You are on page 1of 2

Le quotidien

4 octobre 2012

de l’EXPERT-COMPTABLE
N° 1481

67e Congrès de l’Ordre, lancement de la marque Expert-comptable
Par Stéphanie Pourtau, Rédactrice en chef

Alors que les experts-comptables peuvent se livrer au démarchage depuis près d’un an, le thème retenu pour ce 67e Congrès de l’Ordre – « L’expert-comptable entrepreneur, Une marque, Une offre » – qui s’ouvre aujourd’hui à Paris, sonne comme le nom d’une opération marketing.

etit retour en arrière : le 5 avril 2011, la Cour de justice de l’Union européenne déclarait contraires à la directive « Services » de 2006 les dispositions du Code français de déontologie des professionnels de l’expertise comptable interdisant aux membres de cette profession d’effectuer des actes de démarchage (CJUE, 5 avr. 2011, aff. C-119/09, Sté fiduciaire nationale d’expertise comptable c/min. Budget), entraînant l’annulation par le Conseil d’État du I de l’article 12 de ce Code (CE, 22 juin 2011, n° 310979). En mars dernier, le Code de déontologie des professionnels de l’expertise comptable, annexé à un décret de septembre 2007 (D. n° 2007-1387, 27 sept. 2007, JO 28 sept.), était abrogé et remplacé par un décret qui a réformé l’exercice de l’activité d’expertise comptable, et notamment les diplômes (D. n° 2012-432, 30 mars 2012, art. 141 à 169, JO 31 mars) : plus de trace de l’interdiction de démarcher. Mais si le démarchage n’est plus interdit, tout n’est pas permis cependant. Les professionnels du chiffre se doivent de respecter les règles d’éthique et de confraternité, et donc d’apprendre à composer pour accorder déontologie et logique entrepreneuriale. Ce 67e Congrès devrait leur donner les clés pour réussir ce pari. Pour commencer, ils ont déjà un slogan, qui servira de fil conducteur : « L’expert-

P

comptable entrepreneur : une marque pour développer une offre », pour reprendre les termes Philippe Arraou, rapporteur général du Congrès. Pourquoi développer une offre ? Parce que les cabinets d’expertise comptable sont devenus aujourd’hui de véritables entreprises. Parce que, comme chaque entreprise, ils se doivent, pour assurer leur pérennité et leur développement, de conquérir et développer de nouveaux marchés : accès au crédit, intelligence économique, prévention des difficultés, conseil, gestion de patrimoine, même si « tout commence avec les comptes annuels », comme le rappelle Agnès Bricard, actuelle présidente du Conseil supérieur de l’Ordre des experts-comptables (CSOEC). « C’est en véritable entrepreneur que l’expert-comptable doit aborder les nouveaux marchés et l’avenir » affirme-t-elle, et cela passe nécessairement par une réflexion stratégique, une analyse des méthodes de production, un développement du marketing et une gestion performante des ressources humaines au sein du cabinet. Aussi, « L’expert-comptable entrepreneur » a-t-il été retenu comme thème pour la plénière d’ouverture de ce 67e Congrès, à laquelle participera Pierre Moscovici, ministre de l’Économie et des Finances. Pourquoi choisir cette offre ? Pour favoriser le retour de la croissance dans les entreprises clientes, par une amélioration

de leur compétitivité, grâce aux solutions mises en place par le CSOEC et ses partenaires. Solutions de financement d’abord : il s’agit des accords de partenariat signés par le CSOEC avec les établissements de crédit depuis près de dix-huit mois, pour aider les PME/TPE à obtenir des crédits de trésorerie inférieurs à 25 000 €. La dernière banque à s’être engagée est le Crédit agricole, le 25 septembre, après le réseau des Banques populaires, le Groupe Caisse des dépôts, la banque LCL et le Groupe Crédit du Nord. Solutions innovantes ensuite : un outil d'autodiagnostic en matière d'intelligence économique est proposé aux dirigeants de TPE/PME, depuis novembre 2011, par le Service de coordination à l'intelligence économique, en partenariat avec le CSOEC (cf. Quotidien de l’Expert-comptable, 7 déc. 2011, n° 1320, p. 2). Dans la même veine, une convention de partenariat a été conclue par le CSOEC avec la Délégation interministérielle à l’intelligence économique (D2IE) en juin dernier, pour renforcer leur coopération en la matière : ainsi, en concertation avec différents partenaires, ils ont notamment élaboré le « Guide du Routard de l’intelligence économique », qui sera remis aux congressistes (cf. Quotidien de l’Expertcomptable, 6 juin 2012, n° 1429, p. 2). Ou encore solutions de prévention : initiée en début d’année par le CSOEC

1

(cf. Quotidien de l’Expert-comptable, 30 janv. 2012, n° 1353, p. 2), l’assurance santé entreprise a été mise en place en collaboration avec les avocats, dans le cadre d’une interprofessionnalité fonctionnelle, et les compagnies d’assurance. L’objectif : prévenir les difficultés des TPE et PME, en assurant le financement des services des « experts de crise », tels que les avocats et les experts-comptables (cf. Communiqué CSOEC/ CNB, 19 juin 2012). La deuxième plénière, consacrée à « L’expert-comptable, partenaire de croissance », qui se déroulera le jeudi 4 octobre, reviendra sans nul doute sur ces différents outils, destinés à développer les activités de conseil des professionnels du chiffre. Pourquoi inscrire cette offre sous une marque ? La marque Expert-comptable ? Parce que « la marque représente le savoir, la confiance et l’excellence », comme l’a déclaré Erik Orsenna, membre de l’Académie française. La dernière conférence plénière de ce 67e Congrès permettra de définir les contours de cette marque, notamment les valeurs qu’elle représente, et de la consacrer officiellement, pour achever le lancement de ce « nouveau produit » qu’est l’expert-comptable du XXIe siècle. Outre ces trois temps forts, le Congrès proposera cette année treize conférences, articulées autour de quatre pôles – « Stratégie », « Ressources humaines », « Marketing » et « Production » – représentatifs des piliers indispensables à l’équilibre de toute entreprise. On citera notamment « Le pilotage de la performance du cabinet », « Quel marketing pour les experts-comptables ? », « Le collaborateur au cœur de la réussite du cabinet » et « Nouveaux outils liés à l’actualité, Produire mieux ». Ces conférences

donneront aux congressistes les outils et les méthodes pour réaliser les changements nécessaires pour assurer la pérennité de leurs cabinets, améliorer leur performance et favoriser leur développement. De manière immuable, les congressistes pourront assister aux nombreux ateliers proposés par les partenaires de la profession, comme « Le marché du particulier : un nouveau relais de croissance pour les experts-comptables », « Communication du cabinet, mode d’emploi » ou encore « De l’ingénierie patrimoniale à l’ingénierie sociale : l’exemple de la restructuration d’une PME ». Sept kiosques de l’actualité sont également prévus – « Vendre de nouvelles missions », « La DSN, c'est parti ! » et « Mette en place la garantie de passif » entre autres – pour permettre aux congressistes de faire le point sur un sujet d'actualité, en assistant à des micro-conférences de trente minutes autour de ces différents thèmes. Microconférences que l’on retrouve aussi dans les traditionnels « 30 minutes pour convaincre » animés par des partenaires, qui proposent cette année des thématiques telles que « L’assistance à la cession/reprise d’un cabinet d’expertise comptable », « La protection juridique : une solution à fort potentiel de développement » ou « Une démarche innovante pour développer les missions de l’expertcomptable vers l’assurance ». Et dans le cadre du format « Le point sur… », lequel offre des sujets aussi variés que « La TVA et le e-commerce », « Le Guide des professions libérales 2012 », « Le secret professionnel » ou encore « Les PME face à leurs obligations environnementales ». Dernière innovation du Congrès, la création d’un espace unique, « La Cité des compétences », pour la formation

des collaborateurs et l’aide au recrutement des cabinets. Au-delà de la simple gestion du capital humain, les ressources humaines méritent une attention toute particulière pour générer de la valeur ajoutée et assurer la croissance des cabinets. Vingt partenaires spécialisés en formation initiale et continue seront ainsi mobilisés pour présenter toutes les opportunités offertes aux collaborateurs pour renforcer leurs compétences et progresser dans l’obtention du diplôme, tout en participant à la création de valeur. Si la problématique du développement des cabinets sera bien au cœur de ce 67e Congrès, l’ensemble des congressistes aura néanmoins en tête les deux autres sujets qui mettent actuellement la profession en effervescence : les réformes européenne en cours qui concernent d’une part, les directives comptables et, d’autre part, la réglementation de l’audit ; les élections professionnelles au sein des compagnies régionales des commissaires aux comptes qui se déroulent jusqu’au 8 octobre prochain, et seront suivies fin novembre des élections au sein des Conseil régionaux de l’Ordre des experts-comptables… Une seule certitude, durant ces trois jours, chaque congressiste va développer sa fibre commerciale, se découvrir si ce n’était déjà fait, une âme d’entrepreneur, et devrait repartir avec tous les outils pour améliorer la performance et la compétitivité de son entreprise… Oups, de son cabinet ! Á tous, bon Congrès !

67e Congrès de l'Ordre des Experts-comptables Paris – Palais des Congrès – du 3 au 5 octobre 2012 Renseignements : http://www.67.experts-comptables.com/

Éditeur : WOLTERS KLUWER FRANCE – SAS au capital de 300 000 000 € Siège social : 1, rue Eugène et Armand Peugeot, 92856 Rueil-Malmaison cedex – RCS Nanterre 480 081 306 Associé unique : HOLDING WOLTERS KLUWER FRANCE Directeur de la publication, Président Directeur Général de Wolters Kluwer France : Michaël KOCH Rédactrice en chef : Stéphanie POURTAU Réalisation P.A.O. : Fabienne BERNARD

Le quotidien de l’expert-comptable

2