You are on page 1of 3

POINT FISCAL

Le projet de loi de finances pour 2013 vient d’être voté en conseil des ministres le 28 septembre 2012. Ce projet s’inscrit dans le prolongement de la hausse des impôts destinée à réduire une partie du déficit public. Le projet a été déposé à l’Assemblée Nationale et sera débattu le 16 octobre prochain. La constitution de la Chambre des députés et du Sénat ne peut qu’entrainer sa validation.

1. Barème de l’IR
■ Création de la tranche à 45% pour les revenus supérieurs à 150 000 € par part. Sachant que la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus demeure en vigueur, les revenus des ménages compris entre 250 000 € et 500 000 € seront, de ce fait, taxés à 48%, et ceux supérieurs à 500 000 € le seront de 49 %. À ces taux s’ajoutent les prélèvements sociaux. Création de la tranche à 75% pour les revenus supérieurs à 1 000 000 € par personne. Cette imposition ne concernera que les revenus du travail et inclura les prélèvements sociaux et la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus ainsi que l’ISF.

2. Les revenus du capital
Comme il avait été annoncé depuis quelques mois déjà, les revenus du capital seront désormais soumis au barème de l’impôt sur le revenu. Cette mesure s’appliquera pour toutes les cessions réalisées à compter du 1er janvier 2012. ■ Dividendes et produits de placements à revenus fixes : le prélèvement forfaitaire libératoire disparaît. L’impôt sera payé par le biais d’un acompte du même montant. Pour les foyers dont le taux marginal d’imposition est inférieur à cet impôt, l’excédent leur sera restitué. Pour les foyers dont le taux marginal d’imposition est supérieur à ce taux, un complément devra être versé au trésor. Plus-values de valeurs mobilières et droits sociaux : la taxation forfaitaire à 19 % disparaît. En contrepartie, le montant de la plus-value bénéficie d’un abattement de : ● 5% pour les titres acquis depuis 2 ans mais moins de 4 ans. ● 10% pour les titres acquis depuis 4 ans mais moins de 7 ans. ● 5% supplémentaire par an à partir de la 7ème année et jusqu’à la 12ème, avec limitation de l’abattement à 40%.

► La période de détention court à compter du 1er janvier 2013, quelle que soit la date d’acquisition des titres.

3. Plus-values immobilières
Si le système voté par le précédent gouvernement n’est pas remis en cause, il est à noter qu’un abattement supplémentaire de 20% est applicable pour les cessions réalisées pendant l’année 2013, visant à maintenir la fluidité du marché immobilier (ne sont pas concernés celles relatives aux terrains à bâtir).

Point Fiscal - 8 octobre 2012

1

MARNE & FINANCE - Tous droits réservés

4. Plafonnement des niches fiscales
Les niches fiscales seront, dès l’imposition des revenus de 2013, plafonnées à 10 000 € par an. Sont exclus de ce plafonnement : • Les dons. • Les investissements Outre-mer. • Les réhabilitations en loi Malraux. • Les investissements « SOFICA ». ► Cette limite est appréciée par foyer fiscal. S’il fût un temps où le mariage présentait certains avantages fiscaux, il en est différemment puisqu’un couple de contribuables mariés ne pourra cumuler ces plafonds. L’avantage procuré par les niches fiscales ne pourra excéder 10 000 € et non 20 000 €.

5. ISF
Dorénavant, le retour à l’ancien barème progressif ne fait plus aucun doute. De la même façon qu’en 2011, seuls les patrimoines dont la valeur excède 1 310 000 € seront taxés, mais pour déterminer le montant de l’impôt que les contribuables auront à acquitter, le calcul sera établi à partir d’une assiette de 800 000 €.
Fraction de la valeur nette taxable du patrimoine N’excédant pas 800 000 € Supérieure à 800 000 € et inférieure ou égale à 1 310 000 € Supérieure à 1 310 000 € et inférieure ou égale à 2 570 000 € Supérieure à 2 570 000 € et inférieure ou égale à 5 000 000 € Supérieur à 5 000 000 € et inférieure ou égale à 10 000 000 € Supérieure à 10 000 000 € Taux 0% 0,5% 0,7% 1% 1,25% 1,50%

■ ■ ■

Pour suivre les recommandations du Conseil Constitutionnel, un dispositif a été instauré qui limite à 75% des revenus le total des impôts payés. Un mécanisme de lissage est mis en place pour les patrimoines dont la valeur nette taxable est comprise entre 1 310 000 € et 1 410 000 €. La décote = 17 977,5 € - 1,275% X la valeur nette taxable du patrimoine.

Le dispositif de défiscalisation ISF PME est maintenu. 6. Un nouveau Scellier : «Duflot»
Le nouveau dispositif ouvre droit à une réduction d’impôt pour les contribuables qui acquièrent un logement neuf ou en l’état futur d’achèvement. Ils devront s’engager à louer le bien nu, à usage d’habitation pendant 9 ans. Voici les principales caractéristiques de ce régime : ■ La réduction d’impôt est de 18%, elle sera répartie sur 9 ans. Elle est calculée sur le prix de revient du logement (ou sur 95% du montant de la souscription pour des parts de sociétés) sachant que l’investissement est lui-même plafonné à 300 000 €. ■ Les logements doivent respecter certaines performances énergétiques globales. ■ Les loyers devront respecter des niveaux qui seront inférieurs à ceux du marché. ■ Les logements devront être situés dans certaines zones géographiques déterminées.

Point Fiscal - 8 octobre 2012

MARNE & FINANCE - Tous droits réservés

2

7. Dispositions concernant les entreprises
■ Déduction des intérêts d’emprunt : Les intérêts d’emprunt jusqu’alors déductibles à 100% pour l’entreprise, ne le seront désormais qu’à 85% les deux premières années puis à 75% la 3ème année. Seules les entreprises dont les charges financières sont inférieures à 3 millions d’euros continueront à bénéficier d’une déduction à 100%. Cession de titres de participation : la quote-part de frais et charges de 10% ne sera plus calculée sur le montant de la plus-value mais sur le montant brut de la cession.

Seuls les prélèvements sociaux, les plus-values immobilières ainsi que la TVA sociale sont passés entre les mailles du filet du gouvernement. Les discussions portent actuellement sur le fait générateur de l’exonération du contrat d’assurance-vie, sur la mise en place de la TVA sociale ou la hausse de la CSG, certains vont jusqu’à dire qu’il est inutile d’y réfléchir, les trois seront nécessaires. La suite au prochain épisode, avec la loi de finances rectificative pour 2012...

Point Fiscal - 8 octobre 2012

MARNE & FINANCE - Tous droits réservés

3