Contrôle de gestion et gouvernance

Jacques Laverty, Associé, Valutis

Le « gouvernement d’entreprise » introduit un second degré du Management au-delà du management traditionnel de l’entreprise par les managers : c’est celui du « Management des managers ». Ce dernier constitue un dispositif impliquant à la fois des institutions, des règles, des bonnes pratiques, une éthique des affaires et des comportements.

Le système de gouvernement d’entreprise permet d’assurer la réelle protection des actifs et de vérifier que tous oeuvrent pour une meilleure efficacité. Au-delà de l’étude des interactions entre Dirigeants et actionnaires pour le contrôle et la direction d’une entreprise, le gouvernement d’entreprise prescrit un ensemble de solutions et de procédures pour un meilleur contrôle de la gestion de l’entreprise et donc pour renforcer la confiance des investisseurs dans le fonctionnement optimum des sociétés. Une bonne « gouvernance » étant fondamentale pour les sociétés cotées puisqu ‘elle leur permet de lever des capitaux à un coût inférieur à celui qu’obtiendraient celles qui sont mal gouvernées, les investisseurs exigeant pour ces dernières une prime de risque. Il importe pour comprendre la notion de gouvernement d’entreprise d’en éclairer les principales finalités. Le Centre de développement de l’OCDE les définit comme suit : - Faciliter et stimuler les performances des entreprises en instaurant et maintenant un système d’incitations qui encourage les dirigeants à maximiser l’efficience opérationnelle, le rendement des actifs et les gains de productivité à long terme. - Restreindre les abus de pouvoir des dirigeants sur les ressources de l’entreprise – que ces abus prennent la forme d’abus de biens sociaux ou de gaspillage significatif des ressources appartenant à l’entreprise – abus qui résultent de la tendance des dirigeants à se servir eux-mêmes. - Fournir les moyens de surveiller le comportement des dirigeants pour garantir la responsabilité de l’entreprise et protéger au meilleur coût les intérêts des investisseurs et de la société contre les abus des dirigeants. Le gouvernement d’entreprise est avant tout un système de contrôle de la gestion de l’entreprise. Ce contrôle de gestion recouvre deux grandes notions : le contrôle interne et le contrôle externe. Le conseil d’administration chargé de l’administration de l’entreprise et de l’approbation des principales décisions peut être considéré comme une instance de contrôle de gestion. Il surveille le Président Directeur Général et se préoccupe des conditions dans lesquelles ce dernier exécute sa mission. Il en va de même du conseil de surveillance vis-à© Copyright Valutis
5-janv.-05

1/5

c’est-à-dire que son rendement doit être supérieur au coût du capital. notamment grâce à l’étude comparative des segments de la chaîne de valeur et au suivi des standards du secteur. le contrôleur de gestion fournira t il à la fois la méthode d’évaluation des gains potentiels liés aux synergies identifiées et la valeur de ces gains. Ce « business model » sert de base et de référentiel pour les études prospectives et les simulations qui soutiennent la démarche stratégique. celles qui concernent les concurrents. Nous distinguerons les contributions du contrôleur de gestion de celles d’autres fonctions. autorités de régulation des marchés financiers.vis du Directoire. Le contrôleur de gestion évalue notamment les conséquences économiques des décisions stratégiques. selon la logique de l’actionnaire c’est-à-dire en considérant que chacune de ces opérations constitue un investissement nouveau relevant de l’analyse des choix d’investissements. de marges. Nous nous intéresserons ici au seul contrôle interne de gestion et plus particulièrement aux missions de la fonction contrôle de gestion concourrant à l’amélioration de la gouvernance d’entreprise. Ainsi dans le cadre d’une croissance externe par acquisition ou fusion. Les investisseurs institutionnels. Le contrôleur de gestion n’est certes pas décideur en matière de stratégie. l’audit interne. la trésorerie. ils doivent d’une part diversifier leurs portefeuilles pour réduire les risques encourus par leurs « clients » et d’autre part s’intéresser de près à l’évolution à long terme des entreprises dans lesquelles ils investissent. La connaissance des stratégies adoptées par les dirigeants et de leurs conséquences en terme de performance financière devient donc un élément déterminant de leurs arbitrages. de cash flows. les secteurs d’activité et secteurs géographiques. Plus encore ces partenaires financiers cherchent à faire adopter par les dirigeants une attitude générale et des choix stratégiques orientés prioritairement vers la satisfaction des actionnaires. sont présents pour des montants souvent très importants dans le capital des sociétés cotées. de croissance interne ou externe. des produits-marchés et des secteurs d’activité dans lesquels elle opère. notamment les fonds de pension. Le contrôle externe est exercé par les institutions « extérieures » à l’entreprise : Audit. Il dispose d’une excellente connaissance des métiers de l’entreprise. de capitaux immobilisés. Gérant des volumes considérables d’actifs financiers. Il construit et entretien le « business model » de l’entreprise qui met en évidence les principaux enjeux et le mode de formation du résultat. les processus et résultats des différents opérateurs d’un secteur. Il est à même d’analyser les stratégies. de leurs caractéristiques en termes de risques. agences de notation. Le contrôleur de gestion contribue à la préparation des choix stratégiques majeurs de diversification. Bien évidemment il travaille en étroite collaboration avec la Direction financière qui détermine © Copyright Valutis 5-janv. qui participent également au gouvernement d’entreprise. Dans cette optique l’investissement ne se justifie que s’il crée une valeur supplémentaire pour l’actionnaire. Mais aucune stratégie ne saurait être élaborée ni mise en œuvre sans son concours. La participation du contrôleur de gestion au système de gouvernement d’entreprise s’articule autour de quatre axes majeurs : I La réflexion et les choix stratégiques L’irrésistible ascension du pouvoir managérial a connu ces dernières années une forte remise en cause aboutissant à la définition et à la mise en œuvre de principes de gouvernement d’entreprise indiquant un « retour en force de l’actionnaire ».-05 2/5 . comme la Direction financière. Il organise et structure les bases de données nécessaires à la collecte et au traitement d’informations exogènes.

Ainsi définit-il en liaison avec la Direction les contours des Business Units et surtout les systèmes de management qui permettent de fixer les règles du jeu. Le gouvernement d’entreprise place les dirigeants à la fois sous le contrôle des actionnaires et sous le contrôle. Un gouvernement d’entreprise « orienté actionnaire » encourage la mise en place d’une organisation déconcentrée structurée en entités homogènes quasi autonomes et cohérentes en termes de risques. des secteurs d’activités. • III . mesure de la valeur crée ou détruite (Economic Value Added ). des branches. des secteurs géographiques. de la société dans son ensemble. Le contrôle de la mise en œuvre de la stratégie © Copyright Valutis 5-janv. de métiers. La performance devient globale. sans doute plus diffus mais croissant. Il développe le système d’information de gestion permettant d’évaluer et de comparer les performances des différentes unités. Ainsi la pratique de l’étalonnage devient un instrument de gouvernance interne et alimente la communication externe. flux de trésorerie. de structure financière.L’amélioration de la performance globale et sa mesure. coûts versus avantages d’une externalisation. Cette dernière préoccupation ayant pour objet de contre balancer une approche privilégiant jusqu’alors trop exclusivement les actionnaires. incidence des cessions d’actifs sur la rentabilité des capitaux propres.le coût des capitaux et les Directions opérationnelles qui préparent synergies et plans de restructuration.-05 3/5 . L’accent placé par les actionnaires sur la rentabilité des capitaux engagés oriente le gouvernement d’entreprise sur le contrôle des choix d’organisation. en externalisant les activités peu ou pas rentables. Cette organisation permet d’étendre à l’ensemble de l’entreprise la mesure des performances relatives effectuées par ailleurs et en amont par les gérants de fonds lors des arbitrages entre les titres de leurs portefeuilles : performances financières des métiers. Le contrôleur de gestion fournit aux décideurs les informations et les méthodes nécessaires à la prise de ce type décision : analyses de rentabilité. les dirigeants ont entrepris de supprimer ces gaspillages de capitaux. de produits. notamment en recentrant l’entreprise sur son cœur de métier. des produits – marchés. il est devenu évident que de nombreux investissements et structures avaient une rentabilité faible voire négative. Elle recouvre la performance financière développée en faveur des actionnaires et la performance sociale qui traite des externalités et implique des comportements responsables vis-à-vis des autres parties prenantes ( les « stakeholders »). Après de longues années pendant lesquelles les managers estimaient disposer de ressources gratuites. Il ne couvrent pas le coût des capitaux . et en cédant des actifs non stratégiques. Sous la pression d’actionnaires exigeants. De même il sera le mieux placé pour déterminer les flux de liquidités disponibles dégagés par les actifs lors de l’étude de rentabilité des activités actuelles et des investissements. Le contrôleur de gestion intervient ici à deux niveaux : • Il participe à la définition et à la mise en œuvre d’une structure organisationnelle lisible et cohérente apte à soutenir l’exécution de la stratégie d’ensemble. d’évaluer et de contrôler les performances des responsables de ces entités. II La définition et la mise en place d’une structure et d’une organisation. actualisation des cash flows. Une des missions du contrôle de gestion est de s’impliquer directement dans les différentes actions d’amélioration de la performance globale et ce à trois niveaux.

Directeur du contrôle interne et Directeur de la communication financière en sont les principaux responsables. il contrôle le taux d’utilisation des actifs matériels et immatériels et traque les actifs sous utilisés et « dormants ». voire renforcer la confiance des investisseurs dans le fonctionnement optimum des sociétés cotées.-05 4/5 . Il Introduit l’usage d’instruments d’évaluation des actions stratégiques sur l’environnement notamment en matière de développement durable et de rôle sociétal de l’entreprise. Dirigeants. Directeur financier. Tyco et autres ont ébranlé la confiance des marchés en raison bien sur de pratiques frauduleuses mais surtout en raison de l’insuffisance et du manque de transparence des informations. Il sélectionne les informations les plus importantes pour orienter et piloter l’action en s’appuyant sur les déterminants de la performance future. Ayant repéré lors de l’élaboration de la stratégie. La réussite des sociétés contemporaines résulte largement de la vitesse d’exécution des décisions stratégiques.Une fois approuvée par l’actionnaire. Son système de pilotage. en liaison avec les opérationnels. il contribue à élever le niveau de performances en apportant aux opérationnels les méthodologies appropriées et les systèmes de mesure des résultats. IV La cohérence et la fiabilité de l’information L’ambition majeure du gouvernement d’entreprise est d’établir. Il pilote l’identification et la suppression des activités sans valeur ajoutée de même qu’il structure le pilotage stratégique par la maîtrise des relations de causes à effets. la stratégie doit être mise en œuvre et déployée le plus efficacement et le plus rapidement possible. Toutefois. construit d’une part sur des indicateurs de résultats pour établir le lien entre objectifs stratégiques et atteinte de ces objectifs et d’autre part sur des indicateurs de cause pour comprendre les relations de cause à effets. assure l’indispensable articulation entre performance opérationnelle et résultats financiers. son système de pilotage dépasse le simple cadre des opérations internes à l’entreprise pour s’ouvrir sur l’extérieur et sur les autres parties prenantes que sont les salariés. L’amélioration permanente des performances Parce qu’il dispose d’une bonne compréhension de la stratégie de l’entreprise et des attentes des actionnaires. Dans le prolongement des objectifs affichés par les actionnaires en matière de rendement des capitaux propres. La mesure de la performance C’est dans cet esprit qu’il mettra en place un tableau de bord prospectif (Balanced Scorecard) pour établir le lien entre stratégie et opérations et contrôler le degré de réalisation des décisions stratégiques. Pour prendre en compte les recommandations du gouvernement d’entreprise. Cette confiance repose pour une large part sur la qualité et la fiabilité de l’information communiquée aux actionnaires et aux différentes parties prenantes. des plans d’actions et budgets. Il vérifie que les efforts et ressources sont concentrés sur les enjeux stratégiques notamment grâce à l’élaboration. le contrôleur de gestion participe activement à l’identification et à la mise en oeuvre des actions d’amélioration des performances. il © Copyright Valutis 5-janv. les processus clés dans lesquels l’entreprise doit exceller et les déterminants de sa performance. les processus clés et les facteurs clés de succès afin de mettre en place un système de pilotage stratégique permettant de vérifier la progression dans la réalisation des décisions stratégiques et de disposer d’un retour d’expériences. Le contrôleur de gestion s’assure de la cohérence des décisions stratégiques et des politiques déclinées aux différents niveaux de l’entreprise. Les scandales Enron. World Com. Il identifie les déterminants de la performance. Le contrôleur de gestion est loin d’être le seul acteur en matière de qualité et de transparence de l’information. les partenaires (clients et fournisseurs).

des indicateurs. de mesure des performances. Un bon gouvernement d’entreprise est donc incompatible avec le maintien de pratiques tendant à présenter une information comptable et de gestion différente selon les destinataires. du calcul des coûts de revient. de la productivité. Outre les fonctions traditionnelles de gestion des coûts. Conclusion Le Gouvernement d’entreprise et les nouveaux comportements qu’il introduit dans le management des entreprises ne concernent pas seulement les principaux organes de direction. de coopération volontaire et de transparence et assister la fonction contrôle interne dans la définition et la mise en place des bonnes procédures internes. unique. environnemental et social. Il en est le garant à double titre : En tant que « dépositaire » des règles de gestion et des définitions de l’information : définition du chiffre d’affaires. Il doit concevoir son système de « Corporate Reporting » sur ces principes de cohérence. Ils se déclinent tout au long de la hiérarchie. principes et règles de gestion. Le contrôleur de gestion qui traditionnellement constitue un relais en interne pour les valeurs de l’entreprise et ses objectifs stratégiques. puis de conseil il devient acteur des processus de création de valeur et de communication financière. de construction budgétaire et de planification. des différents niveaux de marges. Sa palette d’instruments s’enrichit d’outils permettant de modéliser l’activité d’ensemble de l’entreprise et de ses différents segments d’activité et d’aider à la prise de décision notamment en simulant les conséquences économiques et financières des décisions stratégiques et en analysant les différentes options d’investissement. au travers de prescriptions. Ainsi les prévisions d’activité élaborées pour les besoins de gestion interne (planification des activités et des capacités) sont elles souvent différentes des budgets communiqués à l’actionnaire. concernant tant les résultats que les prévisions. joue un rôle déterminant dans la mise en œuvre d’une « gouvernance » efficace et adaptée au contexte économique.-05 5/5 . son système d’information de gestion prend en compte les informations relatives aux compétiteurs et au marché notamment pour l’analyse comparative de la chaîne de valeur et l’évaluation des coûts et avantages de la différenciation par rapport à la concurrence. Enfin son reporting de gestion est construit pour assurer une transparence complète des informations à tous les niveaux de l’entreprise et servir de socle « incontestable » à la communication financière. règles et méthodes. Les actionnaires et les autres parties prenantes ont besoin d’une information claire. transforme et transmet l’information. faible. En tant que maître d’œuvre du système d’information de gestion qui produit. © Copyright Valutis 5-janv.convient de ne pas oublier que le contrôleur de gestion est garant de l’intégrité et de la fiabilité des informations de gestion. Le contrôleur de gestion se doit d’œuvrer pour la transparence de l’information et l’unicité des définitions. Or on constate trop souvent des différences considérables entre l’information utilisée par les managers pour diriger et l’information communiquée au public. Sa fonction s’élargit : de producteur de chiffres.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful