M 05650 - 58 - F: 8,95 E - RD

SEPTEMBRE-OCTOBRE 2012

3:HIKPQF=UU]^ZW:?a@k@f@s@a;

DOM : 9,95 € . CANADA : 13,50 $ CAN . ÉTATS UNIS : 12,95 $ . BELGIQUE/LUXEMBOURG/ITALIE/ESPAGNE/PORTUGAL/ALLEMAGNE/AUTRICHE/POLOGNE/GRÈCE : 9,95 € . SUISSE : 14 CHF . LIBAN : 19 500 LBP . MAROC : 90,00 MAD . HONG KONG : 12,95 € . NOUVELLE-CALÉDONIE/POLYNÉSIE FRANÇAISE : 1 750,00 CFP . CAMEROUN/CÔTE D’IVOIRE/ GABON/SÉNÉGAL : 6 000 CFA. JAPON : 2 400,00 JPY .

DIPLOMATIE

diplomatie-presse.com

N°58

SYRIE : Les chrétiens d’Orient face au conflit

LIBYE : Quel avenir pour le pays ?

DIPLOMATIE

affaires stratégiques et rel ations internationales

COMMERCE

Quel contrôle pour le

DES ARMES ?

A IN TLA CL S US

MEXIQUE : Carrefour de tous les trafics

Sommaire cartographique n° 58
Russie p. 23-24 Canada p. 12 Chine p.12-13, p.58-60

Irak p. 11 Chypre p. 11 France p. 54

Union européenne p. 58-60

États-Unis p.13, p.36-37

Libye p.75-88

Sahel p.17, p.80-82 Mali p.11 Côte d’Ivoire p. 10 Soudan p. 11 Cuba p. 12 Soudan du Sud p. 17 Syrie p. 11 Yémen p. 17 Somalie p. 11 Rwanda p. 11 Erythrée p. 11

Mexique p.12, p.67-74

République Démocratique du Congo p. 10

Un bulletin d’abonnement est disponible p. 29.
© AREION 2012

DIPLOMATIE 58

6/FOCUS

SOMMAIRE

06 – CHRONOLOGIE 10 – ONU La diplomatie au Conseil de Sécurité 12 – FOCUS Géopolitique des mers et des océans 14/15 – CARTOGRAPHIE Risques maritimes et déploiements navals 16 – FOCUS État de l’action humanitaire en 2012 17 – FOCUS L’action humanitaire en 2012 : les cas du Sahel, du Soudan du Sud et du Yémen

19/POINTS CHAUDS 31/PROSPECTIVE 40/DOSSIER
Japon p. 12-13

20 – ANALYSE La crise syrienne : itinéraire de la transformation d’une révolte en guerre civile 24 – ANALYSE Russie : quelle lecture de la crise syrienne ? 26 – ENTRETIEN Les chrétiens d’Orient face à l’insurrection syrienne 28 – CARTOGRAPHIE Syrie : le nouveau déstabilisateur du Moyen-Orient ?

SEPTEMBRE - OCTOBRE 2012

Rio, vingt ans après

32 – ANALYSE Rio+20 ou le sommet de l’inaction 36 – ANALYSE Rio, miroir de la nouvelle pensée stratégique américaine ? 38 – TABLEAU DE BORD Développement durable, quels enjeux pour demain ?

Quel contrôle pour le commerce des armes?

42 – ANALYSE Le contrôle du commerce des armes conventionnelles : les failles des réglementations internationale, régionale et nationale 46 – FOCUS Quelques trafiquants célèbres 50 – ANALYSE Traité sur le commerce des armes : un processus toujours en devenir 54 – ENTRETIEN La France, promotrice d’un traité ambitieux sur le commerce des armes 55 – ANALYSE Quels sont les impacts potentiels d’un traité sur le commerce des armes ? 57 – PORTFOLIO L’AK-47, le fusil d’assaut le plus répandu au monde 58 – ANALYSE La levée de l’embargo européen sur les armes en direction de la Chine : quelles conséquences à prévoir ? 61 – ATLAS du marché licite et illicite des armes

67/GÉOPOLITIQUE 75/STRATÉGIES
GROENLAND ISLANDE

Mexique : carrefour de tous les trafics

68 – ANALYSE Mexique, États-Unis et narcotrafic : une coopération binationale en terrain miné 72 – ENTRETIEN Ciudad Juarez : plaque tournante de trafics en tous genres 74 – CARTOGRAPHIE Cartels mexicains et narcotrafic, les fléaux du continent américain

Libye : un modèle de transition politique ?

76 – ANALYSE La nouvelle Libye sur le chemin de la démocratie et de l’économie de marché 80 – ANALYSE Trafics d’armes dans le Sahel : une menace renouvelée 82 – PORTFOLIO Le printemps arabe en graffiti 83 – ENTRETIEN L’opération de l’OTAN en Libye : un modèle d’opération réussie ? 85 – ANALYSE Quel avenir pour la « responsabilité de protéger » ? 87 – TABLEAU DE BORD Armes libyennes, le nouveau fléau du Sahel ? 88 – CARTOGRAPHIE La poudrière sahélienne

REYKJAVIK JA JAVIK
NORVÉGE
Anchorage

Arkhangelsk

FINLANDE

OSLO OSLO STOCKHOLM OCKHOLM
SUÈDE
Edimbourg Edimbourg Glasgow Glasgow Belfast Edmonton Newcastle Liverpool Manchester

HELSINKI
TALLINN TALLINN

St-Pétersbour étersbourg

EST ESTONIE
Iaroslavl RIGA

Perm Perm Nijni Novgorod Kazan' Oufa Penza enza Saratov Saratov Voronej Voronej Samara Orenbourg Orenbourg Ekaterinbour aterinbourg Tomsk Tomsk T Tcheliabinsk Omsk Barnaul Irkoutsk Novossibirsk Krasnoïarsk Krasnoïarsk

DANEMARK

LETTONIE TT TTONI

OPENHAGUE ROYAUME UNI COPENHAGUE
Hambourg Hambourg

LITU LITUANIE
VILNIUS

MOSCOU MOSCOU
Ryazan'

CANADA

DUBLIN
IRLANDE

Calgary Calgar Vancouver Vancouver Seattle Portland Po tland

Cardi Regina Winnipeg

LONDRES

POLOGNE PAYS BAS BERLIN BIÉLORUSSIE AMSTERDAM AMSTERDAM ALLEMAGNE VARSOVIE VARSOVIE BELGIQUE BRUXELLES KIEV KIEV REP TC REP. TCHÈQUE SLOVAQUIE OV OVAQ

MINSK

Toula Toula

ASTANA ASTANA OULAN-BATO OULAN-BA R
MONGOLIE

PARIS PARIS

Minneapolis Milwaukee Détroit Salt Lake City Sacramento Chicago Denver Kansas City Indianapolis St-Louis

OTTAWA OTTAWA TA
Toront Toronto Cleveland Pittsburgh

Québec Montréal Montréal Bordeaux Bordeaux

FRANCE
Lyon Lyon Marseille Boston

BERNE

MOLDAVIE MOLDAVIE AV SUISSE AUTRICHE BUDAPEST BUDAPEST CHISINAU CHISINA SLOVÉNIE HONGRIE ROUMANIE Milan BUCAREST CRO T ZAGREB CROATIE ZAGREB SERBIE Turi Turin rin BOSNIE H. IT ITALIE KOSOVO KOSOVO SOFIA BULGARIE OSOV LG LGARIE
BRATISLA BRATISLAVA TISLAVA

UKRAINE

Volgogra olgograd Rostov-sur-le-Don

KAZAKHSTAN KHST KHSTAN
Astrakhan' Astrak Almaty (Alma-Ata) (Alma-Ata)

RUSSIE GÉORGIE
TBILISSI

New Yo York Philadelphie Baltimore Baltimor

Port rto

PORTUGAL

MADRID
ESP ESPAGNE
Séville Fès Fès

Barcelone

ROME

ALBANIE
Naples

ARYM

SKOP SKOPJE OPJE

Istanbul

OUZBÉKI T OUZBÉKISTAN BÉKIS
BAKO BAKOU KOU

BICHKEK
KIRGHIZST KIRGHIZSTAN
TADJIKISTAN T TA

ANKARA ANKARA
TURQUIE
NICOSIE NICOSIE

EREVA EREVAN VAN

TACHKENT TACHKENT
TURKMÉNIST TURKMÉNISTAN

San Francisc Francisc ancisco

WASHINGT WASHINGTON

LISBONNE

ÉTATS UNIS ÉTATS UNIS AT
Los Angeles os San Diego Mexicali Ciudad Juárez Austin ustin Dallas Houston La Nlle-Orléans Nlle-Orléans Memphis Atlanta Casablanca Marrakech akech

ALGER ALGER
Oran Constantine

ATHÈNES ATHÈNES TUNIS TRIPOLI
GRÈCE

Izmir

Tabriz Tabriz

ACHGABAT CHGABAT
Qom Qom Ispahan

DOUCHANBÉ DOUCHANBÉ
Meched

Taiyuan Taiyuan

SY SYRIE
BEYROUTH DAMAS DAMAS

RABAT RABAT
MAROC

TUNISIE

LIBAN ISRAËL Ë ËL JORD JORDANIE TE IT RES LESTI TERRITOIRES PALESTINIENS JÉRUSALEM RE LEST

IRAK

TÉHÉRAN TÉHÉRA
IRAN

AFGHANISTAN GHANIST GHANISTAN

BAGD BAGDAD GDAD

KABOUL

ISLAMABAD
Faisalabad Lahore Lahore Delhi Chengdu

Xi'an Wuhan

KOWEÏ KOWEÏT OWEÏT
Chirâz

San Antonio

LE CAIRE
Miami
NASSAU NASSAU

Culiacán

Monterrey errey

ALGÉRIE

LIBYE BY BYE ÉGYPTE

AR ARABIE SAOUDITE S
Médine Djeddah

MANAMA

BAHREÏN EAU
DOHA ABOU DHABI

PAKISTAN PAKISTAN AKIST
Karachi Karachi

NEW DELHI

NÉP NÉPAL

BHOUTAN
THIMPHOU

CHINE

KATMANDOU KATMANDOU

Hyderabad derabad

MEXIQU MEXIQUE X
Tampic Tampico Guadalajar Guadalajara Mérida

LA HAVANE HAV VANE
Cancún

CUB CUBA
Santiago de Cuba Cuba

T TA RIYAD QATAR YAD

BANGLADESH INDE
Calcutta

MASCAT MASCATE ATE
OMAN
Bombay (Mumbai)

DACCA DACCA

Canton

MEXICO MEXICO
Acapulco capulco

GUATÉ GUATÉMALA ATÉMA
GUA GUATEMALA ATEMALA SAN SALVADOR SALV VADOR

BELMOPAN BELMOPAN

JAMAÏQUE M MAÏQU

HAÏTI
PORT-AUT-AUPRINCE

RÉP RÉP. DOMINICAINE IC ICA
ST-DOMINGUE ST-DOMINGUE

La Mecque

BIRMANIE LAOS
VIENTIANE

HANOÏ HANOÏ

HONDURAS
TEGUCIGALPA TEGUCIGALP MANAGU MANAGUA GUA SAN JOSE

KINGSTON KINGST

NOUAKCHOTT TT
CAP VERT VE
PRAIA

MAURITANIE MALI
SÉNÉGAL
BANJUL BISSAU BISSAU

NIGE NIGER

T TCHAD

KHARTOUM KHART
SOUD SOUDAN
ÉRYTHRÉE

Hyderabad Hyderabad

RANGOUN BANGKOK BANGKOK

DAKAR DAKAR

YÉMEN YÉMEN ME

THAÏLANDE
Bangalore Bangalor Madras (Chennai)

VIETNAM

SALVADOR V VA

NICARAGUA GU GUA
Carthagène Carthagène PANAMA PANAMA Maracaibo Maracaibo MéridaMar Mérida CARACAS CARACAS PORT OF SPAIN SPAIN

GAMBIE GU GUINÉE BISSAU
TRINITÉ ET TOBAGO T TOBAG OB SURIN SURINAME
PARAM PARAM RAMARIBO

BAMA BURKINA FASO

NIAMEY NIAMEY
NIGÉRI NIGÉRIA
ABUJA

SANAA
DJIBOUTI T TI

CAMBODGE
Hô Chi M Minh-Ville ille (Saïgon)

COSTA RICA ST STA

CONAKRY ONAKRY
SIERRA LEONE

GUINÉE

OUAGADOUGOU GADOUGOU

P PANAMA
Medellín Cali

VÉNÉZUÉLA

GEORGETOWN GEORGETOWN TOWN

GHANA BÉNIN CÔTE D’IVOIRE TOGO TE IVOIRE TE D’IV
YAMOUS. YAMOUS.

NDJAMENA

PHNOM PENH

ADDIS ABEBA
ÉT ÉTHIOPIE

MONROVIA

PORTO-NOVO PORTO-NOVO

BOGOTA BOGOTA

GUYANA
Boa Vista

LIBÉRI LIBÉRIA

COLOMBIE
ÉQUATEUR U UA

ABIDJAN

Lagos ACCR ACCRA LOME CRA

RÉP CENT RÉP. CENTRAFRICAINE SOUDAN DU SUD E SOUD

COLOMBO CO OMBO
SOMALIE
MALE

CAMEROUN
MALABO

YAOUNDÉ OUNDÉ OUND LIBREVILLE
CONGO

BANGUI KAMP KAMPALA MPALA
RDC
KIGALI

DJOUBA
OUGAND OUGANDA KENY KENYA RW RWANDA
BUJUMBURA BUJUMBUR

SRI LANKA NK NKA

KUALA MPU KUALA LUMPUR MALAISIE MPUR
Medan

QUITO QUITO
Iquitos

GUINÉE ÉQUATORIALE ÉQUATORIALE AT
SAO SAO TOME Belém Manaus

MOGADISCIO
VICT VICTORIA

MALDIVES IVES IVE E

SINGAPOUR
Palembang

SAO TOMÉ ET PRINCIPE OT PRINCIPE RI IP
São Luis Luis Teresina Teresina Fortaleza Fo taleza Natal João Pessoa Pessoa

Guayaquil

GABON

NAIROBI

BRAZZAVILLE BRAZZAVILLE LUANDA ANDA AND

KINSHASA

BURUNDI

DODOMA DODOMA

Trujillo

PÉROU

Porto Velho o

BRÉSIL

Recife Recife Maceió Maceió Aracaju Salvador

TANZAN TANZANIE ANZ
MORONI

JAKARTA JAKARTA
SEYCHELLES SEYCHELLES CHELLE
COMORES

INDONÉSIE
Surabaya

LIMA LIMA

Cusco usco

BOLIVIE

ANGOLA

MALAWI

ZAMBIE

Arequipa Arica Iquique Antofagasta

LA PA PAZ
SUCRE

Cuiabá Goiânia

BRASILIA
Belo Horizonte Vitóri Vitória tória Rio de Janeir Janeiro

LUSAKA USAKA
NAMIBIE

LILONGWE LILONGWE
MO MOZAMBIQUE MAURICE
PORT-L PORT-LOUIS

HARARE
BOTSWANA WANA WAN AN

ZIMBABWE BW BWE

ANTANANARIVO ANTANANARIVO
MADAGASCAR

PARAGUAY GU GUA
Salta

São Paulo Paulo Curitiba Curitiba Florianópolis lorianópolis

WINDHOEK

GABORONE

PRET PRETORIA
MBABANE

CHILI
Córdoba Córdoba Valparaíso Valparaíso Mendoza

ASUNCION
Porto Porto Alegre

Johannesburg

MAPUTO MAPUTO
SW SWAZILAND
Durban

ARGENTINE
Santa Fé Rosario

LESOTHO

URUGUAY UGU UGUAY

AFRIQUE DU SUD
Le Ca Cap

MASERU

SANTIAGO SANTIAGO

BUENOS AIRES
Bahía Blanca

MONTEVIDEO
La Plat Plata Mar del Plat Plata

91/ALERTES DE SÉCURITÉ

Puerto Montt Montt

1 000 km

Punta Punta Arenas Ushuaia

92 – CARTOGRAPHIE Alertes de sécurité dans le monde
Diplomatie 58 Affaires stratégiques et relations internationales

5

Photo ci-contre : Janvier 2008 : arrestation de trafiquants de drogue appartenant au « Cartel del Golfo » par les forces armées mexicaines à l’aéroport de Mexico City, dans l’État de Tamaulipas, frontalier des États-Unis. Les trafiquants étaient en possession d’importants volumes de drogues, d’armes et de liasses de billets. (© DPA/Susana Gonzalez)

analyse
Par Alain Musset, géographe spécialiste de l’Amérique latine et des études urbaines, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) où il dirige le master « Étude comparative du développement » et la formation doctorale « Territoires, sociétés, développement ».

une coopération binationale en terrain miné
Les ravages occasionnés par le narcotrafic des cartels mexicains ont commandé la mise en œuvre d’une lutte armée particulièrement violente. Description d’un combat épineux mené par des forces armées mexicaines équipées par le gouvernement américain.
e manière cynique, on pourrait dire qu’un des secteurs qui s’est le plus développé depuis la mise en œuvre du traité de libre commerce entre les États-Unis, le Canada et le Mexique (ALENA) est celui du trafic de drogue. En effet, cette activité criminelle favorise de grands courants d’échanges de marchandises, de biens, de personnes et de flux financiers qui s’effectuent dans un cadre binational de part et d’autre de la frontière Mexique-États-Unis, mais aussi à l’échelle régionale (du Labrador au Yucatán), et continentale (si on prend en compte la cocaïne produite dans les Andes et qui transite par les pays centraméricains puis le Mexique avant d’être distribuée sur le grand marché nord-américain). Le fait que les États-Unis soient aujourd’hui le plus grand marché mondial pour la consommation de produits psychotropes

Mexique, États-Unis et narcotrafic :

D

Cet article se fonde sur le chapitre intitulé « Frontières et narcotrafic : le côté obscur de l’intégration nordaméricaine», extrait de l’ouvrage d’Alain Musset et Cynthia GhorraGobin, Canada, États-Unis, Mexique (Sedes, Paris, août 2012).

n’a fait qu’accélérer les processus d’intégration entre les groupes mafieux installés de part et d’autre de la frontière. Selon le FBI, la frontière sud-ouest du pays (ou SWB pour Southwest Border), avec les villes-doublons de Tijuana/San Diego, Mexicali/Calexico, Heróica Nogales/Nogales, Agua Prieta/Douglas et Ciudad Juárez/El Paso, est la principale zone d’entrée et de stockage des drogues qui sont venues sur le marché américain, qu’il s’agisse de cocaïne, d’héroïne, de marijuana ou de produits de synthèse. Cette zone est particulièrement vulnérable parce que c’est aussi l’endroit par où passent, quotidiennement, le plus grand volume de marchandises et le plus grand nombre de voyageurs (touristes ou transfrontaliers). Le fait est que la Border Patrol (police de la frontière) ne peut pas contenir le flot des clandestins.

68

Diplomatie 58 Septembre - Octobre 2012

Chaque année, elle arrête entre 1,2 et 1,6 million de personnes, mais on estime que 500 000 sans-papiers réussissent à passer entre les mailles du filet. Depuis le début des années 1990, les autorités américaines ont multiplié les programmes pour enrayer les flux migratoires sur leur flanc sud, mais sans obtenir de résultats probants. Les opérations Hold the Line (« tenir la ligne ») à El Paso en 1993, puis Gatekeeper (« garde-barrière ») l’année suivante à San Diego ont permis de réduire les infiltrations, mais les migrants ont trouvé de nouveaux lieux de passage (en particulier en Arizona, du côté de Nogales/Tucson, ce qui a poussé les autorités à lancer une nouvelle opération dans cette zone : Safeguard). En 1998, un accord de coopération – la Border Safety Initiative, BSI – a été signé entre les deux pays mais, suite aux attentats du 11 septembre 2001, la politique du gouvernement américain s’est encore durcie à travers la mise en place du Homeland Security Act et de la Homeland Defense qui ont conduit le gouvernement mexicain à s’aligner sur la politique de sécurité de son puissant voisin et à intégrer ce changement d’orientation dans son agenda politico-militaire. En octobre 2006, en promulguant la loi du Secure Fence Act, l’administration Bush a pris la décision de construire une véritable muraille le long de ce que certains Nord-Américains considèrent désormais comme une véritable ligne de front. Ces mesures ont été renforcées en 2010 par le président Barack Obama : budget accru, utilisation de drones de surveillance comme les MQ-9 Reaper, déploiement de nouvelles troupes, multiplication des caméras de contrôle

dans le cadre du programme Smart Border (frontière intelligente). Cette frontière fait donc l’objet d’une attention particulière de la part de la Maison-Blanche. Sur 700 agents du FBI chargés de la lutte anti-corruption, 120 travaillent dans cette zone sensible, en relation directe avec les autorités du département de la Homeland Security, des services des douanes et de la migration, des représentants de la sécurité des transports (Transportation Security Administration ou TSA), ainsi que des experts de la DEA (Drug Enforcement Administration), qui n’hésitent pas à agir au Mexique en collaboration avec leurs homologues mexicains. Les États-Unis et le gouvernement mexicain ont d’ailleurs signé en 2007 une alliance contre le crime organisé, intitulée « Initiative Mérida ». Il s’agit d’un projet d’aide extérieure des ÉtatsUnis à destination du Mexique et d’autres pays d’Amérique centrale et des Caraïbes visant à lutter contre le trafic de stupéfiants et ses opérations annexes (blanchiment d’argent, trafic d’armes, etc.). Le plan prévoyait une aide de 1,4 milliard de dollars sur trois ans (2007-2010), dont la majorité allait être affectée au Mexique (1). La majorité des fonds accordés étaient destinés à la modernisation des forces militaires engagées dans les opérations contre le trafic de stupéfiants – souvent via le transfert aux pays bénéficiaires du plan d’équipements achetés au complexe militaro-industriel des États-Unis – et des programmes de formation des policiers par des instructeurs américains. Le reste des fonds est consacré au meilleur contrôle des frontières, à l’appui de la réorganisation de la justice, à la sensibilisation des citoyens aux méfaits des stupéfiants et à la lutte contre le trafic d’armes des États-Unis vers le Mexique. En effet, s’il est vrai que la drogue suit une route Sud-Nord, les armes qui équipent les cartels font le chemin inverse : c’est aux États-Unis que les narcotrafiquants s’approvisionnent. Lancé en octobre 2007 par le Congrès américain, ce plan est concrétisé en 2008 sous l’administration Bush, dans le cadre de la campagne menée aux États-Unis contre l’usage de stupéfiants et des opérations armées menées au Mexique contre les narcotrafiquants, lancées en 2006 sous Felipe Calderón. De fait, dès son arrivée au pouvoir (2006), le président Felipe Calderón a lancé une véritable guerre contre les narcotrafiquants en mobilisant l’armée dans les sites les plus vulnérables comme la ville frontalière de Ciudad Juárez, particulièrement touchée par les règlements de compte, avec une moyenne de 150 exécutions par mois « seulement », 2011 a pu être considérée comme une année paisible. Au total, entre 2006 et 2012, cette guerre aurait fait près de 60 000 morts. En novembre 2011, les forces spéciales du Secrétariat de la Défense nationale se sont emparées du chef des Zetas dans l’État de Zacatecas, Alfredo Alemán Narvaez (« el comandante Alemán »). La dernière grande victoire en date des forces de l’ordre est l’arrestation en mars 2012 d’Erick Valencia Salazar (« El 85 »), dirigeant présumé du cartel de Jalisco, « Nueva Generación ». Cependant, les cartels semblent capables de porter eux aussi des coups très durs au gouvernement. En 2008, le ministre de l’Intérieur mexicain, Juan Camilo Mourino, mourait dans la chute de son avion en pleine ville de Mexico. En novembre 2011, c’était au tour de son successeur, Francisco Blake Mora, de périr dans l’écrasement d’un hélicoptère du gouvernement. Même si, dans les deux cas, on a officiellement invoqué des problèmes mécaniques ou des erreurs de pilotage, la disparition de deux personnages-clés du gouvernement impliqués dans la lutte contre le trafic de drogue reste suspecte.

Photo ci-contre : La barrière États-Unis-Mexique. Cette séparation discontinue érigée par les États-Unis le long de leur frontière avec le Mexique a été décidée sous l’administration Bush pour empêcher l’immigration illégale et le trafic de drogue en provenance du Mexique. Le mur est fait de cylindres d’acier, de sections de grillages et de béton ponctués de projecteurs et de caméras de surveillance détectant les mouvements aux abords du mur. (© Gila Photography)

Diplomatie 58 Affaires stratégiques et relations internationales

69

Photo ci-contre : Sur la plage de Tijuana, les derniers éléments du mur frontalier, érodés par la mer, sont un objet de curiosité pour les touristes. La construction du mur a commencé en automne 2006 et à terme, cette clôture devrait atteindre plus de 1 120 km de long entre la Californie et le Texas, soit un peu plus d’un tiers de la longueur totale de la frontière, qui compte 3 141 km. (© Alain Musset)

Par ailleurs, à de nombreuses reprises, les populations ont protesté contre les exactions commises par les soldats envoyés pour les protéger sans jamais réussir à faire baisser les niveaux de criminalité. Il est difficile d’évaluer la part qu’occupe le narcotrafic dans l’économie mexicaine, mais tous les indices montrent que c’est un secteur économique en pleine croissance depuis une trentaine d’années. L’augmentation de la production locale

L’ ALÉNA, une aubaine pour les trafiquants ?
L’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) est un accord commercial, entré en vigueur le 1er janvier 1994, destiné à favoriser les échanges commerciaux et les investissements entre le Canada, les ÉtatsUnis et le Mexique, créant ainsi la plus vaste zone de libre-échange au monde. Dans ce but, l’ALÉNA prévoit notamment l’élimination des droits de douane sur les transferts de biens et services entre les États membres et le respect du principe de non-discrimination entre les producteurs nationaux et les producteurs des deux autres pays signataires dans le commerce des services, l’accès aux marchés publics et l’investissement. Son « succès » survient sans attendre : les relations commerciales entre les trois pays se développent considérablement et avec eux, les trafics. En effet, les échanges licites qui se multiplient – par voie routière notamment – du fait même de la diminution des contrôles douaniers, ont vite fait d’être utilisés par des trafiquants de tous types qui y voient un moyen aisé de dissimuler et ainsi augmenter leurs échanges illicites. Les techniques sont variées : bakchich aux conducteurs qui feraient passer les produits à bord de leurs véhicules, infiltration d’entreprises de camionnage... Les cartels de la drogue mexicains auraient même acheté des entreprises pour pouvoir justifier de transactions et transferts légitimes, tout en utilisant ces compagnies pour réaliser leurs trafics.

de cultures illicites peut ainsi être mesurée en prenant comme base la superficie des champs détruits par la police et par l’armée : entre 1990 et 2009, on est passé de 8 778 à plus de 36 583 hectares de chanvre et de 8 860 à plus de 20 000 hectares d’opiacées. Avec une production de 39 tonnes d’héroïne en 2009, le Mexique est devenu le troisième producteur mondial après l’Afghanistan et la Birmanie. Les revenus de ces différents trafics oscilleraient autour de 20 milliards de dollars par an selon le Département d’État américain, mais il s’agit d’estimations difficiles à contrôler. Cet argent a gangrené presque tous les secteurs économiques et politiques du pays, alimentant la violence et la corruption. Selon une enquête commanditée par le Sénat mexicain, 72 % des municipalités mexicaines seraient infiltrées par des individus au service des narcotrafiquants et 8 % seraient entièrement contrôlées par les cartels. Les plus violents font régulièrement parler d’eux dans la presse mexicaine et internationale : ce sont les cartels du Golfe, de Juárez, des Beltrán Leyva, du Sinaloa (dirigé par « El Chapo » Guzman), de Culiacán, de Tijuana (mieux connu sous le nom de Cartel Arellano Félix ou CAF) ou celui du Michoacán (« La Familia ») qui a étendu ses tentacules vers les États de Morelos, du Guerrero et de Mexico, mais qui est désormais combattu par un nouveau groupe formé

de dissidents, les « Caballeros templarios », dont les dirigeants prétendent lutter contre la pauvreté et pour l’autodétermination des peuples. En 2011, la guerre entre le groupe des Zetas et leurs anciens alliés du Cartel del Golfo pour le contrôle de la grande ville industrielle du Nord, Monterrey, a provoqué la mort d’au moins 2 000 personnes dans l’État du Nuevo León. Comme leurs homologues colombiens, les cartels mexicains utilisent de plus en plus de jeunes enfants pour accomplir leurs basses œuvres. L’arrestation en décembre 2010 d’un adolescent au service du Cartel du Pacifique sud (une succursale du cartel des Beltrán Leyva), a mis en lumière cette nouvelle stratégie, fondée sur un usage bien compris de la loi mexicaine : malgré quatre meurtres reconnus (précédés de tortures), « El Ponchis », en tant que mineur, ne pouvait pas être condamné à plus de trois ans de prison. Comme un mineur sur quatre vit en situation de pauvreté au Mexique, selon les statistiques de l’OCDE, les cartels disposent d’un vivier quasi inépuisable de candidats. D’après la Commission sur la sécurité de la Chambre mexicaine des députés, au moins 23 000 enfants et adolescents serviraient ainsi de sicarios à leurs employeurs (mais, selon des sources non officielles, on estime à au moins 15 000 ceux qui ont choisi cette voie dans le seul État du Coahuila). Au total, le narco-trafic

70

Diplomatie 58 Septembre - Octobre 2012

occuperait au moins 500 000 personnes au Mexique, selon les estimations de la Secretaría de Defensa Nacional de 2011. La violence liée à la guerre contre les cartels et aux affrontements entre narcotrafiquants ne manque pas d’avoir un impact direct sur la population qui cherche à fuir les zones les plus dangereuses : selon le Haut Commissariat aux réfugiés des Nations Unies, plus de 160 000 personnes ont été obligées de se déplacer au Mexique en 2011. Des études menées par l’Université du Chihuahua révèlent par ailleurs que cette situation aurait entraîné un véritable exode dans la ville de Ciudad Juárez, métropole de 1,3 million d’habitants où avaient afflué des migrants de tout le pays pour travailler dans l’industrie maquiladora. Cependant, les résultats du dernier recensement de la population (2010) semblent infirmer cette hypothèse, puisque le nombre d’habitants a légèrement augmenté depuis 2005, passant officiellement de 1 313 338 à 1 328 017 (ce qui représente une faible croissance annuelle de l’ordre de 0,2%). Cette bonne nouvelle a surpris ceux qui connaissent bien la ville et qui ont vu le nombre des commerces diminuer considérablement au cours des dernières années – et certains n’ont pas hésité à parler de manipulation. La dernière élection présidentielle mexicaine (juillet 2012) a montré que le thème de la sécurité était au cœur des préoccupations de la population et de la classe politique, même si le sujet du narcotrafic et des relations avec les États-Unis n’a souvent été abordé que de manière indirecte. Les principaux candidats ont centré leur campagne sur deux grands axes : l’économie (afin de combattre la pauvreté) et la lutte contre la délinquance organisée. Dans ce domaine, les moyens proposés pouvaient diverger entre la candidate du Partido de Acción Nacional (PAN,

droite libérale au pouvoir depuis 2000), celui du Partido de la Revolución Democrática (PRD, gauche hétérogène) et celui du Partido Revolucionario Institucional (PRI, ancien parti d’État des années 1920 jusqu’en 2000), mais tous étaient d’accord, au moins dans les discours, pour proposer une réforme de la Police et lutter contre la corruption. La victoire contestée du candidat priiste, Enrique Peña Nieto, est sans doute l’expression d’une grande lassitude de la part d’un électorat qui regrette le temps où le Mexique semblait être tenu et contrôlé par ses dirigeants. Quoi qu’il en soit, la société civile mexicaine dans son ensemble ne supporte plus l’impuissance gouvernementale ni la longue litanie d’horreurs et de massacres qui ont marqué la dernière décennie. Plusieurs marches pour la paix ont été organisées dans tout le pays afin de réclamer un vrai changement de politique et la fin d’une guerre inutile contre le crime organisé. C’est ainsi que, pour le poète mexicain Javier Sicilia, dont le fils a été victime de ces affrontements, il serait plus judicieux de réformer les institutions et de s’attaquer à la corruption qui mine le pays. Leader du mouvement Paix, Justice et Dignité (Paz con Justicia y Dignidad), il entend replacer la question du trafic de drogue dans son contexte régional, en rappelant que les États-Unis ont une grande part de responsabilité dans ce qui se passe au Mexique. Alain Musset
Note (1) De 2008 à 2010, le Congrès a affecté près d’1,3 milliard de dollars

Pour aller plus loin
Alain Musset, Cynthia GhorraGobin, Canada, États-Unis, Mexique, Sedes, Paris, août 2012, 256 pages.

du budget de l’Initiative Mérida aux programmes menés au Mexique. Mérida Initiative for Mexico and Central America: Funding and Policy Issues, Clare Ribando Seelke, CRS Report for Congress, 19 avril 2010.

Photo ci-contre : Enrique Peña Nieto, nouveau président mexicain depuis le 1er juillet 2012, lors de la sa cérémonie d’assermentation en tant que candidat du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) à la présidence du Mexique. La réduction de la violence générée par le trafic de drogue était l’un des axes forts de sa campagne. (© Angelica Rivera de Pena)

Diplomatie 58 Affaires stratégiques et relations internationales

71

DIPL MATIE LES GRANDS DOSSIERS
Bulletin à découper/photocopier et à renvoyer à : AREION Group - DIPLOMATIE 91, rue Saint-Honoré - 75001 Paris (France) Tél. : +33 (0)1 75 43 52 71 - Fax : +33 (0)8 11 62 29 31 commande@areion.fr

LES GRANDS DOSSIERS
Grands Dossiers no 01 Grands Dossiers no 02 Grands Dossiers no 03

Nom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Prénom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Adresse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .................................................................................. Code postal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ville. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Pays. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Téléphone . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E-mail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Paiement : ❏ par chèque uniquement pour la France (à l’ordre d’Areion) ❏ par carte bancaire (VISA/ Mastercard)
N° de carte _ _ _ _ / _ _ _ _ / _ _ _ _ / _ _ _ _ Date d’expiration _ _ / _ _ Cryptogramme (3 derniers chiffres au dos de la CB) _ _ _ Signature (obligatoire):

L’ÉTAT DES CONFLITS 2011

GÉOPOLITIQUE DE L’INFORMATION

GÉOPOLITIQUE DES ÉTATS-UNIS

Grands Dossiers no 04

GÉOPOLITIQUE DU VATICAN

Grands Dossiers no 05

Grands Dossiers no 06

DIPL MATIE LES GRANDS DOSSIERS
Grands Dossiers no 07 Grands Dossiers no 08

Abonnez-vous à la nouvelle collection
Abonnement 1 an (6 numéros) (port compris) ❏ France métropolitaine 45 ❏ DOM/TOM Europe 60 ❏ Étranger 75

GÉOPOLITIQUE DE LA RUSSIE

ATLAS GÉOSTRATÉGIQUE 2012

L’ÉTAT DES CONFLITS 2012

GÉOPOLITIQUE DU BRÉSIL

Abonnement 2 ans (12 numéros) (port compris) ❏ France métropolitaine 80 ❏ DOM/TOM Europe 110 ❏ Étranger 140

Grands Dossiers no 09

GÉOPOLITIQUE DE L’ASIE DU SUD-EEST

Grands Dossiers no 10

Achat au numéro
LES GRANDS DOSSIERS (port compris) Tarif promotionnel : ❏ France métropolitaine 11,95 ❏ DOM/TOM Europe 13,95 ❏ Étranger 15,95 ❏ N°01 : L’état des conflits 2011 (Février 2011) ❏ N°02 : Géopolitique de l’information (Avril 2011) ❏ CD N°03 : Géopolitique des États-Unis (Juin 2011) ❏ N°04 : Géopolitique du Vatican (Août 2011) ❏ N°05 : Géopolitique de la Russie (Octobre 2011) ❏ N°06 : Atlas géostratégique 2012 (Décembre 2011) ❏ N°07 : L’état des conflits 2012 (Février 2012) ❏ N°08 : Géopolitique du Brésil (Avril 2012) ❏ N°09 : Géopolitique de l’Asie du Sud-Est (Juin 2012) ❏ N°10 : Géopolitique des mers et des océans (Août 2012)

GÉOPOLITIQUE DES MERS ET DES OCÉANS

Retrouvez les sommaires détaillés sur

diplomatie-presse.com

Complétez la collection avec les hors-série...

CD millésimé
LES GRANDS DOSSIERS au format numérique (port compris) Tarif promotionnel : ❏ France métropolitaine 50 ❏ DOM/TOM Europe 55 ❏ Étranger 60 ❏ CD 2011 (N° 1 à 6)

Abonnement couplé
DIPLOMATIE +

DIPL MATIE LES GRANDS DOSSIERS

... et abonnez-vous
au tarif préférentiel de 45 * au lieu de 66 *

Abonnement 1 an (6 + 6 numéros) (port compris) ❏ France métropolitaine 75 ❏ DOM/TOM Europe 105 ❏ Étranger 135 Abonnement 2 ans (12 + 12 numéros) (port compris) ❏ France métropolitaine 140 ❏ DOM/TOM Europe 200 ❏ Étranger 260

Achat au numéro
DIPLOMATIE hors-série à partir du n° 02 (port compris) Tarif promotionnel : ❏ France métropolitaine 11,95 ❏ DOM/TOM Europe 13,95 ❏ Étranger 15,95 ❏ HS N° 11 : Géopolitique mondiale de la drogue (Avril 2010) ❏ CD HS 12 : Géopolitique de l’Afrique de l’Ouest (Juin 2010) ❏ HS N° 13 : Atlas des mers et des océans (Août 2010) ❏ HS N° 14 : Atlas géostratégique 2011 (Décembre 2010)
(Tarifs valables jusqu’au 30 novembre 2012) Délai de livraison : sous quinzaine dès réception de votre règlement. Pour des commandes en express, contactez le service commandes. Conformément à la loi Informatique et Libertés du 6.01.1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification des données vous concernant. Les renseignements demandés sont réservés au traitement de votre commande. Par notre intermédiaire, vous n’êtes pas amené à recevoir de propositions émanant d’autres sociétés.

Également disponible :
Un CD millésimé pour revenir sur toute une année de Grands Dossiers
* en France métropolitaine (voir conditions tarifaires sur le bulletin d’abonnement)

Bulletin à découper/photocopier et à renvoyer à AREION Group - DIPLOMATIE - 91, rue Saint-Honoré - 75001 Paris (France) - Tél. : +33 (0)1 75 43 52 71 - Fax : +33 (0)8 11 62 29 31 - commande@areion.fr

DIPLOMATIE

UN AUTRE REGARD SUR LE MONDE...

Abonnez-vous, et économisez jusqu’à 35 % !

Nom............................................................................. Prénom........................................................................ Organisation/Profession.............................................. Adresse........................................................................ .................................................................................... Code postal.................................................................. Ville............................................................................... Pays............................................................................. Téléphone.................................................................... E-mail.......................................................................... Paiement : ❏ par chèque uniquement pour la France (à l’ordre d’Areion) ❏ par carte bancaire (VISA/ Mastercard)
N° de carte _ _ _ _ / _ _ _ _ / _ _ _ _ / _ _ _ _ Date d’expiration _ _ /_ _ Cryptogramme (3 derniers chiffres au dos de la CB) _ _ _ Signature (obligatoire) :

Abonnement 1 an (6 numéros) (port compris) ❏ France métropolitaine 40 ❏ DOM/TOM Europe 55 ❏ Étranger 70 Abonnement 2 ans (12 numéros) (port compris) ❏ France métropolitaine 70 ❏ DOM/TOM Europe 100 ❏ Étranger 130 CD millésimés (1 an de Diplomatie au format numérique) (port compris) ❏ France métropolitaine 40 ❏ DOM/TOM Europe 45 ❏ Étranger 50 ❏ CD 2003 (N° 1 à 6) ❏ CD 2005 (N° 12 à 17) ❏ CD 2007 (N° 24 à 29) ❏ CD 2009 (N° 36 à 41) ❏ CD 2011 (N° 48 à 53) ❏ CD 2004 (N° 7 à 11) ❏ CD 2006 (N° 18 à 23) ❏ CD 2008 (N° 30 à 35) ❏ CD 2010 (N° 42 à 47)

54

seulement pour toute une année de lecture, au lieu de 54
tarifs pour la France métropolitaine, voir conditions d’abonnement

40

108

seulement pour deux ans de lecture, au lieu de 108
tarifs pour la France métropolitaine, voir conditions d’abonnement

70

Également disponibles :
Des CD millésimés pour revenir sur 9 ans de Diplomatie

(Tarifs valables jusqu’au 30 novembre 2012) Conformément à la loi Informatique et Libertés du 6.01.1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification des données vous concernant. Les renseignements demandés sont réservés au traitement de votre commande. Par notre intermédiaire, vous n’êtes pas amené à recevoir de propositions émanant d’autres sociétés.

Délai de livraison : sous quinzaine dès réception de votre règlement. Pour des commandes en express, contactez le service commandes.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful