LIRE, FAIRE LIRE

122

LIRE, FAIRE LIRE
COMPTES RENDUS DE LECTURE

Albert Bastenier QU’EST-CE QU’UNE SOCIÉTÉ ETHNIQUE ? ETHNICITÉ ET RACISME DANS LES SOCIÉTÉS EUROPÉENNES D’IMMIGRATION
Presses universitaires de France, coll. « Sociologie d’aujourd’hui », Paris, 2004, 346 p., 28 euros Comment penser les difficultés liées aux transformations démographiques et culturelles que connaissent aujourd’hui des sociétés européennes cosmopolites traversées par des flux migratoires croissants et de plus en plus hétérogènes ? Une lecture courante (particulièrement présente en France) les identifierait à la fois comme effet du racisme de certaines populations autochtones (lequel appellerait en retour une action antiraciste) et comme effet des régressions identitaires à l’œuvre au sein de certaines populations migrantes et de leurs descendants. Dans le prolongement des travaux de Fredrik Barth (et des chercheurs qui s’inscrivent dans cette filiation : StreiffFénart, Poutignat, Martiniello…), Albert Bastenier, professeur de sciences politiques et sociales à l’Université catholique de Louvain, en Belgique, propose une analyse en termes d’ethnicisation. Celle-ci a un avantage sur les approches évoquées plus haut et sur les approches culturalistes essentialistes : elle fait de l’identité ethnique un construit social se jouant dans des interactions. Mais cette lecture n’est, elle-même, pas dépourvue d’ambiguïté, nous dit l’auteur. En effet, elle risque de

présenter ce processus d’ethnicisation comme une sorte d’épiphénomène, de forme de conscience aliénée (le terme n’est pas d’Albert Bastenier). C’est ainsi que certains parlent de l’ethnicisation des rapports sociaux à l’école, dans la cité…, comme d’une occultation de ce qui se joue en termes précisément de domination sociale, économique, politique, et regrettent ou condamnent ce phénomène. Le travail des chercheurs reviendrait alors à déconstruire cette perception ethnicisante. Albert Bastenier conteste cette approche : pour lui, « ethnicité », « ethnique », « ethnicisation » sont non seulement des concepts sociologiques heuristiques, ou, comme le dit Balandier, des « opérateurs théoriques privilégiés », mais aussi des notions positives. Une société ethnique n’est pas une société où sont présentes de nombreuses populations d’origine migrante, mais « une société où de nombreux acteurs se trouvent placés dans des rapports qui les incitent à remanier leurs identités culturelles, à réinventer leur différence, à concevoir de nouvelles appartenances symboliques et à produire divers dispositifs symboliques qui en sont l’expression ». Les revendications identitaires, loin d’être des archaïsmes, sont les « fruits de l’hypermodernité des sociétés européennes ». Et « l’ethnicité ne peut plus être confondue avec une pathologie de l’ordre social. Elle est une dynamique au travers de laquelle les sociétés culturelles hétérogènes passent et s’organisent conflictuellement ». Cette « ré-identification se construit en tenant compte du nouveau contexte qui n’a plus le village, la région ou le pays d’origine comme horizon de référence… [Elle est] adaptation aux cadres socioculturels de la société de résidence et à la situation de supranationalité liée à la

les sociologues ne voient plus dans la société que des phénomènes sociaux. qui occulte la dimension culturo-symbolique. comme Noiriel.mondialisation contemporaine ». loin de suivre certains sociologues. D’autre part. la revendication ethnique (ou culturo-symbolique) ne saurait être le fait exclusif de populations exclues économiquement – et expliquée comme telle. il prend ses distances avec des courants selon lui dominants dans la sociologie du XXe siècle (qui prendraient leur source dans les travaux de Weber) : constatant le « désenchantement du monde ». Au discours de l’intégration (qui a souvent des connotations « assimilatrices »). Albert Bastenier revendique l’usage de cette notion. ou tout au moins d’actuellement indépassable ». D’où la nécessité de reconnaître que « l’ethnicité est une politisation des appartenances culturelles qui donne une forme à la rencontre entre autochtones et étrangers [qui] appelle une révision des catégories politiques anciennes puisque par elle la nationalité en tant LIRE. Pour Albert Bastenier. économiques… Ils sont ainsi conduits à faire une lecture utilitariste des comportements des individus et des groupes. qui seule peut permettre de comprendre la réalité de l’expérience d’exclusion des migrants et de leurs enfants. il analyse la conscience ethnique comme « une manière de faire » en réaction à des situations d’exclusion ou de domination. Il va aussi de soi que le modèle d’« universalisme abstrait » encore dominant dans la société française ne saurait être une réponse ad hoc. il peut. L’auteur fonde sa critique sur des observations empiriques ainsi que sur une double approche théorique. leur éducation s’y est faite. se révéler à son corps défendant un avatar de la domination coloniale. il importe de conduire les lecteurs – c’est un des buts affichés de son livre – à « voir notre société peuplée d’acteurs ethniques plutôt que de victimes du racisme ». et sans les nier) est fondamental pour l’intelligibilité de ce qui se joue aujourd’hui dans nos sociétés : elle rend compréhensible les phénomènes qui les traversent comme elle permet d’anticiper des pistes d’action. pourtant essentielle. cette assignation à origine relève de la stigmatisation…). Ainsi. prendre en compte cette dimension (à côté de celles de l’économique et du politique. dit l’auteur. De cette conflictualité. qui reconnaît « leurs différences » et leur permet « de vivre ensemble en sauvegardant ce que cette diversité contient de légitime. il préfère substituer celui de « réintégration globale » : les migrants et les autochtones. construisent un espace politique. FAIRE LIRE N° 40 AGORA * DÉBATS/JEUNESSE 123 COMPTES RENDUS DE LECTURE * . sous certaines conditions. Cependant. en niant toute spécificité culturelle. En ce sens. Plus même. et leurs manières de s’inscrire aujourd’hui dans nos sociétés. D’une part se revendiquant de la sociologie de l’action – dans une approche formelle et substantielle (ce dernier aspect lui semble trop souvent occulté) –. la démocratie peut. dans certains cas. et se révèlent incapables de comprendre en quoi celle-ci participe à la construction du social. sortir enrichie. penser en termes de « société ethnique » est le préalable au renforcement de la démocratie aujourd’hui et de l’accès à un universel enrichi. qui dénoncent la notion médiatique de « jeunes issus de l’immigration » comme peu pertinente en regard de la réalité des faits (ils sont nés en France. Quant à l’antiracisme. dans une logique conflictuelle (à distinguer de la violence) qui prend en compte cette dimension ethnique (c’est-à-dire l’ethnicité du migrant autant que celle de l’autochtone).

et l’imposition de modes qui sont les signes de l’appartenance à une classe d’âge plus qu’à une classe sociale1 . le fournisseur exclusif. par abonnements interposés. père. en fin de compte. la frime. posse) est surdéterminante par rapport à l’appartenance familiale. son terrier comme un lapin. les pratiques médiatiques sont marquées. fille. communiquer à distance. les fringues…) . aîné. fruit d’une enquête en 20012002 dans trois lycées généraux et technologiques. Selon la sociologue britannique S. Dans la vie culturelle au sens large. dans l’actualité présente. « Mutations ». la famille reste le repaire de pratiques économiquement étrangères à l’univers scolaire. Un ouvrage qui.. regarder des images. Ce serait aussi priver les acteurs de l’espace de symbolisation de leur action ». assument toujours les trois mêmes fonctions : écouter des sons. que l’on peut repérer dans les phénomènes suivants : la culture de masse y est « grandissante » à travers l’exercice d’un contrôle continu des goûts et des comportements. la famille. l’espace public pénètre dans l’intimité de l’espace privé. les jeunes et leurs relations aux nouveaux outils de communication. benjamin…) À chacun son chez-soi dans le chez-nous ! On assiste à un pullulement d’objets sophistiqués qui. « tribu ». 180 p. socialement contrastés. l’appartenance à un groupe de pairs (bande traditionnelle. la « variable génération est un facteur explicatif plus puissant que l’origine sociale ou le niveau de diplôme ». cadet. dont les . « par un double mouvement de privatisation et d’individualisation ». comme le téléphone portable ou Internet. a été écrit par une auteur connue pour ses travaux sur la télévision. Paris. Bernard Bier * Dominique Pasquier CULTURES LYCÉENNES : LA TYRANNIE DE LA MAJORITÉ Autrement. 16. comme en témoigne le débat sur l’opportunité de dissocier les notions de nationalité et de citoyenneté… Parce que ces représentations se font dans les luttes sociales. Dans l’immensité de la communication. Toutes les évolutions s’inscrivent dans cette trilogie. L’adolescence jouit d’une « configuration particulière » et de « traits stables et cohérents qui la distinguent du reste de la population ». permet la communication vers ces « ailleurs » situés bien audelà de la scolarité et de la parenté que sont la mondialisation et la globalisation. fils. D’une part. Livingstone. d’autre part.LIRE. En même temps. ne devrait pas manquer de susciter la discussion tant sur le plan scientifique que politique. dont elle reste. les dépolitiser reviendrait à se tromper sur la manière dont fonctionnent les outils culturels de l’histoire. elle. coll. une spécialisation adapte les moyens de communication à la fonction au sein du foyer (mère. au point qu’on peut dire que la parenté est dominée par la parité. pour ainsi dire. chaque lycéen creuse. depuis 1950.95 euros De la parenté à la parité : conflit ou alliance ? Ce livre. de Paris et de sa grande banlieue. 2005. FAIRE LIRE 124 qu’identité et appartenance fondatrice se trouve remise en discussion. incluant les pratiques culturelles stricto sensu ainsi que leur environnement. Le lycée offre aux élèves des réseaux et une manière d’être et de paraître (le fric.

les responsables de la « tyrannie » (d’après le sous-titre du livre) qui les opprime. ces vigiles traditionnels. Il déborde d’intimations dictées plus souvent par les élèves que par leurs maîtres : les jeunes sont. Morin ou F. c’est-à-dire les circuits. jusqu’alors considérés. Donnat. Des objets. chansons. sonneries. Galland. les textes des chansons. scooter : la « glisse urbaine »). Mutations et dépendances Dépassant le déterminisme de P. D. N° 40 AGORA * DÉBATS/JEUNESSE 125 COMPTES RENDUS DE LECTURE galeries. « font désormais la honte » : jouets. la personnalisation du téléphone portable (coques. comme le montre un tableau rapportant les goûts musicaux des adolescents à leur origine sociale (p. Berkeley (1685-1753) n’a été aussi pertinent : esse est percipi. roller. c’est être perçu. Galland.LIRE. en grande partie. E. culture. qui revêtent les atours juvéniles dès le collège. Bidart). Parfois. surtout ceux des classes populaires. cours particuliers…) sont auscultées par des marchands qui mesurent l’opportunité d’un commerce mutant et pluriel. Le jazz est plus apprécié par les jeunes des milieux cultivés (12 %) que par ceux d’origine populaire (2 %). les moyens de locomotion (skate. Bidard. à travers les émissions de radio. malgré le conformisme. » * . la vêture. préfèrent le rap tandis que les filles apprécient plus le « R’n’B ». études. Baudelot. À chaque étape correspond « une sorte de bizutage culturel » qui oblige à « bazarder une partie de son passé ». voyages. les usages de la communication sont si compliqués que ce sont les jeunes qui en expliquent l’usage aux aînés : l’auteur parle alors joliment de « rétrosocialisation ». Mais cet apprentissage social secrète un conformisme contrôlant une adolescence devenue « interminable » (O. La diversité culturelle Les facettes de la vie lycéenne (santé. disparaissent des écrans radars scolaires et familiaux.) Celle-ci n’est plus une étape mais un état dans l’état qui s’allonge à ses deux extrémités : vers les plus jeunes. et vers les plus âgés. elle comprend le cercle restreint des amis. Pasquier aborde la « crise des transmissions culturelles » dans une société où le mariage et l’autorité déclinent. logos : autant de signes d’appartenance). cartables et autre matériel scolaire paraissent soudain « déclassés ». L’essentiel est là : on ne peut être soi qu’en affirmant une appartenance de groupe. et le cercle large des relations et des copains : c’est une culture du singulier au pluriel. Jamais le célèbre adage du philosophe G. FAIRE LIRE Libéré et libéral L’univers lycéen est peut-être plus « libéré » que par le passé. qui s’installent dans une jeunesse sans fin (phénomène que j’appelle « l’effet Tanguy2 »). c’est aussi montrer qu’on en fait partie ». La sociabilité juvénile est « gigogne » (C. 69) : les garçons. Bourdieu et de ses disciples. et où le brassage social dans les établissements scolaires s’accélère. et « faire partie d’un groupe. la diversité culturelle reste la règle. Le rejet des objets qui symbolisent l’enfance est le premier tremplin vers l’émancipation adolescente. C. O. O. L’environnement social le rappelle sans cesse à chaque lycéen. La culture des jeunes est pétrie par ces mutations qui la traversent. de Singly. et à la suite des travaux d’auteurs comme C. posters d’idoles. il n’est pas pour autant plus « libéral ». C’est que. « être. les nombreux magazines.

l’auteur aborde un sujet qu’il a déjà traité à plusieurs reprises. Dans le latin ecclésiastique. Parce que consommer égale consumer. que la création personnelle peut déjouer la tyrannie du conformisme collectif. le veilleur entrevoit que ces contraintes (télévision. en même temps. cinéma. no 148. celui qui « tient bien en main ». « l’habitude ». le « maintien ». l’habitus est une manière d’être. 19 euros En tant que spécialiste de l’adolescence. J’ai analysé « l’allongement de la jeunesse » (O. « occuper » (un terrain). inhibere (« maintenir. ces stations sélectionnent des playlists qui passent en boucle les mêmes titres à succès : « sur Ado FM. et les verbes exhibere « produire au dehors. prohiber. vêtements sacerdotaux. incorporée et formalisée par l’environnement social. l’adolescent a besoin de ce conformisme comme d’un tremplin pour l’envol de ses capacités créatrices. puisque 90 % des quelque six cents stations répertoriées en France diffusent exclusivement des musiques de variétés. Voir NICOLAS Y. « Pratique texte ». « Débats Jeunesses ». Le mot a fait couler beaucoup d’encre. Pierre Mayol 1. Paris. * Michel Fize L’ADOLESCENT EST UNE PERSONNE Le Seuil. Le Monde Radio-Télévision. De là habitus. Mais. par leur « matraquage musical ». l’homme ou la femme « habile ». montrer ». Du nom du film d’É. Sociologiquement. la 126 . « Le téléchargement sur les réseaux de pair à pair ». « posséder ». dans cette identité instable et partagée. Tanguy. 55) qui exigent comme un surcroît de servitude volontaire. Galland) dans Les enfants de la liberté. habitus signifie « habit liturgique » (robe de mariée. revêtement monastique…). jeux vidéo. L’auteur utilise les travaux d’O. Mais. 58). L’Harmattan. Pourtant. prohibere (« tenir à l’écart ») : exhiber. Paris. 148 p. FAIRE LIRE L’écoute des radios « libres » est essentiellement une écoute jeune. arrêter »). Chatiliez. Le film raconte l’histoire d’un étudiant de haut niveau qui n’arrive pas à quitter l’appartement familial. ce qui a pour effet de renforcer le conformisme des goûts. coll. coll. Il vient du latin habere. 1997. 3. 2. musique…) ne sont pas seulement des « univers de consommation ». Donnat. de « pair à pair ». « consommation » culturelle des jeunes retourne à la mort. L’habitus Un jeune revêtu de critères culturels visibles et lisibles est un habitus en ordre de marche. en l’approfondissant Du conformisme à la création Ce livre semble ainsi un peu pessimiste : « la culture commune a ses diktats » (p. Voir aussi le phénomène du peer to peer. mais aussi « des supports à l’affirmation des identités » (p. à la poussière et à la ruine. qui permet un échange d’information et de documentation entre les jeunes.LIRE. inhiber. pourtant son origine est simple. Développement culturel. d’où « avoir ». juin 2005. comme une lumière glissant sous la porte au milieu de la nuit.. On trouve aussi habilis. sorti en 2001. où les musiques « émergentes » occupent une place de choix.. C’est là. « l’habit ». semaine du 13 au 19 juin 2005. le titre classé numéro un en play-list passe au moins 90 fois par semaine3 ». au chapitre V. malgré les ruses de ses parents.

La « dramatisation » des problèmes des adolescents. et le parent d’adolescent (comme l’adolescent. l’institution scolaire qui ne se soucie que de la performance et crée trop souvent des relations infantilisantes peu propices à l’aider à s’affirmer et regrette que la famille ne soit plus le creuset de la socialisation politique. et étant davantage liée à l’origine psychosociale. entre 10 et 18 ans (la période entre 15 et 18 ans correspondant à ce qu’il désigne par « première jeunesse »). qui conduit certains parents à avoir recours à la psychothérapie. Il n’y aurait pas de « crise de l’adolescence ». et qu’ils s’impliquent aujourd’hui. et non des personnes à part entière. à qui trop peu d’études ont encore été consacrées. dans l’avant-propos. notamment cette fameuse « crise ». FAIRE LIRE N° 40 AGORA * DÉBATS/JEUNESSE 127 COMPTES RENDUS DE LECTURE * . d’ailleurs) peut même être enclin à attendre le pire. Il dénonce à nouveau. c’està-dire de l’adolescent ordinaire ». Selon Michel Fize. trop souvent repris par une certaine littérature de « docteurs ès adolescents » et par les médias. Il rappelle ainsi que la jeunesse s’engage (plus de 70 % des 18-24 ans). À ce titre. une facilitation. dans les associations pour les uns. Il faut refuser de le réduire à un simple consommateur comme le font les médias. sans laquelle il ne peut réellement s’affirmer et prendre son autonomie. en mésestimant ses possibilités. de l’acné à la toxicomanie. il s’agit d’accompagner LIRE. revendiquée par la psychanalyse et que l’auteur conteste. sociologue de la jeunesse. d’adultes eux-mêmes en proie à une « crise » de la maturité. qui nécessite selon lui. » Il précise que cet ouvrage n’est « ni un guide médical. car il aspire à des « formes d’insertion et de participation sociale ». l’auteur dénonce tant le laisser-faire éducatif qu’une prise en charge excessive. ni un manuel psychologique ». en général. mais exige aussi une transmission de valeurs et de repères. Il explique. sur leur progéniture. est vide de sens. pour régler notamment des problèmes scolaires.toujours et en tirant des conséquences pratiques des thèses développées dans ses ouvrages précédents1. Cette manière de penser serait davantage le résultat de projections. soit 85 % d’entre eux. L’auteur regrette cette façon de considérer l’adolescent et le jeune (selon sa distinction) comme des « êtres inachevés ». qu’il soit parent ou éducateur. de la part de l’adulte référent. réaffirme Michel Fize. pourquoi il a écrit cet énième livre sur la question de l’adolescence : « Le but de ce livre est de vous aider à mieux connaître l’adolescent de 10 à 14 ans… mais aussi le jeune de 15 à 18 ans… mieux connaître pour mieux comprendre et mieux comprendre pour mieux aimer. et ce concept. il étudie plus particulièrement la question de la construction de l’identité de l’adolescent. comme dans ses précédents ouvrages. pour une durée limitée. Dans cet essai. alors qu’une meilleure communication entre adulte et adolescent suffirait probablement. dans le mouvement altermondialiste pour les autres. tend à les entretenir plutôt qu’à les résoudre. et reprend ainsi la thèse développée dans Le deuxième homme. Plutôt qu’acculer l’adolescent en difficulté. mais que « c’est d’abord le livre de l’adolescent bien portant. sur des objectifs précis. la prétendue « crise » pouvant surgir à tout âge de la vie. Celle-ci passe par le respect de sa personne et de sa parole. en lui offrant toujours de nouvelles responsabilités. il préconise de le valoriser par notre confiance. plus concrètement que leurs aînés. en passant par la boulimie.

comme son avenir professionnel. Il étaie ses propos à l’aide de diverses paroles de jeunes. et confortent. 2005. C. Les témoignages de ces jeunes sont révélateurs de la justesse de la pensée de l’auteur. Paris. à travers notre capacité d’écoute et de dialogue. RamonvilleSaint-Agne. Le défi majeur pour le sociologue consiste à dépasser la représentation « du personnage de l’adolescent » et à « instituer une vraie personne citoyenne ». FAIRE LIRE l’adolescent. Ne m’appelez plus jamais crise ! Parler de l’adolescence autrement (Érès. Ramonville-Saint-Agne. par là même. TRANSMETTRE : UNE APPROCHE PSYCHANALYTIQUE DU RAPPORT AU SAVOIR La Découverte. J. Favoriser le dialogue n’est pas. 128 . tout en assumant nos convictions. quitte à tenter de les lui faire partager. APPRENDRE.. Paris. Beillerot. coll. Blanchard-Laville…). 12 euros Réfléchir sur l’éducation conduit aujourd’hui à s’interroger sur le rapport au savoir – aux savoirs –. et pratique. Cette image est pourtant largement diffusée principalement par les médias. 2002) . Les bandes : l’entre-soi adolescent (Desclée de Brouwer. Hatchuel. Le bonheur d’être adolescent : suivi de quelques considérations sur la première jeunesse et la nouvelle enfance (coauteur : Marie Cipriani-Crauste. qui peut être aussi structurant. Danielle Printemps 1. Paris. sujet sur lequel revient F. leurs pairs n’apparaissant pas aussi mauvais. confirmant que l’adolescence n’est pas « l’âge ingrat » qui « fait peur ». témoigne de la personnalité originale du sociologue dans son désir constant de lutter contre tous les préjugés et son affirmation d’idées novatrices en matière d’éducation et de politique. Mosconi. « Idées reçues : économie et société ». à la fois théorique.LIRE. 1993). et N. mais sans rien imposer. en raison des conseils judicieux qu’il prodigue. dans la conquête de son identité. Érès. Cet ouvrage. récemment décédé. éviter systématiquement le conflit. qui mettent en exergue la violence et l’irrespect d’une certaine jeunesse pour en faire une généralité. de par ses références. Pour mieux le comprendre et l’aider à construire sa propre vie en harmonie avec ce qu’il est. immatures. 158 p. contrairement à la représentation négative qui en est souvent faite. il nous faut donc changer notre regard et notre conduite à son égard. Les adolescents (Le Cavalier bleu. 1994). Paris. Le deuxième homme : réflexions sur la jeunesse et l’inégalité des rapports entre générations (Presses de la Renaissance. un certain discours politique qui élude les vraies questions la concernant. irrespectueux et irresponsables qu’on voudrait nous le faire croire. enseignante-chercheuse en sciences de l’éducation à Paris-X dans un secteur précisément intitulé « Savoirs et rapport au savoir » (avec son fondateur. non plus. Le peuple adolescent (Julliard. Paris. 2003) . L’adolescent est un être en profonde mutation et il ne doit pas être entravé dans son évolution par un adulte moralisant et « normalisant » qui se réfèrerait essentiellement à ses propres valeurs. thèse selon laquelle cet âge correspondrait à la période la plus heureuse et la plus créative de notre vie. L’auteur reprend enfin sa thèse développée dans son dernier ouvrage sur l’adolescence. 2005) . * Françoise Hatchuel SAVOIR. 2002) . notre amour.

support d’une médiation entre soi et l’autre. Après la psychanalyse et les sociologies de la domination. Bourdieu. L’expression semble due à Lacan et on en trouve des occurrences dans les années 1960 chez quelques auteurs (P. 2. É. « le savoir doit être considéré comme un objet transitionnel. Travailler sur le rapport au savoir permet de faciliter le passage du plaisir psychoaffectif (le temps familial) à un plaisir sociopsychique (dans le temps scolaire par exemple). condition de l’autonomie. Anthropos. FAIRE LIRE Bernard Bier 1. F. ou vecteur d’émancipation.-Y. F.-C. » Ce qui explique aussi qu’apprendre soit « dangereux ». LIRE.. Charlot. ROCHEX J. mais aussi le passage du Nous au Je. Armand Colin. Paris. assignation à l’autre. D’où l’importance de l’accompagnement. du savoir (donc de l’espace public). B. rapport aux autres. Lesne…) et des sciences de l’éducation (B. dans un ouvrage de référence1. Bautier et J. Rochex…) qui s’appropriera cette question.-Y.. soulignait la dimension anthropologique du rapport au savoir : rapport à soi. B. Dans le rapport au savoir. * N° 40 AGORA * DÉBATS/JEUNESSE 129 COMPTES RENDUS DE LECTURE * . coll. du lien et de l’autonomie du sujet. comme elle le rappelle dans l’un des chapitres de l’ouvrage qui fait la synthèse de l’existant. Bautier. de l’étayage du sujet apprenant à l’entrée dans les apprentissages. et qui questionne notre relation aux autres ». c’est. M. Charlot.En fait. dans un autre champ disciplinaire. explicite ou implicite. c’est aussi changer. Là où É. le champ de la formation (F. D’une certaine manière. Rochex. réel ou fantasmatique. et il met en dette celui ou celle qui le reçoit… Sentiment de dépendance insupportable pour le psychisme. qui devra donc toujours se défendre de cette dette… Quel est le prix à payer pour savoir ? » Apprendre. Le savoir peut être enfermement. c’est toujours accepter de recevoir de l’autre. 1998. il y a du désir. P. « Formation des enseignants ». coll. parlaient de « l’insécurité cognitive2 » que devait gérer l’élève apprenant et qui pouvait expliquer la résistance à l’entrée dans les apprentissages. « Apprendre. BAUTIER É. affirme l’auteur en se référant à Winnicott. Nous nous construisons dans un contexte donné. « Un savoir est donc toujours un don émanant d’un autre. 1997. au croisement des sciences de l’éducation. Hatchuel se situe dans le prolongement de cette approche. les recherches sur ce sujet sont relativement récentes. ou au contraire les conforter dans une position régressive rassurante mais peu émancipatrice ». Paris. fondé entre autres sur une partition sexuée du monde et une exclusion. J. des recherches féministes et de la psychanalyse. il faut qu’il fasse sens pour le sujet. CHARLOT B. rapport au monde. dans les années 1970. La nature et la forme des réponses données par les adultes « pourront encourager ou non les mouvements d’autonomisation tentés par les jeunes.-Y. J. AulagnierCastoriadis. Laot. Passeron…).. « Poche éducation ». Hatchuel se réfère à l’équilibre psychologique. Du rapport au savoir : éléments pour une théorie. Si l’on souhaite qu’il devienne « liberté plutôt qu’assignation ». L’expérience scolaire des nouveaux lycéens : démocratisation ou massification ?. Charlot. pour les femmes.

Luc Greffier rappelle avec raison qu’en France. L’esprit du temps aurait tendance à oublier le premier levier et à centrer les analyses sur la globalisation et la concentration des marchés du tourisme. tourisme intégré. Utilisant les méthodes de la géographie. l’auteur insiste sur la dimension sociale du phénomène et propose l’hypothèse d’une rupture qui conduirait les acteurs à considérer les temps sociaux libérés comme des temps d’émancipation et d’éducation qui protègeraient partiellement les loisirs du joug de la consommation. des acteurs incontournables du tourisme de demain engagés « dans des pratiques alternatives. en résistant au processus d’homogénéisation de l’activité touristique. correspondant à près de 22 % du tourisme organisé. car il correspond à une dimension historique et toujours active du secteur des vacances. en relevant les défis de la demande émergente. écotourisme. environ 13 millions. n’est pas toujours facile à identifier tant le tourisme marchand à but lucratif étend son emprise sur l’ensemble de la société. 22 euros Les recherches sur le tourisme se sont largement développées en France. Il oppose le modèle de la fonction d’animation « consumériste » développé par les marchands de vacances (vacance des valeurs) au modèle de l’animation « transformatrice » fondé sur un engagement marqué par la « valeur des vacances » et des inscriptions territoriales fortes. Dans cet ensemble. 258 p. sous les appellations diverses de tourisme populaire et de tourisme social. tourisme équitable… » et qui militent pour de nouveaux rapports sociaux comme de nouveaux rapports au territoire.5 millions. tourisme solidaire. celui enfin du secteur privé des entreprises touristiques. d’autant que ses promoteurs sont regroupés dans des fédérations qui affirment leurs différences et leur volonté d’agir. qui n’a cessé de se développer. près de 1 million. Il considère que les opérateurs de ce tourisme. tourisme durable. Il est vrai que le premier secteur. pourraient même devenir. qui ont ouvert de vastes espaces aux activités ludo-touristiques . celui des politiques nationales d’aménagement du territoire. pourraient montrer leurs capacités contemporaines d’innovation. le tourisme marchand à but lucratif en regroupe 4. les études concernant le tourisme social sont parfois présentées comme un objet d’étude secondaire. en s’appuyant sur leur histoire. ouvrages et analyses soulignent l’importance du phénomène pour l’économie et le développement territorial. coll. « Animation et territoires ». et les rapports. Paris. leurs valeurs. Il n’hésite pas à affirmer que les villages de vacances du tourisme social. leurs compétences et leur savoir-faire.LIRE. et le tourisme social et associatif. qui ont permis au plus grand nombre d’accéder à des formes de vacances auxquelles il n’avait pas accès jusque-là . le tourisme autorégulé (résidences secondaires…). . Mais ce tourisme social et associatif doit pourtant être distingué. 2006. tourisme éthique. FAIRE LIRE 130 Luc Greffier L’ANIMATION DES TERRITOIRES : LES VILLAGES DE VACANCES DU TOURISME SOCIAL L’Harmattan. Les chiffres officiels considèrent que l’offre touristique en France est de 18 millions de lits. Celui des fédérations syndicales et d’éducation populaire. dévalué voire dépassé. Ce chiffre. est loin d’être négligeable.. le tourisme n’a pu vraiment se développer à partir des années 1950 qu’en s’appuyant sur trois leviers interdépendants.

cet ouvrage est indispensable aux acteurs de terrain comme aux chercheurs qui tentent de mieux saisir les enjeux et les atouts du tourisme social et associatif. à l’Institut supérieur d’ingénieurs et animateurs territoriaux (ISIAT) et à l’UMR ADES du CNRS. on doit noter ici à la fois la distance et la proximité à l’objet d’étude qui oriente clairement ce travail dans une recherche-action. a été. Résultat d’une double légitimité liée à un engagement militant et à un travail universitaire reconnu. mais il est aussi chargé de mission Tourisme social à la direction nationale des Centres d’entraînement aux méthodes de pédagogie active. Chaque posture a ses spécificités .Luc Greffier est maître de conférences à l’IUT Michel de Montaigne où il dirige des formations professionnelles. À ce titre. cette recherche s’inscrit dans un ensemble de réflexions et de travaux menés à Bordeaux. de faire société. et. qui tentent un renouvellement des approches concernant l’engagement territorial des acteurs et leur volonté de créer du lien social. FAIRE LIRE N° 40 AGORA Jean-Pierre Augustin * DÉBATS/JEUNESSE 131 COMPTES RENDUS DE LECTURE * . et cet ouvrage s’inscrit dans une visée praxéologique. Rappeler ces éléments n’est pas seulement indicatif d’un parcours. LIRE. Au-delà d’une conclusion nuancée quant au niveau d’engagement des villages de vacances étudiés dans une logique de production territoriale. cela est aussi décisif quant à la posture scientifique. l’auteur note que le secteur est porteur d’avenir et peut résister aux tendances de l’économie de marché et de l’individuation des pratiques en favorisant des activités sociales collectives et solidaires. à ce titre. membre délégué au Conseil national du tourisme.

à la faveur d’une nouvelle entente. celui d’un ordre scolaire accordé à un ordre social inégalitaire. Hervé Glevarec LIBRE ANTENNE : LA RÉCEPTION DE LA RADIO PAR LES ADOLESCENTS Armand Colin. Or.LIRE. de vecteur de la musique auprès des jeunes. modalités et intérêts partagés. Paris. Les attentes peuvent diverger fortement. Le partenariat représente le mode de coopération que l’institution scolaire a inventé pour tenter de réguler la division du travail éducatif et la répartition des rôles entre les différents acteurs mobilisés. de support privilégié du « moment adolescent ». et d’une réflexion ouvrant des pistes pour un nouveau compromis plus proche des intérêts populaires.. Ainsi le différend pourrait-il. Rédigé dans le prolongement d’une enquête originale sur la place du média radio dans la vie sociale. 2005. Aucune analyse des cultures adolescentes ne saurait faire l’économie d’une référence à ces radios.. dans ses expressions radicales. Leur détermination est à la mesure de la difficulté à maîtriser un processus de solarisation et d’orientation opaque et complexe. via les « libres antennes » du soir. ce livre s’attache à montrer que les relations avec l’école ne se déroulent pas nécessairement selon des règles. Il ouvre une . Celui-ci conduit. 221 p. qui permet à la fois de mesurer l’ampleur du phénomène et d’en tirer des leçons. Le Mouv’. etc. voire discriminante de l’autre.. mais aussi. 16 euros En l’espace d’un siècle d’école républicaine. le présent ouvrage propose une étude au croisement de la sociologie de la réception et de l’étude des médias. FAIRE LIRE 132 NOTES DE LECTURE Pierre Périer ÉCOLE ET FAMILLES POPULAIRES : SOCIOLOGIE D’UN DIFFÉREND Presses universitaires de Rennes. 301 p. le rapport des familles à l’école s’est profondément transformé. dont l’influence s’explique par une double nature. maintenait les familles éloignées de l’école. conforter les préjugés réciproques et engendrer un différend. les familles populaires aspirent à des études longues pour leurs enfants et se mobilisent afin qu’ils accèdent à une vie « normale ». S’appuyant sur une cinquantaine d’entretiens réalisés auprès de parents de milieux populaires et issus de l’immigration. à celui d’une école perçue comme injuste. Rennes. « Le sens social ». NRJ. On comprend dès lors l’enjeu de la relation avec les enseignants et les acteurs éducatifs en général. culturelle et dans la socialisation des adolescents menée auprès des auditeurs de Fun radio. Le mode scolaire de socialisation et de reproduction qui s’est progressivement imposé avec la massification secondaire a infléchi le processus d’acculturation en accentuant le rapport de dépendance des familles populaires à l’école. musicale et interactive. coll. coll. au procès des familles jugées « démissionnaires » d’un côté. 27 euros Un des phénomènes consécutifs à la libéralisation des ondes en 1981 aura été la place majeure prise par les radios musicales « jeunes » dans l’univers culturel et social du public concerné. « Médiacultures ». 2005. Skyrock. Le compromis historique de la première moitié du XXe siècle. être surmonté.

Christiane Balasc. Sous la direction de Fethi Benslama. Dans le système éducatif construit durant cette période et. des arts. les auteurs. enfin. aujourd’hui comme hier. l’éphémérité. Riche en enseignements sur les processus contemporains de cristallisation des valeurs. Michel Cresta. 19 euros Et si les turbulences de l’adolescence étaient une chance pour le monde et pour la culture ? C’est le parti pris de cet ouvrage dans lequel des psychanalystes. Jean-Noël Luc. aux réformes qui jalonnent les mutations observées. Cet ouvrage apporte ainsi un éclairage historique aux débats et aux réflexions dont l’institution lycéenne ne cesse.fenêtre sur les modalités actuelles de formulation et de résolution des « problèmes des jeunes ». la peinture de JeanMichel Basquiat et l’œuvre chorégraphique de Mathilde Monnier. C’est le destin de cet empire. plus près de nous. dans la formation intellectuelle des élites françaises. LYCÉENS. 32 euros Créés par la loi du 11 floréal an X (ler mai 1802). sont des valeurs adolescentes . il passionnera les observateurs des cultures médiatiques et fournira maintes pistes de réflexion aux sociologues de la jeunesse.. des sciences et de l’administration. relations amoureuses. tels Antigone et Hamlet. mais aussi des artistes. ou. plus encore. Lyon. les lycées ont aujourd’hui deux siècles d’existence. de faire l’objet. au contenu des enseignements et. qui s’attache tour à tour aux cadres institutionnel et matériel. la marginalité. ces regards pluriels esquissent une véritable histoire totale des lycées. coll. ce sont aussi celles qui inspirent l’art et la culture. N° 40 AGORA * DÉBATS/JEUNESSE 133 NOTES DE LECTURE * . Précédés par un panorama historiographique. 239 p. l’étrangeté. ils ont longtemps tenu. Philippe Savoie LYCÉES. de sa constitution à ses actuelles remises en cause. « Campagne première-colloques ». en référence à l’essai de Freud. 2005. explorent un malaise adolescent qui féconde la culture. FAIRE LIRE par les chefs d’établissements et les professeurs –. Paris. mais aussi de la société. LIRE. dialoguent ensemble et interrogent les ressorts de la création au regard de l’ébranlement pubertaire et des mutations qu’il produit. Dans un va-et-vient original entre la clinique adolescente et la réflexion que suggèrent certains personnages emblématiques. qu’étudient ici une trentaine d’historiens de l’éducation. 2005. aux acteurs – des ministres aux élèves en passant Campagne Première. expériences transgressives. L’errance. à la sociabilité et aux représentations. (sexualité. LYCÉENNES : DEUX SIÈCLES D’HISTOIRE Institut national de recherche pédagogique.. qui a conduit Lucien Febvre à qualifier l’enseignement secondaire de « tout-puissant Empire du milieu ». 485 p. Fernando Geberovich LE MALAISE ADOLESCENT DANS LA CULTURE Sous la direction de Pierre Caspard. construction de leur identité) et sur le rôle désormais joué par l’intermédiaire médiatique dans la construction générationnelle. une place éminente. jusqu’à leur récente massification. de la culture.

servant de prétexte pour parler d’une crise plus générale. « Éducation.LIRE. sociologie. université de Cergy-Pontoise). Dans leur travail quotidien. 2005. issu du Centre de recherche texte/histoire (CRTH.. part du postulat que l’on ne peut poser avec pertinence la question de l’enseignement en banlieue si on ne la resitue pas dans une perspective large et interdisciplinaire. dévoilant. Clémentine Autain et Mikaël GarnierLavalley éclairent l’hypocrisie d’un système verrouillé où les bonnes places sont chasse gardée : car à l’heure où le jeunisme atteint son apogée. Qu’ils viennent de banlieue. c’est avant tout leur implication personnelle qui donne le ton. FAIRE LIRE 134 Sous la direction de Marie-Madeleine Bertucci. sociolinguistique. ils dissèquent ce qui peut s’apparenter à une volonté politique d’empêcher les jeunes d’avancer. Lyon. psychanalyse et littérature. prenant en considération les éclairages indispensables et complémentaires apportés par différentes sciences humaines. Comment s’affirmer sous le regard paternaliste et un peu méprisant . qui s’essaient à parler différemment des banlieues. Les banlieues ne sont-elles pas aussi un ferment de changement. Loin de s’en tenir au constat de cette exclusion. Depuis le début des années 1980. 290 p. CULTURES Institut national de recherche pédagogique. linguistiques et géographiques. malaise social ou prison organisée ? En tant que jeunes militants (Clémentine Autain est chargée de la jeunesse à la mairie de Paris . mais aussi par les acteurs de terrain. Mickaël Garnier-Lavalley SALAUDS DE JEUNES ! Robert Laffont. on continue à répandre comme mot d’ordre la méfiance à l’égard des jeunes. Alors. derrière la représentation dévalorisante que médias et politique tendent à donner de la jeunesse. de nouvelles formes de culture. jonglant entre heures de cours et petits boulots incompatibles – usant d’inutiles moyens pour se faire entendre. sociaux. 2006. ils sont confrontés aux situations qu’ils exposent. 25 euros Les banlieues constituent aujourd’hui un espace hétérogène. Paris. Clémentine Autain.. Et si leurs propos sont nourris de documents. sociétés ». 135 p. les auteurs sont particulièrement bien placés pour aborder une question qui les concerne au premier chef. un lieu où peuvent s’élaborer de nouveaux modèles de citoyenneté. souvent mal connu. notamment. ont fait l’objet de multiples publications. qui s’accordent pour pointer les difficultés sans pour autant parvenir à offrir une image globale de la situation. crise de la culture et crise de l’école. les difficultés de certaines banlieues se sont en effet accrues. prenant en compte l’ensemble des paramètres culturels. de nouvelles manières d’enseigner ? Le présent ouvrage. chiffres et analyses économiques. 16 euros Retraçant le parcours du combattant mené par le jeune citoyen pour étudier et se loger. Violaine Houdart-Merot SITUATIONS DE BANLIEUES : ENSEIGNEMENT. Mikaël Garnier-Lavalley siège au Forum européen de la jeunesse). éducatifs. politiques. un abîme dangereux entre générations. coll. géographie. Sont donc ici rassemblées des analyses. Les conditions d’enseignement. ou d’ailleurs. LANGUES. errant de stages en CDD –. réflexions ou propositions issues à la fois de la recherche universitaire et des expériences de terrain.

Tony Fortin. le centre de documentation de l’INJEP propose un panorama hors-série. coll. du rééducatif à l’éducatif et au thérapeutique et que se dessine la possibilité de voir les apprentissages s’imaginer au travers de la créativité. tendent à se formuler autrement. ce dossier documentaire fait également le point sur la réalité du chômage des jeunes et sur trente ans de politiques publiques pour y remédier. 2006. La réflexion engagée invite donc à un questionnement distancié et passionnant sur les univers virtuels et les comportements sociaux dont ils rendent possible l’expression ou qu’ils génèrent. d’une centaine d’articles de presse parus depuis le début de l’année. même si le trouble du comportement demeure quelque peu énigmatique sur le plan de la nosologie. « Champs visuels ». 240 p. 5 euros Qu’est-ce que le Contrat première embauche ? Quelle a été la nature des débats à l’Assemblée nationale ? Quelles sont les positions exactes des acteurs en présence ? Quelles sont les principales analyses qui ont été produites par les observateurs ? Pour répondre à ces questions. Bien plus qu’une simple compilation d’une actualité brûlante. hors-série no 2. alors que sont en cours dans notre société de profondes mutations et que d’autres sont en préparation. il n’en demeure pas moins que les pratiques évoluent. Laurent Tremel LES JEUX VIDÉO : PRATIQUES. par les expériences de terrain et leur élaboration. Sous la direction de Jean-Claude Gillet N° 40 AGORA * DÉBATS/JEUNESSE 135 NOTES DE LECTURE d’aînés qui ne verront en vous leurs égaux qu’une fois l’indépendance acquise ? Indépendant.Panorama de la presse. 22 euros Cet ouvrage se propose d’étudier le phénomène des jeux vidéo sous deux angles majeurs : la pratique des jeux en réseaux et les contenus des jeux de « civilisation ». quand une société ne confère pas aux jeunes les moyens de s’émanciper ? LE CONTRAT PREMIÈRE EMBAUCHE * .. 2006. Les auteurs mettent à jour toute la complexité de ces ensembles qui ne se trouvent pas sans lien avec la situation sociale de leurs différents acteurs ou utilisateurs. 412 pages. la transformation des instituts de rééducation en instituts thérapeutiques éducatifs et pédagogiques participe au nouveau modelage du secteur médicosocial. décembre 2005. Toutefois. Paris. C’est ainsi que nous sommes passés du scolaire au pédagogique. FAIRE LIRE Sous la direction de Yannick Breton APPROCHES DU TROUBLE DU COMPORTEMENT : L’ENFANCE ET L’ADOLESCENCE PAR GROS TEMPS Hors-série Le sociographe : recherche en travail social. Philippe Mora. même si les actions pour le contenir sur le plan social et relationnel et pour amoindrir les souffrances générées sont encore souvent incertaines. 15 euros Aujourd’hui. LIRE. que les questions. CONTENUS ET ENJEUX SOCIAUX L’Harmattan. comment le devenir.

véhicules et détails qui. « Éducation et sociétés ». Paris. Philippe Liotard. Apprentissage du genre et institutions éducatives. à montrer les interrelations . pratiques et symboles qui dénotent une appartenance identitaire et fondent un type de relation (pouvoir..50 euros Ce quatrième volume aborde les multiples relais. • Volume 3. La conquête d’une citadelle masculine. coll... 24.. 248 p. présenter des modèles de réussite. Anne Roger. C’est cette situation qu’analyse cet ouvrage.LIRE. Louis Marmoz INDISCIPLINE ET VIOLENCE À L’ÉCOLE : ÉTUDES EUROPÉENNES L’Harmattan. Objets. 21. Thierry Terret.. « Animation et Territoires ». 2006. FAIRE LIRE 136 L’ANIMATION DANS TOUS SES ÉTATS (OU PRESQUE) L’Harmattan.50 euros Indiscipline. coll. contribuent à renforcer ou perpétuer les normes du genre. 392 p. « Espaces et temps du sport ». 23 euros Ces différentes approches relèvent de plusieurs disciplines et n’évacuent pas les contradictions et divergences de points de vue qui traversent aujourd’hui le champ de l’animation professionnelle. Thierry Terret. agressivité. hiérarchie…) entre les sexes ou au sein de chacun des sexes. 27 euros Ce deuxième volume explore les définitions idéales de l’athlète homme et interroge la manière dont certaines sportives ont su s’engager dans d’autres voies pour. délinquance sont des mots qui évoquent des phénomènes pouvant caractériser le climat de certaines écoles des pays occidentaux. 2006. Thierry Terret.. Les quatre volumes constituent les actes du XIe Carrefour d’histoire du sport. à leur tour. Paris. Ces mécanismes complexes ont une histoire. coll. SPORT ET GENRE L’Harmattan. Ce troisième volume questionne la construction des identités sexuelles et l’apprentissage des rapports sociaux de sexe au sein des organisations éducatives. 278 p. 272 p. Thierry Terret. cherchant à définir plus précisément le sens de la violence. 2006 Le sport participe à la mise en place des signes. • Volume 1. 32 euros. Jean-Philippe SaintMartin. violence. • Volume 4. Les animateurs sont-ils des complices du libéralisme dominant et réduits à offrir des services marchands dans le secteur du loisir ? N’ont-ils pas d’autre solution que d’être les jouets des politiques publiques ? Comment peuvent-ils concevoir des stratégies alternatives ? Existe-t-il des marges de manœuvre et à quelles conditions ? • Volume 2.50 euros Ce premier volume analyse la manière différenciée dont les femmes ont progressivement conquis l’institution sportive et ont su s’arranger des résistances masculines. dans le monde du sport ou s’en inspirant. 308 p. 31. 400 p. arts et médias. Sous la direction de Teresa Estrela. Excellence féminine et masculinité hégémonique. Paris.

été formés pour faire face à une telle situation. FAIRE LIRE Sylvie Saint-Cyr LES JEUNES ET L’OPÉRA : LE DÉVELOPPEMENT DES ACTIONS EN DIRECTION DE LA JEUNESSE DANS LES THÉÂTRES LYRIQUES DE FRANCE DE 1980 À 2000 L’Harmattan.99 euros De plus en plus de jeunes mettent en avant une référence religieuse de manière radicale dans leur construction identitaire et dans leur comportement. est-il progressivement devenu l’une des plus grandes associations N° 40 AGORA * DÉBATS/JEUNESSE 137 NOTES DE LECTURE entre violence scolaire et intention démocratique. 2006. 24 euros Comment le Secours populaire français. mais aussi du milieu associatif se sont mis autour d’une table pendant trois ans avec Dounia Bouzar pour mettre en commun leurs expériences et leurs savoirs. « Enfances ». sous l’influence des domaines du théâtre mais aussi des musées et des centres d’arts plastiques. Nouveau sujet de l’impératif démocratique. Pour ce faire. 2006. coll. 250 p. coll. petite organisation communiste. à partir de son étude dans trois pays – Espagne. Portugal – les capacités d’une recherche en la matière. Paris. Paris. Il s’agit de pallier les tentatives avortées de démocratisation de l’opéra par une sensibilisation indirecte des parents issus de toutes les catégories socioprofessionnelles. de conseils généraux. France. de l’Éducation nationale. « Logiques sociales – Musique et champ social ». la population juvénile est priée de venir en renfort pour résoudre la crise du genre et de son institution. 31 euros Dans le début des années 1990. offre ainsi sa contribution à la réponse éducative que notre société doit absolument apporter à cette question déterminante pour son avenir. Or enseignants et éducateurs n’ont pas. à mieux mesurer aussi.. 365 p. Paris.. 19.. 2006. l’opéra se voit exhorté à traiter une nouvelle demande de pédagogie autour des arts et à réfléchir à de nouvelles propositions en direction de la jeunesse. 356 p. dans leur ensemble. de Jeunesse et Sports.LIRE. Axelle Brodiez LE SECOURS POPULAIRE FRANÇAIS 1945-2000 : DU COMMUNISME À L’HUMANITAIRE Presses de Sciences Po. Dounia Bouzar QUELLE ÉDUCATION FACE AU RADICALISME RELIGIEUX ? Dunod. l’ouvrage propose des indications permettant de faire la part des choses entre ce qui appartient à la liberté de conscience et de culte (principe de laïcité) et ce qui relève du dysfonctionnement et du radicalisme. * . Ce livre. Cinquante professionnels de la Protection judiciaire de la jeunesse. la première étape consiste à reconnaître le processus qui mène à la radicalisation avant qu’il ne soit trop avancé. Comment les professionnels peuventils agir face à une référence religieuse utilisée pour s’auto-exclure ou exclure les autres ? Pourquoi un jeune mobiliset-il de façon parfois radicale une telle référence ? Adhésion ? Contestation de l’ordre qui l’entoure ? Comment interroger le radicalisme du discours employé par le jeune ? Comment l’aider à faire un choix de vie éclairé ? Comment lui garantir le respect de ses croyances ? En amont de toutes ces questions. fruit de ces rencontres. coll. « Sciences Po Histoire ».

montrant notamment les failles du militantisme communiste passé et la force persistante de l’engagement d’aujourd’hui. FAIRE LIRE 138 humanitaires françaises ? Face au déclin des autres organisations satellites du PCF.LIRE. L’auteur analyse ainsi les nouvelles formes de solidarité face aux transformations de la pauvreté et de la précarité. le Secours populaire révèle les mutations de l’engagement. il renouvelle l’histoire du communisme par une analyse de l’évolution du « conglomérat » de mouvements politico-associatifs. Le Secours populaire recentre très tôt ses actions sur la lutte contre la pauvreté et sur l’humanitaire et témoigne du rôle social. l’originalité de la stratégie d’ouverture de l’organisation permet de comprendre ce succès. . mais aussi politique et économique. mais aussi ses permanences depuis un demi-siècle. des organisations de solidarité. devenues aujourd’hui indispensables. Passé du militantisme à la promotion du bénévolat. Ce livre remet en cause des idées reçues.

. .. . . . .. les coordonnateurs sont chargés de gérer.. . . . . .. apporte des enseignements sur la fonction de coordination. cette contribution examine les responsabilités techniques et politiques en jeu et suggère des pistes à explorer. . . JEUNESSE ÉDUCATION TERRITOIRES : CAHIERS DE L'ACTION Numéro 6 Projets éducatifs locaux : l’enjeu de la coordination Véronique Laforets. . Véronique Laforets bénéficie d’une pratique professionnelle conséquente dans le champ de l’éducatif local. . .... recompositions administratives. . . . ... .. . .... . . . . ... . . .. ... . L’observation de ces postes. essaient.mM/elMel P uo rerecovric teo vuaregC molptézee tervnyozec eocpuno à’lNIEJ-PDUPI– 1 . ... Elle est actuellement chargée de mission au Centre Ressource Enfance Familles École de l’Isère (Crefe 38) et enseignante vacataire à l’IUT carrières sociales de Grenoble... .. .. . dAerss . .. . Elle a également réalisé plusieurs recherches et études dans ce domaine... . . .. .. 5. Dans cette logique.. . .. ... ... À partir d’une recherche universitaire et d’une expérience d’accompagnement de coordonnateurs.. négocier. ... 12 euros Figures indissociables des projets éducatifs locaux.. .. .. . ..... .. .. . Notre ambition : faire émerger l’intelligence des pratiques... .. . . ..... ... .sc Total règlement : .. . . .. .. . .. . juin 2006.. nécessité de compétences renouvelées… Les professionnels et bénévoles de l’enfance et de la jeunesse sont de plus en plus conduits à une adaptation permanente... . ....... recherchent. ..1r euP ua leLlpta– 7 1806M rayll--eoR . ... . inventent.. . . . . .... valoriser… Entre femmes-orchestres et hommes à tout faire.. . . . Prix unitaire : 12 euros Frais de port : 3. une coédition INJEP/SCEREN. . . . ... . .. . . La mutualisation des expériences et des analyses s’avère plus que jamais indispensable... . fédérer.Complexité des territoires. ... . . ..... . . expertiser... . . .. .. .... par mandat administratif à réception de la facture) . é(atlbsiesemtnr peérestn)é . .. . à l’innovation et à l’expérimentation. .. ... .. .. ... . . .... la collection « Jeunesse/Éducation/Territoires : cahiers de l’action » vise à offrir aux acteurs de l’enfance et de la jeunesse des ressources pour leur intervention..50 euros jusqu’à 31 euros eC d’achat. .. structurer.. . ..lielP .. . . au carrefour des espaces institutionnels et pédagogiques. . ... .. " ieJs uossgiénM /. . . dispositifs multiples.. . .. transformation des pratiques juvéniles... ... . . ..... .. .... moamdn eadsnl aocllceitno «eJnuseesÉ/udacitnoT/erritoires : cahiers de l’action » Projets éducatifs locaux : l’enjeu de la coordination (par chèque joint à l’ordre de l’agent comptable de l’INJEP.....50 euros jusqu’à 122 euros d’achat do eoptslaV . .. mais également sur ce qui se passe dans le projet éducatif lui-même. Nombre d’exemplaires : ya . . . . analyser. . ils bricolent.

Ramonville Saint-Agne. Sébastien Lasserre Juris-Service. 22 euros ISBN : 2-10-049467-8 La mixité dans les écoles d’ingénieurs : le cas de l’ex-École polytechnique féminine Biljana Stevanovic L’Harmattan. 2006. « 100 Réponses sur… ». « Documents ». « INSEE Références ». 2006. 2006. 15 euros ISBN : 211068349X La revanche scolaire : des élèves multiredoublants. relégués.. Lyon. coll.LIRE. 18 euros ISBN : 2080690205 Le suicide des adolescents Valérie Samouel. Pierre Satet La Mascara.. 2005. Isabelle Chemin La Martinière. 94 p. coll. Paris.90 euros ISBN : 2914237421 Être une jeune fille aujourd’hui Claire Ubac.50 euros ISBN : 2-7475-9767-9 La réglementation des centres de vacances et de loisirs : 150 fiches thématiques pour comprendre le droit Yannick Dubois Puits Fleuri. 180 p. « Sociologie clinique ». coll. Paris. 114 p. coll.. Ginette Francequin Érès. coll. Paris. 260 p... 2006. 23 euros ISBN : 2732433624 France. « Chrétiens autrement ». 11. Jean-Louis Borloo (Préface) Dunod. cadre juridique et fiscalité Daoud Belaroussi. 2006. 2005. Emmanuel Maze-Sencier. « Ados ». portrait social : édition 2005-2006 INSEE La Documentation Française. FAIRE LIRE 140 Signalements J’embauche un jeune : propositions pour sortir de la crise Joël-Yves Le Bigot. 23 euros ISBN : 2749205352 Manager les bénévoles : animation d’équipes. 20 euros ISBN : 2-296-00069-X La foi et les jeunes : jeunes filles musulmanes et chrétiennes en dialogue interreligieux Louis Seguier L’Harmattan. vos papiers ! Chronique d’une mobilisation exceptionnelle Anne Gintzburger Flammarion. « Managers d’association ». 2005. Paris. 287 p. 650 p. 232 p. Héricy. coll.. devenus superdiplômés Bertrand Bergier. 6.. 271 p.. Annabelle Jacquier. coll. « Le conseiller juridique pour tous ». 35 euros ISBN : 2910992640 . « Savoir et formation ». coll. 2006. 2005.. Paris. Paris. coll. Paris. 29 euros ISBN : 2867393078 Écoliers. 320 p.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful