You are on page 1of 19

Les femmes dans la coopération et le développement

JOURNEES D’ÉTÉ EEVL POITIERS 2012 COMMISSION FEMINISME

Marie-Dominique de Suremain ENDA EUROPE

1

Les femmes, genre et développement durable
Introduction de la « perspective de genre » dans les projets de développement répond à deux objectifs : Promouvoir la justice sociale, tendre vers l’égalité entre femmes et hommes comme valeur d’émancipation humaine, de droits Pour des raisons d’efficacité: les filles et des femmes sont touchées par le « plancher collant»,
avant le « plafond de verre »: les discriminations et les violences induisent un gaspillage de talents, une division des tâches dépassée, un frein au développement,
2

Changer les relations N/S et H/F
• Changer les relations nord/sud = ne pas proposer au sud le modèle du nord, mais changer le modèle • Changer les relations hommes/femmes = changer les rapports de pouvoir, les liens entre la production et la reproduction, la place du « care », et les liens entre l’économie, l’environnement, les relations sociales, le gratuit et le payant. Cette division est le fondement des inégalités. Les rapports de domination se déplacent et se recomposent.

Politique française sur le genre années 2000
LES ACTEURS en 2006-2007:
– Création d’une sous-commission Genre dans le cadre des concertations entre les ONG et le MAE (n’existe plus après le transfert des projets ONG à l’AFD) , – Les ONG représentées par la Commission Genre de Coordination Sud, incluant le Réseau Genre en Action – Le MAE: au sein de sa politique de Gouvernance – Plateforme Genre (inclut différents ministères, l’Observatoire de la Parité, quelques ONG, la recherche)

Constats en 2007: Retard et faiblesse des projets genre dans l’APD française
• Retard par rapport aux autres pays européens mais aussi par rapport au sud • Peu de recherche, peu de publications, peu d’ong, peu de personnes formées, peu de moyens, peu de résultats • Des associations petites, réseau relativement faible, • appels d’offres = concurrence plus que collaboration • Critères ou indicateurs souvent hors sujet, recherche-action « mal vue », conception mécanique du changement social (objectif, action, résultat…) rend difficile le suivi de processus sociaux complexes • Indicateurs OCDE: niveau 2, projets ayant des objectifs ciblés sur le genre, niveau 1 projets prenant en compte le genre de façon secondaire, niveau 0: projets « aveugles au genre ». La France n’applique pas ces marqueurs (jusqu’en 2009).

Elaboration du DOS Genre : 2007
• Elaboration Document d’Orientation Stratégique sur Genre, par une commission de travail, pilotée par le MAEE, avec les apports principalement des ONG • approuvé par un CICID (Comité Interministériel) en décembre 2007, • dans le contexte de la réforme du MAEE, qui transfère la majorité des financements de projets de terrain à l’AFD, Agence Française de Développement

Grands axes du DOS Genre
CADRE INTERNATIONAL • • • • • • Convention CEDEF, contre toutes les discriminations, ratifiée en 1983, plan d’action de la Conférence des Nations Unies de Pékin (1995), Conférence des femmes de la francophonie, Luxembourg 2000 OMD (Objectifs du Millénaire): l’OMD 3 (égalité des sexes et autonomisation des femmes) mais également les 2, 4, 5 et 6 (éducation, santé, SIDA) la politique européenne sur l’égalité adoptée en 2007 Constate le grand retard français en matière de genre et droits des femmes dans les projets de coopération, souligné par l’OCDE

PERIMETRE • • N’oppose pas les projets « spécifiques femmes et genre» toujours nécessaires, à la perspective de genre transversale dans toutes les actions et programmes sectoriels (mainstreaming) Concerne toute l’aide publique au développement (APD), qu’il s’agisse de l’aide bilatérale (prêts et dons), multilatérale et en direction des ONG), ainsi que l’action diplomatique et l’égalité hommes/femmes au sein du MAEE

Déclinaison opérationnelle
1- Prendre en compte le genre dans : • les nouvelles modalités de l’aide , notamment dans les « Cadres Stratégiques de Lutte contre la Pauvreté » concertés dans chaque pays • toutes les politiques sectorielles (consultation des femmes, adaptation des diagnostics, commandes d’études spécifiques, mise en lumière des problématiques invisibles, lutte contre les stéréotypes, indicateurs et mesure d’impact • Inclure la prise en compte du genre dans le cycle des projets, y compris des ONG

Déclinaison opérationnelle suite
2- Lutter contre les violences y compris dans le cadre des conflits armés et les négociations de paix 3- Soutenir et sensibiliser et former les acteurs du changement 4- Développer la production de données, la recherche et l’expertise 5- Développer la traçabilité de la prise en compte du genre dans l’APD française

Les moyens
• Un budget au sein de la DGCID, direction générale de la Coopération Internationale et du Développement, géré par le « point focal genre » au sein de la sous-direction de la Gouvernance • Une politique de formation • La « plateforme « genre et développement » et le soutien au réseau Genre en Action • Appui aux projets des ONG par le MAEE • Appui aux projets des collectivités locales • Pas de chiffres, pas de priorité thématique

MISE EN OEUVRE
• Plan de formation des ONG, porté par F3E • Plan d’action « Joyandet »: 30 millions d’euros annoncés sur 5 ans • Diplomatie sur les droits des femmes lors des conférences internationales, notamment sur les femmes dans les conflits armés, et CEDEF • Nomination de référent-es « genre » dans les SCAC (ambassades) et au sein du MAEE • Application des marqueurs de l’OCDE, voir rapport 2011 • Vers l’« obligation » de l’approche genre pour les ONG

Plan d’action « Joyandet »
• 30 millions d’euros (M€) annoncés 2009-2012 • 21 M€: confiés à l’AFD, • 3 M€: Fonds d’action prioritaire (FSP) « Genre et l’économie, les femmes actrices du développement »: 2,4 M€ aux ONG (sur 3 ans partagés entre 12 ONG agissant avec 40 partenaires dans 6 pays d’Afrique de l’Ouest) et 0,6M€ pour formations ENA, OIT, UNIFEM. Il a été suivi d’un deuxième FSP sur les violences. • 6 M€ aux ambassades (fonds de micro-projets)

Evaluation du côté des ONG
• Plan de formation des ONG, a permis un travail en réseau de 8 ONG et formatrices spécialisées et a enclenché de nouvelles dynamiques • Le FSP, en cours, a permis d’associer 5 ONG spécialisées, 5 formatrices/teurs africains, 7 ONG non spécialisées et 40 partenaires de terrain par la recherche-action-formation. • 5 thèmes : emplois masculins et féminins, changement social, étapes de l’autonomie et plaidoyer, liens entre rentabilité sociale et économique, mixité ou non des organisations, accès et contrôle des ressources (terre et locaux). • Une conférence: « nous avons osé le genre » en 2008, mais moyens encore très limités

Evaluation du côté des institutions
Réalisée par l’Observatoire de la Parité et la Commission Droits de l’Homme • • • • • • • • • • • • Cellule genre du MAEE réduite en personnel, mais concertation entre « référents », le travail en réseau progresse Marqueurs genre OCDE: de 2009 à 2010 baisse de 18 à 6 projets classés niveau 2 (le genre y est explicite) en France… mais en Allemagne : passe de 216 à 257!. AFD et MAEE: identifient mieux les projets dans le domaine de l’éducation et santé, pas d’approche transversale réelle. Elargissement de la Plateforme Egalité Hommes-Femmes Pas de traçabilité sur le total des 30 Md’€ de plan, des projets encore insuffisamment financés Un soutien aux structures multilatérales, UNIFEM: 100 M€ annoncés Des recherches au sein de l’AFD encore peu diffusées. Pas de soutien à la recherche universitaire ou ONG Ambassades: environ 4 M€ identifiés Des formations en direction des ONG. Formations institutionnelles réalisées sont plutôt des « sensibilisations » Améliorer les outils de financement (plus souples et réguliers), définir des plans d’action chiffrés et évalués annuellement, soutenir les compétences spécialisées

Des efforts en cours, des espoirs
• Consolidation travail en réseau des ONG: Genre en Action, Commission Genre de Coordination Sud, amélioration de la Plateforme genre/égalité • Création 11 octobre journée internationale des filles, • Formations genre durant les Universités du CRID • Propositions pour le DOS 2: renforcer les formations, intervenir sur l’APD bilatérale (prêts et dons), changer les mécanismes de financement et de concertation, continuer le travail en consortiums, plus de moyens pour le sud, plus de compétences en France pour un vrai « mainstreaming » sur toute l’APD.

Annexe sur les Méthodes participatives: budgets temps, causeries, cartographie sociale

16

les femmes rurales pilent moins mais travaillent +

Les budgets-temps montrent la surcharge des femmes

17

Les hommes changent aussi

18

Autonomie des femmes + égalité F/H = un monde meilleur pour tous et toutes
(Enda- Forum Social Mondial, Dakar 2011)

19