Paru récemment aux Éditions L’Harmattan (septembre 2012

) :

L’Europe médiévale en 50 dates
En quatrième de couverture : Cinquante « tranches d’histoire », évoquées dans leur ordre chronologique, invitent le lecteur à parcourir en tous sens le continent, de l’Atlantique à l’Oural et de la Scandinavie à la Méditerranée, pour revivre quelques uns des grands moments ayant infléchi le cours de l’histoire de l’Europe entre 476 et 1492 : – la naissance et le déclin des empires et des royaumes, – la montée en puissance de la chrétienté et ses difficultés, – les succès et insuccès de l’Islam conquérant, – les grandes querelles politiques, – les Croisades, – la Grande peste, – la Guerre de Cent ans …

Le sous-titre (les couronnes, la tiare et le turban) précise le niveau d’étude géopolitique retenu pour cet ouvrage, majoritairement dédié aux activités des personnages qui portèrent ces attributs du pouvoir : les empereurs, les rois, les papes, les khalifes, les sultans. Les rapports entre tous ces acteurs de l’histoire furent souvent difficiles : batailles militaires, conquêtes, querelles idéologiques … ont occupé tout le millénaire de cette période européenne appelée le « Moyen-Âge ». Cette période se situe entre 476, fin de l’« Antiquité » (qui connut l’essor des civilisations grecque puis romaine) et 1492, aube de la « Renaissance », dont le berceau fut, lui aussi, italien (le quattrocento). Il convient de remarquer, au passage, que le Moyen-âge ne concerne que l’Europe : il n’y eut pas de « moyenâge » en Afrique, ni en Asie, et moins encore en Amérique, qui n’entra dans l’histoire du monde que dans la dernière décennie du XVe siècle . Nombre de batailles furent majeures pour la formation de l’Europe durant ce millénaire (y compris celles qui se déroulèrent en dehors du continent européen) : – bataille de Pavie, en 476 : c’est l’effondrement définitif de l’empire romain d’Occident (ch. 2) – bataille de Vouillé en 507 : le royaume franc s’étend désormais du Rhin aux Pyrénées (ch. 3) – bataille de Siffin en 656 : L’Islam, qui vient de naître, se scinde en Sunnisme et Chi’isme (ch. 7) – bataille de Ségovie en 712 : l’Espagne devient presque totalement musulmane (ch. 13) – bataille de Poitiers en 732 : l’invasion musulmane en Gaule est stoppée par Charles Martel (ch. 15) – bataille d’Ellendun en 825 : l’Angleterre entre dans la voie de l’unification (ch. 19) – bataille du Lechfeld en 955 : c’est la naissance de la Hongrie (ch. 25) – bataille d’Hastings en 1066 : une dynastie normande remplace la dynastie saxonne en Angleterre (ch. 30) – bataille de Manzikert en 1071 : l’empire byzantin amorce son déclin (ch. 31) – bataille d’Ourique en 1139 : elle marque la naissance du Portugal (ch. 35) – bataille d’Hattin en 1187 : les états chrétiens (« états latins ») d’Orient disparaissent définitivement des terres musulmanes (ch. 37) – bataille de Constantinople en 1204 : à l’occasion de la quatrième Croisade, les Croisés se détournent de leur but de guerre (Jérusalem), s’emparent de Constantinople, la pillent, la saccagent et massacrent ses habitants (ch. 38)

– bataille de Kiev en 1236 : les Mongols anéantissent le jeune royaume de Russie (ch. 40) – bataille de Crécy en 1346 : la guerre de Cent ans entre dans sa première phase active (ch. 44) – bataille de Castillon en 1453 : c’est la fin officielle de la guerre de Cent ans (ch. 47) – bataille de Constantinople en 1453 : le sultan Mehmet II met fin à l’empire byzantin et crée l’empire ottoman, qui subsistera jusqu’en 1923 (ch. 48) – bataille de Grenade en 1492 : elle met un terme définitif à la présence de l’Islam dans la partie occidentale de l’Europe (ch. 49). Mais l’Europe ne se fait pas uniquement à coups de batailles. Des querelles idéologiques, des luttes d’influence, des signatures de traités, des énénements matrimoniaux … y prennent aussi une part importante, parmi lesquels il est possible de citer : – la querelle des images en 730 : le pape et l’empereur byzantin se brouillent quasi-définitivement (ch. 14) –le traité de Verdun, en 843 : l’empire carolingien explose, créant les conditions d’existence de la future France et de la future Allemagne (ch. 20) – l’empereur d’Allemagne se rend à Canossa en 1077 : le pape et l’empereur se brouillent dans la Querelle des Investitures (ch. 32) –le traité de Saint Clair sur Epte, en 911 : naissance de la Normandie, future pièce maîtresse sur l’échiquier européen (ch. 22) – le pape Urbain II lance la croisade en 1096 : six autres suivront, avec des succès mitigés (ch. 33) – En 1152, le roi de France Louis VII répudie son épouse Alienor d’Aquitaine : c’est le vrai point de départ de la guerre de Cent ans qui commencera militairement deux cents ans plus tard, en 1328 (ch. 36). – la signature de la « Grande Charte » par Jean sans Terre en1215 : la monarchie anglaise s’apparente à une monarchie « constitutionnelle » (ch. 39) – la lutte du Sacerdoce et de l’Empire met aux prises le pape, qui excommunie l’empereur allemand et l’empereur allemand, qui destitue le pape (en 1245 - ch. 41) – en 1347, la Peste Noire, ou Grande Peste, détruit en trois ans deux siècles de progrès européens (ch. 45) – après la défaite d’Azincourt (1415), le traité de Troyes de 1420 transfère la couronne de France sur la tête du roi d’Angleterre (ch. 47) 47 des 50 chapitres sont articulés en tryptiques « hier - aujourd’hui - demain » permettant de répondre plus facilement à la question multiple du fameux – et antique – « hexamètre mnémotechnique de Quintilien », (quis, quid, ubi, quibus, cur, quomodo, quando ?) ramené, à l’époque moderne, aux cinq grandes interrogations essentielles de la formule « QQOPC » : Qui ? Quand ? Où ? Pourquoi ? Comment ? Les trois chapitres ne répondant pas à cette règle ternaire dressent des « états des lieux » en 476, 1000 et 1492.

Aux 400 pages de l’opus proprement dit succèdent 30 pages de notes complémentaires et 40 pages d’index (1200 entrées chronologiques, alphabétiques et bibliographiques).

Contact avec l’auteur : jacques.bloeme@orange.fr Site de l’auteur : www.jacquesbloeme.fr
(le site présente l’intégralité de la table des matières de l’ouvrage, et deux de ses 50 chapitres à titre d’exemples)

Librairie L’Harmattan : www.librairieharmattan.com