You are on page 1of 14

« Ne pas rester en froid avec les grands STEF »

par Hervé Leclère

S'il s’agit ici d’une réhabilitation du wagon frigo ‘’STEF’’, on peut aussi parler de modernisation de ce wagon, pouvant servir, aux côtés d’autres matériels, au transport de denrées périssables ; je pense aux trains-bloc surnommés « Baygon vert » par exemple. On peut voir sur cette photo les portes latérales rehaussées ; les échelles sont restées, bien qu’elles soient inutiles du fait de l'équipement d’un groupe-froid autonome ; l’ inscription ayant disparu, cela laisse tout loisir à notre reproduction. On peut voir aussi la patine type à reproduire sur ce genre de matériel.

Il faut d’abord 'envisager' l'opération avant tout démontage et savoir quel modèle choisir ?

On peut combiner plusieurs versions sur un seul wagon, comme les 2 spécimens modifiés sur ces photos.

On peut tout d’abord s’occuper des portes latérales, que j’ai gravées, ou plutôt -sculptées- au cutter, de façon à créer l’illusion que la porte existe réellement, sans pour cela l’ouvrir. Ces portes étant dites « autoclaves », il n’est pas nécessaire de voir les jours. Bien sûr, il faudra y adjoindre les éléments du mécanisme des portes qui sont louvoyantes et coulissantes. Cette rehausse permet aux chariots élévateurs la manutention des palettes plus hautes que la nor male, tout en restant dans les critères standards. Ces glissières seront faites avec divers pièces de profilés Evergreen. Pour ma part j’ai gardé le sigle ‘’stef’’ en l’état, puisqu’il est supposé être contemporain du modèle ainsi modifié.

La suppression des escaliers d’accès aux trappes à glace peut se faire tout simplement par leur dépose, mais il sera souhaitable de boucher les trous de fixation à l'enduit et de repeindre en conséquence. J’ai préféré poser une plaque de plastique blanc de façon plus rapide.

Ceci dit, en passant, j’ai aussi modifié la position des volants de freins -de façon plus logique- et remplacé les volants à 5 branches par des SMD par exemple.

1ère version laissant apparaître la trappe sans l’escalier.

L’attelage disgracieux sera remplacé également, par le système « maison » plus discret, ( décrit plus loin). 2ème version: trappes complètement occultées. Il est fort possible de ne pas traiter tout le parc de l'opération complète, ce qui offrira une certaine la variété dans une rame.

3ème version: pose d’un groupe-frigo autonome, récupéré sur un container ‘’chrono froid’’. J’ai fait un moulage de ce groupe-frigo afin de ne pas déshabiller stef pour habiller Paul.( !)

Tailler dans le vif, d’environ 8 mm -d’un seul coté-, en prévision de l’encombrement d’un seul bloc par wagon.

Pose à blanc de la copie du groupe.

L’autre extrémité est tout simplement obturée.

On aperçoit le volant de frein de celui-ci, débarrassé de ses escaliers d’accès aux trappes. Tous ces wagons sont passés sous licence Interfrigo.

Passons à la fabrication des attelages. J’ai 2 wagons à équiper, donc 4 attelages, suivis en photos.

Préparation des composants par copies successives, soit 4 fois le report du patron du 1 er de série, de façon à reproduire avec régularité. Tout est collé au diluant cellulosique, puisqu’on a plus le droit au trichlo'.

Installation de queues d’aronde servant de guide au timon. À reproduire à l’identique 4 fois.

Petites ablations pour laisser le mouvement s’effectuer librement.

Installation des crochets fixes et mobiles. On peut aussi effacer le sigle Jouef pour un meilleur glissement.

L’élastique est en place, le boîtier NEM 362, fait d’un morceau d’Akilux, est enfilé et collé fortement avec l’attelage (court marklin ) sur le timon.

Les butées de mouvement sont améliorées sur ce modèle, la place libre le permettant.

Bien entendu les bogies ont droit à un sérieux lifting, les affreux timons d’attelage Jouef doivent disparaître.

Une fois sur le rail, en position avec un autre wagon de la marque, les tampons se joignent !

De l’autre côté :

Fin de l’épisode n° 13.