1

-
-
rue Franz
jlLOO
-
-
-
-
-
- 'q(
1)) 1
{") 1
-
. -
-
SON::> Bl' COULEURS .
lere Etape :
de la -
Naissance des émotions .

conscient .
2ème Etape :
La Psychologi e de J ung et d ' Adler .
La mémoire .
De l ' harmonisation à l ' unit6 .
Jème


Autres aspects de la Psychologie .
la 1

De l ' involution a l ' évolution .
'ieli: e r;tape :
Psychol ogie de la LUtni è re .
L
1
l. n t e r rn t: d i a i r e c o s rra q u e •
La est cycliqwe .
. -'
!::tape :
La conscience humaine .
démarches psychologiques .
Devenons
'
co- createur s .
bème Etape :
L' inconscient .
Le fa1t de l a psychiatri e.
) èrne Etape :
La
L' oei l et l e cerveau .
(:Se.ne :
Le l ' oreill e.
La conscience planétaire .
La Nouvelle
La communication télépathique .
Etape :
Le Verbe c r éa t eur.
L'ar t pour communiquer.
i nspirer et aspirer •
Le Son dans l e
0
0

1
-
-
-
-
-
-
-
_)
-
-
lOè.ne Etape :
Le psychisme et ses mirages.
Les tests aujourd'hui.
Le l"tond.e Ardent .
l..lème Etape :
Ld Psychosynthèse et l ' identification .
rêves, leur sens profond.
Les relations dans l'Univers •
:
et le rythme .
Coüleurs et vibrations.
Approche du premier Rayon.
l.Jeme !;!;tape :
L'inrluence des sons .
La musique destructrice.
du deuxième Hayon •
.J..-.eme :
ue l'inhibition a la cont' iance .
n o uveaux remedes •

les couleurs .
Ap pr o che du tr o isième Hayo n .
l. 5 è me .t:tape :
Couleurs et qualités
La Musicothérapie et
humaines .
le ;:,on.
Le 11uatriètt1e Ray o n .
l.b ème :
Couleurs et 5 u é rison .
Le et l'intuition.
Le cinquie.ne r< a y o n .
l7eme :
La intég ran te .
vevas et couleurs.
Le sixiellle Rayon •
.J..bème r.;tape :
Corps, plans et couleurs .
paroxystique .
Le
--
cJ
0
f 1
.....
1
1
1
\
;
l
1

-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
ASTROLOGIE, f.E..>ECLΠET GUERISON
La médecine nouvelle ne saurait être formulée correctement , nl présen-
tée intelligemment, avant que le fait Ju corps éthérique soit admis et que la
société ait reconnu son existence, comme mécanisme fournisseur J'énergie : il
est vital Je la forme extérieure, celle que nous connaissons . L'atten-
tion du corps médical doit Jonc se détourner des seuls effets extérieurs tan-
gibles et physiques , pour s'orienter vers les causes , elles sont inté-
rieures, situées dans les Centres de vie et le système glandulaire, avec les
domaines d'activité qui leur sont afférents.
Un thème astrologique bien compris peut apporter là beaucoup de clarté ,
Jonc être une aide précieuse.
On peut remonter à la cause imméJiat e des mal adies et retrouver leur
source dans trois possibilités :
1°) - Jans le corps éthérique individuel , sl le trouble est purement local ( pl an
personnel) •
2°) - Jans le corps éthérique planétaire et en particulier Jans celui Ju qua-
trième règne Je la nature, l'humain, lorsqu ' il s'agit d'épidémies (plan local
ou régional).
3°) - Jans une situation telle que la guerre , ou les catastrophes naturelles ,
lorsque Je grandes masses d'hommes sont impliquées (plan national ou mondial ) .
Les connaissances astrologiques ne doivent pas s e limiter au seul thème
Je l a personnalité, mais s'étendre, Jans le domaine Je la médecine , au corps
subtil et éthérique, siège de l 'uni té-Sant é. Jusqu'à maintenant toutes les re-
cherches astrologiques dites traditionnelles effectuées Jans le domaine méJical ,
se rapportaient uniquement aux maladies physiques (effets ou résultats ayant
d'autres causes) . Elles vont s ' étendre au véhicule éthérique-vital et ce nouveau
développement est proche. Il y a là Je nouvelles possibilités Je guérison du-
rable, mais aussi Je prévention : ceci entre dans Je nouveaux objectifs mainte-
nant envisagés par le Ministère Je la Santé.
L'Astrologie Esotérique , encore peu connue, est une Science. Elle permet
Je comprendre le conflit qui s'établit par le Signe solaire (Bélier, Taureau ,
etc ••• ) entre la personnalité, enlisée Jans ses habitudes et les sollicitations
toujours évolutives faites par l'âme. Ces dernières apparaissent à travers l'As-
cendant , expression Ju "But" Je cett e incarnation. !>e cette jualité entre forces
... / ...

-
-
.
-
-
-
-
-

-

-

permet a l'nohtme de répondre aux vibrations
' .
su en
conscience . La conscience enregistre , s'int e
5
re, et
r e pond aux sollicitations de Tout existe au centre
mê.ne de son propre Et re . éveillant la véritable sensibi-
lité (non la sensiblerie) , à travers des expériences
tives de qualité, chacun peut s'identifier au p roce ssus
.
evo-
lutif ; il est mainten.nt de type spirituel . Mattriser a
travers soi l ' aspect horizontal du quotidien et le vertical,
source de Vie, perrn et d ' entrer dans la à travers
des h ::.trmoni es . ne doit plus l ' ignorer, les possibilités
de sont là .
une approche sérieuse de ces
.
sujets presentes en dix-
huit Btapes, est diffusée par correspondance . .é;lle est pro-

posée par l'Association (Loi
LUMlERE CONNAlSSANCE .
rél •

(or ) 5o
\
-
-

-

-
-
-

-
-
-
-
-
-
,c.
..
.....
-
-+ 1 , rue ranz .:> chut.Jert:
OU l'UlJ LUU.SE .


Le mot Psychologie est form6 du grec "psukh6" (5nre ou
psycnisme) et: de "logos'' (science) ; il doit donc compris
comtue et ant la ";:,cience ae 1' â me" o y a la de nonbreuses
médicales ,
'
du comportement de type me-
Jusqu'a celle de type ésoterique . <.;ett:e
traite aes Lois de la vie, ae l a relation de l
1
hot•lllle avec les
t'or ees et les .c.nergies de l
1
1...nive rs .
Le nombre des êtres huma ins domin6s par leur psychisme,
soi t positi f, soit n6gatif, augmente rapidement . les pre -
miers , la sensibilité a l
1
i1upression spirituelle établit une
oonne re lation avec leur âme . Les dut re s sont en o r o ie a t ou-
tes sortes de 1nalaises , devant lesquels la m6decine actuelle
est impuissante
• • •
Le développement du sens de la couleur, cornme celui de
répondre, en musique, a des sons harmonieux, un amin-
cissement du vOiLE . Ce voile sert de séparation entre le mon-
de des ph6noroenes tangi bl es placés l 'extérieur de soi, et
celui de la vie subjective . Cette est interieL\re et

creatrice; en entretenant une bonne vitalité, elle cree la
'
san te.
La lumiere solaire présente un spectre exp rima nt les sept
couleur s ae l ' a rc-en - ciel , ellês même composées de vibrations .
U'abora par l' o eil physique, elles deviennent ensuite
subjectives , donc et peuvent ainsi devenir un
KBl'JEDE . <.;'est la chromothérapie .
La bonne musique, elle, peut éveiller le coeur , puis ét a -
bli r la rel ation avec la nature , l'humanité et Uieu.
La voie
de 1
1
âme , ainsi sollicit6e , peut s ' ouvrir; les son-s har:no -
nieux et bien rythmés ont ce pouvoir .
utilisés a travers l a Musicoth6rapie .
Ils sont maintenant
Accéder d la connaissance des sept !la yons cosmiques,
0 ••
-
-
-
-
-
cristallisées et Energies sollicitantes, na!t la malaJie, Et il y a bien
J'autres valeurs à retenir, toutes sont signifiantes.
2/2
Jes conclusions astrologiques correctes permettent Jonc de situer l'état
Je la vitalité Ju patient et les causes Jes blocages, ou Jes frictions. Elles
Jéterminent aussi le Jessein Je l'âme (et ceci est, Jans la méJecine, une véri-
table révolution). Il ne s'agit pas là Je préJictions oiseuses, mais bien J'une
véritable Connaissance ju sens Je la Vie, à travers le Soi supérieur exi stant
en chacun Je nous.
Einstein Jisait J'elle : "C'est une Science en soi illumiJlatrice, J 'ai
beaucoup appris grâce à elle et je lui Jois beaucoup".
L'Astrologie étudie l'homme par rapport à une Unité Je mesure Cosmique
à travers jes symboles : ZoJiaque, Signes, Planètes sacrées ou non et Rayons
cosmiques. Le Thème natalL refle,t Ju ciel à Jela naissance,
. .
exprime les intérieures eui a.'liment cet .h_omme . Il se situe lui-
.
même sur un plan Je Conscience Jonné, p'ar rapport à Jes Archétypes universels.
Jes sensibilisations périoJiques interviennent à travers ce que l'on nomme les

"transits planétaires" : ces Jerniers sont Jes "rencontres", Jites positives ou
négatives, et ce, par la Loi universelle Jes Cycles. L'Univers est fait Je mou-
vements, Je rencontres et J'opportunités , à connaître et à utiliser,
Des médecins, Jes psychiâtres, Jes homéopathes, travaillent maintenant
avec Jes astrologues sérieux, Certaines revues J'avant-garJe alliant Science et
Tradition en témoignent, et en particulier "le )ème Peurs incons-
cientes, psychoses, sont ainsi aborJées Jifféremment. Ceci monJe où
la psyché humaine (l'âme) prend tout son sens. Cette âme appartient à un Kayon
cosmique et la vraie guérison est là, Jans l'Energie J'Amour Jite Ju Jeuxième
Rayon, celui Jominant le présent Système solaire et contient la vraie
L'important consiste Jonc à trouver les moyens permettant à l'âme 1e
s'exprimer, afin Je résoudre les problèmes Je santé, comme il convient, L'Astro-
logie a, là, un r&le important.
L'Association LüMIERE ET
47, rue Franz Schubert
31 200 - TOULOUSE tél. : (61) 62 . 56 . 47
diffuse une autre Approche, celle Je l'ASTROLOGIE ESOTERIQUE , en Jix-huit
étapes également,
---------------------
.
. .._
)
-
-
-
-
-
-
-
-
-
••

A
· -· t··Mr,..,., ... _.,.,
ssoc1a.1or. u
... O •. " A-- A".., E
., ·•·• .1=> - .';v
47, r ue F::-a:1 z Scnube:::-t
F - 31200

'
Ch e r ( e ) Ami ( e ) ,
Poursuivant notre du '' de la Connais-
-
sance" , après l'Astrologie Esotérique ba sée sur les Symboles
ot la
11
Gu é rison dans 1'Ere Nouvell e " , notr e Groupe est heu-
reux è.e fair•: pnrt de la naissance d ' une autr e ap ;>roch e
en dix-huit étapes :
" SOUS ET COULEüRS " .
connais s ances nouvelles de type psychologique permet -
tent mai:1tenant à l'2tre humain de mieux comprendre so n expé-
rience sur la Terre .
Coule·,as et sons , vi bra tiens devenues à traver s eux percepti -
bles , sont sources de nouvelles harmonies curat ives: Musico -
t hé rapi e et Chromothérapie .
Ne percevant pas de subventi on nous avons besoin de vo -
tre aide. V o t r · p a r t i c i pa t i o n au x !' ra i s pou r u n e b o n n e po u r -
suite d e nos envois , est de4 0 Francs ;>o u r chaque étape ,
ou de francs pour deux ét ap ea par mois .
Bien entendu acceptons toujo urs , une
a1ae plus importante .
but est de créer un de Renc ont r es ,
appli quée s Ps ycho logi es , Médeci nes douces e t Gué::-ison spiri -
tuelle.
Re ch e r c hon s ens e m b 1 e 1 a Lu mi è r e , 1
1
Amou r e t 1 a F o r c e de
VIE, af in d e la répandre e nsemb le sur
Bien
Les chèques doivent r édigés au nom de :
LUMIERE ET CONUAISSANCE
L ' insc ription est effective des réc ep tior. du montant
d ' une ou plusieurs étapes .
Lieu de réception : 3!, rue du Printemps - 31000 TOULOUSE
Tel : (6 I ) 62-56- 47- Su r rendez- vous .

-
--
-
-
-
-
LUMifRE ET CONNAISSANCE
47, rue Fr2nz Shubert
31200 TOULOUSE

LES DEBUTS DE LA PSYCHOLOGIE (FREUD)
- I - A
La deuxième moitié du XIXème siècle ouvrit l'entreprise
systématique des recherches psychologiques. En I860 parut
le premier ouvrage de ''Psychologie Expérimentale'' , écrit
par FECHNER . Le problème de ''la mesure'' y était alors
abordé, avec comparaison entre les accroissements de la
stimulation et ceux de la sensation, par la détermination
d'une relation mathématique entre l'un et l'autre . "La
sensation crott comme le logarithme de l'intensité de
la stimulation" , telle fut la première loi de cette Psy-
chologie .
Il a fallu, ensuite , attendre vingt ans avant que ne soit
créé par WUNDT, en 1879 le premier laboratoire

• ses re-
cherches portaient principalement sur les temps de réac-
t ion en matière de perception et de sensation . Mais l'é-
lan était donné et les méthodes physiologiques étendues
non seulement à l'étude des sensations, mais encore à
des processus psychiques plus complexes. Ainsi le russe
PAVLOV, à la fin du XIXème siècle, découvrit le ''réflexe
'
'
conditionné"

1 il parvint à associer des ensembles d'ex-
citations à des réa ctions
L'aspect expérimental prit alors une croissan-
te dans des directions très diverses

'
l'unité de la
psychologie fut ainsi mise en cause . Mais bient8t , elle
ne se réduisit plus la recherche de laboratoire et
s'orienta vers de s applications nouvelles en matière d'ap-
prentissage , de communication, ou de pédagogie

1 égale -
ment vers les relations interpersonnelles, les conseils
d'orientation ou de sélection professionnelle, avec ses
bureaux d'étude de besoins.
La Psychologie, a depuis lors, sa place réservée dans
l'administration, l'école, l'armée , et même auprès des
tribunaux . Dans le même temps , l ' expérimentation a aff! -
né ses méthodes

1 le praticien , ne s'en tenant plus à
- 1 -
-
-
-
-
-
-
-
-
--
--
-
-
-
-
-
- I
ce genre dite (mesure
des psychiques), a été amené très
rapidement, à dea résultats seulement quantita-
t ifs, pour parvenir à une autre interprétation, relati-
ve à la signification des conduites individuelles, ou
collectives.
Alors, la psychologie clinique s'élaborera, ne se limi-
tant plus à la psychologie dite pathologique (et la psy-
chologie expérime ntale ira au-delà de la psychologie de
laboratoi re ) . Entre ces aspects de type expérimental et
clinique,
utilise,
apparatt une différence

,
pour une situation donnée,

.
en effet la première
la méthode de varia-
ti on des "facteurs UN à UN" . La seconde, elle, se trouve
touj ours devant un sujet individuel , mais devant
saisi dans la TOTALITE de sa personne.

Il est question
alor s de psychologie "moléculaire", ou "totalisante",
voulant avoir des relations universelles et intem-
porelles, l'autre étant l'histoire d'un cas. De là, une
opposition nattra, entre expérimentalistes et cliniciens
certains diront


''C'est une illusion de croire là à
. '
l'emploi de procédés mathématiques, pour a u ne
certitude tout aussi mathématique" . "Les chif fres ont
perdu la méthode des tests" a dit JANET , en affir man t
l'unité du psychisme .
Puis, est survenue une véritable révolution théorique
pratique , remettant alors en cause les f ondements de la
Psychologie
Sa naissance


a
il s'agit de la Psychanalyse •
été décrite par FREUD lui-même, dans

et la psychanalyse" • Le récit s'arrête en
1 9 2 5 '
ce moment là il a 70 ans et dit

"Aucune vocation

ti culière ne semblait me destiner
'
a être médecin" .
"Ma
à
par-
Il
était plutat mQ par une sorte de soif de savoi r, portant
' -')

'

,
1
vers les relati ons humaines. Des recher c hes sur l'anatomie
- 2 -

.
1
-
--
-
-
-
-
-
• •
..

' .
· ~
,
-
I
cérébrale le conduisirent à Vienne et,
. ' .
apres un seJour
auprès de CHARCOT, à l'Hôpital de la Salpêtrière à Paris
il ouvrit un cabinet de consultation.
'
A cette epoque, les
moyens thérapeutiques étaient réduits à l'électrothéra-
pie et à l'hypnose, (action organique et action psychi-
que). Il décida un jour d'abandonner le traitement phy-
sique et de soigner le psychique par le psychique ; là
est le germe de toute la démarche freudienne. R e s t a ~ t
l'hypnose, c'est-à-dire, une certaine technique de sug-
gestion autoritaire.
Trois phénomènes le frappèrent


- 1°) L'existence de processus psychiques puis -
sants, mais cachés à la conscience du
sujet.
- 2°) La possibilité d'évocation d'événements,
en relation avec la naissance de la mala-
die.
- 3•) La difficulté d'obtenir la guérison chez
les malades n'échappant pas à la pression
d'un certain entourage.
Il s'attacha alors . à réveiller chez ses patients des sou-
venirs disparus, en insistant sur le rappel des actes psy -
chiques autrefois réprimés. Cette méthode de traitement
fut nommée


"Catharsis" (purge ou purification). L'exis-
tence d'un domaine psychique inconscient, doté d'une char-
ge affective plus ou moins intense, serait génératrice
des symptômes pathologiques. Telle fut la première étape .
Un jour, il déci d a d'abandonner l'hypnose et de la rempla-
cer par la méthode dite, des "associations libres". Le
patient était invité à se mettre dans un état d'abandon,
sans chercher ni à réprimer, ni à dissimuler ses pensées
le discours de l ' analyse devant passer ainsi hors de sa
logique . Le thème devait révéler alors le conflit, entre
les tendances cherchant à se manifester et un processus
de censure ou de refoulement , leur interisant, non seule-
ment, d'apparattre, mais encore , d'accéder à la cons -
- 3 -

1
- I
c i ence du suje t.
La doctrine dite du r efoulement , devint la pierre angu-
l aire d'une nouvelle compréhension des névroses . L ' accent
fut mis sur ''l e refoulé'', constitué essentiellement de
pulsions sexuelles (en prenant ce mot dans un sens large) ,
p ulsions nées de sentiments et de désirs . Le rele du psy-
chanaliste consis t a alors à en faire prendre conscience
au patient, puis à conduire, avec lui, une sorte de stra-
tégie psychique appelée ''le transfert '' , ouvrant ainsi,
selon Freud , la voie de la guérison .
Un peu plus tard , un nouveau style est apparu , dépassant
l a pratique t hérapeutique et la figuration théorique

de l'appareil p sychique:, pour pénétrer dans les couches
les plus profondes , et ce , en remontant dans l'histoire
la plus lointaine de l'être humain . Dans ''Totem et Tabou''
' 1
Freud a édifié une hypothèse selon laquelle société et
religion {provenant d'une lungue historique),
entre t iennent la permanence de sentiments de culpabilité
à travers les siècles .
Dans un dernier coup d'audace, il modifia son schéma de
l'appareil psychique et remania sa théorie des instincts.
Au schéma spatial fait d ' inconscient , de préconscient et
de conscient, il substitua alors un schéma structural


le (l ' inconscient impersonnel) , le Moi {le sujet per-
sonnel) , l e Sur - Moi (l'identification aux parents ou aux
ê tres auxquels on est hiérarchiquement soumis) . Enfin à
un faisceau complexe d ' instincts divers , il en substitua
deux


( Eros) .
l ' instinct de mort (Thanatos) et l ' instinct d'amour
F reud mourut à Londres en 1939 .
- 4 -
-
,
.
'

-
-
-

-
-
--
-
- II
NAISSANCE DES EMOTIONS
Le problème majeur actuel de l'humanité est émotionnel .
L'émotion n'est pas un état primaire, ou un état simple
de la conscience , mais un composé formé par l'interac-
tion exercée entre le dési r et l'intellect. L'action de
l ' intellect , sur le désir , donne donc naissance à l 'émo-
tion .
A un degré d ' évolution
,
avance , elle semble
'
tres diffé -
rente du désir , et ainsi leur identité fondamentale en
est jusqu'à un certain point voilée . Or , par leur étude,
se retrouvent les mêmes caractéristiques et les mêmes di-
visions

, certaines formes sont seulement plus élaborées
par des éléments intellectuels, faisant défaut à d'autres
plus psychiques .
Prenons comme exemple la transformation d ' un désir en
émotion , dans l'une des relations les plus ordinaires des
êtres humains , les relations entre les sexes . Nous avons
là la du désir sous l ' une de ses formes,
mais le tout premier est celui de la nourriture, néces -
saire au maintien de la vie

, l ' instinct de conservation
es t là . Le second a trait à l'union sexuelle indispensa-
ble afin de continuer l ' espèce et de multiplier les vies .
Dans les deux cas , un sentiment ''d ' augmentation'' est res-
senti ; la sensation de plaisir appara tt ainsi . Le goQt
pour la nourriture demeure sous la forme du désir, mais
la nourriture, elle, est appr opriée , avalée , assimilée .
Il n ' y a pas , entr e l'aliment et le consommateur , de re-
lation pouvant offri r un champ à l'élaboration d'une
,
emo -
tion. Il en est tout autrement dans les relations sexuel -
les, elles te ndent à deveni r de plus en plus permanentes ,
- 5 -
-
-
-
-
- II
avec la r echerche du "petit-plaisir'' dont parlent beau-
coup de psychiatres .
Deux sauvages sont atti r és l ' un v e rs l ' autre par l ' attrac-
tien naturelle des sexes

, en chacun d'eux s ' éveille l e
désir passionné de '' p osséder '' l 'a utr e, chacun dési r e l' au -
tre . Là , ce désir est simple , comme celui de la nourritu-
re . Mais i l ne peut pas ê tre satisfait au même degré , au-
cun des deux ne pouvant s'approprier et s'assimiler l' a u-
tre complètement

, chacun conserve - dans une certaine me-
sure- son être séparé.
Il y a plaisir p a r "extension du Moi", e t cette extension
se fait par addition (non par identification) . La dualité
par la présence de cet obstacle persistant est nécessaire ,
ainsi le désir se transforme peu à peu, en émotion . Cette
dernière rend alors l ' anticipation possible et la. mémoire
s ' y attache , au l ieu de passer à un a utre objet de même
espèce, c o ~ r o e pour la nourriture . Le désir continu de
s'unir avec un seul et même être , devient une émotion

,
-
'
l
les pensées se mêlent ainsi au désir initial de posséder
•••
l ' autre .
En fait , il ne s'agit pas là d'un labyrinthe impossible
à démêler

, ces réactions font toutes parties d'une souche
commune, puis se divisent en deux troncs principaux, se
subdivisant, à leur tour , en branches sur lesquelles pous-
sent des feuilles, ''celles des vertus et des vices'' ·
Cette idée a permis d'établir une ''Science des émotions''
et de constituer un code de morale intelligible et ration-
nel

'
elle est dOe à un écrivain hindou , Bhagavân Oâs . Il
a été le premier à apporter la lumière dans cette
, .
r e g ~ o n
obscure des réactions humaines . Son traité fait du chaos
des émotions, un cosmos parfaitement ordonné .
. .
Le désir se manifeste de deux façons principales


1 ° ) - Attirer un objet afin de le posséder, ou
entrer en contact avec celui ayant déjà
- 6 -
'
...
....
-
--
...
- II
procuré du plaisir à un moment antérieur .
2°) - Repousser un objet ou une personne , et
l'écarter de

501, ceci afin d'éviter d'en-
trer en contact avec celui ayant déjà
causé de la douleur. L'attraction et la
répulsion sont les deux formes du désir ,
capables d ' influencer l'être humain (Loi
d'Attraction magnétique) .
L ' émotion née d'un désir s 'allie à l ' intellect

, elle
présente inévitablement cette double forme . Or , cette
émotion attractive attirant par la force du désir , est
semblable à l'Energie intégrante de l'Univers , donc sem-
blable à l'Amour cosmique. L ' émotion répulsive, elle,
,
separe par la douleur

, force désintégrante , elle engen -
dre souvent la haine . Ce sont là les deux bases principa -
les partant de la souche du désir ; toutes les ramifica -
tions des émotions prennent naissance sur l'une Oll l 'a u -
tre de ces deux bases .
Telles sont les caractéritiques du désir et de l ' émotion
l'amour cherche
' .
a ~ t t 1 r e r , à poursuivre l ' objet de ses
désirs afin de s'unir à lui , de le posséder , ou bien d 'ê-
tre possédé par lui . Par le plaisir, par le bonheur éphé -
mère , il crée des liens, parfois des cha!nes . La haine
cherche de la même façon à rejeter loin d ' elle l'objet


de sa répulsion afin d'en être séparé, de le repousser, ou
encore d'être repoussé par lui . L'amour et la haine sont
deux émotions élaborées , mêlées de pensées et du dési r pur
et simple de posséder, comme de fuir, un objet , une per-
sonne , ou une situation .
Les personnes
émotives , (dites à tort sensibles) , dont
le corps astral vibre sans cesse aux moindres impressions,
ont des sentiments variables et vont facilement de l'amour
à la hain e. Cette dernière est la cause de nombreux malai-
- 7 -
-
-
--
-
-
-
ses et maladies,
de la vitalité.

...
dus au "rejet"
- I I

, il entratne un blocage
Le conOOle émotif, celui du mental inférieur comme celui
des désirs, devient une nécessité, en cette période de
profonds changements sur notre planète , et ce , afin d ' ac-
céder au Mental supérieur. Là, seulement commence la véri-
table Créativité , source de joie pure, stable et durable.

- 8 -

-
-
-
-
-
--
-
-
-
-
-
v
- I II
Méditation
L'ALI GNEMENT CONSCIENT
======================
Pour faire une bonne démarche intérieure, il faut toujours
allier la respiration , devenue consciente, avec la pensée .
Ceci évite, dans cet acte plein de signification, de fai -
re ''n'importe quoi, n'importe comment'' . Le subconscient
a pour de maintenir le tonus vital à travers des
actes automatiques, il en est encore ainsi dans la masse
des hommes

, l'âme animale entretient donc en nous les au -
tomatismes établis depuis des millénaires , la respiration
est parmi eux (l a digestion également) .
L'ame spirituelle utilise le Mental . Elle peut s ' exprimer
lorsque l'alignement cor rect est effectué entre les sept
Centres de vie de l'homme


cinq sont situés dans le dos
et deux dans la tête

, ils sont à la fois réceptifs à
leur niveau vibratoire, et émetteurs. Du coccyx à la base
du cou , cinq centres sont étagés

'
ils vibrent, attirent
et s'expriment à travers un mouvement rotatoire . Les trois
infé rieurs comprennent le coccigien placé à la base de la
colonne le secré situé au niveau des reins et
le plexus solaire se trouvant à la hauteur de la taille.
Leurs trois activités combinées entretiennent , en l'homme ,
la vie encore inconsciente et seulement réactive, faite
de pulsions instinctives .
Le est profondément égoiste

,
il réagit au monde des émotions, des sentiments et égale -
men t des désirs (suscités généralement par les idées reçues,
la publicité , ou la compétition) .(ëe ..
doit d'abord trouver sa libération

1
amenez - le consci e mment
à être calme , souple et détendu , ainsi votre relation avec
le plan supérieur s'améliorera . Lorsque vos souhaits de -
viennent une aspiration
titué d ' énergie venant ,
. .
juste, votre corps éthérique, cons -
en grande partie , de ce même plan ,
mais collectif , peut s'éclairer et s ' organiser . Ceci est
- 9 -
...
-
....
-
....
....
-
....
- III
nécessaire pour votre bien-être et votre réalisation
,
evo -
lutive, c ' est-à-dire dans le sens de la libération amenée
par des vibrations plus hautes , meilleures (l ' involution
au contraire , ramène vers le bas , les difficultés empri -
sonnantes et le chaos).
En remontant toujours dans le dos , nous tr ouvons, placé
entre les omoplates, le Centre du Coeur ; là arrive l'un
des brins du fil énergétique entretenant la vie , l'4utre
allant dans la tête.
En ce point affleure l 'Amour universel à travers le Rayon
cosmique dominant, utilisé maintenant par le Système solai-
re. Le nécessaire déploiement de cet Amour, en vous, amène
au détachement des choses re latives, toujours illusoires ;

elles viennent des idé(s reçues de la famille, de la so-
\
ciété, ou de sa propre personnalité inférieure, exprimant
ainsi le Karma re st ri ctif et négatif , toujours
A la base du cou se situe le Centre de la gorge et de la
parole
.
1 ct·éatrice en son ebsence elle devient posi-
tive, donc généreuse , lorsque le sens du vrai silence, né-
cessaire à l'identification au Modèle supérieur et à l'!me
spirituelle est bien compris . Le monde du Mental inférieur
prend ici naissance

1 la pensée demeure quelconque jusqu'
au moment où cette âme, servant d'abo rd de lien avec l'as-
pect supérieur, va enfin pouvoir améliorer l'ensemble. Les
choix judicieux et les décisions nécessaires permettent
d'y parvenir •
La conscience , expression de l'!me dans la personnalité ,
remplace progressivement l ' irresponsabilité des choix et
des actes. La vie objective tournée vers le monde extérieur,
et la vie subjective du monde intérieur (le seul important
en vérité), vont pouvoir s'exprimer, dans l ' équilibre et
l'harmonie,
'
a travers le Centre Ajna, placé entre les
sourcils. La visualisation s'effectue là . L'image créée
sera ensuite projetée, elle prendra vie si le créateur
est capable d'utiliser les Energies tout en respectant les
Lois cosmiques, en vue du Service pour le Bien de tous .
- 10 -

-
-
-
-
. -
•• _,

- III
Au s ommet de la se trouve le Centre dit Corona! , l a
couron ne faite de pétales brillants d'énergie

1 là doivent
se rass e mbler, dans l ' Unité et la meilleure qualité d 'Etre
atteinte par chacun , les six autres Centres.
Tel est "l'alignement" à effectuer

1 toute démarche humai -
ne orientée spirituellement commence ainsi . Apprene z à
rassembler vos forces dispersées , pour devenir "efficace "
dans votre démarche en orientant correctement le Ment a l
• ,
lui seul est créatif .
Cette prise de conscience de l'essentie l de s e

termine 1 revenez doucement vers un monde plus extérieur • • •

0, \ t 'Hl\
v; j v :t t;'ç ...
r '2.cJ -f- l t.. ')-.

...
- 11 -
/'?·-
.. . )
;r
'
1

!
!
\;:

1
\
\ 1- .
- ' "" ..& A () ...


-
-
-

. "
-
-

r
'-
tUMIERE ET CONNAISSANCE
....
-
47, rue Fr1wz Shubert
31200 TOULOUSE
- I .. B
'
LA PSYCHOLOGIE DE JUNG (ET D' ADLER)
Après avoir reçu une formation médicale, avoir été l ' élè -
ve de JANET, puis de FREUD , JUNG occupa en Suisse une
chaire de Psychologie Médicale . Mais il se consacra essen-
tiellement à une activité de psychothérapeute et à son
oeuvre d ' écrivain .
Fils d'un pasteur , Carl JUNG a toujours défendu un e con-
ception spiritualiste jusque dans la psychanalyse , cen-
t r a i re m e n t à FR E U D ; 1 e s t end a n c e s d e 1
1
h o mme , d i sa i t - i 1
ne pouvant être réduites à la ''libido'' (forces de l'ins-
tinct sexuel). Pour lui , en chaque homme, des tendances
morales innées peuvent être refoulées, mais elles conti -
nuent à exister .
Epris d ' ésotérisme et de mythologie, il remarqua au cours
de ses voyages et à travers les différentes cultures, un
fond c ommun fait de symboles

, il les appela "archétypes" ,
c'est-àdire modèles primitifs . Provenant du monde psychi-
que collectif et exprimant des formes-pensées , ou des ima -
ges préexistantes , : i l les considérait comme des schémas
porteurs d'énergie (exempl e le carré, la croi x, le , cercle,
etc ••• ) •

Parlant de l a souffrance , ou des échecs
,
rencontres au
cours de la vie , JUNG les considérait comme de nécessaires
régressions psychiques capables de réactiver des images ,
ou des peur s venues du passé , et demeurées enfouies dans
l'inconsci ent personnel .
Sous le terme '' d ' ombre '', mais personnalisé comme homme ou
femme , connu ou inconnu , il montra les valeurs difficiles
à intégrer pour l'individu, ma is néanmoins nécessaires à
sa prise d e conscience. Ains i, chacun, homme ou nation ,
PROJETTE sur ''l'autre'', le voisin, le g êneur, cette '' ombre '',
n'aya nt pa s eu le courag e d'assumer lui-même sa propr e dif-
- 12 -
-
-
-
-
-
- I
fi culté. Chacun veut se voir ainsi comme "un ange de
paix", tout en projetant sur l'adversaire ses instincts
agressifs. Il nomme cela, dans l 'aspect masculin {le pé-
nétrant) "anima", et dans l'aspect féminin {le pénétré)
'' animus''• Ces deux aspects coexistent en chaque être hu-
main , l'un étant essentiellement la personnalité ou l'ani -
mus, et l 'autre , l'!me ou l'anima, (le souffle de vie, dit
le dictionnaire) .
Dans la
'
mesure ou l'être humain prend conscience de cette
dualité et de la nécessaire expression de l'!me (la lumiè-
re effaçant les ombres), il devient capable de nouer des
rela tions harmonieuses avec les a utres hommes, à travers

le Soi (l '!me) . A ce sujet, JUNG dit


''Qui a découvert le

Soi, symbole de la totalité, ne s'ennuie jamais, quels que
soient les peines et les soucis'' •
Voici l ' idée de l'un de ses publié sous
un titre . très significatif "l'Homme à la découverte de
son Ame" (Ed . Mont-Blanc), en substance, il dit


" Je s·u i s convaincu de ce 1 a , 1 ' étude scient if i-
que de est la science de l'avenir. La
Psychologie est la plus Jeune des scienc es na-
turelles et son développement n'a pas enc o
franchi le stade des premiers pas

, elle n'en
constitue pas moins la connaissance la plus in-
dispensable pour l'homme. Comme il apparatt en
effet, avec une clarté toujours plus aveuglante,
les vrais dangers ne sont ni la famine, ni les
tremblements de terre, ni les microbes, ni le
cancer. Mais l ' homme lui-même, crée pour l'hom-
me , le plus grand des dangers. La cause en est
simple, il n ' existe encore aucune protection ef -
ficace contre les épidémies ; or, ces
épidémies là sont infiniment dévastatric e s . Les
pires catastrophes de la nature, à ceté, parais-
sent très
- 13 -
' t
1

l

-
-
-
-
-
-
'
- I
Le suprême danger menaçant l'être individuel,
comme les peuples pris dans leur ensemble, est
le''danger psychique'' • A cet égard la raison fait
preuve d'une impuissance totale et explicable
ses arguments agissent non sur la conscience,
mais sur la pensée dite consciente seulement,
sans avoir la moindre prise sur l'inconscient
(là collectif).
• ,
Un risque majeur pour l'homme émane donc de l'en-
semble, au sein duquel les effets de l'incons-
cient s'accumulent
• , ils batllonnent et étouf-
fent les instances raisonnables de la claire
conscience. Toute organisation de masse consti -
tue un danger latent (il en est de même pour un
entassement de dynamite) . Toujours, il s'en déga-
ge des effets désastreux

, personne ne les a vou-
lus, mais personne n'est en état de les arrêter .
C'est pourquoi il faut ardemment souhaiter l'ap-
port de la Psychologie, de ses connaissances et
de ses conquêtes, ceci sur une large échelle .
Ainsi, les hommes finiront par compr ·. dre d •où
proviennent ces suprêmes dangers, qui planent
.
'
maintenant au-dessus de leurs têtes . En s'armant
jusqu'aux dents et chacune pour son compte, les
nations ne pourront plus, à la longue,
,
se pre -
server d'effroyables catastrophes, inévitablement
engendrées par les guerres modernes. Les armes
amoncelées réclament la guerre ! - Ne serait-il
pas préférable, au contraire , à l'avenir, de se
méfier et d ' éviter les conditions (devenues é-
normes), dans lesquelles l'inconscient brise
les digues de la conscience responsable, dépos-
sède celle-ci, faisant courir au monde le risque

Et il conclut


"J'espère que ce livre contri -
buera à éclairer ce problème fondamental pour
l'humanité" .
Carl JUNG naquit en Suisse en 1875
1 96 1 •
- 14 -

, il mourut en
-
-
-
-
-

- I
Une é duc a tion d e l'adu lte lui pa raissait indispensable.
Pour lui, Pédagogie e t Psychologie sont des termes appa-
r entés dans leur forme , comme dans leur origine . Mais de
c es mots jumeaux, le p r emier est passé des siècles
dans l'usage courant , le second fait encore figure de nou-
veauté dans le peuple . I l est pourtant t rès important de
'' comprendre son âme'' • Une éducation vers l ' 3me humaine au-
delà de l ' enfance , ou bien, s ' est confondue avec l'ensei -
g nement confessionnel , ou bien a été simplement négligée ,
oubliée par l' homme moderne , ceci de plus en plus , au fur
et à mesure de sa séparation et de son éloignement des
Eglises . Il y a là une l a cune des plus dangeureuses , un
dont o n commence à peine à voir les ravages

, le véritable
'

1
psychothérapeute est l ! un des mieux placés pour les mesurer .
Cette question se pose et se posera surtout à partir du
"midi de la vie" . L ' homme jeune (jusqu'à 35 ans environ)
'
peut supporter sans grand dommage '' la perte apparemment
totale de son anima ". Le jeune homme a dQ, pour devenir
extérieurement un homme, s ' arracher à l'intime relation
avec cet anima

, il en est résulté d ' abord un éloignement
à l ' égard de sa vie intérieure et de son 3me même, mais il
peut à la rigueur accepter cette coupure momentanée, puis -
qu ' il entre dans le marché de la coQteuse adaptation au
monde social . Puis le moment vient, Wt ou tard, où l'âme
r éclame l'attention

, sous cet aspect se
,
resume souvent
crise du milieu de la vie . Chez certains êtres d ' élite, la
métamorphose est alors é clatante .
Ils paraissent inventer eux-mêmes , non sans d ' ailleurs
r encontrer quelques dangers, une nouvelle manière d'être
et de penser . Tout ê tre humain , quel qu ' il soit, doit à
ce moment l à faire face à des valeurs et des t â ches nouvel -
les
• , ce passage ne va pas sans difficultés . L ' éducation
collective n'a encore, pour ainsi dire, rien prévu pour
cette transformation . Autant elle para1t s ' inquiéter de
l'éducation culturelle de la jeunesse , aussi peu pense-t-
e ll e à une véri t abl e é ducation de l 'adulte. I l est toujours
supposé capable de s ' assumer , comme s ' il n'avait plus du
1 5 -
-.
-
-

-

-
-c
-

- I
tout besoin de progresser vers la Vérité, afin de trouver
son épanouissement .
Il manque, en cette époque si désemparée, ceci dit dans
les termes les plus simples, un ''art de vivre''. Et ce man -
que se fait de plus en plus cruellement senti r
• , en avan-
çant à travers les diverses périodes de la vie, au milieu
des bouleversements des civilisations , il faut trouver un
nouvel équilibre et établir une véritable relation , avec
son !me.
-=-=--=-=-
ADLER (Le troisème homme)
Parlant de la Psychologie dite des profondeurs , sont tou-
jours évoqués, d'abord FREUD , puis JUNG et enfin ADLER •
La vie de ce dernier fut relativement courte (1870-1937) .
Il naquit dans un milieu modeste à
'
Vienne , en Autriche com-
me FREUD, dont il fut un disciple. Ce milieu explique le
thème général de son oeuvre, basée essentiellement sur le
"complexe d'infériorité".
Professeur à l'Université de New York il écrivit plusieurs
ouvrages, le dernier étant ''Le sens de la vie" (publié chez
Payot) , où il incitait l'individu à s'ouvrir à la vie so -
ciale . En voici un court extrait


'' La solution des problèmes de la
c er tain degré de sentiment social
vie
•••
exige un
et de coo-
pération. Si cette aptitude manque, on pourra
constater un sentimen t accentué d'infériorité
• • •
La tendance infatiguable à la supériorité essaie
alors de le cacher par un "complexe de supériorité "
de type personnel
•••
chacun porte en lui '' une
- 16 -
-
'
1
-
- I
opinion" sur lui-même ••• Toute défaite, tout retrait, )
fait se manifester un effet de choc dans les domaines
psychiques et l'entr•e dans la voie
de l'activit' anti-sociale" .
Sa théorie se veut assez spiritualiste ; elle met l'ac-
cent sur le caractère, la volonté et la pensée réfl,chie
Dans sa forme de psychothérapie, il invitait le malade
à renoncer à ses idées de supériorité, et à se réaliser
avec les moyens étant à sa portée , ceux dont il disposait
d.jà.
- 17 -

....
--
- II
LA MEMOIRE
·==·=====-
Est nommé mémoire, l'enregistrement par le cerveau,
de faits passés ; le cerveau étant reconnu comme l' o r-
gane physique capable d'être en relation avec le mental .
La mémoire peut avoir une dominante de type auditif,
ou visuel

, nous retenons mieux à travers un sens, ou
.
un autre, ceci est bien connu . Et nous avons cinq sens,
cinq avenues nous mettant en relation avec le monde
extérieur .
L'animal possède seulement cette faculté, en symbiose
avec les mouvements à accomplir , dans une situation
donnée

, elle est dite alors sensorimotrice, c'est le
premier niveau .
Le Or DELAY, lui, confère trois étages à la mémoire.
L'enfant aborde le second nivea u, plus abstrai t, mais
ne comportant pas de distinction entre
,
le passe, le
présent et l'avenir ; il vit dans un présent constant,
avec une mémoire immédiate .
L'adulte possède une ''mémoire sociale'', du troisième
niveau ; elle lui permet d'établir une suite apparemment
logique des faits du passé. L'aspect dit affectif retient
surtout l'impact laissé par les émotions . Dans la psy-
chologie courante , la mémoire est considérée comme insé-
parable des diverses formes d'intelligence. En réalité,
il s'agit là d'attention de capacité de concentration
et surtout de disponibilité pour établir la relation
avec le fait à retenir, plus ou moins provisoirement .
Les changement s permanents de la vie viennent de l'impact
provoqué dans les trois corps de l'homme par le monde
extérieur

, physique, émotionnel et mental

, ils amènent
ainsi une intérieure dans la conscience . Des
vibrations prennent naissance dans l' un de ces trois
véhicule s composant la personnalité
• , la conscience
enregistre ces vibrati o ns sous la f orme de souven irs
et ils peuvent ensuite C'est cela la
- 18 -
-
-
-
-
--
- II
m.Smoire.
Comme l'humanité, la est dotée d'une conscience
mémoire à travers les atomes dont elle est constituée •
1
chaque cycle, ou période d'expérience, enregistre ainsi
les impacts du passé à tous les niveaux ou règnent de la
vie (minéral, végétal, animal et humain).
En fait, la mémoire n'est pas une faculté, comme on le
croit généralement. ''Aucun souvenir d'événement ne peut
être enregistré dans la véritable conscience individuel-
le, dit Annie BESANT, dans


''Etudes sur la Conscience"
(Ed. Adyar). Chaque événement est toujours inscrit, tou-
jours présent, seulement dans la Conscience Universelle,
la Conscience du Logos créateur. Tout le passé de l'Uni-
vers, comme le présent et l'avenir, se trouvent dans Sa
Conscience et elle embrasse toutes vies, dans un "Eter-

nel Présent" . Ou commencement à la fin, de l'aurore au cré-
)
puscule de cet Univers, tout est là, toujours présent donc,
et toujours vivant. Il s'agit d'un véritable d'idées"
où tout EST" .
L'homme erre sans le savoir dans ces ondes et entre, person-
nellement, en contact avec des fragments de cet océan
• ,
une réponse de cette manière s'établit et elle constitue
son SAVOIR. Les valeurs déjà contactées par la conscience
forment "le vécu"
1
le seul vrai savoir acquis avec lequel
il est
. ,
a1se, ensuite, d'entrer à nouveau en relation. Tout
ce qui est faux ou relatif s'efface, la Réalité appara!t
peu à peu, elle est faite de parcelles du Plan permanent,
ainsi, les souvenirs positifs, ou d'ordre spirituel sont
,
retrouves. Ce sont de latentes possibilités

, étant vibra-
toires, elle produisent des images, ou des impressions,
enregistrées dans des sortes de bo!tes à souvenir nommées
"atomes permanents" passant d'une vie à une autre. Appelés
à une nouvelle activité dans chaque incarnation, ils émet-
tent une note (un son de type universel) ; les molécules
du corps physique répondront à l'atome physique permanent,
les aspects de type émotionnel, à l'atome de l'astral et
des sentiments. Le troisième atome est mental et en rapport
avec ses deux aspecta
rieur éternel.


l'inférieur provisoire et le supé-
-
19 -

-
-
-
'
- II
Nous avons été chacun affecté, dans la vie présente, par
certaines vibrations, elles ont amené des changements de
conscience successifs liés à des événements, et nous a-
vons, de ce fait, retrouvé, dans la Conscience Mémoire u-
niverselle notre vécu antérieur et individuel.
Un souvenir est toujours une réponse établie de cette fa-
çon ; dans le Logos créateur nous avons la Vie,
l'action , et la mémoire . Tout effort de mémoire consiste
donc à se mettre en rapport direct avec des parcelles de
Connaissance, celles avec lesquelles nous avons été en con-
tact auparavant, ou avec d'autres, auxquelles une ouver-
ture mentale nouvelle nous donne accès.
Voilà pourquoi PYTHAGORE disait


"Apprendre, c'est se
souvenir, ceci dans l'Unité essentielle avec Lui, Dieu
étant éternellement nôtre" . L'Unité intérieure doit l'em-
porter sur la séparativité toujours égo!ste, créée par le
mental inférieur uniquement.
Ce mental ouvert largement aujourd'hui sur l'inconscient
collectif, utilise surtout l'intellect, traducteur des
sens et des idées reçues. Ce dernier aime théoriser, cri-
tiquer, analyser à l'infini et déchirer. Il faut d'a-
bord app.rendce à le pacifier, puis le relier à l'aspect
supérieur, à l'aide de sa propre âme. C'est une merveil -
'
leuse entreprise. La force vitale de croissance évolutive
en relation avec l'intelligence divine a aujourd'hui, dis-
paru, et ce mental souffre généralement d'une sorte de can -
cer qui le ronge et tente de le détruire .
Pour améliorer la véritable
' .
memol.re, toujours en relation
avec le Plan du Logos (le reste étant facéties provisoi -
res), il faut affiner la réceptivité à l'impression spiri -
tuelle . Relaxation, concentration, jouent là un rôle impor-
tant et l'identification à la Conscience universelle égale-
ment . Elle seule permet de dépasser les limitations de l'Es-
pace et du Temps, effets relatifs , mais nécessaires
l'expérience humaine


elle est établie simultanément sur
sur plusieurs niveaux vibratoires, à travers les divers
corps formant la personnalité.
- 20 -
--
- II
Lorsque le corps causal au sommet de la tête) est
atteint par la pratique de la médùation et du service à
tous, le souvenir des vies antérieures devient possible,
il établit alors par le mental supérieur, un contact vi-
bratoire harmonieux avec elles. La Lumière émanente de ce
corps (permanent lui aussi) est claire, large et elle il-
lumine les scènes du passé, pouvant ainsi être perçues.
La curiosité vaine, la recherche vers de dites
profondeurs,créent là un véritable handicap. Le souvenir
de la Connaissance acquise devient par contre une aide pré-
cieuse, pour entrer dans la Mémoire Universelle et pénétrer
ainsi dans l'unique et permanente Vérité, source de toute
Paix. Ouv rez votre conscience à l'Amour sans limite, le
deuxième aspect de votre propre corps Causal

1
ainsi VOUS
aurez accès à l'Intelli9ence pure et à la Mémoire totale,
.
celle du Logos. Elle attend d'être reconnue par chacun des
hommes de la Terre, et par tous ; en cette Ere nouvelle
cela devient possible.
Pourquoi rester limité, avec une mémo ire pauvre et étroite ?
NouJ la à la Mémoi re Abnolue,
située au-delà du re latif éphémère d ' abord rencontré. La
respiration conecte et l'absorption du phosphore peuvent
nous aider au niveau du cerveau .
- 21 -
'

-.
-
-
-
-
-
-
-

-

-
- III
Méditation
DE L'HARMONISATION A L'UNITE
Entrez progressivement dans le point de focalisation placé
en haut de votre tête et efforcez-vous de concevoir une
véritable unité, elle doit se réaliser en vous. Tous les
éléments épars ou dispersés, se rassemblent ainsi
la première démarche à effectuer sérieusement.

, c'est
Vivez maintenant d'une manière authentique, l'extension,
l'élargissement de votre conscience, au-delà de son cercle
habituel et encore limité . Vos cinq sens vous permettent
de communiquer et de reconna!tre votre environnement
• , tel
est leur véritable rôle. Maintenant, vous allez étendre
vos capacités, les développer sur le plan subjectif et at-
'
teindre ainsi d'autres dimensions, plus vastes, plus hautes
en qualité et en finesse, afin de mieux percevoir la Vie.
Elle bat et palpite sur tous les plans, seule la densité
des formes varie.
Nous vivons sans cesse dans un monde de relations mutuelles
et de valeurs éparses ; aujourd'hui la recherche scienti-
fique de pointe révèle l'existence d'une unité primordiale,
'
.
celle de l'Univers.· Les moyens modernes de télécommunication
dissolvent pratiquement le temps et l'espace relatifs, con-
fortant cette notion d'Unité. La recherche atomique a per -
mis de comprendre l'ensemble de la manifestation , comme
étant une énergie invisible et en mouvement permanent, dans
un champ unifié.
Votre nature profonde, réelle, vous invite à transcender
maintenan t votre niveau habituel de conscience, afin d'at-
teindre des dimensions plus vastes
• , elles sont celles de
votre Etre subtil. Pour cela, il vous faut pratiquer l'har-
monisation dans votre vie

, commencez à utiliser les meil -
leuresfréquences possibles dans l'aspect vertical de l'as-
piration spirituelle, mais aussi, dans le plan horizontal
de votre expérience terrestre, ceci au quotidien. Nous vi-
vons seulement ce que nous avons attiré, c'est-à-dire, les
expériences nécessaires, mais nous les acceptons plus ou
- 22 -
-
-
-
-
-
-
-
- III •
moins bien .• . Tout refus, tout rejet entra!ne déséquili-
bre et perte d'harmonie. Apprenez d'abord à devenir neu-
tre envers ce qui vous gêne.
L'harmonie , bien connue en musique, agit par un principe
de ré sonnanc e. La même note jouée à la base du clavier,
puis sur un octave supérieur, n'a pas la même fréquen ce
d'expressi o n. La note dite la plus haute, en fait, se dé-
place seulement plus vite et nous l'entendons comme un s on
""'
plus aigu. Ecoutez en vo us un LA de base, les autres LA,
,____
ceux des octaves supérieurs se mettent aussit8t à ré son -
ner
• , cela est audible pour une oreille fine et attentive.
ce Principe est important, il permet de comprendre comment,
par ré sonnance, lorsque l'harmonie est établie cons ci em-
ment en vous, vous êtes capable de vibrer au contact des
énergies spirituelles, donc élevées en fréquence et sembla-

.
bles à celles de base, existant déjà dans v os Centres de
Vie et votre Ainsi, en mettant en vous un sentiment
d'Amour réel, large, vrai et inclusif,
'
votre Centre du
Coeur peut vibrer. Il est alors en r ésonnance avec la qua-
Jité d 'Amo ur 11 ase même de notre Système solai re.
Tous les octaves de votre être seront ainsi sensibilisés
e t dev i end r on t apt e s à e x p r i me r ce 1 a , c ' e s t - à - d i r e à 1 e ré -
pandre autour de vous . Il convient de le faire maintenant
pour appor ter un baume à l'Humanité souffrante
tend de t ous ceux déjà capables d'agir ainsi.

, elle l'at-
Le principe d'harmoni e remplacera peu à peu la prière qui
s'adresse toujours à un intercesseur

, il est au-delà, sé-
paré de Soi, et repré sente ''l'intermédiai re'' util isé par
l'homme durant l'Ere des Poissons
• , il y a là une dualité,
elle est celle de l'aspect religieux et mystique. Mainte-
nant en cette nouvelle Ere du Verseau, ayant compris la
né c e ssi té du calme et du silence extérieur , mais aussi in-
térieur, vous p ouvez vous élever dire ctemen t , en intention,
p our atteindre les courants universels d'Energies, et les
.
harmonies des Rayons cosmiques. Vous le savez, il y a sept
Rayons, c 'est la rais on pour laquelle l'intercesseur est
re mplacé par le Groupe, dont chacun doit être une partie
intégrée.
- 23 -
i
....
--
....

--
--
....
\
--
- III
La prière était utilisée à certains momentsseulement •
,
l'harmonie profonde, elle, engendre la continuité de cons-
cience . Ceci permet de vaquer à ses occupations, tout en
vibrant chaque instant dans l'Unité. Elle contient ainsi
le sens de l'infini et de l'Eternité, situés au-delà du
temps et de l'espace relatifs, donc de la mort .
Les couleurs et les sons, les formes subtiles des dévas
(ou anges), tout un monde vivant dans l'ordre et le rythme
permanent, deviennent présents actuellement . Mais la "con-
viction intime '' est la seule Réalité de l'Etre humain. Pour
l'atteindre, la Lumière doit un jour dissiper les ténèbres
de l'ignorance et toutes les ombres, sources de peurs ;
L'Amour, lui, peut abolir toute séparativité, toujours il-
lusoire et créée seulement par l'intellect.
Chacun de nous réintègre un jour sa véritable Demeure et
peut alors dire


''Dieu et moi sommes Un'' · Cette intégra-
tion dans la nécessai re Harmonie, source de Paix, avec l'U-
nité de la Conscience, base même de la sérénité, nous sont
enfin proposées. La période présente est à la f o i ~ fort
difficile, mais également me rveilleuse, si elle est bien
comprise .
Il faut maintenant revenir vers des tâches plus extérieures,
appelées en Orient le ''dharma'', les tâches quotidiennes ,
doivent deveni r plus légères
• • •
. .
- 2 4 -
-
-
-
-
-
-

"
lUMifRE ET
41, rue Franz Shubert
31200 TOULOUSE
Si au
- I - e_
.
AUTRES ASPECTS DE LA PSYCHOLOGIE
. . '
siècle il avait été prédit aux penseurs du
monde, les développements apportés aux dix-neuvième et
vingtième siècles, en particulier dans les domaines de l a
Science et de la Psychologie, cela leur eut semblé bien
étrange et même impossible. Mais la divulgation de la Véri-
té nous amène rapidement à ne plus nous étonner. Bient6t
le fait de l'âme sera porté à la connaissance des hommes
par diverses voies, la révélation se fera de plusieurs ma-
nières différentes et complémentaires ; ainsi tous les gen-
res de mentalité pourront être satisfaits.
Les types psychiques augmentent rapidement en nombre sur
toute la planète, et la sensitivité grandissante a l'impres-
sion astrale et mentale peut être, à la fois, un sujet de
satisfaction, mais aussi, de danger . Partout aujourd'hui ,
des pseudo-chercheurs inexpérimentés enregistrent des con-
tacts jusqu'alors insoupçonnés, voient un monde phénoménal
jusqu'à présent caché

, ils se rendent compte en général
d'une nouvelle expansion de leur conscience. Ces phénomènes
'
émanent d'un monde 'parallèle, le plus souvent astral, par-
fois mental et occasionnellement spirituel. Ce dernier ini -
tie à une autre dimension, à un nouvel et différent ''état
d'Etre". Cette expansion de conscience, d'une part, engen-
dre un encouragement dans l'effort, mais d'autre part aug -
mente la complication du cheminement , surtout au début de
la recherche du monde intérieur.
Cette sensitivité croissante est devenue un fait universel ;
elle est la cause de l'augmentation du spiritisme, toujours
dangeureux, et de pseudo - sciences, dites psychiques ou pa-
rapsychologiques . Parallèlement sévit une augmentation de
la tension ; les mauvaises conditions de vie en-
gendrent de nouvelles maladies souvent mentales ; telle
est la répons e des mécanismes subt il s constituant l'homme .
De nouveaux développements approchent, l 'ensemble de l'hu-
manité acquiert peu à peu une condition nouvell e , dans l a-
- 25 -
-
-
-
-
-
- I
1

quelle elle va être capable de "voir et d'entendre", bien
au-delà de sa présente aptitude.
Le développement du sens de la couleur, avec celui de re-
pondre, en musique aux tons et nuances plus fines, indi-
quent un amincissement "du voile" servant de séparation
'

)
entre le monde des tangibles (toujours extérieurs)
et celui de l'existence subjective, le monde de la substan-
ce vivante placée sous la matière. Par la vision éthérique
et le nombre de plus en plus grand d'individus clairvoyants
et clairaudiants, sera révélée l'existence du mirage du
plan astral toujours changeant avec la contre-partie éthéri-
que et vitale du monde physique. Certaines personnes "voient"
des êtres ayant, durant leur sommeil, abandonné leur enve·
loppe physique (c'est le cas dans les rêves). Sensibles

.
à des couleurs, à des t ·eintes particulières, à des courants
de lumière n 'appartenant pas au monde physique, ils enten-
dent des voix, des sons, et voient des for mes d'existence
non corporelle. Les témoignages sont de plus en plus nom-
breux.
Les psychologues cliniciens ont accordé trop d'importance
à l'étude des cerveaux défectueux. Une attention correcte
n'a pas été donnée à des cas "divinement autres" . ces type s
de conscience dépassant le stade ordinaire de la connaissan-
ce humaine actuelle. On trouve ces états supérieurs chez
les vrais grands artistes, musiciens, écrivains et autres
types de créateurs. Ayant été la gloire du règne humain
au cours des âges, ils brilleront d'une plus grande lumiè-
re encore, au cours des siècles futurs, en exprimant un
renouvellement véritable de l'Art.
Par la médiation bien comprise, des expériences amènent
à produire créativement une beauté contactée ''en haut'',
ou une idée supérieure, ou encore un nouveau prototype de
vie alors perçu. Ainsi, apprendra-t-on à cultiver le génie
et également à entra1ner les individus à travailler de fa-
çon réellement créatrice. Parallèlement, seront découvertes
beaucoup de choses au sujet des Centres de vie de l'homme
- 26 -

--
....

-
--- ••
- I
ces Centres où habite le principe divin à partir desquels
le "Christ intérieur'' présent en chaque homme, peut agir.
L'étude de la super-conscience doit être entreprise, et
non seulement la conscience de la personnalité, le subcons-
cient ou l'inconscient. De cette manière, avec un mental
ouvert, la Psychologie arrivera à la véritable c o nnaissance
de l'Ame, tel est son véritable.
La Psychologie moderne est maintenan t engagée dans une im-
passe les diverses écoles de cette science ont apporté

'
leur contribution respective

'
chacune d'elles a eu sa va-
leur, ayant présenté, à son moment, l' un des aspects suc-
cessivement abordables. Par elles, s'est large
connaissance de l'homme, de ses instincts de défense,
mécanismes animaux), de ses réactions à l'entourage, et
de sa sensibilité. Il y a eu l'approche de l'inférieur
conscient et inconscient), celle des anciens péchés raciaux
des complexes déviés et des désirs latents. Mais une impas-
se s'est faite sur les réactions psychiques hautement o r-
ganisées et sur la façon dont elles font irruption dans
la conscience ceci est encor e considéré de façon désas-

'
treuse. Beaucoup de choses sont connues au sujet de cett e
unité humaine dans son ensemble par des inter-
.
actions elles existent entre les systèmes sanguin nerveux

,
glandulaire et les muscles, sans oublier le caractère et
la personnalité

, l'environnement a pris une place trop
importante, au détriment de la vie intérieure, l'unique
org anisateur.
Cet être composit e appelé Homme, est une entité psychique
(ceci est un fait établi), et ayant aussi un corps animal.
Mais l'Atre humain, en tant qu'âme, demeure encore une spé-
culation , un espoir, ou une vague croyance. Cette Vérité
s'éclaire réellement à la lumière des sept Rayons cosmiques,
pour les penseurs des temps modernes la lumière

, seule,
de cette Connaissance ésotérique peut jeter sa clarté sur
ce tte science, appelée Psychologie. Le contenu de sa révé-
lation doit appara!tre bientat beaucoup plus sérieusement.
- 27 -
-
-
-
-.
-
-
-
-
- I
Une chose a frappé tous les chercheurs en étudiant cet
~ t r e humain


c'est le fait de le savoir "double", démon-
trant ainsi dans la conscience de l'homme l'existence de
ce sens de la dualité. Nous s ommes donc constitués chacun
.
par deux êtres

1 l'état de guerre entre ces deux aspects
est à l'origine de toutesles névroses, comme de tous les
complexes nécessitant un traitement. L'initié Saint Paul
y fa isait allusion en parlant de l'éternel combat entre
la chair et la nature divine ; tous ceux décidés à lutter
pour leur libération (de la prison de chair) en sont la
preuve. Saint Paul affirme


''La victoire s'obtient par
le Christ" , or les sept Rayons sont la septuple expres-
sion du Christ Cosmique, le Fils, seconde Personne de la
Trinité. Par milliers maintenant des hommes et des femmes
tourmentés vont chercher, chez le psychologue, la solution
de ce problème, né de l ~ u r double nature

1 ils ressentent
cette dualité et cherchent à en unifier les aspects dis-
'
sociés, véritable source des conflits engendrant les mala-
dies dites psychosomatiques, lutte entre le psychisme et
le physique) .
Lorsque la nature des sept Rayons sera
'
compr1se, son effet
sur l'Humanité étant de classer les hommes en sept types
principaux, l'approche du sujet de la dualité sera faite
avec une plus réelle intelligence. La nature des forces,
constituant l'une ou l'autre de ces difficultés, est ré-
vélée dans la véritable connaissance ésotérique des forces
et des Energies exprimant la Vie. La science des sept qua-
lités exprimées par ces Rayons, leurs effets sur les my-
ria des de formes façonnées par eux, et auxquels ils don-
nent leur Energie, est une approche nouvelle, meilleuresur-
tout pour le nécessaire et harmonieux développement de la
famille humaine. sur le plan esotérique on cannait be au-
coup de choses de la forme extérieure (ou aspect matière)
et aussi sur sa nature électrique. La Science ésotérique
traite de la nature des Energies de type subjectif source
des qualités

1
elles seules colorent et conditi onnen t la
forme. Lorsque ces genres de connaissance seront intelli-
- 28 -
\
1
1
1
-
-
-
-
--
-
- I
gemment ajustés et réunis, appara!tra une Psychologie plus
claire, plus précise aussi sur la réelle nature humaine.
Alors , le travail de l'unification en l'homme, nature ani-
male et entité psychique, doté essentiellement d'une âme
spirituelle conditionnante, fera de rapides progrès.
La connaissance des Rayons, de leurs tendances et de leurs
Energies, apportera l'illumination à toutes les Sciences
humaines ; ellea se trouvent elles-mêmes sur l'un ou l'au-
tre des sept Rayons.
Littéralement


" Une Science est l'expression d e la Lumière
jetée par un Rayon, dans un champ particulier de la mani-
festation divine ''.
- 2 9 -
-
- II
QU'APPORTE LA MEDITATION ?
La méditation sert à l'utilisation de l'intelligence pure


située au-dessus de l'intellect elle permet de relier d'une
part, la Vie à sa forme humaine (ou aux autres) et d'autre
part, dans le mental, le Supérieur à l'inférieur. Méditer
c'est surtout le moyen de s'identifier au Modèle Idéal,
cette image étant déjà en chacun de nous , il suffit de la
retrouver.
Partout
'
a travers le monde et de plus en plus, l'homme res-
sen t le besoin de rechercher un autre être, susceptible
de représ enter extérieurement son propre idéal . Même si
l'existence des Ma!tres et de la Hiérarchie spirituelle,
n'est pas admise, nous trouverons ailleurs cette image i -
déale, que nous visualisons ; (il peut s ' agir par exemple,
d'un artiste avec l'aspect physique de cette personnalité).
On se voit alors soi-même, comme identifié à travers lui,
à sa démarche

, il peut s'agir aussi d'un grand philantro-
pe, ou d'un savant éminent, personnifiant ainsi sa propre
conception. Etant fragmentaire et apparemment incomplet,
l'être humain a toujours eu ce besoin intérieur de cher-
cher un modèle plus éminent. Cette démarche s'ef ce ctue à
travers un état de type méditatif, la réflexion étant tou-
jours concentrée '' au-dessus'' de soi dans une image satis-
faisante .
Ceci ramèn e au centre de son être et conduit (même si nous
l'ignorons) sur le Sentier du retour vers ''le Tout''. A tra-
vers les temps, toujours le ''Fils prodigue'' s'est levé a-
fin de retourner vers son Père céleste

, confuse peut-être,
mais latente en lui, est la mémoi re de ce Dieu . Le menta l
humain total est ainsi, mais la recherche de la Lumière
et de l'Idéal s'avère inévitablement longue et difficile.
. .
''Nous voyons maintenant à travers un verre obscurci, mais
alors nous Le verrons face à face", dit un écrit ancien.
Allant vers Cela, des lueurs, à travers des fenêtres occa-
sionnelles, sont perçues. Une échelle est déjà faite, elle
- 30 -

--
-.

- II
existe grâce à l'ascension de plus grands Etres nous ayant
'
précédés sur le Chemin de ret our . Ils nous tendent sans
cesse leurs mains secourables et nous prodiguent des encou-
ragements, s'efforçant de nous aider à parvenir un jour
sur le socle de Lumi.re, ''Là" oà ils se trouvent maintenant
li bérés de toutes les entraves faites de séductions passa-
gères (symbole de l'Echelle de Jacob).
Nous sommes plus ou moins sensibles aux beautés et aux mer-
veilles, néanmoins partout elles nous entourent

'
jusqu'à
présent nous ne pouvions nous y abandonner, elles passaient
trop rapidement dans notre champ visuel. L'approche de la
véritable splendeur s'effectuait en des moment sublimes,
puis perdant le contact, nous replongions dans l'obscuritf
et les ténèbres de la mati.re. Mais nous l'avons perçu,
au-delà de cette mati.re se trouvent les authentiques et
inaltérables Valeurs. Le mystère des merveilles voilées
peut seulement être contacté par le retrait à
de soi

'
dans le centre de sa conscience il est possible
de parvenir à vibrer en parfait avec elles. La re-
lation véritable s'établit à travers ces Ames rayonnantes,
nommées nos Frères Ainés. Elles ont trouvé bien avant nous
le Chemin de Lumière, le Chemin du Retour au Centre, dans
le noyau même de la Vie, éternellement palpitante.
En oubliant nos enveloppes extérieures, servant à voiler
et à cacher le joyau intérieur, nous atteignons le But.
Il faut d'abord dépasser l'attrait des formes selon la Rè·
gle du Dieu intérieur, ensuite, nous pouvons trouver Dieu,
en Tout. Seules les enveloppes dans lesquelles nous nous
mouvons sans cesse, nous cachent cette divinité intérieure
et elles nous séparent de Ceux ayant atteint la transcen-
dance de ces formes extérieures (il s'agit du ''Voile d'Isis")
Un grand Initié prononça les mots suivants


''Alors nous
connaîtrons-nous exactement comme nous sommes connus". L'a-
venir détient pour chacun, comme pour tous ceux capables
de servir avec désintéressement et de méditer correctement,
la promesse de rencontrer la pleine Connaissance, seule
libératrice des peurs et des contraintes. En cela réside
- 31 -
-


- II
l'espoir, il permet de lutter, de s'égarer, mais aussi de
toujours persévérer. Il faut réitérer laborieusement jour
a p r è ~ jour, la tâche ardue de la concentration et du con-
trôle mental. Ainsi nous rencontrons, du côté intérieur,
Ceux chargés de surveiller avec une ardente sympathie, nos
'
progres.
N'oublions pas la première partie des instructions de l'I-
nitié

Il signale la Voie par laquelle les ténèbres ou
les voiles opaques sont dissipés et les Grands Etres a t ~
teints, il dit


"Par l'Amour seulement le Sentier de Lu-
mière et de Connaissance est foulé". Pourquoi cette accen-
tuation sur l'Amour? -sachons-le, le But pour tous et
pour tout, est l'Amour universel

'
en lui seul réside la
fusion nécessaire et l'unification entre tous les plans.
Pour a b order plus clairement ce sentiment (souvent nébu-
leux dans le monde), il est possible de le comprendre par
la nécessaire acquisition d'une haute et fine vibration,
en analogie avec le deuxième Rayon, celui d'Amour-Sagesse
(le Rayon divin) . A travers lui les Seigneurs d'Amour peu-
vent être contactés, les Ma1tres de Compassion connus,
ainsi que la possibilité de pénétrer dans la conscience
des Grands Etres, comme dans celle de tous nos frères .
'
'
C'est un fait de la manifestation même de ce Système solai-
re dans lequel nous sommes, pour vivre cette expérience,
ici et maintenant.
Tel appara!t le Sentier devant être foulé pour atteindre
la libération, la méthode d'accès en est la méditation ;
la récompense s'exprime à travers une continuelle expansion
de conscience . Elle seule met finalement un homme en rap-
port avec sa propre Ame, avec les autres Ames et avec le
Ma!tre de l'Ashram auquel il est affilié. Chacun est atten-
du ardemment par les Compagnons et les Initiés p : 1s avan-
cés

'
le contact entre tous s'établit dans l'aura de ce
Ma1tre. Ceci conduit périodiquemen t devant l'Unique Initia-
teur et dans la Place Secrèt e, afin de conna1tre le mystère
sous - jacent à la Vie , celui de la Conscience elle-même .
- 32 -
- II '
La méditation permet de l'atteindre ; de plus, le sens
géométrique de proportion est trouvé et celui des valeurs
réelles clairement perçu ; ainsi l'illusion se dissipe,
tous les mirages, ou fantasmes, disparaiss ent . Une pratique
régulière améliore la concentration mentale, et cette der-
nière appelle l'attention de la mémoire sur la juste valeur
et le véritable emploi de la forme physique. Par ce moyen,
la Réalité est contactée, alors les mondes ext érieurs ne
peuvent plus séduire ; ils sont reconnus comme étant seule-
ment le s moyens, choisis par le Logos créateur, devant être
"rédemptés" par la démarche spirituelle des êtres humains.
Ceci est à la fois la grandeur et la difficulté.
- 33 -
-----------------
-
-
- III
Méditation
DE L'INVOLUTION A L'EVOLUTION
œ
Position, respiration, concentration mentale.
L'expérience de l'homme peut comparée, durant ses in-
carnations, au parcours inévitable fait dans un cercle in-
cliné . Visualisez ce cercle ; à son départ, le point · est
placé tout en haut.
'
La, étant une Monade, l'homme sait et
conna!t le sens de sa démarche terrestre; il a un guide ,
un Ma!tre intérieur


son âme claire, libre, aimante . Au
tout début, aucune obscurité ne voile la Réalité, la Véri-
t é de la vie, dans laquelle il est "une étincelle" dans
la flamme éternelle.
Durant le trajet à suivre, avec les autres, chacun de vous
étant inclus dans le Système planétaire de la Terre, vous
enfoncé ; vous êtes descendu dans la matière , c'est
l'involution ; cette dernière développe d'abord les ins-
tincts de l'animalité pour survivre . Puis vient l'émotivité,
elle na1t des peur s rencontrées et se m!le aux pensées né-
,
.
gatives. L'homme est alors la proie de nombreux mirages,
il oublie la Connaissance première, erre dans le noi r, et
les désirs quelconques

'
l'insatisfaction l'entra!ne vers
la compens a tion, appelée, recherche du plaisir. Mais au
fond de chaque être humain, il y a un point de Lumière,
un souveni r de plénitude inaltérable . Quelque part, au plus
profond de votre conscience, un lien ténu vous rattache
à l'âme spirituelle

, ce lien subsiste e t il subsistera
durant la v ie comme durant la mort . Cette graine de Sages -
se et de Compréhension juste, grandira et se révèlera natu-
rellement par l'expérience acquis e au cours des incarnations
successives .
Les trois atomes permanent s de l a personnalité persistent
au-delà de la mor t physique, leurs rel a tions ave c le cer-
veau humain permettent d e retrouver les valeurs déjà ac-
qui se s dans l e s aut r e s vies. Mai s i l y a auss i , e n r elation
avec les chakras, l e s l imita t ions non encor e dépassées e t
- 3 4 -
- III
sources de l'emprisonnement dans la matière. Tout ceci pov
se l 'homme presque malgré lui

, '
et apres avoir atteint le
fond du cercle, il remonte la pente, décide de terminer
son périple rapidement, surtout à certaines périodes. Et
nous vivons l'une de ces périodes.
D'une façon assez désordonnée au début, meilleure ensuite,
l'être humain, vous-même, cherchez "le pourquoi" de cette
vie, vous avancez ainsi vers la Lumière de votre propre
âme et comprenez mieux le sens de ce voyage dans la matiè-
re. Il est nécessaire, inévitable aussi et établi selon
le besoin du Logos créateur. Tel est son Dessein, son be-
soin créé par le Cosmos.
Un jour, arrive du But, le bout du cercle est
là, le Chemin a été presque entièrement parcouru et ia fin
est proche du commencement. Ayant compris le sens de cette
évolution planétaire à laquelle vous participez, vient l'il-
lumination et tout s'éclaire 1 Chacun voit ainsi ou tout
commence, où tout finit, quant aux incarnations et combien
tout est parfait dans la clarté de la conscience, enfin
révélée à elle-même. Sa propre perfection se situe alors
au-delà de toute limitation.
Sans le savoir peut-être enco re, vous recherchez cela à
travers vos propres expériences terrestres,
,
vos vecus per-
sonnels et leurs difficultés. Les étapes successives ont
pour but de dissoudre les voiles, la maya de la matière,
les mirages des émotions recherchées ou des sentiments,
et toutes les illusions terrestres. Dans sa démarche, l'hom-
me rencontre aussi les sensations
• , elles sont source de
pièges divers, inhérents à leur nature même. S'il ne les
reconnaît pas pour tels, il va stagner dans le plan infé-
rieur, souffrir et s'agiter en vain, allant du plaisir à
la douleur, et de la douleur au plaisir fugit if, engendrant
lui-même ainsi une autre souffrance
• • •
Nous devons descendre d'abord, tel est le destin sur la
Terre pour tous ses habitants la Volonté divine du Créa-

,
teur en a décidé ainsi, ses créatures devant ''racheter''
la matière de la planète Terre. Ce Service permet de Le
35
f
,

-
- III
rencontrer, avec l'aide de l'Ame, sur son propre plan ;
elle y demeure toujours claire, libre et aimante. S'étant
unie à la personnalité assagie, elle amène l'homme à cré -
er ''le pont nécessaire'' entre la Monade, l'Esprit et la
conscience incarnée, ceci grâce à sa propre Lumière.
Le corps physique, les émotions, le mental inférieur , la
pensée et l'imagination, sont alors utilisés seulement com-
me des moyens de service . C'est leur véritable rôle

'
per-
cevez cela . Lorsque nous les utilisons pour notre propre
profit, égoistement, nous nous trompons . Et pour apprendre
la leçon il y a, la souffrance, dure, mais rédemptrice.
L'inconscient où nous allons d'abord, est le monde des té-
nèbres placé tout en bas du cercle


le superconscient lui,
est en haut . Mais les niveaux ou états de la conscience
sont collectifs

'
nous vivons, sans le savoir, avec des
groupes auxquels nous sommes magnétiquement intégrés par
nos propres niveaux de conscience . L'enseignement sans âge,
sur notre Planète encore
,
non sacree, passe par la conscien-
ce personnelle, d'abord, planétaire, ensuite et enfin , so-
l a i ~ e ; cette notion doit ê t ~ e acquise durant l'incarnation .
Pensez à l'évolution, à la remontée vers la Source, à cette
grande Vie à laquelle nous devons tous participer, en nous
accordant aux mutations d'un Système planétaire et cosmi-
que . Réalisez combien cette aventure est en soi merveilleu-
se ; toute nécessaire involution, descente ou apparente
régression, conduit, en fait, vers l'évolution, cette "mar-
che en avant'' à laquelle nous participons tous . Et nous
sommes si mal lorsque nous ne la suivons pas 1
Le choix de la véritable Voie à suivre s'impose de plus
en plus. Une discipline intervient naturellement et les
contraintes, nées d'erreurs ou d'ignorance, ainsi disparais-
sent. Telle est la proposition de la Vie, acceptez-la au
plus profond de vous-même, la joie infinie est en haut du
cercle, et ne peut être atteinte maintenant, qu'en groupe
seulement.
Cette expérience se termine
• • •
- 36 -

- r

-
r
-
-
LUMIERE ET
47, me Franz Slwherc
31200 TOULOUSE
- I - J)
PSYCHOLOGIE DE LA LUMIERE
Ce mot lumière, est synonyme de connaissance, donc de vie
la lumière est nécessaire à l'homme comme l'air lui est
indispensable. Les ténèbres sont pour lui l'asphyxie et
la mort

1 ainsi, un humain plongé subitement dans
l'obscurité totale, cesse de respirer
• , dès la moindre
lueur il reprend son souffle, et retrouve son rythme res-
piratoire, base de l'échange permanent.

,
Moyen essentiel de l'existence, la lumière nous permet de
voir, c'est-à-dire de prendre conscience du monde extérieur
de la nature, des objets et aussi des autres hommes. Dotés
d'une vue normale (c'est-à-dire non affligés de cécité),
si nous faisons l'expérience de la condition de l'aveugle,
nous en sommes réduits à utiliser l'ouie, l'odorat et le
toucher, pour avoir une certaine connaissance du lieu et
des choses. Puis, ouvrant à nouveau les yeux, un autre mon-
de appara!t

, le phénomène de la vision extérieure permet
de réaliser alors cette sorte de clarté dans laquelle l'en-
vironnement immédiat para!t baigner, le rendant ainsi visi-
ble par l' oeil .
En fait, la lumière se propage sans cesse au moyen d'ondes
électro-magnétiques, en transportant de l'Energie. Elle
est seulement perceptible, sous sa forme lumineuse, par
les yeux, ou encore à l'aide d'un appareil capable de la
fixer.
Si nous considérons les astronautes quittant leur engin
spatial et faisant quelques pas dans l'espace, s'ils tour-
nent le dos à leur habitacle et au soleil, ils ne voient
rien

, tel est leur témoignage. La lumière est donc seule -
ment visible lorsqu'elle trouve une surface pour s'y REFLE-
CHIR. Sur la Terre le monde manifesté reflète cette lumière
et nous permet ainsi de la voir. Il s'agit toujours de la
RENCONTRE d'ondes lumineuses avec la matière constituant
n'importe quelle forme


une montagne, une maison, ou une
feuille de papier. Si un objet renvoie en totalité le flot
luminescent, il est brillant comme la source lumineuse elle-
- 37 -
-
-
-
-
-

l
- I
m3me,
c'est le cas du miroir. Tout autre matière l' absor- ·)
bant en t otalité nous paratt noir ; et entre ces deux as-
pects de très nombreux intermédiaires possibles sont con-
nus.
Un être humain, réfléchit également une fraction plus ou
moins importante de lumière, mais il en absorbe une autre
partie. Etant énergie , elle se transforme alors en chaleur
et un équilibre s'établit, puis l'excédent lui est renvoyé
sous forme de couleur, à travers des ondes magnétiques .
De plus, tout corps dépassant la température du zéro abso-
lu irradie des ondes.
La vitesse de la lumière est connue


300 000 kms à la
conde dans le vide

, en se propageant dans un milieu d'un
ce r taine densité , te l s .1 ' a tm os ph ère ou un corps plus opaque ,
elle ralentit sa Par ailleurs, la lumière visible
pour l'homme est seulement une fraction infime des radia-
tions électro-magnétiques lui servant de milieu de propaga-
tion. Pour mieux saisir cela, imaginez-vous maintenant sur
un belvédère d o minant un immense et merve i lleux panorama.
Une large baie vitrée pourrait permettre de le contempler,
mais cette ouverture est bouchée, il demeure seulement une
fente très étroite, juste assez gra n de pour y placer un
oeil curieux . Telle est la situation de par rap-
port à l'Univers

'
là convergent toutes sortes de rayo nne-
ments, c'est un flot ininterrompu de bandes de couleurs
en mouvement ; elles s'agitent dans un océan de radiationL
L'homme en perçoit seulement une portion infime, mais il
peut augmenter son champ de conscience, donc de vision,
grâce à la vue intérieure

1
elle est développée par la mé-
ditation . , moyen d'unification des sens et des divers as-
pects de la personnalité.
• Les ondes infra-rouges bordent l'une des fr on tières du sec-
teur des couleurs visibles, elles sont placé es après le
rouge. Ces ondes sont plus longues, elles per mettent ainsi
de voir avec des phares spéciaux par exemple,
' a travers
le brouillard, et leur rayGnnement émet de la chale u r. A
l'autre extrémité se trouvent les ultra-violets dont l'im·
pact est très large. La partie proche de la cou le u r vi o let-
- 38 -
- I
te est utilisée· dans la photographie, l'autre va jusqu'aux
rayons X, ils ont permis d'explorer le monde physique et
de voir à l'intérieur du c orps humain .
La lumière solaire est composée d'un spectre lumineux ;
vu objectivement, il exprime les sept couleurs de l'arc-
en ciel. Ainsi, une goutte d'eau pure, suspendue dans l ' at -
mosphère, joue le rôle d'un prisme


les rayons du soleil
y pénètrent, s'y réfléchissent et en ressortent décomposés,
ce sont les sept couleurs du prisme. La couleur est vue,
c'est-à-dire enregistrée par l'oeil , mais là elle devient
subjective .
Venue de l'astre placé au milieu du Système solaire, cette
lumière dans laquelle nous baignons sans cesse, d'un bout
à l'autre de la vie, contient 50 t d'infra-rouges, 47 %
de radiations visibles présentant les sept couleurs connues,
et 3 \ d'ultra-violets, source d'autres possibilités don t
la pigmen t ation de la peau (bronzage). Les ondes lumineuses,
comm e toutes les ondes, forment des cercles allant
,
en s•e-
largissant, semblables à ceux faits par une pierre jetée
dans l'eau . De plus, les couleurs répondent chacune à une
longueur d'onde et lorsqu'un objet les réfléchit, elles
sont perçues par lès yeux humains. Les animaux eux, ont
une autre perception, ils sont beaucoup plus axés sur le
mouvement .
Essayons maintenant de comprendre le phénomène de la vue
de l'homme à travers les trois étapes de la vision des cho-
ses venant de l'extérieur.
Il y a d'abord, les yeux, le premier système récepteur

,
il utilise trois sortes de pigments sensibles aux trois
couleurs fonda menta les


rouge - jaune - bleu

, ensuite ,
s'effectuent à travers ses mécanismes les mélanges,tels
1 ~ vert,le violet,l'orangé,etc ... transmis à la zone vi-
suelle du cortex (l'écorce cérébrale) . Ces signaux son t
. .
ensuite décodés, une véritable métamorphose intervient
alors et la vision colorée est perçue. Ceci s'effectue
pa r ce prodigieux organe dont nous somme s t ous doté s
le cerveau humain.
- 39 -


--
....
- I
EINSTEIN, et d'autres savants , tout rayonnement
électro-magnétique e st fait d'un jet de photons (grains
de lumière). Eclairer une chose c'est, en fait, projeter
sur elle une averse de photons ; et si cette projection
est assez forte, elle arrache les électrons indésirables
des atomes, principe du laser en médecine des yeux. Ma-
et lumière sont en interactions permanentes et per-
pétuelle s dans un monde constitué d'ENERGIE. Dans le pas-
sage d'un état énergétique à un autre, l'atome émet des
rad iations électro-magnétiques, et en particulier, des ra-
diations lumineuses.
En comprenant ce mécanisme l'homme peut apprendre à guérir
ses semblables

, ce n'est plus alors une intention rela-
tivement illusoire, mai:s bien une action dirigée par la
conscience. Elle s'appuie sur une connaissance amenée par
les découvertes scientifiques, telles qu'elles
actuellement.
La lumière et le rayonnement électro-magnétique tiennent
une place prépondérante dans la constitution du Cosmos.
C'est l'une des clés de la vie dont dépend, en grande par-
tie le modèle de notre Univers. Les ondes électriques
sont ainsi magnétiques ; avec les ondes lumineuses elles
appartiennent à une famille, celle des vibrations .
Tout est VIBRATION ; les couleurs ont des longueurs d'on-
des différentes et les atomes émettent des radiations lu-
mineuses. Une averse de photons peut neutraliser dans les
corps subtils de l'être humain, les électrons négatifs in-
désirables. La clé de la guérison par la lumière et la cou-
leur, devient ainsi naturellement compréhensible et même
réalisable.
Les RADIATIONS sont essentiellement des particules d'un
Rayon cosmique. Eléments constitutifs d'une onde lumineu-
se ou sonore, elles naissent d'une Energie, puis l'expri -
ment par une force, soit attractive, soit répulsive, à
travers une forme subtile et éthérique placée sous l'as-
pect physique.
- 40 -
'
4

-
-

-
-

• - 1
La couleur (fille de la lumièr e ) avec l e son, font partie
du TOUT cosmique et ils agissent sans cesse sur la struc-
ture même de l'homme dans l e sens évolutif de l'ensemble .
Le r8le essentiel de ce dernier étant d ' être un médiateur
il doit connat tre la valeur d e l a lumièr e (aussi bien ex-
térieure, qu'intérieure) et apprendr e l'uti l isation cons-
ciente des couleurs sur les plans psychologique et physio-
logique .
- 41 -
-

- II
L'INTERMEDIAIRE COSMIQUE
Chaque être humain possède, dans la contre-partie énergé-
tique du corps physique, appelée éthérique, un mécanisme
de contact lui ouvrant tout entier l'univers environnant .
Ce véhicule est celui de sa vitalité et constitue le fac-
teur conditionnant toute la vie de l'homme. Il n'y a pas
d'activité physique possible (comme nous le comprenons
généralement), sans le moteur d'une énergie sous-jacente
de ce corps éthérique. A travers lui se manifestent d'une
part, la personnalité avec ses caractéristiques et ses
limitations, les qualités de l'âme

1
ensuite, d'autre part,
il devient l'agent de transmission des valeurs spirituel-
les reçues de l'âme, et à partager avec les autres toujours.
Sa lumière dorée est assez proche de la couleur de la flam-
me à travers ce corps éthérique circule le Prana solaire

'
et ceci explique cette couleur. Il est nommé l'Intermédiai-
re Cosmique et considéré comme une partie intégrante de
l'éther universel. A travers lui, passent également toutes
les Energies, celles émanant de 1'8me, du Soleil, ou d'une
Planète. Constitué · de fils lumineux, sortes de lignes vi-

vantes faites d'essence ardente, il reçoit tous les con-
tacts subtils, n'émanant pas du monde matériel et concret.
L'élément servant d'intermédiaire aux courantsde pensées,
aussi rapides que la lumière, comme à toutes les impres-
sions venant de n'importe quelle source, est le corps éthé-
rique de la planète Terre. A travers lui sont donc trans -
mis tous les impacts enregistrés par le cerveau humain.
Ce véhicule éthérique planétaire rend toutes les relations,
ou . communications, possibles et ce corps subtil exis-

1
,
tant en chacun de nous, fait partie intégrante du corps
vital de la Terre, cette Planète sur laquelle nous vivons .
Il constitue d'abord l'intermédiaire de toutes les réac-
tions instinctives, et permet également d'établir les con-
tacts télépathiques, émanant aussi du plan supérieur. Ces
derniers développent la l'impression spiri-
tuelle et à l'intelligence pure, de type intuitif. Ainsi
- 42 -
----

- II
l'homme e st amené à se créer u ne enveloppe de plus en plus
claire, la rge et magnétique : c'est son aura radiante.
)
sept points plus ou moins brillants et vibrants, les chakras,
s ont étagés le long du dos et dans la tête. Ils r essem-
blent à de s roues.
Le corps éthérique d'un individu est composé principale-
ment des énergies dominantes a uxque lles l'homme répond lui-
même par sa qualité mais aussi de celles du grou-
pe auquel il appartient (d'où l'importance de ce choix).
La nation où il vit, comme le monde dans son ensemble,
réagissent sur l ui dans un période donnée, en particulier
sous l'influence astrologique du moment et surtout de l'E· ,
tre engendrant la civilisation en cours . Constitué de fi-

.
nes lignes de forces en·trelacées appelées des ''nadis", a-
gité de mouvements pe rmanents, il est en r elation avec un
ou plusieurs des sept plans, ou domaines de conscience du
Logos créateur, le grand Homme Céleste de la Terre.
Cet ensemble fait de de furces placées
sous la matière, est en relation avec nos sept points de
vie

, cinq sont placés dans la contre-partie éthérique de
la colonne vertébrale et deux dans le cerveau. Ils sont
l'expression de la conscience amenant l'i mpact de l'âme
sur la personnalité.
Lorsque des Energies venant de Rayons cosmiques ou de Pla-
nètes par exemple , atteignent un corps hu main mais n'ont
pas encore de r apport vibrat oire avec les Centres, ils de-
meurent en repos. Par contre, lorsque l'un d'eux est sen-
sible à ces impacts, ce chakra devient brillant, vibrant
et surtout réceptif. Il se développe alors comme facteur
de contrOle et s'associe au système nerveux, puis il agit
par le sang sur La glande endocrine correspondante, inter-
venant ainsi jusque dans la vie de l'homme sur le plan phy-
sique . La maladie provient fondamentalement du blocage de
l'un des chakras.
Maintenu intégralement par . cette structure éthérique, le
corps physique est lui - même composé d'atomes et émet une
radiation s'exprimant d'abord par une sorte de magné t isme
- 43 -
-
-
-
-
-
- II
de type animal. Cette émanation déborde peu et se mélange
naturellement à celle venant du corps éthérique lui-même ;
Plus étendu, ce dernier, interpénètre, soutient et occupe
entièrement l'organisme physique. L'extension du corps é-
thérique au-delà du corps physique, dépend du point d'é-
volution atteint par l'être humain et de l'état de sa cons-
cience psychique. Il peut ainsi varier, allant de peu à
beaucoup de centimètres, ou même de mètres
• • •
Les sept centres sont surtout des agents de distribution
placés dans le dos à 15 centimètres environ du corps phy-
sique, mais l'énergie est distribuée par des nadis larges
et sensibles, à travers les vertèbres, créant ainsi la
force vitale. Lorsqu'ils fonctionnent correctement, ils
forment le ''corps de FEU indestructible'' dont parla Saint
Paul.
Le Logos planétaire de la Terre travaille par trois Cen-
tres majeurs existants en substance éthérique.
1°) -Le Centre où la Volonté de Dieu est connue
a pour nom Shamballa ; il est en relation avec
le Centre de la Tête de l'homme.
2°) - Le'centre où l'Amour de Dieu se manifeste
est la Hiérarchie spirituelle ; le contact s'é-
tablit avec le Centre du Coeur humain.
3°) -Le Centre par lequel l'Intelligence de
Dieu réalise le processus évolutif, c'est l'Huma-
nité. Le Centre de la Gorge de chaque individu
répond là au mental inférieur.
L'intention de la Hiérarchie a pour but d'accro1tre l'ap-
titude des hommes à être libres, libres d'approcher la di-
vinité, en choisissant eux-mêmes le Chemin de cette approche.
Elle propose à l'homme l'utilisation de ses propres centres
et leurs radiations, pour aider les autres (à travers les
leurs) en effectuant un impact correct. Ainsi s'effectue
la véritable radiation, (appelée couramment magnétique)
- 44 -


-.
- II
Cette technique de guérison, demande non seulement la con-
naissance exacte, mais aussi, la ma!trise réelle de l'en-
semble. Avant d'émettre correctement, il faut comprendre,
pui s ma!triser la technique, cela para1t évident. or ac-
tuellement les magnétiseurs incultes sont légion, il faut
donc ~ t r e très prudent dans ce domaine.

- 45 -
'
-
-
-
-
--
-
- III
LA MANIFESTATION EST CYCLIQUE
Prenez la position correcte et respirez lentement, effor-
cez-vous d'oublier tout. Recherchez, puis écoutez seule -
ment les pulsations de votre coeur, avec lui entrez dans
un bon rythme calme et harmonieux ; le rythme est à la ba-
se de toute vie. Votre coeur physique se contracte,
il se dilate, comme lui maintenant vous vous contractez,
vous vous ramassez sur vous-même et ramenez tout ce qui
était épars
• • • puis vous vous dilatez, vous vous ouvrez
à une impression vibratoire plus haute, meilleure . Vous
devenez ainsi le rythme même, il est l'expression de la
Vie fondamentale, transmise par l'Energie en mouvement
constant. Elle fait, puis défait, pour refaire mieux,
plus près du .modèle idéal à atteindre (l'archétype par-
fait de vous-même), il est en vous, recherchez le, iden-
tifiez-vous à lui souvent.
Tout au long des derniers siècles, temps de l'Ere
des Poissons, la graine de l'Energie de la Vie cosmique,
déposée par le Christ sur notre Terre, a germé

1 puis el-
le a pris de la force dans les niveaux d'existence éthéri-
que placés sous la matière. La vie du Ma1tre Jésus démon-
tra son action véritable, à travers la préparation alors
tracée dans les coeurs et les pensées des hommes. Il par-
la de dévouement, d'amour infini et de compassion, expri-
mant une sensibilité et une abnégation, inconnus des hom-
mes jusque-là. Au-delà de son activité extérieure, rela-
tée en particulier par ses apôtres et plus particulièrement
par Jean, cette graine de régénération et d'épanouissement
ultérieur de la race humaine, a transformé comme prévu la
Vie intérieure de notre Planète .
Toutes les Planètes du Système solaire sont des Entités ,
elles ont atteint des niveaux différents mais complémen-
taires d'expressions , et elles évoluent comme les hommes .
- 46 -
- -
-
-
-
-
--
-
-
- III

Percevez cela, ressentez à nouveau, en vous, le rythme de
cette Vie unique à laquelle vous participez sans cesse
et devez anx:e:dre à vous ac corder . Ceci devient possible en
vous assouplissant à l'intérieur, en particulier dans le
coeur et le cerveau.
Recherchez cette graine de Vie nouvelle, percevez son dé -
veloppement à travers le corps éthérique •
1 a insi votre
sensibilité et votre réceptivité peuvent augmenter, vous
permettant de recevoir les Energies de l'Ere du Verseau;
elles sont actives depuis quelques années seulement.
La transformation nécessaire, source de régénérati on ap-

portée par la de la Conscience christique exis-
te en chacun de vous, et l'impact de cette impression a
créé beaucoup de confusions autour de nous. Passez du dé-
sir étroit des objets et de la matière du monde physique,
f on da me n t a 1 e men t é g o I s t e e t p osse s s i f a u p 1 a n é t hé r i que
et vital, ne comportant pas de séparation (d'où le sens
réel de la fraternit é et du partage), telle est la propo-
sition .
Ce plan éthérique devient majeur aujourd'hui et il a deux
caractéristiques


l'une est réflectrice, l'autre récepti-
ve et f ormat rice. Dans le premier cas, il est le miroir
des formes, le reflet des sentiments comme des émotions,
mais aussi des pensées et des actes résultant de votre pas-

. ,
cree votre structure, et vos difficultés. L'as-

1
pect formateur re çoit des impulsions créatrices , de type
spirituel il façonne les nouveaux moules, celui des for-

,
mes de demain. Dans son aspect réceptif il ouvre la voie
à l'essence de la véritable Foi, appelée
des choses encore invisibles
• • •
"


"la substance
Ainsi en projetant des idées nouvelles, fondamen-
talement belles et bonnes, relatives à des choses, des
faits, ou des situations souhaitées ardemment, vous les
amen ez à prendre vie sur le plan éthérique, structure tou-
jours présente, en premier, dans l 'acte créateur .
. -
..
,
.,
\

....


- II I
Le résultat concret dépendr a de l a puissance de l a Lumiè-
re et de la qualité d'Amour magnétique utilisée , devant
inclure toujours l'idée d'un Bien collectif, selon la
Volonté du Logos . En acceptant en vous la réalité de la
forme éthérique invisible, mais déj à existante , vous lui
donnez la force dynamique. Telle e s t l 'essence de la Loi
cosmique, dite de Manifestation extérieure, ell e est cy-
clique comme tout dans l'Univers .
Pensez à cette graine d ' espoir et de créativit é d'abord
enfouie, cachée dans la matière de l a Terre, puis ressua-
citéede son apparente mo rt

, elle s'épanouit maintenant
dans l'Ether de l'Espace, le corps éthérique planétaire
nous englobant tous . Il lui a fallu deux mille ans pour
devenir une plante encore fragile , mais elle est aujourd'
hui bien vivante dans les pensées et les c o eurs des hommes .
Cette identification nouvelle se termine. Vous allez reve-
nir à une vie plus extérieure, et pour cela,
• •
vous 1nsp1rez
profondément
• • •
- 48 -
- 1
-
tl
47 rue Franz Shubert
1

31200 TOULOUSE

-
- I - t:..
LA CONSCIENCE HUMAINE
La Vie est une abstraction ; elle est reconnue, en l'hom-
me, par sa conscience

, il n'y aurait pas de conscienc e
s'il n'y avait la Vie perçue un jour à l'intérieur de soi .
La Vie est UNE, à la fois unie et unique
• , la conscience,
elle, est multiple , avec des états et des niveaux (étudiés
en Sophrologie, par exemple).
A '
La multiplicité est due a
la matière et aux nombreuses formes concrètes

, l'Unité
de la Vie appara1t là sous divers aspects toujours com-
plémentaires, le tout étant réglé par des Lois cosmiques .
L'idée même de la Conscience implique donc forcément la
présence d'elle-même, mais aussi de quelque chose d'autre ,
dont elle est alors devenue l'OBSERVATEUR ; telle est la
première dualité, con sciente. Ceci nous apparait clairement
l'électricité manifestée sous l 'utl ,
positif et l'autre, négatif. Si ces deux aspects complémen -
taires se neutralisent, au lieu de se rencontr er pour four-
ni r un courant , l'électricité lumière ou c haleur dispara1t.
La conscience et la. forme, comprise comme moule de la ma -
tière, s'influencent réciproquement, mais toutes deux dis-
pa rai sse nt lorsque leur union est trop étroite

, étant a -
lors non différenciées elles se neutralisent réciproquement
(comme l'électricité) . Essentiellement il y a ''la Vie, la
Conscience et la forme'' toujours éthérique (moule de cette
matière ainsi limitée). La conscience humaine est essen-
tiellement l'expression de l'âme détentrice des qualités
et c ause de nos incarnations.
Tout ce qui peut être pensé, EST , sur un plan ou un autre.
La Conscience Absolue renferme, en elle-même, toutes choses
dont l'existence est pensée dans le temps et dans l'espace
par, soit


l 'Un de s Hindous , l e Dieu des Chrétiens, ou
Allah pour l es Musulmans et, au niveau humain, par l 'homme
à travers son Menta l .
- 4 9 -
1
La quantité, la qualité,
humaine, est reconnue un

- I
la portion de cette conscience
jour existante comme elle-même,
elle devient p our chacun son propre UN IVERS. Chacun de
nous a donc le sien ; il est important maintenant de l'é-
largir par la connaissance du pourquoi et du Comment de
la Vie.
Les formes de nos atomes considérées comme Unités de Vie
sont nées de la pensée même du Logos (Dieu). Ces atomes
constituent d'abord la physique et la substance
.-
f )
éthérique dont nous sommes actuellement for més
• , nous pou-
vons les transformer en employant le s méthodes créées par
Sa Pensée, d'où le besoin de comprendre le sens de son Ex-
pression. Pour cela, nous avons les sept Rayons cosmiques
leurs couleurs et les s ons, sans oublier le rele de 1'8me,


ce lien nécessaire entre la matière et l'Esprit. L'âme
s'exprime en l'homme par sa conscience d'Etre, les reli-
gions ont tiré de cela des morales souvent ou
trop contraignantes
par la Psychiatrie.

, elle sont accusées de tous les maux
Dieu est également Esprit. Nous sommes donc dotés aussi
des atomes subtils de Sa Conscience spirituelle, ce qui
nous rend essentiellement et indestructiblement divins,
avec toute la splendeur et l'indépendance inhérentes à
Cela.
Annie BESANT, dans son ouvrage


''Et ude sur la Conscience
(Ed. Adyar), conseille de ne pas se figurer la conscience
comme un gaz raréfié enfermé dans un réceptacle matériel,
un corps-bouteille en quelque sorte. Elle est en vérité,
le reflet d'une étincelle dans la flamme de la Vie

, et
il y a des milliers, des millions, des milliards même d'é-
tincelles, appelées MONADES. Par la Volonté du Logos, ces
Monades se manifestent en leur temps

, d'abord, cellules
de l'Univers, elles deviennent, ensuite, des individuali-
tés humaines, puis spirituelles, à travers des incarna-
tions successives . La Monade e st bien de chacun de
nous , elle est le Soi, la Superconscience silencieuse, la
ra cine même de notre Etre, l'unique éternelle Réalité.
- 50 -
\
\

'
\
------ -
-
-
-
.


'
, __
- I
La conscience est la manifestation plus ou moins limitée
de ce Soi, une parcelle de Dieu s'exprimant dans le Cosmos,
dont nos corps sont le vAtement. A ce propos GOETHE disait
''Dans l'illusion du temps, je travaille à tisser pour Dieu,
le vêtement que tu lui vois''·
Lorsqu'une âme est sur le point de se créer une nouvelle
personnalité pour se réincarner, elle sommeille au-dessus
de la
'
mere, et parallèlement, son corps futur est en train
de se construire à travers le foetus. D'abord embryon, il
est déjà sensible à l'espoir ou à la crainte comme à la
moindre pensée de '
sa mere. Après sept ans seulement appa-
ra1t le premier aspect véritable de la conscience de l'en-
fant, traduite par le cerveau. Et elle évoluera
ment de sept ans en sept ans, si un effort correct est ef-
fectué, pour amener son expansion à travers les cycles de
sa vie.
Lo r s que la conscience humaine détourne son attention du
monde physique et extérieur, elle commence à utiliser la
partie éthérique et intérieure du cerveau ; des changements
interviennent alors. L'i·magination, négative d'abord, ar-
range ou dissocie, créant ainsi un autre univers inférieur
celui du rêve.
Lorsqu'elle a délaissé le plan physique, se détournant
ensuite de l'éthérique encore limité, la conscience peut
rôder guise dans le plan astral (monde des émotions
sensations - affections) et là, vogue à la dérive, devenue
INCONSCIENTE dans le sens du nécessaire contrôle mental.
Allant vers l'inférieur par l'involution, elle peut assis-
ter à des scènes atroces ; ainsi interviennent les cauche-
mars vécus durant le sommeil.
L'ensemble des trois corps de l'homme (physique - éthérique,
astral-émotionnel, et mental), constitue le mécanisme de
la conscience, s'exprimant par le système à travers
lui elle assure le contrôle et la direction générale, les
impulsions réactives étant élaborées dans le plan astral.
Ceci donne naissance , dans le éthérique, à des vi-
brations électriques, magnétiques, caloriques ou autres.
- 51 -
- I
Toutes ces forces doivent se coordonner et construire, se· i
lon l e Plan de l'Ame, s ous les ordres du maitre-maçon qu'est
l a conscience . L ' énergie vitale ou ondoie
et coule en vagues roses, le long et autour des nerfs à
travers les '' nadia" , les fins fils de constituant
le corps éthérique.
Un grand nombre d'activités entretenant la vie du corps
physique dans une fonction définie, par exemple, battement
du coeur, digestion et respiration, sont, peu à peu, de-
automatiques. Elles descendent ainsi au-dessous du
niveau de la conscience de veille , dans le Subconscient.
Nommé le ''musée des reliques'', il contient les instincts
de défense, des souvenirs souvent l imitatifs des luttes
et vécus antérieurs, entouis là. Cette partie de la cons-
cience appartient au PASSE ; de là viennent un grand nom-
bre de nos maladies de type réactionnel ou retrouvées à
travers l'hérédité.
La conscience éveillée appartient, elle,
et maintenant , elle doit être attentive,
orientée.
au PRESENT
• , ici
claire et bien
Lorsqu'elle est embrouillée, ou sombre, l'homme ne reçoit
plus la Lumière de son âme ; alors aveugle et sourd à l'es-
sentiel il erre dans le labyrinthe du monde où règnent les
peurs.
La Super-conscience (ou Supra-conscience) est le domaine
du FUTUR, vers lequel il faut tendre. Là est le but à at-
teindre par le sens de l'évolution nécessaire et inévita-
ble. Il contient la seule véritable liberté.
Pour la majorité des humains, actuellement encore,
leur cerveau physique est la seule partie d'eux-mêmes dans
laquelle la conscience immédiate, peut s'exprimer. Elle
est celle du petit Moi, là l'individu se situe naturelle-
ment ; c'est son JE rattaché à l'égocentrisme étroit et
peu satisfaisant.
Réellement, elle est bien autre chose
• ,
conscience comme une brillante lumière,
imaginez cette
jaillissant dans
une pièce, à travers un globe de verre serti dans l'épais-
- 5 2

• •
- I
seur du plafond ; elle éclaire et rayonne en tous sena.
En fait, elle est comme un gros oeuf lumineux situé au-
dessus de la tête de l'homme, et dont la partie inférieure
est seulement insérée dans son cerveau ; cette pointe est
la conscience dite de veille ; l'essentiel est au-dessus .
La conscience reliée au corps astral doit être totalement
claire , afin de refléter cette lumière venue d'en haut.
Ceci est possible lorsque , dans le cerveau, la glande ap-
pelée hypophyse et le centre Ajna ont atteint un certain
développement ; ils sont situés à la hauteur des sourcils .
Il en est de même pour la conscience mentale, dont l a par -
tie supérieure est en rapport avec l'Epiphyse et le centr e
Coranal (placé lui au sommet de la tête. Si ce développe -
ment n'est pas encore effectué, la Super-consCience est
toujours présente, mais elle ne peut pas se manifester à
travers le cerveau, cet organe physique de la perception
manquant encore de sensibilité à la subtile impression spi -
rituelle.
La Psychologiu orientale conna!t de lor:gue date les
1
mec a-
nismes de la conscience . Les recherches de la Psychologie
occidentale se sont orientées surtout vers ses anomalies,
les comportements défectueux et les aspects pathologique s
l'inconscient ici recouvre tout cela et le rêve est recon-
.
'
nu comme un autre de ses états .
Or, l'essentiel, c'est la Super-conscience. Pour l'amener
à se manifester, il est nécessaire d'apprendre au cerveau
une parfaite inactivité, tous les stimulis provoqués par
l'extérieur doivent être neutralisés . La relaxation est
un bon moyen, elle ne présente pas d'effets nuisibles sur
l'évolution nécessaire de la conscience, comme le font pa r
exemple l'hypnose, ou les drogues , forçant ou paralysant
le plan du Menta l supérieur, supprimant ainsi la couleur
indigo.
Les sens sont des sortes d'avenues, ou moyens d'échanges,
nous reliant au mond e extérieur. Lorsque ces avenues son t
consciemment et correctement fermées, les forces entrai-
nées par le déversement au dehors de soi, sont retournées
- 53 -

,
- I
1 ~ .
et dirigées vers le monde intérieur. Cette concentration . 1
agit favorablement sur les cellules du cerveau ; elles peu-
vent alors être utilisées p our élever les vibrations.
Après un entra!nement correct et soutenu, ap paraissent
lors d'une méditation profonde, au sommet de la tête du
méditant, des reflets dorés ; et parfois même, une petite
flamme violette, striée d'étincelles d'or. Le vi o let inten-
se et translucide est la manifestation de l'Esprit ; l'or
traduit l'Amour universel ; ce s ont deux expre ssions de
la Conscience Ab so lue. Une relation s'établit et cette
dernière, s'exprime alors sous l'aspect d 'une conscience
pure, parfaite, sans limite. Tel est le but et chacun de
nous y parviendra un jour.
- 54 -
'
-
-
-
-
-
--
-
-
- II
.
AUTRES DEMARCHES PSYCHOLOGIQUES
En lisant attentivement la ''Somme Th,ologique" de Thomas
d'Aquin, les ''Passions de l'Ame '' de Descartes, le "Discours
sur les Passions de l'Amour" de Pascal, ou !'"Ethique" de
Spinoza, on est frappé par la pr,cision du vocabulaire,
la profondeur des observations et la rigueur de la pens,e .
Il s'agissait là d'une sorte de démarche psychologique,
reposant sur une morale.
Vint ensuite une Psychologie dite scientifique ; cette der-
nière voulut d'montrer l'ab1me la séparant du subjectif
spéculatif, et entreprit des recherches en laboratoire .
N'oublions pas la psychanalyse et le divan, suivie de cel-
le de la conscience corporelle dite de la forme première,
ou Gestalt

1 il s'agit d'une démarche se voulant ration-
nelle.
En 1945, le Professeur Merleau-Ponty, publia la Phénom,no-
logie de la perception. Le corps est là un point de con -
vergence et sa théorie du contact avec les autres, amène-
rait selon lui, à la construction de la personnalité .

Roger Vittoz, proposa le traitement des psychonévroses par
une rééducation du Contrôle cérébral. Sa méthode connut
un certain succès, les exercices présentés étant simples,
à la portée de tous.
Wilhem Reich, lui mourut en 1956 dans un pénitencier amé-
ricain. Marxiste et psychanaliste, son oeuvre fut condam-
née

1 il était une figure originale dans le mouvement au-
trichien et allemand. Mais il connut ultérieurement un cer-
tain succès , ayant su politiser l'aspiration au bonheur .
Le thérapeute Robert Desoille utilisa la technique dite
du Rêve Eveillé

1 le rêve, ou souvenir, est susceptible
d'intervenir chez le patient, après la proposition d'une
image . Ceci présente une certaine possibi l ité de monter ,
mais surtout de d e s c e n ~ r e vers les difficu ltés dans l 'in-
conscient .
- 55 -
--
-
-
-
-
- II
Ca rl Rogers exerça u ne r éelle influence aux U. S.A., puis
e n Europe . caractérisée par le fait de se vouloir non di-
r ective, sa psychothérapie était centrée sur celui nommé
par lui, le client ; il s'opposait ainsi à la psychanalyse
dont les sujets sont des malades.
Il y a également les Psychothérapies de groupe • , ces tech-
niques s'appuient essentiellement sur l'art dramatique,
d'où les termes de Psychodrame et Sociodrame. L'apprentis-
sage du comportement est proposé à travers la Biodynamique,
la Bio-énergie, le Cri prima!, etc
• • •
Il faut aussi citer l 'oeuvre de Paul Chauchard, Professeur
à l'Ecole des Psychologues praticiens. Surtout écrivain
il parla de la fausse liberté de l'homme et de la nécessi-
té de son unité. Selon ~ u i , la morale spirituelle est celle


de l ' !me incarnée, d'où l'art d'utiliser son cerveau con-
formé men t à ses fonctions. La nécessaire éduc ation p o ur
une sexualité adulte lui paraissait indispensable:
La crise traversée par les sociétés psychanalytiques est
un fait, disait Jacques Lacan ; et il pensait que ceci
tournait autour de la formation des analystes. Il mit l ' ac-
cent sur la fonction fondatrice de la parole, d ont il usa
beaucoup
'
• Son Ecole fut dissoute et il mourut il y a de
cela peu de temps, laissant beaucoup de "lacaniens ".
Les principaux mouvements de la Psychologie orthodoxe (ccP-
sidérée comme seule vraie par ses instigateurs) sont en-
gagés dans une impasse. Deux grandes théories s'affrontent
encore ; l'une est basée sur le côté physique et l'aspect
matériel, l'autre est de type introspectif. Certains consi-
dèrent l'élément conscient et responsable, comme étant la
source des réactions de l'individu

, les Vitalistes, ad-
mettent , eux, une structure entièrement soumise à des in-
fluences extérieures.
Une démarche dite méthodologique fut a cquise en psychanaly-
1
se et elle est toujours appliquée

, les conduites du patient,
soit verbales, soit motrices, soit oniriques (rêve s) sont
interprétées. Interpréter c'est attribuer un sens, une si-
- 56 -
-
-
_,
- II
gnification à une expression extériorisée ; ainsi tout
geste, tout lapsus, tout fantasme contiendrait un sens en
rapport avec une intention, cachée au sujet lui-même. Les
conduites doivent donc être déchiffrées et interprétées .
Ainsi une étrange parenté s'établit entre le langage psy-
chanalytique et un certain symbolisme. Mais la guérison
ne peut être obtenue par le fait de déchiffrer et il ne
suffit pas, par l'analyse, de révéler les conflits secrets
du patient. Ce dernier doit là revivre son histoire et ses
affres en transférant, sur la personne de l'analyste, des
relations psychiques, base et origine même de ses troubles
une analyse sans transfert ne saurait exister.
La psychanalyse, aujourd'hui est encore vue comme un e thé -
rapie spéciale, très longue surtout (cinq à sept ans) et
considérée valable dans certains cas seulement pa r des in-
tellectuels compliqués et limités au seul mental inférieur .
Une autre Psychologie, dite de la forme, fut constituée
en 1913 et appelée Béhaviorisme par le psychologue améri-
cain Watson. Le mot anglais "behaviour" signifie comportement
extérieur ; les beh avi oristes déclarèrent éliminer, dans
une recherche scientifique la notion subjec tive de cons-

cience, pour s'en tenir à l'étude pure et simple des sti-
mulations engendrant une ou des réponses. Ils ont bâti
ainsi une autre technique dite objective, comme la physi-
que ou la biologie . Au départ cette recherche était saine,
mais devint erronée dans ses conclusions .
Un certain ordre spatial est ici en analogie entre la force
perçue dans l'espace et celle adoptée par le fonctionnement
des organes perceptifs de l'homme. Notre espace réel n ' est
pas là celui du géographe ou du géomètre, mais bien celui,
saisi dans notre propre perception, d'un réel non mesura-
ble. Percevoir le visage de l 'ami, l'arbre du jardin , ou
le sentier d e la colline , serait un acte plein, unique et
indivisible, dit de sensations élémentaires. L'objectif
consiste à décrir e l'image perçue te lle qu'elle se présen-
te, sans chercher à l'expliquer par la décomposition anal y-
- 57 -
....
--

- I I
,.
tique.
J
Ainsi est a pparue l 'une des plus importantes oppositions
à l a . psychanalyse ; il y en a, actuellement, beaucoup d'au-
t res et ces techniques appartiennent à un passé déjà révolu.
L'Ere Nouvelle se situe à un niveau de conscience nettement
supérieur, surtout libérateur de tous ces aspects relatifs,
étroits et souvent négatifs.
La nouvelle Psychologie doit conserver les bons éléments
déterminés en Orient comme en Occident ; ils sont complé-
mentaires . L ' essentiel repose sur la connaissance des for-
ces, des Energies et des trois véhicules de l'homme (men-
tal, astral e t éthérique), répondant à la qualité
par les sept chakras. De plus l'homme, unité électrique,
doit apprendre à établir la continuité de conscience, en
comprenant le rôle de son âme. L'aspect ésotérique conduit
à la nécessaire synthèse et au développement de l'intuition,

de plus, elle doit permettre d'intégrer les états supérieurs
de l. a conscience . Elle va devenir nécessaire à l'être hu-
main pour aborder, sans souffrances inutiles, l'Ere Nouvel-
le et les bouleversements déjà mis en route par un psychis-
me collectif désorganisé et sans cesse manipulé.
- 58 -

'
\.
-
-

- III
Méditation
DEVENONS COCREATEURS
Fermez les yeux, détendez-vous et contr81ez votre position
physique. Maintenant oubliez-vous totalement.
L'essentiel, le Centre coronal, sorte de couronne en forme
de lotus, se situe au sommet de votre tête
.
'
imaginez une
belle fleur dont les pétales s'ouvrent lentement. Ainsi
appara1t une sorte de nid, il contient le corps causal,
le corps de l'âme ; là, est la cause de l'incarnation et
le lieu où s'effectue l'impression à la Vie spirituelle.
Puis en conscience, efforcez-vous d'entrer en relation avec
votre Ange solaire, l'expression de la Présence divine en
vous. Pendant longtemps, le cerveau physique ne sait pas
traduire cette présence lumineuse. Imaginez cette forme
fluide et identifiez-vous à cet aspect merveilleux de vous-
même

, toujours présent il attend seulement d'être reconnu .
D'abord dispersé dans les divers aspects de votre expé-
rience terrestre, vous avez, un jour, ressenti le besoin
.

de vous ouvrir à une nouvelle Connaissance, afin de trou-
ver la Vérité •
'
elle est déjà en chacun de nous . L'Amour
infini permet de ressentir l'Unité avec l'Humanité tout
entière et, vous le percevez, nous sommes là, en elle, une
cellule ; de cela, il faut d'abord devenir un jour cons-
cient.
Cet Ange Solaire c'est l'âme, elle seule conna!t vraiment
le sens réel, donc intérieur de la Vie •
'
'
elle vous amene
ainsi pas à pas au bout de l'image de la branche de votre
arbre

'
il existe dans la nature de la vie, à la fois ma-
tériel, intellectuel et affectif. Les petites pattes psy-
chiques de votre véhicule terrestre serrent encore le bois
de la branche, par habitude. Mais inévitablement, l'appel
augmente au fil des jours et des semaines

'
pour le suivre
vous devez monter vos propres vibrations, laisser les mi-
- 59 -
T
....
- III
rages du monde inféri eur, comme les illusions périmées.
N'hésitez pas, ident i f iez vous à l ' An ge de Lumière, entrez
dans la ferve ur e t la foi en la Vie universelle, elles vous
portent vers Lui . Il est la Source de votre propre rayonne-
ment, développez- le.
Oubliez toutes vos peurs, les craintes et doutes ancestraux
s'évanouissent, ainsi, vous pouvez accepter de lacher pri-
se

1 vous vous abandonnez en confiance et avec une étonnan-
te ferveur, à la pure joie d'Etre, simplement. Elle vous
ouvre à votre véritable demeure solaire, si belle , si clai-
re 1 Sentez combien elle est accueillante, pleine de paix
et pourtant vibran te de l'Amour infini 1 Cet Amour est ma-
gnétique et maintient tout dans le cosmos .
Inspirez, placez votre .pensée en haut de votre tête, puis
établissez une bonne concentration mentale dans le cerveau
ce dernier enregistrera et traduira, peut ~ t r e plus tard,
0
ce que vous aurez contemplé en HAUT en un instant suprême;
et cet instant contient déjà une notion d'éternité .
Vivez vraiment cette expérience


Inspiration profonde,
alignement entre les trois corps de la personnalité en re-
montant . Puis vous vous orientez vers le haut, le sommet
de votre tête, placez là votre conscience dans la fleur,
dans le nid . Rien d'autre n'existe pendant quelques secon-
des, vous êtes suspendu, ouvert à l'Energie spirituelle .
Durant l'expiration les impressions pénètrent dans le cer·
veau devant demeurer calme et libre. Peu à peu vous les
enregistrerez, ce sont des idées supérieures, venues du
monde de l'âme. Intuitions, inspirations, créativité, va-
leurs nouvelles, doivent être ensuite utilisées par l'hom-
me pour semer autour de lui le Bien, le Bon, le Vrai. Ain-
si il offre à l'Humanité des aspects du Plan divin, ceux
auxquels il a pu accéder ; et il apporte au plus grand nom-
bre, non à certains.
Pour cela il f ~ u t devenir un canal à deux voies, l'un invo-
que la Conscience universelle, l'autre l'évoque

, il trans-
met les vibrations nouvelles par les Centres de vie, et
1
en particulier, les Centres du Coeur et de la Tête . Toujours,
- 60 -
-

1
-
\

_,
- III
le premier chakra radiant est ce beau lotus d'un bleu in-
tense ; son centre est couleur d'or, expression mAme de
l'Amour divin.
Le devenir de chaque @tre humain passe par le fait d'orga -
niser ce canal à deux voies, afin de créer une continuité
de conscience avec l'aspect supérieur du Mental. Ceci s'é-
tablit à travers un Groupe de travail de type ésotérique.
Percevez combien vous 3tes tous unis en cet instant privi -
légié .
Les deux fils de la et du coeur étant ainsi réunis,
s'éveille alors le chakra de la gorge et la parole devient
juste

1 elle exprime au-delà de tout calcul égo!ste la
Vérité de l'Etre éternel

1 Il vi t à travers chacun d e nous
et nous incite à oeuvrer avec Lui, en cette Ere de transi -
tion.
Cette expérience permet de se libérer des contraintes de
la personnalité, elle va se terminer maintenant .
Commencez à respirer profondément, et souvenez-vous ,
'
a
l'intérieur de la joie, la paix et l'Amour in-
fini rencontrés , demeureront
• • •
Revenez doucement vers
votre conscience objective et, quand vous le voudrez , vous
ouvrirez les yeux
• • •
- 61 -
------
.
- !
- , -

-
-
-
\. .. /

47, rue Franz Shubert
31200 TOULOUSE
-
I - r
L'INCONSCIENT
====a:.:a:::ro=••••
En observant les traits les plus évidents de la civilisa-
tion contemporaine, on est frappé par son extraversion ex-
par son désir de conna1tre et de ma!triser les for-
ces de la nature extérieure, ceci dans le but de satisfai-
re des exigences et des besoins créés
, ,
exageres, toujours
croissants. Cette ouverture démesurée vers l'extérieur est
inquiétante, comme tendance dominante de notre époque . A
l'opposé, nous trouvons l'analyse psychique ou psychanaly-
se et les difficultés qu'elle engendre.
Depuis la fin du siècle dernier, un groupe de chercheurs
occidentaux, d'abord peu important mais de plus en plus
actif, s'est consacré à l'étude des véritables problèmes
de la psyché. Les résultats les plus intéressants ne furent
pas obtenus par des psychiatres, des psychologues académi-
ques ou cliniciens, mais bien, par des chercheurs indépen-
dants, souhaitant élucider sainement les problèmes posés
par des personnes en difficulté. Ils furent aidés par l'ob-
servation correcte de certains phénomènes psychologiques

,
ceux-ci se de façon plus frappante dans certai-
.
nes conditions pathologiques, à travers des maladies déter-
minées, de type psychosomatique.
Un savant apporta des éléments nouveaux, ce fut Pierre Ja-
net. En observant les manifestations du dit automatisme
psychologique, il constata plusieurs activités psychiques
comme pouvant se dérouler indépendamment de la conscience
du sujet. En certain cas disait-il, on assiste à la forma-
tion de véritables personnalités secondaires, existant der-
rière la personnalité normale, ou alternant avec elle. Bien
entendu, ceci crée des problèmes sérieux pour l' individu
concerné quant à son identité.
. .
Depuis la plus haute Antiquité, l ' existence du plan psychi-
que appelé l'inconscient, est connue


sauf en Inde, l'im-
portance de son véritable r8le dans la vie des hommes a
été mal comprise ou déformée. Une exploration scientifique
- 62 -
----
....
----
- I

de cet immense océan sans f ond , duq uel é mergent seulement
des !lots clairsemés et manifestés par la claire conscien-
ce , .a été entreprise. Les expériences de Chevreul sur les
mouv ements inconscients et celles de Charcot sur l'hypnose
ont servi de points de départ, en Europe.
La conscience de veille rejette d'elle-même les images dé-
sagréables, choquantes ou répréhensibles

1 l 'inconscient,
lui, n'en tient généralement pas compte, mais parfois il
en atténue l eur attristante signification. A la limite du
conscient et de l'inconscient se trouve une coupure, appe-
lée CENSURE par Freud

, elle s'empl oi e à repousser les in-
for mations désagréables venues de l'inconscient et capables
de blesser le sens naturellement moral de la conscience
claire.
Hippocrate en connaissait la valeur, et parallèlement, le
sens des rêve s ne lui pas échappé . Les uns ont un
caractère curieusement prémonitoire nous le savons, les
autres échappent à la logique étant des sortes de fantasmes
souvent partagés avec quelques rêveurs.
Jung a voulu pousser plus loin la recherche sur l'incons-
cient . Outre ce plan propre à l'individu, il en a démon-
tré un autre correspondant à l'inconscient archaïque et
héréditaire, celui de la race humaine. En chacun de nous
s o mmeillent dés i rset émotions de nos lointains
ancêtres, dont nous avons perdu le souvenir. Des
des passions agitaient les hommes autrefois et sollicitent
e ncore les hommes aujourd'hui . Par les profondeurs de cet
inconscient collectif, tous les êtres humains communiquent
en semble

1 ceci est essentiel dit-il.
Une idée inconsciente et source de gêne, en devenant cons -
ciente, donc comprise, peut neutraliser l'anxiété s'y rat-
tachant. Prenons par exemple

• une personne sort de chez
elle avec l'impression d'avoir oublié quelque chose et cet-
te obsédante idée paralyse son activité mentale . Soudain
elle se rappelle avoir oublié son porte-monnaie
.
, malgré
les désagréments relatifs à ce fait , elle se trouve aussi-
63 -

f
1
\

....
....
....

- I
tôt soulagée. La cause de l'anxiété s'est précisée et elle
a ainsi disparu.
La meilleure façon de guérir médicalement les troubles psy-
chiques est considérée encore comme relative à l'explora-
tion de l'inconscient ; en amenant son contenu à s'expri-
mer verbalement,les éléments gênants, ou perturbateurs se-
raient éliminés. Les comportements devraient ainsi être
redressés, les émotions latentes extériorisées, les élé-
ments refoulés assimilés. Mais dans cette démarche le fait
de cet inconscient a été oublié comme étant un élément col-
lectif de l ' humanité. Là il n'y a pas de séparation , et
tout, à un certain niveau , se mélange devenant une sorte
de puits sans fond, comme le ''Tonneau des Danaides''

, et
cette idée est très importante . Aujourd'hui la thérapie
ne doit plus se tourner de cette manière vers l'inconscient,
l'inférieur chaotique et plein de scories communes . Elle
doit s'orienter vers la Conscience supérieure seule capa-
ble de TRANSCENDER les plans perturbés du psychisme humain,
en l'éclairant avec la lumière de l'âme. Il faut aller vers
le haut et cette lumière, et non vers le bas et les ténè-
bres, monde des peurs ancestrales, toujours désorganisa-
trices et génératrices de conflits renouvelés.
La destinée de chacun de nous s'établit en fonction des
images portées en soi et elles font souvent partie de cet
inconscient. Toute pensée, toute idée fixe tend à devenir
un acte

, en effet, il suffit pour cela d'une représenta-
tion mentale maintenue dans le psychisme humain. L'exécu-
tion se déroulera automatiquement, fatalement parfois, par
rapport à l'objet de ce désir, ou de cette crainte . Ce
point est capital et dans ce processus, la raison comme
la volonté consciente, se trouvent tout à fait impuissantes
à réagir correctement.
L'étude de l'inconscient n'est pas réservée aux seuls psy-
chanalystes. Chacun de nous doit s'efforcer de conna1tre les
fondements essentiels de sa propre individualité, les for-
ces enfouies de la personnalité, ainsi, apparaissent. Cher-
cher la vérité sur son propre Moi, avec l'aide de la par-
- 64 -
...
....
- I
--
tie connue, en dirigeant la clarté sur la partie cachée,
est un acte sérieux ; c'est aussi une nécessité pour le
développement harmonieux de l'ensemble. Certaines person-
nes ont fait cet effort soit avec la discipline d'une re-
ligion, ou par conviction spirituelle, parfois aussi, par
simple goQt de la recherche intérieure. Il est bon d'entre-
prendre cette étude objectivement, en se libérant surtout
de tout sentiment de culpabilité. Le perfectionnement per-
sonnel doit être basé sur une auto-connaissance loyale,
-
sincère et libératrice ; il faut aussi savoir se pardonner
ses erreurs, tout en pardonnant celles des autres.
La remise en ordre, dans le cas de troubles psychiques,
comme lors des maladies organiques, peut être effective )
et réelle si les causes.profondes des malaises ont été dé-
couvertes et corrigées. · vouloir réprimer les tendances dy-
namiques ou réactives de la nature humaine, aboutit à les
0
dévier et à les rendre ainsi destructrices. Il faut les
conna!tre afin de les orienter dans un sens positif et
créateur, en s'aidant des valeurs de l'âme (toujours pré-
sente) .
La matière du corps physique, avec les aspects de la Per-
sonnalité, servent de véhicule pour la manife s tation de
cette âme

, elle-même, sert à son t o ur de vé h icule pour
la manifestation de l'Esprit. L'Etre humain c o mprend d o nc
trois éléments


le corps, l'âme et l'Esprit. L ' âme, elle,
s'exprime à travers la conscience devenue claire. Cette
trinité est synthétisée par la Vie pénétrant tout, nous
dit H.P. Blavatsky dans ''La Doctrine Secrète''. Elle ajoute
''L'Esprit libéré, seul, est capable de saisir la Source
d ' o ~ il est sorti et o ~ il doit, à la longue, revenir''.
Les hommes dits de science, nomment aussi inconscient la
Conscience Absolue (ou Supraconscient), à cause de leur
difficulté à pénétrer, à transcender l'insaisissab le et
à la différencier correctement . Etant eux-mê me limités par
leur culture intellectuelle, l'infini ou l'Illimité leur
est difficilement concevable. Très peu d'entre eux encore
ont construit le PONT servant à relier le mental inférieur
65
)


• ....
----
1
• •

- I
au mental s u périeur ; est le monde de la Connaissance
juste du microcosme - l 'homme, comme du macrocosme - l'U-
nivers. Ils sont en allant reconna!tre la Supra-
conscience en Soi, on con struit ce nécessaire pont, fait
de Lumière et de couleurs.
- 66 -

--
- II
LE FAIT DE LA PSYCHIATRIE
Le concept de maladie mentale, à notre époque, est analo-
gue à celui de la sorcellerie au xvème siècle . Si au XIIIème
siècle l'Inquisition prit naissance, afin d'organiser la
chasse aux sorcières, de m3me la psychiatrie fut instituée
contre la menace des fous, des aliénés

'
une loi créa les
asiles de fous en 1838 .
La persécution des sorcières se prolongea pendant plus de
quatre siècles, celle des malades mentaux se poursuit de-
puis, nous dit le Dr PASSEBECQ dans "Psychothérapies par
les Méthodes Naturelles'' (Ed. Dangles) . Le bouc émissaire
a toujours été tenu pour responsable de tous les maux de
la société (sorcière, microbe, virus, etc ... )

'
il ajoute,
le complexe inquisiteur-sorcière dispara!t, pour laisser
la place au complexe aliéniste-aliéné .
Un psychiatre américain le Professeur Th. SZASZ a publié
un livre'' Fabriquer la folie'' (Ed . Payot), dans lequel
il montre le concept de maladie mentale comme étant erroné
et trompeur. Les de la société, basés sur lui,
'
constituent une idéologie immorale, faite d'intolérance .
Il n'admet pas le terme de déviant social, donné à des in-
dividus accusés d'être des malades mentaux. On utilise cet-
te étiquette, dit-il, dans le but de les mettre à part,
en tant inférieurs, et de justifier ainsi leur
contrôle par la société, comme leur persécution et leur
annihilation complète.
Qui est réellement malade menta l ?
Personne ne le sait vraiment ; selon MENNINGER l'homme est
atteint de la maladie mentale originelle. La psychiatrie
a formé une véritable institution, tout en étant une pré-
tendue branche spécialisée de la médecine. Elle est devenue
une entreprise quasi totalitaire et collectiviste, à travers
- 67 -
-
-
-
-
--
1
- II '
laquelle le médecin
tre est donc devenu
sert l'Etat, non le malade. Le psychia-
' un agent de l'Etat ; l' orientation de
1
cet Etat, dans le monde des idées psychi atriques, modèle
son jugement en fonction de sa propre a dhésion à une Ecole,
en déf inissant le comportement humain. L'individu devient
a insi l'esclave du groupe agresseur ; or, ce dernier est
la cause même de sa désorganisation, psychique ou nerveuse
le modèle de vie offert par la société d'aujourd'hui ne
lui convient pas
manière.
• , il n'a pu s'y intégrer et fuit, à sa
Ce véritable drame humain est en extens ion, le nombre des
malades ne cesse d'augmenter, il a décuplé en cent ans.
En France, il y a plus de 15 0 . 000 malades mentaux

'
l'an
dernier, 90.000 français ont fait des séjours dans des é-
tablissements psychiatriques. Et ils sont entretenus dans
l'idée d'un retour en clinique périodiquement, inévitable-
ment l
Comment comprendre la difficulté psychologique d'une per-
sonne dont le véritable problème n'est pas d'ordre médical .
Le cas dit
' nevrose, par exemple, répond par référence à
des conduites bizarres, apparues en état de crise

'
l'es-
sentiel de cet appel demeure ignoré. Les troubles psychi-
ques naissent eux généralement de fatigues ou de tensions
trop fortes nommées d'abord dépression, ou excitation ex-
cessive. Le psychotique ne peut de ce fait soutenir une
a ctivité professionnelle dite normale . Le terme schizo-
phrène, est allemand et dérivé de fendre

'
ceci signifiant
sa séparation du groupe social

'
différent des autres, sou-
ve nt mystique et mal accepté, ce malade porte une étiquet-
te. De nombreuses personnes se targuent d'avoir été clas-
sées parmi les maniaco-dépressifs ; ceci leur permet de
re fuser tout effort, leur fuite des
' 0
necessa1res responsa-
bilités peut ainsi s'installer. Et puis, il y a les déli-
res paranoiaques de type essentiellement revendicatifs.
Avec leur agressivité domi n atrice que revendiquent-ils,
si ce n'est d • être délivrés de leurs traumatismes, généra-
lement antérieurs à la naissance (mais cela le monde veut
l'ignorer). Chez les jeunes la musique rock joue là un r8·
le important.
• ,
)

-
-
--( ·•
'-
- II
Pour traiter ces ~ t a t e , la médecine des désordres dits
mentaux, a utilisé l'électrochoc, provoquant des chocs
électriques, ou l'insuline, ou bien encore l'électro-nar-
cose. Les buts recherchés ont été la mise au repos du cor -
tex cérébral par des comas, dits contr8lés
• • •
Or, le cer-
veau est un organe particulièrement fragile ; néanmoins,
le scalpel est également utilisé et la lobotomie fort pra-
tiquée.
Viennent ensuite les drogues , appelées médicaments, essen-
tiellement produits de l'inhumaine chimie . Les groupes les
plus importants sont


les antidépresseurs et neurolepti-
ques, suivis des tranquilisants et psychotoniques ; ils
engendrent des besoins, puis des habitudes, sources de to-
xico manies . L'abus actuel des stimulants , en particulier,
des sympathicomimétiques, aggrave l'hypersensibilisation
somatique permanente. A cela s'ajoute l'exitabilité d'o-
rigine psychique, dûe aux conditions actuelles de vie. Les
tensions psychologiques, sources de maladies naturelles,
avertissent d'un danger

1
mal comprises elles engendrent
d'autres maladies d ' ordre psychique, puis somatique, d'où
le mot


psychosomatique.
Dans ''Réfléxions sur la conduite de la Vie'', à ce sujet,
le Dr Alexis CARREL, prix Nobel, dit


''La Science a ouvert
à l'homme un pays merveilleux , mais plein de dangers. Nous
avons été trompés par d'étranges mirages''
•••
-
- 69 -
-
-
-
-
-
-
- III
Meditation
LA CONSCIENCE PLANETAIRE
Prenez la bonne attitude et situez votre conscience dans
le haut de la tête.
Les fondations du Sentier spirituel sont toujours, la
,
me -
ditation, la discipline quotidienne et le service à tous .
L'effort nécessaire au début s'atténue, puis il n'est plus
un effort, on devient naturellement discipliné, les autres
valeurs nécessaires sont ainsi incorporées, misesen soi.
C'est alors simplement, naturellemen t, une manière d'être,
intégrée de façon permanente

1 elle est libératrice, quant
aux contraintes diverses rencontrées sans cesse . Décidez
de vous DETACHER de vos pensées et de vos habitudes néga-
tives, emprisonnantes.
La nouvelle méthode de réalisation passe par l'éveil d'une
plus large conscience

1
ceci implique une éne rgie générée
par le groupe, et il devient ainsi une entité. Cette der -
nière se crée loraque chacun décide d'apporter à tous,
et non par un ensemble formé attirés par un
gourou ou une forte personnalité, ou bien encore, un quel-
conque leader. Il y a en fait deux sortes de groupes


d'une part, le premier cas est maintenu difficilement en
place par les forces dominatrices d'un homme, d'autre part,
l'autre cas, composé de membres libres et magnétiquement
réunis. Ces derniers choisissent de travailler, d'oeuvrer
ensemble, parce qu'ils savent être les cellules d'un même
grand corps. La tâche primordiale de la nécessaire trans-
formation planétaire, doit permettre à ces groupes de nai-
tre

1 le processus a commencé cc il s'étend de plus en plus .
Le travail actuel ne plus à atteindre l'illumina-
tion personnelle , 11 va permettre aux âmes humaines généra-
trices de la qualité, d'entrer dans les affaires claires
et même d'établir de véritables relations avec les règnes
- 70 -
-
-
- III

de la terre (minéral, végétal et animal). L'Sme humaine

est aussi collective
,
elle a besoin de chacun de n ous
pour rechercher ensemble u ne illumination autre,
-,)
p lus lar-
ge, plus t otale . La conscience de ces groupes correspond
a ux besoins de notre époque, l'énergie rendue disponible
est là supérieure à celle d'autres êtres humains, réunis
seulement pour des raisons de type karmique, ou dans le
partage d'une r eligion commune. Tels ont été les premiers
pas ; maintenant le besoin profond consiste à percevoir
notre réelle appartenance au TOUT et ceci implique un chan-
gement de notre attitude personnelle. Il f aut donc se d é-
tacher, se décentraliser et se fondre
• • •
dans l'Unité r éa-
lisée par le groupe .
Cette démarche peut vous para!tre trop vaste , ou trop abs-
traite ; en fait et m ê ~ e vue simplement au niveau prati-
que, les conséquences sont réelles et ceci mérite un ef-
fort . Les méthodes du développement spirituel sont très

différenteA de celles du passé. La méditation a sa place,
l'action aussi, mais le but de la transformation est le
vécu dans la PLENITUDE . Pour l'atteindre, une réelle INTE-
GRATION est nécessaire, elle demande la coordination de
l'aspect vertical et de l'aspect horizontal de la Vie

'
toutes les tâches quotidiennes doivent être reliées au
monde spirituel, en demeurant toujours au centre de son
Etre. Ceci entra!ne la capacité de percevoir des plans de
conscience plus élevés, et d'établir également un contact
avec les autres humains, les animaux et toute la nature,
c'est - à-dire d'entrer ainsi en relation avec le COEUR
même de leur être, en augmentant sa propre sensibilité.
Il ne s'agit pas de se promener dans les bois et de dire
''Oh les jolis arbres'', mais bien d'être capable de perce-
voir comment vit ce végétal (si utile à l'équilibre de la
nature), de penser comme lui, ou comme une fleur, c'est-
à-dire d ' essayer d'entrer dans le champ de leur conscience,
en ressentant leur force, la puissance de le u r vitalité,
ou encore la façon dont ils captent les rayo n s du soleil
et produisent la beauté ou la chlorophylle. Cela peut être
facile à réaliser, ou très ' difficile. Dans un véritable
- 7 1
T
1 -

-
-
-
. -
1
'

• - III
déploiement d'Amour universel, il est possible de voir la
conscience des petites vies appelées des dévas, recevoir
d'eux des messages, ou encore d'établir de réels contacts
télépathiques, afin de créer une collaboration .
Nous vivons dans un Univers cosmique et la participation
harmonieuse de chacun, avec cet Univers est actuellement
proposée. Maintenant essayez sincèrement de partager les
uns avec les autres, vos aspirations les plus hautes, la
façon la plus belle de vous concevoir vous-même et pensez
"Je suis en essence un Etre cosmique, un être de Lumière
doué de la force d'Amour, venu sur la planète Terre pour
,
elever toutes les vies autour de moi". Chacun de nous res-
sent cela et a ce secret espoir ; vous n'allez peut être
pas jusqu'à le formuler clairement mais avez certainement
la conviction intime de votre capacité d'expansion de con-
science et même de communication subtile.
La discipline, la recherche intérieure personnelle, sont


ici les bases, les fondations

, le second pas de cette nou-
velle avancée consiste en un renversement d'attitude, c'est
à-dire accepter d'unir votre force à d'autres forces et
de créer, de cette manière, une synergie humaine . Ainsi
chacun de vous, au · lieu d'être limité par une étroite cons -

0
cience de groupe (comme cela existait encore récemment),
au lieu d'être seulement un ''membre de

chacun donc peut
"
accéder maintenant à un état total, de type planétaire.
Mais pour cela il faut apprendre à vivre sur deux niveaux
de conscience

, l'un, avec lequel vous participez pleine-
ment à ce champ total, puis l'autre, celui de votre indivi-
dualité pratique, concrète et différente de chacune des
autres.
En évoquant clairement et d'une façon continue cette nouvel -
le vision, un champ énergétique est créé
• , il permet à la
Présence divine d'être, et également d'en devenir person-
nellement conscient. En fait ainsi, un ange prend forme,
dans cette vie g l o ~ a l e . une grande entité transcende cha-
- 72 -
--
- III
que contribution individuelle. Les humains lui donnent
naissance mentalement d'une part, les forces cosmiques
d'autre part. Chaque vrai groupe a son Ange, son oéva

1
la compréhension de cette manifestation est désormais pos-
sible, à travers la Conscience planétaire unifiée par l'A-
maur universel.
Revenez doucement vers la conscience de votre personnali-
té, mais souvenez-vous, elle est capable d'extension, d'in-
tégration et d'union
• • •
- 7 3 -
1

'
;
- .
--
.J
l LMIUü l:i LUNNAISSANU
47, rue Franz Slwbert
31200 TOULOUSE
LA PARAPSYCHOLOGIE
- I - C
Cette sorte de science, parallèle s'est proposée d'étudier
et d'expérimenter, sous contr8le, pour éviter les super-
cheries, un certain nombre de phénomènes de la vie humai-
ne ou animale et nommés : télépathie, voyance, télécinésie,
prémonition, dédoublement, petite et grande hantise. Ils
sont qualifiés de paranormaux ; ce mot ne relève d'aucune
définition objective, mais caractérise une certaine atti-
tude parallèle et subjective. Ceci établit une conception
d'effets, considérés comme normaux, ou anormaux. Cette op-
position est d'ailleurs, apparemment, le seul motif de leur
insertion dans une discipline unique. On ne voit pas à
priori, pourquoi des phénomènes si différents, devraient
s'intégrer au sein d'une recherche commune. Les uns ont
des effets purement psychologiques, les autres sont d'ordre
physique, mais relèvent du psychisme inférieur.
La conception du NORMAL (ou normalité), est des plus vagues
en psychologie et plus encore, en psychiatrie. Une défini-
tion du dit, normal, étant cependant supposée acquise, il
faut encore distinguer entre l'anormal pathologique et l'a-
normal purement exceptionnel.
En dépit d'un énorme effort poursuivi depuis trois généra-
tions par un grand nombre de chercheurs, la Parapsycholo-
gie n'a guère dépassé jusqu'ici, le stade de l'inventaire.
Elle est surtout, actuellement, une sorte d'histoire na-
turelle, se bornant à décrire des phénomènes. Son bilan
paratt difficile à négliger ou à rejeter sans examen ; une
grande familiarité de ces phénomènes a étéacquise, certains
sont même relativement faciles à obtenir. Néanmoins, même
ainsi observés , ils échappent à toute sérieuse interpré-
tation. Les tentatives pour ramener la télépathie à un si-
gnal cybernétique, cachent l'essentiel

'
ce signal, en
effet, peut être décalé dans le temps et provenir en appa-
rence du dans la par exemple.
Le cadre spatio-temporel et physico-mathématique hérité
en partie de Descartes, où s'inscrivent toutes les scien-
- 74 -
- I
'
ces académiques, semble ici bien insuffisant. Et cela,
pour certains, expliquerait les débuts difficiles de la
Parapsychologie. De plus, il faut admettre un pourcentage
élevé et inévitable de fraudes, ou d'erreurs.
Voyons rapidement ces phénomènes


La Télépatie se définit comme la transmission
ou la réception, soit d'une pensée, soit d'une
représentation mentale sous forme d'image. Elle
est donc un moyen subtil de communication. cons-
ciemment ou non il faut établir une même longueur
d'onde, entre l'émetteur et le récepteur. sur
un plan supérieur, elle va se développer utile-
ment avec l'Ere du Verseau, dans les groupes en
particulier.
La Voyance se situe uniquement dans le domaine
astral. Elle consiste à recevoir ce qui est ap-
'
pelé le cliché d'une personne, ou d'une · situation,
généralement d'une manière inattendue et avec,
toujours un impact émotionnel. De plus, là est
le monde actif des désirs inférieurs, sources
de mirages il faut donc rester vigilant et s'é-

'
lever vers le plan mental.
La Télécinésie (ou psychocinèse) réside dans le
fait de provoquer volontairement des mouvements,
des déplacements d'objets, sans avoir de
physique avec eux. Le médium utilise, uniquement,
sa force psychique

1
elle est capable d'interve-
nir dans le corps éthérique de l'objet,
consciemment, et ainsi, de le déplacer.
même

1n-
Les prémonitoires sont assez répandus. Ceci
amène la personne a informée d'un fait, d'un
état ou d'une situation, par anticipation. Malheu-
reusement on surtout sur ceux d'ordre
négatif, ils sont, bien sQr, les plus nombreux.
- 75 -
- ·
--
--
--
. -
- I
Le Dédoublement (ou décorporation) entra1ne le
sujet à sortir de son corps physique, devenu ain-
si inhabité

, le corps astral se déplace alors
librement dans l 'espace . Provoquée surtout par
des drogues hallucinogènes (ou médicamenteuses),
très dangereuse est cette expérience.
Par petite hantise (ou poltergeist), se distingue
un ensemble de manifestations physiques tel, bruits
divers et déplacements incontralés d'objets

,
ils surviennent en général dans une pièce ou une
maison, habitée par un adolescent, ceci au moment
de sa puberté (action des glandes par le psychis-
me sur le corps éthérique).
La grande hantise, elle, est considérée comme
un phénomène consistant à voir des fantômes. Les
habitations anciennes sont plus propices à ce
genre de manifestations

, ceci concerne les p e r ~
sonnes très réceptives sur un plan inférieur et
reliéesau passé. Bien entendu ces expériences sont
à éviter, elles aussi.
La recherche actueLle de la parapsychologie se situe sur-
tout sur le plan technique • , elle est une sorte d'appren-
tissage de la transe par psychopharmacologie •

droguES psy-
chédéliques, narco-analyses, etc
• • •
Comment en sortent
les sujets traités ?
Les phénomènes parésiques sont considérés comme des mani-
festations de forcesparanormales, aboutissant à des faits
physiques. La stigmatisation peut ~ t r e rangée en premier
parmi eux ; en effet, sous l'influence de l'imagination
et du désir soutenu, toutes sortes de changements organi-
ques peuvent se produire. Dès 1888 Von Krafft Ebing réussit,
avec des sujets en état d'hypnose, à provoquer par la sug-
gestion post-hypnotique, l'apparition de certains signes
sur des parties du corps désignées à l'avance. On avait,
par là même, la preuve du "stigmate psychogène". Depuis
- 76 -
.
- 1
François d'Assise, de nombreux mystiques ayant l onguement
médité sur les souffrances du Christ, ont été cités


ainsi,
ils arrivaient à présenter sur eux-mêmes les blessures de
la Passion. Des durant ce de stigmatisa-
tion fut considéré comme, miraculeux. Or ces faits doivent
être compris comme des phénomènes para-psychologiques, et
ils ont contribué à une meilleure connaissance du domaine
psychosomatique.
Outre l'idéo-plastie intra-somatique (sur soi-même), il
y a une idéo-plastie extra-somatique, comme la
se. Ce terme désigne donc des mouvements, des déplacements
volontaires d'objets, sans contact avec eux. On a voulu
reconna!tre dans ces la preuve d'une substance,

d'une composition encore inconnue, intervenant parfois.
'
Nommée Substance X, elle est envisagée comme sensible à
l'influence de l'imagination, exactement comme le
corps physique à travers les cellules, amenant par une
idée bien fixée, la ou la maladie (lorsque le karma
n'intervient pas).
Certains psychiatres considèrent l'apparition des obsessions
comme étant dÛes à des influences télépathiques provenant
de l'entourage du patient ; il est nécessaire d'élargir
ce point de vue. Dans le domaine de la Philosophie et de
la Psychologie ésotérique, la télépathie donne de nouveaux
arguments à la doctrine métaphysique, selon les
psychismes individuels doivent être vus comme des éléments
d'un Tout psychique plus vaste, non séparés les uns des
autres.
Les phénomènes situés hors de l'espace et du temps, obli-
gent la révision de concepts demeurés na!fs. L'étude du
fait religieux doit aussi être renouvelée, certains saints
ayant été dotés de dits pouvoirs paranormaux. Les théolo-
giens, eux aussi, s'intéressent à cette recherche, ten-
dant à voir comment peut s'établir une relation avec la
croyance en la survie et la réincarnation, abandonnée par
l'Eglise depuis de nombreux siècles.
- 77 -
-
' \

-
-
--
-
-
-
-
- I
La Parapsychologie établit ses recherches dans le corps
astral (les livres sérieux sur ce sujet s'expriment ainsi).
Elle ne sait pas encore combien ces expériences sont dan-
geureuses pour l'homme

1 il y a là de nombreuses forces
particulièrement désorganisatrices pour l'équilibre humain.
Néanmoins la recherche de la vérité, dont l'âme est le mo -
teur, commence souvent à travers cette démarche, en parti-
culier lorsqu'on a des facultés psychiques, acquises dans
une vie antérieure.
Les sollicitations faites aujourd'hui par d'innombrables
stages, livres, expériences diverses, sont mises en forme
par des instructeurs ou des animateurs, parfois sincères,
souvent spéculatifs, mais surtout ignorants . Ils conduisent
ainsi leurs élèves à des déboires, ou déclanchent en eux
des maladies d'ordre psychosomatique. Au mieux , ceci les
incite à aller vers d'autres recherches plus mentales ,
plus vraies grâce à une orientation spirituelle, où la Lu-
mière de l'âme permet d'éviter les pièges.
Les réactions physiques d'un être humain, ses habitudes
émotionnelles , ses processus mentaux n o rmaux, ou anormaux
(donc paranormaux) sont aujourd'hui beaucoup mieux compri-
ses, nous dit Ali ce BAILEY dans "Traité sur les Sept Rayons"

(Psychologie Esotér·ique). Il faut maintenant acquérir une
meilleure connaissance des qualités propres au Rayon cos-
mique en relation avec l'!me de l'individu, et voir ainsi
ses effets sur sa personnalité et son tempérament.
Les Ecoles de mysticisme développent les facultés paranor-
males et l'introversion. Ainsi apparaissent de pseudo-pou-
voirs, situés hors du centrale correct du mental. La voie
ouverte vers des mondes intérieurs, plus ou moins flous,
devient alors la ligne d'expression, et les réalisations
dans le monde des activités physiquesen souffrent. Seul
l'équilibre entre les deux aspects de la vie de l'homme
(objectif -subjectif, ou concret-abstrait) doit @tre recher-
ché, hors de tout exhibitionnisme ou vedettariat, particu-
lièrement dangereux ici.
sur le plan dit scientifique, la démonstration basée sur
des statistiques, conduit seulement à des impasses.
- 78 -
--
-
- I
Les véritables valeurs spirituelles seules contiennent
le Pouvoir divin, celui du Logos créateur, avec lequel
l ' ~ t r e humain doit apprendre à coopérer.
La Psychologi e ésotérique va, fort heureusement, rempla-
cer la Parapsychologie, école de mirage s dans un dé sert
mouvant, celui où se situe la voyance et tous les autres
phénomènes du psychisme inférieur, instigateur d'effets
déformés et dangereux, donc à éviter av ec soin.

- 79 -
~
• .
-
~
' .
\

..
II
L'OEIL ET LE CERVEAU
= = = = = = = = = ~ ~ = = = = = = = = =
La matière, nous le savons, est composée d'atomes et cet--
te notion a déjà été introduite dans la science par les
philosophes de la Grèce antique, en particulier avec Démo--
crite, cinq siècles avant notre ère. Tout processus fai--
sant intervenir la vision, est toujours codé sous forme
d'impulsions électriques, et l'atome, la plus petite struc--
ture énergétique, comme tout objet, peut être appréhendé
par l'homme à travers la perception d'une image

, or, elle
intervient inversée sur la rétine de l'oeil humain. Cette
image est un REFLET, cela PLATON l'a bien exprimé par sa
célèbre allégorie de ''La Caverne des Ombres'', o ~ le mon--
de des apparences, reflet déformé de la Réalité, encha1ne
les prisonniers dans ce lieu sombre d ' o ~ ils n'osent pas
sortir.
Maintenant les physiciens parlent de photons et de l'in--
teraction de ces grains de lumière avec l'objet vu. Ces
photons atteignent l'oeil humain

, ils sont alors porteurs
d'informations traduites, ensuite, par les aires visuelles
cérébrales, en termes de couleurs d'abord, puis de formes.
'
Les couleurs claires et brillantes expriment toujours la
qualité.
Entre le moment o ~ le rayon lumineux frappe la rétine et
le fond de l'oeil, et celui
'
ou se forme une image dans le
cerveau, il s'écoule seulement quelques milli--secondes
pendant lesquelles l'information lumineuse reçue subit
divers traitements et effets successifs, dont nous n'a--
vons aucune conscience.
Ainsi VOIR, regarder à l'extérieur de soi, c'est déduire
de deux cartes planes (il y en a une dans chaque oeil)
une représentation, à trois dimensions, du monde connu.
Ces transpositions rendent possibles nos déplacements,
ou le fait de saisir un objet, par exemple.
Bien entendu, interviennent ici les phénomènes psychologi--
ques de l'attention, de la mémoire, d'autres encore. Mais
de plus, les tracés visuels sont croisés par des fibres
.. 80 ..
....
-
- II
nerveuses ; de ce fait, le champ visuel de la moitié gau- '
che, est analysé dans l 'hémisphère droit du cerveau, et
vice-versa.
L'homme, être étrange et complexe, reçoit donc d'abord,
l'image inversée sur la rétine de son oeil,
' ou elle va
ensuite se redresser ; quant aux voies de la perception
visuelle, sans cesse parcourues d'impulsions électriques,
elles sont croisées.
C'est en gros ce que dit Michel IMBERT, professeur de
l'Université d'Orsay, sur les mécanismes de l'oeil et de
l'image. Réalisez combien ils sont, à la fois, étranges
et merveilleux .
La relaxation des yeux et du cerveau sont donc indispen-
sables pour permettre à: ces mécanismes subtils de ne pas
se bloquer afin de fonctionner correctement. Cette démar-
che commence justement avec le glissement naturel des

paupières sur les yeux

'
en relachant consciemment les
tensions des paupières et des globes occulaires, les cris-
pations logées dans les muscles et les nerfs de cette par-
tie de la tête amènent ce voile de chair à s'interposer.
Ainsi en neutralisant la sollicitation extérieure perma-
nente, la possibilité d'une détente peut s'établir, et
une période de calme intervenir comme source de récupéra-
tion. Bien entendu les images intérieures (le cinéma per-
manent de l'imagination), doivent également ~ t r e stoppées
et le cerveau peut ainsi se relaxer. Très difficile à réa-
liser au début, ceci demande un entra1nement souple, régu-
lier et persévérant

'
le résultat positif est certain .
Le cerveau représente deux pour cent du poids du corps
humain, mais il accapare quatorze pour cent de la circu-
lation sanguine et vingt trois pour cent de l'apport total
d'oxygène, apporté par la respiration. Il n'accomplit pas
de travail mécanique -comme la main par exemple-, mais
consomme beaucoup de sucre. Pourquoi a-t-il besoin de tant
de combustible ? - Sans doute pour transformer en ondes
électriques et en influx nerveux, la force née de l'action
- 81
-
....
- II
chimique résultant du mélange : oxygène-sucre. Et il a
également besoin de phosphore.
Si la circulation sanguine s'altère, il y a rapidement
perte de conscience, puis coma. En huit minutes, des lé-
sions irréversibles, peuvent intervenir

, les cellules cé-
rébrales n'ont plus alors la possibilité de se régénérer,
la détérioration est irrémédiable .
L'épuisement, le surmenage, l'excitation, sont aujourd'hui
des facteurs importants de troubles cérébraux. Apprendre
à faire le vide mental devient une nécessité, ceci est
encore très peu utilisé et mal compris. Sur ce sujet, le
philosophe ALAIN disait


''Apprendre à ne plus penser,
c'est une partie et non la moindre, de l'art de penser".
L'intellect étant trop sollicité, les désirs, les pensées,
et les souvenirs, se bousculent. La bonne technique con-
siste à faire l'effort de rester calme, sans image

'
li-
bre et clair doit ~ t r e le cerveau de plus en plus souvent,
de plus en plus longtemps. Le Mental supérieur supplantera
alors l'inférieur, et l'intuition pourra alors s'exprimer
à travers le Supraconscient.
Détendez-vous, fermez les yeux en respirant profondément,
libérez votre t ~ t e , votre cerveau de toute impression .
Essayer de réaliser combien de temps vous pouvez rester
ainsi, est-ce dire, quinze, ou trente secondes 7 - L'im-
portant consiste à ne plus créer de barrage, à rester
réceptif aux perceptions spirituelles comme aux impressions
télépathiques de type supérieur .
- 82 -
-
. -
-
(
-
... _ ..
1
Méditations
VISUALISEZ LA NOUVELLE GENESE
============================c
Oubliez tout et vivez cela •

- III
Toutes les nations de la terre, faites d'hommes noirs et
blancs, riches et pauvres, du Nord au Sud, de l'Est à
l'Ouest, et de toutes croyances, ont un jour envoyé des
émissaires dans une grande maison de verre,
,
nommee O.N.U .
Située dans l'ile de Manhattan, elle a pour but de leur
permettre d'étudier ensemble, de penser ensemble, et aus-
si, ensemble de prendre soin du monde et de tous ses habi-
tants.
Dieu dit


"Cela est bon" .
Et ce fut le premier jour du Nouvel Age de la Terre.
Les soldats de la paix prirent pour tâche de séparer les
combattants des nations en querelle ; ainsi les différends
devaient être réglés par la négociation, non par les armes.
Les dirigeants des nations se regardant les uns les autres,

se parlant en unissant leur coeurs et leurs idées, devaient
mettre leurs forces respectives au service de toute huma-
nité.
Dieu dit


"Cela est bon" .
Et ce fut le deuxième jour.de la Planète de la Paix.
Les hommes se mirent alors à aimer toute la création, les
étoiles et le Soleil, le jour et la nuit, le ciel et les
océans, la terre et les eaux, les poissons et les oiseaux,
les fleurs et les plantes, mais aussi leurs frères et
soeurs, les humains.
Dieu dit


"Cela est bon" .
Et ce fut le troisième jour de la Planète Unie.
Alors ils purent supprimer la faim, la maladie, l'ignoran-
ce et la souffrance, tout autour du globe, procurant à
- 83 -
.....
• •

- III
chaque être humain une vie décente, consciente, responsa-
ble, réduisant la cupidité, le pouvoir et les richesses
du petit nombre des nantis égolstes.
Dieu dit


''Cela est bon''·
Et ce fut le quatrième jour de la Planète de Justice.
Ainsi ils commencèrent à vivre en harmonie avec leur Pla-
nète, et en paix les uns avec les autres, gérant sageme nt
les ressources, évitant la pollution, freinant les excès,
remplaçant la haine par l'Amour, l'avidité par la simpli-
cité, l'arrogance par l'humilité, la division par la coo-
pération, la méfiance par la compréhension et la confiance
entre tous.
Dieu dit


''Cela est bon".
Et ce fut le cinquième ;our de la Planète d'Or.
Les peuples détruisirent leurs armes, bombes et missiles,
bateaux et avions de combat, ils démantelèrent leurs base s
et congédièrent leurs armées, gardant seulement des poli-
ciers de paix, pour protéger le bon du mauvais, et le nor-
mal du fou.
Dieu dit


''Cela est bon'' .
Et ce fut le sixième jour de la Planète de Raison.
Les hommes rétablirent Dieu et la Personne humaine, comme
l'alpha et oméga ils réduisirent les institutions, les

,
croyances, les politiques et les gouvernements. Toutes
les entités humaines furent de simples Serviteurs du peu-
ple et du monde.
Ils purent alors adopter la Loi suprême


''Tu aimeras le
Seigneur ton Dieu de tout coeur, de toute ton âme, et de
toutes tes forces. Et tu aimeras ton prochain comme toi-
m3me".
Il n'est pas de plus grand comma ndement.
Dieu dit


''Cela est bon•• .
Et ce fut le septième jour de la Planète devenue Divine.
Telle est la Genèse de l'Ere Nouvelle, elle nait actuelle-
ment.
- 8 4 -
1
'
'
'
'
....
....

III
Conservez ces images vivantes dans votre Coeur et votre
Mental, afin de leur donner, à travers vous , elles la Vie

,
amplifieront l'Eveil des hommes à la Conscience planétaire,
l'Heure en est venue 1
Revenez ensuite doucement à un état mieux intégré, dans
un monde où l'environnement est encore chaotique, en appa-
rence. Mais la nouvelle graine d'Harmonie lève maintenant,
cela vous l'avez perçu dans cette expérience, ou le per-
cevrez en y venant à nouveau
• • •
- Ceci a été inspiré et tiré d'un texte de Robert Muller,
paru dans la revue ''TRIANGLES'' .
- 85 -
-
--
--
-
-
-
--
-
-
-
-
'•ili.Kt El
41, rue Franz Shubert
31200 TOULOUSE
-I-,1-j
)
LE SON ET L'OREILLE
L'homme possède une fonction d'écoute, elle lui permet
d'abord de se diriger ; c'est aussi l'un de ses sens ap-
pelé l'ouie; par lui sont perçus les sons . Comment
fonction naturelle et nécessaire a-t-elle amené l'oreille
à devenir l'instrument de l'audition 7 - HERMES Trimégis-
te répondit à cela en disant : ''le son a fait l'oreille".
Le son aurait donc peu à peu amené l'oreille à être une
sorte d'instrument, permettant de percevoir les sons comme
nous le faisons. Mais le son comment le compren-
dre ? - Dans l'effet vibratoire de la vie, le premier de
la description symbolique, il est à la fois Verbe créateur,
et Son initial. Onde de propagation il agit en permanence
sur le champ éthérique de l'Espace dans lequel baigne l'hom-
me, l'habitant de la planète Terre. Le Son est donc la ma-
nifestation première et il existe dans le silence, ·
hors de toute perception auditive ; l'air environnant con-
tient ce bain sonique, reconnu comme indispensable à la
Vie.
Etant l'expression"même de tout mouvement soumis au champ
actif des particules, le son continue donc sans cesse
d'exister, même en dehors de toute écoute. Mais un besoin
naturel, instinctif, consiste pour l'homme à capter les
stimulations ainsi émises ; elles sont liées à la vie et
s'inscrivent dans l'inévitable relation avec l'environne-
ment et avec l'Univers lui-même.
la base de toutes les réactions .
'
Le son est partout et a
Produit du Cosmos, l'être humain se trouve sans cesse in-
séré dans Ses stimulations, dont les bombardements l'ac-
tivent et l'animent . Des champs énergétiques divers (ex -
pressions des Sept Rayons cosmiques fondamentaux) le re-
chargent dans le sens positif , ou le déchargent par des
forces négatives, donc désorganisatrices. Le cortex céré-
bral doit sans cesse rechargé et ces stimulis lui
- 86 -
-

-
-
-
. - . I .
fournissent le tonus à tous les mouvements,
même intérieurs.
Le Professeur A. TOMATIS dans son ouvrage "Vers l'Ecoute
Humaine" dit
0
0
"Initialement appareil de recharge du tonus,

()
l'oreille devint, dans une vaste démarche
tative, l'appareil de reconnaissance des sons
permettant d'abord l'orientation spatiale, puis
une sorte de radar capable de capter les· infor-
mations. Enfin dans une nouvelle avancée, elle
devient l'organe de l'audition consciente (de
la voix, ou de la musique par exemple) .
Son but réside dans le sens de l'Ecoute (sub-
'
tile), à l'homme sa véritable dimension
spirituelle
• • • et la transcendance de son état
d'humain".
Aujourd'hui peu de personnes savent se reposer, se déten-
dre et vivre pleinement. Habitué à un mouve ment ininterrom-
pu, à un bruit continuel, l'homme est devenu incapable de
rester tranquille et de supporter le SILENCE. La musique
peut être là d'un grand secours

, il n'existe pas de
moyen plus efficace pour procurer réellement la détente
nerveuse, ou mentale, devenue nécessaire. Ainsi elle fait
pour le coeur, en l'ouvrant à l'âme, ce que le sommeil
fait essentiellement pour le corps physique.
Les adagios calmes et beaux, certaines sonates apaisantes
et les concertos inspirés, favorisent, par leurs harmonies,
un délassement naturel et sain, bien supérieur à celui
procuré par les sédatifs chimiques ou les neuroleptiques.
La musique élève les sentiments et éveille les émotions
nobles

, certaines personnes appartenant au type psycho-
logique dit, pratique, ou trop intellectuel, ont leur mon-
de affectif peu· développé, ou encore refoulé. Ceci les rend
arides, insatisfaites et renfermées. La musique peut
,
re-
veiller et réchauffer le coeur, établissant en elles la
communion avec la nature, avec l'humanité, et même avec
- S7 -
\

--
--
'
·-
-·-----------
- I
Dieu ; la voie de leur !me, ainsi sollicitée, peut s'ou-
vrir. Les belles harmonies ont ce pouvoir et elles doivent
être utilisées dans ce sens.
Son influence sur l'inconscient procure souvent un effet
curatif, précis, spécifique . Certaines formes de musique

contribuent à lever des barrières de résistances, faisaht
affleurer dans le champ de la compréhension, des impulsions
des émotions négatives, ou encore des complexes, souvent
à l'origine de conflits intérieurs et causes des troubles
neuropsychiques. Une identification à un plan supérieur
intervient alors, les perturbations disparaissent et la
santé s'instaure.
Les sons bien rythmés, de qualité et de caractère élevé,
peuvent donc aider à transmuer, à sublimer, toutes les ten-
dances psychiques mal orientées. Elles deviennent d'abord
inoffensives, puis contribuent à l'intensification des
expériences intérieures libératrices . Et l'enrichissement
de ce vécu peut aller jusqu'à une transmutat i on spirituel-
le, toutes les anciennes difficultés s'effacent alors.
La souffrance devient progressivement plus bénigne, puis
appara!t, l'acceptation ; source de joie, elle aide
aux derniers entratnant l'expansion de la
conscience devenue claire.
Cette nécessaire sublimation est particulièrement favori -
sée par la musique de certains compositeurs

1 ils ont eux
surmonté , un jour, les affres d'une vie difficile,
et sont ensuite entrés dans la paix. Elevés au-dessus de
leur propre douleur, ils ont su exprimer dans leurs oeuvres
la puissance et la beauté, célébrant ainsi la joie, l'amour,
et la lumière de l'âme, alors rencontrés. Cette expérience
merveilleuse, ils ont souhaité la communiquer aux autres
et à l'humanité ; les grands compositeurs ont toujours le
sens de l'universel.
La Synthèse Cosmique se dessine, elle propose de reconna1 -
tre aujourd'hui les lois, les rapporta et les rythmes des
sons, réglant la Vie de l'Univers. Selon la concep-
tion de Pythagore, "L'Univers est un Tout ordonné, cons-
truit selon des proportions harmonieuses, musicales et
géométriques". Or, les éléments fondamentaux de la géomé-
- 88 -

-

-
. -
- I
trie sont les divisions du cercle. Ces divisions existent
dans le Zodiaque, elles donnent aux constellations leurs
configurations, base des douze attributs divins, nommés
Signes ou Symboles astrologiques. Ils produisent ainsi
des sons, des harmonies, expressions des Sept Rayons cos-
miques consti tuant toutes les formes vivante s
• , ce monde
manifesté est le reflet même de Dieu ; il est aussi s o ~ .

oeuvre.
Avec l'actuel changement d'Ere, le ''Grand Musicien de l'U-
niver s'' change les ton s . Il fait rés onner une autre note,
amenant ainsi l'ensemble vers un nouveau tour de la spira-
le, appelée ''Roue de la Vie". Le septième Rayon, exprimant
la couleur violette, entre en activité •
1 à ce sujet le
Mattre Tibétain O.K. dit


" Le Rayon violet correspond
.
à la lettre G (septième lettre de l'alphabet, elle traduit
la septième note de musique, le Si). Les Sept Rayons cos-
miques apportent avec eux et dans chaque règne de ' la na -
ture, du minéral au spirituel, en passant par le végétal,
l'animal et l'humain, tous les accords utiles, entratnant
les nécessaires changements cycliques . Ainsi les fleurs
bleues, en particulier les plus pâles, vont disparattre
progressivement, amenant d'autres variétés de couleur vio-
lette

, ce processus d'apparition est lent, mais sar, com-
me tout dans la nature. Ceci cause des confusions dans les
milieux de la recherche scientifique

1 seule la compréhen-
s ~ o n de ces Sept Rayons, causes et sources de toutes les
manifestations extérieures de ce monde (apparemment connu
et étiqueté), per mettra d'en saisir le sens profond, sub-
til et réel, placé sous l'apparence. Ils sont la trame vi -
vante.
Le Son ou Parole divine, exprime l'idée fondamentale et
évolutive de l'Univers, c'est-à-dire, le but du Logos créa-
teur. L'oreille humaine, antenne et moyen d'écoute, doit
maintenant s'intérioriser et affiner sa sensibilité

'
ain-
si le cerveau physique percevra les Sons fins et harmo-
nieux, émis en permanence dans les sphères élevées de la
- 89 -

. ,

·-

-
..


- I
.
Conscience Cosmique. Ils sont générateurs de l'Energie
humaine .
L'un de ces Sons, appelé aussi, Mot Sacré, est le OM ;
chanté ou perçu dans les moments consacrés à la méditation,
i l oriente vers le ''Supraconscient'' et permet d'atteindre
le Plan du futur, connu de la Hiérarchie spirituelle. Ce

plan existe et l'être humain doit s'y intégrer
• , le OM ,
lui permet de relier, comme il convient de le faire mai n-
tenant, l 'aspec t inférieur de son Mental au supérieur.
Grâce aux Sons nobles, au AUM de type libérateur de la
personnalité restrictive, au OM de type intégrateur dans
l'âme, l'Ecoute humaine atteint la Réalité cosmique.
Au milieu des bruits discordants, agressifs et destructifs
émis par la part d'humanité encore inconsciente, il est
important d'apprendre à écouter le Si lence . Là s'expriment
les Sons fondamentaux, base de la Vie mouvante et évoluti-
ve perçus par l'Oreille Intérieure, devenue attentive

1
aux frémissement de la vie spirituelle, l'inspiration j ~ i l ­
lit et l'intuition traduit !
• • •
-
- 90 -

....
J
-
-

Moteur
à réaction
au sol
Marteau
pilon
LES NIVEAUX DE BRUIT
-- DÉCIBELS --
Seuil dt!
----v-----ta douleur

Atelier
de chaudronnerie
'tifli' dangereux
Musique
forte
Passage
du métro
Usine
Rue très
animée
Rue
animée
Conversation
Bureau
cs/me
..
.
App11rtement
• •

..
.
Vent dans
les .feu111tJs
Désert

Bruits
-----1 : 1 ,__ __ _
fat igants

____ Bruits
------... 1

-----1®---
...

Bruits
-----.\..
3
J.,----,égers
----20 ---
. ........ ...




-
-
-
- II
LA COMMUNICATION TELEPATHIQUE
----2==··---·-···------------
L'élément intermédiaire à travers lequel les courants de
pensées, ou les impressions reçues par l'être humain, ve-
nant de n'importe quelle source et produisant un impact
.-
sur son cerveau , est le corps éthérique du Logos plané-·
taire. Ainsi s'exprime la Psychologie ésotérique.
Les mots de la Bible sont •

"En lui, nous vivons, nous
nous mouvons et avons notre être" ; ils énoncent cette
Loi fondamentale et aussi le fait désigné par l'Omnipré-
sence divine. Cette Loi a son fondement dans la substance
de l'Univers
• , les hommes de science dénomment cela


l'éther, et ce mot couvre l'océan d'énergies interreliées,
constitua n t l'aspect énergétique de notre Planète, son
corps éthérique.
En abordant le sujet de la télépathie, il faut garder l'i-
dée selon laquelle le corps éthérique de chaque forme dans
la nature, dont celle de l'homme, fait partie intégrante
de la forme substantielle de Dieu lui-même
• , non bi en· stlr
la forme physique dense, mais la substance subtile , édifi -
catrice de la forme . Le terme Dieu, désigne réellement l'ex-
pression de la chaque forme extériorisée

sur le plan objectif et appelé d'abord, la Nature.
''L'union fait la force''
• , ceci est à la base de la commu -
-
nication télépathique, gouvernée par des Lois. Elles di-
sent


a) - Le pouvoir de communiquer réside dans la
propre nature de la substance elle-même
• , il de-
meure potentiellement dans l'éther cosmique.
b) - L'interaction de plusieurs mentals conver-
geants produit une unité de pensée

, elle est
alors suffisamment puissante pour être perçue,
puis reconnue et enregistrée par un ou plusieurs
cerveaux humains.
- 9 1 -
...


- II
Lorsqu'un 3tre humain peut fonctionner dans sa claire
( ··1
conscience non par propre à son cer-
veau, ni par sa nature émotionnelle , il découvre l'univer-
salité du principe mental ; c'est la première expression
de la conscience de l'!me. Il pénètre ainsi dans le monde
des idées, devient conscient de celles-ci au moyen de ce
mental, f onctionnant lui-même alors comme une plaque racep-

tri ee et sensitive. Il cherche ensuite ses frèr es ca p abl e s
de répondre au mê me genre d'idées et de réagir à la même
impulsion mentale, en même temps . S'unissant à eux, il se
re nd compte peu à peu du r apport ains i établi par la véri-
table Télépathie.
Lorsque les Centres de vie seront consciemment utilisés,
ce travail soigneusement dirigé mentalement ser a riche en
résultats. Prenons comme exemple une personne à dominante
émotionnelle et utilisant donc principalement, le centre
du plexus solaire ; si elle s'efforce d'entrer en rapport
avec une autre personne de type mental, il en ré sultera
seulement de la confusion. Les centres actifs sont diffé-

rents, ré ceptifs chacun à certains genres d'impacts ou de
forces et non à d'autres.
L'encha!nement au détachement des émotions est nécessaire
pour réussir dans le trava il télépathique. La sensibilité
intervenant ici est basée sur


- Celui de vos trois corps étant le plus actif,
là où vous vivez subjectivement la plupart du
temps (à l'intérieur) .

- Celui des Centres le plus expressif, au moyen
duquel vous contactez le plus facilement les
conditions d'existence, là où votre énergie vita-
le est focalisée de faç on prédominante et s'expri-
me le plus.
Le travail télépathique d'âme à !me, le seul souhaitable,
est le pl us élevé possible pour l'humanité ; à cette for-
me de communication sont dQs tous les messages ayant une
- 92 -
'-

-
-
-
-
- II
réelle valeur, les Ecritures saintes du monde, les paroles
ou les écrits illuminés de personnes vraiment inspirées.
Le langage du Symbolisme devient possible seulement s'il
y a une personnalité intégrée, avec la capacité de se fo-
caliser dans la conscience de l'âme. Le mental et le cer-
veau doivent ~ t r e amenés, en même temps, dans un parfait

rapport, l'essentiel, l'alignement des Centres, étant d ~ j à
réalisé correctement.
Cette science de la communication, débuta pour l'homme
par le sens du toucher, se développa au moyen de son) des
mots et des phrases, du langage de l'écriture et de l'art .
Puis elle atteignit les symboles élevés par le contact vi-
bratoire, la télépathie et le monde de l'inspiration dûe
à l'illumination du mental.
La télépathie intuitive est l'un des développement à ac-
quérir, elle est l'un des fruits de la véritable méditation,
et les trois Centres de la tête deviennent alors actifs ;
ainsi, le Centre de la Tête reçoit les impacts de sources
supérieures et le Centre Ajna, les impressions idéales.
Il est possible d'émettre les valeurs identifiées en uti-
lisant le Centre de la gorge. Ce dernier devient créateur
en incorporant l'idée perçue par intuition, avant d'être
'
transmise par la parole.
Il est de plus en plus question de la "psychologie des fou-
les" avec son caractère déraisonnable et son activité aveu-
gle, réaction de masse à des impressions de plexus solaire
transmises de groupe à groupe. L'opinion publique, elle,
est faite de vagues réactions de la part de la masse des
hommes, commençant à chercher maintenant, encore à tâtons,
leur chemin sur le plan mental ; ils sont sensibles aux
idées les plus activee, telles celles des hommes politiques.
Les mots écrits et parlés ne sont pas eux-mêmes capables
de justifier le déploiement de l'opinion moderne, comme
nous la connaissons actuellement. Il s'agit ici de télé-
pathie du mental inférieur.
L'Amour (non le sentiment), est la clef du succès des actes
télépathiques. Aimez-vous les uns les autres, avec un renou-
veau d'enthousiasme, et cherchez à exprimer cet Amour ma-
gnétique le plus possible, en utilisant la pensée juste.
- 93 -
- II


L'Amour doit rayonner à travers tous, comme force régéné-
ratrice, en utilisant la Loi altruiste d'Harmonie, source
de l'Unité.
La force du mental supérieur contient une possibilité d'é-
nergie illuminatrice ; elle est capable d'éclairer le che-

min d'une idée , comme de la for me devant être trans mise'
ou reçue. La Lumière est de la matière subtile et l'éner-
gie de la pensée peut se transmettr e sur un rayon de lumiè-
re. Ceci est l'un des énoncés parmi les plus importants,
relatif à la Science de la télépathie.
Pratiquement , la première phase de la réception de ce phé-
nomène est toujours l'enregistrement d'une impression, gé-

'
néralement vague, au début. Puis la pensé e , l'idée, le des-
sein ou l'intenti on de l'émetteur se précise ; elle passe
à la seconde phase et se présente, alors, comme une forme-
pensée claire, bien structurée. Finalement , cette forme-
p e nsée produit un impact sur la conscience cérébrale, en
un endroit situé exactement derrière le centre Ajna, dans
la zone de l'hypophyse.
La Science de l'impression, étudiée et appliquée par le
Nouveau Groupe des Serviteurs du Monde, doit faciliter la
présentation des idéaux capables de conditionner la pensée
du Nouvel Age . Ils amèneront la nouvelle culture et une
civilisation attendue par l 'humanité ; se substituai
à celle d'aujourd'hui,elles créeront un nouveau domaine d'ex-
pression . Ceci constitue, en fait, la base de la théorie
des relations et conduira à la mise en pratique de l'idée
de vrais rapports humains . : es derniers seront amenés par
la télépathie de qualité, non par les médias trop négatifs,
ou de type act uel de communication quelconque et seulement
réce ptive sur un plan horizontal.
La croissance de rapports télépathiques élevés va donc ame-
ner une ère d'universalité et de synthèse, avec ses valeurs
réelles de justesrelations _humaines, rec onnues et appliquées.
Ceci sera la de l'Ere du Verseau ; nous assistons
aux débuts de nouvelles dans ce domaine .
- 94 -
--
-
....

--
.....
-
- III
Méditation
INSPIRER ET ASPIRER
Détente, position et alignement, puis concentration
le.
La respiration et le rythme sont à la base de toute vie.
Le souffle organise, le son, lui, est à de
toutes les formes ; prenez conscience de cela. Une étape
préliminaire sur la voie du changement souhaitable , consis-
te à établir une relation directe entre votre cerveau, ré-
cepteur physique des pensées, et le mental, ce dernier
étant en accord avec l'aspect Volonté du Logos créateur .
Ceci doit être reconnu un jour , intérieurement, par tout
être humain .
Pénétrez davantage dans votre propre Etre, établissez une
véritable respiration rythmique, en accord avec la pensée
juste et une activité mentale souple, toujours orientée
vers le haut spirituellement. Ainsi, vous
'
allez mieux vous conditionner sur le plan éthérique-vital,
ensuite , à travers vos sept Centres de vie, puis par les
nerfs et le système endocrinien, atteignant ainsi un do-
plus physique. Les mots ''l'énergie suit la pensée''
prennent ici tous leurs sens . Une alliance doit donc se
créer entre vous et la respiration, afin de vous permettre
d'atteindre une idée plus juste, cel le de l'inspirati on
vous intégrant dans le plan subtil d e l'aspiration.
L'aspiration vient du coeur et de la pensée

, elle permet
de s'élever, de se purifier aussi par l'inspiration cons-
ciente du souffl e ; tel est le véritable processus de vi-
' '
talisation et de stimulation. Il en résulte des réactions
dans votre personnalité et ceci s'effectue essentiellement
à travers vos propres Centres. La domination nette et ai-
mante de l'Ame, doit être présente et perçue comme telle.
Maintenant, inspirez, ouvrez-vous davantage à la vie et

- 95 -
....

....
....
...
....
....
-

....
--
-
....
- III
devenez réceptif ; ainsi , l'énergie de l'lme va inonder
vos divers corps , atteindre vos sept chakras, expulser
t ous les miasmes et les mirages. est possible grlce
sa Musique , oui, l'Ame émet des sons, une belle musique.
Devenez plus r éceptif encore et att en tif, afin de
v ous imprégner de ce son ; il existe déjà quelque pa rt

dans votre tête .
Il a pour mission, étant reconnu, d'ouvrir un canal, une
voie à travers laquelle les qualités présentées sous leurs
formes musicales, et exprimées par la Hiérarchie, peuvent
être perçues.
Préparez-vous soigneusement à cela, apprenez à é couter
à l'intérieur de vous-même. Oubliez les bruits extérieurs
et devenez attentif, très attentif, en affinant votre vé-
ri table sensibilité audltive, en dedans .
'
Le Son imprègne toutes les f ormes et, notre planète la
Terre, possède ses propres notes, e xprimées par des sons
plus ou moins subtils, de même chaque minuscule a t ome a
le sien. Et chacun de nous a son propre accord intérieur
de type musical . Ainsi en devenant harmonieux, vos pro-
pres accords v ont s'intégrer à la grande symphonie expri-
mée par le groupe. Chaque groupe spirituel produit sans
cesse de la musique, et ce par sa véritable aspiration .
Pour être inspiré, comme les vrais artistes, il faut as-
pirer à cela et élever ainsi ses propres vibrations .
Les accords musicaux et harmonieux, orchestrés par "Sanat
Kumara" le leader abstrait de l'évolution mondiale, doi-
vent sans cesse contribuer aux sons du Système Solaire.
Ils sont eux-mêmes en voie d ' exprimer une pa rtie vérita-
ble de la ''Musique des Sphères", dont on a déjà beaucoup
parlé. Plus tard, comme le dit la Bible, ''Les Fils de Dieu••
(les Logo! planétaires} chanteront tous ensemble, l'Hymne
à la
'
.
Telle est la démarche

, elle consiste à comprendre et à
percevoir des valeurs autres.
- 96 -
-
-
-
-
1

- III
Réalisez la vraiment créatrice de la respiration,
lorsqu'elle est bien accordée à un mental calme et à des
pensées claires. Vos centres supérieurs de vie peuvent
alors établir une communication directe avec ceux du Logos
planétaire, le Créateur permanent. Les relations sont par -
tout dans l'Univers. En ouvrant la voie de votre écoute

intérieure, recherchez les de votre Ame,,
puis la musique du groupe
• ,
Apprenez aussi à ma1triser, puis à organiser correctement
votre propre rythme, afin de vous ouvrir toujours davanta -
ge à la véritable Inspiration, afin de trouver la force
dynamique, source de joie. Ensuite, vous les distribuerez
autour de vous, largement, généreusement.
Vous revenez vers votre conscience
, .
et retrouvez
les bruits familiers • • •
-
- 97 -

-
- "
[1
47 rue Franz Sh uherc
1

-
'31200 TOULOUSE
- I - !

LE' VERBE CREATEUR
( Sa psychologie )
Notre connaissance de l'homme s'arrête généralement au vi-
sible et l'apparence, mais les mystàres de l'Etre rà-·,
'gnent au-delà ; ils jettent une lueur de plus en plus claire
dans notre terne vie terrestre. Ils sont approchés mainte-
nant sans crainte et perçus d'abord, sous les aspects de
la beauté dans la nature ; on les reconnatt surtout lors-
que sont établis en soi, le repos et l'harmonie intérieu-
re. Ainsi toutes les valeurs se révèlent peu à peu à tra-
vers les fils de lumière opaque dont Isis a tissé son voi le
(il se soulève à travers la connaissance). Le Verbe se
déverse dans la matière, l'ence rcle, l'étre int et la façon-
ne ; à peine est-elle modelée qu'il se remet à la pétrir
sans relâche et à la repétrir. Parfois, la matière l'ense-
veli t sous ses ruines ; il s'obscurcit alors et se fige,
la matière l'a vaincu, mais son triomphe est illusoire et
fugitif. Le Verbe, Son fondamental, est éternellement créa-
teur. Dans la froide prison où elle l'enserre, il ramasse
à- nouveau ses forces, les concentr e en un germe , lesfait
.
éclate r, et avec lui, l'enveloppe glaciale, pour s'embra -
ser d'une lumiàre et d 'un feu nouveau . A travers les sai-
sons, il en est ainsi dans la nature . Le Verbe, lui, déver-
-
se la Vie dans la matiàre ; il paratt d'abord s'y cacher
pour s'y manifester ensuite sous mille aspects .
Il eut autrefois ses sanctuaires et s 'exprima al o rs à tra-
vers de s initiés, des élus, dont la vue spirituelle était

déjà ouverte. Les cycles s e succédèrent mais toujours parla
le Verb e, en Esprit et en Vérité : beaucoup de personnes
n'auraient pu autrefois soutenir l'éclat de c e Feu origi-
ne l, alors il s'habilla en images, en Symboles. Ceux - ci,
en touchant l'!me, y réveillent les forces créatrices tou-
jours présentes, mais souvent encore en sommeil. Peu à peu
l'homme les mit au service du Verbe.
Verbe et Art s'unirent, ils devinrent le culte. Ainsi se
formèrent les aspects de la Trinité appelés alors : Vérité,
- 98 -
- I
Beauté et Espérance. Le Verbe a engendré cette Trinité
et la recrée sans cesse sous la forme d'admirables images
colorées, à travers sept Rayons Cosmiques.
Chacun d'eux exprime un s on , une couleur, et une qualité
de vie pa rticulière .
Mais le temps leur opposa des for ces ennemies, nées du·,
mal cosmique

, ainsi en l'homme, l'envie, le doute, la ha i-
ne se dressèrent. Elles &'appr ochèrent du Verbe, de sa Sa-
gesse, de sa Vertu. Un combat s'engagea, il dure encore

'
sans doute jamais n'a-t-on rencontré tant de dureté, d'a-
preté et de perfidie, qu'en cette période de mutations dif-
ficiles.
L'homme en effet a atteint sa liberté, son apparente li-
berté de citoyen de la Terre. Son regard cependant re ncon-
.
tre partout les remparts de la matière, il se perd dans
sa Maya, son mirage et ses filets, nous dit Marie STEINER,
préfaçant ainsi un numéro de ''Triades''·
Pièges, gouffres, ténèbres - t ous les démons - le guettent ;
il ne les voit pas et s on pied s'y égare, inconsciemment .
Une main est t oujours tendue, e ll e va le sauver • • • Mais
il est libre de la repousser, de se détourner de la Lumiè-
re, et du Verbe . Pour prendre cette main libératrice, il
lui faudra se ressaisir, accepter de lutter avec lucidité
et tendre l'arc de son a ctivité positive

, mais la Terre,
planète non sacrée, l'a chargé de bien lourdes cha!nes,
-
le rendant prisonnier de la collectivité.
Il est las, las des siècles écoulés dans l'erreur générale.
Ceci a durci s on cerveau et posé sur ses épaules comme un
manteau de plomb, l'éloi gnant de l'imagination créatrice,
de l'inspiration et de l'intuition. Le dernier lien l'u-
nissant encore au monde spirituel a été tranché il y a
q u elques siècles et le voici maintenant impuissant, comme
incapable de s'intégrer dans un mieux Etre. Sa pensée n 'a
plus d'envolée, elle ne sait plus se retremper dans la
vraie chaleur du coeur, et renvoi e seulement de ternes re-
flets ; son aspiration est là,
,
sans elan, sans feu, sans
jaillissement 1 Pourtant péri odiquement des mains secoura-
- 99 -


-
--
-
'
-
\. 1
- I
bles lui font signe, il les aperçoit, mais la montagne à
gravir est abrupte, l'effort à fournir parfois trop impor-
tant.
Aussi lui faut-il tout réapprendre, et d'abord, à poser
une idée correcte devant l'autre, puis, à voir au-delà des
ténèbres afin de déchiffrer l'a-b-c du Verbe perdu,
il pressent encore l'existence confusément.
dont

!
L'enseignement des anciens Mystères apprenait , d'abord à
l'homme, à"mourir''à ses désirs, puis à s'élancer tel un
plongeur dans le monde extérieur et l'océan des apparences,
pour enfin entendre retentir, en son !me, le langage de
l'Univers. Alors il se retrouvait sur l'autre rive, celle
des Réalités

'
transformé par la Connaissance et enflammé
par le sentiment d'Amour universel , il se reliait alors
à toutes les petites, ou plus grandes vies.
Aujourd'hui, l'humanité entière doit oser ce pas, les Mys-
tères commencent à ressurgir et à faire entendre leurs
voix dans ce monde durci

'
le temps en est venu . A leur
approche l'homme empli àe peurs se moquer encore
ou railler, mais il ne l'ose pas toujours. Alors il se trou-
ble, l'inquiétude le contraint à nier, il se bloque, doute
encore et se rend malade . Puis à pas timides, il se met
à chercher, n'affr9ntant pas encor e la claire lumière, se
hasardant seulement vers ces régions crépusculaires et han-
tées de fantômes du passé allant vers ces frontières où
peut si facilement s'égarer. Les mirages du monde psy-
chique utilisent mille voix insidieuses.
Là où règnent force et lumière dans une inaltérable clar -
té de conscience et de pensée, certains savent seulement
jeter agressivement des pierres, pour faire rageusement
oeuvre de destruction . La haine est décha!née , elle tire
ses langues de feu physiques, rouges et fumeuses, toutes
très acérées , elle s'apprAte à dévorer. Cet embrasement
négatif veut anéantir l'essentiel et, dans ce combat, la
mort souvent a le dessus, provisoirement toujours.
Mais de la cendre renatt la Vie, la Vie est invincible et
éternelle. Engendrée par le Verbe, elle s'élève et souffle
- 1 00 -
-
-
-
-
-
- I
avec force, dispersant les étincelles vers le fir mament ,
mais aussi vers les hommes. Emportée par l'Ener g ie venue
des Rayons et des Constellations, la puissance créatrice
du Verbe emprunte une voix nouvelle • , elle s'efforce main-
tenant de tirer l'être humain de sa torpeur.
'

Lorsque le Verbe (Son ineffable) s'adresse aux hommes, il s•ex-
prime de préférence à travers la flamme, étant de mê me
.
.
essence qu'elle. Ma is peu d'humains comprennent cela, la
fla mme physique brdle et les effraie ; ils ne font pas en-
core la différence avec Agni, le Feu du Mental. Cette tor-
che géante illumine un instant le monde céleste, puis re-
tombe, employant sa chaleur à éveiller la nature. Elle ren-
tre alors dans le sein de la planète Terre par ses fissures
par ses artères (les courants telluriques), elle s'infiltrP
et va jusqu'au coeur. Ppis elle remonte vers les pensées
des hommes, les rendant · plus souples, dynamiques et fécon-
des. Elles auront à poursuivre l'action régénératrice, à
travers eux, mais pour autrui d'abord.
Mort, rigi dité, affaissement, rien n'y fait, le Verbe se
fraie sans cesse son chemin. Et nous, pareils au serpent
du conte de Goethe, nous devons chercher son or lumineux
dansles cavernes inconscientes, là où ne transpara1t point
encore l'éclat du jour. ''Qu 'y a-t-il de plus réconfortant
que la lumière ? demande le Roi d'or. -La parole, répondit
le Vieil Homme".
Là Parole c'est l'assourdissement du Verbe, parfois son
adoucissement, ou bien son avilissement. La parole revêt
maintes tournures, conna1t divers modes d'expression
• ,
elle s'enferme, met des cloisons et a des armes effilées.
Les paroles inutiles envahissent l'Espace, aujourd'hui les
radios sont libres et bavardes.
Le Verbe cosmique ne peut pas se prodiguer, il doit s'in-
carner dans la forme, y créer une belle apparence, ce voi-
le harmonieux dont se couvre l'ess e nce, puis engendrer,
sous d'autres aspects, d'autres formes nouvelles, meilleu-
res toujours.
- , 0,
'

-
-
-
-
-
--
--
-
-
- I
Le Verbe retentit nouveau pour nous

, il découvre
les profondeurs de sa plénitude, enflamme les braises,
fait s'entrouvrir des portes verrouillées. Ecoutons-le et
ouvrons-nous à lui.
Ainsi compris, retrouvé, il nous élèvera vers ces mains
venues du monde de l'!me et de la Triade, elles nous font
signe et veulent nous attirer. Là est la plénitude
rée. Pour l'être humain, l'heure présente exige le déve-
loppement d'une conscience de 1'8me, là est l'image divi-
ne, capable d'enflammer la personnalité, pour l'unir à
l'Esprit

1
il s'exprime lui, par le Verbe.
Lorsque Isis soulève son voile (fait pour dissimuler), à
travers elle, rayonnent toutes les n u ances des profondeurs
et des hauteurs unies derrière elle alors appara!t l'U-

1
nivers. Les couleurs jettent un PONT semblable à l'arc-
en-ciel l'homme ayant surmonté l'attrait de la matière,

1
des possessions et des passions, peut le fouler .
,
Passe,
présent et avenir s'illuminent alors, et le sombre néant
est ainsi vaincu.
Le pont, c'est cette Conscience universelle nouvellement
conquise par l'Humanité. Elle la relie à la Hiérarchie spi-
rituelle et contient la Lumière toujours présente pour
chasser les ténèbres de l'inconscient, en utilisant l'Amour
magnétique qui attire et rayonne. Là existe aussi, en ger-
me, la Volonté divine planétaire

1
elle conduit l'ensemble
âe notre globe vers le But, fixé par le système solaire
dont nous dépendons. Le Verbe exprime les ''Mots de Pouvoir"
du Logos

1 certains de ceux-ci détruisent sans cesse les
formes périmées, puis en construisent d'autres supérieures
en qualité.
Ecouter attentivement, dans le silence, sa propre voix in-
térieure, c'est s'accorder avec les mouvements du Cosmos
et des planètes . Chacun peut ainsi participer pleinement
à la Vie, à l'évolution permanente, et dépasser toutes les
limitations en traversant le PONT, reliant, en soi, le vi-
sible à l'invisible.
- 102 -
-
- I
''Le Verbe au commencement ; il Dieu" ; il est
aujourd'hui reconnu comme le Logos, créateur per manent,
et la de cet apparent mystère devient pos-
sible pour l'humanité.

1 03 -
T
1

-
-
-
-
-
- ,
\,.
-
- II
L'ART POUR COMMUNIQUER AVEC SOI-MEME

Une chose est certaine, la notion de ''l'art pour l'art''
tel qu'il est compris aujourd'hui, sera totalement étran-
gère aux créateurs inspirés de demain. Pour les
.
teurs actuels, déjà en accord avec le Nouveau Courant , la
musique doit avant tout tenir une place importante dans
la vie quotidienne (non comme béquille ou passe-temps),
mais bien comme un élément vital, assurant ainsi son re-
le de régulateur des forces et d'intégrateur d'Energie.
La plupart de ces nouveaux musiciens développent un autre
type de musique, capable de cicatriser les plaies occasion-
nées par les bruits discordants de notre société, ou en-
core celles nées de la course effrenée vers un idéal plus
ou moins douteux. Le matérialisme et l'intellectualisme
outranciers sévissent
• , ils sont des signes évidents d'une
société sérieusement malade, en totale rupture d'harmonie
avec les loi8 naturelles de l'Univers.
Dans la grande Harmonie Cosmique chaque note a sa juste
place, répondant à une Loi ; elle est l'une des valeurs
'
fondamentales de la Vie. De nouveaux compositeurs apparais-
sent
• , certains en Occiden t , ont retrouvé la base de tou-
tes les sonorités orientales à travers des MANTRAMS, ap-
?elés Mots, ou Sons de Pouvoir .
Les anciens ne cherchaient pas à développer la musique sur
le plan artistique, mais ils pensaient sans cesse à haus-
ser sa véritable puissance d'action, par l'intermédiaire
de ces Mantrams. Ils le savaient par expérience, certai -
nes suites de mots, ou de notes assemblées avec soin et
jouées à la bonne hauteur de ton, facilitent la médita-
tion véritable, permettant d'atteindre des états Supra-
conscients. Ils participent à la guérison par les change-
ments ainsi amenés dans le corps éthérique, libérant les
blocages des Centres d e Vie .
La musique du Nouvel Age a plusieurs tendances , chacune
-
104 -
-
-
-
-

- II
d'elles est animée par le même souffle, c'est-à-dire aider
, -
l'être humain à se purifier, à s'élever dans les sphères -
de la Raison pure, au-delà de l'attraction de notre lourd
héritage basé sur la matérialité, la possessivité et l'é-
goisme séparatif.
On peut classer ces musiques nouvelles en trois catégordes
1°) - Mélodieuse et calme, aux sonorités dou-
ces, elle agit surtout au niveau du corps astral
émotionnel (le terme corps est à c o mprendre dans
son sens subtil)
• , elle est apaisante .
2°) - Plus rapide, plus forte par instruments,
elle agit d a n ~ le corps physique et surtout sur
le mental, am'enant attention et réflexion inten-
se (à déconseiller avant de se relaxer ou de dor-
mir)
• , elle est stimulante .
- Contemplative et élévatrice,
,
apparentee
au monde cosmique et à la Musique des Sphères,
c'est-à-dire dirigeant son élan vers le haut,
vers la Triade spirituelle

, elle est intégrante.
La premi ère procure des résultats agréables , en effet ne
ressent-on pas un abandon amenant un calme intérieur, a-
près avoir écouté de douces harmonies
l'évasion, le rêve plein de mirages.

, elles suscitent
Les deux catégories suivantes demandent une participation
plus active de la part de l'auditeur, ce n'est plus ici
le lâcher prise, mais plut8t l'élan, permettant ensuite
de se dépasser, de se transcender. Et chacun souhaite ce-
la un jour : placer sa tête au-dessus des miasme s de la
société et voir, ainsi, la Lumière.
Les vrais musiciens vont ~ t r e amenés à compo ser une autre
musique, permettant à l'homme de créer des formes-pensées
adaptées à des états bien précis. Ceci doit faciliter la
mise en contact avec l'évolution des Dévas, afin de béné-
1
1
....
II
ficier davantage des courants d'énergies déversées par
ces Etres Radieux . Ce phénomène se manifeste déjà dans
la Communauté de FINDHORN, orientée vers la coopération
et l'harmonisation avec les constructeurs des règnes de
la Nature (le corps du Logos). Le Son exprime des vibra-
tians et il maintient ainsi l'évolution de l'Univers

1
une approche meilleure, par la musique et la couleur, é ~ s
règnes humain et dévique, (ce dernier est appelé aussi
angélique), occasionnera entre eux une communion plus é-
troite. Cela est devenu nécessaire et s'exprimera dans
certains Centres de Recherche et d'application ; ils sont
déjà en préparation à cet effet sur la planète Terre.
Le Nouvel Age est une période de synthèse

1
à la musique
régénératrice de caractère sacré, s ' ajoutera la couleur
pure. Certains pionniers accompagnent déjà leurs oeuvres
musicales de formes naturelles harmonieuses, en comprenant
aussi la valeur des couleurs projetées. Ce message complet
a pour résultat de donner à l'ensemble une force de vie
très régénératrice. Ainsi ''La Grande Invocation'' existe
maintenant avec de la musique, des images de la nature et
le son du Mantram énoncé (le tout en vidéo-cassette dif-
fusé par la Bonne Volonté Mondiale de Genève) .
.
Le son, la couleur; le mouvement et le parfum, offrent un
nouvel Art avec la promesse d'un futur espéré

1 là, où dé-
jà il fleurit et s'épanouit, la nouvelle civilisation na!t.
-
Cette combinaison étant judicieusement établie, chacun
consciemment ouvert au Service de l'autre, et tous fondus
dans une vaste synthèse, le créateur de demain entrera en-
fin dans de réelles responsabilités . Manier les énergies
selon ces nouveaux concepts, conduira à spiritualiser les
auditeurs. Ils pourront ainsi expérimenter des états plus
intenses, réservés jusqu'à maintenant à une minorité d'i-
nitiés.
Le service désintéressé est la caractéristique principale
de l'Ere du Verseau, non comme moyen de libération person-
nelle, mais pour le Bien de Tous . Il ne s'agira plus de
vivre pour soi-même , ou les siens, mais de s'éveiller à
la Conscience Planétaire, établissant ainsi une relation
avec toutes les vies (minérales, végétales, animales et
humaines).
- 106 -
- II
Seule une sensibilité affinée va permettre de capter, puis
de répondre à ces subtiles émanations ; elles se répandent
dans le corps éthérique de notre sphère terrestre depuis
quelques années. Nous devrons ensuite les irra-
dier ; nos auras, comme nos chakras, participeront ainsi
au changement devenu nécessaire.
Une nouvelle civilisation na!t, elle contient une
son essence se trouve dans le Cosmos et sa manifestation
dans l'ouverture de nos consciences respectives. La cons-
cience est l'expression de l'Ame, la musique permet de
les faire communiquer par l'ouverture de la vraie sensibi-
lité.
Demain ces idées vont se répandre dans l'Humanité

'
musi-
que et couleur amèneront chacun à communiquer avec son Etr
intérieur ; d'abord, son Ame, nourrie de la Lumière,
de l'Amour,et de la Vie ' du Dévas de la Présence Divine exis-
tant dans l'Espace, donc autour et en chacun de nous.
107 -
-
1
- III
Méditation
LE SON DANS LE TRAVAIL DE GROUPE
Pour progresser correctement et vous libérer des contrain-
tes, efforcez-vous toujours d'établir un contact sensible
avec votre âme, votre Etre spirituel. Vous savez posséder
une structure éthérique-vitale et prenez maintenant cons -
cience de votre capacité mentale d'action. Vous allez uti-
liser l'imagination et pensez d'abord à votre Centre de
placé à la base de la colonne vertébrale, appelé
gien, puis transporter les énergies latentes en ce point ,
jusqu'au Centre Ajna , placé entre les sourcils. Pour cela
,
vous passez par le Plexus solaire et les elevez en inten-
ti on dans la contre-partie de la moëlle épinière . L'as-
pect matériel et votre personnalité vont ainsi s'élever
vers le haut où se situe le plan de l'âme, établissant une
relation avec la Conscience christique, source de Lumière
et l'Amour infini en chaque être humain .
Votre pensée reste souple ; elle se dirige ensuite vers
Centre de la Gorge, dit Laryngé

, ceci vous prépare à
devenir consciemment, créateur. Dépassez les voiles empri-
,
sonnants de la matière et des petits désirs ou plaisirs
éphémères

, apprenez aussi à contrôler vos paroles en cul-
le silence.
La nature du désir alimente la vie émotive et affective
de la personnalité, ceci au niveau du Plexus solaire,
situé à la hauteur de la taille, dans le dos bien sar.
Transportez maintenant les énergies de ce Centre vers le
Cardiaque , placé entre les omoplates, c'est-à-dire au-des-
sus.
De cette manière commence pour vous la possibilité de
vous unifie r et d'entrer plus réellement dans la Conscience
du Groupe et son Amour toujours présent ; élargissez vo-
tre Etre dans une large inspiration et efforcez-vous de
percevoir réellement ce nouvel épanouissement. Une acti-
- 108 -
-
-
-
- III
vité vibratoire va se manifester parallèlement dans le
Centre Corona!, situé au sommet de la tête, et ainsi le
contact conscient avec l'!me s'effectue. Psychologique-
ment, vous a l lez vous éveiller vraiment à de nouveaux
états de conscience, vous ouvrir à votre Etre supérieur
et à l'Impression spirituelle nécessaire, devenant ainsi
un canal ouvert aux Energies divines, toujours proches.··
Le Son, le OM, appelé chant de l'Ame, ou Mot sacré, permet
d'établir une sorte de tunnel de communication avec les as-
pects spirituels à atteindre. Il faut ensuite les exprimer
autour de soi
• , nous sommes des transmetteurs.
Les ajustements nécessaires s'effectuent.d'abord grâce à
une sorte de nettoyage des corps, éthérique, astral et men
tal, accompli par l'int.ermédiaire des Centres de Vie. Il
faut ensuite travailler dans la substance mentale, avec
le plus élevé d'entre eux, ayant déjà atteint un certain
r ayonnement.
Les Mots de Pouvoir, ou Sons énoncés sur une note juste,
dans le rythme voulu, sont capa0les d'évoquer, d'amener

à vous l'influx nécessaire venant du Monde supérieur

, il en
résulte naturellement une stimulation positive. L'humanité,
dont vous faites partie, constitue un lien vivant entre
les règnes dits inférieurs et les supérieurs, ceci avec
la contribution des dévas.
Prenez conscience de la figure géométrique, le Cercle for-
~ par le Groupe et dans lequel vous ~ t e s inclus . Augmen-
tez votre aspiration, développez surtout votre capacité
d'Amour universel, et apprenez à retirer votre conscience
dans le Centre du coeur . Puis, intérieurement, chantez le
OM en percevant votre intégration réelle dans la Conscien-
ce du Groupe.
L'utilisation de toute la sensibilité, l'emploi judicieux
de l'imagination orientée vers l'intuition, sont également
fondamentaux dans cette démarche . La résonnance correcte
de certains mantrams (connus en temps voulu), doit permet -
tre d'établir les conditions vibratoires nécessaires, en
fonction du but recherché, selon le Plan divin.
- 1 0 9 -
' •
'
.....

--
-
-
-
--
-
--
-
-
-
-
-
Des dessins spécifiques sont proposés, tels


- La purification d'un lieu de travail.
- III
- La magnétisation d'un terrain, devant être em-
ployé comme Centre de guérison.
- La guérison des êtres rassemblés dans ce but.
- Le contrOle des forces de la nature (culture
avec les dévas du règne végétal).
- L'initiation à la Magie Blanche (créativité
spirituelle).
Ainsi, animés par une aspiration élevée, vos auras se fon-
dent et leurs couleurs s'unifient. Vous formez le canal
nécessaire à la descente de l'Energie, dont l'effet peut
et doit rédempteur. Réalisez le rôle merveilleux de
l'Etre humain, utilisant ainsi ses capacités créatives,
affinées à travers les temps, et disponibles.
La conscience subjective utilisée dans cette démarche, a-
près avoir été reconnue par vous comme élément fondamental
de créativité , va maintenant retrouver son plan habituel.
Et vous revenez doucement vers votre conscience objective.
- 1 1 0 -
,

-
-
-
-

-
-
-
4 7 rue Franz Shuherc
'
- I - J
~ 1?00 T O l l l O U ~ E
LE PSYCHISME ( et ses mirages)
Chez l'homme non développé , ou dans les groupes humains
se trouvant au bas de l'évolution sur l'échelle raciale,
comme chez les animaux, les perceptions psychiques son{
très fréquentes et répertoriées en Parapsychologie. Le
Centre sacré (sexuel) fournit les motivations de procréa-
tion de la vie sur le plan physique. Le Centre du plexus
solaire gouverne , lui, la nature psychique ; Lorsque
celui-ci est dominant, tous les Centres, o u chakras su-
périeurs sont en repos, non suffisamment développés en-
core.
Le plexus solaire est donc actuellemen t le mo de de per-
ception du psychisme inférieur, et le plus actif. Le
ce rveau affiné, est destiné à la compréhension du psychis-
me supérieur ; sa réalité est mentale . Dans le premier
cas , ce cent re puissant de forces met l'homme dans un
,
etat de conscience fondamentalement astral, et il gouver -
ne la vie sexuelle de désirs recherchés à travers la
conscienc e orientée vers le plaisir et les sensations.
Dans l'autre cas s'effectue une identification étroite
'
entre le Centre de · la tête dans sa contre-partie éthéri-
que et le cerveau fait de substance physique . Cet organe
physique, concret et objectif fonctionne alors en synchro-
-
nisation avec s a contre-partie subjective ; il enregistre
les impress .ions provenant du Centre de la tête et des
mondes avec lesquels celui-ci met l'homme en rapport.
Ainsi, ces deux aspects s'unissent ; tel est le but à
atteindre.
Entre le niveau de la vie psychique d'un ordre inférieur,
et la perception spirituelle de l'initié, se trouvent
plusieurs genres de conscienc e et de sensibilité. ceux-
ci peuvent être divisés en trois grandes catégories


1• - Le stade de développement de l' utilisation
du psychisme d'abord inférieur, puis supé-
rieur, grAc e à l'identification
'
a c e dernier.
- 1 1 1 -
-
-
-
-
-.
-
--
- I
2• - L'évolution de la vision a bstrai te et
de l'aspiration ; c'est le stade du mys-
ticisme et de l'Amour, encore astral.
3• - La révélation de la Lumière et du Pouvoir
spirituel par la Science de l'âme, amenant
la compréhension des for ces, des Energies
L
et des interactions dans l'Unité, stade
du Service .
Dans tous les cas, le plan astral se révèle toujours
en premier. Là existent des couleurs, des formes, des
voix et des phénomènes très semblables à ceux connus
sur le plan physique, ils en constituent la réplique,
.

le re flet. La des f ormes sur le plan
physique de type couran't, ré sulte de l'activité conjugée
du plan astral et du plan éthérique. Les valeurs du niveau

mental et de l'âme n'interfèrent pas dans ce processus
jusqu'à la troisième initiation.
Le plan astral est, dans le temps, dans l'espace, et
en fait, un état, celui de formes illusoires créées par
l'homme lui-même et seulement nées de son imagination
ou d'effets télépathiques inférieurs. L 'une des principa-
les leçons sur le Sentier, là où se situe la véritable
recher che , consiste à distinguer le Réel de l'illusion,
ou du mirage astral.
voyant, le médium, rapporte ce qu'il voit et entend
là ; mais n'ayant aucune formation pour établir une juste
interprétation, ni la technique précise consistant à
distinguer ce monde, illusoire de l'autre, il se trouve
incapable de faire la différence. Prenant ses propres
mirages pour des phénomènes authentiques, il induit ses
en err eur, du fait de sa méconnaissance des
plans psychiques.
Lorsque le mystique déploie ces mêmes facultés, les vi-
sions perçues ou les paroles entendues, peuvent être
d'un ordre plus élevé. Pourtant elles sont toujours de
type astral et se rapportent à des événements se trouvant
- 1 1 2 -
1
..
1
....

-
...

...
- I
sur ces niveaux. Il entre en relation avec sa vie de
désir (spirituelle ou religieuse)

1 les contacts ainsi
effectués dépendront de la tendance fondamentale de son
aspiration du moment. S'il est un Chrétien convaincu
et sincère, il percevra l'une des formes-pensées du Christ,
et dans cette révélation, son amour, son imagination
- •
et tout ce qu'il y a de meilleur et d'émotionnel en lui' ,
sera éveillé, provoquant l'adoration. S'il est Hindou,
il pourra avoir une perception de Krishna, et un Bouddhis-
te verra le Seigneur de Lumière, le Bouddha.
Etudiant Théosophe, ou Rosicrucien, il peut penser avoir
un contact avec l'un des Ma!tres, ou encore la Hiérarchie
des adeptes. Et pourtant leurs consciences n'ont jamais
quitté le plan astral

, tout ceci repose seulement sur
une expression inspirée par des coques astrales, ces
formes illusoires entretenues par les pensées des hommes
pendant des siècles.
Ces impressions sont provoquées par l'activité exagérée
.
du Centre du plexus solaire , alors stimulé par l'énergie
vibratoire atteinte durant la méditation et par son pro-
pre désir. Ces résultats sont en leur nature même très
émotionnels, et les réactions, comme les messages, se
situent eux aussi sur ces niveaux uniquement. Ils appar-

tiennent donc au plan astral et non au plan Mental, le
seul fiable à rechercher.
Dans de nombreux pays du monde, des Educateurs ont eu
leur conscience apparemment éveillée, mais seulement
sur ces niveaux supérieurs du plan astral. Ils ont vu
là, les formes-pensées c r é é ~ par l'humanité (et non par
un membre de la Hiérarchie spirituelle), prenant pour
la Réalité, un reflet

'
ils ont entendu des répétitions,
sortes d'échos de ce qui a été dit, ou pensé, par les
aspirants de tous les temps. Ils proclament ainsi avoir
entendu, vu et appris, confondant cette reproduction
avec l'original, c'est-à-dire la divinité sur son propre
plan ; ce dernier est situé à un niveau vibratoire bien
supérieur.
Le plan astral est celui où l'homme doit apprendre à
.
distinguer la Vérité de l'erreur. Nombreux sont ceux
- 113 -
...
...
-
-
..
...
- I
trompés par l'irréel ; ils apprennent simplement ainsi
la leçon dont ils avaient besoin, ces expériences non
contral ées étant souvent fort difficiles. Mais ce plan
est graduellement reconnu comme tel par un grand nombre
de chercheurs sincères.
En même temps le fait de l'exi stence de la Hiérarchie
spirituelle et de celle des Ma1tres,
. .
est largement p o r ~
à la connaissance des masses ; mAme si cela est encore
accompli en confondant le reflet des f ormes-pensées avec
l'unique Réalité, une ouverture s'effectue progressivement.
Chacun doit rechercher et cultiver la véritable humilité
afin de ne pas rester soumis à l'impact d'un faux orgueil .
Le véritable Chercheur est toujours polarisé mentalement,
sa vision est don c libre des réactions trompeuses susci-
'
tées par le plexus solaire. Le centre cardiaque évoque
alors une réponse correcte de la personnalité, focalisée
dans le Centre ajna. Ceci produit finalement une .''centra-
lisation dans le lieu de lumière", le Centre de la tête .
Le Centre de la gorge est actuellement l'un des plus
actifs, la parole d o minant la majorité. Mais le temps
est proche où la collectivité mieux re liée, trouvera
une meilleure polarisation

'
Compte tenu de leur inter-
rel ation, l'activité du Centre sacré se trouvera ain si
diminuée et correctement dominée. Cela se produit aujour-
d'hui déjà, parmi les personnes ayant appris à méditer
mentalement

'
leur conscience a
,
cesse de fonctionner
-
en s'orientant vers le bas, le Centre cardiaque s'éveille
et s'ouvre à l'Amour universel.
L'Humanité se débat maintenant avec des difficultés,
des troubles pathologiques et psychologiques, essentiel-
lement basés sur des conditions et des influences de
groupe, non sur le développement individuel de l'homme .
Le début peut déjà se voir dans cet aspect nommé, la
''psychologie de masse'', pratiquement inconnue il y a
quelques centaines d'années

'
son influence a maintenant
une envergure planétaire. L'opinion publique détermi nante
et conditionnante, constitue une autre phase de ce même
1 1 4 -

1
-

-· t
- I
facteur • , e lle émerge aujourd'hui à travers le plexus
solaire planétaire dont l'agit a tion crée des troubles
de tous ordres.
Comment cet indésirable manifestation du psychisme in-
férieur peut-elle être transformée ?
1° - En cessant d' ê t re intéressé pa r 1 a d é m ~ · n s -
tration de faux pouvoirs, recherchés en
parapsychologi e . Cela conduir a à la ferme -
ture du Centre du plexus solaire individuel,
et ainsi à ce l le d e la porte t r op ouverte
sur les niveaux inférieurs du plan astral
collectif .
2° - Par le transfert de l'attention et d'une
aspiration intense vers les réalités spi-
rituelles, toujours présentes . Cela four-
nit un nouvel intérêt dynamique et présup-
pose de la part du vrai chercheur, une
meilleure orientation mentale .
3° - Par une étude méthodique de formation
et de développement mental, et de médita-
tion , poursuivis suffisamment longtemps

,
le cours de l'influx énergétique se dirige
ainpi vers les Centres de vie situés au-
dessus du diaphragme . Une formation mentale
cor recte provoque naturellement la fin
du psychisme inférieur, e t une libération
en résulte .
Tout événement , fait, situation particulière de l'existence
passé e, présente et même future , est à l a fois le centre
e t également le résultat , d'un très vaste cer cle de rapports
liés à soi-même uniquement . Ceci est un effet de la Loi
universell e de Répulsion e t d'Attraction , utilisé par
l e psychisme de chacun il fait agir l'homme dans tel

1
ou t e l sens, suivant ses ins t incts , ses dési r s, ou aspi -
ra tions d u momen t e t eng e ndr e des r ésult at s e t conditions
de vi e.
- 11 5 -
-
- I
La compréhension de ce simple mécanisme psychologique,
élimine toute idée de hasard ; chaque événement ou si-
tuation particulière entra1ne toujours une expérience
à vivre. Apprendre à analyser chacune d'elles correcte-
ment, pour en tirer un réel profit d'intégration nouvel-
le, est un enrichissement véritable. La Conscience

s'épanouit.
Ayant dépassé l'héritage astral et la fon ction psychique
de la condition humaine (comme tout héritage celui-ci
contient de bonnes et de bien mauvaises choses), l'Etre
humain devenu Mental, va avoir accès à la véritable Lumière.
Il utilisera alors correctement les couleurs et le s sons,
)
pour créer selon la Plan divin, le devenir spirituel

.
de cette Humanité dont il a ssume une large part de res-
ponsabilité.
Telle est la leçon relative aux mirages et aux illusions,
de siècles mentales (formes-pennées)
imprégnées dans la substance sur laquelle agissent les
émotions du monde. En méditant correctement,
,
en elevant
sa vibration, il est possible de ne plus avoir de rela-
tion avec elles. Ceci permet de rester calme, serein
et positivement actif, au milieu de la crise mondiale,
effet de l'inévitable et nécessaire mutation prévue pour
la fin de ce siècle.
- 1 1 6 -
....
- II

LES TESTS AUJOURD'HUI
Le grand public adopte une attitude trop naïvement con-
fiante à l'égard des tests

1 en opposition, une réaction
consiste à railler la ''testomanie "

1 elle sévit plus

encore aux Etats-Unis qu'en Europe . '
Dans l'un des ouvrages de psychologie appliquée et d'o-
rientation professionnelle, dont le titre est '' Connaissan-
ce de l'individu par les tests'', André REY dit


''Ils
sont tous mauvais, ou tous utiles,
'
a quelques nuances
près, selon le rôle choisi, le degré de confiance et
de relativité attribué à leurs résultats". Autrement
dit, en restant conscients de leur caractère très relatif ,
ils peuvent 3tre utiles. Mais en acceptant passivement
leur résultat comme une sorte de verdict, ils risquent
d'être néfastes à l'individu, se sentant limité par eux.
Voyons maintenant l'attitude de la personne face aux
tests . Bien entendu cela dépendra non seulement de son
caractère, de son âge, de son émotivité, mais aussi de
la nature du test (sans parler de l'attitude du testeur).
'
Tres sommairement il y a


'
1°) - Les tests de niveau intellectue l , appelés
Q.I . (coefficient intellectuel),
2°) - ceux d'orientation professionnelle,
3•) - d'autres dits de recherche du Ca r actère
ou du Tempérament ,
4 °) -certains plus psychanalytiques, voulant
chercher la faille derrière la façade
(l'apparence) .
M ~ m e s'il désire se conna1tre, l'homme doit vaincre une
certaine résistance pour accepter de se voir, en vérité,
passant derrière son ' 'masque ' ' . Ceci concerne la partie
de lui-même dissimulée, cachée

1
c'est son domaine secret •
Néanmoin s, un espoir domine souvent, celui de la découve r-
t e de qual ités, ou de dons particuliers encore ignorés
de lui.
- 117 -
-
-
-
-
-
-
- II
Dans cet examen, l'attitude dépendra de la confiance,
ou au contraire des doutes, des craintes éprouvée envers
ses propres capacités ; il exi ste une fausse manière,
celle appare mment désinvolte, donc de pseudo-détachement
à l'égard du résultat . Mais si le détachement est rée l ,
il y a déjà un pas de tranchi, vers la Sagesse. La vie.
ne doit pas être une compétition, mais un épanouisse ment
harmonieux de l'ensemble et ceci passe par une compréhen-
sion plus large.
Le même te st d'intelligence, par exemple, administré
par un psychologue compétent et humaniste, ou par un
statitien, peut bien entendu donner des résultats fort
différents.
De plus, il faut sur la définition de l'intel-
ligence. Blaise PASCAL ,' supérieurement doué P:ur les mathé-
matiques et la physique, a dû découvrir les sensibles
valeurs du coeur

1
il disait


••à la géométrie on peut
oppose r la finesse". Il n'y a pas seulement la raison
(raisonnante), l'homme dispose aussi de l'intuition,
et son rôle est très important dans la vie. Comme elle
ne se mesure pas, de nombreux savants l'omettent dans
leurs ouvrages sur l'intelligence

1
ils accablent de
critiques, voire de sarcasmes, les êtres "subjectifs"
n'osant pas parler de la valeur
. , .
1.gnoree ma1.s réel l e de
l'intuition. Comme le nombre de ces derniers augmente,
ils sont davantage pris en considération maintenant .
Les tests de niveau intellectuel sont très relatifs par
cette méconnaissance de l 'intuition, subtile et non contrô-
lable. Artificiellement isolés de la totalité dynamique
de l'être, ils ne sauraient mesurer la véritable intelli-
gence toujours liée aux qualités de coeur, à la sensibi-
lité et aux valeurs spirituelles acquises.
Le rôle essentiel de l'or ientation professionnelle consis-
.
te à examiner les goûts et les possibilités de l'adolescent,
ou en périodes de changement, ceux des adultes. Si un
être humain éprouve du ou du dégoût pour tel métier ,
pour telle forme d'activité, cela peut être dû à des
facteurs inconscients, ou à une perception de ses nécessi
1 1 8 -

....
....
....
- II
tés futures (karma positif et négatif). Très peu de profes-
sionnels des tests sélectifs s'en soucient, ils demeurent
avec les critères de la société présente (et de sa déca -
dence). L'Astrologie, la Graphologie, présentent des
moyens plus sOrs pour établir les valeurs de la Personna-
lité, avec les divers aspects la composant et la reliant

aux valeurs de l'âme (elle seule conna1t le véritable
But) .
La caractérologie la plus connue est celle de LE SENNE ;
elle met en évidence les propriétés constitutives d'Emo-
tivité et d'Activité, puis celles produites entre la
réaction dite primaire (immédiate) et secondaire (retar-
dée) .
JUNG établit, lui, une distinction entre les extravertis
sociables et les introvertis plus solitaires,
'
c'est-a-
dire tournés soit vers l'extérieur, soit vers l'intérieur
de Soi. Mais honnêtement, sur le plan pratique, il n'est
pas possible d ' établir de questionnaires de tests satis-
faisants de plus, cela ne fait pas comprendre comment

,
ce caractère s'est constitué et pourquoi il est ainsi • • •
Les tests psychanalytiques se targuent de rechercher
les complexes inconscients, telles seraient leurs motiva-
tions. Ils s'adressent à des personnes en difficulté,
en désarroi profond, et la situation d'examen va souvent
les amplifier encore. Les mécanismes de défense mis en
place depuis des années vont alors être mobilisés

, ils
créent alors une tension accrue, contre l'investigation
de son arrière fond psychique. Remuer des eaux boueuses
sans les clarifier par la Lumière spirituelle, ne peut
donner de bons résultats.
L'évolution amenée par de nouvelles capacités mentales,
non plus seulem"ent venant du savoir-faire et de l'intel -
lect (domaine des tests), mais bien des aspects supérieurs
joints à une aptitude de Synthèse universelle, conduisent
maintenant l'Etre humain à la recherche de lui-même par
.
d'autres moyens. Détaché de l'ambition de la personnalité
séparée et toujours de type égoiste, il s'ouvre à sa
- 119-
--
--
--
--
--
- II

véritable condition, celle d'un Etre planétaire et même
Cosmique. Ceci s'effectue à travers des entretiens de
haut niveau spirituel, c'est-à-dire ''d'âme à âme ".

- 120 -
'

-

--
1
...


....
- III
Méditation
LE MONDE ARDENT
2-------====---
Retrouvez votre attitude de détente, puis réalisez que
vous ~ t e s une entité psychologique en recherche. Les

Enseignements de tous les temps ont mentionné le feu
comme étant l'un des quatre éléments. Il est le plus
élevé, vient après la Terre, l'eau et l'air.
Actuellement, le feu planétaire, sous forme d'énergie
nucléaire, est placé dans des engins destructeurs ;
ceci représente une mise en garde sérieuse par rapport
aux événements concernant notre Planète et son proche
destin. Dans les enseignements fondamentaux et relatifs
à l'Evolution, furent annoncés l'inévitable Epoque du
Feu et le Baptême Ardent d'AGNI

1 nous y voici. Dans
une autre civilisation il y eut le Déluge, le péril
par l'Eau domaine de l'Astral, plus tard le symbole
du Baptême dans le Jourdain donné à Jésus par Jean le
Baptiste, est encore celui de l'Eau. Nous voici à l'Ere
du Mental, dite du Feu .
En recherchant par la méditation calme et concentrée

le chemin de la Conscience Supérieure et du Mental,
domaine du Feu solaire, on perçoit les mondes infinis
et la Source de Vie ; elle contient les Monades, Etin-
-
celles de Feu dans la Flamme divine, d'où nous venons.
Ce Feu a le pouvoir de tout traverser, de tout pénétrer .
Il descend des couches élevées de la Vie du système
solaire, passe ~ travers le Coeur du Soleil et la Hié-
rarchie spirituelle de notre Planète, a un contact pu-
rificateur dans l'Humanité, puis pénètre dans la Terre
elle-même, afin d'alimenter son feu central, le noyau
de Vie. Nous percevons cela à travers les volcans lors-
qu'ils sont en éruption.
Par le Feu de votre pensée, par la force de votre mental,
chacun de vous peut traverser le monde illusoire des
apparences, celui de l'environnement relatif, aller
au coeur même des choses et des êtres. Ainsi vous pouvez
- 121 -
...
--
....
- III
vous unir à la Vie cosmique, à la nature vibratoire
de tous les plans, puis atteindre la Volonté divine,
appelée le Pouvoir ; la Lumière de l'âme illumine alors
la vérité absolue

'
ainsi seulement, il est possible
de percevoir.
Le coeur humain, lui , s'ouvre uniquement par le Don.

Il est un jaillissement spontané de l'Amour allant ver$
l'extérieur ; il s'ouvre alors vers le monde des hommes.
Parallèlement et selon la Loi, il s'ouvre aussi alors
vers l'intérieur de l'Etre, le Monde Ardent, la Source
ignée existant seulement là. Plus vous ferez jaillir
la substance de Feu de votre coeur, vers l'extérieur,
en donnant ce à quoi vous tenez le plus, donc le meil-
leur
'
plus le réceptacle que vous ~ t e s emplira, permet-

tant à l'Energie de l ' ~ m e d'affluer. Cette Energie est
l'Amour, l'Energie du Deuxième Rayon cosmique, elle
porte en elle vertus et qualités nécessaires à l ·'homme,
conformément au Dessein divin dans notre Système solaire.
Pour parvenir à cela l'Enseignement de l'Agni-Yoga dit
"Purifie tes pensées, après avoir défini les trois plus
cachés, donc les plus mauvais défauts, brOle-les dans


un élan flamboyant" . Telle est la démarche intérieure
permettant de se préparer à l'Epoque du Feu, afin de
participer , en groupe, au Baptême Ardent. Réalisez cela,
ce Baptême est là,
'
a notre porte, il nous sollicite
-
tous. Ne vaut-il pas mieux se purifier et participer
à la tâche présente que de dispara!tre ?
Le corps éthérique est un corps de Feu et les sept Cen-
tres de vie placés dans le dos de l'homme, sont des
Roues de Feu tourbillonnantes. Matrice universelle fé-
condée sans cesse par des courants et des ondes, ce
corps dit glorieux anime les êtres humains, les astres,
les étoiles et' les Planètes. Entrez, grâce à cet équipe -
ment subtil, de plus en plus consciemment dans le Cosmos,
votre véritable demeure.
Des milliards de Soleils et de Galaxies sont là de
'
tres
puissants générateurs d'Energies transmises sur la Terre
1 2 2 -
1
'
-
-
-
••
-
-

-
-
- III
par sept Rayons cosmiques . L'homme par rapport à tout
ceci apparemment, n'est rien, juste un petit grain de
sable roulé par les flots, avant de comprendre son rôle .
Ayant un jour décidé de rechercher les réponses aux
questions éternelles qui sommeillent au sein de tout
individu


" Que suis-je 7
• • •
Où vais- je 7
• • •
Pour- •
quoi ?
Il
il comprend devoir participer consciemment • • •
à l'évolution cosmique . Alors il devient créateur, ou
cocréateur avec Dieu 1 Soyez conscient de cela et de
votre r8le de récepteur-émetteur , à travers vos chakras .
Telle est la Réalité, nous sommes tous des dieux en
devenir. Et le Monde Ardent est là maintenant pour nous
inciter au total renoncement ; là tout sacrifice est
--
une acquisition. L'homme encore séparé par son mental
inférieur, ses désirs égoistes et ses prétentions tou-
jours extérieures, va rapidement dispara!tre, englouti
par ses propres forces négatives et involutives. Il
disparaîtra pour un temps, tout rena1t toujours
• • •
C'est donc un ajustement devenu nécessaire, auquel nous
assistons. L'important maintenant est de comprendre
et d'agir, Bien.
Pensez à ce Monde Ardent , il vous appelle, puis réinté -
grez-vous doucement, dans un autre monde plus concret • • •
. .
- 12 3 -
r

-
-
-
- )
LUMIERf fT
/1 /)
41, rue Franz Shubert
31200 TOULOUSE
- I - K
LA PSYCHOSYNTHESE
(ou l'identification)
Cette technique psychologique fut mise en for me en 1926
par un italien, le Dr ASSAGIOLI. Il proposa d'intégrer
les plus hauts niveaux de l'Etre, négligés par FREUD,
et essaya d'accorder à chacun des plans de la personnali-
té, une impor.tance correcte. Recherchant un sens d'harmo-
nie à trouver avec soi-même d'abord, puis avec le monde
environnant, il parla du r8le du Supraconscient. (La
Psychosynthèse- Editions Epi).
Des stages, des livres nombreux traitent actuellement
de la Psycho-cybernétique, ou ''Psychologie d e l'image
de Soi"

, ils proposent de passer du mécanisme de l'échec
à celui de la réussite. C'est une première démarche,
envisagée dans le sens horizontal de l'ambition de la
personnalité

, il manque là l'ouverture ''en haut'', c'est-
à-dire le sens de la verticalité.
Dans la technique du "Modèle idéal" de la Psychosynthèse,
le but consiste à utiliser le pouvoir humain dynamique
et créateur d'images, en particulier celles vues à l'inté-
rieur de soi. L'imagination créatrice peut ainsi engendrer
de nouvelles valeurs, pour exprimer ensuite extérieurement
et dans l'action, ce qui a été imaginé, visualisé à tra-
vers des ''formes-pensées'' (les modèles).
Plus précisément, il s'agit de substituer une image meil-
leure et réalisable, à celle existant déjà, mais ne pos-
sédant pas les qualités voulues . Chacun de nous a déjà
formé intérieurement des modèles de lui-même, plus ou
moins consciemment. De telles images, non seulement sont
diverses par leur nature et leur origine, mais elles
sont souvent en conflit entre elles ; ceci engendre des
tiraillements, des dualités, ne leur permettant pas de
s'exprimer vraiment.
Un des plus importants champs d'application du pouvoir
créateur de l'imagination est basé sur une loi psycholo-
gique selon laquelle toute image a, en soi, un élément
,
moteur capable de se traduire en action, base de la rea-
- 124 -
1
- I
lisati on.
Le premier stade est celui de l'idée-image. Par nature,
elles sont apparemment différentes les unes des autres,
mais en pratique, toute idée suscite immédiatement une
image, ou affleure à la conscience sous cette forme.
ce stade peut être comparé à celui des dessins, des mo-
dèles d'objets ou de machines, d'après lesquels il sera
procédé à leur fab rication.
Le second stade est celui de l'action même de cet élément
moteur inhérent à l'image ; il s'agit là d'une force
latente tendant à s'actualiser, à produire un acte, ou
des actes extérieurs, avec les modifications physiologi-
ques correspondantes.
A cet élément moteur présent donc dans l 'image, s'ajoute, )
souvent et même t o u j o u r ~ dans le cas personnel, l'énergie
du désir.
L'idée-image devient peu à peu un idé al , admiré, désiré.
Ceci met en mouvement tous les moyens néces s aires ' à sa
réali sation , en fonction de son importance ou de sa va-
leur.
Nous avons donc l'idée-image, le modèle, puis le désir ;
v oilà les bases du processus créateur ae la manifestation .
Le s modèles de soi appropr ié s au cas, et ce, dans le
meilleur sens, peuvent être réalisés ; ils sont d'un
grand secours et nécessaires à l'homme. Indiquant une
direction à l'organisation de sa propre évolution, ils
sont à la base du processus de développement, de crois-
sance et de meilleure expression du Soi.
Se trouvent là différentes catégories


la première étant
{''le modèle idéal humain", basé sur la connaissance de
la constitution de l'homme, avec les grandes possibilités
en attente dans les niveaux supraconscients de ce Soi
spirituel. Ceci ne doit pas être une vision lointaine,
ou fl oue, mais bien celle des stades successifs à par-
courir, nécessairement, pour arriver au but réel de sa
propre vie.
Il est bon de choisir en premier lieu un modèle bien
défini, clai r, précis, comme le développement d'une fonc -
tion psychologique déficiente par r apport aux autres .
La préparation mentale nécessaire doit permettre d 'accom-
1 2 5 -
'
....


....
- I
plir son rôle véritable ; il est visualisé, puis intégré,
ame n ant c ette n o uvelle qualité ( l ' impatient se verra
patient ... ) .
Dans la dynamique de la vie psychologique, 1es symboles
c onstituent un facteur très important et d'une grande
efficacité. Chacun de nous en emploie continuellement,
en général inconsciemment, ou d'une manière peu construc-
tive et parfois même préjudiciable. Leur utilisation
est f ondœ sur leur nature et leurs fonctions, du point
de vue psychodynamique. Ils sont fondamentalement des
accu mulateurs dans le sens employé en électricité, c'est-
à-dire des réservoirs cons ervant la charge énergétique
(appelée ici voltage psychique ) ; ils deviennent ensuite
des tra n sfo rmateurs en f o rces psychologiques. Leur fonc-
tion est celle de conducteurs, avant d ' ~ t r e de véritables
facteurs d'intégration. Cette action nécessite une aug-
mentation, l'ardeur, base de la tension du voltage éner-
g étique. Une qualité fondamentale des énergies biologiques
et psychologiques, permet de créer coordination et orga-
nisation. Ce principe d'intégration a été mis en évidence
par Teilhard de Chardin.
· ou point de vue qualitatif, les symboles peuvent être

considérés comme des images, des représentations, ou
des signes de réalités psychiques. Entre le symbole et
la réalité, le rapport est basé principalement sur l'ana-
logie. Elle constitue un lien important rattachant les
représentations extérieures aux réalités intérieures.
En fait, tous les mots sont des symboles ; ce sont des
images sténographiées, des condensés d'aspects extérieurs.
Deux mots très courants le démontrent clairement, ce
sont : &me et esprit ; le mot &me vient du grec ••anemos''
le vent, et le mot Esprit du latin ''spiritus", à l'origi-
ne il signifiait le souffle. (Le Souffle porté par le
vent).
L'utilisation des Symboles permet de les revitaliser
et d'augmenter leur action dynamique : les mots et les
images sont ordinairement considérés selon leur signifi-
cation apparente et non par rapport à leur fonction d'é-
vocation, leur sens profond et essentiel. Goethe par
- 126 -


.....
--
- I
exemple , a clairement exprimé , dans le vers final de
Faust, leur valeur universelle.
E'essentiel ~ r a ! t par l'effet exercé sur l'inconscient
en effet, la visualisation d'un symbole donne l'impulsion
à des processus créateurs et transformateurs. Essayer
d'agir sur l'inconscient par des procédés rationnels,
est une méthode sans aucune efficacité. Pour l'atteindre
il faut employer son propre langage, suivre la voie selon
laquelle il opère c'est-à-dire normalement, à travers
des images symboliques. Ainsi, dans la visualisation,
ces dernières amènent l'intégration des éléments cons-
cients et inconscients, ceux de la logique avec les fonc-
tions irrationnelles, mais aussi , supra-rationnelles.
JUNG en a parlé comme transformateurs de l'énergie psy-
chique. Cela n'est pas -une métaphore, mais bien l'expres-
sion d'une réalité dans un sens psycho-synthétique.
• ,
Il y a une application spécifique majeure de leur· utilisa-
tion pour l'activation des Energies Supra-conscientes
et la réalisation du Soi transpersonnel (ou supérieur).
Il s'agit d'un procédé indirect, leur rôle, là, étant
celui d'intermédiaire et ceci les rend très utiles .

1
La grande difficulté rencontrée pour réaliser pleinement
un état de conscience abstrait, nécessite leur emploi

1
il en est ainsi pour s'identifier au Soi spi r ituel,
lité suprême et véritable Essence de notre Etre.
,
Rea-
Il existe deux groupes principaux


Le premier se compose de symboles abstraits, ou géométri-
ques, ou encore d'entités naturelles. Le plus important
de cette dernière catégorie est le Soleil
• , puis l'Etoile,
ou une Sphère de feu. Venant de la nature, celui de la
rose a été employé par les mystiques Persans, les Trouba-
dours du Moyen-Age et par Dante dans sa Divine Comédie.
En Orient, en particulier aux Indes, le Lotus remplace
la rose, et il a souvent un ''joyau'' en son centre.
Les géométriques abstraits peuvent être un carré, ou
un Triangle équilatéral, ce dernier représentant l'homme
avec ses trois aspects
mental
'
a son sommet,
• ,


le physique, l'affectif et le
un Soleil ou une Etoile rayonnante,
- 1 2 7


• .. ,
'
·-
-
-
-
-
-
-

. -
-
- I
symbolisant le Soi (l'Ame). Ceci illustre la Psychosyn-
thèse spirituelle, montrant l'action du Soi par la péné-
tration des énergies supérieures, irradiant la personna-
lité.
Le deuxième groupe est d'un genre différent ; là se trou-
vent l'Ange, le Christ intérieur (au sens mystique),
le Vieux Sage, le Ma!tre, ou l'Instructeur intérieur.
Ce dernier est particulièrement utile et peut servir
de point de départ pour une démarche de type spirituel.
Il permet ainsi d'établir un rapport entre le soi person-
nel et le Soi supérieur par le ''Dialogue intérieur''.
Leur choix est naturellement conditionné par le niveau
culturel, les conceptions philosophiques et religieuses
(ou agnostiques) de chacun. Les Symboles religieux sont
dépourvus de sens pour un athée ; celui de l'Instructeur,
ceux de la nature, ou les géométriques, conviennent mieux
à certaines personnes.
Le principe est toujours celui de l'identification à
un modèle supérieur ; son contenu énergétique permet
d'obtenir ainsi une meilleure vibration, seule suscepti-
ble d'amener le changement nécessaire en transcendant
'
l'inférieur.
- 128 -


-
-
-
-
-- ....
- II

LES REVES ET LEUR SENS PROFOND
------•a•a••···········-----=-
Un jour, dans sa consultation, JUNG reçut la visite d'un
homme assumant une haute position sociale
'
il venait
le voir souffrant d'angoisses, d'incertitudes, de vertiges,
de vomissements, d'engourdissement cérébral et de gêne
respiratoire, c'était comme une "sorte de mal des montagnes".
La carrière de cet homme avait été exceptionnellement
brillante

né dans une famille de pauvres paysans, il
s'était élevé grAce à son ambition, sa ténacité et aussi
à certains dons. Parvenu à une situation dirigeante,
il envisageait une nouvelle ascension sociale, mais alors,
une névrose vint contrecarrer ses projets. Comme un alpi-
niste qui se serait élevé de plusieurs centaines de mètres,
il se trouva soudain emp&ché d'aller plus haut, pris ~ ~ ~ r ~ .
de vertige.
Une nuit, cet homme fit deux rêves.
Voici le premier ; il raconte (à travers JUNG)


"Je me trouve à nouveau dans mon village natal.
Dans la rue il y a un groupe de petits paysans
avec lesquels je suis allé à l'école. Je feins
de ne pas les reconna!tre et les dépasse. J'en-
tends alors l'un d'eux dire, en me montrant
"il ne revient pas souvent au village''.
Ceci signifie pour lui
te, d'où tu es parti 1
Voici le second rêve




N'oublie pas,
-
arrivis-
"Très pressé, partant en voyage, je cherche
à rassembler mes bagages et ne trouve rien.
Le temps presse, l'heure est là, le train va
bientOt partir. Enfin, je parviens à réunir
toutes mes affaires personnelles et me précipi-
te dans la rue

'
alors je m'aperçois de l'oubli
de ma serviette, elle contient des papiers
importants. Je retourne la chercher, me h!te
- 129 -
....
....
-
....
- II
e n perdre le souffle , fini s par la retr ouver ·1
et la gare, mais j'avance à grand peine.
un suprême effort, j'atteins le quai,
mais c'est pour voir le train quitter la gare .
Il décrit alors une courbe singulière, en forme
de S , de plus il est très l ong

1 de ce fait,
si le mécanicien ne fait pas attention et donne
toute la puissance, en atteignant la ligne
droite les derniers wa gons seront encore dans
la courbe et ils dérailleront.
En fait, le mécanicien accélère, j'essaie de
crier, les wagons de queue oscillent de façon
inquiétante, ils fini ssent par sortir des rails.
C'est une catastrophe et je me réveille très
angoissé••.
Pourquoi cette angoisse ? En quoi le déraillement . de
ce train concerne-t-il le rêveur , en quoi cela le touche-
t-il ? En fait ces rêves expriment la destinée même de
cet ho mme. Il cherchait fébrilement à aller vite, pour
avoir toujours plus. Son ambition, sa tension nerveus e
et cérébrale menaient la danse à un rythme rapide, trop
rapid e. Ses succès, sa vertigineuse ascension, laissaient
entrevoir le risque d'une chute brutale, suivie d'un
cuisant échec.
Ce deuxième rêve p eut donc être considéré comme un der-
nier et brutal averti ssement . Danger mortel semble-t-
il crier, anticipant la catastrophe prochaine. Mai s en
pareil cas , le rêveur n'en tient généralement pas compte
il demeure attaché à sa réussite, à sa carrière, trop
certain de bien faire pour accepter de changer, même
un peu, son comportement . Il poursuit donc sa course
sans tenir compte du message exprimé à travers le rêve
''le mé canicien, malgré le ralentissement exigé par la
courbe, persiste et donne toute la vape u r, ceci envers


et contre toute sagesse. Il reste sourd aux cris d ' angois-
se et d'alarme, ne se souciant nullemen t des conséquences
de ses erreurs Al ors se produisent des oscillations
qui vo n t engendrer le déraillement''·
130 -

)
1



....
- II
Tout ceci démontre très clairement le processus de l'es-
calade, elle ne permet plus d'être maitre de soi, ni
de contreler la situation. Nombreux sont ceux s'imaginant
être le seul ma!tre, étant en fait les jouets de leurs
complexes inconscients. Ces derniers se travestissent
en ambition apparemment consciente ; cela ne change pas
grand chose à la réalité psychologique, ni au destin
de ces personnes .
Les illusions se paient fort cher, et la tâche des ''mé-
decins de l 'âme" consiste à dissiper les illusions (tou-
jours sources d'amères désillusions). Dans le cas présent,
ne tenant pas compte de l'avertissement contenu dans
ses r ~ v e s , le patient résista à l'interprétation correcte,
et demeura sur ses positions ; il se vit ainsi infliger
ultérieurement, par le cours naturel des choses, ure bien
dure leçon. Il n'est pas facile de faire admettre l'idée
profonde contenue dans un rêve, surtout lorsqu'elle est
juste, évidente même .
L'ambitieux souffrait de divers troubles névrotiques
et ceux-ci entravaient la suite de son. ascension sociale
il n'en refusa pas moins d'admettre la mise en garde
de JUNG. Des circonstances extérieures contribuèrent
naturellement à interrompre ses activités. Ce patient
voulutpasser outre et tenter sa chance

, cela entra!na
un échec professionnel (un complet déraillement). Le
déroulement ébauché dans le rêve avait donc suivi son
cours et s'était ainsi concrétisé dans les faits .
A la lumière de ce cas, on comprend le sens et la valeur
des rêves prémonitoires

, loin d'être incohérents et
dénués de sens, ils peuvent contenir un avertissement
précieux.
Les rêves de déraillement et du retour à l'humble village
natal, semblent exprimer très clairement la situation
du moins aux yeux de quiconque n'est pas aveugle à force
de logique pseudo-scientifique. Ils s'expriment en langa-
ge imagé, comme l'Evangile le fait à travers des paraboles .
Extrait de''l'Homme à la découverte de
son Ame'' oeuvre de JUNG .
- 131 -
....
-
-
....
- III
Méditation
LES RELATIONS DANS L'UNIVERS
Position, détente physique et concentration mentale .
Chacun de vous est individuellement séparé en apparence,
mais est, en fait, une partie intégrante et intégrée
dans l'ensemble du groupe, puis des hommes formant l'Hu-
manité . Néanmoins vous avez votre propre forme de vie,
vos impressions personnelles et répondez aussi à des
multiples influences. A votre tour, vous émettez, vous
envoyez des radiations et exprimez certaines difficultés,
ou au contraire des valeurs de qualité. Ainsi vous affec-
tez négativement, ou apportez positivement à votre
.

ronnement et aussi à tous, ceci en fonction de votre
propre niveau et surtout par la clarté de votre conscien-
ce . Vous exprimez les valeurs de l'âme toujours présente,
à travers la personnalité et les chakras 1
Ces relations subtiles s'effectuent essentiellement à
travers vos sept Vie et vous êtes, par eux,
relié à l'ensemble . du Système solaire . Le champ de l'Es-
,
pace est de nature éthérique ; son corps vital se compos e
de la totalité des corps vivant en son sein. A travers
cette trame d'or cosmique, intervient une circulation
incessante de forces et d'Energies. Et vous vous tenez
debout, assis, ou couché , dans le corps éthérique de
la Terre, occupant une partie de cet Espace .
Le but de l'évolution, pour l'Humanité, est de la rendre
consciente de ce Monde universel , comme de la nature
des Energies rencontrées et utilisées. Chacun de nous
est concerné par ce processus cosmique, exprimé d'abord
par Sept Rayons, sept Grandes Vies, tout en ayant des
relations avec les Signes du Zodiaque, et les Planètes
du solaire.
Les Centresde vie en l'homme sont aussi gouvernés chacun
par l'un de ces sept Rayons cosmiques. Ces derniers uti-
- 132 -
-
-

-

-
-
-
-
- Ill
lisent essentiellement les Planètes comme expressions
et moyens de transmis si on des Energies ; ainsi, à travers
votre corps éthérique, elles deviennent les forces avec
lesquelles vous agissez . Telle est la base vivante des
relati ons de l 'homme ave c l'Univers et avec ses semblables .
Il y a sept Planètes dites sacrées, el les gouvernent
l'évolution humaine vers l'initiation à la Vie, à travers
les Centres de l'Atre humain ; ce sont dans l'ordre •


- Vulcain - Ier Rayon - Centre de la tête.
- Mer cure - IVe Ray on - (ici en re lation persan-
- Vén us
nelle mais avec l'ensem-
ble de l'Humanité) .
- Ye Rayon - Centre Ajna .
- Jupiter - Ile Rayon - Centre du Coeur.
- Saturne -IIIe Rayon - Centre de la Gorge .

- Neptune - VIe Rayon - Centre d u Plexus solaire.
Uranus -VIle Rayon - centre sacré.
Cinq Planètes non
,
sacrees f ont aussi partie de notre
Système solaire, ell es agissent sur
les hommes encore peu évolués


- Mars - VIe Rayon
-
La Terre-Ille Rayon
- Pluton - Ier Rayon
-
La Lune - IVe Rayon
- Le Soleil Ile Rayon
- Centre de la tête .
-
Centre de la Gorge.
- Base de l'Epine Dorsale.
- Centre du Plexus solaire .
-
Centre du Coeur.
(''Astrologie Esotérique'' d'Alice A. Bailey
Ed . Lucis).
Chacun des sept Rayons Primordiaux forme un Logos (un
Dieu) en manifestation , il est à son tour septuple, cré -
ant sept sous- rayons.
Chacune des sept couleurs du spectre solaire correspond
à l'un de ces Sept Rayons, et à l'une des Hiérarchies
créatrices ; à leur t our chacune d'elles est subdivisée
en sept couleurs secondaires.


- III
Chacune de ces Hiérarchies, entité des plans intérieurs,
fournit l'essence,

, elle est ainsi le constructeur
de l'un des sept règnes de la nature

, trois sont dits
élémentals ou forces de la nature, puis il y a le minéral ,
le végétal, l'animal et l'humain.
Chaque Hiérarchie fournit l'un des sept Principes fonda-
mentaux, a une couleur spécifique, et est le Régent de
l'une des Planètes sacrées. Il y a dans notre Système
des relations horizontales avec les Hiérarchies et verti-
cales avec les Rayons.
Les relations sont partout, nous devons vivre subjective-
ment dans un monde à la fois constructif et destructif,
ceci amenant l'ensemble vers le But prévu par le Logos.
Ouvrez tous les jours un peu plus votre conscience à
ce monde universel et gardez cet impact large en vous
puis revenez doucement vers un aspect plus limité • • •
- 134 -

,
--
-
-
1
\
• • k- '
/1"'-.J
----
LUMIERE El CONNAI SSANU.
- 1 - L
47 rue Franz Shubert
'
r 31200 TOULOUSE
LE SON ET LE RYTHME
2======------------
Il existe maintenant à Londres, à Montpellier et aux
U.S.A. des Centres d'Etudes Electroniques, équipés de
microscopes acoustiques permettant de visualiser des
images, venant du coeur même de la matière. Voir nette-
ment et en profondeur, telles sont ces possibilités
scientifiques

'
ceci passe par des ondes sonores , à
travers des appareils très perfectionnés. La confirma-
tion traduite par sept Rayons cosmiques du fait d'une
même et unique Source d'Energie, s'exprimant à travers
les couleurs et les sons, existe donc.
Le son comme chacun le sait, est une o nde (néanmoins
toutes les ondes ne sont pas s onores) . Les savants ont
c herché à préciser l'intensité de l'action produite
sur l'oreille humaine •
'
ils o nt, ainsi, introduit dans
l'acoustique une notion "d ' énergie" et cette énergie
p rovient, bien entendu, du rayonnement solaire. La lon-
gueur d'onde dépend d'abord de la fréquence émise, puis
du milieu de propagation.
L'oreille de l'homme est habituée à distinguer, d'une
part, les sons généralement agréables provenant de la
voix ou de la musique, et, d'autre part, des effets
plus agressifs, nommés bruits d'intensités diverses.
Au sein des civilisations antiques, la musique était
comme possédant des pr o priétés curatives et était u-
tili s œ à cet effet. un p o ème épique finlandais, parle
d'un sage parvenu, par sa musique, non seulement à cal-
mer la fureur d'une foule, mais aussi à l'assoupir,
à l'apaiser. Il est dit dans la Bible


"Le Roi Satil,
étant tourmenté par un esprit malin, faisait appeler
David, habile joueur de h arpe ... Alors David prenait
sa harpe, il en jouait et SaUl était soulagé ; il s'en
trouvait bien".
Chez les Grecs, la musique occupait une place particu-
lière, comme moyen curatif. Homère raconte
- t 35 -
,

T
, - .....
. .. •
..


.
.
"le sang
. ,,. .. - - ,. .
~ . \
. ·-- -.....• · ~
-
-
-
-
- I
jaillissait de la blessured'Ulysse, et il s'arrêta de
couler l orsque s'éleva le chant mélodieux d ' Antolycus".
Chaque note émise produit une fréquence vibratoire spé-
cifique, entra!nant à son tour des effets psychologiques
et physiques bien déterminée . Le son a un grand pouvoir
sur la matière inorganique
• , ainsi se dispose le sable, il
peut présenter des figures géométriques et même, briser
des objets. Combien plus puissante encore est l'action
d'une telle force sur la substance vivante, sensible
et vibrante des corps 1 Chaque note musicale possède
une qualité particulière, ne pouvant être exprimé e par
des mots. Et cette qualité produit des effets psycholo-
giques, n é anmoins, il est impossible d'attribuer une

qualité émotionnelle spécifique à chaque note. Les di-
verses tentatives cherchant à leur d o nner une couleur
correspondante n 'ont pas donné de résult ats s a r s ~ ils
varient surtout en fonc tion de la qualité de conscience
de l'exécutant. Les succ es sions , les répét itions, les
groupes de sons, par contre, engendrent toujours une
action plus grande (bonne ou mauvaise).
La mélodie est le résultat d'une suite particulière
de notes, de sons

, l'harmonie, elle, est produite par
des superpositions diverses, en se fondant entre elles,
elles forment des accords. Selon les fréquences vibra-
toires respectives de ces sons, i l se créera donc des
harmonies, ou des d issonances, entra!nant des effets
physiologiques et psychologiques . Ainsi la prépondéran-
ce des dissonances, s ouvent stridentes de la musique
contemporaine, est l'expres sion même des conflits, des
contrastes, des crises et surtout des tourments de l'hom-
me moderne
• , elle tend, par son influence suggestive,
à les accentuer, à les exaspérer souvent aussi .
La diversité de nature et de structure des différents
instruments mu sicaux , la voix humaine comprise, donne
aux sons une qualité particulière, les mots peuvent
difficilement exprimer cela, et notamment susciter des
réactions émo ti onnelles spécifiques. Chacun possède
136 -
'
-
-
I
une certaine sensibilité musicale et perçoit la qua -
lité des impressions produites par un violon ou une
flûte, différentes encore par une trompette ou une har-
pe ; il en est de même avec une voix de soprano, ou
de basse. Par la combinaison bien réglée des divers
instruments d'un orchestre, un compositeur peut pro-
duire des effets très puissants, agissant ainsi sur
le psychisme humain.
Pythagore (raconte Porphyre) fonda principalement l'é-
ducation musicale sur des mélodies et certains rythmes; ;
ils exerçaient une influence apaisante, purificatrice
sur les actions ou les passions humaines, et rétablis-
saientl'harmonie originelle venant des facultés de l'âme.
ll appliquait les mêmes méthodes curatives aux maladies
du corps et à celles de l'esprit ... Lorsque le soir,
ses disciples étaient sur le point de se retirer, il
les libérait des perturbations et des agitations de
la journée, calmait leur inquiétude et créait ainsi
une ambiance propice à un sommeil tranquille .
Platon attribuait aussi une grande importance à la mu-
sique comme moyen de psychothérapie et d'éducation.
Voici l'une de s e ~ affirmations tirée de la "République''

''Le rythme et l'harmonie pénètrent profondément dans
les replis de l'âme, y produisant l'empreinte la plus
vive".
Le rythme possède l'influence la plus intense et la
plus immédiate sur l'homme ; son action est directe
sur le plan physique et les émotions. La vie organi -
que est, elle-même, basée sur divers rythmes, d'abord
sur celui de la respiration et des pulsations cardia-
ques. Viennent ensuite le rythme des divers mouvements
musculaires, ceux de l'activité alternant avec le re-
pos, et des différentes fonctions physiologiques. Il
y a, aussi, les rythmes vibratoires moins perceptibles
de chaque cellule, de chaque molécule, de chaque atome.
- 137 -
. ' --
- ---


- I
Les rythmes musicaux exercent, de ce fait, une forte
influence sur ces rythmes organiques, les stimulant
ou l es calmant, les harmonisant ou créant les discor-
dances, sources de malaises, puis de maladies.
La vie psychologique a, elle aussi, ses rythmes ; ils
sont divers et complexes, comportant des périodes d'eu-
phorie ou de dépression, avec l'alternance de la douleur
et de la joie, celle de l'ardeur et de la lassitude,
enge ndrant ainsi force ou faiblesse, et orientant l'hom-
me vers l'évolution ou l'involution. Toutes ces condi-
tions le re ndent extr3mement sensible à l'influence
des rythmes musicaux. De plus, il y a certaines activi-
tés o ~ les rythmes du :corps, des émotions et de la mu-
sique, s'interpénètrent et se fondent et cela se pro-
duit surtout dans la danse.
Avant d'examiner les effets curatifs de la musique et
leur possible ut.ilisation, il faut reconnaitre ses in-
fluences nocives. L'efficacité certaine, peut 1'3tre
en effet pour le bien, comme pour le mal et la désor-
ganisation.
Au point de vue thérapeutique, l'effet de la musique
ne coincide pas avec sa valeur esthétique. Il y a la
dite mauvaise musique considérée du point de vue ar-
tistique, mais absolument inoffensive. Par contre, cer-
taines créations musicales de très bons compositeurs,
peuvent être très nocives. Tels sont les morceaux de
type mélancolique, déprimant ; ils expriment tristesse
et a battement, entra!nant affliction, angoisse et m ~ m e
désespoir, tout en présentant une valeur artistique
a utrefois très appréciée. Ils peuvent agir comme un
toxique psychologique sur l'auditeur, s'il se rend é-
motionnellement perméable à cette influence. certains
morceaux de Chopin (dont les Nocturnes) déversent une
profonde mélancolie et de la nostalgie •
, ils peuvent
avoir un effet très négatif, cultivant un sentimenta-
- 138 -

-
-
-
-
-
.-
-
-
I
lisme morbide, très dévitalisant .
Une autre forme présente de nouvelles expressions musi -
cales, avec ses dissonances, l'absence de ligne dans
les rythmes inégaux et frénétiques ; elle reflète l'é·-
tat inharmonieux et fébrile, avec les troubles des temps
présents. Le rock a là une place importante, de type
destructif maintenant reconnu.
Lorsqu'elle offre un caractère lumineux et serein, la
musique peut être un élément curatif puissant
• , elle
exerce alors une influence bénéfique sur la personna-
lité humaine, se reliant ainsi à l'âme . Son effet peut
être d'abord reposant et régénérateur, donc précieux
à notre époque d'épuisement physique, de tension ner-
veuse, d'excitation émotionnelle et mentale . La Musi-
cothérapie est là d'un intérêt certain , le problème
est celui du choix des morceaux, il faut être très vi-
gilant et même ''inspiré''.
- 139 -
. ... . .. .
-.
- .. . ..
1

-
-
-
-
-

• •
COULEURS ET VIBRATIONS
Selon un dictionnaire courant les couleurs sont


- II
"l'im-
pression que fait sur l'oeil, la lumière". Or la lumiè-
re est constituée d'ondes électro-magnétiques extrême-
ment rapides, elles-mêmes composées de photons (parti-
cules énergétiques) .
Les couleurs primitives ou fondamentales, sont celles
du spectre solaire ; elles vont du rouge au violet,
en passant par l'orangé, le jaune, le vert, le bleu
et l'indigo. Trois sont majeures (rouge, bleu et jaune )
et les quatre autres dites secondaires, nées de mélanges.
Le mot ''chromatique'' (du grec Krôma) est relatif aux
couleurs, mais également, aux sons. Les couleurs et
les sons sont des impressions perçues différemment par
l'oeil, ou l'oreille de l'homme, mais ayant une même
origine . Il y a la gamme des sons, des notes de musique
en particulier, mais aussi, celle des couleurs (on mon-
te la gamme, ou on la descend).
Tout ceci, en médecine, a un rapport avec les chromoso-
mes (de et Sôma-corps). Ils sont en re-
'
lation avec le noyau au moment de la division, ou du
changement des cellules. L'influence des couleurs et
des sons commence à être connue aujourd'hui, d'où la
chromothé rapie et la Musicothérapie, comme étant complé -
mentaires ; la base est de type vibratoire dans les
deux cas .
Les vibrations sont des mouvements oscillatoires sub-
tils, plus ou moins rapides, expressions des forces
et des Energies constituant Tout. Synchronisées avec
le rapport de l'âme dans sa relation avec la personna-
lité de 1'3tre humain, les vibrations s'expriment à
travers la forme éthérique et les chakras, en fonction
de la lumière (ou qualité) acquise dans la conscience,
l'expression de cette !me.
- 140 -
• 4 •
---
- -

--
- II
La physique moderne nous a révélé la constitution de
la matière (substance atomique), dont les propriétés
essentielles sont le rythme et le mouvement. "La Vi -
sion dynamique de la Terre et de l'Espace, est celle
d'une danse cosmique c olorée", dont les particules
(formes lourdes ou subtiles), émettent des sons, en-
tra!nant ainsi l'ensemble dans des changements faits
de morts et de renaissancespermanentes. Telle est l'ima-
ge de la Vie traduite par sept Rayons cosmiques ; en
se densifiant ces derniers créent tous les règnes dont
ceux dits inférieurs : minéral, végétal et animal. Vient
e nsuite le règne humain et les sept plaœ de Conscience
qu'il doit reconna!tre ; trois au-dessous de lui sont
appelés inférieurs, trois au-dessus, de type supérieur.
S'identifier à e ux pour atteindre la Réalité divine,
.
tel est le but.
Dans la psychologie expérimentale on considère des cou-
leurs chaudes et des couleurs froides. Ainsi le rouge,
l'orangé, et le jaune, auraient une influence stimulante,
ou excitante. Le bleu, l'indigo et le vert, seraient
sédatives et apaisantes. Utilisées dans la décoration,
elles ont pour but, là aussi, de susciter des impressions,
mais infiniment plus faibles. La peau et surtout les
Points de Vie (chakras), absorbent les couleurs et les
sons auxquel s ils sont sensibles suivant leur niveau
de r éceptivité.
Selon c.G . JUNG elles expriment, en particulier dans
les rêves, les principales fonctions psychiques de l'hom-
me et de son inconscient. Ainsi là, le bleu serait la
couleur du ciel et de la pensée paisible ; le rouge
égalerait, sang - passion et sentiment violent ; le
jaune, la l umière, l'or et l'intuition ; enfin le vert,
la nature et la croissance des cellules ou des plantes.
Dans l'Esotérisme la couleur est considérée essentielle-
ment comme une vibration et en établissant un contact
avec une forme, elle devie.nt une force . Cette dernière
- 1 4 1 -

1 •
-
-
... ~
- II
est le résultat né de la rencontre d'une Energie pri-
mordiale avec une forme, celle venant du Système solai-
re d'abord, puis d'une Planète ensuite, d'un être hu-
main avec ses cellules vivantes et ses chromosomes,
sans oublier la nature . Les couleurs dites exotériques
ou extérieures, celles du monde physique, sont souvent
qrossières et m3mes dures. Les plus douces sont encore
rudes si on les compare à celles perçues subjectivement,
lors d'une élévation réelle de la pensée et de la cons-
cience. La beauté, la pureté, la qualité des nuances,
s'affinent dans les plans supérieurs auxquels seule
cette conscience a accès, ceci grace à l'aspiration,
l'identification et l'intégration.
La plus synthétique des couleurs, ''L'INDIGO'' , pour le
présent Système solaire, expression même du Point, Unité
et source de TOUT, est là Harmonie suprême. Elle s'ex-
prime comme l'éclair du parfait Rayonnement du Mental
universel, nommé Perfection, à travers le deuxième Rayon
cosmique et le cinquième sous-Rayon.
En affirmant sa sensibilité afin de vibrer dans l'intel-
.
ligence du Mental ' supérieur, chacun peut percevoir l'une
des couleurs subtiles, transmises par les sept Planètes
sacrées aux habitants de la Terre, notre lieu actuel
de vie et d'expérience. L'impact s'effectue à travers
les sept chakras, appelés aussi Centres, ou Points de
Vie

, il y en a cinq situés le long de la colonne ver-
tébrale et deux, dans le cerveau. Ils organisent la
relation entre les diverses valeurs intérieures éta-
blies ; elles sont plus ou moins belles en chaque être
humain qui les attire par son propre environnement,
source du magnétisme inhérent à toutes les formes.
Chacune des sept couleurs s'exprime fondamentalement
à travers l'un des sept Rayons cosmiques. Une forme
physique, dont la trame est toujours éthérique, se trou-
ve de ce f3it en relation avec une focce, se mouvant
sans cesse à une certaine vitesse. L'impulsion, comme
l'action, sera , soit retardée, soit accélérée, par la
densité même de la matière rencontrée. Plus cette der-
-
-
-
-
-
-
-~
-
-
• • •
- II
nière est fine, plus la couleur émise dans l'aura est
belle, pure ; l'évolution réalisée devient ainsi per-
ceptible.
Les sons, mais aussi les pensées et même les paroles
expri ment des couleurs. Ainsi au moment où le Logos
planétaire (Dieu) fit résonner "le grand MOT Cosmique''
dans l'actuel Système solaire (le deuxième d'une cha!ne
de trois), trois courants majeurs de couleur jaillirent.
Ceux-ci en générèrent quatre autres, donnant ainsi vie
aux sept courants fondamentaux ; alors le monde manifes-
té commença à exister. Les voici dans l'ordre relative-
ment à l'Etre humain :
I - BLEU

II - INDIGO
III - VERT
I V - JAUNE
..
: C'est la Vie, la Perfection divine (dif-
fi cile à imaginer). Avant d'appara!tre
dans notre système solaire elle s
1
.exprime
comme Volonté, détruisant d'abord les
obstacles s'opposant à sa manifestation.
L'entité du Système solaire est appelée


"le Logos Bleu".
Synthèse de l'Amour cosmique devant se
traduire par l'expression de saines re-
lations ; c'est le Juste but de l'effort
ac tuel pour l'Humanité. Il passe par
la compréhension, source de toute guéri-
son spirituelle .
: Avan t tout, l'Activité dite Intelligente,
c'est-à-dire conforme au Plan. Couleur
de la santé physique, trouvée dans la
Nature (le manteau de la Terre).
: La Lumière et l'Harmonie permettant de
Voir, puis de régler les conflits sour-
ces de souffrance ; aide à développer
l'intuition.
- 143 -

'
• •


V - O R ~ N G E


- II
Le Mental, par l ' action du Feu purifica-
teur, élimine les systèmes
,
uses,
, ,
scleroses
(ce qui retient ou bloque).
VI - ROUGE : Le sang, véhicule une forme de vitalité,
mais aussi les passions et les désirs infé-
rieurs du plan astral ; il doit devenir
rose et exprimer la sympathie vraie envers
tous (sans aucune exception) .
VII - VIOLET:La forme éthérique, l'Ordre nécessaire
à la vie, s'exprimant à travers des rituels
(rythmes et cycles).
La définition ésotérique de la couleur
est la suivante


"Forme (ou appaEence) prise par une force, née d'une
Energie se mouvant à une certaine vitesse. son action,
ou son impulsion, est soit retardée, soit accélérée,
par la matière à travers laquelle elle s'exprime, étant
toujours une vibration lumineuse.
La synthèse finalé et parfaite de la couleur est le .
BLANC, résultat d'une chatne d'expression de trois Sys-
tèmes solaires évolutifs.
- La première synthèse d'ACTIVITE était verte.
- La deuxième d'AMOUR est Bleue (l'actuelle)
- La troisième de POUVOIR (divin) sera Rouge (d'une
couleur encore inconnue des hommes).
- 144 -
••
'
-
-
- III
Méditation
APPROCHE DU PREMIER RAYON
=•••===••••••••••••••e=••
Fermez les yeux et trouvez le bon rythme respiratoire,
puis oubliez-le. Concentrez-vous dans le haut de la
tête, rassemblez les forces éparses dans le véhicule
astral, monde des émotions, des désirs et des sentiments,
et également, dans le véhicule mental, le monde des
pensées. Effectuez en remontant l'alignement des sept
points de vie, situés dans la contre-partie éthérique
de la col o nne vertébrale. Reliez ensuite votre personna-
lité à v ot re âme ; enfin, unissez-vous en conscience
à vos frères de groupe


seul on ne peut atteindre le
plan spirituel, aussi faut-il ensemble, orienter correc-
tement son mental vers le Maitre de l'Ashram (le point
au centre).
En suivant cette préparation d'une manière correcte,
vous allez pouvoir approcher aujourd'hui le Premier
Rayon, celui de Volonté, ou Puissance divine. Son symbo-

le est représenté par un cercle rouge, semblable à un
rubis, ou un grenat brillant, placé sur un fond blanc.
Au centre, il y a un point rouge-grenat également. Vi-
sualisez cela soigneusement et efforcez-vous de percevoir
la vibration de la qualité subjective s ' en dégageant
alors.
Ce Rayon et sa vibration particulière sont en relation
avec le Maitre MORYA; Son puissant mot de pouvoir est
"J'affirme le fait''. Sa note est particulièrement per-
ceptible le dimanche, lorsque l'accord intérieur peut
s'établir avec le réseau éthérique, dans le Système
solaire dont nous dépendons. Il a là une relation par-
ticulière avec le Soleil, la planète Vulcain et Pluton.
Les qualités et caractéristiques de cette Energie, con-
sidérée comme "Le Seigneur qui libère'' (de l'ancien),
- 145 -
f
. -
• ••
- III
sont celles de l'accomplissement de chacun à travers
la Volonté du Logos, dans le sens de l'évolution prévue
par Lui, pour l'ensemble de la création.
Le type psychologique de l'homme dominé par ce Rayon

est donc fait de volonté, d'affirmation et de puissance.
Lorsque la bonne expression domine, celle de l'!me qui
tempére par la Sagesse et l'Amour, appara!t cette volon-
té dans la capacité de gouverner, mais avec la nécessaire
Sagesse contenue dans la Loi suprême, celle de Compassion,
appelée la Loi des Lois.
Le premier aspect de la divinité est essentiellement
la VOLONTE, celle exprimant le Plan du Logos créateur.
Elle doit ltre évoquée dans son aspect mental

1 s a ré-
flexion dans le cerveau humain étant considérée, là,
comme "l'ombre". La pratique régulière de la méditation
produit l'illumination de ce mental et est
le moyen unique de contact avec le Mental Univer5el ;
ainsi est amenée la Connaissance directe. Il en résulte
l'Amour compréhensif du Rayon fondamental, le deuxième.
La coopération sympathique seule, permet de dépasser
le sentiment premier, celui d'isolement (l'une des carac-
téristiques de ce Premier Rayon, avant de rencontrer
son groupe) .
Il s'agit toujours d'établir d'abord le contact réel
avec l'!me, afin qu'elle décide et planifie à partir
du Centre de la tête et du coeur . La personnalité, elle,
doit seulement exécuter, travailler en exprimant la
créativité réelle, selon le Dessein divin situé au Cen-
tre même de l'Univers. Ce Dessein est dirigé vers la
planète Terre par la Hiérarchie spirituelle.
Souvenez-vous des Symboles et de leurs formes ; ici,
c'est d'abord un cercle, il limite par la conscience
la manifestation . Puis, il y a un point, le noyau, le
centre de vie ; le rouge, c'est la braise, le brasier
et le feu, '' Dieu est Feu dévorant'', le tout sur un fond
- 146 -
-
-
- III
blanc. Le blanc contient l 'ensemble des couleurs, ex-
primées à travers toutes les formes manifestées. Il
représente la synt hès e

'
et la petite volonté de chacun
de nous doit se fondre là dans la Volonté du Logos créa-

teur, afin de participer à l'Oeuvre unique.
Cette approche se termine maintenant ; vous revenez dou-
cement vers votre manière habituelle de penser et d'être.
Mais avec l'aide du symbole rencontré, reconnu et iden-
tifié, vous vous intégrez à la Volonté divine, grâce à
l'Amour qui est en vous.
- 147 -
--.
-
--
-
-
;
'
'

fT
rue Franz Shuberc
31200 TOULOUSE
- I - H
L'INFLUENCE DES SONS
Toute forme de vie répond d'abord à une vibration, elle-
même est émise par une Energie provenant de l'un des
Rayons cosmiques
• , ils s'expriment ensuite dans le monde
manifesté et connu de nous par sept sous-Rayons. Cette
Energie fondamentale module l'évolution permanente de
l'ens emble de l'Univers, l'homme étant seulement l'une
de ses manifestations. Il est situé à mi-parcours entre
le plan spirituel, le monde de l'Esprit sans forme, et
toutes les formes de vie présentant une forme éthérique
et une
'
apparence concrete, physique ; ceci lui confère
une tâche particulièrement importante.
L'Etre humain est donc u ne manifestation énergétique
et la musique exprime l'un des autres champs de cette
unique Energie. Elle agit, par l'audition, à travers
l'oreille, ayant ainsi une influence sur tout le corps
physique et le cerveau, mais aussi sur les autres de
ses enveloppes


éthérique, émotionnelle et mentale.
N'oublions pas leur nécessaire fusion avec la personna-
lité,
'
et surtout avec l ' âme spirituelle. La Musique sa-
crée ou inspirée, a le pouvoir de les unifier et de les
intégrer au plan supérieur.
Il est connu maintenant, en particulier à travers les
faites en Musicothérapie, que l'apport de
bonnes et harmonieuses vibrations favorise le rétablis-
sement des troubles et des perturbations psychiques
Ces dernières ont entra1né la somatisation,
' c'est-a-
dire la maladie apparue dans le corps, c'est là le der-
nier stade.
Chaque organe d'un corps h umain a une for me et une psy-
chologie

, il répond à une couleur, déterminée par un
taux vibratoire. Sa fonction spécifique étant d'être
magnétique (dans le présent Système solaire), ceci lui
permet donc d'intégrer une fréquence meilleure, s'il
la rencontre. Mais la recherche mentale doit 3tre cor-
recte et bien orientée, à défaut de quoi le déséquili-
- 148 -
·.
-
-
-
------
. ' '
... .; \ _ ~
- I
bre augmente, en particulier dans les ''bains de sons''
de type désorganisateurs (bruits et mauvaises musiques).
Par l'emploi approprié de forces nouvelles, suscitées
en lui par la bonne musique, l'Etre humain peut, non
seulement éliminer se s peurs inconscientes d'ordre mé-
taphysique, mais aussi changer le sens de sa vie. Deve-
nu ainsi plus positif, il parvient à dissoudre les blo-
cages, ressentis dans la colonne vertébrale ou le cer-
veau. En réalité ils existent dans les chakras. En li-
bérant ses pensées et son mental des exigences engen-
drées par des contraintes émotionnelles, chacun peut
accéder à une meilleure ''connaissance de son devenir
dans l'Univers'' et se consacrer à sa PROPRE EVOLUTION,
'
seule joie non éphémère: abordée à travers un groupe po-
sitif.
Les vibrations émises par les divers instruments utili-
sés, dans les concerts, par exemple, diffèrent dans leurs
formes, par leurs qualités et fréquences. Chacun d'eux
exprime celles lui étant propre, mais les modulations
et les déplacements de l'air environnant vont être di-
rigés dans le morceau choisi par l'exécutant lui-même,
soit avec son mental et sa sensibilité, soit avec d'au-
tres aspects de lui-même, beaucoup moins nobles.
Il y a donc l'exécutant et surtout sa qualité d'être,
la musique sorte de bande sonore, et l'auditeur, de type
plus ou moins réceptif.
Le professeur argentin ZEBERIO parle d'un lien harmoni-
que à établir, entre le son, le train d'ondes, et la
substance vibratoire magnétique. Il conseille, pour ac-
tiver les neurones et parvenir ainsi à un plan supérieur
de la conscience, de respirer lentement et profondément
par le nez, en vivant pleinement l'apport intérieur,
fait en soi par la musique de qualité. Elle pénètre ainsi
dans le cerveau ; là se situe la représentation essen-
tielle de chaque organe et de chaque chakras (les sept
points de vie).
1 4 9

J
--
' J
-

'
- I
Dans son ouvrage


''Les Sons et l'Energie Humaine'' -
Courrier du Livre, les instruments en Musicothérapie
peuvent être définis ainsi


- L'ORGUE a des modulations de fréquence compactes et
fluctuantes . Sa vibration est dense et le son ne se dé7
place pas facilement. Il forme une atmosphère épaisse
entourant complètement le corps, formant comme un nuage
rougeâtre, plutôt cui vré et de type sécurisant.
- Le PIANO trace des lignes droites ininterrompues mais
assez rapprochées, tout en étant séparées par des inter-
bandes de son. Elles présentent des pointes à interval -
les réguliers et traversent le corps horizontalement .
Ces bandes argentées, proches du métal, s'étagent des
reins au sommet de la tête.
- Le VIOLONCELLE a des fréquences différentes

, il s'ex-
prime aussi par des lignes continues, épaisses , plus
espacées et légèrement convexes. Le son pénètre dans
le plan physique et émotionnel du haut en bas du corps.
Sa gamme de couleur contient des rouges vifs, ou des
bleus très sombres.
-Le VIOLON, dans les oeuvres de qualité, s'adresse,
~ a r le mental, au monde de l'âme spirituelle. Les vibra-
tions plus hautes , parfois aigties, vont du centre du
coeur, cinquième chakras placé entre les omoplates, au
septième, situé au sommet de la tête.
Elles traversent le haut du corps par des lignes fines,
nombreuses et non continues, faisant appel à la vraie
sensibilité. Sa couleur va du bleu indigo à l'or pur .
Les autres instruments comme, harpe, flOte, clarinette,
etc
• • •
sont considérés comme pouvant émettre des sons
mélodieux, mais leur effet paratt être peu important.
Bien entendu , les trompettes ou tambours, agissent es-
sentiellement sur les mécanismes de défense par la force,
- 150 -
--

- I
ou sur ceux de tension et d'agressivité (type patrioti-
que en particulier). Ils ne sauraient intervenir ici,
leur influence ne pouvant être bénéfique dans le but
recherché. Il s'agit d'obtenir un état diamétralement
opposé, fait de relaxation, puis de réceptivité ouverte
aux vibrations élevées et harmonieuses, donc curatives
par transcendance.

Certains grands compositeurs ont traduit, à travers leurs
plus belles oeuvres , le dépassement de leur propre souf-
france, puis l'entrée dans la sérénité. Ils ont laissé
ces messages à l'Humanité, permettant à chacun d'attein-
dre, à travers eux, un meilleur état d'être. Ils propo-
sent ainsi de ressentir pleinement les harmonies porteu-
ses d'une vie large, saine et épanouie, la conscience
pouvant intégrer alors, l'Univers entier. Les douleurs,
nées d'erreurs ou de refus divers, disparaissent naturel-

lement, peu à peu elles s'effacent, tensions et blocages
étant dissous .
La vie a un sens, une bonne orientation collective dans
le ''courant positif'', conduit vers l'unique But et les
Ma!tres de la musique aident à entrer dans Cela. Mais
il faut accepter de réaliser la véritable Ecoute, dans
le recueillement nécessaire, afin d'intégrer des vibra-
tions de qualité.
-
Parmi eux, favorisant la transmutation et la sublimation,
nous trouvons


DISQUES CLASSIQUES -
- ALBINONI - Adagio
- MASSENET - Méditation de Thais
BEETHOVEN - Concerto pour violons
- MOZART - Concertos pour violon
(en particulier le n°5).
- BACH - Concerto pour violons
et Aria
- SCHUBERT - Ave Maria
1 5 1
1
1
,
'
'
-
-
-
-
-



HAENDEL
- GOUNOD
- JOYS
- SOLESMES
CASSETTES -
- HALPERN
- Groupe HARE
- FINDHORN
- I
- Oratorio à la Harpe
- Ave Maria
- Music Zen Meditation
(Japon)
- Chants Grégoriens .
- Spectrum
-
Impulsion Dynamiqt1e
(phase 5)
- G-Magic FlQte.

D'autres compositeurs encore, ayant été un jour inspirés,
souvent pendant un court instant
• • •
On trouve également certaines musiques de l'Inde. Enfin,
derniers nés, les arrangements de Musique Sacrée, par
synthétiseur.
Un Sage chinois a écrit sur ce sujet


''La musique parfaite a sa propre cause . Elle na!t de
l'équilibre, et l'équilibre provient de ce qui est juste .
Ce qui est juste dérive de la signification du monde .
.
C'est pourquoi il faut parler de musique avec celui qui
en est devenu conscient''.
- 15 2 -
-- -

-
-
-
-
'•
..
,_ , _:
-- -
-- 4 -
-4 :. - -
- " --
-· 1.
- .. -
·-
- _,. _· ...:
- --
-
- - --.......

• .. '"" T .._. -· - · • •
·- . ·-
VIOLON

..........
·-

--
.. -:.r:.-:
.. -
.... . __.,.,.... ---.... .
J
"";"). ......
. - - ' --o.c .• -. -.......
1 -··-
/ ' "'' ...... e::-•
., _.\
.... . -
' \
..... ,...,. .. -·
..c ·- ... -
t;;;:JI' " --- -
...... -.
....... . -

1
--
1
)

.:111:
,__,.,
_ .... - -··· . . .
""
l)
. ......__ ..
. .
-
--· .
-----
_ .....
.. .. .
1
"" --
1
. .-
--
- .
'rit .
--
·--,..
"'•·


............ _
••
-··
V JOI .ONt1::.U.E
' • l.' L .L>. - •
4 H "' .. .. ..
DES SCKS .
-
.•.
}
- 1
1
1 1 1
1
1 •
' '
1 :
'
#
1

1
.-·

, _,
1
.,
• •
1
1
l
1 1
'
1
\
,. n

'
..

1 1
'

PIANO
(Jf<(i( ll :

- II
LA MUSIQUE DESTRUCTRICE
Le Rock et l'utilisation du subconscient -

Il existe aux Etats-Unis et s'étendant au niveau inter-
national, une association du nom de ''Wi cca''

1
elle se
dit être une Association de sorciers et conspirateurs,
compte un grand nombre de membres et possède trois trusts
de disques . Ceux édités par cette association visent
à la destruction morale et au déséquilibre intérieur
des jeunes. Une espèce de culte de Satan est pratiquée
sur ces disques

1 les membres de Wicca se vouent eux-
mêmes à l'involution destructive, par la Magie Noire.
Wiccaarendu célèbre bie n des artistes. Leurs disques
traduisent exactement l'état d'âme dans lequel se trou-
vent ses adeptes

1 ils les invitent à exalter la
l'honneur et la louange du démon. Les ''Rolling Stones ''
font partie de l'une de ces sectes de la région de San
Diégo. Dans certains de leurs enregistrements, ils ré-
pandent les principes des adorateurs du culte satanique.
Un autre groupe cbnnu, ''Garry Funkell'', produit égale-
ment le même genre de musique ; son but est de diffuser
des montages sonores spécialement orientés vers 1'invo-
afin d 'amener les jeunes dans le sens destructeur
(les énergies sont toujours neutres).
Tous les disques sont dédiés à cette Puissance des Té-
nèbres et conçus dans le même sens. Une part importante
revient au rythme, appelé BEAT, dont le se
développe selon le mouvement de l'acte sexuel . Cela
donne la sensation d'être pris d'une furie soudaine,
occasionnant souvent des crises d'hystérie, le Beat
ayant une action exacerbante sur l'instinct sexuel.
De plus, est choisi sciemment, un volume sonore de dé-
cibels bien au-dessus de la limite de tolérance du sys-
tème nerveux. Lorsque les sont imprégnés de cette
- 153 -
T
-
--
--
-
- II
musique pendant un certain temps, ile ressentent une
espèce de dépression, puis de révolte et d'agressivité.
Ils ne comprennent pas pourquoi, croyant avoir écouté
seulement de la musique
• • •
Mais l'excitation du système
nerveux a produit un trouble, et ils sont ainsi poussés
à concrétiser les incitations entendues pendant des
heures.
A cela s'ajoutent des signaux de type infra-rouge, situés
bien au-dessus du seuil de la limite auditive, et de
l'ordre de 30.000 vibrations à la seconde. Les auditeurs
ne peuvent pas les entendre, mais cela fait secréter
dans leur cerveau une substance, et cette dernière a
l'effet d'une drogue. Il s'agit bien d'un produit du
0
0
cerveau humain lui-même (comme les endorphines), son
but connu étant de les rendre bizarres. Cela est donc
amené intentionnellement, afin de susciter en e u ~ le
besoin d'une drogue, ou de la continuation des effets
de la drogue utilisée habituellement. Il s'agit d'un
effet de dépendance.
En outre, de tels disques portent les signes d'une mar-
que particulière, effectuée par un rituel bien précis .
Avant que l'un d'eux ne soit lancé sur le marché, il
est dédié à Satan, au moyen d'une cérémonie particuliè-
-re appelée "messe noire" (texte d'une mes se dont 1 e
déroulement s'effectue à l'envers).
Lorsqu'il est possibleŒdéchiffrer les textes des dif-
férents morceaux, on en aperçoit les thèmes

1 l'accent
est mis sur l'opposition aux parents, à la société,
à l'ordre existant. Il s 'agit de créer un état d'anar-
chie, avec édification du r ègne absolu du chaos, rassem-
blant t ous les complices sur le chemin de la haine.
Au printemps de 1982, le groupe rock ''Led Zeppelin"
fut condamné par un tribunal californien, pour avoir
usé d'influences par messages sataniques subconscients,
sur son disque " Starway to heaven''. En voici le texte
- 1 54 -
.





-
-
-
-
-.
-
l ',
traduit en version marche arrière,
- II
il donne ceci


''Il faut que je vive pour Satan. Oui, que le diable
n'aie pas peur du diable, ne sois pas un imbécile . Je
veux que le Seigneur tombe à genoux, devant le diable'' .
Des recherches sérieuses ont démontré que dix huit pour

cent des suicides de jeunes et bien des actes de violen-
ce, sont à mettre au compte du rock. Il y a, sans aucun
doute possible, une connexion entre le rock et la dro-
gue, comme le montrent les exemples des Beatles avec
''Yellow Submarine'' et des Rolling Stones avec ''Brown
Sugar" (la cocaïne). Il y a également un rapport entre
le rock et l'occultisme noir menant au culte de Satan,
tel le Song des Beatles de l'an 1968 ''The Devil's White
album". Sur ce disque furent transmis, pour la première
fois, des messages devant passer par la voie du subcons-
cient ; il s'agit de ''l'Evangile de Satan''. Ainsi, le
rock prit le chemin de la perversion.
Les Rolling Stones, The Who, Black Sabbath, Led Zeppelin,
Kiss (abréviation pour Serviteurs au service de Satan)
et d'autres groupes, poursuivent cette entreprise de
désorganisation.
Un procès fut intenté par une organisation de l'Etat
de Californie, le public a ainsi eu connaissance de
_ces messages dirigés. Ils ne peuvent pas être perçus
normalement et aucune défense n'est possible contre
ce genre d'agression

1
le subconscient, lui, est à mê-
me de les enregistrer, puis d'influencer le comporte-
ment. Il s'agit de perversions sexuelles, de révolte
contre l'ordre établi, ou d'incitations au suicide,
au crime, au meurtre. Le moyen utilisé est le ''revers-
masking". Ces suggestions, ou même ces ordres, sont
immédiatement accessibles à la conscience claire lors-
qu'on écoute le disque en commençant par la fin, à tra-
vers l'enregistrement d'une bande magnétique. De plus,
un signal-pilote sans paroles, agissant sur les organes
psychobiologiques, s'inscrit au moyen du rythme Beat
- 155 -
-
--
-
-
(

.
"
....
\" l.f
'
'
'
r"'
1 1

1
'

1
\"



1\
t-

l
,,


\.

' '
'{-!)',.

'
<'
J

'
'

'l'
'

'
'
••
1
l •
- II
syncopique, et il agit, d'abord, sur l'instinct sexuel .
1
1 Un autre moyen de pilotage négatif est le stroboscope
1
(effet de lumières alternées)
• , jumelé avec la musique,
il amoindrit considérablement le s facultés d'orienta-
l tion, de logique et de réflexion . Le discernement est
ainsi annihilé et l'individu rendu plus vulnérable aux
messages (but re cherché).
Un célèbre compositeur a crée le groupe Hardrock ''ACDC'',
ce sigle signifie ''Antéchrist, mort au Christ ''
te les louanges des cloches de l'enfer.

1 il chan-
Au cours d'une séance de spiritisme, Alice Cooper, dit
avoir rencontré ''l'esprit'', il lui promit alors la gloi-
re et la richesse. La seule chose demandée en échange
'
était son corps, afin qu'il puisse l'occuper, utilisant
'
à travers elle et le nom choisi par lui, l'effet destruc-
tif de la musique rock. Elle est devenue
célèbre • • •
Des volumes sonores désorganisateurs et des rayons la-
sers, perturbateurs au niveau de la vue, sont utilisés
dans certaines discothèques . D'après une étude américai-
ne 87 \ des jeunes écoutent en moyenne trois à cinq
heures par jour, si ce n'est de sept à huit, cette musi-
que. Quant aux disques, 90 \ de ceux vendus dans le
monde, seraient des enregistrements de r ock .
Toujours à la fin d'une ère (ou d'une civilisation)
des moyens psychologiques de type destructeur apparais-
sent ils ont une influence sur quelques générations . • ,
Le phénomène rock bénéficie des moyen s actuels et il
étend ses ravages de plus en plus loin
• , il faut en
parler autour de soi afin d'éclairer ceux encore capa-
bles de
156 -



-
- -
-
- III
Méditation
APPROCHE DU DEUXIEME RAYON
====•=••============a===zc
Relâchez toutes les tensions musculaires et mentales.
Devenez calme et détendu, puis percevez le rythme de
votre respiration, suivez-le pendant un instant. Pen-
sez maintenant à établir le meilleur a lignement possible
de vos Centres de vie, appelés chakras et situés dans
le dos, à quinze centimètres environ de la peau. Votre
personnalité rassemblée dans le centre Ajna, placé en-
tre les sourcils, fusionne avec l e Centre Coronal situé
en haut, au s o mmet de la tête. Ils atteignent le corps
de l ' âme, le poste
,
avance de l'homme ouvert à la vie
spirituelle

, c'est là le plus merveilleux des postes
d'observation. ' De la, on peut voir les événements se
dér o uler autour de la personnalité, alors détachée
elle n'est plus concernée étant devenue le véhicule
de l'âme et seulement cela.
• ,
Maintenant vous allez essayer d'approcher correctement
le Deuxième Rayon ; il est le plus important actuelle-
ment, tous les autres dépendant de lui. On l'aborde
lntuitivement, en s'efforçant de se mettre en rapport
avec les qualités profondes d'Amour et de Sagesse, dans
la Raison pure, divine. La Planète, ici, est Jupiter
dont la couleur est bleue, d'un beau bleu électrique.
Son symbole représenté par une croix s'exprime naturel-
lement par ce bleu lumineux ; elle a des branches éga-
les et se détache sur un fond blanc. Cette croix est
radiante, attractive et magnétique, plus que dynamique.
Le Ma!tre KOOT HOUMI exprime pour nous l'Energie de
ce Rayon
• , en Occident avec le Ma!tre MORYA du premier
Rayon,
ils doivent éveiller l'humanité à une réalisa-
tion spirituelle large, connue de la Hiérarchie. Le
- !57 -
-
--
-
-
- III
Ma1tre tibétain DJWAL KBUL, est sur ce Rayon également
et collabore avec Eux il trans met la Connaissance

1
deve nue nécessaire aux humains et ainsi les prépa-
re mentalement à devenir aptes à l'initiation libératri-
ce de l'inférieur.
Sa note particulièrement perceptible le jeudi, s'expri-
me aux trois moments privilégiés de la journée, c'est-
à-dire aux heures de méditation
le soir. Le mot de Pouvoir est




du matin, à midi et
''Je vois la plus gran-
de Lumière '', celle de la Monade (étincelle de Feu dans
la Flamme de la Vie) . Le Christ est là l'Instructeur
du Monde.
Le type psychologique de l'homme en relation avec ce
Rayon , s'oriente vers l'Amour-Sagesse et la Raison in-
clusive, repos ant sur une tension créatrice, mais il
s'agit là de celle de l'âme spirituelle. Elle a alors
établi une ma1trise complète sur la personnalité ' et
aucun sentiment de séparativité ne peut plus intervenir .
L'imagination, par l'évocation de l'Amour, second as-
pect de la divinité, amène une réponse sensible jusque
dans "l'anima-mundi" (l'âme du monde), toujours cachée
au sein de toutes les formes animales, végétales et
même minérales. Ainsi s'établit l'Unité de la Vie, avec
l'aide de la Lumière de
La compréhension de la véritable signification de cette
Lumière contient la révélation du sens du point inté-
rieur de Vie universelle, appelé dans les ouvrages éso-
tériques ''le Coeur du Solei l". L'ayant un jour découvert,
en l'homme devient alors un "Porteur de Lumiè-
re", capable d'éclairer les l ieux encore obscurs. Elle
est à la f ois éthérique, atomique et fait partie de
la substance m3me, servant ainsi à la fois l'évolution
et la promotion du Plan du Logos créateur, toujours
animé par l'Amour universel .
- 1 58 -
T
1

'


----
-.
III
Le Deuxième Rayon représente le Sentier de Lumière des
Serviteurs conscients, appelés les ''Sauveurs du Monde''
ils sont à la base et participent au principe même de
la manifestation divine pour créer le nécessaire lien
(ou pont) entre la Hiérarchie et l'Humanité. Aller avec
Sagesse vers le But, aider à porter les fardeaux du
Monde (symbole de la Croix), s'identifier aux autres ,
,dans un total détachement, tel est le Chemin de Compas-
sion ; il doit s'établir par l'Education spirituelle.
Cette Education nouvelle apparaît; elle n'est plus seu-
lement froide, intellectuelle et compliquée, mais au
contraire chaude, claire et simple, expression m ~ m e
d e la Vérité.
Maintenan t visualisez le Symbole de ce Rayon

'
sur un
fond blanc et brillant, imaginez une croix à branches
égales, elle est bleue , d'un très beau bleu électrique.
Devenez cette croix elle relie le Sud au Nord et l'Ou-
est à l'Est, les points cardinaux permettant de s'orien-
ter dans l'Espace.
Cette expérience se termine, vous abandonnez provisoi-
rement cette vibration lumineuse , pleine d'Amour univer-
·· sel . Elle est en yous, recherchez la souvent, identifiez
vous à elle afin de pouvoir ensuite l'exprimer autour
de vous, pour le bien de tous.
- 159 -

-
-
-
-
-
-
-
-
--
-
-
-
li h l
41, rue Franz Shubert
31200 TOULOUSE
- I -

DE L'INHIBITION A LA CONFIANCE
---------·····-···-·-------·--
L 'éminent et contemporain Professeur LABORIT, très
connu par ses travaux en Médecine, attribue les pro-
blèmes de santé (tous d'ordre psychosomatique), à
nhibition. Comme l'animal, l'homme répond à des pulsions
de survie (mange r, boire, copuler) et ils ont en com-
mun, le mouvement. Mais l'être humain vit dans un mi-
lieu familial et socio- culture l, organi s ateur actuel
de son comportement. Là, il rencontre deux possibilités,
deux notions


soit celle du plaisir, en répondant
à s es pulsions, à ses désirs, soit celle de souffrance
engendrée par leur répression. Toutes les actuelles
difficultés et maladies des individus, reposeraient
donc sur leurs propres inhibitions ; on ne peut plus
douter de cela.

Si avec le Ma!tre Tibétain O.K. nous allons plus loin,
appara1t clairement le manque d'épanouissement (à tra-
ve rs les chakras) il est dQ à l'atrophi e de l'un

,
des trois corps de la personnalité de l'Etre humain
et au blocage de · l'énergie en résultant •

S'il s'agit du corps mental, celui à envisager ici,
et afin de tenter de le comprendre, il faut imaginer
c e corps comme un ovo!de entourant le corps
e t e s a s i -l-_h o u e t t e a u r a ) .
A travers cet ovo!de subtil, circulent sans cesse des
formes-pensées de tous genres, donc de diverses cou-
leurs, souvent peu claires, peu lumineuses. Il y a
en particulier le contenu de son propre mental, puis
les pensées de son entourage, ensuite les aspects so-
cio-culturels de la civilisation, comme ceux de la
nation et du continent , auxquels l'individu appartient.
Nous pouvons - ainsi le comprendre, en Vérité, nous ne
somme s jamais séparé s. Cet ''oeuf mental" est donc agité,
- t 60 -

- I


coloré sans cesse par des attractions prédominantes,
p arfois peu avouables ; i l r épond aussi à des formes
généralement géométriques, l e tout dans un état per-
manent de flux et de reflux semblable aux mouvements
de systole-diastole du c o e ~ r . Sur le plan inférieur
du mental, la notion de plaisir consiste à adhérer


à la pulsion du désir, sorte de mirage sollicitant
l'intérêt de l'instant, ou d'une certaine période.
Puis obligatoirement l'insatisfaction intervient, el-
le engendre l e blocage, l e refoulement, ensuite s'ins-
talle l'obsession, l'idée fixe. Voilà pourquoi on par-
le de "défoulement", (mais ceci est encore compris
dans un sens négatif) .
Un jour, l'homme prend conscience de ce cinéma perma-
nent ; il se déroule 'dans son mental, mais hors du
contr8le de sa conscience. Si la censure est trop for-
te entre ses instincts et leur libre expression\ par
l'action (le mouvement correspondant à la pulsion), •
elle créera cette inhibition, ce refoulement

, c'est
en fait, une coupure avec la Vie et la libre circula-
tion, nécessaire à la santé .
Le contrêle mental, unique source de paix intérieure,
devra s'effectuer progressivement, en ouvrant d'abord
sa conscience à l'Amour Infini. Une méditation calme
et de type spirituel, est le seul moyen, réellement
libérateur. Le Mot Sacré ''OM'' a là une action parti-
culièrement bénéfique, pour atteindre de meilleures
vibrations, puis l'unité intérieure, source d'harmonie.
Chaque être humain entre dans sa vie présente avec
un corps physique, reposant sur l'aspect éthérique,
coordonné par les chakras. Ce dernier est formé de
certains éléments, bons ou moins bons, résultat des
incarnations antérieures. D'abord reproduction du mo-
dèle exact du corps éthérique précédent, il sera lais-
sé lors de la mort avec les valeurs acquises, en plus
ou en moins (karma positif e t négatif). Il est donc
- 161 -

( )
-
-
-
-
-
-
••
-
-
-

-
- I
important de se construire une meilleure structure,
aussi bien pour l'actuelle, que pour la prochaine in-
carnation.
Cette t3che majeure exige de se prendre en main, en
acceptant la nécessaire discipline, l'abnégation de
soi, et le jugement sain. Ceci permet d'échapper aux
-
dangers de l'inhibition ; on la trouve toujours à la •
-
base des maladies d'ordre psycho-somatique. Les blo-
--::---,-- .
c ages ne permettent pas alors la libre circulation
des forces et des énergies, porteuses de vitalité et
d'épanouissement.
._ __ ;eur, presaentimenta négatifs, 1
1
anxiét' ei
sont des émotions auj ourd 'hui très cou-
rantes, et fondamentalement désorganisatrices. Elles
on t un e:let débilitant sur l'organisme, amenant la
T
eerte de d'où
du système du ervea,, et de la
"""
o-
• des
,
de santé • émQtionnel (affection-
désir), dont les vibrations sont actuellement trop
instables. Elles sont entretenues ainsi par les sen-
timents d'insati.sfaction, et surtout de peur ; mainte-
nant la peur domine le monde.
Voici une petite histoire venue de l'Inde, elle illus-
tre son effet sur la masse des hommes :
Un pélerin d'Orient rencontra un jour la forme-pensée
de la Peste, et lui demanda :
'' où allez-vous donc maintenant ?''
- Je vais à Bagdad pour tuer cinq mille per-
sonnes, tel est mon r&le", répondit-elle.
Un peu plus tard ce mAme pélerin la rencontra à nouveau.
Elle revenait de cet te ville ; il n'avait toujours
pas peur d'elle, et lui dit :
• •
'' Vous m'aviez dit aller à Bagdad pour tuer
cinq mille personnes et j'ai entendu parler
de cinquante mille victimes".
La Peste répliqua :
" J'en ai tué cinq mille, comme je vous l'avais
annoncé, mais les autres sont mortes de PEUR".
-
162 -
-
-

-
-
-
-
-
. -
-
- I
La peur de souffrir, la peur de la contagion, ou d'être •
atteint d'une maladie incurable, cette peur peut être
fatale ; et elle l'est de plus en plus souvent. La
peur na1t de l'ignorance et de la manipulation psycho-
logique de cette igno rance, par le contexte appelé,
civilisation, où s'affrontent pionniers et conservateur s

de systèmes usés.

La pensée humaine a d'abord été pré ser vée pour l'Huma-
nité, par le grand instructeur de l'Orient, le Bouddha.
Le concept de la Deité transcendante, séparée des tri-
ciplicités, des dualités et de la manife stat ion concrè-
te, donc des peurs, conduit à une seule vie sans for-
mes, non soumise à l'individualité séparée, et mal
connue des humains a ~ début de la recherche du sens
de la vie.
Dans les enseignements de l'Occident, formulés far
le Christ, le concept de Dieu immanent est présent,
c'est Dieu en nous et dans toutes les f o r mes . Dans
la synthèse des Enseignements Orientaux et Occidentaux,
par la fusion de ces deux grandes écoles de pensées,
quelque chose de Tout abstrait peut être perçu, per çu
seulement, mais non démontrable. Il s'agit d'un impact
vibratoire sur la conscience, appelé CONVICTION.
L'enseignement Bouddhiste, ne reconnatt aucun Dieu,
ni aucune Personne. Seule une compréhension de l'Homme,
expression divine dans le temps et l'espac e relatifs,
peut révéler cette apparente contradi ction . Ces deux
écoles de pensée ont également rais on , mais leur appro-
che est différente. Dans la synthè se et par leur fusion,
la Vérité fondamentale peut appara!tre. Il existe une
Entité, Dieu Transcendant, Qui, "ayant pénétré tout
l'Univers d'un fragment de Lui-Même, peut encore dire,
je demeure".
Il existe un autre aspect, dont la
Vie est la source de l'intelligence active, de la crois -
sance et de l'attraction de chaque f orme, dans tous
les règnes de la nature, . et appelé le :Logo$ C.l' . .ê.'e.teu
163 -
'

....

....
....
- l
De la même manière, il y a dans chaque être humain,
une âme transcendante ; lorsque le cycle de l'incar-
nati o n est terminé, il devient à nouveau non-manifesté
et sans forme, mais il continue à vivre, "il demeure"
lui aussi.
Une analogie se présente lorsque l'homme meurt. A ce '


moment là les trois aspects, ou corps le constituant
mental (volonté) - émotion-sentiment (amour) - forme
éthérique (apparence physique), apparemment s'évanouis -
sent. Et pourtant si l'on accepte l'idée, seule satie-
faisante de l'immortalité, l'être conscient demeure
sa qualit é , son but ultime, et la vie reconnue par
lui, sont unis à travers trois atomes permanents à
son âme immo rtelle. L'apparence extérieure avec ses
différenciations est partie, pour ne reP,ara

,
Chaque incarnation apporte de nou-
velles possibilités d ' expérimentation et d'intégration

à la vraie Vie .
Lorsque la compréhension de ces états alternés entre
les aspects vie-mort est acquise, la peur de PERDRE,
source majeure de l'inhibition et du blocage dispara!t.
La Loi du Karma est fondamentalement rétributive, elle
doit faire na!tre le sens de la responsabilité envers
ses propres pensées et ses propres actes (et non ceux
des autres qu'il faut apprendre à ne pas juger). Ceci
étant décidé, puis maintenu par un juste effort, la
Confiance s'établit . Le flux et le reflux de l'Energie
s'effectuent alors correctement ; toute inhibition ayant
disparu, la sérénité demeure, éternellement .
- 16 4 -
-
....
- II
DE NOUVEAUX REMEDES : LES COULEURS
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
Les couleurs ont diverses influences, elles dépeignent
aussi l'état dit moral, tout le monde sait cela. Cer-
taines d'entre elles pourraient gêner la digestion,

ou donner des crampes d'estomac
• • •
Maintenant quel-
ques chercheurs vont plus loin et selon eux une préfé-
'
renee tres nette pour le bleu, rouge, jaune, ou vert,
aiderait à diagnostiquer certaines maladies. On apprend
surtout à les utiliser avec succès, pour soigner, avec
la Chromothérapie. Comment, pourquoi, dans quel cas
la couleur peut-elle devenir un remède efficace ?
Martine Couffinhal, journaliste,
'
apres avoir
,
rencontre
le Professeur François PARRA, sous - directeur du Labora-
toire de physique appliquée, au Muséum National d'His-
toire Naturelle, et président de l'Association de la
Couleur, s'exprime ainsi : "D 'abord à partir du langa-
ge, ne dit-on pas, ''elle est rouge comme une pivoine,
il est vert de peur, ou bien il rira jaune" etc
• • •
Pas de doute, la couleur fait vraiment partie de notre
vie, de nos images, de notre culture

'
elle peut aussi
se tradui re travers une sensation•!. En vérité, elle
est une perception subjective, liée à des propriétés
particulières de l'oeil. Certaines cellules de la ré-
tine, appelées les cônes, possèdent des substances
chimiques, et elles se transforment sous l'action de
rayons lumineux. Mais ces réactions sont variables
en fonction de caractéristiques propres et de longueur
d'ondes de ces rayons.
A chacun d'eux correspond un effet spécifique

'
il
sera transmis au cerveau par un influx nerveux codé.
ceci permet ensuite, à ce dernier, d'en identifier
les caractéristiques

'
ainsi le cerveau sait reconnat-
tre non seulement du rayon lumineux, mais
aussi sa couleur, déterminée par la fréquence vibrato!-
re.
- 165 -
-
-
--
-
- II
Si pour d es r aisons d 'ordre génétique, ou accidentel,
ces c ell ules spécifiques de l a r étine viennent à man-
q uer, ou à ê tre endommagées , l 'individu perd la vision
des couleurs. Il percevra seulement les différences
d'intensité lumineuse, e t verra le monde en noir et
blanc . Cette perception est une faculté huma ine, mais

nous la partageons avec un certain nombre d' a nimaux. -
La Vie crée tout et il ne saurait y avo ir de systèmes
inutiles , la couleur a donc un non né g ligeable
à jouer, dans notre équilibre physique et mental. Son
importance a été pressentie et r eco nnue depuis très
longtemps, e n particulier par l es Sages de l ' I nde ;
elle fait partie de leur philosophie, de leur r eligion
e t même de leur médecine. Leur approche est avant tout
spirituell e e t universelle ; et ceci a laissé très
0
longtemps sceptiques ' les savants de l'Europe , habitués
à tout intellectualiser et rationnaliser .
Aujourd'hui les Occidentaux découvrent à leur tour
l'impo rtance de la couleur, elle intervient de plus
en plus en biol ogie, en médecine, dans l'industrie

et la décoration. La voici faisant l'objet de nombreu-
ses recherches, vérificat ions scientifiques à l'appui.
Les premiers résul tats vont l arge me nt dans le sens
d es notions traditionnelles, connues depuis des siècles
par les Orientaux. On a pr incipalement constaté que
tous les individus réa gissent aux couleurs, de plus,
chacune d' e lles a un type d'action spécifique . Ces
interactions sont d'abord psychologique s , puis physio-
logiques, e lles contribuent soit à rétablir {soit à
perturber), l'harmonie personnelle de chacun . C'est
à travers le corps éthérique et les chakras qu'elles
interviennent dans les divers niveaux de l'Etre .
Ainsi le Il n 'est pas sur-
prenant de voir son pouvoi r curatif s'exercer sur des
,
, ou mAux de dent•. L'ensembl e de ces
.. ::............... .. _.._ ...
affections provoque une augmentation anormale des ryth-
mes dans l e s constantes physiologiques. sur le plan
166 -

r
,
-
1
"
- II

émotionnel, le bleu induit une sensation de paix, il
favorise la relaxation et également la
Les pouvoirs curatifs des couleurs aujourd'hui ne sont
plus discutés, en particulier lorsqu'elles sont pures.
Mais il est bien évident qu'il existe toutes sortes
de bleus : turquoise, saphir, indigo etc
• • •
Comment soigner avec la Chromothérapie ? Sachons
d'abord qu'il ne s'agit pas d'une thérapeutique à uti-
liser comme un comprimé. Les affections physiques sont
maintenant considérées comme des défaillances énergéti-
ques, elles déséquilibrent l'harmonie et l'équilibre
' f
de l'ensemble chez certains individus. Les couleurs
vont maintenant s'efforcer de recréer cette harmonie
fondamentale, appelée, la santé.
Le
culier sur le l'appareil
et le son action bienfaisante serait
part iculi èremen t utile dans 1 es J:oub d!_'ii(lt'($.18,
.§. ,C_.2,!! ti a._t'io!:\1. les les
.1(. et indiqué aussi contre les .......,,.,....
· b . .iliai. tf Il stimule surtout les

sert à combattre la
Par contre, le à M
JAAà tl. en cas
ou de ee.J.
1
et le font partie des couleurs
dites chaudes, à des degrés divers elles stimulent,
dynamisent et réactivent l'énergie personnelle. Il
n'en va pas de même avec celles dites froides, comme
- ..
le vert et le bleu. Le vert serait avant tout une cou-
- - ... ._. ...
leur rafraichissante et calmante, elle est celle de
.... ---
- - --..... 1 •
la campagne, des arbres, des prairies. On l'a nommée
la couleur de l'espoir, du renouveau : lorsqu'il réap-
para!t dans la nature, c'est le printemps 1 Le vert
est considéré comme magique, un peu étrange pour les
superstitieux. Dans les cas d'insomnie, de troubles
q ZiF! IF 'lEP :0
1

émotionnels importants, d'hypertension, de nervosité,
lX n· t 1 SJ-.-:1 ' 54'1 ...
son action est très nettement apaisante, en milieu
9 ' 1 ......... .
rural. Mais il a aussi la propriété de diminuer l'im-
• a
p r e s s i <?.D
lourdeur.
a w teta
42
- 167 -
'
-
-
- Il
La couleur peut être utilisée à travers un rayonnement
lumineux diri gé sur la zone douloureuse, (en utilisant
un appareil de projection de par exemple),
L'écran coloré doit être le pl us pur possible

1 et
dans une p ièce sombre, on expose p endant quelques mi-
nu tes cert aines parties du cor ps à ce r ayon. En cas

d'anémie on parle de · mais il faut ê tre très
pr udent et l 'utiliser seulement sous le centrale d'une
personne compétente.
Il,.,
Dans le cas de 4'élli.aug(.ti un r ayonnement peut
être envisagé. Pour un on peut, dit-on traiter
avec du lt.u sur le lia · du
.oo...;.--....,
Si annuellement appara1t un rhume des f oins, une exposi-
tion de lumière

jaune sur le ventre pendant dix minutes
suivie d'une autre de lumière bleJe sur le visage et
la poitrine, pourrait apporter un soulagement . Les
'
zones exposées doivent être nues, les séances renouve-
... -
lées régulièrement et même plusieurs fois par jour
en cas de crise aigüe. Il serait naif, de penser seule-
ment à la couleur pour venir à bout de tous les maux,
mais il faut la considérer comme une aide thérapeutique
en voie d'expérimentation sur· le plan physique.
Des recherches sont maintenant faites un peu partout
dans le monde. Un congrès mondial de la couleur se
tiendra en 1985 à Monte-Carlo, présidé par le Pr Parra .

Deux autres moyens sont certainement plus efficaces .
L'un utilise un voile de soie colorée placé
- ·-=:- .
corps pendant quelques minutes d'exposition
.,.,._,.,.. . , - · ..,. •· r
_ ..... ..
L'autre consiste à v isualiser (voir en soi),
..

sur le
au soleil.
....
en parti-
-
-
culier sur et dans la partie ou l'organe à traiter,
la couleur déterminée, en fonction du besoin manifesté
par l'état de santé. Cette vision intérieure utilisée
par certains Sophrologues, donne d'excellents résultats.
Le malade doit apprendre à retenir la teinte choisie,
puis les yeux fermés, la diriger convenablement. L'ac-
tion simultanée du t hérapeute et du patient amène ce
dernier, par télépathie, à vivre cette expérience,
fa cilement. Mais là il y a une relation avec l'âme.
16 8 -

--
....
--
--
--
- III
Méditation
APPROCHE OU TROISIEME RAYON
La mise en place de l'état méditatif, maintenant bien
connu de vous, se poursuit. Le contr8le de la r e s p i r a ~
tion, la bonne position de la colonne vertébrale et
de sa contre-partie éthérique, vous amènent à un état
d'équilibre intérieur toujours meilleur, prenez-en cons-
cience. Le calme plus évident des divers corps , moyens
d'expression de votre personnalité, vous permet d'éta-
blir l'alignement nécessaire, éliminant ainsi toute
dispersion mentale ; recherchez l 'immobilité, non seu-
lement extérieure, mais aussi intérieure, l'immobilité
attentive. Elle est celle du règne végétal, dont le
vert manteau protecteur, recouvre la Terre.
Ceci étant bien établi, vous allez maintenant rechercrrer
la vibration du Troisième Rayon . Son expression majeure
est la FUSION, élément indispensable pour atteindre
la faculté divine de création . Le choix juste va d'abord
déterminer la ligne d'activité, celle-ci doit être diri -
gée par le bon mo'tif, dans le sens créatif appelé


''Magie Blanche". Elle est toujours orientée vers le
Bien, le Bon, le Vrai, donc utile au plus grand nombre
dans le sens de l'évolution pour construire demain ;
la Magie noire va elle, vers l'involution, domaine du
passé sans avenir, donc voué à la destruction.
Le Maitre appelé le VENITIEN se trouve en relation avec
ce Rayon, dont le Mot de Pouvoir est


''Je suis le des-
sein mê me". sa note particulièrement perceptible le
samedi, établit une relation avec la planète Saturne
et la couleur verte. La proposition consiste à atteindre
.
l'intelligence active et à rechercher l'adaptabilité
permanente, ouvrant à des plans de conscience d'ordre
supérieur, à travers le Triangle.
- 169 -
....
.....
....
....
....
....
- III

Le type p sychologique de l'homme domin' par ce Rayon
r épond à l'action et à la manipulation de l ' Ener gie,
d'où l'importance du choix, du Motif. Il utilise le
Mental, puis le Centre de la gorge, l orsqu'il est devenu
créatif.

Les â mes du Premier Rayon semblent saisir ce dont elles
ont besoin par la fo r ce de la v olonté divine , donnant
à la substance (avec laquelle on crée) la qualité néces-
saire, ceci d'une manière dynamique et énergétique.
Les âmes sur le Deuxième Rayon établissent un mouvement
ca pable d' a ssembler la substance, puis elles imposent
une attraction magnétique, afin d'obtenir la couleur
souhaitée (couleur éga le qualité).
Pour les âmes du Rayon, il s'agit de choisir
la substance, ici, là, ou ailleurs ; elles savent n e
r ien imposer. A travers ces divers aspects comprenez

la différence et la complémentarité des trois Rayons
majeurs. La substance est toujours placée sous la matïè-
r e et existe d'abord en trois catégories. Elles corres-
pondent aux trois aspects de la Triade spirituelle (ou
de la Trinité), comme aux trois corps de l'homme incar -
né, donc à chacun de n o us sur les plans, éthérique,
astral et mental quant à la personnalité.
La technique d'Intégration propos ée à l ' homme du Troi-
sième Rayon, procède de l'âme vers la forme et il est
dit, p our la percevoir reste immobile, puis


''Apprends
à demeurer silencieux, calme et sans crainte , au centre.
Regarde au long de la ligne choisie et non vers les
nombreuses autres ligne s, tissées au cours des âges.
Ne te précipite pas d'un point à un autre, trompé par
les formes extérieures
• , ell es sont toutes appelées
à dispara! tre . Derrière les formes le Tisserand demeure,
et silencieusement il tisse, dans la Lumière'' (son corps
éthérique d'abord).
La tranquilité extérieure, mais aussi intérieure, étant
tr ouvée, intervient le véritable alignement entre les
tr ois corps d'expression e t les sept points ou Centres
de vie. Ceci permet d'atteindre les valeurs du nouveau
cycle évolutif et de la Connaissance .
1 70 -
-

-
-
-
- III
Maintenant visualisez le Symbole de ce Troisième Rayon.
Sur un fond toujours blanc, pur, brillant, appara!t
un Triangle vert. Passer du carré, ou du cube de la
matière, au Triangle, image spirituelle, telle est la
proposition actuelle pour l'action, devant toujours
être précédée d'une méditation. Le Triangle c'est la

-
perfection dans l'action accomplie en suivant la forme-
pensée juste.
Prenez conscience de la valeur de l'immobilité, au centre
de vous-même et de la nécessaire concentration mentale,
avant de terminer cette expérience. Puis réintégrez-
vous doucement dans un monde plus habituel • • •
-
- 1 71 -

-
-
-
-(
-
-
lUMIERE ET CONNAISSANCE
47, rue Franz Shuberc
31200 TOULOUSE
/
I - C
COULEURS .ET QUALITES HUMAINES
Les couleurs sont des vibrations, et les qualités sont
traduites par des couleurs.
Le véritable INDIGO, expression majeure du Système
solaire actuel, est le bleu de la voûte des Cieux lors
d'un crépuscule d'été. Il représente la possible culmi-
nation, l'acquisition possible par tous les hommes,
de la synthèse (dite de la nuit solaire)

,
l'humanité à travers elle doit atteindre la sensibili-
té vibratoire nécessaire. Cette couleur correspond
donc à un ciel nocturne très clair, celui des beaux
jours . L'indigo absorbe, il intègre dans les plans
supérieurs du Mental abstrait
• , la guérison spirituel-
le devient possible pour tout humain réceptif,
en relation avec un groupe compétant en ésotérisme
spirituel.
Le VERT est la base de l'activité de la Nature,
exprimée à travers le règne végétal . Ce fut la couleur
de synthèse du premier Système solaire

, elle constitue
la manifestation extérieure, donc exotérique, du présent,
le deuxième . La de la nature est le vert

, tout
homme s'intégrant consciemment à ce manteau dont la
Terre est revêtue, contacte un peu de cette force pre -
mière. Le vert stimule et guérit (physiquement seulement)
tout en apaisant le mental (monde habituel des pensées) .
Le JAUNE représente la lumière émanant du soleil, une
autre des couleurs parvenues du premier Système solaire ,
et elle eut beaucoup à faire pour produire, en son temps,
l'activité de la nature. Le jaune harmonise, il carac-
térise aussi la perfection , dans la réalisation. A
l'automne, quand la végétation arrive à maturation,
le cycle annuel étant alors complet, le jaune est répan-
du sur le paysage . Lorsque le soleil a librement
lumière et chaleur, c'est la moisson .
Le plan d ' harmonie totale doit @tre un jour atteint,
c'est l'achèvement, le but réel de la vie d e l'homme .
- 1 7 2 -
-
--
- .
-
-
-
- I
Le soleil du microcosme, l'âme, s'est répandu a l ors
librement dans la personnalité assagie, amenant ainsi
l'heure de la réalisation, de la moisson . Du mélange
, .........
( . . ;.
du bleu et du jaune,
,
est ne le vert.
'
L'ORANGE couleur du plan mental, représente le feu
et la flamme
• , assez curieusement cette couleur abrège
.
les séparations devenues nécessaires {d'oÙ son utilisa-
tion dans les chambres mortuaires). L'orangé connu,exo-
térique donc, est un mélange de jaune et de rouge.
En atteignant un plan plus subtil, plus élevé en vibra-
tions, le jaune devient clair et pur, le rouge étant
alors à peine inclus. Toutes les vibrations expriment
un Rayon cosmique, et un plan

, l'orangé est en rela -
.._
tion avec le cinquième plan et ainsi relié à l' intelli·
gence, dans le sens son activité, (cette dernière
fut développée durant le premier Système solaire).
Le Rayon synthétique de cette époque était le
il trouva une étroite alliance avec l'orangé, du mental
l'intelligence commença alors à appara1tre à travers
la forme humaine. Elle devint cohérente, autonome ,
et l'individualité se développa de cette manière, selon
la Loi cosmique.
Le ROUGE est l'une des couleurs considérée d'abord
comme, indésirable, étant .celle du karma né g atif, du
sang et du désir mal intentionné (ou mal orienté).
Les rouges sombres dominent toujours dans le corps
émotionnel de l'homme dur et exigeant,
,
encore peu evo-
lué. Cependant un autre rouge deviendra la base du
prochain Système solaire, le
. . '
Alors, dans
la parfaite fusion du rouge, du vert, du bleu, se pro-
duira l'achèvement du travail du Logos, par la pure
Lumière BLANCHE. '' Dieu aura alors ésotériquement lavé
ses enveloppes, elles seront devenues Blanches"; et
l'Etre humain agit de mê me . Dans le processus évolution-
na ire tout est semblable, seule l'échelle varie entre
les aspects exotériques et ésotériques, exactement
comme entre l'humain et le divin.
1 7 3 -

,
\ .

-
-
-
I
Le VIOLET, expression de la Loi cosmique et de l'Ordre,
est également synthétique dans sa manifestation qui
s'effectue à travers les trois mondes, dits inférieurs .
Le deuxième Rayon dominant, d'Amour-Sagesse,
,
presente
la synthèse de toutes les forces de Vie . Le violet,
le septième, rassemble tous les rapports avec la f o r m ~
physique, dans ses aspects les plus grossiers, comme
les plus différenciés . Par son intermédiaire vibratoire,
le règne des dévas (des anges) et le règne humain,
vont pouvoir trouver un point de contact, de rencontre .
En s'élevant, le violet devient blanc lui aussi, il
est alors synonyme d'une première perfection, établie
par la rencontre juste effectuée entre le corps phy -
sique dense, et l'éthérique . Ceci a de l'importance
dans l'étude de la Connaissance et la méditation

,
il y a là un rapport étroit avec l'alignement des Cen-
tres de Vie, dans la colonne vertébrale. Cette couleur
contient du bleu et du rouge si ce dernier domine

,
dans le corps éthériqùe, il est encore chargé d'animalité
et les instincts sont puissants, souvent agressifs.
Les couleurs fondamentales des trois corps de l'homme,
sont


éthérique.
0 ~ ...::...::;.w....,.
exprimé pa r le corps
d!!_ corps astr B
mlStf't"i"l .
Il existe une correspondance directe entre


- Le violet du niveau éthérique et le bleu
du Menta l supérieur.
- Le rose de l'astral et le jaune du plan Spi -
rituel.
- L'orangé du mental et le vert translucide
du monde Cosmique .
Le rouge, le vert et l'indigo, teintes subtiles des
niveaux élevés,
,
sont des nouvelles couleurs d'une beaute
et d'une t r ansparence, encore inconcevables à l'homme
non perceptif .
- 17 4 -
-
-
-
••
-
-
- 1
Le travail ésotérique accompli avec l'aspect, dit Amour
universel, produit trois effets


1°) -La disparition des couleurs venant des corps
inférieurs (reliquats indésirables). Cela impli-
que l'élimination , dans le corps éthérique, de
teintes sombres, telles les r ouges, bruns et
gris.
2°) - La trans mutation de certaines couleurs dans des
nuances plus élevées, plus belles, plus claires.
3°) -Un effet de transparence, avec un éclat brillant
sous-jacent •
1
ceci est le résultat d'une grande
pureté de vie la flamme intérieure
née de l'Amour divin et du Service à l'humanité).
En ter me de développement spirituel, toutes les belles
couleurs de l'aura traduisent des vertus

1 elles expri-
ment aussi le magnétisme
'
reel, la vitalité, et l'intel-
ligence. En construisant un corps physique pur par
un éthérique affiné, l'être humain développe ses hautes
valeurs émotionnelles, puis coordonne son corps mental

1
ceci modi fie sans cesse le taux de vibrations, entra!nant
des changements positifs de rythme. Ces modi ficat ions
_se révèlent à l'oeil du clairvoyant, comme une mutation
dan s la couleur de l'aura. Perçues dans celle d'un
sauvage , ou d'un homme mentalement développé, elles
présentent une très grande différence ; la première
est sombre avec un rythme apathique et lourd, l 'autre
claire, vibre et se meut avec rapidité.
Les hommes évoluent du fait de la progression permanen-
te de l'Univers

1
leurs couleurs se modifient parallèle-
ment, et ceci entra!ne la transformation des vices,
en vertus. Un vice traduit toujours la prédominance
d'une force involutionnaire, donc orientée vers l'infé-
rieur ; grâce à l'évolution elle de viendra une vertu
à une période ultérieure, ou dans une autre
1 7 s -
1

....
....
,
1
- I
Les influences psychologiques s'expriment par des cou-
leurs ; ces dernières se meuvent à travers leurs propres
sphères, les chakras, puis s'étendent dans le corps
éthérique.
Les Rayons cosmiques contiennent forces, influences
et capacités de coordination

, ils traduisent des
qualités toujours exprimées en termes de lumière, tout
en colorant la matière rencontrée. Celle - ci en absorbe
une partie, puis reflète des nuances devenues alors
reconnaissables par l'oeil. Il y a ainsi une tonalité
dominante, soit celle de la vie de la personnalité ,
soit celle de l'ame

, elle traduit ainsi le caractère
et surtout la valeur réelle de l'individu . Et le clair-
voyant perçoit cela, en couleur, dans le corps éthérique .
Cette vision deviendra largement perceptible quand
il y aura plus d ' êtres humains parvenus au contrôle
conscient de leur clairvoyance

, elle est encore peu
répandue à c&use de '' l'épaisseur'' du cerveau.
Bientôt

,
- Un c o ntact direct se produira comme prévu
entre les hommes et les dévas (anges)
• , ceci
est actuellement impossible à cause de l'ins-
tabilité des vibrations du plan astral.
- Beaucoup d'âmes hautement développées arrive -
ront en incarnation •
Elles sont actuellement
retardées par une mauvaise couleur dans le
corps éthérique collectif, celui de l'humanité.
Les hautes vibrations expriment de belles couleurs
elles sont la source des vertus , nées d'influences
essentiellement mentales et de type spirituel, seules
aptes à rédempter les vices et les défauts (manques
de qualités). Toutes les maladies sont inhérentes aux
vices perçus dans la f orme éthérique , elles peuvent
~ t r e guéries par des couleurs pures ; mais ces dernières
doivent rencontrer chez le patient, une attitude mentale
ouverte, pr ête à les accueillir, avec recueillement .
- 176 -
-
- II
LA MUSICOTHERAPIE ET LE SON
On parle beaucoup et de plus en plus de Musicothérapie.
La musique peut-elle ~ t r e une thérapeutique parmi d'au-
tres, permettant de guérir certaines maladies, ou de
venir en aide à certaines maladies ?
A travers les temps, l'homme a toujours utilisé le pou-
voir excitant, ou calmant, de la musique . Et la musico-
thérapie vient de conna!tre un nouvel essor grâce aux
travaux de ces vingt dernières années

, mais son utilisa-
tion comme agent de lutte contre les maladies remo nte
à l'Antiquité. Le premier exemple cité dans la Bible,
est celui de David calmant les ac cès de démence du Roi
Satil, i l est dit


''David prenait sa cythare et il en
jouait, alors Satil se calmait, il allait mieux et le
mauvais esprit s'écartait de lui''.
Au Moyen-Age dans les pays arabes, on appelait des musi-
ciens au chevet des malades pour soulager leurs douleurs.
Et les Grecs faisaient couramment appel à la musique,
pour soigne r les maladies physiques ou mentales.
Où en est la musicothérapie aujourd'hui, quelles sont
ses possibilités, ou ses limites ? Le Pr argentin Benen-
zon utilise depuis des années les ressources de cet te
méthode pour rééduquer des enfants handicapés, il expli-
que sa démarche dans son livre ''Manuel de Musicothérapie''
Ed. Privat, Toulouse. Il la définit comme une discipline
paramédicale, objet intermédiaire apportant une aide
à la médecine

, elle permet d'ouvrir avec le malade
des canaux de commun ication, appelés "Iso", dont le
but est de faciliter la thérapie elle-même. Cette tech -
nique peut aussi contribuer, écrit-il, à réinsérer le
patient dans la société, ou à agir dans la prévention
de maladies physiques, psychiques et mentales. Selon
lui, le terme de musicothérapie n'est pas très heureux.
Non seulement la musique doit être utilisée, mais aussi
le son dans sa plus large conception, comme le mouvement,
ou encore la relation avec la nature.
- 177 -
....
- II
La musicot her api e s 'occupe essentiellement de l'étude
e t de la rec h erche du c ompl exe , son - ê tre h umain, et
il es t for mé par divers éléments


- c eux capables de produire des stimuli sonores ,
comme les bruits de la nature, du corps humain,
l e s instruments musicaux, les appareils élee -
troniques, etc
• • •
- l es sons musicaux , rythmiques, mélodiques
e t harmoniques, les mouvements engendrant
des bruits, les ultrasons, les infraso ns,
,
les mots parles.
- le pa r cour s des vibrations, avec ses lois
p hysiques .
- les organes récepteurs, les stimuli d ~ systè me
a uditif, la perception interne, et la peau .
- l'impression et la perception par l'ensemble
corps éthérique et système nerveux, leur
'
r elation avec le systeme endocrinien, le
parasympathique, etc
• • •
- la réaction psychobiologique, avec élaboration
d e la réponse curative .
- c ette réponse elle-même peut être : de condui-
te, motrice, sensitive, organique, de communi-
cation. Elle s'exprime à travers les pleurs ,
l e chant, la danse, la musique jouée
• • •
sur ce suje t l a Doctrine Secrète, (ouvrage de H. Blavatsky)
en substance nous r évèle ceci


'' Le SON, agent créateur agit sans cesse sur
l a Roue de la Nature, elle est ainsi automatique-
men t lancée dans u n e direction , devenant généra-
t r ice des phénomènes extérieurs de notre vie
et des civilisations
'
traversees par les hommes
Premier aspect du pentagone (la manife s tation
o r donnée est qui n tup l e),
' '
p r opr1et e
-
....


-
....
1
....
- II
de cosmique, le Son, à travers la pa-
role est, avec la pensée, le plus haut agent
créatif, utilisé par l'homme .
Ce dernier s'en sert sans le savoir pendant
longtemps, mais il modèle ainsi, lui-même,
son propre environnement . Par l er c'est interve-
nir dans l'éther environnant et son propre
corps éthérique, mais également agir sur le
quaternaire inférieur des élémentaux (petites
vues constituant l'air, le feu, l'eau et la
terre). Nous devons donc, chacun, apprendre
à développer l'ouie intérieure, afin d'attein-
dre une idée juste de la direction à prendre,
et à conserver, en parlant .
Le langage humain contient tous les éléments
nécessaires pour mettre en action
1
différentes
classes de Dévas, ces petites vies utilisées
à travers voyelles et consonnes. Le son étant
initialement, parole empreinte d'Amour, il
établit de ce fait des relations avec le monde
subtil, et d'abord celui des Dévas inférieurs,
constructeurs de la matiè re, par la Loi atomique.
Les supérieurs, contrairement aux hommes,
.
ne sont pas dotés de conscience. Ils évitent
de ce fait les pièges des choix humains, obéis -
sant seulement aux créateurs qui répondent
à cet Amour universel

, (et cette vibration
seule peut les •
L'influence des sons et des mots, sur la coloration
de l'aura humaine, par le psychisme, est maintenant
démontré e par les photos ''Kirlian'' . La perméabilité
émotionnelle rend l'homme sensible à ce r-
taines formes de paroles, de sons, et de rythmes . Ainsi
la musique de qualité, dite évolutive, porte vers les
sommets la conscience atteignant l'âme
• , les chants
grégoriens, eux, ouvrent les chemins des niveaux mys-
tiques (dévotionnels) •
- 179 -
- II
Le Son est d'abord fait de vibrations, constituant ainsi
une onde active

1
l ' ê tre h umain entre, inconsciemment,
en résonnance avec les harmoniques de ces vibrations
sonores. Elles passent dans le corps éthérique, renc on-
trent les sphère s de radiat ions que sont les chakras,
et touchen t en particulier le plan émotionnel
ou supérieur) . Le système nerveux et les glandes endocri-
nes sont ainsi atteint s . On peut donc comprendre comment
ils se désorganisent avec les musiques violentes, ou
au contraire s'épanouissent, avec des sons de qualité .
Ces derniers sont seuls capables de t oucher les pétales
du ''Lotus égoique '' situé au sommet de la tête, aidant
ainsi à établir la relation avec le monde spirituel .
Réalisez comb ien il est important vigilant dans

le choix des paroles prononcées, comme de celles enten-
dues, ou encore des musiques écoutées.
180 -

,1

-
- '
-
-
-
-
- III
Méditation
LE QUATRIEME RAYON
Après les trois Rayons dits Majeurs, nous allons aborder
les quatre autres, ceux-ci étant rattachés au Troisième ,
ils sont dits d'Attributs. Il s'agit ici ''d'Harmonie
amenée par le conflit'' .
Pensez d'abord à votre organisation mentale personnelle,
puis dans le Groupe. Vous connaissez le processus de
préparation nécessaire afin de vivre pleinement cette
nouvelle approche, celle du Quatrième Rayon. Il est
caractérisé par une lutte permanente, elle s'établit
d'abord entre qualités d'activité et éléments d'inertie,
existant en proportions égales dans tout individu, donc
en chacun de nous
• , les crises naissent de déséquilibre.
La passivité entra1ne à souhaiter vivre à l'aise, ceci
peut aller jusqu'à l'indolence et la négligence . L'acti-
vité, elle, est là générée par 1 'impulsion, souvent
empreinte d'impatience et d'ambition
• , il en résulte
de forts contrastes, sources d'agitations intérieures.

Mais le Type Psychologique du quatrième Rayon est surtout
orienté vers l'aspiration créatrice, dans le sens artis-
tique . Une bonne direction consiste donc ici à HARMONISER
~ e s nouvelles idées avec les valeurs anciennes . Il faut
établir des sortes de ponts sur les brèches laissées
par des mutations passées , ou même récentes, en restant
disponible à l'inspiration.
Le Maitre SERAPIS s'efforce de créer à travers ce Rayon,
un mouvement énergétique dans le domaine artistique
ainsi les expressions actuelles (déjà périmées), seront
b i e n t ~ t remplacées par de réelles révélations dans les
domaines de la musique et de la peinture. Il consacre
aussi une partie de Son attention au travail et à l'évo-
lution des dévas (les anges).
L'Energie de ce courant engendre donc les crises nécessai-
- 1 81 -
-
-
-
-
-

- III
res permettant à l'homme de se libérer de l'emprise
du passé et du monde enlisant des habitudes. Un point
d'union i ntervient ensuite, il nécessite beaucoup de
FERMETE pour dépasser les nombreuses dualités. Le Mot
de Pouvoir est


''Les Deux se fondent en UN'' . (Le passé
et le présent, l'ancien et le nouveau).
Les valeurs réelles contenues dans les Couleurs (comme
dans les Sons) peuvent être progressivement reconnues
comme venant du monde abstrait, elles doivent se rencon-
trer en l'homme dans le point central de Paix. Là il
n'y a plus de temps, et la forme n'a plus le pouvoir
de cacher , de dissimuler. En trouvant la synthèse inté-
rieure, le prisme embrassant tout, on entre dans ce

point d'Unité et de Paix

, il amène à donner aux trois
corps sublimés (comme à la dualité âme - personnalité)
leurs capacités réelles et leurs sens véritables, Ils
deviennent ainsi les véhicules de la Vie,
à l'expérience humaine.
, .

Le Quatrième Rayon correspond particulièrement à l'Huma-
nité, le quatrième des Règnes de la Nature

1
'
apres le
minéral, le végétal, l'animal, il y a l'humain. Placé
là au centre, entre les trois inférieurs déjà cités
et les trois supérieurs, il doit trouver le sens, puis
le but de sa réalisati on . Le Son et la Couleur sont
ses expressions dominantes à travers eux il est plus
facile de comprendre l'harmonie.
Maintenant vous allez visualiser le Symbole de ce Rayon.
Voye z d'abord un fond jaune d'or, au centre il y a un
carré blanc brillant

1
par ses diagonales, quatre lignes
-
se rencontrent, au centre. Faites l'effort de percevoir
cela très clairement, afin de vous imprégner des valeurs
vibratoires sous-jacentes, en vous plaçant dans le centre.
La couleur jaune a des vibrations en relation avec la
planète Mercure, le jour de la semaine où elles peuvent
le mieux perçues est le Mercredi. Et la concentration
mentale s'effectue dans le Centre situé entre les sourcils .
182


-
-
-
-
-
-
'

-
1
-
III
La Technique d'intégration imposée par l'âme de Quatriè-
me Rayon, à la personnalité, procède de cette âme et
va vers la forme. Elle dit


"Les deux sont UN·' . Il
B'y a en vérité, ni conflit, ni différence, ni isolement .
Si les forces se battent en toi, là où tu te trouves,
avance mentalement d'un pas . Apprends
' .
a voJ.r, avec l'oeil
de la vision intérieure, tu trouveras le Coeur au Centre
et là étincelle l'Art avec la Beauté inaltérable''.
Imprégnez-vous de cette suggestion, elle conduit à la
libération recherchée par tout être humain pensant.
Ayant approché subjectivement la vibration de ce Rayon,
vous allez maintenant revenir vers un monde plus concret
- 183 -

'
• • •
-

,
-
-
--
-
-
-
-
- -
l ~ M I E R E ET CONNAISSANU
47, rue Franz Shubert
31200 TOULOUSE
SON - COULEURS ET GUERISON
- I - r
-
Le travail de guérison doit être uniquement envisagé
du point d e vue menta l. La direction de la f o r ce cura-
tive ira d' a bord vers le corps mental du patient, de
là elle se r a dirigée vers le physique, via l'émotionnel
(astra l )

1 l'intention personnell e isolée est ineffica-
ce.
C'est un travail de groupe, il es t entièrement subjec-
tif et doit traiter les causes de la maladie, non les
effets considérés sur le plan médical (les symptômes) .
Le but principal de ce gr o upe consacré à la guérison,
devra donc en premier lieu découvrir l'origine réelle
du trouble . L'ayant déterminé soigneusement, soit dans
le corps émotionnel, soit dans le corps mental, les
membres du groupe se mettront en devoir de traiter
l'effet , tel qu'il appara1t dans le corps physique ,
mais à travers l'éthérique .
Dans l'état actuel de l ' hu manité, la maladie na 1 t des
innombrables corruptions de la civilisation (alcool,
tabac , etc ... ) . · Elles sont de différentes sortes et,
'
s ' exprimen t p a r des troubles diver s

1
ceux-ci sont
partout contactés en cette période difficil e ,
'
ou tout
est pollué. Ses mauvaises c onditions de vie doivent
être reconnues par le malade, les moyens capables de
l'aider ensuite ardemment recherchés, puis entrepris
avec un amour vibrant .
Un dossie r contenant des informations particulières
concernan t le malade doit d'abord être établi
repose sur les questions suivantes



1
il
a) - Quelles sont les lignes fondamentales
de sa pensée ? - Pa r quelles formes-pen-
sée s est - i l pri n cipa leme n t entour é ? Sont-
e l l es passives ou agressives ?
- 18 4 -

-
-
--
-

-
-
-
b)
- I
- Quelle est la teinte dominante de son
cor ps é motionnel e t sa clarté, r elative
au taux de vibrations ? - Est-il sujet
à de soudaines agitations, jetant ainsi
la confusion dans ce corps (colère - irri -
t ation) 7
c) - Quels sont ses sujets de conversation
les plus courants, et ses principaux in-
térêts ? - Que lit-t-il , étudie-t-il ?
Quelles sont ses occupations favorites ?
d) - Quelle est la condition des Centres de \
Vie de son corps, en p a rticulier de ceux
dits éveillés 7 - Certains tournent-ils
dans le sens positif de la vie intérieure ?
Quel est le centre majeur dans ce ças
particulier (tête, ou coeur) 7
e) - Quel est l'état du corps éthérique ? Pré-
sente-t-il des symptômes de dévitalisation,
ou de congestions ? - Le patient manque-
t-il de vitalité ? - A-t - il une action
magnétique sur les autres êtres (bonne
ou mauvaise)
?
.
Ayant ainsi étudié le patient sous tous ces aspects,
et non avant, l ' observation passera à l'état du véhicu-
le physique


malformations, peau, etc • • •
de ces éléments fournit une indication).
(chacun
Toutes ces recherches doivent entra!ner, naturellement,
l'active coopération consciente , de la personne à trai -
ter, ceci est majeur.
Voyons maintenant quel est exactement le point
'
ou le
groupe peut commencer à travailler avec la couleur.
Il lui faut d'abord avoir développé la connaissance
nécessaire concernant le corps éthérique (double et
structure), puis compris la nécessité de construction
d'un corps pur, afin d'étudier l'effet des différentes
,

1


-
1
1



1
'

-
- I
couleurs sur le corps physique. Certaines d'entre elles
touchent d'une manière précise des maladies déterminées,
traitent les troubles nerveux,
. . ' , , ,
part1c1pent a la regene-
ration des tissus, ou encore à des cautérisations par-
fois nécessaires .
Des expériences sérieuses peuvent être faites dans
le domaine de la vitalisation et du vrai magnétisme,
mais seulement en comprenant bien l'action directe,
cachée dans les Lois cosmiques de la vibration, donc
de la couleur . Trois seulement peuvent être utilisées,
se sont


- stimule l'action du corps éthéri-
que, élimine et supprime la congestion et
les blocages, augmentant ainsi la bonne ré-
ception du prana solaire (mais il doit agir
seulement là).
- Le ROS"& - a une action sur le
'
systeme nerveux,
il tend aussi à la vitalisation, à un effet
tonique sur la dépression et les symptômes
de débilité il accro1t donc la nécessaire

,
''Volont·é de vivre••.
'
- Le VERT - a un pouvoir général d'apaisement
mental, il peut être utilisé particulièrement
dans les cas d'inflammations ou de fièvres.
Etant l'une des couleurs fondamentales de
la vie physique, elle intervient dans le
rétablissement et la régénération des cellules .
La tonalité de la nature a cette action,
mais dans une végétation saine, seulement,
la réceptivité étant ouverte.
Les Nouvelles Ecoles de médecine et de psychologie,
baseront leur travail ainsi


1 °) - Les couleurs fondamentales de la Personna-
lité de l'individu devront être transmuées
- 186 -
sur l e p lan supérieur de l'Ame •
1 ceci
i ntervient par la véritable méditation,
la guérison s'effectuant d'âme à âme.
2" ) -Lee couleurs avec lesquelles le travail
se fera seront donc, en premier lieu,
. ~ ,
1l 'orangé, le ~ et le vert.
-· ~
3") - Le rayon violet r enferme des possibilités
réelles pour le corps éthérique

, mais
dans l'immédiat il faut être très prudent,
les risques sont grands et mal compris
encore.
.
4") - Le prochain pas repose sur la connaissan-
ce des Lois cosmiques gouvernant le corps
éthérique (et les chakras).
5") -Le développement de l'intuition amènera
la connaissance des couleurs ésotériques,
voilées par les exotériques (celles que
nous connaissons).
La couleur, en s'exprimant, a déjà une puissance vibratoi-
re, et elle contient la force de la vertu devenue
,
nec es-
~ a i r e à la vie intérieure, seule capable d'amener les
changements voulus. La nouvelle phraséologie des écoles
de médecine de demain, sera de plus en plus basée sur
la Vibration, traduite en termes de Son et de Couleur
(expressions de la qualité).
Les enseignements religieux du monde, avec le sens exact
de cette qualité d'Etre appelée v ertu, seront également
communiqués en termes de couleur. Les être humains se
regrouperont selon la couleur de leurs Rayons dominants,
dès qu'aura été développée la faculté de voir les auras.
Le nombre de cl a irvoyants est déjà grand, la réticence
du véritable perceptif à s'exprimer, provient du rôle
- 187



-
- I
négatif de la parapsychologie ; cette dernière ne com-
prend pas les réelles difficultés entra!nées par le
développement du psychisme inférieur, créant ainsi de
sérieux problèmes (mirages et troubles divers).
La méthode employée par l'utilisation de la Couleur
et du Son, dans la Guérison, basée sur le développement
spirituel, repose sur les Lois régissant le corps Mental
et les formes de la Méditation de type créatif. Ayant
développé les pouvoirs dynamiques, l'acquisition des
qualités de la pensée étant correctement poursuivie,
la faculté d'employer consciemment les vibrations devien-
dra objectivement possible, pour humain .
Le religieux fervent, le mystique, et surtout l'homme
ayant suivi un enseignement ésotérique, ne sont pas
les seuls capables les interprètes de capacités
ainsi acquises. Tous les grands capitalistes, chefs
de la finance ou des affaires, ont des pouvoirs similai-
res. Ils ont établi l'adhésion essentielle à une ligne
de pensée, leur évolution s'est ainsi réalisée dans
"le sens du courant. de la Vie évolutive".
Les Lois gouvernant l'érection des grandes constructions
et la man ipulati on de poids importants, seront bient8t
à nouveau comprises, en termes de SON .
,
Le cycle retrouve
des temps proches, amènera la réapparition d'une
possibilité connue des Lémuriens et des premiers Atlantéens,
cell e de soulever de grandes masses. Cette fois sur
un tour supérieur de la spirale, la compréhension mentale
de cette technique sera développée. D'énormes pierres
furent élevées, grâce à l'habileté des premeirs construc-
teurs à créer un vide, par le son, puis à l'employer
pour leurs propres desseins (statues de l'Ile de Pâques
par exemple).
La musique sera également utilisée dans la construction,
ceci dans moins d'un siècle
• , les recherches actuelles
reposent sur le rendement dans le travail, c'est un
premier pas.
- 1 88 -
-
-
-
-
- I
La destruction peut également être réalisée par la ma-
nipulation de certaines couleurs, unifiées avec l'emploi
du son. La couleur peut donc détruire, exactement comme
elle peut guérir

, et le son peut désintégrer les atomes
comme il peut réaliser une bonne cohésion. Tel est le
prochain pas en avant, à effectuer par la Science véri-
table, née de la Connaissance juste de l'Univers, avec
ses aspects involutifs (destructeurs) et évolutifs (créa-
teurs).
-.
Les Lois de la Vibration sont sur le point d'être cor-
rectement étudiées, et comprises. Cette meilleure appro-
che du plan physique amènera une autre étude de la guer- ,
re, avec ses effets psychologiques pratiquement méconnus.
Ils sont de type éthérique et astral. L'espo ir est là,
avec une méditation libre pour la Paix. Guérir sur une
Terre où régnerait la guerre, semble dérisoire. ~ a i s
"Penser la Paix, c'est la faire vivre"
1

189 -
'


....
....

....
....
-
- II
LE SUPRACONSCIENT ET L'INTUITION
Cette zone essentielle de la Psyché a été négligée,
oubliée, elle est même inconnue dans la plupart des
écoles de Psychologie, et présente pourtant la plus
grande importance. De là nous parviennent les intui-
tions, les inspirations d'ordre supérieur, dans les
domaines de l'Art, de la Science véritable, comme de
la Connaissance juste du Monde, de l'Univers, et du
rôle de chacun.
Là également se situe la Source du génie et de la réel-
le
, . . ,
creat1v1te, avec les états intérieurs d'illumination
et de contemplation. La compréhension de ce plan Supra-
conscient s'effectue à travers le Mental supérieur,
lorsque l'alignement des divers corps subtils composant
la personnalité, est effectué

1 la fusion avec l'âme
étant aussi réal isé e grâce à la persévérance bien orien-
tée .
La sphère supérieure de la psyché humaine a pourtant
été connue de tout temps

1 elle a donc, à travers les
âges, fait l'objet d'études de la part des philosophes,
comme de tous ceux s'intéressant à la vie spirituelle .
Certains psychologues ont commencé à l'étudier d'une
façon scientifique, jetant ainsi les fondements de
cette approche, appelée par Frank "Psychologie des
hauteurs''

1
elle est la juste contre-partie de celle
dite, des profondeurs. A celle- ci se sont particulière-
ment intéressés Jung, Assagioli et surtout Maslow,
dont la description des ''Peak Expériences'' (Expériences
des sommets) nous apporte des exemples d'incursions
dans le Supraconscient. Mais il y a aussi l'irruption
spontanée dans le champ de la conscience habituelle,
d'éléments de type supérieur

1
ceci est analogue à
l'irruption inverse de pulsions, d'instincts , ou d'émo -
tions négatives parvenant de l'inconscient et de l'infé-
rieur. La différence réside dans le fait d'absence
totale de rapport, avec les expériences personnelles
190 -
--
·· I I
précédeutes. c · ~ s t réellement autre chose, d'inattendu,
de neuf, dont le contenu est plein de lumière et de
joie • , l'intensité devient elle-même révélatrice de
relations à un autre niveau de la conscience, alors
moins limitée par le cerveau etles idées de la personna-
lité.
Il est également possible, par une pratique persistan-
te de la méditation, de ''projeter'' temporairement son
centre de conscience vers les niveaux du Supraconscient,
mais il s'agit là généralement d'une condition transitoi -
re. Après de telles expériences la conscience retombe
au niveau habituel, le cerveau physique ne pouvant
soutenir l'intensité vibratoire rencontrée. Mais cette
démarche faite avec foi et régularité, permet d'attein-
dre une nouvelle identification, avec la Vie elle-même.
Cela peut aussi se produire pendant l'intense cpncentra-
tion de la pensée abstra ite, propre à certains hommes
de science (surtout des mathématiciens, ou des chercheurs
en physique des particules), mais aussi ' a ceux ouverts
au véritable service du Plan divin, à accomplir là
où on est, en s'engageant sans restrictions .
Il y a aussi des éclairs subits d'expansion de conscien-
ce, qui se présentent sous d'autres formes et en d'autres
circonstances. Les expériences les plus hautes sont
toujours intenses, elles produisent une sorte d'extase,
un vécu de totale ''Unité''· Dans certaines situations
exceptionnelles, ou dangeureuses (par exemple pendant
une guerre, ou certains passages périlleux lors d'ascen-
sions en haute montagne) la conscience atteint un niveau
supérieur, véritable état de ''Supraconscience''. Ainsi
peut-on accomplir des actions normalement impossibles,
même des actes héroïques, avec une totale lucidité
et aucune peur, mais seulement pendant ces périodes
de dépassement de l'inférieur limité.
Le Supraconscient se manifeste surtout par des éclairs
d'intuition, ils apparaissent toujours subitement.
Mais il faut bien s'entendre ici sur la signif ication
1 9 1


-
-


-
-
-
-
-
II
de ce terme, sont souvent appelés ainsi de vagues pres-
sentiments, ou de pseudo-révélations de nature imaginai-
re, ou encore des expressions de type parapsychologique,
telles les prémonitions. Tout cela n'est pas l'intuition,
son aspect véritable a uniquement trait aux valeurs
d'ordre spirituel. Il peut s'agir de comprendre l'ava?-
cement d'ordre mental à envisager, ou des Réalités
de type cosmique. Ces perceptions sont donc rapides
comme l'éclair, mais on ne les oublie jamais. Au moment
. , '
ou elles penetrent dans le champ de la conscience,
sont claires, très lumineuses . Néanmoins afin
de ne pas les déformer, il peut être bon d'en prendre
note immédiatement,
, .
par ecrl.t.
L'intuition doit d'abord être enregistrée par le cerveau,
puis analysée rapidement dans la lumière spiritU• le,
afin d'éviter toute fausse interprétation. Lorsqu'elle
est véritable, elle se traduit par un impact immédiat,
direct et global, permettant d'appréhender la totalité
(non différentes parties assemblées). Cette prise de
conscience instantanée peut être enregistrée dans la
mémoire, mais seulement après avoir été reliée par
les seules facultés mentales, dans un rapport avec
l'aspect uniquement.
Dans sa manifestation la plus pure, toujours dépourvue
de réactions émotionnelles (même dites positives),
elle est facilement interprétée, n'ayant rien de commun
avec des pressentiments négatifs, ou des facéties de
l'imagination (de type astral).
Dans la partie appartenant à ''l'inconscient supérieur '',
elle se manifeste parfois aussi à travers les rêves,
mais il ne s'agit pas de n'importe quel rêve. En pro-
venance du Supraconscient ils ont généralement une
forme symbolique

1
n'écant ni absurdes, ni décousus
comme la plupart, apparaissent nets, clairs et
colorés. Ceci entra1ne le plus souvent un réveil afin
de mieux en imprimer le souvenir dans le cerveau. Il
est préférable, comme pour les intuitions enregistrées
en état d'éveil, de les noter dès le matin

Ils ne
- 192 -
-
-
-
-
-

-.
-
-
- II
concernent jamais ou les problèmes de
l a vie quotidienne, ni la réussite d'une quelconque
entreprise financière ou autre . Ils ont trait à des
événements pouvant avoir une influence sur le dévelop-
pement spirituel, ou indiquant une ligne de conduite
("'',
à suivre pour le bien des êtres auxquels l'individu
est kar miquement attaché, ou encore de ceux avec les-
quels il partage la vie de service.
Parfois difficiles à interpréter au début, il faut
s'en imprégner
• , le recours à un psychanalyste ne se-
rait ici d'aucun secours

, spécialiste de l'inconscient
inférieur, il interprèterait ce message en termes pro-
pres à ce niveau de conscience

1 et ils n'ont rien
de commun . On distingue les provenant du Supra -

conscient par leur luminosité, les sentiments de paix
et de plénitude toujours présents en ces instants,
cela seul est important ; ces vibrations hautes, affinent
le cerveau, la conscience et le corps vital-éthérique.
De plus elles créent un ''pont ave c la Triade".
Des circonstances imprévues amènent en nous des change-
ments psychiques, les rencontres avec le supraconscient
prennent ainsi tout leur sens. La relati on avec la
Conscience Absolue, alors intégrée, écla ire le sens
profond de la Vie. L'Unité entre les div erses manifesta-
tions existant sur la Terre, est, de cette manière
progressivement admise en soi . Tel est le But pour
chacun des habitants de cette planète, pr ése nt lieu
d'accueil et d 'expériences. Il nous faudra donc tous
atteindre, dans la difficulté de cette entreprise majeu-
re, le Supraconscient.
- 1 9 3

'
-
-
III

LE CINQUIEME RAYON
Le chiffre cinq correspond à l'homme dans son é v olution
vers le plan à atteindre. Or l'évolution est toujours
positive

'
découlant d'un Principe majeur, elle établit
un accord intime entre l'être humain devenu silencieux ,
donc attentif à l'expression de l'ame . En vous détachant
maintenant de toutes les sollicitations extérieures,
trouvez, dans le haut de votre tête, le point où tout
commence vraiment . Entrez en lui, devenez seulement
ce point brillant et rayonnant, afin d'aborder le cinquiè-
'
me Regne, il est spirituel et chacun de nous tend vers
lui (même sans le savoir).
Le Cinquième Rayon traduit l'enseignement de la Vérité
à l'Humanité, particulièrement à travers la Science
de (appelée Psychologie) et l'Astrologie esotérique .
Son Symbole représenté par une Etoile à cinq branches,
la pointe étant tournée vers le haut, est de couleur
blanche, elle se sur un fond bleu indigo. Visua-
lisez cela .
HILARION, dit l'Egyptien, est le Ma!tre de ce Rayon,
-
son oeuvre présent e un intérêt particulier dans la crise
actuelle. La stimulation exercée par lui, sur les grands
mouvements ouverts au monde subjectif, a pour but de
les entrâiner dans le sens du développement d e l'intuition,
toujours pour le Bien du Groupe, et du Monde.
Le Type Psychologique, fondamentalement scientifique,
se trouve toujours occupé par l'idée de la cause, engen -
drant des effets (les résultats) . Essentielleme nt mental ,
il doit d'abord apprendre aux hommes la diffé r encia t ion
juste entre, situations éphémè r es et valeurs éterne l les .
La Méthode ici repo se sur l e DETACHEMENT, e l l e dit


'' Puissent l e s troi s formes d'énergie électrique , base
de toutes choses et toujour s p r ésentes, monte r
• • •
puis
- 19 4 -
1
-
-

--
- III
l es f orces de la tête et du coeur fondre tous les aspects
inférieurs . Ensuite l'âme peut contempler le véritable
monde intérieur, fait de Lumière divine . Alors la Parole
triomphante s 'exprime ainsi

• j'ai dompté en moi l'éner-
gie humaine et suis devenu l'Energie universelle elle-
m ~ m e . Alors ce qui est Ma!trisé et le Ma1tre, ne font .
qu'un" .
Le mot de Pouvoir est le suivant


''Les Trois Aspects
--
du Mental Fusionnent ". Ces Aspects vont de l'inférieur,
au supérieur, à travers l' Ame, le lien toujours présent .
Les Seigneurs du Mental vinrent de la Planète Vénus,
jusqu'à nous, les terriens . La relation s 'é tablit donc
ici avec Vénus, Planète sacrée et Soeur atnée de la

.
Terre
• , sa note est particulièrement perceptible le
vendredi et à travers la couleur indigo. La Technique
de Fusion est t oujours celle du Premier Rayon de ' la
Volonté divine

'
elle s'allie à l'Amour intelligent,
émanant du deuxième Rayon de notre Système
Et le principe de sensibilité en l'homme a
solaire.
. '
son sl.ege
dans le Centre appelé
le détachement .
'


Plexus solaire, rédempté par
Le Cinquième Rayon amene dans notre monde les découverte s
appelées inventions

1 les idées supérieures se matéria-
lisent de cette manière, exprimant le Plan divin, à
iravers Rayons et Lois cosmiques. Ainsi se prépare main-
tenant ce nouveau monde, dans lequel les hommes travail-
leront et v ivront demain, au milieu d'un équilibre devenu
conscient et plus profondément spirituel . Telle est
sa Révélation .
, .
Cette approche doit se precl.ser, revoyez cette Etoile
-
Blanche à cinq branches, elle se détache lumineuse,
---
sur un fond bleu indigo ; lui - même est semblable à un
~ - - - - - · - -
.
beau ciel d'été, lorsque la nuit descend. Imprégnez-
vous de ces vibrations, elles favorisent le détachement
des habitudes périmées, squrces de blocages du mental
au niveau inférieur. L'aspect supérieur contient, lui,
195 -
f
1

-
-
- III
la vision du réel, l'inspiration venue de la Beauté
pure alors contemplée. Là est l'intelligence divine
et la possible identification au Mental universel. Pen-
sez à la démarche à effectuer, avec son aide et à la
guérison par la compréhension de la Psychologie (la
Science de l'âme) .
Revenez maintenant dans un monde plus concret
• • •
- 196 -
.,
- .
-
-
-
-
-
-
-
••
-
-
••
(
-
41, /-1 :J!JZ \/• u· tu - I .
31200
-
LA PSYCHOLOGIE INTEGRANTE
Une démarche intérieure, donc faite en eux-même, était nous
le savons, imposée aux hommes de Science de l'antiquité,
et il en sera nécessairement de même dans l'avenir. L'es-
sentiel de la psychologie humaine se mêle intimement
en effet à la psychologie divine, le développement
correct de la créature dépend donc de la connaissance
acquise envers le Créateur, le Logos, Dieu, auquel
elle doit s'intégrer, en conscience.
Annie BESANT , très justement, dans son ouvrage


"Evo-
lution de la vie et de la forme", Ed. Adyar, montre
comment s'effectue la démarche scientifique actuelle-
ment. La connaissance du monde, faite essentiellement
par l'étude des formes extérieures , est devenue d'une
complexité sans limite. Elle prend l'exemple d'un arbre
renversé (souvenons-nous du reflet dans lequel nous
vivons), dont le tronc unique distribue la vie à une
multitude de feuilles. Les racines plongent dans le
Ciel, les branches se déploient à la surface de la
Terre,

le tronc seul présente l'essentiel
'
ou circule
la vie. En examinant aujourd'hui avec des microscopes
les feuilles une à une, en étudiant leurs différences,
sans les rattacher à l'essentiel, ignoré, la Vie perd
son sens et le malaise collectif augmente. Les Psycho-
thérapies ne font pas appel à l'Energie cosmique, elles
restent au niveau des forces terrestres et à l'échange
horizontal, d'où leur peu de résultats.
La Vérité fondamentale de toutes les religions repose
sur la nature identique de Dieu et de l'homme, selon
les formules toujours célèbres, elles disent


"TU
es CELA", ou encore "Dieu créa l'homme à SON image".
Pour comprendre Son oeuvre, il faut d'abord développer
la vision humaine intérieure, afin de la rendre sensi-
ble à la Beauté inaltérable . Dieu est manifesté dans
- 197 -
------
....
....
--

- I
s on Un ive rs et seule l 'âme (le Soi) peut le contempler,
la re la t ion ave c la personnalité devenue intelligente
ayant été établie a uparavant . L ' homme de Science savait
a ut r efois , devoi r se développer en r echerchant le Centre
de la Vi e, en lui, avant de pouvoir être instruit cor-
rectement des choses extérieures et ainsi devenir un
aut hentique ''chercheur'' · I l était alors capable de
découvrir de véritables valeurs libératrices ; elles
s eules présentent un intérêt réel, non éphémère.
Accéder à la Connaissance véritable source de Sagesse,
r éside dans la faculté de répondre aux vibrations supé-
ri eures , ceci en conscience. La conscience e nregistre
le v écu , el le traduit donc l ' intégration de l a Vie,
en soi, et permet seule de répondre correctement à
ses sollicitations

1 l'évolution devenue nécessaire,
dépend de la v raie sensibilité . Cette dernière est
sans cesse accrue par l'expérience acquise,
jour. Le déploie men t de la conscience est la première
démarche à faire, non plus à l'extérieur de soi, mais
bien à l'intérieur et vers le haut, les mondes subjec-
tif et spirituel.
Tout existe en chacun de nous, au centre même de notre
Et r e, (comme le chêne se trouve, en puissance, dans
le gland)

1 le processus de l'évolution est une marche
en avant ,
, . .
vers la rea11sat1on totale, il amène le germe
à s on développement, selon la Loi cosmique. Toujours
p r ésente, cette Loi agit, avec l'homme, lorsque son
o r ientation mentale est juste. La souffrance provient
d ' un manque d'accord avec ce Principe de Vie, la démar-
che étant orientée ve r s l'arrière, bloquée sur des
r egrets, ou idées, du passé .
Dans l'Eternité , ( l 'Eternel Présent) tout coexiste,
tout est parfait

1
mais l'effet du progressif dévelop-
p e ment humain appara!t lui, seulement dans le temps
qui passe . Et dans l'Espace se déroulent des séries
de phénomènes, allant des Causes
• • •
aux effets . Le
Temps et l'Espace relatifs (illusions fondamentales
de l'incarnation), sont les conditions premières à
·'

.,

1
-
-
-

-
-
. '
1
envisager correctement, les repères mais
,
neces- aussi
saires à la pensée humaine, à notre stade de réalisation.
La Conscience univer selle se modifie elle aussi et
progresse, exprimant essentiellement des sons et des
couleurs, à t r a \ ~ r s des vibrations cosmiques. Ceci
crée les divers aspects de la forme, de la matière ,
comme des Eléments primordiaux à travers des plans
successifs d'existences, puis ils s'interpénètrent
à travers la Vie UNE . Cette dernière est contenue inté-
gralement dans l'Ame unique, elle-même se trouve en
relation permanente avec le TOUT, sur son propre plan.
La personnalité et l'âme sont d'abord
, ,
separees, la
première démarche consiste donc à les relier
• , le meil-
leur moyen est, la méditation quotidienne de type mental .
Dans le Cosmos la Vie palpite, elle s'exprime à travers
des plans en vibrations différentes, innombrables,
et ainsi imprime des formes très diverses dans la matiè-
re. Sur cette donnée Pythagore fonda son système des
nombres, ceci forma aussi la base des mathématiques,
et de la musique .
Et puis il y a les Dévas, ces intelligences sans cesse
à l'oeuvre dans le monde, capables d'adopter et d'ani-
'
mer n'importe quelle forme . Ils existent à tous les
degrés d'évolution, ayant leur propre hiérarchie

,
sur le plan supérieur leur rôle consiste à guider l'hu-
manité, à l'aider à s'adapter selon la Volonté de l'Etre
suprême, toujours suivant la voie de l'équilibre (sou-
vent menacé par les hommes). Ils ne sont pas, eux,
soumis aux choix.
L'Univers est donc édifié en permanence par des opéra-
tions vibratoires, les sons et les couleurs en sont
les facteurs . Chaque région du monde a sa tonalité,
sa couleur propre
'
(ceci est connu pour les Planetes
et les Rayons cosmiques) ; il y a là toujours un Dévas
supérieur , et la couleur s'exprime en fonction de sa
puissance à travers des vibrations.
199 -
-
-
--
-
- I
. '

~ \
Les sept notes de la musique fondamentale créent "l'har- •
monie des Sphàres ''

1 l e déploiement des sept couleurs,
celles des oévas supérieurs, s'interpénètrent et pro-
duisent, par leurs rayonnements le plus merveilleux
et '' le premier des Arc-en-ciel '' . Sa pureté, son étincel -
lement nous sont inconcevables, hors d'une méditation
de grande qualité, intégrant la pure conscience. Encore
faut-il que le mental soit capable d'impressionner
le cerveau physique, devenu réceptif et souple

1 le
meilleur terme ici serait ''élastique'' .
La relaxation trouve là tout son sens

1 en se détendant
nerveusement, musculairement, etc • • • l'être humain
retrouve "l'élasticité intérieure'' . La définition exacte

de ce mot, ou de cet ·état, est


propriété de retrouver
la forme d'origine, c'est-à-dire la forme la plus par-
faite existant au début de la Vie.
Chacun des organes entrant dans la constitution de
l'homme doit exercer correctement sa fonction, pour
assurer la santé

1
ils sont un effet de la vie, mais
non le créateur. Et le cerveau fait aussi partie du
corps physique, il est l'organe du mental par lequel
s'exprime la pensée, mais non l'intelligence

1 cette
derniàre seule permet d'atteindre l'essentiel, toujours
situé au ''Centre de soi-même ''. L'intelligence ne doit
pas être confondue avec l'intellect, uniquement moyen
de culture, elle-même venue de l'extérieur où se situe
l'apprentissage .
L'évolution de la Vie, selon le Besoin et le Dessein
divin, est à la base de toutes les manifestations con-
nues, ou encore inconnues de la conscience humaine.
Chaque classe de Dévas, petites entités invisibles,
manifeste spécialement les qualités de son propre plan

1
ils édifient et animent les formes minérales, végétales,
animales, humaines et surhumaines. Couleurs et Sons
t raduisent puissance et qualité par des vibrations,
- 200 -
l

-
-
- I
elles sont de type cosmique, ou atomique (supérieures
ou inférieures) .
Telles sont les valeurs fondamentales et créatives
de la nouvelle Psychologie dite ''intégrante'' . En inté-
grant elle devient thérapie ; étant la Science de l'Ame,
elle a la capacité de guérir . Et l'humanité dispose
maintenant d'un Mantram (Mot de Pouvoir)
. ,
J.ntegrateur
Du point de Lumière dans la Pensée de Dieu


Que la lumière afflue dans la pensée des hommes .
Que la lumière descende sur la terre .
Du point d'Amour dans le Coeur de Dieu
Que l'amour afflue dans le coeur des hommes .
Puisse le Christ revenir sur terre .
Du centre
'
ou la Volonté de Dieu est connue
Que le dessein guide le faible vouloir des
hommes,
Le dessein que les Ma!tres connaissent et ser -
vent.
Du centre que nous appelons la race des hommes
'
Que le Plan d'Amour et de Lumière s'épanouisse,
Et puisse-t-il sceller la porte de la demeure
du ma 1.
Que Lumière, Amour et Puissance restaurent
Le Plan sur la terre.
- 201
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
- II
.
DEVAS ET COULEURS
Un déva (mot sanscrit)
... ,
est un etre celeste, bon, mauvais,
ou indifférent . Appelé aussi Anges, ou Arcanges sur les
Plans supérieurs de type solaire, ils se divisent en
plusieurs groupes et sont des bâtisseurs de toutes les
formes existantes . Sur les plans inférieurs de (type
lunaire), appelés alors élémentals, ils sont les forces
de la nature et s'expriment à travers quatre éléments


la terre, l ' eau, l'air et le feu . Telle est la définition
donnée par Alice BAILEY dans "Lettres sur la Méditation
Occulte " Ed. Lucis . Fondamentalement les dévas forment
la substance atomique permanente et ils sont d'abord
divisés en sept groupes, répondant aux sept Rayons Cos-
miques .
'' La Voix des Anges'' du groupe de FINDHORN (Ecosse) à
travers D. Maclean, l'auteur de l'ouvrage, traduit leur
capacité de conserver les plans archétypes , bases et
modèles de toutes les formes de notre planète

1
et ceci
s'effectue dans une sorte de courant d'énergie interne,
permanent, d'origine divine .

Les Dévas sont donc les constructeurs de notre monde
• ,
intelligences créatrices maniant des énergies, traduites
par des vibrations, appelées particules dans les modèles
-
théoriques , ils font des structures physiques avec
1 e s a t o me s d e 1 a ma t i è r e , " 1 e urs br i que s " . M a i s en fa i t
ils construisent les véhicules d'expression de la Vie
'
a tous les niveaux


minéral, végétal, animal, humain
et Supra-humain

, ayant ainsi créé toutes les formes
d e vies planétaires, ils participent à l'expression
d e la conscience, dans le sens d'amener à " prendre cons-
cience " , ceci par les expériences vécues dans l'humanité .
Dans le dictionnaire des Ecritures et des Mythes, les
Dévas sont dé f inis comme étant


' 'Ceux qui bri ll ent ''
ou encore '' des Intelligences de Vérité de Sagesse et
d'Amour", f a isant avance r le processus d'évolution.
Ils sont , eux , sans forme définie, bien sQr asexués,
e t viven t dans un temps immédiat qui contient TOUT en
.., ,...,
-
-
- II
permanence. Régulateurs puissants des systèmes naturels,
ce sont donc les agents des archétypes, (modèles éner -
gétiques de toute la création) étant à la fois la subs-
tance vivante placée sous la matière, et aussi ce qui
l'anime .
Par leurs
, .
emotl.ons, sentiments et pensées,
, ,
melangees
dans le plan astral et le monde essentiellement psychi -
que, les consciences humaines vibrent, elles sont de
ce fait immédiatement mises en contact avec le monde
des dévas de leurs niveaux respectifs . Ayant établi
un rapport avec les qualités supérieures (vertus du
cinquième Plan de la vie angélique) l a joie, l'amour ,
la pureté, la l égèreté, Où la paix, (les fruits de l'Es-
prit, selon la définition de Saint Paul), s'établit
en l'homme une r éelle ·fra!cheur

, elle est semblable
à celle présente lors d'une magnifique aurore, en monta-
gne. Outre cette impression de fra!cheur régénératrice,
l'Etre s'unit magnétiquement aux pics du site, au ciel
et au soleil levant, ceci à travers toutes ces petites
vies ; elles forment le tissu de la substance subtile,
ne comportant aucune limite, ni séparation.
A cause de leur conscience permanente de la divinité,
les forces maniées par eux ne sont pas sur des longueurs
d'ondes quelconques, mais transportent des bases d'éléva-
tion, de beauté et d'émerveillement (bien connus des
petits enfants) . Tel est leur véritable rôle dans la
~
spirale ascendante de la vie

, participant toujours
joyeusement au service du Plan, ils sont en partie diri-
gés vers l'homme, ce dernier doit apprendre à coopérer
avec eux maintenant .
Partout ils créent la forme, afin de développer toujours
mieux la conscience , dévoilant ainsi à l'Humanité ouverte
des Réalités plus belles, plus grandes, plus proches
de l'Unité à atteindre.
Chaque homme est en relation directe s'il fait l'effort
nécessaire , avec son Ange solaire , ce Fils de la Sagesse
divine appelé parfois ''l'Ange gardien'', ou l'Ame

,
- 203 -
'
)
J
-
-
-
-
-

-
-.
-
-
II
les Anges Solaires sont les Dévas du Feu cosmique. Il
y a ceux consacrés à la guérison, à la Transmutation
par le Son et la Couleur. Une seule obligation pour
les atteindre


''la non violence en tout'' {désirs, pen-
sées, paroles, actes), avec l'épanouissement en soi
de la qualité d'Amour pur. Le mental concret est par
nature séparatif, il crée une barrière entre l'être
humain et les le développement harmonieux
de la création permanente, en particulier lorsque les
désirs de l'individu sont négatifs, égoistes, possessifs
ou agressifs.
Dans la phase appelée ''contemplation'', on trouve la
• •
V1S10n

1 le monde dévique {ou angélique) est perçu par
le développement du ''troisième oeil'' . Ceci devient pos-
sible lorsque le Centre dit Coronal établit une relation
avec Ajna, donc entre la glande pinéale {Epiphyse) et
la pituitaire {Hypophyse). Alors se forme · ésotérique-
ment ''le Sentier du Coeur'', et il répond à trois sortes
de stimulations


celles du Rayon cosmique, est
reliée son âme, celles du Zodiaque contacté mensuelle -
ment à travers les Signes et les Planètes, enfin celles
du ''Coeur du la Hiérarchie spirituelle.
Les Dévas, dans leurs relations avec les Rayons cosmi -
ques sont des constructeurs, mais sans initiatives.
Ils n'ont pas de libre - arbitre (même relatif comme l'hom-
me), pas d'émotion ni de souffrance, et obéissent aux
pensées directionnelleo des êtres créatifs qui connais-
sent les Lois cosmiques. Suivant leur niveau, ou leur
des rituels précis les entratnent

1
ceci devient
possible lorsque l'Unité a été réalisée entre leurs
vibrations légères et la conscience des officiants .
Les mantrams créent là (en particulier le OM), un canal
direct de communication et ces sons transmettent des
couleurs. Celles du prisme solaire, sont toujours clai -
res, donc synonymes de qualités . Les Dévas sont eux -
même les entités lumineuses d'un monde étincelant, sans
- 204 -
--
...
...
-


--
- II
cesse en mouvement. Ceci est difficile à imaginer par
les hommes, habitués aux te intes sans v éritable éclat,
et aux formes apparemment fixes, connues pendant l'incar-
nation .
Il y a des oévas dont la couleur exprime leur capacité
d'action. Ainsi, certains oévas verts, du Mental univer-
sel, vont apprendre maintenant aux hommes la possibilité
d'étendre leurs consciences à la vie planétaire

, un
enseignement télépathique est déjà pré-établi. Ceci
va leur permettre l'accès à une Connaissance élargie
et correcte des couleurs et des sons

, elle va être
transmise par les individus ayant dépassé le plan astral
des désirs égoistes, donc trouvé celui du véritable
détachement ; il d'un groupe de Télépathes entra!-
,
nes.

Les oévas violets (dits mineurs), sont en relation avec
le plan éthérique, ils vont être les plus faciles à
voir. Les yeux des hommes s'adaptent déjà afin d'y par-
venir sous peu, lvrsque leur propre corps éthérique
sera clair, non agité par des émotions

, leurs pensées
alors s'orienter vers l'aspect spirituel et
la vision subtile.
Viennent ensuite les bleus et les roses pales, ils ont
une relation particulière avec les divers rites, tels
ceux des Eglises et de la Maçonnerie.
Les oévas supérieurs sont bleus et jaunes, ils partici-
pent à l'élaboration d'une conscience large, en vue
d'obtenir les nécessaires changements et améliorations
humanitaires, de type planétaire.
Des groupes d'Etres humains conscients, travaillent
déjà correctement en groupe de trois, six ou neuf person-
nes, et atteignent une totale harmonie. Ils ont ainsi
un rapport direct avec les oévas blancs, ou or
·-

1
leurs
efforts tendent vers la rédemption du monde, en utili-
sant l'Amour universel . Cet Amour est maintenu en perma-
- 205 -
-
-
-
-

- II
.
nençe par le Christ Cosmique, Maitre des Dévas et des
hommes .
Chaque individu vibre à une fréquence particulière,
il émet sans le savoir un son harmonieux, ou discordant ,
et exprime parallèlement une couleur dominante soit
claire et brillante, soit terne et sombre .
, .
Les e x p e r ~ e n -
ces rencontrées par lui seront en relation avec son
aura, expression
A
meme de sa qualité d'Etre
• , fondamentale -
ment magnétique , elle attire ou repousse , compagnons
et situations . Ceci élimine toute idée de hasar d .
- 206 -
-

-
-
-

-,
- I II
Méditation
LE SIXIEME RAYON
vous vous préparez à entrer dans l'état de réceptivité
et pensez à l'influence du sixième Rayon
• , il a attiré
les hommes vers un idéal devenu nécessaire, et a aussi
engendré les grandes religions à travers les siècles
et les continents. La partie du Plan exprimée par lui,
avait aussi pour but d'établir de plus en plus en l'hom-
me, la nature sélective du mental inférieur, moyen
d'une large éducation devenue possible. Mais cet aspect
d'évolution a été dévié, conduisant l'humanité vers
l'individualisme, le sectarisme, dont le résultat fut
le nationalisme, avec ses frontières à défendre, contre
d'autres hommes
• • •
Ainsi est né dans le peuple, le
sens de séparativité, et des dualités, sources des
guerres . La psychologie matérialiste , scolaire ou uni -
versitaire, s'en fait encore l'interpr ète . La psycholo-
gie ésotérique, elle, est en rapport avec le cinquième
Rayon et également le deuxième, elle est unificatrice

et intégrante.
_Durant les deux derniers millénaires, maintenant en
voie de dépassement, les êtres humains ont été davanta-
ge sollicités par la Hiérarchie spirituelle, et plus
p articulièrement par le Maitre JESUS. Il est le Ma!tre
de ce Rayon et responsable des véritables idéaux, ceux
du Christianisme authentique, non déformé par des égli-
ses trop matérialistes . Mais les désirs, les ambitions
irraisonnées et le fanatisme, se sont très largement
développés . Il faut donc apprendre, maintenant, à dé-
passer vraiment la servitude d e la forme, comme des
pensées inférieures trop agitées, en demeurant calme ,
au centre. De cette maniè r e seulement l 'Espr i t et la
matièr e ne sont plus antagonistes ; la substance spi r i -
tuelle peut alors produi re les nouveaux modèles devenus
nécessaires.
- 207 -
--
- III
Mais le sixième Rayon s'éloigne peu à peu, le Septième
apparatt, il commence à s'exprimer dans le monde, engen-
drant d'abord une crise intense • , elle a pour but d'é-
liminer matérialisme et égoisme.
Le type psychologique du sixième Rayon e st celui du
dévot rempli d'idéalis me

, le Mot de Pouvoir dit


''La plus grande Lumière domine••. Passer de l'aspect
développé par les religions enfermées dans des formes
étroites et désuètes, à la vérita ble Lumière de l'Ame,
celle de son propre Maitre intérieur, telle est la
première démarche à entreprendre. Cette Lumière c'est
d'abord la Connaissance qui chasse les peurs, ensuite
elle engendre le rayonne ment, à travers le corps éthé-

.
rique

'
ainsi s'éclaire l'aura de notre Terre.
La Planète Mars a une relation ave c ce Rayon et' le
Plan astral, ou émotionnel, c 'est là le monde des dé-
sirs et des luttes ; le jour est ici le La cou-
leur ésotérique appara!t rose argenté, (le désir inten-
se colore lui l'aura en r ouge , rouge comme le sang).
Dans le corps éthérique et le Centre de Vie, la corres-
pondance s'établit avec le chakra Sacré (ou Sacral-
sexuel), situé au niveau des reins.
visualisez le Symbole du Sixième Rayon,
voyez le plus nettement possible un c8ne blanc,
'
place
sur un fond rose argenté. Le cône, c'est l'image ascen-
sionnelle de la matière, par la transmut ation elle
va de la base, vers l'Esprit, représent é par la pointe,
le sommet.
Le travail actuel du Maitre JESUS revê t une extrême
importance. Il se trouve devant un problème à résoudre
rapidement, celui de transformer profondément la pen-
sée occidentale

, son objectif consiste à l'amener
hors de son état actuel d'agitation possessive et de
négativité, source du malaise. Il doit préparer les
- 208 -
-
·-
-
-
-
-
-
-
-
• •
-
-
-

-
-
- III
v o ies subtiles de la spiritualité en Europe et en Amé-
rique, pour assurer la venue de l'Instructeur du Monde,
le Christ maintenant attendu .
Les Eaux calmes d e la Connaissance, puis la Certitude
profonde, doivent être atteintes par une aspiration
bien orientée ; les eaux émotionnelles et tumultueuses
peuvent ainsi ê tre disciplinées (il s'agit des eaux
du plan astral et de l'aspect émotionnel, ent r etenus
par les sectes et les religions fanatiques).
La technique de ce sixième Rayon, imposée pa r l'âme
à la personnalité, s'exprime en procédant de l'âme
vers la l. o rme, elle dit


"Ne cours pas, la démarche
c onduit d'abord vers le cercle extérieur de la Vie
manifestée . Reste au centre et de là regarde de chaque
côté, mais ne meurs p a s pour des formes exté ri eur es .
N'oublie pas Dieu, Il réside de r rière l'aspect physique
et à l'intérieur de soi . Et surtout aime davantage
ton prochain".
Tout est cyclique dans l'Univers et les Rayons, cvmme
toutes les manifestations, ont des périodes d'abstrac -
ti o n par rapport à notre Planète. La zone d ' influence
du sixième Rayon s'éloigne donc , nous laissant le Sym-
bole du Cône blanc, il représente la montagne lisse,
et pure, à gravi r , en oubliant les désirs quelconques
autant qu'éphémères .
Cette nouvelle approche se termine
• • •
- 209 -

-,
' - .,

-

-
-
-
-
-
-
-
--
'
1
-
... . . . . l
41, r ue r, a•1z \!p:/:luc
31200 TOULOUSE
- I
LES CORPS, LES PLANS ET LES COULEURS
••••••••••••••=•••••==•aa2s•s••==•••
Les Rayons cosmiques, il y en a sept, viennent de !''Uni-
que, du Centre", ils répondent à des nombres et ceux-
ci expriment leurs places dans le Système solaire;
• •
al.nSl.
apparaissent leurs qualités, elles-mêmes traduites par
des couleurs. Chaque être humain est en relation avec
de ces Rayons colorés, les plus importants
étant ceux servant de base à la Personnalité et à l'Ame.
Les couleurs de l'aura, en particulier sa clarté et
son rayonnement, traduisent les qualités acquises, elles
s'expriment à travers les trois corps de l'homme


l'é-
thérique, l'émotionnel et le mental. Obscurcissemen t
et confusion, montrent là un, ou des malaises, sources
-
de difficultés de santé et d'intégration consciente
à la Vie.
Les qualités humaines sont donc synonymes de santé;
les maladies, elles, créent des blocages énergétiques
(ou inversement), entra!nant les vices de la forme;
ils deviennent ainsi apparents dans le corps physique
et on les nomme, maladies. Or seul a été réellement
étudié en médecine l'aspect physiologique. Mais on y
2ar le de plus en plus de troublœ d'ordre psychosomatique
ou effets du psychisme sur le soma (le corps).
En ésotérisme, où la recherche est plus profonde, on
donne les chiffres suivants


-
- 25 \ sont des maladies de type héréditaire,
et proviennent du corps éthérique .
- 25 \ naissent de troubles du mental inférieur,
ils sont drts à une mauvaise orientation et
utilisation de la pensée, ou de l'imagination .
- 50 \ ont leur origine dans le corps émotion-
nel (ou astral), avec un retentissement ma-
jeur dans le système nerveux. La peur, les
- 210 -
'
-
-
-
-
-
-
-
I
pressentiments ou perceptions de type négatif
l'anxiété et le désespoir, ont tous des effets
débilitants; ils engendrent des désordres
nerveux du cerveau d ' abord, et de la colonne
vertébrale ensuite, avant d'atteindre les
organes.
L'être humain doit établir un jour un rée l contact avec
son double lumineux , appelé corps éthérique, il est
énergétique et placé sous l'aspect physique. Or seul
le vécu intérieur de la conscience compte, et il laisse
un net souvenir; l'impression d'une lumière brillante,
parfois même scintillante, perçue dans la tête au cours
d'une période de concentration, de recueillement, ou

de méditation, en est · le témoignage indiscutable, ceci
est indiscutable pour de nombreuses personnes .
-
S'étant un jour identifié à cette sphère de lumière ,
elle
,
emane du Soi, une progression réelle s'effectue,
elle va naturellement vers le Centre de son Etre. Ceci
oblige
'
a passer "les voiles" subtils servant de sépara-
tions, ils sont placés entre les plans traversés par
la conscience . Allant ainsi de l'extérieur, où se place
l'intérêt au début de l'expérience humaine, ver s l'in-
térieur, le Centre divin placé en chacun de nous, le
premier voile ou "Mirage de r-taya"
,
rencontre, est celui
de la matière du plan physique .
Sous cette matière concrète bien connue de tous, et
pour la maintenir dans sa forme, il y a l'éthérique,
le corps de Lumière dorée, dont les fila ments ~ p p e l é s
des nadis), sont la contre-partie énergétique et posi-
tive du système nerveux, qui est lui de type négatif
(physique).
Puis une interférence s'établit avec le monde du désir,
le plan des sentiments divers, sources de réactions
affectives et émotionnelles, é manan t du corps astral .
Ici intervient le deuxième voile, le plus important
actuellement; son effe t sur le cerveau humain présente
valeurs et choses, à l'ENVERS. La première impression
- :? 1 1
--
,


\
}

~ 1
'
-

'
- I
reçue là, par la vision de ce plan, est celle d'un
brouillard confus, mouvant, où des couleurs peu claires
se mélangent sans cesse, à travers des formes mal défi -
nies. Ce désordre, apparemment impénétrable, est le
lieu de rencontre des forces psychiques inférieures.
Ainsi celles de la personnalité d'un individu sont mé -
langées aux réactions de l'environnement national, ra -
cial, familial ou professionnel, auxquels il est mêlé,
comme aux stress et mirages divers venant de l'humanité
entière. L'homme n'est pas, ainsi qu'il le cro1t,
, ,
separe
des autres ou des objets, les interactions sont inces -
santes et elles agissent sur lui en permanence .
Cette image des réactions nombreuses et agitées de type
émotif-affectif, permet de le comprendre, nous ne sommes
pas isolés dans ce milieu. Là il y a des personnes agres-
......
sives, excitées , vivant dans un corps de chair, mais
aussi les désincarnés, non encore libérés de leurs dé -
airs terrestres, des mirages et illusions
,
conservees
dans l'au-delà . Il est donc important de traverser rapi-
dement ce voile, et de ne pas se laisser désorganiser
par des visions, ou des représentations souvent très
'
envoOtantes. Les couleurs, les sons, les formes chan -

geantes, les peurs hallucinantes sont là subtiles, sou -
vent tentantes
• • •
En pénétrant dans le corps émotionnel
-puis éthérique, ces impressions difficiles engendrent
peurs et obsessions, sources ~ ê m e des maladies. La dé-
sorganisation des Centres de Vie, bloque la vitalité
et les nécessaires échanges énergétiques.
Souvenez-vous de cela


il s'agit seulement, d'un mirage
(dans un désert mouvant). Le corps astral doit devenir
calme d'abord, clair ensuite; alors, tel un cristal,
il reflètera les valeurs de l'!me spirituelle ; son rôle
est celui-là.
L'imagination fait aussi partie de ce plan : de type
négatif, elle a un rôle créatif, peut et doit devenir
positive, bien orientée et organisée, afin de fournir
au mental des images de valeur. Par l'identification
- 212 -
-

-
-
-
-
-
- I
au supérieur, elle permet à l'homme de se hisser au -
dessus des désordres, des tumultes de l'astral . Alors
na ! t une vision juste, celle d'un monde plus réel, fait
de beauté , d'harmonie où règnent joie et sérénité per-
manentes .
Voyons maintenant avec plus de précision, comment s'ex-
priment ces Energies, appelées des Rayons Cosmiques


Au centre de l'Univers il y a un Point de Feu, Source
de l'Unique Vie; elle engendre sept Rayons, ceux-ci
peuvent être vus d'abord comme un cercle de lumière
septuple, et non fait de sept bandes de couleurs complé-
mentaires . Ce cercle s'abaisse à travers les plans mani-
festés, dits inférieurs, avant d'être apparemment absor-
bé dans la matière .
Les sept couleurs fondamentales doivent donc être consi-
-
dérées comme formant une seule bande, tournoyant sans
cesse et se déplaçant continuellement . Elle est composée
de sept tranches de couleurs émanant du Rayon de Synthè-
se, il est INDIGO, dans le présent Système solaire .
Le Sous-Rayon planétaire nous concernant, indigo lui
aussi, est pour nous "la Voie"; il va et vient jusqu'au
-
coeur de la matière la plus dense, puis retourne toujours
jusqu'à la Source.
Ces bandes de couleurs for ment des sortes d'anneaux,
~ l s circulent dans une spirale et passent
. . '
a ~ n s l . a tra-
vers tous les plans de la Conscience universelle. Des
plus bas et matériels aux plus hauts et subtils, ils
t ournoient en cercles vers le bas , puis remo ntent ensui-
te . Représentez-vous cela, clairement, c'est l'image
même de la Vie.
..
Ces sept couleurs ne vibrent pas toutes au meme taux,
en cela se cache la clé de la complexité de la matière .
Et ces cercles colorés ne suivant pas une course rec-
tiligne sans rencontrer d'obstacles; ils s'entremêlent
d'étrange manière, fusionnant l'un avec l'autre, s'absor-
bant l'un l'autre, mais dan s des cycles b ien établis.
Ils se réunisse nt en groupe et se meuvent ainsi toujours
2 1 3 -

-
'

./
" •
'
'
----
-
1

'
'
/
1
(
I
plus loin, daria l'ordre, le rythme et l'harmonie.
Trois principales lignes de couleur


bleu, jaune et
rouge, peuvent être visualisées, les quatre autres com-
plémentaires étant entrelacées. Sur les plans inférieurs
de la manifestation ce sont celles que nous
elles apparaissent de plus en plus claires et brillantes
lorsqu'on élève la conscience.
Parallèlement, un diagramme représentant sept plans
horizontaux constituent notre Univers (concret et abs-
trait) il reçoit cette bande mouvante des Rayons colorés .
Les cercles, ou anneaux de la spirale, ·passent à travers
ces plans, le tout étant toujours et seulement un monde
constitué d'Energies en mouvements. Cette spirale, compo-
sée par les sept couleurs, passe ainsi à travers les
sept plans de Conscience divine, vers lesquels l'Etre
humain doit se diriger. Elle fut nommée, de tous
le ''Serpent de la Sagesse••.
Nous concluerons en imaginant d'abord ces sept plans
horizontaux auxquels l'homme répond; allant de bas en
haut, ce sont


- Le Physique - Ethérique .
.
- L'émotionnel - Astral.
- Le Mental des Pensées inférieures.
- La Raison pure de l'âme .
- La Triade Spirituelle.
- La Monade
-
Etincelle de Vie .
- Le Divin - Logos Créateur.
Ensuite voyez sept vastes Sphères d'Energies tournant
sans cesse sur leur axe , d'Est en Ouest . Puis sept Rayons
Cosmiques, exprimés par des bandes sphéroidales unifiées,
chacune d'elles étant différemment colorée. Ces bandes ··
tournent, du fait de leur chaleur latente, du Nord au
Sud.
Les Sphères, ou Planètes, les molécules, les atomes,
sont constitués de la même manière, et il y a des inter -
- 214 -
-
-
- I
férences partout . Un Centre de Vie (ou chakra) humain,
est également une sphère énergétique radiante; lorsqu'il
est correctement éveillé, il participe à tout cela.
L'homme est un atome placé dans un Univers d'énergies,
et de là provient, sa Vie.
-
2 1 5

'



_(
-
-
-
-
-
-
-
- II
L'EXPERIENCE PAROXYSTIQUE
"Vers une Psychologie de l'Etre", tel est le titre de
l'un des ouvrages de A.H. MASLOW, Psychologue américain
(Ed. Fayard). Il oppose à une psychologie de l'adapta-
tion au milieu social (statique et périmée), la possibi-
lité d'être un individu total et sain par la réalisation
de l ' aspect Supérieur (appelé le Soi), ceci à travers
des ferments de type universel, toujours présents.
Mettant en valeur les moments privilégiés, il parle
de l ' Etre porté à la pointe de lui-même, dans des expé-
riences appelées par lui ''paroxystiques''; elles amènent
une ouverture nouvelle à la vraie Vie et peuvent, de
ce fait, comporter des effets thérapeutiques.
Dans l'existence présente se prépare, pour chacun, le
-
devenir; le développement de l'individu doit donc s'éla-
borer à partir des données de cette existence même (c'est
le '' ici et maintenant'' du Zen). Ceci amène à une prise
de position située au-delà du bien et du mal, (principe
manichéen). En considérant les péripéties de son chemi-
nement intérieur, en c omprenant aussi que nous attirons
tout, le bien et .aussi le moins bien,
,
nous sommes portes
vers une élucidation, véritable levain de la recherche
authentique, base de toute créativité.
Les personnes en voie de cette réalisation du Soi, par
l'expérience paroxystique, vivent (en c o nscience)
-
tres
provisoirement hors du temps et du monde, sur un mode
non temporel et non spatial, tout en continuant à s'as-
sumer dans le quotidien extérieur; il y a là un apparent
problème, mais en fait c'est ''avancer sur le fil du
rasoir'' comme l'a indiqué le Bouddha.
La vie, dans le monde psychique donc intérieur (dont
les lois sont différentes de celles du monde extérieur),
est celle d'une expérience permanente. Elle s'effectue
à travers, émotions, désirs, craintes, espoirs, amour,
poésie, art, et surtout, l'imagination. Tous ces aspects
- 216 -
-
--
-
-
-
-
-.
-
- - - ~
- II
ne doivent pas effrayer l'individu; l'essentiel consiste
à ne plus confondre cette vie psychique et intérieure,
très personnelle, avec les échanges constants effectués
dans les divers milieux rencontrés autour et à l'exté-
rieur du corps et de l'Etre.
Une personne équilibrée, est capable d'intégrer ces
.
deux aspects correctement, elle peut ainsi faire dans
le présent, l'unité et l'expérience complète, de la
Vie; alors le temps dispara1t et les espoirs d'unité
dans la totalité, sont comblés. La véritable santé psy-
chique permet de dépasser toutes les contraintes de
l'environnement et du jugement des autres. La peur ma-
jeure aussi s'efface, elle repose sur le fait de se
conna!tre et de s'accepter soi-même; auparavant elle
se trouve toujours imbriquée dans un refus. Refuser,
c'est se fermer, c'est créer un blocage, une source
- ·
même de problème; il se développe ensuite, crée un effet
pathologique d'abord psychique, puis physique. Telle est
la cause de la maladie, l'effet psycho-somatique.
Toute vie est Amour universel, en mouvement, dans notre
Système solaire. L'amour humain, lui, est aveugle; la
personne dite aimée (surtout désirée), l'est seulement
dans la mesure où l'on projette sur elle les propres
fantasmes de son imagination puérile,
, .
c'est un v e r ~ t a -
-ble ''mirage'', apparu dans un désert d'égoisme. A traverE
"lui", ou "elle", on voit seulement ses propres projec-
tions, celles-ci forment un écran aveuglant, durant
le temps où il peut être maintenu par son auteur. L'autre
(lui ou elle), demeure lui-même, donc très différent
de la projection faite par celui disant, aimer. Les
désirs mêlés d'émotions relatives et appelés sentiments,
inévitablement s'effriteront, leur durée étant éphémère.
Le cortège des difficultés entre alors en jeu, un refus
intervient et les suites logiques se manifestent. Le
refus d'acceptation de la réalité engendre la souffrance.
Mais l'expérience contenue dans cette démarche fondamen-
talement psychique, permet souvent de se concentrer
2 1 7

-
,
, .
- 1
-
-

-
('
-
II
sur cette minuscule partie vécue dans l'une des incar-
nations, et susciter ainsi un intérêt paroxystique,
contenant alors toute l'exaltation possible. Tel peut-
être le début du Sentier conduisant à des aspirations
plus hautes en qualité, plus durables aussi. Des valeurs
réelles d'Amour universel, trame même de notre présent
Système solaire, amèneront à adopter un jour un autre
comportement.
La réaction à la véritable expérience paroxystique en-
gendre une acuité particulière, faite de merveilleux,
de respect, d'humilité et aussi d'abandon. Alors na!t
un nouvel état de conscience, large, léger, infini
• • •
La totalité est perçue comme Unité réalisée en une seu-
le Entité débordante de Vie, de couleurs et de Sons .
L'Etre humain devient planétaire, universel 1
-
Dans les plus hauts niveaux de conscience atteints en
ces instants, tous les conflits sont dépassés , résolus,
reconnus sans fondements. La personne vivant cela devient
véritablement, un ''Dieu'', elle est alors capable d'Etre
au-dessus, au-delà d'elle-même, de ne plus rien condam-
ner et de trouver la véritable compassion, comme elle
existe dans le coeur des Ma!tres . Il y a là une sorte
d'isomorphisme, c'est-à-dire une similitude parfaite
entre l'intérieur et l'extérieur . Au moment où l'indi-
~ i d u perçoit l'essentiel de l'Etre du monde (appelé
Dieu le Suprême), il intègre son Etre propre, dans sa
perfection et son achèvement. C'est ce que chacun pres-
sent et recherche plus ou moins consciemment, même à
travers la drogue, ou l'orgasme (mais l'effet est là
négatif).
La réalisation du Soi se présente donc comme le dévelop-
pement susceptible de combler un manque légitime, afin
d'amener l'individu à faire face au seul problème réel
de son existence


l'intégration à la Vie totale.
De là na!t la créativité, elle-même fruit des expériences
paroxystiques.
- 218 -

-

-
• 1
-
-
-
-
-
- III
Méditation
LE SEPTIEME RAYON
Les sept Rayons sont la somme totale de la Conscience
divine et du Ment a l universel. Considérez-les maintenant
comme sept Entités super-intelligentes, accomplissant
le Plan du Logos créateur, à travers leurs corps d'ex-
pression, les sept Planètes sacrées. Ils expr iment les
qualités requises pour la matérialisation du Dessein
supérieur, créent les formes, mais sont aussi la substan-
ce animée par l'Energie dynamique . A travers les formes ,
l'Idée-divine peut être amenée à son achèvemen t , pa r
un processus de purifications successives de la conscien-
ce planétaire .
-
Symboliquement, on peut aussi les considérer comme cons-
tituant le cerveau de l'Homme céleste, chacun d'eux
correspondant à l'un des ventricules de l'encéphal e ,
ayant lui - même un Centre de vie propre. Ensemble,
,
Ex ecu -
teurs conscients, ils soumettent les formes matériel l es
à l'action de la Vie, produisant ainsi les qualités
nécessaires à l'accomplissement de la Volonté de Dieu ,
.
le Logos solaire, à travers les Signes du Zodiaque e t
les Planètes.
Le septième Rayon est basé sur le rythme , base de l 'or-
ganisation nécessaire à la construction des formes du
Nouvel Age. Le travail subjectivement est prêt

, ces
'
Fils de Dieu apprennent maintenant à créer le Lieu ou
va résonner le Mot sacré, afin d'amener '' les morts à
la vie", travaillant en chacun des hommes à travers
le Ma!tre intérieur , ''Celui que l'on ne voit pas'', l'âme .
Et la Lumière de tous les Rayons va enfin pouvoir s'ex-
primer, gr3ce au Septième . L'aspect le plus élevé pénè -
trera ainsi jusque sur le plan physique et matériel,
amenant les valeurs nécessaires de partage entr e tous,
de manière équitabl e. Ce sont les idées du Chr i st sur
l'argent du monde qui doit ê tre bientôt corr e ctement
réparti entre tous les habitants de la Terre (argent
p r ocurant les vrais besoins partout) .
- 219 -
-
-
- III
Un processus d'épuration se poursuit actuellement dans
toutes les grandes nations et il engendre une vaste
crise; elle est nécessaire,
,
preparant une prochaine
''Révélation'' . L'humanité devenue cohérente, dans l'Unité
révélée et intégrée psychologiquement, atteindra ainsi
un autre plan, meilleur, plus élevé en qualité.
Le Mot de Pouvoir ici est


''Le plus haut et le plus
Bas se rencontrent'' . Il s'agit surtout de comprendre
et de vivre cela en groupe, dans un mouvement d'ensem-
ble parfaitement rythmé et unifié, mais librement sans
aucune des structures rigides établies par les organisa-
tians anciennes. ''La Grande Invocation'' est un mantram,
qui doit ~ t r e énoncé avec cette compréhension, en demeu-
rant donc totalement iibre, et seulement relié par la
Conscience du groupe. De cette manière s'établit le
-
"Pont en arc-en-ciel" entre le monde inférieur ét le
'
supérieur, il relie le plan physique au spirituel, puis
à Shamballa.
Le Maitre de ce Rayon s'occupe essentiellement du déve-
loppement du Mental humain et de l'effacement du racis-
me; son nom est RAKOCZI . Il oeuvre en vue de préparer
la venue d'un nouvel Instructeur mondial, et forme c
disciples capables de coopérer à l'extériorisation pro-
-chaine de la Hiérarchie, parmi les hommm de la Terre.
Le symbole ici est un octaèdre blanc, il se détache
sur un fond violet. Cette figure représente deux pyra-
mides ayant une base unique. Symbole de la résurrection,
il propose de passer de la pyramide inférieure, à la
supérieure.
La planète, c'est d'abord la Lune avec sa couleur d'un
blanc laiteux; elle représente la
'
mere de la for me,
le jour, de ce fait, est le lundi. En relation avec
le règne minéral et le Centre de Vie situé à la base
de la colonne vertébrale, le coccygient, elle
'
re p rese n -
te la matière constituée de "Pitris lunaires" (dévas
inférieurs).
- 220 -
'
,

- 1
-

J
'
(
-
- III
.
Mais Uranus peut être considéré comme la Planète ésotéri-
que du Septième Rayon, celui de la Magie Blanche, donc
apte à répondre aux Mots de Pouvoir énoncés par les
hommes. Sa couleur est le violet. Par l'utilisation
correcte de ces Mots, les mondes deviennent des sortes
d'entités actives; elles amènent avec elles, dans l'or-
dre et le rythme, la capacité d'engendrer l 'évolution
nécessaire, en cette période de transition.
La Grande Invocation fut donnée aux hommes afin de relier
la Volonté du Père venant de Shamballa, l'Amour de la
Hiérarchie spirituelle de la Planète, avec le service
effectué par l 'Humani té, dans un seul grand Triangle
d'Energies circulantes. Il tend vers deux résultats
essentiels aujourd'hui


"Sceller la porte de la demeure
du mal'' (ancien), mais aussi engendrer l'exécution du
-
Plan de Lumière et d'Amour.
Cette Invocation contient le processus d'intégration
devenu indispensable à la survie de l'Humanité, donc
de chacun de nous.
Cette dernière des Rayons cosmiques se termine
- 221 -
- •
• • •

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful