Dossier de presse Berges de Seine : le nouveau visage de la Rive droite 17 septembre 2012

Contact presse : Krystel Lessard krystel.lessard@paris.fr 01 42 76 49 61 1

L’aménagement des « Berges de Seine » n’a qu’un objectif : permettre aux Parisiens, aux habitants de la métropole et à tous les amoureux de Paris de se réapproprier la Seine et le cœur de leur cité. Le nouveau visage des Berges de Seine se décline différemment Rive droite et Rive gauche mais avec un objectif commun : créer un nouvel espace public pour tous. La transformation rive droite de la voie express en boulevard urbain, livrée début septembre 2012 et la création de plus de 4,5 hectares de nouveaux espaces rive gauche, entre le musée d’Orsay et le pont de l’Alma dès le printemps 2013, sont et seront autant d’occasions nouvelles de promenades, d’animations, de loisirs et d’usages de la ville. L’aménagement des Berges de Seine, engagement majeur de Bertrand Delanoë et de l’équipe municipale, sera donc terminé au printemps 2013. Des berges et un fleuve accessibles à tous, c’est rendre au coeur historique de Paris toute sa modernité. I. La rive droite : de la voie express au boulevard urbain

L’aménagement réalisé cet été a permis de créer un nouvel espace de vie le long de la Seine. Avec une circulation partagée entre les automobilistes, les cyclistes et les piétons, tous les parisiens peuvent désormais profiter de leur fleuve. La transformation de la voie express en boulevard urbain se structure notamment autour de quatre lieux majeurs : Avenue de New York, Jardin des Tuileries, Square de l’Hôtel de Ville et la « promenade » de l’Hôtel de Ville au bassin de l’Arsenal.

source: APUR

2

A. Avenue de New York - une amélioration des liaisons piétonnes entre les deux rives

Création de traversées piétonnes Des traversées piétonnes, larges de 6 m, remplacent le passage souterrain, définitivement fermé. Des refuges piétons permettent de traverser en deux temps, en toute sécurité. Cet aménagement assure une meilleure liaison entre les musées d’Art Moderne, du quai Branly et du Palais de Tokyo. Nouvelle chaussée Entre les traversées piétonnes, le bitume a été remplacé par un nouveau pavage, visant à apaiser la circulation automobile. Nouvelle piste cyclable Entre le pont de l’Alma et le pont d’Iéna, les vélos peuvent circuler sur une nouvelle voie cyclable longeant l’avenue de New York. B. Tuileries – des jardins à la Seine en deux pas…

avant

après

avant

après

Nouvelles traversées piétonnes sécurisées Face à la passerelle Léopold Sédar Senghor, des traversées piétonnes sont créées, sur un plateau piéton traité en pavé, large de 33 m. Des refuges piétons permettent de traverser en deux temps, en toute sécurité. 3

Accès aux Tuileries Les grilles du jardin des Tuileries sont rouvertes pour permettre l’accès direct au jardin et faciliter la liaison entre les rives, notamment entre le musée d’Orsay et l’Orangerie ou le Louvre.

avant

après

Réorganisation de la circulation automobile Les voies de circulation sont modifiées pour sécuriser les déplacements. Le couloir de bus est prolongé et ouvert aux cyclistes de la Concorde vers le pont Royal. C. Au commencement de la promenade : le square de l’Hôtel de Ville Aménagé en 1969 dans le cadre de la construction de la voie Georges Pompidou, et surtout connu des passagers des Batobus et des habitués de Paris Plages, le square de l’Hôtel de Ville s’offre une seconde jeunesse. Une nouvelle vie commence pour ce lieu réaménagé dans l’esprit de la nouvelle promenade en bord de fleuve. Un accès facilité et une ouverture permanente Le square devient également accessible depuis le quai bas par trois entrées différentes grâce à une nouvelle traversée piétonne sécurisée de la voie sur berges au pied de la rampe venant du pont Louis Philippe. L’escale Batobus est maintenue.

avant

après

4

Une nouvelle organisation et un nouveau mobilier

L’organisation de l’espace a été étudiée pour offrir une diversité d’assises et de points de vue sur le panorama urbain et fluvial d’exception (île Saint-Louis, île de la Cité, la Seine et ses ponts historiques). Bancs, fauteuils, banquettes et plateaux multi-positions favorisent la détente et la convivialité. Une nouvelle ambiance végétale

Le projet améliore la diversité floristique et faunistique du square tout en favorisant une ambiance de plantes « vagabondes et rustiques » qui exprime la proximité avec la Seine. Une nouvelle offre de restauration Un triporteur proposera bientôt une sélection de plats pour se restaurer (tartines, soupes, desserts, boissons, etc).

5

Le square de l’Hôtel de Ville en chiffres Surface totale : 1595 m² 395 m² de massifs plantés 1200 m² de surface minérale en stabilisé 35 arbres dont 17 nouveaux 41 arbustes 2170 graminées 3 900 plantes 10 chaises longues 6 plateaux multi-position 22 banquettes 18 chaises 1 fontaine à boire 400 tonnes de matériaux évacuées par barges sur la voie d’eau D. Une promenade en bord de Seine sur 1,5 km Une nouvelle promenade piétonne est proposée entre l’Hôtel de Ville et le bassin de l’Arsenal. Elle est agrémentée de nouvelles activités, dans le square de l’Hôtel de Ville rénové, sur péniches et à la maison des Célestins. Les aménagements réalisés facilitent l’accès au fleuve et permettent de profiter du paysage urbain et fluvial. Sur les quais bas : 4 nouvelles traversées piétonnes sécurisées De part et d’autre du pont Louis-Philippe, aux abords de la Maison des Célestins et au niveau de la rampe d’accès près du pont Sully, 4 passages piétons sont aménagés afin d’accéder à la nouvelle promenade en bord de fleuve.

avant

après

après (période «Paris Respire»)

6

Une galerie a été aménagée pour permettre aux piétons de rejoindre plus aisément le bassin de l’Arsenal depuis la promenade en bord de Seine et le port Henri IV. L’artiste Georges Rousse a créé, pour ce passage, une œuvre unique « Paris, 2012 », comme une étoile dorée symbolisant le chemin à suivre. Un meilleur partage de la voirie Les voies de circulation des voitures sont rétrécies (passant de 7 à 6 m de largeur) et les piétons cheminent donc en bord de Seine sur des trottoirs plus larges (3,30 m contre 1,40 m auparavant) et plus confortables, grâce à la pose de nouveaux pavés lisses. Les rampes piétonnes d’accès aux quais bas et la promenade sont adaptées aux personnes à mobilité réduite.

après travaux

après travaux

Une plus grande place au végétal Un gazon rustique fleuri est semé en fond de quais bas au pied des arbres. Une bande de pavés enherbés sépare la voirie du fond des quais et préserve le gazon du piétinement.

7

La rive droite en chiffres 1 800 m² de gazon rustique (fonds de quai) 6 300 m² de pavés, dont 1 300 enherbés 2 fontaines à boire (une dans le square de l’Hôtel de Ville, une à proximité du pont Marie) traversée d’ouest-est du quai du point du jour à la porte de Bercy (de 31 minutes à 37 minutes) 3500 voitures par heure en heure de pointe 6 nouvelles traversées et accès créés 7 millions d’euros: le coût de l’aménagement et des travaux de la rive droite E. Les aménagements cyclables de la rive droite
DIRECTION DE LA VOIRIE ET DES DEPLACEMENTS Agence de la Mobilité

LEGENDE
Piste cyclable Piste ou bande cyclable en projet Couloirs bus ouvert aux vélos en projet Bande cyclable Dans les couloirs bus protégés
PA L A I S D E L’ É LYS É E LA MADELEINE

Dans les couloirs bus ouverts aux vélos

GRAND PA L A I S

PETIT PA L A I S

PA L A I S D E TO K YO

JARDIN DES TUILERIES

PA L A I S DE C H A I L LOT

LES HALLES ASSEMBLÉE N AT I O N A L E MUSÉE D U LO U V R E MUSEE D’ O R S AY CENTRE G POMPIDOU

TO U R EIFFEL

HÔTEL D E S I N VA L I D E S CHAMPS DE MARS

PA L A I S DE JUSTICE

HÔTEL DE VILLE

MAISON DE R ADIO-FR ANCE

C AT H E D R A L E N OT R E - D A M E D E PA R I S

OPERA PA R I S BA S T I L L E

PA L A I S D U LU X E M B O U R G

PA N T H E O N

JARDIN DES PLANTES

GARE D E LYO N

SE

IN

E

PAR C ANDRÉ CITR OËN

GARE D’ AU S T E R L I T Z

P.O.P.B.
LA

GARE D E PA R I S B E R C Y

B. N . F. F. M I T T E R R A N D

LA

PAR C DES SPORT S SUZ ANNE LENGLEN

SE IN E

BERGE DE LA SEINE Continuité des aménagements cyclables SITUATION ACTUELLE
I:\Groupe\Asstech\USAGERS\VELOS\Arrds\Berge de la Seine-Aménagement cyclable .ai

Daniel Martin

L’aménagement des berges s’accompagne de la création de plusieurs pistes cyclables sur les quais hauts visant à améliorer la continuité cyclable le long de l’axe Seine. Dès l’été 2012, la continuité est-ouest, avenue de New York entre la place de l’Alma et la place de Varsovie, a été réalisée. Dans les prochains mois, les portions suivantes bénéficieront également de la réalisation de pistes sous forme de bandes cyclables ou d’intégration dans des couloirs bus selon les configurations : • Pont Royal : 2ème quinzaine d’octobre • Quai de la Mégisserie, quai de Gesvres, quai de l’Hôtel de Ville, soit la liaison Châtelet – Hôtel de Ville : novembre 2012

8

• Rue de Lobau : novembre 2012 • Place de la Concorde liaison entre la rue de Rivoli et le cours la Reine : 1er trimestre 2013 • Quai François Mauriac : décembre 2012 janvier 2013 • Place de l’Alma : 1er trimestre 2013 • Liaison boulevard Saint-Germain, jardins Tino Rossi : 1er trimestre 2013 II. Transports et circulation autour de la Rive droite Au-delà du projet d’aménagement, redessiner les berges de Seine est également un moyen de poursuivre la politique des déplacements conduite par la Ville de Paris et le Syndicat des Transports d’Ile-deFrance (STIF). A. Evolutions des déplacements à Paris Les enquêtes réalisées par la ville de Paris et le STIF montrent que le trafic automobile a diminué de plus de 25% en dix ans à Paris alors que le nombre de déplacements a, lui, augmenté (plus de 4 déplacements par jour et par personne en 2010 à Paris). On constate par exemple une hausse de 8% des déplacements cyclistes à Paris entre 2010 et 2011. Par ailleurs, plus de la moitié des déplacements des Parisiens sont des déplacements à pied. Ces résultats sont non seulement la traduction de la Politique menée par la Ville mais également la démonstration que les Parisiens et les Franciliens aspirent à de nouveaux modes de déplacement. C’est pourquoi il était important, dans le projet rive droite, comme dans celui rive Gauche, de redonner toute leur place aux piétons et aux cyclistes. L’aménagement a donc été pensé dans une logique de partage de l’espace des circulations, afin de permettre une cohabitation apaisée entre automobilistes, cyclistes et piétons. B. Des impacts sur la circulation automobile mesurés et anticipés • Situation initiale Jusqu’à cet été, la voie Georges Pompidou (VGP) constituait un itinéraire continu, sans feux de circulation, ni passages piétons, de Boulogne-Billancourt jusqu’à l’accès à l’autoroute A4 à Charenton-lePont. L’accès à la Seine était donc impossible pour les piétons et cyclistes.

9

La VGP accueille un trafic routier important : de l’ordre de 40.000 véhicules/jour. On constate sur ces voies un trafic qui peut aller jusqu’à 2.000 véhicules/heure/file, et de l’ordre de 3500 véh./h en heure de pointe. Les poids lourds représentent 3% du trafic de cette voie et les véhicules utilitaires 6%. Les vitesses constatées descendaient régulièrement en dessous de 20 km/h, le matin sur la berge du 16ème arrondissement, et le soir à partir du Cours la Reine. A l’inverse, les vitesses étaient souvent excessives notamment la nuit, ce qui a généré plusieurs accidents mortels et motivé la pose de radars automatiques. • Simulations de report de trafic Une partie du transit qui s’écoulait par les voies sur berges se reporte sur les itinéraires de contournement de Paris, en tout premier lieu le boulevard périphérique. Ce report concerne quelques centaines de véhicules par heure, répartis entre les périphériques intérieur et extérieur, qui comptent aujourd’hui entre 5.000 et 7.000 véh/h selon les tronçons. L’impact est donc très limité. Les études de circulation, validées par les services de l’Etat ont mis en évidence des reports de trafic principalement sur les voies suivantes : quai de la Mégisserie boulevard Saint-Germain boulevard des Capucines et rue Saint-Honoré. En termes de durée de parcours, on évalue à moins de 6 minutes l’allongement du temps de parcours moyen pour une traversée d’ouest en est du quai du point du Jour à la porte de Bercy. • Premières observations depuis l’ouverture des nouvelles Voies sur Berges Rive Droite : Sur le premier tronçon, allant du quai du Point du Jour au Cours La Reine, on constate sur les 5 jours ouvrés de la première semaine d’ouverture à la circulation un trafic comparé à celui de l’année précédente en légère baisse, et une vitesse moyenne en très légère baisse, mais essentiellement sur les heures creuses avec en heure de pointe des vitesses tout à fait comparables à la situation antérieure. Sur la voie Pompidou entre Tuileries et la voie Mazas les conditions de circulation sont comparables à celles de l’année précédente, avec notamment des vitesses moyennes en heure de pointe équivalentes à celles observées avant la mise en place des feux. Le quai rive droite (tronçon de Tuileries à Mazas) voit son volume de trafic légèrement augmenter, principalement dans l’après-midi, ainsi 10

que les simulations l’avaient envisagé (report sur les quais hauts et effet de la restriction d’accès au souterrain Tuileries depuis le pont de la Concorde). C. Une offre de transport collectif accrue pour se déplacer à Paris et en Ile-de-France. L’offre de transports collectifs a connu un développement important depuis 6 ans, tant pour les métros et RER que les bus et tramway, qui sont autant d’offres alternatives pour se rendre à Paris, circuler le long de la Seine et traverser la capitale : 2006 : Création du Tramway T3 (Maréchaux Sud) 2009 : Prolongement du T2 à porte de Versailles 2011 : Renouvellement des rames du RER A, qui augmente la capacité de l’ordre de 20% (rame à deux niveaux). 2012 : Prolongement du T3 à Porte de la Chapelle 2012 : Automatisation de la ligne 1 du métro qui permet d’améliorer la régularité des rames et de s’adapter en temps réel à la fréquentation constatée 2012 : Prolongement des lignes 4 et 12 du métro 2013 : Augmentation de la vitesse du RER C dans Paris de 40 à 60 km/h 2013 : Création de 3 lignes Voguéo (navettes fluviales sur la Seine) Enfin, la création des modes de transports partagés à l’instar de Vélib en 2007 et de Autolib’ en 2011 par la ville de Paris, contribue fortement au développement d’offres alternatives à la voiture individuelle. Ces services ont connu un essor sans précédent et sont plébiscités par tous les parisiens et habitants de proche couronne.

D. Tout savoir sur les feux tricolores de la rive droite La Signalisation Lumineuse Tricolore qui équipe la voie Georges Pompidou est reliée au Poste Central Lutèce, qui peut piloter à distance les temps de feux. Pour permettre ce pilotage, les voies ont été équipées de boucles de comptage sous chaussée, qui renvoient au PC en temps réel les informations sur l’état du trafic. Parmi les six traversées piétonnes créées sur la Voie Georges Pompidou, il faut distinguer : • 5 feux qui protègent uniquement une traversée piétonne : New York, Tuileries, bas de la rampe accédant au square de l’Hôtel de Ville, bas de la rampe accédant à la terrasse des Célestins, bas de la rampe accédant à la jardinière au pied du pont de Sully.

11

• 1 feu qui protège une traversée piétonne et gère un conflit entre véhicules : bas de la rampe d’accès à la VGP depuis le pont Louis-Philippe. Ainsi, sur les quais hauts, tant l’avenue de New York au niveau de la passerelle Debilly que sur le quai des Tuileries, au niveau de la passerelle Léopold Sédar Senghor, les traversées piétonnes ne fonctionnent que sur appel, de jour comme de nuit. Quand un piéton appuie sur le bouton d’appel, il aura le vert dans les 4 secondes qui suivent sauf si un piéton a déjà traversé juste avant auquel cas il lui faudra attendre un cycle qui peut aller jusqu’à une cinquantaine de secondes au plus défavorable. Sur la voie Georges Pompidou, les feux fonctionnent par cycle le jour (de 6h à 22h) et la nuit sur appel piétons, sauf pour l’accès Louis-Philippe aval qui est toujours sur cycle.

III. Les autres effets bénéfiques des aménagements de la Rive Droite

A. Des retombées économiques L’aménagement des berges de la rive droite permet le développement d’activités économiques, notamment grâce à la Maison des Célestins, sur les bateaux ou dans le square de l’Hôtel de Ville. De nouveaux emplacements sur la Seine sont prévus à l’automne pour développer des activités d’animation et de loisirs sur des bateaux stationnaires ou mobiles. (cf. Infra – fiche Ports de Paris), B. Le développement durable au cœur du projet Mise en valeur de la Seine et préservation de la biodiversité L’aménagement des berges, qui s’inscrit dans le Plan Biodiversité de Paris, contribue à mettre en valeur de la Seine et à la préservation de la biodiversité. Du fait de sa proximité avec le fleuve, l’entretien des berges de Seine est écologique et préserve le milieu naturel et la biodiversité puisque qu’aucun produit phytosanitaire n’est utilisé. Dans le fond de quai des berges, les plantations d’alignement existantes seront accompagnées au pied d’une nature à demi-sauvage sous la forme d’un gazon fleuri linéaire. Favorable à la biodiversité, ce gazon offre une ressource alimentaire et un nouvel habitat pour la faune. Sa composition a fait l’objet d’un travail de concertation approfondi entre

12

les botanistes de la Ville de Paris, ceux du Jardin écologique et ceux de l’Ecole botanique du Muséum d’Histoire Naturelle de Paris. Assainissement des eaux pluviales Les travaux réalisés sur les berges de la rive droite permettent de traiter et d’assainir les eaux pluviales avant rejet en Seine. Ce nouveau système d’assainissement améliore très sensiblement la qualité des rejets en Seine des eaux de ruissellement des voies sur berges, qui auparavant étaient directement rejetées dans la Seine sans aucun traitement. L’engazonnement d’une surface significative, auparavant peu perméable (terre tassée), est également un élément favorable de la gestion des eaux pluviales, l’herbe absorbant une partie de l’eau qu’elle reçoit et créant une rugosité supplémentaire (ralentissement de l’écoulement). C. Valorisation du patrimoine mondial UNESCO L’aménagement des berges permet de valoriser un site unique : inscrit au patrimoine mondial de l’humanité et vecteur de l’identité de Paris, il met en valeur les perspectives des ponts et monuments inscrits ou classés en développant l’intégration urbaine et paysagère. Il supprime l’aspect autoroutier des berges et de leurs abords, et facilite l’accès aux abords directs du fleuve. IV. L’aménagement des Berges en 2013 : la rive gauche

Rive gauche, les quais bas fermés à la circulation sur 2,3 km entre les ponts Royal et Alma offriront au printemps 2013 un nouvel espace de vie de 4,5 hectares ouvert à tous. L’organisation générale est repensée au profit des circulations douces et proposera aux Parisiens une nouvelle façon de pratiquer leur ville.

13

A. Le projet Entre les ponts Royal et Alma, les berges seront requalifiées en promenade et rompront alors avec un lieu uniquement dédié à la circulation automobile. Cette nouvelle promenade, agrémentée d’animations et de points de restauration, offrira de grands espaces publics dans un secteur très dense. Deux figures urbaines emblématiques y prendront place : - L’emmarchement, escalier de liaison entre le quai haut et le quai bas, installé au droit du musée d’Orsay, offrira des points de vue exceptionnels et des spectacles sur la Seine. - L’archipel, jardin flottant composé de cinq îles, propice au développement de la biodiversité, prendra place au port du Gros Caillou. Une équipe pluridisciplinaire, emmenée par Didier Fusillier, directeur de Lille 3000, Artevia, Franklin Azzi Architecture, Bas Smets et Carat Sport, sera chargée de faire vivre cette promenade. Elaborée sur la base d’une « coopérative » d’idées, mettant en participation la société parisienne et métropolitaine (associations, institutions,…), la programmation du site favorisera la richesse des projets, la diversité des publics et le développement des pratiques amateurs. Organisée autour de trois pôles d’activités (nature, culture et sport), cette promenade aura pour vocation majeure de proposer des espaces pour les enfants et de favoriser le lien intergénérationnel. Deux modalités d’utilisation des lieux seront donc possibles au fil des saisons: - le libre accès des installations du site et leur appropriation par les usagers. La promenade au bord du fleuve sera notamment composée d’éléments modulaires et adaptés aux usages, en particulier sportifs. - l’utilisation du site à travers des animations liées aux thèmes de la culture, de la nature et du sport qui évoluent au fil des saisons et selon le rythme des « Midi-Midi» (du mercredi midi au dimanche midi) et sur de plus longues durées lors d’expositions, de salons, de marchés ou d’expérimentations urbaines et agricoles. Zoom sur la Culée du Pont Alexandre III : La culée du pont Alexandre III et le tunnel attenant seront aménagés en un lieu convivial et surprenant, comprenant un espace de restauration et un espace « performatif ». Implanté dans l’espace clos, le restaurant accueillera une programmation artistique et culturelle avec par exemple des sessions de lectures en journée, notamment à destination du jeune public. La programmation dans le tunnel offrira une large palette d’animations, renouvelée au fil de la journée et de l’année, à destination d’un public éclectique. 14

B. Le calendrier prévisionnel des travaux et aménagements de la rive gauche Des travaux préparatoires aux nouvelles conditions de circulation et d’accès pour les piétons et cyclistes aux futurs aménagements des berges ont débuté en août et se poursuivront pendant l’automne sur les quais hauts, principalement au niveau des carrefours et des têtes de pont. Les travaux concernent les quais Anatole France et quai d’Orsay ainsi que les carrefours à la tête des ponts de la Concorde, Alexandre III et de l’Alma. Il s’agit de travaux de sécurisation comprenant selon les sites : - Le remplacement et la mise aux normes de la signalisation lumineuse ; - L’élargissement ou la création de traversées piétonnes, - La création de refuges pour piétons ; - L’Elargissement de trottoirs, notamment au droit du musée d’Orsay, - La rénovation d’un poste électrique.
Travaux berges basses rive gauche • suppression des équipements routiers •réfection partielle des revêtements •rampes pour l’accessibilité des PMR •traitement végétal fond de quai (gazon rustique) Jardin flottant (Archipel) Sanitaires Octobre 2012 – avril 2013 1er trimestre 2013 De la rampe aval du Pont Royal à la rampe aval du Pont de l’Alma Prévisionnel Janvier - avril 2013

Face au musée d’Orsay Péniche sport Port du Gros caillou

Janvier – avril 2013 Port du Gros Caillou Printemps 2013

Culée du Pont Alexandre III

Ouverture au public printemps 2013

15

V. Les Partenaires du projet La mise en œuvre de ce projet implique un partenariat étroit entre la Ville de Paris et : - la Préfecture de Paris, et les services de l’État sur les aspects réglementaires, en particulier les Architectes des Bâtiments de France et le ministère de la Culture s’agissant du caractère patrimonial et de la protection des Berges au titre du patrimoine mondial UNESCO s’agissant du caractère patrimonial, la DRIEE concernant les aspects environnementaux, - La Préfecture de Police pour les sujets relatifs à la sécurité, à l’accessibilité et à la circulation, - Ports de Paris, propriétaire des berges et exploitant du fleuve sur l’ensemble du projet. (Cf fiche infra en annexe) Par ailleurs, des partenariats ont été noués avec l’Agence de l’Eau Seine-Normandie qui apporte une aide financière au projet, au titre de la valorisation, la restauration et la préservation des milieux naturels en lien avec le fleuve.

Photos: © Guillaume Maroussie © François grunberg © Marc Verhille © Jean-Baptiste Gurliat

16

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful