You are on page 1of 19

DÉCÈS DE L’ANCIEN PRÉSIDENT CHADLI

Message du Roi Mohammed VI au Président Bouteflika
◗ FAIT MARQUANT DE L’ÈRE BENDJEDID

SITUATION AU SAHEL

Le rééquilibrage de la politique extérieure
26-27 Dhou el Qi’da 1433 - Vendredi 12 - Samedi 13 Octobre 2012 - N°14638 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

P. 5

MAE : “Éradication du terrorisme et du crime organisé par tous les moyens, y compris par le recours à la force”
P. 3

ALGÉRIE- FRANCE

L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E

EMPRUNT DU FMI

Manuel Valls aujourd’hui à Alger
P. 3

L’Algérie participe avec 5 milliards de dollars

4 ministres devant la Commission des finances et du budget de l’APN

M. YOUSFI

M. BENMERADI

M. BENAÏSSA

Mme BENDJABALLAH
P. 4

RELANCE DES PROGRAMMES AADL

◗ Un fichier national du logement social
« L’actualisation de ces programmes est nécessaire, car leur élaboration initiale remonte à une dizaine d’années et les négociations avec le ministère des Finances ont pris fin mercredi dernier. Il a été décidé d’augmenter le prix du logement AADL, sans toutefois affecter le bénéficiaire. » Selon les estimations du ministre, le prix du logement AADL pourrait avoisiner les 3,5 millions de dinars. P. 7

L’

Algérie a décidé de participer à l’emprunt lancé par le Fonds monétaire international (FMI) avec un montant de cinq milliards de dollars, a indiqué hier un communiqué commun du ministère des Finances et de la Banque d’Algérie. La participation algérienne s’effectuera sous forme d’accord d’achat de titres

libellés en Droits de tirage spéciaux (DTS), précise la même source. Les pays membres du FMI souhaitant souscrire à cet emprunt peuvent le faire soit sous forme d’accord de prêt bilatéral ou d’accord d’achat de titres. L’Algérie a donc choisi d’opter pour la seconde formule, avec une participation pour un montant de cinq milliards de

dollars, «un niveau intermédiaire» par rapport aux souscriptions annoncées par les autres pays. Techniquement, la participation à cet emprunt constitue une opération qui «s’inscrit dans le cadre de la gestion rationnelle des réserves de changes», souligne le communiqué.
P. 9

CAN-2013 ÉLIMINATOIRES À 24 heures du match contre la Libye

TRAVAUX PUBLICS

La liaison Bouchaoui-Ouled Fayet et la première tranche Rouiba-Aïn Taya en service
◗ Le ministre des Travaux publics, M. Amar Ghoul, a effectué, jeudi, une visite de travail et d’inspection de plusieurs chantiers dans la wilaya d’Alger où il a procédé à la mise en service de la liaison BouchaouiOuled Fayet et de la première tranche Rouiba-Aïn Taya. P. 6

Les Verts fin prêts

P. 30

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 55e Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €

Ph. Louiza M.

Les prix revus à la hausse

2
Météo

EL MOUDJAHID

Nuageux

CE MATIN À 10 HEURES

La participation de l’émigration à la Révolution
• Hommage au moudjahid Youcef Haddad Dans le cadre des festivités marquant le cinquantenaire de l’Indépendance et la commémoration du 51e anniversaire de la journée de l’Emigration, le Forum de la Mémoire, initié par l’association Machaâl Echahid et le quotidien El Moudjahid, organise, ce matin à 10 heures, une conférence sur la participation de l’émigration à la Révolution de Novembre et son rôle dans la protection de la mémoire, en hommage au moudjahid Youcef Haddad.

DEMAIN, À 9H30, Journée mondiale de la normalisation
L’Institut algérien de normalisation célèbre, demain à partir de 9h30, au centre de presse d’El Moudjahid, la Journée mondiale de la normalisation, placée cette année sous le thème : «Moins de déchets, résultats meilleurs — des normes augmentent l’efficacité». A cet effet, la directrice de l’institut, Mme Ratiba Chibani, animera une conférence sur la signification et la portée de cette journée.

Au Nord, le temps sera passagèrement nuageux avec activité pluvio-orageuses vers les Hauts Plateaux et les Aurès. Les vents seront modérés. La mer sera peu agitée. Sur les régions Sud, le temps sera généralement ensoleillé, avec tendance orageuses du Nord Sahara vers les Oasis. Les vents seront variables, avec quelques soulèvements de sable vers les Oasis. Températures (maximales-minimales) prévues aujourd’hui : Alger (25- 15°), Annaba (22°- 14°), Béchar (31° - 18°), Biskra (32°- 19°), Constantine (23°- 12°), Djanet (34°- 18°), Ghardaïa (32° - 21°), Oran (27° - 14°), Sétif (24°- 9°), Tamanrasset (32°- 18°), Tlemcen (24°- 11°).

AUJOURD’HUI, À 18H, AU PALAIS DE LA CULTURE MOUFDI-ZAKARIA Signature d’un accord sur le patrimoine culturel
Dans le cadre du renforcement de la coopération culturelle entre l’Algérie et le gouvernement de Catalogne (Royaume d’Espagne), Mme Khalida Toumi, ministre de la Culture, et M. Javier Francisco Mena Lopez, ministre catalan de l’Entreprise et de l’Emploi, présideront, aujourd’hui à 18h, au palais de la Culture Moufdi-Zakaria, une cérémonie de signature d’une déclaration d’intention commune entre l’EURL l’Algérienne de la restauration du patrimoine cultuel (filiale de l’OGEBC) et le groupement d’entreprises catalanes (GERCA), pour la création d’une société mixte algéro-catalane chargée de la restauration du patrimoine culturel.

Sid Ahmed Ferroukhi à Oran
Le ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques, M. Sid Ahmed Ferroukhi, effectue aujourd’hui une visite de travail et d’inspection dans la wilaya d’Oran, au cours de laquelle il présidera la cérémonie officielle d’ouverture de l’année pédagogique sectorielle 2012/2013.

Hocine Necib à Aïn Témouchent
Le ministre des Ressources en eau, M. Hocine Necib, effectuera demain une visite de travail et d’inspection dans la wilaya d’Aïn Témouchent, au cours de laquelle il s’enquerra de l’état d’avancement des projets relevant de son secteur.

DU 13 AU 15 OCTOBRE, AU CENTRE DE LOISIRS SCIENTIFIQUES

CE MATIN, À 9H, AU CERIST « La recherche en informatique et mathématiques appliquées »
La direction générale de la recherche scientifique et du développement technologique du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique organise ce matin à 9h, au CERIST, un colloque africain sur «La recherche en informatique et mathématiques appliquées».

1er Salon philatélique international d’Alger
A l’occasion du 50e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, l’Établissement Arts et Culture de la wilaya d’Alger, en collaboration avec la Sarl MOTIMAG, organise le 1er Salon philatélique international d’Alger, du samedi 13 au lundi 15 octobre, sur le thème : «Le timbre- poste, témoin de la lutte des peuples pour leur indépendance et leur prospérité».

Mohamed Mebarki inaugure la rentrée professionnelle
Le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, M. Mohamed Mebarki, présidera demain la cérémonie d’ouverture officielle de la rentrée de la formation et de l’enseignement professionnels, session d’octobre 2012.

CE MATIN, À 9H30, À L’HÔTEL SHERATON « Équipements industriels made In Austria »
Une conférence de presse sur le thème «Équipements industriels made in Austria» se tiendra ce matin à 9h30 à l’hôtel Sheraton, Alger, regroupant des représentants de plusieurs entreprises autrichiennes.

RND Programme des conférences régionales
La commission nationale chargée de la participation du RND aux élections locales organise des conférences régionales pour ses cadres, selon le programme suivant : Aujourd’hui à 10h : La conférence d’ Alger-Centre aura lieu à l’hôtel Dar DiafBouchaoui en présence du porte-parole du parti, à Saïda au centre de loisirs scientifiques et à Ouargla à la maison de la Culture. Le 20 octobre à 10h : à Khenchela et Sétif. Le 23 octobre à 10h : à Aïn Témouchent.

CE MATIN, À 10H30, AU SIÈGE DU SNAPAP Conférence de presse
Après la réunion tenue avec les représentants du ministère de l’Intérieur, l’Union nationale des travailleurs des communes (SNAPAP) organise une conférence de presse ce matin à 10h30 au siège du bureau national, cité Ismaïl-Ifsah, Bt 40, Bab Ezzouar.

DEMAIN, À 16H, AU THÉÂTRE DE L’AMBASSADE D’ITALIE « La magie du réel »
L’ambassade d’Italie, en collaboration avec l’Institut culturel italien et l’Institut italien pour le commerce extérieur, organise, demain à 16h, au théâtre de l’ambassade d’Italie, une conférence sur «La magie du réel» animée par les architectes Alfonso Femia Gianluca Peluffo, en présence de l’ambassadeur d’Italie, Michele Giacomelli.

28e SESSION DU COMCEC Benbada à Istanbul
Les échanges commerciaux entre les pays de l’organisation de la coopération islamique (OCI) et le renforcement de la coopération économique entre ces pays ont figuré parmi les principaux axes de la 28e session du Comité permanent de coopération économique et commerciale (COMCEC) qui s’est ouverte jeudi dans la capitale turque Istanbul avec la participation du ministre du Commerce, M. Mustapha Benbada. Le programme de la session comportait l’examen de la mise en œuvre du programme d’action décennal de l’OCI et le plan d’action pour le renforcement de la coopération économique et commerciale entre les pays membres ainsi que les développements économiques mondiaux.

CE MATIN, À 11H, AU SIÈGE DU MOUVEMENT EL ISLAH Conférence de presse de Hamlaoui Akouchi
Le SG du mouvement national El Islah M. Hamlaoui Akouchi anime ce matin à 11h au siège du parti une conférence de presse sur les élections locales.

DEMAIN, À 8H30, À L’HÔTEL HILTON « L’atténuation des gaz à effet de serre et le marché du carbone »
Le cercle d’action et de réflexion autour de l’entreprise CARE organis, avec le soutien de la fondation Friedrich Naumann, un petit-déjeuner débat, ayant pour thème principal «L’atténuation des gaz à effet de serre et le marché du carbone : enjeux pour les entreprises algériennes».

CE MATIN, À 10H30, À CONSTANTINE Conférence de presse du FAN
Le président du Front Algérie nouvelle, M. Djamel Ben Abdeslam, anime une conférence de presse ce matin à 10h30 au centre culturel Azzedine-Medjoubi, nouvelle ville, Constantine.

Vendredi 12 - Samedi 13 Octobre 2012

EL MOUDJAHID

Nation
SITUATION AU SAHEL
ALGÉRIE- FRANCE

3 Manuel Valls aujourd’hui à Alger

MAE : “L’éradication du terrorisme et du crime organisé par tous les moyens, y compris par le recours à la force”
L’Algérie a toujours affirmé qu’il était «légitime» de recourir à tous les moyens, «y compris la force», pour éradiquer les groupes terroristes et leurs affiliés du crime transnational organisé dans le Sahel, et «n’est pas exclusivement pour le tout politique», a indiqué jeudi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, M. Amar Belani.
n a tendance, ces derniers temps, à présenter la position algérienne de manière schématique, en occultant certains éléments importants de notre approche et en la mettant systématiquement en opposition avec la position d’autres partenaires de la région», a relevé le porte-parole dans une déclaration à l’APS. «Contrairement à ce qui se dit, a souligné M. Belani, l’Algérie n’est pas exclusivement pour le tout politique, et nous avons toujours affirmé qu’il est légitime de recourir à tous les moyens, y compris la force, pour éradiquer les groupes terroristes et leurs affiliés du crime transnational organisé dans le Sahel.» «Vous imaginez bien que l’Algérie, qui a souffert dans sa chair de ces deux fléaux, ne saurait faire preuve de la moindre once de complaisance ou d’indifférence en la matière», a-t-il fait observer. «Nous estimons toutefois, a-t-il ajouté, que l’usage de la force doit être conduit avec le discernement voulu pour éviter l’amalgame et la confusion entre les populations du nord du Mali qui ont des revendications légitimes et les groupes terroristes et les narcotrafiquants qui doivent constituer la cible parce qu’ils sont la source des menaces qui pèsent sur la région», a-t-il dit. Dans le sillage des efforts de l’Algérie pour une solution au Mali, M. Abdelkader Messahel, ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, accompagné d’une délégation composée, notamment, de hauts responsables du ministère de la Défense nationale, s’est rendu respectivement en Mauritanie, au Mali et au Niger. Cette tournée, qui s’inscrit dans le cadre des consultations régulières entre les pays du champ sur la situation au Sahel, a permis à la délégation algérienne d’examiner avec ses interlocuteurs, plus particulièrement, la crise au Mali et les perspectives de son règlement dans le respect de l’intégrité territoriale du pays et des intérêts supérieurs du peuple malien et des peuples de la région. Ces consultations devaient être mises à profit pour renforcer la coopération

«O

e ministre français de l’Intérieur, M. Manuel Valls, effectuera, aujourd’hui et demain, une visite de travail à Alger à la tête d’une importante délégation, indique hier un communiqué du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales. Le ministre français aura, durant la première journée, des entretiens avec M. Daho Ould Kablia, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales. Entretiens qui seront élargis, par la suite, aux deux délé-

L

gations. M. Valls sera reçu demain par le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, le ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci, et le ministre des Affaires religieuses et du Wakf, M. Bouabdallah Ghlamallah, précise le communiqué. Un point de presse est prévu au salon d’honneur de l’aéroport international d’Alger Houari-Boumediene, demain à 17h30, peu avant le retour du ministre français à Paris, ajoute la même source.

M. Mohamed Saïd évoque, avec l’ambassadeur de France, la question des archives
e ministre de la Communication, M. Mohamed Saïd, a reçu jeudi à Alger l’ambassadeur de France en Algérie, M. André Parant, avec lequel il a abordé la question des archives de l’Algérie durant la période coloniale, qu’il a considérées comme étant «un pan de notre mémoire», indique un com-

L

muniqué de son département ministériel. Lors de cette audience, le ministre de la Communication a insisté, par ailleurs, sur la nécessité de développer la formation dans le domaine de la communication, précise la même source, qui rappelle que le document cadre, conclu avec la France en 2007, arrive à expiration.

entre les pays du champ, à travers les mécanismes existants (comité politique, comité d’état-major conjoint -CEMOC- et l’unité fusion liaison -UFL-) dans la lutte contre le terrorisme et le crime organisé transnational. Auparavant, M. Messahel s’était rendu à Paris où il s’était entretenu avec le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, et avait rencontré successivement Jean Félix Paganon, représentant spécial de la France pour le Sahel, et Hélène Legalle, chargée de l’Afrique à la cellule diplomatique de l’Elysée, sur la situation au Sahel, plus particulièrement au Mali. Les parties algérienne et française ont eu une «large convergence de vues» sur l’importance de la préservation de l’intégrité territoriale et de l’unité nationale du Mali, ainsi que sur la définition de la menace représentée par le terrorisme et le crime transnational organisé. L’Algérie a toujours appelé à la recherche d’une sortie de crise au Mali dans le respect de certaines exigences, à savoir aider et soutenir les Maliens en tant que premiers acteurs dans la recherche de solutions à leurs problèmes. L’autre exigence défendue par l’Algérie consiste en une solution politique négociée qui doit être dégagée, dans les meilleurs délais possibles, pour éviter toute situation d’enlisement, et devant impliquer les acteurs qui se démarquent, sans équivoque, du terrorisme et du crime transnational organisé et qui renoncent à toute atteinte à l’intégrité territoriale du Mali.

Examen de la coopération dans le domaine des ressources en eau

L

e ministre des Ressources en eau, M. Hocine Necib, a examiné jeudi, avec l’ambassadeur français en Algérie, M. André Parant, les moyens de renforcement de la coopération entre les deux pays dans le domaine des ressources en eau, indique un communiqué du ministère. A cette occasion, les deux parties ont évoqué «la participation des entreprises françaises dans les différents domaines liés à la gestion et à la distribution de l’eau, aux études de développement et de réalisation d’infrastructures, à la formation et à la protection de l’environnement», selon la même source. M. Necib et le diplomate français ont convenu également «de développer et de renforcer» les liens par l’encouragement du partenariat et par le biais d’échanges d’expériences et d’information, en organisant des rencontres ou séminaires touchant à l’ensemble des aspects techniques, conclut le communiqué.

M. Necib examine, avec le PDG de GDE-SUEZ, les moyens de renforcer le partenariat

L

e ministre des Ressources en eau M. Hocine Necib et le président directeur général de GDE-SUEZ M., Gérard Mestrallet, ont examiné les possibilités de renforcer le partenariat de la firme hydraulique française avec les établissements du secteur des Ressources en eau, indique vendredi un communiqué du ministère. Lors de discussions tenues jeudi au siège du département ministériel, les deux responsables ont abordé les voies et moyens à mettre en œuvre pour renforcer les relations de Suez avec les établissements du

secteur des Ressources en eau dans les meilleures conditions possibles. D’autres volets ont également été abordés, à savoir la formation des cadres et des personnels algériens dans le domaine de la gestion des différentes activités du métier liées au bon fonctionnement de ces établissements avec pour objectif principal l’amélioration des prestations de service public. Il est a rappeler qu’actuellement, Suez exécute, à travers la SEAAL, un contrat de gestion déléguée de l’eau dans les villes d’Alger et de Tipasa.

M. Belkacem Sahli en France du 13 au 17 octobre
e secrétaire d’Etat chargé de la Communauté nationale à l’étranger, M. Belkacem Sahli, effectuera, du 13 au 17 octobre, une visite de travail en France qui le mènera à Saint Etienne, Grenoble et Paris, indique jeudi un communiqué du ministère des Affaires étrangères. Au cours de son séjour, M. Sahli rencontrera les membres de la communauté nationale à Saint Etienne et Grenoble, et aura des entretiens avec les autorités locales françaises, précise la même source. Lors de son passage à Paris, le secrétaire d’Etat réunira, le 16 octobre au siège de l’ambassade d’Algérie, les chefs de postes consulaires en France pour passer en revue l’état de mise en œuvre des programmes d’action des postes consulaires à la lumière, notamment, des orientations gouvernementales visant à améliorer davantage les conditions d’accueil des membres de la communauté dans les locaux consulaires et la modernisation de la gestion consulaire par le biais de l’introduction du passeport biométrique et la numérisation de l’état civil. Le secrétaire d’Etat présidera, le 15 octobre à Nanterre, la cérémonie de lancement de la Caravane du cinéma révolutionnaire, initiée dans le cadre de la célébration du 50e anniversaire de l’indépendance nationale, avec l’association algérienne Lumières. Par ailleurs, à l’invitation des maires de Nanterre et de Clichy, M. Sahli prendra part, le 17 octobre, aux cérémonies commémoratives des tragiques évènements du 17 octobre 1961, organisées par ces municipalités et par celle de Gennevilliers, ajoute le communiqué. Le secrétaire d’Etat achèvera sa visite par une rencontre avec son homologue française, Mme Elène Conway-Mouret.

L’Algérie salue la nomination de M. Romano Prodi en qualité d’envoyé spécial pour le Sahel

L

L’

Algérie salue la nomination de M. Romano Prodi en qualité d’envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies pour le Sahel en lui assurant son soutien dans l’accomplissement de sa mission, a déclaré mercredi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, M. Amar Belani, à l’APS. «Nous saluons la nomination de M. Romano Prodi en qualité d’envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies pour le Sahel, et nous tenons à l’assurer de la disposition de l’Algérie à lui apporter son soutien dans l’accomplissement de sa mission de coordination de l’action du système des Nations unies dans la région du Sahel», a indiqué le porte-parole du MAE.

ALGÉRIENS DÉTENUS EN IRAK

CHEIKH BOUAMRANE REÇOIT M. HENRI ENSHER, AMBASSADEUR US

L'ambassadeur d'Irak à Alger convoqué au MAE
ambassadeur d'Irak à Alger a été convoqué au ministère des Affaires étrangères et son attention a été "fermement appelée" sur le "manque de coopération" des autorités irakiennes concernées sur la question des ressortissants algériens détenus en Irak, a indiqué hier le porte-parole du MAE, M. Amar Belani. "Je confirme que l'ambassadeur d'Irak à Alger a été convoqué hier (jeudi) au ministère des Affaires étrangères et son attention a été fermement appelée sur le manque de coopération des autorités irakiennes concernées sur la question des ressortissants algériens détenus en Irak", a affirmé le porte-parole dans une déclaration à l'APS. "Il lui a été également rappelé

L'

ses précédentes rencontres avec le directeur de la protection des nationaux à l'étranger au MAE, ainsi que les différentes demandes officielles de visite consulaire à nos ressortissants détenus, introduites par la partie algérienne conformément aux conventions internationales et qui sont restées malheureusement sans suite", a-t-il précisé. "Les demandes algériennes ont été instamment réitérées à cette occasion, notamment en ce qui concerne le droit de visite consulaire et l'obtention rapide des détails du déroulement des procédures judiciaires, afin de nous assurer des normes applicables censées garantir le droit de nos ressortissants à une défense équitable", a encore précisé le porte-parole du MAE.

Le HCI souligne la nécessité « du respect mutuel » entre les religions

L

e président du Haut conseil islamique (HCI), Cheikh Bouamrane, a souligné la nécessité de dynamiser le dialogue entre les religions, les civilisations et les cultures sur la base "du respect mutuel". Le responsable qui recevait l'ambassadeur des EtatsUnis d'Amérique à Alger, M. Henri Ensher, au siège du Conseil, a mis l'accent sur "le rôle historique joué par les prédécesseurs dans la consécration des libertés, de la démocratie et de la stabilité aux Etats-Unis

d'Amérique", indique un communiqué du HCI. L'entretien a porté sur le film l'Innocence des musulmans, qui porte atteinte à l'islam et à son Prophète Mohammed (QSSSL) et d'autres sujets en relation avec l'islam, a ajouté la même source. "Si la Constitution des Etats-Unis garantit la liberté d'expression, cette liberté ne doit pas piétiner celle des autres et ne doit faire offense aux religions célestes ni à leurs symboles", a affirmé M. Bouamrane à cette occasion. "Il est nécessaire que les symboles

sacrés de ces religions soient à l'abri des atteintes quelles que soient leur nature et leur origine", a estimé le président du HCI. De son côté, l'ambassadeur des Etats-Unis a évoqué les conditions de "la réalisation et la diffusion" du film offensant au Prophète Mohammed (QSSSL), en soulignant la nécessité "du dialogue entre les civilisations, les cultures et les religions". M. Ensher a exprimé sa disposition à "ouvrir le dialogue sur ce sujet pour faire connaître la réalité de l'islam".

Vendredi 12 - Samedi 13 Octobre 2012

4

Nation

EL MOUDJAHID

4 ministres devant la Commission des finances et du budget de l'APN
ENERGIE ET MINES

TOURISME ET DE L'ARTISANAT
expliqué le ministre. Selon le premier responsable du secteur l'objectif escompté est de parvenir à une capacité d'accueil de 75.000 lits supplémentaires. Il a fait savoir à ce propos que le Conseil de participation de l'Etat a consacré une valeur de 70 milliards de dinars pour la réhabilitation des hôtels prévoyant une capacité d'accueil proche de 120.000 lits à l'horizon 2020. Concernant l'artisanat, le représentant du gouvernement a précisé que le secteur était en mesure de réaliser d'importants revenus pour l'économie nationale indiquant qu'une réflexion est engagée autour du soutien à lui apporter pour le hisser à des niveaux meilleurs rappelant les projets en cours de réalisation ou finalisés. Les interventions des députés ont porté sur les raisons de manque de crédits consacrés au secteur au titre du projet de loi de finances 2013 et la promotion du tourisme dans les wilayas frontalières qui sont la vitrine du pays ainsi que le coût élevé du tourisme intérieur.

Rationalisation des ressources
Le ministre de l'Energie et des Mines, M. Youcef Yousfi a présenté mercredi, devant la commission de finances et du budget de l'Assemblée populaire nationale (APN), une analyse sur la situation de son secteur dans le cadre de l'examen du projet de loi de finances 2013, a indiqué un communiqué de l'APN. Dans son exposé le ministre a mis l'accent sur « le développement que connaît le secteur de l'énergie et des mines qui joue un rôle important dans le financement de l'économie nationale », soulignant que son département ministériel a tracé un programme sectoriel « ambitieux » pour le prochain quinquennat. Ce programme repose essentiellement sur la rationalisation des ressources énergétiques et minières, l'amélioration des services dans les domaines pétroliers et parapétroliers et la dynamisation des activités de transformation ainsi que le développement des projets pétrochimiques, a indiqué le ministre à cette occasion. « Le programme du ministère repose également sur la poursuite de la production de l'électricité pour atteindre 15.000 MW à l'horizon 2015, la diversification des sources d'approvisionnement en énergie à travers la mise en œuvre du programme national des énergies renouvelables, dont le développement de l'énergie solaire et éolienne pour rationaliser la consommation nationale de l'énergie, dynamiser la recherche et développer l'industrie minière en Algérie », a ajouté ■

Une croissance estimée à 9 %
Le ministre du Tourisme et de l'Artisanat, M. Mohamed Benmeradi a présenté jeudi, un exposé sur son secteur devant la commission des finances et du budget de l'Assemblée populaire nationale (APN) réunie dans le cadre de l'examen des budgets sectoriels au titre du projet de loi de finances 2013. Le ministre a fait savoir que le secteur comptait parmi les plus rentables du pays avec une croissance estimée selon les dernières statistiques à 9 % soit 4,2 % sur 5 % que représente le PIB hors hydrocarbures. Il a estimé que le plan national pour le tourisme adopté par le gouvernement a permis au secteur d'opérer un saut qualitatif après un déclin durant les années de la tragédie nationale, a-t-il dit. La stratégie de développement touristique s'étend à l'horizon 2030 et repose sur quatre éléments qui sont l'élargissement des surfaces destinées à l'investissement, le soutien à l'investissement, la réhabilitation des structures et des ressources humaines et l'amélioration des services pour promouvoir la destination Algérie, a encore ■

le ministre. Dans ce contexte M. Yousfi a réaffirmé l'attachement de son secteur à « la politique de la distribution publique de l'électricité et du gaz notamment dans les régions rurales et les quartiers afin d'améliorer la vie de la population ». Au cours du débat, les membres de la commission ont souligné la nécessité de poursuivre les efforts en matière du raccordement des habitations rurales aux réseaux de l'électricité et du gaz naturel ainsi que l'intensification des efforts dans le domaine de l'exploitation minière et « l'exploitation des capacités de l'Algérie avec rationalité », selon la même source.

SOLIDARITÉ

1.442 handicapés pris en charge et 16.197 enfants handicapés encadrés dans 182 centres
Mme Souad Bendjaballah ministre de la Solidarité et de la famille a présenté jeudi, devant la Commission des finances et du budget de l'Assemblée populaire nationale (APN), présidée par M. Khalil Mahi, un exposé sur le secteur qu'elle dirige, et ce, dans le cadre de l'examen des budgets sectoriels du projet de Loi de finances 2013, indique un communiqué de l'APN. Dans ce contexte, ajoute la même source, Mme Bendjaballah a longuement évoqué le rôle dévolu à son secteur qui consiste à aider les familles lors de catastrophes naturelles, durant le mois sacré de ramadhan, de fournir des aides individuelles aux nécessiteux, de prendre en charge les handicapés en matière de scolarisation et de réinsertion professionnelle, les personnes âgées et les enfants assistés. Elle a également souligné le rôle dévolu à l'Agence de développement sociale et l'Agence nationale de 16.197 enfants handicapés sont encadrés à travers 182 centres, outre 3.259 orphelins. Le ministère de la Solidarité nationale et de la Famille, poursuit le communiqué de l'APN, organise durant la saison de printemps des journées de solidarité en faveur des enfants du Nord en direction du Sud du pays, et pour les enfants du Sud en direction du Nord, des journées de détente au profit des personnes nécessiteuses âgées et apporte sa contribution aux cérémonies scolaires et à des opérations de solidarité pendant le mois sacré de ramadhan. A l'issue de l'exposé les députés ont engagé un débat autour d'un certain nombre de préoccupations dont celle qui consiste à réfléchir sur une compensation du couffin du ramadhan par un chèque, ou faire bénéficier les handicapés d'un logement.

DÉVELOPPEMENT RURAL

266 milliards de dinars pour le programme de renouveau agricole
Le ministre de l'Agriculture et du Développement rural, M. Rachid Benaissa a présenté mercredi, devant la commission des finances et du budget de l'assemblée populaire nationale (APN), le budget de son secteur prévu par le projet de loi de finances 2013, indique un communiqué de l'APN. Le ministre a fait savoir à cet égard que 266 milliards de dinars du budget alloué au secteur pour l'année prochaine seront affectés au programme de renouveau agricole avec toutes ses composantes et que 18 milliards seront consacrés au renouveau rural. M. Benaissa a précisé à cet égard que la politique du secteur s'articulait autour de la nécessité d'inclure toute les régions dans le processus de développement et de faire de l'environnement rural un espace de prospérité et de valorisation des ressources. Cette politique sera toujours axée, selon M. Benaissa, autour du renouveau agricole et rural et le renforcement des ressources humaines. Il a rappelé à cet effet que la loi portant orientation agricole a éliminé les contraintes liées au foncier et libéré les initiatives des exploitants agricoles. Concernant le bilan des contrats de performance, le ministre a assuré que les résultats obtenus cette année étaient très encourageants, soulignant que le secteur agricole a réalisé une produc-

gestion du microcrédit. La représentante du gouvernement a révélé que 1.442 handicapés sont pris en charge et

Un projet de valorisation de la prime pour les sportifs handicapés
La ministre de la Solidarité nationale et de la Condition féminine, Mme Souad Bendjaballah a annoncé un projet visant la valorisation de la prime attribuée aux médaillés de handisport. La ministre a indiqué dans une déclaration à presse en marge d'une cérémonie organisée à l'honneur des médaillés des derniers jeux Paralympiques de Londres que le ministère de la Jeunesse et des Sports avait élaboré un programme visant l'amélioration de la situation des athlètes handicapés notamment par la valorisation de la prime attribuée aux athlètes médaillés lors des Jeux internationaux et olympiques. S'agissant du secteur de la solidarité nationale, Mme Bendjaballah a souligné que le ministère avait contribué à cette distinction par une enveloppe symbolique de « 13 millions de dinars » distribués aux médaillés dans le cadre du programme d'accompagnement de cette catégorie. La ministre a mis en exergue un projet de programme d'action commun avec le ministère de la Jeunesse et des Sports pour la généralisation des aires sportives dans les centres spécialisés relevant du ministère de la solidarité nationale et leur dotation en équipements nécessaires et d'encadreurs spécialisés. Le projet porte sur l'ouverture de centres au profit des jeunes et enfants handicapés qui souhaitent pratiquer un sport et permettre ainsi de découvrir de jeunes talents d'une part, et contribuer à l'insertion sociale de cette catégorie d'autre part. Le président de la Fédération algérienne handisport (FAH), Sid Ahmed El-Asri, a indiqué, par ailleurs, que 31 athlètes algériens handicapés avaient participé aux Jeux paralympiques de Londres (septembre dernier) dont 19 ont obtenu des médailles (or, argent et bronze) dans les différentes disciplines (judo et lancer de disque notamment). Pour sa part, Mme Saifi Nacima, handicapée moteur, médaillée d'or dans la discipline du lancer de disque aux Jeux paralympiques de Londres s'est félicité de cette initiative qui renforce sa détermination à poursuivre le travail pour réaliser d'autres performances. Mme Saifi a saisi cette occasion pour souligner les préoccupations de l'athlète algérien appelant à « la revalorisation de la prime attribuée aux athlètes de handisport lors de différents jeux internationaux. Elle a également appelé a mettre au point des programmes de formation au profit de sportifs handicapés leur permettant de développer et d'améliorer leurs performances, ainsi qu'à ouvrir des espaces et à doter les stades et des centres sportifs d'aires spécialisées pour les handicapés et d'équipements nécessaires adaptés aux différents types d'handicap.

tion de l'ordre de 2.011 milliards de dinars (22 milliards d'euros). Les chiffres avancés par le représentant du gouvernement font ressortir que 42 % de la production agricole sont issus des plaines et des régions littorales, 22 % des Hauts Plateaux, 18 % du sud et 16 % des régions montagneuses. Les membres de la commission ont soulevé certains « problèmes » auxquels le secteur est confronté et qui concernent notamment le stockage et la commercialisation des produits agricoles, l'évaluation des contrats de concession et le détournement de terres agricoles de leur vocation initiale.

PARTICIPATION DU CITOYEN AUX DÉCISIONS POLITIQUES ET ÉCONOMIQUES

L’Algérie, exception du monde arabe

L

a 7e rencontre du dialogue arabo-européen sur les droits de l’Homme, qu’a abrité Alger, a adopté une série de recommandations liées notamment à la nécessité de renforcer le partenariat et la coopération entre les institutions de droits de l’homme. Si, dans le monde arabe, les décisions politiques, économiques et la participation du citoyen arabe ne font pas bon ménage, l’Algérie constitue l’exception. C’est la conclusion à laquelle sont parvenus différents experts intervenus, jeudi, lors la clôture de la clôture de la 7e rencontre du dialogue des droits de l’homme arabo-européen, tenue à l’hôtel Sheraton. En sa qualité du président de la commission de coordination des institutions nationales des droits de l’homme, Moussa Brizet, affirme qu’«en Algérie, cette participation est plus importante en ce sens que le peuple est associé à de nombreuses décisions».

Les autres pays arabes, relève-t-il, «accusent encore des insuffisances en la matière, quelque soit le degré de participation». Pour combler ce vide, l’expert fixe une urgence : les institutions nationales des droits de l’homme dans ces Etats doivent organiser des campagnes de sensibilisation en direction des citoyens de leurs pays. L’objectif, ajoute-t-il, « est de leur faire connaitre leurs droits car la participation publique aux décisions de souveraineté ». Pour M. Brizet à l’exception des intellectuels, les autres catégories méconnaissent leurs droits et ceux en faveur desquels l’Etat s’est engagé dans le cadre de conventions internationales. Parmi ces droits, le conférencier cite, entre autres, le droit à la libre expression, à la formation d’associations et à la participation à la gestion des affaires publiques. D’autre part, l’orateur relève que le bilan du dialogue depuis son institution en 2006, est « important » pour ce qui est de la mise

en œuvre des recommandations des rencontres des institutions nationales. Dans cette optique, il cite le cas de l’institution mauritanienne qui a convaincu le gouvernement de son pays de signer la convention contre la torture en Mauritanie après une rencontre tenue il y a un an en Allemagne. Aussi, poursuit-t-il, le gouvernement qatari a également signé la convention contre toute forme de discrimination contre la femme juste après la rencontre sur les droits de la femme en 2009. Cette rencontre importante qu’a abrité Alger, pendant trois jours, a adopté une série de recommandations liées notamment à la nécessité de renforcer le partenariat et la coopération entre les institutions de droits de l’homme. Les participants ont également mis en relief le rôle de la société civile et toutes les forces sociales concernées par les droits de l’homme en faveur de l’élargissement de la participation populaires aux affaires publiques.

Unanimes, ils ont fait part de la nécessité d’améliorer le volet juridique lié à la participation publique et exhorté les gouvernements à les réviser les lois actuelles. Intervenant au cours de cette journée de clôture, Charlotte Pedersen Flindt, adjoint du directeur exécutif et directrice du département international à l’Institut danois des droits de l’homme, soutient que la problématique de la participation publique se pose encore dans les pays du Vieux continent. Egalement membre du comité du dialogue, Mme Charlotte souligne que des décisions étaient prises dans les pays européens sans consultation des citoyens. Argumentant ses propos, elle rappelle que « la création de l’Union européenne a été décidée sans que les peuples européens ne soient consulté s». Et comme elle le conclura si bien : « Personne n’a de leçon à donner à l’autre » Fouad Irnatène

Vendredi 12 - Samedi 13 Octobre 2012

EL MOUDJAHID

Nation
exemplaire

5

DÉCÈS DE L’ANCIEN PRÉSIDENT CHADLI BENDJEDID Un parcours

Message du Roi Mohammed VI au Président Bouteflika
L
e Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a reçu un message de condoléances du Souverain marocain, le Roi Mohammed VI, suite au décès de l’ancien Président Chadli Bendjedid. Voici la traduction APS du texte intégral: «Excellence, Monsieur le Président et cher frère, C’est avec une grande émotion et une profonde affliction que j’ai appris la triste disparition de l’ancien Président de la République algérienne démocratique et populaire sœur, le grand moudjahid Chadli Bendjedid, puisse Dieu Tout-Puissant lui accorder Sa sainte miséricorde. En cette douloureuse circonstance, je vous présente ainsi qu’a la famille du défunt et à tout le peuple algérien, au nom du Maroc, Roi et peuple, nos sincères condoléances et notre compassion, priant Dieu le ToutPuissant de vous assister en cette pénible épreuve. Nous saluons, en cette dure épreuve, les qualités du cher défunt qui compte parmi les grands hommes de l’Algérie et ses dirigeants dévoués qui ont consacré leur vie au service du pays et milité pour la préservation de sa dignité aussi bien pendant la lutte de libération du joug colonial qu’après l’indépendance pour l’édification de l’Etat algérien moderne, fondé sur le pluralisme et la réalisation du progrès et de la prospérité pour le peuple algérien frère. Nous saluons ce grand homme qui avait des liens d’amitié et de solidarité avec le Maroc et partageait les vues et aspirations du Royaume. Nous saluons en lui son esprit unificateur du Maghreb qui s’est traduit par sa contribution effective et efficiente aux côtés de Sa Majesté Hassan II, que Dieu lui accorde sa Sainte miséricorde, et des autres dirigeants maghrébins, à la signature du traité constitutif de l’Union du Maghreb arabe (UMA) à Marrakech». Tout en implorant le Tout-puissant d’accueillir le défunt dans Son vaste paradis et de le rétribuer amplement pour ses nobles actions, je vous exprime toute ma compassion ainsi que celle du peuple marocain dans cette épreuve. Je prie Dieu de vous préserver ainsi que votre famille et le peuple algérien frère de tous les maux, et de vous accorder santé, bien-être et longue vie».

FAIT MARQUANT DE SON ACTION DIPLOMATIQUE

Le rééquilibrage de la politique extérieure

L'

histoire de la diplomatie algérienne retiendra du défunt Président Chadli Ben-djedid qu'il a mené une politique exté- rieure résolument tournée vers le rééquilibrage des rapports de l'Algérie avec ses différents partenaires internationaux. La tonalité conférée à l'action diplomatique qui se voulait le reflet des choix internes, fidèles à l'option socialiste a laissé place à une autre philosophie qui, sans se départir des principes cardinaux, s'est peu à peu éloignée des dogmes qui ont longtemps marqué l'appareil diplomatique avant les années 1980. Sous l'impulsion de feu Bendjedid (1979-1992), l'action diplomatique a été, en effet, caractérisée par cette volonté de rééquilibrage entre les partenaires traditionnels de l'ancien bloc dit socialiste et de nouveaux alliés appartenant au monde occidental. Ce rapprochement trouvait sa traduction dans ce qui a été alors appelé «le pragmatisme politique» qui avait pour seul fil conducteur la défense et la préservation des intérêts des Etats. Les visites effectuées alors par Chadli Bendjedid aux EtatsUnis et en France, plus particulièrement, allaient lancer les bases de cette nouvelle politique d'ouverture diversifiée que Chadli voulait imprimer à l'action diplomatique algérienne. Pour nombre d'experts, les relations entre l'Algérie et ses partenaires traditionnels n'ont pas pâti de cette nouvelle politique tant il est vrai que ces pays, eux-mêmes, s'étaient engagés, à différents degrés, dans une politique de rapprochement avec l'Occident et avaient, mieux encore, entrepris de changer leur politique interne pour s'orienter de plus en plus vers des choix qui s'apparentaient plus au libéralisme qu'au socialisme. La politique de la perestroïka initiée par Gorbatchev, la chute du mur de Berlin, la disparition de l'ogre soviétique et les changements opérés dans les régions des Balkans allaient donner plus de crédit à toutes les politiques d'ouverture, qu'elles aient été dirigées vers l'intérieur ou l'extérieur. Le rapport de force étant dé- sormais tributaire de la sphère économique, et c'est tout naturellement que l'Algérie, au même titre que tous les pays dits en voie de développement, devaient conformer leur politique étrangère à une coopération internationale plus bénéfique pour eux. Et cela devait passer par une ouverture sur les Etats-Unis et l'Europe. L'Algérie était attachée aux principes fondamentaux de sa politique extérieure. Mais ce rapprochement n'a pas fait oublier à l'Algérie, pendant le règne de feu Chadli, les principes fondamentaux de sa politique dont la défense des causes justes de par le monde et le soutien des peuples qui luttent pour leur autodétermination. C'est le cas pour la question palestinienne qui a été, de tout temps, au cœur de l'action diplomatique algérienne. L'Algérie, qui a plaidé en faveur de la cause palestinienne dans les différentes tribunes internationales, a eu le privilège d'abriter le 19e congrès du Conseil national palestinien en 1988 qui a vu la proclamation de l'Etat palestinien, Les mêmes principes ont caractérisé l'action de l'Algérie au sujet du Sahara occidental pour permettre au peuple sahraoui d'exercer son droit à l'autodétermination à travers un référendum juste et régulier,

conformément aux résolutions des Nations unies. Tous les efforts consentis par l'appareil diplomatique au cours de cette période ont permis à l'Algérie de bien se positionner au plan régional, notamment dans le continent africain, considéré comme son véritable prolongement naturel et stratégique et au Maghreb. Faut-il pour cela rappeler que c'est en Algérie que s'était tenue la première réunion constitutive de l'Union du Maghreb arabe en juin 1988. Pour de nombreux milieux diplomatiques, la période 1979-1992 a été particulièrement riche en événements internationaux qui ont été une occasion pour l'Algérie de renforcer sa place au plan régional surtout et de consolider son aura acquise au prix d'un long combat, entamé avant même l'indépendance du pays et poursuivi de manière inlassable par feu Houari Boumediene qui a été parmi les premiers dirigeants à dessiner les contours de la doctrine de la politique étrangère.

OUVERTURE MÉDIATIQUE

Le pilier des réformes de Chadli

L’

ouverture médiatique, première du genre en Algérie indépendante, initiée par le défunt Président Chadli Bendjedid, décédé samedi dernier, avait permis non seulement de rompre avec la presse du parti unique, mais aussi l’apparition de titres de la presse privée, et ce, malgré les avis de professionnels qualifiant cette ouverture de «forcée». L’ancien Président de la République avait senti la nécessité d’opérer des changements dans le secteur de la presse, dès la moitié des années 1980, avec la création de deux quotidiens nationaux (Horizons 2000 et El Massa), ayant pour objectif de capter l’électorat jeune. Cette période avait connu, notamment, l’un des rares débats houleux et contradictoires au sein de la presse nationale, sous le régime du parti unique, à travers en particulier l’hebdomadaire Algérie Actualité et le magazine du Front de libération nationale (FLN), Révolution africaine, dont le projet d’enrichissement de la Charte nationale fut le thème essentiel de ces débats. C’est dans ce contexte que le vent des réformes dans les différents secteurs d’activité commença à souffler, offrant, ainsi, plus de marge pour les professionnels de la presse d’amorcer un débat autour de l’avenir de leur profession. Si l’explosion d’octobre 1988 fut à l’origine de la Constitution de 1989, qui consacra le pluralisme politique, les prémices de l’ouverture dans le secteur de la presse se sont fait sentir bien avant ces événements, s’accordent à dire des membres fondateurs du Mouvement des journalistes algériens (MJA), auteurs de mémoires sur ce sujet. Ainsi, le journaliste Lazhari Labter raconte dans son livre Journalistes algériens entre le bâillon et les balles que depuis la fin de l’année 1987, des journalistes algériens, peu au début, de plus en plus nombreux par la suite, «ont commencé à s’organiser sans direction, dans des assemblées

générales souveraines». Selon son témoignage, ces journalistes éditaient, déjà, un bulletin de liaison intitulé «Inter-organes». Abondant dans le même sens, le journaliste Abderrahmane Mahmoudi, un des membres du MJA, raconte dans son livre-témoignage Information, la face cachée du mensonge, que «les assemblées générales et les rencontres auxquelles assistaient pas plus de 90 journalistes, issus en majorité de l’APS, d’El Moudjahid, de Révolution africaine, d’Horizons, d’Algérie Actualité, des chaînes III et IV de la radio et d’un ou deux journalistes de la Télévision, se transforment en assemblées géantes auxquelles affluent la quasi-majorité des rédactions du pays». C’est dans ce contexte précis que la première plateforme commune des journalistes algériens fut adoptée. Le journaliste Ahmed Ancer va dans le même sens, dans son livre-témoignage Encre rouge, dans lequel il avait expliqué que l’ouverture médiatique, consacrée, durant la présidence de Chadli Bendjedid, dans la loi sur l’information de 1990, fut aussi l’œuvre de l’action des journalistes algériens. La loi n° 90-07 du 3 avril 1990 relative à l'information (publiée dans le Journal officiel du 4 avril 1990), avait permis, pour la première fois en Algérie, l’apparition de titres partisans, tels qu’Alger Républicain, quotidien proche du Parti de l’avant-garde socialiste (PAGS), Libre Algérie, publication du Front des forces socialistes (FFS), la Tribune du Mouvement pour la démocratie en Algérie (MDA) et d’autres. C'est grâce, aussi, à l’aide de l’Etat, qui avait versé des avances sur salaires de plusieurs mois à des journalistes de la presse publique, que d’autres titres privés verront le jour cette année (1990). Cette loi avait permis, également, la mise en place d’un Conseil supérieur de l’information ayant pour mission de réguler le métier et d’organiser le secteur de la presse.

Inhumé lundi dernier au Carré des martyrs du cimetière d’El Alia, le troisième Président de la République, feu Chadli Bendjedid, décédé le samedi 6 octobre à l’âge de 83 ans à l’hôpital militaire de Aïn Naâdja, a eu droit à des funérailles nationales à la fois sobres et émouvantes. La dépouille qui a traversé les grandes artères de la capitale avant d’arriver au cimetière a suscité tout le long de l’itinéraire une vive émotion parmi la population qui a tenu à lui faire un dernier adieu. Les officiels n’ont pas été en reste. L’hommage qui lui a été rendu témoigne du respect qui était voué à ce militant qui a présidé aux destinées de l’Algérie pendant treize ans (19791992). Le défunt «était un des vaillants fils de l'Algérie qui ont contribué à l'édification de l'État moderne jusqu'à son élection à la tête du pays», a tenu à témoigner le Président Bouteflika dans un message de condoléances adressé à la famille. Il a aussi rappelé que feu Chadli Bendjedid «a consacré ses efforts et son temps au service de la Nation, en toute humilité. Il est resté fidèle à ses principes jusqu'à ce que Dieu le rappelle auprès de Lui», mais, a encore écrit le Chef de l’Etat, «le destin a voulu que le défunt nous a quitté en toute humilité après avoir vécu le jubilé d'or du cinquantième anniversaire du recouvrement de l'indépen- dance, au moment où l'Algérie a récupéré les facteurs de son invulnérabilité et son développement grâce à la détermination de ses enfants». Les autres hommages rendus en cette circonstance à Chadli Bendjedid n’ont pas été avares en témoignages de ce que l’homme était et de ce qu’il a laissé comme legs politique. Les auteurs de ces hommages, nationaux ou étrangers, ont été unanimes à souligner que le troisième président du pays a été l’artisan des réformes politiques et économiques qui ont consacré l’ouverture de l’Algérie tant sur le plan du mode de gestion économique que celui de la politique. Que d’aucuns y trouvent aujourd’hui à redire n’est pas le plus important. De toutes les façons aucune décision qui fera état d’un choix d’orientation politique ou économique ne pourra recueillir l’unanimité. Ce dont il faudra se souvenir, c’est que Chadli Bendjedid aura été celui qui a mis l’Algérie sur la voie du pluralisme, consacré par la Constitution du 23 février 1989. C’est lui qui a instauré le multipartisme mettant fin au système du parti unique. Cette contribution à la vie politique du pays, nul ne pourra la nier. C’est une œuvre de longue haleine. Et si l’Algérie a connu, suite à ce passage d’un régime à un autre une crise politique qui a conduit à la démission du défunt président en 1992, la lui faire endosser sans tenir compte du contexte politique de cette époque s’assimilerait à un raccourci intellectuel. Le parcours exemplaire du défunt, rappelé à juste titre par ses compagnons, son engagement et son sacrifice pour son pays depuis la guerre de libération jusqu’à sa démission de la tête de l’Etat font de Chadli Bendjedid un de ces hommes d’une génération exceptionnelle qui ont contribué à l’édification d’un Etat moderne. Et cela l’histoire le retiendra. Le deuil national de huit jours décrété sur l'ensemble du territoire national par le Président Abdelaziz Bouteflika prend fin aujourd’hui. Nadia K.

Vendredi 12 - Samedi 13 Octobre 2012

6 TRAVAUX PUBLICS

Nation
La liaison Bouchaoui-Ouled Fayet et la première tranche Rouiba-Ain Taya en service
La restructuration et la réorganisation des grandes universités tendent vers la création d’entités équilibrées de sorte à améliorer la qualité de la formation, instaurer les bases de la bonne gestion, garantir un développement cohérent des services universitaires et accroître leur rendement. Ces opérations qui entrent dans le cadre de l’application des orientations du Président de la République figurent parmi les grandes lignes du plan d’orientation régissant le secteur de l’enseignement supérieur et l’évolution de la carte universitaire à l’horizon 2015. Elles prennent en compte un certain nombre de considérations, notamment le réaménagement territorial de l’enseignement supérieur dans les universités concernées en prenant en considération la proximité géographique des sites, puisqu’il s’agit de réduire, autant que possible, les distances entre les composantes de chaque université. Il en est de même pour la maîtrise des effectifs étudiants en les ramenant à des proportions acceptables de sorte à améliorer les performances pédagogiques, ainsi que la facilitation de la mobilité des enseignants et des étudiants et le rapprochement cognitif et épistémologique entre certaines spécialités tout en préservant la diversité. Ces opérations font partie, précisent les responsables du secteur de l’évolution naturelle du développement et l’extension du réseau universitaire, comme elles concernent les grandes universités dont l’effectif dépasse 50.000 étudiants. Elles ont connu un début d’application dans trois universités, alors que sept autres sont en cours de restructuration. Il s’agit de l’université d’Alger dont le nombre d’étudiants est évalué à 130.000, [d’Alger 1 (Ben Youcef Ben Khadda), d’Alger 2 (Bouzaréah) et d’Alger 3 (Dely Ibrahim)]. L’université de Constantine dont le

EL MOUDJAHID

ÉTABLISSEMENTS UNIVERSITAIRES

Plusieurs projets d’extension
nombre d’étudiants est évalué à 80.000 a été restructurée en trois universités : l’université de Constantine 1, Constantine 2 et Constantine 3. Quant à l’université de Sétif dont le nombre d’étudiants est évalué à 60.000, elle a été restructurée en deux universités : Sétif 1 et Sétif 2. S’agissant des universités en cours de restructuration, ce sont pas moins de sept universités que le secteur compte restructurer successivement à la lumière des indices structurels, quantitatifs et qualitatifs propres à chaque université. Il s’agit notamment des universités Essania d’Oran dont l’effectif est estimé à 55.000 étudiants, Blida (56.000 étudiants), Tizi-Ouzou (54.000), Tlemcen (42.000), Batna (60.000), Annaba (48.000) et Béjaïa (45.000 étudiants). Concernant l’extension du réseau des établissements universitaires, elle consistera en la création de nouveaux centres universitaires à El Bayadh, Naâma et Tindouf. On compte pour cette année l’ouverture du nouveau centre universitaire d’Illizi qui compte 1 000 places pédagogiques. Ce projet, dont les travaux de réalisation ont été lancés en mars 2011, pour un coût de 335 millions de dinars, comprend 12 salles de cours, une bibliothèque, deux amphithéâtres de 200 et 300 places pédagogiques. Sur un autre plan l’extension du réseau des écoles nationales portera sur la création de deux écoles nationales préparatoires à Alger, une école préparatoire, une école nationale polytechnique et une école supérieure de biotechnologie à Constantine, deux écoles préparatoires et une école supérieure des mines et métallurgie à Annaba. Il sera question également de deux écoles préparatoire et une école polytechnique à Oran, ainsi que deux écoles préparatoire à Tlemcen. S. SOFI

Le ministre des Travaux publics, M. Amar Ghoul, a effectué, jeudi, à une visite de travail et d’inspection de plusieurs chantiers dans la wilaya d’Alger où il a procédé à la mise en service de la liaison Bouchaoui-Ouled Fayet et de la première tranche Rouiba-Ain Taya.
Accompagné de M. Mohamed Kebir Addou, wali d’Alger, le ministre des Travaux publics, M. Amar Ghoul, a mise en service des tronçons routiers à l’Est et l’Ouest de la capitale. Il s’agit de la partie qui relie Bouchaoui à Oued Fayet (RN36) sur 2,5 km. Très attendu par les habitants des régions de l’ouest d’Alger, « cet axe va soulager la région ouest de la capitale  », selon M. Ghoul. Conçue en 2 fois 3 voies, cette voie express s’étend sur 3 kilomètres en s’acheminant directement vers l’échangeur de Bouchaoui et relie donc la RN36, à Ouled Fayet, à la RN41 (El Biar-Staouéli) au niveau du carrefour de Bouchaoui « l’échangeur de Bouchaoui est complété de manière à répondre à cette nouvelle donne et satisfaire les besoins en circulation » précise le ministre.  En outre, la délégation ministérielle a inauguré une première tranche du tronçon reliant Rouiba à Aïn Taya du projet de dédoublement du CW 121 rappellera dans ce contexte le fait que ces infrastructures routières sont inscrites au titre du plan quinquennal du secteur à l’horizon 2014. Par ailleurs, le ministre s’est enquis de l’état d’avancement de projets toujours en cours de réalisation. Il s’agit d’un projet de prolongement du taxiway de la piste secondaire de l’aéroport international Houari Boumediène (suite à un appel d’offres national, ce projet a été confié à l’entreprise ETRHB-Haddad). Le projet du prolongement du taxiway de l’aérodrome d’Alger sur 1,5 km, affiche un taux d’avancement de 35%, selon la fiche technique du projet. Une enveloppe de 800 millions de dinars a été réservée à ce projet, dont l’objectif est « d’augmenter les capacités des deux bouts de la piste et pour avoir un gain de temps d’atterrissage et de décollage pour les aéronefs », a affirmé le premier responsable des travaux publics. Sihem Oubraham

(liaison entre Aïn Taya et Khemis El Khechna). Selon le premier responsable du secteur, « plusieurs axes routiers sont, actuellement, en cours de réalisation à l’Est d’Alger », « il s’agit de l’axe Bordj El Kiffan-El Hamiz, Rouiba-Aïn Taya et Reghaïa-Oued Moussa (Boumerdès) ». Amar Ghoul

“ 11 projets d’autoroutes et de voies rapides, prévus par le plan d’action du gouvernement, seront mis en chantier”
Dans le but d’augmenter les capacités des réseaux existants et de faciliter la circulation, le ministre des Travaux publics M. Amar Ghoul, a déclaré, jeudi, que « deux projets d’infrastructures routières seront lancés prochainement à l’ouest de la capitale ». « Ces projets, qui sont en phase d’étude finale, s’inscrivent dans le cadre du plan stratégique de modernisation 2009-2030 de la wilaya d’Alger », a affirmé le ministre. Dans une déclaration à la presse en marge d’une visite d’inspection dans la wilaya d’Alger, M. Ghoul précise qu’« il s’agit de réaliser un dédoublement de la route nationale reliant Douaouda à Tessala El Merdja sur 19 km ». Cet axe routier, ajoute-t-il, devra « régler le problème de congestion dans cette région qui relie les wilayas d’Alger, Tipasa et Blida ». Le premier responsable des travaux publics a ajouté que « plusieurs infrastructures socio-économiques seront desservies, à l’instar du cyber-parc de Sidi Abdallah et des unités de production ». Pour ce qui est du second projet routier, il portera sur le dédoublement et la modernisation des axes routiers de la zone s’étalant de Sidi Fredj à Palm Beach sur une longueur totale de 15 km. « Ce futur projet va s’ajouter aux travaux d’aménagement routier mis en service ces dernières années, notamment sur l’axe Staouéli-Bouchaoui », selon lui, qui permettra de «  décongestionner les agglomérations de Tessala El Merdja, Douaouda et Sidi Abdalah ». Répondant à une question sur la qualité de certains tronçons de l’autoroute Est-Ouest, le ministre a affirmé qu’« une rencontre nationale consacrée à ce sujet est programmée prochainement ». Le ministre a rappelé, par la même occasion, que 11 projets d’autoroutes et de voies rapides prévus par le plan d’action du gouvernement seront mis en chantier, précisant qu’il s’agissait de réaliser des pénétrantes devant relier plusieurs ports à l’autoroute Est-Ouest, l’autoroute des Hauts plateaux et l’autoroute Nord-Sud. M. Ghoul a précisé que la réalisation de ces nouveaux projets s’étalera jusqu’à 2014. En ce qui concerne l’évaluation des offres pour la réalisation des aires de repos de l’autoroute EstOuest, le ministre a déclaré que « l’Algérienne de gestion des autoroutes (AGA) est actuellement en train de finaliser l’évaluation des offres des soumissionnaires pour la réalisation des aires de repos, des postes de péage et des centres d’entretien de l’autoroute Est-Ouest ». Selon M. Ghoul « l’AGA n’enregistre aucun retard dans le traitement et l’évaluation du programme de réalisation des aires de repos, des postes de péage et des centres d’entretien ». C’est un programme de réalisation des 42 stations-service, dont la réalisation est prise en charge par Naftal, le ministre a assuré qu’« il se poursuivait avec la réception prochaine d’une nouvelle station à Bordj Bou-Arréridj, en relevant la qualité des stations-service entrées en fonction jusque-là ». Selon lui, « sur les 42 stations-service programmés, 14 ont un caractère prioritaire ». « Les stations service d’Ain Defla, Relizane et de Sétif réalisées par Naftal sur le couloir de l’autoroute Est-Ouest sont aux normes internationales, que ce soit du point de vue des commodités, du service, et de qualité », a enfin précisé le ministre. S. Oubraham

DU 16 AU 18 OCTOBRE À LONDRES

M. MOHAMED KEBIR ADDOU, WALI D’ALGER À EL MOUDJAHID

“L’aménagement de oued El-Harrach débutera le 15 octobre”
« Longtemps considéré comme le point noir de la capitale, oued El Harrach aura bientôt un nouveau visage à la fin des travaux d’aménagement », a déclaré, jeudi, M. Mohamed Kebir Addou, wali d’Alger, « ils débuteront le 15 octobre prochain », a-t-il précisé. « Toutes ces réalisations s’inscrivent dans le cadre du projet de la baie d’Alger. Pour un montant de 38 milliards de dinars et les aménagements consisteront à dépolluer les eaux, puis aménager la baie sur une longueur de 19 km, pour un délai de réalisation de 42 mois  ». Dans une déclaration à El Moudjahid, en marge de la visite de travail du ministre des Travaux publics, M. Addou a affirmé qu’«  un groupement algéro-sud-coréen Cosider et Daewoo Environnement  est chargé de la mise en œuvre de ce projet ». Dans ce sillage, il précise que « sur toute la zone de oued El Harrach sera érigé un pôle d’attraction constitué essentiellement d’un stade, des piscines, des espaces de détente et  des aires de jeux », aux côtés d’autres infrastructures comme la Grande Mosquée, le musée de l’Afrique, la Cité des sports du Caroubier, la gare ferroviaire à côté de l’hôpital Zemirli et le stade de Baraki. Selon le premier responsable de la wilaya d’Alger « il y a un plan stratégique de la wilaya d’Alger qui a été mis en place, il a eu l’approbation du Président de la République et du gouvernement, il englobe l’ensemble des secteurs. « Nous avons engagé ce plan stratégique en nous appuyant sur deux études fondatrices », dit-il, « celles de la révision du plan directeur d’aménagement et d’urbanisme de la capitale qui définit les nouvelles règles du jeu urbanistique de l’avenir ; celle de l’aménagement de la baie d’Alger, qui constituera le moteur du développement et de la transformation de l’image de la capitale », a-t-il souligné. Selon lui, «  la démarche mise en œuvre se veut pragmatique, elle s’attelle dans une première phase à l’embellissement de la capitale ». « Une série d’interventions structurelles qui portent sur des aspects essentiels comme la réhabilitation du centre historique et la reconquête du front de mer ». En ce qui concerne projet de réhabilitation des immeubles du centreville de la wilaya, M. Addou affirme que « l’appel d’offres du projet de réhabilitation des immeubles n’a pas été lancé ». « Ce projet fait objet d’un cahier des charges qui est en cours de préparation et l’appel d’offres sera lancé incessamment », dit-il. « Nous avons collaboré avec des entreprises étrangères capables de faire ce travail. Il reste à mettre en place l’entreprise qu’on a baptisée « aménagement métropole d’Alger », le conseil d’administration va se réunir bientôt, nous allons installer un directeur pour s’occuper de ce plan stratégique », a-t-il expliqué. Sihem Oubraham

Rencontre sur les opportunités d’investissements en Algérie
Les opportunités d’investissements en Algérie, notamment dans la région d’Oran, seront au centre d’une série de rencontres qui seront organisées du 16 au 18 octobre à Londres par le Conseil d’affaires algéro-britannique (ABBC), a-t-on appris jeudi auprès de cette organisation. Une première conférence organisée en association avec la Middle East Association (MEA) et UKTI, l’organisme étatique chargé de la promotion du commerce extérieur, verra la participation, côté algérien, du wali d’Oran, M. Abdelmalek Boudiaf, du président du Forum des chefs d’entreprises FCE, M. Réda Hamiani, du président de la Chambre de commerce d’Oran, M. Rachid Fella et de plusieurs investisseurs, souligne la même source. D’importantes personnalités politiques et du monde des affaires seront présentes à cette rencontre entre autres, Lord Marland, représentant du Premier Ministre pour le Commerce et l’Investissement, l’ambassadeur d’Algérie au Royaume-Uni M. Amar Abba et le directeur de HSBC Bank en Algérie, M. Rachid Sekak. La conférence portera surtout sur les opportunités d’affaires qui s’offrent aux entreprises britanniques dans la région d’Oran qui bénéficie d’un important plan de développement. Les nombreux projets de développement d’Oran ont besoin de l’expertise du RoyaumeUni notamment dans les secteurs de la construction, de la fabrication de produits pharmaceutiques, de l’agriculture, santé, éducation, tourisme, finances et énergie, souligne ABBC. Le Conseil d’affaires algéro-britannique a également programmé une rencontre spécialisée dans le secteur de la construction, le 17 octobre avec la participation de British Expertise. La délégation algérienne sera reçue le 18 octobre à la Chambre des Lords (Chambre Haute du parlement britannique) pour des entretiens portant sur les possibilités d’investissement dans le marché algérien.

Vendredi 12 - Samedi 13 Octobre 2012

EL MOUDJAHID

Nation
HABITAT-URBANISME

7

Création d’une direction du contentieux pour les entrepreneurs
Avec 42 milliards dédiés à ce secteur « l’Algérie peut se targuer d’être parmi les rares pays capables de fournir un effort financier aussi considérable », a rappelé le ministre.

L

e ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, M. Abdelmadjid Tebboune, a rencontré les représentants des principales organisations patronales et des associations professionnelles de réalisation de projets d’habitat et ce, pour mettre toutes les chances de succès dans l’exécution du programme sectoriel du gouvernement. La finalité de cet événement est d’agir en commun pour la réussite de ce programme grâce à une stratégie de partenariat. Le ministre a, en cette circonstance, mis en valeur les efforts importants de l’Etat pour répondre à la demande sociale en matière d’habitat dont la prise en charge est vitale pour le développement socio-économique du pays. Pour ce faire, ce sont 42 milliards de dollars qui sont dédiés au secteur de l’habitat et de l’urbanisme. « Par les temps qui courent, il n’y a pas énormément de pays, hormis les grandes puissances, capables de fournir un effort financier aussi considérable », a rappelé M. Tebboune devant les participants. Il a pris l’engagement de confier en priorité les marchés de la construction de logements aux entreprises locales, pour peu qu’elles soient en mesure de bâtir des centaines de milliers de logements. Dans ce cas de figure, les entreprises étrangères ne seront présentes que pour leur servir de soutien. Cette participation étrangère sera complémentaire et nullement prioritaire.

Ce faisant, l’Etat encourage le partenariat sous toutes ses formes entre les entreprises nationales ou avec les firmes étrangères détentrices de moyens et de savoir-faire.

Un nécessaire rassemblement des entreprises
Par ailleurs, M. Abdelmadjid Tebboune, a exhorté les entreprises nationales à se rassembler dans le but de consolider leurs parts de marché et de renforcer leurs capacités de production. « Cela nous permettra de mieux vous encadrer », a-t-il précisé, tout en forgeant la volonté d’œuvrer à faire émerger un outil performant capable de capter la technologie. Le ministre a observé que les entreprises nationales publiques et privées dotées de capacité humaines et matérielles intéressantes ne constituent qu’une faible minorité, déplorant le fait que certaines entreprises en sont à utiliser des méthodes artisanales pour concrétiser leurs projets.  « Ceux qui ont confiance en l’avenir de leur pays doivent investir », a-t-il estimé, ajoutant que la possibilité de faire bénéficier les jeunes entrepreneurs de marchés est une priorité des pouvoirs publics. Ce n’est pas le seul des handicaps. Confrontés à des problèmes bureaucratiques, les entrepreneurs ne peuvent pas, par exemple, bénéficier de leurs dus. C’est pourquoi le ministre a annoncé la création d’une diPh : Louisa

rection du contentieux. M. Tebboune a déclaré que le rythme de construction de logements inscrits dans le programme quinquennal 2010-2014 n’est pas satisfaisant dans la mesure où le nombre de logements construits annuellement ne dépasse pas les 80.000 à 85.000 unités, alors qu’il se doit d’atteindre les 200.000 unités par an pour construire 2 millions de logements d’ici la fin 2014. S’agissant de l’amélioration de la qualité de réalisation des logements, le ministre a appelé les entreprises à être au fait des nouvelles technologies utilisées dans le domaine du BTPH et à utiliser des matériaux de construction modernes et efficaces. M. BOURAIB

RELANCE DES PROGRAMMES AADL

Les prix revus à la hausse
En marge de cette rencontre, un point de presse a permis de clarifier certaines préoccupations liées au secteur de l’habitat. A ce titre, le ministre a tenu à dire que «  les programmes de logements locationvente de l’Agence d’amélioration et de développement de logement (AADL) seront relancés dans la même formule mais avec une révision à la hausse des prix. «  L’actualisation de ces programmes est nécessaire car leur élaboration initiale remonte à une dizaine d’années et les négociations avec le ministère des Finances ont pris fin mercredi dernier. Il a été décidé d’augmenter le prix du logement AADL, sans toutefois affecter le bénéficiaire ». Selon les estimations du ministre, le prix du logement AADL pourrait avoisiner les 3,5 millions de dinars. Quant au lancement de ces programmes qui intéressent en particulier les revenus moyens, le ministre n’a pas donné d’échéance disant qu’il est en train d’apurer ce qui reste des premiers programmes lancés au début des années 2000. L’insuffisance d’assiettes foncières est susceptible de s’ériger en obstacle devant cette relance. Pour réagir à la situation, le ministre a fait savoir que les walis ont été mobilisés pour recenser les terrains adéquats. Les programmes AADL, a-t-il dit, seront accessibles à tous les citoyens intéressés y compris les souscripteurs aux programmes des années 2001 et 2002 et qui n’ont pas encore obtenu de logement dans cette formule ou dans d’autres. La réalisation de 150.000 logements AADL sera lancée avant la fin de l’année, annonçant un retour à la formule de la location-vente. Le ministre a déclaré qu’un quota national de plus de 100.000 logements est prêt à être livré et préaffecté. Concernant justement cette question de la pré-affectation, il a indiqué que l’attribution aux futurs bénéficiaires de décisions provisoires dans l’attente de l’achèvement des travaux de construction et de viabilisation, permettra d’apporter de la sérénité aux gens et de leur faire comprendre que leurs besoins sont pris en charge par les pouvoirs publics. M. B.

PROTECTION DU CONSOMMATEUR

Un nouveau texte sur l’étiquetage à partir de 2013
La majorité des produits fabriqués en Algérie ainsi que les produits importés de Chine et de certains pays arabes ne mentionnent ni le dosage des additifs alimentaires, ni leurs conséquences sur la santé des consommateurs.

L

a réglementation en matière de protection du consommateur et son droit à l’information sur les produits et services sera renforcée. Elle sera même plus rigoureuse avec l’entrée en vigueur en mai 2013, du décret exécutif fixant les conditions et les modalités d’utilisation des additifs alimentaires dans les denrées alimentaires destinées à la consommation humaine. Ainsi, avec l’introduction de cette nouvelle loi, l’étiquetage des produits alimentaires importés ou fabriqués en Algérie va changer. En effet, à partir de cette date, les producteurs seront obligés d’informer les consommateurs sur les additifs contenus dans leurs produits et leurs conséquences éventuelles sur la santé. A cet effet, les pouvoirs publics, ont demandé aux entreprises « de prendre toutes les dispositions » en vue de se conformer à ce nouveau texte réglementaire paru au Journal officiel no 30 du 15 mai dernier. Ce texte sur l’étiquetage vise à guider le consommateur dans le choix du produit ou le service sur la base des indications fournies par l’étiquette. Le projet de décret oblige les producteurs de produits agroalimentaires à mentionner les composants, au nombre de douze actuellement, sur l’emballage pour permettre au consommateur d’opter pour le produit qu’il juge adapté à son besoin et à son choix. A titre d’exemple, lorsque des édulcorants incorporés dans les denrées alimentaires contiennent des « polyols et /ou de l’aspartame et/ou du sel d’aspartame-acésulfame  », l’étiquetage doit porter les avertissements suivants : « une consommation excessive peut avoir des effets laxatifs » pour les polyols ; déconseillé aux enfants dans le cas d’utilisation d’édulco-

rants ; « contient une source de phénylalanine » quand le produit contient de l’aspartame et «  déconseillé aux individus allergiques et/ou présentant une intolérance aux additifs alimentaires ». Pour les additifs alimentaires préemballés vendus au détail, l’étiquetage doit comprendre notamment la mention « hallal », la nature de l’additif alimentaire et les avertissements sur les conséquences de leur consommation sur la santé et les enfants. Le décret a fixé également la liste des additifs alimentaires autorisés, leurs définitions et leurs fonctions technologiques. L’obligation faite aux producteurs de mentionner dans l’étiquetage la nature des additifs alimentaires contenus dans leurs produits permettra aux consommateurs de s’informer sur ce qu’ils consomment et de mettre fin à l’utilisation abusive d’additifs et notamment de colorants alimentaires dans l’industrie agroalimentaire. Il convient de préciser que la majorité des produits fabriqués en Algérie ainsi que

les produits importés de Chine et de certains pays arabes ne mentionnent ni le dosage des additifs alimentaires, ni leurs conséquences sur la santé des consommateurs. Il faut rappeler que trois projets de décrets relatifs à la protection du consommateur et son droit à l’information, dont celui sur l’étiquetage des produits, ont été initiés pour l’année en cours. Les deux autres décrets ont trait à la sécurité générale des produits, et à la garantie et service après-vente. Le projet de décret sur la sécurité générale des produits prévoit la mise en place d’un système d’alerte rapide qui permettra aux pouvoirs publics, aux consommateurs et aux opérateurs de retirer du marché un produit non conforme aux normes et susceptible de porter atteinte à la santé du consommateur. Concernant le projet de décret relatif à la garantie et au service après-vente, ce dernier est censé renforcer les droits des consommateurs en la matière.  Salima Ettouahria

Un fichier national du logement social
A une question relative aux protestations émanant de citoyens qui se sentent lésés, le ministre a évoqué la création d’un fichier national du logement social permettant d’identifier les bénéficiaires de toutes sortes d’aide publique au logement. Par ailleurs, le gouvernement envisage le lancement de nouveaux programmes de logements de type rural groupé, dans les espaces se situant près des grandes agglomérations urbaines. «  A travers l’ensemble de ces actions, nous voulons aller vers des segments de logement où toutes les catégories de la population pourront se trouver dans un dispositif public approprié à ses moyens et à ses besoins, à travers la création de cités intégrées où le locataire aura à sa disposition les infrastructures et les équipements idoines », a encore indiqué M. Tebboune. M. B.

Vendredi 12 - Samedi 13 Octobre 2012

8

Nation
POINT DE PRESSE DU MINISTRE TUNISIEN DU TOURISME M. ELYES FEKHFAKH

EL MOUDJAHID

RELANCE DE LA FILIÈRE TEXTILE

Accord de coopération  pour booster le tourisme

Tisser un environnement favorable

L

L

a réunion de la commission sectorielle algéro-tunisienne en charge du tourisme, tenue les 9 et 10 octobre 2012 à Alger, eet présidée par M. Mohamed Benmeradi, ministre du Tourisme et de l’Artisanat, et son homologue tunisien M. Elyes Fekhfakh, a été sanctionnée par la conclusion d’un accord de coopération devant contribuer au développement du tourisme dans les deux pays, grâce au partenariat et la mise en commun des potentialités, a fait savoir M. Fekhfakh lors d’un point de presse qu’il a animé mercredi soir à l’hôtel El-Djazaïr en présence de l’ambassadeur de Tunisie M. Mohamed Néjib Chahana. Le ministre tunisien, après avoir présenté ses condoléances suite au décès de l’ancien Président Chadli Bendjedid, a souligné l’excellence des relations entre les deux pays frères, notant que les deux gouvernements sont très proches sur l’ensemble des domaines, notamment en matière d’enseignement, d’industrie et de tourisme. Rappelant les liens millénaires qui les unissent, l’orateur souligne la volonté partagée de développer les relations dans tous les domaines, notamment le tourisme. Evoquant les grands axes de l’accord qui vient d’être signé, M. Fekhfakh cite le domaine de la formation où un programme étoffé est prévu. Un groupe d’experts algériens doit se rendre en Tunisie pour aborder des questions comme les infrastructures, l’ingéniering et les programmes de formation. Il y aura également des sessions regroupant des formateurs algériens et tunisiens, des stages pratiques pour des étudiants et des formations dans le domaine de la santé. En bonne place figurent également dans l’accord la promotion touristique (campagnes publicitaires), le développement des circuits du Sahara et de saint Augustin, la promotion de l’investissement en Algérie et en Tunisie. Une rencontre à l’intention des opérateurs est prévue durant le premier trimestre 2013 pour faire connaître les domaines d’investissement, la législation, les critères de qualité, l’aménagement des assiettes foncières et l’expérience tunisienne en la matière. D’autres actions viendront renforcer cette dynamique de coopération, comme l’organisation d’une semaine

culturelle de l’Algérie en Tunisie et la participation de l’Algérie au Salon du tourisme à Tunis. L’accord prévoit une évaluation du travail accompli chaque année. Parlant des potentialités de l’Algérie dans le secteur du tourisme, M. Fekhfakh a estimé que celles-ci sont importantes, notant que de nombreuses opportunités s’offrent pour les hommes d’affaires des deux pays, comme la réalisation de centres de repos et le créneau de la thalassothérapie. Interpellé sur l’absence d’une politique encourageant des offres promotionnelles ciblant la clientèle algérienne qui choisit la destination Tunisie et qui a atteint un nombre important (plus d’un million en 2010 et 800.000 en 2012), les désagréments liés aux contraintes rencontrées au niveau des zones de passage frontaliers, le ministre a reconnu l’absence d’une stratégie en direction du marché algérien, celle-ci va se déployer pour prendre en compte plusieurs aspects, dont la question des prix où il y aura sans doute des améliorations avec la pratique de la réservation par les agences de voyages que nous encourageons à se rapprocher pour coordonner leurs actions en matière de

marketing, d’offre de produits, etc., comme cela s’est fait récemment avec la Turquie. L’offre tunisienne sera diversifiée au profit du marché local, dont l’Algérie, à la faveur du développement du tourisme alternatif avec l’expérience des gîtes ruraux. S’agissant des lenteurs, le problème est réel et on s’efforcera d’y remédier en assouplissant les formalités, en plus de la réalisation d’aires de repos. On prévoit également la remise en fonction de la ligne maritime, ainsi que le chemin de fer qui existaient par le passé. Au sujet de la menace des salafistes partisans de la violence, M. Fekhfakh a estimé qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter des agissements de ce groupuscule (1.000 à 1.500 personnes) qui représente une infime minorité avec l’action de sensibilisation qui est menée, au moment où les autorités veillent au respect de la loi. Les cinq millions de touristes qui ont visité la Tunisie cette année n’ont pas été dérangés dans leur quiétude, a noté le ministre, relevant qu’en 2012, l’activité du secteur a enregistré une augmentation de 35% après la baisse de 2011 liée au contexte . M. Brahim

Sommet de l’UMA à Tunis
principe de la tenue sommet du (UMA) Làe l’objetadeété retenu, laduentre les dedelal’Union pourMaghreb arabeactuelleTunis question date de la réunion faisant ment concertation responsables une bonne préparation de ce sommet, a répondu l’ambassadeur de Tunisie à Alger M. Mohamed Néjib Chahana, en réponse à une question d’un journaliste. M. B.

a mobilisation des commandes publiques au profit des entreprises nationales de textile permettra de «récupérer 20 à 25% des emplois perdus» et relancer cette filière, a estimé, jeudi à Alger, un responsable syndical. «Si nous mobilisons les marchés publics, nous pouvons récupérer d’ores et déjà de 20 à 25% des emplois que nous avons perdus. Autrement dit, on pourra obtenir autour de 8.000 à 10.000 postes de travail, notamment à l’intérieur du pays», a déclaré M. Amar Takjout, secrétaire général de la Fédération nationale des travailleurs de textile et cuir à la radio nationale. Ce syndicaliste cite dans ce sens l’exemple des marchés de l’armée, du secteur hospitalier ou encore ceux de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, qui doivent être «impérativement» accordés aux entreprises nationales pour aider à relancer la filière. Selon M. Takjout, près de 300.000 emplois ont été perdus dans la filière, pour la plupart dans le secteur privé. «Nous avons perdu plus de 250.000 emplois dans le privé, notamment à Alger, Oran, Blida, Médéa, et autour de 30.000 emplois dans le public, particulièrement à Sig, Khenchela, Tébessa, Tiaret, Mascara, Sidi Bel-Abbès et Oran», a-t-il indiqué, précisant que la filière comptait plus de 4.000 entreprises privées dans les années 1980. Les conditions pour une véritable relance de l’industrie du textile existent, a-t-il poursuivi, citant la disponibilité de l’infrastructure nécessaire et de la maind’œuvre qualifiée en rappelant, a-t-il dit, les seniors. Il a estimé que la reconquête de 20% des parts de marché permettra à la filière de doubler son effectif actuel. «Si nous arrivons à récupérer 20% des parts de marché, nous pourrons nous en sortir aisément», a-til soutenu. M. Takjout regrette par ailleurs que la démarche de réou-

verture de certaines unités de production, initiée par les pouvoirs publics, soit «frileuse» et «très timide». «Il faut aller plus loin, il faut être volontariste et croire à la relance de ce secteur», a-t-il suggéré, préconisant de nouvelles réouvertures «en partenariat soit avec des nationaux ou avec des étrangers». Il a rappelé, à ce titre, que des Turcs vont réaliser, en partenariat avec des Algériens, deux usines de confection et d’habillement dans les wilayas de Béjaïa et de Relizane. «Ces deux usines pourront permettre la création de 4.000 postes d’emploi supplémentaires en 2013», a-t-il souligné. Ce responsable syndical regrette que la décision de reprendre les infrastructures de distribution soit prise seulement pour une partie des magasins relevant, auparavant, des sociétés Districh et Enaditex. «Je préconise la réouverture de tous ces magasins», at-il dit. Les trois groupes publics du textile, du cuir et de la confection et habillement, relevant de la SGP-industries manufacturières, avaient créé une filiale chargée de commercialiser leurs produits sur le marché national. Il a fait savoir, en outre, que le ministère de l’Industrie a ordonné la réalisation d’une étude d’évaluation sur le plan de relance de la filière engagé, exprimant son souhait de voir le travail accompli porté à la connaissance du partenaire social. M. Takjout a tiré, par ailleurs, la sonnette d’alarme sur les exportations frauduleuses du cuir, les considérant comme des parts de marché perdues pour l’Algérie. «Les trois quart de cette matière première sont exportés frauduleusement», a-t-il précisé. Pour ce syndicaliste, une seule chose pourra sauver cette filière : «C’est interdire l’exportation des peaux semi-finies pour permettre à la filière formelle de les traiter et de les exporter.»

Ph. : T. Rouabah

ÉNERGIES NOUVELLES ET RENOUVELABLES

2e séminaire international à Ghardaïa, le 15 octobre

M. Elyes Fekhfakh reçu par M. Messahel…
e ministre des Affaires maghrébines et Lafricaines,délégué chargétourisme, M. Elyes Fekhfakh.à M. Abdelkader Messahel, a reçu jeudi Alger le ministre tunisien du M. Fekhfakh est en visite en Algérie dans le cadre des travaux de la réunion de la commission sectorielle algéro-tunisienne dans le domaine touristique, qui s'est tenue les 9 et 10 octobre, en application des recommandations de la grande commission de coopération et du comité de suivi.

L

… et par M. Tahmi

L

a coopération algéro-tunisienne dans le domaine de la jeunesse et des sports a été examinée jeudi à Alger lors d'un entretien entre le ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Mohammed Tahmi, et le ministre tunisien du Tourisme, M. Elyes Fakhfakh, indique un communiqué du ministère. Au cours de la rencontre, les deux ministres ont passé en revue l'état des relations bilatérales "appelées à se dévelop-

per davantage, notamment en matière de jeunesse et des sports", précise le communiqué. "Les deux parties ont exploré, à cet effet, diverses pistes porteuses dans le cadre du renforcement de ces relations en matière de mobilité et de tourisme de jeunes, ainsi que les échanges dans le cadre de regroupements sportifs dans les centres des deux pays", ajoute la même source.

M. Fekhfakh, satisfait de la “bonne” coordination sécuritaire à la frontière algéro-tunisienne

L

e ministre tunisien du Tourisme, M. Elyes Fekhfakh, a exprimé jeudi à Alger sa satisfaction de la "bonne" coordination sécuritaire au niveau de la frontière algéro-tunisienne. "Nous sommes des deux côtés satisfaits de la qualité de la coordination sécuritaire en matière de protection de la frontière, d'autant que la sécurité est importante pour le secteur du tourisme", a déclaré M. Fekhfakh à la presse après avoir été reçu par le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, M. Abdelkader Messahel. La rencontre a permis "un échange de vues sur la situation sécuritaire, notamment à la frontière entre

la Tunisie et l'Algérie, et celle entre la Tunisie et la Libye, et le renforcement de la coopération et de la coordination entre les deux pays pour faire face aux problèmes qui pourraient surgir", a précisé le ministre tunisien. Dans ce contexte, M. Fekhfakh a appelé de ses vœux l'activation des projets signés. Le ministre tunisien a, par ailleurs, indiqué s'être entretenu, dans le cadre de la deuxième commission mixte dans le secteur du tourisme, avec le ministre du Tourisme et de l'Artisanat, M. Mohamed Benmeradi, précisant qu'"un accord de coopération dans le domaine touristique s'étendant jusqu'à 2015 et s'articulant autour de la formation, l'in-

vestissement, la promotion touristique, la législation et l'échange d'expertise a été signé à cette occasion". Il a également précisé avoir évoqué, lors de ses entretiens avec le ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Mohammed Tahmi, l'échange de visites entre les jeunes des deux pays. M. Fekhfakh est en visite en Algérie dans le cadre des travaux de la réunion de la commission sectorielle algéro-tunisienne dans le domaine touristique, qui s'est tenue les 9 et 10 octobre, en application des recommandations de la grande commission de coopération et du comité de suivi.

e deuxième séminaire international sur les énergies nouvelles et renouvelables se tiendra du 15 au 17 octobre au siège de l’Unité de recherche appliquée en énergie renouvelable (URAER) de Ghardaïa, a-t-on appris auprès des organisateurs. Organisé par cette unité de recherche, ce séminaire sur les énergies nouvelles et renouvelables se veut être un important forum de dialogue et d’échange entre spécialistes sur l’état d’avancement de la recherche dans le domaine des énergies nouvelles et renouvelables. Cette manifestation ambitionne également mettre en place un système relationnel entre différents chercheurs et décideurs afin de promouvoir leurs travaux de recherche sur le terrain, ont indiqué les organisateurs. La thématique de plus en plus importante de la question des énergies nouvelles et renouvelables dans le développement durable sera abordée durant cette rencontre par des chercheurs et universitaires algériens, tunisiens, marocains, français, belges, espagnoles et bahreïniens. Les participants auront également à se pencher sur l'état d'avancement des nouvelles perspectives de recherche dans le domaine des énergies nouvelles et renouvelables dans le monde en général et dans leurs pays respectifs en particulier. Ils auront aussi à plancher sur les moyens et méthodes permettant la diversification des sources naturelles énergétiques, telles la biomasse énergie et la valorisation énergétiques des déchets. Une centaine de communications portant sur les gisements solaire et éolien, les systèmes photovoltaïques et hybrides, la biomasse, hydrogène et piles à combustible, ainsi que la maîtrise d’énergie et l’environnement, seront données à cette occasion. Le séminaire abordera également les perspectives d'évolution des énergies, les défis énergétiques mondiaux, l’utilisation du plancher solaire direct (PSD), l’isolation thermique des bâtiments, ainsi que l’utilisation intelligente et rationnelle de l’énergie. Des simulations expérimentales de travaux de recherche portant sur les générateurs photovoltaïques, une centrale thermosolaire hybride avec régénération des gaz, seront effectuées durant ce séminaire, ont indiqué les organisateurs. Les participants auront à formuler des propositions et recommandations visant à renforcer la recherche appliquée en énergies renouvelables en Algérie et à favoriser les échanges entre chercheurs. Inaugurée en 1999, l’URAER de Ghardaïa est affiliée au Centre national de développement des énergies renouvelables. Son ambition est de devenir une plateforme internationale d’expérimentation et un point nodal de communication régionale dans le développement et la vulgarisation des énergies renouvelables, ainsi que la maîtrise des nouvelles technologies des énergies nouvelles, ont affirmé ses responsables.

Vendredi 12 - Samedi 13 Octobre 2012

EL MOUDJAHID

Economie
EMPRUNT DU FMI

9
RENCONTRE À PARIS SUR L’INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE

L’Algérie participe avec cinq milliards de dollars
L’Algérie a décidé de participer à l’emprunt lancé par le Fonds monétaire international (FMI) avec un montant de cinq milliards de dollars, a indiqué hier un communiqué commun du ministère des Finances et de la Banque d’Algérie.

U

Un marché rentable ne rencontre sur les opportunités

L

a participation algérienne s’effectuera sous forme d’accord d’achat de titres libellés en Droits de tirage spéciaux (DTS), précise la même source. Les pays membres du FMI souhaitant souscrire à cet emprunt peuvent le faire soit sous forme d’accord de prêt bilatéral ou d’accord d’achat de tires. L’Algérie a donc choisi d’opter pour la seconde formule, avec une participation pour un montant de cinq milliards de dollars, «un niveau intermédiaire» par rapport aux souscriptions annoncées par les autres pays. Techniquement, la participation à cet emprunt constitue une opération qui «s’inscrit dans le cadre de la gestion rationnelle des réserves de change», souligne le communiqué. Selon les caractéristiques arrêtées par le FMI, les montants souscrits dans le cadre de cet emprunt font partie intégrante des réserves du pays participant. Cette opération constitue «une bonne opportunité pour l’Algérie de diversifier ses placements sous deux angles». D’abord, sous l’angle qualité de l’emprunteur, et donc qualité de

l’instrument financier, le FMI étant une institution financière multilatérale et de premier ordre, ce qui permet «un niveau de sécurité élevé des placements». Ensuite, sous l’angle monnaie de dénomination, puisque les titres dans le cadre de cet emprunt seront libellés en DTS (unité de compte du FMI déterminée sur la base d’un panier de devises largement utilisées dans les marchés financiers), ce qui élargira la composition par devises des réserves de change, «atténuant davantage les risques de change sous-jacents», note la même source. Les titres sont porteurs d’intérêts au taux DTS tel que déterminé sur la base des taux de marché des taux de monnaies composant le DTS, à savoir le dollar, l’euro, le yen et la livre sterling. «Cette caractéristique atténue les risques de fluctuation des taux d’intérêt et constitue donc un élément positif qui contribue à la stabilité des taux d’intérêt du DTS et lui confère un rendement équivalent, voire supérieur à celui d’un titre souverain de premier rang», note le communiqué.

Outre ces avantages financiers et le fait qu’elle place l’Algérie parmi les pays créanciers du FMI, l’acquisition de titres du Fonds «constitue une contribution aux actions de la communauté internationale, y compris du FMI, visant à endiguer l’impact de la crise économique et financière globale sur l’ensemble des pays, y compris l’Algérie». L’acquisition des titres DTS participe positivement à l’image du pays au sein

de la communauté internationale et contribue au renforcement des relations institutionnelles avec le FMI, souligne la même source. A noter que le FMI a lancé, dans le cadre du renforcement de ses ressources, un emprunt auprès des pays membres disposant d’une viabilité financière externe solide, dont l’Algérie, viabilité qui s’apprécie dans le contexte d’une gestion macroéconomique saine.

RÉUNION DE TOKYO

Le FMI salue les mesures prises pour la consolidation de ses ressources

L

es ministres du Groupe intergouvernemental des «VingtQuatre» pour les questions monétaires internationales et le développement «G-24» dont l’Algérie était représenté par son ministre des Finances, M. Karim Djoudi, ont tenu leur quatre-vingt-huitième réunion à Tokyo au Japon, le 11 octobre. «Rôle et réforme des institutions financières internationales  », «Gestion des risques et consolidation de la reprise», «Financement du développement» sont les principaux thè-mes abordés par les participants aux travaux des réunions des assemblées annuelles du Groupe de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, dans une conjoncture qui reste marquée par la crise dans la zone euro en raison de ses conséquences sur le reste des pays. En fait, les spécialistes des questions financière se sont déclarés « très préoccupés par la fragilité de la situation économique et financière, compte tenu en particulier de la faiblesse de la croissance et de la persistance des incertitudes et des risques dans la zone euro» en dépit des mesures engagées pour atténuer l’impact de la crise. L’instabilité des marchés financiers, les ajustements budgétaires et le désendettement des banques ont, pour leur part, pesé sur la croissance, avec des répercussions négatives sur de nombreux pays émergents et pays en développement, indique-t-on. En outre, la croissance du commerce mondial a sensiblement ralenti et les entrées de capitaux dans les pays émergents et les pays en développement s’avèrent de plus en plus irrégulières d’autant plus que les prix de l'énergie et des denrées alimentaires se maintiennent dans des niveaux instables, alors que la flambée de ceux des céréales menace la sécurité alimentaire dans les pays pauvres et vulnérables. Dans cette optique, des «actions immédiates et concertées sont nécessaires pour stimuler la croissance mondiale grâce à des politiques macroéconomiques appropriées, à la promotion d’un commer- ce ouvert et de l'investissement, à la remise en état des

secteurs financiers, et à de vigoureuses réformes structurelles» tout en œuvrant pour «un rééquilibrage budgétaire à moyen terme une fois la reprise bien installée», est-il recommandé dans le communiqué de la réunion. Des objectifs qui exigent, insistent les concernés, des politiques allant dans le sens de la stabilité des cours des produits de base et la réduction de la volatilité des flux des capitaux et l’élimination des subventions à l'exportation. Il s’agira notamment d’orienter les efforts vers la lutte contre la pauvreté, de responsabiliser les gens et de promouvoir la cohésion sociale par la promotion de l’emploi. A ce propos, l’accent est mis sur la création d’emplois et l’établissement de filets de sécurité sociale efficaces et viables pour protéger les couches démunies et les personnes vulnérables. Dans le même contexte, ceux qui tiennent les rênes du FMI estiment important que les pays en développement disposent d’un accès régulier à un financement suffisant leur permettant de consolider les efforts déployés dans le cadre d’un développement durable. Aussi engagement a-t-il été pris d’œuvrer dans le sens de la réa-

lisation, d’ici à 2015, des objectifs du Millénaire pour le développement retenus dans le cadre onusien. Soulignant l’importance  d’«une forte mobilisation des ressources et de l’investissement pour atteindre ces objectifs, les participants ont con-firmé, une fois de plus que « la crise financière mondiale actuelle a de graves répercussions sur l’offre de financement à long terme pour des projets d’infrastructure et de développement». Aussi, «il est crucial de trouver de nouveaux circuits pour orienter l’épargne mondiale vers le financement d’infrastructures dans les pays émergents et les pays en développement», notent les experts du FMI qui attendent «avec intérêt le résultat des discussions en cours avec nos pays membres et d’autres instances sur la façon d’améliorer l’architecture du financement» de ces projections. A ce propos, le FMI salue «les mesures prises afin de veiller à ce qu’il dispose de ressources suffisantes pour jouer le rôle qui lui revient face aux risques accrus dans l’économie mondiale et pour répondre aux besoins de tous les pays membres qui peuvent être tou-

chés », une option qui ne doit pas, pour autant, «compromettre sa nature d’institution fondée sur les quotes-parts». A noter que l’Algérie qui a été sollicitée pour un emprunt au profit du Fonds monétaire international a décidé de contribuer avec un montant de 5 milliards de dollars. La participation algérienne s'effectuera sous forme d'accord d'achat de titres libellés en Droits de tirage spéciaux (DTS) précise un communiqué commun du ministère des Finances et de la Banque d'Algérie émis jeudi. D’autre part, le cap a été mis sur la nécessité de respecter les engagements pris en ce qui concerne les réformes de 2010 des quotes-parts et de la gouvernance du FMI, afin de rendre plus «crédibles les mesures que le FMI prend actuellement pour renforcer son efficacité et sa légitimité». Il est question de procéder à un examen approfondi de la formule de calcul des quotesparts d'ici à janvier 2013 et d'achever la quinzième révision générale des quotes-parts d'ici à janvier 2014, indique le communiqué de la réunion. D. Akila

d’investissement en Algérie et l’apport souhaité de sa diaspora à l’économie nationale s’est tenue jeudi à Paris à l’adresse notamment des cadres, des entrepreneurs et des investisseurs algériens en activité à l’étranger. Initiée par le Réseau des Algériens diplômés des grandes écoles et universités françaises (Reage) et l’Association internationale de la diaspora algérienne (AIDA), elle se proposait surtout de chercher les voies et moyens de convaincre la diaspora algérienne disséminée à travers le monde à s’impliquer dans le développement économique et social du pays. Selon le président et cofondateur de AIDA, Abdelouahab Rahim, la diaspora algérienne qu’il estime à sept millions de compatriotes dont quatre millions établis en France, «est sensibilisée et prête à apporter son savoir-faire pourvu que les pouvoirs publics créent les conditions adéquates pour matérialiser des investissements en Algérie». «Ce qui est demandé aux pouvoirs publics c’est, avant tout, une vision claire, une feuille de route et un process grâce auxquels les compétences nationales à l’étranger auront l’éclairage voulu sur une économie adéquate capable d’attirer les investissements», a-t-il indiqué à l’APS. Pour l’homme d’affaires algérien, ce «n’est pas du ressort des investisseurs potentiels de dicter la voie à suivre par ces pouvoirs». «La seule chose importante pour nous, c’est de maintenir cette flamme, ce lien très proche avec le pays d’origine de façon à ce qu’un jour, dans une économie plus ouverte, la diaspora répondrait présente», a-t-il ajouté. Evoquant les opportunités d’investissement en Algérie, le président de la Chambre de commerce et d’industrie algéro-française (CCIAF), Jean-Marie Pinel, a dressé un panorama chiffré de l’économie algérienne. «L’Algérie est une économie de demande, et non pas d’offre, dont la traduction par les chiffres est que 70 à 75 % des produits consommés sont importés, d’où de nombreuses opportunités à fabriquer sur place», a-t-il estimé. «L’Algérie, l’Eldorado ? Ne l’est-elle pas déjà, car les entreprises (étrangères) qui s’y sont installées se portent bien», s’est demandé M. Pinel, également président de KPMG Algérie, un cabinet d’audit et de conseil financier. Il a toutefois signalé qu’il y a en Algérie un «fort» taux d’investissement». Mais c’est un investissement de l’Etat (équipements et infrastructures), et ce taux est, dans le secteur productif, faible», a-t-il toutefois relevé. La rencontre, à laquelle ont pris part des capitai- nes d’industrie algérienne dans divers domaines, s’est poursuivie au niveau de trois tables rondes ayant porté respectivement sur les retours d’expériences et les stratégies de développement, la coopération économique algéro-française, et les secteurs et filières en émergence.

12 ENTREPRISES POLONAISES DEMAIN À ALGER

Des opportunités de partenariat

L

es délégations d’hommes d’affaires continuent d’affluer en Algérie. En effet, après l’annonce de la visite de deux délégations britannique et autrichienne visant à explorer les opportunités de coopération qu’offre l’Algérie et à tisser des partenariats avec des entreprises algériennes, c’est au tour d’une importante délégation polonaise de rendre visite à notre pays. La visite successive de ces délégations confirme l’importance du marché algérien qui est en pleine expansion  et qui représente aujourd’hui un espace porteur et ambitieux. Profitant de cette opportunité, les hommes et femmes d’affaires polonais, autrichiens et britanniques auront tout le loisir de rencontrer leurs homologues algériens dans le but de faire connaître leurs produits et d’examiner les moyens de sceller de nouveaux partenariats. Il y a lieu de rappeler que M. Michel Clément,

PDG de l’entreprise autrichienne Kapch, spécialisée dans le développement de nouvelles technologies et des communications numériques sans fil GSM-R pour le trafic ferroviaire, a déclaré à El Moudjahid, en marge d’une rencontre d’affaires entre les entreprises algériennes et autrichiennes, organisée à Alge que «l’Algérie enregistre un réel boom économique».  Il a rappelé dans ce sens qu’«il y a seulement quelques années, quand on venait en Algérie, l’avion était presque vide, mais aujourd’hui nous sommes obligés de réserver  deux mois à l’avance». Cette délégation composée de 12 entreprises spécialisées dans le domaine de l’environnement est attendue du 14 au 17 octobre prochain en Algérie pour participer au Salon inter- national des énergies renouvelables, des énergies propres et du développement durable ERA 2012 qui se tiendra du 15 au 17 octobre au

Centre des conventions d’Oran. La présence de ces entreprises polonaises en Algérie sera l’occasion de s’enquérir de leur expérience dans le domaine du développement des énergies propres de sorte à promouvoir la coopération et le partenariat entre opérateurs des deux rives. Lors de la tenue de ce salon, les représentants de ces entreprises vont présenter des solutions innovantes répondant aux besoins exprimés dans le secteur du développement durable, des énergies polluantes et des technologies vertes. Parmi les entreprises polonaises participantes, citons la société Technologie EKOLOGICZNE dans la gestion des déchets, le recyclage des matières utilisées en industrie entre autres, la société Biogradex- Holding spécialisée dans la gestion de l’eau et des eaux usées et dans l’épuration des eaux industrielles, etc. Makhlouf Aït Ziane

Vendredi 12 - Samedi 13 Octobre 2012

EL MOUDJAHID

Régions
AÏD-EL-ADHA

RELIZANE

11

MASCARA

Le prix du mouton flambe
Le prix du mouton continue de grimper au grand dam des petites bourses.

120 familles relogées

H

adj Senouci, éleveur de cheptel ovin, impute cette hausse en partie à ce qu’il nomme des «parasites», mais aussi au prix élevé de l’aliment de bétail et autres charges. La fourchette des prix varie entre 25.000 et 33.000 DA pour les bourses moyennes, mais on a vu qu’un maquignon proposait un mouton de la race de Sougeur et d’El-Bayadh à 50.00060.000 DA. Toutes les dispositions sont prises afin de faciliter les opérations de vente et d’achat du cheptel dans cet espace situé dans cette petite commune de Maoussa où les éleveurs et leur cheptel arrivent de différentes régions pastorales de l’Ouest et des lointaines zones steppiques des Hauts Plateaux. A signaler que des mesures de contrôle et de prévention d’éventuelles maladies parasitaires seront assurées par des vétérinaires et des techniciens de santé animale, nous indique-t-on. Le paysage de toutes les localités de la région de Beni Chougrane

commence faire sa mue avec l’apparition, dans les quartiers populaires, plusieurs jours avant l’Aïd, dans les souikas des revendeurs occasionnels de moutons au moment où l’on voit fleurir d’autres activités comme la vente du charbon, des ustensiles de cuisson dans les magasins, mais aussi dans les grandes places comme Ettahtaha, où l’on continue à exposer la marchandise sur des tréteaux, même si les commerces de l’informel ont complètement disparu, mis à part ce site. «C’est bien, nous dit cette femme d’un certain âge, de perpétuer le geste auguste du Prophète Ibrahim, il y a des siècles.» «Mais il ne faut pas trop verser dans le superflu et l’inutile en achetant n’importe quoi», tientelle à préciser à un groupe de jeunes mariés qui s’apprêtent pour la première fois à s’acquitter de ce devoir religieux avec leurs petites familles. Un point de vue qui plaide pour la modération loin de la démesure. La wilaya se prépare

pour fêter comme il se doit l’Aïdel-Adha, mais maquignons, éleveurs et revendeurs se frottent déjà les mains et s’apprêtent à faire grimper les prix, au grand dam des classes et bourses modestes nombreuses à avoir encore des dettes après le Ramadhan, l’Aïd-el-Fitr, la rentrée scolaire et tout ce qui s’ensuit. Une vraie saignée vu l’envolée des prix des fruits et légumes. A. Ghomchi

Dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie des citoyens, 120 familles des cités Batiment, Chouk et Tidjara, limitrophes, ont été relogées à la cité Bourmadia, dans des logements neufs et dans de meilleures conditions de vie. C’est en présence des autorités locales civiles et militaires, ainsi que la Protection civile, que l’opération s’est déroulée dans de très bonnes conditions où tous les concernés se sont mobilisés afin d’évacuer les lieux qui menaçaient ruine, permettant aux engins de procéder à la démolition. C’est dans une ambiance de fête et par des youyous fusant de toutes parts que les citoyens ont occupé leurs nouveaux logements. «Nous sommes très heureux que nous soyons déchargés de la pression qui pesait sur nous par cette occupation qui menaçait ruine et qu’aujourd’hui nous sommes dans des logements flambants neufs et nous en remerçions les responsables de nous avoir pris en charge dans tous les domaines.» D’autres opérations similaires toucheront plusieurs sites, ainsi que des immeubles menaçant ruine, afin d’éradiquer totalement les logements précaires. M. BERRAHO

MILA

10 communes montagneuses raccordées au réseau de gaz naturel
la concrétisation de ces actions réduira "considérablement" la demande sur les bonbonnes de butane dans ces zones rurales. Le taux de couverture de la wilaya de Mila en matière de gaz naturel, actuellement de l’ordre de plus de 60%, sera porté à 80% après la réalisation de ce programme, a également affirmé M. Kemini. Des efforts sont actuellement déployés, selon le même responsable, pour constituer un stock de réserve de 20.000 bonbonnes de butane, en prévision de l’hiver prochain, afin de faire face à d'éventuelles tensions. Il a été procédé, dans cette même optique, à l'approvisionnement des aviculteurs locaux en gaz propane, tandis que les capacités de transport de palettes de butane seront portées à 4.000 bonbonnes/jour.

Dix communes montagneuses de la wilaya de Mila seront raccordées "prochainement" au réseau de gaz naturel, a-t-on appris jeudi auprès de la direction de l'énergie et des mines. Menée dans le cadre du programme quinquennal 2010/2014, l'opération, dont les études techniques tirent à leur fin, porte sur la desserte de 35 localités des communes du nord-ouest et du sud de la wilaya, dont Hemala, Chigara, Terrai Baynem, Amira Arrès, Tessala Lemtaï, Minar Zarza, Tassadane Haddada, Benyahia Abderahmane, Boussalah et El Ayadi Berbes, a précisé M. Lazhar Kemini, directeur du secteur. Ce programme qui porte sur la construction de 700 km de canalisations de transport et de distribution mobilisera un montant de 8 milliards de DA, selon le même responsable qui a estimé que

TAMANRASSET

UNIVERSITÉ

TIZI OUZOU

De nouvelles filières De nouvelles spécialités sont venues étoffer cette année la nomenclature des filières
enseignées au centre universitaire Hadj-Moussa-Ag-Akhamoukh de Tamanrasset, a-t-on appris des responsables de cette institution. Ces filières portent sur l’ouverture, en mastère, de la spécialité de droit pénal pour les étudiants de droit et sciences politiques, et de la spécialité de finances et banques pour ceux des sciences économiques, gestion et sciences commerciales, a précisé le recteur du centre universitaire de Tamanrasset en marge de la cérémonie d’ouverture de l’année universitaire. Le même responsable a fait part de la mise en œuvre du système LMD dans les filières d’analyses économiques, de psychologie, de sociologie, de la langue française et des sciences de la matière. Il a également relevé la mise en place d’une cellule chargée de l’encadrement du système d’enseignement à distance devant permettre aux étudiants de suivre des visioconférences animées par d’autres universités du pays. Le secteur de l’Enseignement supérieur a renforcé ses effectifs d’encadrement pédagogique à Tamanrasset par 19 nouveaux enseignants qui viennent s’ajouter aux 100 existants devant encadrer un effectif de près de 2.000 étudiants, dont près de 500 nouvellement inscrits, a fait savoir le recteur. Le secteur a également mis en place des équipes de recherche et bénéficié d’équipements pour 10 de ses laboratoires, en attendant de réceptionner prochainement 2.000 nouvelles places pédagogiques.

LUTTE CONTRE LA CRIMINALITÉ
tuée durant la même période, 683 opérations coup-de-poing à travers 442 points, notamment les quartiers sensibles, lieux publics, cafés maures, marchés et gares routières, durant lesquelles pas moins de 540 personnes ont été interpellées et soumises à examen de situation, à l’issue de laquelle 2 personnes ont été présentées au parquet, dont 4 pour port d’arme blanche prohibée, trois pour détention de stupéfiants, deux faisant l’objet de recherche, deux autres pour séjour illégal, un pour détention de psychotropes et 15 pour d’autres délits. 17 d’entres elles ont été placées en détention provisoire, liton dans le communiqué. En matière de sécurité publique, le service concerné a recensé, durant la période considérée, 43 accidents de la circulation au cours desquels 57 personnes ont été blessées, de même que les services ont prononcé 84 mises en fourrière, dressé 1.717 contraventions, retiré 355 permis de conduire et effectué 912 opérations de contrôle et d’intervention. Le même service a en outre effectué, durant le même mois, 329 opérations de sensibilisation à l’endroit des usagers de la route. Durant la même période, le service de police générale et réglementation a formulé deux demandes de fermeture de débits de boissons alcoolisées, huit propositions de fermeture de commerces, dix exécutions d’arrêtés de fermeture de débits de boissons alcoolisées de différentes catégories. Bel. Adrar

683 opérations coup-de-poing en un mois
Dans le cadre de leurs activités, les différents services de la sûreté de wilaya de Tizi Ouzou ont traité, durant le mois de septembre dernier, 392 affaires relatives aux crimes et délits contre les personnes et leurs biens, la chose publique et à l’infraction à la législation des stupéfiants et autres substances psychotropes, impliquant 231 personnes, apprend-on dans un communiqué rendu public par la cellule de communication de la sûreté de wilaya. Sur les 231 individus interpellés et présentés au parquet, 66 ont été placés sous mandat de dépôt pour divers chefs d’accusation, indique le même communiqué. Les mêmes services ont également, dans le cadre de la lutte contre la criminalité urbaine effec-

Vendredi 12 - Samedi 13 Octobre 2012

EL MOUDJAHID

Monde
SAHARA OCCIDENTAL
international, le Sahara occidental n’a jamais été reconnu comme faisant intégralement partie du Maroc, il n’est donc pas acceptable de comparer le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui à celui d’une population habitant une région particulière d’un Etat établi, ce qui est la position marocaine», a encore précisé la juriste américaine. Pour sa part, M. Vincent Chapaux, de la Fulbright Visiting Scholar à la New York University School of Law, a regretté que les attaques menées contre les Sahraouis par le Maroc se poursuivent avec régularité, estimant qu’il était du devoir de la communauté internationale de «dénoncer les tentatives de la puissance occupante de détruire ce groupe social» qu’est le peuple sahraoui. Il s’agit, selon ses termes, d’un «sociocide» en marche, ajoutant que depuis près de 40 ans, «tandis que le monde continue à observer cette situation dans un silence impardonnable, le Maroc détruit systématiquement la société sahraouie en anéantissant toutes les structures qui pourraient servir à la représenter». «Combien de temps la société sahraouie pourra-t-elle encore exister lorsque toutes les manifestations extérieures de son existence sont systématiquement réprimées?», s’est-il interrogé.

15
AGRESSIONS ISRAÉLIENNES CONTRE EL-QODS ET LA MOSQUÉE D'EL-AQSA

La société civile mondiale défend à l'Onu le caractère intangible du droit à l’autodétermination
• Le responsable de l’ONU pour les opérations de maintien de la paix en visite à la MINURSO.

L

a 4e Commission de l’ONU chargée de la décolonisation a poursuivi, à New York, l’audition des pétitionnaires sur la question du Sahara occidental, dont la grande majorité a défendu fermement le caractère intangible du droit des Sahraouis à l’autodétermination, tout en déplorant l’incapacité de l’Onu à élargir le mandat de la MINURSO au mécanisme des droits de l’homme. A ce propos, les pétitionnaires ont rappelé que la Cour internationale de justice (CIJ) a rendu un avis soutenant le droit des Sahraouis à exercer, par référendum, leur droit à l’autodétermination, et si tel est leur volonté, à l’indépendance. Présente à cette audition, Mme Katlyn Thomas, qui avait présidé la Commission des Nations unies de l’Association des avocats de New York, a expliqué qu’au cours des deux dernières années, cette Commission avait mené des enquêtes exhaustives sur des questions d’ordre juridique relatives au Sahara occidental. Suite à ces enquêtes, a-t-elle soutenu, «la Commission a conclu qu’il n’existait aucun fondement juridique pour que le Maroc puisse invoquer sa relation historique avec les territoires sahraouis, avant la colonisation espagnole, pour justifier des droits sur le Sahara occidental». «Partant du principe que sur la base du droit

Le Conseil de la Ligue arabe dénonce
Le Conseil de la Ligue arabe réuni au niveau des représentants permanents a condamné les violations systématiques et dangereuses contre la ville sainte d'El Qods et les lieux sacrés de l'Islam et du christianisme, a souligné jeudi un communiqué de la Ligue. Le Conseil dénonce, indique le communiqué, les tentatives d'extrémistes israéliens d'investir la Mosquée d'El-Aqsa et son esplanade, et les attaques récurrentes contre les fidèles, à l'instar du lieu saint du tombeau du prophète Ibrahim à El-Khalil, et ce, en violation flagrante des résolutions internationales et des règles du Droit international, et des Conventions de Genève qui appellent à la protection de ces lieux. Le Conseil rejette sur les autorités d'occupation israéliennes l'entière responsabilité quant à la sauvegarde de la Mosquée d'ElAqsa et de tous les lieux saints musulmans et chrétiens «qui représentent la ligne rouge» à ne pas transgresser. Le Conseil demande à la communauté internationale d'assumer ses responsabilités à ce sujet et de contraindre l'administration israélienne à mettre fin à ses agressions, et à l'UNESCO de prendre les siennes dans la sauvegarde de la Mosquée d'El Aqsa.

SYRIE

87 soldats tués dans des combats

A

u moins 87 soldats syriens ont trouvé la mort jeudi dans les combats, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). «Plus de 70% des morts aujourd'hui sont des soldats, cela montre l'intensité des combats», commente Rami Abdel Rahmane, président de l'OSDH. Au moins 210 personnes ont été tuées jeudi à travers le pays, dont 64 rebelles et 59 civils, selon un bilan actualisé de l'OSDH. En juin 2011, alors que la révolte déclenchée quatre mois plus tôt se militarisait, près de 190 soldats avaient trouvé la mort en trois jours dans le district de Jisr al-Choughour, dans la province d'Idleb (nordouest). Parmi les soldats tués jeudi, 36 ont péri dans la province d'Idleb, où de violents combats font rage entre armée et rebelles, qui contrôlent un important tronçon de l'autoroute reliant Damas à Alep,

théâtre d'une bataille cruciale depuis trois mois. Sur le plan diplomatique, le vice-ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Abdel Aziz Ben Abdallah, a appelé jeudi le médiateur international en Syrie Lakhdar Brahimi à agir pour mettre fin à «l'effusion du sang du peuple syrien». Lors d'un entretien avec M. Brahimi à Jeddah, sur la mer Rouge, le prince saoudien a souligné l'importance pour son pays que les efforts de M. Brahimi «aboutissent à un arrêt immédiat de l'effusion du sang du peuple syrien» par le régime du président Bachar al-Assad, selon l'agence officielle Spa. Selon l'ONU, Jeddah est la «première étape de (la) deuxième tournée régionale» de M. Brahimi. M. Fawzi a précisé qu'il se rendrait «probablement au Caire» ultérieurement, sans autre précision.

ADHÉSION DE LA PALESTINE AUX NATIONS UNIES

MALI

Graves violations des droits de l’homme au nord du pays

L

e sous-secrétaire général de l’Onu aux droits de l’homme, M. Ivan Simonovic, a exprimé, mercredi, ses inquiétudes sur les graves violations des droits de l’homme dans le nord du Mali, contrôlé par des mouvements rebelles islamistes. Dans sa conférence de presse donnée au siège de l’Onu à New York après une visite de quatre jours au Mali, il a indiqué avoir rencontré les autorités maliennes dont plusieurs membres du gouvernement, des responsables de partis politiques et de la société civile, ainsi que les membres de la Commission nationale des droits de l’homme. Durant sa visite au Mali, du 5 au 8 octobre, M. Simonovic s’est rendu à Mopti, ville située à la frontière de la

zone contrôlée par les rebelles, et qui abrite, à elle seule, environ 40.000 personnes déplacées. S’agissant du nombre total des déplacés au Mali, le responsable onusien a affirmé ne pas être en mesure de communiquer des chiffres exhaustifs. Sur la question des réfugiés, M. Simonovic s’est alarmé du fait que l’on retrouve un nombre important d’entre eux dans les pays voisins du Mali, ces derniers craignant pour leur sécurité. «Les Nations unies ont enregistré près de 100.000 réfugiés en Mauritanie, 100.000 autres au Burkina Faso, 30.000 en Algérie, ainsi que 40.000 au Niger», a-t-il déclaré. A Bamako, plusieurs milliers de personnes ont entamé jeudi une marche dans le centre de la capitale pour réclamer

l'intervention d'une force armée ouest-africaine en soutien à l'armée malienne pour reconquérir le nord du pays, occupé depuis plusieurs mois par des groupes armés, rapportent des médias. Les manifestants brandissaient banderoles et pancartes affirmant leur soutien à l'armée malienne, au Premier ministre Cheikh Modibo Diarra et à la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) qui prépare l'envoi de soldats dans le Nord avec le soutien de l'Onu et de pays occidentaux. D'autres slogans et banderoles fustigeaient la rébellion touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) qui avait lancé l'offensive dans le nord en janvier.

Nabil Al Arabi appelle au soutien des pays d'Amérique du Sud
Le secrétaire général de la Ligue arabe, M. Nabil Al Arabi, a appelé jeudi les pays d'Amérique du Sud à mobiliser le soutien des représentants de leurs pays auprès des Nations unies en faveur de la question palestinienne et à voter pour la demande d'adhésion de la Palestine aux Nations unies en tant qu'Etat non membre.

Vendredi 12 - Samedi 13 Octobre 2012

16 EL MOUDJAHID

Cul
AVANT-PREMIÈRE

ENTRETIEN AVEC

Parfums d’Alger de Rachid Benhadj
projeté à la presse
Le film Parfums d’Alger, un drame familial dans l’Algérie de la fin des années 1990, de l’Algérien Rachid Benhadj a été projeté à la presse jeudi, à Alger, en présence du cinéaste et de deux acteurs.

“L’humour britan
C’est la première fois qu’il visite l’Algérie, qu’il trouve magnifique avec son architecture nouvelle pour lui. Malgré la forte chaleur qui contraste avec le climat froid du Pays de Galle où il vit, ce grand voyageur apprécie l’atmosphère de la capitale et pense que c’est un privilège de découvrir d’autres cultures. Ce bédéiste de 31 ans est l’une des valeurs artistiques les plus en vue en Grande-Bretagne. Il est l’un des fondateurs du bruit Solipstic (science du papier à l’encre) et d’une anthologie qui regroupe 54 bédéistes anglais. Il a par ailleurs signé au total 10 œuvres comiques dont la vente à l’esplanade de Riadh El Feth a attiré beaucoup de monde. Ici, l’entretien qu’il nous a accordé.
Parlez-nous de votre participation ? Je suis l’un des bédéistes les plus connus sur la scène artistique en Angleterre, c’est ce qui a poussé le British Council à me contacter pour me proposer de participer à cette manifestation en Algérie où j’ai présenté ma méthode de travail assez particulière et fait découvrir au public la BD contemporaine. En quoi consiste votre méthode ? Mon travail artistique comporte trois choses particulières : la première est que dès que je commence à dessiner, je sais alors exactement ce que je veux dire : le but de l’histoire, son début et sa fin sont déjà ancrés dans ma tête. Donc je commence à dessiner sur le coup quand il y a quelque chose de solide. La deuxième chose est que je dois toujours être efficace c’est-à-dire que j’essaye de travailler vite pour rester dans les délais, d’ailleurs ce livre que vous voyez je l’ai réalisé en 20 heures. Troisièmement : la chose qui me caractérise le plus, c’est l’effet de spontanéité que donne mon travail, même si j’ai travaillé dessus quelques heures, des mois ou même des années, il donne l’impression qu’il vient tout juste d’être fait. Pourquoi avez-vous choisi la bande dessinée parmi tant d’autres pratiques artistiques ? Depuis ma toute petite enfance puis à l’adolescence, ce qui m’intéressait le plus c’était la réalisation de films. J’ai commencé dans le domaine du cinéma où j’ai suivi une formation à l’université, mais cela n’a pas marché. Je n’ai pas réussi et c’est ainsi que je me suis mis à réfléchir à un autre art et que j’ai compris que ce qui m’intéressais le plus c’était de raconter une histoire, d’autant que j’excellais dans le dessin et je me suis dit pourquoi ne pas faire de la bande dessinée.

C

o-produit par l’ Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC), et Net Diffusion, Parfums d’Alger, sixième film du réalisateur, met en scène le retour en 1998, en Algérie d’une célèbre photographe, Karima Bensadji, interprétée par l’italienne Monica Guerritore, après qu’elle eut appris l’emprisonnement de son frère Mourad, un chef terroriste interprété par Adel Djaafri. Le long métrage, d’une durée de 108 mn, explore le destin d’une famille algérienne aisée, prise dans la tourmente de la violence intégriste à la veille de la promulgation de la « loi sur la réconciliation nationale », et l’impact des choix individuels de ses membres (idéologiques, exil), liés en partie à un passé familial douloureux. Rachid Benhadj a aussi tenté de mettre en avant la confrontation de deux modes de vie, l’un « occidental », incarné par Karima et l’autre, incarné par sa belle sœur Samia (Rym Takoucht), représentant un mode de vie influencé par l’idéologie islamiste de son mari Mourad. Le film alterne entre les séquences représentant les tentatives de Karima de faire libérer son frère, emprisonné dans le sud algérien, en le convaincant de signer un document, et les retours vers le passé éclairant sur le conflit avec le père (Sid Ahmed Agoumi). Le réalisateur livre ainsi sa vision de la situation de l’Algérie en 1998, qu’il lie à un «conflit de générations» et à un «manque de liberté d’expression» qui ont conduit à la violence, c’est qu’il a expliqué après la projection. Les séquences offrent, en outre, une esthétique très soignée, due en grande

partie, ainsi que l’a reconnu le réalisateur, à la direction photo assurée par l’italien Vittorio Storato, oscarisé plusieurs fois, notamment sur le film «Apocalypse Now» de l’Américain Francis Ford Coppola. Parfums d’Alger se veut également un hommage aux luttes des femmes algériennes pendant les années 1990, que le réalisateur appuiera en concluant son film par des images d’archives des manifestations organisées par des femmes à l’époque. Le film sera projeté en avant première ce soir à 19 h à Riad El Feth (Alger), la sortie en salle est prévue dans quelques mois, selon un responsable de l’AARC. Parfums d’Alger représentera également l’Algérie au Festival d’Abu Dhabi (Emirats

Arabes), prévu du 11 au 20 octobre, aux côtés de Harraga blues de Moussa Haddad. Né en 1949 à Alger, Rachid Benhadj a étudié l’architecture avant de poursuivre des études de cinéma en France. Après des réalisations pour la télévision algérienne, il s’installe à Rome (Italie) où il continue de travailler pour des télévisions de différents pays. Son premier film Louss-Roses des sables, sort en 1989 et sera sélectionné au festival de Cannes. Rachid Benhadj, entre autres, est l’auteur en 1993 de Touchia-Cantique des femmes d’Alger et du film Le pain nu en 1995, adapté du roman éponyme de l’écrivain marocain Mohamed Choukri, projeté récemment à Alger dans le cadre du Salon international du livre.

Ph : Nesrine

LE NOBEL DE LITTÉRATU

Le romancier chinois Mo Ya

L

CINÉMA ET RÉVOLUTION

Une caravane de 25 films algériens en Europe et au Canada

U

ne caravane culturelle à l'attention de la communauté algérienne, consacrée au cinéma algérien des années 1970-80 et la Révolution algérienne, sillonnera la France, la Grande-Bretagne et le Canada à partir du 15 octobre, a annoncé, jeudi à Alger, le réalisateur Amar Laskri, président de l'association Lumières. Lors d'une conférence organisée au siège de l'association, Amar Laskri a présenté les vingt-cinq œuvres cinématographiques qui seront projetées, le thème « Cinéma et révolution », dans ces pays dans le cadre du cinquantenaire de l'indépendance de l'Algérie. Organisée en collaboration avec le secrétariat d'Etat chargé de la Communauté nationale établie à l'étranger, cette caravane vise à « rapprocher la nouvelle génération d'émigrés avec l'histoire de l'Algérie et celle de la guerre de Libération, et sauvegarder l'histoire et l'identité nationale », a déclaré M. Belkacem Sahli, secrétaire d'Etat auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé de la Communauté nationale établie à l'étranger. En France

la caravane prévoit de s'arrêter à Strasbourg, Lille et Lyon avant de faire une halte commémorative le 17 octobre à Nanterre (région île de France), une commune sur les berges de la Seine qui abritait l'une des plus grande concentration d'émigrés algériens, dont beaucoup compte parmi les victimes des massacres du 17 octobre 1961. Ben Boulaïd de Ahmed Rachedi, Hassan Terro de Mohamed Lakhdar Hamina et La bataille d'Alger de Gillo Pontecorvo ainsi que deux films de Amar Laskri Les portes du silence et Patrouille à l'Est, seront projetés dans cette commune parisienne. Après cette première tournée européenne, dont toutes les dates ne sont pas encore fixées, le département de M. Salhi souhaiterait reconduire l'expérience dans plusieurs pays arabes à partir de janvier 2013. En parallèle, « Lumières » compte à partir de la fin octobre organiser une caravane similaire avec la projection des mêmes œuvres à travers toute l'Algérie, en partenariat avec le ministère de la Culture, selon l'association.

e romancier chinois Mo Yan a obtenu jeudi le prix Nobel de Littérature 2012, récompensé pour une œuvre qui dépeint avec réalisme l'histoire mouvementée de son pays et l'attachement à son terroir de Chine orientale où il a grandi. Mo Yan, 57 ans, « avec un réalisme hallucinatoire, unit conte, histoire et le contemporain », a indiqué l'Académie suédoise pour expliquer son choix. La nouvelle a été accueillie par des réactions de fierté sur les réseaux sociaux chinois, saluée par l'Association des écrivains chinois et par le Quotidien du peuple, organe officiel du parti communiste. Il est le deuxième écrivain de langue chinoise à être couronné par ce prix depuis sa création en 1901. Avant lui, un premier écrivain né en Chine, Gao Xingjian, dissident naturalisé français en 1997, avait obtenu ce prix en 2000. Mais l'information avait alors été censurée par la presse chinoise, et le gouvernement avait condamné un choix dicté, selon lui, par des motifs politiques. « En apprenant qu'on m'avait décerné cette récompense, j'ai été très heureux », a dit le lauréat. « Je vais me concentrer sur la création de nouvelles œuvres. Je veux m'investir encore pour remercier tout le monde », a-t-il ajouté, cité par l'agence Nouvelles de Chine. Le prix est un « événement heureux pour la littérature chinoise », a commenté He Jianming, vice-président de l'Association des écrivains chinois, une organisation officielle. Le Quotidien du peuple, organe officiel du Parti communiste, a également transmis ses « félicitations » à Mo Yan. Le

lauréat porte un pseudonyme qui signifie "Ne parle pas". Son vrai nom est Guan Moye. Il a choisi ce nom de plume à l'occasion de la publication de son premier roman, Le Radis de cristal (1986) où un enfant qui refuse de parler raconte la vie paysanne telle que l'auteur l'a vécue dans son enfance. Depuis, il est l'un des écrivains les plus renommés de Chine. Réputé proche du régime de Pékin, il a été critiqué par d'autres écrivains chinois pour son manque de soutien à des auteurs dissidents. Cependant, selon l'Académie suédoise, La Mélopée de l'ail paradisiaque (1988) et une satire intitulée Le Pays de l'alcool (1992) sont jugés subversifs en raison de leur critique acérée de la société chinoise contemporaine. Il a accédé à la notoriété en Occident grâce au film Le Sorgho rouge (1987), tiré d'un roman du même titre, et qui a décroché l'Ours d'or à

Vendredi 12 - Samed

lture

EL MOUDJAHID

17

EC DAN BERRY, BÉDÉISTE ANGLAIS
je travaille depuis une dizaine d’années. J’avais prévu de ramener un livre récent publié par une très grande maison d’édition Black Slat, mais comme il y avait eu des problèmes d’impression cela n’a pas pu se faire. Quelles sont vos impressions sur le FIDBA ? Depuis mon arrivée, j’ai pu consulter tous les livres exposés mais ce qui m’a le plus intéressé ce sont les deux albums collectifs « Monstres » et « Waratha ». J’admire aussi le fait qu’il existe ici une petite communauté de jeunes bédéistes algériens qui s’entraident et se soutiennent mutuellement. Je trouve ça impressionnant et fascinant, cette relation fraternelle qu’il y a entre tous ces jeunes qui ont compris qu’en travaillant, ils peuvent réussir. Quelle profession exercez-vous parallèlement ? J’enseigne la technique de la BD à l’université sur les deux niveaux : licence et post-graduation et je travaille actuellement sur un doctorat sur la manière d’utiliser la technologie pour faire avancer la BD. J’ai d’ailleurs animé une conférence ici sur la renaissance de la BD en Angleterre depuis 2005. J’ai aussi participé à l’élaboration d’un ouvrage collectif autour de la vie d’un personnage. C’est une idée qui est venu d’un réseau social twitter. Entretien réalisé par Lynda Graba

nnique est très particulier”

“1962 : UN MONDE” THÈME D’UN COLLOQUE INTERNATIONAL À ORAN

Les événements majeurs “du siècle des extrêmes” en débat

Quelles thématiques vous attirent le plus ? L’industrie qui trouve le plus de réussite dans le monde c’est l’humour. Tout ce qui est film comique, le stand-up comme les shows de Djamel Debbouze, fonctionne très bien chez nous parce que l’humour britannique est très particulier, très drôle. Donc j’aime les thèmes mondains comme par exemple cette histoire qui raconte

la vie d’un couple qui vient d’avoir un enfant et que j’interprète à ma manière pour la rendre plus intéressante au lecteur. Ce n’est pas vraiment le super héros qui m’attire mais beaucoup plus les histoires ordinaires. Pouvez-vous nous parler de vos livres ? J’ai ramené une série de publications à compte d’auteur sur lesquelles

Ph : Louisa

URE
la Berlinale de 1988. Son œuvre est empreinte d'un réalisme qui va jusqu'à la violence, et qui a dépeint tous les brusques changements par lesquels est passée la Chine, aussi bien avant le communisme que pendant l'invasion japonaise, sous la Révolution culturelle et d'autres périodes tourmentées du communisme. Dans Beaux seins, belles fesses, il signe une fresque de l'histoire chinoise au XXe siècle, entre tragique de l'histoire et visions érotiques, en observant les personnages plus ou moins équilibrés d'un village, dont un garçon né d'une paysanne chinoise et d'un pasteur suédois. Il « a créé un univers qui, par sa complexité, rappelle celui d'écrivains tels William Faulkner et Gabriel Garcia Marquez, tout en s'ancrant dans la littérature ancienne chinoise et la tradition populaire du conte », a expliqué l'Académie. « C'est en fait l'un des meilleurs choix que l'Académie suédoise ait fait car il est brillant », a affirmé à la chaîne suédoise le sinologue de l'Académie, Göran Malmqvist. Dix-huit œuvres de Mo Yan ont été traduites en français. Mo Yan succède au poète suédois Tomas Tranströmer, primé en 2011. La Fondation Nobel a diminué cette année la récompense de 20%, à 8 millions de couronnes (929.000 euros) contre 10 millions depuis 2001. Il recevra ce prix lors d'une cérémonie officielle à Stockholm le 10 décembre, date anniversaire de la mort du fondateur du prix, l'industriel suédois Alfred Nobel.

FESTIVAL DU FILM D'ABOU DHABI

Yan lauréat

2 longs métrages algériens en compétition

L

L’

acteur Richard Gere était la vedette de la sixième édition du festival du film d'Abou Dhabi qui s'est ouverte jeudi soir avec son dernier film, Arbitrage, un thriller sur un magnat de la finance. Sous les applaudissements, l'acteur américain a foulé le tapis rouge dans un palace de la capitale émiratie au côté d'un des producteurs du film, le Saoudien Mohammed Al Turki. Dans le film, déjà présenté à l'ouverture du 60e Festival de cinéma de Saint-Sébastien en septembre, Richard Gere incarne Robert Miller, patron d'un fonds d'investissement à risque qui occulte les pertes provoquées par un mauvais placement pour tenter de vendre la compagnie. Mais ce n'est pas son seul secret : il cache une liaison avec une jeune Française, jouée par Laetitia Casta, mais aussi un homicide involontaire qui, s'il était découvert, ferait échouer la vente. De nombreuses stars du cinéma arabe, et en particulier égyptien, participent au festival au cours duquel 81 films de 45 pays doivent être présentés. Seize films par-

ticipent à la compétition du long métrage, dont le film de Yousry Nasrallah Après la bataille, une histoire d’amour improbable ayant pour toile de fond la révolution égyptienne. Parmi les longs métrages en compétition figurent également le dernier film du Français François Ozon Dans la maison, ainsi que trois films arabes présentés en première mondiale : Beautés cachées de Nouri Bouzid (Tunisie, France, Emirats), Harraga blues de Moussa Haddad (Algérie) et Parfums d'Alger de Rachid Benhadj (Algérie). Douze films sont en compétition pour le meilleur documentaire, dont Comme si nous attrapions un cobra de la Syrienne Hala Abdallah, une chronique de la révolution syrienne, et Un monde qui ne nous appartient pas du Palestino-Libanais, Mehdi Fleyfel, sur les réfugiés palestiniens. Le festival organise également une rétrospective spéciale pour le cinquantenaire de l'indépendance de l'Algérie et doit décerner un prix à l'actrice italienne Claudia Cardinale, pour l'ensemble de sa carrière.

es 14, 15 et 16 octobre prochains, le CRASC va abriter un colloque international sur l’indépendance de l’Algérie et surtout la date : 1962. Sa « portée exemplaire et symbolique en tant que moment clé des histoires algérienne et française, auxquelles il ne saurait cependant se réduire ». Ce colloque transdisciplinaire puisqu’il fait intervenir les instruments de différentes disciplines des sciences sociales (histoire, sociologie, anthropologie, politologie, postcolonial studies, cultural studies, étude des arts visuels et des médias…) se propose de penser 1962 comme événement matriciel, narration, système de significations plurielles et antagonistes. 1962, est un point de bascule d’un ensemble de mouvements tiers-mondistes, panafricanistes, socialistes, féministes ou encore juvéniles, notent les organisateurs en préambule de leur argumentaire que nous a adressé le CRASC. Il s’agira d’identifier, à la croisée de plusieurs disciplines, les articulations, les circulations, les contradictions… les avatars de 1962 comme un monde. L’ « invention » de la révolution ou comment « relier » dans ce vaste et (unique ?) drap de l’Histoire le mouvement national palestinien, l'ANC, les Black Power, les révolutions latino-américaines (Cuba, le Sentier lumineux, les Sandinistes, les Chiapas, les Indiens boliviens)… ? Germaine Tillion, Mostefa Lacheraf, Jacques Derrida, Che Guevara, Kateb Yacine, Angela Davis, Malcom X, Abdelmalek Sayad, Mohamed Arkoun, Pierre Bourdieu, parmi tant d’autres… seront donc, pour respecter cette logique d’analyse, « convoqués » lors de ce colloque pour illustrer leur parcours ou leurs interactions en Algérie, en Afrique, en Europe et dans le reste du monde. « 1962 : un monde » : évènement majeur du « siècle des extrêmes ». En effet, il y a les moments « fondateurs » de la sortie du joug colonial et de la proclamation de l’indépendance nationale en Algérie qui signent la fin de l’Algérie française et le déclin relatif des empires et l’inexorable marche (fut-elle un rêve inachevé) vers un autre équilibre mondial. Cette logique dépasse l’histoire algéro-française puisque la guerre d'indépendance se situe dans la continuité, argumentent les organisateurs, d’une série « d’évènements aussi marquants que l’éclatement de la guerre de libération au Maghreb (1952), la bataille de Dien-Bien-Phu (1954), la conférence de Bandoeng (1955), l’indépendance du Maroc et de la Tunisie (1956) puis celle d’autres pays africains (1957/1960) et la conférence de Casablanca (1961) ». Au-delà, 1962 est non seulement le théâtre des dernières séquences de l’histoire coloniale française mais aussi celui où se jouent les prémices d’une recomposition des nations marquée par l’épreuve des décolonisations. 1962 peut dès lors se poser en point de bascule historique et anthropologique de l’ensemble des mouvements politiques, culturels, artistiques et sociaux qui, à partir du Maghreb et plus généralement de l’Afrique, jalonnent globalement les années soixante et soixante-dix, jusqu’à nos jours. Ces mouvements, qu’ils soient tiers-mondistes, panafricanistes, socialistes, féministes ou encore juvéniles relient des continents, produisent des récits émancipateurs mêlant arts visuels et populaires, littératures et médias. Plusieurs institutions et organismes, en plus du CRASC, sont associés a cette manifestation scientifique : la Fondation Maison des Sciences de l’Homme qui regroupe toutes les disciplines relevant des humanités comme des sciences sociales avec l’'ambition de contribuer à la compréhension des évolutions du monde contemporain, en privilégiant une prise en compte à la fois de la profondeur historique et de la diversité des cultures. Le Centre d'Etudes Maghrébines en Algérie (CEMA) domicilié à l’Université d’Oran spécialiste de la recherche scientifique portant sur l’Afrique du Nord, toutes disciplines confondues, l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (France) qui affiche une vocation d’analyse du passé et d'une recherche « expressément orientée sur la compréhension du monde contemporain », etc. M. Koursi

edi 13 Octobre 2012

18

Société
PHARE DU CAP BOUGAROUNE
UNESCO

EL MOUDJAHID

Un rôle élevé
Dans la constellation de phares jalonnant les 1.280 kilomètres de la côte algérienne, le phare du cap Bougaroune, situé à 28 km à l’ouest de Collo, aux confins occidentaux de la wilaya de Skikda, est sans doute à l’image de l’étoile polaire qui guidait autrefois les caravaniers dans le désert, le premier signal lumineux annonçant la terre ferme aux navigateurs, à 7 km à l’intérieur de la mer.
ougaroune est également l’un des phares de la région est du pays, les plus exotiques et probablement les plus enclavées, dans les zones les plus reculées de la commune montagneuse de Cheraia. Avant la pose toute récente d’un tapis de bitume aussi confortable que du velours sur la route qui dévale en encorbellement le flanc de la montagne, se taillant ensuite des lacis audacieux sur une corniche extrêmement découpée, entre Cheraia et Bougaroune, le phare était d’accès extrêmement risqué et harassant, par voie terrestre. Longtemps, le ravitaillement des gardiens du phare était assuré par mer. Une embarcation accostait en contrebas de la construction, et il fallait ensuite monter un escalier raide, long d’au moins 150 mètres,

Une nouvelle stratégie pour les enseignants

L

B

désormais inutilisé, mais que l’on peut encore apercevoir, même s’il est partiellement enseveli sous les éboulements. Aujourd’hui encore, lorsqu’on arrive par route, il faut laisser le véhicule sur la route qui surplombe le phare, pour ensuite emprunter, à pied, un long chemin rocailleux, comme tailladé à coups de haches tranchantes, par le travail des ruissellements qui tombent en cascades vers la mer, quand les orages sévissent en amont. M. Amar Ali-Larnane, responsable à l’Office national de signalisation maritime, à Skikda, explique que le chantier de construction du phare de Bougaroune a été entamé en 1869 pour s’achever en 1911, date d’entrée en fonction de la lanterne. On peut imaginer que la

guerre et les crises qui marquèrent la France et ses colonies dans les années 1870 ont dû retarder le projet et qu’ensuite le chantier a été ralenti par les difficultés de transport et d’accès, alors que la priorité était accordée aux autres phares en chantier, notamment celui de Cap de Fer, construit en 1907, à l’est de Skikda. Une version du phare en «trompe-l’œil» Lorsque le visiteur arrive par la route dans la localité de Bougaroune, prise en sandwich dans l’encaissement montagneux entre deux sommets jumeaux, au détour d’un virage en épingle à cheveux, il croit d’abord se trouver en face du phare, car il y a là un édifice

qui en a tous les aspect. En fait, on apprendra qu’il s’agit d’une version du phare mis en service en 1907, avant la reconstruction de l’ouvrage à son emplacement actuel, à l’autre bout de la route qui se perd derrière, sur un flanc invisible de la montagne. Le site de cet ancien phare abrite l’unique école de la localité, comme s’il ne voulait pas perdre en fin de compte cette vocation de générer de la lumière, la lumière du savoir. En 2006, le phare a été réhabilité par des travaux de génie civil, pour un montant de 10 millions de dinars. La côte est connue par les marins, à Bougaroune, pour être des plus dangereuses, avec des courants redoutables et des vents violents soufflant de toutes les directions.

’Unesco a lancé sa stratégie pour les enseignants (2012-2015) afin de présenter ses priorités, ses grandes orientations ainsi que le rôle que l’organisation entend jouer par rapport aux enseignants. Cette Stratégie a pour objet d’encadrer le large éventail d’activités que l’Unesco élaborera de 2012 à 2015.L’axe principal de cette stratégie consiste à soutenir les enseignants pour qu’ils bénéficient d’un apprentissage de qualité. Elle s’appuye sur les expériences précédentes ainsi que sur les applications de la méthodologie de la TTISSA (Initiative pour la formation des enseignants en Afrique subsaharienne) et sur d’autres programmes de l’Unesco concernant les enseignants, a-t-on précisé auprès de l’organisation qui a identifié trois priorités autour desquelles s’articulera sa stratégie. Il s’agit d’abord de combler le déficit d’enseignants dans les pays prioritaires, notamment en Afrique subsaharienne, d’améliorer la qualité de l’enseignement et d’enrichir le débat mondial sur l’enseignement grâce à des études comparatives, a-t-on souligné. A terme, cette stratégie a pour objet de constituer un « corps enseignant œuvrant dans un environnement qui récompense le perfectionnement professionnel et qui s’engage à améliorer les opportunités d’apprentissage des élèves grâce à des pratiques d’enseignement reposant sur de bonnes compétences et un soutien approprié », at-on ajouté de même source. Cette stratégie fournit le cadre général d’une nouvelle initiative en faveur des enseignants, centrée sur l’accélération de la réalisation des objectifs de l’Education pour tous (EPT), selon l’Unesco. Cette nouvelle initiative est (provisoirement) dénommée « Des enseignants de qualité pour l’EPT». « L’Initiative de l’Unesco est destinée à renforcer les capacités des enseignants dans les pays prioritaires » et sera prochainement présentée dans un document complémentaire élaborée par l’organisation, indique encore l’Unesco. Le lancement de la stratégie pour les enseignants fait partie des manifestions de la Journée mondiale des enseignants 2012. «Agissons pour les enseignant(e)s » est le slogan qui a été retenu pour la Journée mondiale des enseignants 2012, rappelle-t-on.

SEAAL

KYSTE HYDATIQUE

La modernisation, source d’amélioration

L

L’inspection vétérinaire veille

a SEAAL tient absolument à ne pas rater le train de la modernisation. En effet, la société des eaux et de l’assainissement d’Alger n’est pas en reste de la technologie quand il s’agit d’améliorer sa gestion. Cette dernière, dans un souci de faciliter le règlement des quittances de ses abonnés a introduit le paiement par carte interbancaire, à l’issue de la convention signée en septembre dernier avec le crédit populaire d’Algérie. C’est en fait, à partir de son agence de Sebbala, que sera lancée, il y a deux mois, cette opération pilote qui va être généralisée, dans une deuxième phase, à toutes les agences de la SEAAL. Cette opération évitera aux clients, les longues chaines et l’attente pendant des heures devant les guichets pour payer leurs factures. Aujourd’hui, la Société des eaux et de l’assainissement d’Alger (SEEAL) opte pour la diversification de ses outils de gestion pour mieux répondre aux préoccupations de sa clientèle. Il faut rappeler que dans le même sillage, cette dernière a procédé durant cette année à la mise à la disposition de ses abonnés d’un nouveau service qui s’inscrit dans une démarche de rapprochement de la clientèle de ses services. Le « CATO » ou le centre d’accueil téléphonique opérationnel qui s’attelle à faciliter la relation avec les abonnés en leur offrant de meilleures prestations, et au niveau des wilayas d’Alger et de Tipasa. la SEAAL renforce ainsi ses outils d’écoute-clients, au niveau de ces wilayas, en élargissant les services offerts par le Centre joignable à partir des réseaux opérationnels de téléphonie mobile et fixe en Algérie, et cela au tarif d’un appel local vers un téléphone fixe. Ce numéro d’inter-

E

vention rapide, prend en charge, 24/24 et 7j/7, toutes questions techniques et commerciales des deux wilayas mais il traite aussi tous les appels des abonnés et répond à toutes les urgences d’ordre technique, que ce soit les fuites d’eau et même les coupures d’eau. Grâce à ce nouveau dispositif, la Seaal a reçu 370.000 appels depuis janvier dernier, avec un taux de traitement de 97%. Des appels qui ont concerné particulièrement les fuites d’eau sur la voie publique, les perturbations de distribution d’eau ou les débordements des regards d’assainissement. La société en charge de l’assainissement à Alger a réalisé 42.400 appels sortants afin de mesurer la satisfaction des clients. Le service technique, recensera pas moins de 113.000 réclamations réceptionnées, via ce dispositif qui permettra de réaliser également près de 76.000 diagnostics, sanctionnés par 56.444 interventions. Samia D.

n prévision de l'Aid El Adha, toutes les mesures ont été prises par les services concernés et à leur tête l'inspection vétérinaire, dans le souci de veiller à la santé et au bien-être de la population. Sur le plan sanitaire, les pouvoirs publics ont lancé une vaste campagne de sensibilisation pour la lutte contre le kyste hydatique, une maladie des herbivores (principalement le mouton), due à un parasite nommé Echinococcus Granulosis qui se transmet à l'homme par le biais du chien qui élimine les œufs de ce parasite. Afin d'empêcher la propagation du kyste hydatique et garantir une bonne couverture sanitaire du cheptel à sacrifier, des points de vente ont été désignés dans chaque wilaya du pays où se trouvent des vétérinaires agréés, chargés du contrôle du cheptel. Au niveau local, des permanences seront ouvertes au niveau des bureaux d’hygiène communaux pour contrôler le cheptel. Le ministère de l’Agriculture et du Développement rural, à travers ses services vétérinaires, a, par ailleurs, lancé un appel à toutes les communes pour procéder à une vaste opération du ramassage des dé-

chets, afin d’éviter l’apparition et la propagation des maladies. Les services vétérinaires du ministère de l'Agriculture et du Développement rural précisent également que tous les établissements d'abattage, répartis sur le territoire national, seront ouverts (le jour de l'Aïd qui coïncidera avec la journée du vendredi 26 octobre) pour inci-

ter les citoyens à procéder au sacrifice dans une enceinte conforme et contrôlée. Il y a lieu de rappeler que l’effectif du cheptel sacrifié annuellement, à l’occasion de cette fête religieuse, est estimé à 3 millions de têtes d’ovins. Ce chiffre varie d’une année à une autre. Kamélia H.

Vendredi 12 - Samedi 13 Octobre 2012

28
Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du samedi 27 Dou el Qi’da 1433 correspondant au 13 octobre 2012 :
- Dohr.........…............12h34 - Asr............................15h46 - Maghreb.................. 18h17 - Icha……...…….......19h35 dimanche 28 Dou el Qi’da 1433 correspondant au 14 octobre 2012 : -Fedjr.......................05h29 Chourouk..................06h55

Vie pratique

EL MOUDJAHID

CONDOLÉANCES
Madame le professeur Souad BENDJABALLAH Ministre de la Solidarité nationale et de la Famille, très affectée par le décès de Madame SAI Fatma Zohra Professeur de droit à l'Université d’ORAN, pionnière de la recherche sur la participation politique des femmes algériennes, présente à sa famille et notamment à sa fille Maya ses sincères condoléances et les assure en cette douloureuse circonstance de sa profonde sympathie et de sa compassion.
El Moudjahid/Pub

CONDOLÉANCES
Madame AOUACHRIA Rachida et sa famille

Attristées par la disparition de Monsieur B E N D J E D I D  C h a d l i , compagnon de guerre de notre père, présentent leurs sincères condoléances à toute la famille BENDJEDID. Que Dieu l’accueille dans Son Vaste Paradis.
El Moudjahid/Pub

El Moudjahid/Pub

ANEP 943745 du 13/10/2012

CONDOLÉANCES
Le Président-Directeur Général d'ATM Mobilis, ainsi que l'ensemble du personnel y exerçant, très affectés par le décès de notre collègue Mademoiselle AISSAOUI Fatma Zohra, Chargée des Suivis et Recouvrement des Créances Contentieuses à l'Agence Commerciale de Guelma, Direction Régionale Annaba d'ATM Mobilis, survenu le 05 Octobre 2012 présentent à sa famille leurs condoléances les plus attristées et l’ assurent en cette douloureuse circonstance de leur profonde sympathie. Que Dieu le Tout-Puissant accorde à la défunte Sa Sainte Miséricorde et l'accueille en Son Vaste Paradis. A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.
El Moudjahid/Pub ANEP 943460 du 13/10/2012

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA au capital social de 50.000.000 DA

EL MOUDJAHID

20, rue de la Liberté, Alger Téléphone : 021.73.70.81 Présidente-Directrice générale de la publication

«A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons»
ANEP 943742 du 13/10/2012

Naâma Abbas
DIRECTION GENERALE Téléphone : 021.73.79.93 Fax : 021.73.89.80 DIRECTION DE LA REDACTION Téléphone : 021.73.99.31 Fax : 021.73.90.43 Internet : http://www.elmoudjahid.com E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com BUREAUX REGIONAUX CONSTANTINE 100, rue Larbi Ben M’hidi Tél. : (031) 64.23.03 ORAN Maison de la Presse 3, place du 1er Novembre : Tél. : (041) 39.34.94 ANNABA 2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24 BORDJ BOU-ARRERIDJ Ex-siège de la wilaya Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000 Tél/Fax : (035) 68.69.63 SIDI BEL-ABBES Maison de la presse Amir Benaïssa Immeuble Le Garden, S.B.A. Tél/Fax : (048) 54.42.42 BEJAIA : BP 68 - Béjaia 06000 TIZI OUZOU : Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts) Bâtiment 3, 1er étage, Nouvelle ville Tél. - Fax : (026) 21.73.00 TLEMCEN :12, place Kairouan Tél.-Fax : (043) 27.66.66 MASCARA : Maison de la Presse Rue Senouci Habib Tél.-Fax : (045) 81.56.03 CENTRE AIN-DEFLA : Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste) Tél/Fax: 027.60.69.22 PUBLICITE Pour toute publicité, s’adresser à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de Publicité “ANEP” ALGER : 1, avenue Pasteur Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43 Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150 Télex : 81.742 ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti Tél. : (041) 39.10.34 Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320 ANNABA : 7, cours de la Révolution Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38 Régie publicitaire EL MOUDJAHID 20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70 ABONNEMENTS Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux ou commandes de photos, s’adresser au service commercial : 20, rue de la Liberté, Alger. COMPTES BANCAIRES Agence CPA “Che” Guevara - Alger Compte dinars n° 102.7038601 - 17 Agence BNA Liberté - Dinars : 605.300.004.413/14 - Devises : 605.310.010078/57 Cptes BDL - Agence Port Saïd - Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28 - Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28 Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger IMPRESSION Edition du Centre : Société d’Impression d’Alger (SIA) Edition de l’Est : Société d’Impression de l’Est, Constantine Edition de l’Ouest : Société d’Impression de l’Ouest, Oran Edition du Sud : Unité d’Impression de Ouargla (SIA) DIFFUSION Centre : EL MOUDJAHID Tél. : 021 73.94.82 Est : SARL “SODIPRESSE” : Tél-fax : 031 92.73.58 Ouest : SARL “SDPO” Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL “TDS” Tél-fax : 029 75.02.02 France : IPS (International Presse Service) Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..

CONDOLÉANCES
POLE PRODUCTION TV/TG EST CENTRALE THERMIQUE DE JIJEL

AVIS D'INFRUCTUOSITE DU LOT N°01 RELATIF A L'APPEL D'OFFRES NATIONAL N°22/12/SPE/PPE/JL
Il est porté à la connaissance de l'ensemble des soumissionnaires ayant participé à l'appel d'offres à la concurrence national ouvert N°22/12/SPE/PPE/JL portant sur la prestation du transport de la centrale thermique de Jijel que le lot N°01 «Personnel résidant à Taher» est déclaré infructueux.
El Moudjahid/Pub
ANEP 943212 du 13/10/2012

POLE PRODUCTION TV/TG EST CENTRALE THERMIQUE DE JIJEL

AVIS D'INFRUCTUOSITE DE L'APPEL D'OFFRES NATIONAL N°08/12/SPE/PPE/JL
El Moudjahid/Pub

Madame le professeur Souad BENDJABALLAH Ministre de la Solidarité nationale et de la Famille, très affectée par le décès du Moudjahed le Professeur Pierre CHAULET, figure emblématique de la Révolution algérienne, militant de la cause nationale, présente à son épouse Claudine et à l’ensemble de sa famille ses sincères condoléances et les assure en cette douloureuse circonstance de sa profonde sympathie et de sa compassion. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons»
ANEP 943747 du 13/10/2012

Il est porté à la connaissance de l'ensemble des soumissionnaires ayant participé à l'appel d'offres à la concurrence national ouvert N°08/12/SPE/PPE/JL portant sur la fourniture du matériel de laboratoire de chimie ainsi que leurs pièces de rechange pour la Centrale Thermique de JIJEL est déclaré infructueux.
El Moudjahid/Pub
ANEP 943223 du 13/10/2012

Vendredi 12 - Samedi 13 Octobre 2012

EL MOUDJAHID

Sports
LIGUE 1 (6e JOURNÉE)
LES 19 ET 20 OCTOBRE À ALGER

29
Championnat d'Algérie de pêche sportive en apnée
Le Championnat d'Algérie de pêche sportive en apnée aura lieu les 19 et 20 octobre à Alger, a-t-on appris jeudi auprès de la Fédération algérienne de sauvetage, de secourisme et des activités subaquatiques (FASSAS). Cette compétition verra la participation de 49 athlètes issus des ligues d'Alger, Skikda, Mostaganem, Béjaia, Tipaza et Oran. Les chasseurs croiseront leurs fusils de pêche dans les eaux bleues de la côte est d'Alger au niveau de l'îlot (Ain Benian), Cap Caxine et Miramar, précise la même source. A l'issue de deux manches de compétition, une cérémonie de remise de récompenses sera organisée aux meilleurs chasseurs ayant réalisé les plus grandes prises, après la pesée, conclut la FASSAS.

ES Sétif - USM Alger à 18h

L

e match ES Sétif-USM Alger comptant pour la sixième journée du championnat d'Algérie de Ligue 1 professionnelle du mardi 16 octobre, initialement prévu à 16h45 au stade 8-Mai1945 à Sétif, se déroulera finalement à 18h, a indiqué jeudi dernier la Ligue de football professionnel (LFP). L'instance dirigeante de la compétition a également procédé à des changements d'horaires de deux autres rencontres de la même journée. Ainsi, la rencontre USM Harrach-ASO Chlef, programmée à 15h au stade du 1er-Novembre a été retardée d'une heure (16h), tandis que le match CS ConstantineCR Belouizdad a été avancé à 16h30 au lieu de 18h au stade Hamlaoui à Constantine.

CYCLISME (DOPAGE)

Les accusations contre Armstrong pourraient entacher son association
Les accusations de dopage dont fait l'objet Lance Armstrong n'entacheront pas seulement sa carrière sportive mais auront des retombées sur Livestrong, l'association de lutte contre le cancer fondée par le cycliste américain après avoir vaincu la maladie. Lancée en 2003 pour venir en aide aux survivants du cancer, l'association caritative est devenue célèbre un an après, avec pour marque de fabrique un bracelet jaune conçu par le cycliste en partenariat avec son «parraineur» Nike. Les bracelets de caoutchouc sont devenus rapidement de vrais articles de mode et ont donné naissance à des copies de toutes les couleurs adoptées ensuite par d'autres associations caritatives. Celui d'Armstrong avait pourtant une valeur particulière auprès du public, en rappelant que celui qui l'a lancé avait remporté le Tour de France après avoir vaincu la maladie. Mais après les accusations lancées contre l'ex-cycliste pour avoir participé à un programme de dopage ultrasophistiqué, l'association se retrouve face à un dilemme, estiment les spécialistes : parler ou se taire ? "Après avoir été leur plus gros atout, Lance Armstrong est devenu leur plus gros handicap", affirme à l'AFP, Sol Levine, directeur à Qorvis Communications, une société de relations publiques de Washington. "Ils doivent cesser d'en faire leur tête d'affiche, mais ce serait une erreur que de se dissocier d'Armstrong", dit-il. Livestrong est issue de la Fondation Lance Armstrong mais s'est développée de manière indépendante. Armstrong n'apparaît pas sur son site internet et les messages qui en faisaient la Une jeudi expliquaient comment étaient utilisés les dons et annonçaient les activités à venir. Livestrong, à moins d'y être contrainte, n'a pas à s'attaquer au problème Armstrong, estime M. Levine. Le rapport de l'Agence américaine antidopage (Usada), rendu mercredi, a conclu à un dopage systématique de la part de Lance Armstrong et de son équipe, l'US Postal. Le même jour, le PDG de Livestrong, Doug Ulman, se concentrait sur les activités à venir, écrivant sur Twitter : "On a de super projets pour célébrer 15 ans d'aide aux survivants. Rejoignez-nous du 18 au 21 octobre !". Livestrong pourrait peut-être avoir à contre-attaquer. "Pour le moment, ils se taisent", dit Chris Edwards, qui dirige Reputation Saviors, une société spécialisée dans les contre-attaques de publicités négatives sur internet basée à Orlando (Floride, sud-est). Mais si l'attention se tourne vers Livestrong, "ils devront faire quelque chose, vous ne pouvez pas simplement ne pas répondre", conclut M. Edwards. Jeudi, le Britannique Chris Hoy, champion olympique de cyclisme sur piste, a réagi en jugeant que c'était "déprimant car d'un côté, ce gars a écrit un livre qui a aidé beaucoup de malades du cancer, son association contre le cancer fait beaucoup de choses positives, et de l'autre on découvre ça".

Programme mardi 16 octobre
Eulma : MC El Eulma - JS Saoura Batna : CA Batna - WA Tlemcen 1er-Novembre : USM Harrach - ASO Chlef Constantine : CS Constantine- CR Belouizdad 5-Juillet : MC Alger - USM Bel Abbès Tizi Ouzou : JS Kabylie - JSM Bejaia Bordj Bou Arréridj : CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran Sétif : ES Sétif - USM Alger 18h00 18h00 16h00 16h30 18h00 17h45 18h00 18h00

ALGÉRIE-ANGLETERRE

Mobilis financera les droits de retransmission de la “Premier league” anglaise

L

'opérateur public Mobilis financera les droits de retransmission par l'ENTV d'une sélection de deux matches par semaine, d'un des plus prestigieux championnats au monde, la "Premier league anglaise", a-t-on appris jeudi auprès d'une source proche de Mobilis. L'ENTV diffusera en direct à compter du 20 octobre deux matches de la Premier league, a précisé la même source à l'APS. Ces droits de diffusion incluent également une émission hebdomadaire, récapitulant l'ensemble des matches de ce championnat, dont les journées sont disputées généralement sur une semaine. La même source s'est abstenue à communiquer le montant versé en tant que sponsor pour décrocher ces droits, en indiquant que l'opérateur public de téléphonie mobile prendra en charge à lui seul le coût de

cette opération."Il sera de plus d'un million de dollars mais nous ne pouvons divulguer le montant de l'achat", a-t-elle fini par lâcher. Ce championnat qui passionne tant d'Algériens, sera diffusé sur la chaîne terrestre, au bonheur de tous

les amateurs de football qui pourront le suivre sans avoir à payer le prix des cartes satellitaires. "En tant qu'entreprise citoyenne, Mobilis en s'associant avec l'ENTV veut renouer avec la joie des années 1970 quand les matchs des grands championnats européens étaient diffusés sur la télévision algérienne", a-t-elle ajouté. En attendant la première retransmission en direct, un accord dans ce sens a été signé entre l'ENTV et la league anglaise. Le contrat de sponsoring entre Mobilis et l'ENTV a été également conclu et sera paraphé dans les prochains jours. La durée de l'accord portant sur les droits de retransmission sera d'une année, avec option pour année supplémentaire. Son renouvellement dépendra des résultats de ce sponsor sur Mobilis en termes de marketing, précise la même source.

JUDO

Ile Maurice : un grand Prix à Port Louis en 2013
L'Ile Maurice figure désormais dans le calendrier international de la fédération internationale de judo (IJF) pour l'année 2013, en organisant un Grand Prix doté de 200 pts dans la capitale Port Louis. Cet évènement qui se déroulera les 9 et 10 novembre 2013, réunira les judokas du monde entier à la recherche des 200 points mis en jeu au classement de la fédération internationale. A cette occasion, le président de la fédération internationale, Marius Vizer a également discuté de l'éventualité de l'implantation d'un centre d'excellence sur la petite île de l'océan Indien.

"Canal +" s'offre les droits du football africain jusqu'à 2016

L

a chaîne cryptée "Canal +" a signé un accord avec la Confédération africaine de football (CAF) permettant au groupe de s'offrir les droits de la quasi-totalité du football africain jusqu'à 2016, a indiqué jeudi le quotidien sportif L'Equipe. Selon le quotidien sportif français, les matches décisifs de qualification pour la Coupe d'Afrique des nations (CAN) 2013 seront visibles sur les antennes du groupe Canal+. Sénégal-Côte d'Ivoire sera accessible samedi soir (20h30-heure algérienne) sur le service de paiement à la séance "Foot+". Maroc-Mozambique démarrera une demi-heure plus tard sur "Canal+ Sport". Le lendemain, sont programmés le très attendu Cameroun-Cap-Vert (16 heures sur Foot+) et Algérie-Libye (20h30 sur Canal+ Sport). "Ces quatre rencontres constituent la première pierre d'un contrat qui vient d'être signé, par l'in-

termédiaire de Sportfive, avec la CAF jusqu'en 2016", souligne le journal. Le groupe Canal + récupère la diffusion des CAN 2013 et 2015 (2,7 millions d'euros par édition) et l'ensemble des compétitions officielles organisées par la CAF : matchs qualificatifs pour les CAN 2013 et 2015, Ligue des Champions africaine de 2012 à 2016, Championnats d'Afrique des nations des joueurs locaux de 2014 et 2016. Le tout pour 3 millions d'euros supplémentaires. La CAN 2013 (Afrique du Sud) comme la suivante (en 2015 au Maroc) sera donc visible intégralement sur les chaînes cryptées du groupe Canal +, avec codiffusion de quatre rencontres en clair (match d'ouverture, un quart de finale, une demi-finale et la finale) sur "Direct 8", la chaîne rachetée récemment par le groupe qui l'a rebaptisée "D8".

JO-2014

Killy : “Le Village olympique de Sotchi est impeccable”
Jean-Claude Killy, président de la commission du CIO chargée de coordonner la préparation des jeux Olympiques de Sotchi-2014, a qualifié d'"impeccable", jeudi, le Village olympique de la cité russe. Lors de sa huitième visite sur le futur site, l'ancien champion olympique français a même prédit une qualité de service encore jamais vue pour une compétition hivernale. "Je n'exagère pas : nous assistons à un travail impeccable", a déclaré le triple champion olympique de 1968 à des médias locaux. La Russie prévoit de dépenser 20 milliards de dollars en infrastructures dans cette station balnéaire de la mer Noire choisie pour ses montagnes proches. Le Comité olympique russe entend organiser 47 compétitions d'ici l'ouverture des Jeux, le 7 février 2014, afin de vérifier que tout soit bien en ordre le grand jour venu. La ville a créé 42.000 chambres d'hôtel supplémentaires afin de faire face à l'afflux de visiteurs.

Vendredi 12 - Samedi 13 Octobre 2012

30

Sports
ELIMINATOIRES CAN 2013

EL MOUDJAHID

Les "Verts" au top
A 24h du grand derby maghrébin entre l'Algérie et la Libye comptant pour le 3ème et dernier tour des éliminatoires de la CAN 2013 prévue en Afrique du Sud, les "Verts" sont fin prêts.

M. Tahmi rend visite à la sélection algérienne à Sidi Moussa

I

ls se sont entraînés mercredi dernier, le matin, et l'aprèsmidi, afin de permettre au groupe de bien assimiler la tactique que compte appliquer Halilhodzic demain dimanche, à 20h30, à Tchaker, contre cette formation libyenne qui est arrivée à Alger, hier vendredi. Les Libyens, qui ne sont pas en position de force après leur défaite à la manche aller qui a eu lieu à Casablanca (Maroc) sur le score de 1 à 0 sur un but de Soudani, sont en train de faire des déclarations fracassantes en vue de tenter de se refaire leur retard sur le plan psychologique. Car il faut bien l'admettre, les nôtres ont pris une sérieuse avance en vue de mettre la main sur le billet qualificatif à la phase finale. Les dernières séances avaient vu la présence de 24 joueurs sur 25. Djabou n'avait pas suivi l'entraînement avec ses camarades, puisqu'il était contraint de suivre une séance spécifique du fait qu'il avait ressenti quelques douleurs, mais sans gravité. Le reste du groupe s'était entraîné dans une très bonne ambiance. Ce qui dénote la grande ambiance qui règne au sein du groupe. Halilhodzic avait laissé les supporters suivre la séance de l'après-midi afin de mieux

Ce que redoutent les Algériens reste aussi l'arbitrage. On avait vu ce qu'il nous avait fait subir en suspendant pour deux matches Djebbour, alors que c'était lui la victime. Comme on le sait, il s'agit d'un trio d’arbitres guinéen. Le 4ème est le Guinéen Keita, celui qui nous avait refusé un but tout fait devant le Rwanda à l'occasion des éliminatoires du Mondial 2010 organisé par l'Afrique du Sud. On espère qu'ils seront corrects dans cette importante joute qualificative pour la CAN 2013. HAMID GHARBI rapprocher les deux camps. Car il ne faut pas oublier que nos supporters sont venus de régions diverses. Ils aimeraient bien suivre leur équipe nationale et connaître tout ce qui se passe dans la "maison des Fennecs". Il est certain que demain dimanche, à partir de 20h, ils seront plus de 35.000 à remplir les travées du stade MustaphaTchaker de Blida en vue de porter aux nues leurs préférés. A l'approche de cette rencontre, les joueurs algériens sont en superforme pour s'acquitter de leur tâche comme il se doit. Avant cela, Soudani et Guedioura avaient animé un point de presse au stade MustaphaTchaker de Blida, au cours duquel ils avaient mis l'accent sur l'ambiance qui règne au sein du groupe. Ils savent que cette rencontre va être très difficile, surtout que notre adversaire va tout faire pour nous provoquer et faire en sorte que le match sorte de son cadre sportif. Toujours est-il, ils sont conscients de ce qui les attend. Pour cela, ils vont tout faire pour confirmer le résultat de la manche aller.

L

Programme
Aujourd’hui : (résultats aller) Malawi-Ghana 0-2 Botswana-Mali 0-3 Nigeria-Liberia 2-2 Sénégal-Côte d'Ivoire 2-4 Tunisie-Sierra Leone 2-2 Maroc-Mozambique 0-2 Ouganda-Zambie 0-1 Dimanche 14 octobre : Algérie-Libye 1-0 Cameroun-Cap vert 0-2 Togo-Gabon 1-1 Angola-Zimbabwe 1-3 Niger-Guinée 0-1 Ethiopie-Soudan 3-5 Burkina Faso-Centrafrique 0-1 Guinée Equatoriale-RD Congo 0-4

e ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohamed Tahmi, s'est rendu jeudi au centre technique national de Sidi Moussa (Alger), lieu de regroupement des joueurs de l'équipe nationale algérienne de football, à trois jours du du match Algérie-Libye, comptant pour le 3e et dernier tour des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations CAN-2013. Accompagné de Mohamed Raouraoua, président de la Fédération algérienne de football (FAF), de Mahfoud Kerbadj, président de la LFP et de Haddadj Abdelhamid, directeur du centre, le ministre a visité le centre de regroupement et suivi un exposé sur les perspectives de son extension. Le ministre de la Jeunesse et des Sports a tenu à cette occasion à exprimer ses engagements et ses vœux de réussite aux joueurs pour le match face à la Libye. Lors du match aller, disputé le 9 septembre à Casablanca (Maroc), l'Algérie l'a emporté sur le score de 1 à 0, grâce à une réalisation signée Hilal Soudani (88e minute).

ATHLÉTISME

Les Libyens depuis hier à Alger

CAN-2013 : MATCH ALGÉRIE-LIBYE

Les athlètes protestent contre les exigences du fisc

L

e stage de préparation de la sélection nationale libyenne de football à Tunis en vue du match retour du troisième tour des éliminatoires de la CAN2013 face à l'Algérie, prévu dimanche au stade Mustapha-Tchaker, a pris fin jeudi. Au cours de ce regroupement de plus de deux semaines, l'équipe libyenne, sous la direction de l'entraîneur Abdelhafidh Erbiche, a disputé trois rencontres amicales, toutes remportées contre les formations tunisiennes de Menzel Bourguiba (2-0), Djandouba Sport (1-0) et Olympique Kef (4-0). Le coach libyen a axé son travail lors de ce stage sur les aspects physique et tactique, en l'absence de certains joueurs clés pour diverses raisons. Selon la presse locale, pour le match de dimanche face à l'Algérie, le sélectionneur Erbiche misera beaucoup sur de jeunes joueurs en manque de compétition et d'expérience. La délégation libyenne a rallié Alger hier vendredi à partir de Tunis à bord d'un vol spécial. Elle est hébergée à l’hôtel Shératon Club des Pins. Ils s’entraîneront aujourd’hui samedi à l’heure du match, 20h30, sur la pelouse du stade principal de Mustapha Tchaker.

“Bonne chance” aux Verts
Nedjma, partenaire leader du football national, se joint aux supporters algériens pour encourager l’équipe nationale et lui souhaiter «Bonne chance» à l’occasion du match Algérie-Libye, demain au stade Mustapha-Tchaker. Réaffirmant ainsi son engagement aux côtés du football algérien, Nedjma, sponsor officiel de la Fédération algérienne de football et de l’équipe nationale, lance une campagne de soutien et d’encouragement aux Verts à la veille de cette rencontre décisive comptant pour les éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations. Placée sous le signe du «fair-play» et de la promotion de l’esprit sportif, cette campagne, qui a débuté dans les médias, se poursuivra par une caravane qui sillonnera demain, jour de la rencontre, les artères d’Alger et de Blida.

L

es athlètes kényans de haut niveau ont demandé à discuter avec leurs autorités fiscales, qui les taxent "injustement", selon eux, sur leurs gains hors du pays, ont-ils annoncé jeudi. Les vedettes kényanes du fond et demi-fond, dont David Rudisha, champion olympique et recordman du monde du 800 m, et Vivian Cheruiyot, championne du monde du 5.000 et du 10.000 en 2011, sont la cible de la Kenya Revenu Authority (KRA). La KRA explique ne viser que les athlètes qui ont payé moins de 30% d'impôts dans les pays où ils ont gagné leur argent, mais certains se plaignent de sommations pour des arriérés d'un montant énorme, plus de 600.000 dollars (460.000 euros) pour l'un d'entre eux. Les athlètes doivent avoir une entrevue à la KRA samedi. "C'est très injuste. Nous avons consacré beaucoup de nos gains à contribuer à l'économie kényane. Nous rapportons de l'argent au pays pour le consacrer à des investissements, déjà lourdement taxés euxmêmes par le gouvernement", a expliqué Vivian Cheruiyot. Les dirigeants de l'athlétisme kényan et des entraîneurs ont mis en garde aussi contre le risque de "fuite des talents" si le fisc persistait dans ses exigences.

Vendredi 12 - Samedi 13 Octobre 2012

EL MOUDJAHID

Sports
ENCADREMENT

31

La situation des entraîneurs toujours compliquée
Il est certain que durant le présent exercice 2012/2013, les techniciens sont en train de vivre des moments difficiles. Certes, ils sont très bien payés, mais leurs conditions de travail sont tributaires directement des résultats que peuvent réaliser leurs équipes sur le plan technique.

I

l faut dire qu’avec l’application en Algérie du professionnalisme, il y a de cela trois années, les présidents des clubs de la Ligue 1 comme la 2 sont devenus trop exigeants. Ils n’hésitent plus à «dégommer» le coach en cas de mauvais résultats, même si l’on n’est qu’en début d’exercice du championnat national. C’est l’entraîneur le premier et, apparemment, l’unique responsable. On ne parle pas alors des erreurs dans le recrutement, du manque de moyens… Un mauvais résultat se paye «cash». Et là, tout le monde s’est presque accommodé avec cette réalité. Le MCA avait déjà «consommé» deux coaches (Liewig et Jean-Paul Rabier), alors qu’il s’agit de deux techniciens français. On est finalement revenu à la solution du coach local. Avec l’arrivée de Menad, les Mouloudéens sont, a priori, mieux, puisque leurs prestations sont jugées par les supporters du club, ainsi que les spécialistes plus qu’acceptables. «On a désormais une équipe», avait-on dit. Du coup, c’est le coach local qui est en train de gagner des points. Le MCO aussi s’est débarrassé de son coach Raul Savoy, suite au nul concédé at home devant le CRB (1-1). Il faut

préciser que les dirigeants d’ElHamri n’ont pas mis beaucoup de temps pour lui trouver un remplaçant. En effet, on a désigné l’ex-entraîneur du MCO, Abdellah Mechri. Après avoir utilisé deux entraîneurs étrangers, Emeray le Belge et le Suisse Raul Savoy, les dirigeants oranais se sont rabattus sur le technicien local qui connaît mieux que le coach étranger les «ficelles» du football algérien et

qui surtout maîtrise mieux la mentalité du footballeur algérien. C’est à cause de cela qu’on n’a pas voulu chercher un autre technicien. Le CA Batna vient lui aussi de changer d’entraîneur, puisque Bouarrata, qui possède un doctorat dans la méthodologie de l’entraînement, vient d’être remercié par la direction du club. Pourtant, cette dernière lui avait affiché son entière confiance et

solidarité en attendant des moments plus propices. A priori, on n’a pas résisté à l’envie de changer, puisqu’on vient de faire appel à Rouabah Tewfik. Le changement d’entraîneur d’un club à un autre est devenu monnaie courante. Il est certain que le chapitre relatif aux entraîneurs n’est pas encore clos. Il suffit que l’équipe fasse un autre mauvais résultat pour que le président

procède illico presto au changement au niveau de la barre technique. L’USMA, par exemple, est en train de vivre une mauvaise passe suite à sa défaite inattendue face au CABBA, qui était avant cela classée parmi les dernières équipes. La défaite, à Bologhine, sur le score de 1 à 0 avait placé Gamondi en position de faiblesse. Certains ont même avancé que ses jours sont comptés au cas où il subirait une autre défaite, notamment ce mardi, à Sétif, devant l’ESS, une équipe pas facile à manier étant le champion d’Algérie en titre. Certes, la direction lui avait renouvelé sa confiance, mais pour combien de temps ? Tout le monde sait que lorsque la direction renouvelle sa confiance, c’est plutôt pour jeter le bébé avec l’eau du bain. Beaucoup d’autres coaches se trouvent, malgré eux, dans une position délicate. C’est le cas de Fabbro (il a eu un sursis suite à sa victoire à Chlef), Aréna, Velud, Belhout, Amrani… Les journées à venir seront très dures pour les entraîneurs à tel point que quelques entraîneurs ne cachent plus qu’ils préfèrent avoir un technicien algérien à un étranger qui ignore le vécu du club. Hamid Gharbi

WAT

Amrani regrette le recrutement

R

ien ne va plus pour le WAT. Le club tlemcénien, qui faisait office depuis quelques années d’outsider en Ligue 1, s’enlise dans une crise sans précédent. Il est vrai que le club est habitué à des saisons difficiles, mais cette année, les choses semblent se corser pour les coéquipiers de Boudjakdji qui ont concédé plusieurs défaites fleuves. Et comme la situation financière n’arrange pas les choses, le groupe est au bord de l’implosion. Même l’entraîneur Abdelkader Amrani, qui jouit pourtant du soutien indéfectible du président Abdelkrim Yahla, n’est pas certain de durer sur le banc du WAT. Par au moins trois fois, le technicien a menacé de rendre le tablier avant qu’il en soit dissuadé par le président. Peut-être a-t-il besoin de soutien pour continuer son travail, mais il est certain que Amrani est devenu vulnérable aux critiques et menace à chaque fois de s’en aller dès que les choses tournent mal. Comme la fois où il a quitté l’entraînement faute d’avoir pu disposer du matériel pédagogique (ballons, chasubles, plots) que le bus du club n’a pu acheminer au stade, car tombé en panne au beau milieu de la route. Abdelkader Amrani, qui préparait alors le déplacement à Sétif, a dû annuler la séance d’entraînement et prendre la route le lendemain en direction d’Aïn El Fouara sans répétition générale avec le résultat que l’on sait. Aujourd’hui, le technicien remet en cause la qualité du recrutement effectué cet été. Le WAT a recruté pas moins de dix joueurs, mais a fait dans l’économie, ce qui fait qu’il n’a pas réellement su attirer des joueurs de qualité. Les salaires proposés par Abdelkrim Yahla ont dissuadé plusieurs joueurs, pourtant sportivement intéressés de jouer au WAT. Après, il faudra rappeler que Abdelkader Amrani a participé activement à l’opération recrutement. C’est en fait lui qui validait les transferts. Autrement dit, la direction du club n’entamait les négociations avec un joueur qu’après avoir reçu le feu vert de l’entraîneur qui travaillait quand même en étroite collaboration avec le président. Ceci est un fait avéré. Ce qui fait que Amrani ne devrait pas trop nous jouer la carte du mauvais recrutement dont il est lui aussi responsable. On lui concédera le peu d’argent investi par la direction pour ce volet, ce qui a empêché le club d’effectuer un recrutement de qualité, mais lorsqu’on donne son accord pour la venue d’un joueur, c’est que l’on est convaincu par son profil. Aujourd’hui, le WAT cherche à se renforcer. Des contacts ont même été entrepris avec Smaïl Bouzid, qui est allé signer à l’USMA depuis. Amrani donne la priorité à la défense, talon d’Achille de l’équipe. Les dirigeants se savent en danger. Le mercato d’hiver risque d’être mouvementé. Amar Benrabah

Mecheri, nouvel entraîneur du MC Oran
M. Abdellah Mecheri a été désigné jeudi nouvel entraîneur du club professionnel de football de Ligue 1, le MC Oran, a-t-on appris auprès du président du club oranais. Il succède au Suisse Raul Savoy, qui a démissionné de son poste mardi dernier. Abdellah Mecheri sera secondé dans sa mission par l'ex-joueur du Mouloudia d'Oran, Sebbah Benyagoub. Concernant la grève des joueurs qui boudent les entraînements, revendiquant la régularisation de leur situation financière, le nouveau président du conseil d'administration du club, Larbi Abdelilah, à déclaré : «Je leur ai donné rendez-vous samedi prochain. Je comprends parfaitement leurs doléances et je ferai tout pour régler leur problème avant dimanche.» Le MC Oran occupe l'avant-dernière place au classement de Ligue 1, après cinq journées du championnat avec trois nuls et deux défaites.

CHAMPIONNAT AMATEUR

Deux mois de suspension pour Meguenni entraîneur du RC Relizane

L'

entraîneur du RC Relizane Nour Meguenni est suspendu pour deux mois de toutes fonctions officielles pour «menaces envers officiel» lors du match de son équipe contre la JSM Tiaret (10), disputé le 5 octobre dernier pour le compte de la quatrième journée du championnat amateur, groupe Ouest, a indiqué jeudi la Ligue nationale de football amateur (LNFA). Le coach du RC Relizane, dont la sanction est applicable depuis le 9 octobre,

devra également payer une amende de 60.000 DA. La commission de discipline de la LNFA a, d'autre part, sanctionné le RC Relizane d'un match à huis clos et 40.000 DA pour «envahissement du terrain par ses supporters entraînant un arrêt momentané de la partie», précise la même source. Le RC Relizane et la JSM Tiaret sont coleaders du championnat amateur groupe Ouest avec 9 points à l'issue de la quatrième journée.

Vendredi 12 - Samedi 13 Octobre 2012

Pétrole Le Brent à 114,17

Monnaie L'euro à 1.294 dollar

D E R N I E R E S
Le Président Bouteflika salue les avancées en matière de dialogue politique avec l'Espagne
Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a salué, dans un message adressé au Roi d'Espagne Juan Carlos 1er, les "avancées importantes" réalisées récemment sur la voie du renforcement du dialogue politique et de l'élargissement des bases de coopération économique entre l'Algérie et le Royaume d'Espagne. "Il me plaît de m'associer, ainsi que le peuple et le gouvernement algériens, à la célébration de la fête nationale du Royaume d'Espagne et de Vous adresser nos chaleureuses félicitations, ainsi que nos vœux de santé et de bonheur pour Votre Majesté et Sa Majesté la Reine, de progrès et de prospérité accrus pour le peuple espagnol ami", a écrit le Président Bouteflika dans son message. "Je me réjouis, en cette occasion, des avancées importantes réalisées récemment sur la voie du renforcement du dialogue politique et de l'élargissement des bases de la coopération économique entre l'Algérie et l'Espagne, et j'apprécie hautement l'intérêt personnel que Vous accordez à l'essor continu de nos relations", a souligné le Président de la République. "Je voudrais, pour ma part, Vous renouveler l'engagement constant de l'Algérie à œuvrer à la promotion et à l'approfondissement des relations bilatérales au service de la réalisation du partenariat stratégique que nos deux pays entendent construire", a ajouté le Chef de l'État.

CENTRE CULTUREL ALGÉRIEN À PARIS

Vibrant hommage au militant antiraciste Mouloud Aounit
L’émotion était au rendezvous mercredi soir au Centre culturel algérien (CCA) où un hommage posthume a été rendu au militant des droits de l’homme, l’Algérien Mouloud Aounit, ancien président du MRAP, mort en août dernier des suites d’une longue maladie.
e nombreux témoignages sur la vie, le parcours militant et le courage de cette personnalité exemplaire qui fut un homme de caractère et de conviction, révolté par les injustices, les discriminations et toutes les formes de racisme, ont été apportés à la faveur de cette rencontre. Sénateurs, élus municipaux, professionnels des médias, cinéastes, militants des droits de l’homme ont été unanimes à rappeler les multiples causes qui ont marqué son combat infatigable contre tous les racismes et les discriminations, sa lutte acharnée en faveur de la cause

D

Le Chef de l’État pour le renforcement continu des relations algéro-espagnoles
palestinienne, son engagement pour la reconnaissance des crimes coloniaux, et particulièrement les massacres du 17 octobre 1961. "Ce qu’il a fait doit imprégner nos combats futurs, lui qui fut durant plusieurs années président du MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples), et le premier fils de l’émigration à avoir dirigé une association de cette envergure", a témoigné Nacer Kettane, président de Beur FM. Intervenant à son tour, le maire d’Aubervilliers, où Mouloud Aounit à passé la majeure partie de sa jeunesse, a rappelé les combats multiples que celui-ci a commencé à mener dès son jeune âge, et annoncé que prochainement un équipement publique d’importance sera baptisé en son nom dans la ville où ce militant des causes justes vivait à son arrivée de Timezrit (Algérie), son village natal. Le Chef de l’État, M. Abdelaziz Bouteflika, a fait part, dans un message adressé au président du gouvernement espagnol, M. Mariano Rajoy, de sa détermination à œuvrer au renforcement continu des relations d'amitié et de coopération algéro-espagnoles. "A l'occasion de la célébration de la fête nationale du Royaume d'Espagne, il m'est agréable de vous adresser, au nom du peuple et du gouvernement algériens et en mon nom personnel, mes plus vives félicitations auxquelles je joins mes vœux de santé et de bonheur pour vous-même, de progrès et de prospérité pour le peuple espagnol ami", a écrit le Président Bouteflika dans son message. "Je tiens, en cette occasion, à vous renouveler ma détermination à œuvrer, de concert avec vous, au renforcement continu des relations d'amitié et de coopération qui unissent, si heureusement, l'Algérie et l'Espagne, dans la voie de la construction d'un partenariat stratégique à la mesure des aspirations de nos deux peuples", a affirmé le Chef de l'État. "Dans ce contexte, je me réjouis de vous recevoir prochainement en Algérie dans le cadre de la tenue de la Réunion Bilatérale de Haut Niveau, et je reste convaincu que cette rencontre nous offrira l'opportunité d'approfondir notre dialogue politique et notre concertation sur les grandes questions régionales et internationales d'intérêt commun et donner un nouvel élan à notre coopération dans tous les domaines", a ajouté le Président de la République.

UNIQUE EN AFRIQUE ET DANS LE MONDE ARABE

INTERNET

Un laboratoire de génie parasismique pour le secteur de la construction
Un laboratoire de génie parasismique vient d’être acquis par l’Algérie, a annoncé jeudi la représentante du ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme lors d’un colloque international sur la réduction du risque sismique qui se tient à Chlef. Ce nouvel outil, unique en Afrique et dans le monde arabe, est destiné à renforcer les dispositions prises en matière de prévention du risque sismique, a expliqué Mme Saleha Aït Mesbah. Parmi les équipements dont dispose ce laboratoire, une table vibrante et un mur de réaction, entre autres, qui permettent d’effectuer des essais dynamiques, de simuler les effets d’une secousse tellurique et de déterminer en conséquence la réaction de la structure, a-t-elle ajouté.

Des archives de l'histoire du 20e siècle sur Google
Le site web de recherche Google a annoncé mercredi la mise en ligne d'importantes archives numériques sur les grands événements historiques du 20e siècle provenant de dix-sept musées et instituts dans le monde. Quelque 6 millions de photos, documents textes, films, provenant de 17 musées et instituts culturels de différents pays, dont le musée de l'ancien camp de la mort nazi d'Auschwitz-Birkenau (Pologne) ou le Centre de la mémoire de Nelson Mandela (Afrique du Sud), sont mis à la disposition des internautes, a indiqué le directeur du projet de Google, Mark Yoshitaka.

FÊTE NATIONALE DE LA GUINÉE EQUATORIALE

Le Président Bouteflika félicite le Président Obiang
Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a adressé un message de félicitations à son homologue de Guinée Equatoriale, M. Theodoro Obiang Nguema Mbasogo, à l'occasion de la célébration de la fête nationale de son pays. "Il m'est agréable, au moment où la République de Guinée Equatoriale célèbre sa fête nationale, de vous adresser, au nom du peuple et du gouvernement algériens et en mon nom personnel, mes chaleureuses félicitations, ainsi que mes vœux de santé et de bonheur pour vous-même, de progrès et de prospérité pour votre peuple frère", a écrit le Chef de l'État dans son message. "Je voudrais saisir cette opportunité pour me féliciter de la qualité des relations d'amitié et de coopération qui unissent nos deux pays et vous renouveler ma disponibilité à joindre mes efforts aux vôtres en vue de les développer davantage au bénéfice de nos deux peuples", a souligné le Président Bouteflika. "Je tiens également à vous réaffirmer mon attachement à poursuivre notre action commune en vue de la réalisation des objectifs de paix, de stabilité et de développement tracés dans l'acte constitutif de l'Union africaine", a conclu le Président de la République.

LUTTE ANTITERRORISTE

Un terroriste éliminé à Yakouren
Un terroriste a été éliminé dans la matinée d’hier dans une embuscade que lui ont tendue les forces de l’ANP dans la forêt de Yakouren, une cinquantaine de kilomètres à l’est du chef-lieu de wilaya de Tizi Ouzou, apprend-on de source sécuritaire. Une kalachnikov a été récupérée à l’issue de cette embuscade tendue suite à un renseignement faisant part de la présence de ce terroriste dans la région, a indiqué notre source. La dépouille de terroriste a été transférée à la morgue du CHU Nédir-Mohamed de la ville des Genêts, pour les besoins d’identification, a-t-on ajouté de même source. B. A.

14e CONFÉRENCE DES CHEFS D'ÉTAT ET DE GOUVERNEMENT DES PAYS AYANT LE FRANÇAIS EN PARTAGE

M. Bensalah dirigera la délégation algérienne à Kinshasa
Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a désigné M. Abdelkader Bensalah, président du Conseil de la nation, pour diriger la délégation algérienne qui prendra part aux travaux de la 14e Conférence des Chefs d'État et de gouvernement des pays ayant le français en partage qui se déroulera les 13 et 14 octobre à Kinshasa, en République démocratique du Congo, indique jeudi la présidence de la République dans un communiqué.

ONU - PRINTEMPS ARABE

La restitution des avoirs usurpés par des régimes déchus en débat
La question de la restitution des avoirs usurpés, soit par d’anciens régimes déchus, soit par la corruption, a été examinée jeudi à New York lors du débat général de la Commission de l’ONU sur la prévention du crime et justice pénale et le contrôle international des drogues. A ce propos, la Libye a indiqué qu’elle s’employait à «récupérer les avoirs usurpés à la nation par le régime antérieur», et a exhorté la communauté internationale à l’assister dans «cette tâche importante pour le développement du peuple libyen». Dans le même esprit, la Tunisie a invité la communauté internationale à appuyer ses efforts visant à récupérer les avoirs du peuple tunisien détournés par le président déchu, Zine El-Abidine Ben Ali, et sa famille. Dans le combat contre le phénomène de la corruption, la Russie a mis l’accent sur la nécessité du recouvrement des actifs volés, et a soutenu la création d’un réseau mondial de coordonnateurs chargé d’organiser le retour de ces actifs vers leur pays d’origine.

NOBEL DE LA PAIX

Le prix attribué à l’Union européenne
Le prix Nobel de la Paix a été attribué hier à l’Union européenne (UE) pour avoir «transformé un continent rongé par les guerres en un continent de paix», a annoncé le comité Nobel norvégien. «L’UE et ses ancêtres contribuent depuis plus de six décennies à promouvoir la paix, la réconciliation, la démocratie et les droits de l’homme en Europe», a déclaré à Oslo le président du comité Nobel norvégien, Thorbjoern Jagland. «Le comité Nobel norvégien souhaite focaliser sur ce qu’il considère comme le résultat le plus important de l’UE : la lutte réussie pour la paix, la réconciliation, la démocratie et les droits de l’homme», a-t-il ajouté, faisant valoir qu’elle avait contribué à muer l’Europe «d’un continent de guerre vers un continent de paix».

M. Ould Khelifa reçoit l'ambassadeur de la République de Corée
Le président de l'Assemblée populaire nationale (APN), M. Larbi Ould Khelifa, a reçu, jeudi au siège de l'APN, l'ambassadeur de la République de Corée à Alger, M. Chong Hoon KIM, qui lui a rendu une visite de courtoisie, indique un communiqué de l'Assemblée. Au cours de l'entretien, qui a porté sur les relations bilatérales et les moyens de les renforcer dans divers domaines, les deux parties ont souligné la nécessité de renforcer la concertation entre les deux instances législatives et la promotion de la coopération à travers l'échange de délégations et d'expériences. A cette occasion, M. Chong Hoon KIM a remis à M. Ould Khelifa une invitation de son homologue coréen pour effectuer une visite dans son pays.

Le ministre de la Communication reçoit les ambassadeurs de Jordanie et du Japon
Le ministre de la Communication M. Mohamed Saïd reçu MM. Mohamed Naimet et Tsukasa Kawada, respectivement ambassadeurs de Jordanie et du Japon. La coopération dans le domaine de la communication, à travers notamment des échanges d'expériences et de programmes audiovisuels, a été évoquée.