You are on page 1of 15

Dossier de presse

CAMPAGNE JEUNES 2ème édition du 8 au 12 octobre 2012 dans toute la France

CONTACTS PRESSE: Sandrine Bonamy-Leiba – 01 49 33 19 00 – 06 86 17 48 76 – sbonamy@adie.org Christelle Touré - 01 49 33 19 66 – Port : 06 07 47 35 67- ctoure@adie.org Alice Dekker – 06 16 58 21 60 – alice.dekker@wanadoo.fr www.adie.org

Campagne Jeunes 2012 - dossier de presse

1

S ommaire
Page 3 : Communiqué de presse Page 5 : Les jeunes et la création dʼentreprise en France Page 6 ; Les jeunes micro-entrepreneurs et lʼAdie Page 8 : Le fonds de prêts d'honneur pour les jeunes micro-entrepreneurs Page 10 : Du 8 au 12 octobre, une campagne d'information dédiée aux jeunes porteurs de projet Page 11 : Les partenaires de la campagne d'information Page 13 : Témoignages de jeunes micro-entrepreneurs soutenus par l'Adie

Campagne Jeunes 2012 - dossier de presse

2

COMMUNIQUÉ de presse DDE presse E
Paris, le 2 octobre 2012

Face à la montée du chômage, lʼAdie, premier opérateur de microcrédit en France, renforce son action auprès des jeunes créateurs dʼentreprise
Cʼest dans ce contexte que l'Adie lance du 8 au 12 octobre, une grande campagne d'information destinée aux jeunes tentés par la création d'entreprise en partenariat avec Pôle Emploi et ses partenaires de terrain. Elle annonce à cette occasion le développement dʼun financement spécifique pour les jeunes grâce aux Banques Populaires.
Les jeunes sont les premières victimes de la crise. Le taux de chômage des moins de 24 ans s'élève à 22,4% et atteint 40% dans certains quartiers. Pourtant, 52 % dʼentre eux disent souhaiter créer leur entreprise, contre 25% pour l'ensemble du public, et s'ils ne passent pas à l'action, c'est le plus souvent en raison d'un manque de moyens, puisque 35% déclarent que la principale difficulté est financière. On constate que 65% se lancent sans financement et 55% avec moins de 8 000 euros. Depuis plus de vingt ans, l'Adie accompagne et finance des personnes exclues du système bancaire classique qui souhaitent créer leur entreprise et donc leur emploi. Elle a mis en place des dispositifs spécifiques pour soutenir l'esprit d'entreprise des jeunes, qui très souvent n'ont aucune sorte de revenu et ne disposent pas d'apport personnel : des financements jusqu'à 10 000 euros et un accompagnement avant et après la création. En 2011, un tiers des personnes qu'elle a financées avaient moins de 32 ans, soit près de 3 000 jeunes, dont 1 000 jeunes de moins de 25 ans. A l'occasion du lancement d'un fonds de prêts d'honneur destiné à ce public en octobre 2011, l'Adie avait mené une vaste campagne dʼinformation destinée aux jeunes porteurs de projet, dont les résultats avaient été très encourageants. Pour soutenir encore davantage de jeunes à créer leur entreprise, l'Adie renouvelle sa démarche, du 8 au 12 octobre. Cette campagne mobilisera la plupart des antennes de lʼAdie ainsi que ses partenaires nationaux et locaux impliqués auprès des jeunes, tels que les missions locales (CNML et UNML), l'Acsé, Pôle emploi, et de façon plus large, les réseaux partenaires de la création d'entreprise. Dans ce cadre, les équipes de lʼAdie seront également présentes au Salon des micro-entreprises.

Campagne Jeunes 2012 - dossier de presse

3

« Parce que la création dʼentreprise peut favoriser la réinsertion des personnes en difficulté, Pôle emploi et lʼAdie unissent leurs forces depuis 10 ans pour mettre lʼentrepreneuriat à la portée de tous. Sachant quʼun tiers des créateurs dʼentreprise sont des demandeurs dʼemploi, nous soutenons lʼaction de lʼAdie sur le terrain en informant et en permettant aux porteurs de projet dʼobtenir un minimum de financement pour démarrer. Par ce biais, lʼAdie et ses partenaires lèvent le principal frein à la création dʼentreprise en donnant aux plus démunis les moyens de se lancer » déclare Jean Bassères, Directeur général de Pôle emploi. Première union forte de partenaires publics et privés pour lutter contre le chômage des jeunes, le fonds de prêts d'honneur est quant à lui pérennisé. Catherine Barbaroux, présidente de l'Adie : « Un an après son lancement par l'Adie et dans un contexte de chômage très préoccupant pour les jeunes, je me réjouis de constater que le fonds de prêts d'honneur rencontre un grand succès et qu'il est amené à durer grâce aux Banques Populaires, qui rejoignent Pôle emploi, la Caisse des Dépôts, l'Acsé, le RSI, PROCIVIS, LaSer, la Fondation Française des Jeux et Lafarge S.A. » Didier Barsolle, Directeur général de la Fédération Nationale des Banques Populaires, ajoute : "L'engagement de l'Adie pour soutenir les jeunes créateurs d'entreprise est en phase avec les valeurs Banque Populaire et avec l'action des collaborateurs du réseau pour qui, la proximité et l'accompagnement se déclinent au quotidien. En cette phase de lancement, la souscription des Banques Populaires atteint déjà près de la moitié de lʼobjectif ambitieux porté à 1 000 000 €, pour répondre à la demande importante de ces jeunes entrepreneurs et doubler le nombre dʼentreprises financées. Libérer l'envie d'entreprendre, accorder sa confiance au moment où les jeunes en ont le plus besoin est essentiel. Soutenir les créateurs de valeur, c'est faire avancer et progresser toute l'économie des régions." Rappelons que l'objectif de ce fonds est de permettre à 1 000 jeunes chaque année, dont un tiers de jeunes des quartiers prioritaires, de bénéficier de quasi fonds-propres, en complément du microcrédit, pour financer la création ou le développement de leurs entreprises. Ces prêts sans intérêts, dʼun montant maximum de 5 000 euros, sont réservés aux jeunes de moins de 32 ans les plus en difficulté : demandeurs d'emploi non indemnisés et/ou allocataires d'un minimum social et porteurs de projets dont le besoin de financement est inférieur à 10 000 euros.

Avec le soutien de :

A propos de l'Adie:
Reconnue dʼutilité publique, l'Adie est une association qui aide les personnes exclues du marché du travail et qui nʼont pas accès au crédit bancaire classique à créer leur entreprise, et donc leur emploi, grâce au microcrédit. Pionnière du microcrédit en France et en Europe, l'Adie en est l'acteur majeur. L'Adie accompagne par ailleurs les porteurs de projet afin de les soutenir en amont et en aval du lancement de leur micro-entreprise pour en garantir la pérennité. Depuis sa création en 1989 par Maria Nowak, lʼAdie a financé plus de 110 000 microcrédits, participant ainsi à la création de plus de 80 000 entreprises, avec un taux de pérennité après deux ans de 68% et un taux d'insertion des personnes financées après deux ans de 79%. L'Adie est présidée depuis mars 2011 par Catherine Barbaroux.
CONTACTS PRESSE: Sandrine Bonamy-Leiba – 01 49 33 19 00 – 06 86 17 48 76 – sbonamy@adie.org Christelle Touré - 01 49 33 19 66 – Port : 06 07 47 35 67- ctoure@adie.org Alice Dekker – 06 16 58 21 60 – alice.dekker@wanadoo.fr www.adie.org

Campagne Jeunes 2012 - dossier de presse

4

L es jeunes et la création dʼentreprise en France
Les jeunes en chiffres :
Chômage 22,4% des jeunes sont au chômage, un chiffre qui monte à 40% dans certains quartiers sensibles. Création d'entreprise 52% des jeunes de moins de 25 ans ont envie de créer leur entreprise (sondage IFOP CCI Entreprendre, janvier 2010). 54% des jeunes des quartiers souhaitent créer leur entreprise. 70 000 jeunes de moins de 30 ans ont créé en 2008 dont 30 000 de moins de 25 ans (selon l'APCE). Accès au crédit1 65% des jeunes démarrent sans crédit bancaire. 55% démarrent avec moins de 8 000 €. 35% déclarent que la principale difficulté est financière. Difficultés rencontrés par les jeunes Les jeunes éprouvent plus de difficultés que la moyenne à la création de leur entreprise.
Difficultés rencontrées par créateurs dʼentreprises Ensemble des créateurs Jeunes créateurs de moins de 30 ans

Etre seul comme entrepreneur Embaucher du personnel qualifié Fixer le prix de vos produits et services Trouver un local commercial approprié Etablir des contacts avec la clientèle Régler les formalités administratives Obtenir un financement Obtenir l'autorisation d'un découvert bancaire Ouvrir un compte bancaire Aucune difficulté particulière Source : Insee SINE 2010

15,8 11,4 15,1 12 20,9 41,1 21,6 7,1 4,8 21,8

17,1 10,3 19,3 13,1 26,9 48,4 21,9 6,2 3,7 15,1

1

Source APCE 5

Campagne Jeunes 2012 - dossier de presse

L es jeunes micro-entrepreneurs et l'Adie
L'Adie et les jeunes micro-entrepreneurs :
L'Adie propose des services adaptés aux besoins des jeunes...
> Des financements à travers le microcrédit et des conseils adaptés pour bien démarrer • un microcrédit (jusquʼà 6000 €), qui peut désormais être complété par un prêt d'honneur "Jeunes" (jusquʼà 5 000 € à 0%) pour financer des besoins allant jusquʼà 10 000 euros, • un accompagnement et un soutien personnalisés, avant et après le démarrage de l'activité, et des réponses adaptées aux questions et aux besoins des jeunes micro-entrepreneurs. > Adie CréaJeunes, une formation complète pour construire son projet • 6 semaines d'ateliers collectifs pour maîtriser les étapes clés de la création d'entreprise: statut juridique, plan de financement, développement personnel, étude de marché, etc., • un suivi individuel pour booster son projet, • un accès au réseau de l'Adie : jeunes entrepreneurs, entreprises, partenaires, financeurs, etc.

... et obtient des résultats concrets :
En 2011, un tiers des personnes financées par l'Adie avaient moins de 32 ans, ce qui représente près de 3 000 jeunes, dont près de 1 000 ont moins de 25 ans. Le taux de pérennité global des entreprises créées par les jeunes de moins de 30 ans accompagnés par l'Adie est proche de la moyenne des créateurs accompagnés : 60,7% pour une moyenne de 63,5%. Le taux de remboursement des jeunes de moins de 32 ans est de 89,5%, ce qui se rapproche de la moyenne Adie de 90,6%.

Le profil des jeunes financés par lʼAdie :
Les jeunes porteurs de projet financés par lʼAdie ne présentent pas de profil spécifique comparé à lʼensemble du public de lʼassociation. Leur niveau de formation est similaire (cf. graphiques ci-dessous) et ils exercent sensiblement dans les mêmes secteurs dʼactivité : 51% dans le commerce (contre 43% pour lʼensemble du public de lʼAdie), 24% dans les services (contre 25%), 8% dans le bâtiment (contre 9%), 5% dans lʼhôtellerie (contre 7%), les 12% restant se répartissant entre artisanat (4%), agriculture (4%), transport (2%) et art, culture et loisirs (2%).

Campagne Jeunes 2012 - dossier de presse

6

Public Adie – moins de 32 ans

Public Adie - Tous âges confondus

La Fondation Total, un partenaire de lʼAdie dans le soutien aux jeunes créateurs dʼentreprise Depuis 2008, la Fondation Total soutient lʼAdie dans lʼaccompagnement des nouveaux créateurs dʼentreprises, que ce soit dans le développement de leur entreprise ou dans la mise en réseau avec des entrepreneurs plus expérimentés. Elle accompagne également lʼengagement solidaire des collaborateurs du Groupe qui sʼimpliquent à titre personnel et bénévole dans le conseil aux entrepreneurs de lʼAdie. Créée en 1992, la Fondation dʼentreprise Total était dédiée exclusivement à lʼenvironnement, et plus particulièrement à la biodiversité marine. Depuis 2008, son engagement sʼest élargi et la Fondation Total couvre aujourdʼhui quatre champs dʼactivité : la solidarité en France, la santé à lʼinternational, la culture et le patrimoine et lʼenvironnement et la biodiversité.

Campagne Jeunes 2012 - dossier de presse

7

L e fonds de prêts d'honneur
pour les jeunes micro-entrepreneurs
Afin de répondre à la problématique spécifique des jeunes créateurs d'entreprise en situation de précarité, l'Adie a mis en place à l'automne 2011 un fonds de prêts d'honneur dédié à ce public. En effet, très souvent, les jeunes qui sollicitent l'Adie n'ont aucune sorte de revenu et ne disposent pas d'apport personnel. Leur capacité de remboursement est limitée, l'Adie peut difficilement financer leur projet avec le seul microcrédit. L'objectif du fonds de prêts d'honneur jeunes que crée l'Adie est de permettre à 1 000 jeunes chaque année (500 la première année), dont au minimum un tiers de jeunes "des quartiers prioritaires", de bénéficier de quasi fonds-propres, en complément du microcrédit, pour financer la création ou le développement de leurs entreprises. Il devrait également permettre d'améliorer le taux de pérennité des entreprises créées par ces jeunes pour le rendre comparable à la moyenne nationale. Ces prêts sans intérêt, d'un montant maximum de 5 000 €, sont réservés aux jeunes de moins de 32 ans les plus en difficulté qui souhaitent créer ou développer leur entreprise : demandeurs d'emploi non indemnisés et/ou allocataires d'un minimum social et porteurs de projets dont le besoin de financement est inférieur à 10 000 €. Ces prêts sont octroyés par l'Adie selon ses procédures internes et accordées aux conditions suivantes : - durée du prêt : 60 mois maximum, - différé : 24 mois maximum. Le budget nécessaire à la mise en place de ce fonds de prêt d'honneur se monte à 5 M€ sur 5 ans. En 2011, plus dʼ1,5 M€ ont été apporté par lʼÉtat, la Caisse des Dépôts, le RSI et des partenaires privés. Les jeunes ayant bénéficié dʼun prêt dʼhonneur dans le cadre du fonds « Jeunes » : 740 jeunes ont pu bénéficier dʼun prêt dʼhonneur. Le montant moyen octroyé est de lʼordre de 2 200€ 69% dʼentre-eux résident en zones urbaines (précisions sur les ZUS à venir) 48% dʼentre-eux sont demandeurs dʼemploi 39% travailleurs indépendants 11% salariés 2% inactifs.

Campagne Jeunes 2012 - dossier de presse

8

Un nouveau partenaire : Banque Populaire donne un nouvel élan au fonds de prêt dʼhonneur Jeunes
Les Banques Populaires, engagées pour le développement des territoires Créées par et pour les entrepreneurs, les Banques Populaires sont avant tout un regroupement de personnes plus que de capitaux. Leur objectif est dʼaccompagner au plus près celles et ceux qui entreprennent en participant pleinement au développement économique, social et humain de leur territoire. Fortes de leur statut de banque coopérative, elles inscrivent leurs relations client dans la durée, dans le suivi et lʼaccompagnement de leurs clientèles à toutes les étapes importantes. Le réseau des Banques Populaires est ainsi le premier distributeur de Prêts à la Création dʼEntreprise (PCE). Partenaire de lʼAdie depuis 15 ans, il a contribué à lʼoctroi de plus de 20 000 microcrédits à des porteurs de projets. Les Banques Populaires, avec le Crédit Coopératif, sont aujourdʼhui le premier partenaire bancaire de lʼAdie en couvrant 29 % de ses besoins de refinancement, soit un montant total de plus de 13 millions dʼeuros (chiffres 2011). Parallèlement à cet engagement, le réseau Banque Populaire soutient la création dʼagences de proximité en parrainant sur ses territoires des espaces Adie Conseil où les créateurs dʼentreprises peuvent bénéficier de conseils gratuits et personnalisés, permettant ainsi à lʼAdie de toucher une clientèle de quartier et dʼatteindre à terme lʼautofinancement. Cʼest ainsi tout naturellement que le réseau Banque Populaire soutient lʼAdie dans son engagement auprès des jeunes entrepreneurs avec la volonté de donner un nouvel élan au Fonds de Prêts dʼHonneur. En cette phase de lancement, la souscription des Banques Populaires atteint déjà près de la moitié de lʼobjectif ambitieux porté à 1 000 000 €, pour répondre à la demande importante de ce public et doubler le nombre dʼentreprises financées. En accordant des prêts sans intérêt à de jeunes entrepreneurs de moins de 32 ans et en les dotant ainsi de quasi fonds propres en plus dʼun microcrédit, le réseau Banque Populaire est en phase avec ses valeurs et avec l'action des collaborateurs du réseau pour qui, la proximité et l'accompagnement se déclinent au quotidien. Libérer l'envie d'entreprendre, accorder sa confiance au moment où les jeunes en ont le plus besoin est essentiel. Soutenir les créateurs de valeur, c'est faire avancer et progresser toute l'économie des régions. Zoom sur 2011 : -­‐ 2559 microcrédits décaissés grâce aux Banques Populaires -­‐ Création de 5 espaces Adie Conseil et 3 agences de proximité Le réseau Banque Populaire en quelques chiffres : • 19 Banques Populaires (17 banques régionales et 2 banques nationales : la CASDEN Banque Populaire et le Crédit Coopératif) • 8 400 000 clients • 3 800 000 sociétaires • 31 442 collaborateurs • 3 336 agences en France • 300 administrateurs

Campagne Jeunes 2012 - dossier de presse

9

u 8 au 12 octobre 2012 : une campagne d'information dédiée aux jeunes porteurs de projet
L'Adie, association pionnière et principal acteur du microcrédit en France, est depuis toujours engagée dans l'entrepreneuriat des jeunes, qui représentent le tiers des personnes quʼelle finance. Afin d'aider davantage de jeunes en situation de précarité à créer leur propre emploi en créant leur entreprise, l'Adie renforce son action en leur faveur et organise pour la seconde fois, avec le soutien de partenaires publics et privés, une grande campagne dʼinformation nationale du 8 au 12 octobre. Lors de ces journées, les équipes de lʼAdie iront à la rencontre des jeunes créateurs dʼentreprise potentiels et animeront des temps dʼéchanges collectifs et participatifs autour de témoignages de jeunes entrepreneurs qui se sont déjà lancés, ainsi que des temps de rendez-vous individuels afin de permettre à chaque jeune dʼaller plus loin sur son projet. Cette campagne mobilisera l'ensemble des antennes Adie ainsi que ses partenaires nationaux et locaux impliqués auprès des jeunes, tels que Pôle emploi, les missions locales (CNML et UNML) et de façon plus large, les réseaux partenaires de la création d'entreprise. Pour en savoir plus et retrouver la centaine de points dʼinformations de la campagne : www.adieconnect.fr

D

Campagne Jeunes 2012 - dossier de presse

10

L es partenaires de la campagne dʼinformation
Pôle emploi, acteur majeur du retour à lʼemploi Les missions de Pôle emploi : • l’accueil et l’inscription des demandeurs d’emploi • le versement des allocations des demandeurs d’emploi indemnisés • l’accompagnement de chaque demandeur d’emploi dans sa recherche d’emploi jusqu’au placement • l’orientation et la formation des demandeurs d’emploi • la prospection du marché du travail en allant au-devant des entreprises • l’aide aux entreprises dans leurs recrutements • l’analyse du marché du travail En 2011 : 2,8 millions de prestations d'insertion professionnelle (ateliers, évaluation, accompagnement...) 32 millions de visites par mois sur pole-emploi.fr 597 000 visites de prospection en entreprises 3,4 millions d'offres collectées Plus de 2,7 millions de recrutements réussis Plus de 2000 forums et job dating organisés Les 49 500 collaborateurs de Pôle emploi s’investissent au quotidien pour être le trait d’union entre les demandeurs d’emploi et entreprises. Pour cela, ils sont aidés par un réseau de partenaires qui œuvrent sur les territoires au plus près des besoins : les collectivités territoriales, les acteurs de l’insertion, du développement économique, de la formation et de l’orientation professionnelle sont aux côtés de Pôle emploi pour faciliter le retour à l’emploi des demandeurs et offrir aux entreprises des réponses adaptées à leurs besoins de recrutement. Pôle emploi c’est : • Un opérateur fortement déconcentré, avec 26 directions régionales et un réseau comptant à ce jour près de 917 agences de proximité pour favoriser l’adaptation territoriale des politiques de l’emploi et résolument orienté au service des demandeurs d’emploi, employeurs et aussi collectivités territoriales. • Le premier site emploi en France : www.pole-emploi.fr • Plus de 1 million de destinataires de la newsletter « Mode d’emploi », qui donne des conseils pour l’aide au retour à l’emploi • 2 millions de visites recensées sur le site BMO : http://bmo.pole-emploi.org/ qui permet de mieux identifier les métiers porteurs • 20 Clubs RH déployés dans les régions. Au total, 900 entreprises sont membres du Club RH Pôle emploi qui réunit responsables de Pôle emploi et entreprises afin d‘échanger sur les grandes problématiques RH, les expérimentations et les innovations ainsi que l’évolution de l’offre de service entreprise de Pôle emploi.

Campagne Jeunes 2012 - dossier de presse

11

Le Conseil national des missions locales (CNML) Le réseau des missions locales est le service public de l'insertion des jeunes. Chaque année plus d'un million de jeunes de 16 à 25 ans sont accompagnés pour surmonter toutes les difficultés qui font obstacle à leur insertion sociale et professionnelle. Les services proposés au jeunes concernent tous les domaines de l'accès à la vie active : emploi, formation, orientation, mobilité, logement, santé, citoyenneté. Le Conseil national des missions locales (CNML) est l'instance de représentation et de concertation du réseau des missions locales avec ses partenaires nationaux. Il réunit des représentants des collectivités locales, des élus, présidents de missions locales et des représentants de tous les ministères concernés. Notre enjeu est de favoriser au maximum lʼemploi des jeunes peu ou pas qualifiés, en particulier ceux résidant dans les quartiers et les bénéficiaires du CIVIS. Ce programme d'accompagnement vers l'emploi durable a déjà concerné plus d'un million de jeunes depuis six ans, il est mis en œuvre par les missions locales pour le compte de l'Etat.

LʼUnion Nationale des Missions Locales (UNML) LʼUnion Nationale des Missions Locales, PAIO et organismes dʼinsertion sociale et professionnelle (UNML), présidée par Jean-Patrick Gille, Député dʼIndre et Loire, assure la double compétence de syndicat employeurs et dʼunion nationale chargée de représenter et dʼanimer le réseau de lʼinsertion des jeunes et dʼen être lʼexpression. Elle regroupe plus de 95% des Missions Locales et PAIO qui sont elles mêmes représentées par des élus assumant la fonction de président ou dʼadministrateur. Les principales missions de lʼUNML sont la représentation du réseau auprès des instances nationales, lʼaccompagnement au quotidien de ses adhérents dans leur gestion, la mutualisation et la diffusion des meilleures pratiques au sein du réseau.

Campagne Jeunes 2012 - dossier de presse

12

T émoignages de jeunes micro-entrepreneurs
soutenus par l'Adie Gionni, 26 ans, couvreur, chauffagiste et installateur sanitaires
« La formation Adie CréaJeunes, cʼest très complet. Mais ce qui mʼa le plus frappé, cʼest quʼil nʼy a pas de préjugé, ils font lʼimpossible pour nous aider à créer. » Curieusement, alors que son père était lui-même artisan dans le BTP, et quʼil lʼaidait régulièrement sur ses chantiers, Gionni nʼavait pas choisi de suivre cette voie. Il avait opté pour un DUT de génie mécanique, qui lui semblait offrir une palette de métiers plus large. Son diplôme en poche, il travaille pendant 4 ans dans un bureau dʼétudes. Mais passé ce délai, il réalise que ses perspectives dʼévolution sont limitées, et négocie son départ. « Je voulais créer, jʼai réalisé que je pouvais le faire dans le bâtiment, avec mon père. » Une année de chômage lui permet de réfléchir à son idée et dʼeffectuer plusieurs stages pour se perfectionner. Lorsquʼil parle de son projet à Pôle emploi, on lui recommande dʼintégrer la formation Adie CréaJeunes. Pour Gionni, cette étape lui a beaucoup apporté : « Les intervenants ont des parcours très intéressants, ils sont ouverts et soucieux de transmettre leur savoir. » On est en avril 2012 et Gionni se sent désormais armé pour prendre son avenir en main. Au départ il pensait ne pas avoir besoin dʼun financement. Mais en effectuant ses simulations de trésorerie, exercice appris lors de sa formation Adie CréaJeunes, il réalise quʼil doit agir avec prudence. En mai, il obtient un microcrédit de 6000 €, et crée sa SARL, dont il est gérant salarié. Il bénéficie du réseau des clients de son père, et de la prescription dʼun confrère qui fait appel à lui pour les chantiers de couverture. Son objectif : développer davantage les petites interventions chez les particuliers, quʼil trouve plus stimulantes que les gros chantiers. Il a déjà pris contact avec des marques de chauffage, pour être référencé sur leur site. Il compte bien prendre la relève de son père lorsque ce dernier se retirera. Pour Gionni, lʼAdie a été une rencontre déterminante. « Ce nʼest vraiment pas facile de savoir par où commencer quand on veut se lancer. LʼAdie mʼa mis en relation avec des personnes de confiance, jʼai ainsi trouvé un cabinet comptable et une banque. »

Campagne Jeunes 2012 - dossier de presse

13

Nori-Linh, 27 ans, créatrice de sacs, accessoires et bijoux
« Avec lʼAdie jʼai vraiment le sentiment dʼêtre accompagnée. Je sais que je peux appeler quand je veux et que jʼaurai le bon conseil. » La passion de Nori Linh, cʼest la couture, et ce depuis toujours. « De fil en aiguille », comme elle le dit elle-même, cʼest en train de devenir un métier. Après avoir arrêté lʼécole précocement, elle devient vendeuse dans le prêt à porter, puis responsable dʼune boutique. A ses moments perdus, elle dessine et coud des vêtements pour elle et pour ses amies. Jusquʼau jour où elle se retrouve au chômage, et décide de prendre un peu de recul, dʼautant quʼelle attend son 2ème enfant. « Je continuais de coudre pour mes amies, pour mes deux petites filles, et pour moi. Et mes amies mʼont encouragée à vendre mes créations. » Cette reprise dʼactivité sʼavère dʼautant plus nécessaire que son compagnon vient de subir un accident du travail qui lʼimmobilise pendant quelque temps. Pour rebondir lui aussi, il envisage de monter sa société. Parmi les documents qui lui sont remis par la Chambre de Commerce se trouve un dépliant dʼinformation Adie. Nori Linh prend contact, elle rencontre Lucie, conseillère Adie, avec laquelle le courant passe tout de suite. Ensemble, les deux femmes peaufinent son projet. Un premier microcrédit de 500 € lui est consenti, pour lʼaider à se constituer un fonds de roulement, ses ressources ne lui permettant pas de rembourser une somme plus conséquente. Un second devrait suivre dès que possible pour lʼachat dʼune nouvelle machine et dʼun logiciel de broderie. En moins de 6 mois dʼactivité, Nori Linh a déjà une clientèle fournie. Elle a rejoint un groupe de couture sur Facebook qui a fait boule de neige. Sur sa page, elle présente ses créations : sacs à main, accessoires, et depuis quelque temps bijoux fantaisie. Ces derniers sont particulièrement originaux, puisque réalisés à partir dʼune pâte polymère quʼelle modèle et cuit dans un four. Ce sont ʻʻles gourmandises de Mademoiselle Nori Linhʼʼ, qui ont un tel succès quʼelle nʼarrive pas à suivre. « Je sais que je dois encore apprendre à mʼorganiser ».

Campagne Jeunes 2012 - dossier de presse

14

Isaac, 29 ans, livraisons en vélo-cargo
« Ma conseillère mʼa accompagné, a trouvé des interlocuteurs qui pouvaient mʼaider dans mes démarches, dans la fixation de mes tarifs … » A priori rien ne prédisposait Isaac à se lancer dans une entreprise de livraison. Après des études de prothésiste dentaire, il exerce cette activité pendant 6 ans. Désireux de se mettre à son compte, il envisage alors de créer son propre laboratoire dentaire. Mais les sommes à investir sont trop élevées, il doit revoir ses ambitions. Il observe quʼau sein du laboratoire où il travaille, le besoin en livraisons est particulièrement élevé, et dʼailleurs il en effectue lui-même un certain nombre. Il a alors lʼidée de se recentrer sur cette activité, et se lance un défi : lʼexercer à vélo, et survivre aux conditions hivernales qui sévissent dans lʼest de la France. Le test est concluant, il décide de poursuivre son projet. Pour pouvoir accepter de plus gros volumes, il repère un vélo-cargo dans un magasin. Le vélocargo, cʼest une remorque fixée sur un vélo, qui permet de transporter des marchandises de façon non polluante. Mais il lui faut le financer. Il se rend au Conseil général dʼAlsace, qui le dirige vers lʼAdie. Un microcrédit de 3000 € en poche, il peut ainsi faire lʼacquisition de son nouvel outil de travail. Pour le démarrage, il compte sur un premier client, un laboratoire ami, mais dʼautres suivent rapidement, une pâtisserie, plusieurs fleuristes … Il les démarche directement en se présentant dans leurs boutiques. Aujourdʼhui il avoue gagner 2000 € par mois, et ne se prive pas de faire des projets pour lʼavenir : en réalité il voudrait engager un ou deux salariés, et progressivement se concentrer sur une clientèle de particuliers auxquels il apporterait un service de qualité. « Jʼai envie de venir en aide aux personnes qui en ont besoin, je veux faire quelque chose qui ait du sens. »

Campagne Jeunes 2012 - dossier de presse

15