MINISTÈRE DE LA DÉFENSE

Organisation de la guerre électronique

PIA 03-361

N° 1492/DEF/EMA/EMP.1/NP du 07 octobre 2008

Références
MILITARY COMITTEE TRANSFORMATION CONCEPT FOR FUTURE NATO ELECTRONIC WARFARE (MCM142). NATO ELECTRONIC WARFARE POLICY (MC0064/10). ALLIED JOINT ELECTRONIC WARFARE DOCTRINE (AJP-3.6). DOCTRINE INTERARMEES DU RENSEIGNEMENT D’ORIGINE ELECTROMAGNETIQUE (N° 0822/DEF/EMA/EMP.1/CD DU 23 OC TOBRE 2002). PIA 00.301 : SITUATIONS OPERATIONNELLES A L’HORIZON DES 15 ANS. PIA 05-203 : DOCTRINE INTERARMEES SUR L’USAGE DE LA FORCE SE DEROULANT A L’EXTERIEUR DU TERRITOIRE FRANÇAIS. AXE STRATEGIQUE POUR LE RENSEIGNEMENT D’ORIGINE ELECTROMAGNETIQUE A L’HORIZON 2020 (DOCUMENT DE TRAVAIL). NOTE 1284/DEF/CM13/CD DU 19 AVRIL 2005 SUR LE RENSEIGNEMENT D’INTERET MILITAIRE. NOTE 600017/DEF/EMAT/BSIC/GE/CDSF DU 14 MARS 2007 SUR LE PLAN D’ACTION ROEM/GE (PAGE). NOTE 476/DEF/EMA/EMP.1/NP DU 20 MARS 2007 SUR LA DIFFUSION DES EMETTEURS “RADARS”.

2

Sommaire
AVANT..........................................................................................6 .......................................................... AVANT-PROPOS .......................................................................................... 6 DEFINITIONS........................................................................................ ........................................................................................7 LES DEFINITIONS........................................................................................ 7
1 2 3 3.1 3.2 L’ESPACE ELECTROMAGNETIQUE. ........................................................................................7 LA GUERRE ELECTRONIQUE. ...............................................................................................7 LA GUERRE ELECTRONIQUE ET LA FONCTION RENSEIGNEMENT................................................7 Le renseignement d'origine électromagnétique. ........................................................7 Les échanges entre le ROEM et la GE. ........................................................................8

ELECTRONIQUE................................ ................................. LES STRUCTURES DE LA GUERRE ELECTRONIQUE................................. 9
1 2 2.1 2.2 3 3.1 3.2 3.3 DES CONSIDERATIONS GENERALES. .....................................................................................9 LES STRUCTURES AU NIVEAU INTERARMEES. ........................................................................9 L’organisation de l’état-major des armées. .................................................................9 La coordination interalliée..........................................................................................10 L’ORGANISATION DANS CHAQUE ARMEE. ............................................................................10 Dans l’armée de terre..................................................................................................10 Dans la marine.............................................................................................................11 Dans l’armée de l’air....................................................................................................11

ELECTRONIQUE........ ........13 LES RESPONSABILITES EN TERME DE GUERRE ELECTRONIQUE ........ 13
1 2 3 4 5 6 7 LES ATTRIBUTIONS DU CHEF D’ETAT MAJOR DES ARMEES (CEMA). .......................................13 LES ATTRIBUTIONS DES CHEFS D’ETAT-MAJOR D’ARMEE (CEM). ...........................................14 LES ATTRIBUTIONS DU DELEGATION GENERALE POUR L'ARMEMENT (DGA).............................14 LES ATTRIBUTIONS DE LA DIRECTION DU RENSEIGNEMENT MILITAIRE (DRM)..........................15 LES ATTRIBUTIONS DE L’ETAT-MAJOR INTERARMEES DE FORCE ET D’ENTRAINEMENT (EMIA-FE).15 LES ATTRIBUTIONS DU COMANFOR. ...............................................................................15 LES ATTRIBUTIONS DES COMMANDANTS DE COMPOSANTE. ...................................................16

LA GUERRE ELECTRONIQUE ET L’OTAN ................................................. 17 ELECTRONIQUE .................................................17 .................
1 2 2.1 2.2 2.3 2.4 2.5 3 CONSIDERATIONS GENERALES. .........................................................................................17 LES RESPONSABILITES AU SEIN DE L’OTAN........................................................................17 Le comité militaire. .....................................................................................................17 Le “Nato Electronic Warfare Advisory Committee” (NEWAC). .................................17 Le “Nato Emitter Data Base Advisory Group” (NEDBAG). ........................................17 Le “Nato Electronic Warfare Working Group” (NEWWG). .........................................18 Les groupes capacitaires de la conférence des directeurs d’armement nationaux.18 LES STRUCTURES OPERATIONNELLES DE L’OTAN. ..............................................................18

L’EMPLOI GE..............................................19 .............................................. L’ORGANISATION DE L’EMPLOI DE LA GE .............................................. 19
1 1.1 1.2 2 2.1 EN TEMPS NORMAL. .........................................................................................................19 En service courant. .....................................................................................................19 Dès les prémices d'une crise......................................................................................20 EN TEMPS DE CRISE OU DE GUERRE....................................................................................20 En gestion de crise......................................................................................................20

3

2.2 3 3.1 3.2 3.3

En temps de guerre. ....................................................................................................21 LES STRUCTURES OPERATIONNELLES. ...............................................................................21 Au niveau de l’échelon central de commandement..................................................21 Au niveau du théâtre d’opération. ..............................................................................22 Au niveau des forces...................................................................................................22

L’INSTRUCTION L’ENTRAINEMENT .................................................... ....................23 L’INSTRUCTION ET L’ENTRAINEMENT .................................................... 23
1 1.1 1.2 1.3 2 2.1 2.2 2.3 2.4 2.5 L’INSTRUCTION. ..............................................................................................................23 L’instruction des personnels spécialisés. .................................................................23 L’instruction des personnels non spécialisés. ..........................................................24 Les différents stages. .................................................................................................25 L’ENTRAINEMENT. ...........................................................................................................25 Les directives d'entraînement....................................................................................25 L'entraînement des forces..........................................................................................25 L'entraînement des états-majors. ..............................................................................26 L'entraînement des unités, modules ou équipages de guerre électronique. ..........26 La simulation. ..............................................................................................................27

ANNEXES...................................................................................................28 ANNEXES................................................................................................... 28 ................................................................................................... ELECTROMAGNETIQUES ..........................29 ANNEXE 1 : LES EMISSIONS ELECTROMAGNETIQUES .......................... 29
1 2 3 4 DANS LE DOMAINE DES TELECOMMUNICATIONS. ..................................................................29 DANS LE DOMAINE DES RADARS ET DES AUTODIRECTEURS....................................................29 DANS LE DOMAINE DE L'OPTRONIQUE. ................................................................................30 L'EVOLUTION SOUHAITABLE POUR LA GUERRE ELECTRONIQUE. .............................................30

DIFFUSION ...................31 ANNEXE 2 : LE RECUEIL ET LA DIFFUSION DES DONNEES ................... 31
1 1.1 1.2 1.3 1.4 1.5 2 2.1 2.2 2.3 LES BASES DE DONNEES. ..................................................................................................31 L’organisation des bases de données........................................................................31 La NEDB (OTAN)..........................................................................................................32 La base MATEX (DGA).................................................................................................32 La base SIGINE (DRM).................................................................................................33 Les bases d’armées. ...................................................................................................33 LES PROCEDURES. ...........................................................................................................34 Le fonctionnement en national. .................................................................................34 Le fonctionnement dans un contexte OTAN. ............................................................34 La transmission des données.....................................................................................34

EMETTEURS ANNEXE 3 : LA DIFFUSION DES PARAMETRES DES EMETTEURS ...............................................................................................35 ............................................................... « RADARS » ............................................................................................... 35
1 1.1 1.2 1.3 2 2.1 3 3.1 3.2 GENERALITES. ................................................................................................................35 Le rappel sur la NEDB. ................................................................................................35 Le dispositif nécessaire à la mise en œuvre de la NEDB. ........................................35 Les principaux intervenants. ......................................................................................35 L’ORGANISATION NATIONALE . ..........................................................................................36 Les responsabilités et les compétences. ..................................................................36 LES PROCEDURES. ..........................................................................................................37 Les Procédures de mise à jour éventuelle des modes « temps paix »....................37 Les procédures concernant les modes « temps de guerre » ( WARM)....................38

4

4

LA PROCEDURE DE DIFFUSION DE LA NEDB PRO-USER. ....................................................39

DOCTRINAL D’ENGAGEMENT ......40 ANNEXE 4 : LE CORPUS DOCTRINAL ET REGLES D’ENGAGEMENT ...... 40
1 1.1 1.2 1.3 1.4 2 2.1 2.2 2.3 LE CORPUS DOCTRINAL. ...................................................................................................40 Pour l’interarmées. ......................................................................................................40 Pour l’armée de Terre. ................................................................................................40 Pour la Marine..............................................................................................................40 Pour l’armée de l’Air. ...................................................................................................41 LES REGLES NATIONALES ET INTERNATIONALES..................................................................41 La gestion des fréquences. ........................................................................................41 Le cadre juridique d’emploi de la GE. ........................................................................41 Les règles d’engagement............................................................................................41

PREROGATIVES ANNEXE 5 : LA REPARTITION DES MISSIONS ET PREROGATIVES EN ELECTRONIQUE DE ...................42 MATIERE DE GUERRE ELECTRONIQUE AU SEIN DE L’EMA ................... 42
1 1.1 1.2 2 3 4 LA DIVISION EMPLOI. .......................................................................................................42 La politique générale. .................................................................................................42 Le RETEX opérationnel. ..............................................................................................42 LE CENTRE POUR LA PREPARATION ET LA CONDUITE DES OPERATIONS. ..................................43 LA DIVISION CAPACITES....................................................................................................43 LA DIVISION ESPACE PROGRAMMES INTERARMEES. .............................................................43

..................................................................44 .................................. ANNEXE 6 : EWCC ET SEWOC .................................................................. 44
1 2 3

ELECTRONIC WARFARE CO-ORDINATION CELL (EWCC).......................................................44 SIGINT/ELECTRONIC WARFARE OPERATION CENTRE (SEWOC)..........................................44
LES MISSIONS.................................................................................................................44

...........................................................................45 ........................................... ANNEXE 7 : GLOSSAIRE ........................................................................... 45 ..............................................................................46 .............................................. ANNEXE 8 : SCHEMAS .............................................................................. 46
1 2 3 LE DECOUPAGE DU SPECTRE ELECTROMAGNETIQUE.............................................................46 LES BANDES DE FREQUENCES ET EMPLOI DU SPECTRE ELECTROMAGNETIQUE. ........................46 LE CHAMP DE BATAILLE ELECTROMAGNETIQUE....................................................................46

5

AVANT-PROPOS

La présente publication - qui annule et remplace l’« instruction générale de la guerre électronique » de 1995 - a pour but de décrire l’organisation de la guerre électronique.

Pour cela, cette PIA aborde successivement les points suivants : les définitions élémentaires ; les structures de la guerre électronique ; les responsabilités en termes de guerre électronique ; la guerre électronique et l’OTAN ; l’organisation pour l’emploi de la guerre électronique ; l’instruction et l’entraînement ;

et décrit en annexes : les émissions électromagnétiques ; le recueil et la diffusion des données ; la diffusion des paramètres des émetteurs « radars » ; le corpus doctrinal et les règles d’engagement ; la répartition des missions et les prérogatives en matière de guerre électronique au sein de l’EMA ; l’EWCC et le SEWOC ; un glossaire.

Pour faciliter la compréhension du lecteur, trois schémas complètent ces annexes : - le découpage du spectre électromagnétique ; - les bandes de fréquences et l’emploi du spectre électromagnétique ; - le champ de bataille électromagnétique. Même si l’emploi de la guerre électronique est évoqué en appui de ce document pour décrire les enjeux de l’espace électromagnétique, cette PIA n’a pour but que d’en décrire l’organisation. L’emploi de la guerre électronique nécessite donc de se reporter aux doctrines afférentes dont les références sont données en annexe. Ce document sera disponible sur le site du Centre Interarmées de Concepts, de Doctrines et d’Expérimentations (CICDE). Il sera aussi disponible sur le site intradef de l’EMA/Emploi.

6

CHAPITRE

1
LES DEFINITIONS
1 L’espace électromagnétique.
L’espace électromagnétique est un espace tridimensionnel, régit à la fois par les lois de l’électricité et du magnétisme et dans lequel évoluent les ondes électromagnétiques générées par des systèmes civils et militaires de plus en plus nombreux.

2

La guerre électronique.
Le domaine de la guerre électronique (GE) s'étend à tous les systèmes mettant en œuvre ou 1 utilisant le rayonnement électromagnétique, quelle qu'en soit la fréquence . La guerre électronique s’intéresse donc à tout ce qui concerne : les systèmes de commandement et de conduite (C2), incluant les systèmes de télécommunications ; les radars de toute nature ; les systèmes de guidage et de contrôle des engins ; les systèmes de fusées de proximité ; les aides radioélectriques à la navigation ; les dispositifs infrarouges et optroniques ; les systèmes d'identification ; les armes à énergie dirigée ; etc.

3
3.1

La guerre électronique et la fonction renseignement.
Le renseignement d'origine électromagnétique. Le renseignement d’origine électromagnétique (ROEM en français, SIGINT en anglais) couvre l’ensemble des renseignements de nature opérationnelle ou technique, issus d’une interception non coopérative dans le spectre électromagnétique. Il permet de connaître l’organisation et les moyens de l’adversaire et de déceler ses activités ou ses intentions. Il est diffusé aux organismes d’exploitation pour être fusionné avec d’autres domaines (imagerie, renseignement humain). Elaboré dès le temps de paix et de façon permanente, il concourt notamment à la connaissance préalable des cibles sous leurs aspects électroniques (ordre de bataille électronique, concepts, caractéristiques techniques, etc.). Il constitue une base indispensable, non exclusive, pour la pleine efficacité de la GE mise en œuvre par les forces en enrichissant leurs bases de référence dans le cadre des mesures de soutien électronique

1

L'acoustique n'est pas incluse dans le domaine électromagnétique, bien que sa maîtrise relève des mêmes modes d'actions que ceux de la GE.

7

3.2

Les échanges entre le ROEM et la GE. Le ROEM et la GE s’appuient souvent sur les mêmes moyens et les mêmes procédés. Ils se distinguent par l’utilisation qui est faite des informations recueillies : - si elles sont exploitées à des fins de renseignement (J2, A2, G2, N2), nous avons alors affaire à du ROEM ; - si elles sont exploitées avec une finalité opérationnelle (J3 et J5, A3 et A5, G3 et G5, N3 et N5), nous avons affaire à de la guerre électronique. Si cette discrimination entre ROEM et GE ne s’appuie pas sur une répartition des capacités (de la DRM, des forces) qui participent tous à la surveillance du théâtre, elle implique une forte exigence en termes de coordination des moyens et d’échanges d’informations.

8

CHAPITRE

2
LES STRUCTURES DE LA GUERRE ELECTRONIQUE
1 Des considérations générales.
Elément indispensable des actions militaires modernes menées dans un environnement de technologie sophistiquée, la guerre électronique doit être, à tous les niveaux, une préoccupation constante du commandement en général et des commandements opérationnels en particulier. En effet, les actions de guerre électronique ne peuvent atteindre leur pleine efficacité que lorsqu’elles sont parfaitement intégrées dans la conception, la planification, la préparation et l’exécution des opérations militaires. L'emploi des unités de guerre électronique requiert des moyens, des méthodes et des tactiques spécifiques qui peuvent être mis en œuvre, soit par des techniciens et des spécialistes employés dans des unités GE, soit par des non-spécialistes dans le cadre de leurs missions opérationnelles (personnel navigant, opérateurs de détection ou de transmissions...). L’organisation et les structures mises en place dans les armées doivent laisser au commandement le plein exercice de ses responsabilités et permettre de tirer le meilleur parti de la compétence des spécialistes. En outre, un engagement dans un cadre multinational implique de maintenir : - une bonne cohérence entre notre manœuvre et celle des alliés ; - une équivalence de niveau pour nos matériels et nos techniques ; - la compatibilité des structures et des procédures et autant que possible l’interopérabilité des moyens ; - une complémentarité entre nos moyens et ceux de nos alliés.

2
2.1

Les structures au niveau interarmées.
L’organisation de l’état-major des armées. L’organisation générale de l’état-major des armées dans le domaine contribuant à la guerre électronique comprend : 1/ le comité directeur de la guerre électronique (CODIR GE) : - il est dirigé par le chef de la division Emploi de l’EMA ; - il rassemble les représentants des armées, de la DGA, de la DRM, de l’EMA/CPCO, de EMA/DC, 1 de l’EMA/EPI, de l’EMIA-FE, les représentants français au NACSI et au NEDBAG et le cas échéant les représentants de la DGGN et de la DGSE ; - il est organisé et piloté par la division Emploi de l’EMA qui en rédige le compte rendu ; - il se rassemble au moins une fois par an.
1

NACSI ( Nato Advisory Comittee Signal Intelligence) groupe de travail de l’OTAN sur le renseignement d’origine électromagnétique NEDBAG : Nato Emitter Data Base Advisory Group (cf. chapitre 4)

9

2/ Le groupe interarmées de coordination de guerre électronique (GIC-GE) : - il est dirigé par le chargé de mission guerre électronique de la division Emploi de l’EMA ; 1 - il rassemble les représentants des armées, de la DGA, de la DRM (dont le CF3E ), de l’EMA/CPCO, de EMA/DC, de l’EMIA-FE, les représentants français au NACSI et au NEDBAG et le cas échéant des représentants d’autres entités ; - il est organisé et présidé par la division Emploi de l’EMA ; - son secrétariat est assuré par l’expert GE de la division Espace Programmes Interarmées. Les décisions les plus importantes dans le domaine de la guerre électronique sont prises en comité directeur sur proposition et avis du GIC-GE. 2.2 La coordination interalliée. Les directives en matière de coopération avec les alliés dans le domaine de la guerre électronique sont établies par le groupe interarmées de coordination de guerre électronique et la coopération s’exerce principalement par l’intermédiaire : du comité consultatif OTAN de guerre électronique (NEWAC : Nato Electronic Warfare 2 Advisory Committee) et des groupes de travail associés (NEWWG et NEDBAG) ; des groupes d’armement « terre, mer, air » de la conférence des directeurs nationaux d’armement (CDNA) ; de divers groupes de travail opérationnels des commandements de l’OTAN.

La participation des armées à ces groupes est étudiée et coordonnée, s’il y a lieu, par le GICGE.

3

L’organisation dans chaque armée.
Cette organisation fait l’objet d’instructions ou de directives propres à chacune des armées.

3.1

Dans l’armée de terre. L’organisation dans l’armée de Terre diffère en temps de paix ou en opérations. En temps de paix, elle se décline de la façon suivante : Organisme
EMAT
3

Bureau
B.PLANS/OCEM ROEM/GE BPSIC/GE Div RENS/BRO/GE CRR-FR EMOT/G2

Mission / Moyens
Préparation de l’avenir (capacités futures) Suivi des programmes en cours, pilotage 785° CGE En charge de la préparation opérationnelle Armement du G2/SEWOC Suivi des disponibilités des moyens de l’armée de terre, étude et préparation des déploiements, en liaison avec le CPCO/J2, suivi des relèves, … Doctrine Soutien général des équipements GE ; e directives pour le 6 RMAT Soutien spécifique des équipements GE Formation des officiers et sous-officiers RGE Formation renseignement des officiers et sous-officiers Doctrine, délégation du CDEF Commandement organique des unités spécialisées de renseignement dont ROEM/GE Commandement des BRB (batterie de renseignement de la brigade)

CFAT

CDEF DCMAT ESAT CEERAT Brigade de renseignement Brigades interarmes

DEO/B.RENS SCB/TMS 6 RMAT DRGE DGF DEP EM G2/SOA
e

1 2

CFEEE : Centre de Formation et d’Emploi relatif aux Emissions Electromagnétiques NEWWG : Nato Electronic Warfare Working Group (cf. chapitre 4) 3 Source CDEF/bibliothèque électronique de l’armée de Terre/organisation des forces

10

STAT

SCB-GE

CPOGE 44e RT 54e RT 785 CGE Groupes légers de GE des BRB Centre d’Analyse d’Armée (CAA)
e

Officier de programme : conduite des programmes d’équipement et expérimentation CORIAD : soutien des logiciels ROEM/GE Stages de mise en condition avant projection des unités de GE ROEM/GE au niveau stratégique et opératif ROEM/GE au niveau tactique Veille technico-opérationnelle, réalisation d’équipements et expérimentation technico-opérationnelle, capacité de contrôle de spectre et lutte informatique défensive Détection-alerte Gestion des bases de données Terre, identification, programmation des capteurs.

3.2

Dans la marine. L’organisation en temps de paix est identique à celle en temps de guerre. Organisme
EMM ALFAN, ALFOST et ALAVIA ALFAN

Bureau
OCEM/EC OCEM/CMI Etude Ops Expertise ENT ADG/LASGE EPIGE /Détachement marine

Mission / Moyens
Préparation de l’avenir (capacités futures) Idem Concept et doctrine Conduite des programmes En charge de la préparation opérationnelle Organisation, tactiques, emploi, retex Programmation des équipements de CME du groupe aérien embarqué et des hélicoptères. Instruction du personnel GE, veille technologique et expérimentation technico-opérationnelle des matériels GE de l’aéronautique navale Gestion de la base de données ELINT de la marine, Programmation des équipements de CME/ESM des bâtiments de surface et des avions de patrouille maritime Assure le lien entre l’EPIGE et les flottilles du groupe aérien embarqué Soutien aux avions de patrouille maritime Conduite avec l’appui d’un centre de renseignement de force navale qui inclut des experts GE de l’aéronautique navale Conduite avec appui de leurs propres experts GE

ALAVIA

ALFAN

CSGE CENTEX 1 PATSIMAR CEIPAM

ALAVIA ALAVIA Task force Commander unité

La fonction GE est animée au travers : - d’un comité directeur de la guerre électronique (EMM), coprésidé par l’amiral sous-chef d’état-major « plans et programmes » et l’amiral sous-chef d’état-major « opérations aéronavales », qui se réunit au moins une fois par an ; - d’un groupe de travail RETEX CME qui se réunit au moins une fois par an. 3.3 Dans l’armée de l’air. L’organisation en temps de paix diffère du temps de guerre (hors CFAS). Dans ce dernier cas, 2 une CCGE est créée en opérations extérieures, voire sur le théâtre national, pour les besoins 3 air. Cette CCGE est intégrée au CJFACC , sous la direction d’A3.

1 2

CENTEX PATSIMAR » : CENTre d’EXpertises de PATrouille, de Surveillance et d’Intervention MARitime CCGE : Cellule de Coordination de la Guerre électronique ou EWCC : Electronic warfare Coordination Cell dans l’OTAN et aux USA 3 CJFACC : Combined Joint Forces Air Component Command

11

Organisme

Bureau
B.Plans

Mission / Moyens

Préparation de l’avenir (capacités futures) Concept / Doctrine (en liaison avec CESA) EMAA B.Emploi Consignes d’emploi B.Programmes Conduite de programmes GE et ROEM Directives de recueil du ROEM pour les capteurs air Branche Conduite & Expression de besoins ROEM pour les CME Planification et conduite des opérations / exercices Anticipation CDAOA / EM Div. Animation – (volet GE) CCIRM - GE Gestion des besoins opérationnels en programmation des CME des aéronefs Planification et conduite des opérations / exercices (volet GE) Préparation opérationnelle des forces B. Emploi Gestion des besoins opérationnels et pour C.FAS (Commandement l’entrainement en programmation des CME des des Forces Aériennes aéronefs Stratégiques) Suivi du personnel et des matériels GE Branche soutien des systèmes Suivi, entretien et réparation des équipements GE d’armes Préparation opérationnelle des forces Gestion des besoins pour entraînement des CME B. Renseignement des aéronefs CFA (Commandement des – Guerre Suivi du personnel et des matériels GE Forces Aériennes) Electronique Pilotage des unités à vocation GE : EEA, EES, EGE et des cellules Rens-GE des unités. CSFA (Commandement du Suivi, entretien et réparation des équipements GE et Brigade technique Soutien des Forces ROEM Aériennes) Programmation des équipements de CME des aéronefs CEAM (Centre EPIGE 07.330 Instruction du personnel GE d’Expériences Aériennes Expérimentation des bibliothèques CME Militaires) Equipes de Expérimentation des matériels GE / ROEM marque Centre de Renseignement Exploitation du ROEM Div. ROEM Air 14.542 Gestion des bases de données ROEM d’intérêt air MRE/MSE : recueil ROEM au profit des niveaux EEA 11.054 stratégique, opératif et tactique MRE/MSE : recueil ROEM au profit des niveaux Unités Rens / GE stratégique, opératif et tactique EES 21.054 MPE: Surveillance du spectre électromagnétique CME : brouillage V/UHF Mise en œuvre de la partie française du Polygone de Unité d’entraînement EGE 48.530 Guerre Electronique tripartite Mise en œuvre des directives GE, des équipements GE Unités aériennes et radars Cellule Rens - GE Demandes de bibliothèques CME à finalités opérationnelle et d’entraînement

La fonction GE est animée au travers du « Comité Air de guerre électronique et du Renseignement Traitant des Affaires GE » (CARTAGE), dirigé par le Général major général de l’armée de l’air. Il repose sur un comité de pilotage (EMAA) et un groupe de réflexion (CDAOA / CFA / CEAM).

12

CHAPITRE

3
LES RESPONSABILITES EN TERME DE GUERRE ELECTRONIQUE
1 Les attributions du chef d’état major des armées (CEMA).
Dans le domaine de la GE, le rôle du CEMA découle des attributions générales et des responsabilités particulières qui lui ont été confiées. Le CEMA : est responsable de la préparation et de l’emploi des forces, de la cohérence capacitaire des opérations d’armement et des relations militaires internationales ; définit les objectifs de préparation des forces dans le domaine de la guerre électronique et contrôle leur aptitude à remplir les missions qui leurs sont assignées ; planifie, prescrit et dirige les exercices et manœuvre d’ensemble et détermine les ressources à y consacrer ; conduit les travaux de prospectives opérationnelles, et participe à la mise en cohérence des travaux prospectifs conduits dans les domaines stratégiques, opérationnels et technologiques ; est responsable de l’élaboration de la planification, compte tenu des ressources financières ; est responsable de l’élaboration de la programmation, ainsi que de l’exécution de cette dernière, au regard des finalités opérationnelles et de leur compatibilité avec les ressources financières ; garantit la cohérence capacitaire des opérations d’armement « guerre électronique » conduites par le délégué général pour l’armement ; élabore les directives en matière de soutien et fixe aux armées leurs priorités dans les contrats opérationnels ; assure la direction générale de la recherche et de l’exploitation du renseignement militaire, notamment d'origine électromagnétique, par l'intermédiaire de la Direction du renseignement militaire ; est chargé des relations avec les armées étrangères et, à ce titre, définit les règles d’échanges directs en temps de crise et de guerre avec les grands commandements ainsi que les grandes unités alliées ; élabore les concepts d’emploi et la doctrine interarmées concernant la GE ; donne les directives pour l’instruction concernant la GE dans l’enseignement militaire supérieur interarmées ; assure le commandement de l'ensemble des opérations militaires. La déclinaison de ces responsabilités est détaillée en annexe 5.

13

2

Les attributions des chefs d’état-major d’armée (CEM).
Chaque chef d'état-major est responsable, pour son armée, dans le domaine de la guerre électronique : d’établir les concepts d’emploi et la doctrine de leur armée respective en cohérence avec la doctrine interarmées ; de l’instruction, de l’entraînement et de l’organisation de la fonction GE ; de définir les objectifs d’état-major en matière d’opération d’armement, d’approuver les caractéristiques techniques, d’adresser un avis sur le lancement des programmes correspondants, de diriger l’évaluation opérationnelle des prototypes et de mettre en place dans les forces les matériels fabriqués. Selon les orientations du chef d'état-major des armées, l'organisation retenue doit garantir l'efficacité de la coordination et la coopération interarmées et interalliée. Les CEM rendent compte au CEMA de l'état de disponibilité des moyens opérationnels majeurs et de l'aptitude des forces en matière de GE. Ils désignent et mettent à la disposition des commandants de forces les moyens retenus pour chaque engagement. En outre, ils veillent au bon fonctionnement des organismes interarmées dont le CEMA leur confie le soutien et contribuent, dans le cadre général des opérations interarmées, à la mise sur pied des organismes d'intérêt général (organismes et centres interarmées) consacrés à la GE et plus particulièrement à la recherche électromagnétique.

3

Les attributions du délégation générale pour l'armement (DGA).
Les missions de la DGA sont : l'équipement des forces armées : maître d'ouvrage des programmes d'armement, elle est responsable de la conception, de l'acquisition et de l'évaluation des systèmes qui équipent les forces armées. Son action couvre toute la durée de vie de ces programmes ; la préparation de l'avenir : imaginer les futurs possibles, anticiper les menaces et les risques, préparer les capacités technologiques et industrielles, dans un cadre résolument européen ; la promotion des exportations d'armement. Plus particulièrement dans le domaine de la guerre électronique, la DGA : fournit son expertise et ses moyens pour la programmation des systèmes de GE et la validation des bibliothèques ; soutient les forces pour la préparation et la réalisation d'exercices ; participe à la vérification du bon fonctionnement des systèmes en services ; assure des travaux d'expertise et de rétro conception de systèmes d'armes étrangers et élabore les techniques de contre mesure ; apporte son soutien pour l'analyse des cas d'échec ; est responsable de la capitalisation des matériels exportés (MATEX) ; aide à la définition de tactiques d'emploi des matériels ; assure le secrétariat des GESA.

14

4

Les attributions de la direction du renseignement militaire (DRM).
Dans le domaine de la GE, le rôle de la DRM découle des attributions générales et des responsabilités particulières qui lui ont été confiées par le décret n° 92-523 du 16 juin 1992 portant création de la direction du renseignement militaire. La DRM : relève du chef d’état-major des armées dont elle satisfait les besoins en renseignement d’intérêt militaire ; satisfait, en outre, les besoins des autorités et organismes du ministère, des commandements opérationnels (nationaux ou alliés) et des commandements organiques. A ce titre, elle assume la responsabilité de la mise à jour et de la diffusion des paramètres des émetteurs (électromagnétiques, optroniques..) selon les directives de l’EMA ; dispose du concours de l’ensemble des organismes contribuant au renseignement d’intérêt militaire, notamment ceux relevant de la gendarmerie nationale et de la délégation générale pour l’armement ; élabore et met en œuvre les orientations en matière de renseignement d’intérêt militaire. Elle exerce en ce domaine une fonction d’animation et de coordination ; définit en liaison avec les états-majors et les autres organismes concernés du ministère la formation spécialisée du personnel concourant directement à la fonction de renseignement. La DRM est tête de chaîne militaire pour le renseignement et l’appui au ROEM et à la guerre électronique des armées. Le CFEEE (OIA de la direction du renseignement militaire) constitue l’échelon de référence pour l’expertise technique des armées en termes de ROEM et de GE. (cf. annexe 2). La DRM ne dispose d’aucune unité traitant de guerre électronique, ni en son sein, ni pour emploi.

5

Les attributions de l’état-major interarmées de force et d’entraînement (EMIA-FE).
L’EMIA-FE dispose d’un (ou plusieurs) expert(s) « guerre électronique » chargé de veiller à la pleine intégration du domaine guerre électronique dans les plans et opérations. Quand une opération devient imminente, il participe à l’établissement, en liaison avec le CPCO, les états-majors d’armées, les divisons de l’EMA et autres organismes interarmées concernés, de l’ordre initial d’opérations qui comporte un paragraphe guerre électronique.

6

Les attributions du COMANFOR.
Le COMANFOR exerce le contrôle opérationnel de l’ensemble des forces qui lui sont affectées, en national ou en multinational. A ce titre, il est chargé, selon les directives reçues du CEMA, de diriger et de coordonner la manœuvre de l'ensemble des unités françaises de guerre électronique du théâtre, en cohérence avec sa manœuvre du renseignement et les besoins d'appui électronique aux opérations. Il doit disposer au sein de son PC d'un SEWOC (Signal Intelligence and Electronic Warfare Operation Center) chargé de la gestion de l’espace électromagnétique (en liaison avec le J6) et

15

de l’emploi des moyens GE et ROEM, dont le volume varie en fonction de la nature de la mission. Il bénéficie aussi du soutien ROEM des moyens spécifiques de niveau stratégique déployés sur le théâtre par la DRM.

7

Les attributions des commandants de composante.
Chaque composante de forces engagée sur un théâtre est placée sous l'autorité d'un commandant tactique de forces, responsable de la conduite des engagements au niveau tactique en vue de l'accomplissement des missions confiées par le COMANFOR. Chaque commandant tactique de force peut se voir confier par cette autorité le contrôle opérationnel d'un groupement de force interarmées pour l'accomplissement de missions ou de tâches particulières. Les commandants tactiques de forces exercent leurs responsabilités à partir de PC spécifiques à chaque composante et qui comportent une cellule de coordination Guerre Électronique (EWCC).

16

CHAPITRE

4
LA GUERRE ELECTRONIQUE ET L’OTAN

1

Considérations générales.
L’espace électromagnétique ne peut, par définition, être compartimenté et géré de façon déconcentrée. Sa gestion, à l’instar de l’espace aérien, ne peut être que globale et nécessite une coordination étroite entre les différents partenaires de l’OTAN. Pour atteindre cet objectif, il a été décidé de s’inscrire pleinement dans le cadre de l’OTAN en : - adoptant ses concepts, ses doctrines et ses structures opérationnelles ; - s’impliquant dans les différents organismes en charge de la GE ; - participant aux exercices et expérimentations.

2

Les responsabilités au sein de l’OTAN.
L’organisation et les responsabilités en matière de guerre électronique au sein de l’OTAN sont décrites précisément dans le MC 64 et dans le MCM 142 (cf. annexe 4 : le corpus doctrinal)

2.1

Le comité militaire. Le comité militaire est l’autorité en matière de politique de guerre électronique de l’OTAN. Il exerce sa responsabilité à travers le NEWAC.

2.2

Le “Nato Electronic Warfare Advisory Committee” (NEWAC). Le NEWAC est le forum de l’OTAN pour tout ce qui concerne la guerre électronique et sa coordination. Il a la responsabilité de conseiller le comité militaire et de définir la politique en matière de guerre électronique de l’OTAN. Il est constitué par : - un représentant de chaque nation de l’organisation, avec un pouvoir de vote ; - de représentants de l’état-major international, des commandements stratégiques, et d’autres organisations de l’OTAN sans pouvoir de vote. Subordonné au NEWAC, le « NATO Electronic Warfare Working Group » (NEWWG) et le « Nato Emitter Database Advisory data Group » (NEDBAG) sont des groupes de travail qui appuient ces travaux, respectivement sur des chantiers particuliers ou sur la gestion de la base de données des l’OTAN.

2.3

Le “Nato Emitter Data Base Advisory Group” (NEDBAG). Le NEDBAG est responsable du développement et de la supervision de la maintenance de la « NATO Emitter Data Base » (NEDB), base de données de l’alliance sur les émetteurs. Son objectif est de satisfaire les besoins opérationnels en assurant sa diffusion en tant que de besoin aux nations et à l’OTAN.

17

2.4

Le “Nato Electronic Warfare Working Group” (NEWWG). Le NEWWG a pour mission de soutenir le NEWAC en menant des études et en préparant des recommandations sur tout type de sujet en rapport avec la guerre électronique. Il est mis sur pied en tant que de besoin.

2.5

Les groupes capacitaires de la conférence des directeurs d’armement nationaux. Ils ont pour mission d’augmenter l’interopérabilité et la standardisation des équipements et concepts d’opérations dans le but que les forces de l’OTAN puissent exploiter et dominer le spectre électromagnétique et ce, notamment aux travers de campagnes d’essais. Nous pouvons par exemple citer le NNAG/MCG8 et le NAFAG/ACG3/SG2.

3

Les structures opérationnelles de l’OTAN.
L’OTAN dispose d’une structure propre de guerre électronique, le Joint Electronic Warfare Core Staff (JEWCS), qu’elle emploie en particulier lors de ses exercices. Sa mission est : - de soutenir le commandement suprême en Europe (SACEUR) et le commandement allié des opérations (ACO) en apportant son expertise et ses capacités d’entraînement au profit des exercices et opérations de l’OTAN dans le domaine de la guerre électronique ; - d’appuyer le développement des documents de doctrine de guerre électronique. Ce JEWCS regroupe la base de données de l’OTAN (NEDB) et le personnel apte à armer la cellule de guerre électronique de niveau opératif (SEWOC). Il est aussi en charge de l’entraînement GE des forces de l’OTAN et du RETEX dans ce domaine. Basée à YEOVILTON en Angleterre, cette unité compte environ 80 personnes, dont 3 français, deux officiers au sein de l’état-major et un sous officier, administrateur, au sein de la section base de données.

18

CHAPITRE

5
L’ORGANISATION DE L’EMPLOI DE
LA GE
L'organisation pour l'emploi de la guerre électronique est différente en "temps normal" et en "temps de crise/guerre". Le critère d'identification pour la seconde posture est constitué par la mise sur pied d'une structure opérationnelle de circonstance, adaptée à un théâtre, qui n'existe pas dans le premier cas.

1

En temps normal.
En période de paix incluant le suivi d'éventuelles prémices de crise, les unités de guerre électronique participent, sur demande de la DRM, à la collecte des données contribuant à l'élaboration du renseignement de documentation et de situation générale. Les experts du domaine, répartis dans les organismes concernés, assurent la cohérence générale du système. * Au niveau de l'état-major des armées : - la division Emploi, en liaison avec les autres divisions, définit la politique générale de guerre électronique, établit le plan général d'emploi des forces et prépare les directives de planification qui en découlent ; - le CPCO anime les réflexions d'anticipation, de coordination et de synthèse. Suivant, à son niveau de responsabilités, les théâtres de crise potentiels, il est à même de proposer l'actualisation d'une planification ; - le CPCO élabore les plans d'emploi et les plans opérationnels en y incluant la prise en compte des aspects guerre électronique, - la division espace programmes interarmées appuie les autres divisions en apportant son expertise technique. * La direction du renseignement militaire (DRM) relève du chef d'état-major des armées dont elle satisfait les besoins en renseignement d'intérêt militaire. Pouvant disposer du concours de l'ensemble des organismes contribuant à ce renseignement, elle élabore et met en œuvre les orientations dans ce domaine. * Les chefs d'états-majors de l'armée de Terre, de la Marine et de l'armée de l'Air, selon les besoins exprimés et les plans d'emploi élaborés par le chef d'état-major des armées, sont chargés d'établir la doctrine d'emploi de leur armée respective. Ils sont responsables de l'instruction, de l'entraînement et de l'organisation qu'elle implique. * Les commandants organiques assurent selon les directives des chefs d'états-majors la mise en condition, l'instruction et l'entraînement des unités. Ils peuvent être associés, sur décision de leur chef d'état-major, aux activités de planification conduites par les organismes interarmées.

1.1

En service courant. La connaissance aussi précise que possible de l'ensemble de l'environnement électromagnétique est indispensable pour assurer la pleine efficacité des unités de GE en opérations et permettre, en particulier, la constitution de l'ordre de bataille électronique (OBE) adverse. Cette connaissance repose sur un système de surveillance permanent, du niveau stratégique, capable d'opérer la collecte des données électromagnétiques à partir des directives de recherches données par la DRM.

19

Le souci de permanence impose de recourir en priorité à une structure fixe au sol (et ultérieurement dans l'espace), complétée par des missions d'opportunité effectuées par des moyens mobiles. Ces missions ponctuelles, opérées par des moyens spécialisés, le plus souvent aériens ou navals, permettent de compléter la couverture du dispositif quand cela est nécessaire. Les unités tactiques, dotées de moyens GE, participent en permanence, quelles que soit leurs positions dans le monde, à la tenue à jour de la cartographie des sites électromagnétiques et des ordres de bataille électroniques des différentes armées étrangères. Leur action est guidée par des directives de la DRM et de leurs centres d’armée spécialisés. En outre, pour maintenir la capacité opérationnelle des unités tactiques spécialisées des trois armées et leur permettre l'imprégnation du milieu, un entraînement régulier est indispensable. Il peut s'opérer par la participation des unités et équipages, avec leurs moyens habituels, à la collecte documentaire face à des cibles réelles. 1.2 Dès les prémices d'une crise. Le système de surveillance fixe doit être renforcé dans la zone concernée et une capacité de détection immédiate et d'alerte doit être assurée. Il s'agit d'avoir une vision aussi précise que possible des intentions des adversaires potentiels, tout en ayant la connaissance des actions qu'ils entreprennent. Ce renfort s'opère par la mise en place de détachements dont la constitution est demandée aux forces sur proposition de la DRM. Les chefs de détachements reçoivent alors une mission particulière de recherche dont les éléments permettront de contribuer à la décision des autorités et à la préparation d'une option militaire en adaptant, si nécessaire, la planification initiale proposée par l'EMIA. Au plan technique, cette phase permet de confirmer et compléter les données dont dispose la DRM. Cette phase menée en continuité de l'action du temps de paix reste de la responsabilité de la DRM. A cet effet, elle propose au CEMA les actions à entreprendre, rédige une directive nationale du renseignement pour chaque théâtre ou crise et oriente les capteurs des unités en renfort.

2

En temps de crise ou de guerre.
Dès lors qu'une situation de crise nécessite l'intervention de forces armées, une cellule de crise dédiée au futur théâtre est constituée au CPCO. Cette cellule s’appuie, via l'expert guerre électronique du CPCO sur des personnels compétents du domaine provenant de l’EMIA-FE, de la DRM, voire des commandements organiques, réunis au sein d’une cellule appui GE placée pour emploi aux ordres du chef du sein du J3. Selon la dominante des opérations, cette cellule est rattachée au J3 d’armée correspondant. Ces experts, désignés dès le temps de paix, interviennent pour inclure la guerre électronique dans l'option militaire choisie et aider à la rédaction des ordres d’opération, en particulier du paragraphe « guerre électronique ». Dans la phase direction, ils suivent les actions militaires en cours pour en déduire les nouvelles directives guerre électronique à proposer et expriment, si nécessaire, les besoins nouveaux.

2.1

En gestion de crise. Dès lors qu'un commandement opérationnel de circonstance est désigné, les unités de la GE interviennent sur le théâtre au sein des unités de combat déployées.

20

Les moyens de GE insérés dans les unités tactiques ou faisant partie de leurs systèmes intégrés contribuent à la tenue de la situation tactique, à leur autodéfense, éventuellement élargie à des unités à protéger et peuvent, dans certains cas et pour certaines d’entre elles, conduire des actions offensives. Leur rôle est de satisfaire au renseignement opérationnel (de niveau opératif et tactique), en complément des actions de renseignement d'origine électromagnétique (ROEM) déjà engagées par la DRM. Le COMANFOR a la responsabilité du renseignement de GE sur le théâtre et la chaîne de commandement spécifique du domaine est déployée : le SEWOC du PC de forces, les EWCC des composants, cellules de mise en oeuvre (CMO) des unités. 2.2 En temps de guerre. L'ensemble des actions de GE décrites précédemment peuvent être conduites en donnant la priorité à la connaissance des actions de l'adversaire afin de pouvoir agir en réaction. L'ensemble des unités mobiles nécessaires doit être déployé, au sein même des forces tactiques. Ces unités GE sont placées sous contrôle opérationnel du commandant de théâtre. Pour les unités tactiques, les actions opérationnelles en cours prennent le pas sur la mission de surveillance générale qui doit néanmoins se poursuivre sans interférer avec ces dernières. Les unités de guerre électronique participent, sur demande de la DRM, du SEWOC ou de l’EWCC, à la collecte des données et à l’élaboration du renseignement de documentation et de situation générale. La connaissance des données électromagnétiques repose sur un système de surveillance permanent au niveau stratégique, capable d’opérer la collecte des données électromagnétiques à partir des directives de recherche données par la DRM. Le système de surveillance fixe doit être renforcé dans la zone concernée et une capacité de détection immédiate et d'alerte doit être assurée. Ce renfort s’opère avec la mise en place de détachements dont la constitution est demandée aux forces sur proposition de la DRM. Cette phase, menée en continuité de l’action temps de paix, reste de la responsabilité de la DRM. A cet effet, la DRM propose au CEMA les actions à entreprendre et oriente les capteurs des unités en renfort.

3

Les structures opérationnelles.
La guerre électronique concerne tous les aspects des activités opérationnelles. Le but des structures de coordination GE à tous les échelons de commandement est de tirer le meilleur parti des moyens existants.

3.1

Au niveau de l’échelon central de commandement. La mise sur pied d’une cellule de crise nécessite, du fait de l’emploi nécessairement coordonné de la GE, l’appui d’un expert du domaine. Il propose toutes les mesures relevant des unités de GE et contribue à la maîtrise du spectre électromagnétique. Au sein de la cellule de crise, les responsabilités de l’expert portent sur : - la participation à la préparation des options militaires, à partir des travaux de planification menés par l’EMIA-FE, des synthèses renseignement élaborées par la DRM et de l’évolution de la situation ; - l’intégration de la force dans la coalition (ordre de bataille électronique, programmation, échanges, MSE) ce qui est vital pour la liberté d’action et la protection de la force ;

21

-

l’élaboration des ordres initiaux dans le domaine GE (ordres aux unités de la GE et MPE au profit des unités du théâtre) ; le suivi, dans le domaine de la GE, de la situation du théâtre et de la manœuvre d’ensemble en cohérence avec les activités des autres unités.

3.2

Au niveau du théâtre d’opération. Le commandant interarmées (COMANFOR) fixe les missions GE de l’ensemble des unités du théâtre, dans la limite des directives reçues du CEMA. Pour ce faire, le CEMA lui fixe dans l’ordre initial d’opérations, préparé en cellule de crise au sein du CPCO, la répartition entre les unités de GE affectées au théâtre et les unités ROEM qui restent sous l’autorité de la DRM. Si nécessaire, il définit les règles pour mutualiser ces moyens. Les objectifs à atteindre, en fonction du besoin opérationnel et des propositions de la DRM pour le domaine renseignement, y sont précisés. Il dispose, au sein de l’état-major de son PC interarmées, d’une structure de coordination de la guerre électronique sur un théâtre d’opérations (SEWOC).

3.3

Au niveau des forces. Chaque commandant tactique de forces doit disposer d’une cellule de coordination GE (EWCC). Cette cellule spécialisée est chargée de planifier les actions de guerre électronique de la force et d’en contrôler la mise en œuvre, en fonction des directives reçues du commandant interarmées. Pour les forces terrestres et aériennes : Cette cellule permanente se trouve au sein du PC et travaille en relation étroite avec les cellules renseignements, opérations et SIC dont elle est normalement indépendante. Pour les forces navales : C’est l’officier coordonnateur de la GE de la force (EWC : Electronic Warfare Coordinator) qui assure ces fonctions. Ses responsabilités sont décrites dans l’ATP1. La compétence de la cellule couvre tout le domaine de la guerre électronique. Elle est plus spécialement chargée : - de donner aux unités de GE de la force les ordres nécessaires, d’en coordonner les actions et d’en évaluer l’efficacité ; - de donner à l’ensemble des unités les ordres dans le domaine des MPE ; - de participer à la constitution et à la mise à jour de l’ordre de bataille électronique ; - de présenter à l’échelon supérieur les résultats des actions GE et de conseiller sur les opérations futures ; - de participer à l’établissement du plan de fréquences ami, dont la responsabilité incombe à l’autorité chargée des fréquences de la force. Cette chaîne (CPCO/Cellule de crise – SEWOC du PC de forces – EWCC des composants) ainsi constituée, est chargée d’intégrer les opérations de la GE à tous les échelons de commandement, dans la planification opérationnelle. En cours d’action, elle conduit la manœuvre GE dans la zone d’opérations, en cohérence avec les autres actions de combat.

22

CHAPITRE

6
L’INSTRUCTION ET L’ENTRAINEMENT
L'emploi de la guerre électronique requiert des moyens, des méthodes et des tactiques spécifiques qui doivent être mis en œuvre par des personnels qualifiés, instruits et entraînés. Les chefs d'état-major de chaque armée sont responsables de la préparation des forces dans le domaine de la guerre électronique. L'instruction et l'entraînement des forces, états-majors et unités spécialisées dans le domaine guerre électronique, visent à préparer dès le temps de paix les conditions d'une optimisation de l'emploi de la GE en situation de crise comme de conflit. L'instruction sur la guerre électronique a pour but de sensibiliser les personnels à la menace électronique adverse, et de leur donner les connaissances nécessaires à l'emploi et à l'utilisation des moyens de guerre électronique. Phase préalable à l'entraînement, l'instruction est globale, permanente et appropriée. A ce titre, elle doit : - couvrir l'ensemble des actions de la guerre électronique en matière de recueil, de protection et d’attaque ; - être dispensée dans les écoles de formation initiale et poursuivie dans les stages et cours de perfectionnement, en tenant compte des enseignements tirés des engagements les plus récents et de l'évolution de la menace ; - être adaptée aux différentes catégories de personnels, spécialisés ou non.

1
1.1

L’instruction.
L’instruction des personnels spécialisés. L'instruction des personnels spécialisés en guerre électronique s'adresse : - aux officiers servant dans les cellules ou bureaux de guerre électronique au sein des étatsmajors centraux ou des grands commandements ; - aux officiers destinés à servir dans les cellules de coordination ou modules de guerre électronique au sein des structures de commandement opérationnel de circonstance, aux officiers, sous-officiers et militaires du rang des unités, modules ou équipages de guerre électronique. Niveau conception : les officiers. Les officiers des unités, modules ou équipages de guerre électronique, ainsi que ceux appelés à avoir des responsabilités, soit dans les cellules ou bureaux de guerre électronique au sein des états-majors ou des grands commandements, soit dans les cellules de coordination ou modules de GE des PC opérationnels de circonstance, reçoivent une formation approfondie. Cette formation est assurée par les écoles spécialisées et par les unités d'emploi pour les officiers de guerre électronique, et par le biais de stages spécialisés, nationaux ou alliés, pour les officiers d'état-major. Cette formation, qui satisfait les besoins en personnels qualifiés et spécialisés dans l'emploi de la guerre électronique, doit permettre de promouvoir cette filière. Les capacités technico-opérationnelles de ces officiers permettent au commandement de disposer de compétences adaptées :

23

à la définition et au suivi de l'environnement électromagnétique en tant que cible et menace ; à l'intégration de la guerre électronique dans la préparation et la conduite des opérations ; à la coordination et au contrôle des actions de guerre électronique ; à l'élaboration et à l'application des directives d'emploi et des ordres de mise en œuvre ; à l'évaluation des résultats et à la réorientation des missions et des moyens ; à la connaissance des procédures d'exploitation, d'acheminement et d'échange des données spécialisées. Niveau mise en œuvre : les sous-officiers. Les sous-officiers spécialistes de guerre électronique reçoivent une instruction spécifique de haute technicité dans les écoles spécialisées et dans les unités de guerre électronique quant à leur formation complémentaire. Compte tenu du caractère particulier des activités de guerre électronique et de la qualification de haut niveau de ces spécialistes, les candidats doivent être, d'une part sélectionnés avec attention et d'autre part suivis de façon toute particulière afin de préserver les acquis et accroître leur qualification technique. Les mesures à prendre doivent permettre de limiter l'attrition des effectifs de spécialistes tout en leur assurant un déroulement normal de carrière. L'expérience, indispensable à la pleine efficacité de leur mission, est ensuite acquise dans les unités d'emploi où ils entretiennent et développent leurs connaissances techniques et opérationnelles. Niveau exécution : les militaires du rang. Les militaires du rang servant en unité, module ou équipage de guerre électronique dans des postes d'exécution, reçoivent une instruction particulière et adaptée à l'emploi tenu. 1.2 L’instruction des personnels non spécialisés. L'instruction des personnels non spécialisés s'adresse aux officiers de toutes qualifications ainsi qu'aux sous-officiers et MDR exploitants de moyens rayonnants ou utilisateurs de moyens d'autoprotection guerre électronique. Les officiers : Tous les officiers reçoivent une formation générale en matière de guerre électronique, en particulier dans les domaines anti-C3, autoprotection et contre-surveillance. Cette instruction est, en outre, complétée par l'apprentissage des différentes mesures permettant l'emploi efficace du spectre électromagnétique par nos forces armées incluant la gestion des fréquences. En outre, ces mesures concernent aussi bien la sécurité électronique qui s'oppose à la recherche électromagnétique adverse, que la défense électronique qui permet d'augmenter la résistance de nos moyens et systèmes aux attaques GE de l'adversaire. Allant de pair avec l'impératif d'entraînement en ambiance de guerre électronique, cet apprentissage reste spécifique de chacune des forces. S'agissant des officiers d'état-major qui ne sont pas directement concernés par la guerre électronique, ils doivent cependant être informés sur les possibilités et les contraintes liées à la manœuvre du spectre électromagnétique. Cet enseignement est assuré dans les cycles de 1 l'enseignement militaire supérieur et au cours de stages nationaux ou alliés . Cette formation permet au commandement de disposer d'officiers de haut niveau capables d'exprimer les besoins ou de donner les directives générales en matière de guerre électronique dans le cadre d'une manœuvre interarmées ou interalliées. Les exploitants : Les sous-officiers et militaires du rang chargés de la mise en œuvre de systèmes pouvant présenter une vulnérabilité à la guerre électronique, reçoivent dans leur formation de spécialité une instruction de base sur ce sujet, en particulier dans le domaine des mesures de protection. Cette instruction doit être prolongée, complétée et améliorée afin d'acquérir les réflexes nécessaires à son application.

1

Un cours de sensibilisation à la guerre électronique sera mis en place dès 2009 au profit des opérationnels sous l’égide de l’EMA/Emploi

24

1.3

Les différents stages. Il existe de nombreux stages dans le cadre de l’OTAN qui permettent d’acquérir ou de perfectionner ses compétences dans le domaine de la guerre électronique. La liste et le calendrier est fourni aux différentes armées dans le cadre du groupement interarmées de coordination de la guerre électronique (GIC-GE). A titre indicatif, pour l’année 2008, nous avions : - le cycle interallié et interarmées de conférence sur la guerre électronique (France) ; - le cours introductif de guerre électronique de l’OTAN (Allemagne) ; - le cours spécialisé de guerre électronique pour les opérations aériennes (Allemagne) ; - le cours spécialisé de guerre électronique pour les opérations maritimes (Grande Bretagne) ; - le cours de guerre électronique pour les officiers d’état major (Grande Bretagne).

2

L’entraînement.
L'entraînement des états-majors et des unités de guerre électronique est nécessaire pour valider les plans, procédures et tactiques d'emploi de la guerre électronique et mettre en œuvre ses moyens. En outre, un entraînement régulier des personnels des forces est indispensable pour acquérir la capacité à combattre en ambiance de guerre électronique. Ces activités d'entraînement sont conduites au cours de manœuvres et exercices, réels ou simulés, qui se déroulent dans un cadre tactique, avec un environnement électromagnétique aussi réaliste que possible. Elles permettent au commandement d'une part de contrôler l'aptitude et l'efficacité des forces à réduire leurs vulnérabilités face aux actions de guerre électronique adverse, d'autre part à s'engager avec l'appui de notre guerre électronique.

2.1

Les directives d'entraînement. Afin de rendre perceptibles et mesurables les effets de la guerre électronique, toute activité d'entraînement doit prendre en compte : - la permanence de la menace électronique ; - les contraintes d'insertion de la guerre électronique amie ; - les conséquences de l'emploi de nos moyens et unités GE sur son déroulement. Dans cette perspective, l'activation systématique de la chaîne de commandement GE adaptée au niveau de l'exercice est impérative. Pour rentabiliser l'engagement de ses moyens spécialisés, l'organisation de la guerre électronique doit être adaptée à chaque type d'exercice, à double ou simple action, suivant le thème tactique opérationnel prédéfini. Elle doit permettre l'entraînement, aussi bien au recueil du renseignement (RGE) qu'à l'ensemble des actions d'intervention (IGE), dans le respect des impératifs de sécurité ou de secret et des réglementations nationales ou internationales.

2.2

L'entraînement des forces. L'objectif fixé est la pratique réflexe des mesures de protection électromagnétique pour tous les participants aux activités d'entraînement, le commandement ayant la responsabilité du contrôle, par des moyens appropriés, de l'efficacité des mesures prises.

Des mesures d'incitation visent à sensibiliser les unités et les personnels aux effets de la guerre électronique et à faire appliquer les directives et règlements en matière de protection électronique : - matérialisation significative de la menace électronique par des incidents d'animation ; - vérification des mesures de protection et/ou d'autoprotection ; - contrôle des réseaux radioélectriques et des émissions électromagnétiques ; - mise en évidence des infractions et fautes commises, si possible en temps réel ; - intégration de critères spécifiques à l'appréciation des vulnérabilités dans les barèmes d'évaluation opérationnelle.

25

L'entraînement des forces à la guerre électronique permet de mettre au point les procédés et d'actualiser la doctrine de protection électromagnétique adaptée à chaque armée. 2.3 L'entraînement des états-majors. En favorisant les activités d'entraînement des forces et des unités, modules ou équipages de guerre électronique, il est possible aux commandements et aux états-majors : - de mesurer les effets des actions de guerre électronique de l'ennemi sur la conduite des opérations et le déroulement de la manœuvre amie ; - d'évaluer l'appui de la guerre électronique à l'exécution de la manœuvre amie ; - de coordonner l'emploi des moyens de guerre électronique avec les moyens de destruction dans le cadre des actions anti-C3 ; - d'acquérir selon le cas la pratique de la coordination, de l'emploi ou de la mise en œuvre de la guerre électronique. Les enseignements tirés des exercices réels ou simulés sont utiles pour actualiser la définition des objectifs d'entraînement et des besoins d'instruction en matière de guerre électronique dans les domaines suivants : - protection des forces ; - amélioration des capacités ; - mise au point des doctrines et des procédures ; - cohérence avec les conditions d'engagements. 2.4 L'entraînement des unités, modules ou équipages de guerre électronique. La politique d'entraînement des unités, modules ou équipages de guerre électronique vise à les préparer à leurs missions opérationnelles du temps de crise comme du temps de guerre. Cette politique se traduit par des entraînements spécifiques, techniques ou tactiques, ainsi que par des participations aux manœuvres ou exercices nationaux ou alliés. L'objectif est le maintien ou l'amélioration des compétences des spécialistes. L'entraînement spécifique Il permet de contrôler l'aptitude opérationnelle des unités, modules ou équipages de guerre électronique face à un plastron réel et à un environnement électromagnétique dense. Peuvent alors être mis en évidence : l'alerte, la montée en puissance, les mouvements et les déploiements, les liaisons et les transmissions, les actions de guerre électronique et le soutien logistique. Il est alors nécessaire de disposer de « polygones de guerre électronique », zones d’entraînement même temporaire dans les camps de manœuvre. Participation aux manœuvres ou exercices nationaux ou alliés Les unités de guerre électronique peuvent jouer leur rôle côté ami ou figurer la guerre électronique ennemie. Dans le premier cas, l'entraînement est orienté sur : - la mise en place des structures de guerre électronique dans un contexte interarmées et/ou interallié ; - l'exécution réelle ou simulée des missions de renseignement ou d'intervention guerre électronique au profit des forces appuyées ; - l'échange des informations nécessaires à la conduite des opérations. Dans le second cas, l'entraînement au profit des forces est orienté sur la mise en évidence de leurs vulnérabilités. Dans certaines situations, ce rôle guerre électronique peut être tenu par des moyens particuliers (sociétés spécialisées, moyens OTAN, etc.). Cette participation des unités GE doit s'inscrire dans le cadre strict des accords internationaux. La participation au ROEM La participation, sur proposition de la DRM, d'unités de GE à la collecte du renseignement d'origine électromagnétique (ROEM) constitue un complément indispensable à l'entraînement en raison de l'imprégnation du milieu qu'elle permet. En effet, les spécialistes sont confrontés au monde réel, qui dans les exercices, ne peut être simulé dans toute sa complexité (linguistique notamment).

26

2.5

La simulation. La simulation constitue un outil privilégié d'entraînement en matière de guerre électronique et doit être largement utilisée. Elle s'applique non seulement à l'emploi de polygones de guerre électronique et de simulateurs spécifiques, mais aussi à des logiciels de simulation où l'environnement électromagnétique et les actions de GE sont représentés. Son intérêt s'exerce principalement dans le domaine de l'attaque électronique par ses contributions à l'anti-C3, à l'autoprotection et à la contre-surveillance afin de participer à l’évaluation des actions de combat et l'apport de la GE. Les outils de simulation peuvent également représenter une action interarmées comme interalliées et servir d'outils d'aide à la décision pour les différents niveaux de commandement.

27

ANNEXES

Annexe 1 : Annexe 2 : Annexe 3 : Annexe 4 : Annexe 5 :

les émissions électromagnétiques ; le recueil et la diffusion des données ; la diffusion des paramètres des émetteurs « radars » ; le corpus doctrinal et les règles d’engagement ; la répartition des missions et es prérogatives en matière de guerre électronique au sein de l’EMA ; l’EWCC et le SEWOC ; le glossaire ; les schémas illustratifs.

29 32 36 41 43

Annexe 6 : Annexe 7 : Annexe 8 :

45 46 47

28

ANNEXE 1 : LES EMISSIONS ELECTROMAGNETIQUES

1

Dans le domaine des télécommunications.
Les émissions se caractérisent par : leur discrétion accrue, que ce soit dans le domaine temporel ou dans le domaine spectral grâce aux possibilités de l'étalement de spectre (bande de quelques dizaines de MHz), ainsi que par une grande agilité des paramètres et des débits de plus en plus élevés ; l'herméticité qui se manifeste par le recours quasi systématique au chiffrement et par une complexité accrue des codes et des formes d'ondes due à la numérisation des informations (modulations de plus en plus complexes) ; le développement des télécommunications par satellites (SHF voire EHF) ; un élargissement du spectre utilisé pour les télécommunications, c'est à dire un choix des fréquences porteuses disponibles de plus en plus étendu, avec recours aux fréquences militaires traditionnelles (HF, VHF et UHF ), à des fréquences nouvelles telles les fréquences millimétriques (60 Ghz par exemple pour les faisceaux hertziens) et à des fréquences civiles (GSM,...).

-

-

Le schéma en annexe 8 illustre l'importance du champ de bataille électromagnétique pour le seul domaine des télécommunications.

2

Dans le domaine des radars et des autodirecteurs.
Les évolutions concernent : une discrétion accrue, par le recours à diverses techniques telles celles des radars continus ou à puissance crête réduite, (radars appelés LPI : "low probality of interception") ; une grande évolution de l'ensemble des paramètres radars, permettant de générer des formes d'ondes diverses et ce pour un même radar. Ainsi, un radar peut être capable de fonctionner en mode haute, moyenne et basse fréquence de récurrence (HFR, MFR et BFR) en ajustant l'ensemble de ses paramètres de façon cohérente (fréquence de répétition des impulsions, largeur des impulsions, etc.) ; l'apparition de techniques nouvelles adaptées à la détection de cibles furtives. Ainsi : • • • l'utilisation des fréquences basses du spectre (HF, VHF et UHF) ; le recours à des radars avec émetteur et récepteur délocalisés (multi statisme) ; l'utilisation simultanée des informations issues de plusieurs capteurs (multi senseurs), ou dans le cas des autos directeurs de deux senseurs différents (systèmes bi modes).

-

- les radars à balayage électronique utilisant des antennes actives, dont le balayage est réalisé par déphasage électronique. Cette technique autorise une meilleure souplesse de gestion des modes radars et des formes d'ondes, permet un balayage adaptatif (plusieurs pinceaux radars répartis dans l'espace), le suivi de plusieurs cibles et l'élimination simultanée des brouilleurs (formation de faisceaux par le calcul). Il paraît, en outre, important de citer quelques cibles particulières ou futures pour la guerre électronique : - les radars ou auto-directeurs de missiles fonctionnant à des fréquences millimétriques ; - les autos directeurs des missiles anti-rayonnement (ARM), c'est à dire se guidant sur les ondes émises par les radars cibles ;

29

- les radars à ultra large bande (où la bande instantanée d'émission est très importante – par exemple: émission simultanée entre 50 MHz et 1 GHz) qui permettent, en principe, de classifier plus aisément les cibles. Notons enfin que les radars ayant un mode permettant de réaliser des images après traitement, tels les radars à ouverture synthétique (SAR), auront tendance à se généraliser (aéronef ou satellite). Ces radars auront des fonctions essentielles d'observation et de suivi de la situation.

3

Dans le domaine de l'optronique.
L'optronique s'intéresse à des longueurs d'ondes qui concernent le rayonnement visible, le proche infrarouge, l'infrarouge lointain et l'ultraviolet. Un premier grand domaine d'utilisation s'adresse à des systèmes d'observation divers (intensification de lumière, imagerie thermique, etc.), des équipements de télémétrie et également des équipements destinés à guider des armements avec une grande précision (armements guidés laser). Les bandes de fonctionnement sont diverses : - la gamme visible (400 à 700 nanomètres de longueur d'onde) est utilisée par des systèmes TV. Bien évidemment elle n'est utilisable que de jour ; - la gamme proche infra rouge (700 à 1100 nanomètres), les bandes IR (3 à 5 microns et 8 à 12 microns) peuvent être utilisées de nuit. Des systèmes lasers accordables, c'est-à-dire fonctionnant sur plusieurs longueurs d'ondes, sont actuellement à l'étude. Le second domaine d'emploi est celui des autodirecteurs qui sont les éléments principaux des systèmes de guidage de missiles. Ceux-ci peuvent être passifs ou semi actifs. Les autodirecteurs infrarouges passifs peuvent être de différents types : - soit à détecteur unique (à rosette) ; - soit à barrette ; - soit à matrice de détecteurs, cette dernière génération étant perfectionnée et capable de faire de l'imagerie des cibles. Les autodirecteurs à guidage sur faisceau directeur sont semi actifs, mais seront de moins en moins utilisés en raison de leur plus grande vulnérabilité.

4

L'évolution souhaitable pour la guerre électronique.
Un tel découpage par domaine ne doit surtout pas négliger l'existence de systèmes multimodes de plus en plus nombreux. Ainsi, peuvent coexister dans le même système d'armes une fonction réalisée à base d'hyperfréquences (cf. radars) et une fonction réalisée à base d'infrarouge passif (cf. optronique). D'autres cas de systèmes multi-modes pourront être associés tels, par exemple, les systèmes de consultation, de communication et de contrôle (systèmes C3), combinant l'infrarouge et le millimétrique, les IR actifs et passifs, des modes de détection et de brouillage simultanés ou encore de radar et d'écoute. En outre, ces systèmes sont le plus souvent interconnectés et utilisent des données informatiques transmises en utilisant le support de propagation électromagnétique et, au niveau local, des fibres optiques. C'est donc cet aspect global des systèmes et de l'environnement qui aujourd'hui doit être pris en compte par la guerre électronique moderne.

30

ANNEXE 2 : LE RECUEIL ET LA DIFFUSION DES DONNEES
La guerre électronique s’appuie sur les données recueillies dès le temps de paix dans le cadre du renseignement d’origine électromagnétique. Ces renseignements sont regroupés dans des bases de données sur les émetteurs (amis ou ennemis). Leur pertinence et la qualité des procédures d’échange - qui permettent l’identification des émissions (amies/ennemies ?) et la protection des forces - sont autant de préalables pour un emploi optimum de la Guerre Electronique. Les données contenues dans la base de référence correspondent à deux types différents : - les modes « paix », modes de fonctionnement pour les exercices ; - les modes « guerre », modes de fonctionnement en opérations. Les modes « guerre » ne sont pas diffusés en temps normal. Leur diffusion, en cas de crise , est du seul ressort de l’EMA.

1
1.1

Les bases de données.
L’organisation des bases de données. Les données sur les émetteurs (amis ou ennemis) sont regroupées dans des bases de données au sein de différents organismes, selon une organisation décrite dans le schéma suivant :

DRM / CFEEE
DGA BDD MATEX CARINE : Export SIGINE Remontée d’informations NEDB/OTAN

SIGINE

NEDB

Armée de Terre CAA/EPIGE

Export NEDB

Armée de l’Air CRA / EPIGE

Marine Nationale CSGE / EPIGE

Une base de l’OTAN : NEDB (NATO Emitters DataBase). Des bases nationales : MATEX sur les matériels exportés (DGA) et SIGINE (Système Informatique de Gestion des Informations de Nature Electromagnétique) de la DRM/CF3E. Des bases d’armées.

31

1.2

La NEDB (OTAN). La NEDB est considérée comme la base de référence pour les pays de l’OTAN en matière de Guerre Electronique, quelles que soient les circonstances (temps de paix, temps de crise et guerre). Elle fait l’objet du STANAG 6009 et se trouve sous la responsabilité du JEWCS. La mission de la NEDB est de fournir un moyen d’échange de données paramétriques sur les émetteurs électromagnétiques non-communicants aux pays de l’OTAN. Elle est exploitée, entre autres, pour : élaborer les ordres électroniques de bataille (EOB) initiaux avant l’exécution des opérations et des exercices ; identifier les plates-formes déployées ; éviter les tirs fratricides ; assurer l’interopérabilité. Ainsi, la NEDB recense toute information sur les émetteurs non communicants, les platesformes et/ou les systèmes d’armes associés selon le principe suivant : les modes « temps de paix » sont implémentés, dans la base dès le temps de paix pour permettre l’entraînement des forces dans un cadre OTAN ;

La mise à jour des données concernant les émetteurs nationaux dans la NEDB est de la responsabilité de la DRM/CF3E, selon les directives de l’EMA citées supra. les modes « guerre » (WARM) sont détenus dans la base nationale,

La diffusion vers l’OTAN des modes « guerres » se fait sur ordre exclusif de l’EMA/CPCO, en cas de crise ouverte ou de guerre. La NEDB ne doit pas être la seule source de programmation des équipements de GE et ne peut donc, en aucun cas, se substituer à une base de données nationale pour la programmation des systèmes de GE. Il est à noter que seul l’OTAN (dans le cadre d’un engagement au sein de l’alliance) diffusera aux forces l’ODB électronique mis à jour conformément aux données, termes et définitions relatives à la NEDB. 1.3 La base MATEX (DGA). La DGA a la responsabilité de gérer et de mettre à jour la base de données sur les émetteurs français en service dans les forces ou exportés. Cette base est constituée des informations fournies par les industriels à la demande de la CIEEMG (commission interministérielle pour l’étude de l’exportation des matériels de guerre) lors de la procédure de demande d’autorisation de vente de matériels à l’étranger. Les informations détenues au sein de la base MATEX de la DGA n’alimentent pas directement la base nationale SIGINE pour des raisons de protection industrielle. Un accord entre la DGA et l’EMA est en cours de validation afin que les informations détenues dans la base MATEX puissent être intégrées dans la base SIGINE. La mise à jour de la base de données MATEX est de la responsabilité de la DGA.

32

1.4

La base SIGINE (DRM). La base SIGINE est la base nationale sous la responsabilité de la DRM/CF3E. Elle regroupe ainsi l‘ensemble des données sur : - les matériels employés par les forces françaises, fabriqués en France et exportés (transmis par export de la base MATEX de la DGA) ; - les matériels étrangers, et en particulier toutes les informations recueillies par les capteurs nationaux (Gabriel, Dupuy de Lôme, ASTAC, frégates, sous-marins, ATL2…) ou lors des différents exercices. Dans le cadre de la guerre électronique, la DRM/CF3E a pour mission de : - mettre à jour cette base de données ; - implémenter les données « paix » de nos matériels dans la NEDB ; 1 - fournir les données ELINT aux centres de programmation de guerre électronique des armées ; 2 - fournir les éléments COMINT techniques qui pourraient être nécessaires aux unités de GE ; - préparer dès le temps de paix les modes « guerre » en mesure d’en assurer la diffusion vers les forces (ou vers l’OTAN), sur ordre de l’EMA via l’export CARINE (Console d’aide à la recherche des informations de nature électromagnétique) ; - s’assurer, en tant que tête de chaîne nationale, de la cohérence des modèles d’échanges avec les bases de l’OTAN et des armées ; - veiller à la mise à jour des AIG (Address Indicator Group), recueil des adresses de l’ensemble des destinataires des informations fournies par l’OTAN.

1.5

Les bases d’armées. Les armées disposent de bases spécifiques, appelées bases de travail, qui leur permettent de paramétrer leurs différents capteurs et systèmes d’armes. Elles sont issues d’exports de la base de référence, complétés par les interceptions de capteurs des armées, en attendant la mise à jour de la base de données de référence. Ces bases sont détenues par les organismes suivants : - le Centre de Support de la Guerre Electronique (CSGE) à Toulon (ALFAN) qui a pour mission de programmer les capteurs MSE et CME des navires de la Marine Nationale et des avions de patrouille maritime ; - le Centre de Renseignement Air (CRA) à Metz qui élabore et diffuse le renseignement d’intérêt air au profit des unités de l’armée de l’Air et de la composante aérienne ; - l’Escadron de Programmation et d’Instruction pour la Guerre Electronique (EPIGE) et ses détachements associés (Marine et ALAT) à Mont de Marsan qui ont pour mission la programmation des moyens CME des aéronefs de l’ensemble des armées ; - le centre d’analyse d’armée de l’armée de Terre (CAA, qui sera créé en 2009) qui a pour objectif de donner à l’armée de terre une capacité centralisée d’identification des signaux. Il a notamment pour mission de gérer les bases de données signaux et de permettre la programmation des moyens tactiques de l’armée de terre. Ces organismes agissent aussi en soutien de la base nationale en fournissant les informations recueillies lors d’exercices ou d’opérations selon les procédures décrites ci-dessous.

1

le Renseignement électronique (ELINT en anglais), qui recouvre les informations obtenues de manière non coopérative et issues des émissions électromagnétiques qui ne sont pas des supports de communications, concernant le contenu de ces émissions ou leurs caractéristiques techniques 2 le Renseignement de communications (COMINT en anglais) recouvre les informations obtenues de manière non coopérative et issues des communications électromagnétiques ou des systèmes de communications, concernant le contenu de ces communications (COMINT) ou des caractéristiques techniques de ces communications électromagnétiques et systèmes de communications (COMINT Technique

33

2
2.1

Les procédures.
Le fonctionnement en national. Dans un contexte national : - les capteurs des armées et de la DRM transmettent des fichiers d’interceptions MSE/ELINT (premier niveau) aux centres d’analyse des armées ; - ces derniers réalisent des analyses de deuxième niveau (production élaborée) qui sont transmises, ainsi que les interceptions réalisées par les capteurs, au CF3E selon le format Schéma Descriptif du Radar (SDR). Le CF3E centralise toutes les interceptions et analyses techniques afin de réaliser des analyses de troisième niveau. Les interceptions réalisées par les MSE des unités de la Marine nationale sont transmises au CF3E, via le CSGE et le CEIPAM. Les interceptions MSE sont exploitées afin d’orienter les capteurs des armées ou de la DRM.

2.2

Le fonctionnement dans un contexte OTAN. Lors d’un engagement au sein de l’alliance, la phase de planification permet de définir la liste des moyens déployés par les pays participant. A partir de cette liste, le CF3E s’assure que les données des moyens déployés par la France sont mis à jour dans la NEDB et fait le nécessaire pour obtenir les informations manquantes s’il y a lieu. La mise à jour de la NEDB est alors envoyée au JEWCS qui est chargé de collecter l’ensemble des données des différents pays membres du NEDBAG impliqués dans l’opération. Le JEWCS distribue aux DBA nationaux la base de données actualisée, qui sera utilisée lors de l’opération. Au cours de l’engagement, l’analyse des comptes-rendus MSE/ELINT est réalisée par la cellule EWCC/SEWOC qui élabore à partir de ceux-ci un OBE (ordre de bataille électronique) mis à jour en continu, qui permet de mettre à jour les paramètres des systèmes d’armes. Les capteurs français mis à la disposition de l’OTAN sont tenus de rendre compte directement à l’EWCC/SEWOC par l’intermédiaire de formats de comptes-rendus spécifiques (STANAG 4633 et 4658).

2.3

La transmission des données. La transmission des données entre les différentes structures de l’OTAN et les nations, s’appuie sur l’établissement d’un réseau de correspondants en mesure de recevoir ou de diffuser des ordres ou des comptes rendus. La procédure de diffusion s’appuie sur les documents de référence STANAG 6009 et manuel NEDB (partie 1, 2 et 6 pour les « modes guerre »), qui définissent la notion d’AIG (Address Indicator Group). Les AIG 5232, 5234 et 5235 recensent tous les acteurs OTAN impliqués par la NEDB. L’AIG 5232 est envoyé en même temps que L’AIG 6008 qui déclenche la procédure NCRS (Nato Crisis Response System) via le SHAPE, initiant les procédures de diffusion des « modes guerre ». Afin de s’y préparer, l’OTAN organise un exercice d’entraînement (exercice MAIDENLEASH) tous les ans. Dans un souci d’informer les structures gouvernementales, les messages NCRS sont également adressés à l’AIG 6008 qui comprend le ministère de la défense, le SGDN et le Gouvernement Français (AIG modifié le 10 juillet 2007).

34

ANNEXE 3 : LA DIFFUSION DES PARAMETRES DES EMETTEURS « RADARS »

1
1.1

Généralités.
Le rappel sur la NEDB. Actuellement, et conformément au STANAG 6009, la mission de la NEDB est de fournir un moyen d’échange de données paramétriques sur les émetteurs électromagnétiques noncommunicants aux pays de l’OTAN. Elle est exploitée, entre autres, pour : élaborer les ordres électroniques de bataille (EOB) initiaux avant l’exécution des opérations et des exercices ; identifier les plates-formes déployées ; éviter les tirs fratricides ; assurer l’interopérabilité.

La NEDB est considérée comme la base de référence pour les pays de l’OTAN en matière de guerre électronique quelles que soient les circonstances (temps de paix, temps de crise et guerre). Ainsi, la NEDB recense toute information sur les émetteurs non-communiquants, les platesformes et/ou les systèmes d’armes associés selon le principe suivant : - les modes « temps de paix » sont implémentés dans la base dès le temps de paix pour permettre l’entraînement des forces dans le cadre de l’OTAN ; - les modes « guerre » (WARM) sont détenus dans la base nationale, et diffusés vers l’OTAN uniquement sur décision de l’EMA, en cas de crise ouverte ou de guerre. Si le manuel NEDB préconise aussi l’existence de base nationale, il est à noter que c’est le SEWOC qui diffusera aux forces l’ordre de bataille électronique mis à jour conformément aux données, termes et définitions relatives à la NEDB. 1.2 Le dispositif nécessaire à la mise en œuvre de la NEDB. La diffusion des données de la NEDB suppose l’existence de point de contact d’armées (POC), en mesure de recevoir ces données et de les diffuser à leurs unités. Cette mission suppose donc de disposer du système BICES ou d’autres moyens de communications sécurisés OTAN comme CRONOS. En outre, il faut rappeler que la classification de la base NEDB est du niveau « Secret OTAN ». Sa gestion au sein des armées et des forces nécessite donc la mise aux normes des infrastructures dédiées. 1.3 1.3.1 Les principaux intervenants. Le Data Base Manager (DBM). Le DBM est le personnel en charge de la gestion centralisée de la base NEDB. Il est le correspondant entre les DataBase Administrators (DBA) nationaux et la direction du groupe NEDB située au JEWCS à Yeovilton au Royaume-Uni.

1.3.2

Le DataBase Administrator (DBA). Au sein de chaque nation est désigné un DBA national, dont la tâche « technique » est de mettre à jour les données de sa responsabilité.

35

Ainsi, le DBA français, représenté par le CFEEE, a pour mission de gérer les émetteurs : - employés par les forces françaises ; - fabriqués par la France et exportés ; - étrangers (non OTAN) dont la France possède des données certifiées. En outre, conformément aux manuels, il est également de sa responsabilité de diffuser la NEDB (base de données et applicatif- PRO-USER) à des organismes nationaux en charge de la guerre électronique pour le compte de la France ou de l’OTAN : - le CAA pour l’armée de Terre ; - le CRA pour l’armée de l’Air ; - le CSGE pour la Marine nationale ; - le CRR-FR pour l’armée de terre au profit de l’OTAN ; - le PC-HRF pour la Marine nationale toujours au profit de l’Alliance. Pour ce faire, la base nationale (SIGINE), gérée par le CF3E, est le pendant de la base NEDB. 1.3.3 Les forces armées françaises. Dans le cadre des exercices, opérations et programmes menés par l’OTAN (en particulier la mise en œuvre du concept de « NATO Response Force » (NRF), les unités de théâtre des forces armées constituent les utilisateurs finaux de la base NEDB. Le nombre d’utilisateurs nationaux peut s’avérer être très important en cas d’engagement massif.

2

L’organisation nationale .
Cette organisation s’articule autour de l’EMA, des états-majors d’armée, des points de contact NEDB et du DBA. Elle se fonde sur l’ensemble des textes, ratifiés par la France, régissant la GE et la NEDB : - STANAG 6009 ; - AJP 3.6 ; - MC 64-9 ; - Manuels NEDB.

2.1

Les responsabilités et les compétences. Il est primordial de bien séparer les responsabilités : - d’emploi de la NEDB ; - de gestion « technique » de la NEDB ; - de gestion « opérationnelle » de la NEDB.

2.1.1

L’EMA. L’EMA est l’autorité responsable de l’emploi de la NEDB. Il pourra agréer la diffusion des données des : - émetteurs employés par les forces françaises ; - émetteurs fabriqués par la France et exportés (en accord avec l’Inspection Générale des Armées, Section Armement, et de la Direction des Affaires Stratégiques) ; - émetteurs étrangers (non OTAN) dont la France possède des données certifiées. Il est rappelé que tout mode national de SIGINE déclaré « temps de paix » sera intégré dans la NEDB.

2.1.2

Les états-majors d’armée. Chaque composante a la connaissance des matériels employés dans ses forces. A ce titre, elle : - doit être en mesure de fournir les informations nécessaires pour l’attribution d’un agrément par l'EMA ; - constituera l’interface entre l’EMA et le point de contact opérationnel (NEDB POC) de son armée. Les NEDB POCs. Le NEDB POC d’armée est la seule interface entre le CFEEE et l’armée concernée. Ses responsabilités sont de :

2.1.3

36

-

2.1.4

informer, le plus en amont possible, le DBA (CFEEE) de tous les exercices et de toutes les opérations impliquant les forces dans un cadre OTAN et de fournir la liste des émetteurs et plates-formes déployés ; diffuser l’applicatif PRO-USER de la NEDB, ainsi que la documentation afférente, aux utilisateurs finaux (unités de théâtre) ; être l’interface de son état major avec le DBA (CFEEE) et les utilisateurs finaux ; informer les personnels de ses unités de théâtre de l’utilisation de la NEDB lors d’opérations conjointes OTAN.

Du DBA technique (CFEEE). Les responsabilités du DBA envers les NEDB POC sont de : - transmettre aux NEDB POC la documentation et les mises à jour de la PRO-USER (version de l’applicatif et données) ; - mettre à jour la NEDB ; - archiver tous les modes « temps de guerre » (fichiers WARM compatibles avec la NEDB) ; - inclure dans la NEDB, sur ordre exprès de l’EMA, les seuls modes WARM nécessaires à une opération conjointe donnée. Le DBA technique assure l’interface entre les responsables de la NEDB et les différents NEDB POC des armées.

2.1.5

Du POC SIGINE d’armée. Le POC SIGINE d’armée travaille en collaboration avec le POC NEDB correspondant. Les responsabilités de ce POC SIGINE sont de : - collecter les données manquantes (documentation technique,…) des modes « temps de paix » des émetteurs déployés ; - transmettre ces données au DBA (CFEEE) ; - identifier, en continue, les modes temps de « guerre » (WARM) des émetteurs de son armée ; - transmettre les données sur ces modes temps de « guerre » au CFEEE.

3
3.1

Les Procédures.
Les Procédures de mise à jour éventuelle des modes « temps paix ». 1 phase : Le NEDB POC informe, par la messagerie de BICES ou le cas échéant par message, le DBA/CFEEE de la tenue d’un exercice ou d’une crise. Le NEDB POC diffuse la liste des émetteurs et des plates-formes français déployés lors de cet exercice ou de cette crise vers le DBA/CFEEE. 2 phase : Le DBA technique (CFEEE) et le NEDB POC vérifient la fiabilité des données déjà existantes dans la PRO-USER. Suite à cette vérification, le NEDB POC demande au POC SIGINE d’armée de collecter les données manquantes (documentation technique,…) des modes « temps de paix » des émetteurs déployés. 3 phase : Le POC SIGINE d’armée transmet les données sur les émetteurs de responsabilité française vers le CFEEE, données qui serviront également à la mise à jour du référentiel national.
ème ème ème ére

4 phase : Le DBA prend en compte tous les éléments et transfère les mises à jour vers le DBM. 5 phase : Le DBA transmet aux NEDB POC, via BICES, la version de la base de données NEDB qui sera utilisée lors de l’opération menée par l’OTAN.
ème

37

6 phase : Il incombe aux NEDB POC de transmettre ladite version vers les unités de théâtre impliquées dans l’opération. 3.2 3.2.1 Les procédures concernant les modes « temps de guerre » ( WARM). L’archivage national des WARM. Il incombe aux POC SIGINE d’armée de faire la distinction entre les modes « temps de paix » et « temps de guerre » de leurs émetteurs. Il est de leur responsabilité de rassembler et de fournir les caractéristiques ou documentations associées à ces modes « temps de guerre » au CFEEE, et de transmettre ces informations, de façon continue et soutenue. Tous ces modes seront consignés dans des fichiers WARM. La diffusion des WARM. La demande initiale d’inclusion de ces données dans la NEDB émanera du staff NEDB/JEWCS sous la forme de « NATO Crisis Respons System » (NCRS) appropriées. Les NCRS portent sur la préparation à la diffusion des modes de fonctionnement « temps de guerre ». La diffusion vers l’OTAN des modes « guerre » se fait sur ordre exclusif de l’EMA/CPCO. Le CFEEE inclut alors automatiquement dans la NEDB les seules données nécessaires à l’exécution des opérations conjointes et pour lesquelles elle a eu l’ordre express de l’EMA. 3.2.3 La diffusion des modes WARM : exercice Maidenleash. En accord avec le STANAG 6009, la fonction la plus significative de la NEDB est de transmettre le plus rapidement possible les informations sur les émetteurs radars en cas de crise suivant les NCRS appropriées. La procédure exécutée afin de satisfaire cette tâche est testée et évaluée lors de l’exercice Maidenleash. L’exercice Maidenleash a pour but de tester et d’évaluer le recueil et la diffusion vers les utilisateurs finaux de données WARM simulées (SWARM) dans un délai de 8 heures à partir de la déclaration des NCRS appropriées. L’exercice Maidenleash peut se dérouler conjointement avec un autre exercice OTAN de guerre électronique impliquant une cellule de coordination de GE (EWCC ou SEWOC). Cet exercice se déroule de la façon suivante : Actions préparatoires : - deux semaines avant la tenue de l’exercice, un message d’alerte est envoyé, par le staff NEDB (Yeovilton), aux DBA nationaux et à tout organisme impliqué dans l’exercice (selon une liste décrite dans l’AIG 5417) ; - au moins une semaine avant l’exercice, le staff NEDB (Yeovilton) envoie un état virtuel des forces impliquées pour la préparation des données SWARM ; - les nations (DBA) accusent réception et préparent les données SWARM pour au moins un des éléments des forces virtuelles déclarées ; Tenue de l’exercice : - par message, le staff NEDB demande aux DBA l’envoi des données SWARM ; - le DBA enregistre l’heure de réception de ce message et transmet vers Yeovilton les données SWARM le plus rapidement possible par un moyen sécurisé (BICES) ; - le staff NEDB collecte l’ensemble des données SWARM, génère et fournit une base adaptée à l’exercice Maidenleash. Cette base de données est accessible sur le site sécurisé de la NEDB et peut donc être téléchargée par le DBA et les NEDB POC ; - il incombera aux NEDB POC de faire parvenir cette base adaptée jusqu’aux unités participantes et d’informer le DBA (CFEEE) de la réalisation de cette action ; - le DBA rend compte au staff NEDB du déroulement de l’exercice (chronologie, problèmes rencontrés,…).

ème

3.2.2

38

La fin de l’exercice est déclarée lorsque le staff NEDB reçoit le dernier compte-rendu des nations participantes. L’exercice Maidenleash doit être réalisé dans un délai de huit heures. La procédure mise en œuvre est identique à celle mise en œuvre par l’OTAN en cas d’événement réel (guerres, crises,…).

4

La Procédure de diffusion de la NEDB PRO-USER.
Cette diffusion s’organise en deux temps : - dès maintenant, chaque armée, via son NEDB POC, sera chargée d’installer l’applicatif pour l’ensemble de ses utilisateurs potentiels (il incombe aux armées de définir, au plus juste, la liste de ses utilisateurs) ; - dans les plus brefs délais précédents une opération de l’OTAN, le NEDB POC diffusera aux unités impliquées la version de la base (applicative et données) qui sera utilisée.

39

ANNEXE 4 : LE CORPUS DOCTRINAL ET REGLES D’ENGAGEMENT

1
1.1

Le corpus doctrinal.
Pour l’interarmées. Le corpus doctrinal français en matière de guerre électronique est celui de l’OTAN. Il • • • • • • • • • • • • • comprend les documents suivants : PIA 03-361 : organisation de la guerre électronique ; PIA 03-363 : schéma directeur de la guerre électronique ; PIA 03-163 : le concept de la guerre électronique (traduction du MCM 142) ; MC 64 : la politique en matière de guerre électronique ; AJP 3.6 : la doctrine de la guerre électronique ; ATP-1 Vol 1 : Allied Maritime Tactical instructions and Procedures ; ATP-8 : Doctrine for Amphibious Operations ; ATP-44 : EW in Air Operations ; ATP-51 : EW in the Land Battle ; ATP-55 : Secret allied maritime tactical instructions and procedures ; le STANAG 6009 qui traite de la NEDB ; le MC 515 : le concept du SEWOC (Signal and Electronic Warfare Operations Center) ; le MC 521 : le concept des EWCC (Electronic Warfare Co-ordination Cell).

Ces deux derniers documents seront déclinés en doctrine nationale et interarmées dans une publication interarmées intitulée “la guerre électronique en opération” (parution au premier semestre 2009). 1.2 Pour l’armée de Terre. Le document de référence OTAN pour l’armée de Terre est l’ATP 51 (Electronic Warfare in the Land Operations). L’armée de Terre dispose des documents nationaux spécifiques : • RENS 230.1 (Doctrine du ROEM et de la GE de l’armée de terre- Cadre général) ; • RENS 230.2 (Doctrine du ROEM et de la GE de l’armée de terre- Appui électronique d’une composante terrestre) ; • RENS 241 (TRS 710) (Mémento des actions de brouillage) ; • RENS 242 (Manuel d’emploi provisoire des brouilleurs dans la lutte contre les EEI-RC) ; • RENS 232 (CRAZ : compagnie de renseignement et d’appui de zone) ; • RENS 233.1 (LINX : localisation des interceptions de signaux exotiques). 1.3 Pour la Marine. Si la doctrine de la Marine nationale dans le domaine de la guerre électronique ne s’appuie sur aucun document spécifique de l’OTAN, elle s’articule cependant autour des documents suivants : • ATP 1 : Allied Maritime Tactical Instruction and Procedure ; • ATP 31 : Nato Above Water Warfare Manual ; • ATP-55 : Secret allied maritime tactical instructions and procedures. La Marine nationale dispose aussi de documents nationaux spécifiques : • Instructions 301/331 ALFAN – ATP-1/31 SUPP FR ;

40

• Instruction permanente 12/ALAVIA/EMPL/GENE/CD du 14 avril 1999 (règles d’utilisation «temps de paix » des équipements de contre mesures électromagnétiques – brouilleurs et lance leurres aéroportés) ; • Instruction permanente 69/ALAVIA/EMPL/CHAS/CD du 30 mars 2001 (programmation des équipements de contre mesures électromagnétiques des systèmes d’autoprotection des aéronefs de la chasse embarquée) ; • Soutien Opérationnel de la GE dans la marine : 415/DEF/EMM/PL/ORA/DR du 9 juillet 2004 ; • Instruction particulière 159 ALFAN/ADG/GE/CDSF du 25 février 2008 (programmation des systèmes d econtre mesures électromagnétiques des bâtiments de la FAN). De plus, chaque système de guerre électronique possède sa logique de fonctionnement propre visant à assurer l’autodéfense du porteur, voire l’autodéfense élargie à l’environnement proche. 1.4 Pour l’armée de l’Air. Le document de référence est l’ATP 44 (STANAG 3873 : Electronic Warfare in Air Opérations). L’armée de l’Air s’appuie sur les consignes permanentes d’emploi (CPE) : • CPE C3 : guerre électronique, définitions ; • CPE G8.8 & .10 : configuration CME des aéronefs ; • CPE H1.5 et H3.2 : mesures de Protection Electronique ; • CPE H9 : guerre électronique et renseignement d’origine électromagnétique, mesures opérationnelles. Il existe aussi : - la note 11652/DEF/EMO-AIR/CD qui traite de la « Classification des actions de GE et de la programmation des équipements d’autoprotection des aéronefs » en cours de refonte ; - le mémento de Guerre électronique du Commandement des Forces Aériennes.

2
2.1

Les règles nationales et internationales.
La gestion des fréquences. Sous la responsabilité du BMNF (Bureau Militaire National des Fréquences) et sous couvert de l’ANFR (Agence Nationale des FRéquences), la gestion des fréquences impose des contraintes fortes pour l’entraînement. De même, sur un théâtre d’opération extérieure, le J6 doit prendre en compte les contraintes locales (souveraineté et règles d’engagement) et appréhender l’encombrement du spectre. En cela, la GE contribue à la gestion de ce dernier.

2.2

Le cadre juridique d’emploi de la GE. La mise en œuvre de moyens de guerre électronique - sur le territoire national ou à l’étranger, dans le cadre d’un entrainement ou d’une opération - est soumis à des règles juridiques strictes. Celles-ci font l’objet de notes spécifiques et classifiés de la part de direction des affaires juridiques qui ont été diffusées aux armées et organismes.

2.3

Les règles d’engagement. L’utilisation éventuelle de contre mesures électroniques est définie dans la PIA 05-400 (série 36 : autoriser et contrôler l’emploi des CME). Dans la définition des intentions et actes hostiles (PIA 05-400), si rien n’apparaît explicitement concernant les actions de guerre électronique, il est nécessaire de les détailler et de les préciser au cas par cas pour donner aux forces les éléments d’appréciation nécessaire avant toute catégorisation et toute réaction.

41

ANNEXE 5 : LA REPARTITION DES MISSIONS ET PREROGATIVES EN MATIERE DE GUERRE ELECTRONIQUE AU SEIN DE L’EMA
Dans le domaine de la GE, les différentes divisions de l’EMA assument des responsabilités particulières dans différents domaines. Ce chapitre précise les prérogatives des acteurs concernés par la guerre électronique au sein de l’état major des armées.

1
1.1

La division Emploi.
La politique générale. La division Emploi : - définit la politique générale des armées en matière d’emploi de la guerre électronique ; - représente la France auprès de l’OTAN au sein de la structure GE qu’est le NEWAC (Nato Electronic Warfare Advisory Comittee) ; - assure la cohérence de la position française vis à vis des autres comités, en particulier par ses échanges avec la DRM/SDR pour les comités de renseignements (NACSI) ; - organise, tous les ans, le cycle interallié et interarmées de guerre électronique, avec l’appui de l’officier Guerre Electronique de la direction des études et de la prospective de l’ESAT ; - assure la présidence du comité directeur de la guerre électronique (qui se réunit une fois par an), - assure la présidence du groupe interarmées de coordination de la guerre électronique (GIC-GE), qui se réunit deux à trois fois par an, le secrétariat est assuré par EMA/EPI ; - participe au groupe interarmées de coordination du renseignement d’origine électromagnétique (GIC-ROEM) ; - élabore ou participe à l’élaboration (au sein de l’OTAN) des concepts d’emploi et de la doctrine interarmées concernant la guerre électronique. Pour ce faire, l’officier en charge de ce dossier au sein de la division Emploi, bénéficie de l’appui : - des officiers chargés de la guerre électronique de chaque armée, - des officiers chargés de la guerre électronique à l’EMA dont : • l’officier GE de l’EMA/EPI, pour les besoins techniques interarmées (interalliés) guerre électronique et renseignement d’origine électromagnétique notamment dans le cadre de réunions d’échanges techniques ; • l’officier GE du CPCO ; • l’officier en charge de la GE à la division capacité ; - du chef du bureau ROEM de la DRM/SDO pour la partie renseignement.

1.2

Le RETEX opérationnel. En matière de guerre électronique, la fonction RETEX s'applique selon le schéma général établi : - dans le cadre de la note annuelle d’orientation du RETEX et des annexes et paragraphes RETEX des ordres et directives ; - dans le cadre plus général d'un mandat d'étude spécifique dans lequel la GE s'intègre (par exemple lors des opérations au Liban) ; - suite à un "retour terrain" inopiné. Dans tous les cas, le traitement du RETEX sera identique : - identification précise de l'enseignement tiré et des propositions qui en découlent ; - réflexion et décision concernant ces propositions par un groupe de travail dont les compétences sont adaptées ; - établissement d'un plan d'action (action à mener, chargé de mission, échéances).

42

Dans tous les cas, il est nécessaire de faire parvenir l’ensemble des enseignements à l’EMA/Emploi conformément aux procédures décrites dans la PIA 07.202 « retour d’expérience des armées ».

2

Le centre pour la préparation et la conduite des opérations.
L’officier au sein du J3 en charge de la guerre électronique est chargé de proposer toutes les mesures qui relèvent des unités de guerre électronique et qui contribuent à la maîtrise du spectre électromagnétique. Au sein de la cellule de crise, les responsabilités de l'expert portent sur : - la participation à la préparation des options militaires, à partir des travaux de planification, des synthèses renseignement élaborées par la DRM et de l'évolution de la situation ; - l'élaboration des ordres initiaux concernant les unités GE du théâtre, prenant en compte le besoin global de renseignements ; - le suivi, dans le domaine GE, de la situation du théâtre et de la manœuvre d'ensemble en cohérence avec les activités des autres unités ; - l’autorisation ou non de diffuser les données temps de guerre (WARM) de nos matériels vers l’OTAN.

3

La division capacités.
La prise en compte de la guerre électronique dans le cadre de la cohérence capacitaire interdomaines de force et de son suivi particulier avec la capacité ROEM est de la responsabilité d’un officier de cohérence opérationnelle (OCO) au sein de la division capacités. L’OCO fait établir avec les parties prenantes le schéma directeur de la guerre électronique, en s’assurant de la prise en compte des grandes orientations capacitaires et de la cohérence des objectifs d’état-major et schémas directeurs afférents. Dans le cadre de l’IG 1514 et l’IM 800, l’OCO assure toutes les prérogatives qui lui sont attribuées pour le suivi des programmes et opérations de guerre électronique, du stade de préparation à celui du démantèlement.

4

La division Espace programmes Interarmées.
L’officier GE : - apporte son appui à l’officier en charge de la GE au sein de la division Emploi pour les besoins techniques interarmées (interalliés) guerre électronique et renseignement d’origine électromagnétique, notamment dans le cadre des réunions d’échange techniques ; - apporte son appui à l’officier en charge de la GE au sein de la division capacités pour les besoins techniques interarmées (interalliés) guerre électronique et renseignement d’origine électromagnétique, notamment dans le cadre de la rédaction des objectifs d’état major (OEM), du suivi des opérations d’armement GE et des programmes étude-amont (PEA) ; - participe au GIC-GE et au CODIR-GE ; - assure le secrétariat du groupe interarmées de coordination de la guerre électronique ; - pilote si nécessaire des groupes de travail spécifiques au profit de l’EMA.

43

ANNEXE 6 : EWCC ET SEWOC

1

Electronic Warfare Co-ordination Cell (EWCC).
L’EWCC est la cellule en charge de coordonner toutes les activités électromagnétiques de la force en opération, dans un cadre national ou interallié.

2

SIGINT/Electronic Warfare Operation Centre (SEWOC).
Le SEWOC est la cellule en charge de coordonner les ressources ROEM et guerre électronique déployées sur un théâtre d’opération, dans un cadre national ou interallié. Elle regroupe en une même entité la cellule en charge du ROEM et l’EWCC. En général, le déploiement d’un SEWOC est systématique au niveau opératif, il peut aussi être mis en œuvre au niveau tactique si nécessaire. Son volume en personnels est fonction de la structure globale de la force et des unités guerre électronique engagées sur le théâtre. Son organisation en cellules doit rester modulable, en fonction des tâches de planification, de coordination et de direction qui sont à mener.

3

Les Missions.
Les missions génériques de ces cellules sont : d'assurer la planification, la coordination, et la direction de la GE en liaison notamment avec les modules renseignement, suivi des opérations, planification-synthèse et SIC ; de suivre la situation et le potentiel de moyens et unités GE engagées et d'évaluer leur efficacité globale. L’organisation et les missions de ces cellules sont décrites dans un document de doctrine particulier, publiée au premier semestre 2009.

44

ANNEXE 7 : GLOSSAIRE

Acronyme AIG ANFR BMNF CFEEE CMO CPCO EWCC GESA GIC-GE GIC-ROEM JEWCS MPE MSE NCRS NACSI NEDBAG NEWAC NEWWG OBE ROEM SEWOC SIGINE

Signification Address indicator group Agence Nationale des FRéquences Bureau Militaire National des Fréquences Centre de formation et d’emploi relatif aux émissions électromagnétiques Centre de mise en oeuvre Centre de planification et de conduite des opérations Electronic Warfare Coordination Cell (cellule de coordination de la guerre électronique) Groupe d’étude des systèmes d’armes Groupement interarmées de coordination de la guerre électronique Groupement interarmées de coordination du renseignement d’origine électromagnétique Joint electronic warfare core staff Mesures de protection électronique Mesures de soutien électronique Nato crisis reponse system Nato Advisory Committee Signal Intelligence Nato emitter data base advisory group Nato electronic warfare advisory comittee Nato electronic warfare working group Ordre de bataille électronique Renseignement d’origine électromagnétique Sigint / Electronic Warfare Operations Centre (centre des opérations de ROEM et de GE) Système informatique de gestion des informations de nature électromagnétique

45

ANNEXE 8 : SCHEMAS

1 2 3

Le découpage du spectre électromagnétique. Les bandes de fréquences et emploi du spectre électromagnétique. Le champ de bataille électromagnétique.

46

Découpage du spectre électromagnétique
Fréquences Appellation des ondes

47

48

L E CHAMP DE BATAILLE ELECTROM AGNETIQUE

49

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful