PIERRE FRASER GEORGES VIGNAUX

L’HORIZON DE LA PEUR
LE SAIN ET LE MALSAIN

SANTOPIA
L’UTOPIE SANTÉ
PREMIÈRE ÉDITION, 2012-12

© 2012 par Pierre Fraser et Georges Vignaux Tous droits réservés Publié aux États-Unis par SANTOPIA, imprimé par le service CreateSpace diffusé et distribué par Amazon Dépôt légal, Librairie du Congrès, USA, 4e trimestre 2012 ISBN 978-1481848756 PREMIÈRE ÉDITION Révision linguistique : LinguaCode

Il est interdit de reproduire en tout ou en partie des portions de ce livre sans l’autorisation écrite et expresse des auteurs. Site Internet : http://santopia.org

_______________________ À Jan Henderson, dont les travaux sur le santéisme ont suscité mon intérêt. _______________________ To Jan Henderson, whose works on healthism have sparked my interest.

« Faites attention lorsque vous lisez un livre à propos de la santé. Vous pourriez mourir d’une erreur d’impression... » Mark Twain

SANTOPIA L’horizon de la peur — Le sain et le malsain, Pierre Fraser, Georges Vignaux, décembre 2012. Discours santéiste — Entre mythe et rationalité, Pierre Fraser, Georges Vignaux, mars 2013. Malaise — L’insoutenable autonomie, Pierre Fraser, Georges Vignaux, septembre 2013.

Table des matières 
SANTOPIA L’UTOPIE SANTÉ ........................................... 15  À PROPOS DES AUTEURS ................................................. 17  PARTIE I THÈSES ET HYPOTHÈSES ............................... 19  THÈSES PRÉSENTÉES ........................................................ 20  Thèse de Georges Vignaux ................................................ 20  Thèses de Georges Vigarello et Didier Sicard ................... 23  Méthodologie ..................................................................... 24  DOMESTICATION DE L’INCERTITUDE ......................... 25  Commentaire de Georges Vignaux .................................... 28  Le principe d’incertitude ................................................ 29  La vision de la science ................................................... 31  Le Principe de précaution ............................................... 32  HYPOTHÈSES DE TRAVAIL ............................................. 35  PARTIE II LE SAIN ET LE MALSAIN ............................... 37  LE MOYEN-ÂGE .................................................................. 38  Vision du corps................................................................... 38  L’ascendance du gras ..................................................... 38  L’horizon de la faute ...................................................... 41  Le XVe siècle et l’affinement contrasté.......................... 43  Maladies dominantes .......................................................... 45  Épistémologie médicale ..................................................... 46  Le savoir médical ........................................................... 46  La pratique médicale ...................................................... 47  Le rapport du sain au malsain ............................................ 48  Pierres et métaux précieux ............................................. 50  Épices et aromates .......................................................... 51  Régime alimentaire ........................................................ 53  Gestion publique de la maladie .......................................... 56  Mise en alarme des espaces, des comportements et des corps ............................................................................... 56  Mise aux normes des espaces, des comportements et des corps ............................................................................... 56  Mise à distance des dangers ........................................... 57  LA RENAISSANCE .............................................................. 59  La vision du corps .............................................................. 59 

Les rivages de la paresse ................................................ 62  La graisse plurielle ......................................................... 63  Montrer et préciser la graisse ......................................... 64  Contraindre les chairs ..................................................... 66  Maladies dominantes .......................................................... 68  L’épistémologie médicale .................................................. 69  Le savoir médical ........................................................... 70  La pratique médicale ...................................................... 72  Le rapport du sain au malsain ............................................ 72  La santé s’installe ........................................................... 74  Le rebond de l’exclusion sociale .................................... 75  Gestion publique de la maladie .......................................... 77  Mise en alarme des espaces, des comportements et des corps. .............................................................................. 77  Mise aux normes des espaces, des comportements et des corps ............................................................................... 77  Mise à distance des dangers ........................................... 77  LE SIÈCLE DES LUMIÈRES ............................................... 79  La vision du corps .............................................................. 81  Inventer la nuance .......................................................... 82  Stigmatiser l’impuissance .............................................. 83  Tonifier ........................................................................... 84  L’énergie du corps .......................................................... 86  Une révolution ................................................................ 87  Maladies dominantes .......................................................... 87  L’épistémologie médicale .................................................. 89  Le savoir médical ........................................................... 90  La pratique médicale .......................................................... 91  Le rapport du sain au malsain ............................................ 92  Gestion publique de la maladie .......................................... 94  Mise en alarme des espaces, des comportements et des corps ............................................................................... 97  Mise aux normes des espaces, des comportements et des corps ............................................................................... 97  Mise à distance des dangers ........................................... 97  LE XIXe SIÈCLE ................................................................... 99  La vision du corps .............................................................. 99  L’installation du chiffre ................................................ 101  11

Obésité et exigences sociales ....................................... 101  De la chimie à l’énergétique......................................... 103  De l’énergétique aux régimes ....................................... 104  La tyrannie de la minceur ............................................. 106  Obésité mondaine et obésité culturelle......................... 108  Maladies dominantes ........................................................ 109  L’épistémologie médicale ................................................ 111  Le savoir médical ............................................................. 111  Le pratique médicale ........................................................ 112  Le rapport du sain au malsain .......................................... 113  Gestion publique de la maladie ........................................ 115  Mise en alarme des espaces, des comportements et des corps ............................................................................. 116  Mise aux normes des espaces, des comportements et des corps ............................................................................. 117  Mise à distance des dangers ......................................... 119  LE XXe SIÈCLE................................................................... 121  La vision du corps ............................................................ 121  Dire le martyre ............................................................. 124  Le savoir médical et sa pratique ....................................... 125  Les maladies ................................................................. 125  Le savoir médical ......................................................... 126  La pratique médicale .................................................... 128  Le rapport du sain au malsain .......................................... 131  Gestion publique de la maladie ........................................ 132  Mise en alarme des espaces et des comportements ...... 133  Mise aux normes des espaces, des comportements et des corps ............................................................................. 133  Mise à distance des dangers ......................................... 135  LE XXIe SIÈCLE ................................................................. 137  La vision du corps ............................................................ 139  Le combat contre la graisse .......................................... 140  Le corps, lieu central de l’identité ................................ 141  Le savoir médical et sa pratique ....................................... 142  Les maladies ................................................................. 142  Le savoir médical ......................................................... 143  La pratique médicale .................................................... 144  Le rapport du sain au malsain .......................................... 147  12

Gestion publique de la maladie ........................................ 148  Mise en alarme des espaces et des comportements ...... 149  Mise à distance des dangers ......................................... 149  Mise aux normes des espaces, des comportements et des corps ............................................................................. 149  PARTIE III D’UNE CONJECTURE AUDACIEUSE ........ 153  Convexité et concavité ..................................................... 155  Confrontation des thèses présentées ................................. 163  Thèses de Georges Vignaux ......................................... 163  Thèse de Georges Vigarello ......................................... 164  CONCLUSION .................................................................... 167  INDEX ................................................................................. 169  BIBLIOGRAPHIE ............................................................... 173 

13

SANTOPIA L’UTOPIE SANTÉ SANTOPIA c’est avant tout l’exploration de thèses fortes proposées par différents chercheurs en matière de santé. Le projet, initié par Georges Vignaux et Pierre Fraser, veut rendre compte de l’évolution d’un phénomène aux impacts sociaux majeurs, celui de la santé comme construction sociale et du discours qui l’accompagne. SANTOPIA c’est aussi la proposition de conjectures audacieuses, au sens où Karl Popper l’entendait, de la part des instigateurs du projet, ainsi que de collaborateurs ponctuels. Finalement, SANTOPIA c’est un vecteur d’édition à travers un site Internet et des livres voués à la diffusion de recherches portant sur les impacts sociaux de la santé. Site Internet : http://santopia.org

À PROPOS DES AUTEURS Georges A. Vignaux est directeur de recherche honoraire au Centre national de la recherche scientifique. Il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles (voir Google). Il a été notamment, de 1994 à 1998, conseiller scientifique, chargé du programme « Sciences cognitives » auprès du directeur de la Mission scientifique et technique du ministère de la Recherche ; de 2000 à 2004, directeur du laboratoire Communication et Politique, CNRS ; de 2004 à 2008 : directeur du Programme « Colisciences », Maison des Sciences de l’Homme, Paris-Nord. Il se consacre depuis à l’écriture d’ouvrages de synthèse et d’essais. Il a été élevé au rang de chevalier dans l’Ordre national du Mérite. Pierre Fraser, actuellement doctorant en sociologie à l’Université Laval, détenteur d’une maîtrise en linguistique de l’Université Laval (sous la direction de G. Vignaux et K. Fall), se définit avant tout comme un épistémocrate, c’est-à-dire quelqu’un qui doute de son propre savoir. Linguiste de formation qui a mal viré, attiré par les sirènes de l’intelligence artificielle, il est devenu informaticien tout comme entrepreneur, et a mis au point le premier système intelligent qui a permis à la société nStein Technologies d’entrer en bourse en juin 2000. À cinquante ans, retrouvant le bon sens, il se consacre désormais à tenter de comprendre comment les sociétés se transforment sous l’impulsion des technologies et des impacts qu’elles ont sur nos vies. Site Internet des auteurs http://santopia.org

PARTIE I THÈSES ET HYPOTHÈSES
En l’espace de quelques décennies seulement, la médecine a non seulement modifié ses pratiques, mais profondément métamorphosé la vision de la vie et du corps, la relation envers le sain et le malsain, le normal et le pathologique, tout comme la vision d’un corps perfectible à volonté, mince, sans gras, beau, sculpté et musclé. L’exigence d’une santé à tout prix s’est graduellement substituée aux traitements des maladies. La santé est devenue une vaste entreprise de gestion du risque et de domestication de l’incertitude dans laquelle s’insèrent de nouveaux discours : consentement thérapeutique, bioéthique, prévention, nutrition, fitness, esthétique.

L’horizon de la peur

THÈSES PRÉSENTÉES Un sociologue n’est jamais satisfait à propos de certaines affirmations, peu importe leur degré d’objectivité. Il est plutôt intéressé de savoir comment ces affirmations ont été fabriquées, dans quel contexte elles l’ont été, et comment leur apparence d’objectivité a été mise en scène. Par exemple, le discours actuel à propos de la nutrition propose différentes affirmations entre ce qui sain ou malsain pour le corps. L’objectivité de ces affirmations est fondée sur des données scientifiques. Ce que le sociologue doit explorer, c’est comment ces affirmations ont été fabriquées, ce sont objectivées et ont pris corps comme discours. C’est l’une des questions parmi d’autres auxquelles nous tenterons d’apporter des réponses en tentant de « décoder » la dynamique qui sous-tend le discours hygiéniste du XXIe siècle. Tout d’abord, un problème : en matière de santé, paradoxalement, l’incroyable déploiement scientifique et technologique semble provoquer chez l’individu le sentiment d’une constante proximité avec les dangers à incidence pathologique (internes ou externes). C’est ce que Georges Vignaux, philosophe et logicien, décrit comme étant l’horizon de la peur. C’est à partir de là que nous développerons et proposerons une réflexion sur cette idée que, plus s’écoule le temps, plus l’aventure du corps se dessine sur un fond d’incertitudes croissantes rapprochant de plus en plus l’individu d’un certain horizon de la peur quasi mesurable. Thèse de Georges Vignaux Georges Vignaux propose une thèse forte. Le registre actuel du rapport du sain au malsain, en pleine mutation, conduirait à l’idée d’un effacement du corps trop encombrant, car vecteur d’une multitude d’incertitudes trop rapprochées, difficilement maîtrisables et peut-être même incontrôlables. La thèse, loin d’être banale, mérite considération. Et elle se comprend encore mieux dans une perspective où elle est un ensemble de convergences expliquées et articulées autour d’une idée centrale : la domestication de l’incertitude (au sens de la maîtrise 20

Thèses présentées

familière issue du côtoiement et de l’obsession sécuritaire). Chronologiquement, voici ce que suggère Vignaux (2012) : • Glorification. Omniprésence du corps. Il y a, dans l’Antiquité grecque, un culte du corps exacerbé. La beauté corporelle prime ; les hommes affectionnent de se retrouver au stade et apprécient les exercices physiques. La statuaire en témoigne, qui établit les canons de la beauté (le sculpteur Phydias), lesquels vont influencer les siècles qui suivront. La beauté est dans les proportions1 ; celles-ci doivent être en harmonie. Le corps est divinisé. Mépris du corps. Rejet. Disparition. Avec le christianisme, au Moyen-Âge et jusqu’au XVIe siècle, tout bascule : le corps n’est qu’enveloppe charnelle, souillure, fardeau. Seule l’âme compte. La mort est omniprésente. Gravures et peintures la réprésentent comme une compagne familière. Il faut songer à l’au-delà, effacer l’enveloppe charnelle. Pour illustrer la vanité de la beauté et de la chair, beaucoup de reproductions du thème «jeunes filles et la mort» (cf. les gravures de Dürer). Retour de l’apparence, retour du corps. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, sous l’influence des manières de cour, la coquetterie revient, les vêtements se font élégants, parfois ostentatoires. Le goût des plaisirs, notamment dans la société française, sous Louis XIV et Louis XV, ramène au corps. Ce corps n’est pas entretenu au sens moderne (on mange trop, on ne se lave pas beaucoup), mais décoré : parfums, rubans, couleurs… Il est prétexte à l’ostentation… Renaissance du corps. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les développements de l’hygiène, la lutte contre l’insalubrité publique, l’aménagement des villes, et la mode des bains, vont «redonner vie» au

À la Renaissance, l’invention du «nombre d’or », qui définit les proportions idéales ; Léonard de Vinci.

1

21

L’horizon de la peur

corps. La question, alors, n’est pas celle de la beauté (encore que Ingres et Delacroix aient ressuscité les nudités en peinture), mais celle de la santé. Il faut protéger le corps contre les miasmes ; c’est par le corps que les infections pénètrent. Le corps est ainsi objet de suspicion (cf. «Le miasme et la jonquille»). • Effacement et remplacement. Au XXe siècle, le corps devient objet de réparations, de transformations et de mutations. Un long processus d’effacement et de remplacement s’opère. Il y a les progrès considérables des prothèses, de l’odontologie, de la chirurgie réparatrice puis esthétique. Aujourd’hui, nous pouvons posséder des dents artificielles, des membres de substitution, des visages et des corps «refaits». C’est effectivement l’ère des métamorphoses. Mais cela ne suffit pas encore pour certains… Effacement total et oubli du corps. D’un côté apparaissent ces interventions sur le corps qui le marquent, le masquent en partie, le font «autre», créent de nouvelles identités : tatouages, piercing, body art… D’un autre côté, le transhumanisme, né dans quelques milieux du MIT, sous l’impact de l’IA et de la robotique, rêve d’une humanité où le corps «naturel» (porteur de souillures et avilissant) a disparu au profit de cyborgs implantés (puces et implants divers). Avec eux, le corps est parvenu à son point de basculement : le biologique n’est plus ; demeure l’électronique, les circuits et l’information.

Ainsi, dans la conception de Vignaux, le corps, progressivement, au cours des siècles, cesse d’être le signe de la création divine. Un matérialisme nouveau, d’obédience scientiste, impose au corps d’être machine et donc création humaine, propice au règne d’une humanité robotisée, vouée à la dictature de la performance et aux tyrannies des hiérarchies fonctionnelles. Dans ce premier tome de SANTOPIA, c’est cette idée de l’effacement du corps que nous allons tenter d’étayer en dé22

Thèses présentées

montrant comment elle s’articule autour de l’idée de domestication de l’incertitude. Thèses de Georges Vigarello et Didier Sicard Sicard et Vigarello (2011) soulignent que « l’extrême efficacité de l’entreprise médicale, l’extrême développement de ses recherches, l’emprise totalement renouvelée de ses savoirs créent aujourd’hui des défis sans précédent. Trois d’entre eux au moins peuvent être relevés. Celui des attentes, d’abord, qui n’ont jamais été aussi exigeantes, totales, porteuses d’intenses tensions et mécompréhensions : par exemple, la présence d’un sujet «malade» devenu plus qu’auparavant acteur [dans le dialogue thérapeutique], et sa profondeur psychique longtemps méconnue. Celui, ensuite, des choix dans la recherche et dans l’assistance, imposés par le coût considérable du développement, porteurs eux-mêmes de contradictions et de conflits aigus. Celui, enfin, de la maîtrise technique inégalée jusqu’ici, porteuse de graves risques éthiques dont l’importance peut donner le vertige et qui confèrent à la puissance publique une responsabilité aussi lourde que décisive (Sicard, Vigarello, 2011 : 9-10). » Nous considérons que les défis que mentionnent Sicard et Vigarello forment une trame de fond contribuant au rapprochement de l’horizon de la peur où l’exigence de santé s’est peu à peu substituée au traitement des maladies et traverse chacun de nos comportements, où le territoire du risque s’est accru à l’aune de l’accroissement des savoirs, où la vision d’un corps espéré toujours plus perfectible et toujours mieux protégé s’est installée comme une inévitable condition de soi. La thèse de Georges Vigarello (2010), quant à elle, tirée du livre « Les métamorphoses du gras ― Histoire de l’obésité », suggère qu’il y aurait un renouvellement total de la vision du corps devenu lieu central de l’identité « où le sujet, censé dépendre exclusivement de lui-même [injonction à l’autonomie], s’identifie de part en part à ce qu’expriment sa présence physique, ses limites, ses traits (Vigarello, 2010 : 292). » Certes, la thèse de Vigarello n’est pas originale : elle serait même une 23

L’horizon de la peur

condition de soi des sociétés individualistes soulignée par plusieurs auteurs et chercheurs. Là où se démarque Vigarello, c’est lorsqu’il suggère que la singularité de l’individu relève de lui-même et de lui seul, « rien d’autre que la condition corporelle contemporaine poussée à son point ultime : l’identité venue plus que jamais du corps, le sentiment, plus que jamais, que ce corps peut le trahir (Vigarello, 2010 : 300) », un corps devenu vecteur d’incertitudes, un corps pathogène, d’où un horizon de la peur qui se rapproche inéluctablement. Méthodologie Karl Popper estimait que la vérité est une hypothèse qu’on n’a pas encore trouvé le moyen de réfuter : « l’hypothèse la mieux adaptée est celle qui résout le mieux le problème qu’elle avait pour fonction de résoudre, et celle qui résiste mieux à la critique que les hypothèses concurrentes (Popper, 1998 : 395) » ; c’est une conjecture audacieuse. Nous tenterons donc de formuler de la manière la plus précise possible notre hypothèse de la domestication de l’incertitude. Pour étayer cette hypothèse, nous allons, dans un premier temps, parcourir l’histoire depuis le Moyen-Âge jusqu’au XXIe siècle et rendre compte de la dynamique de la domestication de l’incertitude. Finalement, nous analyserons comment s’est effectué le glissement d’une médecine qui soigne et traite les maladies vers une médecine engagée dans une vaste entreprise de gestion et de contrôle du risque, c’est-à-dire : une mise en alarme des espaces, des comportements et des corps ; une mise à distance des dangers ; une mise aux normes des espaces, des comportements et des corps. Finalement, il s’agira de voir comment l’horizon de la peur, toujours renouvelé, fortifie ainsi un besoin d’irrationnel de plus en plus répandu, escamote la question du savoir au profit du miraculeux, et agite l’espoir d’une espérance de santé optimale jusqu’à un âge avancé, tant sur le plan physique que mental.

24

Thèses présentées DOMESTICATION DE L’INCERTITUDE S’il y a une volonté de la part de l’être humain à vouloir domestiquer l’incertitude, c’est qu’il y a aussi une contrepartie, à savoir, une quête de la certitude, au sens où Dewey l’entendait, c’est-à-dire, une recherche quasi constante de règles fixes et universelles pour se prémunir des risques de la relativité et de la contingence : « Il faut prendre soin des conséquences, veiller à elles » Partant de là, notre hypothèse centrale suppose que la domestication de l’incertitude en matière de santé est un processus hygiéniste par lequel l’être humain cherche, d’une part, à sécuriser les espaces, les comportements et les corps à incidence pathologique, et d’autre part, à normer, à surveiller, enregistrer, évaluer, traiter et contrôler le comportement des gens, leur corps, les objets et les événements dans le but de gouverner l’activité humaine. Ce processus hygiéniste jouerait à deux niveaux : (i) le niveau micro où les individus sont triés, catégorisés et traités selon leur profil ainsi constitué (Erwin Goffman parlait de people-processing) ; (ii) le niveau macro, où certaines structures sociales sont mises en place et institutionnalisées. Ce processus hygiéniste, dans le cadre de notre hypothèse, serait fondé sur le rapport d’un fragile équilibre entre, d’une part, le niveau d’aversion naturelle de l’être humain envers la variabilité et l’incertitude, et d’autre part, le niveau d’inclination de l’être humain envers la stabilité et la certitude.
Domestication de l’incertitude = Aversion (Variabilité, Incertitude) Inclination (Stabilité, Certitude)

Ce rapport déterminerait ainsi un certain horizon de la peur. En découlerait un ensemble de valeurs structurées sous forme de discours hygiéniste en fonction de l’horizon de la peur. La finalité de ce discours hygiéniste serait la recherche d’une stabilité structurelle de la société sous une idée hygiéniste fédératrice (ex : au Moyen-Âge : « repousser le mal », au même titre que « repousser les miasmes »). 25

L’horizon de la peur
AVERSION Répulsion ressentie envers la variabilité et l’incertitude. Variabilité Événements perturbateurs à incidence pathologique susceptibles ou non de se produire. Incertitude Sentiment d’avoir plus à perdre qu’à gagner en adoptant ou non tel ou tel type de mode de vie.


INCLINATION Penchant naturel de l’être humain pour la stabilité et la certitude. Stabilité Mécanismes permettant d’assurer la stabilité sanitaire et sociale à deux niveaux : 1. Niveau collectif : • mise en alarme des espaces, des comportements et des corps à incidence pathologique ; • mise aux normes des espaces (établissement de frontières protectrices), des comportements et des corps. 2. Niveau individuel : • mise à distance des dangers à incidence pathologique. HORIZON DE LA PEUR Horizon plus ou moins rapproché fondé sur le rapport d’un fragile équilibre entre le niveau d’aversion et le niveau d’inclination. Niveau d’aversion Degré de sensibilité aux événements perturbateurs à incidence pathologique. Certitude Accumulations de savoirs permettant de fonder : 1. Ontologie : • Être : position de l’homme ; • Modalité : vision du corps ; • Propriétés : états du corps. 2. Épistémologie médicale : • des savoirs ; • des pratiques ; • un thésaurus de prescriptions.

Niveau d’inclination Degré de sensibilité à l’efficacité des mécanismes permettant d’assurer la stabilité sanitaire et sociale.


DISCOURS HYGIÉNISTE Ensemble de valeurs hygiénistes structurées sous forme de discours. Sain (équilibre) Attitudes et comportements à adopter pour se prémunir contre la variabilité et l’incertitude. Malsain (déséquilibre) Attitudes et comportements à éviter pour ne pas être affecté par la variabilité et l’incertitude.


FINALITÉ Recherche de la stabilité structurelle de la société sous une idée hygiéniste fédératrice. Action à mener Le verbe utilisé est fonction de la nature même du discours hygiéniste d’une époque donnée. (Ex : au Moyen-Âge = « repoussser ».) Objet de l’action le mal.

26

Thèses présentées Partant de là, si nous considérons que la santé est avant tout une vaste entreprise de domestication de l’incertitude, il nous faut envisager que : • • • • il y a des idéaux types de la santé selon les époques et les sociétés ; cette construction sociale de la santé a pour condition nécessaire le discours ; ce discours est fragmenté de par la multiplicité des intervenants ; ce discours est donc lui-même l’objet d’un travail constant d’unification : c’est ce travail qu’il importe d’analyser ; le discours de la santé est donc à visée normative et il est argumentatif, c’est-à-dire, constamment à la recherche de cautions ou de preuves ou de légitimations ; dans ce travail de légitimation, le rapport entre dedans et dehors joue à plein comme registre de causalités : rapport entre l’aliment (ce qui est ingéré) et la santé (l’état du corps) ; d’où la batterie d’interventions sur le corps qui permettent la mise aux normes de tous les corps ; le discours est donc bien aussi condition d’émergence d’une reconfiguration des savoirs et légitimation de ces savoirs composites fondant des logiques d’idées locales et/ou générales.

• •

Dans ce travail constant d’unification des normes et des pratiques, il y a développement d’un horizon de la peur fondé sur le rapport d’un fragile équilibre entre le niveau d’aversion (degré de sensibilité aux événements perturbateurs à incidence pathologique) et le niveau d’inclination (degré de sensibilité à l’efficacité des mécanismes permettant d’assurer la stabilité sanitaire et sociale). 27

L’horizon de la peur

Horizon de la peur

=

Niveau d’aversion (Variabilité, Incertitude) Niveau d’inclination (Stabilité, Certitude)

L’horizon de la peur peut être considéré comme cette distance ressentie par un individu dans le rapport entre son niveau d’aversion et son niveau d’inclination. Par exemple, le déploiement actuel de savoirs médicaux et de technologies médicales d’investigation et de traitement a possiblement fait en sorte que l’individu considère désormais son corps comme un vecteur d’incertitudes, d’où le sentiment d’un horizon de la peur très rapproché. Cet horizon de la peur serait régulé et régi par trois moments : une mise en alarme des espaces et des comportements ; une mise à distance des dangers et des périls ; une mise aux normes des espaces, des comportements et des corps sous l’aspect de circonscriptions sécuritaires. Ces trois moments se structurent dans un discours hygiéniste, et spécifiquement dans un discours santéiste au XXIe siècle. Au global, développement de jugements péremptoires de précaution ou d’interdiction, discours de normes versus discours de répression, un horizon de la peur toujours de plus en plus rapproché, un individu inquiet de plus en plus préoccupé de sa condition et de son corps devenu vecteur d’incertitudes. Commentaire de Georges Vignaux Le concept d’incertitude mérite d’être examiné de près, tout autant que l’emploi qui en est fait ici. L’incertitude, dans son usage usuel, est le contraire de la certitude, c’est-à-dire le fait de ne pas être sûr de quelque chose. Le terme peut être relié aux notions suivantes : 1° en physique et en chimie, l’incertitude désigne la marge d’imprécision sur la valeur de la mesure d’une grandeur physique. Le concept est relié à celui d’erreur, qui est l’écart entre la valeur mesurée et la vraie valeur, en essence inconnue, seulement estimée ; 2° en gestion du risque, l’incertitude est liée au fait qu’on s’intéresse à l’avenir, et on cherche à la mesurer par un risque, du fait notamment de l’absence de statistiques passées fiables permettant de définir des probabilités des événements futurs redou28

Thèses présentées tés ; 3° en sport, l’incertitude événementielle concerne le caractère imprévisible du comportement adverse (quantités d’actions dont l’adversaire peut faire preuve) ; 4° en psychologie, l’aversion à l’incertitude est la crainte assez répandue qu’en cas d’incertitude (situation pourtant générale dans la vie et dans la société comme dans tout système dynamique), il y ait plus à perdre qu’à gagner, d’où les efforts en vue de maintenir le statu quo. C’est plutôt ce dernier point qui me semble inspirer la pensée de Pierre Fraser. Parlons d’abord de science et d’incertitude. Une première conception vient à l’esprit pour peu qu’on ait, comme moi, étudié la logique ! C’est le principe d’incertitude de Heisenberg. Le principe d’incertitude Le principe d’incertitude, théorisé par Werner Karl Heisenberg en 1927, stipule que l’univers n’est ni prévisible ni déterministe. On ne peut observer quelque chose qu’en l’éclairant avec de la lumière. Or, à l’échelle de l’infiniment petit, cela pose problème. Le moindre photon qui interagit avec un électron va modifier la trajectoire initiale de ce dernier ou le faire changer d’orbite. Le photon devient un projectile qui pourra déterminer la position de l’électron, mais qui aura en même temps modifié sa vitesse et sa trajectoire; celle-ci ne pourra donc pas être connue en même temps. La moindre mesure interfère avec l’objet de la mesure et la change ! La longueur d’onde de l’onde associée à une particule est inversement proportionnelle à l’énergie de la particule. Lorsque cette longueur d’onde est de l’ordre des dimensions des «objets» qui interviennent dans le phénomène, alors la nature corpusculaire de la particule est prépondérante. Inversement, si cette longueur d’onde est supérieure aux dimensions des «objets» impliqués, la nature ondulatoire de la particule va être observée. Or, la longueur d’onde est courte pour des particules très énergétiques. On en conclut que les phénomènes se produisant à hautes énergies mettront en évidence un compor29

L’horizon de la peur

tement corpusculaire des particules alors que, les phénomènes à basses énergies seront plutôt de nature ondulatoire. De façon imagée, on peut dire qu’une particule ayant une onde avec une grande longueur d’onde n’est pas bien localisée et donc son comportement est plutôt celui d’une onde (une onde est un phénomène non localisé). Lorsque la longueur d’onde se raccourcit, la particule apparaît de plus en plus localisée et se comporte de plus en plus comme un corpuscule. Werner Heisenberg a étudié de près cette question et en a déduit des relations liant la précision que l’on peut obtenir de la vitesse et de la position d’une particule d’une part, et la précision de la mesure de son énergie en fonction de la durée de la mesure d’autre part. Ces relations sont connues sous le nom de relations d’incertitude d’Heisenberg. En 1927, Heisenberg formule une propriété fondamentale (parfois aussi nommée principe d’incertitude) de la mécanique quantique qui dit qu’il est impossible de mesurer à la fois la position d’une particule EN MÊME TEMPS que sa vitesse de façon exacte. Plus l’on détermine avec précision l’un, moins on saura de choses sur l’autre. C’est ce que l’on a appelé le principe d’incertitude de Heisenberg. Ce que disent, en résumé, les relations établies par Heisenberg, c’est que : 1° si l’on connaît parfaitement la position d’une particule, on ne peut en connaître la vitesse et inversement ; 2° sur de très courtes durées, l’incertitude sur la mesure de l’énergie est très grande, c’est-à-dire que l’énergie peut fluctuer considérablement sur de très courtes durées ! Cela implique que le comportement de la matière à l’échelle de l’infiniment petit n’est pas déterminé ou prévisible. Les mesures que l’on peut effectuer sur la vitesse et la position de particules subatomiques expriment, non pas des certitudes, mais seulement des probabilités. Les bases mêmes de la mécanique sont sérieusement ébranlées par ces relations d’incertitude ! Et sans doute, par extension, notre vision de la science.

30

Thèses présentées La vision de la science La vision classique de la science, et notamment de la science qui a pour objet d’étude la nature, se caractérise par le déterminisme et la certitude. Selon Ilya Prigogine, cette idée de certitude a été ébranlée pour la première fois, par Descartes (Prigogine, 1999). Prigogine suit le philosophe américain Stephen Toulmin, qui situe l’origine de l’idée de certitude au moment des guerres de religion. C’était un moment tragique de l’histoire européenne, marqué par la guerre entre catholiques et protestants. Chacun des deux groupes défendait sa «vérité». Chacun avait sa certitude. Le propos de Descartes apparaît alors comme celui de concevoir une certitude que tout le monde pourrait partager et qui serait un élément de paix, de concorde possible entre les hommes. Cette idée de certitude, porteuse de paix, serait véhiculée par les sciences (en exigeant qu’elles doivent s’inspirer des mathématiques, de l’arithmétique et de la géométrie), et par la philosophie (avec l’idée de cogito). L’idée de certitude apparaît ainsi comme un moyen de dépasser le tragique de l’histoire. Ce projet de paix proposé à travers l’idée de certitude constitue plutôt qu’une résolution des conflits, une façon d’en échapper. Le prix à payer de ce projet de paix est celui d’un dualisme fondamental entre un univers naturel, qui répond à des lois universelles et atemporelles, et un univers humain, traversé par l’incertitude et le conflit. Selon Prigogine, cet idéal de la science associé à la certitude se retrouve chez Einstein, qui cherchait les secrets de l’harmonie naturelle et qui assimilait la vocation scientifique au « désir ardent qui attire le citadin hors de son milieu bruyant et confus vers les régions paisibles des hautes montagnes (Prigogine, 1999 : 215) ». Einstein a vécu, lui aussi, une époque tragique de l’histoire humaine, celle du nazisme, de l’antisémitisme et des deux guerres mondiales. La physique était pour lui une façon d’échapper au tragique de l’existence. Cette vision de la science associée à la certitude et opposée à l’imprévisible et au tragique de l’histoire, commence pourtant à évoluer. Prigogine 31

L’horizon de la peur

annonce la «fin des certitudes » et défend l’idée d’une «science des possibles», c’est-à-dire une science qui intègre le temps et donc l’incertitude, l’imprévisible et donc l’avènement du nouveau, les pertes irréversibles et donc le tragique de l’histoire humaine. Il s’oppose à la vision d’une science désincarnée et à l’idée d’un scientifique qui défend la vision d’une science comme entreprise contribuant à rendre la vie en société plus humaine. De ce fait, Prigogine propose implicitement un nouveau concept de la paix : celle-ci ne serait plus assimilée à la certitude, à la stabilité et à l’harmonie éternelle, mais à l’incertitude dépassée au quotidien, à la contradiction qui permet de construire une nouvelle synthèse voire au conflit qui débouche sur une nouvelle cohérence. Une telle conception ne s’oppose en rien cependant avec cet idéal de stabilité qui perdure dans les relations humaines et dans l’histoire. Cet idéal a même inspiré récemment la conception du Principe de précaution. Le Principe de précaution Le Principe de précaution est formulé pour la première fois en 1992 dans le Principe 15 de la Déclaration de Rio : « En cas de risque de dommages graves ou irréversibles, l’absence de certitude scientifique absolue ne doit pas servir de prétexte pour remettre à plus tard l’adoption de mesures effectives visant à prévenir la dégradation de l’environnement. » En France, la loi Barnier de 1995 précise que « l’absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment, ne doit pas retarder l’adoption de mesures effectives et proportionnées visant à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles à l’environnement à un coût économiquement acceptable ». La France a ajouté à la définition de Rio les notions de réaction proportionnée et de coût économiquement acceptable. L’interprétation du principe est difficile et controversée. Au sens juridique du terme, le principe de précaution provient du droit de l’environnement et du droit de la santé. 32

Thèses présentées Ce principe existait à différents degrés dans les chartes et les conventions internationales comme dans certaines lois nationales. C’est dans le domaine de la santé environnementale (par exemple la question du réchauffement climatique ou des zoonoses ou maladies émergentes), qui fournissent l’essentiel des sujets d’inquiétudes «graves» et «irréversibles», et donc de la matière d’application de ce principe, mais la crise économique a aussi reposé la question de la précaution dans la gouvernance de l’économie, des bourses et des banques. En France, une application de ce principe est demeurée célèbre tant elle suscita de controverses. Ce fut, suite aux rumeurs en 2009, l’aberrante campagne de vaccination massive de la grippe A (H1N1), et la commande projetée, en janvier 2010, de 50 millions de vaccins par le ministère de la Santé. Tout cela pour répondre à une pseudopandémie de grippe A (H1N1). L’enquête établie par le Conseil de l’Europe sur l’OMS afin d’y mesurer l’influence des lobbys pharmaceutiques et dans le cas ici présenté, Roselyne Bachelot, ministre de la Santé du territoire français de Polynésie, eut pour conséquence d’assigner la ministre en référé le 4 janvier 2010 au Tribunal de Grande Instance. Néanmoins, la Campagne de Vaccination Massive continua en Polynésie française ! En témoigne la vaccination des Pompiers et des Policiers de Teva i Uta (Commune de la Presqu’île de Tahiti). Heureusement, nombre de médecins locaux et autres personnels de santé surent prévenir discrètement leurs patients du côté obscur des vaccins A (H1N1). En France, la campagne de promotion du vaccin fut un échec ! Voilà qui témoigne des aléas coûteux du principe de précaution ! Surtout en pleine incertitude. Et c’est sur ces questions de santé où règne souvent le flou, que je rejoins Pierre Fraser lorsqu’il évoque le concept de domestication de l’incertitude.

33

Thèses présentées HYPOTHÈSES DE TRAVAIL Le projet SANTOPIA est un vaste chantier exploratoire. En ce sens, chaque livre du projet propose différentes hypothèses de travail. Certaines seront certainement réfutées, d’autres seront peut-être confirmées, d’autres seront peut-être refondues, reformulées ou intégrées dans d’autres hypothèses. Notre seul objectif est d’ouvrir des pistes de réflexion. Hypothèse 1 : la domestication de l’incertitude en matière de santé est un processus hygiéniste par lequel l’être humain cherche, d’une part, à sécuriser les espaces, les comportements et les corps à incidence pathologique, et d’autre part, à normer, à surveiller, enregistrer, évaluer, traiter et contrôler le comportement des gens, leur corps, les objets et les événements dans le but de gouverner l’activité humaine. Ce processus hygiéniste jouerait à deux niveaux : (i) le niveau micro où les individus sont triés, catégorisés et traités selon leur profil ainsi constitué (Erwin Goffman parlait de people-processing) ; (ii) le niveau macro, où certaines structures sociales sont mises en place et institutionnalisées. Hypothèse 2 : le processus hygiéniste serait fondé sur le rapport d’un fragile équilibre entre, d’une part, le niveau d’aversion naturelle de l’être humain envers la variabilité et l’incertitude, et d’autre part, le niveau d’inclination de l’être humain envers la stabilité et la certitude.
Domestication de l’incertitude = Aversion (Variabilité, Incertitude) Inclination (Stabilité, Certitude)

Ce rapport déterminerait ainsi un certain horizon de la peur. En découlerait un ensemble de valeurs structurées sous forme de discours hygiéniste en fonction de cet horizon de la peur. La finalité de ce processus hygiéniste serait la recherche d’une stabilité structurelle de la société sous une idée hygiéniste fédératrice (ex : au Moyen-Âge : « repousser le mal », au même titre que « repousser les miasmes »). Hypothèse 3 : c’est d’une asymétrie procurant des gains nets (convexité) que des moments de rupture épistémologiques 35

L’horizon de la peur

entraîneraient des modifications profondes, non seulement sur le plan des savoirs et des pratiques médicales, mais sur l’ensemble de la société en général. Hypothèse 4 : tout savoir ou technologie à caractère prédictif radicaliseraient (concavité) la relation du sain au malsain, rapprochant d’autant l’horizon de la peur, alimentant d’autant un certain discours hygiéniste. Hypothèse 5 : le rapprochement de l’horizon de la peur engagerait certaines pratiques préventives (dépistage, nutrition, fitness) chez l’individu, d’où une autonomisation accrue de l’individu en matière de prévention de soi ; Hypothèse 6 : l’addition de toutes les pratiques individuelles de prévention de soi conduirait à une protection collective généralisée nonobstant toutes autres considérations de nature sociale (un présupposé majeur ouvrant la voie au délestage étatique en matière de santé) ; Hypothèse 7 : un renouvellement total de la vision du corps devenu lieu central de l’identité où le sujet, censé dépendre exclusivement de lui-même (injonction à l’autonomie), s’identifie de part en part à ce qu’expriment sa présence physique, ses limites, ses traits.

36

Thèses présentées

PARTIE II LE SAIN ET LE MALSAIN
L’exigence de santé, au fil des siècles, évolue, impose parfois des changements importants dans les politiques et les pratiques. Deux renouvellements qui se recoupent systématiquement : celui des sciences et des techniques, celui des attentes et des comportements. L’évolution de la médecine et des pratiques de santé, non seulement n’est pas le fruit de causalités basées sur des savoirs et des pratiques antérieures, mais est avant tout tributaire de savoirs et de technologies qui font irruption de façon tout à fait inattendue.

37

LE MOYEN-ÂGE Au Moyen-Âge, un socle épistémique solidement constitué par l’Antiquité : « au centre de la Création, l’homme, debout sur une terre située au centre du monde (une idée déjà bien présente chez Aristote), est tourné vers les cieux ; c’est son ontologie. Il est, pense-t-on, une créature parfaite et le fait qu’il se tienne debout est le signe naturel de sa vocation intellectuelle et spirituelle (Vignaux, 2009 : 17). » Une épistémologie, également héritée de l’Antiquité, structure la trame culturelle : le corps est soumis aux forces invisibles et souterraines du monde. Une vision du monde qui va perdurer pendant plus de mille ans, du Ve au XVe siècle. Vision du corps « Avec le christianisme, au Moyen-Âge et jusqu’au XVIe siècle, tout bascule : le corps n’est qu’enveloppe charnelle, souillure, fardeau. Seule l’âme compte. La mort est omniprésente. Gravures et peintures la réprésentent comme une compagne familière. Il faut songer à l’au-delà, effacer l’enveloppe charnelle. Pour illustrer la vanité de la beauté et de la chair, beaucoup de reproductions du thème «Jeunes filles et la mort» (cf. les gravures de Dürer) (Vignaux, 2012). » L’ascendance du gras De l’Antiquité jusqu’au Moyen-Âge, le gros possède un prestige : celui de la puissance et du pouvoir. « Le prestige du gros est d’abord lié à un milieu. Monde de la faim, de restrictions accablantes, où les disettes reviennent à moins de cinq ans d’intervalle, autour de 1300, par appauvrissement des terres, manque de stockage, lenteur et difficulté des réseaux, vulnérabilité aux intempéries (Vigarello, 2010 : 21). » L’amoncellement nutritif devient dès lors un idéal et la santé suppose un ventre plein ; « la vigueur s’acquiert dans la compacité des chairs (Vigarello, 2010 : 21). » Dans une société guerrière dominée par un idéal de force physique, celui qui mange à satiété est le héros. Celui qui mange beaucoup domine les autres.

Le Moyen-Âge
Légende : une nouvelle maladie est signalée par un astérisque.
MOYEN-ÂGE INCLINATION POUR LA CERTITUDE ontologie vision du corps Être : l’hommemicrocosme s’inscrit dans la Création Modalité : le corps soumis aux forces invisibles et souterraines du monde Propriétés du corps : • fardeau • mépris • rejet épistémologie médicale savoir médical • tributaire d’Hippocrate et de Galien • tributaire du savoir arabe • savoir institutionnalisé dans les premières universités • maladie est un dérèglement des humeurs (emprunt aristotélicien) • maladie due à une corruption de l’air. pratique médicale • regroupements en métiers ou en corporations • règles déontologiques • auscultation (odeurs, couleurs, palpation, examen du pouls, du sang et des urines) • chirurgie (tumeurs, hernies, fractures, amputations) AVERSION variabilité maladies dominantes • carences alimentaires • maladies infectieuses (lèpre, peste noire*, peste bubonique*, variole, tuberculose, typhus, influenza, coqueluche, rougeole, variole, oreillons, rubéole, dysenterie, charbon) incertitude sain / malsain • santé / peste • pureté / pourrissement • joyaux / maladies • épices / maladies • reliques / maladies

INCLINATION POUR LA STABILITÉ niveau collectif mise en alarme des espaces, des comportements et des corps • crécelle, cliquette et clochette du contaminé • port de tuniques identifiables mise aux normes des espaces, des comportements et des corps • quarantaine, isoler les individus • quarantaine, isoler les milieux contaminants • contrôler la circulation des individus et des marchandises • cordons sanitaires • cimetières spéciaux • isolement des malades dans leur maison • enfermer les malades à l’écart et les exclure de la communauté • établissements spéciaux isolés : réseau de léproseries et de lazarets • peurs > conjurations > réparations niveau individuel mise à distance des dangers • pèlerinages, saintes reliques, exorcisme, magie, prières • pierres précieuses • épices et aromates • régime alimentaire, 2 approches : sobriété, abondance • fuir les lieux corrompus • usage du vinaigre et de peaux de bête à odeur forte procurent une action prophylactique relativement efficace • crémation des habits et des effets personnels • faire bouillir l’eau • se laver les mains abondamment • purification et exercices sanitaires

FINALITÉ = REPOUSSER LE MAL (sous toutes ses formes, y compris magiques)

Au Moyen-Âge, le gros ne fait pas l’objet d’injures. Il ne peut être disgracié. Certes, « les termes de lecheor, lechiere ou 39

Le sain et le malsain

lichieresse s’imposent, suggérant l’acte de lécher comme signe de gloutonnerie (Vigarello, 2010 : 26) », mais ce qui est visé c’est le comportement et non le contour. Ce qui dérange, chez le gros, ce sont des comportements qui ne conviennent pas à la morale : « le gros est apprécié, le très gros condamné (Vigarello, 2010 : 28). » À cette époque, seules deux mesures définissent le rapport de la perception au gros : « l’une, pourvoyeuse de formes, de forces, faite de chairs denses, sinon de vivacité ; l’autre, extrême, mais non chiffrée, étouffant la chaleur vitale par ses irrémédiables excès (Vigarello, 2010 : 29). » Le jugement est on ne peut plus clair : la grosseur socialement acceptée est signe d’opulence, de puissance et de pouvoir, tandis que la seconde est signe de débilité. La première confirme non seulement le prestige du gros, mais « elle confirme aussi la croyance aux valeurs de bombances et des mangers débridés (Vigarello, 2010 : 29) ». Au cours des siècles centraux du Moyen-Âge, une vision prédomine : la graisse est jugée utile, sert l’apparence (richesse), garantit bonne santé et vigueur. « La forme corporelle ne vient pas du muscle, mais d’obscures épaisseurs de chairs mêlées (Vigarello, 2010 : 31). » Elle donne des formes, facilite la digestion et protège du froid. L’individu juste bien gros est une personne définitivement en santé. Le manque de graisse est considéré comme signe de maladie2. Le très gros, par contre, souffre d’un débordement global3, ce qui n’est pas sans conséquence dans la représentation médicale de la chose au Moyen-Âge. Il s’agit soit d’une « vision tout intuitive de liquides venus défigurer les contours (Vigarello, 2010 : 31) », soit d’un trop-plein d’air venu gonfler les chairs, un air qui aurait été victime « d’un emprisonnement excessif de ventosités déambulantes dans le corps (Vigarello, 2010 : 35). » Le vent constitue aussi une matière du corps, comme il constitue une matière du monde. Ici, tout est dans
Une vision à mille lieues de celle d’un XXIe siècle obsédé par la disparition des chairs distendues. 3 Aujourd’hui, il est plutôt question d’envahissement séreux du tissu cellulaire, plus communément appelé obésité.
2

40

Le Moyen-Âge

une représentation médicale et populaire fondée sur celle de l’eau et de l’air, l’une et l’autre occupant l’imaginaire médiéval. « L’imaginaire de l’air, de l’eau, celui des outres et des contenants, celui des peaux, leurs laxités et leurs resserrements suggèrent les pratiques curatives, sans que le profil des malades concernés soit clairement indiqué. Pratiques simples, en revanche : laisser échapper le trop (Vigarello, 2010 : 38) », d’où l’idée des saignées qui se répandra. L’horizon de la faute Dans l’univers médiéval, trois grosseurs existent et déterminent l’état de santé d’un individu : la première est maladie par ses laxités liquides ; la seconde, le très gros est malade par ses extrémités inquiétantes ; la troisième, le gros est en santé par sa force apparente. De là, des préoccupations, de là, des pressions, celles des clercs, des médecins et de la culture dominante du pouvoir. La pression des clercs Fin XIIe et début XIIIe siècle, un tournant important, un point de bascule en quelque sorte : l’abus du ventre est la prémice à d’autres péchés, la « voracité doit se contextualiser, l’excès se visualiser, suggérant situations et objets. Ce qui donne à la gloutonnerie et à ses symboles un relief qu’ils n’avaient pas, jusqu’au bestiaire associant porc et glouton, fange et grosseur. (Vigarello, 2010 : 40). » Le très gros est désormais un pécheur emporté par son vice, l’austérité cléricale s’impose, la retenue devient une norme dans la foulée de la constitution des villes vers la fin du XIIe siècle. Le lien social se transforme, la continence devient un nouveau modèle de comportement et « l’allusion au volumineux connote goinfrerie et avidité (Vigarello, 2010 : 41). » Par un lent travail de persuasion des clercs médiévaux à travers prêches et sermons, une diffusion de l’idée d’abstinence s’implante pour devenir une question de comportement sous l’égide de la normativité et de la répréhension. Il y a là une faute que commet le très gros, aspiré qu’il est dans une suite in41

Le sain et le malsain

surmontable d’enchaînements qui le stigmatisent. À souligner ici qu’il n’est pas encore question d’esthétique ; seul le comportement est visé. La pression des médecins La parole des médecins s’affirme : le cumul est dangereux. C’est aussi une parole qui se structure « sur un enseignement universitaire plus construit avec le XIIIe siècle, orientée vers des régimes de santé mieux diffusés (Vigarello, 2010 : 43). » On remarquera ici cette idée naissante de crédibilité du discours scientifique qui deviendra si prégnante à compter du XIXe siècle. On remarquera aussi cette idée naissante de diffusion des régimes de santé. La combinaison de la crédibilité du savoir du discours scientifique et la diffusion de ce même savoir deviennent la clé centrale d’un puissant mécanisme qui se met en place4. Pour le médecin du XIIIe siècle, même « si le gros ne se définit guère, la surveillance va au malaise directement perçu. Le sobre est au coeur du propos, la sensation du lourd serait ce qui le qualifie (Vigarello, 2010 : 43). » L’image des chairs effondrées demeure celle qui domine la définition du très gros, celui que l’on qualifierait aujourd’hui d’obèse. Il n’y a pas encore, à cette époque, d’espace pour définir les autres grosseurs : l’individu est, soit gros, soit très gros, « ce qui peut rendre enfin acceptables ou même avantageuses des pesanteurs notables, celles que l’invention de nuances futures conduira au rejet (Vigarello, 2010 : 44). » Ici, encore, le jugement est porté sur le comportement et non l’esthétique. Les pressions culturelles Les cours médiévales passent de l’apparence à un surcroît d’affinement : le « porteur de lance, l’homme
Il perdurera jusqu’à nos jours, amplifié par les médias de masse et les médias sociaux. Seuls les moyens pour assurer la crédibilité du savoir scientifique et sa diffusion changeront, alors que le fond du discours restera sensiblement le même depuis le XIIIe siècle.
4

42

Le Moyen-Âge

de cheval, confronté aux exigences croissantes d’adresse et de visée, est inévitablement confronté à des exigences croissantes de finesse et d’allègement (Vigarello, 2010 : 44). » Au coeur même de la culture du guerrier, il y a infléchissement de la norme sociale dominante qui privilégie la grosseur pour démontrer à la fois vigueur, santé, puissance et pouvoir. L’excès s’inscrit en faux du moment que « l’activité, le mouvement, la vigueur pourraient être perturbés(Vigarello, 2010 : 44) », mais c’est aussi toute une société qu’engagent les cours médiévales à travers des modèles de danses, de manières de tables, d’allures et de tenues. « La nuance, du coup, est parallèle pour le corps féminin, tout en entretenant de fortes différences avec le masculin, ajoutant délicatesse et fragilité des membres (Vigarello, 2010 : 44) » où la finesse de la taille et l’ampleur de la poitrine deviennent un modèle de référence en matière de morale et de santé. Un objectif donc pour la femme : la minceur. Ici, un moment charnière, celui où le corps de la femme commence à se construite socialement dans l’imaginaire collectif occidental. Il est désormais impératif pour la femme d’être mince et en poitrine5. Le XVe siècle et l’affinement contrasté Dans cette volonté de réduire le très gros, deux visées clairement désignées : la morale et la santé. Bien que le modèle de la femme mince et tout en poitrine prend de plus en plus de place, la visée est à la santé. L’esthétisme du corps n’est pas encore une préoccupation au sens où on l’entend aujourd’hui, ni même au sens où l’entendaient les Grecs de l’Antiquité, le kalos kagathos6. L’homme sain, quant à lui, n’est point trop gras, ni trop maigre. Le discours du médecin, quant à lui, tout à la retenue, gagne non seulement en efficacité, mais en crédi5 6

Les XXe et XXIe siècles ne feront qu’amplifier ce phénomène. Le kalos kagathos (καλὸς κἀγαθός) est un certain idéal de l’être humain, tant sur le plan intellectuel que sur le plan physique, le beau et le bien réunis dans une seule et même personne.

43

Le sain et le malsain

bilité. Il s’applique à associer honte et gloutonnerie, d’où ses messages « transformés en règles de vie, son appel aux moralistes et aux théologiens, son évocation du plus grand péché : référence morale, encore, autant que vision médicale d’un corps dont il faut ménager les humeurs (Vigarello, 2010 : 52) (52) . » Un corps dont il faut ménager les humeurs7 si on le veut apte à vivre sainement8. Dans les faits, le XVe siècle doit être considéré comme un siècle charnière en matière de redéfinition du gros. D’une part, il y a le discours médical qui prône la retenue pour être en santé. D’autre part, il y a un discours social qui dit que l’abondance est au service de l’ascendance et du pouvoir. Les deux modèles se côtoient. Le travail sur l’esthétique n’est pas encore un critère déterminant et définissant la santé. « Les hommes aux robes larges et au visage plein, contrairement aux femmes aux robes étranglées, peuvent suggérer une ascendance (Vigarello, 2010 : 56). » Entre ce désir de préserver la santé par la retenue et le désir de pourvoir à son ascendance sociale se redéfinira le rôle social de celui qui détiendra le pouvoir au cours de la Renaissance.

Tout, au sein de la création comme dans l’homme, est composé de quatre éléments : 4 règnes (minéral, végétal, animal et humain), 4 saisons, 4 directions, 4 tempéraments et 4 humeurs. Les humeurs sont : (i) la bile jaune, chaude et sèche, domine en été ; (ii) le sang, chaud et humide, domine au printemps ; (iii) le phlegme, froid et humide, est prépondérant en hiver ; (iv) la bile noire, froide et sèche, domine en automne. C’est de leur juste proportion que la bonne santé serait assurée. 8 On remarquera la similitude entre le discours du XVe siècle et celui d’aujourd’hui. Des règles de vie formulées par un cortège de spécialistes du XXIe siècle — médecins, nutritionnistes, kinésiologues — formés aux pratiques scientifiques les plus rigoureuses dont la crédibilité peut difficilement être mise en doute. Une morale du péché d’excès qu’entretiennent des émissions de téléréalité comme The Biggest’s Loser, qui montrent le péché de l’excès aux téléspectateurs où des entraîneurs ne cessent de rappeler à des participants obèses à quel point ils ont failli à leur responsabilité d’être en santé.

7

44

Le Moyen-Âge

Maladies dominantes Des maladies incontournables : lèpre, peste, peste noire, peste bubonique, variole, dysenterie, diarrhée, tuberculose osseuse et pulmonaire, scorbut, typhus, influenza, coqueluche, paludisme (malaria). Un savoir médical tributaire d’Hippocrate et de Galien et de celui des médecins arabes. Un savoir institutionnalisé dans les premières universités au XIIe siècle. Une pratique médicale sous l’égide des premiers corps de métiers et corporations et mise en place de protocoles spécifiques et de règles déontologiques lors des consultations en matière d’auscultation directe (odeurs, couleurs, palpation, examen du pouls, du sang et des urines) et de chirurgie (tumeurs, hernies, fractures, amputations). Des conditions sanitaires particulières : « la peste de Justinien, à partir de 541, et jusqu’au VIIIe siècle, qui dévaste une large partie du Bassin méditerranéen et de l’Occident, est l’événement inaugural ; achèvement du monde antique, irruption d’une nouvelle ère, chrétienne ou musulmane, vastes mouvements de population, repli économique, rétraction culturelle, fragmentation des pouvoirs (Touati : 2011 : 47). » Point de bascule d’une époque à l’autre, déplacement du centre de gravité politique vers le nord de l’Europe, la peste se répand dans tout le pourtour méditerranéen. La variole, entre 541 et 996, « se répand à six reprises au moins (Touati : 2011 : 48). » L’épidémie est la trame de fond : lèpre, peste, variole, dysenterie, diarrhée, tuberculose osseuse et pulmonaire, scorbut, typhus, influenza, coqueluche. « Ces épisodes critiques disent la fragilité des équilibres de subsistances (Touati : 2011 : 48). » La famine est une condition récurrente. L’anémie participe à cette trame de fond épidémique, se décline en dermatoses : teigne, gale, eczéma, érysipèle, herpès, érythèmes, mycoses. « À l’opposé des carences courantes, la surnutrition des milieux favorisés, dénoncée comme gloutonnerie, ne rend pas rares les mentions de la goutte, le podagre (le diabète), et de l’obésité. L’éthylisme et ses séquelles mortelles (perte de l’équilibre, polynévrites, délires, syndrome épileptique, cirrhose) sont fréquents, y compris parmi les en45

Le sain et le malsain

fants et les ecclésiastiques durant le haut Moyen-Âge (Touati : 2011 : 51). » Maladies du peuple, maladies de l’élite sur fond d’inégalités sociales prononcées. Épistémologie médicale Une constante, la proximité de la mort : « face à ce désordre tant social que biologique se constitue une métaphysique du mal puisant ses sources dans la tradition apocalyptique judéochrétienne. Fondée sur une interprétation religieuse, la réponse institutionnelle à la contagion se formule d’abord en termes théologiques. Mais le recours permanent à ce modèle explicatif ne saurait suffire : s’édifie simultanément un système de connaissances pratiques dont l’institution quarantenaire est la clef de voûte (Fabre, 1996 : 83). » Le savoir médical Un savoir médical toujours sous le paradigme des humeurs. La maladie est encore et toujours essentiellement un dérèglement des humeurs. Toute maladie est « une infection atmosphérique : c’est l’idée maîtresse d’une corruption de l’air — cause naturelle de la peste — que l’on explique alors par les influences malignes du ciel, les vapeurs empoisonnées, les miasmes remontant des étangs ou se dégageant des cadavres en décomposition (Fabre, 1996 : 88). » Le miasme revient fréquemment dans la littérature médicale du Moyen-Âge, notion centrale possédant une dimension métaphorique indéniable. « Les miasmes sont considérés d’emblée d’essence délétère : ils obéissent à une représentation triviale du mal, que la science médicale du moment fait sienne, qui repose sur la propriété supposée de l’air de véhiculer les agents infectieux (Fabre, 1996 : 90). » Autre registre métaphorique, l’image de la peste qui lève comme le levain fait lever le pain et celle des animalcules invisibles présents dans l’air pourvus d’ailes et de pieds, vecteurs de contagion. Ici, « la métaphore fait office de médiation entre le raisonnement populaire et le discours savant (Fabre, 1996 : 91). »

46

Le Moyen-Âge

Un savoir médical en pleine élaboration, tributaire des travaux d’Hippocrate et de Galien, « restructuré par le monde arabe (chrétien, musulman ou juif) (Touati : 2011 : 55) » et rediffusé au gré des conquêtes et de la dislocation des royaumes. Les universités instituées au début du XIIIe siècle offrent les moyens d’une diffusion sans précédent. Montpellier, Paris et Bologne deviennent universités de médecine dès 1220. Les collèges de médecins sont créés, « les maîtres s’y distinguent, apportant leur prestige de savants aux professionnels étroitement contrôlés (Touati : 2011 : 56). » Une première distinction dans les savoirs : les chirurgiens, longtemps méprisés pour leur contact avec le sang, rejoignent les médecins au XIVe siècle. Barbiers, apothicaires et accoucheuses sont, quant à eux, relégués à la petite chirurgie. Un savoir médical pour deux classes sociales aussi : les réceptaires ou antidotaires, destinés au peuple, « juxtaposent aux prescriptions médicales des incantations magiques (Touati : 2011 : 53) » ; des consignes pour l’élite touchent davantage à la diététique et recoupent des préoccupations dominantes : « l’ascèse prônée par les moines et qui leur assure une longévité souvent surprenante, au-delà de 70 ans (Touati : 2011 : 53). » La pratique médicale Deux dynamiques pour éloigner la mort : (1) le refuge de la religion et de la superstition ; (2) les balbutiements d’une pratique médicale qui s’organise et se structure. « Regroupements en métiers ou en corporations pour les chirurgiens, les barbiers ou les apothicaires, et vérification de leurs capacités. Contrôle des malades, ensuite, par leurs thérapeutes, comme le prévoient les statuts des chirurgiens de Paris en 1311 pour des raisons de police (Touati : 2011 : 61). » Établissement, donc, de protocoles et de règles déontologiques en matière de consultation et d’auscultation directe formant la pratique médicale exploratoire. Un attrait particulier pour la « pratique chirurgicale s’amplifie à partir de la fin du XIIIe siècle. Il se traduit par l’augmentation des œuvres et par l’aspiration sociale et disciplinaire des chirurgiens à un statut égal à celui des médecins (Touati : 2011 : 58). » La chirurgie traite aussi bien 47

Le sain et le malsain

les tumeurs et les hernies que les fractures. Loin d’être une pratique sauvage, dès le Xe siècle, la chirurgie utilise l’opium pour les interventions lourdes : amputation, ablation de polypes, de tumeurs cancéreuses, et d’hémorroïdes, extraction de calculs vésicaux. Le rapport du sain au malsain Le rapport du sain au malsain se caractérise entre pureté et pourrissement ; pierres précieuses et maladies ; épices et maladies ; saintes reliques et maladies. La vision du corps est celle d’une enveloppe charnelle perçue comme un fardeau, d’où l’idée de son mépris et de son rejet. Au Moyen-Âge, une ambition préventive, deux idées centrales : la pureté et le contact. D’une part, une pureté « tout imprégnée d’imaginaire […] et de morale ; issue d’un art des analogies, d’une recherche où dominent les ressemblances et les comparaisons (Vigarello, 1999 : 17) ». D’autre part, le contact par contiguïté avec les fluides d’une personne et « les amulettes, pendentifs ou joyaux, portés pour communiquer leur vertu purifiante (Vigarello, 1999 : 17). » Éloigner l’impur, contrer les pourritures internes, un programme unique, une vision hygiéniste fondée sur des croyances, mais aussi première mise sous tutelle du corps soumis aux forces invisibles et souterraines du monde. La pourriture interne devient thème récurrent que confirme la lèpre. Une évidence visuelle : « chairs dégradées, déformations des traits, suintements (Vigarello, 1999 : 17). » La lèpre joue dès lors sur deux tableaux : sa lente et obscure progression dans les organes, d’où pourriture interne, et sa transmission déjà attribuée au contact et à la proximité. La lèpre se communique d’un corps à l’autre, mécanisme secret mal compris, « un mal venu des humeurs pourries (Vigarello, 1999 : 18) », une crainte du toucher et du souffle, des odeurs, une exclusion sociale à la prime. L’isolement des lépreux devient « rituel de la proscription […] rituel de l’enterrement […], une disparition physique et religieuse (Vigarello, 1999 : 18) ». En 1239, la ville de Lille frappe d’interdit tous 48

Le Moyen-Âge

les lépreux. Par contre, elle autorise leur libre circulation en campagne avec toutefois l’interdiction d’entrer dans les maisons. Le lépreux, armé de sa crécelle, avertit de son arrivée ; le paysan et sa famille s’éloignent. « Plus que toute autre maladie du Moyen-Âge, la lèpre convainc [non seulement] que le mal est pourriture cadavérique (Vigarello, 1999 : 18) », mais convainc également de la mise en place de mesures d’hygiène publique au XIIIe siècle. Un souci donc : « éloigner les risques de décomposition, éviter l’entrée de la pourriture dans le corps comme éviter sa naissance dans les entrailles (Vigarello, 1999 : 21). » La sensibilité du Moyen-Âge est avant tout celle d’un rapprochement entre le cadavre et la charogne. Ici, analogies et adéquations prévalent : « le mal s’étend comme les moisissures ; il gagne comme le croupissement des eaux dormantes ; il grandit comme font les gangrènes (Vigarello, 1999 : 20). » Contact et proximité, transmission incontrôlable de la corruption qui démontrerait une causalité organique à ce mal. « Le repère est le même dans la culture et la médecine arabes médiévales (Vigarello, 1999 : 20). » Au Xe siècle, Rhazès9 expose des quartiers de viande aux quatre coins de Bagdad ; là où la décomposition est la plus rapide, identifie l’endroit à éviter. La pourriture est cette sensibilité. À elle seule elle dit le mal. « L’essentiel est surtout cette distinction entre le pur et l’impur qui va traverser les trois grandes religions du Livre, et s’exprimer sous forme de règles appliquées à toutes les activités humaines et à tous les rapports de l’homme avec la nature, les végétaux et les animaux (Vignaux, 2009 : 61). » Les humeurs du corps, signes potentiels de putréfaction, « liqueurs fuyant aux moindres blessures, émergeant des ouvertures ou des incisions les plus discrètes, présents dans la salive, le pus, les excrétions variées (Vigarello, 1999 : 21) », disent non seulement le danger, mais l’épurement qui doit être
9

Rhazès (865-925), médecin persan, a introduit des pratiques innovantes en matière de soin des patients et de formation des médecins. Il a aussi clairement défini les trois champs de pratiques de la médecine : santé publique, médecine préventive et traitement des maladies spécifiques.

49

Le sain et le malsain

fait ; la saignée. « La pratique doit décharger, en le contrôlant, le surplus d’humeurs accumulées (Vigarello, 1999 : 22). » Un constat : trop d’humeurs surcharge, trop d’humeurs est risque de pourriture. « La représentation commune qu’on a alors du corps, c’est qu’il vivrait dans une sorte d’équilibre interne pour peu qu’il sache se protéger des dangers du dehors (Vignaux, 2009 : 61). » La sensibilité hygiéniste médiévale a non seulement corrélé humeur et pourriture, mais a aussi institutionnalisé la pratique. Les gens se saignent par précaution, « situation délibérée, envisagée indépendamment de toute maladie, décidée pour le seul entretien du corps (Vigarello, 1999 : 23). » L’exclusion sociale s’installe en matière de saignée. La bourgeoisie la pratique plus souvent que la classe paysanne, elle dispose des ressources financières pour requérir les services d’un médecin. Pierres et métaux précieux La pureté, autre sensibilité hygiéniste médiévale, s’objective dans les pierres et les métaux rares. La référence en la matière, celle du médecin grec de l’Antiquité, Galien, portant « une pierre de jaspe sur la bouche de l’estomac, chargée de conforter la digestion (Vigarello, 1999 : 23). » La consistance dure et inaltérable des pierres et métaux rares, leur éclat, « protègent d’autant mieux qu’ils sont purs (Vigarello, 1999 : 23). » Ici, encore, la sensibilité à la pureté. Ce qui est pur ne corrompt ni ne pourrit et protège des pourritures internes et externes ; défense ultime, analogie, adéquation, corrélation. Exclusion sociale une fois de plus : les bourgeois seraient ainsi mieux protégés que les paysans10. Ces derniers, quant à eux, utilisent, qui des dents, qui des cornes, qui des os camouflés sous leurs vêtements. Le rapport établi entre ces objets est celui d’une relation avec le vivant. « Ils sont à la fois dans la vie et au-delà (Vigarello, 1999 : 26) », tout comme les pierres et joyaux par
Ici, une référence intéressante au XXIe siècle : seuls ceux qui disposent d’un revenu adéquat peuvent s’alimenter sainement tout comme retenir les services d’un entraîneur privé. En matière de santé, l’exclusion sociale à travers les âges serait un déterminant social de la santé.
10

50

Le Moyen-Âge

ailleurs. Au Moyen-Âge existe aussi cette idée que les pierres sont de l’ordre de l’organique, qu’elles ont même un sexe, la Terre étant considérée comme un organisme vivant11. Le port d’objets purificateurs et préservateurs, tout comme la saignée, s’institutionnalise. « À l’hôtel-Dieu de Troyes, par exemple, en 1263, où nulle religieuse ne doit porter anneaux ni pierres précieuses, si ce n’est pour cause de maladie (Vigarello, 1999 : 24). » L’église sanctionne, d’une certaine façon, l’existence de forces invisibles et naturelles. Si la pierre précieuse protège et préserve, ce qui est saint, par son seul contact, transmute la pourriture en pureté. « Le corps des saints, leurs dépouilles surtout, sont transfigurés en objets purs (Vigarello, 1999 : 27) » considérés imputrescibles. Encore là, pureté et contact, d’où les « reliques entourées d’or ou de pierres précieuses, sacralisation des minéraux (Vigarello, 1999 : 27). » Par exemple, le Vendredi saint, le roi Édouard II déposait sur le maître autel une certaine quantité d’or et d’argent. Cette pratique avait non seulement pour but la purification ultime du métal à travers une sacralisation royale et divine, mais de lui prêter également le pouvoir de tout protéger et purifier. Toujours dans le même ordre d’idées, les liqueurs à base de poudre d’or, au Moyen-Âge, sont « le gage le plus assuré de la pureté. En 1480, ce sont encore 96 écus d’or qui sont fondus par les apothicaires de Louis XI (Vigarello, 1999 : 28). » Épices et aromates Au Moyen-Âge, la pureté n’est pas seulement de l’ordre des pierres précieuses, mais également des épices et des aromates : « la pureté est suggérée par le goût et l’odorat (Vigarello, 1999 : 29). » Ici, encore, joue la relation de pureté et de protection. La sensation brute provoquée par les épices et les aromates suggère qu’il faut se fier au message des sens. « La
11

Concept qu’une certaine mouvance écologiste, celle de James Lovelock, remettra à l’ordre du jour avec l’hypothèse Gaïa. La Terre serait « un système physiologique dynamique qui inclut la biosphère et maintient notre planète, depuis plus de trois milliards d'années, en harmonie avec la vie. »

51

Le sain et le malsain

pureté préservatrice se voit, se touche, se respire. Du coup, épices et parfums s’imposent par l’agrément de leur saveur ou de leur odeur. Le bon goût pourrait-il tromper ? L’effluve agréable pourrait-il trahir ? (Vigarello, 1999 : 29)». Un constat, une adéquation : la préservation des quartiers de viande par les épices. Elles préservent de la décomposition12. Absorber des épices, c’est écarter la pourriture, éloigner la présence de la mort dans la vie (Vigarello, 1999 : 29). » L’action des épices est double : elle aère les humeurs, elle les évacue. Une fois de plus, cette idée d’allègement des humeurs. Le sel, quant à lui, posséderait cette « vertu à degaster et à nectoyer les humeurs qui sont pourries (Vigarello, 1999 : 30) », sans compter qu’il préserve les viandes, d’où l’obligation, par décret, pour tout navire de revenir avec un chargement de sel. Le comte de Provence, Charles d’Anjou, au milieu du XIIIe siècle, institue, pour la première fois, un monopole étatique : celui du sel. Alléger les humeurs est définitivement un thème récurrent au Moyen-Âge. Les épices, par leur effet purgatif, allègent ces humeurs. Les épices sont de l’ordre de la flamme. « Ils ne chassent pas seulement les humeurs malsaines, ils les brûlent (Vigarello, 1999 : 31). » C’est la vision de l’Antiquité du foyer qui entretient la vie ; le feu est épurement. Les épices et le vin seraient des denrées de longue vie13. Les épices deviennent l’aliment par lequel passe la santé. De multiples intermédiaires sont dès lors mobilisés pour se les procurer. Une flotte marchande, du côté de Levant, ramène les épices au port d’Alexandrie en sillonnant les mers depuis les Indes et la Chine jusqu’à la mer Rouge. Les armateurs européens acheminent
12

Aujourd’hui, un constat et une adéquation similaire : absorber des Omega3 et des aliments gorgés d’antioxydants protège des maladies cardiovasculaires. Deux époques différentes, l’une sans référent scientifique, l’autre immergée dans les référents scientifiques. Une même idée qu’au MoyenÂge, « éloigner la présence de la mort dans la vie (Vigarello, 1999 : 29). » 13 Parallèle à faire avec le XXIe siècle à propos des nutraceutiques supposés augmenter l’espérance de vie et l’espérance de santé, tout comme le thé vert et le chocolat noir réputés antioxydant, dont l’action viserait à épurer l’organisme des déchets métaboliques.

52

Le Moyen-Âge

par la suite vers Gênes et Venise cette précieuse cargaison dont le prix augmente parfois de 40 %. Les épices sont si précieuses, qu’à leur arrivée, elles sont séquestrées dans des coffres. Encore là, exclusion sociale : les épices pour la cour, les nobles, les évêques, les bourgeois ; le sel et l’ail pour les paysans. « Les riches et les pauvres combinent, à travers elles, acte préventif et aliments. Ils rêvent d’une santé directement accessible dans les produits14 consommés (Vigarello, 1999 : 39). » Régime alimentaire Le régime alimentaire, aux siècles centraux du Moyen-Âge, est avant tout un paradoxe. « Entre diète ou gavage se développent deux registres imaginaires différents : la retenue qui fortifie en épurant, d’une part, l’abondance qui fortifie en consolidant, d’autre part (Vigarello, 1999 : 40). » Différenciation sociale, deux sensibilités : « un régime de savants, de lettrés et de clercs opposé à un régime de chevaliers ou même d’hommes du peuple plus directement séduits par la massivité et la lourdeur du corps (Vigarello, 1999 : 47). » L’entretien du corps est socialement situé au Moyen-Âge : épurement15 ou densité. Côté sobriété, ce qui prime, c’est la pureté des aliments, histoire d’équilibrer les humeurs, qui se traduit chez les élites par la surveillance de la nourriture16. « La sobriété entretient17 le

Cette idée d’une santé directement accessible par les aliments, au XXIe siècle, est reprise par le discours des nutritionnistes. Ils disposent du savoir scientifique requis pour dire ce qu’il faut consommer ou non pour accéder à la santé. Ils structurent une normativité où cholestérol et oxydants représentent les ennemis qu’il faut maîtriser et contrôler. Il faut prévenir le risque, manger ce qui est sain, c’est-à-dire pur. 15 Au XXIe siècle, avec la croissance fulgurante de la prise de poids, tant chez les hommes que les femmes, c’est l’épurement, qui est valorisé. Un corps mince, solide et endurant devient la norme. 16 Cette idée de surveillance de l’absorption de nourriture s’est particulièrement établie au sortir de la Seconde Guerre mondiale avec la pesée des aliments. La quantité détermine, soit le corps sain et solide, soit le corps en surpoids ou obèse.

14

53

Le sain et le malsain

corps, elle assure la pureté interne (Vigarello, 1999 : 40). » Telle est la consigne du collège de Salerne destinée à Édouard le Confesseur au XIe siècle : « Mange peu quand tu soupes, ne tiens pas trop longue table (Vigarello, 1999 : 41). » Le conseil a dû porter fruit, car trente-six ans après sa mort, selon la légende, à l’ouverture de son tombeau, aucune trace de décomposition du corps n’aurait été constatée. Encore là, pureté à deux niveaux : la nourriture et la sainteté. L’homme était tellement pieux, d’où son surnom de Confesseur, qu’il fut canonisé en 1161, d’où l’impossibilité que son corps puisse être soumis à la pourriture des chairs. « La réserve fonde le régime, avant même, bien sûr, la mise en concordance avec les forces du monde (Vigarello, 1999 : 41). » Ces règles de sobriété appellent le comportement noble, « celui de l’élite18 à laquelle elles s’adressent, tout en valorisant la maîtrise. Rien d’autre que le lent polissage de la culture du chevalier, l’intervention sur les gestes, ses manières, l’introduction d’un comportement de cour (Vigarello, 1999 : 41). » Encore là, exclusion sociale. Francesco di Marco, en 1380, sur les conseils de son notaire et ami, Ser Lapo Mazzei, est convié à monter à plusieurs reprises les marches, car la nourriture se fige dans l’estomac par manque d’exercice, de boire un verre de vin rouge un quart d’heure avant le repas, ni trop sec, ni trop doux. « Rien n’est meilleur

17

Le discours actuel des nutritionnistes est justement à l’aune de cette sobriété. Le discours n’est donc pas récent. Il a ses échos qui remontent au Moyen-Âge, à la différence près qu’il est aujourd’hui appuyé par des données scientifiques avérées, d’où la portée normative auprès de ceux qui disposent du revenu nécessaire pour s’aliment sainement et faire de l’exercice. 18 Les deux premières décennies du XXIe siècle auront justement été à l’aune du comportement de l’élite qui a les moyens d’acheter des aliments biologiques sains et frais et de s’abonner auprès d’un centre privé de remise en forme. C’est aussi l’injonction à se nourrir sainement et à faire de l’exercice. Ce qui est valorisé, ici, c’est une culture de la maîtrise de soi, alors que l’obèse aurait perdu cette maîtrise. La maîtrise de soi se mesure, se voit et interpelle. C’est l’introduction, auprès des moins bien nantis, du comportement des mieux nantis.

54

Le Moyen-Âge

pour la santé qu’une poignée d’olives : les docteurs19 te le diront (Vigarello, 1999 : 42). » Poursuivant son travail de prévention auprès de son ami, le 10 juillet 1408, Ser Lapo annonce qu’il a fait recopier un opuscule (Mazzei, 1808 : 125-126) réalisé par des médecins bolonais sur les vertus des sources de Bagno della Porretta. Régimes, exercices et autres entretiens du corps définissent non seulement la santé au XIVe siècle, mais également le partage entre le sain et le malsain. Côté bombance, au moment même où se diffuse l’idée de sobriété et de tempérance, une autre culture émerge, celle de la recherche de la « solidité du corps20 dans le cumul alimentaire (Vigarello, 1999 : 46) », modèle marquant qui perdurera audelà du Moyen-Âge. Deux modèles donc, celui de la force du corps venu d’une certaine frugalité, celui de la force brute du corps venu d’une alimentation abondante, parfois même une combinaison des deux modèles. Culturellement, l’abondance de nourriture est « un signe de puissance, avec ses indices physiques, ses valorisations sociales. […] Être gras est signe de ressource corporelle (Vigarello, 1999 : 47). » L’abondance s’oppose aux famines récurrentes provoquées par une mauvaise gestion des cultures et des stocks alimentaires, ainsi que par des abattages abusifs et de faibles rendements agricoles à l’hectare. « Du coup, ripailles et bombances deviennent autant de mirages21, de rêves mobilisant l’attente, entretenant
Ici, un parallèle avec les bienfaits du régime méditerranéen démontrés par le cardiologue et chercheur Michel de Lorgeril (2008) : (1) réduire la consommation d’animaux saturés ou de légumes ; (2) une forte consommation de légumes mono insaturés ; (3) réduire la consommation de gras mono insaturés animaux gras ; (4) réduire la consommation d'oméga-6 polyinsaturés, animales ou végétales ; (5) une forte consommation de gras oméga-3 polyinsaturés, des légumes et des animaux ; (6) pas de consommation d'acides gras trans industriels. 20 Aujourd’hui, cette solidité du corps ne se recherche plus par l’abondance de nourriture, mais à la fois par une savante maîtrise des dosages protéiniques et autres nutriments ainsi qu’une activité physique savamment dosée et calculée. 21 La seconde décennie du XXIe siècle a, elle aussi, son mirage : celui d’une espérance de santé optimale jusqu’à un âge avancé, tant sur le plan physique que mental. Cette promesse faite à tous par le discours de la santé
19

55

Le sain et le malsain

l’espoir. C’est la présence répétée des pays de Cocagne dans les contes médiévaux, avec leurs décors envahis de chairs cuites, d’animaux mis en broche, de provisions cumulées […] (Vigarello, 1999 : 47). » Encore là, exclusion sociale, délimitation d’une frontière entre fortunés et les autres, qui s’approfondira jusqu’à la fin du Moyen-Âge. Gestion publique de la maladie La gestion publique de la maladie, au Moyen-Âge, est à la mesure du savoir médical et de sa pratique. « Dans la plupart des cas, nous sommes plutôt en face de règles d’hygiène collective conseillant — ce qui relève du bon sens ou de la sagesse — l’isolement des malades, l’enfouissement des déjections, la propreté des villages et des campements. Ces règles ne sont pas rien : la conquête de l’hygiène est une longue aventure humaine (Vignaux, 2009 : 63). » Ici, ce qui importe c’est de repousser le mal faute de pouvoir l’endiguer ou même le contrôler. Mise en alarme des espaces, des comportements et des corps Le contaminé, au Moyen-Âge est clairement identifié par le type de tunique qu’il porte. Il avertit de son arrivée en faisant du bruit avec sa crécelle, sa cliquette ou sa clochette. Mise aux normes des espaces, des comportements et des corps La quarantaine isole à la fois les individus et les milieux contaminants, permet de mieux contrôler la circulation des individus et des marchandises. Cordons sanitaires, isolement des malades dans leur maison, enfermement des malades à l’écart dans des établissements spéciaux isolés (réseau de léproseries et de lazarets) pour les exclure de la communauté, ont tous une finalité : repousser le mal.
conduit à mettre en place des structures pour sa réalisation. La prévention, la nutrition et la remise en forme sont les termes par lesquels se traduit la réalisation de cette promesse.

56

Le Moyen-Âge

Mise à distance des dangers Deux registres de mise à distance des dangers : celui du surnaturel et du magique avec pèlerinages, saintes reliques, exorcisme, magie, prières, pierres précieuses ; celui du pragmatique avec épices et aromates, régime alimentaire (sobriété, abondance), usage du vinaigre et de peaux de bête à odeur forte, qui procurent une action prophylactique relativement efficace, crémation des habits et des effets personnels des contaminés et des morts, l’eau bouillie, assèchement des marais Le Moyen-Âge permet de poser un constat : « l’expérience rémanente de la peste, les mesures de quarantaine instaurées pour la première fois à Raguse (Dubrovnik) en 1377, facilitaient la transposition des craintes et la systématisation du danger de l’autre (Touati : 2011 : 61) », d’où son exclusion, sa mise sous contrôle dans des espaces et des comportements contrôlés. « L’observation des règles de quarantaine aboutit à une régulation des conduites face à la contagion. Le respect de ses règles dépend d’une adhésion relativement large du corps social au principe de la quarantaine, sans quoi tout l’édifice s’effondrerait (Fabre, 1996 : 84). » Proximité de la mort et impuissance devant les épidémies auront structuré un discours du repoussement du mal comme parade.

57

LA RENAISSANCE À la Renaissance, un socle épistémique reconstitué : « tout correspond au grand ordre numérique et géométrique de l’univers (Vignaux, 2009 : 89) » de la Grèce antique. Il n’est plus question de se questionner sur la place de l’homme dans la création divine, mais bien de savoir de quoi est fait l’être humain. Un intellectuel nouveau est né, l’humaniste. Les dogmes consacrés sont remis en cause : la « médecine ne reste pas à l’écart de cette révolution. Elle va en faire une majeure : l’exploration du corps humain (Vignaux, 2009 : 89) » à travers la pratique de l’anatomie. Une épistémologie également reconstituée, le corps n’est plus soumis aux forces invisibles et souterraines du monde, mais à ses propres mécanismes internes et à l’air malsain. C’est finalement un renouvellement des causalités. Isoler le mal devient la finalité de la Renaissance. Il ne s’agit plus seulement de le repousser, mais de mettre en œuvre des mesures pour le circonscrire. La vision du corps La vision du corps se métamorphose, le mépris et le rejet ne sont plus repères : le corps est dorénavant poreux, ouvert à l’air malsain ; le corps est une mécanique complexe fondée sur le modèle des flux ; le corps peut être objet de santé et de bonheur. L’apparence du corps, à la fin du XVe siècle, devient préoccupation sanitaire. Les lourdeurs corporelles sont pointées du doigt plus qu’elles ne l’étaient auparavant. Une perception encore floue de l’apparence du corps et de sa préservation, « la crainte de menaces physiques, doublées de suggestions esthétiques (Vigarello, 1999 : 64). » Thomas More, dès le début du XVIe siècle, souligne qu’« il faut être de pierre ou frappé de léthargie pour ne pas se complaire dans une santé parfaite, pour ne pas y trouver de charme (Vigarello, 1999 : 67). » La santé acquiert dès lors un nouveau statut : celui d’un bonheur et d’une certaine volupté. La santé devient aussi opposition : santé parfaite versus une santé imparfaite, la dernière éloi-

Le sain et le malsain

gnant d’autant le bonheur et la volupté. Il y a ici une adéquation : le bonheur passe par la santé.
Légende : une nouvelle maladie est signalée par un astérisque.
RENAISSANCE INCLINATION POUR LA CERTITUDE ontologie vision du corps Être : tout correspond au grand ordre numérique et géométrique de l’univers (conception grecque). Modalité : le corps soumis à ses propres mécanismes internes. Propriétés du corps : • corps poreux • mécanique complexe (modèle des flux) épistémologie médicale savoir médical • anatomie (science du corps) • remise en cause des savoirs antiques • travaux de Paracelse et d’Ambroise Paré • maladie est contagion • l’air corrompu • une transmission localisée ⇒ une contamination ⇒ une propagation ⇒ une épidémie • fondations d'un arsenal de protection vis-à-vis des épidémies et de la contagion pratique médicale • diagnostic • pronostic • auscultation directe (odeurs, couleurs, palpation, examen du pouls, du sang et des urines) • dialogue thérapeutique • chirurgie (tumeurs, hernies, fractures, amputations) • usage de plantes et matières minérales • corporations médicales AVERSION variabilité maladies dominantes • carences alimentaires • maladies infectieuses (syphilis*, lèpre, peste noire, peste bubonique, variole, tuberculose, typhus, influenza, coqueluche, rougeole, variole, oreillons, rubéole, dysenterie, charbon) incertitude sain / malsain • air pur / air contaminé • lieux sains / lieux infects • préservation de soi / comportements à risque • nourriture des pauvres / nourriture des nantis • santé parfaite / santé imparfaite

INCLINATION POUR LA STABILITÉ niveau collectif mise en alarme des espaces, des comportements et des corps • l’air malsain • les odeurs • le visible (porcheries, étals d’équarrissage, corps en décomposition) • contaminés identifiés (certificat) mise aux normes des espaces, des comportements et des corps • fuir les lieux malsains • éviter bains et plaisirs sensuels • piété, dévotions, prières • régime alimentaire : bien manger, bien boire • épurements • exercices • faire bouillir l’eau • protection de soi et du système marchand : règles+comptabilisation+bilans niveau individuel mise à distance des dangers • quarantaine (isoler les individus, isoler les milieux contaminants, cordons sanitaires, cimetières spéciaux, isolement des malades dans leur maison, enfermer les malades à l’écart et les exclure de la communauté, établissements spéciaux isolés : réseau de léproseries et de lazarets) • contrôler la circulation des individus et des marchandises • déclarer, compter, répertorier les contaminés • signaler les lieux de débauche • normalisation progressive des actes de prévention

FINALITÉ = ISOLER LE MAL (établir des frontières)

60

La Renaissance

Une dynamique s’installe : la santé normalisée. « Un mot, surtout, gagne un relief qu’il n’avait pas : celui de sobriété. La conduite est à ménager, l’intensité du temps à économiser : l’art de mourir avec une tonalité inédite, insiste sur la conservation du corps (Vigarello, 1999 : 68). » Déplacements des sensibilités, la sobriété éloignerait non seulement la maladie, mais atténuerait la peur même de la mort. « C’est la place du corps, son inscription dans l’univers, son voisinage avec les forces naturelles, qui tendent lentement à changer : moins dépendant de puissances invisibles (Vigarello, 1999 : 82). » Ces déplacements ne sont pas innocents. Ils marquent pour une première fois un changement du rapport au corps. L’adéquation est une suite d’implications simples et efficaces : « une vie bien réglée ⇒ une responsabilité personnelle ⇒ être le médecin de soi-même ⇒ la santé ⇒ le bonheur ». Cette « médecine récusant le médecin n’est plus seulement une option possible, un choix, mais une nécessité, un recours obligé (Vigarello, 1999 : 74). » Cette nouvelle démarche de santé représente en quelque sorte un affranchissement aux influences cosmogoniques, une affirmation de soi-même, un contrôle tout personnel. Il y aurait donc des mécanismes à l’œuvre dans le corps qui expliqueraient les maladies, une analogie qui oriente le sens des flux avec les objets fabriqués, une « représentation déjà globale des agencements corporels et de leur autonomie possible : le modèle de l’alambic, la cucurbite22 et les tubulures épurant les essences. Les conseils de santé, au XVIe siècle, se modèlent dès lors sur cette analogie où le corps ne distille bien que si le sens des humeurs est soutenu, favorisé, orienté comme un parcours. À l’inverse « surgissent maladies et décompositions de matières (Vigarello, 1999 : 85). » Cette nouvelle conception du fonctionnement du corps ne révolutionne pas les pratiques pour autant, mais elle démontre que le corps gagne en visée organisatrice, moins amalgamé aux seules propriétés et qualités de l’univers.

22

Partie de la chaudière de l’alambic où se place la matière à distiller.

61

Le sain et le malsain

Les rivages de la paresse La critique du gros change avec la Renaissance, « centrée davantage sur la lenteur, la fainéantise, voire l’inintelligence des choses et des gens. Le soin envers le gros s’accentue aussi, centré davantage sur les régimes et les contraintes physiques, ceintures ou corsets, directement appliqués sur les chairs (Vigarello, 2010 : 59). » Dès lors, ce n’est plus tout à fait le très gros, la gourmandise et la gloutonnerie qui sont spécifiquement visés comme au Moyen-Âge, mais la paresse, la mollesse et l’efficacité. Le champ du gros s’élargit, la grosseur physique devient lourdeur globale liée aux péchés capitaux. Les pôles d’attention se sont déplacés, l’incapacité et la maladresse sont désormais soulignées. L’injure envers le gros, alors jusque-là ignorée au Moyen-Âge, suggère le visible : « l’accentuation du mépris touche au langage, fabrique des expressions, déplace l’horizon des mots. Une culture négative du volume se dit plus que jamais, fût-elle encore indifférente aux indices nuancés ou aux précisions chiffrées(Vigarello, 2010 : 65). » Paresse et grosseur sont associées. La paresse devient la peste de l’entendement humain. Ici, ce qui est stigmatisé, « c’est bien le thème de l’inactivité, de la fainéantise ou de la mollesse (Vigarello, 2010 : 63) », alors que, paradoxalement, la haute société des nobles éprouve un profond mépris pour le travail manuel. Par rapport au Moyen-Âge où dominait l’art plus guerrier du chevalier, la Renaissance impose l’apparence du courtisan et de ses manières affinées. La cour « accroît les étiquettes, cultive les allures, assouplit les corps (Vigarello, 2010 : 63). » Désormais, l’énorme est dévalorisé. Le gros n’a plus tout à fait le prestige qu’il avait au Moyen-Âge. Le gros et le grossier se rapprochent davantage, ce qui n’est pas sans conséquence, car il est supposé qu’une possible noblesse peut émaner d’une grosseur mesurée. S’installe dès lors « une tendance insistante dans les références mythologiques aux corps des puissants : l’enjeu des épaisseurs — non pas la triste mollesse des bouffis, mais l’incernable ampleur des forts. Toutes distinctions montrées plus que commentées, pratiquées plus qu’explicitées (Vigarello, 2010 : 75). » 62

La Renaissance

En somme, ce à quoi la Renaissance convie la société n’est pas tant un déplacement du regard qu’un accroissement de défiance à l’égard des grosseurs, même si les limites ou seuils ne sont guère évoqués. « Le gros n’est plus que contraste nostalgique, amusé ou populaire, des modes et des distinctions. Brantôme23 lui-même décrit la grande étroitesse de ceinture et de taille en exemple de beauté accomplie (Vigarello, 2010 : 71). » L’iconographie rieuse du gros se diffuse dans nombre d’illustrations et de récits de fiction. La graisse plurielle Une inflexion majeure se produit en 1578 : il faut réserver au médecin « l’intelligence de plusieurs choses que le peuple fait et dit sans savoir pourquoi (Vigarello, 2010 : 79). » Cette réflexion de Laurent Joubert, médecin et chirurgien, révèle cette tendance émergente de la science moderne à « éloigner les savoirs populaires pour mieux spécifier les modes de connaître. [...] L’observation se donne des objets afin de mieux les préciser (Vigarello, 2010 : 79). » À la Renaissance , l’observation empirique de la graisse établit un ensemble de liens entre volumes et symptômes. « Accident mortel, brusque perte de conscience et de sens, ce mal n’est évidemment pas découvert avec la médecine du XVIe siècle. Bernard de Gordon, au XIIIe siècle déjà, l’évoquait en faisant de la pléthore sa cause antécédente. Le risque, depuis longtemps, est repéré (Vigarello, 2010 : 79). » Ce qui change, c’est la référence aux signes extérieurs — comportement, traits, allure de la peau, rougeur du visage, épaississement des veines, sentiments divers d’élancement ou de pesanteur — et la découverte de la circulation du sang. Dès lors, la rupture des canaux devient une cause possible de l’apoplexie et d’autres maladies. En fait, le médecin regarde autrement le corps du malade, « non que la grosseur se définisse mieux : les symptômes susceptibles de l’accompagner sont en revanche mieux observés (Vigarello, 2010 : 82). » Par contre, cette objectivation de la graisse ne
23

Pierre de Bourdeille, dit Brantôme, écrivain français, chroniqueur du XVIe siècle.

63

Le sain et le malsain

signifie en rien une meilleure connaissance de l’origine du gras, tout comme elle traduit « une relative impuissance à en expliquer les modes d’engendrement et de composition. Reste l’indiscutable curiosité des médecins : accroissement d’exigence dont l’effet n’est encore ni pratique ni médical (Vigarello, 2010 : 84). » Montrer et préciser la graisse Alors que les mots étaient peu nombreux dans le vocabulaire médiéval pour spécifier les grosseurs, voilà que la Renaissance en offre une gamme somme toute assez élaborée, sans compter que, pour la première fois, dans l’iconographie, on représente le gros sous toutes ses formes : « gravures et tableaux tentent plus qu’auparavant de figurer le lourd, de détailler l’apparent raccourcissement des membres, l’engoncement du cou qu’il provoque, scruter l’effondrement du menton ou des joues (Vigarello, 2010 : 91). » Avec l’invention de la perspective en peinture, les choses gagnent en épaisseur et en précision : le réalisme s’installe, réorientant le regard et l’intérêt. En fait, c’est le très gros, une fois de plus, qui est mis en évidence. Peter-Paul Rubens fait partie de ces peintres qui ont exploré les volumes « en accumulant des corps aux chairs démesurées, déformant têtes et cous, boursouflant ventres et membres, engonçant chaque dimension dans d’infinis bourrelets (Vigarello, 2010 : 95). » Ce que la Renaissance met ici en lumière, selon René de Piles, biographe de Rubens, ce sont de damnées victimes de leurs lâche paresse et insatiable gourmandise24. Dans le même sens, une partie de l’oeuvre de Rubens est ni plus ni moins qu’une exploration iconographique systématique de l’effondrement des chairs où le gros est objet de curiosité, où la graisse paralysante infiltre le corps dans ses moindres interstices, craquelant les chairs. Dans cette surenchère icono24

. Difficile ici de ne pas se référer à la téléréalité américaine The Biggest Loser où les entraîneurs démontrent par « A+B » aux participants le résultat de leur paresse et de leur insatiable gourmandise en les affichant sur une pesée pour le plus grand plaisir de millions de téléspectateurs ; aujourd’hui, la paresse et la gourmandise se mesurent objectivement.

64

La Renaissance

graphique, « l’intérêt va au plus gros, exactement comme les remarques des médecins s’arrêtent aux signes les plus marquants (Vigarello, 2010 : 97). » L’art et la science médicale, ici, se complètent, renvoient à la population une image de la normativité du corps. Les mots se précisent aussi. Rabelais, pour parler de ballonnement et pesanteur du ventre, crée le mot embonpoint pour désigner la corpulence ni trop grasse ni trop maigre. Le lexicographe Antoine Furetière, quant à lui, inclut dans son dictionnaire les mots grassouillet et ventru. Il y a ici une volonté de vouloir préciser les volumes en l’absence même de mesures chiffrées. En même temps l'embonpoint des marchands hollandais témoigne de leur réussite et de leur richesse. Déjà, au milieu du XVIIe siècle, le médecin londonien Martin Lister, après avoir visité Paris, dit avoir observé, en quelques années, un grossissement des Parisiens : « De minces et maigres, ils sont devenus gras et corpulents (Vigarello, 2010 : 98). » Le médecin et homme de lettre français, Guy Patin, fait la même observation : « Nos Parisiens font ordinairement peu d’exercices, boivent et mangent beaucoup et deviennent fort pléthoriques (Vigarello, 2010 : 98)). » Au début du XVIIIe siècle, René de Piles souligne que les corps se sont éloignés des finesses antiques parce que livrés au boire et à la bonne chère. Ces évaluations, non basées sur de solides données empiriques, ne permettent pas de conclure à une épidémie d’obésité dans ce Paris de la Renaissance, sauf qu’elles permettent tout de même d’apprécier un phénomène de surpoids qui semblait se répandre dans la population. Ici, ce qui intéresse au premier chef, c’est que, pour la première fois, un lien est établi entre le trop de consommation et la grosseur d’un seul et même individu. Un constat est ausi posé : la brusque disponibilité du sucre « venue des importations américaines, l’invention des liqueurs et produits distillés ont pu infléchir les contours corporels, favoriser leur épaississement (Vigarello, 2010 : 99). » Déjà, à cette époque, le coupable était identifié, ce que confirmera plus tard avec succès la science du XXe siècle. 65

Le sain et le malsain

Ce qu’il faut ici retenir, c’est que, définitivement, le regard occidental porté aux formes du corps au cours de la Renaissance met en place un discours qui perdurera jusqu’au XXIe aujourd’hui ; celui de l’esthétique du corps qu’il faut amincir en contraignant les chairs ou en suivant des régimes. Contraindre les chairs La Renaissance vise à la fois à un amincissement apparent du contour et à un allègement apparent du corps. Amincissement, dans le sens où les régimes sont plus souvent évoqués, cités, présents dans les lettres, les rituels, les récits « avec leurs recours très simples aux moindres quantités nutritives ou aux matières desséchantes, toutes censées limiter une grosseur dont le principe premier demeure l’humidité (Vigarello, 2010 : 103). » Apparent, dans le sens où ce nouvel esthétisme pour le corps se traduit par la contrainte des chairs. « Elles ont un corset ou camisole qu’elles appellent corps piqué, qui rend leur tournure plus légère et plus svelte. Il est agrafé par derrière ce qui rend encore plus belle la forme du sein (Vigarello, 2010 : 121) », l’idée étant de « mouler les formes et les traits et attendre d’eux qu’ils se plient aux volumes imposés (Vigarello, 2010 : 103). » Il s’agit d’une situation où le profil commence à devenir préoccupation, donc norme sociale potentielle. À l’époque de la Renaissance, l’idée qu’un régime puisse avoir des ratés n’est pas encore évoquée. Comme le souligne d’ailleurs le dramaturge italien Pierre L’Arétin, les problèmes qu’il éprouve pour maigrir relèvent plutôt du fait que « la vie dans sa propre ville, Rome, le condamnerait à peu d’exercice. D’où l’engraissement qu’il regrette et cet état de rage permanent provoqué par l’échec (Vigarello, 2010 : 111) », d’où l’idée embryonnaire d’un environnement obésogène. De plus, tout au cours de la Renaissance, l’idée d’un régime sain relève avant tout de la qualité des denrées plutôt qu’autrement : « la nécessité entre autres, de recourir aux chairs desséchantes, celles jugées non excrémenteuses, celles jugées dessiccatives ou abstersives (Vigarello, 2010 : 113) », imposent la nécessité du sec. La graisse a définitivement à voir avec les liquides, et 66

La Renaissance

les qualités du corps tiennent bien à celle des humeurs. La vision n’est pas donc pas renouvelée par rapport à celle du Moyen-Âge quant à la nature de la graisse, bien au contraire. Le savoir « ne fait qu’approfondir les convictions anciennes accentuant les détails sur des principes inchangés (Vigarello, 2010 : 113). » L’horizon de la santé, au XVIe siècle, est bien celui du liquide et du sec, « avec ses équilibres, ses désordres et ses débordements (Vigarello, 2010 : 114). » Le sec et le liquide détermine le sain et le malsain, le digeste et l’indigeste, le mince et le gros. Il suffit donc d’éliminer ce qui constitue le gras en l’évacuant par les orifices naturels du corps par des régimes ou de l’exercice. Ainsi, l’exercice dont parlait Pierre L’Arétin se définit avant tout à partir d’un terme inverse : l’immobilité, la paresse et la lourdeur de la vie. L’exercice permettrait d’évacuer les liquides, d’assécher le corps, par le seul échauffement provoqué par le frottement des parties du corps. Ici, pas question de gymnastique ou de remise en forme. Comme le constate Antoine de Bandole, biographe d’Henri IV, « les gens de métier sont rarement charnus et ont rarement gros ventre. [...] Ils font voir combien les exercices violents et fréquents servent à atténuer le corps (Vigarello, 2010 : 115). » La minceur, et c’est son aspect le plus marquant à la Renaissance, touche particulièrement la femme. L’amincissement féminin devient de plus en plus une préoccupation qui commence avec la dame du palais que l’on destine avant tout à un rôle esthétique. C’est l’orientation « d’une apparence féminine faite pour l’accueil, le dedans, l’ornement des demeures et des appartements, alors que l’apparence masculine serait faite pour le dehors, l’affrontement des choses et des gens. Autant de différences renforcées sans ambiguïté dans les traités de beauté de la Renaissance : la force pour l’homme, la beauté pour la femme ; à l’un le travail de la ville et des champs, à l’autre le couvert de la maison (Vigarello, 2010 : 119). » Et

67

Le sain et le malsain

surtout, cette obsession de la taille féminine mince par un ventre plat, lisse, ferme et solide, sans plis ni rides25. La Renaissance aura été avant tout, face à la graisse, un raffinement du vocabulaire, une iconographie accentuée décrivant l’effondrement des chairs, tout comme un déplacement de la gloutonnerie et de la gourmandise vers la maladresse et l’incapacité, le tout culminant dans un désir d’amincissement du corps, car le gros a perdu de son prestige. Maladies dominantes Les maladies du Moyen-Âge sont toujours présentes : lèpre, peste, variole, dysenterie, diarrhée, tuberculose osseuse et pulmonaire, scorbut, typhus, influenza, coqueluche, paludisme (malaria). Le savoir médical se transforme : anatomie (science du corps) ; remise en cause des savoirs antiques avec les travaux de Paracelse et d’Ambroise Paré ; l’air corrompu pénètre le corps ; il y aurait aussi cette possibilité d’une contagion : une transmission localisée ⇒ une contamination ⇒ une propagation ⇒ une épidémie. La pratique médicale se précise à travers des protocoles : diagnostic ; pronostic ; traitement ; auscultation directe (odeurs, couleurs, palpation, examen du pouls, du sang et des urines) ; instauration d’un dialogue thérapeutique entre médecin et patient ; chirurgie (tumeurs, hernies, fractures, amputations, cataracte). Avec la peste toujours présente et l’apparition de la syphilis au milieu du XIVe siècle, désormais, le corps est poreux. Le mal et la pourriture le pénètrent, d’où un déplacement des préoccupations vers la prévention. Au XVe siècle, l’horizon de la faim s’éloigne. Du coup, une attention toute particulière portée vers une « médecine de soi-même ». Il y a cette idée d’une santé parfaite ou imparfaite dont l’individu serait responsable,
25

Il y a encore aujourd’hui cette obsession pour le ventre plat, ferme et solide. Malgré les propositions du féminisme de la seconde moitié du XXe siècle, qui devait redéfinir la perception du corps de la femme, le ventre plat, ferme, lisse et solide n’est pas pour autant sorti de l’imaginaire féminin. Il est plutôt devenu le symbole du corps d’une femme qui est non seulement en santé, mais qui prend soin de sa santé et d’elle-même.

68

La Renaissance

marquant ainsi une rupture d’avec les explications cosmogoniques des siècles centraux du Moyen-Âge. C’est le lent et graduel transfert d’une vision hygiéniste fondée sur des croyances vers une vision hygiéniste fondée sur des relations de causes à effet. Pourtant, tout comme au Moyen-Âge, des maladies récurrentes. L’épidémie est toujours la trame de fond. La thèse dominante « suppose que les pestiférés contaminent l’air qui les entoure, d’où l’expression d’aérisme […] qui récuse tout particulièrement l’attribution de la contamination au seul contact direct, par le toucher (Fabre, 1996 : 87). » Cette idée hippocratique, redécouverte au XVe siècle, confère non seulement une assise savante à la thèse aériste, mais permet aussi aux autorités de dédramatiser les situations épidémiques « en faisant valoir le principe selon lequel la peur26 prédisposerait à la contamination (Fabre, 1996 : 87). » On voit aussi comment « l’approche aériste a pu donner un argument décisif aux autorités politiques pour tenter de conjurer les peurs sociales exacerbées par les épidémies de peste, et dont les conséquences pouvaient menacer gravement l’ordre public (Fabre, 1993 : 83). » Une logique donc : localiser le mal, le cantonner, le contraindre, d’où la mise en place de mesures publiques préventives. D’une part, des réseaux d’informations : (1) « le prévôt de Paris institue, en 1553, une succession de responsabilités en chaîne : le commissaire de quartier appelle avec lui deux marguilliers, nommera deux hommes en chaque paroisse(58) » pour rendre compte de la progression d’une maladie ; (2) l’obligation pour chaque citoyen de déclarer tout individu infecté. D’autre part, institutionnalisation de la quarantaine. L’épistémologie médicale Les changements interviennent surtout dans le savoir médical. Le XVe siècle impose une nouvelle vision du mal. L’arrivée de la syphilis ajoute de nouvelles craintes. « Les
26

Ce «levain de la peur» serait même un précurseur à la contamination !

69

Le sain et le malsain

symptômes du mal vénérien déplacent davantage le regard. Un doute apparaît : l’air peut-il être incriminé alors que la transmission semble directe, suggérant le rôle du seul contact intime (Vigarello, 1999 : 56) ? » Ici, glissement sensible, mais toujours confus, vers une compréhension du phénomène contagieux ; l’échange de sujet à sujet, la relation sexuelle. Construction morale également, celle de la débauche et de la luxure, « infection déclenchée par les embrassements avec une femme souillée (Vigarello, 1999 : 57) », maladie transportée par les soldats espagnols revenus des îles, suggérant une origine américaine. La syphilis déplace le regard médical : l’infection serait de l’ordre du contact intime. Du coup, les milieux réputés infects, les odeurs, l’air et les charognes visibles sont revisités. Il y aurait contagion : « une semence logée dans celui qui transmet, […] un principe invisible […] qui fait de la maladie une communication de sujet à sujet (Vigarello, 1999 : 57). » La transmission est désormais localisée. Le savoir médical La conception de la maladie change : elle devient propagation en chaîne, « contamination progressive d’ensembles humains à partir d’un premier corps touché (Vigarello, 1999 : 58). » Une suite d’implications simples et efficaces : « une transmission localisée ⇒ une contamination ⇒ une propagation ⇒ une épidémie ». Se basant sur une idée du médecin Jean Manard, le premier à avoir compris que le mal était communiqué par le coït, Antoine Mussa Brassavole, médecin de la ville de Ferrare, en 1551, confirme le phénomène : « une courtisane atteinte d’ulcère sordide à la vulve avait infecté des hommes qui avaient transmis le mal (Després, 1873 : 66). » Malgré le constat, un problème important : la maladie reste invisible pendant un certain temps, les infectés propagent le mal, d’où l’idée de doter d’un certificat attestant de leur bonne santé les filles publiques et les filles d’auberge. Mesure sans effet immédiat, ambition préventive et hygiéniste par un contrôle des déplacements : cerner l’itinéraire des vénériens, comprendre la propagation. « La syphilis aura favorisé une conception plus individualisante des atteintes : accentuer le 70

La Renaissance

regard sur le malade porteur, tenter de localiser le mal, désigner et ficher les sujets douteux (Vigarello, 1999 : 58). » Autre changement important : la pratique de la dissection ; ce sera le changement central, après des siècles d'interdiction par l'Église. Un renouvellement systématique de la vision du corps. L’anatomie devient la science du corps. Vésale (15141564) en redéfinit les paramètres et les propriétés : dissections nombreuses, observations minutieuses, établissement d’une nouvelle nomenclature anatomique. Il corrige et réfute les sacro-saintes affirmations de Galien en place depuis un millénaire. En 1543, son impressionnant traité d’anatomie intitulé Corporis Humani Fabrica est publié en sept volumes. Partout, en Europe, planches et dessins sont copiés. « La dissection devient banale et même l’Église et les autorités civiles l’autorisent, acceptant la construction de bâtiments pour ce faire (Vignaux, 2009 : 93). » C’est une plongée nouvelle dans l’intimité du corps. C’est une connaissance saisissante, « mais fiable du corps humain maintenant soumis au regard, ouvert, dissocié, cartographié (Peter, 2011 : 65). » Paracelse (1493-1541) redéfinit le savoir médical, privilégie l’hypothèse et le savoir, recourt à certaines plantes et produits chimiques, rend compte des problèmes de santé des ouvriers en contact avec vapeurs et métaux, collige pratiques populaires, recettes traditionnelles et façons de faire des barbiers des villages, suggère l’idée qu’en chaque homme il y a un médecin et une pharmacie naturels. Paracelse se lance dans une vaste entreprise de remise en question des savoirs antiques énoncés par Hippocrate, Galien, et Avicenne : « Qui donc ignore que la plupart des médecins de notre temps ont failli à leur mission de la manière la plus honteuse, en faisant courir les plus grands risques à leurs malades ? Ils se sont attachés, avec un pédantisme extrême, aux sentences d’Hippocrate, de Galien et d’Avicenne […] Ce sont donc l’expérience et la raison, et non les autorités, qui me guideront lorsque je prouverai quelque chose. (Paracelse, 1531 : 1-4). »

71

Le sain et le malsain

La pratique médicale Basse œuvre manuelle et humiliante, contact avec le sang, organes et pires blessures de toutes sortes, volet expérimental du savoir médical, la chirurgie27 n’a pas encore reçu ses lettres de créances. Le médecin28, quant à lui, n’aurait besoin que de son savoir livresque et d’une pratique médicale soumise à un protocole bien précis : diagnostic, pronostic et traitement. Au chevet du malade, le médecin doit tout d’abord relever « empiriquement tous les signes de la maladie (le diagnostic est établi à partir de l’observation), prévoir le cours au regard de la tradition (le pronostic n’est souvent qu’une affaire de calcul) et décider du traitement en s’inspirant de cas analogues, récents ou non (l’érudition du médecin est ici fondamentale) (Perez, 2011 : 112). » Autre pratique d’importance, le dialogue thérapeutique s’instaure avec le patient. Le médecin relève et inspecte tout ce qui sort du corps souffrant. Il goûte les urines, ou le sang en cas de saignée, observe les selles, prend le pouls. « C’est bien l’occasion d’un dialogue thérapeutique avec le malade, il faut le prendre au sérieux, le rassurer et l’aider en faisant de son mieux. La profession de foi n’est pas loin, le médecin ayant une grande responsabilité vis-à-vis de son patient, même si l’issue fatale de la maladie peut toujours être attribuée à la volonté divine (Perez, 2011 : 113). » Le rapport du sain au malsain Le rapport du sain au malsain se déplace : air pur et air corrompu ; lieux sains et lieux infects ; nourriture des pauvres et nourriture des nantis ; santé parfaite et santé imparfaite ; préservation de soi et comportements à risque.

27

Situation ironique d’autant que le chirurgien du XXIe siècle est celui qui dispose du prestige, le médecin généraliste ayant été relégué au rang d’un simple praticien de première ligne. 28 Ne pas oublier que, avant 1650, le médecin faisait encore figure de « profiteur des guerres et des épidémies, d’opportuniste parcourant les villes et les champs, les foires et les cours princières, à la recherche de généreux malades (Perez, 2011 : 111). » Le chirurgien, quant à lui, était encore plus mal perçu.

72

La Renaissance

La peste, arrivée en Europe en 1347, bien que terrifiante, est aussi enseignement. Elle « est brutale, sa diffusion incontrôlable, intensifiée au cœur même des cités (Vigarello, 1999 : 51). » En moins de deux jours, sous sa forme pneumonique, elle provoque la mort. Elle est rampante et fulgurante à la fois, mais surtout inexorable. Sentiment d’impuissance, il ne reste que de nouvelles démarches de préservation de soi comme échappatoire, « une façon plus complexe de protéger le corps, accentuant le repère des épurements : enveloppes organiques jugées plus fragiles, plus poreuses, provoquant une nouvelle vigilance, milieux de vie plus inquiétants aussi, jugés plus dangereux ou nauséabonds, provoquant de nouvelles mises à distance (Vigarello, 1999 : 51). » Le corps poreux est désormais mis en péril, devenu corps pénétré. Un constat : la peste souligne l’impuissance à la contrecarrer. Pourtant, de cette impuissance surgissent de nouvelles démarches de prévention. Le champ du dangereux s’élargit. Il faut mettre à distance ce qui peut pénétrer le corps, d’où attitudes préventives. D’une part, la piété, qui serait rédhibitoire, capable de conjurer cette puissance obscure, et la fuite vers un ailleurs sans peste, tout en ne sachant pas que cette fuite transporte dans cet ailleurs le mal. D’autre part, la peste « n’est-elle pas faite de poussières venimeuses, de nuages soulevés par les planètes en déshérence ? […] Il faut éviter avec soin l’air qui pourrait nous inoculer un tel venin et le fuir d’homme à homme, de maison en maison, de village en village, de ville en ville (Vigarello, 1999 : 52). » Il est dorénavant possible de localiser l’air malsain, celui de quelques lieux réputés infects, « les porcheries, les étals d’équarrissage, les charognes mal enterrées, toutes zones où les chairs se décomposent à l’air libre (Vigarello, 1999 : 52). » À la Renaissance, l’isolement des individus et des milieux est aussi un enseignement de la peste : il procède « avant tout de l’expérience des contagions passées, et non d’une maîtrise des modes de transmissions (Fabre, 1996 : 92). » Au milieu du XVIe siècle, la théorie contagionniste supporte cette idée d’un isolement préventif « et surtout sa très stricte observation alors que la fuite désordonnée apparaît néfaste […]. Il faut attendre la mise en place 73

Le sain et le malsain

d’un réseau d’informations sanitaires au XVIIe siècle, c’est-àdire le régime des patentes maritimes de santé et des billets, ou passeports sanitaires pour que le mal commence à reculer (Biraben, 1976 : 183). » L’odeur et le visible déterminent le danger et sa mise à distance. L’odeur transporterait le mal, d’où l’injonction à faire en sorte que le corps soit le moins poreux possible (cf. Les masques vénitiens de Carnaval dotés de longs nez qui enfermaient herbes et aromates pour filtrer l'air respiré). Mise à distance en évitant certains comportements aggravants susceptibles de faire pénétrer le mal : « l’exercice échauffant et ouvrant les pores de la peau ; la chaleur ouvrant par trop les conduits du corps ; les bains ou l’abandon trop fréquent au plaisir sensuel, débilitant la vertu naturelle (Vigarello, 1999 : 54). » Le danger s’étend, l’air pénétrant la peau suscite d’autres attentions : il n’est plus seulement question d’une pureté qui devrait circuler dans les organes, mais d’une pureté extérieure au corps, une modification de l’environnement. La santé s’installe Un changement sensible au XVIe siècle. À la bombance et les pays de Cocagne d’une époque où la faim s’inscrivait dans le quotidien des siècles centraux du Moyen-Âge succèdent la réserve et la sobriété d’une époque où l’approvisionnement en nourriture devient moins préoccupant. Le recul progressif des épidémies depuis 1440, la fin de la Guerre de Cent Ans, l’extension des terres cultivées, l’augmentation progressive du rendement par grain, l’augmentation du cheptel, l’augmentation du volume de poissons pêchés, en somme une convergence d’événements qui desserrent les contraintes de la faim. « Un sens inédit de la durée s’affirme dès la fin du XVe siècle, une attention plus marquée à la densité de l’existence, à ses phases successives, à leur richesse (Vigarello, 1999 : 66). » La mort précoce est dès lors présentée comme un problème à résoudre, devient « plus insistante, plus pressante : aveu plus explicite, en tout cas, d’attention au vivant (Vigarello, 1999 : 66). » 74

La Renaissance

La rupture cosmogonique est désormais consommée. Il y a une santé parfaite ou imparfaite dont l’individu serait le seul responsable29. « Cette sphère privée investie et jugée hors d’atteinte installe à sa manière l’individu moderne (Vigarello, 1999 : 74) », celui du Siècle des Lumières, celui annoncé par Emmanuel Kant, celui qui juge par lui-même, libéré de ses préjugés, de ses superstitions, de ses illusions. Ici, « l’originalité tient à une confiance confuse : la conviction encore élémentaire, mais nettement énoncée, d’un corps dont le sujet est seul à pouvoir évaluer les dispositions (Vigarello, 1999 : 74). » Médecine de soi-même certes, mais chez les nantis et les privilégiés. Le rebond de l’exclusion sociale Le XVIe siècle marque non seulement une rupture cosmogonique, mais aussi une rupture sociale, et ce, à trois niveaux : travail, alimentation et croyances. L’image sociale des plus humbles change. Dénuement et pauvreté deviennent objet de sarcasmes au XVIe siècle. « La pauvreté perd la valeur sacrée qu’elle avait au Moyen-Âge (Vigarello, 1999 : 76). » D’une part, valorisation du travail où mendier est désormais réservé aux seuls malades et infirmes, où l’idéal franciscain du mendiant devient exaltation du labeur : « Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front ». D’autre part, Réforme du catholicisme où la question du salut personnel devient centrale. La nourriture des pauvres devient différenciation sociale, inspire le dégoût chez les nantis, marque les frontières nouvelles à partir de la culture de l’élite. Une distance d’autant plus accrue qu’elle dénonce le dénuement comme une tare. « La nourriture des plus démunis est dite créer une putredo interne, susceptible de contaminer à elle seule l’atmosphère (Vigarello, 1999 : 77). » La mauvaise nourriture n’affecte pas seulement celui qui la consomme, mais tout son entourage par ses différentes exhalaisons susceptibles de déclencher une épidémie.
Au-delà de cette rupture, une autre rupture annoncée qui s’effectuera au XXIe siècle, celle d’un individu entièrement autonome face à sa santé. Une rupture d’avec le système de la science médicale.
29

75

Le sain et le malsain

En 1542, le médecin et anatomiste français Sylvius, conscient du problème, propose un accommodement diététique aux démunis : « escargots, vers de terre, et couleuvres doivent être « bien vuydées et escrochées, après en avoir couppé et jecté environ quatre goigtz de la teste, et autant si vous voulez de la queue, bien lavées, et nettoyées en lexive (Vigarello, 1999 : 78). » Joyaux, pierres précieuses, amulettes, liqueurs d’or et élixirs d’alchimistes du Moyen-Âge deviennent, pour la première fois, objet de différenciation sociale, médecine de charlatan, croyances pour les petites gens. Ambroise Paré, le célèbre chirurgien français, propose de prouver que les pierres précieuses, symbole de pureté et de prévention, n’ont aucun effet. « Un cuisinier du roi, voleur de quelques plats d’argent, absorbe poison et antidote (la pierre réduite en poudre), contre une promesse de vie sauve. Le résultat est aussitôt édifiant : l’homme meurt saisi de douleurs insoutenables (Vigarello, 1999 : 79). » En 1578, Laurent Joubert, médecin de Catherine de Médicis et d’Henri III, avec la publication des deux tomes du livre « Erreurs Populaires », souligne : « Cela semble superstitieux et mensonger qu’il y a une vertu incroyable et secrète dans ces pierres précieuses, soit qu’on les porte sur soi, soit qu’on en use de la poudre d’icelle. » Rabelais, quant à lui, tourne en dérision son personnage Gargantua portant une « chaîne d’or pesant vingt et cinq mille soixante et trois marcs d’or » pour le préserver des maladies. Le discours se structure en deux temps : d’une part, une réprobation généralisée des pratiques obscures relevant de la magie et des superstitions, un anathème global contre tous les « insolents bailleurs de balivernes, affronteurs et larrons (Paré, [1585] 1964) », et d’autre part, une volonté d’institutionnaliser la médecine en démarquant ceux autorisés à la pratiquer, établissement de frontières, tout en revendiquant l’objectivité dans les pratiques, la construction d’un savoir qui se veut scientifique30.
30

D’une efficacité reconnue dans plusieurs de ses pratiques, la médecine du XXIe siècle n’en restera pas moins confrontée aux pratiques alternatives : médecines douces, homéopathie, biologie totale, programmation

76

La Renaissance

Gestion publique de la maladie À la Renaissance, ce qui importe, ce n’est plus seulement de repousser le mal, mais surtout de l’isoler. Mise en alarme des espaces, des comportements et des corps. Par l’odeur (les vapeurs empoisonnées, les miasmes remontant des étangs, des corps malades ou se dégageant des cadavres en décomposition). Par le visible (porcheries, étals d’équarrissage, signes corporels d’une certaine contamination, vêtements, effets personnels, marchandises débarquées des navires). Mise aux normes des espaces, des comportements et des corps La quarantaine devient modèle dominant, isole à la fois les individus et les milieux contaminants. La mise en place du régime des patentes maritimes de santé permet de mieux contrôler passagers et marchandises. La délivrance de passeports sanitaires et de billets de santé circonscrit le déplacement des individus à différentes échelles sur le territoire. Les cordons sanitaires tentent de prévenir l’infection par les tissus et les vêtements. Les capitaines de santé, à l’échelle municipale, recensent et déclarent les gens contaminés. Les lieux de débauches et de luxure deviennent des lieux d’infection et de contagion. L’organisation spatiale de la quarantaine s’effectue à travers une reconversion des léproseries en hôpital général ou en lazaret et leur mise en réseau. Mise à distance des dangers Deux registres : celui de la dévotion ; celui du pragmatique en évitant d’ouvrir les pores de la peau par les bains et les plaisirs sensuels, la préservation de soi, les épurements,

neurolinguistique, produits naturels, etc. Un débat qui confronte une pratique qui se dit « éclairée » à une pratique qui se dit tenir compte de l’être humain dans son ensemble.

77

Le sain et le malsain

l’exercice, bien manger et bien boire, pratiques prophylactiques de base, l’eau bouillie, assèchement des marais. La Renaissance a redéfini le savoir médical en formulant deux concepts bien distincts : l’aérisme, l’air corrompu, paradigme dominant ; le contagionnisme, compréhension encore confuse, mais que semble supporter l’intervention sanitaire. Alors que l’aérisme postule que les gens infectés contaminent l’air qui les entoure, tout comme les cadavres en décomposition et les lieux réputés infects, le contagionnisme, quant à lui, se fonde sur une chaîne d’implications simples et efficaces : « une transmission localisée ⇒ une contamination ⇒ une propagation ⇒ une épidémie ». La Renaissance a aussi redéfini un registre de sensibilités sociales en formulant une autre chaîne d’implications spécifiques : « une vie bien réglée ⇒ une responsabilité personnelle ⇒ être le médecin de soi-même ⇒ la santé ⇒ le bonheur ». La Renaissance sera donc aussi une régulation des conduites face à la contagion et l’élaboration d’une matrice sociale qui donne un sens aux conduites des acteurs. Si importantes que soient les découvertes de l’anatomie et autres développements du savoir et des pratiques, c’est surtout la mise en place de l’institution sanitaire qui confirmera qu’il est possible d’isoler le mal, devançant par là même le savoir médical de l’époque. Alors que le Moyen-Âge cherchait avant tout à repousser le mal, la Renaissance déploiera un arsenal de moyens pour l’isoler en tentant de le circonscrire. « Circonscrire le mal en un espace particulier selon des temporalités propres à l’institution, mais aussi et conjointement assurer la survie du corps social, protéger la quasi-totalité de ses membres, fût-ce au détriment de quelques personnes, humbles pour la plupart, délibérément exposées à la peste, prêtes à sacrifier leur vie contre une somme d’argent dérisoire (Fabre, 1996 : 95). » La Renaissance sera à l’aune de l’institutionnalisation du sanitaire, une démarche hygiéniste fruit de la convergence d’un ensemble d’éléments.

78

LE SIÈCLE DES LUMIÈRES Au XVIIe et XVIIIe siècles, un socle épistémique renouvelé. La modernité impose un renversement du problème de la vie. Si la vie foisonne partout, pourquoi surgit la mort ? Contradiction d’importance, problème à résoudre dont la Renaissance avait posé les fondements. « L’ontologie qui se développe à ce moment de l’histoire est une ontologie dont le modèle est celui de la matière. L’univers est conçu comme un champ de masses et de forces inanimées qui opèrent selon les lois de l’inertie et de la distribution dans l’espace (Vignaux, 2009 : 121) » ; c’est la thèse mécaniste où le savoir se réduit au seul aspect identifiable des processus. Une «ontologie de la mort» également, sous-jacente à la science moderne, où « considérer la vie comme un problème c’est reconnaître son étrangeté dans le monde mécanique qui est le monde ; l’expliquer c’est la nier en faisant l’une des variantes possibles du sans vie (Vignaux, 2009 : 121). » Claude Bernard ne suggèrera-t-il pas que la vie est ni plus ni moins qu’un ensemble de fonctions qui « résistent à la mort » ? Une épistémologie, également renouvelée, où le corps « est fait davantage de circuits, [d’articulations,] de flux, comme ceux du cœur avec sa mécanique circulatoire (Vigarello, 1999 : 91). » Une double finalité aux XVIIe et XVIIIe siècles : prévenir activement le mal et maximiser la vie de la population. Le XVIIe siècle impose le thème des épurations. Il devient modèle de pensée. Analogie puissante et convaincante transposée en d’autres domaines. La spiritualité et une vie dévote épureraient l’âme. La ségrégation, en excluant et refoulant ce qui peut contaminer et souiller le groupe, permettrait de gérer l’ordre social. La métaphore d’une purge traverse l’ensemble de la société. Tous sont conviés à un vaste travail d’épuration par l’évacuation, tout comme la défense envers la lèpre et la peste avait été l’exclusion de ceux qui appartiennent aux marges sociales. Le XVIIe siècle, celui des Lumières, quant à lui, marque un changement de registre important : le corps posséderait cette capacité à se guérir et s’entretenir. D’une part, la vision du corps pénétré où s’infiltre le mal se modifie.

Le sain et le malsain
Légende : une nouvelle maladie est signalée par un astérisque.
XVIIe et XVIIIe SIÈCLES INCLINATION POUR LA CERTITUDE ontologie vision du corps Être : un corps immergé dans un univers considéré comme un champ de masses et de forces. Modalité : le corps est fait de circuits, de flux, et d’articulations (thèse mécaniste). Propriétés du corps : • le corps est au travail • le corps s’autoguérit • le corps est énergie • le corps est perfectible épistémologie médicale savoir médical • physiologie (découverte de la circulation sanguine) • symptomatologie pratique médicale • pratique clinique • immunologie (inoculation, vaccination) • autopsie • ergonomie (maladies liées au travail) • obstétrique • thérapeutique (quinine, ipéca, traitement des anévrismes) • technologies (microscope, chimie) • chirurgie accède à la reconnaissance et développe des techniques efficaces AVERSION variabilité maladies dominantes • carences alimentaires • maladies infectieuses (fièvre jaune*, syphilis*, lèpre, peste noire, peste bubonique, variole, tuberculose, typhus, influenza, coqueluche, rougeole, variole, oreillons, rubéole) incertitude sain / malsain (c’est l’époque du grand tri entre le sain et le malsain) • épurements / rétention • rusticité / raffinements • plaisir / déplaisir • exercice / torpeur • campagne / ville

INCLINATION POUR LA STABILITÉ niveau collectif mise en alarme des espaces, des comportements et des corps • drapeau jaune de la quarantaine • données statistiques • qualité des aliments • fatigue • tension • surpoids mise aux normes des espaces, des comportements et des corps • la quarantaine des individus et des milieux contaminants sous toutes ses formes • la mise en place de centres d’inoculation et de vaccination • la possibilité d’agir de façon préventive sur une population donnée • l’action préventive pour garantir la bonne santé d’une population (disponibilité et activité optimale) • l’utilisation de corps vils à des fins expérimentales (condamnés à mort, prostituées, patients hospitalisés, colonisés) • l’institution et l’utilisation des tables statistiques de mortalité niveau individuel mise à distance des dangers • ne pas s’approcher des chambres des malades • s’éloigner des contaminées, de leurs maisons, de leurs entours • épurements (saignées, transpiration, expectoration, vomissements) • exercice • régime alimentaire sobre • les débuts d'une prophylaxie généralisée

FINALITÉ = PRÉVENIR LE MAL

Un corps volontairement pénétré en inoculant le mal, la petite vérole, est aussi un corps qui se guérit par le mal. Chambou80

Le Siècle des Lumières

lement des visions et des pratiques que viennent appuyer observations empiriques et données statistiques. D’autre part, la découverte de l’électricité redéfinit l’architecture intime du corps. La maladie serait faiblesse, manque d’énergie. La saignée affaiblirait, d’où l’idée de tonifier et de raffermir le corps, affermissement qui se traduit au XVIIIe siècle sous celui de la rusticité. La vision du corps La vision du corps se métamorphose : il n’est plus poreux, il est au travail, il s’autoguérit, il est énergie, il est perfectible. Un corps à tonifier, à affermir où la maladie serait le fait d’une faiblesse particulière, d’un manque d’énergie. Non plus l’état des humeurs comme auparavant, modifiables par la saignée et autres épurements, mais bel et bien l’état des fibres pour mesure de l’état de santé de l’individu. Bouleversement profond aussi, « une sensibilité orientée plus qu’auparavant vers l’affrontement et le perfectionnement de soi (Vigarello, 1999 : 156) », glissement de sensibilité dans le registre d’un corps qui posséderait la capacité à se guérir et s’entretenir. Affermissement s’oppose à mollesse : le corps serait indéfiniment perfectible par des améliorations progressives et des exercices graduels. C’est l’art de perfectionner l’espèce humaine, projet à la fois médical et politique. Le Siècle des Lumières établit deux distinctions importantes : premièrement, « une différence entre un profil masculin, dont on accepte quelque rondeur (Vigarello, 2010 : 125) ; deuxièmement, un profil féminin d’où est bannie la rondeur. Ce qui est toléré chez l’homme ne l’est pas chez la femme, d’où une différence sociale. La critique du gros, quant à elle, « se réoriente, soulignant l’impuissance, la stérilité, focalisant le manque vital jusqu’à stigmatiser pour la première fois un superflu de civilisation, un excès d’artifice et d’agitation devenu redondance, inutilité (Vigarello, 2010 : 126). » En fait, le gros et les rondeurs représentent ce que le Siècle des Lumières craint le plus : le manque de vitalité et l’impuissance.

81

Le sain et le malsain

Inventer la nuance Avec les Lumières, ce qui change avant tout, c’est l’appréciation des contours. La mesure du poids fait son apparition. Conséquemment, deux nuances apparaissent pour désigner la grosseur : (i) « l’image canonique des grosseurs ne tient plus à la seule généralisation des rondeurs. Les vieilles accumulations sphériques, jusqu’ici dominantes, ne sont plus les seules à désigner le très gros (Vigarello, 2010 : 137) » ; (ii) « le degré de grosseur est plus systématiquement relevé comme plus systématiquement étudié (Vigarello, 2010 : 138). » La silhouette s’affirme, devient objet de catégorisation sociale. Deux univers de la silhouette se mettent en place : « un fort étranglement de la taille féminine et une liberté plus grande de la taille masculine, opposant la légèreté de la première à la densité de la seconde (Vigarello, 2010 : 139). » Le vêtement, donc, détermine la différence sociale. Chez l’homme, il sera conçu de façon à bien mettre en évidence le ventre, signe d’opulence sinon de dignité. En fait, l’homme de robe du XVIIIe siècle est le financier, le marchand et le bourgeois. En ce sens, il est de bon ton de souligner sa réussite sociale par un embonpoint marqué sans pourtant dériver vers le très gros. « La silhouette énorme est d’autant plus refusée que la silhouette replète est acceptée (Vigarello, 2010 : 141). » La nuance, quant à elle, viendra de la capacité à chiffrer le poids. Quel doit être le poids de la graisse en fonction du poids du corps ? L’anatomiste Boissier de Sauvages tente dès lors de répondre à cette question de la façon la plus juste possible : « Dans les sujets médiocrement gras, j’ai trouvé que le poids de la graisse était la moitié de celui de tout le corps (Vigarello, 2010 : 133). » Ce que la culture du Siècle des Lumières cherchera à faire en voulant chiffrer le poids, c’est d’arriver à identifier le plus correctement possible un état moyen des corps. Dans la même foulée, et pour la première fois, les analyses du naturaliste Buffon permettront l’étalonnement d’une population selon une échelle du moins gros au plus gros. Il installe ainsi « un mode de penser le collectif et établit des comparaisons où se déclineraient la proportion de grandes et petites corpulences (Vigarello, 2010 : 134). » Bien que le projet de 82

Le Siècle des Lumières

Buffon ne dépassera pas le stade de la vision, il n’en reste pas moins qu’il aura eu l’avantage de penser qu’il puisse exister une échelle de la grosseur. Stigmatiser l’impuissance Ce que la culture du Siècle des Lumières redoute le plus, c’est « la perte de faculté génésique, la perte de faculté réactive (Vigarello, 2010 : 143). » C’est aussi l’époque où la grande notion d’autonomie de l’individu d’Emmanuel Kant fait son apparition, où l’individu maître de sa pensée s’affirme, alors que dans le même souffle se constitue l’État souverain moderne. Dans un mouvement sans précédent, l’individu est non seulement aspiré dans une affirmation de soi, mais aussi dans le fait de trouver en lui les ressorts internes pour vivre pleinement sa vie d’être humain libéré du joug des rois et des puissants : le gros sera stigmatisé à l’aune de cette idée. Cette stigmatisation du gros viendra du mot obésité. Même s’il fait son apparition en 1550, ce n’est qu’au début du XVIIIe siècle, en 1701, qu’il prendra toute sa dimension en entrant dans le dictionnaire d’Antoine Furetière : « Terme de médecine. État d’une personne trop chargée de graisse ou de chair (Vigarello, 2010 : 144). » Cette entrée au dictionnaire n’est ni banale ni triviale. Elle engendre une dynamique toute particulière : la grosseur, à elle seule, ne peut plus être contenue par la simple retenue ; elle devient dès lors « désordre, dégradation interne avec ses progressions et ses focalisations(145). » Mais plus encore, elle suggère des dérèglements, suppose un développement. L’obésité a donc une cause qui a des répercussions sur le corps qui n’est pas que la graisse que l’on peut apercevoir. « L’objet, pour la première fois, est bien une infirmité particulière, un désordre échappant aux simples gestes de l’ajout ou du retranchement31 (Vigarello, 2010 : 145). »
31

Ici, le parallèle avec notre société actuelle est intéressant : malgré les avancées scientifiques en matière de masse adipeuse, la culture populaire persiste à croire que, pour combattre l’obésité ou en empêcher son développement, il suffit de brûler le nombre de calories que l’on a ingérées, comme s’il s’agissait de simples gestes d’ajout ou de retranchement. Pour-

83

Le sain et le malsain

L’attention portée au gros et au très gros s’est à nouveau déplacée : « Le gros n’est plus un simple balourd inculte ou incapable, il peut être un personnage inutile, improductif. Il peut associer deux valances dont s’empare plus que jamais la critique des nantis : l’impuissance et la gloutonnerie (Vigarello, 2010 : 150). » La reine du roi Louis-Philippe d’Orléans dira de ce dernier : « Mon cochon est une immense masse de chair qui mange, qui boit, mais qui débande (Vigarello, 2010 : 154). » En une seule phrase, elle décrit non seulement ce qu’est l’obésité, mais également ses conséquences. Pour l’homme des Lumières, l’impuissance est une calamité, bien qu’elle le soit encore aujourd’hui, à la différence près que, dans la société du XXIe siècle, l’impuissance ne résulte pas forcément de l’obésité : elle est un dysfonctionnement érectile que l’on peut chimiquement corriger. En fait, pour l’homme des Lumières, étant donné que la démonstration de la santé passe par une grande descendance, la fécondité n’est pas seulement un symbole, mais représente aussi la vigueur d’une nation : le nombre de ses bras. On suppose donc que le gros ou le très gros est possiblement impuissant, donc un être inutile et improductif incapable de se prendre en mains. La stigmatisation du gros et du très gros, dans sa façon de faire, renvoie ici à la société un miroir de ses propres préjugés. Tonifier Le Siècle des Lumières et sa grande idée de l’individu autonome, maître de sa pensée et de son destin, exige de l’individu dynamisme, vigueur et flexibilité. Cet intérêt nouveau pour l’exercice entre dans ce cercle des préoccupations concernant la santé. La tonification du corps est devenue centrale, « confirmant la crainte du relâchement, celle de l’affaissement des enveloppes et de leur insensibilité (Vigarello, 2010 : 157). » En ce sens, boissons et nourritures tonifiantes combinées à l’exercice sont censées ranimer les fibres, entretenir la souplesse et le ressort des muscles. Malgré tout,
tant, il faut voir comment un corps bien musclé brûle un certain nombre de calories sans pour autant avoir à faire de l’exercice pour retrancher ce nombre de calories ingérées.

84

Le Siècle des Lumières

un constat s’impose : il ne suffit pas de bouger pour perdre du poids, sans compter que les recommandations et régimes des médecins se contredisent souvent les uns les autres. Du coup, un constat : l’obésité résiste aux soins et même à l’exercice, « obstacle pour les médecins, désillusion pour les patients, amertume, enfin, dite avec une force toute nouvelle (Vigarello, 2010 : 159) », sans compter que le fait d’être obèse pose problème pour faire de l’exercice. Ce que le XVIIIe siècle découvre, c’est que le corps n’obéit pas comme voulu aux méthodes qui lui sont imposées pour maigrir32. Il devient évident, pour les médecins des Lumières, que l’obésité est un désordre. Et ce désordre, ils entendent le traiter par les régimes et les diètes. Non pas que ces régimes et diètes soient vraiment efficaces, car ils réfèrent, tout comme à la Renaissance, au léger, au lourd, au sec, au liquide, mais ils trouvent une façon tout à fait originale de gagner en crédibilité : ils obtiennent une place notable dans les lettres, les mémoires et les récits biographiques, comme si le seul fait d’en parler plus fréquemment faisait en sorte de rendre les gens plus en santé. « Le régime devient objet de commentaire et d’échange dans la classe cultivée des Lumières : mentionné jusqu’à l’inquiétude33, décliné jusqu’au détail, avec la certitude constante de servir la santé de l’interlocuteur (Vigarello, 2010 : 163). »
32

Le XXIe siècle, malgré toute la science médicale accumulée, n’a pas encore résolu ce problème. Nous nous permettons ici de revenir sur la célèbre téléréalité américaine The Biggest Loser. Plusieurs de ceux qui maigrissent de façon tout à fait saisissante en l’espace de dix-huit semaines reprennent invariablement du poids, sinon tout le poids perdu, dès qu’ils sont de retour à la maison et dans leur environnement (Wyatt, 2009). Il y a, dans le corps, quelque chose d’irréductible face à la graisse que le Siècle des Lumières avait relevé. 33 Le rapprochement, ici, est plus qu’intéressant à faire avec la situation actuelle. La société occidentale du XXIe siècle n’a jamais autant parlé de santé sous toutes les formes et tribunes médiatiques possibles, et pourtant, l’obésité touche près du tiers de la population, sans compter que les coûts des systèmes de santé ont explosé. Cette idée, pour le moins étonnante, voulant que, plus on parle de santé plus l’interlocuteur sera en santé, a perduré jusqu’à aujourd’hui.

85

Le sain et le malsain

Tout au cours du siècle des Lumières, il y avait cette idée qu’une abondance de consommation de viande34 conduisait à un amollissement, alors que ce qui était privilégié était le dynamisme et la vivacité. « La menace de dépérissement collectif se dit ici bien autrement que se disaient les vieilles craintes de recul moral ou d’abandon religieux. L’inquiétude porte sur l’amoindrissement physique, l’atteinte organique (Vigarello, 2010 : 165). » L’humanisme des Lumières se permet de condamner également les tueries animales pour combler la voracité des peuples35. Ici, ce qu’il y a d’intéressant, c’est que la seule existence de telles alternatives en matière d’alimentation indique une prise de conscience des effets néfastes de l’industrialisation galopante de la société. Ce constat des Lumières, toujours aussi d’actualité trois cents ans plus tard, a de quoi interpeller. L’énergie du corps Les différentes applications de l’électricité trouvent une voie expérimentale dans le corps lui-même. Le scientifique suisse Jean Jallabert, en 1748, guérit le bras paralysé d’un serrurier de 52 ans à l’aide d’un générateur d’électricité statique. « Le courant électrique devient un modèle de puissance corporelle : les humeurs corporelles ne sauraient tout expliquer (Vigarello, 1999 : 149) », d’où l’idée répétée que l’électrisation du corps renforcerait la santé, d’où la référence à une nouvelle architecture intime du corps : « la place grandissante de la fibre, par exemple, censée communiquer le courant (Vigarello, 1999 : 150) » devient l’unité anatomique minimale du corps. Ici, l’idée des humeurs évoquées par Hippocrate et Galien perd en pertinence, d’autant que les fibres, sous l’impulsion de l’électricité, ont un mouvement propre sensible, « puisque ce mouvement subsiste après leur séparation d’avec le corps dont
L’autre originalité du Siècle des Lumières, qui n’est pas sans rappeler notre propre époque, est celle du débat entre régimes carné et végétarien : manger de la viande est nocif pour la santé, manger cinq portions de fruits et légumes par jour est bon pour la santé. 35 Idée qui se transmettra jusqu’à nos jours et dont le groupe PETA People for the Ethical Treatment of Animals, http://www.peta.org.
34

86

Le Siècle des Lumières

elles faisaient partie (Vigarello, 1999 : 151). » Transformation d’une image de la santé où la maladie serait plutôt de l’ordre d’une quelconque faiblesse, où « l’agitation des nerfs (Vigarello, 1999 : 152) » désignerait l’apparition de nouveaux maux comme la fatigue, le chagrin, l’épuisement, l’inflammation, les convulsions, l’épilepsie, l’excès de tension sexuelle et nerveuse. Les eaux-de-vie, quant à elles, risqueraient de « détruire le pouvoir des nerfs (Vigarello, 1999 : 153) », provoquant dans certains cas tremblements et convulsions. Une révolution 1778 est une année marquante : Lavoisier découvre que la respiration est combustion. Dès lors, l’idée du relâchement des fibres en vigueur depuis le Moyen-Âge est abandonnée. « Respirer ne consiste plus à favoriser la contraction du coeur où à rafraîchir et affiner le sang, comme les médecins et savants l’avaient toujours pensé. Mais à entretenir la chaleur animale et, plus largement, la vie par quelque invisible brasier. Une flamme existe, dont l’oxygène serait une des conditions. Une matière comburée existe aussi, comme la cire pour la bougie ou le charbon pour le foyer. La nourriture serait bien cet aliment : une de ses transformations s’explique par cette contribution (Vigarello, 1999 : 167). » Dans ce contexte, la balance vient non seulement prendre une place importante, mais amène une toute nouvelle normalité par rapport au corps. La notion de calorie est sur le point de devenir ce par quoi se mesure la santé36. Maladies dominantes Les maladies carencielles et épidémiques du Moyen-Âge et de la Renaissance sont toujours présentes : lèpre, peste, variole, dysenterie, diarrhée, choléra, tuberculose osseuse et pulmonaire, scarlatine, rougeole, typhus, influenza, coqueluche. Une nouvelle maladie aussi, importée des Amériques : la fièvre jaune (vomito negro).
36

La fiche nutritive, au XXe siècle, en deviendra éventuellement son véhicule pédagogique pour conscientiser les populations à l’idée de santé.

87

Le sain et le malsain

Un premier constat pour Lady Montagu lors de son séjour dans l’Empire Ottoman en 1717 : la petite vérole est quasi inexistante. Constat également renforcé par ses voyages dans les villes bordant la mer Noire et celles de l’archipel grec. La raison : « l’inoculation volontaire de la maladie durant les premiers âges de la vie, l’incision de la peau, l’insertion dans la plaie de matières purulentes prises sur les boutons d’un varioleux (Vigarello, 1999 : 141). » Second constat pour Lady Montagu, la maladie ne se prend jamais deux fois ; l’inoculation protégerait définitivement de la petite vérole, « la protection s’acquiert ainsi sans dommage : une semaine suffit pour retrouver son état habituel (Vigarello, 1999 : 141). » Troisième constat pour Lady Montagu, la pratique est aussi empreinte de superstition : les Grecs font quatre piqûres en inoculant le mal, « une sur le front, une sur chaque bras, une sur la poitrine pour mieux rappeler la forme de la croix (Vigarello, 1999 : 141). » Constat final : l’inoculation est une préservation réussie, Lady Montagu décide de faire inciser ses deux enfants et milite « pour tenter d’introduire en Angleterre cette heureuse découverte (Vigarello, 1999 : 142). » D’une part, défiant toute logique, un corps volontairement pénétré en inoculant le mal serait aussi un corps guéri par le mal. Les organes disposeraient d’une mystérieuse faculté, celle d’une résistance propre, d’une défense jusque-là non observée. Ici, aucun élixir, juste un mécanisme incompréhensible. D’autre part, quarantaines, confinements, cantonnements et éloignements donnent peu de résultats face à la petite vérole, sans compter une démocratisation du mal qui atteint tant les nantis que les démunis. Remise en cause, donc, de la représentation traditionnelle de l’épidémie des gangrènes gagnant les organes, de celle d’une décomposition interne où seuls les épurements et le non-contact en évitent le développement. La petite vérole est le « fléau de l’Europe » affirmera, en 1770, Buchanan, médecin directeur du Local Government Board. Seaton, quant à lui, « fait observer que la mortalité de la petite vérole après la vaccination dépasse rarement 7 pour 100, d’après ce qui est connu, et que plus fréquemment elle 88

Le Siècle des Lumières

n’est que de 3, 4 et 5 pour 100 (Drysdale, 1885 : 505). » Ici, autre changement important : la statistique, premier repère pour décider ou non de la justesse d’inoculer. « Aucun accident, par exemple, sur les 1 000 inoculations revendiquées en 1752 par Ramby. Aucun sur les 20 000 revendiqués par Daniel Sutton (Vigarello, 1999 : 147). » Statistiques à l’appui et démocratisation du mal, des centres d’inoculations gratuites sont ouverts aux démunis afin d’endiguer l’épidémie. Le roi Louis XV, emporté par la petite vérole, incite son successeur, en 1774, à se faire inoculer : l’« ’incision a surmonté la tradition. L’engagement royal marque un point de non-retour (Vigarello, 1999 : 147). » Au-delà de ce symbole, l’inoculation ouvre à la fois l’ère de la loi des grands nombres à la préservation de la vie tout comme à celle de l’immunisation de groupes humains. L’inoculation révolutionne la pratique médicale. L’intention volontaire de faire pénétrer le mal tout en le surmontant provoque une maladie réelle. Du coup, « la certitude qu’existe une force interne du corps, un principe invisible, mais actif (Vigarello, 1999 : 148) », d’où l’effondrement successif et graduel des anciennes représentations de protection du corps, d’autant que les nouvelles protections seraient internes. Autre changement d’apparence anodine, si la petite vérole tue le septième de ceux qui en sont infectés, elle défigure en quelques jours le visage des autres, ruinant à jamais apparence et beauté. Par l’entretien du corps se dessine en filigrane ce qui deviendra l’identification au corps. L’épistémologie médicale William Harvey (1578-1657), une découverte, la circulation du sang : le cœur est une pompe musculaire à effet hydraulique, assure « la continuité du flux grâce à ses mouvements et ses pulsations ; c’est bien du sang, et non de l’air, qui est propulsé dans les artères puis ramené dans les veines (Vignaux, 2009 : 108). » Le réservoir moteur du sang c’est le cœur et non le foie.

89

Le sain et le malsain

Le savoir médical Au XVIIe siècle, avec le microscope, bactéries, virus, protozoaires et globules du sang ouvrent un nouveau territoire jusque-là inconnu. La pratique clinique (expérience acquise par l’observation, le développement et le suivi des maladies) devient prépondérante avec les travaux de Thomas Sydenham. Côté thérapeutique, d’une part, l’utilisation de l’écorce de quinquina (quinine) contre la fièvre, d’autre part, l’ipéca recommandé en cas de bronchite, de nausées, de diarrhée et de fièvre. S’ajoutent au tableau « l’antimoine et le mercure dans le traitement de la grande vérole, le fer contre l’anémie, le sulfate de cuivre ou de zinc contre les troubles de la peau (Vignaux, 2009 : 117). » Aucune réglementation, ni contrôle, ni codification encore pour encadrer ces pratiques et expérimentations. À la pureté par contact du Moyen-Âge succède la pureté par le travail ; changement de registre. Avec la diffusion des références cartésiennes, le corps, désormais, travaille, tout comme les machines, devient pompe, fontaine, ou même horloge. « Les gestes d’intervention sur le corps, plus nombreux, plus diversifiés au XVIIe siècle, se substituent lentement aux forces obscures et aux effets de sympathie […] signe discret, presque invisible, de l’ascension de l’individu moderne (Vigarello, 1999 : 96). » Surveiller les flux, leur épurement et leur évacuation devient prioritaire. Une bonne santé se traduirait, d’une part, par le fait de se sentir plus léger qu’à l’ordinaire, et d’autre part, de ne pas avoir perdu de poids. Un équilibre, donc, à rechercher dans l’épuration. Cette démarche confirme « combien la pratique épurante a elle-même une histoire : sa mise en œuvre évolue, du Moyen-Âge au monde classique, dans ses formes, dans ses dispositifs, malgré l’unité de son principe imaginaire (Vigarello, 1999 : 103). » Il ne s’agit plus seulement de purge ou de saignée, mais aussi de transpiration, d’expectoration et de vomissement. « Alors que ne se sont accrues ni les guérisons ni la durée de vie ; alors que n’ont progressé ni la compréhension des épidémies ni celle des désordres internes, c’est l’objet même du geste d’entretien qui se déplace au XVIIe siècle (Vigarello, 1999 : 99). » Exemple 90

Le Siècle des Lumières

remarquable d’une exigence préventive accrue, non suivie d’efficacité37, alors que l’expérience même de santé révèle plutôt mille et un nouveaux risques inconnus jusqu’alors : la menace s’est multipliée. La diète fait son entrée, une certaine attention à la qualité sanitaire des aliments, mais là n’est pas l’enjeu principal, plutôt une insistance sur l’évacuation, « l’affirmation d’une priorité dans les démarches d’entretien (Vigarello, 1999 : 94). » La saignée est institutionnalisée au XVIIe siècle. Sa pratique, courante, ne semble présenter aucun danger, sauf celui d’un excès de santé possible. Le cardinal de Richelieu s’y soumet plusieurs fois par mois « selon le témoignage d’Angelo Correr, l’ambassadeur vénitien en 1639 (Vigarello, 1999 : 95). » La pratique médicale Siècle des Lumières, nouvelle médecine, nouvelles pratiques. Giovanni Battista Morgagni (1682-1771) invente l’autopsie, établit une relation rétrospective entre lésions cadavériques et symptômes cliniques, démontre la relation entre apoplexie et altération des vaisseaux cérébraux, entre essoufflement pulmonaire et durcissement des valvules du cœur. Arrivée de la symptomatologie, nouveaux territoires de la souffrance, classes de symptômes permettant de dresser des diagnostics cohérents ; la médecine a définitivement une prétention scientifique. Dentisterie, traitement de la cataracte, traitement des anévrismes et ergonomie liée aux maladies du travail complètent un tableau raisonné du savoir médical et de sa pratique renouvelé dans le rapport à la vie, à la maladie et à la mort. « Les guérisons paraissent plus nombreuses, et l’implacable faucheuse commence à redouter les potions, enfin expérimentées, des médecins. […] On mesure, on calcule,

37

Même constat à poser pour le XXIe siècle. Le discours de la santé, structuré autour des discours différenciés de la prévention, de la nutrition et du fitness, est définitivement celui d’une exigence préventive accrue, suivie d’une efficacité à peine mesurable chez ceux qui mettent en pratique les injonctions hygiénistes proposées.

91

Le sain et le malsain

on expérimente et on étudie l’effet des remèdes sur des populations choisies (Perez, 2011 : 123). » Le rapport du sain au malsain Changement de pratique dans les soins de santé : les épices, si prisées au cours du Moyen-Âge, laissent graduellement la place à des produits plus «raffinés», moins «brutaux». Au XVIIe siècle, chocolat, café, sucre, tabac, thé confirment l’intérêt croissant pour ces nouvelles substances. En 1702, le roi Guillaume III, alors mourant, aurait eu la vie prolongée par la consommation de chocolat. « Les produits correspondent aux nouvelles préoccupations préventives (Vigarello, 1999 : 122) », la saveur sucrée l’emporte, « une brutalité moins vive pour une diversité plus grande (Vigarello, 1999 : 123). » Les exportations de sucre bondissent de 1 000 tonnes au XVIIe siècle à 200 000 au début du XVIIIe siècle. Sucres, sirops et compotes prennent non seulement la place autrefois occupée par les épices médiévales, mais ouvrent également un marché. Le prestige social s’investit dorénavant « dans le raffinement et la diversité des goûts, l’accroissement de leur variété (Vigarello, 1999 : 125). » Le «potage de santé» fait son apparition, le spectre des ressources gastronomiques et des sensations savoureuses s’agrandit, d’où une certaine exclusion sociale. Encore là, différenciation sociale par l’accès aux produits de l’élite réputés améliorer la santé38. Le pape Clément VIII dira du café qu’elle est une boisson « diabolique et délicieuse (Vigarello, 1999 : 127). » L’excitation que le café provoque serait du coup tout désigné pour « dissiper les brumes, les maux de tête, les lourdeurs,
38

Ici, parallèle intéressant à faire avec les aliments biologiques réputés améliorer la santé (pureté), mais plus chers que leur contrepartie de l’agriculture industrielle. Des nantis qui amélioreraient leur santé en n’absorbant pas les produits chimiques contenus dans les fruits et légumes versus des moins nantis qui les stockeraient dans leur organisme. Une pureté morale aussi, les aliments biologiques sont dits équitables, laissant pour compte dans sa pureté morale le moins nanti.

92

Le Siècle des Lumières

[…], les assoupissements, les inquiétudes (Vigarello, 1999 : 128). » L’adéquation est rapidement faite : épuration du sang et évacuation par l’urine des déchets du corps. Nuance aussi dans le degré, le café serait également excitation intellectuelle, « dissipateur de nuages, d’obscurités quasi mentales (Vigarello, 1999 : 128) » ébranlant la domination du vin. C’est l’apparition d’une boisson jugée spécifiquement intellectuelle indispensable contre la fatigue. Le thé, quant à lui, est cautionné par le médecin hollandais Bontekoe comme boisson « susceptible de favoriser l’étude et d’éveiller l’esprit (Vigarello, 1999 : 130) » en produisant un suc nerveux très subtil. En 1559, Jean Nicot, alors ambassadeur de France au Portugal, expédie à la reine Catherine de Médicis de la poudre de tabac pour soulager les migraines de son fils. La plante semble donner des résultats et s’insère finalement dans la panoplie des médicaments. Tout comme le café et le thé, le tabac serait susceptible à la fois d’aiguiser l’attention, de rendre la raison éclairée, et de conforter le cerveau. Un revers par contre : les priseurs lui découvrent un inexplicable enchantement, « celui qui a commencé à en faire usage ne peut plus s’en passer (Vigarello, 1999 : 133). » Non seulement l’excitant moderne est-il né, mais arrive dans la foulée son exploitation fiscale, marquant du coup sa consommation à grande échelle. Consommation instituée, ces nouveaux produits « installent de nouvelles pratiques sociales. Leur adoption par l’élite à la fin du XVIIe siècle recompose l’organisation des repas, renouvelant habitudes et dispositifs matériels (Vigarello, 1999 : 135). » Le café décrit désormais un moment du repas, sa fin, mais aussi prévention par son effet digestif. Cette tentative de lier plaisir de consommation39 et entretien du corps inscrit une nouvelle façon d’envisager la santé. C’est là un comportement inédit qui inscrira les pratiques de santé modernes et contemporaines dans une nouvelle dimension.
Le discours des nutritionnistes du XXIe siècle est en partie fondée sur cette logique : « Manger des aliments sains, c’est très bien. Mais c’est encore mieux s’ils sont savoureux et qu’on les mange en bonne compagnie (Passeport Sant., http://bit.ly/6saW5p). »
39

93

Le sain et le malsain

Endurcir le corps, le tonifier, l’affermir, lui rendre son énergie, le sortir de sa torpeur, toutes des propositions qui s’inscrivent dans une trame culturelle de la rusticité, car le danger viendrait des délicatesses et des raffinements. « Bain froid, marche le long des plages, régimes austères, […] l’action vise les fibres ; non pas la nage mais la rencontre du froid : non pas le mouvement du corps mais le saisissement de l’eau (Vigarello, 1999 : 159). » La promenade de santé gagne l’élite et les milieux cultivés. Jean-Jacques Rousseau en fera même un thème de culture : « Rêveries d’un promeneur solitaire », une vision philosophique du bonheur développée par la marche et la contemplation. Aucune gymnastique ici, que des comportements simples et rustiques maintenant l’état de santé du corps. La rusticité commande et détermine l’affermissement jusque dans l’alimentation : « les denrées de la terre seraient plus nourrissantes que les denrées animales, les aliments grossiers plus vivifiants que les aliments raffinés (Vigarello, 1999 : 165). » Vision culturelle, cet intérêt marqué pour la nature, au XVIIIe siècle, suggère avant tout une opposition aux nouvelles pressions urbaines ; la nature rendrait force et santé. Déplacement, aussi, des sensibilités, « la santé devient un thème d’exercice. Le corps doit agir sur lui-même (Vigarello, 1999 : 170). » C’est la mise au travail du corps directement liée à sa protection. « Il faut que tout vienne du dedans » dit le médecin Nicolas Andry de Boisregard « lorsqu’il propose en 1741 quelques exercices et gestes élémentaires pour donner consistance à l’allure de l’enfant (Vigarello, 1999 : 171). » L’état des fibres oriente désormais les actions préventives. Modification de l’espace et du cadre de vie devient cette action préventive. Du coup, l’espérance de vie, en moins d’un siècle, augmente de dix ans. Gestion publique de la maladie La peste a laissé ses traces dans l’imaginaire collectif. L’utilisation de l’eau est redoutée au XVIIe siècle, toujours réputée ouvrir les pores de la peau, livrant le corps aux mena94

Le Siècle des Lumières

ces de l’air malsain. « Le marquis d’Effiat […] ne reparaît à la cour que plusieurs jours après chacun de ses bains, voulant éviter tout danger de faiblesse (Vigarello, 1999 : 107). » La peste est encore référence. Elle fédère l’ensemble des perceptions et sensibilités du mal, mais n’est plus d’origine surnaturelle. Elle visite plutôt « les lieux, elle passe, colportée par les soldats, les vagabonds, les groupes errants ; une menace qui circule comme une chose et s’infiltre comme un venin (Vigarello, 1999 : 108). » Du coup, des pratiques préventives plus empiriques : quarantaines plus strictes, vérifications et contrôles plus serrés, enquêtes sur le terrain pour identifier les sources potentielles de contamination. En 1621, à Florence, Filippo Lusagnini, maître maçon et ministre des rues, « dit avoir trouvé 1-9 caves gorgées d’eaux usées, 20 caves fermées entourées de fosses d’aisance, 49 fosses débordantes et 8 puits d’eau non potable, saturés de liquide noir venu de déjections variées (Vigarello, 1999 : 109). » La contrepartie de ces mesures : des retours plus meurtriers de la peste qui atteignent des populations de moins en moins immunisées. Le modèle de la peste et d’un air méphitique pénétrant le corps gagne ici en nuances et en degrés. Il y a glissement de la maladie brutale évoquée par la peste et les infirmités vers l’inconfort et l’indisposition. Une attention toute personnelle se tourne vers l’entretien du corps et la possibilité d’allonger l’espérance de vie. Les plus démunis, par exemple, reculent l’âge du mariage, diminuant d’autant la fécondité des femmes. Avec cette première arme contraceptive, la plus humble de toutes, c’est peut-être l’amorce d’un lent progrès matériel […] (Vigarello, 1999 : 121). » Descartes, déjà dès 1637, dans son célèbre Discours de la méthode, soulignait à quel point la conservation de la santé « est sans doute le premier bien et le fondement de tous les autres biens de cette vie. » Venant du notoire sceptique qu’était Descartes, une telle déclaration affirmant que la santé doit se retrouver au cœur même de la pensée et de la philosophie moderne n’est pas une réflexion innocente. Elle engage une pensée politique : la préservation et la protection de la vie 95

Le sain et le malsain

et de la santé seraient dévolues à l’État. « À l’épreuve du mal contagieux, les sociétés ont forcément recours à des formes institutionnelles. Et ce, quand bien même la production des connaissances se révèle «lente» […] et sujette à des tensions qui déterminent les avantages et les reculs, les récurrences et les ruptures (Fabre, 1996 : 91). » Concrètement, la méconnaissance des processus liés aux épidémies n’empêche en rien la mise en place de mesures d’hygiène publique, fussent-elles de portée limitée. L’institution de la quarantaine des XVIIe et XVIIIe siècles viendra confirmer la validité du modèle contagionniste que Girolamo Fracastoro (1478-1553) avait élaboré dès 1546 : la contagion directe par le toucher ; la contagion indirecte par les effets personnels ou la marchandise ; la contagion à distance par l’air, conformément à la thèse aériste (Fracastoro, [1546] 1950). Contrer le mal, le prévenir activement devient préoccupation étatique. L’utilisation à des fins expérimentales de corps vils, ceux des condamnés à mort, des prostituées, des patients hospitalisés et des colonisés « auxquels on fait courir les premiers risques, avant de reverser à d’autres les gains cognitifs obtenus à leurs dépens (Chamayou, 2011 : 120). » Ici, le bien commun, la raison d’État, au détriment de quelques-uns. « Le pouvoir d’expérimenter ne se fonde plus ici seulement sur le droit de tuer dont le souverain est le détenteur, mais sur le devoir de faire vivre, d’entretenir et de maximiser la vie de la population (Chamayou, 2011 : 121). » Pour la première fois, collaboration étroite entre science médicale et pouvoir, où le médecin, en fonction de catégories de sujets, a un droit à l’essai. « Le développement de la médecine clinique marque aussi le passage de l’ère de l’essai empirique à celle de l’expérimentation méthodique (Chamayou, 2011 : 123) » sous l’autorité exclusive du corps médical où les patients sont utilisés sans que se pose la question de leur consentement40.

Parallèle ici à faire avec le complexe agroalimentaire du XXIe siècle qui, sans le consentement des consommateurs, ajoute différents nutraceutiques aux aliments afin d’améliorer l’état de santé de santé des individus. Ici,

40

96

Le Siècle des Lumières

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, il ne s’agit plus seulement de repousser le mal comme au Moyen-Âge, ou de l’isoler comme à la Renaissance, mais de le prévenir activement afin de maximiser la vie de la population. Mise en alarme des espaces, des comportements et des corps Drapeau jaune de la quarantaine, données statistiques, qualité des aliments, fatigue, tension, surpoids. Mise aux normes des espaces, des comportements et des corps La quarantaine des individus et des milieux contaminants, sous toutes ses formes, demeure le modèle dominant. Mise en place de centres d’inoculation et de vaccination. L’idée de nombreux médecins et autorités du Siècle des Lumières suggère qu’il est possible d’agir de façon préventive sur une population donnée dont on cherche à garantir la bonne santé, donc la disponibilité et l’activité optimale. L’utilisation de corps vils41, ceux des condamnés à mort, des prostituées, des patients hospitalisés et des colonisés à des fins expérimentales pour atteindre cet objectif. L’institution des tables de mortalité présentant la mort comme un événement mesurable et soumis à des probabilités mathématiques. L’idée voulant que la médecine puisse réformer la société. Mise à distance des dangers « Ne pas s’approcher des chambres de malades, s’éloigner prudemment de leurs maisons, de leurs entours, comme la terreur de la peste a pu l’imposer (Vigarello, 1999 : 111), épurements (saignées, transpiration, expectoration, vomisse-

toujours cette idée du bien commun, mais à l’aune du mode corporatif et non de l’État. 41 L’expression vient de la locution latine fiat experimentum in corpore vili — faire une expérience sur un corps de peu de valeur. C’est la notion d’un « corps sans dignité auquel on ne doit par conséquent aucun respect ni aucun égard (Chamayou, 2011 : 120). »

97

Le sain et le malsain

ments), exercice, régime alimentaire sobre, pratiques prophylactiques de base.

98

LE XIXe SIÈCLE Au XIXe siècle, un socle épistémique redéfini. Répondant au paradigme de la thermodynamique, la science des grands systèmes, l’homme devient un système complexe en équilibre dans un vaste système lui-même en équilibre, l’univers. La thèse mécaniste où le savoir se réduit au seul aspect identifiable des processus a laissé place à une ontologie de l’équilibre énergétique. L’ontologie est celle du modèle de la thermodynamique. Une épistémologie, également renouvelée, où le corps n’est plus seulement une mécanique complexe, un assemblage de circuits, d’articulations et de flux, mais une machine productrice d’énergie, un moteur créateur de rendement ; il répond aux lois de la thermodynamique. Il est dès lors possible d’en étudier son comportement thermique, c’està-dire, comment la nourriture absorbée se transforme en énergie et comment celle-ci devient travail et rendement. Une épistémologie donc, qui va traverser la société du XIXe siècle et qui, bien au-delà, engagera la Révolution industrielle, tout comme les institutions politiques et économiques. Le monde est désormais à l’aune du rendement dont l’individu, lui-même machine énergétique et de rendement, est un simple composant d’un vaste système au travail. La vision du corps La vision du corps change de registre par rapport au siècle des Lumières : le corps est machine énergétique, il est au travail ; le corps s’autoguérit ; le corps est perfectible ; le corps est malléable ; le corps en santé est un droit. Le paradoxe du Siècle des Lumières à propos de la graisse tient au fait qu’il valorisait l’enrobement masculin comme signe de réussite sociale, alors que ce même enrobement était fortement associé aux profiteurs et aux affameurs. Le XIXe siècle transforme graduellement ce paradoxe avec la lente pénétration du chiffre et de la mesure dans l’évaluation des morphologies. « Le regard s’instrumente comme il le fait pour ses opérations quadrillant l’univers technique : calcul des périmètres des membres, calcul des densités de graisse selon les lieux du corps,

Le sain et le malsain

calcul des correspondances entre taille et poids (Vigarello, 2010 : 171). »
Légende : une nouvelle maladie est signalée par un astérisque.
XIXe SIÈCLE INCLINATION POUR LA CERTITUDE ontologie vision du corps Être : l’homme est un système en équilibre dans un univers lui-même système en équilibre (thermo-dynamique). Modalité : le corps est une machine productrice d’énergie, moteur créateur de rendement Propriétés du corps : • machine énergétique • corps mince • corps en santé = un droit INCLINATION POUR LA STABILITÉ niveau collectif mise en alarme des espaces, des comportements et des corps • espaces économiques (infection des pauvres, rebuts physiques, rebuts moraux) • régime de vie • dégénérescence (alcoolisme, prostitution) • surpoids • surmenage • inconfort mise aux normes des espaces, des comportements et des corps • statistiques • vaccination • espaces sanitaires • techniques sanitaires • surveillance de soi • pratiques de propreté • sport, gymnastique • régime alimentaire • solidarité collective (pédagogie) • sanatorium niveau individuel mise à distance des dangers • espaces sanitaires • techniques sanitaires • surveillance et prévention de soi • pratiques prophylactiques • sport, gymnastique • régime alimentaire • territoires circonscrits = individu assiégé = surveillance = isolement épistémologie médicale savoir médical • contagion (air, eau, nourriture, contact des mains) • découvertes (microbes, tissus, cellule, chromosomes, endocrinologie, système immunitaire, biologie moléculaire) • physiologie (maladies non transmissibles) pratique médicale • pratique clinique • stérilisation, pasteurisation • stérilisation instruments chirurgicaux AVERSION variabilité maladies dominantes • polio* • tuberculose* • choléra* • syphilis incertitude sain / malsain • instruction / ignorance • régime carné / régime végétal • exercice / torpeur • confort / inconfort • mince / gros • plaisir / déplaisir

FINALITÉ = MAÎTRISER LE MAL À LA SOURCE

100

Le XIXe siècle

Le chiffre aura un impact profond : évaluation de l’efficacité et du rendement, améliorations physiques, insuffisance de combustion des aliments ingérés, révision des régimes. Le XIXe siècle oriente non seulement une nouvelle vision du corps, mais aussi différentes façons de le stigmatiser. L’installation du chiffre Dès le début du XIXe siècle, ce n’est pas le poids qui prend le devant de la scène, mais bel et bien « les circonférences, les volumes, les contours liés au regard (Vigarello, 2010 : 173). » Dans les traités sur l’obésité, une mesure s’impose : celle confrontant la taille et le poids, « d’où l’établissement d’une normalité et de ses dérives, entièrement fondée sur le chiffre. Non pas la normalité de l’idéal, mais celle du réel (Vigarello, 2010 : 175). » Qui dit normalité dit aussi catégorie sociale : les populations sont mesurées, c’est la construction d’outils mentaux pour appréhender le poids, la « balance, pour la première fois, impose un verdict public. La grosseur s’identifie au poids, lequel se mesure et se dit (Vigarello, 2010 : 178). » Et pourtant, la balance ne fait pas partie du quotidien des gens, mais ce qui rappelle le poids, c’est qu’on est désormais en mesure de le chiffrer. « La présence de la référence au poids, fût-elle mentale, est pourtant déterminante. Elle infléchit de part en part la manière d’apprécier et de regarder (Vigarello, 2010 : 179) ». Obésité et exigences sociales Avec le XIXe siècle et l’abolition progressive de la société d’ordres, se profile également l’effacement progressif des frontières sociales : le prestige des vieilles castes dirigeantes s’estompe, redéfinissant dans le même souffle les anciens repères sociaux. Ce qui ressort, ce sont plutôt les ressemblances, « d’où la volonté de regarder avec plus d’exigence : recenser davantage, singulariser les allures, désigner des maintiens, camper des physionomies, poses, gestes (Vigarello, 2010 : 180). » Ce qui retient surtout l’attention, c’est l’empâtement alors que l’on avance de plus en plus en âge, 101

Le sain et le malsain

« l’épaississement venu de la maturité [...] tous changements devenus déplaisirs (Vigarello, 2010 : 181). » Il s’agit ici et avant tout d’une progression où le temps se convertit en morphologie. La jeune femme de trente ans qui maudit l’existence parce qu’elle était maigre comme un clou dans sa jeunesse et qu’à trente-six ans elle est devenue « grasse à ne plus pouvoir embrasser ses enfants (Vigarello, 2010 : 182) », ou l’homme de quarante ans à la silhouette empâtée dont la lecture favorite est la carte du restaurateur, témoignent des « engraissements moyens devenus plus nombreux, la graisse gagnant avec l’âge et le vieillissement (Vigarello, 2010 : 182). » Constat intéressant, l’illustre gastronome français Brillat-Savarin conclut que l’excès abdominal est un symptôme strictement masculin, remarque que reprennent à leur compte les traités médicaux du deuxième tiers du XIXe siècle. Plus intéressant encore, « le personnage masculin aux jambes fluettes et au ventre débordé se transforme en représentation standard de 1830 à 1840. Le ventre seul devient dès lors ce par quoi se traduit l’excès de poids : il a « ses degrés, comme il a ses catégories, pour la première fois inventées (Vigarello, 2010 : 184). » Ce qui importe, pour l’homme, c’est avoir de l’enrobement qui ne soit pas affaissement42. Cette nouvelle façon de voir le gros est aussi vision sociale propre au XIXe siècle où la statistique commence à découper géographiquement la répartition de la graisse dans la population. La stigmatisation « des groupes découpe des appartenances, focalise des quartiers urbains : l’embonpoint souvent remarquable des prostituées, par exemple (Vigarello, 2010 : 185). » La graisse est associée au milieu de vie, à l’emploi occupé, aux activités pratiquées, en somme, à tout ce qui peut donner repère pour catégoriser socialement les indiIl y a ici un parallèle intéressant à faire avec la situation du début du XXIe siècle : les hommes ventripotents, généralement dans la quarantaine ou la cinquantaine, ont justement cet aspect ventru et jambes fluettes du XIXe siècle. Pourtant, ici, aucune valorisation sociale associée à cette morphologie comme au XXIe siècle, mais plutôt une stigmatisation de la part du discours dominant. Deux morphologies similaires dans deux contextes sociaux différents.
42

102

Le XIXe siècle

vidus. Par contre, tout comme au XVIIIe siècle, une certitude demeure : « l’homme, contrairement à la femme, peut tolérer une certaine rondeur acceptable, même si l’idéal d’une ceinture étranglée est lui aussi plus qu’auparavant énoncé (Vigarello, 2010 : 186). » Le spectre social du gros est dès lors clairement défini : le bourgeois ventru, mais solide est opposé au paysan ventru, mais faible. Ici, ce qui oriente le regard porté envers la graisse, c’est la position sociale ; il est impensable de voir dans le paysan une personne capable de grandes réalisations. Une surprenante conclusion émerge : les gens de la ville sont plus grands, en meilleure condition, et vivent plus longtemps que les populations rurales. « Ce qui permet plus encore, en ce début de XIXe siècle, d’évoquer la transposition bourgeoise d’un ventre gros et ferme en signe possible d’autorité (Vigarello, 2010 : 187). » Glissement intéressant s’il en est, l’homme du XXIe siècle qui a réussi est autant celui dont le ventre est apparent que celui qui possède un corps sans rondeur, mais musclé. L’un comme dans l’autre, ils représentent la réussite. Par contre, les études épidémiologiques démontrent que les gens les mieux nantis sont ceux qui sont les moins gras. Autre époque, autre conception sociale de la graisse. Quant à la femme, le XIXe siècle continue d’imposer certains traits obligés : minceur et fragilité. « Toute grosseur, comme dans la tradition, est ici dépréciée. Le buste, en revanche, se déploie plus qu’auparavant [et] les épaules forment avec la ceinture un triangle largement évasé vers le haut (Vigarello, 2010 : 192). » Par contre, toutes rondeurs, s’il y a rondeurs, « ne peuvent être pensées sans une délicatesse mêlée d’affinement (Vigarello, 2010 : 193). » La femme traîne avec elle cette contrainte de minceur depuis le XVIIIe siècle qu’elle affinera sous différentes formes jusqu’à aujourd’hui, le féminisme ne venant pas tout à fait à bout de cette irréductible pression sociale. De la chimie à l’énergétique Quatre champs d’investigation orientent désormais l’analyse de la graisse : son origine, son évolution, ses effets et ses menaces. Il s’agit d’une rupture importante d’avec les siè103

Le sain et le malsain

cles précédents depuis que Lavoisier a établi que l’oxygène est combustion. L’origine de la graisse est désormais une substance non brûlée. Une affirmation importante souligne l’arrivée de la science dans le champ d’exploration de la graisse : le sucre, la fécule, les gommes, l’amidon oeuvrent directement afin d’engendrer la matière adipeuse. « Le carbone non brûlé se fait adiposité de réserve, l’équivalent d’un raté, d’un manque de calcination. Deux explications possibles au développement de la masse adipeuse : abondance alimentaire et trop grande sédentarité. Simplification d’un phénomène autrement plus complexe, mais explication efficace qui, de nos jours, tient encore le haut du pavé. Les effets d’une masse adipeuse trop importante seraient le fait d’une graisse qui envahit non seulement le corps dans son apparence, mais également les organes internes. Finalement, les menaces relatives au développement de la masse adipeuse et formulées par les médecins deviennent imminence morbide : « c’est cette imminence que les médecins des années 1830 décèlent, entre autres, dans l’obésité. C’est elle qu’ils repèrent dans des organes aux tissus progressivement atteints dans leur intimité (Vigarello, 2010 : 202). » Dans cette démarche globale d’investigation de la graisse, « l’inquiétude trouve à se préciser, la menace à se graduer43 (Vigarello, 2010 : 202). » De l’énergétique aux régimes Les savoirs du XIXe siècle ont fait « du corps obèse un corps plus sensible aux morbidités (Vigarello, 2010 : 203). » Les toniques autrefois vantés comme stimulants, deviennent soudainement suspects. Des aliments comme les biscuits et le pain, gage de légèreté, risquent de conduire à certaines lourdeurs. En fait, ces nouvelles visions sont avant tout le fait d’une science positive et objective qui s’immisce dans la gasEncore là, étonnant parallèle avec le discours de la santé du XXIe siècle qui a su faire de l’inquiétude son cheval de bataille pour tenter de lutter contre une certaine épidémie d’obésité en recourant aux menaces cardiovasculaires de toutes sortes.
43

104

Le XIXe siècle

tronomie. Il s’agit ici « de prétendre utiliser les sciences les plus récemment développées pour instituer une gastronomie : connaissance raisonnée de tout ce qui a rapport à l’homme en tant qu’il se nourrit. [...] L’ambition scientifique44 et culturelle s’affirme comme jamais jusque-là (Vigarello, 2010 : 205). » Au milieu du XIXe siècle, l’image de l’homme ventru perd de son éclat. « Le bourgeois fortuné de l’École de Natation n’est plus qu’un être difforme, torse nu, en bordure du bassin, une fois abandonné son corset à la porte de l’établissement de bains (Vigarello, 2010 : 209). » Le gros et l’obèse commencent à subir certaines expériences d’humiliation. Une étonnante idée s’impose : « l’obèse serait privé de bonheur, et cette privation, pour la première fois, est étudiée dans son versant personnel, [...] ce qui donne à l’obésité un statut nouveau. [...] Elle n’est plus simple infirmité, non plus simple dérive de comportement, mais souffrance dont il faut prendre en compte la part de détresse, l’abcès intime, le tourment continu (Vigarello, 2010 : 211). » Le gros devient dès lors plus complexe à évaluer qu’on le croyait. Il est même suggéré que le gros et l’obèse peinent face aux difficultés sociales. Et une fois de plus, tout comme au XVIIIe siècle, un autre constat s’impose : l’accumulation de graisse a non seulement quelque chose d’irréductible, mais elle s’installe comme s’installe le découragement face aux tentatives infructueuses d’amincissement. « Rien n’y fait, l’engraissement se poursuit en fatalité (Vigarello, 2010 : 211). » Avec le XIXe siècle, la grosseur devient souffrance. Elle devient par le fait même objet d’investigation. « L’obésité gagne en facettes autant qu’en profondeur : une science mieux affirmée (Vigarello, 2010 : 211) » peut désormais s’occuper du gros et de l’obèse.

Les nutritionnistes du XXIe siècle trouvent ici leurs racines, fondés qu’ils sont dans leur foi dans les données de la science. Ils deviendront les gardiens d’une foi puissante, celle du santéisme. Par eux, les gens apprendront non seulement comment se nourrir sainement, mais aussi comment respecter les règles alimentaires qu’on leur impose. Leur discours, tout comme celui du XIXe siècle, aura un moyen pour ses finalités : instiller l’inquiétude chez le consommateur, formuler une menace graduée.

44

105

Le sain et le malsain

La tyrannie de la minceur Ce qui caractérise la dernière moitié du XIXe siècle c’est bien cette idée émergente de mode de vie à l’aune des régimes et de l’exercice. L’image de brûleur interne qui consume les graisses s’impose définitivement, témoignant ainsi du fait que l’obèse est en déficit de vitalité. Le début du XXe siècle, quant à lui, impose une « vision plus déceptive, ou même douloureuse, du traitement (Vigarello, 2010 : 215) » de l’obésité. Tous les traitements proposés mènent vers un consternant constat : « le corps ne saurait se transformer à la commande. [...] À la stigmatisation banale de l’obèse s’ajoute ainsi le récit plus intime de la victime. Un martyre peut alors se dire : versant contemporain du triomphe et du mince et du dégout du gras (Vigarello, 2010 : 216). » 1884 est une date marquante. Pour la première fois, le Dictionnaire de l’Académie française désigne l’embonpoint comme étant l’état d’une personne grasse, alors que, en 1866, le Dictionnaire de la langue française d’Émile Littré le décrivait comme un «bon état du corps». En moins de 20 ans, le changement de vision sociale aura été majeur. « L’embonpoint n’est plus équilibre : il devient défaut. Il amorce le gras (Vigarello, 2010 : 222). » Il est vraisemblable de considérer que la pression sur le gras a franchi une autre étape : « la grosseur se dit plus précocement, désignant d’emblée le déplaisant ou le laid (Vigarello, 2010 : 217). » Alors que la mode dévoile davantage les corps, elle dévoile également davantage les difformités induites par la graisse. L’adipeux devient dès lors objet de surveillance. Le soupçon de ce qu’il y a sous les vêtements est maintenant confirmé, « comme si l’habit n’avait plus à trahir l’anatomie (Vigarello, 2010 : 221). » Les modistes ont donc un objectif : amincir et rajeunir tout en disant « Engraisser ! Mais c’est l’effroi de toute femme (Vigarello, 2010 : 221). » Dès 1870, la traditionnelle amplitude du bas de la robe est effacée. Elle dévoile à la fois les hanches, le bassin et les jambes. « Les hanches imposent pour la première fois [...] leur présence et leur tracé [...] révélant davantage leurs dérives possibles et leurs excès (Vigarello, 2010 : 226). » Pire 106

Le XIXe siècle

encore, les femmes apprennent que les hanches sont l’une des premières régions où se pose la graisse. Seconde étape marquante, à la fin du XIXe siècle, la banalisation de la mesure à travers les tableaux d’équivalence entre taille et poids. « Le repère du poids attendu pour une taille donnée se fait plus circonstancié, augurant l’actuel indice de masse corporelle (IMC) (Vigarello, 2010 : 219). » Être gros est synonyme de perte de souplesse de taille, d’où l’aiguisement des pressions sur l’affinement : « Mlle X qui a été la reine du bal quand elle a circulé dans les salons, n’est sur la plage plus jolie du tout (Vigarello, 2010 : 223)). » Les corps affaissés des baigneurs deviennent occasion de moquerie. Troisième étape marquante, les méthodes industrielles de fabrication à bas prix des glaces et l’abaissement des coûts de transport inondent le marché de miroirs que se procurent autant les mieux nantis que les classes populaires. Dès lors, l’observation intime du corps permet de juger des ravages de la graisse, mais aussi des corrections à apporter. La minceur s’impose donc par trois vecteurs : la mode qui laisse dévoiler les formes, le miroir qui révèle les formes, et l’impavide balance qui rend un implacable verdict. Quatrième étape marquante et médicale celle-ci : « des muscles abdominaux fermes et vigoureux sont la meilleure ceinture contre l’obésité. Ce que reprennent aussi les traités de gymnastique de la toute fin du siècle, stigmatisant la faiblesse des muscles de l’abdomen (Vigarello, 2010 : 230). » Cette importance dorénavant accordée aux muscles abdominaux met non seulement d’avant l’idée que le corps est malléable, mais qu’il est flexible. En un mot, l’heure du ventre a sonné. Ces quatre étapes auront eu pour effet de stigmatiser encore plus le gros : il est « le laid, avant même d’être le gourmand, l’accapareur, l’abuseur. Et cette laideur, comme le montrent les scènes de plage ou d’intimité, l’emporte dans sa précocité (Vigarello, 2010 : 231).» Mais ce qui étonne le plus, c’est de constater à quel point le gros n’est plus uniquement celui de la 107

Le sain et le malsain

classe aisée. L’industrialisation aura également démocratisé la graisse. Obésité mondaine et obésité culturelle La fin du XIXe siècle établit un bilan : hommes et femmes sont dorénavant sur un même pied d’égalité face au regard social concernant l’embonpoint. Par contre, une certitude demeure : « il y a plus d’obèses dans la classe aisée que dans l’ouvrière45 (Vigarello, 2010 : 235). » La science médicale, quant à elle, fait définitivement entrer l’obésité dans le champ de l’investigation scientifique. Elles « renouvellent radicalement, dans la seconde moitié du XIXe siècle, les catégorisations des grosseurs et leurs explications (Vigarello, 2010 : 236). » Trois causes semblent à l’origine de l’obésité : la première proviendrait d’un excès de consommation d’aliments et de boissons, la seconde serait d’ascendance parentale, et la troisième aurait à voir avec un déficit de combustion des graisses. Et c’est ce déficit qui semble expliquer le « voisinage longtemps postulé entre des maladies aussi différentes que la goutte, le diabète, l’obésité (Vigarello, 2010 : 240). » Pour une source commune, désordres variés. Cette insuffisance relevée par la science médicale émerge sous une autre forme : « une insuffisance globale que la culture de la fin du XIXe siècle tend à transposer en trait de comportement ou en inadaptation de vie. Une manière moderne d’évoquer quelque manque insidieux logé au coeur du vivant [...], un incernable défaut vital (Vigarello, 2010 : 241) ». Ce que révèlent les médecins de la fin du XIXe siècle à propos de l’obésité crée un marché des régimes et des diètes, tout comme un marché des cures et des traitements. « Toutes pratiques inventées par un XIXe siècle accordant insensiblement plus de place aux stimulations, aux changements d’air, aux villégiatures, aux voyages, pour un public insensiblement élargi (Vigarello, 2010 : 245). » L’idée derrière ce nouveau marché de la minceur est celle d’un « organisme régulé par un
45

Parallèle intéressant ici à faire, alors que dans la société du XXIe siècle il y a plus d’obèses dans les classes défavorisées.

108

Le XIXe siècle

milieu intérieur dont il s’agit de trouver l’équilibre, organisme dans lequel glandes et système nerveux mêlés seraient les principes stimulants indispensables à l’élaboration continue d’une parfaite nutrition (Vigarello, 2010 : 245). » La lutte contre l’obésité46, devenue culturelle, sinon préoccupation sociale majeure appuyée par la publicité naissante que l’on retrouve dans les journaux. Maladies dominantes Au XIXe siècle, la sensibilité aux fléaux change de registre : « leur brutalité n’est plus celle des vieilles épidémies. Le thème dégénératif a sélectionné de nouveaux maux en promouvant des préventions nouvelles. L’alcoolisme, la prostitution, hérédités diffuses s’adressent davantage à la culpabilité et au ressort personnel de chacun (Vigarello, 1999 : 221). » Déplacement aussi de la cible : non plus seulement l’environnement contaminant, mais l’individu contaminant par ses comportements et ses pratiques de vie. Le registre du malsain se déplace également : ce qui inquiète c’est une dégénérescence de l’espèce, son avenir, « pesant sur les valeurs devenues les plus précieuses : l’accroissement et le progrès (Vigarello, 1999 : 221). » Trois calamités d’abord sous le thème de la dégénérescence : l’alcoolisme, la syphilis et la tuberculose47. L’alcoolisme n’est plus seulement ivrognerie, mais à la fois un nouveau mot et une maladie, un ensemble de symptômes très circonscrits : « atteinte du foie, atteinte des vaisseaux, catarrhe chronique, tremblements et troubles nerveux, delirium tremens… (VigaCe que le XIXe siècle inaugure ici, c’est le marché de la minceur qui fait aujourd’hui non seulement recette, mais qui se décline dans une entreprise collective de recherche de la condition physique et intellectuelle optimale, un genre de Saint Graal de la santé, le santéisme, un système de valeurs confinant l’individu à l’obligation d’adopter le mode de vie approprié sous peine d’être confronté aux trois plus grandes calamités du XXIe siècle : le cancer, l’Alzheimer et les maladies cardiovasculaires. 47 Le terme de «tuberculose» est apparu après 1830. Auparavant, la maladie était appelée phtisie (du grec «dépérissement») ; consomption (de «consumer») ; peste blanche.
46

109

Le sain et le malsain

rello, 1999 : 222). » Étienne Lancereaux, de l’Académie de médecine de Paris, décrira les étapes graduées de cette « dégradation alcoolique, cette faiblesse devenue habitude et échec de conscience (Lancereaux, [1869] 1878 : 27). » L’alcoolisme est également signe de l’élévation graduelle du niveau de vie, mais aussi signe de comportements transformables en maladies. « Tout n’est que syphilis » dira Des Esseintes, héros du roman À rebours de Joris-Karl Huysmans publié en 1884. Le mal vénérien rongerait, à travers le plaisir et le désir, la « race aux sources mêmes de la vie (Garin, 1866 : vi) », celle de l’hérédité. L’État légiférera le plaisir et ses excès en ciblant les prostituées : isolement dans des maisons de tolérance et contrôle sanitaire pour mieux déceler le mal à la source et le prévenir. « Notre code laisse impunie la prostituée qui tue, empoisonne la société. [...] Celle qui ne fait pas cette déclaration et qui se livre à la prostitution clandestinement est coupable d’attentat aux moeurs et à la santé publique ; la répression doit être pour elle des plus sévères. Le mal que ces femmes font est incalculable, car souvent elles ne cessent de se prostituer que lorsque la maladie les ronge et leur rend le coït impossible (Troncin, 1851 : 144). » Une question se pose dès lors : doit-on priver ou non la prostituée de sa liberté individuelle ? La réponse est graduée : « la visite [médicale] est rendue obligatoire au milieu du siècle, ainsi que la mise en hôpital si l’infection est décelée (Vigarello, 1999 : 225) . » L’épidémie de tuberculose48, véritable fléau national, atteint son apogée au XIXe siècle : une personne sur quatre en est atteinte. Première cause de mortalité aux États-Unis à l’époque, il était rare que, dans une famille, il n’y ait pas au moins un cas de tuberculose. Elle est aussi maladie de classe sociale, plus particulièrement celle des classes laborieuses. « Au début du XIXe siècle, la tuberculose s’est répandue en masse en Angleterre et en particulier à Londres, à cause de l’industrialisation et ses conséquences (mauvaises conditions
48

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la tuberculose tue encore près de deux millions de personnes chaque année dans le monde.

110

Le XIXe siècle

d’habitation, carences alimentaires, travail long et difficile). Puis elle a atteint les grandes villes du continent. Les personnes âgées de 20 à 40 ans, économiquement productives, étaient particulièrement touchées. Leur mort avait alors des retombées économiques (Gibert, 2000 : 35). » Contrer la tuberculose devient un programme national de santé publique : diagnostic précoce, propreté, aération et ensoleillement des espaces, distribution de tracts, affiches interdisant de cracher accrochées dans les bâtiments et les lieux publics, autant de moyens pour informer les citoyens du danger encouru et normaliser les comportements. L’épistémologie médicale Au début du XIXe siècle, Bichat découvre les tissus. Après 1850, François Magendie et Claude Bernard renouvellent la physiologie à travers l’image d’un corps sain et non malade. Il est essentiel de se placer du point de vue de la santé pour comprendre la maladie : « les symptômes pathologiques ne sont rien de moins que le résultat de propriétés nouvelles créées par l’état pathologique (Delaporte, 2001 : 148). » Le savoir médical Entre 1850 et 1860, Louis Pasteur est une révolution en luimême. D’endogène, la maladie devient exogène : le microbe est désormais le vecteur de l’agression. La chimie entre dans la médecine : Pasteur invente les milieux de culture et « met en évidence la variance des espèces et montre que, lorsqu’on affaiblit les infiniment petits, on les rend acceptables par l’organisme : il y a atténuation du pouvoir pathologique des germes, ce qui a permis de découvrir les vaccins (Vignaux, 2009 : 192) » ; c’est la naissance de la microbiologie. À partir des travaux de Robert Hooke élaborés au XVIIe siècle, « on va montrer que la maladie part de la cellule qui subit des dérèglements dans ses fonctions essentielles (former, nourrir et faire fonctionner les éléments du corps) (Vignaux, 2009 : 193). » Découverte des chromosomes et des gènes entre 1883 et 1888 à partir des travaux de Gregor Mendel portant 111

Le sain et le malsain

sur l’hybridation. Découverte de l’endocrinologie49 avec Claude Bernard : le diabète résulte d’un état pathologique d’une glande endocrine spécifique, le pancréas. Le 6 décembre 1890, découverte du système immunitaire : Charles Robert Richet injecte du sérum à un tuberculeux à l’Hôtel-Dieu de Paris. Émile Roux, quant à lui, constate que, après avoir vacciné un cheval en lui injectant des doses croissantes de toxine diphtérique, il y a production de grandes quantités d’anticorps antidiphtériques. Du coup, une idée : transférer le sérum à des malades atteints de la diphtérie. Un constat : un grand nombre de malades guérissent. La sérothérapie est née. Le paradigme de la thermodynamique pénètre le savoir médical : « c’est en brûlant que l’aliment provoque à la fois l’élimination et l’énergie. L’organisme s’épure et se renforce d’autant mieux qu’il s’active. Il gagne en rentabilité (Vigarello, 1999 : 237). » C’est bien d’un système d’équilibre des énergies dont il est question ici. L’ingestion de nourriture n’est plus un simple cumul ni un simple rejet : elle est combustion. Cette «mise en énergie» traverse tout le XIXe siècle. Une « pratique préventive rénovée ; un ensemble de comportements transformés par de nouvelles représentations du corps (Vigarello, 1999 : 230). » La gymnastique médicale fait désormais partie de l’hygiène nouvelle. Le souffle, la capacité pulmonaire, est pris en compte, détermine le « coefficient de robusticité (Vigarello, 1999 : 239) » de l’individu. Le pratique médicale La pratique médicale se transforme radicalement avec l’École clinique de Paris. C’est l’apparition de l’hôpital moderne et de sa dynamique tout à fait particulière : dans un premier temps, l’architecture de l’hôpital est repensée en fonction de considérations thérapeutiques et hygiéniques ; dans un second temps, l’hôpital devient un véritable lieu d’enseignement. C’est là, sous la direction de médecins expé49

Étude des glandes endocrines (thyroïde, parathyroïde, surrénale, hypophyse, etc.) et de leurs hormones (substances chimiques produites par les glandes qui ont une action spécifique sur des organes).

112

Le XIXe siècle

rimentés, que doit se faire la formation des étudiants. « Cette double réorganisation des hôpitaux et des études de médecine va contribuer à transformer la vision des médecins de l’époque. L’hôpital, en fournissant quantité de cas, qu’il est possible d’observer et de comparer d’une manière rigoureuse, fait évoluer la conception de la clinique. […] L’observation est désormais rigoureusement organisée et standardisée sur le modèle des sciences naturelles. Le malade est ausculté, interrogé et écouté suivant un processus bien déterminé : ces symptômes sont notés et analysés ; son cas est comparé à tous les autres cas disponibles au sein de l’hôpital (Braunstein, 2011 : 134). » La médecine et la chirurgie se réunissent et se confondent. L’École clinique de Paris se distingue par quatre traits : (1) l’affirmation que les maladies sont essentiellement localisées ; (2) l’affirmation de l’identité du normal et du pathologique, aux variations quantitatives près. « La santé suppose l’exercice régulier des fonctions : la maladie résulte de leur irrégularité ; la mort, de leur cessation (Braunstein, 2011 : 140) ». Ce concept médical de « normal » définit non seulement l’état de santé d’un individu, mais devient aussi préoccupation sociale. Il n’est plus question de se demander quelle est la nature de la condition humaine comme au siècle des Lumières, mais bien de savoir, qui, dans la société, est normal ou non ; (3) la médecine n’est plus simplement un art, mais une science. Il faut que le médecin scientifique mette en œuvre des moyens et des ressources pour rétablir les fonctions dérangées du malade, qu’il revienne à son état normal ; (4) la médecine a un caractère fondamentalement optimiste en ce qu’elle peut régler une multitude de problèmes de santé : « le puissant cadre d’interprétation de la pathologie offert par la bactériologie nourrit ce pouvoir médical que la science étaye (Rasmussen, 2011 : 180). » Le rapport du sain au malsain Pour Vignaux (2012), la seconde moitié du XIXe siècle est une renaissance du corps. Les développements de l’hygiène, la 113

Le sain et le malsain

lutte contre l’insalubrité publique, l’aménagement des villes, et la mode des bains, vont «redonner vie» au corps. La question, alors, n’est pas celle de la beauté (encore que Ingres et Delacroix aient ressuscité les nudités en peinture), mais celle de la santé. Il faut protéger le corps contre les miasmes ; c’est par le corps que les infections pénètrent. Le corps est ainsi objet de suspicion. Qu’en est-il exactement ? Deux amalgames intéressants au XIXe siècle : (i) un individu ou une population s’évaluent en fonction de son rendement énergétique ; (ii) la faiblesse du rendement énergétique est explicitement liée à une faiblesse du savoir. L’invention du dynamomètre permet désormais de « comparer la force entre les populations, par exemple, chiffrer des robustesses, interpréter des fragilités (Vigarello, 1999 : 204) » ; c’est la naissance de l’«homme moyen», mais plus encore, c’est la naissance de la «supériorité irrécusable de l’Européen» comme le soulignera Virey (1824 : xxvi). « Qu’un Européen instruit arrive parmi des barbares, et bientôt, s’ils le veulent, il les réunit en nation ; il bâtit des cités, il fait éclore et prospérer mille arts ingénieux qui multiplient les richesses et les ressources de ce peuple naissant, et l’élèvent par la civilisation au rang suprême que le génie sait partout conquérir sur la terre (Virey, 1824 : xxvii). » Comparaison des forces oblige, le sauvage n’est plus cet être fort et vigoureux tel qu’il avait été décrit : « nous surpassons évidemment le sauvage même dans ses avantages naturels. Nous obtenons plus d’étendue, plus de force et d’empire sur la nature ; ainsi l’homme civilisé est plus puissant que l’homme barbare (Virey, 1824 : xxv). » Transposition par la suite vers des sauvages plus rapprochés, ceux qui hantent les ateliers et les rues populeuses des villes : les ouvriers. La mesure chiffrée de la stature et de la constitution transforme l’image du pauvre et du prolétaire. Premier constat : la taille moyenne de l’homme se révèle plus grande à Paris, dans les départements plus riches et dans les départements où il y a concentration urbaine. Second constat : le XVIIe siècle s’est trompé. Ce n’est pas dans les campagnes qu’est la santé, mais dans les villes. Il y a ici des populations à éduquer, car « le déficit sanitaire de l’ouvrier ou du paysan tient à 114

Le XIXe siècle

l’ignorance. […] De cette entreprise dépendent leur travail comme leur santé (Vigarello, 1999 : 206). » L’alimentation est aussi rendement. Elle passe désormais par la viande. Légumes, féculents et céréales causeraient la faiblesse des populations, « d’où l’indigence physique attribuée aux paysans […] qui ont les organes faibles, relâchés, un sang peu épais, prédisposés aux maladies atoniques, muqueuses, cachectiques (Barbier, 1811 : t. 2, 24). » Rapport du sain au malsain ou le régime carné, synonyme de santé, s’oppose au régime plus orienté vers les légumes50. L’apparence du corps est aussi signe ou non de rendement : être mince est synonyme de santé, d’énergie, de vigueur et de robustesse, le surpoids et l’excès d’embonpoint marquant une faiblesse et un manque d’énergie. Chez les élites, l’adéquation est faite : « les valeurs de santé sont déjà mêlées à un affinement de la silhouette, combien l’image valorisée de l’entretien du corps tient à celle d’un travail conduit entre soi et soi (Vigarello, 1999 : 214). » Rupture radicale avec le XVIIe siècle et ses commodités rudimentaires, le confort devient préoccupation sanitaire. Un milieu propre, traversé non plus seulement par des flux d’air, mais aussi par des flux de chaleur et d’eau, semble garant d’une bonne santé. « Le projet vise à démultiplier les services. Il est économique puisque ces tuyaux en contiennent d’autres, faits pour conduire l’eau courante chaude. Il est pragmatique aussi puisque visant moins le luxe que l’efficacité (Vigarello, 1999 : 209). » Gestion publique de la maladie Au XIXe siècle, il ne s’agit plus seulement de prévenir activement le mal. La finalité est de le maîtriser à la source. La mise en alarme des espaces et des comportements change totalement de registre où l’individu lui-même, dans sa propre condition, est mis en alarme ; il est signe alarmant. La mise à
50

Rapport du sain au malsain modifié au XXIe siècle où le régime carné est réputé causer le cancer du côlon et provoquer l’oxydation. Les adeptes d’un régime carné seraient en moins bonne santé que ceux qui mangent cinq portions de légumes et de fruits par jour.

115

Le sain et le malsain

distance des dangers est désormais à l’aune d’un corps énergique, robuste, fort et vigoureux à travers des pratiques de prévention et hygiéniste de plus en plus normées. À travers l’outil statistique, la mise aux normes des espaces, des comportements et des corps est une véritable révolution. La société de la discipline évoquée par Michel Foucault se dessine, le biopouvoir s’élabore, qui s’exerce rationnellement sur la vie des corps et celle de la population. C’est aussi l’annonce de l’État protecteur, qui prendra en charge la vie, non plus des âmes, mais des hommes : le corps pour le discipliner ; la population pour la contrôler. Mise en alarme des espaces, des comportements et des corps L’espace économique est devenu alarme. Non plus seulement l’espace urbain ou géographique comme au cours des siècles précédents, mais celui des pauvres, infectés, menaçant les autres. « Le choléra s’attaqua d’abord aux classes pauvres, […] Toujours est-il que ce furent des hommes en veste ou en haillons qui ouvrirent cet horrible marche de Paris vers la mort (Blanc, 1850 : 200). » La statistique, ici, révèle brutalement la réalité socioéconomique : un « fait dominant ressortait, néanmoins, de toutes ces poignantes singularités : lorsqu’on en vint à dresser la statistique de l’épidémie, il se trouva que […] la mortalité avait été de […] 52 à 53/1000, dans les quartiers de l’Hôtel de ville et de la cité, qui sont ceux de la misère (Blanc, 1850 : 209). » Le pauvre est alarme, sa condition est alarme, le choléra est une maladie du pauvre pouvant atteindre le nanti que la statistique confirme : « peu de jours s’étaient écoulés, et déjà le mal était monté jusqu’aux riches (Blanc, 1850 : 209) », « de sorte que le malheur des cholériques fournis par la pauvreté s’aggrava de tous les secours et de tout le temps qu’elle dérobait à leurs souffrances réelles des symptômes imaginaires les hallucinations de l’opulence troublée (Blanc, 1850 : 207). » L’outil statistique est devenu une mise en alarme. Il n’est plus seulement mesures et chiffres, mais outil de gestion politique et sanitaire. Il permettra de redéfinir les territoires de l’hygiène publique en travaillant sur les rebuts de la société 116

Le XIXe siècle

pour mieux en maîtriser les dangers : « rebuts physiques (immondices, égouts, chantiers d’équarrissage), mais aussi rebuts moraux (débardeurs, égoutiers, chiffonniers, prostituées) (Lecuyer, 1986 : 125). » La maladie surgirait donc de milieux affaiblis où règne une misère qui propagerait l’infection en affaiblissant les corps. La dégénérescence est devenue mise en alarme. L’individu doit s’inquiéter de son état, éviter la dégénérescence, éviter de sombrer dans l’alcoolisme, éviter d’être en surpoids, éviter le surmenage et les tensions, toutes conditions qui conduisent à la dégénérescence. L’individu est définitivement signe alarmant. Mise aux normes des espaces, des comportements et des corps Révolution pastorienne, espace sanitaire remodelé, la « découverte des germes renforce la préoccupation technique, rendant plus précieux la sûreté des mécanismes hydrauliques et l’isolement des circuits (Vigarello, 1999 : 220). » La «plomberie de l’eau» fait son entrée dans les demeures. L’invention du siphon, ce coude sous les cuvettes, empêche reflux et émanations, interrompant toute communication avec les matières dangereuses en isolant le corps. C’est la naissance de la salle de bains isolée qui allie deux ambitions : la propreté et la morale. Mœurs et microbiologie se confondent dans une technique sanitaire en intervenant sur les mélanges et les promiscuités. En 1854, en Angleterre, John Snow découvre la véritable origine de l’épidémie de choléra : une dissémination par l’intermédiaire de la distribution d’eau. Le mouvement hygiéniste, né en Angleterre, préconise dès lors de collecter les eaux urbaines et de les acheminer, par des canalisations enterrées, jusqu’à des sites de rejets en milieu naturel. L’importante contamination de Londres, en 1858, convainc le gouvernement britannique de construire un imposant réseau d’égouts. En France, en 1894, la loi du tout-à-l’égout oblige le raccordement des maisons aux égouts de Paris pour l’évacuation des 117

Le sain et le malsain

eaux domestiques et la vidange des fosses d’aisance. Un constat : l’individu, dorénavant, est soit responsable de sa dégénérescence, soit responsable de la vitalité collective. La «surveillance de soi» est une mise aux normes du corps, une injonction de la prévention de soi faite à chaque individu que suggèrent spécialistes de toutes sortes appuyés et convoqués par l’État. « Les aménagements sanitaires, l’individualisation des distributions domestiques, les circulations souterraines, tous ces lourds travaux urbains commencés au milieu du siècle, ne s’expliquent pas par l’alerte microbienne. Ils sont, au contraire, aidés par elle, rendus plus légitimes, plus pressants (Vigarello, 1999 : 259). » La visée des gouvernements du XIXe siècle est avant tout pédagogique : une volonté de convaincre pour mieux rompre avec les errances du passé, une intention de l’État d’instruire pour endiguer l’éclosion du mal en modifiant les espaces et les comportements. La préoccupation sociale doit l’emporter sur la seule morale, car le riche est autant à risque dans sa maison cossue que le pauvre dans son taudis. « Le thème du microbe a intensifié cette vision des interdépendances : se défendre en participant à la défense des autres ; se protéger par la protection de tous (Vigarello, 1999 : 275). » Le microbe a redéfini la nature du lien social : l’entretien de soi ne saurait se penser sans l’entretien de tous. Créature de l’État providence en devenir, le sanatorium répond à cette prévention solidariste, démontre la nécessité de pénétrer les comportements privés dans l’intérêt d’autrui. D’une part, l’hygiénisme politique du XIXe siècle confère à l’approche médicale un droit de regard sur l’institution quarantenaire qu’est le sanatorium. « On reconnaît à la médecine une capacité de gestion rigoureuse des établissements sanitaires, fondée sur un savoir doublement légitimé : d’abord par une technologie qui se veut et se révèle plus efficace sur les plans tant clinique que thérapeutique ; ensuite par une morale laïque qui fait la part, en tout chose et en tout être, entre le normal et le pathologique (Fabre, 1996 : 97). » D’autre part, le sanatorium se présente non plus comme un lieu d’isolement 118

Le XIXe siècle

strict comme l’étaient les léproseries et les lazarets, mais un lieu où la réclusion n’est ni forcée, ni permanente. Si ce changement est d’importance, « c’est que les autorités politiques, de même que de larges fractions de la population, sous l’influence des théories médicales de la contagion, sont passées à une vision différente de l’épidémie : l’institution se modifie à mesure qu’évoluent les savoirs sur la nature et la transmission de la contagion (Fabre, 1996 : 102). » Alors que par les siècles passés le jugement de Dieu, à lui seul, suffisait à normaliser espaces, comportements et corps, que le temps, à lui seul, faisait apparaître ou disparaître le mal, le XIXe siècle marque ici une rupture. Les impératifs économiques, le commerce et le libre échange dictent désormais la marche des choses. Les entraves, quelles qu’elles soient, ne sont plus à l’ordre du jour. Les marchandises et les gens doivent circuler, surtout dans le domaine maritime par qui transite l’économie. « Le décret du 10 août 1849 supprime l’Intendance sanitaire de Marseille ; celui de 1845 assouplit considérablement les quarantaines dans tous les ports français (Fabre, 1996 : 102). » D’une part, l’institution de la quarantaine n’est plus en phase avec l’évolution culturelle et économique des sociétés industrielles, et d’autre part, elle passe sous la responsabilité quasi exclusive du corps médical. Mise à distance des dangers «Surveillance de soi» est le maître mot de la mise à distance des dangers. Elle est une condition de la surveillance de tous. « L’état d’un sujet, son passé, l’attention qu’il se porte, engagent plus que jamais l’état d’une descendance (Vigarello, 1999 : 220). » Trois inquiétudes surgissent : (i) ethnique (la dégénérescence de la race) ; (ii) cuturelle (le thème dégénératif impose le recours à une force surplombant les individus, celle qui dicte les normes et les devoirs) ; (iii) fléaux provenant de l’individu (alcoolisme, prostitution, hérédités diffuses, surpoids, pratiques de vie). Alors qu’au cours des siècles passés la mise à distance des dangers se résumait à se prémunir du mal par certaines actions, la mise à distance des dangers du XIXe siècle est une affaire de prévention de soi dans les prati119

Le sain et le malsain

ques quotidiennes : régime alimentaire, exercice, hygiène personnelle, entretien des lieux. Les découvertes de Pasteur prolongent une dynamique culturelle déjà amorcée au siècle précédent par « l’attention à des sources toujours plus cachées du mal, laver ce qui ne se voit pas, repousser ce qui ne se sent pas. Le travail sur le microbe achève un travail sur le sensible (Vigarello, 1999 : 252). » Le registre des dangers hygiéniques est renouvelé. Il est désormais à l’aune de l’identification de colonies bactériennes localisées et précises et non plus des odeurs et du visible, d’où la mise à distance de dangers comme les déjections des malades et les expectorations. Une démarche pour effectuer cette mise à distance : les objets dangereux plus visibles, menaces sanitaires plus circonscrites, l’assimilation du plus grand nombre de maladies au modèle infectieux, ainsi que la vaccination.

120

LE XXe SIÈCLE Au XXe siècle, le socle épistémique est à nouveau redéfini. L’ontologie est réductionniste, réalité matérielle hiérarchique de niveaux constitués chacun de composants spécifiques : organes, tissus, cellules, molécules, atomes, particules élémentaires, etc. L’épistémologie du corps est également renouvelée. L’approche positiviste et réductionniste de la pratique médicale amène à considérer le corps non seulement comme un matériau biologique, mais aussi comme un réservoir de pièces détachées disponibles pour la consommation, l’échange et la reproduction. Les campagnes de promotion en faveur du don d’organes en sont un exemple concret : « Vous pourrez sauver d’autres vies ! » Au-delà de sa mort, l’individu demeure biologiquement utile, une utilité gérée par l’État et balisée par les avancées de la science médicale. La vision du corps Selon Vignaux (2012), tout au cours de la seconde moitié du XXe siècle, le corps devient objet de réparations, de transformations et de mutations. Un long processus d’effacement et de remplacement s’opère. Il y a les progrès considérables des prothèses, de l’odontologie, de la chirurgie réparatrice puis esthétique. Aujourd’hui, il y a les dents artificielles, des membres de substitution, des visages et des corps «refaits». C’est effectivement l’ère des métamorphoses. Le corps est aussi objet de performance ― l’athlète dont rêvaient les régimes totalitaires (nazisme, communisme) peut devenir encore plus performant si on met à profit les avancées technologiques des prothèses. Le corps est réparable, perfectible, malléable, remodelable : il suffit de penser « au coût en temps, en énergie et en argent des stratégies destinées à transformer le corps, à le rapprocher de la conformation tenue pour légitime, maquillage ou vêtement, diététique ou chirurgie esthétique, à le rendre présentable ou représentable) (Bourdieu, 1977 : 51). »

Le sain et le malsain
Légende : une nouvelle maladie est signalée par un astérisque.
XXe SIÈCLE INCLINATION POUR LA CERTITUDE ontologie vision du corps Être : réductionnisme : la réalité matérielle est une hiérarchie de niveaux constitués chacun de composants spécifiques (organes, tissus, cellules, molécules, atomes, particules élémentaires, etc.) Modalité : le corps est objet de réparations, de transformations et de mutations Propriétés du corps : • contrôlable • réparable • perfectible • malléable • esthétique • réservoir de pièces INCLINATION POUR LA STABILITÉ niveau collectif mise en alarme des espaces, des comportements et des corps • organismes sanitaires (OMS, CDC, etc.) • médias • niveau macro : environnement • niveau micro : malaise, inconfort, douleur mise aux normes des espaces, des comportements et des corps • statistiques (études cliniques, épidémiologie) • espaces sanitaires • techniques sanitaires • surveillance et prévention de soi • campagnes de santé publique (responsabiliser, éduquer, protéger) niveau individuel mise à distance des dangers • vaccination • prévention de soi • pratiques prophylactiques • équipements de protection (travail, loisirs) épistémologie médicale savoir médical • médecine basé sur les preuves • génétique • médecine basé sur les preuves • immunologie • physiologie pratique médicale • prophylaxie (vaccin, sulfamides, antibiotiques, insecticides) • technologies prépondérantes • pilule contraceptive • pharmacopée (corps = fonctions = systèmes [au sens thermodynamique] +éthologie = thérapeutiques ciblées propices à la pharmacopée industrielle) AVERSION variabilité maladies dominantes • maladies épidémiques (polio*, grippe espagnole*, sida*, ebola*) • maladies chroniques (cardiovasculaires, cancer, Alzheimer, diabète) • maladies somatiques incertitude sain / malsain • bon cholestérol / mauvais cholestérol • bon gène / gène défectueux minceur / surpoids • fumer / ne pas fumer • saine alimentation / malbouffe • pensée positive / pensée négative • mode de vie santé / mode de vie à risque

FINALITÉ = ÉRADIQUER LE MAL

122

Le XXe siècle

La chirurgie esthétique, quant à elle, est autant chirurgie de l’âme que chirurgie du corps, la santé globale de l’individu ne passant plus seulement par sa seule condition physiologique ou métabolique, mais aussi par ce qu’il signale ; la chirurgie esthétique, en ce sens, tout comme les régimes restaurent la santé. Cette nouvelle vision d’un corps malléable est non seulement possible et accessible, mais aussi porteuse d’une fécondité sociale et humaine incomparable. Il y a ici en germe ce qui préfigure l’identification ultime au corps du XXIe siècle. Le début du XXe siècle impose une nouvelle normalité pour le corps : l’allure athlétique avec sa ligne découplée. « Seul le muscle est noble (Vigarello, 2010 : 251). » Le corps des années 1920 annonce celui en devenir du corps actuel, alors que le muscle est « repensé, ciblé, anobli. L’ensemble des valeurs adipeuses est concerné : les seuils deviennent plus précoces, les dangers plus marqués (Vigarello, 2010 : 252). » Paradoxalement, malgré cet accent mis sur l’amincissement, la masse adipeuse se démocratise. Elle touche désormais aussi bien les classes aisées que les classes populaires, le phénomène étant attribué à la consommation et à la suralimentation en voie de généralisation. « Les paysans et les ouvriers commencent à souffrir des maladies qui étaient auparavant la cause de l’amoindrissement physique des classes riches ou aristocratiques. La goutte, l’obésité, le diabète, l’artériosclérose, la neurasthénie, l’angine de poitrine, les hémorragies cérébrales, les paralysies étaient autrefois des maladies réservées aux maîtres ; elles atteignent aujourd’hui les ouvriers autant que les domestiques et les paysans (Vigarello, 2010 : 253). » Il y a ici un fait nouveau : l’ensemble de la population est concerné. Il y a donc alerte : l’homme civilisé souffre du progrès fulgurant de sa propre civilisation. « Un militantisme s’amorce, aussi, mobilisé contre le gros (Vigarello, 2010 : 254). » En ce début de XXe siècle marqué par le mythe du progrès, le modèle de la minceur « peut se répercuter d’autant plus facilement à une grande échelle que les systèmes d’information sont bouleversés : magazines, cinéma, publicités des années 1920 atteignent de nouveaux publics, démultiplient leurs potentialités, indus123

Le sain et le malsain

trialisent leurs procédés. La communication se banalise, le standard se fabrique, s’unifie, devient familier, transformé en marché, celui-là même qu’aborde une classe moyenne en croissance accélérée (Vigarello, 2010 : 257). » Le jugement qui, au cours des siècles précédents portait surtout sur le très gros, porte désormais sur le gros, « faisant ainsi basculer le très gros dans quelque tragique extrémité (Vigarello, 2010 : 259). » Alors qu’à la fin du XIXe siècle le très gros était objet de foire, les années 1920 le réserveront au regard du médecin. En fait, « l’extrême grosseur bascule dans l’irregardable comme dans l’innommable51 (Vigarello, 2010 : 261). » Dire le martyre Ce qui s’impose avec le début du XXe siècle c’est la pratique de l’affinement. Mais il y a un revers : les échecs répétés pour devenir mince sont le malheur du gros. Son véritable malheur « est de révéler aux yeux de tous qu’il ne peut changer : rivé à un état de son corps que tout suggère modulable, alors que tout le révèle figé. [...] Un échec nouveau se profile : celui de ne pouvoir réduire l’écart entre ce qu’il est et ce qu’il
51

Curieusement, et nous nous permettons de revenir une fois de plus sur la téléréalité américaine The Biggest Loser, il y a retour du très gros comme objet de foire sous un angle très particulier. Ici, ce qu’on exhibe, c’est l’extrême grosseur que l’on retire au seul regard du médecin et que l’on présente à des millions de téléspectateurs. Le très gros, l’obèse, n’est plus seulement objet de foire comme auparavant. C’est sa souffrance qui est désormais affichée. Ne dira-t-il pas qu’il veut voir grandir ses enfants, qu’il est temps pour lui de changer de comportement, qu’il n’a pas de petite amie, que c’est par sa seule faute s’il en est rendu là, etc. Et lorsqu’il n’a pas perdu assez de poids au cours d’une seule semaine, il est éliminé et l’animatrice lui dit : « Tu ne fais pas le poids... ». Les entraîneurs, quant à eux, culpabilisent constamment les participants en leur disant qu’ils ne s’entraînent pas assez durement et sérieusement. Ils vocifèrent contre ces gens qui, chaque semaine, se retrouvent sur une pesée à exposer cette graisse qui déborde de partout, mais aussi à exposer le manque ou non de volonté à vouloir devenir mince. Cette émission est non seulement un parcours du combattant, mais également un reflet fidèle du discours dominant à propos de la santé et de l’individu capable de trouver en lui les ressorts nécessaires pour changer sa condition.

124

Le XXe siècle

voudrait être. Son martyre s’accroît, d’autant plus que l’inutilité des régimes amaigrissants conforte la révolte en réduisant la culpabilité. Le sentiment d’une injustice inouïe s’impose : celle de vivre dans un corps humilié dont tout, pourtant, montre à l’obèse que ce même corps lui est étranger (Vigarello, 2010 : 276). » Le savoir médical et sa pratique De nouvelles maladies épidémiques émergent. Les maladies chroniques et somatiques font l’objet d’une nouvelle préoccupation. Le savoir médical dispose d’un nouveau socle épistémologique et la pratique médicale, à l’aune de la statistique, engage une médecine fondée sur les preuves (EBM : evidence based medecine). Les maladies Au XXe siècle, premièrement, un double mouvement : les maladies épidémiques des siècles passés reculent progressivement dans les sociétés industrialisées ; l’arrivée de nouvelles maladies — polio, grippe espagnole, sida, Ebola, Sin Nombre, virus du Nil — font prendre conscience non seulement de la persistance des menaces épidémiques, mais de la contiguïté des espaces géographiques dans un contexte économique élargi. Deuxièmement, une véritable révolution : les antibiotiques. En moins d’un demi-siècle, ils ont augmenté de plus de dix ans l’espérance de vie de ceux qui en ont consommé. Contre-révolution aussi : développement d’infections nosocomiales, résistance aux antibiotiques par un défaut de réflexion scientifique ; l’antibiotique peut guérir un individu en moins de dix jours dans la plupart des cas, mais devient « évolution darwinienne dans des populations immenses de bactéries se propageant dans les innombrables niches écologiques que constituent les populations humaines (Ameisen, 2011 : 280). » Troisièmement, la médecine de la première moitié du XXe siècle se propose d’éradiquer les maladies : une « ère nouvelle semblait s’ouvrir où l’on tuerait les microbes au lieu de voir les épidémies tuer (Moulin, 2011 : 252). » 125

Le sain et le malsain

Un intérêt tout nouveau aussi pour les maladies chroniques : cancer, troubles cardiovasculaires, diabète, Alzheimer et troubles métaboliques trouvent non seulement un écho particulier avec l’augmentation de l’espérance de vie, mais trouvent également une forte réponse dans la mise en place d’une industrie florissante de la santé auprès d’une population de plus en plus préoccupée de sa condition. Avec Freud, au début du XXe siècle, l’intérieur devient préoccupation. Les maladies somatiques, le reste thérapeutique qu’une médecine fondée sur les preuves ne peut encore se permettre de traiter, engagent la psychiatrie et l’industrie pharmaceutique. Le savoir médical Au XXe siècle, en matière de savoir médical, deux révolutions, trois moments clés, trois frontières du savoir redessinées. Deux révolutions : « l’explosion, depuis un siècle et demi, des connaissances dans le domaine des sciences, puis le développement d’un lien de plus en plus étroit entre les savoirs produits par la recherche et les pouvoirs de la médecine (Ameisen, 2011 : 278) » ; l’émergence de la démarche éthique biomédicale moderne dans les deux dernières décennies du XXe siècle. Trois moments clés : (i) la théorie darwinienne de l’évolution révèle l’origine commune des êtres vivants et constitue le cadre conceptuel de la biologie contemporaine ; (ii) le renouvellement du savoir avec la physiologie et la médecine expérimentale de Claude Bernard, la méthode anatomoclinique qui permettra à Broca de découvrir les zones du langage, la révolution microbienne de Pasteur, l’utilisation des statistiques en matière d’interprétations, d’expérimentations et de décisions ; (iii) la redécouverte des lois de l’hérédité auparavant formulées par Gregor Mendel, la découverte de l’ADN, et la découverte des gènes. Trois nouvelles frontières : (i) « le traitement informatique et la formalisation mathématique des relations dynamiques entre les éléments qui composent des réseaux de molécules, de gènes, de cellules, d’organismes, d’écosystèmes (Ameisen, 126

Le XXe siècle

2011 : 278) » ; (ii) la biologie synthétique et sa proposition de faire émerger la vie de la matière ; (iii) les neurosciences et les sciences cognitives rejoignent les préoccupations de l’intelligence artificielle. Au début du XXe siècle, il est supposé, sur la base d’un raisonnement épidémiologique, qu’il existerait un autre agent infectieux qui serait ni bactérie, ni champignon, ni parasite, et d’une « taille comprise entre 0.01 et 0.3 microns (Boivin, 1941 : 115-116) »; c’est le virus. En 1957, André Lwoff en propose une définition claire52 : « (1) les virus ne contiennent qu’un seul type d’acide nucléique (ADN ou ARN) qui constitue le génome viral […] ; (2) les virus se reproduisent à partir de leur matériel génétique et par réplication […] ; (3) les virus sont doués de parasitisme intracellulaire absolu […] (Lwoff, 1957 : 245). » Une nouvelle fonction du corps est identifiée : le système immunitaire. L’idée est simple : un réponse immunitaire se développe en fonction d’une stimulation pathogène. Si cette stimulation se réduit ou disparaît, la réponse s’appauvrit naturellement. Nouveau socle épistémologique donc, pour la médecine : d’une part, physiologie, immunologie et génétique fondent une nouvelle trame de l’épistémologie médicale et de la vision du corps, d’autre part, les microbes sont culturellement et socialement liés à l’histoire des sociétés. « Les sociétés humaines […] sont responsables des niches anciennes et nouvelles qu’elles fournissent à des parasites et à des virus, mais elles sont aussi capables d’édifier des observatoires et des systèmes de surveillance et de lutte contre les maladies, selon des priori-

52

« (1) All typical micro-organisms contain both types of nucleic acids, deoxyribonucleic acid (DNA) and ribonucleic acid (RNA). Bacteriophage contains only one type, DNA. [...] (2) All typical micro-organisms are reproduced from the integrated sum of their constituent parts, nucleus, cytoplasm, cytoplasmic structures, cortex. [...] (3) The essence of the multiplication of any cell or micro-organism is the replication of the genetic material, but multiplication is not separable from growth which is the result of the synthesis of cell material [...] (Lwoff, 1957 : 245, http://bit.ly/Vq5mi9). »

127

Le sain et le malsain

tés élaborées à l’échelon tant national qu’international (Moulin, 2011 : 251). » La pratique médicale En 1930, les sulfamides (agents antimicrobiens) ouvrent l’ère thérapeutique, rapidement suivis par la pénicilline, les antibiotiques et les hormones de remplacement. Pour la première fois, la médecine est réellement en mesure de guérir et non plus seulement de soulager la souffrance. C’est « le passage d’une médecine presque toujours inefficace à une médecine très souvent efficace (Bernard : 1996). » Le nombre des vaccins s’accroit : variole, tétanos, diphtérie, tuberculose, polio. C’est la «transition épidémiologique» dont parle Abdel Omran, le passage des maladies infectieuses aux maladies chroniques, inflammatoires et dégénératives, métaboliques et cardiovasculaires (Omran, 1971 : 509-538). Avec le XXe siècle, un changement de regard important envers la personne malade. D’une part, l’outil statistique utilisée au XIXe siècle dans le domaine sanitaire trouve son chemin dans la pratique médicale ― diagnostic, thérapeutique ― du XXe siècle ; c’est la naissance de la médecine fondée sur les preuves, c’est-à-dire, fondée sur les statistiques, l’étude des grands nombres. « Un traitement efficace non pas parce qu’il a été effectif sur telle ou telle personne, mais parce que des études sur un grand nombre de personnes, effectuées dans des conditions rigoureuses, qui réduisent les biais d’interprétation, démontrent que cette efficacité n’est pas simplement due au hasard, ou uniquement à la confiance de la personne ― à un effet placebo (Ameisen, 2011 : 283). » Dans cette perspective, le patient est un membre probable d’un certain sous-groupe à l’intérieur d’un groupe déterminé en fonction d’une pathologie donnée. D’autre part, l’efficacité croissante de la médecine opère une distanciation entre le médecin et le patient. Il n’est plus nécessaire de savoir qui est le patient pour pouvoir traiter un problème particulier. Il suffit de s’en remettre à des statistiques et à des protocoles établis en fonction de certaines études. C’est 128

Le XXe siècle

« l’appariement le plus congruent possible des caractéristiques jugées importantes de cette personne à un ou des sousgroupe(s) qui définit la notion de personnalisation (Ameisen, 2011 : 283). » Du coup, il y aurait évacuation du sujet éthique dans la pratique médicale d’où sont absents les soucis, les espoirs, les craintes et l’histoire de vie du patient53. Les pratiques médicales actuelles, dans leur subordination extrême à l’économique et au social, conduisent à l’arraisonnement de la nature et de l’humain comme fonds économiquement et socialement exploitable à l’infini. Ce que suggère cette évacuation du sujet éthique, c’est que l’individu est le grand oublié de la pratique médicale contemporaine, ni plus ni moins qu’une pratique d’ingénieur qui « vire à l’objectivation du souci de soi (Gori, Del Vogo, 2005 : 30) ». S’ensuivent donc trois déficits importants : éthique, politique et subjectif où la médecine et ses institutions ont des positions en opposition avec celles de l’individu. Alors que l’individu met son corps à disposition du corps soignant, on lui refuse de construire son propre mythe à propos de sa propre maladie ; et il est là le déficit éthique. La rationalité scientifique de la médecine a été acquise au détriment de la valeur éthique et symbolique des discours de souffrance qui lui sont adressés. S’opposent ici le discours positiviste et réductionniste d’une science autoritaire et d’un individu qui se considère comme un tout insécable. Pour résoudre ce problème, la pratique médicale propose une approche humaniste : la prise en charge globale du malade. Pourquoi ? En fait, il suffit « que le pouvoir et le savoir du médecin viennent à manquer à leur promesse ou à leurs attendus, et c’est à nouveau le retour [du patient] aux terreurs imaginaires, aux mythes et aux fictions (Gori, Del Vogo, 2005 : 41) » à propos de sa santé. Ainsi positionné, l’individu se retrouve dans une constante opposition face à la position de la pratique médicale contemporaine, à savoir, une médecine qui le refuse comme globalité. En ce qui concerne le déficit politique, première53

Voir : Fraser, P., Vignaux, G. (2013), Mal dans sa peau ― Santé totalitaire, société du malaise, Paris : Éditions Futur Proche.

129

Le sain et le malsain

ment, l’« administration contemporaine du vivant produit un déficit […] dans la mesure où la santé et les choix politiques que son organisation collective suppose relèvent davantage d’experts ou de technocrates (Gori, Del Vogo, 2005 : 42) ». Deuxièmement, l’individu considère son corps comme un ensemble de biens dont il est légitimement le propriétaire auquel on ne peut impunément causer des dommages. Dans le contexte d’une médecine qui possèderait toute autorité en matière de santé, l’individu n’aurait jamais été psychologiquement préparé à comprendre et appréhender les maladies létales qui peuvent l’affecter. Il serait plutôt confronté à un discours et un savoir sauvagement communiqué par le protocole scientifique : « C’est bien ce que je pensais, il fallait s’y attendre, il y a des métastases, voyez-vous, ici et là… ». La maladie, les traitements proposés et les soins prodigués convoqueraient dès lors l’individu à devoir affronter la mort et la souffrance sans disposer d’un quelconque savoir sur luimême. Et il serait là le déficit subjectif : dans ce déni à l’individu de comprendre subjectivement sa propre douleur, sa souffrance ou sa maladie à travers un mythe qu’il se construirait. Côté technologie, le XXe siècle propose des moyens de plus en plus efficaces pour voir et explorer l’intérieur du corps, pour le rendre transparent. Quatre révolutions : (i) la radiographie, en 1895, avec la découverte des rayons X par Röntgen, dont l’impact fut immédiat et les retombées considérables ; (ii) en 1972, le scanner crânien ― ordinateur couplé à une machine à rayons X mis au point par Godfrey Hounsfield ― fournit les premières images tomodensitométriques du cerveau, et ce, en format numérique ; (iii) en 1977, les premières applications de résonance magnétique où le traitement numérique des informations a non seulement décuplé la capacité d’analyse, mais a surtout mis en évidence de nombreuses structures jusque-là confondues dans une tonalité uniforme auxquelles la radiologie classique était totalement aveugle ; (iv) en parallèle, tout au long de cette période, l’échographie haute résolution entre dans un cycle de développement rapide et spectaculaire. 130

Le XXe siècle

En somme, tout au cours du XXe siècle, des innovations technologiques majeures en matière d’investigation sans avoir recours à des moyens exploratoires agressifs comme les pneumoencéphalographies et les laparotomies. Surtout, l’éloquente démonstration qu’un champ magnétique associé à la fois aux ondes de radiofréquence et aux ultrasons fournit des images dont les informations «parlent». Le XXe siècle n’a pas seulement été celui de l’homme transparent, mais celui du voyage dans son anatomie. Cet accès systématique à l’intérieur du corps, précurseur d’une médecine considérant que le « corps doit être examiné et traité grâce à la médiation de l’univers technique (Sicard, 2011a : 267) », va modifier systématiquement la pratique clinique dès les débuts du XXIe siècle. Le rapport du sain au malsain Le rapport du sain au malsain se déplace de plus en plus vers l’intérieur de l’individu. Ce ne sont plus tant les dangers extérieurs, qui peuvent porter atteinte à la santé de l’individu, mais ce qu’il porte en lui, ce que son propre corps produit. Plus la connaissance à propos des processus biochimiques du corps augmente, plus la panoplie des dangers avérés ou non s’étend. Il y a tout d’abord cette idée du bon cholestérol (HDL) et du mauvais cholestérol (LDL). Cette « théorie repose sur un argument central : le cholestérol serait une molécule toxique pour les artères. Cette toxicité pour la paroi de l’artère (dont la traduction serait la plaque d’athérosclérose) serait proportionnelle aux concentrations sanguines de cholestérol. Plus le cholestérol serait haut et plus cette toxicité serait violente. En résumé, le cholestérol boucherait les artères, et ceci, à une vitesse proportionnelle aux niveaux de cholestérol dans le sang (Lorgeril, 2008 : 13) », d’où les infarctus du myocarde et les attaques cérébrales. Le cholestérol est devenu un ennemi à traquer, à abattre. Les radicaux libres, seconds ennemis intérieurs en importance, fruit d’une réaction d’oxydo-réduction qui transfère des électrons d’une substance vers un agent oxydant, notamment 131

Le sain et le malsain

un acide gras polyinsaturé, entraîneraient dans le corps des réactions en chaîne destructrices, d’où une augmentation du système de défense. Ce qui est sain serait donc une alimentation à la fois faible en composés pouvant susciter une réaction d’oxydo-réduction et riche en antioxydants capables de stopper ou réduire cette réaction. Du coup, une traque sans fin des gras saturés, une multitude de recherches portant sur les familles des thiols et des phénols et un complexe agroalimentaire à l’écoute des scientifiques. La malbouffe et la restauration rapide deviennent préoccupation sanitaire. L’individu découvre, avec les progrès impressionnant des travaux en génétique, qu’il est potentiellement porteur de gènes défectueux. Ce qui le constitue, l’ADN, est susceptible de le tuer avant son heure. Il y a aussi cette idée populaire du bagage génétique hérité de ses parents. Il y aussi la peur d’une femme de concevoir un enfant dont le conjoint est porteur du gène de la muchovicidose tout en sachant qu’il sera soumis à un traitement médical lourd tout au long de sa courte vie. En s’introduisant « dans les sphères du social, la génétique permet non seulement de modifier le devenir biologique de l’humain, mais aussi de changer les règles qui définissent son identité, contrôlent sa reproduction et déterminent ses droits. Par conséquent, elle active des représentations collectives efficaces, parce que génératrices de peurs ou d’espoir, et puissantes parce que normatives (Bouffard, 2000). » Ici, deux champs de représentation : le discursif avec le développement de la science génétique ; le normatif avec les applications de la science génétique. Gestion publique de la maladie Au XXe siècle, il ne s’agit plus seulement de maîtriser le mal à la source. La finalité est d’éradiquer le mal. Vaccination, antibiotiques, chirurgie cardiaque, neurochirurgie, imagerie médicale ont non seulement reculé les frontières du corps, mais l’ont également inscrit dans une nouvelle dynamique sociale.

132

Le XXe siècle

Mise en alarme des espaces et des comportements Deux niveaux désormais de mise en alarme des espaces et des comportements : macro et micro. Niveau macro, en 1962, le livre « Silent Spring » de Rachel Carson signe l’acte de naissance du mouvement écologique en mettant en lumière les problèmes liés à l’utilisation massive des pesticides. Le danger extérieur n’est plus seulement de l’ordre des maladies infectieuses, mais de transformations parfois drastiques imposées par l’homme à l’environnement avec effet en retour. Niveau micro, au cœur même du corps, les avancées scientifiques ont largement élargi le spectre des dangers potentiels : génétique, régime alimentaire et mode de vie ont redessiné les frontières du mal. La prévention de soi s’impose. Il ne s’agit plus seulement, comme au XIXe siècle, de dégénérescence collective, mais de dégénérescence avant tout individuelle. L’alarme est dans l’aliment, le manque d’exercice, un mauvais mode de vie et certaines conditions de travail. Le XXe siècle dispose dorénavant d’un outil majeur de mise en alarme : les médias de masse. Changement radical, l’arrivée de la radio, de la télévision et des satellites de télédétection permet dans l’instant d’informer les populations d’une multitude de dangers. Les grands organismes sanitaires ― l’Organisation mondiale de la santé, le Centers for Disease Control and Prevention, les agences sanitaires gouvernementales des différents pays ―, surveillent, compilent, analysent toutes informations susceptibles de porter atteinte à la santé publique. Mise aux normes des espaces, des comportements et des corps Le sida ébranle le dogme pasteurien voulant qu’être porteur d’anticorps prévient l’infection : entre « 1984 et 1986 on est passé progressivement de la notion de séropositivité signifiant protection et défense, à celle signifiant que le porteur de virus n’a aucune protection (Bernard, 1992). » Ce changement dans le savoir scientifique et médical n’est ni banal ni trivial. Le sida révèle également de nouvelles mises aux normes ainsi que 133

Le sain et le malsain

« les ultimes déplacements des pôles préventifs : responsabilisation, individualisme, précision du calcul du risque, sophistication des techniques de dépistage (Vigarello, 1999 : 287). » Le sida est hors norme. Il mélange sang, sexe et mort, « projette un effondrement social possible, l’évocation d’un risque d’effacement collectif par le mal (Vigarello, 1999 : 289). » Le sida, au-delà du risque qu’il représente, est aussi mise en scène alarmée du déclin pour mieux le conjurer. D’une part, aux autres catastrophes environnementales provoquées par l’homme s’ajoute celle du sida. D’autre part, le déploiement scientifique pour contrer le sida est non seulement sans précédent, mais démontre comment les défenses proposées révèlent « un ultime déplacement du rapport entre l’individu et la communauté. Les gestes à l’égard des personnes infectées, par exemple, montrent combien le mal appartient à un autre univers culturel que celui des anciennes épidémies (Vigarello, 1999 : 291). » Ici, pas de sidatorium comme le sanatorium du XIXe siècle isolant le malade infecté par la tuberculose : « l’institution sanitaire contre le sida n’a nul besoin d’un établissement spécifique pour légitimer son intervention : son efficacité se situe ailleurs, à l’interface des gestions médicale et politique de l’infection (Fabre, 1996 : 102). » Ce qui importe ce n’est pas le retranchement des personnes infectées, mais la responsabilisation personnelle face à des pratiques sexuelles intimes. Le modèle de la syphilis du XIXe siècle cantonné aux prostituées est désormais caduc, car la défense contre le sida est avant tout affaire d’attitude personnelle. Au XXe siècle, la mise aux normes s’effectue en trois temps : responsabiliser, éduquer, protéger. L’éducation fonde les pratiques préventives, d’où les multiples campagnes de santé publique commanditées par l’État : le «message devient information minimale, et non plus consigne morale ; […] Les suggestions sont directes, dépouillées, les comportements n’étant ni jugés ni commentés, pour mieux ramener le public au plus près du danger réel (Vigarello, 1999 : 293). » Des maladies sexuellement transmissibles, en passant par le port de la ceinture de sécurité, le régime alimentaire, la remise en forme, les tests de dépistage, jusqu’à l’alcool au volant, c’est définiti134

Le XXe siècle

vement de responsabilisation personnelle dont il s’agit. L’individu est dorénavant convié à adopter un mode de vie sain, comme si l’addition de toutes les pratiques individuelles de prévention de soi conduisait à une protection collective. Ici, une dynamique qui se met graduellement en place, qui convie l’individu à l’autonomisation, préfigurant déjà l’individu du XXIe siècle, celui qui consomme la santé, autonome, architecte de sa vie et seul maître de son destin. Mise à distance des dangers Au niveau macro, l’individu est convié à protéger l’environnement en recyclant et en adoptant des pratiques peu polluantes, d’où l’idée d’agir localement et de penser globalement, en somme, d’être conscient des conséquences globales de ses actes. La mise à distance des dangers n’est plus seulement de l’ordre physique, mais également de l’ordre psychologique ; il faut être conscient. Au niveau micro, pour la première fois, nouvelle approche de mise à distance des dangers : la pensée positive. L’arrivée sur la scène sociale des coachs de vie et des positive thinker au milieu des années 1980 ne peut se comprendre que dans cette logique. Le rôle de ces nouveaux thérapeutes consistera à « persuader, inspirer, manipuler, cajoler et intimider (Ehrenberg, 2012 : 146) » afin d’amener l’individu à se réaliser. C’est l’industrie milliardaire de la croissance personnelle. C’est « l’injonction à être positif en trouvant les ressources en soi. [C’est proclamer] le triomphe de l’attitude sur les circonstances (Ehrenberg, 2012 : 151). » Autrement dit, par sa seule attitude positive un individu serait en mesure de renverser l’adversité des circonstances, il procèderait à une mise à distance de dangers dont il n’aurait jamais même entendu parler.

135

LE XXIe SIÈCLE Le XXIe siècle est jeune, encore peu d’histoire, à peine une décennie. Le socle épistémique a peu changé par rapport au XXe siècle. Le spectre de l’ontologie s’est par contre élargi. Il n’y a plus seulement ce réductionnisme, cette réalité matérielle hiérarchique de niveaux constitués chacun de composants spécifiques ― organes, tissus, cellules, molécules, atomes, particules élémentaires, etc. ―, mais aussi l’idée d’un corps qui peut être transcendé, effacer en quelque sorte, par une singularité, c’est-à-dire, une convergence technologique offrant plusieurs moyens de garder le corps en vie sans vieillir. L’épistémologie du corps ― objet de réparations, de transformations et de mutations ― sans être pour autant totalement renouvelée, subit certaines transformations ; le transhumanisme fait ici son chemin. Comme le souligne Ray Kurzweil : « Alors qu’une partie de mes contemporains pourrait se satisfaire d’accepter de bon gré le vieillissement comme un élément du cycle de la vie, moi je ne suis pas d’accord. C’est peut-être «naturel», mais je ne vois rien de positif dans le fait de perdre mon agilité mentale, mon acuité sensorielle, ma souplesse physique, mon désir sexuel ou d’autres capacités humaines. Je vois la maladie et la mort à tout âge comme une calamité, comme des problèmes qui doivent être dépassés (Kurzweil, Grossman, 2006). » Ici, le rêve transhumaniste « né dans quelques milieux du MIT, sous l’impact de l’IA et de la robotique, rêve d’une humanité où le corps «naturel» (porteur de souillures et avilissant) a disparu au profit de cyborgs implantés (puces et implants divers). Avec eux, le corps est parvenu à son point de basculement : le biologique n’est plus ; demeure l’électronique et l’information (Vignaux, 2012). » Le corps cesse d’être le signe de la création divine. Un matérialisme nouveau, d’obédience scientiste, impose au corps d’être machine et donc création humaine, propice au règne d’une humanité robotisée, vouée à la dictature de la performance et donc aux tyrannies de la hiérarchie.
Légende : une nouvelle maladie est signalée par un astérisque.

Le sain et le malsain
XXIe SIÈCLE INCLINATION POUR LA CERTITUDE ontologie vision du corps Être : le corps peut être transcendé Modalité : le corps est objet de réparations, de transformations, de mutations et d’effacement Propriétés du corps : • contrôlable • réparable • perfectible • malléable • réservoir de pièces • informations • vecteur d''incertitudes épistémologie médicale savoir médical • médecine basé sur les preuves • immunologie • physiologie • génétique • génomique • protéonomique • cellules souches • les limités connues du vivant reculent : de la cellule il y a passage aux protéines et à la thérapie génique • méconnaissance et difficulté de traiter plusieurs pathologies en même temps pratique médicale • prophylaxie (vaccin, sulfamides, antibiotiques, insecticides) • technologies prépondérantes • pilule contraceptive • bioéthique • nanotechnologie • imagerie médicale • gériatrie • médecine 4P • l'industrie pharmaceutique rend la médecine tributaire des molécules qu'elle produit AVERSION variabilité maladies dominantes • maladies infectieuses (sida, ebola, SRAS*, Sin Nombre*, virus du Nil*, grippe aviaire*, AH1N1*) • maladies chroniques (cardiovasculaires, cancer, Alzheimer, diabète) • maladies somatiques incertitude sain / malsain mode de vie santé / mode de vie à risque • bon cholestérol / mauvais cholestérol • bon gène / gène défectueux • minceur / surpoids • saine alimentation / malbouffe • pensée positive / pensée négative

INCLINATION POUR LA STABILITÉ niveau collectif mise en alarme des espaces, des comportements et des corps • organismes sanitaires (OMS, CDC, etc.) • médias • niveau macro : environnement • niveau micro : malaise, inconfort, douleur mise aux normes des espaces, des comportements et des corps • statistiques (études cliniques, épidémiologie) • vaccination • espaces sanitaires • techniques sanitaires • campagnes de santé publique (responsabiliser, éduquer, protéger) niveau individuel mise à distance des dangers • mode de vie santé (dépistage, nutrition, fitness) • vaccination • prophylaxie personnelle • équipements de protection (travail, loisirs)

FINALITÉ = TRANSCENDER LE MAL

138

Constats

La vision du corps La vision du corps est similaire à celle des deux dernières décennies de la fin du XXe siècle. Il est toujours considéré comme réparable, perfectible, malléable et réservoir de pièces ; c’est la réparation sans fin. Un ajout cependant : le corps peut être transcendé. C’est-à-dire que sa condition mortelle peut-être contournée, que la maladie et le vieillissement ne sont pas inéluctables : « faire marcher les paralysés, redonner la vue aux aveugles, l’ouïe aux sourds, donner vie à une prothèse articulée, faire repousser un membre, comme la salamandre le fait naturellement, sont des souhaits souvent exprimés, parfois des promesses de la médecine (Sicard, 2011b : 409). » Les cellules souches se positionnent comme les précurseurs de ces incroyables possibilités, puissant mythe prométhéen qui engage une société dans le rêve d’une finitude enfin reléguée aux oubliettes. Aubrey de Grey, informaticien devenu bioingénieur, quant à lui, suggère que c’est « l’accumulation des effets secondaires du métabolisme qui finissent par nous tuer54 (Than, 2005). » Du coup, l’idée de renverser le processus du vieillissement. Ray Kurzweil parle d’une singularité, ce moment hypothétique de l’évolution technologique marquant le dépassement des capacités humaines par l’intelligence artificielle. Autre puissant mythe prométhéen où le corps de la singularité est un corps version 2.0 affranchi des contraintes biologiques qui le dégradent et le conduisent à sa dégénérescence. Corps glorieux, corps immortel, la convergence technologique est non seulement à l’aune de la fabrication du posthumain, l’homme augmenté, mais aussi à celle de nouvelles normativités. Il ne s’agit plus de comprendre le fonctionnement de la biologie humaine, mais « d’atteindre une nouvelle dimension et capacité d’affecter la biologie humaine (Heller, 2002 : 169). » Mythe d’un Avenir radieux, ce nouvel être humain conduirait à une amélioration sociale, d’où l’idée que d’améliorer la condition humaine est un défi fondamental. « Garantir
54

« I define aging as the set of accumulated side effects from metabolism that eventually kills us. »

139

Le sain et le malsain

l’immortalité du corps et de l’esprit, le transformer, le réécrire, le construire, améliorer l’humain et ses performances intellectuelles et physiques, bâtir une société nouvelle dans un âge d’or de richesse et de paix (Maestruti, 2006 : 8) », tel est le programme déjà inscrit en filigrane dans les comportements actuels face à la santé à travers le dépistage, la nutrition et le fitness. Il ne s’agit plus uniquement de transcender le mal, mais de remodeler l’homme, de procéder à de l’ingénierie humaine pour obtenir de chacun des comportements toujours de plus en plus normés. Le combat contre la graisse S’il y avait à définir le XXIe siècle en matière d’obésité et de surpoids, quatre thèmes devraient retenir l’attention : épidémie, combat, classes sociales défavorisées, norme sociale de la minceur, épreuve personnelle. Et cette épreuve personnelle est vécue par le regard collectif qui fait du gros un « malade social, gêneur coûteux, individu sans volonté. S’y ajoute l’ambiguïté d’un traitement que les intuitions banales veulent facile alors que tout en montre les obscurités (Vigarello, 2010 : 279). » L’obésité et le surpoids sont désormais les ennemis de la santé publique : « la thématique hygiénique a basculé vers le danger adipeux (Vigarello, 2010 : 283). » Dès lors, aussi incroyable que la chose puisse paraître, l’obésité n’est plus seulement une question d’ordre personnel, mais public. Par exemple, « la cour d’appel de New York casse le 25 janvier 2005 un jugement de première instance en acceptant la plainte de deux adolescents impliquant McDonald’s dans la responsabilité de leur obésité (Vigarello, 2010 : 283) », phénomène d’autant plus surprenant dans une société américaine où l’autonomie et le self-help sont autant valorisés. En France, en février 2007, un décret contraint « toute publicité alimentaire à joindre un message sanitaire visant à éviter la progression de l’obésité (Vigarello, 2010 : 283). » Au Canada, sous la pression collective, plusieurs cafétérias d’écoles, de collèges et d’universités ont modifié leur offre alimentaire afin de proposer des repas plus équilibrés. Dans plusieurs arénas, on a retiré 140

Constats

les distributrices de boissons gazeuses. En juin 2006, un projet de loi a été présenté au Parlement canadien à la suite des recommandations du Groupe d’étude sur les gras trans (Santé Canada, 2006). Dorénavant, la teneur en gras trans des huiles végétales et des margarines molles devra être limitée à 2 %, et à 5 % pour les autres aliments — y compris ceux vendus dans les restaurants. On le constate bien, la guerre contre le gras, sous toutes ses formes, est bel et bien déclarée et dispose désormais d’un arsenal législatif. Malgré tout, l’obésité est irréductible. Campagnes publiques de toutes sortes — « 5 portions de fruits et de légumes par jour ! », « Faites 30 minutes d’exercice par jour ! » — semblent avoir peu ou pas d’effet, et pourtant, la lutte contre l’obésité doit se conduire au nom de tous, car désormais, « le mal du gras n’est plus un mal privé (Vigarello, 2010 : 284) » ; il est collectif. Toute une industrie de la recherche, de la prévention, de la nutrition et de la commercialisation de produits et services dédiés à la minceur s’est mise en place. Le corps, lieu central de l’identité La démarche en cours est un renouvellement total de la vision du corps devenu lieu central de l’identité « où le sujet, censé dépendre exclusivement de lui-même, s’identifie de part en part à ce qu’expriment sa présence physique, ses limites, ses traits (Vigarello, 2010 : 292). » Dans un tel contexte, mincir devient non seulement le symbole de cette capacité à surmonter une épreuve sociale, mais aussi à se réaliser personnellement et socialement. Par contre, celui qui recherche cette minceur est parfois confronté à la trahison de son propre corps qui refuse de mincir. Finalement, ce corps qui est socialement dit malléable auquel le gros s’est identifié, et malgré le désir d’en changer, est pourtant ce corps auquel il est irrémédiablement lié. Pour le gros et l’obèse, un implacable constat : « rien d’autre que la condition corporelle contemporaine poussée à son point ultime : l’identité venue plus que jamais du corps, le sentiment plus que jamais, que ce corps peut trahir (Vigarello, 2010 : 300). » D’où l’obsédant malheur et martyre du gros et 141

Le sain et le malsain

de l’obèse dans une société où le modèle et le discours dominant sont à la minceur, une minceur à l’aune d’un corps qui se voudrait malléable à volonté. Le savoir médical et sa pratique Le savoir médical s’est enrichi de nouvelles données fournit par la génomique55, la protéomique56 et les recherches portant sur les cellules souches. La pratique médicale, toujours à l’aune d’une médecine fondée sur les preuves (EBM : evidence based medecine), s’appuie de plus en plus sur les technologies de l’information. Les maladies Au XXIe siècle, d’une part, émergence de nouvelles maladies infectieuses : grippe aviaire, A (H1N1), syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), les maladies à prions regroupées sous le terme d’encéphalopathies subaiguës spongiformes transmissibles57. Ce qui est souligné ici, c’est avant tout la vulnérabilité de l’homme face aux maladies infectieuses. Par contre, les attitudes contemporaines ne sont pas celles des craintes antiques, car il y a cette croyance populaire que la médecine peut tout prévenir et guérir. Et pourtant, la diffusion possible à l’échelle planétaire de virus aussi meurtriers que celui de la grippe espagnole est tout à fait plausible. L’homme détient une place déterminante dans ce processus. Les impacts de ses actions sur les écosystèmes, l’évolution toujours plus rapide de ses modes de vie (le développement accéléré des différents modes de transport, leur rapidité croissante,
55

La génomique, discipline de la biologie moderne, étudie le fonctionnement du vivant à l’échelle du génome et non plus seulement à l’échelle d’un seul gène. 56 La protéomique désigne la science qui étudie les protéomes, c'est-à-dire l'ensemble des protéines d’une cellule, d’un organite, d’un tissu, d’un organe ou d’un organisme à un moment donné et sous des conditions données. 57 Encéphalopathies spongiformes, kuru, maladie de Creutzfeldt-Jakob, encéphalite spongiforme bovine, syndrome de Gerstmann-StraüsslerSchunker, insomnie fatale familiale, tremblante des ovins.

142

Constats

l’urbanisation, les politiques de santé, les pratiques socioculturelles) pourraient bien en être les vecteurs. L’autre risque majeur « réside dans l’extrême diversité des virus découverts dans les zones tropicales, virus potentiellement responsables des maladies émergentes de demain (Saluzzo, Vidal, Gonzalez, 2004). » L’expansion des viroses existantes, ainsi que les risques entraînés par l’apparition de virus mutants, susceptibles de provoquer une nouvelle pandémie de grippe complètent le tableau. D’autre part, les recherches portant sur les maladies chroniques, les maladies dégénératives58 d’ordre génétique et les maladies neurodégénératives59 sont à l’ordre du jour face à des populations vieillissantes. Le savoir médical Au XXIe siècle, les technologies numériques enrichissent le savoir médical, non pas seulement qualitativement, mais quantitativement. Certes, il est désormais possible d’en connaître beaucoup sur la condition du patient, mais l’efficacité opératoire de ce savoir exige la mobilisation à la fois de technologies médicales, de technologues et autres professionnels de la santé. Plus la technologie investit le champ médical, plus la mobilisation de professionnels de la santé devient importante. La construction de nouveaux savoirs médicaux est à ce coût. Trois enjeux, donc, pour la production d’un nouveau savoir médical et son application : l’efficacité productive (rapport coût/bénéfice) ; l’équité (meilleur état de santé possible pour l’ensemble de la population) ; l’efficacité allocative (volume de ressources collectives).

58

Myofasciite à macrophages (infiltration de macrophages dans le tissu musculaire), myopathies (dégénérescence du tissu musculaire), maladie de Hunter (dégénérescence de presque tous les organes). 59 Ataxie spinocérébelleuse, atrophie multisystématisée, leucoaraiose, maladie d'Alexander, maladie d'Alpers, maladie d'Alzheimer, maladie de Creutzfeldt-Jakob, maladie de Huntington, maladie de Parkinson, maladie de Pick, maladies lysosomales, myofasciite à macrophages, paralysie supranucléaire progressive, sclérose en plaques, sclérose latérale amyotrophique.

143

Le sain et le malsain

L’informatisation de toute la structure médicale semble inéluctable. Un avantage : la disparition des lourds et volumineux dossiers. Un désavantage : « l’écran devient plus important que le malade, dont le ressenti, la lassitude, l’inquiétude ne sont pas informatisables. Seul l’est ce qui est quantifiable (Sicard, 2011b : 411). » La médecine n’improvise plus. À l’aune des technologies numériques elle a subi certains glissements d’importance : l’approche personnelle a été remplacée par des protocoles, son incertitude par des certitudes, la prudence a été transférée sur la précaution, le constat sur la prédiction. Le savoir médical n’est plus du seul ressort de ses praticiens. Il s’est diversifié, accaparé par d’autres intervenants. Les sites Internet spécialisés en matière de santé redéfinissent la relation au savoir médical. D’une part, un patient de plus en plus informé, d’autre part un médecin confronté à ce nouveau rapport sur le savoir médical. Internet est devenu un médiateur entre le corps du malade et celui du médecin. Les nutrionnistes, les spécialistes de la remise en forme et les praticiens des médecines alternatives sont devenus des intervenants du savoir sur la santé. L’industrie pharmaceutique est également devenue un détenteur du savoir thérapeutique : ses publicités décrivent non seulement un mal et comment le soigner, mais disent au consommateur de consulter le médecin qui validera ce même savoir. Le complexe agroalimentaire démontre également qu’il détient un savoir à propos de la santé : il s’approprie les études scientifiques et intègre alicaments et nutraceutiques dans ses produits transformés. Le savoir sur la santé est désormais pluriel dans ses dépositaires. La pratique médicale La pratique clinique, celle fondée sur des preuves, a été enrichie par les technologies numériques : « toucher, écouter, palper, sentir, regarder, percuter un corps ― tout cela appartient à l’archéologie médicale. C’est à peine si les maladies de peau continuent de solliciter les sens du médecin. En outre, celui-ci apprend à se méfier de ses intuitions et n’attend désormais que de la seule biopsie cutanée la preuve du sens cli144

Constats

nique. Un corps doit être examiné et traité grâce à la médiation de l’univers technique (Sicard, 2011a : 267). » Dépister est presque devenu le maître-mot de la médecine, « traquer non plus seulement des causes directes, comme les microbes dissimulés dans le milieu, mais des causes prédisposantes, celles qui changent avec le présent et le passé de chacun. […] Pour la première fois, une médecine prédictive fondée sur le dépistage prénatal et préclinique devrait désigner le profil sanitaire d’un individu, ses risques, ses maladies à venir. (Vigarello, 1999 : 300-301). » Le dépistage prime le soin, l’action prime le sens. Il est beaucoup moins coûteux, économiquement parlant, « de lancer un programme généralisé de dépistage biologique, endoscopie ou par imagerie que de se pencher sur les risques concrets courus par telle ou telle personne (Sicard, 2011b : 419). » Celui qui ne se soumettrait pas à ces mesures de dépistage est non seulement menace pour luimême, mais également pour le corps social dans son ensemble. C’est à épier ces facteurs de risque que s’oriente le régime de vie, à savoir, adapter le comportement collectif aux menaces individuelles et chiffrées. En ce début de seconde décennie du XXIe siècle, les capacités techniques de la médecine ont quantitativement été multipliées par rapport au siècle précédent, « mais l’éventail des actions possibles pour améliorer la santé d’un individu, pour comprendre l’origine de la souffrance et éviter qu’elle ne s’aggrave ou se prolonge, n’est mobilisé dans sa toute puissance que de façon exceptionnelle (Geoffard, 2011 : 297). » La décision clinique, qu’elle soit diagnostique (médiation par l’univers technique) ou thérapeutique (déploiement de technologies et d’équipes médicales) met en jeu des interactions complexes hors de la stricte relation entre patient et professionnel de santé. Les coûts d’intervention, de mise en œuvre des technologies et du corps médical sont parfois disproportionnés par rapport au bénéfice attendu pour le patient. C’est tout le système des assurances publiques ou privées qui est ici interpellé. Faut-il couvrir les interventions coûteuses à bénéfice clinique faible ? Est-ce que se profile ici une médecine pour 145

Le sain et le malsain

les nantis et les autres ? Quelle est la valeur de l’innovation médicale ? La monté d’une toute nouvelle doctrine fondée sur les technologies de l’information, la « Médecine 4P » ― personnalisation, participation, prévention, prédiction ― est en voie de transformer le paysage de la pratique clinique. Il s’agit en somme de tendre vers un niveau zéro de la médecine, c’est-àdire : dépister, diagnostiquer et soigner rapidement. Il faut guérir le patient avant même qu’il ne soit malade. Pour parvenir à un tel résultat, la « Médecine 4P » s’appuie essentiellement sur la fluidité des informations fournies et transmises aux professionnels de la santé par les technologies numériques dont dispose l’individu pour le monitorage de sa condition. L’autre avantage suggéré par la « Médecine 4P » permettrait non seulement de soigner l’individu en fonction de sa condition spécifique, mais procurerait également un effet de levier important pour améliorer éventuellement l’efficacité des diagnostics, de la prévention, des thérapies et du développement de nouveaux traitements, médicaments, normes et protocoles. Face à ce programme60, une désintermédiation de la médecine traditionnelle où il y a à la fois repositionnement et/ou élimination des intermédiaires jusqu’alors en place. L’individu aurait non seulement accès à une batterie de technologies, qui peuvent l’informer en direct à propos de son état de santé, mais il deviendrait celui par qui la santé arrive. Selon les discours des vulgarisateurs scientifiques à travers les médias de masse, la nutrigénomique lui fournirait tout ce qu’il a à savoir en matière de nutrition pour optimiser sa santé en fonction de son propre génome (Mutch, Wallit, 2005) ; la médecine régénérative, fondée sur les thérapies à base de cellules souches – autonomisation ultime de l’individu : l’individu réparé par luimême ―, offrirait la possibilité de traiter certaines conditions médicales incapacitantes ― infarctus, diabète insulinodépen60

L’arrivée des puces RFID (Radio Frequency Identification) implantées sous la peau transmettant en temps réel des informations à propos de l’état du patient pourraient éventuellement transformer le paysage de la pratique clinique.

146

Constats

dant, Parkinson, Alzheimer ― (Mason, Dunhill, 2008) ; la biologie synthétique – étendre ou modifier le comportement de certains organes et/ou organismes (biological engineering) ― (Andriantoandrol, Basul, 2006) ; la génomique de type « Do-it-Yourself » ― réaliser son propre séquençage génétique61 (Katsnelson, 2010) pour y repérer des mutations potentiellement létales. Ce qui se dégage de ce processus de désintermédiation de la santé, c’est que la vitesse à laquelle l’information est en mesure d’être fournie et de circuler permet une réactivité quasi instantanée. Le mot clé, ici, est « réactivité ». En fait, l’individu autonome aurait la capacité d’être réactif, c’est-à-dire de réagir pour éviter une aggravation de sa condition de santé même s’il est ou non bien-portant. Il est autonome, il est celui par qui la santé arrive. Le rapport du sain au malsain Confronté à sa propre finitude, l’individu constate qu’il aurait peut-être dans son génome une prédisposition à telle ou telle maladie. De leur côté, les nutritionnistes élargissent constamment le spectre des aliments sains et malsains. Les recherches scientifiques alignent des sommes impressionnantes de dangers potentiels pour la santé, parfois au tréfonds même d’une protéine ou d’une quelconque molécule. Le corps est devenu réservoir de problèmes pouvant porter atteinte à la santé. Être sain se résumerait à n’avoir aucune prédisposition à une quelconque maladie, d’où l’idée du dépistage. En matière de tension artérielle, l’individu n’est plus « normotensif » s’il se situe dans le dernier quart de l’échelle normative, mais « pré-hypertensif », même s’il ne manifeste aucun symptôme. La notion de mode de vie, bon ou mauvais, détermine dorénavant la relation du sain au malsain. Le rapport du sain au malsain est également constamment redéfini par les mises à niveau des critères qui déterminent si
61

Au tournant du XXIe siècle, il en coûtait approximativement 1 million de dollars pour obtenir un séquençage génétique, 49 000 $ en 2010, [20 000 $ en 2012], et il en coûtera approximativement 1 000 $ vers 2015.

147

Le sain et le malsain

un individu est ou non bien portant. Par exemple, 1997 aura été l’année de la révision à la baisse des critères (Welch, Schwartz, Woloshin, 2011) qui déterminaient jusque-là si, oui ou non, un individu était bien portant. Résultat de l’opération ? Des millions de gens se sont soudainement retrouvés malgré eux mal portants et médicalisables : (i) aux États-Unis, en 1997, la mesure qui détermine la santé artérielle est passée de 160/100 à 140/90. Conséquence, l’ouverture d’un marché des hypotenseurs à plus de 13,5 millions de nouveaux patients ; (ii) toujours en 1997, aux États-Unis, l’indice de la mesure du sucre dans le sang est passé de 140 à 126. Un nouveau marché de plus de 1,7 million de nouveaux diabétiques a été créé ; (iii) en 1998, l’indice du taux de mauvais cholestérol est passé de 240 à 200. Le nombre de nouveaux patients à traiter a augmenté de 86 %, soit plus 42,6 millions de personnes aux ÉtatsUnis, ouvrant ainsi la porte toute grande à l’industrie pharmaceutique des statines ; (iv) en 2003, l’indice de l’ostéoporose a été revu à la baisse de -2,5 à moins de -2,0. Cette nouvelle mesure a créé plus de 6,8 millions de nouveaux patients aux États-Unis, soit une augmentation de plus de 85 % par rapport à la situation précédente ; (v) à partir de 2000, l’OMS a fait glisser l’indice de masse corporelle marquant le seuil de l’obésité de 30 à 27. La maladie est désormais une simple ligne qui est franchie. Gestion publique de la maladie Au XXIe siècle, il ne s’agit plus seulement d’éradiquer le mal. La finalité est de transcender le mal. Il y aurait, chez l’être humain, une profonde aversion envers sa propre finitude. Des processus biologiques dégénérescents identifiés, il n’y a qu’un pas à franchir pour vouloir les contourner ou les empêcher de s’exprimer. Le transhumanisme n’est pas étranger à cette finalité, mais il n’en est pas pour autant le moteur ; il en est que le prolongement, une suite logique d’une prévention de soi amorcée au XIXe siècle. Ce que ce début du XXIe siècle propose, c’est un individu autonome en matière de santé, un moyen collectif de gérer la maladie. 148

Constats

Mise en alarme des espaces et des comportements Au plan macro, d’une part, la mise en alarme des espaces est dorénavant à l’aune du réchauffement climatique qui a subsumé toutes les autres préoccupations environnementales. D’autre part, la mise en alarme des comportements, sous le chapeau du réchauffement climatique, s’adresse aux institutions politiques, aux entreprises privées et aux individus visant à un changement pressant des attitudes et habitudes de production et de consommation. Au plan micro, l’alarme est dans le mode de vie mis en pratique par l’individu et par ce qu’il porte ou non en lui pouvant porter atteinte à son intégrité. Mise à distance des dangers Prévention de soi, dépistage, saine nutrition et pratiques sportives sont les passages obligés pour mettre à distance les dangers. Les campagnes de santé publiques rappellent constamment à l’individu cette mise à distance, tout comme la fiche nutritive inscrite sur les emballages des aliments normalise cette mise à distance des dangers en matière de nutrition. Souscrire à l’utilisation de technologies médicales personnelles (tensiomètre, cardiomètre, mesure de la glycémie, etc.) suppose que l’individu est conscientisé à la prévention de soi. L’utilisation, à la maison, de détergents antibactériens, l’élimination de tous les produits chimiques au profit de produits dits écologiques sont des pratiques confirmées d’une prise de conscience personnelle face aux dangers tapis dans les moindres habitudes ou comportements. La mise à distance des dangers est avant tout une purification de soi et de son environnement immédiat, l’idée étant que les agissements normalisés de l’un profite au collectif. Cette mise à distance personnelle s’inscrirait peut-être bien dans une vaste entreprise hygiéniste planétaire de mise à distance des dangers sous l’égide de la doctrine environnementaliste. Mise aux normes des espaces, des comportements et des corps La mise aux normes des espaces, des comportements et des corps a changé de registre : c’est l’aboutissement d’une logi149

Le sain et le malsain

que de la prévention de soi amorcée au XIXe siècle, mais qui est aussi rupture. Aboutissement, dans le sens où la pratique individuelle de prévention de soi est plus que jamais à l’ordre du jour. Rupture, dans le sens où l’État n’a plus le rôle disciplinaire du XIXe siècle, ni tout à fait le rôle protecteur du XXe siècle, d’où un présupposé important : l’addition de toutes les pratiques individuelles de prévention de soi conduirait à une protection collective généralisée nonobstant toutes autres considérations de nature sociale. Ce changement de paradigme n’est pas innocent : la santé est désormais du ressort de l’individu. Cette prévention se traduit dans la mise en pratique d’un mode de vie sain, lequel est adossé à trois piliers : dépistage, nutrition et fitness. Dans un premier temps, l’individu conscient de sa santé, est celui qui confie son corps au corps médical afin de dépister ce qui pourrait éventuellement porter atteinte ou non à sa santé. Dans un deuxième temps, ce qui nourrit le corps doit être à la fois un carburant produisant le moins de déchets oxydants possible et un aliment qui protège, renforce et optimise l’ensemble des fonctions métaboliques et immunitaires, ainsi que la structure musculaire et squelettique. Dans un troisième temps, une fois établi que le corps est à l’abri de dangers potentiels internes balisés par le savoir médical et qu’il est correctement alimenté selon des normes établies par une armée de nutritionnistes, il doit aussi être un corps entraîné dans le mouvement, dans le travail, dans la performance, et modelé selon des normes établies à la fois par le savoir médical et celui de la kinésiologie. L’idée étant qu’une multitude de corps ainsi optimisés seraient l’équivalent d’une population en santé où les conditions sociales auraient peu d’incidence. Dans cette autonomie que l’on prête à l’individu et l’injonction qui lui en est faite, la société tend à faire de lui « le dépositaire ultime de la connaissance et de la gestion de soi. Cette tendance est encouragée par les efforts des systèmes de santé pour limiter les dépenses et miser sur la prévention en responsabilisant les individus, que l’on considère comme étant parvenus à une maturité de médecins de soi (Moulin, 2011 : 264). »

150

Constats

Paradoxalement, à la venue d’une pandémie grippale, ce patient-roi et maître de son destin est brutalement confronté à la réalité d’une prise en masse totalitaire de la société. L’épisode de la grippe porcine (H1N1) en 2009 rend fort bien compte de cette situation. Le 11 juin 2009, Margaret Chan, la directrice générale de l’OMS, fait passer le niveau d’alerte pandémique à son niveau maximal et souligne que « les vaccins antigrippaux sont l’un des moyens les plus efficaces d’éviter à la population de contracter la grippe pendant les épidémies ou les pandémies. Le virus de la pandémie est nouveau et pratiquement tout le monde y est sensible. Ces vaccins stimuleront l’immunité contre cette nouvelle grippe et contribueront à préserver la santé publique pendant l’évolution de la pandémie. (OMS, 2009) » Les industries pharmaceutiques se lancent dans une course au vaccin, les commandes des gouvernements affluent, des campagnes de vaccination à l’échelle nationale sont déployées dans différents pays. « Plus de 14 000 décès62 confirmés en laboratoire ont été notifiés (Fukuda, 2010) » comparativement aux épidémies de grippe saisonnière qui touchent « jusqu’à 15% de la population et font jusqu’à 500 000 morts chaque année dans le monde (Nguyen, Rashford, Penn, 2011) » et qui passent totalement inaperçues. A posteriori, il est facile de critiquer l’OMS et de l’accuser d’avoir été alarmiste. Par contre, dans une société qui se définit par sa capacité de préparation (preparedness) à parer à toutes éventualités, cette prise de contrôle totalitaire par le pouvoir public se justifie à l’aune de cette même capacité de préparation. Ici, l’individu réputé autonome en matière de santé est récusé au profit de la santé collective. Cette capacité d’autonomie que l’on prête à l’individu ne deviendrait dès lors valide qu’en
62

« La pandémie de grippe actuelle est un événement bien documenté sur le plan scientifique, au cours duquel s’est propagé un nouveau virus grippal qui a provoqué un schéma épidémiologique de morbidité inhabituelle dans le monde entier. Il ne s’agit pas de simples tournures de phrase, définitions ou polémiques. Dire que la pandémie est «fausse» revient à ignorer l’histoire récente et la science et à banaliser la mort de 14 000 personnes et les nombreux cas de maladies graves que bien d’autres ont subi (Fukuda, 2010). »

151

Le sain et le malsain

fonction d’impératifs économiques, mais serait tout à fait inadéquate lors d’épidémies ou de pandémies.

152

PARTIE III D’UNE CONJECTURE AUDACIEUSE
Notre hypothèse de la domestication de l’incertitude est une conjecture audacieuse, en ce sens qu’elle : (i) propose à la fois un angle de vue différent pour analyser le cadre de santé dans lequel est actuellement immergé l’individu ; (ii) intègre certaines thèses et hypothèses récentes et plus anciennes de différents chercheurs ; (iii) explique les différentes ruptures épistémologiques à travers les époques ; (iv) structure le discours hygiéniste de chaque époque qu’elle traverse.

CONSTATS En y regardant de près, et en se basant sur les analyses des deux sections précédentes de ce livre, l’épistémologie médicale semble suivre une courbe évolutive comprenant des périodes d’équilibre ou de quasi équilibre de plus en plus courtes ponctuées de brèves périodes de changements importants en lien direct avec des apports d’ordre scientifique ou technologique. Il est aussi plausible d’avancer l’idée que des découvertes scientifiques ou des développements technologiques tout à fait inattendus ont des conséquences importantes qui reconfigurent profondément le monde. Les deux concepts ont ceci d’intéressant qu’ils se recoupent et démontrent à quel point l’évolution de la médecine et des pratiques de santé, non seulement ne seraient pas tout à fait le fruit de causalités basées sur des savoirs et des pratiques antérieures, mais peut-être avant tout tributaires de savoirs et de technologies qui font irruption de façon tout à fait inattendue. Convexité et concavité Premier constat : l’arrivée inattendue d’un nouveau savoir, d’une technologie ou d’une technique en matière de santé serait susceptible de produire, au global, plus de gains que de pertes. Il suffit, pour s’en convaincre, d’observer comment l’arrivée de la pratique anatomique à la Renaissance (dont l’apparition est elle-même soumise à la convergence de courants sociaux et à la contingence) a systématiquement redéfini à la fois l’épistémologie médicale, le socle ontologique, les pratiques sanitaires et la finalité du discours hygiéniste par rapport au Moyen-Âge : il ne s’agit plus seulement de repousser le mal, mais de l’isoler en établissant des frontières. Il ne s’agit pas ici d’un changement dans le degré, mais bel et bien d’un changement de registre. Dans le schéma qui suit, dès l’irruption inattendue d’un nouveau savoir, d’une technologie ou d’une technique en matière de santé, l’individu se retrouve dans une position telle qu’il y a dorénavant un « avant » (condition antérieure où sa santé globale était plus à risque) et un « après » (condition ultérieure où sa santé globale sera

D’une conjecture audacieuse

peut-être moins à risque). Le changement de registre que provoque l’irruption inattendue d’un nouveau savoir, d’une technologie ou d’une technique en matière de santé semble procurer des gains éventuels significatifs pour la condition de santé générale d’un individu.
Schéma de la convexité

Ce changement de registre n’interviendrait qu’en fonction d’une asymétrie nette entre les gains procurés (ils ont besoin d’être grand) et les problèmes potentiels (peu dommageables). A contrario, une innovation qui procure peu de gains et qui est peu dommageable aurait peu de chances de conduire à un changement de registre ; une innovation qui procurerait peu de gains et qui entraînerait des problèmes a également peu de chances de conduire à un changement de registre. Par exemple, les travaux de Louis Pasteur, chimiste et physicien, sont caractéristiques d’une asymétrie nette comportant des gains : (i) découverte du rôle des microorganismes dans le processus de fermentation ; (ii) réfutation de la génération spontanée : les germes proviennent du milieu environnant, non des milieux de fermentation, et se multiplient lorsque les conditions sont favorables ; (iii) invention de la Pasteurisation, procédé 156

Constats

de chauffage détruisant les micro-organismes des vins malades (appliqué également à la conservation du lait). Faut-il aussi préciser que chacune des découvertes de Pasteur est le fruit d’une asymétrie nette comportant des gains à partir de travaux d’autres chercheurs. Autrement dit, c’est à partir de cette asymétrie que des moments de rupture épistémologiques entraîneraient des modifications profondes non seulement sur le plan des savoirs et des pratiques médicales, mais sur l’ensemble de la société en général. Autre exemple, dans la seconde moitié du XIXe siècle, la convergence d’une épidémie de choléra, les découvertes en microbiologie, les techniques d’assainissement de l’eau, l’eau courante et la mise à l’égout aura conduit non seulement à une modification en profondeur de l’environnement sanitaire, mais aussi à un accroissement substantiel de l’espérance de vie ; c’est le tournant de la révolution hygiénique. Second constat : l’incertitude est aussi source de gains importants. L’irruption inattendue d’un nouveau savoir, d’une technologie ou d’une technique serait essentiellement le fruit de la variabilité et de l’incertitude. Variabilité, dans le sens où le processus des innovations et des découvertes est soumis à des variations dont personne n’a idée. Par exemple, dans les années 1920, alors que Gerhard Domagk travaille sur l’utilisation des colorants comme antibactériens, et sans qu’il en comprenne pour autant le processus biologique (variabilité), découvre que la sulfamidochrysoïdine combat les streptocoques (variabilité). Incertitude également, dans le sens où personne n’a idée des implications et des impacts qu’aura l’irruption inattendue d’un nouveau savoir, d’une technologie ou d’une technique en matière de santé. Paradoxalement, l’être humain a une aversion naturelle envers la variabilité l’incertitude, d’où sa propension à vouloir la domestiquer, alors que c’est justement de la variabilité et de l’incertitude que naissent les innovations scientifiques, technologiques ou techniques qui modifieront à son avantage son environnement. Troisième constat : les gains acquis par l’arrivée inattendue d’un nouveau savoir, d’une technologie ou d’une technique en 157

D’une conjecture audacieuse

matière de santé sont susceptibles d’augmenter le niveau de malaise (anxiété, angoisse, peur) d’un individu par rapport à sa propre santé. Comment la chose est-elle possible ?
Schéma de la concavité

Ce schéma rend compte d’un phénomène particulier : les pertes sont plus élevées que les gains, soit l’inverse de la convexité. Le mécanisme, quant à lui, est tout aussi particulier. Pour en rendre compte, deux cas de figure : (1) toute innovation en matière d’investigation médicale est susceptible de rendre compte d’un état pathologique quelconque chez l’individu. Le degré de pathologie, investigué, découvert et mesuré, détermine, sur l’hyperbole, la position du malaise ressenti par un individu : plus ce degré pathologique risque de porter atteinte à la santé de l’individu, plus il est vécu comme un malaise intense et vice-versa ; (2) les nutritionnistes, par leur inlassable travail de domestication de l’incertitude en matière d’alimentation, délimitent ce qui peut éventuellement porter ou non atteinte à la santé en fonction d’une échelle graduée dont les balises vont du sain (Omega-3, antioxydants, anticancer) au malsain (gras saturés, cholestérol, calories, can158

Constats

cer). Le risque pour la santé, répertorié et mesuré, détermine, sur l’hyperbole, la position du malaise ressenti par un individu : plus ce risque est susceptible de porter atteinte à la santé de l’individu, plus l’individu devient anxieux, angoissé ou apeuré face à la consommation d’un quelconque aliment et vice-versa. Quatrième constat : (i) plus un savoir est prédictif en matière de santé, plus il semble accentuer le malaise chez l’individu ; (ii) plus une technologie médicale d’investigation dispose d’une capacité prédictive, plus elle semble accentuer le malaise chez l’individu ; (iii) plus l’échelle du sain et du malsain en matière d’alimentation se précise et se raffine, plus elle acquiert en capacité prédictive (« Si vous mangez ceci ou cela, vous obtiendrez tel ou tel résultat… ») et plus elle semble accentuer le malaise chez l’individu. En somme, tout ce qui possède un caractère prédictif en matière de santé serait susceptible d’augmenter le niveau de malaise chez un individu en fonction de sa capacité à prédire avec plus ou moins de précision et de certitude. Cinquième constat : d’une part, les gains acquis par l’irruption inattendue d’un nouveau savoir, d’une technologie ou d’une technique transformeraient en profondeur une société. D’autre part, tout savoir ou technologie à caractère prédictif radicaliseraient la relation du sain au malsain. En somme, alors que tous les gains nets augmentent quantitativement et qualitativement la santé d’un individu, le sous-ensemble des savoirs et technologies à caractère prédictif, quant à lui, diminue la portée des gains nets (pertes) en induisant chez l’individu un malaise gradué dans le rapport du sain au malsain. Le paradoxe que nous avions cru voir entre, d’un côté, les gains nets induits par l’irruption de savoirs et de technologies inattendus, et de l’autre côté, le développement d’un quelconque malaise, est ainsi soulevé. Sixième constat : l’horizon de la peur qui est un rapport entre, d’une part, le niveau d’aversion envers la variabilité et l’incertitude, et d’autre part, le niveau d’inclination envers la stabilité et la certitude, se mesure en fonction de la capacité 159

D’une conjecture audacieuse

prédictive des savoirs ou des technologies. Par exemple, le cholestérol serait une molécule toxique qui bouche les artères, « et ceci, à une vitesse proportionnelle aux niveaux de cholestérol dans le sang (Lorgeril, 2008 : 13) », d’où les infarctus du myocarde et les attaques cérébrales, d’où un horizon de la peur très rapproché. Autre exemple, toutes les formes de dépistage prénatales obligent à un questionnement à propos de l’avortement (Rapp, 1999), d’où un horizon de la peur très rapproché. Septième constat : le rapport entre la concavité (gains en matière de santé) et la convexité (malaise lié aux capacités prédictives des savoirs et technologies) détermine une dynamique précise qui oriente la nature du discours hygiéniste : 1. Chaque apport d’ordre scientifique ou technologique dans l’épistémologie médicale entraînerait : a) une reconfiguration du socle ontologique ; • du Moyen-Âge jusqu’au XXIe siècle, la tendance semble démontrer le passage graduel de la vision d’un corps soumis à l’incertitude de l’environnement à la vision d’un corps luimême vecteur d’incertitudes ; ce passage graduel de la vision d’un corps soumis à l’incertitude de l’environnement à la vision d’un corps lui-même vecteur d’incertitudes semble conduire à une volonté de prise de contrôle du corps, d’où l’idée qu’il serait possible de le rendre de plus en plus réparable, malléable et perfectible.

b) une mise à niveau des mécanismes permettant d’assurer la stabilité sanitaire et sociale ; • du Moyen-Âge jusqu’au XXIe siècle, la tendance semble démontrer que la mise en alarme des espaces, des comportements et des corps devienne graduellement de plus en plus endogène (le fait de l’individu, l’individu est signe, 160

Constats

la condition de l’individu est alarme) et de moins en moins exogène (le fait d’une cause naturelle) ; • du Moyen-Âge jusqu’au XXIe siècle, la tendance semble démontrer que la mise aux normes des espaces, des comportements et des corps devienne graduellement le fait de l’autorité de l’épistémologie médicale, laquelle autorité se baserait de plus en plus sur la statistique fournie par les études cliniques et/ou épidémiologiques ; du Moyen-Âge jusqu’au XXIe siècle, la tendance semble démontrer que la mise à distance des dangers s’orienterait graduellement vers une prévention de soi toute personnelle à l’aune d’un individu réputé de plus en plus autonome.

c) un rapprochement ou un éloignement de l’horizon de la peur ; • du Moyen-Âge jusqu’au XXIe siècle, la tendance semble démontrer que le déploiement scientifique et technologique conduirait de plus en plus à un rapprochement de l’horizon de la peur ; du Moyen-Âge jusqu’au XXIe siècle, la tendance semble démontrer que les événements perturbateurs à incidence pathologique devienne de plus en plus endogènes (le fait de l’individu) et de moins en moins exogènes (le fait d’une cause naturelle).

d) un changement de registre du discours hygiéniste dans le rapport du sain au malsain ; • du Moyen-Âge jusqu’au XXIe siècle, la tendance semble démontrer que le rapport du sain au malsain s’articule de plus en plus autour d’une cause endogène (le fait de l’individu) et 161

D’une conjecture audacieuse

de mois en moins autour d’une cause exogène (le fait d’une cause naturelle) ; e) une redéfinition de la finalité du discours hygiéniste. 2. Chaque irruption d’une nouvelle maladie a un impact direct sur le niveau d’aversion, le niveau d’inclination, le discours hygiéniste et sa finalité : a) si l’efficacité des mécanismes permettant d’assurer la stabilité sanitaire et sociale éprouve des problèmes ou ne fonctionne pas, il existe une probabilité que : • • le niveau d’aversion augmente ; le niveau de confiance envers l’efficacité des mécanismes permettant d’assurer la stabilité sanitaire et sociale diminue ; l’épistémologie médicale soit remise en cause ; l’horizon de la peur se rapproche ; le discours hygiéniste soit en crise ; la finalité du discours hygiéniste soit remise en doute.

• • • •

b) si l’efficacité des mécanismes permettant d’assurer la stabilité sanitaire et sociale fonctionne totalement ou dans une mesure acceptable, il existe une probabilité que : • • le niveau d’aversion diminue ou reste stable ; le niveau de confiance envers l’efficacité des mécanismes permettant d’assurer la stabilité sanitaire et sociale soit renforcé ou reste stable ; l’épistémologie médicale ne soit pas remise en cause ;

162

Constats

• • •

l’horizon de la peur ne se rapproche pas ou s’éloigne quelque peu ; le discours hygiéniste soit renforcé ou reste stable ; la finalité du discours hygiéniste soit confirmée.

Huitième constat : d’une part, le corps devenu vecteur d’incertitudes, et d’autre part une mise en alarme des espaces, des comportements de plus en plus endogène (le fait de l’individu, l’individu est signe, la condition de l’individu est alarme) obligerait à une plus grande prévention de soi, d’où une autonomie accrue de l’individu face à sa propre santé et à lui-même de façon générale. Ce procès d’autonomisation, amorcé au Siècle des Lumières, culmine en ce XXIe siècle avec cette idée d’un individu autonome en tout, architecte de sa vie, maître de son destin, capable de renverser l’adversité à son profit, d’où l’émergence d’un présupposé important : l’addition de toutes les pratiques individuelles de prévention de soi conduirait à une protection collective généralisée nonobstant toutes autres considérations de nature sociale. Confrontation des thèses présentées Avant d’amorcer le parcours historique de l’horizon de la peur dont nous avons rendu compte, nous nous étions appuyé sur des thèses fortes proposées à la fois par Georges Vignaux et Georges Vigarello. Ces thèses tiennent-elles toujours la route après l’analyse que nous avons effectuée ? Thèses de Georges Vignaux Premièrement, l’horizon de la peur. Pour étayer la thèse de Vignaux voulant que, au fil du temps, il y aurait eu « un cheminement terrifiant vers une peur généralisée motivant contrôles, sélections, exclusions Source spécifiée non valide. », nous avons élaboré une hypothèse, celle de la domestication de l’incertitude. Nous pensons que cette hypothèse, bien qu’incomplète et exigeant des vérifications empiriques plus élargies, rend relativement bien compte de ce processus délimitant un certain horizon de la peur. De plus, nous considé163

D’une conjecture audacieuse

rons qu’elle est non seulement une explication satisfaisante et non ad hoc, mais qu’elle est aussi une conjecture audacieuse. Deuxièmement, l’autre thèse forte de Vignaux suggère un effacement du corps. Pour le moment, notre hypothèse pour étayer cette thèse suggère que l’augmentation du malaise chez l’individu face à son corps devenu vecteur d’incertitudes conduirait à « liquider » ce même corps, à le transcender en quelque sorte pour ne pas avoir à subir le malaise que son propre corps engendre. L’analyse que nous avons présentée dans cet ouvrage ne rend pas vraiment compte de ce processus, car nous considérons qu’il est de l’ordre du discours (hygiéniste) fondé sur la domestication de l’incertitude. Nous allons donc, pour le moment, réserver cette analyse dans le cadre du second tome de notre démarche, à savoir : « Le discours santéiste ― Entre mythe et rationalité ». Thèse de Georges Vigarello Partant du constat du discours d’un corps malléable à volonté, Vigarello suggère qu’il y aurait un renouvellement total de la vision du corps devenu lieu central de l’identité « où le sujet, censé dépendre exclusivement de lui-même [injonction à l’autonomie], s’identifie de part en part à ce qu’expriment sa présence physique, ses limites, ses traits (Vigarello, 2010 : 292). » L’hypothèse de Vigarello est-elle réfutable ? Premièrement, de l’Antiquité jusqu’à aujourd’hui, le corps est à la fois une expérience d’intimité et de grande ignorance. Intimité, en ce sens où l’individu y est constamment reporté, et ignorance, parce qu’il est ignorant des processus à l’œuvre dans son propre corps. Malgré les avancées spectaculaires de la médecine scientifique, l’individu de la seconde décennie du XXIe siècle est toujours confronté à l’ignorance de son propre corps. Certes, l’individu a accès à une multitude d’informations provenant de différentes sources concernant son propre corps, mais ces informations ne sont pas forcément une connaissance objective au même titre que celle du médecin ; elle est même parfois de l’ordre du mythe.

164

Constats

Deuxièmement, la connaissance antique présumait que l’individu devait tout d’abord se préoccuper de lui-même (souci de soi), et ensuite, juger par lui-même de sa propre condition (connaissance de soi). L’arrivée de la médecine technoscientifique a bouleversé cet état des choses : le souci de soi est désormais subordonné à la connaissance de soi. L’individu ne juge plus par lui-même de la condition de son propre corps, le corps médical le faisant pour lui. Ces informations, pour la plupart des gens, ne forment pas un tout, d’où leur tendance à réduire leurs attentes à une seule maladie (économie cognitive + réduction de la peur). Troisièmement, l’idée d’un corps malléable à volonté, qu’il est possible de contraindre par la seule idée d’y parvenir, s’est lentement imposée depuis la fin du XIXe siècle. Quatrièmement, dans la foulée de la philosophie néolibéraliste, l’individu devient l’architecte de sa vie et l’unique maître de son destin ; il est responsable de tout ce qui lui arrive. Il est définitivement celui par qui la santé arrive. Nous supposons que ce renouvellement de la vision du corps devenu lieu central et métaphorique de l’identité ne relève pas d’une seule cause. En fait, il serait plutôt le résultat de la convergence de différentes dynamiques historiques et culturelles comme l’expose Vigarello. En ce sens, il est plausible de considérer que l’hypothèse de Vigarello est une explication satisfaisante et non ad hoc, à savoir que le corps est devenu lieu central de l’identité. Il est également plausible de considérer que cette hypothèse a rigoureusement été testée par Vigarello à travers son imposant travail de recherche historique. De plus, l’actuelle floraison des discours sur les produits de santé, les produits de beauté, la chirurgie esthétique, la prévention, la nutrition, les régimes et la remise en forme viendrait en quelque sorte étayer l’hypothèse de Vigarello. Pour améliorer le degré de validité de la thèse de Vigarello, une étude empirique sur la surface occupée dans les médias par le discours de la santé sous ses multiples facettes permettrait d’en augmenter le degré de précision. 165

D’une conjecture audacieuse

Partant de ces considérations, et du fait que l’hypothèse de Vigarello est une explication satisfaisante et non ad hoc, nous considérerons que le corps est devenu, en cette seconde décennie du XXIe siècle et dans les sociétés occidentales, le socle ontologique sur lequel s’élaborent et se structurent nos propres représentations de soi et du monde.

166

CONCLUSION Nous avons, dès le départ, soulevé un problème : en matière de santé, paradoxalement, l’incroyable déploiement scientifique et technologique des XXe et XXIe siècles semble provoquer chez l’individu le sentiment d’une constante proximité avec des dangers à incidence pathogène (internes ou externes). Pour tenter de comprendre ce paradoxe, nous avons proposé l’hypothèse de la domestication de l’incertitude63. Partant de ces analyses, cinq nouvelles hypothèses de travail ayant des implications sociales importantes émergent : • c’est d’une asymétrie procurant des gains nets (convexité) que des moments de rupture épistémologiques entraîneraient des modifications profondes, non seulement sur le plan des savoirs et des pratiques médicales, mais sur l’ensemble de la société en général ; tout savoir ou technologie à caractère prédictif radicaliseraient (concavité) la relation du sain au malsain, rapprochant d’autant l’horizon de la peur, alimentant d’autant un certain discours hygiéniste ; le rapprochement de l’horizon de la peur engagerait certaines pratiques préventives (dépistage, nutrition, fitness) chez l’individu, d’où une autonomisation accrue de l’individu en matière de prévention de soi ; l’addition de toutes les pratiques individuelles de prévention de soi conduirait à une protection collective généralisée nonobstant toutes autres considérations de na-

63

Processus hygiéniste par lequel l’être humain cherche, d’une part, à sécuriser les espaces, les comportements et les corps à incidence pathologique, et d’autre part, à normer, à surveiller, enregistrer, évaluer, traiter et contrôler le comportement des gens, leur corps, les objets et les événements dans le but de gouverner l’activité humaine. Ce processus hygiéniste joue à deux niveaux : (i) le niveau micro où les individus sont triés, catégorisés et traités selon leur profil ainsi constitué (Erwin Goffman parlait de people-processing) ; (ii) le niveau macro, où certaines structures sociales sont mises en place et institutionnalisées.

Conclusion

ture sociale (un présupposé majeur ouvrant la voie au délestage étatique en matière de santé) ; • un renouvellement total de la vision du corps devenu lieu central de l’identité où le sujet, censé dépendre exclusivement de lui-même [injonction à l’autonomie], s’identifie de part en part à ce qu’expriment sa présence physique, ses limites, ses traits.

Le processus de domestication de l’incertitude comporte un paramètre important que nous n’avons pas mis en évidence dans cet ouvrage : celui d’un discours hygiéniste fondé sur le rapport d’un fragile équilibre entre, d’une part le niveau d’aversion aux événements perturbateurs à incidence pathologique, et d’autre part, le niveau d’inclination envers l’efficacité ou non des mécanismes permettant d’assurer la stabilité sanitaire et sociale. Ce discours, et nous l’annonçons immédiatement, possèderait sa propre logique structurée à la fois par les données avérées de la science et l’emprunt à certains noyaux mythiques. Nous l’analyserons dans le second tome de la série d’ouvrages SANTOPIA : « Le discours santéiste ― Entre mythe et rationalité ».

168

INDEX aérisme, 61, 70 aliment, 28, 45, 46, 79, 104, 125, 142, 151 calorie, 79 certitude, 26, 27, 78, 81, 94, 100, 151 chirurgie, 23, 31, 38, 40, 51, 60, 64, 71, 105, 114, 124, 157 cholestérol, 46, 113, 123, 129, 140, 150, 152 clinique, 71, 82, 88, 91, 104, 105, 110, 123, 136, 137, 138 conjecture audacieuse, 25, 145, 156 corps vision, 10, 11, 12, 13, 19, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 31, 32, 33, 36, 37, 38, 41, 42, 43, 44, 46, 47, 48, 49, 50, 51, 52, 53, 54, 55, 56, 57, 58, 59, 60, 62, 63, 64, 65, 66, 67, 69, 70, 71, 72, 73, 74, 75, 76, 77, 78, 79, 80, 81, 82, 85, 86, 87, 88, 89, 91, 92, 93, 95, 96, 98, 99, 103, 104, 105, 106, 107, 108, 109, 110, 111, 113, 114, 115, 116, 117, 119, 121, 122, 123, 124, 125, 129, 130, 131, 132, 133, 134, 136, 137, 139, 141, 142, 152, 153, 155, 156, 157, 158, 159, 160, 166, 169, 170, 171 discours hygiéniste, 21, 26, 27, 145, 147, 152, 153, 154, 155, 159, 160 domestication de l’incertitude, 10, 19, 21, 24, 25, 26, 28, 145, 150, 155, 156, 159, 160 effacement du corps, 21, 23, 156 épidémie, 38, 51, 57, 60, 61, 62, 67, 70, 80, 81, 96, 102, 108, 109, 111, 132, 149, 170 épistémologie, 11, 12, 31, 32, 51, 52, 61, 71, 72, 81, 91, 92, 103, 113, 114, 119, 129, 130, 147, 152, 153, 154 espérance de vie, 45, 86, 87, 117, 149 gains, 88, 147, 148, 149, 150, 151, 152, 159 génétique, 113, 119, 124, 125, 129, 135, 139, 165 graisse, 10, 12, 33, 55, 56, 58, 60, 74, 75, 77, 92, 94, 95, 96, 97, 98, 99, 100, 116, 132 gros, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 54, 55, 56, 59, 60, 73, 74, 75, 76, 91, 94, 97, 99, 115, 116, 132, 133

horizon de la peur, 9, 21, 24, 25, 26, 28, 151, 153, 154, 155, 159 hygiène, 22, 42, 49, 88, 104, 105, 108, 112, 165, 168 hygiéniste, 26, 27, 41, 43, 61, 62, 70, 108, 109, 141, 156, 159 hypothèse, 25, 26, 43, 63, 145, 155, 156, 157, 158, 159 incertitude, 25, 26, 27, 31, 51, 71, 91, 113, 129, 136, 149, 151, 152 incidence pathogène, 21, 159 innovation, 138, 148, 150 inoculation, 71, 80, 81, 89 Lumières, 67, 72, 73, 74, 75, 76, 77, 78, 83, 89, 92, 105, 155 maladie, 10, 11, 12, 19, 24, 25, 31, 33, 34, 37, 38, 39, 41, 42, 43, 44, 45, 49, 51, 53, 55, 60, 61, 62, 64, 68, 69, 71, 73, 79, 80, 81, 82, 83, 86, 87, 91, 100, 101, 102, 103, 105, 107, 108, 109, 112, 113, 115, 117, 118, 119, 120, 121, 122, 124, 125, 126, 129, 130, 131, 134, 135, 136, 137, 139, 140, 143, 154, 157, 167, 170 Maladies dominantes, 10, 11, 12, 37, 60, 79, 101 170

médecine, 19, 25, 30, 40, 42, 52, 53, 55, 60, 68, 75, 83, 88, 89, 102, 103, 105, 110, 113, 117, 118, 119, 120, 121, 122, 123, 129, 131, 134, 136, 137, 138, 147, 156, 157, 165, 166, 167, 169, 170 Médecine 4P, 138 médical savoir, pratique, 10, 11, 12, 31, 37, 38, 39, 40, 49, 51, 56, 60, 61, 62, 63, 64, 70, 71, 73, 82, 83, 88, 91, 103, 104, 105, 111, 113, 117, 118, 124, 125, 129, 134, 135, 136, 137, 142, 157 minceur mince, 12, 36, 59, 95, 98, 99, 100, 101, 113, 115, 129, 132, 133, 134 mise à distance, 25, 27, 28, 31, 49, 51, 66, 71, 91, 108, 111, 112, 113, 127, 129, 141, 153 Mise à distance, 10, 11, 12, 49, 66, 69, 89, 111, 127, 141 mise aux normes, 25, 27, 28, 31, 51, 71, 91, 108, 110, 113, 126, 129, 141, 153 Mise aux normes, 10, 11, 12, 13, 49, 69, 89, 109, 125, 141

mise en alarme, 25, 27, 28, 31, 51, 71, 91, 107, 108, 109, 113, 124, 125, 129, 141, 152, 155 Mise en alarme, 10, 11, 12, 49, 69, 89, 108, 124, 141 mort, 22, 32, 39, 40, 45, 47, 50, 53, 65, 66, 71, 72, 83, 88, 89, 103, 105, 108, 114, 122, 125, 130, 143 Moyen-Âge, 22, 25, 26, 27, 31, 32, 33, 38, 39, 41, 42, 43, 44, 45, 46, 48, 49, 50, 54, 59, 60, 61, 66, 67, 68, 70, 79, 82, 84, 89, 147, 152, 153, 171 niveau d’aversion, 26, 27, 151, 154, 160 niveau d’inclination, 26, 27, 151, 154, 160 nourriture, 46, 47, 48, 51, 64, 66, 67, 79, 91, 92, 104 nutrition, 19, 21, 48, 83, 101, 129, 132, 133, 138, 141, 142, 157, 159, 166, 169, 170 obésité, 12, 24, 33, 38, 57, 75, 76, 77, 93, 96, 97, 98, 99, 100, 115, 132, 140, 170 ontologie, 31, 32, 51, 71, 72, 91, 92, 113, 114, 129, 130 poids, 46, 74, 77, 82, 92, 93, 94, 99, 116 171

pratique médicale, 10, 11, 12, 31, 38, 40, 51, 60, 64, 71, 81, 83, 91, 104, 113, 114, 117, 120, 121, 134, 136 processus hygiéniste, 26, 159 quarantaine, 31, 49, 50, 51, 61, 69, 71, 88, 89, 94, 111, 166 rapport du sain au malsain, 10, 11, 12, 21, 41, 64, 84, 105, 123, 139, 151, 153 régime, 31, 46, 47, 49, 51, 58, 66, 69, 71, 77, 90, 91, 107, 112, 125, 126, 137 registre, 21, 28, 39, 70, 72, 73, 82, 92, 101, 107, 112, 141, 147, 148, 153 Renaissance, 22, 37, 52, 54, 55, 56, 57, 58, 59, 60, 65, 69, 70, 72, 77, 79, 89, 147 repousser le mal, 26, 49, 69, 70, 89, 147 risque, 19, 24, 25, 42, 46, 51, 55, 64, 110, 113, 125, 129, 135, 137, 147, 150 sanitaire, 27, 52, 70, 83, 102, 106, 107, 108, 109, 111, 120, 124, 126, 132, 137, 149, 152, 154, 160, 167 santé, 7, 10, 11, 15, 19, 21, 23, 24, 25, 26, 28, 30,

31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 42, 43, 45, 46, 47, 48, 51, 52, 53, 59, 60, 62, 63, 64, 66, 67, 69, 70, 71, 73, 76, 77, 78, 79, 82, 83, 84, 85, 86, 87, 88, 89, 91, 92, 96, 101, 102, 103, 105, 106, 107, 113, 114,똸116, 118, 121, 122, 123, 125, 126, 129, 132, 135, 136, 137, 138, 139, 140, 141, 142, 143, 145, 147, 149, 150, 151, 152, 155, 157, 159, 160, 165, 166, 167, 169, 170, 171 socle épistémique, 31, 52, 72, 92, 114, 130 stabilité, 26, 27, 151, 152, 154, 160 technologie, 110, 122, 135, 147, 149, 151, 159 transhumanisme, 23, 130, 140 variabilité, 26, 27, 31, 51, 71, 91, 113, 129, 149, 151 XIXe siècle, 22, 35, 92, 93, 94, 95, 96, 97, 98, 99, 100, 101, 102, 103, 104, 105, 106, 107, 110, 111, 116, 120, 125, 126, 140, 142, 149, 157 XVIe siècle, 22, 32, 52, 53, 55, 59, 65, 66, 67 XVIIe siècle, 57, 66, 72, 82, 83, 84, 85, 86, 103, 106, 107 172

XVIIIe siècle, 57, 73, 74, 75, 77, 84, 86, 94, 95, 97 XXe siècle, 23, 57, 60, 79, 98, 114, 115, 116, 117, 118, 119, 120, 122, 124, 125, 126, 130, 131, 142 XXIe siècle, 21, 25, 33, 37, 43, 45, 46, 47, 48, 64, 67, 68, 76, 77, 83, 85, 88, 94, 95, 96, 97, 100, 101, 107, 115, 123, 127, 130, 132, 134, 135, 137, 139, 140, 152, 153, 155, 156, 158, 169

BIBLIOGRAPHIE Andrianantoandrol, E., Basul S., Karig, D., Weiss, R. (2006), Synthetic biology: new engineering rules for an emerging discipline, Molecular Systems Biology, Article number: 2006.0028 doi:10.1038/msb4100073, Published online: 16 May. Ameisen, J.C. (2011), La mutation des savoirs et des pouvoirs de la médecine : une refondation permanente de l’éthique, in Aux origines de la médecine, dir. Didier Sicard, Georges Vigarello, Paris : Fayard. Barbier, J.B.G. (1811), Traité d’hygiène appliquée à la thérapeutique, Paris : Méquigon Marvis, t. 2 ; http://bit.ly/VwYu4Q. Bauer, R.A. (1966), Social Indicators, Cambridge : MIT Press. Berger, P., Luckmann, T., 1986, La construction sociale de la réalité, Paris : Méridiens, Klincksieck. Bernard, J. (1996), La médecine de demain, Paris : Flammarion, coll. Dominos. Bernard, J. (1992), Audition devant la commission d’enquête de l’Assemblée nationale, 2 décembre. Biraben, J.N. (1976), Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, t. 1, La peste dans l’histoire, t. 2, Les hommes face à la peste, Paris/La Haye : Mouton. Blanc, L. (1850), Histoire de dix ans, 1830-1840, t. 2, Lausanne : Pagnerre Éditeur. Boivin, A. (1941), Bactéries et virus, PUF : Paris. Bouffard, C. (2000), Le développement des pratiques de la génétique médicale et la construction des normes bioéthiques, in Anthropologie et Sociétés, Anthropologie, relativisme éthique et santé, vol. 24, no. 2, p. 73-90.

Bourdieu, P. (1977), Remarques provisoires sur la perception sociale du corps, in Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 14, no. 14, pp. 51-54. Braunstein, J.F. (2011), Paris 1800 : la naissance de la médecine moderne, in Aux origines de la médecine, dir. Didier Sicard, Georges Vigarello, Paris : Fayard. Chamayou. G. (2011), Les corps vils, in Aux origines de la médecine, dir. Didier Sicard, Georges Vigarello, Paris : Fayard. Chaumont, P. (2005), Lait, produits laitiers, nutrition et santé : de la science à l’idéologie, in Cahiers de Nutrition et de Diététique, Volume 40, Supplément 1, Septembre. Delaporte, F. (2011), Expérimenter sur l’animal, in Aux origines de la médecine, dir. Didier Sicard, Georges Vigarello, Paris : Fayard. Després, A. (1873), Traité théorique et pratique de la syphilis : ou infection purulente syphilitique, Paris : Germer Baillière. Dewey J. [1927] (2003), Le public et ses problèmes, trad. Zask J., Œuvres philosophiques II, Paris : PUP / Farrago / Éd. Léo Scheer. Doll, R., Hill, B. (1952), Study of the Aetiology of Carcinoma of the Lung, British Medical Journal ; 2 : 1071. Drysdale GR. (1885), Éléments de science sociale ou Religion physique, sexuelle et naturelle, Paris : Félix Alcan Éditeur ; http://bit.ly/ZYpxcQ. Dumit, J. (2012), Drugs for Life — How Pharmaceutical Companies Define Our Health, London : Duke University Press. Fabre, G. (1996), Les savoirs sur la contagion : la peste et l’institution de la quarantaine, in Culture française d’Amérique, p. 83-106.

174

FAO (1995), Grands thèmes de l'alimentation et de l'agriculture mondiale au début des années 90, in Agriculture mondiale : horizon 2010 ; http://bit.ly/UaHGTe. Fischler, C. (2001), L’homnivore, Paris : Odile Jacob. Fracastoro, G. ([1546] 1950), Il contagio, le malettie contagiose e la loro cura, Florence : Leo S. Olschki. Fraser, P. (2012), Tous malades — Santé totalitaire, société du malaise, Paris : Éditions Futur Proche. Fukuda, K. (2010), Déclaration du Dr Keiji Fukuda au nom de l’OMS à l’occasion de l’audition du Conseil de l’Europe sur la grippe pandémique H1N1, http://bit.ly/USxeiS. Garin, J. (1866), De la police sanitaire et de l’assistance publique, dans leur rapport avec l’extinction des maladies vénériennes, Paris : Victor Masson et fils. Geoffard, P.Y. (2011), La santé à l’heure des choix, in Aux origines de la médecine, dir. Didier Sicard, Georges Vigarello, Paris : Fayard. Gibert, R. (2000), Lepra und Tuberkulose: zwei Geißeln der Menschheit, Mayenne : Université Johannes Gutenberg. Gori, R., Del Vogo, M.J., 2005, La santé totalitaire ‒ Essai sur la médicalisation de l’existence, Paris : Flammarion, Champs/Essais. Gould, S.J., Eldredge, N. (1977), Punctuated equilibria : the tempo and mode of evolution reconsidered, in Palebiology, vol. 3, No. 2, http://bit.ly/9gbiPX. Hadler, N.M. (2010), Malades d’inquiétudes, Québec : Presses de l’Université Laval ; traduction de Fernand Turcotte. Heller M.J. (2002), The Nano-Bio Connection and its Implication for Human Performance, in Roco and Bainbridge, WTEC : Converging Technologies for Improving Human Performance, http://bit.ly/T8oSl6. Katsnelson, A. (2010), DNA sequencing for the masses — The launch of a new technology marks a move towards small-scale 175

sequencing in every lab, in Nature News, Published online 14 December, doi:10.1038/news.2010.674. Kurzweil, R., Grossman, T. (2006), Serons-nous immortels ? Oméga 3, nanotechnologie, clonage..., Paris : Dunod, coll. Quai des Sciences. Lancereaux, E. ([1869] 1878), De l’alcoolisme et de ses conséquences au point de vue physique, intellectuel et moral des populations, Paris : Donnaud Éditeur. Lecuyer, B.P. (1986), L’hygiène en France avant Pasteur, 1750-1850, in C. Salomon-Bayet, Pasteur et la révolution pastorienne, Paris : Fayot. Levin, M.L., Goldstein, H., Gerhardt, P.R. (1950), CANCER AND TOBACCO SMOKING : A Preliminary Report, Journal of the American Medical Association, 143(4) : 336-338. Lorgeril (de), M. (2008a), Entretien en français sur la diète méditerranéenne, site du Dr Michel de Lorgeril ; http://bit.ly/PFiYYM. Lorgeril (de), M. (2008b), Cholestérol ― Mensonges et propagande, Paris : Thierry Soucar Éditions. Lwoff, A. (1957), The concept of virus, J Gen Microbiol, Oct;17(2):239-53, PubMed, PMID: 13481308. Maestruti, M. (2006), La singularité technologique : un chemin vers le posthumain ?, in Vivant ― L’actualité des sciences et débats sur le vivant, Paris : Université Paris X. Mason, A., Dunhill, P. (2008), A brief definition of regenerative medicine, in Future Medicine, 10.2217/17460751.3.1, http://bit.ly/zdRxEt. Mazzei, S.L. (1808), Lettere di un notaro a un mercante del secolo XIV, Florence : C. Guasti. Miller, L.M., Monahan, J. (1957), The Facts Behind Filter-Tip Cigarettes, Reader’s Digest, July.

176

Moulin, A.M. (2011), L’histoire vue par la biologie, in Aux origines de la médecine, dir. Didier Sicard, Georges Vigarello, Paris : Fayard. Mutch, D., Wahlit, W., Williamson, G. (2005), Nutrigenomics and nutrigenetics: the emerging faces of nutrition, Lausanne : University of Lausanne ; in The FASEB Journal, 2005;19:1602-161, Nestlé Research Center & Center for Integrative Genomics. Nguyen, Rashford, Penn (2011), La grippe au XXIe siècle : appel à contribution, in Bulletin de l’Organisation mondiale de la Santé, 89:318-318. doi : 10.2471/BLT.11.088476, http://bit.ly/TSRZv3. OMS (1946), Préambule adopté par la Conférence internationale sur la Santé, in Actes officiels de l’Organisation mondiale de la santé, n°. 2. OMS (2009), Alerte et action au niveau mondial (GAR) ― Vaccins contre la grippe pandémique H1N1, http://bit.ly/d1MrcS. Omran, A.R. (1971), The Epidemiological Transition, Millbank Memorial Fund Quaterly, 1. Paré, A. ([1585], 1964), Discours de la licorne, Paris : Livre club du libraire. Perez, S. (2011), Le surgisssement de la fogure du médecin (1500-1800), in Aux origines de la médecine, dir. Didier Sicard, Georges Vigarello, Paris : Fayard. Peter, J.P. (2011), Du corps redécouvert à l’éveil clinicien, in Aux origines de la médecine, dir. Didier Sicard, Georges Vigarello, Paris : Fayard. Rapp, R. (1999), Testing Women, Testing the Fetus : The Social Impact of Amiocentesis in America, New York : Routledge, Rasmussen, A. (2011), Pouvoir de la médecine, médecine du pouvoir, in Aux origines de la médecine, dir. Didier Sicard, Georges Vigarello, Paris : Fayard. 177

Saluzzo, J.F., Vidal, L., Gonzalez, J.P. (2004), Les virus émergents, Paris : IRD Éditions. Santé Canada (2006), Division de l'évaluation en nutrition, Transformer l'approvisionnement alimentaire, Rapport du Groupe d'étude sur les graisses trans présenté au Ministère de la santé, http://bit.ly/ZlZAq3. Segall, A., Fries, C.J., 2011, Pursuing Health and Wellness, Don Mills : Oxford Press. Shrestha, L.B. (2006), Life Expectancy in the United States, CRS Report for Congress, Domestic Social Policy Division, August 16. Sicard, D., Vigarello, G. (2011), Aux origines de la médecine, Paris : Fayard. Sicard, D. (2011a), L’univers technique de la médecine moderne, in Aux origines de la médecine, dir. Didier Sicard, Georges Vigarello, Paris : Fayard. Sicard, D. (2011b), De la médecine sans corps et sans sujet à l’éthique, dir. Didier Sicard, Georges Vigarello, Paris : Fayard. Taleb, N.N., (2007), The Black Swan — The Impact of the Highly Improbable, New York : Random House. Than, K. (2005), Hang in There: The 25-Year Wait for Immortality ― Interview with Aubrey de Grey, Live Science : http://bit.ly/o9oCPE. Touati, F.O. (2001), Le temps de l’épidémie et de l’impossible contrôle ?, in Aux origines de la médecine, dir. Didier Sicard, Georges Vigarello, Paris : Fayard. Troncin, J.P. (1851), Préservation de la syphilis, de son extinction dans l’armée et dans les maisons de tolérance, traitement préservatif et curatif de cette maladie, des dartres et des affections scrofuleuses, Paris, http://bit.ly/VgfZV6. Vigarello, G. (2010), Les métamorphoses du gras — Histoire de l’obésité, Paris : Seuil.

178

Vigarello, G. (1999), Histoire des pratiques de santé — Le sain et le malsain depuis le Moyen-Âge, Paris : Seuil. Vignaux, G. (2009), L’aventure du corps — Des mystères de l’Antiquité aux découvertes actuelles, Paris : Pygmalion. Vignaux, G. (2012), Notes de travail, inédit. Virey, J.J. (1824), Histoire naturelle du genre humain, Paris : Crochard – Libraire Éditeur, tome I ; http://bit.ly/VttK8G. Cosmic Search (2004), Vol. 1 No. 4 : FORUM John A., From the Big Bang to the Big Crunch, Big Ear Radio Observatory and North American AstroPhysical Observatory. Welch H. Gilbert, Schwartz Lisa M., Woloshin Steven (2011), Overdiagnosed, Making People Sick in the Pursuit of Health, Boston: Beacon Press. Wynder. E.L., Graham, E.A. (1950), TOBACCO SMOKING AS A POSSIBLE ETIOLOGIC FACTOR IN BRONCHIOGENIC CARCINOMA: A Study of 684 Proved Cases, Journal of the American Medical Association ;143(4).

179

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful