Janvier 2013

PERSPECTIVES SECTORIELLES FRANçAISES

Prévisions

d'activité
Engrais Construction aéronautique + 3,0 + 2,0 + 1,5 + 1,4 + 1,0 + 0,5 0,0 0,0 0,0 0,0 Chimie minérale

pour

2013

Composants électroniques* Grand commerce* Pharmacie* Mécanique de précision Phytopharmaceutiques* Plastiques Télécoms, informatique, électronique* Verre plat - 0,1 - 0,2 - 0,5 - 1,0 - 1,0 - 1,0 - 2,0 - 2,0 - 2,0 - 2,0 - 2,0 - 2,5 - 2,5 - 3,0 - 3,0 - 3,0 - 3,0 - 4,0 - 5,4 - 6,4 - 6,5 - 7,0

Chimie organique Agroalimentaire Carton ondulé Services informatiques* Verre creux Équipement électrique* Équipement mécanique Industries graphiques Sidérurgie Transformation des plastiques Transformation des métaux Travaux publics Édition Électronique de défense* Fonderie Papier-carton Voitures particulières et Utilitaires légers Véhicules utilitaires (+ de 5 t) Équipement automobile* Bâtiment Construction et réparation navales civiles
Évolution en % et en volume - (*: en valeur)

France : prévisions d'activité des secteurs en 2013
Évolution de l'activité en % et en volume
AGRICULTURE / Agriculture AGROALIMENTAIRE ° Produits végétaux
° Produits animaux Agroalimentaire 2007 1,2 1,7 0,7 2,1 2008 3,0 4,4 1,1 - 1,3 2009 0,7 3,0 - 2,6 0,0 2010 - 1,9 - 4,5 1,8 1,2 2011 2,3 2,3 1,4 3,9 19,0 2,0 6,0 6,0 6,7 3,5 4,6 5,1 3,0 5,4 2,5 - 3,0 2012 - 3,3 - 4,0 - 2,7 1,0 - 4,0 3,0 1,7 0,0 2,5 2,0 6,0 3,2 3,0 3,0 2013 - 0,5 - 7,0 2,0 - 2,5 - 2,5 - 2,0 0,5 - 3,0 - 1,8 - 2,0 1,5 0,0 - 3,0

BIENS D'ÉQUIPEMENT

Matériel de transport ° Construction et réparation navales civiles 22,0 7,0 ° Construction aéronautique Mécanique et fonderie 4,5 ° Mécanique - Transformation des métaux 4,2 - Équipement mécanique 5,0 - Mécanique de précision 3,3 2,6 ° Fonderie Équipement électrique et électronique* 1,2 6,2 ° Équipement électrique* 0,0 ° Composants électroniques* ° Télécoms, informatique, - 4,3 électronique civile* 5,3 ° Électronique de défense* Voitures particulières Véhicules utilitaires (- de 5 t) Total : Véhicules légers Véhicules utilitaires (+ de 5 t) Équipement automobile* Verre ° Verre creux ° Verre plat Industrie papetière ° Papier-carton ° Carton ondulé Chimie ° Chimie minérale ° Engrais ° Chimie organique ° Plastiques ° Phytopharmaceutiques* Transformation des plastiques Sidérurgie Textile-Habillement ° Textile ° Habillement Chaussures Édition-industries graphiques ° Édition ° Industries graphiques Pharmacie* Parfumerie-cosmétiques* Electroménager et électronique grand public* Services informatiques* Grand commerce* Bâtiment ° Logement neuf ° Non-résidentiel neuf ° Entretien-rénovation Travaux publics
* En valeur.

29,0 - 30,0 - 17,0 5,0 - 1,0 0,0 1,7 1,0 2,9 - 1,4 - 3,4 1,5 2,0 - 2,6 - 2,0 10,0 - 15,0 - 16,0 - 15,0 - 5,0 - 27,0 - 14,0 - 17,0 - 8,0 - 8,0 3,0 3,9 4,0 2,2 6,0 14,4 2,4 5,0 10,5 - 8,0 8,6 11,8 34,3 14,3 44,2 13,7 4,0 2,0 9,0 5,6 3,8 3,3 8,2 5,0 2,2 0,5 - 3,0 7,0 20,0

-

- 1,5 - 4,0

INDUSTRIE AUTOMOBILE

- 9,0 - 19,0 - 15,0 - 4,0 - 11,0 - 42,0 - 8,8 - 17,8 - 19 22,0 3,0 - 64,0 - 1,5 -11,8 - 21,8 1,0 - 7,0 - 15,0 - 1,0 - 6,0 - 13,0 0,0 - 14,0 - 17,0 - 1,5 - 4,6 - 11,4 - 0,5 - 5,5 - 5,6 3,6 - 5,0 - 10,0 0,7 - 6,0 - 16,7 15,0 - 10,0 - 13,0 4,2 - 4,7 - 8,7 4,5 - 2,8 - 6,3 5,8 13,0 - 6,4 2,0 - 4,0 - 10,0 - 3,0 - 7,1 - 28,2

3,2 - 14,0 23,0 - 10,0 4,3 - 11,0 9,0 - 10,0 6,0 - 6,0 18,0 - 19,0 - 3,4 2,0 0,4 7,1 5,0 - 1,2 - 1,7 5,2 4,0 2,4 6,0 1,0 4,5 4,3 4,0 4,5 5,0 5,4 - 5,2 - 1,0

- 4,0 - 5,4 - 6,4 - 1,0 - 1,0 0,0 3,0 1,0 0,5 0,1 3,0 - 0,2 0,0 0,0 - 2,0 - 2,0

BIENS INTERMÉDIAIRES

BIENS DE CONSOMMATION

- 0,8 - 11,0 - 22,0 - 7,0 - 10,0 - 16,0 - 23,0 - 21,0 - 6,5 - 12,5 - 12,5 - 10,0 2,0 - 3,5 5,5 6,4 0,2 6,5 2,1 3,2 1,3 7,5 2,2 7,7 0,0 1,0 - 6,3 - 11,0 6,0 5,6 - 6,0 - 18,0 5,5 3,5 - 4,0 - 3,5 - 1,5 0,0 1,9 5,0 1,0 1,8 2,7 1,7 6,3 17,0 7,8 1,2 3,0 0,0 1,6 - 1,0 1,4 - 3,0 0,0 - 4,0 - 4,0 - 2,0 1,5 - 3,0 - 2,0 1,0

SERVICES CONSTRUCTION

- 2,3 - 7,0 - 4,7 - 5,9 - 13,1 - 4,8 - 4,5 - 11,7 - 12,8 0,6 - 1,6 - 2,0 - 3,4 - 5,4 - 2,3

0,5 - 6,5 1,0 - 15,0 3,6 - 11,2 - 0,7 - 0,5 - 1,5 - 2,5

Contexte macroéconomique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Sommaire
Industrie automobile Services Construction Biens intermédiaires

L’activité des secteurs en 2013

Panorama sectoriel international . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Contexte énergétique Biens d’équipement Biens de consommation

Agriculture et Agroalimentaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Construction aéronautique et spatiale - électronique de défense . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Énergies fossiles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Electricité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Construction et réparation navales civiles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Mécanique - Fonderie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Équipement électrique et électronique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Voitures particulières - Véhicules utilitaires - Équipements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Pour bien interpréter nos prévisions industrielles, le lecteur se rappellera qu’elles concernent essentiellement la production domestique en volume réalisée par des établissements industriels établis sur le territoire national. Pour certains secteurs où il est difficile de distinguer les effets valeur et volume (e.g électronique de défense, pharmacie), nos prévisions sont établies en valeur. Le cas des véhicules particuliers en 2010 illustrait bien cette approche « volume » : la production nationale avait augmenté de + 11,8 % et les ventes baissé de - 2,3 %.

AVERTISSEMENT

Travaux publics . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Services informatiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Grand commerce . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Bâtiment . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Industrie papetière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Chimie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Transformation des plastiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Habillement - Textile - Chaussures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Verre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Sidérurgie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

3 4

Édition - Industries graphiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Pharmacie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

6 7 10

Ameublement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

12 13 15 17

19

21 22 24 26 27

28 29 31 32

33 34

35 35

Légende :

M€, M$ ........................................................................................................ Millions d'euros, de dollars Md€, Md$................................................................................................... Milliards d'euros, de dollars t, Mt............................................................................................................... Tonnes, millions de tonnes TWh................................................................................................................................... Térawatt-heure MW, GW, KVA................................................................ Mégawatt, Gigawatt, milliers de volts-ampères S auf m en tion con traire, tous les chif f res d e croissa nce sont d onnés en volume

Prévisions macroéconomiques

(en %) 2008 PIB USA (r.a.) PIB Japon PIB Chine PIB Zone Euro - 0,3 - 1,1 9,6 0,3 2009 - 3,1 - 5,5 9,2 - 4,4

Variation annuelle 2010 2,4 4,6 10,3 1,9 2011 1,8 - 0,7 9,4 1,5 2012 2,2 1,7 7,7 - 0,4 2013 1,9 0,6 8,5 0,0

Variation trimestrielle - 2013 T1 1,3 0,3 T2 2,3 0,5 T3 2,9 0,5 T4 3,0 0,4

- 0,1

0,1

0,3

0,3

PIB France - consommation privée - investissement - variation des stocks (c) - exportations nettes (c) . exportations . importations

- 0,2 0,2

- 3,1 0,2

1,6 1,4 1,1 0,1 0,0 9,2 8,4

1,7 0,2 3,6 0,9 0,0 5,5 5,2

0,1 0,0 0,5 - 0,9 0,7 2,6 0,1

0,4 0,3 0,0 0,2 - 0,2 2,0 2,4

0,0 0,0 - 0,1 0,1 - 0,1 0,4 0,6

0,2 0,1 - 0,1 0,2 - 0,1 0,6 0,7

0,3 0,2 0,2 0,4 - 0,2 0,8 1,5

0,3 0,3 0,3 0,4 - 0,3 0,7 1,5

0,2 - 10,5 - 0,3 - 0,4 - 1,2 - 0,5

- 0,6 - 11,8 0,6 - 9,5

Production manufacturière Taux de chômage Inflation (a/a) Taux de change euro/dollar (fin de période) Pétrole (Brent), $/BL
(c) : contribution

- 3,4 - 13,7 7,4 2,9 9,2 - 0,6

4,5 9,3 1,1

3,0 9,2 2,1

- 2,5 9,8 2,0

- 1,5 10,4 1,7

- 0,6 10,3 1,7

- 0,5 10,4 1,8

- 0,4 10,4 1,8

- 0,3 10,4 1,6

1,47 97

1,39 61

1,33 80

1,39 111

1,23 107

1,27 109

1,29 110

1,28 110

1,27 110

1,25 108

2

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

Poursuite de l’ajustement en 2013

L

a France se distingue des autres pays de la zone euro par une impulsion budgétaire plus négative en 2013 qu’en 2012. Cet effort significatif en faveur de l’assainissement des finances publiques affaiblira l’activité, dont la croissance ne devrait excéder les 0,4 % en 2013. Au-delà, l’inflexion de la politique économique, via la mise en œuvre du « Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l’emploi », devrait permettre à la croissance de devenir plus solide. Elle atteindrait 1,3 % en 2014.

L’économie mondiale traverse une crise d’une gravité majeure. Après avoir fortement ralenti en 2011, une croissance anémique a succédé en 2012. Pour sortir de cette crise, des efforts sont indispensables : les agents doivent se désendetter, les pays aussi. Ces derniers doivent également s’ajuster, revoir leur modèle de croissance et coopérer. Ce programme dense pèsera sur la progression de l’activité. Nous prévoyons une croissance du PIB de 8,5 % en Chine, de 2 % aux EtatsUnis et une stagnation en zone euro en 2013. En France, pour la première fois depuis un an, l’activité a progressé au 3ème trimestre 2012 (+0,2 % t/t). Ce sursaut de croissance devrait être toutefois de courte durée. Nous prévoyons un recul de l’activité en cette fin d’année (-0,1 % t/t) : les acquis négatifs de la production industrielle et de la consommation en biens constituent de sérieux handicaps, que les résultats décevants des enquêtes de confiance ne viennent que conforter. En 2013, l’économie française ne devrait que légèrement progresser (+0,4 % en moyenne), sous la pression d’un ajustement drastique des finances publiques. Pour que le déficit public atteigne la cible de 3 % du PIB fin 2013, l’effort à concéder est considérable : il avoisine 40 Md€ (soit 1,9 point de PIB) et sera principalement obtenu par une hausse des prélèvements fiscaux et sociaux (trois quarts de l’effort). Les ménages pâtiront de cette pression fiscale accrue, mais pourront, pour les plus aisés d’entre eux, puiser dans leur épargne (et ce d’autant que cette dernière sera davantage taxée) pour maintenir leur niveau de consommation. C’est le comportement observé historiquement chez les ménages français. Le redressement très progressif du pouvoir d’achat (+0,1 % attendu, après -0,3 % en 2012) aura également un effet favorable sur la consommation. Il est la conséquence d’un recul de l’inflation (de 2 % à 1,7 %) et d’une accélération de l’emploi public (100 000 emplois d’avenir créés dès 2013). Au total, la consommation privée devrait progresser de +0,3 % en 2013, malgré un taux de chômage en hausse, à 10,4 % fin 2013 en France Métropolitaine.

L’impact sur les entreprises devrait s’avérer plus douloureux, leur situation financière étant déjà très tendue. Compte tenu d’une progression molle de la valeur ajoutée et du maintien de la hausse des salaires par tête, les profits des entreprises se sont fortement dégradés depuis 2010 (taux de marge à 28,2 % pour les SNF au T2 2012), notamment dans le cas des PME. Les hausses d’impôts vont accroître ce déficit de profitabilité et pénaliser l’investissement des entreprises, qui ne devrait ainsi progresser que de 0,1 % en 2013. Le recul devrait être évité, grâce au léger rebond de la productivité et au maintien de taux d’intérêt accommodants. Cette carence en investissement pénalise l’innovation, et donc l’amélioration de la compétitivité-qualité des produits français. Face à ces faiblesses structurelles et à un environnement européen peu porteur, le commerce extérieur pèsera sur la croissance (-0,2 point). Cette insuffisance d’investissement et ses impacts sur la compétitivité et les exportations ont amené le Gouvernement à présenter début novembre un « Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l’emploi ». La mesure phare en est un crédit d’impôt de 20 Md€ pour les entreprises. Le remboursement de l’allègement (4 % de la masse salariale brute pour les rémunérations comprises entre 1 et 2,5 Smic en 2013, puis 6 % à partir de 2014) sera différé et versé au plus tôt en 2014. Cette réduction des coûts de production permettra un regonflement des marges, favorable à l’investissement : ce dernier devrait ainsi progresser de 3,1 % en 2014 pour les SNF (un léger effet positif est possible dès 2013 pour les PME via l’avance de trésorerie). Les exportations, qui bénéficieront d’effets induits, pourront davantage profiter de l’amélioration de la conjoncture européenne : elles devraient ainsi progresser de 3,4 % a/a en 2014. À l’inverse, le financement de cette mesure (freinage plus fort des dépenses publiques en 2014 et 2015 ; hausse des taux de TVA en 2014) bridera l’évolution de la consommation privée, dont la progression annuelle (+0,6 % a/a) resterait bien en-deçà de sa moyenne de long terme (de l’ordre de 2 %). Au total, l’économie française progresserait de 1,3 % en 2014. Compte tenu de la fragilité du contexte actuel, notre scénario est entouré d’aléas baissiers : hausse de l’épargne de précaution des ménages, regain de tension liée à la crise de la dette, éventuelles mesures supplémentaires d’économies budgétaires pour atteindre la cible des 3 %, etc. La politique de stockage des entreprises est également difficile à anticiper : notre hypothèse prudente (arrêt du déstockage fin 2013) pourrait être remise en cause par un attentisme plus fort des chefs d’entreprise.

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

3

Panorama sectoriel international
Agroalimentaire De fortes disparités
En 2012, la demande mondiale a été largement freinée par l’environnement économique dégradé des pays développés. Les industriels de ces pays ont ainsi largement compris que les opportunités étaient à aller chercher à l’international, auprès des consommateurs des pays émergents (Chine, Inde, Brésil) au travers, notamment, de développements locaux (investissements industriels, partenariats, fusions, acquisitions). Naturellement, les marchés alimentaires d’Amérique du Nord et d’Europe de l’Ouest restent prioritaires de par leur ampleur. Sur ces marchés globalement matures, les exigences sont à la fois d’ordre qualitatif, mais également tarifaire (forte pression des distributeurs) : elles se traduisent donc plutôt en termes de qualité des investissements et de savoir-faire technique, mais aussi de productivité des outils industriels. Cette capacité à bien segmenter leur stratégie en fonction des opportunités locales constitue un des enjeux majeurs des grands industriels du secteur des IAA (Nestlé, Kraft, Danone, Mars, …).

Semi-conducteurs Un recul plus marqué
Après un 1er semestre de stagnation, les ventes mondiales de semi-conducteurs ont subi plusieurs ajustements à la baisse au 2nd semestre pour finir à 303 Md$, soit un recul de 2,3 % par rapport à 2011 selon le cabinet IHS. Cinq des six principaux débouchés traditionnels (dataprocessing, électronique grand public, automobile, industrie, communications filaires) se sont en effet contractés, le segment sans fil étant la seule exception à la règle. La progression des ventes de capteurs d’image CMOS (+31,8 %), de LEDs (+17,5 %), de circuits intégrés logiques spécifiques (+5,6 %) et de capteurs (+4,1 %) ne compense pas le recul des autres produits, comme les mémoires (-10,7 %) ou les composants discrets (-10,6 %). Le marché s’attend néanmoins à un rebond en 2013, notamment au cours du 2nd semestre.

Construction aéronautique Activité soutenue
La reconstitution des carnets de commandes a conduit à une activité soutenue en 2012 dont le niveau ne devrait pas fléchir en 2013. Dans un environnement économique morose, les acteurs de la filière restent toutefois prudents et n’anticipent pas de relèvement significatif des cadences actuelles à court terme. En outre, les besoins de financement générés par le regain d’activité constituent un frein.

Informatique Fortes disparités sectorielles
Les dépenses mondiales ont progressé de moins de 2 % en dollars en 2012 (+5,4 % à change constant) selon Gartner, en raison du ralentissement dans les services IT (+1 %) et les Télécoms (-0,5 %) davantage touchés par la dégradation de la conjoncture. La croissance est restée forte dans les terminaux (+7 %) tirés par le développement des tablettes et smartphones. Elle a dépassé +3 % dans les logiciels d’entreprises et les data centers, toujours portés par les besoins de stockage. En dépit des incertitudes économiques, notamment en Europe, les dépenses IT mondiales devraient progresser de près de 4 % en 2013 selon Gartner. Elles resteront tirées par les ventes de tablettes et smartphones, et dans le logiciel par les besoins de stockage et de virtualisation, les réseaux sociaux d’entreprise, l’optimisation logistique (SCM, CRM). Les services IT bénéficieront du développement du cloud computing notamment et les services télécoms de la croissance des données mobiles et fixes.

Transport aérien Évolutions contrastées
Le trafic passagers mondial demeure en croissance, tiré par la Chine, malgré le contexte économique et des résultats en retrait en Inde. Autrefois considéré comme un indicateur avancé du secteur, le fret a connu une évolution divergente au 2nd semestre 2012. En 2012, IATA a revu ses anticipations de profit en hausse à 4,1 Md$, actant ainsi l’amélioration du marché américain et la baisse relative des prix du carburant. Les perspectives 2013 sont en amélioration avec un profit attendu par IATA à 7,5 Md$, pour autant que le coût du kérosène se stabilise à près de 130 $/baril.

Télécoms 2012 : le creux de la vague ?
Le marché mondial est évalué à 2.166 Md$ à fin 2012, soit à peine 1,4 % de plus qu’en 2011 (source Gartner). Cela confirme le ralentissement global anticipé pour 2012. L’Asie affiche la plus forte croissance avec près de 8 % et l’Europe de l’Ouest (EO) la plus forte baisse avec -7 %.

4

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

Le segment des services connaît une légère baisse (-0,5 %) et celui des terminaux mobiles une forte croissance (+12,5 %), mais moindre qu’en 2011 (+18,7 %). L’écosystème en pleine mutation avec l’apparition d’acteurs « Over The Top » comme Apple, Google, Amazon, Facebook, force les opérateurs à trouver de nouveaux business model. L’objectif est de monétiser les investissements dans les réseaux -très haut débit fixe (fibre optique) et mobile (4G/LTE)- les services et les contenus répondant aux nouveaux usages. Pour 2013, Gartner anticipe une croissance globale de 3,2 %, tirée surtout par l’Asie et l’Afrique, l’EO limitant la baisse à -2 %. Les terminaux seront toujours moteurs avec +11 % et les services retrouveront une légère croissance (+1,6 %).

baisse de -0,4 % (effet prolongé du séisme de 2011, concurrence sud-coréenne). Le poids de la Chine dans la production mondiale reste proche de 47 %. Le prix du minerai de fer -après avoir chuté de près de -40 % sur 9 mois, avec la décélération chinoise, pour toucher en septembre son plus-bas niveau depuis fin 2009- a sensiblement rebondi au 4ème trimestre suite aux annonces de décalage de grands projets miniers. Les prix des métaux non ferreux restent très volatils. Depuis l’été, leurs évolutions contrastées s’inscrivent en baisse dans une conjoncture incertaine.

Automobile Évolutions très contrastées
Sur les 10 premiers mois de 2012, les immatriculations européennes de VP sont en baisse de -7,3 % (EU 27). La France (-13,3 %), l’Italie (-19,7 %) et l’Espagne (-11,9 %) sont les plus affectées, tandis que l’Allemagne décroit faiblement (-1,6 %) et que le Royaume Uni progresse (+5 %). Parmi les pays développés, le Japon est en fort rebond, à +34 %, en raison de l’effet tsunami. Aux États-Unis, 2012 est aussi une année de rebond avec des immatriculations de VL en croissance de +13,5 % à fin novembre. Dans les marchés émergents, le marché chinois progresse de +6,6 % à fin octobre, loin des +50 % constatés en 2009 et +33 % en 2010. Au Brésil, les ventes de voitures progressent de +7,2 % à fin septembre, grâce à un fort rebond au T3 2012. En Russie, le marché automobile progresse de +13,8 % à fin septembre. Au niveau mondial, les ventes de voitures devraient progresser de +6 % en 2012.

Chimie Une croissance proche de zéro
La production européenne a connu en 2012 un repli de près de 2 % par rapport à l’année 2011. Après un 1er semestre dans la continuité de l’année 2011, la production a nettement ralenti au 2nd semestre dans un contexte économique peu favorable. Ainsi, l’industrie chimique européenne présente encore un retard de 8 % par rapport à son niveau d’avant-crise qui ne sera pas comblé avant plusieurs années, avec notamment des perspectives de croissance pour l’année 2013 de l’ordre de 0,5 %, dans l’hypothèse où l’environnement économique cesserait de se dégrader (source CEFIC). En 2012, les exportations de l’Union européenne ont ralenti et les stocks ne sont pas reconstitués, entraînant une baisse des productions.

Pharmacie Des éléments de reprise
En 2012, le marché mondial a de nouveau affiché un dynamisme robuste (+4 %). Il devrait atteindre 733Md€ malgré un repli historique des prix et de la consommation par habitant dans les pays développés. La croissance est portée plus que jamais par les pays émergents qui affichent une progression à deux chiffres. Ce mouvement semble durable car lié à la solvabilisation des populations avec l’instauration de systèmes d’assurances collectives. Après 2013, la muraille des brevets tombera et les génériques représenteront une part de plus en plus importante des volumes consommés pesant sur la croissance future du marché. Dans ce contexte, l’innovation, l’efficacité thérapeutique mais également la diversification géographique seront les leitmotive des industriels afin de maintenir leur rentabilité.

Métallurgie Ralentissement chinois
Les statistiques Worldsteel de production mondiale d’acier publiées fin novembre montrent une légère progression (+0,7 % à 1 277 Mt) sur 10 mois. La production chinoise (602 Mt) ralentit (+2,1 % vs +15,2 % l’an dernier), confirmant la tendance amorcée fin 2011. Dans le reste du monde, les volumes stagnent (-0,5 % à 674 Mt), avec un contraste marqué entre les économies. Dans l’UE impactée par la crise des dettes souveraines, la production recule de -4,7 %. Aux USA, elle progresse (+4,2 %), mais moins qu’en 2011 (+11 %). Au Japon, elle

JANVIER 2012 - Prévisions d’activité 2012

5

Contexte énergétique
Énergies fossilesÉnergies fossiles
Le début d’année 2013 sera marqué par le débat sur la transition énergétique qui vient d’être lancé. Il s’agit notamment de définir les conditions de cette transition énergétique qui sera principalement caractérisée par une augmentation de la sobriété et de l’efficacité énergétique et par une augmentation de la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique. En attendant, la France semble avoir stabilisé sa consommation en énergie primaire (charbon, pétrole, gaz naturel, nucléaire, hydraulique et éolien), qui reste toutefois l’un des grands postes du déficit de sa balance commerciale. gazier européen en soit bouleversé. En attendant, la consommation française pour 2012 semble s’être redressée avec une hausse de 3 % à 5 %. Les prix du gaz « en gros » en Europe sont pour leur part, par contrat, indexés en grande partie sur le prix du pétrole, impliquant une certaine stabilité de ces derniers en 2012. Même si le développement d’approvisionnement en spot et les renégociations de contrats long terme ont probablement permis en 2012 une légère baisse du prix moyen du gaz. Attention, ces prix restent les prix d’approvisionnement des gros fournisseurs et non ceux des clients finaux.
2,9 2,7 2,5 2,3 1,9 2,1 1,7 1,5

⁄ Les produits pétroliers

Consommation en énergie primaire par français (1975-201 1)

en million tonnes oil equivalent

Après une forte baisse de la consommation en avril, la demande s’est redressée et devrait en moyenne annuelle se situer au niveau de la consommation de 2011, voire légèrement plus, induisant une poursuite de la stabilité constatée depuis plusieurs années. Le principal secteur de consommation reste le transport pour lequel le pétrole demeure indispensable. Les prix du pétrole sont restés élevés en 2012 ; ils se situent, en euros, près des plus hauts enregistrés en 2008, avec une certaine stabilité, relative, depuis 2011. Les tensions mondiales – notamment avec l’Iran – poussent les prix à la hausse, alors que les fondamentaux (équilibre offre/demande) agissent plutôt à la baisse. L’enjeu pour les secteurs économiques (transport, certains secteurs industriels), est de pouvoir répercuter les variations des prix du pétrole et de ses dérivés.

90 80 70 60 50 40 30 20 10 0

Source : OMR / AIE

75

77

79

81

19

19

19

19

20

20

19

19

19

19

19

19

19

19

19

20

Pétrole brut "Brent" (Londres) - Prix annuels moyens en euros par baril
Branche énergie Sidérurgie Agriculture, transport Non énergétique Industrie (hors sidérurgie) Résidentiel- Tertiaire

fi Le gaz naturel
La consommation française de gaz naturel a fortement et régulièrement augmenté entre 1970 et 2000. Elle s’est stabilisée depuis le début des années 2000. Le secteur résidentiel est le premier consommateur de gaz naturel (60 % de la consommation nationale), suivi par l’industrie (30 %). Le marché du gaz subit depuis ces dernières années une révolution avec le développement aux Etats-Unis du gaz de roche-mère (gaz de schiste) qui a induit une baisse des prix sur le marché domestique. Le marché du gaz restant un marché organisé par zone géographique -du fait des infrastructures lourdes nécessaires pour le transport du gaz (GNL)- l’Europe et l’Asie n’ont pu bénéficier de cette baisse des prix. De plus, le prix du gaz est encore souvent indexé sur le prix du pétrole. En Europe, après la Pologne et la Suède où ont déjà démarré des travaux d’exploration, l’Angleterre vient de donner son feu vert à l’exploitation de ses propres ressources en gaz de schiste. Toutefois, il s’agira dans un premier temps d’en évaluer le potentiel. En outre, même si les potentiels sont confirmés, il faudra encore de nombreuses années pour que le paysage

100 0

200

300

400

500

600

6

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

19 70 19 72 19 74 19 76 19 78 19 80 19 82 19 84 19 86 19 88 19 90 19 92 19 94 19 96 19 98 20 00 20 02 20 04 20 06 20 08 20 2010 11

19 90 19 91 19 92 19 93 19 94 19 95 19 96 19 97 19 98 19 99 20 00 20 01 20 02 20 03 20 04 20 05 20 06 20 07 20 08 20 09 20 10 20 11 20 12

Consommation finale française en gaz naturel (1970-201 1)

20

20

20

03

05

83

85

87

89

91

93

95

97

99

01

07

09

11

Source: Insee

Source : S0eS

Électricité
La situation prévisionnelle de l'électricité en France pour l'hiver 2012 - 2013 ne présente pas de risques particuliers
En situation normale ou de froid modérée, l’Europe aura suffisamment d’électricité pour satisfaire ses besoins de l’hiver 2012 – 2013. Sur le système électrique Centre Ouest Europe, la situation de la France devrait rester confortable, même si elle nécessitera encore des importations aux heures de pointe. La situation de l’Allemagne reste similaire à celle de l’hiver dernier, avec une utilisation toujours soutenue des capacités Charbon, et pour la Belgique, la situation sera sûrement plus tendue du fait de l’arrêt de 2 centrales nucléaires représentant environ 2.000 MW. Pour la France, comme toujours, du fait de son « électrosensibilité », une vague de froid nécessitera de fortes importations qui pourraient conduire à des saturations du réseau (une baisse de la température de 1 C entraînant une consommation supplémentaire d’environ 2.300 MW). Dans un tel cas de figure, en France et surtout en Allemagne, les conditions de vent et donc la productibilité éolienne seront critiques pour la stabilité du réseau.

La sécurité d’alimentation électrique, assurée jusqu’en 2015, devrait se tendre dès 2016 puis en 2017 en cas de fermeture de Fessenheim
Le ralentissement très net de la croissance économique en 2008, puis de nouveau en 2011, pèse sur la demande en électricité, particulièrement dans le secteur industriel. Ainsi, nous évaluons que la consommation électrique en France ne devrait pas revenir à ses niveaux d’avant-crise avant 2017. En effet, à moyen terme, les mesures d’efficacité énergétique, portées par la mise en œuvre de la Directive européenne « Efficacité Energétique » récemment adoptée, devraient avoir un impact significatif. Il faut s’attendre à une modification de la structure de consommation, avec notamment une baisse de part de marché du chauffage électrique dans la construction neuve. La mise en service de plusieurs centrales à cycle combiné gaz d’ici 2015 devraient permettre de compenser les fermetures de groupes thermiques à cet horizon. Néanmoins, le parc de production devrait évoluer significativement à l’horizon 2017. En effet, les 15 centrales Charbon mises en service avant 1975, et une partie des centrales au Fuel devraient cesser de fonctionner sous l’effet conjugué des directives « Grandes Installations de Combustion » et « Emissions Industrielles », soit une réduction de l’ordre de 7,5 GW des capacités installées (soit -6 %). A cela s’ajoute l’arrêt de la majeure partie des centrales de cogénération fonctionnant actuellement sous obligation d’achat, du fait de la fin de vie des contrats. En 2017, l’hypothèse de la fermeture de Fessenheim et de ses 2 réacteurs devrait alourdir le déficit de capacités d’environ 2.000 MW supplémentaires. Outre la mise en service de Flamanville, prévue pour 2016, les besoins identifiés pour 2016 et 2017 devront être couverts, soit par de nouveaux moyens de pointe, soit par des mesures d’effacement de la demande.

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

7

France : l’activité des secteurs en 2013
Agriculture & Agroalimentaire
‡ Agroalimentaire - 0,5 % Après une année 2012 terne, la production agroalimentaire sera affectée par la baisse de ses exportations liée à un repli général de la demande européenne et à la pression concurrentielle des IAA allemandes. ‡ Électronique de défense* -3% Le secteur reste confronté à la rigueur des budgets français et européens toujours sous contraintes.

Industrie automobile
‡ Voitures particulières et utilitaires de moins de 5 tonnes -4% Le marché européen des VP est en repli de -7 % avec une baisse plus marquée dans les pays d’Europe du Sud. La production en France des constructeurs PSA et Renault baisse de -14 %. ‡ Véhicules utilitaires de plus de 5 tonnes - 5,4 %

Biens d’équipement
‡ Construction et réparation navales civiles -7% Malgré la reprise de la réparation, l’activité ralentira du fait de l’achèvement de deux navires de croisière. La commande d’un paquebot géant et les succès engrangés par les petits chantiers redonnent néanmoins de la visibilité à moyen terme. fi Construction aéronautique et spatiale +2%

Après avoir fortement rebondi en 2011, les marchés européens des poids lourds sont en retournement à la baisse. La production anticipe sur cette tendance. ‡ Équipement automobile* - 6,4 %

L’activité continuera à être soutenue par le secteur civil et l’aviation commerciale mais les incertitudes économiques incitent à la prudence. ‡ Transformation des métaux - 2,5 %

La baisse des ventes des usines françaises d’équipement automobile se poursuivra, prolongeant la tendance de 2012 (-11 %).

Trop faiblement exportatrice (20 % de l’activité), la transformation des métaux sera pénalisée par les difficultés de ses clients français, en particulier dans la filière automobile. ‡ Équipement mécanique -2%

Biens intermédiaires
‡ Verre creux -1% La production régressera légèrement dans un contexte de ralentissement des marchés. ⁄ Verre plat 0%

Le dynamisme des grandes exportations ne parviendra pas à compenser le repli de la demande intérieure, notamment dans l’automobile et le bâtiment. fi Mécanique de précision ‡ Fonderie + 0,5 %

Un secteur compétitif et bien positionné qui souffrira toutefois de la morosité de la consommation européenne. -2%

La production se maintiendra en volume, dans un contexte de forte incertitude sur les marchés clients. ‡ Papier-carton -3%

La branche va devoir affronter la morosité de la filière automobile européenne. ‡ Équipement électrique* -2%

Face au repli de la demande, les papetiers poursuivront leurs efforts d’ajustement de capacités dans un contexte d’atténuation des tensions sur les prix des matières premières. ‡ Carton ondulé -1%

Le secteur devrait être affecté par la baisse d’activité dans le bâtiment. fi Composants électroniques* ⁄ Télécoms, informatique, électronique civile* + 1,5 %

Malgré une faible visibilité en début d’année, les perspectives mondiales sont plus optimistes. 0%

Les transformateurs de carton ondulé seront impactés par le repli de la demande des principaux secteurs clients : industrie manufacturière et agroalimentaire. Les arrêts de production se poursuivront dans un contexte de surcapacités toujours importantes. ‡ Chimie minérale - 0,1 %

Pilotage à vue dans l’espoir d’une amélioration en fin d’année.

Une production dégradée dans la majorité des secteurs clients, à l’exception des engrais, entraîne une stagnation du secteur.

8

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

fi Engrais

+3%

La production française augmentera suite à la mise en service de nouvelles unités, dans un contexte de demande mondiale soutenue. ‡ Chimie organique - 0,2 %

Services
‡ Services informatiques* -1% Dans un contexte économique morose, les dépenses informatiques des entreprises resteront sous contraintes, ce qui entraînera une diminution des nouveaux projets et maintiendra la pression sur les prix. fi Grand commerce* + 1,4 %

Avec la poursuite du ralentissement des secteurs clients, les volumes de production vont légèrement diminuer. ⁄ Plastiques 0%

La production, affectée par la poursuite du ralentissement des principaux secteurs clients, stagnera en 2013. ⁄ Phytopharmaceutiques 0%

Les marges des distributeurs ainsi que les budgets des ménages resteront sous pression. Parallèlement, l’évolution des habitudes de consommation se poursuivra avec le développement du multicanal (Internet principalement), même dans le domaine alimentaire.

Le climat économique incertain et la baisse des utilisations entraîneront une stagnation du secteur. ‡ Transformation des plastiques -2%

Construction
‡ Bâtiment - 6,5 % Le marasme économique persistant et la réduction des aides gouvernementales au logement entraînent un sévère retournement de cycle. ‡ Travaux publics - 2,5 %

Poursuite de la baisse des volumes après une année 2012 en recul. ‡ Sidérurgie -2%

La consommation apparente reculera de -3 %. Les prix devraient être maintenus sous pression. Ils demeureront fortement tributaires de l’évolution des coûts du minerai de fer et du charbon à coke (en relation avec les équilibres chinois).

Les contraintes budgétaires et une conjoncture économique peu propice aux investissements feront baisser l’activité du secteur, malgré le soutien du cycle électoral municipal.
* En valeur

Biens de consommation
‡ Édition -3% Après un nouveau repli en 2012 et en l’absence de réforme des programmes scolaires, l’évolution du marché dépendra de l’effet best-sellers. Les ventes seront également impactées par l’évolution de la consommation des ménages et par l’essor attendu du livre numérique. ‡ Industries graphiques -2%

Dans un contexte de baisse du marché publicitaire, les grands secteurs annonceurs et les entreprises continueront de rationaliser leurs dépenses, ce qui pèsera sur les volumes de production d’imprimés. fi Pharmacie* +1%

Une croissance faible, reflet d’un marché domestique à la peine face aux nouvelles mesures de restriction des dépenses de santé.

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

9

Agriculture & Agroalimentaire
Agriculture
Estimation 2012 ‡ - 3,3 % en volume
La nouvelle flambée des cours des matières premières (céréales, soja…) amorcée en 2011 s’est poursuivie en 2012, sous l’influence des mauvaises récoltes de certains pays exportateurs (e.g Etats-Unis) et de stocks mondiaux particulièrement bas. Elle tire l’ensemble des prix agricoles vers le haut. Les volumes de livraisons sont très variables d’une production à l’autre. Malgré la baisse de 3,3 % des volumes, les livraisons de produits agricoles ont progressé de 5,1 % en valeur, en raison d’une forte hausse des prix (+8,6 %). Cette hausse des livraisons s'est accompagnée d’une augmentation sensible des prix des consommations intermédiaires (énergie, engrais, alimentation animale). Le revenu net agricole moyen par actif a cependant progressé de 4,3 % en termes réels. Les conditions météorologiques défavorables de l’été ont entraîné un recul global des livraisons de produits végétaux (-4 % en volume). Par contre, les prix ont augmenté de 11,2 % en moyenne, la hausse étant particulièrement marquée pour les céréales et les oléagineux. En volume, les évolutions sont cependant contrastées selon les productions, avec un recul pour les pommes de terre de conservation (-18 %, 4,5 Mt), le sucre (-10 %, 4,5 Mt), les vins (-20 %, 41 millions d’hectolitres), les oléagineux (-3 %, 7,2 Mt) et de nombreux fruits et légumes, mais, par contre, une hausse sensible pour les céréales (+7 %, 68 Mt). Les livraisons de produits animaux ont diminué (-2,7 % en volume), pour quasiment toutes les productions : gros bovins, veaux, ovins, porcs volailles, œufs, à l’exception de la collecte de lait. Les cours sont en hausse pour la quasi-totalité des productions animales.
1,0 0,5 0,0 2002 2003 2004 2005 2006 5,0 4,5 4,0 3,5 3,0 2,5 2,0 1,5

Prévision 2013 Nouvelle réforme de la PAC toujours en discussion
Les négociations européennes sur une nouvelle réforme de la Politique Agricole Commune (PAC) n’ont pas encore abouti et se poursuivront en 2013. Celles-ci restent conditionnées à un accord sur le cadre budgétaire de la période 2014-2020, qui fait l’objet de vives discussions entre Etats membres. L’objectif global de la réforme est de préserver la compétitivité des exploitations tout en favorisant l’utilisation durable des ressources naturelles et l’équilibre des territoires ruraux. Il s’agit de répartir les aides directes de manière plus équitable entre les exploitations, entre les régions et entre les Etats membres, dans un cadre budgétaire en baisse. En pratique les deux piliers seraient maintenus. Au titre du premier, l’agriculteur recevrait une contribution, plafonnée pour les grandes exploitations, qui s’appuierait sur la surface et les conditions de production et non plus sur des références historiques. Pourraient s’ajouter des aides liées à des contraintes spécifiques (e.g. zone de montagne) et des « paiements verts » pour encourager les pratiques respectueuses de l’environnement (e.g. maintien de prairies permanentes). Au titre du deuxième pilier, le choix d’une agriculture de qualité (e.g. agriculture bio, certifiée) serait favorisé par des paiements supplémentaires. Pour la campagne 2012-2013, les surfaces emblavées en céréales d’hiver sont en progression (+3,2 %), plus nettement pour l’avoine (+10,6 %) et l’orge (+9,7 %) que pour le blé tendre (+2,8 %). La sole de colza d’hiver est par contre en repli sensible (-7,1 %), comme celle de blé dur (-5,5 %).
2008 2009 2010 2011 2012 2013

Solde commercial agroalimentaire (produits bruts)
en milliards d'euros courants

2007

10

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

Source : AGRESTE

Agroalimentaire
Estimation 2012 fi + 1 % en volume
En 2012, la croissance de la production industrielle agroalimentaire (+1 %) a connu un net ralentissement après la forte reprise de 2011. Après un 1er semestre plutôt dynamique (+1,7 % par rapport au 1er semestre 2011), le ralentissement a été très net au 2nd semestre 2012 (+0,3 %). La production a été très dynamique pour le secteur des huiles, dont la progression structurelle avait été momentanément interrompue en 2011 (-2,7 %), et qui a fait plus que rebondir en 2012 (+22 %). Les évolutions des autres secteurs sont plus modérées avec, notamment, la reprise de la production de Boulangerie Viennoiserie Pâtisserie (+1,7 % vs -1,3 % en 2011) et la bonne santé des autres produits alimentaires (+3 %, grâce notamment au succès des plats préparés et plus spécifiquement des « Pasta Box »). On notera la timide hausse du secteur des boissons (+0,4 %) en lien avec une moindre demande internationale en champagne. La production de produits laitiers a stagné en 2012. Directement lié à l’évolution de la collecte laitière, le dynamisme du premier semestre a été masqué par le recul du second en raison notamment de la hausse des prix de l’alimentation du bétail. La production des viandes et produits carnés diminue significativement (-2,4 % en 2012) avec la baisse des cheptels. La hausse des exportations en valeur en 2012 a entraîné la hausse de l’excédent du commerce extérieur des IAA qui est passé de 7 à 8,3 Md€. Les prix de vente en sortie usine ont continué d’augmenter (hausse de 3 %) du fait de la poursuite de la hausse des prix de l’amont.
3 2 1 0 6 5 4 8 7 9

Prévision 2013 ‡ - 0,5 % en volume
En 2013, l’activité des IAA en France baissera de 0,5 % en volume. Les industriels seront confrontés à une demande en berne sur l’ensemble des marchés. Du côté des ménages, le recul du pouvoir d’achat aura pour conséquence la stagnation en volume de la consommation. La forte sensibilité des ménages français aux prix aura pour conséquence une baisse des achats de produits chers jugés non essentiels comme la viande, les plats cuisinés frais… Si quelques segments restent porteurs et sources de rentabilité pour les entreprises (produits bio, Labels, produits à allégation), le secteur souffrira donc encore de l’attrait des consommateurs pour les produits de base, peu chers, où la compétitivité étrangère est plus forte. La baisse de la production sera essentiellement due à la baisse des exportations en 2013, déjà visible fin 2012, avec la multiplication des plans de rigueur en Europe et la pression concurrentielle des industries agroalimentaires allemandes. L’excédent du commerce extérieur agroalimentaire se repliera donc légèrement en 2013.

2002

2003

2004

Solde commercial agroalimentaire (produits transformés)
2005 2006

en milliards d'euros courants

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2013

Source : AGRESTE

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

11

Biens d’équipement
Construction et réparation navales civiles
Estimation 2012 ‡ - 4 % en volume
La construction navale civile a reculé de 4 %. STX a livré un paquebot à son premier client MSC. L’opérateur suisse a également repris la commande annulée faute de paiement de l’armement libyen GNMTC pour un sistership. Coup de de théâtre en mars, l’annulation par Viking de sa commande de deux paquebots, finalement attribuée au concurrent Fincantieri, a brutalement dégarni le plan de charge. Début décembre, Saint-Nazaire se trouvait en situation critique, avec la moitié du personnel au chômage technique et un carnet réduit à deux paquebots en cours d’achèvement et deux BPC en construction pour la Marine russe. C’est dire si la commande en fin d’année d’un paquebot géant plus une option par le numéro deux mondial RCCL a été accueillie avec soulagement. La réparation navale repart à la hausse de +2 %, après avoir évité le pire. Le groupe néerlandais Damen a repris les numéros un et deux nationaux, la Sobrena de Brest en redressement judiciaire au mois de mars, Arno Dunkerque en décembre. L’activité et les perspectives s’améliorent à Marseille, sous contrôle de l’italien San Giorgio. par STX Turku, devait logiquement revenir au chantier finlandais. Saint-Nazaire a obtenu le contrat à l’arraché en proposant une offre compétitive et un financement bouclé en un temps record avec le soutien de l’Etat. Il intervient dans un contexte de concurrence féroce entre chantiers navals et de raréfaction des financements maritimes. Résistant à la récession en Europe et aux suites de l’accident du Concordia, les opérateurs de croisière poursuivent néanmoins leurs investissements, à l’exception de MSC qui marque une pause. Livrable mi-2016, la commande de RCCL redonne à STX France de la visibilité, alors que les pistes de diversification ferries à propulsion GNL, offshore, énergies marines renouvelables (EMR) tardent à se concrétiser. Elle lui donne notamment plus de temps pour se positionner sur les futures opportunités offertes par les projets éoliens offshore.

Prévision 2013 ‡ - 7 % en volume

La construction civile devrait connaitre un repli de 9 %, plus marqué à Saint-Nazaire où la sous-activité s’étendra aux sous-traitants à partir du printemps. Mais la commande de RCCL arrive à pic pour occuper le bureau d’études et relancer les ateliers avec une mise en production prévue en septembre. Ce contrat d’un milliard d’euros est celui de tous les records. Plus grand paquebot commandé à Saint-Nazaire et vraisemblablement au monde, le navire, version innovante de la classe Oasis dont les deux têtes de série ont été construites

Total

Construction navale civile + 15 + 14 Réparation navale civile + 15

Activité du secteur naval civil (évolution en % et en volume)
2007 2008

+ 29

+ 32 +5

Chez les petits chantiers, le maigre carnet de STX Lorient contraste avec les succès en série d’OCEA, qui enchaine les contrats à l’export dans le militaire et l’offshore, ou de Piriou qui a pris commande d’un navire de passagers et d’un bâtiment de formation maritime. 2009

Poursuivant sa diversification dans les bateaux gris, Piriou a annoncé la création avec DCNS d’une co-entreprise dans le domaine des navires dédiés à l’action de l’Etat en mer (sauvetage, dépollution, soutien, surveillance) avec, en vue, des appels d’offres nationaux à moyen terme et des débouchés à l’export. Une reprise de STX Lorient par DCNS a même été évoquée mais démentie par l’intéressé.

L’opération illustre néanmoins la complémentarité et la convergence des industries navales civiles et militaires. En 2013, les chantiers civils construiront majoritairement des bateaux gris tandis que DCNS met résolument le cap sur les EMR. La collaboration est appelée à s’intensifier entre les deux filières.

La réparation navale française progressera de 15 %, avec une activité en année pleine de Damen Brest. Désormais adossés à des leaders européens, les chantiers nationaux pourront profiter d’une demande soutenue par les projets de conversion et d’adaptation des navires aux nouvelles normes environnementales.

- 31 - 22 - 30

2010

- 19 +3 - 17

2011

+ 23 -9

+ 19

2012

-4 +2 -4

2013

-9 + 15 -7

12

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

Construction aéronautique et spatiale
ENSEMBLE DU SECTEUR
mensuels au second trimestre 2013 contre 9 en janvier 2012. Le marché de l’aviation d’affaires bien que stabilisé demeure dans l’expectative. Une reprise franche reste peu probable à court terme, tant aux Etats-Unis qu’en Europe. La filière spatiale va connaitre un regain d’activité avec le lancement d’Ariane 6. L’activité MRO est globalement en croissance mais le rééquilibrage vers les zones géographiques conjuguant croissance du trafic passagers et main d’œuvre attractive se poursuit. Le trafic aérien continue à croître bien qu’à un rythme ralenti, tiré par la zone Asie-Pacifique. Le fret est cependant orienté à la baisse en raison du ralentissement de la demande, en Europe notamment. Les compagnies aériennes continuent cependant à exercer un contrôle étroit des capacités, maintenant les taux de remplissage à des niveaux élevés. Les équipementiers peuvent s’appuyer sur des carnets de commande fournis alimentés notamment par la montée en puissance des nouveaux programmes. En outre, les avionneurs et motoristes se sont engagés dans une démarche visant à assurer plus de visibilité à leurs soustraitants. La filière devrait voir ses effectifs progresser à nouveau. Le secteur aéronautique demeure relativement protégé dans un contexte général morose. Les volatilités de la parité Euro/Dollar, du carburant et des matières premières demeurent cependant des éléments déterminants pour le secteur.
135 150 165

Estimation 2012 fi + 3 % en volume
S’appuyant sur des carnets de commandes restaurés, le secteur a adapté ses moyens de production et relevé les cadences.

Prévision 2013 fi + 2 % en volume
L’activité continuera à être soutenue par le secteur civil et l’aviation commerciale. Mais les besoins de financement induits devraient conduire les équipementiers à contenir la croissance des moyens de production.

SECTEUR CIVIL

Estimation 2012
En 2012, les livraisons d’Airbus ont continué à progresser avec 580 avions commerciaux, incluant une trentaine d’A380 (vs 534 en 2011 dont 26 A380). Avec plus de 600 appareils, les commandes brutes demeurent supérieures aux livraisons, mais elles sont en net retrait par rapport à 2011 qui avait bénéficié de l’effet A320neo. L’aviation d’affaires continue sa convalescence avec une stabilisation du marché sans nette reprise en raison du contexte économique défavorable en Europe et aux Etats-Unis. Les livraisons de Dassault Aviation sont en légère hausse avec 65 Falcon. Ariane 5 totalise 7 tirs en 2012, soit un de plus qu’en 2011. La décision de lancer Ariane 6 a été prise.

45 40 35 30 25 20 15

Prévision 2013
Alors qu’Airbus a renforcé les cadences de production en 2011 et 2012 passant de 36 à 42 A320 mensuels depuis octobre 2012, l’exercice 2013 ne devrait pas connaitre de nouvelle évolution. Un nouveau relèvement à 44 appareils mensuels en 2014 n’est pas écarté, même si les incertitudes économiques incitent à la prudence. Bénéficiant du retard des programmes A350 et B787, les cadences de l’A330 seront renforcées à 10 appareils

2003

2004

Chiffre d'Affaires (en Md€ constants 2003)
2005 2006

Activité de la construction aéronautique

2007

2008

2009

2010

Production Industrielle (base 100 en 1999)
2011 2012

Source : GIFAS, Insee

2013

105 90

120

180

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

13

S E C T E U R M I L I TA I R E

ÉLECTRONIQUE DE DÉFENSE

Estimation 2012
Les livraisons de Rafale se sont poursuivies au rythme de 11 appareils annuels. Dans le même temps, le nEUROn démonstrateur de drone de combat furtif (UCAV) européen- a effectué son premier vol avec succès. Eurocopter a livré un second exemplaire de NH90 à la DGA dans sa version tactique et poursuivi ses livraisons à la Marine dans la version navale. Les commandes militaires sont cependant restées contenues.

Estimation 2012 ‡ - 4 % en valeur
En dehors des systèmes embarqués soutenus par les commandes du Rafale, l’électronique de défense a suivi l’évolution des dépenses militaires. Le secteur reste très dépendant des commandes nationales.

Prévision 2013 ‡ - 3 % en valeur
L’année s’annonce comme un exercice de transition avec la publication du Livre Blanc et la nouvelle loi de programmation militaire. Les programmes en cours devraient être poursuivis. Les grands systèmes de même que la dissuasion resteront préservés, sous réserve que les recettes exceptionnelles prévues au budget (ventes de fréquences, cessions immobilières) soient concrétisées.

Prévision 2013
La sélection du RAFALE par l’Inde dans le cadre de son appel d’offres pour la fourniture de 126 avions de combat ne devrait pas permettre une réaffectation des crédits de défense dans l’immédiat. Ceux-ci devraient s’inscrire dans un contexte d’austérité budgétaire. Les exportations seront déterminantes pour le maintien du niveau d’activité de la filière.

14

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

Mécanique - Fonderie
ENSEMBLE DU SECTEUR MÉCANIQUE

Estimation 2012 fi + 1,7 % en volume

Après un bon démarrage au S1, l’activité s’est fortement réduite au S2 en raison de la forte dégradation des marchés de l’automobile et du bâtiment et des incertitudes persistantes dans la zone Euro. Ce climat est particulièrement difficile à gérer par les entreprises du secteur qui ne bénéficient d’aucune visibilité sur leur activité. Ainsi, face à la forte volatilité des commandes, seules les entreprises capables de flexibiliser leur outil de production et leur chaîne d’approvisionnement parviennent à maintenir leurs marges et à éviter les ruptures en cas de reprise partielle.

Prévision 2013 ‡ - 2,5 % en volume
10 -5 5 0

Le faible niveau des commandes enregistrées au S2 2012 laisse présager une activité très morose au S1 2013. De plus, les anticipations de l’Insee confirment une baisse des efforts d’investissements (-2 %) en lien avec l’attentisme affiché par les industriels. Enfin, la persistance des difficultés sur les marchés de l’automobile et du bâtiment affectera plus principalement la sous-traitance, les fabricants de matériel de levage, les fabricants de matériel pour le BTP, ainsi que les fabricants de composants mécaniques positionnés sur ces marchés.
-10 -15 -20

2003

2004

2005

2006

glissement annuel en % du volume de l'activité productive

2007

T R A N S F O R M AT I O N D E S M É TA U X

Estimation 2012 ⁄ 0 % en volume

Les performances du secteur seront contrastées en 2012. La sous-traitance, qui a représenté 41 % de l’activité de ce secteur en 2011, s’est globalement retournée à mi2012, les bons résultats de la filière aéronautique ne venant pas compenser la baisse observée sur les marchés automobiles au 2nd semestre. Au total, la soustraitance devrait enregistrer un léger recul en 2012. Les articles métalliques (28 % de l’activité en 2011) devraient être stables. La chaudronnerie (22 % en 2011) et la construction métallique (9 %) sont mieux orientées avec une légère croissance (comprise entre 2 % et 4 %).

Prévision 2013 ‡ - 2,5 % en volume

L’année 2013 devrait être marquée par une pression accrue sur les prix pour les sous-traitants, notamment dans la filière automobile. Le développement commercial -encore limitéauprès des constructeurs automobiles allemands, risque de se faire au détriment des marges. Malgré la bonne tenue de certains marchés, comme l’aéronautique, le secteur de la transformation des métaux, traditionnellement peu exportateur (20 % de l’activité en 2011), n’aura que peu de relais de croissance en 2013.

Industries mécaniques françaises

2008

2009

2010

2011

2012

Source : FIM

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

15

ÉQUIPEMENT MÉCANIQUE

Estimation 2012 fi + 2,5 % en volume
Le bon niveau du carnet de commandes en début d’année et le dynamisme des commandes au T1 ont alimenté la croissance de l’activité jusqu’au T3 2012. Toutefois, la bonne tenue des facturations masque une baisse sensible des prises de commandes depuis mai 2012 qui devrait affecter plus défavorablement l’activité du secteur à partir du T4 2012. Au total, les différents segments devraient connaître une croissance de 2 % à 3 %, à l’exception du machinisme agricole qui connaîtra une croissance à deux chiffres.

Prévision 2013 ‡ - 2 % en volume
Le faible niveau de commandes enregistrées au S2 2012 et les mauvaises perspectives des secteurs-clés de l’automobile et du bâtiment laissent présager une année 2013 très morose et un S1 2013 particulièrement difficile. Les entreprises liées aux marchés de l’agroalimentaire, de l’aéronautique, du ferroviaire et de l’énergie seront toutefois épargnées, tout comme les entreprises exportatrices vers les pays émergents (notamment Chine, Russie et Brésil).

MÉCANIQUE DE PRÉCISION

BRANCHE FONDERIE

Estimation 2012 fi + 2 % en volume
En dépit d’un fléchissement de la consommation des ménages, les entreprises du segment parviennent à maintenir une croissance régulière grâce à l’amélioration constante de leur compétitivité. Les segments des équipements médicaux, de la lunetterie et du matériel optique ont particulièrement performé, en raison du positionnement-clé des fabricants sur des produits à très forte valeur ajoutée.

Estimation 2012 ‡ - 6 % en volume
Les performances de la branche se solderont par une dégradation plus forte que prévue en début d’année, sous l’effet de l’effondrement de la production pour le marché automobile. Les fonderies intégrées des constructeurs d’automobiles sont particulièrement touchées (des reculs d’activité de plus de 30 % ont été annoncés). Outre l’aéronautique, les bonnes nouvelles se limitent aux marchés des matériels de travaux publics (à l’exportation) et au ferroviaire, ce qui explique la bonne tenue de la production d’acier moulé.

Prévision 2013 fi + 0,5 % en volume
En dépit d’un recul attendu des exportations vers les pays d’Europe du Sud, l’activité du segment devrait rester stable grâce à la demande intérieure et au relai très dynamique des pays émergents. Les marges des fabricants resteront tendues, comptetenu des pressions concurrentielles toujours très fortes sur ces marchés et des faibles hausses de prix anticipées.

Prévision 2013 ‡ - 3 % en volume
La branche sera une nouvelle fois marquée par les perspectives moroses de la filière automobile en Europe et plus particulièrement en France. De nombreux groupes spécialisés dans les pièces moulées pour l’automobile vont devoir repenser leur stratégie en terme d’implantations internationales.

16

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

Biens d’équipement

Équipement électrique et électronique
ENSEMBLE DU SECTEUR ÉQUIPEMENT ÉLECTRIQUE

Estimation 2012 ‡ - 3,2 % en valeur

L’ensemble de l’année 2012 aura finalement été plus difficile que prévu, notamment à partir du 2nd semestre. Les secteurs très dépendants du marché intérieur ont été affectés par une conjoncture morose. Les secteurs exportateurs comme celui des composants électroniques ont souffert des difficultés du marché automobile à l’échelle mondiale.

Prévision 2013 ‡ - 1,8 % en valeur
115 110 105 100 95 90 85

Sur les marchés européens, une poursuite de la tendance de l’année 2012 est à craindre, notamment dans la perspective d’un repli significatif de la demande liée au secteur du bâtiment.

Une parité Euro/Dollar plus favorable amènerait à espérer de meilleures exportations, permettant de compenser les incertitudes macro-économiques sur la zone Euro.

J

F

M

A

Composants
M J J

2011

Estimation 2012 ‡ - 3 % en valeur
L’année 2012 a été morose, avec en particulier une activité plus difficile depuis le second semestre 2012, notamment dans les secteurs liés au bâtiment. Le secteur de l’éclairage a en revanche profité des nouvelles technologies et bénéficié des nouvelles réglementations.

Prévision 2013 ‡ - 2 % en valeur
Le secteur devrait souffrir d’une activité en baisse sur certains marchés clés, comme celui du bâtiment. La filière devrait bénéficier des besoins d’équipements dans les domaines de l’énergie, même si les plans de développement peuvent être décalés, les perspectives d’évolution de la consommation énergétique étant notamment moroses dans les pays développés.

Production du secteur électrique et électronique

A

S

Base 100 en 2005, indices CVS-CJO
O

Équipements
N D

J

F

M

A

M

2012
J J

A

S

O

N

D

Source : INSEE

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

17

COMPOSANTS ÉLECTRONIQUES

TÉLÉCOMS, INFORMATIQUE, ÉLECTRONIQUE CIVILE

Estimation 2012 ‡ - 3 % en valeur
Après un début d’année encourageant, le marché aura été rattrapé par la conjoncture générale, avec une baisse quasi-générale des segments de marchés, reflétant la tendance mondiale sur 2012. L’impact a été plus marqué sur les débouchés automobiles, et industriels en général, contrairement aux puces pour encarteurs, soutenues par les besoins en carte bancaire et en identification.

Estimation 2012 ‡ - 1,5 % en valeur
Il est difficile de tirer des tendances de fond générales sur la base d’un track-record assez erratique au fil des mois, et ce, sur la plupart des segments. Sur l’année, le trend moyen reste cependant globalement en repli, avec un profil plus ou moins régulier suivant les segments.

Prévision 2013 fi + 1,5 % en valeur
La visibilité reste toujours faible. Les derniers ratios « book to bill » (nouvelles commandes sur facturation) disponibles pour 2012, en dessous de 1, laissent augurer d’un début d’année incertain. La situation au sein de l’industrie devrait rester relativement disparate, favorisant davantage les acteurs de taille importante. Cependant, il est permis d’être plus optimiste pour 2013, avec un rattrapage espéré sur le 2nd semestre, à l’image des prévisions au niveau mondial.

Prévision 2013 ⁄ 0 % en valeur
La tendance de l’année 2012 devrait logiquement se prolonger sur le début de 2013, dans un contexte de pilotage à vue et de grande prudence des clients finaux. L’espoir d’un rebond mesuré pour la fin de l’année reste néanmoins autorisé, sous réserve d’un retournement du contexte économique global.

18

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

Industrie automobile
Voitures particulières et utilitaires légers (- de 5 tonnes)
Estimation 2012 ‡ - 14 % en volume
En 2012, la plupart des marchés européens sont en recul : France (-13,8 % à fin novembre), Allemagne (-1,7 %). Le recul est particulièrement sévère en Italie (-19,7 %) et en Espagne (-12,6 %). Les constructeurs français, très exposés aux marchés d’Europe du Sud, sont affectés dans leur mix géographique. À fin octobre, les immatriculations européennes de VP de PSA et Renault sont en baisse respectivement de -12,9 % et -21,4 %. À fin septembre, la production française de véhicules légers de PSA et Renault est en recul de -13,2 %.
2,3 2,2 2,1 2,0 1,9 1,8 1,7 1,6 1,5 2,4

Immatriculations France de voitures neuves
1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013

en millions d'unités

Prévision 2013 ‡ - 4 % en volume
Pour 2013, nous anticipons une poursuite de la baisse des immatriculations de véhicules légers sur le marché européen, mais à un rythme moindre qu’en 2012 : -2,0 % sur 2013. Les constructeurs français resteront pénalisés par leur mix géographique (nous prévoyons une baisse de -3,2 % du marché français VP) mais enregistreront l’impact favorable de leurs nouveaux modèles (208, Clio) introduits en 2012. Par ailleurs, ils n’auront pas à faire l’effort de déstockage consenti en 2012. En 2013, la production de véhicules légers des usines françaises des constructeurs français baissera de -4 % en volume.
Véhicules légers*

16 15 14 13 12 11 10

(en milliers d'unités)

2010

10/09 11/10 12/11 13/12 (%) 2011 (%) 2012 (%) 2013 (%) - 13,8 1 840 - 10,0 377 49,0 % 65,2 % - 12,0 4 923 - 10,3 3 775 - 14,0 1 627 - 4,0 - 4,2 - 4,0 - 3,2 - 1,8

Immatriculations 2 252 - 0,7 2 204 - 2,1 1 900 VP France Immatriculations 418 + 11,8 427 + 2,0 384 VUL France Part de marché 54,4 % 52,1 % 49,2 % en France VP Part de marché 68,1 % 66,5 % 65,8 % en France VUL Production 6,316 + 17,8 5,825 - 7,8 5 128 mondiale Exportations 4 806 + 25,7 4 393 - 9,1 3 941 totales Production VP 1 909 + 14,3 1 970 + 3,2 1 695 + VUL France

2003

2004

2005

Immatriculations EU15+EFTA de voitures neuves (CVS et 12 mois)

2006

cvs

2007

en millions d'unités
2008 2009

12 mois glissants
2010

2011

2012

* Depuis 1998, les constructeurs français fournissent leur production en nombre de véhicules montés, suivant la localisation de la tombée de ligne. Les chiffres retenus sont désormais ceux de la production mondiale des constructeurs français.

Source : ACEA

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

19

Véhicules utilitaires de plus de 5 tonnes
Estimation 2012 ‡ - 10 % en volume
À fin novembre les immatriculations en France de véhicules industriels de plus de 5t sont en recul de -7,5 % par rapport à 2011. Le secteur du transport routier est traditionnellement très sensible au recul de l’activité économique mais les volumes de vente de camions sont soutenus par le fort niveau de sous-investissement de 2009/2010. Au niveau européen, les ventes de VI de plus de 3,5 t sont en recul de -7,1 % sur 10 mois. On note le recul de l’Allemagne (-7,4 %) et de l’Europe du sud (Italie : -29,6 % ; Espagne : -19,5 %). La production française est affectée par son mix géographique.

Équipement automobile
Estimation 2012 ‡ - 11 % en valeur
Au premier semestre, les facturations des usines françaises d’équipement automobile ont reculé de -11,1 % à 8,76 Md€. Tous les segments sont affectés : la première monte en raison de la baisse de production de véhicules légers en France (-13,8 % à 958 000 unités), la rechange (de l’ordre de -10 %) ainsi que les exportations. L’export représente désormais 51 % des ventes totales des usines françaises.

Prévision 2013 ‡ - 6,4 % en valeur
En 2013, l’activité des usines françaises sera affectée par la baisse de la production de véhicules légers en France (-4 % en volume). La rechange devrait aussi souffrir de la morosité de la consommation et des baisses de prix. Enfin, le montant des exportations sera pour sa part négativement affecté par la faiblesse des volumes de production en Europe et par les mouvements d’ouverture de nouvelles usines sur les marchés émergents.

Prévision 2013 ‡ - 5,4 % en volume
En 2013, les immatriculations françaises de camions et tracteurs routiers seront affectées par la mauvaise tenue des secteurs du transport de marchandises et du bâtiment. Cependant, l’entrée en vigueur attendue des normes Euro 6, devrait pousser certains acteurs vers des achats d’anticipation en fin d’année. Au total, le recul du marché français sera limité à -9 %. La production en France de Renault Trucks bénéficiera de la politique de déstockage de 2012 et enregistrera un recul limité de -5,4 %.

Véhicules utilitaires 2010 10/09 2011 11/10 2012 12/11 2013 13/12 (en milliers d'unités) (%) (%) (%) (%)

(en Md€ courants)

Équipement automobile

2010 10/09 2011 11/10 2012 12/11 2013 13/12 (%) (%) (%) (%) 8,2 + 5,0 6,8 + 5,0 1,4 + 5,0 9,0 + 15,1 17,9 + 14,1 9,0 + 8,8 7,6 + 11,6 1,4 9,7 - 3,1 + 7,5 8,1 6,9 - 9,2 - 9,2 7,7 6,5 1,2 7,9 15,5 - 5,8 - 6,0 - 5,0 - 7,0 - 6,4

Immatriculations en France Constructeurs français Part de marché en France Production française Exportations totales

34,2

- 3,7

47,4 + 38,5

43,3

- 8,6

39,8

- 8,1

Total France Constructeurs

31,9% 29,7 + 44,2 18,8 + 121,2

30,4% 39,5 + 33,0 25,1 + 33,5

29,5% 35,6 - 10,0 22,8 - 9,3

29,5% 33,6 21,9 - 5,4 - 3,8

Autres clients Exportations directes TOTAL FACTURATIONS

1,3 - 10,2 8,5 - 12,8 16,6 - 11,1

18,7 + 4,3

20

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

Biens intermédiaires
Verre
Estimation 2012 ‡ - 10 % en volume

Après un rebond général marqué en 2011, l’activité s’est fortement dégradée en 2012, en particulier sur le second semestre de l’année avec un ralentissement très accusé. La production de verre plat en France a connu une forte baisse (-19 %). L’arrêt prolongé d’un float d’une usine dédiée à ce marché s’inscrit dans un contexte d’orientation défavorable des principaux secteurs clients, l’automobile et le bâtiment. La production française de verre plat est très fortement impactée par les arrêts ou redémarrages d’unités dans un contexte de surcapacité sur les marchés de l’Europe de l’Ouest et d’arbitrage par les principaux acteurs entre leurs différentes unités de production en Europe. Le marché des fibres de verre pour l’isolation, reste bien orienté, en réponse aux demandes d’efficacité énergétique dans le bâtiment. Les fibres de renforcement sont sur un secteur fortement concurrentiel. Globalement, l’activité est en léger retrait (-3 %), avec en particulier l’impact de l’arrêt pour reconstruction d’une unité. Le verre creux a connu une année de repli dans tous les secteurs, aboutissant à une baisse de 6 % en volume. Les bouteilles ont régressé d’environ 6 %. La gobeleterie, en particulier la verrerie de table, a également baissé (-14 %), les flacons et pots industriels ont connu une baisse de 5 % avec un ralentissement à l’export des parfums et cosmétiques. Les investissements ont porté principalement sur les mises aux normes environnementales et sur le traitement des rejets de poussières.
80 75 J F M A M J J A S O N 90 85 100 95

2011

Prévision 2013 ‡ - 1 % en volume
Dans la continuité du second semestre 2012, le secteur restera à son point bas dans un contexte de grande incertitude. Dans le secteur du verre plat, les capacités affectées à l’automobile stagneront de même que celles dédiées au bâtiment dans un climat trés incertain. La prolongation de l’arrêt d’un float et l’évolution des principaux marchés feront que les capacités de production stagneront (0 %) et pourraient baisser en cas de nouveau report de redémarrage des unités de production. Les fibres de verres pour l’isolation en revanche devraient progresser (+2 %) avec un marché de l’isolation thermique des bâtiments bien orienté. Le marché du verre creux approchera de son point bas. Il baissera de -1 % avec un marché intérieur atone et des productions vinicoles faibles en 2012. Les flacons et pots ainsi que la gobeleterie connaîtront des évolutions de production au mieux stables, voire défavorables. La proportion de calcin (verre recyclé) utilisée dans les fours continue à augmenter grâce à la mise en place du tri par couleur. Ainsi, le calcin est aujourd’hui utilisé dans les fours à verre blanc. Il est même la première matière de base des verriers. Aujourd’hui, près de 70 % des bouteilles et pots sont ainsi recyclés.

Production de verre et d'articles en verre
D J F M A M

Base 100 en 2005, indices CVS-CJO

2012
J J

A

S

O

N

D

Source : INSEE

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

21

Biens intermédiaires
Industrie papetière
P Â T E À PA P I E R E T V I E U X PA P I E R S PA P I E R - C A RT O N

Estimation 2012
Les cours de la pâte en dollars ont reculé en global sur l’année : -14,5 % pour la pâte de résineux NBSK, qui malgré un rebond au T4 termine l’année autour de 780$/t ; -7 % pour la pâte d’eucalyptus BEKP qui termine à 630$/t. Avec la dépréciation de l’Euro, le prix moyen de la NBSK a baissé de 7 % à 630€/t tandis que celui de la BEKP est inchangé à 580€/t. Les livraisons mondiales de pâte marchande ont progressé de 2,8 %, tirées par une demande chinoise ralentie (+16,3 %) tandis que la demande a continué de reculer de 2 % en Amérique du Nord et en Europe. En fin d’année, les arrêts temporaires de machines pour maintenance et rééquilibrage du marché et le rebond de la demande en août/septembre ont fait baisser les stocks à 25 jours pour la pâte de résineux (en deçà du niveau d’équilibre) et à 40 jours pour la pâte de feuillus (encore au-delà du niveau d’équilibre). Sur l’année, les prix des vieux papiers ont chuté d’environ 20 % en raison de la contraction de la demande -chinoise notamment- malgré le démarrage d’une nouvelle capacité (Saica au Royaume-Uni). Depuis septembre, les prix se tendent légèrement avec le rebond de la demande chinoise dans un contexte de baisse de la collecte européenne liée à la chute de la consommation.

Estimation 2012 ‡ - 6 % en volume
La production a chuté de 6 %, soit plus qu’en Europe (-2 %), en raison de la baisse de la demande dans un contexte économique dégradé, de fermetures définitives (Alizay, Vertaris, Billtube Europe) ou provisoires (Papeterie du Doubs et Papeterie de Chatelles sous procédures) et d’incidents de production (Facture, Seyfert Descartes). Tous les segments ont reculé, à l’exception des papiers à usage domestique et sanitaire stimulés par le démarrage d’une nouvelle unité mi-2011 (+5 %) : -11 % pour les papiers graphiques dont -28 % pour les papiers non couchés ; -5 % pour l’emballage avec notamment le recul du carton plat (-10 %) et des papiers pour ondulé (-4 %). Avec la baisse de la demande et des prix des matières premières, et compte tenu des surcapacités qui subsistent encore, les prix de vente ont reculé à l’exception de ceux -stables- du carton plat : -1 % à -3 % sur les papiers de presse, -2 % à -9 % sur les papiers pour ondulés, -3 % à -5 % pour les papiers graphiques. Le redressement du prix des matières premières en fin d’année, est difficile à répercuter sur les prix de vente, ce qui pénalise davantage les marges.

Prévision 2013
Les tensions sur le prix de la pâte s’atténueront en 2013 avec la poursuite de la baisse de la demande (Amérique du Nord et Europe de l’Ouest) et le démarrage d’importantes nouvelles capacités (Ilim, Eldorado, Montes del Plata, Maranhao…). La demande de pâte est essentiellement tirée par celle des papiers fins et du tissue : si cette dernière progresse, celle des papiers fins continue de reculer dans les pays occidentaux. Malgré le contexte de ralentissement général de l’économie, et de la demande chinoise en particulier, les tensions sur les prix des papiers récupérés se poursuivront en raison du démarrage de nombreuses capacités de papier pour ondulé à base de fibres recyclées, notamment en Europe (France/Stracel, Pologne, UK/Saica…) et en Asie.

Prévision 2013 ‡ - 3 % en volume
Dans un contexte économique incertain avec des tensions contrastées sur les prix des matières premières et l’alourdissement de la fiscalité, les papetiers poursuivront les efforts de rationalisation : réduction des coûts, fermetures de sites visant à réduire les surcapacités tandis que de nouvelles capacités démarrent, notamment dans le papier pour ondulé (Turquie, Pologne, conversion du site de Stracel/UPM Strasbourg). L’accélération de la concentration européenne observée au cours des derniers mois contribuera à la rationalisation de l’offre ainsi qu’au renforcement de certains papetiers dans les papiers d’hygiène (acquisition par SCA des activités européennes de l’américain Georgia Pacific), dans l’emballage (acquisition de SCA Packaging par DS Smith, de Nordenia par Mondi, de Kornas par Billerud) et dans les papiers spéciaux (rapprochement de Munkjo et Ahlstrom, reprise de Gascogne Laminates par UPM Raflatac).

22

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

T R A N S F O R M AT I O N : C A R T O N O N D U L É

Estimation 2012 ‡ - 1 % en volume

En 2012, la production de carton ondulé (CO) a poursuivi le ralentissement amorcé fin 2011. Malgré un rebond en octobre et novembre, elle a globalement reculé, compte tenu des difficultés de certains grands secteurs clients de l’industrie manufacturière (baisse de -1,9 % de l’indice de production Insee au T3 avec un recul marqué sur les biens d’équipements de -2,8 %) liées à la conjoncture macroéconomique dégradée. En revanche, la demande liée à l’agroalimentaire s’est quasiment maintenue. Les transformateurs n’ont pas pu remonter les prix de vente sous la conjonction de différents facteurs : faible niveau de consommation, baisse des prix des matières premières et enfin contexte très concurrentiel, exacerbé par les surcapacités et la mise en route de nouvelles machines (Royaume-Uni, Pologne, Turquie …).
1050 1000 950 900 850 800 750 700 650 600 550 Dollars par tonne M A M J Euros par tonne S O N D
760 810 910 860

J

F

2011
J

A

S

Prix de la pâte NBSK
O N D J F

M A M

2012
J J A

Prévision 2013 ‡ - 1 % en volume

La production de carton ondulé évoluera au mieux à un rythme comparable à celui de 2012 en raison de conditions macroéconomiques encore dégradées qui impacteront l’industrie manufacturière -dans le prolongement de la tendance baissière observée en 2012- et d’autres grands secteurs clients comme l’agroalimentaire. Malgré un repli des tensions sur les prix de certaines matières premières (papiers pour ondulés et pâte), les transformateurs auront du mal à améliorer leurs marges, le taux d’utilisation des capacités restant faible. Dans ces conditions, ils devront -face à la baisse de la demandepoursuivre leurs efforts de réduction des coûts et réduire les surcapacités encore en service. La consolidation en cours du secteur -comme la reprise de SCA Packaging Europe par le britannique DS Smith- et les arrêts de production se poursuivront.
77,5 75,0 72,5 70,0 85,0 82,5 80,0
Base 100 en 2005, indices CVS-CJO

Source : Datastream

410

460

510

560

610

660

710

J

F

M

A

M

2011
J J A

Production de pâte à papier, papiers et cartons

S

O

N

D

J

F

M

A

M

2012
J J A

Source : INSEE

S

O

N

D

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

23

Biens intermédiaires
Chimie
CHIMIE DE BASE
Les intermédiaires minéraux continueront à régresser avec des fermetures ou des déplacements intraeuropéens de capacités de production (-5 %). A l’opposé, les engrais progresseront (+3 %) avec une amélioration des taux d’utilisation des capacités de production récemment mises en service. Les gaz industriels resteront à l’équilibre (+ 0,5 %), de même que les colorants et pigments. Au total, la chimie minérale régressera faiblement de 0,1 %. La chimie organique (-0,2 %) régressera légèrement par rapport à 2012, avec des exportations toujours en baisse. Les matières plastiques retrouveront l’équilibre après la fermeture ou la délocalisation de certaines unités de production françaises en 2012. On peut s’attendre à un maintien des prix à des niveaux élevés, dans l’hypothèse d’une stabilité durable du cours des matières premières. L’investissement sera toujours très faible et limité à la maintenance et à la mise aux normes des installations. L’application de la directive Reach et le renforcement du système communautaire d’échange de quotas d’émission (SCEQE ou EU ETS) contraindront un peu plus la Chimie européenne et française.

Estimation 2012 ‡ - 4,5 % en volume
Après un rebond au 1er semestre 2012, l’activité globale du secteur s’est fortement ralentie au dernier trimestre de l’année aboutissant à un repli annuel de 4,5 % en volume. La demande en chimie de base a été faible, et les exportations baissent, en particulier vers la zone Euro, qui est le principal débouché. Les secteurs clients tels que le bâtiment et l’automobile ralentissent notablement. La chimie minérale a connu un ralentissement de 4,3% en volume, dans un contexte de réduction des capacités de production. Ainsi, les intermédiaires minéraux ont ralenti de 12 % et les engrais de 4 %. Les gaz industriels sont restés à l’équilibre tandis que les colorants et pigments ont légèrement progressé de 1 %. La chimie organique a également régressé sur l’année (-4,5 %). Les grands intermédiaires ont reculé de 3 %, les plastiques de 5 % et le caoutchouc de près de 10 % dans un contexte de recul de la production française de secteurs clients tels que le bâtiment et l’automobile. Les prix ont évolué comme ceux des matières premières avec une progression continue sur l’année et quelques situations de « pénuries » suite à des arrêts de production. Les transformateurs de plastiques ont eu des difficultés à augmenter leurs prix. L'investissement s’est limité en 2012 à la maintenance et à la mise en conformité avec les normes environnementales (COV et REACH). Les capacités s’inscrivent toujours à la baisse

ENGRAIS

Estimation 2012 ‡ - 4 % en volume
L’activité a été marquée par un recul des volumes de production sur l’ensemble de l’année suite à des arrêts et incidents de production. Au total, la production française a baissé de 4 % en volume, avec cependant des disparités selon les secteurs : la production d’engrais azotés simples a baissé de 4 % tandis que celle plus marginale des engrais composés -potassiques et phosphatés- est restée stable (la production des engrais composés représente moins de 10 % des volumes produits). La récolte 2011/2012 a été bonne en France, contrairement à de nombreuses autres régions productrices, poussant à la hausse les prix des matières premières agricoles. La demande mondiale en engrais est restée soutenue, tirée principalement par l’Asie (Inde et Chine). Les prix des composés azotés et dans une moindre mesure ceux des phosphatés et potassiques se sont maintenus à des niveaux élevés tout au long de 2012, avec toutefois une baisse des prix spot de l’urée sur les marchés internationaux en fin d’année.

Prévision 2013 ‡ - 0,1 % en volume
Mis à part le secteur phytopharmaceutique et celui des engrais, la conjoncture du secteur devrait rester morose en 2013, dans un contexte d’incertitude majeure sur l’ampleur et la durée de la crise en cours. Les secteurs clients de la chimie seront affectés.
Activité de la chimie de base
(évolution en % et en volume)

2010
+ 8,2 + 2,2 + 3,3

2011
+ 7,1 - 1,2 + 0,4

2012
- 4,3 - 4,5 - 4,5

2012
- 0,1 - 0,2 - 0,1

- Chimie minérale - Chimie organique ENSEMBLE DU SECTEUR

24

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

Prévision 2013 fi + 3 % en volume
Les surfaces agricoles seront à peu près équivalentes à celles de 2012 pour les céréales. Il en sera de même pour l’utilisation des engrais indispensables (produits azotés). La consommation d’engrais composés -phosphatés et potassiques- qui avait progressé en 2012, augmentera peu en 2013. La production des engrais azotés (urée et solutions azotées) qui avait été affectée par des arrêts et incidents de production en 2012, devrait donc se redresser en 2013, avec pour conséquence une augmentation moyenne de 3 % de la production française en volume. De nouvelles capacités ne sont pas prévues à court et moyen terme et les investissements répondront uniquement à la mise aux normes environnementales et aux réductions d’émissions des gaz à effet de serre des installations existantes (renforcement en 2013 du système d’échange de quotas d’émission). Les prix spot mondiaux de l’urée ont commencé à baisser et les prix des engrais azotés devraient suivre, le développement des gaz de schiste -particulièrement en Amérique du Nord- permettant de diminuer les coûts de matière première. Les stocks de début d’année sont très bas et il ne devrait pas y avoir de restockage massif.

d’herbicides ont progressé de +6 % avec le développement des adventices. Le traitement des semences progresse, quant à lui, de 21 %. « L’Agriculture raisonnée » conduit à une moindre utilisation de produits, et les agriculteurs s’orientent vers une combinaison de différentes techniques d’entretien du sol (chimique, mécanique et enherbement). Entre 2009 et 2012, les molécules retirées du marché ont été remplacées par des innovations autorisées dans le cadre du nouveau dispositif d’évaluation (AFSSA).

Prévision 2013 ⁄ 0 % en valeur

La campagne 2012/2013 a démarré dans un contexte de forte incertitude économique. Le niveau de production dépendra des facteurs conjoncturels et des conditions climatiques du début de l’année. À moyen terme, le renforcement des contraintes écologiques et le contexte réglementaire Ecophyto 2018 pourraient conduire à l’absence de protection phytosanitaire ou à des solutions de protection a minima, susceptibles de peser sur le rendement et la qualité des productions agricoles. Un climat général d’incertitude persiste sur les décisions qui seront prises dans le cadre de la réforme de la Politique Agricole Commune (PAC) et leurs répercussions sur la situation financière des agriculteurs dans un contexte économique dégradé. Le Grenelle-Environnement vient ajouter, suite au retrait de 30 substances actives, un degré d’incertitude supplémentaire.
700 650 600 550 500 450 400 750

PHYTOPHARMACEUTIQUES

Estimation 2012 fi + 5,4 % en valeur
Les conditions de la campagne 2011-2012, dans un cadre économique plus favorable que pour la campagne précédente, et avec une situation climatique et des pressions parasitaires bien particulières, ont entraîné une progression du secteur de 5,4 %. Avec une moindre utilisation des produits phytosanitaires par hectare, le marché qui baissait structurellement depuis 12 ans retrouve à 90 % le niveau du début des années 2000. Les conditions climatiques, avec une succession de situations critiques, ont favorisé le développement de maladies, des mauvaises herbes et des ravageurs. Les fongicides (-0,3 %) ont connu une légère baisse liée à une faible pression des maladies sur les céréales et du mildiou sur la vigne. Les insecticides sont en progression (+2 %), suite à des attaques sur les céréales (pucerons) et sur le colza (charançons et méligèthes). Les ventes

J

F

M

A

2011
M J J

A

Prix de l'ammoniac en Europe

S

en dollars par tonne
O N D J F

M

A

M

J

J

2012
A S

Source : Datastream
O N D

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

25

Biens intermédiaires
Transformation des plastiques
Estimation 2012 ‡ - 5,2 % en volume

Après un 1er semestre médiocre, l’activité a nettement ralenti au 2nd semestre pour atteindre -5,2 % en volume sur l’année. Les marges se sont contractées suite à la hausse des cours des matières premières (plastiques) voisine de 10 % et marginalement répercutée dans les prix. Les pièces techniques, fortement tributaires du secteur de l’automobile, ont régressé de près de 6,8 % en volume avec des prix quasiment stabilisés. Les autres pièces (demi-produits : productions intermédiaires destinées à rentrer dans la fabrication de pièces plus élaborées) ont enregistré une baisse sur l’année (-6 % en volume) suite au ralentissement des secteurs clients. L’emballage a également régressé de 4,3 % en volume. Les prix se sont stabilisés après une évolution du mix produit vers des emballages à moins forte valeur ajoutée. La demande liée à la construction a connu une décroissance en volume de 2,6 %, avec une augmentation modérée des prix qui s’est néanmoins nettement ralentie au 2nd semestre. Les prix se sont régulièrement redressés au cours des dernières années dans le sillage de la hausse des cours des matières premières depuis 2009. Mais au global, il n’y a pas eu de restauration significative de la marge brute qui continue d’être impactée par les hausses de cours. Les investissements ont subi un net ralentissement au 2nd semestre. Les effectifs qui s’étaient stabilisés en début d’année, ont connu une baisse sur le 2nd semestre.
1700 1650 1600 1550 1500 1450 1400 1350 1300 1900 1850 1800 1750

Dollars par tonne

J

F

M

A

M

2011
J J

Prévision 2013 ‡ - 2 % en volume

La part des matières premières dans les coûts du secteur varie de 40 % à 70 %. Des tensions périodiques (arrêt ou maintenance d’unités de production) sur l’approvisionnement des matières induisent une tendance à une hausse des prix. Les variations n’étant pas répercutées immédiatement, les marges continueront de souffrir en 2013. La demande liée au secteur de l’automobile, continuera à baisser dans la continuité du 2nd semestre 2012. La production pour le bâtiment et les travaux publics devrait également reculer tandis que la demande d’emballage, résistant un peu mieux, augmentera légèrement. Les effectifs diminueront suite à la baisse des volumes de production de l’année 2012. La trésorerie des entreprises se tendra un peu plus, en fonction des répercussions de la hausse des coûts des matières premières. Les aspects innovation, recyclage et éco-conception resteront au cœur des problématiques des entreprises, de même que le renouvellement de l’outil de production.
Euros par tonne
1350 975 938 900

Prix du polyéthylène haute densité en Europe

A

S

O

N

D

J

F

M

A

M

J

J

A

2012
S O

1313

1275

Source : Datastream
N D

1238

1200

1163

1125

1088

1050

1013

26

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

Sidérurgie
Estimation 2012 ‡ - 1 % en volume
La consommation réelle a fortement reculé en 2012. Le report des investissements industriels a conduit la construction mécanique et le travail des métaux à évoluer défavorablement. De même, le BTP a pâti d’une conjoncture mal orientée, malgré la livraison des programmes en carnet. Enfin les tubes et l’automobile, secteurs utilisateurs les plus touchés, ont suivi des pentes négatives à deux chiffres dans un marché très difficile. Les stocks sont demeurés bas. Dans ce contexte, la consommation apparente s’est contractée de -9 %. La balance commerciale est néanmoins ressortie en excédent de 1,1 Mt, du fait d’importations moindres face à une demande intérieure en repli. Au total, la production sidérurgique française s’est inscrite en léger retrait, de -1 % en 2012, bénéficiant de la mise sous cocon de capacités dans les pays limitrophes (arrêt mais avec maintenance permettant un redémarrage éventuel). Les prix ont connu des corrections, reflétant la baisse du coût des facteurs (minerai de fer, charbon à coke) occasionnée par la décélération de la croissance en Chine.

Prévision 2013 ‡ - 2 % en volume
La consommation réelle continuera de se contracter en 2013. Dans un environnement économique atone, la plupart des secteurs utilisateurs resteront en baisse, dans des proportions toutefois plus limitées qu’en 2012. La construction mécanique et le travail des métaux seront freinés par le bas niveau de leurs carnets de commandes. Le bâtiment non résidentiel souffrira du décalage des projets face aux surcapacités industrielles. Enfin, l’automobile ne repartira pas, subissant le contrecoup des mesures de rigueur. Seuls les tubes pourraient connaître un rebond technique. Les stocks ne progresseront pas, même en tenant compte d’une possible reconstitution en début d’exercice. Dans ce contexte, la consommation apparente reculera de -3 %. Au total, la production sidérurgique française diminuera de -2 % en 2013.
20 21

Activité de la sidérurgie
- Consommation apparente - Production d’acier brut - Importations - Exportations

(en Mt d’acier brut)

2011
13,8 15,8 12,7 12,7

11/10 (%)
+ 6,6 + 2,4 + 3,9 + 0,7

2012
12,6 15,6 11,7 12,8

12/11 (%)
- 9,0 - 1,0 - 8,0 + 0,9

2013
12,2 15,3

13/12 (%)
-3,0 -2,0

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

En conséquence, les prix devraient être maintenus sous pression. Ils demeureront fortement tributaires de l’évolution des coûts du minerai de fer et du charbon à coke (en relation avec les équilibres chinois).

1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013

Production d'acier brut
en millions de tonnes

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

27

Biens de consommation
Habillement - Textile - Chaussures
HABILLEMENT - TEXTILE

(consommation)

Estimation 2012 ‡ - 2 % en valeur
L’année 2012 se sera inscrite dans la tendance récessive de 2011, avec des niveaux d’activité encore inférieurs. Après un 1er semestre très difficile, le coup de frein sur les dépenses d’habillement semble moins prononcé au dernier trimestre sous l’effet favorable des cadeaux de fin d’année. D’une manière générale, les achats auront été non seulement restreints en valeur, mais aussi plus rares en fréquence. L’aspect utilitaire de la consommation d’habillement reprend ses droits sur le marketing des volumes des années 2000. Tous les marchés sont en recul, y compris -fait rare- la lingerie féminine (-3 %). Les ventes de prêt à porter Homme et Enfants sont les plus résistantes. La contraction des achats mode continue d’affecter le prêt à porter féminin (-3 %). La composante prix est par contre en hausse lente et régulière -plus de 1 % en rythme annuel- mouvement amorcé depuis l’hiver 2010/2011 sur fond d’inflation importée (Chine). Dans ces conditions, les grands intervenants, dont les chaînes internationales, sont les mieux armés sur le terrain de la compétitivité prix. La consommation textile stricto sensu (tissus, mercerie, linge de maison) se stabilise à un niveau faible. Les chaînes de meubles « jeune habitat » (e.g Ikea) soutiennent les volumes, mais tirent à la baisse les références de prix et de qualité.

centrés sur les prix d’accès (GSS, hypers) continueront de faire face au recul du trafic en périphérie. La position des chaînes spécialisées du milieu de gamme est la moins stable, ce dont tireront profit les plus grandes et les mieux organisées d’entre elles, aptes à réorienter rapidement leurs approvisionnements depuis les nouvelles sources low-cost (Bengladesh). L’ensemble des ventes via Internet -près de 10 % du marché en 2012- va s’accroître, essentiellement sous l’impulsion des sites « pure players » et de certains spécialistes de la vente à distance. Les sites marchands des chaînes spécialisées restent encore relativement marginaux dans ce mouvement. A terme rapproché, les programmes d’extension de réseaux de boutiques et magasins deviennent onéreux au regard de perspectives de captation de clientèle plus incertaines. Déjà amorcé en 2012, le ralentissement des investissements commerciaux se confirmera.

CHAUSSURES

Estimation 2012 ‡ - 0,5 % en valeur
Le marché de la chaussure peut encore valoriser ses produits à un meilleur niveau que l’habillement, ses sourcings sont par ailleurs plus stables. Le phénomène de l’inflation chinoise devient sensible cependant. Le marché recule de 0,5 % en valeur, essentiellement dans les circuits spécialisés (chaînes de chausseurs et GSS grande diffusion) et traditionnels. Le développement du canal Internet reste soutenu et induit une baisse des prix relatifs, ainsi qu’une concurrence accrue pour les enseignes de centre-ville et de centres commerciaux, à l’image de l’habillement.

Prévision 2013 ‡ - 1,2 % en valeur
Le phénomène général des hausses de prix s’imposera au marché, alors que celui-ci ne présente plus guère de potentiel de baisse en volumes. Les effets prix (1 %) seront globalement inférieurs à ceux de 2012. On assistera au final à une quasi-stabilisation du marché en valeur (-1,2 %). Faute d’amélioration prévisible du contexte général de la consommation des ménages en 2013 et de la part budgétaire affectée à l’habillement, on assistera surtout à des évolutions du trafic de clientèle, le marché étant classiquement attaqué sur les prix de la gamme moyenne, inconfortablement positionnés entre le bon marché et le qualitatif durable. La compétition tarifaire prévaudra pour les acteurs de l’entrée de gamme et du milieu de gamme. Les circuits

Prévision 2013 ⁄ 0 % en valeur
Les arbitrages de consommation sont encore relativement cléments pour le marché de la chaussure. La consommation en volume s’érode faiblement, et les effets qualitatifs sont maintenus. Les effets prix permettront en 2013 une stabilité globale en valeur, mais sans doute pas pour tous les circuits.

28

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

Biens de consommation
Édition - Industries graphiques
ÉDITION

Estimation 2012 ‡ - 4 % en volume

La baisse des ventes de livres s’est poursuivie au 3ème trimestre et atteignait 5 % en volume et 2 % en valeur sur les 10 premiers mois. À fin septembre, seules les catégories Jeunesse, BD et Sciences Humaines sont restées stables ou ont légèrement progressé en valeur. Poches, Beaux Livres, Livres Pratiques, Scolaires et Parascolaires ont reculé de 1 % à 2 %. La baisse a atteint 3 % à 4 % pour les Dictionnaires, les Romans et pour l’édition Scientifique-Technique et Médicale, et 5 % à 6 % pour l’Economie, le Droit et les Essais. Seuls le développement des e-books et un rebond des ventes en fin d’année, favorisé par les bonnes intentions d’achats de Livres pour Noël et alimenté par de gros tirages - comme 50 nuances de Grey (550 000 ex.), ou Une place à prendre pour les romans, ou bien Lucky Luke, Largo Winch (450 000 ex.), Le Chat ou Naruto (plus de 225 000 ex.) en BDpermettraient de freiner le repli du marché en 2012.
80,0 77,5 75,0 72,5 70,0 67,5 65,0

J

F

M

A

M

2011
J J

Prévision 2013 ‡ - 3 % en volume

Alors que la consommation des ménages restera sous pression et que les livres scolaires seront pénalisés par l’absence de réforme des programmes, le marché pourrait de nouveau baisser en 2013 sauf effet best-sellers plus marqué. Le marché devrait par ailleurs être impacté par le développement tardif et pour le moment encore modéré des e-books, dont les effets sur la consommation et sur la distribution restent à déterminer (e.g élargissement ou substitution, prix inférieurs, risques de piratage).

A

S

Production de l'imprimerie et de l'édition

O

Base 100 en 2005, indices CVS-CJO
N D J F M

A

M

2012
J J

A

S

O

Source : INSEE
N D

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

29

INDUSTRIES GRAPHIQUES

Estimation 2012 ‡ - 2 % en volume
En 2012, les investissements publicitaires bruts, tous media confondus, ont été quasi stables : la tendance haussière du 1er quadrimestre contrastant avec la chute du mois de mai (-8,7 %), très en retrait en raison de l’élection présidentielle et de l’effet jours fériés, et la baisse de septembre/octobre, post Jeux Olympiques et Euro 2012 de football. La croissance de la radio et de l’Internet ont compensé le recul des autres médias dont la presse (-2,4 %) et les magazines (-0,8 %). Le recul a été plus marqué sur la pagination : -6,3 % pour la presse, -3 % pour les magazines qui ont été tirés par les secteurs de l’Automobile, de l’Habillement et de l’Alimentation. À l’exception des hebdomadaires, qui ont profité du rapatriement de travaux partis à l’étranger, des affiches et des imprimés publicitaires adressés, les autres marchés de la production graphique ont reculé à périmètre stable : le livre, les imprimés publicitaires non adressés pénalisés par le recours à des imprimeurs étrangers et les imprimés de gestion ont enregistré les plus forts reculs (de -4 % à -2 %). Les catalogues ont reculé de 1 %. La plupart des imprimeurs ont peiné à redresser leur prix et donc leur rentabilité, compte tenu de la concurrence exercée par les pays limitrophes notamment, de la poursuite du développement des contenus sur supports électroniques, et enfin de l’évolution contrastée des prix des matières premières (baisse des papiers cartons, hausse des encres, plaques, films…). Les fermetures d’imprimeries (Reliures Brun/Qualibris, Decoster, Hollmann, Roto Offset…) se sont poursuivies, à un rythme moindre toutefois qu’en 2011.

Prévision 2013 ‡ - 2 % en volume
La production graphique évoluera au mieux à un rythme comparable à celui de 2012 en raison de conditions macroéconomiques encore dégradées qui impacteront le marché publicitaire (baisse prévue de 1,4 %). Les grands secteurs annonceurs et les entreprises continueront de rationaliser leurs dépenses. Dans un contexte d’évolution contrastée des prix des matières premières, de concurrence internationale toujours aussi vive et de surcapacités, les imprimeurs -dont le pouvoir de négociation reste faible par rapport aux donneurs d’ordre (Editeurs, Grande Distribution,…)poursuivront leurs efforts de restructuration et de réduction de coûts afin de retrouver de la compétitivité. Ceci passe par : -1) le renouvellement des équipements et notamment l’intégration de la technologie numérique couleur qui permet d’adapter l’offre aux évolutions de la demande (séries plus courtes et personnalisées,…) ; -2) le développement de partenariats entre imprimeurs visant à mutualiser les moyens/ressources. À noter pour 2013 la hausse du barème de l’écocontribution Ecofolio de +23 %. L’alourdissement de cette contribution versée par tous les émetteurs de papiers (à l’exception du livre) pourrait peser à terme sur les volumes d’imprimés.

30

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

Pharmacie

Estimation 2012 fi + 1,5 % en valeur

Le chiffre d’affaires de la production de médicaments en France renoue avec la croissance après une année 2011 très difficile. La production atteint 50 Md€ soit une croissance de +1,5 %. Le chiffre d’affaires domestique enregistre toutefois un repli de -1,4 % lié à la contreperformance du segment officinal qui affiche un recul de -2 % des produits remboursables du fait de la mesure « tiers payant contre génériques » et de la fixation d’un objectif de 85 % de taux de pénétration des génériques. La mesure en place depuis cet été a entrainé un effet quasi instantané sur les taux de substitution. Les médicaments d’automédication se sont bien comportés avec une hausse de +1 % pour la deuxième année consécutive. Le segment hospitalier est demeuré stable à 5,8 Md€ malgré les contraintes de dépenses imposées par l’assurance maladie. Les exportations se sont relevées et affichent une croissance de +5 % à 23,1 Md€. Cependant, elles ne retrouvent pas encore leur niveau historique de 2010. Le solde commercial frôlera +6,5 Md€. Au total, 2012 voit le chiffre d’affaires global renouer avec la croissance (+1,5 %) malgré l’environnement réglementaire très tendu du marché domestique.
115 110 105 125 120

J

F

M

A

M

2011
J J

Prévision 2013 fi + 1 % en valeur
L’année 2013 sera certainement l’année de consolidation du retour à la croissance de la production pharmaceutique. Toutefois cette croissance sera de nouveau portée par le dynamisme des exportations qui réussiront à contrer les mauvaises performances du marché domestique. En effet, l’application du deuxième plan de baisse des prix demandé par les tutelles et l’effet de substitution (mesure du tiers payant contre génériques) en année pleine devraient de nouveau provoquer une baisse en valeur du segment officinal remboursable. Peu de transferts du prescriptible vers l’OTC sont à prévoir : de fait, le segment de l’automédication affichera une faible croissance. Enfin, aucune grande molécule hospitalière n’est attendue dans l’année ce qui au mieux provoquera une stagnation du segment hospitalier dans un contexte PLFSS très contraint (Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale). Au total, la production pharmaceutique française affichera une croissance limitée à +1 %, échappant de nouveau à une baisse grâce aux exportations qui effaceront largement le repli du marché domestique.

A

S

O

Base 100 en 2005, indices CVS-CJO
N D J F

Production de la pharmacie et des cosmétiques

M

A

M

2012
J J

A

S

O

Source : INSEE
N D

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

31

Biens de consommation
Ameublement
Estimation 2012 ‡ - 3 % en valeur

Après un 1er semestre relativement épargné, la dégradation du marché du meuble s’est ensuite nettement accélérée dans une conjoncture économique particulièrement défavorable aux achats de biens durables (hausse du chômage, menaces sur le pouvoir d’achat des ménages…). Sur l’ensemble de l’année, la consommation devrait reculer d’environ 3 % en valeur, malgré les multiples opérations commerciales. Seuls les spécialistes (literie, salon, cuisine) progressent encore, ainsi que les grandes surfaces de bricolage. Tous les autres circuits sont en repli, y compris les enseignes d’équipement du foyer et, pour la première fois, celles du jeune habitat. Tous les autres circuits généralistes (vente à distance, grands magasins, hypermarchés...) poursuivent leur déclin. Après une stabilisation en 2011, la production industrielle française connaît une rechute de ses facturations en 2012 de l’ordre de 5 % à 6 %, particulièrement marquée pour les meubles meublants et ceux de salle de bains. Par contre, les secteurs du mobilier de bureau et des meubles de cuisine résistent mieux.
80,0 77,5 75,0 72,5 70,0 67,5 65,0

Après la stabilisation de 2011, le déficit du commerce extérieur s’est ainsi à nouveau aggravé, avec à la fois un recul limité des exportations (voisin de 2 %) et une augmentation des importations (de l’ordre de 4 %).

Les prix des meubles n’ont progressé que légèrement (environ 1 %), malgré la forte hausse des matières premières (panneaux, PVC...).
J F M A M J J A S O N

2011

(consommation)

Prévision 2013 ‡ - 3 % à - 4 % en valeur
Après le recul observé en 2012, le marché de l’ameublement devrait reculer à nouveau de 3 % à 4 % en valeur en 2013. Le contexte économique sera en effet très difficile avec la baisse des transactions immobilières et la chute des mises en chantier de logements neufs, ainsi que la montée du chômage et les pressions sur le pouvoir d’achat des ménages. Ce repli pourrait toucher l’ensemble des secteurs, et notamment les meubles de cuisine dont la demande reste très liée au marché immobilier. Dans ce contexte de marché en berne, le principal critère d’achat restera le prix, ce qui devrait favoriser les enseignes de jeune habitat et d’équipement du foyer au détriment des autres circuits. Les évolutions resteront néanmoins très contrastées d’une enseigne à l’autre. Ce nouveau repli du marché devrait peser sur la production industrielle française, qui risque de connaître un nouveau recul. Parallèlement, le commerce extérieur se détériorera à nouveau sous la pression des importations de produits d’entrée de gamme, en provenance d’Asie principalement.

Base 100 en 2005, indices CVS-CJO

Les prix des meubles devraient augmenter, mais de manière très modérée dans ce contexte peu porteur. Les opérations promotionnelles se poursuivront activement pour tenter de stimuler la demande.

Production de l'ameublement

D

J

F

M

A

M

2012
J J

A

S

O

Source : INSEE

N

D

32

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

Services

Services informatiques
Estimation 2012 ⁄ 0 % en valeur

Après un premier semestre en croissance, la conjoncture économique a pesé sur l’activité au second semestre. L’allongement des cycles de décision, le report de certains projets et le recours croissant à l’offshore ont entrainé une baisse des volumes et une pression constante sur les prix. Au total, selon le Syntec Numérique, l’activité est restée globalement stable sur l’ensemble de l’année, mais avec des disparités selon les services et les secteurs client. Conseil et Formation ont ainsi reculé de 2 % à 3 %, Projet & Intégration et Assistance technique sont restés quasiment stables (+0,5 %) tandis que l’Infogérance a ralenti avec une croissance limitée à 1,5 %. L’activité a reculé dans les télécoms et médias, les services financiers, l’automobile et les administrations, qui ont été les plus affectés par les resserrements budgétaires.
130 125 120 135 140 145 150

J

F

M

A

M

2011
J J

Prévision 2013 ‡ - 1 % en valeur

Dans un contexte économique morose, l’indicateur de confiance du Syntec continue de se dégrader, passant de 106 à 100 entre mars et octobre 2012. Dans ces conditions, les dépenses informatiques des entreprises resteront sous contraintes, ce qui entraînera une diminution des nouveaux projets et maintiendra la pression sur les prix. Le repli entamé au second semestre 2012 devrait donc se poursuivre et déboucher sur une baisse de 1% de l’activité pour l’ensemble de l’année 2013.

Programmation, Prestations et Conseil Informatiques - Chiffre d'affaires (en valeur)

A

S

O

N

Base 100 en 2005, indices CVS-CJO

D

J

F

M

A

M

2012
J J

A

S

O

Source : INSEE

N

D

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

33

Services
Grand commerce
Estimation 2012 fi + 1,6 % en valeur
L’image de l’exercice 2012 est celle d’une consommation qui, selon les postes, connait des évolutions en volume nulles voire faiblement négatives. Pour le grand commerce, après satisfaction des dépenses contraintes, il ne reste que les miettes, à de très rares exceptions près (e.g l’univers de l’aménagement de l’habitat, comprenant les chaînes bazar/solderies : +2,5 %). Deux grandes variables d’ajustement pour les ménages, en période contrainte : la consommation alimentaire (hypermarché : +1,2 % en valeur), l’équipement de la personne (habillement essentiellement, grandes chaînes GSS : +1,2 %). Ces secteurs n’enregistrent actuellement que des effets prix et ont perdu toute dynamique de volume. Pour l’ensemble des circuits non alimentaires, les ventes Internet affichent une croissance à deux chiffres (hors VAD classique qui affiche +2,6 % en valeur), l’outil paraissant adapté à la crise actuelle. Il représente cependant plutôt un déplacement des flux qu’une réserve de croissance. Le ralentissement de la demande, combiné au développement du commerce électronique, rend caducs nombre de programmes d’investissements dans les magasins physiques, alimentaire excepté. L’arrivée du multicanal devient par ailleurs une réalité dans l’alimentaire également, sous une forme spécifique (services combinés e-commerce et enlèvement en « drive-in », qui est une modalité de passage en caisse pour un hyper). Des déplacements de parts de marché reflètent ce déploiement, les groupements d’indépendants (Leclerc, Système U) étant en pointe dans cette stratégie. Toutes enseignes confondues, le format hypermarché conforte ses parts de marché après des années d’érosion. Notamment face au hard discount (comptabilisé dans l’ensemble supermarchés : +2,4 %) qui ne tire pas parti des évolutions actuelles, contrairement aux crises précédentes. Pour l'ensemble des GSS, l'évolution (+1,8 %) est un peu supérieure à l'inflation grâce à l'aménagement de l'habitat. Le bricolage connaît une année étale en valeur ; tout comme le circuit de l'équipement du foyer, en panne de nouveaux produits (IT, électroménager, vidéo, ...) ou légèrement en recul sur les ventes de meubles.

Prévision 2013 fi + 1,4 % en valeur
En 2013, la consommation des ménages reste sous contrainte. Par ailleurs, la pression sur les marges des distributeurs se maintiendra : moindre tensions sur les matières premières, mais coûts croissants des approvisionnements hors zone Euro, depuis les zones habituellement réputées à bas coûts (Chine essentiellement). L’évolution des coûts de distribution (personnel, immobilier) est, pour les canaux classiques, toujours déconnectée de la marche des affaires (ensemble grand commerce : +1,4 % en valeur). En matière alimentaire, les négociations commerciales de l’automne dernier ne laissent pas présager de poussées d’inflation spécifiques pour l’année 2013. Le développement de l’hypermarché par le « drive-in » n’est pas sans conséquence négative sur la fréquentation des rayons frais et non-alimentaires. Dans l’ensemble, la progression de chiffre d’affaires des hypermarchés restera limitée (+1,1 %). L’activité des grandes surfaces spécialisées comme des formats de centre-ville restera étale : l’évolution du marché en valeur sera le simple reflet de l’inflation sectorielle.

Activité du grand commerce
- Hypermarchés - Supermarchés

(évolution en % et en valeur)

2010
+ 0,7 + 2,5

2011
+ 1,1 + 2,6 + 2,8 + 2,4 + 2,2 + 1,7

2012
+ 1,2 + 2,4 + 2,2 + 1,8 + 2,6 + 1,6

2013
+ 1,1 + 2,2 + 2,0 + 1,8 + 3,5 + 1,4

- Grands magasins et mag. populaires + 2,8 - Grandes surfaces spécialisées - Vente à distance TOTAL + 3,0 + 3,0 + 1,8

34

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

Construction
Bâtiment
Estimation 2012 fi + 0,5 % en volume
Le logement neuf enregistre un fort ralentissement (+1 %) du fait de la conjoncture économique, des restrictions de crédit liées à la crise et de la diminution des aides fiscales aux investissements locatifs. La maison individuelle (-7,8 %) est en forte baisse, tandis que le logement collectif (+12,8 %) bénéficie des importantes mises en chantier intervenues fin 2011 et de l’effort annoncé sur le logement social. Le bâtiment non résidentiel neuf ralentit (+3,6 %) mais reste toutefois soutenu par le niveau élevé des mises en chantier enregistrées sur les bureaux et les bâtiments publics fin 2011. L'entretien-rénovation voit son activité baisser (-0,7 %), avec la réduction des aides au logement ancien et les effets du ralentissement économique. Au total, le bâtiment subit un ralentissement marqué de son activité à +0,5 % en volume en 2012.

Travaux publics
Estimation 2012 ‡ - 1,5 % en volume
Les grands travaux d’infrastructures du plan de relance gouvernemental ont commencé à générer de l’activité à partir de mi-2012. Le cycle électoral municipal apporte un certain soutien aux dépenses communales. Toutefois, les collectivités locales continuent de souffrir au niveau de leur financement, la disparition de Dexia ayant laissé un vide qui n’est que partiellement comblé par des solutions pour l’instant provisoires. La commande privée ralentit dans un contexte économique peu propice aux investissements. Au total, les travaux publics devraient subir une baisse d’activité de -1,5 % en volume en 2012.

Prévision 2013 ‡ - 2,5 % en volume
Au niveau des collectivités locales, le cycle électoral devrait continuer à être un facteur de soutien de l’activité et les grands travaux d’infrastructures à monter en puissance. Toutefois, les facteurs négatifs devraient l’emporter, avec une hausse des dépenses sociales liée à la conjoncture économique, une baisse attendue des dotations de l’Etat et des droits de mutation, et des solutions de crédits pour remplacer Dexia se mettant en place lentement. La commande privée devrait continuer à être pénalisée par une conjoncture économique toujours peu favorable à l’investissement et des travaux de VRD en baisse avec les mises en chantier de bâtiments. Au total, l’activité des travaux publics devrait afficher une nouvelle baisse de -2,5 % en volume en 2013.
220 200 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 440 420 400 380 360 340 320 300 280 260 240

Prévision 2013 ‡ - 6,5 % en volume
Le logement neuf subira une forte baisse (-15 %) car les facteurs défavorables évoqués précédemment ont durement dégradé les mises en chantier et les ventes de logements neufs en 2012, ce qui fera baisser l’activité du segment en 2013. La maison individuelle (-13,6 %) verra sa baisse s’accentuer, tandis que le logement collectif (-16,5 %) sera durement affecté par la diminution des aides fiscales aux investissements locatifs. Le bâtiment non-résidentiel neuf connaîtra un retournement de cycle (-11,2 %), presque tous ses segments subissant le marasme économique persistant. L’entretien-rénovation verra son activité baisser (-0,5 %) dans cette conjoncture économique peu propice à ce type de travaux. Au total, le bâtiment subira un sévère retournement de cycle avec une activité en baisse de -6,5 % en volume en 2013.
Activité du BTP
Bâtiment - Logements neufs - Non-résidentiel neuf - Entretien-rénovation Travaux publics Ensemble du secteur
(évolution en % et en volume)

Mises en chantier de logements neufs
en milliers

2009
- 7,0 - 13,1 - 11,7 - 1,6 - 5,4 - 6,4

2010
- 4,7 - 4,8 - 12,8 - 2,0 - 2,3 - 4,1

2011
+ 6,3 + 17,0 + 7,8 + 1,2 + 3,0 + 5,5

2012
+ 0,5 + 1,0 + 3,6 - 0,7 - 1,5 + 0,0

2013
- 6,5 - 15,0 - 11,2 - 0,5 - 2,5 - 5,6

JANVIER 2013 - Prévisions d’activité 2013

35

INDUSTRIE AGRO-ALIMENTAIRE COKÉFACTION ET RAFFINAGE CONSTRUCTION Chimie Pharmacie

INDUSTRIES EXTRACTIVES, ÉNERGIE, EAU GESTION DES DÉCHETS ET DÉPOLLUTION FABRICATION DE MATÉRIEL DE TRANSPORT TOTAL INDUSTRIE ET CONSTRUCTION % du total France Equipements électriques Machines et autres équipements Informatiques, électroniques et optique

FABRICATION D'ÉQUIPEMENTS ÉLECTRIQUES, ÉLECTRONIQUES, INFORMATIQUES ET MACHINES FABRICATION D'AUTRES PRODUITS INDUSTRIELS Textile et habillement, cuir et chaussure Travail du bois, industries du papier et imprimerie

Production et valeur ajoutée de l’industrie française
(y compris construction et énergie)
Production 12,6 % 12,3 % 4,2 % 7,6 % 100,0 % 32,9 % 1,9 % 2,4 % 3,3 % Valeur ajoutée 9,0 % 13,1 % 1,0 % 7,6 % 100,0 % 18,7 % 1,8 % 2,2 % 3,6 %

10,6 % 30,2 % 1,4 % 3,2 % 5,5 % 2,1 % 4,7 % 8,2 % 5,1 %

4,1 %

32,2 % 1,5 % 3,5 % 3,8 % 1,7 % 4,9 % 9,2 % 7,6 %

Produits en caoutchouc, plastique et autres minéraux non métalliques Métallurgie et fabrication de produits métalliques, hors machines et équipements Autres industries manufacturières ; réparation et installation de machines et d'équipements

22,5 %

32,9 %

Pondération en % - Source : INSEE (données 201 1)

Cette publication reflète l’opinion de Crédit Agricole S.A. à la date de sa publication, sauf mention contraire (contributeurs extérieurs). Cette opinion est susceptible d’être modifiée à tout moment sans notification. Elle est réalisée à titre purement informatif. Ni l’information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne constituent en aucune façon une offre de vente ou une sollicitation commerciale et ne sauraient engager la responsabilité du Crédit Agricole S.A. ou de l’une de ses filiales ou de LCL ou d’une Caisse Régionale. Le Crédit Agricole S.A ne garantit ni l’exactitude, ni l’exhaustivité de ces opinions comme des sources d’information à partir desquelles elles ont été obtenues, bien que ces sources d’information soient réputées fiables. Ni Crédit Agricole S.A., ni une de ses filiales, ni LCL ou une Caisse Régionale, ne sauraient donc engager sa responsabilité au titre de la divulgation ou de l’utilisation des informations contenues dans cette publication.

Le Crédit Lyonnais a commencé à publier ses « Perspectives Sectorielles Françaises » semestrielles en 1973. France Secteurs est désormais réalisé pour le compte de LCL par les Études Industrielles et Sectorielles de la Direction des Études Économiques du Crédit Agricole. Coordination : Bernard Monsigny Achevé de rédiger le 04 janvier 2013 Contacts Presse : Olivier Tassain - Tél. : 01 42 95 54 77 - olivier.tassain@lcl.fr Pierre Baillot - Tél. : 01 42 95 39 97 - pierre.baillot@lcl.fr

O n t pa rt i c i p é à l'é lab orat ion d e ce s p er s p e ct i v es
Contexte macro-économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Axelle Lacan Panorama sectoriel international Énergies fossiles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Laurent Blondeau Électricité - Équipement électrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Stéphane Gronnier Agriculture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Brigitte Hélaine Agroalimentaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Béatrice Eon de Chezelles Construction navale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Bertrand Gavaudan Aéronautique - électronique de défense . . . . . . . . . . . . . . . . Pascale Rombault-Manouguian Industries mécaniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Cecilia Mendy
Réalisé par Crédit Agricole S.A. - LMG, Unité de production graphique Janvier 2013

Transformation des métaux - Fonderie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Frédéric Lebon Électronique (composants, équipements) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Chum-Kau Ly Télécoms . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Rabindra Rengaradjalou Industrie automobile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Véronique Vigner Verre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Claudine Rousseau Industrie papetière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Pascale Mégardon-Auzépy Chimie - Plasturgie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Claudine Rousseau Sidérurgie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Patrice Magne Textile - Habillement - Chaussures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Noël Isorni Édition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Laurent Collet Industries graphiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Pascale Mégardon-Auzépy Pharmacie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Dominique Rebouillat Ameublement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Brigitte Hélaine Services informatiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Laurent Collet Grand commerce . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Noël Isorni BTP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Quang-Khôi Nguyen
Contacts Presse : Olivier Tassain - Tél. : 01 42 95 54 77 - olivier.tassain@lcl.fr Pierre Baillot - Tél. : 01 42 95 39 97 - pierre.baillot@lcl.fr