Présentation du Tribunal spécial pour le Liban

Beyrouth

www.stl-tsl.org

Une sélection de questions fréquemment posées sur les travaux du Tribunal

Présentation du Tribunal spécial pour le Liban

Une sélection de questions fréquemment posées sur les travaux du Tribunal

Table des matières
Qu’est-ce que le Tribunal spécial pour le Liban ? ������������������������������������������ 5 Le Tribunal spécial est-il une institution des Nations Unies ? Quelle relation entretient-il avec l’Organisation des Nations Unies ? ������������������������������������ 5 Pourquoi le siège du Tribunal est-il aux Pays-Bas et non au Liban ?�������������� 6 Le Liban est-il tenu de coopérer avec le Tribunal ?���������������������������������������� 6 Qu’est-ce que le Comité de gestion ? ������������������������������������������������������������ 7 Comment le TSL est-il financé ?��������������������������������������������������������������������� 7 Quel est le budget du TSL ? ��������������������������������������������������������������������������� 8 Quels bénéfices le peuple libanais tirera-t-il de la création du Tribunal ? ����� 8 Quelles sont les garanties de l’équité et de l’indépendance du TSL ? ����������� 8 Quelle était la fonction de la Commission d’enquête internationale indépendante de l’ONU (UNIIIC) et qu’est-elle devenue ? ���������������������������� 9 Que sont devenus les éléments de preuve recueillis par l’UNIIIC ? �������������� 9 Quelle est la structure du Tribunal spécial pour le Liban ?�������������������������� 10 Quel est le rôle des Chambres ? ������������������������������������������������������������������ 10 Comment les juges du Tribunal spécial pour le Liban sont-ils nommés ? ��� 11 Le Gouvernement libanais peut-il décider de rappeler les juges et le personnel libanais ?������������������������������������������������������������������������������������� 11 Quel est le rôle du Président ? �������������������������������������������������������������������� 11 Quel est le rôle du Juge de la mise en état ? ����������������������������������������������� 12 Quelles sont les attributions des juges de la Chambre de première instance ? ���������������������������������������������������������������������������������������������������� 13 Quelles sont les attributions des juges de la Chambre d’appel ? ���������������� 14 Quel est le rôle du Bureau du Procureur ? �������������������������������������������������� 14 Quel est le rôle du Bureau de la Défense ? ������������������������������������������������� 14 Qu’est-ce qu’une équipe de la défense ? ���������������������������������������������������� 16

—2—

De quelle manière les conseils de la Défense sont-ils choisis au Tribunal spécial pour le Liban ? ��������������������������������������������������������������������������������� 16 Quelle est la différence entre la désignation et la commission d’office d’un conseil ? ������������������������������������������������������������������������������������������������������� 17 Quel est le rôle du Greffe ?�������������������������������������������������������������������������� 17 Quelles sont les langues officielles du Tribunal ? ���������������������������������������� 18 Toutes les informations seront-elles disponibles dans les trois langues du Tribunal ? ����������������������������������������������������������������������������������������������������� 19 Sur quels crimes les enquêtes porteront-elles ? ����������������������������������������� 19 Qui décide de ceux qui seront jugés ? ��������������������������������������������������������� 19 Un État, un groupe ou un parti politique peuvent-ils être jugés devant le TSL ? ������������������������������������������������������������������������������������������������������������ 20 Des personnes de nationalité autre que libanaise peuvent-elles être jugées ? ������������������������������������������������������������������������������������������������������� 21 Qu’est-ce qu’un acte d’accusation ? ������������������������������������������������������������ 21 Que se passe-t-il après le dépôt d’un acte d’accusation ? ��������������������������� 22 Quand un acte d’accusation est-il rendu public ? ���������������������������������������� 23 Combien de temps faut-il au Juge de la mise en état pour se prononcer sur un acte d’accusation ? ��������������������������������������������������������������������������������� 24 La confirmation d’un acte d’accusation signale-t-elle la fin de l’enquête ? � 24 Un acte d’accusation peut-il être modifié ? ������������������������������������������������� 25 Que se passe-t-il après la confirmation d’un acte d’accusation ? ���������������� 25 Quelle est la différence entre un suspect et un accusé ? ���������������������������� 26 Qu’est-ce qu’un procès par défaut ?������������������������������������������������������������ 26 Quand le procès débutera-t-il ?������������������������������������������������������������������� 27 Qu’est-ce que la comparution initiale de l’accusé ? ������������������������������������ 28 Qu’est-ce qu’un plaidoyer de culpabilité ? �������������������������������������������������� 29 Qu’est-ce qu’un accord sur le plaidoyer ? ��������������������������������������������������� 30 Comment se déroule la procédure ? ����������������������������������������������������������� 30
—3—

Comment la procédure d’appel se déroule-t-elle ? ������������������������������������� 34 Quels moyens de preuve peuvent être présentés lors du procès ? ������������ 35 Le Règlement de procédure et de preuve du TSL autorise-t-il les témoins anonymes à déposer ? �������������������������������������������������������������������������������� 36 Qui peut comparaître en tant que témoin ? ����������������������������������������������� 37 Qu’encourt un témoin en cas de faux témoignage ? ����������������������������������� 37 Les victimes peuvent-elles participer au procès ? ��������������������������������������� 38 Quelles sont les modalités de participation des victimes à la procédure ? � 39 Quelle protection et quel soutien le Tribunal peut-il offrir aux victimes et aux témoins ? ��������������������������������������������������������������������������������������������� 40 Quels sont les droits de l’accusé ? ��������������������������������������������������������������� 41 Quelle peine encourt l’accusé déclaré coupable ? �������������������������������������� 42 Où se tiendront les procès ? ������������������������������������������������������������������������ 43 Combien de temps les procès dureront-ils ? ����������������������������������������������� 43 Les procès seront-ils publics ? Qui peut y assister ? ������������������������������������ 43 Comment savoir ce qui se passe si l’on ne peut assister au procès ? ���������� 44 Peut-on obtenir des informations sur les documents déposés par les parties ou sur la procédure en cours ? �������������������������������������������������������������������� 44 Où trouver des informations complémentaires concernant le TSL ? ���������� 45

—4—

Qu’est-ce que le Tribunal spécial pour le Liban ?
Le Tribunal spécial pour le Liban (le TSL ou le Tribunal) est une juridiction pénale internationale mixte ou hybride, à savoir qu’il possède des caractéristiques à la fois nationales et internationales� Le TSL a été créé par l’Organisation des Nations Unies et le Liban� Il a été établi par la résolution 1757 (2007) du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies, en application de l’Accord conclu entre l’Organisation des Nations Unies et la République libanaise sur la création d’un Tribunal spécial pour le Liban� Son mandat principal est de juger les personnes présumées responsables de l’attentat du 14 février 2005 qui a causé la mort de l’ancien premier ministre libanais Rafic Hariri, entre autres victimes, tuées ou blessées� Le TSL a également compétence pour poursuivre les responsables présumés : • des attentats survenus au Liban entre le 1er octobre 2004 et le 12 décembre 2005, s’ils présentent un lien de connexité avec l’attentat du 14 février 2005 et sont de nature et de gravité similaires ; • des attentats perpétrés au Liban après le 12 décembre 2005, s’ils présentent un lien de connexité avec l’attentat commis le 14 février 2005 et sont de nature et de gravité similaires, et si le gouvernement libanais et l’Organisation des Nations Unies acceptent, avec l’accord du Conseil de sécurité, d’étendre sa compétence� Les juges du Tribunal spécial pour le Liban, comme son personnel, sont d’origine libanaise et internationale� Le Tribunal applique les dispositions du Code pénal libanais pour juger les crimes relevant de sa compétence, dont les actes de terrorisme et les atteintes à la vie et à l’intégrité personnelle� Le Tribunal spécial pour le Liban est le premier tribunal international ayant compétence pour juger des actes de terrorisme commis en temps de paix�

Le Tribunal spécial est-il une institution des Nations Unies ? Quelle relation entretient-il avec l’Organisation des Nations Unies ?
Non, le Tribunal spécial pour le Liban n’est pas une institution des Nations Unies, mais une organisation judiciaire indépendante� Il a été créé en réponse à une demande d’assistance adressée à l’ONU par le Gouvernement
—5—

libanais, en vue d’établir un « tribunal de caractère international » chargé de juger les responsables présumés de l’attentat du 14 février 2005 contre Rafic Hariri et d’autres personnes� Dans le même temps, le TSL est étroitement lié à l’Organisation des Nations Unies, qui est membre de droit du Comité de gestion du Tribunal� Le Greffier du TSL est un fonctionnaire de l’Organisation des Nations Unies qui, par l’entremise de son Secrétaire général, nomme les hauts responsables et les juges du Tribunal�

Pourquoi le siège du Tribunal est-il aux Pays-Bas et non au Liban ?
Le Gouvernement libanais et le Conseil de sécurité des Nations Unies sont convenus que le Tribunal devait être situé à l’extérieur du Liban, et ce pour des raisons de justice, d’équité, d’efficacité administrative et de sécurité� La Haye, aux Pays-Bas, est le siège du Tribunal et abrite un certain nombre de tribunaux internationaux� Le TSL a également un bureau à Beyrouth qui appuie ses opérations, et où les quatre organes sont représentés� Le personnel du Tribunal affecté au bureau de Beyrouth est également en relation avec les représentants officiels au Liban� L’officier de liaison du Tribunal basé à New York assure la coordination avec les représentants de l’Organisation des Nations Unies, le Comité de gestion ainsi qu’avec d’autres membres de la communauté diplomatique� La communication avec le peuple libanais s’effectue depuis Beyrouth� Les activités récentes de communication ont inclus des séminaires et conférences à l’intention de représentants d’organisations non gouvernementales, de juges, d’avocats et d’universitaires� Le Tribunal reste également en contact avec le peuple libanais en publiant des informations détaillées concernant ses travaux sur son site Internet, au moyen de réseaux sociaux (tels que Twitter et Scribd), de la traduction des actes de procédures et de la diffusion des audiences sur le site Internet, y compris en langue arabe�

Le Liban est-il tenu de coopérer avec le Tribunal ?
Oui� L’article 15 de l’annexe de la résolution 1757 du Conseil de sécurité (2007) dispose que les autorités libanaises sont tenues de coopérer avec
—6—

le Tribunal et de répondre et se conformer sans retard aux demandes d’assistance ou aux ordonnances délivrées par le TSL� L’Annexe est entrée en vigueur en application des dispositions d’une résolution du Conseil de sécurité adoptée en vertu du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies, et ses termes lient par conséquent le Liban� Le devoir de coopération est inscrit en outre dans le Règlement de procédure et de preuve du Tribunal, ainsi que dans le Protocole d’accord concernant le bureau du Tribunal spécial au Liban, dans le Mémorandum d’entente entre le Liban et le Bureau du Procureur et dans le Protocole d’accord entre le Liban et le Bureau de la Défense�

Qu’est-ce que le Comité de gestion ?
Le Comité de gestion est constitué de représentants des principaux États donateurs du TSL, à savoir : l’Allemagne, le Canada, les États-Unis d’Amérique, la France, l’Italie, le Japon, le Liban, les Pays-Bas, et le Royaume-Uni (dont le représentant préside le comité)� Le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, ou son représentant, en est membre de droit� Le Comité de gestion, créé en application de l’article 6 de l’Annexe de la résolution 1757 (2007) du Conseil de sécurité, supervise tous les aspects non judiciaires des travaux du TSL� Il définit l’orientation générale de la gestion du Tribunal et fournit des conseils en la matière� Il réalise des audits de la gestion du Tribunal et intervient dans l’examen et l’approbation du budget du TSL, les questions de financement ou pour encourager les États à coopérer avec le TSL� Il n’intervient en aucune manière dans les procédures judiciaires�

Comment le TSL est-il financé ?
Cinquante et un pour cent du financement sont assurés par les contributions volontaires d’États membres de l’ONU, tandis que le Gouvernement libanais prend en charge les 49 % restants� Le TSL n’est pas une institution officielle des Nations Unies et n’est pas inscrite au budget ordinaire de l’ONU� Si les contributions volontaires sont insuffisantes, le Secrétaire général de l’ONU et le Conseil de sécurité peuvent étudier d’autres moyens de financement� Le Tribunal a été en mesure d’obtenir des contributions volontaires suffisantes pour chacune de ses années d’activité, et a reçu des contributions de 26 États répartis sur 5 continents� Il a en outre la certitude que le Liban continuera à
—7—

acquitter sa quote-part du budget, comme il l’a fait chaque année depuis la création du Tribunal�

Quel est le budget du TSL ?
Le budget annuel du TSL s’élevait à 51,4 millions de dollars des États-Unis d’Amérique (USD) en 2009, 55,4 millions USD en 2010 et 65,7 millions USD en 2011� Le budget pour 2012 s’établit à 55,3 millions d’euros� Les résumés budgétaires sont publics et consultables sur le site Internet du Tribunal, à l’adresse suivante : www�stl-tsl�org�

Quels bénéfices le peuple libanais tirera-t-il de la création du Tribunal ?
Dans le but de faire respecter la justice, le Gouvernement libanais a demandé l’aide des Nations Unies afin de créer un Tribunal ayant pour mandat de juger les personnes accusées d’avoir perpétré l’attentat du 14 février 2005, ainsi que d’autres attentats� Traduire les auteurs en justice est essentiel pour l’édification d’une société pacifique, fondée sur l’état de droit, ainsi que pour l’instauration d’une culture de responsabilisation� Le respect de l’état de droit par les gouvernements renforce les institutions judiciaires� Afin d’asseoir la justice au Liban et dans le monde entier, il est nécessaire que les criminels assument les conséquences juridiques de leurs actes�

Quelles sont les garanties de l’équité et de l’indépendance du TSL ?
Le Statut et le Règlement de procédure et de preuve du Tribunal contiennent des dispositions juridiquement contraignantes qui garantissent son indépendance ainsi que l’équité de la procédure� L’indépendance est garantie de diverses manières� Le Statut dispose que les juges et le Procureur sont indépendants dans l’exercice de leurs fonctions et ne doivent accepter ni solliciter d’instructions d’aucun gouvernement ni d’aucune autre source� Le TSL est aussi le premier tribunal international à être doté d’un Bureau de la Défense en tant qu’organe indépendant, ayant l’obligation de protéger les droits de la défense et d’assurer l’égalité
—8—

des armes� Un processus de sélection rigoureux garantit que les juges, les principaux responsables et le personnel répondent aux normes les plus élevées d’intégrité et de professionnalisme� L’équité des procédures devant le Tribunal est garantie par le Règlement de procédure et de preuve� Le Règlement de procédure et de preuve protège les droits de tous les suspects et accusés tout au long de la procédure, depuis le stade de l’enquête jusqu’à la conclusion du procès� Il protège également les victimes et les témoins qui comparaissent devant le Tribunal� Le Statut et le Règlement, ainsi que d’autres instruments, sont appliqués par l’ensemble du Tribunal� De plus, le Président du TSL doit rédiger des rapports annuels sur les activités du Tribunal, qui sont soumis au Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies et au Gouvernement libanais� Ces rapports assurent la transparence des travaux du Tribunal et permettent au public de les examiner� Ils sont accessibles sur le site Internet du Tribunal�

Quelle était la fonction de la Commission d’enquête internationale indépendante de l’ONU (UNIIIC) et qu’est-elle devenue ?
La Commission d’enquête internationale indépendante des Nations Unies (United Nations International Independent Investigation Commission, l’« UNIIIC ») a été créée en avril 2005 par la résolution 1595 du Conseil de sécurité de l’ONU et ne doit pas être confondue avec le TSL� Il s’agit d’une institution tout à fait distincte qui, à la différence du Tribunal, n’avait pas vocation à engager des poursuites ou conduire des procès, mais uniquement à prêter assistance aux autorités libanaises aux fins d’enquêter sur l’attentat du 14 février 2005 et d’autres attentats� Son mandat a pris fin le 28 février 2009� Les informations qu’elle a rassemblées ont été communiquées au Procureur du Tribunal�

Que sont devenus les éléments de preuve recueillis par l’UNIIIC ?
Les éléments de preuve rassemblés par l’UNIIIC ont été communiqués directement au Bureau du Procureur du TSL en avril 2009, peu de temps après le début des travaux du Tribunal� Pendant le procès, l’Accusation pourra
—9—

présenter ses moyens de preuve (y compris ceux que lui a transmis l’UNIIIC), et les juges du Tribunal spécial se prononceront sur leur admissibilité et le poids qu’il convient de leur accorder�

Quelle est la structure du Tribunal spécial pour le Liban ?
Conformément au Statut, le Tribunal spécial pour le Liban est constitué de quatre organes indépendants : les Chambres (l’organe judiciaire du TSL), le Bureau du procureur, le Greffe, et le Bureau de la Défense� Le TSL est le premier tribunal international à disposer d’un Bureau de la Défense en tant qu’organe distinct, égal aux trois autres� Il constitue une garantie supplémentaire pour le respect des droits de l’accusé�

Quel est le rôle des Chambres ?
En tant qu’organes judiciaires du Tribunal spécial, les Chambres regroupent les juges du Tribunal ainsi que les juristes et le personnel administratif� Elles sont chargées de juger les affaires dont le Tribunal est saisi et de veiller à la bonne administration de la justice� Les Chambres assument en outre des fonctions de gestion et de régulation ; ainsi, les juges adoptent et modifient le Règlement de procédure et de preuve, l’équivalent du code de procédure pénale au Tribunal� De telles fonctions sont l’apanage des juges dans tous les autres tribunaux et cours internationaux ad hoc et hybrides, tels que le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie, le Tribunal pénal international pour le Rwanda et le Tribunal spécial pour la Sierra Leone� Les Chambres se composent de 11 juges répartis dans trois sections différentes : le Juge de la mise en état (international) ; les trois juges de la Chambre de première instance (un juge libanais et deux juges internationaux, auxquels s’ajoutent deux juges suppléants, l’un libanais, l’autre international) ; et les cinq juges de la Chambre d’appel (deux juges libanais et trois juges internationaux)�

—10—

Comment les juges du Tribunal spécial pour le Liban sont-ils nommés ?
Conformément au Statut du TSL, tous les juges doivent jouir de la plus haute considération morale, être connus pour leur impartialité et leur intégrité, et posséder une grande expérience des fonctions judiciaires� Les juges libanais ont été nommés par le Secrétaire général à partir d’une liste de douze noms présentée par le gouvernement de la République libanaise sur proposition du Conseil supérieur de la magistrature du Liban� Les juges internationaux ont été désignés par des États et des personnes compétentes� Tous les juges ont été nommés sur recommandation d’un jury de sélection composé de deux juges siégeant ou ayant siégé dans un tribunal international et d’un représentant du Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies� Les biographies des juges peuvent être consultées sur le site Internet du Tribunal à l’adresse http://www�stl-tsl�org�

Le Gouvernement libanais peut-il décider de rappeler les juges et le personnel libanais ?
Non� Les juges libanais n’ont pas été nommés par le Gouvernement libanais mais par le Secrétaire général de l’ONU� Le personnel libanais du Tribunal est recruté dans le cadre de procédures de sélection par concours� Il est demandé à chaque candidat de remplir un formulaire de candidature, de le déposer dans les délais prescrits et de participer à au moins un entretien par téléphone ou en personne organisé avec un jury de sélection� Les candidats recrutés sont membres du personnel du TSL et le Liban ne peut pas les rappeler�

Quel est le rôle du Président ?
Le Président représente le Tribunal dans son ensemble et est responsable de son bon fonctionnement et de la bonne administration de la justice� Entre autres responsabilités, le Président supervise les activités du Greffe, contrôle les conditions de détention, représente le Tribunal dans le cadre des relations internationales, promeut et négocie des accords de coopération avec les États, préside toutes les réunions en séance plénière des juges du Tribunal
—11—

et remet le rapport annuel du Tribunal au Secrétaire général de l’ONU et au gouvernement libanais� Le Juge président de la Chambre d’appel est le Président du Tribunal spécial� Il est élu à la majorité des voix par les juges qui forment la Chambre d’appel pour une durée d’un an et demi, ou inférieure, selon la durée de son mandat en tant que juge� Il peut être réélu�

Quel est le rôle du Juge de la mise en état ?
Le Juge de la mise en état joue un rôle unique et primordial� Il procède à l’examen des actes d’accusation et prépare les dossiers pour le procès� C’est un juge indépendant et autonome, qui n’est pas membre de la Chambre de première instance et ne peut y siéger� C’est une des nouveautés inscrites dans le Statut du Tribunal spécial pour le Liban� Le Juge de la mise en état du TSL est libre d’examiner les éléments de preuve soumis par les parties et peut jouer un rôle plus actif lors des stades préliminaires de la procédure� Sa position se distingue cependant de celle du juge d’instruction libanais� Le Juge de la mise en état du TSL évalue les accusations portées par le Procureur afin de permettre la confirmation de l’acte d’accusation ou son rejet� Il peut rassembler des éléments de preuve dans deux cas : soit à la demande d’une partie ou d’une victime participant à la procédure, soit de sa propre initiative� Dans le premier cas, lorsqu’elle présente une telle demande au Juge de la mise en état, la partie demanderesse doit apporter la preuve qu’elle n’est pas en mesure de rassembler les éléments de preuve, et le Juge de la mise en état agira s’il considère que cela peut servir l’intérêt de la justice� Les éléments de preuve ainsi rassemblés doivent être produits devant le Tribunal par une partie ou une victime participant à la procédure, et les participants à la procédure demeurent libres de ne pas le faire� Le Juge de la mise en état peut également agir de sa propre initiative lorsqu’une partie ou une victime participant à la procédure n’est pas en mesure de recueillir un élément de preuve, à charge ou à décharge, et que le Juge de la mise en état considère que cela est indispensable à la bonne administration de la justice, à l’établissement de la vérité et à l’égalité des armes� Tous les éléments de preuve ainsi rassemblés seront portés à la connaissance des deux parties et des victimes participant à la procédure et
—12—

feront partie du dossier ultérieurement soumis à la Chambre de première instance� Les deux parties peuvent interjeter appel d’une telle décision du Juge de la mise en état, et l’appel sera entendu en toute diligence� Dans le cadre de ses attributions, le Juge de la mise en état peut également : soumettre à la Chambre d’appel les éventuelles questions touchant au droit applicable qu’il lui faudra examiner pour se prononcer sur les actes d’accusation ; faciliter la communication entre les parties ; délivrer des citations, injonctions, mandats d’arrêt et ordonnances en tant que de besoin ; placer un suspect ou accusé en détention ou ordonner sa mise en liberté provisoire ; autoriser les victimes à participer à la procédure ; coordonner les communications entre les parties pendant la phase préalable au procès ; dans certains cas, auditionner des témoins anonymes ; établir un dossier complet à l’intention de la Chambre d’appel indiquant les principales divergences entre les parties sur des points de droit et de fait et en évaluer l’importance ; prendre toutes les dispositions nécessaires pour préparer l’affaire en vue de la tenue d’un procès équitable et rapide� Le Juge de la mise en état peut trancher en outre les allégations de faux témoignage ou autres formes d’outrages au tribunal ou d’obstructions à la justice dans toute affaire portée devant lui�

Quelles sont les attributions des juges de la Chambre de première instance ?
Les juges de la Chambre de première instance sont principalement chargés d’entendre les témoignages et d’évaluer les éléments de preuve présentés par le Procureur, la Défense et, sur autorisation de la Chambre de première instance, les victimes participant aux procédures engagées devant le Tribunal� Ils veillent à garantir le déroulement efficace et équitable de la procédure, dans le but ultime d’établir la vérité� Conformément au Règlement de procédure et de preuve du TSL, les juges participent activement au procès : ils peuvent ainsi interroger les témoins, contrôler la durée des interrogatoires principaux et des contre-interrogatoires ou appeler des témoins supplémentaires� À la fin de la procédure, les juges de la Chambre de première instance déterminent la culpabilité ou l’innocence de chaque accusé� S’ils reconnaissent un accusé coupable, ils fixent ensemble ultérieurement la peine qu’il convient de lui imposer�
—13—

Quelles sont les attributions des juges de la Chambre d’appel ?
L’Accusation et la Défense ont le droit d’interjeter appel du jugement de la Chambre d’appel et/ou de la peine� Les juges de la Chambre d’appel statuent sur des erreurs de droit infirmant la décision de la Chambre de première instance, ou des erreurs de fait ayant occasionné une erreur judiciaire� Ils peuvent confirmer, annuler ou réviser le jugement rendu et/ou la peine prononcée, ou ordonner la tenue d’un nouveau procès (si cela sert l’intérêt de la justice)�

Quel est le rôle du Bureau du Procureur ?
Le Bureau du Procureur dirige les enquêtes et exerce les poursuites contre les personnes présumées responsables des crimes relevant de la compétence du Tribunal� Le Bureau du Procureur est placé sous la direction d’un procureur international, assisté d’un procureur adjoint libanais� Le Procureur est nommé par le Secrétaire général de l’ONU, après consultation du Conseil de sécurité de l’ONU et du gouvernement libanais� Il exerce ses fonctions – non pas uniquement en qualité de partie à la procédure – mais également en tant qu’organe judiciaire, garant de l’intérêt public qu’il représente� Il agit en toute indépendance sans solliciter ni recevoir aucune instruction de quelque source que ce soit� Les décisions du Procureur s’appuient sur le Statut du TSL, le Règlement de procédure et de preuve, les normes juridiques internationalement reconnues et les éléments de preuve� Dans cet esprit, le Procureur exerce à la fois les fonctions d’enquête et de poursuite� Le personnel du Bureau du Procureur se compose de juristes, d’officiers de police, d’experts et analystes en criminalistique, originaires de plus de 35 pays� Le Bureau du Procureur regroupe plusieurs équipes multidisciplinaires, opérant à Leidschendam (Pays-Bas) et à Beyrouth (Liban)�

Quel est le rôle du Bureau de la Défense ?
Le Bureau de la Défense a pour rôle principal de promouvoir les droits des suspects et des accusés dans les procédures engagées devant le Tribunal
—14—

spécial� Il a été créé en vue de garantir en particulier le respect de « l’égalité des armes » devant le Tribunal� En vertu de ce principe, le Bureau du Procureur et la Défense doivent avoir la possibilité raisonnable de faire valoir leur cause dans des conditions qui ne leur soient pas défavorables face à la partie adverse� Le TSL est le premier tribunal international à disposer d’un Bureau de la Défense, agissant en tant qu’organe indépendant et jouissant des pouvoirs statutaires et réglementaires de protéger les droits des suspects et des accusés� Il permet de garantir le respect de la plus grande équité dans le cadre des procédures engagées devant le Tribunal spécial� Le Bureau de la Défense jouit de pouvoirs étendus et peut, notamment : • recruter et commettre des juristes confirmés et expérimentés pour conseiller les suspects ou accusés indigents, ainsi que des enquêteurs, chargés de la gestion des dossiers et assistants juridiques pour venir en aide aux conseils ; • confirmer la désignation de conseils rémunérés directement par l’accusé ; • fournir une assistance logistique et matérielle aux conseils de la défense ; • fournir des avis juridiques aux conseils de la Défense ; • préparer et conclure des accords de coopération avec des États et des organisations internationales en vue d’aider les suspects et les accusés à se défendre devant le Tribunal ; • contrôler l’efficacité de la représentation fournie par les conseils de la défense� Le Bureau de la Défense peut également faire part de ses observations aux juges, eu égard à l’équité de la procédure et aux droits de l’accusé� Cependant, le Chef de la Défense (et son personnel) ne peuvent prendre aucune instruction d’un suspect ou d’un accusé ni le représenter, ceci afin de préserver l’indépendance et la neutralité du Bureau de la Défense à l’égard de tous les suspects et accusés et de leurs conseils, et d’éviter tout conflit d’intérêts�

—15—

Qu’est-ce qu’une équipe de la défense ?
Il s’agit de l’équipe de personnes qui travaillent à la préparation et la présentation de la défense d’un suspect ou d’un accusé donné� La taille de l’équipe de la défense dépend de la nature de l’affaire et du stade de la procédure judiciaire� Une équipe peut être constituée d’un conseil principal et d’un coconseil ainsi que d’un ou de plusieurs enquêteurs, juristes, chargés d’affaires et assistants linguistiques� Le conseil principal est chargé de choisir les membres de l’équipe et peut également être tenu pour responsable de leurs actes�

De quelle manière les conseils de la Défense sont-ils choisis au Tribunal spécial pour le Liban ?
Les suspects et les accusés qui assurent financièrement leur propre défense sont autorisés à choisir leurs propres conseils� Le Chef du Bureau de la Défense désigne officiellement le conseil ainsi choisi à titre privé aux fins de représenter un client� Il vérifie que le client a donné procuration au conseil, et que ce dernier remplit les conditions d’exercice devant le Tribunal� Ces conditions sont exposées dans le Règlement de procédure et de preuve, et comprennent notamment l’admission au Barreau dans une juridiction nationale et une bonne connaissance de l’anglais ou du français� Un suspect ou un accusé peut également solliciter l’aide juridictionnelle du Tribunal� Toute demande d’aide juridictionnelle est examinée aux fins d’établir que le suspect ou l’accusé ne dispose pas des moyens financiers pour rémunérer son conseil� Lorsqu’une telle demande est accueillie, le suspect ou l’accusé peut alors choisir librement un conseil à partir de la liste des conseils� Dans ce cas, le tribunal prend en charge les honoraires du conseil et de l’équipe de défense� La liste des conseils est composée par un jury d’admission qui examine les critères de qualification� Ces critères sont exposés dans le Règlement de procédure et de preuve, et incluent notamment une expérience de dix ans minimum de la pratique du droit pénal au sein d’une juridiction nationale ou de tribunaux internationaux en rapport avec des affaires d’une grande complexité�

—16—

Lorsqu’un accusé est jugé par défaut, le Chef du Bureau de la Défense non seulement désigne, mais choisit également les conseils à partir de cette même liste� Lorsqu’un accusé comparaît pour la première fois devant le Tribunal, un conseil lui est commis d’office lors de sa comparution initiale, sauf s’il indique sa volonté de se représenter lui-même� Cette commission est temporaire et vise à garantir le respect du droit de l’accusé de disposer d’un conseil dès sa comparution devant le Tribunal�

Quelle est la différence entre la désignation et la commission d’office d’un conseil ?
Un conseil de la Défense est désigné lorsque le Chef du Bureau de la Défense a confirmé qu’un conseil a été choisi à titre privé par un client et que le conseil en question remplit les conditions visées à l’article 58 A) du Règlement de procédure et de preuve� Un conseil est commis d’office lorsque l’accusé n’a pas les moyens de rémunérer un conseil et a demandé à bénéficier de l’aide juridictionnelle� L’accusé choisit un conseil à partir de la liste des conseils� Le Chef du Bureau de la Défense commet ce conseil à la représentation de l’accusé�

Quel est le rôle du Greffe ?
Le Greffe veille à la bonne administration et au bon fonctionnement du Tribunal, faisant office de « salle des machines » pour de nombreuses fonctions internes et externes� Il est placé sous la direction du Greffier, qui est un fonctionnaire de l’ONU nommé par le Secrétaire général� Dans le cadre de ses nombreuses responsabilités, le Greffier élabore le budget du Tribunal et joue un rôle crucial pour assurer la mise à disposition des fonds nécessaires� Il assume en outre des fonctions diplomatiques et de liaison externe auprès du Liban mais aussi des États donateurs, du Comité de gestion, des États membres de l’ONU, des Pays-Bas (en tant que pays hôte), des autres tribunaux internationaux et des organisations non gouvernementales� Par l’intermédiaire de la Section des affaires publiques et de la Section de la communication externe placées sous sa direction, le Greffe communique
—17—

également avec le grand public� La Section des affaires publiques s’occupe principalement des médias internationaux et libanais et diffuse des informations régulières sur les travaux du TSL ; la Section de la communication externe vise à mieux faire connaître le travail du Tribunal auprès, notamment, de la population libanaise, par une interaction avec un public divers – juristes, représentants d’ONG, universitaires, étudiants ou autres� Bien que le processus judiciaire soit placé sous le contrôle des Chambres, il est de la responsabilité du Greffe de garantir le déroulement fluide et efficace des différentes phases de la procédure, en prêtant son appui aux Chambres et à toutes les parties à l’affaire� Le Greffier supervise en outre : la Section d’appui aux victimes et aux témoins, chargée d’assister toutes les personnes qui témoignent devant le TSL ; la Section de participation des victimes, qui offre un soutien aux victimes autorisées à participer à la procédure ; la Section d’appui et d’administration judiciaires, dépositaire des documents et archives du Tribunal, et la Section des services linguistiques, qui fournit des services d’interprétation et de traduction dans les trois langues officielles du Tribunal, à savoir l’arabe, l’anglais et le français� Le Greffier supervise également la Section de la sécurité, chargée de garantir la sécurité des bureaux de Leidschendam et de Beyrouth, et celle du quartier pénitentiaire du Tribunal aux Pays-Bas, où seront placés en détention les accusés transférés à La Haye� Le Greffe est également responsable de l’administration générale du Tribunal, laquelle recouvre notamment les ressources humaines, les finances, les achats, les services informatiques et les services généraux�

Quelles sont les langues officielles du Tribunal ?
Les langues officielles du TSL sont l’anglais, l’arabe et le français� Aussitôt que possible après l’engagement de la procédure, le Juge de la mise en état ou l’une des Chambres, de première instance ou d’appel, décide de la ou des langues de travail qui seront utilisées dans une affaire donnée� Sur ce point, les juges se prononcent après consultation des parties et des représentants des victimes participant à la procédure� Toutefois, un accusé a toujours le droit d’utiliser sa propre langue dans le cadre de la procédure devant le Tribunal�

—18—

Toutes les informations seront-elles disponibles dans les trois langues du Tribunal ?
Le Tribunal spécial pour le Liban s’efforce de rendre accessible toute information publique pertinente dans les trois langues officielles du Tribunal� Toutefois, cela ne sera peut-être pas toujours possible, en raison de l’important volume de documents habituellement généré au cours de procédures pénales complexes devant un tribunal international� Quoi qu’il en soit, les participants aux audiences qui se tiendront devant le TSL pourront utiliser une des trois langues officielles du Tribunal, lequel fournira une interprétation en simultané� L’interprétation permet en outre à toute personne désireuse de suivre les audiences dans le prétoire ou depuis le site Web du Tribunal de le faire dans chacune des langues officielles du Tribunal – l’arabe, le français ou l’anglais�

Sur quels crimes les enquêtes porteront-elles ?
Le TSL a compétence pour juger de crimes couverts par le droit libanais� L’article 2 a) du Statut du TSL expose le droit pénal applicable et énonce les crimes spécifiques suivants, définis par le Code pénal libanais (ou loi 340 de 1943) : • les actes de terrorisme (articles 314 à 316) ; • les crimes et délits contre la vie et l’intégrité individuelle (articles 547 à 568), et notamment l’homicide et les lésions corporelles ; • les associations illicites (articles 335 à 339), dont les associations de malfaiteurs ; • la non révélation des crimes et délits (articles 398 à 400) ; et • les complots�

Qui décide de ceux qui seront jugés ?
Le Juge de la mise en état examine l’acte d’accusation ainsi que les pièces justificatives présentés par le Procureur et détermine s’il existe, de prime abord, des raisons de croire à la culpabilité du suspect� Autrement dit, le Procureur et le Juge de la mise en état décident qui sera jugé, dans le cadre d’un processus global soigneusement élaboré, en deux étapes�
—19—

Le Procureur dirige les enquêtes et exerce les poursuites contre les personnes suspectées d’avoir commis des crimes relevant de la compétence du TSL� Si l’enquête permet au Procureur d’établir qu’il existe des éléments de preuve suffisants, démontrant qu’un suspect a commis un crime relevant de la compétence du Tribunal, il dépose un acte d’accusation aux fins de confirmation par le Juge de la mise en état� L’acte d’accusation doit préciser le nom de chaque suspect (s’ils sont plusieurs) et les renseignements personnels le concernant, et énonce de manière concise les faits et le ou les crimes qui sont reprochés à chaque suspect� En même temps que l’acte d’accusation, le Procureur dépose également les éléments de preuve qu’il entend présenter à l’appui des chefs d’accusation� On parle à leurs propos de pièces justificatives� Le Juge de la mise en état examine soigneusement l’acte d’accusation et les pièces justificatives afin d’apprécier si la ou les accusations portées à l’encontre de chaque suspect sont fondées de prime abord� Une affaire est fondée de prime abord si les éléments de preuve qui l’étayent sont suffisants pour considérer que les faits sont prouvés en l’absence d’éléments apportant la preuve du contraire� Pour se prononcer, le Juge de la mise en état peut demander des pièces supplémentaires au Procureur, mais il ne lui appartient pas de peser les éléments de preuve présentés ou d’apprécier s’ils sont crédibles ou admissibles� Par la suite, le Juge de la mise en état confirme ou rejette chacun des chefs d’accusation� La confirmation d’un acte d’accusation ne constitue en aucun cas un verdict de culpabilité – à travers elle, le Juge de la mise en état conclut simplement que les éléments de preuve sont suffisants pour engager des poursuites� Un procès ne peut se tenir tant que l’acte d’accusation n’a pas été confirmé� Dès lors qu’un ou plusieurs chefs retenus dans un acte d’accusation ont été confirmés, le ou les suspects deviennent des accusés�

Un État, un groupe ou un parti politique peuvent-ils être jugés devant le TSL ?
Non� À l’instar de toutes les autres cours et tribunaux pénaux internationaux mis sur pied après Nuremberg, le TSL ne peut juger que des individus�

—20—

Le Tribunal spécial pour le Liban ne peut mettre en examen ou poursuivre un État, un groupe, un parti politique, une organisation ni aucune autre entité collective�

Des personnes de nationalité autre que libanaise peuventelles être jugées ?
Oui� La compétence du TSL ne se limite pas aux citoyens libanais�

Qu’est-ce qu’un acte d’accusation ?
Un acte d’accusation est un document par lequel le Procureur énonce les accusations retenues à l’encontre d’une ou plusieurs personnes qu’il estime responsable(s) des faits incriminés� L’acte d’accusation doit préciser le nom du suspect et les renseignements personnels le concernant, et énonce de manière concise les faits et le crime ou les crimes qui sont reprochés à l’accusé� Il doit être suffisamment précis pour permettre à l’accusé d’être convenablement informé de la nature et de la portée des allégations formulées à son encontre� Un même acte d’accusation peut mentionner deux ou plusieurs crimes dès lors qu’ils ont été commis par le même accusé, sous réserve que son comportement relève de la compétence du Tribunal� En outre, plusieurs personnes peuvent être nommées dans l’acte d’accusation et être accusées et poursuivies en même temps, même si les crimes qui leur sont reprochés sont différents, à condition toutefois que ces infractions relèvent également de la compétence du Tribunal� La première étape du processus judiciaire consiste à soumettre l’acte d’accusation au Juge de la mise en état pour examen� Même une fois confirmé, un acte d’accusation ne constitue en aucun cas un verdict de culpabilité à l’encontre de l’accusé qui y est désigné� Toute personne accusée est présumée innocente tant que sa culpabilité n’a pas été établie au-delà de tout doute raisonnable�

—21—

Que se passe-t-il après le dépôt d’un acte d’accusation ?
Lorsqu’un acte d’accusation a été déposé par le Procureur, il est soumis au Juge de la mise en état pour confirmation� Le Juge de la mise en état examine alors l’acte d’accusation et les pièces justificatives afin de déterminer si les allégations exposées dans l’acte d’accusation relèvent de la compétence du Tribunal, telle qu’elle est définie par le Statut� Il apprécie en outre si les accusations sont fondées, de prime abord, et étayées par des éléments de preuve suffisants� Enfin, il examine si l’acte d’accusation est assez précis et motivé pour permettre à chaque suspect de comprendre les accusations portées à son encontre� La Défense peut soutenir qu’un acte d’accusation n’est pas suffisamment précis� Dès que le Juge de la mise en état a fini d’examiner l’acte d’accusation, il peut : • demander ou permettre au Procureur de présenter des pièces supplémentaires à l’appui de l’un ou de la totalité des chefs d’accusation ; • confirmer un ou plusieurs chefs d’accusation ; ou • rejeter un ou plusieurs chefs d’accusation ou l’intégralité de l’acte d’accusation� Si le Juge de la mise en état rejette une partie de l’acte d’accusation ou l’acte d’accusation dans son intégralité, le Procureur a la possibilité de déposer un nouvel acte d’accusation ou un acte d’accusation modifié fondé sur de nouveaux éléments de preuve� Le Règlement de procédure et de preuve autorise en outre le Juge de la mise en état, au cours de son examen, à poser des questions à la Chambre d’appel en matière d’interprétation du droit applicable� Dans ce cas, la Chambre d’appel se prononce après avoir entendu le Procureur et le Bureau de la Défense en audience publique� Ce cas s’est produit pour la première fois devant le TSL le 16 février 2011, lorsque la Chambre d’appel du TSL a rendu une décision particulièrement importante relative au droit applicable� Dans cette décision, la Chambre d’appel juge que le crime de terrorisme existe dans le droit international coutumier et que la définition qu’il en donne peut être utilisée pour interpréter le droit libanais applicable en la matière� Elle énonce également clairement que le TSL doit appliquer le droit libanais pour les crimes, notamment, d’homicide et de conspiration� Elle aborde en outre
—22—

la question de l’interaction des différents modes de responsabilité définis dans le Code pénal libanais et le droit international, soulignant qu’en cas de conflit entre les deux systèmes, les dispositions les plus favorables à l’accusé doivent s’appliquer� Le Juge de la mise en état doit être convaincu que les présomptions sont suffisantes, de prime abord, avant de confirmer l’acte d’accusation et doit motiver sa décision� Si le Juge de la mise en état confirme un acte d’accusation, il peut délivrer un mandat d’arrêt ou une citation à comparaître� Des mesures sont également prises pour prendre contact avec l’accusé et l’informer des accusations portées à son encontre� Au TSL, l’accusé peut être jugé en son absence, s’il n’a pu être localisé ou s’il refuse de participer à son procès�

Quand un acte d’accusation est-il rendu public ?
Un acte d’accusation peut être rendu public après avoir été confirmé par le Juge de la mise en état� Le Procureur dépose l’acte d’accusation et le Juge de la mise en état examine ledit acte dans la plus stricte confidentialité, en raison notamment de l’opprobre attaché aux poursuites pénales� Le nom d’un accusé n’est cité publiquement qu’une fois que l’acte d’accusation a été confirmé� Autrement dit, un acte d’accusation ne devient un document public qu’à l’issue de sa confirmation� Au moment de la confirmation, un mandat d’arrêt peut également être déposé� L’expérience d’autres tribunaux internationaux a montré que les chances d’arrêter un accusé sont plus grandes lorsqu’un acte d’accusation est délivré sous scellés� Ceci permet en outre à l’accusé d’être informé des accusations portées contre lui avant qu’elles ne soient rendues publiques� Le TSL a annoncé publiquement que le Juge de la mise en état avait confirmé le premier acte d’accusation, le 28 juin 2011� L’acte d’accusation lui-même est cependant resté confidentiel jusqu’au 29 juillet 2011, date à laquelle le Juge de la mise en état a levé la confidentialité de certaines parties, afin de rendre publics les noms et pseudonymes, biographies et portraits des accusés, ainsi que les accusations formulées à leur encontre dans l’acte d’accusation�

—23—

Combien de temps faut-il au Juge de la mise en état pour se prononcer sur un acte d’accusation ?
Le Règlement de procédure et de preuve ne fixe aucune limite de temps au Juge de la mise en état pour examiner un acte d’accusation et rendre sa décision� Le Juge de la mise en état doit informer le Procureur de la date de l’examen� Le temps nécessaire à cet exercice peut varier, en fonction du nombre d’accusations, du volume des pièces justificatives, de la complexité de l’affaire et des étapes de la procédure� Plusieurs étapes peuvent intervenir entre le dépôt d’un acte d’accusation et sa confirmation, à savoir : • le Juge de la mise en état soumet une ou plusieurs questions préjudicielles à la Chambre d’appel ; • le Procureur modifie ou retire l’acte d’accusation ; • le Juge de la mise en état demande au Procureur de présenter des pièces supplémentaires ou l’autorise à le faire ; • le Juge de la mise en état rejette un chef ou l’ensemble des chefs d’accusation ; le Procureur doit alors préparer et déposer un acte d’accusation modifié ou un nouvel acte�

La confirmation d’un acte d’accusation signale-t-elle la fin de l’enquête ?
Pas nécessairement� Le critère minimum pour que le Juge de la mise en état confirme un acte d’accusation est l’existence de présomptions suffisantes de prime abord, sur la base des éléments de preuve� Le seuil est plus élevé pour déclarer un accusé coupable, puisqu’au procès, le Procureur doit prouver sa thèse « au-delà de tout doute raisonnable »� Ainsi, la confirmation d’un acte d’accusation n’entraîne pas nécessairement la fin de l’enquête menée par l’accusation, qui peut se poursuivre� De plus, la Défense peut mener sa propre enquête en préparation du procès� Les enquêtes de la Défense sont nécessaires dans la mesure où, dans le système de procédure du TSL, il n’y a pas de juge d’instruction, chargé de réunir les éléments de preuve à charge et à décharge� Devant le TSL, le Procureur est chargé de présenter des éléments de preuve contre l’accusé, et la Défense peut décider de présenter des éléments de preuve en vue de
—24—

contester les allégations et les éléments de preuve de l’accusation� À cette fin, la Défense doit, en premier lieu, analyser et vérifier tout élément de preuve présenté par le Procureur� Elle peut, dans un deuxième temps, rassembler ses propres éléments de preuve et les présenter devant le Tribunal� Le Procureur doit divulguer tout élément de preuve à décharge en sa possession�

Un acte d’accusation peut-il être modifié ?
Le Procureur peut, à tout moment, modifier un acte d’accusation, dès lors qu’il n’a pas été confirmé, sans avoir à recueillir l’autorisation du Juge de la mise en état� Une fois qu’un acte d’accusation a été confirmé, le Procureur ne peut le modifier qu’avec la permission du Juge de la mise en état et seulement si la Chambre de première instance n’a pas encore été saisie de l’affaire� Lorsqu’une Chambre de première instance est saisie d’une affaire, celle-ci doit entendre le Procureur et la Défense avant de décider si elle autorise le Procureur à modifier l’acte d’accusation�

Que se passe-t-il après la confirmation d’un acte d’accusation ?
Après confirmation d’un acte d’accusation, chaque suspect devient un accusé et le Juge de la mise en état peut alors délivrer une citation à comparaître ou un mandat d’arrêt� Le Greffier prépare des copies certifiées conformes de l’acte d’accusation (portant le sceau du Tribunal) dans une langue comprise par chacun des accusés� Une copie certifiée conforme est adressée officiellement aux autorités de l’État dans lequel l’accusé réside (ou résidait selon les dernières informations disponibles)� Les autorités libanaises, comme tout autre État signataire d’un accord de coopération avec le Tribunal, sont tenues de signifier personnellement l’acte d’accusation à l’accusé, ainsi que la citation à comparaître ou le mandat d’arrêt, et d’informer l’accusé de ses droits� Le Juge de la mise en état peut, à la demande du Procureur, délivrer un mandat d’arrêt pour garantir la comparution de l’accusé au procès ; garantir que l’accusé n’entravera ni ne mettra en péril le cours de l’enquête ou la
—25—

procédure (par exemple en mettant en danger une victime ou un témoin ou en l’intimidant) ; ou empêcher que celui-ci ne commette de nouvelles infractions pénales� Le Juge de la mise en état peut, à défaut, délivrer une citation à comparaître� Une fois que l’acte d’accusation et la citation à comparaître ou le mandat d’arrêt ont été signifiés à l’accusé, celui-ci doit se présenter devant les juges du TSL et se soumettre à la procédure formelle de « comparution initiale »� Il lui est alors demandé de plaider coupable ou non coupable� Cette procédure marque le début de la phase préliminaire au procès� Pendant cette phase, un certain nombre d’obligations procédurales doivent être remplies� Ainsi, le Procureur doit communiquer les éléments de preuve et les documents à charge à la Défense, afin que l’accusé puisse préparer sa cause� La Défense peut en outre déposer diverses exceptions préjudicielles visant, par exemple, à contester la compétence du Tribunal ou à faire-valoir l’existence de vices de forme dans l’acte d’accusation�

Quelle est la différence entre un suspect et un accusé ?
Un suspect est une personne dont le Procureur a des motifs raisonnables de croire qu’elle a commis un crime relevant de la compétence du Tribunal� Un accusé est une personne que le Procureur a officiellement accusée d’avoir commis un crime relevant de la compétence du Tribunal� Cela signifie que l’acte d’accusation a été confirmé par le Juge de la mise en état conformément au Statut et au Règlement de procédure et de preuve�

Qu’est-ce qu’un procès par défaut ?
Un procès par défaut est un procès qui se déroule en l’absence de l’accusé ou sans sa participation� Conformément au droit libanais et à celui de nombreux autres États, le Statut et le Règlement de procédure et de preuve du TSL prévoient ce type de procédure� Le Statut énonce trois cas dans lesquels un procès par défaut peut être conduit : lorsque l’accusé a renoncé expressément et par écrit à son droit d’être présent ; lorsque celui-ci n’a pas été remis au Tribunal par les autorités de l’État concerné ; ou lorsque l’accusé est en fuite ou introuvable�
—26—

Si, en dépit « d’efforts raisonnables », l’accusé n’a pu être localisé et l’acte d’accusation n’a pu lui être signifié, le Président du Tribunal peut, après consultation du Juge de la mise en état, décider de publier l’acte d’accusation, en tout ou partie, sous forme d’annonce publique en vue d’informer l’accusé de la nécessité de se présenter devant le Tribunal� L’annonce publique invite toute personne en possession d’informations permettant de localiser l’accusé à les communiquer au Tribunal� Si, dans les 30 jours qui suivent la parution de l’annonce publique, l’accusé ne se trouve toujours pas sous l’autorité du Tribunal, le Juge de la mise en état demande à la Chambre de première instance d’envisager d’engager une procédure par défaut� La Chambre de première instance doit alors déterminer si les conditions d’un procès par défaut sont réunies� Si la Chambre de première instance décide d’engager le procès par défaut, le Chef du Bureau de la Défense commet d’office un conseil à tout accusé qui n’en a pas désigné� De même, si un procès a été ouvert par défaut mais qu’un accusé est localisé pendant ou après le procès, l’accusé concerné peut demander l’ouverture d’un nouveau procès� Il est à noter que la procédure ne peut en aucun cas être qualifiée de procès par défaut lorsque l’accusé n’est pas physiquement présent aux audiences, mais : s’est présenté devant le Tribunal pour sa comparution initiale et, bien qu’absent aux audiences, a ensuite été représenté au procès par son conseil ; ou a fait sa comparution initiale par voie de vidéoconférence ou par l’intermédiaire de son conseil, et n’a pas explicitement renoncé à son droit d’être présent à son procès�

Quand le procès débutera-t-il ?
Le Règlement de procédure et de preuve ne prévoit pas de date limite pour l’ouverture du procès� La confirmation d’un acte d’accusation est suivie par la phase de mise en état, période importante de la préparation du procès� Pendant ce temps, le Juge de la mise en état, en consultation avec les parties, le Greffier, le Juge président de la Chambre de première instance, et, si nécessaire, le Président, fixent provisoirement la date d’ouverture du procès et ce, quatre mois au moins avant la date choisie� Ainsi, le délai entre le début de la phase de mise en état et l’ouverture du procès ne peut être inférieur à quatre mois�
—27—

Dans le cadre de ses attributions, le Juge de la mise en état doit veiller à ce que la phase de mise en état ne subisse pas de retard injustifié, ceci afin de respecter le droit de l’accusé à un procès rapide� Un certain nombre d’exceptions préjudicielles peuvent être déposées après le début de la phase de mise en état et avant le commencement du procès — notamment des requêtes en exception d’incompétence ou pour vice de forme de l’acte d’accusation, ou visant à obtenir une disjonction des chefs d’accusation ou d’instance ou à contester le rejet d’une demande aux fins de commission d’un conseil� Pendant ce temps, au moins toutes les huit semaines, le Juge de la mise en état tient des conférences de mise en état en vue de la préparation de l’affaire� Avant l’ouverture du procès, la Chambre de première instance tient une ou plusieurs conférences préalables au procès pendant desquelles elle peut donner les instructions qu’elle juge nécessaires ou souhaitables en vue de garantir un procès équitable, impartial et rapide� À titre d’exemple, la Chambre de première instance peut demander au Procureur de raccourcir la durée estimée de l’interrogatoire principal pour tout ou partie des témoins ; fixer le nombre de témoins que le Procureur peut citer ; et indiquer le temps imparti au Procureur pour la présentation des éléments de preuve� Le délai entre la confirmation de l’acte d’accusation et l’ouverture du procès revêt également une grande importance pour la Défense, car celle-ci doit pouvoir disposer du temps et des moyens nécessaires pour préparer sa cause et mener ses propres enquêtes�

Qu’est-ce que la comparution initiale de l’accusé ?
Lors de l’audience de comparution initiale, un accusé qui a été arrêté ou s’est livré au Tribunal se présente pour la première fois devant la Chambre de première instance (ou un juge désigné par le président) pour être formellement informé des accusations portées contre lui� À cette occasion, les juges doivent être convaincus que les droits de l’accusé ont été respectés, en particulier son droit d’être assisté par un conseil, et que l’accusé comprend les accusations portées contre lui� Les juges informent en outre l’accusé qu’il sera appelé à plaider coupable ou non coupable de chacun des chefs retenus dans l’acte d’accusation, dans les sept jours qui suivront sa comparution initiale, mais qu’il peut également le faire séance tenante� Si l’accusé ne se
—28—

prononce pas sur sa culpabilité, les juges peuvent inscrire un plaidoyer de non culpabilité en son nom� Si l’accusé plaide coupable et que toutes les conditions posées par le Règlement de procédure et de preuves sont remplies, il n’y a pas de procès� Les juges peuvent conclure à la culpabilité de l’accusé puis fixer la date de l’audience consacrée à la détermination de la peine�

Qu’est-ce qu’un plaidoyer de culpabilité ?
Un plaidoyer de culpabilité est un aveu de l’accusé, exprimé à l’audience, qui reconnaît avoir commis l’infraction qui lui est reprochée� En cas d’accusations multiples, il peut plaider « coupable » pour certaines d’entre elles et « non coupables » pour d’autres� Au Tribunal spécial pour le Liban, si l’accusé plaide coupable de certaines accusations et que les juges acceptent son plaidoyer de culpabilité, la procédure s’arrête au regard de ces accusations� Les juges fixeront directement la tenue d’une audience consacrée à la détermination de la peine� Cette procédure est similaire à celle qui a cours dans les autres tribunaux et cours internationaux mais diffère de la procédure pénale en vigueur au Liban� Pour accepter un plaidoyer de culpabilité, les juges du TSL doivent être convaincus que les conditions suivantes sont remplies : • l’accusé a plaidé coupable de son plein gré ; • l’accusé a plaidé coupable en connaissance de cause et son plaidoyer de culpabilité était sans équivoque ; et • il existe des faits suffisants pour établir l’accusation et la participation de l’accusé au crime, compte tenu soit d’indices indépendants, soit de l’absence de désaccord substantiel entre les parties sur les faits de l’affaire� Dans les systèmes pénaux qui autorisent le plaidoyer de culpabilité, celui-ci intervient généralement à l’issue d’un accord sur le plaidoyer�

—29—

Qu’est-ce qu’un accord sur le plaidoyer ?
Lors d’un accord sur le plaidoyer, le Procureur et la Défense concluent un accord par lequel l’accusé s’engage à plaider coupable d’un ou plusieurs chefs retenus dans l’acte d’accusation� En échange, le Procureur choisit une ou plusieurs des options suivantes : • il demande à la Chambre de première instance de modifier l’acte d’accusation en conséquence ; • il propose à la Chambre de première instance une peine déterminée ou une fourchette de peines qu’il estime appropriée ; et/ou • il ne s’oppose pas à la peine ou à la fourchette de peines proposée par l’accusé à la Chambre de première instance� Cette procédure s’applique dans nombre de cours et de tribunaux internationaux ainsi que dans de nombreuses juridictions internes, notamment celles qui s’appuient sur une tradition de common law� Lorsqu’un accord de plaidoyer est conclu entre les parties, il est présenté aux juges� Cependant, les juges ne délivreront un verdict de culpabilité que s’ils sont eux-mêmes convaincus : que l’accusé comprend les termes de l’accord sur le plaidoyer et en a discuté avec son conseil ; que l’accusé comprend les conséquences d’un plaidoyer de culpabilité ; qu’il n’a subi aucune pression ou menace visant à le contraindre à plaider coupable et qu’il l’a fait sciemment et de son plein gré� Même s’ils acceptent cet accord, les juges ne sont pas tenus de s’y conformer et peuvent imposer une peine supérieure ou inférieure à celle qui est suggérée dans l’accord sur le plaidoyer�

Comment se déroule la procédure ?
La procédure devant le TSL se déroule en quatre phases : 1� enquêtes menées par le Procureur ; 2� phase de mise en état ; 3� phase du procès ; et
—30—

4� phase d’appel� Les phases les plus longues sont la phase de mise en état et la phase du procès� La phase de mise en état Pendant la phase de mise en état, le Juge de la mise en état coordonne la communication entre les parties, supervise la communication des pièces, veille à ce que la procédure ne soit pas indûment retardée et prend toutes les dispositions nécessaires pour préparer l’affaire en vue d’un procès rapide et équitable� À l’ouverture de la procédure de mise en état, le Juge de la mise en état établit un plan de travail indiquant, d’une manière générale, les obligations des parties et les dates auxquelles celles-ci devront être remplies� Il supervise aussi l’exécution du plan� Le procès s’ouvre lorsque toutes les questions de la phase de mise en état ont été réglées et que la Défense est prête pour le procès� Le Juge de la mise en état fixe la date d’ouverture du procès et ce, quatre mois au moins avant la date choisie� La phase du procès Le procès se déroule devant la Chambre de première instance, composée de trois juges – un juge libanais et deux juges internationaux� Deux juges suppléants (un juge libanais et un juge international) suivent également la procédure� Le procès proprement dit s’ouvre par la déclaration préliminaire du Procureur� Les représentants légaux des victimes participant à la procédure peuvent également, à sa suite, faire une déclaration préliminaire� La Défense peut décider de faire sa déclaration à ce moment-là ou après que le Procureur a présenté ses moyens de preuve et avant de présenter ellemême les siens� Pendant le procès, les éléments de preuve sont présentés dans l’ordre suivant, à moins que la Chambre de première instance, dans l’intérêt de la justice, n’en décide autrement : • moyens de preuve du Procureur ;
—31—

• moyens de preuve dont la production est ordonnée par la Chambre de première instance à la demande des victimes participant à la procédure ; • moyens de preuve de la Défense ; • moyens de preuve présentés dans la réplique du Procureur ; • moyens de preuve présentés à ce stade de la procédure, dont la production est ordonnée à la demande des victimes participant à la procédure ; • moyens de preuve présentés dans la duplique de la Défense� Chaque étape peut donner lieu à un interrogatoire principal, un contreinterrogatoire et un réexamen� Lors de l’interrogatoire principal, le témoin est interrogé par la partie qui l’a appelé à déposer� Lors du contre-interrogatoire, le témoin est interrogé par la partie adverse� Le réexamen permet à la partie qui a fait entrer le témoin dans la procédure de l’interroger sur certains points évoqués dans le cadre du contre-interrogatoire� Au TSL, les juges peuvent également décider d’interroger eux-mêmes les témoins, comme cela se fait habituellement au Liban et dans d’autres systèmes de tradition romano-germanique� À la fin du procès, le Procureur peut présenter son réquisitoire, avant de laisser la parole aux victimes participant à la procédure puis à la Défense pour sa plaidoirie� Le Procureur peut présenter une réplique, et la Défense une duplique� L’accusé peut faire une déclaration finale sur des questions pertinentes pour le procès� Lorsque le Procureur et la Défense ont fini de présenter leurs moyens de preuve, le juge président clôt les débats, et la Chambre de première instance se retire pour délibérer à huis clos� Les juges examinent l’ensemble des pièces présentées comme éléments de preuve et des dépositions des témoins afin de déterminer si le Procureur a prouvé sa cause au-delà de tout doute raisonnable� Dans ce cas, la Chambre de première instance peut juger l’accusé coupable� Dans le cas contraire, la Chambre de première instance doit déclarer l’accusé « non coupable »� Le jugement est prononcé à la majorité des trois juges de la Chambre de première instance� Il s’accompagne toujours d’un avis motivé par écrit et expose tant les constatations des juges que leurs conclusions juridiques, ce qui explique qu’il puisse être volumineux� Les opinions individuelles ou
—32—

dissidentes des juges peuvent être jointes au jugement� Ceci explique que les délibérations et la rédaction d’un jugement puissent prendre des mois� Il est à noter que les juges examinent uniquement les pièces qui ont été présentées à l’audience, dans le cadre de la procédure pénale engagée devant eux, sans tenir compte des informations qui n’ont pas été formellement versées au dossier� Comme dans de nombreux pays de common law, la procédure de détermination de la peine est distincte de celle qui vise à établir la responsabilité pénale de l’accusé, et intervient après le prononcé du jugement en première instance� Ceci permet en outre à la Défense de se consacrer pleinement à la défense de l’accusé pendant le procès, sans avoir également à discuter de la peine d’emprisonnement qu’il conviendrait de fixer en cas de culpabilité� La procédure consacrée à la détermination de la peine commence après que l’accusé a plaidé coupable ou a été reconnu tel, à l’issue du procès� Au cours de cette procédure, les parties peuvent fournir à la Chambre de première instance toute information pertinente susceptible de l’aider à déterminer une peine appropriée� Les juges peuvent condamner une personne reconnue coupable à une peine d’emprisonnement allant jusqu’à la perpétuité� Pour déterminer la peine, la Chambre de première instance tient compte de la gravité de l’infraction et des circonstances individuelles relatives à la personne déclarée coupable, ainsi que d’autres éléments, tels que : • l’existence de circonstances aggravantes ; • l’existence de circonstances atténuantes, notamment d’une coopération substantielle de la personne déclarée coupable avec le Procureur, avant ou après sa déclaration de culpabilité ; • les peines généralement encourues au Liban ; • le fait d’avoir déjà purgé une peine prononcée par le tribunal d’un État, quel qu’il soit, pour le même acte� Les juges peuvent prononcer soit des peines distinctes pour chaque chef d’inculpation, soit une seule et même peine sanctionnant le comportement criminel de l’accusé dans sa totalité� À la clôture de la procédure, la peine est prononcée en audience publique et, dans la mesure du possible, en présence de l’accusé et des victimes participant à la procédure�

—33—

Toute personne condamnée est passible d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à l’emprisonnement à perpétuité� Contrairement à ce qui est autorisé au Liban, le Tribunal ne peut condamner un accusé à la peine de mort ou aux travaux forcés� La personne condamnée purge sa peine dans un État désigné par le Président et figurant sur une liste d’États ayant accepté de recevoir des personnes condamnées par le TSL sur leur territoire� En cas d’acquittement, l’accusé est libéré� Cependant, les juges peuvent ordonner son maintien en détention si le Procureur informe la Chambre de première instance de son intention d’interjeter appel du jugement d’acquittement� Dans ce cas, le maintien en détention peut être prolongé jusqu’à ce que la Chambre d’appel rende son arrêt� L’accusation comme la Défense peuvent interjeter appel du jugement� S’il est acquitté par la Chambre d’appel, l’accusé doit être libéré immédiatement, à moins qu’il ne soit poursuivi pour d’autres infractions dans une autre affaire�

Comment la procédure d’appel se déroule-t-elle ?
Les appels interjetés contre des décisions rendues par la Chambre de première instance ou le Juge de la mise en état sont examinés et tranchés par la Chambre d’appel� La Chambre d’appel du TSL est composée de cinq juges — trois juges internationaux et deux juges libanais� Tant le Procureur que l’accusé peuvent déposer un acte d’appel contre un jugement et/ou une peine� Chaque partie peut faire appel si elle estime qu’une ou plusieurs erreurs de fait (si la partie appelante juge qu’une conclusion erronée au sujet des faits de l’espèce a été tirée) ou de droit (si la partie appelante pense que les juges ont rendu des décisions ou émis des conclusions juridiques erronées dans le jugement) ont été commises� Les juges ne refont pas le procès de novo� La procédure d’appel commence par un échange d’écriture entre les parties, suivi d’une audience devant la Chambre d’appel� Celle-ci peut également autoriser les parties à présenter des éléments de preuve supplémentaires, si certaines conditions sont remplies, à savoir :

—34—

• le ou les éléments de preuve concernés n’étaient pas disponibles pendant le procès, en dépit de l’exercice d’une diligence raisonnable ; • le ou les éléments de preuve sont pertinents et crédibles ; et • le ou les éléments de preuve concernés auraient pu être décisifs au regard de la décision rendue dans le cadre du procès� À l’issue de la procédure, la Chambre d’appel rend son verdict en audience publique� L’arrêt peut être rendu par une majorité des juges et doit s’accompagner d’un avis motivé par écrit, et le cas échéant, d’opinions individuelles ou dissidentes des juges� Les juges peuvent confirmer, infirmer ou réviser la décision de la Chambre de première instance concernée et/ou la peine prononcée� Ils peuvent aussi, dans l’intérêt de la justice, renvoyer l’accusé devant la Chambre de première instance pour y être rejugé� En règle générale, le jugement de la Chambre d’appel est définitif� Le Règlement de procédure et de preuve prévoit cependant la possibilité d’introduire un recours en révision en cas de découverte, dans les délais fixés par le Règlement de procédure et de preuve, de nouveaux éléments de preuve décisifs et qui n’étaient pas connus lors du procès� Les Parties peuvent demander la révision de la déclaration de culpabilité, de l’acquittement ou de la peine prononcée�

Quels moyens de preuve peuvent être présentés lors du procès ?
Les juges peuvent en principe admettre tout élément de preuve qu’ils considèrent probant et utile pour établir un fait important� Une chambre peut exclure un élément de preuve dont la valeur probante est bien endeçà des exigences d’un procès équitable� Les éléments de preuve doivent avoir été rassemblés par des moyens licites, qui ne violent pas les droits des suspects et des accusés, et les juges sont habilités à prendre toutes les mesures nécessaires pour en vérifier l’authenticité� Les éléments de preuve peuvent être présentés par le Procureur, la Défense et les représentants juridiques des victimes autorisées à participer à la procédure� Les juges peuvent en outre faire comparaître des témoins proprio motu, autrement dit, de leur propre initiative� Les éléments de preuve peuvent être oraux ou écrits� En principe, les témoins et experts comparaissent en personne devant les juges� Les Parties et les victimes participant à la procédure ou leurs représentants peuvent les
—35—

interroger et les contre-interroger dans les limites fixées par le Règlement de procédure et de preuve� En d’autres termes, les éléments de preuve doivent, en règle générale, être discutés devant la cour, en présence des parties et publiquement� En outre, en accord avec les dispositions en vigueur dans d’autres tribunaux et cours hybrides internationaux, les juges peuvent admettre des déclarations écrites, sous certaines réserves� Les principes régissant l’admission de ces éléments de preuve et la valeur à leur attribuer varient selon leur nature� Ainsi : les documents autres que des déclarations écrites de témoins peuvent, en principe, être versés au dossier ; les déclarations écrites d’un témoin non présent à l’audience et les comptes rendus de sa déposition ne sont admissibles qu’à condition de ne pas se rapporter aux actes et au comportement de l’accusé ; les déclarations écrites émanant d’un témoin présent à l’audience ne sont en principe admissibles que si le témoin concerné atteste qu’elles reflètent correctement ses propos et ceux qu’il tiendrait s’il était interrogé, et accepte d’être contre-interrogé à la demande de la partie adverse ; enfin les déclarations écrites d’un témoin non disponible ainsi que les comptes rendus de sa déposition ne sont admissibles que si les juges sont convaincus que ce témoin n’est véritablement pas disponible et que ses déclarations ou le compte-rendu de ces dernières sont fiables, au vu des circonstances dans lesquelles ils ont été faits et conservés� Les juges doivent motiver toute décision relative aux éléments de preuve�

Le Règlement de procédure et de preuve du TSL autorise-t-il les témoins anonymes à déposer ?
Oui, sous certaines conditions très précises et à titre exceptionnel� En raison des contingences liées aux actes de terrorisme, le Règlement de procédure et de preuve autorise exceptionnellement un témoin (par exemple un individu dont la vie ou celle de ses proches est en danger), à tout stade de la procédure, à déposer sous anonymat, c’est-à-dire sans que son identité ne soit révélée aux parties ni même à la Chambre de première instance� Cette procédure de « dernier recours » n’est envisageable que si toutes les mesures de protection des témoins prévues par le Règlement de procédure et de preuve se révèlent insuffisantes pour prévenir un tel danger�

—36—

Les témoins anonymes sont interrogés par le Juge de la mise en état, qui peut leur poser toutes les questions qu’il juge nécessaires et leur transmettre les questions des parties ou des représentants légaux des victimes participant à la procédure� Le Juge de la mise en état communique ensuite un compte rendu des réponses du témoin (sous forme expurgée, au besoin, afin de ne pas révéler son identité) aux parties et aux représentants légaux des victimes participant à la procédure, et donne son appréciation quant à la véracité du témoignage recueilli� Les juges de la Chambre de première instance ne peuvent en aucun cas déclarer un accusé coupable en se fondant uniquement sur une déposition anonyme� D’autres éléments de preuve doivent venir la corroborer�

Qui peut comparaître en tant que témoin ?
Un témoin est une personne capable de faire un compte rendu factuel ou de première main sur des points en rapport avec les enquêtes et les procès relevant de la compétence du Tribunal� Chaque partie décide de façon indépendante quels témoins elle souhaite appeler à la barre� Toute personne dont le témoignage semble important pour établir la vérité dans le cadre des enquêtes et du procès est susceptible d’être appelée à témoigner� Il peut s’agir de victimes, mais aussi d’experts pouvant faire état de connaissances ou de savoir-faire pertinents en l’espèce� Les témoins peuvent témoigner à l’audience en personne ou par l’intermédiaire d’une déclaration écrite� La Chambre peut limiter le nombre de témoins appelés à comparaître� Il est à noter que lors de la collecte des éléments de preuve, les enquêteurs du Bureau du Procureur et de la Défense peuvent être amenés à interroger de nombreuses personnes� Cependant, seule une partie d’entre elles sera appelée à témoigner devant les juges�

Qu’encourt un témoin en cas de faux témoignage ?
Pour qu’un témoignage puisse être considéré comme « faux », il doit être produit devant les juges du Tribunal� Un tel témoin peut être poursuivi pour « faux témoignage sous déclaration solennelle »�

—37—

Avant de témoigner, chaque témoin doit faire la déclaration solennelle suivante : « Je déclare solennellement que je dirai la vérité, toute la vérité et rien que la vérité »� Si le Juge de la mise en état ou une Chambre a de fortes raisons de croire qu’un témoin a sciemment et volontairement fait un faux témoignage à l’audience, il ou elle peut enjoindre au Procureur de mener une enquête et si les éléments de preuve sont suffisants, engager des poursuites à son encontre� Si le Juge de la mise en état ou la Chambre estime que le Procureur pourrait avoir un conflit d’intérêts pour ce qui est du comportement en cause, il ou elle peut enjoindre au Greffier de nommer un amicus curiae (un « ami de la cour ») qui instruira l’affaire et indiquera au Juge de la mise en état ou à la Chambre s’il existe des motifs suffisants pour engager une procédure pour faux témoignage� Le Juge de la mise en état ou la Chambre peut alors rendre une ordonnance au lieu de délivrer un acte d’accusation et demander à l’amicus curiae d’engager une procédure� Un témoin suspecté ou reconnu coupable des faits qui lui sont reprochés jouit des mêmes droits que n’importe quel autre suspect ou accusé, y compris celui d’avoir un conseil rémunéré par le TSL, s’il est indigent� Le procès d’une personne accusée de faux témoignage se tient devant le Juge de la mise en état, lequel détermine si l’accusé est coupable et fixe la peine, le cas échéant� La peine maximum encourue est une amende de 100 000 euros ou sept ans d’emprisonnement, ou les deux� Le témoin condamné peut faire appel du verdict prononcé par le Juge de la mise en état ou la Chambre de première instance�

Les victimes peuvent-elles participer au procès ?
Oui� Conformément au Règlement du Tribunal, est une victime toute personne physique ayant subi un préjudice physique, matériel ou moral résultant directement d’un attentat relevant de la compétence du Tribunal� Une victime peut demander la qualité de « victime participant à la procédure » en complétant le formulaire de demande mis en ligne sur le site Internet du Tribunal� La Section de participation des victimes (SPV) vérifie les demandes puis les transmet au Juge de la mise en état� Lorsqu’il autorise une victime individuelle à participer à la procédure devant le Tribunal, le Juge la mise en état examine :
—38—

• si le demandeur a fourni des moyens de preuves permettant d’établir qu’il est de prime abord une victime ; • s’il est porté atteinte aux intérêts personnels du demandeur ; • si la participation sollicitée par le demandeur vise à lui permettre d’exposer ses vues et préoccupations ; et • si la participation sollicitée par le demandeur serait préjudiciable ou contraire aux droits de l’accusé et aux exigences d’un procès équitable et impartial� Dès lors qu’une victime a été autorisée à participer à la procédure, elle dispose du droit de présenter ses « vues et préoccupations » d’une manière et au moment que le Juge de la mise en état ou une Chambre estiment appropriés� Si la Chambre de première instance ou la Chambre d’appel l’y autorise, une victime peut appeler à la barre et contre-interroger des témoins, produire des éléments de preuve et déposer des requêtes ou des mémoires� Toutefois, une victime participant à la procédure devant le TSL ne s’apparente pas à une partie civile, au sens où on l’entend dans certains systèmes de tradition romano-germanique, tel que celui du Liban� Il convient notamment de souligner que les victimes ne peuvent pas engager ou déclencher une procédure pénale ou réclamer une compensation auprès du Tribunal� Elles peuvent, cependant, se fonder sur un jugement définitif rendu par le TSL pour faire valoir leurs droits et revendiquer des dommages, par exemple, devant une juridiction nationale� Enfin, une victime participant à la procédure peut le faire uniquement par l’entremise d’un représentant, sauf autorisation contraire du Juge de la mise en état�

Quelles sont les modalités de participation des victimes à la procédure ?
Le Tribunal a institué, au sein du Greffe, deux sections en charge des victimes participant à la procédure : la Section de participation des victimes et la Section d’appui aux victimes et aux témoins� La première aide les victimes souhaitant participer à la procédure ; la seconde veille à offrir protection, appui et toute autre assistance, si nécessaire� La Section de participation des victimes assiste les victimes participant à la procédure de plusieurs façons� Elle informe les victimes de leurs droits et de l’évolution de l’affaire et aide les victimes à compléter leurs demandes� Si elles obtiennent le droit de participer à la procédure, elle apporte aux
—39—

victimes ou à leurs représentants toute l’assistance judiciaire nécessaire� La SPV, qui gère le programme d’aide juridictionnelle aux victimes, s’assure également que les victimes indigentes sont assistées par un représentant, aux frais du Tribunal� Ce représentant est désigné à partir d’une liste de conseils qualifiés dressée et tenue à jour par la SPV� La Section d’appui aux victimes et aux témoins fournit toute assistance administrative et logistique nécessaire aux victimes qui comparaissent devant le Tribunal� Bien que la disposition pertinente du Règlement de procédure et de preuve se réfère uniquement au droit des témoins comparaissant devant le Tribunal de bénéficier de l’assistance fournie par la Section d’appui aux victimes et aux témoins, cette dernière, en accord avec la SPV, fournit également cette même assistance logistique et administrative aux victimes tenues de participer à la procédure�

Quelle protection et quel soutien le Tribunal peut-il offrir aux victimes et aux témoins ?
La nature de tous les tribunaux et cours internationaux et hybrides ainsi que des affaires dont ils connaissent exigent qu’ils puissent prendre les mesures nécessaires aux fins d’assurer la protection des victimes et témoins appelés à comparaître devant eux� Le Tribunal spécial pour le Liban n’y fait pas exception� La Section d’appui aux victimes et aux témoins est un organe neutre et indépendant au sein du Greffe qui contribue au fonctionnement effectif du Tribunal en facilitant la comparution des victimes et des témoins devant celui-ci, et en offrant des services de protection et d’appui professionnels et spécialisés aux victimes et aux témoins, qu’ils soient cités à comparaître par les Chambres, les représentants des victimes ou les parties� Ces services visent à assurer la sécurité, le bien-être et la protection des victimes et des témoins, et à garantir que le fait de témoigner ou de participer à la procédure n’occasionne pas de nouveau préjudice ou de nouvelles souffrances� En outre, la Section d’appui aux victimes et aux témoins peut également « fournir toute assistance supplémentaire ordonnée par le Juge de la mise en état ou une Chambre, en accord avec le mandat et les responsabilités de la Section »� Dans l’exercice de ses fonctions, la Section d’appui aux victimes et aux témoins respecte les intérêts des victimes et des témoins, et respecte
—40—

en tout temps les normes les plus élevées d’intégrité, d’impartialité et de confidentialité� Lorsqu’une victime ou un témoin comparaît devant le Tribunal, les juges peuvent ordonner diverses mesures de protection aux fins de ne pas révéler leur identité� Ils peuvent, à cet effet, autoriser les parties et les représentants des parties à attribuer un pseudonyme aux victimes et aux témoins, à expurger certains éléments d’identification et ordonner la non-divulgation au public de tout élément permettant d’identifier une victime ou un témoin� Il peut également recourir à l’altération de l’image ou de la voix afin de modifier l’apparence et la voix de victimes et de témoins déposant devant la Chambre, ou autoriser les témoignages à huis clos (en privé)� Dans certaines situations, le Tribunal peut tenir des audiences à huis clos ou à huis clos partiel afin de protéger la confidentialité d’un témoignage� Les victimes et les témoins ont également la possibilité de déposer par voie de vidéoconférence ou de façon anonyme (sous réserve de conditions très strictes)� Lorsque la situation d’une victime ou d’un témoin l’exige, il est également possible de réinstaller un témoin dans un pays tiers Cette mesure extrême prise par le Greffier est réservée à des personnes en situation de risque de mort ou de danger imminent, du fait de leurs relations avec le Tribunal�

Quels sont les droits de l’accusé ?
Les droits de l’accusé sont inscrits à l’article 16 du Statut du TSL et dans l’ensemble des dispositions du Règlement de procédure et de preuve� Tous les accusés sont égaux devant le Tribunal� L’accusé a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement� Tout accusé est présumé innocent jusqu’à ce que sa culpabilité ait été établie, et il incombe au Procureur de prouver la culpabilité de l’accusé au-delà de tout doute raisonnable� L’accusé n’est pas tenu de faire valoir ses moyens de preuve s’il estime que les accusations visées dans l’acte d’accusation sont insuffisantes� Pour condamner un accusé, les juges doivent être convaincus de sa culpabilité au-delà de tout doute raisonnable� Tout accusé a droit aux garanties minimales suivantes :

—41—

• être informé, dans le plus court délai, dans une langue qu’il comprend et de façon détaillée, de la nature et des motifs des accusations portées contre lui ; • disposer du temps et des facilités nécessaires à la préparation de sa défense et communiquer librement avec le conseil de son choix ; • être jugé sans retard excessif ; • sauf en cas de procès par défaut, être présent à son procès et se défendre lui-même ou être assisté d’un conseil de son choix ; • s’il n’a pas de conseil, être informé de son droit d’en avoir un ; • chaque fois que l’intérêt de la justice le commande, se voir commettre d’office un conseil, sans frais, s’il n’a pas les moyens de le rémunérer ; • interroger ou faire interroger les témoins à charge et obtenir la comparution et l’interrogatoire des témoins à décharge dans les mêmes conditions que les témoins à charge ; • examiner tous éléments de preuve à charge qui seront présentés au procès, conformément au Règlement de procédure et de preuve du Tribunal spécial ; • se faire assister gratuitement d’un interprète s’il ne comprend pas ou ne parle pas la langue employée à l’audience ; • ne pas être forcé de témoigner contre lui-même ou de s’avouer coupable� Tout accusé peut, à tout stade de la procédure, faire à l’audience une déclaration concernant la cause� Les Chambres décident de la valeur probante à accorder à cette déclaration, le cas échéant� Ces droits sont conformes aux normes les plus élevées de la justice internationale�

Quelle peine encourt l’accusé déclaré coupable ?
Toute personne déclarée coupable est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à l’emprisonnement à perpétuité� Il appartient aux juges du Tribunal de déterminer précisément les peines en se fondant sur les faits spécifiques à chaque affaire� Les peines que le Tribunal peut imposer à l’issue d’un verdict de culpabilité diffèrent de celles encourues en droit libanais, en ce que le travail forcé et la peine de mort en sont exclus�

—42—

Où se tiendront les procès ?
La salle d’audience du Tribunal est située à Leidschendam, à proximité de La Haye, aux Pays-Bas� Le public peut assister aux audiences publiques en personne dans la galerie du public, ou les suivre en ligne sur le site Internet du Tribunal� Le TSL est facilement accessible par les transports publics, en taxi ou en véhicule privé� Pour obtenir une carte détaillée des environs du Tribunal et des renseignements sur les moyens d’accès, veuillez consulter le site Internet du TSL à l’adresse suivante : www�stl-tsl�org ou prendre contact avec le Tribunal� Une salle de presse est à la disposition des journalistes afin de leur permettre de rendre compte régulièrement de l’actualité des audiences�

Combien de temps les procès dureront-ils ?
Il est impossible de déterminer la durée exacte des procès� La durée de la procédure dépendra d’un certain nombre de facteurs (soumis au contrôle de la Chambre de première instance), notamment : • • • • • le nombre d’accusés dans une affaire ; le volume des éléments de preuve ; le nombre de témoins appelés ; le temps nécessaire à la Défense pour préparer sa cause ; le temps nécessaire à l’établissement et à la rédaction du jugement définitif ; et • le nombre de recours en appel�

Les procès seront-ils publics ? Qui peut y assister ?
Tous les procès du TSL seront ouverts au public à tout moment, sauf lorsque les juges décideront, en raison de circonstances exceptionnelles, que le public ne doit pas être présent (par exemple pour protéger l’identité de témoins ou de victimes)� Toute personne âgée de 16 ans ou plus peut assister aux audiences qui se tiendront dans le prétoire du Tribunal à Leidschendam, dans la banlieue de La Haye, aux Pays-Bas� Il n’y a pas de frais d’admission et une galerie est réservée aux visiteurs, qui peuvent se présenter sans aucune démarche
—43—

préalable, à condition de présenter un document d’identité� Cependant, le nombre de sièges étant limité, il est conseillé de s’inscrire à l’avance pour être sûr de disposer d’une place assise� Le TSL possède en outre un centre d’accueil munis d’écran de télévision où sont retransmis les débats, avec un décalage de 30 minutes�

Comment savoir ce qui se passe si l’on ne peut assister au procès ?
Le Tribunal met tout en œuvre pour faire connaître ses travaux aussi largement que possible, à travers son site Internet, par la publication de communiqués de presse, d’avis aux médias et autres documents écrits et images, ainsi que par la diffusion en ligne des audiences� Le Tribunal possède en outre une Salle de presse moderne et une Section des affaires publiques qui travaille sans relâche afin d’étendre la couverture médiatique des travaux du Tribunal� En outre, la Section de la communication externe offre en continu des informations actualisées sur les travaux du Tribunal, destinées au public libanais, en particulier� Les procès sont diffusés sur le site Internet du Tribunal� Les chaînes de télévision libanaises et du monde entier ont également la possibilité de diffuser les procès lorsqu’elles le souhaitent� Les procès sont retransmis en direct avec un différé de 30 minutes afin de s’assurer qu’aucune information confidentielle n’est divulguée� Si une telle information devait être divulguée délibérément ou par inadvertance, l’enregistrement audiovisuel serait expurgé de toute information confidentielle, sur ordonnance du Juge de la mise en état ou d’une Chambre uniquement� Les comptes rendus de toutes les audiences publiques seront disponibles�

Peut-on obtenir des informations sur les documents déposés par les parties ou sur la procédure en cours ?
Toutes les écritures publiques sont accessibles en ligne sur le site Internet du TSL (www�stl-tsl�org) ou sur demande auprès de la Section des affaires publiques et de la Section de la communication externe du Tribunal (voir leurs coordonnées ci-dessous)�
—44—

Où trouver des informations complémentaires concernant le TSL ?
Site Internet : http://www.stl-tsl.org Standard : tél : +31 (0) 70 800 3400 Bureau de presse Tél : +31 (0) 70 800 3560 (anglais et français) Tél : +31 (0) 70 800 3828 (arabe et anglais) Courriel : stl-pressoffice@un.org Porte-parole Tél : +31 (0) 70 800 3733, port� : +31 (0) 629 501751 Bureau du Procureur Tél : +31 (0)6 50 88 92 03 et + 31 (0) 70 800 3438 Courriel : stl-otppressoffice@un.org Bureau de la communication externe Tél : +961 4 538 129 Courriel : stl-outreach@un.org Bureau de la Défense Tél : +31(0) 70 800 3454, fax : +31 (0) 70 800 3564 Courriel : stl-defence@un.org Section de participation des victimes Tél : +961 4 538 151 Courriel : stl-victims@un�org Adresse d’accueil TRIBUNAL SPÉCIAL POUR LE LIBAN Dokter van der Stamstraat 1 2265 BC Leidschendam (Pays-Bas) Adresse postale TRIBUNAL SPÉCIAL POUR LE LIBAN P�O� Box 115 2260 AC Leidschendam (Pays-Bas)

—45—

Section de la Communication externe du TSL Juillet 2012 Conception Unité de Reproduction et de Graphisme TSL, Leidschendam, Pays-Bas

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful