Ministère de la Formation, des Collèges et Universités

Vision de l’établissement, énoncé de mandat proposé et principaux objectifs
Soumission en vue de l’élaboration d’ententes stratégiques de mandat : Destinataire: Ministère de la Formation, des Collèges et Universités

Expéditeur: Denis Hubert-Dutrisac Président, Collège Boréal

Partie 1 : Énoncé de mandat proposé

COLLÈGE BORÉAL

Le Collège Boréal a un double mandat: être à la fois une institution collégiale d’études postsecondaires et une organisation de développement communautaire vitale. Le Collège Boréal est un carrefour éducationnel, innovateur, culturel et communautaire desservant la population francophone diversifiée de l’Ontario : Franco-Ontariens, étudiants en immersion, membres d’expression française des communautés des Premières Nations et des Métis. Son but est de produire une main-d’œuvre bilingue hautement qualifiée engagée dans les communautés d’expression française et contribuant à la vitalité économique, sociale et culturelle de la province et du pays.

Partie 2 : Vision
L’énoncé de vision du Collège Boréal est : « Nourrir le savoir et faire vibrer la culture ». Le Collège Boréal dessert principalement 335 000 francophones vivant dans le Nord et Centre-SudOuest de l’Ontario où il se trouve 70 000 immigrants, selon le recensement de 2006. Sa mission est d’offrir une formation et des services communautaires de qualité supérieure en français. Le Collège Boréal a développé une approche globale axée sur sa clientèle dans 42 centres situés dans 28 communautés et il possède une expérience étendue dans la mise en application de programmes éducationnels et communautaires souples. La motivation de ses étudiants, de son personnel et de ses partenaires dans leur engagement envers le changement transformatif et dans leur recherche d’améliorations de la productivité est l’atout le plus important du Collège Boréal. Le partenariat entre le Collège Boréal et le Collège Conestoga dans la gestion du système informatique des étudiants, du système d’information sur les ressources humaines et du portail des étudiants, où le Collège Boréal à lui seul a épargné 5,5 millions de dollars en fonds publics (sans compter les épargnes réalisées par le Collège Conestoga), est un exemple gagnant des services partagés et de la réduction des coûts. Les partenariats avec les collèges Niagara, Georgian, St. Clair et Centennial sont remarquables, entre autres. Dans le Nord, Boréal est à mettre au point une entente de partenariat avec cinq autres collèges dans les domaines de la santé mentale à l’intention des Premières Nations, de même qu’une entente de collaboration avec les collèges Confederation, Northern et Fleming pour le partage et le développement conjoints de programmes, la planification conjointe de recrutement, des services améliorés d’aide à l’apprentissage et plus encore. Le Collège a également présenté un partenariat pour mettre sur pied un centre de ressources d’évaluations psycho-éducationnelles francophone. Le Collège Boréal a été le premier et demeure le seul établissement postsecondaire en Ontario à être reconnu et désigné par la Loi sur les services en français (LSF).

Partie 3 : Objectifs prioritaires Priorité 1 : En tant que chef de file de l’enseignement postsecondaire en langue française dans le Centre-Sud-Ouest de l’Ontario, le Collège Boréal sera l’établissement désigné pour le développement de l’enseignement postsecondaire en français de la région. La situation actuelle
Selon le recensement de 2006 de Statistique Canada, 207 710 francophones vivent dans la région du Centre-Sud-Ouest de l’Ontario. Cette population représente un cinquième de la population francophone totale vivant à l’extérieur du Québec. Parmi cette population, environ 120 000 francophones vivent dans la seule région du Grand Toronto. Selon des études du ministère de la Formation, des Collèges et Universités (MFCU), la collectivité d’expression française de la région du Centre-Sud-Ouest de l’Ontario est une des populations francophones les plus mal desservies en Ontario quant à l’accès à l’enseignement postsecondaire en français. En 2008, seulement 7 % des programmes universitaires au niveau du baccalauréat (26 sur 397)

Collège Boréal

2

et 3 % de tous les programmes postsecondaires dans les collèges du Centre-Sud-Ouest de l’Ontario étaient disponibles en français (10 sur 326), comparativement à 39 % dans l’Est de l’Ontario et 36 % dans le Nord de l’Ontario. Le Collège Boréal voit cet écart comme une occasion de satisfaire davantage aux besoins des étudiants de langue française dans la région du Centre-Sud-Ouest de l’Ontario. En 2011, le Collège Boréal a offert 14 programmes collégiaux et prévoit en offrir 28 d’ici 2015, dont trois sont articulés avec le Collège Glendon de l’Université York.

L’objectif
Le Collège Boréal poursuit les objectifs suivants dans la région du Centre-Sud-Ouest de l’Ontario : 1. Que le Collège Boréal crée un milieu postsecondaire francophone à Toronto en collaboration avec les universités bilingues, modelé sur l’expérience de l’Université de Saint-Boniface ou de Ryerson University. Le Collège Boréal établirait une structure organisationnelle pouvant éventuellement être adaptée à un modèle universitaire afin de satisfaire ainsi aux besoins des francophones et francophiles du Centre-Sud-Ouest de l’Ontario en leur offrant l’accès à un plus grand nombre de programmes collégiaux et universitaires en français. 2. Que le Collège Boréal offre deux programmes de baccalauréat à Toronto en collaboration avec l’Université Laurentienne. a. L’approbation ministérielle est le seul élément manquant permettant d’offrir un baccalauréat en Sciences infirmières à Toronto qui accommoderait 30 nouveaux étudiantes et étudiants qui pourrait commencer à l’automne 2014. b. Élaborer et offrir un baccalauréat en Éducation – Sciences et technologie, afin de fournir aux diplômés qualifiés des écoles de langue française et d’immersion en Ontario des compétences appliquées pour établir des liens avec la théorie scientifique, les mathématiques, l’ingénierie, l’architecture et les métiers, les habilitant à enseigner dans les domaines d’études technologiques, des sciences et des mathématiques. Le programme accommodera 20 nouveaux étudiants et nouvelles étudiantes chaque année. 3. Que le Collège Boréal augmente ses programmes offerts d’ici 2019 de manière à équivaloir aux régions de l’Est (39 %) et du Nord (36 %). Pour y arriver, le Collège a dressé une ébauche d’une liste de 14 programmes potentiels pour satisfaire aux besoins du marché du travail dans le Centre-Sud-Ouest de l’Ontario (Annexe A). De plus, le Collège adaptera ses programmes actuels pour les aligner sur la stratégie du 2+2 (diplôme collégial + baccalauréat) en collaboration avec d’autres universités, et il élaborera aussi une stratégie de baccalauréat sur trois ans.

Avantages du Collège Boréal
Le Collège Boréal offre des services dans la région du Centre-Sud-Ouest depuis 2002 et son image de marque est bien connue des francophones et francophiles de la région. Le Collège offre certains avantages uniques pour l’atteinte de ces objectifs. En tant que carrefour axé sur la clientèle, le Collège Boréal continuera d’offrir des programmes et des services en éducation continue, en apprentissage, en emploi, en établissement et formation pour immigrants et de recyclage scolaire dans la région du CentreSud-Ouest de l’Ontario. En 2011-2012, le Collège Boréal a desservi quelques 4 800 clients dans la région du Centre-Sud-Ouest. Le Collège Boréal a adopté un modèle innovateur mettant en œuvre l’approche de guichet unique. En plus de placer les étudiants et étudiantes en premier, Boréal a consolidé tous ses programmes et services sous un même toit, ce qui mené à des épargnes considérables des coûts en infrastructure et en capitaux. Ce modèle était une partie intégrante du mémoire présenté au MFCU et au groupe d'experts sur l'éducation postsecondaire en langue française dans le Centre-Sud-Ouest de l’Ontario. (Annexe B) Le Collège Boréal possède 17 ans d’expérience dans la prestation de son programme de Sciences infirmières et il n’offre actuellement que la première année du programme de baccalauréat en Sciences infirmières à son campus de Sudbury, en collaboration avec l’Université Laurentienne. Le Collège Boréal a développé une série de partenariats, soit d’affaires ou communautaires, avec plus de 258 organisations.

Collège Boréal

3

Dans le cadre de sa stratégie innovatrice consistant à placer les étudiants et étudiantes à l’avant-plan, le Collège Boréal a développé un concept global centré sur la clientèle afin de sensibiliser les gens sur le marché du travail et sur les programmes de formation qui sont accessibles aux nouveaux arrivants en Ontario. Ce nouveau concept qui s’appelle « La VOIE Boréal » a le mandat précis de mettre en vigueur une approche intégrante aux programmes de formation et aux programmes communautaires pour qu’ils soient des compléments aux programmes d’éducation. « La VOIE Boréal » comprend les activités suivantes : services individualisés de renseignements et d’orientation, formation linguistique, réintroduction aux études, services d’emploi, connexions communautaires, élaboration d’un plan d’intégration personnel et soutien à la clientèle (incluant un service de garderie).

Échéancier, allocation des ressources, mesures
1. L’élaboration de nouveaux programmes et la création d’une stratégie conjointe entre le Collège et les universités mèneront éventuellement à une augmentation du nombre d’inscriptions découlant de l’accès accru à une variété de programmes pour les francophones et francophiles de la région du Centre-Sud-Ouest de l’Ontario. Les objectifs sont d’offrir le même nombre de programmes collégiaux en langue française dans la région du Centre-Sud-Ouest afin de combler l’écart avec les régions de l’Est et du Nord, puis d’offrir l’accès à environ 2 000 étudiants et étudiantes au postsecondaire (Annexe C). 2. 3. 4. Le Collège Boréal complètera une entente avec l’Université Laurentienne afin d’offrir le programme de baccalauréat en Sciences infirmières de quatre ans au campus de Toronto. Lorsque l’entente de mandat sera approuvée, l’analyse de rentabilité de cette priorité sera complétée et présentée au MFCU. Le Collège Boréal complète actuellement sa recherche sur la mise en vigueur d’une nouvelle structure organisationnelle qui pourrait refléter un nouveau modèle universitaire flexible.

Initiatives innovatrices entreprises par le Collège Boréal pour améliorer la productivité
Grâce à son lien avec l’Université Laurentienne, le programme de baccalauréat en Sciences infirmières de quatre ans en langue française sera accessible à Toronto. Cette approche contribuera à réduire l’écart de 3 % dans l’accès aux programmes. Le Collège développera des modes de prestation alternatifs, comme décrits dans la priorité 2, afin d’accroître l’accès des étudiants et étudiantes dans les communautés rurales.

Recommandations sur les politiques
Les outils de politique suivants sont requis pour atteindre l’objectif : 1. Instaurer un mécanisme de planification pluriannuelle pour le financement opérationnel fondé sur la collaboration plutôt que sur la compétition, qui permettra au Collège Boréal de respecter ses obligations et de remplir son mandat. 2. Instaurer un modèle de financement pluriannuel, semblable à celui du financement des universités, et des mécanismes de financement pour les nouveaux programmes. 3. Instaurer les changements législatifs et réglementaires requis pour accorder plus de souplesse à l’approbation des programmes collégiaux et universitaires, en plus de créer des politiques plus souples, permettant davantage de collaboration, afin de mieux servir les Ontariens et Ontariennes. 4. Rendre tous les programmes, plan de cours et matériel pédagogique élaborés accessibles à tous les établissements d’enseignement postsecondaire de la province.

Collège Boréal

4

Corrélation avec les principes et paramètres gouvernementaux dans le domaine de l’enseignement supérieur
Cette priorité offrira notamment aux étudiants et étudiantes d’expression française à Toronto et dans la région du Centre-Sud-Ouest de meilleurs choix d’apprentissage, en plus d’ajouter des programmes des paliers collégial et universitaire. Le Collège Boréal élaborera des structures souples de cours et de diplômes harmonisées aux besoins du marché du travail, réduisant ainsi, et éliminant dans certains cas, les barrières entre la salle de classe et le marché du travail.

Priorité 2 : Créer un nouveau centre d’excellence en apprentissage flexible afin de développer et de mettre en vigueur des modèles alternatifs de prestation pour augmenter l’accès à l’enseignement postsecondaire en langue française (l’expérience en apprentissage flexible du Collège Boréal). La situation actuelle
Les établissements d’enseignement postsecondaire en Ontario ne satisfont pas encore aux besoins de l’apprentissage en ligne et distribué, comparativement à d’autres provinces et pays. La province doit élaborer une nouvelle stratégie agressive afin de récupérer une partie de la clientèle ontarienne qui utilise des produits d’apprentissage en ligne provenant de l’extérieur de l’Ontario. Comme il a été noté précédemment, 335 000 francophones vivent dans le Nord et le Centre-Sud-Ouest de l’Ontario et sont desservis par le Collège Boréal. Si cette population était une ville, elle représenterait e la 12 plus grande ville au Canada, après London en Ontario. Cette population comprend au moins un tiers du total de la population francophone vivant à l’extérieur du Québec et elle est plus grande que la population acadienne et francophone des quatre provinces de l’Atlantique. Cette population est dispersée sur 85 % de la superficie de l’Ontario. Étant donné cette situation, le Collège Boréal doit continuer d’élaborer des modèles innovateurs et alternatifs de prestation, comme il le fait depuis sa fondation, afin d’assurer l’accès à des services éducationnels et communautaires en langue française pour desservir cette population hautement diversifiée.

L’objectif
Le Collège Boréal placera les étudiants et étudiantes au premier rang, contribuera à l’économie créative de l’Ontario et facilitera la transférabilité entre les compétences afin de mettre en vigueur les modèles alternatifs de prestation suivants : 1. Tous les programmes du Collège incluront éventuellement certaines composantes de l’apprentissage flexible. 2. Le Collège Boréal sera le fer de lance d’initiatives pour accéder à du matériel pédagogique en langue française élaboré à l’extérieur de l’Ontario par des établissements d’enseignement postsecondaire et des entreprises du secteur privé. 3. Le Collège Boréal vise à être l’agent de prestation de programmes en langue française en l’apprentissage flexible en Ontario et au Canada, en collaboration avec ses partenaires nationaux (par exemple le RCCFC, le CNFS, le CNDRPFC, le Cégep à Distance). 4. Le Collège Boréal sera le fer de lance de l’utilisation d’outils techno-pédagogiques en salle de classe.

Avantages du Collège Boréal
Le Collège Boréal possède 17 ans d’expérience dans la distribution partout et en tout temps de modèles d’apprentissage vairés, et il a progressé du concept de l’éducation à distance au nouveau concept d’apprentissage flexible. Depuis 1995, il est un chef de file et le seul collège de langue française en Ontario à avoir offert plus de 7 000 heures par année avec des étudiants par vidéoconférence. Cela a été

Collège Boréal

5

possible grâce au réseau du Collège, qui rejoint 31 sites et 122 autres centres par l’intermédiaire de ses 17 années de partenariat avec Contact Nord en Ontario. Le Collège Boréal offre actuellement 1 872 heures d’apprentissage en ligne dans le cadre de ses programmes d’apprentissage. Les étudiants et étudiantes de partout dans la province développent des compétences dans des domaines où la demande est élevée, sans quitter leur communauté. (Annexe D) Le Collège Boréal comprend en profondeur toutes les implications de l’apprentissage flexible et il est prêt à collaborer pleinement avec tes établissements d’enseignement postsecondaire, les ministères et les autres intervenants qui participent à la mise en vigueur de ces stratégies. Le Collège Boréal croit qu’il faut que l’augmentation des programmes et du contenu de base soient lancés par la modularisation de la prestation des programmes, non seulement des programmes et des cours, mais aussi des résultats d’apprentissage et des unités d’apprentissage. Le Collège Boréal fait partie du « Consortium national de développement de ressources pédagogiques en français au collégial » (CNDRPFC), un consortium qui comprend quatorze établissements d’enseignement francophones au pays, à l’extérieur du Québec, et qui est présidé par le président du Collège depuis quatre ans. L’objectif est d’augmenter la qualité de l’enseignement offert aux étudiantes et étudiants inscrits dans des programmes professionnels, techniques ou de métiers dans des collectivités où les francophones sont minoritaires. Le consortium partage et traduit du matériel pédagogique et cherche des façons novatrices d’augmenter l’accès au matériel pédagogique en français. À ce jour, soixante-un projets pédagogiques ont été développés par l’entremise de ce consortium. Le Collège Boréal est membre du « Réseau des cégeps et des collèges francophones du Canada » (RCCFC) créé en 1995, et il le copréside (Annexe E). Le réseau regroupe cinquante-neuf membres et partenaires de collèges francophones partout au pays. Le mandat du consortium consiste à promouvoir l’éducation postsecondaire, à partager les pratiques exemplaires et à aider au développement de nouvelles technologies pédagogiques. Depuis 2003, le Collège Boréal est membre du « Consortium national de formation en santé » (CNFS). Ce consortium national comprend onze établissements d’enseignement postsecondaire qui offrent de l’enseignement en français dans diverses disciplines de soins de santé. Le Collège Boréal et ses membres partenaires collaborent afin d’assurer la qualité des services en soins de santé destinés aux communautés minoritaires francophones par la formation de professionnels francophones en soins de santé et l’augmentation de leur nombre. Cette initiative est possible grâce au financement de Santé Canada dans le cadre de la Feuille de route pour la dualité linguistique canadienne 2008-2013.

Échéancier, allocation des ressources, mesures
Continuer à travailler avec des partenaires d’expression française à l’extérieur de l’Ontario pour avoir accès à des modules, des plans de cours et du matériel. Élaborer un modèle de transition pour convertir les programmes existants en y incluant des modules et des cours en mode de prestation flexible (par exemple, 10 % des programmes par année). Développer un modèle de recherche pour nous habiliter à évaluer la valeur pédagogique de l’intégration d’outils technologiques en salle de classe (par exemple, l’utilisation de tablettes numériques).

Initiatives innovatrices entreprises par le Collège Boréal
En septembre, le Collège Boréal a entrepris une initiative novatrice et transformatrice visant à assurer que l’expérience éducationnelle de chaque étudiant et étudiante était positive. Les étudiantes et étudiants inscrits dans des programmes à temps plein au Collège Boréal reçoivent une nouvelle tablette numérique iPad. L’utilisation de ce plus récent outil techno-pédagogique stimule l’apprentissage pratique qui permet aux étudiants et étudiantes de vivre une expérience d’apprentissage enrichissante et qui leur fournit de meilleures façons d’apprendre et de comprendre des concepts complexes, quel que soit leur style d’apprentissage. L’utilisation d’applications novatrices, de livres numériques et d’outils d’apprentissage en ligne aidera les étudiants et étudiantes dans leur apprentissage. Inspirée par l’orientation et la vision du

Collège Boréal

6

Collège Boréal, la Société Apple a appuyé l’initiative techno-pédagogique par un protocole d’entente (PE) qui fournit au corps professoral et aux enseignants associés une formation centrée sur des pratiques d’instructions efficaces et sur l’apprentissage flexible afin d’aligner l’engagement et le rendement des étudiants et étudiantes et de produire ainsi un rendement du capital investi (RCI) d’environ 2,5. De plus, afin d’assurer son succès, le Collège Boréal a établi de multiples partenariats permettant de développer divers projets en collaboration. GroupeMédia TFO et Boréal ont établi une entente de développement de contenu éducatif postsecondaire. Boréal a également lancé des projets de collaboration avec deux établissements d’enseignement postsecondaire au Québec : le Cégep de TroisRivières et le Collège Édouard-Montpetit. Enfin, le Collège Boréal est membre d’un consortium pancanadien qui s’appelle « Centre d’appui virtuel à l’apprentissage » (CAVA) créé par 11 collèges francophones. CAVA offre des services et des ressources aux étudiants et étudiantes qui leur permettent d’avoir accès à un tutorat personnalisé, à une vaste gamme de ressources pédagogiques en ligne et à une plate-forme de médias sociaux et de communautés d’apprentissage selon leurs besoins et leur champ d’études. Le Collège Boréal a également lancé un nouveau certificat post-diplôme en Gestion des services de santé et des services communautaires, qui est le résultat d’une collaboration innovatrice entre cinq partenaires dans trois provinces canadiennes. Les établissements membres du « Consortium national de formation en santé » (CNFS) et le secrétariat national du CNFS comprennent le Collège Boréal (ON), La Cité collégiale (ON), le Collège communautaire du Nouveau-Brunswick (NB) et l’Université Saint-Boniface (MB). Le programme vise à instruire les professionnels de la santé ou ceux et celles qui ont de l’expérience dans le domaine de la gestion des services de soins de santé et des services communautaires. L’apprentissage est flexible et offre aux étudiants et étudiantes l’occasion de terminer leurs études à leur rythme et dans le confort de leur résidence. Les quatre établissements sont responsables de l’élaboration et de la prestation en ligne de quatre cours. Ces quatre établissements travaillent étroitement ensemble afin d’assurer la reconnaissance de tous les partenaires, le partage des coûts et l’accès des professionnels de la santé francophones à une formation spécialisée en français.

Recommandations en matière de politique
1. Tout le matériel (programmes, plans de cours, etc.) élaboré par les 24 collèges doit être rendu accessible par la création d’un dépôt central de données permettant le partage de documents en ligne. Cette approche accélérera l’élaboration et la prestation de nouveaux programmes d’une manière transparente et efficace. Le partage complet du matériel didactique produirait des épargnes considérables dans l’élaboration des programmes et dans la capacité des collèges de satisfaire aux nouveaux besoins du marché du travail. Cette initiative en matière de politique pourrait s’effectuer sous les auspices du MFCU, d’On-Line Institute ou d’un organisme indépendant tel qu’OntarioLearn, Contact Nord ou le Service d'admission des collèges de l'Ontario (SACO). 2. Le modèle de financement du MFCU a de nouveau été élaboré de manière à appuyer un modèle d’apprentissage plus flexible et à promouvoir la collaboration plutôt que la compétition. 3. Le MFCU doit examiner un nouveau modèle d’accréditations qui tienne compte du fait que les étudiants et étudiantes peuvent s’inscrire dans un réseau collégial et non dans un collège. L’amalgamation d’unités d’apprentissage serait insérée dans le système et mènerait à l’’accréditations ou au diplôme. L’apprentissage flexible appuiera aussi l’accréditation entre établissements, en plus de faciliter la reconnaissance de crédits entre compétences, même au palier international. 4. La Division de l’apprentissage du MFCU doit identifier les étudiants et étudiantes d’expression française dans le bassin de candidats potentiels. On devrait permettre aux collèges francophones de communiquer directement avec des étudiantes et étudiants éventuels afin de les encourager à s’inscrire dans les programmes francophones disponibles.

Collège Boréal

7

Corrélation avec les principes et paramètres gouvernementaux dans le domaine de l’enseignement supérieur
Cette priorité augmentera la mobilité des étudiants et étudiantes en éliminant les barrières entre les collèges et les universités, et elle mènera à des pratiques d’enseignements innovatrices par l’entremise de la technologie. Considérant que l’Ontario compte plus de 25 000 étudiants qui suivent de la formation en ligne et que ce nombre continue de croître, l’apprentissage flexible augmentera l’utilisation de la technologie et contribuera à l’objectif de l’Ontario d’atteindre un taux de réalisation de 70 % au postsecondaire. Les stratégies actuelles du Collège Boréal ont mené à une augmentation de 10 % des inscriptions en date du 24 septembre 2012. La programmation modulaire aura un effet de levier sur les ressources des établissements d’enseignement et satisfera mieux aux besoins des étudiants et étudiantes et du marché du travail.

Priorité 3 : Élaborer un modèle qui permettra aux étudiants et étudiantes de faire la transition entre l’école secondaire, le collège, l’université et le marché du travail. La situation actuelle
Pour réaliser l’objectif du gouvernement qui vise à améliorer l’accès à l’enseignement supérieur, les établissements d’enseignement devront attirer plus d’étudiants et d’étudiantes et faciliter leur transition au secteur postsecondaire, y compris leur portefeuille d’études psycho-éducationnelles. Certains de ces étudiants et étudiantes seront plus portés à s’inscrire et à persévérer s’ils ont l’option de commencer leur études postsecondaires dans un environnement plus aidant qu’offrent les collèges. À l’heure actuelle, quelque 20 000 diplômés d’école secondaire retournent pour une cinquième année d’études, connue comme étant le «victory lap», parce qu’ils ont l’impression de ne pas satisfaire aux exigences requises ou de ne pas avoir la maturité qu’il faut pour poursuivre des études postsecondaires. Par exemple, le modèle 2+2 en comptabilité (9 universités et 23 collèges) offre aux étudiants et étudiantes l’avantage d’accéder à l’université tout en suivant les deux premières années de leur programme collégial dans un environnement où la taille des classes est plus petite, où l’apprentissage est interactif et les connaissances sont appliquées et où il y a un niveau élevé d’interaction entre les élèves et les professeurs.

L’objectif
1. Développer un parcours préuniversitaire et précollégial et des portfolios qui offrent aux étudiants et étudiantes l’accompagnement et le mentorat qu’il leur faut pour mieux se préparer e à faire des choix de carrière après la 12 année. Il est essentiel que les crédits obtenus pendant l’année de transition soient des attestations d’études postsecondaires reconnues. 2. Négocier des articulations avec les universités aux paliers provincial, national et international. 3. Examiner la possibilité que tous les programmes postsecondaires de deux ans au Collège Boréal soient articulés avec un programme universitaire. 4. Le Collège Boréal adaptera ses programmes de trois ans afin d’offrir des baccalauréats au bout de trois ans, ce qui renforcera la crédibilité de ces programmes auprès des employeurs nationaux et internationaux et augmentera les possibilités qu’ont les étudiants et étudiantes de choisir leur cheminement de carrière. 5. Négocier une entente sur les niveaux de service pour les francophones afin d’offrir des centres de ressources en évaluations psycho-éducationnelles complètes dans les trois régions, dans leur langue.

Avantages du Collège Boréal
À l’heure actuelle, le Collège Boréal a négocié 19 articulations avec des universités partout au Canada.(Annexe F)

Collège Boréal

8

Le Collège Boréal a mis en vigueur une approche personnalisée d’appui à ses étudiants et étudiantes. La réussite de cette approche est prouvée par le fait que le Collège Boréal a eu le plus haut taux de diplômés des 24 collèges d’arts appliqués et de technologie en Ontario neuf fois au cours des 10 dernières années. De plus, le Collège Boréal a atteint le taux le plus élevé de satisfaction parmi les diplômés de tous les collèges communautaires anglais et français huit fois au cours des 11 dernières années. Au cours du premier semestre de 2012, 539 étudiants et étudiantes se sont inscrits à une double reconnaissance de crédits, la Majeure Haute Spécialisation et le Programme d’apprentissage pour les jeunes de par l’entremise du Collège Boréal. Ces initiatives ont fourni aux futurs étudiants et étudiantes un aperçu des études postsecondaires et ont augmenté leur assurance à l’égard de leur capacité de réussite au niveau postsecondaire.

Échéancier, allocation des ressources, mesures
Le Collège Boréal négociera 10 articulations par année avec des universités aux paliers provincial, national et international. Dès que cette priorité sera approuvée, le Collège Boréal alignera ses programmes de deux ans de manière à ce qu’ils correspondent au modèle 2+2, et ses programmes de trois ans de manière à ce qu’ils correspondent au modèle de baccalauréat en trois ans.

Initiatives innovatrices entreprises par le Collège Boréal
Le Collège Boréal a déjà signé une entente avec 24 collèges qui appliquent le modèle d’apprentissage 2+2 dans les programmes de comptabilité, marketing et ressources humaines. (Annexe G)

Recommandations en matière de politique
Les collèges continueront de développer ces modèles de partenariats 2+2. Cependant, le gouvernement de l’Ontario doit prendre des mesures pour que ces programmes deviennent de plus en plus une partie intégrante de la conception du système postsecondaire en Ontario. La mise en vigueur de cet objectif exige les changements suivants en politique : 1. Les collèges ont besoin de plus d’influence dans l’obtention d’articulations complètes de leurs programmes collégiaux de 2 ans avec les universités pour pouvoir mettre entièrement en vigueur le 2+2 ou les programmes menant à un diplôme ou grade universitaire. Si les collèges acceptent la responsabilité de ce nouveau modèle pour les établissements d’enseignement, les mécanismes de financement devront être modifiés pour permettre le financement en cours d’année de nouveaux programmes, comme dans les universités. Autoriser les collèges à offrir un diplôme de baccalauréat en trois ans selon le « Processus de Bologne. »

2.

3.

Corrélation avec les principes et paramètres gouvernementaux dans le domaine de l’enseignement supérieur
Le fait d’offrir aux étudiantes potentiels la chance de vivre une expérience dans un environnement postsecondaire augmentera leur transférabilité, tout en favorisant le développement de leur pensée critique et l’application de leur connaissances. Le modèle diplôme collégial + baccalauréat susciterait aussi des épargnes considérables pour les étudiants et étudiantes, puisque 50 % du programme serait offert dans un environnement collégial avec des frais de scolarité moins élevés. Cette priorité mènera les étudiants et étudiantes plus rapidement vers la population active et satisferait ainsi aux besoins en main d’œuvre identifiés dans « People without jobs, jobs without people » (Rick Miner, Ph.D.).

Collège Boréal

9

Annexe A - Ébauche d'une liste de programmes potentiels à développer dans le Centre-Sud-Ouest
Titre du programme Ostéopathie Techniques de l'architecture Bac en Sciences infirmières Bac appliqué en Enseignement Conseiller en immigration Parajuriste Gestion d'immeuble Opticien/Aide optométriste Ressources humaines Cosmétologie Design de la mode Cybersanté dossiers électroniques Gérontologie Formation en services funéraires I Relation publique Titre de compétences Certificat Diplôme Baccalauréat Baccalauréat Certificat Diplôme Certificat Diplôme Certificat Certificat Certificat Diplôme Certificat Certificat Certificat

10 ANS
postsecondaire dans le Centre-Sud-Ouest

Le Collège Boréal

D’EXPLOITS d’un modèle novateur en éducation

Mémoire présenté au comité d’experts sur l’avenir de l’enseignement postsecondaire dans le Centre-Sud-Ouest

21, boulevard Lasalle Sudbury, Ontario P3A 6B1 705.560.6673 1.800.363.6673 info@collegeboreal.ca

Révisé le 15 mai 2012 Imprimé sur du papier recyclé

Le Collège Boréal :10 ANS D’EXPLOITS dans le Centre-Sud-Ouest

Table des matières
Lettre au ministre ....................................................................................................................................2 Sommaire exécutif ..................................................................................................................................3 Recommandations détaillées
............................................................................................................5 2012 ..............................................................................................................................................5 2013 ..............................................................................................................................................9 D’ici 2018 ....................................................................................................................................10

1. Introduction

.....................................................................................................................................11

1.1 Mandat du Centre-Sud-Ouest ............................................................................................11 1.2 Croissance et confiance ancrées .........................................................................................12 1.3 Acteur de développement économique .............................................................................13 1.4 Vision et résultats prometteurs ..........................................................................................13

2. Analyse .................................................................................................................................................15
2.1 Historique ..................................................................................................................................15 2.1.1 Premier collège de langue française du Centre-Sud-Ouest : Collège des Grands Lacs ..15 2.1.2 Réponse à l’appel du gouvernement : genèse d’un nouveau collège .............................15 2.1.3 Début des classes ..............................................................................................................16 2.2 Profil actuel du Collège Boréal .................................................................................................19 2.2.1 Portrait général ...................................................................................................................19 2.2.2 Profil de la clientèle ............................................................................................................19 2.2.3 Formation postsecondaire dans le Centre-Sud-Ouest ......................................................20 2.2.4 Analyse des écarts dans le Centre-Sud-Ouest .................................................................22 2.3 Aujourd’hui .................................................................................................................................23 2.3.1 Lancement de nouveaux programmes .............................................................................24 2.3.2 Partenaires scolaires dans le Centre-Sud-Ouest ...............................................................24 2.4 Demain ........................................................................................................................................25 2.4.1 Secteur postsecondaire .....................................................................................................26 2.4.2 Immigration .......................................................................................................................27 2.4.3 Employabilité ....................................................................................................................28 2.4.4 Éducation permanente ......................................................................................................28

3. Résumé des recommandations

...............................................................................................29

2012… .........................................................................................................................................29 2013… .........................................................................................................................................29 D’ici 2018… .................................................................................................................................29

4. Conclusion..........................................................................................................................................30 Bibliographie ............................................................................................................................................32

Mémoire ~ révisé le 15 mai 2012

1

Lettre au ministre
Sudbury, le 14 mai 2012 L’honorable Glen Murray Ministre de la Formation et des Collèges et Universités Édifice Mowat, 3e étage, 900, rue Bay, Toronto (Ontario) M7A 1L2 Monsieur le Ministre, Au nom du conseil d’administration, je tiens à vous présenter ce mémoire intitulé Collège Boréal : 10 ans d’exploits d’un modèle novateur en éducation postsecondaire dans le Centre-Sud-Ouest. Dans ce document, le Collège Boréal met en lumière des faits avérés quant à l’évolution de la clientèle étudiante francophone du Centre-Sud-Ouest, aux défis rencontrés dans l’offre de services destinée à cette clientèle et aux solutions innovantes qu’il a développées depuis 10 ans afin de répondre efficacement et modestement aux besoins spécifiques de cette population. Il importe de rappeler que le Collège Boréal est le premier et le seul représentant du secteur de l’éducation postsecondaire officiellement désigné par le gouvernement de l’Ontario en vertu de la Loi sur les services en français. Avec cette mesure, le gouvernement reconnait légalement l’apport du Collège Boréal au patrimoine culturel de la population francophone ainsi que ses efforts qui sont destinés à préserver l’identité de cette communauté pour les générations à venir. De plus, le Collège Boréal se distingue par l’ampleur de son réseau de partenaires avec plus de 258 partenariats d’affaires et communautaires, des indicateurs de rendement exceptionnels (plus haut taux de satisfaction des diplômés et plus haut taux d’obtention de diplômes) et une capacité à servir la population francoontarienne sur un vaste territoire (42 centres d’accès dans 28 municipalités, 112 centres de formation en ligne en partenariat avec Contact Nord ainsi que 22 salles de vidéoconférence disponibles au Collège Boréal). Fort de son expertise et de ses compétences, le Collège Boréal propose donc sept recommandations dont l’objectif principal est d’assurer une offre optimale de programmes et de services destinés aux francophones et aux francophiles du Centre-Sud-Ouest, tout en répondant à la recherche de solutions innovantes et modestes du gouvernement. Le Collège Boréal, conscient de la situation économique actuelle, est convaincu que la réalisation de ces recommandations favorisera l’échange et le renforcement de partenariats à court, à moyen et à long terme et, ultimement, l’épanouissement de la population franco-ontarienne. En ce sens, soyez assurés que le Collège Boréal partage le même objectif que votre gouvernement, tel que celui-ci l’a énoncé dans son budget de 2012 : « Le gouvernement continuera à travailler avec le secteur de l’éducation postsecondaire pour accroitre l’innovation et la productivité afin de l’aider à atteindre les cibles d’efficience tout en appuyant l’éducation de qualité offerte aux étudiants. » Dans cette optique, le Collège appui les aspects novateurs soulignés dans le rapport 3 Cubed, notamment l’initiative de partage de curriculum à travers les 24 collèges récemment endossée par Collège Ontario. Considérant ceci, nous reconnaissons l’urgence de vous soumettre à l’avance ce présent mémoire, qui sera partagé le 15 mai au comité d’experts sur l’éducation postsecondaire dans le Centre-Sud-Ouest. Enfin, je désire réitérer notre invitation à vous rencontrer sous peu, à votre convenance. En tant qu’acteur clé du domaine de l’éducation collégiale en langue française depuis plus de vingt ans, j’aimerais avoir l’opportunité de vous partager quelques idées quant au rôle joué le ministère de l’Éducation (Division de l’éducation en langue française) face aux activités de votre ministère. Le Collège Boréal souhaite à nouveau réitérer toute sa gratitude pour l’intérêt que vous portez à ce mémoire. Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma plus haute considération. Le président du Collège Boréal,

Denis Hubert-Dutrisac

2

Le Collège Boréal :10 ANS D’EXPLOITS dans le Centre-Sud-Ouest

Sommaire exécutif
Le Collège Boréal a préparé ce mémoire en vue de répondre à deux objectifs particuliers. Le premier vise à alimenter le comité d’experts1 dans sa réflexion quant au développement d’un modèle plus efficace ayant pour but d’accroitre la capacité de dispenser un enseignement postsecondaire de qualité en langue française dans le Centre et le Sud-Ouest. Le deuxième objectif, en fonction du contexte économique actuel et en tenant compte du rapport Drummond, le Collège Boréal désire sensibiliser le gouvernement ontarien relativement aux réalités et aux défis de l’éducation postsecondaire, en français, en milieu minoritaire, en Ontario. Dernier collège à avoir été créé en Ontario en 1995, le Collège Boréal a, depuis, mis l’accent sur la nécessité de tailler sa place parmi les collèges anglophones du Centre-Sud-Ouest. D’ailleurs, un extrait de l’Étude des écarts indique qu’« ils ont dû faire face à une concurrence de la part des collèges de langue anglaise qui sont des établissements bien établis offrant une gamme complète de programmes2.» Le Collège a consolidé ses programmes et ses services en français qui étaient auparavant donnés par d’autres établissements et il a développé un vaste réseau de partenaires publics, communautaires et privés. À ce jour, il compte plus de 258 partenaires. Au fil du temps, le Collège Boréal est devenu une marque de choix et de confiance. Dès sa naissance, le Collège Boréal s’est doté d’une structure spécifique et d’orientations stratégiques qui allaient lui permettre de relever, avec succès, les défis de servir une clientèle isolée et répartie sur un immense territoire. Étant donné que le Centre-Sud-Ouest connaissait la croissance démographique la plus forte de tout l’Ontario, le conseil d’administration a alors mandaté la direction générale de préparer les analyses nécessaires pour développer un plan d’action concret qui inclurait l’augmentation de programmes offerts et de l’infrastructure pour cette région. Il sera ainsi démontré, dans les pages qui suivent, le rôle de premier plan et de leader que le Collège a joué dans l’expansion d’une offre soutenue de programmes et de services pour les francophones de Toronto et du Centre-Sud-Ouest. Ce faisant, le Collège a remis en question, avec succès, les méthodes conventionnelles plus magistrales de prestation des cours et a démontré un niveau d’excellence en matière d’études collégiales. À cet égard, les indicateurs de rendement (IR) du ministère de la Formation et des Collèges et Universités (MFCU) le démontrent avec éloquence. Cette année encore, le Collège Boréal a obtenu, pour la 9e fois en 10 ans, le plus haut taux d’obtention de diplômes des 24 collèges communautaires anglophones et francophones de l’Ontario. S’élevant à 74,2 %, ce taux dépasse de plus de 9 % la moyenne provinciale située à 65 %. Le Collège Boréal détient également le plus haut taux de satisfaction des diplômés avec un résultat de 86,6 %. Dépassant de près de 8 % la moyenne provinciale de 78,9 %, ce résultat confirme une série de 8 premières places obtenues au fil des 11 dernières années. En 2010, le conseil d’administration du Collège Boréal a reconfirmé sa priorité de répondre aux besoins des francophones dans la région du Centre-Sud-Ouest. Au préalable, dans le cadre de l’exercice du Plan stratégique de 2005-2010 et le dernier de 2010-2015, le conseil avait développé la notion de trois grands pôles éducatifs représentés par les villes de Timmins, de Sudbury et de Toronto autour desquels graviteraient quatre autres campus (New Liskeard, Sturgeon Falls (Nipissing), Hearst, Kapuskasing ainsi que 35 centres de services répartis dans 21 villes.

Cette année encore, le Collège Boréal a obtenu le plus haut taux d’obtention de diplômes des 24 collèges communautaires anglophones et francophones de l’Ontario. Le Collège Boréal détient également le plus haut taux de satisfaction des diplômés avec un résultat de 86,6 %.

1

2

Sous la direction du sous-ministre adjoint de la division de l’éducation en langue française du ministère de l’Éducation de l’Ontario, monsieur Raymond Théberge. Étude des écarts : les systèmes d’éducation postsecondaire et de formation de langue française et de langue anglaise, (2008), p. 155.

Mémoire ~ révisé le 15 mai 2012

3

Le Collège Boréal est le premier et le seul représentant du secteur de l’éducation postsecondaire désigné par le gouvernement de l’Ontario en vertu de la Loi sur les services en français.

Le Collège Boréal est le premier et le seul représentant du secteur de l’éducation postsecondaire désigné par le gouvernement de l’Ontario en vertu de la Loi sur les services en français. Par cette mesure, le gouvernement de l’Ontario reconnait légalement l’apport du Collège au patrimoine culturel de la population francophone ainsi que ses efforts destinés à préserver l’identité de cette communauté pour les générations à venir. Il a de plus l’obligation de reconnaitre sa responsabilité de mettre à la disposition du Collège les moyens et les ressources nécessaires lui permettant d’accomplir le mandat qui lui est confié. « Plus que jamais, le Collège Boréal s’affirme comme un modèle institutionnel, un ambassadeur de notre province et un intervenant privilégié sur la scène francocanadienne3.» Il va sans dire que le Collège Boréal salue la conviction du gouvernement d’avoir adopté cette loi et d’avoir également créé le Commissariat aux services en français. De plus, il est essentiel, pour le succès de cette croissance, que le gouvernement appuie les efforts du Collège en réduisant les barrières quant à une offre complète de programmes qui répond aux besoins des marchés dans le Centre-Sud-Ouest, et ce, à très peu de coûts. Dans ce présent mémoire, le Collège Boréal propose donc sept recommandations qui sauront assurer une offre croissante de programmes et de services à la clientèle francophone et francophile du Centre-Sud-Ouest à la mesure des moyens du gouvernement qui « […] est déterminé à maintenir et à accroitre la qualité de l’éducation tout en optimisant l’utilisation de l’argent des contribuables.4 » Parallèlement à cette vision, la réalisation de ces recommandations permettra de contribuer efficacement à l’épanouissement de cette clientèle et d’assurer ainsi l’accès à la formation postsecondaire.

3 4

Meilleur, L’honorable M., (2008). Budget de l’Ontario 2012, Des mesures décisives pour l’Ontario, Toronto, (2012), p. 15.

4

Le Collège Boréal :10 ANS D’EXPLOITS dans le Centre-Sud-Ouest

Recommandations détaillées 
2012
Confirmer le maintien et le soutien des programmes et des services connexes du Collège Boréal par l’entremise de son modèle novateur de guichet unique5
• Attendu que « […] l’Ontario cherche à offrir un service “à guichet unique” axé sur les clients afin d’aider les Ontariennes et [les] Ontariens à obtenir et à conserver un emploi.6 »; • Attendu que « Le système éducatif doit être pensé dans son entier pour être efficient et maximiser les mises de fonds déjà engagées7 »; • Attendu que le Collège Boréal a créé un modèle novateur de guichet unique, de style no wrong door, pour l’offre de ses programmes, de ses produits et services, et que ce modèle de regroupement des services sous le même toit permet des économies en terme d’infrastructure et d’immobilisation; • Attendu que ce modèle efficient a fait ses preuves en desservant plus de 101 378 clients dans ses centres de services au développement de la main-d’œuvre, créant du même coup une expertise dans l’offre de services aux nouveaux arrivants; • Attendu que, depuis 2002, le Collège Boréal a élargi son offre de programmes et de services à la clientèle francophone et francophile du Centre-Sud-Ouest; • Attendu que le Collège Boréal doit se démarquer par rapport aux institutions anglophones de cette même région; • Attendu que le Collège Boréal s’est doté de sa propre politique d’aménagement linguistique en 2010; • Attendu que, « si les établissements d’enseignement postsecondaire n’offrent pas un bon choix de programmes dans leur langue maternelle aux étudiantes et [aux] étudiants francophones, un grand nombre d’entre eux décident de s’inscrire à un programme en anglais ou de quitter la province pour poursuivre ailleurs leurs études postsecondaires en français.8 »; • Attendu que la présence d’une autre institution collégiale de langue française dans le Centre-Sud-Ouest risquerait de compromettre l’existence et la croissance du Collège Boréal étant donné la masse critique de francophones; • Attendu le contexte économique difficile auquel fait face le gouvernement. Le Collège Boréal recommande au gouvernement de confirmer le maintien et le soutien des programmes et des services offerts par l’entremise du modèle novateur de guichet unique9 qu’il a développé et, du même coup, de maintenir l’intégrité du territoire du Centre-Sud-Ouest que lui a accordé le gouvernement en 2002, afin d’ajouter de nouveaux programmes et de permettre ainsi la croissance de l’offre.

Le Collège Boréal a créé un modèle novateur de guichet

Augmenter l’accès aux études postsecondaires de langue française en mode alternatif dans le Centre-Sud-Ouest
• Attendu que le plan pour l’emploi et l’économie du gouvernement de l’Ontario vise à accroitre l’accès à des programmes d’éducation de qualité pour davantage d’étudiants dans un plus grand nombre de localités de la province10; • Attendu que le Collège Boréal s’est positionné comme leader à titre de seul collège francophone qui a offert jusqu’à 7 000 heures de formation en mode alternatif par année scolaire à une population francophone dans 22 de ses propres sites et à plus de 112 centres par l’entremise de son partenariat depuis 17 ans avec Contact Nord en Ontario;
8

unique, de style no wrong door, pour l’offre de ses programmes et de ses produits et services. Ce modèle permet des économies en terme d’infrastructure et d’immobilisation.

5

6 7

Le modèle de guichet unique se décrit comme le regroupement, sous le même toit, de plusieurs programmes et de services offerts par le même organisme. Pour le Collège Boréal, l’offre de ces services regroupe l’alphabétisation, les services d’employabilité, l’immigration, l’apprentissage et le postsecondaire. Budget de l’Ontario 2012, supra note 4, p.17. Document d’orientation d’éducation en langue française, Toronto, (2009), p. 139.

9 10

Rae, L’honorable B., L’Ontario chef de file en éducation; Étude de l’éducation postsecondaire, (2005), p. 47. Voir note 5 pour plus de détails. Discours du trône, 22 novembre 2011, Toronto.

Mémoire ~ révisé le 15 mai 2012

5

• Attendu que le modèle de la Télé-université au Québec (TÉLUQ) est en croissance continue et s’avère une solution innovante à l'offre de cours en ligne; • Attendu que le Collège Boréal, qui a déjà toutes les infrastructures et l’expertise de formation en mode alternatif, se propose d’appliquer ce modèle de formation universitaire en ligne;
Huit universités ontariennes et les 24 collèges de l’Ontario ont signé une entente de collaboration visant à appliquer un modèle de 2-2, avec possibilité de passerelle, dans les programmes de Comptabilité, de Marketing et de Ressources humaines...

• Attendu que la présente recommandation s’appuie et s’insère parfaitement dans l’objectif de la Stratégie visant la réussite des élèves12 du gouvernement ontarien; • Attendu que le gouvernement a mis sur pied les Doubles reconnaissances de crédits (DRC) et les Majeures hautes spécialisations (MHS) dans le but de faciliter le passage des élèves du secondaire vers le postsecondaire; • Attendu que le modèle des cégeps au Québec a la particularité, depuis 1967, de faire cohabiter l’enseignement préuniversitaire, menant à l’université, et l’enseignement technique préparant au marché du travail13; • Attendu que le modèle québécois de transition obligatoire des élèves du secondaire vers les cégeps avant d’atteindre le palier universitaire a fait grandement ses preuves14; • Attendu que ce modèle permet de briser les barrières, d’attirer davantage de jeunes à étudier en Ontario et de maximiser les fonds alloués à l’éducation postsecondaire; • Attendu que, dans le cadre de l’initiative de transfert de crédits du ministère de la Formation et des Collèges et Universités, les 24 collèges de l’Ontario travaillent entre eux à uniformiser et à faciliter la transition de leurs étudiants vers les universités ; • Attendu que l’initiative précédemment mentionnée mise sur la mobilité des étudiants à travers les institutions postsecondaires; • Attendu que les huit universités ontariennes et les 24 collèges de l’Ontario ont signé une entente15 de collaboration visant à appliquer un modèle de 2-2, avec possibilité de passerelle, dans les programmes de Comptabilité, de Marketing et de Ressources humaines;
Stratégie Apprentissage jusqu’à 18 ans, gouvernement de l’Ontario, (2006). 13 Fédération des cégeps, (2012), disponible au http://www.fedecegeps.qc.ca/cegeps/ qu-est-ce-qu-un-cegep/ . 14 « De toutes les provinces, c’est le Québec qui affichait le taux de décrochage universitaire le plus faible et l’un des taux d’obtention du diplôme collégial les plus élevés. » Statistique Canada, (2008), p. 14. 15 Ontario College Agreement Regarding ACCOUNTING DIPLOMA-TO-BACCALAUREATE PATHWAY AGREEMENT, (octobre 2011).
12

• Attendu que le Collège Boréal est maintenant partenaire des Cégeps à distance, lui donnant accès à un potentiel impressionnant de cours et de programmes en ligne, en français; • Attendu que le Collège Boréal est membre du Réseau d’éducation francophone à distance, d’OntarioLearn, de Contact Nord, du Consortium national de développement de ressources pédagogiques et du Sudbury Learning City. Le Collège Boréal recommande au ministère de la Formation et des Collèges et Universités de reconnaitre la capacité du Collège Boréal d'offrir, en partenariat, des programmes postsecondaires, voire même universitaires, en ligne et en présentiel.

Étudier le modèle novateur de passerelle qui facilite le passage du secondaire au postsecondaire
• Attendu que le ministère de la Formation et des Collèges et Universités désire augmenter l’accès aux études postsecondaires, sans hausser les dépenses publiques; • Attendu que « 14 % des élèves de 12e année de la province retournent à l’école pour une cinquième année11 », ce qui représente 118 360 élèves en Ontario; • Attendu que, dans le contexte économique actuel, ce défi entraine des engagements de fonds publics supplémentaires; • Attendu que le gouvernement est à la recherche de solutions novatrices pour pallier les coûts reliés à la cinquième année d’études des élèves du secondaire;

11

Rapport de la Commission de réforme des services publics de l’Ontario, (2012), p. 219.

6

Le Collège Boréal :10 ANS D’EXPLOITS dans le Centre-Sud-Ouest

Exemple de parcours 2 + 2 avec passerelle (Diplôme vers le Baccalauréat) en Comptabilité
Comptabilité Programme de 2 ans Admission à la passerelle Exigences: Une moyenne pondérée d’au moins B pour un diplôme Cours professionnels reconnus par l’Association des comptables généraux accrédités Cours recommandés et exigés par la plupart des universités : • Niveau secondaire 4U Fonctions avancées (ou l’équivalent collégial) • Impôt sur le revenu Passerelle vers le Baccalauréat Description: • 5 demi-cours maximum • En personne ou en ligne • Cours préparés et sous la responsabilité de représentants universitaires • Cours rencontrant les exigences professionnelles pour l’accréditation • Offerts et approuvés conjointement et annuellement • Offerts au printemps et à l’été • Les cours de passerelle sont axés vers l’obtention de la certification, en évitant les doublements de contenu et permettent de développer la pensée critique. Baccalauréat et obtention des titres de compétences professionnelles En 4 étapes supplémentaires seulement Admission au baccalauréat Exigences: • Exigences d’admission de l’université • Exigences de diplomation établies par l’université

Ü

Ü

3e année du diplôme en Comptabilité ou marché du travail

• Attendu que cette entente entre les 24 collèges et les huit universités représente une initiative novatrice qui a le double avantage de réduire les coûts pour la province et de réduire le niveau d’endettement des étudiants. Le Collège Boréal recommande au gouvernement d’étudier le modèle 2-2, c’est-à-dire que les deux premières années préuniversitaires soient effectuées dans les collèges, puis les deux autres années à l’université, avec la possibilité de passerelle, afin de faciliter la transition du secondaire vers le postsecondaire, tout en augmentant l’accès et en palliant le défi des coûts d’une cinquième année au secondaire.

Ü

Obtention du diplôme universitaire ou marché du travail

Implanter des mécanismes de planification pluriannuelle de financement pour le Collège Boréal dans le Centre-Sud-Ouest • Attendu que, pour le Collège Boréal, le financement est un enjeu important étant donné qu’il se trouve en situation minoritaire; • Attendu que « [l]es formules de financement des collèges et des universités doivent refléter les obstacles supplémentaires à franchir pour dispenser l’enseignement supérieur en français dans une province à forte majorité anglophone16 »; • Attendu que le financement de toute offre nouvelle de programme collégial ne parvient aux collèges que trois ans après le démarrage de ces nouveaux programmes;

Ü

16

Rae, supra note 8, p.11.

Mémoire ~ révisé le 15 mai 2012

7

• Attendu que le processus actuel d’approbation de nouveaux programmes du ministère de la Formation et des Collèges et Universités pose certaines barrières à la croissance de l’offre de programmes postsecondaires; • Attendu qu’il est reconnu qu’en milieu minoritaire et multilingue les institutions doivent composer avec de multiples coûts additionnels en tant qu’institution de langue française;
Le Collège Boréal, qui développe son expertise dans l’offre de grades, est prêt à offrir deux programmes de baccalauréat dans le Centre-Sud-Ouest.

Approuver l'offre, par le Collège Boréal, du Baccalauréat en Sciences infirmières à Toronto
• Attendu que le gouvernement ontarien choisira l’emplacement de trois nouveaux campus offrant des programmes de premier cycle18; • Attendu que le Collège Boréal, qui développe son expertise dans l’offre de grades, est prêt à offrir deux programmes de baccalauréat dans le Centre-Sud-Ouest19; • Attendu que le Collège Boréal offre déjà le Baccalauréat en Sciences infirmières en collaboration avec l’Université Laurentienne avec qui il possède plus de 10 articulations et prévoit en développer 7 autres en 2012-2013; • Attendu qu’une récente étude de marché20 dans la région de Toronto a démontré le besoin d’y former des diplômés du Baccalauréat en sciences infirmières; • Attendu que « le nombre de francophones qui doivent être formés à Toronto dans cette profession est d’environ 50 par année21 »; • Attendu que « la mise en œuvre de ce programme est essentielle à Toronto, que les données confirment qu’il y a un besoin et que les francophones vont s’inscrire dans ce programme.22»; • Attendu que, si le programme n’est pas offert en français à Toronto, les francophones s’inscriront dans des collèges et des universités anglophones.23 »;

• Attendu que, de par sa mission et sa vision, le Collège Boréal offre un accès accru aux études postsecondaires dans des communautés minoritaires de langue française; • Attendu que le Collège reçoit un financement de base qui provient des subventions de fonctionnement des institutions collégiales (SFFG) basé sur le calcul des unités de financement pondérées (UFP); • Attendu que le Collège Boréal, d’année en année, répond aux exigences et aux échéanciers du rapport relatif à l’entente pluriannuelle de reddition de comptes du ministère de la Formation et des Collèges et Universités; • Attendu que le Collège Boréal doit établir à l’avance les fonds en vue d’élargir l’accès aux études postsecondaires, en français, dans le Centre-Sud-Ouest; • Attendu que le taux de programmes collégiaux accessible aux francophones de l’Ouest et du Centre est de 3 %, alors qu’il grimpe à 39 % dans l’Est et à 36 % dans le Nord17. Le Collège Boréal recommande au gouvernement : 1. D’implanter un mécanisme de planification pluriannuelle du financement opérationnel permettant au Collège Boréal de s’acquitter de ses obligations et de son mandat en fonction de cibles préétablies et d’assurer les développements futurs en immobilisation. 2. De reconsidérer le concept de programmes de « hautes priorités » afin de favoriser l’augmentation de l’offre de formation postsecondaire de langue française.

18 19

20

21

17

Pour les premiers cycles seulement, supra note 2, p. 61.

22 23

Supra note 10. Baccalauréat en Sciences infirmières et Baccalauréat en technologies – Enseignement des technologies. Menée par la firme Ronald Bisson et Associé.e.s Inc. (2011). Sachant qu’environ le quart des étudiants dans un tel programme de 4 ans n’obtiendront pas leur diplôme selon Raymond Chabot Grant Thornton, (2009), p. 16. Supra note 20. Ibid.

8

Le Collège Boréal :10 ANS D’EXPLOITS dans le Centre-Sud-Ouest

• Attendu que les demandes d’admission en Sciences infirmières au Collège Boréal pour l’automne 2012 sont nettement comparables à celles des collèges anglophones du Sud de la province, soit respectivement 30 par rapport à 3424; • Attendu que la règlementation ministérielle actuelle exige que le Collège Boréal s’affilie à un partenaire universitaire pour l'offre de ce programme à Toronto; • Attendu que le Collège Boréal est le seul collège francophone en Ontario qui offre in situ ce programme, au niveau collégial, en collaboration avec l’Université Laurentienne; • Attendu que le Collège Boréal possède plus de 19 articulations avec 6 universités dans plus de 15 programmes, que 9 sont en cours de développement, et qu’il possède une trentaine d’autres ententes reliées à ses programmes avec d’autres établissements; • Attendu que, dans le cadre du développement du Centre-Sud-Ouest, le Collège Boréal est prêt à offrir deux grades, dont le baccalauréat en Sciences infirmières et le baccalauréat en Technologies – Enseignement des technologies tel qu’approuvé par son conseil d’administration. Le Collège Boréal recommande au ministère de la Formation et des Collèges et Universités qu’il l’autorise à offrir le Baccalauréat en Sciences infirmières sur quatre ans, en partenariat avec une université, en milieu éducatif franco-dominant, dans le Centre-Sud-Ouest, afin de répondre aux besoins pressants du marché.

2013
Créer une banque virtuelle de données et d’archives des plans de cours, des cursus et des programmes des 24 collèges
• Attendu que l’étude des écarts, menée par l’Unité du continuum d’apprentissage en langue française, conclut « qu’une carence importante existe tant pour les institutions collégiales et universitaires que pour les formations en apprentissage (métiers), puis que l’accessibilité aux programmes d’études postsecondaires, et en particulier aux études supérieures dans les régions du Centre et de l’Ouest, représente un des défis les plus importants auquel fait face ce secteur surtout dans une perspective de développement durable de la communauté francophone de l’Ontario25 » ; • Attendu qu’il y a 10 ans, le ministère de la Formation et des Collèges et Universités mandatait le Collège Boréal, le seul à ce moment à manifester son intérêt, à prendre en main l’offre de programmes postsecondaires dans le Centre-Sud-Ouest; • Attendu que, depuis 10 ans, le Collège Boréal fait ses preuves dans le Centre-Sud-Ouest en offrant des programmes et des services de qualité à une clientèle en croissance, tant par rapport aux programmes postsecondaires, à l’apprentissage, à l’immigration, à l’éducation permanente qu’en lien avec les services en employabilité; • Attendu que les inscriptions postsecondaires à temps plein au Collège Boréal dans le Centre-Sud-Ouest ont crû de 57 en 2002 à 228 en 2011; de 146 en 2003 à 1 741 en 2011 à l’éducation permanente; de 16 à 1 300 en immigration; et de 215 à 992 en employabilité;

Dans le cadre du développement du Centre-Sud-Ouest, le Collège Boréal est prêt à offrir deux grades, dont le baccalauréat en Sciences infirmières et le baccalauréat en Technologiesenseignement des technologies tel qu’approuvé par son conseil d’administration.

24

Inclut les demandes directes et non-directes, en date du 20 mars 2012.

25

Supra note 2, p. 132.

Mémoire ~ révisé le 15 mai 2012

9

• Attendu que les gouvernements de l’Ontario et du Québec ont signé, en 2006, l’Entente sur la mobilité de la main-d’œuvre et de la reconnaissance de la qualification professionnelle, des compétences et des expériences de travail dans l’industrie de la construction, faisant des institutions collégiales des pôles de formation privilégiés pouvant combler les besoins de main-d’œuvre de ce secteur26;
Le rapport de la Commission Drummond propose de « transformer le système de façon à ce qu’il offre à la fois qualité et grande accessibilité. »

D’ici 2018
Appuyer la construction d’un campus du Collège Boréal à Toronto
• Attendu que, dans le cadre des soumissions de projet d’infrastructure du ministère de la Formation et des Collèges et Universités, le Collège Boréal a déposé, à l’automne 2010, un projet de construction pour un nouveau campus à Toronto avec deux phases : une localisation temporaire dans un premier temps, puis la construction ou l’achat dans une deuxième temps d’un premier immeuble permanent aux capacités comparables à celles d’un collège anglophone; • Attendu que le plan stratégique28 du Collège Boréal comprend l’accès comme l’une de ses priorités indiquant qu’un plus grand nombre d’étudiants « nouveaux arrivants », fréquenteront le Collège Boréal d’ici 2015; • Attendu que le Collège Boréal nécessite des installations propices et dignes d’une institution postsecondaire de qualité pour répondre aux besoins de formation de cette population en croissance; • Attendu que le Collège Boréal répond directement aux deux critères de premier choix d’une institution postsecondaire des élèves du palier secondaire à Toronto29, à savoir être situé dans une grande métropole et avoir un choix de programmes diversifié. Le Collège Boréal recommande au ministère de la Formation et des Collèges et Universités d’entamer les démarches préliminaires afin d’appuyer la mise sur pied d’une infrastructure permanente du Collège Boréal à Toronto, ce qui permettra aux francophones et aux francophiles du Centre-Sud-Ouest d’avoir accès à des installations comparables aux étudiants des collèges anglophones.

• Attendu que cette entente est un modèle privilégié qui favorise le partage et l’échange des titres et les exigences des compétences de ce secteur; • Attendu que la vision du ministère de la Formation et des Collèges et Universités est de briser les barrières afin d’augmenter l’accès aux études postsecondaires dans le Centre-Sud-Ouest à moindre coût; • Attendu que le rapport de la Commission Drummond propose de « transformer le système de façon à ce qu’il offre à la fois qualité et grande accessibilité27 ». Le Collège Boréal recommande au ministère de la Formation et des Collèges et Universités de rendre disponible et accessible tout le matériel pédagogique (cursus, plans de cours, etc.) développé par les 24 collèges, en créant une banque centrale de données et d’archives permettant le partage en ligne de ces documents afin d’accélérer, de façon limpide et efficace, le processus et l'offre de nouveaux programmes. Ce partage de matériel pédagogique permettrait des économies substantielles quant au développement de programmes et à la capacité des collèges de répondre aux besoins du marché de l’emploi.

28

26

27

Gouvernement de l’Ontario, (2006), disponible au http://www.labour.gov.on.ca/french/jpo/pubs/agreement/index.php . Drummond, (2012), p. 243.

29

Plan stratégique 2010-2015 du Collège Boréal, disponible au http://www.collegeboreal.ca/ documents/Plan-strategique.pdf. Selon les groupes témoins menés par le Collège Boréal, à l’aide d’experts-conseils, dans la région de Toronto en décembre 2009.

10

Le Collège Boréal :10 ANS D’EXPLOITS dans le Centre-Sud-Ouest

1. Introduction 
Le Collège Boréal a vu le jour dans le contexte financier difficile des années 1990, ce qui l’a mené à innover, à faire plus avec moins, et à développer de nouvelles approches. Depuis ses débuts, il a vécu une situation assez unique du fait qu’il dessert une clientèle très dispersée ayant de multiples réalités et qui s’étend dans une aire de service qui englobe plus de 85 % du territoire ontarien. C’est dans ce même contexte qu’il a dû concentrer ses premiers efforts de démarrage dans le Nord de l’Ontario afin de s’assurer des assises solides, pour ensuite bien le diriger afin d’obtenir des résultats tangibles dans le Centre-Sud-Ouest de l’Ontario. Le Collège Boréal, fidèle à sa mission de contribuer à l’essor de la communauté francophone, a accepté de relever le défi de l’éducation collégiale postsecondaire dans une région où la confiance de la population était à regagner à la suite des défis qu’a connus le Collège des Grands Lacs. Toronto30. » L’attente principale était d’assurer à la population francophone du Centre et du Sud-Ouest de l’Ontario, un accès à des programmes et à des services collégiaux de grande qualité et, surtout, adaptés à leurs besoins. Le MFCU avait aussi prévu investir les frais de locations nécessaires, autant à Toronto que dans le Sud-Ouest, pour assurer une présence. De plus, il avait envisagé une expansion éventuelle de l’éducation postsecondaire dans le Centre et le Sud-Ouest en s’engageant à évaluer les besoins futurs de location. Comme l’a si bien dit madame Mariette Carrier-Fraser lors du colloque sur la Loi 8 en 2005 à l’Université Laurentienne : pour atteindre notre objectif, il faut « offrir aux élèves une éducation de qualité, qui favorisera leur épanouissement en français (et même en anglais) et contribuera au développement de toute la communauté. Et cette dernière doit également assumer sa part de responsabilité dans ce beau projet de société qu’est l’éducation 31 ». La culture de qualité du Collège Boréal en est alors à ses débuts, la confiance est à rebâtir auprès du milieu du CSO et le financement et les moyens d’atteindre ses buts demeurent des obstacles à franchir. De plus, le Collège se voit entouré de quatre des plus gros collèges anglophones en Ontario – ayant tous au-delà de 40 ans d’expérience et étant bien ancrés comme fournisseurs d’éducation postsecondaire à Toronto pour les anglophones et les francophones. Voilà donc déjà dix ans que le Collège Boréal investit des ressources humaines et physiques dans le Centre-Sud-Ouest ontarien pour assurer une présence postsecondaire francophone et pour desservir une communauté assoiffée de savoir et ayant le désir d’étudier en français, le tout conformément au protocole d’entente signé entre le Collège et le gouvernement. Avec une équipe dynamique, le Collège Boréal prend de plus en plus sa place et augmente, par le fait même, son offre de services et de programmes chaque année.
Ministère de la Formation et des Collèges et Universités, (2002), p. 2. Colloque sur la Loi 8; l’épanouissement de la communauté franco-ontarienne, tiré de Giroux et Boissonneault, Sudbury, (2010), p. 156.

Avec une équipe dynamique, le Collège Boréal prend de plus en plus sa place et augmente, par le fait même, son offre de services et de programmes chaque année.

1.1 Mandat du Centre-Sud-Ouest
En 2002, à la demande pressante du gouvernement, le Collège Boréal a accepté d’ajouter à ses cibles le recrutement et les offres de programmes dans le Centre-Sud-Ouest (CSO) à la suite de la fermeture du Collège des Grands Lacs, et ce, après seulement sept années d’existence. Le ministère de la Formation et des Collèges et Universités a approché les deux collèges de langue française, soit La Cité collégiale et le Collège Boréal, afin d’assurer une continuité d’offres de programmes et de services postsecondaires dans le CSO. C’est le Collège Boréal qui a accepté de relever le défi d’assurer une éducation postsecondaire de qualité dans le CSO. Conséquemment, en mars 2002, le Collège Boréal et le MFCU ont conclu une entente quant à la prestation de la formation postsecondaire de langue française dans le Centre-Sud-Ouest. L’entente précise « [d’]établir et [de] maintenir un emplacement pour la prestation d’une formation de niveau collégial de langue française dans la municipalité de

30

31

Mémoire ~ révisé le 15 mai 2012

11

1.2 Croissance et confiance ancrées
Les accomplissements et les constats des dix dernières années permettent d’identifier les facteurs porteurs de succès et les pistes d’avenir pour l’expansion continue des services dans le Centre-Sud-Ouest : région à forte croissance démographique et économique vers laquelle des francophones du Canada et d’ailleurs gravitent. L’évolution de sa mission et de sa vision témoigne des réussites et des accomplissements du Collège à travers les années et aussi de sa capacité à bien s’adapter aux réalités et aux pressions changeantes de la francophonie ontarienne et des besoins en matière d’éducation postsecondaire. Uniquement dans le Centre-Sud-Ouest depuis 2002, le

Collège Boréal a desservi près de 1 200 étudiants au postsecondaire; 1 200 en apprentissage; 11 500 en éducation permanente et tout près de 4 000 étudiants dans les programmes d’immigration (tableau 1). Ses centres d’emploi ont généré, depuis 2002, plus de 100 000 visites de sa clientèle. La communauté a, depuis 2002, établi sa relation de confiance avec le Collège Boréal qui compte à ce jour plus de 258 partenaires. Bâtir sur cette même confiance contribue à l’atteinte d’excellents résultats aux indicateurs de rendement du ministère de la Formation et des Collèges et Universités et des axes de la Politique d’aménagement linguistique à l’intention du postsecondaire. Le Collège désire que le gouvernement reconnaisse le rôle primordial que celui-ci a joué dans le développement communautaire et économique du Centre-Sud-Ouest.

Centre-Sud-Ouest : région à forte croissance démographique et économique vers laquelle des francophones du Canada et d’ailleurs gravitent.

Tableau 1 : Clientèle desservie par le Collège Boréal dans le Centre-Sud-Ouest depuis 2002 Services d'employabilité Étudiants à temps plein au postsecondaire Apprentissage

Centre de ressources à l'emploi francophone

Immigration

Éducation permanente

Recyclage scolaire

2002-2003 2003-2004 2004-2005 2005-2006 2006-2007 2007-2008 2008-2009 2009-2010 2010-2011 2011-2012 Total

57 69 87 94 116 95 126 151 192 230 1 217

— 146 542 1 567 1 394 1 821 1 423 1 448 1 425 1 755 11 521

— 55 62 63 78 152 214 213 229 180 1 246

— — — 16 38 178 356 839 1 261 1 300 3 988

— — — 516 590 464 620 465

215 279 377 383 460 465 455 432 269 992

— — 41 62 83 111 163 215 250 344 1 269

272 549 1 109 2 701 2 759 3 286 3 357 3 763 3 626 4 801 26 223

2 655

4 327

12

Le Collège Boréal :10 ANS D’EXPLOITS dans le Centre-Sud-Ouest

Total

1.3 Acteur de développement économique
Le Collège Boréal a et continue de contribuer à l’économie des communautés du Centre-Sud-Ouest en embauchant au-delà de 200 employés à temps plein et à temps partiel. Plus de la moitié des employés, soit 54 % du Collège, travaillent du côté de la formation (postsecondaire, apprentissage, alphabétisation et éducation permanente). Deux autres secteurs majeurs emploient à eux seuls 46 % du personnel du Collège, soit 35 % en immigration et 11 % en services d’employabilité. Cette répartition illustrée au graphique 1 démontre bien à quel point les activités du Collège Boréal vont bien au-delà de la formation postsecondaire et ne se limitent pas à la salle traditionnelle de classe. Graphique 1 : Répartition du personnel du CSO par secteurs d’activités

La Fondation du Collège Boréal a également joué un rôle-clé au cours des 10 dernières années en tant que contributeur important à l’accès aux études en français à une clientèle étudiante dans le besoin. Depuis 2002, plus de 1 500 bourses ont été octroyées, totalisant près de 1 M $ pour les étudiants du Collège Boréal dans le CSO; un investissement significatif pour de nombreux étudiants dans le besoin qui, une fois diplômés, participent activement à l’économie de la communauté.

1.4 Vision et résultats prometteurs
Le plan stratégique 2010-2015 du Collège Boréal énonce clairement qu’il « […] offre une éducation personnalisée de qualité à une clientèle diversifiée et exerce un leadership communautaire pour favoriser le développement durable de la communauté francophone de l’Ontario32. » Sa vision est claire et concise : « Nourrir le savoir et faire vibrer la culture. » Célébrant son 10e anniversaire dans le CSO en 2012, le Collège s’aligne sur sa vision qui en est une de développement continu. Le Collège Boréal a connu une importante croissance de sa clientèle depuis 2002 (graphique 2).

À titre d’exemple, et à elles seules, les activités de réaménagement du 1, rue Yonge, s’élevant à près de 3,8 M $ génèrent des retombées directes, indirectes et secondaires de plus de 1,8 M $ à

11 % 35 % 54 %

Formation Immigration Employabilité

Avec des activités budgétaires totalisant près de 13 M $ en 2011-2012, le Collège Boréal a généré des retombées directes, indirectes et secondaires de près de 11,5 M $ sur l’ensemble du territoire du CSO. À titre d’exemple, et à elles seules, les activités de réaménagement du 1, rue Yonge, s’élevant à près de 3,8 M $, génèrent des retombées directes, indirectes et secondaires de plus de 1,8 M $ à Toronto seulement.

Toronto seulement.

32

Plan stratégique, supra note 28.

Mémoire ~ révisé le 15 mai 2012

13

Graphique 2 : Croissance de la clientèle du Collège Boréal dans le CSO depuis 2002

2002-2003 2003-2004 2004-2005 2005-2006 2006-2007 2007-2008 2008-2009 2009-2010 2010-2011 2011-2012 0 1000 2000 3000 4000 5000

Cette croissance n’est pas étrangère au fait que la région du CSO a notamment vu sa population francophone augmenter de 2001 à 2006. Alors que l’on comptait 197 695 francophones dans le Centre-Sud-Ouest en 2001, ce nombre a grimpé à 201 625 en 2006, soit une hausse de 2 % du nombre de francophones dans la région33. Il est plausible de croire que cette tendance se poursuivra de la même façon quant à l’évolution de la population francophone34 étant donné que Toronto a vu sa population croitre de 4,5 % au dernier recensement de Statistique Canada (2011).

Les projections le démontrent : la région du Centre-Sud-Ouest connaitra une hausse importante de 44 % de sa population d’ici 203635. Tout porte à croire que le nombre de francophones pourrait aussi continuer sa croissance. En se basant sur des données probantes, et célébrant ses 10 ans de succès dans le CSO, le Collège Boréal s’apprête à déménager temporairement dans de nouveaux locaux qui permettront de regrouper tout le volet postsecondaire à temps plein dans l’attente de la réalisation du projet de société qui consiste en un campus permanent de quelque 100 000 pieds carrés. Cette vision vient répondre aux besoins et aux attentes quotidiennes en matière de formation en langue française de la clientèle du Collège Boréal dans le CSO.

33 34

Office des affaires francophones, (2009), p. 6. Les données sur la langue tirées du dernier recensement de Statistique Canada (2011) seront publiées en octobre 2012.

35

Ministère des Finances, (2011), p. 15.

14

Le Collège Boréal :10 ANS D’EXPLOITS dans le Centre-Sud-Ouest

2. Analyse
2.1 Historique
2.1.1 Premier collège de langue française du Centre-Sud-Ouest : Collège des Grands Lacs
À la suite de la création du 23e collège en Ontario, soit La Cité collégiale, les pressions ont continué de s’exercer sur le gouvernement de l’Ontario, tant et si bien que ce dernier a annoncé, en juillet 1993, la création de deux autres collèges de langue française : l’un ayant le mandat exclusif d’offrir des programmes collégiaux en français dans tout le Nord de la province et l’autre ayant une vocation semblable pour la région du Centre‐Sud‐Ouest ontarien. Le 5 septembre 1995, le Collège Boréal et le Collège des Grands Lacs ont alors ouvert leurs portes. Tous deux avaient à surmonter des défis de taille. L’isolement et la démographie mettent à l’épreuve le Nord tandis que la formation en ligne, un concept qui fait abstraction aux besoins de la population dans le Sud, se trouve un fardeau quasi insurmontable pour le Collège des Grands Lacs qui est voué à l’échec dès le départ. Qui plus est, ces deux nouveaux collèges se retrouvent loin des bassins démographiques de la zone limitrophe de la frontière québécoise. Contrairement au collège de langue française de l’Est qui bénéficie de quelque 50 % de sa population en provenance de l’extérieur de l’Ontario, le Collège Boréal et le Collège des Grands Lacs se devaient de recruter la quasi-totalité de leurs effectifs dans le vaste territoire de l’Ontario et aussi parmi de nouvelles populations établies au pays. Le Collège des Grands Lacs devait non seulement recruter une population francophone et francophile dispersée et issue en grande partie de l’immigration, mais devait également prendre sa place virtuelle parmi les services d’éducation postsecondaire anglophone dont la réputation et la crédibilité n’étaient plus à prouver. Un collège virtuel, modèle de collège sans murs, avant-gardiste et sous-financé, ne reflétait pas les besoins des individus qui revendiquaient une éducation collégiale en français, à Toronto. Le projet ne tenait pas compte des besoins d’apprentissage spécifiques et à la fois diversifiés des étudiants. Les inscriptions reflétaient fidèlement cette conclusion : le Collège des Grands Lacs est passé de 155 inscriptions à temps plein en 1997-1998 pour n’en compter que 59 en 2001-2002, date à laquelle il fut pris en main par le Collège Boréal, et ce, à la demande du gouvernement. À partir de ce moment, le Collège Boréal accepte de devenir le Collège francophone du Nord et du Centre-Sud-Ouest. Il se retrouve alors au service de 60 % de la population francophone ontarienne et couvre un vaste territoire de plus de 85 %, autant rural qu’urbain, composé autant de francophones de souche que de nouveaux arrivants, incluant également ceux ayant le statut de réfugiés.

Le Collège Boréal accepte de devenir le Collège francophone du Nord et du Centre-Sud-Ouest. Il se retrouve alors au service de 60 % de la population francophone ontarienne et couvre un vaste territoire de plus de 85 %, autant rural qu’urbain, composé autant de francophones de souche que de nouveaux arrivants, incluant également ceux ayant le statut de réfugiés.

2.1.2 Réponse à l’appel du gouvernement : genèse d’un nouveau collège
Malgré les défis évidents à surmonter, c’est en février 2002 qu’un forum communautaire a eu lieu à Hamilton où le personnel du Collège Boréal a présenté, à une population craintive, des recommandations et des suggestions pour le développement et la prise en charge de l’éducation en langue française par le Collège Boréal, dans le Centre-Sud-Ouest. L’embauche d’une équipe d’agents de développement dans le Centre-Sud-Ouest (présidée par madame Mariette Carrier-Fraser), de nombreuses visites à Toronto ayant pour but d’identifier un site pour le nouveau campus et la nomination d’un comité consultatif pour le Centre-Sud-Ouest ont été des actions stratégiques angulaires ayant comme objectif de faire connaitre l’engagement réel du Collège Boréal envers l’éducation postsecondaire française, en Ontario.

Mémoire ~ révisé le 15 mai 2012

15

Cinq programmes postsecondaires36 ont été mis en place pour la première année dans le CSO. Ces choix ont été réalisés en fonction des conséquences et des besoins du marché, des étudiants potentiels et du respect de la convention collective. En effet, ce besoin découlait d’un grief suivant la fermeture du Collège des Grands Lacs. En avril 2002, les discussions se concentrent sur le campus de Carlaw du Centennial College comme site potentiel. Son président, Richard Johnston, joue un rôle de déclencheur dans les négociations d’un bail signé avec Centennial College : le Collège Boréal obtient donc son premier campus, à Toronto!

la directrice des services à la collectivité et aux entreprises. Les Entreprises Boréal prennent vie au nouveau bureau régional de London. Le profil de la clientèle dans le Centre-Sud-Ouest se définit clairement en tranches d’âges qui diffèrent d’une région à l’autre. L’offre de cours de l’éducation permanente joue donc un rôle primordial dans toutes les villes et les régions. Le programme de 10 cours de français langue seconde devient l’offre-clé dans la grande région du Centre-Sud-Ouest, attirant une clientèle francophile adulte importante. Ces cours permettent également le retour au travail pour plusieurs adultes ayant vécu les coupures dans des secteurs industriels ou autres. Les résidents issus de l’immigration y trouvent également leur place. Les inscriptions réelles à ces cours passent de 146 en 2003 à 1 755 en 2012, et représente 11 521 inscriptions à ce jour (tableau 2). Tableau 2 : Inscriptions à l’éducation permanente au Collège Boréal depuis 2003 Années 2002-2003 2003-2004 2004-2005 2005-2006 2006-2007 2007-2008 2008-2009 2009-2010 2010-2011 2011-2012* Total
*Cibles pour 11-12

2.1.3 Début des classes
En 2002, le Collège Boréal accueille donc ses premiers étudiants dans ses locaux temporaires à Centennial College. Après avoir remporté le titre de soumissionnaire de choix à la suite de l’appel d’offres du MFCU, le Collège ouvre des centres de Connexion Emploi à Windsor, à Penetanguishene et à Toronto, ce qui entraine des ententes avec l’ACFO WindsorEssex-Kent, La Clé de La Baie et le Centre francophone de Toronto respectivement. Ces partenariats, essentiels à la croissance de Boréal, sont des preuves tangibles de la philosophie du Collège de travailler avec et pour les communautés qu’il dessert. Étant donné la demande croissante et les besoins d’espace pour y répondre, l’ajout de locaux temporaires à Broadview, à Toronto, est assuré et offre conséquemment 1 700 pieds carrés supplémentaires aux étudiants. En 2003, le ministère de la Formation et des Collèges et Universités investit la somme de 3,2 M $ pour la réfection des locaux réservés aux étudiants actuels et futurs du Collège Boréal au campus temporaire de Centennial College. Les étudiants ont maintenant accès à 14 000 pieds carrés nouvellement aménagés. C’est également pendant cette année que le Collège embauche

Inscriptions – 146 542 1 567 1 394 1 821 1 423 1 448 1 425 1 755 11 521

Nombre d'heures de cours – – 10 367 39 760 72 259 63 463 70 766 60 261 58 256 66 210 441 342

36

Administration de bureau – commis, Commerce Gestion de la petite entreprise, Préposé aux services de soutien personnel, Programme général d’arts et sciences et Soins infirmiers auxiliaires.

16

Le Collège Boréal :10 ANS D’EXPLOITS dans le Centre-Sud-Ouest

Au printemps, le Collège Boréal lance sa programmation d’acquisition de la langue et de perfectionnement du français dans le Centre-Sud-Ouest, notamment à London, à Welland, à Hamilton, à Windsor et à Penetanguishene. Toujours dans l’optique de bien servir la population et de répondre à leurs besoins, le Collège approche la direction de Citoyenneté et Immigration Canada (CIC) afin de plaider la cause des nouveaux arrivants francophones qui doivent savoir bien fonctionner dans les deux langues officielles du Canada et qui ont besoin de cours d’apprentissage de la langue anglaise. En 2004, la directrice des services à la collectivité et aux entreprises assure ses opérations à partir d’un bureau loué à Fanshawe College jusqu’en mai avant d’ancrer les racines de Boréal de façon plus permanente et de signer le bail de trois ans avec le Cross Cultural Learner Centre sur la rue Dundas à London. C’est aussi en 2004 que le Collège Boréal réussit à faire la mise à l’essai d’un projet pilote financé par Immigration Canada et ayant pour objet le perfectionnement de l’anglais – langue de travail – chez les nouveaux arrivants francophones à Hamilton et à Toronto. Cinq directions régionales assurent maintenant l’attention soutenue envers les projets des Entreprises Boréal dans le Centre-Sud-Ouest : une direction à Welland qui est responsable du volet apprentissage, une à Hamilton pour la Formation sur mesure, une à Toronto pour l’employabilité, une à Barrie pour les programmes courts et une à Windsor pour l’Éducation permanente. La synergie entre les régions et les directions vient affirmer de nouveau l’engagement de Boréal dans cette région. En 2005, chaque action mène vers une nouvelle percée et le Collège met sur pied des centres d’accès à Windsor (Place Concorde), à Barrie (Centre d’achat Bayfield), à Hamilton (au Centre français de Hamilton) et à Welland (bureau sur la rue Division). Les cours d’éducation permanente assurent une première visibilité dans les régions. À Toronto, le service d’employabilité est maintenant offert à partir d’un nouveau local au 3e étage du 22, rue College. Les clients ont accès à tout

près de 3 000 pieds carrés. L’année 2005 marque également le début du travail de collaboration entre le campus Glendon de l’Université York et le Collège Boréal. En 2006, le Collège abandonne ses installations de la rue Broadview et propose un plan qui vise à démontrer concrètement son engagement à collaborer avec le campus Glendon de l’Université York. Deux classes mobiles s’ajoutent aux espaces utilisés au campus Glendon de l’Université York. C’est ici que les programmes d’Adjoint juridique et de Techniques policières sont offerts. Un plan d’affaires conjoint est déposé auprès du ministère afin d’obtenir 450 places pour la clientèle de Boréal et les négociations sont entamées pour la réalisation d’au moins 14 articulations avec le Collège Glendon et l’Université York. Il est important de noter que trois articulations ont été signées et sont présentement en vigueur, dont l’obtention du Baccalauréat en psychologie pour les diplômés d’Éducation en services à l’enfance, le Baccalauréat en sociologie pour les diplômés de travail social et le Baccalauréat en philosophie pour les diplômés d’Adjoint juridique. Toutefois, à Toronto, un mécontentement général et important des étudiants logés dans des classes mobiles survient, alors que leurs homologues universitaires sont hébergés dans le Campus principal de Glendon. Face à cette situation, les classes mobiles au campus de Glendon de l’Université York sont désormais fermées et le 5e étage du site au 22, rue College devient un emplacement très limité où s’entassent la première cohorte d’étudiants inscrits dans un métier en français au niveau collégial à Toronto ainsi que les étudiants en Adjoint juridique, en Commerce et en Administration de bureau. L’hiver 2006 marque le lancement officiel du programme Destination profession à Toronto et à Hamilton, projet relais financé par le MACI. L’agrandissement de près de 6 000 pieds carrés des espaces du 22, rue College, fait partie des projets d’envergure en 2006, et ce, afin de bien servir la population inscrite au programme de Destination profession et au Cours de langues pour les immigrants au Canada (CLIC).

Mémoire ~ révisé le 15 mai 2012

17

En 2007, les efforts et les négociations du Collège Boréal se traduisent par l’approbation d’un investissement de 20 millions de dollars pour l’Université York et le Collège Boréal pour la création d’un centre d’excellence pour les études postsecondaires en français. Le Collège Boréal voyait finalement, avec espoir, le début d’une expansion éventuelle de ses activités.

En 2007, le plan d’affaires conjoint entre le Collège Boréal et l’Université York est révisé pour permettre la création du Centre d’excellence des programmes postsecondaires en français sur les lieux du campus de Glendon de l’Université York. Le Collège passe également à l’opérationnalisation des cours d’anglais pour les immigrants à Windsor, à London, à Hamilton, à Niagara et à Toronto. Ce projet, financé par CIC, devient l’espoir d’une éducation plus poussée ou d’un meilleur emploi pour de nombreuses familles issues de l’immigration. Malgré l’annonce inquiétante du MFCU de la réduction des places étudiantes supplémentaires de 450 à 350, le Collège maintient son engagement et son rythme dans cette région assoiffée par l’impact durable d’une éducation de qualité sur la population francophone ainsi que sur la population en général. Ainsi, de nouveaux locaux sont mis à la disposition des clients, entre autres, au centreville de London. En 2007, les efforts et les négociations du Collège Boréal se traduisent par l’approbation d’un investissement de 20 millions de dollars pour l’Université York et le Collège Boréal pour la création d’un centre d’excellence pour les études postsecondaires en français. Le Collège Boréal voyait finalement, avec espoir, le début d’une expansion éventuelle de ses activités en fonction du plan de travail déposé quelques années avant, fruit de l’effort continu des directions respectives des deux institutions. Un changement de cap s’opère à l’Université York et, hélas, ce projet connait un ralentissement important. Cette même année, le Collège obtient la désignation en vertu de la Loi sur les services en français. « Ce geste important et sans équivoque posé par le gouvernement quant au rôle que joue le Collège Boréal, démontre de façon claire et objective la parité légitime dont cet établissement peut se prévaloir […] cette institution […] dispose désormais d’un outil indispensable pour relever le défi de l’assimilation.37 »

C’est également en 2007 que CIC a accepté de signer une entente de contribution permettant d’offrir des programmes de Cours de Langue pour Immigrants au Canada (CLIC) et de Cours de Langue de Niveau Avancé (CLNA) sur une base permanente avec des ententes de financements pluriannuelles. En 2009, l’acquisition de l’édifice de la Place Concorde à Windsor permet de mettre sur pied une offre de programmation postsecondaire à l’extrémité sud de la province. Le programme d’Éducation et services à l’enfance ainsi que le programme de Préposé aux services de soutien personnel fournissent des occasions d’apprentissage continu aux résidents de Windsor et des communautés environnantes. Cette acquisition se fait en partenariat avec le Conseil scolaire de district des écoles catholiques du Sud-Ouest, ce qui démontre à nouveau une preuve indélébile de la volonté du Collège de vouloir travailler avec sa communauté. Un deuxième programme de Destination profession est maintenant offert à London. En 2010, toujours dans une optique de répondre aux besoins de sa clientèle et d’actualiser sa mission et sa vision, le Collège met à la disposition des nouveaux arrivants de Windsor, un nouvel espace de 7 000 pieds carrés au centreville, ce qui facilite la fréquentation et l’accès. C’est grâce à l’engagement et à la reconnaissance continus de Citoyenneté et Immigration Canada (CIC) que London aménage de nouveaux espaces au service de la formation des immigrants. Les programmes CLIC et Cours de langues niveaux avancés (CLNA) y sont offerts. CIC finance également le réaménagement du Centre de formation de Hamilton où 9 534 pieds carrés deviennent le lieu de choix des nouveaux arrivants qui peuvent perfectionner leur français ou leur anglais, tout en laissant leurs enfants avec les employés du service de garde qui se trouve au même emplacement. À ce jour, le Collège Boréal s’affiche fièrement comme une institution postsecondaire unique ayant le mandat d’offrir une éducation postsecondaire de qualité, en français, en Ontario.

37

Caza, Me Ronald F., (2008).

18

Le Collège Boréal :10 ANS D’EXPLOITS dans le Centre-Sud-Ouest

2.2 Profil actuel du Collège Boréal
2.2.1 Portrait général
Le Collège compte sept campus distincts : le campus principal à Sudbury et deux autres pôles, soit Timmins et Toronto. Il possède également 35 centres d’accès dans 28 villes distinctes : Barrie Brampton Chelmsford Dowling Garson Hearst Leamington London New Liskeard Noëlville Scarborough Sudbury Toronto Welland Belle River Capreol Coniston Elliot Lake Hamilton Kapuskasing Lively Mississauga Sturgeon Falls (Nipissing) North Bay Smooth Rock Falls Timmins Val Caron Windsor

révèlent l’importance accrue de la présence continue du Collège Boréal dans cette région en raison des besoins qu’elle présente. Le taux d’assimilation, la population immigrée ayant besoin d’une insertion personnelle et professionnelle réussie, le taux de chômage élevé chez les francophones, le besoin d’innover et d’offrir des cours axés sur les besoins du marché, les préférences des hommes et des femmes, le taux d’obtention du diplôme et l’effet possible d’une scolarisation des plus élevées sur la communauté francophone sont tous des leviers avec lesquels le Collège Boréal travaille et aligne sa planification stratégique dans le Centre-Sud-Ouest. Le Collège Boréal compte nettement plus d’inscriptions du côté des femmes que des hommes à Toronto (graphique 3). Au total, 77 % de la clientèle est composée de femmes, contre 23 % d’hommes. Parmi ces étudiantes, une très forte proportion, soit plus de 80 % d’entre elles sont monoparentales, ce qui présente parfois certains défis. En effet, elles doivent jongler avec des horaires de garde et la logistique des cours au quotidien. Graphique 3 : Répartition de la clientèle selon le sexe en 2011

• Dans le Centre-Sud-Ouest, six centres offrent des services d’employabilité, six offrent des programmes de recyclage scolaire et sept offrent des programmes d’immigration; • Il s’agit du seul collège en Ontario qui peut se définir comme un collège du Nord et du Sud; • Le seul collège qui est autant rural qu’urbain; • Le Collège dessert un territoire où l’on retrouve 60 % de la population francophone de l’Ontario; • 85 % de la population francophone des écoles secondaires de langue française étudient en anglais; • En 2009-2010, 63 % de la clientèle était âgée de 31 ans et plus et 15 % avait entre 25 et 30 ans; • Le Collège Boréal est la première et la seule institution postsecondaire à être désignée en vertu de la Loi sur les services en français.

Une grande majorité, soit près de 60 % des étudiants inscrits au Collège Boréal à Toronto, a 30 ans et plus, comparativement à 22 % des étudiants qui ont entre 18 et 23 ans. D’ailleurs, le statut d’adulte à l’inscription atteint de fortes proportions, soit 86 %, alors que très peu d’étudiants proviennent du secondaire (graphique 4). Afin de répondre adéquatement aux besoins et aux attentes de cette clientèle, le Collège Boréal doit mettre en place des services d’établissement et pédagogiques nécessaires au succès

2.2.2 Profil de la clientèle
Les données sociodémographiques sur la population francophone du Centre-Sud-Ouest

Mémoire ~ révisé le 15 mai 2012

19

scolaire d’une population étudiante nouvellement arrivée en Ontario. Ceci comprend des cours d’anglais supplémentaires incorporés au curriculum et l’accès à un centre d’appui linguistique ainsi qu’un encadrement personnel et très individualisé. Graphique 4 : Répartition de la clientèle selon l’âge en 2011
Pour le nouveau campus de Toronto, l’offre de programmes passera de 11 à 20 avec l’ajout, entre autres, de programmes en soins dentaires, en techniques pharmaceutiques, en arts, en éducation spécialisée et en informatique.
de 30 à 35 ans 36 ans et +

Aujourd’hui, le chiffre d’inscription s’élève à plus de 200. Graphique 6 : Évolution des inscriptions au Collège Boréal, campus de Toronto 

250 200

de 18 à 23 ans de 24 à 29 ans

22 % 18 % 20 % 40 %

150 100 50
3 4 5 6 7 8 9 0 1 01 -2 20 11 -2 2 01

1
-2 02 20

00

00

00

00

00

00

00 -2 20

-2

-2

-2

-2

-2

03

04

05

06

07

08

09

-2 20

20

20

20

20

20

Du côté du statut civil, il faut trois ans pour passer du statut d’immigrant à celui de Canadien. Dans ce contexte, 65 % de la clientèle (immigrants, visa d’études et personnes protégées) aurait vécu moins de cinq ans au Canada. Graphique 5 : Répartition de la clientèle selon le statut en 2011

Apprentissage

20

Postsecondaire

Immigrants Canadiens Personnes protégées Visas d'études

55 % 35 % 8% 2%

La programmation postsecondaire a vu une évolution impressionnante depuis la première offre en 2002 - Boréal n’offrait que cinq programmes postsecondaires à temps plein uniquement dans la région de Toronto. En 2011, les étudiants ont eu 11 offres de programmes à Toronto, une offre à Niagara et deux à Windsor dans les domaines de la santé, des sciences humaines et des affaires. Lors du dévoilement du nouveau site consolidé au 1, rue Yonge, le Collège a annoncé que l’offre de programmes dans le Centre-Sud-Ouest s’élèverait à 28 d’ici 2015. Pour le nouveau campus de Toronto, l’offre de programmes passera de 11 à 20 avec l’ajout, entre autres, de programmes en soins dentaires, en techniques pharmaceutiques, en arts, en éducation spécialisée et en informatique. Cette programmation, en plus du nouvel emplacement, fera en sorte que le Collège sera en mesure d’accueillir près de 333 étudiants à Toronto. Le détail de la programmation et de la cible par programme se trouvent au tableau 3. Reconnaissant ses besoins de vitalité et de viabilité, le Collège Boréal est devenu, depuis 2002, pourvoyeur exceptionnel relativement à l’éducation des adultes, aux services aux immigrants, aux services d’appui à l’acquisition du français

2.2.3 Formation postsecondaire dans le Centre-Sud-Ouest
Grâce à son engagement continu, le Collège Boréal compte maintenant 1 217 inscriptions postsecondaires depuis 2002 dans le CentreSud-Ouest (graphique 6). Lors du lancement d’une programmation postsecondaire au campus de Toronto en 2002, le Collège accueillait 57 inscriptions de 1re année à temps plein alors que, l’année précédente, le Collège des Grands Lacs n’avait que 36 confirmations en 1re année.

20

Le Collège Boréal :10 ANS D’EXPLOITS dans le Centre-Sud-Ouest

10

01

Tableau 3 : Programmation et cible d’inscriptions au campus de Toronto Programmmes actuels Administration de bureau – commis Adjoint juridique Coiffure Commerce Éducation en services à l’enfance Préscience de la santé Programmes général d’arts et sciences Programmes général d’arts et sciences – ALS Soins infirmiers auxiliaires Soutien technique en informatique Techniques de travail social Sous-total Administration de bureau – adjoint administratif Arts fondamentaux Assistant en pharmacie – vente au détail Cosmétologie (temps partiel) Préposé aux services de soutien personnel Soins dentaires Techniques d’éducation spécialisée Techniques du génie informatique Techniques pharmaceutiques Sous-total Total et de l’anglais langue seconde, à l’employabilité et à la formation sur mesure. La clientèle desservie représente plus de 26 207 personnes qui sont passées par ses portes dans le CentreSud-Ouest depuis la période de démarrage en 2002. Ses succès et son intégration dans toutes les communautés où le Collège est présent sont attribuables à l’accent incontournable qui est mis sur la qualité et la réussite scolaire, et l’épanouissement personnel de sa clientèle. Parmi ses partenaires, le Collège Boréal en possède plus d’un à l’échelle interprovinciale. C’est le cas notamment au niveau du CNFS, avec des ententes avec les institutions comme l’Université de St-Boniface et le Collège communautaire du Nouveau-Brunswick. Ce dernier partenariat permet notamment aux étudiants francophones inscrits au programme en échographie de venir étudier en Ontario en raison de la pénurie d’échographistes au Inscriptions 2011 3 16 6 7 54 9 5 3 40 4 50 197 – – – – – – – – – 0 197 Inscriptions d’ici 2015 8 25 8 20 45 8 5 10 52 10 50 241 5 8 8 5 8 10 30 10 8 92 333
Ce dernier partenariat (CNFS) permet notamment aux étudiants francophones inscrits au programme en échographie de venir étudier en Ontario en raison de la pénurie d’échographistes au Nouveau-Brunswick.

Nouveau-Brunswick. Par la suite, ces étudiants retournent dans leur province pour compléter leur stage de huit mois afin de pratiquer leur profession et de pallier, du même coup, cette pénurie. Outre le domaine de la santé, le Collège Boréal compte un bon nombre de collaborateurs tels que les ministères fédéral et provincial en matière d’immigration, les conseils scolaires dans le Centre-Sud-Ouest, La Cité collégiale, le Collège universitaire Glendon, les collèges anglophones comme Georgian College, Niagara College, Conestoga, Lambton et Centennial College et une panoplie d’organismes francophones dont le Centre francophone de Toronto, Alpha-Toronto, ACFO de London/Sarnia, ACFO régionale de Hamilton, le club Richelieu de Niagara et le Centre communautaire francophone de Windsor/Essex/ Kent, pour ne nommer que ceux-ci.

Mémoire ~ révisé le 15 mai 2012

21

Tableau 4 : Analyse des choix de langue d’instruction des études postsecondaires selon les conseils d’origine 1998-2006
Programmes universitaires de langue française Programmes universitaires de langue anglaise

Conseils Conseil scolaire Viamonde (CSDCSO) Conseil scolaire de district catholique Centre-Sud (CSDCCS) Conseil scolaire de district des écoles catholiques du Sud-Ouest (CSDECSO)
Cette réalité, en plus du nombre restreint de programmes et le manque d’infrastructure, incite 85 % des étudiants des écoles secondaires de langue française dans le Centre-Sud-Ouest à poursuivre des études en anglais. Source : Labrie, Lamoureux et Wilson, 2009, p. 27.

Collèges francophones

Collèges anglophones

16 % 19 % 11 %

84 % 81 % 89 %

29 % 31 % 21 %

71 % 69 % 79 %

2.2.4 Analyse des écarts dans le Centre-Sud-Ouest
Des études au cours des dernières années ont démontré que, dans la région de Toronto, il existait un écart important entre la programmation offerte dans les collèges anglophones en comparaison avec les programmes offerts en français. Cette situation est problématique étant donné que les étudiants qui se dirigent vers les études collégiales sont moins prêts à se déplacer pour poursuivre des études postsecondaires que les étudiants du niveau universitaire. En 2008, l’Unité du continuum de l’apprentissage en langue française de la Direction des programmes et politiques d’éducation en langue française (EDU/FCU) a déposé un rapport intitulé « L’étude des écarts » qui misait sur les écarts entre le système d’éducation postsecondaire de la formation de langue française et de langue anglaise, en Ontario. L’étude stipule que les régions « du centre sont encore orphelines en termes de disponibilité de programmes, à 3 %, en dépit de la présence de quelques campus satellites francophones38 ». Entre 1998 et 2006, un rapport sur l’accès des francophones aux études postsecondaires en Ontario39 a démontré que 56,6 % des diplômés des écoles secondaires de langue française en Ontario poursuivent des études postsecondaires en français. Toutefois, il existe des écarts importants dans certaines régions, surtout dans le Centre-Sud-Ouest, où seulement 15 % des élèves du secondaire poursuivent une éducation

postsecondaire en français. De plus, l’étude menée indique que « les jeunes, eux, optent d’abord et avant tout pour des études postsecondaires à proximité du foyer familial, des études collégiales pour la plupart, et pour beaucoup d’entre eux des études postsecondaires en langue anglaise. » Cette réalité, en plus du nombre restreint de programmes et le manque d’infrastructure, incite 85 % des étudiants des écoles secondaires de langue française dans le Centre-Sud-Ouest à poursuivre des études en anglais. Le tableau 4 démontre cette tendance. Le tableau 5, quant à lui, démontre cette même tendance au sujet de la proximité du foyer. Quelques collèges anglophones locaux sont plus fréquentés par les diplômés francophones du palier secondaire que le Collège Boréal. Tableau 5 : Palmarès par région 1998-2006 (ESLF) Centre-Sud-Ouest Collège St. Clair Niagara Boréal Fanshawe Mohawk La Cité Durham Seneca
Source : Labrie, Lamoureux et Wilson, 2009, p. 20.

% 18,3 13 9,4 7,8 6,9 6 5,2 5,1

38 39

Supra note 2, p. 9. Labrie, Lamoureux et Wilson, (2009), p. 27.

22

Le Collège Boréal :10 ANS D’EXPLOITS dans le Centre-Sud-Ouest

2.3 Aujourd’hui
Le Collège Boréal s’est positionné au cours de la dernière année à Toronto. Un plan de consolidation de ses opérations sous un même toit a été élaboré pour mieux répondre aux attentes de sa clientèle active et de sa clientèle potentielle. Une analyse des possibilités dans la région de Toronto quant à la clientèle provenant directement du secondaire fut menée par le Collège Boréal en 2009. Un groupe d’élèves d’une école secondaire française de la région de Toronto a participé à un groupe témoin. « La quasi-totalité des finissants qui résident à Toronto désire poursuivre leurs études dans un collège anglais. En effet, le choix en termes d’institutions et de programmes est beaucoup plus diversifié. Ainsi, lorsqu’un étudiant fait une demande d’admission, les chances que cette dernière soit acceptée sont plus élevées. Les étudiants sont également très sollicités par les différents collèges situés à proximité.40 » En 2011, le Collège Boréal ouvre un nouveau centre à Mississauga, en partenariat avec Community Door, lieu où les services d’emploi et d’immigration y sont accessibles. Les résidents de Windsor bénéficient également d’un centre de formation où les enfants peuvent eux aussi jouir d’un accompagnement en langue française, et ce, dans une optique d’insertion à la vie canadienne. Ayant toujours le souci de faciliter l’accès, le Collège assure la présence de ce service au centre-ville. De même, les villes de Hamilton et de London ont accès à de nouveaux bureaux Options Emplois, projet mené, comme bien d’autres, par le Collège Boréal. L’offre de programmes et de services en immigration dans le Centre-Sud-Ouest est devenue un élément indéniable pour les nouveaux arrivants qui cherchent à adapter leurs compétences afin de répondre aux exigences du marché du travail.

En 2005-2006, dans le CSO, le Collège a formé 16 étudiants et, aujourd’hui, plus de 1 300 étudiants s’inscrivent à des cours de langue de base, avancés, ou axés sur des emplois spécifiques afin de les aider à trouver plus rapidement et plus facilement des emplois correspondant à leurs compétences. Son initiative et son leadership mène le Collège Boréal à la mise sur pied du site Web La Voie rapide Boréal, initiative permettant la sensibilisation au marché du travail et aux programmes de formation de l’Ontario. Cette initiative a remporté, en 2006, le Prix d’excellence du ministre pour l’innovation dans la prestation des services, reconnaissance publique du ministre de la Formation et des Collèges et Universités pour la capacité du projet à soutenir d’autres organismes à améliorer leurs services et à mieux répondre aux besoins de leurs clientèles respectives. Ce site sert de guide aux nouveaux arrivants afin de préparer leur propre plan d’action et de trouver leur place sur le marché du travail canadien. Il offre aussi diverses informations en ce qui concerne la formation, l’équivalence des diplômes, la certification auprès des organisations professionnelles et même des liens utiles vers d’autres sites Web. Un protocole d’entente innovant, signé par les deux présidences, permet un suivi relativement aux besoins et aux volontés énoncés par la communauté lors des forums de consultations en 2002. Le concept de l’offre du programme d’Éducation en services à l’enfance en français entre les murs de Niagara College a alors été actualisé en 2010. Toujours en 2011, la signature d’un bail pour offrir des programmes et des services au 1, rue Yonge, à Toronto, dès septembre 2012, devient finalement une réalité. La réalité économique étant ce qu’elle est, le Collège Boréal profitera de cette période tampon pour amorcer les plans préliminaires visant la construction éventuelle d’un premier campus dans le Centre-Sud-Ouest.

En 2005-2006, dans le CSO, le Collège a formé 16 étudiants et, aujourd’hui, plus de 1 300 étudiants s’inscrivent à des cours de langue de base, avancés, ou axés sur des emplois spécifiques afin de les aider à trouver plus rapidement et plus facilement des emplois correspondant à leurs compétences.

40

Raymond Chabot Grant Thornton, (2009), p. 4

Mémoire ~ révisé le 15 mai 2012

23

Le Collège Boréal a tissé, dès son arrivée, des liens avec les trois conseils scolaires francophones de la région du Centre-Sud-Ouest.

Le Collège Boréal investit de façon significative dans les ressources humaines nécessaires à l’atteinte des résultats dans le Centre-SudOuest. L’accès est assuré par les emplacements offerts et par les ressources humaines prêtes et aptes à accueillir les étudiants de provenance et d’origine variées dans chacun des centres et des campus. Le financement d’une dotation adéquate est tiré de sources variées : projets pilotes, financement régulier lié aux institutions postsecondaires, Entente CanadaOntario, ministère de la Citoyenneté et de l’Immigration, fonds spéciaux et dons de particuliers, et nécessite un engagement inlassable de la part des cadres et de la haute gestion. Le Collège a réussi, comme nul autre collège en Ontario, à mettre à profit une pléiade de programmes, de produits et d’initiatives lui permettant d’étendre l’ampleur de son service à la francophonie de façon inégalée. Le Collège demeure très reconnaissant de l’appui de ses partenaires tels le MFCU, Patrimoine Canadien, Citoyenneté et Immigration Canada, Santé Canada et le Consortium national de formation en santé (CNFS), partenaires privilégiés qui ont permis au Collège d’augmenter l’offre de programmes et de services dans le Centre-Sud-Ouest. Les employés du Collège Boréal dans le CentreSud-Ouest se chiffrent à plus de 200 personnes, dont 46 % se trouvent dans les secteurs de l’immigration et de l’employabilité. Le personnel compétent est diversifié et très représentatif de la communauté locale. Étant donné les origines diverses de la clientèle, la formation et les compétences du personnel dans le CentreSud-Ouest diffèrent de ce qui est recherché chez les employés du Nord. Cette réalité révèle une planification différente, un recrutement du personnel différencié ainsi qu’une gestion différente et individualisée par région et par ville. La rétroaction continue de la part de cette même clientèle alimente le processus de dotation et de planification, de façon à augmenter de manière continue la main d’œuvre formée et apte à saisir les besoins et les occasions, et à augmenter également les effectifs postsecondaires et adultes.

Les membres du personnel sont engagés et participent activement à la vie communautaire de la collectivité francophone. Enfin, l’année 2012 marque aussi la mise à l’essai du premier projet pilote CLIC français à Toronto, le premier de son genre à l’extérieur de la capitale nationale.

2.3.1 Lancement de nouveaux programmes
Dès septembre 2012, de nouveaux programmes seront offerts à Toronto : Administration de bureau – adjoint administratif, Techniques d’éducation spécialisée, Assistant pharmaceutique – vente au détail et Cosmétologie. Annoncé récemment également, l’ajout de programmes à compter de septembre 2013 : Soins dentaires, Techniques du génie informatique et Arts fondamentaux. Dès l’automne 2015, le Collège compte offrir : • 20 programmes à Toronto au 1, rue Yonge • 4 programmes à la Place Concorde, à Windsor • 2 programmes au Niagara College, à Welland • 2 programmes à Barrie

2.3.2 Partenaires scolaires dans le Centre-Sud-Ouest
Le Collège Boréal a tissé, dès son arrivée, des liens avec les trois conseils scolaires francophones de la région du Centre-Sud-Ouest. Le projet d’Initiatives jonction école-collège-travail (IJECT) permet d’officialiser cette collaboration en offrant des programmes d’apprentissage (PAJO), des cours de double reconnaissance de crédits (DRC)41 et des activités de sensibilisation aux élèves des écoles secondaires de langue française du Centre-Sud-Ouest (tableau 6). Un premier projet conjoint en 2005 fait la promotion du programme de la petite enfance.

41

Ces cours permettent aux étudiants du secondaire d’accumuler des crédits pour leur diplôme d’études secondaires tout en accumulant des crédits pour un diplôme collégial.

24

Le Collège Boréal :10 ANS D’EXPLOITS dans le Centre-Sud-Ouest

Tableau 6 : Partenariats scolaires dans le Centre-Sud-Ouest Double reconnaissance de crédit (DRC) Conseil scolaire de district des écoles catholiques du Sud-Ouest
- 2007 : 4 cours en ligne - 2010 : 5 cours en ligne - 2008 et 2012 : offre du cours de Soudure (Sarnia) - 2011-12 : 2 DRC en Cuisine (Windsor) - 2007 : 4 cours en ligne - 2010 : 5 cours en ligne - 2012 : offre en face à face de Coiffure et Exploration des carrières en santé (Toronto) - 2012 : 2 DRC en Cuisine (Mississauga) - 2007 : 4 cours en ligne - 2010 : 5 cours en ligne - 2008 et 2009 : offre du cours de Soudure - 2012 : offre en face à face de Coiffure et Exploration des carrières en santé (Toronto)

Apprentissage
- 2008 et 2012 : Coiffure (Windsor)

Camps d'anticipation
- de 2009 à 2012 : Santé et métiers (Sudbury) et santé (Toronto) - 2012 : Gestion de scène

Collège sous investigation (CSI)
- de 2008 à 2012

Conseil scolaire de district catholique du Centre-Sud

- 2008 et 2012 : Technique d'entretien automobile (Welland) - 2007 à 2012 : Coiffure (Hamilton et Cambridge; Toronto en 2012) - 2007 à 2012 : Charpenteriemenuiserie (Welland) - 2008 et 2012 : Technique d'entretien automobile (Hamilton) - 2012 : Cuisine (Welland)

- de 2009 à 2012 : Santé et métiers (Sudbury) et santé (Toronto) - 2012 : Gestion de scène

- de 2008 à 2012

Conseil scolaire Viamonde

- de 2009 à 2012 : Santé et métiers (Sudbury) et santé (Toronto) - 2012 : Gestion de scène

- de 2008 à 2012 L’exploration des services Boréal dans chacun des endroits désignés par la Loi sur les services en français assure son

Les étudiants potentiels des diverses régions commencent à connaitre le Collège Boréal, les possibilités de poursuivre des études en français et la garantie d’un bilinguisme au travail grâce à des méthodes et à des pratiques pédagogiques qui tiennent compte de la clientèle et des besoins du marché. À l’hiver 2011, Boréal offre des cours de double reconnaissance de crédits (DRC) dans diverses écoles secondaires du Centre-Sud-Ouest dans le cadre d’IJECT. Dans les dernières années, d’autres étudiants ont pu suivre des programmes de niveau 1 en apprentissage, soit en Coiffure à Windsor, à Hamilton et à Cambridge, en Techniques d’entretien automobile à Hamilton et, enfin, en Charpenterie-Menuiserie, à Welland. Plusieurs étudiants dans la région de Sarnia ont

aussi bénéficié des cours de soudure offerts en DRC. Du côté de Toronto, le même travail de sensibilisation a porté fruit à l’hiver 2012 alors que deux DRC y ont été offertes.

respect de la Politique d’aménagement linguistique et de son imputabilité envers le système collégial et ses obligations légales.

2.4 Demain
L’esprit novateur du Collège Boréal ainsi que son regard critique lui permettent de poursuivre constamment ses initiatives dans le Centre-Sud-Ouest et de continuer à vivre des succès avec sa clientèle. L’exploration des services Boréal dans chacun des endroits désignés par la Loi sur les services en français assure son respect de la Politique d’aménagement linguistique et de son imputabilité envers le système collégial et ses obligations légales.

Mémoire ~ révisé le 15 mai 2012

25

2.4.1 Secteur postsecondaire
Depuis son arrivée à Toronto, le Collège Boréal a connu un franc succès quant à l’offre de programmes postsecondaires. Boréal maintient sa notoriété comme balise et la consolidation des opérations vient augmenter sa crédibilité et améliorer la perception du public. En 2015, le Collège Boréal prévoit offrir 20 programmes postsecondaires à Toronto et huit dans le Sud-Ouest. De plus, le Collège s’est engagé à obtenir 130 nouvelles inscriptions dans le Centre-Sud-Ouest pour un total de 333 étudiants. L’engagement ferme du Collège Boréal à offrir le maximum d’accès aux études postsecondaires à sa clientèle est toujours demeuré une priorité. D’ailleurs, en 2003, le Collège Boréal a signé un protocole sur la mobilité et la transférabilité avec les 23 autres collèges de l’Ontario, démontrant ainsi son engagement à ce sujet. À ce jour, près d’une vingtaine d’articulations sont déjà en vigueur avec de nombreuses autres institutions de l’Ontario et d’autres provinces, facilitant le parcours et le cheminement des étudiants dans le système d’études postsecondaires. Ces ententes d’articulations sont bénéfiques sur le plan financier à la fois pour l’étudiant, le gouvernement, mais également pour les institutions. Selon une étude préparée pour le compte de Collège Ontario,42 l’impact de l’initiative de transfert de crédits permettrait éventuellement à un étudiant de réduire moyennement son endettement d’environ 26 000 $, voire même jusqu’à 50 000 $, une fois qu’il est diplômé et qu’il se retrouve sur le marché du travail. Considérant ceci, le Collège Boréal demeure plus qu’ouvert à la possibilité de négocier des articulations avec des institutions bilingues et anglophones afin d’assurer une offre postsecondaire plus exhaustive dans le Centre-Sud-Ouest.

De plus, l’offre de programmes PAJO (programme d’apprentissage aux jeunes de l’Ontario) et les cours de double reconnaissance de crédits viennent répondre à des besoins criants de scolarisation continue chez les francophones et solidifient les partenariats avec les conseils scolaires. Toutefois, l’offre de programmes postsecondaires n’est pas une mince tâche à Toronto. Il existe de nombreux éléments externes qui font en sorte que, se faire connaitre dans cette métropole comportant de très grandes institutions et offrant de la formation postsecondaire, représente un défi de taille. Voici quelques constats pour lesquels le Collège Boréal souhaite l’exclusivité de l’offre de programmes de formation en français : • Les grands collèges anglophones qui connaissent une longue existence, un bassin d’étudiants incomparables et des édifices de qualité recrutent intensivement les étudiants, dont des francophones; • Seulement 3 % des élèves du secondaire dans le Centre-Sud-Ouest s’inscrivent dans un collège de langue française; • Le manque d’infrastructures adéquates et équivalentes aux collèges et aux universités anglophones influe sur la capacité de recruter; • Les défis relativement aux compétences linguistiques (en anglais et en français écrit) de la clientèle prépondérante adulte et immigrante entravent leur réussite et exigent une panoplie de services d’appui à l’apprentissage; • Ces mêmes besoins en termes de services de counseling, de garde ou de besoins particuliers, doivent être déployés notamment auprès des étudiantes qui sont mères monoparentales et qui forment plus de 80 % de la clientèle.

42

The Center for Spatial Economics. (2010) p. 1.

26

Le Collège Boréal :10 ANS D’EXPLOITS dans le Centre-Sud-Ouest

Tableau 7 : Inscriptions dans les programmes d’immigration offerts par le Collège Boréal Centre Hamilton London Mississauga Toronto Welland Windsor Total 20052006 0 16 0 0 0 0 16 20062007 0 0 0 38 0 0 38 20072008 21 25 12 110 4 6 178 20082009 60 123 18 102 17 36 356 20092010 167 264 12 148 69 179 839 20102011 236 301 14 310 124 276 1 261 20112012 210 359 90 266 0 375 1 300 Total 694 1088 146 974 214 872 3 988

2.4.2 Immigration
Le Collège Boréal s’est taillé une niche avec l’offre de programmes de langues pour les nouveaux arrivants dans le Centre-Sud-Ouest. Depuis 2005, le Collège a pris de l’expansion dans l’offre de programmes et de services destinés aux nouveaux arrivants – de 16 inscriptions en 2005 à 1 300 en 2011. Un total de 3 988 nouveaux arrivants ont bénéficié des cours de langues ou d’un programme relais dans un domaine particulier (tableau 7). Cette clientèle nécessite davantage ce type de formation pour lui permettre d’accéder aisément aux stages obligatoires de leur programme de choix. Le Collège a comme objectif d’avoir des programmes permanents en formation linguistique pour les immigrants, une mire sur laquelle il veut concentrer ses efforts. Bien que le Collège soit très fier de ses résultats, certains risques relativement au financement et à l’allocation de programmes pourraient compromettre la pérennité de certains programmes. • La réduction potentielle des budgets de CIC entrave la capacité du Collège à réaliser une planification à moyen et à long terme en matière d’accompagnement, d’accueil, d’inclusion et de formation des nouveaux arrivants;

• La situation économique actuelle et future de l’Ontario demeure toujours un facteur influent sur la capacité décisionnelle du Collège et, par le fait même, de ses projets et initiatives; • La nouvelle politique d’immigration au fédéral redéfinit les axes d’intervention du Collège envers sa population la plus vulnérable et la moins apte à réussir sans appui. Elle favorise les immigrants qui ont moins besoin de formation langagière compte tenu de leur niveau d’éducation. Cette dernière néglige les besoins en matière de sensibilisation à la culture, d’insertion et d’accueil en milieu de travail, de perfectionnement ou apprentissage de l’anglais et du français au travail; • La diminution du nombre de réfugiés change le visage futur de la francophonie dans le Centre-Sud-Ouest et aura un impact sur la population francophone en général; • L’absence d’une politique provinciale pour l’immigration francophone en Ontario a aussi un impact sur la portée de la Politique d’aménagement linguistique telle qu’elle existe ainsi que sur le taux de succès de la communauté immigrante aux études postsecondaires; • L’arrivée d’un second collège francophone comme fournisseur potentiel de programmes d’immigration pourrait mettre en péril les initiatives et le succès du Collège Boréal dans le CSO.

Le Collège Boréal s’est taillé une niche avec l’offre de programmes de langues pour les nouveaux arrivants dans le Centre-Sud-Ouest. Depuis 2005, le Collège a pris de l’expansion dans l’offre de programmes et de services destinés aux nouveaux arrivants – de 16 inscriptions en 2005 à 1 256 en 2011.

Mémoire ~ révisé le 15 mai 2012

27

2.4.3 Employabilité
Depuis son ouverture en 1995, le Collège Boréal a été une force en employabilité dans le Nord. Aujourd’hui, le Collège dessert aussi les besoins en employabilité dans six communautés du Centre-Sud-Ouest dont Barrie, Toronto, Mississauga, London, Hamilton et Windsor. Pour le Collège, il importe de lier la formation aux étudiants avec les services d’employabilité. Fort de ses services offerts depuis quelques années déjà dans ce domaine, le Collège a développé une expertise en employabilité et se dit fier d’être un chef de file dans l’offre de tels services, en français. Avec l’offre de services d’emploi, regroupant également ceux de l’immigration, de la formation postsecondaire et de l’alphabétisation sous un même toit, le Collège Boréal démontre l’exemple parfait du modèle de guichet unique convoité par le gouvernement.

2.4.4 Éducation permanente
Le Collège a connu beaucoup de succès depuis 2002 dans l’offre de cours en éducation permanente. La majorité des clients sont francophiles et exogames et ils cherchent à s’intégrer dans la communauté francophone. Dans ce cas, le développement de produits de perfectionnement en français contribue à contrer l’assimilation et à outiller cette clientèle pour bien réussir les prochaines étapes dans leur apprentissage ou au travail. Ceci dit, le développement de nouveaux produits, et la mise à jour de produits existants, sont deux actions stratégiques prioritaires sur lesquelles le Collège compte pour augmenter ses inscriptions et répondre aux besoins changeants de sa clientèle du CentreSud-Ouest. Pour mieux répondre aux besoins de cette clientèle, le Collège explore l’offre des cours en mode alternatif, engageant la réflexion continue sur les façons les plus efficientes d’offrir des cours et des services tout en respectant le processus d’apprentissage des étudiants. L’offre éventuelle du programme « Explore » à Toronto est une action porteuse de succès et pourrait devenir une marque de commerce dans le Centre-Sud-Ouest. Le Collège Boréal propose donc sept recommandations qui sauront assurer une offre plus exhaustive de programmes et de services à la clientèle francophone et francophile du Centre-Sud-Ouest. Ces recommandations répondent ainsi à la recherche de solutions novatrices du gouvernement quant à l’augmentation de l’accès aux études postsecondaires en Ontario. De plus, elles permettent au Collège Boréal d’atteindre les objectifs de son plan stratégique et de contribuer à l’épanouissement de la clientèle francophone et francophile du Centre-Sud-Ouest.

L’offre éventuelle du programme « Explore » à Toronto est une action porteuse de succès et pourrait devenir une marque de commerce dans le Centre-Sud-Ouest.

« En intégrant ces soutiens au sein d’un réseau ayant un seul guichet d’accès lorsque c’est possible et en améliorant la coordination des services, le gouvernement peut améliorer les résultats pour les clients et mieux répondre à leurs besoins. Pour les personnes qui ont besoin de formation, il représente un accès élargi et simplifié à un éventail de services et de meilleurs résultats sur le marché du travail. […] Pour les contribuables, il entraine des gains d’efficience administrative, des réductions de coûts et l’optimisation de l’utilisation des deniers publics.43 »

Dans le cadre de la refonte des programmes d’employabilité en 2010, le Collège Boréal a remporté trois nouveaux contrats à Hamilton, à London et à Windsor, mais offre seulement des services itinérants à Toronto. Avec le déménagement au 1, rue Yonge, le Collège prévoit soumissionner à nouveau pour l’offre des services d’employabilité à Toronto.

43

Budget de l’Ontario 2012, supra note 4, p.18.

28

Le Collège Boréal :10 ANS D’EXPLOITS dans le Centre-Sud-Ouest

3. Résumé des recommandations 
2012
Confirmer le maintien et le soutien des programmes et des services connexes du Collège Boréal par l’entremise de son modèle novateur de guichet unique Le Collège Boréal recommande au gouvernement de confirmer le maintien et le soutien des programmes et des services offerts par l’entremise du modèle novateur de guichet unique44 qu’il a développé et, du même coup, de maintenir l’intégrité du territoire du Centre-Sud-Ouest que lui a accordé le gouvernement en 2002, afin d’ajouter de nouveaux programmes et de permettre ainsi la croissance de l’offre. Augmenter l’accès aux études postsecondaires de langue française en mode alternatif dans le Centre-Sud-Ouest Le Collège Boréal recommande au ministère de la Formation et des Collèges et Universités de reconnaitre la capacité du Collège Boréal d'offrir, en partenariat, des programmes postsecondaires, voire même universitaires, en ligne et en présentiel. Étudier le modèle novateur de passerelle qui facilite le passage du secondaire au postsecondaire Le Collège Boréal recommande au gouvernement d’étudier le modèle de passerelle 2-2, c’est-à-dire que les deux premières années préuniversitaires soient effectuées dans les collèges, puis les deux autres années à l’université, avec possibilité de passerelle, afin de faciliter la transition du secondaire vers le postsecondaire, tout en augmentant l’accès et en palliant le défi des coûts d’une cinquième année au secondaire. Implanter des mécanismes de planification pluriannuelle de financement pour le Collège Boréal dans le Centre-Sud-Ouest Le Collège Boréal recommande au gouvernement : 1. D’implanter un mécanisme de planification pluriannuelle du financement opérationnel
44

permettant au Collège Boréal de s’acquitter de ses obligations et de son mandat en fonction de cibles préétablies et d’assurer les développements futurs en immobilisation. 2. De reconsidérer le concept de programmes de « hautes priorités » afin de favoriser l’augmentation de l’offre de formation postsecondaire de langue française. Approuver l'offre, par le Collège Boréal, du Baccalauréat en Sciences infirmières à Toronto Le Collège Boréal recommande au ministère de la Formation et des Collèges et Universités qu’il l’autorise à offrir le Baccalauréat en Sciences infirmières sur quatre ans, en partenariat avec une université, en milieu éducatif francodominant, dans le Centre-Sud-Ouest, afin de répondre aux besoins pressants du marché.

2013
Créer une banque virtuelle de données et d’archives des plans de cours, des cursus et des programmes des 24 collèges Le Collège Boréal recommande au ministère de la Formation et des Collèges et Universités de rendre disponible et accessible tout le matériel pédagogique (cursus, plans de cours, etc.) développé par les 24 collèges, en créant une banque centrale de données et d’archives permettant le partage en ligne de ces documents afin d’accélérer, de façon limpide et efficace, le processus et l'offre de nouveaux programmes. Ce partage de matériel pédagogique permettrait des économies substantielles quant au développement de programmes et à la capacité des collèges de répondre aux besoins du marché de l’emploi.

D’ici 2018
Appuyer la construction d’un campus du Collège Boréal à Toronto Le Collège Boréal recommande au ministère de la Formation et des Collèges et Universités d’entamer les démarches préliminaires afin d’appuyer la mise sur pied d’une infrastructure permanente du Collège Boréal à Toronto, ce qui permettra aux francophones et aux francophiles du Centre-Sud-Ouest d’avoir accès à des installations comparables aux étudiants des collèges anglophones. Mémoire ~ révisé le 15 mai 2012
29

Le modèle de guichet unique se décrit comme le regroupement, sous le même toit, de plusieurs programmes et de services offerts par le même organisme. Pour le Collège Boréal, l’offre de ces services regroupe l’alphabétisation, les services d’employabilité, l’immigration, l’apprentissage et le postsecondaire.

4. Conclusion
Le Collège Boréal a grandement et fièrement pris sa place dans le Centre-Sud-Ouest depuis les dix dernières années. Il planifie la poursuite de ses succès et la garantie de ses contributions dans cette région en jetant un regard sur ses actions du passé, le profil de sa clientèle, ses risques et ses possibilités. Ses efforts inlassables pendant la dernière décennie, et le bail de huit ans, qui vise à offrir un lieu consolidé aux étudiants de la ville de Toronto, forment les balises de sa planification continue. Ils sont, de plus, un signe tangible de sa présence ainsi que de sa permanence. La philosophie organisationnelle du Collège Boréal est axée sur une approche multiservice de type no wrong door. De ce fait, le Collège se dit fier de son modèle novateur de guichet unique pour l’ensemble de ses services, de ses programmes et de ses produits offerts sur un vaste territoire à travers ses sept campus et ses 35 centres d’accès dans plus de 28 municipalités. En plus des analyses envisagées pour l’offre de programmes futurs, de nombreuses initiatives de collaboration avec les partenaires démontrent sa capacité d’innover. À titre d’exemple, il en compte avec La Cité collégiale, une dizaine avec des homologues collégiaux anglophones, une dizaine d’autres avec des cégeps et des collèges francophones d’autres provinces à travers le RCCFC45, une dizaine également avec des universités, puis divers organismes comme le Consortium national de formation en santé ou encore le Centre national de documentation pédagogique, pour ne nommer que ceux-là. Preuves à l’appui, le Collège Boréal a de l’expérience et de l’expertise dans ce type de partenariat respectant ainsi les acquis des institutions ainsi que leur culture propre. La vision, l’histoire, la tradition et l’expérience dont a su bénéficier le Collège ont démontré que, pour connaitre du succès dans le CSO en milieu minoritaire, il faut : • L’ouverture d’un site physique autonome équivalent à ceux de ses confrères et de ses collaborateurs anglophones actuels; • La négociation des articulations pour l’obtention du Baccalauréat en Sciences infirmières; • L’offre de nouveaux programmes en fonction des besoins du marché et du profil de la clientèle (Techniques d’éducation spécialisée, Assistant en pharmacie – vente au détail, Soins dentaires); • Le respect de l’autonomie des instances postsecondaires, ce qui inclut le fait de mieux reconnaitre l’importance de la différence majeure entre les deux collèges de langue française. Le Collège Boréal couvre une très grande partie de l’Ontario depuis dix ans, dessert une population étudiante qui provient, vit et demeure majoritairement en sol ontarien. Le Collège entend continuer à grandir et à croitre dans son modèle unique, et cette pleine autonomie se doit d’être maintenue; • Reconnaitre la capacité du Collège d’attirer des étudiants issus de l’immersion au sein de son institution; • La compréhension des besoins spécifiques d’une clientèle qui n’a pas toujours tous les prérequis langagiers et les compétences essentielles pour réaliser des études postsecondaires; • Les initiatives du Collège Boréal en ce sens comprennent les années de pré-enseignement, d’accompagnement linguistique et culturel, puis de perfectionnement de l’anglais, comme du français, qui sont des actions et des démarches essentielles à la réussite des clients; • Compter sur un financement pluriannuel et durable pour les installations physiques permanentes d’un collège francophone;

Ses efforts inlassables pendant la dernière décennie, et le bail de huit ans, qui vise à offrir un lieu consolidé aux étudiants de la ville de Toronto, forment les balises de sa planification continue. Ils sont, de plus, un signe tangible de sa présence ainsi que de sa permanence.

45

Réseau des cégeps et des collèges francophones du Canada.

30

Le Collège Boréal :10 ANS D’EXPLOITS dans le Centre-Sud-Ouest

• Maintenir un regard critique sur la démographie des francophones, de leurs besoins en matière d’accompagnement, d’inclusion, de formation et de perfectionnement; • Continuer à promouvoir le milieu collégial et le milieu universitaire francophone comme un emplacement privilégié et outillé et pour tous les besoins d’apprentissage des adultes francophones en Ontario; • Assurer l’imputabilité définie dans la Politique linguistique par des d’aménagement demandes soutenues auprès des instances gouvernementales; • Favoriser la compréhension des différents besoins et des coûts plus élevés rattachés à l’offre d’une éducation en français dans les régions désignées par la Loi sur les services en français, en Ontario; • Obtenir les fonds nécessaires à l’innovation et à la création chez les francophones dans des domaines non traditionnels et à la fine pointe de la technologie. Le Collège Boréal est le collège francophone du Nord et du Centre-Sud-Ouest de l’Ontario qui dessert sa clientèle étudiante depuis maintenant 17 ans. En effet, le Collège a su démontrer, avec ténacité, son engagement par rapport à l’éducation postsecondaire en langue française dans le Centre-Sud-Ouest en assurant la mise en place d’une main-d’œuvre qualifiée pour appuyer les étudiants et en offrant un enseignement de qualité. Fort de son expertise et de ses compétences, le Collège Boréal a donc proposé sept recommandations dont l’objectif principal est d’assurer une offre optimale de programmes et de services destinés aux francophones et aux francophiles du Centre-Sud-Ouest, tout en répondant à la recherche de solutions innovantes et modestes du gouvernement de l’Ontario.

Conscient de la situation économique actuelle, et convaincu que la réalisation de ces recommandations favorisera à court, à moyen et à long terme l’épanouissement de la population franco-ontarienne, le Collège Boréal souhaite ainsi appuyer le gouvernement et faire partie des solutions pour l’avenir de l’éducation postsecondaire dans le Centre-Sud-ouest pour les décennies à venir.

« Nous savons aussi que 70 pour 100 des nouveaux emplois dans l’économie mondiale nécessiteront une formation et des études postsecondaires. Votre gouvernement a donc décidé de créer 60 000 nouvelles places dans les collèges et universités de la province, afin de permettre à tous les élèves qui en ont les compétences et qui le souhaitent de faire des études supérieures. […] votre gouvernement Deuxièmement, continuera d’investir dans l’infrastructure. Quand on construit une infrastructure moderne et efficace, on crée des emplois et on améliore la productivité et la qualité de la vie. C’est pourquoi votre gouvernement construit, en collaboration avec les Ontariennes et Ontariens, des hôpitaux et des écoles. » – Discours du trône, 2011.46
Le Collège a su démontrer, avec ténacité, son engagement par rapport à l’éducation postsecondaire en langue française dans le Centre-Sud-Ouest en assurant la mise en place d’une main-d’œuvre qualifiée pour appuyer les étudiants et en offrant un enseignement de qualité.

46

Supra note 10.

Mémoire ~ révisé le 15 mai 2012

31

Bibliographie
ACFO du grand Sudbury. (1991) Franco-Parole II. Sudbury : Un projet de l’ACFO du grand Sudbury. Cabinet du premier ministre. (2011). Faire progresser l’Ontario : un plan pour l’emploi et l’économie. http://news.ontario.ca/ opo/fr/2011/11/monsieur-le-presidentmesdames-et-messieurs-les-deputesmesdames-et-messieurs-cest-un-grandprivileg.html Collège Boréal. (2004). Mémoire sur l’étude de l’éducation postsecondaire en Ontario. Sudbury : Collège Boréal. DPPELF (2008). Étude des écarts : les systèmes d’éducation postsecondaire et de formation de langue française et de langue anglaise. Toronto : Ministère de la Formation et des Collèges et Universités. DPPELF (2009). Document d’orientation de l’éducation en langue française. Toronto : Ministère de l’Éducation et Ministère de la Formation et des Collèges et Universités. Drummond, Don. (2012) Commission de réforme pour les services publics de l’Ontario. Des services publics pour la population ontarienne; cap sur la viabilité et l’excellence : Gouvernement de l’Ontario. http://www.fin.gov.on.ca/fr/ reformcommission/chapters/report.pdf Giroux, M., et J. Boissonneault (2010). La loi 8, la Charte et l’avenir : Réflexions sur les droits linguistiques de l’Ontario français. Sudbury : Collection «fleur-de trille», Institut franco-ontarien. Labrie, N., S. Lamoureux et D. Wilson. (2009). L’accès des francophones aux études postsecondaires en Ontario : Le choix des jeunes. Toronto : Ontario Institute for Studies in Education, University of Toronto. L’honorable Bob Rae. (2005). L’Ontario, chef de file en éducation. Ontario : Étude de l’éducation postsecondaire. Ministère de la Formation et des Collèges et Universités. (2002). Entente sur la prestation d’un enseignement collégial de langue française dans le centre et le sud-ouest de l’Ontario. Toronto : Ministère de la Formation et des Collèges et Universités. Ministère des finances. (2011). Mise à jour des projections démographiques pour l’Ontario. Ontario : Recensement de 2006. http://www.fin.gov.on.ca/fr/ economy/demographics/projections/ Raymond Chabot Grant Thornton. (2009). Compte rendu : groupes de discussion – finissants d’écoles secondaires de Toronto, Sudbury et Timmins. Sudbury : Collège Boréal, Recherche qualitative. Collège Boréal, (2008). Communiqué. Le gouvernement de l'Ontario désigne le Collège Boréal comme fournisseur officiel de services en français. Gouvernement de l’Ontario, (2006). Stratégie de l’apprentissage jusqu’à 18 ans, disponible au http://www.edu.gov.on.ca/fre/ teachers/studentsuccess/strategy.html . Office des affaires francophones-Fondation Trillium de l’Ontario (2009). Profil de la population francophone de l’Ontario. Disponible au http://www.ontario.ca/ fr/communities/francophones/profile/ ONT05_024306.html

Statistique Canada, Danielle Shaienks. (2008). Les études postsecondaires - participation et décrochage : différences entre l’université, le collège et les autres types d’établissements postsecondaires, disponible au http://www. statcan.gc.ca/pub/81-595-m/81-595m2008070-fra.pdf . The Center for Spatial Economics. (2010). The Financial Benefits of Enhanced College Credential and Credit Recognition in Ontario, préparé pour Collèges Ontario.

32

Le Collège Boréal :10 ANS D’EXPLOITS dans le Centre-Sud-Ouest

Mémoire ~ révisé le 15 mai 2012

Nourrir le savoir et faire vibrer la culture
Telle est la vision du Collège Boréal qui offre une éducation personnalisée de qualité à une clientèle diversifiée et exerce un leadership communautaire pour favoriser le développement durable de la communauté francophone de l’Ontario. Les axes prioritaires de son plan stratégique 2010-2015, adopté par son conseil d’administration, sont l’accès, la qualité et la vitalité communautaire.

21, boulevard Lasalle Sudbury, Ontario P3A 6B1 705.560.6673 1.800.363.6673 info@collegeboreal.ca

Annexe C - Clientèles potentielles du Collège Boréal dans le Centre-Sud-Ouest
Postsecondaire temps plein
57 69 87 94 116 95 126 151 193 230 1 218 253 278 305 335 375 415 521 584 3 066 4 284

Année scolaire
Inscriptions vérifiées 2002-2003 2003-2004 2004-2005 2005-2006 2006-2007 2007-2008 2008-2009 2009-2010 2010-2011 2011-2012 Sous-total réels

Formation continue
0 146 542 1 567 1 394 1 821 1 423 1 448 1 425 1 741 11 507 1 915 2 010 2 211 2 322 2 438 2 560 2 688 2 822 18 966 30 473

Apprentissage
0 55 62 63 78 152 214 213 229 180 1 246 191 202 215 227 241 256 260 268 1 860 3 106

Immigration
0 0 0 16 38 178 356 839 1 261 1 300 3 988 1 442 1 442 1 755 1 950 2 048 2 150 2 257 2 370 2 489 6 477

Recyclage scolaire
0 0 41 62 83 111 163 215 250 357 1 282 464 603 783 939 1 126 1 351 1 351 1 351 7 968 9 250

Employabilité
215 279 377 899 1 050 929 1 075 897 269 992 6 982 1 445 1 475 1 600 1 600 1 700 1 800 1 800 1 900 13 320 20 302

Total
272 549 1 109 2 701 2 759 3 286 3 357 3 763 3 627 4 800 26 223 5 710 6 010 6 869 7 373 7 928 8 531 8 877 9 296 47 669 73 892

Prévisions d'inscriptions 2012-2013 2013-2014 2014-2015 2015-2016 2016-2017 2017-2018 2018-2019 2019-2020 Sous total - potentiels Grand total

Le Collège n'a pas accès à toutes les données complètes concernant les statistiques d'inscriptions de francophones dans le secteur universitaire. Il serait cependant raisonnable d'assumer que le Collège pourrait tripler la présente cohorte à Glendon (évaluée à 400 étudiants) à près de 1 200 par le biais de programmes conjoints collège / université.

Annexe D – Pourcentage de la formation en apprentissage au Collège Boréal

Plan d’achat de siège- % de formation par mode de livraison

PAJO Livraison mode alternatif Sièges disponibles

Annexe E – Entente de collaboration à travers le RCCFC

Collège
Collège de Rosemont Cégep de Baie-Comeau Collège Montmorency Collège de Maisonneuve Université de Saint-Boniface Collège communautaire du Nouveau-Brunswick  Campus de la Péninsule acadienne  Campus Bathurst Cégep du Vieux-Montréal Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue Cégep de Sept-Îles Cégep de Thetford Cégep de Drummondville Cégep de Trois-Rivières Cégep Édouard-Montpetit La Cité collégiale Cégep de la Gaspésie et des Îles Cégep de la Pocatière Cégep Marie-Victorin

Province
Québec Québec Québec Québec Manitoba Nouveau-Brunswick

Québec Québec Québec Québec Québec Québec Ontario Québec Québec Québec

Annexe F - Tableau d'articulations du Collège Boréal
PROGRAMME DU COLLÈGE BORÉAL
Adjoint juridique

PARTENAIRE
Université de York Campus de Glendon

PROGRAMME DU PARTENAIRE
Baccalauréat ès arts en philosophie

Administration des affaires – comptabilité
Commerce Éducation en services à l’enfance Services funéraires (Coop)

Université Laurentienne
Université de Hearst Université de Sudbury Université de York Campus de Glendon Université de Sudbury

Baccalauréat spécialisé en commerce (4 ans)
Baccalauréat en administration des affaires (B.A.A.) Baccalauréat ès arts (général) en folklore et ethnologie (3 ans) Baccalauréat ès arts en psychologie Baccalauréat ès arts (général) en sciences religieuses (3 ans) Baccalauréat ès arts (spécialisé) en sciences religieuses (4 ans)

Hygiène dentaire

Université Laurentienne Université d’Athabasca

Baccalauréat ès arts (général) en études de la santé (3 ans) Baccalauréat ès arts (spécialisé) en études de la santé (4 ans) Bachelor of Science, Post Diploma Bachelor of Science, Human Science Post Diploma Programs Baccalauréat ès arts (général) en études de la santé (3 ans) Baccalauréat ès arts (spécialisé) en études de la santé (4 ans) Baccalauréat spécialisé en éducation physique – Éducation physique et santé (4 ans) Baccalauréat spécialisé en éducation physique – Promotion de la santé (4 ans) Baccalauréat ès arts (général) en études de la santé (3 ans) Baccalauréat ès arts (spécialisé) en études de la santé (4 ans) Baccalauréat ès arts (général) en études de la santé (3 ans) Baccalauréat ès arts (spécialisé) en études de la santé (4 ans) Baccalauréat ès arts (général) en études de la santé (3 ans) Baccalauréat ès arts (spécialisé) en études de la santé (4 ans) Baccalauréat ès arts (général) en droit et justice (3 ans) Baccalauréat ès arts (spécialisé) en droit et justice (4 ans) Baccalauréat ès arts (général) en droit et justice (3 ans) Baccalauréat ès arts (spécialisé) en droit et justice (4 ans)
Baccalauréat ès arts en sociologie

Massothérapie Promotion de l’activité physique et de la santé

Université Laurentienne Université Laurentienne

Soins paramédicaux Soins infirmiers auxiliaires Techniques de réadaptation et de justice pénale Techniques des services policiers
Techniques de travail social

Université Laurentienne Université Laurentienne Université Laurentienne Université Laurentienne
Université de York Campus de Glendon

Technologie en radiation médicale

Université Laurentienne Marine Institute of Memorial University of Newfoundland

Baccalauréat ès sciences en sciences libérales (3 ans) Bachelor of Technology Program

Technologie de la foresterie

Université de Moncton

Baccalauréat en sciences forestières

Pour les dernières mises à jours et pour plus de renseignements sur ces articulations et partenariats, téléphonez au 705.560.6673 ou au 1.800.361.6673, poste 2170 ou par courriel à registrariat@collegeboreal.ca

17

Annexe G – Exemple du modèle 2 + 2

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful