You are on page 1of 1

L’histoire sociale en France. Du culte du chiffre à la culture du sensible.

Introduction : émergée relativement tard dans le champ de la discipline, l’histoire sociale a traversé ses turbulences avec difficultés dans les années 1970-1980 et reste dans une position de « paix armée » avec l’histoire culturelle. On lui connaît deux temps. 1ère partie : le temps des catégories socio-professionnelles 1°) La fabrication des classes sociales : - l’influence du marxisme - l’influence de la sociologie historiens pris à témoin : Henri Hauser ; Ernest Labrousse ; Georges Lefebvre ; Fernand Braudel ; Albert Soboul ; Emmanuel Leroy-Ladurie. 2°) L’histoire sociale tend à se confondre avec l’histoire ouvrière Historiens pris à témoin : Edouard Dolléans ; Jean Bruhat ; Jean Maitron ; Yves Lequin ; Rolande Trempé. 3°) Le culte du chiffre : Contexte : regard libéral sur les cours de la Bourse ; politiques nationales élaborées à partir de statistiques ; fascination stalinienne pour les chiffres de production. Historiens pris à témoins : Adeline Daumard ; Gabriel Désert ; Pierre Chaunu. L’historien socio-économiste accepte d’appliquer au passé des modèles acceptables, calqués sur l’analyse mathématique des données quantifiables de l’activité économique. L’histoire sociale se nourrit du chiffre, plutôt des chiffres mis en séries. Triade de la quantification sociale : « peser, compter, mesurer » les sociétés. Histoire sérielle et quantitative. Depuis François Simiand et Ernest Labrousse en histoire économique jusqu’à la méthode Fleury-Henry en démographie historique. Notions de cycles socio-économiques, de longue durée et de révolution sociale. 2e partie : le temps du social, comme « le produit de l’interaction des individus » (Dominique Kalifa). 1°) Le « new deal » de l’histoire sociale : - les autres sciences sociales modifient les approches de l’histoire sociale - des apports venus d’ailleurs : le « cultural turn » anglo-saxon. Clifford Geertz. - de nouvelles sources : orales ; iconiques… 2°) L’histoire sociale œuvre désormais partout : - tous les terroirs sont bons : ville :campagne ; famille ; entreprise ; vie privée/travail ; oisiveté/loisirs ; rapports de sexes ; rapports de classes, d’ethnies, de groupes, de cultures. - les terroirs traditionnels sont revisités : l’exemple de la bourgeoisie (De Adeline Daumard à Sarah Maza et David Garrioch) 3°) L’histoire sociale jusqu’à l’intelligibilité du sensible. - études des seuils de tolérance sociale - étude de l’usage des sens dans les pratiques sociales des exemples chez Alain Corbin, Pascal Ory et Michel Pastoureau. conclusion : l’histoire sociale, en accomplissant son « tournant culturel », n’est pas morte. Elle s’est humanisée. Didier Nourrisson