aux extrémités de la terre », dit le Sauveur
(Act. 1,8). Mais l'ultime témoignage est celui du martyre. Sainte Jeanne, aidez-nous
à offrir toutes nos souffrances en union avec celles de Jésus,pour le salut de la France,
de l'Éghse et du monde !
Nous aurions pu relever encore d'autres leçons de cette admirable vie. Que la Pucelle
nous donne de profiter de celles qui précèdent, et alors, si humble que soit notre posi-
tion, nous contribuerons à hâter le triomphe du Christ-Roi sur toutes les nations.
CHRONI QUE DU COUVENT SAINT-FRANÇOISDE MORGON
19 mar s 2011. Quatre frères font leur profession solennelle : c'est une première !
Deogratias ! Monsieur l'abbéWuilloud nous fait l'honneur de sa présence,son
neveu étant parmi les profès.
13
21 mar s. A peine remis des émotions de l' avant-veille. Frère Félix-Marie
(Argentin) s'envole vers l'Amérique du Sud, avec le Père Jean et le Père Pacifique.
La première étape est le Brésil,où le Père Pacifique revoit sa famille, qu' il n' a
plus vue depuis neuf ans. Le deuxième objectif était de voir sur place des bâtiments
que nous a légués le Père Cristovao, capucin de l'ancienne génération,qui nous
a rendu visite à Noël 2000, et décédédepuis. Mais attention : pas d'illusion, pas
de fondation en vue au Brésil d'ici au moins vingt ans ! En effet, il ne suffit pas
de pierres de taille, il faut des «pierres vivantes».(IP. 2,5). Le Monastère Santa
Cruz de nos chers frères bénédictins n'est pas oublié.Enfin, dernière étape en Argen-
tine, au séminaire de la Reja. Là, frère Félix-Marie revoit ses parents qu'il n' a plus
vus depuis huit ans. C'est l'occasion de faire connaître notre vie capucine aux sémi-
naristes et aux fidèles, à l'aide de diapositives.
29-31 mar s. Monsieur Bévillard vient nous donner une session de grégorien.Depuis
la demière, qui date d'il y a cinq ans, il y avait bien du travail ; mais nofre profes-
de séminaristes.Ils ont ensuite reçu le diaconat le 29 juin.
18-25 avr il. Un Père et deux frères assurent les cérémonies de la Semaine Sainte
à Pontchardon.
20 avr il. Début des travaux de notre future chapelle. Une équipe de trois
maçons professionnels va nous tenir compagnie j usqu' à la mi-octobre, se dis-
tinguant par leur efficacitéet leur discrétion,non moins que par leur dévoue-
ment.
27avr il. Comme l' an passé,notre promenade de Pâques nous conduit à Crest,
dans la Drôme,où nous terminons la visite de la pépinière de pivoines de Mon-
sieur Rivière. Puis, petite visite au couvent où le Père Eugène fit ses études.
Du 1er au 3 mai. Nous avons la visite de M. l'abbéCouture supérieur du district
d' Asie. Par les nouvelles qu' il nous donne de son apostolat, il nous encourage à
prier pour toutes les âmes à sauver dans cet immense continent.
13 j uin. Honneur et réparation à Jésus-Hostie ! Douze Pères et frères participent à
seur sait toujours
captiver ses élèves,
ce qui facilite l'ap-
prentissage !
Façade de la chapelle, vue du parc à voitures.
9 avr il. Sur nos
quatre néo-profès,
les trois clercs
reçoivent en ce
jour le sous-dia-
conat à Ecône,
avec une douzaine
14
la procession du Saint Sacre-
ment clôturant le pèlerinage
de Pentecôte.
26 j uin .Monseigneur de
Galarreta nous fait l'honneur
de sa présence pour fêter le
jubiléd'argent sacerdotal des
Pères Antoine et Jean-Joseph.
Après avoir administréla
veille le sacrement de confir-
mation, il préside et prêche
à la messe solennelle célé- Au-dessus de l'abside.
brée par le Père Antoine, puis procède à la bénédiction de la première pierre de
la chapelle. Monsieur le Maire était présent à cette cérémonie.L'après-midi,
Monseigneur donne une conférence pour nous encourager à la fidélitéau bon
combat de la Tradition.
Juillet. Un Père et des frères s'emploient à doubler les murs en briques de la cha-
pelle avec des pierres apparentes, ce qui l'harmonise avec le reste de la façade du
couvent. En août, un petit clocher vient coiffer le couvent ; désormais,le son de la
cloche étendra plus loin sur la campagne beaujolaise les bénédictions du ciel.
14-16 j uillet. Un Père et un frère se rendent au Rafflay pour les « Journées Jean
Vaquié» consacrées cette année à la mémoire de Monseigneur Delassus.
16 juillet. Frère Paul-Marie a eu la douleur de perdre sa mère. Le Père Gardien l'ac-
compagne à Orcival, pour les obsèques. Pour adoucir l'épreuve,Notre-Dame a permis
que la cérémonie ait lieu en la fête de son scapulaire, et que le décès ait été le 13
juillet, anniversaire d'une de ses apparitions à Fatima.
Du 12 août au 12 septembr e. Plusieurs délégations de Pères et de frères se succè-
dent à Pontchardon, pour y assurer la permanence, et avancer dans l'enfretien des
abords.
Du 12 août au 17 septembr e. Semaine de «retraite-travaux » pour une demi-dou-
zaine de messieurs. Suivant l'antique devise 0·s .. |s|·s ils vont partager de près
notre vie religieuse.
26 septembr e -3 octobr e. Monsieur l'abbéDevillers vient nous prêcher les exer-
cices de saint Ignace, pour notre retraite annuelle.
4 oct obr e. Frère Nicolas émet ses vœux solennels, sous le regard paternel de
notre séraphique Père dont c' est la fête, et en présence de sa famille, dont son
frère, M. l'abbéChazal, qui s' apprête à rejoindre son nouveau poste, au Japon
(rien que cela !)
15
27 octobr e. Une messe solennelle, suivie d'une adoration du Saint-Sacrement tout
l'après-midi, est célébrée en réparation du scandale d'Assise, qui se déroule en ce
même jour sur le tombeau de notre séraphique Père. Pauvre saint François !
LESANNALESDU COUVENT SAI NT ANTOI NE 2011
Dimanche 23 j anvier 2011. Le Père Jean-Marie et le Père Pacifique partent pour
Caussade prêcher une retraite d'environ trois jours à des élèves de l'école Saint-
Joseph-des-Carmes.
Jeudi 24 février. Le Père Pacifique et le frère Bernard-Marie partent pour la réu-
nion du doyermédu Sud, à l'école Saint-Joseph-des-Carmes à Montréal de l'Aude.
Samedi 26 février. L'un de nos postulants prend l'habit.A l'exemple de Notre Séra-
phique Père Saint François,il renonce à son rêve de devenir militaire pour s'enrôler
dans l'armée de Notre Seigneur Jésus-Christ. Désormais,il s'appellera frère Cas-
sien-Marie.
Jeudi 17 mar s. Une délégation composée de deux Pères et de trois frères part pour
Morgon assister à la profession solennelle de quatre de nos frères, qui aura lieu le
19 mars.
Jeudi 7 avr il. Pèlerinage à Lourdes pour fêter l'apparition qui a eu lieu le mercredi
de Pâques 1858 (7 avril).A 1 IhSO nous arrivons à Lourdes où nous nous recueillons
une bonne demi-heure à la grotte.Aux pieds de Notre-Dame, nous renouvelons la
consécration du Noviciat à la Sainte Vierge.
Vendr edi 15 avr il. Le soir, le Père Pacifique et le frère Félix-Marie sont de
retour de leur expédition en Amérique du Sud.
Mer cr edi 27 avr il. Promenade de Pâques.Nous sommes allés en pèlerinage à
Nofre-Dame de Tudet.Nous avons pu faire 30 km à pied.
2 -7 mai. Retraite mariale franciscaine prêchée par les pères d'Aurenque et par le
Père Pierre qui est venu de Morgon pour nous y aider.
14 mai. Un autre postulant prend l'habit. Désormais,il s'appellera frère Pascal-Marie.
21 mai. Pèlerinage à Notre-Dame de Tudet pour nos fidèles.Le Père François-Marie
et le Père Jean-Marie sont rentrés ce soir en voiture avec les pèlerins.
24 j uin. Une petite délégation part d'Aurenque pour Morgon à l'occasion des 25
ans de sacerdoce de nos révérends Pères Gardien et Jean-Joseph dimanche prochain.
10 juillet. Départ du Père François-Marie pour prêcher une retraite à l'Etoile du matin.
24 juillet. Départ du Père Jean-Marie pour une session de psychologie à Morgon.
31 juillet. Le Père François-Marie et frère Cassien-Marie partent pour Lourdes à l'oc-
casion de l'inauguration de la \s·s+ \s·+.·|¡+s.. des sœurs du Raflflay.
Samedi 6 août. Frère Léon-Marie fait sa profession simple.
28 août. Messe solennelle célébrée par le Révérend Père Gardien à l'occasion de
ses 25 ans de sacerdoce. Après la messe, un vin d'honneur a été offert aux fidèles.
Dimanche 25 septembr e. Après la messe de 10 h, départ de presque toute la com-
munautépour la refraite annuelle qui commencera demain soir à Morgon.
Samedi 22 octobr e. Départ de la communautépresque au complet pour le pèleri-
nage du Christ-Roi à Lourdes.Ceux qui ont dû rester pour garder le couvent s'y ren-
dront le 31 octobre.
Jeudi 27 octobr e. En union avec la Fratemité-Saint-Pie-X,nous faisons 24 heures
d'Adoration Réparatrice à l'occasion de la troisième réunion œcuménique de prières
qui a lieu aujourd'hui à Assise.
SAI NTE JEANNE D' ARCRENCONTRE UNE CLARI SSE
1412 : Quand sainte Jeanne d'Arc vint au monde, cela faisait déjà deux cent ans
que l'humble vierge d'Assise s'était agenouillée sur les dalles de sainte Marie-des-
Anges pour recevoir des mains de saint François la bure franciscaine et faire pro-
fession, donnant ainsi naissance à l'Ordre des «Pauvres Dames »... Mais 200 ans
aussi, durant lesquels l'idéal primitif présentépar cette âme ardente est tombépetit
à petit en décrépitude,ne laissant en grande partie aux filles de sainte Claire que
le nom.
Pourtant, en cet an de grâces 1412, un nom résonne
dans notre ciel de France : «Sœur Colette ». Çà et l à.
les clarisses commençaient à retrouver en elle une
seconde mère. Sa vie ne connaît pour ainsi dire ni
arrêt, ni halte, ni repos. La sainte séjourne dans un
endroit autant que sa présence y est nécessaire pour
négocier des fondations, surveiller les constructions,
former les nouvelles religieuses, et elle repart, perpé-
tuelle et infatiguable voyageuse en quête d'âmes fer-
ventes à susciter, d'idéal franciscain à ranimer, de bien
à faire, de rancunes à apaiser, d'ennemis à réconcilier.Qua-
rante années durant, sous la pluie, dans le vent, dans la pous-
sière ou la boue, sous le gel ou la canicule, elle sera sur les ^'""^^ Colette en extase
s
routes, semant sur son passage d'innombrables miracles, spirituels et temporels.
1426 : La renommée de Sainte Colette n' a fait que croître et il n'était cer-
tainement personne, au moins en France, qui ne sût son nom : elle était le per-
sonnage le plus populaire du Royaume. L'enfant de Lorraine avait donc dû sou-
vent entendre parler, elle aussi de «sœur Colette ». Et, très émue par les récits
de guerre, de pillage et d'incendies entendus aux veillées,son regard devait se
toumer comme naturellement, vers cette femme sainte et puissante par ses œuvres
et par ses miracles pour en espérer la
délivrance du pays. Mais Dieu avait
assignéà chacune sa tâche,et c'est à
Jeanne qu'il avait échu d'être la guerrière
et la libératrice.Elle obéit à l'appel divin
et vous savez comment elle sauva la
France.
1429 : C' est pour Jeanne l'année
de ses grands triomphes. Sœur Colette a
48 ans ; Jeanne 18. Toutes deux sont à
Moulins en novembre pour trois
semaines. L'une et l' autre ne peuvent
s'ignorer. Sans doute, les documents
font défaut,mais la probabilitéest si
forte, s'appuyant sur de telles coïnci-
dences matérielles,la «convenance » en
est si parfaite que, pour les historiens, la
chose est certaine ; Jeanne a eu le bon-
heur de trouver sur son chemin la grande
religieuse qu' elle ne connaissait encore que de réputation.On peut alors facile-
ment imaginer l'amitiéqui fleurit aussitôt dans ces deux cœurs de saintes et
d'envoyées de Dieu, Jeanne racontant sa merveilleuse histoire à l'Abbesse qui sait
si bien ce que c'est que d'être visitée par les apparitions célestes et d'entendre des
voix vous charger d'impossibles missions. Les deux saintes prient ensemble
pour la cause du Roi, pour la France, pour la victoire et pour la paix. Mais en
décembre,il fallut se séparer,Jeanne allait mettre le siège devant la Charité-sur-
Loire, tandis que l'Abbesse irait bientôt vers d'autres couvents. La rencontre de
sœur Colette dut être ainsi dans le tragique destin de Jeanne ce qu' est au voya-
geur du désert la halte près d' un filet d'eau pure sous les palmes d' une oasis.
Comme le cœur de sainte Colette dut saigner plus tard quand la nouvelle se
répandit que les ennemis avaient brûlévive, comme sorcière et hérétique cette douce
Sainte Colette traverse à pied sec le Doubs en cru.
18
et héroïque colombe qui, comme elle, ne combattait que pour le Règne de Dieu
dans le Royaume de France. ^
2012 : Huit cents ans se sont écoulés depuis la fondation des « Pauvres
Dames ». Et qui ne connaît aujourd'hui la pieuse tradition de leur demander d'in-
tercéder auprès de leur glorieuse Mère Sainte Claire, pour obtenir du beau temps
? Les demandes arrivent assez nombreuses, laissant deviner la confiance des
fidèles en l'intercession de cette grande sainte. Et nous profitons de ces quelques
mots pour lui renouveler notre sincère
reconnaissance. Mais ce soleil que sainte Claire se
plaît à accorder en de nombreuses circonstances
n' est qu' une bien pâle image du désir ardent qu'elle
avait de voir briller le Soleil Divin sur notre pauvre
monde. Oui, son but fut le même que celui de sainte
Jeanne d'Arc, faire régner Jésus dans les âmes et dans
les sociétés ; seules les armes diffèrent, celles de
sainte Claire étant exclusivement la prière, le sacri-
fice, et tout spécialement la prière à Jésus-Hostie.
L'iconographie populaire nous la représente, en
effet, brandissant le Saint-Sacrement, en souvenir de
cette Arme divine dont elle se servit pour mettre en
fiiite les Sarrasins qui assiégeaient son monastère ;
et c'est cette arme bénie qu'elle présente ainsi silen-
cieusement et comme dans un geste permanent à ses
filles et à tout âme venant s'agenouiller au pied de
sa statue. Elle nous invite par là à chercher à vivre continuellement avec Jésus-
Hostie, transformant alors notre vie en une communion spirituelle ininterrompue,
à l'image de Notre-Dame, et même en Elle, en Son Cœur douloureux et imma-
culéqui ne vit que de Jésus seul.
Le 19 mars nous fêterons donc le huitième centenaire de cette sublime voca-
tion que, sans nul doute, elle voudrait transmettre à une légion d'âmes généreuses.
Les clarisses vous invitent donc à une rencontre, toute spirituelle celle-là !, pour
une neuvaine de prière s+ |ª s+ |" ss·s iª|i pour leur obtenir de nombreuses
et saintes vocations ^ :
Saint François donne l'habit à Sainte
Claire.
1 -Texte d' après /s;++.s.+. s. ss·+.. (|.... par Joseph Goulven.
\s·+.. (|.... par Julien Cadiz (Collection |.s |.||.s |·s.··.s n° 20)
2 -Le texte de la neuvaine que nous proposons est réservéà la récitation privée.
19
¡|··.+s. \`·. ss·+.. (|s··. ¡..·.. ¡|s+.. s+ \é·s¡|·¸+. |·s+ç·s s1ss·s.
é.+..z·++s ' ||;s |+·. s·`.|.s ¸+. .+s .+s ...s s¡.++·||é. s |1+..| s. N.·.·
bss.·s.s·1+¡.s ¡+· ·....·· |ns|·. s.s |s+.·.s·bss.s ·
.|s+..z .+.·. ¡+· ++s |. .s+.·¸+. s. |s .·`s ns+.. |s+.·..é
... |;s+. sss+· .+/·s+. s+ |`·. ¸+· ·és++s·. s|·s .+ ..·. os. .··¡·+s|.
b++.z s ||¡|·s. ++. |é¡·+ sos.s sé·s¡|·¸+.s
¸+· s ..·. s+·.. s·sé.s s. |s ¡··`·. .. s+ ss.··/·..
ss.|.+. .+ \s··. .+s|.· |és+s ss+s ss b·.·+.·ns.·. .·.·. s. |+· .. ¡s· |s .+.···
|+.· s /s··. ·s;++.· .. \|.·| b·.·+ s+· |. s+s. .+.·.· 1·+s··s·.··| , :• Vl ; ,
Vous pouvez dire chaque jour cette prière et faire
des communions spirituelles durant la journée (au
moins trois) désirant par là, petit à petit, la trans-
former en une Communion ininterrompue, en
disant par exemple :
0 |és+s .·.s+. .+ \s··. ..+.z.. .·..z ss+s
s+ os. ss+s |.s os.s s+ s+s. .+.·.· .. s++.z
s. +s|·.+s.s .. ss·+..s .|s··ss.s s ||¡|·s. \s·+..
(|s··. ¡··.z¡+· ++s ·
Puis le 19 mars, ou un jour durant la neuvaine,
offrir une Communion à cette intention.
«Que le Seigneur soit toujours avec vous
et soyez toujours et partout avec Lui ».
Bénédiction de sainte Claire.
Couvent Saint-François
69910 MORGON
CCPN° 1704.43 M LYON
Chèques à l' ordre de : La Providence.
Monastère Sainte-Claire
69910 MORGON
CCP N° 7495 79 H LYON
Chèques à l' ordre de :
Association Sainte-Claire-Saint-Joseph.
Couvent Saint-Antoine
Aurenque - Castelnau d'Arbieu
32 500 FLEURANCE
Chèques à l' ordre de :
Association Saint-Antoine
|+· |. |s·+ s. \s·+.·1+.·+. merci d' en-
voyer vos dons directement à Morgon)
Pu i sq u e n ou s a von s voca t i on de men -
di ant s, nous sollicit ons vot r e générosité.
Mer ci de l ' a i de financière q u e vou s
pour r ez nous appor t er . Nou s pr ions quo-
t i di ennement pour t ous nos bienfait eur s
en d ema n d a n t pour eux au Bon Di eu, en
échange de leur charité, la vie éternelle.
NB : Si vous désirezun reçu fiscal pour déduction des impôts,merci de. nous en faire la demande en même temps
que l'envoi de vos dons.
20