You are on page 1of 110

A197.

Survivants des Illuminati (1)

-1-

http://www.paroledevie.org

A197. Survivants des Illuminati (1).
Article de Parole de Vie. Reproduction autorisée, pourvu qu’elle soit intégrale, et que les sources soient indiquées. La mise en place du Nouvel Ordre Mondial et la préparation par les Illuminati de la manifestation de l'Antichrist passent nécessairement par la réalisation de leur plan massif de programmation mentale. Ce plan vise à programmer et à conditionner mentalement, par toutes sortes de techniques ultra sophistiquées, une armée, aussi nombreuse que possible, de soldats dociles et prêts à perpétrer toutes les atrocités que leur ordonneront leurs maîtres. Il est important que les Chrétiens connaissent l'existence et la nature de ce plan de programmation mentale, afin de pouvoir : Prendre réellement conscience que notre monde est entièrement contrôlé par Satan, comme le Seigneur Jésus nous l'a annoncé, et comprendre de quelle manière Satan contrôle ce monde. Nous ne devons pas ignorer ses desseins, mais nous devons chercher à être mieux équipés pour tenir ferme contre toutes ses ruses. Mieux comprendre que nous sommes bien dans les temps de la fin, et que les prophéties de l'Apocalypse sont près de s'accomplir. Le fait que nous attendions le retour proche du Seigneur pour enlever l'Eglise ne doit pas plonger les Chrétiens dans la passivité, ou le sentiment trompeur qu'ils ne vont traverser aucune calamité. De très nombreux Chrétiens sont actuellement persécutés dans beaucoup de pays. Nous verrons probablement la prochaine guerre mondiale, puisqu'elle doit donner le signal de la manifestation de l'Antichrist. Nous devons nous y préparer, en apprenant à nous confier de plus en plus dans le Seigneur et de moins en moins dans les hommes. L'enlèvement n'est pas destiné à nous faire éviter toutes les épreuves. Il est destiné à faire éviter à l'Eglise fidèle les jugements qui vont atteindre la terre entière, et à marquer le moment où l'Epouse sera enfin pour toujours avec Son Seigneur. Prendre réellement conscience que ce n'est plus le moment de vivre dans le compromis et la tiédeur, mais qu'il est temps de se sanctifier et d'apprendre à marcher par l'esprit. Etre plus efficaces dans la prière, pour nous protéger et protéger nos bien-aimés de tous les effets pervers de cette programmation mentale, qui touche tous les domaines de la société. Etre plus compétents pour prendre en charge les survivants de plus en plus nombreux de ces affreux programmes qui visent à réduire des êtres humains à un esclavage dégradant. Ils sont très peu nombreux, aujourd'hui dans les églises, les Chrétiens ou pasteurs qui seraient capables seulement d'écouter les confessions de ces pauvres victimes, et encore moins nombreux ceux qui seraient capables de les aider, lorsqu'ils se tournent vers le Seigneur.

-

-

-

-

En 1997 et 1998, l'Université Polytechnique Ryerson de Toronto, au Canada, s'est engagée dans un programme approfondi de recherches dans le domaine de la programmation mentale et du secours à apporter à ses victimes. Ces recherches ont donné lieu à une série d'émissions radio sur la station de l'Université, Radio CKLN. De nombreux survivants ont été interviewés, ainsi que des thérapeutes, des pasteurs et autres spécialistes de ces questions. Nous vous proposons de découvrir, au cours des prochains articles, de quelle manière les Illuminati programment leurs robots et leurs victimes. Vous lirez les témoignages de plusieurs survivants, dont certains se sont convertis à Jésus-Christ. Nous verrons aussi comment les Illuminati ont pu ainsi infiltrer toutes les religions, et toutes les dénominations chrétiennes, au plus haut niveau. Vous ne pourrez plus douter que nous sommes dans les temps de la grande apostasie annoncée par la Parole de Dieu. Toutefois, en prenant connaissance de ces articles, n'oubliez jamais que le Seigneur Jésus contrôle toutes choses, et que Sa Parole s'accomplira certainement. Ceux qui garderont Sa Parole, et qui ne renieront pas Son nom, seront gardés par Lui de la tentation qui vient sur la terre entière pour l'éprouver (Apocalypse 3 :8-10). A Lui soit toute la reconnaissance et toute la gloire !

- 1 -

A198. Survivants des Illuminati (2)

-1-

http://www.paroledevie.org

A198. Survivants des Illuminati (2)
Article de Wayne Morris, de Radio CKLN, Toronto. L’original de cet article peut être consulté en anglais sur le site Internet : http://www.mindcontrolforums.com/radio/ckln03.htm Reproduction de la traduction française autorisée, pourvu qu’elle soit intégrale, et que les sources soient indiquées.

Avertissement : Nous prévenons les lecteurs trop jeunes ou trop sensibles que cet article contient des informations susceptibles de le choquer. Nous l'invitons donc à la prudence, et même à ne pas lire cet article s'il estime qu'il pourrait avoir du mal à en supporter le contenu.
Cet article présente le témoignage de deux survivantes des Illuminati, qui ont subi les tortures de la programmation mentale et ont été soumis à des expériences impliquant notamment leur irradiation atomique.

Introduction de Wayne Morris : Bonjour, et bienvenue sur nos ondes ! Nous poursuivons notre série d'émissions sur le contrôle mental. Vous avez déjà entendu une conférence et une interview du Dr Colin Ross, qui vous a décrit en détail l'histoire de l'implication de la CIA dans la programmation mentale, et celle des programmes d'expérimentations menées dans ce domaine. Nous allons entendre aujourd'hui des témoignages, qui ont déjà été donnés le 15 mars 1995 devant la Commission Consultative Présidentielle sur les expériences impliquant l'irradiation délibérée d'êtres humains. Le Président Clinton a présenté ses excuses et a fait verser à un certain nombre des victimes de ces expériences des rémunérations compensatoires. A la fin de leur audition devant cette Commission, Valerie Wolf, Claudia Mullen et Christine DeNicola ont affirmé que les expériences avec des radiations étaient faites dans le cadre de la programmation mentale. Nous entendrons ces témoignages à la fin de notre émission. Nous allons d'abord écouter Claudia Mullen nous dire ce qu'elle a ressenti quand elle a témoigné devant la Commission Présidentielle. Claudia est une survivante des expériences de programmation mentale menées par la CIA depuis de nombreuses années. Ces expériences étaient conduites au sein de l'Université Tulane, dont nous a déjà parlé le Dr Colin Ross. Ces trois femmes sont très courageuses pour avoir accepté de parler, car elles brisent un silence dans lequel sont encore enfermés de nombreux survivants. Claudia Mullen parle de son témoignage devant la Commission. (Elle parle parfois d'elle-même à la troisième personne). Quand elle a quitté cette salle où s'était réunie la Commission, elle savait que sa vie n'allait plus jamais être la même. Car on lui avait demandé de témoigner devant une Commission Présidentielle d'enquête. J'aimerais vous raconter ce que cela a représenté pour moi… Quand elle est entrée dans cette salle, elle savait qu'il y avait là beaucoup de gens importants, ainsi que beaucoup de gens ordinaires, des gens de tout âge. Mais les seuls qui manquaient, c'étaient les enfants. Il n'y avait aucun enfant dans cette Commission.

- 1 -

A198. Survivants des Illuminati (2)

-2-

http://www.paroledevie.org

C'est pourtant une bonne chose, car nous parlons de choses qui font très peur. Elle s'en rend compte en écoutant parler les personnes qui témoignent avant elle. C'est très poignant, ce qu'ils racontent. Elle est tellement émue qu'elle en oublie un peu sa propre nervosité. Quand on l'appelle par son nom, elle comprend que c'est à elle de donner son témoignage. Elle se lève, donne son témoignage, et répond aux questions. Quand elle quitte la salle, elle réalise soudain que tout le monde la connaît à présent par son nom. Tout le monde la félicite pour son courage, alors qu'elle est encore terrorisée. Elle ne peut pas comprendre pourquoi tout le monde lui dit à quel point elle est courageuse. Elle a donc raconté son histoire. Elle a parlé de sa mère adoptive, "Maman Monstre", du Maître, du camp, des cabanons, de cet endroit appelé Deep Creek Lodge. J'ai oublié de vous dire comment elle s'était souvenue de tout cela… Rappelez-vous qu'elle oubliait toujours tout… J'ai toujours tout oublié… Quand je rentrais chez moi, j'oubliais tout ce qui s'est passé… Mais maintenant j'ai des souvenirs qui me reviennent. En octobre 1992, il m'est arrivé quelque chose, qui n'avait rien à voir avec tout ce dont nous parlons… Un homme est venu la voir chez elle, un homme qu'elle connaissait. Il l'a agressée, l'a violée, et l'a battue pendant des heures. Il lui semble qu'il ne lui est jamais rien arrivé d'aussi horrible, bien qu'elle ait été habituée à ce genre de traitement. Mais, après ce jour, elle a soudain commencé à avoir des cauchemars, et les souvenirs de son passé ont commencé à faire surface, comme des flashes. Et tous ses souvenirs ont commencé à lui revenir. Au moment où elle est allée témoigner à Washington, elle avait récupéré à peu près la moitié des souvenirs de son passé. C'était donc assez difficile pour elle de témoigner, parce qu'elle devait constamment contrôler ce qu'elle disait. Mais cela s'est bien passé, et c'est pourquoi je dis qu'elle ne sera plus jamais la même après cela. Il n'y aurait plus de retour en arrière. Dès que j'ai commencé à parler, il fallait que je continue à parler, sinon ils vous auraient coincé. Pour être honnête, je dirais qu'il y a beaucoup de bonnes choses dans le fait de témoigner, mais aussi certaines choses qui sont moins bonnes. Ce qui était bon, c'est que les gens l'ont crue quand elle a donné son témoignage. Quand elle a commencé à retrouver ses souvenirs, après tant d'années, elle a suivi un traitement et une thérapie. Puis elle a commencé à écrire à une allure folle des pages et des pages, jusqu'à ce que cela devienne un gros livre, sur ses souvenirs, sur les gens qu'elle avait connus, sur l'argent qu'ils avaient, sur leurs conversations, sur les endroits où elle était allée… Elle a envoyé ces pages à divers experts dans tout le pays, qui se sont efforcés de tout vérifier. Mais il y avait beaucoup de choses qui n'avaient jamais été écrites nulle part, même si ces experts pensaient que cela devait figurer dans les archives de la CIA… Il est bon qu'elle se soit levée pour témoigner. Chaque fois qu'elle raconte son histoire, c'est une thérapie pour elle, et il lui semble qu'elle guérit un peu plus. Elle donne aussi à d'autres survivants l'occasion de raconter leur propre histoire. Il faut bien que quelqu'un commence… Depuis ce jour, d'autres personnes ont aussi commencé à parler. Elle a aussi rencontré beaucoup d'adultes qui ont été torturés lorsqu'ils étaient enfants. Elle sait à présent qu'elle n'est plus seule. Pendant toutes ces années, même si ses souvenirs revenaient, elle était vraiment seule. Elle pensait qu'elle était spéciale ou bizarre. Ce qui est mauvais, quand vous témoignez, c'est que cela devient public. Mais, d'un autre côté, vous ne pouvez plus être attaquée en justice, tant que vous dites la vérité. Et c'est ce que j'ai fait… Vous accusez certaines personnes, mais ils ne peuvent pas vous traîner en justice, parce que vous donnez votre témoignage, et qu'il est vrai. Vous pouvez tout dire, et personne ne peut rien vous faire. C'est quelque chose que je ne crains pas, que quelqu'un me fasse un procès. On m'a menacée, harassée, et attaquée depuis que j'ai témoigné. Je ne dirais pas la vérité si je vous disais que tout s'est très bien passé pour moi depuis mon témoignage. Il y a eu des mauvais jours. Mais je le referais, si j'avais à le refaire. Je ne changerais rien à ce que j'ai dit, et je le referais sans hésiter une seconde. Je le referais encore, quand tous mes souvenirs seront complètement revenus. Cela aurait été mieux si j'avais récupéré tous mes souvenirs avant de témoigner. Parce qu'ils ont employé des drogues, des électrochocs et toutes sortes de sévices, ainsi que l'hypnose, pour perturber et détruire ma mémoire. Ils pensaient que, même si je commençais à me souvenir de ces choses, ce serait tellement confus que cela ne serait plus crédible. Ils ont aussi ajouté certaines

- 2 -

A198. Survivants des Illuminati (2)

-3-

http://www.paroledevie.org

cérémonies sataniques, et d'autres choses semblables, qui vous rendent folle si vous commencez à vous en souvenir ! Mais mon témoignage aurait été un peu plus précis. Il y a encore certaines confusions, dans les noms des gens par exemple. Mais quand j'ai récupéré mes souvenirs, je me souvenais de tout précisément. Vous ne pouvez plus changer mon témoignage. Une fois qu'il est donné, il est donné. Peut-être que vous auriez aimé en voir un petit extrait sur vidéo. Mais je n'ai pas apporté de vidéo, parce que je n'aime pas me voir sur un film. Je n'ai rien contre les photos, mais je ne peux pas supporter de me voir sur un film. Je crois que vous vous doutez pourquoi. Je voulais seulement vous donner une idée de ce qui s'est passé devant cette Commission. Plus tard, nous l'espérons, il y aura aussi une Commission d'enquête sur les victimes de la programmation mentale. La Commission devant laquelle j'ai témoigné s'intéressait surtout aux victimes des irradiations. Pourtant, quatre témoins étaient aussi victimes de la programmation mentale, mais la Commission enquêtait seulement sur les irradiations. Je crois que j'ai eu de la chance dans ce domaine, parce que je n'ai pas été soumise à beaucoup de radiations. Ils se servaient des rayons X, et cela m'a fait très mal. Mais d'autres victimes de la programmation mentale ont été soumises à de très fortes radiations, et c'est pour cela que nous avons témoigné devant cette Commission. Ce que nous nous efforçons de faire, c'est expliquer comment fonctionnait tout ce système. Nous essayons de faire nommer une Commission d'enquête sur la CIA pour examiner ses archives relatives à la programmation mentale… On ne nous a donné que deux semaines et demie pour nous préparer. Je suis venue avec ma thérapeute, et une autre fille de la Nouvelle-Orléans. Il y avait aussi une fille du Nouveau-Mexique, qui est venue donner son témoignage. Six autres personnes ont aussi témoigné, mais seulement sur les radiations. Nous pouvions fournir à l'avance tous les documents que nous voulions, mais nous n'avions droit qu'à cinq minutes pour nous exprimer. En fait, ils nous ont laissé un peu plus de temps. Puis ils ont laissé du temps pour les questions. J'ai parlé des questions dans mon compte-rendu, parce que c'était un moment difficile. Ce n'étaient pas des questions difficiles. Mais c'était le fait d'être le point de mire, et de ne pas savoir ce que l'on allait vous poser comme questions. Cela vous donnera une idée des choses que l'on peut nous demander… Ma thérapeute a parlé avant moi. Elle a montré qu'il y avait un lien entre les radiations et la programmation mentale. Elle a parlé de la manière dont les souvenirs ont commencé à revenir, et de tous les contacts qu'elle a pris avec d'autres thérapeutes dans tout le pays. Leurs clients disaient tous la même chose que moi. Pas exactement la même chose, mais des choses tellement semblables que c'était très étrange de le réaliser. J'ai donné une foule de détails dont je me rappelais, les noms, les lieux, les dates… Au mois d'octobre dernier, nous avons obtenu le rapport final de la Commission. Il faisait deux pages… Personne ne nous a appelées pour nous informer que la Commission avait fait des recommandations. Nous avons obtenu le rapport sur Internet. Quelqu'un me l'a envoyé par e-mail. Il faut savoir que ces Commissions se réunissent pendant environ un an. Elles se déplacent dans tout le pays, pour que différentes personnes puissent venir témoigner. Elles vont partout. Cela durait depuis mars 1994. Je dois dire qu'ils nous ont écoutées, parce qu'ils ont recommandé que toutes les archives de la CIA concernant les recherches secrètes sur des êtres humains, comme le programme MKULTRA, soient remises en circulation et rendues publiques. Bien sûr, cela ne s'est pas encore produit. Il faut encore pousser le gouvernement à enquêter et à informer le public. Certaines associations se sont créées, comme ACHES-MC "Advocacy Committee for Human Experimentations Survivors - Mind Control" (Comité de soutien des victimes d'expérimentations humaines en matière de contrôle mental). Elles peuvent me corriger si je me trompe, mais elles se sont créées parce que nous avions commencé à témoigner et à entrouvrir une porte. Il existe aussi un livre écrit par Jon Rapaport, intitulé "US Government Mind Control Experiments on Children : They Want to Know" (Expériences gouvernementales concernant le contrôle mental des enfants : Ils veulent savoir)… Les gens continuent à me demander où sont les preuves écrites. Tout d'abord, je considère que mes souvenirs sont une preuve. Nous avons vérifié, avec ma thérapeute, l'exactitude de tous les détails dont je me souvenais : les endroits, les noms des projets de la CIA, les dossiers médicaux et psychiatriques, les dossiers scolaires… Quand j'étais à l'école primaire, je manquais environ un tiers de chaque année scolaire, et c'est facile à prouver. Pourtant, je suis toujours passée en classe supérieure, je ne sais pas pourquoi. On peut aussi enquêter auprès des membres de nos familles. Certains se rappellent les brûlures que j'avais parfois. Ma sœur se rappelle que j'avais été traitée à

- 3 -

A198. Survivants des Illuminati (2)

-4-

http://www.paroledevie.org

l'Université Tulane. Il y aussi des photos de mon enfance. Ma mère gardait des albums de photos. On peut voir que je n'étais jamais photographiée à l'occasion de Noël, sauf deux années. Tous les autres membres de ma famille sont photographiés, sauf moi. Il y a les photos d'anniversaire de ma sœur, mais aucune en ce qui me concerne. Il y a des notes, des cartes postales, tout ce qui peut être réuni sur mes tortionnaires. Je possède une carte de Noël de "l'oncle Otto"… C'est le Maître qui me l'avait donnée, en me disant que c'était "l'oncle Otto" qui me l'avait envoyée. Il m'avait aussi envoyé une poupée comme cadeau de Noël. Mais ils me l'ont prise. On m'a fait beaucoup souffrir. Et l'on continuera sans doute à le faire quand je rentrerai chez moi. Il y a des gens qui m'écrivent. je fais venir la police à chaque fois. On écrit sur ma maison, sur ma voiture, sur ma clôture. Le plus souvent, avec de la peinture rouge, parfois avec du sang d'animal. On me fait toutes sortes de menaces : "A mort !" "Ferme-là !" et d'autres choses encore. Quand cela m'arrive, je fais venir la police pour qu'ils prennent des photos pour mon dossier. Je garde tout le courrier que je reçois. Je peux même identifier ceux qui me téléphonent. Parfois, on me téléphone pour me donner des mots codés qui sont supposés m'obliger à faire certaines choses. On m'appelle Chrystal, nom qui était le mien pour les expériences. Chaque mois, avec ma facture de téléphone, je demande qu'on m'indique les noms de tous ceux qui m'appellent chez moi… Il y a aussi la similarité des témoignages de tous les survivants. Une bonne idée, c'est aussi de retourner dans tous les lieux où l'on a fait des expériences sur vous, pour voir s'ils en font toujours. Mais n'y allez jamais seuls ! Vous seriez surpris de savoir que beaucoup d'endroits sont toujours les mêmes. L'Université Tulane est toujours là, et elle se porte bien. Bien sûr, il y a aussi les archives de la CIA. Si elles sont rendues publiques un jour, on y trouvera des informations qui ne figurent nulle part ailleurs. J'ai dû prendre une thérapeute, parce que j'avais peur des souvenirs qui venaient en flash-back. Chaque survivant doit décider lui-même s'il doit parler. Mais je crois que vous comprenez à quel point c'est important, car cela aide à guérir. Et cela vous permet de rencontrer des gens que vous n'auriez jamais pensé rencontrer. Des gens qui ont vécu les mêmes choses que vous. Cela vous permet de valider votre propre histoire. C'est très important. Vous devez décider vous-mêmes si les avantages sont plus grands que les inconvénients. Quant à moi, je vous l'ai dit, je recommencerais sans hésiter une seconde. Quelqu'un a dit que les grands esprits ont toujours dû affronter une violente opposition de la part des médiocres. C'est Albert Einstein qui l'a dit, et j'aime cette phrase ! Enregistrement des témoignages devant la Commission. Wayne Morris : Nous allons à présent entendre les témoignages devant la Commission qui s'est réunie à Washington en mars 1995. Vous entendrez d'abord Valerie Wolf, thérapeute de Claudia Mullen, ensuite Chris DeNicola, puis Claudia Mullen. Le porte-parole de la Commission : Pardonnez-moi si je ne prononce pas vos noms correctement. Nous allons maintenant entendre Mmes Chris DeNicola, Valerie Wolf et Claudia Mullen. Est-ce que vous venez toutes les trois de la Nouvelle-Orléans ? Oui. Merci d'avoir fait l'effort de venir ici pour témoigner.

Valerie Wolf (thérapeute de Claudia Mullen) : C'est moi qui vais commencer. Je m'appelle Valerie Wolf. J'ai écouté tous les témoignages précédents, et ils me semblent très familiers. Je suis ici pour vous parler d'un lien possible entre les radiations auxquelles ces victimes ont été soumises, et la programmation mentale. Ces expériences ont commencé à la fin des années 40. Si je mentionne la recherche sur la programmation mentale, c'est avant tout parce que les témoins affirment avoir, dès leur enfance, été l'objet d'expériences impliquant l'exposition à des radiations et à des produits chimiques, en association avec la programmation mentale. Les médecins qui les exposaient aux radiations et qui leur administraient des produits chimiques étaient les mêmes que ceux qui faisaient des recherches sur la programmation mentale. Dans tout le pays, beaucoup de personnes ont révélé les noms de ces gens, ainsi que les noms de leurs projets.

- 4 -

A198. Survivants des Illuminati (2)

-5-

http://www.paroledevie.org

Il est important de comprendre que des techniques de contrôle mental peuvent avoir été utilisées pour intimider les sujets, même lorsqu'ils sont devenus adultes, afin de les empêcher de parler, et de révéler qu'ils ont été les victimes de programmes de recherches financés par le gouvernement. Cela fait vingt-deux ans que je suis thérapeute. Je me suis spécialisée dans le traitement des victimes de ces programmes, et même de certains de leurs bourreaux, ainsi que de leurs familles. Quand ils ont su que j'allais témoigner devant cette Commission, près de quarante autres thérapeutes de tout le pays m'ont contactée pour me parler de certains de leurs clients, qui avaient aussi été soumis à des radiations et aux techniques de programmation mentale. Je n'avais qu'une semaine et demie pour me préparer. Tous ces témoignages mettent en avant la corrélation étroite qui existe entre la programmation mentale et toutes sortes de techniques traumatisantes, comme les électrochocs, l'usage d'hallucinogènes, la privation de sensations physiques, l'hypnose, la dislocation de membres, ou les sévices sexuels. Cette concordance est remarquable. Il n'existe presque aucune publication concernant la programmation mentale des enfants. Mais nous voyons aujourd'hui se manifester dans tout le pays d'anciennes victimes, qui n'ont aucun contact les unes avec les autres. Ce qui est étonnant, c'était d'entendre tous ces thérapeutes me dire que beaucoup de ces victimes étaient physiquement malades, et souffraient de maladies auto­ immunes, de problèmes thyroïdiens, de sclérose en plaques, et d'autres maladies musculaires, ou de maladies mystérieuses qui n'ont pas encore pu être diagnostiquées. Sans parler d'autres troubles somatiques très fréquents chez ces patients. Ces expériences sur des êtres humains, ordonnées par le gouvernement, ont donc entraîné de nombreuses maladies chez ces victimes. L'un des témoins que je viens d'entendre se plaignait de kystes et de brisements spontanés de ses dents. Cela m'a frappée, parce que l'un de mes clients présente justement les mêmes symptômes. Beaucoup de ces victimes ont peur de raconter leur histoire à leurs médecins, parce qu'ils craignent qu'on les prenne pour des fous. Certaines d'entre elles ont nommé les mêmes personnes, comme ce Docteur Greene, accusé par beaucoup d'avoir torturé et violé des enfants, au cours d'expériences de programmation mentale. L'un de mes clients a même réussi à savoir qu'il s'appelait le Dr L. Wilson Greene. Nous avons découvert que l'un des Directeurs Scientifiques des Laboratoires Chimiques et Radiologiques de l'Armée portait ce nom. Il faisait des recherches pour l'armée et pour les services secrets. Parmi les autres noms qui ont été cités, figurent ceux du Docteur Sidney Gottlieb et du Docteur Martin Orne (également impliqué dans la recherche radiologique). Il faut rappeler ici que les victimes qui se sont souvenues du nom de ces personnes l'ont fait spontanément, sans l'aide d'aucune technique, comme l'hypnose. Chaque fois qu'il était possible, nous nous sommes efforcés de vérifier ces souvenirs auprès de toutes les sources possibles. Nous avons souvent tenté d'obtenir des informations en faisant jouer la Loi sur la Liberté d'Information, pour avoir accès aux données concernant la programmation mentale. En général, nos demandes ont été repoussées. Toutefois, nous avons pu obtenir certaines informations qui ont confirmé ce que nous avaient dit nos clients. Beaucoup de dossiers concernant le programme MKULTRA ont été détruits. Mais il reste toutefois un certain nombre de données très intéressantes, concernant en particulier les projets BLUEBIRD et ARTICHOKE, pour ne nommer que ces deux-là. En outre, s'il est prouvé que certaines personnes ont été soumises à des expériences où elles étaient exposées à des radiations, il se peut que les archives concernant les recherches sur la programmation mentale révèlent aussi que l'on a employé des radiations à cette occasion. Nous avons besoin d'avoir accès à ces archives pour permettre la réhabilitation et le traitement des nombreuses victimes, qui présentent de graves problèmes psychologiques et médicaux. Ces problèmes pèsent sur leur bien-être social, émotionnel et financier. Je vous demande donc d'inclure dans vos recommandations une demande d'enquête dans tous ces domaines. Il est vrai qu'une Commission avait été nommée vers la fin des années 70 pour enquêter sur la programmation mentale. Mais elle ne s'est pas intéressée aux expériences faites sur les enfants. A cette époque, ces enfants étaient trop jeunes, ou ils faisaient encore l'objet d'expériences et ne pouvaient pas parler. La seule manière d'en finir avec les souffrances de toutes ces victimes est de rendre public tout ce qui s'est passé lors de ces recherches sur la programmation mentale. Veuillez donc recommander que l'on ouvre une enquête, et que toutes archives concernant les expériences de programmation mentale sur les enfants soient rendues publiques. Merci. Témoignage de Chris DeNicola :

- 5 -

A198. Survivants des Illuminati (2)

-6-

http://www.paroledevie.org

Bonjour. Je m'appelle Chris DeNicola. Je suis née en 1952. J'ai été soumise à des radiations. Un homme que je connaissais sous le nom de Docteur Greene m'a soumise à des expériences de programmation mentale, en me forçant à absorber des drogues. Mes parents ont divorcé en 1966. Mon père naturel, Donald Richard Ebner, était associé au Docteur Greene pour les expériences de ce dernier. J'ai dû les subir entre 1966 et 1976. En ce qui concerne les radiations, le Docteur Greene a concentré ses expériences sur mon cou, ma gorge et ma poitrine en 1970, à nouveau sur ma poitrine en 1972, puis sur mon utérus en 1975. A chaque fois, j'avais des vertiges et la nausée, et je vomissais. Toutes ces expériences étaient toujours associées à la programmation mentale. Cela se passait à Tucson, en Arizona. Le Docteur Greene m'a surtout utilisée comme cobaye pour la programmation mentale, entre 1966 et 1973. Son objectif était de me contrôler mentalement pour me former en tant qu'espionne et assassin. Mes premiers souvenirs significatifs remontent à 1966, lorsque j'ai été conduite à l'Université de Kansas City. Don Ebner m'y a conduite en avion, à un moment où ma mère était absente. Il m'a conduite dans un endroit qui ressemblait à un laboratoire. Il me semblait qu'il y avait là d'autres enfants. On m'a déshabillée, et on m'a attachée sur une table, sur le dos. Le Docteur Greene a placé des électrodes sur mon corps et sur ma tête. Il utilisait une sorte de projecteur. Il me répétait sans cesse qu'il implantait différentes images dans mon cerveau, pendant qu'un flash de lumière rouge était dirigé vers mon front. Entre chaque séquence, il me faisait subir des électrochocs, en me demandant de plonger toujours plus profondément dans mon cerveau. Il répétait chaque phrase plusieurs fois, en me disant qu'elle pénétrait profondément dans mon cerveau, et que je devais obéir à tout ce qu'il me demanderait de faire. Il m'avait fait une piqûre au début de toute la procédure, et je me sentais droguée. Quand tout fut fini, il me fit une autre piqûre. Puis je me rappelle que je me suis retrouvée chez mes grands-parents à Tucson. J'avais quatre ans. Cette expérience vous prouve que le Docteur Greene employait des drogues, des traumatismes, des suggestions hypnotiques, et toutes sortes d'autres traumatismes, pour tenter de contrôler mon cerveau et mon intelligence. Il utilisait les radiations pour étudier leurs effets sur diverses parties de mon corps, et aussi pour me terroriser. Cela faisait partie de sa panoplie de traumatismes pour me programmer mentalement. Les autres expériences ont été réalisées à Tucson, en Arizona, quelque part dans le désert. On m'apprenait à ouvrir des serrures, à me cacher, à utiliser ma mémoire photographique. On me montrait comment employer certaines techniques numériques pour développer ma mémoire. Le Docteur Green me faisait tuer des poupées qui ressemblaient à des enfants réels. Une fois, après avoir été sévèrement traumatisée, j'ai poignardé une poupée. Mais, la fois suivante, j'ai refusé. Le Docteur connaissait beaucoup de techniques pour me faire souffrir. Mais, en grandissant, je devenais de plus en plus rebelle. Il m'attachait souvent dans une cage qui était près de son bureau. Entre 1972 et 1976, lui et ses assistants ne veillaient pas toujours à fermer la cage, et je parvenais parfois à m'échapper. Chaque fois que je le pouvais, je me glissais dans son bureau, et j'y ai découvert des dossiers au nom de la CIA, et des rapports adressés à la CIA ou à l'armée. J'ai pu retenir les noms de codes de beaucoup de ces recherches sur la programmation mentale, et je les ai signalés dans mon rapport écrit. Le Docteur Greene m'a surprise deux fois, et il a été sans pitié. Il m'a soumise à des électrochocs et m'a injecté des drogues. Il m'a attachée à une table, m'a frappée à l'estomac et dans le dos, m'a disloqué les membres, et a employé l'hypnose pour me rendre folle et suicidaire. En raison de ma rébellion et de mon manque croissant de coopération, ils ont fini par abandonner leur projet de faire de moi une espionne et un assassin. Par conséquent, au cours des années 1974 à 1976, le Docteur Greene utilisa diverses techniques de programmation mentale pour supprimer ma programmation d'espionne et d'assassin, et pour m'injecter des programmes de suicide et de mort. Pour quelle raison ? Il voulait simplement que je meure. Tout au long de mon existence d'adulte, j'ai lutté pour rester en vie. Si je suis encore vivante, je crois que je le dois à la grâce de Dieu. Ces horribles expériences ont profondément affecté ma vie. Ma personnalité s'est fragmentée en personnalités multiples. Le but du Docteur Greene était de fragmenter ma personnalité au maximum, pour me contrôler complètement. Il a échoué, mais je souffre depuis des années de douleurs physiques, mentales et émotionnelles constantes. Cela fait douze ans que je suis une thérapie régulière. Ce n'est qu'il y a deux ans et demi, lorsque j'ai rencontré ma thérapeute actuelle, qui connaissait les expériences de programmation mentale, que j'ai pu enfin commencer à faire de réels progrès, et que j'ai commencé à guérir.

- 6 -

A198. Survivants des Illuminati (2)

-7-

http://www.paroledevie.org

En conclusion, je vous demande de garder à l'esprit que les souvenirs que j'ai évoqués ne sont qu'une petite partie de tout ce que j'ai vécu entre 1966 et 1976. Pour ma part, non seulement j'ai reçu des radiations, mais j'ai aussi été droguée et programmée mentalement. Je vous ai fourni un rapport écrit qui détaille ce dont je me rappelle. Veuillez nous aider en recommandant une enquête et la publication des archives, afin que d'autres victimes puissent être aidées, et que tous les spécialistes qui s'en occupent puissent les soigner plus efficacement. Je sais que je peux faire des progrès. Je sais que je vais mieux. Et je sais que d'autres peuvent aussi être secourus, pourvu qu'on leur accorde le secours dont ils ont besoin. Je vous prie de nous aider dans les efforts que nous faisons pour que ces actes abominables ne se reproduisent plus. Merci beaucoup. Témoignage de Claudia Mullen : Bonjour. Entre 1957 et 1984, j'ai été un jouet entre les mains du gouvernement. Son but ultime était de me programmer mentalement, pour fabriquer une parfaite espionne. Pour cela, il a eu recours aux produits chimiques, aux radiations, aux drogues, à l'hypnose, aux électrochocs, à l'isolation dans des cuves remplies d'eau, à la privation de sommeil, au lavage de cerveau, et aux violences verbales, physiques, émotionnelles et sexuelles. J'ai été malgré moi exploitée pendant près de trente ans. Les seules explications qui m'étaient données étaient que "la fin justifie les moyens", et que "je servais mon pays dans sa lutte acharnée contre le communisme". Pour résumer ma vie, je dirais qu'ils se sont emparés d'une petite fille de sept ans, déjà traumatisée par des sévices sexuels, pour continuer à la faire souffrir d'une manière qui dépasse l'imagination. Le plus triste, c'est que je savais que je n'étais pas la seule à être traitée ainsi. Il y avait un nombre incalculable d'autres enfants dans la même situation. Jusqu'à présent, personne ne pouvait nous aider. Je vous ai déjà fourni un rapport écrit dans lequel j'ai inclus un maximum d'informations, y compris des conversations que j'ai pu entendre dans un certain nombre de services officiels responsables de ces atrocités. Si j'ai pu vous décrire tout cela avec autant de détails, c'est grâce à ma mémoire photographique, mais aussi à l'arrogance des gens concernées. Ils étaient sûrs qu'ils pourraient toujours contrôler mon cerveau. Pourtant, le fait de me rappeler ces atrocités n'est pas chose facile pour moi. En outre, ce n'est pas sans danger pour ma famille et moi-même. Mais je pense que cela vaut la peine de prendre ce risque. Le Docteur L. Wilson Greene a reçu 50 millions de dollars du Laboratoire Chimique et Radiologique de la Division Scientifique et Technique de la CIA. Il a un jour expliqué au Docteur Charles Brown qu'il "préférait choisir des enfants comme sujets de ses expériences, parce que c'était plus amusant de travailler avec eux, et aussi moins cher". Il lui fallait des sujets plus faciles à manipuler que des militaires ou des fonctionnaires du gouvernement. Il a donc choisi de ne prendre que des "fillettes consentantes". Il avait ajouté : "D'ailleurs, j'aime les terroriser. A la CIA, ils pensent que je suis semblable à un dieu, capable de créer, par ses expériences, des sujets qui obéissent sans discuter à tout ce que Sid et James pourraient imaginer leur faire faire" (Sid est le Docteur Sidney Gottlieb, James est le Docteur James Hamilton). En 1958, ils m'ont dit que je devais être "testée" par un certain nombre de docteurs importants de la Human Ecology Society (Société d'Ecologie Humaine). On m'a demandé de coopérer avec eux. Je ne devais pas essayer de regarder leurs visages, ni de chercher à connaître leurs noms, car il s'agissait d'un projet très secret. Ils me disaient cela pour m'aider à tout oublier. Naturellement, comme le font tous les enfants en pareil cas, je fis le contraire, et je m'efforçai de me souvenir de tout. Un certain Docteur John Gittinger m'a testée. Le Docteur Cameron me donna les électrochocs, et le Docteur Greene les rayons X. Puis Sid Gottlieb me dit que "j'étais mûre pour le grand A". Il voulait parler du programme ARTICHOKE (Artichaut). Quand je suis rentrée chez moi, je ne me rappelais que les raisons données par le Docteur Robert G. Heath, de la Faculté de Médecine de Tulane, pour expliquer toutes les traces que je gardais sur mon corps : hématomes, traces de piqûres, de brûlures, et douleurs dans les parties génitales. Je n'avais aucune raison de croire que tout cela avait été causé par autre chose. Ils avaient déjà commencé à contrôler mon cerveau. L'année suivante, on m'a envoyée dans un camp dans le Maryland, appelé Deep Creek Cabins. Là, on m'a appris comment assouvir les désirs sexuels des hommes. On m'a appris aussi à les forcer à parler d'eux-mêmes. Il y avait là Richard Helms, le Directeur Adjoint de la CIA, le Docteur Gottlieb, le Capitaine George White, et Morris Allan. Ils avaient prévu de recruter le plus possible de hauts fonctionnaires et de présidents d'universités, pour que leurs projets puissent continuer, même dans l'éventualité où les crédits consacrés à la programmation mentale et aux expériences avec les radiations baisseraient un jour.

- 7 -

A198. Survivants des Illuminati (2)

-8-

http://www.paroledevie.org

On m'a utilisée pour piéger toutes sortes d'hommes qui ne se doutaient de rien (y compris les responsables eux-mêmes de ces projets !), en utilisant une caméra cachée. Je n'avais que neuf ans quand je dus subir toutes ces humiliations sexuelles. J'ai entendu un jour une conversation concernant l'ORD (Office of Research and Development). Cet Office était dirigé par le Docteur Greene, ainsi que par les Docteurs Steven Aldrich, Martin Orne et Morris Allan. Le Docteur Gottlieb fit une remarque plutôt cynique concernant une fuite éventuelle à la Nouvelle-Orléans, à propos d'un groupe assez important d'enfants retardés mentaux, qui avaient été soumis à des doses massives de radiations. Il avait demandé au Docteur Greene pourquoi il se faisait autant de souci à propos de ces enfants retardés : "Après tout, ce ne sont certainement pas eux qui vont vendre la mèche !" Une autre fois, j'ai entendu le Docteur Martin Orne, qui dirigeait l'Office Scientifique, et qui dirigea ensuite l'Institut de Recherche Expérimentale, dire que "pour continuer à recevoir des crédits pour leurs projets, il fallait que leurs expériences utilisent encore plus de moyens coercitifs, et même le chantage". Il avait ajouté : "Il faut que nous allions plus vite, et que nous nous débarrassions ensuite des sujets, pour qu'ils ne reviennent pas nous demander plus tard de leur rappeler tout ce qui s'est passé". Je pourrais vous dire beaucoup d'autres choses sur ces projets de recherche financés par le gouvernement : les noms des projets et des sous-projets, les noms des gens impliqués dans les expériences, les lieux, la nature des tests, et les différents moyens utilisés pour faire souffrir les sujets. Mais je pense que je vous ai donné suffisamment d'informations pour que vous puissiez recommander de nouvelles enquêtes sur ces projets de programmation mentale, surtout parce qu'ils utilisaient largement l'irradiation des sujets. J'aurais tellement aimé que tout ce que nous avons subi ne soit qu'un rêve qu'il faut vite oublier. Mais oublier serait une erreur tragique. Ce serait aussi un mensonge. Ce sont de véritables atrocités que nous avons subies, moi et tant d'autres enfants, sous prétexte de défendre notre pays. A cause de l'accumulation des effets nocifs des radiations, des drogues, des produits chimiques, des souffrances, des détresses mentales et physiques, j'ai été privée de la faculté de pouvoir travailler normalement, et même d'avoir des enfants. Il est évident que ces expériences n'étaient nullement justifiées. Dès le départ, elles n'auraient jamais dû être autorisées. Notre seul moyen de révéler et de mettre en lumière l'horrible vérité est de rendre publiques toutes les archives qui peuvent encore exister sur ces projets, par la nomination d'une nouvelle Commission Présidentielle chargée d'enquêter sur la programmation mentale. Je crois que tous les citoyens de notre nation ont le droit de savoir quelle est la part de la réalité, et quelle est celle de la fiction. Notre plus grande protection, c'est que tout cela ne se reproduise plus jamais. En conclusion, je ne puis vous offrir que ce que je vous ai offert aujourd'hui : la vérité. Merci d'avoir pris le temps de m'écouter. Questions posées par la Commission : Le porte-parole de la Commission : Merci pour vos témoignages. Nous les apprécions d'autant plus qu'il ne vous a pas été facile de les donner. Y a-t-il des commentaires ou des questions ? Le Docteur Duncan C. Thomas, (Professeur à l'Université de Californie du Sud, Faculté de Médecine, Département de Médecine Préventive, Los Angeles) : Puis-je vous demander ce que faisaient vos parents dans tout cela ? Avez-vous une idée de la manière dont vous avez été recrutées pour ces expériences ? Aviez-vous des parents ? Est-ce que vos parents savaient ce qui se passait ? Chris DeNicola : Je peux vous répondre brièvement. C'est mon père qui travaillait avec le Docteur Greene. Ma mère n'était pas au courant, parce que mes parents ont divorcé quand j'avais quatre ans. Auparavant, ils étaient séparés. Ces expériences se déroulaient en général au milieu de la nuit, et mon père m'y amenait pendant que ma mère dormait. Elle ne se doutait absolument pas de ce qui se passait. Plus tard, quand mes souvenirs sont revenus, et que j'ai commencé à parler à ma mère de ce qui s'était passé, elle m'a dit que cela ne l'étonnait pas, et que mon père était parfaitement capable de faire cela. Il avait été militaire dans l'Armée de l'Air. Il connaissait le Docteur Greene. Donc, en ce qui me concerne, c'est mon père qui m'a "livrée" pour les expériences. C'est lui qui s'occupait de moi quand j'étais toute petite. Il a commencé très tôt à abuser de moi sexuellement. Il m'a volontairement mise entre les mains du Docteur Greene, mais ma mère n'était

- 8 -

A198. Survivants des Illuminati (2)

-9-

http://www.paroledevie.org

pas au courant. La seule chose qu'elle savait, c'est qu'elle voulait quitter mon père. Elle ne savait pas pourquoi exactement. Mais elle savait qu'il fallait qu'elle le quitte, à cause de ma relation avec lui. Excusez-moi, mais je n'avais pas l'intention de dire tout cela. Merci. Claudia Mullen : Voulez-vous que je réponde aussi à votre question ? Le Docteur Thomas : C'est vous qui le décidez. Claudia Mullen : En ce qui me concerne, j'ai été adoptée à l'âge de deux ans et demi par une femme qui abusait de moi sexuellement. A cette époque, elle était l'amie du Président de l'Université Tulane. Très jeune, j'ai commencé à présenter les symptômes d'un enfant qui a subi des sévices sexuels, notamment la dissociation de ma personnalité. Elle a demandé au Président de cette Université de lui recommander un psychiatre pour enfants (pédopsychiatre). Il lui a conseillé le Docteur Heath, qui était impliqué dans ces recherches. Je me rappelle très bien tous les tests de personnalité qu'il m'a fait passer. C'est comme cela que j'ai été recrutée pour ces expériences. Mon père ne se doutait de rien. Il est mort quand j'étais très jeune. Je ne sais pas si ma mère était réellement au courant. Pour vous dire la vérité, je ne crois pas qu'elle s'en souciait beaucoup. Elle est morte quand j'étais adolescente. Par la suite, comme j'étais seule, ils ont pu se servir de moi plus facilement. Lois L. Norris (Second Vice-Président de la Omaha National Bank et de la Omaha National Corporation, à la retraite) : Vous avez mentionné qu'il y avait d'autres personnes, dans tout le pays, qui se rappellent avoir vécu des choses semblables. Est-ce que ces expériences se sont toutes passées pendant la même période, en général ? Valerie Wolf : En général, toutes ces expériences ont commencé vers la fin des années 40. Ce que nous savons, c'est que les victimes étaient étroitement surveillées, pour contrôler si elles ne commençaient pas à voir revenir leurs souvenirs. Car on leur avait fait subir des choses tellement atroces… Nous ne connaissons pas les dates exactes de toutes ces expériences, et à partir de quand les victimes ont commencé à être surveillées. En gros, on peut dater ces expériences de la fin des années 40 à la fin des années 70, peut-être même jusqu'en 1984… Claudia Mullen : Je sais que ces expériences se sont poursuivies plus tard que cela. Car lorsque mes parents sont morts, il n'y avait personne pour me protéger. Celui qui me suivait personnellement était un médecin de l'Université Tulane. C'était un ami de la famille, et son travail était de vérifier régulièrement que je restais bien amnésique. Valerie Wolf : Nous ne savons donc pas précisément quand ces expériences ont cessé, ni même si elles ont effectivement cessé… Claudia Mullen : Ils continuent à surveiller les victimes. Je cours un certain danger en venant témoigner ici aujourd'hui, parce que je sais que je suis encore surveillée. Valerie Wolf : Je sais que cela peut paraître incroyable, mais c'est un fait : Claudia reçoit des lettres, des coups de téléphone… Des gens écrivent des choses sur sa maison. Ils emploient le pseudonyme qu'elle avait à l'Université Tulane. Ils étaient le seuls à connaître ce pseudonyme. Claudia Mullen : Ils ne m'ont jamais appelée par mon vrai nom, jamais. Lois L. Norris : Tous ces sujets étaient-ils des enfants à cette époque ? Valerie Wolf : Oui, c'étaient tous des enfants. En tant que thérapeutes, nous faisons tout ce que nous pouvons pour obtenir un maximum d'informations. Nous avons vérifié une grande partie des souvenirs de Claudia. Voici comment je procède. Quand des victimes me donnent des informations, je les communique à des experts comme Alan Scheflin. Alan dispose de beaucoup d'informations, et il me donne une réponse qui confirme ou infirme ce que je lui transmets. Il n'a jamais infirmé aucune des informations que je lui ai communiquées. Certaines ne peuvent pas être confirmées, parce que nous n'avons pas tous les éléments. Mais beaucoup de souvenirs de Claudia ont été validés. Ils ne figurent dans aucune publication. La seule manière pour elle de savoir si tous ses souvenirs sont exacts est de faire jouer la Loi sur la Liberté d'Information. C'est ce que me dit toujours Alan Scheflin. Je fais très attention à ne pas obtenir trop d'informations. Si quelqu'un me

- 9 -

A198. Survivants des Illuminati (2)

- 10 -

http://www.paroledevie.org

dit quelque chose, je ne pose pas de questions, parce que je ne sais pas si cette information est valide. Le Docteur Duncan Thomas : Il me semble que pour établir la vérité, il est essentiel de disposer d'informations précises, notamment écrites. Il m'est difficile d'imaginer qu'un programme aussi étendu et aussi complexe que celui que vous décrivez ait pu se poursuivre aussi longtemps sans qu'il y ait un grand nombre de dossiers établis. La question qui se pose est de savoir où se trouvent à présent ces dossiers. Il faut les retrouver. Si vous dites que tous les dossiers sont ceux de la CIA, ils sont donc secrets, et la CIA ne nous les communiquera pas. Mais vous nous avez décrit une organisation très complexe, qui comprend aussi beaucoup de gens qui ne font pas partie de la CIA. Il doit donc exister quelque part de nombreux documents qu'il faut pouvoir découvrir. Vous venez de mentionner les lettres que certains vous écrivent. Cela peut nous conduire à d'autres informations. Pouvez-vous décrire tout ce qui a pu être fait, par vous ou par d'autres personnes, pour retrouver ces informations ? Que vouliez-vous dire aussi tout à l'heure quand vous disiez que d'autres souvenirs ont été validés ou vérifiés ? Valerie Wolf : C'est le Docteur Alan Scheflin qui pourrait vous répondre. Vous avez son CV et une déclaration qu'il a faite au sujet de Claudia. Cela fait vingt ans qu'il fait jouer la Loi sur la Liberté d'Information, pour obtenir ses informations et les rapprocher. D'autres personnes dans tout le pays font la même chose. Ils consultent les archives du gouvernement pour obtenir tout ce qu'ils peuvent obtenir. D'autres ont écrit des livres pour divulguer leurs informations. Le problème, c'est que lorsqu'on demande au gouvernement des informations, en faisant jouer la Loi sur la Liberté d'Information, on fait traîner vos requêtes, on n'y répond pas, ou elles se perdent dans la paperasse. Il est très difficile d'obtenir des informations. Le Docteur Duncan Thomas : Je suis désolé, mais je ne vois pas les pièces dont vous parlez dans le dossier qu'on m'a fourni. Il doit manquer quelque chose. Valerie Wolf : J'ai envoyé un paquet par courrier express. Il aurait dû arriver lundi. J'en ai envoyé un autre qui aurait dû arriver hier. Le porte-parole de la Commission : Si nous ne l'avons pas reçu, nous vous le ferons savoir. Valerie Wolf : J'ai envoyé le premier paquet à Steve Claydman, et le second à Kristin Crotti. C'est tout ce que j'ai pu réunir en une semaine et demie. Je veux encore insister sur la similarité des témoignages dans tout le pays. Nous voulons tout vérifier. C'est pour cela qu'Alan Scheflin a amassé toute une documentation depuis 20 ans, une documentation très importante. Mais nous n'avons pas tout. Il y a encore beaucoup de choses que nous ne connaissons pas, et nous nous efforçons de les connaître… Le Docteur Duncan Thomas : Est-ce que vous avez des documents concernant les expériences avec les radiations ? Parce que la CIA nous a affirmé qu'ils n'avaient jamais fait aucune expérience utilisant des radiations. Nous avons donc besoin de documents précis dans ce domaine. Claudia Mullen : Tout ce que vous avez à faire est d'enquêter sur l'ORD (Office de Recherche et de Développement), dont je vous ai déjà parlé. Ils utilisaient presque exclusivement des radiations. Et ces expériences étaient dirigées par le Docteur Steven Aldrich, par Martin Orne… Le Docteur Duncan Thomas : Est-ce que tout cela est inclus dans le paquet que vous avez envoyé à Steven Claydman ? Claudia Mullen : Oui. Je lui ai communiqué les noms des projets, les numéros de codes, et même les sujets des expériences. On nous donnait à nous-mêmes des numéros pour chaque expérience. J'ai retenu le numéro qu'on m'avait donné, parce qu'ils étaient sûrs que leurs techniques nous garderaient amnésiques. Quand nous revenions chez nous, nous n'avions plus aucun souvenir de ce qui nous était arrivé. Ils se permettaient donc de parler en toute liberté. C'est aussi pour cela qu'ils ne se cachaient même pas et qu'ils ne portaient pas de masque. Ils étaient sûrs que nous ne nous souviendrions de rien. En fait, je n'ai commencé à retrouver ma mémoire qu'il y a deux ans. Valerie Wolf : je pense que vous pourriez aussi enquêter sur le Docteur L. Wilson Greene. Je ne sais pas si vous avez déjà entendu parler de lui, mais il semble qu'il ait été impliqué à la fois dans les radiations et dans la programmation mentale. Certains sujets étaient utilisés pour des

- 10 -

A198. Survivants des Illuminati (2)

- 11 -

http://www.paroledevie.org

expériences sur les radiations, d'autres pour la programmation mentale, et d'autres pour les deux. Je crois que si tout cela vient au grand jour à présent, c'est parce que certaines victimes commencent à retrouver leur mémoire. Ils pensaient bien que cela pourrait arriver, et c'est pour cela qu'ils ont fait tout ce qu'ils pouvaient pour rendre leurs victimes amnésiques. Depuis deux ans, les gens retrouvent la mémoire, nous entendons de plus en plus de témoignages, et nous nous efforçons de savoir tout ce qui s'est réellement passé. Nous apprécierions donc toute l'aide que vous pourriez nous fournir. Chris DeNicola : Je voudrais juste signaler au Docteur Duncan Thomas, à propos de sa question sur les expériences avec des radiations, que j'ai inclus dans ma documentation un dossier complet sur ce thème, intitulé : "Informations sur le dossier radiations". J'y donne les noms des sujets, des expériences, et les numéros de code dont je me suis souvenue. Le problème, c'est que nous n'avons pas le moyen de vérifier tout cela sans avoir accès aux archives (de la CIA). Commentaires finaux de Wayne Morris : Vous venez d'entendre l'enregistrement complet des témoignages donnés devant la Commission d'Enquête Présidentielle sur les expériences impliquant l'usage de radiations. Actuellement, les survivants réclament d'autres auditions de ce genre, en particulier concernant les expériences de programmation mentale. Nous envisageons d'interviewer Claudia Mullen et Valerie Wolf au cours de nos prochaines émissions. Si vous désirez des transcriptions (en anglais) de ces enregistrements, veuillez nous écrire à scw@web.net ou connectez-vous à l'adresse suivante : www.mk.net/~mcf/ckln/ckln-hm.htm Commentaire final de Parole de Vie : Beaucoup de lecteurs ont sans doute de la peine à pouvoir imaginer les souffrances qu'ont subies les victimes de ces expériences diaboliques de programmation mentale. Prions pour ces victimes. Qu'elles puissent trouver le Seigneur, seul capable de les guérir et de les protéger. Prions aussi pour que l'Eglise ouvre les yeux sur ces réalités de notre temps, et pour qu'elle soit capable de manifester l'amour du Seigneur à toutes les victimes qui viendront se réfugier sous Ses ailes !

- 11 -

A204. Survivants des Illuminati (3).

-1-

http://www.paroledevie.org

A204. Survivants des Illuminati (3).
Article de Wayne Morris.
L’original de cet article peut être consulté en anglais sur le site Internet :
http://www.mindcontrolforums.com/radio/ckln17.htm Reproduction de la traduction française autorisée, pourvu que les sources soient indiquées.

Nous publions à présent la transcription de l'interview de Kathleen Sullivan, rescapée des Illuminati. Cette interview est très longue et très touffue. Nous avons jugé bon de couper certaines parties qui ne présentaient pas d'intérêt majeur, ou qui comprenaient des descriptions trop crues ou trop insoutenables. Nous prévenons les lecteurs trop jeunes ou trop sensibles que cet article contient toutefois encore des informations susceptibles de les choquer. Nous les invitons donc à la prudence, et même à ne pas lire cet article s'ils estiment qu'ils pourraient avoir du mal à en supporter le contenu.

Wayne Morris : Je reçois aujourd'hui Kathleen Sullivan, survivante de la programmation mentale. Merci beaucoup, Kathleen, de nous avoir rejoints aujourd'hui. Kathleen Sullivan : Merci à vous de m'avoir invitée. Wayne Morris : Comment vous êtes-vous rendue compte que vous étiez utilisée, et que vous étiez programmée mentalement ? Kathleen Sullivan : Je me suis d'abord rendue compte que je n'avais pas beaucoup de souvenirs de mon enfance ou de mes premières années d'adulte. Je ne me souvenais pas beaucoup de mes émotions passées. Au cours de l'été 1989, je me suis rendue dans un endroit appelé Crossroads, à Chatanooga... J'ai dû suivre un traitement psychologique, parce que ma fille avait été arrêtée. On l'accusait de certaines choses sérieuses. Ils voulaient me traiter aussi, parce qu'ils pensaient qu'il y avait sans doute un problème héréditaire. C'est là que j'ai commencé à me rappeler que mon père avait sexuellement abusé de moi. Comme j'avais d'autres frères et sœurs, je suis rentrée chez moi, et j'ai contacté les autorités pour les prévenir que j'allais témoigner contre mon père. Je comprenais qu'il n'avait pas été l'homme que j'imaginais. Je me faisais trop mon film sur mon père. Quand mes souvenirs ont commencé à revenir, j'ai eu aussi pas mal de réactions secondaires dans mes pensées et mes sentiments. Je réalisais que mon père m'avait torturée, à la maison. C'était un voyeur et un dépravé sexuel. Il se suicida en janvier 1990… Quand cela est arrivé, je me suis complètement renfermée, et j'agissais comme un robot. J'étais déconnectée de mes émotions. J'ai été hospitalisée à Atlanta pour suivre un traitement intensif. D'autres souvenirs refaisaient surface, associés à toujours plus de traumatismes. Des souvenirs de sévices rituels. Je me suis rendu compte que les souvenirs des survivants revenaient en général dans cet ordre : d'abord les sévices sexuels, puis les sévices rituels, et ensuite les autres. J'ai été à nouveau hospitalisée en 1991 à Dallas. C'est là que j'ai commencé à accepter tous ces souvenirs, et à admettre le fait que j'avais été programmée par le gouvernement américain, qui voulait faire de moi un assassin, et son instrument pour diverses "missions". Ce fut très dur pour moi, car j'étais absolument terrifiée par tous ces souvenirs, notamment parce que je compris que je devais être moi-même éliminée. A l'hôpital, j'avais des tendances homicides envers les infirmières et le personnel. C'était dur pour tout le monde ! J'ai commencé à me rendre compte que j'avais plusieurs personnalités différentes. Ma personnalité originelle avait été fragmentée. Chacune de ces personnalités avait un nom, un numéro de code, et un nom de code. Je continue à travailler à ma guérison. Jusqu'à présent, je trouve que c'est intéressant. Wayne Morris : Est-ce que vos souvenirs ont commencé à vous revenir avant la mort de votre père ? Qu'est-ce qui a commencé à les faire réapparaître ?

- 1 -

A204. Survivants des Illuminati (3).

-2-

http://www.paroledevie.org

Kathleen Sullivan : Oui, ils ont commencé à revenir avant la mort de mon père, à Crossroads. Parce que je me sentais physiquement en sécurité dans cet endroit, peut-être pour la première fois de ma vie. On ne me permettait même pas de recevoir des coups de téléphone ou du courrier de mes amis. Quand ils font cela, c'est pour que les patients ne soient pas distraits émotionnellement et mentalement, et puissent se concentrer sur leur traitement. Pour moi, ce fut un mois important sur le plan émotionnel. Personne ne m'a mis ces souvenirs dans la tête. En fait, je disais même au personnel que mon père était un type formidable. Ils me demandaient pourquoi j'étais complètement bloquée au niveau émotionnel. Nous avons pensé d'abord qu'il devait y avoir de l'alcoolisme dans ma famille. Non. Je n'avais aucun souvenir de sévices sexuels non plus. Je m'efforçais de chercher ce qui avait pu me mettre dans cet état. Un jour, je suis allée voir un film de Batman, avec quelques personnes de l'hôpital. C'est ce film qui a déclenché le réveil de mes souvenirs, je ne sais pas exactement pourquoi. Mais quand je suis rentrée à l'hôpital, j'étais hystérique et je ne pouvais plus m'arrêter de pleurer. J'avais une grosse migraine. J'ai su depuis que c'est souvent le cas quand nos autres personnalités commencent à se manifester. Je voulais m'enfuir et me cacher pour que personne ne me retrouve. C'était très dur, mais c'est là que tout a commencé à sortir. Je m'étais aussi fâchée avec mon père, juste avant cela, et c'était la première fois pour moi. Comme ma fille avait été arrêtée, il s'efforçait d'éviter qu'il y ait une enquête sur lui, en faisant croire qu'elle était folle. C'est aussi à ce moment-là que j'ai commencé à me dégager de l'emprise de mon père. Le fait de vouloir témoigner contre lui était pour moi un acte de libération vis-à-vis de mon père. Quand il est mort, il y a eu une nouvelle libération, qui a fait revenir d'autres souvenirs. Wayne Morris : Vous vouliez témoigner contre votre père uniquement pour des sévices sexuels ? Kathleen Sullivan : Oui. Il avait trois enfants d'un second mariage. Mais je n'ai jamais parlé de tout cela avec eux. Je me souvenais seulement de ce que mon père faisait avec mes frères et sœurs et moi dans la salle de bains. Et il a recommencé avec mes demi-frères et sœurs, près de 30 ans plus tard. C'était étonnant de voir qu'il utilisait toujours les mêmes techniques. C'était le début de ma libération et du retour de mes souvenirs. Avant qu'il meure, mes souvenirs revenaient comme des éclairs, en masse, presque 24 heures sur 24, et même dans mes rêves. Heureusement que j'avais deux thérapeutes qui travaillaient avec moi, et qui m'ont demandé de tout mettre par écrit. J'ai continué à tenir mon journal, ce qui m'a beaucoup aidée. Wayne Morris : Comment vos souvenirs refaisaient-ils surface ? Kathleen Sullivan : Très souvent, j'entendais un son qui ne venait pas de l'extérieur. Je savais que c'étaient mes souvenirs qui commençaient à remonter. Parfois, j'entendais la voix de mon père ou d'une autre personne, et je savais que c'étaient des voix que j'avais entendues dans mon enfance. D'autres fois, c'était une odeur qui remontait. Parfois, je mangeais, et la nourriture me semblait devenir tout à coup infecte. Je ressentais physiquement les viols que j'avais subis, comme une sorte de mémoire corporelle. J'avais beaucoup de souvenirs visuels, et des rêves qui revenaient très souvent. Quand j'ai commencé à mettre tout cela par écrit, je passais parfois des heures à écrire, et je revivais ces souvenirs en les écrivant. Croyez-moi, ce n'était pas drôle. Même maintenant, quand je me relis, j'ai du mal à croire que tout cela m'est bien arrivé ! C'était étonnant ! Wayne Morris : Vous dites donc que votre père vous conditionnait mentalement en utilisant toutes sortes de techniques traumatisantes… Quand avez-vous réalisé qu'il faisait cela pour vous contrôler mentalement ? Kathleen Sullivan : C'était au cours de l'été 1991, quand j'ai commencé à me rappeler que j'avais été utilisée par le gouvernement en tant qu'assassin. Heureusement, en un sens, que mes souvenirs ont commencé à revenir avant d'avoir pu être informée des activités secrètes du gouvernement. Ces souvenirs me rendaient folle. Je voulais croire que ce n'était que mon imagination. Mais, d'un autre côté, si c'était mon imagination, je pensais que je devais être réellement folle ! C'était très dur. Je refusais de croire beaucoup de choses. Quand mes autres personnalités ont commencé à se manifester, je ne pouvais plus nier tout cela. Si tout cela était vrai, cela voulait dire que j'étais réellement en danger. Il fallait que je l'accepte, et que je me soigne, pour que je sois bien consciente de tout ce qui se passait autour de moi. Wayne Morris : Quand vous avez commencé à réaliser que vous aviez été utilisée par le gouvernement, qu'avez-vous fait pour vérifier tous vos souvenirs ?

- 2 -

A204. Survivants des Illuminati (3).

-3-

http://www.paroledevie.org

Kathleen Sullivan : Ce fut très dur. J'ai d'abord cherché à savoir si cela avait été fait à d'autres personnes avant moi. A cette époque, nous avions très peu d'informations dans ce domaine. Je suis tombée par hasard sur le livre de John Mark "The Mandchurian Candidate", et cela m'a aidé un peu. J'ai pu me procurer une photocopie du livre de Walter Bowart " "(Operation) Mind Control". Il y parlait d'une femme dont le nom de code était Candy. Il montrait de quelle manière elle avait été utilisée pour faire beaucoup de choses que j'avais moi-même faites, même dans un endroit dont je me souvenais du nom, "La Ferme". Il se peut que ce soit Camp Peary. Mais je n'ai pas eu envie de m'y rendre pour essayer de reconnaître les lieux visuellement. Candy décrivait beaucoup de techniques auxquelles elle avait été soumise, et c'étaient les mêmes que pour moi. Elle avait parlé d'un rouge à lèvres au cyanure. En ce qui me concerne, je me rappelais avoir utilisé un bâton de vaseline empoisonné. Je devais en mettre sur une épingle et piquer les gens avec ça. C'était tellement semblable à ce dont je me souvenais, que j'ai commencé à croire que j'étais tout de même saine d'esprit ! A cette époque, j'étais vraiment désespérée. J'ai commencé à lire un livre intitulé "The Man Who Knew Too Much" (L'homme qui en savait trop), de Richard Russell. Je lui ai écrit, en lui donnant un court témoignage de ce que j'avais vécu. Il m'a répondu qu'il savait que ces choses continuaient à se pratiquer, et me conseillait de "m'accrocher". Alors je me suis bien accrochée. En 1991, je m'étais déjà souvenue de cinq méthodes de programmation qu'on m'avait fait subir. Elles me sont revenues tout à fait spontanément. Un psychiatre de l'Université de Dallas nous avait demandé, à quelques-uns de ses patients, de "mettre par écrit la carte de notre personnalité". Alors j'ai commencé à écrire, et tout est revenu, comme le nom des méthodes de programmation, Alpha, Bêta, Delta, Thêta, et Omicron. Personne ne s'est soucié de m'expliquer ce que cela signifiait. Je ne connaissais aucun autre patient qui avait écrit des choses semblables. J'ai continué à chercher, et j'ai compris que c'étaient des choses qui avaient été plantées dans mon cerveau par l'hypnose ou d'autres méthodes. Je ne comprenais pas ce que tout cela signifiait, à part les quelques souvenirs qui commençaient à me revenir à cette époque. J'ai continué à tenir mon journal et à me documenter le mieux que je pouvais. En 1993, j'ai écrit à Daniel Ryder qui avait écrit "Breaking the Cycle of Satanic Abuse" (Comment briser le cercle des sévices sataniques). Il y parlait un peu des programmes gouvernementaux de contrôle mental. Je lui ai parlé des systèmes de programmation que je connaissais, en lui disant que j'avais été programmée comme assassin, et pour faire d'autres missions. Je voulais juste savoir si d'autres personnes avaient entendu parler de cela, ce qui me donnait l'impression que j'étais relativement normale dans mon mental. Wayne Morris : Quand vous parlez de "systèmes de programmation", que voulez-vous dire par là ? peut-être pouvez-vous les décrire un peu ? Kathleen Sullivan : (Elle rit) Je ne prétends pas tout comprendre moi-même… Je crois que seul un programmeur peut vraiment savoir tout cela. Je dois vous dire que c'était mon père qui avait été mon programmeur principal depuis mon enfance. Lui aussi avait subi des choses horribles dans son enfance, ce qui l'avait détraqué. Je l'ai appris plus tard. Il n'avait aucune conscience. C'était un pédophile. Ce fut difficile pour moi de le réaliser. Il était ingénieur à la Société AT&T, l'ancienne Western Electric. C'était vraiment un génie dans son métier. Il avait un esprit très scientifique. Je pense que c'était cela qui l'avait rendu très orgueilleux. Il aimait les puzzles, les jeux d'intelligence. Il aimait voir combien de personnalités fragmentées il pourrait créer chez quelqu'un. Il m'a utilisée pour cela. Il me disait souvent qu'il était "Dieu" pour moi. Il le croyait vraiment. Il me disait que j'étais son cobaye et son prototype. Mieux il réussirait à fragmenter ma personnalité, et mieux il se ferait bien voir de la CIA, pour laquelle il travaillait. Wayne Morris : Comment faisait-il pour créer ces personnalités fragmentées ? Kathleen Sullivan : Il avait plusieurs méthodes. C'était un vrai sadique. Il a même écrit un article sur le Marquis de Sade. Je l'ai retrouvé plusieurs années après sa mort. Cela m'a fait comprendre bien des choses. Je crois qu'il n'avait pas pu affronter les souffrances intérieures qu'il avait éprouvées. Lui-même changeait parfois de personnalité. Il aimait infliger des souffrances aux autres. Il employait parfois l'électricité, parce qu'il était ingénieur dans ce domaine. J'ai encore beaucoup de problèmes avec l'électricité ! Je ne peux pas supporter la vue de fils électriques dénudés, cela me rend folle. Même s'ils ne sont pas branchés. Vous ne pourrez pas me persuader qu'ils ne sont pas branchés.

- 3 -

A204. Survivants des Illuminati (3).

-4-

http://www.paroledevie.org

Il me privait aussi de nourriture et de sommeil. Il employait beaucoup de rituels sataniques. Il avait dirigé un petit groupe de satanistes à Reading, en Pennsylvanie. Un petit groupe, mais qui entraînait beaucoup d'enfants dans leurs rituels et leurs orgies… Cela m'avait fait comprendre que c'était sérieux ! Il m'avait obligée à participer à des sacrifices rituels depuis l'âge de quatre ans. Je crois qu'il est important de comprendre que son but n'était pas seulement d'organiser des sévices rituels. Mais il fallait aussi conditionner certaines personnes et les "former" pour les utiliser par la suite. Quand je voyais ce qui était fait pendant ces sacrifices rituels, je faisais ensuite la même chose pour les assassinats qui m'étaient ordonnés… J'ai vu beaucoup de choses pendant ces rituels ! Tous ceux qui travaillent aux urgences dans un hôpital savent de quoi je parle. Cela m'aidait aussi à me désensibiliser pour faire de moi un assassin. Cette désensibilisation était très importante. Mon père me suivait donc de très près, autant qu'il le pouvait, soit dans ses rituels, soit à la maison, où il me torturait beaucoup. Il s'intéressait à ma personnalité originelle, celle qui s'appelait Kathy, et il la torturait jusqu'à ce que je puisse plus supporter ces atrocités. Alors, Kathy tombait dans une sorte de sommeil hypnotique. Cela me rendait totalement amnésique. Quand je revenais à moi, il recommençait, mais comme c'était trop difficile à supporter pour Kathy, il se produisait un fractionnement de ma personnalité, et c'était une autre que Kathy qui pouvait recommencer à subir ces tortures. Mon père donnait alors un nouveau nom à cette nouvelle personnalité, et ainsi de suite. Chaque personnalité nouvelle fragmentée ne se souvenait pas de ce que les autres fragments avaient vécu. Mon père pouvait donc faire croire à chacune de ces personnalités tout ce qu'il voulait. Il implantait dans ces nouvelles personnalités tout un ensemble de croyances, de sentiments et de pensées propres à chacune. Il le faisait aussi pour beaucoup d'autres enfants. Je n'étais pas la seule. L'une de ses spécialités était de fragmenter la personnalité de ces enfants, en donnant un nom à chaque fragment. D'autres programmeurs pouvaient ensuite continuer à travailler sur ces enfants. Il s'entraînait sur moi, pour voir jusqu'où il pourrait aller. Wayne Morris : Ainsi, cette programmation mentale consiste à exposer quelqu'un à des traumatismes, pour provoquer une dissociation de sa personnalité ? Kathleen Sullivan : Cela peut se produire de plusieurs manières. Mon système Bêta… C'est juste une partie de moi-même qui est contrôlée par ce système. Beaucoup de survivants de la programmation mentale n'ont pas été programmés en Bêta. On a utilisé avec eux d'autres programmes. Les programmeurs font toutes sortes d'expériences pour créer les personnalités les plus variées. C'était le domaine de spécialisation de mon père. Wayne Morris : Votre père a dû apprendre ces techniques quelque part. Où pensez-vous qu'on lui a appris cela ? Peut-être aussi que votre père avait lui-même été une victime du contrôle mental ? Kathleen Sullivan : Je crois que mon père était lui-même programmé. Je reste assez vague sur certaines choses, parce je ne suis pas encore tout à fait libre d'en parler. Mais je dirais tout ce que je peux dire sans être perturbée. Ces programmeurs sont tous violemment anticommunistes. Au départ, ils ont appris cela d'une manière plutôt primitive. L'un des membres de la famille de mon père, de la génération précédente, torturait mon père en appliquant du courant électrique sur les plombages de ses dents ! Cet homme a eu une grande influence sur toute notre famille. Malheureusement, il est toujours en vie, sinon je dévoilerais son nom. Il m'a dit qu'il travaillait avec les services secrets pendant la dernière guerre. Il semblait aussi connaître beaucoup d'hommes politiques à Washington, ainsi qu'une personne que j'aimerais nommer, mais dont je ne citerai que les initiales, HK (NDE : Il s'agit probablement de Henry Kissinger). J'ai appris que HK avait fait venir aux USA beaucoup de criminels nazis, des scientifiques, vers la fin de la guerre et plus tard. Mon père m'avait dit qu'il avait été utilisé comme interprète d'allemand, pour le compte de l'armée, qui avait ramené ces nazis, et pour le compte de l'OSS, qui allait devenir plus tard la CIA. Je crois que c'est pour cela que mon père a été tellement influencé par ces gens, si ce qu'il m'a dit était vrai. Il y a quelques semaines, j'ai compris quelque chose. Mon père est d'origine allemande. Il a grandi dans une région où il n'était pas bon d'être Allemand, parce que les Allemands étaient nos ennemis. Sa mère écoutait des stations de radio allemandes la nuit. Je comprends à présent que cela a dû être très difficile pour mon père, qui avait tendance à se mépriser beaucoup à cause de son origine. Je comprends qu'il ait pu se sentir proche émotionnellement des personnes qui l'avaient recruté comme interprète. Il a passé beaucoup de temps dans différentes bases de l'Armée de l'Air, au

- 4 -

A204. Survivants des Illuminati (3).

-5-

http://www.paroledevie.org

cours des quatre ans qu'il a passés dans cette arme. Cela surprenait beaucoup de gens de le voir si souvent changer de base. Plus tard, il a passé beaucoup de temps avec ceux que l'on appelle les néo-nazis, ou les "aryens". Des gens qui étaient dans des groupes nazis ou dans l'activisme pro-aryen. Je crois que cela lui a donné le sentiment de son importance. C'est alors qu'il a commencé à être obsédé par les doctrines sataniques. Il était proche de ceux qu'on appelle les Templiers, ou Chevaliers du Temple. Je crois que mon père n'a jamais été Franc-Maçon, mais il travaillait avec beaucoup de Francs-Maçons de très haut rang. Pour eux, les Templiers étaient des "assassins germaniques". Comme j'étais une femme, et qu'ils étaient profondément machos, je n'avais pas le droit de devenir un "assassin germanique" de l'Ordre des Templiers. Mais ils m'appelaient une "Fille des Chevaliers du Temple". C'est quelque chose ! Il a aussi fréquenté l'Université Albright, qui se trouve tout près de Reading, en Pennsylvanie. C'est là qu'il a obtenu son diplôme, avant d'être engagé par la Western Electric, où se trouvait un fort groupe d'Allemands. Il fréquentait des clubs allemands. Je ne suis pas sûre d'où venaient toutes les influences qu'il a subies, mais elles étaient très fortes. Je crois que cela lui a formé une identité dont il avait beaucoup besoin. Wayne Morris : Vous savez certainement qu'il existe une controverse publique à propos des souvenirs des survivants. Certains prétendent que ces souvenirs qui remontent dans la mémoire des victimes ne sont pas des vrais souvenirs. Dans votre propre expérience, comment avez-vous vérifié si vos souvenirs étaient vrais ou faux ? Comment avez-vous pu reconstituer ce qui vous était réellement arrivé ? Kathleen Sullivan : Pour moi, c'est encore quelque chose de très difficile. Je me rappelle pourtant que, chaque fois que j'avais accompli une mission pour la CIA ou un autre organisme, sans exception, ils me faisaient passer une séance de "brouillage de la mémoire". Cela se passait souvent à la base aérienne Dobbins. Ils m'injectaient des faux souvenirs, pour que je ne puisse plus faire la différence avec les vrais. Par exemple, ils me faisaient voir un film, ou un document faisant appel à la réalité virtuelle, ce qui est pire. Ils me droguaient aussi parfois à cette occasion. Pendant que je regardais le film, un gars venait auprès de moi me parler ou m'hypnotiser, pour me faire croire que ce film était la réalité pour moi. Ils choisissaient des films qui cadraient avec ma mission. C'était bien préparé à l'avance. Quand le souvenir de ces films me revenait, je devais me dire : "Qu'est-ce que c'est que cela ?" Puis je me rappelais qu'il y avait un homme à mes côtés, et je me revoyais en train de voir un film. Je mettais par écrit tout ce qui me revenait, pour pouvoir reconstituer tout ce qui s'était réellement passé. Ils mélangeaient donc des choses réelles avec des choses qui n'étaient pas du tout réelles… Parfois, ils conduisaient leurs victimes à l'endroit même où avait été tourné le film, en invitant même l'un des acteurs, quelquefois une célébrité de Hollywood, qu'ils payaient grassement pour cela. Je crois que ces acteurs faisaient l'objet d'un chantage, et que certains étaient eux-mêmes programmés. Ainsi, quand on se rappelait ces choses, on avait des souvenirs réellement mélangés, et il était difficile de reconstituer la réalité. Parfois encore, après une mission, ils m'amenaient là où mon père avait sa secte satanique, et me faisaient passer par un rituel ou une cérémonie. Il me fallait là encore lutter pour retrouver les vrais souvenirs… Il m'a fallu plusieurs années pour bien comprendre tout ce qui m'était arrivé, et pourquoi mes souvenirs remontaient de cette manière. C'est pour cela que je crois qu'il est légitime que l'on parle des "faux souvenirs". Je ne crois pas que ceux qui racontent des faux souvenirs le font de manière consciente. Je veux dire que cela ne vient pas d'eux. Mais on leur a injecté artificiellement, de l'extérieur, des faux souvenirs… Parfois, certains souvenirs qui reviennent sont réels, mais ils concernent des choses tellement horribles que les gens ne peuvent pas imaginer que des êtres humains puissent faire cela à d'autres êtres humains, et ils ne vous croient pas. Wayne Morris : Vous pensez donc que c'était fait délibérément pour discréditer les survivants ?

- 5 -

A204. Survivants des Illuminati (3).

-6-

http://www.paroledevie.org

Kathleen Sullivan : Absolument. Ils veulent que leurs victimes croient qu'elles sont folles et se sentent désespérées et impuissantes. Si vos souvenirs ne sont pas réels, mais qu'ils continuent à remonter, cela suffit pour vous donner envie de mourir. Pourtant, bien souvent ils sont vrais, et c'est vraiment terrorisant ! Wayne Morris : Pensez-vous que certains de vos souvenirs de cérémonies sataniques aient pu être programmés en vous, et qu'ils ne correspondent pas à la réalité ? Kathleen Sullivan : Je l'aimerais bien ! Mais, hélas, j'ai des témoins. La plupart sont des enfants. Ils ne sont pas prêts à parler, parce qu'ils s'efforcent de résoudre leurs propres problèmes. Malheureusement, mon père et un autre responsable, avec lequel il travaillait, étaient très sadiques. Ils semblaient prendre plaisir à ce qu'ils faisaient. Ce qu'ils faisaient était donc hélas réel. J'ai aussi contacté d'autres survivants, qui m'ont dit qu'on leur avait montré des films de rituels et de sacrifices sataniques. Je commence donc à comprendre que beaucoup de ces cérémonies sataniques sont filmées, et que ces films sont utilisés pour programmer les souvenirs de leurs victimes. Beaucoup de ces souvenirs viennent donc de ces films. Mais il y a les deux : les films, et la réalité. Wayne Morris : Y avait-il des méthodes précises pour vous traumatiser et pour vous programmer ? Kathleen Sullivan : C'est sûr ! Disons que certains programmeurs n'aimaient pas trop travailler avec moi, à cause de ma programmation Delta, qui est une programmation d'assassin. Je crois que parfois ils avaient peur. Ils m'appliquaient donc souvent un "pistolet électrique" sur le corps, qui m'engourdissait violemment. Cela effaçait aussi environ 20 minutes de mémoire immédiate, si on l'appliquait assez longtemps sur les muscles. Cela "effaçait" donc par exemple tout souvenir de la manière dont j'étais arrivée dans ce bâtiment. Un jour, un policier d'Atlanta a vu toutes les marques que j'avais sur les bras, et il a su d'où cela venait. Je n'étais pas très fière de voir qu'il savait ce que je ne voulais pas lui dire. Wayne Morris : Est-ce que le fait de connaître les méthodes de programmation et de conditionnement vous a aidé, dans votre processus de guérison ? Kathleen Sullivan : Cela m'a permis de savoir que je n'étais pas folle. Et aussi de comprendre que tous ces tortionnaires ne sont pas des dieux. Leur créativité est limitée. Ils devaient suivre des programmes bien établis, pour rester efficaces et ne pas perdre de temps. Je veux dire encore quelque chose. Il y a en Colombie-Britannique un cinéma qui s'appelle "Le Janus". C'est la CIA qui en est propriétaire. J'ai des photos de ce cinéma. Si c'est vrai, j'ai pu être conduite dans ce cinéma. Un enquêteur m'a dit que ce cinéma n'est presque jamais en activité, et pourtant ils payent les taxes pour le faire fonctionner. C'est un lieu étrange. Certaines personnes y travaillent sur un projet nommé en code CYBERTRON. Ils nous projetaient un film, et nous demandaient de hurler et d'injurier les personnages du film. Cela nous aidait à nous défouler de nos émotions. Quand nous rentrions chez nous, on avait bien pu se soulager… Ils programmaient parfois nos souvenirs en groupe. C'était hallucinant ! Wayne Morris : Comment ces tortionnaires du contrôle mental faisaient-ils pour protéger leur identité ou pour effacer leurs traces ? Kathleen Sullivan : Je connais un homme qui me reprogrammait souvent à Atlanta. Il se déguisait en femme, avec une perruque et des habits féminins. J'en connais un certain nombre qui se déguisaient en femmes. Ce qu'ils faisaient était idiot, parce que cela se voyait, et je me rappelais les traits de leur visage. Je me disais : "Ce n'est pas possible qu'ils fassent cela !" Ces gens se prenaient sans doute pour une reine dans leurs travestissements ! Un autre problème important, c'est que la plupart de ces gens utilisaient des pseudonymes. Très peu n'en utilisaient pas. C'étaient ceux qui étaient très haut placés, et qui étaient très connus. Je crois qu'ils espéraient que le public ne croirait jamais qu'ils étaient impliqués dans ces affaires, et que les gens prendraient ceux qui les dénonceraient pour des Paula Jones… Vous savez, celle qui mentait pour obtenir de l'argent (NDE : Paula Jones était une prostituée qui avait affirmé avoir eu des relations avec Bill Clinton). Wayne Morris : Quand vous parlez de gens "haut placés", vous parlez de gens très connus, de célébrités ?

- 6 -

A204. Survivants des Illuminati (3).

-7-

http://www.paroledevie.org

Kathleen Sullivan : Absolument ! Croyez-moi, je soutiens Paula Jones. Je crois qu'ils pensaient, avant tout, qu'un certain nombre de nous se suicideraient. Nous étions spécialement programmés pour cela. Ou alors que nous laisserions tout tomber, ou que nous retournerions dans une secte… Je ne crois pas qu'ils pensaient qu'il y aurait tant de survivants qui s'en sortiraient, qui réagiraient, et qui commenceraient à se fâcher ! Wayne Morris : Dans votre processus de guérison, sur quels moyens thérapeutiques pouviez-vous compter, et qu'avez-vous cherché à faire ? Kathleen Sullivan : Malheureusement, j'étais très limitée. J'aimerais qu'on s'intéresse de près à cette question. Parce que je connais certains survivants qui sont allés se faire traiter dans des centres où on les a en fait reprogrammés ! Il y aura toujours des endroits moins bons que d'autres. Mais les centres où je suis allée étaient excellents. On m'y a appris à reconnaître comment mon corps et mes sentiments se comportaient, et j'ai pu réagir. C'est très important. Car, comme j'avais été programmée pour être un assassin, ils avaient comme implanté en moi une rage incroyable depuis mon enfance. J'avais parfois des crises terribles de rage. J'ai dû beaucoup travailler sur la colère, ce qui m'a été très bénéfique. Puisque je sais à l'avance maintenant ce qui va sortir de moi, cela m'aide à me contrôler, parce que je sais comment réagir devant de telles émotions. C'est également plus sûr pour les autres ! C'est la première chose que tous les survivants devraient apprendre à faire, mais hélas la plupart ne l'apprennent pas. Je suis allée dans un hôpital à Denver, et j'y ai travaillé avec un médecin qui avait perdu presque toute sa famille dans les camps de concentration nazis. Il savait de quelles atrocités pouvaient être capables les êtres humains, et qu'il n'était pas facile de se débarrasser des séquelles et des blessures intérieures. Cela m'a beaucoup aidé, parce que quand j'ai parlé à ce médecin, il n'a pas contesté ce que je lui disais. La plus grande aide que je peux recevoir, c'est quand je parle à des gens qui ne me contestent pas et qui, même s'ils ne croient pas tout, sont assez compréhensifs pour réaliser combien des êtres humains peuvent être cruels. C'est aussi dans cet endroit que l'on m'a bien confirmé que j'avais une personnalité multiple, ce dont je me doutais depuis un certain temps. Je m'y sentais en complète sécurité. Au point que je me sentais libre de laisser s'exprimer certaines de mes personnalités. Je pouvais par exemple me promener habillée en petite fille avec mon nounours entre les bras. C'était très important. Parce quand ces personnalités infantiles s'exprimaient, je n'avais aucun moyen de modifier mon âge et mon apparence physique. Ce n'était pas possible. J'ai travaillé pendant un an et demi avec quelqu'un qui m'appliquait certaines techniques de déprogrammation, mais cela ne marchait pas très bien pour gérer tous les souvenirs qui refaisaient surface. En ce qui concerne la vérification de mes souvenirs, il a fallu que je le fasse toute seule. J'ai une foule de dossiers sur toutes sortes de personnes. Il fallait que je recueille des informations sur leur personnalité, et que je vérifie si cela cadrait avec mes souvenirs. J'étais ravie quand je pouvais m'apercevoir que certaines personnes parlaient ou agissaient en public d'une manière qui correspondait tout à fait avec mes souvenirs ! Wayne Morris : Est-ce que ce docteur avec qui vous avez travaillé était le seul qui connaisse la programmation mentale ? Kathleen Sullivan : Malheureusement oui. Mais il y a autre chose qui m'a beaucoup aidée. C'est un groupe de déprogrammation sur Internet. Un groupe excellent. Mais je ne travaille plus avec lui. Il y avait parfois des nouveaux qui arrivaient, et qui n'avaient pas tellement des bonnes manières. Il fallait qu'ils les apprennent ! N'importe qui ne pouvait pas être admis dans ce groupe, pace qu'il fallait vouloir faire du travail sérieux. J'ai pu ainsi contacter d'autres survivants du programme MKULTRA. Ils m'ont donné un soutien incroyable, surtout en m'aidant à m'accepter telle que j'étais. J'ai eu des problèmes avec un certain nombre de médecins ou de thérapeutes qui n'étaient pas capables de m'aider, parce qu'ils ne connaissaient pas assez la question. Mais quand vous travaillez avec des gens qui sont passés par là, ils savent que tout cela est vrai. Vous n'avez pas besoin de les persuader ! Quand j'ai commencé à me rappeler que j'étais un assassin, je me suis haïe pendant longtemps. Je me méprisais tellement, et je pensais que tout le monde me haïrait sûrement aussi. Mais ces gens m'ont peu à peu permis de comprendre que ce n'était pas ma faute. C'est sans doute cela qui m'a sauvé la vie !

- 7 -

A204. Survivants des Illuminati (3).

-8-

http://www.paroledevie.org

Wayne Morris : Pensez-vous que la situation est en train de changer maintenant, et que les thérapeutes sont plus au courant des techniques de programmation mentale, pour pouvoir ajuster leurs traitements ? Kathleen Sullivan : Absolument. Mais je ne pense pas qu'il y ait tellement de thérapeutes qui acceptent de travailler aves les survivants, et qui veulent apprendre quels sont les traitements appropriés. Nous avons désespérément besoin de plus de thérapeutes. J'en connais peu qui sont compétents, et surtout qui savent écouter sans faire croire au survivant qu'il raconte des histoires. Cela suffit à pousser rapidement ces survivants au suicide. Je pense que cela va mieux, mais il faudra encore du temps. Au début, en ce qui me concerne, je n'avais absolument personne qui puisse me comprendre, et c'était horrible, vraiment horrible ! C'est pour cela que je cherche à informer au maximum le public. J'essaye aussi de contacter les survivants, pour leur montrer comment procéder, et pour leur éviter de connaître les mêmes souffrances que moi. Ils vont souffrir, mais pas autant que moi, je l'espère… Wayne Morris : Que pensez-vous de certaines associations officielles qui aident les survivants du contrôle mental ? Kathleen Sullivan : Il s'agit d'un problème difficile. Je crois qu'il y a beaucoup de gens bien intentionnés dans ces associations. Mais, d'une part, certains de leurs membres compétents sont "descendus" les uns après les autres, par la presse, ou par divers procès. Ensuite, il y a des gens qui ne sont pas réellement informés sur la question. Mais je crains que beaucoup de personnes se joignent en fait à ces associations parce que ce sont des gens qui ont le dos au mur, car ils ont eux­ mêmes été des programmeurs, et ils luttent pour ne pas être découverts. C'est mon opinion personnelle, mais j'ai de bonnes raisons de croire cela. Je crois que si les survivants connaissaient mieux les motivations de ces gens, ils prendraient leurs distances. Wayne Morris : … Je voudrais revenir aux techniques utilisées pour renforcer votre conditionnement mental. Est-ce que l'on employait l'électricité ? Kathleen Sullivan : L'électricité est un moyen très puissant. L'électricité, comme les drogues et l'hypnose, permet d'accéder au subconscient et à l'inconscient. D'autres moyens, comme la torture, ne m'empêchaient pas de rester consciente, et ne bloquaient pas complètement mon cerveau. Tandis que l'électricité touche tout le cerveau. Vous n'avez aucun moyen de protéger votre cerveau. Je ne connais aucun moyen de se protéger de l'électricité, surtout des électrochocs. J'ai horreur des méthodes de "soins" par électrochocs. Comment peut-on parler de "soins" ? Je sais bien que certains dépressifs ou suicidaires peuvent être soignés par les électrochocs. Sans cela, ils seraient sans doute morts. Mais je veux parler des électrochocs qu'on nous faisait subir, et qui n'étaient absolument pas nécessaires pour nous "soigner" ! Les électrochocs étaient un moyen très puisant pour me faire complètement craquer. J'étais aussi absolument terrifiée par les "pistolets électriques", qui étaient très douloureux. Quand quelqu'un s'approchait de moi avec son "pistolet électrique", et que je voyais l'arc électrique se former entre les deux électrodes, j'aurais fait n'importe quoi, tout ce qu'ils voulaient. J'étais tellement terrifiée ! Ils avaient aussi un autre appareil qu'ils mettaient autour de mon cou, comme une petite boîte contenant un circuit électrique contrôlé à distance. Ils s'en servaient pour m'envoyer des chocs électriques dans la gorge. Je vous assure que j'ai dû bien me préparer pour cette interview, parce qu'ils m'avaient conditionnée pour que je croie qu'ils contrôlaient complètement ma gorge et mes cordes vocales. Ils me mettaient aussi une grosse ceinture autour de la taille et une boîte électrique dans mon dos, et ils m'envoyaient des chocs électriques dans le bas de la colonne vertébrale. J'ai encore de très mauvais souvenirs corporels de cette méthode extrêmement douloureuse. Croyez­ moi, cela me mettait littéralement par terre rapidement. Je rampais en les suppliant d'arrêter, et je leur disais que je ferais tout ce qu'ils voudraient. C'est pour cela que je dis que l'électricité est l'une des pires méthodes de torture. Mais les drogues étaient aussi terribles. Ils avaient une sorte de drogue, je crois qu'elle était à base de curare. Lorsqu'ils me l'injectaient, je pouvais toujours penser, voir et entendre, mais je ne pouvais absolument plus bouger mon corps. Cela provoquait en moi une horrible sensation d'impuissance. C'était terrifiant de réaliser que s'ils voulaient me faire quoi que ce soit, je ne

- 8 -

A204. Survivants des Illuminati (3).

-9-

http://www.paroledevie.org

pouvais même plus lever le petit doigt pour me défendre ! Malheureusement, cette drogue marchait très bien pour moi. Wayne Morris : Et l'hypnose, comment était-elle utilisée ? Kathleen Sullivan : J'étais très sensible à l'hypnose, parce que je préférais toujours tomber dans un état second, pour ne pas affronter la réalité. C'était toujours très facile de m'hypnotiser, puisque je pouvais moi-même pratiquer l'auto-hypnose sans problème. Surtout quand il s'agissait des techniques d'Erikson, qui sont les plus efficaces en matière de programmation mentale. De telle sorte que si certaines personnes me parlaient, si elles activaient certains codes verbaux (des mots codés d'avance), ces codes bloquaient mon fonctionnement cérébral normal. Je voyais leurs lèvres bouger, je savais que ces gens me parlaient, mais je n'entendais plus aucune de leurs paroles ! Ils avaient activé un programme d'amnésie mentale qui m'empêchait d'entendre leurs phrases. Dans un tel état, on pouvait me donner des ordres auxquels j'obéissais, alors que je n'étais même pas consciente de la nature de ces ordres ! Ces méthodes d'Erikson sont très puissantes. Wayne Morris : Elles touchent directement au subconscient… Kathleen Sullivan : Certains pouvaient donc me parler tranquillement, sans jamais élever la voix, mais ils pouvaient me plonger dans un état hypnotique dans lequel j'enregistrais inconsciemment tout ce qu'ils me disaient. Wayne Morris : Pensez-vous que vous étiez facilement soumise à l'hypnose à cause des traumatismes subis pendant votre conditionnement ? Kathleen Sullivan : Absolument. C'est quelque chose qui m'a demandé beaucoup de travail. J'ai pratiqué aussi le biofeedback à partir des ondes cérébrales, mais c'est dangereux, et cela peut déclencher des réactions négatives, à cause de ce que j'avais subi auparavant. Mais ce qui m'a beaucoup aidé, c'est d'apprendre à contrôler les moments où je glissais dans une transe hypnotique. C'était merveilleux de pouvoir le faire. Wayne Morris : Comment cela a-t-il facilité votre processus de guérison ? Kathleen Sullivan : La personne avec qui je travaille en ce moment est spécialisée dans le domaine des ondes cérébrales. Elle m'attache des petites pinces sur les lobes des oreilles, mais sans courant électrique. Elle colle de minuscules fils à différents endroits de ma tête. A l'arrière de mon cerveau, c'est l'endroit où sont émises les ondes Delta. Au commet du crâne, ce sont les ondes Bêta. C'est pour cela qu'ils ont nommé les méthodes de programmation mentale avec les lettres grecques qui désignent les différentes ondes cérébrales. C'est parce chaque méthode active différents types d'ondes cérébrales dans le cerveau. Wayne Morris : Ils travaillent sur différentes parties du cerveau pour faire leur programmation… Kathleen Sullivan : Oui. Cela a été un choc pour moi quand j'ai découvert cela… Wayne Morris : Nous pourrions alors parler des différents systèmes de programmation dont vous avez parlé, Alpha, Bêta, Delta… Qu'est-ce que cela signifie, et comment cela fonctionne-t-il ? Kathleen Sullivan : D'accord… Je vais vous parler de ce que j'ai moi-même expérimenté. Le programma Alpha était le programme de base. Mon père le disait aussi. C'est le programme qui activait les ondes Alpha du cerveau. Il fallait commencer par celui-là avant de passer aux autres. Le programme Bêta, pour moi, s'appelait "Barbie". Un homme politique qui s'occupe de très près de ces programmes m'a dit un jour que c'était Klaus Barbie qui avait conçu le programme qui a plus tard été appelé "Bêta". C'était un programme qui me transformait en véritable robot. Notamment dans le domaine sexuel. J'étais l'esclave sexuelle d'un certain nombre de personnalités, depuis mon enfance et jusqu'à l'âge adulte. Dans cet état "Bêta", je ne pouvais plus résister, je n'avais même plus de réactions de colère. J'étais une esclave sexuelle absolument docile, et je faisais tout ce que ces hommes me demandaient. Je n'aurais jamais fait cela, au moins à ce degré, si j'avais été dans mon état conscient normal.

- 9 -

A204. Survivants des Illuminati (3).

- 10 -

http://www.paroledevie.org

Le programme Delta concernait surtout le domaine militaire. On me plongeait dans un état "Delta" quand j'étais sous les ordres des militaires. Dans cet état, j'étais absolument loyale à mes supérieurs. Il y avait plusieurs sous-codes pour activer différentes parties du programme Delta… Il y avait trois programmes Delta, Delta 1, 2, et 3. Ils étaient activés par des nombres codés. Quand j'étais dans l'état mental Delta, s'ils prononçaient ces codes, je pouvais tuer une personne présente dans la pièce. Je le faisais sans discussion. J'obéissais d'une manière absolue à la personne qui me contrôlait. Dans cet état, je ne pensais plus, je ne réfléchissais plus. Ce programme fait beaucoup appel à l'amnésie, dans l'intérêt de ma survie. Je le savais, et j'y étais habituée. Le programme Thêta faisait surtout appel à des facultés paranormales. Je n'aime pas trop ce mot, qui est associé à beaucoup de connotations négatives. Mais ils employaient mon énergie mentale pour faire un certain nombre de choses qui sont considérées comme paranormales… Certains films ou romans présentent ces scénarios… On nous avait appris que l'on pouvait avoir recours à ces techniques pour faire du mal aux gens. On nous remplissait d'une rage pure, et nous utilisions cette énergie très violente pour attaquer des gens par la pensée. Wayne Morris : Vous avez mentionné aussi le programme OMICRON. Voulez-vous en parler ? Kathleen Sullivan : C'est un programme spécialement créé pour la Mafia. Quand Corydon Hammond me l'a confirmé, j'ai été terrorisée. Je savais que mon père fréquentait des gens de la Mafia depuis que j'étais petite, et il m'en avait présenté beaucoup. Quand j'en ai parlé à un enquêteur, il a confirmé mes informations, en me disant qu'il devait s'agir de la famille du crime Columbo. C'était en Pennsylvanie et à New York. Il n'avait aucune raison de me mentir… Ils m'ont programmée avec le système OMICRON. C'était très simple. J'ai déjà vu des enfants de responsables de la Mafia à la télévision, et j'ai tout de suite vu qu'ils étaient mentalement programmés. La Mafia ne veut pas que ceux qu'elle utilise comme intermédiaires ou messagers puissent se rappeler ce qu'ils font, pour qu'ils ne puissent pas témoigner contre elle plus tard. Wayne Morris : D'après les témoignages des survivants de la programmation mentale, on dirait qu'ils ont été employés pour beaucoup d'activités criminelles. Vous rappelez-vous comment vous étiez utilisée par la Mafia ? Kathleen Sullivan : Je dois dire qu'il existe beaucoup de liens entre la CIA, la Mafia, et de nombreux autres services officiels, comme le Pentagone. Ils font très souvent des choses ensemble. Déjà pendant la dernière guerre, les services secrets avaient recruté un certain nombre de patrons de la pègre, surtout en Italie, pour espionner pour leur compte. Je pense qu'ils se sont faits ainsi des amis dans la Mafia, et qu'ils ont continué par la suite à travailler avec elle. J'étais utilisée pour voler diverses choses. Croyez-moi ou pas, mais j'ai été utilisée pour voler des missiles, des diamants, de la drogue… Malheureusement, la Mafia m'a aussi beaucoup utilisée pour conduire des enfants à des pédophiles. Je servais aussi de garde du corps à des hommes politiques et à d'autres personnages importants, ou à des enfants d'hommes politiques. Ces politiciens et ces personnages importants sont impliqués dans toutes sortes de trafics illégaux. Ils préfèrent donc avoir des gardes du corps qui ne parleront pas. On m'a aussi utilisée pour commettre toutes sortes d'assassinats. Trop ! Je transmettais des messages verbaux à des chefs d'Etat, dont un Président connu, et cela très fréquemment. Ils pensaient que je ne me souviendrais de rien, et ils savaient que si je commençais à me rappeler quelque chose, j'étais programmée pour me suicider. J'aidais aussi mon père à programmer des enfants. J'enseignais aux enfants comment se battre, sans doute pour des opérations futures où on les emploierait. J'étais habituée à intervenir pour des prises d'otages, surtout dans des affaires d'enlèvement, lorsqu'ils voulaient que cela ne s'ébruite pas. Ils envoyaient alors une équipe de "spécialistes", ou j'étais parfois envoyée seule, parce que je n'avais pas le physique d'un agent secret typique. Mon apparence n'avait pas l'air menaçante, et je pouvais entrer dans immeuble, par exemple, sans éveiller les soupçons. C'était beaucoup plus facile pour moi que pour un homme armé. On m'utilisait pour faire disparaître les corps de ceux qui étaient tués au cours de certaines opérations. Je participais à des scénarios pour le brouillage des souvenirs… Je participais aussi à beaucoup de sacrifices rituels… Ils m'utilisaient aussi parfois pour torturer et interroger des gens… Un Président des Etats-Unis m'a même demandé un jour de faire semblant de recevoir un message

- 10 -

A204. Survivants des Illuminati (3).

- 11 -

http://www.paroledevie.org

d'un mort. Il s'agissait du mari décédé d'une femme que le Président voulait influencer de cette manière. Il voulait lui faire croire que son mari mort lui donnait des instructions d'outre-tombe. Vous voyez qu'une victime de la programmation mentale peut être utilisée de très nombreuses façons, surtout si elle a une formation polyvalente. C'était, pour nos maîtres, un avantage que d'avoir affaire à des gens qui avaient une personnalité multiple. Ils pouvaient s'en servir tranquillement dans toutes sortes de domaines. Wayne Morris : Pour qui faisiez-vous tout cela ? Kathleen Sullivan : Je suis heureuse que vous me posiez cette question. Je travaillais pour beaucoup de monde. (…) Ils m'ont envoyée dans certains pays d'Amérique du Sud et des Caraïbes, pour rencontrer leurs dirigeants, leur transmettre des messages, etc… J'ai été énormément utilisée par la CIA, par le Pentagone, et aussi par les Rangers et les forces Delta, les forces militaires spéciales. Avec la formation et l'apparence que j'avais, j'étais mieux indiquée qu'eux pour certaines opérations… J'ai aussi fait quelques coups pour la Mafia, ce dont je ne suis pas fière, pour l'une des familles maffieuses de Chicago. J'ai aussi travaillé pour un groupe que je connaissais comme "l'Organisation". Je pense actuellement qu'il s'agissait de la National Security Agency (Agence pour la Sécurité Nationale)… Mais mon employeur principal était la CIA, pour autant que je m'en souvienne. Quand je n'étais pas occupée à une mission spéciale, j'étais utilisée comme garde du corps pour des hommes politiques. C'était une grande faveur qu'on leur faisait, car ils aimaient bien avoir quelqu'un qui leur faisait leurs sales besognes, comme leur apporter des drogues ou des enfants. Wayne Morris : Est-ce que votre travail principal était d'exécuter des missions, ou de vous prêter à des expériences qui leur servaient ? Kathleen Sullivan : J'ai gardé le souvenir d'un certain nombre de noms de codes de missions ou de projets dans lesquels j'ai été impliquée. (NDE : Elle cite toute une liste de noms). Certains projets étaient commandités par George Bush (père), par la NASA, ou par le Strategic Air Force Command… L'un des projets de la CIA consistait à représenter graphiquement le monde mental intérieur de leurs victimes programmées. Ce projet s'appelait "HEAVEN'S GATE" (La Porte du Ciel)… ! Quand George Bush (père) était Directeur de la CIA, sous le Président Reagan, il s'occupait aussi d'un projet concernant Khadaffi… Un autre projet consistait à effacer toutes les traces des contacts entre l'administration et les groupes nazis. Beaucoup de ces services publics se rendaient compte que s'ils ne faisaient pas quelque chose, on finirait par avoir un pays dirigé par les Nazis. Je crois qu'il faudrait faire une enquête sérieuse sur l'influence des Nazis dans notre gouvernement. Mon père, et d'autres, m'avaient dit que quand les Américains avaient ramené chez eux, après la guerre, beaucoup de criminels nazis, c'étaient des gens qui n'étaient pas très contents de ce qui leur était arrivé ! Un autre projet, MENSA, s'intéressait aux victimes de la programmation mentale qui avaient un quotient intellectuel très élevé, proche du génie. J'en faisais partie. Nous participions ainsi à des groupes de réflexion à Washington pour le compte d'hommes politiques, dont George Bush… Comme ils ne se montraient pas toujours très créatifs dans leurs idées et leurs discours, ils nous faisaient venir pour avoir des bonnes idées pour leurs discours. J'ai aussi été beaucoup impliquée dans le projet ARMAGEDDON, au Pentagone. Il s'agissait de préparer la troisième guerre mondiale. Ils faisaient beaucoup de simulations et de jeux guerriers… Il y avait un autre projet, nommé PAX ROMANA, associé aux mots "Le Plan". C'était fascinant pour moi, et je vais quand même citer un nom, celui de Henry Kissinger. C'est un Luciférien, membre actif du Lucis Trust. Il était l'un de ceux qui employaient beaucoup cette expression, "Le Plan". Il y avait aussi un groupe étroitement associé à la Maffia et à la Hiérarchie Satanique, basé à New York. L'un de ses dirigeants allait souvent de New York en Grande-Bretagne. C'était le magnat Robert Maxwell. On dit qu'il s'est suicidé sur son bateau, il y a quelques années (NDE : Il était Juif, avait aussi la nationalité israélienne, et a été enterré en Israël). Mais je remets sérieusement en question son suicide. Mon père était aussi membre de cette Hiérarchie Satanique, et se rendait au Mont Hood. Je ne sais pas dans quel Etat ce Mont se trouve, mais ils y pratiquaient des expériences affreuses, au cours desquelles ils amenaient leurs victimes tout près de la mort.

- 11 -

A204. Survivants des Illuminati (3).

- 12 -

http://www.paroledevie.org

Il y avait aussi une organisation qui envoyait des équipes travailler secrètement dans des pays étrangers pour la CIA, et un projet spécial était consacré à leur porter secours et assistance. Le nom de code de ces équipes était AOR. Les clients de ces équipes ne savaient pas que AOR signifiait "Austrian Order of the Reich" (Ordre Autrichien du Reich). C'était une organisation complètement nazie, dirigée par un certain Paul Devereux. Il avait d'autres pseudonymes, Paul Dubois et Paul Dupeche. Ils avaient un centre en France, près du rivage d'une mer, je ne sais pas où exactement. Il m'avait dit que les Rothschild, les Rockefeller et la Fondation Ford l'avaient aidé à monter son organisation. Mais je ne sais pas s'il m'avait dit la vérité. Leur travail consistait à réunir des dirigeants de différents pays étrangers, ou des gens très haut placés, pour les entraîner à développer leurs facultés paranormales, au moyen du programme Thêta. Ils faisaient les mêmes choses qu'on nous faisait faire au Pentagone, à la CIA, et dans d'autres administrations publiques. Ils s'efforçaient de recruter des dirigeants du monde entier pour les engager dans leur projet de Gouvernement du Nouvel Ordre Mondial, sous leur direction. Je pense que ce sont des Nazis qui contrôlent cette organisation. J'ai aussi connu le programme SHELL (COQUILLE). C'était l'une des spécialités sadiques de mon père. Dans un hangar de l'Université Georgia Tech, en Alabama, on traitait des enfants qui étaient envoyés à mon père de tout le pays. Il fallait dissocier leur personnalité. Ils mettaient ces gosses dans des sortes de coquilles fermées, et mon père et ses assistants y versaient de grandes quantités de certains insectes sélectionnés. Vous pouvez imaginer ce que cela provoquait dans le cerveau de ces enfants ! Mais mon père avait des problèmes, quand certains de ces enfants entraient dans un état cataleptique… Ils m'appelaient "Plain Jane" (Jane l'ordinaire) quand ils m'envoyaient à des hommes politiques pour être leur garde du corps. Je travaillais avec d'autres agents secrets. Ils aimaient bien m'utiliser, parce que je n'étais pas aisément identifiable. Ils nous employaient à cause de notre conditionnement Thêta. Beaucoup d'agents secrets ont des facultés paranormales. Quand ils accompagnent un Président dans la foule, ils peuvent deviner les pensées de ceux qui ont des dispositions hostiles, et les neutraliser avant qu'ils puissent faire quoi que ce soit. C'est étonnant de voir comment ils font… Un autre programme qu'ils utilisaient très souvent avec moi s'appelait MK-NAOMI. Je devais me servir de poisons pour des assassinats… Parfois ils me donnaient une aiguille. Je la trempais dans une substance mélangée à de la vaseline, et je devais m'approcher de mes victimes pour les égratigner ou les piquer avec cette aiguille empoisonnée… Fondamentalement, voici ce que ma famille faisait quand j'étais petite. Je n'aime pas ce mot, "fondamentalement" ("basically" en anglais), parce que c'est un code secret employé par George Bush. Ma famille m'envoyait très souvent à la Maison-Blanche quand j'étais petite. Je connais bien la Maison-Blanche. J'ai rencontré d'autres survivants qui y allaient aussi. On appelait cet endroit "Le Centre", ou "La Cité Emeraude", et l'on appelait le Président "Oz" (un célèbre magicien de roman), ou "Dieu". Ils m'avaient conditionné pour avoir la personnalité d'un pigeon voyageur. Je pouvais toujours revenir à la Maison-Blanche, de tous les endroits où ils m'envoyaient. Je croyais même que c'était ma maison. J'étais extrêmement loyale aux occupants de la Maison-Blanche, et, malheureusement, je le suis encore. Ai-je besoin d'en dire plus ? Un autre programme, le "programme CAMELEON", m'avait appris à m'habiller, agir et parler exactement comme les gens qui vivaient dans un certain endroit où je devais me rendre. Il était donc très difficile de me repérer et de me mettre la main dessus. Wayne Morris : Vous avez donc subi des programmations extrêmement sophistiquées. Kathleen Sullivan : Je dois vous dire, et d'autres survivants que j'ai rencontrés me l'ont dit aussi, que ces gens sont incroyablement intelligents. Je sais que certains aimeraient bien entendre cela, mais c'est vrai. J'aurais simplement aimé qu'ils utilisent leur intelligence pour le bien, au lieu de s'en servir pour faire du mal aux autres ! Un autre programme, qu'ils ont aussi infligé à d'autres survivantes comme Brice Taylor et Cathy O'Brien, consistait à faire en sorte que les souvenirs concernant certaines personnes ne remontent jamais à notre mémoire. Manifestement, ce programme n'a pas fonctionné !

- 12 -

A204. Survivants des Illuminati (3).

- 13 -

http://www.paroledevie.org

Je voudrais parler de quelque chose que j'ai pu vérifier quelque peu par la suite, et qui m'a beaucoup inquiétée. Mais je veux dévoiler tous mes secrets pendant cette émission Depuis au moins dix ans, la CIA et le KGB soviétique ont travaillé ensemble pour beaucoup d'opérations. La plupart des formations conjointes avaient lieu en Russie, à Minsk. Si j'entends quelqu'un parler le russe, cela me met encore aussitôt dans un état second. Je pense que l'une des fractions de ma personnalité parle russe, mais je ne suis pas disposée à la laisser se manifester. Cela me terrifierait. Le nom de code d'un autre programme était "DARK CHOCOLADE" (CHOCOLAT NOIR). Il bloquait la mémoire. Ils employaient aussi des nombres codés qui déclenchaient aussitôt une réaction en moi… Tous ces gars du KGB et de la CIA travaillaient ensemble, mais ils n'hésitaient pas à se poignarder dans le dos à l'occasion ! (…) Wayne Morris : Pendant combien d'années avez-vous travaillé pour le gouvernement ? Kathleen Sullivan : Pour le gouvernement, et aussi pour des gens très haut placés… C'est difficile de les distinguer… Je dirais que j'ai été utilisée pendant environ vingt ans. Wayne Morris : Quel âge aviez-vous quand votre père a commencé à vous conditionner ? Kathleen Sullivan : Environ six ou sept ans. Je connais divers endroits où des enfants étaient programmés… On les formait pour les préparer à certaines opérations futures… Je me souviens d'un homme mince, droit, assez grand. C'était un Allemand. Je le connaissais sous le nom de Docteur Schwartz, ou Docteur Black en anglais (Docteur Noir, ou Lenoir). Il s'était occupé de ma mère, qui était aussi programmée… Il semblait très attaché aux idées nazies. Il avait installé son bureau dans un wagon de chemin de fer peint en noir. Quand j'allais le voir, son seul intérêt était de m'agresser. (…) Wayne Morris : Vous parlez souvent de l'influence des Nazis dans votre témoignage, que ce soit sur votre famille ou sur les médecins qui s'occupaient de vous. Pensez-vous que ces méthodes de programmation mentale ont été mises au point par les Nazis ? Kathleen Sullivan : J'ai tenté d'en savoir plus sur ce sujet. Je sais que l'armée et l'OSS (ancêtre de la CIA) voulaient obtenir plus d'informations sur ces programmes, parce que d'autres pays les avaient mis en œuvre, et c'est pour cela qu'ils ont emmené beaucoup de scientifiques allemands aux USA. Le camp de Dachau était un grand centre d'expérimentation sur beaucoup de prisonniers, mais cela se pratiquait aussi dans d'autres camps. On a donc voulu emmener en Amérique beaucoup de ces scientifiques allemands, blanchir leur dossier, et les faire travailler pour notre gouvernement… La NASA a aussi beaucoup travaillé dans ce domaine. Ils nous ont fait passer par des programmes incroyables. Je suis allée à Goddard, où se trouve un centre de la NASA, juste à côté de Washington. Ils nous habillaient comme dans "La Guerre des Etoiles". Ils nous hypnotisaient pour nous mettre dans la peau de tous les personnages du film… Ils disposaient d'un équipement très sophistiqué… J'ai aussi été à Huntsville, à Houston, à Cape Canaveral et à Titusville, où se trouvent d'autres centres de la NASA… Ils nous ont fait subir de méchantes tortures… Ils faisaient toutes sortes d'expériences étranges pour nous faire remonter dans le temps, ou pour nous faire explorer d'autres dimensions. Je ne sais pas s'ils se servaient de nous pour voir si nous pourrions arriver à voyager réellement dans le temps, mais cela m'avait beaucoup dérangée dans ma tête. J'ai été contente de rencontrer d'autres survivants qui avaient aussi vécu les mêmes choses. Wayne Morris : Comment la NASA utilisait ces esclaves du contrôle mental ? Kathleen Sullivan : Leur point fort, c'était la programmation mentale. Je ne pense pas qu'ils utilisaient ces esclaves pour leurs besoins, en général… C'est pour cela que je n'aime pas du tout les camps de formation aux techniques de l'espace, organisés pour les jeunes par la NASA. Si la NASA n'avait aucun problème à programmer des gens pour la CIA, qu'est-ce qui va l'empêcher d'utiliser ces jeunes dans leurs camps ? Selon mon expérience personnelle, la NASA me programmait pour que je puisse être utilisée par des personnalités de haut niveau, en particulier par l'un de nos Présidents, George Bush. Il connaissait très bien la théorie de la programmation, et il a tenté de l'employer sur moi. Mais il ne savait pas très bien l'utiliser en pratique, et cela n'a pas marché. J'aimais beaucoup quand mes programmeurs se trompaient, parce que je pouvais mieux garder mes souvenirs… La NASA utilisait

- 13 -

A204. Survivants des Illuminati (3).

- 14 -

http://www.paroledevie.org

beaucoup des techniques de réalité virtuelle, ou les équipements multimédias associant les films, les vidéos, les consoles et sièges animés par des vérins hydrauliques, et les simulateurs sophistiqués. (NDE : Ceux qui ont visité le Futuroscope de Poitiers savent ce dont parle K. Sullivan !) Ils me mettaient dans un état hypnotique, et me plaçaient aux commandes d'un simulateur. Cela devenait tout à fait réel pour moi. (…) Wayne Morris : Est-ce que toutes les techniques de programmation mentale s'accompagnaient nécessairement de tortures et de traumatismes ? Kathleen Sullivan : Les méthodes les plus intelligentes n'utilisent pas la torture. Je parle d'une manière très générale. Mais certains programmeurs n'hésitaient pas à me pousser à faire des actes dégradants… D'autres étaient tellement forts en matière d'hypnose qu'ils parvenaient à me faire croire que je me sentais bien avec eux. Je sais que cela paraît complètement anormal… Mais c'est pourquoi je continue encore à apprécier Henry Kissinger. Même si je devrais beaucoup lui en vouloir à cause de tout ce qu'il m'a fait faire, je n'éprouve pas autant de colère contre lui que pour d'autres, parce qu'il ne m'a pas violée comme l'ont fait tant d'autres… Il était souvent gentil envers moi. Cela me troublait beaucoup. J'étais plus facile quand j'avais un "patron" comme lui. Ce n'étaient pas nos "patrons", c'étaient plutôt ce que nous appelions nos "propriétaires". Certains pensaient vraiment qu'ils étaient mes propriétaires, comme Robert Maxwell par exemple. Kissinger s'est parfois montré très bon envers moi pour me confier certains secrets. C'était un homme très solitaire. Mais c'était un génie absolu. Non seulement à cause des projets dont il s'occupait, mais parce que c'est l'un des rares tortionnaires que je connaisse qui est resté loyal à son système de valeurs, et qui n'avait pas besoin de se trouver des excuses. C'est pour cela que je l'appréciais, parce qu'au moins, il était honnête avec lui-même, tout en étant une ordure. Wayne Morris : Et quel était son système de valeurs ? Kathleen Sullivan : Il était très engagé dans des croyances Lucifériennes. Wayne Morris : En quoi consistaient ces croyances Lucifériennes ? Kathleen Sullivan : Kissinger m'a lui-même assez longuement expliqué en quoi elles consistaient. Il dirige le Lucis Trust. Il faut savoir que cette organisation, créée dans les années 20, s'appelait autrefois le Lucifer Publishing Trust… Fondamentalement, les Lucifériens croient que Lucifer, qu'ils n'aiment pas l'appeler Satan, est le Fils de l'Etoile du Matin. Pour adorer Lucifer, ils adorent le soleil. Ils le considèrent comme étant le Soleil. Certains Lucifériens poursuivent réellement les Chrétiens et les Juifs de leur vengeance personnelle. J'ai découvert il n'y a pas très longtemps que Henry Kissinger aurait été le chauffeur d'un officier nazi pendant la dernière guerre. Il avait reçu une éducation de Juif Orthodoxe. Je tremble en pensant à ce qu'il a dû subir au niveau de son cerveau ! Les Américains l'ont utilisé pour recruter et conduire en Amérique un certain nombre d'officiers nazis, pour les aider à s'y installer. Je crois qu'on a dû lui faire subir un traitement très sévère. Il semble avoir beaucoup de souffrances intérieures, et je crois que c'est pour cela qu'il est aussi solitaire. Il semblait vouloir se venger des Chrétiens et des Juifs. Certains de ces Lucifériens sont très déterminés à instaurer un gouvernement mondial et à promouvoir une religion Luciférienne. Il m'avait dit que le Seigneur Maitreya (NDE : Le Christ du Nouvel Age des Illuminati) serait celui qui instaurerait ce Nouvel Ordre Mondial. Il m'a aussi dit qu'ils allaient utiliser un évangéliste international très connu (que je ne nommerai pas), et aussi Robert Schuller, pour entraîner une grande partie de la Chrétienté dans ce nouveau système mondial. Robert Schuller est le pasteur de la Cathédrale de Cristal. C'est Billy Graham et Norman Vincent Peale qui ont aidé Robert Schuller au début de son ministère, et qui l'ont suivi tout au long se sa carrière… Norman Vincent Peale est un Franc-Maçon du 33e degré. D'après ce que m'ont dit certaines personnes haut placées, la Cathédrale de Cristal de Robert Schuller est en réalité un Temple de Râ, le Dieu Egyptien du Soleil, celui qu'adorent beaucoup de ces Lucifériens. (…) Il y a beaucoup de perversion dans ces milieux, très liés aux Francs-Maçons et aux cultes païens. Beaucoup d'hommes politiques de Washington sont des pédophiles, et beaucoup d'entre eux font l'objet de chantages. C'est pour cela qu'ils protègent ceux qui font l'objet d'enquêtes… Beaucoup de Lucifériens pratiquent des religions païennes. Mon grand-père paternel était Gallois, et c'était un

- 14 -

A204. Survivants des Illuminati (3).

- 15 -

http://www.paroledevie.org

Druide. Beaucoup de ces gens ne veulent pas abandonner leurs religions antiques. Ils fréquentent donc des églises chrétiennes, tout en pratiquant d'autres religions. Wayne Morris : Ces groupes semblent vouloir contrôler le monde… D'après vous, quels sont leurs liens avec ce que l'on appelle le Nouvel Ordre Mondial ? Kathleen Sullivan : Des liens très directs. Beaucoup de ces gens sont aussi engagés dans des actes immoraux et illégaux. Ils veulent pouvoir les commettre publiquement. Ils n'aiment pas avoir honte de ce qu'ils font. Ils sont animés par des motivations très puissantes. Je suis triste en pensant à eux, car ils sont engagés dans un système dont ils auraient besoin de sortir ! Ils aimeraient un gouvernement mondial, qu'ils dirigeraient, bien sûr, qui puisse leur permettre de commettre tranquillement tout ce qui est actuellement jugé immoral ou illégal, comme la pédophilie ou la bestialité. Ils aimeraient bien se débarrasser de tout ce "code moral chrétien". Ils mettent en œuvre leur plan, étape après étape… Je ne dis pas que tout le monde devrait obligatoirement faire partie de la Chrétienté, mais il y a dans le Christianisme d'excellents principes de morale qui gardent les gens dans le droit chemin. Si on supprime cette morale, que va-t-il rester ? Ce sera l'anarchie sociale. C'est assez terrifiant. Certains de ses gens se considèrent comme faisant partie de l'élite. Beaucoup d'entre eux ont un arrière-plan aryen et nazi. Ils se considèrent comme bien au-dessus des "classes inférieures", du "bétail, ou des moutons," comme ils les appellent. Beaucoup d'entre eux ont des préjugés très forts. Mais ils ne les montrent pas publiquement. Ils sont racistes et contre les autres nationalités. Beaucoup d'entre eux aimeraient avoir un gouvernement mondial contrôlé par la race aryenne. J'ai entendu certains d'entre eux dire, et ils étaient hélas très sérieux, qu'il fallait se débarrasser de toutes les races, pour ne garder que la pure race aryenne. J'espère que Dieu ne leur permettra pas de faire cela. S'ils y parvenaient, des gens comme moi retourneraient en esclavage, et ils se vengeraient méchamment, parce qu'ils ne plaisantent pas avec ceux qui parlent. Je me rends compte qu'ils avancent leur plan régulièrement, et cela me terrifie. Le plus grave, c'est que la plupart des gens ne semblent pas s'en soucier, ni agir pour empêcher cela. C'est ce qui est le plus terrifiant. Wayne Morris : Que savez-vous de leurs plans, en ce qui concerne cette domination mondiale ? Kathleen Sullivan : L'une des choses qu'ils planifiaient était une invasion d'OVNIs. Je ne sais pas s'ils vont le faire ou non. Ils voulaient que les gens soient tellement effrayés à l'idée que des êtres venant d'une autre planète viennent conquérir la terre, qu'ils les supplient de ne pas leur faire de mal et leur obéissent. J'ai la preuve que même Henry Kissinger a dit, au cours d'une conférence mondiale, que ce dont nous avons besoin, c'est d'une invasion d'OVNIs… Il y a encore une autre chose qu'ils veulent faire, c'est d'inciter les pasteurs des églises chrétiennes à proclamer que "nous sommes dans les derniers temps", et que nous allons bientôt entrer dans la grande tribulation annoncée par le livre de l'Apocalypse. Ils se servent du livre de l'Apocalypse pour convaincre les gens que nous sommes dans les derniers jours. Cela semble marcher plutôt bien. Ils veulent affoler les gens… (Note de Parole de Vie : Les Illuminati connaissent la Parole de Dieu, et s'en servent pour mettre en place leur propre plan satanique. Toutefois, le Seigneur contrôle toutes choses. Il ne permettra rien qui soit en dehors de Sa Parole. C'est le Saint-Esprit qui nous montre que nous sommes bien à la fin des temps et que le retour du Seigneur est proche). Ils pensaient mettre en place leur Nouvel Ordre Mondial pour l'an 2000, mais je ne vois pas comment ils vont pouvoir le faire. Ils prévoyaient aussi d'assassiner un Président, pour que l'on instaure la loi martiale et qu'ils prennent le contrôle de tous les Etats-Unis. Si cela arrivait, je crois que je ne resterais plus longtemps chez moi ! Je profite pleinement de chaque journée dès maintenant ! Ce serait merveilleux de me rendre compte qu'ils n'ont pas pu réaliser leur plan ! Et que je pourrais encore avoir une longue vie de liberté ! J'en serais tellement heureuse ! Mais je garde les pieds sur terre. Quand je les vois avancer leur plan, au grand jour, au travers de la législation et de tout le reste, je ne suis pas si certaine qu'ils ne vont pas y arriver ! Wayne Morris : Quand vous parlez de tous "ces gens", vous savez que ce sont tous des gens qui sont bien placés dans la société…

- 15 -

A204. Survivants des Illuminati (3).

- 16 -

http://www.paroledevie.org

Kathleen Sullivan : Je sais que l'on a beaucoup parlé du groupe de Bilderberg. Ce sont eux, en fait, qui dirigent vraiment le monde, d'après ce que je sais. C'est le sommet du gratin ! Henry Kissinger se rend en général à leurs réunions. C'est le groupe principal qui organise tout ce Plan. Je leur rends ce qui leur est dû. Ce sont des gens très intelligents, mais aussi très écœurants. Wayne Morris : Oui, ils ont certainement mis leurs capacités au service de la mauvaise cause, et ce n'est pas celle du bien public. Kathleen Sullivan : Je sais tout ce que ces gens ont subi dans leur enfance. Ils ont accumulé une rage intérieure terrible. Ils s'en servent pour mettre en place leur gouvernement… C'est triste de voir cela, parce que je sais que beaucoup de ces gens auraient besoin d'être réhabilités. Comme pour mon père, qui faisait du marché noir avec les enfants. C'est comme dans une secte… Je sais que beaucoup de gens qui connaissent des secrets ne pourront jamais parler, car ils le feraient au péril de leur vie. Ils le savent. Ou ils pourraient perdre ceux qu'ils aiment, à supposer qu'ils puissent encore aimer quelqu'un. Après quelque temps à ce régime, ils sont usés, et finissent par s'associer pleinement au mouvement qu'ils servent. C'est une mentalité cruelle au plus haut niveau. Wayne Morris : Pendez-vous qu'il y a quand même des gens, dans le gouvernement ou dans l'armée, qui s'efforcent de lutter contre leurs plans ? Kathleen Sullivan : Absolument. Il y a beaucoup de gens qui s'efforcent, mais prudemment, de dénoncer ce qui se trame, pour aider certains survivants à recouvrer leur liberté. Cela m'est arrivé, mais je ne peux pas en parler en détail. Il y a encore beaucoup de gens propres. Certains risquent vraiment leur vie, parce qu'ils voient ce qui se prépare. Ils veulent continuer à vivre dans un pays qui respecte les libertés publiques. Le respect des Droits de l'Homme est très important pour moi, car j'étais une esclave… On n'enseigne plus tellement les Droits de l'Homme, ni notre Constitution, dans nos écoles ! Wayne Morris : Est-ce que vous savez si ceux qui veulent instaurer le Nouvel Ordre Mondial utilisent beaucoup la programmation mentale ? Kathleen Sullivan : Oui, il y a par exemple beaucoup d'acteurs et d'actrices de Hollywood qui sont mentalement programmés. J'en ai rencontré beaucoup. Ils participent à la promotion des idées des conspirateurs qui sont aux plus hauts niveaux de la société. Ceux-ci savent ce qu'ils font. Parce qu'ils savent que les stars de Hollywood sont considérées par beaucoup de gens comme des modèles, et qu'elles ont beaucoup d'influence sur le public. (Les Illuminati) ne s'occupent pas tellement des personnes âgées. Ce qu'ils veulent, c'est toucher les jeunes, c'est promouvoir une nouvelle forme de pensée, celle du Nouvel Ordre Mondial… Je vois beaucoup de signes qui me montrent que ce plan est en train de se réaliser. Wayne Morris : Revenons au problème des extra-terrestres, que vous avez déjà mentionné, en relation avec la programmation mentale et le Nouvel Ordre Mondial. Pensez-vous que ce soit lié à la recrudescence des manifestations d'OVNIs, et du nombre de gens qui seraient enlevés par des extra-terrestres ? Pensez-vous que les gens sont manipulés par le gouvernement, et que ce ne sont pas vraiment des extra-terrestres ? Kathleen Sullivan : Absolument. Je sais que certains survivants ne seraient pas du tout d'accord avec moi, et je ne veux pas argumenter avec eux. Je ne parle que de ce que j'ai vécu. Beaucoup d'entre nous étaient hypnotisés, ou manipulés, pour nous faire croire que nous avions été enlevés par des extra-terrestres. En fait, c'était le gouvernement qui nous utilisait, là encore, pour ses activités illégales. Les Nazis ont travaillé très dur sur des expériences génétiques, toujours sur leurs prisonniers dans des camps de concentration. Notre gouvernement a pourtant tenté de faire disparaître les preuves de ces expériences. Mon père avait l'habitude de se vanter de ces expériences génétiques sur des embryons. Les Nazis avaient créé des êtres qu'ils appelaient leurs "enfants". Je crois que ce sont ces "enfants" qui sont en réalité les extra-terrestres dont on parle, ces "petits hommes que les gens disent avoir vus. J'en ai moi-même rencontré plusieurs dans un centre de la NASA. L'un de ces êtres était un enfant d'un certain âge. Je ne sais trop comment le désigner. Il pouvait parler deux langues, l'anglais, et ce qu'ils appelaient un "langage trilatéral". Il employait beaucoup

- 16 -

A204. Survivants des Illuminati (3).

- 17 -

http://www.paroledevie.org

d'onomatopées, de bruits et de signes avec les mains. Il avait aussi beaucoup de pouvoirs paranormaux. C'était étonnant. Comme d'autres produits de ces manipulations génétiques, il avait été manipulé pour croire qu'il était un extra-terrestre. Mais il semblait comprendre toutefois que ce n'était pas vrai, et qu'il était un "humain". Je suis très préoccupée par ces manipulations génétiques, et les monstres qu'ils fabriquent. Car si le public est vraiment informé de ces expériences, ces êtres seront mis à mort, et l'on fera complètement disparaître leurs restes. Parce que si cela est vrai, il s'agit de l'un des plus grands crimes contre l'humanité que l'une de nos administrations aurait commis dans notre pays. Pour reparler de tous ces films sur les extra-terrestres qui sont produits en ce moment, je crois que ce sont (les Illuminati) qui veulent manipuler les gens, pour leur faire croire que les extra-terrestres existent réellement, et qu'ils essayent de nous contacter. Je me demande s'ils ne vont pas utiliser certains de ces "extra-terrestres" et les produire en public, pour prouver qu'ils existent vraiment. Wayne Morris : Vous pensez donc que ces êtres sont le produit de manipulations génétiques sur des embryons humains, pour leur donner la forme des extra-terrestres que l'on présente au public dans les films ? Kathleen Sullivan : J'ai rencontré plusieurs femmes qui ont été utilisées comme mères porteuses pour ces embryons génétiquement modifiés, dont une femme qui avait un mari travaillant pour la NASA. Elle était traitée dans un hôpital de Dallas… Un jour, avant même que je sache que son mari travaillait pour la NASA, je lui ai demandé à brûle-pourpoint : "Etes-vous une mère porteuse ?" Elle m'a regardée, et a dit : "Ouais !" Puis je lui ai demandé si elle avait des contacts avec la NASA. Elle me regarda, choquée, et me dit : "Mon mari travaille à la NASA". Je suis allé expliquer la situation à son psychiatre, parce qu'elle avait elle-même certaines caractéristiques faciales d'un "extra­ terrestre". J'ai connu une autre femme en 1988, dans un centre de reprogrammation, qui était aussi une femme porteuse. Elle avait des problèmes, parce qu'elle voyait des OVNIs venir parfois la visiter dans sa chambre. Elle avait une coupe de cheveux qu'ont beaucoup de mères porteuses, une coupe en forme de nid, c'est-à-dire rasée tout au tour sur la nuque, et le reste en forme de nid au-dessus de la tête. C'est l'un des moyens d'identifier certaines d'entre elles. Il semble donc qu'il y ait réellement des expérimentations génétiques sur les humains. Croyez-le ou non. Je dis à tous que si c'est vrai, tout le monde finira par le savoir, mais cela peut prendre encore du temps. Wayne Morris : Pensez-vous que le gouvernement américain, ou que le gouvernement nazi en Allemagne, ait mis au point une technologie capable de faire voler des "soucoupes volantes" ? Kathleen Sullivan : Ce que j'ai vécu me permet de le penser. J'ai moi-même vu une grande soucoupe volante. Elle était garée dans un hangar, avant une grande porte permettant à cet objet de sortir. J'ai vu cet objet suspendu en l'air au-dessus du sol. Il était fait dans un métal qui avait un aspect fantastique. J'étais absolument fascinée. On m'avait dit que cet OVNI avait été créé par des scientifiques allemands. On a beaucoup parlé des V2 à la télévision, mais jamais de ces OVNIs ! J'ai entendu dire qu'il existait une base secrète dans l'Himalaya, et aussi des centres de recherche construits sous les océans, là où personne ne peut les détecter. Il y aurait un centre près de Hawaï. Ces engins semblent pouvoir plonger profondément sous la mer. Ce sont donc des scientifiques allemands qui avaient mis au point cette technologie, et qui l'ont amenée avec eux aux Etats-Unis. Un certain nombre de gens m'ont dit que c'est une technologie qui utilise des champs magnétiques, mais je n'en connais pas le détail… Wayne Morris : La terre elle-même est entourée d'un immense champ électromagnétique. Il se peut qu'ils aient utilisé ce champ pour faire voler ces appareils. Kathleen Sullivan : Vous le dites mieux que moi… Tout ce que je sais, c'est que j'en ai souvent entendu parler. Mon père s'en vantait aussi. Mais j'ai aussi entendu dire qu'ils n'utilisaient plus cette technologie aujourd'hui. Wayne Morris : Vous avez dit que vous pensiez qu'un certain nombre d'acteurs de Hollywood étaient passés par une programmation mentale, et qu'ils sont utilisés (par les Illuminati). Pouvez­ vous donner des exemples des idées qu'ils veulent promouvoir ?

- 17 -

A204. Survivants des Illuminati (3).

- 18 -

http://www.paroledevie.org

Kathleen Sullivan : L'idée principale est que nous devrions vivre en harmonie avec la terre, avec la nature, notre Mère, et avec le règne animal. Pour moi, il s'agit d'une idée très dangereuse quand on l'inculque à des enfants, parce que cela dégrade complètement leur sentiment de la valeur spécifique de l'espèce humaine. Ils perdent toute estime de soi. On leur empêche aussi de penser de manière indépendante. Nous devons défendre vigoureusement ce droit aujourd'hui. C'est un grand sujet de préoccupation pour moi, car on est en train d'enseigner à ces gosses que la vie animale a plus de valeur que leur propre vie… Wayne Morris : Il est certain que toute vie est précieuse, y compris la vie animale. Mais ce que vous dites, en fait, c'est que ces idées sont employées pour modifier la psychologie des masses, pour les préparer à l'instauration du Nouvel Ordre Mondial… Kathleen Sullivan : En fait, s'ils arrivent à leurs fins, tout le monde devra se soumettre à notre Mère Terre. C'est ce qu'ils recherchent en priorité. Dans beaucoup de ces sectes païennes, on adore la déesse Gaïa, qui est la Mère Terre. Cette idée de Mère Terre est une idée très puissante et très symbolique. Il y a encore autre chose : ils veulent rendre les choses de plus en plus difficiles sur le plan économique, pour que les femmes soient obligées de travailler, et qu'elles mettent leurs enfants dans des garderies. Cela permet de faire en sorte que les enfants s'identifient de moins en moins à leurs parents, et recherchent de plus en plus des modèles à l'extérieur de leur foyer. Ces conspirateurs (les Illuminati) cherchent donc à promouvoir le culte de la déesse Gaïa, la Mère Terre, en inculquant aux enfants l'idée qu'ils ont besoin d'une telle "Mère", à laquelle ils pourront s'identifier, et de laquelle ils tireront leur nourriture et leur substance. C'est pour cela qu'ils adorent aussi le Soleil. Certains thérapeutes m'ont dit que la sensation que l'on éprouve quand on s'étend dans la chaleur des rayons du soleil, est celle qui est la plus proche de la sensation de l'amour maternel. J'ai été fascinée quand j'ai appris cela. Il y a donc un effet psychologique qui est très puissant. J'essaye moi-même de me détacher au maximum de cela, sur le plan émotionnel, afin de continuer à pouvoir faire mes recherches, et essayer de comprendre où cela va aboutir, sans paniquer. Parce que cela ne me fait pas du bien de réaliser ce qui se passe, et cela ne fait du bien à personne. (Les Illuminati) sont des gens qui sont réellement malins ! Wayne Morris : Connaissez-vous d'autres domaines où le contrôle mental est utilisé, sur les plans artistique ou économique ? Kathleen Sullivan : Le domaine de la musique est un domaine privilégié. Il y aurait beaucoup à dire là-dessus. Beaucoup de méthodes de programmation qui m'ont été appliquées utilisaient la musique, les textes chantés, ou certains types d'accords, mais surtout un texte chanté, associé à de la musique. La musique est un moyen très puissant pour contrôler les gens, surtout sur le plan émotionnel. Je ne connais pas un seul survivant qui n'ait pas été programmé sans l'emploi de la musique ! J'ai encore parfois la mauvaise habitude de me laisser aller à entrer dans une transe, rien qu'en écoutant certaines chansons. Elles déclenchent en moi des réactions codées. (Les Illuminati) ont énormément utilisé la musique des Beatles, plus que toutes les autres musiques, à ma connaissance. La musique des Pink Floyd a aussi été très souvent employée. Les victimes de ma génération ont été programmées en se servant d'un film comme "Wizard of Oz" (Le Sorcier d'Oz). Les générations actuelles sont programmées en se servant d'Alice au Pays des Merveilles ! Ils utilisent aussi beaucoup les films de Walt Disney. Je ne sais pas si Disney le fait sciemment ou non, mais c'est un fait… La NASA utilisait beaucoup la musique des Pink Floyd dans ses programmations, parce que cette musique troublait la notion du temps chez ses auditeurs… Quand vous écoutez leur musique, vous avez l'impression de flotter dans le temps ! Mais beaucoup d'autres groupes musicaux ont été aussi utilisés. Wayne Morris : Pensez-vous que ces musiciens, ou leurs producteurs, savaient exactement tout ce qui se passait ? Kathleen Sullivan : Il suffit d'étudier les paroles de leurs chants… Ils devaient certainement savoir quelque chose ! Wayne Morris : Peut-être que les programmeurs ont simplement utilisé des chansons qui existaient déjà ?

- 18 -

A204. Survivants des Illuminati (3).

- 19 -

http://www.paroledevie.org

Kathleen Sullivan : C'est tout à fait possible. Il se peut aussi que certaines victimes aient d'abord été programmées, et qu'ensuite elles aient composé une musique directement inspirée par leur programmation ; surtout si ces victimes étaient artistiquement créatives, dans la musique, l'écriture, ou l'art en général. Cela peut leur venir de manière subconsciente. J'ai entendu de plusieurs sources différentes qu'Elton Jones était une victime de la programmation mentale, et c'est sans doute pour cela que les paroles de ses chansons sont si chargées… Je ne sais pas… Wayne Morris : Croyez-vous que les Pink Floyd étaient conscients de ces techniques de programmation mentale, et qu'ils savaient ce qu'ils faisaient ? Kathleen Sullivan : Je n'en sais rien, car je ne les ai jamais rencontrés. Je sais seulement que leur musique marchait très bien pour la programmation. (Kathleen Sullivan donne ensuite certains exemples de films américains qui ont été manifestement produits par des gens qui connaissaient bien les techniques de la programmation mentale. Toutefois, ces films ne donnent pas toujours une bonne idée de la réalité.) Wayne Morris : Je voudrais reparler du problème de l'emploi de la programmation mentale dans les domaines politique et militaire. Ne pensez-vous pas que cela corrompt profondément toute la société ? Kathleen Sullivan : C'est un problème très important. Je me dis parfois : "Si j'étais Dieu, ou le Monarque (elle fait un jeu de mots, en faisant allusion au programme MONARCH), que ferais-je ?" J'ai observé que chaque fois qu'une enquête officielle était faite dans ce domaine, elle n'aboutissait qu'à dévoiler une infime partie des informations réelles, et pas plus. C'est ce qui s'est passé dans les années 70, quand ils ont enquêté sur la CIA, le programme MONARCH, et les accusations d'assassinat, que la CIA a démenties, bien entendu. La CIA avait pourtant admis qu'elle avait essayé d'assassiner Fidel Castro, dont Ted Turner est maintenant devenu un grand ami… Quel monde étrange ! Je sais que des femmes comme Blanche Chavoustie et Lynne Moss-Sharman ont entrepris beaucoup de démarches pour faire ouvrir une enquête sur toutes les illégalités commises à Washington. J'ai accepté de les soutenir dans cet effort. Lynne voudrait que les citoyens écrivent ou contactent leurs sénateurs, ou d'autres officiels de Washington, pour faire ouvrir une enquête. Mon problème, c'est que je connais trop de sénateurs, ou d'autres personnalités, qui sont eux­ mêmes impliqués dans ces activités illégales ! Si cela dépendait de moi, je nommerais des personnalités plus jeunes ou nouvelles pour mener ces enquêtes, des personnalités qui ne se sont pas elles-mêmes compromises. Vous le voyez, cela va loin ! Je pense que beaucoup de gens sont complètement dépassés et bouleversés quand ils apprennent ce que font (les Illuminati)… Je vous demande pardon à l'avance, mais, pour ma part, il est extrêmement important de profiter de l'occasion qui m'est donnée ici pour dévoiler tout ce que je sais. C'est vrai que c'est très accablant. Si les gens veulent bien écouter, cela peut les déprimer pendant un temps. Cela leur donne un sentiment d'impuissance. Croyez-moi, tous les survivants qui retrouvent leurs souvenirs doivent passer par des combats intenses qui durent longtemps. Mais je crois que si les gens apprennent à digérer progressivement toutes ces informations, morceau par morceau, en prenant un peu de recul, et en continuant à s'occuper d'autre chose et à se distraire, ils finiront par avoir une assez bonne idée de la situation. Il y a de plus en plus d'informations disponibles. Si l'on veut vraiment s'informer, on trouve. Je crois que tout le monde, jeunes et adultes, devrait savoir ce qui s'est passé en matière de programmation mentale. Il semble que les médias principaux gardent ces informations secrètes, volontairement. Cela m'inquiète profondément. Beaucoup de ceux qui travaillaient à la NASA à sa création sont morts. Il en est de même pour la CIA et le Pentagone. Tous ces projets de programmation mentale sont actuellement poursuivis par des gens qui sont en fait des criminels, et qui le sont par choix personnel, au moins en partie. Je crois aussi que le public devrait être davantage conscient de l'influence profonde des idées nazies sur les programmes de contrôle mental, comme sur notre société en général. Je crois que cela nous aiderait à comprendre l'historique de ces choses, et aussi à comprendre ce qui se passe actuellement. On ne serait pas autant choqué en apprenant la vérité ! Je veux ajouter encore quelque chose. Je suis d'origine allemande, du moins en partie, et j'en suis fière. Je ne suis pas anti-teutonique ! Mais je crois aussi qua lorsqu'on a l'occasion d'immigrer dans un pays comme l'Amérique, on ne devrait pas chercher à renverser son système de valeurs. Or beaucoup de ceux qui ont immigré ici de l'Allemagne nazie ont continué à adhérer aux idées de Hitler, qui voulait dominer le monde entier avant l'an 2000. Hitler n'aurait jamais pu vivre jusqu'à

- 19 -

A204. Survivants des Illuminati (3).

- 20 -

http://www.paroledevie.org

cette date, mais il a fait en sorte de transmettre ses idéaux à ses fidèles. J'ai remarqué que certaines de ces personnes sont tellement identifiées à l'idéal nazi, qu'elles continueront à les promouvoir jusqu'à leur mort. Cela m'effraye beaucoup. Je connais une jeune femme à Atlanta qui fréquentait des groupes néo-nazis à tendance skinhead. L'un de leurs dirigeants était un Allemand qui venait d'Allemagne toutes les semaines pour leur endoctriner le système de valeurs des Nazis ! Plusieurs autres personnes pourraient le confirmer. Je connais des jeunes skinheads, et je les aime sincèrement, mais je ne suis pas du tout d'accord avec leurs idées politiques. Je crois qu'il faudrait informer davantage les gens, et qu'il faudrait aussi faire plus d'enquêtes dans ce domaine. Je sais qu'il y a des militaires ou des membres des services secrets qui sont fermement opposés à l'idéologie nazie. Ils ont essayé d'en purifier l'administration, mais je crois qu'ils n'y sont pas parvenus. Il y a trop de personnes qui protègent ces Nazis, à la CIA, à la NASA ou ailleurs. J'aimerais que beaucoup d'entre elles décident de changer de vie, et j'espère que l'on pourra leur accorder une amnistie, s'ils veulent bien faire amende honorable, et s'engager à réparer ce qu'ils ont fait aux survivants. Beaucoup de survivants ont besoin de cela pour guérir. Ils ont besoin de vérifier leurs souvenirs. Je sais que certains survivants ne seraient pas du tout d'accord avec moi quand je parle d'amnistie. Il y a quelques années, j'aurais réagi comme eux. Mais ce que je sais, c'est que beaucoup de gens sont en train de mourir parce qu'on n'arrive pas à vérifier leurs affirmations. Est-ce que cela vaut la peine de continuer à entretenir la rancune et la haine ? Wayne Morris : Vous pensez donc qu'il vaudrait mieux mettre tout cela au grand jour, et offrir aux tortionnaires une sorte d'amnistie, plutôt que de tenter de les remettre à la justice ? Kathleen Sullivan : Je crois que l'on devrait réparer tout d'abord ce qui a été fait aux survivants, sous une forme à décider. Je crois qu'on devrait demander aux tortionnaires de passer par une forme ou une autre de thérapie. Mais j'insiste sur le fait que la plupart des survivants ont un immense besoin de faire vérifier leurs souvenirs et leurs témoignages. Mon mari est retraité de l'Armée, après 30 ans de service. Il était dans les paras. Hier, nous avons reçu le magazine "Legion" (le magazine des parachutistes). Il y avait un article qui donnait le témoignage d'un psychiatre qui était un survivant des camps de concentration. Quand les Alliés l'ont libéré, il était à l'article de la mort… Cela m'a brisé le cœur de lire ce récit, en voyant dans quel état cet homme et ses amis du camp se trouvaient… Je crois que nous devrions tous accepter de consacrer un peu de notre temps et de notre énergie à nous informer sur ce qui s'est passé, ou ce qui se passe, même si ce que nous découvrons nous fait mal ou nous déprime… Au moins, nous ne risquons pas directement notre vie… Je sais que beaucoup de gens ont peur de nous fréquenter ou de nous aider, parce qu'ils craignent pour leur vie, ou pour celle de leurs enfants. Mais on peut nous aider de bien des manières, sans être en contact direct permanent avec nous. Beaucoup de survivants n'ont même pas appris à se débrouiller pour survivre dans leur vie de tous les jours. On ne leur a jamais appris à vivre en société. Beaucoup d'entre eux ont des difficultés financières. Ils s'en sortent tout juste. Certains ne peuvent même pas se payer les soins médicaux dont ils auraient besoin pour guérir. D'autres ont sérieusement besoin de parfaire leur formation. Quant à moi, je suis privilégiée. Mon mari bénéficie d'une pension d'invalidité à 100 %, parce que près de 300 sauts en parachute ont abîmé sa colonne vertébrale. Cela m'a aussi permis de faire trois années de formation universitaire gratuite. Cela m'a énormément aidé, et m'a permis d'assurer mon avenir. Il faudrait qu'il existe un organisme qui offre des bourses ou des aides financières à ces survivants, pour les aider à reconstruire leur existence. Beaucoup d'entre nous n'ont simplement réussi qu'à s'en sortir. Quand je m'en suis sortie, je disais en plaisantant que je pourrais toujours me faire engager comme garde du corps ! Mais est-ce que je le désire vraiment ? Est-ce que je désire risquer encore ma vie ? J'aimerais avoir d'autres options pour mon avenir ! Je voudrais avoir un travail plus épanouissant et moins stressant ! Je réalise aussi que, comme je commence à être connue du grand public, cela limite mes possibilités de choix professionnel. Mais je peux toujours mieux me former, fréquenter des gens normaux, et apprendre à mener une vie normale. Il y en a beaucoup qui ne sont pas aussi privilégiés que moi. J'aimerais tant que l'on puisse leur payer des thérapies décentes, ou des études sérieuses. Je sais qu'il est plus difficile pour des survivants d'être soutenus ou soignés chez vous, au Canada. Beaucoup de survivants sont dans l'impossibilité d'exercer la moindre activité professionnelle. La plupart d'entre nous souffrent non seulement de troubles de la personnalité, mais aussi de ce que l'on appelle le "stress post­ traumatique". Croyez-moi, c'est épouvantable ! Tous les anciens combattants du Vietnam, et beaucoup de ceux de la deuxième guerre mondiale, savent de quoi je parle. J'aimerais donc que l'on

- 20 -

A204. Survivants des Illuminati (3).

- 21 -

http://www.paroledevie.org

mette sur pied un système plus efficace d'aide des survivants, au moins à court terme, jusqu'à ce que nous sachions ce que notre gouvernement est décidé de faire. Wayne Morris : Kathleen, je voudrais vraiment vous remercier d'avoir répondu à notre invitation, et d'être venue vous exprimer à notre radio. Je me rends compte que ce que vous avez fait n'est pas sans risque pour vous, et je vous souhaite le meilleur ! Kathleen Sullivan : Je vous le souhaite aussi ! Vous aussi, vous avez pris un risque sérieux en programmant cette série d'émissions ! J'ai énormément de respect pour ce que vous faites ! Note de Parole de Vie : Ni Kathleen Sullivan, qui se dit pourtant chrétienne, ni Wayne Morris, ne sont manifestement des Chrétiens nés de nouveau. Ils ne semblent pas réaliser l'origine occulte de ces techniques de programmation mentale. Ils pensent que ces techniques sont neutres en soi, et peuvent être utilisées pour le bien comme pour le mal. Mais c'est une erreur tragique, et un mensonge de Satan. Ces techniques ne peuvent jamais être utilisées pour le bien. Puisqu'elles sont inspirées par Satan, celui-ci exigera toujours un prix à payer pour son intervention, même s'il s'agit d'une "guérison" apparente. Le fait de pénétrer dans le paranormal nécessite de faire appel à des puissances démoniaques. Nous avons donc coupé certaines parties de cette interview concernant le programme Thêta, car elles ne nous semblaient pas nécessaires à la compréhension des problèmes des survivants du contrôle mental. Les Chrétiens doivent toutefois bien comprendre que les autorités gouvernementales qui commanditent ces recherches abominables doivent savoir qu'ils font appel à des puissances démoniaques. Un autre point important concerne le fait que Kathleen Sullivan avait remarqué que certaines églises chrétiennes qu'elle avait fréquentées pratiquaient des techniques de contrôle mental semblables à celles qu'on lui avait enseignées. Nous devons aussi souligner à quel point ces survivants ont besoin de la puissance libératrice de Jésus-Christ. Les techniques psychologiques de "déprogrammation" ne peuvent aucunement leur apporter une libération complète, car elles restent au niveau de l'âme et du psychisme. Nous devons prier pour que ces malheureux survivants entrent en contact avec le message libérateur de la Croix et rencontrent Jésus-Christ comme leur Sauveur et Seigneur ! Qu'elles puissent aussi rencontrer des Chrétiens capables de les aider !

- 21 -

A205. Survivants des Illuminati (4).

-1-

http://www.paroledevie.org

A205. Survivants des Illuminati (4).
Article de Wayne Morris. L’original de cet article peut être consulté en anglais sur le site Internet : http://www.heart7.net/mcf/radio/ckln21.htm Reproduction de la traduction française autorisée, pourvu que les sources soient indiquées.

Avertissement : Nous prévenons les lecteurs trop jeunes ou trop sensibles que cet article contient des informations susceptibles de le choquer. Nous l'invitons donc à la prudence, et même à ne pas lire cet article s'il estime qu'il pourrait avoir du mal à en supporter le contenu.
Nous publions à présent la première partie de la transcription de l'interview de Fritz Springmeier. Ce Chrétien exerce un ministère en faveur des survivants des Illuminati. Il a aussi effectué de nombreuses recherches sur ces derniers, et publié beaucoup de livres et d'articles. Il est co-auteur de notre article A195 sur Billy Graham et les Illuminati.

Fritz Springmeier : Je salue tous nos auditeurs, et je vous encourage à écouter cette émission, parce que nous allons parler de choses importantes, qui auront des effets sur votre vie, et sur la vie de vos petits-enfants ! Wayne Morris : J'aimerais commencer en vous demandant comment vous avez été informés des recherches menées par le gouvernement sur la programmation mentale. Fritz Springmeier : La programmation mentale touche beaucoup de domaines. Elle concerne surtout un gouvernement mondial secret dirigé par les Illuminati. C'est en enquêtant sur les Illuminati que j'ai appris ce qu'ils faisaient, et comment ils parvenaient à se cacher. Ils se camouflent derrière l'alibi de la Sécurité Nationale. Ils se servent de notre patriotisme, et tentent de nous persuader que c'est notre intérêt, et l'intérêt de notre propre sécurité, que de nous soumettre à tout ce qu'ils veulent nous imposer, tout en gardant le secret sur leurs activités. Wayne Morris : Est-ce en faisant des recherches sur la programmation mentale que vous êtes tombés sur les Illuminati, ou l'inverse ? Fritz Springmeier : C'est en enquêtant sur les Illuminati que j'ai découvert la programmation mentale. J'enquête aussi sur tout ce que fait le gouvernement. Mais, voyez-vous, nous ne voyons en général que l'apparence des choses. Si nous voulons savoir réellement ce qui se passe, il faut chercher derrière les apparences. Wayne Morris : Pourriez-vous nous expliquer qui sont les Illuminati ? Fritz Springmeier : Les Illuminati sont ceux qui poussent et ébranlent notre monde. Il s'agit d'un groupe de familles qui font partie de l'élite sociale depuis des générations. Je les appelle les "tribus", ou les "familles". Il existe 13 familles principales. Ce sont des satanistes depuis des générations. Cela signifie qu'ils pratiquent leur sorcellerie secrète depuis des siècles. Ils se transmettent leur "religion" de génération en génération. Ils mènent des doubles vies. Ils ont une vie publique, que tout le monde peut voir, et une vie cachée que le monde ne voit pas. Il n'y a que très peu de gens qui ont réussi à dévoiler leurs secrets. Ils sont passés maîtres en l'art du secret. Je n'aurais jamais pensé qu'ils puissent si bien réussir à garder secrètes leurs activités, tant que je n'ai pas commencé à faire des recherches sérieuses à leur sujet. Un certain John Robinson a présenté des preuves de l'existence d'une conspiration secrète contre tous les gouvernements de l'Europe. Cette conspiration secrète était organisée par des Francs-Maçons, des Illuminati et des sociétés secrètes.

- 1 -

A205. Survivants des Illuminati (4).

-2-

http://www.paroledevie.org

Cela se passait en 1798. Vers la même époque, le gouvernement de Bavière fit aussi des descentes dans certains refuges des Illuminati, et s'empara de leurs documents secrets. Il envoya ce dossier à tous les gouvernements européens, sous le titre : "Les écrits originaux de l'Ordre des Illuminati". Toutefois, à l'époque moderne, très peu de gens ont pu révéler des choses sur l'organisation actuelle des Illuminati. Je me suis attelé à cette tâche. Je veux révéler largement qui sont ces gens, quelles sont leurs pratiques et leurs actions, absolument tout ! Si je réponds plutôt longuement à votre question, c'est parce que les gens ont tendance à interpréter les informations concernant les Illuminati en fonction de leur propre système de pensée. Si vous voulez comprendre les Illuminati, vous devez comprendre que ces gens ne pensent pas du tout de la même manière que vous et moi. Pour prendre un seul exemple, il faut savoir que beaucoup d'entre eux possèdent des personnalités multiples programmées. Cela crée déjà une énorme différence avec tous ceux qui, comme nous, ne sont pas des "programmés multiples." (NDE : Springmeier utilise souvent ce terme, que nous pouvons définir comme un désordre de la personnalité : un seul individu possède plusieurs personnalités distinctes, qui sont toutes programmées et conditionnées au moyen de techniques psycho­ scientifiques complexes). Wayne Morris : Quand vous parlez des Illuminati, est-ce le même groupe qu'Adam Weishaupt a créé en 1776 en Bavière ? Fritz Springmeier : Oui, c'est le même groupe. Mais ce n'est pas lui qui a créé cette organisation, elle remonte à bien plus loin. Ces familles oligarchiques sont extrêmement puissantes. Quand vous étudiez l'Histoire, vous vous rendez compte que ces familles oligarchiques n'ont jamais renoncé à leur puissance. Certaines de ces familles remontent même à Nemrod. Les Rothschild ont reconstitué leur généalogie secrète et la font remonter à Nemrod. Ce sont les mêmes qui contrôlaient les religions à mystères. Il existait un Conseil Suprême qui supervisait toutes les religions à mystères de l'Antiquité. Leurs prêtres étaient très puissants, et ils ont choisi de rester cachés pendant des siècles et d'agir en secret. Mais ils ont toujours été présents. A la fin de la deuxième guerre mondiale, une commission a été envoyée en Europe pour faire le point sur toutes les églises qui avaient été détruites pendant la guerre. On a trouvé sous les autels "chrétiens" des autels païens. Beaucoup de cathédrales ont été construites à des endroits qui étaient considérés comme des centres occultes très puissants. Aux heures où il n'y avait pas de services religieux, on utilisait ces églises pour des cérémonies sataniques. Cela a continué à se pratiquer en secret pendant des siècles. Wayne Morris : Voulez-vous dire que ce sont les Illuminati qui ont infiltré ces églises ? Fritz Springmeier : Ce sont ces familles très puissantes qui contrôlent notre monde. Par exemple, l'une de ces familles comprend toutes les familles royales d'Europe. Ce sont ceux-là qui dirigent en fait. Beaucoup d'Etats européens ont des Eglises nationales qui sont dirigées par leur roi ou leur reine. Wayne Morris : Vous avez mentionné 13 familles d'Illuminati. Pouvez-vous les nommer ? Fritz Springmeier : J'ai publié un livre qui présente en détail toutes ces familles. Les 13 principales familles sont les Astor, les Bundy, les Collins, les Dupont, les Freeman, les Kennedy, les Leigh, les Onassis, les Rockefeller, les Rothschild, les Russell, et les Van Dine. La treizième famille est celle des Mérovingiens. Celle-ci est très importante, car elle regroupe toutes les familles royales d'Europe. Dans mon livre sur les Illuminati, je n'ai pas trop parlé de la branche mérovingienne, car il existe d'autres livres qui la présentent en détail. Par exemple, le Prince Charles d'Angleterre en fait partie. Si vous étudiez sa généalogie, vous voyez qu'il est apparenté à plusieurs Présidents américains : Washington, Jefferson, Madison, les deux Harrison, Tyler, Taylor, et George Bush. Le Vice-Président de George Bush (père), Dan Quayle, est aussi apparenté à la famille royale anglaise. Le Prince Charles est aussi apparenté à Madame Woodrow Wilson. Les Américains pensent que les familles qui les dirigent ne sont pas apparentées entre elles, mais c'est tout le contraire.

- 2 -

A205. Survivants des Illuminati (4).

-3-

http://www.paroledevie.org

On m'a dit que quand ils ont inauguré la bibliothèque de George Bush au Texas, le Président Carter a rappelé qu'il avait publié un livre pour montrer que tous nos Présidents étaient plus ou moins apparentés. Wayne Morris : Quand avez-vous appris l'existence des Illuminati ? Quelles sont les informations qui ont éveillé votre intérêt ? Fritz Springmeier : Tout le monde a sans doute entendu parler des Témoins de Jéhovah et de la manière dont ils font du porte-à-porte par équipes de deux. Quant à moi, j'étais un missionnaire chrétien, et je travaillais à conduire à Christ des Témoins de Jéhovah. Un jour que j'étais fatigué de travailler avec les Témoins de Jéhovah de la base, j'ai prié Dieu de me donner le moyen de décapiter l'organisation autoritaire qui contrôle tous les Témoins de Jéhovah. Ma prière a été exaucée. J'ai obtenu des informations confidentielles prouvant que les chefs des Témoins de Jéhovah, qui dirigent la Watchtower Society (Société de la Tour de Garde), collaborent avec les chefs de l'Eglise des Mormons (Eglise des Saints des Derniers Jours). Cette information a complètement bouleversé ma vie. C'est alors que j'ai découvert les Illuminati et leurs techniques de programmation mentale. Je ne veux pas pointer seulement du doigt les Témoins de Jéhovah et les Mormons, car les Illuminati ont infiltré toutes les religions et les églises, et ils les contrôlent en très grande partie. Toutes les dénominations chrétiennes en général ont été infiltrées, et sont secrètement contrôlées par les Illuminati. C'est comme cela que j'ai tout d'abord appris l'existence des Illuminati. Je connaissais déjà depuis environ vingt ans l'existence du CFR (Council of Foreign Relations), de la Commission Trilatérale et du groupe de Bilderberg. Mais nous parlons ici d'une organisation qui se situe à un tout autre plan. Quand j'ai commencé à faire mes recherches, j'ai aussi commencé à aider des gens qui voulaient sortir du milieu des Illuminati. J'ai encore appris de nouvelles choses à cette occasion, en particulier la manière dont fonctionnait la programmation mentale. Une chose m'a conduit à une autre. Wayne Morris : Quelle relation existe-t-il entre les Illuminati et les organisations que vous venez de nommer ? Fritz Springmeier : Tous ces groupes, dont les décisions influencent le monde, ne sont que des paravents pour cacher les Illuminati, qui les dirigent en fait. Ces groupes travaillent à réaliser les objectifs des Illuminati, qui sont ceux qui les dirigent en secret. Wayne Morris : Quels sont les objectifs des familles d'Illuminati et de toute leur organisation ? Pourquoi les Illuminati ont-ils infiltré ces organisations mondiales ? Fritz Springmeier : C'est pour mettre en place ce que l'on appelle le Nouvel Ordre Mondial, et aussi un homme qui doit encore paraître, et qui attirera l'attention du monde entier. Cet homme s'appelle l'Antichrist. C'est leur objectif final. Je ne veux pas donner aux auditeurs l'impression que je veux leur faire un sermon religieux, mais c'est tout simplement un fait. Quand vous travaillez à déprogrammer les victimes des Illuminati, vous voyez qu'elles ont été programmées en fonction d'un plan mondial très élaboré, qui vise à unifier le monde sous le règne de l'Antichrist. Wayne Morris : Vous avez dit que les Illuminati utilisent la programmation mentale pour atteindre leurs objectifs. Comment l'avez-vous découvert ? Vous avez travaillé avec Cisco Wheeler, qui a écrit un livre avec vous. Je crois qu'elle était l'une des victime du contrôle mental des Illuminati. Comment l'avez-vous rencontrée, et avez-vous compris ce qui se passait ? Fritz Springmeier : Elle essayait de briser le carcan de sa programmation mentale. J'ai découvert qu'il s'agissait du plus grand système esclavagiste que le monde ait jamais connu. Il y avait en fait quatre femmes qui faisaient partie des Illuminati, et qui fonctionnaient en équipe. Elles étaient toutes les quatre devenues Chrétiennes, et elles essayaient de se libérer en s'aidant mutuellement. Et moi, je faisais des recherches sur les Illuminati. Ceux qui sont mentalement programmés sont programmés pour ne jamais révéler leurs secrets. Il est très difficile pour ceux qui ont été chez les Illuminati, et qui ont été mentalement programmés, de révéler tout ce qui s'y passe. Ces femmes ont pu travailler avec moi beaucoup plus facilement, parce que j'avais déjà fait des recherches personnelles, et elles savaient que j'allais comprendre ce qu'elles voulaient me dire. Elles n'avaient pas besoin de parler beaucoup pour me dire certaines choses, parce que j'étais déjà au courant.

- 3 -

A205. Survivants des Illuminati (4).

-4-

http://www.paroledevie.org

Cela leur a épargné beaucoup de souffrances, et évité que certains programmes défensifs se déclenchent, parce qu'elles en avaient trop dit. Cisco Wheeler faisait partie de ce groupe qui s'efforçait d'échapper au contrôle mental. Puisque je les avais rencontrées, j'ai fait tout ce que j'ai pu pour les aider. J'ai fait sortir Cisco des Illuminati. En retour, ma connaissance des Illuminati a énormément progressé, parce que j'avais affaire à des gens qui me donnaient des informations directement vécues de l'intérieur. Ensuite, j'ai aussi rencontré d'autres survivants. Je le répète, il est très difficile de comprendre cette organisation très secrète et les liens entre ces familles, parce que l'on doit mettre de côté nos habitudes culturelles et nos façons de penser, pour comprendre comment pensent et agissent les Illuminati. Ils ne pensent pas de la même manière que nous. Le fait d'avoir pu travailler avec ces survivants des Illuminati a été d'un grand prix pour moi. Wayne Morris : Est-ce que les Illuminati pratiquent la programmation mentale sur les membres de leurs propres familles ? Fritz Springmeier : Oh oui ! Ils le font depuis des siècles, et c'est un secret très bien gardé. C'est l'une des raisons pour lesquelles ils ont pu faire tout ce qu'ils ont fait, et progresser dans la mise en place du Nouvel Ordre Mondial, sans que le public se doute de l'existence d'une conspiration aussi vaste et aussi forte. Ils sont très forts pour faire en sorte que tout semble se produire de façon naturelle. Wayne Morris : Pour quelle raison font-ils passer les membres de leurs familles par la programmation mentale ? Fritz Springmeier : C'est essentiel pour eux. Tous ceux qui doivent participer à la vie secrète des Illuminati doivent être des "programmés multiples". Il y a très peu d'Illuminati qui ne sont pas des "programmés multiples". Cela dépend de leur degré d'implication dans leur Plan. Ils ont mis au point toute une série de cérémonies rituelles : Saint-Weinbald, Sainte-Agnès, Grand Climax, High Grand Climax, Walpurgis, Beltane, Lamas, la Toussaint (Halloween), et lors de tous les solstices et équinoxes. Ces cérémonies rituelles sont horribles. Elles comprennent des sacrifices humains, et des sacrifices de bébés pour certaines d'entre elles. Lors de certains Sabbats, on sacrifie des jeunes filles ou des jeunes gens. Ce sont des choses que les gens "normaux" ne sont pas capables se comprendre et de supporter. Le système de contrôle mental des Illuminati crée des individus qui sont comme le Docteur Jekyll et M. Hyde. Il est donc très important pour les Illuminati que toutes ces choses se transmettent de génération en génération. Wayne Morris : Ils utilisent donc la fabrication de personnalités multiples pour faciliter la double vie qu'ils doivent mener… Avant d'entrer dans l'étude de leurs techniques de programmation mentale, vous avez mentionné qu'ils avaient aussi un système de croyances. Pourriez-vous nous en parler ? Fritz Springmeier : Les Illuminati ne sont que la continuation des religions à mystères. Ceux qui deviennent Illuminati doivent passer par tout un processus d'initiation. Ils nomment ces différentes étapes d'après les noms des douze apôtres, et il y a une treizième étape finale qu'ils appellent le Saint Graal. Les Illuminati ont acquis de profondes connaissances occultes. Je ne sais pas si je dois expliquer tout cela en détail. Ce que je dirai, c'est que les Illuminati sont formés dans les domaines de l'Alchimie, de la sorcellerie indienne, du Druidisme, de la magie Enochienne, du Gnosticisme, de la magie Hermétique, de la Cabale, des doctrines de Platon, et du Soufisme. Ils connaissent toutes les branches de l'occultisme, de la sorcellerie et de la magie. Wayne Morris : Comment utilisent-ils toutes ces informations ? Ont-ils incorporé toutes ces connaissances dans leur propre système de croyances ? Fritz Springmeier : Tout cela se tient. Leur but est d'accumuler un maximum de puissance occulte. C'est pour cela que la famille Collins a été admise dans les 13 familles principales. Bien entendu, la dynastie mérovingienne exerce beaucoup de puissance magique, à côté de sa puissance politique. La famille Collins est originaire de l'Ecosse, et disposait d'une puissance occulte extrêmement forte. Elle a donc été promue au sommet de la hiérarchie, parce qu'elle pratiquait une magie noire très puissante. La Cabale est aussi très importante pour eux. Tout cela est lié à la

- 4 -

A205. Survivants des Illuminati (4).

-5-

http://www.paroledevie.org

programmation mentale. Il faut dire que la plupart des thérapeutes qui s'occupent des survivants des Illuminati restent sur les plans scientifique et psychologique. Mais ils ne touchent pas au domaine spirituel. Ce que je veux dire, c'est que les croyances religieuses des Illuminati ne peuvent pas être séparées de la programmation mentale. Elles en font partie intégrante. Wayne Morris : Est-ce que les Illuminati adorent un être unique, Lucifer par exemple ? Fritz Springmeier : Les Illuminati opèrent à différents niveaux. Il existe le niveau de base, que l'on appelle "anarchique". C'est celui des groupes sataniques ordinaires, celui des sorciers et des occultistes. Puis il y a le niveau supérieur, que j'appelle le niveau hiérarchique. Au niveau anarchique, il existe des milliers de groupes. J'ai repris les noms et les adresses de centaines de ces groupes, dans l'un de mes livres. Ces groupes sont très éclectiques. Ils peuvent avoir leurs propres traditions et leurs propres rituels. Les pratiques sont très variées. C'est vraiment l'anarchie totale. On ne voit même pas toujours les rapports entre ces groupes. Au-dessus d'eux, au niveau hiérarchique, vous avez les Grands Maîtres, les Mères des Ténèbres, les Grand-Mères, les Petites-Filles, Asmodée, etc… Les "programmés multiples" peuvent se trouver à divers niveaux. Un programmé mental peut avoir l'une de ses personnalités dans un groupe, une autre dans une loge maçonnique, et c'est encore une autre de ses personnalités qui participera à une cérémonie satanique dans un autre groupe. Tout est très fragmenté et compartimenté. C'est pour cela qu'il est difficile de répondre à votre question. Nous n'avons pas affaire à un comportement humain normal, et nous ne pouvons pas étudier et comprendre les Illuminati comme nous le ferions pour des gens ordinaires. Les Illuminati sont fondamentalement dualistes. Ils s'efforcent d'équilibrer leurs mauvaises œuvres par des bonnes œuvres. Mais ils sont Lucifériens, au plus haut niveau. C'est pour cela que nos plus grands philanthropes sont souvent les satanistes du plus haut rang. Leur philanthropie sert en fait leurs intérêts personnels. Ils ne sont pas aussi généreux qu'ils le montrent. Ils s'efforcent de produire des bonnes œuvres pour contrebalancer leurs mauvaises œuvres. Leur religion est un gnosticisme luciférien. Wayne Morris : Je crois qu'il est sans doute difficile à nos auditeurs de comprendre comment des gens, qui ont une bonne image publique, peuvent avoir aussi un côté secret très ténébreux. Je ne sais pas si vous avez lu le dernier livre de Judith Spencer "Satan's High Priest" (Grand Prêtre de Satan). Il illustre très bien ce qui se passe en réalité. C'est l'histoire vraie d'un grand prêtre dans une certaine secte satanique, qui montre comment il a pu en arriver là. Fritz Springmeier : Non, je n'ai pas lu ce livre. Mais je suis heureux que vous en parliez à nos auditeurs. Si nous voulons commencer à comprendre les Illuminati, nous devons savoir qu'ils sont au-dessus des guerres et de tout ce que l'humanité ordinaire doit souffrir. Prenez par exemple Pierre Samuel Dupont, pendant la Révolution française. Il y avait beaucoup de gens qui perdaient leur tête autour de lui. Pourtant, pour quelque mystérieuse raison, Samuel Dupont a réussi à sauver la sienne de la guillotine. L'une des personnalités influentes qui le protégeaient était Madame de Staël, la fille du banquier Necker. Elle tenait un salon célèbre, mais elle était aussi amie intime de Saint-Simon. Les disciples de Saint-Simon disaient déjà, à cette époque, qu'ils voulaient établir un Nouvel Ordre Mondial avant l'an 2000. Je voudrais citer un autre exemple, que j'ai repris dans mon livre sur les Illuminati. Quand les Américains sont entrés en guerre, après Pearl Harbor, juste quelques jours après, le Président Roosevelt a signé un décret présidentiel qui ouvrait une brèche semi-secrète dans la Loi sur le Commerce avec l'Ennemi. Selon ce décret, certaines personnes pouvaient être autorisées à commercer avec l'ennemi par le Secrétariat américain au Trésor, dirigé par Hans Morgenthale. Quels ont été les gens qui ont reçu ce privilège ? Rockefeller et Onassis, qui étaient tous deux des pontes des Illuminati. Au cours de la seconde guerre mondiale, tous les navires marchands grecs ont été coulés par les Allemands ou les Alliés. Presque tous les armateurs grecs ont perdu leurs navires. Il y avait pourtant un armateur grec qui n'a pas perdu un seul navire. Pourtant, sa flotte naviguait partout dans les zones de guerre. Il s'agissait d'Aristote Onassis. Ni les puissances de l'Axe, ni les Alliés, n'ont attaqué ses bateaux. Pour que cela puisse se produire, il faut que pouvoir bénéficier d'appuis au plus haut niveau. Si vous voyez des gens dont l'histoire ressemble à celle de Pierre Samuel Dupont et d'Onassis, vous avez affaire à des Illuminati. Ils sont au-dessus de tous les conflits, car ce sont eux qui les créent et qui font souffrir les gens ordinaires.

- 5 -

A205. Survivants des Illuminati (4).

-6-

http://www.paroledevie.org

Wayne Morris : Comment a-t-on procédé pour outrepasser les lois et continuer à commercer avec l'ennemi pendant la guerre, ou avec les Bolcheviks ? Fritz Springmeier : Il y a un livre entièrement consacré à cette question, publié en 1983, et qui s'intitule "Trading With the Enemy" (Commercer avec l'ennemi). La société pétrolière de Rockefeller, la Standard Oil, a expédié du pétrole et du gaz en Espagne, qui étaient ensuite directement réexpédiés aux Nazis. Les Alliés savaient que Rockefeller fournissait les Allemands. Cela a prolongé la guerre de quelques années. Mais on n'apprend pas cela dans les livres d'Histoire officiels. Il a fallu beaucoup commercer avec l'Allemagne pour faire tourner la machine de guerre allemande ! Vous avez parlé de la Révolution bolchevique. Là encore, ils ont reçu beaucoup d'argent, comme vous le savez sans doute, de la part de sociétés contrôlées par les Illuminati, comme Kuhn Laib et d'autres. Cet argent fut employé par les Bolcheviks pour financer leur révolution. D'autres accords ont aussi été conclus avec eux pour les aider à s'en sortir. Il y a beaucoup de choses qui se font en secret ! Wayne Morris : Il semble que les Illuminati mettent en place une stratégie de tension, et qu'ils financent les divers protagonistes, tout en profitant directement des conflits qu'ils fomentent. Fritz Springmeier : On pourrait citer bien d'autres cas. Par exemple Heinrich Müller était le chef de la Gestapo. On sait qu'un jour il a conduit personnellement, dans sa voiture, un couple de vieux Juifs à la frontière suisse et, arrivé là, qu'il a même porté leurs valises pour les aider à quitter l'Allemagne nazie ! Vous commencez à comprendre ce qui se passe dans le secret, derrière les façades publiques des Illuminati. Au plus haut niveau, ils collaborent tous en secret, Catholiques, Protestants, Témoins de Jéhovah et Mormons… Vous imaginez qu'ils sont à couteaux tirés, mais leurs chefs sont des Illuminati qui collaborent tous secrètement. Wayne Morris : En parlant des Illuminati, je crois que beaucoup de gens ont du mal à croire qu'il existe une conspiration unifiée au niveau mondial, visant à prendre le contrôle de notre terre. Moi­ même, jusqu'à récemment, avant de m'intéresser à la programmation mentale, je croyais que les Illuminati étaient une légende. Quelles ont été vos sources d'information en ce qui concerne les Illuminati, à part les survivants que vous avez rencontrés ? Fritz Springmeier : Outre mes témoins oculaires, j'ai eu l'occasion d'interviewer un certain nombre d'organismes publics et privés honnêtes. Certains de leurs membres sont même devenus mes amis. J'ai aussi étudié des milliers de livres et de documents. Il a donc fallu que je consulte plusieurs bibliothèques spécialisées, comme la Bibliothèque Généalogique des Mormons à Salt Lake City. J'ai aussi interviewé et travaillé avec de nombreux thérapeutes. Je me suis même rendu dans des sites où l'on pratiquait la programmation mentale et des rituels occultes, et où l'on avait commis des meurtres rituels. Par exemple, dans l'Etat du Washington, à quelques heures de chez moi, il existe une réplique exacte du site druidique de Stonehenge, sur une colline, tout près d'un cimetière où les Illuminati font leurs cérémonies. Je m'y suis rendu personnellement. Je voudrais parler d'un concept important, quand vous faites des recherches. Il ne s'agit pas simplement de conduire des interviews et de réunir des faits bruts. A l'université, lorsque je suivais des cours de psychologie, l'un de mes professeurs nous avait donné un excellent conseil. Il nous avait dit : "Quand vous écoutez des gens ou que vous étudiez une situation, ne considérez pas les détails, mais le processus général, le fil directeur. Les détails peuvent vous induire en erreur, parce que certains vous mentiront ou vous donneront des informations contradictoires. Mais étudiez le schéma d'ensemble, le processus général." C'est un excellent principe. J'ai donc réuni énormément de faits et d'informations, mais je suis parvenu à les réunir en un ensemble cohérent, comme pour un puzzle. Cela signifie que vous ne devez pas tenir compte de tout ce qui est de la désinformation. Wayne Morris : A la fin des années 70, on a publié pas mal d'informations sur les expériences de programmation mentale menées par la CIA. Que pensez-vous des sources d'information gouvernementales, quand vous cherchez à prouver qu'il a employé la programmation mentale ? Fritz Springmeier : Si vous essayez de prouver cela par des informations fournies par le gouvernement, vous rencontrerez plusieurs problèmes. Tout d'abord, beaucoup de documents ont été détruits ou falsifiés. Si vous comptez sur le gouvernement pour dévoiler ce qui se passe, cela revient à demander à une bande de criminels de se dénoncer eux-mêmes en fournissant des preuves écrites ! C'est ce qu'ils sont en fait, des criminels, même s'ils travaillent dans le

- 6 -

A205. Survivants des Illuminati (4).

-7-

http://www.paroledevie.org

gouvernement ! Les Nazis ont essayé de détruire toutes les traces de leurs crimes. Mais ils ont échoué. Cela me permet d'espérer qu'il existe encore des tonnes de documents concernant la programmation mentale, même si un grand nombre d'entre eux ont été détruits. En fait, j'en suis convaincu. Mais, encore plus que ces tonnes de documents, la meilleure preuve que nous puissions avoir actuellement sont les dizaines de milliers de victimes qui ont survécu aux Illuminati et qui sont identifiées. Un autre problème est celui de la diffusion de ces informations auprès du grand public. Tous les médias importants sont contrôlés par les Illuminati. Les médias sont très liés au gouvernement. Vous pouvez donc vous demander si vous pourrez jamais voir les médias dénoncer pleinement ceux qui doivent être dénoncés. Wayne Morris : Il semble très peu probable que les principaux médias fassent des enquêtes sérieuses sur les Illuminati. Ces enquêtes seront plutôt faites par des enquêteurs indépendants, et publiées par des médias indépendants. Fritz Springmeier : Je serais ravi de connaître des gens qui accepteraient de publier les archives secrètes. Le seul moyen pour que cela se produise serait qu'il y ait une révolution semblable à celle qui s'est produite en Roumanie ou en Allemagne de l'Est, où les archives de la Stasi ont été publiées au grand jour. Wayne Morris : Pensez-vous que les enquêtes ouvertes par notre gouvernement sur le problème de la programmation mentale, ou celui des expériences faites avec des radiations, vont aboutir à des révélations intéressantes ? Fritz Springmeier : Je crois que l'on va savoir certaines choses, c'est vrai. Mais demander au gouvernement d'enquêter sur ces sujets revient à demander à un renard s'il est vraiment dangereux pour vos poules ! Le renard vous répondra certainement quelque chose. Il vous donnera une réponse satisfaisante. Mais je ne crois pas que le gouvernement ira au fond des choses. En outre, ces enquêtes coûtent de l'argent au contribuable. Les gens ne se rendent pas compte que chaque fois qu'ils demandent au gouvernement d'enquêter, c'est eux qui doivent lui fournir l'argent nécessaire ! Wayne Morris : Pensez-vous que la société aurait avantage à voir le gouvernement enquêter sur ces problèmes, et au moins admettre qu'il a bien commandité certaines de ces expériences ? Quel serait l'avantage pour la société dans son ensemble, si elle obtenait cela ? Fritz Springmeier : Pour la société dans son ensemble ? Je vous répondrai en fonction de la manière dont vous posez votre question. Non, la société n'en retirera rien. Je vous rappelle que le Congrès avait demandé à Rockefeller d'enquêter sur la CIA. Rockefeller, enquêter sur la CIA ? (Il rit). Bien entendu, sa commission d'enquête a fait apparaître certains abus. Il fallait bien qu'ils trouvent quelque chose qui n'allait pas ! Cela a permis à Rockefeller de se tailler une bonne réputation ! C'était le Croisé qui allait dénoncer les méchants ! En outre, ils repoussent toujours les échéances. S'ils dénoncent quelqu'un, c'est pour détourner l'attention d'eux-mêmes, pour qu'ils puissent continuer à faire ce qu'ils veulent. Ou alors ils révèlent des technologies obsolètes, sans dire qu'elles ont été remplacées par quelque chose de meilleur ! Finalement, ces enquêtes ne font pas avancer les choses, et nuisent même à l'établissement de la vérité. Wayne Morris : Comment expliquez-vous que les informations sur la programmation mentale aient pu être aussi longtemps cachées au grand public ? Fritz Springmeier : Nous en avons déjà parlé il y a un moment. Les médias sont contrôlés. Dans l'un de mes livres, j'ai montré de quelle manière les Illuminati contrôlaient les médias. J'ai prouvé que les Rockefeller, les Rothschild, et le magnat de la presse William Randolph Hearst, sont des barons Illuminati qui contrôlent les médias. A ce sujet, je voudrais vous citer une anecdote intéressante. Je visitais un jour un pasteur chrétien. Il m'a demandé ce que je faisais depuis que j'avais dénoncé les programmes de contrôle mental et les plans du Nouvel Ordre Mondial. J'ai été honnête avec lui. Je lui ai dit que j'avais découvert de quelle manière les médias étaient contrôlés. Il a bondi au plafond, et a réagi vivement. Il m'a dit qu'avant de devenir pasteur, il était reporter pour la chaîne ABC. Il a ajouté : "Les médias ne sont pas contrôlés ! Je pouvais écrire ce que je voulais !" Je lui ai

- 7 -

A205. Survivants des Illuminati (4).

-8-

http://www.paroledevie.org

répondu : "Calme-toi ! Laisse-moi te poser quelques questions ! Quand tu as été engagé, ton supérieur t'a pris parce qu'il appréciait ta personnalité et ce que tu écrivais. Il en était de même pour son propre supérieur, jusqu'au sommet de la hiérarchie ! Si tu avais écrit quelque chose qui avait été jugé inacceptable par ton chef, tu aurais eu des ennuis, n'est-ce pas ?" Il m'a avoué que c'était vrai, que j'avais raison… "Quand je travaille avec des victimes du contrôle mental, elles ne peuvent pas voir tout d'abord qu'elles ont été programmées. Tant qu'elles feront ce que leur programme mental exige, elles n'auront pas d'ennuis, et ne pourront pas s'apercevoir qu'elles ont été programmées. Le seul moyen pour elles de voir qu'elles ont été programmées, c'est quand elles quittent les Illuminati et qu'elles ne font plus ce qu'exigent leurs programmes mentaux. Si tu cours avec le vent dans le dos, ou si tu nages dans le sens du courant, tu ne remarques même pas qu'il y a du courant. Mais essaye de nager à contre-courant ! C'est là que tu remarqueras la force du courant ! Alors toi, en tant que reporter, si tu avais fait quelque chose qui allait contre l'opinion de tes supérieurs, tu te serais rendu compte que tu te heurtes à une forte résistance qui t'empêche de faire tout ce que tu veux !" Là encore, il me dit que j'avais raison. "Si tu avais écrit un article qui avait été jugé inacceptable par ton patron, tu aurais eu des ennuis !" - "Oui, tu as raison, je comprends ce que tu veux dire !" C'est ce que je veux dire. Les gens ne se rendent pas compte qu'ils sont manipulés mentalement, tant qu'ils ne s'opposent pas à ce contrôle mental. Si vous commencez à aller à contre-courant, vous vous apercevez à quel point notre société est contrôlée et manipulée. Wayne Morris : Il semble que ce contrôle des médias s'exerce presque de manière non verbale. En outre, pour beaucoup de reporters, c'est aussi une question de finances. Si les rédacteurs en chef n'acceptent pas leurs papiers, ils ne sont pas payés ! Ils se rendent vite compte de ce que le rédacteur en chef est prêt à accepter ! Fritz Springmeier : Exactement ! Wayne Morris : Je voudrais à présent parler du contrôle mental employé par les Illuminati, et des techniques qu'ils utilisent. Qu'en savez-vous ? Fritz Springmeier : J'emploie souvent l'expression de "contrôle mental total", parce que la programmation mentale permet de contrôler complètement quelqu'un, dans son esprit, dans son âme et dans son corps. Les gens ordinaires n'imaginent même pas qu'une telle chose existe. C'est vraiment un système horrible et très puissant, qui contrôle la personne tout entière. Quand on parle de contrôle mental en général, les gens peuvent penser aux messages subliminaux, à la télévision ou aux choses de ce genre. Mais non. Je veux parler d'un système de contrôle mental mille ou dix mille fois plus puissant. Ce contrôle mental est complètement indétectable, et il contrôle la totalité de la personne. Il utilise tout un ensemble cohérent de techniques très sophistiquées. Toutes ces méthodes sont soigneusement associées. Les gens des services secrets disent quelque chose de semblable : "Nous avons essayé telle technique, mais elle ne marche que dans 70 % des cas… Nous avons aussi essayé cette autre technique, qui marche dans 60 % des cas, et une autre technique qui marche dans 50 % des cas… (Mais quand on utilise les trois, ça marche très bien !)" Là, vous avez une centaine de techniques de programmation mentale qui sont toutes associées, au point que la victime est complètement prisonnière de ce contrôle mental ! Wayne Morris : Pouvez-vous nous décrire certaines de ces techniques, et de quelle manière elles sont associées ? Fritz Springmeier : Quand j'ai commencé à expliquer aux gens en quoi consistaient ces techniques, j'avais une foule de fiches et de dossiers. Je me suis dit que je ne pouvais pas passer mon temps à détailler 150 techniques. Les gens seraient vite submergés. J'ai réfléchi, et je me suis rendu compte que ces techniques pouvaient être regroupées en douze sciences. L'une d'elles est la science des tortures et des traumatismes. Une autre est celle des drogues. Une autre concerne la création d'états mentaux seconds ou hypnotiques, de transes et de dissociations de la personnalité. Une autre encore est la science du mensonge, pour savoir comment séduire et tromper les gens, y compris les victimes elles-mêmes. Il y a aussi la science des pouvoirs paranormaux, ou la manière d'employer des moyens spirituels ou occultes pour contrôler quelqu'un. Celle-ci est sans doute la principale de toutes ces sciences. A propos de cette dernière science, il n'est pas "politiquement correct", aujourd'hui, pour des scientifiques, d'admettre que les hommes ont un esprit et un côté spirituel. C'est pourtant la vérité,

- 8 -

A205. Survivants des Illuminati (4).

-9-

http://www.paroledevie.org

et les Illuminati savent comment contrôler quelqu'un par des moyens spirituels. J'ai été très étonné d'apprendre cela. Ils n'ont révélé que des miettes au public en général, et au public chrétien en particulier. Même nos pasteurs chrétiens ne savent pas beaucoup comment aider un être humain à se développer spirituellement ! Wayne Morris : D'après vous, comment les Illuminati ont-ils acquis et développé cette connaissance ? Fritz Springmeier : Cela a commencé dans les temples Egyptiens. Nous retrouvons les prêtres Egyptiens et les religions à mystères. A l'époque, ils avaient déjà appris à se servir des électrochocs. Ils utilisaient des anguilles électriques et d'autres choses pour choquer les gens. Ils savaient déjà employer des plantes et des drogues pour créer des états de conscience seconds et pour contrôler les gens. C'étaient des secrets très bien gardés par les familles des Illuminati et les prêtres des religions à mystères. Ils ont ensuite continué à développer leurs techniques tout au long des siècles. Un autre exemple de secret bien gardé concerne les manipulations crâniennes. Au cours du Moyen Age et même avant, les familles seigneuriales qui dirigeaient le peuple avaient leurs propres spécialistes en tortures, et qui gardaient leurs secrets "de fabrique". Ils avaient aussi appris l'art de manipuler les os du crâne. On doit être prudent quand on commence à manipuler les os du crâne. Beaucoup de gens ne savent pas que le crâne ne forme pas qu'un seul os compact. Il est composé de différentes parties suturées. Il est possible de faire des manipulations subtiles pour faire légèrement bouger ces os. Il existe aujourd'hui des spécialistes en ostéopathie crânienne. Ces ostéopathes sont très habiles de leurs mains. Ces techniques viennent en fait des acquis accumulés par des familles de rebouteux, et dont l'origine est occulte. Ils ont appris les secrets occultes des manipulations osseuses. Wayne Morris : Quel est l'effet de ces manipulations crâniennes, en matière de programmation mentale ? Fritz Springmeier : Les manipulations crâniennes constituent un secret occulte bien gardé dans certaines familles depuis des générations. Elles peuvent être utilisées pour guérir des gens, ou pour modifier et améliorer l'aspect du visage. Mais elles peuvent aussi être utilisées pour le mal, pour torturer les gens ou contrôler leur cerveau. En manipulant le crâne, il est effectivement possible de modifier la manière de penser de quelqu'un, de dissocier sa personnalité, ou de le rendre plus docile. Wayne Morris : Pouvez-vous nous dire comment et à quel âge les Illuminati commencent à employer ces techniques sur leurs victimes ? Fritz Springmeier : Dès que l'enfant est conçu. Ils ont leur plan dès le départ. Souvent, les Illuminati conçoivent un enfant au cours d'un rituel occulte. Ils veulent aussi parfois cacher leur généalogie. En d'autres termes, les enfants d'une femme ne sont pas toujours ses enfants biologiques. On pratique beaucoup les échanges d'enfants dans les hôpitaux. Les Illuminati planifient les naissances de leurs enfants. Dès le stade du fœtus, ils commencent à faire certains examens pour tester les aptitudes mentales de ce fœtus, et à le traumatiser pour faciliter la dissociation de sa personnalité. Wayne Morris : Comment font-ils cela ? Fritz Springmeier : Un fœtus n'aime pas être cogné. Il n'aime pas les substances qui ont mauvais goût. Si la mère mange par exemple beaucoup de sucre pendant la grossesse, on a prouvé que le fœtus apprécie le sucre qui est diffusé dans l'organisme de sa mère. Ils utilisent donc toute une panoplie de techniques horribles. Ils font entendre au fœtus des bruits très forts. Le père va crier contre la mère enceinte, la maltraiter et abuser d'elle violemment, pour qu'elle soit traumatisée. On lui fait entendre de la musique violente, du rock ou des hurlements. On va donner à la mère quelque chose à manger qui sera très mauvais pour le fœtus. Tout est fait pour traumatiser ce petit être, qui va être accablé de mauvais traitements et qui aura tendance à dissocier très tôt sa personnalité. Wayne Morris : Est-ce qu'ils utilisent aussi l'électricité à ce stade ? Fritz Springmeier : Pas tellement pour traumatiser le fœtus. Mais ils l'emploient après la naissance du bébé. Il y a souvent des naissances prématurées. Ils aiment avoir des naissances

- 9 -

A205. Survivants des Illuminati (4).

- 10 -

http://www.paroledevie.org

prématurées, parce que cela traumatise plus facilement le bébé. Une naissance prématurée est l'occasion de nombreux traumatismes naturels pour un bébé. Sa peau est plus sensible, on lui met des cathéters, etc… Les Illuminati veulent traumatiser leurs bébés le plus tôt possible, parce qu'ils veulent des gens capables de dissocier leur personnalité quand ils sont traumatisés. Vous connaissez les fakirs, ces "saints" hommes de l'Inde qui peuvent marcher sur des charbons ardents ou dormir sur des lits de clous. Comment font-ils ? Ils sont capables de dissocier leur personnalité et d'entrer dans une transe, dans un état de conscience second. Les Illuminati veulent des gens capables de dissocier leur personnalité très facilement. Ils veulent des gens qui possèdent de multiples personnalités. Wayne Morris : C'est donc le but des traumatismes : créer une dissociation de la personnalité ? Fritz Springmeier : C'est l'un des buts. Wayne Morris : Quelle est l'importance de la dissociation de la personnalité dans la programmation mentale ? Fritz Springmeier : C'est extrêmement important. On parle beaucoup aujourd'hui du contrôle mental électronique. Mais c'est pour empêcher les gens de s'intéresser au problème beaucoup plus important de la dissociation de la personnalité. Il est très important pour les Illuminati d'être capables de créer dans leurs victimes de multiples personnalités, chacune pouvant être programmée. Cela leur permet de rester cachés, et de faire beaucoup de choses en secret. Tandis que le contrôle mental électronique consiste à injecter dans le cerveau de quelqu'un des pensées qui ne sont pas les siennes. Cela n'est pas aussi dangereux. J'ai travaillé avec beaucoup de gens qui avaient été soumis à un contrôle mental électronique. La majorité d'entre eux, pour ne pas dire tous, étaient capables de reconnaître ce qui leur avait été injecté dans leur cerveau, et de faire la différence avec leurs propres pensées. Tandis que ceux qui possèdent une personnalité dissociée ou fragmentée ne sont pas conscients des diverses personnalités qui sont en eux. Il y a une amnésie qui sépare les différentes parties de leur personnalité. Ils ne se connaissent pas eux-mêmes dans la totalité de leur personnalité. J'ai travaillé avec un pasteur chrétien qui tentait de se déprogrammer. C'était un pasteur chrétien qui, comble de l'horreur, avait découvert que certaines parties de sa personnalité travaillaient avec les Illuminati, et que d'autres parties étaient sataniques. Imaginez ce que peut ressentir un pasteur chrétien qui découvre qu'il a plusieurs personnalités cachées, et que certaines de ces personnalités font des sacrifices humains chez les satanistes ! C'est pour cette raison que cette aptitude à fragmenter sa personnalité est si dangereuse ! Wayne Morris : Peut-être pourriez-vous parler de la nature de la dissociation, et comment elle est employée pour contrôler quelqu'un. Comment est-il possible de ne pas être conscient des différentes parties de sa personnalité, qui peuvent être utilisées pour d'autres buts ? Fritz Springmeier : Même dans la vie courante, on peut se rendre compte que notre cerveau est capable de suivre plusieurs choses à la fois. Par exemple, si vous êtes dans une réunion mondaine et que vous discutez avec quelqu'un, vous êtes concentré sur ce que vous dites. Mais si quelqu'un vous appelle soudain d'un autre côté de la salle, votre cerveau capte tout de suite, et vous dites : "Oh ! On m'appelle par là !" C'est une évidence, mais c'est un exemple simple pour vous montrer que notre cerveau n'est pas une entité monolithique, mais qu'il est capable de travailler simultanément sur plusieurs "pistes" différentes. Quand vous êtes engagé dans une conversation, il y a d'autres parties de votre cerveau qui sont en train de surveiller l'environnement. On peut dire qu'une partie de votre cerveau est "dissociée" de votre activité consciente principale. Vous n'êtes pas conscient qu'il y a une partie de votre cerveau qui s'occupe d'autre chose. L'hypnose, la transe hypnotique et la dissociation de la personnalité sont différents aspects de la même réalité. Depuis des siècles, les Illuminati ont appris à plonger les gens dans des états mentaux distincts, et à leur faire apprendre des choses différentes, dans chacun de ces états mentaux. Pour accéder aux informations propres à chaque état de conscience, il faut mettre la personne dans l'état de conscience correspondant. Par exemple, vous passez par une certaine expérience, cela stimule votre mémoire, et vous revivez quelque chose que vous aviez vécu autrefois. Un certain stimulus a déclenché l'irruption d'un souvenir enfoui. Les Illuminati vont bien plus loin que cette dissociation naturelle. Ils ont appris à créer des "murs d'amnésie" entre les diverses personnalités dissociées du même individu. En somme, ils utilisent notre cerveau comme nous utilisons un ordinateur. On a programmé les ordinateurs pour fragmenter leur mémoire, afin que l'utilisateur puisse avoir accès aux divers dossiers et sous-programmes stockés en mémoire. Chaque fragment de mémoire est indépendant des autres. Pour employer des termes humains, on

- 10 -

A205. Survivants des Illuminati (4).

- 11 -

http://www.paroledevie.org

peut dire qu'on a construit des "murs amnésiques" entre les divers fragments de la mémoire, pour qu'ils ne mélangent pas leurs données. On a "dissocié" la mémoire de l'ordinateur. Les Illuminati savent donc compartimenter le cerveau et l'intelligence en fragments indépendants. Et ils utilisent des traumatismes pour faire cela. Quand vous recevez un traumatisme suffisamment violent, votre cerveau, pour pouvoir continuer à fonctionner, va "enfermer" ce traumatisme dans des "murs d'amnésie". Prenons l'exemple de soldats qui sont au front. L'un d'eux voit soudain son meilleur ami coupé en deux par un obus d'artillerie… Son cerveau peut bâtir aussitôt des murs d'amnésie autour de cet événement, pour qu'il ne puisse pas s'en souvenir. Plus le traumatisme est violent, et plus l'amnésie sera forte. Les Illuminati prennent donc un petit enfant de deux ans, par exemple, et ils lui font subir les pires tortures imaginables, afin de créer des murs d'amnésie en lui. Le cerveau de l'enfant est complètement dissocié, comme une série de disquettes d'ordinateur. Ils prennent ensuite chaque "disquette", chaque fragment dissocié, et ils la programment en fonction de ce qu'ils veulent lui faire faire. Ils programment certains fragments dissociés pour créer des personnalités secondaires, en fonction de leurs objectifs. Ils se retrouvent avec quelqu'un qui est un "programmé multiple", c'est-à-dire une personne possédant plusieurs personnalités toutes distinctes, et toutes programmées. Wayne Morris : Avant d'entrer dans le détail, nous pourrions peut-être voir comment on peut conditionner un être humain pour le transformer en esclave complètement robotisé. Que font-ils à partir de la naissance de l'enfant ? Fritz Springmeier : Les programmeurs aiment dire que ces enfants sont comme une "motte d'argile" à façonner. Bien entendu, ce sont eux les potiers. Ils sont très compétents pour travailler sur le cerveau et l'intelligence d'un enfant, pour en faire ce qu'ils veulent. Nous pourrions passer toute une journée à en parler. Hans Eisneck, un chercheur né en Allemagne, et d'autres avec lui, ont étudié comment mesurer le potentiel du cerveau humain, au moyen des électroencéphalogrammes et de l'étude des ondes cérébrales. Le but est de déterminer un profil de personnalité et un quotient intellectuel (QI). Dès la naissance d'un enfant, les Illuminati testent les capacités de son cerveau, pour déterminer sa personnalité et son potentiel intellectuel. A partir de là, ils planifient la carrière que cet enfant va être capable d'accomplir. De même, après avoir dissocié la personnalité de l'enfant, ils travaillent en fonction de la créativité de ce dernier, et de la manière dont chacune des personnalités fragmentées réagit à la programmation. Wayne Morris : A partir de quel âge font-ils subir ces tests de personnalité et ces électroencéphalogrammes ? Fritz Springmeier : Certains sont pratiqués déjà au fœtus. Et dès la naissance, ils étudient le potentiel psychologique et intellectuel de l'enfant. Il existe des tests psychologiques pour cela. Avant l'âge de 18 mois, ils font subir à l'enfant des électroencéphalogrammes et déterminent son "plan de carrière". Ensuite, ils commencent à structurer et à programmer la personnalité de l'enfant, en fonction de la carrière choisie. C'est pour cela que ceux qui, comme moi, ont une intelligence "naturelle", ont tant de mal à entrer en compétition avec les enfants des Illuminati ! Car les Illuminati contrôlent tous les moyens nécessaires pour faire avancer leurs enfants plus vite et plus loin que les autres. Finalement, ces enfants finissent par devenir avocats, professeurs, médecins ou hommes politiques, et ils sont très qualifiés dans leur domaine d'action. Wayne Morris : Quand les Illuminati ont réussi à contrôler complètement quelqu'un, comment s'en servent-ils, et dans quels buts ? Fritz Springmeier : C'est un point que les gens ne comprennent pas bien, sans doute par manque d'information suffisante. La programmation mentale ne consiste pas simplement à transformer des gens en esclaves sexuels, mais les Illuminati s'en servent pour infiltrer et contrôler secrètement toute la société. Si vous voulez contrôler par exemple une faculté de médecine, il faut que vous ayez vos gens dans des positions clefs. C'est toujours le maillon le plus faible de la chaîne qui se brisera. Les Illuminati ne peuvent pas se permettre d'avoir des "maillons faibles". Ils dispersent donc leurs gens dans tous les domaines de la société, "des égouts aux châteaux" !… Supposons que vous vouliez contrôler le secteur de la médecine, parce que c'est un domaine qui rapporte beaucoup d'argent aux Illuminati, et que les médecins sont très puissants. Il faut donc

- 11 -

A205. Survivants des Illuminati (4).

- 12 -

http://www.paroledevie.org

que vous contrôliez tout le système médical, de haut en bas. Il faut contrôler le système hospitalier, les facultés de médecine, l'Ordre des Médecins, etc… Tout cela exige que des esclaves mentaux soient disposés à tous les niveaux du système, à tous les points stratégiques. Vous ne pouvez pas avoir de maillons faibles, par exemple, une filière de médecins indépendants qui pratiqueraient une médecine parallèle. Il faut aussi contrôler le système judiciaire, pour pouvoir par exemple faire condamner les médecins qui ne seraient pas "dans la ligne". Il faut mettre en place un vaste appareil secret. Si vous ne comprenez pas comment fonctionne la programmation mentale, vous ne pourrez pas comprendre comment les Illuminati parviennent à contrôler ainsi toute la société. Wayne Morris : Pour comprendre comment ils sont capables de contrôler tous ceux qu'ils ont placés à des positions clefs dans la société, nous devons parler des techniques de programmation mentale. Peut-être pouvons-nous le faire maintenant. Parlons par exemple des méthodes traumatisantes. Fritz Springmeier : Les Illuminati emploient les traumatismes pour de nombreuses raisons. Ils traumatisent les gens au point de les amener au bord de la mort, ou même de les faire carrément mourir, pour les réanimer aussitôt. Ils savent combien de secondes ils peuvent les laisser morts avant de les réanimer. Ils ont fait de cela une vraie science. C'était l'une des raisons majeures de l'existence des camps de concentration, avec des gens comme Joseph Mengele, qui faisaient des expériences sur les prisonniers et les torturaient. Mengele appartenait à une famille d'Illuminati et il faisait des recherches pour leur compte, pour mettre au point les méthodes de programmation mentale. Il a fait beaucoup de recherches sur les jumeaux. Ils avaient trouvé quelle était la dose exacte de traumatismes que l'on pouvait infliger à des gens pour les amener à l'article de la mort, mais sans les tuer. En fait, un traumatisme place le cerveau en mode de survie. Il faut se débarrasser du concept populaire qui prétend que le cerveau humain est un ensemble monolithique. Cette idée est très trompeuse. On a soigneusement gardé secret le fait que le cerveau humain est en réalité composé de sept cerveaux ou parties distinctes. L'une de ces parties est appelée le cerveau reptilien, parce qu'elle pense et réagit comme un reptile (c'est-à-dire toujours en termes de survie). Si l'on traumatise constamment une personne, elle se réfugie dans cette partie reptilienne, qui contrôle la survie de base. Ce mode de survie a des caractéristiques particulières. Les traumatismes répétés maintiennent l'individu en mode de survie. Ils créent aussi la peur qui, à son tour, entraîne des conséquences spirituelles. Pour vous aider à comprendre, il existe une forme simple de programmation mentale dans l'éducation courante des enfants. Si vous obligez un enfant à faire quelque chose, par exemple : "Dis bonjour à tonton !", en associant votre ordre à un certain traumatisme, par exemple en tordant le bras de l'enfant, celui-ci va obéir, parce qu'il a mal. La torture vise à transmettre un message simple : "Si tu n'obéis pas, tu vas souffrir !" Les Illuminati électrocutent par exemple leurs esclaves dans leurs parties génitales. C'est très douloureux, mais c'est un moyen très simple de faire obéir quelqu'un. Mais il y a aussi les traumatismes employés pour dissocier la personnalité, pour la fractionner en milliers de morceaux. C'est l'une des techniques. Wayne Morris : Pour rester dans le domaine des traumatismes, quelle est l'importance de la répétition des traumatismes pour garder le conditionnement intact, et pour entretenir la programmation ? Fritz Springmeier : Les Illuminati veulent entretenir chez leurs victimes une capacité élevée à entrer dans des états de conscience seconds et à dissocier leur personnalité. Ils veulent les obliger à rester dans un mode de survie, ou d'état de conscience "reptilien". Ils veulent aussi les obliger à rester constamment dans la crainte, pour que cet esprit de crainte contrôle leur vie. Ils forment donc secrètement les parents pour qu'ils apprennent des techniques propres à traumatiser leurs enfants, pour que leur personnalité reste toujours très apte à se dissocier. Non seulement cela, mais si ces enfants sont mis dans un établissement religieux, par exemple une école catholique ou épiscopalienne, les prêtres qui la dirigent ont été formés spécialement pour traumatiser les enfants. C'est pour cela que l'Eglise Catholique rencontre aujourd'hui cet énorme problème des prêtres pédophiles. Beaucoup de procès sont intentés actuellement à l'Eglise, au point que certains disent qu'elle risque d'être acculée à la faillite. Tous ces sévices sont commis dans le but de programmer mentalement ces enfants. Wayne Morris : Est-ce que ces prêtres ont été obligés de participer à ces choses, ou sont-ils eux­ mêmes issus de familles d'Illuminati ? Quel est leur rôle exact ?

- 12 -

A205. Survivants des Illuminati (4).

- 13 -

http://www.paroledevie.org

Fritz Springmeier : Il y a beaucoup de raisons qui poussent un prêtre à devenir pédophile. L'un des problèmes est que l'Eglise Catholique ne permet pas à ses prêtres et ses religieuses d'avoir une vie sexuelle normale, et on les engage dans des voies perverties pour satisfaire leurs besoins sexuels. Certains d'entre eux sont aussi des satanistes, et une partie de leur "rémunération" consiste à leur fournir des enfants. Tout le monde continue à pratiquer cela ou à l'accepter passivement, jusqu'à ce que quelqu'un commence à réagir et à dire que cela ne sera plus toléré. De plus en plus de gens sont décidés à ne plus tolérer ces sévices infligés à des enfants par le clergé. Mais les responsables ne sont pas punis par la hiérarchie, qui leur accorde une promotion ou les mute dans un autre endroit. Pourquoi les pédophiles agissent-ils ainsi ? Dieu seul sait pour quelle raison quelqu'un devient un tortionnaire ! Wayne Morris : Pouvez-vous expliquer comment la dissociation de la personnalité est utilisée en programmation mentale ? Fritz Springmeier : Les victimes du contrôle mental ont eu leur personnalité de base fragmentée en un grand nombre de personnalités, bien plus nombreuses que la plupart des thérapeutes le réalisent. Cisco Wheeler, que j'ai faite sortir des Illuminati, avait fait l'objet d'une programmation assez standard, bien qu'elle ait eu quelques caractéristiques assez uniques. Toutes ses personnalités s'intégraient dans une grille de 13x13x13, (soit 2.197 personnalités de base différentes, sans compter les personnalités dérivées !) Chacune de ces personnalités était programmée, et avait sa propre histoire, ses propres valeurs et ses propres caractéristiques émotionnelles et intellectuelles. Cela revient en fait à transformer une personne humaine en véritable ville, peuplée de personnes différentes, et toutes esclaves d'un même maître. Il est clair qu'il faut un maître pour maintenir l'ordre ! Imaginez que vous soyez composé de centaines de personnalités différentes, toutes en compétition, avec leurs idées, leurs goûts et leurs désirs ! Le seul moyen d'avoir un peu d'ordre dans ce chaos est d'avoir une entité supérieure pour contrôler l'ensemble. Certains de ces esclaves mentaux ont pourtant compris qu'ils étaient des "programmés multiples" à un niveau profond et subconscient, et ils savent qu'ils ont besoin de la programmation mentale pour qu'ils ne tombent pas dans une folie complète. D'ailleurs, les Illuminati savent contrôler ce déséquilibre mental de leurs victimes, pour leur permettre de supporter les horribles traumatismes qu'ils leur font subir. Ils isolent donc le souvenir de ces traumatismes dans certaines parties du cerveau, lequel "stocke" ces informations très pénibles dans des zones particulières de la mémoire inconsciente. Si les murs d'amnésie et de dissociation venaient à être démolis, les autres parties du cerveau ne pourraient pas gérer toutes ces saletés ! Wayne Morris : Pourquoi est-il nécessaire de créer autant de personnalités différentes ? Fritz Springmeier : Si vous voulez investir du temps dans la construction d'un robot, vous chercherez à programmer le maximum de fonctions dans ce robot, en compartimentant ces fonctions pour que le maximum de choses restent secrètes. Par exemple, les services secrets, ou la CIA, sont très compartimentés. C'est une condition de leur efficacité. Chaque agent ne connaît qu'une petite partie de l'ensemble. Un esclave mental fonctionne sur différents niveaux. Il possède une personnalité publique, que tout le monde peut voir. Et il faut que cette personnalité visible soit la meilleure possible. Mais si les Illuminati veulent utiliser cet esclave pour trafiquer de la drogue, faire un sacrifice rituel satanique, assassiner quelqu'un, produire un film pornographique, espionner, blanchir de l'argent ou transmettre un message secret, ils font appel à d'autres personnalités du même individu. Certaines des personnalités fractionnées ont aussi pour mission de prendre en charge d'autres personnalités du même ensemble. Il aura par exemple des personnalités "adultes" qui s'occuperont de personnalités plus jeunes, des "portiers", des "gardiens", toute une hiérarchie de personnalités, qui permettront à la personne globale de fonctionner. C'est toute une science en soi : comment dissocier, organiser et contrôler une personnalité humaine ! Wayne Morris : Vous avez mentionné une grille de 13x13x13 personnalités. Y a-t-il d'autres structures ? Fritz Springmeier : Il existe beaucoup de structures différentes. Tout dépend de la victime, et de l'imagination du programmeur. Une fois qu'il a fractionné la personnalité originelle en une

- 13 -

A205. Survivants des Illuminati (4).

- 14 -

http://www.paroledevie.org

multitude de fragments, il peut les assembler comme il le veut, créer des sous-systèmes, etc... L'arbre de vie cabalistique n'est qu'un ensemble de sous-systèmes réunis en un système cohérent. Wayne Morris : Avez-vous remarqué des similarités dans la structure des personnalités des survivants avec lesquels vous avez travaillé ? Fritz Springmeier : Oh oui ! Dans tous les Etats-Unis, il y a aujourd'hui beaucoup de thérapeutes, ou de pasteurs comme moi, qui travaillent avec des survivants, et qui échangent leurs informations. Ils découvrent les différentes structures de personnalités et remarquent les structures qui reviennent le plus fréquemment. C'est en travaillant avec d'anciens survivants, ou d'anciens programmateurs, que j'ai réellement appris beaucoup de choses dans ce domaine. Une autre structure fréquente, qui est en fait plus une technique qu'une structure, est celle de "l'image miroir". Wayne Morris : Que voulez-vous dire par là ? Fritz Springmeier : Il s'agit de programmer une image dans un miroir mental. Cela fait partie des techniques employées pour tromper les gens. Wayne Morris : C'est pour tromper les thérapeutes ? Par exemple, si un thérapeute étudie l'une des personnalités de la personne, il se peut en fait qu'il n'étudie que son image dans un miroir mental ? Fritz Springmeier : Oui, beaucoup de thérapeutes croient travailler avec l'une des personnalités de l'individu, alors qu'ils ne travaillent qu'avec l'image de cette personnalité. Tout le système est programmé de manière à ce que si quelqu'un commence à le découvrir, toute une série de mécanismes de défense soient activés. L'un de ces mécanismes consiste à mettre en avant l'image d'une personnalité (dans un miroir mental), à la place de la véritable personnalité. Le thérapeute est ainsi trompé. Son action n'a servi à rien. Il a soigné une "image dans un miroir" au lieu de soigner la source de l'image ! Toutes sortes d'autres éléments de la programmation mentale font ainsi l'objet d'une image renvoyée dans un miroir mental, afin que la reconnaissance de la structure réelle soit très difficile à faire, même par l'intéressé, qui ne peut pas reconstituer la structure interne globale de sa personnalité. Le bon manager est celui qui ne perd pas beaucoup de temps à donner des instructions à ses subordonnés. Si vous devez constamment dire à votre esclave tout ce qu'il doit faire, si vous devez constamment le corriger, et vous assurer qu'il fait du bon travail, c'est vous qui devenez l'esclave de votre esclave ! Ce que vous chercherez à faire, c'est de mettre au point un robot humain qui sera complètement automatisé, et qui saura se corriger lui-même. Les programmeurs créent donc une hiérarchie de personnalités à l'intérieur de chacune de leurs victimes. Certaines de ces personnalités sont chargées d'entretenir le système et d'assurer le bon fonctionnement de la programmation (comme le ferait le système d'exploitation d'un ordinateur). Certaines de ces personnalités pensent donc que ce sont elles qui programment l'ensemble du système ! Par exemple, Ewen Cameron, qui était programmeur, a créé dans ses victimes des personnalités qui croyaient être Ewen Cameron lui-même ! Ces personnalités étaient chargées de traumatiser les autres personnalités fragmentées, qui croyaient avoir affaire à Ewen Cameron. C'est cela l'un des emplois du miroir mental. On utilise aussi la technique des miroirs pour mettre en tandem ou en équipe deux esclaves. Chacun d'entre eux possède une personnalité qui correspond à celle de l'autre esclave, et vice-versa. Cela renforce les liens entre ces deux esclaves, chacun croyant être l'autre dans l'une de ses personnalités. (Note de Parole de Vie : Tout cela est d'une subtilité et d'une complexité réellement diaboliques. Seule l'intelligence géniale, mais complètement pervertie de Satan pouvait concevoir untel système d'esclavage ! Merci, Seigneur, de nous avoir délivrés de l'esclavage de Satan et de toute la puissance de l'ennemi par Ton sacrifice à la Croix !) Wayne Morris : En général, combien de personnalités différentes ont les gens qui sont mentalement programmés ?

- 14 -

A205. Survivants des Illuminati (4).

- 15 -

http://www.paroledevie.org

Fritz Springmeier : Enormément. Cisco Wheeler avait 30.000 personnalités, plus d'autres éléments dissociés. Cette situation n'était pas exceptionnelle. Beaucoup de thérapeutes s'occupent de quelques personnalités principales, cinq ou six. Ils croient avoir fini leur travail en disant aux victimes : "Voilà ! Nous avons intégré vos cinq ou six personnalités. Vous pouvez partir !" Les victimes ont cessé leur thérapie, et tout le monde est content. Les thérapeutes sont devenus célèbres et ont gagné de l'argent avec les livres qu'ils ont écrits. Mais les Illuminati sont encore plus heureux, car ils savent qu'ils peuvent toujours contrôler leurs victimes par les centaines d'autres personnalités qui n'ont pas été touchées. Ce système de personnalités dissociées est bien plus complexe qu'on le pense en général. Wayne Morris : Quels sont les dangers que rencontre un thérapeute qui veut soigner l'une de ces victimes, surtout s'il ne connaît pas les techniques du contrôle mental ? Fritz Springmeier : Il faut savoir que ce sont les plus grandes intelligences de notre temps qui ont passé de nombreuses années à concevoir et à mettre au point ce système de programmation mentale. Ils ont donc pensé aussi aux moyens de protéger leur système des incursions extérieures ! C'est la même chose que si vous voulez vous protéger des hackers en informatique ! Imaginez que vous ayez conçu un système de protection de votre système informatique, qui mettrait automatiquement en panne, ou même ferait exploser votre ordinateur, si une personne non autorisée voulait y pénétrer ! C'est exactement ce qui se passe quand vous essayez de travailler avec une victime du contrôle mental. On leur a injecté des programmes de suicide, pour qu'ils ne puissent pas s'échapper. Il y a toutes sortes de programmes défensifs. A chaque étape, vous rencontrez des programmes conçus pour vous tromper ou pour détruire la victime. Ce n'est pas facile ! C'est pourquoi des novices hésitent à s'attaquer au problème. Il faut énormément de temps, de patience et de compétence, et aussi beaucoup d'amour pour ces victimes. On doit réellement avoir en horreur tout ce système, pour être assez motivé pour s'attaquer à un problème aussi complexe. Wayne Morris : Que recommanderiez-vous aux thérapeutes qui veulent en savoir plus, et qui souhaitent aider les victimes ? Fritz Springmeier : Je leur recommanderais fortement de lire nos trois livres. J'ai écrit trois livres avec Cisco Wheeler. Le premier s'appelle "The Illuminati Formula Used to Create a Total Mind Controlled Slave" (La formule des Illuminati pour obtenir un esclave complètement contrôlé mentalement). Le second livre est en deux tomes, totalisant 620 pages, et s'intitule "Deeper Insights into the Illuminati Formula" (Pour en savoir plus sur la formule des Illuminati). La première partie concerne le contrôle mental, et la seconde partie l'aide que l'on peut apporter aux victimes. Nous avons pu réunir beaucoup d'informations utiles, qui ont permis d'expliquer le plan des Illuminati, et de commencer à révéler tout ce qui s'est passé. Wayne Morris : En ce qui vous concerne, avez-vous obtenu beaucoup de succès dans votre travail avec les victimes de la programmation mentale ? Fritz Springmeier : Le problème, c'est que c'est un travail fantastique. La liste des sujets d'étude est pratiquement infinie ! Avec Cisco Wheeler, nous n'avons pas ménagé notre temps pour aider les victimes de toutes les manières possibles. La réussite thérapeutique dépend d'un certain nombre de choses. Tout d'abord, de la situation de chaque victime. Il faut qu'elle veuille se couper pendant un temps de sa vie de tous les jours, pour aller dans un endroit où elle sera complètement en sécurité. On peut alors commencer à travailler avec elle et à la soigner. Car le cerveau d'une victime de la programmation mentale ne s'ouvrira pas, si celle-ci n'est pas en sécurité. Nous voyons de quelle manière ce mode de fonctionnement reptilien, ou mode de survie, peut bloquer tous les autres domaines de l'intelligence. Quand votre vie est chaque jour menacée, vos instincts de survie sont les plus forts. Quand vous avez été traumatisé toute votre vie, vous ne pensez qu'en termes de survie. Il ne faut pas grand-chose pour vous replonger dans la crainte. Ainsi, le premier critère de réussite, quand vous travaillez avec un survivant du contrôle mental, est de trouver un endroit où ils seront totalement en sécurité. On peut dire que 99,9 % de ces victimes n'ont jamais eu accès à cette sécurité. Les thérapeutes ne se préoccupent pas assez de la sécurité des survivants. Quand je parle de sécurité, je veux parler d'une sécurité permanente, 24 heures sur 24. Avec Cisco Wheeler, nous avons donc pu travailler avec des victimes, mais la réussite a varié en fonction des situations particulières. C'est un travail sans fin. C'est pour cela que je voulais créer un centre de déprogrammation. Un ancien membre de la CIA, qui était horrifié de voir ce que les services secrets américains faisaient aux gens, ainsi que l'un de mes amis, voulaient travailler avec

- 15 -

A205. Survivants des Illuminati (4).

- 16 -

http://www.paroledevie.org

moi pour soigner les victimes du contrôle mental. Cet ancien de la CIA a écrit dans son testament qu'il ferait don de plusieurs millions de dollars à d'anciennes victimes de la programmation mentale, pour assurer leurs soins. De son côté, mon ami était prêt à donner aussi quelques millions de dollars pour me permettre de lancer ce centre de déprogrammation. Mais le testament de cet homme de la CIA se trouvait dans l'immeuble fédéral d'Oklahoma City, qui a été détruit par ce terrible attentat. C'était le seul exemplaire. Quand l'immeuble a explosé, j'étais plutôt mal, car cela nous a empêchés de bâtir quelques centres de déprogrammation. Sans un bâtiment sécurisé, et sans personnel compétent, on ne peut pas faire grand-chose. Même quand on réussit à s'occuper d'une victime et qu'on aboutit à des résultats, les Illuminati peuvent toujours l'enlever et la reprogrammer. Cela m'est arrivé au cours des années passées, et les thérapeutes comme le public doivent être conscients de ces risques. C'est pourquoi on n'a pas encore fait énormément de choses pour lutter contre la programmation mentale. Wayne Morris : Dans quelle mesure etes-vous donc parvenu à libérer ces victimes du contrôle mental ? Fritz Springmeier : Si ces victimes sont en sécurité, nous pouvons commencer à les déprogrammer. Il est possible de restructurer leur personnalité, et de faire des progrès substantiels. Nous pouvons aussi travailler avec succès sur le plan spirituel. Il s'agit d'intégrer à nouveau leurs personnalités fragmentées. Mais il peut se passer beaucoup de choses ! On se demande toujours si le travail est bien fini. Je ne crois pas qu'il le soit, dans les cas dont je m'occupe. Les dégâts occasionnés au psychisme des victimes sont énormes. Vous n'êtes jamais certain d'avoir retrouvé tous les fragments de leur personnalité. Rappelez-vous qu'il peut y en avoir des milliers, à cause de tous les traumatismes reçus. C'est horrible. Surtout quand vous pensez que chaque fragment a été programmé ! Wayne Morris : D'après vous, combien de personnes ont été programmées ? Fritz Springmeier : D'après mes estimations, et je ne devrais pas parler d'estimations, puisque j'ai calculé ce nombre à partir de sept angles différents, je dirais qu'au moins 2 millions d'Américains ont subi une programmation mentale totale faisant appel aux traumatismes. Wayne Morris : Juste aux Etats-Unis ? Fritz Springmeier : Oui. Wayne Morris : Et pensez-vous que cela se pratique dans le monde entier ? Fritz Springmeier : Bien sûr ! Surtout dans les grandes puissances politiques. On pratique la programmation mentale en Russie, en Europe, aux Etats-Unis… Ce sont les endroits principaux, mais il en existe bien d'autres. Wayne Morris : Parlons à présent des autres techniques de programmation mentale. Quel est le rôle exact de l'électricité ? Fritz Springmeier : Les électrochocs sont standards dans la panoplie des tortures. Les Illuminati utilisent aussi les pistolets électriques pour faire obéir leurs esclaves, et pour effacer leur mémoire à court terme. Ce sont des engins qui dégagent 120.000 volts, et qui effacent complètement la mémoire d'un esclave qui vient d'être utilisé pour une mission. Les électrochocs en général effacent la mémoire à court terme, c'est-à-dire celle qui concerne une période de 24 heures avant et après le choc. Ces électrochocs fragmentent aussi la mémoire. L'électricité est aussi employée avec des implants. Ce sont des petits équipements électroniques qui sont implantés dans le cerveau, pour injecter certaines pensées dans le cerveau des victimes. Il existe aussi des tours spéciales à micro­ ondes, qui émettent des ondes destinées aux victimes de la programmation mentale. Vous voyez que l'électricité est énormément employée, avec toutes sortes d'équipements de haute technologie, ainsi que les ondes électromagnétiques… Les Illuminati disposent de beaucoup de machines perfectionnées, des machines à effacer la mémoire, des machines "harmoniques" servant à programmer directement, et aussi à déprogrammer. Des machines à scanner les fréquences des ondes cérébrales émises par le cerveau… Chaque fois que notre cerveau pense, il émet un certain type d'ondes cérébrales. Il est

- 16 -

A205. Survivants des Illuminati (4).

- 17 -

http://www.paroledevie.org

donc possible d'émettre ces fréquences de l'extérieur, pour injecter des pensées aux victimes. Il est aussi possible, en enregistrant les ondes cérébrales émises, de "lire" les pensées de la personne. Si vous pouvez contrôler les ondes cérébrales d'une personne, vous pouvez aussi contrôler ses pensées. Toutes ces données peuvent être enregistrées dans un ordinateur. Les implants cérébraux sont très utilisés pour contrôler et enregistrer les pensées des victimes, ainsi que pour leur en injecter. Wayne Morris : Je voudrais reparler un moment des électrochocs. Vous avez dit qu'on les employait pour effacer la mémoire des victimes. Mais ne peuvent-ils pas effacer aussi les programmes ? Comment font-ils pour éviter cela ? Fritz Springmeier : Il suffit de relier cela à la dissociation de la personnalité, et aux divers états de conscience. Le programme de base est injecté à la victime alors qu'elle se trouve dans un état comateux. Ces programmes sont implantés à différents niveaux. Les Illuminati peuvent aussi programmer des victimes d'accidents de la route qui se trouvent dans le coma, et placer leurs programmes à un niveau très profond de l'inconscient. Au niveau du système nerveux sympathique par exemple, celui qui contrôle les battements de votre cœur. Les électrochocs ne font que détruire la mémoire immédiate, mais pas la programmation profonde. Wayne Morris : Comment arrivent-ils à contrôler le niveau du choc électrique, pour en bien maîtriser les effets ? Fritz Springmeier : Tout est très scientifique ! Ils se sont servis de toutes les expériences horribles faites dans les camps de concentration. Ils savent qu'ils ne peuvent pas traumatiser leurs victimes n'importe comment, sinon ils les feraient mourir. Ils ont des médecins, et tout l'équipement médical nécessaire, (comme dans les salles de réanimation). Les programmes fondamentaux sont faits en milieu hospitalier, surtout dans les hôpitaux militaires. Pratiquement tous les hôpitaux militaires sont des centres de programmation. Beaucoup d'hôpitaux civils disposent de locaux particuliers consacrés à la programmation mentale. Ils savent jusqu'où ils peuvent aller avec leurs victimes. Ils emploient toutes sortes de drogues et de médicaments. Rien n'est laissé au hasard. Wayne Morris : Beaucoup d'expériences ont donc été faites pour mettre au point et améliorer ces techniques ? Fritz Springmeier : Oui, exactement. Wayne Morris : Pouvez-vous nous parler un peu plus de ces implants dans le cerveau, et de la manière dont ils sont utilisés pour la programmation mentale ? Fritz Springmeier : Il existe six différents types d'implants. Des implants audio, utilisés pour faire entendre quelque chose aux victimes. Des implants qui ont un effet sur une partie du corps, d'une manière ou d'une autre, par exemple en relâchant une certaine hormone, ou pour empêcher une femme de tomber enceinte, ou pour torturer une victime… Il existe aussi des implants visuels holographiques, qui permettent à la victime de voir une image. Il y a aussi des implants très secrets, qui permettent de "charger" directement des programmes dans le cerveau des victimes. Ces implants ne sont pas employés avec n'importe quel esclave. En général, les implants sont surtout employés pour des groupes très sélectionnés. D'autres implants sont utilisés pour stimuler certains muscles. Il y a aussi les implants dont tout le monde parle, les "puces" employées pour identifier ou pour déterminer la localisation des personnes. Beaucoup de soldats américains de la Guerre du Golfe ont reçu ces implants. On leur avait dit qu'ils avaient besoin de ces implants pour être repérés par le système GPS, si jamais ils se perdaient dans le désert. Wayne Morris : Je voudrais savoir comment ces implants sont placés dans le corps, et quelle est à peu près leur taille. Fritz Springmeier : Cela nécessite une haute technologie. Notamment la "nanotechnologie", qui concerne la mise au point de minuscules robots de la taille du micron. Ils ont même conçu des minuscules robots à l'échelle moléculaire. Vous connaissez sans doute les scanners médicaux actuels. Ils sont capables d'observer des particules à l'échelle de l'atome, et même de manipuler ces atomes. Il y a aussi tout le domaine des fibres optiques. Certaines victimes ont parfois dans leur corps des fibres optiques implantées, qui sont de la taille d'un cheveu.

- 17 -

A205. Survivants des Illuminati (4).

- 18 -

http://www.paroledevie.org

Wayne Morris : A qui servent ces fibres optiques ? Fritz Springmeier : Bonne question ! J'aimerais vous donner une réponse claire ! Les fibres optiques transmettent des signaux. En gros, je dirais donc que ces fibres servent à transmettre des signaux. C'est tout ce que je sais. Mais je ne sais pas quels signaux sont transmis. J'étais un jour dans un restaurant avec une victime du contrôle mental, quand ils ont "tiré" sur elle avec une sorte d'arme spéciale, et ils lui ont planté dans le corps une petite fibre optique de la taille d'un cheveu. Heureusement qu'elle s'en est aperçue, et qu'elle a tout de suite arraché cette fibre. Je connais d'autres femmes à qui l'on avait implanté des fibres optiques camouflées en cheveux, ou en poils. Je sais donc que ces fibres optiques servent de moyens de communication. L'un des progrès les plus dangereux de la science concerne les bioprocesseurs organiques. Ce sont de minuscules ordinateurs moléculaires utilisant des composants de notre ADN cellulaire et de ses chaînes carbonées. Ils associent ces "ordinateurs" à certains virus, pour les manipuler et les relâcher comme ils le veulent dans le corps de leurs victimes. Il est très difficile de localiser ces bioprocesseurs. J'ai remarqué que les victimes qui avaient des implants à virus avaient une sorte d'implant central à la base du cou, qui contrôlait l'ensemble des implants qui pouvaient se trouver dans leur corps. L'implant central recevait les signaux extérieurs, et actionnait ensuite les différents autres implants. Certaines victimes de ces implants à virus ont pu parfois être soulagées par leur propre système immunitaire, qui a tué les virus. Mais on peut mettre au point des méthodes médicales ou chirurgicales pour extraire ces implants. Wayne Morris : Est-ce que les victimes peuvent localiser et faire enlever les implants les plus gros ? Fritz Springmeier : Oui. Un certain nombre de victimes ont pu les localiser, soit à l'aide de rayons X, ou de scanners. D'autres ont pu utiliser les instruments d'observation et de mesure les plus perfectionnés actuellement pour repérer les signaux émis par certains implants. Mais ils ont souvent dû dérober les résultats des examens, parce que le personnel médical avait peur d'avoir des ennuis ! Certaines victimes du contrôle médical électronique ont réussi à le faire constater et neutraliser. Il existe certains chirurgiens "propres" qui veulent bien aider les victimes. J'en profite pour mentionner l'existence de la SYNTEL. C'est un mot que l'on utilise beaucoup dans certains milieux politiques et militaires. Il s'agit de la "Synthetic Telepathy" (Télépathie synthétique), qui n'est autre que la technique permettant d'injecter aux victimes des pensées et des ordres verbaux, par des moyens électroniques (et non occultes). Wayne Morris : Ces techniques sont employées pour contrôler les gens, mais cela peut expliquer que certaines personnes qui "entendent des voix" soient cataloguées de psychotiques ou de schizophrènes. Ils peuvent s'en servir aussi pour discréditer certaines personnes. Fritz Springmeier : C'est la recherche spatiale qui a développé ce que l'on appelle la "télémétrie biomédicale". On mettait à la base du crâne des astronautes des émetteurs-récepteurs qui enregistraient les principales fonctions du corps, ainsi que les ondes cérébrales, et qui les envoyaient à un ordinateur central. D'après ce que m'ont dit certaines victimes du contrôle mental électroniques, elles étaient suivies à distance par un "moniteur" informatisé, mû par un programme d'intelligence artificielle. Plutôt que d'avoir une équipe d'hommes pour les surveiller nuit et jour, elles étaient surveillées par cet ordinateur. Dès qu'un signal sortait des zones "normales", l'ordinateur appelait un opérateur humain qui prenait alors les choses en mains. Certaines victimes m'ont raconté comment elles avaient quand même réussi à tromper l'ordinateur qui les contrôlait ! C'était intéressant ! (A suivre)

- 18 -

A206. Survivants des Illuminati (5)

-1-

http://www.paroledevie.org

A206. Survivants des Illuminati (5).
Article de Wayne Morris. L’original de cet article peut être consulté en anglais sur le site Internet : http://www.heart7.net/mcf/radio/ckln21.htm Reproduction de la traduction française autorisée, pourvu que les sources soient indiquées.

Avertissement : Nous prévenons les lecteurs trop jeunes ou trop sensibles que cet article contient des informations susceptibles de le choquer. Nous l'invitons donc à la prudence, et même à ne pas lire cet article s'il estime qu'il pourrait avoir du mal à en supporter le contenu.
Nous publions à présent la seconde partie de la transcription de l'interview de Fritz Springmeier. Ce Chrétien exerce un ministère en faveur des survivants des Illuminati. Il a aussi effectué de nombreuses recherches sur ces derniers, et publié beaucoup de livres et d'articles. Il est co-auteur de notre article A195 sur Billy Graham et les Illuminati.

Wayne Morris : J'aimerais à présent parler de quelqu'un dont vous avez déjà mentionné le nom, de Joseph Mengele. Quel rôle a joué Joseph Mengele dans la mise au point de la programmation mentale ? Fritz Springmeier : Il est en quelque sorte le père de la programmation mentale moderne. Ces techniques existaient déjà avant Joseph Mengele, mais la programmation mentale n'était pas réellement une science. Mengele a beaucoup travaillé avec des jumeaux. Il a aussi compris quel rôle pouvaient jouer les traumatismes, et comment les utiliser. Il s'était aperçu que des victimes conduites au bord de la mort, puis ramenées à la vie, développaient un lien très fort avec leur tortionnaire, lien fondé sur les traumatismes subis. Il a donc appris comment mettre ses victimes en position de dépendance vis-à-vis de lui-même, en les traumatisant. Beaucoup de ses anciennes victimes sont encore vivantes, en Israël ou dans d'autres pays, et continuent à l'appeler "papa" et à l'aimer. Si le programmeur sait ce qu'il fait, il peut rendre ses victimes esclaves de lui-même en les traumatisant, dans un lien de dépendance et d'amour à la fois. Wayne Morris : Cela ressemble au syndrome de Stockholm… Fritz Springmeier : Il a fait de la programmation mentale une science. En janvier 1945, lorsqu'il fut clair que les Nazis allaient perdre la guerre, les Illuminati l'ont fait passer à l'Ouest, où il a continué ses recherches sur la programmation mentale. J'ai travaillé avec un certain nombre de ses victimes. L'une d'elles, qui habite près de chez moi, a même été dans un camp de concentration avec Mengele. Elle était enfant quand elle a dû subir ces expériences, et assister à toutes ces horreurs commises dans les camps de concentration. Puis elle fut acheminée au Canada, avec l'aide de collaborateurs Catholiques. Par la suite, Joseph Mengele a continué à travailler aux EtatsUnis. Wayne Morris : Avait-il commencé ses expériences avant la deuxième guerre mondiale ? Fritz Springmeier : Je ne le crois pas. C'était un Illuminatus. Il appartenait à une famille d'Illuminati. Je ne sais pas ce qu'il faisait avant la guerre. Je ne connais pas toute son histoire. Mais il avait sans doute de bonnes raisons d'être choisi pour le poste où il a été nommé… Wayne Morris : Il semble qu'il ait fait beaucoup d'expériences sur des victimes de l'holocauste. A part ses expériences sur les traumatismes, qu'a-t-il fait encore, en ce qui concerne les techniques du contrôle mental ?

A206. Survivants des Illuminati (5)

-2-

http://www.paroledevie.org

Fritz Springmeier : Il a aussi fait des expériences sur la pigmentation de l'œil, expériences poursuivies par son ami Ewen Cameron. On peut se demander en quoi cela concerne la programmation mentale… Comme je l'ai déjà dit, la programmation mentale exerce un contrôle absolu sur l'être humain, sur son esprit, son âme et son corps. Cela va bien plus loin que les gens ne l'imaginent. Certaines méthodes de contrôle mental vont jusqu'à contrôler les battements du cœur de la victime, et bien d'autres choses comme cela. C'est pour cela que les programmes mentaux de suicide peuvent être tellement puissants. Je dis en passant que lorsque Joseph Mengele est venu en Amérique, on le connaissait chez les Illuminati sous le nom de Docteur Green (Vert). Ewen Cameron était le Docteur White (Blanc). Le père de Cisco Wheeler était le Docteur Black (Noir). Wayne Morris : Vous dites donc qu'Ewen Cameron et Joseph Mengele étaient associés et amis ? (NDE : Ewen Cameron était un célèbre psychiatre américain, qui a présidé l'Association Mondiale des Psychiatres). Fritz Springmeier : Oui ! Cisco rencontrait occasionnellement ces hommes. Il y avait aussi un Docteur Blue (Bleu). Ils se réunissaient à la maison de son père, sur la Côte Ouest. Ils échangeaient leurs idées, les résultats de leurs recherches, leurs méthodes, leurs réseaux, etc… C'étaient les "Maîtres Programmeurs" des Illuminati. Mengele a parcouru le monde. Il ne se contentait pas de travailler au Nord-Ouest des Etats-Unis. Cameron travaillait plutôt sur la Côte Est. Vous devez savoir que la Fondation Rockefeller lui a donné 40.000 dollars en 1943 pour créer le "Allen Memorial Institute". Avant même la venue de Mengele aux Etats-Unis, Cameron faisait déjà partie des Illuminati. Wayne Morris : Quel a été le rôle d'Ewen Cameron dans le développement de la technique de la programmation mentale ? Je crois qu'il était spécialisé dans les électrochocs, et qu'il enseignait cette méthode à des psychiatres dans tout le pays. Est-ce qu'il faisait autre chose ? Fritz Springmeier : Ils travaillent tous à perfectionner la science de la programmation mentale. C'est Mengele qui était réellement leur chef de file. Il a enseigné beaucoup de ce qu'il savait aux Docteurs White, Black et Blue. C'est Mengele qui avait eu l'occasion de faire beaucoup d'expériences dans les camps de concentration, où il avait pu donner libre cours à tout son sadisme. Cameron et les autres travaillaient au niveau expérimental. C'est ainsi que fait la science, notamment dans le domaine militaire. Quand elle découvre une invention dont elle peut tirer des applications, elle continue à faire des expériences pour améliorer ce qui a déjà été fait. Cameron faisait donc passer des électrochocs à ses victimes pour fragmenter leur personnalité, tout en améliorant les diverses méthodes de programmation mentale. Finalement, après plusieurs années de recherches et d'expérimentation, ils ont sélectionné les meilleures méthodes de programmation pour en faire une synthèse générale. La programmation mentale moderne est encore bien plus sophistiquée que celle qu'ils avaient mise au point à l'époque. Wayne Morris : Pourquoi Mengele faisait-il des expériences sur les jumeaux ? Fritz Springmeier : Toutes les expériences scientifiques exigent un groupe auquel on fait passer les expériences, et un groupe de contrôle. Les jumeaux constituent le meilleur groupe de contrôle en matière d'expériences sur les humains. Mengele a fait des expériences sur trois mille jumeaux. Il profitait directement des "avantages" des camps de concentration nazis. A Auschwitz, certains assistants de Mengele lui signalaient tous les vrais jumeaux. La plupart de ces jumeaux sont morts au cours des expériences, à cause du sadisme abominable de leurs bourreaux. Mengele faisait aussi des expériences sur les méthodes permettant de lier psychologiquement plusieurs individus entre eux. Je vous ai déjà dit que Cisco Wheeler était liée à trois autres femmes. Elles se sont échappées ensemble des Illuminati. Elles étaient toutes les quatre "jumelées" de manière artificielle. Wayne Morris : Est-ce que cela ressemble à ce que vous avez appelé la "technique du miroir" ? Fritz Springmeier : Le "jumelage" des humains incorpore tous les douze aspects de la programmation mentale. C'est une technique très sophistiquée en elle-même. Wayne Morris : Savez-vous si les Nazis ont employé des agents qui étaient programmés mentalement, au cours de la dernière guerre mondiale ?

A206. Survivants des Illuminati (5)

-3-

http://www.paroledevie.org

Fritz Springmeier : Oh oui ! Ils en employaient dès le début des années 30. Les Allemands et les Anglais ont créé des "programmés multiples" pour leurs services secrets, pour assassiner des gens, etc… Avant la guerre, les Nazis avaient pris leurs précautions, et avaient envoyé aux Etats-Unis des Allemands qui étaient programmés mentaux. Ils les ont installés dans le nord de l'Etat de New York. Ces gens (ou leurs descendants) continuent à y vivre aujourd'hui. Ces "programmés multiples" avaient été entraînés à assassiner en utilisant des aiguilles empoisonnées, entre autres moyens. Ils avaient installé ce groupe avec l'idée que si l'Allemagne parvenait à vaincre l'Amérique, elle disposerait déjà de gens sur place qui pourraient leur être utiles. Wayne Morris : Est-il prouvé que les Etats-Unis employaient des agents programmés multiples au cours de la dernière guerre ? Fritz Springmeier : Je n'ai pas trouvé de preuves pour le confirmer. Mais n'oubliez pas que notre pays a été contrôlé par les Illuminati dès le commencement. Nos Présidents sont tous apparentés les uns aux autres, dans une large mesure. Beaucoup de gens ne le savent pas. Ulysses G. Grant, notre 18e Président, était apparenté à Franklin Delano Roosevelt. La famille Delano est une ancienne famille aristocratique originaire de Venise. Ulysses Grant était parent des Delano. Grant était aussi apparenté à la famille Collins. Dans l'une de mes vidéos, je présente en détail la famille Grant, en montrant comment elle est reliée aux Illuminati. L'une des raisons pour lesquelles j'ai fait cela est que Cisco Wheeler descend à la fois d'Ulysses Grant et de la famille Collins. C'est ce qui lui a permis de faire partie des Illuminati. Beaucoup de nos Présidents sont apparentés à ces familles d'Illuminati. Même notre gouvernement a utilisé des "programmés multiples" au cours de la dernière guerre mondiale. Mais ce n'est qu'à la venue de Mengele que les Illuminati ont disposé de quelqu'un qui a pu mettre au point la programmation mentale de manière réellement scientifique. Nous avons donc directement "profité" de Mengele pour faire avancer les connaissances du gouvernement américain, et pour programmer des enfants innocents. Wayne Morris : J'aimerais à présent changer un peu de sujet. Comment a-t-on utilisé la culture populaire pour programmer les gens ? Fritz Springmeier : On peut contrôler les gens à différents niveaux et de différentes manières. L'une de ces manières consiste à se servir de leur milieu, de leur environnement. Il est extrêmement difficile pour moi de parler de ces questions. Les Illuminati s'intéressent au cadre de référence de leurs victimes dès leur enfance. Je leur demande quelquefois : "Qui a construit votre cadre de référence et votre conception du monde ?" Depuis notre enfance, un certain nombre de groupes (églises, écoles, famille, etc…), ont façonné notre éducation. Les gens ont besoin d'un cadre de référence pour décoder les informations qu'ils reçoivent. Si vous n'avez aucun cadre de référence pour comprendre les informations que je vous donne, et si vous êtes un programmé multiple, il vous est très difficile de vous dégager de l'emprise de votre programmation mentale. Les Illuminati s'efforcent donc de contrôler tout ce que fait la société, et toutes les informations qu'elle reçoit, afin de pouvoir la contrôler complètement. Ils utilisent donc le système éducatif, la télévision, les films, et tout ce qu'ils peuvent utiliser en général. Ils se servent des objets et des choses de tous les jours pour effectuer leur programmation mentale. Par exemple, le père de Cisco lui avait appris à fumer depuis sa petite enfance. Son père était son programmeur. A chaque bouffée, il lui demandait de penser à quel point il l'aimait. Lorsqu'elle exhalait la fumée, elle devait penser à une autre pensée programmée. Ainsi, le simple fait de fumer renforçait son contrôle mental. Les Illuminati associent aussi certains programmes à des bâtiments connus par leurs victimes, ou proches de l'endroit où ils vivent, pour renforcer leur programmation. Ils se servent aussi de nombreux objets usuels pour renforcer les messages qu'ils ont programmés dans leurs victimes. Wayne Morris : Nous pourrions peut-être parler d'un film qui a souvent été utilisé dans la programmation mentale, "Le magicien d'Oz". Comment ce film a-t-il été utilisé ? Fritz Springmeier : C'est l'un des scripts standards utilisés dans la programmation mentale. Beaucoup de gens ne réalisent pas que Frank Baum a écrit en fait 14 livres sur "Le magicien d'Oz". Ce sont surtout les livres qui ont été employés pour la programmation, plus que le film. Si l'on étudie ces livres, on se rend compte qu'ils se prêtent parfaitement à la rédaction de scripts pour la programmation mentale. Je ne sais pas si l'auteur en était conscient ou non. Le film s'est contenté de renforcer ces scripts. (NDE : Un "script" est une liste d'instructions précises et séquentielles constituant un programme, ou une partie de programme).

A206. Survivants des Illuminati (5)

-4-

http://www.paroledevie.org

Wayne Morris : Est-ce que ces scripts ont été employés surtout pour manipuler la nature des personnalités programmées chez les victimes ? Fritz Springmeier : La plupart des personnalités qui sont programmées dans un esclave mental n'existent pas dans la réalité. Elles appartiennent à un monde fictif. Par exemple, s'ils veulent programmer quelqu'un pour leur ramener de la drogue, ils l'hypnotisent, et lui suggèrent sous hypnose que le "Lapin Blanc" (NDE : L'un des personnages du Magicien d'Oz) vient lui donner un sac contenant quelque chose d'agréable, des bonbons ou autre chose de ce genre. Les victimes de la programmation mentale vivent dans un monde complètement fictif. Comme leurs diverses personnalités programmées ne les contrôlent qu'occasionnellement et à tour de rôle, ces victimes ne peuvent pas mener une vie cohérente et suivie comme la nôtre, qui leur permettrait de remettre en cause les scripts qui leur sont programmés. Toute leur vie est vécue dans une transe hypnotique permanente. Ces scripts, ou scénarios de programmation, sont très importants pour contrôler les multiples personnalités qui vivent dans le monde fictif d'une victime. Wayne Morris : Pouvez-vous donner d'autres exemples d'éléments de culture populaire qui ont été employés pour la programmation mentale ? Fritz Springmeier : Batman, les films de Disney, les films de sorcellerie et d'horreur… L'un des films les plus importants de Disney dans ce domaine est "Fantasia". Dans l'un de mes livres récents, "Deeper Insights" (Révélations plus profondes), j'ai rédigé onze pages où je passe en revue toutes les scènes du film Fantasia, pour montrer de quelle manière ce film a été conçu et utilisé directement pour la programmation mentale. On peut citer aussi la série sur la Guerre des Etoiles, My Fair Lady, des films qui étaient utilisés en fin de programmation. Ou encore les films de Stephen King, Startrek, The Love Boat, employé pour la programmation des esclaves sexuels, E.T., ou Alice au Pays des Merveilles. Wayne Morris : Ce sont des éléments qui sont très importants dans notre culture. Je me demande quels effets ils peuvent avoir sur quelqu'un qui a été programmé, quand il revoit l'un de ces films à la télévision ou sur une vidéo ? Fritz Springmeier : Il retombe sous la domination du contrôle mental, et cela renforce son sentiment d'impuissance. Les esclaves mentaux qui vivent dans une culture entièrement dominée par les Illuminati ne pensent même pas à s'en libérer. Leur esprit a été brisé depuis leur petite enfance. Partout où ils portent les regards, ils voient s'exercer le contrôle et la programmation des Illuminati ! Wayne Morris : Faut-il croire que tous ces programmes de télé et ces films ont été délibérément conçus pour la programmation mentale, ou sont-ils simplement utilisés par les programmeurs ? Fritz Springmeier : En vérité, ils ont été délibérément conçus pour programmer les gens. Wayne Morris : Que savez-vous alors des personnes qui ont délibérément conçu ces programmes et ces films ? Fritz Springmeier : Les dessins animés de Walt Disney contiennent des éléments délibérément conçus pour programmer les enfants. De même, les publicités contiennent des messages codés qui activent la programmation des programmés mentaux. Dans mon livre "Deeper Insights", j'ai consacré près de 50 pages à présenter Walt Disney, à expliquer qui il était, ce qu'il faisait en secret, et à quoi servaient ses films. Par exemple, dans "La Belle et la Bête", on présente une horloge enchantée, ou un bouton de porte qui a les caractéristiques d'une personne vivante, dans Alice au Pays des Merveilles. Ces éléments ont été délibérément placés dans ces films pour la programmation mentale. Wayne Morris : Certaines des personnalités créées par la programmation mentale ne sont même pas des êtres humains ou des animaux, ce sont des objets inanimés. Fritz Springmeier : Seules quelques-unes des personnalités fractionnées principales ont la conscience d'être des personnes humaines. Wayne Morris : Dans l'un de vos livres, vous parlez assez abondamment de Star Trek. Que savez­ vous au sujet des manuels techniques publiés concernant Star Trek ?

A206. Survivants des Illuminati (5)

-5-

http://www.paroledevie.org

Fritz Springmeier : J'ai observé que certains "programmés multiples", qui avaient pourtant été traités, étaient complètement obsédés par tout ce qui touchait à Star Trek. Un ancien spécialiste de la déprogrammation m'a parlé de ce qu'il connaissait sur l'utilisation de Star Trek dans la programmation mentale, et cela confirmait mes propres observations. De nombreux manuels techniques ont été publiés sur Star Trek, notamment sur les équipements et les thèmes employés dans Star Trek. Quand vous étudiez ces manuels, qui ont coûté beaucoup d'argent, vous vous rendez compte qu'ils ont été conçus pour la programmation mentale. Je le sais, parce que je sais comment fonctionne la programmation mentale. L'usine Boeing de Seattle comporte de nombreux tunnels souterrains. Certains de ces tunnels sont utilisés pour la programmation mentale. Un ancien employé de Boeing m'a dit que les employés allaient souvent dans ces tunnels, lors de pauses, pour regarder des films de Star Trek. J'ai pensé que c'était intéressant. Wayne Morris : Pouvez-vous décrire ces manuels techniques ? Fritz Springmeier : Certains présentent des cartes de l'Univers. Quand les Illuminati fragmentent le cerveau et la personnalité d'une de leurs victimes, ils utilisent une carte de notre galaxie pour recomposer leur cerveau. Ils créent donc des étoiles, des amas d'étoiles, des planètes. Ils placent fictivement certains groupes de personnalités sur l'une de ces planètes, en les reliant à eux, et entre eux, par certains moyens de communication de type "ondes radio". Lorsqu'ils émettent ces "ondes radio", la victime entre en transe et dissocie sa personnalité. Par exemple, au moment où ils envoient un électrochoc à leur victime, ils projettent sur elle un rayon de lumière en lui disant qu'elle est en train de voyager dans l'espace, tout en lui programmant certaines instructions. Toutes les personnalités des esclaves de la programmation mentale sont regroupées en sections, identifiées par des codes numériques ou des codes de couleurs… Chaque personnalité est associée à un code de couleur. Toutes les personnalités sont reliées à des ordinateurs fictifs programmés dans leur cerveau. Ce sont en fait des parties de leur cerveau qui sont programmées comme des ordinateurs pour gérer ces sous-ensembles de personnalités. D'autres "ordinateurs" gèrent des groupes de personnalités, puis l'ensemble des personnalités. Cela constitue un système très complexe. Les manuels techniques de Star Trek reprennent très exactement ce système, et sont donc manifestement conçus pour la programmation mentale. Wayne Morris : Ces manuels semblent ne concerner qu'un petit nombre de passionnés de Star Trek. Leur prix ne semble pas correspondre à la masse de travail qu'il a fallu consacrer à leur conception ! Fritz Springmeier : Exactement ! C'est aussi ce que je pense. Mon père était ingénieur, et j'ai pu voir les manuels techniques qu'il établissait… Je suis étonné de voir la masse des détails techniques inclus dans les manuels de Star Trek, pour quelque chose qui n'est après tout qu'un film de fiction… Wayne Morris : Puisque nous parlons des films, j'aimerais vous demander de quelle manière Hollywood a été impliqué dans la programmation mentale des esclaves des Illuminati. Fritz Springmeier : Ce sont les Illuminati et la Maffia qui contrôlent Hollywood. Cela explique que beaucoup d'acteurs de Hollywood soient des esclaves programmés mentaux. Par exemple Roseanne Barr, Madonna, et Marilyn Monroe, étaient toutes les trois des programmées multiples. Hollywood emploie beaucoup d'esclaves programmés. L'un des avantages des esclaves programmés, pour Hollywood, est la manière dont leur cerveau est structuré. Certains de ces esclaves peuvent par exemple parfaitement mémoriser les scénarios et les scripts, ou entrer aussitôt dans la peau des personnages de films… Je voudrais parler d'un autre aspect de Hollywood. Beaucoup de films présentent des méthodes et des cérémonies qui sont en fait les méthodes et les cérémonies ultra secrètes des Illuminati. Certains films présentent même clairement les méthodes de contrôle mental, comme le film "Telethon", avec Charles Bronson, ou "The Mandchurian Candidate", "Videodrome", ou encore "Labyrinth". De même que les films qui présentent les attaques des "robots" ou des extra­ terrestres…

A206. Survivants des Illuminati (5)

-6-

http://www.paroledevie.org

Wayne Morris : Qu'est-ce que les Illuminati cherchent à faire avec tous ces films, et en manipulant tous ces acteurs ? Fritz Springmeier : Ils veulent manipuler le grand public. Par exemple, Anton LaVey, qui dirigeait l'Eglise de Satan, était un maître programmeur et travaillait avec Hollywood comme "conseiller". Cela lui a conféré une légitimité. Un autre personnage trouble qui est lié à Hollywood est Michael Aquino. Il fait partie des services secrets, mais il dirige aussi une organisation satanique, le "Temple de Set". Wayne Morris : Ce n'est qu'une "filiale" de l'Eglise de Satan d'Anton LaVey. Fritz Springmeier : Aquino était un disciple de LaVey, avant de créer sa propre organisation. Wayne Morris : Michael Aquino était aussi impliqué dans le scandale des sévices sexuels commis dans des garderies d'enfants… Fritz Springmeier : C'est un personnage dégoûtant, comme tous les programmeurs. Parmi ceux qui sont liés à Hollywood, il y a aussi Kenneth Anger, qui était aussi membre de l'Eglise de Satan. C'était un metteur en scène de cinéma. Il admirait beaucoup Aleister Crowley, le magicien noir anglais. Kenneth Anger avait dansé avec Shirley Temple lorsqu'il était enfant. Comme vous le savez, Shirley Temple était associée à Walt Disney. Je crois qu'elle aussi était une victime de la programmation mentale. C'était une enfant prodige. Il faut savoir que les Illuminati savent faire des opérations chirurgicales au cerveau pour développer la mémoire photographique… Wayne Morris : Pouvez-vous nous dire brièvement en quoi cela consiste ? Fritz Springmeier : Cela ressemble à ce qui se passe quand vous faites des efforts physiques répétés. Cela détruit des cellules musculaires. Mais le corps réagit en construisant encore plus de cellules pour les remplacer, ce qui finit par augmenter la masse musculaire. C'est aussi la même chose quand la peau produit des callosités. Quand on fait subir au cerveau des dommages électriques, cela stimule le cerveau, qui fabrique davantage de cellules et développe une mémoire photographique. Les Illuminati endommagent donc le cerveau de manière contrôlée, puis fragmentent la personnalité en personnalités multiples, dont certaines conservent une mémoire parfaitement photographique. Wayne Morris : Il est sûr que cela peut être très utile, surtout en matière s'espionnage. Est-ce que l'on pratique couramment ces dommages au cerveau pour développer la mémoire photographique ? Fritz Springmeier : Aujourd'hui, oui. Pendant les années 30, quand on a commencé à créer des personnalités multiples, on s'est rendu compte que les traumatismes infligés aux victimes développaient leurs capacités mentales. Un certain nombre de scientifiques, qui ne faisaient pas partie des Illuminati, ont donc commencé à traumatiser leurs propres enfants pour développer leur intelligence ! C'est réellement une perversion, mais c'est une méthode assez efficace. Wayne Morris : Quel a été le rôle de l'industrie de la musique dans la programmation mentale ? Fritz Springmeier : C'est une bonne question. Cela nous ramène encore à la dernière guerre, quand le pays était complètement mobilisé pour l'effort de guerre. On a donc mobilisé aussi Hollywood. L'armée a engagé beaucoup d'artistes pour distraire ses soldats. Elle a fait venir des hommes comme Bob Hope, qui travaillait pour les services secrets anglais. Bob Hope est un programmeur très compétent. Au cours de la guerre, l'armée s'est servie de gens comme lui pour transmettre des messages codés aux troupes, parce que l'armée pratiquait le contrôle mental sur ses soldats. Les artistes et les chanteurs pouvaient passer d'unité en unité sans éveiller les soupçons de l'ennemi. C'est pour cela qu'ils étaient utilisés par les services secrets américains et anglais. Wayne Morris : Ils servaient de messagers… Fritz Springmeier : Exactement. Bob Hope était employé par les services secrets anglais. Il a aussi beaucoup travaillé pour l'armée américaine. C'est l'armée qui a contribué à créer aussi près de 200 groupes musicaux, dont certains sont devenus célèbres par la suite. On peut dire que pratiquement toute l'industrie de la musique a été créée par les divers services secrets et d'espionnage. Cette

A206. Survivants des Illuminati (5)

-7-

http://www.paroledevie.org

industrie était très largement infiltrée par des agents de ces services secrets. Il a donc été tout naturel à la CIA et à la NASA de continuer à se servir de l'industrie de la musique, comme cela avait été le cas au cours de la guerre. Toute notre industrie de la musique aux Etats-Unis n'est qu'un paravent des Illuminati. Wayne Morris : Je sais que vous avez écrit quelque chose au sujet de la musique country. Pensez­ vous que l'on se sert aussi de ce style musical dans la programmation mentale ? Fritz Springmeier : Je ne vais pas cibler particulièrement la musique country ou western. Certains pourraient penser que Fritz Springmeier a quelque chose contre cette musique. Ce n'est pas le cas, et j'apprécie une grande partie de cette musique… La musique rock est énormément utilisée par les Illuminati, et elle a un rapport très étroit avec la programmation mentale. Beaucoup de chansons country ou western sont aussi utilisées en programmation mentale. Mais comme elles parlent de Dieu et de patriotisme, les gens ne se rendent pas compte de ce qui est caché derrière. Il faut vraiment comprendre comment travaillent les Illuminati. Ils se servent de choses que les gens considèrent comme bonnes. Si je chante une chanson qui parle de Dieu, comment pourrait-on m'accuser d'être un mauvais garçon ? Si je chante des chansons patriotiques, comment puis-je être accusé d'être méchant ? Ils créent donc une "façade", un "paravent", afin de pouvoir faire tout ce qu'ils veulent à l'abri de cette façade. Toute l'industrie de la musique country et western sert donc de paravent, et est utilisée pour la programmation mentale. Les Illuminati s'en servent aussi pour transporter la drogue. Les chanteurs voyagent beaucoup, et ils sont des instruments idéaux pour véhiculer la drogue d'une ville à l'autre. Ils jouent un rôle très important dans le trafic de drogue mené par les Illuminati. Wayne Morris : Vous l'avez dit dans votre livre, un grand nombre de stars de la musique country et western sont impliqués dans ce trafic. Fritz Springmeier : Oui. Certains d'entre eux sont des programmés mentaux. D'autres sont des programmeurs. L'un des pires programmeurs de cette industrie est Jerry Lee Lewis. Il a une très mauvaise réputation. Les victimes de la programmation mentale le connaissent comme un programmeur extrêmement sadique. Quand certains des esclaves mentaux parviennent à s'échapper, ils sont souvent repris et envoyés à Jerry Lee Lewis et à son cousin, qui est pasteur, et lui-même un "programmé multiple". Wayne Morris : Pensez-vous que la culture populaire et les industries du cinéma, de la télévision et de la chanson servent à conditionner la société, et à manipuler les valeurs sociales ? Fritz Springmeier : Certainement ! Le but ultime recherché par les Illuminati est de transformer tous les habitants de la planète en esclaves programmés ou contrôlés mentaux, qui pourront être dirigés à distance par un super ordinateur. Ils manipulent nos sentiments et nos pensées. Ils nous considèrent comme des animaux et nous poussent dans la direction qu'ils ont choisie. Les Illuminati se considèrent comme des dieux, et ils nous considèrent comme des moutons ou du bétail. La musique joue donc un rôle important dans notre conditionnement, notre déshumanisation. Les paroles des chants transmettent aussi des messages précis. J'ai parlé dans mon livre "Deeper Insights" des codes et des messages qui jouent le rôle de "déclencheurs". Certaines chansons passées à la radio sont remplies de messages codés pour diriger à distance les esclaves mentaux. Wayne Morris : Je suppose aussi que cela renforce le conditionnement de ces esclaves. Fritz Springmeier : Oui. Par exemple, la chanson "A Heartache Tonight" (Un chagrin de cœur ce soir) a été conçue pour convoquer les esclaves mentaux à un rituel satanique, lorsqu'elle est diffusée à la radio. Si nous sommes un vendredi soir, et si un esclave mental entend cette chanson à la radio, il est programmé pour changer de personnalité et se rendre à un endroit convenu à l'avance, pour participer à un sabbat satanique. Mais les Illuminati peuvent utiliser l'industrie de la musique de bien d'autres façons. Wayne Morris : Selon vous, quels sont les groupes sociaux qui utilisent la programmation mentale pour diriger leurs esclaves ?

A206. Survivants des Illuminati (5)

-8-

http://www.paroledevie.org

Fritz Springmeier : Actuellement, les esclaves mentaux sont utilisés par les services secrets, les groupes occultes, les militaires, et toutes sortes de groupes religieux. Les divers criminels qui appartiennent à tous ces groupes travaillent ensemble. Eux-mêmes désignent leur organisation sous l'expression "Le Réseau". Je vais vous donner quelques exemples plus précis. Dans l'Armée des Etats-Unis, certaines unités comme les Forces Delta, ou le First Earth Battalion" (Premier Bataillon Terrestre) sont composées d'esclaves mentaux. D'autres esclaves sont répartis dans toutes les autres armes. Au sein des services secrets, les pires sont le MI-6 anglais, ainsi que le service de renseignements de notre Marine. Mais beaucoup d'autres administrations emploient des esclaves mentaux, comme le FBI, la NASA, ou le "Bureau of Narcotics". Parmi les groupes qui utilisent la programmation mentale, on trouve le Ku Klux Klan, les Néo-Nazis, ou encore les Francs-Maçons ; puis d'autres groupes franchement sataniques, comme l'Eglise de Satan, les Enfants de Lucifer, la Société du Lys Noir. Il y a aussi certaines sectes religieuses, notamment celles qui poussent leurs membres à se suicider. Ou des groupes comme celui de David Koresh, qui était un esclave mental. Mais il y a aussi des grandes églises, comme l'Eglise Catholique, l'Eglise Mormone, ou le Mouvement Charismatique. Wayne Morris : Vous disiez que certaines unités militaires étaient entièrement composées d'esclaves mentaux ? Fritz Springmeier : Pour les Forces Delta, c'est certain. Pour le Premier Bataillon Terrestre, c'est très probable. Mais il y a dans toutes les forces armées des escadrons spéciaux d'assassins esclaves mentaux, qui parcourent tous les Etats-Unis pour éliminer des personnes ciblées. Même lorsque ces escadrons ne sont pas entièrement composés d'esclaves mentaux, tous leurs membres sont soumis à une forme de contrôle mental ou une autre… Wayne Morris : Est-ce que ces esclaves mentaux de l'Armée ont subi une programmation mentale et à des traumatismes dès leur enfance ? Fritz Springmeier : Oui. Wayne Morris : Tous ces esclaves ont-ils été engagés dans la programmation mentale par leurs familles ? Fritz Springmeier : Oui. En tout cas, ce sont des gens qui ont été programmés dès leur plus tendre enfance. Wayne Morris : Ils viennent donc de familles de militaires ? Fritz Springmeier : Pas nécessairement. Leur origine est très variée. Mais j'ai observé que les militaires aiment bien placer leurs enfants dans des positions de responsabilité dans la société. Wayne Morris : A votre avis, est-ce que le monde des affaires utilise aussi la programmation mentale ? Fritz Springmeier : Oui, le monde des affaires utilise aussi les esclaves mentaux. Je pense immédiatement à la Société ARCO, spécialiste des hautes technologies, notamment de la technologie HAARP (NDE : ce sont de puissants émetteurs de micro-ondes dans l'ionosphère)… Cette entreprise est l'une des pires dans le domaine de la programmation mentale, d'après ce que je sais personnellement. C'est sans doute pour cela qu'on leur a confié le projet HAARP, très sensible pour les Illuminati. Je peux encore citer une autre Société, celle des Aciéries Gunderson, qui sont implantées à Portland, près de chez moi. Ils fabriquent très secrètement des wagons spéciaux de chemin de fer, avec des coupoles de guet et des entraves pour attacher les passagers. Il s'agit d'un projet ultra secret, confié à 11 sociétés de fabrication de matériel ferroviaire, dont Gunderson. Ces wagons doivent être utilisés pour transporter des civils dans les camps de concentration qui sont déjà construits dans tous les Etats-Unis. Gunderson est donc l'une des entreprises qui utilisent des esclaves mentaux. J'en parle de source sûre et directe, parce que j'ai moi-même parlé à certains de ces esclaves mentaux employés par Gunderson.

A206. Survivants des Illuminati (5)

-9-

http://www.paroledevie.org

Une autre entreprise qui utilise des esclaves mentaux, et dont le nom me revient à l'esprit, est le conglomérat Walt Disney, qui s'est associé à Capital Cities et à ABC. Ils produisent aussi des films pornographiques et bien d'autres choses, en se servant pour cela de leurs esclaves mentaux. Wayne Morris : Nous allons bientôt interviewer un spécialiste du projet HAARP, Nick Begitch. Est­ ce que ce projet utilise aussi des esclaves mentaux ? Fritz Springmeier : Oui. Le livre de Nick Begitch ne parle pas des esclaves mentaux, mais de la technologie HAARP, qu'ARCO est en train d'installer en Alaska. C'est une technologie du type Guerre des Etoiles, et qui envoie des radiations électromagnétiques dans l'espace. Wayne Morris : C'est une énorme antenne qui envoie des ondes très puissantes dans l'ionosphère. Fritz Springmeier : Cela sert à communiquer avec les satellites. Mais cela sert aussi à modifier le climat de la planète. On peut aussi s'en servir pour manipuler le cerveau des gens, dans une certaine zone géographique, en émettant des ondes électromagnétiques vers cette région. Cela modifie la manière de penser. Wayne Morris : Il est aussi possible d'émettre des ondes de très basse fréquence, qui se reflètent sur la terre. Ces ondes ont la même fréquence que nos ondes cérébrales. Mais pour quelle raison ces entreprises emploient-elles des esclaves mentaux ? Fritz Springmeier : Pour mettre en œuvre les projets secrets du Nouvel Ordre Mondial. Par exemple pour fabriquer ces wagons destinés à transporter les civils dans les camps de concentration. Notre gouvernement a soigneusement gardé secret ce projet. Wayne Morris : Ces esclaves sont donc utilisés pour travailler sur ces projets, afin que leurs employeurs soient certains qu'ils ne parleront pas à l'extérieur… Pour revenir aux Illuminati, vous avez dit qu'ils contrôlaient les religions à mystères. Pourriez-vous expliquer à nos auditeurs ce qu'étaient ces religions à mystères, et quel a été leur rôle au cours de l'Histoire ? Fritz Springmeier : Vous me posez deux questions distinctes. Pour répondre à la première, je vous citerai un livre écrit par Manley P. Hall. Il était à la fois Grand Maître des Illuminati, et Grand Maître de la Franc-Maçonnerie. Dans son livre, "The Secret Teachings of All Ages" (Les enseignements secrets de tous les âges), il dit que les religions à mystères ont permis de "transmettre la lumière à l'humanité". Ces religions prétendaient posséder une révélation secrète, qui pourrait "illuminer" les hommes et sauver le monde. Ils offraient donc aux hommes de les rejoindre, de participer à leurs rites mystérieux, et de pouvoir ainsi s'élever spirituellement. Elles offraient même aux hommes la possibilité de devenir des dieux. C'est ce qu'elles disaient à ceux qu'elles voulaient attirer… Swinbourne Kleimer, Franc-Maçon et Rosicrucien de haut rang, prétendait qu'il existait un groupe secret qui contrôlait toutes les religions du monde… Je suis d'accord avec lui. C'est ce groupe secret que nous appelons aujourd'hui les Illuminati. La FrancMaçonnerie n'est que le symbole extérieur de ces religions à mystère. Mais si vous voulez savoir en quoi consistent les rituels secrets de ces religions à mystère, il faut faire partie des Illuminati. Quel a été le rôle de ces religions dans l'Histoire ? Elles ont joué un rôle exceptionnel. Par exemple, les rois ont toujours été dépendants de leurs conseillers et de leurs financiers. Les rois ne pouvaient pas faire la guerre sans avoir de l'argent. A leur tour, ces financiers dépendaient de l'industrie et du commerce. Mais ce qui faisait la puissance des religions à mystère, c'est qu'elles contrôlaient les diverses corporations, avec leurs secrets de fabrication ou leurs secrets commerciaux. Par exemple, la corporation des fabricants d'armures, celle des fabricants des arcs longs, celle des fabricants de galères ou de vaisseaux de guerre, ou celle des maçons et tailleurs de pierres. Ces corporations étaient de véritables sociétés secrètes, contrôlées par les religions à mystères. Ce sont là les racines de la Franc-Maçonnerie. Elle remonte aux corporations qui bâtissaient les cathédrales. L'empereur romain qui s'est soi-disant converti au christianisme (Constantin), était en fait le chef suprême de la religion de Mithra, une religion à mystères. Ces religions ont donc joué un rôle extrêmement puissant tout au long de l'Histoire. Ce sont elles, avec les Illuminati, qui sont les "Gardiens des Grands Plans". Leur plus grand plan, selon Manley P. Hall lui-même, est d'instaurer leur Nouvel Ordre Mondial. Wayne Morris : En quoi consiste ce "Grand Plan" ?

A206. Survivants des Illuminati (5)

- 10 -

http://www.paroledevie.org

Fritz Springmeier : Une partie de ce grand plan tourne autour de l'idée de l'Age d'Or du Millénium. Il s'agit d'un concept important. Je sais que c'est un sujet sensible pour beaucoup de Chrétiens. Il faut que les Chrétiens examinent de très près le concept du Millénium auquel ils croient. Ils croient que leur concept du Millénium vient de la Bible, mais n'oublions pas que William Miller, qui a lancé le Mouvement Adventiste, était un Franc-Maçon de haut rang. Il avait prédit que Christ reviendrait sur la terre en 1844, ce qui, manifestement, ne s'est pas passé… Mais, à cette époque, un homme nommé Nabob est apparu en Perse. Il a prétendu être le Christ, et a créé une nouvelle religion, la religion Bahaï. C'est lui, en fait, qui a accompli la prophétie de William Miller. Ce sont les FrancsMaçons qui ont introduit la religion Bahaï en Amérique, au début du 20e siècle. La religion Bahaï annonce un gouvernement mondial unique, un nouvel ordre mondial, et une religion mondiale unique… Je m'efforce de dénoncer toutes ces choses, en montrant comment elles sont toutes interconnectées. (NDE : La seule conception biblique exacte du Millénium est celle d'Apocalypse 20, notamment le verset 4 : "Ils revinrent à la vie, et régnèrent avec Christ pendant mille ans…") James H. Billington, un homme très brillant, qui était bibliothécaire de la Bibliothèque du Congrès, a écrit un livre intitulé : "Fire in the Minds of Men" (Du feu dans l'intelligence des hommes). Les Illuminati n'ont pas compris ce qu'il faisait. Ils croyaient qu'il était l'un des leurs, mais il a réussi à les aveugler. Ce livre explique d'où provient le mot "révolution". Il provient des sociétés secrètes. Ce mot, qui signifie aujourd'hui "rébellion armée", n'avait pas le même sens à l'origine. On a commencé à l'utiliser avec son sens actuel quand on a voulu renverser un ordre ancien pour le remplacer par un ordre nouveau. Ce sont les Francs-Maçons et les Illuminati qui ont été à l'origine de toutes les révolutions modernes, depuis la Révolution Américaine (NDE : ou la Révolution Française). Billington démontre comment toutes ces révolutions ont pris leur source dans l'élite occulte, avec l'idée occulte qu'il fallait retrouver l'Age d'Or du Millénium. Le Communisme est inspiré par la même idée. Les fondateurs du Communisme cherchaient tous à restaurer, par la révolution, un Age d'Or perdu. Wayne Morris : En quoi consistait leur conception de l'Age d'Or ? Fritz Springmeier : Ils voulaient instaurer une société organisée selon leur modèle communiste. C'était aussi le désir de prophètes maçonniques comme H.G. Wells, qui a écrit un certain nombre de livres sur le Nouvel Ordre Mondial, ou celui des Socialistes Fabiens, qui voulaient instaurer leur idéal utopique de société communiste. Wayne Morris : Société dirigée en fait de manière fasciste… ? Fritz Springmeier : Oui ! (Il rit). En apparence, tout est magnifique, cela semble vraiment idéal. Mais cela finit plutôt à la manière de Big Brother ou selon George Orwell ! Wayne Morris : Quels sont les rapports entre les Illuminati et les services de renseignements comme la CIA ou le MI-6 anglais ? Fritz Springmeier : Ils travaillent en relation très étroite. Le MI-6 anglais, créé au début du 20e siècle, n'employait au début que des femmes issues de grandes familles d'Illuminati. On les appelait les "Queenies" (Petites Reines). C'étaient vraiment des reines des Illuminati. Quant à la CIA, tous ses directeurs (Dulles, McCone, Helms, Schlesinger, Bush, Turner, Casey), étaient membres du Council for Foreign Relations (Conseil pour les Relations Extérieures), ainsi que d'autres organisations, qui n'étaient que des paravents pour les Illuminati. Turner était boursier de la Fondation Rhodes, qui est un point d'entrée chez les Illuminati. Cette Fondation est financée par les Astor. Casey et McCone étaient aussi Chevaliers de Malte. Cet ordre est composé pour moitié de membres de la haute noblesse européenne. Le Général Walter Bedell Smith, directeur de la CIA entre 1950 et 1953, était l'un des co-fondateurs du Groupe de Bilderberg, dont le Prince Bernhardt des Pays-Bas était le Président. L'un de ses derniers Présidents fut Peter Rupert (Lord Carrington), membre de l'Ordre de Saint-Jean, la version Protestante de l'Ordre de Malte. Il était aussi membre de l'Ordre de la Jarretière. Cet Ordre est l'une des principales organisations auxquelles les Illuminati ont confié la mise en œuvre du Nouvel Ordre Mondial. C'est un Ordre extrêmement puissant. Toutes les armoiries sont contrôlées par l'Ordre de la Jarretière. Il est organisé en chapitres de 13 membres, comme le Groupe de Bilderberg… Wayne Morris : Henry Kissinger est un membre important du Groupe de Bilderberg. Savez-vous en quoi consiste son implication dans ce groupe ?

A206. Survivants des Illuminati (5)

- 11 -

http://www.paroledevie.org

Fritz Springmeier : Je ne sais pas s'il est lui-même membre, mais il appartient au MI-6. Il appartient aussi à la Franc-Maçonnerie P2. Il a beaucoup travaillé pour réaliser leurs plans. Je ne sais pas s'il appartient réellement aux Illuminati, mais il est l'un de leurs instruments puissants. Un jour, j'ai entendu Henry Kissinger dire : "Nous aurons un Nouvel Ordre Mondial. Si nous ne l'obtenons pas au cours de notre génération, ce sera au cours de la génération suivante". En d'autres termes, leur plan se poursuit inexorablement… Tous les grands services de renseignements, comme le KGB ou la CIA, quoique apparemment ennemis, sont en fait associés en secret. Le Colonel Corsell a récemment écrit un livre qui est difficile à trouver, et que l'on doit chercher à supprimer. Il ouvre réellement les yeux. Il y déclare qu'en fait le KGB et la CIA ne forment qu'une seule et même organisation, depuis les années 50. Alors qu'il était Colonel de l'Armée américaine, il était espionné par la CIA. Il devait empêcher la CIA de connaître certains secrets. L'un de mes amis avait son père qui était haut placé à la CIA. Il m'a dit que lorsqu'il était adolescent, son père lui avait un jour affirmé que la guerre froide était un canular. Cet adolescent fut réellement troublé de voir que l'on menait ainsi les gens en bateau. Il ne comprenait pas. Il lui a fallu des années pour comprendre réellement ce que son père avait voulu lui dire. Tous ces groupes semblent différents. Mais ce sont comme deux équipes de foot qui s'affrontent. Leurs joueurs peuvent en fait provenir des mêmes écoles de formation… Vous voyez la main secrète des Illuminati dans la création de la CIA comme du KGB. En ce qui concerne le MI-6, c'est en fait Lord Victor Rothschild qui le dirige. Le MI-5, qui s'occupe de la sécurité intérieure en GrandeBretagne, a longtemps été dirigé par le Major Général Sir Vern Keele. Il était Franc-Maçon, comme d'autres dirigeants du MI-5, qui étaient aussi membres d'autres organisations occultes, comme l'Ordre de Saint-Jean. Vous pourriez découvrir bien d'autres interconnexions. Quant à Allen Dulles, Directeur de la CIA entre 1953 et 1961, il était en relation avec Hitler avant la dernière guerre, pour le compte des banquiers internationaux. Vous voyez de quelle manière les Illuminati sont liés aux élites mondiales. Wayne Morris : Dulles a certainement été impliqué dans le transfert des criminels nazis aux EtatsUnis après la guerre. Fritz Springmeier : C'est Dulles qui, de la part des Illuminati, a annoncé à Hitler que les financiers internationaux soutiendraient sa conquête du pouvoir. C'est lui qui a transmis la bonne nouvelle à Hitler : "Tu peux y aller, nous te finançons !" Wayne Morris : J'aimerais parler d'un autre ancien Directeur de la CIA qui était récemment à Toronto pour recevoir un Doctorat Honoraire. Il s'agit de George Bush. Pourriez-vous parler de son appartenance à la Société secrète Skull & Bones ? Fritz Springmeier : Skull & Bones est un autre point d'entrée chez les Illuminati, comme bien d'autres organisations, notamment les "fraternités" étudiantes. On pourrait aussi citer parmi ces fraternités Scroll & Keys et Rezilius. Quand George Bush a été initié dans Skull & Bones, il a dû se coucher dans du fumier et raconter tous ses exploits sexuels. Wayne Morris : Je crois qu'il s'agit d'un rite d'initiation auquel sont soumis tous les membres de Skull & Bones. Fritz Springmeier : Exactement. Wayne Morris : Au début de notre interview, vous avez dit que George Bush était apparenté à une famille royale. S'agit-il de la Maison de Windsor ? Fritz Springmeier : Il est un lointain parent du Prince Charles et de la Reine Elizabeth. Il s'agit d'une relation éloignée. Wayne Morris : D'après vous, quel a été le rôle de George Bush dans l'instauration du Nouvel Ordre Mondial ?

A206. Survivants des Illuminati (5)

- 12 -

http://www.paroledevie.org

Fritz Springmeier : C'est un criminel, qui a dirigé toutes sortes d'activités criminelles. Il a été responsable du déclenchement de guerres, il s'est occupé de trafic de drogues, de pornographie et de programmation mentale. Wayne Morris : Avez-vous entendu dire que George Bush était un pédophile ? Fritz Springmeier : Oh oui ! Par exemple, Cathy O'Brien, que je connais personnellement, a une fille qui était souvent "confiée" à George Bush, et d'autres personnes spécialistes de la programmation mentale ont aussi confirmé que cet homme était un pédophile. Wayne Morris : Pensez-vous que tous ces groupes qui s'occupent de la mise en place du Nouvel Ordre Mondial prendront un jour brusquement le pouvoir, ou continueront-ils à travailler graduellement pour étendre leur influence ? Fritz Springmeier : Ils utilisent les deux tactiques. Ils avancent régulièrement, tout en programmant de temps en temps un événement cataclysmique. Mais ils planifient leur progression depuis longtemps. Par exemple, les Canaux de Suez et de Panama ont été planifiés par les Illuminati dès le début du 19e siècle, si ce n'est pas avant. Ils l'ont fait pour faire progresser leur Nouvel Ordre Mondial. Même les événements cataclysmiques, comme le fait d'avoir recours à l'arme atomique, ou une éventuelle invasion d'extra-terrestres, sont planifiés très longtemps à l'avance. Les Illuminati manipulent les populations, pour qu'elles finissent par leur demander ce qu'ils veulent mettre en place ! Par exemple, après Pearl Harbour, les Américains ont accepté d'abandonner leurs libertés, pour donner plus de pouvoir au gouvernement. Ils s'arrangent pour planifier les choses de manière à ce que nous demandions nous-mêmes ce qu'ils veulent ! Wayne Morris : Pouvez-vous donner des exemples ? Fritz Springmeier : Par exemple, en Australie, un tireur fou a un jour assassiné beaucoup de gens, des enfants et des familles. Immédiatement après, le gouvernement a fait passer une loi pour contrôler les armes à feu, et près de 500.000 armes ont été volontairement cédées par la population, impressionnée par cet horrible massacre. Il en sera de même en Amérique. Il suffit qu'elle soit impressionnée par un tireur fou qui massacrera beaucoup de gens. Mais, du point de vue des Illuminati, ils ont gagné des années de manœuvres progressives pour atteindre le même résultat. Wayne Morris : On peut dire que cela a déjà commencé, quand vous voyez par exemple l'attentat contre l'immeuble fédéral d'Oklahoma City. Il a immédiatement conduit au vote d'une loi anti­ terroriste. Fritz Springmeier : Oui, exactement. Je dirai donc que les Illuminati utilisent les deux moyens : une action graduelle, et des événements cataclysmiques. Wayne Morris : D'après vous, ces événements cataclysmiques peuvent-ils être le produit de la programmation mentale ? Fritz Springmeier : J'emploie le terme "Nouvel Ordre Mondial", mais je pourrais tout simplement parler de l'Ordre Mondial, parce que ceux qui veulent introduire un nouvel ordre mondial contrôlent le monde depuis toujours. Ce n'est pas du tout un ordre "nouveau". Mais nous entrons dans une phase où le contrôle va devenir de plus en plus intense, où le contrôle mental des populations va devenir plus fort et plus généralisé. Les Illuminati contrôlent secrètement le monde depuis longtemps ! Quand nous regardons la puissance de l'Empire Britannique, ou de l'Empire Français, nous devons nous demander qui dirigeait la Grande-Bretagne et la France. Ce sont les mêmes personnes, les mêmes familles. Ce sont aussi ces familles oligarchiques qui contrôlent les Etats-Unis… Wayne Morris : Comment pourraient-ils employer le contrôle mental dans un scénario de prise de pouvoir ? Fritz Springmeier : Il vous suffit de voir le film de Charles Bronson "Telethon". Vous y verrez comment fonctionne le contrôle mental. On y voit comment une femme au foyer peut être

A206. Survivants des Illuminati (5)

- 13 -

http://www.paroledevie.org

programmée pour aller faire exploser des installations militaires. Beaucoup de gens sont ainsi programmés pour accomplir des assassinats ou des actes de sabotage à des moments précis. Beaucoup de choses doivent encore être accomplies. Pour que tout soit au point, il faut que de nombreux esclaves mentaux soient disséminés dans toute la société, afin qu'ils ne puissent dévoiler aucun secret, qu'ils accomplissent les tâches qui leur sont assignées, et qu'ils oublient ce qu'ils sont censés oublier. Par exemple, dans le système bancaire, il y a eu beaucoup de faillites récemment. Mais d'autres banques plus grosses sont venues absorber ces banques en déconfiture. On préfère appeler cela des "fusions" et non des "faillites". Je connais certains programmés multiples qui travaillent dans des banques, mais sans savoir exactement pour quoi ils sont utilisés. Ce qui est certain, c'est que le système bancaire emploie des esclaves programmés mentaux, pour dissimuler leurs manipulations secrètes. Wayne Morris : Un bon nombre de victimes de la programmation mentale ont parlé d'une "programmation de la fin des temps". Que pouvez-vous en dire ? Fritz Springmeier : La "programmation de la fin des temps" fait référence à une programmation mentale destinée à mettre en place le Nouvel Ordre Mondial et le règne de l'Antichrist. Elle utilise beaucoup de codes de couleurs. Il existe par exemple une "liste rouge", qui comprend tous les responsables qui sont opposés au Nouvel Ordre Mondial, et qui doivent être exécutés, environ deux semaines après la proclamation de la loi martiale. La "liste bleue" comprend tous ceux qui sont opposés, mais qui peuvent éventuellement être "récupérés" par une programmation adéquate destinée à corriger leur manière de penser. Un grand nombre d'entre eux seront probablement supprimés dans le cours de cette programmation. Il existe une troisième liste, la liste jaune, qui comprend tous ceux qui seront embarqués dans des "camps de rééducation", après la proclamation de la loi martiale… Ces codes de couleurs, et bien d'autres encore, seront utilisés parce que les Illuminati vont avoir recours à beaucoup d'esclaves mentaux, dont des troupes russes ou étrangères, pour mettre en place leur plan. Il est donc plus facile d'employer des codes de couleur… Les unités militaires seront aussi marquées par des codes de couleurs, de même que les divers sites militaires. Les esclaves mentaux eux-mêmes ont reçu des "cristaux internes" (NDE : semblables aux cristaux vibrant sous l'effet d'un courant électrique et servant de chronomètres). Ces cristaux sont conçus pour déclencher certains programmes à des moments précis, et sont définis aussi par des codes de couleur. C'est l'une des choses que les thérapeutes remarquent quand ils commencent à s'intéresser à la programmation de la fin des temps. Ils s'aperçoivent aussi que les sommets des montagnes sont très souvent utilisés pour servir de lieux de réunions. Même des événements ordinaires sont utilisés pour déclencher des programmes chez certains esclaves mentaux. Cela a été le cas lors de la mort de la Princesse Diana, utilisée pour déclencher certains programmes chez les esclaves. Comme la programmation de la fin des temps concerne la manifestation de l'Antichrist, les Illuminati emploient beaucoup de termes issus de la démonologie ou de la mythologie antique. Le démon "Purson" est par exemple chargé de la révélation de l'Antichrist. Apollon joue aussi un grand rôle, car l'Antichrist est considéré comme le "fils d'Apollon". Il y a aussi Esculape, le démon de la guérison. Beaucoup de guérisons dans le Mouvement Charismatique sont d'origine démoniaque, parce que certains des pasteurs ou responsables de ce Mouvement sont en fait des satanistes. Certains anciens satanistes m'ont personnellement révélé qu'ils avaient vu ces responsables accomplir en secret des rites sataniques, pour bénéficier de la puissance de guérison du démon Esculape. Quand ils vont ensuite exercer leur "ministère" dans des églises chrétiennes, ils emploient les techniques du contrôle mental, ainsi que la puissance de guérison démoniaque, pour guérir les Chrétiens. Ils leur disent : "Dieu vous a guéri !" Mais ils ne leur précisent pas de quel "dieu" il s'agissait ! Un autre aspect de la "programmation des derniers temps" concerne l'apparition d'extra-terrestres, et la préparation d'un certain nombre de catastrophes… Il faut aussi parler de l'utilisation de gros ordinateurs pour contrôler les gens. Je commence seulement à apprendre ce qui se passe dans ce domaine. Au 666 de la Connecticut Avenue, à Washington, il existe un ordinateur qui s'appelle Janus 2. Quand certaines victimes commencent à se débarrasser de leur programmation, elles parlent de leur "code Janus", qui concerne la programmation et le suivi à distance des humains par des ordinateurs…

A206. Survivants des Illuminati (5)

- 14 -

http://www.paroledevie.org

Wayne Morris : D'une manière générale, que doivent accomplir ceux qui sont programmés ? Fritz Springmeier : Il ne s'agit pas seulement de trafic de drogue ou de prostitution. Nous parlons là d'une prise de contrôle de la société dans son ensemble. L'une des options les plus effrayantes des Illuminati concerne l'invasion simulée de la terre par des extra-terrestres. Ils feront venir des soucoupes volantes et des "extra-terrestres"… Ceux qui, comme moi, veulent dénoncer ce qui se passe et avertir les gens sont noyés sous une masse d'informations provenant de tous les secteurs de la société, y compris des hommes politiques, des membres du Congrès et des responsables religieux, qui diront tout ce que les Illuminati leur demanderont de dire. Ceux qui auront le discernement seront très peu nombreux. Les Illuminati vont même créer une opposition fictive, qui attirera à elle tous les opposants à leur programme, mais pour ensuite les décevoir, les enliser, et réduire à néant leurs espoirs. Wayne Morris : Pensez-vous que les grandes puissances mondiales ont réussi à mettre au point la technologie des OVNIs et des "soucoupes volantes" ? En fait, est-ce que cette invasion fictive d'extra-terrestre ne sera que le produit de leur technologie militaire secrète ? Fritz Springmeier : Cela ne fait aucun doute pour moi. Les Illuminati veulent aussi détruire complètement la confiance dans les gouvernements nationaux… Si vous regardez la littérature des Témoins de Jéhovah, vous verrez qu'ils travaillent beaucoup à détruire l'idéal national. Mais qui soupçonnerait les Témoins de Jéhovah ? Leur Société de la Tour de Garde n'est qu'un paravent des Illuminati ! L'un de leurs anciens membres a découvert par hasard que les dessins reproduits dans la littérature de la Tour de Garde contenaient des milliers de symboles occultes. Par exemple, ils représentent une image d'une chute d'eau, et, si vous regardez bien, vous distinguez l'image d'un crâne au milieu de la chute, comme dans les images cachées dans les dessins d'enfants. Vous pourrez encore voir un bouc conduisant un troupeau de moutons, ou un voleur s'enfuyant avec des bijoux occultes, sous l'œil d'Horus "qui voit tout". Les Illuminati utilisent aussi les Témoins de Jéhovah pour contacter à nouveau certains de leurs anciens esclaves. Qui soupçonnerait des Témoins de Jéhovah qui font du porte-à-porte ? Je connais deux anciennes victimes des Illuminati qui ont été contactées à deux jours d'intervalle par le même couple de Témoins de Jéhovah, dans deux endroits éloignés de la même ville. Je connais les Témoins de Jéhovah de l'intérieur. Je sais comment ils planifient leurs visites, et ce qui est arrivé là n'est pas normal. Ils essayaient donc de contacter d'anciennes victimes qui étaient en train d'être libérées, en utilisant les Témoins de Jéhovah comme couverture… Cette programmation de la fin des temps concerne beaucoup de gens et beaucoup d'actions diverses, et cela nous apparaît comme très chaotique. C'est ce que les Illuminati veulent faire : créer le chaos. Wayne Morris : A propos de chaos, quand la population en général demandera l'intervention des militaires, ou des forces des Nations Unies, ou l'instauration de la loi martiale, comment les Illuminati vont-ils s'y prendre, selon vous ? Fritz Springmeier : Ils feront en sorte que la population leur demande exactement ce qu'ils veulent instaurer. Ils ont mis en œuvre des plans de 20, 30 et 40 ans. Mais la caractéristique essentielle de tous ces plans, c'est de faire en sorte que les choses semblent se dérouler "naturellement". Pour parvenir à cela, il faut une armée d'esclaves mentaux. Pour prendre un autre exemple, les Illuminati veulent détruire les croyances religieuses aux Etats-Unis. Les Etats-Unis ont été fondés par une majorité de Protestants. Il y avait très peu de Catholiques au début de la création des Etats-Unis. Les premiers habitants avaient une vision commune des choses et de la moralité publique. Quand une population partage les mêmes croyances religieuses, et que celles-ci sont très fortes, il est très difficile de les faire changer. Il faut commencer par fragmenter ce système monolithique. Les Illuminati se sont donc efforcés de développer aux Etats-Unis tous les autres systèmes religieux, ainsi que les idées du Nouvel Age. Un grand nombre de dirigeants de ces mouvements nouveaux étaient des esclaves mentaux. Comme Elisabeth Claire Prophet, qui dirige l'Eglise Universelle et Triomphante… Tous ces dirigeants attirent à eux leurs troupeaux de moutons. J'ai eu des preuves personnelles que non seulement les dirigeants, mais un certain nombre des membres de ces groupes religieux étaient aussi des esclaves mentaux, qui avaient été programmés pour rejoindre ces groupes.

A206. Survivants des Illuminati (5)

- 15 -

http://www.paroledevie.org

Les responsables religieux qui voient arriver dans leur mouvement des esclaves programmés mentaux deviennent peu à peu dépendants des Illuminati. C'est l'une des raisons pour lesquelles nous avons un paysage religieux aussi chaotique aux Etats-Unis, avec tous ces gourous et ces dirigeants divers qui créent chacun leurs petits groupes bizarres. Wayne Morris : Vous avez déjà parlé du Docteur Ewen Cameron, en relation avec la programmation mentale. Quelle a été sa contribution réelle ? Fritz Springmeier : Je sais qu'il a effectué des expériences de programmation mentale à Montréal, à l'Hôpital Ste Marie. Il y avait là une salle spéciale au sous-sol, appelée la Chambre Zombie, ainsi que plusieurs autres salles d'isolation ou de "traitement". D'après plusieurs anciennes victimes, je sais que diverses institutions catholiques sont utilisées au Québec pour la programmation mentale. Le Docteur Cameron a effectué des recherches dans ce domaine pendant des années, mais les résultats de ces recherches sont tenus secrets… Le Docteur Cameron devait être très important pour les Illuminati, puisqu'il était le Président de la prestigieuse Association des Psychiatres Américains, puis de l'Association Mondiale des Psychiatres. On ne met pas n'importe qui à la tête de ces puissantes associations… Wayne Morris : Quelles sont les institutions qui sont impliquées dans la programmation mentale en Amérique du Nord ? Fritz Springmeier : C'est une bonne question ! Je peux les citer. L'Amiral Stansfield Turner a déclaré en août 1977 devant une Commission sénatoriale d'enquête sur la CIA, que les prisons, les entreprises pharmaceutiques, les hôpitaux, 44 facultés de médecine, universités et entreprises diverses, travaillaient pour la CIA pour faire des expériences sur la programmation mentale. Personnellement, je ne parlerais pas "d'expériences", mais d'opérations de programmation mentale planifiées. Il s'agissait de bien plus que des expériences. Vous avez là un aperçu des institutions impliquées dans la programmation mentale. Wayne Morris : Que pensez-vous du rôle de la psychiatrie dans le développement de la programmation mentale ? Fritz Springmeier : Elle a joué un rôle très important, pour permettre à la programmation mentale de se développer sur une base scientifique. Les psychiatres ont toujours fait des recherches approfondies sur le fonctionnement du cerveau. Ils ont aussi utilisé les découvertes des sciences du comportement, et de chercheurs comme Skinner et Pavlov… Wayne Morris : Pensez-vous que certains psychiatres n'étaient pas vraiment conscients de l'utilisation de leurs recherches par les Illuminati ? Fritz Springmeier : Leur participation s'est faite à différents niveaux. Certains d'entre eux étaient parfaitement au courant, d'autres ont été forcés à travailler pour les Illuminati, ou ils ont été soumis à un chantage. D'autres enfin ont été les dupes involontaires du système. Mon père, par exemple, n'a jamais été membre d'une société secrète, et n'a jamais été favorable au Nouvel Ordre Mondial. Il croit simplement en la science, et pense que la science peut aider l'humanité. Ce sont les Illuminati qui utilisent les découvertes des chercheurs honnêtes pour les mettre au service du mal. J'ai eu une vive discussion avec un scientifique, au début de cette année. Il faisait des recherches sur les armes biologiques pour le gouvernement américain, sur les virus, l'anthrax, etc… Il me disait que la connaissance est neutre, ni bonne ni mauvaise en soi. Mais il ne se rendait pas compte qu'il était utilisé. Je me disais : "Comment peux-tu être aussi stupide ? Comment ne comprends-tu pas qu'ils vont se servir de tes recherches pour faire le mal ?" Beaucoup de scientifiques aiment la recherche parce que cela satisfait leur ego. Ils veulent découvrir quelque chose. Mais leur ego, leur orgueil, et leur concentration sur leurs recherches les empêchent de se demander sérieusement à quoi vont servir leurs recherches. Wayne Morris : Tout ce que nous venons de partager peut sembler un peu déprimant pour nos auditeurs ! Je crois que beaucoup de gens vont en être affectés. Quel message d'espoir pouvez-vous leur dire, maintenant qu'ils ont appris toutes ces choses ? Fritz Springmeier : Nous avons parlé des aspects négatifs de ce problème. Mais il y a aussi tous les aspects positifs. Il faut dire que beaucoup de recherches technologiques et scientifiques ont produit des résultats bénéfiques pour l'humanité. Il y a encore beaucoup de chercheurs

A206. Survivants des Illuminati (5)

- 16 -

http://www.paroledevie.org

indépendants qui recherchent vraiment le bien du genre humain. Il y a aussi le réseau Internet, qui permet beaucoup de choses, ainsi que beaucoup d'inventions utiles, comme la photocopie. On peut maintenant communiquer rapidement avec beaucoup de monde, et s'informer rapidement. Ce sont des choses qui nous rendent moins dépendants des grands monopoles. Ces monopoles sont d'ailleurs fragiles, et peuvent être brisés. Une autre chose positive, c'est le fait que des gens comme moi aient pu révéler beaucoup de choses et dévoiler des secrets bien gardés, malgré l'énorme puissance dont disposent les Illuminati. Beaucoup d'anciens esclaves mentaux sont aussi en train d'être libérés. Je dis cela, pour montrer que ces Illuminati ne sont pas invincibles ! Wayne Morris : J'aimerais vous remercier très sincèrement pour cette interview à notre radio. Ce que vous avez partagé était absolument fascinant, et je voudrais vraiment vous remercier de nous avoir donné toutes ces informations. Fritz Springmeier : J'apprécie beaucoup l'occasion que vous m'avez donnée, et je veux vous féliciter pour votre courage et votre amour de la vérité, pour avoir voulu informer les Canadiens et les Américains de toutes ces choses.

Note de Parole de Vie : Il est vrai que ce que nous apprenons sur la programmation mentale dépasse l'imagination. Nous avons là une preuve supplémentaire de la méchanceté du cœur de l'homme, surtout en ces temps de la fin, où l'iniquité grandit dans tous les domaines. Tout cela ne fait que confirmer ce que nous annonce la Parole de Dieu, notamment dans le Livre de l'Apocalypse. La seule vraie note positive, nous devons la rechercher dans notre foi dans le Seigneur Jésus, qui a vaincu à la Croix toute la puissance du malin, et qui a promis de garder Ses enfants : "Ecris à l'ange de l'Eglise de Philadelphie : Voici ce que dit le Saint, le Véritable, celui qui a la clef de David, celui qui ouvre, et personne ne fermera, celui qui ferme, et personne n'ouvrira : Je connais tes œuvres. Voici, parce que tu as peu de puissance, et que tu as gardé ma parole, et que tu n'as pas renié mon nom, j'ai mis devant toi une porte ouverte, que personne ne peut fermer. Voici, je te donne de ceux de la synagogue de Satan, qui se disent Juifs et ne le sont pas, mais qui mentent ; voici, je les ferai venir, se prosterner à tes pieds, et connaître que je t'ai aimé. Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi, je te garderai aussi à l'heure de la tentation qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre. Je viens bientôt. Retiens ce que tu as, afin que personne ne prenne ta couronne. Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu, et il n'en sortira plus ; j'écrirai sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel d'auprès de mon Dieu, et mon nom nouveau. Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Eglises !" (Apocalypse 3 :7-13). Voici le temps où nous devons plus que jamais rester fidèles à la Parole du Seigneur, et garder les yeux fixés sur Jésus-Christ. Il nous gardera, et nous conduira bientôt dans Sa présence bénie !

A207. Survivants des Illuminati (6)

-1-

http://www.paroledevie.org

A207. Survivants des Illuminati (6).
Article de Wayne Morris. L’original de cet article peut être consulté en anglais sur le site Internet : http://www.mindcontrolforums.com/radio/ckln22.htm Reproduction de la traduction française autorisée, pourvu qu’elle soit intégrale, et que les sources soient indiquées.

Avertissement : Nous prévenons les lecteurs trop jeunes ou trop sensibles que cet article contient des informations susceptibles de le choquer. Nous l'invitons donc à la prudence, et même à ne pas lire cet article s'il estime qu'il pourrait avoir du mal à en supporter le contenu.
Nous publions à présent la transcription de l'interview de Cisco Wheeler, rescapée des Illuminati. Elle a écrit plusieurs livres avec Fritz Springmeier, avec lequel elle travaille à aider d'anciennes victimes de la programmation mentale. Elle descend du Général Ulysses Grant, héros de la Guerre de Sécession, et appartient à une ancienne famille d'Illuminati. Cisco Wheeler est convertie à Jésus-Christ.

Wayne Morris : J'aimerais commencer par vous demander quelle est votre origine familiale, et comment vous avez été impliquée dans la programmation mentale conditionnée par les traumatismes ? Cisco Wheeler : On m'a programmée dès ma petite enfance. Mon père venait d'une famille de satanistes depuis des générations. Ma vie avait été planifiée selon un plan préétabli, dès le début, car mon père était programmeur pour les Illuminati et pour le gouvernement américain. Wayne Morris : Que savez-vous des relations de votre famille avec les milieux politiques et militaires ? Cisco Wheeler : Notre famille est dans la politique depuis longtemps. Mon père faisait de la politique. Mon grand-oncle était le Général Earl Grant Wheeler, qui commandait les forces américaines au Vietnam, en tant que Chef d'Etat-Major. Il descendait directement du Général Grant. Mon père était aussi Grand Maître chez les Illuminati. Au cours de la guerre du Vietnam, il a travaillé sur la côte Ouest. Grâce à son oncle qui commandait l'Armée, il a organisé un trafic de drogue pour corrompre l'Amérique. Le but de ce trafic était de détruire la cellule familiale. Le motif réel de la guerre du Vietnam était en fait d'organiser ce trafic de drogue vers les Etats-Unis. Mon père faisait aussi partie du service artistique des Armées, car il était musicien. Il travaillait aussi pour la CIA. Il était Franc-Maçon du 33e degré. Etant donné qu'il était Grand Maître chez les Illuminati, il était très fortement lié aux milieux politiques américains. Dès ma conception, je suis entrée dans un monde très structuré depuis des générations. J'ai donc été en relation moi aussi avec les milieux politiques. Dès ma petite enfance, j'ai été entraînée à servir d'esclave sexuelle à ce que l'on appelle "l'élite" de la vie politique. Wayne Morris : Voulez-vous parler des occupants de la Maison-Blanche ? Cisco Wheeler : Oui. Le Président Eisenhower est le premier Président dont je me souviens. Il aimait me prendre avec lui. Je m'asseyais sur ses genoux, je chantais pour lui, et il y avait des attouchements sexuels entre nous. J'avais été entraînée à cela. Je faisais la même chose avec des gouverneurs, des maires, des pasteurs… J'avais reçu une formation spéciale en matière sexuelle. J'ai même participé à ce titre à des réunions particulières avec la famille royale d'Angleterre. C'étaient mes fonctions à l'époque chez les Illuminati.

- 1 -

A207. Survivants des Illuminati (6)

-2-

http://www.paroledevie.org

Wayne Morris : Quels sont vos premiers souvenirs, en ce qui concerne les traumatismes associés à la programmation mentale ? Cisco Wheeler : En fait, j'ai été traumatisée dès le sein maternel. Wayne Morris : Quand avez-vous compris pour la première fois que votre famille était membre des Illuminati ? Cisco Wheeler : Si vous savez ce qu'est le fractionnement de la personnalité, vous savez qu'il s'agit d'un système à plusieurs niveaux. A cause de cela, mes personnalités internes gardent la mémoire de ce qu'elles ont vécu. Mais ma personnalité "extérieure", celle qui est en contact avec le monde extérieur, ne conserve pas la mémoire des personnalités internes, celles qui sont associées aux Illuminati. Si je vous parle donc de ma personnalité externe, elle ne se souvient de rien de mauvais, si ce n'est le fait que j'ai subi beaucoup de sévices au cours de mon enfance. Je ne me suis réellement rendue compte de rien jusqu'à la mort de mon père. Lorsqu'il est mort, il y a eu comme une libération de mon esprit, et des souvenirs ont commencé à remonter à ma conscience. C'est là que j'ai commencé à comprendre que quelque chose n'allait pas. J'entendais des voix, et j'avais des souvenirs qui me revenaient par éclairs. Mais je ne savais pas tout ce qui s'était passé. Je ne savais pas d'où me venaient ces souvenirs, car cela n'était pas ma manière habituelle de penser. Je me demandais pourquoi me venaient toutes ces pensées concernant le sexe, alors que je n'avais pas de souvenirs personnels dans ce domaine. Je me demandais aussi pourquoi je me rappelais avoir connu certains endroits, alors que j'étais persuadée n'y avoir jamais été. Comprenez-vous ce que je veux dire ? Ce n'est donc qu'après la mort de mon père que tous les "murs d'amnésie" hypnotiques ont commencé à se détruire dans mon cerveau. C'étaient ces murs d'amnésie qui m'avaient empêchée de me souvenir de ce qui m'était arrivé. Pendant une époque, à cause de tous ces souvenirs très traumatisants, j'ai eu tendance à être extrêmement suicidaire. Mais comme je ne voulais pas me suicider, j'ai cherché de l'aide. Je suis allée dans un hôpital pendant neuf semaines et j'ai commencé à travailler avec un thérapeute. Je comprenais qu'il n'était pas normal de vouloir mourir, même après la mort de mon père, et j'ai réalisé qu'il y avait un problème très profond. (NDE : Parfois, Cisco Wheeler parle d'elle-même à la première personne du pluriel, "nous". Pour la clarté du texte, nous avons rétabli la première personne du singulier, "je". C'est le signe qu'elle est encore parfois troublée par ses personnalités multiples). Wayne Morris : Est-ce que les thérapeutes avec qui vous avez travaillé connaissaient la programmation mentale et les traumatismes auxquels elle est associée ? Cisco Wheeler : Très vaguement. J'étais l'une des premières personnalités multiples qu'ils diagnostiquaient dans ce domaine. Ma thérapeute a donc appris en travaillant avec moi. Elle s'était engagée à s'occuper de moi, et elle a découvert peu à peu ce qu'elle ignorait. Wayne Morris : Votre père était donc votre programmeur principal. Quel âge aviez-vous quand il est mort ? Cisco Wheeler : J'avais 40 ans quand il est mort. Wayne Morris : Comment avez-vous réussi à vous libérer à cette époque des liens qui vous retenaient à votre famille ? Quelqu'un vous a-t-il aidée ? Cisco Wheeler : Quand un Grand Maître meurt, son esclave meurt aussi en général. Mais j'étais déterminée à lutter contre ma programmation, et à découvrir complètement tout ce qui m'était arrivé. J'ai donc pu lutter contre les programmes de suicide qu'on avait mis en moi. J'ai peu à peu compris que j'avais une personnalité multiple. Au départ, j'ignorais complètement ce que cela pouvait être. Je réalisais que j'avais un long chemin à parcourir devant moi ! Wayne Morris : Etiez-vous seule, ou d'autres personnes vous ont-elles aidée ? Cisco Wheeler : J'étais aidée par une très forte équipe qui m'a soutenue. Plusieurs membres de cette équipe étaient aussi des victimes de la programmation mentale.

- 2 -

A207. Survivants des Illuminati (6)

-3-

http://www.paroledevie.org

Wayne Morris : Est-ce que les personnes qui n'étaient pas des victimes connaissaient les techniques de la programmation mentale ? Cisco Wheeler : Non. Comme nous étions plusieurs victimes à travailler ensemble, nous avons commencé notre démarche en apprenant à nous connaître nous-mêmes. Nous étions à l'écoute les unes des autres, et nous confrontions nos découvertes respectives. Nous prenions des notes, nous les comparions, et nous réalisions que nous vivions les mêmes choses, et que nous réagissions de la même manière. Nous franchissions chaque étape l'une après l'autre. Car cela se passait il y a treize ans et, à cette époque, on ne savait réellement pas grand-chose sur le problème des personnalités multiples. Wayne Morris : Est-ce que votre père torturait aussi d'autres personnes ? Cisco Wheeler : Certainement ! Il était maître programmeur. Wayne Morris : Aviez-vous des frères et des sœurs qui étaient aussi programmés ? Cisco Wheeler : Pas au même degré que moi. J'étais l'aînée. Wayne Morris : Est-ce que vous aviez été choisie pour être programmée parce que vous étiez l'aînée, ou y avait-il d'autres raisons ? Cisco Wheeler : Oui, en partie. Vers la fin des années 40, les Illuminati ont voulu infiltrer les églises chrétiennes. Ils voulaient faire disparaître la puissance de Dieu des églises. Pour cela, il leur fallait trouver un moyen d'infiltrer ces églises, pour briser la puissance spirituelle de l'Eglise, qui est la puissance du Saint-Esprit. Ils ont donc cherché à faire rentrer le monde dans l'Eglise, pour qu'elle perde sa puissance spirituelle. C'était l'une des tâches qui ont été assignées à mon père. Pour cela, mon père a épousé une femme qui ne faisait pas partie des Illuminati, une femme qui avait une éducation religieuse très forte. Devant le monde et devant l'Eglise, elle était un parfait exemple de femme chrétienne pour les autres jeunes femmes chrétiennes. Mon père a donc choisi ce moyen pour infiltrer l'Eglise, en épousant ma mère. (NDE : Combien les jeunes Chrétiennes doivent être conduites par le Saint-Esprit et connaître la volonté de Dieu pour le choix de leur mari ! Et inversement !) Wayne Morris : Par la suite, comment votre père a-t-il agi pour continuer à infiltrer l'Eglise ? Cisco Wheeler : En s'engageant dans l'Eglise, et en devenant lui-même pasteur. Il a donc été ordonné pasteur, il s'est occupé de groupes de jeunes, il est devenu très ami avec les membres du conseil des anciens de l'église, puis avec les dirigeants de sa dénomination. C'était une Eglise Pentecôtiste. (NDE : Là encore, combien nous avons besoin du don de discernement des esprits !) Wayne Morris : Vous avez dit que votre père avait organisé un trafic de drogue au cours de la guerre du Vietnam. Pouvez-vous expliquer ce qu'il faisait ? Cisco Wheeler : Quand des soldats américains étaient tués au Vietnam, il faisait cacher de la drogue à l'intérieur du corps de ces soldats. Il fallait donc les évider pour cela. Le travail de mon père consistait à récupérer la drogue auprès des employés des pompes funèbres (qui étaient dans le coup). C'est lui qui s'occupait ensuite de l'écouler. Mais il n'a pas fait lui-même la guerre au Vietnam. Dans ce trafic, il était l'instrument de notre gouvernement, pour que ce dernier soit certain que la drogue parviendrait bien à sa destination Wayne Morris : Quand la drogue parvenait aux Etats-Unis, comment faisait votre père pour l'écouler ? Cisco Wheeler : Je ne sais pas. On ne m'avait pas permis de le savoir. Je ne voyais rien. J'étais trop jeune à cette époque pour participer à ce trafic. Wayne Morris : Considérez-vous que vous êtes entièrement libérée de l'influence des Illuminati et de vos anciens bourreaux ? Cisco Wheeler : Non. Je ne me considère pas encore complètement libre de leur influence. Je suis continuellement harcelée. Je reçois beaucoup de coups de téléphone. On tire des coups de feu dans

- 3 -

A207. Survivants des Illuminati (6)

-4-

http://www.paroledevie.org

mes fenêtres, on essaye de m'écraser dans la rue, je reçois des lettres de menace, des gens viennent à ma rencontre dans les magasins pour me faire des menaces… Ils ne perdent aucune occasion pour me faire comprendre qu'ils savent où je suis, ce que je fais, et qu'ils ne me lâcheront que s'ils le veulent bien. Wayne Morris : Ont-ils encore accès à certaines parties de votre personnalité qui n'ont pas encore été guéries ? Cisco Wheeler : C'était le cas dans le passé, mais plus maintenant. Je fais très attention à ce que je fais et où je vais. Je ne perds pas mon temps ni mon énergie. Je ne me mets pas dans des situations où ils pourraient avoir accès à moi. D'autres personnes que moi répondent à mon téléphone et lisent mes lettres. Je me fais accompagner quand je sors. Je veille toujours à ce que quelqu'un fasse les choses avant moi, pour m'aider à savoir où je mets les pieds, afin de ne pas m'engager dans une situation que je ne pourrais pas maîtriser. Wayne Morris : Comme vous avez été traumatisée toute votre vie, quels sont les effets actuels de ces traumatismes, contre lesquels vous luttez ? Cisco Wheeler : Je continue à souffrir des effets de la programmation mentale et des traumatismes passés, dans tous les domaines de ma vie. Il me faut affronter le fait que mon père avait une belle petite fille, et qu'il ne voulait pas de l'amour de cette petite fille, qui était la sienne. Je dois affronter le fait qu'il a voulu éclater la personnalité de cette petite fille en un million de morceaux, pour pouvoir programmer et structurer tous les aspects de ma vie. Je dois me demander ce que cela exige pour briser ainsi la personnalité d'une enfant de 18 mois. Je dois répondre à une foule de questions telles que celle-là. Il m'est difficile de comprendre tout ce qu'on m'a fait, parce que mon cerveau cherche toujours à se protéger. Je dois donc récupérer "morceau" par "morceau" ! Mais l'intelligence continue toujours à fonctionner. Il me faut aussi affronter le fait que les Illuminati ont délibérément planifié tout cela. Ma programmation avait été planifiée dès le moment de ma conception. Cela blesse mes sentiments quand j'y pense ! Wayne Morris : Ils savaient donc parfaitement dès le départ ce qu'ils voulaient faire de vous, et quels seraient les effets de ce traitement sur votre vie… Cisco Wheeler : Exactement. Ils savaient de A à Z tout ce qu'ils voulaient faire de ma vie, comment ils voulaient me structurer, et ce qu'ils voulaient que je devienne. C'est de l'esclavage. J'ai dû travailler avec mon esprit, mon âme et mon corps, parce que toutes les parties de mon être ont été violées. Je dois constamment affronter mes souvenirs, affronter des problèmes spirituels, des problèmes personnels intérieurs. Cette programmation était conçue pour me déshumaniser, m'avilir, et me traumatiser au point que je ne savais plus qui j'étais ni où j'allais. Je ne savais même plus que j'étais une petite fille, à certains moments où ils me torturaient. Ils m'avaient tellement déshumanisée que je croyais que j'étais devenue littéralement une petite chatte. Parce que l'idée d'être une petite fille était associée à trop de tortures et de punitions, je ne pouvais plus l'accepter. Il a fallu aussi que je règle des problèmes spirituels, parce qu'on m'avait dit que Dieu ne m'aimait pas, qu'Il me violait, et qu'Il ne voulait plus avoir mon nom sur le Livre de Vie de l'Agneau. On me disait que mon nom avait été effacé du Livre de Vie. Par la suite, ils ont continué à me programmer en me faisant croire, sous hypnose et avec des drogues, qu'on m'avait enlevé mon cœur. Au point que je ne savais même plus que j'avais un cœur. Ils m'avaient tellement déshumanisée que je ne pouvais aller nulle part, si ce n'est dans la "famille" des Illuminati. J'étais entièrement enfermée. Wayne Morris : Y avait-il d'autres membres de votre famille qui étaient vos tortionnaires, à part votre père ? Cisco Wheeler : Oui, certainement. Laissez-moi réfléchir par qui je vais commencer… Mon programmeur le plus important était le Docteur Green, qui était le Docteur Josef Mengele (le médecin nazi des camps de concentration). Mais j'avais un autre programmeur principal, le Docteur Black, mon père. Wayne Morris : Quand avez-vous compris que le Docteur Green était Josef Mengele ? Cisco Wheeler : Je l'ai toujours su en moi-même. Certaines parties profondes de ma personnalité étaient aussi des programmeurs. Mon père avait été formé par Mengele, il était même son second.

- 4 -

A207. Survivants des Illuminati (6)

-5-

http://www.paroledevie.org

J'ai suivi les traces de mon père. J'ai donc été aussi formée pour être un programmeur. C'était notre domaine de spécialité. Wayne Morris : Est-ce que Mengele dévoilait parfois son identité réelle ? Cisco Wheeler : Oui, il l'a fait. Il se faisait aussi appeler Docteur Fairchild ou Docteur Green. Wayne Morris : Que savez-vous sur les activités de Mengele en Amérique, en matière de programmation mentale ? Cisco Wheeler : Je suis certaine qu'il est allé dans tous les Etats-Unis, et je sais qu'il a aussi travaillé au Canada. Wayne Morris : Dans quel Etat habitiez-vous quand il pratiquait la programmation mentale sur vous ? Cisco Wheeler : La plupart du temps, c'était en Californie et dans l'Oregon. En Californie, cela se passait à la base navale de China Lake, à la base de Presidio, au nord de San Francisco, et à l'Hôpital Letterman, près de la base de Presidio. Egalement à Alcatraz, où l'on pratiquait la programmation dans la prison. Au Scotty's Castle dans la Vallée de la Mort, ainsi qu'à Torrence, toujours en Californie. A l'hôpital psychiatrique de Salem, dans l'Oregon, et dans le grand hôpital maçonnique Dorenbecker, à Portland. Wayne Morris : Sur quelle période tout cela s'est-il passé ? Cisco Wheeler : De 1948-1949 au milieu des années 60. Wayne Morris : Comment avez-vous commencé à guérir, et à désactiver la programmation que vous aviez reçue ? Cisco Wheeler : En me stabilisant. En me procurant un endroit où j'étais en sécurité, et où je pouvais travailler sans être à nouveau infiltrée. Par-dessus tout, en étant déterminée à faire tout ce qu'il fallait pour progresser vers la guérison. En travaillant sérieusement sur mes souvenirs et ma programmation. En cherchant honnêtement la vérité. Il fallait que je trouve ce que l'on m'avait fait. Je voulais savoir ce qu'ils m'avaient fait. Si vous ne savez pas où vous êtes, vous ne savez pas où vous allez. Il était très important pour moi de progresser vers la guérison. Parce que je comprenais que j'avais été programmée pour rester silencieuse, ne rien dire, ne rien faire, ne rien voir… Il me fallait détruire cette programmation. Je voulais parler. C'est cette détermination qui m'a aidée à lutter contre le traumatisme que j'éprouvais, lorsque j'apprenais ce que je devais apprendre sur moi-même. Wayne Morris : Ce travail que vous devez faire pour guérir, qu'est-ce qu'il implique en ce qui concerne vos souvenirs ? Cisco Wheeler : Il faut que je les affronte, que j'affronte les tortures, mes craintes de l'inconnu, le fait que mon père ne m'aimait pas, le fait que les liens affectifs causés par les traumatismes ne sont pas de l'amour. Malgré tout ce que disent les Illuminati, il n'y a aucun amour dans tout ce qu'ils font. Il fallait que j'aille chercher au fond de moi cette étincelle de lumière qui restait. Car ils vous déshumanisent tellement, qu'ils vous programment pour être un esclave. Chez certaines victimes, cette lumière s'en va et ils n'ont plus d'espoir. Mais j'ai été privilégiée. J'avais un espoir, et une lumière brillait en moi. C'est cette lumière qui m'a permis d'avoir le courage et la force nécessaires pour progresser vers la guérison. Wayne Morris : Comment ceux qui vous entouraient vous ont-ils aidée ? Cisco Wheeler : Mon équipe m'a beaucoup soutenue. Nous étions quatre femmes, qui avions été programmées à peu près vers la même époque par les mêmes programmeurs. Mon père avait exercé une très forte influence sur leur vie, parce qu'il était aussi leur programmeur. Nous étions liées ensemble sur le plan émotionnel. Nous étions toutes les quatre déterminées à nous en sortir, et à progresser vers la guérison. Nous étions très liées, pas seulement en raison de notre programmation commune et des traumatismes communs. Nous avons commencé à construire entre nous une véritable relation de confiance et d'amitié, nous soutenant les unes les autres, étant

- 5 -

A207. Survivants des Illuminati (6)

-6-

http://www.paroledevie.org

toujours présentes pour les autres, nous écoutant, nous aidant à vérifier nos souvenirs. Nous étions en permanence disponibles les unes pour les autres pendant les cinq premières années. Nous avions toutes besoin les unes des autres. Deux de ces femmes ont un diplôme médical, la troisième est professeur. Aujourd'hui, nous sommes toutes les quatre libres parce que nous avons été solidaires. La première étape de notre guérison a consisté à accepter, chacune séparément, le fait que nous étions des "programmées multiples", et que nous appartenions à des générations de satanistes. Oui, nous avons pratiqué le satanisme, oui, nous venions de familles d'Illuminati, oui, il y avait beaucoup de saletés dans notre vie passée et oui, il nous fallait regarder tout cela en face. C'était d'abord trop pénible. Mais il est venu un temps où nous avons décidé de voir les choses en face. Quand j'y repense, je crois que c'est la chose qui a compté le plus pour notre guérison, avoir le courage de voir notre vie telle qu'elle avait été, et la réalité en face. Nous avions été programmées pour être nous-mêmes des programmeurs, et cela nous a permis de comprendre les autres, et de nous comprendre nous-mêmes. Nous avons pu travailler ensemble, en groupe, et cela nous a beaucoup fortifiées. Mais il nous a fallu aussi appeler un chat un chat. Nous ne pouvions pas échapper à ce qui nous était arrivé. Cette attitude fut notre force. Cela nous a donné le courage dont nous avions besoin pour continuer à nous battre. Une fois que nous avons réalisé que nous avions été programmées mentalement et que nous étions des esclaves des Illuminati, nous avons détesté cet esclavage dans lequel nous étions nées. Nous avons aussi détesté l'idée qu'on ne nous avait laissé aucun choix. Nous voulions retrouver notre liberté de choix, mais nous ne savions comment faire. Il nous a fallu nous battre pour cela. Nos jours et nos nuits étaient remplies de peines et de souffrances. Nos esprits, nos âmes et nos corps devaient constamment lutter pour recouvrer la santé. Cela ne nous plaisait pas de retrouver et de partager les souvenirs de tout ce qui nous était arrivé, car tout cela nous avait été fait en secret. Nos programmes étaient conçus pour ne pas être révélés, et c'est pour cela que ce fut tellement pénible. Wayne Morris : Est-ce que les facteurs essentiels qui vous ont permis de briser cette programmation ont donc été le fait de vous retrouver dans un endroit sûr, et celui de pouvoir travailler en équipe ? Cisco Wheeler : Oh oui, certainement ! Même quand nous allions voir nos thérapeutes, nos anciens maîtres nous attendaient sur l'escalier du bâtiment où nous nous rendions, pour nous montrer que si nous disions quoi que ce soit, ils allaient s'occuper de nos familles, et nous le faire payer un jour ou l'autre. Ils nous attendraient. Comme s'ils nous disaient : "Profitez-en bien, profitez de votre thérapeute, mais nous serons là quand vous sortirez. C'était une torture de les voir chaque fois que nous allions chez notre thérapeute. Il fallait affronter cette réalité : savoir qu'ils pouvaient vous faire un sale coup à n'importe quel moment. Ils pouvaient mettre le feu à notre maison, ou tirer une balle dans la tête de l'un de nos enfants, ou à travers la fenêtre de notre chambre. Savoir qu'ils peuvent vous avoir à n'importe quel moment ! Il a fallu affronter ces menaces et ces mensonges. Ce fut le début de notre thérapie ! Le simple fait de vouloir éviter le traumatisme causé par ces menaces suffirait à obliger la plupart des survivants à rester chez eux ! Mais cela a produit sur nous l'effet contraire. Cela nous a fâchées. Nous avons décidé qu'il fallait les combattre, même si nous devions en mourir. Parce que ce n'est pas la fin, tant que Dieu n'a pas décidé que ce serait la fin ! Si Dieu me dit que c'est fini pour moi, je suis prête à partir au Ciel ! Nous avons donc décidé de nous battre, et de vaincre. Auparavant, quand nous étions programmées et qu'ils nous avaient enlevé nos souvenirs, nous n'avions pas le choix. Nous n'avions aucune possibilité d'intervenir dans ce qu'ils nous faisaient. Mais cette fois, c'est différent ! Nous avons notre mot à dire ! Nous pouvions déjà choisir d'aller voir notre thérapeute ou non. Mais le fait de nous dire que nous allions décider d'aller voir notre thérapeute, même si cela signifiait notre mort, et de continuer notre journée, cela nous a donné beaucoup de force. Chaque fois que nous faisions un pas dans la bonne direction, cela nous donnait la force dont nous avions besoin. Wayne Morris : Votre colère vous a donc donné beaucoup de force ! Cisco Wheeler : Même quand ils avaient encore accès à nous, au cours des cinq premières années de notre thérapie, et je vous assure qu'ils nous torturaient ! Ils nous attrapaient, nous faisaient passer des électrochocs, nous donnaient des drogues, nous violaient à répétition… Cela a duré pendant cinq ans. Malgré tous ces traumatismes, cela valait la peine de se battre. Parce que c'était la première fois que nous avions la conscience d'être des êtres humains. La programmation mentale nous avait tellement déshumanisées, qu'il était bon de pouvoir simplement se dire : "Je ne suis pas une petite chatte ! Je suis une femme ! J'ai été une petite fille ! Ces programmes n'étaient que des mensonges !" J'étais prête à mourir pour la vérité.

- 6 -

A207. Survivants des Illuminati (6)

-7-

http://www.paroledevie.org

Wayne Morris : Vous avez parlé du lien que les traumatismes créent entre la victime et son tortionnaire. Pouvez-vous expliquer ce que cela a signifié pour vous ? Cisco Wheeler : Je prends l'exemple du Docteur Green (Mengele). Il avait l'habitude de nous mettre dans des cages métalliques dans le désert torride. Il nous laissait sans manger ni boire pendant quelques heures, qui me semblaient des jours. Il nous disait que cela faisait des jours, mais le simple bon sens me permet de penser qu'il s'agissait plutôt d'heures. Nous pouvions voir à l'extérieur de ces cages, comme si nous étions des animaux. A côté de moi, il y avait d'autres cages, avec des enfants de 2, 3 ou 4 ans à l'intérieur. Le Docteur Green venait nous voir avec une marguerite à la main. Il s'approchait de moi, et commençait à effeuiller la marguerite : "je t'aime, je ne t'aime pas, je t'aime…" S'il finissait par un "je ne t'aime pas", je savais que j'allais avoir des ennuis sérieux, parce qu'il m'avait déjà montré ce que cela signifiait. Il avait terminé par un "je ne t'aime pas" devant une petite fille qui était à ma gauche. Il l'avait alors sortie de sa cage, et tuée froidement devant moi. Il voulait me montrer sa puissance et sa domination, et ce qui allait m'arriver si le Docteur Green cessait de m'aimer. Ce que je n'avais pas compris à cette époque, c'est que ce meurtre était encore calculé. C'était un meurtre véritable, mais il avait tué un enfant classé comme "irrécupérable", ou "bon à jeter". Mais comme j'appartenais à une famille d'Illuminati, il n'allait pas m'éliminer, parce qu'il avait un plan pour ma vie. Une partie de leur éducation passe par des mises en scène de ce genre. Mais le Docteur Green a quand même supprimé cette enfant qui était dans la cage. Il fallait que j'assiste à ce meurtre, parce qu'il voulait faire étalage de sa puissance. C'est cela, le lien affectif causé par un traumatisme : "Je t'aime, Docteur Green, je t'aime énormément, parce que tu aurais pu dire : "Je ne t'aime pas", et tu ne l'as pas dit. Si tu l'avais dit, je serais morte". Je croyais qu'il "m'aimait" parce qu'il m'avait épargnée. Mais cela me montrait aussi la puissance qu'avait cet homme. Essayez de comprendre ce qui peut se passer dans le cerveau d'un petit enfant qui n'a que quatre ou cinq ans ! Wayne Morris : Pensez-vous que la simple éventualité d'un traumatisme soit un facteur qui intervienne dans le lien affectif avec le tortionnaire ? Cisco Wheeler : Certainement. Vous ne saviez jamais quand vous alliez être aimée et quand vous n'alliez pas être aimée. Il pouvait changer d'attitude à n'importe quel moment. Quand mon père se montrait gentil avec moi au cours de ma programmation, il était vraiment très gentil. Mais quand il était méchant, il pouvait être abominable. Il n'avait plus aucun sentiment humain. Il devenait plus méchant qu'un animal sauvage. Il n'aurait hésité devant rien pour me faire comprendre quelque chose ! Toutefois, certaines de mes personnalités l'aiment encore tendrement et l'aimeront toujours ! Wayne Morris : D'après vous, combien d'enfants faisaient l'objet d'une programmation mentale à l'époque ? Cisco Wheeler : Je sais qu'en 1968 il y en avait 2 millions. Depuis, je ne connais pas leur nombre, car je n'ai plus accès à la documentation des Illuminati. Mais si je devais citer un chiffre pour aujourd'hui, je dirais qu'il y en a bien 10 millions. Wayne Morris : Comment saviez-vous qu'il y en avait 2 millions en 1968 ? Cisco Wheeler : Parce que j'étais programmeur, et que j'avais accès aux documents internes des Illuminati. Wayne Morris : Ils étaient donc capables de programmer leurs victimes pour qu'elles soient à leur tour des programmeurs ! Comment faisaient-ils ? Cisco Wheeler : Ils vous forment pour être programmeur. Vous devez comprendre que le système que les Illuminati créent en vous est composé de nombreux niveaux. Certaines parties de ma personnalité étaient programmées pour être mes "mères", et ces "mères" étaient formées pour être des programmeurs. Wayne Morris : Ils vous ont donc formée aux techniques de la programmation mentale ? Cisco Wheeler : Oui.

- 7 -

A207. Survivants des Illuminati (6)

-8-

http://www.paroledevie.org

Wayne Morris : Sur qui pratiquiez-vous la programmation ? Sur les membres d'autres familles d'Illuminati ? Cisco Wheeler : Sur les enfants des Illuminati. Nous ne travaillions pas en-dehors du système des Illuminati. Wayne Morris : Puisque vous apparteniez à une famille d'Illuminati, quel était leur plan pour votre vie ? Pour quelles fonctions vous ont-ils programmée ? Cisco Wheeler : Au plus profond du système des personnalités multiples, il y a ce que l'on appelle les "mères". Ce sont elles qui sont le fondement du système. J'avais trois "mères" qui étaient placées sur un piédestal. Leur seul but était de régner avec l'Antichrist en tant que reines, lorsqu'il montera sur son trône. De même que Dieu a une Epouse, Lucifer a aussi son épouse. Cette épouse est composée de toutes les "mères des ténèbres". C'est l'aspect essentiel de leur système. Wayne Morris : Qui sera donc cet Antichrist ? J'ai entendu parler d'un certain "Seigneur Maitreya". Est-il l'un des candidats à cette fonction ? Cisco Wheeler : Il n'est qu'un précurseur, un disciple. Il vous faut comprendre le système luciférien des Illuminati. En fait, leur système dépend de ce que dit la parole de Dieu. Cela peut sembler blasphématoire… Mais lorsque Dieu a envoyé Son Fils sur la terre, Christ a choisi douze disciples, qui L'ont suivi. L'Antichrist sera aussi trois en un, et il aura aussi douze précurseurs. C'est le cas de Maitreya. Il n'est qu'un précurseur, comme Jean-Baptiste a été le précurseur de Jésus-Christ. Wayne Morris : Savez-vous comment les Illuminati vont accomplir cela ? Cisco Wheeler : Ils l'ont déjà accompli, en nous volant nos libertés constitutionnelles, en ayant un gouvernement secret à côté du gouvernement visible, en créant des famines, des guerres et des bruits de guerre, en privant les Américains et les Canadiens des libertés qu'ils avaient. Wayne Morris : Comment tout cela est-il relié à ce que l'on appelle le Nouvel Ordre Mondial ? Cisco Wheeler : Le Nouvel Ordre Mondial est en fait composé d'un groupe d'hommes, au sein des Illuminati. Ce sont treize familles principales qui dominent et contrôlent le monde. Ce sont eux qui écrivent le scénario et qui mettent la pièce en scène. Il y aura un accomplissement total de tout ce qu'ils ont prévu pour l'Amérique, le Canada et le monde entier. Je n'en doute absolument pas. Wayne Morris : Que va-t-il donc se passer dans un avenir proche, selon vous ? Cisco Wheeler : Je crois que tous les peuples de la terre vont très bientôt se réveiller, et réaliser que les Bourses se sont effondrées, et que le système financier du monde est en faillite complète. Ils vont réaliser que leur nourriture et leurs produits agricoles sont contaminés, que leur système médical est entièrement contrôlé par les Illuminati, parce que les Illuminati se sont infiltrés dans tous les domaines de notre vie. Ils vont réaliser qu'ils ne peuvent plus rien décider pour leurs enfants, et que le gouvernement sera celui qui décidera réellement pour eux. Le gouvernement peut les contrôler n'importe où et n'importe quand. Ils vont réaliser que leurs églises ne sont plus ce qu'elles semblaient être, et qu'elles ont été infiltrées. Il ne reste plus rien. Il n'y a aucun domaine qui ne soit pas contrôlé par les Illuminati et leurs familles ! Wayne Morris : Y a-t-il un moment fixé pour l'instauration d'un gouvernement mondial de type militaire ? Cisco Wheeler : Oui, certainement. Je m'attends déjà à ce que l'année 1998 soit une année très troublée, dans la mesure où les gens vont comprendre que leur gouvernement n'est pas celui qu'ils croyaient, et que les personnes en qui ils avaient confiance les ont trahis. Wayne Morris : D'après vous, comment les Illuminati vont-ils contrôler la colère de ces gens et mettre leur plan à exécution ? Comment vont-ils réagir ? Cisco Wheeler : Ils élimineront tous ceux qui ne voudront pas se soumettre au Nouvel Ordre Mondial. Tous les opposants seront éliminés.

- 8 -

A207. Survivants des Illuminati (6)

-9-

http://www.paroledevie.org

Wayne Morris : Pensez-vous qu'ils utiliseront leurs esclaves mentaux programmés, pour éliminer les opposants ? Cisco Wheeler : Absolument, cela ne fait pas de doute. Wayne Morris : Comment cela va-t-il se passer, selon vous ? Cisco Wheeler : Ils ont un contrôle absolu sur leurs esclaves mentaux, au moyen de codes de programmation déjà définis et implantés en eux. Ils peuvent donc faire sauter un pont, assassiner n'importe quel dirigeant encombrant, quel qu'il soit, gouverneur, maire ou pasteur. Ils enverront leurs esclaves pour éliminer tous ceux qui s'opposeront à leur plan, tous ceux qui ne voudront pas se plier à leur volonté et accepter leur plan. Tout est prêt pour cela. Je vous garantis que tout est déjà prêt ! Wayne Morris : Un certain nombre de survivants ont parlé d'une "programmation de la fin des temps", qui, lorsqu'elle sera déclenchée, permettra aux Illuminati de prendre le pouvoir. Est-ce à cela que servira cette programmation ? Cisco Wheeler : Oui, certainement. Très certainement ! Les Illuminati ont déjà programmé leur horloge. Minuit va bientôt sonner. Quand l'heure sonnera, c'est l'enfer qui va se déchaîner sur le monde entier ! Wayne Morris : Avez-vous une idée de la date ? Cisco Wheeler : Je ne donne pas de dates. Je ne suis pas Dieu, et les choses peuvent toujours changer. La date peut changer, en raison de certaines circonstances dont les Illuminati doivent tenir compte dans leur programme. Cela peut s'accélérer, ou au contraire traîner un peu, parce que tous les rouages doivent être mis en place, et tout doit être en ordre pour que l'on puisse entrer dans le Nouvel Ordre Mondial. Il faut que tout soit parfaitement en ordre. Wayne Morris : Que pensez-vous que l'on puisse faire pour arrêter ce mouvement, ou du moins pour se préparer à ce qui vient ? Cisco Wheeler : Je crois que les gens ont besoin de comprendre qu'il y a un temps pour pleurer, et un temps pour se battre. Tous les hommes et toutes les femmes doivent comprendre à l'avance ce qui se passe, et décider par eux-mêmes. Quand ils observent autour d'eux, s'ils sont honnêtes avec eux-mêmes, ils doivent se rendre compte que tout se dégrade complètement, et que quelque chose de grave se prépare. Il faut que chacun regarde où il en est, que chacun observe le monde qui l'entoure, et que chacun se prépare pour le pire, car c'est bien le pire qui vient. Il faut que nous soyons prêts, à notre place, et pouvoir être dans l'état d'esprit qui nous permettra de répondre aux soldats qui viendront frapper à notre porte pour enlever nos enfants : "Non ! Pas moi, ni ma maison !" Nous sommes dans un combat. C'est le temps de se battre ! Wayne Morris : Vous avez dit que vous aviez puisé des forces dans votre colère, pour vous décider à dénoncer ce que font les Illuminati. Depuis que vous avez acquis une certaine liberté, qu'avez­ vous fait pour dénoncer ce qu'ils font ? Comment prévenez-vous le grand public ? Cisco Wheeler : J'ai écrit trois livres en collaboration avec Fritz Springmeier. J'ai donc révélé tout ce que je connaissais des Illuminati, puisque j'en faisais partie, et nous avons mis par écrit toutes mes expériences. Parce que j'étais programmeur, j'ai pu comprendre de l'intérieur ce qui se passe dans le cœur de Lucifer. Car la programmation mentale et les actions des Illuminati sortent vraiment du cœur de Satan lui-même. Il veut écraser le peuple de Dieu, et le monde dans son ensemble. Wayne Morris : Que faudrait-il encore faire, d'après vous, pour dénoncer ces choses et prévenir le grand public ? Cisco Wheeler : Pour comprendre ce qui se passe dans le cœur de Satan, il faut absolument que vous compreniez qui sont les Illuminati, et ce qu'ils font. Il faut savoir ce qu'ils ont fait jusqu'à présent. Pour comprendre cela, il faut avoir un certain recul et être éclairé. Sinon, vous marcherez dans les ténèbres. Vous croirez savoir, mais en réalité vous ne savez rien, jusqu'au jour où vous tombez réellement dessus, par exemple en lisant mon livre ou un article à ce sujet. J'ai pris la peine

- 9 -

A207. Survivants des Illuminati (6)

- 10 -

http://www.paroledevie.org

de tout mettre par écrit. Qu'ils soient écrits par Fritz Springmeier, par moi ou quelqu'un d'autre, il existe aujourd'hui des documents précis sur la programmation mentale et le contrôle mental. Il faut que les gens sachent ce qui se passe ! S'ils sont dans l'ignorance de ce qui a déjà été fait, ils ne sauront pas ce qui se prépare, contre leurs familles et leurs enfants. Wayne Morris : Que doit-on donc comprendre, en ce qui concerne les croyances des Illuminati et ce qu'ils sont en train de faire ? Cisco Wheeler : Il faut comprendre que les Illuminati sont tout simplement des satanistes, et qu'ils ne reculeront devant rien. Ils sont prêts à tout. Ils se considèrent eux-mêmes comme des dieux, et leur seul maître est Lucifer. Ils ont prêté serment à Lucifer pour le servir comme leur prince, comme leur "père de lumière". Ils ont signé avec leur sang des engagements solennels, pour mettre en œuvre les plans de Satan, pour réaliser tout ce qui est prévu pour la fin des temps, et pour installer l'Antichrist sur son trône. C'est ce qu'ils font depuis des siècles. Wayne Morris : Pensez-vous que le public en général doive comprendre le fonctionnement de la programmation mentale, et comment les Illuminati ont réussi à mettre en place cette programmation ? Cisco Wheeler : Oui, absolument ! Si les gens ne comprennent pas comment fonctionne la programmation mentale, ils ne vont rien comprendre à ce qui se prépare dans leur dos, au niveau des écoles, des églises et de la politique. Il faut absolument que les gens comprennent comment les Illuminati les contrôlent complètement depuis le berceau, et que presque tout ce qu'on leur a raconté n'est que du mensonge ! Wayne Morris : Est-ce que la programmation mentale est importante pour les propres familles des Illuminati, et pour l'accomplissement de leurs objectifs ? Cisco Wheeler : Les Illuminati sont très loyaux envers eux-mêmes. Ils se considèrent comme des dieux. Ils restent à l'intérieur de leur propre structure, que ce soit au niveau des familles royales ou des treize familles principales des Illuminati. Si vous n'appartenez pas à l'une de ces familles, vous ne pourrez jamais faire partie des Illuminati, parce qu'ils transmettent leur héritage satanique de génération en génération. Tous les membres de ces familles sont impliqués depuis des générations. On ne fait pas partie des Illuminati comme cela, par hasard. Wayne Morris : Cela semble aller bien plus loin que des liens familiaux ordinaires, puisqu'ils font passer les membres de leurs propres familles par la programmation mentale. Il me semble que cela est très important pour eux, pour continuer à poursuivre leurs objectifs. Cisco Wheeler : C'est vrai, car ils se sont consacrés à Lucifer, que j'appelle à présent Satan, car c'est ce qu'il est réellement. Ils croient en la doctrine du satanisme, c'est-à-dire que s'ils règnent comme des dieux, s'ils obéissent à l'appel de Lucifer, s'ils restent fidèles à leurs serments de sang, ils règneront avec lui en Enfer. Ils ne craignent pas l'Enfer. Ils n'ont aucune crainte de l'Enfer. Ils sont persuadés que s'ils font ce que Satan leur demande, ils seront des dieux avec lui en Enfer, et ils règneront sur tous ceux qui peupleront l'Enfer. Ils deviendront des dieux avec Satan. C'est un énorme mensonge. Mais ils croient en ce mensonge. Que puis-je dire ? C'est vraiment le fondement de leur doctrine : ils croient qu'ils seront des dieux en Enfer. Ils veulent tous devenir des dieux, parce qu'ils se considèrent eux-mêmes comme des dieux. A ce titre, ils n'acceptent aucune autre autorité que celle de Lucifer. Ils n'obéissent qu'aux ordres de Lucifer. Il leur dit exactement ce qu'ils doivent faire, et ils le font. Wayne Morris :Pensez-vous que les Illuminati soient motivés par une soif de puissance et la séduction de la puissance ? Est-ce cela qui les motive ? Cisco Wheeler : Ils sont motivés par l'argent, l'honneur, la puissance et la gloire. Mais ce sont en fait les démons qui les motivent depuis des générations. Wayne Morris : Ils se sont donc mis au service… Cisco Wheeler : De Lucifer et de ses démons. Oui, ils sont complètement possédés.

- 10 -

A207. Survivants des Illuminati (6)

- 11 -

http://www.paroledevie.org

Wayne Morris : Avec Fritz Springmeier, vous êtes en train d'aider d'autres victimes de la programmation mentale. De quelle manière votre compréhension de ces techniques vous a-t-elle permis d'aider les autres ? Cisco Wheeler : Je peux aider d'autres victimes de la programmation mentale, et j'offre mon assistance gratuitement. Comme j'ai aussi écrit plusieurs livres avec Fritz Springmeier, ces victimes peuvent aussi bénéficier de toutes les informations écrites dans ces livres. Et je suis disponible si d'anciennes victimes veulent prendre contact avec moi ou me poser des questions, parce que beaucoup d'entre elles rencontrent les mêmes problèmes que ceux que j'ai rencontrés. Parfois ils ont simplement besoin de quelqu'un qui les écoute. En travaillant avec des survivants de la programmation mentale, je peux comprendre la complexité de leur situation, et tout ce qui leur a été fait, sans les juger. Quand ils me disent qu'ils ont été programmés mentalement, et que ce sont les Docteurs Green, Black, Blue ou Star qui les ont programmés, je sens aussitôt mon cœur s'unir à eux, parce que je suis passée par ce qu'ils ont connu. Je veux les aider. Je vois le chemin qu'ils ont parcouru, et je veux leur dire tout ce qui peut les aider et leur donner la force de continuer à avancer vers la guérison. C'est très important pour moi. Wayne Morris : Quand vous travaillez avec d'autres survivants, est-ce que le fait qu'ils se souviennent des traumatismes de leur conditionnement les aide à désactiver leur programmation ? Cisco Wheeler : Il est certain que travailler avec quelqu'un qui a connu ce qu'ils ont connu, et qui peut leur confirmer que c'est vrai, cela les aide. Nous avons besoin de confirmations. A cause des atrocités qui ont été commises contre nous, pour nous asservir au point que nous n'avions même plus conscience de notre condition d'êtres humains vivant sur cette terre. Vous voyez ce que je veux dire ? Quand un survivant m'appelle pour me raconter ses souvenirs, je peux lui dire : "Tu es sur la bonne piste ! Tes souvenirs ne te mentent pas ! Je peux te confirmer ce que tu me dis. C'est bien cela qui est arrivé, je connais bien ce programme…" Je ne leur parle pas de la nature des programmes, parce que ce serait très dangereux. Mais je les laisse me raconter ce qu'ils savent. Puis je leur donne une confirmation pour leur montrer où ils en sont. Wayne Morris : Qu'est-ce que l'on peut encore faire pour que ces victimes guérissent ? Que recommanderiez-vous pour les aider ? Cisco Wheeler : Je crois que l'une des choses les plus importantes est de bien se rappeler que nous étions tous des esclaves. Nous étions sous la poigne de fer du maître le plus cruel. Nous étions contrôlés par des individus très sadiques, et ils nous traitaient d'une manière épouvantable. Vous ne traiteriez même pas un animal de cette façon ! Il faut donc être très sensible à cela, parce que nous avons beaucoup souffert. Tout notre être a été constamment violé, le corps, l'âme et l'esprit. Les survivants ont donc besoin d'entendre quelqu'un leur dire qu'il comprend leurs souffrances, qu'il est aussi passé par là, et qu'il peut les écouter. Car nous avions été programmés pour croire que si nous racontions quelque chose, tout le monde nous traiterait de menteurs, ou alors qu'ils nous feraient mettre en prison ou exécuter pour tous les crimes que nous avons commis, et que de toutes façons personne ne nous croirait. Regardez ce qui s'est passé pour l'Holocauste. Est-ce que tout le monde croit réellement ce qui s'est passé ? Le monde ne veut pas entendre parler de l'Holocauste. Les gens n'y croient pas vraiment. Cela fait longtemps que cela s'est passé, et les gens n'ont pas envie de croire que cet Holocauste s'est réellement passé. Et ce que nous avons subi n'est pas moins terrible que ce que subissaient les prisonniers des camps de concentration. Wayne Morris : Pensez-vous que vous aviez été conditionnés pour vous persuader que personne ne vous croirait ? Cisco Wheeler : Bien sûr ! Quand nous, ou Fritz Springmeier, commençons à parler des sévices rituels et de tout ce qui se passe au cours des fêtes rituelles sataniques, beaucoup de gens pensent intérieurement que c'est trop fort, et ils bloquent leur intelligence pour ne pas laisser passer ce message. S'ils acceptent de l'entendre, et s'ils le reçoivent, cela signifie pour eux que toutes les choses qui leur ont été racontées depuis leur enfance ne sont que des mensonges. Et pourtant, ce que nous racontons s'est réellement passé. Les gens qui nous entourent sont programmés pour croire des contes de fées, et cela les aide… Wayne Morris : Oui, nous avons parlé avec Fritz Springmeier de l'utilisation de tous les éléments de la culture, des films, le Magicien d'Oz…

- 11 -

A207. Survivants des Illuminati (6)

- 12 -

http://www.paroledevie.org

Cisco Wheeler : Oui, et d'Alice au Pays des Merveilles… Wayne Morris : Tout cela est donc fait pour renforcer la programmation, parce que les gens sont attachés à ces éléments de leur culture populaire… Cisco Wheeler : Même si vous n'êtes pas passé par une programmation mentale à base de traumatismes, vous faites tout de même partie d'un monde où tout est artificiel, et où l'on fait croire aux gens des contes de fées. Les Illuminati leur cachent soigneusement la réalité, parce qu'ils savent que les gens ont besoin d'être sécurisés. Wayne Morris : Il semble aussi que les programmeurs ont déjà tout prévu pour faire en sorte que les récits éventuels des survivants soient complètement discrédités et ridiculisés, comme s'ils tentaient de faire croire aux gens que le Père Noël existe. Cisco Wheeler : Oui, ils le font pour vous discréditer. Certains de leurs programmes sont même conçus pour vous faire croire que vous êtes fous, si vous vous rappelez certaines choses. Ces programmes de folie sont implantés à un niveau très profond dans l'inconscient, par l'hypnose et les drogues. Si vous déclenchez l'un de ses programmes, et si vous n'êtes pas entouré d'une bonne équipe de soutien, vous devenez réellement fou ! Et vous finissez dans un hôpital psychiatrique. Ensuite, qui va prendre le risque de croire ce que raconte quelqu'un qui a passé six mois dans un hôpital psychiatrique ? Wayne Morris : Pourriez-vous donner à nos auditeurs quelques informations générales sur les techniques employées pour la programmation mentale ? Vous avez déjà mentionné l'hypnose, les drogues, les traumatismes… Cisco Wheeler : Oui, et les électrochocs. Je parle d'après mon expérience personnelle, et mes premiers souvenirs remontent à l'âge de 18 mois, où ils voulaient être certains qu'ils avaient bien fractionné ma personnalité et mon cerveau. Mon père était mon programmeur principal. Mais il était aussi mon père. Après ma naissance, j'ai été isolée avec mon père dans une petite pièce dans notre maison. Et c'était mon père qui prenait entièrement soin de moi. Je dépendais complètement de lui. Comme il était mon programmeur, avant que j'atteigne l'âge de 18 mois, il pouvait déjà complètement contrôler mon foie, les reins, les battements de mon cœur, mon pouls, ma respiration… Wayne Morris : Comment faisait-il pour cela ? Cisco Wheeler : Par l'hypnose, et parce que j'étais complètement liée à lui par les traumatismes qu'il me faisait subir. Nous n'avions aucun contact avec le monde extérieur. C'était lui qui s'occupait de tout. Il me nourrissait, me baignait… J'étais aussi une enfant prématurée. C'était très important, parce que j'étais très faible à ma naissance. Je pesais à peine un kilo. Mon père me conditionnait par sa voix. Il me disait toujours qu'il pouvait me contrôler complètement. Il "m'aimait" au point que j'étais complètement dépendante de lui. A 18 mois, je fus séparée de lui. Ce fut un grand choc pour moi, parce que je ne l'avais jamais quitté. Mon premier traumatisme fut quand il m'a violée. J'ai même dû subir une opération chirurgicale pour réparer les déchirures. Ce fut ce traumatisme qui fit éclater ma personnalité en un million de morceaux. En fait, je ne devrais pas dire "un million", mais plutôt des milliers de morceaux. Wayne Morris : Pour quelles tâches étiez-vous conditionnée ? Vous avez déjà mentionné que vous étiez une esclave sexuelle. Mais aviez-vous été programmée pour d'autres tâches ? Cisco Wheeler : Certaines parties de ma personnalité avaient subi les programmation Bêta et Delta, pour être des espions et des spécialistes des arts martiaux. D'autres parties étaient spécialisées dans le chantage. Les Illuminati faisaient chanter des hommes politiques, des pasteurs, et tous ceux qu'ils voulaient amener à une soumission complète à leur volonté. Wayne Morris : Comment les faisaient-ils chanter ? Cisco Wheeler : En général à l'occasion d'un acte sexuel. Ils s'arrangeaient pour qu'une personnalité ait une relation sexuelle avec une esclave sexuelle qui était programmée pour mourir au cours de l'acte sexuel. On menaçait alors cette personnalité de l'accuser de meurtre. Mais il y

- 12 -

A207. Survivants des Illuminati (6)

- 13 -

http://www.paroledevie.org

avait de nombreuses autres manières d'organiser un chantage. Parfois, l'esclave sexuel enregistrait ou filmait l'acte, ou piégeait celui qui se faisait prendre. Wayne Morris : Qui faisait chanter ces gens-là ? Cisco Wheeler : Les Illuminati, les membres de la "famille", qui voulaient soumettre leurs opposants. Certaines parties de notre personnalité passaient par la programmation Delta, pour être des assassins aux ordres des Illuminati, pour assassiner tous ceux qui se croyaient plus forts et plus intelligents qu'eux, ou tous ceux qui pensaient pouvoir les quitter sans mourir. Tous ceux-là étaient éliminés. J'étais aussi programmée pour blanchir l'argent de la drogue. Il faut que vous compreniez que toutes ces personnalités fragmentées n'avaient aucune vie propre. Mais elles vivaient uniquement à l'intérieur de notre cerveau. Ce sont des constructions mentales. Elles sont "activées" par des codes spéciaux. Elles viennent à la surface de notre conscience, et prennent le contrôle de notre corps. Elles suivent le programme préétabli, et exécutent leurs instructions. Ensuite, dès que les esclaves ont achevé leur tâche, on efface leur mémoire en leur donnant un électrochoc. Ensuite, ces personnalités retournent à l'état "dormant" jusqu'à la prochaine fois. Elles n'ont aucune conscience de ce qui se passe dans le monde extérieur, ni même conscience qu'il y ait un monde extérieur, sinon le monde pour lequel elles sont programmées. Wayne Morris : Ces électrochocs servent-ils à effacer la mémoire de l'opération ? Cisco Wheeler : Oui, pourvu qu'ils soient faits dans les 48 heures. Wayne Morris : Vous et Fritz Springmeier, vous commencez à être connus. Vous participez à des émissions de radio, vous avez écrit des livres, et des gens vous ont contactés à ce sujet. Comment réagit en général le public aux informations que vous divulguez ? Cisco Wheeler : Nous avons beaucoup de réponses positives, notamment de thérapeutes, de psychologues, de psychiatres, de pasteurs, et même de gens de l'administration et du gouvernement. On nous a dit, il y a quelques semaines, que deux membres du Congrès avaient lu nos livres et en étaient très satisfaits, parce qu'ils savent que ce que nous écrivons est vrai, et ils se réjouissent de savoir que le public en est informé. Certains nous ont même dit qu'après la Bible, c'est notre livre que tout le monde devrait lire ! Il est sûr que nous avons pas mal dérangé les Illuminati et leurs rêves de contrôle de la société, parce que les choses ne se passent pas tout à fait comme ils le voulaient. Ceux qui aiment et cherchent la vérité sont prêts à en payer le prix, parce que cela peut très bien être le seul moyen de sauver leurs enfants et de se sauver eux-mêmes. Wayne Morris : Certains spécialistes qui ont lu vos livres ont été eux-mêmes confrontés à ces problèmes au cours de leur travail… Cisco Wheeler : Oui, c'est certain. Mon travail a été confirmé par bon nombre de professionnels et de spécialistes. Certains travaillent avec des programmés multiples depuis 20 ou 25 ans, et ils ont pu confirmer ce que je disais. Wayne Morris : Et quelle est la réaction du public en général, de ceux qui ne sont pas des spécialistes ? Cisco Wheeler : Ils éprouvent une sorte de choc culturel. Comme s'ils allaient au Japon sans connaître un mot de japonais, et sans pouvoir commander ne serait-ce qu'une tasse de café ! Wayne Morris : C'est sans doute encore plus fort qu'un choc culturel de ce genre, parce qu'ils découvrent des choses qui concernent leur propre culture ! Cisco Wheeler : Ces révélations mettent en lumière tous les mensonges traditionnels. Si vous voulez connaître la vérité et être intègre, il faut accepter de faire face à ce qui se présente devant vous. Notre livre éclaire certainement les ténèbres ambiantes, ce qui vous permet de voir ce qui est en train de vous arriver. Ce ne sont pas seulement les esclaves mentaux qui sont programmés, mais le monde entier est programmé ! Nous avons été programmés pour croire que nos Présidents sont des hommes d'honneur, des hommes d'une grande intégrité. Alors que nos Présidents sont des personnages ignobles et corrompus jusqu'à la moelle, des pédophiles, des drogués, des gens qui pratiquent la magie et le satanisme. Cela ne leur fait absolument rien de sacrifier des petits enfants

- 13 -

A207. Survivants des Illuminati (6)

- 14 -

http://www.paroledevie.org

pleins de vie. Cela ne leur fait rien de se servir de leurs esclaves mentaux comme ils le font. Voilà la vérité ! Voilà ce qui se passe réellement ! Wayne Morris : Combien de livres avez-vous écoulés, en nombre d'exemplaires ? Est-ce que vous les distribuez vous-mêmes, ou avez-vous un distributeur ? Cisco Wheeler : Nous les avons publiés nous-mêmes. Si nous les avions confiés à un éditeur, les Illuminati auraient acheté tous les exemplaires imprimés, et nous aurions perdu nos livres. Wayne Morris : Ils les auraient fait disparaître ? Cisco Wheeler : Oui. Nous ne pouvions pas prendre ce risque. Wayne Morris : Je voudrais aussi vous demander si vous connaissez les noms de tous les collaborateurs de votre père, en ce qui concerne la programmation mentale ? Cisco Wheeler : Oui. Il était le collaborateur proche du Docteur Green (Josef Mengele), qui l'avait aussi formé. Il y avait aussi les Docteurs Blue, White, Star… Mais ces noms étaient des pseudonymes. Je connais leurs noms réels. Mais je ne tiens pas à les révéler, à cause des survivants qui pourraient nous écouter. Ce serait très dangereux pour moi de le faire. Wayne Morris : Que pourraient faire les gens ordinaires pour aider les survivants de la programmation mentale ? Cisco Wheeler : Tout le monde peut les aider. On peut par exemple contacter des pasteurs qui travaillent avec ces survivants, ou des thérapeutes qui connaissent le problème. Il suffit de demander aux survivants ce que l'on peut faire pour les aider, pour essayer aussi de mieux comprendre en quoi consiste la programmation mentale. Mieux nous comprendrons ce sujet, mieux nous pourrons aider des survivants. Il faut aussi les soutenir à l'époque des fêtes rituelles sataniques, ou quand leur mémoire leur revient par éclairs. Il faut les aider lorsqu'ils ont peur de sortir de chez eux, à cause de tous les traumatismes qu'ils ont subis, ou quand ils travaillent à se déprogrammer, ou quand ils ont tellement peur pour leur vie qu'ils ne veulent même plus aller à l'épicerie du coin. Il faut pouvoir être là pour les aider à laver une assiette, parce qu'ils sont si faibles parfois qu'ils n'ont même plus la force de le faire. Il faut pouvoir être disponible pour les aider même en pleine nuit, parce qu'ils souffrent tellement de certains souvenirs qui remontent. Il faut pouvoir tout simplement leur tenir la main, les encourager. Ce sont ces petites choses qui leur donnent l'équilibre nécessaire pour continuer. Il faut savoir que la guérison passe par des phases pénibles, où les survivants doivent revivre tous les traumatismes qu'ils ont subis. Il nous faut réellement appréhender ce problème avec tous les sens que Dieu nous a donnés. Il nous faut le voir, le sentir, le toucher, l'entendre, et le ressentir. Wayne Morris : Il est très difficile pour les gens de comprendre par quelles souffrances vous devez passer ! Cisco Wheeler : Je ne peux parler que pour ce qui me concerne. Quand certains souvenirs me revenaient à la mémoire, je perdais parfois le fil conducteur du processus de guérison dans lequel j'étais engagée. Il faut que la victime puisse affronter ces souvenirs pénibles sans se réfugier dans une nouvelle fragmentation de sa personnalité ! C'est nécessaire, pour garder tous nos souvenirs intacts. Chaque souvenir nous traumatise à nouveau, comme au moment où le traumatisme initial nous avait été infligé. Nous devons donc apprendre à gérer ces souvenirs, car chaque souvenir qui revient est le signe qu'il se passe quelque chose à l'arrière-plan. Ceux qui veulent vraiment aider les survivants doivent donc absolument apprendre en quoi consiste la programmation mentale. Tous ceux qui travaillent avec des survivants ont aussi besoin de se reposer de temps en temps. Il leur faut prendre quelques jours de détente de temps en temps. Ils ont besoin d'avoir parfois une bonne nuit de repos ! Mais ils ont besoin d'être certains que quand ils s'en vont, les survivants dont ils s'occupent ne seront pas repris, ou qu'ils ne sortiront pas pour se jeter dans des pièges, pour être reprogrammés et torturés à nouveau. Les Illuminati n'attendent qu'une chose, que leurs anciens esclaves commettent une erreur, pour retomber entre les mains de leurs programmeurs. Tous les esclaves ont leurs programmeurs attitrés, qui les attendent au tournant ! Ils ont à rendre des comptes aux Illuminati, qui sont prêts à les punir s'ils ne font pas ce qu'ils doivent faire, ou s'ils parlent un peu trop. Et la punition est très sévère !

- 14 -

A207. Survivants des Illuminati (6)

- 15 -

http://www.paroledevie.org

Wayne Morris : Si certains auditeurs ont le sentiment qu'ils ont pu être influencés par la programmation mentale, que leur conseilleriez-vous ? Cisco Wheeler : Je leur conseillerais de rechercher un bon thérapeute qui connaît bien son métier. Quelqu'un qui a au moins cinq années d'expérience en matière de personnalités multiples, et qui connaît les troubles de la personnalité provoqués par les sévices rituels. Quelqu'un qui sait que le satanisme existe sur cette terre. Si vous travaillez avec quelqu'un qui ne croit absolument pas aux sévices que des satanistes peuvent infliger à leurs victimes, vous perdez votre temps. Si vous travaillez avec quelqu'un qui ne connaît pas ces troubles de la personnalité, ou le fractionnement de la personnalité, vous perdez aussi votre temps. Vous n'avez pas de temps à perdre, il ne s'agit pas d'un jeu. C'est une question de vie ou de mort. Si vous ne travaillez pas avec des personnes compétentes, cela peut vous coûter la vie. Il y a beaucoup de survivants de la programmation mentale qui se suicident en cours de traitement. Wayne Morris : En fonction de votre expérience, quelle importance accordez-vous à l'existence d'une forte équipe de soutien, pour faciliter la guérison d'un survivant ? Cisco Wheeler : Une importance tout à fait primordiale. Sans une bonne équipe pour vous soutenir, je crois qu'il n'y a rien à faire, selon moi. J'ai eu le très grand privilège, dans ma guérison, d'avoir pu être aidée par Fritz Springmeier. Il a été disponible pendant des mois, et même des années, 24 heures sur 24 et 365 jours par an ! Beaucoup de thérapeutes pensent qu'il leur suffit de passer une ou deux heures par semaine avec une victime, et qu'ils apprendront toujours quelque chose, même si celle-ci se fait reprendre entre temps par les Illuminati ! La première fois que j'ai entendu cela, j'ai failli mourir ! Si c'est vous qui aviez été attrapé, violé, et torturé d'une manière inimaginable, vous ne diriez plus jamais cela ! Cette programmation touche les parties les plus profondes de votre être. Tout peut sembler aller bien à la surface, alors que certaines parties profondes de vous-même sont en train de mourir ! C'est pathétique ! Les gens ne comprennent pas à quel point ces victimes ont été traumatisées ! Quand certains programmes se déclenchent, il sont tout aussi actifs qu'ils l'étaient quand ils ont été placés, peut-être vingt ans auparavant ! Il y a eu des moments où il fallait littéralement me tenir de force pour m'empêcher de me faire mal, et je n'y pouvais rien, tellement ces programmes étaient puissants. Les gens ne comprennent pas la profondeur de ces programmes. Les Illuminati ont vraiment tout fait pour que leurs esclaves continuent à leur obéir ! Wayne Morris : Une partie du rôle de l'équipe de soutien est donc d'empêcher les programmeurs de pouvoir à nouveau contacter leurs victimes ? Cisco Wheeler : Oh oui ! Il faut des gens comme Fritz Springmeier, vraiment des gens spéciaux. Je parle pour moi-même, car je ne connais aucune autre victime qui ait pu bénéficier d'un tel secours à chaque fois que le besoin s'en faisait sentir ! Il m'a accompagnée tout le temps, même quand cela n'allait pas trop mal, car il y avait quand même beaucoup de bons jours. Notre personnalité de surface ne se souvient pas de ce qui s'est passé, il y a des murs d'amnésie, des choses que vous ne devez pas connaître. Certaines de mes personnalités de surface pouvaient contacter les thérapeutes, Fritz, ou même Dieu, mais il y avait certaines choses qu'elles ne faisaient pas. Il y avait des limites qu'elles ne franchissaient pas. Par exemple, elles ne quittaient jamais la maison vers une heure du matin. Il faut que ma personnalité de surface puisse contrôler ce qui se passe, sinon d'autres personnalités plus profondes prendront la relève ; Même quand vous dormez, c'est votre personnalité de surface qui dort, mais d'autres personnalités plus profondes sont pleinement réveillées, et prêtes à partir quelque part ! Wayne Morris : Cela a dû être extraordinairement pénible de réaliser que vous aviez été programmée à un niveau aussi profond ! Cisco Wheeler : Vous ne pouvez pas vous engager à la place de vos personnalités les plus profondes, parce que celles-ci ne savent même pas ce qui se passe à la surface. Elles sont entièrement programmées ! Elles ne feront que ce que les programmes leur ordonneront, parce qu'elles ne connaissent rien d'autre. Elles ne connaissent que les scripts qui se déroulent à leur niveau ! Wayne Morris : Je crois que c'est un témoignage de votre courage et de votre détermination, que d'avoir pu briser cette programmation comme vous l'avez fait jusqu'ici, et d'être passée par là où

- 15 -

A207. Survivants des Illuminati (6)

- 16 -

http://www.paroledevie.org

vous êtes passée. Je crois que votre témoignage représente un message d'espoir pour toutes les victimes qui vous entendent ! Cisco Wheeler : Il y a beaucoup d'espoir pour les victimes de la programmation mentale, si elles peuvent bénéficier d'une forte équipe de soutien, comme Fritz, qui était présent en permanence, et qui m'aidait à passer les mauvais caps, lorsqu'un programme se déclenchait. Il m'a aussi appris à fonctionner à deux niveaux en même temps : au niveau du programme, et au niveau de la déprogrammation. Cela m'a permis de garder mon équilibre et de retomber sur mes pieds. Vous pouvez rester branché sur un programme pendant des jours, si vous n'avez personne pour vous enseigner comment vous libérer de ces instructions programmées. Wayne Morris : Pouvez-vous expliquer comment vous avez réussi à le faire ? Comment pouviez­ vous consciemment fonctionner sur ces deux niveaux, et briser la programmation ? Cisco Wheeler : D'une part, j'étais décidée, dans mon intelligence consciente, à changer de vie et de direction. Je ne voulais plus être ce que j'avais été au service des Illuminati. Je n'en voulais plus ! Je voulais me laver les mains et quitter définitivement cet état. J'étais profondément troublée de réaliser ce qu'ils m'avaient fait, et qu'on m'avait complètement privée de mon libre-arbitre depuis ma petite enfance. Il fallait que je reconnaisse que j'avais été transformée en parfaite esclave. Je voulais à tout prix m'en sortir, et j'étais prête à mourir plutôt que de retomber entre leurs mains. Aujourd'hui, je suis toujours dans le même état d'esprit ! Cela, c'était donc le premier niveau. Le niveau où, consciemment, j'étais déterminée à me libérer de l'esclavage de la programmation. Cette détermination est très puissante ! Quel bien cela me faisait de savoir que je pouvais faire un choix librement ! J'étais comme un enfant qui a été accidenté, qui est resté des mois dans le plâtre, et qui doit réapprendre à marcher quand on lui enlève ses plâtres ! J'étais une survivante, il fallait que j'apprenne littéralement à ramper, puis à marcher, enfin à courir. C'est tout un processus. Le second niveau, c'est celui des anciens programmes qui me contrôlaient complètement. Je sais que si je me laissais contrôler par ces programmes, je serais vraiment en danger, car ils me pousseraient à me blesser, à me tuer, etc… Quand ces programmes jaillissent brusquement du subconscient pour venir au niveau conscient, ce sont certains souvenirs qui les font jaillir. Et ces programmes sont toujours associés aux traumatismes subis au moment où ils ont été implantés. La déprogrammation consiste à reconstituer toutes les instructions du programme (le script), et à mettre en lumière tous les mensonges. Quand vous découvrez un mensonge, vous l'amenez à la lumière, et le mensonge perd toute sa puissance. C'est là que survient le miracle. Tous ces programmes ne sont fondés que sur des mensonges. Par exemple, j'étais programmée pour me considérer comme une affreuse et vilaine petite fille. Mais ce n'était qu'un mensonge. Les enfants, naturellement, ne sont pas affreux et vilains. Les enfants sont beaux ! Ils m'avaient menti ! Et j'avais découvert le mensonge ! Autre chose : on m'avait fait croire que personne ne m'avait jamais aimée, en dehors de la "famille" des Illuminati, parce que je n'étais vraiment pas aimable, parce que j'avais commis des crimes, parce qu'ils avaient mis sur moi un énorme fardeau de culpabilité. Pourtant, c'étaient ces adultes qui étaient les vrais responsables. Mais ils m'avaient rendue responsable. Il fallait que je me débarrasse de mes vieux vêtements, pour me revêtir de vêtements neufs ! C'est pour cela que cette notion des deux niveaux simultanés m'a beaucoup aidée. Wayne Morris : Les Illuminati ont donc pu continuer à pratiquer leurs actes horribles sur leurs victimes, tout en se déchargeant de leur responsabilité. Cisco Wheeler : Tous les survivants le savent. Quand vous avez été programmé dès le sein maternel, lorsqu'ils vous demandent de pleurer, vous pleurez. Quand ils vous demandent de crier, vous criez. Quand ils vous demandent de manger, vous mangez. Tous les aspects de votre vie sont entièrement contrôlés. Un jour que Fritz travaillait avec l'une de mes personnalités, il me dit que j'étais une petite fille. Je lui ai répondu : "Tu es fou ! Je ne suis pas une petite fille, je suis une petite chatte !" Je me suis regardée dans un miroir, et j'y ai vu une poupée de porcelaine qui avait un visage de petite chatte. C'est ainsi qu'ils m'avaient programmée. Ils m'avaient complètement déshumanisée pour faire de moi une petite chatte esclave sexuelle, au point que je ne savais même plus que j'étais une enfant. Quand j'ai repris tous mes souvenirs pour reconstituer mon identité réelle, j'ai réalisé qu'il m'était extrêmement pénible d'accepter le fait que j'avais été une petite fille. Car, lorsque j'étais une petite fille, chaque fois que j'exprimais quelque chose d'humain, j'étais

- 16 -

A207. Survivants des Illuminati (6)

- 17 -

http://www.paroledevie.org

sévèrement torturée, jusqu'à ce que je chasse de mon cerveau l'idée que j'étais une petite fille. C'était trop pénible d'être une petite fille ! Ils avaient installé deux cages côte à côte. La première était remplie de jolis petits chatons de toutes les couleurs. Ils m'avaient mise dans la deuxième cage, près d'une sorte de casserole reliée à un fil électrique. Chaque fois que je voulais boire ou manger, et que je touchais cette casserole, je m'électrocutais. Ce n'est qu'un exemple. On me faisait honte, on me crachait dessus, on m'humiliait complètement dans cette cage, chaque fois que je me comportais en petite fille. Les Illuminati, le Docteur Green et mon père, veillaient à ce que les chatons soient toujours bien nourris, et ne manquent jamais de rien. Ils les cajolaient, les caressaient, et leur donnaient beaucoup d'amour. Cela durait de nombreux jours. Après toutes les tortures que j'avais subies, je crois que mon petit cerveau décida un jour que je n'étais plus une petite fille, et que j'étais moi aussi une petite chatte. Car les chats étaient nourris, ils n'étaient pas obligés de se coucher nus au milieu de leurs excréments, ils n'étaient pas frappés comme je l'étais. Quand ces souvenirs sont remontés, mon corps avait encore gardé la mémoire de tous les coups que j'avais reçus au cours de cette programmation ! Pendant que je travaillais sur mes souvenirs, je devais supporter les douleurs qui se manifestaient dans mon corps ! Ce n'est qu'un petit exemple pour vous montrer jusqu'où ils sont prêts à aller pour obtenir ce qu'ils veulent ! Wayne Morris : C'était vraiment très sadique ! Cisco Wheeler : Je n'y avais plus pensé depuis trois ans, mais ces petits chats sont encore aujourd'hui très puissants dans mon cerveau. Je revois encore ces chatons, et de quelle manière ils étaient bien traités. A ce moment-là, mon père m'avait totalement rejetée. Et pourtant, je l'aimais beaucoup, car j'avais été conditionnée à l'aimer. Je l'aimais en toutes circonstances. C'était mon cerveau qui avait été programmé à l'accepter, quoi qu'il fasse. Wayne Morris : Pensez-vous que votre père était aussi une victime de la programmation ? Cisco Wheeler : Je suis persuadée que mon père était aussi un "programmé multiple". Mon père était un génie à tous les niveaux. Mais il avait un côté gentil. C'était un sataniste, mais c'était aussi un musicien. Je vous l'ai dit, il travaillait pour la CIA, et il était Franc-Maçon du 33e degré. En passant, il faut savoir qu'il y a encore beaucoup de degrés au-dessus ! C'était un Grand Maître. Il siégeait au Grand Conseil des Druides. C'était un homme rempli de sagesse, et pas seulement pour les bonnes choses. Quel dommage que tout ce qu'il savait n'ait pas été utilisé pour autre chose ! Il serait allé loin ! Mais je ne peux pas respecter mon père pour ce qu'il était. Wayne Morris : Croyez-vous qu'il ait pu choisir ce qu'il faisait ? Cisco Wheeler : Non, pas au départ. Je ne le crois pas, parce c'était un problème de générations. Il était prisonnier, comme je l'étais. Mais il y a quand même une différence entre mon père et moi. Au fond de lui, il y a eu un moment dans sa vie où il a réellement su ce qu'il faisait. Extérieurement, mon père était très bien. Il aimait sa famille, il faisait bien son travail dans l'armée, il aimait les gens, et les gens l'aimaient. Mais je crois qu'il y a eu un moment, dans la vie de mon père, où il a été conscient de ce qu'il était et de ce qu'il faisait réellement en secret. Certaines barrières internes se sont brisées, au point qu'il a connu la réalité. Mais je crois qu'il a cru que cela le dépassait complètement. Cela lui aurait coûté sa vie de changer de direction. Il était allé trop loin. Wayne Morris : Manifestement, la différence entre lui et vous, c'est qu'à un moment donné, vous avez fait le choix de briser votre programmation, et de vous battre pour cela. Cisco Wheeler : Exactement. C'était un acte libre de ma volonté. Si je peux parler librement de tout ce que je faisais quand j'appartenais à la famille des Illuminati, c'est parce que j'étais programmée pour le faire. Mais quand la lumière s'est faite, quand j'ai commencé à travailler sur mes souvenirs, je savais que j'avais le choix de continuer ou non, même si mon système interne ne le voulait pas. Je voulais retrouver le droit chemin, je voulais saisir cette occasion de devenir ce que je voulais réellement être. Je ne peux pas le dire plus simplement. A présent, j'ai encore l'impression que je suis comme une enfant qui veut faire le bien. Je ne veux pas faire le mal. Je n'aime pas ce qu'ils m'ont fait, ni ce qu'ils ont fait à d'autres. C'était complètement injuste. Cela a détruit de très nombreuses vies.

- 17 -

A207. Survivants des Illuminati (6)

- 18 -

http://www.paroledevie.org

Quand j'ai commencé à sortir de ce système, et que Fritz travaillait avec moi, je lui demandais : "Ces enfants qui sont dans le monde, est-ce que leurs pères les violent ?" Il me répondait : "Non ! Les bons pères ne violent pas leurs enfants !" Je réfléchissais, je le regardais, et je lui disais : "Je me sens vraiment triste pour ces pauvres enfants, parce qu'ils ne sont pas aimés !" Il me répondait : "Oh si ! Ils sont aimés !" Je lui répondais : "Mais non ! Si ces enfants ne sont pas violés par leurs pères, c'est qu'ils ne sont pas aimés !" J'étais persuadée que l'amour consistait à violer ses enfants ! Quelle perversion ! Wayne Morris : Ils avaient complètement changé le mal en bien ! Cisco Wheeler : La première larme que j'ai versée, c'est donc quand j'ai appris que des petites filles et des petits garçons, normalement, ne sont pas violés par leurs pères ! Et que ce n'était pas une chose normale que tout le monde pratiquait ! Cela m'avait tellement perturbée que je m'étais mise à pleurer ! C'était la première fois qu'une larme coulait sur mon visage ! Parce que je me sentais tellement triste en pensant à ces pauvres enfants qui n'étaient pas aimés par leurs pères, parce que ceux-ci ne les violaient pas ! Il m'a fallu du temps pour comprendre la différence. Parce que les Illuminati nous avaient programmés pour croire que tout ce qui était bon était mauvais, et inversement. C'est quelque chose, quand vous y réfléchissez ! Aujourd'hui, quand j'y repense, je ne peux pas croire qu'ils aient eu le pouvoir de nous programmer de cette manière ! Ni qu'ils aient pu aller aussi loin ! Wayne Morris : Surtout quand il s'agit d'enfants ! Cisco Wheeler : Dans un endroit appelé Inucurran, ils avaient suspendu des cages le long des murs. Ils nous mettaient dans ces cages, en compagnie de singes, qui devaient s'occuper de nous. J'avais trois singes dans ma cage. L'un me nourrissait, un autre me battait, et le troisième me violait pour me déshumaniser ! Wayne Morris : Mon Dieu ! Cisco Wheeler : Aujourd'hui, j'ai plus de cinquante ans, et je repense encore à ces cages quand je travaille sur mes souvenirs… Quand les Illuminati voulaient faire apparaître à la surface l'une de nos personnalités enfouies, ils agissaient sur certains stimuli pour la faire apparaître. Wayne Morris : Ils manipulaient un certain contexte pour arriver à leurs fins… Cisco Wheeler : Oui, par des images dans le cerveau… Ils s'arrangent pour que les parties les plus profondes de notre personnalité n'aient jamais accès au monde extérieur. Quand j'ai ouvert mes yeux sur la réalité du monde extérieur, lorsque j'ai rencontré Fritz, je n'avais aucune idée de ce qu'était le monde extérieur. J'ai appris la liberté de pouvoir aller à l'épicerie, de savoir où elle se trouvait et comment elle était. Je ne savais rien du monde extérieur, parce que j'étais programmée pour exécuter des instructions. Ils me réveillaient, me donnaient leurs programmes, me lançaient sur leurs rails pour faire ce qu'ils ordonnaient. J'allais faire ce qu'ils m'avaient demandé, et, dès que j'avais fini, je retournais dans mon sommeil. Je n'avais aucun choix. Quand Fritz m'a appris que j'avais une famille, et que ma mère vivait encore, j'ai cru qu'il était fou ! J'ai donc appris que j'avais moi-même trois enfants adultes, et sept petits-enfants ! Quand il m'a présenté mon fils, qui avait trente ans (il est pilote), je n'ai pu que lui dire, pensant être aimable : "Je suis très contente de te rencontrer dans mon cerveau !" Par la suite, j'ai dit à Fritz qu'il était complètement fou… Quand je me regardais dans un miroir, je me voyais toujours à l'âge de 17 ans, comme une chatte programmée sexuelle… En fait, quand Fritz a voulu me dire la vérité concernant ma vie réelle, mon cerveau ne pouvait pas l'accepter, à cause de la programmation intense qu'il avait subie. Il m'a fallu deux ans pour le croire, et pour finir par admettre que je n'étais pas une chatte. Deux années d'efforts quotidiens intenses pour briser les mensonges et les remplacer par la vérité ! Vous voyez à quel point mon système défensif était fort ! Quand Fritz m'a présentée à mes enfants, je lui ai dit : "Fritz, tu es complètement fou ! Tu veux me faire croire que c'est mon fils ! Tu me dis que j'ai un fils de trente ans, et je n'en ai aucun souvenir ! Je ne me souviens même pas avoir été enceinte de lui !" Je n'avais aucun souvenir de l'avoir vu jouer quand il était enfant. Cet enfant m'était complètement étranger ! C'est vous dire à quel point mon monde intérieur était enténébré ! Je disais à Fritz : "Il a trente ans, et moi j'en ai dix-sept ! Attends un peu, Fritz ! Quelque chose ne va pas ! Tu es fou ! Tu veux me faire gober cela ? Tu veux

- 18 -

A207. Survivants des Illuminati (6)

- 19 -

http://www.paroledevie.org

que je croie cela ?" Voilà comment était devenu mon cerveau ! Mais ce n'est qu'un exemple… Fritz m'a présentée à ma mère et à mes sœurs. J'avais deux sœurs, et je ne le savais pas… Wayne Morris : Ainsi, à mesure que vos souvenirs sont revenus, et que vous avez travaillé vos souvenirs, vous avez pu reconstituer votre passé, et reconnaître vos enfants… Cisco Wheeler : Il a fallu que je reconstruise mes relations avec eux. A mesure que je devenais plus forte, et que je travaillais sur mes souvenirs, il fallait à chaque fois que je reconnaisse où étaient les mensonges. Et d'abord ce premier mensonge qui m'avait fait croire que mon père m'aimait. Je ne pouvais pas croire que mon père m'avait menti. Pas mon père ! Je ne peux pas vous dire à quel point cela a été dur pour moi de reconnaître que mon père m'avait menti ! Car si j'acceptais ce mensonge-là, il me fallait aussi accepter tous les autres. Et je ne le voulais pas. Je ne voulais pas reconnaître mon père tel qu'il était. Mais les mois ont passé, et il a bien fallu que j'affronte la vérité, que je voie en face qui était vraiment mon père, et ce qu'il avait fait. S'il m'avait traitée comme cela, moi qui étais sa fille, comment avait-il dû traiter tous les autres enfants dont il était le programmeur ! Oh, mon Dieu ! cela a failli me tuer ! Wayne Morris : Quelle terrible expérience cela a dû être pour vous, à nouveau ! J'aimerais remercier très sincèrement Cisco d'avoir accepté de nous rejoindre pour cette interview. Je sais que c'est extrêmement pénible pour vous de parler de ces choses, Cisco, et j'admire réellement le grand courage que vous avez eu pour venir témoigner. Cisco Wheeler : Merci beaucoup de m'avoir demandé de venir. (Note de Parole de Vie : Le témoignage de Cisco Wheeler nous permet de comprendre la subtilité diabolique de la programmation mentale. Il nous conforte aussi dans la certitude que seule la puissance du Seigneur Jésus-Christ peut réellement libérer ces victimes qui cherchent à se dégager de l'emprise des Illuminati. Cisco Wheeler a dit que c'était le fait d'affronter la vérité qui était le facteur libérateur. Il fallait qu'elle reconnaisse tous les mensonges qu'elle avait acceptés, et qu'elle les remplace à chaque fois par la vérité. Cela rejoint la parole du Seigneur Jésus : "Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira" ! Cela nous conforte aussi dans la certitude que seule la prédication de la Croix représente le remède absolu, et l'arme absolue dans ce combat pour la liberté ! La Croix nous libère d'un coup de toute notre vieille nature de péché et de mensonge. Il faut prêcher la Croix à ces survivants, pour qu'ils comprennent la réalité de la nouvelle naissance spirituelle, et que leurs combats se situent ensuite uniquement au niveau de l'âme, siège de la personnalité, et du corps, expression finale de cette personnalité. Nous aussi, Chrétiens nés de nouveau, nous fonctionnons longtemps à deux niveaux : au niveau de notre ancienne nature, toujours programmée à faire le mal, par la loi de péché qui habite dans le corps et dans la chair, et au niveau de notre nouvelle nature, née de nouveau en Christ, assise dans les lieux célestes, "créée dans une justice et une sainteté que produit la vérité", et "prédestinée à être semblable à l'image de Jésus". Nous aussi, nous devons travailler sur les mauvais souvenirs de notre vie passée, pour les amener à la Croix et les remplacer par la réalité de notre nouvelle nature spirituelle ! Nous aussi devons apprendre du Seigneur à nous "dépouiller" du vieil homme, pour nous revêtir de l'homme nouveau, notre esprit régénéré ! Gardons le regard constamment fixé sur Jésus et Sa Parole, pour être transformés de gloire en gloire, à Son image. C'est à cela que nous sommes prédestinés en Christ, par la grâce du Père ! Que le nom du Seigneur Jésus soit éternellement glorifié pour la liberté qu'Il nous a acquise par Son sang précieux ! Oui, l'enlèvement est proche ! Tout est prêt pour la manifestation de l'Antichrist ! Quel sera le triste sort de ceux qui seront laissés derrière, entre les mains de ces satanistes dépourvus de toute pitié, à l'image de leur maître ! Préparons-nous, restons dans la sanctification, et dénonçons avec hardiesse les œuvres des ténèbres, pour en arracher encore quelques-uns, tant qu'il est encore temps !)

- 19 -

A208. Survivants des Illuminati (7)

-1-

http://www.paroledevie.org

A208. Survivants des Illuminati (7).
Article de Wayne Morris. L’original de cet article peut être consulté en anglais sur le site Internet : http://www.mindcontrolforums.com/radio/ckln22.htm Reproduction de la traduction française autorisée, pourvu qu’elle soit intégrale, et que les sources soient indiquées.

Avertissement : Nous prévenons les lecteurs trop jeunes ou trop sensibles que cet article contient des informations susceptibles de le choquer. Nous l'invitons donc à la prudence, et même à ne pas lire cet article s'il estime qu'il pourrait avoir du mal à en supporter le contenu.
Nous publions à présent la transcription de l'interview de Brice Taylor, survivante des Illuminati. Elle a été employée comme esclave sexuelle de plusieurs Présidents des EtatsUnis et autres personnalités importantes, et a subi les pires tortures au cours de sa programmation mentale. Elle aide aujourd'hui des centaines de survivants, dans tous les Etats-Unis, à se sortir de l'emprise des Illuminati.

Wayne Morris : Bienvenue dans notre émission, Brice. Pourriez-vous commencer par vous présenter brièvement ? Brice Taylor : Mon nom est en réalité un pseudonyme, que j'ai choisi d'adopter pour me protéger, et protéger mes enfants, quand j'ai commencé à écrire un livre présentant mon témoignage. J'avais été programmée mentalement pour être esclave de notre gouvernement. Depuis 1985, je travaille à ma guérison, et à vérifier mes souvenirs. Car j'étais utilisée au plus niveau de la société, ainsi qu'au niveau international, par tous les dirigeants impliqués dans le Nouvel Ordre Mondial. Wayne Morris : Qui a été le premier responsable de votre programmation et de votre conditionnement ? Brice Taylor : Au début, c'était mon père. Il me programmait chaque jour à la maison. Mais ma mère avait aussi été programmée pour me faire subir des sévices et me programmer. En fait, c'était toute ma famille qui était impliquée dans ma programmation, mes grands-parents des deux côtés, mes tantes et oncles, et même mes frères. Quand j'ai atteint l'âge de cinq ans, on m'a conduite dans diverses bases militaires de Californie pour y être programmée. Plus tard, je suis aussi allée à l'Institut Neuropsychiatrique de l'Université UCLA, ainsi que dans des centres de la NASA. Wayne Morris : Vous rappelez-vous quand votre conditionnement a commencé ? Brice Taylor : J'ai des souvenirs qui remontent à une époque où j'étais très jeune. Ma programmation a commencé dès ma petite enfance. Wayne Morris : Que faisaient les membres de votre famille, en particulier votre père et votre grand­ père ? Brice Taylor : J'appartiens à des générations de satanistes. Mon père m'amenait avec lui en avion dans l'Iowa, où vivait mon grand-père, et ils me faisaient participer à des cérémonies sataniques. C'est là que j'ai compris que mon grand-père, qui était un homme politique extrêmement riche, appartenait à une famille qui était dans le satanisme depuis des générations.

- 1 -

A208. Survivants des Illuminati (7)

-2-

http://www.paroledevie.org

Wayne Morris : Votre famille était-elle engagée dans la programmation mentale, ou pratiquait-elle simplement des rituels sataniques ? Brice Taylor : Je ne sais pas ce que faisaient mes parents quand ils étaient jeunes, mais je crois que mon père est devenu un "programmé multiple" à la suite des horribles rituels sataniques qu'on lui avait fait lui-même subir. Mais je ne crois pas qu'il était conscient de ce qu'il faisait quand il me programmait, parce qu'il avait des personnalités multiples… Je l'ai vu souvent changer de personnalités au cours des années. Wayne Morris : Etait-ce dû au fait que votre père était aussi un programmé mental ? Brice Taylor : Oui. Mon père avait été cruellement torturé toute sa vie. Il avait eu une enfance extrêmement difficile. Même au moment où j'étais en train de guérir, il est passé plusieurs fois tout près de la mort à la suite d'accidents, qui étaient sans doute causés par sa programmation, comme pour moi par la suite... Wayne Morris : Votre famille était-elle liée aux milieux gouvernementaux ou militaires ? Brice Taylor : Pas officiellement. Mais c'était certainement le cas, comme j'ai été mise en contact avec le gouvernement et avec des militaires. Wayne Morris : Savez-vous comment ils vous ont mise en contact avec les militaires ? Brice Taylor : Je crois que tout cela est venu par mon grand-père, qui faisait de la politique. Je ne l'avais jamais rencontré avant l'âge de 10 ans. Mais dès que je l'ai rencontré pour la première fois, lorsque mon père m'a conduite chez lui en avion, c'est par la suite que j'ai été mise en relations avec toute une série d'hommes politiques célèbres, de personnalités diverses, et avec beaucoup de gens de tous les milieux. Je crois donc que cela a commencé à cause des relations de mon grand­ père. Wayne Morris : Est-ce que votre grand-père était lui aussi programmé, ou connaissait-il simplement les techniques de la programmation mentale ? Brice Taylor : Je ne le sais pas. Tout ce que je sais, c'est qu'il me torturait en présence de mon père, et aussi en présence de beaucoup d'autres hommes. Je ne peux que raconter ce que j'ai vécu, et ce que je crois être la vérité. Je sais simplement que mon père était un programmé mental, mais je ne le sais pas en ce qui concerne mon grand-père. Je ne l'ai pas assez connu. Wayne Morris : Pouvez-vous décrire à nos auditeurs ce que l'on vous a fait souffrir quand vous étiez enfant, dans la mesure où vous vous en souvenez ? Brice Taylor : C'est toujours assez difficile pour moi de le raconter, parce que cela me fait toujours beaucoup souffrir, même après tant d'années. On me traumatisait de toutes sortes de manières. On me piquait avec des épingles et des aiguilles. On me brûlait, on me suspendait par les pieds, parfois à des croix, on me faisait tournoyer, on me laissait tomber d'une table quand j'étais toute petite, on me violait, on m'obligeait à participer à des orgies, on me droguait, on me privait de nourriture et de sommeil. En plus de tout cela, à partir de l'âge de cinq ans, dans les bases militaires où j'étais programmée, on me torturait à l'aide de toutes sortes d'instruments sophistiqués, et l'on me donnait des électrochocs… Tout cela était fait pour fragmenter ma personnalité en une multitude de personnalités, qui étaient créées pour être programmées. Wayne Morris : Est-ce que vous avez continué à être programmée dans des bases militaires, après l'âge de cinq ans ? Brice Taylor : J'ai été conduite dans des bases militaires à Long Beach, en Californie, lorsque j'étais enfant, et soumise à des traitements très variés. Ils employaient des jeux de lumière, des sons, combinés avec des drogues et des électrochocs, l'hypnose et toutes sortes de tortures. Wayne Morris : C'est donc votre famille qui a travaillé sur vous au début de votre conditionnement, avant de vous livrer aux militaires pour une programmation plus pointue et plus sophistiquée ?

- 2 -

A208. Survivants des Illuminati (7)

-3-

http://www.paroledevie.org

Brice Taylor : Mon père a toujours continué à me programmer, même lorsque j'ai été confiée aux militaires pour une programmation plus poussée. Wayne Morris : Quelle était la vie publique de votre père, et quelle image publique avait-il ? Brice Taylor : Mon père était soudeur, et il se comportait en père parfait. Il pourvoyait très bien aux besoins de sa famille, et tout le monde le connaissait comme un homme charmant. Personne n'avait la moindre idée de ce qu'il faisait en secret, pas même son médecin personnel. J'ai moi­ même du mal à comprendre cela, quand je vois à quelles tortures il soumettait ses propres enfants. Wayne Morris : Votre mère savait-elle ce qui se passait, et participait-elle aux tortures de ses enfants ? Brice Taylor : Ma mère me torturait de bien des manières. Lorsque j'ai commencé à retrouver mes souvenirs, je fus convaincue que ma mère était consciente de ce qu'elle faisait. Toutefois, lorsque j'ai été assez guérie pour aller la trouver et lui dire que je savais tout ce qu'elle m'avait fait subir, je l'ai vue se mettre à pleurer, et elle m'a dit : "Je veux bien te croire, mais je ne me rappelle pas t'avoir traitée comme cela !" J'étais certaine que ma mère, à un niveau subconscient, a sans doute su ce qu'elle faisait, mais elle ne pouvait plus s'en souvenir. Si j'en suis convaincue, c'est parce qu'elle n'a pas contesté ce que je lui ai dit, ce qui est très inhabituel pour un survivant. D'habitude, ils réagissent en disant que cela ne s'est jamais produit. Mais ma mère n'a pas réagi ainsi. En fait, elle m'a même financièrement aidée pour publier mon livre, car, à cette époque, je me cachais pour échapper à la mort, et je n'avais aucune source de revenus. Elle a continué à m'aider jusqu'à aujourd'hui. Quoiqu'elle n'ait aucun souvenir de ce qui s'est passé, elle continue quand même à pleurer quand je lui parle de mes souvenirs. Wayne Morris : Vous rappelez-vous avoir vu votre mère participer à des cérémonies sataniques ? Brice Taylor : Oui. Je me rappelle avoir vu ma mère torturée et traumatisée au cours de cérémonies sataniques, qui étaient organisées dans certaines églises chrétiennes, la nuit. Ma mère était une femme battue. Elle ne s'en souvient pas beaucoup, mais mon père la battait. En fait, certaines des personnalités de mon père étaient des tortionnaires, mais d'autres personnalités ne l'étaient pas. Ma mère a été terriblement torturée, et je sais qu'elle a été programmée d'une manière toute spéciale pour me conduire dans des aéroports tard le soir ou tôt le matin, quand je servais d'esclave sexuelle au niveau international, ou pour des hauts dirigeants de notre gouvernement et des personnalités du monde du spectacle. Mais elle ne se souvient de rien. Toutefois, même aujourd'hui, elle a beaucoup de mal à se rendre à l'aéroport, et elle ne comprend pas pourquoi cela l'effraye tant. Pour moi, ce sont des signes qui me montrent qu'elle se doute réellement de ce qui s'est passé, même si elle est amnésique à cause de sa programmation. Wayne Morris : Est-ce qu'elle a cherché à se faire soigner ou à recevoir de l'aide ? Brice Taylor : Oui, mais ma mère a près de 80 ans. Elle m'a dit : "J'ai peur d'être complètement brisée, et de ne plus être capable de fonctionner normalement". Parce qu'elle a bien vu comment cela s'était passé pour moi. A certains moments, au cours de mon processus de guérison, je ne pouvais même plus prendre soin de moi, ni de personne. Elle me dit que ce qui peut l'aider le mieux, c'est de prendre soin de moi financièrement, et de pouvoir être avec mes enfants. Car je ne peux pas avoir beaucoup de contacts avec eux pour le moment. Ma mère est une victime. A présent que je suis complètement guérie, et que j'ai compris que ma vie avec mes enfants était tout à fait semblable à la vie que j'avais eue avec ma mère, j'éprouve une grande compassion pour elle. J'aurais aimé être présente auprès d'elle quand elle avait besoin d'être guérie, mais je la comprends. Je sais ce que cela m'a coûté de passer par tout ce processus de guérison. Cela a duré des années, et m'a coûté plus de 250.000 dollars en soins divers. Je sais donc ce que cela veut dire quand on lutte pour sa guérison, et ce que cela signifierait pour elle, dans son âge avancé. Chaque jour, je devais suivre une thérapie. Même à son âge, ma mère est incroyablement forte. Elle travaille encore autant qu'elle le peut, ce qui est vraiment un miracle ! Wayne Morris : Quand vous étiez petite, aviez-vous essayé de parler à quelqu'un des sévices que vous subissiez ? Etiez-vous même consciente de ce qui se passait ? Brice Taylor : Votre question est intéressante, Wayne. Parce que lorsque j'étais en train d'être déprogrammée et que ma personnalité se remettait en ordre, beaucoup de souvenirs me revenaient

- 3 -

A208. Survivants des Illuminati (7)

-4-

http://www.paroledevie.org

en mémoire. L'un de ces souvenirs me permet de répondre à votre question. A l'école élémentaire, l'une de mes personnalités avait été programmée pour la pornographie infantile. Voilà comment cela se passait. Pendant les cours, on nous faisait sortir de la salle de classe, pour aller "répéter à la chorale". Mon église était située tout près de la salle de classe. Alors on nous faisait sortir de la classe, et nous allions chez le directeur de la chorale pour "répéter". On nous mettait nos robes de la chorale, mais soudain nous arrêtions de chanter, et nous descendions à la cave, pour être filmés dans toutes sortes d'actes pornographiques et d'affreuses cérémonies sataniques. Mais un jour, au moment de revenir en classe, je ne sais pas pourquoi, je n'ai pas repris ma personnalité ordinaire, et je suis allée trouver la directrice de l'école dans son bureau pour lui raconter tout ce qui s'était passé, en des termes très crus. Elle a été complètement dégoûtée de m'entendre parler ainsi, et m'a ordonné d'arrêter de dire ces choses, en me disant que des enfants ne devaient pas parler de cette manière. Par la suite, chaque fois que j'essayais à nouveau de parler de cela, j'étais toujours punie. Cela finissait toujours par une punition. J'ai donc bien tenté de prévenir cette femme. Mais souvent il y avait dans l'école et dans l'église une foule de gens qui étaient eux-mêmes programmés, et qui participaient à ces sévices rituels, sans même s'en souvenir lorsqu'ils reprenaient leur personnalité "normale". C'était toute une communauté qui pouvait être traumatisée et programmée ! Il a fallu que j'attende longtemps pour que les gens commencent à croire ce que je leur disais ! Wayne Morris : Est-ce que cette directrice avait informé vos parents de ce que vous aviez dit ? Brice Taylor : Non. Wayne Morris : Où avez-vous grandi ? Brice Taylor : J'ai grandi en Californie du Sud, à Woodland Hills. C'est environ à 20 minutes de Malibu. Wayne Morris : Savez-vous si vous manifestiez à l'époque certains signes propres aux enfants qui ont subi des sévices, et qui auraient pu alerter vos enseignants ? Brice Taylor : L'exemple que je viens de vous donner est significatif. J'étais une enfant qui semblait avoir connaissance de perversions sexuelles que normalement des enfants ne connaissent pas. On me considérait donc toujours comme une enfant à problèmes, qui dérangeait tout le temps la classe et qui n'était jamais tranquille. J'étais toujours le clown de la classe ! Je crois que je manifestais certains signes cliniques que les enseignants d'aujourd'hui auraient remarqué, en particulier mes changements fréquents de personnalité. Je changeais manifestement de personnalité. Je m'en suis aperçue par la suite quand j'ai été guérie. Je suis certaine que quand les enseignants et d'autres adultes auront plus d'informations sur ces désordres de la personnalité, ils auront des yeux pour voir ! Wayne Morris : Quand avez-vous réalisé pour la première fois que vous aviez subi une programmation mentale ? Brice Taylor : En 1985, à la suite d'une blessure à la tête. J'ai eu un accident de la circulation, une collision frontale, et ma tête est passée au travers du pare-brise. Pour la première fois de ma vie, j'ai eu accès à ce moment-là à toutes les parties de mon cerveau, et j'ai commencé à avoir des souvenirs de mon passé. J'avais tellement de souvenirs qui me revenaient que cela m'était difficile de les appréhender. Il y en avait trop ! Mais quand ces souvenirs sont remontés, cela a déclenché un certain programme, qui m'a fait croire que je devenais folle. J'avais été programmée pour croire que j'étais folle, si jamais je devais retrouver la mémoire. En 1987, exactement à la même date que mon premier accident, j'en ai eu un autre. Je suis tombée de cheval, et je me suis sérieusement blessée à la tête et au dos contre un arbre. C'était un 12 avril à 9h15 du matin, exactement au même moment que mon premier accident. A la suite de ce nouvel accident, d'autres souvenirs sont remontés, encore plus précis, des visions par éclairs. Même mon corps revivait les traumatismes subis. Je me sentais comme droguée. J'avais mal à certaines parties précises de mon corps. Il a fallu, au cours de ma thérapie, que j'apprenne à gérer cela, et que je reconnaisse ce que cela signifiait. A cette époque, je préparais une maîtrise en psychologie clinique à l'université, quand ma mémoire a recommencé à fonctionner. Il a fallu même que j'abandonne un moment mes études avant d'obtenir mon diplôme. Mais cela m'a aussi permis de savoir beaucoup de choses sur ces processus psychologiques, et sur ce qu'il fallait que je fasse pour obtenir ma guérison.

- 4 -

A208. Survivants des Illuminati (7)

-5-

http://www.paroledevie.org

Wayne Morris : C'est vraiment étrange que vous ayez eu ces deux accidents le même jour et la même heure, à deux ans d'intervalle ! Pensez-vous que cela soit dû au hasard, du moins en ce qui concerne le second accident ? Brice Taylor : Je crois que ces accidents avaient été planifiés. Je le dis parce que le 10 avril 1991, deux jours avant l'anniversaire de mes accidents, quelqu'un m'a donné un billet de 1 dollar sur lequel étaient écrits des numéros de code de programmation, et aussi "12 avril". Quand j'ai montré ce billet à ma thérapeute, elle a compris que mes accidents avaient été provoqués. Chaque fois que les Illuminati m'envoient des signes comme celui-ci, cela me sert aussi à valider et à contrôler ce qui s'est réellement passé. Wayne Morris : Vous pensez donc que vous aviez été programmée pour avoir ce second accident ? Brice Taylor : Je crois qu'ils m'avaient programmée pour avoir un accident, au cas où je commencerais à retrouver la mémoire. Ils voulaient me tuer. Mais c'est ce que je suppose. Je sais que j'ai continué à être utilisée à l'époque. Même au moment où je croyais que je m'étais libérée de leur emprise, en 1991 ou 1992, et même en 1993, ils continuaient à m'utiliser. Je crois qu'ils voulaient au moins me blesser au point que je ne pourrais plus fonctionner. Je ne sais pas. Je n'ai pas toutes les réponses. Wayne Morris : Vous connaissez aussi le témoignage de nombreux autres survivants. Pensez-vous que les Illuminati emploient fréquemment la technique de l'accident programmé, s'ils voient que leurs victimes commencent à retrouver la mémoire ? Brice Taylor : Oui, je le crois. Je crois qu'à mesure que les gens améliorent leurs connaissances, ils sont de plus en plus capables de se rendre compte de tout ce qui s'est passé. J'ai reçu des lettres de survivants, d'abord de toute l'Amérique, et à présent du monde entier, qui ont subi toutes sortes d'accidents étranges, notamment à la tête. Tout cela était programmé. Mais, heureusement pour nous, et malheureusement pour nos programmeurs, beaucoup de ces accidents à la tête ont permis de briser nos barrières amnésiques. Maintenant, tous ceux qui ont eu ce genre d'accidents peuvent se rappeler de mieux en mieux ce qu'ils ont vécu ! Wayne Morris : Rappelez-vous ce qui est arrivé récemment à Michael Kennedy et à Sonny Bonno : ils ont eu des accidents de ski, et sont entrés en collision avec un arbre. Cela ressemble beaucoup à ce qui vous est arrivé. C'est ce qui me vient immédiatement à l'esprit. Comment êtes-vous parvenue à briser votre programmation mentale, et à quel moment cela s'est-il passé ? Brice Taylor : Je suivais une thérapie quotidienne depuis 1987, quelquefois deux séances par jour. J'écrivais tous mes souvenirs chez moi. Je dessinais aussi, et je travaillais sur mon corps. Je faisais tout ce que je pouvais pour guérir. J'étais donc en train de guérir, et de "fusionner" à nouveau toutes mes personnalités fractionnées, quand j'ai reçu ce billet d'un dollar avec cette inscription, en 1991. A cette époque, j'étais soignée par le Docteur Catherine Gould, thérapeute en Californie. Elle travaillait depuis des années avec des enfants qui avaient subi des sévices rituels, et qui avaient une personnalité dissociée. Je l'avais rencontrée au cours de mes études, alors que je voulais moi­ même me former comme thérapeute. Elle a commencé à répondre à mes questions au sujet de la programmation mentale. Elle a pu me donner quelques informations, mais pas grand-chose. Aucun des thérapeutes que je connaissais n'avait jamais entendu parler de sévices rituels sataniques, ni même de personnalités multiples. Personne ne pouvait m'aider à comprendre ce que je disais, ni répondre à mes questions. Mais dès que j'eus appris l'existence de la programmation mentale, mes propres programmes ont commencé à se dévoiler. J'ai commencé à remplir des pages et des pages pour mettre tous ces programmes par écrit, avec leur mode d'emploi. J'ai pu en faire des dessins, que je présente à présent dans les séminaires que j'anime. J'ai commencé à comprendre que cette programmation était bien plus complexe que je ne l'imaginais, et j'ai eu peur pour ma vie et pour la vie de mes enfants. Mais je ne savais pas où aller. Ma thérapeute m'a aidée à aller sur une île à Hawaï, juste pour y passer une semaine pour mettre de l'ordre dans mes pensées, et pour réfléchir à ce que j'allais faire. J'ai commencé à réaliser que mon ex-mari était aussi une victime de la programmation mentale, et que j'avais encore beaucoup de choses à apprendre. Finalement, je suis restée cinq semaines sur cette île. Mais j'ai dû rentrer, pour tenter de sauver mes enfants. Pendant mon séjour sur cette île, beaucoup de souvenirs me sont revenus concernant mes contacts avec des personnalités du gouvernement et du monde du spectacle. Je n'avais pas beaucoup d'argent ni de soutien. Il y avait

- 5 -

A208. Survivants des Illuminati (7)

-6-

http://www.paroledevie.org

un couple qui m'aidait. Je me suis procurée un ordinateur. Je vivais très frugalement, et je passais beaucoup de temps à écrire mes souvenirs et à "re-fusionner" mes personnalités. Je comprenais à présent que j'avais été utilisée à un très haut niveau dans notre gouvernement. Je luttais contre la programmation qui me faisait croire que je devenais folle. J'ai commencé à être assez forte dans ma tête et dans mon corps pour être capable de reconnaître les personnes qui m'étaient envoyées pour essayer de me récupérer. Je pouvais aussi appeler certains amis au téléphone, qui m'avaient conseillé de le faire jusqu'à ce je sois complètement libre. Je les appelais, et ces personnes pouvaient vérifier et confirmer mes souvenirs. Je leur en suis toujours très reconnaissante. Je ne comprenais pas pourquoi des hommes en costume me suivaient partout en voiture. Peu à peu, tout cela a commencé à se mettre en ordre. J'ai pu reconstituer le puzzle de ma vie. En 1991, je commençais à guérir, et j'étais tout juste au stade de réapprendre à "ramper". Mais les Illuminati avaient encore parfois la possibilité de me contrôler, et ils m'ont poussée à me prostituer, en même temps que ma fille, quand j'étais sur cette île. Cela m'a profondément choquée quand je l'ai pleinement réalisé, une fois que j'ai été guérie. Mais ma guérison avançait, et c'est pour cela que je pouvais comprendre ce qui se passait réellement. Wayne Morris : Savez-vous jusqu'à quand vos tortionnaires ont pu continuer à vous utiliser ? Brice Taylor : Je ne suis pas encore tout à fait sûre de la date, mais je crois que c'était jusqu'au jour de l'entrée en fonctions du Président Clinton. C'est la dernière fois qu'ils ont pu m'utiliser. Wayne Morris : Vous avez dit que les premiers thérapeutes qui vous avaient suivie n'avaient aucune idée de la programmation mentale. Que faisiez-vous donc avec eux ? Est-ce que vous aviez commencé à travailler sur votre mémoire ? Brice Taylor : J'ai commencé par faire simplement une psychothérapie et une analyse. C'est complètement idiot de faire une psychothérapie avec quelqu'un qui est programmé mental. Mais ils n'avaient aucun moyen de le savoir. J'avais au moins quelqu'un qui s'occupait de moi, même s'il ne comprenait rien, jusqu'à ce que mes souvenirs commencent à revenir, et que je me sente plus en sécurité. Mon thérapeute me considérait tout le temps comme si j'étais vraiment cinglée ! Ce sont d'abord les souvenirs des sévices sexuels subis dans mon enfance qui me sont revenus en mémoire, puis les sévices rituels sataniques, enfin les souvenirs concernant mon travail d'esclave pour le gouvernement. Wayne Morris : Vous avez donc commencé à recouvrer votre mémoire pendant que vous étiez traitée par ces thérapeutes… Quand vous avez commencé à vous libérer de l'emprise des Illuminati, ou quand ils ont cessé de vous utiliser, qu'avez-vous fait exactement pour y parvenir ? Comment cela s'est-il passé ? Brice Taylor : En fait, je travaillais avec quelqu'un des services secrets, un "renégat". J'ai vécu avec lui pendant un an et demi. C'est lui qui m'a révélé tous les programmes, les clefs, et les codes secrets qui me faisaient changer de personnalité. Il me faisait changer de personnalité en employant un code, et tous les souvenirs associés à cette personnalité me revenaient en masse. J'allais alors écrire des volumes entiers sur ce qui s'était passé, quand cette personnalité me dominait. J'avais été programmée pour avoir une mémoire photographique. La mémoire traumatique est différente de la mémoire ordinaire. Je pouvais entièrement revivre les scènes passées avec tous mes sens, ce qui me permettait ensuite de vérifier ces souvenirs. Autrement, je n'aurais eu aucun moyen de connaître normalement tous ces dossiers absolument secrets, qui concernaient la vie politique du monde entier, et les relations secrètes des dirigeants de notre monde ! Wayne Morris : Savez-vous de quelle manière ils vous avaient programmée pour avoir une telle mémoire photographique ? Brice Taylor : C'était fait sous hypnose, et avec certaines drogues. Seules certaines de mes personnalités avaient cette mémoire photographique. Wayne Morris : Vous avez écrit votre témoignage dans un livre : "Starshine : One woman's valiant escape from mind control" (Lueur étoilée : comment une femme s'est vaillamment libérée du contrôle mental). Vous décrivez dans ce livre certains équipements électroniques qui vous ont aidée

- 6 -

A208. Survivants des Illuminati (7)

-7-

http://www.paroledevie.org

à retrouver la mémoire et à briser votre programmation mentale. Pouvez-vous décrire en quoi consistait cette technologie ? Brice Taylor : Il s'agissait en fait des mêmes équipements qui étaient employés pour programmer les gens, et dont le membre des services secrets dont je vous ai parlé m'avait expliqué le fonctionnement. Ces équipements pouvaient être aussi employés pour déprogrammer les gens. Jusqu'à présent, je n'ai jamais pu trouver quelqu'un, au niveau du gouvernement, qui ait accepté de reconnaître publiquement l'existence de ces équipements. Toutefois, j'ai beaucoup d'espoirs dans ce domaine pour aider des survivants à guérir. Je suis même en train de créer une entreprise spécialisée dans le biofeedback et l'analyse des ondes cérébrales. En fait, il s'agit d'un ordinateur qui enregistre et analyse vos ondes cérébrales, et qui permet donc à un survivant de se rendre compte dans quel état mental il se trouve, en reconnaissant les types d'ondes associées à divers états mentaux. Beaucoup de survivants ont subi par exemple la programmation Thêta, (très dangereuse). Cet appareil leur permet de reconnaître à quel moment ils commencent à passer en ondes Thêta, pour revenir aussitôt au niveau des ondes Bêta, qui sont les ondes correspondant à notre état conscient normal… Cet appareil aide donc les survivants à réintégrer leurs fonctions mentales normales. J'ai acheté l'un de ces appareils, et j'ai commencé à travailler avec ma fille depuis quelques mois. Et ses progrès sont pratiquement miraculeux. Bien sûr, elle avait très peur au début qu'il s'agisse encore d'une nouvelle forme de programmation mentale, mais cela lui a permis de sortir de ses états hypnotiques, et de vivre d'une manière qui lui était impossible de vivre auparavant. Je crois que cet appareil est actuellement le meilleur pour déprogrammer des survivants du contrôle mental. C'est une technologie inoffensive et douce, qui ne provoque pas le réveil de souvenirs physiques pénibles. Tous ceux qui sont intéressés peuvent contacter l'entreprise qui a mis au point cette technologie, "EEG Spectrum". Je vous donne son numéro de téléphone aux Etats-Unis : 1-800-789-3456. Son adresse Internet est http://www.eegspectrum.com. (NDE : L'entreprise qui fabrique ce matériel s'appelle NeuroCybernetics, http://www.neurocybernetics.com. Il faut normalement être un professionnel de la santé pour obtenir le droit d'utiliser ce matériel). Wayne Morris : Si je comprends bien, cet appareil vous permet de voir quelles sont les ondes cérébrales que vous émettez à un moment donné, et d'ajuster votre manière de penser (pour éviter les "mauvaises ondes"). Comment est-ce que cela fonctionne ? Brice Taylor : Fondamentalement, l'ordinateur vous renseigne sur les ondes cérébrales que vous émettez, et vous "récompense" quand vous parvenez à modifier les ondes cérébrales considérées comme nuisibles… Je travaille avec des enfants qui ont des désordres de la personnalité ou qui sont dyslexiques, et il suffit souvent de deux ou trois séances pour qu'un enfant de 10 ou 11 ans qui n'était jamais parvenu à lire puisse commencer à lire, ou pour qu'un enfant traité à la Ritaline abandonne son traitement, parce qu'ils parviennent à prendre conscience de l'état cérébral dans lequel ils se trouvent. Des enfants et des adultes peuvent donc y parvenir, parce que cet appareil fonctionne au niveau du système nerveux central (conscient). Il est très efficace et me donne beaucoup d'espoirs pour l'avenir. Wayne Morris : J'aimerais maintenant parler de certaines techniques employées pour votre programmation mentale. Vous rappelez-vous quel était le rôle de l'hypnose dans votre programmation ? Brice Taylor : L'hypnose était constamment utilisée au début de ma programmation, par mon père ou les autres programmeurs. Ils m'ont souvent emmenée dans des Disneylands ou dans différents autres endroits où la réalité était délibérément mélangée à la fiction. L'hypnose était toujours pratiquée en association avec des drogues. Quand j'étais programmée dans des bases militaires ou à la NASA, on employait aussi toutes sortes d'instruments sophistiqués. On me donnait des électrochocs, des commandements sous hypnose, et des drogues qui permettaient à ces suggestions sous hypnose de pénétrer profondément dans mon subconscient. Wayne Morris : A quoi servaient ces drogues ? A vous rendre plus réceptive à l'hypnose ? Brice Taylor : Les drogues étaient utilisées de bien des manières. Je ne suis pas médecin ni chirurgien du cerveau, pour vous dire comment tout cela fonctionnait. Mais je crois que les drogues étaient utilisées pour que je ne puisse plus fonctionner au niveau de mon intelligence consciente, pour que la programmation pénètre à des niveaux très profonds.

- 7 -

A208. Survivants des Illuminati (7)

-8-

http://www.paroledevie.org

Wayne Morris : Juste pour ouvrir le subconscient… Et à quoi servait précisément l'électricité ? Quel rôle jouait-elle dans la programmation mentale ? Brice Taylor : Lorsque j'étais enfant, on me "choquait" chez moi avec de simples fils électriques. Quand j'ai été un peu plus grande, on a pris des électrodes utilisées pour le bétail, puis, un peu plus tard, des "pistolets électriques". Plus tard encore, dans les bases militaires, on a employé un équipement électronique plus sophistiqué. Je crois que les électrochocs étaient employés pour fragmenter la personnalité. Quand vous recevez un électrochoc, cela affecte tout votre champ énergétique, et ce traumatisme crée une dissociation de la personnalité. Cela permet de vous programmer à un niveau subconscient très profond, car vous ne fonctionnez plus au niveau conscient. Wayne Morris : Quand vous étiez programmée avec ces appareils très sophistiqués, quel était le rôle de l'électricité ? Brice Taylor : Je crois que son rôle était le même. Il y a actuellement d'anciens membres des services secrets ou de l'armée qui commencent à se rappeler qu'on leur administrait sous hypnose des drogues et des électrochocs, et qu'on leur donnait alors des ordres pour certaines missions à accomplir. Je crois que nous avons encore beaucoup à apprendre dans ce domaine, à mesure que de plus en plus de survivants se manifestent. Ils constituent de plus en plus des sources crédibles d'information, et ils commencent à révéler le contenu de dossiers top secrets ! Wayne Morris : Pensez-vous qu'ils employaient aussi l'électricité pour effacer des souvenirs de votre mémoire ? Brice Taylor : En fait, le membre des services secrets qui m'avait aidée me disait que le pistolet électrique était employé pour effacer environ 20 minutes de mémoire, avant et après un certain événement. Ils étaient sûrs que cela effacerait complètement tout souvenir pendant cette période. Pourtant, j'ai pu retrouver tous mes souvenirs, malgré les électrochocs, les drogues et tout, parce que rien n'a réussi à effacer complètement ma mémoire ! Aucune des techniques employées pour effacer notre mémoire n'a fonctionné de manière satisfaisante. Je crois que c'est pour cette raison qu'il y a aujourd'hui tant de survivants qui se souviennent de ce qu'ils ont vécu ! Wayne Morris : Comment vos souvenirs sont-ils revenus exactement ? Est-ce que c'étaient des souvenirs conscients, ou des sensations dans votre corps ? Brice Taylor : Mes souvenirs remontaient de toutes les manières possibles, à tout moment de la journée. Quand j'ai commencé à guérir, je crois que pendant dix ans environ je n'ai pas vécu normalement, parce que j'étais tout le temps en train d'écrire et de vérifier tous les souvenirs qui me revenaient. Parfois c'étaient certaines choses dans mon environnement qui faisaient remonter des souvenirs. Dès qu'ils commençaient à remonter, je suivais à la trace mes souvenirs, jusqu'à ce qu'ils deviennent clairs dans ma conscience. J'avais comme des éclairs, très précis et nets, comme si la chose venait de se passer, alors que cela remontait à 10 ou 20 ans ! Cela se passait très souvent, et je tenais tout le temps un journal. J'écrivais tout ce qui m'arrivait. Parfois, c'étaient de tout petits morceaux d'information, mais ensuite tout s'assemblait pour faire un tableau complet. Je me rappelais même l'âge que j'avais au moment où nos divers Présidents ont commencé leur mandat. Tout s'assemblait comme pour un puzzle, pour faire un tableau parfait. Je n'aurais jamais pu inventer tout cela moi-même, même si j'avais essayé de le faire ! Wayne Morris : Vous avez mentionné les équipements sophistiqués employés dans les bases militaires ou à la NASA. Pouvez-vous les décrire, et quels effets avaient-ils sur vous ? Brice Taylor : Je devais souvent m'asseoir sur une chaise spéciale, comme celle qui est employée pour former les astronautes. Ils m'attachaient sur cette chaise. Ils utilisaient une bonne partie des équipements employés pour entraîner les astronautes : des centrifugeuses, des simulateurs d'apesanteur, des caissons dans lesquels j'étais privée de toute sensation… Certains appareils employaient des signaux lumineux et sonores, associés à des électrochocs. D'autres appareils m'envoyaient un certain son dans une oreille, et un autre son dans l'autre oreille. On me programmait à l'aide de sons : on associait un son à un commandement, souvent dans un état hypnotique. Au début de ma guérison, quand je téléphonais, j'entendais dans le combiné certains sons électroniques qui perturbaient ma pensée, et je ne pouvais plus réfléchir normalement. Il fallait que je réalise que ces sons étaient associés à certains ordres, auxquels je n'obéissais plus,

- 8 -

A208. Survivants des Illuminati (7)

-9-

http://www.paroledevie.org

mais il m'a fallu plusieurs années pour ne plus être troublée, même si cela m'arrive encore. Les appareils qui me faisaient entendre des sons différents dans chaque oreille étaient très puissants pour brouiller l'intelligence consciente, et pour injecter à ce moment-là des messages dans le subconscient ou l'inconscient. Ce sont des moyens très puissants de contrôler les gens ! (NDE : D'où le grand danger de toute forme de passivité). Wayne Morris : Que faisaient-ils précisément pour vous empêcher de vous rappeler ce que vous faisiez ? Brice Taylor : Ils m'injectaient des programmes mentaux qui troublaient le fonctionnement normal de mon cerveau, dès que je commençais à me rappeler quelque chose. Ou alors, je me mettais à dormir, ou je me sentais brusquement très fatiguée. J'avais des migraines, des accidents, je voulais me suicider ou me blesser… Il a fallu que je me batte pendant plusieurs années contre ces programmes, pour rester vivante. J'avais une foule de "bombes à retardement" qui avaient été placées en moi, pour me rendre folle ou me tuer. Quand vous réalisez que tout cela s'ajoutait à de multiples autres problèmes externes, au fait que mes enfants avaient aussi été programmés, et au fait qu'il était presque impossible de retrouver ses souvenirs sans que vous ayez un coup sur la tête ou quelque chose de ce genre qui vous secoue réellement… ! Je sais que tous les traumatismes que nous avons subis, mon mari, mes enfants et moi-même, étaient vraiment destinés à me garder sous le contrôle des Illuminati. Il a fallu que je lutte contre mon instinct maternel, lorsque j'ai décidé de parler, car c'est l'un des instincts les plus forts. Mais j'ai compris que mes enfants seraient plus en sécurité si je parlais, que si je gardais le silence. Même si je suis toujours tourmentée par mes persécuteurs, qui me téléphonent pour prononcer certaines phrases programmées… Cela n'arrête pas ! Wayne Morris : Est-ce que votre programmation a utilisé des éléments de la culture populaire ? Vous avez mentionné qu'on vous avait amenée à Disneyland… Brice Taylor : Ils ont utilisé tous les éléments qui font rêver habituellement les enfants. J'ai vu tous les films de Walt Disney, et ils les ont tous employés abondamment pour me programmer, d'autant plus abondamment que je devais être utilisée dans les milieux de la haute politique. On m'a montré beaucoup de films qui servaient de support à une programmation très profonde. Ce n'étaient pas les films eux-mêmes qui contenaient les programmes, mais ils étaient utilisés pendant la programmation. Par exemple, le film "Lost Horizons" (Horizons perdus) a été utilisé pour m'enlever toute notion de l'âge que j'avais. C'est le thème du film. J'étais aussi programmée pour vieillir si je quittais les Illuminati… Ils ont employé toutes sortes de films et de livres très connus pour leur programmation. Wayne Morris : Pensez-vous que les films qui sortent actuellement sont encore utilisés pour la programmation mentale ? Brice Taylor : Oui, et d'une manière plus profonde qu'auparavant. Les gens ne savent pas à quel point les enfants sont influencés par les images et les messages audibles qu'ils perçoivent dès leur plus jeune âge. Ce sont ces éléments qui conditionnent leur psychisme et leur système de valeurs. Même s'ils ne sont pas mentalement programmés, nos enfants peuvent être mentalement contrôlés, et nous devons soigneusement surveiller les informations qu'ils reçoivent, car cela peut les influencer pendant toute leur vie. Je crois que les gens doivent absolument se rendre compte à quel point on est en train actuellement de détruire le psychisme des enfants. Si les parents regardaient les films de Walt Disney avec des yeux d'enfants, ils seraient horrifiés d'en constater les effets, comme pour beaucoup d'autres films et programmes de télévision ! Wayne Morris : A-t-on aussi employé la musique pour vous programmer ? Brice Taylor : Oui. J'ai même été programmée par la musique pour tomber amoureuse de mon mari ! Les paroles de la chanson étaient liées à mes émotions pour déclencher des sentiments qui me faisaient sentir que j'étais amoureuse. J'ai pu observer par la suite qu'ils me jouaient de la musique à certains moments très importants, quand je devais être utilisée pour une mission donnée. J'ai aussi été utilisée dans l'industrie de la musique et du spectacle. J'ai pu voir comment certains musiciens très célèbres étaient des programmés mentaux. Leur musique et certaines paroles étaient codées. Souvent, j'étais chargée par l'élite de transmettre certains messages codés à ces gens du spectacle. Je leur donnais même les phrases qu'ils devaient prononcer en direct sur l'estrade quand ils étaient en concert. Je crois aussi que beaucoup de gens étaient programmés

- 9 -

A208. Survivants des Illuminati (7)

- 10 -

http://www.paroledevie.org

pour se rendre à leurs concerts, pour les idolâtrer, ou pour devenir hystériques. Tous ces gens éprouvaient ensuite le besoin de se rendre constamment aux concerts de leurs idoles, pour que leur programmation puisse être renforcée. C'était un moyen de veiller à ce que la programmation de tous ces fans soit conservée intacte, et soit constamment renforcée, pour pouvoir mieux les contrôler. Wayne Morris : Parlons de votre livre. Qu'est-ce qui vous a tout d'abord motivée pour témoigner de vos expériences, et pour quelle raison avez-vous choisi d'adopter la forme d'un roman ? Brice Taylor : C'était pour rester en vie ! A cette époque, je me déplaçais constamment, je changeais de ville et d'Etat constamment. La Docteur Catherine Gould m'avait recommandé de rester en contact avec elle, ainsi qu'avec Ted Gunderson, un agent du FBI à la retraite qui aidait des survivants. Je voulais rester en vie, tout en ayant un moyen d'expliquer aux gens ce qui se passait. Je voulais me préserver, et préserver mes enfants. Je voulais aussi aider d'autres survivants, pour qu'ils ne se sentent plus seuls, et qu'ils ne croient plus qu'ils étaient fous, comme moi-même j'avais été aidée… Wayne Morris : Pensiez-vous que le fait d'écrire ce livre représentait comme une police d'assurance pour vous-même ? Brice Taylor : Absolument ! J'ai même expliqué à un membre des services secrets que j'avais écrit un livre, et je lui ai confié une lettre dans laquelle je révélais absolument tout, les noms des lieux et des personnes, les dates, etc…, en lui disant que s'il m'arrivait quelque chose, à moi ou à mes enfants, il fallait publier ma lettre le plus largement possible. Finalement, cela a fini par créer autour de moi et de mes enfants un vrai mur de protection. Wayne Morris : J'allais vous demander pourquoi vous avez choisi de ne nommer personne, mais je pense que vous venez de me répondre… Brice Taylor : Au départ, je l'ai fait sur la recommandation de Catherine Gould, pour rester en vie. Je voulais aussi simplifier la compréhension du problème pour le grand public. A un moment donné, je révélais les noms, mais les gens avaient beaucoup de mal à accepter que leurs idoles ou les gens qu'ils considéraient comme des héros puissent être réellement ce que je leur disais, des tortionnaires qui nous avaient fait terriblement souffrir, mes enfants et moi. Je crois que la forme du roman est un moyen simple permettant d'aider les gens à comprendre la réalité. Wayne Morris : Pourriez-vous me dire simplement, d'une manière générale, quels étaient les hommes de la politique ou du monde du spectacle qui vous utilisaient ? Brice Taylor : Des célébrités internationales, des acteurs célèbres… Mon "propriétaire" officiel était d'ailleurs un acteur célèbre dans le monde entier… Des chefs d'Etat, des Présidents des Etats-Unis, des magistrats, des avocats, des hommes politiques de tous les niveaux, des gens du spectacle très connus, des musiciens, des pasteurs, des dentistes, des médecins… La liste est longue ! Je sais par expérience que des chefs d'Etat et des acteurs de Hollywood, comme beaucoup d'autres, sont eux­ mêmes programmés. Ils ont besoin d'en sortir et d'être guéris ! Wayne Morris : Pensez-vous que ces acteurs travaillaient aussi pour les services secrets ? Brice Taylor : Je n'en sais rien. Je dirais simplement que je le suppose. Par exemple, j'étais souvent escortée jusqu'à la maison d'un acteur célèbre par deux hommes en complet veston dans une limousine noire, quand j'allais donner un programme à cet acteur. C'est ce qui me fait penser que des services secrets devaient être dans le coup. Wayne Morris : Comment peut-on se procurer votre livre ? Est-ce que sa distribution est satisfaisante ? Brice Taylor : Je peux déjà vous donner une adresse où l'on peut se le procurer. Il suffit d'envoyer une lettre et un chèque au Brice Taylor Trust, PO Box 655, Landrum, S. Caroline 29356 (USA). J'ai aussi écrit un autre livre, "Revivication", qui présente une méthode "douce" pour aider les survivants à retrouver leurs souvenirs. Mes deux livres coûtent 25 dollars, port compris. On peut aussi les commander par l'intermédiaire d'une librairie.

- 10 -

A208. Survivants des Illuminati (7)

- 11 -

http://www.paroledevie.org

Wayne Morris : Vous sentez-vous complètement libérée du contrôle mental ? Est-ce que vos anciens tortionnaires essayent encore de vous récupérer ? Brice Taylor : Je me considère comme absolument libre, mais je suis toujours harcelée. Quoique cela va mieux depuis que j'ai écrit mon livre. Le harcèlement est simplement verbal à présent. Ou alors je reçois des lettres qui s'efforcent de relancer ma programmation… Wayne Morris : Pouvez-vous nous parler avec un peu plus de détails des missions que vous confiaient vos maîtres ? Brice Taylor : Il y aurait beaucoup à dire ! J'ai été utilisée par un membre de la National Security Agency (Agence pour la Sécurité Nationale), ainsi que par une personne souvent très proche de nos Présidents. J'étais programmée pour avoir une mémoire photographique, et le gouvernement m'utilisait pour cela. C'était comme si j'avais un ordinateur dans le cerveau. On se servait aussi de ma mémoire photographique pour que je serve de moyen de communication entre les membres de l'élite sociale, ceux qui travaillaient à mettre en place le Nouvel Ordre Mondial. Il fallait que leur plan soit bien orchestré au niveau mondial. J'étais aussi utilisée comme esclave sexuel pour nos Présidents, des chefs d'Etat étrangers ou des acteurs connus, aux Etats-Unis et à l'étranger. A cette occasion, je leur transmettais aussi des messages de l'élite mondiale, pour la mise en œuvre de leurs plans. J'étais aussi utilisée pour blanchir de l'argent, pour la pornographie, la prostitution, etc… Wayne Morris : Avez-vous gardé le souvenir des détails contenus dans les dossiers secrets que vous conserviez dans votre mémoire photographique ? Brice Taylor : Oh oui ! Et j'ai passé des années à tout écrire et tout vérifier. Ce sont des dossiers très secrets qui concernent le Nouvel Ordre Mondial. Wayne Morris : Que pouvez-vous nous dire, pour avertir le public de ce qui se prépare, et quelle est la nature de ce Nouvel Ordre Mondial qui se prépare ? Brice Taylor : Je vous parle de ce que je connais personnellement. J'ai fréquenté tous ces gens de l'élite politique et financière mondiale. Ce qu'ils préparent, c'est en gros une prise de pouvoir au niveau du monde entier. Cette élite pense que les populations du monde sont génétiquement inférieures. Elle veut donc réduire considérablement cette population mondiale, par divers moyens, ou même la faire carrément disparaître, afin que notre planète soit repeuplée par une race supérieure, c'est-à-dire par leur propre progéniture. Wayne Morris : Peut-être est-il un peu trop tard pour qu'ils puissent faire cela ? Brice Taylor : Oui, parce qu'il y a beaucoup de survivants qui commencent à parler, comme moi. Je suis donc persuadée que les membres de l'élite doivent être en train de modifier certains de leurs plans, pour atteindre leur objectif final, celui qu'ils poursuivent depuis des générations. On dirait que ces super cerveaux s'amusent à jouer un jeu, pour voir de quelle manière ils peuvent manipuler et contrôler tous ces "petits cerveaux" qui peuplent la planète, et qui sont leurs victimes inconscientes. Même ceux qui ne sont pas mentalement programmés sont leurs victimes. D'après ce que j'avais compris, ils préparent une énorme crise économique et financière mondiale, à côté de laquelle la Grande Dépression de 1929 serait un jeu d'enfant. Ils veulent mettre le monde à genoux, financièrement parlant. Ils seraient alors en mesure de proposer leur secours, qui ne serait pas évidemment un vrai secours. J'aimerais lancer ici un appel à tous ceux qui participent à ce système, mais sans le savoir, comme certains membres des services secrets, services qui sont très compartimentés, certains scientifiques, inventeurs, ou même Francs-Maçons de rang inférieur, qui ne comprennent pas qu'en réalité ils servent les intérêts de ceux qui sont corrompus et sans scrupules, et qui cherchent à détruire l'humanité, hommes, femmes et enfants. Je les exhorte à ouvrir les yeux, et à comprendre que ceux qu'ils servent travaillent en fait à les détruire, eux et leurs familles. Ils doivent recouvrer leur liberté spirituelle, pour savoir de quelle manière ils doivent agir, de quelle manière ils doivent regarder la vérité en face, et discerner les mensonges, la propagande, et les stratégies qui inspirent la télévision, le cinéma, etc…

- 11 -

A208. Survivants des Illuminati (7)

- 12 -

http://www.paroledevie.org

J'ai travaillé avec ceux qui concevaient les stratégies capables d'influencer les pensées et les systèmes de valeurs des populations. Ils voulaient que les gens croient des choses qui leur permettraient de réaliser leur plan. Mais je crois que la programmation mentale a été leur point faible. Parce qu'ils voulaient qu'il n'y ait aucune bavure, et que les programmés mentaux soient parfaitement contrôlés et restent amnésiques. Je voudrais donc demander à tous ceux qui nous écoutent d'ouvrir leurs yeux, et de ne plus considérer comme vrai tout ce que le gouvernement ou les services secrets leur disent, mais de se poser des questions et de commencer à réfléchir par eux-mêmes. Wayne Morris : De manière précise, comment la programmation mentale devait être utilisée dans la prise de pouvoir envisagée ? Brice Taylor : Je crois qu'ils disposent leurs gens à des positions de pouvoir, pas seulement dans l'Armée, mais dans les milieux politiques, économiques et religieux. Ce sont des gens qui sont eux­ mêmes programmés mentaux, et qui peuvent être utilisés comme des marionnettes, pour exécuter tous les ordres de leurs chefs. Les gens croient que ce sont eux qui élisent leurs Présidents. Mais j'ai travaillé avec ceux qui choisissaient d'avance et formaient les futurs Présidents, qui leur disaient ce qu'ils devaient dire et faire, comment et quand le dire et le faire… Je transmettais toutes sortes de messages et d'instructions aux Présidents et aux chefs d'Etat, dans le monde entier, pour leur dire ce qu'ils devaient dire et faire ! J'ai vu comment des gens naïfs qui ne se doutaient de rien pouvaient être manipulés, retournés et contrôlés par des esclaves comme moi. J'étais bien habillée, bien maquillée, avec de beaux bijoux, et je savais employer toutes les techniques de séduction sexuelle. Ma fille, moi-même, et tant d'autres, nous étions programmés pour cela. Nous savions détecter et utiliser toutes les faiblesses des hommes, pour leur offrir de la drogue, de l'argent ou tout ce qu'ils désiraient. Une fois que ces hommes étaient attirés dans le piège et obligés de commettre certains actes répréhensibles, ils étaient filmés et enregistrés, et on les faisait chanter pour qu'ils obéissent aux ordres de la hiérarchie. J'ai pu ainsi observer comment des personnalités très haut placées pouvaient être piégées lors de réceptions organisées par l'élite, où l'alcool et la drogue coulaient à flots, et où toutes sortes de perversions étaient pratiquées. On leur donnait tout ce qu'ils voulaient. C'était de la perversion au plus haut niveau. Wayne Morris : Vous parlez de l'élite mondiale. Je viens juste de diffuser les interviews de Fritz Springmeier et de Cisco Wheeler. Ils disent que ces gens de l'élite mondiale sont aussi connus sous le nom d'Illuminati. Etes-vous d'accord avec eux ? Brice Taylor : Ce terme n'était pas utilisé par les membres de cette élite. Mais ce sont bien les mêmes anciennes familles, notamment financières. Si je ne donne pas de noms, c'est aussi parce qu'il y en a trop ! De toutes manières, ce ne sont pas les noms qui sont vraiment importants pour nous aider à régler ce problème. Ce qui est important, c'est de révéler ce qui se passe. En outre, quelqu'un, qui est membre des services secrets de la Maison-Blanche depuis 29 ans, m'a dit que je pouvais tout raconter, pourvu que je ne donne pas de noms. Je veux que mes enfants continuent à guérir et soient en sécurité. Je crois aussi que tous ces gens très haut placés ont tout autant besoin de guérir que mes enfants. Wayne Morris : Je voudrais vous reparler de l'économie. Comment vont-ils réussir à manipuler l'économie pour qu'elle s'effondre ? Brice Taylor : Je crois que nous vivons dans une société qui est artificiellement "gonflée". Pas seulement au niveau du gouvernement, mais de la population en général. Nous avons tous été formés à employer des cartes de crédit, à acheter à crédit, à nous endetter. Nous finissons par ne plus rien posséder réellement. Si vous provoquez un crash financier, tout ce que les gens ont épargné et investi sera perdu, parce que ce sont souvent des richesses virtuelles. Cela handicape l'économie. Quant aux moyens spécifiques pour provoquer cet effondrement économique, je crois qu'ils vont se servir du système fiscal et des impôts, ainsi que de tout le système bancaire. Si vous étudiez les circuits monétaires et financiers, vous aurez la réponse. Wayne Morris : Pensez-vous, par exemple, que cela va aussi passer par un effondrement des marchés boursiers ?

- 12 -

A208. Survivants des Illuminati (7)

- 13 -

http://www.paroledevie.org

Brice Taylor : Je n'aime pas faire des prédictions dans ce domaine. Mais je coudrais simplement dire qu'il existe une stratégie, dont j'ai entendu parler, et qui a déjà été employées dans le passé. Je ne veux pas donner l'impression que je connais parfaitement la réponse. Ce serait manquer de respect envers les auditeurs. Cela fait quand même quelques années que j'ai échappé à ce système, et les stratégies changent. Ils modifient leurs stratégies quand ils rencontrent un problème. Wayne Morris : Que pourrait faire le public pour déjouer leurs plans ? Brice Taylor : Je crois que les gens devraient contacter leurs élus politiques, et exiger qu'ils réclament au gouvernement de divulguer les résultats de ses expériences secrètes en matière de radiations, de drogues, de programmation mentale, etc… Il faut absolument que les gens s'informent sur le fonctionnement de la Franc-Maçonnerie, sur la programmation mentale, sur la manière dont on peut agir à distance sur les ondes cérébrales… Je crois que les gens ont besoin d'être largement informés et enseignés sur tout ce qui se passe. Je crois aussi que les gens doivent commencer à apprendre à vivre plus simplement, surtout dans le domaine financier. Ils doivent prendre le temps nécessaire pour progresser spirituellement et pour observer ce qui se passe. Malheureusement, ce qui se passe aujourd'hui ressemble à ce qui se passait dans l'Allemagne nazie. Il faut que les gens prennent position, comme l'ont fait certains Allemands qui osaient cacher ceux qui devaient être mis à mort parce qu'ils avaient des défauts génétiques. Il faut que les gens aient le courage de prendre position, et agissent pour faire changer les choses. Mais je crois que l'élite a déjà bien avancé ses pions, et que cela prendra un certain temps pour défaire ce qu'ils ont fait. Il faut déjà penser à tous ceux qui ont été mentalement programmés et qui ont besoin d'être guéris. Wayne Morris : Du point de vue de cette élite, qu'est-ce qui constitue une menace pour la réalisation de leurs plans ? Brice Taylor : Déjà le fait de révéler leurs plans représente une menace très sérieuse. Il faut que la population dans son ensemble prenne ses responsabilités. Elle doit savoir qu'il existe des projets scientifiques au niveau de la planète, comme le projet HAARP, qui modifie la fréquence de vibration de notre planète, et qui agit sur le cerveau des gens et leur manière de penser. Nous devons exiger que ce projet soit arrêté. Nous devons empêcher l'Armée de faire ses recherches et ses expériences sur toutes sortes d'armes nouvelles, souvent en secret. Ces recherches et ces expériences sont nuisibles pour l'humanité. Nous devons exiger de savoir ce que le gouvernement fait réellement de l'argent de nos impôts. C'est la population qui paye en fait ces recherches ! C'est elle qui finance indirectement la recherche sur la programmation mentale et tout le reste ! C'est elle qui est en train de financer sa propre destruction ! C'est la population qui donne à toutes ces administrations l'argent nécessaire pour financer la destruction de la planète, au lieu de l'utiliser pour améliorer l'éducation de nos enfants, pour leur apprendre à réfléchir de manière critique, d'analyser les problèmes par eux-mêmes, et leur permettre de se développer. Cette élite a conçu tous ses plans selon un modèle militariste, et dans un objectif de destruction, de contrôle, et d'exercice du pouvoir. Wayne Morris : Saviez-vous à l'époque à quelle date était fixée l'accomplissement de leurs plans ? Brice Taylor : Tout était prévu dans un délai très court. Leur plan devait initialement être accompli d'ici l'année 2000. Wayne Morris : Est-ce que les années 1998 et 1999 ont une signification particulière, dans leur système occulte ? Brice Taylor : Tout était conçu comme une perversion du Christianisme, et une perversion de Christ. Tout ce que je connaissais n'était qu'une perversion de ce qui était bon… Wayne Morris : J'ai entendu un certain nombre de survivants perler de "programmation de la fin des temps". Avez-vous entendu parler de cette programmation, et à quoi était-elle destinée ? Brice Taylor : J'avais aussi reçu cette programmation… Je sais qu'il y avait une tâche qui avait été programmée en moi, et qui concernait ce qui devait se passer dans cette fin des temps. Je crois que leurs esclaves sont programmés pour créer des chaos sans fin. La population en général ignore tout

- 13 -

A208. Survivants des Illuminati (7)

- 14 -

http://www.paroledevie.org

de la programmation mentale, de l'effet de l'émission de certains rayonnements sur les ondes cérébrales, ou de la haute technologie employée dans ces domaines. Je crois qu'elle est complètement aveuglée. C'est cela qui est dangereux. Wayne Morris : Croyez-vous que les thérapeutes et d'autres professionnels ont réussi à trouver le moyen d'annuler cette programmation ? Brice Taylor : Je crois que les thérapeutes travaillent avec diligence dans ce domaine depuis des années, et je leur rends l'honneur qui leur est dû. Je leur suis très reconnaissante. Je crois qu'ils ont beaucoup fait, et qu'ils devaient lutter contre plus forts qu'eux. Ils ont accepté de grands sacrifices, sur le plan de leur vie professionnelle et dans tous les domaines. Rien que le fait de mettre en lumière la programmation mentale a beaucoup fait pour permettre aux gens d'en prendre conscience. Cela en annule beaucoup d'effets. L'emploi de l'ordinateur dont je vous ai parlé réduit aussi considérablement le temps de la déprogrammation. Au lieu de travailler 10 ou 15 ans à cela comme auparavant, on peut y parvenir aujourd'hui en un ou deux ans, sans provoquer de traumatisme au niveau de la vie de la personne. Wayne Morris : D'après vous, combien de temps leur a-t-il fallu pour programmer tous ceux qui doivent participer à l'exécution de leurs plans ? Brice Taylor : Cela se pratique en général depuis des générations. Ce sont donc des enfants que l'on programme d'abord, et cela prend des années. J'ai su aussi qu'à partir des années 70, ils ont commencé à programmer aussi des enfants qui n'appartenaient pas à leurs familles. Ils le faisaient dans les garderies d'enfants. On ne croyait pas les enfants qui parlaient. On les a tournés en ridicule pour les discréditer. Pourtant, je fais toujours remarquer que, normalement, des enfants n'ont aucun moyen de concevoir de telles horreurs par eux-mêmes. En outre, ce ne sont pas seulement quelques enfants qui parlent, mais une multitude d'enfants dans le monde entier. Il faut examiner ce problème de manière logique. Il ne s'agit pas de ce qu'on appelle à tort le "Syndrome de la Fausse Mémoire" (NDE : Ce sont des souvenirs irréels qui viendraient de l'imagination pure, ou d'une programmation destinée à brouiller la mémoire). C'est quelque chose de bien plus grave. Les enfants ont bien d'autres choses à faire en général que de parler de toutes ces perversions. Ils n'ont pas la capacité d'inventer de telles horreurs… Wayne Morris : Vous avez fait allusion à la prostitution des enfants et à la pornographie infantile. Quel est le rôle de ces perversions dans la mise en place du Nouvel Ordre Mondial par ces élites mondiales ? Brice Taylor : D'après mon expérience personnelle, je crois que la prostitution des enfants et la pornographie infantile servaient simplement au plaisir personnel de ces élites. Ma fille et mon fils ont été ainsi prostitués, conduits dans des réceptions où chacun faisait ce qu'il voulait avec eux. Cela représente aussi une source incroyable de fonds et d'argent. Cela rapporte beaucoup, dans le monde entier. Wayne Morris : Pensez-vous que les trafics d'enfants sont très répandus aujourd'hui ? Brice Taylor : Je crois que si les gens savaient à quel point les trafics d'enfants sont répandus aujourd'hui, cela les pousserait à se mettre à genoux ! Comme le dit Ted Gunderson, cet ancien agent du FBI, tout le monde sait aujourd'hui en Californie où se trouvent les voitures volées, mais personne n'a aucune idée des statistiques d'enfants disparus, ni des endroits où on les amène ! Wayne Morris : Selon vous, quel est le nombre total des programmés mentaux ? Brice Taylor : Je n'en ai jamais su le nombre exact. Mais je sais qu'il y a beaucoup de survivants. Je reçois des lettres du monde entier. J'ai aussi entendu un jour un membre des services secrets me parler du "Projet des modèles présidentiels", celui qui concernait les esclaves sexuelles des Présidents et des membres de la super élite. Il y avait 3000 femmes programmées aux Etats-Unis pour servir d'esclaves sexuelles à l'élite et aux Présidents. Je faisais partie de ces 3000, et ma fille devait suivre mes traces. C'est comme une pyramide. A mesure que les générations passent, le nombre des esclaves grandit. Wayne Morris : Quelles similarités avez-vous remarquées dans les récits des survivants, et de quelles zones géographiques proviennent-ils ?

- 14 -

A208. Survivants des Illuminati (7)

- 15 -

http://www.paroledevie.org

Brice Taylor : Ils viennent du monde entier. Ils ne sont pas concentrés dans tel ou tel Etat. Par ailleurs, beaucoup de survivants nomment les mêmes endroits, les mêmes bases militaires. Ma fille et moi nous avons été souvent programmées à la base navale de Point Magoo. C'est là qu'ils font aussi des recherches sur les dauphins. Il y avait aussi la base aérienne Edwards, et bien d'autres bases militaires. Ils nomment aussi tous les principaux centres hospitaliers, surtout ceux où sont effectuées des recherches, ainsi que les centres de la NASA. Il s'agit d'un système bien organisé. Je ne parle pas d'une petite secte satanique ici ou là. Il s'agit d'un ensemble bien structuré et organisé. Wayne Morris : Est-ce que tous les survivants que vous connaissez racontent des expériences similaires : programmation dès l'enfance, sévices rituels sataniques… ? Quel est le pourcentage des programmés mentaux qui travaillent directement pour le gouvernement ? Brice Taylor : La plupart des survivants que je connais travaillaient plutôt au niveau local, rarement au niveau du gouvernement. Toutefois, je connais dix ou douze autres esclaves sexuelles présidentielles. Certaines femmes sont venues me voir. Elles avaient peur de me raconter toute leur histoire, mais elles me donnaient un nom dont elles se souvenaient, en me demandant si je pouvais leur confirmer si cette personne était bien un tortionnaire… Souvent, c'étaient les mêmes que pour moi. Je pouvais leur confirmer que leurs souvenirs étaient bons, et elles repartaient rassurées de voir qu'elles n'étaient pas folles. Wayne Morris : Parlez-nous des rapports avec le crime organisé, notamment pour les trafics d'enfants. Pouvez-vous parler de ce que vous avez connu ? Brice Taylor : En ce qui concerne les rapports avec le crime organisé, j'ai de nombreux souvenirs d'enfance me prouvant que j'avais des rapports fréquents avec la Maffia, comme avec la CIA, le gouvernement, ainsi qu'avec certaines facultés de médecine et bases militaires. La Mafia était employée pour les trafics d'enfants, la pornographie et la prostitution des enfants. Elle se servait de certains enfants pour attirer d'autres enfants. Certains enfants "ordinaires" étaient kidnappés dans la rue et attirés par d'autres enfants… Tout cela parce que des individus sadiques et pervers veulent assouvir leurs passions infâmes. Cela brassait aussi beaucoup d'argent… Wayne Morris : Est-ce que les trafics d'enfants sont très répandus ? Brice Taylor : Oui, je crois qu'ils sont très répandus. Je crois qu'on a trompé le public avec cette histoire de "Syndrome de la Fausse Mémoire"… La grande presse s'est aussi attachée à discréditer les témoignages de certains enfants. Pourtant, je crois qu'ils disaient la vérité. Ils disent partout la même chose. Nous aussi, les survivants, nous sommes discrédités par les médias… Mais on a programmé beaucoup d'enfants dans les écoles maternelles, même des enfants qui n'appartenaient pas à des familles de satanistes. Tous ceux-là, plus tous ceux qui sont kidnappés dans les rues, vont alimenter les trafics d'enfants. Pourtant, le public en général ne nous croit pas quand on leur dit ce qui se passe. Il est trop incrédule. Même les établissements hospitaliers et les églises ne nous croient pas en général. Ils ne croient pas que de telles atrocités puissent être pratiquées dans notre pays. Ils sont donc incapables d'aider ces enfants, ni d'aider les survivants qui cherchent du secours. Ils sont également incapables d'agir pour faire arrêter cela. Wayne Morris : Il semble que ce soit l'incrédulité du public qui permette à ces atrocités de se perpétuer… Brice Taylor : … Les grands secrets sont toujours protégés par l'incrédulité du public. Je crois que les stratèges de ce plan savent très bien ce qui s'est passé dans l'Allemagne nazie. Les gens continuent à croire qu'une bonne partie de toutes ces horreurs ne se sont jamais produites. Ils ne veulent pas croire, parce que c'est trop horrible. Wayne Morris : En parlant de l'Allemagne nazie, il faut rappeler que de nombreux scientifiques nazis ont trouvé refuge aux Etats-Unis après la deuxième guerre mondiale. Aviez-vous rencontré des nazis vous-même ? Brice Taylor : Oui… Ces nazis ont pu trouver refuge chez nous, en toute immunité. Ils ont continué à travailler dans nos universités et nos centres de recherche, pour mettre au point les techniques de programmation mentale. On leur a fourni des cobayes humains pour leurs expériences, dont moi et mes enfants nous avons fait partie… Quand j'étais petite, je me souviens

- 15 -

A208. Survivants des Illuminati (7)

- 16 -

http://www.paroledevie.org

que ma mère m'avait dit un jour que mon père était allé à une réunion néo-nazie avec ma grand­ mère. Pendant ma guérison, il m'arrivait souvent de dessiner des croix gammées… J'ai aussi vu ce symbole nazi employé dans les cérémonies sataniques… Alors que le grand public a encore du mal à admettre l'existence des horreurs nazies, les mêmes choses continuent à être pratiquées en secret chez nous… Wayne Morris : Pensez-vous que les expériences nazies dans les camps de concentration visaient à mettre au point la programmation mentale ? Brice Taylor : Certainement. J'ai visité l'an dernier le Musée de l'Holocauste à Washington, et j'ai vu des photos qui montraient que les nazis faisaient des expériences sur le fonctionnement du cerveau… Wayne Morris : Avez-vous rencontré Joseph Mengele aux Etats-Unis ? Brice Taylor : Non. Ce sont des médecins de l'Institut Neuropsychiatrique de l'Université UCLA qui m'ont surtout programmée… Wayne Morris : Certaines personnes que nous avons interviewées nous ont parlé de l'idéologie occulte de ces groupes responsables de la programmation mentale. Qu'en pensez-vous ? Brice Taylor : Je sais que les idées occultes du Nouvel Ordre Mondial remontent à très longtemps. Elles me semblent correspondre à une idéologie religieuse. Je crois que cette idéologie occulte est très dangereuse et destructrice, et se mêle à beaucoup de superstitions… C'est comme pour les satanistes. Ils croient que toutes leurs cérémonies occultes leur donnent beaucoup de puissance… C'est pour cela qu'ils continuent à les pratiquer. Il faut donc que toutes les personnes de bonne volonté sur cette terre cessent de se voiler la face. Même les Chrétiens ne veulent pas croire à ces atrocités, ou disent que cela leur fait peur. Cela les pousse à ne rien faire, et si l'on ne fait rien, des enfants continueront à être torturés. Wayne Morris : Pensez-vous que ceux qui pratiquent la programmation mentale soient motivés par la recherche de la puissance et de la richesse ? Pourtant, ces vieilles familles de financiers n'ont­ elles pas déjà assez d'argent ? Qu'est-ce qui les motive à perpétuer ces atrocités ? Brice Taylor : J'ai travaillé avec ceux qui mettaient au point la stratégie du Nouvel Ordre Mondial. Certains sont très déséquilibrés intellectuellement. Ils croient en la puissance de l'intellect, et n'éprouvent aucun sentiment d'amour ni de compassion. On dirait qu'ils jouent un jeu d'intelligence… Je crois que ce sont des gens très intelligents, capables de concevoir des plans stratégiques très compliqués. Mais ils veulent tout le temps faire monter les enchères, comme dans une partie de poker, pour savoir qui va finalement pouvoir contrôler qui, et pour voir s'ils vont parvenir à contrôler mentalement toute la planète. Wayne Morris : Savez-vous si le gouvernement a des liens avec des sectes sataniques, puisque tant de survivants racontent leur participation à des cérémonies sataniques ? Brice Taylor : Je crois qu'il y a des gens dans le gouvernement qui ont très bien compris que ces sectes sataniques pouvaient leur fournir des personnes capables de leur servir d'esclaves, en raison de leur programmation mentale… C'est pourquoi ces expériences se déroulent très souvent dans des bases militaires, pour qu'elles restent secrètes. Ils veulent que les contribuables ignorent à quoi sert l'argent de leurs impôts… Je crois donc que les liens du gouvernement avec ces sectes sont très forts. Il y a certainement des membres du gouvernement qui travaillent pour le Nouvel Ordre Mondial. Je sais par exemple que nos Présidents ont beaucoup de liens avec la Franc-Maçonnerie, certains au plus haut niveau. Mais il n'y a pas que le gouvernement. Les dirigeants des milieux économiques et financiers ont aussi été manipulés pour entrer dans leur système… Wayne Morris : Savez-vous de quelle manière les médias sont manipulés et contrôlés ? Brice Taylor : Ils le sont. J'ai assisté aux réunions de planification stratégique concernant les médias. Ils définissaient de quelle manière les informations devaient être publiées dans les journaux. Ils parlaient aussi des grandes familles qui possédaient certains journaux ou médias… Je connais un agent des services secrets qui m'a raconté qu'un agent secret russe avait été interviewé à la télévision américaine, et qu'il avait déclaré : "Les Américains ont gagné la guerre

- 16 -

A208. Survivants des Illuminati (7)

- 17 -

http://www.paroledevie.org

mentale !". Ils l'ont aussitôt coupé à l'antenne, et l'on n'en a plus entendu parler. Je crois que les médias cachent beaucoup de choses, et qu'ils diffusent beaucoup d'informations qui manipulent les gens, au lieu de leur dire la vérité… Wayne Morris : Les médias parlent beaucoup du scandale Clinton en ce moment. Pensez-vous que les femmes impliquées dans ce scandale ont été utilisées comme vous l'avez été ? Brice Taylor : Comme j'étais une esclave présidentielle, et pour parler au nom de toutes les autres esclaves présidentielles que j'ai connues, je ressens comme une victoire le fait que la vérité sur Clinton apparaisse au grand jour… Il faut que l'on mette un terme aux perversions de cet homme. Je peux vous dire personnellement que j'ai été très abattue quand j'ai appris qu'il avait été réélu. Je dois constamment me rappeler que nos Présidents ne sont pas réellement élus par le peuple. Il faut que les Américains reprennent le contrôle de leur pays, s'informent et apprennent tout ce qui se passe. Il faut qu'ils agissent pour arrêter tout cela. Il faut qu'ils sachent que leurs dirigeants, même s'ils sont eux-mêmes contrôlés, poursuivent des objectifs qui ne recherchent absolument pas le bien du peuple ! Wayne Morris : Pensez-vous que le scandale Clinton ait pu être provoqué par un groupe rival ? Brice Taylor : Je n'ai aucun moyen de le savoir. Je crois que cet homme a commis plus d'horreurs contre les femmes que quiconque sur cette terre… Je crois que les Américains sont tellement occupés à gagner leur vie qu'ils n'ont plus le temps de chercher à savoir ce que font leurs dirigeants. On dirait que les gens ne savent plus prendre un peu de recul. Il y a pourtant, même à la Maison-Blanche et dans les services secrets, des gens de bonne foi qui ignorent vraiment ce qui se passe, et qui ne sont pas informés sur la programmation mentale. Peut-être que ce sont certains d'entre eux qui ont publié des informations confidentielles… Je crois que c'est déjà extraordinaire qu'au moins l'un de nos Présidents soit obligé de rendre des comptes concernant les accusations d'adultère et de perversion sexuelle portées contre lui ! Wayne Morris : Pensez-vous que Clinton soit différent des autres Présidents à cet égard ? Brice Taylor : Non. Wayne Morris : Que faudrait-il faire, d'après vous, pour que le public soit plus largement informé sur ces atrocités ? Brice Taylor : Je crois qu'il faudrait améliorer le niveau d'éducation de la population. Il faut que les gens se réveillent et cessent de nier l'existence de ces atrocités. Il faut qu'ils acceptent de croire ce que racontent les survivants, et que l'on prenne les mesures nécessaires pour qu'il n'y ait plus de victimes. Ces victimes de la programmation mentale ont souffert intensément pendant des années de tortures et de traumatismes. Nous sommes tous responsables pour arrêter cela, parce que tous ces programmés mentaux en activité constituent une grande menace pour la société. Heureusement que cette programmation mentale n'était pas aussi efficace que ce que les tortionnaires avaient prévu. Nous sommes devant un problème de société. La violence grandit. Des enfants tuent à présent leurs parents. Malgré cela, les tribunaux ne veulent souvent pas entendre parler de sévices sataniques, et l'on camoufle la réalité pour que le public ne sache rien. Wayne Morris : Quels projets avez-vous, ainsi que les autres survivants, pour informer davantage le grand public ? Brice Taylor : Vous savez, je parle chaque fois que j'en ai l'occasion, que ce soit à la radio, à la télévision, dans des séminaires, des conférences… Je parle dans tout le pays. C'est l'un des moyens de transmettre l'information. J'écris aussi des livres, j'encourage les survivants à écrire leur témoignage et je les aide à s'en sortir. Je crois qu'une nouvelle Commission Présidentielle d'Enquête devrait entendre d'autres témoins, comme lors de l'audition de Valerie Wolf et de ses clientes. Elles ont eu le grand courage de venir témoigner des expériences de programmation mentale. Je crois qu'il faudra aussi que toutes les femmes qui ont été victimes de ces techniques horribles s'organisent à la base pour révéler la vérité et arrêter ces crimes. Je crois que cela serait un moyen très puissant. Wayne Morris : Brice, j'aimerais vous remercier très sincèrement d'avoir accepté de venir témoigner à notre antenne. Je sais qu'il vous a fallu beaucoup de courage, et je vous souhaite toute

- 17 -

A208. Survivants des Illuminati (7)

- 18 -

http://www.paroledevie.org

la force dont vous avez besoin pour continuer votre combat pour mettre toutes ces choses en lumière. Brice Taylor : Merci, Wayne. Je vous suis très reconnaissante pour l'occasion que vous m'avez donnée de partager mon témoignage. (A suivre)

- 18 -

A209. Survivants des Illuminati (8)

-1-

http://www.paroledevie.org

A209. Survivants des Illuminati (8).
Article de Parole de Vie.
Reproduction autorisée, pourvu qu’elle soit intégrale, et que les sources soient indiquées.

En conclusion de la série d'interviews que nous avons publiés, nous voudrions soulever un certain nombre de questions importantes, et tirer une conclusion d'ensemble.

Wayne Morris, producteur et interviewer à Radio CKLN FM 88.1 de l'Université Polytechnique Ryerson, à Toronto, Ontario, au Canada, a eu le courage de faire une enquête très approfondie sur le problème de la programmation mentale. Pendant huit mois, entre fin 1997 et fin 1998, il a interviewé à la radio 24 personnalités, survivants ou spécialistes de la programmation mentale. Il a fallu interviewer certaines personnes plusieurs fois, compte tenu de la longueur de leur témoignage. Voici la liste complète des personnes interviewées : Docteur Colin Ross, Psychiatre et chercheur à Dallas, au Texas, spécialiste de la fragmentation de la personnalité et de la programmation mentale. M. Ronald Cohen, ancien hippie, enlevé de force par la CIA et soumis pendant 5 ans, contre sa volonté, à des expériences de programmation mentale. Mme Varerie Wolf, Assistante Sociale et thérapeute, spécialiste du traitement des survivants de la programmation mentale. Convoquée comme témoin devant la Commission Présidentielle d'enquête sur les expériences illicites utilisant des radiations. Mme Claudia Mullen, survivante, convoquée comme témoin devant la même Commission. Mme Christ DeNicola, survivante, convoquée comme témoin devant le même Commission. Docteur Alan Scheflin, Professeur de Droit à l'Université de Santa Clara, en Californie, chercheur et écrivain, spécialiste de la programmation mentale. M. Walter Bowart, écrivain chercheur. Docteur Randy Noblitt, Psychologue clinicien, écrivain. Mme Jeanette Westbrook, Assistante Sociale, survivante de la programmation mentale. Docteur Stephen Kent, Sociologue à l'Université de l'Alberta, au Canada, spécialiste des sectes et des religions. M. Peter Tooey, officier de police à la retraite. Mme Judy Steed, journaliste au "Toronto Star", enquêtrice et écrivain. Mme Lynn Moss-Sharman, survivante, responsable de l'Association ACHES-MC, qui s'occupe du soutien aux survivants de la programmation mentale. Mme Kathleen Sullivan, survivante. Mme Blanche Chavoust, survivante, responsable de l'Association ACHES-MC pour les EtatsUnis. M. Walter Bowart, enquêteur, journaliste, écrivain.

-

-

-

-

-

-

-

- 1 -

A209. Survivants des Illuminati (8)
-

-2-

http://www.paroledevie.org

M. Fritz Springmeier, écrivain, conférencier, pasteur. Mme Cisco Wheeler, survivante, écrivain. Mme Brice Taylor, survivante, écrivain. M. Don Gilmor, écrivain. M. John Rapoport, journaliste, écrivain, spécialiste de la programmation mentale. Docteur Connie Kristiansen, professeur de Psychologie à l'Université Carleton, spécialiste de la mémoire et des problèmes sexuels. Mme Gail Fisher-Taylor, Psychothérapeute. Mme Caryn Stardancer, survivante, écrivain.

-

Les transcriptions intégrales de ces interviews (en anglais) peuvent être consultées à l'adresse suivante : http://www.mindcontrolforums.com/radio/ckln-hm.htm Il n'était pas question, dans le cadre de nos objectifs, de traduire l'ensemble de ces interviews. Notre but était de sensibiliser le public francophone à l'existence d'un problème de société très grave et universel, et de l'analyser à la lumière des enseignements de la Bible. Nous avons toutefois rapidement étudié l'ensemble des interviews, afin d'en sélectionner quelques­ uns parmi les plus intéressants. Nous avons préféré sélectionner des témoignages de survivants et de personnes qui s'occupent de survivants, plutôt que de présenter les exposés souvent très techniques des psychiatres, psychologues et chercheurs de haut niveau. A l'issue de l'examen de ces documents, nous sommes en mesure de tirer les conclusions suivantes : 1. La programmation mentale d'êtres humains existe. C'est un fait indéniable. Il s'agit d'un phénomène dont la communauté scientifique n'a pris connaissance qu'assez récemment, à l'échelle historique. Il y a quelques dizaines d'années, presque personne n'en parlait, et il n'existait presque aucun document sérieux publié sur ce sujet. 2. En revanche, la technique de la programmation mentale est extrêmement ancienne, et semble remonter déjà à l'époque de Babylone et de l'Egypte antique. Les hommes semblent avoir compris très tôt qu'il leur était possible de transformer d'autres êtres humains en esclaves mentaux, moyennant un conditionnement approprié, basé sur des traumatismes répétés. 3. Les Illuminati, ou encore ceux qui composent "l'élite dirigeante" de la planète, semblent eux aussi avoir très vite compris l'avantage qu'ils pouvaient retirer de ces techniques pour dominer le monde. En fait, les Chrétiens auront reconnu que derrière ces techniques et ces tortures abominables, se cache la main de Satan, qui veut réduire l'humanité en esclavage, et se faire adorer comme Dieu, sous la forme de l'Antichrist annoncé par la Bible. 4. La programmation mentale s'appuie sur le phénomène appelé "dissociation", ou "fragmentation" de la personnalité en personnalités multiples. Tout se passe comme si la personnalité d'un individu pouvait être fragmentée en plusieurs personnalités toutes différentes, qui peuvent prendre le contrôle du corps à tour de rôle. Par ailleurs, il existe comme des "murs d'amnésie" entre ces différents fragments de la personnalité, de sorte que chaque fragment ne se souvient pas de ce qui s'est passé au niveau des autres fragments.

- 2 -

A209. Survivants des Illuminati (8)

-3-

http://www.paroledevie.org

En fait, il ne s'agit pas de personnalités multiples au sens absolu du terme. L'individu conserve une seule personnalité unique, mais elle est fragmentée en différents composants apparemment indépendants les uns des autres. 5. Ce fractionnement de la personnalité est provoqué en général par un traumatisme violent et douloureux. Ce traumatisme provoque des réactions physico-chimiques au niveau du cerveau. Le fractionnement de la personnalité serait une réaction de défense de notre organisme contre un traumatisme trop violent. Le cerveau crée une "zone de mémoire spéciale", qui va enregistrer le traumatisme à un niveau subconscient ou inconscient, pour épargner une douleur trop vive à la mémoire consciente. Il se crée donc une fragmentation de la personnalité, qui va permettre de conserver la mémoire du traumatisme, mais à un niveau qui n'est plus conscient. Cette mémoire cachée sera entourée d'un "mur amnésique", afin que la personnalité de veille n'en soit pas consciente. Ce sont donc les victimes de ces traumatismes qui créent "naturellement" ce fractionnement de leur personnalité, pour pouvoir gérer et absorber les traumatismes subis. Ce fractionnement de la personnalité peut donc se produire naturellement chez tous ceux qui vivent des traumatismes violents. Mais il peut aussi être artificiellement provoqué, en infligeant à des victimes des traumatismes contrôlés, associés à l'hypnose ou à diverses drogues. Il est alors possible non seulement de fragmenter la personnalité, mais aussi de conditionner, ou de programmer chaque fragment de la personnalité. Tous ces fragments programmés restent dormants au niveau subconscient. Mais ils peuvent être activés, c'est-à-dire remonter au niveau conscient, et prendre le contrôle du corps. Ils sont activés au moyen de codes secrets définis à l'avance. La réception de ce code par la victime la plonge dans un état hypnotique ou second, et le fragment de sa personnalité qui a été activé prend alors le contrôle de son corps, pour effectuer le programme codé à l'avance : espionner, assassiner, séduire, etc… On comprend l'avantage de cette technique abominable pour tous les services secrets. Ce sont d'ailleurs la CIA ou le KGB qui ont effectué ou commandité les plus importantes recherches dans ce domaine, recherches financées par les gouvernements américain et russe. Ils ont aussi "bénéficié" des recherches effectuées par les médecins nazis dans les camps de la mort, sous la direction du tristement célèbre Docteur Josef Mengele, réfugié par la suite aux Etats-Unis. 6. Depuis quelques dizaines d'années, de nombreux médecins, psychiatres, psychologues et thérapeutes divers ont vu affluer dans leurs cabinets de plus en plus de patients qui présentaient des symptômes similaires. Ils avaient tous subi des traumatismes sexuels pendant leur enfance, présentaient des troubles graves de la personnalité, et divers symptômes caractéristiques : dépression, alcoolisme, toxicomanie, désordres alimentaires, troubles du sommeil, anxiété… Tous ces malades racontaient aussi toutes sortes de souvenirs personnels très inquiétants, qui parlaient de cérémonies sataniques, d'assassinats programmés, de blanchiment d'argent, de contacts avec les milieux politiques, religieux et économiques, de conspiration mondiale, de Nouvel Ordre Mondial… Beaucoup de thérapeutes se sont contentés de considérer ces malades comme des dérangés mentaux graves. Mais d'autres ont été étonnés par la similitude de leurs témoignages et de leurs symptômes, et ont décidé de faire des enquêtes sérieuses sur ce phénomène, de manière scientifique et systématique. C'est ainsi qu'ils ont commencé à vérifier les souvenirs des victimes, à s'informer sur les sectes sataniques et leurs pratiques, et à avoir accès à des informations ou des documents ultra confidentiels, prouvant que le gouvernement avait financé des recherches approfondies sur la programmation mentale, et fait effectuer toutes sortes d'expériences dans des bases militaires, des hôpitaux et centres de recherches, des centres de la NASA, etc… Ils ont calculé que des centaines de milliers de citoyens innocents avaient servi de cobayes involontaires à ces expériences très traumatisantes. Les populations favorites étaient les malades mentaux, les prisonniers, les militaires, les prostitués, les orphelins et les enfants en général. A mesure que le nombre des survivants croissait, ils se sont organisés et, aidés par un grand nombre de thérapeutes, ont exigé que des enquêtes officielles soient effectuées. Des Commissions d'Enquête présidentielles ont été nommées, qui ont recommandé que des dossiers secrets, notamment de la CIA, soient rendus publics. Le Président Clinton a reconnu les faits, et certaines pratiques, notamment en ce qui concerne les expériences impliquant l'usage de

- 3 -

A209. Survivants des Illuminati (8)

-4-

http://www.paroledevie.org

radiations. Il a présenté des excuses publiques aux victimes, et a fait dégager des crédits pour les indemniser. Mais seul le sommet de l'iceberg a été repéré. La plupart des spécialistes et des survivants sont convaincus que ces expériences se déroulent toujours, et que tout est fait au contraire pour étouffer l'affaire et déconsidérer les victimes ou les chercheurs les plus actifs. Le gouvernement se retranche souvent derrière le "secret défense" ou les exigences de la sécurité nationale. Comme aucun des tortionnaires impliqués dans la programmation mentale n'a jamais été attaqué en justice pour activités illégales ou immorales, cela a, bien entendu, encouragé la poursuite de ces pratiques. 7. L'étude des témoignages des survivants et des thérapeutes que nous avons publiés (Articles A198, A204 à A207), nous conduit par ailleurs à faire les remarques suivantes : Même si les témoignages des survivants ont été confiés à des thérapeutes compétents qui les ont analysés et vérifiés, ils restent des témoignages personnels. Compte tenu de la complexité du psychisme humain et des techniques de programmation mentale, il faut toujours rester prudent quand on est confronté à un témoignage personnel. Si les survivants sont des Chrétiens nés de nouveau, ce qui est le cas pour certains, il convient d'analyser leur témoignage de survivants à la lumière de leur témoignage chrétien, et des fruits que produit leur vie. Ce qui peut nous inciter à croire que ces témoignages sont véridiques dans leur ensemble, c'est leur nombre important, ainsi que la variété de l'origine géographique et sociale des survivants, qui, pour la plupart, ne se connaissent pas entre eux. La probabilité mathématique pour qu'il s'agisse d'une invention ou d'une manipulation est pratiquement nulle. Mais cela ne signifie pas qu'il faille automatiquement accepter en bloc tous les détails de ces témoignages. Il est connu que la mémoire humaine peut ne pas être très fiable. A cela s'ajoute le problème de certains faux souvenirs, volontairement programmés par les tortionnaires, dans leur désir de brouiller les pistes. Etant donné que les Illuminati ne vont pas manquer de discréditer, souvent sans raisons, le témoignage des survivants et même des thérapeutes ou des personnes qui aident les survivants, il faut que ces derniers veillent toujours à adopter une conduite et une méthodologie de recherche aussi irréprochables que possible, afin de ne pas prêter le flanc à la critique, même si l'on ne peut jamais éviter les calomnies. Nous avons récemment appris, par exemple, que la maison de Fritz Springmeier, dans l'Oregon, avait fait l'objet d'une descente du FBI et de la police, qui y auraient découvert du "matériel de production de marijuana" et des armes. Il est parfaitement possible que ces choses aient été intentionnellement placées dans sa maison par les enquêteurs, quand on connaît le peu de scrupules de la CIA. En tout cas, le juge a placé Fritz Springmeier en liberté électronique surveillée (avec un bracelet électronique), en attendant le jugement. Springmeier lui-même clame son innocence totale dans cette affaire, et se prétend victime d'un coup monté, ce qui est fort probable. De même, il est certain que la plupart de survivants ont été drogués et soumis à l'hypnose. Cela ne facilite pas leur désir d'être crédibilisés, et il est relativement facile de rejeter en bloc leur témoignage pour ces raisons. Un chercheur sérieux sera conscient de ces dangers, et veillera à ne pas avoir son jugement faussé, pour s'en tenir aux faits. Il est important que ceux qui aident les survivants soient donc bien conscients de tous ces dangers, et prennent toutes les précautions nécessaires pour ne pas être pris en faute. Nous pourrions reprocher à cet égard à Fritz Springmeier d'avoir fait pour le moins preuve d'une grande imprudence, en s'occupant personnellement de Cisco Wheeler, comme elle l'affirme elle­ même, "24 heures sur 24 et 365 jours sur 365". Nous croyons qu'un Chrétien engagé ne devrait jamais s'occuper ainsi à long terme d'une personne du sexe opposé (sauf s'il fait partie d'une équipe étoffée, et ne se retrouve jamais seul avec la victime), sous peine de prêter le flanc à la tentation ou à la critique. Il pourrait être facilement accusé d'adultère ou de fornication par un calomniateur extérieur qui jugerait selon l'apparence, même si rien de mal n'a été commis. Les Chrétiens (comme Fritz Springmeier et Cisco Wheeler) insistent trop sur les aspects psychiques ou psychologiques de la programmation mentale, et pas assez sur les aspects

-

-

- 4 -

A209. Survivants des Illuminati (8)

-5-

http://www.paroledevie.org

démoniaques. Il est vrai qu'ils étaient interviewés dans le cadre d'émissions de radio destinées au grand public, non chrétien en majorité. Mais ils auraient pu cependant parler davantage de l'intervention des démons dans ces troubles de la personnalité. Certaines "fractions" de la personnalité peuvent très bien être des démons qui prennent le contrôle du corps des victimes, et qu'il aurait fallu chasser au nom de Jésus-Christ, au lieu de s'engager dans une psychothérapie inefficace dans ce domaine. Cisco Wheeler admet pourtant, dans son interview, que tous les Illuminati sont complètement possédés. Il est très probable que leurs victimes le sont aussi, et seule leur conversion à Jésus-Christ peut leur permettre de régler définitivement ce problème spirituel. Cela nous permet de parler des thérapies et des soins apportés aux victimes. C'est sans doute le point le plus faible de ces témoignages. Il est clair que ces thérapies, qui utilisent les compétences de la psychiatrie, de la psychologie et des sciences humaines, sont parfaitement insuffisantes pour guérir complètement les victimes de la programmation mentale. En effet, ces thérapies se limitent à une action au niveau du psychisme, c'est-à-dire de l'âme (pensées, sentiments et volonté), ou du corps (action sur les ondes cérébrales pour contrôler les divers états de conscience). L'esprit des victimes n'est pas touché par ces thérapies. Ainsi, même si ces thérapies peuvent produire des effets bénéfiques au niveau du psychisme et de la restructuration de la personnalité des victimes, elles sont impuissantes pour résoudre leurs problèmes spirituels profonds. La vraie thérapie consisterait à les conduire à Jésus-Christ, pour qu'elles passent par une nouvelle naissance spirituelle, puis qu'on leur enseigne tous les aspects de la croix, pour apprendre à marcher par l'esprit. Seule la puissance de la prédication de la croix peut permettre aux survivants de rompre définitivement avec une hérédité et un passé aussi chargés, et leur faire comprendre qu'en Christ, toutes choses anciennes sont passées, et toutes choses sont devenues nouvelles !

En conclusion : Ces témoignages doivent nous permettre de réaliser que nous sommes bien plus près de la fin des temps et du retour du Seigneur que beaucoup pourraient le penser. Il est donc important : De ne pas paniquer en apprenant toutes ces choses. Le Seigneur contrôle toutes choses. Nous devons relever la tête et nous réjouir de ce que notre délivrance approche, même si des temps encore plus mauvais nous attendent sur cette terre, tant que le Seigneur ne sera pas revenu pour Son Epouse. De savoir que le Seigneur Jésus a promis de garder Ses enfants. Mais Il ne le fera pas automatiquement. Il gardera ceux qui garderont Sa Parole. Il les préservera de la séduction qui vient sur le monde entier pour l'éprouver, et Il les fera tenir debout dans Sa présence jusqu'à Son retour. De savoir que nous pouvons, et que nous devons intervenir, surtout dans la prière, pour que le Malin et les Illuminati ne puissent pas faire tout ce qu'ils veulent, mais uniquement ce que le Seigneur leur permettra. Il serait vain de prier le Seigneur pour que ce qu'Il annonce dans le Livre de l'Apocalypse ne se réalise pas, comme certains Chrétiens le prétendent. Mais nous pouvons Lui demander que seule Sa Parole s'accomplisse, et que nous soyons gardés fidèles dans ces temps d'apostasie et d'iniquité. De prier pour les victimes de la programmation mentale, pour qu'elles puissent faire une réelle rencontre avec le Seigneur Jésus, et avec des Chrétiens capables de les croire et de les aider. De rester dans l'amour de la vérité et dans la sanctification, sans laquelle nul ne verra le Seigneur.

-

-

-

-

- 5 -

A209. Survivants des Illuminati (8)

-6-

http://www.paroledevie.org

- 6 -