DP ELT LC du 15 novembre 2012

Déclaration CGT

Monsieur le directeur, Le 25 octobre dernier, Guillaume Pépy était en visite sur la ligne C. Vous l’avez reçu avec le directeur de la ligne C, Mr Gosselin, en gare de Champ de Mars. Vous lui avez présenté les travaux en cours dans cette gare. Mr Pépy a-t-il vu les résultats de sa politique destructrice du service public ? A-t-il vu les conditions de travail dégradées dans lesquels les cheminots assurent leurs missions au quotidien ? A-t-il compris que le savoir faire, l’expérience et le professionnalisme des cheminots sur le terrain n’étaient pas pris en considération ? Malheureusement, il n’est pas resté assez longtemps pour constater les résultats désastreux des choix de la Direction Déléguée des Gares Transiliennes sûrement pressée par Mme Tilloy, coresponsable de la dégradation de la production et de la qualité de service. Le président Pépy, l’enfumage il connaît. A l’image des quelques autocollants et autres panneaux avec photos que l’on retrouve dans la gare de Champ de Mars, cela ne suffira pas à dissimuler les conséquences néfastes de sa politique business. Autre résultat mais plus surprenant, on pouvait le lire dans le journal d’informations interne LES INFOS numéro 12 de septembre dernier en page 2. Je cite : « À quand le progrès ? J’emprunte souvent la gare de Rungis la Fraternelle sur la ligne C du RER vers Massy et Paris. Je suis choqué par l’aspect négligé de cette gare. Depuis plus de deux ans, des vitres abandonnées jonchent la voie, sans que personne ne les ramasse. L’hiver dernier, rien n’a été fait lors des chutes de neige et la formation de plaques de verglas pour prévenir les

glissades sur les quais. Enfin, les mauvaises herbes prolifèrent sur ces derniers et gêneront bientôt la montée et la descente des voyageurs… » . Fin de citation. Mr le directeur, combien de gares ont les mêmes maux ? La direction de la SNCF et son président en tête ont organisé la désorganisation et ce sont les agents qui les premiers en paient les conséquences et qui les exposent à un traitement médiatique jetant l’opprobre sur les cheminots. Cette situation met en exergue l’incohérence de la structuration de l’entreprise par activités cloisonnées, voulu par le président de la SNCF. Le directeur de la ligne C annonce une augmentation de 3% par an du nombre de voyageurs et de la fréquentation depuis 2008, sur une ligne qui connaît fréquemment des perturbations. Une chose est sûre, il n’y aura pas d’amélioration de la ponctualité, une meilleure information et prise en charge des usagers avec moins de cheminots formés et qualifiés. Sur l’ensemble de la région Ile de France, l’activité Transilien veut aller vite sur la mise en place des équipes mobiles de ligne. Toutes les directions de ligne ont présenté leurs projets pour une mise en œuvre avant la fin de l’année 2013. L’objectif étant de faire plaisir au STIF, y compris en lui racontant tout et n’importe quoi. Les problèmes d’harmonisation entre les lignes se posent et des disparités de traitements, de moyens humains et matériels font déjà leur apparition. Pour la direction Transilien, le mot à la mode c’est la visibilité ! Pour la CGT et les cheminots, ce qui est visible surtout ce sont les postes non tenus et figés, les gares à humanisation à agent seul, les gares sans humanisation, les gares fermées, abandonnées, conséquences des politiques de sabordage du service public SNCF. La visibilité, c’est réduire le nombre d’agents pour abaisser les charges salariales, c’est orienter les usagers vers les canaux de vente automatisés, c’est le développement de la sous-traitance, c’est la précarisation de l’emploi, la dégradation de la qualité du service et des conditions de vie et de travail des cheminots. Le contrat avec le STIF ne doit pas masquer les économies que la SNCF compte réaliser sur l'humanisation des gares et par des redéploiements en se mettant en conformité stricte avec l’Annexe 2 -I-B2 (ex annexe B8). L'amélioration de la production affichée par la direction entre en contradiction avec des moyens humains en diminution. Pour les usagers, la création d'équipes mobiles va conduire à la dégradation de l'offre de service public et à la déshumanisation de nombreuses gares. Pour les Cheminots, ce projet les dirigerait vers plus de flexibilité et de mobilité, en vidant encore plus le contenu du travail de son sens et en détériorant encore les conditions de travail. La direction bafoue le dictionnaire des filières par l’attribution de missions de sécurité à des agents relevant de la filière Commerciale Voyageurs et Gares avec une simple dispense de quelques modules de formation !

La chaîne de sécurité est fragilisée et les usagers mis en danger. Sur notre ligne, des agents sont déjà utilisés pour faire de l’humanisation dans les trains – sans aucun moyen – ou de l’accompagnement pour les AAS, alors que ses missions relèvent du contenu métier d’un ASCT. La direction des services Transilien travaille sur « l’évolution des métiers en contact avec la clientèle » avec des réorganisations tous les ans. C’est la fin du dictionnaire des filières qui se prépare. Que se passera-t-il quand il n’y aura personne pour répondre à cet usager seul dans une gare, usager qui aura utilisé une borne d’interphonie pour rentrer en contact avec qui, on ne le sait pas encore ! Car des interphones vont pousser dans des gares déshumanisées comme les mauvaises herbes sur les voies et les quais de la ligne C. La CGT refuse d’accompagner le projet des équipes mobiles de ligne. Monsieur le directeur vous tablez sur la résignation des cheminots, nous comptons sur leur mobilisation. Il vous revient la responsabilité de nous présenter de véritables objectifs positifs et pérennes en matière d’emploi, de respect des métiers et filières et des conditions de travail des cheminots de l’ELT LC. Emploi, salaires, formations, conditions de travail, voilà les revendications des cheminots que porte la CGT. La CGT les appelle à se mobiliser, à s’informer et à ne pas se laisser endormir par des opérations de communication, de divertissement ou d’enfumage, qu'elles viennent de la direction ou d’ailleurs.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful