You are on page 1of 24

DK NEWS

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Jeudi 31 janvier 2013 - 19 Rabii el awel 1434 - N° 185 - Première année - Prix : Algérie : 10 DA. France : 1€

MÉTÉO
19° ALGER 22° TAMANRASSET
p. 2

www.dknews-dz.com

Les news

ATTAQUE D'IN AMÉNAS

TOTAL FÉLICITE L'ALGÉRIE POUR LA RAPIDITÉ DE RÉACTION DE SES FORCES MILITAIRES
La compagnie pétrolière Total a félicité l'Algérie pour la rapidité de réaction de ses forces militaires lors de l'attaque terroriste qui a visé le complexe gazier de Tiguentourine à In Aménas. «Je tiens à vous féliciter pour la rapidité de réaction des forces militaires algériennes qui ont réussi, malgré les difficultés de l'opération, à se rendre maîtres de la situation en évitant le chaos. Je m'associe à votre tristesse et à la douleur de tous les Algériens devant une telle abomination», a écrit le Présidentdirecteur général de Total, M. Christophe de Margerie, dans un message qu'il a transmis au président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika. «Je souhaite vous assurer de ma solidarité et de celle de tous les employés du groupe Total, suite aux événements récents qui ont endeuillé l'Algérie», a-t-il ajouté.

DIPLOMATIE, SÉCURITÉ, COOPÉRATION

A l’écoute d’Alger
Boualem Branki

Le président Bouteflika a reçu hier le ministre saoudien des Affaires étrangères

LE PREMIER MINISTRE BRITANNIQUE À ALGER

La visite en Algérie du Premier ministre britannique David Cameron, audelà de son caractère politique et relationnel confirmant l'excellence des relations entre les deux pays, est de celles en fait qui donnent

de la profondeur et de la perspective à ces relations, que d'aucuns estiment privilégiées. En fait, la présence de David Cameron à Alger sera une occasion pour les Britanniques de s'imprégner des efforts de l'Algérie pour le retour de la paix dans l'ensemble de l'Afrique, et au Sahel en par-

ticulier. Même si elle est quelques peu en rapport avec l'attaque terroriste du site gazier de Tiguentourine, cette visite d'un haut responsable de la Grande-Bretagne dénote en réalité toute l'ampleur de la confiance qu'entretiennent les deux pays.
Page 3

CONFÉRENCE-DÉBAT, HIER, AU FORUM DE DK NEWS

MALI

24% des hospitalisations aux urgences sont dues à l'ingestion de produits caustiques
Pages 6-7

Des soldats français à Kidal
INTERVENTION BRITANNIQUE AU MALI

Le «oui-mais» de la classe politique

page 10

SCIENCE et VIE

AMAR BELKHODJA

SAVOIR
décrypter r su les additifs tes les étiquet
pages 12 - 13

F O OT B A L L
LIGUE 1 (19E JOURNÉE)

JUSTICE

ALGER

ÉVOQUE
L'EMIR ABDELKADER
tel que «vu par ses adversaires» 14 Page

L’Aigle Noir sur sa lancée à Tlemcen ?

16 ANS DE RÉCLUSION CRIMINELLE
pour le mari indigne
Page 15

Page 24

MÉTÉO

19° à Alger
REGIONS NORD :
Localement brumeux en début de matinée près des côtes puis temps généralement ensoleillé en cours de journée. Les vents seront de secteur Ouest à Nord-Ouest 15/25 km/h. La mer sera belle à peu agitée.

22° à Tamanrasset
REGIONS SUD :
Temps partiellement voilé en cours de journée. Les vents seront variables modérés 20/40 km/h avec soulèvements de sable locaux. Alger Oran Annaba Béjaïa Tamanrasset max max max max max 19° 23° 20° 21° 22° min min min min min 09° 06° 06° 07° 09°

ALGER Suspension de l'alimentation en eau potable dans plusieurs localités
L'alimentation en eau potable sera suspendue ce jour de 08 h jusqu'à demain vendredi à 8h dans des localités d'Alger, en raison des travaux de réalisation d'un booster afin de renforcer la production d'eau potable, indique mercredi la Société des eaux et de l'assainissement d'Alger (SEAAL), dans un communiqué. Cette suspension concernera Remadhnia, Fazli, Nouaoua, Mahieddine et Frères Kallouaz, des localités relevant de la commune des Eucalyptus. SEAAL informe, toutefois, qu'un dispositif de citernage sera mis en place afin d'alimenter en priorité les établissements publics et SELON LA GENDARMERIE hospitaliers pour réNATIONAL duire les désagréPlus de 5 400 fusils ments pour la population. de chasse seront

restitués dans la wilaya de Chlef

Plus de 5 400 fusils de chasse seront restitués progresUne comsivement à leurs propriétaires dans la wilaya de Chlef, a anmission comnoncé hier le commandant de groupement de la Gendarmerie posée de nationale, lors de la présentation du bilan d'activités annuel de représentants son institution dans la région. de l'Union géCes armes à feu, déposées par leurs propriétaires auprès des nérale des traservices de sécurité au début des années 1990, seront restituées v a i l l e u r s au fur et à mesure de leur arrivage, a-t-il indiqué, précisant que algériens les concernés «seront saisies par les services compétents, dès (UGTA) et du secteur du bâtil'arrivage de leurs fusils.» L'opération de restitution «est néanment a été mise moins conditionnée à la présentation du reçu de dépôt et la foren place hier à mulation d'un dossier», a-t-il indiqué, ajoutant que pour le cas Alger pour prendes personnes décédées, «une frédha au profit de l'un des hédre en charge les préoccupations des travailritiers est nécessaire» pour l’obtention d’un permis de port leurs du secteur du bâtiment, a indiqué un d'arme, a expliqué le commandant de groupement de la Gencommuniqué du ministère de l'Habitat et de darmerie nationale de la wilaya de Chlef. Des sit-in avaient été l'Urbanisme. Selon le communiqué, la comorganisés au cours des dernières années dans la wilaya par les mission qui a été mise en place après une renpropriétaires des fusils de chasse pour demander la restitucontre ayant regroupé le ministre du secteur, tion de leurs armes. M. Abdelmadjid Tebboune, le secrétaire général de l'UGTA, M. Abdelmadjid Sidi Saïd et le secrétaire général de la fédération nationale des TIZI-OUZOU travailleurs du secteur de l'Habitat et de l'urbanisme, prendra en charge «la mise au point et l'examen de la plate-forme des revendications des travailleurs du secteur». Les membres de la Un terroriste a été abattu, hier matin, par les forces de commission tiendront, à compter de cette sel'Armée nationale populaire (ANP) dans la commune de maine, des réunions au niveau de chaque orgaMizrana (40 km au nord de Tizi-Ouzou), a-t-on appris de nisme employeur pour déterminer les source sécuritaire. préoccupations des travailleurs, a ajouté le commuLe terroriste a été éliminé au cours d'une embuscade niqué. Le ministre a souligné, lors de cette réunion, tendue par des éléments de l’ANP à un groupe terroriste si«la priorité à accorder à la prise en charge des préocgnalé près du village Mazer, a précisé la même source. cupations légitimes des travailleurs du secteur au niUne arme de type kalachnikov a été récupérée à l’issue veau des organismes employeurs et la nécessité de de cette opération, a ajouté la même source, observant que leur trouver des solutions conformément aux lois en le corps du terroriste abattu a été déposé à la morgue de vigueur» appelant les travailleurs du secteur a plus «d'efficacité». l'hôpital de Tigzirt.

Un terroriste abattu à Mizrana

NILC

2

DK NEWS

CLIN

D’

EIL
BEJAÏA

Jeudi 31 janvier 2013

Cultur-échos
Théâtre : La générale de la pièce intitulée «Chikh Aheddad» a été donnée mardi 29 janvier 2013 0 18h au T-R-Béjaïa Malek-Bouguermouh. Le texte est signé Aït Ighil Mohand et Omar Fetmouche en est le metteur en scène. Livre et expo-vente : S’est tenu à la Maison de la culture du 20 au 30 janvier 2013 un «salon national du livre», à l’initiative d’une agence privée dénommée «World événement». N’y ont finalement pris part que 07 maisons d’édition, à savoir Synopsis (Aïn Benian, Alger,) El Anis (Alger), El hadith lilkitab (Alger), El wissam el arabi (Annaba), Ediculture, Edit 2000 et les éditions Naït. Aucune «grosse pointure» et pourtant la manifestation a drainé de très nombreux fervents de la lecture, aussi bien romanesque que scientifique et de bonnes ventes y ont été réalisées. L’arrogance c’est … exécrable ! Portes ouvertes : Du samedi 02 au jeudi 07 février 2013, la Maison de la culture organise : «Portes ouvertes sur la bibliothèque et les ateliers pédagogiques».

No Comment

Mascara Découverte de cas de fuite de gaz aux établissements scolaires

LOGEMENT

Mise en place de la commission d'examen des revendications du secteur du bâtiment

Les agents de la Protection civile de la wilaya de Mascara ont découvert des cas de fuite de gaz et la vétusté de chauffages dans un nombre d'établissements scolaires, dans le cadre d'une opération de contrôle lancée en début de semaine en cours. Les éléments des unités et du service prévention «ont procédé dimanche dernier à cette opération de contrôle et décelé plusieurs cas de fuites de gaz émanant des chauffages vétustes et/ou d'autres installés anarchiquement dans nombre d'établissements éducatifs», a indiqué le chargé de l’information à la Direction de la Protection civile. La Direction de l’éducation et les services EL KSEUR (BEJAÏA) concernés (par l'installation des chauffages) ont été Un enfant de 4 ans informés de ces cas, périt dans un incendie afin de procéder à leur réparation et d’appartement éviter ainsi des accidents, aUn enfant de 4 ans a trouvé la mort dans un int-il ajouté. cendie d’appartement survenu dans la nuit de mardi à mercredi à Taazibt, dans la daïra d’El Kseur (25 km à l’ouest de Béjaïa), apprend-on mercredi auprès de la Protection civile. Le feu, provoqué par l’éclatement d’un chauffage domestique électrique, du genre bain d’huile, a causé également des brûlures au 2e degré, à ses parents et fait cramer tous les meubles de la maison, précise-t-on de même source. Les victimes ont été évacuées par les services de la Protection civile à l’hôpital Khellil Amrane de Bejaia. Une enquête a été ouverte par la Gendarmerie nationale pour déterminer les circonstances exactes à l’origine de ce drame.

UN BUS EN PROIE AUX FLAMMES…

Trop d’indulgence dans le contrôle technique des bus peut mener à des catastrophes…
Le sinistre s’est déclaré à l’arrêt «El Qods» lundi 28 janvier. Un bus de transport urbain a soudain pris feu et c’était un spectacle impressionnant, en ce sens que les nombreux usagers ainsi que d’autres passants qui voyaient la scène avaient collectivement à l’esprit l’hypothèse de citoyens coincés à l’intérieur de ce moyen de transport collectif ! Des femmes, des enfants, des vieillards… Comme c’est fréquemment le cas…Fort heureusement, ce ne fut pas le cas. L’incendie a fini par être maîtrisé mais la panique a dominé quelque temps. A noter que ce n’est pas la première fois qu’un bus prend feu ou qu’il tombe en panne, obligeant les passagers à un transbordement irritant. Certains bus auraient dû être interdits de circulation depuis fort longtemps, franchement, mais tant que «sévira» certaine indulgence en matière de contrôle technique…Allah Yastar, c’est tout…

Jeudi 31 janvier 2013

COOPÉRATION

DK NEWS

3

PORTEUR D'UN MESSAGE DU SOUVERAIN SAOUDIEN, LE ROI ABDALLAH BEN ABDELAZIZ AL-SAOUD, AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE,

Le ministre saoudien des AE reçu par le Président Bouteflika
Le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a reçu hier à Alger le ministre saoudien des Affaires étrangères, l'Emir Saoud Al-Fayçal, qui effectue une visite de deux jours en Algérie. L'audience s'est déroulée à la résidence Djenane El-Mufti en présence du ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci.

A L’ECOUTE D’ALGER
Saïd Abdjaoui Plus qu’auparavant, l’Algérie est devenue une plaque tournante pour la diplomatie. Tant pour la diplomatie que pour les institutions de défense et de sécurité. L’Algérie est consultée pour la diplomatie dans la mesure où elle a acquis une grande expérience dans les médiations pour résoudre des conflits qui peuvent avoir des implications assez graves sur la sécurité internationale. Elle est également devenue une école pour les questions de sécurité liée à la lutte et la traque des terroristes. L’Algérie est autant appréciée pour la construction des parades, des démarches globales, que pour le traitement des vulnérabilités. Elle a toujours soutenu que la plus grande vulnérabilité réside dans les démarches unilatérales. Partir en solitaire et demeurer en solitaire. N’est-ce pas une grande vulnérabilité des pays que de ne pas s’entraider face à des terroristes qui s’entraident à travers es frontières internationales ? N’est-ce pas une faiblesse des Etats dans la lutte contre le terrorisme si le paiement de rançons n’est pas criminalisé ? La Grande-Bretagne dont le Premier ministre est en visite en Algérie avait donné raison aux autorités algériennes sur ce thème particulier. L’Algérie ne fait pas dans les discours à effet d’annonce. Plus particulièrement dans l’engagement d’une opération difficile contre les terroristes. Nous sommes d’ailleurs dans une situation mondiale où il serait plus que nécessaire d’éviter les discours à effets d’annonce dans un contexte d’existence de nombreux foyers de crise et où les forces de sécurité découvrent que les interventions sont de longue durée et que la pratique de la violence peut se prolonger indéfiniment si les conditions d’entraide entre pays ne sont pas réunies. Les pratiquants de la violence n’ont pas abandonné le projet d’une paralysie des économies, d’un parasitage du fonctionnement du système politique de chaque pays avec à terme un isolement de la diplomatie et de pratiquement interdire à tout Etat de récupérer la capacité de gouverner. Pourquoi le terrorisme qui a subi pourtant une dérive militaire existe-t-il encore dans le monde ? Il tire les éléments de sa survie de l’absence d’une véritable coopération solidaire et opérationnelle dans la lutte contre le terrorisme. A ce niveau, l’Algérie peut s’estimer satisfaite dans la mesure où les visites actuelles de très hauts dirigeants politiques et militaires étrangers constituent une caution à ses thèses et un appui à ses recommandations d’entraide globale en matière de lutte antiterroriste.

Entretien avec le Premier ministre ...
Le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal a reçu hier à Alger le ministre des Affaires étrangères du royaume de l'Arabie Saoudite, l'émir Saoud Al Fayçal, en visite de travail à Alger, a indiqué un communiqué des services du Premier ministre. Lors de cette rencontre, Sellal et l'émir Saoud Al Fayçal ont examiné les relations bilatérales entre l'Algérie et l'Arabie Saoudite et les voies et moyens de les renforcer davantage. Les questions d'intérêt commun ont été passées en revue, a ajouté la même source. La rencontre s'est déroulée en présence du ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci.

... Et M. Medelci
Le ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci s'est entretenu mer-

credi avec son homologue saoudien, Saoud Al-Fayçal. L'entretien s'est déroulé au siège du ministère des Affaires étrangères. Dans une déclaration à la presse à son arrivée à l'aéroport international, Houari-Boumédiène, le ministre saoudien des Affaires étrangères a affirmé

qu'il était venu en Algérie porteur d'un message du Souverain saoudien, le Roi Abdallah Ben Abdelaziz Al-Saoud, au président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, concernant notamment «la consolidation de la concertation et le développement des relations bilatérales».

Le Premier ministre britannique à Alger
Le Premier ministre britannique, M. David Cameron, est arrivé hier à Alger pour une visite de travail et d'amitié de deux jours en Algérie. M. Cameron a été accueilli à son arrivée à l'aéroport international Houari Boumediene par le premier ministre, M. Abdelmalek Sellal et des membres du gouvernement. Cette visite constitue une occasion pour renforcer le dialogue politique entre l'Algérie et le Royaume-Uni de Grande Bretagne et d'Irlande du Nord, en vue de promouvoir la coopération bilatérale. Elle sera également l'occasion d'un échange de vues et d'analyses entre le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, et son hôte britannique sur un certain nombre de questions d'intérêt commun et sur des dossiers en relation avec l'actualité régionale et internationale. Le Premier ministre britannique, s'est recueilli, hier au sanctuaire des Martyrs à Alger, à la mémoire des martyrs de la guerre de Libération nationale. Accompagné du ministre de l'Energie et des mines, M. Youcef Yousfi, M. Cameron a dé-

Seance de travail entre MM. Sellal et M. Cameron

posé une gerbe de fleurs devant la stèle commémorative et a observé une minute de silence à la mémoire des martyrs de la guerre de Libération nationale.

ALGER ET LONDRES

Des relations privilégiées
Boualem Branki La visite en Algérie du Premier ministre britannique David Cameron, audelà de son caractère politique et relationnel confirmant l'excellence des relations entre les deux pays, est de celles en fait qui donnent de la profondeur et de la perspective à ces relations, que d'aucuns estiment privilégiées. En fait, la présence de David Cameron à Alger sera une occasion pour les Britanniques de s'imprégner des efforts de l'Algérie pour le retour de la paix dans l'ensemble de l'Afrique, et au Sahel en particulier. Même si elle est quelque peu en rapport avec l'attaque terroriste du site gazier de Tiguentourine, cette visite d'un haut responsable de la GrandeBretagne dénote en réalité toute l'ampleur de la confiance qu'entretiennent les deux pays. Car entre Alger et Londres, il existe énormément de points communs dans la démarche allant dans le sens d'un approfondissement des points de vue sur l'ensemble des questions d'actualité régionales ou internationales. D'autant qu'à Londres, le sentiment est très fort sur le fait que l'Algérie est un puissant rempart contre le terrorisme en Afrique et un pays de grandes potentialités économiques. Un pays également très écouté dans le concert des Nations, particulièrement dans le sous-continent africain. Cette diplomatie agissante et dynamique de l'Algérie, lui a valu d'ailleurs un large soutien des pays africains amis après l'attaque de la base de Tiguentourine. A Addis-Abeba, le PM Abdelmalek Sellal a eu à vérifier cela. La Déclaration de solidarité avec l’Algérie, adoptée lundi à Addis-Abeba par l’Union africaine a été initiée à la suite d’interventions au niveau des différents organes de l’Union. Il y a eu d'abord le Comité des représentants permanents (COREP) de l’UA, composé d’ambassadeurs, le Conseil exécutif ensuite, le Conseil de paix et sécurité et la Commission de l’UA, qui ont salué la réaction juste, rapide et sans équivoque de l'Algérie face à la menace terroriste. Une attitude qui a été, durant les travaux de l'UA, largement soutenue, au point que certains chefs de délégations africaines avaient suggéré que des officiers algériens spécialisés dans la lutte antiterroriste aillent enseigner en Afrique. C'est dire l'aura de l'Algérie auprès des pays africains, qui a davantage brillé après l'attaque de Tiguentourine, et le soutien à l'action armée conjointe au Mali pour l'en débarrasser des groupes terroristes qui infestaient le nord du pays. Et, puis, en quelques jours, en cette fin de janvier, l'Algérie est devenue un peu le centre de la diplomatie africaine et arabe, avec des échanges de vues sur l'actualité internationale actuelle avec les pays arabes amis, dont l'Arabie Saoudite ou le Koweït. C'est dire que la voix de l'Algérie reste très écoutée, et appréciée dans les moments de crise politique internationale. Quant au PM britannique, il aura lui également des entretiens très fructueux avec le président Abdelaziz Bouteflika, l'architecte de la diplomatie algérienne.

ALGÉRIE - KOWEÏT

M. Bensalah reçu
par l'émir de l'Etat du Koweït
Le président du Conseil de la nation, M. Abdelkader Bensalah a été reçu hier au Koweït par l'émir de l'Etat du Koweït Cheikh Sabah Al-Ahmed Al-Djaber Al-Sabah, a indiqué un communiqué du Conseil. L'entretien qui s'est deroulé, en marge de la conférence humanitaire internationale de haut niveau des donateurs de la Syrie, «a été l'occasion d'évoquer les relations bilatérales algéro-koweitiennes et les moyens de les hisser au niveau des aspirations des deux peuples frères», a ajouté le communiqué. Notons par ailleurs que le président du Conseil de la nation, M. Abdelkader Bensalah, s'est entretenu avec son homologue du Koweït, M. Ali Fahd Al-Rached, a indiqué un communiqué du Conseil. APS

4 DK NEWS
La vie des partis
FLN
Début, aujourd’hui, de la 3e session du comité central à l’hôtel Riadh de Sidi Fredj. Ce matin, les membres voteront en présence d’huissiers de justice, la confiance à Abdelaziz Belkhadem.

ACTUALITÉ
M. MUSTAPHA BENBADA :

Jeudi 31 janvier 2013

Le Conseil national de la concurrence
Le Conseil national de la concurrence (CNC) dont la nouvelle composante a été installée officiellement mardi par le ministre du Commerce, M. Mustapha Benbada, a été créé conformément à l'article 23 de l'ordonnance n° 03-03 du 19 juillet 2003 relative à la concurrence, modifiée et complétée par la loi n° 08-12 du 25 juillet 2008.
Le Conseil de la concurrence est une autorité administrative autonome, jouissant de la personnalité et de l'autonomie financière, placé auprès du ministre chargé du commerce. Il est composé de douze (12) membres, nommés par décret présidentiel et qui exercent leurs fonctions à plein temps. Six (6) membres sont choisis parmi les personnalités et experts ayant des compétences dans les domaines de la concurrence, de la distribution, de la consommation et de la propriété intellectuelle, quatre (4) membres sont choisis parmi les professionnels et deux autres membres représentent les associations de protection des consommateurs. Un secrétaire général, un rapporteur général et cinq (5) rapporteurs nommés par décret présidentiel sont également désignés auprès du conseil de la concurrence. Pour garantir une réelle connaissance et mise en oeuvre des principes et règles de concurrence, le conseil de la concurrence a

RND
Bensalah réunit les secrétaires de wilaya, les1er et 2 février Cette décision est intervenue, alors que le rendez-vous fixé par le Conseil national était prévu pour la fin du mois de février.

MPA
Réunion le 2 février des fédérations du parti Amara Benyounes réunit au siège de l’UGTA, les dirigeants fédéraux de son parti, « la 3e force politique du pays. » Cette rencontre fera le point des questions organiques et décidera du programme du parti pour le court terme.

TAJ
Organisation des wilayas Le parti d’Amar Ghoul poursuit son organisation à la base. Des réunions ont permis de connaître le potentiel militant de ce parti. Le travail est assez avancé puisqu’on estime, selon un membre du BP, que « l’opération sera achevée, au plus tard, dans quinze jours. » O.L

Le prix du pain n'augmentera pas en 2013
Aucune hausse du prix de vente de la baguette de pain ne sera observée en 2013, a affirmé mardi à Alger le ministre du Commerce, M. Mustapha Benbada, reconnaissant toutefois que le dossier des boulangers «est à l'étude». «Il n'y aura aucune augmentation du prix de la baguette de pain. La question ne se pose même pas», a-t-il déclaré en marge de la cérémonie d'installation officielle du Conseil national de la concurrence (CNC). Néanmoins, tout en écartant l'éventualité d'une hausse du prix du pain, le ministre a reconnu que «le dossier des boulangers est à l'étude». «Le gouvernement prendra en charge certaines des préoccupations légitimes des boulangers», a-t-il assuré, refusant toutefois de détailler les mesures qui seront prises en faveurs de ces derniers. Les boulangers qui se plaignent, depuis quelque temps, de difficultés financières, revendiquent la hausse de la marge bénéficiaire pour atteindre les 10% au lieu des 2 et 3% actuels et la réduction des taxes fiscales. Le prix du pain, produit subventionné par l'Etat, n'a pas connu de hausse depuis 1996, alors que le coût des autres inputs a depuis augmenté. Sur le marché, la baguette de pain de 250 grammes est vendue cependant à des prix oscillant entre 8,50 DA à 10 DA, les boulangers revendiquant un prix de 10 dinars.

compétence de décision, de proposition et d'avis qu'il exerce de sa propre initiative ou à la demande du ministre chargé du commerce ou de toute autre partie intéressée. Cette institution a pour principale mission de favoriser et garantir par tous moyens utiles, la régulation efficiente du marché et arrêter toute action ou disposition de nature à assurer le bon fonctionnement de la concurrence et à promouvoir la concurrence dans les zones géographiques ou les secteurs d'activité ou la concurrence n'existe pas ou est insuffisamment développée. Le Conseil de la concurrence peut prendre toute mesure sous forme no-

tamment de règlement, de directive ou de circulaire qui est publiée dans le bulletin officiel de la concurrence. Il peut faire appel à tout expert ou entendre toute personne susceptible de l'informer. Il peut également saisir les services chargés des enquêtes économiques notamment ceux du ministère chargé du commerce pour solliciter la réalisation de toute enquête ou expertise portant sur des questions relatives aux affaires relevant de sa compétence. Si des pratiques restrictives de concurrence sont relevées, le conseil engage toutes les actions nécessaires pour y mettre fin de plein droit.

COMMERCE :

Eliminer les abus et les dérives
Hassan Wahid L’avènement du Conseil national de la concurrence, intervient en temps voulu afin d’accompagner l’économie de marché en pleine expansion. En effet, la concurrence perçue en tant que corollaire du libéralisme économique aux effets positifs, avait besoin d’instrument, lui permettant de s’exercer harmonieusement en tant qu’arbitre impartial. C conseil, a désormais à jouer un rôle vital pour faire respecter les règles édictées par les textes en vigueur et de combattre les abus et les dérives en matière de commerce déloyal, mais également en tant qu’instrument de régulation du marché. Le monde économique, les consommateurs et les ménages, conscients plus que jamais à être partie intégrante de cette stabilité du marché et de ses mécanismes analysant les réalités et les insuffisances, ne se contentent plus de témoigner ni même de contester, ils s’accrochent à la mise en œuvre d’une régulation du marché allant dans le sens de la satisfaction des besoins du consommateur, de la protection du pouvoir d’achat et pour une meilleure concurrence entre les différents acteurs du marché local, c'est-à-dire une meilleure maîtrise des choses et des textes en vigueur dans le but de rationaliser la lutte contre les spéculations et le marché informel, source de perturbation et de déstabilisation du marché. Dans cette perspective, la mission dévolue au Conseil national de la concurrence est destinée à parfaire l’organisation du commerce, bien construite, claire, étayée par des faits puisés dans la réalisation quotidienne. Et, comme un leitmotiv, il est souligné encore une fois la nécessité pour ce Conseil de concerter, d’adopter une ligne et de définir une vision saine sur l’ensemble des problèmes et des pratiques commerciales. Et, ce n’est pas qu’un travail d’experts, les partenaires sociaux, économiques et la société civile sont invités à s’implique dans cette régulation, c’est aussi une prise de position politique qui débouche sur l’avenir. Aussi, s’agit-il d’une démarche consciente et d’une détermination à bousculer les traditions du marché qui ont de tout temps maintenues la concurrence et la régulation sous la dépendance de nombre de facteurs et de phénomènes aux effets négatifs à la fois sur l’économie nationale et sur l’érosion du pouvoir d’achat des citoyens.

MISE EN SERVICE DU TRAMWAY D’ORAN

L’E.M.A va indemniser des commerçants
Le coordinateur du bureau de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA) de la wilaya d'Oran a appelé mardi l’Entreprise du Métro d’Alger (EMA) à verser les indemnisations aux «commerçants non encore réglés avant la mise en service du tramway». Dans un point de presse, organisé au siège du bureau de wilaya de l’UGCAA d’Oran, M. Mouad Abed a fait une évaluation des préjudices subies aux commerçants par les travaux de réalisation du tramway, souhaitant que les indemnités «soient versées avant sa mise en service prévue début mai prochain». «Seuls 318 dossiers ont été indemnisés pour un montant global de 139,8 millions de DA pour une durée de 13 mois sur les 457 dossiers déposés au niveau de la Direction des domaines», a souligné le représentant local de l’UGCAA, qui a rappelé que 340 dossiers ont été traités et transmis à l’EMA. Il a ajouté, à ce propos, que 35 dossiers ont été refusés pour divers motifs et 82 dossiers sont en instance de règlement, faisant observer que la Direction des domaines a été sensibilisée pour activer le traitement des dossiers d’indemnisation en instance. A une question relative aux 82 dossiers en instance, M. Abed a déploré le fait que certains commerçants, parmi les premiers ayant déposé leurs dossiers, notamment ceux du boulevard de l’Usto qui exercent le long du tracé, ne soient pas encore indemnisés. «Sur 19 dossiers déposés, un seul a été indemnisé», a-t-il indiqué, appelant les commerçants à se rapprocher de l’ UGCAA pour leur recours, et d'ajouter que «les recours doivent être appuyés de documents authentiques.» La coordination de wilaya de l’UGCAA, qui a accompagné les commerçants et artisans dans cette opération d’indemnisation, a demandé une attestation d’indemnisation pour chaque commerçant. Des commerçants des boulevards «Mohamed Boudiaf» au centre-ville et «Hamou Mokhtar» à hai «El Makkari» d'Oran demandent d’autres indemnités compensatoires, estimant que le préjudice causé est plus important «en raison de la durée du chantier qui a dépassé les 13 mois fixés auparavant» par les services de l’administration. APS

Jeudi 31 janvier 2013

ACTUALITÉ
AÏN DEFLA

DK NEWS 5

AGHRIB

Une bonne récolte oléicole mais un rendement tout juste moyen
Ferrah Menad

La Gendarmerie nationale dresse le bilan 2012
116 morts et 1410 blessés dans les accidents de la route
Salim.Ben Le groupement territorial de la gendarmerie d’Aïn Defla a présenté mardi le bilan de l’activité des unités relevant de ce corps de sécurité au niveau de cette wilaya durant l’année 2012, en présence des représentants locaux de la presse nationale. «Aïn Defla reste l’axe routier le plus important dans le pays, vu la densité des déplacements des personnes et des véhicules à travers les routes nationales ainsi que l’autoroute Est Ouest ». C’est ainsi que le colonel Mehira Saadaoui, entouré du commandant Zenir Messaoud chef d’Etat-major du groupement et du commandant de l’escadron de sécurité routière d’Ain Defla, a débuté son discours pour faire état d’un large exposé sur les différentes actions et missions de la Gendarmerie nationale dans cette vaste wilaya, qui compte 14 daïras et 36 communes. Dans son intervention relative à l’activité de la police judiciaire, le colonel Saadaoui Mehira soulignera que 701 affaires ont été enregistrées durant l’année 2012, entrainant l’arrestation de 1028 personnes. Une baisse a été enregistré par rapport a 2011, et ce, grâce aux efforts des éléments de la gendarmerie national qui lutte contre la criminalité. Le commandant Zenir Messaoud chef d’Etat-major du groupement d’Ain Defla a étalé son exposé sur le crime organisé et les affaires des falsifications des dossiers de l’ANSEJ qui a vu 21 affaires dans la justice. Le chef d’Etatmajor a signalé l’arrestation de 65 personnes, dont 20 ont été mises sous mandat de dépôt et 45 libérées, alors que deux(02) affaires ne sont pas encore résolues, alors qu’en matière d’ordre public, la Gendarmerie nationale à enregistré 26 affaires. Par ailleurs, et en matière de sécurité publique, plusieurs personnes ont fait l’objet d’arrestation dans le cadre des 44 affaires enregistrées en 2012. Une seule affaire a été signalée pour 2012 en ce qui concerne le volet faux et usage de faux, pour l’atteinte contre les personnes il a été enregistré 219 délits. De plus, 40 autres affaires relevant des crimes et délits contre la famille et les mœurs ont été enregistrées avec l’arrestation au moment où 299 affaires relatives à la protection des biens et 01 autre concernant le crime contre l’économie du pays. Toujours dans la lutte contre le crime organisé, les éléments de la Gendarmerie nationale ont réussi de mettre fin a plusieurs malfaiteurs. Autant d’activités qui ne laissent pas pour compte celles déployées au titre de la lutte contre le crime organisé avec les 07 affaires de contrebande, qui ont été enregistrées en 2012 et entrainé l’arrestation de 07 personnes. 60 autres affaires de stupéfiants marquées entre autres par la saisie de 3041.33 g de kif traités et 19 comprimés psychotropes, le tout se traduisant par l’arrestation de 84 personnes. Parmi les différentes missions assignées également à la gendarmerie nationale, figure celle relative à la sécurité routière qui a toujours valu hélas une place peu enviable à la wilaya d’Aïn Defla, en matière d’accidents de la route et de conséquences dramatiques induites par ce fléau. Dans ce contexte, le commandant du groupement territorial de la Gendarmerie nationale d’Aïn Defla, qui estimera que le nombre des accidents dans cette wilaya a enregistré une baisse par rapport à l’année 2011, mais cela n’empêche que cette wilaya occupe la 8e position de par le nombre d’accidents mortels, malgré l’envergure d’un réseau routier. Un plan d’action a été mis en œuvre pour mieux maîtriser la sécurité routière à travers notamment la mise place de radars et une intense activité de la gendarmerie sur ces différentes routes, entraînant une diminution d’un nombre important d’accidents de la route par rapport à l’an dernier. Il n’en demeure pas moins que 793 accidents de la route ont été relevés en 2012, sur les routes de la wilaya ayant entraîné la mort de 116 personnes et 1410 blessés. Dans ce contexte, il est utile de rappeler qu’en 2012, les unités de la Gendarmerie nationale d’Aïn Defla ont relevé 13103 délits liés aux infractions du code de la route, établi 5257 contraventions liées au non-respect du code de la route, dressé 16117 amendes forfaitaires, et plus de 9914 permis de conduire ont été retirés.

Sur la route de Aghrib et à l'entrée du village Thageursifth, un olivier centenaire vraisemblablement croule sous le poids des olives. Ses branches se sont visiblement affaissées sous le poids de ce merveilleux produit qui donne de la bonne huile qu'on appelle Zith Ouzemour l'huile d’olive , comme pour fixer sa traçabilité ici et hors de la Kabylie.
Madjid, un jeune homme de ce village, rencontré à l'entrée d'une huilerie, située juste en face, est affirmatif. Il y aurait une bonne production d'huile cette année. Madjid s'attend à ce que le prix du litre devrait se situer cette année entre 500 à 550 DA. La chaleur de l'été et les

incendies n'ont pas eu raison de Lvaraka Rebbi (la générosité divine) d'offrir une bonne récolte à la région. L'huilerie de ce village de Thaguersifth n'a pas commencé ses activités. Elle le fera dans une semaine, a-t-il dit pour durer trois mois. Contrairement à la région de Ifigha , Idjeur et autres limitrophes, la cueillette des olives n'est pas totalement lancée dans la région. Elle n'est pas, du moins, aussi visible. A Azaghar, sur la route de Freha vers Amzezouiou t, une huilerie toute proche de thala Thena vend de

l'huile d'olive à 500 DA le litre. Mais il s'agit de celle produite l'année dernière. a affirmé un citoyen du Village de thal thana que les connaisseurs savent que l'huile de l'année précédente a meilleur goût. Actuellement, «l'huile d'olive est vendue à 550 dinars, et il se peut même qu'elle soit cédée à 500 d'ici la fin de la récolte s'il n'y a pas de spéculation, d'autant que nous n'avons pas eu une telle production depuis au moins une décade», a affirmé Saïd, propriétaire d'une huilerie et oléiculteur connu dans toute la région

d'Ath Jennad. Selon ce dernier, il existe plusieurs qualités d’huile, dont la «vierge». D'après lui, celleci est obtenue par pression et sans échauffement pendant le malaxage. Une centrifugation et une filtration, destinée à éliminer les particules solides et les traces d'eau végétale à l'aide de filtres de coton et de papiers buvard, sont nécessaires. Ainsi, les résidus et les sous-produits, à savoir les grignons et les noyaux, sont utilisés à la fabrication de fertilisants. Par ailleurs, outre qu'elle permet la baisse des prix, la récolte des olives, quand elle est abondante, est source de création d'emplois saisonniers, dont ont besoin les propriétaires des huileries que pour la récolte proprement dite. «D'habitude, j'emploie quatre à cinq personnes. Cette saison, vu l'abondance de production, j'ai dû en faire appel à cinq autres, ce qui fait monter le nombre des travailleurs à dix», dira encore Madjid .

BATNA

Vers la réalisation de 4 marchés couverts et 7 espaces de commerce
Quatre marchés couverts et sept espaces de commerce seront «prochainement» réalisés dans la wilaya de Batna pour endiguer le phénomène de l'activité informelle, a indiqué le directeur du commerce. Trois marchés seront construits au chef-lieu de wilaya dans les cités Bouakal, Bouzourane et le nouveau pôle urbain Hamla, a indiqué M. Laraba Mostefa qui a souligné que le 4e marché sera réalisé dans la ville de Merouana. Les sept espaces commerciaux sont prévus dans les communes Sofiane, Ras Layoune, Ouled Sellam, Talkhamet, Oued El Ma, Kasr Belezma et la cité 1.200-Logements de la ville de Batna, a ajouté le même responsable, notant que la direction du commerce travaille de concert avec les chefs de daïras et les présidents des APC des communes concernées, pour entamer la réalisation. La réalisation de ces espaces commerciaux pour lesquels une enveloppe de 190,4 millions DA a été mobilisée. Ces espaces auront une capacité d'accueil pour 422 carrés, a ajouté M. Laraba. D'autre part, deux marchés couverts à Barika et à la cité Kechida de Batna et un marché de gros à Seriana seront prochainement réceptionnés pour 120 millions DA. L'ensemble de ces structures est destiné à accueillir les quelques 2.291 vendeurs informels recensés à travers la wilaya sur 21 sites de commerces. 12 sites de commerce informels accueillant 598 intervenants ont été éradiqués 433 de ces intervenants ont été affectés vers des espaces réaménagés à travers les communes de la wilaya, a ajouté le directeur du commerce qui a noté que les autres intervenants restant seront «intégrés» après l'assainissement des listes des opérateurs recensés et l'aménagement des espaces programmés. Six autres marchés de proximité ont été inscrits pour 132 millions DA au profit des communes de Batna (dans les cités La gare, Z'mala et Kéchida), Tazoult, Ain Touta et El Madher.

TRANSPORT

Nouvelle aérogare d’Oran: intégration des technologies des énergies renouvelables
Les technologies des énergies renouvelables seront intégrées dans la gestion de la nouvelle aérogare de l’aéroport international «Ahmed Ben Bella» dont les travaux de réalisation ont été lancés dernièrement, at-on appris auprès de la direction générale de l’Entreprise de gestion des services des aéroport (EGSA) de l’Ouest. Selon l’étude technique du projet, la nouvelle aérogare, qui occupera un espace bâti de plus de 31.000 m2 de la superficie globale du nouveau site de l’aéroport de plus de 1.110 ha, sera couverte par des plaques photovoltaïques, a-t-on indiqué. Les plaques photovoltaïques seront adoptées comme source principale d’énergie pour couvrir les besoins en éclairage, de climatisation et autres, selon la même source qui a ajouté que chaque mètre carré de plaques photovoltaïques produira environ 50 kilowatts d’énergie électrique. La nouvelle aérogare sera réalisée selon un style moderne adapté aux systèmes technologiques avancées de transfert des eaux pluviales pour répondre aux besoins de l’aéroport, entre autres, l’arrosage des espaces verts qui seront créés intra et extra moros, selon une architecture haut de gamme. Les travaux en première phase se déroulent dans un bon rythme et le projet lancé en fin d’année der-

nière sera livré dans un délai de 36 mois. En outre, l’aménagement de l’ancienne aérogare sera en 12 mois, ont affirmé les responsables de la société Cosider chargée du projet. Le trafic de voyageurs atteindra, une fois le projet réceptionné, environ 2,5 millions par an pour une capacité de traitement de 6 vols en même temps. La nouvelle

aérogare sera renforcée par six couloirs couverts pour le raccordement direct des salles d'attente aux avions, en plus de pistes de 3.660 mètres de long et 45 m de large. L’étude technique du projet, auquel une enveloppe financière de 13 milliards a été consacrée, a été élaborée par un bureau étranger spécialisé. APS

6 DK NEWS

FORUM

Jeudi 31 janvier 2013

CONFÉRENCE-DÉBAT, HIER,

24% des hospitalisations

à l'ingestion de

24 % des hospitalisations dans le service des urgences du centre hospitalo-universitaire Lamine-Debaghine (Bab El Ouad) sont dues à l'ingestion de produits caustiques causant des séquelles irréversibles du système digestif, a indiqué hier à Alger, le Pr Djamel Benaïbouche, du service de chirurgie général du même CHU. «L'ingestion volontaire ou accidentelle de produits caustiques représente 24% des admissions au service des urgences du CHU Lamine-Debaghine et ont des conséquences graves sur le système digestif», a précisé le Pr Benaïbouche, lors d'une conférence de presse sur l'ingestion de produits caustiques, organisée par le centre de presse du quotidien DK News. Les produits caustiques sont des produits hétérogènes acides, basiques ou oxydants, utilisés dans l'industrie ou à domicile dans le décapage et le nettoyage (eau de Javel, esprit de sel, grésil,...). La consommation de ces produits peut avoir des conséquences dramatiques soit fonctionnelles, vitales ou psychologiques, a souligné le conférencier, précisant que les victimes sont hospitalisées au minimum trois semaines. Le Pr Benaïbouche a expliqué que les personnes intoxiquées ne peuvent pas s'alimenter par voie orale pendant plusieurs semaines et se nourrissent que par un tuyau placé dans l'intestin. La prise de ces liquides dangereux est soit accidentelle, lorsque les consommateurs versent ces produits dans des récipients ménagers et les consomment fortuitement, ou bien volontairement, dans une visée suicidaire. Pour les suicides, la population la plus touchée par ce fléau de santé publique sont les jeunes adultes âgés entre 16 et 30 ans et les raisons du passage à l'acte sont souvent liées à des problèmes socioéconomiques ou à des raisons sentimentales. Le Pr Benaïbouche a rappelé qu'il ne fallait jamais forcer la victime à vomir le produit, à ne jamais s'alimenter après la prise du liquide et ne pas introduire de sonde gastrique en vue d'un lavage de l'estomac. Il a, à ce sujet, mentionné que contrairement aux produits toxiques (barbituriques), les produits caustiques n'ont pas d'antidotes et les lésions concernent uniquement l'appareil digestif sans se propager dans la circulation générale. La grande majorité des patients présentent des lésions superficielles du tractus digestif, a indiqué le Pr Benaïbouche, expliquant que si les lésions s'aggravaient, l'esophage se rétrécissait et les spécialistes doivent recourir à des dilatations de ce dernier et envisager dans certains cas l'ablation de l'estomac. L'aggravation des cas des patients dépend généralement de la quantité et la concentration du liquide avalé et du délai de l'intervention médicale et de sa prise en charge. S'agissant du suivi psychologique, l'intervenant a fait savoir qu'après le passage aux urgences et l'observation médicale, les patients étaient dirigés vers des services de psychologie et de psychiatrie où ils entamaient une thérapie cognitivo-comportementale. D'après ce spécialiste, les cas de récidive après la première tentative de suicide sont rares étant donné que ce moyen de suicide s'avère vain et la que situation se compliquait davantage. Le Pr Benaïbouche a appelé à une meilleure vigilance dans l'utilisation des détergents et décapants, à la réglementation de leurs ventes et à un étiquetage plus claire et visible sur les emballages. APS

Tahar Mohamed Al Anouar Conférence-débat hier au Centre de presse de DK News, assurée par le professeur Benaïbouche, professeur agrégé en chirurgie générale au C HU de Bab El Oued.

Un problème de santé publique
L’éminent orateur a fait part d’un problème de société et de santé publique qui est devenu préoccupant, celui des tentatives de suicide, de leurs conséquences sur le plan médical qui peuvent être lourdes, quand la mort n’est pas au rendez-vous. Sur le fond, les causes entraînant des tentatives de suicide peuvent être d’origines diverses, déceptions sentimentales, problèmes sociaux insurmontables, échec scolaire, il y a une palette assez large de raisons qui poussent parfois un individu à tenter de mettre fin à ses jours. Les enfants ne sont pas épargnés. Il y a aussi la négligence soit à l’intérieur des foyers, soit en usine ou chez les commerçants, disposant de produits toxiques, parfois sans étiquetage, ou transvasés dans d’autres récipients qui sont alors utilisés par mégarde. Les accidents sont très nombreux de ce point de vue.

produits caustiques est très fréquente chez l’adulte. Elle est souvent accidentelle chez l’enfant. A titre de comparaison, on dénombre 15 000 cas en France, 24 % en 2009. Pour les sujets âgés de 16 ans, ils représentent 14 %. Les 16-30 ans 80 %, ceux âgés de 30 ans, 6 %. En milieu rural pauvre, ce taux atteint 70 %. En cas d’absorption de produits caustiques, l’orateur recommande de s’abstenir de vomir ou faire vomir le sujet, ne pas l’alimenter, assurer la neutralisation du produit. Il y a pose d’une sonde.

Les produits toxiques proviennent de l’absorption de médicaments de façon inconsidérée
S’agissant des produits toxiques, médicaments principalement, il s’agit en l’espèce d’un empoisonnement. Dans ce cas, la conduite à tenir recommandée par le Pr Benaïbouche, est de faire vomir le sujet, la mise en place d’une sonde gastrique en plus d’une sonde anti-dote. Il y a en plus, des produits pour neutraliser le produit. S’agissant des produits caustiques, ils peuvent être des détartrants pour WC, des acides de batteries, de l’anti-rouille pour textiles, les déboucheurs. L’orateur a rappelé que le contact avec un tel produit pouvait occasionner des dégâts importants sur l’organisme, bien qu’on estime que 75 % des cas présentent des lésions superficielles. Le malade est hospitalisé, placé sous surveillance médicale.

La prise en charge a un coût
Pour le Pr Benaïbouche, il s’agit là d’un problème de santé publique dont la prise en charge a forcément un coût. L’ingestion de

Jeudi 31 janvier 2013

FORUM

DK NEWS 7

aux urgences sont dues

AU FORUM DE DK NEWS

produits caustiques
Durant trois semaines environ, cette surveillance consiste à savoir s’il n’y a pas risque de perforation, rechercher aussi si les lésions ne saignent pas. Le malade ne s’alimente pas à travers la bouche, mais au moyen d’une fibroscopie. Pour le professeur Benaïbouche, la difficulté réside dans l’appréciation de la gravité des lésions digestives et dans la décision opératoire qui en découle. de façon importante les tentatives de suicide, les accidents ménagers dus la plupart du temps, à des négligences. L’étiquetage des produits est d’une importance capitale. Flacons, bouteilles, pots etc. doivent être hermétiques. La vente des produits caustiques fait référence à des lois et règlements adaptés. La vente et la distribution de ces produits constituent un problème de santé publique. Dans le débat, le Pr Benaïbouche relève qu’en général, les patients regrettent leur geste une fois confrontés à la lourdeur de la prise en charge des complications et des séquelles toujours possibles. Il y a souvent beaucoup de dégâts occasionnés à l’organisme. Les malades souffrent atrocement et de façon parfois prolongée. Il y a une partie de ces patients qui arrive pourtant à récupérer mais ces patients sont astreints à des contrôles périodiques en milieu hospitalier. Ils sont hospitalodépendants. A une question sur les causes multiples des tentatives de suicide, l’orateur note que la personne peut évoluer dans un milieu particulièrement défavorisé, peut avoir des problèmes personnels importants à régler, les questions sentimentales comme déjà indiqué, ne sont pas à exclure. Il y a la part de la négligence qui peut peser très lourd.

24 % des urgences au CHU de Bab El Oued
A propos du nombre de cas, le Pr Benaïbouche relève que pour 2009, (il n’y a pas de statistiques plus récentes), les cas d’espèce constituaient 24 % des urgences pour le CHU de Bab El Oued. 90 % des patients viennent de l’intérieur du pays. Le pic a été atteint en 2000-2003. Il est aujourd’hui en régression fort heureusement. A une question sur les mesures de protection à prendre en cas de manipulation de ces produits dangereux, l’orateur relève que ces produits dégagent lors de leur utilisation, chaleur et vapeur qui peuvent être très toxiques sur le plan respiratoire à cause de l’inhalation. Un suivi des malades est assuré par l’ADS Dans le débat, c’est la représentante de l’Agence de développement social qui relève que les malades sont suivis par des assistantes à leur sortie de l’hôpital. L’Agence dispose de structures mobiles au niveau de chaque chef-lieu de wilaya. Le Pr Benaïbouche note pour sa part que le service chirurgie générale au niveau du CHU de Bab El Oued, compte deux psychologues dans ses effectifs. T. M. A.

Une intervention chirurgicale très lourde
L’intervention chirurgicale quand elle a lieu est toujours très lourde. Il peut y avoir aussi des complications post-opératoires. L’intervention chirurgicale fait appel à une équipe pluridisciplinaire, réanimation, chirurgie, endoscopie. On compte une mortalité évaluée, relève le professeur Benaïbouche, de 10 %. Pour l’orateur, le délai de prise en charge impacte le pronostic vital. Dans 5 % de cas, il y a aggravation. L’amélioration comptabilise 95 %. Les guérisons sans séquelles, sont évaluées à 60 %.

Un problème de prévention
Le professeur Benaïbouche souligne que la prévention est importante dans cette affaire. Elle permet, si elle est correctement prise en charge, de réduire

Blida : «Dar El Ihsane» pour l’accueil des cancéreux ouvrira ses portes fin 2013
La maison «Dar El Ihsane» pour l'accueil des cancéreux et leurs accompagnateurs devrait ouvrir ses portes « fin 2013», a-t-on appris hier à Blida auprès d’une association d’aide aux cancéreux. Les opérations de réhabilitation de la bâtisse a nécessité une «longue période», a indiqué le président de l’association «Badr», M. Mustapha Moussaoui, rappelant que le wali de Blida a confié la bâtisse, construite en 1935, à cette association qui avait organisé, le 17 mars 2012, une opération de solidarité à travers la radio locale pour avoir les ressources financières nécessaires à cet effet. Le permis de construction relatif à la rénovation d’une partie de la bâtisse a été obtenu en septembre dernier, «ce qui a retardé le lancement des travaux», a précisé M. Moussaoui. Cette opération a permis de récolter une somme dépassant 140 millions de DA qui sera affectée à l’aménagement de deux étages, 36 lits, un restaurant et un espace de détente, at-il encore indiqué. «La réception définitive de cette bâtisse permettra de soulager les souffrances des malades et de leurs parents qui viennent généralement de régions lointaines pour se soigner à l’hôpital Frantz-Fanon» de Blida, a souligné le responsable de l'association «Badr».

8 DK NEWS
ALGÉRIE - UA - MALI

COOPÉRATION
RAFFERMISSEMENT DES RELATIONS BILATÉRALES

Jeudi 31 janvier 2013

L'Algérie accorde une aide au Mali pour le renforcement de ses capacités de défense et de sécurité
L'Algérie, qui a pris part à la conférence des donateurs sur le Mali, organisée par l'Union africaine (UA), a accordé mardi une aide sur le triple plan financier, militaire et humanitaire au Mali, destinée notamment "au développement, ainsi qu'au renforcement des capacités des forces de défense et de sécurité maliennes". L'aide apportée par l'Algérie porte, également, sur une assistance pour "faire face à la situation humanitaire difficile que connaît le Mali dans sa région septentrionale". L'Algérie a été représentée à cette conférence par son ambassadeur en Ethiopie, M. Abd-El-Naceur Belaïd. Dans son intervention devant la conférence, M. Belaïd a détaillé l'effort que l'Algérie accomplit déjà en faveur de ce pays voisin durant la période "difficile" qu'il traverse. Cette contribution de l'Algérie s'ajoute, par ailleurs, à la part qui lui revient, en tant que l'un des cinq gros contributeurs au budget de l'UA, dans l'enveloppe d'un montant de 50 millions de dollars allouée au Mali, le 28 du mois courant, par la Conférence des chefs d'Etat et de gouvernement de l'organisation continentale. Au plan sécuritaire, le diplomate algérien a rappelé la riposte "ferme" que l'Algérie a opposée à l'attaque perpétrée contre le site gazier d'In Amenas et qui a permis de neutraliser un important groupe terroriste composé d'éléments "extrêmement dangereux" ayant sévi dans le nord du Mali. M. Belaid, a mis en évidence, dans le cadre de la contribution de l'Algérie dans la lutte contre les groupes antiterroristes et les narcotrafiquants, l'effort que représente à cet égard la décision des autorités algériennes de fermer ses frontières avec le Mali. Il s'est déclaré, en outre, convaincu que la mobilisation de la communauté internationale aux côtés du Mali contribuera à "dynamiser le processus politique inter-malien pour régler, de manière durable, les problèmes auxquels ce pays est confronté et qu'elle favorisera la réconciliation entre tous les enfants du Mali dans le strict respect de l'unité et de l'intégrité territoriale du pays".

Installation du groupe parlementaire

d'amitié algéro-grec
Le groupe parlementaire d'amitié algéro-grec pour le raffermissement des relations de coopération entre les deux pays a été installé mardi au siège de l'Assemblée populaire nationale (APN) à Alger.
La cérémonie d'installation a été présidée par le vice-président de l'APN, M. Mohamed Djemaï, alors que la présidence du groupe a été confiée au député Ramadan Taazibt du Parti des travailleurs. Dans une allocution M. Djemaï a souligné que l'installation du groupe intervenait à un moment "où les Etats et les peuples éprouvaient un grand besoin de solidarité pour relever les défis et trouver des solutions aux multiples crises qui pèsent négativement sur la vie". M. Djemaï a mis l'accent sur l'importance et le rôle de ce groupe destiné à sceller les liens de fraternité et d'amitié et raffermir les relations de coopération entre les peuples des deux pays, instance qui servira d'espace de dialogue entre les parlementaires des deux Etats et d'échanges réciproques dans les domaines législatif, politique, économique et social, a-t-il affirmé. "L'installation de ce groupe sera un nouvel acquis dans les relations excellentes qui lient les deux pays et un autre facteur d'approfondissement et de rapprochement des points de vue entre l'Algérie et la Grèce", a-t-il soutenu. Pour sa part l'ambassadeur de Grèce à Alger M. Vassilios Moutsoglou, a déclaré que l'installation de ce groupe est de nature à promouvoir la coopération bilatérale dans différents domaines et à rapprocher les deux peuples, mettant l'accent sur la profondeur des relations algérogrecques. "La diplomatie parlementaire joue un rôle aussi important que la diplomatie classique", a estimé le diplomate grec. L'ambassadeur grec a tenu également à exprimer le soutien de son pays aux causes justes dans le monde et au droit des peuples à l'autodétermination.

ALGÉRIE - ARABIE SAOUDITE

ATTAQUE DE TIGUENTOURINE:

Les participants au workshop de l'Aicesis expriment leur soutien à l'Algérie
Les participants au workshop de l'Association internationale des conseils économiques et sociaux et institutions similaires (Aicesis), qui s'est ouvert mardi à Alger, ont exprimé leur "soutien" et "compassion" à l'Algérie suite à l'attaque terroriste contre le site gazier de Tiguentourine (In Amenas, Illizi). Les participants ont fait part, dans une motion, de leur soutien et de compassion au président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, ainsi qu'au gouvernement et au peuple algériens, suite à cette agression terroriste. Ils ont, également, souhaité "plein succès" aux autorités algériennes "dans le combat qu'elles mènent, depuis des décennies, contre l'intégrisme et qui s'inscrit, aujourd'hui, dans le cadre de la lutte internationale contre le terrorisme". APS

Arrivée
à Alger du ministre saoudien des Affaires étrangères

L

e ministre saoudien des Affaires étrangères, l'Emir Saoud Al-Fayçal, est arrivé mardi à Alger pour une visite de deux jours. Le ministre saoudien a été accueilli à son arrivée à l'aéroport international Houari-Boumédiène par le ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci.

M. Medelci s'entretient avec son homologue saoudien
Le ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci, s'est entretenu mardi soir à Alger avec son homologue saoudien l'Emir Saoud Al-Fayçal qui se trouve en Algérie pour une visite de deux jours. L'entretien a eu lieu à la Résidence El-Mithaq. Dans une déclaration à la presse à son arrivée à l'aéroport international, HouariBoumédiène, le ministre saoudien des Affaires étrangères a affirmé qu'il était venu en Algérie porteur d'un message du souverain saoudien, le roi Abdallah Ben Abdelaziz Al-Saoud, au président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, concernant notamment "la consolidation de la concertation et le développement des relations bilatérales".

Message du souverain saoudien au président de la République
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, l'Emir Saoud Al-Fayçal, a affirmé, mardi soir, qu'il était venu en Algérie porteur d'un message du souverain saoudien, le roi Abdallah Ben Abdelaziz Al-Saoud, au président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, concernant notamment "la consolidation de la concertation en vue du développement des relations bilatérales". Dans une déclaration au salon d'honneur de l'aéroport international HouariBoumédiène, le ministre saoudien a indiqué que sa visité "offre aux deux pays l'occasion de se concerter et s'entendre sur nombre de questions inhérentes aux relations bilatérales et les évènements survenus dans les pays arabes". L'Emir Al-Fayçal s'est dit "convaincu que les vues des deux parties algérienne et saoudienne convergeront dans le sens de la promotion de la coopération bilatérales au mieux des intérêts de la nation arabo-musulmane". Il a également fait part du soutien de son pays "à l'Algérie dans l'épreuve qu'elle a traversée récemment" suite à l'attaque terroriste contre le site gazier de Tiguentourine (In Amenas) qui a fait plusieurs morts algériens et étrangers. Dans ce contexte, le ministre saoudien a salué "la position de l'Algérie hostile à ce phénomène grave" appelant à l'intensification des efforts des pays arabes et musulmans dans le cadre de la lutte contre le terrorisme qui menace tous les pays. Le ministre saoudien des Affaires étrangère est arrivé mardi à Alger pour une visite de deux jours.

Jeudi 31 janvier 2013

MONDE

DK NEWS 9

M A L I
Quelque 1.400 soldats ouestafricains sont déployés au Mali, dans le cadre de la force internationale destinée à prendre à terme le relais des troupes françaises, a annoncé mardi un porte-parole à Bamako.

Des troupes maliennes et nigériennes entrent à Ansongo dans le nord du Mali
Des troupes maliennes et nigériennes sont entrées mardi à Ansongo (nord du Mali), localité à 80 km au sud de Gao pour chasser les groupes terroristes, selon des correspondants. Un convoi de plus d'une centaine de blindés, surmontés de mitrailleuses est entré en début d'après-midi à Ansongo, à environ 80 km de là. Des centaines d'habitants, dont des femmes et des enfants, acclamaient les militaires, selon les mêmes sources. Gao, la grande ville du nord malien (1.200 km au nord-est de Bamako), a été reprise le 26 janvier par les armées malienne et française qui menaient leur offensive contre les groupes terroristes dans la région, rejointes plus tard sur place par voie aérienne par des soldats nigériens et tchadiens depuis Niamey.

1.400 soldats
ouest-africains déployés au Mali
pont stratégique à Markala, à 235 km au nord-est de Bamako. Le Tchad, qui ne fait pas partie de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), a promis de déployer de son côté 2.200 soldats. Plusieurs centaines de soldats tchadiens et nigériens, partis de Niamey par voie aérienne, participent depuis samedi à la sécurisation de Gao, la plus importante ville du Nord du Mali, à 1.200 km au nord-est de Bamako, reprise par des soldats français et maliens. Et une colonne nigéro-tchadienne, venue du Niger par voie terrestre, a notamment pris mardi le contrôle de la ville d'Ansongo, au sud de Gao. Au total, près de 8.000 soldats africains sont attendus au Mali, mais leur déploiement étant ralenti par des problèmes de financement et de logistique. La Cédéao tente depuis plusieurs mois de mettre sur pied une force - qui doit compter 5.700 hommes, sans compter les Tchadiens - pour épauler les forces maliennes. Elle doit désormais à terme, au côté de l'armée malienne, prendre le relais des forces françaises, envoyées d'urgence mi-janvier pour repousser une offensive des groupes terroristes qui progressaient en direction de Bamako.

"Aujourd'hui, nous avons 1.428 hommes sur le terrain, sans compter le contingent tchadien qui se bat à nos côtés", a déclaré le colonel ivoirien Yao Adjoumani, chargé de communication de la Mission internationale de soutien au Mali (Misma). "Il y a des militaires béninois, burkinabés, ivoiriens, togolais, ghanéens, nigériens, sierra-léonais et sénégalais", a détaillé l'officier, qui n'a pas précisé où ces différents contingents étaient stationnés. Quelque 150 soldats burkinabés ont pris la semaine dernière le contrôle d'un

Le HCR va aider les retours spontanés au Mali
Le Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) s'apprête à aider au retour des personnes déracinées par le conflit dans le nord du Mali. "Nous prévoyons d'ouvrir de nouveaux bureaux à Gao et dans d'autres villes du nord dès que les conditions de sécurité le permettront. La présence des troupes rebelles islamistes et l'insécurité qui en résulte ont entravé l'accès humanitaire vers le nord", a annoncé mardi le porte-parole du HCR Adrian Edwards. D'après des entretiens menés ces derniers jours avec des personnes déplacées internes à Bamako, la capitale malienne, il apparaît que de nombreux civils espèrent rentrer chez eux dans des régions qui étaient ou qui sont toujours sous le contrôle des rebelles, comme Gao, Tombouctou et Kidal, a précisé M. Edwards. Le mouvement des retours spontanés a déjà commencé dans certaines régions. Dans la ville de Konna au centre du Mali, par exemple, une mission des Nations unies pour l'évaluation de la sécurité a confirmé que des personnes rentraient chez elles. Près de la moitié de la population de la ville de 10.000 personnes avait fui lorsque Konna était envahie le 10 janvier, a-t-il indiqué. Malgré des signes d'intérêt croissant pour les retours, les conditions dans le nord du pays sont difficiles. Les personnes récemment déplacées depuis le nord ont fait état d'importantes pénuries de vivres, d'eau potable et d'essence. L'électricité, le transport, les communications, l'accès aux soins de santé et l'éducation sont quasiment inexistants, a-t-il dit. Selon le HCR, environ 380.000 personnes ont fui le nord du Mali depuis le début du conflit il y a un an, y compris 230.000 déplacés. Par ailleurs, plus de 150.000 réfugiés maliens se trouvent dans les pays voisins. APS

La Chine offre son aide
à la mission internationale de soutien au Mali
La Chine examine de manière favorable la possibilité d'offrir son aide à la Mission internationale de soutien au Mali, dans le cadre de la coopération sino-africaine de paix et de sécurité, a indiqué mardi une source officielle. La Chine "offrira du matériel humanitaire au Mali et à d'autres pays afin de lutter contre la crise actuelle", a déclaré le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hong Lei lors d'un point de presse à Pékin. Il a fait savoir que "l'ambassadeur Zhong Jianhua, émissaire spécial du gouvernement chinois pour les affaires africaines, participera à une conférence des donateurs pour le Mali". Cette conférence s'est ouverte mardi au siège de l'Union africaine, à Addis-Abeba, capitale éthiopienne. Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a en outre assuré que Pékin "suit avec attention le développement de la situation au Mali et soutient les efforts des pays africains et des organisations régionales pour sauvegarder l'unité du pays et la paix et la sécurité de la région". La Chine, a-t-il poursuivi, appelle à appliquer au plus tôt la résolution 2085 du Conseil de sécurité de l'ONU, qui met l'accent sur l'importance du dialogue politique et de la poursuite des négociations et approuve le déploiement d'une force menée par des pays africains afin de répondre aux menaces de sécurité croissantes sur le terrain. La Chine collaborera avec la communauté internationale pour contribuer de manière positive à promouvoir le développement et la paix au Mali, a conclu le porte-parole.

L'Allemagne fournira des fonds supplémentaires pour le Mali
Le gouvernement allemand a annoncé mardi qu'il fournirait des fonds et du matériel supplémentaires pour soutenir le Mali dans sa lutte contre les rebelles du nord du pays. Le gouvernement allemand a déclaré qu'il contribuerait à hauteur de 20 millions de dollars supplémentaires à un fonds des Nations unies pour soutenir l'armée malienne. Un hôpital de campagne, des camions, des détecteurs de métal portatifs et d'autres équipements seront également fournis. "Nous soutiendrons les actions pour libérer le Mali par une aide financière, logistique, et humanitaire, ainsi que par du matériel et du savoir-faire pour former l'armée malienne", a déclaré à Berlin le ministre allemand des Affaires étrangères Guido Westerwelle. Selon le ministère allemand des Affaires étrangères, environ quelque 21 mique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao). "Ce mois-ci, 3 millions de dollars environ y seront consacrés", a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué, ajoutant que l'Allemagne participerait également avec du matériel et du personnel militaires à la mission de formation de l'Union européenne au Mali qui débutera en février. L'Allemagne a refusé d'envoyer des troupes combattantes dans ce pays d'Afrique de l'Ouest. L'Allemagne a encore des milliers de soldats déployés en Afghanistan. "Il est donc évident que les options dont nous disposons sont limitées", a déclaré la semaine dernière M. Westerwelle. Mardi, le ministre a souligné que "sur le long terme, il ne peut y avoir qu'une solution politique" au problème du Mali.

millions de dollars d'aide humanitaire environ ont été fournis au Mali par l'Allemagne depuis décembre 2011. Début janvier, deux avions de transport allemands ont été envoyés au Mali pour soutenir les armées des pays membres de la Communauté écono-

10 DK NEWS
MALI

MONDE

Jeudi 31 janvier 2013

CRISE SYRIENNE

Des soldats français à Kidal, 3e grande ville à reconquérir
Après la reconquête aux côtés de l'armée malienne de Gao et Tombouctou, reprises aux groupes terroristes sans grande résistance, les soldats français sont arrivés, dans la nuit de mardi à mercredi, sur l'aéroport de Kidal, la troisième et dernière grande ville du nord du Mali à reconquérir. «Un avion français s'est posé sur la piste de l'aérodrome de Kidal. Ils ont pris position sur l'aérodrome», a déclaré un responsable de l'administration locale. Cette information a été confirmée par des notables touareg de la région et une source de sécurité régionale. Des «éléments français ont été mis en place cette nuit à Kidal», située à 1.500 km de la capitale, Bamako dans l'extrême nord-est du Mali, a, de son côté, assuré hier à Paris le porte-parole de l'état-major des armées françaises, le colonel Thierry Burkhard. L'arrivée de soldats français à Kidal, fief du groupe terroriste, Ansar Dine intervient après la reconquête, aux côtés de l'armée malienne et sans grande résistance, des deux plus grandes villes du nord du Mali, Gao et Tombouctou, qui étaient aux mains des terroristes qui y ont multiplié les exactions depuis plus de neuf mois. Par ailleurs, des centaines de personnes ont déjà fui Kidal vers des villages plus au nord, selon le Haut-Commissariat aux réfugiés de l'ONU (HCR), qui affirme que l'accès à la nourriture et aux biens de première nécessité a été «sérieusement affecté» par le conflit. A Tombouctou, au lendemain de l'entrée des soldats français et maliens, des centaines de personnes, ont attaqué des magasins accusant leurs propriétaires d'avoir soutenu les terroristes qui s'étaient emparés du contrôle du nord du pays, peu après le coup d'Etat militaire de mars 2012. élevés de tensions inter-ethniques» dans le Nord. Toujours à Tombouctou, le maire de la ville a parlé de «crime culturel» a propos de l'Institut Ahmed-Baba, incendié par les terroristes, qui abritait entre 60.000 et 100.000 manuscrits. L'opération sur Tombouctou est survenue deux jours après la prise de Gao, plus importante ville du nord et un des bastions des terroristes, à 1.200 km au nord-est de Bamako.

L'Algérie appelle la communauté internationale à poursuivre les efforts pour une solution politique
L'Algérie a appelé, par la voix du président du Conseil de la nation, M. Abdelkader Bensalah, la communauté internationale et les Nations unies à poursuivre les efforts en faveur d'une solution politique de la crise en Syrie et à faire prévaloir la logique du dialogue sur celle de la guerre. Intervenant devant les participants à la conférence humanitaire internationale de haut niveau des donateurs de la Syrie, organisée au Koweït, M. Bensalah a souligné que l'Algérie «appelle les parties syriennes à assumer leurs responsabilités pour mettre fin à l'effusion de sang du peuple syrien et aux hostilités». M. Bensalah a ajouté que la poursuite du conflit en Syrie «aggravera davantage la crise humanitaire, ce qui exige de nous un travail sérieux afin d'y remédier», en trouvant une solution politique rapide à cette tragédie qui a divisé la société syrienne». «Depuis le déclenchement de cette crise, l'Algérie en sa qualité de pays membre du Comité arabe chargé du dossier syrien, n'a cessé d'appeler les parties concernées à adhérer à un processus à même de garantir la satisfaction des revendications légitimes du peuple syrien, d'arrêter l'effusion de sang et d'éviter à la région le danger d'une intervention étrangère», a-t-il ajouté. Dans ce contexte, M. Bensalah a réitéré le soutien de l'Algérie au représentant de l'ONU et de la Ligue arabe, M. Lakhdar Brahimi, dont les efforts constituent «une véritable opportunité pour instaurer un cessez-le-feu et parvenir à une entente nationale tant escomptée par le peuple syrien». Il a en outre affirmé que l'Algérie «encourage toutes les parties syriennes à relever ce défi que l'histoire leur retiendra et grâce auquel des millions de réfugiés pourront retourner chez eux et jouir d'une vie paisible et stable». Il a, d'autre part, ajouté que la hausse du nombre de Syriens qui ont besoin d'une aide humanitaire urgente «représente une source de préoccupation pour la communauté internationale», notamment eu égard à la «difficulté de satisfaire leurs besoins essentiels, en raison du manque de financement et des conditions difficiles particulièrement en hiver». M. Bensalah a affirmé dans ce sens que l'Algérie «n'a pas manqué à son devoir en accueillant 18.000 syriens tout en garantissant les conditions d'hébergement et l'inscription de leurs enfants dans les écoles et les universités algériennes». Il a ajouté que «partant de sa conviction du devoir de solidarité fraternelle avec nos frères syriens, l'Algérie réaffirme aujourd'hui son engagement à contribuer aux efforts de la communauté internationale visant à prendre en charge les situations humanitaires urgentes et alléger les souffrances des réfugiés syriens». M. Bensalah a souligné «l'aggravation» des conditions des réfugiés syriens en raison de la persistance d'une «crise où la logique des armes a prévalu causant la mort de milliers de personnes et la destruction des infrastructures et des sites archéologiques et historiques». Affirmant que la relance, par l'Algérie, de cette «importante» initiative (la conférence humanitaire internationale de haut niveau des donateurs de la Syrie), M. Bensalah a estimé qu'elle constituait également «un message fort de solidarité de la communauté internationale avec le peuple syrien qui intervient au lendemain de la réunion du Conseil de la Ligue arabe au cours de laquelle l'Algérie avait souligné la nécessité pour l'organisation panarabe d'assumer son rôle concernant la crise humanitaire en Syrie». M. Bensalah a enfin souligné que l'Algérie «réitère sa solidarité au peuple syrien frère dans ces conditions difficiles et affirme sa détermination à oeuvrer avec toutes les bonnes volontés pour mettre fin à cette tragédie et ouvrir des horizons prometteurs pour ce pays et son peuple». Une soixantaine de pays et 13 organisations onusiennes spécialisées dans les affaires humanitaires et les réfugiés participent à la conférence organisée sous le parrainage des Nations unies.

Une feuille de route politique pour l'après-guerre
Sur le plan politique, les députés maliens ont voté mardi à l'unanimité la mise en place d'une «feuille de route» politique pour l'après-guerre dans le nord du Mali, qui prévoit une discussion avec certains groupes armés dans le cadre de la «réconciliation nationale». Le document souligne que l'intervention militaire en cours menée dans le nord du pays par l'armée malienne, appuyée par l'armée française et plusieurs armées ouest-africaines, «permet d'envisager, à moyen terme, la libération totale du territoire national». Dans cette perspective, le texte souligne la nécessité «d'entamer les discussions avec les groupes armés qui ne mettent en cause ni l'intégrité territoriale du pays, ni la laïcité de l'Etat malien» et «de mettre en place une commission de réconciliation nationale». La feuille de route rappelle qu'un accord conclu en 2012 entre le Mali et ses voisins d'Afrique de l'Ouest après un coup d'Etat militaire ayant renversé le 22 mars 2012 le président Amadou Toumani Touré, prévoyait que le gouvernement de transition en place à Bamako rétablisse l'intégrité territoriale par la reconquête du Nord et organise «des élections générales, transparentes et crédibles». Dans ce contexte, le président malien par intérim Dioncounda Traoré a déclaré mardi à Addis-Abeba qu'il espérait pouvoir appeler les Maliens aux urnes avant le 31 juillet. «Je voudrais réitérer notre engagement à conduire la transition en cours au Mali avec un seul agenda: le recouvrement des territoires occupés du Nord mais aussi et surtout le retour du Mali à une situation constitutionnelle normale», a assuré M. Traoré.

La reconquête du Nord fait craindre diverses représailles
Face au «risque d'exactions» et de représailles, le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault a souhaité «le déploiement rapide d'observateurs internationaux» pour veiller «au respect des droits de l'homme». Human Rights Watch (HRW) avait évoqué, de son côté, lundi «des risques

INTERVENTION BRITANNIQUE AU MALI

Le «oui-mais» de la classe politique en Grande-Bretagne
La classe politique en Grande Bretagne s’est montrée largement favorable à l’intervention militaire de la Grande Bretagne au Mali qui se limite à un rôle de formation des troupes, exprimant toutefois des doutes quant à la durée du conflit. Des leaders de partis politiques, des officiers supérieurs de l’armée et des parlementaires, peu convaincus par les déclarations de Downing Street selon lesquelles les troupes britanniques ne seraient pas enrôlées dans les combats, ont averti le gouvernement sur la durée que pourrait prendre ce conflit et particulièrement, les conséquences qui en résulteraient. «La Grande-Bretagne risque d'être entraînée dans un conflit de style Afghanistan», ont mis en garde mardi des parlementaires britanniques après l’annonce de Premier ministre David Cameron d’envoyer jusqu'à 330 soldats au Mali pour des rôles de formation. Lors d’un débat avec le ministre de la Défense Philip Hammond sur la situation au Mali, les représentants de deux Chambres ont exprimé leurs préoccupations sur la durée du conflit au Sahel qui risque de prendre la tournure des guerres d’Afghanistan et du Vietnam. M. Hammond a reconnu qu'il y avait un risque d’enlisement au Mali, mais a insisté pour dire que la Grande-Bretagne avait «un devoir absolu» d'intervenir contre les terroristes. Le ministre de la Défense a souligné le fait que le rôle de la Grande-Bretagne dans le conflit était «dans l'intérêt national» promettant des résultat positifs. Selon lui, le Royaume-Uni a un intérêt évident de voir la stabilité au Mali et de veiller que «son territoire ne devienne pas un espace non gouverné propice à Al-Qaïda et ses associés pour organiser des attaques contre l'Occident», a-t-il dit. John Baron, député conservateur, a averti M. Hammond que la GrandeBretagne pourrait être entraînée dans un conflit «toujours plus complexe et profond qui risque de s’éterniser». Quant à Jim Murphy, représentant du Parti travailliste de l'opposition, en charge des questions de sécurité, il a affirmé que les Britanniques étaient las des conflits à l’étranger dans lesquels s’implique le Royaume Uni. «Nous sommes intervenus en Afghanistan et en Irak il y a dix ans. Or la situation est loin d’être réglée dans ces deux pays à ce jour», a-t-il affirmé. Selon lui, en intervenant en Afghanistan, la Grande Bretagne n’a fait que rapprocher le terrorisme à nos portes. «Loin d’être anéanti, le problème du terrorisme a été transféré vers une autre région du monde, et à quel prix», a-t-il déploré. Par ailleurs, l'ancien ministre britannique du Travail, Frank Dobson a suggéré que le Mali pourrait devenir pour la Grande-Bretagne ce que le Vietnam fut pour les Etats Unis. «D’autant, dira-t-il, qu’au Vietnam, les Américains avaient commencé à l’époque, par un rôle limité à la formation militaire». Des représentants d’autres partis ont soulevé pour leur part, la question de la sécurité des formateurs britanniques au Mali. «Même si le gouvernement affirme qu’elle sera assurée par les Français, il y a un risque potentiel d’entraînement dans le conflit armé», ont-ils soutenu.

La Suisse autorise les pays engagés militairement au Mali à survoler son territoire
La Suisse autorise les avions des pays qui combattent les groupes terroristes dans la région du nord du Mali à survoler son territoire, a indiqué hier un communiqué officiel publié à Berne. La Suisse «autorise les pays engagés dans les opérations militaires au Mali à transporter à travers son espace aérien non seulement des troupes et du ravitaillement, mais aussi des armes ou des munitions», ajoute le communiqué. Les avions transportant des munitions et des armes sont donc concernés par cette autorisation qui «est compatible avec la neutralité de la Suisse puisque les opérations militaires en cours sont menées à la demande du gouvernement malien et s'inscrivent dans le cadre de la résolution 2085 du Conseil de sécurité de l'ONU», précise le texte. Le Conseil fédéral suisse avait déjà délivré une autorisation similaire en 2011 lors du conflit libyen. La Suisse avait alors agi en conformité avec la la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l'ONU.

Jeudi 31 janvier 2013

ÉCONOMIE
SELON L’OIT

DK NEWS

11

GESTION

M. Amara Benyounes insiste
à El-Tarf sur la gestion rationnelle des décharges contrôlées
Le ministre de l’Aménagement du territoire, de l’environnement et de la ville, M. Amara Benyounes, a insisté mardi à El -Tarf sur une gestion rationnelle des décharges contrôlées afin de pouvoir en tirer profit le plus longtemps possible.
Entamant une visite de travail et d’inspection de deux jours, le ministre, accompagné du wali d’ElTarf, s’est rendu en début de soirée de mardi sur le site abritant le projet de réalisation d’une décharge contrôlée, située dans la daïra de Dréan, où il a évoqué l’importance de ces ouvrages destinés à l’éradication des décharges sauvages. Le taux d’avancement des travaux de ce projet, ayant nécessité une autorisation de programme (AP) de 100 millions de dinars, est estimé actuellement à 65%, a-t-on indiqué au ministre qui a mis l’accent sur le respect de la qualité de ce type d’ouvrage. Lancés en juillet 2010, les travaux de

L’agriculture doit être la priorité économique de l'Afrique

réalisation de cette décharge dont la capacité totale est de près de 300.000 m3, avec une durée de vie de 14 ans, seront achevés au courant de cette année, en vue de contribuer à l’amélioration du cadre de vie des habitants de cette daïra qui en compte 45.000, a-ton encore ajouté. Des explications détaillées sur la conception et la nature des matériaux de construction, ont été également fournies sur place au ministre. La délégation ministérielle a, par ailleurs, visité une unité de récupération et transformation de papier,

sise dans la zone industrielle de Dréan. Outre la collecte et conditionnement des déchets solides et leur recyclage, le ministre a suivi sur place des explications sur le fonctionnement de cette usine qui emploie actuellement plus d’une vingtaine de jeunes, avec possibilité de création de 120 emplois. Le ministre s’est enquis des techniques suivies en matière de collecte sélective des matières récupérables, de tri des produits récupérés et le comptage de cette matière avant son broyage. Il est à signaler

que la seconde journée de cette visite de travail à ElTarf sera consacrée à l’inspection du réseau d’assainissement de la ville d’El Kala, d’un centre d’enfouissement technique (CET) situé à Roum-ElSouk et d’un parc citadin à Aïn-El-Assel. Au chef-lieu de wilaya, M. Benyounes procédera à l’inauguration de la maison de l’environnement ainsi qu’à l’inspection d’un projet de réhabilitation de la décharge sauvage de Matrouha qui a été érigé en parc citadin et du CET de Smati, commune d’El Tarf.

PARLEMENT - AMITIÉ

Installation du groupe parlementaire d'amitié algéro-française
Le groupe parlementaire d'amitié algéro-francaise a été installé mardi au siège de l'Assemblée populaire nationale (APN) et constituera un outil pour le renforcement de l'amitié et de la coopération entre les deux pays et les deux peuples. Le vice-président de l'APN, M. Mohamed Djemaï, a présidé la cérémonie d'installation du groupe à la tête duquel le député Belkacem Bellabas du parti du Front de libération nationale (FLN) a été désigné. Intervenant à l'occasion, M. Djemaï a affirmé que l'installation de ce groupe "intervient pour consolider le renforcement notable des relations algéro-françaises notamment après la visite historique effectuée par le président français François Hollande en décembre dernier". Il s'agit d’un acquis" à inscrire à l'actif de cette "relation d'exception" qui lie les deux pays et "un outil efficace" pour hisser la coopération bilatérale au niveau d'un partenariat stratégique qui englobe tous les domaines, a estimé le responsable. Il a ajouté que ce groupe qui compte des députés des différentes formations politiques du pays "reflète concrètement l'unanimité de toutes les composantes de la société autour de la relation d'exception avec la France". M. Djemaï a salué la position française concernant l'attaque terroriste qui a ciblé le complexe gazier de Tinguentourine (In Amenas-Illizi). "L'Al-

gérie qui a souffert auparavant du terrorisme fait face aujourd'hui à un nouveau terrorisme transnational", a indiqué le député algérien. De son côté l'ambassadeur français à Alger, M. André Parant, a exprimé la compassion et la solidarité de son pays avec l'Algérie suite à l'attaque terroriste qui a ciblé le complexe gazier de Tinguentourine, affirmant que la France était aux côtés de l'Algérie dans "sa lutte exemplaire" contre le terrorisme. Le diplomate français a qualifié les relations algéro-françaises d'"exceptionnelles" et "d'intenses" rappelant que l'Algérie est le premier partenaire commercial de la France. La déclaration d'amitié signée entre les deux pays à l'occasion de la

visite du président François Hollande en Algérie, "traduit la volonté des deux pays de hisser leurs relations au plus haut niveau", a-t-il dit rappelant les conventions et les décisions, qui ont sanctionné cette visite, en faveur du renforcement et de la promotion de la coopération algéro-française dans différents domaines. Les Premiers ministres des deux pays vont se rencontrer avant la fin de l'année pour évaluer le travail accompli en matière de coopération bilatérale, a fait savoir le responsable français. Il a souligné également l'importance du rôle des parlementaires dans la promotion et le renforcement de la coopération entre les deux pays et dans rapprochement des deux peuples.

L'agriculture doit rester une priorité pour l'Afrique en dépit de l'urbanisation galopante du continent lequel importe annuellement près de 50 milliards de dollars de produits alimentaires, a affirmé mardi l'Organisation internationale du travail (OIT) dans un rapport. Précisant que 40% de la population africaine habite dans des villes, cette organisation onusienne souligne qu’à première vue, il peut sembler paradoxal de suggérer que l'agriculture devrait être la priorité de l'Afrique, surtout quand il s'agit de l'emploi. A ce propos, elle observe que plus de 60% de la population économiquement active d'Afrique travaille et vit de l'agriculture tandis que plus d'un tiers de la valeur ajoutée totale provient de ce secteur. Malgré cela, l'Afrique importe annuellement près de 50 milliards de dollars de produits alimentaires, essentiellement pour nourrir une population urbaine en plein essor. C'est l'équivalent de ce que le continent reçoit en aide publique au développement, et plus de cinq fois plus que ce que la Banque africaine de développement investit pour sa future croissance économique, selon l’OIT. La réalité est que l'agriculture africaine a été négligée tant par les gouvernements que par les bailleurs internationaux et les conseillers politiques, explique-t-elle. Le coût de cette négligence est élevé: la production alimentaire par tête a à peine progressé au cours des 50 dernières années, à un rythme de 0,06% par an. Avec une population qui s'accroît au rythme annuel de 2,6%, les importations de nourriture ont augmenté à un taux de 3,4% par an depuis 1980, les céréales en représentant la plus grande part. En outre, l'Afrique reçoit près de la moitié du total de l'aide alimentaire céréalière dans le monde, selon la même source. Les rendements sont comparativement faibles, avec une moyenne de 1,3 tonne à l'hectare de terre cultivée, soit moins de la moitié de la moyenne mondiale. Les rendements ont augmenté à un taux annuel à peine supérieur à 1%, tandis que la moyenne mondiale augmentait de 2%. Selon l'OIT, l'Afrique doit donc se focaliser sur l'augmentation de la production alimentaire à l'hectare parmi la grande majorité des petits propriétaires. Une stratégie de "priorité à l'agriculture" consisterait à augmenter le taux de change des devises actuellement utilisées pour importer des denrées alimentaires qui pourraient être produites en Afrique. Cela la protégerait des aléas de la volatilité des prix des denrées alimentaires et permettrait de relever le niveau des revenus dans les régions rurales, de réduire la pauvreté et d'accroître la demande pour stimuler la croissance. Aussi, elle devrait favoriser la création d'emplois plus productifs pour une grande partie de la jeunesse africaine. Le commerce peut jouer aussi un rôle considérable: la priorité doit aller au commerce intraafricain, afin d'accroître les échanges entre pays excédentaires et déficitaires sur le plan alimentaire. Actuellement, ce sont les importations alimentaires en provenance de régions qui accordent de fortes subventions aux producteurs qui ont la faveur, ce qui fait baisser artificiellement les prix mondiaux. Dans ces sens, l’OIT prévient qu’en Afrique, il n'y aura pas de croissance durable et diversifiée sans croissance soutenue de l'agriculture, qui renforce l'emploi et les revenus d'une large majorité de la population active. APS

12 DK NEWS

SCIENCE

Jeudi 31 jan

la pilule ne passe pas

Diane 35

Savoir
décrypter les additifs sur les étiquettes
Aujourd’hui, il existe plus de 300 additifs alimentaires utilisés. Comment les déchiffrer et quels effets ont-ils ?

Dans le contexte actuel de remise en cause des pilules de 3e et 4e générations, Diane®35 se trouve dans « une situation ambiguë », comme l’a expliqué le Pr Dominique Maraninchi, directeur général de l’agence du médicament (ANSM). Et pour cause, ce médicament est un… anti-acnéique largement prescrit en tant quecontraceptif ! Et cela depuis de nombreuses années. Quelles en sont les raisons ? Le point sur un traitementen cause dans 4 décès par thrombose veineuse, en France, depuis 1987. Et dont le sort – retrait ou non – sera décidé ces prochains jours. « Diane®35 a obtenu son autorisation de mise sur le marché (AMM) en France en juillet 1987 dans le traitement de l’acné chez la femme », rappelle l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) dans un communiqué. Si ce médicament comporte un effet sur l’inhibition de l’ovulation, mentionné dans le Résumé des caractéristiques du produit (RCP), il n’a jamais reçu l’AMM comme contraceptif. D’ailleurs, Dominique Maraninchi a précisé dans une interview accordée à nos confrères de RTL ce lundi 28 janvier, que « la firme (Bayer ndlr) n’a pas demandé de l’enregistrer comme contraceptif. » Or, ce médicament est bien prescrit en tant que tel. « En 2012, on peut estimer qu’environ 315 000 femmes étaient en France traitées par Diane®35 ou ses génériques (sur la base d’une consommation de 13 plaquettes par an). »

En revanche, « certaines femmes prenant ce médicament en sont satisfaites et ne souhaitent pas changer de contraception. » En effet, le principal bénéfice de Diane®35 est « de présenter des effets bénéfiques pour la peau ». Alors que de nombreuses pilules de 2e génération citent l’acné parmi leurs effets indésirables. Si Diane®35 ne peut être considérée comme une pilule de 3e et 4e générations, « elle présente des risques apparentés en matière thrombo-embolique ». Ainsi, Béatrice Guigues rappelle-t-elle l’importance « de laconsultation avant prescription de tout contraceptif estro-progestatif, ainsi que le suivi».

Une réévaluation du bénéfice/risque
L’ANSM a initié l’analyse du bénéfice/risque de cette spécialité. Elle « rendra ses conclusions cette semaine […] et prendra les mesures appropriées. Elle publiera, à cette occasion, l’ensemble des données ayant fondé son analyse.» L’agence du médicament assure avoir lancé cette réévaluation « comme elle le fait régulièrement pour les médicaments les plus anciens ». A ce jour, « 125 autres cas de thrombose ont été notifiés sur la même période(entre 1987 et aujourd’hui ndlr) : 113 concernaient des thromboses veineuses et 12 des thromboses artérielles », précise l’agence. A l’antenne d’RTL, Dominique Maraninchi a affiché une certaine fermeté : « il faut arrêter de l’utiliser comme contraceptif. Cette situation doit s’arrêter maintenant ». L’Agence européenne du médicament (EMA) a annoncé ce lundi 28 janvier, sa décision d’« étudier – sur demande de la France – l’information disponible concernant les pilules de 3e et 4e générations ». Son objectif ?« Evaluer si ces données sont suffisantes pour permettre aux patients et aux médecins de prendre la bonne décision en matière de prescription ». L’agence rappelle toutefois, qu’« il n’y a aucune raison pour les femmes d’interrompre leur contraception. Si une femme est inquiète, elle doit en parler à son médecin. » Mentionner les additifs sur les étiquettes des produits est obligatoire. Ils sont présentés soit en toutes lettres (ex : bicarbonate de sodium), soit par un code commençant toujours pas E (ex : E440). Les additifs

servent à améliorer la conservation lorent les aliments, renforcent leu l’oxydation. Ils sont utilisés en petites régulièrement contrôlés afin d’éviter

Parmi les additifs les plus courants, on retrouve :
Les colorants (E100…) Les antioxydants Les agents (E 300…) de texture Ils sont utilisés pour préve(E 400…) nir l’oxydation de certains aliments (fruits et légumes, viandes…). On les retrouve dans les jus de fruits, les légumes en conserve, les potages déshydratés, les céréales, les graisses et les huiles… Les plus courants sont l’acide ascorbique (E300) et l’acide citrique (E330) pour les fruits et légumes.

Les de g et au

« Beaucoup moins de nouvelles prescriptions »
L’emploi de ce médicament comme contraceptif, en dehors des indications, soulève en tout cas la question de laresponsabilité du prescripteur. « Depuis l’apparition des pilules de 3e et 4e générations (présentant moins d’effets cutanés indésirables ndlr), l’intérêt de Diane®35 a nettement diminué. Je ne pense d’ailleurs pas qu’il y ait beaucoup de nouvelles prescriptions», estime le Dr Béatrice Guigues, vice-présidente du Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF).

Ils servent à rendre les denrées plus appétissantes en rétablissant la couleur d’un aliment ou en la renforçant par exemple. Ils sont utilisés dans bon nombre d’aliments industriels notamment les desserts, on en retrouve dans les boissons sucrées, les margarines, les confiseries… Parmi eux, il y a le rouge de betterave (E162), le jaune orangé (E110), le caramel (E150). Certains colorants peuvent provoquer des réactions allergiques chez certaines personnes prédisposées (E102 tartrazine – E120 cochenille – E123 amarante).

Les conservateurs (E 200…)
Ils évitent l’altération rapide des aliments (bactéries, moisissures, levures). Ils sont employés dans les aliments cuits, le vin, le fromage, la charcuterie… Pour les fruits secs, on utilise les dioxydes de soufre et sulfites (E220-228) ; pour le pain et les aliments cuits (propionate de calcium E282) et pour la charcuterie (sels de sodium et de potassium E249-252).

Ils contribuent à rendre les aliments plus consistants qu’ils ne le sont en réalité ; ils maintiennent les mélanges eau/graisses stables et donnent du moelleux. Parmi eux, on peut citer l’agar agar (E406), la lécithine (E322), la gomme de guar (E412), la pectine (E440)… On les retrouve dans les sauces industrielles, les plats préparés, les matières grasses allégées, les glaces… Certains additifs de la catégorie E400 peuvent provoquer des flatulences et des désordres intestinaux.

Ils a de la pe l’odeur eux se monoso glutam rivés ( lactiqu (E951 o contien lalanin dans le tifs, les bouillo gums… autoris certain l’aspart l’objet miques considè gène). Sou u europé é

E ET VIE

nvier 2013

DK NEWS

13

Louis Pasteur, la rage de guérir
Une personnalité aura marqué plus qu’aucune autre l’histoire de la vaccination. Celle de Louis Pasteur, né à Dole ( Jura) en 1822. Il a consacré toute sa vie à la recherche. Son talent et son travail opiniâtre, combinés à une grande ambition et un goût prononcé pour la communication, ont attaché son nom à l’extension de la vaccination jennérienne – qui protégeait contre la seule variole – à une multitude de maladies infectieuses. La mise au point du vaccin contre la rage tient sans conteste une place prépondérante dans cette saga. Après nous avoir passionnés par le récit des origines de la vaccination, le Pr Hervé Bazin, spécialiste de la vaccination et membre correspondant de l’Académie nationale de médecine, nous fait vivre les grands moments de la vie de Pasteur. « Louis Pasteur a commencé à mense bond en avant pour la médecine. La victoire contre la rage Cette réussite est pour Pasteur une incitation à poursuivre ses recherches sur les maladies infectieuses. « C’était un homme très ambitieux », explique Hervé Bazin. Dès 1880, il s’intéresse à une zoonose, la rage. Très commune à l’époque, elle affecte les animaux et l’homme. Et même si elle provoque moins de 100 morts par an en France, elle est source de terreur pour la population. Les chiens atteints devenant souvent très agressifs, présentent la caractéristique de baver abondamment, peignant un tableau effrayant aux yeux des contemporains de Pasteur. D’autant que le seul traitement connu était alors la cautérisation, c’est-àdire le fait de brûler les chairs autour de la plaie. « De plus, quand celle-ci était située trop près d’un

d’un produit, cour goût ou évitent es quantités et sont r tout effet néfaste

sur notre organisme. Mais savons-nous exactement ce que l’on mange et ce que l’on risque ? Des études sur l’homme ont montré que la consommation d’additifs alimentaires peut avoir des effets sur la santé.

exhausteurs goût (E 600… utres)

augmentent « l’intensité erception du goût ou de r » d’une denrée. Parmi trouvent le glutamate odique (E621), le monomate de sodium et ses dé(E620 à E625), l’acide ue (E270), l’aspartame ou sous la mention « nt une source de phényne »)… On les retrouve es chips et biscuits apéris produits asiatiques, les ons en cube, les chewing … La famille des E620 est sée en France mais avec nes limites de dosage et rtame fait aujourd’hui d’études et de polés (certains chercheurs le èrent comme cancéri-

ource : l’EUFIC le conseil éen de l’information sur l’alimentation

travailler tardivement sur les maladies infectieuses. Ce n’est qu’en 1877 qu’il se penche sur ce sujet. Auparavant, il avait focalisé son attention sur les phénomènes de fermentation, sur la démonstration de l’inexistence de la génération spontanée, et sur les maladies des vers à soie », commence Hervé Bazin. Avec l’aide de ses collègues, Edmond Nocard spécialiste des maladies infectieuses animales, etEmile Roux, plus familier des maladies infectieuses humaines, il s’intéresse au choléra des poules. « Le bacille responsable de cette maladie lui avait été envoyé dans une tête de coq par Henri Toussaint, un professeur de l’Ecole vétérinaire de Toulouse. Pasteur le met en culture et, après un an de travail, il réussit à mettre au point un vaccin contre la maladie ». Il s’aperçoit en effet qu’en cultivant les bactéries en flacon, donc exposées à l’oxygène de l’air, elles perdent de leur virulence au fil du temps. S’il se révèle d’un intérêt économiquement limité, la mise au point de ce premier vaccin vivant atténué constitue un im-

gros vaisseau ou d’un organe vital, cette méthode était presque impossible à pratiquer », ajoutet-il. Pour étudier la rage, Pasteur utilise des lapins. Même enragés en effet, ces animaux présentent peu de danger. Il leur inocule le virus près du cerveau, sous la méninge dure-mère, puis il transmet le virus de lapin en lapin. Cette procédure lui permet de le stabiliser. Ensuite, il tente de diminuer sa virulence afin de pouvoir vacciner. Pour ce faire, l’idée lui vient d’employer la moelle de lapin rabique, qu’il fait sécher à l’air. Ainsi atténué, le virus permet la vaccination préventive des chiens. C’est une première réussite pour Pasteur, mais il veut aller plus loin, et utiliser ce vaccin pour créer une immunité après la morsure chez l’homme. « Dès 1884, il obtient des résultats prometteurs. Comme il a la communication dans le sang, il annonce publiquement qu’il est capable de soigner la rage. Même s’il s’avançait un peu, Pasteur était sûr de sa réussite », raconte Hervé Bazin.

14

DK NEWS

CULTURE

Jeudi 31 janvier 2013

Amar Belkhodja

évoque
l'Emir Abdelkader tel que

«vu par ses adversaires»
L'écrivain Amar Belkhodja est intervenu mardi à Alger sur le thème "L'Emir Abdelkader vu par ses adversaires", lors d'une conférence animée au Palais de la culture devant un auditoire composé de lycéens.
S'inscrivant dans le cadre des cycles de conférences programmées mensuellement par la Fondation qui porte le nom de l'homme d'Etat algérien à l'attention du grand public, la rencontre a drainé des dizaines de lycéens de plusieurs établissements de la capitale. La conférence n'a pas manqué de susciter l'intérêt de lycéens soucieux d'apprendre davantage sur cette figure d'exception de l'histoire nationale à travers des questions auxquelles Amar Belkhodja s'est réjoui de répondre. Dans un style pédagogique, l'intervenant, par ailleurs membre fondateur de la Fondation, journaliste, chercheur et passionné d'histoire, a mis en avant les différents aspects qui ont façonné une personnalité exceptionnelle saluée y compris par ses plus farouches adversaires. Pour le conférencier, "il est crucial que les jeunes générations soient informées de ce que fut ce grand symbole de la conscience nationale. Si les historiens s'accordent à dire que l'Emir Abdelkader a été la personnalité la plus en vue du XIXe siècle, j'ajouterai qu'il l'est également pour les siècles à venir", considère-t-il. Le conférencier a estimé, en outre, que cette figure emblématique de l'histoire contemporaine de l'Algérie n'est "pas suffisamment cernée, si ce n'est le grand guerrier qu'il fut. "Or, des sous-aspects de sa personnalité nous apprennent qu'il a été surtout un grand érudit, un fin grammairien, un législateur, qu'il avait des vertus morales et qu'il était un homme d'Etat dans le sens moderne du terme", explique Belkhodja. Outre ces dimensions, ajoute-t-il, l'Emir sacralisait la lecture, tout en se passionnant pour les arts: la musique et le chant, en particulier. "C'est un homme de génie, certainement une des plus grandes figures de cette époque, un ennemi actif et rapide", dira Belkhodja, citant le témoignage de celui qu'il qualifiera lui-même de "criminel en chef", le maréchal Bugeaud. Au nombre des témoignages en faveur de l'Emir, Amar Khodja citera encore celui du journaliste français Louis Veuillot, accompagnateur de Bugeaud, qui concédera, en dépit de sa haine envers les Arabes, que l'Emir Abdelkader était "...le meilleur parmi ses compatriotes. C'est le meilleur cavalier, le prédicateur le plus hilarant et le politique le plus déliant. Il est dans une situation morale inconnue de l'Europe civilisée", reconnaîtra cet adversaire, repris par l'écrivain.

CONSTANTINE

Hommage
à l’écrivain et chahid Ahmed Redha Houhou
Un vibrant hommage a été rendu à titre posthume à l’écrivain et chahid Ahmed Redha Houhou, assassiné par l’armée française au mois d’avril 1956, lors d’un colloque international consacré à son œuvre, ouvert mardi à Constantine. L’antique Cirta, ville d’adoption du chahid écrivain, né en 1911 à Sidi Okba, dans la wilaya de Biskra, précurseur du roman algérien, poète, essayiste et homme de théâtre, accueille à cette occasion, les universitaires et chercheurs de 12 wilayas, ainsi que des hommes de lettres du Maroc, de Tunisie et de Jordanie, venus pour "disséquer une œuvre intrinsèquement associée au combat national et culturel de l’association des Oulémas musulmans algériens et au mouvement national", ont souligné les organisateurs. Le directeur de la culture, M. Djamel Foughal, a parlé d’une littérature "écrite avec le sang", saluant ainsi les écrivains engagés dans l’émancipation du peuple algérien, sa libération du joug colonial, à l’instar d’Ahmed Redha Houhou ou de Mouloud Feraoun, assassiné par "les ultras racistes et haineux de l’OAS". S’inscrivant dans le cadre des festivités officielles marquant le cinquantenaire de l’indépendance nationale, cette manifestation qui s’est déroulée au Théâtre régional de Constantine, a donné lieu à une exposition du peintre plasticien Mourad Amiraoui, ainsi qu’un récital de poésie animé par les poètes Mohamed Abed du Maroc, Azzeddine Mihoubi, Brahim Seddiki et Bouzid Herzallah d’Algérie. APS

Colloque national des arts plastiques à Mostaganem à la mémoire de l’artiste Mohamed Khedda
Plusieurs artistes de différentes écoles régionales des Beaux-arts du pays prennent part depuis mardi à Mostaganem, à un Colloque national des arts plastiques organisé à la à la mémoire du regretté Mohamed Khedda (1930-1991), artiste natif de la région. La cérémonie d’ouverture de cette rencontre de trois jours, abritée par la maison de la culture "Ould Abderrahmane Kaki", a été marquée par une exposition qui a mis en exergue dix toiles sur les "fouilles" de l’artiste défunt et 40 tableaux versés dans l'art abstrait, l'impressionnisme et le réalisme, peints par des artistes issus de six wilayas du pays. Un film documentaire a été projeté sous le titre "Nadjet raconte Khedda", où, dans un montage l’artiste Mohamed Ghobrini permet à la veuve du peintre de relater le parcours artistique de son époux depuis 1947 et les expositions auxquelles il a participé intra et extra-muros. Dans une allocution d’ouverture de l'exposition, la directrice de la culture, Mme Halima Hankour, a indiqué que ses services comptent récupérer les œuvres de l’artiste défunt des wilayas pour les mettre à la disposition de l’école régionale des Beaux-arts de Mostaganem, soulignant au passage que Mohamed Khedda fait partie de la mémoire collective. Le programme de ce colloque prévoit deux ateliers de formation au profit de 50 élèves de l’école régionale des Beauxarts de Mostaganem et une série de communications sur l’art pictural en Algérie. Une virée touristique est programmée aux sites archéologiques de la wilaya, en plus d'une visite au nouveau siège de l’école régionale des Beaux arts qui est en réalisation à Salamandre, dans la banlieue de Mostaganem. L’artiste Mohammed Khedda, natif de la ville de Mostaganem, est l’un des fondateurs de l’école des arts plastiques algériens. Il peint sa première toile à l’âge de sept ans. En 1952, il partit en France pour former sa vision artistique et tint sa première exposition en 1955. Il retourna au pays après l’indépendance et organisa sa première exposition "La paix perdue". Mohammed Khedda a contribué au mouvement culturel durant toute sa carrière artistique, assumant des responsabilités au ministère de la Culture, au Haut conseil de la culture et à l’Ecole supérieure des Beaux-arts. En compagnie d’autres artistes, il fonda l’association "Loucham" dans les années 1970 et publia deux livres "Pour un art nouveau" et "Feuilles dispersées". La dernière exposition de l’artiste Khedda fut organisée en 1990. Il décéda le 4 mai 1991.

DANSE - CHORÉGRAPHIE - AUDITION De jeunes passionnés de danse contemporaine tentent de séduire la chorégraphe Nacéra Belaza à Alger
Des jeunes passionnés de danse contemporaine se sont présentés nombreux mardi au Théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi (TNA) d'Alger) pour participer à une audition organisée par la Coopérative culturelle et artistique de la chorégraphe algérienne établie en France, Nacéra Belaza. Look vestimentaire distingué, coupes de cheveux extravagantes, piercing pour certains et bonnets de Rasta pour d'autres, la quarantaine de personnes présentes à l'audition, tous des jeunes hommes, semblaient déterminées à faire partie des quatre danseurs à sélectionner. L'audition qui se poursuivit hier vise à sélectionner quatre danseurs pour participer à deux stages de formation de dix jours chacun dans le cadre du programme "Ateliers du monde 2013" des Instituts français de Paris, Oran et Fès (Maroc). Le premier stage de formation est prévu pour le mois de février à Fès et le deuxième pour le mois d'avril à Oran. Ce programme concerne aussi quatre danseurs marocains dont l'audition se tiendra prochainement. La majorité des candidats n'ont pas suivi de formation académique de danse vu la quasi absence en Algérie d'écoles de danse contemporaine. L'unique "école" c'est d'abord la passion pour cet art, alors que les espaces d'expression corporelle restent le quartier ou les maisons de jeunes, ont confié à l'APS certaines des personnes auditionnées. Nacéra Belaza, qui prépare, par ailleurs, une création pour la Biennale de la danse de Lyon prévue en septembre 2014, a expliqué qu'elle cherchait des personnes surtout "disponibles" et "attentives" pour participer aux ateliers de formation, indépendamment de leur performance. "L'aptitude physique est secondaire pour moi parce que je peux travailler avec n'importe quel type de corps durant la formation pour l'amener à repousser ses propres limites", a-telle dit en précisant qu'elle cherchait plutôt des danseurs susceptibles de comprendre l'univers du chorégraphe.

Jeudi 31 janvier 2013

SOCIÉTÉ

DK NEWS 15

ALGER

UE - PAYS ARABES

16 ans de réclusion criminelle
A.Ferrag

Oisif, Omar pense avoir trouvé la perle rare, la source financière intarissable. Omar, ne sait rien faire de ses dix doigts.
A 46 ans, il est encore célibataire et comme il n’a aucun diplôme pour décrocher un job, il vit aux crochets de sa mère, à Alger. Omar puise sans se gêner dans la caisse de sa mère, et cela n’enchante guère cette dernière. Elle voit d’un mauvais oeil son fils dépenser sans compter l’argent qu’elle gagne en exploitant des filles de joie. Aussi, puisqu’il ne fait rien de ses journées, sa mère le charge d’une mission à Oran, qui le retiendra un bon mois. Ce soir-là, il prépare son cabas et fourre quelques effets vestimentaires. Tôt le lendemain, il quitte la maison. Destination Oran. Des son arrivée, une tenancière , amie de sa mère, le prend en charge le temps de régler le problème pour lequel il a fait tant de kilomètres. Alors qu’il sirote tranquillement une boisson fraîche dans le hall de la maison, Omar lève la tête et manque tomber à la reverser en apercevant la créature de rêve qui franchit le seuil. Elle a la trentaine, la peau ambrée, les cheveux châtains tombant en cascade sur les épaules, des yeux en amande. Elle séduit le jeune homme dès le premier regard. Il lui fait un signe discret, elle avance vers lui, souriante. Il se présente et l’invite à prendre un verre, le temps de discuter, les deux ne voient pas le temps passer. Lorsque Samia se lève pour partir, Omar lui propose de l’accompagner, ce qu’elle accepte volontiers. Samia est originaire de Chlef, elle a cumulé les frasques et, menacée de mort par ses frères, elle s’est enfuie pour se réfugier à Oran où personne ne le connaît. Elle vit de ses charmes, collectionnant les rencontres passagères. Arrivée devant chez elle, elle invite le jeune homme à entrer. Elle se débarrasse de son tailleur pour revêtir une robe chinoise en satin qui épouse parfaitement ses formes. Omar est subjugué, il la dévore des yeux. Il vient de trouver la perle rare. Sa beauté affolante sera une source financière intarissable. Alors qu’il est venu à Oran pour un temps déterminé, Omar s’oublie et n’en partira que deux mois plus tard,

Euromed Audiovisuel organise un concours de courts métrages
Le programme Euromed Audiovisuel, financé par l'Union européenne, organise un concours de cours métrages "Made in Med" et arrête au 28 février la date limite de remise des candidatures, annoncent les organisateurs. Le concours ouvert à tout auteur/société de production/institution d'Algérie, d'Egypte, de Jordanie, du Liban, de Libye, du Maroc, de Syrie, de Palestine et de Tunisie, offre l'occasion d'assister à l'édition 2013 du Festival de Cannes. Le concours consiste en une série de trois compétitions s’articulant autour de trois thèmes concernant la Méditerranée : Talking About Arab Révolution, La révolution arabe dans l’objectif Euroméd-itation, La Méditerranée en histoires, Préserver la Med et L’environnement en Méditerranée. La durée des courts métrages peut varier de 2 à 10 minutes. Au total, six prix seront décernés : un jury international sélectionnera un lauréat dans chaque catégorie. Les trois lauréats seront invités à participer au Festival international du film de Cannes 2013 (voyage + per diem pour 5 jours + accréditation) et au Short Film Corner du Festival (accréditation + networking + présence sur le stand du Short Film Corner + participation aux conférences et aux évènements). Le deuxième prix, honorifique, sera décerné par le vote du public au meilleur film de chaque section. Les meilleurs films sélectionnés par le jury seront accessibles en ligne sur le site web du Programme Euromed Audiovisuel www.euromedaudiovisuel.net à partir d’avril 2013. Les candidatures peuvent être soumises via la plateforme Reelport.(www.reelport.com). Euromed Audiovisuel vise à améliorer le transfert de connaissance et de bonnes pratiques à travers un vaste répertoire de formations, de renforcement des capacités du secteur notamment dans la rive sud de la méditerranée, ainsi que d’activités d’interconnexion de réseaux, précisent les responsables du programme.

après avoir convaincu Samia de le suivre pour devenir son épouse. Il lui fait miroiter la belle vie qu’elle mènera, le luxe dans lequel elle se prélassera et la sécurité qu’il lui offrira. Tous deux rentrent à Alger. Toute contente, Samia presse le pas au bras de son futur mari. Ils s’engagent dans une ruelle, et Samia écarquille les yeux : ce chemin sinueux, beaucoup plus un sentier, mène vers chez lui, une demeure de style ancien, mal entretenue, qui trône au beau milieu de la rue. La jeune femme est muette comme une carpe. Elle obéit et pénètre à l’intérieur. Quelques filles, à moitié nues, arpentent le long couloir, une femme d’âge mûr, obèse, les cheveux décolorés, se tient derrière le comptoir. C’est la mère d’Omar le maquereau, sa future « belle-mère », la maîtresse de céans. Les présentations faites, Samia se retire dans une chambre pour se changer et se reposer. Elle est inquiète et regrette déjà sa décision. Quelques jours après, Omar retire son masque pour se montrer sous son vrai jour. Il est dur, violent et surtout cupide. Sans mettre de gants, il explique à Samia ce que sera dérénavant sa vie et son activité dans cette maison. Elle sera une fille de joie comme les autres pensionnaires, à la différence qu’elle devra remettre toute sa recette à son souteneur. La jeune femme réalise enfin la gravité du guêpier dans lequel elle s’est fourrée. Elle doit obéir au doigt et à l’œil, Omar a été on ne peut plus clair. Ses journées sont meublées par les innombrables passes qu’elle subit, les clients sont de plus en plus nombreux et tous demandent Samia la brune. Omar, très satisfait de son

choix, se frotte les mains. Moins de deux années plis tard, il s’offre un petit cabriolet et une gourmette en or massif. Son portable n’arrête pas de sonner. Samia est déçue, elle manque de tout, elle a perdu le goût de vivre, sa gaieté, ses rondeurs et ses couleurs. Il faut qu’elle se soustraie à l’emprise de ce monstre insatiable. Mais comment ? Il lui faut amasser assez d’argent pour fuir à l’étranger car en Algérie, Omar la retrouverait. Le 29 octobre 2011, le jeune homme, qui cherchait on ne sait quoi, découvre beaucoup de billets de banque enfouis sous le matelas de Samia. Il est saoul ce jour-là. Il demande des explications à Samia. La discussion s’envenime, le ton monte, les insultes fusent, les coups pleuvent. Pris de folie meurtrière, Omar saisit Samia par le cou, ses grosses mains velues serrent , serrent, elle suffoque, se débat, appelle au secours, mais ses cris sont étouffés. Privée d’air, elle s’écroule. Omar prend un grand vase en porcelaine et lui assène un violent coup sur la tête, Samia ne réagit pas. Puis Omar s’allonge sur la banquette et sombre dans un profond sommeil. Le lendemain, il se réveille, ouvre ses yeux, regarde à droite, à gauche. Il émerge difficilement. Il se souvient vaguement de la querelle. Le corps de Samia gisant dans une mare de sang le réveille enfin. Elle est là, morte assassiné ! Il court alerter sa mère qui n’a pas passé la nuit à la maison. Cette dernière avise la police. Omar est arrêté quelques jours plus tard, il sera présenté devant le tribunal d’Alger, le 27 janvier 2013. Le juge rendra son verdict : l’accusé, déclaré coupable, est condamné à 16 ans de réclusion criminelle.

TÉBESSA

Récupération de deux pièces archéologiques destinées à la contrebande
Les agents du 6e arrondissement de la Sûreté du chef-lieu de la wilaya de Tébessa ont récupéré mardi deux pièces archéologiques datant de la période romaine, destinées à être exportées frauduleusement hors de la frontière est, indique-t-on dans un communiqué de la Sûreté de wilaya. Il s’agit d’une statuette et d’un buste en pierre, qui a été récupérée auprès d’un individu (32 ans), originaire de la wilaya de Mila, venu à Tébessa pour les écouler, hors de la frontière par le biais de la contrebande, a-t-on fait savoir dans le même communiqué, ajoutant que les policiers ont également récupéré auprès de cet individus une arme blanche prohibée et une tablette électronique ainsi qu’une quantité de drogue. Le mis en cause sera présenté devant la justice, pour trafic de pièces archéologiques, a-t-on précisé, en rappelant que cette opération est la deuxième du genre opérée dans la ville de Tébessa en l’espace de trois mois. En 2012, les policiers avaient déjoué dans la ville de Tébessa une tentative d’exportation dans les mêmes conditions d’un buste romain par trois individus. APS

COUP DE FILET DE LA POLICE

Démantèlement d’un réseau de faussaires de billets de banque à Oran
La brigade de recherche et d’investigation de la sûreté de wilaya d’Oran a démantelé récemment un réseau criminel spécialisé dans la falsification de billets de banque (dinars et devises), a-t-on appris mardi auprès de la Sûreté de wilaya. Composé de sept éléments de nationalités africaines diverses, âgés entre 22 et 42 ans, ce réseau activait au niveau d’un appartement sis à hai "Sidi El Bachir" (ex-Plateau) dans le centre-ville d’Oran. Les insource. Surveillant les mouvements des membres du groupe, les services de la police ont réussi à mettre un terme à leurs agissements, a ajouté la même source. L’opération a permis la saisie de matériels servant à la falsification des devises et de documents à l’intérieur de cet appartement. Les mis en cause dans cette affaire de falsification ont été présentés devant la justice qui les a mis en détention préventive.

formations reçues par le numéro vert "1548" mis à la disposition des citoyens par la sûreté font état d'agisse-

ments suspects d’un groupe qui se rendait dans un logement au quartier précité, at-on précisé de même

16 DK NEWS
EMPLOI

RÉGIONS
BOUMERDÈS :

Jeudi 31 janvier 2013

Le rôle de la société civile dans l'intégration socioprofessionnelle des jeunes souligné à Alger
Le rôle de la société civile dans la promotion de l'emploi et l'intégration socioprofessionnelle des jeunes a été souligné lors d'un workshop de l'association internationale des conseils économiques et sociaux et institutions similaires (AICESIS) organisé mardi à Alger. Le président du conseil national économique et social (CNES), M. Mohamed-Seghir Babès, a plaidé, lors de cette rencontre à laquelle ont pris part les présidents des conseils économiques et sociaux de plusieurs pays africains et européens, en faveur d'"une visée pratique" de l'implication des sociétés civiles dans l'élaboration des politiques publiques relatives à l'emploi des jeunes et leur insertion socioprofessionnelle. M. Babès, qui est également président de l'AICESIS, a souligné la nécessité de la mise en place d'un pacte mondial de croissance économique et de stabilité, orienté vers le développement durable, susceptible, a-t-il dit, de soutenir et de contenir l'"immense énergie" que recèle la jeunesse à l'échelle mondiale. De son côté, le conseil économique et social du Bénin a mis l'accent, dans un rapport sur "le rôle d'intermédiation de la société civile dans les marchés du travail", sur le rôle de la société civile dans la recherche de solutions idoines en matière d'emploi. Il en ressort que la relation entre société civile et marché du travail place l'homme au cœur de toutes les activités de développement du pays, a-ton souligné. Ses acteurs "doivent avoir pleinement conscience de leur responsabilité à enrichir leur rôle et à développer une approche participative afin de faire face au destin des populations surtout des jeunes en quête d'emploi", note le rapport. Ce workshop de deux jours, a pour objectif de monter une plate-forme commune de réflexion sur l'emploi des jeunes qui doit déboucher sur des recommandations appuyées en direction des institutions internationales, des gouvernements et de la société civile. L'AICESIS, une association internationale de droit néerlandais, créée en 1999, compte 70 membres issus de l'Afrique, de l'Asie, de l'Europe et d'Amérique Latine. Elle a pour objectif notamment d'encourager le dialogue entre les partenaires économiques et sociaux dans le monde. La présidence algérienne de l'AICESIS (2011-2013) s'exerce au titre du continent africain, dont les membres ont désigné l'Algérie pour un second mandat. La prochaine rencontre internationale de l'AICESIS sera organisée en septembre prochain à Alger et constituera le couronnement de la présidence algérienne.

2 terroristes condamnés
à perpétuité par contumace
Le tribunal criminel près la cour de Boumerdès a condamné, mardi, à perpétuité, par contumace, M. Seif Eddine et S. Sadek, accusés d’avoir assassiné un citoyen au niveau du village Ouanougha.
Les deux condamnés, membres d’un groupe terroriste activant dans la commune de Timezrit, ont été poursuivis pour "appartenance à un groupe terroriste armé visant à semer la terreur", "provocation d’un climat d’insécurité", "homicide volontaire avec préméditation et guet-apens". Le tribunal a également condamné dans la même affaire cinq autres accusés, présents lors du procès, et issus du même village, à des peines d’emprisonnement allant de six mois avec sursis à cinq ans de prison ferme, pour "participation à des actes terroristes", et relaxé quatre autres prévenus. Selon l’arrêt de renvoi, les accusés étaient poursuivis pour avoir assas-

siné, le 20 juin 2012, le dénommé H. Djamel, au village d'Ouanougha, dans la commune des Issers. L’enquête diligentée par les services de sécurité avait permis d’arrêter plusieurs personnes accusées de "soutien aux groupes terroristes", en leur fournissant notamment des informations sur les déplacements des éléments des forces de l’ordre. Selon le même arrêt

de renvoi, les personnes arrêtées avaient avoué, lors des interrogatoires, qu’ils étaient en relation avec le groupe terroriste, dont ils rencontraient régulièrement les membres, notamment M. Seif Eddine et S. Sadek qui les chargeait de l’achat de denrées alimentaires et de téléphones portables ainsi que de la surveillance des déplacements des forces de sécurité.

EMPLOI

Les jeunes exigent ces derniers temps des emplois stables en adéquation avec leur formation (CNES)
L'évolution du niveau de vie en Algérie a favorisé l'émergence de nouvelles exigences des jeunes en matière d'emplois stables correspondant à leur niveau de formation, a indiqué mardi à Alger une responsable du Conseil national économique et social (CNES). "Nous assistons, ces dernières années, à une évolution du niveau de vie avec l'émergence de nouvelles exigences des jeunes en termes d'emplois stables, en adéquation avec leur niveau de formation, d'emplois mieux rémunérés et bénéficiant de la protection sociale", a précisé Mme Aïcha Edjekouane, chef de division au CNES, lors d'un workshop sur le rôle de la société civile dans la promotion de l'emploi et l'intégration socioprofessionnelle des jeunes. Parallèlement, a-t-elle ajouté, "nous assistons à une certaine frilosité voire un rejet pour l'acquisition d'un nombre de métiers qui pourtant sont déficitaires notamment dans les domaines du BTPH, de l'agriculture et de l'artisanat". Elle a relevé que la nature des emplois créés montre une "tertiarisation" de l'économie, notant que le secteur des services "absorbent 58% de la population occupée". "C'est une tertiarisation qui se fait au détriment du secteur productif à savoir l'industrie et l'agriculture", a-t-elle déploré, considérant, par ailleurs, que le taux de chômage globale, en 2011, fixé à 10% était "acceptable" mais "élevé" pour la tranche d'âge des jeunes entre 16 et 24 ans (22%) ainsi que pour les universitaires (16,1%). Ce workshop de deux jours, organisé par l'Association internationale des conseils économiques et sociaux et institutions similaires (AICESIS), a pour objectif de monter une plateforme commune de réflexion sur l'emploi des jeunes qui doit déboucher sur des recommandations appuyées en direction des institutions internationales, des gouvernements et de la société civile. Cette rencontre, à laquelle ont pris part les représentants des conseils économiques et sociaux de plusieurs pays, a pour objectif notamment d'encourager le dialogue entre les partenaires économiques et sociaux dans le monde. L'AICESIS, une association internationale de droit néerlandais, créée en 1999, compte 70 membres issus de l'Afrique, de l'Asie, de l'Europe et d'Amérique Latine.

BECHAR :

Plus de 291 millions DA consacrés en 2011 et 2012 aux projets

EDUCATION

"Blanche Algérie"
Une enveloppe de plus de 291 millions de dinars a été consacrée, en 2011 et 2012, par l’agence de développement social (ADS) au financement de 88 projets "Blanche Algérie", au niveau des 21 commune de la wilaya de Bechar, a-t-on appris de la direction régionale de cette agence. Ces projets ont permis la création de 2.664 emplois temporaires, notamment au niveau des communes à faibles ressources financières et créneaux d’emploi, a-t-on précisé. Ces projets n'ont non seulement permis l’insertion professionnelle des jeunes bénéficiaires, leur qualification et leur initiation à la création de micro-entreprises, mais ils ont contribué également à la protection de l’environnement et à l’amélioration du cadre des habitants de plusieurs collectivités, a-t-on signalé. La même direction régionale finalise actuellement un programme de projets similaires, pour l’année en cours, en étroite coordination avec les collectivités de la wilaya, afin de répondre à leurs besoins en matière de projets pouvant être d’un apport à la protection de leur environnement et au développement de l’emploi, selon la même source. APS

L'Unpef soutient la position du ministère de ne pas arrêter un seuil des cours
Le président de l’Union nationale des personnels de l’éducation et de la formation (Unpef ), M. Saddek Dziri, a indiqué mardi à Laghouat, que son organisation syndicale soutient la position du ministère de l’Education nationale consistant à ne pas arrêter un seuil des cours. S’exprimant en marge d’une assemblée syndicale de wilaya, tenue au lycée de la résistance populaire de 1852, M. Dziri a affirmé que la réponse du ministre de l’Education nationale indiquant qu’il "n’est pas question pour l’heure d’arrêter un seuil des cours" pour les classes de terminale, constitue "une position appropriée que nous soutenons". "Il appartient à la famille de l’éducation, syndicat, parents d’élèves et ministère de tutelle, d’intensifier le travail sur le terrain et de mener des campagnes de sensibilisation et d'explication sur les risques pouvant résulter d’une quelconque décision

d’arrêter un seuil des cours", a soutenu ce responsable syndical. Concernant les revendications de l’Unpef, M. Dziri a fait part de l’intention de son organisation syndicale d’appeler à une modification de la loi 240/12 qui, à ses yeux, "ne consacre pas l’équité entre les corps professionnels dont plusieurs se trouvent marginalisés, à l’instar de celui des

conseillers à la restauration et à l’orientation scolaires et les intendants, entre autres". M. Dziri a salué, par ailleurs, "l’attitude favorable", perçue par les organisations syndicales, du ministère de l’Education nationale qui, a-t-il dit, a affiché une "forte volonté de trouver des solutions à l’ensemble des préoccupations soulevées".

Jeudi 31 janvier 2013

TÉLÉ Programme du jeudi 31 janvier 2013
La sélection

DK NEWS

17

10h10 : Aalem e'shra (32) - Documentaire 10h35 : Yara (11) - Desssin animé 11h00 : Culture club «rediff» - Emission culturelle 12h00 : Journal en français+météo - Information 12h20 : El aahd e'tamine (23) - Feuilleton doublé 13h40 : Min barari el cherq (10) - Documentaire 14h30 : Znoud al sit (30) - Feuilleton arabe 15h15 : Empreintes criminelles «3 éme ptie» Série fiction 16h00 : Flipper I (10) - Dessin animé 16h30 : Yakari (19) - Dessin animé 17h00 : Kayfa souni'ate (05) - Série enfantine 17h30 : Takder tarbah n°92 - Emission de jeux 18h00 : Journal en amazigh - Information 18h30 : Chahra (12) - Feuilleton alg 19h00 : Journal en français+météo - Information 19h30 : Alhane wa chabab - Emission 20h00 : Journal en arabe - Information 20h45 : Trésors d'Algérie - Emission 22h00 : Senteurs d'Algérie «Tlemcen 2éme ptie» - Reportage 23h00 : Festival de la musique malouf Concert malouf 00h00 : Journal en arabe – Information

22:15 Complément d'enquête - Magazine de société - Industrie : que peut encore faire l'Etat ? 23:15 Grand public - Magazine culturel

20:50
R.I.S. Police scientifique - Série policière
Durée : 0h55 - Acteur : Adriana Karembeu, Michel Voïta, Anne-Charlotte Pontabry Réalisateur : Claire de La Rochefoucauld La femme de l'ombre - Saison 8 (7/12) Le père d'une fillette kidnappée douze ans plus tôt est assassiné : il était a priori sur le point de retrouver son enfant disparue. Le RIS enquête.

12:50 L'affiche du jour - Magazine sportif 13:00 Journal 13:40 Petits plats en équilibre - Magazine de la gastronomie 13:50 Météo 13:55 Les feux de l'amour - Feuilleton sentimental 14:55 A la dérive : l'histoire vraie d'Ashley Phillips - Téléfilm dramatique 16:35 American wives - Série dramatique - Celles qui restent - Saison 6 (9/23) 17:25 Coup de foudre au prochain village - Téléréalité 18:20 Une famille en or - Jeu 19:05 Le juste prix - Jeu 19:45 Nos chers voisins - Série humoristique 19:55 Météo 20:00 Journal 20:35 Voile - Vendée Globe 2012 20:37 Instants d'émotion - Magazine de découvertes 20:39 Météo 20:42 Météo des neiges 20:44 Apres le 20h, c'est canteloup - Divertissement-humour 21:45 R.I.S. Police scientifique - Série policière - Nature morte - Saison 8 (8/12) 22:40 R.I.S. Police scientifique - Série policière - Sur le vif - Saison 6 (8/10) 23:35 New York, section criminelle - Série policière - Tableau de chasse - Saison 9 (7/16)

12:25 12/13 : Journal national 12:55 Météo a la carte - Magazine de découvertes 13:50 Si près de chez vous - Magazine de société - Descente aux enfers - Saison 1 14:15 Si près de chez vous - Magazine de société - Mariage mixte : une couturière agressée 14:45 Keno - Loterie 14:55 Questions cribles au sénat - Magazine politique 15:55 Senat info - Magazine politique 16:10 Des chiffres et des lettres - Jeu 16:50 Harry - Jeu 17:20 Un livre, un jour - Magazine littéraire - «Les Fantômes du Louvre», d'Enki Bilal (Futuropolis / Musée du Louvre) 17:30 Slam - Jeu 18:10 Questions pour un champion - Jeu 18:50 Météo des neiges 19:00 19/20 : Journal régional 19:18 19/20 : Edition locale 19:30 19/20 : Journal national - Grand angle : les défis de l'énergie 19:58 Météo 20:00 Tout le sport - Multisports 20:15 Plus belle la vie - Feuilleton réaliste 22:40 Météo 22:45 Soir 3 23:15 Les sorties de la semaine - Magazine du cinéma 23:20 La baule-les-pins - Comédie dramatique

20:45
Envoyé spécial - Magazine de reportages
Durée : 1h30 - Présentateur : Guilaine Chenu, Françoise Joly Au sommaire : Exil fiscal : qui sont ces nouveaux émigrés de l'impôt ?, Les produits anti-crise, 3e sujet à déterminer

20:45
12:10 Les Guignols de l'info - Divertissement-humour 12:20 La nouvelle édition 1ere partie - Magazine d'actualité 12:45 La nouvelle édition - Magazine d'actualité 14:00 Insoupçonnable 4 : un silence assourdissant - Téléfilm policier 16:10 Schengen - Court métrage 16:20 Le territoire des loups - Film d'aventures 18:15 Kaira shopping - Série humoristique - Location soirée tektonic 18:20 Les Simpson - Série d'animation Maris et larmes - Saison 19 (7/20) 18:45 Le JT 19:05 Le grand journal - Talk show 20:05 Le petit journal - Divertissement 20:30 Le grand journal, la suite - Talk show 21:55 Game of thrones - Série d'aventures - Frapper d'estoc - Saison 1 (8/10) 22:50 Shameless - Série dramatique - Nettoyage de printemps - Saison 2 (10/12) 23:45 Mad men - Série dramatique - L'autre femme - Saison 5 (11/13)

Le petit lieutenant Film policier
Durée : 1h55 - Acteur : Nathalie Baye, Jalil Lespert, Roschdy Zem Réalisateur : Xavier Beauvois Tout juste sorti de l'école de police, un jeune lieutenant provincial arrive à Paris après avoir été muté à la deuxième division de la police judiciaire.

20:55
Game of thrones - Série d'aventures
Durée : 1h00 - Acteur : Sean Bean, Lena Headey, Mark Addy - Réalisateur : Daniel Minahan Gagner ou mourir - Saison 1 (7/10) Eddard veut annoncer l'identité du véritable père du prince Joffrey. Mais cette révélation met Cersei en péril. Tout change quand le roi est grièvement blessé.

13:00 Journal 13:50 Météo 2 13:52 Consomag - Magazine du consommateur - Le traitement préventif des impayés de loyer 14:00 Toute une histoire - Magazine de société 15:15 Comment ça va bien ! - Magazine de services 16:15 Le jour où tout a basculé - Magazine de société - Mon chef me terrorise 16:35 Le jour où tout a basculé - Magazine de société - J'ai piégé mon ex 17:05 Côté match - Multisports 17:10 Seriez-vous un bon expert ? - Jeu 17:50 CD'aujourd'hui - Variétés 17:55 On n'demande qu'à en rire - Divertissement-humour 18:55 Mot de passe - Jeu 19:25 Météo des neiges 19:26 Météo 2 19:30 N'oubliez pas les paroles - Jeu 20:00 Journal 20:40 Image du jour - Magazine sportif Tournoi des VI Nations 20:41 Météo 2

11:40 La petite maison dans la prairie Série sentimentale - Une décision difficile Saison 4 (8/22) 12:40 Météo 12:45 Le 12.45 13:05 Scènes de ménages - Série humoristique 13:40 Météo 13:45 A girl like me : l'histoire vraie de Gwen Araujo - Téléfilm dramatique 15:30 La valse des cœurs - Téléfilm sentimental 17:35 Un diner presque parfait – Jeu Auxerre 18:45 100 % mag - Magazine d'information 19:40 Météo 19:45 Le 19.45 20:05 Scènes de ménages - Série humoristique 22:25 J'ai décidé d'être heureux – Société - Positivez, c'est bon pour la santé ! (2/0) 23:55 Nouveau look pour une nouvelle vie - Magazine de société - Catherine et Boris

20:50
J'ai décidé d'être heureux - Société
Durée : 1h35 - Réalisateur : Pierre-François Glaymann Le bonheur, ça s'apprend ! (1/0) Six volontaires, ainsi que l'animateur Stéphane Plaza, se soumettent à une expérience scientifique au cours de laquelle ils vont «apprendre» à être heureux.

18 DK NEWS

DÉTENTE Mots fléchés n°184

Jeudi 31 janvier 2013

Proverbes
Il ne faut pas sous-estimer ses adversaires et plus généralement il ne faut pas se considérer au centre de la terre. Proverbe algérien Personne ne peut traverser une rivière sans se mouiller. Proverbe berbère La calomnie est l'arme ultime de l'impuissant. proverbe arabe Loin des yeux, loin du cœur Proverbe français

C’est arrivé le 31 janvier
1793 : rattachement de Nice à la France. 1865 : vote du XIIIe amendement de la Constitution des États-Unis. 1881 : obsèques nationales de Fiodor Dostoïevski, suivies par 30 000 personnes. 1929 : expulsion de Léon Trotski d'Union soviétique. 1943 : capitulation des troupes allemandes du secteur sud de Stalingrad. 1944 : les troupes américaines s'emparent des îles Marshall. 1949 : reconnaissance de l'État d'Israël par les États-Unis. 1962 : exclusion de Cuba de l'Organisation des États américains. 1968 : Penn Nouth est nommé Premier ministre du Cambodge. 1968 : indépendance de Nauru. 1995 : entrée de la Lettonie au Conseil de l'Europe. 1997 : Didier Ratsiraka est proclamé Président de la république de Madagascar. 2003 : début des négociations en vue d’un accord de stabilisation et d'association (ASA) entre l'Union européenne et l'Albanie en vue de son adhésion. Célébrations : - Nauru : Fête nationale et Fête de l'indépendance, commémore la fin de la colonisation australienne en 1968.

Samurai-sudoku n°184
Les problèmes de sudoku samouraï se composent de cinq grilles de sudoku entrelacées. Les règles standard du sudoku s'appliquent à chacune de ces cinq grilles. Placez les chiffres de 1 à 9 dans les cases vides de chaque grille. Chaque ligne, chaque colonne, et chaque région 3 x 3 doit contenir une fois les chiffres de 1 à 9. Chaque sudoku samouraï a une solution unique et peut être résolu par la logique pure.

Mots croisés n°184

horizontal : 1. Organite cytoplasm ique de la cellule qui synthétise l'adénosine triphosphate utilisée comme source d'énergie 2. Appareil, dispositif destiné à prévenir d'un danger - Produits comestibles de la ponte de certains oiseaux, poissons 3. Poisson d'eau douce - Frappas violemment, à coups répétés 4. Saison - Infini 5. Adoucir - Symbole représentant la fonction exponentielle 6. Armée, à l'époque féodale - Excréments 7. Coutumes - Volcan actif d'Italie - Sélénium 8. Fret d'un bateau - Marteau de couvreur 9. Agacés - Qui a une saveur aigre 10. Technétium - Larve 11. Relatif à la télévision comme moyen d'expression (fém) 12. Einsteinium - Mariages

verticale: l. Religieuse placée sous la vocable de sainte Marie- Madeleine 2. Esclaves d'État, à Sparte - Grands félins 3. Grosse araignée 4. Unité monétaire divisionnaire de la Suède Affaire judiciaire due à l'intolérance religieuse 5. Curium - Ville du sud-ouest du Nigeria - Écrivain italien 6. Mathématicien français - Nom de quatorze rois de Suède et de sept rois de Danemark 7. Loi du silence (pl.) - Pronom personnel 8. Formerons des liens plus ou moins étroits avec qqn, un groupe - Sauce 9. Acteur américain - Organisme qui coordonne les recherches aéronautiques aux États- Unis 10. Langue slave qui a été la langue officielle de l'U. R. S. S. - Personne qui cherche à en égaler une autre 11. Conifère - Préfixe - Classification en grades, d'après leur viscosité, des huiles pour moteurs 12. Orient - Versiez des larmes

Jeudi 31 janvier 2013

SPORTS
DOPAGE

DK NEWS

19

CROSS-COUNTRY

Les écoles des Forces spéciales, de la Marine et de Renseignement et Sécurité dominent la compétition
Le championnat national militaire de cross-country, abrité, mardi, par l'Ecole d'application de l'infanterie de Cherchell (Tipasa), a connu une "nette domination" de la part des athlètes représentant les écoles des Forces spéciales, de la Marine et des Renseignement et sécurité. Les athlètes de l'Ecole d’application des forces spéciales de Biskra et ceux de l'Ecole supérieure des renseignements et de la sécurité ont occupé les quatre premières places de l’ensemble des épreuves de 5.000 et 10.000 mètres /garçons et des 4.000 mètres/filles, tandis que ceux de l’Ecole supérieure de la Marine de Tamentfoust sont parvenus à décrocher trois place au podium. Le Général Mesbahi El Hadi, commandant de l’Ecole d’application de l'infanterie de Cherchell, a présidé la cérémonie de remise des prix et de médailles aux trois premiers lauréats de la compétition, qui s’est dé(5e Région militaire) RÉSULTATS INDIVIDUELS 5.000 mètres garçons 1 : Chawki Abdelhakim (Ecole d’application des forces spéciales) 2 : Medjahed Ahmed (Ecole supérieure des renseignements et de sécurité) 3 : Bouagreb Djamel Eddine (Ecole supérieure des renseignements et de sécurité) 4.000 mètres filles 1 : Fares Lydia (Ecole supérieure de la Marine) 2 : Hellal Souad ( Ecole supérieure de la Gendarmerie nationale) 3 : Houani Fatima (Ecole supérieure de la Marine) 10.000 mètres garçons 1 : Chahna Mohamed (Ecole supérieure des renseignements et de sécurité) 2 : Djilali Mourad (Ecole d’application d’artillerie) 3 : Dahlas Mohamed (Ecole supérieure des forces spéciales)

Frank Schleck sera fixé sur son sort
Le cycliste luxemboureois, Frank Schleck, contrôlé positif à un diurétique (Xipamide) sur le Tour de France 2012 mais qui assure n'avoir "jamais triché", devait connaître hier le verdict de l'Agence luxembourgeoise antidopage (ALAD) concernant une éventuelle sanction. "Je n'ai jamais commis de faute", a sans cesse répété Schleck tout au long d'une procédure durant laquelle il a été entendu à trois reprises par l'ALAD sous la supervision de l'Union cycliste internationale (UCI). Selon des médias locaux, l'ALAD a récemment adressé une lettre aux avocats de Frank Schleck dans laquelle elle explique "avoir abandonné la thèse de la méthode interdite". Ses avocats ont régulièrement rappelé que les quantités de Xipamide (diurétique pouvant servir de produit masquant) décelées dans les urines du coureur sont "infinitésimales". Le coureur luxembourgeois avait fait l'objet d'un contrôle antidopage positif à l'issue de la 13e étape du dernier Tour de France le 14 juillet au Cap d'Agde (Hérault). Il avait quitté l'épreuve au terme de la 15e étape alors qu'il occupait la 12e place du classement général. La contre-expertise de l'échantillon B avait ensuite confirmé ce contrôle positif. Frank Schleck avait dès le début de l'affaire plaidé la thèse de l'empoisonnement ou de l'accident.

roulé mardi avec la participation de 209 athlètes, dont 27 filles, représentant 18 écoles militaires relevant de cinq régions militaires. CLASSEMENT PAR ÉQUIPE : 5.000 mètres garçons : 1 : Ecole supérieure des renseignements et de sécurité (1re Région militaire) 2 : Ecole d’application de la Marine (5e Région militaire) 3 : Ecole d’application des forces spéciales (4e Région

militaire) 4.000 mètres filles 1 : Ecole supérieure de la Marine (1re Région militaire) 2 : Académie militaire interarmes (1re Région militaire) 3 : Ecole supérieure de la logistique (1re Région militaire) 10.000 mètres garçons 1 : Ecole d’application l’infanterie (1re Région militaire) 2 : Ecole supérieure des forces spéciales (4e Région militaire) 3 : Ecole d’artillerie militaire

TIZI-OUZOU

Manque d'infrastructures dans la wilaya de Tizi-Ouzou
Bien souvent, même quand elles existent, elles sont dans leurs majorité inadaptées pour permettre aux jeunes de pratiquer leur sport-roi. Beaucoup ignorent certainement que seules trois communes sur les 67 que compte la wilaya, abritent à nos jours des stades répondant aux normes. Ces trois daïras sont celles de Tizi-Ouzou, Dra Benkheda et tout récemment Azazga Combien de clubs sont devenus par la force des choses SDF, car leurs stades ne sont pas homologués, non conformes aux règlements généraux de la fédération algérienne de football. La Ligue de Tizi-Ouzou est confrontée chaque week-end à la programation des rencontres. A Tizi ville, où il existe plusieurs clubs, ces derniers sont confrontés à cet épineux problème ; en plus de la JSK et de l’ASTO , il y a la JS Boukhalfa , Oued Aisi , Ardjaouna , Tamda , Thala Alem et d’autre formation bien sur come Beni Doula. A l’exception de la formation ASTO qui a le privilège d’avoir un stade réglementaire, toutes les autres formations sont privées de ces infrastructures nécessaires. Les stades de LNI, Mekla et BoghniI remontent à l’ère coloniale et sont dépourvus de tribunes et de vestiaires. D’ailleurs, les clubs comme Azzefoun , BéniI Douala et le Tagmout Azouz sont devenus SDF, et ont été obligés d’évoluer hors de leurs bases durant toute la saison écoulée pour cause de non-existence de tribunes comme le stipule l’article 14 des règlements généraux de la LRFA. Nombre de communes de la wilaya souhaiteraient être dotés ne serait-ce que de simples terrains de jeu, puisque ne pouvant espérer bénéficier de complexes sportifs bien équipés comme les autres. Car, il faut bien l’admettre, il ne s’agit pas là uniquement de déplorer l’absence de complexes sportifs, puisqu’il n’y a même pas de stades dans certaines localités. Si on jetait un regard du côté des clubs évoluant en division honneur et pré-Honneur, c’est le même topo. Ou encore quand un stade existe, c’est beaucoup plus une carcasse qu’un terrain de jeu. Jusque-là, l’ensemble de ces structures se sont toujours révélées incapables de réunir toutes les conditions nécessaires afin de permettre de donner un nouvel essor au sport favori des jeunes. La grande majorité des jeunes des quatre coins de la wilaya rêve de pouvoir trouver une infrastructure où elle pourra exercer une activité physique, ne serait-ce que pour évacuer leur trop-plein d’énergie. Plusieurs communes n’ont pas de club engagé en championnat, faute d’un vrai stade à l’exemple des communes de Yakouren, Ouacifs, Makouda, Beni Yeni, Aïn El Hamam, Iferhounene, Bouzegeune, Iloula, Irdjen, Zekri, Thizi Nathlatha, Ouagnoune, Mathka, Thizi Ghnif , Abi Youcef , Iboudrarene, Amtchratch et autres . Ces jeunes footballeurs sont bien sûr pénalisés par cette situation et se retrouvent confrontés aux aléas accompagnant inévitablement l’oisiveté, laquelle a droit de cité au sein de ces communes déshéritées en matière d’infrastructures sportives. A cet effet, les communes qui restent en marge du progrès devraient penser sérieusement à envisager la réalisation de ces infrastructures d’utilité publique afin de permettre à leurs jeunes de s’épanouir et d’en profiter. Les jeunes qui exploitent le moindre espace pour taper dans un ballon ne perdent néanmoins pas espoir et attendent un geste courageux de la part des responsables de la wilaya, si ce n’est de leur APC. F. M.

N°183 Solution Mots Croisés N°150

N°183 Solution Mots Fléchés N°150

Solution Samurai-soduku N°183

PARAPHIMOSIS ARAIRE ATACA TEPLICE E IR TUILEAUX J C I DY TRAMAIL NUI VEINARDE SETHI PTOSIS OLE CAIEU O NE BARD SITE A TRIMER SIR GENERE PESER EXPLETIF USE

FRAGMENTAIRE O RAIDISSEUR ULCERE AOUTE DI TENIR AI ROUET DIPOLE ONC TAONS EN ISCHEMIE CRU E LISON CR M MIEN LECHERE EX DOL IEPER NEGOCIATRICE TROU RUE RUS

20 DK NEWS
NIGÉRIA

SPORTS
ALGÉRIE

Jeudi 31 janvier 2013

Stephan Keshi : «L’élimination de l’Algérie est regrettable»
Le sélectionneur du Nigeria, Stephen Keshi a regretté l’élimination prématurée de la sélection algérienne de la Coupe d’Afrique des nations qui se tient en Afrique du Sud (19 Janvier-10 février), en dépit du «beau football» qu’elle a développé lors de ces deux matches contre la Tunisie et le Togo. «Je regrette vraiment que l’Algérie soit sortie assez rapidement de la course car elle avait vraiment fait bonne impression par le jeu qu’elle a développé contre la Tunisie et le Togo», a déclaré mardi à l’APS, le coach nigérian, à l’issue de la qualification de son équipe en quarts de finale de la CAN, après son succès face à l’Ethiopie (2-0). Keshi a indiqué que l’Algérie «est une grande nation de football et c’est dommage qu’elle n’ait pas réussi à poursuivre sa route dans cette compétition où elle avait de bonnes chances de faire quelque chose». Appelé à dire ce qu’a manqué aux Verts pour s’imposer lors de ses deux précédentes rencontres, l’ex-entraîneur Sur la difficile victoire contre l’Ethiopie dans le dernier quart d’heure du jeu grâce à deux penalties, le coach des «Super Eagles» a indiqué qu’il craignait par-dessus tout l’équipe éthiopienne qu’il fallait à tous prix battre pour passer en quarts de finale. «Cela été très difficile, les joueurs étaient sous pression car il fallait coûte que coûte gagner pour se qualifier. Nous avons réussi à arracher une victoire qui fera plaisir à tous les Nigérians où qu'ils se trouvent dans le monde». Sur son prochain adversaire, la Côte d’Ivoire qui constitue une sorte de finale avant la lettre, Keshi s’est montré très laconique. «Vous me dites que c’est un dur morceau ? Et l’Ethiopie aussi c’était un dur morceau», a répliqué avec un large sourire Keshi, histoire de ne pas se mettre de pression supplémentaire en affrontant le favori de l’épreuve. Le quart de finale Côte d’Ivoire-Nigeria aura lieu le 3 février prochain à 16heures (algériennes) au Royal Bafokeng Stadium de Rustenburg.

Le ministre de la Jeunesse et des sports déçu
S. Ben Tout le peuple algérien a très mal vécu l’élimination de l’équipe nationale algérienne de football prématurément dans cette Coupe d’Afrique des nations qui se déroule actuellement en Afrique du Sud et ce, suite ce, suite aux deux premières défaites contre la Tunisie (1-0) et le Togo (2-0). Hier, c’était au tour du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Mohamed Tahmi, d’évoquer sa déception pour les résultats de la sélection algérienne de football dans cette coupe d'Afrique des nations (CAN-2013). Ainsi et dans un entretien accordé à l’APS, M. Tahmi déclare, entre autres que "Comme tous les Algériens l'élimination de l'équipe nationale de la CAN-2013, après seulement deux rencontres, n'a pas été facile à digérer, mais je rappelle que seule la FAF est habilitée à procéder à l'évaluation et à prendre les décisions qui s'imposent dans l'intérêt de l'équipe". Les joueurs du sélectionneur de l’équipe nationale algérienne, le Bosnien Vahid Halilhodzic qui ont donc quitté prématurément la CAN-2013 disputaient au moment où on mettait sous presse contre la Côte d'Ivoire à Rustenburg, leur dernier match de ce Groupe « D » pour un dernier baroud d'honneur. Mais, quel que soit le résultat de ce dernier match, les Verts ont bel et bien déçu des millions d’Algériens et ce, non pas de par leur manière de joueur, mais surtout par les résultats techniques. Car au fond en football ce n’est pas la manière de jouer qui offre la victoire à une quelconque équipe, mais les buts marqués. Et cet adage « dominer n’est pas gagner » vient d’être bien vérifié par coach Vahid et ses joueurs non pas dans le premier match contre la Tunisie, mais dans le second aussi contre le Togo. Ce qui leur a été fatal. Cela veut dire que les joueurs algériens n’ont vraiment pas appris leur première leçon du « réalisme » tunisien. Et le ministre de la Jeunesse et des Sports a bien expliqué que "cette déception trouve son explication dans les espoirs que nourrissaient les Algériens et notamment les amateurs de la balle ronde pour une bonne représentation dans cette 29e édition". D’aucun pensaient que l’Algérie allait, certes, avoir des difficultés dans ce groupe pour se qualifier, mais devrait bien arracher son ticket. Mais, enregistrer deux défaites consécutives et sur la même erreur du manque de réalisme au moment qu’il faut, est une faute impardonnable. Et là, il faut bien savoir lire la déclaration du ministre qui a bien pris ses précautions en rappelant « que seule la FAF est habilitée à procéder à l'évaluation et à prendre les décisions qui s'imposent dans l'intérêt de l'équipe". Et des décisions qu’il faudrait prendre, ce n’est certainement pas de changer le sélectionneur, car vu les circonstances, il est plus sage de le garder car, les éliminatoires de la Coupe du monde 2014 se poursuivront pour les verts dès le 22 mars prochain en Algérie face au Bénin. Aucun technique ni spécialiste ne penserait effectuer un changement de staff dans une telles circonstances. Mais, des joueurs il faut bien revoir la composante et également le style de jeu. D’ailleurs faut-il commencer par ces joueurs dont le coach Vahid lui-même est déçu. Et là, on regrette bien que certains pensaient beaucoup plus à leur situation personnelle et à leurs clubs qu’à l’Equipe nationale. Certains ont pris la grosse tête alors que d’autres parlent beaucoup plus de leurs prochains matchs de championnats avec leurs clubs respectifs qu’au match d’hier contre la Côte d’Ivoire. Un vrai signe de…

du Mali que l’Algérie avait éliminé en phase de poule lors de l’édition 2010 en Angola, s’est montré très réservé en soulignant qu’il n’avait pas à porter de jugements à ce sujet. «Je ne peux pas dire ce qu’il a manqué à cette équipe pour se qualifier, il y a un entraîneur en place et c’est à lui de vous donner des explications à ce sujet et de trouver les solutions», s’est-il contenté de dire.

Les supporteurs nigériens saluent leur sélection, malgré son élimination
Les supporteurs nigériens ont salué la "prouesse" de leur onze national, malgré sa déconvenue (0-3) face aux Black stars du Ghana, lundi soir à Port Elizabeth en Afrique du Sud, lors de son 3e match au premier tour, groupe B, de la coupe d’Afrique des nations de football (CAN-2013), rapporte mardi la presse locale. Cette défaite du Mena (surnom de l'équipe du Niger), la seconde après celle concédée face aux "Aigles" du Mali, est synonyme d'élimination pour le Niger, qui devra se contenter d'un seul point engrangé lors du match nul (0-0) contre les Léopards Congolais, également éliminés. "Nous avions certes perdu, mais le jeu a été propre. Le Mena s'est fortement battu, il reste que le Ghana est un adversaire coriace, une grande équipe", a expliqué, Boubacar Maidé, ancien footballeur. Selon lui, les joueurs nigériens sont dans "une phase d'apprentissage de grandes compétitions et il faut que l'opinion nationale leur soit tolérante et salue leurs efforts". De nombreux supportes ont marqué leur "solidarité" envers le Mena et se disent prêts à lui réserver un accueil triomphal. "Nous ne sommes qu'à notre deuxième participation à la CAN. Après le Gabon, nous avons amélioré notre jeu. Il faut maintenir le cap", s'est félicité, Boubé Mazou, fonctionnaire et amateur du football.

BURKINA FASO

Alain Traoré «out» pour le reste du tournoi
d'Afrique des nations 2013 (CAN-2013) avec 3 réalisations, a annoncé hier qu'il sera forfait pour le reste du tournoi en raison d'une blessure à la cuisse gauche. «Pour moi, la Coupe d'Afrique est finie», a déclaré Traoré à l'AFP, au lendemain de la blessure contractée contre la Zambie (0-0) mardi à Nelspruit (Afrique du Sud) pour le compte de la 3e journée du groupe C. «Je voulais faire une longue passe, j'ai plié la jambe et j'ai senti une décharge dans la cuisse», a raconté le joueur de 25 ans, concernant sa blessure survenue à la 8e minute et pour laquelle il est sorti sur civière. «Ca faisait tellement longtemps qu'on attendait cette qualification, malheureusement cette blessure a un peu gâché la fête», a ajouté le joueur de Lorient (France). Le Burkina Faso s'est qualifié pour la deuxième fois de son histoire pour les quarts de finale d'une CAN après avoir atteint le dernier carré dans l'édition 1998 disputée à domicile. Les «Etalons» affronteront dimanche au prochain tour le 2e du groupe D, soit le Togo, soit la Tunisie, qui se rencontraient hier à Nelspruit.

Le milieu offensif et capitaine du Burkina Faso Alain Traoré, actuellement meilleur buteur de la coupe

GHANA

RD CONGO

35.000 dollars pour chaque joueur des "Black Stars"
La Fédération ghanéenne de football (GFA) a versé une prime de 35.000 dollars pour chaque joueur de la sélection nationale après la qualification des Black Stars pour les quarts de finale de la Coupe d'Afrique des Nations CAN-2013 en Afrique du Sud. Les Ghanéens ont validé, haut la main, leur billet pour les quarts de finale après avoir dominé le groupe B avec deux victoires contre le Mali (1-0) et le Niger (3-0) et un nul face à la RD Congo (2-2). "Les primes ont été versées la nuit dernière et les joueurs sont très heureux" a indiqué le porte-parole de la fédération Ibrahim Dara-Sannie. De son côté, le membre du comité exécutif de la fédération ghanéenne de football Emmanuel Kyeremeh, a précisé que le mécanisme des primes a été approuvé par le ministère. En quarts de finale de la CAN-2013, le Ghana affrontera le Cap-Vert, la surprise de cette Coupe d'Afrique.

Lualua annonce sa retraite internationale
Le joueur Lomama Lualua a décidé de prendre sa retraite internationale avec la sélection de la RD Congo, éliminée au premier tour de la coupe d'Afrique des Nations de football (CAN-2013) qui se poursuit en Afrique du Sud. Les Léopards ont été éliminés, lundi soir, dans le groupe B, après le match nul (1-1) concédé face au Mali. Les coéquipiers de Lualua terminent le 1er tour en 3e position, avec 3 points, derrière le Ghana (7 points) et le Mali (4 points). La 4e position est revenue au Niger (1 point). L’attaquant de la RD Congo était revenu en sélection sous l’insistance de l'entraîneur français Claude Le Roy qui comptait sur lui pour cette compétition. C'est le troisième joueur participant à la CAN sud-africaine qui annonce sa décision de raccrocher les crampons avec sa sélection. Le capitaine de la sélection nationale du Cap-Vert, Fernando Neves avait décidé d'arrêter sa carrière internationale après la Coupe d'Afrique des nations en Afrique du sud. Les Capverdiens sont qualifiés aux quarts de finale et affronteront le Ghana. De son côté, le Marocain Lamyaghri a décidé de ne plus jouer en sélection.

Jeudi 31 janvier 2013

SPORTS
Publicité

DK NEWS 21

ALGÉRIE

L'EN quittera l'Afrique du Sud demain

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DIRECTION DES TRAVAUX PUBLICS DE LA WILAYA DE DJELFA N° D'IDENTIFICATION FISCALE : 408015000017094 PROJET : SURÉLÉVATION DE LA CHAUSSÉE AVEC CRÉATION D'OUVRAGES D'ASSAINISSEMENT CW167B (ZONE SERSOU).

AVIS D'APPEL D'OFFRES NATIONAL RESTREINT N° : 04/2013
La Direction des Travaux Publics de la wilaya de Djelfa lance un avis d'appel d'offres national restreint pour la réalisation des travaux de : Surélévation de la chaussée avec création d'ouvrages d'assainissement CW167B (Zone Sersou). CRITÈRES D’ÉLIGIBILITÉ Ne sont éligibles au présent appel d'offres que les entreprises ou groupement d'entreprises satisfaisant obligatoirement aux critères suivants : 1. Avoir une qualification en activité principale dans le domaine des Travaux Publics, catégorie quatre (4) et plus (catégorie minimum 3 en Travaux Publics pour les membres d'un groupement autres que le chef de file qui doit satisfaire à la catégorie 4). 2. Avoir réalisé durant les quatre (4) années (2009-2012) au moins une quantité d'enrobé à chaud (Grave bitume et béton bitumineux) égale ou supérieure à 3.000 T. Les entreprises intéressées par le présent avis pourront retirer le cahier des charges auprès de la Direction des Travaux Publics de la wilaya de Djelfa, cité de la pépinière - Djelfa. Les offres techniques et financières seront constituées des pièces suivantes en deux exemplaires (original et copie) : A- OFFRE TECHNIQUE : N° de pièces 01 02 03 04 05 06 07 08 Nbre des pièces La déclaration à souscrire, dûment remplie et signée et datée 2 Déclaration de probité, dûment remplie et signée et datée 2 Instruction aux soumissionnaires, dûment signée et paraphée 2 2 Le cahier des charges, dûment paraphé, signé et daté Le numéro d’identification fiscale (NIF), copie légalisée 2 Casier judiciaire du signataire de la soumission en cours de validité pour 2 les soumissionnaires nationaux, copie légalisée Dossier fiscal et parafiscal (mise à jour extrait de rôle, certificats CNAS, 2 CASNOS, CACOBATPH), apurées ou avec échéancier respecté jusqu’au mois précédent le dépôt de l’offre, copie légalisée Certificat de qualification et de classification professionnelle, activité principale en travaux publics et classé à la catégorie (4) ou plus (catégorie 2 minimum 3 en travaux publics pour les membres d'un groupement autres que le chef de file qui doit satisfaire à la catégorie 4), copie légalisée. Registre du commerce ou les registres du commerce pour chacune des 2 entreprises formant un groupement, copie légalisée 2 Statut de l'entreprise, pour les personnes morales (sociétés), copie légalisée. Récépissé d'attestation de dépôt des comptes sociaux au niveau du CNRC, 2 pour les personnes morales (sociétés) pour l'année 2011, copie légalisée. L'acte d'engagement solidaire (protocole de groupement) en cas de 2 groupement dûment signé et authentifié par chaque membre. Bilans de l'entreprise pour les 03 dernières années 2009, 2010 et 2011, 2 copies légalisées. Les références professionnelles antérieures fournies par les maîtres 2 d'ouvrage, réceptionnées durant la période (2009-2012) et avec les justifications nécessaires, copies légalisées. La liste des matériels à utiliser ainsi que leur état et caractéristiques 2 accompagnée des cartes grises pour le matériel roulant, factures d'achat pour le matériel non roulant et contrat notarié en cas de location de matériel, copies légalisées. Liste des moyens humains chargés de l'exécution du projet avec 2 justification, visée par la CNAS (diplôme, CV des cadres), copies légalisées. Un mémoire technique comprenant principalement le planning et la 2 méthode de réalisation et les moyens à mettre en œuvre. Désignation des pièces

La sélection nationale de football, éliminée prématurément au premier tour de la 29e Coupe d’Afrique des nations CAN 2013 (19 janvier au 10 février), quittera l’Afrique du Sud vendredi après-midi à bord d'un avion spécial, a-t-on appris mardi auprès de la délégation algérienne. Les Verts, battus lors des deux premiers matches, face à la Tunisie (1-0) et le Togo (2-0), ont joué un dernier match sans enjeu face à la Côte d'Ivoire, hier au stade de Royal Bafo-

keng de Rustenburg (18h00 heure algérienne). Avant le début de la compétition, l’équipe nationale avait effectué un stage préparatoire de 13 jours au Bafokeng sport Campus, au cours duquel deux matches amicaux ont été disputés, face à l’Afrique du Sud (0-0) et la formation locale de Platinum stars (41). L'autre match du groupe, opposait la Tunisie au Togo, hier au stade de Mbombela de Nelspruit, dans un duel décisif pour la qualification aux quarts de finale.

Résultats décevants, l'évaluation technique est du ressort de la FAF
Le ministre de la Jeunesse et des sports, M. Mohamed Tahmi, a indiqué hier à Alger que les résultats de la sélection algérienne de football en Coupe d'Afrique des nations (CAN-2013) qui se poursuit en Afrique du Sud sont "décevants", soulignant que l'évaluation technique de la participation des Verts à ce rendez-vous continental est du ressort "exclusif" de la Fédération algérienne (FAF). "Comme tous les Algériens l'élimination de l'équipe nationale de la CAN2013, après seulement deux rencontres, n'a pas été facile à digérer, mais je rappelle que seule la FAF est habilitée à procéder à l'évaluation et à prendre les décisions qui s'imposent dans l'intérêt de l'équipe", a déclaré M.Tahmi dans un entretien accordé à l'APS. Les capés du Bosnien Vahid Halilhodzic ont quitté prématurément la CAN2013 après deux défaites consécutives devant la Tunisie (1-0) et le Togo (2-0). Les coéquipiers de Lahen affrontaient la Côte d'Ivoire hier à Rustenburg (18h00 heure algérienne) pour un dernier baroud d'honneur. "Cette déception trouve son explication dans les espoirs que nourrissaient les Algériens et notamment les amateurs de la balle ronde pour une bonne représentation dans cette 29e édition", a-t-il expliqué. D'autre part, le ministre est revenu sur ses déclarations "mal interprétées" à l'occasion d'une visite de travail à dimanche à Mascara où, a-t-il dit, il avait parlé de "mafia locale" qui gère le football. "A Mascara, j'ai demandé à un président d'un petit club de football combien il offrait à ses joueurs pour la victoire d'un match. Il m'a répondu: 4000 DA. Je l'ai alors interrogé sur la prise en charge des équipes jeunes, et ce même responsable a déploré le manque de moyens. C'est à ce moment là que j'ai évoqué la mafia locale qui gère le football comme bon lui semble", a précisé le ministre de la Jeunesse et des Sports. M. Tahmi a assuré que dorénavant les subventions des jeunes catégories vont servir à la formation. "Les communes et les directions de la jeunesse et des sports se doivent de jouer le jeu en exigeant des comptes aux responsables des associations sportives appelés à accorder plus d'intérêt à la formation qui représentent l'avenir du sport", a-t-il conclu.

09 10 11 12 13 14 15

16 17

B- OFFRE FINANCIÈRE : N° des Désignation des pièces pièces 01 Lettre de soumission, dûment remplie, datée et signée 02 Bordereau des prix unitaires, dûment rempli, daté et signé 03 Détail quantitatif et estimatif, dûment rempli, daté et signé
Nbre des pièces 2 2 2

BURKINA FASO La qualification des Etalons pour les quarts de finale, à la Une de la presse
La qualification de l’équipe nationale du Burkina Faso pour les quarts de finale de la 29e Coupe d’Afrique des nations (CAN) en Afrique du Sud, après le match nul (0-0) contre les Chipolopolos de la Zambie, a été largement commentée hier par la presse burkinabé. Le quotidien privé L'Observateur Paalga jubile à travers ce titre : "Quarts de finale : Nous y sommes ! ''. Le journal rappelle que depuis la CAN 98 à domicile, le Burkina Faso n'avait jamais pu se qualifier en quarts de finale. "Cette fois, nous y sommes après le nul vierge d'hier mardi 29 janvier 2013 face aux Chipolopolos de la Zambie'', insiste Paalga. Dans la même veine, le quotidien gouvernemental Sidwaya affiche à sa Une, photo à l'appui: " Burkina Faso-Zambie (0-0): Les Etalons en quarts de finale, 15 ans après''. '' En obligeant la Zambie, tenant du titre au partage des points, l'équipe nationale burkinabè se qualifie pour le second tour et écarte par la même occasion, le champion en titre'', écrit le quotidien national. Le Pays, pour sa part, arbore cette Une moins triomphaliste: " CAN 2013: Douloureuse qualification des Etalons''. Selon ce quotidien, après 15 ans et 18 matches sans succès en phase finale de CAN, les Etalons ont mis du baume au coeur des Burkinabé à Nelspruit en Afrique du Sud, à l'occasion de ce 29e rendez-vous de la fête du football africain.

Tout document photocopie devra être légalisé et certifié conforme à l'original sous peine de ne pas être pris en considération. Les offres techniques et financières devront être distinctes et contenues dans des plis séparés avec indication pour chaque pli «Offre technique» et «Offre financière». Elles sont remises dans un seul pli, sous double enveloppe dont celle de l'extérieure sera anonyme et ne doit contenir que la mention : Avis d'appel d'offres national restreint Surélévation de la chaussée avec création d'ouvrages d'assainissement CW167B (Zone Sersou). Soumission à ne pas ouvrir Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant au minimum 111 jours à compter de la date de dépôt des offres. Toutes les offres doivent être déposées au niveau de la Direction des Travaux Publics de la wilaya de Djelfa, cité de la pépinière, Djelfa, au plus tard à 12h00, le 21e jour à compter de la première publication du présent avis d'appel d'offres dans la presse nationale ou le BOMOP. L'ouverture des plis se fera, le même jour à 14h00, en séance publique au siège de la Direction des Travaux Publics à Djelfa. Au cas où ce jour coïnciderait avec un week-end ou une journée de repos légal, les opérations de dépôt des offres et d'ouverture des plis s'effectueront le premier jour ouvrable qui suit aux mêmes horaires respectifs.

DK NEWS

Anep : 504 582 du 31/01/2013

22 DK NEWS
CLUBS AMATEURS

SPORTS

Jeudi 31 janvier 2013

COUPE D'ALGÉRIE (JEUNES)
Programme des huitièmes de finale
Programme des huitièmes de finale de la coupe d'Algérie de football, réservée aux jeunes catégories, qui auront lieu demain à partir de 11h00 : U-15 : A Annaba : Hamra Annaba / CA Batna A Constantine : CS Constantine / USM Alger A Batna : MSP Batna / USM Blida A Saïda : MB Hassasnas / NRB Touggourt A Guelma : ES Guelma / AC Paradou A Maghnia : IRB Maghnia / ASO Chlef A Ouargla : ES Ouargla / ES Sétif A Béchar : CR Béchar / ES Mostaganem U-17 : A Sétif : ES Sétif / CA Batna A Oran : ASM Oran / AS Khroub A Béchar : JS Saoura / USM Alger A Annaba : USM Annaba / O Médéa A Tizi Ouzou : JS Kabylie / USM Blida A Guelma : ES Guelma / IRB Nezla A Mostaganem : ES Mostaganem / GC Mascara A Beriane : IRB Beriane / US Biskra U-20 : A M’sila : WRB M’sila / USM Annaba A Saïda : MB Hassasnas / NRB Touggourt A Oran : ASM Oran / ES Sétif A Ourgla : MC Mekhadma / WM Tebessa A Khenchela : USM Khenchela / USM Alger A Berrouaghia : ES Berrouaghia / JS Saoura A El Eulma : MCE Eulma / MC Oran A Blida : USM Blida / JS Azazga

Les subventions de l'Etat ne doivent plus servir au recrutement de joueurs et d'entraîneurs
Les subventions allouées par l'Etat au profit des clubs sportifs de football amateurs ne doivent en aucun cas être utilisées pour le payement des entraîneurs ou le recrutement de joueurs, a indiqué mercredi à Alger le ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Mohamed Tahmi, soulignant que celui qui veut le faire doit chercher des sponsors pour le financement de ces opérations. «Les pouvoirs publics ne donnent pas de l'argent pour acheter des joueurs ou des entraîneurs. Il y a même des clubs amateurs qui se servent des subventions de l'Etat pour recruter des joueurs à coups de millions de dinars. Cela est strictement interdit par la loi et les choses ne peuvent plus continuer à évoluer de cette manière», a déclaré M.Tahmi dans un entretien accordé à l'APS. La nouvelle loi sur le sport qui passera prochainement au parlement prévoit plus de rigueur dans le domaine du contrôle des subventions allouées aux fédérations et associations sportives. «Après le vote de la loi sur le sport au niveau des deux chambres, des textes spécifiques sur les fédérations, les ligues, les clubs amateurs et professionnels vont suivre.A présent 90% ou plus des subventions sont absorbées par les effectifs seniors et la formation ne veut rien dire pour certains responsables. Cette situation est inacceptable», a déploré le ministre. «Je ne peux pas dire qu'on est capable d'arrêter tout de suite ce +massacre+ mais les choses vont changer vers le positif et au profit des jeunes talent», a-t-il assuré. Le premier responsable du sport en Algérie a cité comme exemple «une équipe senior de division inférieur composée de 15 joueurs vétérans qui consomme toute la subvention du clubs qui compte 300 jeunes licenciés». M.Tahmi a affirmé qu'à l'avenir les associations ne vont plus être traitées sur un pied d'égalité. «L'avantage sera évidemment accordé aux associations porteuses de projets réalisables. La rationalisation des dépenses s'impose pour permettre l'essor du sport national par le biais de partenaires sérieux et crédibles», a-t-il insisté.

LRF OUARGLA (17E J)

Programme des rencontres
Programme des rencontres comptant pour la 17e journée du championnat régional division Une de football, (ligue de Ouargla), prévue ce week-end : IR Aheggar û IRB Nezla JMC Lahdeb In Salah -US Souf JS Sidi Bouaziz -CS jc Illizi ASB Metlili - IRB Laghouat WRH Tamanrasset - CRB Djamaa IRB Berriane - CRB Tebesbest IRB Tadjmout - NRB Meggarine CRB Ksar Hirane - HB Ghardaia Olympic Magrane - ASC Ouargla

CHAMPIONNAT D'ALGÉRIE FÉMININ

Le programme de la 10e journée
Programme de la 10e journée du championnat d'Algérie féminin de football, prévue samedi : USF Béjaïa - AS Noudjoum Wahran (9h00) FC Constantine - COS Tiaret (9h00) AS Intissar Oran - FC Béjaïa (9h00) ASE Alger Centre - ASOran Centre (11h00) Affak Relizane - JF Khroub (11h00) Classement Pts J 1. Affak Relizane 27 9 2. ASE Alger Centre 24 9 3. FC Constantine 21 9 4. JF Khroub 14 9 5. AS Intissar Oran 12 9 --. ASOran Centre 12 9 7. FC Béjaïa 8 9 8. COS Tiaret 5 9 9. USF Béjaïa 3 9 10. AS Noudjoum Wahran 2 9

LIGUES 1 ET 2

Stage et tests physiques FIFA pour les arbitres directeurs et assistants en février à Tiaret
La Commission fédérale des arbitres organise, du 3 au 5 février à Tiaret, un stage et des tests physiques FIFA pour les arbitres directeurs et assistants des Ligues 1 et 2, a indiqué hier la Fédération algérienne de football (FAF). Au total, 30 arbitres directeurs et 53 arbitres assistants seront concernés par ce stage et ces tests physiques.

CHAMPIONNAT D'ALGÉRIE AMATEUR (GR. CENTRE)

Académie FAF - ESM Koléa samedi à Blida pour la mise à jour
L'Académie de la FAF accueille l'ESM Koléa, samedi à partir de 14h30 au stade Brakni de Blida, pour le compte de la mise à jour du groupe centre du championnat d'Algérie amateur de football.

CHAMPIONNAT D'ALGÉRIE INTER-RÉGIONS
Programme de la 16e journée
(Gr. Centre-Est)
Programme de la 16e journée du championnat d'Algérie inter-régions de football, groupe Centre-Est, qui aura lieu demain à partir de 15h00 : CRB Aïn Djasser - AB Barika FC Bir El-Arch - MB Rouisset US Oued Amizour - OM Ruisseau NRB Achir - Ras El-Oued Club WA Rouiba - IB Mouzaïa CRB Dar El-Beïda - USF Bordj Bou Arrèridj US Doucene - JSB Tadjenanet Exempt : CA Kouba Classement : Pts 1. USF Bordj Bou Arrèridj 26 --. US Oued Amizour 26 15 3. WA Rouiba 24 4. AB Barika 23 --. Ras El-Oued Club 23 6. MB Rouisset 21 --. CRB Dar El-Beïda 21 8. NRB Achir 20 9. US Doucene 18 10. FC Bir El-Arch 17 --. IB Mouzaïa 17 12. OM Ruisseau 14 13. CA Kouba 13 14. JSB Tadjenanet 11 --. CRB Aïn Djasser 11 J 14 14 14 14 14 14 14 14 13 14 14 14 14 14

(Gr. Centre-Ouest)
Programme de la 16e journée du championnat d'Algérie inter-régions de football, groupe Centre-Ouest, qui aura lieu demain à partir de 15h00 : JS Haï Djabel - IRB Sougueur CRB Sendjas - FCB Frenda USB Hassi R'mel - CRB Aïn Oussera ARB Ghris - Hydra AC MB Hassi Messaoud - WAB Tissemsilt ESB Dahmouni - CR Béni Thour SC Aïn Defla - IR Ouled Naïl Classement 1. Hydra AC 2. JS Haï Djabel --. CR Béni Thour 4. CRB Sendjas --. FCB Frenda 6. ARB Ghris 7. USB Hassi R'mel 8. IRB Sougueur 9. CRB Aïn Oussera --. ESB Dahmouni -- WAB Tissemsilt 12. SC Aïn Defla --. IR Ouled Naïl 14. MB Hassi Messaoud Pts 29 28 28 27 27 21 20 19 18 18 18 16 16 10 J 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15

(Gr. Est)
Programme de la 16e journée du championnat d'Algérie inter-régions de football, groupe Est, qui aura lieu demain à partir de 15h00: JS Pont Blanc - NRB Grarem ES Bouakal - ES Guelma MB Constantine - NT Souf HB Chelghoumn Laid - IRB El-Hadjar IRB Robbah - NRB Chréa CRB El-Milia - USM Sétif CS Hamma Loulou - ASC Oued Zaouia Classement : 1)- HB C.Laid 2)- ES Guelma 3)- ASC Oued Zaouia 4)- NRB Chréa 5)- ES Bouakal -)- CS Hamma Loulou 7)- IRB Robbah -)- JS Pont Blanc 9)- NT Souf -)- IRB El-Hadjar 11)- MB Constantine 12)- USM Sétif 13)- NRB Grarem 14)- CRB El-Milia Pts 32 28 26 25 22 22 21 21 19 19 16 15 11 6 J 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15

(Gr. Ouest)
Programme de la 16e journée du championnat d'Algérie inter-régions de football, groupe Ouest, qui aura lieu demain à partir de 15h00 : JS Sig - HB El Bordj SCM Oran - CRB Bougtob MCB Debdaba - CRB Ain El Turck CRB Hennaya - SC Mécheria ZS Ain Témouchent - CRB Adrar NRB Bethioua - CRB Ben Badis ES Araba - MB Sidi Chahmi Exempt : ORB Oued Fodda Classement : 1. ES Araba 2. ORB Oued Fodda 3. CRB Bougtob 4. CRB Ben Badis 5. JS Sig 6. MB Sidi Chahmi --. SCM Oran --. HB El Bordj 9. NRB Bethioua 10. SC Mécheria 11. CRB Ain El Turck 12. CRB Hennaya 13. ZS Ain Témouchent 14. CRB Adrar 15. MCB Debdaba

Pts 30 26 24 23 22 20 20 20 19 18 17 13 11 9 8

J 14 14 14 14 14 14 14 14 14 14 14 14 14 14 14

Jeudi 31 janvier 2013

FOOTBALL MONDIAL

DK NEWS

23

Paris Saint Germain

Ibrahimovic :
Mardi après-midi, Zlatan Ibrahimovic a participé à une opération de communication de son sponsor, Nike, en compagnie de Gregory van der Wiel. Après avoir présenté la nouvelle chaussure de la célèbre marque à la virgule, la Mercurial Vapor IX, l’attaquant suédois est revenu sur son formidable début de saison au PSG, lui qui a déjà inscrit 19 buts en championnat. En rassurant les supporters sur son état de forme actuel. « Je n’ai jamais marqué autant sur un début de saison dans un nouveau club. Depuis la reprise, je ne suis pas à 100% mais ça va revenir. On n’a pas été fantastiques mais nous avons gagné. Les systèmes de jeu ? Ils sont tous bons quand tu gagnes. Moi, j’aime bien me sentir libre sur le terrain. J’aime décrocher, aller chercher le ballon…, a rappelé la star parisienne, toujours aussi confiant envers le projet ambitieux du PSG. Faire partie de ce projet est très excitant. Depuis six mois, on a fait du bon travail. La

Ibra : « Je ne suis pas à 100% mais ça va revenir »
seule déception, c’est notre élimination en Coupe de la Ligue (contre SaintEtienne, ndlr) que l’on voulait aussi gagner. Mais, on fait des progrès. Il y a beaucoup de pression. Le club a de l’ambition, des possibilités. Tout le monde nous regarde, attend de grandes choses. Mais c’est un long processus.»

Manchester City Mancini regrette le départ de Balotelli
Roberto Mancini a fait part mardi de sa déception de voir Mario Balotelli quitter Manchester City. Même si l’entraîneur italien de Manchester City s’était souvent accroché ces derniers temps avec le fantasque attaquant italien, Roberto Mancini avoue qu’il regrette le départ de Mario Balotelli, sur le point de rejoindre le Milan AC. Mancini reconnaît que le joueur lui manquera. Mais également Balotelli l’homme.

N MANUELSO MILAN AC : E ON DÉPART S A ANNONCÉrtie de saison délicate au Milan

ière pa Urby Après une prem latéral gauche ions, 2 buts), le moins proAC (20 apparit quitter, tout du hidécidé de Emanuelson a ant ce mercato Rossoneri pend dans le journal visoirement, les entretien relayé t un de 26 vernal. Pendan erlandais âgé ternational né êt" De Telegraaf, l'in 'il va "terminer la saison en pr oir qu lham qui ans a fait sav trement dit Fu autre écurie, au League. au sein d'une ier tendu en Prem évolue bien en

r Mad
Re a l

id

Mourinho «ne peut pas continuer»

OL : Gourcuff à l’Atlético Madrid... cet été ?
Yoann Gourcuff ne devrait, sauf surprise, pas quitter l'Olympique Lyonnais cet hiver. En revanche, l'Atlético Madrid, intéressé par son profil, pourrait revenir à la charge cet été. Après Michel Bastos, il reste quelques dossiers chauds à gérer pour l’Olympique Lyonnais, à commencer par l’avenir de Yoann Gourcuff. Alors que l’hypothèse d’un prêt à l’Atlético Madrid était dans l’air, le meneur de jeu devrait finalement terminer la saison chez les Gones. L’international tricolore, qui n’a, selon son avocat Me Didier Poulmaire eu aucun contact direct avec le club espagnol, ne souhaite pas quitter Gerland en cours de saison.

En froid avec la presse et de nombreux joueurs, José Mourinho est de plus en plus décrié en Espagne. Comme nous vous le révélons depuis plusieurs semaines, le technicien portugais ne devrait pas continuer son aventure au Real la saison prochaine. Sur Calcissimo, un média Italien, Tony Damascelli, journaliste qui affirme qu’il s’est entretenu avec le « Mou » s’exprime. « J’ai parlé avec Mourinho personnellement dans les derniers jours de l’année à Dubaï et il m’a dit : « C’est une question politique. Je ne peux pas continuer à Madrid » .

L ive r p o o l
Coutinho en approche

Le milieu de terrain brésilien Philippe Coutinho devrait quitter l'Inter de Milan pour Liverpool. Philippe Coutinho sera sûrement la deuxième recrue du Mercato hivernal de Liverpool. Le milieu de terrain brésilien est attendu dans les prochaines heures sur les bords de la Mersey pour passer la traditionnelle visite médicale. Ensuite, il se rendra à Londres avec les responsables du club afin d’obtenir un permis de travail. Le montant du transfert est évalué à environ 10 millions d’euros. « Certains joueurs doivent avoir la possibilité de jouer plus. C’est pourquoi je pense que cela pourrait être une grande opportunité pour Coutinho », a réagi Massimo Moratti, président de l’Inter.

DK NEWS
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION

Edité par la SARL DK NEWS
Directeur général Abdelmadjid CHERBAL

Directeur de la rédaction

Abdelmadjid TAREB

REDACTION ADMINISTRATION 03, Rue du Djurdjura - Ben Aknoun - Alger Tél. : 021 94 66 62 (63) - Fax : 021 94 66 82 Email : contact@dknews-dz.com - Site : http://www.dknews-dz.com

PUBLICITE : S'adresser à 03, Rue du Djurdjura - Ben Aknoun - Alger Tél. : 021 94 66 62 (63) / Fax : 021 94 66 82 / Email : contact@dknews-dz.com - IMPRESSION : S.I.A. Pour votre publicité, priére de s’adresser à l’entreprise nationale de communication d’édition et de publicité – ANEP SPA 1, Avenue Pasteur – Alger – Tél : 021.71.16.64/021.73.71.28 – Fax : 021.73.95.59/021.73.99.19

Jeudi 31 janvier 2013 - 19 Rabi' al-awwal 1434 - N° 185 - Première année

TAHMI À L'APS

LIGUE 1 (19E JOURNÉE)

«L'autonomie des institutions sportives doit être exercée dans le respect des lois»
L e ministre de la Jeunesse et des sports, M. Mohamed Tahmi, a e s t i m é mercredi à Alger qu'il y a v a i t beaucoup de «zones d'ombre» au sujet de la notion de contrôle et d'autonomie des institutions sportives en Algérie. «Je pense que certains ne comprennent pas bien la notion de l'autonomie des institutions sportives. On est autonome dans le fonctionnement, mais dans le strict respect des règlements en vigueur», a affirmé M.Tahmi dans un entretien accordé à l'APS. «Nous sommes dans l'obligation de contrôler l'argent alloué par l'Etat au profit des institutions sportives qu'elles soient associations, Fédérations ou Comité olympique. C'est un mode de fonctionnement normal et pas du tout exceptionnel», a-t-il précisé. M. Tahmi avait assuré lundi, lors de sa récente visite de travail à Chlef, que les associations sportives ne pourront plus compter sur les subventions des pouvoirs publics (wilayas, communes et ministère) s'ils ne disposent pas de projets «efficaces et rentables» à même de promouvoir la pratique sportive au sein de la communauté juvénile. «Les associations sportives ne bénéficieront pas de subventions avant de signer un contrat d'engagement pour l'application d'un programme de massification et de développement bien précis. Les associations ambitieuses qui apportent des projets auront le soutien sans réserve de l'Etat», a assuré le ministre, précisant que «la création d'une association n'ouvrira pas automatiquement droit à une subvention». Le premier responsable du sport en Algérie a affirmé qu'à l'avenir les associations ne vont plus être traitées sur un pied d'égalité. «L'avantage sera évidemment accordé aux associations porteuses de projets réalisables. La rationalisation des dépenses s'impose pour permettre l'essor du sport national par le biais de partenaires sérieux et crédibles», a-t-il insisté. D'autre part, le ministre a indiqué que le renouvellement des instances sportives pour le nouveau cycle olympique (20132016) se déroule dans de bonnes conditions. «La majorité des fédérations ont déjà organisé ou ont fixé les dates de la tenue de leur A.G ordinaire. Il reste trois fédérations qui n'ont pas encore fixé la date de leurs AGO. Elles doivent le faire dans les plus brefs délais», a rappelé le ministre. Les assemblées électives (AGE) devront se tenir 15 jours après les AGO, sans toutefois dépasser la date du 28 février 2013, selon le calendrier arrêté par le MJS.

L’Aigle Noir sur sa lancée à Tlemcen ?
L'ES Sétif, solide leader du championnat de Ligue «Une» algérienne de football, tentera de poursuivre sur sa lancée lorsqu'il rendra visite au WA Tlemcen, un mal classé jouant sa survie parmi l'élite, dans le cadre de la 19e journée de la compétition qui débutera demain et se poursuivra samedi. L'ESS (1er, 40 pts) espère enchaîner par une quatrième victoire d'affilée en cette phase retour afin de préserver son avance de quatre unités sur son dauphin l'USM El Harrach. Mais sa mission ne sera pas facile à Tlemcen face à un Widad local (14e, 18 pts) stoppé dans son élan lors de la précédente journée sur le terrain du CAB Bordj Bou-Arréridj et avide de renouer avec le succès pour s'extirper de la zone rouge. L'USMH (2e, 36 pts) devrait profiter de la venue du MC El Eulma (10e, 22 pts) pour se remettre de sa cruelle défaite de vendredi passé chez le leader concédée dans le temps additionnel, tout en espérant un faux pas des Sétifiens dans la capitale des Zianides, pour réduire l'écart. Toutefois, les poulains de Boualem Charef devront se méfier des visiteurs, désireux de se mettre à l'abri et s'éloigner du danger. L'USM Alger (3e, 30 pts) ne devrait pas trouver de peine pour s'imposer à domicile contre la lanterne rouge, le CA Batna (16e, 11 pts), une occasion inouïe pour bien se sortir de la semaine tumultueuse qu'elle vient de vivre à cause de sa défaite dans le derby algérois face au rival le MC Alger. C'est également l'occasion pour les Rouge et Noir de se détacher de leurs voisins mouloudéens avec lesquels ils partagent la troisième place avec eux, puisque les Vert et Rouge feront un déplacement périlleux à Chlef où les attend de pied ferme l'ASO (12e, 19 pts) qui a plus que jamais besoin de points pour éviter de sombrer davantage dans le bas du classement. Ce n'est pas le cas du CR Belouizdad (5e, 28 pts) auteur d'un début tonitruant en cette phase retour, comme en témoignent ses

Programme (19e journée)
trois victoires d'affilée, mais qui sera mis à rude épreuve sur le terrain de l'USM Bel-Abbès (16e, 18 pts) qui semble se réveiller au bon moment pour se relancer dans la course au maintien. Le CS Constantine (5e, 28 pts) veut lui aussi confirmer sa bonne santé, en rendant visite à la JSM Béjaïa (7e, 25 pts) une équipe en chute libre, ne parvenant pas à engranger le moindre point depuis l'entame de la deuxième tranche de la saison. Une situation ayant entraîné le limogeage de son entraîneur français, Alain Michel, remplacé par l'Italien Giani Solinas, dont ce sera la première sortie sur le banc béjaoui, après avoir assisté à la lourde défaite de son équipe face au CRB (4-1) à partir des tribunes du stade du 20-Août (Alger). Le MC Oran (13e, 18 pts) n'a pas droit à l'erreur en accueillant la JS Kabylie (8e, 23 pts) qui vient de souffler un peu après sa victoire lors de la précédente journée face à la JS Saoura avec laquelle elle partage désormais la même position au classement, et qui, elle, recevra le CABBA (11e, 22 pts) avec la ferme intention de vite replonger dans la joie des victoires. Vendredi : WAT-ESS Samedi : USMH-MCEE USMA-CAB USMBA-CRB JSMB- CSC ASO-MCA MCO- JSK JSS- CABBA (15h00)

(15h00) (18h00) (15h00) (17h45) (15h00) (18h00) (15h00)

Classement: 1 . ES Sétif 2 . USM El-Harrach 3 . USM Alger -- . MC Alger 5 . CR Belouizdad -- . CS Constantine 7 . JSM Béjaïa 8 . JS Kabylie - . JS Saoura 10. MC El Eulma -- . CABB Arréridj 12. ASO Chlef 13.WA Tlemcen --. MC Oran 15. USM Bel-Abbès 16. CA Batna

Pts 40 36 30 30 28 28 25 23 23 22 22 19 18 18 16 11

J 18 18 18 18 18 18 18 18 18 17 18 18 18 18 18 17

CHAMPIONNAT D'ALGÉRIE(19E JOURNÉE) L2 DE FOOTBALL

L'Arbaâ en quête de rachat, les dauphins en péril
Le leader de la Ligue 2, le RC Arbaâ, sera en quête de rachat lors de son choc face au NA Husseïn-Dey, demain pour le compte de la 19e journée du championnat d'Algérie de football, au moment où ses dauphins, le CRB Aïn Fekroun et le MO Béjaïa seront en péril respectivement chez l'USM Annaba et le MO Constantine. Sèchement battu le week-end dernier à Aïn M'lila face au CRBAF (3-1), le RCA est appelé à réagir pour éviter d'éventuelles mauvaises surprises de fin de saison, surtout que ses poursuivants affichent une bonne santé. La mission ne sera pas cependant une simple sinécure face aux «Sang et Or» d'Husseïn-Dey qui enregistrent le retour de l'entraîneur Salem Gaci après le départ de Youcef Bouzidi pour mauvais résultats. Les dauphins devront «suer», pour leur part, pour revenir avec de bons résultats de leurs difficiles déplacements que leur propose cette 19e journée du championnat. Si le CRBAF est impérial à domicile, ce n'est pas le cas lors de ses déplacements où il reste fébrile et passera un vrai test face à l'USMAn (6e). Le MOB, lui, aura rendez-vous avec le derby de l'Est au stade Chahid Hamlaoui de Constantine contre le relégable MOC (15e) pour espérer rester au contact du leader. De son côté, l'AB Merouana (11e) rendra visite au MSP Batna (8e) dans un intéressant derby de la ville des Aurès, tandis que l'USM Blida, un des prétendants à l'accession avec sa 5e place, affrontera, à l'extérieur, le MC Saïda (12e) dans un match entre ex-pensionnaires de la Ligue 1. Le CR Témouchent, lanterne rouge et virtuellement relégué avec 5 petits points au classement, jouera pour la forme chez l'O Médéa (10e), alors que le SA Mohammadia (14e) rendra visite à l'AS Khroub (13e) dans un match où la défaite est interdite pour l'une ou l'autre équipe. Enfin, la rencontre entre l'ASM Oran et l'ES Mostaganem a été renvoyée au mardi 5 février prochain.

Programme (19e journée)
Demain à 15h : MSP Batna - AB Merouana O Médéa - CR Témouchent USM Annaba - CRB Aïn Fekroun RC Arbaâ - NA Husseïn-Dey AS Khroub - SA Mohammadia MC Saïda - USM Blida MO Constantine - MO Béjaïa Le match ASM Oran - ES Mostaganem a été renvoyé à mardi 5 février. Classement : 1. RC Arbaâ 2. CRB Aïn Fekroun --. MO Béjaïa 4. ES Mostaganem 5. USM Blida 6. USM Annaba 7. NA Husseïn-Dey 8. MSP Batna 9. ASM Oran 10. O. Médéa 11. AB Merouana 12. MC Saïda 13. AS Khroub 14. SA Mohammadia 15. MO Constantine 16. CR Témouchent Pts 38 34 34 33 29 27 26 25 24 23 21 20 18 16 13 5 J 18 18 18 18 18 18 18 18 18 18 18 18 18 18 18 18