Amis du DJURDJURA

Amis du DJURDJURA Kit de secours en montagne Février 2012

Photo : Méziane B. Illsustration : Ghania B. Document réalisé sur une idée d'Isabelle.

1- Kit de secours en montagne

Amis du DJURDJURA

Comment soigner une fracture de la jambe. Les chutes arrivent très vite en haute montagne et, souvent, ont pour conséquences des entorses, voire des fractures plus ou moins graves. Que faire si cela devait arriver? Premièrement, si la peau est entamée ( fracture ouverte ), il ne faut surtout pas toucher la plaie ni poser quoi que ce soit dessus, ceci afin d'éviter toute infection. Ensuite éviter de bouger la jambe blessée et l'immobiliser. Pour l'immobiliser, confectionner deux attelles avec deux objets rigides et de même longueur, disposer ensuite par dessus et par dessous le membre ( ou sur le côté si soulever la jambe s'avère douloureux). Attacher ensuite les attelles avec ce que vous avez sous la main: corde, ceinture, ficelle...Vous pouvez également faire des bandelettes en déchirant du linge en vous assurant que les attelles dépassent la partie blessée. ( vérifier que vous pouvez glisser un doigt entre l'attelle et les liens afin de vous assurer que la circulation n'est pas coupée). Si la partie blessée devient blanche ou exsangue, relâcher immédiatement les liens. Faire coucher la personne blessée sur le dos, pour faciliter la circulation du sang et prévenir un état de choc. - Quels sont les symptômes de fracture, d'entorse ou de luxation: 1- Mobilité réduite ou difficile 2- Enflure, ecchymose, forte douleur, engourdissement 3- Saignement abondant 4- Fracture visible de l'os - Qu'est ce qu'il ne faut pas faire: 1- Appuyer sur une blessure ou essayer de la nettoyer 2- Transporter le blessé sauf nécessité absolue ( traiter d'abord la facture puis appeler le GRIMP 10* ou tout autre secours) 3- S'assurer que la fracture est parfaitement immobilisée avant de déplacer le blessé 4- Ne pas lever une jambe blessée * Le GRIMP 10 est une unité spécialisée pour intervenir en milieu périlleux. Elle a ouvert un poste de montagne, à Tikjda, depuis janvier 2011. Source : Dr Randall Simons, docteur en médecine.

2- Kit de secours en montagne

Amis du DJURDJURA

Eviter d'être frappé par la foudre. Etre frappé par la foudre n'arrive pas souvent. C'est même un accident rarissime mais qui survient parfois. Contrairement aux croyances bien établies, aucun endroit n'est à l'abri de la foudre. Certains cependant sont exposés plus que d'autres. La force et la fréquence du tonnerre sont annonciateurs de la foudre. S'il y a des éclairs et que le tonnerre gronde, sachez que vous êtes dans un endroit à risques. Des vents forts, des rafales de pluie, des nuages bas annoncent la foudre. Généralement, les orages se déplacent d'Ouest en Est et arrivent en fin de journée ou tôt dans la matinée, quand le taux d'humidité est élevé. Si vous voulez avoir une idée de la distance à laquelle se trouve l'orage, à partir du moment où vous apercevez un éclair, comptez les secondes jusqu'à ce que le tonnerre éclate et divisez ce nombre par 5. ( la vitesse du son est de 343 m/ seconde). Si le laps de temps entre l'apparition de l'éclair et le grondement du tonnerre est inférieur à 30 secondes, il vous convient de chercher immédiatement un refuge. Evitez les hauteurs, les champs, les crêtes au dessus des bois. Si vous vous trouvez en rase campagne, ne vous couchez pas, agenouillez-vous, posez les mains à plat sur le sol et baissez la tête. Si vous faites de l'ascension ou une randonnée en montagne, asseyezvous sur un rocher ou sur un objet non métallique. Nouez une corde autour de votre cheville pour vous assurer et éviter de perdre l'équilibre si la foudre vous frappe. Tenez-vous à l'écart des arbres isolés, des belvédères, des abris pour pique-nique, ainsi que des dépressions dans le sol (vous pourriez servir de conducteur au courant pour franchir cette dépression). Tenez-vous aussi à l'écart des étendues d'eau comme les lacs et les rivières. Le risque de voir tomber la foudre diminue après le dernier coup de tonnerre, mais la menace peut persister pendant une demi-heure encore. Quand l'orage est dans la région, même loin de vous, le danger existe encore y compris s'il ne pleut pas, que le ciel est clair et qu'il y a du soleil. - Quels soins donner à une personne frappée par la foudre: 1-Appelez les pompiers pour signaler l'accident et dirigez-les vers l'endroit où la foudre a frappé. Une personne foudroyée peut-être sauvée par une intervention rapide. S'il y a plusieurs victimes, occupez-vous en priorité de celle qui en a besoin le plus, car les personnes qui ont perdu seulement connaissance mais respirent encore récupèreront d'elles-mêmes. 2-Vous mettre l'abri pour éviter d'être frappé à votre tour. À moins d'avoir fait une chute ou d'être projeté sur une grande distance, une personne foudroyée peut-être déplacée pour être soignée, ce n'est pas dangereux. 3- S'il fait froid, isolez la victime du sol pour minimiser les risques d'hypothermie, regardez si la `victime porte des brûlures à l'endroit où elle porte une montre, des bracelets, des bijoux...
3- Kit de secours en montagne

Amis du DJURDJURA

4- Si la victime ne respire pas, commencez le massage cardiaque si vous avez reçu une formation aux premiers soins. Sinon en dernier recours bien que ça ne se fait presque plus, pratiquer un bouche bouche ( soufflez toutes les 5 secondes ) 5- Vérifiez le pouls de la victime. Tâtez sa carotide ( sur le côté du cou) ou son artère fémorale ( dans l'aine) pendant au moins 20 ou 30 secondes. Si vous ne sentez pas son pouls, commencez un massage cardiaque, si le pouls se remet à battre, continuez la ventilation assistée le plus longtemps possible dans ces conditions. Mais si le pouls ne repart pas au bout de 20 30 mn, vous pouvez arrêter vos efforts. Source : John Linder, société météorologique américaine, Denver- Colorado.

4- Kit de secours en montagne

Amis du DJURDJURA

Survivre en montagne.
– Comment survivre si vous êtes perdu en montagne

Le Djurdjura, en hiver, recense toujours des morts en haute montagne, soit par négligence, soit par méconnaissance des lieux, ou par ignorance des premières règles de survie. La première cause de décès en montagne est l'hypothermie. Savoir donc garder votre sang froid dans l'obscurité, le froid et la solitude augmentera grandement vos chances de survie. Votre survie dépend à 80% (c'est essentiel) de votre réaction face la peur, à 10% (seulement) de votre équipement, et à 10% de votre façon de l'utiliser. La première chose à faire, est d'avertir toujours quelqu'un avant de partir en montagne et de lui dire approximativement quand vous pensez revenir, et quel est votre itinéraire. Donc, si vous avez prévenu avant de partir, il ne sert rien de vous affoler, car des secours partiront à votre recherche ( les recherches s'organisent dans la journée pour les adultes et se poursuivent la nuit quand il s'agit d'enfants) En attendant, trouvez un abri pour rester au chaud et au sec, ménagez vos forces en utilisant des abris naturels plutôt que d'en construire. Si vous êtes dans la neige, creusez un trou pour vous protéger du vent, mais ne le faites pas à la main et trouvez un objet pour ce faire. Ensuite réfugiez-vous dans la tranchée, recouvrez-la de feuilles et de branchages si vous en trouvez autour de vous. Si possible, construisez votre abri à mipente (sur une pente, le sol est moins froid) et évitez les vallées où s'engouffrent les vents et qui restent les endroits les plus froids de la montagne. Pensez à signaler votre présence aux secouristes pendant les heures de la journée de préférence, avec du matériel éclairant dans l'idéal, sinon en faisant appel votre génie pour attirer l'attention. Choisissez le point le plus élevé pour être plus visible (ou plus entendu), Si vous pouvez, allumez des feux pour signaler votre présence à cet endroit. Ayant indiqué votre itinéraire, ne vous en éloignez pas trop, de risque de compliquer la tâhe aux secouristes qui pourraient vous rater ou perdre plus de temps qu'il n'en faut pour vous sauver. Si vous souffrez de gelures, n'essayez pas de réchauffer la zone atteinte avant d'être tout à fait hors de danger. (Lire la partie consacrée aux gelures, plus loin) - Comment préparer votre aventure. Il vous faut des vêtements adéquats, superposez-les dans l'ordre suivant: 1- Des sous-vêtements à manches longues et des caleçons, de préférence en polypropylène, en coton, de faible pouvoir isolant, mais qui absorbent la transpiration. 2- Un vêtement qui emprisonne une couche d'air chaud, par exemple une parka en duvet. 3- Une veste en Gore-Tex ( si vous avez les moyens ) ou en tout autre matériau qui respire en permettant à l'humidité de sortir, mais pas de pénétrer. Rester au sec est la clé de votre survie. Il est très difficile de sécher une fois mouillé Vérifier que votre matériel de survie contient les éléments suivants et que vous savez les
5- Kit de secours en montagne

Amis du DJURDJURA

utiliser : 1- Emportez plusieurs boites d'allumettes et un briquet, de l'alcool brûler ( en tablette, solidifiées de préférence), un produit inflammable pour allumer des mèches 2- Une petite couverture de survie, avec un revêtement isolant (genre couette) avec une face de couleur orange ou toute autre couleur qui contraste avec la blancheur de la neige ( elle vous aidera à vous signaler) - Un petit miroir fera aussi l'affaire pour vous signaler, un sifflet... 4- Prenez de la nourriture, des biscuits, des barres de céréales, des chocolats, des fruits, des glucides en somme. Les protéines ont besoin de chaleur pour se dissoudre et la digestion nécessite davantage d'eau. Source : John Linder, Club de montagne du Colorado, directeur de la Wilderness Survival School.

6- Kit de secours en montagne

Amis du DJURDJURA

Se sortir d'une avalanche. Il neige de 1 à 10 fois par an dans le Djurdjura, selon les saisons. Les neiges ne s'accumulant pas, excluent de fait tout phénomène d'avalanche, néanmoins, comme pour toute règle, il peut y avoir des exceptions. En tout cas, ceci n'est pas une raison pour nous empêcher d'en savoir d'avantage. Donc même si les avalanches sont très rares, voire inexistantes dans le Djurdjura, nous devons tous savoir que survivre à une avalanche n'est pas une mince affaire. Toutefois, nous avons, si nous sommes confrontés à ce type d'accident de la nature, des chances de nous en sortir : • Nous débattre pour rester la surface de la neige en faisant des mouvements similaires à ceux de la nage libre. • Si nous sommes ensevelis, notre meilleur chance de nous en sortir, c'est d'être vu au moment où l'avalanche nous a recouvert. • Si nous ne le sommes que partiellement, nous pouvons nous dégager en creusant avec nos mains ou en donnant des coups de pied. ( si nous avons encore un de nos bâtons de ski ou de randonnée. Sondons la neige dans plusieurs directions jusqu'à ce que nous voyions ou devinions l'air libre, puis creusons dans cette direction. • Si nous sommes complétement ensevelis, il est à craindre, si nous sommes trop grièvement blessés, que nous ne soyions pas en état de nous en tirer tout seuls ( si nous le pouvons, creusons un petit trou et crachons dedans. En tombant, la salive devrait nous donner la direction du sol. Creusons alors dans l'autre sens sans perdre de temps) - Précautions prendre. 1- Ne jamais partir seul en randonnée à pied ou à ski dans une zone à risques 2- Si nous en disposons, nous munir d'une sonde d'avalanche - ce sont de solides tronçons d'aluminium qui s'emboitent pour former une sonde de 1,80 à 2,40 mètres de long. 3- S'informer de la météo ( les avalanches se forment en général dans les zones recouvertes d'une couche de neige fraîche, sur les pentes abritées du vent, l'après-midi par temps ensoleillé. Souvent, elles se produisent sur les pentes de 30° à 40° qui sont justement les plus fréquentées. Si nous sommes témoins d'une avalanche, prévenir les secours immédiatement, Cherchons ensuite près des arbres et des bancs, c'est là que se trouvent le plus souvent des poches d'air où sont ensevelies les victimes. Tout sauveteur devrait être équipé d'une petite pelle rétractable pour pouvoir creuser rapidement s'il repère quelqu'un. Source : Jim Frankenfield, Directeur du Centre Cyberspace Snow ansd Avalanche, Corvalis - Oregon

7- Kit de secours en montagne

Amis du DJURDJURA

Soigner une gelure. Une gelure est le résultat du gel des molécules d'eau dans les cellules de la peau, par très basse température. Elle se caractérise par un aspect blanc cireux de la peau, qui devient dure et insensible. Dans les cas les plus graves, elle prend une couleur bleu foncée et la gangrène peut survenir qui aura pour conséquence l'amputation. Généralement, ce sont les doigts, les orteils, le nez, les oreilles et les joues qui sont atteints. Une gelure ne peutêtre traitée que par un médecin. Mais, en cas d'urgence, suivez ces quelques recommandations. - Ôter les vêtements mouillés et mettre la partie atteinte au sec et au chaud - Plonger la ( les) zone(s) touché (ées) dans de l'eau chauffée à 37° ou appliquer des compresses chaudes pendant une demi-heure - S'il n'y a pas d'eau chaude à proximité, envelopper doucement la partie atteinte dans une couverture chaude. - Eviter le contact direct avec la chaleur, feu de bois, réchaud électrique, plaque chauffante... - Ne pas dégeler la partie touchée s'il subsiste un risque qu'elle regèle - Ne jamais frictionner une peau gelée ni la frotter avec la neige - Prendre un analgésique comme l'aspirine pour atténuer la douleur due au réchauffement ( le réchauffement est suivi d'une sensation d'intense brûlure. la peau cloque, les tissus s'enflent et prennent une couleur rouge, bleu ou violette. Lorsque la peau rosit et que revient la sensibilité, la partie atteinte est dégelée) - Appliquer un pansement stérile sur les parties atteintes (placer les bandes stériles entre les orteils ou les doigts. Eviter de heurter les ampoules, envelopper les zones réchauffées pour qu'elles ne refroidissent pas et éviter de bouger les zones dégelées. - Faire appel à un médecin le plus rapidement possible. - Comment prévenir onglée et gelure. • Par temps froid, bien couvrir les extrémités et ne pas les laisser refroidir • Porter des vêtements fourrés et masquer le visage • Préférer les mitaines aux gants et ne pas découvrir les oreilles • Faire régulièrement des pauses pour réchauffer les extrémités. Source : John Linder, directeur de la Wilderness Survival School, club de montagne du Colorado - Denver

8- Kit de secours en montagne

Amis du DJURDJURA

Soigner les piqûres d'insectes. Piqûres de guêpes, de moustiques et autres bestioles peuvent, si l'on n'y prend garde, gâcher un séjour en montagne. C'est pour ça qu'il est recommandé de connaître quelques astuces pour éviter d'être piqué ou pour calmer la douleur a posteriori. Le meilleur moyen d'éviter les moustiques, c'est de s'enduire de produits ( huiles ou pommades ) répulsifs qui éloignent les petites bêtes. Ils se vendent en pharmacie en vente libre, ce qui ne vous empêche pas de demander conseil au pharmacien. Des répulsifs naturels existent dans la nature comme les extraits de lavande ou d'eucalyptus, de la citronnelle, encore faut-il bien les connaitre et savoir les les préparer. Mais vous devez savoir que ces derniers ne dissuadent que les insectes. Pour ce qui est des abeilles et des frelons, par exemple, le meilleur moyen de les éviter c'est de ne pas les provoquer, de ne pas les déranger pendant qu'ils butinent, ne pas passer près des ruches, redoubler de précautions quand le temps est orageux...etc Que faut-il faire en cas de piqûre? Pour pouvoir apporter les bons soins ou les soins qu'il faut, il faut toujours identifier quel est l'auteur de l'agression. - Si c'est une abeille ou une guêpe, la piqûre qui est douloureuse provoque un oedème, et l'abeille, en plus, laisse son dard (signature) dans la peau. Extraire le dard, ensuite désinfecter la plaie. les personnes allergiques réagissent par de la fièvre ou même une syncope. Ce que l'on a de mieux faire, dans ce cas, c'est de les transférer rapidement dans un centre de soins. - Si c'est une piqûre d'insecte ou de taon, appliquer une pommade apaisante. Si vous n'avez pas de pommade à portée de de la main, utiliser du vinaigre ou des fleurs de lavande. - S'il s'agit de tiques, bestioles qui s'accrochent à la peau pour sucer le sang de leur hôte, les anesthésier avec du coton imbibé d'éther, ensuite les retirer avec précaution. Si on les arrache trop brutalement, la tête reste accrochée la peau, ce qui risque de provoquer une infection. Désinfecter ensuite la plaie. - Si ce sont des morsures de serpents, sachez d'abord qu'elles sont trop peu fréquentes et très rarement mortelles. Donc pas de panique. Elles provoquent de fortes douleurs, des rougeurs, un oedème, et, sur la peau, l'on peut distinguer la trace des crochets. N'aspire surtout pas le venin comme tu le vois dans les films! À défaut d'une pompe aspi-venin, placer un garrot au dessus de la morsure et transporter la victime chez les médecin dans un délai de 20 minutes maximum. - Quand c'est les plantes qui vous piquent comme les orties, les échardes...etc, il est relativement facile d'y remédier en frottant les parties touchées avec du vinaigre et ne pas oublier de désinfecter ensuite. Source : Doctissimo.fr

9- Kit de secours en montagne

Amis du DJURDJURA

Mais pourquoi ne tempête-t-il qu'en hiver? J'aurais aimé qu'il neige au mois d'août!

10- Kit de secours en montagne

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful