Mot de Ludvik Martinu,
directeur du département de génie physique
Les cinquante années d’existence du programme de génie physique de l’École Polytechnique sont une aventure scientifique, marquée par l’émergence des nouvelles technologies. Mais c’est, avant tout, une aventure humaine, à laquelle ont pleinement contribué et continuent à le faire nos professeurs et nos chercheurs, nos étudiants, les membres de notre personnel, nos diplômés, sans oublier nos partenaires industriels. Nous pouvons être fiers du chemin parcouru! Avec 180 étudiants au baccalauréat et plus de 100 aux études supérieures, 20 professeurs réguliers dont 12 engagés depuis les cinq dernières années, le Département de génie physique vit à ce jour la période la plus intense de son histoire. Il récolte les fruits de la mise à jour de son programme de baccalauréat, entreprise dans le cadre du Projet de formation mis en place par Polytechnique en 2005. Ces dernières années ont également vu l’entrée de nouvelles spécialités au baccalauréat de génie physique, telles les micro et nanotechnologies, la photonique, ainsi que la création d’une concentration en génie biomédical. Le nombre de nos étudiants, qui ne cesse de croître, témoigne du succès de notre formation. Du côté de notre corps professoral, la relève est en marche. L’âge moyen de nos professeurs réguliers est le plus bas parmi tous les départements de Polytechnique, soit moins de 45 ans. Nous avons la chance de vivre une situation privilégiée, où les professeurs de la nouvelle génération côtoient des professeurs présents lors de la création du département en 1958. Cela crée un terrain fertile pour la création d’idées et la transmission des valeurs de notre département. Sur le plan de la recherche, l’essor des grands domaines de recherche du Département de génie physique, optique et photonique, génie nucléaire, physique et technologies des couches minces et des surfaces, ainsi que génie biomédical, me permet d’envisager les années à venir avec optimisme. Mentionnons, entre autres : le contexte énergétique et environnemental mondial qui exige de nouvelles solutions, stimulant ainsi nos recherches en matériaux, procédés et dispositifs de pointe et en génie nucléaire; l’expansion du secteur biomédical, qui favorise nos projets de recherche au niveau des matériaux et des procédés biomédicaux, d’autant plus que nous collaborons avec les grands centres hospitaliers de Montréal; les besoins grandissants de l’industrie aérospatiale en solutions relatives au traitement des surfaces et aux dispositifs, etc. Notre parc d’équipements de calibre international, fortement enrichi par des subventions d’envergure depuis 2000, nous permet d’attirer les meilleurs chercheurs et étudiants, en plus d’offrir des services et des solutions pour l’industrie. Nos collaborations avec l’industrie sont également favorisées par notre présence dans les réseaux industriels et institutionnels québécois et canadiens tels que NanoQuébec, le CRIAQ, les regroupements stratégiques , les grands joueurs dans les domaines de la microélectronique, de l’optoélectronique et bien d’autres. Pour les prochaines années, nous nous engageons à consolider ce que nous avons bâti et à intensifier notre rayonnement. En nous appuyant sur l’excellence de notre corps professoral, nous comptons nous hisser au sommet de la formation dans nos domaines d’expertise. Notre objectif : préparer la nouvelle génération aux défis technologiques et sociaux du XXIe siècle.

tabLe des Matières
3 ....... Comité d’honneur 4 ....... Historique 9 ....... Les pôles de recherche actuels 13 ..... Professeurs et chercheurs 16 ..... Profils d’étudiants 18 ..... Installations de recherche 20 ..... La formation en génie physique à Polytechnique

2

Groupe de fonds Citadel Membre de la iWF Leadership Foundation Membre de l’ordre du Canada La formation d’une relève de qualité est garante de l’avenir de nos entreprises. Luc Ouellet vice-président dalsa DALSA Semiconducteur embauche régulièrement des diplômés de génie physique de l’École Polytechnique. une capacité d’analyse et une éthique du travail inaltérables. tout en stimulant le développement des expertises au sein des équipes de recherche du département. où les besoins technologiques de la recherche en marketing sont soutenus par l’informatique et les statistiques. Christophe Guy. Ces CoLLaborateurs et Ces Étudiants se distinGuent Par Leur aPtitude à aCquÉrir de nouveLLes CoMPÉtenCes et Leur soLide esPrit d’ÉquiPe. * Le Comité d’honneur est formé de diplômés de génie physique et du directeur général de l’École Polytechnique.CoMitÉ d’honneur* « eXFo CoMPte PLusieurs diPLôMÉs de PoLyteChnique dans ses ÉquiPes de Cadres et Fait aPPeL Chaque annÉe à des staGiaires de L’ÉCoLe. » . les diplômés de génie physique de Polytechnique sont bien préparés à travailler dans des entreprises où l’innovation est la clé du développement. elle m’a permis de développer mes talents d’inventeur et. Francois Nadeau Président tecnar automation Ltée Grâce à la rigueur et à la profondeur de leur formation scientifique. le Département de génie physique ouvre de nombreuses voies d’avenir à ses diplômés et contribue de multiples façons à la richesse de la société. Claude Lajeunesse Président directeur général association de l’industrie aérospatiale du Canada La formation rigoureuse reçue en génie physique à l’École Polytechnique m’a permis de réaliser les projets souvent ambitieux que j’ai entrepris tout au long de ma carrière. dans tous mes projets. Elle m’a toujours soutenu. Denis Lafrance directeur général optech Montréal Les collaborations entre les entreprises de haute technologie et le Département de génie physique de l’École Polytechnique renforcent la compétitivité des entreprises. quelle que soit la carrière choisie. plus tard. Alain Janelle Président videowave networks Le Département de génie physique de l’École Polytechnique constitue un terreau fertile pour la recherche et le développement de nouvelles technologies qui soutiennent le développement spectaculaire du secteur des télécommunications. Michel Bruyère Président directeur général neotelis La formation donnée au Département de génie physique de Polytechnique fournit à l’étudiant des connaissances approfondies en ingénierie et en sciences. M. 3 . et développe chez lui une rigueur intellectuelle. d’entrepreneur. Raymond Cyr Chef de la direction voxco La formation en mathématiques et la discipline scientifique acquises en génie physique à Polytechnique m’ont grandement aidé à développer mon entreprise. Micheline Bouchard directrice. Avec mes premiers brevets.Germain Lamonde Président du comité d’honneur Président et PDG EXFO Inc. Christophe Guy directeur général École Polytechnique de Montréal Les partenariats avec les entreprises et l’excellence en recherche font partie intégrante de l’histoire du Département de génie physique et nous nous réjouissons que cette coopération avec le monde industriel promette de s’intensifier dans les prochaines années. Par son dynamisme et son leadership dans divers domaines de la haute technologie. François Gonthier Président FG2 teCh Polytechnique est bien plus que mon alma mater. même de loin.

1958 : CrÉation du dÉParteMent et du ProGraMMe de GÉnie Physique 1965 : Lasers 1970 : nuCLÉaire 1980 : CouChes MinCes 1995 : nanoteChnoLoGies 2000 : bioMÉdiCaL 4 .

ainsi que dans de noMbreuX doMaines d’inGÉnierie et de teChnoLoGies de Pointe. Jean Lapierre. Langlois. premier directeur du Comité de programme de génie physique. Saint-Dizier et Boisvert) deviendront professeurs à l’École Polytechnique. Le département de génie électrique et de génie physique. 1958 : Jean-Charles Bernier (à gauche) et son assistant R. dans L’Ingénieur. le Conseil académique de l’École Polytechnique décide de créer huit spécialités du génie. diffractomètre à rayons X. 5 . spectrographe de masse. Quatre d’entre eux (Lavoie. en physique. Pierre Bacuvier. Jean-Pierre Saint-Dizier et Jean Boisvert sont les premiers diplômés du programme d’études supérieures de génie physique. en Passant Par Les revêteMents oPtiques en CouChes MinCes. décrit alors le rôle de l’ingénieur physicien : « Tous les domaines du génie sont accessibles à l’ingénieur physicien. Le laser He-Ne construit par Jean Lapierre pour l’obtention de sa maîtrise en génie physique. P. etc. de l’automatisation. l’ingénieur physicien possède une préparation idéale pour les carrières de l’énergie nucléaire. eLLes Proviennent toutes de L’eXPertise dÉveLoPPÉe dans Ces deuX doMaines FondaMentauX dès La CrÉation du ProGraMMe de GÉnie Physique. en 1967 (crédit photo : Paul-Henri Talbot/La Presse). Lapierre. 1966-1967 PreMières Maîtrises oCtroyÉes en GÉnie Physique Jean Lavoie. »1 1961 PreMière Cohorte de diPLoMÉs en GÉnie Physique Dix étudiants reçoivent les premiers diplômes de baccalauréat en génie physique. Ce sont Les dÉCisions stratÉGiques Prises iL y a 50 ans qui Font que Les diPLôMÉs du ProGraMMe de GÉnie Physique jouissent aujourd’hui d’une rÉPutation d’eXCeLLenCe en reCherChe FondaMentaLe et aPPLiquÉe. en 1958. en atomistique. au travail dans le laboratoire d’électronique. La création de cette nouvelle spécialité vient du constat que la plupart des grands développements scientifiques et techniques de l’époque sont l’œuvre de physiciens et d’ingénieurs. nÉanMoins. J. 1958. microscope électronique. dont la spécialité génie physique. 1. des calculateurs-électroniques. Un banc de pompage à vide poussé utilisé pour la fabrication de tubes électroniques de recherche (à droite). par ses études en mathématiques. comportant les appareils caractéristiques de la physique moderne et de ses applications : spectrographe optique. 1958 CrÉation du ProGraMMe et du dÉParteMent de GÉnie Physique Fin 1957. mais c’est surtout vers la recherche appliquée et le développement que sa formation le destine. Jean-Charles Bernier.-C. Le Département de génie physique dispose déjà de ses propres laboratoires. Ce programme d’études débute au semestre d’hiver 1958. 70-72. Les disCiPLines de Pointe enseiGnÉes aujourd’hui en GÉnie Physique transCendent Les doMaines traditionneLs de La Physique du soLide et de L’oPtique. Bernier. De plus.50 ans de GÉnie Physique à L’ÉCoLe PoLyteChnique de La bioPhotonique auX nanotubes de Carbone.

se forge une réputation internationale dans le domaine de la spectroscopie optogalvanique. Issu de la recherche en industrie. La Presse. Wladimir Paskievici. Peu de temps après. le Laboratoire. encore unique au Québec aujourd’hui. effectue la mise au point d’un interféromètre Fabry-Perot (crédit photo : Paul-Henri Talbot/La Presse)2 1970 CrÉation du ProGraMMe de Maîtrise en GÉnie nuCLÉaire Le Ministère de l’Éducation du Québec soutient la création du programme de maîtrise en génie nucléaire afin de former la première génération d’opérateurs de centrales nucléaires au Québec. Administrativement indépendant à son origine. Le laboratoire d’optique moderne et de spectroscopie. et en procédés par plasma. supervisant plus de 25 étudiants dans cette matière et développant de nombreux partenariats avec l’industrie. il se spécialise en matériaux diélectriques solides. Il deviendra un des piliers du laboratoire de fibre optique de l’École. Au coût de 175 000 $. sous la responsabilité de René A. 4. 1967 : Jean-Marie Gagné (à gauche) ajuste un appareil de présélection de longueurs d’ondes dans le laboratoire d’optique et de spectroscopie. étudiant en génie physique. devient également professeur au département. Encore actif aujourd’hui. sous la responsabilité d’Alain Breton. Tous deux deviendront professeurs émérites de l’École Polytechnique. Jacques Bures. sous la responsabilité de Wladimir Paskievici. Jacques Martel. il sert à l’activation neutronique des matériaux en vue de leur caractérisation. afin de former une génération d’ingénieurs nucléaires capables de faire fonctionner les futures centrales du projet Gentilly.1967 une nouveLLe struCture au sein du dÉParteMent de GÉnie Physique L’élaboration d’une nouvelle structure administrative du Département de génie physique clôt la première décennie. Prevost. La division de génie nucléaire et physique atomique. sous la responsabilité de Jean-Marie Gagné. l’IGN rejoindra le Département de génie physique en 2001. l’homme des grands ouvrages s’intéresse aussi à l’infiniment petit ». Durant les années 1970. rejoint le Département de génie physique comme spécialiste de la physique du solide. 2. Michael R. Wertheimer se joint au corps professoral du département. Robert. le SLOWPOKE de l’École Polytechnique est le deuxième réacteur nucléaire en milieu universitaire au Canada. Cette structure est constituée de quatre entités : 1. 1971 PreMier doCtorat oCtroyÉ Par Le dÉParteMent de GÉnie Physique Pierre Richard reçoit cet honneur. est dirigé par 1984 Fondation du GrouPe de reCherChe en Physique et teChnoLoGie des CouChes MinCes (GCM) Parmi les plus grands et les plus anciens centres de recherche du Québec. La division de physique de l’état solide. financé aujourd’hui encore par le CRSNG. Le Laboratoire d’optique et de spectroscopie. il est mis sur pied sous la responsabilité de Jean Boisvert. obtenu sous la supervision de Guy Perreault. 1976 instaLLation du rÉaCteur nuCLÉaire sLoWPoke Réacteur nucléaire à base d’uranium enrichi d’une puissance de 20 kW. le GCM fait aujourd’hui partie intégrante du Regroupement québécois sur les matériaux de pointe 6 2. créé l’année précédente grâce aux premières subventions du Conseil de Recherche du Canada (qui deviendra le CRSNG). développé par Hydro-Québec. alors professeur agrégé à l’Université Yale. La division de physique générale. 3. 9 décembre 1967 . R. L’intérêt grandissant en génie nucléaire stimulera la création de l’Institut en génie nucléaire (IGN). spécialisé en optique et photonique. « L’ingénieur. surtout polymères. affilié au Département de génie géologique. 1972-1973 PreMière vaGue d’eMbauChe : ConsoLidation de L’eXPertise en Physique du soLide et en oPtique Arthur Yelon. permet à Jean Lapierre de construire un des premiers lasers He-Ne en milieu universitaire au Canada. Ce nouveau programme d’études.

Wertheimer. Avec un budget annuel de 6 M$ pour une trentaine de professeurs-chercheurs. Currie. notamment en micro. ainsi que sur la station russe MIR. ITF a aussi embauché et formé de nombreux diplômés de génie physique qui continuent aujourd’hui à diriger la R et D de l’entreprise acquise en 2006 par la société Avensys. à bord de navettes spatiales lancées par la NASA. en revêtements protecteurs et ingénierie des surfaces. 1982 . en Argentine et en Roumanie. À cinq reprises. à d. Patrick Desjardins entre au département afin de renforcer l’expertise en physique des couches minces. Ils permettent d’effectuer des analyses de sûreté et de fonctionnement de ce type de réacteurs avant et pendant leur opération. le plus important regroupement stratégique mis sur pied par le FQRNT.De g. elle a permis d’ouvrir un poste de professeur spécialisé en revêtements optiques et procédés par plasma pour Ludvik Martinu et un poste de chercheuse pour Jolanta Klemberg-Sapieha. afin d’être testés. Grâce à une collaboration constante entre François Gonthier et son alma mater.et nanotechnologies. Arthur Yelon en est le premier directeur. de nombreux étudiants en génie physique ont pu effectuer leurs manipulations expérimentales dans les laboratoires de l’entreprise. : Arthur Yelon. ces deux logiciels permettent de simuler le transport des neutrons en trois dimensions dans les réacteurs nucléaires de type CANDU. renforçant ainsi les activités en fibres optiques au département. étudiant au doctorat sous la tutelle de Suzanne Lacroix et de Jacques Bures. 1982). notamment en Corée du Sud. discutant la structure du silicium amorphe (dans Science Dimension. Wertheimer et trois collègues de l’ASC et de l’Université de Toronto poursuivent la caractérisation de revêtements protecteurs pour la future station spatiale et d’autres engins spatiaux en orbite basse autour de la Terre. en Chine. micro. Renouvelée deux fois sur une période de 10 ans. suite au départ à la retraite. 2000-2007 deuXièMe vaGue d’eMbauChe et renouveau des aCtivitÉs de reCherChe En 2000. 1983-1986 CrÉation des LoGiCieLs draGon et donjon Conçus par des membres du groupe d’analyse nucléaire. leurs échantillons de polymères revêtus de SiO2 et d’autres matériaux déposés par plasma sont envoyés dans l’espace.(RQMP). ainsi qu’en ingénierie des surfaces. 1996 CrÉation de La Chaire de reCherChe industrieLLe CrsnG en « traiteMent de MatÉriauX Par PLasMa à basse Pression » Décernée à Michael R. Wertheimer et John F. nano et optoélectronique. de 7 . 1997 Fondation d’itF teChnoLoGies oPtiques François Gonthier. Michael R. tel que celui utilisé à la centrale Gentilly-2. 1989-1992 subvention stratÉGique du CrsnG en CoLLaboration aveC L’aGenCe sPatiaLe Canadienne (asC) Grâce à cette subvention et à une bourse Killam. le GCM confère à l’École Polytechnique son rôle de leader québécois dans de nombreux domaines de la physique. fonde une entreprise spécialisée dans la fabrication de multiplexeurs de longueurs d’onde capables d’augmenter la capacité de transmission des fibres optiques. entre 2000 et 2007. Michael R. il s’agit de la première Chaire de recherche industrielle en génie physique. Il est le premier de 13 professeurs engagés en quelques années qui insuffleront un esprit de renouveau dans la recherche. en physique et technologie des couches minces. Ils sont aujourd’hui distribués partout où les réacteurs CANDU sont utilisés.

et Ludvik Martinu. 1978-1987. habitués de ces environnements où se côtoient sciences fondamentales et génie. Guy Faucher. Michael R. le pavillon J. 2004. Florina Elena Truica Marasescu au laboratoire de caractérisation des surfaces du GCM (source : The Gazette.-Armand-Bombardier est construit pour favoriser la recherche et l’innovation dans le domaine des nanotechnologies. 1987-1993. jettera les bases de nouvelles applications biomédicales. Lionel Bertrand. 12 mars 2003) 2004 deuXièMe subvention iMPortante de La FCi et inauGuration du PaviLLon j. 1970-1971.081 M$ provenant de la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI). Michel Meunier. 1993-1997. les limites traditionnelles des diverses disciplines de la physique s’effacent pour laisser place à un génie physique unifié et pluridisciplinaire. Six professeurs à la direction du Département de génie physique dans le pavillon J. nouvellement inauguré. par intérim. De cette considérable subvention pilotée par Michael Buschmann. Une troisième concentration.. Guy Faucher. à d. dont.. Le département collabore plus que jamais avec des experts de partout au Canada et dans le monde pour favoriser la formation d’une nouvelle génération d’ingénieurs et de chercheurs capables d’œuvrer à l’interface entre les sciences naturelles et l’innovation technologique. Jean Pierre Saint-Dizier.8 M$. du Département de génie chimique. MiCro et nanoteChnoLoGies Ces nouvelles concentrations d’études visent à satisfaire la demande croissante de professionnels dans ces pôles technologiques de l’industrie québécoise reliée à l’optique ainsi qu’aux dispositifs et matériaux de pointe.14 M$ est offerte par la FCI pour la création de microsystèmes et de nouveaux matériaux. l’aérospatiale et les télécommunications. les nanotechnologies. du Département de génie physique.3 M$. Six des 19 laboratoires du pavillon sont dirigés par des professeurs de génie physique. dont 4. 8 . 1998-2003.nombreux professeurs. Le projet. 4 M$ supplémentaires serviront à rénover et à agrandir les salles blanches du Groupe des couches minces (GCM) dans le pavillon principal de Polytechnique. entre autres. Maurice Amram.-Armand-Bombardier. Daniel Rozon. de l’Université de Montréal).-arMand-boMbardier Pour Favoriser La reCherChe en nanoteChnoLoGies Au coût de 60 M$. Jean Lapierre. Daniel Rozon. Jean-Marie Gagné. 2001 CrÉation au PreMier CyCLe des ConCentrations en GÉnie Photonique. et Lubomir Zikovsky. Arthur Yelon. Une subvention de la FCI de 8. permettent à Michel Meunier et ses collègues de démarrer le projet MINI : un consortium de micro et nano-ingénierie des matériaux et des systèmes. Wertheimer. en génie biomédical. totalisant 20. s’ajoute en 2003. Jacques Bures. et Robert Prud’homme. 7 M$ seront attribués aux équipes de recherche du Département de génie physique sous forme d’équipements scientifiques et de nouveaux locaux. 2006 troisièMe subvention d’iMPortanCe de La FCi au dÉParteMent Une somme de 8. 2000 subvention Majeure de La FCi Pour La reCherChe en MiCro et nano-inGÉnierie des MatÉriauX et des systèMes et Le GrouPe des CouChes MinCes 10. Arthur Yelon. De g. la photonique. total de 20 M$ qui a financé l’acquisition de la plupart des équipements de pointe installés au pavillon et qui renforcent notamment le Groupe de recherche en physique et technologie des couches minces.164 M$ (pilotée par Patrick Desjardins et Richard Martel de l’Université de Montréal). complète le budget 2008 viraGe interdisCiPLinaire et PrÉParation auX dÉFis de L’avenir de La ProFession Avec l’avènement de nouveaux secteurs industriels comme les biotechnologies.

› Physique et ingénierie des surfaces et des interfaces : fabrication de revêtements fonctionnels tels les filtres et guides optiques. nano et optoélectroniques. conducteurs et semi-conducteurs pour les applications micro. matériaux et de dispositifs en forme des couches minces. Microscopie et spectroscopie. dispositifs microoptiques. caractérisation non destructive. in situ ou à l’échelle atomique des surfaces et des interfaces. matériaux magnétiques. magnétiques et biologiques. Dispositif de sécurité basé sur des filtres optiques métamériques. les ions et d’autres procédés physico-chimiques. MEMS et biocapteurs). Nanotube de carbone multiparoi. mécaniques. Électronique organique. circuits microélectroniques. Caractérisation et optimisation des techniques de dépôt. Développement de logiciels et d’outils numériques de support à la conception et au design optimal des microsystèmes. Électrodéposition d’un réseau de nanofils magnétiques (infographie T. MICRO Et NANOtECHNOLOGIES Près de la moitié des professeurs et chercheurs du département œuvrent dans la vaste discipline de la physique du solide. de fabrication. aérospatiaux et biomédicaux à l’aide de diverses techniques de dépôt et de modification des surfaces comprenant les plasmas. 9 . Toutes ces activités de recherche se déroulent au sein du Groupe de recherche en physique et technologie des couches minces (GCM). revêtements ultra-durs et protecteurs pour les composants aéronautiques. électriques. pour leurs propriétés optiques. les lasers. › Micro et nanofabrication : design. partagé entre l’École Polytechnique et l’Université de Montréal. simulation et fabrication de micro et nanosystèmes (actuateurs. d’ablation et de gravure à l’échelle micro et nanométrique.Les PôLes de reCherChe aCtueLs PHYSIQUE DES COUCHES MINCES. où la recherche de pointe s’appuie sur une expertise établie dans le domaine des microet nanotechnologies dédié au développement de nouveaux procédés. › Modélisation mathématique et analyse numérique : calcul théorique et simulations des propriétés diverses des couches minces et des matériaux nanostructurés. Beauchemin. Domaines d’expertise : › Fabrication de nouveaux matériaux et dispositifs organiques et inorganiques. diélectriques. coloration artificielle).

capteurs toutoptiques. 10 Supercontinuum généré dans une fibre microstructurée (deux lobes jaunes) et rayonnement Cerenkov (en bleu). laboratoires sur puces. sources de lumière non classiques. fibres optiques.Les PôLes de reCherChe aCtueLs OPtIQUE-PHOtONIQUE Améliorer la capacité de transport d’information des réseaux de télécommunications. › Optique quantique : cristaux photoniques. points quantiques et nanocristaux semi-conducteurs. capteurs et textiles photoniques. tels sont quelques-uns des buts poursuivis par la recherche en optique-photonique au Département. gravées par procédé DRIE. transport de puissance optique pour la chirurgie au laser. fibres micro-structurées en plastiques et verres doux. ou explorer le potentiel technologique de nanomatériaux optiques. Applications aux capteurs biochimiques. plasmonique. Microcavités diélectriques en SiO2 de 200µm de diamètre sur piédestal de Si. effets non linéaires. › Biophotonique : conception et fabrication de biocapteurs optiques. qui contribue à créer un pôle majeur de recherche et à assurer la formation dans ces domaines de pointe au Québec. . cryptographie et informatique quantique. couches minces optiques nano-composées. tomographie optique cohérente. caractérisation. fibres de Bragg. développer de nouveaux outils de microscopie en trois dimensions. matériaux lévogyres. filtres. principalement dans les domaines suivants : › Télécommunications et optique guidée : transmission d’information à haut débit. Applications en télécommunications. dispositifs de sécurité et d’authentification. amplificateurs optiques semiconducteurs (SOA). nouveaux matériaux non linéaires. › Cristaux photoniques : modélisations numériques et fabrication de cristaux photoniques planaires. nouveaux composants et dispositifs optiques. guides d’onde plans. › Optique non linéaire : lasers et amplificateurs optiques. › Revêtements optiques : miroirs. La recherche en optique-photonique à l’École Polytechnique s’articule autour du groupe Polyphotonique. Une douzaine de professeurs et de chercheurs travaillent dans cette discipline. Fibre microstructurée multimodale à gaine optique d’air lui conférant une grande ouverture numérique. fabrication et caractérisation de composantes tout-fibre. microscopie non linéaire. › Nano-optique : MOEMS. lasers semi-conducteurs et lasers tout-fibre.

l’analyse de stabilité. (1) : Le logiciel draGon est utilisé pour déterminer la population de neutrons dans des sous régions caractéristiques d’un réacteur nucléaire telles que des cellules de combustible en deux dimensions. l’étude de la physique des réacteurs à fission permet de mieux prédire leur comportement tant sur le plan de la sécurité que sur celui du rendement en puissance. utilisés pour l’étude de différents types de réacteurs de puissance. Le personnel du laboratoire SLOWPOKE utilise le réacteur nucléaire d’une puissance de 20 kW pour se consacrer à l’étude des matériaux par activation neutronique. La lumière bleue dans l’eau entourant le cœur du réacteur est due à l’effet Tcherenkov qui se produit lorsqu’une particule chargée se déplace avec une vitesse supérieure à la vitesse de la lumière dans le milieu. la cinétique de réaction des réacteurs nucléaires. GéNIE NUCLéAIRE Les boucles thermiques du laboratoire de thermohydraulique permettent la recherche fondamentale et appliquée sur le phénomène d’ébullition et le flux de chaleur critique à des pressions et températures élevées. en constant développement. En bombardant ceux-ci avec des neutrons et en mesurant le rayonnement résultant par spectroscopie gamma. d’une puissance de 20 kW.Les activités de recherche en génie nucléaire à Polytechnique s’organisent autour de trois secteurs complémentaires. D’abord. Le réacteur nucléaire SLOWPOKE. gagne en efficacité. le Groupe de recherche en thermohydraulique (GTH) recrée les conditions présentes dans les réacteurs nucléaires afin de mieux expliquer les transferts de chaleur et de masse dans les écoulements bouillants. notamment les codes DRAGON1 et DONJON. Le Groupe d’analyse nucléaire (GAN). notamment dans l’étude de la dynamique des réacteurs chimiques. il permet aussi de prédire l’évolution du combustible pour des réacteurs en fonctionnement ou après extraction pour stockage à court et long terme. possède une expertise reconnue dans l’étude du transport des neutrons en deux et trois dimensions. grâce à une meilleure compréhension des interactions des neutrons avec la matière. la recherche en génie nucléaire est indissociable de l’étude du transport de la chaleur dans des conditions extrêmes. À l’aide d’une boucle thermique de 400 kW. il devient possible de déterminer leur composition de manière non destructive. fonctionne à l’École Polytechnique depuis 1976. Le réacteur SLOWPOKE est également utilisé pour la production de traceurs radioactifs utilisés dans de nombreux domaines. l’étude de l’évolution du combustible et la gestion et le recyclage des déchets nucléaires. à des pressions et températures élevées. Cette méthode. La recherche est axée sur le développement des modèles qui permettent de mieux caractériser les processus thermophysiques dans les réacteurs nucléaires et de prédire leur fonctionnement optimal et sécuritaire. ou des super cellules en trois dimensions. De nombreux logiciels de simulation d’opération et d’analyse de sûreté sont issus de cette recherche. qui œuvre au sein de l’IGN. 11 . Finalement.

et histopathologie (B). Les activités du Département de génie physique dans le domaine biomédical s’effectuent au sein de plusieurs grands regroupements multidisciplinaires de recherche. microfluidique. › Micro et nanosystèmes biomédicaux : laboratoires sur puce. b) en fluorescence. Culture de fibroblastes dans un réseau de canaux microfluidiques de 200µm de largeur. › Optique et photonique biomédicale : étude de l’interaction entre la lumière et les tissus biologiques. la physique et les sciences de la vie. modification de surfaces pour le contrôle de la croissance cellulaire. La recherche en biomatériaux est solidement intégrée au Groupe de recherche en physique et technologie des couches minces (GCM). Microscopie à deux photons et tomographie optique cohérente. Analyse de biocompatibilité. des points quantiques permettant de reproduire l’image fluorescente d’une tumeur avec une intensité cent fois plus grande que les colorants habituels. Photos a) en contraste de phase. Bioplasmonique. Une demi-douzaine de professeurs au département travaillent dans ce domaine en constante croissance. le Groupe de recherche en science et technologies biomédicales (GRSTB) et le Regroupement québécois sur les matériaux de pointe (RQMP). systèmes de libération contrôlée de médicaments. Fabrication et utilisation des nanoparticules et des points quantiques. micro et nanoingénierie par laser. par microscopie confocale balayée spectralement. toutes ces technologies reposent avant tout sur de solides bases en physique et en ingénierie. C’est un domaine solidement intégré à toutes les branches de la recherche et qui œuvre à l’interface entre l’ingénierie. Leurs expertises se concentrent dans les domaines suivants : › Biomatériaux : fabrication de matériaux biomédicaux et caractérisation de leurs propriétés chimiques. optiques et électriques. Croissance de chondrocytes sur du polypropylène traité sélectivement par plasma N2. Revêtement tribologiques et protecteurs pour les implants et l’instrumentation chirurgicale.BIOMéDICAL Les grandes percées en médecine ou en biologie sont presque toujours intimement liées au développement de nouveaux instruments biomédicaux. Des systèmes d’imagerie optique capables de pénétrer profondément dans les tissus sans les endommager. 12 Imagerie cellulaire minimalement invasive et instantanée de la thyroïde (A). Le génie biomédical ne constitue donc pas une discipline à part au sein du Département de génie physique. Fabrication de biocapteurs optiques. de minuscules puits capables d’emprisonner une cellule à la fois pour les étudier. tels l’Institut de Génie Biomédical (IGB). .

AGRéGéS Et ADJOINtS Ludvik Martinu Directeur du département Professeur titulaire • Couches minces et revêtements optiques nanostructurés. Raman Kashyap. Teyssedou. Clara Santato 4e rang : Yves-Alain Peter. : 1er rang : Ludvik Martinu. microsystèmes. Andrei Olekhnovitch PROFESSEURS tItULAIRES. procédés par plasma • Filtres et guides optiques • Revêtements fonctionnels durs et protecteurs. Guy Marleau. optiques) • Génie tissulaire sur puce • Analyses de fonctions cellulaires sur puce • Laboratoire sur puce 13 . Michael R. dispositifs microfluidiques • Micro et nanocapteurs (électrochimiques. boîtes quantiques de tailles atomiques. Maksim Skorobogatiy. Caroline Boudoux. Jean Koclas. Alain Rochefort. David Ménard 3e rang : Romain Maciejko. Wertheimer. Masut. nanotubes • Structure électronique des matériaux • Électronique atomique Nicolas Godbout Professeur agrégé • Cryptographie quantique • Information quantique • Télécommunications optiques • Optique non linéaire • Lasers et fibres optiques Olivier Guenat Professeur adjoint • BioMEMS. Arthur Yelon. Sébastien Francoeur. à d. propriétés mécaniques et tribologiques Caroline Boudoux Professeure adjointe • Imagerie biophotonique • Endoscopie confocale • Microscopie non linéaire • Instrumentation biomédicale Patrick Desjardins Professeur titulaire Chaire de recherche du Canada en matériaux avancés pour la microélectronique et l’optoélectronique • Contrôle de croissance à l’échelle atomique • Hétéro épitaxie de couches sous tension. Altan Tapucu. Guy Faucher. Michel Meunier. Olivier Guenat. Alberto J. Remo A. points quantiques auto assemblés • Caractérisation microstructurale et microchimique de matériaux Sébastien Francoeur Professeur adjoint • Spectroscopie optique à haute résolution spatiale • Nanostructures : boîtes quantiques conventionnelles.ProFesseurs et CherCheurs du dÉParteMent de GÉnie Physique De g. Nicolas Godbout. Jean-Marie Gagné 2e rang : Suzanne Lacroix.

optique adaptative • Résonateurs optiques accordables (Fabry-Perot. microcavités. thermohydraulique. Teyssedou Professeur titulaire • Thermodynamique. simulation et caractérisation des composants nano-optiques et plasmoniques • Guides ondes. réseaux de communication optiques Jean Koclas Professeur agrégé Chaire Hydro-Québec en génie nucléaire • Physique des réacteurs • Cinétique des réacteurs • Contrôle des centrales nucléaires Suzanne Lacroix Professeure titulaire Directrice – groupe Polyphotonique • Fibres optiques • Photonique des composants tout-fibre pour les réseaux de télécommunications et de capteurs • Optique guidée linéaire et non linéaire • Fibres microstructurées Guy Marleau Professeur agrégé Directeur – Institut de génie nucléaire • Solution numérique de transport des neutrons • Physique des réacteurs nucléaires • Méthodes numériques et transport neutronique • Simulation numérique des réacteurs nucléaires Remo A. écoulements diphasiques • Transfert de chaleur • Mécanique des fluides 14 .Raman Kashyap Professeur titulaire Chaire de recherche du Canada sur les systèmes photoniques futurs • Optoélectronique pour télécommunications. simulation et caractérisation des fibres microstucturées en polymères et verres doux • Fabrication. assemblages et architectures moléculaires • Électronique organique et moléculaire. imagerie STM rapide • Structures électroniques de systèmes organisés Clara Santato Professeure adjointe • Propriétés électriques et optiques de semi-conducteurs organiques moléculaires : électronique organique • Photoélectrochimie : production d’hydrogène par photoélectrolyse. Masut Professeur titulaire • Épitaxie en phase vapeur aux organométalliques • Hétérostructures quantiques à semi-conducteurs III-V • Semi-conducteurs magnétiques • Matériaux et modules thermoélectriques David Ménard Professeur adjoint • Propriétés magnétiques des matériaux • Transport et dynamique de spins • Capteurs magnétiques • Dispositifs en hyperfréquences • Magnétoélectronique Michel Meunier Professeur titulaire Chaire de recherche du Canada en micro et nanoingénierie des matériaux par laser • Nouveaux procédés par laser pour les micro et nanotechnologies et le biomédical • Interaction laser ultra rapide et matière • Fabrication de nanomatériaux • Bioplasmonique Andrei Olekhnovitch Professeur adjoint • Études expérimentales et théoriques de la physique des écoulements diphasiques non adiabatiques • Structure d’écoulement • Physique de l’ébullition • Flux de chaleur critique Yves-Alain Peter Professeur agrégé Directeur adjoint . la fabrication et les applications des cristaux photoniques • Fabrication. cristaux photoniques) • Laboratoire sur puce Alain Rochefort Professeur agrégé • Modélisation moléculaire et simulations numériques • Nanostructures. réseaux de Bragg. textiles intelligents Alberto J. fibres optiques. capteurs.Groupe des couches minces (GCM) • Micro et nanosystèmes optiques • Nanophotonique. matériaux non linéaires. photocatalyse Maksim Skorobogatiy Professeur agrégé Chaire de recherche du Canada sur la théorie.

: Edward Sacher. diélectriques et matériaux désordonnés PROFESSEUR-CONSEILLER Guy Faucher Consultant . Wertheimer • Procédés plasma à pressions atmosphérique et réduite • Physico-chimie de surfaces. tribologie et corrosion • Procédés par plasma et ingénierie de surface • Caractérisation de surfaces et d’interfaces PROFESSEURS ASSOCIéS Jacques Bures • Optique. des surfaces et des interfaces • Magnétisme et ferromagnétisme dans les couches minces • Semi-conducteurs. tomographie par cohérence optique • Dispositifs optoélectroniques et photoniques • Lasers à semi-conducteurs. Greg Kennedy. fibres optiques Xavier Daxhelet • Modélisation des composantes optiques Guy Lamouche • Interféromètres optiques • Artères coronaires - Tomographie • Tomographie optique cohérente Christian Lavoie • Matériaux microélectroniques • Caractérisation de matériaux nanostructurés Romain Maciejko • Biophotonique. lasers femtoseconde • Simulations numériques Altan Tapucu • Thermohydraulique • Écoulements diphasiques De g. Jolanta Klemberg-Sapieha. à d. interfaces et couches minces • Nouveaux bio-matériaux pour le génie tissulaire Arthur Yelon • Physique des couches minces. 15 .PROFESSEURS éMéRItES Jean-Marie Gagné • Spectroscopie laser non linéaire optovoltaïque et en rétrofluorescence • Étude spectrale d’interface verre-vapeur métallique Wladimir Paskievici • Physique atomique • Dynamique du contrôle des réacteurs nucléaires • Sécurité des réacteurs nucléaires • Théorie de la résonance nucléaire Daniel Rozon • Cinétique des réacteurs nucléaires • Gestion du combustible Michael R.programme de génie physique • Électrostatique (dangers s’y rapportant) • Mécanique quantique • Énergie solaire • Éclairage solaire (par lumiducs) CHERCHEURS Andrei Kabashin • Photonique intégrée • Développement et modélisation de nouveaux procédés de matériaux par laser • Plasmonique Greg Kennedy • Analyse par activation neutronique • Production de traceurs radioactifs pour l’étude de systèmes chimiques Edward Sacher • Chimie et physique de surfaces et interfaces • Fonctionnalisation de nanostructures • Interactions interfaciales substrat-nanoparticule • Contamination de surfaces Jolanta E. Klemberg-Sapieha • Couches dures et protectrices pour des applications aérospatiales • Propriétés micro et nanomécaniques.

photo. Ici. 16 . Il constituera aussi un puissant outil d’analyse en biologie cellulaire. J’apprécie le bon équilibre entre les cours théoriques et les travaux en laboratoire ainsi que les interactions entre les étudiants qui favorisent une bonne dynamique de groupe. Ils permettent de concevoir des dispositifs de très petite taille apportant un grand potentiel de développement à la technologie. dont plusieurs ont une renommée internationale. Caroline Miville-Godin Étudiante à la maîtrise Je travaille sur un projet de bio-microsystème microfluidique. Ces filaments. électriques et optiques remarquables. j’effectue mes travaux de caractérisation au laboratoire de magnétoélectronique de David Ménard et je collabore à des travaux en génie électrique de l’équipe de Christophe Caloz. dont l’objectif est d’effectuer des essais cyto-toxicologiques. mille fois plus minces qu’un cheveu et fixés en réseaux dans une matrice. dirigé par Olivier Guenat. avec un projet sur les couches dures pour l’aéronautique. par exemple les dispositifs hyperfréquences que nous développons à Polytechnique (cf. J’effectue mes recherches au sein du laboratoire BioMEMS. basés sur la détection en temps réel de la nécrose et de l’apoptose cellulaire. Mes travaux sont dirigés par Arthur Yelon. l’ingénierie tissulaire ou le criblage pour l’analyse cytotoxicologique de nouveaux médicaments. Mon stage d’été au Laboratoire des revêtements fonctionnels et ingénierie des surfaces (LARFIS) de Polytechnique va me permettre d’explorer les microstructures en profondeur. C’est le côté « magique » du magnétisme qui m’a attirée dans mon domaine de recherche. Un tel système de détection connaîtra des applications utiles en biologie ou en génie biomédical. page 9). par exemple pour le diagnostic médical. ainsi que la possibilité de fabriquer et manipuler des dispositifs. Dany Chagnon Étudiant au baccalauréat Le génie physique me permet de mettre en application les théories de la physique qui me passionnent. favorisent les collaborations et permettent de trouver des solutions innovatrices. au centre Poly-Grames. Je souhaite poursuivre mes études aux cycles supérieurs à Polytechnique. J’espère devenir professeur en génie physique. présentent des propriétés électromagnétiques. les échanges avec les collègues et les professeurs. en orientant mes travaux de recherche dans le domaine des microstructures. L’entraide qui existe entre les différents groupes de recherche.nos Étudiants Fanny Béron Étudiante au doctorat Je consacre ma recherche à la caractérisation des nanofils magnétiques. j’ai accès aux installations et aux équipements de fabrication et de caractérisation des réseaux de nanofils les meilleurs au Québec.

afin d’utiliser cette impureté comme une source de photons uniques. en tant que chercheur. éventuellement. en créant nous-mêmes nos dispositifs d’expérimentation. nous sommes assurés d’obtenir un montage parfaitement adapté à la réalisation des objectifs que nous nous sommes donnés. Jacques Raza Étudiant au doctorat Je travaille dans le domaine du génie nucléaire depuis les années 80. où j’avais obtenu mon baccalauréat en 1978. dirigé par Ludvik Martinu. La cryptographie quantique constituerait un des domaines d’application de ce projet. De tels matériaux pourraient être incorporés dans des dispositifs de sécurité optiques à base de couches minces. comme chef de quart puis en tant qu’analyste de sûreté. et je suis appelé à faire des contributions rejoignant tous les aspects de mon projet. ce qui est très formateur. Le domaine du nucléaire est passionnant et nous offre beaucoup de voies d’avenir pour les besoins mondiaux en énergie. par exemple la bande iridescente sur la monnaie canadienne qui passe du doré au vert (cf. se situe entre la photonique et la physique du solide. y compris l’absorption des neutrons. c’est-à-dire de matériaux dont les propriétés peuvent être changées (par exemple la couleur) par l’application d’une source d’énergie externe. Sous la direction de Guy Marleau. Il m’amène à étudier les interactions fondamentales entre la lumière et la matière. Par exemple. en faisant avancer la science des couches minces optiques et le domaine de la sécurité. en tant qu’enseignant. photo. La recherche m’offre la possibilité de créer et d’innover. 17 . Ce projet de maîtrise. Claudéric Ouellet-Plamondon Étudiant à la maîtrise Je m’intéresse à la caractérisation d’une impureté unique dans un matériau semi-conducteur. porte sur le développement de matériaux actifs. puisque disposer d’une source de photons uniques permettrait d’obtenir un cryptage de l’information absolument indéchiffrable. un outil reconnu qui permet de simuler les réactions nucléaires. afin d’accroître la complexité des dispositifs actuels. Je souhaite participer à mieux le faire connaître du public. Ces dispositifs sont utiles pour limiter la contrefaçon de documents et de biens. Je travaille avec le réacteur SLOWPOKE II et j’utilise le code DRAGON développé à Polytechnique. à la centrale de Gentilly-2 notamment. page 9). j’effectue des recherches sur le développement d’une méthode d’analyse de transport et d’activation neutronique. Une méthode plus fiable d’analyse d’activation neutronique permettra d’augmenter la précision des systèmes de détection dans les réacteurs et un meilleur contrôle de leur puissance. et.Bill Baloukas Étudiant au doctorat Mon projet de doctorat. que j’effectue sous la direction de Sébastien Francoeur au Laboratoire de spectroscopie des matériaux et des nanostructures. Le laboratoire est présentement en plein essor. L’intérêt pour la recherche dans mon domaine m’a incité à poursuivre mes études à Polytechnique.

• La cartographie de la structure chimique d’une surface ou interface organique ou inorganique. des interfaces et des dispositifs. • Le développement technologique. • Le règlement de problèmes d’adhérence. la gravure (sèche et humide). • L’analyse chimique (spectroscopies de surface - xPS/uPS. comme : • La détermination des causes d’une défaillance à la surface d’un matériau. Avec 600 m2 de salles blanches et grises. BIOTECHNOLOGIES. INFORMATIQUE. TOF-SIMS. en particulier optiques (ellipsométrie. l’humidité. http://gcm. en particulier : • La lithographie. procédés ou microsystèmes.AFM/STM. • L’impartition des services d’analyse et de caractérisation.instaLLations de reCherChe LE GROUPE DE RECHERCHE EN PHYSIQUE Et tECHNOLOGIES DES COUCHES MINCES (GCM) Et SES INStALLAtIONS CENtRALES Le Groupe de recherche en physique et technologies des couches minces (GCM3) a développé un leadership reconnu en physique et technologie des couches minces. AuTOMOBILE. hautes fréquences. PEINTURES ET REVêTEMENTS. le micro-usinage. PECVD. • La métrologie des propriétés fonctionnelles. FTIR photoacoustique. les utilisateurs disposent d’un ensemble unique de fabrication et de caractérisation complète des couches minces. luminescence). contraintes). LES ENTREPRISES quI RECOuRENT Aux SERVICES Du GCM PROVIENNENT D’uN VASTE ÉVENTAIL DE SECTEURS : MICRO ET OPTOÉLECTRONIQUE. des matériaux et des dispositifs à haute performance.polymtl. Les services offerts par le GCM aux entreprises et aux organisations recouvrent : • Le soutien technique. corrosion) et magnétiques. AÉRONAUTIQUE ET AÉROSPATIAL. TEXTILE. le GCM a développé à l’intention des entreprises un ensemble de solutions visant au développement ou à l’amélioration de leurs produits. PHARMACEUTIQUE. par une collaboration à des projets de recherche sur le développement d’un procédé. mécaniques (adhésion. il aide les entreprises et les organisations à accroître leur développement technologique en les faisant profiter de ses installations. Comptant parmi les groupes de recherche les mieux équipés d’Amérique du Nord pour la caractérisation des matériaux. MBE et d’autres.phys. ainsi que de ses vingt-trois années d’expérience d’une évolution dynamique dans le domaine des procédés. érosion. tribologiques (frottement. des surfaces. AC. De plus. OPTIQUE. PIXE). ETC. par l’accès à l’ensemble de ses équipements ainsi qu’à l’expertise de ses membres sous forme de services contractuels en vue d’apporter des solutions concrètes aux problèmes de production des entreprises. spectroscopies FTIR et Raman). • L’analyse structurale (microscopies électroniques - SEM/ EDS/FIB et à force atomique . spectrophotométrie. optique. la fabrication et le prototypage d’un micro-système électromécanique. faisceaux d’ions . • La stabilité des matériaux et des dispositifs dans un milieu contrôlé en considérant la température. large gamme de température). 18 3. rayure. usure. électriques (DC. des surfaces et des interfaces.ERD. l’analyse et la micro-fabrication. CONTRôLE DE L’ENVIRONNEMENT. d’un dispositif ou d’un matériau. module élastique. microfluidique. • L’identification d’un matériau ou d’un contaminant. CVD. la déposition par PVD. dureté. la radiation et les autres contraintes environnementales.ca . PâTES ET PAPIER. • La conception. TÉLÉCOMMUNICATIONS. RBS.

fusionneuses à fibres standards et à fibres à maintien de polarisation. Traditionnellement. › La génération de traceurs radioactifs de courte vie. lasers femtosecondes et Ti-Saphir. lasers pour l’inscription directe de microstructures dans les matériaux. utilisé dans bon nombre de secteurs industriels impliquant des recherches quantitatives multidisciplinaires. équipement de polissage des extrémités des fibres. Hydro-Québec finance par ailleurs la Chaire industrielle en génie nucléaire qui permet de poursuivre le développement des activités de recherche en neutronique et en thermohydraulique. ainsi que de soutenir la formation d’étudiants spécialisés en génie nucléaire. circulateurs à fibre et isolateurs. 4. évaluateur du taux d’erreur binaire en utilisant une boucle de recirculation à 10 Go/s. biophotonique. Ses membres ont développé une expertise internationale dans de nombreuses technologies de pointe. l’IGN est impliqué dans le développement de logiciels de simulation numérique qui sont utilisés aussi bien par l’industrie nucléaire canadienne que dans des laboratoires de recherche œuvrant à l’échelle internationale pour l’analyse des réacteurs. › Les lasers et autres équipements optiques : lasers accordables. Services offerts Les laboratoires et groupes de recherches associés à l’IGN offrent plusieurs services aux entreprises et organisations incluant : › L’analyse par activation neutronique. équipements de mesures de tomographie par cohérence optique (OCT). notamment dans le cadre de l’exploitation de la centrale nucléaire de Gentilly-2. nano-optique. Une grande partie des équipements du groupe PolyPhotonique sont disponibles pour des utilisateurs externes ou dans le cadre de projets collaboratifs. › L’équipement de caractérisation optique : analyseurs de spectres optiques. 19 . Ces équipements incluent. système d’acquisition pour mesurer la perte de transmission spectrale et la dispersion dans les bandes de télécommunications C et L. la gestion du combustible et l’analyse de fiabilité.polymtl. modulateurs optiques. › Le développement d’outils de simulation en physique des réacteurs. Plusieurs de nos diplômés assument des postes de très haut niveau dans divers secteurs reliés à l’exploitation de centrales nucléaires incluant la sûreté nucléaire. CO2. amplificateurs à fibres. à semi-conducteurs. télécommunications optiques.ca/nucleaire/IGN/IGN. en particulier en optique quantique. Les expériences menées dans le laboratoire de thermohydraulique ont des répercussions directes dans les analyses de sûreté nucléaire et la conception de nouveaux réacteurs. entre autres : › Les équipement de fabrication de fibres et de guide d’ondes : tour d’étirage de fibres optiques. soit la neutronique. caméra pour l’observation en champ proche dans le visible et l’infrarouge. lasers argon-ion.php#IGN/ Le réacteur de recherche SLOWPOKE est.ca/recherche/rc/unites/details. interféromètre à lumière blanche (photo ci-contre). couches minces optiques. La qualité des résultats obtenus fait l’objet d’une reconnaissance internationale. › La caractérisation des écoulements bouillants. Collaboration avec Hydro-Québec L’IGN et Hydro-Québec ont établi des relations privilégiées. etc. L’INStItUt DE GéNIE NUCLéAIRE L’Institut de génie nucléaire (IGN) est très actif en recherche dans trois principaux domaines. optique guidée et non linéaire. la thermohydraulique et l’analyse par activation. installation pour l’écriture de réseaux de Bragg. quant à lui.GROUPE POLYPHOtONIQUE Le groupe PolyPhotonique4 a pour objectif de développer des activités de recherche fondamentale et appliquée ainsi que des activités de formation en optique et photonique.php?NoUnite=139 5. › La simulation des réacteurs nucléaires. www. www. etc. Ces activités se traduisent par de nombreuses publications scientifiques et un grand nombre de subventions et de contrats de recherche.polymtl. Nd-YAG. atténuateurs.

VOLET INTERNATIONAL Les étudiants ont la possibilité de s’inscrire en vue d’une double diplomation dans les grandes écoles françaises. L’accès à des équipements de pointe favorise le développement de l’expertise technologique des étudiants. Lausanne et Prague. STAGE La formation comprend un stage obligatoire rémunéré d’une durée minimale de quatre mois. Projets internationaux. Des spécialisations de dernière année sont prévues avec d’autres institutions. des travaux pratiques et des laboratoires relatifs à la physique de base et appliquée. la mécanique quantique. Outils de gestion. FiLièRE CLASSiQuE ET CONCENTRATiONS (32 CRÉDITS) FILIèRE CLASSIQUE Permet à l’étudiant de se familiariser avec les différents aspects de la physique et de choisir parmi quatre orientations : Physique appliquée. 20 HABILETÉS PERSONNELLES ET RELATIONNELLES Au cours des trois premières années du baccalauréat. un soin particulier est apporté au développement d’habiletés comme la communication écrite et orale. l’École Centrale Paris et autres. la mécanique supérieure et la physique statistique. comme l’École Polytechnique (l’X). PRiNCiPAuX ASPECTS Du PROGRAMME Le programme de baccalauréat comprend des cours. La formation théorique et pratique du programme de baccalauréat de génie physique a pour objectif l’acquisition de connaissances scientifiques de haut niveau. le travail en équipe et les relations interpersonnelles. appliqués dans différents domaines d’ingénierie.La ForMation en GÉnie Physique à PoLyteChnique LE BACCALAURéAt Les étudiants de génie physique au baccalaureat en septembre 2007. incluant un grand nombre de cours des concentrations de génie photonique et de micro et nanotechnologies. ainsi que l’application de ces connaissances au développement de nouveaux concepts et de nouvelles technologies. Grenoble. la thermodynamique. PROJET INTÉGRATEUR Les projets intégrateurs permettent de mettre en pratique les concepts physiques vus durant les cours. Innovation technologique. . l’optique. notamment à Marseille. la physique moderne. Cette filière offre la formation la plus générale. comme la physique des ondes.

matériaux optiques.) obligatoire après 55 cr. capteurs optiques. analyse de surface. de systèmes micro-électromécaniques et de différents systèmes de revêtements et de couches minces. optoélectronique.) 4e année (30 cr. optoélectronique.) • Projet intégrateur IV (6 cr. laser et ultrasons. semiconducteurs composés. tels que les micro et nanotechnologies. la conception.GÉNIE BIOMÉDICAL Application des principes du génie à l’étude. Elle permet de se familiariser avec les bases de la biologie cellulaire. photoacoustique et spectroscopie moléculaire.) • Projet intégrateur III (2 cr. Elle vise à la maîtrise de la conception et la fabrication de dispositifs microélectroniques. Les activités de recherche et de développement évoluent dans un milieu de recherche dynamique et ouvert sur l’industrie.) : FILIèRE CLASSIQUE : • Cours de génie physique (12 cr. de capteurs et actuateurs. la modification et le contrôle de systèmes biologiques. capteurs et actuateurs. MICRO ET NANOTECHNOLOGIES Une base solide dans le domaine du contrôle de dispositifs et de matériaux aux échelles micrométrique et nanométrique. composants optiques passifs. procédés laser. GÉNIE PHOTONIQUE Forme l’étudiant aux différents domaines d’application de la photonique : fibres optiques. nanoélectroniques et quantiques. durée minimale de 4 mois (ne compte pas dans les 120 crédits du bac) 3e année (30 cr. la photonique et les télécommunications. la fabrication et la caractérisation des dispositifs pour l’optique. sciences et technologie des matériaux diélectriques.) › Physique appliquée › Innovation technologique › Outils de gestion › Projets internationaux OU CONCENTRATIONS (COMPRENANT LE PROjET INTÉGRATEuR IV) : • Génie photonique • Micro et nanotechnologie • Génie biomédical LES étUDES SUPéRIEURES Génie physique Les études supérieures en génie physique offrent une formation scientifique de haut niveau et l’acquisition d’une expertise dans des domaines technologiques de pointe. struCture de La ForMation 1re année (29 cr. les cristaux photoniques et les composants pour les télécommunications. les fibres optiques.. technologie des plasmas.) • Projet intégrateur I (3 cr.) • Cours de génie physique (21 cr. télécommunications optiques. ainsi que dans le développement de nouveaux procédés pour les technologies de pointe. spectroscopie laser. › Physique des solides : physique des dispositifs.) 2e année (31 cr. optique intégrée. procédés pour la microélectronique.) • Cours d’autres disciplines (16 cr. physique et technologie des couches minces. les matériaux.) • Cours d’autres disciplines1 (15 cr. 21 . l’assistance au diagnostic et au traitement de patients. les lasers.) • Cours de génie physique (11 cr.) • Stage (3 cr. des matériaux avancés et des méthodes avancées de caractérisation des matériaux. Elle couvre les trois domaines suivants : biomatériaux. dispositifs photoniques à semi-conducteurs.) • Cours d’autres disciplines (7 cr.) • Projet intégrateur II (3 cr.) • Cours de génie physique (12 cr. AXES DE SPéCiALiSATiON › Optique moderne et spectroscopie : guides d’ondes optiques.) • Orientations (12 cr. biomicrosystèmes et bioimagerie. rémunéré. optique non linéaire et autres applications dont la biophotonique. ainsi qu’à la conception et la fabrication de produits pour la surveillance des fonctions physiologiques.

maximum) 22 . DOMAiNES : › Physique des réacteurs : approfondissement des méthodes avancées en transport et en diffusion neutronique et participation au développement des logiciels DRAGON et DONJON.9 cr. struCture du ProGraMMe (45 Cr.inG ou M.a. › Profil cours : favorise le développement de la composante professionnelle de la formation par l’approfondissement des connaissances et l’acquisition d’une spécialité.s.) Le programme de maîtrise a pour but d’approfondir les connaissances technologiques et scientifiques en génie physique. minimum - 30 cr.) • Recherche et rédaction de mémoire (30 cr.) • Cours du 1er cycle (0 cr. d. et participation active à l’analyse des phénomènes physiques et thermohydrauliques qui sont impliqués dans les conditions de flux de chaleur critique et d’ébullition en convection forcée. de curiosité scientifique et de créativité nécessaires dans les activités professionnelles de pointe comme dans la recherche scientifique et l’enseignement universitaire.sC. minimum .e.) • Cours de cycles supérieurs : (15 cr.e. Ces connaissances permettent aux étudiants d’avoir accès à des projets complexes et multidisciplinaires en contrôle et en gestion des réacteurs. minimum) • Recherche et rédaction de thèse : (75 cr. PROGRAMMES Les programmes de cycles supérieures dispensés à l’École Polytechnique sont offerts à l’Institut de génie nucléaire et mènent aux diplômes suivants : diPLôMe d’Études suPÉrieures sPÉCiaLisÉes (d.) struCture du ProGraMMe (30 Cr.30 cr. maximum) Maîtrise (M.s. AXES DE SPéCiALiSATiON : diPLôMe d’Études suPÉrieures sPÉCiaLisÉes (d.) Le programme de doctorat en génie physique permet d’acquérir un haut niveau de connaissances. Il permet également de comprendre et d’évaluer la littérature scientifique et de développer la maîtrise de méthodes rigoureuses originales de raisonnement et d’expérimentation.) Le diplôme d’études supérieures spécialisées s’adresse aux candidats possédant un diplôme de premier cycle de nature scientifique et désirant compléter leur formation en génie physique à l’aide de cours de cycles supérieurs. struCture du ProGraMMe (30 Cr.) Maîtrise-recherche : • Cours (15 cr. › Laboratoire SLOWPOKE : participation à des expériences utilisant un réacteur de recherche et acquisition de résultats pour l’analyse par activation neutronique. minimum - 15 cr. maximum) • Cours de cycles supérieurs (21 cr. maximum) • Projet ou stage en laboratoire : (6 cr.) • Cours du 1er cycle : (0 cr.s. › Les aspects multidisciplinaires de l’énergie (programme de maîtrise) maximum) doCtorat (Ph. minimum .s. › Laboratoire de thermohydraulique (LTH) : conception et utilisation de nouveaux montages expérimentaux consacrés aux activités du LTH. struCture du ProGraMMe (90 Cr.) › L’étude numérique des centrales nucléaires › Les techniques nucléaires sans vocation énergétique › L’étude théorique et expérimentale des écoulements Maîtrise-cours : diphasiques • Cours (30 cr.9 cr. Ce programme présente deux profils : › Profil recherche : favorise le développement de la composante scientifique de la formation par l’approfondissement des connaissances et l’initiation à la recherche. minimum - 39 cr. Utilisation de ces outils pour simuler des réacteurs nucléaires déjà en opération ou pour concevoir le design des réacteurs de prochaine génération. de rigueur intellectuelle. maximum) • Cours de cycles supérieurs : (21 cr.) en GÉnie nuCLÉaire Ce programme s’adresse à des candidats possédant un diplôme de premier cycle de nature scientifique et désirant compléter leur formation en génie nucléaire à l’aide de cours de cycles supérieurs.PROGRAMMES Génie nucléaire Les études supérieures en génie nucléaire offrent une formation dans les domaines de la physique des réacteurs à fission et de la thermohydraulique. minimum .

Le département est également responsable de 18 % des subventions de recherche octroyées à Polytechnique.) en GÉnie nuCLÉaire Le programme de doctorat en génie nucléaire a pour but de développer chez le candidat un haut niveau de connaissances. maximum) • Projet ou stage en laboratoire : (6 cr. Plus de la moitié d’entre eux reçoivent une bourse du CRSNG.) en GÉnie ÉnerGÉtique Le programme de maîtrise a pour but d’approfondir les connaissances technologiques et scientifiques en génie énergétique. Profil cours : favorise le développement de la composante professionnelle de la formation du candidat par l’approfondissement des connaissances et l’acquisition d’une spécialité. qui possède un baccalauréat en génie physique de l’Université de Saskatchewan. minimum) • Recherche et rédaction de thèse : (75 cr.) struCture du ProGraMMe (45 Cr. professeur de génie chimique. minimum - 15 cr.Maitrise (M.sC. Ce programme présente deux profils : Profil recherche : favorise le développement de la composante scientifique de la formation du candidat par l’approfondissement des connaissances et l’initiation à la recherche. mais personne à qui le confier? Cela pourrait être un beau défi pour un étudiant de génie physique! 23 . Le saviez-vous ? RAYONNEMENT Du GéNiE PHYSiQuE DANS TOuS LES TYPES DE GéNiE Chaque département de Polytechnique possède au moins un professeur avec une formation en génie physique. une trentaine d’étudiants en génie physique effectuent un stage obligatoire en entreprise dans le cadre du programme au baccalauréat. sauf un (Michael Buschmann. struCture du ProGraMMe (90 Cr. Vous avez un problème de génie physique passionnant à résoudre. Tous ont été formés à l’École Polytechnique. QuALiTé ET QuANTiTé DE RECHERCHE Le Département de génie physique compte la moitié de tous les chercheurs et environ 15 % des associés de recherche présents à l’École Polytechnique de Montréal. minimum - 39 cr. Il permet au candidat d’approfondir ses connaissances en génie nucléaire et d’en repousser les frontières. maximum) Les étudiants de génie physique aux études supérieures. de comprendre et d’évaluer la littérature scientifique et de développer la maîtrise de méthodes rigoureuses de raisonnement et d’expérimentation. Il détient quatre des 25 chaires de recherche du Canada de l’École.inG ou M. doCtorat (Ph.) • Recherche et rédaction de mémoire (30 cr.) Maîtrise-recherche : • Cours (15 cr. de curiosité scientifique et de créativité nécessaires tant dans les activités professionnelles de pointe que dans la recherche scientifique et l’enseignement universitaire. d.a. de rigueur intellectuelle. en septembre 2007. ainsi que bon nombre des techniciens subventionnés. STAGiAiRES D’éTé EN GéNiE PHYSiQuE Chaque été.) • Cours de cycles supérieurs : (15 cr.) Le nombre de professeurs au département représente 8 % de l’ensemble du corps professoral de Polytechnique.) Maîtrise-cours : • Cours (30 cr.

ca . Les entrePrises suivantes qui ont rendu PossibLe La CrÉation et La PubLiCation de Cette broChure CoMMÉMorative. en septembre 2007. sinCères reMerCieMents au journaL LA PrESSE Pour son aiMabLe Prêt de Photos d’arChives. Département de génie physique École Polytechnique de Montréal C. P. succursale Centre-ville Montréal (Québec) H3C 3A7 CANADA Téléphone : 514 340-4711. poste 4983 www.ca/phys info@phys. Le dÉParteMent de GÉnie Physique reMerCie très ChaLeureuseMent Les MeMbres du CoMitÉ d’honneur du 50e anniversaire de GÉnie Physique. 6079.polymtl.polymtl.Le personnel du Département.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful