You are on page 1of 36

RAPPORT ACTIVITE Fondation ABS 2011

Place du Vallon 4 – 1005 Lausanne – CH Tél. 021 311 11 15 Fax 021 311 11 18 abs@fondationabs.ch www.fondationabs.ch

1

TABLE DES MATIÈRES 1. LES MEMBRES DU CONSEIL DE FONDATION EN 2011 ................ 3 2. BILLET DE LA DIRECTION ................................................................. 4
2.1. 2.2. 2.3. 2.4. 2.5. 2.6. 2.7. ENQUÊTE DISTRIBUS.................................................................................................................................................. 4 DÉVELOPPEMENT DES PRESTATIONS DU PASSAGE ............................................................................................ 6 COLLABORATIONS ET RÉSEAU ................................................................................................................................. 6 STAGES ........................................................................................................................................................................... 8 LE PASSAGE .................................................................................................................................................................. 8 LE DISTRIBUS ............................................................................................................................................................... 9 CONCLUSION.............................................................................................................................................................. 10

3. LE PERSONNEL DE LA FONDATION .............................................. 11 4. LE PASSAGE ..................................................................................... 13
4.1. 4.2. 4.3. 4.4. 4.5. 4.6. 4.7. 5.1. 5.2. 5.3. 5.4. 5.5. FRÉQUENTATION...................................................................................................................................................... 13 NOUVELLES DEMANDES D’ACCUEIL..................................................................................................................... 14 LES PRESTATIONS ALIMENTAIRES ....................................................................................................................... 15 LES PRESTATIONS LIÉES À L’HYGIÈNE CORPORELLE ....................................................................................... 16 LES PRESTATIONS SANITAIRES ............................................................................................................................. 17 LES PRESTATIONS SOCIALES.................................................................................................................................. 18 LES ACTIVITÉS OCCUPATIONNELLES ................................................................................................................... 18

5. LE DISTRIBUS .................................................................................... 19
LA FRÉQUENTATION ................................................................................................................................................ 19 LA FRÉQUENTATION SELON LES CLASSES D’ÂGE .............................................................................................. 20 CONTACTS/ÂGE/GENRE : ...................................................................................................................................... 21 CONTACTS DISTRIBUS FRÉQUENTANT LE PASSAGE ........................................................................................ 21 PRESTATIONS AUTRES QUE CELLES LIÉES À LA REMISE DE MATÉRIEL LIÉ À LA CONSOMMATION DE DROGUES .................................................................................................................................................................................... 22

6. DISTRIBUTION, ÉCHANGES ET VENTES DE MATÉRIEL LIÉ À LA CONSOMMATION .................................................................................. 23
6.1. 6.2. 6.3. 7.1. 7.2. 7.3. 7.4. MATÉRIEL STÉRILE REMIS ..................................................................................................................................... 23 MATÉRIEL D’INJECTION : REMISE ET RÉCUPÉRATION DU MATÉRIEL USAGÉ ............................................ 25 AUTRE MATÉRIEL DE CONSOMMATION .............................................................................................................. 27 FRÉQUENTATION...................................................................................................................................................... 28 L’ÉQUIPE D’ENCADREMENT DE LA TERRASSE .................................................................................................. 32 L’ACCUEIL................................................................................................................................................................... 32 CONCLUSION.............................................................................................................................................................. 32

7. LA TERRASSE ................................................................................... 28

8.

LES COMPTES 2011 ..................................................................... 34

9. REMERCIEMENTS ............................................................................. 35

2

1. Les membres du Conseil de Fondation en 2011
Président Philippe Bergier Trésorier Jacques Leresche Secrétaire Denis Pilloud Membres Marcel Cohen-Dumani Bernard Favrat Consultant sécurité Informatique Médecin et chercheur CHUV/PMU (démissionnaire en novembre 2011) Infirmier-chef, responsable du service de la formation continue de la Direction des Soins, CHUV (démissionnaire en juin 2011) Directeur adjoint de l’EESP Secrétaire politique Professeur, Directeur de la PMU MD-PhD, Médecin Associé, CHUV Infirmière retraitée Infirmière clinicienne La Calypso Directeur scolaire retraité (voix consultative) Gérant de fortune (voix consultative) Juriste

Serge Gallant

Gilles Lugrin Gilles Meystre Alain Pécoud Solange Peters Maryse Perret Danielle Romanens

3

2. Billet de la Direction
Résumer une année d’activité est souvent un exercice délicat tant le risque d’oublier certains éléments sont grands. Aussi, nous avons choisi de mettre en lumière les éléments les plus marquants de l’année 2011.

2.1.

Enquête Distribus

Dans le cadre de l’enquête nationale 2011 réalisée par l’Institut Universitaire de Médecine Sociale et Préventive de Lausanne (IUMSP) auprès des usagers des structures d’accueil à bas seuil, la Fondation ABS a demandé à cet institut de réaliser une enquête spécifique auprès d’un échantillonnage d’usagers du Distribus afin de mieux cerner le profil et le comportement des usagers qui le fréquentent. Nous tenons ici à le remercier chaleureusement d’avoir accepté ce mandat à titre gracieux. Nous remercions en particulier Mmes Françoise Dubois-Arber, Sophie Arnaud et Sonia Lucia, Mrs. Jean-Pierre Gervasoni et Cédric Gumy ainsi que les enquêteurs de terrain. Cette enquête a eu lieu entre juillet et août 2011. 44 personnes ont accepté de répondre aux questions des enquêteurs. Si ses résultats ne sont pas surprenants, ils jettent une lumière crue sur l’âge des premières consommations, sur le nombre de traitements suivis ainsi que sur les comportements en lien avec la consommation. Ages des premières consommation par produits : Héroïne 44 répondants Age moyen 1ère conso Age médian 1ère conso Min-max 12-36 Cocaïne 43 répondants Age moyen 1ère conso Age médian 1ère conso Min-max 12-30 Crack, free base 31 répondants Age moyen 1ère conso Age médian 1ère conso Min-max 15-37 Cannabis 43 répondants Age moyen 1ère conso Age médian 1ère conso Min-max 7-37 Cocktail, Speedball 39 répondants Age moyen 1ère conso Age médian 1ère conso Min-max 14-36

19.3 18

21.5 20.0

18.4 18.0

Benzodiazépines prescrites ou non 37 répondants Age moyen 1ère conso 22.1 Age médian 1ère conso 20.0 Min-max 10-40 Amphétamines et /ou XTC 35 répondants Age moyen 1ère conso 18.3 Age médian 1ère conso 18.0 Min-max 12-30 Alcool 37 répondants Age moyen 1ère conso Age médian 1ère conso Min-max 6-23

20.7 20.0

15.0 14.0

13.9 14.0

4

On constate que les premières consommations interviennent souvent très tôt dans la vie des usagers. On relève en particulier que l’âge médian concernant les premières consommations d’alcool et de cannabis est de 14 ans. Ces résultats confirment nos propres observations. Par contre, nous avons été surpris d’apprendre qu’au moins une personne avait consommé pour la première fois de l’alcool à l’âge de 6 ans et du cannabis à l’âge de 7 ans. L’autre surprise est de constater qu’une personne au moins avait consommé pour la première fois des benzodyazépines à l’âge de 10 ans. En fonction de ces résultats, la première question qui nous vient à l’esprit est de savoir comment ces personnes ont pu se procurer ces substances ! Ce qui est certain, c’est qu’elles n’ont pu le faire que grâce à la complicité et à l’inconscience de personnes plus âgées qu’elles. Traitements : A déjà suivi un traitement 44 répondants Oui 28 Non 11 Non réponses 5 Quel traitement ? Sevrage 24 répondants sur 44 Moyenne 6 fois Médiane 3 fois Min-max 1-30 fois Séjour résidentiel 22 répondants sur 44 Moyenne 3 fois Médiane 2 fois Min-max 1-15 fois Traitement de substitution 16 répondants Moyenne 2 fois Médiane 2 fois Min-max 1-4 fois

28 personnes ont suivi un traitement ambulatoire et/ou résidentiel (64% des répondants), dont 22 en résidentiel. Du fait que ces personnes fréquentent le Distribus, on pourrait en conclure hativement que les traitement proposés sont inefficaces car elles continuent de consommer des substances prohibées. Or, la réalité n’est pas aussi simple. Nous savons, grâce à la littérature, aux recherches et à nos observations, que l’abstinence définitive est un objectif difficilement atteignable pour un certain nombre de consommateurs et que pour la plupart, cet objectif ne sera atteint qu’après plusieurs tentatives. Ce constat nous conforte dans l’idée que la réduction des risques est une approche indispensable et complémentaire aux autres piliers de la politique suisse des drogues. Mis à part ses résultats évidents et prouvés par des recherches scientifiques (diminution des transmissions HIV et du nombre d’overdose), elle permet également de rester en lien avec des consommateurs qui n’ont pas encore réussi à atteintre l’objectif d’abstinence et de poursuivre un travail motivationnel afin qu’ils n’abandonnent pas définitivement cet objectif. Elle permet également de créer des liens avec les nouveaux consommateurs afin qu’ils préservent leur chance de rester dans un état de santé et d’insertion sociale le plus satisfaisant possible, conditions indispensables afin qu’ils trouvent en eux la force nécessaire pour sortir de la consommation.

5

2.2. Développement des prestations du Passage
Suite à l’adoption par le Conseil communal lausannois du rapport-préavis 2003 bis en juin dernier concernant le développement de la politique communale en matière de drogues qui proposait, entre autre, une rallonge budgétaire annuelle de Fr. 180'000.- pour la Fondation ABS, nous avons prolongé les horaires d’ouverture du Passage les week-ends à partir du 1er novembre en proposant les mêmes prestations que les jours de semaine. Le Passage est donc ouvert du lundi au dimanche de 9h30 à 16h00 sauf le mardi où nous ouvrons de 13h00 à 16h00, le mardi matin étant consacré au colloque hebdomadaire de l’équipe. Dans le même temps, nous avons renforcé notre offre de petits jobs et d’activités occupationnelles en faveur des usagers. Tous les lundis, mercredis et vendredis, nous offrons des petits jobs spéciaux qui concernent d’une part, l’entretien des locaux de la Fondation et d’autre part, des activités au service du quartier du Vallon dans le cadre d’aménagements du cadre de vie. Concrètement, nous procédons à un nettoyage régulier du quartier de tous les déchets y compris le nettoyage des espaces forestiers. Nous avons également mis en place un atelier audio-visuel tous les jeudis après-midi. De nouvelles offres de petits jobs devraient être proposées en 2012.

2.3.

Collaborations et réseau

Alcoologie et drogues illégales Nous avons été invités par la Fondation des Oliviers à participer au groupe de travail de mise en place d’un lieu d’accueil avec tolérance de la consommation d’alcool à Lausanne proposé en alternative au projet de bistrot social. Ce groupe de travail est composé de : • • • • • • Fondation vaudoise contre l’alcoolisme : M Th Chollet Service alcoologie (SA), CHUV : Prof J-B Daeppen Fondation Les Oliviers : M P Demaurex Unité toxicodépendances, DP/CHUV : Dr M Monnat Fondation ABS : M N Pythoud Cheffe de projet : Mme S Paroz

Ce projet, qui devrait voir le jour dans le courant 2012, est intéressant à double titre. Le premier intérêt est de rapprocher le domaine de l’alcoologie et celui des drogues illégales par la mise en place d’un espace d’accueil réunissant des compétences en alcoologie et en drogues illégales et ceci dans une perspective de réduction des risques liés à la consommation de produits psychotropes légaux et illégaux. Le second intérêt est qu’il s’inscrit dans une approche globale des problématiques de dépendance auprès des personnes les plus marginalisées. Réseau santé mentale et précarité Comme cela a déjà été mentionné dans les rapports d’activité précédents, nous sommes de plus en plus confrontés à des personnes présentant une commorbidité psychiatrique à leur problématique de dépendance. Ce constat n’est pas propre à la Fondation ABS, mais concerne bon nombre de structures lausannoises réunies au sein du DSB dans leurs activités d’accueil. Ces personnes posent régulièrement des problèmes de comportement au sein des structures, problèmes que nous pouvons partager au sein de ce groupe de réflexion afin d’améliorer leur accueil.

6

Psychiatrie Parallèlement, nous avons poursuivi notre collaboration avec l’équipe du SIM (Suivis intensifs dans le milieu), unité de psychiatrie mobile du département de psychiatrie du CHUV. Cette collaboration concerne des personnes suivies par l’équipe du SIM et qui fréquentent le Passage. Elle permet d’assurer un suivi de meilleure qualité des usagers et facilite leur prise en charge. DSB (Dispositif Seuil Bas lausannois) Nous avons participé aux 4 rencontres annuelles plénière du DSB, rencontres qui nous permettent de partager nos préoccupations dans l’accompagnement des personnes marginalisées, de nous coordonner et d’échanger nos observations concernant cette population. Nous avons également participé aux séance du DSB réduction des risques dont les objectifs sont similaires, mais plus axés sur les consommateur-trices de drogues. Plate-forme réduction des risques du GREA La plate-forme réduction des risques du GREA regroupe les institutions romandes actives dans ce domaine. Elle se réunit 4 fois par année et nous permet d’échanger nos expériences et pratiques professionnelles. Plate-forme des TSHM (Travail social hors-murs) du GREA La Fondation ABS a participé pour la première fois à cette plate-forme qui se réunit 4 fois par année. Elle travaille actuellement à l’élaboration d’un référentiel de compétences lié à ce type de travail social particulier. Programme de prévention des maladies transmissibles – échange de matériel stérile pour les personnes toxicodépendante Ce groupe de travail réunit toutes les structures cantonales pratiquant l’échange de matériel, ainsi qu’un représentant de la Pharmacie 24 et de la police. Il se réunit 2 fois par année sous l’égide de la santé publique vaudoise et est coordonné par Rel’ier. En 2011, nous avons abordé la problématique des personnes ayant une commorbidité psychiatrique et de la distribution de matériel stérile aux personnes mineures. Cette remise de matériel a fait l’objet d’un protocole, lequel a reçu l’aval du SSP et de l’Office des mineurs. Groupe de travail NightLife VD Ce groupe de travail est coordonné par Rel’ier et réunit différents acteurs de la prévention (alcool et drogues) et de la réduction des risques vaudois. Il a pour objectif de proposer un projet pilote de prévention et de réduction des risques en milieu festif. Ce projet est en passe d’être finalisé et sera présenté aux autorités pour son financement. Il devrait être mis en place dans le courant 2012 et la Fondation ABS y participera pour la partie qui concerne la réduction des risques.

7

Réseau de réduction des risques européen En octobre 2011 a eu lieu la première rencontre européenne de réduction des risques à Marseille. Son objectif était de formaliser un réseau européen de réduction des risques afin d’échanger sur nos propres pratiques nationales, de partager nos expériences et surtout de mieux défendre politiquement et au niveau européen la réduction des risques. Cette approche qui, pourtant, a fait largement ses preuves est de plus en plus remise en question par certains gouvernements et par des groupements politiques réfractaires à ce type de politique. En participant à cette première rencontre, la Fondation ABS a pris l’engagement d’adhérer à ce vaste réseau lorsqu’il sera formalisé juridiquement. Collaboration avec les HES santé-social et l’ESL La Fondation ABS a été sollicitée à plusieurs reprises pour présenter son travail au sein de ces écoles de formation. En outre, nous avons également été sollicités pour donner des cours sur la réduction des risques et sur le travail en réseaux. CABS (Centre d’accueil à bas seuil vaudois) Les directeurs des principaux centres d’accueil à bas seuil cantonaux (ACT Vevey, Zone Bleue Yverdon, Entrée de secours Morges) se sont réunis à plusieurs reprises cette année afin de définir et de proposer les contours d’une politique vaudoise de réduction des risques dans un document commun qui sera présenté aux autorités cantonales en 2012. Ce travail a permis de mettre en lumière des valeurs communes liées à la réduction des risques, mais également des différences de pratiques en fonction des particularismes régionaux. A moyen terme, ce regroupement pourrait se formaliser en se dotant d’une structure associative commune afin d’augmenter son poids de représentativité.

2.4. Stages
Depuis de nombreuses années, la Fondation ABS accueille des stagiaires, tant en travail social qu’en soins généraux. Nous sommes de plus en plus sollicités pour accueillir des stagiaires venant principalement de la France et de la Belgique francophone.

2.5. Le Passage
La fréquentation du Passage est restée stable cette année par rapport à 2010 avec 21164 contacts, ce qui représente une moyenne quotienne de 58 personnes. Malgré cette fréquentation importante, nous n’avons pas connu de problèmes de violence particuliers, à l’exception d’un usager qui s’en est pris aux vitres du Passage. Ce dernier a fait l’objet d’un dépôt de plainte. Si nous avons été à nouveau épargnés par des comportements violents, nous restons tout de même vigilants car la sécurité des usagers et du personnel de la Fondation reste une des préoccupations majeures du Conseil de Fondation et de la Direction. A noter que nous avons procédé à une analyse complète des risques afin de déterminer des procédures d’intervention en cas de violence. Elle s’inscrit dans les exigences QuaTheDA.

8

2.6. Le Distribus
Après un arrêt de l’augmentation en 2010, celle-ci est à nouveau en hausse et a atteint, cette année, 7.2%, soit 18081 contacts. En revanche, le nombre de contacts avec des usagers de moins de 20 ans a légérement diminué par rapport à 2010, passant de 846 contacts (5%) à 725 contacts (4%). Pour terminer ce tour d’horizon 2011, il nous semble important de préciser que les statistiques de fréquentation cachent des réalités de vie qui nous sont contées quotidiennement autour d’un café, d’un repas, lors d’un soin et/ou d’un échange de matériel lié à la consommation. Ce travail d’écoute est indispensable pour comprendre le vécu de chaque personne et d’orienter nos interventions en fonction des difficultés vécues et des besoins exprimés. Il nous permet également d’établir des liens de confiance avec les usagers indispensables pour les accompagner dans la gestion de leur consommation et de leur vie quotidienne. Ce travail d’écoute est donc au cœur de notre action auprès de la population fréquentant nos infrastructures, population qui suscite de plus en plus de méfiance, voire de rejet d’une partie des citoyens. Si les usagers de drogues en sont les premières victimes, ce rejet touche également les collaborateurs de la Fondation ABS. Il se concrétise parfois par des commentaires acerbes à leur encontre, en particulier lors des permanences du Distribus à la rue du Tunnel. Heureusement, ces faits sont exceptionnels. Toutefois, nous pouvons craindre que l’animosité dont nous sommes parfois victimes ne continue de croître ces prochaines années. Dans ce climat d’hostilité, nous nous devons d’être particulièrement vigilants pour assurer la sécurité des usagers et du personnel de la Fondation ABS. Si nous pouvons comprendre l’animosité qu’inspire le comportement de certains consommateurs de drogues dans l’espace public, il n’en demeure pas moins que la plupart d’entre-eux ont un comportement tout à fait adapté. Avec plus de 21'000 contacts au Passage en 2011, les incidents demeurent l’exception. En tout, 69 contacts (0.3%) ont été sanctionnées en 2011 au Passage pour des comportements contraires au règlement interne dont 39 pour des insultes et/ou menaces et 4 pour des bagarres. Les autres sanctions concernent des entorses mineures au règlement. De même, nous n’avons relevé que très peu de problèmes au Distribus alors que nous avons enregistré plus de 18'000 contacts durant l’année. Il est important de préciser que la plupart des comportements sanctionnés sont le fait de personnes présentant une commorbidité psychiatrique. En résumé, la Fondation ABS c’est annuellement au Passage : · · · · · · · Plus de 21’000 contacts Plus de 11'100 repas Plus de 2'600 contacts liés au matériel de consommation Plus de 23'000 seringues échangées et vendues Plus de 3'000 soins de premiers recours Plus de 12'300 interventions sociales Plus de 2'400 petits jobs

9

Et au Distribus : · · · · Plus de 18’000 contacts Un peu plus de 700 contacts avec des usagers de moins de 20 ans Plus de 90'000 seringues échangées et vendues Plus de 1’500 contacts pour des soins et des conseils

2.7. Conclusion
L’année 2011 s’inscrit dans la continuité des années précédentes en termes d’augmentation de la fréquentation et d’utilisation des prestations. Cette progression nous prouve que nous sommes en adéquation avec les besoins des usagers et démontre la qualité de l’accueil offerte qui leur est offert par nos collaborateur-trice-s. Je tiens ici à les remercier chaleureusement pour leur énorme investissement professionnel tout au long de l’année. Mais tout ceci ne saurait être possible sans le soutien des autorités lausannoises et en particulier celui du Service Social Lausannois (SSL), de ses directeurs successifs, M. Bourquin jusqu’en juin et de M. Tosato à partir de juillet, de son chef de service, M. Cornut et du Conseil communal qui a accepté de nous allouer les moyens financiers nécessaires à notre bon fonctionnement. Je remercie les autorités cantonales, en particulier le SSP, pour le soutien financier qu’elles apportent à la Fondation ABS en mettant à disposition gratuitement le matériel lié à la prévention des maladies transmissibles. Je remercie également les membres du Conseil de Fondation ABS pour leur engagement et leur travail bénévole au sein du Conseil, travail trop peu mis en valeur dans nos rapports d’activité. Ce travail de l’ombre est cependant indispensable au bon fonctionnement de la Fondation ABS. Pour terminer, je tiens à remercier toutes les personnes qui ont contribué de près ou de loin à la bonne marche de nos activités, que ce soit les professionnels des institutions du DSB, des autres institutions cantonales, de ProCert (certification QuaTheDA), du CHUV et en particulier la Drsse Martine Monnat, Médecin associé à l’Unité toxicodépendance du Département psychiatrie du CHUV, qui supervise les soins délégués que nous offrons aux usagers de la Fondation ABS. Nicolas Pythoud

10

3. Le personnel de la Fondation
Sans eux, rien est possible ! Et une nouvelle fois, ils ont relevé le défi de mener à bien les activités de terrain ! Chacun a donné le meilleur de lui-même pour gérer, administrer, statitiser, qualitatiser, accueillir, conseiller, orienter, soigner, écouter, nettoyer, cuisiner, réparer…. dans l’objectif commun d’offrir des prestations qualité aux usagers de la Fondation ABS. Un grand merci à eux ! Un merci particulier aux remplaçant-e-s et aux stagiaires qui ont su intégrer l’équipe rapidement et nous requestionner sur nos pratiques ! Et pour terminer, une mention particulière à Mme Martine Monnat (Médecin associé à l’Unité toxicodépendance du Département psychiatrie du CHUV) et M. Frédéric Neu (psychologue FSP) qui nous ont apporté leur supervision éclairée.

Mars

Janv

Août

Avril

Sept

Juin

Nov

Nom

Fonction

Nicolas Pythoud Daniel Béquet Antoine Ray Patrick Bergier Mathieu Rouèche Fernand Rodriguez Denis Buri Laurence Rouvière Julie Blain Antoine Cosandey Héloïse Mojon Pauline Bülher Adriana Ovalide Laureline Garcia Stéphane Moelo Karen de Trey Giada Brignoli Sébastien Roaux Virginie Berruex Virginie Foulon

Directeur Adjoint de direction Administration Administration Intervenant social / resp. QTDA Intervenant social Intervenant social Intervenante sociale Intervenante sociale Intervenant social Intervenante sociale Congé sabbatique Intervenante sociale (rempl.) Stagiaire / Intervenante sociale Intervenant sanitaire Intervenante sanitaire Intervenante sanitaire Intervenant sanitaire Intervenante sanitaire (rempl,) Intervenante sanitaire

X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X

X X X X X X X X X X X X X X X X X X X

X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X

11

Déc

Fév

Juil

Mai

Oct

Mars

Janv

Août

Avril

Sept

Juin

Nov

Nom

Fonction

Anne-Valérie Cornu Christine Chételat Nathanaël Chételat Dany Bousson Pierre Pittet Nicole Fisler Thibaud Perline Bertholet Catherine Jarlier Marion Panchoz Severin Verstrate Isabel Mafuta Toko Martine – Bukula Mateus Sebastiaõ Toko Dylan Carvalho de Sousa

Intervenante sanitaire (rempl.) Intervenante sanitaire (rempl.) Cuisinier Cuisinier Cuisinier (rempl.) Stagiaire Stagiaire Stagiaire Stagiaire UNISET terrasse UNISET terrasse Entretien Entretien Entretien (rempl.) Entretien (rempl.)

X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X

Supervision des soins délégués Dresse Martine Monnat, Médecin associé à l’Unité toxicodépendance du Département psychiatrie du CHUV. Supervision de l’équipe Frédéric Neu, Dip. Psych. – psychologue FSP

12

Déc

Fév

Juil

Mai

Oct

4. Le Passage
4.1. Fréquentation
Avec 21164 contacts en 2011 (58 contacts de plus qu’en 2010), la fréquentation du Passage s’est stabilisée après avoir connu des années de baisse successive. Ce sont donc 58 personnes qui ont été enregistrées quotidiennement, moyenne identique à l’année 2010. La proportion de femmes fréquentant le Passage a légèrement progressé pour s’établir à 15% des contacts annuels, soit 1% de plus qu’en 2010. Le nombre de contacts par mois varie relativement peu, même s’il est légèrement plus élevé au 2e semestre. La moyenne est de 1764 contacts par mois, avec un minimum en février (1559 contacts) et un maximum en novembre (2005 contacts).

Passage 2011 - accueil

Fréquentation moyenne quotidienne
80 70 60 50 40 30 20 10 0

Hommes Femmes

Graphique 1

Passage 2011 - accueil

Fréquentation selon genre
(total=21164)

3087; 15%

Homme Femmes

18077; 85%
Graphique 2

13

4.2. Nouvelles demandes d’accueil
Passage 2011 - accueil

Nouvelles personnes: décision après entretien
(total=235)

32; 14% Accepté 122; 52% 81; 34% Refusé En suspens

Graphique 3

Toute nouvelle personne se présentant au Passage doit se soumettre à un entretien individuel, entretien qui permettra à l’intervenant, d’une part, de se présenter, de présenter le Passage (prestations, fonctionnement, équipe, règlement et charte) et à la personne concernée, d’autre part, de se présenter et d’évoquer les raisons qui l’ont amené au Passage. En fonction de son profil et de ses besoins, il sera accepté au Passage ou non. En cas de refus, lelle sera orientée vers une structure mieux adaptée à son profil et à ses besoins.

Passage 2011 - accueil

Provenance des nouvelles personnes
(total=235) 24; 10% Ls 85; 36% 70; 30% Ls région VD Autre canton Autre pays 21; 9% 7; 3% 28; 12%
Graphique 4

Sans indic.

14

4.3. Les prestations alimentaires
Les repas Ce sont 11197 repas payants qui ont été servis, soit 933 repas par mois en moyenne. Le nombre de repas n’évolue que peu (2010 : 11’314 ; 2009 : 11’220), de même que la proportion de repas payés avec des bons (45%). A ce nombre, il faut ajouter 40 repas gratuits servis en moyenne chaque mardi, ce qui représente un peu plus de 2'000 repas annuels.

Passage 2011

Nombre de repas payant par mois
(total des repas = 11197, sans les mardis) 1200 1000 800 600 400 200 0

Hommes Femmes

Graphique 5

Les petits déjeuners Nous ne comptabilisons pas non plus les petits déjeuners offerts chaque matin, sauf les mardis. Nous estimons qu’une trentaine de personnes viennent prendre leur petit-déjeuner quotidiennement entre 9h30 et 11h30, soit environ 9'500 petit-déjeuners annuels. Les collations Nous servons également des collations salées et sucrées l’après-midi, ceci grâce à la boulangerie Mojonnier qui nous donne chaque jour les invendus de la veille et ceci depuis plusieurs années.

15

4.4. Les prestations liées à l’hygiène corporelle
Les douches Le nombre de douches prises annuellement au Passage est resté stable en 2011 pour s’établir à 1117 douches (1121 en en 2010).

Graphique 6

Autres prestations lié à l’hygiène

Graphique 7

16

Le vestiaire 226 personnes différentes ont bénéficié d’habits de seconde main en 2011 pour un total de 898 contacts, soit 29 personnes de plus qu’en 2010. Comme les années précédentes, nous constatons que proportionnellement, les femmes utilisent plus cette prestation.

Graphique 8

4.5. Les prestations sanitaires
Les personnes fréquentant le Passage peuvent bénéficier quotidiennement de soins de premiers recours assumés par le personnel infirmier. Ces soins sont placés sous la supervision de la Dresse Martine Monnat, déléguée gracieusement par l’Unité toxicodépendance du Département psychiatrie du CHUV. Les soins de premier recours ont augmenté de 40% par rapport à 2010, ce qui représente un total de 3038 soins contre 2179 soins en 2010.

Graphique 9

17

4.6. Les prestations sociales
Nous avons réparti les prestations sociales en 6 catégories : écoute, discussions ; téléphones administratifs et familiaux ; entretiens de soutien ; entretiens d’information ; entretiens d’orientation et soutiens administratifs. En 2011 et à l’image des prestations sanitaires, le nombre d’interventions sociales a augmenté de 40% par rapport à 2010 pour atteindre 12355 prestations contre 8615 en 2010.

Graphique 10

4.7. Les activités occupationnelles
Un peu plus de 320 personnes différentes ont bénéficié des 2408 petits jobs proposés aux usagers du Passage en 2011.

Passage 2011

Petits jobs
(total annuel 2408) 250 200 150 100 50 0 228 197 178 201 199 195 199 204 201 196 204 206

Graphique 12

18

5. Le Distribus
5.1. La fréquentation
Avec 18081 contacts, soit une augmentation de 7.2% par rapport à 2010 (16852 contacts), nous avons atteint un nouveau record de fréquentation du Distribus. La fréquentation mensuelle moyenne est de 1507 contacts, avec un minimum de 1027 en décembre et un maximum de 1796 en août. Globalement, les mois chauds (avril-septembre) connaissant une plus forte fréquentation. Avec 311 jours d’ouverture, cela donne une moyenne de 58 contacts par jour. Toutefois, cette moyenne ne doit pas occulter le fait que le nombre de contacts quotidiens fluctue beaucoup : les 19 et 20 décembre, seules 8 personnes ont fréquenté le Distribus, alors qu’elles étaient 100 le 10 septembre. La proportion hommes (79%) / femmes (21%) reste stable par rapport à 2010 (80% / 20%).

Distribus 2011

Fréquentation
(total H=14213 F=3868 total=18081) 2000 1500 1000 500 0 Hommes Femmes

Graphique 13

Distribus 2011

Fréquentation selon genre
(total=18081) 3868; 21%

Hommes Femmes

14213; 79%
Graphique 14

19

5.2. La fréquentation selon les classes d’âge Distribus 2011

Contacts selon classes d'âge
40-44 ans; 4059; 22.4% 45-49 ans; 1792; 9.9% 50-54 ans; 232; 1.3%

35-39 ans; 3657; 20.2%

55 ans et plus; 71; 0.4% indéterminé; 13; 0.1% moins de 20 ans; 725; 4.0%

30-34 ans; 3223; 17.8%

20-24 ans; 2158; 11.9% 25-29 ans; 2151; 11.9%
Graphique 15

Jeunes adultes Après une progression marquée les années précédentes des personnes de moins de 20 ans, l’année 2011 se caractérise par une baisse sensible de la fréquentation de cette catégorie. Alors qu’elle avait atteint 5% des contacts en 2010, ce pourcentage est redescendu à 4%. La fréquentation des jeunes de 20 à 24 ans est, par contre, en légère progression de 11% à 12%. Ces deux classes cumulées représentent le 16% des contacts, pourcentage identique à celui de 2010. Adultes La grande majorité des usagers du Distribus ont entre 30 et 44 ans. Avec 4059 contacts, la classe des 40-44 ans reste la plus représentée. Seniors Les contacts avec des usagers de plus de 45 ans a légérement progressé passant de 1846 contacts en 2010 pour atteindre 2095 contacts en 2011.

20

5.3. Contacts/âge/genre :
Les femmes sont nettement minoritaires dans toutes les classes d’âges. Toutefois, la proportion de femmes varie fortement d’une classe à l’autre avec une forte représentation (37%) chez les moins de 20 ans et une faible représentation (16%) dans la catégorie 35 – 39 ans. Ces pourcentages par catégories d’âge ont passablement varié par rapport à 2010, sans que nous soyons en mesure de l’expliquer.

Distribus 2011

Contacts selon classes d'âge et genre (en pourcentage)
94% 100% 77% 80% 80% 84% 76% 78% 80% 63% 65% 62% 60% 38% 37% 35% 23% 40% 20% 20% 16% 24% 22% 6% 20% 0%

Hommes Femmes

Graphique 16

5.4. Contacts Distribus fréquentant le Passage
Le nombre de personnes fréquentant à la fois le Distribus et le Passage est en progression de 4% par rapport à 2010, soit de 31 à 35%. Ce constat est plutôt réjouissant dans le sens où il montre que le Distribus joue son rôle de porte d’entrée au Passage.

Distribus 2011

Pourcentage des contacts fréquentant le Passage
50% 40% 30% 20% 10% 0%

Graphique 17

21

5.5. Prestations autres que celles liées à la remise de matériel lié à la consommation de drogues
Conseils et soins Avec 1557 interventions (912 en 2010), les prestations de soins et de conseils ont augmenté de 170%. Toutefois, la proportion entre les différentes prestations ont peu varié par rapport à 2010.

Distribus 2011

Conseils et soins
178; 11% 253; 16% Conseils à l'hygiène 242; 16% 331; 21% Conseils santé Soins orientation passage Orientation réseau 553; 36%
Graphique 17

Prévention des IST Les demandes de préservatifs sans autres prestations ont encore fortement diminué en 2010, confirmant les observations faites les années précédentes. Cette nette diminution s’explique par la présence du bus de prévention de l’association Fleur de Pavé à la place du Tunnel depuis août. Les travailleuses du sexe ont donc été systématiquement orientées vers cette structure afin de recevoir des préservatifs et de favoriser ainsi la prise de contact afin qu’elles puissent bénéficier de conseils spécialisés.

Distribus 2011

Demande de préservatifs sans autre prestation
(total: contacts =785 préservatifs=7137)

300 200 100 0

3000 2500 2000 1500 1000 500 0

contacts préservatifs

Graphique 18

22

6. Distribution, échanges et ventes de matériel lié à la consommation
Comme nous l’avons mentionné à la table des matières, nous avons voulu permettre au lecteur une meilleure vision globale des statistiques liées à la consommation de drogues. Le choix d’associer les statistiques du Passage et du Distribus permet de mieux percevoir les différences et/ou similitudes de profil de la population touchée par les deux structures. Les graphiques concernant le Passage sont toujours situés au-dessus de ceux du Distribus.

6.1. Matériel stérile remis Passage 2011 -Matériel d'injection

Matériel stérile remis par mois
(total 2011: BF=9392 OF=13571 Contacts=2601) 3500 3000 2500 2000 1500 1000 500 0 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Moyenne 2011 300 250 200 150 100 50 0

seringues oranges seringues brunes contacts

Graphique 19

Avec 22963 seringues, la remise de matériel stérile au Passage a connu une progression de 7.8% par rapport à 2010 (21289) mais sans atteindre le nombre de 2009 (~24000) La vente de seringues concerne 10% des seringues remises (2010 : 8%). La moyenne mensuelle est de 1914 pièces, mais les variations d’un mois à l’autre sont importantes (liées aux échanges de grandes quantités), allant de 1384 à 2561, sans laisser supposer d’effet saisonnier. Cette courbe présentant des écarts importants par rapport à la courbe des contacts, il n’est pas surprenant de constater des variations importantes du nombre de seringues remises par contact, entre 6.3 en janvier et 10.8 en mai, la moyenne annuelle étant de 8.8 seringues par contact, en légère hausse après avoir connu une baisse progressive de plusieurs années. (7.2 en 2010, 9 en 2008/2009, 12 en 2007). La différence entre hommes et femmes progresse encore, avec une moyenne de 7.7 seringues/homme et 15.3 seringues/femme (2010 : respectivement 6.7 et 13.4 ; 2009 : 9.3 et 13.2).

23

Distribus 2011

Matériel stérile remis par mois
(total : BF=40018 OF=50633 Contacts=18081) 10000 8000 6000 4000 2000 0 2000 1500 1000 500 0 seringues oranges seringues brunes contacts

Graphique 20

L’augmentation du matériel d’injection remis au Distribus est spectaculaire : 33% de remises en plus, soit 90’651 seringues contre 68’368 une année auparavant (2009 : 77’933). En moyenne, ce sont 7’554 seringues qui ont été remises par mois, avec un minimum en février (6’230) et un maximum en juillet (9’410) (N.B. Le minimum mensuel de 2011 est proche du maximum mensuel de 2010 : 6’400). Relativement stable en début d’année, le nombre de seringues remises a connu un bond de 2’000 unités en juillet, puis une baisse progressive toute relative puisqu’il est toujours supérieur ou proche de la moyenne jusqu’en décembre, et ce malgré la baisse du nombre de contacts enregistrée en novembre et décembre. Cette évolution au cours de l’année se retrouve dans le nombre de seringues remises par contact, dont la moyenne annuelle est de 5 (en progrès par rapport à 2010 :4): stable pendant les 6 premiers mois, il augmente de façon marquée à partir de juillet, et atteint un pic en décembre (plus de 7 seringues par contact alors que les 6 premiers mois varient entre 4.5 et 5). Bien qu’il existe une différence entre les sexes, elle est beaucoup moins marquée qu’au Passage, avec 4.8 seringues par homme et 6 seringues par femme.

24

6.2. Matériel d’injection : remise et récupération du matériel usagé Passage 2011 -Matériel d'injection

Matériel remis/récupéré par mois
3500 3000 2500 2000 1500 1000 500 0
Matériel stérile remis Matériel stérile récupéré

Graphique 21

Passage 2011- Matériel d'injection

Matériel remis/récupéré
(total 2011: remis=22693 récupéré=23146 taux=100.8%) 25000 20000 15000 10000 5000 0
Graphique 22

22963

23146
Matériel stérile remis Matériel stérile récupéré

Avec 23146 seringues récupérées (2010 : 21500 ; 2009 : 25200), le taux de récupération du Passage s’élève à 100.8%. Si ce taux est stable par rapport à 2010, il convient de rappeler qu’il était sensiblement plus élevé il y a quelques années (105% en 2009…120% en 2007). La moyenne mensuelle est de 1929 seringues récupérées, avec un minimum de 1326 et un maximum de 2911, soit une variation très importante (due en particulier à la récupération sans échange de grands nombre de seringues en mai, septembre et novembre. Quant au nombre de 8.9 seringues récupérées par contact, il présente sans surprise de très fortes variations mensuelles, de 6 à 12 seringues remises par contact (voir remarque paragraphe précédent) et reste bas par rapport à il y a trois ou quatre ans, bien qu’en progression depuis 2010.

25

La différence entre hommes et femmes, déjà relevée les années précédentes, persiste : 7.8 seringues récupérées par contact auprès des hommes contre 15.3 auprès des femmes (2010 : 6.7 et 13.6).

Distribus 2011

Matériel remis/récupéré par mois
(total : mat. remis=90651 ; mat. récupéré=74320) 10000 8000 6000 4000 2000 0 matériel stérile remis matériel stérile récupéré

Graphique 23

Distribus 2011

Matériel remis/récupéré
(total : remis=90651 récupéré=74320taux=82%) 100000 80000 60000 40000 20000 0
Graphique 24

Matériel stérile remis Matériel stérile récupéré

Le matériel récupéré au Distribus connait aussi une nette progression, passant de 60’000 seringues en 2010 à 74’320 en 2011. Les variations mensuelles sont les mêmes que pour le matériel remis, et supposent les mêmes remarques et réflexions. (moyenne de 6’193 seringues récupérées par mois, minimum en mars avec 4’969, maximum en juillet avec 7’924). Cependant, l’augmentation de 23% étant inférieure à celle du matériel remis, le taux de récupération suit une évolution inverse : 82% contre 88% en 2010. La moyenne des seringues récupérées par contact est de 4.1, le minimum de 3.3 (juin) et le maximum de 6.1 (décembre), en progression ‘ par rapport à 2010 : 3.5 seringues récupérées

26

par contact. La différence entre hommes et femmes, si elle existe, est bien plus modérée qu’au Passage : 3.8 seringues récupérées auprès des hommes, 5.1 auprès des femmes. 75 contacts ont ramené du matériel usagé sans bénéficier d’autres prestations.

6.3. Autre matériel de consommation
Ascorbine© L’Ascorbine© sert à la dilution de l’héroïne, ce qui signifie que les personnes demandant ce produit prévoient de consomer de l’héroïne par voie intraveineuse. L’utilisation d’Ascorbine© évolue peu : 53% des contacts du Passage en font usage (2010 : 52%), un peu plus qu’au Distribus (47%, idem 2010). Les variations mensuelles restent trop faibles pour qu’une tendance saisonnière s’en dégage : pourcentage légèrement plus élevé en début d’année au Passage, en début et fin d’année au Distribus. La différence entre hommes et femmes (respectivement 42% et 55% au Passage, 49 et 39% au Distribus) attire l’attention. Bicarbonate Le bicarbonate s’utilise pour la préparation du crack en lieu et place de l’ammoniaque, mais représente nettement moins de danger pour l’appareil respiratoire. La remise de bicarbonate, pour marginale qu’elle paraisse, connait une progression constante tant au Passage qu’au Distribus. Au Passage, ce sont 108 contacts qui en ont bénéficié, soit 4% de l’ensemble des contacts (2010 : 3% ; 2009 : 4%), et 76 contacts par mois, 911 en tout au Distribus (dont 101 exclusif bica), soit 5% contre 1% en 2009 et 2% en 2010. Cette augmentation constante mérite d’être relevée. Aluminium L’aluminium est utilisé pour la consommation de drogues par inhalation. La mise à disposition de ce produit poursuit un double objectif. D’une part, l’aluminium que nous remettons est bien souvent de meilleure qualité que celui utilisé dans la rue, donc présentant moins de risque d’inhalation toxique et d’autre part, d’inciter les consommateurs injecteurs à modifier leur mode de consommation, l’inhalation comportant moins de risques pour la santé. 515 contacts du Passage, environ 20% du total, ont demandé de l’aluminium (2010 : 25% ; 2009 : 15%). Au Distribus, ce sont 4567 contacts qui ont eu recours à cette prestation, 25% de l’ensemble (2010 : 20% ; 2009 : 10%), dont 3007 exclusifs alu (17% des contacts, 2010 : 16%). Dans l’ensemble, la demande d’aluminium semble donc bien progresser. Sniff Les 5 kits d’inhalation remis au Passage et la progression de 100 kits en 2010 à 134 en 2011 au Distribus semblent anecdotiques : un bout de papier suffit à faire une paille… pourtant, le non recours à cette prestation nous rappelle que de très nombreux usagers (et sans doute plus encore des consommateurs non-usagers) ignorent les risques du partage de paille. C’est donc dans un objectif d’information concernant ces risques que nous remettons ce type de matériel.

27

7. La Terrasse
7.1. Fréquentation
Après une pause d’une année liée au risque de pandémie de la grippe H1N1, la Terrasse a rouvert ses portes du 3 janvier au 31 mars 2011 pour la cinquième année. Les horaires d’ouverture ont été identiques aux quatre éditions précédentes, soit du lundi au vendredi de 13h00 à 19h00 et le samedi de 13h00 à 18h00. En chiffres, La Terrasse a été ouverte 76 jours durant cette période avec une moyenne quotidienne de 15,9 contacts/jour. Globalement, elle a enregistré 1'204 contacts au cours des trois mois d’ouverture et a accueilli 117 personnes différentes. Ces personnes étaient, pour la plupart, des usager-ère-s du Passage. Une douzaine de personnes migrantes ainsi que deux usagers habituels de la Riponne ne fréquentant pas le Passage ont complété cet effectif.

Fondation ABS : La Terrasse 2011

Fréquentation mensuelle et moyenne quotidienne par contacts et genres
450 400 350 300 250 200 150 100 50 0 414 380 410 367 344 335 janv.11 févr.11 70 45 43 Total H F
Graphique 25

16.6 15.8 15.2 Moyenne quotidienne

mars.11

Fondation ABS : La Terrasse 2011

Fréquentation : Personnes différentes par genres
23; 20%

H F 94; 80%

28

Graphique 26

La majorité de ces personnes proviennent de Lausanne (72%) et dans une plus petite proportion de Lausanne Région (14%).

Fondation ABS : La Terrasse 2011

Fréquentation : Provenance des personnes
1; 1% 8; 7% 17; 14% 5; 4% 2; 2% Lausanne Lausanne Région Canton de VD Neuchâtel 84; 72% Autre pays Sans indication

Graphique 27

Il n’existe pas de différence significative de provenance entre les hommes et les femmes.

Fondation ABS : La Terrasse 2011

Fréquentation : Provenance hommes
5; 5% 6; 7% Lausanne 13; 14% Lausanne Région Canton de VD 67; 72% Autre pays Sans indication 2; 2%

Graphique 28

29

Fondation ABS : La Terrasse 2011
1; 5%

Fréquentation : Provenance femmes
0; 0% 2; 9% 0; 0% 0; 0% Lausanne Lausanne Région Canton de VD 4; 18% 15; 68% Neuchâtel Autre canton Autre pays Sans indication

Graphique 29

L’âge moyen des personnes ayant fréquenté la Terrasse est de 37 ans. Nous relevons une légère différence d’âge moyen entre les hommes et les femmes, ces dernières étant en moyenne plus jeunes de 2,3 ans que les hommes.

Fondation ABS : La Terrasse 2011

Fréquentation : Age moyen par genres
38 37.5 37 36.5 36 35.5 35 34.5 34 Hommes Femmes
Graphique 30

37.5 37.2

Hommes Femmes 35.2 H+F

H+F

En conclusion de ce chapitre, nous relevons une importante diminution de la fréquentation de la Terrasse par rapport aux années précédentes pour retrouver un niveau de fréquentation comparable à la première année d’ouverture. Pour expliquer cette baisse, nous pouvons émettre les hypothèses suivantes :

30

·

· ·

La publicité auprès des usagers fréquentant la place de la Riponne ainsi que l’esplanade Riponne 10 n’a pas été suffisante. En effet, l’équipe de l’UNISET, qui assurait la promotion de la Terrasse auprès des usager-ère-s les années précédentes, n’a pas pu le faire cette année d’une manière satisfaisante suite à un manque d’effectifs (absences maladies et vacances en décembre). La décision d’ouvrir la Terrasse a été prise relativement tard. Cela a donc laissé peu de temps pour la distribution des flyers dans les différentes structures du réseau. La Terrasse n’a pas été ouverte l’année précédente pour la raison déjà évoquée précédemment. Cette coupure a certainement joué un rôle important dans la fréquentation réduite de cette année.

Fondation ABS : La Terrasse

Evolution de la fréquentation moyenne quotidienne 2005 - 2011
30 25 20 15 10 5 0 2005 - 2006 2006 - 2007 2007 -2008
Graphique 7

26.3 18.8 15.7 21.8 15.9

2008 - 2009

2011

31

7.2. L’équipe d’encadrement de la Terrasse
La gestion de la Terrasse s’est faite, comme lors de la saison 2008-2009, en collaboration entre les intervenant-e-s de la Fondation ABS et les collaborateur-trice-s de l’UNISET. Cette collaboration fut extrêmement riche et nous en tirons un bilan plus que positif. UNISET Marion Panchaud, éductrice sociale M. Séverin Verstraete, collaborateur social Fondation ABS Julie Blain, collaboratrice sociale Pauline Bülher, assistante sociale Denis Burri, collaborateur social Antoine Cosandey, collaborateur social et webmaster Héloïse Mojon, éducatrice sociale Fernand Rodrigues, collaborateur social Matthieu Rouèche, collaborateur social et responsable qualité Laurence Rouvière, collaboratrice sociale Daniel Béquet, adjoint à la Direction et infirmier Giada Brignoli, infirmière Karen de Trey, infirmière Stéphane Moelo, infirmier Sébastien Raoux, infirmier

7.3. L’accueil
Comme les années précédentes, nous avons observé une consommation d’alcool modérée à la Terrasse, les usager-ère-s ayant bien identifié cette espace d’accueil comme n’étant pas un lieu de « foire » où l’on peut se soûler au chaud. Dans ce sens, ils ont bien intégré et respecté le règlement et la charte de la Terrasse ainsi que les consignes données par le personnel d’encadrement. Ce dernier n’a dû prononcer que quatre exclusions d’un jour auprès de quatre usagers différents durant ces trois mois et ceci suite à des petits débordements mineurs de comportement. Nous relevons également avec satisfaction que la cohabitation entre les usager-ère-s s’est bien déroulée et ceci malgré le confinement des lieux. Si ce dernier peut, parfois, engendrer quelques tensions liées à la cohabitation, il a surtout permis d’initier des discussions et des échanges riches entre les usager-ère-s ainsi que de créer des liens de qualité entre ces dernier-ère-s et les intervenant-e-s. A la lecture du journal de bord tenu par les intervenant-e-s, nous constatons que la plupart des permanences se sont déroulées dans une atmosphère calme et agréable. Cela s’explique par une présence des usagers échelonnée sur les heures d’ouverture. En effet, le nombre d’usagers présents simultanément n’a que rarement dépassé quinze personnes.

7.4. Conclusion

32

Pour sa 5ème année d’ouverture, la Terrasse a démontré une nouvelle fois sa complémentarité avec le Passage en tant qu’espace d’accueil à bas seuil avec tolérance de la consommation d’alcool ouvert à tous.

33

8. Les comptes 2011

34

9. Remerciements
Aux Autorités municipales et communales qui nous octroient la totalité de nos budgets de fonctionnement. Aux Autorités cantonales pour leur soutien financier au Programme cantonal « matériel stérile ». Aux usager(e)s du Passage et du Distribus qui nous accordent quotidiennement leur confiance. Aux voisins directs du Passage qui, jour après jour, font preuve de tolérance vis-à-vis des personnes que nous accueillons. Aux passants anonymes qui nous encouragent et nous remercient. Aux membres du Conseil de Fondation ABS pour leur engagement actif et bénévole. A l’ensemble des collaborateurs de la Fondation ABS. Aux donateurs pour leur générosité, en particulier la boulangerie Mojonnier, Terre des Hommes, Textura et la Boutique Cyrillus. A la CARL (Centrale alimentaire de la région lausannoise) qui nous fourni gratuitement les produits alimentaires de base ainsi que des produits d’hygiène. A B.B.R. cycles, qui nous fournit gracieusement des chambres à air de vélo servant à la fabrication de garrot. A M. Patrick Bergier pour la réalisation des graphiques et commentaires contenus dans ce rapport d’activité.

Aux institutions qui soutiennent la Fondation ABS et en particulier : La Loterie Romande La Policlinique Médicale Universitaire Le Centre St Martin. L’équipe du SIM Le groupe de quartier du Vallon La Fondation du Relais Et toutes celles avec lesquelles nous collaborons ponctuellement.

Un grand merci pour votre soutien et votre confiance !

35