You are on page 1of 48

2011

Rapport de gestion

Sommaire
Editorial de Michel Farine, Président du Comité de Direction Editorial de Christian Séchaud, Commandant Nouv eau bus de Prév ention

5

6 9

A doption du règlement de police intercommunal 10 A cquisition du radar Trucam 13

A ctiv ité du Comité de Direction et du Conseil intercommunal 14-16 Cours de formation, LOPV Rencontres et partenariats Campagnes de prév ention 18-19 20 21

Communication interne et externe 24 Projet de médiation institutionnelle et ressources humaines 25 Problématique des v ols A perçu év énementiel Promotions, assermentation A ctiv ités des répondants communaux, politique et technique Campagne v iolence contre les policiers Perspectiv es d’av enir Statistiques 27 28-29 30-31

32-33

34 36 38-46

3

Conseil intercommunal

Commission de gestion

Comité de Direction

Ressources humaines Commandant Finances & Formation Adjoint du Commandant Secrétaires

Informatique

3 apprentis employés de commerce

Psychologue

Police

Partenariats & Logistique

Police administrative

Postes de ville 14 policiers 8 réceptionnistes

Prévention et Partenariats 5 policiers

Secrétariat + Commission de police 4 collaborateurs

Secrétaire

Police mobile 48 policiers

Logistique / intendant 1 collaborateur

Police du commerce 3 collaborateurs

Correcteurs + planif. 2 policiers

Surveillance trafic 3 policiers Naturalisations 2 collaborateurs

3 aspirants 1 formateur à Savatan

Notifications 2 collaborateurs

Signalisation + chantiers 4 collaborateurs

Assistants de police 10 collaborateurs

4

Editorial de Michel Farine, Président du Comité de Direction
Monsieur Le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers intercommunaux, Chers lecteurs, A u niv eau politique, l’année 2011 a été riche en activ ités. Dès le 1er juillet, la mise en place des nouv elles autorités communales a eu ses effets au niv eau du CODIR qui a vu sa composition sensiblement métamorphosée. Le Président ainsi que trois autres membres issus des Municipalités ont été remplacés. Dès lors, le défi majeur a résidé dans l’intégration de cette nouv elle équipe formant l’exécutif de l’A ssociation. Sur le plan organisationnel, 2011 a permis d’intégrer l’ensemble des procédures liées à la nouv elle procédure pénale fédérale, tant dans le quotidien des policiers que dans celui des autres collaborateurs. Mais, en plus, les brigades d’interv ention sont désormais formées et totalement opérationnelles. Les postes de v ille ont rev êtu leur costume de police de proximité et la section Prév ention & Partenariats s’est dotée d’un nouv eau v éhicule affecté aux contacts auprès de la population. Quant à la Police administrativ e et aux différents organes administratifs, ils ont atteint leur v itesse de croisière. 2011 a également v u naître le nouv eau règlement de police de l’A ssociation des communes de l’Ouest lausannois. Il est entré en v igueur en juillet et simplifie dorénav ant le trav ail des policiers, qui en cas d’interv ention n’ont plus à se soucier sur quelle commune ils opèrent pour faire régner l’ordre. A u chapitre des finances, il est réjouissant de relev er que l’exercice 2011 fait apparaître un excédent de rev enus ainsi qu’une moins-v alue de dépenses. Ce résultat démontre une totale et parfaite maîtrise des coûts de l’entité. L’année 2012, quant à elle, sera riche en nouv eaux défis. On mentionnera notamment l’entrée en v igueur de la nouv elle loi sur l’organisation policière v audoise (LOPV) qui v a engendrer de nouv elles activ ités, ainsi que la préparation du déménagement pour un regroupement de la structure sur un seul site, à Prilly , et qui sera pour une période momentanée consommateur de ressources. Je ne peux terminer cet éditorial sans adresser, au nom du CODIR, nos sincères remerciements à toutes les collaboratrices et tous les collaborateurs de la POL pour l’excellent trav ail fourni tout au long de cette année. Sans leur professionnalisme et leur efficacité, la sécurité dans notre district ne serait plus à la hauteur des attentes de notre population. Michel Farine

5

Editorial de Christian Séchaud, Commandant
2011 – Gérer le quotidien et se projeter dans le futur A u quotidien, la POL assume son rôle de gestionnaire des questions de sécurité publique av ec compétence et efficacité. A insi, les statistiques montrent une stabilisation du nombre d’interv entions au niv eau de 2010. Plus de 40% du trav ail des agents est constitué d’actions à caractère prév entif et 20% d’interv entions pour des inciv ilités ou des demandes d’assistance. Dans le domaine de la circulation, le nombre de blessés v ictimes d’accidents sur le territoire du district est le plus faible des quatre dernières années, constat réjouissant. La v raie question de sécurité publique qui pose problème est celle de l’appropriation illégale de biens. Elle reste très préoccupante, comme en 2010. A v ec ou sans v iolence, les vols nécessitent des actions constantes, tant prév entiv es que répressiv es. Et puis il y a l’irrespect à l’égard des policiers, qui se traduit par des actes de v iolence et des blessures en augmentation. Pour lutter contre ces dériv es, il importe que des sanctions adéquates puissent être infligées et que des réformes légales soient env isagées. A propos de réformes légales, il faut bien admettre que 2011 est aussi une année de succès. A insi, la nouv elle loi sur l’organisation policière a trouv é sa concrétisation en 2011, av ec une entrée en v igueur le 1er janv ier 2012. C’est l’aboutissement d’un processus d’élaboration législativ e auquel la POL a ardemment cru et participé. Reste maintenant à concrétiser sur le terrain et dans le quotidien ces changements, tâche à laquelle les collaborateurs de la POL se sont préparés. Se projeter dans le futur, c’est aussi une tâche du Comité de Direction et du Commandement de la POL. Et si le bus de prév ention, le nouv eau radar et le règlement de police intercommunal équipent désormais la POL, ils sont autant de concrétisation de cette capacité à se projeter dans le futur. Quant au regroupement des structures de la POL sur le site des Flumeaux à Prilly , il témoigne de la v olonté d’améliorer le serv ice offert à la population en repensant les modalités de celui-ci. Pour gérer le quotidien et se projeter dans le futur, des compétences humaines sont nécessaires. Que ce soit au sein du Conseil intercommunal, du Comité de Direction ou chez les collaborateurs de la POL, la v olonté de maintenir une qualité de v ie au profit de la population se traduit par un engagement et une cohésion forts. Qu’ils et elles en soient remerciés. Christian Séchaud

6

7

8

Nouveau bus de prévention
Jusqu'en 2011, les collaborateurs de la subdiv ision Prév ention & Partenariats (P&P) trav aillaient av ec un bus de police "standard" équipé de bandes orange, feux bleus, av ec un intérieur non aménagé. Hérité de l’ensemble des v éhicules mis à disposition lors de la création de la POL, ce v éhicule ne correspondait qu'en partie aux besoins des spécialistes de la prév ention. C'est pourquoi, il av ait été prév u de remplacer ce matériel en fonction du plan de renouv ellement des v éhicules. La subdiv ision P&P a procédé à une analy se de ses besoins spécifiques. Compte tenu de la part prépondérante de la prév ention sur le terrain, notamment du temps passé av ec les jeunes au trav ers de stands, de discussions, de participations à des manifestations, de cours dans les écoles, il est très v ite apparu qu'il fallait un v éhicule en adéquation av ec cette philosophie de trav ail. Le choix d’un bus qui offrait un maximum de flexibilité, de polyvalence et qui soit év olutif s’est imposé. Concernant son aspect extérieur, il fallait clairement que ressorte sa fonction prév entiv e tout en gardant un côté officiel. Un graphiste a été mandaté pour le résultat illustré en page 8. Quant aux activ ités des policiers, elles restent toujours dans la même ligne et en rapport av ec des sujets traités par la police. Le fourgon est aménagé av ec des sièges piv otants et une table permettant d'accueillir le public, une alimentation électrique pour l'emploi de moy ens didactiques. Pour la tenue de stands il est équipé de deux marquises. Un crochet permet d'atteler différentes remorques. Le nouv eau v éhicule a été présenté à la presse le jeudi 21 av ril 2011. D epuis lors, il a été utilisé à de nombreuses reprises lors de nos différentes actions de prév ention.

9

Adoption du règlement de police intercommunal
Le 23 mars 2011, les membres du Conseil intercommunal ont accepté un nouv eau règlement de police pour l'ensemble des communes du district, répondant à la motion déposée en ce sens en mai 2009. A près de nombreux trav aux de comparaisons afin de trouv er la meilleure formulation possible, après av oir éclairci les compétences qui doiv ent rester aux Municipalités et celles qui doiv ent être attribuées au Comité de Direction, une formulation précise a pu être finalisée. A u terme d'une procédure de consultation auprès des communes et de l'Etat afin de v érifier l'adéquation et la légalité des dispositions prév ues, la légalisation du texte par le Conseil intercommunal a permis son entrée en v igueur le 3 juin 2011. Ce règlement de police permet une simplification du trav ail des policiers, qui n'ont désormais plus besoin de parcourir les huit textes existant jusqu'à l'entrée en v igueur de ce règlement afin de trouv er le numéro d'article pertinent. Quelques dispositions communales existent encore dans les règlements de chacune des communes, notamment parce que l'A ssociation intercommunale Sécurité dans l'Ouest lausannois ne bénéficie pas de délégations de compétences, dans le domaine de la police du feu notamment. A dapté au nouv eau droit pénal fédéral, instaurant une commission de police professionnelle, permettant de réprimer la mendicité, d'encadrer la prostitution et de gérer le stationnement priv ilégié et la v idéosurv eillance, ce règlement a été très fav orablement accueilli par le public et n'a posé qu'un unique problème. La disposition concernant l'exploitation des terrasses d'établissements publics a ainsi dû faire l'objet de discussions complémentaires av ec les tenanciers. Ces discussions se sont rév élées fructueuses et débouchent sur un accord global dont l'effet se fera sentir en 2012.

10

11

12

Acquisition du radar Trucam
Première en Suisse romande, la POL s’est dotée d'un instrument de mesure de v itesse discret et de haute technologie, de conception américaine. Cet appareil nommé TruCam, dont les performances ont été contrôlées et v alidées cette année par l'instance fédérale de métrologie (META S), permet de se positionner à n'importe quel endroit, sur le bord de la route ou en surplomb, pour contrôler les v itesses des v éhicules à une distance maximale de 600 mètres, simplement par le biais d'un faisceau laser qui mesure en une fraction de seconde la v itesse des usagers. Une utilisation en mode automatique est également possible sur un trépied. Les données des v éhicules en infraction sont ensuite enregistrées sur une carte mémoire av ant d'être intégrées dans le programme informatique de gestion des infractions. En plus des photos, cet instrument permet aussi d'enregistrer de brèv es séquences v idéo. Le but de cette nouv elle acquisition est un meilleur positionnement en différents endroits, pour sanctionner les comportements nettement excessifs de certains conducteurs. Il est clairement apparu que les usagers de la route connaissent bien les v éhicules radar de la POL et les emplacements habituels de contrôle. Ils réduisent leur v itesse dès qu'ils les aperçoiv ent. Cette attitude démontre que l'effet prév entif du radar embarqué à bord d'un v éhicule n'atteint plus son objectif dans certaines situations. De plus, l'aménagement des routes, notamment dans les zones 30, ne permet pas toujours d'installer un v éhicule radar en bordure de chaussée. La mise en serv ice d’un tel appareil renforce le sentiment des u sagers de pouv oir être contrôlé n'importe où renforçant de surcroît l'effet prév entif. L’effet est donc atteint...

13

Composition de la législature 2011 - 2016

Comité de Direction
Jean-Claude Glardon Bussigny-près-Lausanne 3

Conseil intercommunal
Sophie Gosteli, Secrétaire (hors Conseil) Julien Glardon Paola Käslin Christian Wy ssa Bernard Rick li Daniel Rod Silv ano Campani Frédéric Delacrausaz Patrick Martin Christine Bolatdemirci Micheline Brülhart Pascal Conti Stéphane Masson Michele Perlini, Président Fabien Deillon Pascal Delessert Eric Henchoz Ihsan Kurt Dav id Stauffer Verena Berseth Roland Div orne Gérard Duperrex Gian-Luca Ferrini Nicolas Frey mond Rosana Joliat Herrera Mady Keita A lberto Mocchi Ranjini Siv anesa Madeleine Grzelak -Guidon, Vice-présidente Marcel-A ndré Panzera Cédric Romon Jean-Jacques Zumbrunnen

Daniel Matthey jusqu’au 30.06.11 Chavannes-près-Renens puis Isabelle Steiner Michelle Beaud jusqu’au 30.06.11 Crissier puis Pierre Mühlethaler Michel Farine, Président dès le 01.07.11 Ecublens

2 3

5

Etienne Lasserre, Président jusqu’au 30.06.11 Prilly puis Bertrand Henzelin

5

Oliv ier Golaz, Vice-président Renens

9

Yv an de Rham jusqu’au 30.06.11 St-Sulpice puis Jean-Paul Mey er Yolande Riche Villars-Ste-Croix

2

2

14

Activité du Comité de Direction
Quatre nouv eaux membres ont rejoint les rangs du Comité de Direction au terme des élections communales, ce qui correspond exactement à la moitié de la composition de l'exécutif de l'A ssociation. Ce changement n'a pas donné lieu à des boulev ersements, ni sur le plan de l'axe politique retenu, ni sur le plan de l'action policière menée au quotidien. Les quinze séances du Comité ont ainsi permis de prendre un total de 66 décisions nécessaires au fonctionnement de l'A ssociation. A insi, la politique de police communautaire reste au centre des préoccupations du Comité de Direction, politique axée sur la capacité à apporter une réponse rapide et adéquate lorsque la situation l'ex ige et sur une v olonté de résoudre les problèmes affectant la tranquillité publique au quotidien. En ce début de deuxième législature, le Comité de Direction a lancé une réflexion afin de se doter d'un plan pour les cinq années à v enir. Ce plan fixe huit objectifs principaux, déclinés dans un document spécifique. L'année 2011 restera marquée par le lancement de deux projets de relocalisation du centre administratif et opérationnel de l'A ssociation. Sous la présidence de M. Lasserre (Prilly ), durant la fin de la législature 2006-2011, le Comité a notamment décidé de mettre en œuv re un projet de déménagement du siège de l'A ssociation au chemin de Ruey re à Renens. Si ce projet a finalement échoué, il a permis d'acquérir les connaissances suffisantes à la mise en œuv re d'un second projet de déménagement. Dès le début de la nouv elle législature, le principe d'un nouv eau projet de déménagement a rapidement fait l'unanimité des membres, notamment parce qu'un projet avait déjà fait l'objet d'études préalables. Ce nouv eau projet, à la route des Flumeaux 41 à Prilly , a été adopté par le Comité de Direction en décembre 2011, sous la présidence de M. Farine, Président nouv ellement élu du Comité.

15

Activité du Conseil intercommunal
Durant les six premiers mois de l'année 2011, les membres du Conseil intercommunal se sont réunis à trois reprises. Dans le courant du mois de mars, ils ont adopté le nouv eau règlement de police intercommunal, élaboré par les serv ices de l'A ssociation sous la houlette du Comité de Direction. En mai, traditionnellement, les comptes et la gestion ont été adoptés, ainsi qu'une prolongation temporaire des autorisations de plaider et dépenser dans l'attente que le Conseil nouv ellement élu puisse reprendre ces dossiers. A u terme de la législature, une seule motion reste en suspens, portant sur la mise en œuv re d'un corpus encadrant sur le plan éthique le trav ail des collaborateurs de l'A ssociation. Composé de 31 délégués des communes, soit 4 de plus que durant la législature précédente en raison des augmentations de population enregistrées dans les communes de Crissier, Ecublens, Prilly et Renens, le Conseil intercommunal a fait l'objet d'un renouv ellement de sa composition très important, puisque seuls douze délégués y siégeaient déjà auparav ant. A ssermentés à Villars-Ste-Croix, les délégués au Conseil intercommunal élus pour la législature 2011-2016 se sont réunis une fois dans le courant de l'automne. Sous la direction de Michele Perlini, délégué de la commune d'Ecublens nouv ellement élu à la fonction de Président, ils ont v alidé le budget de l'A ssociation, de même que les autorisations de plaider, les compétences financières du Comité de Direction et la fixation du plafond d'endettement. Quant à l'ancien Président, Pascal Delessert de Prilly , il reste membre du Conseil intercommunal où il a retrouv é sa v oix en qualité de délégué de sa commune. Enfin, la secrétaire du Conseil intercommunal depuis la création de l'A ssociation a présenté sa démission. Mme Richard a reçu les remerciements du Conseil et du Comité de Direction av ant de transmettre les archiv es et l'ensemble des documents en sa possession à Mme Gosteli, nouv elle secrétaire du Conseil et assistante du Commandant au quotidien.

16

17

17

Cours de formation
En 2011, une formation spécifique pour les assistants de sécurité publique (anciennement appelés assistants de police) a été mise sur pied. Cette formation s'est déroulée en deux phases, à Sav atan pour une instruction de base, soit 260h de formation, puis à la police de Lausanne pour une formation spécifique durant laquelle 160 h d'instruction ont été dispensées. Les matières enseignées ont porté notamment sur le droit, la loi sur la circulation routière, la loi sur les amendes d'ordre, la loi sur les chiens, la psy chologie, l'éthique et la déontologie, le français et le rapport de police, la dacty lographie, les signes de circulation, la connaissance du district, les premiers secours et la sécurité personnelle. L’assistant de police Mario Bottali, seul collaborateur de la POL et seul représentant des polices communales hormis celle de Lausanne, a, au terme de cette formation, réussi brillamment ses examens finaux et obtenu son certificat de fin de formation. Quant aux collaborateurs de l'A ssociation, tous serv ices confondus, ils ont bénéficié de 4’100 h de formation, à quoi il faut ajouter les cours spécifiques liés à la LOPV, soit 1’120 h, pour un total de 5’220 h de formation.

Formation continue au sein des brigades (en heures)
E ntraînement bâton tactique E ntraînement tir et self défense 2009 2010 2011 570 520 420 320 410 223 TTI (technique et tactique d'interv ention) 215 250 130 Rafraîchissement des div erses législations en v igueur 230 260 110 Technique et tactique N ouveau code de d'interv ention procédure pénale av ec un chien 20 12 16 0 750 0

Total 1355 2202 899

Formation extra-muros (journées)
S avoir exploiter ses ressources Cours de français pour v iv re en harmonie 60 24 15 0 14 0

Cours div ers

E ntraînement de tir 4ème génération 123 0 110

Total

2009 2010 2011

200 375 484

383 413 609

18

LOPV
L'entrée en v igueur de la LOPV (Loi sur l’organisation policière v audoise) dès le 1er janv ier 2012, et les nouv elles compétences attribuées aux polices communales à partir de cette date, ont nécessité, en 2011 déjà, une formation spécifique (mise à niv eau des compétences) en matière d'enregistrement des plaintes. Pour des questions de répartition de la charge de trav ail, ces cours se poursuiv ront durant tout le 1er semestre 2012 et comporteront deux autres modules (constat judiciaire et v iolences domestiques). Ils ont pour but d'apporter les outils nécessaires aux policiers afin qu'ils maîtrisent au mieux les procédures de ces nouv elles compétences. A u total, la formation en 2011 relativ e à l'enregistrement de plaintes aura engendré à elle seule pas moins de 1'120 heures, soit l'équiv alent de 140 journées, réparties entre septembre et décembre.

19

Rencontres et partenariats
La politique de la POL en matière d’ouv erture et de rencontres est restée identique, voire s’est même quelque peu renforcée en 2011. A insi, les contacts réseaux et autres rencontres afin de fav oriser la connaissance des réalités de la POL, mais aussi de ses partenaires, se sont multipliés en 2011. Le dialogue interprofessionnel en sort renforcé et amélioré. A insi, la subdiv ision Prév ention & Partenariats a maintenu les contacts existants et participé à de nombreux groupes de trav ail en rapport av ec les questions de sécurité publique dans l'Ouest lausannois. Ces liens réguliers ont permis d'être un partenaire priv ilégié dans l'organisation de manifestations, telles que la semaine de la citoy enneté ou le dîner-Quizz. Dans le cadre des approches en résolution de problèmes, les collaborateurs ont apporté expérience et capacité d’analy se pour gérer des problématiques récurrentes dans des espaces publics, concernant notamment des inciv ilités et dommages à la propriété. Il en est de même dans le cadre du programme RailFair, du module de sensibilisation à la délinquance auprès des requérants hébergés à l'EVA M, du plan canicule, de l'organisation des rencontres sportiv es du Lausanne HC à Malley . A ssistance Fin 2010, les brigades d'interv ention ont pris en charge un touriste indigent, qui v enait d'être v ictime du vol de l'ensemble de ses affaires. N'ay ant aucune procédure permettant de faire face à une telle situation, les collaborateurs de la structure Prév ention & Partenariats, par leur réseau de contacts, ont trouv é différentes solutions adéquates et rédigé une directiv e afin d’améliorer la prise en charge de ce genre de personnes. Gens du v oy age A près av oir été confrontés à l’installation de camps de gens du voy age à Prilly et Crissier, et suite aux soutiens apportés aux Municip alités à ce sujet, les collaborateurs de Prév ention & Partenariats ont proposé un protocole en v ue d’améliorer la gestion de ces questions. Toutes les communes partenaires disposent désormais des propositions de la POL en vue de gérer les campements de gens du v oy age. Constatant la présence toujours plus importante de migrants prov enant de l’est européen dans la région, la subdiv ision a suiv i de près les déplacements et points de chute de ces communautés. Elle a notamment rappelé les règles d'usage à des propriétaires qui s'apprêtaient à accueillir ces personnes en installant un camping sauv age. Enfin, les chefs de brigade de la police mobile ont rencontré, lors de leurs séances de coordination, différents partenaires, soit les responsables de : la Coordination judiciaire de la police cantonale qui analy se la situation délictueuse/criminelle à l'échelle du canton la Police militaire l’entreprise Securitas, en particulier la centrale des alarmes les responsables du contrôle des chantiers et de la construction

20

Campagnes de prévention
Dans le contexte d’une év olution de la délinquance et notamment d’une augmentation du nombre de v ols, la prév ention s’est surtout attachée à proposer des solutions simples de protection au profit des habitants et des commerces de la région. Cela dit, la sécurité sur les passages piétons, la rentrée scolaire et la v itesse des v oitures n’ont pas été oubliées. La POL a participé à des campagnes de prév ention nationales et cantonales. Elle a créé des campagnes régionales dans les domaines suiv ants : prév ention routière (passages piétons, propreté des pare-brise), protection des biens (vols à l'astuce, v ols dans les habitations, etc.), inciv ilités (abandon de déchets sur la voie publique). Des actions spéciales, en raison d'opportunités, de demandes ou de problématiques particulières ont été initiées. La subdiv ision a également participé à des manifestations telles que la semaine de la mobilité, des fêtes communales, des marchés, des stands dans les centres commerciaux, ainsi que des actions en partenariat av ec div erses entités.

21

22

23

Communication interne et externe
Dès sa création, la POL a fait le choix de communiquer sur ses activ ités av ec les Municipalités partenaires, la population et les médias par le biais de son site internet, des lettres d’information et des journaux communaux. En 2011, deux conférences de presse ont été mises sur pied, l’une le 4 mai pour la présentation du nouv eau bus de prév ention et l’autre le 15 décembre pour faire connaître l’affiche des campagnes de prév ention 2012. Le 9 nov embre, une lettre d’information présentant l’achat du nouv el appareil radar TruCam a intéressé de nombreux médias, qui sont v enus assister à une présentation de l’appareil. Des articles de prév ention ou présentant les activ ités de la POL sont adressés aux journaux communaux lors de chacune de leurs parutions et permettent à ceux qui ne reçoiv ent pas les lettres d’information d’être régulièrement tenus au courant. Quelques 900 adresses courriels sont enregistrées dans notre base de données et prov iennent des différents partenaires de la POL, des médias, des collaborateurs et de la population. Notre site internet permet de s’abonner aux lettres d’information et 61 personnes ont choisi de s’inscrire par ce biais. Des cartes placées dans tous les postes de v ille donnent également la possibilité de transmettre son adresse courriel. La POL a publié 31 lettres d’information en 2011. A ce chiffre s’ajoutent les lettres d’information sur le radar, adressées aux Municipalités mais disponibles sur notre site internet, à raison d’une par semaine. La lettre d’information sur l’état de situation semaine par semaine a été abandonnée après une année d’activ ité en raison de prescriptions du Code de procédure pénale. Ces contraintes limitent fortement la communication qui peut être faite sur les év énements se déroulant dans l’Ouest Lausannois.

24

Projet de médiation institutionnelle
Un code de déontologie des policiers du canton de Vaud a été élaboré dans le cadre de la réforme policière. Les serv ices de police doiv ent se doter de structures pour traiter les doléances des personnes qui contestent de manière légitime ou non les comportements de policiers. Suite à une réflexion entamée il y a déjà deux ans, confortée par les ax es de la réforme policière (LOPV), la POL a mis en place un processus de médiation institutionnelle qui serv ira à la fois à centraliser et uniformiser la manière de gérer les doléances écrites et à fav oriser un traitement équitable des personnes concernées (policiers et citoy ens). Dans un premier temps, l’appréciateur, (un cadre de la POL), recherche les renseignements nécessaires concernant la situation dont la personne se plaint et s’entretient av ec les 2 parties séparément. Pour autant qu’une des parties le demande et que chacune des parties soit d’accord, l’appréciateur transmet le dossier à un médiateur externe. Si la médiation échoue et/ou que le plaignant souhaite faire reconnaître d’une autre manière le bien-fondé de sa demande, le Commandant est saisi de la question. Il se base sur le règlement du personnel et le code de déontologie, sur la charte éthique lorsqu’elle existera. A noter que la Commission de police traite les réclamations concernant les amendes et dénonciations et que ces éléments ne sont pas pris en considération par l’appréciateur.

Ressources humaines
Mouvements de personnel A u 31 décembre 2011, l'A ssociation compte 124 postes à plein temps, occupés par 130 collaborateurs . 75 collaborateurs sont rattachés au corps de police (61 %) 26 collaborateurs trav aillent au sein de la police administrativ e (21%) 23 collaborateurs occupent les postes attachés à la Direction et à Partenariats et Logistique (18%). 6 collaborateurs sont en formation (3 aspirants policiers et 3 apprentis). Le Comité de Direction a engagé 3 collaborateurs, 2 apprentis et 3 aspirants. 4 départs de collaborateurs et 2 d'apprentis ont été enregistrés. A ccidents et maladie A u total, quelque 1374 jours maladie et 517 jours accidents sont comptabilisés. Sur les 44 accidents surv enus, 13 seulement étaient d'ordre professionnel. Huit cas de maladies de longue durée sont surv enus. Evaluations de s collaborateurs Le processus d'év aluation ay ant donné satisfaction depuis son introduction en 2008, il a été reconduit en 2011 av ec quelques adaptations. Sur 120 collaborateurs év alués: 11 collaborateurs ont été qualifiés comme dépassant largement les attentes; 34 collaborateurs dépassent légèrement les attentes et ont été récompensés d'une prime; 67 collaborateurs fournissent des prestations en adéquation av ec les objectifs fixés; 8 collaborateurs n'ont pas atteint les objectifs fix és.

25

26

Problématique des vols
A près av oir subi une très forte augmentation en 2010, le nombre des interv entions pour des cas de v ols reste stable en 2011 à plus de 6% du total. Incontestablement, la problématique des v ols reste celle qui nécessite la plus grande attention de la part des forces de police et de sécurité publique. Si les interpellations d'auteurs en flagrant délit ont encore crû par rapport à l'année dernière pour atteindre leur plus haut niv eau, force est de constater que l'action policière ne suffit pas. A insi, la chaîne pénale peine à prendre des mesures de sanctions à l'encontre de ces délinquants, ne jouant que très imparfaitement son rôle en la matière. Mais il faut bien conv enir aussi que les habitudes des citoy ens, habitants et entreprises en matière de protection de leurs biens ne sont pas toutes optimales. Trop souv ent, les malfaiteurs v oient leur tâche facilitée par un manque de prudence. Depuis le sac presque offert parce qu’abandonné sur un caddy dans une grande surface, jusqu'à la porte d'une maison ou d'un appartement laissée ouv erte alors que les habitants sont à la buanderie, toutes les situations existent. Quant aux entreprises, fermées la nuit en règle générale, elles sont encore nombreuses à ne disposer d'aucune alarme ni d'aucune protection. Pour cette raison, les campagnes de prév ention ponctuelles auparav ant sont dev enues quasi permanentes en 2011, av ec des actualisations en fonction des comportements saisonniers des v oleurs. Un point doit rester dans toutes les têtes: prudence et protection sont les meilleurs moy ens de se protéger contre les vols !

27

Aperçu événementiel Janvier
Le 6 janv ier v ers 18h, policiers et pompiers interviennent au centre commercial Métropole à Renens après qu'une patrouille a constaté un fort dégagement de fumée et des flammes perçant le toit du centre commercial. A fin de faciliter l'accès aux serv ices de secours, des dév iations sont mises en place et le centre commercial est év acué. Douze v éhicules d'interv ention et pas moins de cinquante pompiers sont dépêchés sur les lieux. Le feu a pris dans un local technique situé sous le toit. En date du 21 janv ier, v ers 18h40, une femme franchit les barrières baissées du M1 à la hauteur de l'arrêt Cerisaie. Elle est percutée par la rame du métro qui v ient de quitter l'arrêt. La femme décède sur les lieux. La circulation, sur place, est gérée par les policiers, pendant que les pompiers dégagent le corps coincé sous la motrice. Le conducteur bénéficie d'un soutien psychologique organisé par les TL, tandis que la POL propose le soutien de sa cellule psy chologique aux parents d'une enfant de 10 ans témoin des faits. Un habitant de St-Sulpice part av ec ses deux jumelles de sept ans le 31 janv ier en faisant part de son intention de se supprimer. Les collaborateurs de la POL entament les premières recherches aux alentours du domicile de ce monsieur, recherches qui se poursuiv ent au petit matin aux abords des écoles. Il apparaît cependant assez rapidement que ce monsieur a quitté la Suisse et les recherches baissent d'intensité dans l'Ouest lausannois. L'affaire prenant une tournure médiatique très conséquente, les collaborateurs de la POL se chargent, à plusieurs reprises, de faire respecter le droit au calme et à la tranquillité dans le v illage.

Février
Vers 16h30, l'employ ée d'une station-serv ice de Chav annes appelle la police après av oir été aspergée d'essence par un malfaiteur qui s'est enfui en emportant la caisse. Un conducteur de chien et son animal prennent immédiatement une piste, tandis qu'une patrouille de la POL s'enquiert du signalement de l'auteur des faits. Grâce à un dispositif mis en place en collaboration entre gendarmes et policiers, l'auteur des faits est interpellé quelques minutes plus tard, en possession du butin.

Mars
Dans le courant du mois de mars, les enquêteurs de la police de Sûreté signalent aux corps de police qu'une moto a été repérée lors d'une agression av ec v iolence. Sur la base du numéro d'immatriculation, les policiers de la POL repèrent le v éhicule dans la cour d'un bâtiment industriel de Crissier. A la suite d'une longue observ ation, les propriétaires de la moto sont interpellés au moment où ils s'apprêtaient à r eprendre le v éhicule. Il s'av ère qu'ils sont impliqués dans plusieurs cas de brigandages et actes de v iolence.

28

Avril
Un collaborateur de l'administration communale de Bussigny se rend au bureau av ec une arme à feu. Il tire dans u ne porte à proximité du bureau d'un autre employ é av ec qui il est en conflit. Il dépose ensuite son arme à feu, après un bref échange av ec une troisième personne. Dans l'interv alle, les agents de la POL sont sur place et interpellent l'auteur des coups de feu au moment où il sort du bâtiment. L'homme est mis à disposition des enquêteurs et de la justice, tandis que les témoins, choqués, bénéficient d'un soutien psy chologique.

Juin
Grâce à une information transmise par un habitant de Renens, les policiers et gendarmes mettent en place un dispositif d'interception après que deux jeunes femmes ont tenté de s'introduire dans un appartement. Les deux jeunes femmes sont interpellées quelques minutes plus tard sur la base du signalement fourni par le témoin. Il s'av ère qu'elles sont les auteurs de cambriolages commis dans ce quartier. Des affaires de ce genre sont de plus en plus fréquentes sur l'ensemble du territoire de l'Ouest lausannois.

Juillet
Du 8 au 19 juillet, quelque 4300 gy mnastes sont hébergés dans les huit communes du district, alors que le CIGM de Malley , sur territoire de Prilly , accueille une partie des prestations et démonstrations. Les collaborateurs de la POL participent à la mise en œuv re du dispositif de sécurité coordonné à l'échelle de la région lausannoise, dispositif caractérisé par la nécessité d'un encadrement souple et sy mpathique de sportifs venus à Lausanne pour y faire la fête. S'agissant de manifestations à caractère bon enfant, les agents n'interv iennent que pour des petits problèmes liés à des v ols et à la présence de nombreuse sportiv es ay ant l'effet d'aimants auprès de quelques jeunes du district.

Août
A u petit matin du 15 août, un frigo prend feu dans un appartement au 4 étage d'un bâtiment situé à la route de la Plaine à Chav annes. Les agents constatent que la locataire, octogénaire, s'est réfugiée sur son balcon. Ils montent dans le bâtiment, prennent en charge la v ieille dame et l'emmènent hors de danger. La fumée s'épaississant et le feu se propageant aux étages supérieurs, les policiers décident d'év acuer l'immeuble et d'ouv rir un local de la protection civ ile afin de rassembler les habitants. En moins de trente minutes, le local est ouv ert. Quarante personnes sont év acuées, dix-sept prises en charge dans l'abri de la protection civ ile et cinq soignées par les ambulanciers. Dans ce contexte, la collaboration entre pompiers, spécialistes de la protection civ ile, ambulanciers et policiers se rév èle parfaitement adéquate et très professionnelle.
è me

Décembre
Le 6 décembre, le gérant d'un établissement public appelle la police après qu'un de ses collaborateurs a été v ictime de coups de couteau. Les agents et ambulanciers se rendent sur place et diffusent le signalement de l'auteur. Ils le précisent après av oir pu v isionner les images de la v idéosurv eillance interne de l'établissement. L'homme est interpellé quelques minutes plus tard par une des autres patrouilles de la POL qui s'étaient déploy ées dans le quartier concerné.

29

Promotions
A u total, 15 collaborateurs ont été promus en 2011, quatre à la distinction d'appointé, sept au grade de brigadier, et quatre à celui de sergent. En outre, une secrétaire a été promue à la fonction d’assistante de direction.

30

Assermentation
La nouv elle place du Marché de Renens a accueilli sa première cérémonie officielle le 16 mars 2011 à l’occasion de la prestation de serment de la POL. La Syndique de Renens, Marianne Huguenin, a procédé à la lecture de la prestation de serment à trois agents ay ant terminé leur formation et à un assistant de police. Ce dernier a intégré la nouv elle formation pour les assistants de police à l’A cadémie de Sav atan. Dans son discours, le Commandant Séchaud a confirmé la hausse des v ols dans l’Ouest lausannois et la nécessité pour les habitants et les entreprises de mieux protéger leurs biens. A u terme de cette cérémonie, les nombreux inv ités officiels, familles et collaborateurs de la POL se sont déplacés à la salle de spectacles de Renens pour terminer l’aprèsmidi autour d’un apéritif.

A ssermentés A gte Hönger Laurie A gt Estoppey Julien A gt Verardi Vincenzo Bottali Mario, assistant de police

31

Activités des répondants communaux Bussigny-près-Lausanne
Le répondant technique a apporté conseils et appui aux A utorités afin de solutionner la problématique de jeunes occupant la place de jeux à Bussigny-sud (détritus, fumée et relations av ec les habitants du quartier) et a pris contact av ec deux entreprises de sécurité pour la mise en place d’un concept de surv eillance sur la commune. Il a également participé à l’élaboration de projets en matière de circulation (modification en zone 30, proposition de fermeture du ch. de Faraz, mise en place d'un chantier à la rue des A lpes, fermeture du park ing à la rte de Buy ère).

Chavannes-près-Renens
Le répondant technique a rencontré chaque semaine la Municipale. Les échanges ont principalement porté sur des questions de circulation routière, que ce soit en terme de sécurité, de signalisation ou de stationnement. A relev er la transmission à la Municipalité d'un rapport rédigé par Prév ention & Partenariats proposant des mesures v isant à limiter autant que faire se peut la commission de dommages à la propriété sur le bâtiment communal occupé par la "Boule du Caudray". Un autre rapport a été transmis émanant de la Signalisation consécutiv ement à une pétition mettant en cause la sécurité du passage pour piétons situé à l'av . de Préfaully , peu av ant le débouché sur l'av . de la Gare.

Crissier
La collaboration s'est poursuiv ie dans les dossiers sur l'aménagement de la rue des A lpes, les zones 30 (projet finalement refusé par référendum communal), la durée du stationnement et un projet de v idéosurv eillance dans certains bâtiments communaux. Le répondant technique a rencontré chaque semaine le Directeur de police. Il assiste également à une séance réunissant les cadres communaux. Trois objectifs principaux ont été fixés en priorité: projet de mise en place de panneaux lumineux renseignant les automobilistes sur les manifestations communales (en cours); suite à des dommages à la propriété sur le collège de la Carrière, une rév ision totale du dispositif de v idéosurv eillance est à l’étude; suite à des dommages à la propriété et nuisances sonores au quartier Pré-Fontaine, des patrouilles pédestres et des objectifs précis sont assurés par la POL. Malgré une amélioration, le problème n’est actuellement toujours pas entièrement résolu.

Ecublens
A u niv eau politique, le répondant a collaboré à la réflexion et à la finalisation du schéma directeur des déplacements, ainsi que, en étroite collaboration av ec le répondant technique, à l'élaboration de nouv elles prescriptions d’exécution du règlement communal sur le cimetière. Le répondant technique a pour sa part été sollicité dans le cadre d'aménagements routiers div ers, tels que la création d'un giratoire, la pose de ralentisseur et l'installation d'une signalisation lumineuse. Il a également été amené à gérer, conjointement av ec la Municipalité, de situations répétées de troubles à la tranquillité publique, notamment au chemin de Veilloud.

Prilly
De nombreuses problématiques ont été abordées et traitées durant l'année. Il a été question notamment de dommages à la propriété, de nuisances sonores, d'abandon de déchets sur la v oie publique, de v isibilité de la police au trav ers de patrouilles pédestres et à v élo, de la mise aux normes et de la v alidation des zones 30, du remplacement de deux armoires de commande de feux de signalisation, de la pose de Leds en lieu et place d'ampoules à incandescence, de la mise aux normes de signaux dans la zone P3, de la campagne de marquages routiers, de transit et de stationnement de v éhicules, de créations et modifications de places de parc, de la gestion des macarons et des inhumations.

Renens
Pendant l’année 2011, le répondant technique a rencontré chaque semaine le Municipal de police et le Secrétaire municipal. Il a traité les dossiers en relation av ec des problèmes de sécurité publique, de police du commerce et de signalisation. Le répondant a participé à plusieurs séances de la Commission de la Mobilité, de l'Urbanisme et des Trav aux et à une rencontre av ec la population pour une problématique de quartier. Il a également assisté à des séances d'information sur les futurs trav aux et aménagements de la gare de Renens et du tram.

Saint-Sulpice
Les répondants technique et politique ont initié une réflexion en matière de stationnement priv ilégié des résidants sur le domaine public. Cette année a également v u la concrétisation du projet d'une réception unique entre le contrôle des habitants et le poste de police, qui se trouv ent dans le même bâtiment.

Villars-Ste-Croix
Des réponses et des actions ont été entreprises afin de gérer des demandes concernant des dénonciations sur le domaine priv é, la sécurité routière, des v éhicules en mauv ais stationnement, des dommages à la propriété, des inciv ilités et des chiens errants.

32

Répondants communaux - Technique et politique
Le début de la législature 2011- 2016 coïncide av ec la mise en œuvre d'un sy stème d'appui renforcé aux communes partenaires de l'A ssociation. A fin d'améliorer la collaboration tant av ec les serv ices communaux d'une part, qu'av ec les autorités exécutiv es d'autre part, la fonction de répondant communal, qui existe depuis la création de l'A ssociation de communes, a été séparée en deux. Depuis le mois de juillet, chaque commune bénéficie d'un répondant technique, officier employ é au sein de l'A ssociation et faisant office de porte d'entrée pour les serv ices de l'administration. Ces collaborateurs sont en contact av ec les responsables administratifs communaux et parfois avec les Municipalités, afin de régler des problèmes relev ant du terrain. Depuis les feux de signalisation en panne jusqu'aux problèmes locaux de stationnement en passant par des organisations de manifestations, les répondants techniques sont à disposition pour gérer les réponses à donner aux situations qui se présentent au quotidien. Dans le même temps, les communes ont souhaité être en contact plus étroit av ec la Direction de l'A ssociation, afin d'améliorer l'échange croisé de points de v ue et afin de bénéficier des prises de position du Commandement. Cet appui permet d'apporter des réponses à des questions politiques et une participation de la POL en vue de l'élaboration de réponses et préav is, notamment. Pour ce faire, le Commandant et son remplaçant sont désormais les répondants politiques auprès de chacune des communes de l'Ouest lausannois, à raison de quatre communes chacun.

Commune
Bussigny-près-Lausanne Chav annes-près-Renens Crissier Ecublens Prilly Renens St-Sulpice Villars-Ste-Croix

Répondant technique
plt Denis Moraz plt Oliv ier Fiaux plt Fabio Bottali lt Jacques-A ndré Chappuis cap Oliv ier Jaunin lt Christian Hautle lt Jacques-A ndré Chappuis cap Oliv ier Jaunin

Répondant politique
maj Christian Séchaud cap Pascal Treboux cap Pascal Treboux cap Pascal Treboux maj Christian Séchaud maj Christian Séchaud cap Pascal Treboux maj Christian Séchaud

33

Campagne violence contre les policiers
La v iolence contre la police = v iolence contre l’Etat La Fédération Suisse des Fonctionnaires de Police (FSFP), représentant les intérêts sy ndicaux de plus de 23'000 policiers répartis dans 69 sections, dont celle de La Côte et l’European Confederation of Police (EuroCOP), organisation faîtière de 34 sy ndicats de police regroupant un demimillion de policiers de 25 pay s européens, dont la FSFP est membre, demandent de mettre fin à la v iolence contre la police. En effet, celle-ci est inacceptable et ne cesse d’augmenter. En 2009 déjà, plus de 6,5 fonctionnaires de police ont été en moy enne quotidienne v ictime de v iolences dans l’exercice de leurs fonctions. Tout comme notre organe faîtier de la FSFP et EuroCop, sur le plan européen, la section La Côte déplore cette banalisation qu’en fait la société par le biais de médias. A ussi, elle contribue à mettre un holà contre la v iolence env ers les fonctionnaires de police, qu’elle soit phy sique, v erbale ou même psy chique. On en parle haut et fort, notamment parmi nos élus politiques mais rien ne bouge réellement. Personne n’agit auprès des autorités pénales pour faire évoluer la Loi. Sur le plan sy ndical, nous rev endiquons des peines exemplaires fermes à l’encontre des auteurs alors que bien souv ent ceux-ci ne se voient condamnés qu’à des jours amendes av ec sursis. En résumé, on nous entend bien mais il semblerait que personne ne nous comprenne, quand bien même la force publique soit le dernier rempart de l’Etat pour faire respecter la sécurité intérieure. Pour conclure, nous déclarons : « La v iolence n’est pas un risque du métier » et ne doit jamais être considérée comme acceptable. Le fonctionnaire de police doit être protégé contre ce genre d'agression et soutenu par ses A utorités. Il est impératif que la loi change. A lain Caillet Président FSFP La Côte

Le Comité de Direction et l’Etat-major de la POL ont décidé de mettre cette page à disposition du Président de la FSFP « La Côte » qui est aussi Président de la Commission du personnel de la POL, en gage de soutien à la campagne menée par le Sy ndicat dans ce domaine. En 2011, 6 policiers de la POL ont été blessés lors d’agressions commises à leur encontre par des gens ne leur témoignant aucun respect.
34

Ces v iolences sont inacceptables.

35

Perspectives d’avenir A près quatre années d’existence, la POL fonctionne désormais de façon adéquate et le bilan est très largement positif. Cela étant posé, les défis à relev er sont toujours très nombreux. L’affûtage des compétences et connaissances professionnelles des collaborateurs est une nécessité pour permettre à la POL de s’intégrer dans le nouv eau sy stème policier v audois. Dans le même sens, le Comité de Direction v a dev oir signer un contrat d’accréditation av ec le Conseil cantonal de sécurité. A moy en terme, le regroupement de la POL à Prilly permettra des sy nergies entre les différents secteurs de la POL. Le défi v a bien au-delà d’un simple déménagement et touche à l’organisation même de l’ensemble de la structure.

36

En guise de sy nthèse, nous v ous prions de bien v ouloir voter les conclusions suiv antes : Le Conseil intercommunal de l’A ssociation Sécurité dans l’Ouest lausannois, Vu le rapport de gestion présenté par le Comité de Direction, Ouï le rapport de la Commission de gestion, approuv e la gestion de l’exercice 2011 et en donne décharge au Comité de Direction.

37

Statistiques
Total des interv entions dans les communes
Bussigny - ChavannesprèsprèsLausanne Renens 2008 1'407 1'389 2009 2010 2011 % des inter. totales D iff. 11-10 1'772 2'243 2'129 11.33% -114 1'647 1'482 1'551 8.25% 69 VillarsS te-C roix 129 164 306 266 1.42% -40 320

C rissier 1'848 2'184 2'629 2'913 15.50% 284

E cublens 1'670 2'093 2'340 2'095 11.15% -245

P rilly 2'183 2'525 3'178 3'466 18.44% 288

Renens 3'712 4'229 5'219 5'241 27.88% 22

S t-S ulpice 945 988 1'080 1'136 6.04% 56

Total 13'283 15'602 18'477 18'797

Les interv entions à caractère prév entif sont comptabilisées pour moitié des autres interv entions, comme cela av ait été fait dans le cadre des rapports de gestion 2008 et 2009. Ces chiffres ne tiennent pas compte des trav aux spécifiques réalisés par la subdiv ision Prév ention et Partenariats ainsi que par les postes de v ille de chacune des communes.

Total des interv entions à caractère prév entif dans les communes
Bussigny - ChavannesprèsprèsLausanne Renens 2008 2009 2010 2011 % des inter. prév entives D iff. 11-10 547 618 1'017 972 12.09% -45 698 875 688 798 9.92% 110 VillarsS te-C roix 67 78 169 160 1.99% -9 -41

C rissier 695 892 1'086 1'090 13.55% 4

E cublens 813 1'056 1'117 992 12.33% -125

P rilly 815 1'079 1'487 1'509 18.76% 22

Renens 760 990 1'740 1'752 21.78% 12

S t-S ulpice 721 755 780 770 9.57% -10

Total 5'116 6'343 8'084 8'043

Interv entions par nature
N uisances D emandes Bagarres Contrôles D ommages à Infractions P révention D ivers sonores d'assistance iv resses circulation la propriété LCR 1'473 1'502 1'555 8.27% 2'155 2'113 2'375 12.63% 454 512 501 2.67% 1'132 1'601 1'629 8.67% 602 752 742 3.95% 6'343 8'084 8'043 42.79% 433 319 223 1'090 1'239 1'469

A ccidents 2009 2010 2011 % des inter. prév entives 1'128 1'203 1'094 5.82%

Vols 792 1'152 1'166 6.20%

Total 15'602 18'477 18'797

1.19% 7.82%

Les chiffres sont extraits de l’application JEP (Journal des év ènements de police) mise en production à la POL en mai 2008. La méthode de comptabilisation a été affinée depuis 2009.

Total des heures dans les postes de v ille
Bussigny - ChavannesprèsprèsLausanne Renens 1535:59 1495:02 1448:09 1655:37 882:27 1195:43 953:43 1167:53 1017:46 321:25 499:00 301:04 73:45 20:45 35:25 18:55 3509:57 3032:55 2936:17 3143:29 VillarsS te-C roix 3:40 28:15 103:55 111:15 7:55 15:48 0:00 0:00 115:30 155:18

C rissier 1861:48 2963:13 1310:21 1115:37 568:20 146:05 6:00 0:00 3746:29 4224:55

E cublens 1995:50 980:10 1337:50 1382:34 679:08 261:07 72:14 18:30 4085:02 2642:21

P rilly 2198:48 2310:58 1320:12 1273:13 907:42 703:41 0:00 0:00 4426:42 4287:52

Renens 1449:47 1807:12 1036:18 1325:11 430:31 474:43 42:00 17:30 2958:36 3624:36

S t-S ulpice 970:08 1082:40 721:39 775:23 199:01 54:48 58:00 14:10 1948:48 1927:01

Total 11511:02 12276:14 7908:25 8104:49 4131:48 2456:16 272:44 104:30 23823:59 22941:49

2010 2011 2010 P réventif 2011 2010 Répressif 2011 2010 M anifestations 2011 2010 Total 2011 Administratif 38

Répartition en pourcentage des heures dans les postes de v ille
Bussigny - ChavannesprèsprèsLausanne Renens 44% 49% 49% 53% 25% 39% 32% 37% 29% 11% 17% 10% 2% 1% 1% 1% VillarsS teC roix 3% 18% 90% 72% 7% 10% 0% 0%

C rissier 50% 70% 35% 26% 15% 3% 0% 0%

E cublens 49% 37% 33% 52% 17% 10% 2% 1%

P rilly 50% 54% 30% 30% 21% 16% 0% 0%

Renens S t-S ulpice 49% 50% 35% 37% 15% 13% 1% 0% 50% 56% 37% 40% 10% 3% 3% 1%

Total 48% 54% 33% 35% 17% 11% 1% 0%

Administratif

2010 2011 2010 P réventif 2011 2010 Répressif 2011 2010 M anifestations 2011

Répartition des interv entions jour/nuit
N uit (23h-6h) A ccidents Interpellations Vols N uisances sonores D emandes d'assistance Violences domestiques Bagarres Iv resses S tupéfiants Infractions Letr Contrôles circulation D ommages à la propriété Incendies P révention E tablissements publics Infractions pénales Infractions LC R Collaboration inter polices 59 69 120 634 % 5% 18% 10% 41% Jour (6h-23h) 1'035 317 1'046 921 1'957 98 143 158 161 109 1'472 % 95% 82% 90% 59% 82% 80% 70% 53% 81% 86% 90%

418 18% 25 62 138 37 18 20% 30% 47% 19% 14%

157 10% 121 16% 30 26% 553 7% 14 31% 36 17% 42 19% 55 21% 2 '588 14%

621 84% 86 74% 7'490 93% 31 69% 175 83% 181 81% 208 79% 16 '209 86%

Total des interpellations et arrestations (auteurs de délits)
Bussigny - ChavannesprèsprèsC rissier E cublens Lausanne Renens 2008 2009 2010 2011 D iff 11-10 11 16 20 19 -1 13 8 14 13 -1 18 24 49 116 67 16 6 27 18 -9 S tS ulpice 4 5 9 4 VillarsS teTotal C roix 1 1 3 2 -1 132 183 263 334 71

P rilly 17 24 33 41 8

Renens 56 100 112 116 4

Les critères de recherches de la statistique des interpellations et arrestations ont été affinés, raison pour laquelle les données des années antérieures sont modifiées.

39

A ccidents de la circulation
Bussigny - ChavannesVillarsS tprèsprèsC rissier E cublens P rilly Renens S teTotal S ulpice Lausanne Renens C roix 2008 145 52 215 104 149 246 21 19 951 2009 2010 2011 D iff. 11-10 2008 Blessés 2009 2010 2011 2008 M ortels 2009 2010 2011 200 187 184 -3 11 14 13 17 1 63 67 67 5 5 3 7 1 1 246 273 244 -29 21 29 25 16 1 139 152 137 187 113 174 -24 16 23 20 14 1 -13 20 20 20 17 1 275 289 258 -31 24 33 33 24 36 35 41 6 7 5 8 5 17 28 13 -15 4 1 4 3 1 1 1'128 1'203 1'094 -109 108 130 126 103 2 3 2 1

Total des v ols de toutes sortes ( y c vols à l'étalage) ay ant généré une interv ention de la POL
Bussigny - ChavannesprèsprèsC rissier E cublens Lausanne Renens 2008 2009 2010 2011 D iff. 11-10 92 93 115 118 3 71 56 99 75 -24 116 140 205 224 19 98 76 169 155 -14 S tS ulpice 20 12 48 34 -14 VillarsS teC roix 4 4 12 4 -8

P rilly 135 137 156 182 26

Renens 246 274 348 374 26

Total 782 792 1'152 1'166 14

Total des nuisances sonores et troubles à la tranquillité
Bussigny - ChavannesprèsprèsC rissier E cublens Lausanne Renens 2008 2009 2010 2011 D iff. 11-10 73 180 169 140 -29 79 159 132 121 -11 115 173 175 199 24 77 148 158 153 -5 S tS ulpice 14 23 21 37 16 VillarsS teC roix 5 8 14 4 -10

P rilly 139 204 232 267 35

Renens 296 578 601 634 33

Total 798 1'473 1'502 1'555 53

Total des demandes d'assistance
Bussigny - ChavannesprèsprèsC rissier E cublens Lausanne Renens 2008 2009 2010 2011 D iff. 11-10 72 213 180 187 7 66 178 155 158 3 73 251 291 366 75 80 281 266 221 -45 S tS ulpice 18 47 52 102 50 VillarsS teC roix 4 10 15 28 13

P rilly 163 359 410 488 78

Renens 271 816 744 825 81

Total 747 2'155 2'113 2'375 262

40

La POL n’est autorisée à s’occuper que de l’interv ention dans ce genre de situation. La partie judiciaire est du ressort exclusif de la Police cantonale v audoise.

Total des v iolences domestiques
Bussigny - ChavannesVillarsS tprèsprèsC rissier E cublens P rilly Renens S te- Total S ulpice Lausanne Renens C roix 2008 8 10 5 9 15 44 1 92 2009 2010 2011 D iff. 11-10 13 6 16 10 21 8 12 4 13 11 9 -2 17 8 11 3 17 16 25 9 47 40 47 7 2 3 1 1 1 -1 129 92 123 31

Total des bagarres et lésions corporelles
Bussigny - ChavannesprèsprèsC rissier E cublens P rilly Lausanne Renens 2008 2009 2010 2011 D iff. 11-10 12 27 12 11 -1 5 16 20 14 -6 18 24 21 35 14 11 23 23 10 -13 26 29 23 33 10 S tS ulpice 1 2 5 3 -2 VillarsS te- Total C roix 1 2 -2 143 202 200 205 5

Renens 70 80 94 99 5

Total des iv resses au v olant
Bussigny - ChavannesprèsprèsC rissier E cublens P rilly Lausanne Renens 2008 2009 2010 2011 D iff. 11-10 14 25 31 36 5 12 12 12 16 4 25 33 33 40 7 9 14 29 23 -6 28 43 54 71 17 VillarsS te- Total C roix 2 4 4 153 252 312 296 -16

Renens 52 114 135 96 -39

S tS ulpice 13 9 14 10 -4

La POL n’est autorisée à interv enir que dans des cas où la quantité de produit détenu par l’auteur de l’infraction est en lien av ec sa consommation personnelle. Les autres cas (trafic) sont du ressort exclusif de la Police cantonale v audoise.

Total des infractions à la loi sur les stupéfiants
Bussigny - ChavannesVillarsS tprèsprèsC rissier E cublens P rilly Renens S te- Total S ulpice Lausanne Renens C roix 2008 11 5 16 11 20 55 118 2009 2010 2011 D iff. 11-10 12 18 21 3 10 14 13 -1 18 26 39 13 17 13 16 3 25 42 33 -9 87 79 70 -9 4 3 5 2 2 1 -1 173 197 198 1

Total des infractions à la loi sur les étrangers
Bussigny - ChavannesprèsprèsC rissier E cublens P rilly Lausanne Renens 2008 2009 2010 2011 D iff. 11-10 6 6 10 14 4 1 4 5 5 9 12 19 32 13 5 3 8 7 -1 14 13 9 17 8 S tS ulpice 2 4 4 VillarsS te- Total C roix 1 1 69 85 103 127 24 41

Renens 34 45 52 47 -5

Total des contrôles de circulation (yc radar)
Bussigny - ChavannesVillarsS tprèsprèsC rissier E cublens P rilly Renens S te- Total S ulpice Lausanne Renens C roix 2008 78 48 77 85 93 178 28 14 601 2009 2010 2011 D iff. 11-10 162 284 231 -53 95 139 141 2 155 195 246 51 150 194 225 31 196 271 305 34 288 396 372 -24 59 82 67 -15 27 1'132 40 1'601 42 1'629 2 28

Total des dommages à la propriété ay ant généré une interv ention de la POL
Bussigny - ChavannesVillarsS tprèsprèsC rissier E cublens P rilly Renens S te- Total S ulpice Lausanne Renens C roix 2008 56 54 46 56 82 174 10 6 484 2009 2010 2011 D iff. 11-10 92 110 76 -34 56 68 60 -8 66 88 121 33 77 96 73 -23 109 118 163 45 183 255 227 -28 14 11 18 7 5 6 4 -2 602 752 742 -10

Radar
Rapports de dénonciation à la Préfecture et au Ministère public d’arrondissement
S urveillance automatique du trafic 181 146 321 294 -27

Radar 2008 2009 2010 2011 D iff 11-10 491 644 429 492 63

Total 672 790 750 786 36

Statistique des infractions radar
Bussigny - ChavannesprèsprèsLausanne Renens 2008 N ombre de 2009 contrôles 2010 2011 2008 Véhicules 2009 contrôlés 2010 2011 2008 Véhicules 2009 en infraction 2010 2011 2008 2009 % d'infractions 2010 2011 42 50 82 66 89 10'035 14'961 14'090 13'901 996 1'095 862 879 9.93% 7.32% 6.12% 6.32% 53 61 43 47 15'957 20'645 11'105 11'577 628 682 314 363 3.94% 3.30% 2.83% 3.14%

C rissier 71 99 76 114 22'916 29'536 29'192 37'183 1'261 2'190 2'140 2'912 5.50% 7.41% 7.33% 7.83%

E cublens 104 106 75 109 31'414 37'126 26'410 25'746 2'535 2'104 1'387 1'187 8.07% 5.67% 5.25% 4.61%

P rilly 111 126 94 138 47'860 58'464 45'755 42'538 2'720 2'932 2'067 2'485 5.68% 5.02% 4.52% 5.84%

Renens 155 170 113 170 59'476 73'280 46'686 54'372 2'396 3'036 1'898 3'106 4.03% 4.14% 4.07% 5.71%

S t-S ulpice 23 32 27 31 2'962 4'497 3'263 3'428 460 494 267 289 15.53% 10.99% 8.18% 8.43%

Villars-S teC roix 17 23 17 16 3'322 2'708 1'331 1'067 230 208 100 62 6.92% 7.68% 7.51% 5.81%

Total 584 699 511 714 193'942 241'217 177'832 189'812 11'226 12'741 9'035 11'283 5.79% 5.28% 5.08% 5.94%

Statistique des infractions surv eillance automatique du trafic
Bussigny - ChavannesprèsprèsC rissier Lausanne Renens 2008 N ombre de 2009 contrôles 2010 2011 2008 Véhicules 2009 contrôlés 2010 2011 2008 Véhicules 2009 en infraction 2010 2011 2008 2009 % d'infractions 2010 2011 VillarsS teC roix

E cublens

P rilly

Renens 48 53 73 45 2'550'818 2'506'250 3'930'048 2'489'255 4'604 4'149 9'444 5'341 0.18% 0.17% 0.24% 0.21%

S tS ulpice

Total 48 67 102 103 2'550'818 2'940'745 5'212'325 5'642'791 4'604 6'522 12'740 11'099 0.18% 0.22% 0.24% 0.20%

18

6 17

14 23 23 434'495 837'919 1'292'404 2'373 2'331 3'258 0.55% 0.28% 0.25%

511'016

444'358 1'350'116

249

965 2'251

0.05%

0.22% 0.17%

Police administrative
Nombre de rapports traités
Bussigny - ChavannesprèsprèsC rissier E cublens Lausanne Renens 2008 2009 2010 2011 P roportion 55 57 42 31 6.58% 64 85 73 54 11.46% 61 48 37 46 9.77% 85 99 55 63 13.38%

P rilly

Renens

S tVillarsTotal S ulpice S te-C roix 17 18 11 13 2.76% 3 4 3 4 0.85% 635 639 562 471

147 123 111 88

203 205 230 172

18.68% 36.52%

Nombre de rapports rédigés - détail par commune
Bussigny - ChavannesprèsprèsC rissier E cublens Lausanne Renens N atus ordinaires N atus facilitées pour conjoint(e) étranger(ère) N atus facilitées "séjour ville" PV d'audition Rapports de fond Interdictions civ iles Autres rapports Total % du total VillarsS te- Total C roix 2 167

P rilly

Renens

S tS ulpice 6

13

20

13

27

26

60

6

7

6

13

14

25

3

1

75

2 9 5 0 0 35 6.85%

3 17 9 1 1

2 16 9 4 2

3 16 7 1 1

7 26 14 4 2

5 59 29 6 4 188 36.79%

1 1 0 1 1

0

23

0 144 0 1 0 73 18 11

58 52 68 93 11.35% 10.18% 13.31% 18.20%

13 4 511 2.54% 0.78%

43

Notifications
Bussigny - ChavannesprèsprèsC rissier E cublens Lausanne Renens 2008 2009 2010 2011 1'326 1'467 1'680 1'666 1'402 1'522 1'879 1'776 1'813 1'604 2'078 2'025 1'628 1'653 2'114 2'114 VillarsS teC roix 41 57 71 79

P rilly

Renens

S tS ulpice 126 266 341 329

Total

Commandements de payer reçus % des commandements reçus D iff 11-10

2'866 2'460 3'009 2'921

6'367 5'252 5'947 7'159

15'569 14'281 17'119 18'069

M andats reçus

2008 2009 2010 2011

9.22% -14 55 81 176 60 18.02% -116

9.83% 11.21% -103 -53 71 22 101 16 190 9 65 4 19.52% -125 1.20% -5

11.70% 16.17% 39.62% 1.82% 0.44% -88 1'212 -12 8 71 24 16 4 1 120 21 19 18 3 210 13 49 36 2 80 20 87 16 1 24.02% -130 6.01% 26.13% 4.80% 0.30% 7 38 -20 -1

950 264 379 685 333

% des mandats reçus D iff 11-10

-352

Etablissements publics
Autorisations CafésBars à café Buv ettes Cafés-bars D iscothèques H ôtels N ight-clubs Tea-rooms spéciales restaurants 2008 2009 2010 2011 M anifestations Au total 1’745 manifestations se sont déroulées sur le territoire de l'A ssociation et 500 sollicitations ont été faites par courriel pour des événements de moindre importance. 42 év énements à caractère particulier v iennent compléter ce chiffre. P our certaines communes ayant modifié leur Arrêté d'imposition, comme c'est le cas pour Renens, les émoluments de surveillance des magasins et autres débits à l'emporter ne seront désormais plus facturés en faveur de la PO L mais au profit des communes puisque, pour ce type de commerce, la perception de l'émolument a été remplacé par la perception d'une taxe d'exploitation, laquelle se monte à 0,8 % du chiffre d'affaires annuel moyen. Pour l'ensemble des communes de l'Ouest lausannois, le montant des émoluments de surv eillance perçus jusqu'à ce jour pour les débits à l'emporter s'élèv e à CHF 7'150.--. Quelques manifestations ont retenu les serv ices de la POL de manière plus marquée : 6 6 12 15 4 4 3 5 14 14 17 22 13 12 14 15 136 133 129 129 4 4 3 2 7 7 10 10 1 1 1 1 16 16 17 18 Total 201 197 206 217

A rt on Ice, au CIGM de Malley à Prilly , les 7 et 8 fév rier 2011 Carnav al de Bussigny , du 8 au 10 av ril 2011 Balelec, EPFL, le 13 mai 2011 Concert de 50 cent, au CIGM de Malley à Prilly , le 18 juin 2011 Prix Wakk er à Renens, le 18 juin 2011 Gy mnaestrada, du 10 au 16 juillet 2011 Helv etic Inv asion, au CIGM de Malley à Prilly , le 1er octobre 2011

Interv entions dans le domaine de la signalisation
Bussigny - ChavannesprèsprèsC rissier Lausanne Renens 2008 2009 2010 2011 % des interventions 44 208 279 303 269 10.61% 147 131 115 149 5.88% 239 236 212 243 9.58% VillarsS te-C roix 119 29 31 28 1.10%

E cublens 198 187 163 284 11.20%

P rilly 224 318 477 591 23.30%

Renens S t-S ulpice 368 482 557 819 32.29% 102 93 91 153 6.03%

Total 1'605 1'755 1'949 2'536

Commission de police
Nombre d'ordonnances pénales et sommations
D omaine privé D omaine public O rdonnances O rdonnances S ommations S ommations pénales pénales 2'955 513 1'155 661 3'853 580 2'531 1'313 3'704 718 5'602 2'718 3'735 844 4'055 3'087 31 126 - 1'547 369 Total

2008 2009 2010 2011 D iff 11-10

5'284 8'277 12'742 11'721 -1'021(* )

A udiences de la Commission de police
Bussigny - C havannesprèsprèsC rissier E cublens Lausanne Renens 2008 2009 2010 2011 D iff 11-10 25 22 21 17 -4 29 7 17 10 -7 7 11 9 10 1 5 15 21 15 -6 V illarsS teC roix 0 0 0 0 0

P rilly 16 34 24 17 -7

Renens S t-S ulpice 48 54 121 42 -79 1 8 6 2 -4

Total 131 151 219 113 -106

Ordonnances pénales dans les communes
Bussigny - C havannesprèsprèsC rissier E cublens Lausanne Renens 2008 D omaine privé 2009 2010 2011 D iff 11-10 2008 D omaine public D iff 11-10 2009 2010 2011 547 579 611 418 -193 80 188 434 239 -195 323 344 332 336 4 70 214 402 407 5 191 185 119 183 64 134 351 669 444 -225 245 801 745 557 -188 64 152 277 313 36

P rilly

Renens

S tS ulpice 25 39 54 65 11 26 54 107 64 -43

V illarsS te-C roix 2 20 10 -10 6 9 15 10 -5

Total

633 634 592 591 -1 234 500 1'134 804 -330

989 1'251 1'241 1'585 344 541 1'063 2'564 1'774 -790

2'955 3'853 3'704 3'735 31 (* ) 1'155 2'531 5'602 4'055 -1'547 (* ) 45

(* ) Dès 2011, une ordonnance pénale peut sanctionner plusieurs infractions

Sommes encaissées dans les communes
Bussigny - C havannesprèsprèsC rissier E cublens Lausanne Renens D omaine privé 2008 2009 2010 2011 2008 2009 2010 2011 20'850 67'131 57'413 59'661 2'248 183'470 217'561 283'929 259'581 -24'348 13'020 37'793 32'062 47'176 15'114 127'520 197'058 200'987 288'881 87'894 20'850 20'242 13'891 23'728 9'837 183'470 358'864 374'923 440'643 65'720 13'620 74'406 75'458 85'978 10'520 271'880 278'362 314'782 427'523 112'741

P rilly

Renens

S tV illarsS ulpice S te-C roix 1'200 4'165 6'230 5'235 -995 59'780 89'029 87'235 89'379 2'144 120 1'970 755 131 -624 22'560 22'915 5'975 12'556 6'581

Total

28'670 69'360 63'983 90'287 26'304 439'070 680'259 681'555 792'881 111'326

46'360 130'720 125'043 214'131 89'088 1'079'580 1'387'722 1'720'381 1'595'721 -124'660

144'690 405'787 374'835 526'327 151'492 2'367'330 3'231'770 3'669'767 3'907'165 237'398

D iff 11-10 D omaine public

D iff 11-10

Nombre d'amendes d'ordre déliv rées (circulation et stationnement)

Bussigny - C havannesprèsprèsC rissier Lausanne Renens 2008 2009 2010 2011 D iff 11-10 2'212 2'139 4'151 4'075 -76 2'036 3'052 3'607 4'520 913 2'493 3'596 3'537 3'791 254

E cublens 1'531 1'554 2'420 2'824 404

P rilly 6'610 6'780 6'159 6'907 748

Renens 8'964 13'053 14'440 19'397 4'957

S t-S ulpice 557 954 1'287 1'367 80

V illarsS te-C roix 21 46 66 104 38

Total 24'424 31'174 35'667 42'985 7'318

Infractions traitées par la Commission de police
Bulletins d'amendes d'ordre 2008 2009 2010 2011 D iff 11-10 24'414 31'174 35'667 42'985 7'318 S urveillance O ffice Radar automatique d'instruction du trafic pénale 10'781 12'159 9'035 11'165 2'130 4'405 6'671 12'740 10'983 -1'757 130 158 123 130 7

P réfecture 565 619 627 656 29

Total 40'295 50'781 58'192 65'919 7'727

Sommes encaissées au profit des communes
Bussigny - C havannesprèsprèsLausanne Renens 2008 2009 2010 2011 22'919.85 2'794.90 570.15 0.00 19'986.62 1'927.30 507.55 120.00 V illarsS teC roix

C rissier

E cublens

P rilly

Renens

S tS ulpice 180.00 0.00 0.00 0.00

Total

14'027.00 16'160.00 57'000.00 161'160.15 1'344.70 650.50 232.70 1'816.45 10'645.15 0.00 0.00 6'931.05 326.90 21'446.85 14'789.25 4'437.95

0.00 291'433.62 0.00 0.00 0.00 39'975.35 23'448.50 5'117.55

46

www.polouest.ch