10

AUTOMNE 2012

Roulements de tambours, arrêt de toute activité : voici la sélection des romans de la rentrée littéraire 2012 concoctée par les équipes des librairies Filigranes. Dans les 646 titres de cette livraison automnale (source Livres-Hebdo) nos libraires ont découvert des pépites ; leurs sensibilités différentes dessinent un panel des plus variés (voir la liste en page 12). Il y a quelques plébiscites : Maalouf, Monenembo, Larson, Makkai, Gaudé, Erdrich, Echenoz, Deck, Adam… Et pour ceux qui veulent emporter des ouvrages sur leur liseuse, des petites icônes indiquent la disponibilité des titres au format électronique sur notre plateforme dédiée livrel.filigranes.be Les autres sections vous invitent à des voyages dans leurs belles contrées. Découvrez les recommandations des sections Bandes Dessinées, Science-Fiction et Fantasy, Jeunesse, Jeux, BeauxArts, Sciences Humaines, English Books, Vie Pratique et l’incontournable billet de Marc. Un sérieux avertissement s’impose : la sélection que vous tenez entre les mains par la qualité des livres recommandés risque de vous vous emporter vers des univers formidables. On n’entendra plus alors que des WoW !, Aaah !, Snif ou HaHaHa !

La sélection de la section BD
A U S OMM A IR E :
Bandes Dessinées Science Fiction et Fantasy Jeunesse Jeux Beaux-Arts Sciences Humaines English books Vie Pratique Il était une fois Filigranes 1-2 3 3-4 5 6 8 9 10 11 12 Littérature Les choix de Marc Le Petit Filigranes Filigranes Corner 13-16 17 18-19 22-23 Ces derniers temps, littérature et bande dessinée semblent faire plutôt bon ménage. Les adaptations illustrées de romans classiques ou contemporains foisonnent dans nos étals. Pour le pire et le meilleur, bien évidemment, mais voilà une petite sélection bien chouette et encore tiède ! Olivier Ka et Domitille Collardey d’après Jean Teulé, Le magasin des suicides, Delcourt Avant la naissance d’Alan, le cadet des Tuvache, vie et mort se côtoyaient de la plus paisible et de la plus sinistre des manières dans le magasin des suicides, affaire ancestrale et florissante. Que se passe-t-il donc dans la tête de cet enfant pour qu’il soit si vif, si gai, si souriant, avec des joues si roses ? Personne n’avait pourtant jamais souri auparavant dans la famille Tuvache... Mauvaise pub pour l’affaire et sale coup pour la dépression chronique et collective du reste de la famille... Une très belle adaptation, en particulier au niveau de l’illustration simple et tellement efficace, de la mise en page sophistiquée et originale, et du travail des couleurs qui sert magnifiquement le fond et la forme de ce très bel album. Sophie et Gersende Dauvillier et Chapron, d’après Yasmina Khadra, L ’attentat, Glénat Amine Jaafari est un jeune chirurgien palestinien en Israël. Attentat à Tel Aviv : après avoir passé sa nuit à tenter de sauver des vies, Amine est rappelé à l’hôpital, mais cette fois pour identifier le corps de sa femme soupçonnée d’être l’auteure de l’attentat... S’ensuit un pétage de plomb dans les règles mais compréhensible durant lequel Amine en cherchant à comprendre comment, pourquoi tout cela est arrivé va se mettre dans les situations les plus complexes et les plus dangereuses... Un récit long, violent et compliqué, autant que cette réalité si proche de nous mais qui nous dépasse, servi efficacement par le dessin vif et léger de Glen Chapron. Sophie Christian de Metter, d’après Douglas Kennedy, Piège nuptial, Casterman Liberté et aventure : voilà ce que semble chercher Nick, journaliste américain, la quarantaine blasée, en s’improvisant un road trip dans le bush australien. Autant le dire tout de suite : pour ce qui est de l’aventure, il va être servi, mais pour la liberté, ça reste à voir. Christian De Metter est un habitué de l’adaptation d’œuvres littéraires en BD, et il faut reconnaître que le thriller lui va à merveille (Shutter Island dans la même collection) : qui commence cette BD doit s’assurer de pouvoir la terminer dans la foulée. Sophie
www.facebook.com/filigranes | @twitfiligranes

Corman by Filigranes 20-21

filiber 10 | la feuille de contact de la librairie Filigranes | 39-40 avenue des Arts, 1040 Bruxelles | Tél.: +32 2 511 90 15 | www.filigranes.be |

sur livrel.filigranes.be |

1

La sélection de la section BD
Vivès/Ruppert&Mulot, La grande Odalisque Aire Libre – Dupuis Une fois qu’on a bien repéré, savouré et adoré les plus ou moins subtils clins d’œil et autres hommages évidents à la série culte Cat’s eyes, on peut se pencher plus objectivement sur ce qui fait de La grande Odalisque un album génial. Donc : 3 cambrioleuses de haut vol plus sexy les unes que les autres s’attaquent au Louvre pour tenter de voler la Grande Odalisque. Évidemment elles n’ont pas froid aux yeux. Évidemment tomber amoureuse d’un fils à papa mafieux et aller le libérer des griffes d’un chef de cartel mexicain fait partie de leur quotidien. Évidemment leurs caractères sont inspirés et leur humour entre subtil et gros comme une maison. Évidemment on a adoré. Vivès, Ruppert et Mulot, ENCORE ! Lydie et Sophie Bonhomme et Trondheim, Texas Cowboys, Dupuis Harvey Drinkwater, journaliste à Boston, est envoyé au Texas pour faire un reportage sur le « Hell’s Half Acre », « un espace grand comme le cul d’une mouche dont le sol est foulé par le pire de toute la racaille des ploucs de l’ouest ! » Décidé à abandonner son travail routinier et sans avenir, il accepte ce voyage qui lui apparaît comme l’occasion de venger sa mère dépouillée par un exmari qui s’est fait la malle, de faire fortune et de croiser la route d’une gentille institutrice dont le cœur est à prendre. Trop de bonnes raisons et bien trop nobles pour ces terres de sauvages... Par chance il rencontre Ivy, un cowboy pure souche qui le prendra sous sa protection pour un dollar de salaire par jour et lui apprendra à survivre dans la jungle de l’Ouest américain où l’usage du revolver est souvent l’unique loi. Avec un scénario qui emprunte et rend hommage aux westerns classiques et autres fanzines de leur enfance et un trait simple et élégant, Bonhomme et Trondheim nous entraînent dans une belle aventure et confirment une fois de plus leurs immenses talents. Evelyne Waid/Ross, Kingdom come, Urban comics, Dans un futur possible, les super-héros d’antan ont été surclassés, puis remplacés par une nouvelle génération plus agressive, mais aussi plus amorale. Mark Waid et Alex Ross nous proposent un récit aux allures de fin du monde, une sorte d’apocalypse de l’univers DC. Incontournable pour les amateurs du genre. Benoit Lupano/Moreau, Le singe de Hartlepool Delcourt 1814, en pleine guerre napoléonienne, un navire français fait naufrage au large de Hartlepool. Parmi les débris, un seul survivant : un chimpanzé, mascotte de l’équipage portant Dimitri Planchon, BLAISE, Glénat Le 3e et dernier opus de la série « Blaise » est une des sorties réjouissantes de cette rentrée 2012. Un humour décapant, qu’on peut situer entre Bastien Vivès et Daniel Clowes. Un graphisme intéressant simulant le montage photo, le tout sur fond de guerre mondiale apocalyptique et de capitalisme galvaudé à la Thomas Gunzig, font de cette trilogie un moment de lecture au rire jaune, grinçant et cynique. Lydie Minaverry, Dora, éditions de l’Agrume L’Agrume, c’est une toute nouvelle petite maison qui si l’on en croit ses premiers titres tout frais pondus risque de nous donner bien du plaisir pour la suite. Leur premier titre, c’est Dora, le premier épisode d’une aventure initiatique et graphique, palpitante et émouvante. 1959. Dora est une jeune fille de 16 ans. Elle travaille au Berlin Document Center où elle trie les archives nazies... Plus tard, Dora vit en banlieue parisienne et traduit des textes pour une maison d’édition communiste... Encore plus tard, Dora est en Argentine et elle traque le Dr Mengele... Entretemps, il se passe des tas de choses passionnantes, et Dora grandit... Sophie

l’uniforme tricolore. Mais, dans ce petit village d’Angleterre, où personne n’a jamais vu de Français, l’animal correspond assez bien à l’idée qu’on se fait de l’ennemi. Aussitôt, le singe est traîné en justice, accusé d’espionnage... Benoit

Dorkin/Thompson, Bête de somme #1 - Mal de chiens, Delcourt Rien ne va plus à Sommers Hill, paisible banlieue pavillonnaire américaine. D’étranges phénomènes paranormaux ont fait leur apparition, mais une brigade d’intervention va se former afin de protéger le voisinage. Particularité notable, celui-ci est constitué de chiens et, accessoirement d’un chat. Les auteurs jouent admirablement avec les codes du genre en mêlant humour et effroi. Benoit

Retrouvez la section BD sur Facebook : facebook.com/FiligranesBD
Corman by

éditeur responsable : Marc FILIPSON conception : (www.boomerangforce.com) réalisation : Yanek IONTEF

Avenue des Arts 39-40, 1040 Bruxelles Tel.: +32 2 511 90 15 Fax: +32 2 502 24 68 info@filigranes.be Lundi au vendredi : de 08h00 à 20h00. Samedi : de 10h00 à 19h30. Dimanche et jours fériés : de 10h00 à 19h00. www.facebook.com/filigranes

Avenue Lepoutre, 21 1050 Bruxelles Tel.: +32 2 343 01 70 Mardi au samedi : de 10h00 à 21h00. Dimanche, lundi et jours fériés : de 10h00 à 19h00. info@filigranes-corner.be

Avenue Lepoutre, 2 1050 Bruxelles Tel.: +32 2 343 42 70 Lundi au jeudi : de 07h00 à 19h00. Vendredi : de 07h00 à 20h00. Samedi : de 08h00 à 19h00. Dimanche : de 08h00 à 15h00.

www.facebook.com/filigranescorner

NOUVEAU! §¨¨¨¨¨¨©

Parvis Saint-Pierre, 10 1180 Bruxelles Tel.: +32 2 343 69 01 Lundi au vendredi : de 07h30 à 19h00. Samedi, dimanche et jours fériés : de 08h30 à 19h00. info@lepetitfiligranes.be www.facebook.com/lepetitfiligranes

Corman by Filigranes Zeedijk 777 8300 Knokke-Le-Zoute Tél.: +32 (0)50 60 18 28 de 10h00 à 18h30 du mercredi au lundi et tous les jours pendant les vacances scolaires. info@cormanbyfiligranes.be www.facebook.com/FiligranesKnokke

© Filigranes, 2012.

@twitfiligranes

2

filiber 10 | la feuille de contact de la librairie Filigranes | 39-40 avenue des Arts, 1040 Bruxelles | Tél.: +32 2 511 90 15 | www.filigranes.be |

sur livrel.filigranes.be |

www.facebook.com/filigranes |

@twitfiligranes

La sélection Fantasy/ Science-Fiction de Julien La sélection de la section Jeunesse
Patrick Rothfuss, Chronique du tueur de roi : La peur du sage : première partie, Bragelonne Enfin la suite ! Qu’il est bon de suivre à nouveau les aventures de Kvothe, l’aubergiste. Ancien héros légendaire, il revient sur ses exploits et nous raconte les multiples péripéties de sa vie. Extrêmement attendu par les amateurs de fantasy, ce second opus se révèle aussi bon que le premier ! Dans un style narratif riche et envoûtant, Patrick Rothfuss nous démontre encore une fois qu’il est un maître de l’intrigue et du récit d’aventure. Une fois que vous aurez commencé cette saga, vous ne la lâcherez plus ! N’hésitez d’ailleurs pas à relire le premier tome avant de vous plonger dans le second, il ne faut pas bouder son plaisir ! Julien Connie Willis, Black-Out, Bragelonne A Oxford, en 2060, historien est devenu un métier dangereux. On n’étudie plus les évènements dans les livres, on va les voir sur place... dans le passé. Il faudra dès lors apprendre à survivre sous les bombes de Londres en 1940 et observer ce qui se passe tout en ne se faisant pas remarquer. La moindre erreur pourrait bien changer le cours de l’Histoire. Un excellent récit de science-fiction mené tambour battant. Une pure réussite ! Julien

Vous aimez les jeux de plateau ? Retrouvez les activités de filigames sur filigranes.be/fr/filigames

Sebastian Loth, Est-ce bien toi, Petite Oie ?, Nord Sud Dans cet album pour les petits, on rencontre Petite Oie, à la recherche d’elle-même et de ses rêves, elle s’imagine être une autre... Si elle était un éléphant, une girafe, un paon, serait-elle la même ? Serait-elle jolie, se sentirait-elle chez elle, aurait-elle des amies ? Par des questions toutes simples, des magnifiques illustrations soutenues par des calques aux douces couleurs, Petite Oie questionne le quotidien en quête d’identité, en laissant libre cours à son imagination. Un très joli petit livre, par le même auteur que Lucie est partie, où Petite Oie perdait son amie tortue. Lydie

Jean-Michel Payet, Dans la nuit blanche et rouge, Les Grandes Personnes Pétrograd, février 1917. Dans une Russie tsariste épuisée par des années de guerre, où grondent la famine et le mécontentement, la comtesse Tsvetana Kolipova, 17ans, rêve d’un monde qu’elle voudrait plus juste. Contribuant à une revue clandestine, la jeune fille découvre bientôt un secret familial qui va balayer ses repères et la propulser dans le tourbillon de la Révolution. À la fois roman historique, histoire d’amour et récit fantastique, cet ouvrage dense et intense se lit d’une traite. A partir de 14 ans. Agnès

Inga Moore, La maison dans les bois, Pastel Suzie Truie et Simon Cochon vivaient au fond des bois dans leur maison respective. Un jour, en rentrant de leur promenade matinale, ils découvrent que l’ours et l’élan, sans le vouloir, ont détruit leurs habitations. Ils décident alors de construire une grande maison en bois où ils pourront vivre ensemble, et font appel à l’équipe des Castors ouvriers… Magnifique album aux couleurs de l’automne sur le thème de la cohabitation et de l’entraide, écrit et illustré par une artiste anglaise talentueuse. A partir de 5 ans. Agnès

La nouvelle série de

Ian Rankin
aux Éditions du MASQUE

L’événement Polar de la rentrée
filiber 10 | la feuille de contact de la librairie Filigranes | 39-40 avenue des Arts, 1040 Bruxelles | Tél.: +32 2 511 90 15 | www.filigranes.be |
sur livrel.filigranes.be | www.facebook.com/filigranes | @twitfiligranes

3

La sélection d’Agnès, Elodie, Evelyne, Lydie et Stéphanie de la section Jeunesse
Pascale Maret, La véritable histoire d’Harrison Travis, hors-la-loi, racontée par lui-même Thierry Magnier Avec ce roman, largement inspiré de l’histoire vraie de Colton Harris-Moore (jeune délinquant et ancien fugitif américain, originaire de Camano, archipel de Seattle), Pascale Maret nous entraîne dans une formidable aventure aux accents de road movie américain. À seize ans, Harrison abandonne l’école et choisit la liberté, campant dans la forêt, squattant les villas inoccupées, piquant de quoi se nourrir ou se distraire ; un seul rêve en poche, celui de piloter un de ces petits avions que possèdent les riches de l’archipel dans lequel il vit… Mais la justice le rattrape, et ses balades se transforment en cavale. Le FBI aux trousses, Harrison se lance dans une fuite en avant à travers l’Ouest américain, à pied, en voiture, en bateau… ou en avion... A partir de 13 ans. Evelyne Fred Bernard et François Roca, La fille du samouraï Albin Michel Jeunesse S’inspirant de la vie du samouraï japonais Miyamoto Musashi, invaincu après toute une vie de combats et auteur du chef-d’œuvre universel Le traité des cinq roues, Fred Bernard et François Roca nous emmènent cette fois dans le Japon du dix-neuvième siècle. Sur une île déserte du Japon, Tomé rencontre un vieux sage aveugle. Celui-ci le prend sous son aile, lui apprend la tactique des samouraïs et lui présente sa fille, Tomo… Les jours passent et la vie est paisible, entre les entraînements avec le maître, les parties de pêche et les balades amoureuses. Jusqu’au jour où les guerriers-Démons se manifestent… Une aventure lumineuse qui mêle combats, nature, philosophie et amour dans la lignée de leurs plus beaux albums comme Jésus Betz ou L’Homme Bonsaï… Pour tous, à partir de 8 ans Evelyne Olivier Tallec, Waterlo et Trafalgar, Père Castor Flammarion Tous deux coiffés d’un casque, tous deux armés d’un fusil et prêts à se faire la guerre, Waterlo et Trafalgar s’observent. Ces deux petits soldats, l’un bleu, l’autre orange, se retranchent derrière un muret pour mieux s’épier et se livrer à leur guerre froide. Mais Waterlo n’est finalement pas si différent de Trafalgar et tous deux finissent par vaquer à leurs occupations : un peu de jardinage, écouter de la musique, fêter Noël... Jusqu’au jour où l’inévitable se produit... Cette histoire n’a pas besoin de paroles pour nous montrer, avec beaucoup d’humour, que les différences de l’un sont parfois indispensables à l’autre et que se disputer à cause d’elles est finalement bien absurde. Le talent d’Olivier Tallec a encore frappé ! Dans les mains de tous, à partir de 6 ans. Stéphanie Erlend Loe, Kurt courrier de cabinet, Joie de lire Kurt, ce Norvégien farfelu, se voit confier une mission ultra secrète : traverser la Norvège du sud, ravagée par les rebelles, pour rejoindre le quai de Gunnar au fin fond de la Norvège du nord et lui remettre un document d’une importance capitale. Seulement, voilà, Hektor Hellføkk, chef des rebelles du nord, ne l’entend pas de cette oreille. Il compte bien profiter des nappes de pétrole découvertes au nord en séparant le pays en deux... Sans se départir de son air un peu benêt et de son humour absurde, Kurt embarque une nouvelle fois ses lecteurs dans de bien drôles d’aventures. Savoureux ! A lire à partir de 11 ans. Stéphanie Sabine Panet et Pauline Penot, Le cœur n’est pas un genou que l’on peut plier, Thierry Magnier Déjà publiées à l’Ecole des loisirs, Sabine Panet et Pauline Penot nous livrent cette fois encore un roman où il est question de cœur(s). Ecrit à quatre mains, ce récit traite en l’occurrence du cœur qui aime, que l’on ne force pas, ni que l’on plie, à l’image de ce proverbe toucouleur. Aux parfums de l’Afrique mais aussi de la banlieue parisienne, où vit Awa Bocoum, adolescente de 16 ans, ainsi que sa sœur, Ernestine... Le cœur n’est pas un genou que l’on peut plier aborde avec humour, intelligence et malice, le thème du mariage forcé au Sénégal. Un roman qui déjoue les préjugés, le sourire aux lèvres. Elodie

Ramona Badescu et Benjamin Chaud, Pomelo et la grande aventure, Albin Michel Jeunesse De rencontres improbables en découvertes, Pomelo, qui a déjà bien grandi depuis la dernière fois, s’aventure de nouveau, seul, à travers le monde. Parfois, il croise la route de personnages déroutants (comme « un être qui est une fleur et un miroir, et une boule de piquants... »). Mais, malgré ses envies de « Papamaman », il poursuit une quête... que luimême ignore. Un nouvel album poétique et philosophique de Pomelo, sous la plume de Benjamin Chaud, et la palette de la talentueuse Ramona Badescu. Elodie Béatrice Veillon, Le très grand voyage de la famille Oukilé, Bayard Jeunesse Retrouvez la famille Oukilé (comprendre «où qu’il est»...) dans un très grand livre qui regroupe tous les voyages de Flore, Nestor, leur chien Opié (rires...) ainsi que de leurs parents. Ainsi, vous explorerez les plus belles capitales du monde et des contrées plus reculées (pas moins de 45 destinations ! ) de manière ludique. Pour ceux qui ne connaissent pas encore les Oukilé, il s’agit donc d’un album «cherche et trouve» qui rassemble : La famille Oukilé fait le tour du monde, La famille Oukilé globe-trotter, La famille Oukilé - Escapades en Europe et La famille Oukilé se régale ! Idéal à partir de 4 ans. Elodie

Tous les dimanches de 10h30 à 12h00, Lecture de contes. voir l’agenda sur www.filigranes.be

CLUB ADOS Un vendredi sur deux de 16h30 à 18h30. Voir l’agenda sur www.filigranes.be

4

filiber 10 | la feuille de contact de la librairie Filigranes | 39-40 avenue des Arts, 1040 Bruxelles | Tél.: +32 2 511 90 15 | www.filigranes.be |

sur livrel.filigranes.be |

www.facebook.com/filigranes |

@twitfiligranes

La sélection de Christiane, Lydie et Gersende de la section Filtatûût
Thermos Crocodile Creek Ce petit thermos en acier inoxydable peut conserver au chaud ou au frais des jus, soupes ou autres liquides. Joliment illustré avec une voiture de course aux couleurs vives, il est idéal pour la crèche, la maternelle ou les piqueniques en famille. Lavage à la main recommandé, matériaux écologiques, peut contenir 350 ml. Existe aussi en modèle « coccinelle » ; gourde et boîte à tartines assortis ! Lunch Box Label’Tour Après les sacs et les trousses, Label’tour propose, dans la série « Quand je serai grand... », illustrée par Isabelle Kessedjian, des boîtes à tartines en plastique, idéales pour les excursions, escapades, à l’école, au sport, … Elles conservent parfaitement les aliments au frigo, disposent d’une ouverture clippée facile et passent au lave-vaisselle. Existent en différents modèles et coloris. Camouflanimo Djeco pour 2 à 4 joueurs de 4 à 8 ans Dans ce jeu de stratégie, chaque joueur incarne un insecte qui fait la course pour traverser la prairie, mais il doit veiller à ne pas être repéré par les autres joueurs pour pouvoir progresser le long du parcours. Il peut avancer s’il possède une carte présentant au moins une caractéristique commune avec la prochaine étape du parcours (couleur ou forme). Les règles sont faciles à comprendre et les tactiques intéressantes ! Pakbo Djeco pour 2 joueurs à partir de 6 ans Dans ce jeu de logique et de déduction, les jeunes capitaines devront poser les bonnes questions et écouter les réponses attentivement pour déterminer avec exactitude la place des passagers à bord du paquebot de son adversaire. Un joli jeu avec des influences comme bataille navale et Archelino. Coloriage dentelle Djeco à partir de 7 ans De la dentelle de papier, délicate mais résistante, à colorier au feutre, pour voir apparaître quatre jolis tableaux en volume. Une activité créative simple pour un résultat très délicat, à partir de 7 ans. Existe en deux modèles, design de Virginie Brachet.

Octoverso Gigamic à partir de 2 joueurs 8 lettres chevalets, imprimées recto/verso, coulissent sur un rail pivotant. Un seul objectif : se débarrasser de toutes ses lettres ! Chaque joueur compose à son tour un mot, du côté de son choix, recto ou verso, à partir de 2 lettres existantes minimum, et repousse les lettres en trop chez son adversaire. Octoverso s’adresse à tous les amateurs de jeux de lettres, curieux de découvrir de nouveaux plaisirs de jeu. 1er Prix ‘Jeu’ en 2010 et Grand Prix de la Presse en 2011 au Salon Professionnel du Jeu et du Jouet de Paris. Il existe une version Junior s’adressant aux enfants à partir de 6 ans. Toute la famille peut participer, pour des parties rapides et animées, avec également un caractère éducatif pour l’apprentissage du vocabulaire et de l’orthographe. Tic-Tac Janod pour enfant(s) de 4 à 8 ans Cette jolie mallette éducative permet d’apprendre l’heure de manière traditionnelle ou à l’aide de saynètes amusantes. Le jeu comporte 20 cartes représentant les moments importants de la journée (réveil, déjeuner, habillage, école, récréation, toilette, ...). Deviner l’heure de l’activité, ou retrouver l’activité liée à l’heure, différentes activités sont possibles grâce à cette mallette-jeu, formidable outil pour apprendre la notion du temps !

Nappes et sets de table à colorier Label’Tour Voici une idée originale et amusante ! Des sets de table et des nappes à colorier, et des pochettes de marqueurs lavables en machine, pour (re)décorer la table indéfiniment ! Une bonne idée pour occuper les enfants à table, au resto, ou pour préparer avec eux un chouette dîner. Illustrés par Marielle Bazard, 100% coton, existent en différents modèles.

Venez jouer avec nous les mercredis après-midis de 15h00 à 18h00. voir l’agenda sur www.filigranes.be

Qamoki Gigamic pour 2 à 8 joueurs à partir de 8 ans Des mots, des idées... c’est gagné ! A votre tour de jeu, posez une ou plusieurs cartes de votre main : soit sur une carte qui présente une syllabe commune, soit à côté d’une carte qui présente une idée commune. Par exemple, la carte ‘Canada’ peut être posée sur ‘macaron’ et la carte ‘chocolat’ peut être associée à ‘macaron’. En revanche, si l’association d’idées n’est pas approuvée majoritairement, vous devrez retirer votre carte. Qamoki s’adresse à un très large public (3 niveaux de jeu différents), pour des parties rapides, réfléchies, animées, amusantes.

Grand looping Alphabet Janod de 18 mois à 4 ans Un superbe jouet pour apprendre les lettres de l’alphabet tout en s’amusant ! L’enfant peut faire glisser les lettres en bois les unes après les autres, ou encastrer sur le plateau à roulette six lettres géantes. Ce grand looping à traîner «Alphabet» permettra à votre enfant de développer la motricité, la perception de l’espace et la concentration.

filiber 10 | la feuille de contact de la librairie Filigranes | 39-40 avenue des Arts, 1040 Bruxelles | Tél.: +32 2 511 90 15 | www.filigranes.be |

sur livrel.filigranes.be |

www.facebook.com/filigranes |

@twitfiligranes

5

La sélection de Bernard, David et Laurent la section Beaux-Arts
Charles Fréger, Wilder Mann, Ou la figure du sauvage, Thames & Hudson « Tout fanatiques de connectique, junkies du Wi-Fi et barrés de la 3G que nous sommes, nous aspirons au vrai, au primitif... ». Comment se porte l’image du sauvage en 2012, en Europe ? Charles Fréger nous donne à voir un magnifique échantillonnage de costumes traditionnels, non pas pour figer un phénomène en voie de disparition, ce qui ne semble pas être le cas, mais plutôt, pour montrer que l’enfant né de l’union entre un ours et une femme trouve bien sa place dans notre société comme un retour aux sources vitales. Laurent Manuel Álvarez Bravo, Un Photographe Aux Aguets Catalogue de l’exposition, Hazan Catalogue officiel de l’exposition « Manuel Álvarez Bravo » au musée du Jeu de Paume du 16 novembre 2012 au 20 janvier 2013 coédité avec la Fundacion Mapfre. Cette exposition s’inscrit logiquement dans la série des classiques revisités par ce musée. M.A. Bravo a la singularité d’avoir photographié pendant 80 ans (1920 2000), expérimentant l’outil photographique sans inhibition et donnant ainsi naissance à une œuvre qui existe surtout par ses tensions, mêlant des images documentaires et d’autres plus surréalistes, le réalisme engagé, et l’abstraction. Il synthétisa peut-être ainsi un des aspects de son pays, le Mexique, zone tampon entre deux mondes. Laurent Bertrand Lavier, depuis 1969. Catalogue de l’exposition. Éditions du Centre Pompidou Depuis les « peintures industrielles » en 1974, aux titres empruntés aux fabricants de peinture, Bertrand Lavier n’a de cesse de faire progresser le débat lancé à la fin des années 60 par le mouvement conceptuel. En utilisant les formes de la production de masse et de l’entertainment, cet artiste à la singularité pérenne questionne la position de l’auteur et la valeur du geste de l’artiste. Une dizaine d’années après l’exposition rétrospective au Musée d’art Moderne de la ville de Paris, cette exposition au Centre national Georges Pompidou consacre enfin ce monument de l’art conceptuel français. David José Baltanas, Le Corbusier, Parcours Éditions Parenthèses Disponible en espagnol depuis 2005, cet ouvrage indispensable à tout amateur d’architecture a enfin l’honneur d’une traduction française, grâce aux excellentes éditions Parenthèses. L’architecte qui n’envisageait ses constructions qu’à travers le déplacement se voit donné l’hommage d’une vraie déambulation autour – et à l’intérieur – de ces trésors que sont la villa Savoye, le Pavillon Suisse ou le Couvent de la Tourette. La genèse de chaque bâtiment est racontée, accompagnée de plans et de citations, pour une vraie invitation à un voyage architectural. David L ’Impressionnisme et la Mode, Catalogue de l’exposition, Skira – Flammarion Surprenante de prime abord, l’association proposée par le Musée d’Orsay pour son exposition d’automne devient évidente à la vue des tableaux choisis. Obsédés par la modernité, soucieux de rendre compte de la vie de leur époque, les impressionnistes ont apporté un soin particulier au vêtement, masculin et féminin. Quand le grand Karl Lagerfeld lui-même dit adorer « l’allure de la Parisienne impressionniste », il attire l’œil sur le soin apporté aux costumes, ces crinolines aux couleurs superbes, ces coiffures improbables, et cette taille marquée si caractéristique... En sus, le catalogue rend compte de la scénographie impressionnante de cette immanquable exposition. À paraître le 14 novembre 2012. David Guiseppe Penone, Fonds Mercator Cet ouvrage constitue la plus importante monographie jamais consacrée à l’œuvre de Giuseppe Penone, l’un des représentants historiques de l’Arte Povera. À partir de ses premiers travaux jusqu’aux pièces récentes, en passant par ses sculptures et ses dessins et, bien entendu, ses écrits, la publication apporte un éclairage déterminant sur l’ensemble de son travail et donne la mesure de la place considérable qu’il occupe dans l’art contemporain. Le livre, réalisé en étroite collaboration avec Penone et placé sous la direction de Laurent Busine, comprend notamment un long entretien avec Benjamin Buchloh, professeur à l’Université d’Harvard. Il offre une mise en perspective historique de son œuvre et de la façon dont elle révèle l’empreinte du temps sur les êtres et les choses. Bernard Bernard Venet, Versailles 2011 Editions du Regard, 2012 Un an après l’évènement, cet ouvrage richement illustré revient sur l’invitation faite au sculpteur français d’occuper le parvis et une partie des jardins du

Château de Versailles. Il s’agit bien plus qu’un album de souvenirs. On nous révèle l’envers du décor, « le comment ça tient » ? et les prouesses d’ingénierie et de technique qu’il a fallu déployer pour installer ces arcs monumentaux. Les variations de lumière, dont on sait l’importance d’effet sur l’acier corten, viennent apporter de nombreuses nuances visuelles à l’ensemble et rendent les sculptures étonnamment dynamiques. Bernard

1917, Catalogue de l’exposition Éditions du Centre Pompidou-Metz « 1917 » renoue avec les grandes expositions transversales qui ont établi la renommée du Centre Pompidou, comme Paris–Moscou ou Paris–Berlin. Il s’agit d’une année cruciale, située au médian de la Première Guerre mondiale, qui marque la fin de la prééminence européenne incarnée par le XIXe siècle et qui opère le virage vers le XXe. C’est également une année charnière pour l’histoire de l’art qui vit la cohabitation de deux époques et la naissance de toutes les avant-gardes qui auront profondément influencé l’art du XXe siècle. Le livre, divisé en deux entrées, l’une alphabétique, l’autre chronologique, offre un panorama détaillé de cette année. Bernard Michèle Goslar, Victor Horta, 1861-1947 Fonds Mercator En quarante chapitres, cette somme monumentale et à l’iconographie remarquable, est bien au diapason de l’œuvre du grand architecte belge dont elle explore tous les aspects, avec force plans et photographies. L’ouvrage est le résultat de nombreuses années de recherche dans différents fonds d’archives et donne une nouvelle image de l’architecte, de son travail et de la façon dont son architecture a évolué au fil des ans. Le personnage Horta n’est pas oublié et tous les combats qu’il a mené tout au long de sa carrière sont évoqués. Bernard

Retrouvez la section Beaux-Arts sur Facebook : facebook.com/filibeauxarts

6

filiber 10 | la feuille de contact de la librairie Filigranes | 39-40 avenue des Arts, 1040 Bruxelles | Tél.: +32 2 511 90 15 | www.filigranes.be |

sur livrel.filigranes.be |

www.facebook.com/filigranes |

@twitfiligranes

KINEPOLIS PRÉSENTE

OPÉRA ★ BALLET ★ THÉÂTRE ★ DANSE ★ MUSIQUE CLASSIQUE

2012 / 2013

SAISON

filiber 10 | la feuille de contact de la librairie Filigranes | 39-40 avenue des Arts, 1040 Bruxelles | Tél.: +32 2 511 90 15 | www.filigranes.be |

sur livrel.filigranes.be |

www.facebook.com/filigranes |

@twitfiligranes

7

La sélection de Anne, Dulia, Julien et Sylvia de la section Sciences Humaines
John Perry, LA PROCRASTINATION : l’art de reporter au lendemain, Autrement Si vous souhaitez soigner votre « procrastination » n’achetez pas ce livre, vous abandonneriez vos bonnes résolutions ! En revanche, procrastinatrices et procrastinateurs complexés ce texte gai et plein d’humour a été rédigé pour vous : « Félicitez-vous pour ce que vous avez réalisé (...) Et surtout, profitez de la vie. » Sylvia Mike Davis, Petite histoire de la voiture piégée, La Découverte Si vous n’aviez pas eu l’occasion de découvrir cet ouvrage lors de sa parution initiale, en 2007 aux éditions Zones, n’hésitez pas à le lire dans sa version poche. Le titre laisse entrevoir le contenu, cependant cette « petite histoire » se lit comme une enquête fouillée et dense, examinant et analysant en toile de fond une histoire plus générale des relations internationales et de la géopolitique contemporaine. Sylvia Elena Janvier, Au Japon ceux qui s’aiment ne disent pas je t’aime, Arléa Les libraires sont un peu des chercheurs d’or et parfois ils tombent sur des pépites. A coup sûr, ce livre-ci en est une. Léger, doux, attrayant et dépaysant, il vous apprendra, sans avoir l’air d’y toucher, quelques-unes des multiples spécificités des mœurs japonaises. Entre autres choses, vous y apprendrez qu’il existe du yaourt au melon ou qu’on paye le bus en sortant et non en entrant. Un livre distrayant dans un style riche et maîtrisé. Une heure de pur bonheur ! Julien COLLECTIF, La petite encyclopédie des Religions, Regard La religion est un thème central de la vie en société. Ce livre nous offre un panorama des grandes religions, passées et présentes. De la préhistoire à l’époque contemporaine, découvrez les principes clés des plus grands courants de spiritualité. Richement illustré, didactiquement excellent, cet ouvrage grand public vous permettra à n’en pas douter d’enrichir votre culture. Qui plus est, ce genre d’ouvrage représente un cadeau idéal à offrir à vos proches. Julien L ’Impossible, revue mensuelle, n° 5, juillet 2012 L ’Impossible, revue mensuelle, n° 6, août 2012 L’Impossible est une revue pas tout à fait comme les autres. Avec son format poche peu orthodoxe et son papier journal ordinaire, elle passerait presque inaperçue. Mais c’est sans compter sur un contenu tout à fait passionnant et surprenant qui dévoile des trésors d’inventivité poétique et journalistique. On y trouve un peu de tout : des entretiens sur l’actualité, des reportages, des inédits d’auteurs confirmés ou en devenir, des dessins, des photographies, des mots croisés littéraires... sans oublier les très beaux éditos de son directeur Michel Butel, connu pour avoir lancé dans les années quatre-vingt L’Autre Journal, une publication érudite et décalée qui fit les beaux jours de la presse alternative. Rares sont les revues à tenir ainsi le lecteur en haleine de bout en bout et à susciter un désir renouvelé à chaque livraison. Michel Butel dit qu’il ne sait pas jusqu’où ira l’aventure. L’Impossible vient de sortir son sixième numéro. On lui souhaite la plus longue vie possible ! Anne Ian Kershaw, La Fin. Allemagne 1944-1945, Seuil Dans son nouveau livre, le grand historien britannique Ian Kershaw nous entraîne dans le récit apocalyptique des derniers mois du régime nazi et tente de répondre à une question cruciale et pourtant peu étudiée : pourquoi et comment le régime a-t-il continué de fonctionner malgré une fin inéluctable et des pertes humaines qui se chiffrent en millions ? Si le livre n’apporte pas véritablement de réponse rationnelle, il soulève encore bien des questions sur l’horrible fascination idéologique qui aveugla l’Allemagne jusqu’au bout. C’est sans conteste l’un des évènements de cette rentrée pour les amateurs d’Histoire. Anne Roberte Hamayon, Jouer - une étude anthropologique, La Découverte Qu’aime-t-on dans le jeu ? Le défi ? L’affrontement ? La remise en question de notre talent ? L’exploration d’un don précis ? Jouer nous plonge dans un monde parallèle dans lequel les règles sont autres et l’issue incertaine, nous pouvons faire comme pour de vrai, mais pas tout à fait. C’est sans risque, c’est ludique. Le jeu est protéiforme et omniprésent. L’auteure, dans son analyse riche et rigoureuse vise à trouver l’unicité qui existe dans toutes les formes du jeu. Sa force est de pouvoir nous interroger sur ce que nous faisons quotidiennement, nous rappeler les origines et l’universalité du jouer ; nous rappeler ses combats face aux autorités (Eglise, Etat) qui le bannissait parce que trop menaçant pour leur assise ; nous révéler son importance comme lien social en tant que métaphore de la réalité. On peut être sérieux en jouant et jouer est une affaire sérieuse. Qu’est-ce qui se joue dans le fait de jouer ? Dulia Shawki Ahmed, Black and Red, Syllepse Il ne saurait y avoir de progrès sans lutte. Le racisme est structurel et aucune justice raciale ne peut naître sans une transformation radicale du système économique actuel. C’est une erreur de croire que la société américaine est stable et que le néolibéralisme est une solution pour la majorité. Ce livre répond à deux objectifs : - énoncer les principaux courants politiques et idéologiques constitutifs des luttes de libération des noirs aux USA - montrer l’influence qu’on eu les partis de socialistes dans ces luttes, qu’ils en sont une partie intégrante En effet, la lutte des noirs a eu de profonds effets sur la société américaine et malheureusement, nous assistons à une érosion des droits acquis. Cet ouvrage entend réaffirmer la nécessité de lutter contre le racisme et les systèmes politiques et économiques qui le favorisent. Ce livre nous rappelle ce que les luttes anciennes ont à nous transmettre. Dulia

8

filiber 10 | la feuille de contact de la librairie Filigranes | 39-40 avenue des Arts, 1040 Bruxelles | Tél.: +32 2 511 90 15 | www.filigranes.be |

sur livrel.filigranes.be |

www.facebook.com/filigranes |

@twitfiligranes

La sélection de Miles de la section English Books
In the Garden of Beasts by Erik Larson Larson’s latest foray into historical narrative non-fiction takes him to Berlin and follows the diplomatic career and social life of William Dodd, posted there somewhat reluctantly with his family as American Ambassador in 1933. Very few others wanted the position due to the ominous portents already evident in Germany as Hitler extended his influence and power. Dodd’s family went with him, and his daughter Martha was to fall in love with the city when she arrived as a young and vibrant American woman. Utterly compelling, the kind of book that brings history alive to readers and proves why Larson’s Isaac’s Storm and The Devil in the White City were such hits. Miles The Knife of Never Letting Go by Patrick Ness Iin terms of literary merit, readability and sheer excitement, the books of award winning children’s writer Patrick Ness deserve to stand next to that other modern classic, Phillip Pullman’s brilliant Dark Materials trilogy. The book is aimed at young teenagers, and we would recommend it for readers aged 13 and upwards, but it will also appeal very strongly to adults. It is horrific, funny and thoughtful by turn - and never less than brilliant. The best part is when you finish reading, knowing there’s two more books that make up the series The Ask and The Answer and Monsters of Men - and they’re just as good as this one. Miles The Fatal Shore by Robert Hughes Having less than a passing interest in Australia, it comes as somewhat of a surprise to note I’ve read this book three times already and wouldn’t bet against reading it a few more times too. How many books can one honestly say that about? Robert Hughes’ death in August this year marked the passing of arguably the most important art critic of the twentieth Century. Not content with producing astonishing texts on modern art, with The Fatal Shore he has also written the definitive book on colonial, convict Australia. In prose that is bullish, brooding, violent and absolutely gripping, it is truly a tour de force. He’s not called Australia’s Dante for nothing, and this book shows why. Miles The Drowning Pool by Ross MacDonald Ross Macdonald’s Lew Archer mysteries rewrote the conventions of the detective novel with their credible, humane hero, and with Macdonald’s insight and moral complexity won new literary respectability for the hardboiled genre previously pioneered by Dashiell Hammett and Raymond Chandler. Penguin has republished a number of the Lew Archer titles with lovely retro covers including this one and also The Goodbye Look, The Galton Case, The Chill and The Underground Man. If you want to escape to post war Los Angeles, in the company of a suave, slightly weary private detective with plots to make your head spin with pleasure, then this is where you get off. Miles The Woman Who Went To Bed For A Year by Sue Townsend The woman in question, Eva Beaver is not ill, physically or mentally. rather she decides to go to bed to think. Her mother Ruby is unsympathetic: ‘She’d soon get out of bed if her arse was on fire.’ Luckily for Eva, that doesn’t happen as it is from the confines of her bed, though the world keeps intruding, that she at last begins to understand freedom. The Woman Who Went to Bed for a Year is a funny and touching novel about what happens when someone stops being the person everyone wants them to be. And proof, once more, that Townsend is one of the funniest writers around. Miles The Antidote by Oliver Burkeman In this fascinating new book, Oliver Burkeman introduces us to an unusual collection of people - experimental psychologists and Buddhists, terrorism experts, spiritual teachers, business consultants, philosophers – who share a single, surprising way of thinking about life. They argue that in our personal lives, and in society at large, it’s our constant effort to be happy that is making us miserable. And that there is an alternative, ‘negative path’ to happiness and success that involves embracing failure, pessimism, insecurity and uncertainty - the very things we spend our lives trying to avoid. Thought-provoking, counter-intuitive and ultimately uplifting, The Antidote is a celebration of the power of negative thinking. Miles
sur livrel.filigranes.be |

I’ll Never Get Out Of This World Alive by Steve Earle Doc Ebersole lives with the ghost of Hank Williams. Literally. In 1963, ten years after giving Hank the overdose that killed him, Doc is wracked by addiction. Having lost his licence to practise medicine, he lives in a rented room in the red-light district on the south side of San Antonio, performing abortions and patching up the odd knife or gunshot wound. But when Graciela, a young Mexican immigrant, appears in the neighbourhood in search of Doc’s services, miraculous things begin to happen. Everyone she meets is transformed for the better, except, maybe, for Hank’s angry ghost - who isn’t at all pleased to see Doc doing well. The book is a ballad of regret and redemption, and of the ways in which we remake ourselves and our world through the smallest of miracles. Miles Hiroshima by John Hersey When the first atomic bomb was dropped on Hiroshima in August 1945, killing 100,000 men, women and children, a new era in human history opened. Written only a year after the disaster, John Hersey brought the event vividly alive with this heartrending account of six men and women who survived despite all the odds. A further chapter was added when, forty years later, he returned to Hiroshima to discover how the same six people had struggled to cope with catastrophe and with often crippling disease. The result is a devastating picture of the long-term effects of one bomb. Miles The Complete Western Stories by Elmore Leonard In 1950, fresh out of college and keen to make his name as a writer, Elmore Leonard decided he needed to pick a market, a big one, which would give him a better chance to be published while he learned to write. In choosing between crime and Westerns, the latter had an irresistible pull - Leonard loved movies set in the West. As he researched deeper into settings, Arizona in the 1880s captured his imagination: the Spanish influence, the stand-offs and shoot-outs between Apache Indians and the US cavalry. This is a fantastic collection of over five decades’ worth of stories. Miles
@twitfiligranes

filiber 10 | la feuille de contact de la librairie Filigranes | 39-40 avenue des Arts, 1040 Bruxelles | Tél.: +32 2 511 90 15 | www.filigranes.be |

www.facebook.com/filigranes |

9

La sélection de Sandrine et Murielle de la section Vie Pratique
Niki Segnit, Le répertoire des saveurs, Marabout Voilà le livre que tous les foodistas attendaient. Déjà best-seller en anglais, le répertoire de l’Anglaise Niki Segnit thésaurise d’infinies combinaisons de goûts. Ordonnés par saveurs en appelant à l’imaginaire autant qu’au nez ou aux papilles (torréfiées, terreuses, herbacées,…), ses couples d’aliments réunis sur une rose des vents sont décrits à grand renfort d’anecdotes savoureuses. Car Segnit est assurément une écrivaine et peut se lire sans tablier mais le rire aux lèvres et l’eau à la bouche. Dans ses courtes notices, elle consigne ainsi au même titre que ses recettes les souvenirs que produisirent, un jour, la rencontre inattendue de deux produits. Associez donc avocat et noisette, céleri et beurre de cacahuète ou fruits de mer et vanille. Erudit et gourmand, un hymne à la créativité en cuisine. Sandrine Wladimir et Olga Kaminer, La cuisine totalitaire, Gaïa Wladimir Kaminer, icône de la scène alternative berlinoise, s’attaque ici à un drôle de morceau : détailler les traditions culinaires des pays de l’ex-URSS. Le projet, décalé à souhait, nous éclaire d’abord sur l’histoire de ces cultures sous le sceau du communisme, avant de nous enchanter par ses incroyables anecdotes. Azerbaïdjan, Ouzbékistan ou Biélorussie résonneront désormais à nos oreilles comme autant d’hymnes à la gastronomie... La cuisine totalitaire, émaillé de recettes plus étranges les unes que les autres, se lit comme un roman déjanté et rafraîchissant. Sandrine Patrick Mahé, Culture whisky, Chêne Si le whisky est un art de vivre, il est aussi une culture. Des légendes celtes aux speakeasies new-yorkais de la prohibition, des Highlanders écossais aux pubs japonaises (qui a oublié Bill Murray dans Lost in translation ?), le whisky a conquis la planète. Ce livre est celui que tous les vrais amateurs attendaient : pour la première fois, un panorama illustré complet de l’histoire du whisky et des légendes qui lui sont associées. Avec, en prime, les meilleures adresses, et le top 80 des whiskies du monde en collaboration avec La Maison du whisky. Sandrine Florence CalameLevert, Jérôme Decoux, Aymeric Perroy, Les hommes de la mer, La Martinière François Kollar est un jeune photographe au début des années 30 lorsque les éditions Horizons de France lui proposent un projet d’envergure : photographier les Français, hommes et femmes, tous domaines confondus, sur leurs lieux de travail. Reportage humaniste et passionné, La France travaille regroupe plus de 1300 clichés saisissant les traces d’un quotidien désormais disparu, les rituels, les regards de ceux qui ont fait la France ouvrière. Le livre qui vient de sortir aux éditions de La Martinière rend hommage à l’œuvre (agrémentée de plusieurs inédits) par le prisme des métiers de la mer. Emouvantes images qui témoignent d’une époque charnière, où l’homme et la machine apprennent à cohabiter, dans le cadre fascinant de Saint-Malo ou du port du Havre. Sandrine Alison Candlin, Le savoir-faire de nos campagnes, Delachaux et Niestlé Si, vous aussi, vous avez parfois de brusques envies de campagne, Delachaux et Niestlé, éditeur nature éclairé, a pensé à vous. Il vous emmène sur le chemin de l’autosuffisance domestique ! Et si, dans nos villes, nous avons peu l’occasion d’installer des ruches ou d’élever des chèvres, ce manuel pourra néanmoins vous aider à cultiver des tomates sur votre balcon, à faire vos conserves pour l’hiver, à cueillir baies et plantes dans la forêt, ou encore à préserver l’énergie de votre maison. Un guide parfait pour ceux qui veulent s’initier au bien-vivre en accord avec la nature. Sandrine Mido, Jean-Philippe et Hando Youssouf, Paris Hanoi, recettes du Vietnam, Marabout Tout a commencé il y a 17 ans à Paris. Mido, Jean-Phi et Hando, trois frères d’origine vietnamienne, ouvrent ce qui deviendra très vite la cantine familiale du quartier : le Paris Hanoi. Amoureux des recettes traditionnelles de leur pays d’origine, cette fratrie qui fait « tout à trois avec trois fois rien » les partage aujourd’hui dans ce livre du même nom. Grâce à ce véritable aller-retour pour le Vietnam, remarquable par ses photos souvenirs et son graphisme orné de motifs hauts en couleurs, les nems, porc laqué, soupes et autres nouilles sautées n’auront plus aucun secret pour vous. Un livre qui régalera autant les yeux que la bouche. Murielle Karine Lou Matignon, préface de Boris Cyrulnik, Enfants et animaux, des liens en partage, La Martinière « La relation entre l’enfant et l’animal est multiple, complexe, toujours fascinante et bien souvent salvatrice ». Découverte sensorielle, complicité, confiance en soi, nos compagnons à poils et à plumes peuvent aider nos bambins à apprivoiser le monde qui les entoure, tout en douceur. S’appuyant sur de nombreuses études actuelles dans le domaine de la psychologie , Karine Lou Matignon met en lumière le rôle clé de l’animal dans le développement de l’enfant. Un très bel ouvrage aux photographies touchantes préfacé par le neuropsychiatre et éthologue français Boris Cyrulnik. Murielle Rémy Fière, Portraits mythiques de marins, Tana éditions. Ils ont pris le large, ont fait le tour du monde. Certains ont connu la gloire, tous ont connu la solitude. Certains ne sont jamais revenus, disparus mystérieusement, attaqués par des pirates, beaucoup naviguent encore d’un bout à l’autre du globe. Journaliste, rédacteur en chef adjoint de L’Equipe Magazine, Rémy Fière dresse le portrait d’hommes et de femmes de la mer qui ont decidé de mener leur vie à contre courant. Murielle Max Vandervorst, Instruments de musique en papier et carton, éditions Alternatives Sifflet de papier, violon de carton, bâton de pluie rempli de riz... lorsque création rime avec récupération, les instruments s’invitent dans votre salon ! Grattez, soufflez ! Secouez, trouez, transformez ! Max Vandervorst, fondateur de la maison de la Pataphonie à Dinant, espace de découverte et de création sonore, chercheur en « lutherie sauvage », partage avec nous ses dernières inventions et trouvailles parues dans la très chouette collection Tout beau tout bio ! des éditions Alternatives. Murielle Armand Arnal, Brut de Camargue, Actes Sud Parce que vous non plus, vous n’aviez pas envie de rentrer de vacances, invitez donc la Camargue à s’asseoir à votre table ! Armand Arnal, ancien élève de Ducasse, s’éloigne des dogmes des écoles de cuisine pour nous offrir bien plus qu’un livre de recettes : c’est un voyage profondément humain, assaisonné de rencontres, portraits et souvenirs. Un livre qui sent bon le sud de la France. Murielle
sur livrel.filigranes.be | www.facebook.com/filigranes | @twitfiligranes

10

filiber 10 | la feuille de contact de la librairie Filigranes | 39-40 avenue des Arts, 1040 Bruxelles | Tél.: +32 2 511 90 15 | www.filigranes.be |

La librairie Filigranes aime le septième art et n’hésite pas à soutenir de nombreux films via le programme de financement Tax Shelter. Nous sommes intervenus ces dernières années sur de nombreux films, notamment Le Silence de Lorna des frères Dardenne, Quartier lointain de Sam Garbarski, Le Concert de Radu Mihaileanu, Les Barons de Nabil Ben Yadir, etc. Le prochain en date est Populaire, un petit bijou signé Regis Roinsard. Marc Filipson, patron des librairies Filigranes explique son choix : « Dès que j’ai vu les premières bandes démo, j’ai été conquis par l’univers, les tons pastels des années 50-60, l’ambiance que le film véhicule. Je dois aussi avouer que j’avais été totalement bluffé par la performance de Romain Duris dans l’Arnacoeur. » En voici le résumé : Printemps 1958. Rose Pamphyle, 21 ans, vit avec son père, veuf bourru qui tient le bazar d’un petit village normand. Elle doit épouser le fils du garagiste et est promise au destin d’une femme au foyer docile et appliquée. Mais Rose ne veut pas de cette vie. Elle part pour Lisieux où Louis Echard, 36 ans, patron charismatique d’un cabinet d’assurance, cherche une secrétaire. L’entretien d’embauche est un fiasco. Mais Rose a un don : elle tape à la machine à écrire à une vitesse vertigineuse. La jeune femme réveille malgré elle le sportif ambitieux qui sommeille en Louis… Si elle veut le poste, elle devra participer à des concours de vitesse dactylographique. Qu’importent les sacrifices qu’elle devra faire pour arriver au sommet, il s’improvise entraîneur et décrète qu’il fera d’elle la fille la plus rapide du pays, voire du monde ! Et l’amour du sport ne fait pas forcément bon ménage avec l’amour tout court…

Populaire, de Régis Roinsard avec Romain Duris, Déborah François, Bérénice Bejo. Sortie en salle le 28 novembre.

“IL ÉTAIT UNE FOIS”
1900 ---> 2600 m2
Filigranes fait le pari Agrandissement de la librairie qui du numérique en s’étendra du 39 au 42 de l’avenue créant une application des Arts pour atteindre une surface pour iPhone (une totale de 2600 m2. Marc Filipson rachète première dans le La littérature occupera un espace « La Providence », monde de la librairie d’environ 900 m2. située rue de francophone). Le Dans l’espace Vie pratique sont l’Industrie. Dans cet nouveau comptoir prévus un espace généreux pour espace minuscule numérique propose ateliers divers ainsi que des éviers 2 (25 m ), il communique des liseuses. Des et des fours qui permettront aux à ses clients Un incendie ravage livres numériques chefs de cuisiner sur place. sa passion des Filigranes qui rouvre, sont vendus sur le Au 42, Filigranes livres et peaufine quelques mois plus site livrel.filigranes.be comprendra ses techniques tard, modernisée. La ainsi qu’au magasin. désormais une librairie commerciales. Il lance gestion informatique Filigranes est internationale, avec la formule inhabituelle des stocks, mise en aussi très actif sur des livres en anglais, à l’époque du place à ce moment-là, Facebook, sa page en italien, en espagnol « satisfait ou sera l’une des clés du compte aujourd’hui Ouverture de et l’introduction de remboursé ». succès. Filigranes Megève plus de 15.000 fans. livres en néerlandais.

Marc Filipson a 13 ans quand il récupère le job d’étudiant d’un de ses frères aînés dans une petite librairie à Laeken. Il commence alors à lire des romans, principalement Barjavel.

Au cours de ses études supérieures, il reprend un job d’étudiant dans une petite librairie, « La Providence ».

1972 1974

1977

1983 1982
Son diplôme d’instituteur en poche, il enseigne pendant quelques mois. Mais, insatisfait par son salaire, il quitte l’enseignement lorsqu’une opportunité se présente.

1992 1988
Exproprié, il déménage dans un local de 180 m2, avenue des Arts. La librairie, rebaptisée Filigranes est ouverte 7 jours sur 7, ce qui est alors un pari risqué dans un quartier de bureaux.

2009 2000
La formule fonctionne si bien que la librairie grandit. Avec plus de 1.700 m², Filigranes est la plus grande de Belgique et la plus grande de plain-pied au monde, Marc Filipson en a fait un des lieux incontournables de Bruxelles, où l’on peut flâner dans les rayons, lire en buvant un café ou écouter les auteurs lors des présentations et séances de dédicaces.

2011 2010
La librairie fait des petits. Ouverture du Petit Filigranes, Parvis Saint-Pierre à Uccle, et du Filigranes Corner, avenue Lepoutre à Ixelles.

2013

2012
Rachat de la librairie Corman à Knokke. Elle s’appellera dorénavant « Corman by Filigranes ».

Débauché par un des clients de la librairie, il coupe des rouleaux de tissus pour les marchés, ce qui lui permet de bien gagner sa vie.

Plus de 30 écrivans néerlandophones et francophones se sont retrouvés le 4 août 2012 pour dédicacer leurs ouvrages à quelques mètres de la plage; la première Digue des Auteurs remporte un franc succès. Rendez-vous pris pour 2013 ! Ouverture le 8.10.12 Avenue Lepoutre 2, 1050 Bruxelles Presse | Tabac | Lotto

filiber 10 | la feuille de contact de la librairie Filigranes | 39-40 avenue des Arts, 1040 Bruxelles | Tél.: +32 2 511 90 15 | www.filigranes.be |

sur livrel.filigranes.be |

www.facebook.com/filigranes |

@twitfiligranes

11

La sélection des libraires Filigranes
Livres Hebdo, la « bible » des libraires les a comptés : il y aurait dans la livraison automnale de cette rentrée littéraire 2012, 646 romans dont 220 romans étrangers et 69 premiers romans. Nos libraires ne les ont pas tous lus ; ils ont pris le parti de se laisser tenter parfois par un auteur incontournable ou encore par un premier roman alléchant. Nous vous livrons dans les pages qui suivent tous les romans qui sont, aux dires des libraires qui les ont commentés, tout à fait incontournables. Et pour ceux qui veulent obtenir la réponse à la question « et s’il ne fallait en choisir qu’un seul », nous avons « forcé » chaque libraire à identifier dans sa sélection LE roman de la rentrée. Ceux-ci sont indiqués par le symbole . Roulements de tambours, voici donc la sélection des libraires Filigranes de la rentrée littéraire automne 2012. Olivier Adam, Les lisières, Flammarion Vassilis Alexakis, L’enfant grec, Stock Hervé Bel, Les choix secrets, JC Lattès Marc Biancarelli, Murtoriu, Actes Sud François Bon, Autobiographie des objets, Seuil Claro, Tous les diamants du ciel, Actes Sud Philippe Claudel, Parfums, Stock Philppe Cohen-Grillet, Haut et court, Le dilletante Teju Cole, Open City, Denoël Maurice G. Dantec, Satellite Sisters, Ring Julia Deck, Viviane Elisabeth Fauville, Minuit Jonathan Dee, La fabrique des illusions, Plon Philippe Delerm, Je vais passer pour un vieux con et autres petites phrases qui en disent long, Seuil Agnès Desarthe, Une partie de chasse, Olivier Gary Dexter, Le souilleur de femmes d’Oxford : et autres cas mystérieux du Dr Henry St Liver, Le Dilettante Joël Dicker, La vérité sur l’affaire Harry Quebert, Fallois Zoran Drvenkar, Toi, Sonatine Hal Duncan, Le livre de toutes les heures : Vélum (vol 1) et Encre (vol 2), Folio SF Jean Echenoz, 14, Minuit Jennifer Egan, Qu’avons-nous fait de nos rêves ?, Stock Stanley Elkin, La seconde vie de Preminger, Cambourakis Mathias Enard, Rue des voleurs, Actes Sud Louise Erdrich, Le jeu des ombres, Albin Michel Jérôme Ferrari, Le Sermon sur la chute de Rome, Actes Sud Carole Fives, Que nos vies aient l’air d’un film parfait, Le Passage Gillian Flynn, Les apparences, Sonatine Nick Flynn, Contes à rebours, Gallimard David Foster Wallace, Le roi pâle, Au Diable Vauvert Lisa Gardner, Les morsures du passé, Albin Michel Laurent Gaudé, Pour seul cortège, Actes Sud Yannick Grannec, La déesse des petites victoires, Editions Anne Carrière Jean-Michel Guenassia, La vie rêvée d’Ernesto G., Albin Michel Cécile Guilbert, Réanimation, Grasset Ursula Hegi, Brûlures d’enfance, Galaade 12 Gaétane Pascal Isabelle H. Philippe Jennifer Gaétan Gaëtane Alice Aurélie Xavier Isabelle Aurélie Alice Gaëtane Aurore Gaétan Pascal Marc Xavier Hélène Isabelle Xavier Pascal Marianne, Isabelle, Aurélie, Alice Gaétan Isabelle H. Aurore Hélène, Aurélie Olivier Olivier Gaétan, Pascal, Philippe Alice Marianne Isabelle Aurore , Xavier , Isabelle , Marc , Alice, , Marianne Claudie Hunzinger, La survivance, Grasset Philippe

Serge Joncour, L ’amour sans le faire, Flammarion Isabelle H. Jean Yves Jouannais, L ’usage des ruines, Verticales Aurore William Landay, Défendre Jabob, Michel Lafon Mathieu Larnaudie, Acharnement, Actes Sud Erik Larson, Dans le jardin de la bête, Le cherche Midi Amin Maalouf, Les désorientés, Grasset Rebecca Makkai, Chapardeuse, Gallimard Frédérique Martin, Le vase ou meurt cette verveine, Belfond Jean Mattern, Simon Weber, Sabine Wespieser Tom Mc Carthy, C, Olivier Hubert Mingarelli, Un repas en hiver, Stock Tierno Monenembo, Le terroriste noir, Seuil Yassaman Montazami, Le meilleur des jours, Sabine Wespieser Toni Morrisson, Home, Christian Bourgois Wajdi Mouawad, Anima, Actes Sud Valentin Musso, Le murmure de l’ogre, Seuil Amélie Nothomb, Barbe bleue, Albin Michel Michaël Ondaatje, La table des autres, Olivier Julie Otsuka, Certaines n’avaient jamais vu la mer, Phébus Chuck Palahniuk, Snuff, Sonatine Maria Pourchet, Avancer, Gallimard Richard Powers, Gains, Cherche Midi Ron Rash, Le monde à l’endroit, Seuil Nathalie Rheims, Laisser les cendres s’envoler, Léo Scheer Patrick Roegiers, le bonheur des Belges, Grasset Salman Rushdie, Joseph Anton – une autobiographie, Plon Régis de Sá Moreira, La vie, Au Diable Vauvert Colombe Schneck, La réparation, Grasset Joy Sorman, Comme une bête, Gallimard Darin Strauss, La moitié d’une vie, Rivages Hector Tobar, Printemps barbare, Belfond Caroline Vié, Brioche, Lattès Carolyn D. Wall, Moi, Clea Sine, Calmann-Lévy Marc Gaétan Marc Philippe Pascal , Aurélie,

Marianne, Olivier, Alice Pascal Jennifer Xavier Aurore Gaétan Jennifer Hélène, Aurélie Marianne Marc Marc Hélène Olivier, Hélène, Aurélie Gaétan Aurélie Aurélie Isabelle, Alice Philippe Marianne, Gaëtane Marc Jennifer Philippe Aurore Marianne Aurélie Olivier Marianne , Aurélie

Samuel Doux, Dieu n’est même pas mort, Julliard Olivier

Les libraires Filigranes qui ont participé au dossier « Rentrée Littéraire Automne 2012 » :

Avenue des Arts : Aurore, Gaëtan, Hélène, Jennifer, Marianne, Pascal Filigranes Corner : Alice, Aurélie, Isabelle Corman by Filigranes : Gaëtane, Isabelle H., Philippe Le Petit Filigranes : Claude, Olivier, Xavier et … Marc

filiber 10 | la feuille de contact de la librairie Filigranes | 39-40 avenue des Arts, 1040 Bruxelles | Tél.: +32 2 511 90 15 | www.filigranes.be |

sur livrel.filigranes.be |

www.facebook.com/filigranes |

@twitfiligranes

La sélection de la section Littérature
Patrick Roegiers, Le Bonheur des Belges, Grasset On connaît Le Chagrin des Belges du regretté Hugo Claus ; on découvre avec jubilation Le Bonheur des Belges par Patrick Roegiers, belge d’origine, immigré à Paris. Il nous raconte, sans souci de chronologie, les tribulations d’un garçon de 11 ans qui se promène dans notre histoire, nos amours, nos légendes. Ils sont tous là et ça tourne comme sur un carrousel enchanté. Depuis la bataille des Éperons d’Or jusqu’au Tour cycliste des Flandres, depuis les quatre fils Aymon jusqu’à Bart de Wever en passant par la Malibran. A picorer comme des pralines de chocolat, belge, évidemment. Marianne Jean-Michel Guenassia, La vie rêvée Ernesto G., Albin Michel Ce roman est le second volet du Club des incorrigibles optimistes mais peut être lu indépendamment. Joseph Kaplan est tchèque, il a fait ses études de médecine à Paris dans les années 20. Il décide de ne pas rentrer à Prague et est envoyé en Algérie combattre une épidémie de typhus. Après la guerre, il s’installe à Prague avec sa femme et sa fille. On assiste à la dégradation progressive de la vie quotidienne derrière le rideau de fer. C’est une peinture bien documentée et un personnage idéaliste qu’on aime d’emblée. Marianne Wajdi Mouawad, Anima, Actes sud Personnellement, j’ai vraiment eu un coup de foudre pour ce livre. Le héros, comme l’auteur d’ailleurs, est d’origine libanaise mais vit au Canada. Sa femme est sauvagement violée et assassinée. L’assassin est rapidement identifié ; c’est un indien Mohawk mais la police canadienne ne peut pas intervenir dans la Réserve pour l’arrêter. Le héros va partir pour la Réserve pour croiser son regard, pour être sûr de ne pas être lui-même l’assassin de sa femme. Ce qui est exceptionnel dans ce livre, c’est que les narrateurs successifs sont des animaux. Le chat de la maison, le poisson rouge, le pigeon, puis d’autres bêtes moins quotidiennes. C’est un livre sur la sauvagerie mais la sauvagerie se trouve chez les humains plus que chez les animaux. Un conteur exceptionnel. Marianne Olivier Adam, Les lisières, Flammarion Ne le dites à personne, mais il y déjà longtemps que je suis amoureuse d’Olivier Adam. Je pense d’ailleurs qu’il n’y a que les lecteurs qui le connaissent déjà bien qui peuvent apprécier son dernier livre. Le personnage est un écrivain mal dans sa peau, qui vient d’être largué par sa femme, qui doit aller s’occuper de son père vieillissant dans sa banlieue d’origine. Il fait un constat désabusé et amer sur la société actuelle. Un état des lieux intime, social et culturel pour constater l’impossibilité de trouver sa place dans ce monde-là. Marianne Rebecca Makkai, Chapardeuse, Gallimard Je pense que je me suis un peu identifiée à l’héroïne de ce livre car c’est, avant tout, un livre sur la puissance des livres qu’on lit enfant. Lucy est bibliothécaire dans une petite ville du Middle West américain. Elle découvre un matin un garçon de 8 ans réfugié dans ses locaux, fuyant la pression de sa famille bien-pensante et homophobe. Commence pour eux une balade épique et originale dans l’Amérique d’aujourd’hui. Magique. Marianne Carolyn D. Wall, Moi, Clea Sine, CalmannLévy C’est sans doute aussi un livre sur la puissance des mots qui permettent d’échapper à son quotidien. On est dans le sud des Etats-Unis, dans un petit village installé au pied d’une ferme-prison. Clea Shine est la fille d’une prostituée blanche que sa mère a abandonnée à une voisine noire. Intelligente, elle va prendre en pleine face la réalité du racisme, de la misère et de l’abandon mais aussi la solidarité et la tendresse. Un très beau roman américain à dévorer avec émotion ! Marianne Louise Erdrich, Le jeu des ombres, Albin Michel Louise Erdrich est l’auteure du magnifique Chorale des Maîtres Bouchers. Ici, elle nous parle avant tout d’un couple comme les autres dans les apparences. Elle, tient son journal depuis toujours. Elle découvre par hasard que son mari le lit en cachette. Elle va donc commencer un second journal et se servir du premier pour manipuler à sa guise son mari. Petit à petit, on découvre les secrets et les faiblesses de ce couple... Troublant. Marianne Darin Strauss, La Moitié d’une vie, Rivages Ce livre n’est pas un roman, c’est l’histoire vraie de Darin Strauss qui, à l’âge de 18 ans a renversé accidentellement une jeune fille et l’a tuée. Il nous raconte avec une grande lucidité comment cet événement a bouleversé sa vie et l’a amené à vivre autrement avec la responsabilité de cette autre existence. Depuis la lecture de ce livre, je ne prends plus le volant de la même façon ! Marianne Joël Dicker, La vérité sur l’affaire Harry Quebert, Editions de Fallois Roman sans conteste le plus en écho avec la rentrée littéraire grâce aux personnages qui jouent admirablement bien le jeu du mensonge et de l’imposture. Mais aussi grâce aux mots et ce qu’on peut en faire, et Joël Dicker en fait un pavé passionnant qui se dévore avec allégresse et plaisirs que l’on soit grand lecteur ou non... Pascal Mathias Enard, Rue des voleurs, Actes sud Rue des voleurs est une réflexion de mots à mettre dans toutes les mains ! Car loin de vous voler du temps, ce roman vous offre l’essence de notre époque, les sens interdits ou non de notre existence. Un livre miroir à réflexion infinie sous sur fond de printemps arabe qui est tout simplement le nôtre... Pascal
@twitfiligranes

filiber 10 | la feuille de contact de la librairie Filigranes | 39-40 avenue des Arts, 1040 Bruxelles | Tél.: +32 2 511 90 15 | www.filigranes.be |

sur livrel.filigranes.be |

www.facebook.com/filigranes |

13

La sélection de la section Littérature
Laurent Gaudé, Pour seul cortège, Actes sud Quand Laurent Gaudé fait écho à Alexandre le Grand, c’est Gaudé le Grand qui nous ensorcelle à travers son escorte de mots, pour nous accompagner de Babylone au Gange, afin que l’Histoire flotte lentement dans l’éternité... Pascal Amin Maalouf, Les désorientés, Grasset Roman sur les fondations de la vie, les fissures du temps, avec au départ une terrasse peuplée d’amis au temps de l’université et à l’arrivée les égarements de chacun qui en font des désorientés... Comme si notre destin était d’être trahi par nos croyances, nos amis, notre corps ! Si parfois la mémoire des mots se perd, celle des émotions demeure et Amin Maalouf demeure un grand écrivain universel. Pascal Vassilis Alexakis, L’enfant grec, Stock Dans son nouveau roman, Vassilis Alexakis nous fixe rendez-vous dans le jardin du Luxembourg en compagnie d’un homme provisoirement handicapé, dont les béquilles semblent être les héros de la littérature... Qui est cet homme ? L’écrivain luimême ? L’enfant grec qu’il fut ? L’homme qu’il aurait dû être ou pu être ? L’homme représente-t-il la Grèce d’hier ou d’aujourd’hui ? A lui de savoir et à vous de découvrir en flânant en sa compagnie ! Pascal Frédérique Martin, Le vase ou meurt cette verveine, Belfond Drame familial orchestré de façon originale ! Découvrez les négatifs d’une photo de famille sans prétention mais qui mérite néanmoins votre attention... Pascal Jean Echenoz, 14, Minuit Oh n’ayons l’air pincé de ceux qui savent combien la guerre est une affaire sérieuse et qu’il faut en parler avec considération, surtout la Grande, Madame, c’était une boucherie, surtout la Der Monsieur avec ces rats, avec ces gaz. Mais alors celui-là, Echenoz, qui nous la livre avec son air badin, comme une promenade de quelques quinze jours, un mauvais moment à passer, cet écrivain, il y va un peu fort, avec ces cinq copains pas même des héros qui partent bien sûrs de vite revenir. Or non, il soulève chaque image que nous portons en nous de cette terrifiante agonie de 14-18, habité par le présent d’hommes simples qui ne savent rien de ce que nous savons de cette atrocité. Un livre simple, lumineux, si court qu’on se lève un peu sidéré d’avoir traversé et senti tout ça dans si peu de pages et que finalement la vie continue. Parce que la vie continue. Hélène Nick Flynn, Contes à rebours, Gallimard Percuté par les révélations des actes perpétrés par l’armée américaine à Abou Ghraib, scandalisé de recevoir le même prix littéraire qu’un livre justifiant la torture, bouleversé par sa prochaine paternité, Nick Flynn conte les fragments de sa vie chaotique à la lumière d’une Amérique malade. Il tisse les liens de ses obsessions, de ses peurs et de ses joies dans un récit personnel très émouvant. Hélène Michaël Ondaatje, La table des autres, L’Olivier Il n’est pas de huis clos plus ouvert, fourmillant et romanesque que l’Oronsay, le paquebot sur lequel le jeune Michaël, héros et double de l’auteur, rejoint l’Angleterre après avoir quitté le Sri Lanka. Une traversée de vingt et un jours et autant de promesses d’aventures cachées derrière chaque passager, chaque porte close et chaque bribe de parole entendue. Une curiosité teintée de magie et de tendresse pointée dans le regard d’un enfant, une mélancolie d’un temps passé mais qui fait encore le présent. Hélène Julie Otsuka, Certaines n’avaient jamais vu la mer, Phébus En 1919, des dizaines de japonaises mariées par procuration s’embarquent pour l’Amérique rejoindre un époux inconnu. Souvent jeunes, assez ignorantes, elles l’imaginent et le parent de toutes les qualités aidées en cela par des photographies et des lettres trafiquées. Elles ont tout quitté pour lui, espérant une vie meilleure. Celui qui les attend est bien différent, leur vie future aussi, décevante et dure. Pour retrouver chacune, Julie Otsuka leur offre un « nous » choral déployant chaque voix, témoignant de la vie de chacune de ces héroïnes oubliées. Un Nous de Majestés. Hélène Toni Morrison, Home, Bourgois Les années 50 nous ont livré une Amérique en plein essor mais Tony Morisson nous chante un tout autre air en nous plongeant dans la tête de Frank Money, noir, pauvre, rescapé de la guerre de Corée et fuyant l’hôpital où on l’a interné. Elle nous propulse dans sa marche déterminée et un peu folle, à la recherche de sa sœur Cee, avec pour seul passeport sa médaille de vétéran et comme bagages ses cauchemars envahissants. Accueilli et rejeté tour à tour, la vie accrochée au ventre, Frank peint le paysage d’une Amérique blanche encore profondément opposée aux Noirs. Ce roman aussi court que fulgurant est l’occasion pour Toni Morrison de retrouver son envoûtante musique littéraire et de chanter toutes les violences, celle du racisme, de la famille, de la guerre et de la pauvreté. Hélène Hubert Mingarelli, Un repas en hiver, Stock Dans une garnison en Pologne durant la seconde guerre mondiale, des soldats partent en forêt pour rechercher des Juifs en fuite. Pris par le froid, ces trois hommes et leur prisonnier trouvent refuge dans une masure pour un repas improvisé. Confrontés à l’hostilité du maître des lieux, les soldats et le fuyard voient se nouer entre eux une certaine solidarité, qui prend bien vite la forme d’un cas de conscience... Aurore

14

filiber 10 | la feuille de contact de la librairie Filigranes | 39-40 avenue des Arts, 1040 Bruxelles | Tél.: +32 2 511 90 15 | www.filigranes.be |

sur livrel.filigranes.be |

www.facebook.com/filigranes |

@twitfiligranes

La sélection de la section Littérature
Joy Sorman, Comme une bête, Gallimard Ce livre est la révélation de la rentrée. Pim, un jeune homme un peu paumé, décide de devenir boucher parce qu’il aime bien la viande. La pratique de cet art se mue progressivement en passion dévorante. Outre cette histoire originale, Joy Sorman nous décrit avec une grâce et une sensualité sans égale une réalité - la viande - souvent perçue comme nauséabonde. A une époque où manger de la chair animale crée la polémique, voici un hommage stupéfiant à un artisanat déconsidéré. Aurore Gillian Flynn, Les apparences, Sonatine Gillian Flynn est clairement un prodige. Si vous avez déjà lu Les lieux sombres (son précédent, totalement excellent), je ne vous apprends rien. Avec cette dernière bombe, elle confirme son talent. Je ne peux rien vous dire, comme toujours avec les thrillers, si ce n’est que vous allez être surpris, déstabilisé, manipulé, et en fin de compte ravi d’avoir lu cette pépite de la rentrée. Aurore Jean-Yves Jouannais, L’usage des ruines, Verticales Dans ce roman-essai remarquable, signé Vila-Matas, Jean Yves Jouannais nous raconte les ruines à travers les obsessions d’une panoplie de personnages. De Stig Dagerman à Speer, de Yang Shang au Duc de Rohan, nous découvrons la cohérence intime que ces hommes ont décelée dans des décombres. Inspiré par une langue somptueuse, ce livre à la fois poétique et factuel nous invite à réfléchir à notre propre rapport aux vestiges, à la destruction mais aussi à la mémoire puisque toute trace est le reliquat d’une chose passée mais aussi le substrat d’un évènement à venir. Aurore Ursula Hegi, Brûlures d’enfance, Galaade Pour les amateurs du Ruban blanc, le film primé de Haneke, voici le roman idéal. Servie par une écriture d’une grande pureté, l’intrigue ne cesse de poser la question de la légitimité morale, et de la frontière entre les notions de Bien et de Mal en période de guerre. Une jeune institutrice tente d’instruire ses élèves au mieux sans plier à la propagande nazie. Mais à mesure que la guerre se précise, sa détermination se voit mise à rude épreuve... Aurore Agnès Desarthe, Une partie de chasse, L’Olivier Assurément l’un des meilleurs romans de la rentrée. Un jeune couple tente par tous les moyens de « s’intégrer socialement » dans la localité qu’ils viennent d’adopter. Une partie de chasse servira d’adoubement au narrateur. Mais, très vite, la situation dégénère et, dans une atmosphère apocalyptique digne de Melancholia, un petit lapin va prendre la parole pour nous décrire le bouleversement d’un monde... Aurore Julia Deck, Viviane Elisabeth Fauville, Minuit Viviane Elisabeth Fauville est une femme bien élevée au bord de la crise de nerfs. Son mari vient de la quitter, son psychanalyste est un incompétent et à vrai dire, tous ses repères sont en train de se déliter... Viviane Elisabeth Fauville va devoir reprendre sa vie en main. Par tous les moyens. Au risque de se perdre. Aurore Régis de Sá Moreira, La vie, Au Diable Vauvert Ouvrez ce livre et lancezvous à la poursuite d’une balle magique bondissant et passant de main en main. Régis de Sá Moreira nous emmène dans le tourbillon de la vie en nous faisant rencontrer 1001 personnages nous racontant chacun un

bout de son histoire. Un rythme effréné, une plume fluide, une imagination débordante... Un livre à dévorer au petit-déjeuner pour vitaminer votre journée et apprendre à relativiser avec beaucoup d’humour. Jennifer

François Bon, Autobiographie des objets, Seuil De madeleine en madeleine, «FB» nous promène dans ses souvenirs. Il n’hésite pas à sauter d’un moment à une idée faisant elle-même appel à d’autres souvenirs. Tout en n’oubliant jamais de nous rappeler l’Histoire dans laquelle s’ancre ces tranches de vie. Laissez-vous prendre au jeu ! Choisissez un chapitre au hasard et glissez-vous dans cette écriture à la fois tendre et emplie de savoirs et d’idées à partager. Jennifer Jean Mattern, Simon Weber, Sabine Wespieser Simon Weber a 19 ans. Il commence à étudier la médecine. Il est élevé par un père seul qui consacre toute son énergie à la réussite de son fils. Mais Simon Weber apprend qu’une tumeur s’est installée dans sa boîte crânienne et décide de partir en Israël une fois sa chimiothérapie terminée. Au-delà de l’histoire particulière, Jean Mattern – à travers ce roman – nous invite à une réflexion sur la transmission et sur les traces que nous choisirons ou non de laisser ; à une réflexion sur l’histoire particulière que chacun de nous porte en soi. Jennifer

Achetez vos livres électroniques sur livrel.filigranes.be

filiber 10 | la feuille de contact de la librairie Filigranes | 39-40 avenue des Arts, 1040 Bruxelles | Tél.: +32 2 511 90 15 | www.filigranes.be |

sur livrel.filigranes.be |

www.facebook.com/filigranes |

@twitfiligranes

15

La sélection de la section Littérature
Yassaman Montazami, Le meilleur des jours, Sabine Wespieser Pièce par pièce, Yassaman Montazami nous dresse le portrait de son père – tel un puzzle. D’une écriture juste elle évoque l’admiration qu’elle porte à Behrouz – le meilleur des jours Laurent Gaudé, Pour seul cortège, Actes Sud Alexandre, le Grand, est mort. Clamsé, raide. Vous me direz que ça arrive à pas mal de monde et qu’on ne va pas en faire un plat. Seulement voilà, quand il a prévu de conquérir le monde, le Macédonien – qui supporte peu la contrariété – ne s’en laisse pas conter, et ne voit aucune raison pour s’arrêter en cours de route. S’il faut pour cela enquiquiner son prochain depuis le royaume des morts, qu’à cela ne tienne. Il le fera. Gaétan Claro, Tous les diamants du ciel, Actes Sud Un roman qui colle un fameux tournis. Et ce n’est pas - du moins pas uniquement - parce qu’il nous décrit en long, en large, en travers, en 3D, couleurs et Dolby surround les effets que produit l’ingestion volontaire ou non de substances illicites que la morale réprouve. Et y’a même un espion de la CIA dedans. Gaétan Tierno Monénembo, Le Terroriste noir, Seuil Addi Bâ, Guinéen importé, comme les colonisés du Congo et d’ailleurs, sous l’appellation de Fusilier sénégalais pour défendre « sa » patrie contre l’envahisseur nazi, se retrouve après la débâcle en plein milieu des Vosges. Légèrement paumé, cela va sans dire. Un parmi ces milliers de soldats qui, abandonnés à leur sort à une fameuse flopée de bornes de leurs chez eux, fondèrent les premiers maquis, rencontrèrent l’incompréhension des populations locales en risquant l’exécution à vue, tant il n’était pas toujours rose d’être noir à l’époque.... Gaétan Chuck Palahniuk, Snuff, Sonatine Pour une actrice porno, il n’est pas trente-six manières de quitter la scène en beauté, et ne pas tomber dans l’oubli le plus ingrat : il faut battre un record. Entrer dans le Guinness Book. Notre future retraitée d’héroïne ne va donc pas faire les choses à moitié, et se faire passer dessus par six cents (un six suivi de deux zéros) acteurs pros, occasionnels, débutants ou amateurs qu’importe. Sans pause-café, en une seule prise de vue. Olé. Gaétan Gary Dexter, Le souilleur de femmes d’Oxford : et autres cas mystérieux du Dr Henry St Liver, Le Dilettante Dignes alter ego de Sherlock Holmes et du Dr. Watson, Henry St Liver et Olive Salter résolvent les énigmes les plus inextricables. A cette alléchante particularité près que leurs enquêtes concernent toutes des cas de déviances sexuelles. Ou à la rigueur, scatologiques. Dans l’univers guindé et codifié du Londres de la fin du XIXe siècle, c’est encore meilleur. Indeed. Gaétan Jérôme Ferrari, Le Sermon sur la chute de Rome, Actes Sud Le soleil brille, les oiseaux chantent, les copains chantent aussi (mal), les amoureux forniquent, l’argent et l’alcool coulent à flots, bref : tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. A telle enseigne qu’on friserait l’indigestion produite par l’usage excessif de bonheur béat. Heureusement, ça va très mal se terminer. Gaétan

en persan. Homme fantasque dont elle attendait avec impatience les farces qu’il réservait à chacun de ses invités. Homme d’idées, vouant presque un culte à Karl Marx à qui il consacre cette thèse révolutionnaire qui jamais n’aboutira. Au-delà du regard porté à son père, c’est un véritable petit univers qu’elle nous invite à rencontrer. Quittant l’Iran au moment de la révolution, ils s’installent tous les trois – Behrouz, son épouse et sa fille – dans un appartement parisien. Appartement dans lequel transitent ceux qui ont fui le pays. Appartement dans lequel se rencontrent les amis de son père. Appartement depuis lequel elle nous fait part de son regard d’enfant sur la politique et sur la révolution... Jennifer

Mathieu Larnaudie, Acharnement, Actes Sud La retraite, c’est le pied. Ça permet de faire ce qu’on a fait au boulot toute sa vie, mais sans chef pour vous coller au train et en sifflant de la Chartreuse à volonté. Bref, tout irait pour le mieux si la populace des alentours n’avait soudainement décidé de s’envoyer en l’air (au sens propre) depuis le viaduc qui longe votre jardin. Surtout quand ils trouvent intéressant de se passer d’un accessoire essentiel dans la pratique du saut à l’élastique, à savoir l’élastique, justement. Gaétan

Soirées Caritatives 2012

Voici l’agenda des soirées caritatives 2012. Pour rappel, ces ouvertures nocturnes vous permettent d’effectuer vos achats de cadeaux de fin d’année dans une ambiance décontractée tout en aidant une association. Le principe est immuable : 20% de la recette et 100% du produit du bar sont entièrement reversés à l’oeuvre du jour. • JEUDI 22 NOVEMBRE : Fondation Saint Luc • LUNDI 26 NOVEMBRE : Smiles • JEUDI 29 NOVEMBRE : Nos Pilifs • LUNDI 3 DÉCEMBRE : Mama BW • MERCREDI 5 DÉCEMBRE : Julie & Françoise Drion Plus d’informations sur http://www.filigranes.be/fr/caritatives-2012

16

filiber 10 | la feuille de contact de la librairie Filigranes | 39-40 avenue des Arts, 1040 Bruxelles | Tél.: +32 2 511 90 15 | www.filigranes.be |

sur livrel.filigranes.be |

www.facebook.com/filigranes |

@twitfiligranes

Le billet de Marc
Mes Polars préférés Les habitués du magazine Filiber le savent, les romans policiers figurent parmi mes genres littéraires préférés. Voici une sélection des polars qui m’ont captivé cet été : Erik Larson est un des maîtres incontestés dans l’art du récit documentaire. Entièrement basés sur des faits historiques, ses livres sont le fruit de nombreuses années de recherches. Dans le jardin de la bête [1], son premier roman paru en français (publié récemment au Livre de Poche), raconte l’effroyable histoire du tueur en série américain Holmes sur fond d’exposition universelle à Boston. Avec Le diable dans la ville blanche [2], Larson nous plonge dans l’Allemagne des années 30 à travers l’œil de l’universitaire débonnaire William E. Dodd fraîchement nommé ambassadeur à Berlin par Roosevelt. On suit, par le biais du diplomate et de sa famille, l’inéluctable ascension du régime nazi heure après heure, semaine après semaine… La centaine de pages de notes en fin d’ouvrage témoigne du minutieux travail de recherche entrepris par l’auteur. Un thriller politique génial, à ne surtout pas manquer ! Défendre Jacob [3] de William Landay est un psychothriller au suspense à la limite du tolérable. Une histoire extraordinairement bien ficelée qui nous mène à nous poser une question cruciale : jusqu’où serions-nous prêts à aller si on s’entendait dire, preuves accablantes à l’appui, que son fils de 14 ans a commis un meurtre ? Très bien fait, très dérangeant. Parution le 11 octobre 2012. Le Murmure de l’ogre [4] de Valentin Musso (frère de Guillaume) est un roman effrayant et captivant campé dans les années 20. On suit les brigades mobiles sur les traces d’un assassin sanguinaire, l’Ogre, qui excelle dans les mises en scène macabres et dont les crimes sont inspirés de rituels de l’Antiquité… Très, très bien fait ! L’an dernier, j’avais beaucoup aimé Sorry [5] (paru récemment en Poche) du germano-croate Zoran Drvenkar. L’histoire de cette start-up qui se charge de demander pardon pour les autres et qui est instrumentalisée par un tueur machiavélique m’avait galvanisé. Drvenkar remet le couvert avec Toi [6] qui nous glace dès les premières pages : nous sommes au cœur d’une tempête sur une autoroute enneigée, des kilomètres de voitures sont à l’arrêt, bloquées. Certains conducteurs laissent leurs moteurs allumés, d’autres se réchauffent avec les moyens du bord. Pas de secours à l’horizon. Vers une heure du matin, un homme quitte son véhicule et, méthodiquement, assassine à mains nues 28 personnes… Récit épouvantable, excellemment bien fait qui tient en haleine. Parution le 8 novembre. Tous avec Rushdie On se souvient tous qu’en 1989 l’ayatollah Khomeyni avait lancé une fatwa contre Salman Rushdie. En marge de la parution de Joseph Anton – une autobiographie [7] du même auteur, une fondation religieuse iranienne fixe à plus de 3 millions de dollars la prime pour toute personne qui le tuera. Je voudrais réitérer mon support inconditionnel à Salman Rushdie. Je ferai, avec mes maigres moyens, tout ce qui est en mon pouvoir pour l’aider, pour promouvoir ses écrits, pour qu’il puisse venir à Bruxelles donner une conférence, faire de Richard Anton un best-seller. Je n’aurai de cesse de crier qu’il faut le soutenir, l’aider, l’aider ! Le Nothomb 2012 est un bon cru L’histoire de Barbe bleue [8] revisitée par l’auteure de Stupeurs et tremblements se lit en une bonne heure. Version pétillante truffée de joutes verbales du conte de Perrault, dans laquelle on retrouve l’addiction de l’auteure au champagne. Evénements littéraires « planétaires » Ce n’est pas un coup de cœur mais je souhaite malgré tout parler d’un événement mondial dans le monde du livre. Il s’agit de 50 nuances de Grey [9] du Britannique E. L. James. Cette trilogie érotique retrace la relation entre l’homme d’affaires Christian Grey et une jeune diplômée, Anastasia Steele. Les ouvrages se sont déjà vendus à plus de 40 millions d’exemplaires dans le monde et on attend le premier volume en français le 17 octobre. Il semblerait que ce genre ne soit plus tabou et que les lecteurs et lectrices n’aient plus aucun complexe à lire des romans érotiques dans les parcs, le métro, le bus, etc. Pour rappel, le rayon spécialisé (le bien nommé 169) existe chez Filigranes depuis plus de 20 ans et nous le défendons à merveille. On y trouve les romans de Céline Foued, Pauline Réage et autres auteurs écrivant sous pseudonyme. Après une attente de cinq ans et de nombreuses rumeurs, le premier roman pour adultes de la créatrice de Harry Potter est enfin disponible. Une place à prendre [10] de J. K. Rowling, paru quelques heures avant de mettre sous presse ce numéro de Filiber, est quelque peu déconcertant. On y découvre une Angleterre désenchantée, des personnages noirs et corrompus. Le seul protagoniste pur de l’histoire de ce petit village anglais parfait en apparence est emporté par une rupture d’anévrisme dès les premières pages du roman… Promis, nous vous livrerons une critique plus fournie dans la prochaine édition de Filiber. Le plus grand des coups de cœur de Pascal En plus de huit ans de carrière à la section littérature chez Filigranes avenue des Arts, je n’ai jamais vu Pascal aussi enthousiaste (le mot est faible) pour un roman. Je voudrais donc donner un coup de projecteur particulier à La vérité sur l’affaire Harry Quebert [11] de Joël Dicker. Un très beau récit qui pousse à réfléchir sur l’imposture, l’Amérique d’aujourd’hui, les médias, la littérature… Je viens de le terminer et j’ai adoré ! DVD Hasta la vista J’ai adoré le film belge Hasta la vista [12] qui est paru récemment en DVD. C’est l’histoire de 3 amis : un aveugle, un paraplégique et le troisième qui souffre d’une maladie grave du système immunitaire. Ils aiment le vin et les femmes mais sont encore vierges. Ils prétextent une route des vins en Espagne et, malgré l’interdiction de leurs parents, décident de partir pour pouvoir vivre leur première expérience sexuelle dans un établissement spécialisé. Ce film qui n’est jamais voyeur ou vulgaire est exceptionnel. Il aborde avec beaucoup de naturel et sans lésiner sur l’humour, la question de la sexualité des handicapés. Les acteurs et les seconds rôles, dont certains sont populaires en Flandre, sont bluffants. Entre larmes et rires, un très beau moment de cinéma belge !

[1] Erik Larson, Dans le jardin de la bête, Le cherche Midi

[2] Erik Larson, Le diable dans la ville blanche, Livre de Poche

[3] William Landay, Défendre Jacob, Michel Lafon

[4] Valentin Musso, Le murmure de l’ogre, Seuil

[5] Zoran Drvenkar, Sorry, Livre de Poche

[6] Zoran Drvenkar, Toi, Sonatine

[7] Salman Rushdie, Joseph Anton – une autobiographie, Plon

[8] Amélie Nothomb, Barbe bleue, Albin Michel

[9] E. L. James, 50 nuances de Grey, JC Lattés

[10] J.K. Rowling, Une place à prendre, Grasset

[11] Joël Dicker, La vérité sur l’affaire Harry Quebert, Ed. de Fallois
sur livrel.filigranes.be | www.facebook.com/filigranes | @twitfiligranes

[12] G. Enthoven, Hasta la vista

filiber 10 | la feuille de contact de la librairie Filigranes | 39-40 avenue des Arts, 1040 Bruxelles | Tél.: +32 2 511 90 15 | www.filigranes.be |

17

LES COUPS DE COEUR DE XAVIER Tom McCarthy, C, Éditions de l’Olivier Mais qu’est-ce que C ? C’est avant tout un roman sur la communication. Une histoire chargée de symboles où le lecteur capte les signes, les congruences et établit les connexions qui tissent la toile de ce récit hors norme. L’auteur britannique nous offre un livre à la fois complexe et éblouissant. Xavier David Foster Wallace, Le roi pâle, Au Diable Vauvert Roman ambitieux, terriblement intelligent et servi avec une ironie désopilante. D.F. Wallace y dresse le portrait des employés de l’IRS claustrés dans un ennui mortel. Multipliant les points de vue, jouant avec la narration, il arrive autant à nous faire rire qu’à nous émouvoir de l’infinie tristesse de ces vies. Un auteur incontournable qui modifie notre vision du monde. Absolument brillant. Xavier Hal Duncan, Le livre de toutes les heures : Vélum (vol 1) et Encre (vol 2), Folio SF Résumer ce diptyque relève de l’impossible. Œuvre totale à la construction labyrinthique. Livres monstres qui avalent le lecteur dans les méandres de récits multiples au sein d’univers multiples. Deux romans expérimentaux dont les brefs chapitres dessinent, au long de la lecture, une fresque aux proportions bibliques. Rien que ça ! Bluffant, culte, d’une ambition folle, à la croisée de James Joyce, Moorcock et Borges. Tout simplement génial. Xavier

Maurice G. Dantec, Satellite Sisters, Ring édition Attention ! Dantec revient et ce n’est pas pour nous ménager les neurones. Dans cet ouvrage qui vous retournera le cerveau comme une chaussette, l’auteur convoque les personnages de ses précédents romans et nous embarque dans une guerre au sein d’un Las Vegas Orbital contre l’ONU 2.0. Vision prophétique de l’humanité quantique à l’ADN transmutable, Dantec nous ouvre les portes de son imaginaire dans lequel l’avenir prend la teinte d’un crépuscule bleu acier. Xavier Stanley Elkin, La seconde vie de Preminger, Cambourakis Suite au décès de son père, Marshall Preminger hérite d’un appartement au sein d’un complexe immobilier et décide d’y vivre. Là, ce looser magnifique découvre une communauté régie par des codes aussi rigoureux que farfelus. Dans ce court roman, Elkin nous taille de son style mi-caustique mi-burlesque une fable sociale hautement satyrique. Irrésistible. Xavier LES COUPS DE COEUR D’ OLIVIER Julie Otsuka, Certaines n’avaient jamais vu la mer, Phébus Un livre magnifique, superbe, à l’écriture qui pourrait s’apparenter à un chef d’œuvre. Toutes ces voix n’en forment qu’une : LA femme, dans son universalité ! Splendide ! Olivier

Caroline Vié, Brioche, Lattès Drôle, rock’n’roll et beau à la fois... Cette histoire de passion unilatérale résonne longtemps et se dévore avec appétit ! Un très très bon premier roman ! Coup de cœur de la rentrée ! Olivier

Samuel Doux, Dieu n’est même pas mort, Julliard A la mort de sa grandmère, le héros rappelle son histoire et convoque celle de sa famille : de la Pologne à Paris, de la Grande Guerre aux déportations... Mélancolique, tendre, beau. Olivier Rebecca Makkai, Chapardeuse, Gallimard J’ai été enchanté à la lecture de ce livre, « road book » qui fait la part belle à la littérature , à la tolérance , à la recherche de soi... Un voyage que l’on n’oublie pas ! Olivier

LE COUP DE COEUR DVD DE LUC Joachim Trier, Oslo, 31 Août, Cinéart 31 août, derniers jours de l’été et fin de la cure de désintoxication d’Anders, dandy et loser magnifique. « Ça ne prévient pas quand ça arrive, ça vient de loin » chante Barbara. La lutte d’un beau gosse riche et cultivé pour vaincre ses pulsions et redémarrer une vie nouvelle. Dans la ville d’Oslo superbement filmée, Trier nous propose un blues sublimissime sur une génération angoissée... Film d’une beauté foudroyante ! Un acteur inoubliable portant angoisse et fragilité avec élégance... Une réussite absolue pour assurément LE film 2012. Luc

LE PETIT FILIGRANES Parvis Saint-Pierre, 10. 1180 Bruxelles. Tel.: +32 2 343 69 01 Du lundi au vendredi : de 07h30 à 19h00. Samedi, dimanche et jours fériés : de 08h30 à 19h00. info@lepetitfiligranes.be | www.facebook.com/lepetitfiligranes

Lisa Gardner, Les morsures du passé, Albin Michel Les thrillers de Lisa Gardner sont avant tout de grands et bons romans ! Une fois de plus, elle nous emmène avec elle dans une histoire complexe que l’on ne lâche plus ! Brillant ! Olivier

18

filiber 10 | la feuille de contact de la librairie Filigranes | 39-40 avenue des Arts, 1040 Bruxelles | Tél.: +32 2 511 90 15 | www.filigranes.be |

sur livrel.filigranes.be |

www.facebook.com/filigranes |

@twitfiligranes

LES COUPS DE COEUR DE CLAUDE George Lois, Sacrés bons conseils, Phaidon Conseil n°1: ACHETEZ-LE ! Claude

Sergeef/Rouge, Juarez, Glénat Mexique, Ciudad Juarez. Les femmes disparaissent, plus nombreuses chaque année... Un homme mystérieux débarque pour retrouver sa sœur. On se retrouve transporté dans une aventure sombre et froide, palpitante... Un dessin élégant pour un récit génial ! Claude

Dauvillier et Chapron, L’attentat, Glénat Adaptation en BD du roman de Yasmina Khadra... et c’est une réussite totale. Le dessin et les couleurs pastel soulignent une histoire forte et riche en émotions ! Claude

Philippe Aymond, Highlands, Dargaud Premier volume d’un diptyque, cette épopée se déroule en 1743 et mêle art, rivalités, guerre, dans une Ecosse tourmentée. Les dessins ravissent, on est conquis ! Claude

filiber 10 | la feuille de contact de la librairie Filigranes | 39-40 avenue des Arts, 1040 Bruxelles | Tél.: +32 2 511 90 15 | www.filigranes.be |

sur livrel.filigranes.be |

www.facebook.com/filigranes |

@twitfiligranes

19

Laurent Gaudé, Pour seul cortège, Actes Sud Amateurs d’histoire, d’écriture forte et colorée, de romans épiques, à vos lunettes. Laurent Gaudé, lui, a pris sa plume pour décrire la fin imagée et grandiose d’Alexandre le Grand, mais surtout la somptueuse guerre de succession qui se prépare. Au milieu de tout cela, une femme de sang royal, que le destin appelle vers celui qui a vaincu son père. Et un compagnon fidèle qui va consciemment donner sa vie pour accomplir sa dernière mission. On aurait presque tendance à oublier le côté sanguinaire d’Alexandre le Grand face aux appétits de pouvoir que sa maladie d’abord, sa mort ensuite et sa dépouille enfin vont provoquer. Je ne suis pas suffisamment historien que pour définir la limite entre la réalité et la légende, mais quel souffle, quelle passion ! Gaudé nous avait habitué à de grands romans narratifs, il ne nous déçoit pas. Allergiques à l’histoire s’abstenir. Philippe Amin Maalouf, Les désorientés, Grasset Joli jeu de mots dans ce titre. C’est bien de dés-Orientés qu’il s’agit. De ces gens qui comme lui, ont fui l’Orient et vivent en Occident. De leur perte de repères, de leur difficulté à renouer le contact avec les gens de « là-bas ». N’oublions pas que Maalouf est libanais chrétien et qu’il a quitté le Liban il y a bien longtemps pour fuir les événements. Fuir ou rester, c’est la question fondamentale du livre. Celui qui fuit se préserve, celui qui reste permet à celui qui fuit de revenir. Mais au prix de quelles compromissions ? C’est un très grand Maalouf que nous retrouvons dans ce livre plein, où l’histoire et les sentiments se partagent la vedette. Maalouf nous parle d’amour, d’amitié, de religion, de culture, d’exil, de nostalgie… et de l’histoire de son pays. Ce Maalouf-là, il faut l’avoir lu, c’est évident. Mon très gros coup de cœur de la rentrée pour des vrais lecteurs. Philippe

Claudie Hunzinger, La survivance, Grasset Allez, une confidence. J’ai personnellement connu l’auteure au début des années 70, lorsqu’elle élevait des chèvres dans les Vosges. Mai 68 était passé par là. 40 années passent. Devenus libraires passionnés et acculés à la faillite, le couple est obligé de retourner vivre dans cet environnement très dur, à 1000 mètres d’altitude, sans eau ni électricité, dans une ruine ouverte aux vents avec juste un stock de beaux livres, une chienne, une ânesse comme au temps de leur jeunesse. Avec un seul but : survivre. Et c’est bien de survivance qu’il s’agit. Il y a 40 ans, j’ai choisi de ne pas suivre cette voie. Pour terminer libraire - mais pas en faillite - tout de même et me diriger, l’âge venu, vers une organisation semi autarcique. D’un côté le rejet de la société de consommation, de l’autre son utilisation. Qui a eu raison ? Il faudrait que je fasse la démarche de revoir Claudie et d’en parler. Philippe Marc Biancarelli, Murtoriu, Actes Sud Un livre corse, sur la Corse et par un écrivain corse. C’est assez rare pour s’y intéresser. C’est le roman d’une Corse qui disparaît, d’une île qui n’en finit pas de mourir, détruite autant par l’égoïsme d’une population que par la dépendance à la France et à ses politiques. On y croise des bandits - corses - des bergers analphabètes mais poètes, un libraire atypique et raté, des hommes d’honneur même quand il est mal placé, une nature exceptionnelle. Un très beau texte lucide et fort sur les dérives et les contradictions d’un tout petit pays. Ce n’est pas pour rien que le titre, resté en corse, Murtoriu nous fait penser immanquablement au Morituri te salutant des gladiateurs romains. Philippe

Nathalie Rheims, Laisser les cendres s’envoler, Léo Scheer Ne pas laisser transparaître les sentiments, cela pourrait nuire à la puissance de la famille. La narratrice – Nathalie Rheims ? – est née dans une famille puissante et très riche. Respectable dirait-on, qu’elle le soit ou pas. Sa mère casse le carcan familial étouffant et part avec un artiste fou en abandonnant sa fille qui reste enfermée, elle dans ce carcan. Le livre raconte cette rupture, cette prison sans barreaux, qui la mène tout droit à l’anorexie, au combat pour en sortir. Seule la mort physique de sa mère va lui permettre, enfin, de s’exprimer sur ces circonstances, avec mesure souvent, avec pudeur, mais aussi avec une violence contenue. C’est le roman d’une rencontre mère fille qui n’aura jamais lieu. Ce n’est pas neuf, mais c’est bien écrit, et magistral sur le plan de l’incommunication. Philippe Colombe Schneck, La réparation, Grasset. Il n’y a pas de témoignage mineur sur la Shoa. Chaque pierre construit l’histoire de l’inadmissible, de l’inhumain, de l’incompréhensible, de l’horreur de l’âme humaine. Colombe Schneck ne fait pas exception avec ce récit témoignage de l’extermination des juifs en Lituanie et du comportement, encore aujourd’hui, des proches de ces événements. Silence or not silence, that’s the question. Philippe

CORMAN BY FILIGRANES Zeedijk 777. 8300 Knokke-Le-Zoute Tél. : +32 (0)50 60 18 28. De 10h00 à 18h30 du mercredi au lundi et tous les jours pendant les vacances scolaires. info@cormanbyfiligranes.be | www.facebook.com/FiligranesKnokke

Patrick Roegiers, Le bonheur des Belges, Grasset Patrick Roegiers est en plein dans son sujet. L’homme que l’on nomme le plus français des Belges et le plus belge des Français, nous fait voyager avec facilité dans l’histoire et la mentalité belges. Le style y est. Truculent, enlevé, vivant, plein de dialogues fictifs de personnages historiques. C’est plus un roman épique que sociologique et historique. Tous les grands personnages y passent, de Tintin à Jacques Brel, de Hugo Claus à Verlaine, de Dutroux à … Victor Hugo. L’imagination est présente à toutes les pages. Oserais-je dire que c’est un roman surréaliste ? Vous m’avez compris, c’est du belge. Et puis, on l’aime vraiment bien Patrick. Gaëtane

20

filiber 10 | la feuille de contact de la librairie Filigranes | 39-40 avenue des Arts, 1040 Bruxelles | Tél.: +32 2 511 90 15 | www.filigranes.be |

sur livrel.filigranes.be |

www.facebook.com/filigranes |

@twitfiligranes

Olivier Adam, Les lisières, Flammarion. Avec Olivier Adam, ne vous attendez pas à du joyeux, du bon vivant, et du rire à toutes les pages. Ceci étant acquis, c’est une écriture brillante, aisée et magistrale. Souvenez-vous Des vents contraires ou du Cœur régulier. Le personnage central est écrivain et c’est bien de lui dont il parle. Et de son désarroi face à sa famille – « il vient de se séparer, ne s’y fait pas, ses enfants lui manquent cruellement –, face à ses parents – son père ouvrier va voter pour Marine et son frère pour Sarko », sa mère commence Alzheimer – face à ses amis d’enfance qu’il ne comprend plus, face à la découverte subite d’un frère jumeau qu’il n’a pas connu. Ce désarroi est bien celui d’Olivier Adam face à une France en décalage complet avec ses convictions. C’est une longue consultation chez son psy dans l’espoir de se débarrasser de ses interrogations. C’est sombre sans la touche d’humour qui aurait fait passer la pilule. Mais c’est terriblement proche de la réalité. Gaëtane Les petites phrases des deux Philippe : Philippe Delerm et Philippe Claudel nous font le cadeau de deux livres de petits récits personnels et juxtaposés, qui, au-delà de leur contenu, sont des petits bijoux d’intelligence, de sensibilité et d’écriture. Philippe Delerm, Je vais passer pour un vieux con et autres petites phrases qui en disent long, Seuil Vous n’avez aucun nouveau message. La maison n’accepte plus les chèques. Attention l’assiette est très chaude. Philippe Delerm passe en revue des phrases banales et très utilisées, et traque derrière la banalité, un lourd passé, une sombre ironie, un vécu douloureux, un rire sardonique… Que cachent ces mots cent fois redits ? Gaëtane

Philippe Claudel, Parfums, Stock Environ 70 textes courts de 1 ou 2 pages, chacun se rapportant à un parfum, une odeur qui fait voyager le nordiste Claudel dans son passé. De l’ail à la charogne, de la torréfaction à la vieillesse, du sexe féminin à la prison, de l’enfant qui dort aux pissotières… Il y en a pour tous les goûts ! C’est remarquable de vocabulaire, de construction. Merci à notre prof de français. Gaëtane Cécile Guilbert, Réanimation, Grasset Au départ du livre, un couple. Un couple bizarre, bohème, la cinquantaine heureuse et insouciante. Jusqu’au jour où Blaise est victime d’une infection rare qui va nécessiter sa mise en coma artificiel pour une durée longue. Ce livre est la narration, la découverte pour nous, des sentiments qui animent l’entourage direct d’un personne tombée dans le coma. C’est une visite étonnante aussi de ce service hospitalier tant redouté mais admiré que l’on nomme « LA REA ». C’est aussi une lettre d’amour d’une personne consciente à une inconsciente au sens plein du terme. Blaise va-t-il s’en sortir et leur vie bohème recommencer ? Isabelle Serge Joncour, L ’amour sans le faire, Flammarion Quel beau titre ! Un titre qui symbolise bien le livre, car c’est surtout de tendresse, de mots d’amour cachés, de pudeur dont il s’agit. On ne refait pas sa vie, c’est juste l’ancienne sur laquelle on insiste. Franck, après 10 ans de séparation avec ses

parents, revient à la ferme familiale où tout a changé. Il y découvre Louise et un petit Alexandre, femme et fils de son frère mort dans un curieux accident de chasse quelques années plus tôt. La France profonde, rurale est au rendez-vous, avec ses querelles de voisinage, ses soupçons, une nature à couper le souffle, sa petitesse d’esprit. Franck et Louise sont des êtres profondément blessés par la vie et qui se rapprochent naturellement, avec très peu de mots, autour de ce petit Alexandre drôle, dynamique et qui symbolise l’avenir pour toute cette famille. L’écriture est puissante, virile tant la sensibilité est cachée derrière une fausse dureté. Isabelle Hervé Bel, Les choix secrets. JC Lattès Fille d’un officier au Liban et en Indochine, elle rêvait d’un grand mariage, d’une vie de luxe et surtout de sentir sur elle le regard jaloux des autres femmes. Une erreur de jeunesse et elle épouse un petit instituteur sans envergure, mais gentil et raisonnable. « Un brave garçon » dira son père. De vie de luxe point, de princesse point et de regard jaloux des autres femmes encore moins, malgré tous ses efforts pour paraître. Le couple est vieux, très vieux. Lui est malade, très malade, mais il faut tout faire pour tenir, ne rien changer, rester à deux autour de la table familiale devant le feu qui n’est alimenté que petitement, sauf quand il y a de la visite, pour faire comme si. C’est drôle tellement c’est méchant, c’est rigolo tellement c’est caricatural. Mais cela met le doigt où cela fait mal, très mal. C’est un roman destructeur. Un grand portrait de la vieillesse où chaque jour qui passe rapproche de la mort et où il faut tenir, tenir, et tenter de faire bonne figure. Isabelle

DIGUE DES AUTEURS - 2013

Suite au succès remporté cet été, nous vous proposons de refaire la fête et de rencontrer vos auteurs préférés sur la digue de Knokke en 2013. Marquez vos agendas pour deux événements exceptionnels : • La Digue des Auteurs Internationale : samedi 11 mai 2013 • La Digue des Auteurs Belges : samedi 3 août 2013

filiber 10 | la feuille de contact de la librairie Filigranes | 39-40 avenue des Arts, 1040 Bruxelles | Tél.: +32 2 511 90 15 | www.filigranes.be |

sur livrel.filigranes.be |

www.facebook.com/filigranes |

@twitfiligranes

21

La littérature questionne, bouscule, impressionne. Nous aimons être dérangés, projetés dans des questionnements qui nous sont parfois proches, parfois moins, inconnus ou quotidiens. La littérature, sous forme de fiction, de mémoire, de récit, permet d’interroger notre société, notre rapport à nous-mêmes et aux autres. Cette rentrée littéraire est foisonnante et recèle une belle sélection de romans de qualité. Un certain nombre d’entre eux embrasse pleinement la dimension sociale de la littérature qui nous plaît tant. Ils interrogent nos zones d’ombre, nos hontes et nos oublis. Ils dénoncent les injustices, soulignent les dysfonctionnements. Ils donnent une voix à ceux que l’on oublie, ceux que l’on ne connaît pas, ceux dont on ne veut pas perdre la trace. Ils nous permettent de réfléchir intimement et collectivement sur des sujets importants tels que l’exclusion sociale, la précarité, le racisme, l’immigration, la folie, la violence, la maladie, l’intimité, notre rapport à l’autre et à nous-mêmes, l’amour etc. La littérature a du pouvoir, parce que les histoires s’infiltrent en vous, vous habitent, vous rendent curieux. Vous en rêvez la nuit, partagez les livres, racontez à votre tour les histoires lues et les émotions ressenties. Nous ne vous raconterons pas les histoires des livres suivants. Nous vous dirons juste que le temps d’une lecture, ils sont devenus importants dans nos vies de lecteurs et de citoyens et qu’à notre tour nous voudrions les partager... Aurélie

Amin Maalouf, Les désorientés, Grasset

Tierno Monenembo, Le terroriste noir, Seuil

Teju Cole, Open City, Denoël

Julie Otsuka, Certaines n’avaient jamais vu la mer, Phebus

Nick Flynn, Contes à rebours, Gallimard

Richard Powers, Gains, Cherche Midi

Toni Morrisson, Home, Christian Bourgois éditeur

Hector Tobar, Printemps barbare, Belfond

Philppe Cohen-Grillet, Haut et court, Le dilletante Cohen-Grillet choisit l’humour noir et un ton subtilement décalé pour dresser le portrait d’une famille française à la dérive, dont les quatre membres se sont pendus haut et court dans la salle à manger, sans même prendre le temps de dîner d’abord. On est face à une chronique sociale grinçante, devant le récit vif et tranchant d’un fait divers tragique mais sadiquement savoureux... Alice

Jonathan Dee, La fabrique des illusions, Plon «Je vais vous dire quelque chose sur moi, commença Osbourne. Ce que je fais n’est pas de la publicité. La publicité consiste à promouvoir un produit. Ou bien elle consiste à jouer sur l’envie. Elle joue sur la sexualité, la libido, la satisfaction immédiate. La publicité, c’est la Bête. Eh bien, si je suis venu ce soir, ma première apparition publique depuis à peu près sept ans, c’est parce que j’ai une nouvelle à vous annoncer. La Bête est morte, je l’ai tuée. » Jonathan Dee nous propose un roman dense et très habile dont on ne décroche pas. C’est assez surprenant à quel point une histoire qui n’a rien de réellement extraordinaire peut transporter le lecteur. Moi, ça m’a surprise. Et j’ai adoré ça ! Alice

FILIGRANES CORNER Avenue Lepoutre, 21, 1050 Bruxelles, Tel.: +32 2 343 01 70 mardi au samedi : de 10h00 à 21h00. Dimanche, lundi et jours fériés : de 10h00 à 19h00. info@filigranes-corner.be | www.facebook.com/filigranescorner

Jennifer Egan, Qu’avons-nous fait de nos rêves ? Stock Une panoplie de personnages saisis à différentes étapes de leur vie. Tous gravitent plus ou moins autour de l’industrie du disque. Parfaitement orchestré, ce roman nous parle du contraste entre les rêves que l’on avait fait et ce que l’on en a fait. Pas de nostalgie ici mais au contraire un roman optimiste, lucide où se déploie une réflexion sur le temps et le destin de l’individu. Grand coup de cœur de cette rentrée littéraire ! Isabelle Jean Echenoz, 14, éditions de Minuit La guerre de 1914-1918 vue au travers de cinq hommes et d’une femme. Une maîtrise absolue de la narration, ce livre court mais d’une grande ampleur nous passionne et c’est là tout le génie d’Echenoz, deux lignes peuvent faire tout basculer. Des scènes extraordinaires parfois presque insupportables nous renvoient aux horreurs du champ de bataille. Une véritable claque de talent littéraire ! Isabelle

22

filiber 10 | la feuille de contact de la librairie Filigranes | 39-40 avenue des Arts, 1040 Bruxelles | Tél.: +32 2 511 90 15 | www.filigranes.be |

sur livrel.filigranes.be |

www.facebook.com/filigranes |

@twitfiligranes

Ron Rash, Le monde à l’endroit, Seuil Roman noir à l’écriture impressionnante. Des personnages bouleversants qui évoluent dans la nature sauvage des Appalaches. Une histoire sur la transmission et l’héritage de l’histoire. Ron Rash joue sur le contraste entre le passé et le présent perpétuellement aux prises avec ses parts d’ombres, ses errances, ses failles, mais aussi ses forces et points d’appui. Isabelle et Alice Louise Erdrich, Le jeu des ombres, Albin Michel Quand Irène découvre que son mari lit son journal intime, elle décide de se venger de lui : elle commence un second journal, bien caché cette fois, dans lequel elle se livre sans fard et laisse à son mari la lecture du récit manipulé du premier journal. Voilà un roman qui vous laissera probablement sans voix. Louise Erdrich nous peint un fabuleux mais glaçant huis clos amoureux et familial, hypnotique et haletant. D’une écriture puissante et sans concession. Si vous ne connaissez pas encore cette auteure, ne tardez plus. Isabelle, Aurélie et Alice PREMIERS ROMANS Maria Pourchet, Avancer, Gallimard Un roman drôle, pétillant, joyeux et inventif. Victoria, sociologue en devenir, peu pressée de cotiser et convaincue que le Destin s’occupera d’elle, se tient le plus souvent sur son balcon. Vivent avec elle Marc-Ange et ses enfants, le Petit et la sœur du Petit. Vivent sur le trottoir d’en face les Dupont, jeune et vieux. Chacun est à sa place, jusqu’au jour où... N’hésitez pas, découvrez-le! Aurélie et Isabelle

Julia Deck, Viviane Elisabeth Fauville, Les éditions de Minuit Il y a des livres qui se dévorent en une lecture. Ce court roman est de ceux-là. Simple en apparence, bien construit, bien écrit, il se laisse relire pour en apprécier les subtilités. Et puisque la quatrième de couverture est particulièrement attractive, nous vous laissons la lire : « Vous êtes Viviane Elisabeth Fauville. Vous avez quarante-deux ans, une enfant, un mari, mais il vient de vous quitter. Et puis hier, vous avez tué votre psychanalyste. Vous auriez sans doute mieux fait de vous abstenir. Heureusement, je suis là pour reprendre la situation en main. » Aurélie et Isabelle Yannick Grannec, La déesse des petites victoires, Editions Anne Carrière Théorème d’incomplétude, hypothèse du continu, théorie des fonctions récursives, ça vous parle ? A moi non plus ! Et qu’importe car l’œuvre du brillant mathématicien Kurt Gödel n’est qu’un personnage secondaire de ce premier roman passionnant. De Vienne à Princeton, c’est de sa vie et surtout de celle de sa désormais veuve Adèle qu’il est question ici. Une très belle découverte que ce livre remarquable qui vaut vraiment la peine (non, le plaisir ! ) d’être lu. Alice Carole Fives, Que nos vies aient l’air d’un film parfait, Le Passage, Premier roman de Carole Fives qui trouve d’emblée le ton juste. Un petit frère, une grande sœur, victimes collatérales du divorce de leurs parents dont l’auteur alterne les points de vue en courts chapitres à l’écriture chaque fois différente. Juste et poignant. Isabelle

Les poches font leur rentrée :

Claire Keegan, Les trois lumières, 10/18

James Frey, Le testament de Ben Zion Avrohom, J’ai lu

Michela Murgia, Accabadora, Points

Jonathan Franzen, Freedom, Points

Simon Liberati, Jane Mansfield 1967, J’ai lu

Ferdinand von Schirach, Crimes, Folio

Jonathan Dee, Les privilèges, 10/18

Ernest Hemingway, Paris est une fête, Folio

Erik Larsson, Le diable dans la ville blanche, Livre de poche

Lydie Salvayre, Hymne, Points

filiber 10 | la feuille de contact de la librairie Filigranes | 39-40 avenue des Arts, 1040 Bruxelles | Tél.: +32 2 511 90 15 | www.filigranes.be |

sur livrel.filigranes.be |

www.facebook.com/filigranes |

@twitfiligranes

23

SPORT
GRATUIT
JUSQU’AU 1ER NOVEMBRE

BUSINESS CLUB
HEALTHCITY ARTS-LOI

HEALTHCITY ARTS-LOI AVENUE DES ARTS 47-49 1000 BRUXELLES WWW.HEALTHCITY.BE 02 551 08 30