You are on page 1of 3

LE WIDAL

1° PRINCIPE : Des dilutions croissantes de sérum sont mises en présence des suspensions « O » et « H » de Salmonella typhi, de Salmonella paratyphi A, B et C et éventuellement de Salmonella typhimurium et Salmonella enteritidis ou de suspension « Vi ». Ceci permet la mise en évidence dans le sérum du sujet d’agglutinines O correspondant à l’antigène somatique et d’agglutinines H correspondant à l’antigène flagellaire. 2° REACTIFS : Suspension O : Flacon de 110 mL De S. typhi De S. paratyphi A De S. paratyphi B De S. paratyphi C Suspension H : Flacon de 110 mL De S. typhi De S. paratyphi A De S. paratyphi B De S. paratyphi C Ce sérum permettra l’identification complète et précise de chaque sérotype qui s’effectue par séro-agglutination en présence de divers antisérums mono-spécifiques O et H. S. enteritidis a une formule antigénique proche de S. typhi, S. typhimurium a une formule proche de S. paratyphi B. 3° MODE OPERATOIRE : 12-

Retirer tous les antisérums du frigo, les déposer

sur la paillasse de

manipulation afin de les ramener à la température ambiante dans leur carton. Préparer la plaque d’agglutination sur laquelle les mélange s’effectueront ; Centrifuger le sang recueillit préalablement sur tube sec ; (bouchon rouge) Retirer les réactifs de leur flacon, déposer sur la paillasse : les somatiques (O) 34-

sont en bleu et les flagellaires (H) sont en rouge ; 3

567-

Déposer une goutte de chaque suspension de somatiques (TO, AO, BO, CO) ; Déposer une goutte de chaque suspension de flagellaires (TH, AH, BH, CH) ; Prélever 400µl de sérum, distribuer 50µl à proximité de chaque suspension de Mélanger avec un objet solide ; Homogénéiser ensuite pendant 2 minutes en tournant la plaque ; Lire sur les huit dépôts.

goutte d’antisérum ;
8910-

4° INTERPRETATION : Dans les fièvres typho-paratyphoïdiques, les agglutinines O apparaissent vers le 8ème jour de la maladie, les agglutinines H vers le 10-12ème jour. A la période d’état, il y aura donc simultanément des agglutinines O et H, ces dernières atteignant un titre plus élevé.
a) Cas où le sérum ne contient pas les agglutinines O et H

Les homogénéisations sont réalisées pour induire les agglutinations au sein de notre homogénat, si le sérum est négatif, aucune agglutination ne sera observée. b) Cas où le sérum contient les agglutinines O et H Si par contre le sérum contient les agglutinines O et H, des agglutinations seront observées on va alors procéder aux dilutions afin de déterminer le titre.
a) Fièvre typhoïde à la phase d’état. Coagglutination BO due au facteur 12 commun entre

S. typhi et S. paratyphi B. b) Fièvre paratyphoïde B à la période d’état. Coagglutination TO due au facteur 12. c) Trois hypothèses à envisager :
 fièvre typhoïde au début vers le 8ème jour : les agglutinines O sont apparues, les

agglutinines H ne le sont pas encore ;
 infection due à un sérotype de Salmonella ayant l’antigène O commun avec S.

typhi, mais un H différent : rechercher si la suspension H S. enteritidis n’est pas agglutinée,
 infection due à un agent pathogène autre qu’une salmonelle : par exemple,

Yersinia pseudo tuberculosis. Un taux > 1/80 pour les agglutinines O et H est retenu comme limite de positivité du test.

3

5° METHODES DE DILUTIONS
-

Prélever 50µl d’eau physiologique, et déposer sur 5 zones sur la plaque Prélever 50µl de sérum ayant agglutiné, déposer sur le premier puit, mélanger et retirer Déposer 50µl de réactif sur chacun des 5 puits et à proximité du mélange sérum eau Mélanger puis homogénéiser la plaque. Observer à quel niveau n’apparait plus les agglutinations ; cette zone constituera alors

d’homogénéisation,
-

de ce mélange 50µl que l’on va déposer sur le second puit jusqu’au 5ème puit. -

physiologique;

le titre qui sera noté sous forme de fraction (1/80, 1/160, 1/320, 1/640).

Par EMBOLO ENYEGUE ELISEE LIBERT Elève ingénieur biomédical (FMSP 2012)

3