La photographie

 

La photographie est une technique permettant de fixer une image sur une surface sensible à l'aide de la lumière et des objets qui la reflètent. Le mot « photographie » est composé de deux racines d'origine grecque : * le préfixe « photo- » (φωτoς, photos : lumière, clarté) — qui procède de la lumière, qui utilise la lumière ; * le suffixe « -graphie » (γραφειν, graphein : peindre, dessiner, écrire) — qui écrit, qui aboutit à une image.

 

Invention
 

Les deux phénomènes nécessaires à l'obtention d'images photographiques étaient pour certains connus depuis longtemps.

Chambre noire (camera obscura) et le chlorure d'argent.
 

Joseph Nicéphore Niépce, un inventeur de Chalon-surSaône, associe ces trois procédés pour fixer des images (de qualité moyenne) sur des plaques d'étain recouvertes de bitume de Judée, sorte de goudron naturel qui possède la propriété de durcir à la lumière (1826 ou 1827).

La première photographie représente une aile de sa propriété à Saint-Loup-de-Varennes (Saône-et-Loire).

Camera Obscura

 

Louis Jacques Mandé Daguerre poursuit l'amélioration du procédé. En découvrant le principe du développement de l'image latente, Daguerre trouve le moyen de raccourcir le temps de pose à quelques dizaines de minutes. L'image latente est l'image « en devenir » que représente le film qui n'est pas encore développé. Les ions d'argent insolés forment cette image latente qui est invisible.

 

La date officielle de l'invention de la photographie est 1839, date à laquelle Arago présente à l'Académie des sciences l’ « invention » de Daguerre, le daguerréotype, qui est en fait une amélioration de celle de Niépce.

 

Les progrès suivent trois directions : 1. La réduction du temps de pose par augmentation :
• 

de la rapidité des surfaces sensibles, •  de la luminosité des objectifs ;

2. L’amélioration de la stabilité du tirage ; 3. La simplification de l'usage, grâce à l'invention :
•  • 

d'appareils de plus en plus légers et de moins en moins chers, •  de préparations stables évitant les manipulations chimiques, de l'introduction de l'informatique avec la numérisation de l'image, dite photo numérique.

Invention du négatif   William Henry Fox Talbot (1800-1877) mène des recherches parallèles à celles de Niépce et Daguerre à partir de 1833. En 1840, il invente le « calotype », procédé négatif-positif qui permet la diffusion multiple des images.
 

Félix Tournachon plus connu sous le nom de Nadar en fait une utilisation commerciale.

Invention du film souple   Les premiers clichés (noir et blanc ou autochromes) étaient réalisés sur des plaques de verre, relativement encombrantes, lourdes et fragiles. En 1884, George Eastman met au point les surfaces sensibles souples. Invention de la photographie en couleurs   Charles Cros et Louis Ducos du Hauron présentent le même jour à l'académie des sciences, le principe de la photographie en couleurs indirecte en trichromie soustractive en 1869, nécessitant l'exposition de 3 images correspondant aux trois couleurs primaires. Invention du positif direct   Vers 1948, le docteur Edwin H. Land met au point le premier appareil à développement instantané, le Polaroïd, et en 1962, il adapte ce procédé à la couleur. Une variante, la photographie en relief   La stéréoscopie ayant été inventée avant la photographie (Wheatstone, 1838), des photographes se sont mis dès 1841 à prendre des photos en relief, en deux poses successives avec un décalage entre les deux prises de vues. La photographie numérique   Les techniques informatiques permettent de transformer une image en une série de points, les pixels, dont les caractéristiques sont exprimées par des nombres, ce qui permet de la reconstruire sur un périphérique informatique. La photographie astronomique (…)

Talbot

Nadar

Camera Woman Alfred Cheney Johnston

Les Larmes Man Ray

Anatomies Man Ray

Le Violon d'Ingres Man Ray

Edweard Muybridge

Edweard Muybridge

Peter Witkins

Peter Witkins

Peter Witkins

Lewis Carol

Lewis Hine

Joshep Koudelka

A photograph is a secret about a secret. The more it tells you the less you know.

Diane Arbus

Diane Arbus

Ralph Eugene Meatyard

Uelsmann

Kenneth Josephson

Aaron Siskind

Friedlander

Friedlander

Christian Boltanski

Gioli

Barthes

Tom Drahos

Jeff Wall

Fischli & Weiss

Belegou

Adler

Bases techinques
•  • 

L'appareil photo

La distance focale et l'angle de champ
• 

Le diaphragme

• 

La profondeur de champ et la zone de netteté
• 

Calculateur de profondeur de champ
• 

La vitesse d'obturation

L'appareil photo
 

Il existe de nombreux types d'appareils photo mais le format le plus utilisé est le 24 X 36.

Ils se composent tous de la même façon :
•  •  •  • 

• 

une chambre noire qui est une boîte étanche à la lumière, dans laquelle se trouve le film. un obturateur qui permet de laisser passer la lumière afin qu'elle atteigne le film pendant un temps donné. un viseur qui permet au photographe de cadrer son image. un objectif qui comporte un diaphragme et qui est caractérisé par sa distance focale. Il représente la porte d'entrée de la lumière dans l'appareil photo. un posemètre qui permet de mesurer l'intensité de la lumière est donc d'adapter le choix de la vitesse d'obturation et l'ouverture du diaphragme afin d'obtenir une image correctement exposée.

La distance focale et l'angle de champ
 

La distance focale est définie par la distance en mm qui sépare le plan du film du centre optique de l'objectif. La taille de l'image enregistrée sur le film est proportionnelle à la focale de l'optique utilisée. Ainsi, un objectif de 200 mm de focale permet de grossir deux fois plus un objet situé à une distance donnée qu'avec un objectif de 100 mm de focale. La distance focale est intimement liée à l'angle de champ. Plus la focale augmente, plus l'angle de champ se réduit.

 

Focale 28mm 35mm 50mm 85mm 135mm 180mm 300mm 400mm 600mm

Angle de champ 75° 64° 47° 28° 18° 13,5° 8° 6° 4°

Le diaphragme
 

Le diaphragme est une ouverture circulaire dont le diamètre se règle automatiquement ou manuellement afin d'augmenter ou de diminuer la quantité de lumière qui entre dans l'appareil photo et qui impressionne le film durant le temps d'exposition choisit. Il se situe généralement au centre de l'objectif. L'ouverture de ce diaphragme est définie par un chiffre. Plus ce chiffre est petit, plus le diaphragme est ouvert et inversement.

 

La profondeur de champ et la zone de netteté
 

La profondeur de champ est définie par la largeur de la zone comprise entre le premier et le dernier plan net de l'image.

De nombreux paramètres conditionnent cette profondeur de champ:
• 

la focale: plus la focale est élevée, plus la profondeur de champ diminue. Ainsi, une profondeur de champ importante est obtenue plus facilement avec un objectif de 28 mm qu'avec un téléobjectif de 300 mm le diaphragme: plus l'ouverture du diaphragme est petite et plus la profondeur de champ augmente. La profondeur de champ sera plus importante avec une ouverture égal à f/11 qu'avec une ouverture égal à f/2. la distance: la profondeur de champ augmente avec la distance. Plus le sujet photographié est proche, plus la profondeur de champ sera faible pour un diaphragme et une focale donnée et inversement.

• 

• 

La vitesse d'obturation
 

Le diaphragme détermine la quantité de lumière qui pénètre jusqu'à la pellicule pour l'impressionner. L'obturateur quant à lui va permettre, en fonction de sa vitesse d'obturation, de fixer le temps durant lequel la lumière sera autorisée à pénétrer dans la chambre noire jusqu'à la pellicule. Sur les appareils photo reflex modernes, l'obturateur se compose de deux rideaux métalliques ou en toile qui se déplacent à la même vitesse de bas en haut et qui laissent apparaître une fente qui permet la lumière de pénétrer jusqu'au film.

 

 

Tout comme l'ouverture du diaphragme, la vitesse d'obturation est normalisée: 1 seconde -- 1/2 seconde-- 1/4 seconde -- 1/8ème de seconde -- 1/15 seconde -- 1/30 seconde -- 1/60 seconde -1/125 seconde -- 1/250 seconde -- 1/500 seconde -- 1/1000 seconde -- 1/2000 seconde --etc... bien sûr, il existe des posent plus longues: 2,4, 8,16 voire 30 secondes ou plus.

Il existe deux nuances :
•  • 

la pose B : il s'agit d'une pose longue pendant laquelle l'obturateur est ouvert tant que le photographe reste appuyé sur le déclencheur. la pose T : l'obturateur s'ouvre au premier déclenchement et ne se referme que lorsque le le photographe appui de nouveau sur le déclencheur.

Ces poses sont utilisées pour des effets spéciaux ou des photos de nuit lorsque la faible lumière impose un temps de pose important.
  •  •  •  • 

Dans la pratique quatre points sont importants à retenir: une vitesse trop lente (1 seconde ou plus) se traduit par une photo floue si l'on utilise pas un pied photo. une vitesse lente produit une impression de mouvement. une vitesse rapide ( 1/500,1/750) fige le mouvement (photo de sport). dans tous les cas, à main levée, il faut opter pour une vitesse au moins égale à à l'inverse de la focale utilisée afin d'éviter d'obtenir une photo floue. Ainsi, avec un objectif de focale égale à 28 mm, il ne faut pas descendre en dessous de 1/30 seconde. De même, avec un téléobjectif de 300 mm, il ne faut pas descendre en dessous de la vitesse de 1/250 seconde.

Cadrage et composition
  •  •  •    •  •  •    •  • 

Les premier choix à faire Horizontal ou vertical ? Le point de vue La taille des plans Les règles de composition Nombre d'or et règle des tiers Lecture d'une image Les lignes directrices Les éléments à prendre en compte Les formes L'équilibre de la composition

 

Cadrage horizontal On appelle le cadrage horizontal, le format « paysage ». Il est vrai qu’il convient tout à fait à la prise de vue d’une scène générale (paysage, groupe de personne…) et toutes les actions qui se déroulent sur la largeur.

 

Cadrage vertical L’œil est moins habitué aux compositions verticales car il doit balayer la photo de haut en bas. De plus, une impression d’optique nous fait croire qu’une photo cadrée verticalement est plus grande qu’une photo prise horizontalement (plus précisément que les deux extrémités sont plus éloignées sur la photographie verticale !). Du coup, l’œil humain accorde moins d’importance aux éléments se situant tout en haut ou tout en bas de l’image. On appelle le cadrage vertical, le format « portrait ».

•  Carré : On peut faire des photos en moyen format (ainsi plus besoin de se poser la question horizontal ou vertical ?) mais ce format est assez monotone et ne convient qu’à peu de sujets… •  Rectangulaire : Le format classique rectangulaire comporte des lignes fortes qui dynamisent la photo. •  Horizontal : un cadrage horizontal donne une impression de calme, de profondeur et de distance. •  Vertical : un cadrage vertical donne une impression d'action et de proximité. De plus, un cadrage vertical est plus chaleureux qu’un cadrage horizontal.

 

Le point de vue Le photographe choisi une position par rapport au sujet, cette position est porteuse de sens, on l’appelle le point de vue. Le photographe indique ainsi son rapport avec le sujet. Il faut donc choisir le point de vue le plus adapté pour retranscrire les sentiments que le sujet nous a inspiré. Si le point de vue est rapproché, le photographe exprime une certaine intimité avec le sujet alors que s’il s’éloigne, on va ressentir une certaine distance.

Hauteur d’œil

-

Plongée

-

Contre plongée

 

La taille des plans La taille des plans est basée sur le découpage de la silhouette humaine.

Le plan général (PG) Le plan général consiste à prendre le sujet dans son environnement général.

Le plan d’ensemble (PE) Le plan d’ensemble est un cadrage plus resserré que le plan général.

Le plan moyen (PM) Le plan moyen est un cadrage resserré sur le sujet principal. Il doit apparaître en entier sur la photo.

Le plan américain (PA) Le plan américain consiste à cadrer un personnage à mi-cuisse. Le plan rapproché (PR) On ne voit que la partie supérieure du sujet (coupé à la taille ou à la poitrine).

Le gros plan (GP) Le gros plan consiste à cadrer une partie importante du sujet pour la mettre en valeur. Le décor est alors inexistant.

Le très gros plan (TGP) Le très gros plan consiste à remplir son cadre par une petite partie du sujet.

Les règles de composition
 

Nombre d’or et règle des tiers Le placement d’un sujet sur une photo doit obéir à la règle du nombre d’or. Ces lignes sont appelées lignes de forces.

La lecture de l’image se fait de manière inconsciente mais toujours de la même façon: l'œil commence la lecture par l'angle supérieur gauche de l'image et descend en zigzag pour aboutir finalement à l'angle inférieur droit.

 

Le golden mean

 

Les lignes directrices Les lignes directrices sont définies par la direction des différents éléments de la photo.

Les formes
• 

Le carré est symétrique et donc donne une impression de calme et de stabilité. Il vaut mieux l’accompagner d’autres formes sinon la photo risque d’être trop plate. Le triangle ascendant est une forme harmonieuse qui donne une impression de calme et d’équilibre (une base solide). C’est aussi une forme de spiritualité (elle pointe vers le ciel). Le triangle descendant accélère le mouvement du regard et donne une certaine impression d’insécurité.
• 

• 

• 

Le cercle symbolise l’infini, la douceur, l’harmonie, il donne donc l’impression d’un équilibre parfait

• 

Le rectangle horizontal évoque une atmosphère paisible, le repos mais il peut également donner l’impression de lourdeur et de froideur. Le rectangle vertical exprime la puissance, la force et la solidarité. Il peut aussi servir à dramatiser une composition.

• 

L'équilibre de la composition
 

La composition d’une photo doit également prendre en compte le poids visuel de chaque élément, c'est-à-dire son contexte, sa forme et son contraste afin d’équilibrer son image.

Equilibre des masses
 

L’impact d’une grosse masse est très important et va monopoliser l’attention au détriment des masses plus petites. La première chose à faire pour équilibrer une image est de compenser les masses entre elles.

 

Il faut donc prendre en compte plusieurs paramètres :
•  •  • 

Leurs dimensions Le placement des masses les unes par rapport aux autres Les distances qui les séparent

Représenter l'espace et la profondeur de champs
 

Les plans disponibles: l'avant-plan, net ou flou, très proche le premier plan, toujours net, à mi-distance, contient le sujet principal l'arrière-plan, suggéré ou flou, se situe à plus longue distance et donne un fond à l'image les plans lointains ou l'infini, ferment le sommet de l'image Le photographe doit donc veiller à utiliser une combinaison de ces plans qui lui permettra de rendre compte sur limage finale de l'aspect tridimensionnel de la scène photographiée.

•  •  •  • 

 

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful