L' explorat ion du Gnost icisme peut s' avérer comme l' une des recherches les plus révélat rices de not

re
époque et c' est cert ainement , aussi, l' une des plus ardues. Depuis que les Gnost iques ont ét é éradiqués
au 4 ème siècle, la désinformat ion à leur suj et s' est répandue comme une t raînée de poudre. I l n' exist e
pas de présent at ion claire et cohérent e de la vision Gnost ique que ce soit dans la mat ière t énue qui a
survécu ou dans les t ravaux modernes des érudit s. Pour aj out er à la confusion, les Gnost iques ét aient
des init iés dans les écoles des Myst ères et les init iés ét aient liés par un voeu de silence concernant de
nombreux suj et s qu' ils expériment aient mais, heureusement , pas t ous les suj et s.
Connaissance Somatique
Un des suj et s les plus délicat s des ét udes Gnost iques est la problé-
mat ique des prat iques sexuelles: en avaient - ils ou n' en avaient - ils
pas. Selon cert ains comment aires, les Gnost iques ét aient des ascé-
t iques qui rej et aient le monde comme ét ant la fabricat ion d' un pseu-
do-créateur, Jéhovah, qu'ils identifaient à une déité extraterrestre
ou un Archont e. I l est maint enant unaniment reconnu que l' accusa-
t ion de rej et du monde ne peut pas êt re sincèrement reprochée aux
Gnost iques et que cet t e accusat ion devrait êt re même réellement
port ée à l' encont re des idéologues Chrét iens qui imput èrent faus-
sement une haine du corps aux “ hérét iques”, dét ournant ainsi sour-
noisement l' at t ent ion de leur propre dégoût pour la nat ure et pour
l' incarnat ion humaine.
Un érudit du Gnost icisme, M. A. Williams, a consacré un ouvrage en-
t ier à réfut er et parfois même à inverser la désinformat ion concernant
les Gnost iques, leurs visions et leurs prat iques. Dans Ret hi nk i ng
Gnost i ci sm, il déclare que, loin de mépriser le corps, il est beau-
coup plus probable que les Gnost iques croyaient que “ précisément ,
on peut t rouver dans le corps humain la meilleure t race vi si bl e du
monde mat ériel” ( page 117, la mise en gras est de son fait ) . A part ir
d' une analyse mét iculeuse de références t ext uelles et d' un examen,
ligne par ligne, des écrit s polémiques des Pères de l' Eglise cont re
le Gnost icisme, Williams conclut que “ les clichés familiers au suj et
de ' la haine Gnost ique de' , du ' mépris de' , ou de ' l' host ilit é pour' le
corps faillissent t ot alement en t ant qu' int erprét at ion de ce que ces
sources ont généralement à dire au suj et de cet t e quest ion” ( page
137). Willliams affrme que les Gnostiques étaient profondément
engagés dans la guérison d' eux- mêmes et d' aut rui et “ beaucoup
plus opt imist es quant à ce qui pouvait réellement êt re réalisé pour
t r ansf or m er l' expérience somat ique” que leurs opposant s ( page
137, la mise en gras est de son fait ) .
Selon cert ains comment aires, qui sont généralement condamnat oi-
res, les Gnost iques prat iquaient des orgies rit uelles qui impliquaient
l'ingestion de fuides sexuels en tant que substances sacramentales.
Le récit de loin le plus scandaleux de ce t ype émane d' Epiphanius
La Kundalini et la Force Extraterrestre:
Pratiques Gnostiques et Tantriques
de Sexualité Sacrée

John Lash
Dans l'art sacré du Tibet, Les divinités
accouplées sont appelées Yab-Yum, “mère-
père” de façon similaire aux Eons couplés
dans la cosmologie Gnostique. Dans les
rites de sexe sacramental, les partenaires
imitent les divinités accouplées mais ils ne
deviennent pas des dieux. La fnalité de ce
rite est d'amplifer le plaisir au point qu'il
en devienne le medium d'une “conscience
cosmique”. (Vajraghanta, Mural painting,
Gyantse, 15th C. In Philip Rawson, Sacred
Tibet, page 51)

(376-403), un chasseur d'hérétiques qui infltra le culte Ophite des “adorateurs de Serpents”. Il rapporta
que les Ophites:
“ vénèrent le Serpent parce que Dieu en a fait la source de la Gnose de l' humanit é. Yaldabaot h [ le nom
Gnost ique pour Jéhovah, le feux dieu créat eur] ne voulait pas que l' humanit é conserve le souvenir
des Générat eurs ( Eons) , les Mères Cosmiques et les Pères Cosmiques de t rès haut . Ce fut le serpent
qui, en les t ent ant , amena la Gnose à nos parent s; qui enseigna aux premiers êt res de not re genre la
connaissance int égrale des myst ères de t rès haut ” ( cit é par Jean Doresse dans Les Li v r es secr et s de
l ’ Egy pt e) .
I ci, t ypiquement , le myt he Gnost ique inverse la t radit ion Judéo- Chrét ienne: le serpent dans l' Eden est
un bienfait eur et non un malfait eur. Comment considérer ce passage en référence à la descript ion par les
Gnost iques d' ext rat errest res sinist res, les Archont es rept iliens qui s' insinuent dans l' humanit é? Les rep-
t iliens prédat eurs représent ent - ils simplement le côt é t énébreux d' une aut re force serpent ine qui oeuvre
pour not re bien? C' est une problémat ique épineuse. I l semblerait que la réponse repose dans la nat ure
réelle des prat iques sexuelles des Gnost iques.
Magna Mater
I l n' y a aucun dout e quant au fait que cert aines communaut és Gnost iques ét aient ascét iques et avaient
opt é pour une abst inence t ot ale de relat ions sexuelles. C' est le cas, par exemple, du groupe qui produisit
le mat ériau t ransmis par t ranse et connu sous le nom de Li v r es de I eou ( non Nag Hammadi) , un recueil
hét éroclit e d' enseignement s sur l' après- vie. Ce groupe Gnost ique considérait qu' il avait la responsabilit é
sacrée de préserver la connaissance ésot érique concernant les “ Trésors de la Lumière” et concernant les
“ Receveurs”, des ent it és et des guides spirit uels bienveillant s que nous rencont rons au moment de not re
mort . La mat ière ésot érique dans les Li v r es de I eou inclue une court e diat ribe à l' encont re des aut res
groupes qui prat iquent la magie sexuelle. Apparemment , la cont inence ét ait nécessaire aux gardiens de
I eou pour connaît re ce qu' ils connaissaient . Cet t e diat ribe d' une communaut é Gnost ique à l' encont re
d' une aut re est except ionnelle dans t ous les t ext es Gnost iques qui ont survécu.
En sus de la déconst ruct ion mét iculeuse, par Williams, du rej et du monde ( “ dualisme ant i- cosmique” )
at t ribué aux Gnost iques, j ' ai argument é en t ermes beaucoup plus essent iels que la vision Gnost ique de
la vie, ét ant st rict ement cent rée sur Sophia, la divinit é incarnée en la Terre, ne pouvait pas avoir encou-
ragé ou ent ret enu le mépris du monde mat ériel, le royaume des sens, et le mépris du corps humain. Tout
ce que les Gnost iques pensaient et enseignaient ét ait fondé sur une communion vécue avec la déesse
Sophia, dont le nom signife sagesse. Cela était vrai des Mystères, en règle générale, et des adeptes
Gnost iques, en part iculier. Sophia ét ait une version Gnost ique de la Magna Mat er, la Grande Mère qui
ét ait adorée dans de nombreuses religions ant iques. Même les Pères de l' Eglise, qui condamnaient les
Gnostiques comme des haïsseurs du monde, affrmaient que les Mystères, dans toute leur diversité,
ét aient unanimes quant à la consécrat ion des init iés à la Grande Mère.
Les hist oriens de la religion s' accordent sur le fait que la spirit ualit é Païenne impliquait une sexualit é sa-
crament ale, des orgies, et des rit es de consécrat ion par un yoga sexuel ( sur le personnage de Marie- Ma-
deleine en t ant qu' adept e du sexe sacrament al, voir mon essai She w ho Annoi nt s) . Les communaut és
Tantriques de l'Inde présentent un parallèle étroit avec les Ophites - si étroit en fait que le rapport d'Epi-
phanius pourrait t out ausi bien s' appliquer aux Tant riques. Les Tant riques ( ou Tant rikas comme ils sont
plus adéquat ement appelés) sont des myst iques expériment aux qui éveillent le “ pouvoir du Serpent ”, la
Kundalini, une force cachée dans le corps humain, afn de réaliser la conscience cosmique et d'éveiller les
siddhis, des facult és occult es. I l est plus que probable que les Gnost iques, dans leurs prat iques d' orgies
sexuelles, part ageaient les mêmes but s.
Il est donc clair que le serpent mythique adoré par les Ophites ne peut pas être identifé avec les pré-
dat eurs rept iliens décrit s dans les t ext es Gnost iques et dans les Manuscrit s de la Mer Mort e. Plus pro-
bablement, le serpent Ophite n'est pas entièrement une version mythique du serpent de l'Eden mais
il est ident ique à la Kundalini, le pouvoir du serpent qui réside à la base de la colonne vert ébrale dans
l' anat omie humaine. Cela ét ant , les orgies sexuelles parmi les Gnost iques n' ét aient pas simplement pour
le plaisir et la j ouissance ( bien qu' ils ne les auraient pas vraiment exclus! ) . I ls adoraient la force sur-
nat urelle qui résidait en leurs propres corps. En fait , le mot “ orgie” vient du Grec orgia qui signife tout
simplement “ t ravail, act ivat ion”. L' orgia du pouvoir du serpent ét ait un rit e d' act ivat ion de la Kundalini
dans les prat iques Gnost iques t out aut ant que dans les prat iques Tant riques.

L' Ev angi l e de Phi l i ppe cont ient le passage scandaleux qui décrit Jésus donnant un baiser sur la bouche
de Marie- Madeleine. C' est aussi le t ext e des Codex de Nag Hammadi qui offre la descript ion la plus expli-
cit e de l' orgia sexuelle, mais dans un langage symbolique, ou un j argon d' init ié, si vous préférez. Le t ext e
affrme que tout le mal présent sur terre procède du confit entre les sexes mais que ce problème peut
êt re résolu par un rit e corporel de ré- union. ( Voir le comment aire du t raduct eur, Wesley W. I senberg,
dans The Nag Hammadi Li br ar y i n Engl i sh, 1990, page 139) . L' act e d' union sacrament ale se passe
dans une “ chambre nupt iale” appelée le nymphion ou peut - êt re que cet act e produit le nymphion. Le
rit uel implique la lumière, et la Kundalini est également associée avec un doux rayonnement de lumière
de couleur d' un blanc lait eux qui génère une décharge élect rique d' ext ase dans la colonne vert ébrale.
Le t ext e dit implicit ement que cet t e lumière voile et prot ège les part enaires unis dans un accouplement
sexuel sacré:
“ Les puissances ext rat errest res ne voient pas ceux qui sont vêt us de cet t e lumière parfait e et elles ne
sont donc pas capables de les capt urer. Grâce au rit e de l' union sacrament ale, on est enveloppé par cet t e
lumière” . ( Ev angi l e de Phi l i ppe, passage 70) .
Nymphion ét ait un t erme codé pour désigner la cellule de lumière ou l' aura de prot ect ion générée par
l'union sexuelle. Au sein de la cellule, les initiés surmontent l'infuence des Archontes qui engendrent
l' erreur en not re ment al et qui menacent de prendre possession de not re corps - bien qu' il faille aj out er
que les Gnost iques insist aient sur le fait que la menace d' int rusion au niveau du corps physique est exa-
gérée par les Archontes eux-mêmes afn de nous faire croire qu'ils possèdent plus de pouvoir sur nous
qu' ils n' en ont réellement ! Une t elle erreur concerne la résurrect ion:
“ Ceux qui disent qu’ils mourront avant de s’élever sont dans l’erreur. S’ils ne reçoivent pas la résurrec-
t ion t out d’abord pendant qu’ils vivent , ils ne recevront rien lorsqu’ils meurent ” ( Ev angi l e de Phi l i ppe,
passage 72) .
Cela constitue un enseignement Gnostique fondamental, affrmé de telle façon à réfuter les croyances
Judéo- Chrét iennes quant à la survie après la mort , croyances auxquelles s' accrochent précieusement
des millions de personnes, de nos j ours, mais qui ét aient considérées par les Gnost iques comme des
not ions illusoires int roduit es dans not re ment al par la force ext rat errest re, les Archont es. Cet enseigne-
ment t ransmet également un message clair quant à not re capacit é de pénét rer profondément dans les
myst ères biologiques de la nat ure, car il st ipule que nous pouvons faire l' expérience de la résurrect ion
avant notre mort. Cette affrmation possède, bien sûr, de nombreux corollaires dans les enseignements
Asiat iques du Tant ra. Dans les t radit ions Hindoues et Tibét aines, les yogis de t rès haut niveau sont dit s
avoir réalisé la régénérat ion int égrale de leurs corps et d' êt re ressuscit é; ainsi, lorsqu' ils meurent , ils ne
meurent pas normalement . ( Voir, par exemple, les récit s légendaires dans Les Maît r es de l a Gr ande
Per f ect i on de Tulku Thondup. )
Plus on considère le Gnost icisme en parallèle au Shivaïsme, au Tant ra Hindou, au Bouddhisme Tant rique
et au Dzogchen, plus il semble probable que cert ains Gnost iques ét aient des mahasiddhis, des yogis de
t rès haut niveau, en raison de leur maît rise du pouvoir du serpent . La t echnique d' illuminat ion psycho-
somatique, par l'éveil de la Kundalini, n'était pas spécifque au Gnosticisme mais elle était, du moins, au
coeur de ses prat iques. Dans Shi va et Di ony sos, Alain Daniélou présent e des parallèles ét roit s ent re les
cult es Grecs de l' ext ase dédiés à Dionysos et des cult es indigènes Dravidiens de Shiva au sud de l' I nde.
Cit ant le récit du t émoignage direct d' Epiphanius sur les orgies sexuelles, Daniélou remarque que les
enseignement s Gnost iques sur la magie sexuelle “ sont t rès proches de la not ion de Shivaïsme” ( page
223). De la même manière, Sir John Woodruffe, le grand exposant du Tantra Hindou en Occident, com-
pare direct ement le cult e Gnost ique de la Magna Mat er à l' adorat ion Tant rique de la Devi Shakt i, la “ Mère
Pouvoir”. Il dit que dans les anciens Mystères, tout comme dans les cultes Tantriques de l'Inde, la fnalité
des rit es sexuels ét ait d' éveiller les forces divines dans le corps:
“ Une ancienne caract érist ique de cet t e foi [ le Tant ra] , et qui appart ient aussi aux anciens Myst ères, est
la dist inct ion qu' elle fait ent re l' init ié dont la Shakt i est éveillée ( Pré- Bouddha) et le Pashu, la personne
“ animale” ou non illuminée, ou comme les Gnost iques les appelaient , les “ mat érialist es” . La Nat urel, qui
est la manifest at ion de la Mère de la Nat ure et le Spirit uel, ou la Mère en t ant qu' elle est dans et par Elle-
même, sont un, mais seul l' init ié reconnaît vraiment cet t e unit é” ( Shi va et Shak t i , page 88) .
Dans ce passage, Woodruffe clarife comment l'Eon Sophia, identique à la Mère de la Nature, est à la fois
incarnée dans le monde nat urel et pas vraiment incarnée “ en t ant qu' elle est dans et par Elle- même”
parce que Sophia rest e un Eon du Plérome même si Elle s' est mét amorphosé en la planèt e Terre. De
telles affrmations n'émanent pas de spéculations intellectuelles mais d'une expérience directe et vécue
des puissances cosmiques mêmes qui sont décrit es.

Le Sexe et la Mort
Dans son exposé des parallèles Gnost iques- Shivaït es, Daniélou décrit les facult és de percept ion supé-
rieure acquises par l' act ivat ion du pouvoir du serpent . Elles sont appelées siddhis, “ réalisat ions” et ceux
qui les réalisent sont appelés siddhas ou mahasiddhas. Le siddha Asiat ique est la cont repart ie exact e
de “ l' adept e” dans les Ecoles de Myst ères. Le mot adept e vient de la racine Lat ine adipisci- , “ réaliser,
t oucher, at t eindre”. Le mot adept e est ét roit ement corrélé au mot apt it ude; les adept es ét aient ainsi des
femmes et des hommes possédant des apt it udes spéciales. Lors de la rencont re ent re Marie- Madeleine
et Jésus dans le j ardin, le mat in de Pâques, le rédact eur de l' Evangile a Jésus qui lui dit , Me mou apt ou,
généralement t raduit comme “ ne me t ouches pas”. Mais dans refaçonnage Gnostique de cet incident, il
pourrait aussi avoir dit , “ t u peux me voir, mais t u ne peux pas m' at t eindre t ant que t u n' as pas réalisé cet
ét at par t oi- même” , s' il ét ait vérit ablement un maît re Gnost ique apparaissant dans le corps docét ique, ou
corps spect ral, ainsi que cert ains maît res Gnost iques le revendiquaient . Le corps spect ral des Gnost iques
est appelé dans le Bouddhisme le Nirmanakaya.
En décrivant les réalisat ions yogiques des mahasiddhas Shivaït es, Daniélou cit e un t ext e Tant rique, le
Samkhya- Karika:
“ Le yogi qui a at t eint les siddhis acquiert ainsi des pouvoirs similaires à ceux des dieux. Ce sont essen-
t iellement le pouvoir de la vision et le pouvoir de la connaissance, c' est à dire, l' omniscience, ainsi que
des siddhis subsidiaires ( kriyashakt is) qui sont au nombre de neuf” ( pages 94/ 95) .
Parmi les siddhis déclinés, se t rouve la facult é de percevoir au niveau microscopique ou moléculaire, la
facult é de se t éléport er et la facult é de lire le ment al d' aut rui. Les adept es des Myst ères ne pouvaient
que développer ces facult és et les appliquer dans leur t ravail d' enseignement et d' apprent issage avec les
néophyt es. En raison de leur expert ise spécialisée au suj et de l' int rusion des Archont es, il est probable
que les Gnost iques ne pouvaient que développer les facult és requises non seulement pour dét ect er la
force ext rat errest re mais aussi pour lui résist er. Pour empêcher les “ pirat es Archont iques” de capt urer le
corps ( ibidem Williams, page 137) , ils ne pouvaient que développer t out un arsenal de t act iques défen-
sives et immunologiques. Les ét udes modernes de la Kundalini met t ent en exergue ses effet s quant à
l' act ivat ion du syst ème immunit aire ou “ renforcement de l' aura” en t ermes du Nouvel-Age.
Dans les prat iques Gnost iques, une rencont re ext at ique avec la divinit é avait lieu dans une sort e de
cellule hermét ique ou une aura sacrée, appelée la “ chambre nupt iale” ou nymphion. L' écrivain Grec Pau-
sanius, qui ét ait ext rêmement prudent de ne pas dévoiler des secret s relat ifs aux Myst ères, ut ilise le mot
nymphion; cela signife donc que ce mot ne semblait pas spécifque aux sources Gnostiques. Malgré l'éra-
dicat ion d' innombrables document s, part iculièrement ceux qui auraient pu décrire des rit es sexuels, il
exist e d' amples évidences t ext uelles selon lesquelles les prat iques Gnost iques menant à la “ divinisat ion”
des part icipant s impliquaient un act e d' accouplement sexuel sacrament al dans le nymphion. “ Maint enant ,
la lumière est dans le chrisme (le fuide de l'onction)” ( Ev angi l e de Phi l i ppe, passage 69) . Dans les en-
seignement s Tibét ains, l' expérience myst ique ult ime de la “ Lumière Blanche” se manifest e uniquement
à not re mort et j ust e durant un moment fugace pour ceux qui n' ont pas réalisé la capacit é de maint enir
la Lumière dans leur at t ent ion. Mais selon des t émoignages Gnost iques, il semble que cet t e expérience
puisse êt re réalisée selon divers modes. Au t ravers du sexe et de la mort , sans aucune différence.
L' Ev angi l e de Phi l i ppe célèbre l' union myst ico- érot ique dans la chambre nupt iale comme le plus sacré
des rit es grâce auxquels les init iés sont “ engendrés par le Christ os en deux” . Cet act e est rigoureusement
dist ingué d' une relat ion sexuelle ordinaire:
“ Tandis que dans ce monde, l' union est ent re l' époux et l' épouse. . . dans l' éon, la forme de l' union est
différent e. [ Cela est possible parce que] Christ os vint pour réparer la séparat ion qui procédait de l' ori-
gine, et pour unir de nouveau les deux, et pour donner la vie à ceux qui moururent à la suit e de la sé-
parat ion” .
Le Christ os dans ce passage n' est pas le Christ des doct rines Pauline et Johannine, ni le Fils incarné de
Dieu. Dans le j argon Gnost ique, le Christ os est l' Eon couplé avec Sophia, sa cont repart ie cosmique mâle.
Dans la foi Chrét ienne, le sang du Dieu- homme Jésus donne la vie à l' humanit é et guérit not re séparat ion
de Dieu le Père; pour les Gnost iques, t out cela n' ét ait que des not ions illusoires qui imit ent et pervert is-
sent la vérit é. Dans le sacrement sexuel Gnost ique, la béat it ude de l' homme et de la femme j oint s en une
union sacrée est ce qui répare not re séparat ion de Dieu car les Dieux ( Eons) , qui sont dans la béat it ude
ét ernelle, sont également la source de la béat it ude corporelle. L' ext ase des Dieux fait circuler le sang
dans nos veines. L' union dans le sexe sacrament al “ donne la vie à ceux qui sont mort s” .

La Force Extraterrestre
Si la Kundalini est une force biologique, ainsi qu' il en est amplement at t est é dans les écrit s des invest i-
gateurs Occidentaux tels que Lee Sanella et Arnold Mindell, l'autre type de pouvoir du serpent doit être
dist inct ement ant i- biologique. Les Archont es sont dit s envier l' humanit é, pour un cert ain nombre de rai-
sons, mais principalement parce que nous vivons dans le corps de leur Mère! ! Selon le myt he Gnost ique
de créat ion, les Archont es sont une espèce d' êt res inorganiques produit s anormalement par l' impact de
l' Eon Sophia sur la mat ière at omique, avant que Sophia elle- même ne se mét amorphosât en la Terre. I ls
sont appelés les Archont es, de archai, “ ant érieur, de l' origine”, parce qu' ils émergèrent avant le dévelop-
pement de la Terre et du Syst ème solaire mais ils n' émergèrent pas direct ement du Plérome au cont raire
de l' humanit é. ( Sur l' émanat ion de l'At u Kadmon, voir La Pr omesse d' une Pl anèt e Sol i t ai r e, t roisième
part ie, et le My t he de Gaïa, épisode 10) .
Dans leur t ent at ive de s' imposer à l' humanit é, qui dure depuis des millénaires, les Archont es ont recours
à beaucoup de bluff et de bravades. Ils infuencent notre mental de sorte à nous faire croire qu'ils peu-
vent faire beaucoup plus que ce qu' ils font réellement , mais de par cet t e croyance, nous leur abandon-
nons not re puissance, à not re insu - et il en résult e qu' ils nous possèdent parce que nous avons t rahi
nos propres facult és. C' est pour cela que les Archont es prét endent gouverner l' humanit é et prét endent
même avoir ét é nos créat eurs ainsi qu' il est rapport é dans les t ablet t es cunéiformes des Annunaki, qui
sont considérées comme véridiques par Zecharia Sit chin et de nombreux aut res invest igat eurs sincères.
Les Manuscrit s de la Mer Mort e, découvert s en 1947, au moment même ou les Codex de Nag Hammadi
furent init ialement reconnus comme des document s Gnost iques rares, cont iennent des récit s explicit es
de menaces direct es proférées par les rept iliens. Ainsi, dans le Test ament d' Amr am:
“ Je vis des Guet t eurs dans ma vision, la vision de rêve. Deux d' ent re eux se bat t aient pour moi, disant . . .
et t enant une grande discussion à mon suj et . Je leur demandai: ' Qui êt es- vous pour revendiquer du
pouvoir sur moi?' I ls me répondirent : ' Nous avons le pouvoir de gouverner sur l' humanit é' . Et ils me
dirent , ' Lequel d' ent re nous t e possédera?' . Je levai les yeux et j e regardai l' un d' ent re eux direct ement .
Son apparence était mortellement terrifante et sa peau était multicolore avec des écailles sombres et
brillant es” . ( 4Q542) .
(Note: les “Guetteurs” sont toujours identifés avec les Annunaki dans les spéculations modernes sur les
ET/OVNI).
Comme j e l' ai expliqué par ailleurs sur ce sit e, un groupe Gnost ique qui s' appelait les Archont iques s' ét ait
inst allé au sud de Qumran sur la Mer Mort e. Doués de facult és de percept ion paranormale, t elles que la
vision éloignée, les init iés Gnost iques qui avaient rencont ré et repoussé les Archont es, observaient la
présence persist ant e des rept iliens au sein du cult e de la Mer Mort e des Zaddikim. La Pr emi èr e Apo-
cal y pse de Jacques ( NHL, V, 3) , qui cont ient des descript ions de rencont res direct es avec les ext ra-
t errest res rept iliens, avert it que “ de nombreux Archont es demeurent en Jérusalem”. Mais l' inst ruct eur
Gnost ique aj out e, et c' est une int uit ion cruciale, caract érist ique de la connaissance haut ement nuancée
des adept es des Ecoles de Myst ères, “Ces puissances ne sont pas tournées contre toi spécifquement,
elles sont t ournées les unes cont re les aut res” ( passage 27) . Cet t e ligne non seulement corrobore les
scénarios contemporains qui décrivent des confits entre les extraterrestres qui sont parmi nous, mais
elle indique aussi que leurs puissances sont plus engagées pour se bat ailler ent re eux plut ôt que de nous
subj uguer.
Néanmoins, ils nous ont subj ugués, dans un cert ain sens. Grâce à leurs t act iques subt iles d' int imidat ion
au t ravers des croyances erronées, les Archont es réussissent à nous faire abandonner nos facult és. Pour
nous livrer à eux, de la façon la plus profonde, dans un acte terminal d'auto-effacement, il nous faudrait
abandonner nos corps et abandonner les facult és cachées qui résident en nos corps. Les prat iques ini-
t iat rices Gnost iques ét aient dest inées à consolider not re incarnat ion par l' éveil de la Kundalini qui nous
enracine à la Terre. Kundalini signife petite (“ini”) Kundala, “ le pouvoir serpent in ou spiralant ”. La grande
Kundala est le pouvoir serpent in de la Terre elle- même, les courant s Erot iques t ourbillonnant s de Gaïa.
Elle, la Terre Mère, est la force ambiante suprême qui maintient l'ADN confguré dans ses chaînes spira-
lant es d' acides nucléiques. Lorsque la Kundalini est éveillée, lors de rit es sexuels sacrés ou par d' aut res
voies, elle enracine le corps humain consciemment dans le corps planétaire. C'est la fnalité ultime du
yoga de la Kundalini: non pas la fuite du corps, non pas la déifcation des participants, mais l'enracine-
ment dans Gaïa, la Divinit é de la Nat ure.
Dans le nymphion, les Gnost iques baignaient dans une luminosit é ext at ique qu' ils est imaient rayonner
de la Divinit é, le Plérome des Eons, au t ravers de l' Eon Sophia qui est incarnée en la Terre. L' absorpt ion
de ces émanat ions effect ue une guérison sexuelle et répare la rupt ure ent re les sexes ( “ la division des

genres” ) qui se manifest a au niveau cosmologique lorsque Sophia réalisa son plongeon, en déchirant la
mat rice de l'Ant hropos.
Le cosmos est guéri au t ravers de ce qui a ét é le plus profon-
dément blessé, la sexualit é humaine.
L' Eon Sophia, agissant en l' absence d' un consort , plongea du
Plérome, mais c' est aussi Sophia, maint enant “ enracinée” en
Terre, qui reconnect e l' humanit é à la Source cosmique. La for-
me de connexion la plus direct e et la plus dynamique fut réali-
sée dans le fux extatique de la Kundalini durant l'orgia sacrée.
Ces rit es ét aient prat iqués pour prot éger le cercle d' adept es
( la cellule Gnost ique de seize myst ai, illust rée ci- dessus) des
clowneries offcieuses des Archontes. La Haute Immunité Ar-
chont ique est peut - êt re ce dont avons besoin de nos j ours,
alors que nous sommes confront és aux ravages de l' HI V sur la
planèt e, pour ne pas ment ionner les moeurs sexuelles qui t om-
bent en ruines. Avec une naïvet é inhabit uelle, Tobias Churt on
affrme que les Gnostiques pensaient que “la relat ion sexuelle
est bonne pour vot re développement spirit uel”. ( The Gnos-
t i cs, page 59) .
“ Car c' est par un baiser que les coeurs parfait s, les adept es,
conçoivent et donnent naissance. C' est pour cet t e raison que
nous nous embrassons les uns les aut res. Nous recevons une
concept ion de not re humanit é de la grâce que nous t rouvons
en chacun de nous. . .
“ L' amour spirit uel est t out vin et parfums” . ( Ev angi l e de Phi l i ppe) .
Dans la version Gnost ique de la Chut e du Paradis, il n' exist e pas de péché de la part de nos parent s an-
cest raux. Ce n' est pas l' humanit é qui chut e, c' est Sophia, la déesse de la Sagesse. Le Serpent dans l' Eden
est la Kundalini, un allié sublime pour l' humanit é, et pas un t ent at eur. Dans cert ains t ext es Gnost iques,
le pouvoir du serpent est appelé “ l' inst ruct eur ”. Eve, la représent at ive ancest rale de l' espèce humaine,
acquiert du serpent allié la connaissance secrèt e pour les Myst ères.
“ C' ét ait le Serpent , qui en t ent ant Eve, a conféré la Gnose à nos parent s” .
John Lash. 5 mars 2004. Flandres.
Traduct ion de Dominique Guillet
Le Succotash Gnostique: bol cérémonial Orphi-
que montrant seize adeptes nus, huit hommes
et huit femmes, dans un cercle avec leurs pieds
qui se touchent. («The Sanctum of the Winged
Serpent,» Orphic bowl, 200-300 CE. dans Joseph
Campbell, Creative Mythology, page 96.)

Les onze ouvrages de Cast aneda relat ent son apprent issage avec un Amérindien Yaqui, Don Juan Mat us,
qui j oue le rôle du ment or Socrat ique de Cast enada, un ant hropologue scept ique. Durant plus de 20
ans, Cast enada a appris la t héorie et la prat ique d' une nouvelle discipline enseignée par son professeur
malicieux et exigeant . L' art des “ nouveaux init iés” implique une nouvelle compréhension des secret s an-
tiques de la sorcellerie Toltèque transmis à Don Juan au travers d'une fliation tardive datant du 18 ème
siècle.
Sorcellerie, dans ce cas précis, se rapport e à un chemin de vie qui se sit ue en dehors des expériences
habit uelles de l' humanit é.
Au t ravers d' un long processus d' erreurs et d' épreuves, Cast enada arrive à alt érer les paramèt res de
la perception afn d'explorer d'autres mondes. Au cours de ses aventures, il rencontre certains êtres
ext rat errest res inorganiques qui représent ent un obst acle, ou une épreuve, pour le shaman. Dans son
ouvrage Passes Magi ques, ( Edit ions du Rocher) , Cast enada écrivit : “ Les êt res humains sont dans une
quêt e de conscience qui a ét é moment anément int errompue par des forces ét rangères” .
Ombres Boueuses
Dans l'ouvrage fnal de Castaneda, Le Voyage défnitif ( Edit ions du Rocher publié sous le t it re original
“ The Active Side of Infnity”, le côté actif de l’infni), Don Juan met Castaneda au déf de réconcilier
l' int elligence de l' homme, dont t émoignent t out es ses prouesses, avec “ la st upidit é de ses syst èmes de
croyance. . . la st upidit é de son comport ement cont radict oire” . Don Juan associe cette contradiction fa-
grant e dans l' int elligence humaine avec ce qu' il appelle “ le suj et des suj et s” , “ le coeur du suj et ” , “ le suj et
le plus sérieux de la sorcellerie” . Ce suj et concerne la “ p r éd at i on ” . A l'étonnement horrifé de son élève,
le vieux sorcier explique comment le mental humain a été infltré par une intelligence extraterrestre:
“ Nous avons un prédat eur qui est venu des profondeurs du cosmos et qui cont rôle not re exist ence. Les
êt res humains sont ses prisonniers. Le prédat eur est not re maît re et seigneur. I l a fait de nous des êt res
dociles et impuissant s. I l réprime t out e velléit é de prot est at ion! Si nous voulons faire preuve d’indépen-
dance, il exige que nous rent rions dans les rangs!
Les sorciers sont convaincus que les prédat eurs nous ont imposé nos syst èmes de croyance, nos concep-
t ions du bien et du mal, nos mœurs sociales. Ce sont eux qui suscit ent nos espoirs et nos at t ent es, nos
rêves de réussites et nos peurs de l'échec. Ils insuffent en nous la convoitise, la cupidité et la lâcheté.
Les prédateurs ont fait de nous des êtres suffsants, routiniers et des maniaques de l'ego”.
Selon Cast aneda, les sorciers de l' ancien Mexique appelaient le prédat eur un “ planeur” ( mis en it aliques
par Cast aneda) “ parce qu' il j aillit de l' espace. . C' est une grande ombre, d' un noir impénét rable, une
ombre noire qui fonce vers le sol et se pose lourdement ” . Cet t e descript ion correspond à des milliers
de t émoignages relat ant des mouvement s bizarres de saut s, parfois lat éraux, qui sont exécut és par des
ext rat errest res de t ype Gris qui abordent des individus de façon imprompt ue. Les ombres noires fugaces
sont moins souvent report ées, dans les t émoignages, mais elles j ouent le rôle principal dans le rapport ,
long et dét aillé, réalisé par John Keel, sur l' act ivit é ext rat errest re dans son ouvrage “ La Prophétie des
Ombr es”.
Les écrit s Gnost iques cont iennent des descript ions de prédat eurs ext rat errest res appelés les Archon-
t es, Arkont ai en Grec. Les Codex de Nag Hammadi les décrivent comme des créat ures lourdes, t é-
nébreuses et fuyant es. Les noms les plus communs qu' ils leurs at t ribuent sont “ créat ures de l' ombre,
simulacres” . Pourrait - on comparer les Archont es aux “ ombres boueuses” décrit es par Don Juan? Cet t e
Le Coeur du Sujet
Parallèles Gnostiques dans l’Oeuvre de Carlos Castaneda

John Lash

quest ion soulève la problémat ique plus générale des parallèles exist ant ent re le shamanisme Tolt èque de
Méso-Amérique de Don Juan et le shamanisme des Ecoles des Myst ères de l' Europe ant ique. Nous allons
analyser quelques uns de ces parallèles.
Tout d'abord, nous avons le problème de l'infuence des prédateurs, ou planeurs, sur l'humanité. Dans
Le Voyage défnitif, Don Juan dit à Cast aneda que “ les prédat eurs ont échangé leur ment al cont re le
nôt re” . Cette affrmation alarmante suggère un parallèle immédiat avec les enseignements Gnostiques.
Les Gnost iques, qui dirigeaient les Ecoles de Myst ères du Proche Orient dans l' ant iquit é, enseignaient
que le mental réel des êtres humains, nous aut hent icos, fait part ie de l' int elligence cosmique, dont t out e
la nat ure est empreint e, mais qu' en raison de l' int rusion des Archont es, ce “ ment al indi/ gène”, ou “ génie
inné”, peut être subverti et même remplacé par une autre intelligence. Ils indiquèrent que les Archontes
envahissent la psyché humaine et que, si leur invasion est avant t out de nat ure ment ale et psychique, il
reste qu'ils peuvent également nous agresser sur le plan physique. Leur infuence fondamentale, cepen-
dant , se fait sent ir dans not re synt axe ment ale, dans nos paradigmes et dans nos croyances, t out comme
Don Juan le dit des planeurs.
Don Juan dit à Cast aneda que le ment al du prédat eur est “ un modèle bon marché: réduct ion des dépen-
ses, t aille unique”. Cet t e descript ion correspond parfait ement à la ment alit é de ruche des Archont es. Les
sorciers appellent ce ment al ét ranger uniformisé “ l' implant at ion ét rangère, qui exist e en t oi et en t out
êt re humain” . L' implant at ion ét rangère ( mise en it aliques par Cast aneda) nous arrache à not re synt axe.
Elle pert urbe nos facult és indigènes d' organiser le monde en harmonie avec le langage qui est propre à
not re espèce. L' import ance de la synt axe correct e dans la maît rise, par le sorcier, de l' int ent ion const it ue
l' un des suj et s essent iels des derniers enseignement s de Don Juan. La préoccupat ion du sorcier concer-
nant la déviat ion de la synt axe, et la dérivat ion subséquent e de l' int ent ion, est à met t re en parallèle
avec l'importance du langage et de la défnition correcte mises en exergue par les enseignements Gnos-
t iques.
Don Juan énonce un certain nombre d'affrmations relatives aux stratégies effcaces contre l'intrusion
étrangère. Il dit que les sorciers des anciens temps “ s’ét aient aperçus que s’ils opposaient au ment al
des planeurs leur silence intérieur, cette implantation étrangère disparaissait, ce qui confrmait, pour les
pat riciens impliqués dans cet t e st rat égie, l’origine ext érieure de ce ment al. ” En d' aut res mot s, la prise
de conscience qu' un aut re ment al puisse opérer en not re ment al ne devient parfait ement claire et cer-
t aine que lorsque ce ment al ét ranger a ét é dévoilé et expulsé. Ce n' est qu' alors que nous comprenons
comment “ not re vérit able ment al, celui qui nous appart ient en propre et se résume à not re expérience
personnelle, est devenu t imide, inquiet et fuyant après une vie ent ière d’asservissement ” . Le “ vérit able
mental” de Castaneda peut être identifé au “nous aut hent icos” des Gnostiques. L'infuence principale
des planeurs, sur not re ment al, se t raduit par un condit ionnement ment al, un lavage de cerveau. C' est
également le principal effet de l' int rusion Archont ique.
Auto-Défense Psychique
Les t ext es Gnost iques décrivent des confront at ions direct es et physiques avec les deux t ypes d'Archon-
t es, le t ype embryonnaire ou foet al - à rapprocher des Gris que l' on rencont re dans les t émoignages
modernes impliquant des OVNIs - et le type reptilien. La tactique habituelle des Gris est tout d'abord de
paralyser et ensuite d'infltrer le mental du sujet humain. Dans la Pr emi èr e Apocal y pse de Jacques,
le maît re Gnost ique inst ruit un ét udiant comment faire face aux Archont es. Ces ent it és prédat rices sont
connues pour “ enlever les âmes la nuit”, ce qui est une descript ion précise des kidnappings modernes
par des ET. Les adept es des Myst ères apprennent à repousser les Archont es grâce à des formules magi-
ques ( des mant ras) , des passes magiques ou des gest es de pouvoir ( des mudras) . Dans cert ains t ext es,
la rencont re avec les Archont es est st ruct urée selon le syst ème des “ sphères planét aires”. L' adept e qui
pratique la projection astrale, le rêve éveillé ou la “manipulation de son double” (comme chez Castaneda)
fait ainsi face aux Archont es dans une sort e de labyrint he de j eu virt uel à sept niveaux, qui correspon-
dent aux sept planèt es. A chaque niveau, l' adept e ne peut cont inuer que s' il fait face au “ gardien du
seuil” en ut ilisant des paroles et des passes magiques.
Pour plus d' informat ions sur la confront at ion des Archont es, voir mon essai “ Un Principe Gnostique”.
La not ion archét ypique du “ voyage au t ravers des sphères planét aires” ét ait bien connue dans l' ant iquit é,
part iculièrement dans les écoles Hermét ist es et Cabalist iques. Dans Tantra Vidya, O. M. Hinze compare
l' ascension Gnost ique, au t ravers des sept sphères, avec la mont ée de la Kundalini au t ravers des sept
chakras dans les traditions Yoguiques de l'Inde. Don Juan n'a pas recours à ce système en sept niveaux
mais sa descript ion des planeurs s' adapt e parfait ement à ce syst ème. La corrélat ion est d' aut ant plus

pert inent e si nous rapprochons le “ cult e du serpent ” de cert ains groupes Gnost iques avec la prat ique du
yoga de la Kundalini qui, à son tour, peut être rapprochée avec “le feu de dedans”, et le Serpent à Plu-
mes, dans plusieurs des ouvrages de Cast aneda. En bref, les sorciers Tolt èques ét aient des adept es de la
kundalini qui cultivaient “le feu de dedans”. Il se peut que leurs rencontres avec les planeurs n'aient pas
été formalisées dans un jeu-épreuve de sept niveaux, mais les mêmes expériences sont décrites dans
les t rois syst èmes: Tolt èque, Yoguique et Gnost ique.
Sur l' ut ilisat ion de la Kundalini pour repousser l' int rusion ext rat errest re, voir mon essai: la Kundalini
et la Force extraterrestre.
Les t rait s de caract ère humains at t ribués par Don Juan à la déviat ion, par une implant at ion ét rangère,
sont ident iques à ceux qui sont imput és aux Archont es dans les t ext es Gnost iques: l' envie ( la convoit ise)
et l' arrogance ( le sur- développement de l' ego) sont considérés comme leurs caract érist iques primordia-
les t andis que leur comport ement t émoigne du fait que ce sont des drones st upides ( rout iniers) , avides
d' exercer leur pouvoir sur nous et t rop peureux pour se manifest er ouvert ement et pour se dévoiler.
Ce serait une erreur de faire correspondre, de manière st rict e et lit t érale, les révélat ions de Don Juan
avec les enseignement s Gnost iques mais ces premiers parallèles sont frappant s et ce ne sont pas les
seuls. Cet exemple except ionnel nous mont re comment la sagesse indigène des Amériques concorde
avec les enseignement s ésot ériques d' une t radit ion spirit uelle du Proche Orient perdue depuis long-
t emps. Le parallèle Tolt èque- Gnost ique peut paraît re, à première vue, dist ant et improbable. Mais si nous
post ulons que l' expérience shamanique est , par essence, consist ant e et empirique ( à savoir fondée sur
l' expérience) , il n' est pas ét onnant de découvrir des correspondances cohérent es dans des t radit ions t rès
éloignées dans le t emps ou dans l' espace.
L'Implantation Etrangère
La notion d'une implantation étrangère est extrêmement instructive. Cela nous rappelle immédiatement
les implants métalliques ou cristallins qui sont supposés être utilisés par les Gris (et leurs complices
humains) pour suivre à la t race des suj et s humains. Dans un aut re sens, moins t echnologique, cela évo-
que le concept de virus idéologique implant é dans nos cerveaux par des ent it és non- humaines. Selon
la crit ique Gnost ique du Christ ianisme, l' idéologie rédempt rice dans sa forme Judéo- Chrét ienne ( c' est
à dire la croyance en un rédempteur divin et une apocalypse fnale) est tout simplement un tel virus.
C' est quelque chose qui est implant é dans le ment al humain par des forces ext rat errest res. L' insist ance
Gnostique sur le Judéo-Christianisme (que l'on peut maintenant étendre aussi à l'Islam) nous confère un
avantage stratégique dans la détection des infuences extraterrestres parce que les religions patriarcales
et rédempt ionnist es ont dominé la narrat ion hist orique sur not re planèt e. Cet t e dominat ion est sympt o-
mat ique de la déviance Archont ique, selon les Gnost iques.
Le ment al ét ranger fait int rusion dans not re facult é de racont er des hist oires, une facult é cruciale pour
l'humanité si elle veut découvrir son chemin dans le cosmos. C'est une des manières les plus effcaces,
sinon la plus effcace, de nous détourner du cours d'évolution qui nous est propre. La faculté, pour l'hu-
manité, d'accomplir une fnalité dépend de la possibilité de développer des narrations, des histoires, des
scénarios qui nous guident, de la conception initiale à la complétude fnale.
Il est probable que les voies de détournement sont aussi nombreuses et diversifées que les fnalités
humaines. Pour faire face à l' immense complexit é de l' int rusion, la clart é et la concent rat ion const it uent
des at out s indispensables. Don Juan fait remarquer, de façon ét onnant e, que le ment al des planeurs est
incapable de la moindre concent rat ion. Cet t e remarque rappelle l' assert ion Gnost ique selon laquelle les
Archont es n' ont pas d' ennoia, ils ne possèdent aucune volont é en propre: ils ne peuvent pas faire preuve
d'intention. On pourrait défnir la concentration comme une synergie entre l'attention et l'intention. Se
concent rer, c' est apport er une cert aine int ensit é d' at t ent ion ( Byt hos) à l' int ent ion ( Ennoia) . Selon les
enseignement s Gnost iques, Byt hos et Ennoia sont des divinit és cosmiques, ou principes du Plérome, le
Tout, et ce sont également des attributs du mental humain. Ils sont symbolisés par deux sphères. Se
concent rer, c' est amener les deux sphères ensemble en un point unique de fusion, un cent re mut uel.
Nous réalisons ce processus en permanence lorsque nous focalisons notre attention sur une fnalité spé-
cifque ou sur une intention; les Archontes en sont incapables parce qu'ils sont “ incapables de la moindre
concent rat ion” . Ils ne possèdent pas de pouvoir de concentration, aucune faculté innée qui leur permette
d'unifer l'attention à l'intention. La résistance humaine à leur intrusion dépend de l'attitude intérieure
et de la discipline ment ale: la sobriét é du guerrier. Les conseils que Don Juan prodigue au guerrier, qui
doit s' opposer aux planeurs, semblent const it uer une version Tolt èque des st rat égies Gnost iques de ré-
sist ance aux Archont es.

Points Communs
Lorsqu' on les examine at t ent ivement , les enseignement s de Don Juan, développés dans les neuf ouvra-
ges de Castaneda de 1968 à 1998, contiennent de nombreux parallèles distincts avec l'initiation Gnos-
t ique. La nouvelle sorcellerie int roduit e par Cast aneda est une ext ension et une t ransformat ion des
connaissances ancest rales des “ anciens voyant s” de la t radit ion Tolt èque du Mexique d' ant an. Elle diffère
de l'ancienne sorcellerie principalement de par le fait qu'elle n'accorde aucun intérêt aux jeux de pou-
voirs subt ils, aux querelles, aux pact es sinist res avec des puissances non- humaines ainsi qu' au cont rôle
d'autrui. Sa fnalité est la liberté du guerrier spirituel plutôt que la prise de contrôle sur un objet ou une
personne. Selon la concept ion Gnost ique et selon la concept ion Tolt èque, la libérat ion ult ime de l' huma-
nité peut s'accomplir en s'opposant aux prédateurs extraterrestres. Ils ne sont pas ici pour nous guider
ou pour nous faire évoluer mais, en les confront ant et en les subj uguant , nous pouvons générer une
énergie vit ale qui nous propulse vers d' aut res ét at s de conscience. Les aspect s communs au Gnost icisme
et au néo- shamanisme d' inspirat ion Tolt èque de Cast aneda sont les suivant s:
Néo-shamanisme Toltèque
1. Le dévoilement d'un mental extraterrestre,
ou implant at ion ét rangère, qui amoindrit ou al-
t ère not re humanit é innée.
2. L' import ance pour le sorcier de maît riser l' in-
t ent ion.
3. L' insist ance de Cast aneda sur la synt axe: at -
t ribut ions correct es et ut ilisat ion de signaux de
commande ment aux pour diriger l' int ent ion.
4. L'affrmation selon laquelle la prédation est
“ le suj et des suj et s”, “ le coeur du suj et ”.
5. Le travail avec le rêve éveillé, le voyage as-
t ral, la proj ect ion du double, dans de nombreux
épisodes des avent ures de Cast aneda.
6. Le modèle des grandes bandes d'émanations
qui imprègnent l' univers.
7. La distinction entre les êtres organiques et
les ent it és inorganiques.
8. L'exploration d'autres mondes et autres di-
mensions grâce à la prat ique de conscience
non- ordinaire.
9. La description par Don Juan de “l'oeuf lumi-
neux”.
10. La fgure Toltèque de l'Aigle, une métaphore
primordiale chez Cast aneda.
Gnosticisme
1. La conception d'un virus idéologique déshu-
manisant implant é dans not re ment al par les
Archont es/ Ext rat errest res.
2. L' insist ance sur l' ennoia, l' int ent ionnalit é qui
nous aligne avec les dieux et qui nous élève au-
dessus des Archont es.
3. Enseignement sur l' ennoia, la clart é ment ale
et l' at t ribut ion correct e ( ut ilisat ion adéquat e
des défnitions).
4. Mise en exergue de l' int rusion Archont ique.
Il est essentiel de faire face à l'intrusion parce
que nous ne pourrons pas découvrir not re che-
min vérit able dans le cosmos si nous ne perce-
vons pas comment nous en sommes déviés.
5. Le travail avec le rêve éveillé, le voyage as-
t ral, la proj ect ion du double dans les cercles
Gnost iques des Ecoles de Myst ères.
6. Les émanations, ou fux émanant du Pléro-
me, décrit s dans les t ext es de révélat ion des
Ecoles des Myst ères.
7. La dist inct ion ent re les humains et les Ar-
chont es dans la cosmologie Gnost ique.
8. Les pratiques shamaniques très anciennes
des Ecoles des Myst ères.
9. L'ovale de lumière claire dans les textes de
révélat ion Gnost ique et l' augoeides, ou “ oeuf
aurique” des Myst ères.
10. La même fgure dans les Codex de Nag
Hammadi lorsque la voix d' inst ruct ion de l' esprit
sacré, peut-être l'équivalent de la “voix du voir”
de Castaneda, affrme: “ Je suis apparu sous la
forme d' un Aigle sur l' Arbre de Connaissance,
la connaissance primordiale qui émerge dans la
lumière pure, afn que je puisse les instruire et
les éveiller des profondeurs du sommeil” ( Apo-
cryphe de Jean, 23: 25- 30) .

Le développement exhaust if de ces parallèles demanderait d' écrire un ouvrage ent ier. Trois fact eurs,
parmi ces t reize, possèdent une import ance part iculière. Ce sont l' oeuf lumineux, les grandes bandes
d'émanations et le rôle de certains êtres inorganiques en tant qu'alliés.
Le Point d'Assemblage
Le suj et du point d' assemblage est cert ainement l' un des aspect s les plus ét ranges et les plus déconcer-
t ant s des enseignement s de Don Juan. Dans plusieurs ouvrages, il est évoqué que l' oeuf lumineux qui
entoure l'être humain est attaché au corps physique par un mécanisme bizarre appelé le point d' assem-
blage. Ce point se situe en haut de l'épaule droite. Il semble qu'à cet endroit du corps, l'oeuf lumineux
exerce une sort e de pression et forme une ondulat ion, ou une dépression. Tant que la force de l' oeuf
demeure dans l'ondulation, le point d'assemblage est stable et l'être humain perçoit la réalité d'une façon
prédéterminée. En déplaçant le point d'assemblage, les sorciers sont capables de modifer leur percep-
t ion de la réalit é et , qui plus est , de déconst ruire et de reconst ruire la réalit é à leur convenance.
Les inst ruct ions de Don Juan concernant le point d' assemblage sont t out aut ant ét onnant es que fasci-
nantes mais loin d'être claires. Les dynamiques de glissement ou de déplacement du mécanisme sont
diffciles à appréhender et encore plus diffciles à visualiser. De plus, il semble que le point d'assemblage
soit un concept excent rique que l' on ne peut comparer à aucune aut re source ou t radit ion.
Il existe, cependant, un témoignage rare, procédant des Mystères, qui décrit le point d'assemblage de
la même manière que Castaneda. Dans son ouvrage The Subtle Body in Western Tradition, l' érudit
Gnostique G. R. S Mead cite les écrits perdus d'Isadorus, le mari d'Hypatia et l'un des derniers Gnos-
tiques qui aient enseigné à l'Ecole des Mystères (le Museum) d'Alexandrie. L'oeuvre originelle d'Isado-
rus est perdue mais elle fut paraphrasée par un aut re aut eur, Damascius, et on peut donc avoir accès
à quelques aspects de ses enseignements. Isadorus est réputé avoir décrit l'augoeides, “ l' aura dorée”
comparable à l' oeuf lumineux de Cast aneda. La nat ure et le fonct ionnement de l' augoeides, également
appelé l'oeuf aurique, est l'un des secrets les plus profonds des Mystères. Il semblerait qu'un traité perdu
d'Isadorus affrmait que l'augoeides entoure l'être humain comme une membrane ovale, de telle sorte
que le corps physique fotte dans l'ovale. C'est précisément de cette manière que Castaneda décrit l'oeuf
lumineux. L' inst ruct eur Gnost ique déclara également que l' ovale lumineux est connect é, ou accroché, au
corps physique à un point sit ué dans le dos, au- dessus de l' omoplat e droit e.
Ainsi donc, un des détails les plus étranges des ouvrages de Castaneda est confrmé par un instructeur
des Myst ères qui vécut à Alexandrie au 5 ème siècle EC.
Une Epreuve Cosmique
Dans la st ruct ure classique du syst ème planét aire, il exist e sept planèt es, à l' exclusion de la Terre: le So-
leil, la Lune, Mercure, Vénus, Mars, Jupit er, Sat urne. ( Le Soleil n' est évidemment pas une planèt e, mais
une ét oile, le corps cent ral de not re syst ème planét aire et la Lune est un sat ellit e de la Terre. Dans cer-
t ains syst èmes ant iques, ces deux corps sont exclus et remplacés par les noeuds lunaires. ) Cet t e sit ua-
t ion rappelle la descript ion par Cast aneda de la st ruct ure organique et inorganique des “ grandes bandes
d' émanat ion” qui composent l' univers. Si nous excluons la Terre des aut res planèt es, les “ sept bandes
Néo-shamanisme Toltèque
11. L'organisation du clan du sorcier en huit
paires de sorciers mâles et femelles.
12. Le développement du “feu de dedans”, la
Kundalini, ou le Serpent à Plumes des Tolt è-
ques.
13. Le mécanisme du point d'assemblage.
Gnosticisme
11. L'organisation des cellules des Mystères en
seize membres, huit de chaque sexe, t els qu’ils
sont dépeint s sur le bol Orphique du serpent
ailé et sur le bol de Piet roasa, provenant de
Roumanie. Voir mon essai “ Une gerbe de blé
coupé. ”
12. Le Serpent Ailé et l'Instructeur divin des
Gnost iques.
13. Le mécanisme du point d'assemblage.

inorganiques” pourraient parfait ement correspondre aux “ sept planèt es” que l' on considère comme des
sphères qui ne peuvent pas accueillir la vie organique au cont raire de la Terre. Les Gnost iques enseignè-
rent que la Terre n'appartient pas au système planétaire mais qu'elle en est simplement la captive. Ils
appelèrent le syst ème planét aire, à l' exclusion de la Terre, l' Hebdomade, le Sept uple. On peut comparer
cette terminologie à la description Gnostique du royaume des Archontes, qui sont des êtres inorganiques.
Il se pourrait que les “sept bandes inorganiques” dans le schème de Castaneda représentent le même
modèle, mais dans un aut re langage.
Les init iés Gnost iques localisèrent l' habit at des Archont es prédat eurs dans le syst ème planét aire, à l' ex-
clusion de la Terre. Le royaume Archont ique serait ainsi un assemblage des sept bandes inorganiques.
Dans cet espace ainsi assemblé, les Archont es seraient sur leur t errit oire. Leur présence dans le monde
assemblé aut our de nous, la biosphère gouvernée par les lois de la chimie organique, serait une int ru-
sion. Cast aneda n' indique nulle part que ces ent it és prédat rices procèdent de ces sept bandes, mais
cette déduction semble logique. Il affrme explicitement, néanmoins, que les planeurs sont des entités
inorganiques et cet t e conclusion est donc non seulement logique mais en cohérence avec sa synt axe,
son syst ème descript if.
Don Juan spécife que les sorciers peuvent entrer en contact avec des êtres inorganiques, et qu'ils le
font généralement. Ils initient ce contact en déplaçant le point d'assemblage et en pénétrant dans le
t errit oire inconnu des aut res bandes, ou en glissant dans des régions inconnues de not re propre bande.
Une grande part ie de l' act ivit é décrit e dans l' oeuvre de Cast aneda consist e en des incursions dans des
aut res mondes qui sont cont ingent s au nôt re. “ Une fois que la barrière est brisée, les êt res inorganiques
changent et se t ransforment en ce que les init iés appellent des alliés” . Il existe baucoup d'alliés dans
l' immensit é du cosmos. Selon de nombreuses t radit ions indigènes, la t erre est visit ée par de nombreuses
espèces d'êtres alter-dimensionnels qui poosèdent une fonction d'alliés et de guides pour l'humanité. Le
prédat eur sombre et t énébreux semblerait const it uer une cat égorie unique d' ent it és inorganiques qui
n'est peut-être pas du tout un allié, ou bien alors un allié particulièrement peu aisé à maîtriser.
Don Juan insista sur la nécessité de faire face à cet être inorganique pour faire l'expérience “ de la cer-
t it ude de l' origine ét rangère du ment al”. Le “ prédat eur qui est venu des profondeurs du cosmos et qui
cont rôle not re exist ence” peut être certainement identifé avec les Archontes des enseignements Gnosti-
ques. Don Juan décrit, de façon très vivante, l'intrusion Etrangère et son infuence majeure, à savoir une
modifcation comportementale. Le vieux sorcier offre également un commentaire étonnant sur ce que
l' on pourrait gagner d' une rencont re avec ces ent it és. “ Les planeurs sont un const it uant fondament al de
l’univers et nous devons nous efforcer de les voir sous leur véritable jour - terrifants, monstrueux. C’est
par leur int ermédiaire que l’univers nous met à l’épreuve. ”
Les parallèles ent re la mat ière Gnost ique et la nouvelle sorcellerie Tolt èque de Carlos Cast aneda sont
frappants et présentent des intuitions qui donnent à réféchir sur la condition humaine. Comment pou-
vons- nous réagir vis à vis du coeur du suj et , l a p r éd at i on? Selon le conseil de Don Juan “ On ne peut
st rict ement rien faire, hormis de se discipliner au point qu’ils ne nous t oucheront pas. ” Et il est signifcatif
qu' il dise “ ne nous t oucheront pas” et non “ ne puissent pas nous t oucher”. Il déclare également, comme
nous venons de le souligner, que les prédat eurs ext rat errest res const it uent le vect eur par lequel l' univers
nous met à l'épreuve. Il s'ensuit que l'intention d'ordonner notre mental, de vivre de telle sorte que les
planeurs/ Archont es ne souhait ent pas nous envahir, const it ue l' exercice capit al, l' épreuve fondament ale
pour l' évolut ion de l' humanit é.
John Lash.
Traduction de Dominique Guillet
!
De t ous les suj et s t rès ét ranges abordés par les écrit s Gnost iques, le plus ét range est sans nul dout e la
présence des Archont es. Nous sommes ici confront és à une vérit able énigme. Où sit uons- nous ces ent i-
t és myst érieuses dans l' hist oire du Myt he de Gaïa? Devons- nous les considérer comme des ent it és réel-
les, une espèce à part ent ière, fût - elle ext ra- t errest re? Quelle est leur relat ion avec Gaïa, l' int elligence
de la biosphère? Et quels sont également leurs rapport s avec l' humanit é?
Une raison non-ordinaire
Les Gnost iques ont exploré ces quest ions de manière sobre et conséquent e mais si nous voulons les
suivre dans leur raisonnement , il nous faut t out d' abord accept er que l' ét ude du suj et des Archont es ne
soit pas rat ionnelle. Tout du moins, pas dans le sens ordinaire de la rat ionalit é. Arist ot e observa que le
propre d' un esprit mat ure est la capacit é de concevoir une idée sans la faire sienne. Mon propos n' est pas
de pousser quiconque à accept er la t héorie Gnost ique des Archont es. Tout ce que j e propose, c’est que
nous l’examinions et que nous l’explorions. L’équanimit é est indispensable dans l’approche de l’énigme
des Archont es. Cet t e invest igat ion requiert de faire appel à une capacit é que l’on pourrait appeler la
raison non- ordinaire. Ce qu’elle est peut êt re illust rée par une scène comique de Woody Allen dans son
flm Manhattan:
Un homme rend visit e à un psychiat re de la part de son frère qui souffre de l’illusion qu’il est une poule et
qui agit en conséquence. “ C’est t errible à voir, Doct eur. Cet t e façon qu’il a de glousser et de grat t er. No-
t re famille vit l’enfer. Que pouvons- nous faire? La psychiat rie peut - elle soulager mon frère?” Le doct eur
répond par l’affrmative. “ Même dans des illusions aussi ext rêmes que celle- ci, la t hérapie peut souvent
ramener le pat ient à la réalit é” , lui affrme-t-il. “ J’accept e de t ravailler avec vot re frère, de faire t out mon
possible, mais cela va êt re long, cependant . ” Pensant que son visit eur a repris courage, le psychiat re
consult e son agenda. “ Quand pouvez- vous m’amener vot re frère pour la première session?” demande- t -
il? Son visiteur fronce soudainement les sourcils: “Désolé, Doct eur, j ’aimerais bien, mais j e ne peux pas.
Nous avons besoin des oeufs.”
La réponse de l’homme est complèt ement rat ionnelle dans le cont ext e de son imaginat ion. Lorsque les
Trekkies ( les fans de la série t élévisée St ar Trek) échangent avec passion sur les personnages et les épi-
sodes de cet t e série t élévisée, ils font appel à une raison non rat ionnelle. Le phénomène d’échange des
cart es Pokeman déclencha une explosion de raison non rat ionnelle chez les enfant s qui devaient décliner,
avec les détails les plus rigoureux, les caractéristiques et les comportements spécifques de plus d’une
cent aine de personnages. Sur int ernet , les j oueurs des MMORPG ( Jeux de Rôle en Ligne Massivement
Multi-joueurs) assument des identités fctives qui doivent se comporter logiquement, en faisant preuve
d’une sort e de rat ionalit é virt uelle. Le raisonnement impliqué dans de t els j eux de rôles est rigoureux car
les joueurs ne peuvent pas laisser leurs “avatars” faire ce qu’ils veulent. Les avatars doivent se confor-
mer à des codes dét erminés de comport ement . Le développement et le maint ien de t els codes fait appel
à une raison non ordinaire.
En fait , la raison non- ordinaire est similaire à la raison ordinaire, si ce n’est que son suj et est imaginé
plut ôt que perçu.
Les Gnostiques se devaient de développer leur raison non-ordinaire afn d’interpréter les expériences
qu’ils faisaient durant leurs ét at s de percept ion accrue. On ne peut pas, bien sûr, t out réduire, dans le
cosmos ou dans la psyché humaine, à des crit ères rat ionnels et ce n’est pas, en t out cas, le but du rai-
sonnement non- ordinaire. L' obj ect if est d’accéder à une compréhension claire et précise des aspect s de
l’expérience humaine qui sort ent du cadre de la percept ion sensorielle ordinaire.
Le Rêve extra-terrestre: l’énigme des Archontes
John Lash
“Les êtres humains sont dans une quête de conscience qui a été momentanément
interrompue par des forces étrangères”. Carlos Castaneda. Magical Passes
Z
Cet essai t rait e des Archont es dans le cont ext e de l’exercice imaginal proposé dans mon essai “ Coco de
Mer ” , à savoir de not re part icipat ion au rêve de Gaïa. Ce que nous allons apprendre de ces ent it és, et de
nos relat ions avec elles, va faire appel à une raison non- ordinaire, sans t omber cependant dans du non-
sens irrat ionnel. La cont emplat ion des Archont es n’est pas un exercice de fant aisie ou un j eu de faire-
semblant . Loin s’en faut . Si les Gnost iques avaient raison, c’est essent iellement en décelant comment
les Archont es fonct ionnent que nous pourrons découvrir comment not re ment al fonct ionne et que nous
pourrons revendiquer la puissance souveraine de l’int elligence dont nous a dot és Gaïa.
Visions fractales
Nous pouvons considérer les Archont es comme la progénit ure de Sophia mais pas dans le même sens
que les espèces nées et nourries dans le sein de Gaïa, à savoir la biosphère t errest re. I ls sont , en fait ,
appelés Archont es ( du Grec, archai “primordial, premier, antérieur”) parce qu’ils émergèrent dans le
syst ème planét aire avant que la Terre ne fût formée en un habit at propre à la vie. Le Rêve unilat éral de
Sophia produisit une explosion de puissance du coeur cosmique et la Déesse, j aillissant t el un t orrent
t umult ueux, ent ra en collision avec les champs inert es de la mat ière primordiale d’une manière inhabi-
tuelle. Les Gnostiques utilisent le terme “foetus avorté” pour décrire les résultats de cet impact...
“ Un voile exist e ent re le monde du dessus et les royaumes du dessous; et les t énèbres vinrent à l’exis-
t ence en- dessous du voile. Une part ie des t énèbres devint mat ière et se répandit . Et ce que Sophia en-
gendra devint une créat ure de la mat ière, t el un foet us avort é” . (L’Hypostase des Archontes, 94:5-15).
Nous pouvons maintenant ajouter une modifcation graphique à l’icone du Coco de Mer afn de suggérer
comment les Archont es émergent du Rêve de Sophia, t elle une fuit e placent aire. Comme nous l’avons
expliqué dans l’essai précédent de cet t e t rilogie, le Coco de Mer, avec ses dét ails cosmiques, représent e
la “protennoïa trimorphe”, le monde corporel primordial tripartite du Rêve de Sophia. Notre monde, à
savoir la biosphère t errest re couplée avec le soleil et la lune, est la manifest at ion de ce Rêve. De par
l’émergence des Archont es, un aut re Rêve ent re en j eu à l’ext érieur de l’ordre de not re monde t ripart it e.
Je propose de l’appeler le Rêve Extra-Terrestre. (Ce choix de langage va s’éclairer au fl de l’exposé). Cet
aut re Rêve est un produit dérivé du pouvoir de manifest at ion de Sophia, un débordement exot ique qui
ne cont recarre pas, cependant , Son Rêve originel.
Le Myt he de Gaïa décrit comment la collision ent re l’Eon Sophia et la densit é de la mat ière at omique
produisit une fract ure massive, à l’image du schéma d’éclat ement de la glace d’un lac gelé. Le schéma a
un centre où se trouve Sophia (identifé par l’Ensemble de Mandelbrot) et un réseau, en toile d’araignée,
de lignes de fract ure qui courent en t ous sens ( la mer gelée de vagues fract ales) . L’épisode 9 décrit
comment Sophia, sit uée au cent re de la zone d’impact , perçoit aut our d’Elle quelque chose de sembla-
ble à une mer de vagues ext ensibles et , chevauchant les vagues, ou plut ôt composant les vagues qu’ils
semblent chevaucher, apparaissent des formes qui se répèt ent et qui ressemblent à des hippocampes.
Ces hippocampes sont semblables aux formes qui apparaissent avec une valeur élevée d’it érat ion de
l’équat ion de l’Ensemble de Mandelbrot . Ces formes correspondent au t ype anat omique spont anément
généré, à part ir de la mat ière at omique amorphe, par l’impact de Sophia, un t ype appelé “le corps d’om-
bre”, “Haibes” en Copt e.
Quelques mots sur les fractales: bien que des structures de
t ype fract al apparaissent dans la nat ure ( dans les fougères,
par exemple, la disposit ion des feuilles sur la t ige se répèt e
dans la forme des branches) , les formes aut o- similaires pro-
duit es par un nombre d' it érat ions élevé ne sont pas nat urel-
les, à st rict ement parler. Les fract ales, t elles que celles qui
sont présent ées ici, résult ent d’une formule mat hémat ique
entrée dans un ordinateur et qui se reproduit à l’infni. Il est
vrai, cependant , que les formes ainsi produit es ressemblent
aux célèbres “tissus cachemire” perçus par de nombreu-
ses personnes prenant du LSD dans les années 1960. Je
voudrais préciser, t out d' abord, que les fract ales sont com-
munément perçues dans des ét at s alt érés de conscience et
qu' ensuit e il se peut que les images ainsi perçues représen-
t ent des processus réels, bien que surnat urels, à l' oeuvre
dans t out le cosmos.
3
Les format ions fract ales décrit es dans l e My t he de Gaïa (épisodes 9 et 10) sont des phénomènes phy-
siques réels qui se manifestent spontanément lorsqu'un Eon (un fux de plasma stellaire sans masse)
jaillit dans les champs denses de la matière élémentaire. Ces “hippocampes fractals” semblent tout
d' abord êt re des st ruct ures inanimées, rigides et de nat ure quasi crist alline mais elles s' animent ensuit e
de par le fait même que Sophia les cont emple. Dans la seconde phase de développement décrit e dans
la Pr ot ennoïa Tr i mor phe, l' Eon Sophia “ descend pour animer ses membres déchus en leur conférant
l'esprit ou le souffe”. Les formes ext ensibles se mét amorphosent donc d' hippocampes semi- rigides en
formes foet ales arrondies avec des queues mais ces queues, semble- t - il, ne cessent de t omber et de se
t ransformer en d' aut res embryons. Au t ravers de ce processus bizarre d' aut o- générat ion permanent e, la
horde foet ale des Archont es voit le j our.
Le chef des Archontes
L' Hypost ase des Archont es décrit ensuit e un développement subséquent à l' émergence init iale des en-
t it és foet ales Archont iques. Dans le passage cit é, j ' ai recours à des concept s issus de l' ast ronomie mo-
derne afn de dresser un tableau plus vivant d'événements que l'on peut supposer avoir été observés par
les initiés Gnostiques dans le cosmos:
“ Un voile exist e ent re le monde du dessus ( au coeur de la galaxie) et les royaumes du dessous ( l' ext é-
rieur, les bras de la galaxie) ; et les t énèbres vinrent à l’exist ence en- dessous du voile. Une part ie des
t énèbres ( mat ière noire) devint mat ière ( at omique) et se répandit ( se forma part iellement en champs
élément aires, le dema) . Et ce que Sophia engendra ( par son impact ) devint une créat ure de la mat ière,
( une forme foet ale) t el un foet us avort é. Et ( une fois créée) cet t e créat ure assuma une forme plast ique
façonnée à part ir des t énèbres et devint une bêt e arrogant e ressemblant à un lion. Elle ét ait androgyne,
car issue de la mat ière ( neut re, inorganique) . ” (Hypostase des Archontes. 93:30. , avec mes commen-
t aires ent re parent hèses) .
Une lecture attentive révèle un détail crucial: après la formation initiale des types Archontiques em-
bryonnaires, une seconde variat ion de “corps d'ombres” émerge avec des caract érist iques qui lui sont
propres. L' Hypost ase des Archont es la décrit comme “une bêt e arrogant e ressemblant à un lion” mais
cet t e créat ure est également décrit e ( dans un aut re t ext e cosmologique, l ’ Apocr y phe de Jean, 10:5)
comme un “ corps de serpent ( drakon) avec une t êt e de lion” . I l exist e donc deux t ypes dist inct s d’Ar-
chontes: un type embryonnaire ou foetal et un type reptilien ou draconique.
Dans l’Hypostase des Archontes, (93:30 - 94:5), Noréa demande au grand ange Eleleth “I nst ruis- moi
sur les facult és des Archont es, comment vinrent - ils au monde, et par quel t ype d’enfant ement , de quel
mat ériau et qui les a créés et qui a généré leur force”. Les enseignement s donnés en réponse à cet t e
quest ion sont précis et dét aillés. Deux variant es dist inct es du t ype Archont e sont ment ionnées et leurs
comportements sont également spécifés. Un autre traité cosmologique, l e Tr act at e Tr i par t i t e, af-
frme que “deux ordres ( d’Archont es) se combat t irent , lut t ant pour le cont rôle en raison de leur manière
d’êt re” (84:5-15). De par les deux phases distinctes de leur création, les Archontes sont dotés d’une
nat ure agressive et prône aux divisions et ils se combat t ent ent re eux. Le problème est moment anément
résolu, cependant , lorsque le t ype rept ilien ét ablit sa maît rise sur les hordes massives de t ype foet al et
en fait sur la t ot alit é du champ élément aire affect é par la descent e de Sophia.
“ Ouvrant ses yeux, il ( l’Archont e Dragon) vit une vast e quant it é de mat ière sans limit e ( disséminée dans
les bras galact iques) et il devint arrogant et dit : ' C’est moi qui suis Dieu ( le seul Dieu de ces régions) et
il n’en exist e pas d’aut res' ” . (Hypostase des Archontes. 94:20).
Alors que les Archons de type foetal sont inertes, leurs formes ayant été fgées lors d’une phase imma-
t ure de développement , le leader rept ilien est agressif, il défend son t errit oire et il possède des pouvoirs
diaboliques. Avant toute chose, il fait preuve d’une capacité formidable de changer de formes:
“ I aldabaot h possédait un nombre de visages plus grand que t ous les aut res et il pouvait se mont rer de-
vant t ous les aut res avec le visage qu’il souhait ait . . . I l part ageait son feu avec eux, et il devint ainsi leur
souverain. A cause du pouvoir de gloire qu’il avait acquis de la lumière de sa mère, il s’appela lui- même
Dieu. Et il ne prêt a pas allégeance au royaume dont il venait ” . (Apocryphe de Jean. 11:35 - 12:10).
La déclarat ion du souverain Archont e selon laquelle il est le seul dieu dans le cosmos est , nul besoin de le
préciser, un épisode clé de la cosmologie Gnost ique - si ce n’est même de t out e l’évolut ion humaine. Tous
les t ext es cosmologiques décrivent cet événement , avec de légères variat ions. Les Gnost iques insist aient
sur le fait que Yaldabaot h ne fait qu’un avec Yahvé ou Jéhovah, le dieu t ribal des Hébreux. Cet t e déit é
+
est non seulement aveugle, elle est stupide et démente. (Hypostasis des Archontes. 89:24-25). Pour les
Gnost iques, la démence n’est pas t ant le déséquilibre du ment al que la conséquence de l’incapacit é de
corriger les erreurs ment ales. La ment alit é des Archont es “ ne peut pas êt re amendée” et ce qui est pire,
“ la nat ure archont ique est incapable de développement ” ( Gilhus. La Nat ur e des Ar chont es, page 40).
En raison de la façon dont ils ont ét é engendrés, les Archont es ne possèdent pas d’Ennoïa, de volont é
int rinsèque. I ls ont , à sa place, un Rêve Ext ra- t errest re qui est dissocié de la sphère de vie int elligent e
de Gaïa, à savoir la biosphère.
Le concept d’une divinit é qui est à la fois dément e et dépourvue de volont é est apparemment unique
au Gnost icisme. I l va sans dire que lorsqu’ils exprimaient leur vision quant à l’ident it é de Jéhovah, les
Gnost iques ne suscit aient pas beaucoup d’approbat ions de la part des Juifs dévot s ou des Chrét iens qui
révéraient également le Dieu pat ernel des Juifs.
L’Apocryphe de Jean aj out e des élément s cruciaux au scénario des Archont es. C' est , en fait , le seul t ext e
qui appelle Sophia, la mère des Archont es. I l est également dit du souverain des Archont es “ qu’il ne
prêt a pas allégeance au royaume dont il venait . ” C’est un élément essent iel. Le fait que le chef des Ar-
chont es ne rest e pas dans les sphères dont il est issu représent e pour les Gnost iques une préoccupat ion
essentielle: les Archontes sont enclins à ne pas respecter les limites de leurs territoires. Dès l’origine, les
Archont es const it uent une espèce envahissant e.
I l est dit que l’Archont e Dragon est aveugle ( en Copt e Bille) , il ne peut donc percevoir ni le Plérome, ni
Sophia. “ Les Archont es se caract érisent par une incapacit é à percevoir le monde spirit uel” . ( Gilhus, La
Nat ur e des Ar chont es. Page 17). Il est appelé Samael et Saklas. Samael est un terme Hébraïque et
Saklas est un t erme Araméen pour “celui qui est aveugle”. I l est excessivement import ant d’appréhender
la cécité des Archontes afn de déceler comment ils infuent sur l’humanité.
Alias Jéhovah
Le chef des Archont es est aussi nommé le Seigneur des Archont es. On lui donne aussi parfois le nom
étrange Yaldabaoth. Les érudits ne peuvent se mettre d’accord quant à la signifcation et à l’origine de ce
nom. Selon une traduction, il signife “l’enfant qui traverse l’espace”. Selon une autre, il signife “le chef
de la horde” ( Jarl Egil Fossum. The Name of God and t he Angel of t he Lor d. Pages 332/336). Ce nom
semble ainsi suggérer des allusions aux deux t ypes d’Archont es. Dans l’Ancien Test ament , le nom yhwh
seba’ot , Yahvé Sebaoth, est utilisé 276 fois pour désigner le titre du dieu paternel. (Di ct i onnar y of
Dei t i es and Demons i n t he Bi bl e. Page 155). Gershom Sholem, érudit prééminent de la Cabale et du
myst icisme Juif, expliqua le nom I aldabaot h comme “ un composé ent re le part icipe act if Araméen yaled
( engendrer) et le nom Abaot h, qui représent e une forme abrégée du nom Sabaot h. Ainsi, ‘I aldabaot h
signife celui qui engendre Sabaoth’.” ( Nat haniel Deut sch. The Gnost i c I magi nat i on. Page 55). Et il
exist e encore une demi- douzaine d’aut res int erprét at ions.
I l est vraisemblable que le nom I aldabaot h soit simplement une variant e du nom Jéhovah, le dieu pa-
ternel des Hébreux. Les Gnostiques identifaient Jéhovah avec le Seigneur des Archontes et rejetaient
l’Ancien Test ament et t out le plan Judaïque de rédempt ion comme un subt erfuge des Archont es. I l fait
ainsi du sens qu’ils aient utilisé le terme même utilisé par les Juifs afn de dénoncer la vraie nature de la
déit é Juive.
Lorsqu’ét ait en j eu une connaissance qu’ils est imaient essent ielle à la survie humaine et à la co- évolut ion
de l’humanité avec Sophia, les Gnostiques pouvaient être très confictuels et ne pas se soucier du tout
de ceux qu’ils pouvaient offenser. Leur at t it ude int ransigeant e, et parfois même méprisant e, en sus de
leur incapacit é à prévoir l' int ensit é de violence physique
déclenchée par leur remise en quest ion des croyances
Judéo- Chrét iennes, at t isa sans nul dout e le fanat isme
vicieux qui dét ruisit les Myst ères.
Le grossissement de l’engendrement fract al des Archon-
t es présent e une image graphique qui semble corres-
pondre au scénario décrit par les voyant s Gnost iques.
Le t ype embryonnaire, ou Archont e foet al, est claire-
ment défni de même qu’une autre entité, l’Archonte
rept ilien avec sa mâchoire avide et sa longue queue
spermique. Cet t e “ bêt e arrogant e” semble se précipit er
sur les ent railles du t ype embryonnaire. Just e à l’en-
5
droit où l’Archont e embryonnaire aurait un cordon ombilical nourricier, les rept iliens l' envahissent . L’Ar-
chont e foet al rest e passif, suçant apparemment son doigt ou son pouce.
Quelque chose de bizarre se passe dans la part ie inférieure du corps foet al car sa queue d’hippocampe
est j oint e au t ronc de façon précaire. Le t ype embryonnaire rest e absorbé en lui- même mais il réagit ce-
pendant à l' agression du t ype archont ique en abandonnant sa queue, comme le font les rept iles effrayés.
On peut se demander si la queue dissociée va se mét amorphoser en un aut re t ype foet al ou en un aut re
t ype rept ilien. La forme rept ilienne semble bien se répét er de façon fract ale dans la st ruct ure caudale du
t ype embryonnaire comme si la queue dissociée devenait une ent it é indépendant e, plut ôt qu' un aut re
embryon.
L'élément de peur est très présent dans le comportement des Archontes et dans leur infuence sur l'hu-
manit é. Dans l'Ancien Test ament , la peur de Dieu est considérée comme une des manifest at ions les plus
élément aires de l' expérience religieuse. La possibilit é que la peur humaine soit une sort e de nourrit ure
pour cert aines espèces ext ra- t errest res envahissant es a ét é largement évoquée dans les débat s sur les
ET/OVNI. Le Second Tr ai t é du Gr and Set h affrme que le programme des Archontes est “ la peur et
l' esclavage” . Les Archont es veulent maint enir l' humanit é “ sous la pression de la peur et des t racas” .
D' aut res passages met t ent en garde cont re le fait que les Archont es ut ilisent la peur comme une arme
psychologique.
Un aut re dét ail frappant révèle que le t ype rept ilien semble t enir une sphère dans ses mâchoires, ce
qui rappelle l'image mythique d'un serpent qui offre le fruit défendu: ainsi, le Serpent dans le Jardin
d' Hyperborée avec une pomme d' or dans la bouche. L'Archont e embryonnaire consomme- t - il de ce fruit
rond? Les Gnost iques avaient leur propre version de ce qui se passa réellement dans le Jardin de l' Eden
et des événement s dans lesquels les Archont es ét aient profondément impliqués et il n' est peut - êt re pas
surprenant de déceler des indices du scénario du Paradis à ce st ade primaire d' act ivit é cosmique.
Tout ce processus de générat ion fract ale des Archont es est imaginal mais ce n' est pas imaginaire, à sa-
voir ce n' est pas une créat ion pure et simple de not re ment al. Recréer ce que les init iés Gnost iques ont
observé fait appel à un usage sobre de l' imaginat ion, ce n' est pas une fuit e dans un monde illusoire. La
raison non- ordinaire est nécessaire pour décrire ce qui arrive ici mais le scénario qui se déroule est en-
t ièrement raisonnable et cohérent en fonct ion de ses propres crit ères.
Conflit foetal
Quelle que soit la manière dont les voyant Gnost iques des Myst ères en vinrent à imaginer la naissance
des Archont es, les fract ales à it érat ion élevée de l’Ensemble de Mandelbrot s’appliquent à ce scénario
de façon myst érieuse. Et ce d’aut ant plus, que les fract ales embryonnaires et rept iliennes imit ent les
processus de gest at ion humaine ( ou vice- versa) . Dans la concept ion humaine, l’ensemble embryonnaire
est constitué de deux parties: le sac amniotique et le foetus qui lui est attaché et qui est suspendu dans
le liquide amniot ique. Au moment où l’embryon commence à pouvoir êt re dét erminé de façon anat omi-
que, il ressemble à un poisson ( un fait que la science médicale aime à souligner pour nous rappeler nos
origines pré- humaines) . I l possède dist inct ement une t êt e et une queue et un t roisième élément qui est
le cordon ombilical qui le connect e au sac amniot ique au t ravers duquel il est aliment é. La procréat ion
fract ale des Archont es exhibe t out es ces caract érist iques de façon claire et précise. Lorsque l’embryon
croît , le sac amniot ique se cont ract e et une phase de développement secondaire se met en place. Le
cordon ombilical est également connect é à l’allant ois, une vésicule qui emplit l’espace ent re l’amnion et
le chorion, à savoir l’enveloppe ext érieure du sac placent aire. Une sort e de t ension morphologique se
manifeste entre toutes ces structures en évolution: pour que la vésicule allantoise puisse se développer,
elle doit comprimer le sac amniot ique qui aliment e le foet us en croissance. Ce n’est que lorsque la vési-
cule allant oise se développe ainsi que le placent a prot ect eur peut arriver à pleine mat urit é. Une t ension
similaire exist e ent re les Archont es embryonnaires et les Archont es rept iliens. De la même façon que le
développement embryonnaire chez les humains se part age ent re la croissance du foet us aliment é par
le sac amniot ique et la cont ract ion de ce sac amniot ique pour permet t re le plein développement du pla-
cent a à part ir de la vésicule allant oise, de même le pouvoir des Archont es est divisé par la nat ure de leur
concept ion ( “ à cause de leur manière d’êt re” , cité ci-dessus). Ce confit est partiellement résolu lorsque
le t ype rept ilien ét ablit sa dominat ion sur la horde massive des Archont es foet aux.
Les Gnost iques savaient cert ainement à quoi ressemble un foet us. Moralement opposés à la procréat ion
biologique par les humains, ils ét aient connus pour prat iquer le cont rôle des naissances et il se peut qu’ils
aient aidé aut rui en cela. I ls avaient dû observer, par expérience direct e, qu’un foet us avort é à un st ade
6
avancé ne ressemble pas à une omelet t e
à moit ié- cuit e; il possède déj à les carac-
t érist iques d’une forme anat omique. Leur
choix de cet t e mét aphore ét range doit
avoir ét é int ent ionnel et doit avoir ét é
un refet de leur perception occulte selon
laquelle l’anat omie Archont ique mime la
forme foet ale des humains. Une t elle mé-
t aphore est ext rêmement précieuse non
seulement parce qu’elle nous permet de
visualiser ce que les voyant s Gnost iques
avaient découvert par la percept ion ex-
t ra- sensorielle mais aussi parce qu’elle ét ablit une corrélat ion ét roit e ent re l’espèce humaine sur t erre
et les Archont es pré- t erriens.
Pour un développement de cet t e corrélat ion, nous invit ons le lect eur à se report er au paragraphe en
conclusion de cet essai “Cosmic Cousins”.
Le Pouvoir du Serpent
La descript ion de Yaldaboat h en “ serpent à t êt e de lion” est saisissant e. Pour les Gnost iques, le lion re-
présent ait la force aveugle de la procréat ion ( une associat ion qui t ire probablement son origine des Cen-
t res de Myst ères Egypt iens, sans même parler de la force et du bruit propres à l’accouplement des lions
dans le désert ) , et donc l’image du corps en forme de sperme des rept iliens à t êt e de lion est encore plus
appropriée. Le t ype draconique de l’Archont e apparaît sur les bij oux gnost iques, non pas parce que les
Gnost iques rendaient un cult e aux rept iliens - loin s’en faut - mais parce qu’ils considéraient ce symbole
comme un antidote magique à l’infuence Archontique. Tout comme un crâne sur une ét iquet t e indique
un liquide toxique, afn de le différencier d’un liquide propre à la consommation, l’image du lion-serpent
ét ait représent ée sur les amulet t es Gnost iques pour se prévaloir cont re l’int rusion Archont ique.
Le serpent à t êt e de lion des Gnost iques
est appelé par des noms magiques t els
qu' Ophis, Knuphis et Abrasax. Dans l’ana-
t omie occult e du myst icisme Asiat ique
et du Yoga, ce rept ile est connu comme
la Kundalini, le pouvoir du serpent . Les
Gnost iques qui prat iquaient le yoga de la
Kundalini ét aient appelés des Ophit es, du
Grec ophis qui signife serpent. Ce culte
fut condamné par les premiers Chrét iens
comme un culte païen “d'adorateurs de
serpent s”. Pour le commun des mort els
non init iés, le serpent de la Kundalini ne peut êt re conçu que de façon primaire. Pour les Gnost iques,
le serpent à t êt e de lion couronnée de rayons du soleil ét ait non seulement le symbole du Seigneur des
Archont es mais également la source du pouvoir spirit uel qui permet aux êt res humains de résist er à ces
ent it és.
Les expert s en Gnost icisme qui ne sort ent pas du cadre du Gnost icisme pour le comprendre ne ment ion-
nent j amais la Kundalini alors que les érudit s ésot ériques et non convent ionnels t els que G. R. S. Mead,
Helena Blavat sky et C. W. King ( Gnost i c and t hei r Remai ns) ét ablissent cet t e corrélat ion de façon
rout inière t out comme les érudit s en myt hologie comparée t els qu'Alain Daniélou et Joseph Campbell.
Dans l'ouvrage “The I nner Reaches of Out er Space”, Joseph Campbell mont re comment l’image de
la Kundalini, le “serpent de pouvoir” apparaît dans l’art en partant de la vallée de l’Indus, aux alentours
de 2300 avant notre ère, en passant par toutes les cultures antiques pour arriver à l'ère moderne. Aussi
tardivement qu’au 16 ème siècle, les thalers en or en Allemagne (Campbell, fgure 8) montraient la cruci-
fxion sur une face et un serpent drapé sur la croix sur l'autre face. A cette époque tardive, le Christ pou-
vait être identifé avec la Kundalini - sans qu'on ait la moindre idée du pourquoi, cependant - mais pour
les Gnostiques, le serpent sur la croix annulait le pouvoir de rédemption attribué à la crucifxion (à savoir
la glorifcation de la souffrance comme une force de rédemption). L'éveil de la Kundalini génère l'extase,
éveille la supraconscience, développe les facult és occult es et libère des vagues d' énergie de guérison qui
suscitent des fux de sécrétions hormonales et physiologiques au travers de tout le corps.
7
En t ant que serpent myt hique gardien de l'Arbre de Connaissance dans la Genèse, la Kundalini ét ait le
“messager de la rédemption” pour les Gnostiques. Dans un renversement complet de l'interprétation
convent ionnelle de la Chut e, les Gnost iques considéraient le serpent comme un allié spirit uel pour l' hu-
manit é originelle, “ les premiers à t ent er de libérer l' humanit é de l' esclavage à un dieu inconscient qui
s'était identifé avec l'Absolu et avait ainsi entravé le chemin vers l'arbre de la vie éternelle”. ( Campbell.
Page 78). Le “dieu inconscient” qui s’identife faussement avec l’Absolu est bien sûr Yaldabaoth, alias
Jéhovah.
Les Gnost iques enseignèrent que le noos, à savoir l’int elligence spirit uelle conférée à l’humanit é, pouvait
êt re bloqué par les Archont es. Ce blocage se manifest e au t ravers de l’int rusion Archont ique ( qui sera
le sujet d’un essai ultérieur d’accompagnement “How w e ar e Dev i at ed” ) impliquant une sort e d’inva-
sion subliminale au niveau de la pensée et du langage ( c’est à dire de la synt axe ment ale) . Mais le noos
pourrait êt re renforcé en accédant au pouvoir de la Kundalini, un courant d’ext ase qui rest e normale-
ment dormant dans le corps humain. Dans sa monographie sur les Archont es, I . S. Gilhus not e que “ la
st rat égie érot ique est le moyen le plus import ant ut ilisé par les Pneumat iques pour préserver la lumière
perdue” (page 51). Pneumatique est le terme Gnostique qui désigne les humains qui suivent le chemin
de l’illuminat ion psychosomat ique, la t echnique fondament ale de la religion Gnost ique. Pneuma, la “force
spirit uelle” est développée en cult ivant le noos, “l’intelligence supérieure”. Mais les Archontes dressent
une résistance aveugle à ce processus: en bref, ils escomptent que les humains restent ignorants de leur
pot ent iel spirit uel inné.
Lorsque la Kundalini s’éveille de son ét at de dormance, l’int elligence supérieure s’épanouit et d’aut res
effet s se font également sent ir. Cert ains groupes Gnost iques, t els que les Ophit es, prat iquaient l’éveil
collectif de la Kundalini afn de générer une enveloppe protectrice contre l’intrusion Archontique. Ils
voyaient , en effet , dans la Kundalini, l’énergie spirit uelle et sexuelle bloquée dans la st ruct ure du corps,
l’inst rument principal de défense cont re les Archont es. Le Di al ogue du Sauv eur (NHC III, 5.85) contient
cet échange:
“ Judas dit , ‘Regardez, les Aut orit és ( Archont es) demeurent au- dessus de nous et c’est donc eux qui
nous domineront ’. Le Sauveur répondit , ‘C’est t oi qui les gouvernera. Mais seulement lorsque t u t e seras
débarrassé de la j alousie, que t u accept eras la prot ect ion de la Lumière et que t u auras pénét ré dans le
nymphion ( la chambre nupt iale) ’” .
L’enseignant - sauveur insist e fort ement sur le fait que nous pouvons cont rôler les Archont es mais il dit
clairement aussi que cert ains défaut s humains invalident l’usage de ce pouvoir. Le mot Grec pht honos
peut être traduit par “jalousie” ou “envie”. Les Gnostiques considéraient que la jalousie est la signature
des Archont es et le défaut humain clé qui nous rend vulnérable à leur int rusion. “ La prot ect ion de la
Lumière” émane de l’act ivat ion de la Kundalini, souvent décrit e comme une vague de lumière élect rique
à l’image de l’éclair qui se déverse dans le corps. “Nymphion” est un t erme codé désignant une cellule
ambiant e de prot ect ion psychosomat ique générée par des act ivat ions int enses de la Kundalini.
Sir John Woodruffe, le célèbre transmetteur de la sagesse Hindoue Tantrique en Occident, identifa plei-
nement la prat ique du yoga de la Kundalini ( l’éveil du pouvoir du serpent au t ravers des canaux de la
colonne vertébrale) avec les rites Gnostiques de “culte du serpent”. (Shak t i and Shak t a. Page 191). Les
érudits Bouddhistes, tels que E. A. Evans-Wentz, J. M. Reynolds et H. V. Guenther ont fait des observa-
t ions similaires alors que les érudit s Gnost iques ne leur ont pas rendu la pareille car ils ne cherchent pas
en dehors de leur genre afn de comprendre la théorie et la pratique du Gnosticisme.
Le symbole du lion- serpent est dépeint à maint es reprises sous forme de hiéroglyphe sur les murs du
Temple d'Horus à Edfu, à 60 km au sud de Nag Hammadi. Dans le culte d'Hathor qui y fut célébré, le lion-
serpent représentait la “semence royale” des pharaons. L'enfant royal Horus est souvent dépeint suçant
son doigt et cela nous rappelle t rès concrèt ement la post ure des Archont es embryonnaires. Les prêt res
Egypt iens, qui cont rôlaient les accouplement s dans les familles dynast iques, possédaient - ils une connais-
sance int ime de la Kundalini t out aut ant que des Archont es? Le serpent de la Kundalini est dépeint dans
l' art sacré Egypt ien par un cobra érigé ou un couple de cobras, lovés parfois aut our d' un bât on, et par
l' uraeus, la coiffure de cobra de la puissance divine. La t resse cérémoniale, sur le côt é de la t êt e d' Horus,
ét ait également un symbole du pouvoir du serpent . La t resse pharaonique, t radit ionnellement port ée sur
le côt é droit de la t êt e, est une répét it ion visuelle des cobras spermat iques d' Edfu. L' iconographie sacrée
véhicule des connaissances explicit es mais haut ement occult es. Horus est l' enfant dont les fonct ions cé-
rébrales du cerveau droit sont accrues par le pouvoir du serpent .
L'imagerie “ésotérique” du pouvoir du serpent est à l'oeuvre sur plusieurs plans simultanément. Nous
allons voir que le symbolisme biologique complexe du myt he Gnost ique a beaucoup à nous apprendre
quant à la nat ure des Archont es et quant à la façon dont nous pouvons leur résist er.
ß
Le Viol d’Eve
I aldabaot h est également nommé l’Archigénit eur, le “maître géniteur” (Apocryphe de Jean II, 12.25).
Les Gnost iques, chez lesquels l’ét hique devait êt re en harmonie avec la cosmologie, considéraient la pro-
créat ion biologique, pour aut ant qu’elle est un act e involont aire, comme un mécanisme inconscient qui
fait des humains les inst rument s du Seigneur des Archont es. Les informat ions concernant la procréat ion
par I aldabaot h de son propre t ype, son cont rôle de la procréat ion des t ypes embryonnaires, et peut - êt re
même son implicat ion dans des croisement s avec les êt res humains, sont parmi les élément s les plus
déconcert ant s du myt he de Sophia. Plusieurs t ext es des Codex de Nag Hammadi décrivent la t ent at ive
des Archont es de “ violer Eve” : c'est à dire d'inséminer l'espèce humaine. Il est clair, cependant, selon le
texte, qu'ils échouent dans leur entreprise. L'Hypostase des Archontes décrit cet épisode:
“ Les Archont es s' approchèrent alors d' Adam et lorsqu' ils aperçurent sa cont repart ie femelle parlant avec
lui, ils devinrent t rès agit és et ils furent at t irés par elle. I ls se dirent l’un à l’aut re ‘Allons, semons not re
semence en elle’ et ils la poursuivirent . Et elle, la mère du vivant , se moqua de leur st upidit é et de leur
aveuglement ; et au moment de t omber dans leurs griffes, elle se t ransforma en arbre et laissa, devant
eux, un refet d'ombre d’elle-même.” (89:15-25).
Ce passage met en valeur la sophist icat ion imaginale de la vision Gnost ique. Les voyant s Gnost iques per-
çurent la t ent at ive des Archont es d' inséminer Eve - d' int erférer avec la génét ique de l' espèce humaine,
pour ainsi dire - mais ils observèrent également que cet t e t ent at ive fut un échec. La mét amorphose d' Eve
en arbre est réminiscent e du myt he Grec de Daphné qui se t ransforma en laurier. ( Ce parallèle prouve
que la cosmo- myt hologie Gnost ique ne fut pas le fruit du hasard mais un syst ème de connaissance
visionnaire profondément enraciné dans la vie ment ale indigène de l' Europe pré- Chrét ienne) . Pour les
Gnost iques, les visions qu' ils cont emplaient , lors d' ét at s alt érés de conscience, ét aient empiriquement
réelles et pouvaient êt re expériment ées. Grâce à ces visions, ils ét aient capables d' accéder à une percep-
t ion ext raordinaire des mondes supra- humains, des act ivit és des divinit és, des relat ions de l' humanit é
avec des espèces ext ra- t errest res et de l' avent ure à long t erme de l' espèce humaine.
L' épisode ci- dessus décrit comment les Archont es échouent dans leur t ent at ive de capt urer Eve mais ils
arrivent, cependant, à pénétrer son ombre, un simple refet. Cela implique que, bien qu'ils ne puissent
pas avoir accès à not re st ruct ure génét ique, les Archont es, cependant , peuvent affect er ou dénat urer
not re image de la femme, du Féminin, et dans une cert aine mesure, ils peuvent ainsi arriver à profaner
Eve. I l se peut qu' ils dénat urent not re percept ion de not re propre st ruct ure génét ique.
La vision Gnost ique de l' ordre cosmique nous incit e, comme elle le fait souvent , à comprendre ce qui se
passe dans not re ment al. Nous, les humains, avons- nous, d' une quelconque manière, profané l' image de
la femme? En imposant, par exemple, aux femmes une notion artifcielle de leur identité, une falsifcation
de leur nat ure réelle? S' il en est ainsi, les Gnost iques considéreraient que nous avons ét é inst rumen-
t alisés dans le viol d' Eve par les Archont es. Dans le monde d' auj ourd' hui, n' est - il pas évident que nous
avons une vue dénat urée de la génét ique? S' il en est ainsi, cet t e dénat urat ion, et t out ce qui en découle,
mériterait pleinement d'être considéré comme les conséquences de l'infuence dénaturante des Archon-
t es sur le comport ement humain.
Les Annunakis entrent en scène
Le passage ci- dessus de l’Hypost ase des Archont es évoque les débat s act uels sur l’int ervent ion ext ra-
t errest re dans la génét ique humaine. La plupart des t héories concernant le programme d’hybridat ion
génét ique des ET assument que quoi que les ext ra- t errest res ( généralement les t ypes foet aux de Gris
sont les plus soupçonnés) choisissent de faire, ils peuvent le réaliser. Cependant , les voyant s Gnost iques,
qui appliquaient un raisonnement non- ordinaire à leurs observat ions des Archont es, arrivèrent à une
conclusion différent e. Selon la vision Gnost ique, ce serait une erreur monument ale d’assumer que les
Archont es peuvent réaliser des choses qu' en fait ils ne peuvent pas car ce serait leur conférer du pou-
voir sur nous. Les Gnost iques enseignèrent que le principal danger que nous ayons à confront er avec les
Archont es se sit ue moins dans ce qu’ils peuvent réellement faire que dans ce que nous croyons, à t ort ,
qu’ils puissent faire. Leur cart e maît resse est la t romperie ( en Grec, apat on et plane) , et plus part iculiè-
rement la t romperie quant à la nat ure et à l’ét endue de leurs pouvoirs. “ Car leur plaisir est amer, et leur
beaut é est dépravée. Leur plaisir est dans la t romperie. ” (L’Apocryphe de Jean. 56:3-7).
Tout ét ranges qu’ils soient , cert ains élément s du myt he Gnost ique de not re espèce commencent maint e-
nant à paraît re familiers. Le t hème de l’inséminat ion ext ra- t errest re de la race humaine se ret rouve éga-
lement dans les écrit s archaïques de l’ancien Sumer, qui dat ent du t roisième millénaire avant not re ère,
º
et il foisonne dans les débats contemporains sur les ET/OVNI. Les narrations Sumériennes décrivent une
espèce ext ra- t errest re, les Annunakis, auxquels on at t ribue la créat ion de l’espèce humaine par génie
génét ique et aussi l’avènement de la civilisat ion. Ces narrat ions se t rouvent sur les t ablet t es cunéiformes
datant d'environ 1800 avant notre ère, mais elles présentent des rédactions tardives de versions bien an-
t érieures. L' hist oire de l' int ervent ion ext ra- t errest re est , apparemment , un des scénarios les plus anciens
de notre espèce. La plupart des gens qui suivent les débats sur les ET/OVNI connaissent les histoires
Sumériennes des Annunakis qui sont aisément identifés avec les ETs de nos jours; cependant, à ce jour,
aucun de ces débat s n' a j amais fait référence au scénario Gnost ique des Archont es.
La description Gnostique des activités des Archontes/Annunakis diffère, sur de nombreux point essen-
t iels, par rapport à celle que l’on t rouve dans les narrat ions Sumériennes. Tout d’abord, les Gnost iques
ne considéraient pas les Archont es comme des êt res supérieurs qui lancent une civilisat ion en claquant
du doigt . I ls ne considéraient pas, non plus, que les Archont es fussent capables de manipuler le génome
humain ( qu’ils appellent l’Ant hropos) bien qu’ils accordassent quelque infuence à l’activité Archontique
dans notre évolution physique. Ce dernier point est extrêmement diffcile à élucider, cependant... La
différence la plus frappant e, et de loin, ent re les descript ions Sumérienne et Gnost ique réside dans le
fait que la première ne cont ient aucune référence au myt he de Sophia et ne présent e aucune explicat ion
quant à l’origine des Archont es, alias Annunakis. C’est , pour le moins, une lacune considérable.
Dans sa reconst ruct ion élaborée du mat ériau Sumérien, Zecharia Sit chin, décrit les Annunakis comme
une espèce non-humaine hautement évoluée qui demeure sur la planète Nibiru, une planète aux confns
du système solaire avec un cycle de 3600 ans. Dans la version de Sitchin de la préhistoire, les Annunakis
arrivèrent sur Terre en quête d'or afn de manufacturer une suspension colloïdale nécessaire à la stabi-
lisat ion de leur at mosphère. ( Pour des informat ions plus dét aillées, voir le dernier ouvrage de Sit chin,
The Lost Book of Enk i ) . Bien que Sit chin semble êt re un Sumerologist e reconnu faisant preuve d' une
t rès grande maît rise des langues anciennes, aucun érudit convent ionnel n' approuve son scénario pour les
Annunakis. Au pire, il est rejeté comme étant une histoire fantaisiste “d'anciens astronautes” parée d'un
habillage scientifque. Je suis dans l'incapacité de dire si l'histoire, selon Sitchin, des Annunakis sur Nibiru
est une transcription fdèle des textes cunéiformes ou une extrapolation fantaisiste de son cerveau.
Il est signifcatif que Sitchin ne décrive jamais l'apparence physique des Annunakis ni d'un type ni de
l' aut re. Un des grands avant ages du scénario Gnost ique des Archont es est qu’il pourvoie des descript ions
concrèt es de ces ent it és. Est ce une coïncidence que les Archont es rept iliens et embryonnaires décrit s
dans les t ext es Gnost iques se présent ent avec une apparence ident ique à celle des deux t ypes d’ET les
plus communément rencont rés de nos j ours, à savoir les Gris et les Rept iliens? Si les Gnost iques avaient
raison quant à cet épisode du scénario d’int ervent ion, sur quoi d' aut re avaient - ils raison?
Cousins Cosmiques
I l est surprenant de ret rouver des descript ions dét aillées et vivant es d’ext ra- t errest res prédat eurs dans
des t ext es obscurs dat ant du 4 ème siècle avant not re ère, mais les révélat ions des Gnost iques ne sont
en rien moins surprenantes. Il est certain que des témoignages anciens d’observation d’OVNIs existent
mais le matériau Gnostique sur les Archontes ne se contente pas de présenter des “témoignages”. Il
explique leurs origines dans l’ordre cosmique, leur nat ure ( inorganique, imit at ive, sans volont é propre) ,
leurs apparences et st rat égies, leurs at t it udes envers l’humanit é et plus. Nous aurions de la peine à ima-
giner une solution plus claire et cohérente du “Phénomène” (à savoir, l’énigme ET/OVNI).
I l est vrai que le caract ère t rès ét range du mat ériau Gnost ique concernant les Archont es pose un pro-
blème de crédibilit é. Nous avons le choix ent re croire que ces t ext es représent ent une descript ion exact e
de ce que les voyant s Gnost iques ont observé dans des ét at s alt érés de conscience - à savoir, une des-
cription fable d’une recherche parapsychologique véridique réalisée par observation clairvoyante, par
rêve lucide, par vision éloignée et soigneusement évaluée ensuit e par la raison non- ordinaire - ou croire
que les Gnost iques ét aient de purs fant aisist es, des myst iques induit s en erreur par leurs visions, des
t out fous sect aires, ou encore pire.
Comment pouvons- nous donc dét erminer si le récit Gnost ique des Archont es ét ait une pure illusion ou
une description fable de l'intervention extra-terrestre?
“Les mêmes manifestations qui ont créé nos croyances religieuses ont également créé nos
croyances OVNI. Une étude sérieuse du Phénomène entrainerait une remise en question de
notre perception de la religion”. John Keel. UFO: Operation Trojan Horse

Dans mon essai “Les Sour ces du My t he de Gaïa”, j e débat sur le concept aborigène du Temps du Rêve
( Dreamt ime) , le j eu perpét uel de la conscience créat ive dans l' Et ernel Maint enant , et sur sa variant e, le
Rêve.
“ Lorsque le Temps du Rêve vient à s' exprimer dans un comport ement ou une connaissance part iculière,
les Aborigènes font référence au Rêve de la créature qui incarne cette connaissance ou qui personnife
ce comport ement . Le Rêve du Kangourou, par exemple, est la somme de la connaissance innée et du
comport ement inst inct if de t ous les kangourous, en remont ant aux ancêt res du Temps du Rêve.
Tout es les créat ures, organiques et inorganiques, humaines et non- humaines, vivent et meurent selon
les Rêves qui oeuvrent au t ravers d' elles. Dans la vision du monde des Aborigènes, le don unique des
humains à créer une cult ure émane de not re capacit é à nous remémorer et à nous racont er le Rêve,
non seulement celui de not re propre espèce mais celui aussi de t out es les aut res espèces. La croyance
indigène selon laquelle le rôle de l' humanit é est de se remémorer les événement s du Rêve pour t out es
les aut res créat ures est en accord avec la suggest ion présent ée dans mon essai “ Shar i ng t he Gaïa My -
t hos” : l' espèce humaine est l' act ivat eur d' un circuit de mémoire pour Gaïa. ”
Si nous voulons appliquer ces idées à la problémat ique des Archont es, il nous faut nous rappeler que
nous, l'espèce humaine, sommes impliqués d'une manière spécifque dans le Rêve de Gaïa qui prend son
origine dans la Prot ennoïa Trimorphe, l' int ent ion originelle t ripart ie de l' Eon Sophia. Nos propres front iè-
res sont défnies par la trinité Terre-Lune-Soleil et notre sagesse, dont nous a dotés Sophia, s'épanouit
au sein des conditions spécifques de la biosphère, le ventre nourricier de Gaïa. Il y a, cependant, un
autre Rêve qui s'infltre dans le Rêve de la Terre, à l'image d'un message sans fl qui s'insinue dans une
conversat ion qui a lieu sur une aut re fréquence.
Quelque chose d' ext rêmement ét range se manifest e sur t erre en raison d' une fêlure dans le ment al hu-
main et cet t e fêlure, à son t our, émane d' une anomalie dans l' ordre cosmique. “ Le monde dans lequel
nous demeurons prend son origine dans une erreur” (Evangile de Philippe. NHC II, 3, 75.1). L'aventure
magique de la conscience par laquelle nous co- évoluons avec le Rêve de Gaïa, est pert urbée ou dénat u-
rée par une infuence extra-terrestre, selon les enseignements des Gnostiques. Sur ce point ésotérique, il
semble qu'ils aient été en accord avec le vieux shaman Yaqui, Don Juan, qui disait à Carlos Castanedas:
“ Les êt res humains sont dans une quêt e de conscience qui a ét é moment anément int errompue par des
forces ét rangères” .
Dans notre essai en cours de rédaction “How We ar e Dev i at ed”, nous ét udierons plus précisément
comment les Gnost iques décrivirent l’int rusion de ces forces ét rangères, les ent it és ext ra- t errest res qui
sont également nos cousins cosmiques.
Tout ce que nous apprenons sur les Archont es nous enseigne quelque chose de fondament al sur nous-
mêmes.
Traduct ion de Dominique Guillet .

Les Dieux: qui sont-ils et qui ne sont-ils pas?
Lors d’un récent int erview ( 6 février 2006) avec George Noory sur Coast t o Coast AM, un audit eur me
posa une quest ion cruciale à laquelle j e ne pus répondre correct ement en raison de la nat ure de l' émis-
sion. Pour répondre à des quest ions concernant des suj et s complexes de myt hologie, il est parfois néces-
saire de st ruct urer les réponses soigneusement mais les int erviews de radio n' offrent pas cet t e lat it ude.
Dans ce court essai, j e vais t ent er de reformuler ma réponse.
Qui sont les Dieux?
L’auditeur me demanda si l’identifcation des Annunaki Sumériens avec les Archontes de la cosmologie
Gnost ique pouvait êt re appliquée à d’aut res divinit és dans d’aut res cult ures, t elles que les myt hologies
Grecques et Nordiques. C’est une bonne quest ion et elle est absolument essent ielle si nous voulons dé-
gager des perspect ives claires et précises quant à la problémat ique ardue concernant les ent it és ext ra-
t errest res, les visit eurs, les anciens ast ronaut es, les “ dieux en soucoupes volant es”, et c.
J'ai recours à trois classifcations simples pour les divers dieux décrits dans la mythologie et dans les an-
ciens textes (les tablettes cunéiformes Sumériennes, la Bible, les Manuscrits de la Mer Morte, les Codex
de Nag Hammadi, et c. ) et pour les ent it és décrit es dans les rencont res avec des ET et lors d' observat ions
d'OVNIS.
La première classifcation est purement psychologique. Certains “dieux” ne sont pas des entités autono-
mes, indépendant es de nous, mais des proj ect ions de processus nat urels et int ra- psychiques. J' appelle de
t els “ dieux” des psycho- divinit és parce qu' elles se manifest ent au t ravers de not re psyché. Même si elles
représentent des forces opérant dans la nature, ce qui arrive dans le monde naturel infuence également
la psyché humaine et l' imprègne, et donc les “ dieux de la nat ure” sont également int ra- psychiques.
Par exemple, dans le mythe Nordique, Otan ou Wodin est une divinité shamanique ou un shaman déifé,
qui représent e le pouvoir de la percept ion supérieure et le don de divinat ion. Ce sont des facult és qui sont
incarnées ou personnifées, si vous préférez, dans le personnage d'Odin. Les facultés qu'Odin possède
sont paranormales, donc “ de t ype divin”, à la fois dans le sens d' êt re au- delà de la norme humaine et
dans le sens de ressembler à des facult és que l' on pourrait imaginer dans les êt res surhumains. Cepen-
dant , ce sont des facult és int ra- psychiques, qui se sit uent complèt ement dans not re champ d' évolut ion.
Considérez maintenant le dieu de la nature, Osiris, qui était au coeur de la religion Egyptienne. Il person-
nifait les processus de la mort et de la régénération dans la nature, au niveau cellulaire (donc un “dieu
des grains” ) en parallèle avec d' aut res processus dans la psyché humaine. En t ant que dieu “ de la mort et
de la résurrect ion”, Osiris ne se sit ue pas complèt ement au- delà de la réalit é humaine. Les psycho- dieux
sont int eract ifs à l' int érieur de l' évent ail de nos expériences sensorielles et ment ales. I ls sont , dans un
certain sens, des extensions et des refets de nous-mêmes et d'autres créatures douées de sensations.
La mythologie Nordique décrit le confit céleste entre deux générations de “dieux”, les Vanir et les Aesir.
Les Aesir représent ent une classe de “ dieux” d' une st at ure surhumaine et cosmique. Ce ne sont pas des
psycho- déit és mais des cosmo- déit és, des puissances divines à l' oeuvre dans t out le cosmos. I ls engen-
drent et ent ret iennent les mondes manifest és sans se manifest er eux- mêmes. I ls peuvent , bien sûr, éga-
lement avoir accès à la psyché humaine et pénét rer dans nos consciences. I ls peuvent aller où bon leur
semble! Les Gnost iques enseignèrent que les dieux cosmiques aut hent iques, les divinit és Pléromiques ou
Eons, ni nous envahissent ni nous subj uguent . I ls possèdent d' excellent es limit es. I ls n' assument pas de
formes humaines. I ls ne sont pas de ce monde, mais ne sont pas t ot alement inaccessibles à ce monde,
néanmoins.
Le Subterfuge des Extra-Terrestres
John Lash

Les cosmo- déit és sont les forces fondat rices et modelant es des mondes manifest és t andis que les psy-
cho- déit és représent ent nos capacit és de faire l' expérience de t out ce qui est manifest é. Dans le langage
Gnost ique, les cosmo- déit és sont les Eons, les dieux Pléromiques ou les Générat eurs, comme j ' aime les
appeler. Plérome signife “plénitude”. En termes astronomiques, le Plérome des Eons est le coeur ga-
lact ique. Les épisodes d' int roduct ion du Gaïa My t hos présent ent une t ent at ive de décrire la nat ure et
l' act ivit é des Eons. ( J' ut ilise, pour ce propos, un poème- prose, aussi délicat que cela puisse êt re, parce
qu' une descript ion lit t érale serait inadéquat e) .
Ent re ces deux classes de “ dieux” se sit ue un t roisième groupe, une classe ambiguë d' ent it és qui sont en
part ie psychique et en part ie cosmique. I ls sont appelés les t r i ck st er s, “ les Décept eurs” dans les ét udes
ant hropologiques et dans la myt hologie comparée. Les t radit ions indigènes des Amériques sont pleines
de “tricksters” qui interagissent avec les Amérindiens, généralement de manière ludique. Il existe un
large évent ail de ces ent it és “ décept rices” qui ne font pas de t ort et qui ne manifest ent aucunement l' in-
t ent ion de nuire. Leurs t ours de malice sont pour j ouer ou sont souvent l' occasion d' inst ruire les humains
quant à la survie, l'adaptation et parfois même la connaissance de soi. Beaucoup de décepteurs pren-
nent la forme d' animaux t els que le lapin, le renard, le corbeau, le coyot e et ainsi de suit e. Ces ent it és
qui changent de forme appart iennent à l' habit at planét aire t out aut ant que nous. Elle sont des pouvoirs
animist es et psychiques de ce monde, proches des “ animaux de pouvoir ” reconnus par t ous les indigè-
nes comme des alliés de l'espèce humaine. Les fées et le “petit peuple” du folklore Celte appartiennent
à cet t e classe.
La sagesse indigène enseigne que nous ne pouvons pas compl èt ement savoir ce que cela signife d'être
humain à moins que nous ayions l' humilit é d' apprendre d' êt res non- humains. Les êt res décept eurs in-
cluent également les esprit s de diverses espèces de plant es psychoact ives et de champignons. Les ninos
ou hongit os, les “petits” de Maria Sabinas, par exemple. Ou les trolls perçus dans les expériences avec
le DMT, t elles qu' elles sont rapport ées par Terence McKenna et d' aut res.
I l exist e, cependant , une souche part iculière d' ent it és de t ype décept eur qui se comport e d' une manière
différent e. Elle se présent e à dessein comme une cosmo- déit é, ayant un st at ut divin. Cet t e ent it é nous
leurre en prétendant être ce qu'elle n'est pas. La plupart des décepteurs n'agissent pas de cette façon,
comme on peut le voir en ét udiant les t radit ions indigènes. I ls peuvent changer de formes, ils peuvent
racont er de belles hist oires et j ouer une mult it ude de t ours malicieux mais ils ne prét endent pas êt re des
dieux cosmiques. Ceux qui se présent ent réellement comme des dieux cosmiques, nos créat eurs, et ainsi
de suit e, pourraient êt re appelés “ des dieux décept eurs”. Mais c' est un t erme épineux! Nous pouvons les
appeler des “ dieux décept eurs”, non pas parce que ce sont des vrais dieux mai s par ce qu' on peut l es
mépr endr e pour des vr ai s di eux .
Ces décepteurs ne peuvent pas être identifés avec le type animiste de décepteur et ce ne sont pas non
plus des psycho- déit és. Ils peuvent être identifés grâce à leurs stratégies de tromperie, leurs
t ent at i ves d' êt r e consi dér és comme de vr ai s di eux cosmi ques. En bref, ce sont des impost eurs,
qui cherchent à imit er les cosmo- déit és. Je propose de les appeler des pseudo- dieux. Ce sont les Archon-
t es décrit s dans les t rait és Gnost iques.
Sophia et le Démiurge
Le dieu imposteur suprême est Jéhovah, le dieu paternel de la Bible. Cette entité est le souverain des
Archont es, ou chef des Archont es ( prot archon) . Jéhovah est un dieu décept eur qui prét end êt re un Eon,
un Générat eur. Lorsque les Gnost iques expliquèrent cet t e dist inct ion, ils durent faire face à une violent e
opposit ion et furent parfois assassinés par les dévot s du pseudo- dieu.
Beaucoup de violence a été perpétuée sur cette planète pour protéger le pseudo-dieu biblique d’être
dévoilé. En fait , le programme de Jéhovah encourage et ent érine cet t e violence, t out comme n’import e
quelle personne sensée peut le voir en lisant quelques pages de l’Ancien Test ament . Le pseudo- dieu a
besoin de prot éger son ident it é et de perpét uer sa t romperie. Pour ce faire, il persuade ses dévot s hu-
mains de combat t re en son nom. Ce dieu impost eur est ext rêmement j aloux et malévolent . Cela expli-
que pourquoi les t rois religions principales ( le Judaïsme, le Christ ianisme et l’I slam) dont les membres
prennent le pseudo- dieu pour le créat eur, sont pét ries par un programme de violence, d’agression et de
dominat ion. Nous vivons sur une planèt e où des cent aines de millions d’êt res humains sont piégés par
l’impost ure d’un pseudo- dieu. Ce fut l’avert issement Gnost ique à l’humanit é.
Certains écrivains de l’Ufologie Biblique - voir mon essai sur les 9 théories de contact extra-terrestre -
ont mis en exergue que Jéhovah agit comme un psychotique meurtrier. Christian O’Brien (The Geni us

of t he Few ) est part iculièrement perspicace dans son port rait psychologique du dieu pat ernel biblique
et A. D. Horn ( Humani t y ’ s Ex t r aTer r est r i al Or i gi ns) affrme carrément que “Jéhovah est un lézard”,
à savoir, un prédat eur rept ilien. Horn ne cit e pas des sources Gnost iques mais c’est exact ement ce que
l’on peut t rouver dans les Codex de Nag Hammadi. L’ Apocr y phe de Jean ( CNH, I I , 1) , et d’aut res t ext es
cosmologiques, ut ilisent le t erme dr aconi que pour Jéhovah, ou le Démiurge, ainsi que ce pseudo- dieu
est également appelé. Le nom donné à cet t e ent it é dans les Myst ères ét ait Yaldabaot h. Une des t raduc-
tions approximatives signife “générateur de la horde”.
Soulignons maintenant une importante distinction: je ne peux pas dire s'il existe des dieux décepteurs
malévolent s dans t out le cosmos qui seraient à l' oeuvre dans divers mondes. Les écrit s Gnost iques qui
ont survécu n' évoquent pas ce t ype de phénomènes. La cosmologie Gnostique est spécifque aux
condi t i ons de not r e sy st ème sol ai r e et de l a vi e sur t er r e. Les voyant s des anciens Myst ères Païens
observèrent que les ent it és Archont iques sont présent es dans le syst ème solaire mais elles ne sont pas
originaires de la Terre comme nous le sommes. Elles sont lit t éralement une espèce ext ra- t errest re et
non-terrestre. Comme telles, elles ne peuvent qu'aller et venir dans l'atmosphère de la Terre, de façon
irrégulière, durant de brefs séj ours. Pour qu' elles puissent demeurer sur t erre, il faudrait que des condi-
t ions spéciales soient ét ablies, comme lorsque les humains inst allent une base sur la lune ou dans les
profondeurs de l' océan. Les décept eurs Archont iques ne peuvent pas vivre dans la biosphère de la même
façon que nous ne pouvons pas vivre sur les autres planètes du système solaire, comme Mars, Jupiter
et Nept une.
Les Gnost iques enseignèrent que la t erre n' appart ient pas au syst ème solaire mais qu' elle y a ét é capt u-
rée. Comme l'affrme la théorie de Gaïa de Lovelock et de Margulis, la terre diffère du reste des planètes
de par l' équilibre exept ionnel de son at mosphère qui pourvoit non seulement un espace habit able pour
les formes de vie mais aussi un medium interactif dans lequel la vie puisse évoluer, s'adapter
et i nnover . Tel est le miracle de la vie sur Terre, dont fait part ie l' espèce humaine en t ant qu' expérience
ouvert e supervisée par les dieux cosmiques, les Eons.
La terre est un cas spécial (ainsi que l'affrme la théorie de Gaïa) parce qu'elle est l'incarnation d'une
cosmo-déité, l'Eon Sophia, dont le nom signife Sagesse. Sur cette planète, nous voyons la sagesse in-
carnée, vivante, évoluant, consciente et nous en faisons partie. Sophia est l'une des divinités cosmiques
de la galaxie dans laquelle nous demeurons. Elle émergea du coeur de la galaxie, le Plérome, pour s' im-
merger dans un corps planét aire. Cet t e sit uat ion est unique à not re monde. Myt hologiquement , elle est
appelée la Chute de Sophia. Pour nous, Sophia est le seul Eon, ou dieu cosmique, qui soit directement,
sensoriellement présent. Nous vivons dans sa peau. Notre mère cosmique est l'Eon Sophia, que nous
appelons maint enant Gaïa.
Mais Sophia est également la mère des Archontes, les pseudo-dieux décepteurs qui veulent que nous
les considérions comme des Eons. La myt hologie Gnost ique ( abondamment décrit e dans ce sit e et dans
mon ouvrage Not i n Hi s I mage) enseigna qu'avant que Sophia ne se métamorphosât en la Terre, elle
produisit une sort e d' éclaboussure dans les royaumes de la mat ière élément aire ( écume quant ique) qui
résulta en une espèce bizarre faite d'éléments inorganiques (à base de silice): les Archontes. Ces entités
se mirent à const ruire un monde pour elles- mêmes, à savoir le syst ème planét aire à l' exclusion de la
Terre qui est le corps de Sophia, et qui fut formé un peu plus tard. Les Archontes sont ainsi nommés, du
Grec archai, “ ant érieur, premier ”, parce qu' eux et leur monde furent formés avant la mét amorphose de
Sophia en la Terre.
C' est un énorme t ableau bien sûr. Je ne m' at t ends pas à ce qu' il puisse êt re digéré en une bouchée.
Mais il est remarquable que les voyant s des anciens Myst ères aient ét é capables d' ét ablir ce scénario.
A prendre tel quel, on y croit ou on n'y croit pas. Je crois personnellement que ce scénario est fable et
peut êt re mis à l' épreuve de la réalit é. I l explique l' origine des ET Archont iques, à la fois de t ype rept ilien
et de t ype embryonnaire ou foet al ( les Gris avec des grosses t êt es et des yeux d' insect es) comme nulle
aut re t héorie ne peut le faire. La valeur du scénario Gnost ique du Démiurge, et de sa horde, est qu' il
nous donne un cadre de t ravail nous permet t ant de différencier les t ypes divers d' ent it és non- humaines
et de dét ect er un t y pe pr édat eur de di eu décept eur . Je ne peux pas affrmer qu'il n'y ait qu'une
seul e espèce d' ET prédat rice dans not re galaxie - j e sais qu' il exist e de nombreuses hist oires - mais le
fait brutal est qu'une seule espèce prédatrice est bien suffsante pour mettre en danger notre évolution.
En accord avec les enseignement s Gnost iques, j e pense que les Archont es const it uent la menace la plus
immédiat e et sérieuse pour l' humanit é.

La Démence des Dieux
Maint enant , j ust e quelques mot s de plus sur la cosmologie Gnost ique et j e reviendrai ensuit e à la ques-
t ion qui a mot ivé ce bref essai.
Je dis souvent que les voyant s Gnost iques des Myst ères possédaient des facult és paranormales t els
que le rêve lucide, la vision éloignée, la clairaudience et la clairvoyance. Si cela est correct, ils auront
été capables d'observer les pseudo-dieux Archontiques et de discerner leurs façons de faire. En fait, un
cinquième des t ext es des Codex de Nag Hammadi concernent les origines, mot ivat ions, st rat égies et
act ions des Archont es. Ce que ces voyant s furent capables de dét erminer, au suj et des dieux décept eurs
prédat eurs, peut êt re crucial pour la survie humaine. Je souhait e met t re en exergue un aspect de leur
“dia-gnostique” d'intrusion extra-terrestre: non seulement Yaldabaoth prétend-il être le suprême dieu
créat eur mais, en fait , il en est lui- même persuadé. Le chef des Archont es est vict ime d' un complexe de
dieu! I l t ent e non seulement de nous leurrer mais il s' est lui- même leurré. Le pseudo- dieu est en plein
délire et son délire se propage à t ous ceux qui le suivent - t elle est la révélat ion des anciens Myst ères.
L' assert ion Gnost ique de la démence de dieu doit êt re une des not ions les plus ét onnant es de l' expé-
rience humaine. Mais cet t e concept ion n' est pas isolée, elle n' est pas complèt ement unique. Dans mon
essai, The Madness of t he Ego, je présente un parallèle Bouddhiste au Démiurge Gnostique. Lisez ce
scénario et voyez si ce n'est pas un équivalent exact du mythe Gnostique du Démiurge. Les deux nar-
rations affrment que le pseudo-dieu se méprend pour le créateur de l'univers entier. C'est exactement
ce que fait aussi Jéhovah. Les croyant s des religions principales qui prennent cet t e ent it é délirant e pour
leur Etre Suprême sont eux-mêmes en plein délire. Aveuglés par leur foi, des centaines de millions de
personnes sont piégées par la démence d' un dieu impost eur et impliquées dans la violence et l' agression
des Archont es.
Le Démiurge est un dieu impost eur qui oeuvre cont re l' humanit é. Yaldabaot h se t ient ent re l' humanit é
et les Eons dans le coeur galact ique, prét endant êt re l' un d' eux. La horde des Archont es, agissant avec
une mentalité de colonie, tentent de s'immiscer entre l'humanité et l'Eon Sophia incarné en la Terre. Ils
agissent ainsi à l' encont re de not re sagesse innée, qui est int imement connect ée à l' int elligence de Gaïa,
dans la t ent at ive vaine de nous dét ourner de cet t e connexion. C' est le “ dia- gnost ique” des voyant s des
Myst ères.
Double Subterfuge
Pour fnir, j’aimerais revenir à la question du début. Est-ce possible de découvrir des ET/Archontes dans
les autres mythes autour du monde? Il est clair que les Annunaki Sumériens et les Archontes décrits par
les Gnost iques sont ident iques aux ET modernes mais il n’est pas absolument aisé de passer au crible la
quantité immense de traditions indigènes et de mythes afn de déceler des références aux pseudo-divi-
nit és. Je ne l’ai pas fait complèt ement ou exhaust ivement mais j ’ai fait quelques incursions. J’aimerais
faire part de mes invest igat ions lors d’un aut re art icle.
En at t endant , il exist e un aut re élément crucial dans le “ dia- gnost ique”. I l concerne la doubl e t r omper i e
du phénomène ET: le phénomène lui-même nous empêche de voir comment il fonctionne. Depuis que
j'ai introduit, sur ce site, la théorie des ET/Archontes, il y a eu encore plus de débats enfammés sur le
fait que les dieux décrit s dans les anciens myt hes ét aient en fait des ext ra- t errest res ou des “ anciens
ast ronaut es”. Je suis cert ain que le fait d' inclure le fact eur Archont es dans cet t e discussion puisse êt re
ext rêmement inst ruct if. Mais en même t emps, l' int roduct ion de la cont re- int elligence Gnost ique sur l' in-
t rusion ext ra- t errest re pl ace l e débat sur un aut r e pl an. I l nous faut êt re plus sophist iqué dans not re
compréhension du phénomène ext ra- t errest re.
Lorsqu' auj ourd' hui nous considérons les dieux décrit s dans les anciens t emps comme des ET Archont i-
ques, nous sommes enclins à penser que nous avons enfn compris qui les dieux sont. Ce n' est
pas correct: en réalité, nous avons réussi à percevoir ce que les dieux ne sont pas! En établissant, par
exemple, l'identifcation ET=Annunaki, nous dévoilons les entités qui pr ét endent êt re des dieux. Dans
les récits cunéiformes Sumériens, qui sont des transcriptions d'informations canalisées par transe médiu-
mnique, les Annunaki revendiquent être nos créateurs. Mais le fait que quelque chose ait été écrit sur des
tablettes il y a 2800 ans est-il une preuve que cela ait existé? Bien sûr que non. Les narrations cunéifor-
mes Sumériennes présentent la pr ét ent i on des Annunaki à être nos créateurs mais pas la pr euve.
Les t ablet t es cunéiformes ne t émoignent pas de fait s réels, elles t émoignent d' une hist oire présent ée
comme fait s réels.

Nous commençons à percevoir la nature de la double tromperie. Ayant prouvé que les anciens dieux
ét aient en fait des ET, nous omet t ons ensuit e de nous enquérir sur les dieux qui ne sont pas des ET. La
nat ure de la t romperie ET est t out d' abord qu' elle nous leurre sur les dieux et qu' ensuit e, lorsque nous
avons découvert le subt erfuge, elle nous détourne de regarder au-delà, vers les vrais dieux, les di-
vinités du cosmos vivant. Après avoir établi la connexion ET/dieu, nous devons faire un pas de plus dans
une démarche de connaissance plus sophistiquée. Il serait ainsi logique de demander: si les ET/Archon-
t es ét aient considérés à tort comme des dieux, qui sont les dieux aut hent iques? Ce serait une grossière
erreur d' assumer que nous avons compris la nat ure des dieux simplement en faisant la relat ion ent re les
ET et les myt hologies anciennes.
En raison de la double t romperie du phénomène ET, nous sommes enclins à assumer que les “ anciens
ast ronaut es”, qui prét endaient êt re des dieux et ét aient considérés comme t els, doivent êt re les dieux
uniques.
Grâce au “dia-gnostique” des Archontes, nous sommes sur le seuil de découvrir les vrais
di eux . C' est une évol ut i on capi t al e.
Selon les Gnostiques, les “vrais dieux” sont les Eons du Plérome. Et l'un de ceux-ci est Sophia, la déesse
de la sagesse, qui s' est mét amorphosée en la planèt e Terre. Auj ourd' hui, nous l' appelons Gaïa. Elle est la
source de la vie et de l' int elligence pour l' espèce humaine et pour t out e vie douée de sensat ions, incluant
la vie moléculaire. Tel est l' ancien enseignement Païen préservé par les gardiens des Myst ères. Nous
nous tenons aujourd'hui sur un seuil: ces enseignements réémergent et revivent.
La diffculté est de voir au-delà des décepteurs extra-terrestres pour découvrir la magie réelle de la vie
sur Terre.
John Lash. Février 2006.
Traduct ion de Dominique Guillet .

Sur l’Origine du Script Annunaki
Dans une édit ion de “ Collect ors” int it ulée “ Secret s of Da Vinci Code”, et publiée par US news et World
Report , il y a un bref int erview de James Robinson, l’édit eur général des Codex de Nag Hammadi. En
réponse à la référence de Dan Brown aux t ext es et parchemins de Nag Hammadi, Robinson souligne que
“ ce sont des codex - des livres avec des pages individuelles. Ce sont , en fait , les exemplaires les plus
anciens que nous possédions d’ouvrages avec des reliures en cuir” .
Les Codex de Nag Hammadi, quelle que soit la signifcation que l’on attribue à leur contenu (et nous
avons j ust e commencé à appréhender ce qu’elle pourrait êt re) sont en effet de rares art efact s originaux
qui sont les exemplaires les plus anciens d’ouvrages reliés qui aient survécu. Une lect ure at t ent ive de
ces t rait és ésot ériques met en valeur que les Gnost iques, t els qu’ét aient appelés les inst ruct eurs et ins-
t ruct rices des anciens Myst ères, s’int éressaient int ensément à l’int rusion ext ra- t errest re dans les affaires
humaines. Les ent it és, qu’ils appelaient les Archont es, semblent êt re ident iques aux ET de l’ufologie mo-
derne. Les deux t ypes de Gris et de Rept iliens sont explicit ement décrit s dans les codex. J' est ime qu' en-
viron un cinquième des écrit s maj eurs de ces codex concerne les Archont es, leur origine, leur st rat égie
et leurs mot ivat ions.
Le Myt he de Sophia, l' hist oire de la créat ion Gnost ique, explique que les Archont es ont pour origine une
anomalie dans l' ordre cosmique. “ Le syst ème planét aire dans lequel nous demeurons a pour origine une
erreur” (L'Evangile de Philippe. CNH II.3. 75.5). Ce passage étonnant fait allusion à la conception Gnos-
t ique selon laquelle le syst ème solaire fut engendré par la collision de l' Eon Sophia avec la mat ière at o-
mique inert e alors que la Terre fut formée à part ir du pouvoir conscient , vivant et divin de Sophia. Tout
ét range que cela puisse paraît re, cet t e vision est compat ible avec l' ast ronomie moderne. Nous savons
que le syst ème solaire, dans son ensemble, est dominé par la chimie inorganique et ne peut pas ent ret e-
nir la vie au contraire de la biosphère qui se caractérise par une chimie organique. Les Gnostiques affr-
meraient que cela est ainsi parce que la Terre est l' incarnat ion de Sophia t andis que le syst ème solaire est
la créat ion et la demeure des Archont es. La découvert e de cet t e différence ent re les aspect s organiques
et inorganiques de not re syst ème solaire conduisit James Lovelock à formuler l' hypot hèse Gaïa.
Les document s t errest res les plus anciens sous forme de livres cont iennent donc une avant - première de
la t héorie de Gaïa et , en sus, une narrat ion de l' int rusion ext ra- t errest re. Qu' en est - il des écrit s connus
les plus anciens? Selon les archéologues, l'écriture cunéiforme fut inventée en Mésopotamie vers 3200
avant l' ère commune, bien avant que les livres n' apparussent . Les écrit s cunéiformes sur des t ablet t es
d' argile présent ent un répert oire ext ensif de récit s sur la préhist oire humaine. Les t ext es cunéiformes
t els que “At rahasis”, “ Enuma Elish” et “ Enki et l' Ordre du Monde”, décrivent une race non- humaine appe-
lée les Annunaki “ ceux qui du ciel vinrent sur t erre” , ainsi que Zecharia Sit chin t raduit ce t erme. Sit chin
est réputé pour ses ouvrages très fouillés sur les Annunaki qu'il identife avec les Nephilim de la Bible,
les “ Veilleurs” du livre d' Enoch. Ce sont des ent it és ext ra- t errest res qui “visitèrent les flles des hommes”
ainsi que le narre la Genèse.
L' hist oire cunéiforme des Annunaki décrit comment une race ext ra- t errest re int ervient profondément
dans l' évolut ion humaine. Sit chin, et d' aut res, accept ent ce scénario comme si c' ét ait l' hist oire réelle
d' événement s de la préhist oire. Les t ablet t es décrivent comment deux leaders Annunaki, Enki et sa
demi- soeur Ninhursag, créèrent une race esclave hybride à part ir de populat ions aut ocht ones simiesques
de la planèt e. Un “ programme ext ra- t errest re d’hybridat ion” est donc au coeur de la narrat ion Annunaki.
C’est un fait indiscut able que cet t e hist oire est cont enue dans les écrit s les plus anciens mais cela signi-
fe-t-il que cette histoire soit véridique?
Les ouvrages les plus anciens et les écrit s les plus anciens nous racont ent la même hist oire. N' est ce
pas ét onnant ? A ma connaissance, on n' a prêt é que peu ou pas du t out d' at t ent ion à cet t e “ coïncidence”
ét range.
Qui a écrit le Programme Reptilien?
John Lash

Cependant , ces deux sources se sit uent aux ant ipodes quant à la manière dont cet t e hist oire est t rait ée.
La narration cunéiforme raconte le scénario de l'intervention comme si c'était un fait (pré)historique,
une série d' événement s qui se sont réellement déroulés. Dans les Codex de Nag Hammadi, l' hist oire des
Annunaki (ici appelés Archontes) est présentée dans la perspective mythologique du Mythe de Sophia,
l’épopée de la Déesse Déchue, qui est ensuit e analysée et déconst ruit e. En d’aut res mot s, les Gnost iques
possédaient une vision des origines cosmiques des Annunaki et ils envisagèrent également , de façon cri-
tique, le phénomène de l’intervention. Ils déconstruisirent la narration Sumérienne. Le récit cunéiforme
n’est qu’une hist oire, sans comment aires crit iques. La descript ion du “ programme ext ra- t errest re d’hy-
bridat ion” exist e dans plusieurs passages des Codex de Nag Hammadi mais les t rait és Gnost iques nous
apprennent que cet t e t ent at ive fut un échec:
“ Les Archont es vinrent à la rencont re d' Adam. Lorsqu’ils virent Eve qui lui parlait , ils se dirent : ‘Quelle
sort e de créat ure est cet t e femme lumineuse?. . . Allons- y, maint enant , saisissons- là et j et ons not re se-
mence en elle afn qu’elle en soit souillée et qu’elle ne puisse plus puiser à sa lumière intérieure. Alors,
ceux qu’elle enfant era seront en not re pouvoir. . . Mais Eve, qui ét ait un êt re libre, se moqua de leur
décision. Elle proj et a un brouillard dans leurs yeux ( et s’échappa) ” . Sur l’Origine du Monde. CNH II,
116.10.
C’est un des quelques passages fascinant s des Codex de Nag Hammadi qui met t ent en j eu Eve, la femme
originelle, se j ouant des Archont es. L’enseignement des Myst ères présent e un événement myt hologique
et en comment e les dénouement s. Selon la vision Gnost ique, les Archont es/ Annunaki t ent ent assuré-
ment de s’hybrider avec l’humanit é, mais ils échouent . D’aut res t rait és décrivent comment Eve ne laisse
que son “ image spect rale” que les Archont es profanent sans, cependant , réussir à saisir son corps réel,
c’est à dire le génome humain.
Le “Programme Reptilien” est un développement et une interprétation contemporaines du récit cunéi-
forme mais il t ient pas compt e de la version Gnost ique de cet t e hist oire et en ignore complèt ement les
comment aires crit iques. Le point faible de Sit chin est son incapacit é à présent er une argument at ion
convaincante quant à l’origine et aux motivations des Annunaki et son échec (ou son refus) à en décrire
l’apparence physique. La plupart des chercheurs dans le domaine des ET qui le suivent assument que
les Annunaki sont des Rept iliens: par exemple, R. A. Boulay dans l’ouvrage “ Les Ser pent s et l es Dr a-
gons Vol ant s” - un livre excellent d’ailleurs et beaucoup plus fouillé que ceux de Sit chin, sous cert ains
aspect s.
Un aut re récit du viol manqué d' Eve se ret rouve dans “ L' Hy post ase des Ar chont es” (CNH II, 4). Ici
de nouveau, les enseignements des Mystères présentent des distinctions précises quant à l'infuence
rept ilienne dans l' évolut ion humaine. Selon les Gnost iques, le serpent dans le Jardin d' Eden fut un allié
parce qu' il leur conseilla de consommer du fruit défendu qui éveilla leurs yeux à la percept ion anormale
ou accrue. Le passage dans CNH II, 4, 89.30 affrme que “ le principe spirit uel féminin vint au t ravers du
serpent , l' inst ruct eur”. Le pouvoir du serpent est connu dans les prat iques myst iques Asiat iques comme
la Kundalini, le Serpent de Pouvoir. La forme des Archontes ou Annunaki ET est reptilienne (“ draconique”
dans le t ext e des CNH) mais la facult é grâce à laquelle nous pouvons les dét ect er et les repousser part i-
cipe de la nature du serpent. Il existe donc une faculté serpentine, don de la divinité, qui est inscrite dans
notre structure biologique et dont on trouve un refet grotesque dans les ET prédateurs. Les Gnostiques
enseignaient qu’il nous faut appréhender la première, à savoir notre attribut serpentin bienveillant afn
de faire face à la seconde, à savoir l’int rusion des rept iliens.
Voir mon aut re essai concernant l’usage de la Kundalini pour repousser l’int rusion ext ra- t errest re. Voir
aussi mon comment aire dans le Pl an de Lect ur e sur l’ Ev angi l e de Phi l i ppe concernant les enseigne-
ment s des Myst ères relat ifs au myst icisme sexuel et concernant l’onct ion du syst ème immunit aire par la
Lumière.
De nos j ours, nous ent endons les rumeurs les plus insensées concernant les Rept iliens, comment ils nous
manipulèrent génét iquement dans les t emps anciens, comment ils cont rôlent le monde, et c. Malheureu-
sement, la plupart des commentaires sur le Programme Reptilien, même lorsqu’ils tentent de le dévoiler,
fnissent toujours par faire beaucoup de publicité aux envahisseurs à écailles dont l’infuence s’en trouve
considérablement surfait e. Les Gnost iques enseignèrent que la signat ure des Archont es est HAL, le mot
Copte pour “simulation”. Ils nous auraient appris, sans équivoque, à distinguer entre ce que les Reptiliens
de t ype ET et les Gris de t ype embryonnaire peuvent réellement faire d’une part et ce qu’ils ne font que
simuler avec la technologie psychophysique de la réalité virtuelle (HAL) , d’aut re part . La seule possibilit é
d’élucider ce dilemme est de reconnaît re la sagesse émanant des init iés véridiques des Myst ères, les
hommes et les femmes qui maîtrisèrent le Pouvoir du Serpent, la Kundalini, et qui établirent une dis-
t inct ion t rès net t e ent re, d’une part , nos anciens alliés et , d’aut re part , les Rept iliens ext ra- t errest res et
leurs cohortes humaines. Il y a toujours eu un corps intrépide de guerriers initiés qui résistent à la stra-

tégie des extra-terrestres sur cette planète, mais le discours courant sur le Programme Reptilien, mené
par David Icke, est incapable de reconnaître la nature des cellules des Mystères comme des bastions de
résist ance et d’immunit é à l’invasion ext ra- t errest re.
Ret ournons à cet t e “ coïncidence” ent re les ouvrages reliés les plus anciens et les récit s écrit s les plus
antiques, à savoir les tablettes cunéiformes, qui traitent du même thème. Le “Programme Reptilien” tient
ou ne t ient pas selon la façon dont nous considérons les récit s cunéiformes, la version la plus ancienne du
scénario de l' invasion ext ra- t errest re, et nous ne pouvons pas nous permet t re d' ignorer la déconst ruct ion
de ces récit s que l' on t rouve dans les Codex de Nag Hammadi.
Nous pourrions fnalement demander: qui a rédigé les histoires cunéiformes? Ce sont les scribes au
service des t héocrat es Sumériens. Cet t e réponse n' est pas complèt e, cependant , parce que les scribes
écrivent , ils ne sont pas les aut eurs de ce qu' ils écrivent . Qui sont donc les aut eurs de ces récit s d' int er-
vent ion? Je proposerai que ce furent les conseillers et les devins au service des t héocrat es, les t yrans
patriarcaux d'antan. Il n'était pas une cour qui fût dépourvue d'un médium, quand ce n'était pas d'un
groupe de médiums. Il est très compréhensible de la part des devins, conseillant les théocrates, d'in-
vent er une hist oire qui convienne aux besoins de leurs maît res: et plus part iculièrement , le besoin de se
prendre pour des descendants des “dieux” et en même temps de se voir comme des esclaves (fussent-ils
privilégiés) d' une race supérieure qui prét end les avoir engendrés. Leur message est schizophrénique et
comme t el, il est t ot alement en phase avec les communicat ions t ransmises par canal médiumnique et
avec la ment alit é qui les a suscit ées.
Le “ Second Tr ai t é du Gr and Set h” , dans les Codex de Nag Hammadi, décrit comment Abraham, Moï-
ses, les Patriarches et même Jésus le Messie, furent leurrés par les Archontes. Nous pourrions appliquer
la même observation aux patriarches égomaniaques qui fondèrent les premières cités-états dans le Pro-
che-Orient. Ils acceptèrent le scénario Annunaki, transmis télépathiquement à leurs devins-conseillers,
parce qu' il validait leurs pires prét ent ions et leur oct royait un mandat divin pour leurs programme t rop-
humains de dominat ion du monde. La sit uat ion de la realpolit ik globale n' est pas bien différent e de nos
j ours. Les Rept iliens peuvent sembler dominer le j eu mais ce n' est que t ant que leurs complices humains
leur permet t ent de conserver l' apparence d' un pouvoir qu' en fait ils ne possèdent pas.
Si les récits cunéiformes ont été transmis, dans l'ancien temps, par canal médiumnique, le Programme
Rept ilien, à savoir l' élaborat ion moderne de ces hist oires, doit êt re ent ièrement réexaminé à la lumière
de la t héorie Gnost ique des Archont es. Si nous voulons faire face à la menace Rept ilienne, la première
tâche est de clarifer l'histoire.
Traduct ion de Dominique Guillet

Nexus 1947 est le t erme que j e propose pour une suit e ext raordinaire d' événement s dat ant de 1947,
dont l' invent ion de l' hologramme, la créat ion de la CI A, le lancement de l' Opérat ion Maj est ic 12 et la
célèbre vague d' observat ions d' OVNI S dont l' un se serait écrasé à Roswell au Nouveau- Mexique. ( NDT:
Pour d'autres événements marquants de l'année 1947, voir en fn d'essai.)
En int roduct ion du Nexus 1947, j ' invit e les lect eurs à considérer les deux événement s concomit ant s sui-
vant s:
- En décembre 1945, un paysan Arabe découvrit les Codex de Nag Hammadi cachés dans une j arre dans
une grotte au nord de l'Egypte, près de Thèbes (Luxor) mais il fallut attendre Juin 1947 pour qu'un érudit
Français, Jean Doresse, reconnût la nature de ces documents.
- Durant le même ét é de 1947, un berger Bédouin découvrit des parchemins et des manuscrit s dans une
grotte surplombant la Mer Morte, à Khirbet Qumrân, à 30 km au sud de Jérusalem: ce fut la première
d' une longue série de découvert es.
Nexus chronologique fondamental: l es Codex de Nag Hammadi ( CNH) et l es Manuscr i t s de l a Mer
Mor t e ( MMM) émer gèr ent de deux mi l l e années d' obscur i t é au même moment hi st or i que.
Mais il y a plus. Beaucoup plus. Durant l'automne de 1947, le monde apprit, dans un état de choc, la for-
mat ion de l' ét at souverain d' I sraël. Les milit aires et les érudit s I sraéliens t rouvèrent t rès inspirant qu' un
état moderne, dans la “Terre Promise”, fût établi au moment même où les Manuscrits de la Mer Morte
refaisaient surface - ce qui n'est sans doute pas une simple coïncidence puisque les Manuscrits mettaient
en exergue un mouvement nat ionalist e et messianique en Palest ine, sous le cont rôle d’une sect e ext ré-
miste apocalyptique dont le but avoué était d’invoquer l’intervention de puissances supranaturelles afn
d’ét ablir I sraël en royaume souverain: les Zaddikim.
Tout cela est troublant, n’est ce pas? Mais accrochez-vous bien, ce n'est que le début de la déferlante de
ce nexus. Les érudits présents sur place à Jérusalem en 1947 témoignèrent que des agents de la toute
nouvelle CIA étaient présents parmi eux et prirent même des micro-flms des manuscrits. Cela se passa
sur le t oit de l’Ambassade US ( cet épisode a ét é décrit dans l’ouvrage “La Bible confsquée : enquête
sur l e dét our nement des manuscr i t s de l a mer Mor t e” de Michael Baigent et de Richard Leigh).
Le Nexus se présent e pour l’inst ant comme suit : CNH, MMM, CI A et OVNI S et les corrélat ions sont ex-
cessivement alambiquées. Ainsi, nous n’avons pas simplement affaire à un synchronisme t emporel ent re
disons la première observat ion document ée d’un OVNI par Kennet h Arnold, l’accident supposé de Roswell
et la découvert e des Manuscrit s de la Mer Mort e car il exist e réellement aussi un synchronisme t ext uel.
Cert ains passages des Manuscrit s de la Mer Mort e décrivent l’apparit ion de roues brillant es, les véhicules
circulaires des Kenoshim, les “ Hôt es Célest es” vénérés par la sect e de Qumrân comme des souverains
surnaturels qui vont et viennent dans leurs chariots célestes. Je met au déf le lecteur le plus réservé:
peut-il différencier entre le langage religieux du “Chant de l’Holocauste” et une description moderne
d’observat ion d’un OVNI ?
“ Lorsqu' ils s' élèvent , on ent end une voix divine qui chuchot e et il y a un rugissement de louanges.
Lorsqu' ils abaissent leurs ailes, il y a une voix divine qui chuchot e. Les chérubins bénissent l’image du
trône-chariot au-dessus du frmament et ils louent la majesté du frmament lumineux en-dessous du
Siège de gloire. Lorsque les roues s’avancent , les anges sacrés vont et viennent . Emanant d’ent re Ses
roues glorieuses, il y a comme une vision de feu des esprit s les plus sacrés. Aut our d’eux, l’apparence
de pet it s ruisseaux de feu à l’image de cuivre ét incelant . . . Les esprit s des “ dieux” vivant s se déplacent
en permanence avec la gloire des merveilleux chariot s. La voix chuchot ant e de bénédict ions accompagne
le rugissement de leur avance. . . Lorsqu’ils s’élèvent , ils s’élèvent merveilleusement et lorsqu’ils viennent
à l’arrêt , ils se t iennent t ranquilles” .
Nexus 1947
John Lash

Ce passage est issu du texte 4Q405, à savoir le fragment 405 découvert dans la grotte 4 de Qumrân et
t raduit dans “ The Dead Sea Scr ol l s i n Engl i sh” par Geza Vermes. Pages 261-262). D'autres traduc-
t ions anglaises sont encore plus explicit es et décrivent des “ roues brillant es”. Les chariot s célest es ou
merkaba des Kenoshim se comportent d'une façon qui rappelle les accélérations et les déplacements
soudains des OVNI S qui sont observés à not re époque. Leurs mouvement s ét onnant s sont accompagnés
de sons de rugissement s et de bruissement s qui rappellent la t echnologie des véhicules modernes. Pour
répondre à la question que j'ai posée ci-dessus: oui, il est possible de faire une distinction entre d'une
part le langage religieux de ce passage des manuscrit s et d' aut re part le langage ut ilisé par les t émoins et
les cont act és modernes. Par cont re, les images et l' impression d' ét onnement mêlé d' admirat ion ressent is
en présence d' une ent it é divine ou supranat urelle, sont similaires.
Dans l' ancien t emps, les observat ions d' OVNI S n' ét aient pas du t out inhabit uelles. L' invent aire commen-
ce généralement par un récit de la cour de Thut mose I I I , un pharaon Egypt ien qui vivait aux alent ours de
1350 avant not re ère. ( Voir Kerner, “ The Song of t he Gr ey s” . Page 5, et Jacques Vallée, “ Chr oni que
des appar i t i ons ex t r a- t er r est r es” , pour un inventaire exhaustif des observations dans l'antiquité). Au
passage de l' ère du Bélier à l' ère des Poissons, vers 120 avant not re ère, des mouvement s ext rémist es
et apocalypt iques prirent beaucoup d' ampleur dans la Palest ine ancienne. L' émergence des Zaddikim de
Qumrân fut concomitante à la révolte des Macchabées décrite dans les ouvrages apocryphes. Durant
presque deux cent ans, de 120 avant not re ère à 70 de not re ère, année qui vit Tit us dét ruire le t emple
de Salomon et exiler tous les Juifs de Jérusalem, il y eut une extrême violence, des confits intersec-
taires, et un malaise social dans toute la Palestine; cette déstabilisation fut accompagnée par de très
nombreuses observations d'OVNIS. J'affrme qu'il n'est pas du tout improbable que les Zaddikim aient
ét é une sect e de cont act és qui avaient adopt é un programme apocalypt ique t ellement violent et aliénant
qu' ils durent opérer une ret rait e vers les grot t es surplombant la Mer Mort e. I ls périrent , t out comme de
très nombreux Juifs ordinaires qui étaient tout autant choqués par le système de croyance des Zaddikim
que nous le sommes aujourd'hui, mais leur programme survécut et fut ressuscité dans le programme
de rédempt ion Chrét ienne.
Nexus phénoménologique fondamental: à la fn de la seconde guerre mondiale, l’année même qui
voit la vague d’OVNIS et l’accident supposé de Roswell, événements qui frent du phénomène
extra-terrestre une obsession mondiale, des documents religieux anciens refont surface en
Palestine qui prouvent l’existence de ce qui apparaît avoir été une secte de contactés par les
OVNIS qui vivaient sur les bords de la Mer Morte vers 150 avant notre ère, bien que leur ori-
gine remonte très loin dans l’histoire des anciens Hébreux.
Comme j e l’ai mont ré par ailleurs sur ce sit e ( par exemple, dans “ Ar mageddon Pol i t i cs” ), les sectai-
res de la Mer Mort e, une sect e ult ra- radicale appelée les Zaddikim, élabora l’idéologie de la salvat ion
qui émergea ult érieurement dans les doct rines Chrét iennes du “ divin sauveur ”, celui- là même qui borde
George W. Bush dans son lit t ous les soirs. L’idéologie des Zaddikim, conservée dans les Manuscrit s de
la Mer Morte, est le fondement originel de la religion Chrétienne fondamentaliste. Ou pour l’exprimer à
l’envers, la religion Chrét ienne est le virus pandémique et t ot alement envahisant qui a mut é à part ir d’un
germe minuscule (en termes biologiques, le vecteur) et qui a incubé dans les visions apocalyptiques,
haineuses et enragées des Zaddikim.
Encore plus t roublant , n’est ce pas? Et bien voyez maint enant cela. Comme les érudit s qui se spéciali-
sent dans les Manuscrit s de la Mer Mort e ne s’avent urent pas dans les Codex de Nag Hammadi, et vice-
versa, les experts n'ont pas du tout prêté atytention à ceux que le manuscrit de la guerre (War Scroll)
des Zaddikim cit e en haut de son “ hit - parade” de ses pires ennemis ( et les Zaddikim avaient beaucoup
d’ennemis!). En lien direct avec la prophétie du “Sceptre et de l'Etoile”, l'élément fondamental de la vi-
sion apocalyptique Juive, le texte 1QM (4Q491-496) annonce: “ Une étoile jaillira de Jacob, un sceptre se
lèvera d'Israël pour écraser le crâne de Moab et mettre en pièces tous les fls de Seth”. ( The War Scroll,
Colonne 11, dans “The Dead Sea Scrolls - A New Translation”, de Michael Wise, Mart in Abegg, et
Edward Cook, Page 160). Les “ Fils de Set h” const it uent un nom de code ut ilisé par les Gnost iques pour
décrire la t ransmission secrèt e de connaissances spirit uelles au t ravers d' une succession de Révélat eurs.
Kerner interprète “l'étoile” et le “sceptre” comme des allusions directes à la forme en disque et en cigare
des OVNI S.
De même, il a échappé à l' at t ent ion des expert s qu' un t ext e Gnost ique “ La pr emi èr e Apocal y pse
de Jacques” mettant en garde contre le fait que “Jérusalem est la demeure de nombreux Archontes”
est une référence directe aux fanatiques de la secte des Zaddikim. On peut en déduire que les Codex
Egypt iens de Nag Hammadi et les Manuscrit s sect aires de la Mer Mort e présent ent les preuves de deux
groupes religieux en confit, et très probablement en contact également. On pourrait penser que le confit
secret ent re les Zaddikim et les Gnost iques, qui t ent èrent de les dévoiler, décida du dest in de la vie re-
ligieuse de l' humanit é.

Nexus intertextuel fondamental: Les Codex de Nag Hammadi et les Manuscrits de la Mer Morte,
découverts en 1947, présentent des preuves écrites qu’il existait un confit spirituel entre
deux groupes, les Zaddikim et les Gnostiques, qui avaient très certainement des contacts
phy si ques.
Dans l' int roduct ion de son ouvrage “ The Gnost i c Scr i pt ur es” , Bent ley Layt on présent e une cart e de
l'ancienne Palestine (Map 1, «The Gnostic Sect and its Opponents») qui met clairement en valeur les
preuves archéologiques de la présence de Gnost iques qui s' appelaient les “Archont iques” et qui s' ét aient
inst allés sur la rive ouest de la Mer Mort e, j ust e en- dessous de Qumrân Khirbet . Ce groupe part iculier
adopta le nom “Archontiques” car leur mission spécifque était d’observer la vie des Archontes dans la vie
religieuse de l’ancienne Palestine. C’étaient, en fait, des agents de la contre-intelligence Archontique. Ils
détectèrent, ainsi, une vague d’obsession religieuse Archontique parmi les Juifs Palestiniens et plus spé-
cialement dans la secte des Zaddikim. Ce n’est que lorsque les Codex de Nag Hammadi ont refait surface
qu’il a ét é possible de découvrir la dénonciat ion Gnost ique de l’obsession Archont ique - un phénomène
socio-religieux connu par les érudits sous le nom “d’apocalyptisme Juif” mais cette dénomination est fal-
lacieuse parce que ces visions extrémistes étaient fermement rejetées par la population Juive et même
par les autorités religieuses plus orthodoxes des communautés Juives de l’époque. Dans l’ignorance du
confit sectaire avec les Gnostiques, l’étude conventionnelle des Zaddikim s’est poursuivi de façon ina-
déquate et erronée. Grâce aux comparaisons que nous pouvons établir de nos jours entre les différents
écrits, on peut comprendre que les Gnostiques purent déceler, dans le doctrine Judéo-Chrétienne de
salvation, un implant extra-terrestre, un virus idéologique infectant le mental humain. Dans cette vision,
le Christ ianisme est une excroissance d’une sect e de cont act és OVNI , à savoir les Zaddikim. C’est réelle-
ment une religion extra-terrestre dont les croyances farfelues et les dogmes surnaturels sont totalement
ét rangers à la vie humaine sur Terre. C’ét ait et cela rest e, en t out cas, l’analyse des Gnost iques.
Je propose de développer une banque de données d’événements qui se manifestèrent en 1947 et qui
peuvent êt re perçus comme corrélés à ces deux phénomènes essent iels que sont les Manuscrit s de la
Mer Mort e et les Codex de Nag Hammadi, ces deux phénomènes ét ant eux- mêmes corrélés aux OVNI S
à la CI A, et c. . .
Traduct ion de Dominique Guillet
Autres Evénements importants de l'année 1947:
- I ndépendance de l' I nde et du Pakist an.
- Mise en opération du FMI (Fonds Monétaire International).
- Création du GATT (General Agreement on Tariffs and Trade) l’ancêtre de l’OMC.
- Début de la Guerre Froide.
- Début de la décolonisation des colonies Françaises (1947-1975).
- Début du Plan Marshall pour “ aider ” l' Europe: Début de l' agricult ure t oxique et indust rielle à grande
échelle en Europe.
- Const ruct ion de la première générat ion d' ordinat eurs modernes.
- Créat ion des premiers t ransist ors moderne dans les laborat oires de Bell.
- George Orwell écrit 1984 : “ Big Brot her is wat ching you! !”

Rencontre avec des ET dans un Texte des Ecoles de Mystères
I ci et là, les t ext es Gnost iques Copt es cont iennent des passages qui décrivent des rencont res avec des
ext ra- t errest res et offrent parfois des conseils explicit es quant à la façon d’agir avec ces ent it és. Quelles
croyances sont impliquées dans de t els t émoignages? Et que devons- nous croire au suj et de t els t émoi-
gnages? Je vais t ent er de répondre à ces deux quest ions au cours de ce bref essai.
Enseignement Esotérique
Pour un t émoignage de première main, considérons un passage ext rait de la Pr emi èr e Apocal y pse de
Jacques ( CNH V, 3) , un dialogue de révélat ion dans lequel un inst ruct eur non nommé ( le “ Maît re” ou le
“ Seigneur” ) confère des enseignement s secret s à un disciple Gnost ique appelé Jacques:
Le Maît re dit : “ Jacques, regardes, j e vais t e révéler le chemin de t a rédempt ion. Lorsque t u es saisi et que
t u éprouves les affres de la mort ( une peur mort elle) , il se peut qu’une mult it ude d’Archont es se j et t ent
sur t oi, dans l’espoir de t e capt urer. Et , plus part iculièrement , t rois d’ent re eux vont t e saisir, ceux qui
font offce de collecteurs. Non seulement exigent-ils une taxe, mais ils dérobent les âmes.
Maintenant, quand tu seras en leur pouvoir, celui qui est le superviseur va te demander: ‘Qui es-tu et
d’où viens-tu?’
Tu vas donc lui dire: ‘Je suis un enfant de l’humanit é et j e viens de la Source’.
Il va te demander ensuite: ‘Quelle sorte d’enfant es-tu et à quelle Source appartiens-tu?’
Tu vas lui répondre: ‘Je viens de la Source pré-existante et je suis la progéniture de la Source’
Il va alors te demander: ‘Pourquoi fus-tu envoyé de la Source?’
Tu vas alors lui répondre: ‘Je vins de l’Un Pré-existant afn de pouvoir contempler ceux de mon espèce
et ceux qui sont ét rangers’.
Il va te demander: ‘Qui sont ces êtres étrangers?’
Et t u vas lui dire: ‘I ls ne sont pas ent ièrement ét rangers car ils sont issus de la Sophia Déchue ( Acha-
moth), la déesse qui les a engendrés lorsqu’elle amena la race humaine de la Source, le royaume de l’Un
Pré-existant. Ils ne sont donc pas complètement étrangers mais ce sont nos cousins. Il en est ainsi parce
que celle qui est leur mat rice, Sophia Achamot h, procède de la Source. I ls sont cependant ét rangers
parce que Sophia ne s’accoupla pas avec son partenaire dans la Source (sa contrepartie mâle divine)
quand elle les généra.
Lorsqu’il te demande enfn: ‘Ou vas-tu aller maintenant?’
Tu dois lui répondre: ‘De l’endroit quand j e vins, la Source, j e vais ret ourner’.
Si tu réponds de cette manière, tu échapperas à leurs attaques.” CNH V, 3, 33- 34: 1- 25) .
Une quant it é considérable d’informat ions est comprimée dans cet échange. La similarit é avec des t é-
moignages cont emporains de rencont res rapprochées est indéniable: les Archont es provoquent un ét at
Un Principe Gnostique
John Lash

de panique mort elle, ils apparaissent souvent par t rois, ils réalisent des abduct ions ( “ils dérobent les
âmes”) . Ces dét ails présent ent une ressemblance frappant e avec des récit s cont emporains concernant
les ET/ OVNI S. Mais à la différence, t out aussi frappant e, d’avec la lit t érat ure courant e, l’enseignant
Gnost ique donne des inst ruct ions explicit es sur la façon de faire face à ces ent it és ext ra- t errest res. La
quant it é énorme de t émoignages concernant les phénomènes ET/ OVNI S qui est auj ourd’hui disponible
ne présent e rien au suj et de la défense cont re l’int rusion ext ra- t errest re. Les cont act és et les abduct és
sont des t émoins passifs, dépassés et subj ugués par les ET. Les écrit s Gnost iques non seulement décri-
vent - ils donc ces rencont res, mais ils prescrivent également une act ion défensive. Le Maît re offre des
conseils pert inent s pour remet t re les Archont es à leur place.
Le Gnost icisme est un rappel de nos origines. L’ét udiant est inst ruit de se souvenir du privilège de la nais-
sance cosmique de l’humanit é et de proclamer sa connexion direct e avec le Plérome, la Source. L’ét u-
diant est instruit spécifquement de se rappeler et de répéter l’épisode clé de la mythologie Gnostique, la
chut e de l’Eon Sophia, et ainsi de se créer une défense cont re les Archont es. En r appel ant l e my t he de
l eur s or i gi nes, l ’ ét udi ant ( e) f ai t pr euve d’ une connai ssance i ni t i ée de l ’ or i gi ne et de l ’ i dent i t é
des ent i t és aux quel l es i l ( el l e) doi t f ai r e f ace.
Un rappel int ent ionnel des suj et s cosmiques fait perdre aux Archont es leur pouvoir. C’est , du moins, une
déduct ion logique que l' on puisse t irer du passage ci- dessus. La st rat égie de rappel est parfait ement en
phase avec la sagesse indigène - voyez, par exemple, le dict on des Na- Khi, un peuple Tibét ain du sud- est
de la Chine: “Il faut se connecter à la source des plantes sacrées, sinon elles ne peuvent exprimer leur
magie”. Les shamans guérissent , non seulement par leur connaissance des propriét és des plant es, mais
aussi en racontant l'histoire de la plante. De la même façon, les Gnostiques frent échec aux Archontes
grâce à la “ plant e sacrée” ( le pouvoir occult e) du rappel myt hologique.
Les récit s Copt es deviennent d' aut ant plus d' act ualit é que nous prenons conscience qu' ils ne présent ent
pas simplement des comment aires emprunt és ou abscons sur une religion mort e mais bien plut ôt des
int uit ions profondes sur les dilemmes spirit uels ét ernels de l' humanit é, int uit ions qui sont t ouj ours aussi
pert inent es qu' elles ét aient il y a 2000 ans. Décrivant la découvert e de Nag Hammadi, Tobias Churt on
écrit : “Si Mohammed Ali n'avait pas brisé la jarre, nous n'aurions jamais eu l'occasion d'entendre ces
choses. Dans le sens le plus profond du terme, ces choses sont de la dynamite. On aurait pu imaginer de
grands t it res sur t out e la planèt e. . . ” ( The Gnost i cs. Page 12) .
Mais il n' y eu pas de grands t it res, même dans la presse à sensat ion. Cela prit de nombreuses années
avant que les codex ne fussent t raduit s et , même auj ourd' hui encore, aucun érudit n' admet t ra que ces
rares codex Coptes contiennent des récits fables de rencontres avec des ET.
Un Virus Idéologique
Dans un aut re passage de la Pr emi èr e Apocal y pse de Jacques, le Maît re fait référence à ces gens
“ qui exist ent de la nat ure des Archont es” ( 30: 20) . Les Gnost iques ét aient non seulement vigilant s quant
à l’int rusion des Archont es, ils ét aient aussi profondément conscient s de la possibilit é que des humains
soient t ot alement “ ar chont i sés” . Cet t e menace paraît avoir émergé d’une manière part iculièrement
alarmant e lors de l’époque à laquelle Philip K. Dick fait souvent référence: le premier siècle de l’ère
commune, lorsque l’incarnat ion du Christ est dit e avoir eu lieu, selon la croyance Chrét ienne. L’époque
et la région dans lesquelles le façonnage Archont ique du caract ère humain s’est implant é avec force
sont toutes deux spécifées dans les textes de Nag Hammadi. Dans sa vision Gnostique de la condition
humaine, Philip K. Dick émit l’hypot hèse que l a vi e spi r i t uel l e de l ’ humani t é s’ ar r êt a à ce moment .
C’est comme si le comport ement de ceux “ qui exist ent de la nat ure des Archont es” se fxa dans cette
région et à cet t e époque et en vint à dominer t ous les siècles suivant s - j usqu’en 1945, dat e à laquelle
les Codex de Nag Hammadi furent découvert s.
Dans un parallèle proche de la vision de “ l’Empire”, de Philip K. Dick, Wilhelm Reich vit l’émergence d’un
syndrome similaire qu’il caract érisa comme le “ complexe mécanique- myst ique”. ( Voir “ La psy chol ogi e
de masse du f asci sme”. Sa signat ure est “ l’idéologie aut orit aire”, la ment alit é de dominat ion fascist e
et patriarcale. Il est signifcatif que le terme “Archontes” désignait communément les “gouverneurs” ou
les “ aut orit és” du t emps des Romains. Dans cert aines t raduct ions des récit s Copt es, les t erme archon
( au pluriel archont oi) est rendu comme “ aut orit és”. L' analyse par Reich, de ce que j e propose d' appe-
ler le complexe mystico-fasciste, se focalise sur le mouvement Nazi, le National Socialisme, dont il ft
l' expérience direct e mais “ La psy chol ogi e de masse du f asci sme” cont ient d' amples références au
Cat holicisme et au Saint Empire Romain, l' ancêt re millénaire du programme myst ico- fascist e.

Pour de plus amples comment aires sur ce suj et , voir mon essai “ Ar mageddon Pol i t i cs” .
Lors d' une allusion à l' idéologie fascist e des “ aut orit és”, Philip K. Dick écrivit : “ L' Empire est l' inst it ut ion, la
codifcation du dérèglement; il est dément et nous impose sa démence par la violence, puisque sa nature
est violent e” ( Val i s. Page 235) .
C' est une concept ion purement Gnost ique, compat ible avec des passages des Codex de Nag Hammadi
et qui résonnent profondément avec les visions de Reich sur l a psy chose de masse du Christ ianisme
Romain. On pourrait argument er que les Nazis n' ét aient pas Chrét iens mais, en fait , Hit ler se prenait
pour un Chevalier du Graal, modelé sur le Parsifal de Wagner, et le complexe du sauveur propre à la
croyance Judéo- Chrét ienne est t ot alement t ransposé dans l' idéologie racist e nazi - d' où le Christ Aryen
identifé et, dans une certaine mesure, embrassé par C. G. Jung. L'ouvrage The Hol y Rei ch, publié en
2004 par Richard Steigman-Gall, professeur d'histoire à l'Université de Kent aux USA, affrme qu'Hitler
ét ait sincère en s' appelant lui- même un Chrét ien et révèle dans quelle mesure l' idéologie Chrét ienne fut
embrassée par le part i Nazi et cont ribua à l' avancement de leur cause.
Wilheim Reich mit en garde cont re le fait que depuis l' affaissement de l' et hos pré- Chrét ien du Paganisme
t ourné vers la t erre, “le coeur biologique de l'humanité a été privé de représentation sociale” ( ibidem) .
C'est une observation stupéfante, c'est le moins que l'on puisse dire.
Les “ aut orit és” se comport ent comme des zombies spirit uels, des ent it és qui se caract érisent par un mé-
lange étonnant de fxations mystiques et militaristes. (Ce que j'ai appelé le clonage comportemental est
largement évident dans les comport ement s aussi bien milit aires que myst iques, t els que nous pouvons
les percevoir dans la r eal pol i t i k religieuse des néocons, bien que ce clonage soit également l’apanage
de la consommation de masse et des rites de technophilie.) Selon Reich, ces fxations, focalisées sur la
fxation maîtresse d’un Dieu transcendant au-delà de la Terre, émergent de la répression et du détourne-
ment des sensat ions somat iques, et plus part iculièrement des sensat ions de la sphère génit o- sexuelle.
Philip K. Dick ét ait d’accord avec Reich lorsqu’il observait que l’idéologie myst ico- fascist e croît comme
une armure autour des personnes qui adoptent ces fxations, au travers soit de l’endoctrinement soit de
l’int imidat ion ( “ conversion” ) . L’idéologie myst ico- fascist e fonct ionne comme un virus “ imposant sa st ruc-
t ure sur ses ennemis. Ainsi, elle devient ses ennemis” ( Val i s. Page 235) . L’idéologie des aut orit és peut
infect er même ceux qui lui résist ent . C’est pour cela qu’elle ret ourne l’humanit é cont re elle- même.
I l semblerait , cependant , que cert ains Gnost iques ét aient immunisés cont re cet t e infect ion - pas par
chance, mais en raison de leurs prat iques délibérées de t echniques sexuelles orgiaques pour induire une
immunit é et , en raison, dans la même mesure, de leurs enseignement s explicit es concernant les Archon-
t es et les st rat égies pour leur résist er, comme nous l’avons vu dans le passage ci- dessus de la Première
Apocalypse de Jacques. Les observat eurs Gnost iques, cont emporains de l’émergence du Christ ianisme,
perçurent l’idéologie de la salvat ion de la même façon que Philip K. Dick la perçut : comme un virus. Un
vi r us i déol ogi que, pour êt re plus précis. Les int ellect uels Païens de l’époque ut ilisèrent même ce t erme
spécifque pour caractériser le fanatisme des convertis.
Les Gnost iques perçurent la t yrannie des croyances, des phant asmes mét aphysiques qui sont le fon-
dement des programmes milit arist es, à l’aube du Christ ianisme. Nous pouvons j ust e imaginer ce qu’ils
percevraient auj ourd’hui dans la religiosit é polit ique de la droit e US.
En Défense de l’Humanité
Que faire donc des concept ions Gnost iques relat ives aux Archont es? On pourrait dire que les Gnost iques
croyaient que nous ne pourrons défnir réellement ce qui est humain qu’en faisant face à ce qui est dé-
ment et inhumain en nous-mêmes. Défnir l’humanité, c’est intrinsèquement la défendre contre la per-
version. Les Gnostiques affrmaient que la capacité de perversion de l’humanité, ou déshumanisation, est
au coeur de not re ment al mai s que cet t e capaci t é seul e n’ est pas pot ent i el l ement per ver se. Puis-
que nous sommes dot és de Noos, une port ion d’int elligence divine, nous sommes capables de dét ect er
et de corriger une pensée pervert ie. Nous pouvons maît riser ce que les Bouddhist es Tibét ains appellent
k r ol ’ pa, “ les pensées qui nous égarent ” , les fxations mentales qui nous éloignent de notre humani t as,
de not re ident it é réelle. Cependant , les Gnost iques mirent également en garde cont re un “ ef f et ex t r a-
t er r est r e” qui peut conférer un élément vraiment pervers à nos processus de pensée. L’infuence des
Archont es ne consist e pas à nous faire nous t romper mais à nous faire, au t ravers principalement de la
dist ract ion et de l’hébét ude, négliger nos erreurs de sort e qu’elles prennent une proport ion t elle qu’on
ne puisse plus y remédier.

“ Les Archont es poussèrent Adam dans un ét at de t ranse. . . I ls le plongèrent dans un ét at d’endormisse-
ment mais ce fut sa perception qu’ils endormirent... Ils rendent nos coeurs lourds afn que nous perdions
l’attention et la perception. Afn que nous perdions le refet de la Lumière Divine en nous... (Les Archon-
tes agirent ainsi sur l’humanité) avec comme fnalité de la leurrer.
Lorsque l'esprit de vie croît et que le pouvoir d'illumination du corps renforce l'âme, personne ne peut
vous détourner vers l'oubli de votre humanité. Mais ceux dont lesquels les esprits imposteurs se saisis-
sent sont aliénés de leur humanit é et pervert is. . . L' esprit malfaisant gagne en force en nous égarant . Les
Archontes accablent l'âme, nous induisant à agir de façon non adéquate et nous plongent dans l'oubli,
nous faisant oublier qui nous sommes” ( L'Apocryphe de Jean. I I . 22: 14- 10 j usqu' à 27- 20) .
Les inst ruct ions relat ives aux rencont res avec les ET dans la Pr emi èr e Apocal y pse de Jacques ne
sont pas except ionnelles. Une grande part ie des enseignement s Gnost iques fut consacrée à la t héorie de
l' erreur que j e viens j ust e de résumer. Dans un sens prat ique, les enseignant s Gnost iques des Ecoles de
Myst ères apprenaient aux néophyt es comment faire face aux Archont es, à la fois sous leur forme d' enva-
hisseurs ext ra- t errest res, que l' on peut comparer avec les Gris et les Rept iliens des récit s cont emporains,
et sous leur forme d' inclinat ions dans not re ment al. La dét ect ion de l' int rusion Archont ique dans ces deux
modes d'expérience semble être spécifque à la science noétique délicatement nuancée des Mystères.
Selon la vision Gnost ique, les êt res humains “ qui exist ent de la nat ure des Archont es” sont ceux qui sui-
vent aveuglément des idéologies religieuses de nat ure dément e et inhumaine, car c' est principalement
au t ravers des croyances religieuses que les Archont es nous envahissent . Un comport ement induit par
de telles croyances génère des fxations pathologiques de personnalité résultant en un zombie spirituel.
Tous les érudit s s' accordent sur le fait que cert ains Gnost iques condamnaient t out aut ant les origines
Judaïques du programme de rédempt ion Chrét ienne que le programme même de Paul et de Jean. Ce
faisant , ils ne répandirent pas un message de haine cont re quiconque. Bi en pl ut ôt , i l s s' ef f or cèr ent
de met t r e en val eur ce qu' i l s per cevai ent comme l e message t r ompeur et hai neux dégui sé
en i déol ogi e Judéo- Chr ét i enne de l a sal vat i on. A l' origine de ce message, ils dét ect èrent l' int rusion
subliminale des Archont es dans le ment al humain. D' où la plét hore de t ext es polit iquement et t héologi-
quement incorrect s dans les récit s Copt es ( plus de la moit ié des manuscrit s qui ont survécu, selon mon
est imat ion) .
C' est à chacun de décider si les Gnost iques ét aient dans l' illusion t ot ale en ce qui concerne les Archont es.
Mais une lect ure raisonnable et sans préj ugés des t ext es Copt es ne livrera pas beaucoup de signes de
démence évent uelle de leur part . Les voyant s qui dévoilèrent la démence ne souffraient pas de démence.
I ls décrivaient ce qu' ils savaient avec clart é et mét hodologie et ils prescrivaient t rès consciencieusement
des actions pour faire face à la menace perçue. Ils étaient sûrs d'avoir réellement identifé la plus décon-
cert ant e des énigmes: la cause primordiale de la barbarie au sein de la nat ure humaine.
Que pouvons- nous croire au suj et de t out cela auj ourd' hui? Nous sommes confront és à un problème de
crédibilit é, bien sûr - c' est à dire que nous pouvons considérer la source des enseignement s Gnost iques
à part de leur contenu. Mais le Gnosticisme est, par défnition, un sujet de connaissances et non pas de
croyances. Le propos est l' illuminat ion, pas la foi. De crédit er les Gnost iques de connaît re réellement ce
qu'ils affrmaient connaître n'est que la première étape. Au-delà de cela, nous devons valider ce qu'ils
connaissaient pas nos propres moyens, par nos propres capacités. C'est le déf permanent du Gnosti-
cisme, la connaissance vivant e et évolut ive de l' esprit humain.
“Seule la connaissance de ce qui est vivant peut bannir la terreur.” Wilhelm Reich. La Fonct i on de l ' Or -
gasme.
D' aut res comment aires sur la Pr emi èr e Apocal y pse de Jacques sont disponibles dans le Readi ng
Pl an.

En 1968, un aubergist e Suisse, du nom d' Erich von Daniken publia l' ouvrage Pr ésence des ex t r a- t er -
r est r es ( Char i ot s of t he Gods) qui devint un best - seller int ernat ional et est t ouj ours en publicat ion de
nos j ours. Selon la t héorie sensat ionnelle de von Daniken, des “ anciens ast ronaut es” d' une civilisat ion
avancée visit èrent la Terre dans une période t rès loint aine. I l t rouva des preuves de leur présence dans
des pét roglyphes, des art efact s religieux, des anciens myt hes et , bien sûr, dans des monument s méga-
lit hiques t els que la pyramide de Giza.
Provocat eur, von Daniken demanda: “ Dieu conduisait - il une soucoupe volant e?” Cet t e quest ion ét ant
semée dans l' esprit du grand public, Dieu, les anges et t out ce qui est Biblique devinrent l' obj et de spé-
culat ions ufologiques mais von Daniken n' explora pas ces associat ions d' une manière t rès cohérent e et
convaincant e. Par cont re, dans un ouvrage publié la même année, The Bi bl e and Fl y i ng Saucer s, un
autre auteur le ft: Barry H. Downing, un pasteur Presbytérien diplômé de Princeton Theological Semi-
nary et Edinburgh Universit y. Le spect re et la profondeur de son ouvrage t émoignent de son érudit ion
tout au contraire des petites histoires à l'eau de rose de von Daniken. Mais cet ouvrage refète aussi la
foi indéfectible de l'auteur en la tradition Chrétienne: Down assume que Dieu et ses anges, même si ce
sont des Extraterrestres qui naviguent dans des OVNI, sont en train de réaliser un plan divin au bénéfce
de l' humanit é.
( Not e: on m' a informé que Desmond Leslie dans son ouvrage, publié en 1952, Fl y i ng Saucer s have
l anded, présent a t out un chapit re int it ulé “ Char i ot s of t he Gods”. C' est la source à laquelle von Dani-
ken emprunt a son t it re et une grande part ie du cont enu de son ouvrage) .
On peut sans doute considérer Downing et Desmond Leslie comme les fondateurs de l'ufologie Biblique,
à savoir le genre d' ét udes proposant que de nombreux événement s dans la Bible ne sont que des ma-
nifest at ions d' int ervent ions ext rat errest res, supposés êt re bienveillant s. Des visions t elles que celles
d' Ezéchiel sont considérées comme des rencont res de t ype rapproché. Les anges, t els que celui qui
annonça la naissance de Jésus à Marie, sont considérés comme des Ext rat errest res d' une évolut ion su-
périeure. Cert aines int erprét at ions considèrent même Jésus comme un ext rat errest re qui vint sur Terre
d' un monde beaucoup plus évolué, ou bien encore qu' il fut cloné comme un “ modèle humain” par des
frères cosmiques bénéfciant d'une technologie supérieure. Imaginez les grands titres: Jésus, le premier
bébé cloné!
Les ufologues Bibliques assument que les ET de l' espace, ou les ent it és de t ype ET, agissent d' une ma-
nière gent ille et bienveillant e vis à vis de l' humanit é, en t out e cohérence avec l' accomplissement d' un
“Plan Divin”. Downing se demande si la religion Biblique fut “plant ée et subst ant ée par des ent it és d' un
aut re monde. ” I l ne se cont ent e pas de spéculer sur la présence “ d' anciens ast ronaut es” sur Terre mais
il envisage leur rôle potentiel dans l'impulsion et l'orientation de l'expérience religieuse de l'humanité.
Cet t e problémat ique requiert une invest igat ion de la psyché humaine beaucoup plus profonde que celle
que von Daniken entreprit. Sans l'aide de la matière Gnostique, Downing était incapable de concevoir
que la religion Biblique “ plant ée et subst ant ée par des ent it és d' un aut re monde” n' oeuvre pas au béné-
fce de l'humanité mais, au contraire, pour la mettre en esclavage.
L' ufologie Biblique s' est amplement développée, de nos j ours, mais une int erprét at ion supplément aire
doit maintenant être envisagée, qui ne pouvait pas émerger à l'époque où Downing et von Daniken ré-
digèrent leurs ouvrages. Cet t e nouvelle int erprét at ion se fait j our grâce à la vision d' une int ervent ion
ext rat errest re proposée par les Gnost iques des Ecoles de Myst ères. Bien que cert aines des concept ions
Gnost iques puissent êt re t rouvées dans des argument at ions obscures écrit es cont re eux par les premiers
Chrét iens, la mat ière Gnost ique originelle ne fut pas communément accessible avant que les Codex de
Nag Hammadi , découvert s en 1945, ne fussent t raduit s en Anglais en 1978. Les Myst ères furent anéan-
tis durant le 4 ème siècle, lorsque la cache de Nag Hammadi fut enfouie, mais ils existaient depuis des
milliers d' années avant le Christ ianisme.
Le Christianisme: une Religion d’Extraterrestres
Réflexions sur von Daniken et l’Ufologie Biblique
John Lash

Les Gnostiques étaient des psychonautes d'une fnesse et d'une envergure extraordinaires. Leur cos-
mologie, centrée sur la fgure de la Déesse Sophia, présente une description complète et cohérente de
l' origine et des mét hodes d' une espèce prédat rice inorganique appelée Archont es.
Bien que les t ext es Gnost iques décrivent des rencont res direct es avec des Archont es “ qui enlèvent les
âmes durant la nuit ”, leurs enseignement s ne met t ent pas l' accent sur une menace physique. I ls met t ent
plutôt en garde contre le fait que les Archontes nous infuencent profondément dans le mental, plus par-
t iculièrement au t ravers de l' idéologie religieuse, au t ravers des croyances au suj et de Dieu et au suj et
de ce Dieu veut pour nous.
Pour les inst ruct ions des Ecoles de Myst ères concernant les manières de confront er et de chasser les
Archont es, voir Un Pr i nci pe Gnost i que et le comment aire sur la Pr emi èr e Apocal y pse de Jacques.
Une des idées les plus sensat ionnelles des Gnost iques est que Jéhovah, le dieu pat ernel de la religion
Judéo- Chrét ienne, ét ait un Archont e, un dieu inférieur ou impost eur à ne pas confondre avec les vrais
Dieux, appelés Eons, qui demeurent dans le coeur galact ique, le Plérome. Jéhovah est dit êt re aveugle
et fou, un ext rat errest re dément qui possède, néanmoins, quelques pouvoirs similaires à ceux des dieux.
Bien qu' il ne crée pas le monde dans lequel nous demeurons, il le croit . “ Ouvrant ses yeux, il vit une
vast e quant it é de mat ière sans limit e et il devint arrogant et dit : ‘C’est moi qui suis Dieu et il n’en exist e
pas d’aut res’” . ( Hy post ase des Ar chont es. 94: 20) . Bien sûr, c' est exact ement ce que Yahvé-Jéhovah
dit dans l'Ancien Testament. Les enseignements des Mystères préservés dans les Codex de Nag Hammadi
présent ent t rès souvent une vision de la religion Judéo- Chrét ienne qui la ret ournent comme un gant .
Heureusement, la cache de Nag Hammadi, malgré qu'elle ne soit pas volumineuse, contient beaucoup
d' informat ions claires sur le Seigneur des Archont es et ses st rat égies insidieuses. Dans le Second Tr ai t é
du Gr and Set h, un maît re Gnost ique anonyme dit : “ Les Archont es ont élaboré un plan à mon suj et pour
répandre leur erreur et leur absurdit é” .
Cet t e ligne rappelle le comment aire lapidaire de Jacques Vallée relat if aux st rat égies des ext rat errest res
dans Messenger s of Decept i on: “ la voie vers la croyance d' un homme passe par la confusion et l' ab-
surdit é” .
Le t ext e cit é explique comment les Archont es int roduisent un faux plan de rédempt ion dans le ment al
humain, une cont refaçon du chemin aut hent ique de l' aut o- libérat ion que nous pouvons prendre en dé-
veloppant not re pot ent iel inné de noos, “ l' int elligence divine”. L' inst ruct eur Gnost ique, appelé phost er
ou révélat eur, ridiculise ouvert ement Abraham, Moïse et les prophèt es d' accept er les Archont es comme
divins et de met t re leur foi dans un dieu impost eur qui oeuvre à l' encont re de l' humanit é. Le Second
Tr ai t é du Gr and Set h dit que la “ doct rine des ext rat errest res” est une “ gigant esque t romperie pour
l' âme humaine, rendant impossible pour les humains de t rouver le noos, le ment al d' aut o- libérat ion, et
d' arriver à connaît re l' humanit é réelle” .
Ce que les Gnost iques voulaient dire par “ doct rine des ext rat errest res” est l' ensemble de croyances au
coeur de la religion Judaïque et Chrét ienne, et par ext ension de l' I slam. Les “ t rois grandes religions mon-
diales” dérivent du révéré Pat riarche Abraham, considéré comme ayant vécu aux environs de 1800 avant
EC. Comme l'histoire des anciens Hébreux est considérée comme exemplaire ou symbolique de l'huma-
nit é dans son ensemble, “ l' hist oire sacrée” de not re espèce commence avec Abraham, mais les Gnost i-
ques est imaient qu'Abraham ét ait un gogo, le “ vect eur ” psychologique pour l' int rusion des Archont es. En
effet , ils rej et èrent la not ion d' un “ Plan Divin” supervisé par Jéhovah et dévoilèrent le rédempt ionnisme
Judéo- Chrét ien comme une religion ext rat errest re, ét rangère à la Terre et host ile au pot ent iel humain.
La crit ique Gnost ique du Complexe du Rédempt eur ét ait dévast at rice pour les croyances chéries de
nombreuses personnes, et elle l' est encore auj ourd' hui, mais les inst ruct eurs des anciens Myst ères ne
nous laissèrent pas sans alt ernat ives à ces croyances reçues. Les Gnost iques enseignaient ce qu' ils incar-
naient : le chemin d' illuminat ion du myst icisme expériment al en cont rast e avec la croyance aveugle des
dogmes rédempt ionnist es. Cont re la t romperie religieuse des Archont es, le Second Tr ai t é du Gr and
Set h invoque “ l' espoir de Sophia” , affrmant notre connexion à la Déesse de Sagesse dont le corps est
la Terre.
John Lash
Tr aduct i on de Domi ni que Gui l l et

(376-403), un chasseur d'hérétiques qui infiltra le culte Ophite des “adorateurs de Serpents”. Il rapporta que les Ophites: “vénèrent le Serpent parce que Dieu en a fait la source de la Gnose de l'humanité. Yaldabaoth [ le nom Gnostique pour Jéhovah, le feux dieu créateur] ne voulait pas que l'humanité conserve le souvenir des Générateurs (Eons), les Mères Cosmiques et les Pères Cosmiques de très haut. Ce fut le serpent qui, en les tentant, amena la Gnose à nos parents; qui enseigna aux premiers êtres de notre genre la connaissance intégrale des mystères de très haut” (cité par Jean Doresse dans Les Livres secrets de l’Egypte). Ici, typiquement, le mythe Gnostique inverse la tradition Judéo-Chrétienne: le serpent dans l'Eden est un bienfaiteur et non un malfaiteur. Comment considérer ce passage en référence à la description par les Gnostiques d'extraterrestres sinistres, les Archontes reptiliens qui s'insinuent dans l'humanité? Les reptiliens prédateurs représentent-ils simplement le côté ténébreux d'une autre force serpentine qui oeuvre pour notre bien? C'est une problématique épineuse. Il semblerait que la réponse repose dans la nature réelle des pratiques sexuelles des Gnostiques.

Magna Mater
Il n'y a aucun doute quant au fait que certaines communautés Gnostiques étaient ascétiques et avaient opté pour une abstinence totale de relations sexuelles. C'est le cas, par exemple, du groupe qui produisit le matériau transmis par transe et connu sous le nom de Livres de Ieou (non Nag Hammadi), un recueil hétéroclite d'enseignements sur l'après-vie. Ce groupe Gnostique considérait qu'il avait la responsabilité sacrée de préserver la connaissance ésotérique concernant les “Trésors de la Lumière” et concernant les “Receveurs”, des entités et des guides spirituels bienveillants que nous rencontrons au moment de notre mort. La matière ésotérique dans les Livres de Ieou inclue une courte diatribe à l'encontre des autres groupes qui pratiquent la magie sexuelle. Apparemment, la continence était nécessaire aux gardiens de Ieou pour connaître ce qu'ils connaissaient. Cette diatribe d'une communauté Gnostique à l'encontre d'une autre est exceptionnelle dans tous les textes Gnostiques qui ont survécu. En sus de la déconstruction méticuleuse, par Williams, du rejet du monde (“dualisme anti-cosmique”) attribué aux Gnostiques, j'ai argumenté en termes beaucoup plus essentiels que la vision Gnostique de la vie, étant strictement centrée sur Sophia, la divinité incarnée en la Terre, ne pouvait pas avoir encouragé ou entretenu le mépris du monde matériel, le royaume des sens, et le mépris du corps humain. Tout ce que les Gnostiques pensaient et enseignaient était fondé sur une communion vécue avec la déesse Sophia, dont le nom signifie sagesse. Cela était vrai des Mystères, en règle générale, et des adeptes Gnostiques, en particulier. Sophia était une version Gnostique de la Magna Mater, la Grande Mère qui était adorée dans de nombreuses religions antiques. Même les Pères de l'Eglise, qui condamnaient les Gnostiques comme des haïsseurs du monde, affirmaient que les Mystères, dans toute leur diversité, étaient unanimes quant à la consécration des initiés à la Grande Mère. Les historiens de la religion s'accordent sur le fait que la spiritualité Païenne impliquait une sexualité sacramentale, des orgies, et des rites de consécration par un yoga sexuel (sur le personnage de Marie-Madeleine en tant qu'adepte du sexe sacramental, voir mon essai She who Annoints). Les communautés Tantriques de l'Inde présentent un parallèle étroit avec les Ophites - si étroit en fait que le rapport d'Epiphanius pourrait tout ausi bien s'appliquer aux Tantriques. Les Tantriques (ou Tantrikas comme ils sont plus adéquatement appelés) sont des mystiques expérimentaux qui éveillent le “pouvoir du Serpent”, la Kundalini, une force cachée dans le corps humain, afin de réaliser la conscience cosmique et d'éveiller les siddhis, des facultés occultes. Il est plus que probable que les Gnostiques, dans leurs pratiques d'orgies sexuelles, partageaient les mêmes buts. Il est donc clair que le serpent mythique adoré par les Ophites ne peut pas être identifié avec les prédateurs reptiliens décrits dans les textes Gnostiques et dans les Manuscrits de la Mer Morte. Plus probablement, le serpent Ophite n'est pas entièrement une version mythique du serpent de l'Eden mais il est identique à la Kundalini, le pouvoir du serpent qui réside à la base de la colonne vertébrale dans l'anatomie humaine. Cela étant, les orgies sexuelles parmi les Gnostiques n'étaient pas simplement pour le plaisir et la jouissance (bien qu'ils ne les auraient pas vraiment exclus!). Ils adoraient la force surnaturelle qui résidait en leurs propres corps. En fait, le mot “orgie” vient du Grec orgia qui signifie tout simplement “travail, activation”. L'orgia du pouvoir du serpent était un rite d'activation de la Kundalini dans les pratiques Gnostiques tout autant que dans les pratiques Tantriques. 

L'Evangile de Philippe contient le passage scandaleux qui décrit Jésus donnant un baiser sur la bouche de Marie-Madeleine. C'est aussi le texte des Codex de Nag Hammadi qui offre la description la plus explicite de l'orgia sexuelle, mais dans un langage symbolique, ou un jargon d'initié, si vous préférez. Le texte affirme que tout le mal présent sur terre procède du conflit entre les sexes mais que ce problème peut être résolu par un rite corporel de ré-union. (Voir le commentaire du traducteur, Wesley W. Isenberg, dans The Nag Hammadi Library in English, 1990, page 139). L'acte d'union sacramentale se passe dans une “chambre nuptiale” appelée le nymphion ou peut-être que cet acte produit le nymphion. Le rituel implique la lumière, et la Kundalini est également associée avec un doux rayonnement de lumière de couleur d'un blanc laiteux qui génère une décharge électrique d'extase dans la colonne vertébrale. Le texte dit implicitement que cette lumière voile et protège les partenaires unis dans un accouplement sexuel sacré: “Les puissances extraterrestres ne voient pas ceux qui sont vêtus de cette lumière parfaite et elles ne sont donc pas capables de les capturer. Grâce au rite de l'union sacramentale, on est enveloppé par cette lumière”. (Evangile de Philippe, passage 70). Nymphion était un terme codé pour désigner la cellule de lumière ou l'aura de protection générée par l'union sexuelle. Au sein de la cellule, les initiés surmontent l'influence des Archontes qui engendrent l'erreur en notre mental et qui menacent de prendre possession de notre corps - bien qu'il faille ajouter que les Gnostiques insistaient sur le fait que la menace d'intrusion au niveau du corps physique est exagérée par les Archontes eux-mêmes afin de nous faire croire qu'ils possèdent plus de pouvoir sur nous qu'ils n'en ont réellement! Une telle erreur concerne la résurrection: “Ceux qui disent qu’ils mourront avant de s’élever sont dans l’erreur. S’ils ne reçoivent pas la résurrection tout d’abord pendant qu’ils vivent, ils ne recevront rien lorsqu’ils meurent” (Evangile de Philippe, passage 72). Cela constitue un enseignement Gnostique fondamental, affirmé de telle façon à réfuter les croyances Judéo-Chrétiennes quant à la survie après la mort, croyances auxquelles s'accrochent précieusement des millions de personnes, de nos jours, mais qui étaient considérées par les Gnostiques comme des notions illusoires introduites dans notre mental par la force extraterrestre, les Archontes. Cet enseignement transmet également un message clair quant à notre capacité de pénétrer profondément dans les mystères biologiques de la nature, car il stipule que nous pouvons faire l'expérience de la résurrection avant notre mort. Cette affirmation possède, bien sûr, de nombreux corollaires dans les enseignements Asiatiques du Tantra. Dans les traditions Hindoues et Tibétaines, les yogis de très haut niveau sont dits avoir réalisé la régénération intégrale de leurs corps et d'être ressuscité; ainsi, lorsqu'ils meurent, ils ne meurent pas normalement. (Voir, par exemple, les récits légendaires dans Les Maîtres de la Grande Perfection de Tulku Thondup.) Plus on considère le Gnosticisme en parallèle au Shivaïsme, au Tantra Hindou, au Bouddhisme Tantrique et au Dzogchen, plus il semble probable que certains Gnostiques étaient des mahasiddhis, des yogis de très haut niveau, en raison de leur maîtrise du pouvoir du serpent. La technique d'illumination psychosomatique, par l'éveil de la Kundalini, n'était pas spécifique au Gnosticisme mais elle était, du moins, au coeur de ses pratiques. Dans Shiva et Dionysos, Alain Daniélou présente des parallèles étroits entre les cultes Grecs de l'extase dédiés à Dionysos et des cultes indigènes Dravidiens de Shiva au sud de l'Inde. Citant le récit du témoignage direct d'Epiphanius sur les orgies sexuelles, Daniélou remarque que les enseignements Gnostiques sur la magie sexuelle “sont très proches de la notion de Shivaïsme” (page 223). De la même manière, Sir John Woodruffe, le grand exposant du Tantra Hindou en Occident, compare directement le culte Gnostique de la Magna Mater à l'adoration Tantrique de la Devi Shakti, la “Mère Pouvoir”. Il dit que dans les anciens Mystères, tout comme dans les cultes Tantriques de l'Inde, la finalité des rites sexuels était d'éveiller les forces divines dans le corps: “Une ancienne caractéristique de cette foi [le Tantra], et qui appartient aussi aux anciens Mystères, est la distinction qu'elle fait entre l'initié dont la Shakti est éveillée (Pré-Bouddha) et le Pashu, la personne “animale” ou non illuminée, ou comme les Gnostiques les appelaient, les “matérialistes”. La Naturel, qui est la manifestation de la Mère de la Nature et le Spirituel, ou la Mère en tant qu'elle est dans et par Ellemême, sont un, mais seul l'initié reconnaît vraiment cette unité” (Shiva et Shakti, page 88). Dans ce passage, Woodruffe clarifie comment l'Eon Sophia, identique à la Mère de la Nature, est à la fois incarnée dans le monde naturel et pas vraiment incarnée “en tant qu'elle est dans et par Elle-même” parce que Sophia reste un Eon du Plérome même si Elle s'est métamorphosé en la planète Terre. De telles affirmations n'émanent pas de spéculations intellectuelles mais d'une expérience directe et vécue des puissances cosmiques mêmes qui sont décrites. 

généralement traduit comme “ne me touches pas”. tout cela n'était que des notions illusoires qui imitent et pervertissent la vérité. l'expérience mystique ultime de la “Lumière Blanche” se manifeste uniquement à notre mort et juste durant un moment fugace pour ceux qui n'ont pas réalisé la capacité de maintenir la Lumière dans leur attention. “réaliser. Daniélou cite un texte Tantrique. Mais dans refaçonnage Gnostique de cet incident. Parmi les siddhis déclinés. appelée la “chambre nuptiale” ou nymphion. Cet acte est rigoureusement distingué d'une relation sexuelle ordinaire: “Tandis que dans ce monde. le rédacteur de l'Evangile a Jésus qui lui dit. Les adeptes des Mystères ne pouvaient que développer ces facultés et les appliquer dans leur travail d'enseignement et d'apprentissage avec les néophytes. Malgré l'éradication d'innombrables documents. Dans le sacrement sexuel Gnostique. mais tu ne peux pas m'atteindre tant que tu n'as pas réalisé cet état par toi-même”. ainsi que des siddhis subsidiaires (kriyashaktis) qui sont au nombre de neuf” (pages 94/95). dans l'éon. ni le Fils incarné de Dieu. Ce sont essentiellement le pouvoir de la vision et le pouvoir de la connaissance. sa contrepartie cosmique mâle. “Maintenant. Daniélou décrit les facultés de perception supérieure acquises par l'activation du pouvoir du serpent. Dans les pratiques Gnostiques. L'écrivain Grec Pausanius. cela signifie donc que ce mot ne semblait pas spécifique aux sources Gnostiques.  . Au travers du sexe et de la mort. L'extase des Dieux fait circuler le sang dans nos veines. Elles sont appelées siddhis. Le Christos dans ce passage n'est pas le Christ des doctrines Pauline et Johannine. pour les Gnostiques. sans aucune différence. une rencontre extatique avec la divinité avait lieu dans une sorte de cellule hermétique ou une aura sacrée. l'union est entre l'époux et l'épouse. En raison de leur expertise spécialisée au sujet de l'intrusion des Archontes. et pour unir de nouveau les deux.. le sang du Dieu-homme Jésus donne la vie à l'humanité et guérit notre séparation de Dieu le Père. la lumière est dans le chrisme (le fluide de l'onction)” (Evangile de Philippe. passage 69). le matin de Pâques. la béatitude de l'homme et de la femme joints en une union sacrée est ce qui répare notre séparation de Dieu car les Dieux (Eons). Dans la foi Chrétienne. Dans les enseignements Tibétains.Le Sexe et la Mort Dans son exposé des parallèles Gnostiques-Shivaïtes. Pour empêcher les “pirates Archontiques” de capturer le corps (ibidem Williams. utilise le mot nymphion. ainsi que certains maîtres Gnostiques le revendiquaient. page 137). il pourrait aussi avoir dit. L'Evangile de Philippe célèbre l'union mystico-érotique dans la chambre nuptiale comme le plus sacré des rites grâce auxquels les initiés sont “engendrés par le Christos en deux”. Le mot adepte vient de la racine Latine adipisci-. Le siddha Asiatique est la contrepartie exacte de “l'adepte” dans les Ecoles de Mystères. atteindre”. se trouve la faculté de percevoir au niveau microscopique ou moléculaire. la forme de l'union est différente. Dans le jargon Gnostique. Le corps spectral des Gnostiques est appelé dans le Bouddhisme le Nirmanakaya. Le mot adepte est étroitement corrélé au mot aptitude. c'est à dire. En décrivant les réalisations yogiques des mahasiddhas Shivaïtes. l'omniscience. il est probable que les Gnostiques ne pouvaient que développer les facultés requises non seulement pour détecter la force extraterrestre mais aussi pour lui résister. le Samkhya-Karika: “Le yogi qui a atteint les siddhis acquiert ainsi des pouvoirs similaires à ceux des dieux. Mais selon des témoignages Gnostiques. Lors de la rencontre entre Marie-Madeleine et Jésus dans le jardin. [Cela est possible parce que] Christos vint pour réparer la séparation qui procédait de l'origine. et pour donner la vie à ceux qui moururent à la suite de la séparation”. il semble que cette expérience puisse être réalisée selon divers modes. s'il était véritablement un maître Gnostique apparaissant dans le corps docétique. qui était extrêmement prudent de ne pas dévoiler des secrets relatifs aux Mystères. le Christos est l'Eon couplé avec Sophia. “tu peux me voir. la faculté de se téléporter et la faculté de lire le mental d'autrui.. ils ne pouvaient que développer tout un arsenal de tactiques défensives et immunologiques. particulièrement ceux qui auraient pu décrire des rites sexuels. Les études modernes de la Kundalini mettent en exergue ses effets quant à l'activation du système immunitaire ou “renforcement de l'aura” en termes du Nouvel-Age. qui sont dans la béatitude éternelle. toucher. sont également la source de la béatitude corporelle. il existe d'amples évidences textuelles selon lesquelles les pratiques Gnostiques menant à la “divinisation” des participants impliquaient un acte d'accouplement sexuel sacramental dans le nymphion. Me mou aptou. L'union dans le sexe sacramental “donne la vie à ceux qui sont morts”. les adeptes étaient ainsi des femmes et des hommes possédant des aptitudes spéciales. “réalisations” et ceux qui les réalisent sont appelés siddhas ou mahasiddhas. ou corps spectral.

Kundalini signifie petite (“ini”) Kundala. de archai. Les Archontes sont dits envier l'humanité. la Divinité de la Nature. V. disant. Dans leur tentative de s'imposer à l'humanité. découverts en 1947. Les pratiques initiatrices Gnostiques étaient destinées à consolider notre incarnation par l'éveil de la Kundalini qui nous enracine à la Terre. la vision de rêve. (Note: les “Guetteurs” sont toujours identifiés avec les Annunaki dans les spéculations modernes sur les ET/OVNI). Ainsi. Lorsque la Kundalini est éveillée. les Archontes ont recours à beaucoup de bluff et de bravades. épisode 10). La grande Kundala est le pouvoir serpentin de la Terre elle-même. (Sur l'émanation de l'Atu Kadmon. qui contient des descriptions de rencontres directes avec les extraterrestres reptiliens. C'est la finalité ultime du yoga de la Kundalini: non pas la fuite du corps. de la façon la plus profonde. le Plérome des Eons. Ils influencent notre mental de sorte à nous faire croire qu'ils peuvent faire beaucoup plus que ce qu'ils font réellement. et c'est une intuition cruciale. mais l'enracinement dans Gaïa. mais principalement parce que nous vivons dans le corps de leur Mère!! Selon le mythe Gnostique de création. mais elle indique aussi que leurs puissances sont plus engagées pour se batailler entre eux plutôt que de nous subjuguer. contiennent des récits explicites de menaces directes proférées par les reptiliens. pour un certain nombre de raisons.. ainsi qu'il en est amplement attesté dans les écrits des investigateurs Occidentaux tels que Lee Sanella et Arnold Mindell. Elle. Cette ligne non seulement corrobore les scénarios contemporains qui décrivent des conflits entre les extraterrestres qui sont parmi nous. parce qu'ils émergèrent avant le développement de la Terre et du Système solaire mais ils n'émergèrent pas directement du Plérome au contraire de l'humanité. Comme je l'ai expliqué par ailleurs sur ce site. Ils sont appelés les Archontes. Pour nous livrer à eux. caractéristique de la connaissance hautement nuancée des adeptes des Ecoles de Mystères. elles sont tournées les unes contre les autres” (passage 27). Et ils me dirent. Son apparence était mortellement terrifiante et sa peau était multicolore avec des écailles sombres et brillantes”. non pas la déification des participants.. voir La Promesse d'une Planète Solitaire. au moment même ou les Codex de Nag Hammadi furent initialement reconnus comme des documents Gnostiques rares. il nous faudrait abandonner nos corps et abandonner les facultés cachées qui résident en nos corps. est la force ambiante suprême qui maintient l'ADN configuré dans ses chaînes spiralantes d'acides nucléiques. observaient la présence persistante des reptiliens au sein du culte de la Mer Morte des Zaddikim. un groupe Gnostique qui s'appelait les Archontiques s'était installé au sud de Qumran sur la Mer Morte. Je levai les yeux et je regardai l'un d'entre eux directement.La Force Extraterrestre Si la Kundalini est une force biologique. elle enracine le corps humain consciemment dans le corps planétaire. les Gnostiques baignaient dans une luminosité extatique qu'ils estimaient rayonner de la Divinité. troisième partie. qui dure depuis des millénaires. les initiés Gnostiques qui avaient rencontré et repoussé les Archontes. dans un certain sens. “Ces puissances ne sont pas tournées contre toi spécifiquement. qui sont considérées comme véridiques par Zecharia Sitchin et de nombreux autres investigateurs sincères. dans un acte terminal d'auto-effacement. les courants Erotiques tourbillonnants de Gaïa. 'Lequel d'entre nous te possédera?'. et le Mythe de Gaïa. nous leur abandonnons notre puissance. de l'origine”. La Première Apocalypse de Jacques (NHL. Je leur demandai: 'Qui êtes-vous pour revendiquer du pouvoir sur moi?' Ils me répondirent: 'Nous avons le pouvoir de gouverner sur l'humanité'. avant que Sophia elle-même ne se métamorphosât en la Terre. Les Manuscrits de la Mer Morte. et tenant une grande discussion à mon sujet.et il en résulte qu'ils nous possèdent parce que nous avons trahi nos propres facultés. la Terre Mère. Doués de facultés de perception paranormale. ils nous ont subjugués. au travers de l'Eon Sophia qui est incarnée en la Terre. les Archontes réussissent à nous faire abandonner nos facultés. telles que la vision éloignée. 3). Grâce à leurs tactiques subtiles d'intimidation au travers des croyances erronées. Dans le nymphion. l'autre type de pouvoir du serpent doit être distinctement anti-biologique. (4Q542). dans le Testament d'Amram: “Je vis des Guetteurs dans ma vision. “antérieur. L'absorption de ces émanations effectue une guérison sexuelle et répare la rupture entre les sexes (“la division des  . avertit que “de nombreux Archontes demeurent en Jérusalem”. lors de rites sexuels sacrés ou par d'autres voies. Deux d'entre eux se battaient pour moi. “le pouvoir serpentin ou spiralant”. Néanmoins. les Archontes sont une espèce d'êtres inorganiques produits anormalement par l'impact de l'Eon Sophia sur la matière atomique. mais de par cette croyance. Mais l'instructeur Gnostique ajoute. C'est pour cela que les Archontes prétendent gouverner l'humanité et prétendent même avoir été nos créateurs ainsi qu'il est rapporté dans les tablettes cunéiformes des Annunaki. à notre insu .

pour ne pas mentionner les moeurs sexuelles qui tombent en ruines. («The Sanctum of the Winged conçoivent et donnent naissance. Creative Mythology. 5 mars 2004. a conféré la Gnose à nos parents”. le pouvoir du serpent est appelé “l'instructeur”. et pas un tentateur. acquiert du serpent allié la connaissance secrète pour les Mystères. huit hommes et huit femmes. “C'était le Serpent.. il n'existe pas de péché de la part de nos parents ancestraux. page 96. Traduction de Dominique Guillet  . L'Eon Sophia. Dans certains textes Gnostiques.. la représentative ancestrale de l'espèce humaine. illustrée ci-dessus) des clowneries officieuses des Archontes. Le Succotash Gnostique: bol cérémonial Orphique montrant seize adeptes nus. 200-300 CE.» Orphic bowl. la sexualité humaine. en déchirant la matrice de l'Anthropos. Nous recevons une Campbell. qui en tentant Eve. la déesse de la Sagesse.genres”) qui se manifesta au niveau cosmologique lorsque Sophia réalisa son plongeon. maintenant “enracinée” en Terre. Ce n'est pas l'humanité qui chute. Dans la version Gnostique de la Chute du Paradis. La Haute Immunité Archontique est peut-être ce dont avons besoin de nos jours. dans Joseph nous nous embrassons les uns les autres. Avec une naïveté inhabituelle. “L'amour spirituel est tout vin et parfums”. un allié sublime pour l'humanité. Le cosmos est guéri au travers de ce qui a été le plus profondément blessé. mais c'est aussi Sophia. C'est pour cette raison que Serpent. qui se touchent. (The Gnostics. qui reconnecte l'humanité à la Source cosmique. page 59). Ces rites étaient pratiqués pour protéger le cercle d'adeptes (la cellule Gnostique de seize mystai. dans un cercle avec leurs pieds “Car c'est par un baiser que les coeurs parfaits. plongea du Plérome. (Evangile de Philippe). Le Serpent dans l'Eden est la Kundalini. Eve. John Lash. c'est Sophia. Tobias Churton affirme que les Gnostiques pensaient que “la relation sexuelle est bonne pour votre développement spirituel”. La forme de connexion la plus directe et la plus dynamique fut réalisée dans le flux extatique de la Kundalini durant l'orgia sacrée. alors que nous sommes confrontés aux ravages de l'HIV sur la planète. agissant en l'absence d'un consort. les adeptes.) conception de notre humanité de la grâce que nous trouvons en chacun de nous. Flandres.

Au travers d'un long processus d'erreurs et d'épreuves. Les ombres noires fugaces sont moins souvent reportées. la stupidité de son comportement contradictoire”. le côté actif de l’infini). Il a fait de nous des êtres dociles et impuissants. simulacres”. réalisé par John Keel. Ombres Boueuses Dans l'ouvrage final de Castaneda. Au cours de ses aventures. Les êtres humains sont ses prisonniers. Castenada a appris la théorie et la pratique d'une nouvelle discipline enseignée par son professeur malicieux et exigeant. Il réprime toute velléité de protestation! Si nous voulons faire preuve d’indépendance. Don Juan met Castaneda au défi de réconcilier l'intelligence de l'homme. sur l'activité extraterrestre dans son ouvrage “La Prophétie des Ombres”. dont témoignent toutes ses prouesses. dans ce cas précis.. la cupidité et la lâcheté. d'un noir impénétrable. Sorcellerie.. qui joue le rôle du mentor Socratique de Castenada. Castenada écrivit: “Les êtres humains sont dans une quête de conscience qui a été momentanément interrompue par des forces étrangères”. Selon Castaneda. Cette description correspond à des milliers de témoignages relatant des mouvements bizarres de sauts. avec “la stupidité de ses systèmes de croyance. mais elles jouent le rôle principal dans le rapport. Castenada arrive à altérer les paramètres de la perception afin d'explorer d'autres mondes. long et détaillé. “le coeur du sujet”. Don Juan Matus. Pourrait-on comparer les Archontes aux “ombres boueuses” décrites par Don Juan? Cette  . parfois latéraux. Les écrits Gnostiques contiennent des descriptions de prédateurs extraterrestres appelés les Archontes. pour le shaman. Dans son ouvrage Passes Magiques. nos conceptions du bien et du mal. Arkontai en Grec. A l'étonnement horrifié de son élève. Les noms les plus communs qu'ils leurs attribuent sont “créatures de l'ombre. un anthropologue sceptique. (Editions du Rocher)..Le Coeur du Sujet Parallèles Gnostiques dans l’Oeuvre de Carlos Castaneda John Lash Les onze ouvrages de Castaneda relatent son apprentissage avec un Amérindien Yaqui. il rencontre certains êtres extraterrestres inorganiques qui représentent un obstacle. qui sont exécutés par des extraterrestres de type Gris qui abordent des individus de façon impromptue. Durant plus de 20 ans. Don Juan associe cette contradiction flagrante dans l'intelligence humaine avec ce qu'il appelle “le sujet des sujets”. il exige que nous rentrions dans les rangs! Les sorciers sont convaincus que les prédateurs nous ont imposé nos systèmes de croyance. dans les témoignages. Ce sont eux qui suscitent nos espoirs et nos attentes. C'est une grande ombre. Les prédateurs ont fait de nous des êtres suffisants. ou une épreuve. nos rêves de réussites et nos peurs de l'échec. Ils insufflent en nous la convoitise. les sorciers de l'ancien Mexique appelaient le prédateur un “planeur” (mis en italiques par Castaneda) “parce qu'il jaillit de l'espace. Ce sujet concerne la “prédation”. se rapporte à un chemin de vie qui se situe en dehors des expériences habituelles de l'humanité. le vieux sorcier explique comment le mental humain a été infiltré par une intelligence extraterrestre: “Nous avons un prédateur qui est venu des profondeurs du cosmos et qui contrôle notre existence. Les Codex de Nag Hammadi les décrivent comme des créatures lourdes. routiniers et des maniaques de l'ego”. nos mœurs sociales. Le prédateur est notre maître et seigneur. “le sujet le plus sérieux de la sorcellerie”. L'art des “nouveaux initiés” implique une nouvelle compréhension des secrets antiques de la sorcellerie Toltèque transmis à Don Juan au travers d'une filiation tardive datant du 18 ème siècle. une ombre noire qui fonce vers le sol et se pose lourdement”. Le Voyage définitif (Editions du Rocher publié sous le titre original “The Active Side of Infinity”. ténébreuses et fuyantes.

Ils indiquèrent que les Archontes envahissent la psyché humaine et que. Don Juan dit à Castaneda que “les prédateurs ont échangé leur mental contre le nôtre”. avec la montée de la Kundalini au travers des sept chakras dans les traditions Yoguiques de l'Inde. Don Juan dit à Castaneda que le mental du prédateur est “un modèle bon marché: réduction des dépenses. Auto-Défense Psychique Les textes Gnostiques décrivent des confrontations directes et physiques avec les deux types d'Archontes. cette implantation étrangère disparaissait. Ces entités prédatrices sont connues pour “enlever les âmes la nuit”. Don Juan n'a pas recours à ce système en sept niveaux mais sa description des planeurs s'adapte parfaitement à ce système. Elle perturbe nos facultés indigènes d'organiser le monde en harmonie avec le langage qui est propre à notre espèce. taille unique”. cependant. qui correspondent aux sept planètes. un lavage de cerveau. La corrélation est d'autant plus  . peut être subverti et même remplacé par une autre intelligence. Tout d'abord. Dans certains textes. Pour plus d'informations sur la confrontation des Archontes. ce “mental indi/gène”. ce qui confirmait. Les sorciers appellent ce mental étranger uniformisé “l'implantation étrangère. Cette affirmation alarmante suggère un parallèle immédiat avec les enseignements Gnostiques. mais qu'en raison de l'intrusion des Archontes.à rapprocher des Gris que l'on rencontre dans les témoignages modernes impliquant des OVNIs . la rencontre avec les Archontes est structurée selon le système des “sphères planétaires”. sur l'humanité. Leur influence fondamentale. le maître Gnostique instruit un étudiant comment faire face aux Archontes. Dans la Première Apocalypse de Jacques. de l'intention constitue l'un des sujets essentiels des derniers enseignements de Don Juan. des passes magiques ou des gestes de pouvoir (des mudras). ou “génie inné”. nous avons le problème de l'influence des prédateurs. L'adepte qui pratique la projection astrale. nous authenticos. celui qui nous appartient en propre et se résume à notre expérience personnelle. dont toute la nature est empreinte.et le type reptilien. est à mettre en parallèle avec l'importance du langage et de la définition correcte mises en exergue par les enseignements Gnostiques. Il dit que les sorciers des anciens temps “s’étaient aperçus que s’ils opposaient au mental des planeurs leur silence intérieur. l'adepte ne peut continuer que s'il fait face au “gardien du seuil” en utilisant des paroles et des passes magiques. Dans Le Voyage définitif. est devenu timide. sur notre mental. C'est également le principal effet de l'intrusion Archontique. Les Gnostiques. voir mon essai “Un Principe Gnostique”. qui existe en toi et en tout être humain”. inquiet et fuyant après une vie entière d’asservissement”. L'implantation étrangère (mise en italiques par Castaneda) nous arrache à notre syntaxe. ou planeurs. La tactique habituelle des Gris est tout d'abord de paralyser et ensuite d'infiltrer le mental du sujet humain. Ce n'est qu'alors que nous comprenons comment “notre véritable mental. Don Juan énonce un certain nombre d'affirmations relatives aux stratégies efficaces contre l'intrusion étrangère. il reste qu'ils peuvent également nous agresser sur le plan physique. par le sorcier. A chaque niveau. particulièrement dans les écoles Hermétistes et Cabalistiques. dans nos paradigmes et dans nos croyances. et la dérivation subséquente de l'intention. Cette description correspond parfaitement à la mentalité de ruche des Archontes. l’origine extérieure de ce mental. Hinze compare l'ascension Gnostique.question soulève la problématique plus générale des parallèles existant entre le shamanisme Toltèque de Méso-Amérique de Don Juan et le shamanisme des Ecoles des Mystères de l'Europe antique. ce qui est une description précise des kidnappings modernes par des ET. Nous allons analyser quelques uns de ces parallèles. se fait sentir dans notre syntaxe mentale. le type embryonnaire ou foetal . fait partie de l'intelligence cosmique. Dans Tantra Vidya. qui dirigeaient les Ecoles de Mystères du Proche Orient dans l'antiquité. Le “véritable mental” de Castaneda peut être identifié au “nous authenticos” des Gnostiques. L'importance de la syntaxe correcte dans la maîtrise. M. tout comme Don Juan le dit des planeurs. le rêve éveillé ou la “manipulation de son double” (comme chez Castaneda) fait ainsi face aux Archontes dans une sorte de labyrinthe de jeu virtuel à sept niveaux. se traduit par un conditionnement mental.” En d'autres mots. si leur invasion est avant tout de nature mentale et psychique. enseignaient que le mental réel des êtres humains. la prise de conscience qu'un autre mental puisse opérer en notre mental ne devient parfaitement claire et certaine que lorsque ce mental étranger a été dévoilé et expulsé. La préoccupation du sorcier concernant la déviation de la syntaxe. Les adeptes des Mystères apprennent à repousser les Archontes grâce à des formules magiques (des mantras). au travers des sept sphères. La notion archétypique du “voyage au travers des sphères planétaires” était bien connue dans l'antiquité. O. L'influence principale des planeurs. pour les patriciens impliqués dans cette stratégie.

il n'est pas étonnant de découvrir des correspondances cohérentes dans des traditions très éloignées dans le temps ou dans l'espace. la clarté et la concentration constituent des atouts indispensables. des scénarios qui nous guident. de façon étonnante. En bref. L'Implantation Etrangère La notion d'une implantation étrangère est extrêmement instructive. C'est quelque chose qui est implanté dans le mental humain par des forces extraterrestres. Les conseils que Don Juan prodigue au guerrier. Ce serait une erreur de faire correspondre. que le mental des planeurs est incapable de la moindre concentration. Cette domination est symptomatique de la déviance Archontique. Cette remarque rappelle l'assertion Gnostique selon laquelle les Archontes n'ont pas d'ennoia. de la conception initiale à la complétude finale. Mais si nous postulons que l'expérience shamanique est. et ce sont également des attributs du mental humain. un centre mutuel. de manière stricte et littérale. moins technologique. Pour faire face à l'immense complexité de l'intrusion.  . et le Serpent à Plumes. une faculté cruciale pour l'humanité si elle veut découvrir son chemin dans le cosmos. des histoires. sont identiques à ceux qui sont imputés aux Archontes dans les textes Gnostiques: l'envie (la convoitise) et l'arrogance (le sur-développement de l'ego) sont considérés comme leurs caractéristiques primordiales tandis que leur comportement témoigne du fait que ce sont des drones stupides (routiniers). semblent constituer une version Toltèque des stratégies Gnostiques de résistance aux Archontes. Ils ne possèdent pas de pouvoir de concentration. Selon les enseignements Gnostiques. ou principes du Plérome. Sur l'utilisation de la Kundalini pour repousser l'intrusion extraterrestre. par essence. cela évoque le concept de virus idéologique implanté dans nos cerveaux par des entités non-humaines. aucune faculté innée qui leur permette d'unifier l'attention à l'intention. dans plusieurs des ouvrages de Castaneda. Nous réalisons ce processus en permanence lorsque nous focalisons notre attention sur une finalité spécifique ou sur une intention. les sorciers Toltèques étaient des adeptes de la kundalini qui cultivaient “le feu de dedans”. Se concentrer. les révélations de Don Juan avec les enseignements Gnostiques mais ces premiers parallèles sont frappants et ce ne sont pas les seuls. L'insistance Gnostique sur le Judéo-Christianisme (que l'on peut maintenant étendre aussi à l'Islam) nous confère un avantage stratégique dans la détection des influences extraterrestres parce que les religions patriarcales et rédemptionnistes ont dominé la narration historique sur notre planète. consistante et empirique (à savoir fondée sur l'expérience).pertinente si nous rapprochons le “culte du serpent” de certains groupes Gnostiques avec la pratique du yoga de la Kundalini qui. Bythos et Ennoia sont des divinités cosmiques. Il est probable que les voies de détournement sont aussi nombreuses et diversifiées que les finalités humaines. Les traits de caractère humains attribués par Don Juan à la déviation. à son tour. mais les mêmes expériences sont décrites dans les trois systèmes: Toltèque. c'est amener les deux sphères ensemble en un point unique de fusion. Cela nous rappelle immédiatement les implants métalliques ou cristallins qui sont supposés être utilisés par les Gris (et leurs complices humains) pour suivre à la trace des sujets humains. pour l'humanité. c'est apporter une certaine intensité d'attention (Bythos) à l'intention (Ennoia). à première vue. Le mental étranger fait intrusion dans notre faculté de raconter des histoires. Ils sont symbolisés par deux sphères. Il se peut que leurs rencontres avec les planeurs n'aient pas été formalisées dans un jeu-épreuve de sept niveaux. Yoguique et Gnostique. le Tout. La faculté. de nous détourner du cours d'évolution qui nous est propre. selon les Gnostiques. Le parallèle Toltèque-Gnostique peut paraître. Selon la critique Gnostique du Christianisme. C'est une des manières les plus efficaces. les Archontes en sont incapables parce qu'ils sont “incapables de la moindre concentration”. avides d'exercer leur pouvoir sur nous et trop peureux pour se manifester ouvertement et pour se dévoiler. sinon la plus efficace. l'idéologie rédemptrice dans sa forme Judéo-Chrétienne (c'est à dire la croyance en un rédempteur divin et une apocalypse finale) est tout simplement un tel virus. par une implantation étrangère. Don Juan fait remarquer. On pourrait définir la concentration comme une synergie entre l'attention et l'intention. voir mon essai: la Kundalini et la Force extraterrestre. qui doit s'opposer aux planeurs. ils ne possèdent aucune volonté en propre: ils ne peuvent pas faire preuve d'intention. distant et improbable. Cet exemple exceptionnel nous montre comment la sagesse indigène des Amériques concorde avec les enseignements ésotériques d'une tradition spirituelle du Proche Orient perdue depuis longtemps. La résistance humaine à leur intrusion dépend de l'attitude intérieure et de la discipline mentale: la sobriété du guerrier. Dans un autre sens. Se concentrer. peut être rapprochée avec “le feu de dedans”. d'accomplir une finalité dépend de la possibilité de développer des narrations.

10. L'affirmation selon laquelle la prédation est “le sujet des sujets”. 3. développés dans les neuf ouvrages de Castaneda de 1968 à 1998. 10. Les pratiques shamaniques très anciennes des Ecoles des Mystères. Le travail avec le rêve éveillé. Les émanations. les enseignements de Don Juan. Le modèle des grandes bandes d'émanations qui imprègnent l'univers. Gnosticisme 1. Enseignement sur l'ennoia. la projection du double. L'insistance sur l'ennoia. Les aspects communs au Gnosticisme et au néo-shamanisme d'inspiration Toltèque de Castaneda sont les suivants: Néo-shamanisme Toltèque 1.  .Points Communs Lorsqu'on les examine attentivement. peut-être l'équivalent de la “voix du voir” de Castaneda. 4. le voyage astral. Selon la conception Gnostique et selon la conception Toltèque. 7. 6. 5. Mise en exergue de l'intrusion Archontique. 7. l'intentionnalité qui nous aligne avec les dieux et qui nous élève audessus des Archontes. la connaissance primordiale qui émerge dans la lumière pure. aux querelles. L'insistance de Castaneda sur la syntaxe: attributions correctes et utilisation de signaux de commande mentaux pour diriger l'intention. 8. La distinction entre les êtres organiques et les entités inorganiques. le voyage astral. décrits dans les textes de révélation des Ecoles des Mystères. L'exploration d'autres mondes et autres dimensions grâce à la pratique de conscience non-ordinaire. La même figure dans les Codex de Nag Hammadi lorsque la voix d'instruction de l'esprit sacré. aux pactes sinistres avec des puissances non-humaines ainsi qu'au contrôle d'autrui. la projection du double dans les cercles Gnostiques des Ecoles de Mystères. 3. nous pouvons générer une énergie vitale qui nous propulse vers d'autres états de conscience. La conception d'un virus idéologique déshumanisant implanté dans notre mental par les Archontes/Extraterrestres. dans de nombreux épisodes des aventures de Castaneda. “le coeur du sujet”. 9. La description par Don Juan de “l'oeuf lumineux”. une métaphore primordiale chez Castaneda. Le dévoilement d'un mental extraterrestre. La nouvelle sorcellerie introduite par Castaneda est une extension et une transformation des connaissances ancestrales des “anciens voyants” de la tradition Toltèque du Mexique d'antan. contiennent de nombreux parallèles distincts avec l'initiation Gnostique. 2. La figure Toltèque de l'Aigle. 8. Ils ne sont pas ici pour nous guider ou pour nous faire évoluer mais. la libération ultime de l'humanité peut s'accomplir en s'opposant aux prédateurs extraterrestres. 9. Sa finalité est la liberté du guerrier spirituel plutôt que la prise de contrôle sur un objet ou une personne. L'importance pour le sorcier de maîtriser l'intention. 5. La distinction entre les humains et les Archontes dans la cosmologie Gnostique. qui amoindrit ou altère notre humanité innée. en les confrontant et en les subjuguant. L'ovale de lumière claire dans les textes de révélation Gnostique et l'augoeides. Le travail avec le rêve éveillé. ou “oeuf aurique” des Mystères. afin que je puisse les instruire et les éveiller des profondeurs du sommeil” (Apocryphe de Jean. 6. ou flux émanant du Plérome. Elle diffère de l'ancienne sorcellerie principalement de par le fait qu'elle n'accorde aucun intérêt aux jeux de pouvoirs subtils. affirme: “Je suis apparu sous la forme d'un Aigle sur l'Arbre de Connaissance. 2. 23:25-30). Il est essentiel de faire face à l'intrusion parce que nous ne pourrons pas découvrir notre chemin véritable dans le cosmos si nous ne percevons pas comment nous en sommes déviés. la clarté mentale et l'attribution correcte (utilisation adéquate des définitions). ou implantation étrangère. 4.

il existe sept planètes. Voir mon essai “Une gerbe de blé coupé. La nature et le fonctionnement de l'augoeides. Dans certains systèmes antiques. à l'exclusion de la Terre: le Soleil. Il existe. est l'un des secrets les plus profonds des Mystères. 13. ces deux corps sont exclus et remplacés par les noeuds lunaires. la Lune. Gnosticisme 11. de telle sorte que le corps physique flotte dans l'ovale. ou une dépression. les sorciers sont capables de modifier leur perception de la réalité et.Néo-shamanisme Toltèque 11. Isadorus est réputé avoir décrit l'augoeides. provenant de Roumanie. qui plus est.) Cette situation rappelle la description par Castaneda de la structure organique et inorganique des “grandes bandes d'émanation” qui composent l'univers. et on peut donc avoir accès à quelques aspects de ses enseignements. l'érudit Gnostique G. tels qu’ils sont dépeints sur le bol Orphique du serpent ailé et sur le bol de Pietroasa. le point d'assemblage est stable et l'être humain perçoit la réalité d'une façon prédéterminée. De plus. les “sept bandes  . la Kundalini. Mercure. Ce sont l'oeuf lumineux. L'organisation des cellules des Mystères en seize membres. (Le Soleil n'est évidemment pas une planète. mais une étoile. En déplaçant le point d'assemblage. le corps central de notre système planétaire et la Lune est un satellite de la Terre. Les instructions de Don Juan concernant le point d'assemblage sont tout autant étonnantes que fascinantes mais loin d'être claires. au corps physique à un point situé dans le dos. Une Epreuve Cosmique Dans la structure classique du système planétaire. L'organisation du clan du sorcier en huit paires de sorciers mâles et femelles. L'oeuvre originelle d'Isadorus est perdue mais elle fut paraphrasée par un autre auteur. au-dessus de l'omoplate droite. procédant des Mystères. Trois facteurs. Le mécanisme du point d'assemblage. ou le Serpent à Plumes des Toltèques. également appelé l'oeuf aurique. cependant.” 12. de déconstruire et de reconstruire la réalité à leur convenance. Les dynamiques de glissement ou de déplacement du mécanisme sont difficiles à appréhender et encore plus difficiles à visualiser. Tant que la force de l'oeuf demeure dans l'ondulation. Il semble qu'à cet endroit du corps. Vénus. Mars. Saturne. Ainsi donc. Damascius. il est évoqué que l'oeuf lumineux qui entoure l'être humain est attaché au corps physique par un mécanisme bizarre appelé le point d'assemblage. 12. qui décrit le point d'assemblage de la même manière que Castaneda. Dans son ouvrage The Subtle Body in Western Tradition. le mari d'Hypatia et l'un des derniers Gnostiques qui aient enseigné à l'Ecole des Mystères (le Museum) d'Alexandrie. les grandes bandes d'émanations et le rôle de certains êtres inorganiques en tant qu'alliés. il semble que le point d'assemblage soit un concept excentrique que l'on ne peut comparer à aucune autre source ou tradition. “l'aura dorée” comparable à l'oeuf lumineux de Castaneda. S Mead cite les écrits perdus d'Isadorus. un des détails les plus étranges des ouvrages de Castaneda est confirmé par un instructeur des Mystères qui vécut à Alexandrie au 5 ème siècle EC. Il semblerait qu'un traité perdu d'Isadorus affirmait que l'augoeides entoure l'être humain comme une membrane ovale. Si nous excluons la Terre des autres planètes. un témoignage rare. huit de chaque sexe. R. 13. C'est précisément de cette manière que Castaneda décrit l'oeuf lumineux. Dans plusieurs ouvrages. Le mécanisme du point d'assemblage. ou accroché. l'oeuf lumineux exerce une sorte de pression et forme une ondulation. possèdent une importance particulière. Ce point se situe en haut de l'épaule droite. Le développement exhaustif de ces parallèles demanderait d'écrire un ouvrage entier. Le développement du “feu de dedans”. L'instructeur Gnostique déclara également que l'ovale lumineux est connecté. parmi ces treize. Le Point d'Assemblage Le sujet du point d'assemblage est certainement l'un des aspects les plus étranges et les plus déconcertants des enseignements de Don Juan. Le Serpent Ailé et l'Instructeur divin des Gnostiques. Jupiter.

C’est par leur intermédiaire que l’univers nous met à l’épreuve. Le “prédateur qui est venu des profondeurs du cosmos et qui contrôle notre existence” peut être certainement identifié avec les Archontes des enseignements Gnostiques. qui sont des êtres inorganiques. Le prédateur sombre et ténébreux semblerait constituer une catégorie unique d'entités inorganiques qui n'est peut-être pas du tout un allié. Selon de nombreuses traditions indigènes. mais dans un autre langage. à l'exclusion de la Terre. comme nous venons de le souligner. Il se pourrait que les “sept bandes inorganiques” dans le schème de Castaneda représentent le même modèle. John Lash. ou en glissant dans des régions inconnues de notre propre bande. Comment pouvons-nous réagir vis à vis du coeur du sujet. que les planeurs sont des entités inorganiques et cette conclusion est donc non seulement logique mais en cohérence avec sa syntaxe. Il s'ensuit que l'intention d'ordonner notre mental. les êtres inorganiques changent et se transforment en ce que les initiés appellent des alliés”. Don Juan spécifie que les sorciers peuvent entrer en contact avec des êtres inorganiques. de façon très vivante. monstrueux. à savoir une modification comportementale. Castaneda n'indique nulle part que ces entités prédatrices procèdent de ces sept bandes. mais cette déduction semble logique. le Septuple. Leur présence dans le monde assemblé autour de nous. que les prédateurs extraterrestres constituent le vecteur par lequel l'univers nous met à l'épreuve. Les initiés Gnostiques localisèrent l'habitat des Archontes prédateurs dans le système planétaire. à l'exclusion de la Terre. l'intrusion Etrangère et son influence majeure. ou bien alors un allié particulièrement peu aisé à maîtriser. constitue l'exercice capital. la biosphère gouvernée par les lois de la chimie organique. et qu'ils le font généralement.” Et il est significatif qu'il dise “ne nous toucheront pas” et non “ne puissent pas nous toucher”. Ils initient ce contact en déplaçant le point d'assemblage et en pénétrant dans le territoire inconnu des autres bandes. hormis de se discipliner au point qu’ils ne nous toucheront pas. les Archontes seraient sur leur territoire. Dans cet espace ainsi assemblé.inorganiques” pourraient parfaitement correspondre aux “sept planètes” que l'on considère comme des sphères qui ne peuvent pas accueillir la vie organique au contraire de la Terre. Il affirme explicitement. la prédation? Selon le conseil de Don Juan “On ne peut strictement rien faire. Il déclare également. son système descriptif. Traduction de Dominique Guillet  . Il existe baucoup d'alliés dans l'immensité du cosmos. l'épreuve fondamentale pour l'évolution de l'humanité. “Une fois que la barrière est brisée.” Les parallèles entre la matière Gnostique et la nouvelle sorcellerie Toltèque de Carlos Castaneda sont frappants et présentent des intuitions qui donnent à réfléchir sur la condition humaine. Don Juan insista sur la nécessité de faire face à cet être inorganique pour faire l'expérience “de la certitude de l'origine étrangère du mental”. Le vieux sorcier offre également un commentaire étonnant sur ce que l'on pourrait gagner d'une rencontre avec ces entités.terrifiants. Don Juan décrit. néanmoins. de vivre de telle sorte que les planeurs/Archontes ne souhaitent pas nous envahir. “Les planeurs sont un constituant fondamental de l’univers et nous devons nous efforcer de les voir sous leur véritable jour . Ils appelèrent le système planétaire. la terre est visitée par de nombreuses espèces d'êtres alter-dimensionnels qui poosèdent une fonction d'alliés et de guides pour l'humanité. Le royaume Archontique serait ainsi un assemblage des sept bandes inorganiques. l'Hebdomade. serait une intrusion. On peut comparer cette terminologie à la description Gnostique du royaume des Archontes. Une grande partie de l'activité décrite dans l'oeuvre de Castaneda consiste en des incursions dans des autres mondes qui sont contingents au nôtre. Les Gnostiques enseignèrent que la Terre n'appartient pas au système planétaire mais qu'elle en est simplement la captive.

Carlos Castaneda. Nous avons besoin des oeufs.” Pensant que son visiteur a repris courage. “J’accepte de travailler avec votre frère. il nous faut tout d'abord accepter que l'étude du sujet des Archontes ne soit pas rationnelle. mais cela va être long. Nous sommes ici confrontés à une véritable énigme. à des critères rationnels et ce n’est pas. le but du raisonnement non-ordinaire. avec les détails les plus rigoureux. Docteur. l'intelligence de la biosphère? Et quels sont également leurs rapports avec l'humanité? Une raison non-ordinaire Les Gnostiques ont exploré ces questions de manière sobre et conséquente mais si nous voulons les suivre dans leur raisonnement. le plus étrange est sans nul doute la présence des Archontes. Docteur. Le développement et le maintien de tels codes fait appel à une raison non ordinaire. mais je ne peux pas. tout réduire. le psychiatre consulte son agenda. en faisant preuve d’une sorte de rationalité virtuelle. L'objectif est d’accéder à une compréhension claire et précise des aspects de l’expérience humaine qui sortent du cadre de la perception sensorielle ordinaire. une espèce à part entière. bien sûr. Mon propos n'est pas de pousser quiconque à accepter la théorie Gnostique des Archontes. fût-elle extra-terrestre? Quelle est leur relation avec Gaïa. la thérapie peut souvent ramener le patient à la réalité”. Sur internet. Magical Passes De tous les sujets très étranges abordés par les écrits Gnostiques. lui affirme-t-il. On ne peut pas. Tout ce que je propose. Où situons-nous ces entités mystérieuses dans l'histoire du Mythe de Gaïa? Devons-nous les considérer comme des entités réelles. L’équanimité est indispensable dans l’approche de l’énigme des Archontes. les caractéristiques et les comportements spécifiques de plus d’une centaine de personnages. c’est que nous l’examinions et que nous l’explorions. “C’est terrible à voir. la raison non-ordinaire est similaire à la raison ordinaire. Les avatars doivent se conformer à des codes déterminés de comportement.Le Rêve extra-terrestre: l’énigme des Archontes John Lash “Les êtres humains sont dans une quête de conscience qui a été momentanément interrompue par des forces étrangères”. cependant. Les Gnostiques se devaient de développer leur raison non-ordinaire afin d’interpréter les expériences qu’ils faisaient durant leurs états de perception accrue. Aristote observa que le propre d'un esprit mature est la capacité de concevoir une idée sans la faire sienne. “Quand pouvez-vous m’amener votre frère pour la première session?” demande-til? Son visiteur fronce soudainement les sourcils: “Désolé. “Même dans des illusions aussi extrêmes que celle-ci. Lorsque les Trekkies (les fans de la série télévisée Star Trek) échangent avec passion sur les personnages et les épisodes de cette série télévisée. Notre famille vit l’enfer. Le raisonnement impliqué dans de tels jeux de rôles est rigoureux car les joueurs ne peuvent pas laisser leurs “avatars” faire ce qu’ils veulent. de faire tout mon possible.” La réponse de l’homme est complètement rationnelle dans le contexte de son imagination. les joueurs des MMORPG (Jeux de Rôle en Ligne Massivement Multi-joueurs) assument des identités fictives qui doivent se comporter logiquement. Cette façon qu’il a de glousser et de gratter. dans le cosmos ou dans la psyché humaine. En fait. j’aimerais bien. Ce qu’elle est peut être illustrée par une scène comique de Woody Allen dans son film Manhattan: Un homme rend visite à un psychiatre de la part de son frère qui souffre de l’illusion qu’il est une poule et qui agit en conséquence. Tout du moins. ils font appel à une raison non rationnelle. si ce n’est que son sujet est imaginé plutôt que perçu. en tout cas.  . pas dans le sens ordinaire de la rationalité. Cette investigation requiert de faire appel à une capacité que l’on pourrait appeler la raison non-ordinaire. Le phénomène d’échange des cartes Pokeman déclencha une explosion de raison non rationnelle chez les enfants qui devaient décliner. Que pouvons-nous faire? La psychiatrie peut-elle soulager mon frère?” Le docteur répond par l’affirmative.

va faire appel à une raison non-ordinaire.  . antérieur”) parce qu’ils émergèrent dans le système planétaire avant que la Terre ne fût formée en un habitat propre à la vie. Loin s’en faut. représente la “protennoïa trimorphe”. Nous pouvons maintenant ajouter une modification graphique à l’icone du Coco de Mer afin de suggérer comment les Archontes émergent du Rêve de Sophia. Il est vrai. Ce que nous allons apprendre de ces entités. Cet autre Rêve est un produit dérivé du pouvoir de manifestation de Sophia. Quelques mots sur les fractales: bien que des structures de type fractal apparaissent dans la nature (dans les fougères. située au centre de la zone d’impact. à partir de la matière atomique amorphe. cependant. à l’image du schéma d’éclatement de la glace d’un lac gelé.. La contemplation des Archontes n’est pas un exercice de fantaisie ou un jeu de fairesemblant. Notre monde. ou plutôt composant les vagues qu’ils semblent chevaucher. résultent d’une formule mathématique entrée dans un ordinateur et qui se reproduit à l’infini. est la manifestation de ce Rêve. Le Mythe de Gaïa décrit comment la collision entre l’Eon Sophia et la densité de la matière atomique produisit une fracture massive. que les fractales sont communément perçues dans des états altérés de conscience et qu'ensuite il se peut que les images ainsi perçues représentent des processus réels. de lignes de fracture qui courent en tous sens (la mer gelée de vagues fractales). à savoir de notre participation au rêve de Gaïa. Ces hippocampes sont semblables aux formes qui apparaissent avec une valeur élevée d’itération de l’équation de l’Ensemble de Mandelbrot. et de nos relations avec elles. à strictement parler. Et ce que Sophia engendra devint une créature de la matière. la disposition des feuilles sur la tige se répète dans la forme des branches). Son Rêve originel. le monde corporel primordial tripartite du Rêve de Sophia. sans tomber cependant dans du nonsens irrationnel. Je propose de l’appeler le Rêve Extra-Terrestre. De par l’émergence des Archontes. jaillissant tel un torrent tumultueux. Si les Gnostiques avaient raison. par l’impact de Sophia. archai “primordial. L’épisode 9 décrit comment Sophia. Comme nous l’avons expliqué dans l’essai précédent de cette trilogie. en toile d’araignée. à savoir la biosphère terrestre couplée avec le soleil et la lune. telle une fuite placentaire. cependant. un autre Rêve entre en jeu à l’extérieur de l’ordre de notre monde tripartite. telles que celles qui sont présentées ici. “Un voile existe entre le monde du dessus et les royaumes du dessous. les formes auto-similaires produites par un nombre d'itérations élevé ne sont pas naturelles. (Ce choix de langage va s’éclairer au fil de l’exposé). tout d'abord. “Haibes” en Copte. chevauchant les vagues. Le Rêve unilatéral de Sophia produisit une explosion de puissance du coeur cosmique et la Déesse. Les Gnostiques utilisent le terme “foetus avorté” pour décrire les résultats de cet impact. (L’Hypostase des Archontes. c’est essentiellement en décelant comment les Archontes fonctionnent que nous pourrons découvrir comment notre mental fonctionne et que nous pourrons revendiquer la puissance souveraine de l’intelligence dont nous a dotés Gaïa. appelés Archontes (du Grec. tel un foetus avorté”. Visions fractales Nous pouvons considérer les Archontes comme la progéniture de Sophia mais pas dans le même sens que les espèces nées et nourries dans le sein de Gaïa. en fait.. apparaissent des formes qui se répètent et qui ressemblent à des hippocampes. Le schéma a un centre où se trouve Sophia (identifié par l’Ensemble de Mandelbrot) et un réseau. perçoit autour d’Elle quelque chose de semblable à une mer de vagues extensibles et. par exemple. Ces formes correspondent au type anatomique spontanément généré. entra en collision avec les champs inertes de la matière primordiale d’une manière inhabituelle. Je voudrais préciser. premier. bien que surnaturels. un type appelé “le corps d’ombre”. le Coco de Mer. avec ses détails cosmiques. Ils sont. Une partie des ténèbres devint matière et se répandit. à l'oeuvre dans tout le cosmos.Cet essai traite des Archontes dans le contexte de l’exercice imaginal proposé dans mon essai “Coco de Mer”. et les ténèbres vinrent à l’existence en-dessous du voile. Les fractales. 94:5-15). un débordement exotique qui ne contrecarre pas. que les formes ainsi produites ressemblent aux célèbres “tissus cachemire” perçus par de nombreuses personnes prenant du LSD dans les années 1960. à savoir la biosphère terrestre.

Deux variantes distinctes du type Archonte sont mentionnées et leurs comportements sont également spécifiés. car issue de la matière (neutre. A cause du pouvoir de gloire qu’il avait acquis de la lumière de sa mère. Ces “hippocampes fractals” semblent tout d'abord être des structures inanimées. il fait preuve d’une capacité formidable de changer de formes: “Ialdabaoth possédait un nombre de visages plus grand que tous les autres et il pouvait se montrer devant tous les autres avec le visage qu’il souhaitait .” (Hypostase des Archontes. (93:30 . Les formes extensibles se métamorphosent donc d'hippocampes semi-rigides en formes foetales arrondies avec des queues mais ces queues. Cette déité  . de quel matériau et qui les a créés et qui a généré leur force”. le dieu tribal des Hébreux. Dans la seconde phase de développement décrite dans la Protennoïa Trimorphe. avec mes commentaires entre parenthèses). ne cessent de tomber et de se transformer en d'autres embryons. nul besoin de le préciser. il défend son territoire et il possède des pouvoirs diaboliques. cependant.12:10). Et (une fois créée) cette créature assuma une forme plastique façonnée à partir des ténèbres et devint une bête arrogante ressemblant à un lion. Un autre traité cosmologique. Avant toute chose. La déclaration du souverain Archonte selon laquelle il est le seul dieu dans le cosmos est. une seconde variation de “corps d'ombres” émerge avec des caractéristiques qui lui sont propres. il (l’Archonte Dragon) vit une vaste quantité de matière sans limite (disséminée dans les bras galactiques) et il devint arrogant et dit: 'C’est moi qui suis Dieu (le seul Dieu de ces régions) et il n’en existe pas d’autres'”. Alors que les Archons de type foetal sont inertes. Et il ne prêta pas allégeance au royaume dont il venait”. “Ouvrant ses yeux. Tous les textes cosmologiques décrivent cet événement. Il existe donc deux types distincts d’Archontes: un type embryonnaire ou foetal et un type reptilien ou draconique. 11:35 . les bras de la galaxie). 93:30.. Une lecture attentive révèle un détail crucial: après la formation initiale des types Archontiques embryonnaires. Au travers de ce processus bizarre d'auto-génération permanente. (Apocryphe de Jean. Dans le passage cité. Et ce que Sophia engendra (par son impact) devint une créature de la matière. Les Gnostiques insistaient sur le fait que Yaldabaoth ne fait qu’un avec Yahvé ou Jéhovah. le leader reptilien est agressif. 94:20). et il devint ainsi leur souverain. Elle était androgyne. rigides et de nature quasi cristalline mais elles s'animent ensuite de par le fait même que Sophia les contemple. L'Hypostase des Archontes la décrit comme “une bête arrogante ressemblant à un lion” mais cette créature est également décrite (dans un autre texte cosmologique.94:5). Noréa demande au grand ange Eleleth “Instruis-moi sur les facultés des Archontes. la horde foetale des Archontes voit le jour. avec de légères variations.Les formations fractales décrites dans le Mythe de Gaïa (épisodes 9 et 10) sont des phénomènes physiques réels qui se manifestent spontanément lorsqu'un Eon (un flux de plasma stellaire sans masse) jaillit dans les champs denses de la matière élémentaire. luttant pour le contrôle en raison de leur manière d’être” (84:5-15). et par quel type d’enfantement. il s’appela lui-même Dieu. leurs formes ayant été figées lors d’une phase immature de développement. Le chef des Archontes L'Hypostase des Archontes décrit ensuite un développement subséquent à l'émergence initiale des entités foetales Archontiques. inorganique). l’Apocryphe de Jean. 10:5) comme un “corps de serpent (drakon) avec une tête de lion”. lorsque le type reptilien établit sa maîtrise sur les hordes massives de type foetal et en fait sur la totalité du champ élémentaire affecté par la descente de Sophia. Il partageait son feu avec eux. Les enseignements donnés en réponse à cette question sont précis et détaillés. Le problème est momentanément résolu. les Archontes sont dotés d’une nature agressive et prône aux divisions et ils se combattent entre eux. affirme que “deux ordres (d’Archontes) se combattirent. (Hypostase des Archontes. et les ténèbres vinrent à l’existence en-dessous du voile. semble-t-il. De par les deux phases distinctes de leur création.. .si ce n’est même de toute l’évolution humaine. Dans l’Hypostase des Archontes. l'Eon Sophia “descend pour animer ses membres déchus en leur conférant l'esprit ou le souffle”. le dema). j'ai recours à des concepts issus de l'astronomie moderne afin de dresser un tableau plus vivant d'événements que l'on peut supposer avoir été observés par les initiés Gnostiques dans le cosmos: “ Un voile existe entre le monde du dessus (au coeur de la galaxie) et les royaumes du dessous (l'extérieur. le Tractate Tripartite. (une forme foetale) tel un foetus avorté. Une partie des ténèbres (matière noire) devint matière (atomique) et se répandit (se forma partiellement en champs élémentaires. comment vinrent-ils au monde. un épisode clé de la cosmologie Gnostique .

(Gilhus. expliqua le nom Ialdabaoth comme “un composé entre le participe actif Araméen yaled (engendrer) et le nom Abaoth. Ainsi. Ils ont. ni Sophia. qui représente une forme abrégée du nom Sabaoth. ou Archonte foetal. Page 55). il signifie “l’enfant qui traverse l’espace”. en fait. ‘Ialdabaoth signifie celui qui engendre Sabaoth’. La Nature des Archontes. Dès l’origine. à sa place. elle est stupide et démente. Les érudits ne peuvent se mettre d’accord quant à la signification et à l’origine de ce nom. est utilisé 276 fois pour désigner le titre du dieu paternel. Les Gnostiques identifiaient Jéhovah avec le Seigneur des Archontes et rejetaient l’Ancien Testament et tout le plan Judaïque de rédemption comme un subterfuge des Archontes. Dans l’Ancien Testament. en sus de leur incapacité à prévoir l'intensité de violence physique déclenchée par leur remise en question des croyances Judéo-Chrétiennes. The Name of God and the Angel of the Lord. Il est excessivement important d’appréhender la cécité des Archontes afin de déceler comment ils influent sur l’humanité.” (Nathaniel Deutsch. Alias Jéhovah Le chef des Archontes est aussi nommé le Seigneur des Archontes.” C’est un élément essentiel. Page 17). il ne peut donc percevoir ni le Plérome. Il est dit que l’Archonte Dragon est aveugle (en Copte Bille). Il est également dit du souverain des Archontes “qu’il ne prêta pas allégeance au royaume dont il venait. (Dictionnary of Deities and Demons in the Bible. En raison de la façon dont ils ont été engendrés. Page 155). page 40). Le fait que le chef des Archontes ne reste pas dans les sphères dont il est issu représente pour les Gnostiques une préoccupation essentielle: les Archontes sont enclins à ne pas respecter les limites de leurs territoires. et parfois même méprisante. Il est vraisemblable que le nom Ialdabaoth soit simplement une variante du nom Jéhovah. Pour les Gnostiques. de volonté intrinsèque. les Archontes constituent une espèce envahissante. Juste à l’en-  . les Gnostiques pouvaient être très conflictuels et ne pas se soucier du tout de ceux qu’ils pouvaient offenser. Lorsqu’était en jeu une connaissance qu’ils estimaient essentielle à la survie humaine et à la co-évolution de l’humanité avec Sophia. les Archontes ne possèdent pas d’Ennoïa. Yahvé Sebaoth. la démence n’est pas tant le déséquilibre du mental que la conséquence de l’incapacité de corriger les erreurs mentales. Il va sans dire que lorsqu’ils exprimaient leur vision quant à l’identité de Jéhovah. (Hypostasis des Archontes.est non seulement aveugle. Ce nom semble ainsi suggérer des allusions aux deux types d’Archontes. Le concept d’une divinité qui est à la fois démente et dépourvue de volonté est apparemment unique au Gnosticisme. L’Apocryphe de Jean ajoute des éléments cruciaux au scénario des Archontes. Selon une traduction. il signifie “le chef de la horde” (Jarl Egil Fossum. 89:24-25). Le type embryonnaire. “la nature archontique est incapable de développement” (Gilhus. le nom yhwh seba’ot. Et il existe encore une demi-douzaine d’autres interprétations. Pages 332/336). Le grossissement de l’engendrement fractal des Archontes présente une image graphique qui semble correspondre au scénario décrit par les voyants Gnostiques. Il est appelé Samael et Saklas. C'est. The Gnostic Imagination. Cette “bête arrogante” semble se précipiter sur les entrailles du type embryonnaire. le dieu paternel des Hébreux. La Nature des Archontes. Selon une autre. Gershom Sholem. attisa sans nul doute le fanatisme vicieux qui détruisit les Mystères. Samael est un terme Hébraïque et Saklas est un terme Araméen pour “celui qui est aveugle”. le seul texte qui appelle Sophia. Il fait ainsi du sens qu’ils aient utilisé le terme même utilisé par les Juifs afin de dénoncer la vraie nature de la déité Juive. les Gnostiques ne suscitaient pas beaucoup d’approbations de la part des Juifs dévots ou des Chrétiens qui révéraient également le Dieu paternel des Juifs. l’Archonte reptilien avec sa mâchoire avide et sa longue queue spermique. “Les Archontes se caractérisent par une incapacité à percevoir le monde spirituel”. à savoir la biosphère. Leur attitude intransigeante. On lui donne aussi parfois le nom étrange Yaldabaoth. un Rêve Extra-terrestre qui est dissocié de la sphère de vie intelligente de Gaïa. est clairement défini de même qu’une autre entité. La mentalité des Archontes “ne peut pas être amendée” et ce qui est pire. érudit prééminent de la Cabale et du mysticisme Juif. la mère des Archontes.

Recréer ce que les initiés Gnostiques ont observé fait appel à un usage sobre de l'imagination. Le type embryonnaire reste absorbé en lui-même mais il réagit cependant à l'agression du type archontique en abandonnant sa queue. à savoir l’enveloppe extérieure du sac placentaire. Tout ce processus de génération fractale des Archontes est imaginal mais ce n'est pas imaginaire. La possibilité que la peur humaine soit une sorte de nourriture pour certaines espèces extra-terrestres envahissantes a été largement évoquée dans les débats sur les ET/OVNI. La forme reptilienne semble bien se répéter de façon fractale dans la structure caudale du type embryonnaire comme si la queue dissociée devenait une entité indépendante. l’ensemble embryonnaire est constitué de deux parties: le sac amniotique et le foetus qui lui est attaché et qui est suspendu dans le liquide amniotique. il ressemble à un poisson ( un fait que la science médicale aime à souligner pour nous rappeler nos origines pré-humaines). cité ci-dessus). Dans l'Ancien Testament. les reptiliens l'envahissent. plutôt qu'un autre embryon. elle doit comprimer le sac amniotique qui alimente le foetus en croissance. La procréation fractale des Archontes exhibe toutes ces caractéristiques de façon claire et précise. D'autres passages mettent en garde contre le fait que les Archontes utilisent la peur comme une arme psychologique. Ils avaient dû observer. ce qui rappelle l'image mythique d'un serpent qui offre le fruit défendu: ainsi. Un autre détail frappant révèle que le type reptilien semble tenir une sphère dans ses mâchoires. La raison non-ordinaire est nécessaire pour décrire ce qui arrive ici mais le scénario qui se déroule est entièrement raisonnable et cohérent en fonction de ses propres critères. Lorsque l’embryon croît. le Serpent dans le Jardin d'Hyperborée avec une pomme d'or dans la bouche. De la même façon que le développement embryonnaire chez les humains se partage entre la croissance du foetus alimenté par le sac amniotique et la contraction de ce sac amniotique pour permettre le plein développement du placenta à partir de la vésicule allantoise. Ce conflit est partiellement résolu lorsque le type reptilien établit sa domination sur la horde massive des Archontes foetaux. Au moment où l’embryon commence à pouvoir être déterminé de façon anatomique. de même le pouvoir des Archontes est divisé par la nature de leur conception (“à cause de leur manière d’être”. à savoir ce n'est pas une création pure et simple de notre mental. Le Second Traité du Grand Seth affirme que le programme des Archontes est “la peur et l'esclavage”. L'élément de peur est très présent dans le comportement des Archontes et dans leur influence sur l'humanité. par expérience directe. Et ce d’autant plus. ce n'est pas une fuite dans un monde illusoire. les fractales à itération élevée de l’Ensemble de Mandelbrot s’appliquent à ce scénario de façon mystérieuse. suçant apparemment son doigt ou son pouce. que les fractales embryonnaires et reptiliennes imitent les processus de gestation humaine (ou vice-versa). Dans la conception humaine. L'Archonte embryonnaire consomme-t-il de ce fruit rond? Les Gnostiques avaient leur propre version de ce qui se passa réellement dans le Jardin de l'Eden et des événements dans lesquels les Archontes étaient profondément impliqués et il n'est peut-être pas surprenant de déceler des indices du scénario du Paradis à ce stade primaire d'activité cosmique. Ce n’est que lorsque la vésicule allantoise se développe ainsi que le placenta protecteur peut arriver à pleine maturité. On peut se demander si la queue dissociée va se métamorphoser en un autre type foetal ou en un autre type reptilien. Conflit foetal Quelle que soit la manière dont les voyant Gnostiques des Mystères en vinrent à imaginer la naissance des Archontes. L’Archonte foetal reste passif. Il possède distinctement une tête et une queue et un troisième élément qui est le cordon ombilical qui le connecte au sac amniotique au travers duquel il est alimenté. qu’un foetus avorté à un stade  . le sac amniotique se contracte et une phase de développement secondaire se met en place. comme le font les reptiles effrayés. Une sorte de tension morphologique se manifeste entre toutes ces structures en évolution: pour que la vésicule allantoise puisse se développer. Une tension similaire existe entre les Archontes embryonnaires et les Archontes reptiliens.droit où l’Archonte embryonnaire aurait un cordon ombilical nourricier. Quelque chose de bizarre se passe dans la partie inférieure du corps foetal car sa queue d’hippocampe est jointe au tronc de façon précaire. une vésicule qui emplit l’espace entre l’amnion et le chorion. Le cordon ombilical est également connecté à l’allantois. la peur de Dieu est considérée comme une des manifestations les plus élémentaires de l'expérience religieuse. Moralement opposés à la procréation biologique par les humains. Les Archontes veulent maintenir l'humanité “sous la pression de la peur et des tracas”. Les Gnostiques savaient certainement à quoi ressemble un foetus. ils étaient connus pour pratiquer le contrôle des naissances et il se peut qu’ils aient aidé autrui en cela.

ce reptile est connu comme la Kundalini. le “serpent de pouvoir” apparaît dans l’art en partant de la vallée de l’Indus. R. Pour le commun des mortels non initiés. Knuphis et Abrasax. le serpent de la Kundalini ne peut être conçu que de façon primaire. S. afin de le différencier d’un liquide propre à la consommation.mais parce qu’ils considéraient ce symbole comme un antidote magique à l’influence Archontique. Le Pouvoir du Serpent La description de Yaldaboath en “serpent à tête de lion” est saisissante. le Christ pouvait être identifié avec la Kundalini . W. Tout comme un crâne sur une étiquette indique un liquide toxique. Pour les Gnostiques. Leur choix de cette métaphore étrange doit avoir été intentionnel et doit avoir été un reflet de leur perception occulte selon laquelle l’anatomie Archontique mime la forme foetale des humains. aux alentours de 2300 avant notre ère.  . du Grec ophis qui signifie serpent. nous invitons le lecteur à se reporter au paragraphe en conclusion de cet essai “Cosmic Cousins”. et donc l’image du corps en forme de sperme des reptiliens à tête de lion est encore plus appropriée. le serpent sur la croix annulait le pouvoir de rédemption attribué à la crucifixion (à savoir la glorification de la souffrance comme une force de rédemption). Le type draconique de l’Archonte apparaît sur les bijoux gnostiques. L'éveil de la Kundalini génère l'extase. sans même parler de la force et du bruit propres à l’accouplement des lions dans le désert).sans qu'on ait la moindre idée du pourquoi.loin s’en faut . Les experts en Gnosticisme qui ne sortent pas du cadre du Gnosticisme pour le comprendre ne mentionnent jamais la Kundalini alors que les érudits ésotériques et non conventionnels tels que G. Ce culte fut condamné par les premiers Chrétiens comme un culte païen “d'adorateurs de serpents”. éveille la supraconscience.avancé ne ressemble pas à une omelette à moitié-cuite. le serpent à tête de lion couronnée de rayons du soleil était non seulement le symbole du Seigneur des Archontes mais également la source du pouvoir spirituel qui permet aux êtres humains de résister à ces entités. le pouvoir du serpent. les thalers en or en Allemagne (Campbell. Pour les Gnostiques. Les Gnostiques qui pratiquaient le yoga de la Kundalini étaient appelés des Ophites. le lion représentait la force aveugle de la procréation (une association qui tire probablement son origine des Centres de Mystères Egyptiens. Une telle métaphore est extrêmement précieuse non seulement parce qu’elle nous permet de visualiser ce que les voyants Gnostiques avaient découvert par la perception extra-sensorielle mais aussi parce qu’elle établit une corrélation étroite entre l’espèce humaine sur terre et les Archontes pré-terriens. Joseph Campbell montre comment l’image de la Kundalini. Helena Blavatsky et C.mais pour les Gnostiques. non pas parce que les Gnostiques rendaient un culte aux reptiliens . King (Gnostic and their Remains) établissent cette corrélation de façon routinière tout comme les érudits en mythologie comparée tels qu'Alain Daniélou et Joseph Campbell. Dans l'ouvrage “The Inner Reaches of Outer Space”. Pour un développement de cette corrélation. il possède déjà les caractéristiques d’une forme anatomique. développe les facultés occultes et libère des vagues d'énergie de guérison qui suscitent des flux de sécrétions hormonales et physiologiques au travers de tout le corps. figure 8) montraient la crucifixion sur une face et un serpent drapé sur la croix sur l'autre face. Le serpent à tête de lion des Gnostiques est appelé par des noms magiques tels qu'Ophis. l’image du lion-serpent était représentée sur les amulettes Gnostiques pour se prévaloir contre l’intrusion Archontique. Aussi tardivement qu’au 16 ème siècle. Dans l’anatomie occulte du mysticisme Asiatique et du Yoga. Mead. A cette époque tardive. cependant . en passant par toutes les cultures antiques pour arriver à l'ère moderne.

l’instrument principal de défense contre les Archontes. Le “dieu inconscient” qui s’identifie faussement avec l’Absolu est bien sûr Yaldabaoth. la “force spirituelle” est développée en cultivant le noos.En tant que serpent mythique gardien de l'Arbre de Connaissance dans la Genèse. Mais le noos pourrait être renforcé en accédant au pouvoir de la Kundalini. pratiquaient l’éveil collectif de la Kundalini afin de générer une enveloppe protectrice contre l’intrusion Archontique. possédaient-ils une connaissance intime de la Kundalini tout autant que des Archontes? Le serpent de la Kundalini est dépeint dans l'art sacré Egyptien par un cobra érigé ou un couple de cobras. Guenther ont fait des observations similaires alors que les érudits Gnostiques ne leur ont pas rendu la pareille car ils ne cherchent pas en dehors de leur genre afin de comprendre la théorie et la pratique du Gnosticisme. Les prêtres Egyptiens. Certains groupes Gnostiques. M. ‘C’est toi qui les gouvernera. Mais les Archontes dressent une résistance aveugle à ce processus: en bref. tels que les Ophites. Page 191). Reynolds et H. que tu accepteras la protection de la Lumière et que tu auras pénétré dans le nymphion (la chambre nuptiale)’”. est une répétition visuelle des cobras spermatiques d'Edfu. L'iconographie sacrée véhicule des connaissances explicites mais hautement occultes. Lorsque la Kundalini s’éveille de son état de dormance. en effet. S. Ce blocage se manifeste au travers de l’intrusion Archontique (qui sera le sujet d’un essai ultérieur d’accompagnement “How we are Deviated”) impliquant une sorte d’invasion subliminale au niveau de la pensée et du langage (c’est à dire de la syntaxe mentale). L'enfant royal Horus est souvent dépeint suçant son doigt et cela nous rappelle très concrètement la posture des Archontes embryonnaires. l’énergie spirituelle et sexuelle bloquée dans la structure du corps. La tresse cérémoniale. Evans-Wentz. la technique fondamentale de la religion Gnostique.  . A. identifia pleinement la pratique du yoga de la Kundalini (l’éveil du pouvoir du serpent au travers des canaux de la colonne vertébrale) avec les rites Gnostiques de “culte du serpent”. La tresse pharaonique. (Campbell. les Autorités (Archontes) demeurent au-dessus de nous et c’est donc eux qui nous domineront’. I. la Kundalini était le “messager de la rédemption” pour les Gnostiques. Sir John Woodruffe. dans la Kundalini. “les premiers à tenter de libérer l'humanité de l'esclavage à un dieu inconscient qui s'était identifié avec l'Absolu et avait ainsi entravé le chemin vers l'arbre de la vie éternelle”. lovés parfois autour d'un bâton. J. 5. qui contrôlaient les accouplements dans les familles dynastiques. Le Sauveur répondit. “l’intelligence supérieure”. les Gnostiques considéraient le serpent comme un allié spirituel pour l'humanité originelle. V. pouvait être bloqué par les Archontes. Les Gnostiques considéraient que la jalousie est la signature des Archontes et le défaut humain clé qui nous rend vulnérable à leur intrusion. Dans un renversement complet de l'interprétation conventionnelle de la Chute. ils escomptent que les humains restent ignorants de leur potentiel spirituel inné. Le Dialogue du Sauveur (NHC III. alias Jéhovah. L’enseignant-sauveur insiste fortement sur le fait que nous pouvons contrôler les Archontes mais il dit clairement aussi que certains défauts humains invalident l’usage de ce pouvoir. Gilhus note que “la stratégie érotique est le moyen le plus important utilisé par les Pneumatiques pour préserver la lumière perdue” (page 51). Nous allons voir que le symbolisme biologique complexe du mythe Gnostique a beaucoup à nous apprendre quant à la nature des Archontes et quant à la façon dont nous pouvons leur résister. “Nymphion” est un terme codé désignant une cellule ambiante de protection psychosomatique générée par des activations intenses de la Kundalini. traditionnellement portée sur le côté droit de la tête. Le mot Grec phthonos peut être traduit par “jalousie” ou “envie”. un courant d’extase qui reste normalement dormant dans le corps humain. Pneuma. “La protection de la Lumière” émane de l’activation de la Kundalini.85) contient cet échange: “Judas dit. L'imagerie “ésotérique” du pouvoir du serpent est à l'oeuvre sur plusieurs plans simultanément. le lionserpent représentait la “semence royale” des pharaons. Les Gnostiques enseignèrent que le noos. à 60 km au sud de Nag Hammadi. Ils voyaient. l’intelligence supérieure s’épanouit et d’autres effets se font également sentir. souvent décrite comme une vague de lumière électrique à l’image de l’éclair qui se déverse dans le corps. le célèbre transmetteur de la sagesse Hindoue Tantrique en Occident. tels que E. Mais seulement lorsque tu te seras débarrassé de la jalousie. Dans le culte d'Hathor qui y fut célébré. Les érudits Bouddhistes. sur le côté de la tête d'Horus. Horus est l'enfant dont les fonctions cérébrales du cerveau droit sont accrues par le pouvoir du serpent. la coiffure de cobra de la puissance divine. Page 78). ‘Regardez. Dans sa monographie sur les Archontes. Le symbole du lion-serpent est dépeint à maintes reprises sous forme de hiéroglyphe sur les murs du Temple d'Horus à Edfu. à savoir l’intelligence spirituelle conférée à l’humanité. et par l'uraeus. Pneumatique est le terme Gnostique qui désigne les humains qui suivent le chemin de l’illumination psychosomatique. (Shakti and Shakta. était également un symbole du pouvoir du serpent.

Cela implique que.” (L’Apocryphe de Jean. semons notre semence en elle’ et ils la poursuivirent. Ils se dirent l’un à l’autre ‘Allons. chez lesquels l’éthique devait être en harmonie avec la cosmologie. qu’ils puissent faire. à tort. Leur plaisir est dans la tromperie. les visions qu'ils contemplaient. aux femmes une notion artificielle de leur identité. L'épisode ci-dessus décrit comment les Archontes échouent dans leur tentative de capturer Eve mais ils arrivent. Les Gnostiques.” (89:15-25). qui appliquaient un raisonnement non-ordinaire à leurs observations des Archontes. Le thème de l’insémination extra-terrestre de la race humaine se retrouve également dans les écrits archaïques de l’ancien Sumer. L'Hypostase des Archontes décrit cet épisode: “Les Archontes s'approchèrent alors d'Adam et lorsqu'ils aperçurent sa contrepartie femelle parlant avec lui. Tout étranges qu’ils soient. les voyants Gnostiques. cependant. La métamorphose d'Eve en arbre est réminiscente du mythe Grec de Daphné qui se transforma en laurier. Leur carte maîtresse est la tromperie (en Grec. les Archontes. Selon la vision Gnostique. et dans une certaine mesure. par exemple. considéraient la procréation biologique. étaient empiriquement réelles et pouvaient être expérimentées. Ce passage met en valeur la sophistication imaginale de la vision Gnostique. Plusieurs textes des Codex de Nag Hammadi décrivent la tentative des Archontes de “violer Eve”: c'est à dire d'inséminer l'espèce humaine. ils peuvent ainsi arriver à profaner Eve. qu'ils échouent dans leur entreprise. apaton et plane). Les voyants Gnostiques perçurent la tentative des Archontes d'inséminer Eve . comme un mécanisme inconscient qui fait des humains les instruments du Seigneur des Archontes.25). pour ainsi dire . ils peuvent le réaliser. un reflet d'ombre d’elle-même. des relations de l'humanité avec des espèces extra-terrestres et de l'aventure à long terme de l'espèce humaine. arrivèrent à une conclusion différente. La plupart des théories concernant le programme d’hybridation génétique des ET assument que quoi que les extra-terrestres (généralement les types foetaux de Gris sont les plus soupçonnés) choisissent de faire. certains éléments du mythe Gnostique de notre espèce commencent maintenant à paraître familiers.Le Viol d’Eve Ialdabaoth est également nommé l’Archigéniteur. Il est clair. un simple reflet. du Féminin. Il se peut qu'ils dénaturent notre perception de notre propre structure génétique. elle se transforma en arbre et laissa. cette dénaturation.d'interférer avec la génétique de l'espèce humaine.  . pour autant qu’elle est un acte involontaire. Et elle. et peut-être même son implication dans des croisements avec les êtres humains. 12. et au moment de tomber dans leurs griffes. des activités des divinités. une falsification de leur nature réelle? S'il en est ainsi. 56:3-7). la mère du vivant. Les informations concernant la procréation par Ialdabaoth de son propre type. et plus particulièrement la tromperie quant à la nature et à l’étendue de leurs pouvoirs. Pour les Gnostiques. et leur beauté est dépravée. profané l'image de la femme? En imposant. cependant. Les Gnostiques enseignèrent que le principal danger que nous ayons à confronter avec les Archontes se situe moins dans ce qu’ils peuvent réellement faire que dans ce que nous croyons. (Ce parallèle prouve que la cosmo-mythologie Gnostique ne fut pas le fruit du hasard mais un système de connaissance visionnaire profondément enraciné dans la vie mentale indigène de l'Europe pré-Chrétienne). ce serait une erreur monumentale d’assumer que les Archontes peuvent réaliser des choses qu'en fait ils ne peuvent pas car ce serait leur conférer du pouvoir sur nous. à pénétrer son ombre. Nous. selon le texte. “Car leur plaisir est amer. les Gnostiques considéreraient que nous avons été instrumentalisés dans le viol d'Eve par les Archontes. ils devinrent très agités et ils furent attirés par elle. ils étaient capables d'accéder à une perception extraordinaire des mondes supra-humains. et tout ce qui en découle. avons-nous. le “maître géniteur” (Apocryphe de Jean II. n'est-il pas évident que nous avons une vue dénaturée de la génétique? S'il en est ainsi. qui datent du troisième millénaire avant notre ère. peuvent affecter ou dénaturer notre image de la femme. son contrôle de la procréation des types embryonnaires. les humains. comme elle le fait souvent. se moqua de leur stupidité et de leur aveuglement. bien qu'ils ne puissent pas avoir accès à notre structure génétique. lors d'états altérés de conscience. mériterait pleinement d'être considéré comme les conséquences de l'influence dénaturante des Archontes sur le comportement humain. Cependant. devant eux. à comprendre ce qui se passe dans notre mental. Les Annunakis entrent en scène Le passage ci-dessus de l’Hypostase des Archontes évoque les débats actuels sur l’intervention extraterrestre dans la génétique humaine. sont parmi les éléments les plus déconcertants du mythe de Sophia. La vision Gnostique de l'ordre cosmique nous incite. Grâce à ces visions. Dans le monde d'aujourd'hui. d'une quelconque manière. cependant.mais ils observèrent également que cette tentative fut un échec.

un des scénarios les plus anciens de notre espèce. sans volonté propre). Ces narrations se trouvent sur les tablettes cunéiformes datant d'environ 1800 avant notre ère. Bien que Sitchin semble être un Sumerologiste reconnu faisant preuve d'une très grande maîtrise des langues anciennes. The Lost Book of Enki). Une étude sérieuse du Phénomène entrainerait une remise en question de notre perception de la religion”. La plupart des gens qui suivent les débats sur les ET/OVNI connaissent les histoires Sumériennes des Annunakis qui sont aisément identifiés avec les ETs de nos jours. leur nature (inorganique. non plus. Ils ne considéraient pas. mais les révélations des Gnostiques ne sont en rien moins surprenantes. à savoir les Gris et les Reptiliens? Si les Gnostiques avaient raison quant à cet épisode du scénario d’intervention. une lacune considérable. Au pire. Je suis dans l'incapacité de dire si l'histoire. Il est significatif que Sitchin ne décrive jamais l'apparence physique des Annunakis ni d'un type ni de l'autre. aucun de ces débats n'a jamais fait référence au scénario Gnostique des Archontes. Il est vrai que le caractère très étrange du matériau Gnostique concernant les Archontes pose un problème de crédibilité. imitative. des Annunakis sur Nibiru est une transcription fidèle des textes cunéiformes ou une extrapolation fantaisiste de son cerveau.à savoir. leurs attitudes envers l’humanité et plus. C’est.. Il explique leurs origines dans l’ordre cosmique. Est ce une coïncidence que les Archontes reptiliens et embryonnaires décrits dans les textes Gnostiques se présentent avec une apparence identique à celle des deux types d’ET les plus communément rencontrés de nos jours. sur de nombreux point essentiels. les Annunakis arrivèrent sur Terre en quête d'or afin de manufacturer une suspension colloïdale nécessaire à la stabilisation de leur atmosphère. ou encore pire. l’énigme ET/OVNI). leurs apparences et stratégies. cependant. Comment pouvons-nous donc déterminer si le récit Gnostique des Archontes était une pure illusion ou une description fiable de l'intervention extra-terrestre?  . et de loin. Nous avons le choix entre croire que ces textes représentent une description exacte de ce que les voyants Gnostiques ont observé dans des états altérés de conscience . décrit les Annunakis comme une espèce non-humaine hautement évoluée qui demeure sur la planète Nibiru. entre les descriptions Sumérienne et Gnostique réside dans le fait que la première ne contient aucune référence au mythe de Sophia et ne présente aucune explication quant à l’origine des Archontes. Les narrations Sumériennes décrivent une espèce extra-terrestre. voir le dernier ouvrage de Sitchin. Dans la version de Sitchin de la préhistoire. les Gnostiques ne considéraient pas les Archontes comme des êtres supérieurs qui lancent une civilisation en claquant du doigt. aucun érudit conventionnel n'approuve son scénario pour les Annunakis. Ce dernier point est extrêmement difficile à élucider. les Annunakis. UFO: Operation Trojan Horse Il est surprenant de retrouver des descriptions détaillées et vivantes d’extra-terrestres prédateurs dans des textes obscurs datant du 4 ème siècle avant notre ère.. John Keel. que les Archontes fussent capables de manipuler le génome humain (qu’ils appellent l’Anthropos) bien qu’ils accordassent quelque influence à l’activité Archontique dans notre évolution physique. Un des grands avantages du scénario Gnostique des Archontes est qu’il pourvoie des descriptions concrètes de ces entités. sur quoi d'autre avaient-ils raison? Cousins Cosmiques “Les mêmes manifestations qui ont créé nos croyances religieuses ont également créé nos croyances OVNI. pour le moins. des mystiques induits en erreur par leurs visions. par rêve lucide.ou croire que les Gnostiques étaient de purs fantaisistes. mais elles présentent des rédactions tardives de versions bien antérieures.et il foisonne dans les débats contemporains sur les ET/OVNI. Zecharia Sitchin. La différence la plus frappante. Tout d’abord. L'histoire de l'intervention extra-terrestre est. auxquels on attribue la création de l’espèce humaine par génie génétique et aussi l’avènement de la civilisation. La description Gnostique des activités des Archontes/Annunakis diffère. par vision éloignée et soigneusement évaluée ensuite par la raison non-ordinaire . à ce jour. par rapport à celle que l’on trouve dans les narrations Sumériennes. apparemment. selon Sitchin. Nous aurions de la peine à imaginer une solution plus claire et cohérente du “Phénomène” (à savoir. alias Annunakis. des tout fous sectaires. il est rejeté comme étant une histoire fantaisiste “d'anciens astronautes” parée d'un habillage scientifique. Il est certain que des témoignages anciens d’observation d’OVNIs existent mais le matériau Gnostique sur les Archontes ne se contente pas de présenter des “témoignages”. (Pour des informations plus détaillées. cependant. une description fiable d’une recherche parapsychologique véridique réalisée par observation clairvoyante. Dans sa reconstruction élaborée du matériau Sumérien. une planète aux confins du système solaire avec un cycle de 3600 ans.

NHC II. qui disait à Carlos Castanedas: “Les êtres humains sont dans une quête de conscience qui a été momentanément interrompue par des forces étrangères”. cependant. le ventre nourricier de Gaïa. Il y a. Toutes les créatures.Dans mon essai “Les Sources du Mythe de Gaïa”. Tout ce que nous apprenons sur les Archontes nous enseigne quelque chose de fondamental sur nousmêmes. est perturbée ou dénaturée par une influence extra-terrestre. par exemple. 0 . à son tour. Don Juan.” Si nous voulons appliquer ces idées à la problématique des Archontes. l'intention originelle tripartie de l'Eon Sophia. en remontant aux ancêtres du Temps du Rêve. L'aventure magique de la conscience par laquelle nous co-évoluons avec le Rêve de Gaïa. s'épanouit au sein des conditions spécifiques de la biosphère. un autre Rêve qui s'infiltre dans le Rêve de la Terre. l'espèce humaine. Sur ce point ésotérique. “Lorsque le Temps du Rêve vient à s'exprimer dans un comportement ou une connaissance particulière. nous étudierons plus précisément comment les Gnostiques décrivirent l’intrusion de ces forces étrangères. 75. humaines et non-humaines. Quelque chose d'extrêmement étrange se manifeste sur terre en raison d'une fêlure dans le mental humain et cette fêlure.1). il nous faut nous rappeler que nous. les Aborigènes font référence au Rêve de la créature qui incarne cette connaissance ou qui personnifie ce comportement. émane d'une anomalie dans l'ordre cosmique. organiques et inorganiques. le don unique des humains à créer une culture émane de notre capacité à nous remémorer et à nous raconter le Rêve. Dans la vision du monde des Aborigènes. Le Rêve du Kangourou. le Rêve. dont nous a dotés Sophia. il semble qu'ils aient été en accord avec le vieux shaman Yaqui. “Le monde dans lequel nous demeurons prend son origine dans une erreur” (Evangile de Philippe. selon les enseignements des Gnostiques. est la somme de la connaissance innée et du comportement instinctif de tous les kangourous. le jeu perpétuel de la conscience créative dans l'Eternel Maintenant. Traduction de Dominique Guillet. je débat sur le concept aborigène du Temps du Rêve (Dreamtime). à l'image d'un message sans fil qui s'insinue dans une conversation qui a lieu sur une autre fréquence. et sur sa variante. vivent et meurent selon les Rêves qui oeuvrent au travers d'elles. Nos propres frontières sont définies par la trinité Terre-Lune-Soleil et notre sagesse. 3. les entités extra-terrestres qui sont également nos cousins cosmiques. non seulement celui de notre propre espèce mais celui aussi de toutes les autres espèces. La croyance indigène selon laquelle le rôle de l'humanité est de se remémorer les événements du Rêve pour toutes les autres créatures est en accord avec la suggestion présentée dans mon essai “Sharing the Gaïa Mythos”: l'espèce humaine est l'activateur d'un circuit de mémoire pour Gaïa. sommes impliqués d'une manière spécifique dans le Rêve de Gaïa qui prend son origine dans la Protennoïa Trimorphe. Dans notre essai en cours de rédaction “How We are Deviated”.

également avoir accès à la psyché humaine et pénétrer dans nos consciences. etc. La première classification est purement psychologique. Osiris ne se situe pas complètement au-delà de la réalité humaine. au niveau cellulaire (donc un “dieu des grains”) en parallèle avec d'autres processus dans la psyché humaine. Ils peuvent aller où bon leur semble! Les Gnostiques enseignèrent que les dieux cosmiques authentiques. mais ne sont pas totalement inaccessibles à ce monde.) et pour les entités décrites dans les rencontres avec des ET et lors d'observations d'OVNIS. les anciens astronautes. Pour répondre à des questions concernant des sujets complexes de mythologie. un auditeur me posa une question cruciale à laquelle je ne pus répondre correctement en raison de la nature de l'émission. les divinités Pléromiques ou Eons. les “dieux en soucoupes volantes”. indépendantes de nous. des extensions et des reflets de nous-mêmes et d'autres créatures douées de sensations. Ce ne sont pas des psycho-déités mais des cosmo-déités. Dans ce court essai. Ils n'assument pas de formes humaines. Les psycho-dieux sont interactifs à l'intérieur de l'éventail de nos expériences sensorielles et mentales. Les Aesir représentent une classe de “dieux” d'une stature surhumaine et cosmique. les Vanir et les Aesir. dans le personnage d'Odin. C’est une bonne question et elle est absolument essentielle si nous voulons dégager des perspectives claires et précises quant à la problématique ardue concernant les entités extraterrestres. Il personnifiait les processus de la mort et de la régénération dans la nature. J'appelle de tels “dieux” des psycho-divinités parce qu'elles se manifestent au travers de notre psyché. et donc les “dieux de la nature” sont également intra-psychiques. En tant que dieu “de la mort et de la résurrection”.Le Subterfuge des Extra-Terrestres John Lash Les Dieux: qui sont-ils et qui ne sont-ils pas? Lors d’un récent interview (6 février 2006) avec George Noory sur Coast to Coast AM. Ils peuvent. Les facultés qu'Odin possède sont paranormales. il est parfois nécessaire de structurer les réponses soigneusement mais les interviews de radio n'offrent pas cette latitude. mais des projections de processus naturels et intra-psychiques. les visiteurs. Ils possèdent d'excellentes limites. Considérez maintenant le dieu de la nature. ce qui arrive dans le monde naturel influence également la psyché humaine et l'imprègne. dans un certain sens. Qui sont les Dieux? L’auditeur me demanda si l’identification des Annunaki Sumériens avec les Archontes de la cosmologie Gnostique pouvait être appliquée à d’autres divinités dans d’autres cultures. etc. qui se situent complètement dans notre champ d'évolution. Cependant. à la fois dans le sens d'être au-delà de la norme humaine et dans le sens de ressembler à des facultés que l'on pourrait imaginer dans les êtres surhumains. dans le mythe Nordique. Ils engendrent et entretiennent les mondes manifestés sans se manifester eux-mêmes. La mythologie Nordique décrit le conflit céleste entre deux générations de “dieux”. Ce sont des facultés qui sont incarnées ou personnifiées. Même si elles représentent des forces opérant dans la nature. J'ai recours à trois classifications simples pour les divers dieux décrits dans la mythologie et dans les anciens textes (les tablettes cunéiformes Sumériennes. Osiris. qui représente le pouvoir de la perception supérieure et le don de divination. ni nous envahissent ni nous subjuguent. telles que les mythologies Grecques et Nordiques. Ils sont. je vais tenter de reformuler ma réponse. les Manuscrits de la Mer Morte. Certains “dieux” ne sont pas des entités autonomes. qui était au coeur de la religion Egyptienne.  . des puissances divines à l'oeuvre dans tout le cosmos. la Bible. néanmoins. les Codex de Nag Hammadi. Par exemple. donc “de type divin”. si vous préférez. Ils ne sont pas de ce monde. bien sûr. ce sont des facultés intra-psychiques. Otan ou Wodin est une divinité shamanique ou un shaman déifié.

Ils sont appelés les tricksters. Les êtres décepteurs incluent également les esprits de diverses espèces de plantes psychoactives et de champignons. l'adaptation et parfois même la connaissance de soi. le renard. ils durent faire face à une violente opposition et furent parfois assassinés par les dévots du pseudo-dieu. Nous vivons sur une planète où des centaines de millions d’êtres humains sont piégés par l’imposture d’un pseudo-dieu. Lorsque les Gnostiques expliquèrent cette distinction. Ces décepteurs ne peuvent pas être identifiés avec le type animiste de décepteur et ce ne sont pas non plus des psycho-déités. nos créateurs. les dieux Pléromiques ou les Générateurs. Les traditions indigènes des Amériques sont pleines de “tricksters” qui interagissent avec les Amérindiens. généralement de manière ludique.Les cosmo-déités sont les forces fondatrices et modelantes des mondes manifestés tandis que les psycho-déités représentent nos capacités de faire l'expérience de tout ce qui est manifesté. (J'utilise. ou chef des Archontes (protarchon). Christian O’Brien (The Genius  .voir mon essai sur les 9 théories de contact extra-terrestre ont mis en exergue que Jéhovah agit comme un psychotique meurtrier. Cette entité nous leurre en prétendant être ce qu'elle n'est pas. Ils peuvent changer de formes. cependant. un Générateur. ayant un statut divin. Leurs tours de malice sont pour jouer ou sont souvent l'occasion d'instruire les humains quant à la survie. ils peuvent raconter de belles histoires et jouer une multitude de tours malicieux mais ils ne prétendent pas être des dieux cosmiques. Pour ce faire. Ce fut l’avertissement Gnostique à l’humanité. ce sont des imposteurs. Sophia et le Démiurge Le dieu imposteur suprême est Jéhovah. La plupart des décepteurs n'agissent pas de cette façon. le Christianisme et l’Islam) dont les membres prennent le pseudo-dieu pour le créateur. Ce dieu imposteur est extrêmement jaloux et malévolent. Plérome signifie “plénitude”. sont pétries par un programme de violence. Les fées et le “petit peuple” du folklore Celte appartiennent à cette classe. une classe ambiguë d'entités qui sont en partie psychique et en partie cosmique. Beaucoup de violence a été perpétuée sur cette planète pour protéger le pseudo-dieu biblique d’être dévoilé. Ce sont les Archontes décrits dans les traités Gnostiques. Ces entités qui changent de forme appartiennent à l'habitat planétaire tout autant que nous. Certains écrivains de l’Ufologie Biblique . Mais c'est un terme épineux! Nous pouvons les appeler des “dieux décepteurs”. proches des “animaux de pouvoir” reconnus par tous les indigènes comme des alliés de l'espèce humaine. telles qu'elles sont rapportées par Terence McKenna et d'autres. Cette entité est le souverain des Archontes. Jéhovah est un dieu décepteur qui prétend être un Eon. et ainsi de suite. parce qu'une description littérale serait inadéquate). En bref. pour ce propos. le Plérome des Eons est le coeur galactique. qui cherchent à imiter les cosmo-déités. tout comme n’importe quelle personne sensée peut le voir en lisant quelques pages de l’Ancien Testament. La sagesse indigène enseigne que nous ne pouvons pas complètement savoir ce que cela signifie d'être humain à moins que nous ayions l'humilité d'apprendre d'êtres non-humains. Elle sont des pouvoirs animistes et psychiques de ce monde. le dieu paternel de la Bible. Je propose de les appeler des pseudo-dieux. Ils peuvent être identifiés grâce à leurs stratégies de tromperie. Les ninos ou hongitos. par exemple. les cosmo-déités sont les Eons. il persuade ses dévots humains de combattre en son nom. aussi délicat que cela puisse être. comme on peut le voir en étudiant les traditions indigènes. En fait. Ou les trolls perçus dans les expériences avec le DMT. Le pseudo-dieu a besoin de protéger son identité et de perpétuer sa tromperie. comme j'aime les appeler. d’agression et de domination. le programme de Jéhovah encourage et entérine cette violence. Il existe. les “petits” de Maria Sabinas. Dans le langage Gnostique. Les épisodes d'introduction du Gaïa Mythos présentent une tentative de décrire la nature et l'activité des Eons. non pas parce que ce sont des vrais dieux mais parce qu'on peut les méprendre pour des vrais dieux. le corbeau. Cela explique pourquoi les trois religions principales (le Judaïsme. “les Décepteurs” dans les études anthropologiques et dans la mythologie comparée. leurs tentatives d'être considérés comme de vrais dieux cosmiques. Il existe un large éventail de ces entités “déceptrices” qui ne font pas de tort et qui ne manifestent aucunement l'intention de nuire. Elle se présente à dessein comme une cosmo-déité. Ceux qui se présentent réellement comme des dieux cosmiques. En termes astronomiques. pourraient être appelés “des dieux décepteurs”. le coyote et ainsi de suite. Beaucoup de décepteurs prennent la forme d'animaux tels que le lapin. une souche particulière d'entités de type décepteur qui se comporte d'une manière différente. un poème-prose. Entre ces deux classes de “dieux” se situe un troisième groupe.

Les voyants des anciens Mystères Païens observèrent que les entités Archontiques sont présentes dans le système solaire mais elles ne sont pas originaires de la Terre comme nous le sommes.je sais qu'il existe de nombreuses histoires . Cette situation est unique à notre monde. Tel est le miracle de la vie sur Terre. A prendre tel quel. Horn (Humanity’s ExtraTerrestrial Origins) affirme carrément que “Jéhovah est un lézard”.  . et qui fut formé un peu plus tard. premier”. du Grec archai.of the Few) est particulièrement perspicace dans son portrait psychologique du dieu paternel biblique et A. C'est un énorme tableau bien sûr. le Plérome. à la fois de type reptilien et de type embryonnaire ou foetal (les Gris avec des grosses têtes et des yeux d'insectes) comme nulle autre théorie ne peut le faire. Nous vivons dans sa peau. durant de brefs séjours. la terre diffère du reste des planètes de par l'équilibre exeptionnel de son atmosphère qui pourvoit non seulement un espace habitable pour les formes de vie mais aussi un medium interactif dans lequel la vie puisse évoluer. Mythologiquement. Je ne peux pas affirmer qu'il n'y ait qu'une seule espèce d'ET prédatrice dans notre galaxie . Mais Sophia est également la mère des Archontes. elle est appelée la Chute de Sophia. Sophia est l'une des divinités cosmiques de la galaxie dans laquelle nous demeurons. évoluant. Une des traductions approximatives signifie “générateur de la horde”. Les écrits Gnostiques qui ont survécu n'évoquent pas ce type de phénomènes. à savoir le système planétaire à l'exclusion de la Terre qui est le corps de Sophia. on y croit ou on n'y croit pas. parce qu'eux et leur monde furent formés avant la métamorphose de Sophia en la Terre. ou dieu cosmique. comme lorsque les humains installent une base sur la lune ou dans les profondeurs de l'océan.1). La valeur du scénario Gnostique du Démiurge. ainsi que ce pseudo-dieu est également appelé. La cosmologie Gnostique est spécifique aux conditions de notre système solaire et de la vie sur terre. les pseudo-dieux décepteurs qui veulent que nous les considérions comme des Eons. Pour nous. consciente et nous en faisons partie. Jupiter et Neptune. La terre est un cas spécial (ainsi que l'affirme la théorie de Gaïa) parce qu'elle est l'incarnation d'une cosmo-déité. les Eons. Ces entités se mirent à construire un monde pour elles-mêmes. que nous appelons maintenant Gaïa. D. et d’autres textes cosmologiques. qui soit directement. un prédateur reptilien. Mais il est remarquable que les voyants des anciens Mystères aient été capables d'établir ce scénario. dont le nom signifie Sagesse. En accord avec les enseignements Gnostiques. Je crois personnellement que ce scénario est fiable et peut être mis à l'épreuve de la réalité. vivante.mais le fait brutal est qu'une seule espèce prédatrice est bien suffisante pour mettre en danger notre évolution. utilisent le terme draconique pour Jéhovah. s'adapter et innover. l'Eon Sophia. je pense que les Archontes constituent la menace la plus immédiate et sérieuse pour l'humanité. Elles sont littéralement une espèce extra-terrestre et non-terrestre. Soulignons maintenant une importante distinction: je ne peux pas dire s'il existe des dieux décepteurs malévolents dans tout le cosmos qui seraient à l'oeuvre dans divers mondes. nous voyons la sagesse incarnée. est qu'il nous donne un cadre de travail nous permettant de différencier les types divers d'entités non-humaines et de détecter un type prédateur de dieu décepteur. “antérieur. Il explique l'origine des ET Archontiques. Comme l'affirme la théorie de Gaïa de Lovelock et de Margulis. elles ne peuvent qu'aller et venir dans l'atmosphère de la Terre. Comme telles. à savoir. de façon irrégulière. Les décepteurs Archontiques ne peuvent pas vivre dans la biosphère de la même façon que nous ne pouvons pas vivre sur les autres planètes du système solaire. dont fait partie l'espèce humaine en tant qu'expérience ouverte supervisée par les dieux cosmiques. Sur cette planète. Les Gnostiques enseignèrent que la terre n'appartient pas au système solaire mais qu'elle y a été capturée. pour s'immerger dans un corps planétaire. Notre mère cosmique est l'Eon Sophia. L’Apocryphe de Jean (CNH. ou le Démiurge. Elle émergea du coeur de la galaxie. il faudrait que des conditions spéciales soient établies. Le nom donné à cette entité dans les Mystères était Yaldabaoth. comme Mars. Horn ne cite pas des sources Gnostiques mais c’est exactement ce que l’on peut trouver dans les Codex de Nag Hammadi. et de sa horde. sensoriellement présent. Sophia est le seul Eon. II. Je ne m'attends pas à ce qu'il puisse être digéré en une bouchée. elle produisit une sorte d'éclaboussure dans les royaumes de la matière élémentaire (écume quantique) qui résulta en une espèce bizarre faite d'éléments inorganiques (à base de silice): les Archontes. Les Archontes sont ainsi nommés. Pour qu'elles puissent demeurer sur terre. La mythologie Gnostique (abondamment décrite dans ce site et dans mon ouvrage Not in His Image) enseigna qu'avant que Sophia ne se métamorphosât en la Terre.

En fait. je présente un parallèle Bouddhiste au Démiurge Gnostique. Mais le fait que quelque chose ait été écrit sur des tablettes il y a 2800 ans est-il une preuve que cela ait existé? Bien sûr que non. Double Subterfuge Pour finir. sur ce site. L'assertion Gnostique de la démence de dieu doit être une des notions les plus étonnantes de l'expérience humaine. En attendant. il y a eu encore plus de débats enflammés sur le fait que les dieux décrits dans les anciens mythes étaient en fait des extra-terrestres ou des “anciens astronautes”. l'identification ET=Annunaki. des centaines de millions de personnes sont piégées par la démence d'un dieu imposteur et impliquées dans la violence et l'agression des Archontes. la vision éloignée. Depuis que j'ai introduit. Si cela est correct. Ce que ces voyants furent capables de déterminer.telle est la révélation des anciens Mystères. Je ne l’ai pas fait complètement ou exhaustivement mais j’ai fait quelques incursions. Il nous faut être plus sophistiqué dans notre compréhension du phénomène extra-terrestre. Dans mon essai. j’aimerais revenir à la question du début. Les croyants des religions principales qui prennent cette entité délirante pour leur Etre Suprême sont eux-mêmes en plein délire. ils auront été capables d'observer les pseudo-dieux Archontiques et de discerner leurs façons de faire. au sujet des dieux décepteurs prédateurs. un cinquième des textes des Codex de Nag Hammadi concernent les origines. il existe un autre élément crucial dans le “dia-gnostique”. La horde des Archontes. Lisez ce scénario et voyez si ce n'est pas un équivalent exact du mythe Gnostique du Démiurge. Il concerne la double tromperie du phénomène ET: le phénomène lui-même nous empêche de voir comment il fonctionne. il en est lui-même persuadé. Ils agissent ainsi à l'encontre de notre sagesse innée. la clairaudience et la clairvoyance. Aveuglés par leur foi. Je dis souvent que les voyants Gnostiques des Mystères possédaient des facultés paranormales tels que le rêve lucide. Est-ce possible de découvrir des ET/Archontes dans les autres mythes autour du monde? Il est clair que les Annunaki Sumériens et les Archontes décrits par les Gnostiques sont identiques aux ET modernes mais il n’est pas absolument aisé de passer au crible la quantité immense de traditions indigènes et de mythes afin de déceler des références aux pseudo-divinités. nous sommes enclins à penser que nous avons enfin compris qui les dieux sont.  . Mais en même temps. peut être crucial pour la survie humaine. stratégies et actions des Archontes. qui sont des transcriptions d'informations canalisées par transe médiumnique. agissant avec une mentalité de colonie. Le Démiurge est un dieu imposteur qui oeuvre contre l'humanité.La Démence des Dieux Maintenant. Je souhaite mettre en exergue un aspect de leur “dia-gnostique” d'intrusion extra-terrestre: non seulement Yaldabaoth prétend-il être le suprême dieu créateur mais. par exemple. tentent de s'immiscer entre l'humanité et l'Eon Sophia incarné en la Terre. Ce n'est pas correct: en réalité. en fait. nous avons réussi à percevoir ce que les dieux ne sont pas! En établissant. qui est intimement connectée à l'intelligence de Gaïa. prétendant être l'un d'eux. Les narrations cunéiformes Sumériennes présentent la prétention des Annunaki à être nos créateurs mais pas la preuve. juste quelques mots de plus sur la cosmologie Gnostique et je reviendrai ensuite à la question qui a motivé ce bref essai. la théorie des ET/Archontes. elles témoignent d'une histoire présentée comme faits réels. Lorsqu'aujourd'hui nous considérons les dieux décrits dans les anciens temps comme des ET Archontiques. Yaldabaoth se tient entre l'humanité et les Eons dans le coeur galactique. motivations. les Annunaki revendiquent être nos créateurs. Les deux narrations affirment que le pseudo-dieu se méprend pour le créateur de l'univers entier. Le chef des Archontes est victime d'un complexe de dieu! Il tente non seulement de nous leurrer mais il s'est lui-même leurré. C'est exactement ce que fait aussi Jéhovah. Mais cette conception n'est pas isolée. The Madness of the Ego. Le pseudo-dieu est en plein délire et son délire se propage à tous ceux qui le suivent . elle n'est pas complètement unique. l'introduction de la contre-intelligence Gnostique sur l'intrusion extra-terrestre place le débat sur un autre plan. dans la tentative vaine de nous détourner de cette connexion. C'est le “dia-gnostique” des voyants des Mystères. Les tablettes cunéiformes ne témoignent pas de faits réels. J’aimerais faire part de mes investigations lors d’un autre article. nous dévoilons les entités qui prétendent être des dieux. Dans les récits cunéiformes Sumériens. Je suis certain que le fait d'inclure le facteur Archontes dans cette discussion puisse être extrêmement instructif.

Elle est la source de la vie et de l'intelligence pour l'espèce humaine et pour toute vie douée de sensations. Tel est l'ancien enseignement Païen préservé par les gardiens des Mystères. En raison de la double tromperie du phénomène ET. Après avoir établi la connexion ET/dieu. nous l'appelons Gaïa. Février 2006. qui prétendaient être des dieux et étaient considérés comme tels. vers les vrais dieux. elle nous détourne de regarder au-delà. Nous nous tenons aujourd'hui sur un seuil: ces enseignements réémergent et revivent. Aujourd'hui. nous sommes sur le seuil de découvrir les vrais dieux. les “vrais dieux” sont les Eons du Plérome. nous sommes enclins à assumer que les “anciens astronautes”. incluant la vie moléculaire. les divinités du cosmos vivant. la déesse de la sagesse. Ayant prouvé que les anciens dieux étaient en fait des ET. La nature de la tromperie ET est tout d'abord qu'elle nous leurre sur les dieux et qu'ensuite. Et l'un de ceux-ci est Sophia. Il serait ainsi logique de demander: si les ET/Archontes étaient considérés à tort comme des dieux. Traduction de Dominique Guillet. nous omettons ensuite de nous enquérir sur les dieux qui ne sont pas des ET.  . qui sont les dieux authentiques? Ce serait une grossière erreur d'assumer que nous avons compris la nature des dieux simplement en faisant la relation entre les ET et les mythologies anciennes. John Lash. doivent être les dieux uniques. qui s'est métamorphosée en la planète Terre. lorsque nous avons découvert le subterfuge. La difficulté est de voir au-delà des décepteurs extra-terrestres pour découvrir la magie réelle de la vie sur Terre. Selon les Gnostiques. nous devons faire un pas de plus dans une démarche de connaissance plus sophistiquée. C'est une évolution capitale. Grâce au “dia-gnostique” des Archontes.Nous commençons à percevoir la nature de la double tromperie.

Un “programme extra-terrestre d’hybridation” est donc au coeur de la narration Annunaki. Ce sont. “Le système planétaire dans lequel nous demeurons a pour origine une erreur” (L'Evangile de Philippe. s’intéressaient intensément à l’intrusion extra-terrestre dans les affaires humaines. les exemplaires les plus anciens que nous possédions d’ouvrages avec des reliures en cuir”. CNH II. C’est un fait indiscutable que cette histoire est contenue dans les écrits les plus anciens mais cela signifie-t-il que cette histoire soit véridique? Les ouvrages les plus anciens et les écrits les plus anciens nous racontent la même histoire. est dominé par la chimie inorganique et ne peut pas entretenir la vie au contraire de la biosphère qui se caractérise par une chimie organique. Nous savons que le système solaire. Ce passage étonnant fait allusion à la conception Gnostique selon laquelle le système solaire fut engendré par la collision de l'Eon Sophia avec la matière atomique inerte alors que la Terre fut formée à partir du pouvoir conscient. créèrent une race esclave hybride à partir de populations autochtones simiesques de la planète. bien avant que les livres n'apparussent. “Enuma Elish” et “Enki et l'Ordre du Monde”.5). En réponse à la référence de Dan Brown aux textes et parchemins de Nag Hammadi. et d'autres. leur stratégie et leurs motivations. tels qu’étaient appelés les instructeurs et instructrices des anciens Mystères.Qui a écrit le Programme Reptilien? John Lash Sur l’Origine du Script Annunaki Dans une édition de “Collectors” intitulée “Secrets of Da Vinci Code”. il y a un bref interview de James Robinson. Les documents terrestres les plus anciens sous forme de livres contiennent donc une avant-première de la théorie de Gaïa et. Une lecture attentive de ces traités ésotériques met en valeur que les Gnostiques. Les Gnostiques affirmeraient que cela est ainsi parce que la Terre est l'incarnation de Sophia tandis que le système solaire est la création et la demeure des Archontes. La découverte de cette différence entre les aspects organiques et inorganiques de notre système solaire conduisit James Lovelock à formuler l'hypothèse Gaïa. N'est ce pas étonnant? A ma connaissance. dans son ensemble. Ce sont des entités extra-terrestres qui “visitèrent les filles des hommes” ainsi que le narre la Genèse. acceptent ce scénario comme si c'était l'histoire réelle d'événements de la préhistoire. Qu'en est-il des écrits connus les plus anciens? Selon les archéologues. les “Veilleurs” du livre d'Enoch.  .des livres avec des pages individuelles. Les textes cunéiformes tels que “Atrahasis”. vivant et divin de Sophia. semblent être identiques aux ET de l’ufologie moderne. et publiée par US news et World Report. Les écrits cunéiformes sur des tablettes d'argile présentent un répertoire extensif de récits sur la préhistoire humaine. Sitchin. une narration de l'intrusion extra-terrestre. Les Codex de Nag Hammadi. Le Mythe de Sophia. J'estime qu'environ un cinquième des écrits majeurs de ces codex concerne les Archontes. en fait. en sus. l’éditeur général des Codex de Nag Hammadi. Tout étrange que cela puisse paraître. quelle que soit la signification que l’on attribue à leur contenu (et nous avons juste commencé à appréhender ce qu’elle pourrait être) sont en effet de rares artefacts originaux qui sont les exemplaires les plus anciens d’ouvrages reliés qui aient survécu. l'écriture cunéiforme fut inventée en Mésopotamie vers 3200 avant l'ère commune. l'histoire de la création Gnostique. Les deux types de Gris et de Reptiliens sont explicitement décrits dans les codex. Robinson souligne que “ce sont des codex . Enki et sa demi-soeur Ninhursag. cette vision est compatible avec l'astronomie moderne. qu’ils appelaient les Archontes.3. explique que les Archontes ont pour origine une anomalie dans l'ordre cosmique. Les tablettes décrivent comment deux leaders Annunaki. Sitchin est réputé pour ses ouvrages très fouillés sur les Annunaki qu'il identifie avec les Nephilim de la Bible. 75. leur origine. Les entités. décrivent une race non-humaine appelée les Annunaki “ceux qui du ciel vinrent sur terre”. on n'a prêté que peu ou pas du tout d'attention à cette “coïncidence” étrange. ainsi que Zecharia Sitchin traduit ce terme. L'histoire cunéiforme des Annunaki décrit comment une race extra-terrestre intervient profondément dans l'évolution humaine.

sous certains aspects. Le passage dans CNH II. Voir mon autre essai concernant l’usage de la Kundalini pour repousser l’intrusion extra-terrestre. La seule possibilité d’élucider ce dilemme est de reconnaître la sagesse émanant des initiés véridiques des Mystères. l'instructeur”. don de la divinité. nous entendons les rumeurs les plus insensées concernant les Reptiliens. à savoir notre attribut serpentin bienveillant afin de faire face à la seconde. Malheureusement. Boulay dans l’ouvrage “Les Serpents et les Dragons Volants” . A. En d’autres mots. C’est un des quelques passages fascinants des Codex de Nag Hammadi qui mettent en jeu Eve. Le pouvoir du serpent est connu dans les pratiques mystiques Asiatiques comme la Kundalini.. qui est ensuite analysée et déconstruite. etc. Ils déconstruisirent la narration Sumérienne. et qui établirent une distinction très nette entre. la Kundalini. Les Gnostiques enseignaient qu’il nous faut appréhender la première. comment ils nous manipulèrent génétiquement dans les temps anciens. le phénomène de l’intervention. cependant. d’une part. sans commentaires critiques. de façon critique. les Archontes/Annunaki tentent assurément de s’hybrider avec l’humanité.. Mais Eve. CNH II. La narration cunéiforme raconte le scénario de l'intervention comme si c'était un fait (pré)historique. ces deux sources se situent aux antipodes quant à la manière dont cette histoire est traitée. les Reptiliens extra-terrestres et leurs cohortes humaines. à distinguer entre ce que les Reptiliens de type ET et les Gris de type embryonnaire peuvent réellement faire d’une part et ce qu’ils ne font que simuler avec la technologie psychophysique de la réalité virtuelle (HAL). se jouant des Archontes.un livre excellent d’ailleurs et beaucoup plus fouillé que ceux de Sitchin. l'histoire des Annunaki (ici appelés Archontes) est présentée dans la perspective mythologique du Mythe de Sophia. le serpent dans le Jardin d'Eden fut un allié parce qu'il leur conseilla de consommer du fruit défendu qui éveilla leurs yeux à la perception anormale ou accrue. Sur l’Origine du Monde. à savoir l’intrusion des reptiliens. le Serpent de Pouvoir. L’enseignement des Mystères présente un événement mythologique et en commente les dénouements. Le récit cunéiforme n’est qu’une histoire. 4). qui était un être libre. le mot Copte pour “simulation”.Cependant. d’autre part. Ils nous auraient appris. d’autre part. une série d'événements qui se sont réellement déroulés. qui est inscrite dans notre structure biologique et dont on trouve un reflet grotesque dans les ET prédateurs. R. comment ils contrôlent le monde. les enseignements des Mystères présentent des distinctions précises quant à l'influence reptilienne dans l'évolution humaine.. nos anciens alliés et. Il y a toujours eu un corps intrépide de guerriers initiés qui résistent à la stra-  . Selon la vision Gnostique. Allons-y. c’est à dire le génome humain. finissent toujours par faire beaucoup de publicité aux envahisseurs à écailles dont l’influence s’en trouve considérablement surfaite. Le point faible de Sitchin est son incapacité à présenter une argumentation convaincante quant à l’origine et aux motivations des Annunaki et son échec (ou son refus) à en décrire l’apparence physique. 89.. maintenant. saisissons-là et jetons notre semence en elle afin qu’elle en soit souillée et qu’elle ne puisse plus puiser à sa lumière intérieure. Alors. l’épopée de la Déesse Déchue. Selon les Gnostiques. Un autre récit du viol manqué d'Eve se retrouve dans “L'Hypostase des Archontes” (CNH II. ils se dirent: ‘Quelle sorte de créature est cette femme lumineuse?. Il existe donc une faculté serpentine. Lorsqu’ils virent Eve qui lui parlait.10. sans équivoque. 4. les hommes et les femmes qui maîtrisèrent le Pouvoir du Serpent. mais ils échouent. Le “Programme Reptilien” est un développement et une interprétation contemporaines du récit cunéiforme mais il tient pas compte de la version Gnostique de cette histoire et en ignore complètement les commentaires critiques. Dans les Codex de Nag Hammadi. 116. De nos jours. Elle projeta un brouillard dans leurs yeux (et s’échappa)”. La forme des Archontes ou Annunaki ET est reptilienne (“draconique” dans le texte des CNH) mais la faculté grâce à laquelle nous pouvons les détecter et les repousser participe de la nature du serpent. se moqua de leur décision.30 affirme que “le principe spirituel féminin vint au travers du serpent. réussir à saisir son corps réel. la femme originelle. La description du “programme extra-terrestre d’hybridation” existe dans plusieurs passages des Codex de Nag Hammadi mais les traités Gnostiques nous apprennent que cette tentative fut un échec: “Les Archontes vinrent à la rencontre d'Adam. les Gnostiques possédaient une vision des origines cosmiques des Annunaki et ils envisagèrent également. même lorsqu’ils tentent de le dévoiler. la plupart des commentaires sur le Programme Reptilien. Voir aussi mon commentaire dans le Plan de Lecture sur l’Evangile de Philippe concernant les enseignements des Mystères relatifs au mysticisme sexuel et concernant l’onction du système immunitaire par la Lumière. D’autres traités décrivent comment Eve ne laisse que son “image spectrale” que les Archontes profanent sans. ceux qu’elle enfantera seront en notre pouvoir. La plupart des chercheurs dans le domaine des ET qui le suivent assument que les Annunaki sont des Reptiliens: par exemple. Les Gnostiques enseignèrent que la signature des Archontes est HAL. Ici de nouveau.

les tyrans patriarcaux d'antan. Si nous voulons faire face à la menace Reptilienne. et nous ne pouvons pas nous permettre d'ignorer la déconstruction de ces récits que l'on trouve dans les Codex de Nag Hammadi. parce que les scribes écrivent. Retournons à cette “coïncidence” entre les ouvrages reliés les plus anciens et les récits écrits les plus antiques. la version la plus ancienne du scénario de l'invasion extra-terrestre. Qui sont donc les auteurs de ces récits d'intervention? Je proposerai que ce furent les conseillers et les devins au service des théocrates. d'inventer une histoire qui convienne aux besoins de leurs maîtres: et plus particulièrement. Leur message est schizophrénique et comme tel. la première tâche est de clarifier l'histoire. Nous pourrions appliquer la même observation aux patriarches égomaniaques qui fondèrent les premières cités-états dans le Proche-Orient. dans l'ancien temps. parce qu'il validait leurs pires prétentions et leur octroyait un mandat divin pour leurs programme trophumains de domination du monde. les Patriarches et même Jésus le Messie. par canal médiumnique. Il n'était pas une cour qui fût dépourvue d'un médium. ils ne sont pas les auteurs de ce qu'ils écrivent. Les Reptiliens peuvent sembler dominer le jeu mais ce n'est que tant que leurs complices humains leur permettent de conserver l'apparence d'un pouvoir qu'en fait ils ne possèdent pas. Traduction de Dominique Guillet  . mené par David Icke. Le “Second Traité du Grand Seth”. conseillant les théocrates. cependant. qui traitent du même thème. furent leurrés par les Archontes. est incapable de reconnaître la nature des cellules des Mystères comme des bastions de résistance et d’immunité à l’invasion extra-terrestre. Si les récits cunéiformes ont été transmis. Ils acceptèrent le scénario Annunaki. décrit comment Abraham.tégie des extra-terrestres sur cette planète. dans les Codex de Nag Hammadi. le besoin de se prendre pour des descendants des “dieux” et en même temps de se voir comme des esclaves (fussent-ils privilégiés) d'une race supérieure qui prétend les avoir engendrés. doit être entièrement réexaminé à la lumière de la théorie Gnostique des Archontes. La situation de la realpolitik globale n'est pas bien différente de nos jours. mais le discours courant sur le Programme Reptilien. Il est très compréhensible de la part des devins. à savoir l'élaboration moderne de ces histoires. transmis télépathiquement à leurs devins-conseillers. à savoir les tablettes cunéiformes. Le “Programme Reptilien” tient ou ne tient pas selon la façon dont nous considérons les récits cunéiformes. Moïses. quand ce n'était pas d'un groupe de médiums. Nous pourrions finalement demander: qui a rédigé les histoires cunéiformes? Ce sont les scribes au service des théocrates Sumériens. il est totalement en phase avec les communications transmises par canal médiumnique et avec la mentalité qui les a suscitées. Cette réponse n'est pas complète. le Programme Reptilien.

(NDT: Pour d'autres événements marquants de l'année 1947. un berger Bédouin découvrit des parchemins et des manuscrits dans une grotte surplombant la Mer Morte. l’accident supposé de Roswell et la découverte des Manuscrits de la Mer Morte car il existe réellement aussi un synchronisme textuel.  . dont l'invention de l'hologramme. il y a une voix divine qui chuchote. ce n'est que le début de la déferlante de ce nexus. voir en fin d'essai.. l’apparence de petits ruisseaux de feu à l’image de cuivre étincelant. à Khirbet Qumrân. le lancement de l'Opération Majestic 12 et la célèbre vague d'observations d'OVNIS dont l'un se serait écrasé à Roswell au Nouveau-Mexique. Je met au défi le lecteur le plus réservé: peut-il différencier entre le langage religieux du “Chant de l’Holocauste” et une description moderne d’observation d’un OVNI? “Lorsqu'ils s'élèvent. Lorsque les roues s’avancent. Tout cela est troublant.ce qui n'est sans doute pas une simple coïncidence puisque les Manuscrits mettaient en exergue un mouvement nationaliste et messianique en Palestine. Ainsi. près de Thèbes (Luxor) mais il fallut attendre Juin 1947 pour qu'un érudit Français. la formation de l'état souverain d'Israël. un paysan Arabe découvrit les Codex de Nag Hammadi cachés dans une jarre dans une grotte au nord de l'Egypte. dans un état de choc. j'invite les lecteurs à considérer les deux événements concomitants suivants: . Cela se passa sur le toit de l’Ambassade US (cet épisode a été décrit dans l’ouvrage “La Bible confisquée : enquête sur le détournement des manuscrits de la mer Morte” de Michael Baigent et de Richard Leigh). Autour d’eux. à 30 km au sud de Jérusalem: ce fut la première d'une longue série de découvertes. la création de la CIA. Emanant d’entre Ses roues glorieuses. ils se tiennent tranquilles”. le monde apprit. les “Hôtes Célestes” vénérés par la secte de Qumrân comme des souverains surnaturels qui vont et viennent dans leurs chariots célestes. MMM. La voix chuchotante de bénédictions accompagne le rugissement de leur avance.) En introduction du Nexus 1947.Nexus 1947 John Lash Nexus 1947 est le terme que je propose pour une suite extraordinaire d'événements datant de 1947. Certains passages des Manuscrits de la Mer Morte décrivent l’apparition de roues brillantes. Le Nexus se présente pour l’instant comme suit: CNH. Les militaires et les érudits Israéliens trouvèrent très inspirant qu'un état moderne. Durant l'automne de 1947. on entend une voix divine qui chuchote et il y a un rugissement de louanges. sous le contrôle d’une secte extrémiste apocalyptique dont le but avoué était d’invoquer l’intervention de puissances supranaturelles afin d’établir Israël en royaume souverain: les Zaddikim. Lorsqu'ils abaissent leurs ailes. Lorsqu’ils s’élèvent. nous n’avons pas simplement affaire à un synchronisme temporel entre disons la première observation documentée d’un OVNI par Kenneth Arnold. CIA et OVNIS et les corrélations sont excessivement alambiquées. il y a comme une vision de feu des esprits les plus sacrés. . les anges sacrés vont et viennent. Beaucoup plus.Durant le même été de 1947. Les esprits des “dieux” vivants se déplacent en permanence avec la gloire des merveilleux chariots. n’est ce pas? Mais accrochez-vous bien. Jean Doresse. Les chérubins bénissent l’image du trône-chariot au-dessus du firmament et ils louent la majesté du firmament lumineux en-dessous du Siège de gloire. les véhicules circulaires des Kenoshim. Les érudits présents sur place à Jérusalem en 1947 témoignèrent que des agents de la toute nouvelle CIA étaient présents parmi eux et prirent même des micro-films des manuscrits.. dans la “Terre Promise”.. Mais il y a plus.En décembre 1945. ils s’élèvent merveilleusement et lorsqu’ils viennent à l’arrêt.. reconnût la nature de ces documents. fût établi au moment même où les Manuscrits de la Mer Morte refaisaient surface . Nexus chronologique fondamental: les Codex de Nag Hammadi (CNH) et les Manuscrits de la Mer Morte (MMM) émergèrent de deux mille années d'obscurité au même moment historique.

Ou pour l’exprimer à l’envers. à savoir le fragment 405 découvert dans la grotte 4 de Qumrân et traduit dans “The Dead Sea Scrolls in English” par Geza Vermes. année qui vit Titus détruire le temple de Salomon et exiler tous les Juifs de Jérusalem. Leurs mouvements étonnants sont accompagnés de sons de rugissements et de bruissements qui rappellent la technologie des véhicules modernes. “The Song of the Greys”. de Michael Wise. conservée dans les Manuscrits de la Mer Morte. Durant presque deux cent ans. D'autres traductions anglaises sont encore plus explicites et décrivent des “roues brillantes”. (The War Scroll. et très probablement en contact également. et Jacques Vallée. il est possible de faire une distinction entre d'une part le langage religieux de ce passage des manuscrits et d'autre part le langage utilisé par les témoins et les contactés modernes. Comme les érudits qui se spécialisent dans les Manuscrits de la Mer Morte ne s’aventurent pas dans les Codex de Nag Hammadi. des mouvements extrémistes et apocalyptiques prirent beaucoup d'ampleur dans la Palestine ancienne. Encore plus troublant.Ce passage est issu du texte 4Q405. et viceversa. Page 160). Comme je l’ai montré par ailleurs sur ce site (par exemple. qui tentèrent de les dévoiler. Les chariots célestes ou merkaba des Kenoshim se comportent d'une façon qui rappelle les accélérations et les déplacements soudains des OVNIS qui sont observés à notre époque. Pour répondre à la question que j'ai posée ci-dessus: oui. des documents religieux anciens refont surface en Palestine qui prouvent l’existence de ce qui apparaît avoir été une secte de contactés par les OVNIS qui vivaient sur les bords de la Mer Morte vers 150 avant notre ère. (Voir Kerner. On peut en déduire que les Codex Egyptiens de Nag Hammadi et les Manuscrits sectaires de la Mer Morte présentent les preuves de deux groupes religieux en conflit. L'émergence des Zaddikim de Qumrân fut concomitante à la révolte des Macchabées décrite dans les ouvrages apocryphes. cette déstabilisation fut accompagnée par de très nombreuses observations d'OVNIS. le vecteur) et qui a incubé dans les visions apocalyptiques. décida du destin de la vie religieuse de l'humanité. les sectaires de la Mer Morte. il y eut une extrême violence. un sceptre se lèvera d'Israël pour écraser le crâne de Moab et mettre en pièces tous les fils de Seth”. et un malaise social dans toute la Palestine. vers 120 avant notre ère. dans “The Dead Sea Scrolls . Page 5. événements qui firent du phénomène extra-terrestre une obsession mondiale. L'inventaire commence généralement par un récit de la cour de Thutmose III. Martin Abegg. bien que leur origine remonte très loin dans l’histoire des anciens Hébreux. sont similaires. il a échappé à l'attention des experts qu'un texte Gnostique “La première Apocalypse de Jacques” mettant en garde contre le fait que “Jérusalem est la demeure de nombreux Archontes” est une référence directe aux fanatiques de la secte des Zaddikim. les observations d'OVNIS n'étaient pas du tout inhabituelles. En lien direct avec la prophétie du “Sceptre et de l'Etoile”. Dans l'ancien temps. pour un inventaire exhaustif des observations dans l'antiquité).  . “Chronique des apparitions extra-terrestres”. dans “Armageddon Politics”). la religion Chrétienne est le virus pandémique et totalement envahisant qui a muté à partir d’un germe minuscule (en termes biologiques. tout comme de très nombreux Juifs ordinaires qui étaient tout autant choqués par le système de croyance des Zaddikim que nous le sommes aujourd'hui. les images et l'impression d'étonnement mêlé d'admiration ressentis en présence d'une entité divine ou supranaturelle. Nexus phénoménologique fondamental: à la fin de la seconde guerre mondiale. n’est ce pas? Et bien voyez maintenant cela. l’année même qui voit la vague d’OVNIS et l’accident supposé de Roswell. celui-là même qui borde George W. De même. L’idéologie des Zaddikim. On pourrait penser que le conflit secret entre les Zaddikim et les Gnostiques. Au passage de l'ère du Bélier à l'ère des Poissons. des conflits intersectaires. Ils périrent. haineuses et enragées des Zaddikim. mais leur programme survécut et fut ressuscité dans le programme de rédemption Chrétienne. de 120 avant notre ère à 70 de notre ère. et Edward Cook. les experts n'ont pas du tout prêté atytention à ceux que le manuscrit de la guerre (War Scroll) des Zaddikim cite en haut de son “hit-parade” de ses pires ennemis (et les Zaddikim avaient beaucoup d’ennemis!). Kerner interprète “l'étoile” et le “sceptre” comme des allusions directes à la forme en disque et en cigare des OVNIS. l'élément fondamental de la vision apocalyptique Juive. Les “Fils de Seth” constituent un nom de code utilisé par les Gnostiques pour décrire la transmission secrète de connaissances spirituelles au travers d'une succession de Révélateurs. Bush dans son lit tous les soirs. élabora l’idéologie de la salvation qui émergea ultérieurement dans les doctrines Chrétiennes du “divin sauveur”.A New Translation”. le texte 1QM (4Q491-496) annonce: “ Une étoile jaillira de Jacob. une secte ultra-radicale appelée les Zaddikim. est le fondement originel de la religion Chrétienne fondamentaliste. J'affirme qu'il n'est pas du tout improbable que les Zaddikim aient été une secte de contactés qui avaient adopté un programme apocalyptique tellement violent et aliénant qu'ils durent opérer une retraite vers les grottes surplombant la Mer Morte. Pages 261-262). Colonne 11. Par contre. un pharaon Egyptien qui vivait aux alentours de 1350 avant notre ère.

dans le doctrine Judéo-Chrétienne de salvation. . ces deux phénomènes étant eux-mêmes corrélés aux OVNIS à la CIA. . etc.Indépendance de l'Inde et du Pakistan.Nexus intertextuel fondamental: Les Codex de Nag Hammadi et les Manuscrits de la Mer Morte. . . «The Gnostic Sect and its Opponents») qui met clairement en valeur les preuves archéologiques de la présence de Gnostiques qui s'appelaient les “Archontiques” et qui s'étaient installés sur la rive ouest de la Mer Morte. C’était et cela reste.Création des premiers transistors moderne dans les laboratoires de Bell.Construction de la première génération d'ordinateurs modernes..Début de la décolonisation des colonies Françaises (1947-1975). le Christianisme est une excroissance d’une secte de contactés OVNI.Début du Plan Marshall pour “aider” l'Europe: Début de l'agriculture toxique et industrielle à grande échelle en Europe. . l’étude conventionnelle des Zaddikim s’est poursuivi de façon inadéquate et erronée.. Dans l'introduction de son ouvrage “The Gnostic Scriptures”. on peut comprendre que les Gnostiques purent déceler. à savoir les Zaddikim. un virus idéologique infectant le mental humain. Dans l’ignorance du conflit sectaire avec les Gnostiques. Je propose de développer une banque de données d’événements qui se manifestèrent en 1947 et qui peuvent être perçus comme corrélés à ces deux phénomènes essentiels que sont les Manuscrits de la Mer Morte et les Codex de Nag Hammadi. ainsi.un phénomène socio-religieux connu par les érudits sous le nom “d’apocalyptisme Juif” mais cette dénomination est fallacieuse parce que ces visions extrémistes étaient fermement rejetées par la population Juive et même par les autorités religieuses plus orthodoxes des communautés Juives de l’époque.Création du GATT (General Agreement on Tariffs and Trade) l’ancêtre de l’OMC. des agents de la contre-intelligence Archontique. présentent des preuves écrites qu’il existait un conflit spirituel entre deux groupes. Bentley Layton présente une carte de l'ancienne Palestine (Map 1. Grâce aux comparaisons que nous pouvons établir de nos jours entre les différents écrits. Traduction de Dominique Guillet Autres Evénements importants de l'année 1947: . . Dans cette vision. découverts en 1947. l’analyse des Gnostiques. un implant extra-terrestre. en tout cas. les Zaddikim et les Gnostiques.Début de la Guerre Froide.Mise en opération du FMI (Fonds Monétaire International). juste en-dessous de Qumrân Khirbet. . une vague d’obsession religieuse Archontique parmi les Juifs Palestiniens et plus spécialement dans la secte des Zaddikim. en fait. C’est réellement une religion extra-terrestre dont les croyances farfelues et les dogmes surnaturels sont totalement étrangers à la vie humaine sur Terre. qui avaient très certainement des contacts physiques. Ils détectèrent.George Orwell écrit 1984 : “Big Brother is watching you!!”  . C’étaient. Ce n’est que lorsque les Codex de Nag Hammadi ont refait surface qu’il a été possible de découvrir la dénonciation Gnostique de l’obsession Archontique . Ce groupe particulier adopta le nom “Archontiques” car leur mission spécifique était d’observer la vie des Archontes dans la vie religieuse de l’ancienne Palestine. .

3. un dialogue de révélation dans lequel un instructeur non nommé (le “Maître” ou le “Seigneur”) confère des enseignements secrets à un disciple Gnostique appelé Jacques: Le Maître dit: “Jacques. procède de la Source. la déesse qui les a engendrés lorsqu’elle amena la race humaine de la Source. La similarité avec des témoignages contemporains de rencontres rapprochées est indéniable: les Archontes provoquent un état  .Un Principe Gnostique John Lash Rencontre avec des ET dans un Texte des Ecoles de Mystères Ici et là. ceux qui font office de collecteurs. Lorsqu’il te demande enfin: ‘Ou vas-tu aller maintenant?’ Tu dois lui répondre: ‘De l’endroit quand je vins. je vais retourner’. Une quantité considérable d’informations est comprimée dans cet échange. Non seulement exigent-ils une taxe. Il en est ainsi parce que celle qui est leur matrice. dans l’espoir de te capturer. 33-34:1-25). Il va te demander: ‘Qui sont ces êtres étrangers?’ Et tu vas lui dire: ‘Ils ne sont pas entièrement étrangers car ils sont issus de la Sophia Déchue (Achamoth). Si tu réponds de cette manière. quand tu seras en leur pouvoir. tu échapperas à leurs attaques. regardes. Et. je vais te révéler le chemin de ta rédemption.” CNH V. Quelles croyances sont impliquées dans de tels témoignages? Et que devons-nous croire au sujet de tels témoignages? Je vais tenter de répondre à ces deux questions au cours de ce bref essai. Ils ne sont donc pas complètement étrangers mais ce sont nos cousins. Maintenant. mais ils dérobent les âmes. considérons un passage extrait de la Première Apocalypse de Jacques (CNH V. Enseignement Esotérique Pour un témoignage de première main. la Source. plus particulièrement. les textes Gnostiques Coptes contiennent des passages qui décrivent des rencontres avec des extra-terrestres et offrent parfois des conseils explicites quant à la façon d’agir avec ces entités. le royaume de l’Un Pré-existant. celui qui est le superviseur va te demander: ‘Qui es-tu et d’où viens-tu?’ Tu vas donc lui dire: ‘Je suis un enfant de l’humanité et je viens de la Source’. Ils sont cependant étrangers parce que Sophia ne s’accoupla pas avec son partenaire dans la Source (sa contrepartie mâle divine) quand elle les généra. Sophia Achamoth. il se peut qu’une multitude d’Archontes se jettent sur toi.3). Il va te demander ensuite: ‘Quelle sorte d’enfant es-tu et à quelle Source appartiens-tu?’ Tu vas lui répondre: ‘Je viens de la Source pré-existante et je suis la progéniture de la Source’ Il va alors te demander: ‘Pourquoi fus-tu envoyé de la Source?’ Tu vas alors lui répondre: ‘Je vins de l’Un Pré-existant afin de pouvoir contempler ceux de mon espèce et ceux qui sont étrangers’. Lorsque tu es saisi et que tu éprouves les affres de la mort (une peur mortelle). trois d’entre eux vont te saisir.

Les récits Coptes deviennent d'autant plus d'actualité que nous prenons conscience qu'ils ne présentent pas simplement des commentaires empruntés ou abscons sur une religion morte mais bien plutôt des intuitions profondes sur les dilemmes spirituels éternels de l'humanité.. intuitions qui sont toujours aussi pertinentes qu'elles étaient il y a 2000 ans. se focalise sur le mouvement Nazi. l’enseignant Gnostique donne des instructions explicites sur la façon de faire face à ces entités extra-terrestres. Les contactés et les abductés sont des témoins passifs. dont il fit l'expérience directe mais “La psychologie de masse du fascisme” contient d'amples références au Catholicisme et au Saint Empire Romain. Dick. Sa signature est “l’idéologie autoritaire”. lorsque l’incarnation du Christ est dite avoir eu lieu. une déduction logique que l'on puisse tirer du passage ci-dessus. Les Gnostiques étaient non seulement vigilants quant à l’intrusion des Archontes. selon la croyance Chrétienne. un peuple Tibétain du sud-est de la Chine: “Il faut se connecter à la source des plantes sacrées. dépassés et subjugués par les ET. date à laquelle les Codex de Nag Hammadi furent découverts.” (The Gnostics. la chute de l’Eon Sophia. l’étudiant(e) fait preuve d’une connaissance initiée de l’origine et de l’identité des entités auxquelles il (elle) doit faire face. de ce que je propose d'appeler le complexe mystico-fasciste. de Philip K. Dans sa vision Gnostique de la condition humaine. les terme archon (au pluriel archontoi) est rendu comme “autorités”. le National Socialisme. Un rappel intentionnel des sujets cosmiques fait perdre aux Archontes leur pouvoir. les Gnostiques firent échec aux Archontes grâce à la “plante sacrée” (le pouvoir occulte) du rappel mythologique. même dans la presse à sensation. ils réalisent des abductions (“ils dérobent les âmes”). De la même façon.. non seulement par leur connaissance des propriétés des plantes. mais ils prescrivent également une action défensive. L'analyse par Reich. d’avec la littérature courante. Mais à la différence.  . Cette menace paraît avoir émergé d’une manière particulièrement alarmante lors de l’époque à laquelle Philip K. En rappelant le mythe de leurs origines. C’est. sinon elles ne peuvent exprimer leur magie”. Dans le sens le plus profond du terme. aucun érudit n'admettra que ces rares codex Coptes contiennent des récits fiables de rencontres avec des ET. le dicton des Na-Khi. et ainsi de se créer une défense contre les Archontes. Il est significatif que le terme “Archontes” désignait communément les “gouverneurs” ou les “autorités” du temps des Romains. Les écrits Gnostiques non seulement décrivent-ils donc ces rencontres. Wilhelm Reich vit l’émergence d’un syndrome similaire qu’il caractérisa comme le “complexe mécanique-mystique”. On aurait pu imaginer de grands titres sur toute la planète. par exemple. nous n'aurions jamais eu l'occasion d'entendre ces choses. (Voir “La psychologie de masse du fascisme”. Dick émit l’hypothèse que la vie spirituelle de l’humanité s’arrêta à ce moment. Décrivant la découverte de Nag Hammadi. La stratégie de rappel est parfaitement en phase avec la sagesse indigène . tout aussi frappante. du moins. le Maître fait référence à ces gens “qui existent de la nature des Archontes” (30:20). même aujourd'hui encore.voyez. ils étaient aussi profondément conscients de la possibilité que des humains soient totalement “archontisés”. Le Maître offre des conseils pertinents pour remettre les Archontes à leur place. l'ancêtre millénaire du programme mystico-fasciste. Dick fait souvent référence: le premier siècle de l’ère commune. la mentalité de domination fasciste et patriarcale. mais aussi en racontant l'histoire de la plante. Ces détails présentent une ressemblance frappante avec des récits contemporains concernant les ET/OVNIS. Philip K. La quantité énorme de témoignages concernant les phénomènes ET/OVNIS qui est aujourd’hui disponible ne présente rien au sujet de la défense contre l’intrusion extra-terrestre. C’est comme si le comportement de ceux “qui existent de la nature des Archontes” se fixa dans cette région et à cette époque et en vint à dominer tous les siècles suivants . Cela prit de nombreuses années avant que les codex ne fussent traduits et. Tobias Churton écrit: “Si Mohammed Ali n'avait pas brisé la jarre. Page 12). ces choses sont de la dynamite. ils apparaissent souvent par trois. Les shamans guérissent. Mais il n'y eu pas de grands titres.jusqu’en 1945. Dans certaines traductions des récits Coptes. Le Gnosticisme est un rappel de nos origines. Dans un parallèle proche de la vision de “l’Empire”. L’époque et la région dans lesquelles le façonnage Archontique du caractère humain s’est implanté avec force sont toutes deux spécifiées dans les textes de Nag Hammadi. L’étudiant est instruit spécifiquement de se rappeler et de répéter l’épisode clé de la mythologie Gnostique. L’étudiant est instruit de se souvenir du privilège de la naissance cosmique de l’humanité et de proclamer sa connexion directe avec le Plérome. Un Virus Idéologique Dans un autre passage de la Première Apocalypse de Jacques.de panique mortelle. la Source.

puisque sa nature est violente” (Valis. C’est pour cela qu’elle retourne l’humanité contre elle-même. les Gnostiques mirent également en garde contre un “effet extraterrestre” qui peut conférer un élément vraiment pervers à nos processus de pensée. des entités qui se caractérisent par un mélange étonnant de fixations mystiques et militaristes. “le coeur biologique de l'humanité a été privé de représentation sociale” (ibidem). c'est le moins que l'on puisse dire.d'où le Christ Aryen identifié et. L’idéologie mystico-fasciste fonctionne comme un virus “imposant sa structure sur ses ennemis. G.  . Dick était d’accord avec Reich lorsqu’il observait que l’idéologie mystico-fasciste croît comme une armure autour des personnes qui adoptent ces fixations. ou déshumanisation. Les observateurs Gnostiques. L’idéologie des autorités peut infecter même ceux qui lui résistent. des phantasmes métaphysiques qui sont le fondement des programmes militaristes. Dick la perçut: comme un virus. il est dément et nous impose sa démence par la violence. Page 235). publié en 2004 par Richard Steigman-Gall. focalisées sur la fixation maîtresse d’un Dieu transcendant au-delà de la Terre. et plus particulièrement des sensations de la sphère génito-sexuelle. en fait. Hitler se prenait pour un Chevalier du Graal. et le complexe du sauveur propre à la croyance Judéo-Chrétienne est totalement transposé dans l'idéologie raciste nazi . bien que ce clonage soit également l’apanage de la consommation de masse et des rites de technophilie. de notre identité réelle. On pourrait argumenter que les Nazis n'étaient pas Chrétiens mais. comme nous l’avons vu dans le passage ci-dessus de la Première Apocalypse de Jacques. Ainsi. Lors d'une allusion à l'idéologie fasciste des “autorités”. Cependant. Nous pouvons juste imaginer ce qu’ils percevraient aujourd’hui dans la religiosité politique de la droite US. affirme qu'Hitler était sincère en s'appelant lui-même un Chrétien et révèle dans quelle mesure l'idéologie Chrétienne fut embrassée par le parti Nazi et contribua à l'avancement de leur cause. Définir l’humanité. (Ce que j'ai appelé le clonage comportemental est largement évident dans les comportements aussi bien militaires que mystiques.Pour de plus amples commentaires sur ce sujet. cependant. Les “autorités” se comportent comme des zombies spirituels. négliger nos erreurs de sorte qu’elles prennent une proportion telle qu’on ne puisse plus y remédier. au travers soit de l’endoctrinement soit de l’intimidation (“conversion”). une portion d’intelligence divine. ces fixations. professeur d'histoire à l'Université de Kent aux USA. Page 235). c’est intrinsèquement la défendre contre la perversion. dans la même mesure. Un virus idéologique.) Selon Reich. “les pensées qui nous égarent”. mais en raison de leurs pratiques délibérées de techniques sexuelles orgiaques pour induire une immunité et. Dick écrivit: “L'Empire est l'institution. que certains Gnostiques étaient immunisés contre cette infection . Puisque nous sommes dotés de Noos. dans une certaine mesure. elle devient ses ennemis” (Valis. compatible avec des passages des Codex de Nag Hammadi et qui résonnent profondément avec les visions de Reich sur la psychose de masse du Christianisme Romain. pour être plus précis. en raison. perçurent l’idéologie de la salvation de la même façon que Philip K. contemporains de l’émergence du Christianisme. Il semblerait. Wilheim Reich mit en garde contre le fait que depuis l'affaissement de l'ethos pré-Chrétien du Paganisme tourné vers la terre. Les Gnostiques affirmaient que la capacité de perversion de l’humanité. Nous pouvons maîtriser ce que les Bouddhistes Tibétains appellent krol’pa. au travers principalement de la distraction et de l’hébétude. embrassé par C. Les intellectuels Païens de l’époque utilisèrent même ce terme spécifique pour caractériser le fanatisme des convertis. Philip K. Philip K. En Défense de l’Humanité Que faire donc des conceptions Gnostiques relatives aux Archontes? On pourrait dire que les Gnostiques croyaient que nous ne pourrons définir réellement ce qui est humain qu’en faisant face à ce qui est dément et inhumain en nous-mêmes. C'est une observation stupéfiante. Les Gnostiques perçurent la tyrannie des croyances. à l’aube du Christianisme. de leurs enseignements explicites concernant les Archontes et les stratégies pour leur résister. nous sommes capables de détecter et de corriger une pensée pervertie. L’influence des Archontes ne consiste pas à nous faire nous tromper mais à nous faire. les fixations mentales qui nous éloignent de notre humanitas. modelé sur le Parsifal de Wagner. voir mon essai “Armageddon Politics”. C'est une conception purement Gnostique. la codification du dérèglement. L'ouvrage The Holy Reich. est au coeur de notre mental mais que cette capacité seule n’est pas potentiellement perverse. tels que nous pouvons les percevoir dans la realpolitik religieuse des néocons.pas par chance. émergent de la répression et du détournement des sensations somatiques. Jung.

Ils décrivaient ce qu'ils savaient avec clarté et méthodologie et ils prescrivaient très consciencieusement des actions pour faire face à la menace perçue. Mais le Gnosticisme est. Que pouvons-nous croire au sujet de tout cela aujourd'hui? Nous sommes confrontés à un problème de crédibilité. Afin que nous perdions le reflet de la Lumière Divine en nous. personne ne peut vous détourner vers l'oubli de votre humanité. nous induisant à agir de façon non adéquate et nous plongent dans l'oubli.. Bien plutôt. De créditer les Gnostiques de connaître réellement ce qu'ils affirmaient connaître n'est que la première étape. bien sûr . que l'on peut comparer avec les Gris et les Reptiliens des récits contemporains..“Les Archontes poussèrent Adam dans un état de transe. Une grande partie des enseignements Gnostiques fut consacrée à la théorie de l'erreur que je viens juste de résumer. Selon la vision Gnostique.. Les instructions relatives aux rencontres avec les ET dans la Première Apocalypse de Jacques ne sont pas exceptionnelles. et sous leur forme d'inclinations dans notre mental. la connaissance vivante et évolutive de l'esprit humain... C'est à chacun de décider si les Gnostiques étaient dans l'illusion totale en ce qui concerne les Archontes. D'autres commentaires sur la Première Apocalypse de Jacques sont disponibles dans le Reading Plan. D'où la pléthore de textes politiquement et théologiquement incorrects dans les récits Coptes (plus de la moitié des manuscrits qui ont survécu. ils détectèrent l'intrusion subliminale des Archontes dans le mental humain.. La Fonction de l'Orgasme. Ils le plongèrent dans un état d’endormissement mais ce fut sa perception qu’ils endormirent. à la fois sous leur forme d'envahisseurs extra-terrestres. L'esprit malfaisant gagne en force en nous égarant. pas la foi. (Les Archontes agirent ainsi sur l’humanité) avec comme finalité de la leurrer.  . par définition. les êtres humains “qui existent de la nature des Archontes” sont ceux qui suivent aveuglément des idéologies religieuses de nature démente et inhumaine. C'est le défi permanent du Gnosticisme. Mais une lecture raisonnable et sans préjugés des textes Coptes ne livrera pas beaucoup de signes de démence éventuelle de leur part.. II. Ils rendent nos coeurs lourds afin que nous perdions l’attention et la perception. Dans un sens pratique. ils ne répandirent pas un message de haine contre quiconque. La détection de l'intrusion Archontique dans ces deux modes d'expérience semble être spécifique à la science noétique délicatement nuancée des Mystères.. Tous les érudits s'accordent sur le fait que certains Gnostiques condamnaient tout autant les origines Judaïques du programme de rédemption Chrétienne que le programme même de Paul et de Jean. Au-delà de cela. nous devons valider ce qu'ils connaissaient pas nos propres moyens. ils s'efforcèrent de mettre en valeur ce qu'ils percevaient comme le message trompeur et haineux déguisé en idéologie Judéo-Chrétienne de la salvation. Ce faisant. A l'origine de ce message.c'est à dire que nous pouvons considérer la source des enseignements Gnostiques à part de leur contenu. Le propos est l'illumination. un sujet de connaissances et non pas de croyances. nous faisant oublier qui nous sommes” (L'Apocryphe de Jean. “Seule la connaissance de ce qui est vivant peut bannir la terreur. Les Archontes accablent l'âme. les enseignants Gnostiques des Ecoles de Mystères apprenaient aux néophytes comment faire face aux Archontes. Les voyants qui dévoilèrent la démence ne souffraient pas de démence. Lorsque l'esprit de vie croît et que le pouvoir d'illumination du corps renforce l'âme. car c'est principalement au travers des croyances religieuses que les Archontes nous envahissent.” Wilhelm Reich. 22:14-10 jusqu'à 27-20). par nos propres capacités. Mais ceux dont lesquels les esprits imposteurs se saisissent sont aliénés de leur humanité et pervertis. selon mon estimation). Ils étaient sûrs d'avoir réellement identifié la plus déconcertante des énigmes: la cause primordiale de la barbarie au sein de la nature humaine. Un comportement induit par de telles croyances génère des fixations pathologiques de personnalité résultant en un zombie spirituel.

Les anges. Sans l'aide de la matière Gnostique. supposés être bienveillants. les anges et tout ce qui est Biblique devinrent l'objet de spéculations ufologiques mais von Daniken n'explora pas ces associations d'une manière très cohérente et convaincante. Les Mystères furent anéantis durant le 4 ème siècle. de nos jours.Le Christianisme: une Religion d’Extraterrestres Réflexions sur von Daniken et l’Ufologie Biblique John Lash En 1968. ne fussent traduits en Anglais en 1978. même si ce sont des Extraterrestres qui naviguent dans des OVNI. découverts en 1945. Downing était incapable de concevoir que la religion Biblique “plantée et substantée par des entités d'un autre monde” n'oeuvre pas au bénéfice de l'humanité mais. des anciens mythes et. Downing se demande si la religion Biblique fut “plantée et substantée par des entités d'un autre monde. un aubergiste Suisse. C'est la source à laquelle von Daniken emprunta son titre et une grande partie du contenu de son ouvrage). bien sûr.” Il ne se contente pas de spéculer sur la présence “d'anciens astronautes” sur Terre mais il envisage leur rôle potentiel dans l'impulsion et l'orientation de l'expérience religieuse de l'humanité. von Daniken demanda: “Dieu conduisait-il une soucoupe volante?” Cette question étant semée dans l'esprit du grand public. Bien que certaines des conceptions Gnostiques puissent être trouvées dans des argumentations obscures écrites contre eux par les premiers Chrétiens. à savoir le genre d'études proposant que de nombreux événements dans la Bible ne sont que des manifestations d'interventions extraterrestres. un pasteur Presbytérien diplômé de Princeton Theological Seminary et Edinburgh University. présenta tout un chapitre intitulé “Chariots of the Gods”. des artefacts religieux. On peut sans doute considérer Downing et Desmond Leslie comme les fondateurs de l'ufologie Biblique. Mais cet ouvrage reflète aussi la foi indéfectible de l'auteur en la tradition Chrétienne: Down assume que Dieu et ses anges. Cette nouvelle interprétation se fait jour grâce à la vision d'une intervention extraterrestre proposée par les Gnostiques des Ecoles de Mystères. qui ne pouvait pas émerger à l'époque où Downing et von Daniken rédigèrent leurs ouvrages. sont en train de réaliser un plan divin au bénéfice de l'humanité. pour la mettre en esclavage. un autre auteur le fit: Barry H. dans des monuments mégalithiques tels que la pyramide de Giza. Selon la théorie sensationnelle de von Daniken. du nom d'Erich von Daniken publia l'ouvrage Présence des extra-terrestres (Chariots of the Gods) qui devint un best-seller international et est toujours en publication de nos jours. le premier bébé cloné! Les ufologues Bibliques assument que les ET de l'espace. Le spectre et la profondeur de son ouvrage témoignent de son érudition tout au contraire des petites histoires à l'eau de rose de von Daniken.  . ou bien encore qu'il fut cloné comme un “modèle humain” par des frères cosmiques bénéficiant d'une technologie supérieure. sont considérés comme des Extraterrestres d'une évolution supérieure. Downing. lorsque la cache de Nag Hammadi fut enfouie. la matière Gnostique originelle ne fut pas communément accessible avant que les Codex de Nag Hammadi. Imaginez les grands titres: Jésus. Flying Saucers have landed. des “anciens astronautes” d'une civilisation avancée visitèrent la Terre dans une période très lointaine. Il trouva des preuves de leur présence dans des pétroglyphes. en toute cohérence avec l'accomplissement d'un “Plan Divin”. mais une interprétation supplémentaire doit maintenant être envisagée. Des visions telles que celles d'Ezéchiel sont considérées comme des rencontres de type rapproché. ou les entités de type ET. Par contre. au contraire. Dieu. agissent d'une manière gentille et bienveillante vis à vis de l'humanité. L'ufologie Biblique s'est amplement développée. mais ils existaient depuis des milliers d'années avant le Christianisme. publié en 1952. tels que celui qui annonça la naissance de Jésus à Marie. The Bible and Flying Saucers. Provocateur. dans un ouvrage publié la même année. Cette problématique requiert une investigation de la psyché humaine beaucoup plus profonde que celle que von Daniken entreprit. Certaines interprétations considèrent même Jésus comme un extraterrestre qui vint sur Terre d'un monde beaucoup plus évolué. (Note: on m'a informé que Desmond Leslie dans son ouvrage.

néanmoins. le mental d'auto-libération. Le texte cité explique comment les Archontes introduisent un faux plan de rédemption dans le mental humain. était un Archonte. (Hypostase des Archontes. En effet. “l'histoire sacrée” de notre espèce commence avec Abraham. étrangère à la Terre et hostile au potentiel humain. centrée sur la figure de la Déesse Sophia. une contrefaçon du chemin authentique de l'auto-libération que nous pouvons prendre en développant notre potentiel inné de noos. qui demeurent dans le coeur galactique. Dans le Second Traité du Grand Seth. le “vecteur” psychologique pour l'intrusion des Archontes. un maître Gnostique anonyme dit: “Les Archontes ont élaboré un plan à mon sujet pour répandre leur erreur et leur absurdité”. Heureusement. L'instructeur Gnostique. quelques pouvoirs similaires à ceux des dieux. Bien qu'il ne crée pas le monde dans lequel nous demeurons. contient beaucoup d'informations claires sur le Seigneur des Archontes et ses stratégies insidieuses. rendant impossible pour les humains de trouver le noos. le Plérome. un dieu inférieur ou imposteur à ne pas confondre avec les vrais Dieux. 94:20). Comme l'histoire des anciens Hébreux est considérée comme exemplaire ou symbolique de l'humanité dans son ensemble. affirmant notre connexion à la Déesse de Sagesse dont le corps est la Terre. au travers des croyances au sujet de Dieu et au sujet de ce Dieu veut pour nous. un extraterrestre dément qui possède. et d'arriver à connaître l'humanité réelle”. leurs enseignements ne mettent pas l'accent sur une menace physique. Ils mettent plutôt en garde contre le fait que les Archontes nous influencent profondément dans le mental. appelé phoster ou révélateur. Une des idées les plus sensationnelles des Gnostiques est que Jéhovah. John Lash Traduction de Dominique Guillet  . Bien que les textes Gnostiques décrivent des rencontres directes avec des Archontes “qui enlèvent les âmes durant la nuit”. Les Gnostiques enseignaient ce qu'ils incarnaient: le chemin d'illumination du mysticisme expérimental en contraste avec la croyance aveugle des dogmes rédemptionnistes. ils rejetèrent la notion d'un “Plan Divin” supervisé par Jéhovah et dévoilèrent le rédemptionnisme Judéo-Chrétien comme une religion extraterrestre. Leur cosmologie. mais les Gnostiques estimaient qu'Abraham était un gogo. Jéhovah est dit être aveugle et fou. Contre la tromperie religieuse des Archontes.Les Gnostiques étaient des psychonautes d'une finesse et d'une envergure extraordinaires. La critique Gnostique du Complexe du Rédempteur était dévastatrice pour les croyances chéries de nombreuses personnes. mais les instructeurs des anciens Mystères ne nous laissèrent pas sans alternatives à ces croyances reçues. appelés Eons. et par extension de l'Islam. présente une description complète et cohérente de l'origine et des méthodes d'une espèce prédatrice inorganique appelée Archontes. il le croit. Le Second Traité du Grand Seth dit que la “doctrine des extraterrestres” est une “gigantesque tromperie pour l'âme humaine. et elle l'est encore aujourd'hui. ridiculise ouvertement Abraham. plus particulièrement au travers de l'idéologie religieuse. le Second Traité du Grand Seth invoque “l'espoir de Sophia”. malgré qu'elle ne soit pas volumineuse. Pour les instructions des Ecoles de Mystères concernant les manières de confronter et de chasser les Archontes. il vit une vaste quantité de matière sans limite et il devint arrogant et dit: ‘C’est moi qui suis Dieu et il n’en existe pas d’autres’”. “Ouvrant ses yeux. “l'intelligence divine”. voir Un Principe Gnostique et le commentaire sur la Première Apocalypse de Jacques. la cache de Nag Hammadi. Bien sûr. Cette ligne rappelle le commentaire lapidaire de Jacques Vallée relatif aux stratégies des extraterrestres dans Messengers of Deception: “la voie vers la croyance d'un homme passe par la confusion et l'absurdité”. Les enseignements des Mystères préservés dans les Codex de Nag Hammadi présentent très souvent une vision de la religion Judéo-Chrétienne qui la retournent comme un gant. Ce que les Gnostiques voulaient dire par “doctrine des extraterrestres” est l'ensemble de croyances au coeur de la religion Judaïque et Chrétienne. c'est exactement ce que Yahvé-Jéhovah dit dans l'Ancien Testament. Moïse et les prophètes d'accepter les Archontes comme divins et de mettre leur foi dans un dieu imposteur qui oeuvre à l'encontre de l'humanité. Les “trois grandes religions mondiales” dérivent du révéré Patriarche Abraham. considéré comme ayant vécu aux environs de 1800 avant EC. le dieu paternel de la religion Judéo-Chrétienne.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful