TTIME

Ouvrage en sous-sol
Le plus long tunnel sous la mer au monde sera un maillon essentiel de la nouvelle liaison Hong Kong-Zhuhai-Macao.

NO. 1-2012
MAGAZINE DU GROUPE TRELLEBORG. SOLUTIONS POUR ISOLER, AMORTIR ET PROTÉGER.

Protection thermique pour mission martienne

Le monde peut changer plus vite qu’il ne faut pour organiser une réunion de conseil d’administration. Il faut donc anticiper.
Patrick Dixon, futurologue

Des pneus robustes à sensations L’offshore de l’extrême

AMORTISSEURS POUR LAMBORGHINI

BIENVENUE AU CŒUR DE LA FRANCE

SOMMAIRE 1-2012

06 10 12 16

Travail en sous-sol
Nouveaux défis techniques pour le secteur pétrolier et gazier off-shore.

La Lamborghini améliorée
Les amortisseurs sont un must pour le confort de tout véhicule, a fortiori pour une sportive haut de gamme.

Point chaud : Clermont-Ferrand
Visite de la ville de Clermont-Ferrand, au cœur du Massif central.

10

Fluidité et silence
Systèmes antivibratoires innovants pour des moteurs économes, fluides et silencieux.

DANS CHAQUE NUMÉRO
Zone bleue page 14 Personnalités & Tendances page 19 News/Update page 22

16

Constante évolution
Bienvenue chez Trelleborg, un Groupe qui évolue en permanence en se concentrant sur les marchés porteurs et sur des segments bien ciblés. La création d’une joint-venture avec Freudenberg dans le but d’élaborer des solutions antivibratoires pour véhicules légers et lourds est l’un de ces développements. Pour plus de détails sur ce projet, consultez notre site Web et attendez le prochain numéro de T-Time. Comme toujours, notre ambition en cette ère de changement est d’apporter des solutions innovantes et axées sur les clients pour milieux industriels exigeants. Quelques-unes sont présentées dans ce numéro. Parmi Quelq elles, les joints Trelleborg destinés au tunnel immergé le plu long au monde, qui fait partie de la future plus liaison fixe Hong Kong-Zhuhai-Macao où nos joints liaiso novateurs contribuent au développement durable. novat
Bonne lecture !
Directeur de la publication : Patrik Romberg patrik.romberg@trelleborg.com Rédactrice en chef : Karin Larsson karin.larsson@trelleborg.com Co-rédacteur : Rosman Jahja rosman.jahja@trelleborg.com Donna Guinivan, donna.guinivan@trelleborg.com Production : Appelberg Publishing Rédaction : Erik Juhlin, Linas Alsenas, Maggie Hård af Segerstad Graphisme : Fredrik Andersson, Erich Blunck Impression : Trydells Tryckeri Couverture : Arup Abonnement : www.trelleborg.com/subscribe Adresse : Trelleborg AB (publ) Box 153, SE-231 22 Trelleborg – Suède Tél. : +46 (0)410-670 00 Fax : +46 (0)410-427 63 www.facebook.com/trelleborggroup www.twitter.com/trelleborggroup www.youtube.com/trelleborg www.trelleborg.com T-Time est un trimestriel. Les opinions exprimées dans cette publication sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles de Trelleborg. Si vous souhaitez envoyer une question sur Trelleborg ou un commentaire sur T-Time, contactez : karin.larsson@trelleborg.com

Peter Nilsson Président-directeur général

2 T·TIME 1·2012

AVANT-GARDE [LOCKHEED MARTIN]

Objectif Mars
Lorsque la sonde Mars Science Laboratory atteindra la planète rouge cette année, des microsphères Trelleborg seront là pour assurer la protection de l’astromobile Curiosity lors de son entrée dans l’atmosphère.
PAR NICOLA POYSER PHOTOS : LOCKHEED MARTIN

T·TIME 1·2012 3

La distance moyenne entre Mars, la planète rouge, et la Terre est de 78 millions de kilomètres.

L

a mission la plus ambitieuse de la NASA vers Mars file en ce moment à toute allure en direction de la planète pour un atterrissage prévu en août 2012. C’est en novembre 2011 que l’agence a lancé la sonde Mars Science Laboratory (MSL). Le programme prévoit la pose du grand laboratoire mobile Curiosity sur le sol martien. Mais pour arriver jusque-là, l’engin devra résister à l’échauffement intense généré par l’entrée dans l’atmosphère. Conçu et fabriqué par Lockheed Martin Space Systems, le véhicule de rentrée est en forme de cône obtus, lequel enveloppe et protège Curiosity tout au long de son voyage et pendant sa descente vers Mars. La capsule, qui mesure 4,5 m de diamètre, est la plus grande jamais utilisée pour une mission martienne et comprend une structure en composites avec capacité d’emport ainsi qu’un système de protection thermique.

Des microsphères de verre Trelleborg sont utilisées dans le véhicule de rentrée qui protège l’astromobile Curiosity de la chaleur et du frottement intenses lors de la traversée de l’atmosphère martienne.

Lockheed Martin a prescrit les microsphères Trelleborg pour le bouclier arrière du véhicule de rentrée. « En raison de leur haute résistance thermique et de leur faible poids, caractéristiques adaptables aux besoins du client, les Eccospheres® Trelleborg ont été des matières premières critiques intégrés dans les systèmes d’ablation, d’isolation et d’adhésion pour les engins spatiaux depuis le début du programme américain, explique Will Ricci, responsable commercial aérospatiale pour les Eccospheres. Nous avons été un fournisseur de première importance pour le programme de la navette spatiale de la NASA. »

« Avec la MSL, il fallait impérativement que le véhicule de rentrée résiste sans faille à l’atmosphère martienne. C’est la raison pour laquelle Lockheed Martin a décidé d’intégrer les microsphères dans le système de protection thermique du bouclier arrière. » Lockheed Martin a fourni le véhicule de rentrée à la Jet Propulsion Laboratory de la NASA qui gère la mission MSL et a conçu et construit Curiosity. Les objectifs scientifiques de la mission sont de déterminer si la planète a jamais été habitable, de faire des relevés climatiques et géologiques, et de préparer l’exploration par l’homme. Le véhicule de rentrée est en

deux parties. Le bouclier thermique avant est réalisé en PICA (PhenolicImpregnated Carbon Ablator), un matériau ablatif conçu pour supporter le plus gros de l’entrée dans l’atmosphère martienne, tandis que le bouclier arrière est constitué d’un ablatif léger (SLA-561V) qui contient notamment les microsphères Trelleborg. Tous les engins martiens précédents de la NASA ont contenu du SLA-561V.

Les microsphères Eccosphere Trelleborg sont creuses, ont des parois fines et sont composées de verre borosilicaté appauvri en sodium. À l’œil nu, on dirait une fine poudre blanche, mais le microscope révèle

4 T·TIME 1·2012

des sphères quasi-parfaites. Elles réduisent les coûts, améliorent les propriétés et facilitent la « traitabilité ». Le verre appauvri en sodium est un matériau caractérisé par une grande inertie chimique et résiste à des températures allant jusqu’à 900 °C. Les microsphères présentent également une faible interaction résine par rapport à d’autres matières d’apport. L’absence d’éclats de matière résiduelle et de géométrie très régulière des particules donne lieu à un rapport résistance-poids de premier rang. Les Eccospheres résistent à des charges extrêmement élevées dans des résines liquides. De plus, elles offrent une polyvalence maxi-

male dans les composites en raison de leur faible effet sur la viscosité des résines et de leur pureté chimique sans interaction.

LOCKHEED MARTIN SPACE SYSTEMS EN BREF
Division de la Lockheed Martin Corporation, Lockheed Martin Space Systems conçoit, développe, teste, fabrique et exploite un large éventail de systèmes de pointe pour les secteurs de la défense, civil et commercial. Parmi ses principaux produits : systèmes de vols spatiaux habités, observatoires spatiaux, vaisseaux spatiaux interplanétaires, radars laser, missiles balistiques d’escadre, systèmes de défense antimissiles et une gamme complète de satellites et instruments de télé-détection, de géolocalisation, de météorologie et de communications. Pour plus de détails : www.lockheedmartin.com/ssc

« Le véhicule de rentrée est un élément essentiel de la mission car il forme une enveloppe protectrice de l’astromobile pendant les huit mois du voyage vers Mars, explique Rich Hund, responsable programme MSL Aeroshell chez Lockheed Martin. Sa fonction première est de la protéger, pendant la phase de descente, du réchauffement intense provoqué par la traversée de la fine atmosphérique martienne le jour de son atterrissage afin d’assurer le bon déroulement de son importante mission. »

T·TIME 1·2012 5

DOSSIER [PÉTROLE & GAZ]

Puits plus profonds et durcissement des mesures de sécurité posent de nouveaux défis au secteur pétrolier et gazier off-shore. Opportunités et récompenses s’offrent à l’entreprise qui apporte des solutions.
PAR DAVID WILES PHOTOS : GETTY IMAGES

LA QUÊTE DE
6 T·TIME 1·2012

E

n dépit des pas accomplis vers une plus grande efficacité énergétique et d’un climat économique houleux, la demande mondiale de pétrole et de gaz ne montre aucun signe d’essoufflement. Si la consommation dans les pays développés reste stable, la Chine doublera sa consommation de pétrole entre 2000 et 2015 et l’Inde verra sa demande progresser de 75 %. À défaut de pouvoir clore le débat sur l’année précise du fameux « pic pétrolier », une chose est certaine : il reste des quantités considérables de pétrole dans le sol. De quoi « tenir » plusieurs décennies, selon la plupart des estimations. Le problème est que la plupart des gisements « faciles » ont déjà été trouvés et que la demande mondiale en énergie pousse la prospection et la production sans cesse vers de nouveaux extrêmes géographiques et climatiques. Les eaux profondes (au-delà de 500 m) et ultra-profondes (au-delà de 1 500 m) représentent l’un des principaux secteurs de croissance de l’industrie pétrolière et gazière. Mais l’exploitation de ces réserves pose des défis techniques de taille. « C’est un milieu très coûteux à exploiter, explique John Drury, responsable groupe de l’activité Trelleborg centrée sur l’industrie off-shore. Comme les risques augmentent exponentiellement avec la profondeur, les exploitants sont demandeurs de solutions qui garantissent la sécurité en cas de défaillance. » L’un des problèmes que posent les puits de plus en plus profonds est que le pétrole chaud refroidit et s’épaissit en remontant vers la surface, ce qui ralentit le débit et risque de provoquer des obstructions. Parmi ses nombreuses lignes de produits pour l’industrie du pétrole et du gaz, Trelleborg propose du matériel d’isolation thermique pour prévenir le refroidissement. « Les matériaux que nous utilisons sont conçus pour résister à des profondeurs extrêmes et à des températures au-delà de 100°C », précise John Drury. Bien que la sécurité soit depuis longtemps l’une des priorités de l’industrie off-shore, l’explosion de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon dans le golfe du Mexique, qui a coûté la vie à 11 personnes et causé la plus grande fuite de pétrole de l’histoire, a attiré l’attention sur le problème. « Les exploitants ont renforcé leurs stratégies d’atténuation des risques afin d’éviter que ce genre d’incidents ne se reproduise, explique John Drury. Le durcissement de la législation devrait ouvrir de nouvelles perspectives pour nos produits de sécurité. »

Parmi la large gamme de systèmes de sécurité Trelleborg pour l’industrie pétrolière et gazière off-shore, il y a le système déluge Elastopipe pour la lutte contre l’incendie, les microsphères pour étouffer les feux et les revêtements souples ignifuges. Trelleborg travaille également sur des systèmes avancés de flottaison qui améliorent la sécurité en réduisant la charge sur les longs tubes par lesquels le pétrole remonte à plus d’un kilomètre du fond marin.

Les risques augmentant avec la profondeur, les exploitants cherchent des solutions qui garantissent la sécurité en cas de défaillance.
John Drury, Trelleborg

Cette industrie, qui représente quelques 10 % des ventes globales de Trelleborg, s’est mondialisée un peu plus ces dernières années avec la mise en exploitation de nouveaux sites de forage en eaux profondes, notamment au large des côtes du Vietnam, du Brésil et de l’Afrique occidentale. « Le Brésil fait l’objet d’investissements massifs pour permettre la construction de bateaux dans le pays alors que par la passé, ils auraient été construits en Corée, explique John Drury. De même, en Asie du Sud-Est, on assiste à un glissement vers des eaux plus profondes, et parallèlement, les pays de la région cherchent à développer des chaînes d’approvisionnement plus locales. » Pour saisir ces opportunités, des entreprises, dont Trelleborg, s’implantent sur ces nouveaux marchés. Mais si celles-ci abondent, la concurrence n’en est que plus féroce. « Les projets se multiplient mais les gens sont prêts à tout pour gagner et tout le monde se préoccupe de la marge bénéficiaire, explique Thor Hegg Eriksen, président de la division Trelleborg centrée sur l’industrie off-shore. Cela peut sembler étrange pour un secteur d’activités qui gagne autant côté exploitant. Mais il n’y a pas vraiment de concurrent direct capable d’offrir une gamme de produits aussi large avec autant de sites de production que Trelleborg. » Pour les observateurs, l’avenir s’annonce passionnant : changements attendus dans la réglementation sur la sécurité, compagnies pétrolières nationales davantage tournées vers l’extérieur, montée de l’Asie comme fournisseur et consommateur, accroissement des investissements dans le forage en eaux profondes… « Il y a du changement dans l’air et le contexte est intéressant, souligne Thor Hegg Eriksen. Mais grâce à notre cœur de métier, notre capacité d’action à l’échelle mondiale et notre importante activité d’innovation, Trelleborg est bien positionnée pour observer ce qui va se passer et saisir les opportunités lorsqu’elles se présentent. »  

L’OR NOIR
T·TIME 1·2012 7

DOSSIER [PÉTROLE & GAZ]

Deux nouvelles usines placent Trelleborg au cœur du secteur en plein essor du gaz et du pétrole offshore brésilien.
PAR DAVID WILES PHOTOS : ISTOCKPHOTO

L

Boom annoncé
es gisements pétroliers en eaux profondes trouvés au large de ses côtes atlantiques étant estimés à un tiers des nouveaux gisements découverts dans le monde depuis cinq ans, le Brésil est claironné comme le prochain géant pétrolier. Devenue la troisième compagnie pétrolière et gazière mondiale en capitalisation boursière, Petrobras prévoit d’investir quelque 224 milliards de dollars US d’ici 2014, essentiellement en plates-formes de forage et autres équipements infrastructurels. Pour répondre à la demande de ce marché en plein essor, Trelleborg a investi massivement en acquérant une usine et en en faisant construire une autre sur un site vierge. « Le Brésil est en passe de devenir un marché extrêmement important, estime Brian McSharry, président, aux États-Unis, de l’activité Trelleborg centrée sur l’industrie offshore. Nous avons fait une analyse de marché qui a mis en évidence un potentiel considérable, ce qui nous a conduits à y établir une forte présence. » La nouvelle usine, située à Macaé, capitale pétrolière du Brésil, fabriquera une large gamme de produits à base de polymère pour les installations offshore en surface et la prospection pétrolière et gazière sous-marine. « Nous sommes les seuls à ce niveau de production dans le pays, poursuit Brian McSharry. Nous atteindrons assez rapidement un niveau proche de notre capacité de production maximale mais nous pourrons agrandir le site s’il le faut. » L’autre usine, qui se trouve à Santana de Parnaiba, a été acquise en avril 2011, et, avec elle, un système

Le Brésil est en passe de devenir un marché très important.
Brian McSharry, Trelleborg

de tuyau-raccord pour récupérer le pétrole des unités flottantes FPSO (production, stockage et déchargement). « Ce produit complète notre gamme de solutions », explique Xavier-Alexandre Delineau, directeur général. Une seconde ligne produira des blanchets d’impression pour faire face aux besoins croissants du marché latino-américain. Petrobras a défini des objectifs ambitieux d’approvisionnement local pour ses projets. Les usines représentent un enjeu majeur pour permettre à Trelleborg d’accéder aux marchés pétrolier et gazier du pays. « L’un de nos buts est d’avoir deux usines d’excellence mondiale pour approvisionner le secteur mondial de l’offshore et du déchargement maritime. Nous avons défini une stratégie pour maintenir et renforcer notre position de leader. » 

8 T·TIME 1·2012

DOSSIER [PÉTROLE & GAZ]

CONTRE LES RUPTURES PAR DÉCOMPRESSION EXPLOSIVE

Lorsque les ingénieurs prescrivent un matériau pour une
application de joint donnée, ils doivent prendre en compte des facteurs tels que la température de service, la pression et la compatibilité avec les substances chimiques rencontrées. Dans le cas des applications gaz et pétrole, il y a un élément critique supplémentaire : la décompression explosive. Tous les joints en élastomère contiennent des vides. Au contact de leur surface pendant le traitement du gaz ou du pétrole, des gaz ou mélanges gazeux sont absorbés et saturent les joints. À haute pression, le gaz absorbé est à l’état comprimé. Lorsque la pression extérieure baisse, que ce soit rapidement ou sur une période de temps relativement courte, le gaz comprimé contenu dans les vides se dilate. En fonction de sa résistance et de sa dureté, l’élastomère peut alors se rompre ou se fissurer. Aucun élastomère n’est totalement à l’abri de ce phénomène. Toutefois, la gamme d’étanchéités XploR™ mise au point par Trelleborg présente, en cas de décompression explosive, une résistance inégalée pour chaque type d’élastomère.

UN SYSTÈME INNOVANT
Trelleborg a mis au
point une version empilable de son système innovant RiserGuard®. Destinée aux platesformes disposant d’espaces de rangement limités, elle offre le même niveau de protection que le système de départ. « Le RiserGuard a été conçu à l’origine pour aider à protéger les joints nus des colonnes d’élévation pendant leur maniement et leur utilisation sur la plate-forme, explique Alan McBride, directeur général-adjoint forage de l’activité Trelleborg dédiée à l’industrie offshore. De plus, ce produit permet d’utiliser et de remonter les colonnes plus rapidement, faisant ainsi gagner du temps précieux à la plateforme. » Les nouveaux joints peuvent être empilés le long de joints de colonne d’élévation flottants dans la même zone de stockage sur le pont grâce à des sections protectrices stratégiquement disposées et espacées à l’intérieur du RiserGuard, lesquelles transfèrent les charges entre les joints et le pont. « Soucieux de répondre aux vœux et aux besoins évolutifs de nos clients, nous avons compris la nécessité de pouvoir empiler les joints de colonne et avons décidé de développer une version empilable », explique Alan McBride.

JET DE PÉTROLE
C’est dans les années 1850 que démarre ce qui va devenir la méga-industrie pétrolière lorsque le pharmacien polonais Ignacy Łukasiewicz réussit à obtenir du kérozène en distillant du pétrole brut. Pendant des siècles, sur le territoire correspondant à l’actuel Texas, les Amérindiens utilisaient du bitume naturel pour traiter certains maux. À leur arrivée, les colons forèrent des puits profonds à la recherche d’eau et mirent au jour des nappes de pétrole. Le pétrole était alors considéré comme un fléau. Jusqu’au jour où son potentiel fût reconnu. Comme les gisements de cette région se trouvent sous plusieurs centaines de mètres de sable, le pétrole est difficile à
extraire. Le débit est lent et les trous de forage ont tendance à s’effondrer. Au tournant du siècle dernier, des ingénieurs du champ pétrolier de Spindletop, à Beaumont au Texas, essayent d’injecter de la boue à la place de l’eau dans le trou de forage pour évacuer les déblais. La boue se colle aux parois du trou, empêchant ainsi qu’il ne s’effondre. Le 10 janvier 1901, après ce qui ressemble à un tir de canon, de la boue, du gaz naturel puis du pétrole jaillissent du sol à plus de 450 m dans les airs. À ses débuts, le puits, baptisé Lucas 1, produit près de 100 000 barils par jour, soit plus que la production réunie de tous les puits des États-Unis.

Des derricks au sommet de Spindletop Hill, à Beaumont. C’est la découverte, en 1901, d’un gisement qui a déclenché le boom pétrolier texan.

T·TIME 1·2012 9

Comme le veut la tradition Lamborghini, la voiture porte le nom d’un taureau de combat. Aventador fut un animal de légende dans le monde de la corrida.

uvé pour Appro

supersportives
Parmi tous les composants mécaniques de précision d’une voiture de sport haut de gamme comme la nouvelle Lamborghini Aventador, les amortisseurs assurent un voyage confortable.
PAR ALEXANDER FARNSWORTH PHOTOS : SIMON HAMELIUS

ÖHLINS EN BREF
• 245 salariés • Kenth Öhlin cède 50 % du capital à Yamaha en 1987, mais rachète des actions en 2007. Il en détient maintenant 95 % • Siège : Stockholm • Filiale aux États-Unis : Hendersonville, en Caroline du Nord (23 salariés) • Filiale en Allemagne : Nürburgring (cinq salariés), considéré comme l’un des circuits d’essai automobile les plus difficiles au monde • 130 000 amortisseurs produits par an • 97 % des ventes à l’exportation • Chiffre d’affaires annuel : environ 53 millions d’euros • Croissance annuelle : 15 à 20 % depuis dix ans • Recherche et développement, OEM et courses. Suspensions pour motos, voitures, motoneiges et véhicules tout-terrain. Outre Lamborghini, sa clientèle inclut les plus grands noms de l’industrie automobile : Ferrari, Pagani, Audi, Mercedes, Volvo, Ford et Volkswagen

L

es amortisseurs ont pour fonction d’absorber les charges physiques transmises des roues au reste de la voiture. Dans le cas de la sportive haut de gamme Lamborghini Aventador, dévoilée au salon de Genève en 2011, ils sont signés Öhlins Racing et équipés de joints et de pistons chemisés Trelleborg pour assurer une tenue de route ultra précise, même à 350 km/h.

À l’image de la plupart des entreprises suédoises prospères, le concept d’Öhlins est né d’une idée géniale. Outre le logo Lamborghini, Öhlins est la seule autre marque visible sur l’Aventador, comme pour mieux souligner son excellente tenue de route.

10 T·TIME 1·2012

ÉTUDE DE CAS [ÖHLINS]

La Lamborghini Aventador est la seule voiture de série au monde à bénéficier de ce système amortisseur.
Rade Catovic, Öhlins

Deux amortisseurs sont placés sous le pare-brise et deux autres près du moteur à l’arrière.

L’AVENTADOR
La Lamborghini Aventador a été présentée au public pour la première fois au salon de Genève en mars 2011. Elle a été saluée par la presse automobile comme la nouvelle référence des sportives haut de gamme. Légère, alliant design exquis et maniabilité hors pair, elle est propulsée par un moteur V12 de 6,5 litres qui développe 700 ch. Accélération de 0 à 100 km/h en 2,9 s. Vitesse de pointe : 350 km/h. Prix : 324 000 euros.

C’est dans les années 1970 que l’amateur de moto-cross Kenth Öhlin réalise qu’il est possible d’affiner les performances en améliorant la suspension. Depuis, les amortisseurs Öhlins ont contribué à faire gagner plus de 200 championnats du monde en sports mécaniques.

« Si vous pouvez la piloter, on peut la rendre encore plus maniable, résume Rade Catovic, chef du projet amortisseur Lamborghini chez Öhlins Racing. La nouvelle Aventador a une suspension à ensemble ressort-amortisseur à poussoir inspirée de la formule 1. En ajoutant les joints Trelleborg , il est parfaitement adapté pour répondre aux besoins d’une voiture haute performance. » Au lieu d’être placés dans les fixations de roue, les éléments de l’ensemble ressort-amortisseur sont reliés intérieurement à la carrosserie de la voiture. Les amortisseurs sont positionnés transversalement : deux sous le pare-brise et deux autres près

du moteur, à l’arrière. Des leviers de renvoi et des culbuteurs transmettent les forces depuis les fixations de roue aux amortisseurs. Résultat : un comportement plus réactif et plus facile à gérer à toutes les vitesses. « La Lamborghini Aventador est la seule voiture de série au monde à bénéficier de ce système d’amortisseur », souligne Rade Catovic.

LE FACTEUR TRELLEBORG
Öhlins Racing s’est associé à Trelleborg pour mettre au point les amortisseurs de la nouvelle Lamborghini Aventador. Trelleborg a fourni tous les composants d’étanchéité : joints toriques, bagues d’appui, pistons chemisés et bagues en X. Un piston chemisé est un manchon continu en polytétrafluoréthylène (PTFE) collé autour du piston amortisseur, faisant fonction d’étanchéité et de guide. Selon Josef Johansson, ingénieur technicocommercial, Trelleborg est le premier fournisseur d’étanchéités d’Öhlins : « C’est passionnant de travailler pour une entreprise haut de gamme comme Öhlins. » Pour Rade Catovic, chef du projet amortisseur Lamborghini chez Öhlins Racing, « c’était un projet prestigieux. Au lieu d’utiliser des produits standard, nous avons travaillé en proche collaboration avec Agge Tonndorff et Pär Utterström de Trelleborg, parfois même les week-ends, pour mettre au point un amortisseur optimal. Ce type de collaboration rapprochée avec les fournisseurs, en puisant dans leur base de connaissances, est la méthode de travail que nous voulons privilégier dans le futur. » Pour plus de détails : josef.johansson@trelleborg.com

Autre innovation, l’utilisation du système éprouvé Ferrari pour lever l’essieu avant. Le système de levage hydraulique permet de relever l’avant de la voiture de 40 mm en appuyant sur un bouton et éviter ainsi les petits obstacles en entrant dans les garages, en roulant sur les rampes d’embarquement d’un ferry ou en franchissant les ralentisseurs. Ici encore, il a été fait appel à des joints Trelleborg, que l’on retrouve aussi sur la Ferrari 458 et la Ferrari FF. « Dans le monde des suspensions, Öhlins est synonyme de performances », conclut Rade Catovic.

T·TIME 1·2012 11

POINT CHAUD [CLERMONT-FERRAND]

CLERMONTFERRAND
PAR WENDY SACK PHOTOS : GETTY IMAGES

Bienvenue à

Choisissez une destination : l’océan Atlantique, les Alpes, la Méditerranée ou encore Paris… Où que vous alliez, la durée du voyage sera la même.

S

ituée au centre de la France, ClermontFerrand évoque pour la plupart une ville industrielle historique. Après tout, c’est là que Michelin a son siège international. Mais au fil des ans, sa production s’est lentement délocalisée et la cité a vu son industrie se diversifier. Même si l’image du géant du pneumatique reste collée à elle, ses habitants vous diront qu’elle a beaucoup plus à offrir. C’est une ville jeune et palpitante qui déborde d’opportunités.

du court-métrage est l’une des meilleures raisons de s’y rendre. Depuis 1979, il attire près de 140 000 spectateurs par an. Les films présentés ne peuvent dépasser 40 minutes et sont classés en trois catégories : international, national et labo, cette dernière étant, dixit les organisateurs, des « expériences que nos cinéastes fous d’images et de sons nous ont concoctées ».

trée sur la médecine, et l’université Blaise Pascal (Clermont-Ferrand II), qui doit son nom au célèbre mathématicien, physicien et philosophe natif de la ville. Anecdote au passage : Pascal est l’inventeur de la première calculatrice, la « Pascaline ». Il s’intéressa également aux notions de pression et de vide, très importantes dans l’industrie du caoutchouc.

Là où naissent les stars Considéré comme un événement cinématographique de première importance, le festival international

Un pôle d’enseignement supérieur Il y a deux grandes universités qui accueillent au total plus de 30 000 étudiants : l’université d’Auvergne (Clermont-Ferrand I), réputée pour ses activités de recherche et cen-

Bons plans touristiques Il faut absolument goûter la cuisine régionale. La meilleure table, selon les autochtones, est le restaurant Emmanuel Hodencq, dans le vieux Clermont. Le chef fait une cuisine française classique avec tous les produits régionaux. On peut dîner aux

Clermont-Ferrand est le chef-lieu de l’Auvergne, région située au cœur de la France, dans le Massif central. C’est la patrie du salers et de la fourme de Montbrison, deux célèbres fromages. L’Auvergne, c’est aussi un pays de lacs, de forêts, de grandes étendues verdoyantes et de volcans éteints : un paradis pour les randonneurs ! On y dénombre une cinquantaine de châteaux, plusieurs villes d’eau et une multitude d’églises romanes.

12 T·TIME 1·2012

Les supporters fêtent leur équipe de rugby, l’ASM Clermont Auvergne, après sa victoire contre Perpignan en finale du championnat de France 2010.

UNE VILLE POUR LES JEUNES
Olivier Libes, responsable marketing et développement produit à l’usine Trelleborg de ClermontFerrand, y a passé les 20 dernières années, dont 7 dans le centre ville. « Je déconseille aux gens de s’installer dans le centre ville. Il y fait trop chaud l’été et très froid l’hiver. Je préfère de loin les localités voisines. » Comment caractériseriez-vous l’esprit de Clermont ? Jeune ou vieux ? « C’est sans conteste une ville pour les jeunes. On y trouve une très grande université, l’université Blaise Pascal. » Supportez-vous une équipe sportive ? « Bien sûr, l’équipe de rugby ASM Clermont Auvergne ! Elle a remporté le Top 14 en 2010. Qualifiée onze fois pour le championnat de France, elle a fini par le remporter en 2010. Il était temps ! » Que faire le samedi après-midi ? « On va voir un match de rugby, évidemment ! Vous me trouverez toujours au stade quand l’ASM Clermont dispute une rencontre qui compte pour le championnat de France ou la coupe d’Europe. On peut aussi faire du shopping dans le quartier de la place de Jaude. » Quels sont les idées reçues sur Clermont ? « Certains s’imaginent que c’est une ville triste et sombre à cause de la couleur noire des bâtiments qui sont construits en pierre volcanique. D’autres pensent qu’il y pleut ou il y neige sans arrêt. Mais je vous assure, c’est un lieu absolument charmant ! »

C’est sans conteste une ville pour les jeunes.
Olivier Libes, Trelleborg

chandelles sur la terrasse, à quelques pas de la cathédrale en pierre de lave. Tous les samedis matins, il organise un cours de cuisine pour quatre personnes. La ville se trouve dans l’une des régions les plus arides de France. La meilleure période pour la visiter s’étend de juin à septembre lorsqu’il ne fait ni trop froid, ni trop chaud. Découvrez les sources thermales (on en dénombre plus de 200) ou chinez à la brocante de la place des Salins. Comme le dit le proverbe, tout vient à point à qui sait attendre. Clermont-Ferrand est peut-être plus éloignée que d’autres villes plus peuplées, mais elle vaut largement le détour !  

LA PRÉSENCE DE TRELLEBORG
L’usine de Clermont-Ferrand est l’une des plus importantes du Groupe Trelleborg. Elle produit des tuyaux industriels pour des applications très diverses, notamment dans l’industrie alimentaire et l’offshore. C’est l’une des usines phares mondiales dans le domaine des tuyaux flexibles à usage marin. Elle met maintenant son savoir au service de la nouvelle usine brésilienne pour développer et vendre des produits de haute qualité. Mais sa gamme ne s’arrête pas là. On y produit aussi des flexibles pour la plongée en scaphandre, des tuyaux de ravitaillement des avions, des tuyaux pour le béton frais, pour ne citer que ceux-là. De l’extérieur, les tuyaux se ressemblent beaucoup. Mais sous la surface, ces réalisations de haute technologie font partie intégrante de tout le système de transformation. Leur diamètre intérieur peut varier de 3 à 1 000 mm. Tous sont parfaitement conçus pour fonctionner dans des milieux industriels exigeants. Plus de détails : olivier.libes@trelleborg.com

T·TIME 1·2012 13

ZONE BLEUE* [INFRASTRUCTURE]
Le grand projet de liaison fixe Hong Kong-ZhuhaiMacao inclut un tunnel sous les mers d’une longueur record de près de sept kilomètres.
PAR JAN HÖKERBERG PHOTOS : GETTY IMAGES, ARUP

* La zone bleue reflète les aspirations de Trelleborg de proposer des solutions durables à valeur ajoutée pour ses clients et actionnaires.

LUS LONG
TUNNEL IMMERGÉ AU MONDE

LE

L

ongue de 8 850 km, la grande muraille de Chine, dont la construction a commencé sous la dynastie Qin il y a 2 200 ans, compte parmi les merveilles du monde. Aujourd’hui, les projets de construction infrastructurelle sur le territoire chinois connaissent un boom sans précédent. Le chantier de construction d’une liaison fixe entre Hong Kong, Macao et Zhuhai en Chine continentale a débuté en 2009. Il s’agit d’un projet d’infrastructure parmi les plus complexes jamais réalisés dans la région. Il comporte une route à 2 x 3 voies de 30 km, un pont de 23 km, un tunnel de près de 7 km et deux îles artificielles. Le tunnel sera le plus long tunnel routier immergé en eau profonde au monde. Proposée à l’origine par l’homme d’affaires hongkongais Gordon Wu en 1983, la liaison Hong Kong-Zhuhai-

Macao permettra, une fois achevée en 2016, une plus grande intégration économique entre Hong Kong et la région du Delta de la rivière des Perles, dans le sud de la Chine. En octobre 2011, Trelleborg a signé un contrat avec la China Communications La liaison ramènera de trois heures à une demi-heure Construction Co. la durée du trajet entre Hong Kong et Macao ou Zhuhai. (CCCC) portant sur le système d’étanchéité du tunnel. Les joints ont été sélectionnés pour leur conception innovante qui assure l’étanchéité même en cas d’activité sismique. Les jonctions seront étanchéifiées par un dispositif composé de joints statiques Gina, de joints Omega, de bandes d’arrêt d’eau et d’autres types LEADER MONDIAL EN SOLUTIONS D’ÉTANCHÉITÉ de joints. Trelleborg est le leader mondial en solutions d’étanchéité. Dans les tunnels, les
joints statiques Gina sont utilisés comme joints primaires tandis que les joints Omega le sont comme joints secondaires. Ces derniers ont principalement un rôle de « réserve » afin d’assurer une parfaite étanchéité. Le projet de tunnel Hong Kong-Zhuhai-Macao comptera 34 joints statiques Gina de quelque 90 m de circonférence. Moulés, ils pèsent neuf tonnes et sont transportés dans un conteneur de 12 m à toit ouvert. À cela s’ajoutent 34 grands joints et 219 petits joints Omega, ainsi que des bandes d’arrêt d’eau à bandes d’acier vulcanisées pour étanchéifier les jonctions entre les sections en béton.

Compte tenu de l’envergure du projet et des colossales difficultés techniques, la CCCC recherchait la qualité maximale. « Nous avons pu proposer une solution globale, contrairement à nos concurrents, se souvient Ruud Bokhout, responsable développement commercial à l’usine de joints pour tunnels Trelleborg aux Pays-Bas. Nous avons également pu présenter une liste de nos réalisations antérieures parmi lesquelles figuraient de nombreux gros

14 T·TIME 1·2012

Shenzen

Rivière des Perles

Hong Kong Zhuhai

G
PONT TUNNEL

Macao

Hong Kong

chantiers de tunnel en Chine. Et la CCCC a pu bénéficier de toute l’étendue de notre savoir technique. » Ces dernières décennies, Trelleborg a fourni des joints à de nombreux projets de construction de tunnel en Chine : Ningbo, Shanghai, Guangzhou et Tianjin, mais aussi Hong Kong. Un tunnel immergé est un assemblage de plusieurs éléments de grande taille en béton, qui sont construits à terre. Des joints sont placés entre les sections pour empêcher l’eau de pénétrer dans le tunnel. Chaque section est tirée par des barges jusqu’à son emplacement définitif puis immergée. « Les grands joints seront fabriqués aux Pays-Bas, tandis que les petits et les bandes d’arrêt d’eau le seront à l’usine Trelleborg de Qingdao, en Chine », explique Ruud Bokhout.

Nous avons pu proposer une solution globale, contrairement à nos concurrents.
Ruud Bokhout, Trelleborg

La profondeur de plus de 40 m représente un défi de taille. Le tunnel sera posé sur un fond marin mou qui nécessitera des travaux de stabilisation afin d’empêcher que les éléments ne s’enfoncent sous l’effet des remous

dans les couloirs de navigation empruntés par les plus grands navires au monde. La zone géographique rappelle une autre liaison fixe, celle de Busan-Geoje, en Corée du Sud, inaugurée en 2010, projet auquel Trelleborg avait fourni des joints Omega. En concevant le tunnel, il a également fallu tenir compte des risques de séisme. Les joints placés entre les éléments du tunnel doivent être très élastiques et conserver leur étanchéité sous l’effet des mouvements sismiques. Avec 33 grandes sections plongées à plus de 40 m de profondeur, le projet repousse les frontières du techniquement faisable. « La sécurité est d’une importance capitale, et nos produits sont critiques étant donné qu’il est pratiquement impossible d’effectuer des réparations une fois le tunnel posé, rappelle Ruud Bokhout. Le fait que Trelleborg ait été choisi comme fournisseur renforce notre position de leader mondial dans le secteur des tunnels immergés et illustre notre capacité d’innovation ainsi que notre engagement envers la sécurité des personnes, l’environnement et les investissements infrastructurels. » 

T·TIME 1·2012 15

TECHNOLOGIE [AUTOMOBILE]

GOOD VIBRAT
La nouvelle fonction Stop & Start du moteur fait la joie des conducteurs soucieux de la consommation et des émissions de leur voiture. Grâce à son expérience de l’absorption des vibrations dans les transmissions à double embrayage, Trelleborg contribue au confort des motorisations économes.
PAR LINAS ALSENAS PHOTOS : TRELLEBORG

L

es grands moteurs comme les V12 et les V8 sont rarement synonymes de vibrations. Mais avec la flambée des prix des carburants et l’intérêt croissant pour la protection de l’environnement, les usagers de la route se tournent vers des moteurs plus petits, plus légers et moins gourmands. Or, pour pouvoir offrir un niveau égal ou supérieur de confort au conducteur et aux passagers, ceux-ci nécessitent des systèmes d’absorption des vibrations plus performants. « Les systèmes à double embrayage ont représenté une avancée importante sur le plan des transmissions automatiques pour voitures particulières, explique Arvid Norberg, chef de produit chez Trelleborg. Ils assurent des changements de rapport plus fluides et, surtout, ils font économiser du carburant. » Dans un système à double embrayage, le volant entretient la rotation du vilebrequin pendant les changements de rapport, réduisant ainsi l’usure et les pertes d’énergie. Toutefois, fait remarquer Arvid Norberg, un disque en acier moulé est un excellent transmetteur de bruit : « Les vibrations engendrées par le vilebrequin sont diffusées à la manière d’un porte-voix. » Les fréquences vibratoires transmises par le châssis du véhicule vont de 200 Hz à plusieurs kilohertz. La gamme de 1 à 2 kHz est particulièrement gênante car ces fréquences sont très audibles. De plus, les vibrations peuvent user prématurément les composants associés tels que roulements et fixations. La solution mise en œuvre par Trelleborg est celle d’un amortisseur appliqué directement sur le volant pour absorber l’énergie vibratoire provenant du vilebrequin et des pistons. L’amortisseur se compose de couches alternées de caoutchouc et d’acier assemblées par vulcanisation sous pression afin de prévenir la délamination. En forme d’an-

1

2

3

4

1. Volant avec amortisseur Trelleborg 2. Disque d’embrayage 3. Ressort d’embrayage 4. Plateau de pression

16 T·TIME 1·2012

IONS

neau plat, qui recouvre environ un cinquième de la surface du volant, son épaisseur varie entre 1 et 2 mm. Le matériau est soit riveté à la face du volant, soit attaché par un adhésif et riveté. « En travaillant sur le positionnement, les matériaux et l’épaisseur, nous avons obtenu une masse importante de données, ce qui nous a permis de mieux comprendre le comportement des systèmes antivibratoires. »

La fonction Stop & Start par débrayage représente une nouvelle avancée dans ce domaine en réduisant la consommation de carburant quand le moteur tourne au ralenti. Lorsqu’on actionne le démarreur en enfonçant la pédale d’embrayage, une roue dentée met le volant en mouvement. Des vibrations et du bruit sont générés aussi bien au redémarrage que pendant le fonctionnement normal du moteur, d’où l’importance de l’atténuation pour assurer le confort des occupants de la voiture. « Avec l’expérience acquise dans l’amortissement des vibrations au niveau de la transmission, nous avons pu offrir des solutions rapides et de pointe, poursuit Arvid Norberg. Cela nous permet, à nous comme à nos partenaires dans ce projet, d’avoir une longueur d’avance dans ce domaine particulier des systèmes Stop & Start. » 

« Ce produit fonctionne à partir du moment où le contact est mis, lorsque e le véhicule est froid, jusqu’à l’arrivée à destination. » n.
Erik Gustavsson, Trelleborg

UN PEU DE SILENCE
Les basses fréquences émises au freinage sont un problème ancien qui a pris encore plus d’ampleur avec les exigences croissantes des usagers en matière de confort et d’écologie.
Avec l’allègement des voitures, les vibrations de la structure augmentent en accroissant les basses fréquences émises au freinage. Jusqu’ici, on avait recours aux plaques antibruit ou isolants pour résoudre ce problème. Or, les basses fréquences nécessitent une autre approche, et, jusqu’à récemment, il n’existait que très peu de solutions vraiment efficaces. Les absorbeurs Reqill de Trelleborg ciblent spécifiquement les crissements générés à basse vitesse et à basse pression de freinage, caractérisés par une fréquence de résonance comprise entre 100 et 500 Hz. Ils agissent aussi sur la plage 800 à 3 000 Hz. Les absorbeurs accordés présentent plusieurs directions d’accord, une excellente résistance thermique et une longue durée de vie. « Un aspect unique de notre produit est qu’il fonctionne à partir du moment où le contact est mis, lorsque le véhicule est froid, jusqu’à l’arrivée à destination, explique Erik Gustavsson, responsable ventes et marketing à l’usine de produits automobiles à Forsheda, en Suède. La plage de températures très large de ce produit a été rendue possible par sa conception unique et le choix des matériaux. » Le problème des basses fréquences varie d’une marque et d’un modèle à l’autre. Trelleborg a travaillé avec plusieurs constructeurs et fournisseurs de dispositifs de freinage pour mettre au point des solutions adaptées à chaque cas.

Les vibrations engendrées par le vilebrequin sont diffusées à la manière d’un porte-voix.
Arvid Norberg, Trelleborg

T·TIME 1·2012 17

ÉTUDE DE CAS [MAJESTIC]

ÉMOTIONS FORTES

Grâce aux pneus Trelleborg, Majestic fait tourner la tête des petits et des grands toute l’année.
PAR STEFFAN HEUER PHOTOS : ISTOCKPHOTO

S

i vous aimez être ballottés dans les airs, le Catch‘N Air imaginé par Majestic Rides de New Waterford, dans l’Ohio, vous enchantera. Cette attraction haute en couleurs est un incontournable des fêtes foraines dans tous les États-Unis, avec ses huit cabines qui tournent, qui montent et qui descendent, sans compter quelques sauts pour rendre l’aventure encore plus palpitante. Pour Rick Steed, responsable des achats et du service clients chez Majestic, sa fiabilité et sa résistance doivent beaucoup aux pneus Trelleborg : « Nous concevons, testons et construisons chaque attraction entièrement nous-mêmes. Une fois en service, solidité, sécurité et fiabilité sont de rigueur. Aucune panne n’est tolérée. À raison d’un départ toutes les

PNEUS INDUSTRIELS TRELLEBORG
Trelleborg fournit une grande diversité de pneus aux fabricants de manèges du monde entier. Les pneus moulés équipent généralement les chariots élévateurs, mais leur profil bas et leur composition les rendent aptes à résister aux charges et impacts élevés rencontrés dans les attractions. Pour plus de détails : mike.schrader@trelleborg.com

cinq minutes, les pneus sous chaque cabine sont mis à rude épreuve. On atteint facilement les 10 000 cycles en une saison. Les pneus qui ne sont pas à la hauteur finissent par s’user. » Au cours d’un tour, des nacelles emportant jusqu’à 500 kg de passagers parcourent à grande vitesse un circuit qui monte et qui descend. Outre les charges et les accélérations, les pneus doivent aussi pouvoir supporter le soleil et la chaleur de l’été, qui est la haute saison des parcs d’attraction. « Les pneus Trelleborg, qu’ils soient fabriqués en composés Dual Service ou en Lion, plus résistant, ne sont pas spécialement conçus pour les parcs d’attraction, précise Bill Cummins, directeur recherche et développement chez Trelleborg Wheel Systems Americas. Les manèges sont équipés de pneus industriels qui sont généralement montés sur les chariots élévateurs et autres engins de manutention. Le but est d’avoir des pneus qui durent toute la saison sans soucis. » Réalisés en caoutchouc massif et conçus pour un usage intensif sur des voitures équipées d’un moteur thermique ou électrique, ces pneus « font » deux saisons avant d’être remplacés à l’occasion de la maintenance hivernale. Nomades de nature, les clients de Majestic montent et démontent leurs attractions toutes les

MAJESTIC
« Fournisseur d’émotions fortes » depuis plus de trente ans, l’entreprise familiale Majestic est basée à New Waterford, dans l’Ohio, au sud-est de Cleveland. C’est là que ses manèges sont conçus, fabriqués et testés par une équipe de 18 personnes. Majestic a vendu plus de 400 attractions à des exploitants forains du monde entier.

semaines. Dans ces conditions, il est hors de question d’effectuer des réparations ou d’attendre des pièces. « Nos premiers contacts avec Trelleborg remontent à loin, se souvient Rick Steed. Ils nous ont dit quel type de pneu choisir et quoi regarder pendant les contrôles. Finalement, nous avons opté pour le pneu qui dure le plus longtemps et use le moins l’attraction. Et nous choisissons des produits excellents à la hauteur des contraintes qu’ils doivent supporter. » Mais la plus belle preuve de qualité, c’est d’entendre les cris de joie mêlée d’épouvante des amateurs de sensations fortes ballottés dans les airs par un bel après-midi ensoleillé. 

Les pneus utilisés par Majestic sont fabriqués en composé Lion. De la fibre de verre est ajoutée au mélange de caoutchouc afin d’en améliorer la stabilité et la résistance.

18 T·TIME 1·2012

PERSONNALITÉS & TENDANCES [PATRICK DIXON]

Le monde peut changer plus vite qu’il ne faut pour organiser une réunion de conseil d’administration. Il faut donc anticiper.
Patrick Dixon, futurologue

AVANTPREMIÈRE
Conférencier parmi les plus demandés au monde par les entreprises, le futurologue Patrick Dixon livre son point de vue sur les tendances technologiques de demain.
PAR NANCY PICK PHOTOS : ED MILES

T·TIME 1·2012 19

Q

uand Patrick Dixon veut vraiment prendre des vacances, il jette son téléphone portable dans un seau d’eau. Oui, vous avez bien lu. « Je vis dans un monde très virtuel », raconte ce médecin de formation depuis Londres où il réside. Il est aujourd’hui futurologue, plus précisément consultant d’entreprise spécialisé dans les stratégies de changement au niveau mondial. Inutile d’avoir une boule de cristal et des feuilles de thé pour être futurologue. « Je sonde continuellement le courant de conscience de l’humanité », explique cet auteur de quinze ouvrages sur le management et les tendances. Animé d’une volonté acharnée de garder une longueur d’avance, il exploite à la fois les médias traditionnels et sociaux tels que Twitter, YouTube, le Financial Times, les blogs, le magazine New Scientist et même LinkedIn. Il suit également de près des sujets d’actualité comme le développement durable et la course à l’innovation des entreprises. Il cite également une autre source d’information cruciale qui l’aide à façonner ses opinions : les sociétés avec lesquelles il travaille. « Je donne des conférences ou des consultations dans de nombreux pays chaque année et dans des secteurs industriels très divers. Dans chaque cas, je travaille avec des gens qui créent l’avenir, des gens à la pointe de l’innovation. Ils

ont une vision bien plus nette que n’importe quelle autre source. » Alors, que nous réserve l’avenir ? Le futurologue prédit de grand progrès dans le domaine des technologies vertes. Cette période de l’histoire offre des occasions extraordinaires, s’enthousiasme-t-il, car les préoccupations environnementales stimulent tant les politiques gouvernementales que la demande des consommateurs. « Ceux-ci attendent des entreprises qu’elles fabriquent des produits plus écologiques mais pas plus chers pour autant. Et ils les obtiennent car l’innovation peut offrir les deux. » Concernant plus particulièrement l’industrie des polymères, il pense que demain, les émissions de CO2 seront réduites grâce à l’amélioration du rendement énergétique dans le secteur des transports. Selon une étude récente, 30 % des camions britanniques roulent à vide. « Ce qui est encore plus choquant, ajoute-t-il, c’est que des milliers de camions transportent des polymères identiques mais dans des directions opposées et sur les mêmes routes. » Du polyéthylène polonais est importé par camion au Royaume-Uni, tandis que du polyéthylène britannique est exporté vers l’Allemagne. Si les fournisseurs de produits chimiques harmonisaient leurs itinéraires, explique-t-il, plus de 100 millions de kilomètres de transport par camion pourraient être économisés chaque année rien qu’en Europe.

INNOVATION & DURABILITÉ
L’innovation est l’une des valeurs fondamentales de Trelleborg, et une composante essentielle de sa stratégie de croissance. Sa politique d’innovation repose sur des solutions et des applications réalisées en proche collaboration avec ses clients. Pour les clients, potentiels et acquis, le développement durable est une valeur ajoutée de plus en plus décisive avant le choix d’un partenaire commercial. L’engagement à long terme de Trelleborg en faveur du développement durable et de la responsabilité d’entreprise peut être un critère déterminant en faveur d’une collaboration. Pour plus de détails : www.trelleborg.com

Dans son dernier ouvrage Sustainability: How Innovation and Agility Will Save the World publié en 2010, il décrit des dizaines de moyens que des entreprises ont trouvés pour devenir plus vertes. « Même les plus axées sur la rentabilité ont compris que la manière la plus rapide de se développer est de se soucier de l’environnement. Freiner le réchauffement climatique fait faire des économies. C’est la raison pour laquelle la révolution des technologies vertes progresse si rapidement. » Les

inventions permettant de réduire la consommation de carburant fusent de partout, des ailettes sur les ailes des avions jusqu’à la nanotechnologie pour réduire le frottement dans les moteurs des voitures. En fait, résume-t-il, « la plupart des innovations les plus prometteuses sont invisibles à l’œil nu. » Plus fondamentalement, c’est la manière même dont l’innovation se produit qui est en train de changer. Par le passé, les équipes chargées de l’innovation au sein des entreprises avaient pour habitude de s’enfermer jusqu’à ce que la demande de brevet soit prête. Aujourd’hui, explique Patrick Dixon, « la plupart des

20 T·TIME 1·2012

Un unique plan de secours ne suffit pas. Tout dirigeant sensé possède au moins deux stratégies de secours.
Patrick Dixon, futurologue

Selon le classement mondial Thinkers 50, Patrick Dixon fait partie des 20 penseurs contemporains les plus influents dans le monde des affaires.

grandes innovations se font de manière plus transparente ».

Certes, le passé peut parfois aider à prévoir l’avenir, note-t-il. La crise des régimes de retraite actuelle, par exemple, a été amorcée il y a plusieurs décennies par le déclin de la population européenne. « Le problème, c’est qu’il s’opère actuellement de grands changements pour lesquels nous n’avons aucun antécédent. » Le réchauffement climatique peut très bien engendrer des défis que l’humanité n’a jamais affrontés auparavant. Mais il pense que les entreprises alertes et audacieuses peuvent tirer profit de ces bouleversements : « Le

monde peut changer plus vite qu’il ne faut pour organiser une réunion de conseil d’administration. Il faut donc anticiper. Qui dit crise, dit opportunités ; l’histoire nous l’apprend. Les plus grandes fortunes se sont parfois bâties en temps de débâcle économique, de guerre, ou même de chaos. Les entreprises ont besoin de dirigeants qui n’ont pas froid aux yeux. » Pour affronter le futur, la vraie clé de la réussite, c’est la souplesse, souligne Patrick Dixon. « Il faut toujours avoir un second plan de secours car un unique plan de secours ne suffit pas. Tout dirigeant sensé possède au moins deux stratégies de secours. » Et deux téléphones portables ? 

EN PRIVÉ
Nom : Patrick Dixon Âge : 54 ans Domicile : Londres Situation familiale : marié à Sheila, quatre enfants (aujourd’hui adultes) Formation : université de Cambridge et école de médecine du Charing Cross Hospital Publications : à côté de ses études et essais, il a également publié un roman, The Island of Bolay, qui traite de la guerre bactériologique Loisirs : parcourir la campagne anglaise avec son épouse dans leur vieille MG et camper dans des lieux isolés B.A. : a créé AIDS Care Education and Training (ACET) en 1988, une association qui lutte contre la propagation du sida dans les pays les plus pauvres

T·TIME 1·2012 21

NEWS [UPDATE]
Les balayeuses Max Holder C250/C270 ont une vitesse de pointe de 40 km/h, une capacité de levage de 1 100 kg et sont compatibles avec une vaste gamme d’outils et d’équipements auxiliaires. Les supports Cushyfloat® de Trelleborg assurent une bonne stabilité et d’excellentes performances antivibratoires.

UN CHOIX FACILE
Sélectionner le meilleur blanchet d’impression pour
n’importe quelle application n’a jamais été aussi rapide et facile grâce aux deux nouveaux guides de sélection Trelleborg pour les gammes innovantes Rollin et Vulcan. « Un blanchet mal choisi peut avoir des conséquences diverses : qualité d’impression, coûts, gaspillage, rendement et même bilan carbone, explique Thomas Linkenheil, directeur général blanchets d’impression. Nos deux nouveaux guides de sélection fournissent toutes les informations et outils nécessaires pour choisir le blanchet adapté à votre utilisation. » Conçus pour des applications spécialisées, les blanchets Rollin de Trelleborg impriment sur toute une variété de surfaces et présentent une grande résistance aux chocs. Rollin et Vulcan sont spécialement conçus pour offrir une qualité constante et élevée sur une longue durée de vie. Pour en savoir plus ou commander un exemplaire des nouveaux guides de sélection : printing@trelleborg.com.

PERFORMANCES MAXIMALES
Les balayeuses C250 et C270 Max Holder sont utilisées pour diverses tâches tout au long de l’année : déneigement des sentiers et pistes de ski, fauchage, taille de haie, balayage des rues. Très compactes, elles mesurent 1,1 m de largeur et moins de 2 m de haut. Dans l’espace très limité disponible pour le système de suspension à essieu triple, les supports Cushyfloat® de Trelleborg, associés à des articulations VP montées entre le châssis et le moteur hydrostatique, assurent une bonne stabilité et d’excellentes performances antivibratoires. « Nous sommes très fiers d’avoir aidé Max Holder à créer cette machine très capable et bien pensée », raconte Michael Rösler, directeur commercial produits industriels antivibratoires chez Trelleborg. Le support Cushyfloat® est un assemblage en métal et caoutchouc robuste et discret, spécialement conçu pour une utilisation fiable et durable, dans des environnements difficiles. Il élimine les vibrations, absorbe les chocs et réduit les bruits de structure, améliorant ainsi le confort dans la cabine, caractéristique importante de la machine.

Pour fêter le succès du tracteur Blue Power, Trelleborg et New Holland Agriculture prolongent leur partenariat. L’étape suivante de la collaboration est lancée par la campagne publicitaire commune The blue butterfly (Le papillon bleu). Son message : protéger l’environnement et la terre est source de meilleurs résultats. Un parallèle est établi entre le papillon, la créature la plus délicate de la nature, et le T7 Blue Power, le tracteur qui ménage le sol. « Les résultats de la pre-

Respecter
22 T·TIME 1·2012

l’environnement

mière campagne pour le T7000 Blue Power ont dépassé nos attentes initiales et ont démontré que nos clients apprécient nos efforts communs en faveur de l’amélioration du rendement et de la productivité agricoles, et le respect sans réserve de l’environnement, explique Pierre Lahutte, nouveau responsable gestion de produits de New Holland Agriculture. Nous prolongeons notre collaboration pour offrir aux agriculteurs et aux entrepreneurs les meilleurs produits afin de les aider à répondre aux exigences d’une agriculture durable. » Les avantages offerts par les solutions Trelleborg et New Holland sont détaillés dans un nouveau site Web commun aux deux marques : www. trelleborg-newholland.com.

NET VALUE

UNE CULTURE ALTERNATIVE

Séparer le bon grain de l’ivraie
Internet est un outil formidable, une mine prodigieuse d’informations. Le réseau des réseaux a réponse à (presque) tout. Vous voulez retrouver la trace de votre arrière-arrière-arrière-grand-père ? Vous vous demandez pourquoi le ciel est bleu ? Avec Google, trouvez l’endroit le plus près de chez vous pour pratiquer la méditation transcendantale ou encore le meilleur producteur de vin en Azerbaïdjan. Sur les 7,96 milliards de pages recensées sur le Web, certaines sont utiles, comme www.worldwidewebsize.com, qui a établi ce chiffre. Mais bon nombre sont totalement dépourvues d’utilité, comme en témoignent les nombreux sites qui les répertorient, comme www. pointlesssites.com. Certaines sont si mauvaises qu’on les applaudit. Mes préférées : www.sudftw.com (regarder de la peinture s’écailler en direct), www.boohbah.tv (grosses taches psychédéliques et personnages qui sautent dans tous les sens), www. jacksonpollock.org (créez vous-même un tableau à la manière de Jackson Pollock), www.mrbreakfast.com (concevez votre boîte de céréales personnalisée) ou encore www.toaster.org (tout sur les grille-pain). Plus sérieusement, autant on a l’impression de parcourir un champ de mines en recherchant des sites pertinents et de qualité sur les sujets qui vous intéressent, autant il est ardu de trouver des informations en rapport avec son travail. Les sites qui prétendent vous ai-

Souvent qualifié de mauvaise herbe bénéfique, le pissenlit (taraxacum officinale) est une source importante de vitamines A, B complexe, C et D, généralement utilisé en salade, en infusion ou vinifié, mais aussi en traitement des affections du foie et de la peau. Le potentiel de cette plante comme source de production de latex en complément du célèbre arbre à caoutchouc, l’hévéa, va être réévalué. Durant la Seconde guerre mondiale, les recherches dans ce domaine ont été importantes, et beaucoup d’espèces ont été étudiées comme éventuelles sources de production de latex. Le pissenlit de Russie (taraxacum kok-saghyz) se rapprochait le plus de l’hévéa. L’usine de Trelleborg a même produit des pneus de vélo à partir du pissenlit de Russie pendant une dizaine d’années. Depuis, on a fait des progrès en matière de recherche agronomique. Aujourd’hui, l’un des projets étudie le pissenlit de Russie pour tenter d’en tirer le meilleur latex transformable possible. Il est dirigé par l’université de Lund, en Suède, et d’autres partenaires. Trelleborg participera au groupe de recherche en raison de son expérience du latex et de sa connaissance des attentes des utilisateurs des produits finaux.

Internet est un outil formidable, une mine prodigieuse d’informations.
der sur tous les sujets techniques de n’importe quel secteur imaginable surgissent de partout, et sont souvent éphémères. Les sites de qualité, en revanche, peuvent s’avérer extrêmement utiles, surtout les blogs ou les ressources techniques qui fournissent non seulement des informations, mais permettent de discuter de sujets importants ; www. designnews.com, www.engineeringdaily. net et www.engineersedge.com, pour ne citer que ces trois-là, sont excellents en matière d’ingénierie. Si vous travaillez dans l’industrie maritime ou graphique, allez voir les sites www.marineinsightsblog. trelleborg.com et www.printinginsightsblog.trelleborg.com de Trelleborg. Et si vous avez rapidement besoin d’un conseil, www.tss.trelleborg.com permet désormais aux membres inscrits de chatter 24 h/24, 7 j/7 avec des conseillers techniques.

Trelleborg est une entreprise globale d’ingénierie qui développe les meilleures solutions du monde grâce à la technologie des polymères avancés et à son savoir-faire approfondi en matière d’applications. Le Groupe Trelleborg met au point des solutions hautes performances d’étanchéité, d’amortissement et de protection pour les milieux industriels exigeants. Avec un chiffre d’affaires annuel de 29 milliards de SEK (3,3 milliards d’euros), il

emploie 21 000 salariés dans plus de 40 pays. Le Groupe comprend quatre divisions : Trelleborg Engineered System, Trelleborg Automotive, Trelleborg Sealing Solutions et Trelleborg Wheel Systems. Les actions de Trelleborg sont cotées à la Bourse de Stockholm depuis 1964 ainsi qu’à l’indice nordique de NASDAQ OMX (Large Cap). www.trelleborg.com

T·TIME 1·2012 23 1·2012 ·201 12

Return to: StroedeRalton Box 842 SE-251 08 Helsingborg Sweden

Some call it instant access. We call it Trelleborg Gateway.
The Gateway smartphone app provides instant access to Trelleborg and our high-performance products and solutions across multiple industries. It helps

Download it now!

share information and much much more...

Trelleborg Gateway – welcome to our world.

diordnA rof elbaliavA

Download it now to also get news and updates, career opportunities,

Available for Android