MINISTERE DE L'INTERIEUR Secrétariat général à l'immigration et à l'intégration

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

Relatif à la mise en œuvre des dispositions de l’article R. 553-14 du Code de l’Entrée et du Séjour des Etrangers et du Droit d’Asile pris pour l’application des dispositions de l’article L. 553-6 de ce code

CCTP V19 03 12 2012

SOMMAIRE

1 – OBJET DU MARCHE 2 – PRESENTATION 2-1 - Le cadre juridique 2-2 - Les lieux d'intervention 2-3 - La composition des lots 3 – PRESTATIONS DEMANDEES 3-1 - Prestation d'information et d'aide à l'exercice des droits 3-2 - Prestations de soutien 3-3 - Autres prestations 4 – MODALITES D’EXECUTION DU MARCHE 4-1 - Equipes d'intervenants 4-2 - Intervention sur site 4-3 - Adaptation des effectifs aux besoins 5 – ORGANISATION ET QUALITE DE L'EQUIPE 6 – CONTROLE DE L’ADMINISTRATION – EVALUATION 6-1 - Contrôles 6-2 - Rapport d'exécution 7 – DROITS ET OBLIGATIONS DU TITULAIRE 7-1 - Droits du titulaire 7-2 - Obligations du titulaire 8 – CALENDRIER ANNEXE 1 : Carte d'implantation et de capacité des sites d'intervention ANNEXE 2 : Formulaire de demande d'agrément

3 3

5

7

8 8

9

10

2

CCTP V19 03 12 2012

1 – OBJET DU MARCHE Le marché a pour objet les prestations d'accueil, d’information et de soutien des étrangers maintenus dans les centres de rétention administrative pour permettre l’exercice effectif de leurs droits, prévues à l’article R. 553-14 du Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (CESEDA) pris en application de l'article L. 553-6 du même code. 2 – PRESENTATION 2-1 - Le cadre juridique Le CESEDA dans son article L. 551-1, prévoit que "A moins qu'il ne soit assigné à résidence en application de l'article L. 561-2, l'étranger qui ne peut quitter immédiatement le territoire français peut être placé en rétention par l'autorité administrative dans des locaux ne relevant pas de l'administration pénitentiaire, pour une durée de cinq jours, lorsque cet étranger : 1° Doit être remis aux autorités compétentes d'un Etat membre de l'Union européenne en application des articles L. 531-1 ou L. 531-2 ; 2° Fait l'objet d'un arrêté d'expulsion ; 3° Doit être reconduit à la frontière en exécution d'une interdiction judiciaire du territoire prévue au deuxième alinéa de l'article 131-30 du code pénal ; 4° Fait l'objet d'un signalement aux fins de non-admission ou d'une décision d'éloignement exécutoire mentionnée à l'article L. 531-3 du présent code ; 5° Fait l'objet d'un arrêté de reconduite à la frontière pris moins de trois années auparavant en application de l'article L. 533-1 ; 6° Fait l'objet d'une obligation de quitter le territoire français prise moins d'un an auparavant et pour laquelle le délai pour quitter le territoire est expiré ou n'a pas été accordé ; 7° Doit être reconduit d'office à la frontière en exécution d'une interdiction de retour ; 8° Ayant fait l'objet d'une décision de placement en rétention au titre des 1° à 7°, n'a pas déféré à la mesure d'éloignement dont il est l'objet dans un délai de sept jours suivant le terme de son précédent placement en rétention ou, y ayant déféré, est revenu en France alors que cette mesure est toujours exécutoire." L’article R. 553-14 du CESEDA prévoit que "pour permettre l'exercice effectif de leurs droits par les étrangers maintenus dans un centre de rétention administrative, le ministre chargé de l'immigration conclut une convention avec une ou plusieurs personnes morales ayant pour mission d'informer les étrangers et de les aider à exercer leurs droits. A cette fin, la personne morale assure, dans chaque centre dans lequel elle est chargée d'intervenir, des prestations d'information, par l'organisation de permanences et la mise à disposition de documentation. Ces prestations sont assurées par une seule personne morale par centre. Les étrangers retenus en bénéficient sans formalité dans les conditions prévues par le règlement intérieur". Cet article a été pris pour l’application de l’article L. 553-6 du CESEDA qui dispose qu’un "décret en Conseil d'Etat définit les modalités selon lesquelles les étrangers maintenus en rétention bénéficient d'actions d'accueil, d'information et de soutien, pour permettre l'exercice effectif de leurs droits et préparer leur départ." 2–2 - Les lieux d'intervention L'arrêté du 30 janvier 2012 modifiant l’arrêté du 30 mars 2011 pris en application de l’article R. 553-1 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile fixe la liste des CRA. Nonobstant l’arrêté supra, l’appel d’offres concerne 24 centres en métropole et 3 en Outremer. La carte précisant l'implantation et la capacité de ces sites est jointe en annexe I.

3

CCTP V19 03 12 2012

2–3 – La composition des lots
LOT Centres concernés Commissariat Central, 23 rue François-de-Sourdis, 33000 Bordeaux Gironde 1 Rue Joliot Curie, 64700 Hendaye - Pyrénées-Atlantiques Avenue Pierre-Georges-Latécoère, 31700 Cornebarrieu – Haute-Garonne Lieudit Le Reynel, 35136 Saint-Jacques de la Lande - Ille-et-Vilaine Route de la Drève, 59810 Lille Lesquin - Nord 2 Rue du Fort, 67118 Geispolsheim - Bas-Rhin Rue du Chemin Vert, 57070 Metz-Queuleu - Moselle Espace Lyon Saint-Exupéry, 69125 Lyon Aéroport - Rhône 3 26 boulevard Danielle-Casanova, 13014 Marseille – Bouches-du-Rhône Caserne d'Auvare, 28 rue de Roquebillière, 06300 Nice – Alpes-Maritimes Rue Clément-Ader, 30 000 Nîmes - Gard 4 Rue des Frères-Voisins, lotissement Torremilla, 66000 Perpignan Pyrénées-Orientales 15 quai François-Maillol, 34200 Sète - Hérault Site du Morne Vergain, 97139 Les Abymes - Guadeloupe 5 2 avenue Georges Brassens, Sainte-Clothilde, 97490 Le Chaudron - La Réunion Route de Rochambeau, 97351 Matoury - Guyane 6 6 rue de Paris, départementale 401, 77990 Le Mesnil Amelot - Seine-et-Marne 2 rue de Paris, départementale 401, 77990 Le Mesnil Amelot - Seine-et-Marne Hôtel de police, boulevard du Kent, 62903 Coquelles – Pas-de-Calais Hôtel de police, rue Emile Zola, 91120 Palaiseau - Essonne 7 889 avenue François Mitterrand, 78370 Plaisir - Yvelines Ecole nationale de police, route des Essarts, 76350 Rouen-Oissel - SeineMaritime Hôtel de police, 45 rue de Carency, 93000 Bobigny - Seine-Saint-Denis (2) Paris 1- ENPP, avenue de l'Ecole de Joinville, 75012 Paris - Paris 8 Paris 2 – ENPP, avenue de l'Ecole de Joinville, 75012 Paris - Paris Paris 3 - ENPP, avenue de l'Ecole de Joinville, 75012 Paris - Paris Palais de Justice, Dépôt, 3 quai de l'Horloge, 75001 Paris - Paris Nombre d'arrivées moyen hebdomadaire (1) 3 6 28 12 19 10 15 34 46 35 22 14 10 8 0,5 72 41 34 23 12 9 16 25 19 20 24 10

(1) Le nombre d'arrivées moyen est évalué sur la base des arrivées effectives au cours de l'année 2011 et des 10 premiers mois de l'année 2012. (2) Le CRA de Bobigny est actuellement fermé pour une durée indéterminée. Dés lors, le lot 8 est composé d'une tranche ferme correspondant aux 4 (quatre) CRA de Paris et une tranche conditionnelle comprenant le CRA de Bobigny.

3 – PRESTATIONS DEMANDEES 3-1 – Prestation d'information et d'aide à l'exercice des droits

4

CCTP V19 03 12 2012

La présente procédure a pour objet la fourniture de prestations d'accueil, d’information et de soutien des étrangers maintenus dans les centres de rétention administrative pour permettre l’exercice effectif de leurs droits, prévues à l’article R. 553-14 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (CESEDA) pris en application de l'article L. 553-6 du même code. Le prestataire assure une présence effective sur site d'une durée minimale d'une heure trente par jour qui s'impute sur un forfait d'heures de présence hebdomadaire sur site fixé dans les conditions détaillées dans le tableau ci-après :
Temps de présence hebdomadaire sur site1 Dispositions particulières infra Dispositions particulières infra 25 heures / du lundi au vendredi 65 heures / du lundi au vendredi 20 heures / du lundi au samedi 40 heures / du lundi au samedi 30 heures / du lundi au samedi 65 heures / du lundi au samedi 95 heures / du lundi au samedi 70 heures / du lundi au samedi 45 heures / du lundi au samedi 30 heures / du lundi au vendredi 20 heures / du lundi au vendredi Dispositions particulières infra 90 heures / du lundi au dimanche Dispositions particulières infra 85 heures / du lundi au samedi 70 heures / du lundi au samedi 50 heures / du lundi au samedi 25 heures / du lundi au samedi 20 heures / du lundi au vendredi 35 heures / du lundi au samedi 20heures / du lundi au samedi 45 heures / du lundi au samedi 45 heures / du lundi au samedi 45 heures / du lundi au samedi 50heures / du lundi au vendredi

Centres BORDEAUX (33) HENDAYE (64) SAINT JACQUES DE LA LANDE (35) TOULOUSE CORNEBARRIEU (31) GEISPOLSHEIM (67) LILLE LESQUIN 2 (59) METZ (57) LYON SAINT EXUPERY (69) MARSEILLE CANET (13) SETE (34) NICE AUVARE (06) NIMES (30) PERPIGNAN (66) SETE (34) LES ABYMES (GUADELOUPE) MATOURY (GUYANE) LE CHAUDRON (LA REUNION) LE MESNIL AMELOT 2 (77) LE MESNIL AMELOT 3 (77) COQUELLES (62) PALAISEAU (91) PLAISIR (78) ROUEN OISSEL (76) PARIS PALAIS DE JUSTICE (75) PARIS 1 (75) Tranche ferme PARIS 2 (75) PARIS 3 (75) Tranche BOBIGNY (93) (1) conditionnelle

LOT 1

LOT 2

LOT 3

LOT 4

LOT 5 LOT 6

LOT 7

LOT 8

(1) Le CRA de Bobigny est actuellement fermé pour une durée indéterminée. Dés lors, le lot 8 est composé d'une tranche ferme correspondant aux 4 (quatre) CRA de Paris et une tranche conditionnelle comprenant le CRA de Bobigny. Une astreinte téléphonique de 9h à 13h, pouvant être mutualisée par lot, est assurée par le titulaire : - le samedi pour les seuls CRA pour lesquels la permanence physique n'est pas prévue, - les dimanches, - les jours fériés. Le particularisme des CRA de La Réunion et de la Guadeloupe, ainsi que l'occupation variable et particulièrement basse des CRA de Bordeaux et Hendaye requièrent pour ces centres une grande adaptabilité se traduisant, en l'absence de retenus, par la tenue d’une astreinte téléphonique du lundi au dimanche de 8h à 20h dans le but de permettre l'exercice effectif et immédiat de ses droits en cas d'arrivée d'un étranger maintenu en rétention et en
1

5

CCTP V19 03 12 2012

attendant que l'intervenant puisse se transporter sur site dans un délai qui ne pourra être supérieur à 12 heures. Pour assurer une égalité de traitement dans les centres, un document de base de 2 pages maximum – recto, verso - au format 21cm X 29,7cm, traduit dans les principales langues utilisées dans les centres sera remis aux titulaires par l’administration. Outre ce document, le titulaire du marché peut diffuser des documents complémentaires, à portée juridique ou administrative, et en assurer l'explication. 3-2 – Prestations de soutien Ces actions devront inclure :  L’analyse des situations individuelles ;  Et à l'initiative du retenu : • Le conseil et l’orientation vers les démarches adaptées ; • L’aide à la rédaction des demandes auprès des autorités administratives et à la rédaction des recours auprès des juridictions administratives et judiciaires compétentes ; • La mise en relation avec un avocat.  L'information du chef de CRA des différents recours déposés. 3-3 – Autres prestations

 Assurer la logistique (mobilier, téléphonie, reprographie, informatique) et la
coordination de l’activité des salariés et bénévoles de la personne morale ;  Désigner un interlocuteur unique par centre ;  Désigner un coordinateur par lot ;  S’engager, d’une part, à réaliser les prestations décrites ci-dessus et à mettre en œuvre, à cette fin, tous les moyens nécessaires en qualité de prestataire de service, d’autre part, à faire preuve de discrétion et à ne pas divulguer en sa qualité de prestataire de l’Etat, des faits ou des informations individuelles qu’il aura à connaître. En outre, l'attributaire sera en capacité de répondre : • sur sollicitation expresse du chef de centre, à une demande urgente d’information présentée par un retenu en mobilisant un membre de la personne morale, particulièrement le week-end, les jours fériés et les périodes dites « de ponts », • ou, en cas de circonstances exceptionnelles, à la nécessité de mobiliser, autant que de besoin, des moyens humains supplémentaires. Toutefois ces dispositions n’empêchent nullement le titulaire du marché avec l’accord express du retenu concerné : - d’avoir des communications avec ses proches afin d’assurer dans les meilleures conditions sa mission, - d’échanger des informations avec les autres personnes morales responsables de la même mission dans d’autres centres de rétention administrative pour assurer un suivi de certains dossiers individuels et/ou une coordination. Chaque personne morale désignée pour accomplir, dans un centre de rétention administrative, les prestations prévues à l’article R. 553-14 du CESEDA devra participer à une réunion rassemblant l’ensemble des titulaires des lots, organisée au minimum une fois par an, à l’initiative du pouvoir adjudicateur. 4 – MODALITES D’EXECUTION DU MARCHE 4-1 – Equipes d'intervenants

6

CCTP V19 03 12 2012

Pour réaliser les prestations telles que définies au point 3 ci-dessus, le titulaire du marché propose, pour chaque centre de rétention, une équipe d’intervenants. Pour l'intervenant qui ne remplit les prestations que dans un seul centre du lot, la demande d'agrément est présentée au service idoine de la préfecture d'implantation du centre. Si l'intervenant est amené à se rendre dans l'ensemble des centres d'un même lot, l'agrément individuel est sollicité et délivré par le ministre en charge de l'immigration. Une personne physique ne peut représenter plus d'une personne morale. Les premières demandes d'agrément devront être déposées dès notification du marché au titulaire, puis au fur et à mesure des renouvellements des intervenants. Le nombre d'agréments individuels préfectoral ou ministériel sera fixé par l'Administration en fonction du format de l'équipe proposée par le candidat. 4-2 – Intervention sur site Afin de permettre au titulaire du marché d’accomplir les prestations demandées et sous réserve des consignes de sécurité applicables, chaque personne agréée exerce ses missions dans le local mis à disposition dans lequel elle rencontre et s'entretient avec un retenu à la fois, hormis le cas des familles. Les personnes agréées ont accès aux informations strictement nécessaires à l’accomplissement de leurs missions. Le règlement intérieur de chaque centre tient compte des horaires de présence des représentants du titulaire du marché. Le chef du CRA ou son représentant, en dehors des jours et heures ouvrables, peut faire appel au représentant local du titulaire du marché pour des situations urgentes susceptibles de porter atteinte aux droits du retenu. Le coordinateur du lot et les intervenants habilités au sein du centre de rétention assistent à la réunion inter-acteurs, organisée trimestriellement sous l'autorité du chef de CRA. Un compte rendu est enregistré au greffe et est transmis aux autorités hiérarchiques et au service en charge de la rétention administrative au sein du ministère en charge de l'immigration. En outre, en cas de nécessité, le chef de CRA peut convoquer les intervenants du centre. En cas de difficulté, les représentants locaux du titulaire du marché saisissent d’abord le chef de centre de rétention concerné puis, si nécessaire, le préfet dont dépend le lieu de rétention, avec copie au service en charge de la rétention au sein du ministère chargé de l’immigration. En cas de difficultés persistantes, le titulaire du marché saisit directement le ministère chargé de l’immigration.

4-3 – Adaptation des effectifs aux besoins Au cours de l’exécution du marché, le titulaire du marché s’engage à adapter, autant que de besoin, à la demande expresse du pouvoir adjudicateur, ses effectifs d’intervenants en fonction de l’évolution des centres de rétention administrative (ouverture ou fermeture d’un centre ou encore redimensionnement des places disponibles temporaires ou définitifs). A cet égard, l’offre détaille le dispositif qu’il envisage pour s’adapter aux évolutions du centre de rétention administrative. Sauf cas de force majeure prévu par les textes, le pouvoir adjudicateur ou son représentant avisera formellement le titulaire desdites évolutions au minimum 2 (deux) mois avant. L’offre du candidat précise également les modalités de gestion des remplacements d’effectifs momentanément indisponibles.

7

CCTP V19 03 12 2012

5 – ORGANISATION ET QUALITE DE L'EQUIPE Le titulaire organise le temps de travail des intervenants salariés de telle façon que l'équipe en place assure le temps de présence effectif dans les CRA selon les modalités prévues à l'article 3.1 du présent CCTP. Il désigne un coordinateur par lot chargé de superviser l'organisation de l'action juridique dans les CRA. Ce coordinateur est l'interlocuteur de l'administration, notamment du chef de CRA et de la préfecture. Le coordinateur devra disposer d'une formation initiale en droit administratif sanctionnée par un diplôme au moins égal au master de droit public et d'une expérience d'au moins 5 ans dans le domaine de l'accompagnement juridique. Les intervenants salariés disposeront quant à eux d'une formation initiale en droit administratif sanctionnée par un diplôme au moins égal à une licence ou d'une expérience d'au moins 5 ans dans le domaine de l'accompagnement juridique. En toute hypothèse, pour chaque centre, la personne morale devra organiser son équipe de façon à ce que soit présent au moins un intervenant justifiant du niveau minimum de connaissances juridiques correspondant à une licence orientée vers le droit public. Le titulaire s'assurera que son équipe maîtrise le droit applicable aux étrangers et les règles du contentieux administratif et judiciaire. Les intervenants salariés devront maîtriser au minimum une des langues véhiculaires (anglais, arabe, chinois, espagnol, portugais et russe). Le titulaire peut renforcer son équipe par des intervenants bénévoles choisis selon les mêmes critères de compétence. 6 – CONTRÔLE DE L’ADMINISTRATION – EVALUATION 6-1 - Contrôles Le titulaire s’engage à faciliter, à tout moment, le contrôle par l’Administration de la réalisation du marché, notamment par l’accès à toute pièce justificative des dépenses et tout autre document dont la production serait jugée utile. Par ailleurs, l’état de présence des intervenants sera demandé aux chefs de CRA. Il sera tenu à cet égard un registre de présence dans le cas où le contrôle informatisé des présences serait inexistant. Le pouvoir adjudicateur constate régulièrement la réalité de la permanence téléphonique. Le titulaire est tenu d’informer le pouvoir adjudicateur ou son représentant de toute défaillance technique susceptible de bouleverser le dispositif et met tout en œuvre pour régler le dysfonctionnement dans un délai ne pouvant excéder 24 heures. Un contrôle sur site peut être réalisé, de façon inopinée, par le pouvoir adjudicateur ou son représentant en vue de vérifier la réalité de la prestation. Une réunion de suivi du déroulement du marché peut être organisée autant que de besoin entre le titulaire du marché et l’Administration à l’initiative de cette dernière. 6-2 – Rapport d'exécution - Comptes-rendus périodiques

8

CCTP V19 03 12 2012

Le titulaire rend compte à l’Administration, représentée par le directeur de l'immigration au ministère de l'intérieur et localement par le Préfet, de la réalisation des prestations, sous forme de comptes-rendus d’exécution. Ces documents prévus au CCAP sont remis selon la périodicité correspondant aux règlements dont ils conditionnent la mise en œuvre. Ces documents sont contractuels et établis dans le cadre des prestations de service rémunérées comme telles par l’Etat, aussi ne peuvent-ils être communiqués, en tout ou partie, sans accord préalable et formel du pouvoir adjudicateur, dans le cadre des rapports et communications propres à la personne morale. - Compte rendu final Au plus tard trois mois après le terme du marché, le titulaire remet un rapport sur l’exécution des prestations. Ce rapport sert de support à l’évaluation de la qualité des prestations fournies et récapitulera :  Le nombre de prestations d’information réalisées,  Les moyens mobilisés pour les interventions dans les centres de rétention administrative, notamment en personnels (salariés, bénévoles), ainsi que pour les activités de logistique et de coordination. Il relatera le déroulement de l’accomplissement des prestations et soulignera les difficultés éventuelles rencontrées dans leur réalisation comme les bonnes pratiques à développer. 7 – DROITS ET OBLIGATIONS DU TITULAIRE 7-1 – Droits du titulaire L’Administration garantit, dans les conditions prévues au CCAP, le règlement des prestations effectivement réalisées. Les dispositions du présent marché n’empêchent pas le titulaire du marché d’exprimer, de manière mesurée, des opinions dans le domaine des politiques publiques relatives à l'immigration dans ses publications et ses communications ou dans des publications ou des communications communes avec d’autres personnes morales responsables de la même mission dans d’autres centres de rétention. Les dispositions du code de travail relatives aux droits d'alerte et de retrait s'appliquent aux intervenants désignés par le titulaire et formellement agréés par l'administration à exercer dans le CRA. 7-2 – Obligations du titulaire Par permanence sur site, le pouvoir adjudicateur entend présence effective au sein du centre et impose donc aux titulaires de prendre toutes les dispositions nécessaires pour pallier les absences des intervenants. Le remplacement est concomitant, sauf les cas de force majeure reconnus par la jurisprudence où le suppléant pourra intervenir dans les 24 heures, la permanence téléphonique assurant le relais durant ce laps de temps. Conformément au principe de neutralité du service public et à la jurisprudence qui en découle, le devoir de réserve et l'obligation de discrétion s'appliquent à toute personne collaborant à une mission de service public. Si l'action d'assistance juridique n'exclut pas la concertation du titulaire du marché avec les autres acteurs, elle s'exerce dans un esprit de neutralité et de respect du domaine d'intervention de chacun. L’exécution des prestations, pour qu’elle soit satisfaisante, exige également le respect des obligations et règles de vie résultant de la vocation des centres de rétention administrative, telles qu’elles résultent du CESEDA, et mentionnées ci-dessous :

9

CCTP V19 03 12 2012

− le règlement intérieur en vigueur s'impose à toutes les personnes intervenant au sein
des CRA.

− le représentant du titulaire se soumet à l'obligation d'inscription au registre de
présence ou au contrôle informatisé des présences.

− l'information du chef de CRA sur le dépôt d'un recours interviendra dans la journée
afin d'éviter toute conséquence dommageable pour l'Administration.

− le dépôt d'un recours ne peut intervenir qu'à la demande du retenu. − l'assistance juridique des retenus n'autorise pas la mise à disposition du retenu
d'outils de communication vers l'extérieur (notamment l'accès à internet ou à la téléphonie mobile). recueillir l’autorisation préalable du chef de CRA.

− tout affichage de document ne devra pas mettre en cause l'Administration et devra − l'entretien avec le retenu présente un caractère strictement individuel (hors famille). − Les personnes intervenant dans le CRA ne sont pas autorisées à permettre l'entrée

au sein du CRA d'une personne ne faisant pas état de ses qualités professionnelles et soumises à une autorisation préalable.

Sans préjudice des pénalités prévues au CCAP, tout manquement aux obligations énoncées ci-dessus donnera lieu à un avertissement adressé au titulaire par lettre recommandée mentionnant le nom de l'intervenant ou du coordinateur. Au-delà de deux avertissements, l'agrément délivré à l'intervenant ou au coordinateur pourra être retiré. 8 – CALENDRIER La prestation prend effet au 1er mars 2013 ou à sa date de notification si celle-ci est postérieure.

10

CCTP V19 03 12 2012

ANNEXE 2 AU CCTP DEMANDE D’AGREMENT

►Centre(s) de rétention administrative pour le(s)quel(s) l'agrément est demandé :

►Titulaire du marché : ►Etat civil de l’intervenant :  nom :  prénoms :  date et lieu de naissance :  nationalité : ►Domicile de l’intervenant :

►Position de l’intervenant : (cocher la case correspondante)  salarié  bénévole  autres (préciser) Important : Ce formulaire devra être accompagné de 2 photographies d’identité et d’une photocopie du passeport ou de la carte d’identité en cours de validité de l’intervenant.

11