You are on page 1of 156

UNIVERSITÉ SORBONNE NOUVELLE – PARIS III DÉPARTEMENT DE MÉDIATION CULTURELLE

LES FRATERNITÉS ÉTUDIANTES AMÉRICAINES ET LEURS IMAGES Étude de la relation qu’entretiennent les fraternités estudiantines américaines avec leurs images véhiculées par les médias

Antoine LE GUEN

Sous la direction de Annie VAN PRAËT Mémoire de Master I : Conception et Direction de Projets Culturels

2010/2011

REMERCIEMENTS

Je tiens à remercier les professeurs du Département de Médiation Culturelle de la Sorbonne Nouvelle – Paris III ainsi que le Service des Relations Internationales, pour avoir rendu possible le voyage d‘échange universitaire en Californie, dont ce mémoire est le fruit. Je remercie également les membres du chapitre Beta Pi de la fraternité Zeta Beta Tau, pour m‘avoir beaucoup donné, ainsi que les professeurs du Département de Cinéma de California State University Long Beach, pour leur aide. Je souhaite particulièrement exprimer ma gratitude à Mme VAN PRAËT, pour m‘avoir guidé et soutenu malgré la distance, ainsi qu‘à ma mère, sans qui je n‘aurais pu réaliser ce rêve de toujours: découvrir Los Angeles et sa culture, par le biais de l‘étude des teen movies.

Antoine LE GUEN

1

SOMMAIRE

INTRODUCTION GÉNÉRALE I.

…..………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….......

p. 5 p. 9

Les fraternités étudiantes nord-américaines

….……………………………….……………….……………………….

1. Généralités sur les sociétés aux lettres grecques 1.1 Définition 1.2 Origines : les sociétés secrètes et les confréries 1.2.1 Les sociétés primitives 1.2.2 La Franc-Maçonnerie 1.2.3 Les sociétés de littéraires 1.2.4 Les premières fraternités estudiantines 1.3 Fondements et caractéristiques 1.3.1 La nomenclature Grecque 1.3.2 Les valeurs et la constitution 1.3.3 Les signes de reconnaissance 1.4 Catégories de sociétés aux lettres grecques

………………………………………….…………………………………………….

…………………………………………………………………………………………………………………………………………….………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………….………………………………………….…………

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………………………………..…………………………………….

……………………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………….………………………………………………………..…………….

……………………………………………………………………………………………..………………………………………………………………………..

………………………………………………………………………………….………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………….………………………………………………………

……………………………………………………………….…………………………………….

p. 9 p. 9 p. 10 p. 10 p. 11 p. 13 p. 13 p. 15 p. 15 p. 15 p. 16 p. 19

2. Les fraternités étudiantes sociales p. 21 2.1 L‘initiation et les autres rituels p. 22 2.2 Fonctionnement et hiérarchie p. 24 2.2.1 Le congrès fraternel national p. 26 2.2.2 Les dirigeants des chapitres p. 26 2.2.3 Les chaires p. 27 2.2.4 Les familles : les grands et petits frères p. 29 2.2.5 Les impétrants p. 30 2.3 Le « système grec » p. 31 2.3.1 La « rangée fraternelle » p. 32 2.3.2 La semaine de recrutement p. 34 2.3.3 Les olympiades p. 36 2.3.4 Les soirées sociales p. 37 2.3.5 Les soirées formelles p. 38 2.4 Autres activités relatives aux chapitres………………………………………………………………………………………………….p. 39 2.4.1 La philanthropie p. 39 2.4.2 Les activités académiques p. 39 2.4.3 Les activités confraternelles p. 40 2.4.4 Les soirées « ouvertes » p. 40 2.5 Objectifs p. 42
……………………………………………………………………………………….…………………………………………………………………. …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………. ……………………………………………………………………………………………….……………….……………………………………………………. ………………………………………………………………………………………………………………………………………………….……… ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….………………………………………………..………… ………………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..………………………. ………………………………………………………………………………………………………………………………………………….………………………………………………...……… ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….. …………………………………………………………………………………………………………………………………………………….…………. …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….………………………… …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….. ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….………………………. ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………………………………….……………………………………….. …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….…………………………….

CONCLUSION DE LA PREMIERE PARTIE

………………………………………………………………………………………………………………………………….…………………………………

p. 44 2

II.

Leurs représentations par les médias

………………………………………………………………………………….………………………….

p. 46

1. Les médias de l’information 1.1 La controverse 1.1.1 Les deux visions antagonistes 1.1.2 Evolution de la controverse 1.1.2.1 Au XIXème siècle 1.1.2.2 Au XXème siècle 1.1.2.3 Aujourd‘hui 1.2 Les griefs 1.2.1 Le bizutage et l‘alcoolisme 1.2.2 Le viol 1.2.3 L‘insécurité domestique 2. Les médias du divertissement 2.1 Les teenpics 2.1.1 Le teen movie 2.1.1.1 Evolution 2.1.1.2 Codes du teencom 2.2 Les fratpics 2.2.1 Leurs archétypes paradoxaux 2.2.1.1 Fraternités masculines 2.2.1.2 Sororités 2.2.2 Le frat movie 2.2.2.1 Le fratcom 2.2.2.2 Le frat slasher 2.2.3 Les frat series

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….………………………

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….………………………………………….

……………………………………………….…………………..…………………………………….…………………………………………

……………………………………………….……………………………………………………….………………………………………………………

……………………………………………….……………………………………………………….………………………………...………………………………………….

……………………………………………….……………………………………………………….…………………………………..………………………………….…………

……………………………………………….……………………………………………………….…………………………………………………………….……………………….…………

……………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….…………………………………..

……………………………………………….……………..…………………………….………………………………………………………………………

……………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….……………………………………….……………………………………….…………

……………………………………………….…………………………………………………………………………………………………………………….………….

p. 46 p. 46 p. 46 p. 50 p. 50 p. 52 p. 54 p. 55 p. 55 p. 61 p. 62 p. 64 p. 64 p. 65 p. 67 p. 71 p. 73 p. 74 p. 75 p. 79 p. 80 p. 80 p. 84 p. 85 p. 87 p. 89

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

……………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….………………………

……………………………………………………………………………………………………………………….……………………………………………………….….………………………………………

……………………………………………….…………………………………………………………………………………………….……………………………………………………….…………….

……………………………………………….………………………….………………………….………………………………………………………………….

……………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….………………………...………………………………………….…………….

……………………………………………….……………………………………………………….………………………………….…………

……………………………………………….…………………………………………………………………………………………….…………

……………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….………………………………………………….

……………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….………………………………………………….…………

……………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………

……………………………………………….………………………………………………………………………………………………………………..………………………….

……………………………………………….………………………………………………………………………..………………………….……………………………………………………….……………

CONCLUSION DE LA SECONDE PARTIE
III.

……………………………………………….………….………………………………….………………………………………………………………………

Étude sociologique : le chapitre Beta Pi

………………….………….……………………………………………………….………….

1. Présentation de l’objet étudié 1.1 Le « système grec » du campus de CSULB 1.1.1 Généralités 1.1.2 Exigences spécifiques 1.2 Zeta Beta Tau 1.2.1 Traditions 1.2.2 Codes 1.2.3 Crédo 1.3 Le Chapitre Beta Pi 1.3.1 Traditions et codes

……………………………………………….…………………………………………………………….……………………………………………………….………….

…………………………………….……………………………………………………….……………

……………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………………….……………………………………………….…………….

……………………………………………….………………………………………………………………….……………………………………………………………………..

……………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………………………………………………………………………..…………

……………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….………….………………………………………………………………..

……………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….…………………………………………………………………………………………….

……………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………….………………………………….………………………………………………………………….

……………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….…………………………………………………

……………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….……………………………………

p. 89 p. 89 p. 89 p. 91 p. 92 p. 94 p. 94 p. 95 p. 96 p. 98 3

1.3.2 1.3.3 1.3.4 1.3.5

Nouveau système de recrutement Pères fondateurs Présidents E-board au printemps 2011

……………………………………………….…………………………….……………………………………………………

…………………………………………………………………………………….……………………………………………………….…………………………………………………………..

……………………………………………….……………………………………………………….………………………………………………….…….……………………………………………………….………….

……………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………….

p. 99 p. 100 p. 100 p. 100 p. 101 p. 101 p. 103 p. 103 p. 104 p. 105 p. 106 p. 108 p. 109 p. 110 p. 111 p. 112 p. 112 p. 113 p. 115 p. 117 p. 119

2. Enquête 2.1 Hypothèses 2.2 Portrait social comparé des membres du chapitre Beta Pi 2.2.1 Ages et origines sociales 2.2.2 Statut social 2.2.3 Rapport à la religion 2.2.4 Rapport à la politique 2.2.5 Niveau académique 2.2.6 État matrimonial 2.2.7 Autres critères 2.2.8 Tableau bilan comparatif 2.3 Beta Pi et les représentations des fraternités 2.3.1 Exposition aux images véhiculées par les médias du divertissement 2.3.2 Relation d‘admiration 2.3.3 Relation d‘aversion 2.4 Limites de l‘enquête

………………………………………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….…………………………………………………….….…………………………………

……………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….………………………………………………………………….…………

…………………………………….

……………………………………………….…………………………………………………………….…………………………………………….………….

……………………………………………….…………………………………………………………………….………….…………………………………………………………………………….…………….

……………………………………………….………………………………………………………….……………………………………………………………….…………….

……………………………………………….…………………………………………………………………….…………..………………………………….…………….

……………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….…………………………..

……………………………………………….……………………………………………………….…………………………….………………………………………………………………….

……………………………………………….……………………………………………………….…………………………………….……………………………………………………………………

……………………………………………….……………………………………………………………………………………………………….…………….

……………………………………………….…………………………………………..

……………………………………………….……………………………………………………….…………………………………………….……………………………………………….………….

……………………………………………….………………………………………………….…………….……………………………………………………….………….

……………………………………………….……………………………………………………………………….……………………………………………………….…………….

……………………………………………….……………………………………………………….…………………………..…………………………………………………………………..

CONCLUSION DE LA TROISIEME PARTIE CONCLUSION GÉNÉRALE
BIBLIOGRAPHIE FILMOGRAPHIE LEXIQUE

……………………………………………….……………….………………….……………………………………………………….………….

……………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….………………………………………….…………

p. 120 p. 124 p. 127

……………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………….……………………………………………………….…………

……………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………….…………….

……………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………………………………….……………………………………………………….………….

p. 132 p. 135

ANNEXES

……………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….…….…………….……………………………………………………….……………………………………………………….………….

Se reporter à la page 135 pour consulter le sommaire des annexes.

4

INTRODUCTION GÉNÉRALE

« Loin d’être un simple exercice académique, comprendre le système grec c’est en partie comprendre l’Amérique. »1

Au début du XXème siècle, il y avait déjà « plus de sociétés secrètes aux États-Unis d‘Amérique, ainsi qu‘un plus large taux d‘inscriptions parmi de telles organisations, que dans n‘importe quel autre pays civilisé ».2 Leurs membres, communément appelés les « Grecs », représentent

aujourd‘hui 8,5 % des étudiants américains inscrits à l‘université. Si ce pourcentage paraît faible, force est de constater qu‘on en recense un nombre très important parmi les dirigeants américains. En effet, les « Grecs » constituaient en 2003:     76 % des sénateurs américains. 71 % des hommes listés dans Who’s Who in America. 85 % des dirigeants listés dans Fortune 500. 120 des 500 plus grands chefs d‘entreprise de la Forbe’s List (dont 10 parmi le top 30).   
1

63 % des membres des cabinets présidentiels depuis 1900. 85 % des personnes composant de la Cour Suprême de Justice américaine. 19 présidents américains depuis 1877 (dont le président sortant) 3.

“Far from being an academic exercise, understanding the Greek system is a part of understanding America.” A. D. Desantis, Inside Greek U: Fraternites, Sororities and the Pursuit of Pleasure, Power and Prestige, University Press of Kentucky, Lexington, USA, 2007, p. 9. 2 A. C. Stevens, Preface, Cyclopaedia of Fraternities, Book Tower, Detroit, USA, 1907

5

Selon les sites officiels de ces organisations, les fraternités masculines seraient représentées aujourd‘hui par 5500 chapitres sur plus de 800 campus et regrouperaient cette année 350000 membres en Bachelor‘s degree4, et les sororités (fraternités féminines) seraient représentées par 3000 chapitres dans 655

établissements rassemblant 260000 inscrites en Bachelor‘s degree. Les sororités, à elles seules, ont initié plus de 4 millions de membres depuis leur existence.5 Il est clair que ces sociétés aux lettres grecques constituent des réseaux professionnels très fructueux pour leurs membres et que leur présence, si elle n‘est pas spécifique aux États-Unis, y est caractéristiquement dominante. En effet, ces fraternités sociales ont eu, et ont encore, un rôle essentiel quant à la création et à la gestion de la nation. De plus, elles mettent en exergue certaines tendances sociales spécifiques aux USA, associant les opposés et les extrêmes. Elles soulignent aussi la volonté de se constituer en communauté, cher au peuple américain. Que sont les fraternités estudiantines nord-américaines ? Organisations sociales étudiantes fédérant leurs membres autour de valeurs universelles, elles visent de nombreux objectifs, tant académiques que sociaux, et valorisent les actions d‘aide à la communauté universitaire ainsi que la

philanthropie. Cependant, elles sont caricaturées par les médias qui en brossent de très sombres portraits. Quelles images de ces confréries sont alimentées et véhiculées par les médias ?
3 4

A. D. Desantis, op. cit., pp. 6-9 Equivalent américain de la Licence européenne. Données collectées sur www.nicindy.org 5 www.npcwomen.org/about/statistics.aspx ou voir annexe I : statistique NPC

6

Depuis leur création, ces sociétés secrètes sont au centre d‘une controverse nourrie par les médias de l‘information (presse et journaux). Cette vive opposition, entre pro fraternités et anti fraternités, s‘appuie sur les diverses dérives que ces organisations ont générées depuis plus de 300 ans. Quant à eux, les médias du divertissement (cinéma et séries télévisées) les dépeignent principalement dans des productions audiovisuelles d‘exploitation, dédiées à la jeunesse américaine et plus particulièrement aux « Grecs ». Ces « fratpics », symptomatiques de l‘attitude de l‘industrie du divertissement

hollywoodienne qui valorise l‘adolescence dans tous ses aspects, y compris les plus destructeurs, brossent un portrait extravagant des confréries estudiantines, les assimilant aux archétypes du teenpics (dont les fratpics sont une sous-catégorie) en les intégrant dans un univers universitaire fantasmé. Ces représentations qui se complètent, mais qui peuvent aussi s‘opposer, sont en tension les unes avec les autres. De plus, chacun des clichés proposés par les médias du divertissement peut être exploité sous des formes antagonistes. A l‘image des créatures peuplant la mythologie, ces personnages peuvent avoir, selon le récit, des valeurs et des caractéristiques contraires. Que sont les fratpics ? Quelles en sont les figures ? L‘archétype des populaires Blancs, musclés, racistes et conservateurs, ainsi que celui des rebelles, formant un clique hétérogène d‘irrépressibles, alcooliques et irresponsables, se livrent à une guerre sans merci, mise en scène dans des œuvres offrant une grande part au loufoque et à l‘absurde. Ces représentations, opposées à l‘extrême, sont simultanément associées aux confréries.

7

On voit donc qu‘il existe une distorsion évidente entre la réalité des sociétés fraternelles universitaires américaines et leurs images véhiculées par les médias. De plus, bien que ces dernières se soient ouvertes à la middle class depuis les années 50, leurs constitutions et leurs codes de conduite réciproques les obligent encore à conserver l‘image puritaine et bienséante qui sied à l‘establishment. Quelles relations peuvent alors entretenir les Grecs avec ces représentations contradictoires ? Pour proposer des pistes de réponse, nous étudierons le cas du chapitre Beta Pi (ΒΠ), représentant la confrérie Zeta Beta Tau (ZBT) sur le campus de California State University Long Beach (CSULB).

8

I. Les fraternités étudiantes nord-américaines

1.

Généralités sur les sociétés aux lettres grecques
La littérature concernant le sujet de cette partie étant le plus souvent

engagée en faveur ou à l‘encontre de ces confréries, il a semblé préférable d‘employer des sources encyclopédiques, celles-ci paraissant plus fiables. Le Manuel de Baird6 s‘est aussi imposé comme une ressource indispensable.

1.1

Définition

Tel que le définissent James Friguglietti et Clifton L. Hall dans l’Encyclopedia Americana :

« Les Fraternités étudiantes, souvent évoquées sous le terme de sociétés aux lettres grecques, sont des organisations fraternelles autogérées, associées avec des écoles de l’enseignement supérieur ou des universités, en Amérique du Nord. […] Ces sociétés fraternelles sont des organisations privées à but

6

Le Manuel de Baird (Baird’s Manual) est l’ouvrage de référence qui traite du fonctionnement et de l’Histoire des fraternités étudiantes américaines. Rédigé dans le but de faciliter l’entente entre les différents participants lors des congrès inter-fraternels, l’ouvrage présente un historique général détaillé sur les fraternités, le fonctionnement interne et externe des conseils helléniques, ainsi que la liste des fraternités américaines existantes incluant, pour chacune, un historique détaillé. J. L. Anson, R. F. Marchesani Jr, Baird's Manual of American College Fraternities, Baird’s Manual Foundation, Indianapolis, USA, 1991.

9

non lucratif, basées sur le volontariat, qui ont pour ambition d’améliorer le bien-être de leurs membres.»7

Ces sociétés secrètes exclusives sont des entités nationales financées biannuellement par leurs membres. Celles-ci, présentant un organigramme basé sur des élections internes, ont pour ambition de favoriser la constitution d‘un réseau social étendu et de constituer un système d‘entraide entre membres, soutenu par un sentiment confraternel. La cohésion entre « frères » repose sur un pacte de fidélité, auquel ils doivent souscrire, ainsi que sur le partage de secrets, tels que l‘établissement d‘un système de reconnaissance spécifique.

1.2

Origines : les sociétés secrètes et les confréries

1.2.1

Les sociétés primitives

Les sociétés secrètes existent depuis la genèse de l‘humanité. Les peuples primitifs se constituaient déjà comme tels, en mélangeant au secret, les attributs du pouvoir et de la religion. Ainsi, pour appartenir au groupe, l‘enfant (ou le non-initié) devait subir des rites initiatiques empreints de symbolisme. Certaines tribus, celles des natifs américains par exemple, étaient aussi régies par des sociétés secrètes. Très restrictives, seuls les hommes de bonnes familles pouvaient y adhérer. Les
7

“Student fraternities, frequently referred to as Greek-letter societies, are self-governing fraternal organization associated with colleges and universities in North America. *…+ These organizations are private, voluntary and nonprofit organizations formed to advance the personal well-being of their members.” J. Friguglietti, C. L. Hall, traductions des articles « Fraternal Societies » et « Fraternities and Sororities », Encyclopedia Americana, Grolier, Danbury, USA, 2001. Les sources anglo-saxonnes seront systématiquement traduites par l’auteur.

10

premières civilisations présentèrent aussi ce type de sociétés très fermées, fondées sur des préceptes religieux. Qu‘il s‘agisse du mystérieux culte d‘Osiris en Egypte ou de celui de Dionysos en Grèce, ces institutions religieuses, appelées « religions à mystère », étaient détentrices d‘un lourd pouvoir et de secrets qu‘elles gardaient jalousement.8

1.2.2

La Franc-Maçonnerie

On fait généralement remonter les racines directes des groupements étudiants qui nous intéressent à la Franc-Maçonnerie9 (voir annexe A : arbre

généalogique des sociétés secrètes). Vraisemblablement apparue au XIIIème siècle, ses origines remonteraient symboliquement aux « origines du monde » : 4000 ans avant Jésus Christ, et la construction du Temple de Salomon, au Xème siècle avant Jésus Christ, serait sa première grande œuvre selon les dires de ses membres. Basée sur un système initiatique qui ne s‘achève qu‘au terme de l‘obtention d‘un 33ème degré, cette mystérieuse confrérie propose à ses adeptes, préalablement cooptés, de découvrir des secrets séculaires via une démarche ésotérique. Ce sont ces caractéristiques initiatiques qui en font une « société de mystère » au sens de René Alleau10, et qui la différencient de ses descendantes. Elle se fixe aussi un objectif spécifique qu‘exprime Alain Guichard dans son article « Franc-Maçonnerie » de l‘Encyclopédie Universalis :

8 9

C. L. Hall, Encyclopedia Americana, “Secret Societies “, Grolier, Danbury, USA, 2001. A. C. Stevens, op. cit., preface 10 René Alleau, dans son article « Sociétés Secrètes » de l’Encyclopédie Universalis, fait la distinction entre les sociétés secrètes et les sociétés de mystères : les premières étant des groupes sociaux aux mœurs cachées qui seraient parfaitement connues de leurs membres, et les deuxièmes étant des vecteurs ésotériques qui ne livreraient leurs ultimes secrets qu’à leurs grands initiés. www.universalis.fr

11

« La « Maçonnerie » se fixe pour but de réunir en son sein les « hommes libres et de bonnes mœurs» qui veulent travailler à l’amélioration matérielle et morale ainsi qu’au perfectionnement intellectuel et social de l’humanité. »

Issue du système médiéval des corporations de métiers, aussi appelées guildes, cette organisation fraternelle présente une structure hiérarchique et des pratiques qui ont servi de modèles pour la création des fraternités universitaires nord-américaines. En effet, on y retrouve l‘usage de rituels initiatiques, mots de passe et poignées de mains secrètes, réunions en colloques, etc. Cependant, contrairement à la Franc-Maçonnerie, la démarche initiatique ne dure que le temps de l‘acceptation en tant que frère et, s‘il y a bien des grades, ceux-ci sont le résultat de votes, et non de la validation d‘une nouvelle épreuve ésotérique. De plus, ils correspondent simplement aux rôles nécessaires à la gestion d‘une association : Président, Vice-Président, Trésorier, etc. Il est à noter que les sociétés secrètes sont traditionnellement définies comme étant « des associations dont l‘existence, l‘adhésion, les buts ou les rituels ne sont pas révélables aux non-membres »11. Cependant, le degré d‘exclusivité de ces éléments peut varier. Ainsi, dans les confréries universitaires, seul les rituels, signes de reconnaissance, valeurs et généralement devises, sont strictement connus des membres. Au contraire, l‘existence de la fraternité ainsi que l‘appartenance à celle-ci doivent être prônées et affichées, en arborant quotidiennement des objets, ou vêtements, portant le sigle de celle-ci. D‘autre part, les buts des confréries universitaires sont clairs et connus de tous. Contrairement à leur ancêtre, ces

11

Encyclopedia Americana, « Secret Societies », op. cit.

12

dernières n‘existent qu‘à des fins sociales et ne favorisent pas une quête ésotérique personnelle.

1.2.3

Les sociétés littéraires

Les fraternités étudiantes ont aussi pour ancêtres directs les sociétés littéraires anglo-saxonnes du début du XIXème siècle, telles que les Cicéroniens (Ciceronian) ou les Delphiens (Adelphian). Ces organisations universitaires se focalisaient plus sur l‘aspect scolaire, encourageant les travaux de rédaction et la pratique de la rhétorique. Certaines d‘entre elles présentaient déjà des devises en Grec ancien ainsi que des éléments secrets.

1.2.4

Les premières fraternités estudiantines

Quoi qu‘il en soit, l‘Histoire des Etats-Unis d‘Amérique et celle de ses sociétés aux lettres grecques sont intimement liées, puisque qu‘elles apparaissent toutes deux en 1776. La première fraternité étudiante américaine, Phi Beta Kappa (ΦΒΚ), a été fondée le 5 décembre 1776 sur le campus de l‘école supérieure William et Mary à Williamsburg en Virginie.12 Cette société primordiale instaura les

caractéristiques principales des fraternités actuelles, que le Manuel de Baird (op. cit.) définit comme :

« le charme et le mystère relatifs au secret, des rituels, un pacte de fidélité, une cohésion, une devise, un badge pour être reconnu par les étudiants
12

H. D. Sheldon, American Education, Student Life and Customs, Arno Press and the NY Times, New York, USA, 1969, p.142.

13

extérieurs au cercle, une base empreinte d’idéalisme, de forts liens d’amitié et de camaraderie, ainsi qu’un profond national. (p.10) » désir d’expansion au niveau

Elle généra aussi le modèle de fonctionnement et les buts à atteindre pour ce type de sociétés. En effet, dès son origine, elle fut formée à des fins sociales et scolaires, que ses membres tentèrent de développer lors de rendez-vous réguliers. Dès 1779, cette fraternité devient nationale en formant ses chapitres d‘Harvard et de Yale. La première fraternité sociale moderne, Kappa Alpha (KA), fut fondée en 1825 au Union College de Schenectady dans l‘état de New York et initia en 1827, avec Sigma Phi (ΣΦ) et Delta Phi (ΓΦ), le premier exemple de « système grec » (Voir I.2.2). En 1831, Sigma Phi (ΣΦ) fut la première à devenir nationale en établissant des chapitres dans d‘autres campus américains. La première « sororité » sociale (fraternité sociale composée exclusivement de femmes) fut fondée en 1851 au Wesleyan College de la ville de Macon en Géorgie. D‘abord nommée Adelphean Society, du Grec Ancien « Fraternité », elle prit ensuite les lettres Alpha Delta Pi (ΑΓΠ)13.

13

Informations tirées de l’article encyclopédique de Clifton L. Hall, op. cit.

14

1.3

Fondements et caractéristiques

1.3.1

La nomenclature grecque

Comme leur nom l‘indique, les sociétés aux lettres grecques sont désignées par un corpus de deux à trois lettres appartenant à l‘alphabet grec. Ces ensembles de lettres représentent les initiales de la devise de chaque fraternité. Le plus souvent secrète, celle-ci doit représenter succinctement les valeurs et les buts de l‘organisation. Cependant, il n‘est pas rare de rencontrer des confréries qui affichent une maxime publique telle que Phi Beta kappa (ΦΒΚ) : « Philosophia Biou Kubernetes » (Philosophie, le précepte de la vie). Cela dit, celles-ci sont

soupçonnées d‘avoir une deuxième devise cachée.14 Le choix de l‘emploi de lettres grecques pour désigner de telles associations semble avoir été « purement accidentel ». En effet, il serait le résultat de la tradition scolastique empreint des valeurs de la Renaissance, celle-ci établissant le Grec ancien comme la langue du savoir, en référence aux premiers philosophes.15 Il semblerait tout de même que ces sociétés reprennent les idées philosophiques initiées par Socrate et Platon.16

1.3.2

Les valeurs et la constitution

Chaque confrérie est régie par une constitution qui repose sur un petit nombre de grandes valeurs choisies par ses membres, à l‘image de celles que l‘on retrouve sur le fronton des mairies. Si la Fraternité, ou l‘Intégrité, peuvent paraître

14 15

Clifton L. Hall, op. cit. Henry D. Sheldon, p.143, op. cit. 16 « Une vie non explorée ne vaut pas la peine d’être vécue », Socrate, Apologie 38A.

15

indispensables à l‘échelle de la création d‘un état, elles sont ici censées être le lien spécifique qui liera les membres de la communauté. Or, si les confréries étudiantes arrivent à proposer des corpus de valeurs différents, ceux-ci semblent trop vagues dans ce contexte, et ne peuvent inspirer que des chartes génériques, où tout un chacun pourrait se retrouver. Paradoxalement, ils sont le plus souvent secrets. Quoi qu‘il en soit, ce code de bonne conduite présente aussi d‘autres règles simples, présidant à la création de toute association : le système d‘élection, l‘organigramme et le rôle de chacun, etc. Ces chartes établissent aussi un nombre de codes de savoir-vivre et de règles puritaines qui encadrent encore aujourd‘hui les sociétés aux lettres grecques. Garantes d‘une certaine image bienséante, ces obligations forcent souvent les « Grecs » à conserver une apparence conservatrice de façade, depuis longtemps dépassée.

1.3.3

Les signes de reconnaissance

Les lettres sont soutenues par des armoiries, à l‘image de celles que pouvaient arborer les familles nobles. A l‘instar de ces dernières, elles se présentent sous la forme d‘images composites constituées d‘un assemblage de symboles pourvus de couleurs significatives. Mais contrairement à la plupart des armoiries, bien que les codes de celles-ci soient généralement repris, le sens des symboles que les blasons fraternels emploient demeure secret. Comme les devises, ceux-ci peuvent aussi présenter une double signification : l‘une profane, l‘autre réservée aux initiés. Voici pour illustrer mes propos, le blason de la fraternité Alpha Epsilon Pi (ΑΔΠ), présentant aussi sa devise officielle : 16

« Personne n’a pu me dire où mon âme se trouvait. Je suis allé voir Dieu, mais Il ne m’a pas répondu. Je suis allé chercher mon frère et j’ai trouvé les trois »17.

17

“No one could tell me where my soul might be. I searched for God, but He eluded me. I sought my brother out and found all three.” 17

Ces armoiries se retrouvent sur des pins, ou des badges, qui doivent être impérativement portés lors des cérémonies officielles. Signe d‘appartenance le plus respecté, cette médaille est l‘élément distinctif le plus chéri des frères. Les postulants, ou plus précisément, les impétrants18, peuvent avoir un pin spécifique qui les différencient des profanes. Le deuxième élément de reconnaissance extérieure le plus important est vestimentaire : il s‘agit des « lettres ». Sweat-shirt présentant les lettres de la fraternité, il est donné en signe d‘intégration lorsque l‘impétrant devient un vrai frère. Il est d‘ailleurs fréquemment rappelé aux membres que, s‘ils représentent la fraternité à tout instant, cela est encore plus vrai lorsqu‘ils portent leurs « lettres ». D‘autres vêtements, tels que des T-shirts, peuvent être lettrés, mais ceux-ci présentent une moindre importance. D‘autres signes de reconnaissance servent à s‘identifier entre membres. En effet, les confréries estudiantines étant le plus souvent nationales, il n‘est pas rare qu‘elles comportent plusieurs milliers d‘adhérents. Qu‘il s‘agisse de poignées de mains particulières, de mots de passe, de chansons, de textes, de valeurs cachées ou d‘informations spécifiques, toutes ces manifestations sont secrètes et souvent complexes et/ou multiples, pour pallier tout risque d‘intrusion. De plus, ces signes de reconnaissance se présentent fréquemment sous la forme de compositions incluant plusieurs de ces éléments. Le film Road Trip, réalisé en 2000 par Todd Phillips, présente un bon exemple de code de reconnaissance composé : ne sachant pas où dormir, les cinq héros blancs essayeront de se faire passer pour des

18

Sont désignés comme “impétrants”, les personnes qui sont reconnues comme postulants, donc frères potentiels, par la Faluche. Celle-ci est l’équivalent français méconnu des fraternités universitaires américaines (voir Conclusion Générale). Il semble donc approprié d’emprunter ici ce terme.

18

membres d‘une « confrérie noire ». Incrédule, le frère portier de la maison du chapitre demande à l‘un des héros de prouver son appartenance à la confrérie. S‘en suit un rituel de reconnaissance long et très complexe, incluant des cris en répondant à d‘autres, et une gestuelle démesurée. Malgré l‘aspect volontairement comique de la scène, de tels signes de reconnaissance existent réellement sous cette forme. Il est aussi à noter que les « Grecs » (membres d‘une fraternité universitaire, quelle qu‘elle soit) peuvent facilement se reconnaître entre eux puisqu‘ils

connaissent tous l‘alphabet grec par cœur. Cette caractéristique favorise la création de liens sociaux inter-fraternels et facilite ainsi l‘établissement d‘un « système grec » (voir 2.3).

1.4

Catégories de sociétés aux lettres grecques

Tel que le définit Clifton L. Hall dans l‘Encyclopedia Americana, il existe cinq catégories de confréries étudiantes : 1- Les fraternités professionnelles, directes descendantes des guildes, qui

sélectionnent des étudiants qui s‘inscrivent dans une même formation, afin de faciliter l‘établissement d‘un réseau professionnel. On peut les voir comme une version modernisée de leurs ancêtres du Moyen-Age. 2- Les sociétés honorifiques, qui ont pour but de rassembler les membres du corps étudiant répondant à des critères d‘excellence académique, engagés dans des actions de service pour la communauté, et/ou élus à des postes décisionnels.

19

3- Les sociétés de reconnaissance, qui récompensent le succès de certains étudiants sur des critères plus lâches que ceux employés par les sociétés honorifiques. 4- Les fraternités culturelles, qui ont pour objectif de rassembler des membres du corps étudiant appartenant déjà à une minorité commune. On pourrait citer la confrérie qui m‘a servi d‘exemple pour présenter les blasons, Alpha Epsilon Pi (ΑΔΠ), celle-ci étant une fraternité exclusivement juive. D‘autre part, le film Road Trip (op. cit.) présente l‘une de ces « fraternités noires ». 5- Les fraternités sociales, dites aussi générales, qui représentent l‘écrasante majorité des sociétés aux lettres grecques et qui nous intéressent dans ces pages.

20

2.

Les Fraternités estudiantines sociales
Cette étude se focalisera sur les fraternités estudiantines sociales (dites aussi

générales), car les représentations des confréries étudiantes dans les médias concernent quasi exclusivement cette catégorie. Ouvertes à tous les étudiants, leurs membres, communément appelés les «Grecs» (Greeks), ne sont généralement pas sélectionnés de par leur confession, couleur de peau, année d‘étude, sujet d‘étude ou niveau scolaire, sous réserve que ce dernier soit au-dessus du minimum requis pour postuler19. Elles présentent aussi la particularité d‘être des sociétés unisexes. Les fraternités générales pour hommes sont communément désignées sous le diminutif de « fraternités », et celles réservées aux femmes sont appelées « sororités ».20 Elles proposent à leurs membres d‘établir une « vie sociale organisée qui devient un aspect de l‘expérience éducative».21 Si elles sont effectivement ouvertes à tous, elles sont tout de même composées d‘une majorité de Blancs22, âgés de 17 à 22 ans, suivant un cursus de licence (Bachelor‘s degree). Cette période de la vie des initiés est dite « active », puisque ceux-ci sont encore étudiants.23 Cette partie a été principalement alimentée à l‘aide du Manuel de Baird ainsi que de mon expérience personnelle. En effet, d‘autres ouvrages de référence sur le sujet se sont révélés difficilement trouvables, les auteurs s‘étant plus intéressés à
19

Cette ouverture d’aujourd’hui résulte d’un long et progressif processus s’étalant tout au long du XXème siècle, qui est décrit en détail dans l’article « Reflections on the College fraternity and its changing nature » de Kent C. Owen publié dans le Manuel de Baird. En effet, les différences de couleur de peau ou de confession ont longtemps été discriminatoires. 20 Clifton L. Hall, op. cit. 21 Kent C. Owen, p. 9, op. cit. 22 On se réfère souvent aux fraternités générales sous le terme de « white fraternities » pour insister sur cette proportion. Cependant, celles-ci sont ouvertes à tous, elles ne sont donc pas à rapprocher des « black fraternities » : fraternités culturelles exclusivement ouvertes aux personnes de couleur. 23 Clifton L. Hall, op. cit.

21

critiquer certains aspects ciblés de la « vie grecque » plutôt qu‘à la décrire dans son ensemble.

2.1

L’initiation et les autres rituels

Initiation : Cérémonie qui fait accéder un individu à un nouveau groupe d'appartenance, défini par le partage d'un savoir commun.24

S‘il est sélectionné, l‘intéressé, communément appelé un « potentiel », peut commencer son initiation. Celle-ci se présente en trois étapes : la séparation, l‘étape liminale (ou l‘entre deux) et la réincorporation. Arnold Van Gennep introduit le concept de « liminalité », ainsi que la trichotomie relative à l‘initiation, dans son ouvrage Rites de Passage, paru en 1909. La première étape, dite « pré-liminale » ou « rite de séparation », se caractérise par une mort symbolique de l‘individu. En effet, celui-ci est contraint de laisser derrière lui son statut social, ainsi que ses anciennes coutumes. Durant l‘étape liminale, le profane, devenu impétrant, est subordonné aux maîtres de cérémonie et doit suivre scrupuleusement leurs indications. Il subit alors une série d‘épreuves qu‘il doit parvenir à surmonter. Victor Turner, dans son essai Betwixt and Between: The Liminal Period in Rites of Passage paru en 1967, développe cette phase en y ajoutant la notion de « perte d‘identité » inhérente à l‘initiation de groupes. Selon lui, les individus composant le groupe d‘impétrants doivent se dégager de leurs caractéristiques spécifiques. Ils se retrouvent alors indissociables de la masse du

24

www.larousse.fr/dictionnaires/francais/initiation/43144

22

groupe. Les normes sociales et les limites de cette « communauté normative » deviennent floues. Celle-ci doit alors reconstituer son propre système de valeurs et de règles. De plus, l‘état social indéfini des membres du groupe aurait la faculté de créer des liens forts et uniques entre ces êtres en transit. Au terme de son initiation, durant le « rite d‘incorporation », l‘individu se constitue une nouvelle identité. Celuici a alors changé de statut dans la société. Il est reconnu comme un être entier et unique, faisant partie intégrante de son groupe d‘accueil. Il est devenu un initié. Selon les deux auteurs, ces « rites de passage » seraient une constante des sociétés humaines25. Dans le cas des fraternités sociales étudiantes, après un premier rituel initiatique qui permet au « potentiel » d‘appréhender certains des secrets de la

confrérie (et de clarifier la situation, car jusque là, il ne sait pas dans quoi il s‘engage), celui-ci acquiert le statut d‘impétrant (pledge). L‘impétrant est un frère en puissance, en transition entre le monde profane et celui des initiés, qui doit faire ses preuves en montrant une grande motivation : prise de responsabilités, participation systématique aux événements, etc. ; ainsi qu‘en apprenant les secrets de la fraternité à dates fixes. Ces postulants n‘ont accès qu‘à des réunions hebdomadaires éducatives qui leur sont spécifiques. Elles les réunissent avec certains dirigeants du chapitre ainsi qu‘avec leur marraine, appartenant à une sororité. Ils ont aussi des tâches particulières à accomplir, comme aller chanter des sérénades aux portes des sororités du campus ou confectionner un cadeau groupé pour le chapitre. De plus, la classe doit participer à

25

Informations dispensées par Mrs Bonnie Blackburn, Professeur de Théorie de la Fiction et des Films à CSULB, durant le second semestre de l’année 2010/2011 (Spring 2011). Celles-ci sont étayées dans l’Encyclopédie Universalis : www.universalis.fr/encyclopedie/initiation/

23

quelques rituels secrets qui lui sont exclusifs. Chaque semestre voit une nouvelle classe désignée par une lettre grecque. Ces noms sont bien sûr attribués par ordre alphabétique, afin de pouvoir différencier les membres les plus anciens des plus récents. Cependant, à défaut de pouvoir assister aux réunions hebdomadaires officielles, les impétrants peuvent, et doivent, être présents lors de tous les autres événements, divers et variés, organisés par la confrérie (voir I.2.3 et I.2.4). Ces frères en devenir étaient, et sont encore dans certains chapitres, victimes de bizutage (voir II.1.1 Bizutage). Au terme d‘un périple de généralement un an, s‘ils ont fait leurs preuves, ces postulants peuvent parfaire leur initiation en assistant au rituel final et ainsi devenir des « frères » à part entière. Ils reçoivent alors les clés des symboles, la connaissance de tous les secrets de la fraternité ainsi que leurs « lettres ». Les deux rituels initiatiques, le premier comme le dernier, sont scellés par un pacte de fidélité et de confidentialité, auquel chaque membre est tenu de souscrire. Par la suite, les frères peuvent, et doivent impérativement, assister aux réunions helléniques hebdomadaires, généralement tenues le lundi, où les questions nécessaires à la vie du chapitre sont débattues.

2.2

Fonctionnement et hiérarchie

Les sociétés estudiantines américaines sont constituées d‘une maison-mère, qui est généralement le chapitre fondateur, et d‘un réseau de plusieurs chapitres affiliés à celle-ci. Tous les chapitres constituant une fraternité doivent appliquer les consignes et les lois stipulées dans leur constitution générale, celle-ci étant établie lors de la genèse du groupe. Elle est complétée par un code de bonne conduite. Les 24

changements à apporter à ces documents sont décidés par un collège d‘élus, incluant les présidents de chapitre, lors de congrès annuels ouverts à tous les membres de la confrérie. Chaque chapitre doit aussi rédiger une seconde constitution qui lui est propre, afin d‘y établir son fonctionnement interne: type de régime démocratique (grands électeurs ou universel), participation ou non à un nouveau programme initiatique, jours de réunion, montant des cotisations, etc. Un groupe d‘étudiants désireux de créer un nouveau chapitre dans un campus où la confrérie n‘est pas encore présente se constitue en «colonie». Afin d‘acquérir le statut de chapitre, celle-ci doit répondre à un certain nombre de critères. Elle doit par exemple être capable de garantir un nombre minimal de membres ou d‘attester du bon respect des valeurs de la fraternité. Tant au niveau national qu‘au niveau de leurs chapitres, ces confréries présentent une structure hiérarchique associative. Elles sont dirigées par un président, soutenu par un vice-président ainsi que par d‘autres postes importants. Au niveau national, chaque pôle de responsabilité est exercé par un délégué : image de marque, relations parentales, gestion des chapitres, gestion des colonies, comptabilité/gestion, recrutement, liens confraternels/conclaves, aide à l‘emploi, aide scolaire, communication, philanthropie, relations postuniversitaires, etc. Les fraternités nationales sont généralement à l‘initiative de la création de fondations du même nom à buts caritatifs.26

26

Introduction du Manuel de Baird (op. cit.).

25

2.2.1

Le congrès fraternel national

Les chapitres se regroupent au sein de conseils helléniques annuels afin de se rencontrer, d‘amender la constitution si nécessaire, d‘accorder le statut de chapitre aux colonies le méritant et de contrôler le bon respect de la constitution par l‘ensemble des chapitres. Des prix sont décernés aux chapitres les plus méritants sur les critères valorisés par le « système grec » : meilleur recrutement, meilleur collecte de fonds, etc. Ces conclaves sont tenus dans une ville différente chaque année, permettant au chapitre associé à l‘université de la ville choisie de recevoir ses pairs. Il existe aussi des congrès inter-fraternels nationaux qui ont pour ambition de favoriser la création de liens cordiaux entre ces organisations.

2.2.2

Les dirigeants des chapitres

Les chapitres des différentes fraternités ayant tous des constitutions nationales et spécifiques différentes, il est difficile de brosser un tableau exhaustif de leurs possibles organigrammes. Cependant, ils répondent tous à certaines constantes. En effet, ceux-ci sont dirigés par un nombre minimal d‘élus

représentant le chapitre. On se réfère à ce groupe de tête sous le terme de « Tableau Exécutif » (executive board ou e-board). Il est généralement composé des postes suivants, présentés par ordre d‘importance :

Le Président du chapitre, qui en a la responsabilité et qui préside aux décisions majeures.

26

Le Vice-Président Externe (External Vice-President, EVP), qui représente le chapitre lors des colloques inter-chapitres du « système grec » et qui gère les questions en relation avec les individus extérieurs au chapitre (autres confréries, parents, étudiants, etc.).

Le Vice-Président Interne (Internal Vive-President, IVP), qui gère les questions internes au chapitre.

 

Le Trésorier (Treasurer). Le Directeur du Développement Confraternel (Brotherhood Development Director), qui est responsable des événements réservés aux « frères » ainsi que du recrutement de nouveaux membres.

Le Directeur Administratif, qui contrôle le bon déroulement des opérations administratives et qui est responsable des différents événements nécessaires à la bonne vie du chapitre.

2.2.3

Les chaires

Le tableau exécutif est soutenu par d‘autres élus qui lui sont subordonnés. Les détenteurs de ces « chaires » doivent appliquer au mieux les propositions faites par l‘e-board. Ils sont sanctionnés en fonction du bon déroulement de leurs activités. Le nombre de chaires ainsi que leurs rôles peuvent varier en fonction des ambitions et des besoins de chaque chapitre, ainsi que des réalités du campus. Voici à titre d‘exemple, la liste explicitée des chaires du chapitre Beta Pi (BΠ) de la confrérie Zeta Beta Tau (ZBT), présentées par ordre alphabétique :  Le Directeur de la Gestion des Risques (Risk Management Chairman), qui est responsable des questions d‘assurance et de protection des personnes. 27

L‘Historien qui a pour mission de conserver des traces de la vie du chapitre sous différents médias : vidéo, photos, etc.

Le

Responsable

Académique

(Academic

Chairman),

qui

veille

au

développement et au maintien d‘un bon niveau académique.  Le Responsable de la Constitution de Fonds (Fundraising Chairmen), qui a pour mission de faire augmenter le capital du chapitre en organisant des événements lucratifs, par exemple.  Le Responsable du Conseil Inter-Fraternités (Inter-Fraternity Council (IFC) Chairman) gère les activités liées aux fraternités du même sexe au sein du campus. Pour les sororités, il s‘agit du Conseil Panhellénique.  Le Responsable de la Maison du Chapitre (House Chairman), qui gère les questions relatives à celle-ci.  Le Responsable de la Philanthropie (Philanthropy Chairmen), qui organise des évènements caritatifs.  Le Responsable du Recrutement (Recrutement Chairman), qui a pour mission d‘augmenter les effectifs du chapitre. Il organise les événements de la « semaine de recrutement » (voir I.1.3.1).  Le Responsable des Relations avec les Anciens Elèves (Alumni Relations Chairman), qui a pour mission de maintenir les liens avec les membres ayant obtenus leur diplôme.  Le Responsable des Relations Humaines (SOE Chairman) contrôle le bien-être des membres. Il les reçoit en entretien au moins une fois par semestre.

28

Le Responsable

des

Relations

Inter-Chapitres (Inter-Chapter

Relations

Chairman), qui a pour mission d‘entretenir les relations confraternelles avec les autres chapitres de la fraternité. Il organise des rencontres avec ceux-ci.  Le Responsable des Relations Parentales (Parental Relations Chairman), qui a pour mission de gérer l‘image du chapitre auprès des parents des membres ou des potentiels.  Le Responsable des Relations Public (Public Relations Chairman), qui doit valoriser le chapitre auprès du public.  Le Responsable des Relations avec les Sororités (Social Chairman), qui gère les relations entre le chapitre et les chapitres des sororités sur le campus (inversement si l‘on prend le cas d‘une sororité). Il organise les « soirées sociales » (voir I.1.3.4).  Le Responsable des Sports (Athletics Chairmen), qui gère la constitution des équipes de sports au sein du chapitre ainsi que leur entrainement et leur performance durant les matchs.  Le Responsable des Services Rendus à la Communauté (Community Service Chairman), qui organise des actions de bienfaisance pour aider l‘université et/ou la ville.

2.2.4

Les familles : les grands et petits frères

Lorsqu‘un impétrant devient initié, celui-ci est pris en charge par un membre plus ancien. L‘initiant est appelé « grand frère » (big bro ou simplement big) et le nouvel initié est appelé « petit frère » (little bro ou little). Se crée alors une relation spéciale entre les deux individus. Le big, comme le ferait un vrai grand frère, est 29

chargé de veiller à l‘intégration de son little dans la confrérie ainsi que dans l‘université, les nouveaux initiés étant le plus souvent des premières années. Il doit aussi veiller à la réussite scolaire de son protégé. De plus, les « grands frères » sont généralement affiliés à une famille composée de leur « grand frère » et du « grand frère de leur grand frère », etc. Un « big », pouvant prendre plusieurs « littles » durant son cursus, peut aussi étendre la famille de cette façon. Cette confrérie au sein du chapitre a ses propres codes de reconnaissance, et est généralement tournée vers une valeur fondamentale dont elle tire son nom (en Grec): par exemple, la famille Sagesse ou Intégrité. Les « lettres » que reçoit un initié doivent d‘ailleurs stipuler le sigle du chapitre sur l‘épaule droite, puis celui de la famille d‘appartenance sur l‘épaule gauche et enfin, le nom du grand frère en bas du dos : « John Doe‘s Little Bro». A l‘image de la plupart des sociétés humaines, le système d‘intégration des individus dans les fraternités générales se présente donc sous la forme de communautés d‘appartenance hiérarchisées. De plus en plus petites, elles

présentent une valeur d‘attachement relationnel inversement proportionnelle : « big bro », « famille », chapitre, chapitres du réseau de l‘Etat et fraternité nationale.

2.2.5

Les impétrants

Précédemment introduit, le statut d‘impétrant est celui qu‘un individu acquiert lorsqu‘il débute son initiation. Entre le statut de « potentiel » (profane curieux) et celui de « frère », l‘impétrant est un être en devenir qui doit faire ses preuves. Pouvant être considérés comme des souffre-douleur ou des esclaves, ces

postulants, en cours d‘initiation, sont les cibles potentielles du bizutage. Il arrive 30

que leur statut liminal soit reconnu par l‘obtention d‘un pin spécifique, qui les différentie des frères et des non-Grecs. Ce sont les personnes qui subissent une initiation (voir I.2.1).

2.3

Le « système grec »

« La vie sociale des campus américains se caractérise par l’appartenance, ou non, au système grec. »27

Si cela était bien le cas il y a plus d‘un siècle, ça l‘est toujours aujourd‘hui. En effet, le nombre d‘étudiants appartenant à des fraternités reste assez élevé sur les campus américains. De plus, il est normal qu‘un campus, permettant à ses étudiants de rejoindre ce type de réseaux sociaux, voit apparaître de nombreux chapitres représentant différentes fraternités et sororités. L‘ensemble de ces chapitres constitue le « système grec » (Greek system) d‘une université. Celui-ci est géré par le Bureau de la Vie des Fraternités et des Sororité (Fraternity and Sorority Life Office ou FSL Office). Ce Bureau, appartenant à l‘administration de l‘université, définit les règles du « système grec ». Il fixe par exemple le niveau de la moyenne générale minimale sine qua non à l‘autorisation de se constituer en chapitre, ou soutient les événements inter-fraternels. Il a le pouvoir d‘autoriser la constitution des chapitres ainsi que celui de les dissoudre, en cas d‘infraction aux règles qu‘il a établies.

27

A. C. Stevens, Preface, op. cit.

31

On se réfère à l‘ensemble des évènements proposés par le « système grec » ou par une fraternité, qu‘ils soient privés ou publics, sous le terme de « vie grecque » (Greek life). Tous les chapitres sont en compétition les uns avec les autres au regard des prix décernés par le Bureau FSL. L‘obtention de ces distinctions est souvent accompagnée d‘une aide financière, incitant le chapitre vainqueur à persévérer dans cette voie.

2.3.1

La « rangée fraternelle »

Les chapitres possèdent traditionnellement une maison qui sert de dortoir ainsi que de cadre aux réunions helléniques. Etant en général composés de plusieurs dizaines de personnes, seule une minorité de membres peut y habiter. Cet espace est aussi dédié à l‘accueil des divers évènements organisés par les « frères ». La première de ces « maisons de chapitre» (chapter house) aurait vraisemblablement été celle du chapitre de l‘Université du Michigan de la confrérie Chi Psi (ΧΨ), construite peu avant la Guerre Civile (1861–1865). Le fait que les universités commençaient à ne plus assurer de logements suffisants pour les étudiants, en plus des tensions créées par la promiscuité entre inconnus vivant dans les dortoirs, ainsi que de l‘arrivée de la conception universitaire allemande, selon laquelle il vaut mieux dissocier le cadre de vie de celui des études, auraient présidé à l‘instauration de cette tradition.28 Il est très fréquent que les campus des grandes universités soit pourvus d‘une « rangée de fraternités » (fraternity row). Il s‘agit d‘une rue, dans le campus ou à son abord, exclusivement composée de maisons de chapitres, ce qui offre un
28

Kent C. Owen, p. 14, op. cit.

32

bénéfice évident en termes de voisinage, prévenant ainsi les risques de plaintes pour tapage nocturne.

Fraternity Row de Central Michigan University

L‘introduction du film Animal House réalisé par John Landis en 1978, présente deux étudiants marchant le long de ce type d‘habitations. Elles sont sujettes à une vive polémique visant l‘insécurité qui y règne, notamment en ce qui concerne les accidents et/ou les feux domestiques (voir II.1.4). Il est aussi à noter que les maisons de sororités sont encore aujourd‘hui gardées par un chaperon, ce qui témoigne de l‘état de l‘avancée des mentalités dans ce milieu. Il s‘agit en général d‘une femme entrée dans la vie active appartenant au chapitre. En plus de sa fonction de gardienne, elle peut avoir le rôle de conseillère ou de mère de substitution.

33

2.3.2

La semaine de recrutement

Une semaine de recrutement (rush week) est organisée au début de chaque semestre. Elle permet aux différentes confréries de se faire connaître des nouveaux étudiants et de sélectionner parmi eux les « potentiels » auxquels elles feront une « offre » (bid). Cette dernière se présente sous la forme d‘une lettre officialisant la proposition de rejoindre la confrérie. Les « potentiels » sont évalués sur des critères académiques, de réputation (roi ou reine du bal de promotion, sportif médaillé, etc.), ainsi que physiques (canons Gréco-Romains). Plus le chapitre est reconnu, plus il est exigeant. Ainsi, les chapitres de fraternités et des sororités les mieux installés à CSULB n‘envisagent un « potentiel » que s‘il excelle dans ces trois points. En premier lieu, des stands de présentation sont disposés dans un endroit passant du campus ou dans le hall principal (friendly walk). Présentant

quotidiennement chaque organisation, ils sont tenus par les membres des confréries. Chaque stand présente les lettres de la fraternité sous forme de grands panneaux de bois aux couleurs de celle-ci. Durant l‘année, ils sont exposés sur la façade de la maison du chapitre, représentant l‘appartenance à la fraternité nationale. Ces lettres géantes sont d‘une importance capitale pour le chapitre.

Friendly walk de CSULB, automne 2010

34

Friendly walk de CSULB, automne 2010

Des événements divers et privés sont organisés chaque soir de la semaine par les sociétés aux lettres grecques. Il peut s‘agir, par exemple, d‘activités sportives (aller taper des balles de baseball dans les cages) ou simplement de dîners. Ces événements-tests ont pour objectif de favoriser la rencontre entre les membres et les potentiels. Traditionnellement, le vendredi soir est réservé aux « soirées ouvertes » (voir I.1.4.6). Parmi les plus grandes fêtes de l‘année, ces soirées doivent convaincre les potentiels de s‘engager. Cette semaine peut aussi servir de prétexte à une semaine de débauche festive sur certains campus, comme ceux de UCLA ou UC Irvine en Californie, afin d‘attirer l‘attention des étudiants sur la « vie grecque » et de leur donner envie d‘y participer. Au contraire, elle peut aussi être synonyme de restrictions : par exemple, les membres des sororités de CSULB ont pour ordre de rester sobres durant les sept

35

jours du « rush », afin de donner une image plus « positive »29 du « système grec ». La semaine de recrutement met en exergue une relation ambivalente entre les potentiels et les fraternités. Car, si ce sont bien les potentiels qui candidatent (rush) auprès des fraternités, ces dernières ont aussi pour objectif d‘élargir leurs rangs. Plus un chapitre acquiert en notoriété, plus il est difficile d‘être sélectionné. The Social Network réalisé par David Fincher en 2010 illustre bien ce propos : le personnage d‘Eduardo Saverin (Andrew Garfield) est approché par l‘Ordre du Phoenix (société secrète très puissante de l‘université d‘Harvard), ce qui aurait rendu jaloux Marc Zuckerberg (Jesse Eisenberg) et serait l‘un des motifs de l‘éviction de Saverin du groupe Facebook, selon le film. Il est aussi à noter qu‘il existe une « règle d‘hérédité » : un parent direct d‘un membre, fils ou frère (fille ou sœur), reçoit d‘office un « bid » par le chapitre, si lui (ou elle) intègre la même université. Dans Admis à Tout Prix, réalisé par Steve Pink en 2006, l‘un des personnages secondaires, gros et très maladroit, donc incarnant le parfait « loser », devient héréditairement impétrant dans une confrérie de « populaires » (Voir II.2.2.1.1). Bien sûr, il y sera persécuté.

2.3.3

Les olympiades

Si les chapitres des fraternités et des sororités sont déjà en concurrence au regard des prix décernés par le Bureau FSL, elles s‘affrontent aussi lors d‘épreuves
29

Lors des multiples entretiens que j’ai menés, les diverses personnes avec lesquelles je conversais (Grecs, étudiants et professeurs ) s’y référaient systématiquement sous le terme d’ «image positive ». Ce jugement de valeur est certainement empreint des valeurs conservatrices véhiculées par la culture WASP : White Anglo-Saxon Protestant.

36

en tous genres, le plus souvent sportives. Ces confréries doivent alors constituer des équipes sportives diverses au sein de leurs membres : Football US, Basketball, Baseball, Dodgeball, Volleyball, Lacrosse, Football, etc. Les vainqueurs, en somme du trophée et de la renommée, peuvent gagner une aide financière. American Pie Présente : String Academy, réalisé par Joe Nussbaum en 2006 présente un match de Football US démesuré entre les Beta Delta Xi (B∆Ξ), la confrérie des « rebelles » du campus, et la confrérie des personnes de petite taille, Alpha Pi Gamma (ΑΠΓ) (30‘ à 44‘). Le thème de l‘opus suivant American Pie Présente : Campus en Folie réalisé par Steve Rash en 2007 semble aussi illustrer pertinemment ce point. Opposant cette fois-ci la maison des « Béta » au chapitre des méchants « geeks » (GE∑K)30, le sixième épisode de la saga American Pie met en scène un duel entre fraternités lors d‘olympiades humoristiques, la maison du chapitre étant en jeu.

2.3.4

Les soirées sociales

Les « soirées sociales » sont des soirées officielles, où le chapitre d‘une fraternité invite dans sa maison l‘un des chapitres d‘une sororité du campus (l‘inverse étant compromis par la présence d‘un chaperon et interdit par le code général). A l‘image des rallyes dansants français, ces soirées, souvent à thème, ont pour objectif de favoriser la constitution de couples au sein de l‘ « élite » que forme le système grec. Sans alcool (ou autres drogues) et très respectueuses des bonnes mœurs, puisque les « Grecs » en présence doivent incarner les valeurs de leurs organisations respectives, elles se terminent tôt et servent en général de préludes.

30

Les fratmovies, ne s’embarrassant pas de la signification des lettres grecques, remplacent souvent les E par des Σ, afin de rendre les noms des confréries, ou les titres de films, plus équivoques.

37

En effet, sitôt la « soirée sociale » terminée, la sororité se regroupe à l‘extérieur de la maison et revient dans la minute pour se joindre à une fête privée. Bien qu‘il s‘agisse des mêmes personnes, les deux événements sont bien distincts : le deuxième étant beaucoup moins conventionnel que le premier et peu regardant au niveau des bonnes mœurs et du contenu des boissons. Ce comportement ambivalent est sans doute symptomatique de la société américaine, celle-ci étant encore très conservatrice.31

2.3.5

Les soirées formelles

Pouvant être organisées aussi bien par les fraternités que par les sororités, ces soirées sont dédiées à la remise de prix honorifiques aux membres du chapitre : membre le plus engagé, le plus charismatique, etc. Elles tirent leur nom du fait qu‘une tenue de soirée est exigée pour pouvoir y assister. Elles se déroulent dans un cadre privé, autre que la maison du chapitre (salle de bal, bateau, ou autres). A l‘image du bal de promotion, chaque personne doit y inviter une personne du sexe opposé. Le choix s‘oriente quasi systématiquement vers des personnes appartenant au « système grec ». Il est fréquent que les chapitres ayant plus d‘affinités entretiennent des relations particulièrement cordiales, et que leurs membres s‘invitent plus facilement. Les soirées « sociales » et « formelles » sont régulièrement portées à l‘écran dans la série télévisée GR∑∑K, qui a débuté en 2007.

31

Voir conclusion générale.

38

2.4

Autres activités relatives aux chapitres

2.4.1

La philanthropie

La question de la philanthropie se trouve au cœur des préoccupations de la « vie grecque ». Qu‘il s‘agisse de soirées caritatives, d‘entretien du campus et de la ville, ou d‘actions éducatives, les « Grecs » ont à cœur de participer à ces démarches.32 Par exemple, le chapitre Beta Pi nettoie régulièrement les plages de Long Beach le dimanche matin. De plus, le trophée de la philanthropie et celui de l‘excellence académique sont parmi les plus convoités, car ils incarnent les valeurs fondatrices de la « vie grecque ».

2.4.2

Les activités académiques

Les « Grecs » doivent s‘acquitter d‘un certain nombre d‘heures d‘étude à la bibliothèque (cinq heures par semaine pour le chapitre Beta Pi). De plus, le tarif des cotisations semestrielles est souvent dégressif pour les très bons étudiants, afin

d‘inciter les « frères » à augmenter leur moyenne. A CSULB, si certains grecs présentent une moyenne générale insuffisante et/ou un nombre d‘absences trop élevé, ils se retrouvent sous contrat pédagogique avec le chapitre. Ils doivent suivre des cours de soutien scolaire et ont pour obligation d‘effectuer tous devoirs supplémentaires proposés par leurs professeurs (ce qui est fréquent aux USA). Ces derniers visent ce contrat, plusieurs fois par semestre, pour plus de transparence. Si les « Grecs » sous contrat ne l‘honorent pas, ceux-ci sont radiés de la confrérie.

32

Kent C. Owen, p. 19, op. cit.

39

2.4.3

Les activités confraternelles

Chaque chapitre de fraternité ou de sororité est à l‘origine de certaines pratiques qui lui sont propres. Parmi celles-ci, un certain nombre d‘événements variés et spécifiques sont destinés à resserrer les liens unissant les « frères » ou les « sœurs ». Il peut s‘agir de retraites, en camping ou dans une autre ville, ou bien de concours entre membres.

2.4.4

Les soirées « ouvertes »

Ce sont ces événements qui défrayent la chronique des journaux et qui alimentent l‘aspect le plus subversif de l‘image des confréries étudiantes.

Organisées exclusivement par les fraternités masculines dans leurs maisons respectives, ces soirées « ouvertes » sont généralement proposées à l‘ensemble du corps étudiant de l‘université. Bien que la majorité des étudiants puisse y accéder, il s‘agit de fêtes privées soumises à la discrétion des chapitres. Dans les petits chapitres, ces soirées ne sont quasi exclusivement ouvertes qu‘aux étudiantes, les membres de la confrérie constituant la gente masculine. Leur popularité résulte certainement du statut social des étudiants en premières années de licence (lower level). En effet, ces jeunes « majeurs »33 de 18 à 20 ans sont soumis à une mesure législative leur interdisant l‘achat ou la consommation d‘alcool. En plus de fournir illégalement cette population en alcool, les chapitres, en mettant leur maison à disposition, offrent un lieu clos indispensable à l‘expression de ces activités. Il est aussi fréquent de retrouver des lycéens dans ces soirées, ceux-ci étant assujettis à la même législation.
33

La majorité est atteinte à 18 ans dans tous les états des USA, en ce qui concerne la responsabilité civile (droit de vote) ainsi que l’émancipation parentale.

40

En somme, les soirées « ouvertes » connaissant souvent une grande affluence, celles-ci présentent l‘opportunité de faire connaître le chapitre ainsi que de faire fructifier sa réputation. Dans ce contexte, l‘aspect festif qui était auparavant « négatif » devient paradoxalement valorisé. En effet, il est simultanément considéré de façon conservatrice, décadente, subversive, libératrice et/ou jouissive, par le corps étudiant (voir I.2.5). Les fraternités les plus riches organisent de véritables concerts, invitant les artistes du moment les plus en vogue. On en voit un exemple dans Retour à la Fac réalisé par en Todd Phillips en 2003 : le chapitre fraîchement installé invite le rappeur Snoop Dog à animer leur fête afin de se faire aimer de la population estudiantine (19‘20‘‘). L‘introduction d‘Euro Trip, réalisé par Jeff Schaffer en 2004, présente un cas similaire. La « semaine de recrutement » ainsi que l‘ultime weekend de l‘année scolaire suivant les derniers partiels sont connus pour être les expressions les plus vives de ces manifestations. La dernière fête du cursus scolaire, ultime célébration étudiante, constitue d‘ailleurs le cadre du film éponyme Frat Party, réalisé par Robert Bennett en 2009. Ne correspondant pas à la morale conservatrice encore très présente dans la communauté universitaire aux USA, ces fêtes sont souvent le théâtre de divers débordements, et sont très régulièrement interrompues par des descentes de police (II.1).

41

2.5

Objectifs

Ces organisations présentent un objectif double. Elles ont pour ambition de gérer et de concilier, pour leurs membres, les aspects récréatifs et académiques de l‘expérience universitaire, afin de faire de ceux-ci une « élite sociale et littéraire ». D‘une part, elles désirent permettre aux membres les composants de créer des liens sociaux entre eux, ainsi qu‘avec les autres participants à la « vie grecque ». Ces connections leur serviront certainement à constituer leurs réseaux professionnel et affectif. D‘autre part, elles ont aussi pour ambition de préparer les « frères » à gérer des postes à responsabilités et à se familiariser avec les réalités d‘une carrière politique. Afin d‘obtenir un poste de dirigeant au sein du chapitre, les « frères » doivent faire « campagne » les uns contre les autres, tout en veillant à conserver des liens cordiaux, ou tout du moins, à en maintenir l‘apparence.34 Cette caractéristique rappelle la situation sociale au sein des partis politiques. Même si la période active ne dure que les quatre années de « Bachelor », un « Grec » reste membre, ou au moins affilié à sa confrérie, durant sa vie entière. En somme, cette période se situe dans la vie des individus au moment où ceux-ci peuvent entreprendre de réaliser l‘« american way of life »35 : carrière, mariage et vie en banlieue. A l‘obtention d‘un diplôme, il est d‘usage chez les « Grecs » de se marier et de débuter une carrière professionnelle d‘envergure. Il est donc fréquent de voir un « frère » se marier à une « sœur » et démarrer une entreprise avec ses autres « frères », ou bien travailler pour des « frères » déjà en place, à l‘issu de sa quatrième année d‘études supérieurs. Le film Frat Party (op. cit.), illustre bien ce
34 35

Clifton L. Hall, op. cit. Cette « façon de vivre américaine » est basée sur la mentalité capitaliste issue du protestantisme anglo-saxon qui a contribué à faire des USA une nation élitaire. Avec cette vue très empirique, le gain d’argent ou sa perte, est considéré comme le résultat d’une ingérence divine.

42

propos. Le héros, censé incarné le « frat boy » parfait (séducteur, talentueux, etc), se retrouve précisément dans cette situation. Les rituels ainsi que l‘aspect secret de ces organisations sociales ayant plutôt pour objectif de créer des liens entre leurs membres que de leur transférer un savoir communautaire indicible, on peut considérer que ces groupes sociaux élitistes ne réalisent leurs buts que partiellement. En effet, si la « vie grecque » nationale compte un grand nombre de participants, ceux-ci, n‘étant qu‘une minorité au sein de la minorité sociale que constitue le corps étudiant national, ne représentent vraisemblablement qu‘un faible pourcentage de la population du pays. Or, l‘appartenance à ce système isole facilement des individus n‘y adhérant pas, incluant les personnes ayant

potentiellement un meilleur niveau académique ainsi qu‘un réseau social au statut plus élevé. De plus, les grandes facultés relationnelles dont doivent faire preuve les « Grecs », afin de pouvoir évoluer dans la sphère que constitue la « vie grecque », favorisent une certaine hypocrisie.36 Cela, exacerbe certainement le clivage entre « Grecs » et « non-Grecs », renforçant ainsi l‘une des facettes de l‘image qu‘ils offrent.

36

Il s’agit de l’une des critiques les plus récurrentes que l’on peut rencontrer dans les médias. Quelques exemples vécus : durant la semaine de présentation à CSULB, chaque fraternité valorisait de façon très ostensible leurs « potentiels ». En se manifestant ainsi à outrance, les chapitres avaient pour objectifs de jouer sur l’égo de leurs cibles et ainsi de se les approprier, en le signifiant à leurs concurrents. Certaines réunions réservées aux impétrants sont dévolues à l’apprentissage des « bonnes » réponses à dispenser aux non-Grecs. Il est aussi de bon ton de valoriser l’appartenance au chapitre lorsqu’un impétrant est présent.

43

CONCLUSION DE LA PREMIERE PARTIE

On constate que les fraternités estudiantines sociales américaines sont des organisations étudiantes séculaires qui s‘inspirent des sociétés secrètes

européennes du Moyen-Âge, en reprenant leur forme et leur rapport au secret. Leurs membres se regroupent autour de valeurs universelles mises en exergue par des rituels secrets et des signes de reconnaissance spécifiques. Elles descendent aussi des sociétés littéraires anglo-saxonnes, ce qui explique leur référence à la nomenclature grecque Elles visent aujourd‘hui des objectifs multiples, tant sociaux qu‘académiques : Elles créent des liens particuliers entre les membres de la « vie grecque », leur permettant d‘évoluer dans une atmosphère propice à l‘épanouissement social, tant au niveau personnel que professionnel, favorisant ainsi le développement d‘une carrière souvent politique. Elles exercent aussi leurs membres à tenir des postes à responsabilités et à s‘inscrire dans une dynamique corporative à l‘échelle nationale. De plus, elles encouragent la création du couples et donc de la famille, notion primordiale aux USA. D‘autre part, elles proposent une vie estudiantine très riche à leurs membres, en les faisant participer à des événements tant sportifs, caritatifs, académiques, confraternels, que festifs. Elles offrent aussi des lieux clos permettant aux moins de 21 ans de se retrouver et de faire leur expérience, loin du cadre parental ou institutionnel.

44

On peut donc constater que la « vie grecque » est un phénomène complexe, offrant une grande diversité de pratiques sociales, de codes et de participants. Comment une telle réalité sociale est-elle représentée dans les médias ?

45

II. Leurs représentations véhiculées par les médias
La dichotomie entre « médias d‘information », presse et journaux, et « médias du divertissement », médias de l‘audiovisuel, c‘est imposée suite au constat que les œuvres littéraires concernant la « vie grecque » étaient, dans leur grande majorité, des textes réflexifs et non ludiques. La production audiovisuelle, quant à elle, relève quasi exclusivement de l‘industrie du divertissement hollywoodienne.

1. Les médias de l’information
Les médias de l‘information, presse et journaux, sont le support d‘une controverse séculaire concernant les fraternités estudiantines nord-américaines, qu‘ils alimentent et entretiennent.

1.1

La controverse

1.1.1

Les deux visions antagonistes

Les deux conceptions antagonistes des fraternités estudiantines, l‘une, antisociété-aux-lettres-grecques soutenue par les opposants à la « vie grecque », et l‘autre, pro-confréries défendue généralement par les membres de ces

46

organisations, s‘opposent dans une riche littérature. Dick Powell les expose toutes deux dans son livre réflexif sur les fraternités étudiantes, Fraternity Row37 : La vision anti-fraternités met principalement l‘accent sur les dérives de ce système.

« Pourquoi existent les fraternités ? Leurs démérites sont si nombreux et leurs défauts si grands. Elles codifient le snobisme. Elles pervertissent les valeurs. Elles corrompent les instincts décents. Elles reposent sur l’exclusivité et prospèrent grâce à l’intolérance. Elles aspirent à stratifier les individus ainsi que leurs croyances. Elles se gavent de stupidité et d’infantilisme, et vomissent leur peine et leur malveillance. »38

Selon

les

partisans

de

cette

opinion,

la

« flagrante nature

anti-

démocratique » des fraternités estudiantines reposerait sur des discriminations principalement ethnique et confessionnelle, ainsi que sur la faculté qu‘ont les membres de blackbouler39 « arbitrairement » les potentiels, qu‘ils humilieraient

ainsi. La similarité sociale des membres qui composent ces confréries serait le reflet
37 38

D. Powell, Fraternity Row, Brewster Publications, Los Angeles, USA, 1963, pp.142-154 “Why do fraternities exist? Their demerits are so numerous; their shortcomings so short; they codify snobbery; the pervert values; they corrupt decent instincts; they eat on exclusiveness, they thrive on intolerance; they presume to stratify people and beliefs; they gorge on stupidity and infancy, and they disgorge heartache and viciousness.” D. Powell, Fraternity Row, op. cit., p.141 39 Un vote est organisé lors de la réunion durant laquelle les membres d’une fraternité décident, ou non, de recruter des potentiels. Si un membre se prononce en défaveur de la candidature d’un potentiel, il le blackboule (qui vient du terme anglais : black ball : boule noire) en plaçant une boule noire dans l’urne. S’il se prononce en faveur de la candidature de celui-ci, il place une boule blanche dans l’urne. Une majorité de boules noires élimine un candidat. Cette nomenclature ainsi que cette pratique seraient issues de la Franc-Maçonnerie, qui se serait elle-même inspirée de rites grecs anciens. En effet, être « élu » signifie originellement être « choisi par les dieux ». Dans un souci de prévention du despotisme, les membres du gouvernement athénien étaient élus par le fruit du hasard et pour une durée unique de quelques années. Tous les citoyens étaient appelés à plonger la main dans une urne. S’ils en sortaient une boule blanche, ils étaient élus. Ils ne l’étaient pas dans le cas de l’obtention d’une boule noire.

47

de leur intolérance. En effet, ceux-ci mépriseraient toutes les personnes qui ne leur seraient pas semblables. Ces individus qui se « croient supérieurs, n‘hésitent pas à bizuter, parfois jusqu‘à la mort, leurs nouvelles recrues ». « Alcooliques infantiles », ils s‘adonneraient à des « comportements sexuels déviants », et pas

nécessairement consentis, pervertissant des « étudiantes chastes préalablement enivrées. » Ce mode de vie n‘aurait pour unique résultat que l‘abrutissement, ce

qui aurait une grave répercussion sur le niveau scolaire des « Grecs ».40 Finalement, afin de pouvoir s‘intégrer, chaque membre devrait abandonner ses « convictions et sa dignité ». La vision pro-fraternité ne se borne pas à répondre à ses détracteurs et évite soigneusement certains faits incontestables tels que le bizutage, la liberté sexuelle ou la consommation d‘alcool. Elle met plutôt l‘accent sur les aspects constructifs de la « vie grecque ».

« Selon moi, les fraternités étudiantes présentent une valeur inestimable en cela qu’elles ont fait les hommes au cours des âges. Je peux citer de nombreux cas de jeunes hommes qui sont arrivés à l’université avec un fort sentiment d’infériorité. Ils ne s’étaient pas encore trouvés, étaient

désorganisés scolairement, et indisciplinés sur bien d’autres plans. Mais, grâce à leur confrérie, ils ont fini par devenir des personnalités organisées, et efficaces.

40

Cette affirmation a été démentie par une étude sociologique faite en 2002, montrant que les « Grecs » avaient des résultats similaires, voire meilleurs, que la moyenne des étudiants dans certains domaines. J. C. Hayek, R. M. Carini, P. T. O'Day, G. D. Kuh, “Triumph or Tragedy: Comparing Student Engagement Levels of Members of Greek-Letter Organizations and Other Students”, Journal of College Student Development, USA, v43 n°5 p643-63 Sep-Oct 2002

48

Il est dans la nature de l’homme de s’associer en fonction d’affinités, d’amitiés partagées, et c’est lorsqu’ils le font sous les grands principes d’une fraternité que cela devient le plus avantageux. J’ai la plus haute estime pour la vie grecque, ce qu’elle a fait, ainsi que ce qu’elle continue à faire pour les jeunes hommes américains. »41

Selon les pro-fraternités, les confréries estudiantines présentent de nombreux avantages pour leurs membres ainsi que pour le système éducatif américain. Elles auraient pour fonctions principales de « développer la personnalité des membres, de favoriser l‘expression de la tolérance et de l‘empathie, d‘assister leurs membres dans leur orientation, de fournir une demeure sur le campus, d‘aider chacun à se créer son système de valeurs ainsi que ses habitudes, d‘initier à la vie en communauté, d‘offrir des conseils et des avertissements, de développer les liens sociaux ainsi que l‘habilité sociale des participants, d‘entraîner pour l‘exercice de postes à responsabilités et/ou politiques, de créer un réseau professionnel, de réduire le provincialisme, de favoriser la loyauté et d‘établir de grands idéaux. »42 De plus, les « Grecs » apprendraient en s‘engageant l‘importance du service et de l‘entraide, au sein du groupe prônant des valeurs « familiales ». Les fraternités favoriseraient aussi la progression académique de leurs membres en encourageant

41

“In my judgment, the college fraternity has been of inestimable value in making men across the years. I can cite many cases of boys who came to college with strong feelings of inferiority. They had not found themselves, were disorganized in study habits, and undisciplined in other ways. But under the guidance of their fraternities they became organized, effective personalities. It is natural for men to come together in compatible, mutual friendship, and when they do so under the high ideal of a fraternity it proves to be most beneficial. I have a very high regard for the fraternity system and what it has done and is doing for American young men.” Norman Vincent Peale, (1898/1993) écrivain et ministre américain membre de Phi Gamma Delta, cité par D. Powell, op. cit., p. 148 42 D. Powell, op. cit., p. 152

49

une attitude sérieuse vis-à-vis de leurs études. Certains mettent aussi en exergue que l‘alcoolisme estudiantin, le viol et le bizutage ne sont pas des inventions de la « vie grecque », et qu‘ils existent bien en dehors de celle-ci.

1.1.2

Evolution de la controverse

1.1.2.1

Au XIXème siècle

Cette polémique existe depuis la genèse de la création des confréries estudiantines. Alimentée par les différentes vagues d‘oppositions antimaçonniques, elle se présente souvent comme une extension de celles-ci, faisant un amalgame erroné entre les sociétés aux lettres grecques et la Franc-Maçonnerie. Cette controverse sépara, et sépare toujours, le corps universitaire, s‘agissant autant des professeurs que des étudiants, en deux camps rivaux « égaux en réputation ainsi qu‘en compétences »43. La contestation apparut pour la première fois sous une forme organisée en se constituant en 1847 en Confédération Anti-Secrète (Anti-Secret Confederation), prônant un retour aux sociétés littéraires des décennies précédentes (voir I.1.2.3), n‘ayant qu‘une visée strictement académique et non sociale. Au cours du XIX ème siècle, quelques présidents d‘universités tentèrent, sans succès, de faire interdire les fraternités sociales à l‘échelle nationale, mettant en avant le fait que ces organisations divisent la communauté universitaire en groupes d‘appartenances distincts, ce qui favoriserait « l‘envie et la jalousie ». De plus, elles seraient majoritairement en défaut face à de nombreux préceptes religieux, tels que la

43

H. D. Sheldon, op. cit., p.178

50

chasteté. L‘université du Michigan renvoya tous les étudiants participant à son « système grec » en 1851, ce qui déclencha la colère des sociétés secrètes de l‘Etat, dont la très influente Franc-Maçonnerie, et se solda par la dissolution de la Confédération Anti-Secrète. De telles mesures répressives sont très minoritaires ; ainsi Princeton est la seule université américaine de premier plan à interdire les fraternités estudiantines sur son campus depuis 1855. La seconde tentative d‘éradication d‘envergure fut menée par l‘Association Nationale des Chrétiens (National Christian Association) en la personne de H. L. Kellogg. Suite à la publication de son livre dénonciateur College Secret Society paru en 1874, l‘ANC reçut le soutien de 45 universités situées dans 20 états différents, ce qui montrerait, selon ses dires, « la conviction générale et bien établie que la nature, ainsi que les pratiques, des confréries étudiantes sont purement

diaboliques ». Cet action ne mena cependant à aucune restriction mais illustre bien l‘idéologie religieuse, et dogmatique, de la contestation de l‘époque. S‘en suivit, jusqu‘à la Grande Guerre, une riche littérature produite par d‘éminents professeurs américains44, considérant que les fraternités encourageaient l‘immoralité, ainsi que par leur opposants45, estimant les confréries comme autant de vecteurs développant les capacités sociales de leurs membres. L‘aspect secret perdit de son importance durant cette période afin d‘endiguer les contestations. Les sociétés aux lettres

44

Parmi eux les docteurs et professeurs, H. Crosby et J. R. Jacques, publiant les transcriptions de leur conférences devant l’Association Centrale Universitaire « Central College Association » à Illinois Westland University, en 1868. Ils seront rejoints par E. E. Aiken avec son livre The Secret Society System, New Haven, USA, 1882. Celui-ci, critiquant l’exclusivité du « système grec » de Yale, fut souvent repris à une échelle nationale. 45 Les deux figures principales des pro-fraternités de l’époque sont R.W. Baird, auteur de la première édition du Manuel de Baird (1905), ainsi que l’ancien Président de l’université de Cornell, A. D. White dans College Fraternities, The Forum, USA, 1887.

51

grecques prospérèrent et devinrent de plus en plus proches de simples clubs étudiants.46

1.1.2.2

Au XXème siècle

Dans les années 20, l‘explosion du nombre de maisons de chapitres 47 obligea les fraternités à recruter massivement, ce qui rabaissa le statut des impétrants, les membres leur confiant principalement des tâches ménagères. Cette situation favorisa le développement du bizutage, ranimant la polémique qui fut interrompue par la Grande Dépression de 1929, puis la Seconde Guerre mondiale. De plus, cette nouvelle caractéristique normalisée marqua la fin de « l‘âge d‘or intellectuel » des fraternités, incitant les chapitres à se focaliser davantage sur leurs facettes « sociale, récréative et extracurriculaire ».48 Cependant, Hollywood répandait de par ses films une image idyllique, bon enfant et volontaire des fraternités étudiantes, qui fédérait l‘opinion publique, et qui se substituait à la réalité sociale de l‘époque (voir II.2.1.3). Après 1945, l‘éducation supérieure américaine s‘ouvrant aux minorités, l‘aspect discriminatoire de ces confréries WASP, ou juives, se fit plus évident, ce qui participa à l‘apparition d‘une nouvelle controverse. En réponse, celles-ci s‘ouvrirent majoritairement aux nouvelles populations composant le corps étudiant, et prospérèrent ainsi jusqu‘au début de la Guerre du Vietnam (1959/1975). Les liens que les fraternités entretiennent avec l‘establishment et avec les instances que sont les universités, en somme de leur ancienneté qui les intègre au
46 47

Henry D. Sheldon, op. cit., pp.143-219 774 en 1920 pour 1874 en 1929. 48 Kent C. Owen, op. cit., p. 2

52

passé à détruire, ont joué en leur défaveur durant la révolution sociale des années 60 et 70. La Guerre du Vietnam et ses contestations, les révoltes sur les campus, ainsi que les mouvements libertaires (celui des hippies, des droits civiques pour les minorités, des féministes, de la libération gay, etc.) ont constitué la plus grande atteinte que la « vie grecque » ait connue depuis sa création. Beaucoup de chapitres fermèrent, les membres s‘en désintéressant ou étant apeurés par les mouvements anti-establishment. La fin des années 70, ainsi que les années 80, se caractérisent par l‘émergence de très grandes fraternités nationales affichant plusieurs centaines de chapitres. Cependant, chaque confrérie était systématiquement impliquée, de par un ou plusieurs de ses chapitres, dans « des affaires de mort par bizutage, de viol collectif, de rixe entre membres intoxiqués, de drogues ou de vandalisme ». Ces débordement étaient caractéristiques des campus américains de l‘époque, que « la télévision, le cinéma, les journaux et les magazines »49 relayaient, noircissant ainsi la réputation des confréries étudiantes (voir II.2.1.3). Les fraternités étaient dorénavant vues comme les responsables de tous les débordements et pratiques estudiantines contestables. Dans cette optique, certains campus minoritaires interdirent leur « système grec » et bannirent leurs chapitres.

« Dans les années 90 - si les rapports des médias sont une mesure fiable l’opinion populaire perçoit toujours les fraternités comme une bande de voyous irresponsables, alcooliques et drogués, s’adonnant à des fêtes

49

Kent C. Owen, op. cit., p. 5

53

sauvages, des viols collectifs, du bizutage brutal ainsi qu’à d’autres débordements similaires. »50

Les années 90 et 2000 sont caractérisées par la nostalgie de l‘image des fraternités des années 20, et montrent la volonté d‘un retour aux sources de ce qu‘étaient ces confréries étudiantes, valorisant l‘application de leurs valeurs. Elles voient le durcissement des règlements des campus, obligeant les fraternités à montrer plus de transparence et à sanctionner les chapitres perturbateurs. Leur existence est désormais menacée par le « Mouvement de la Vie Grecque » (Greek Life Movement), alimenté par le nouveau parti de gauche, qui demande leur extinction en mettant en avant leurs aspects confidentiel et élitiste. Les chapitres prennent aussi plus d‘autonomie, leur permettant d‘adapter leur structure, leur règlement et leur comportement, aux réalités de leur campus spécifique.

1.1.2.3

Aujourd’hui

Au début des années 2010, les « systèmes grecs » universitaires sont composés d‘entités différenciées, prenant la liberté de s‘inspirer des différents états des fraternités au cours des siècles. Certains valorisent simultanément un retour aux valeurs du début du XXème siècle, tout en prônant un comportement subversif, issu des mouvements libertaires des années 60 et 70. D‘autres tentent de s‘inscrire intégralement dans des représentations d‘autrefois. L‘aspect national a perdu de son

50

Kent C. Owen, op. cit., p. 1

54

hégémonie et les chapitres, ainsi que leur « système grecs », présentent des particularités que l‘on ne peut étudier qu‘au cas par cas.

1.2

Les griefs

De très nombreux faits divers corroborent les accusations des détracteurs de la « vie grecque ». Ils ont donné lieu à de multiples études sociologiques ainsi qu‘à une riche presse anti-fraternités. Ils sont cependant à relativiser, les

comportements les plus graves ne représentant qu‘une minorité de chapitres. Qu‘ils soient religieux et/ou libéraux, les opposants se focalisent principalement sur les aspects suivants.

1.2.1

Le bizutage et l’alcoolisme

Bizutage : le fait pour une personne d'amener autrui, contre son gré ou non, à subir ou à commettre des actes humiliants ou dégradants lors de manifestations ou de réunions liées aux milieux scolaire et socio-éducatif.51

Existant déjà au Moyen-Age, c‘est au retour de la guerre de la Guerre Civile Américaine (1861–1865), que le bizutage s‘implanta plus fortement dans les coutumes des sociétés aux lettres grecques. Les membres, en ayant fait l‘expérience à l‘armée, décidèrent de s‘en inspirer pour leurs organisations. A cette époque, il était courant de penser que le bizutage favorisait la création de liens
51

Code pénal - Article 225-16-1. En France, hors les cas de violences, de menaces ou d'atteintes sexuelles, le bizutage est puni de six mois d'emprisonnement et de 7 500 euros d'amende.

55

entre les impétrants, en les plaçant ensemble dans des situations désagréables, qu‘ils devaient surmonter. Il était vu comme un élément à part entière de l‘initiation, et était souvent lié avec des activités incluant une consommation excessive d‘alcool. A la fin du XIXème siècle, il était souvent question de concours de boisson, et d‘aveugler, par un bandeau, les impétrants durant leur initiation. Des tests, sur la bonne connaissance des dates et codes de la fraternité, se soldaient par des humiliations, si les postulants n‘étaient pas en mesure de répondre

correctement. On voit régulièrement des exemples de ces pratiques séculaires au cinéma. Dans W. d‘Oliver Stone (2008), George W. Bush (Josh Brolin) est gavé d‘alcool et questionné sur l‘historique de Delta Kappa Epsilon (l‘une des sociétés secrètes des Présidents américains52). Dans The Social Network (op.cit.), le personnage d‘Eduardo Saverin est mis en rang, au milieu de la nuit et dans le froid glacial, avec les autres impétrants. Ils sont dénudés, s‘ils ne peuvent pas répondre correctement à des questions concernant l‘historique d‘Harvard. Sous couvert de tester la loyauté, ainsi que la motivation des impétrants, ces activités n‘auraient pour réel objectif que de gonfler l‘ego des membres en place.53 C‘est l‘explosion du nombre de maisons de chapitres dans les années 20 qui développa ces pratiques.54 Les impétrants étaient recrutés en nombre afin d‘entretenir les nouvelles demeures et d‘augmenter les rangs de ces organismes. Ils étaient persécutés par les « frères » en cas de manquement à leurs tâches. Un nouveau rite émergea de cette condition fraîchement répandue. Chaque impétrant,
52

17 présidents américains appartenaient ou appartiennent encore à des sociétés sociales, en plus de la FrancMaçonnerie, et des Skull and Bones 322 (Crâne et Os), société secrète de Yale. Voir annexe J : fraternités des présidents des USA. 53 D. Powell, op. cit., p.143 54 774 en 1920 pour 1874 en 1929.

56

en devenant membre, devait offrir une planchette de bois (paddle), sur laquelle étaient inscrits son nom, celui de son « grand frère », ainsi que ceux de la confrérie et du chapitre, afin que son mentor puisse le corriger, parfois à loisir, en lui donnant la fessée.55

Exemple de paddles

La libération des années 60 a contribué à complexifier les différentes formes de bizutages. A partir des années 80, si l‘alcool a toujours tenu une place centrale dans le bizutage, les farces et autres coups montés élaborés commencent être l‘apanage des fraternités. Le thème d‘un coup monté qui tourne mal est d‘ailleurs assez fréquent dans les frat movies à visée sociale. Brotherhood (2010) de Will Canon présente le cas d‘un impétrant devant effectuer un faux braquage à main armée en guise de bizutage. La situation dérape lorsque celui-ci se fait tirer dessus par le commerçant. Sorority Row (2009) de Stewart Hendler est un frat movie
55

Henry D. Sheldon, op. cit., pp.178-181

57

d‘horreur impliquant une sororité faisant croire à un bizut que l‘une d‘entre elles était morte en sa compagnie. Dans un accès de rage, celui-ci enfonce un cric dans le torse de la « morte ». C‘est certainement sous l‘influence des teen movies et de leurs dérivés, que le bizutage a pris une tournure de plus en plus sexuelle dans les années 2000. 44 états américains l‘ont déclaré illégale et il s‘agit d‘un délit en Californie (Voir annexe C : California Hazing Law). Le droit californien le définit comme étant lié à l‘intégration d‘un nouveau groupe social étudiant, reflétant les réalités américaines.56 On recenserait 96 morts, 90 hommes et 6 femmes, dues au bizutage depuis la création des fraternités estudiantines, ainsi que de nombreux accidents.57 (Voir annexe D : exemples de fait divers) La première mort recensée d‘un impétrant au cours d‘un bizutage eut lieu en 1873, à l‘Université de Cornell. Un jeune impétrant est mort en tombant d‘une falaise alors qu‘il était aveuglé par un bandeau, lors de son initiation.58 Le film Fraternity Row (1977) de Thomas J. Tobin, inspiré d‘un fait divers semblable, présente le cas de la mort d‘un bizut durant son initiation à la suite d‘un traitement très sévère. De multiples études sociologiques d‘envergure se sont succédé sur le sujet, au rythme d‘une par décennie depuis les années 50 59, la plus récente et la plus aboutie datant de 200860. Cette étude se base sur les résultats d‘un questionnaire

56

http://hazingprevention.org/hazing-information. Il existe de très nombreux sites officiels de prévention tels que celui-ci. 57 http://hazing.hanknuwer.com. Informations compilées à la date du 12/02/2010 par Hank Nuwer. 58 Henry D. Sheldon, op. cit., p.182 59 Elles sont compilées dans le livre de H. Nuwer, Wrongs of Passage: Fraternities, Sororities, Hazing and Binge Drinking, Bloomington and Indianapolis, USA, 1999. 60 E. J. Allan, M. Madden, “Hazing in View: College Students at Risk”, University of Maine, College of Education and Human Development, USA, Mars 2008. Disponible gratuitement sur leur site officiel www.hazingstudy.org

58

soumis à 11482 étudiants, répartis dans 53 établissements dispersés à l‘échelle nationale, et sur 300 entretiens avec des étudiants ainsi qu‘avec des membres du corps universitaire, répartis sur 18 de ces campus. Elle définit le bizutage comme étant « n‘importe quelle activité à laquelle on astreint une personne désireuse de rejoindre un groupe donné, qui humilie, dégrade, outrage, et met ladite personne en danger, sans considérer le consentement de l‘individu à y participer »61. Elle

présente une population estudiantine reconstituée, 75% de Blancs et 25% de minorités, avec la minorité asiatique majoritairement représentée à 7%, et un ratio hommes/femmes de 36/64. Selon cette étude, 73% des membres des sociétés aux lettres grecques déclarent avoir connu, au moins une fois, une pratique de bizutage. Les pratiques de bizutage les plus fréquemment rapportées par les « Grecs » sont les suivantes, par ordre d‘importance : (N=1,295) Participation à un jeu à boire. Chanter seul ou à plusieurs en public lors d‘une situation qui n‘est pas un événement prévu à cet effet. Boire une grande quantité d‘alcool au point d‘en être malade ou de s‘effondrer. Etre réveillé durant la nuit par d‘autres membres. Se faire crier dessus, commander ou injurier par d‘autres membres. S‘empêcher de dormir. 19% 18% 17% 26% 53% 31%

61

“Any activity expected of someone joining or participating in a group that humiliates, degrades, abuses, or endangers them regardless of a person’s willingness to participate.”

59

S‘associer avec certaines personnes et non avec d‘autres. Participer à un canular durant lequel une autre personne est humiliée. Pratiquer des actes sexuels avec une personne d‘un autre sexe. Servir d‘esclave personnel à d‘autres membres Regarder d‘autres personnes durant des ébats sexuels

16% 14% 10% 9% 9%

Porter des vêtements embarrassants et ne faisant pas partie d‘un 9% uniforme Etre transporté et déposé dans un endroit inconnu. 9%

Ces chiffres mettent en évidence le fait que le bizutage est toujours un sujet d‘actualité, tout particulièrement dans ces confréries. De plus, la consommation massive d‘alcool est intiment liée à celui-ci. Elle se placerait même au rang de problème le plus important des campus américains et fait, elle aussi, l‘objet de nombreuses études.62

« Plus un membre boit, plus il est accepté et perçu comme un homme accompli. Il est un acquis ainsi qu’une caractéristique des fraternités, que les membres soient de gros buveurs.»63

Cependant, les choix de cette étude et donc l‘interprétation de ses chiffres, ainsi que ceux de celles qui l‘ont précédée, sont assez discutables. En effet, les pratiques liées à la consommation d‘alcool sont imputables à l‘ensemble du corps

62

Le gouvernement a mis au point un guide, en 2004, pour aider les chapitres à gérer leurs rapports avec la boisson. http://permanent.access.gpo.gov/lps59456/Alcohol%20Summit.pdf 63 Kent C. Owen, op. cit., p. 6

60

étudiant64 et pas particulièrement aux fraternités. Si l‘on mettait ces chiffres à part, ce qui est impossible au vu de la façon dont ils sont présentés, on constaterait très probablement que le bizutage spécifique aux fraternités concernerait en fait un plus faible pourcentage de la population « grecque ». Si ces pratiques de bizutage ne sont évidemment pas à ignorer, elles ne suffisent pas non plus à brosser un tableau exhaustif de ce qu‘est l‘expérience d‘un individu investi dans le « système grec » et se présentent souvent comme autant de clichés erronés.

1.2.2

Le viol

Principalement perpétrés lors d‘évènements festifs organisés dans les maisons de chapitres, les viols, souvent collectifs, constituent l‘un des traits les plus noirs des fraternités estudiantines. Une étude de ces viols, réalisée par Patricia Yancey Martin et Robert A. Hummer en 198965, présente les éléments suivants. Les sociologues, Julie K. Ehrhart et Bernice R. Sandler, auraient recensé en 1985 une cinquantaine de cas de viols perpétrés par des membres de fraternités sur les campus américains :

« Les

fraternités

sociales

présentent

des

contextes

physiques

et

socioculturels qui encouragent la coercition des femmes. Nous ne prétendons

64

81% des étudiants consommeraient de l’alcool, 44% en quantité excessive et 23% en quantité excessive de façon fréquente. Chiffres issus de la dernière grande étude en date, qui a été réalisée par 5 docteurs de l’université d’Harvard, publiée en 1999, impliquant 14521 étudiants de 116 universités, réparties sur 39 états. H. Wechsler, G. W. Dowdall, G. Maenner, J. Gledhill-Hoyt, H. Lee, “Changes in Binge Drinking and Related Problems Among American College Students Between 1993 and 1997 : Results of the Harvard School of Public Health, College Alcohol Study”, Journal of American College, USA, 1999. 65 P. Yancey Martin, R. A. Hummer, “Fraternities and Rape on Campus”, Gender and Society 3, n°4, USA, Décembre 1989, pp. 457-473. Trouvée dans M. E. Odem, J. Clay-Warner, “Confronting Rape and Sexual Assault”, Worlds of Women n°3, SR Books, Willmington, USA, 1998.

61

pas que toutes les fraternités soient « mauvaises », ou que tous leurs membres masculins soient tous des violeurs. Notre observation indique, cependant, que le viol est particulièrement probable au sein de ces confréries à cause de leur nature, du type de personnes qui les composent, des activités dans lesquelles elles s’engagent et de l’absence virtuelle de la surveillance de l’université, ou de sa communauté. »66

Parmi les pratiques les plus récentes, celle de tenter de transformer les fêtes après les « soirées sociales » en orgies, en faisant ingurgiter, à leur insu, la drogue du violeur aux membres en présence de la sororité. (Voir annexe E : fait divers « roofies ») Plus que pour le bizutage, cette réalité ne touche que très minoritairement la communauté « grecque » et ne saurait suffire à elle seule, à définir la « vie grecque ».

1.2.3

L’insécurité domestique

L‘autre reproche général fait aux « Grecs » concerne l‘insécurité régnant dans les maisons de chapitres. En premier plan, elles brûleraient 5 fois plus que les autres types de dortoirs. La cause principale de ces combustions serait liée à des manifestations de flammes directes, volontairement allumées par les membres, notamment à l‘occasion de l‘utilisation de bougies. Il y aurait 150 feux domestiques
66

“Fraternities are a physical and sociocultural context that encourages the sexual coercion of women. We make no claim that all fraternities are “bad” or that all fraternity men are rapists. Our observations indicate, however, that rape is especially probable in fraternities because of the kinds of organizations they are, the kinds of members they have, the practices their members engage in, and a virtual absence of university or community oversight.” J. K. Ehrhart, B. R. Sandler, “Campus Gang Rape: Party Games ?”, Association of American Colleges, Washington DC, USA, 1985.

62

par an concernant des maisons de chapitres et ceux-ci auraient fait 10 victimes jusqu‘en 2002.67 (Voir annexe F : incendies de maisons de chapitres) La combustion d‘une maison de chapitre est l‘un des sujets du film Les Tronches (1984) de Jeff Kanew. La fraternité des populaires et sportifs, ayant fait brûler sa maison à la suite d‘un incident résultant d‘un jeu à boire, réquisitionne les dortoirs des « nerds » (voir II.2.2.1.2), qui se voient contraints de dormir dans le gymnase. Les maisons de chapitres sont aussi le théâtre de nombreux accidents domestiques résultant majoritairement de l‘irresponsabilité et/ou de l‘état d‘ébriété des membres de la confrérie. (Voir annexe G : accident domestique) En somme, le risque de dégradations en tous genres en font l‘une des « catégories d‘immeubles les plus difficiles à assurer » aux États-Unis. « Les fraternités générales masculines sont au 6ème rang sur la liste des installations à risques ». 68 (Voir annexe H : assurance)

67 68

Données recueillies par une étude d’état, réalisée en mars 2002. En 2003 selon le Groupe Hobbs/Kirklin & Co. Elles seraient au second rang aujourd’hui, devant les installations nucléaires, selon Thomas Kroupa, Directeur de la Gestion des Risques du chapitre Beta Pi de la confrérie Zeta Beta Tau.

63

2. Les médias du divertissement
Le cinéma ainsi que la télévision se focalisent principalement sur les aspects récréatifs de la « vie grecque », en reprenant les codes des teenpics.

2.1

Les teenpics

L‘appellation teenpic (teen picture) regroupait originellement tous les films à destination du public adolescent. On peut considérer aujourd‘hui qu‘elle englobe toutes les œuvres audiovisuelles produites à destination de cette cible. Le teenpic fut d‘abord caractérisé par le très large groupement de films hétéroclites dénommé teen movie, puis par celui-ci de séries (les teen series) inspirées de celui-ci. Sous-catégorie inscrite au sein du teen movie, le frat movie, faisant évoluer ses protagonistes « grecs » dans une « vie grecque » fantasmée, présente néanmoins quelques particularités et thèmes récurrents. Sur le même modèle, il existe aussi des frat series. En référence aux teenpics, les fratpics seront dans ces pages, l‘ensemble des productions audiovisuelles incluant les frat movies et les frat series. Des représentations de fraternités et de sororités existent dans de très nombreux films, qu‘il s‘agisse de teen, de frat movies, ou autres. Les exemples cités dans ces pages n‘ont donc pas vocation à être exhaustifs mais essayent d‘être pertinents au regard des propos tenus. De plus, nombreux sont les films qui ont disparu parmi ces productions, ceux-ci n‘étant pas conservés puisque négligés de

64

par leur nature. Plus on remonte dans le temps, plus il est difficile de trouver les films qui n‘ont pas été de grands succès au box-office. 69

2.1.1

Le teen movie

On pourrait faire remonter les racines du teen movie à l‘invention du cinéma, avec l’Arroseur Arrosé (1895) des frères Lumière70 ainsi qu‘à la découverte de l‘adolescence en 1904 par G. Stanley Hall dans Adolescence : Its Psychology and Its Relation to Psychology, Anthropology, Sociology, Sex, Crime, Religion and

Education.71 Il est une composante de la culture de la jeunesse américaine (youth culture) apparue dans les années 20, qui devint vite internationale. 72 Il fallut attendre les années 50 pour voir émerger et s‘imposer la population adolescente comme la cible privilégiée de l‘industrie du divertissement. Le baby-

boom73, la concurrence de la télévision 74 ainsi que le déclin de l‘ancien système hollywoodien75, poussant les studios de cinéma à spécialiser le contenu de leurs

69

Les films familiaux d’avant 1950, constituant des petits et moyens succès, ont été très rarement conservés, et souvent en mauvaises conditions, par les studios. 70 Ce court métrage présente un enfant farceur pris à son propre jeu. Selon T. Shary, on y retrouve les éléments du comique de situation qui sera l’une des caractéristiques majeures du teen movie. 71 T. Shary, Teen Movies: American Youth on Screen, Wallflower Press, Brighton, UK, 2005, p. 1. 72 « La culture de la jeunesse américaine est apparue dans les années 20 au sein des jeunes adultes, à l’université ou bientôt au travail, vivant seuls, ayant dépassé la plupart des marqueurs sociaux de l’âge adulte et n’ayant donc aucune obligation de demander la permission d’écouter du Jazz à leur parents. » J.P. Dennis, Queering Teen Culture: All-American Boys and Same-Sex Desire in Film and Television, Harrington Park Press, New York, USA, 2006. 73 Pic de natalités dans les pays occidentaux après la Seconde Guerre mondiale, s’étalant de 1945 à 1965, établissant une large proportion d’adolescents au sein de ces populations. 74 On recensait aux USA, 1 million de téléviseurs en 1949 contre 50 millions (90% des foyers) en 1960. Cette concurrence fut à l’origine de la création de la 3D, de la couleur, des écrans larges (2.5/1), du cinérama (triple projecteurs), de la politique du blockbuster (financement de films à grand spectacle à visée internationale) et de l’augmentation des représentations du sexe et de la violence, dans le cinéma hollywoodien. 75 L’affaire USA contre Paramount (1948) établit une jurisprudence anti-trust, obligeant les grands studios à se séparer de leurs chaînes de distribution, et empêchant aussi le « block booking », pratique qui forçait les salles de cinéma à acheter les films par groupes (1 blockbuster et plusieurs séries B), pour avoir accès aux blockbusters des

65

productions (celles-ci étant jusqu‘alors orientées vers la plus large variété de publics possibles) présidèrent à la création du teen movie. 76 Le développement de nouvelles pratiques de consommation liées au cinéma et destinées à la jeunesse, telles que les projections drive-in77, ainsi que le développement de la presse adolescente spécialisée, contribuèrent à la popularité de ces nouvelles productions. Comme pour le film noir, il s‘agit plus d‘un groupement de films que d‘un genre au sens strict, réunissant de très nombreux sous-genres (teen-slasher (horreur), teen-thriller, high school movie, college movie (incluant le frat movie), teen sci-fi, etc.), mais présentant une grande majorité de comédies romantiques (teencom). Cependant, il est vite considéré comme tel de par ses caractéristiques très prononcées.78 La grande majorité des teen movies mettent en scène des adolescents dans les situations caractéristiques de cet âge. Ces productions sont quasi exclusivement des films d‘exploitation 79, recyclant ou réinterprétant, selon le talent des

participants, les mêmes codes, valeurs et archétypes. Les différentes périodes de son évolution voient ses attributs, notamment la représentation de la sexualité et l‘humour de situation, être exploités de façon de plus en plus appuyée.

majors. Les années 50 virent aussi la fin des contrats de 7 ans pour les acteurs, ainsi que l’apparition de nombreux talents indépendants. 76 T. Doherty, “Teenager and Teenpics: The Juvenilization of American Movies in the 50’s”, Uniwin Hyman, Boston, USA, 1988, p. 3 77 Projections en extérieure, auxquelles on devait assister dans le confort de son auto. 78 Afin d’éviter les confusions, on se référera aux teen movies sous le terme de style 79 Le terme de « films d’exploitation » se réfère à la publicité, à la promotion ainsi qu’au contenu prédéfinis des films de genre, produis par Hollywood. Il existe aussi de rares teen movies indépendants, tels que Juno (2007) de Jason Reitman. T. Doherty, p. 3, op. cit.

66

2.1.1.1

Evolution

« Chaque génération est le témoin de ses propres idées et aspirations adolescentes, de ses fantaisies et de ses peurs, représentées en images par des protagonistes, pleins de jeunesse, apprenant à devenir adulte. Les teen movies, à l’image des générations successives d’adolescents, ont mûri et changé avec les époques, testant leurs limites, explorant leur potentiel et recherchant de nouvelles identités. En effet, l’étude des teen movies révèle l’évolution de la maturité de notre société. »80

On pourrait considérer les films tous publics antérieurs à 1949 présentant des représentations de la jeunesse, comme les précurseurs des teen movies. Ceux-ci basés sur le star system, mettent principalement en avant de jeunes célébrités incarnant « l‘exubérance de la jeunesse »81. On voit aussi apparaître dès les années 20, des films sur le phénomène social qu‘est l‘émancipation de la jeunesse, et sur ses formes de contestation82. Bien que Timothy Shary place l‘apparition du genre en 1949, on considère traditionnellement La Fureur de vivre de Nicholas Ray (1955) comme étant le premier teen movie, établissant James Dean comme l‘icône de la jeunesse de l‘époque. Il établit la délinquance juvénile comme sujet dominant, ouvrant la voie à

80

“Each generation witnesses its adolescent ideas and expectations, its fantasies and fears, presented in the images of youthful characters coming of age. Teen films, like successive generations of teenagers themselves, have grown up and changed with the times, testing their boundaries, exploring their potential and seeking new identities. Indeed, the study of teen films reveals the evolving maturity of our culture.” T. Shary, op. cit., p. 3 81 Elizabeth Taylor, Mickey Rooney, Shirley Temple, Deanna Durbin 82 Ces films sont des productions à visée sociale qui tentent de mettre en exergue la délinquance juvénile. Les principaux acteurs impliqués dans ces films sont Frankie Dano et James Cagney (L’Ennemi Public réalisé par William A. Wellman en 1931).

67

des films comme Blackboard Jungle (1955) de Richard Brooks, ayant pour sujet de zélés professeurs rétablissant l‘ordre dans des classes d‘étudiants rebelles. L‘avènement de la musique Rock and Roll, ainsi que la désillusion et l‘ironie post Seconde Guerre Mondiale, caractérisent des années 50 qui se focalisèrent sur la figure du rebelle. Les années 60, sous l‘influence des studios American International Pictures et des débuts des mouvements libertaires, voient l‘apparition de nombreux genres appartenant au teen movie : le rock movie83, le beach movie84 et le teen horror movie85. Ces films prenaient généralement pour héros des personnages incarnant les figures de la jeune femme, ou du jeune homme populaire (voir II.2.2.1.1). A la fin des années 60, la révolution sociale qui touchait les USA, ainsi que le nouveau système de sélection des publics relatif à l‘exploitation des films 86, ont favorisé un retour en force des productions se focalisant sur la rébellion, engendrant de nouveaux genres. Ainsi, sous l‘influence des nouvelles pratiques généralisées de consommation de drogues, apparaît le teen drug movie87. Avec la libération

83

Le rock movie se focalise sur la promotion de la musique rock et de sa danse. Quelques exemples : Rock Around the Clock (1956), Rock, Rock, Rock (1956), Rock Pretty Baby (1956), Rock All Night (1957), etc. 84 Le beach movie, s’appuyant sur le style californien créé par les Beach Boys, se focalise sur le style de vie des surfeurs, leur musique et les fêtes sur la plage. Ces films sont plus subversifs que les rock movies, ceux-ci s’intéressant davantage à la sexualité. Quelques exemples : Beach Party (1963), Muscle Beach Party (1964), Bikini Party (1964), Surf Party (1964), etc. 85 Le terme de teen horror movie caractérise tous les films d’horreur s’adressant au public adolescent. Ce genre est très vaste. Quelques exemples : I Was a Teenage Werewolf (1957), Teenage Monster (1958), et plus récemment Scream (1996), Souviens-Toi l’Eté Dernier (1998) et Destination Finale (2000). 86 Depuis longtemps dépassé, le Code Hays céda sa place en 1968 à un nouveau système de notation plus libéré. Celui-ci permit la création de films classés X (exclusivement pour adultes de 18 ans et plus) et de film classés R, permettant aux mineurs de 17 ans et moins, accompagnés d’un adulte, de visionner des films traitant de thèmes plus sensibles. Cette dernière mesure permis aux teen movies de s’intéresser plus directement à des sujets tels que le sexe, les drogues, la violence et le rejet du monde des adultes. 87 Ces films essayent souvent de retranscrire des moments de délires hallucinogènes, tels que The Trip (1967), Maryjane (1968), Free Grass (1969) et plus récemment Arold et Kumar Chassent le Burger (2004), Pineapple Express (2008).

68

sexuelle, les teen movies commencent à se focaliser sur la sexualité des adolescents. Les troubles des années 70 favorisèrent la diminution du nombre des films du style, les studios préférant éviter le sujet, devenu sensible. Ils engendrèrent aussi une vague de nostalgie pour l‘insouciance du début des années 60, hissant American Graffiti (1973) de George Lucas ainsi que Grease (1978) de Randal Kleiser, parmi les plus grand succès de la décennie88. L‘explosion du nombre de teen movies débute en 1978. C‘est l‘apparition de la pratique du « shopping/cinéma » dans les nouveaux centres commerciaux américains ainsi que la création en 1981, de la chaîne musicale à visée commerciale MTV, très populaire parmi la population adolescente, qui ont contribué à redynamiser et à diffuser ces productions. Parmi les films emblématiques de cette période, on retrouve le premier frat movie Animal House (1978) de John Landis et Porky’s (1978) de Bob Clark, tous deux mettant en scène des jeunes incontrôlables à la poursuite du plaisir. Ils seront repris et copiés très fréquemment par les films qui suivront. C‘est aussi l‘avènement du sous-genre teen slasher movie avec des films comme Halloween (1978) ou Vendredi 13 (1980), et du genre teen tech.89 De plus, c‘est à cette période que le teencom apparut et qu‘il devint largement majoritaire, prenant ses caractéristiques principales. Le réalisateur John Hughes est à l‘origine des plus grands succès du genre durant cette décennie : Sixteen Candles (1984), The Breakfast Club (1985), Une créature de rêve (1985 - Weird Science), Rose bonbon (1986 - Pretty in Pink) et La Folle Journée de Ferris Bueller (1986). Il
88

Ces films furent à l’origine d’une mode 60’s en Californie, donnant un nouveau souffle aux restaurants drive-in et aux roller-discos. 89 Reprenant les codes du cyber-punk, le genre met souvent en scène de jeunes hackers ou gamers. Quelques exemples : Joysticks (1983), Une créature de Rêve (1985), Retour Vers le Futur (1985) et Hackers (1995).

69

est le premier réalisateur à proposer des films sensibles sur la condition adolescente, mettant en exergue la difficulté de mûrir avec humour, en se focalisant sur la figure qui deviendra emblématique dans les années 90 : le loser. Le traitement de ses personnages, complexes et attachants, a fait de ses acteurs réguliers90 les icônes de la jeunesse américaine des années 80. La première moitié des années 90 voit le style s‘essouffler et quasiment disparaître au profit de séries télévisées (MTV) reprenant ses codes et, souvent, les scénarios de John Hughes. Concernant ce style, c‘est à cette période que les limites entre la télévision et le cinéma commencèrent à se faire floues, les deux s‘alimentant réciproquement. De plus, l‘expansion dramatique du Sida met un frein momentané aux représentations de la sexualité « libérée » (hors mariage et non gay) dans les films du style. A l‘inverse des époques précédentes, la fin des années 90 (1995-2004) voit la délinquance devenir un sujet difficile à traiter, en partie à cause des fusillades dans les établissements scolaires américains. La peur de la contamination par le virus du Sida s‘estompant, les représentations de la sexualité redevinrent prépondérantes, et de plus en plus explicites. Le mouvement gay et les films indépendants influencèrent légèrement les films d‘exploitation hollywoodiens, présentant des personnages aux mœurs sensiblement moins puritaines. Si l‘on voit toujours très peu de représentations de l‘homosexualité dans les teencoms, caractérisée comme une honte suprême conduisant au rejet et souvent au suicide, le style va en se sensibilisant, présentant des personnages masculins valorisant une amitié

fraternelle basée sur l‘échange d‘émotions intimes. Le film emblématique de cette
90

Le Brat Pack : Emilio Estévez, Anthony Michael Hall, Rob Lowe, Demi Moore, Mare Winningham, Andrew McCarthy, Judd Nelson, Molly Ringwald et Ally Sheedy.

70

période, American Pie (1999) de Paul Weitz, marque un tournant dans le genre. Présentant une diégèse où les jeunes filles ont le dessus, il dépeint des personnages masculins complexes et sensibles, en les camouflant dans un univers humoristique gras, basé sur le comique de situation.91 C‘est aussi l‘avènement du Frat Pack92 et du réalisateur Todd Phillips avec Road Trip (2000), Retour à la Fac (2003) et plus récemment Very Bad Trip (2009), qui s‘inscrit dans la même dynamique. La deuxième moitié des années 2000, voient l‘augmentation de la

représentation de l‘homosexualité (quasi systématique dans les nouveaux teen movies indépendants93) et de la féminisation des rôles masculins. Judd Apatow est reconnu comme le réalisateur/producteur du moment avec Quarante Ans Toujours Puceau (2005) et Super Grave (2007). Le style s‘ouvre aussi au public féminin, avec des genres comme le teen fantasy94 ou la version féminine du teencom95.

2.1.1.2

Codes du teencom

Les frats movies, comme le reste des teens movies, sont quasiment exclusivement des teencoms. Ces comédies romantiques à destination des adolescents masculins ont souvent pour but de réaliser leurs fantasmes présumés. Ces productions, marketées comme des produits très sulfureux, 96 sont en réalité des films empreints de morale puritaine et conservatrice, valorisant

91

Timothy Shary, le « docteur référence » en matière de teen movie, présente l’évolution détaillée de celui-ci de 1895 à 2004, dans son livre Teen Movies: American Youth on Screen (op. cit.) 92 Ben Stiller, Will Ferrell, Vince Vaughn, Owen Wilson, Luke Wilson, Jack Black et Steve Carell 93 Voir la filmographie actuelle de Michael Cera. 94 Ces films présentent des intrigues qui tournent souvent autour du vampirisme. La Saga Twilight (2008-2011) par exemple. 95 Freaky Friday (2003), Mean Girls (2004), Sidney White (2007), Easy A (2010) 96 Ces films sont systématiquement présentés avec une écriture rouge, sous forme de cachet tampon et sur fond blanc, avec la mention « non censuré ». (voir annexe K : marketing teen movies)

71

systématiquement la formation du couple hétérosexuel monogame et donc de la famille, valeur fondamentale de la société américaine. Les rapports homme/femme, résultant de la libération sexuelle, sont souvent présentés de manière conflictuelle. Cependant, si la reconnaissance de la femme va grandissante depuis la fin des années 90, ces productions restent très machistes, la présentant majoritairement comme un objet à utiliser ou à atteindre. Robin Wood brosse le portrait de ces productions97, présentant certains « themes, préoccupations, sujets, iconographie et personnages » communs. Le sexe et plus particulièrement, la perte de la virginité est généralement au coeur du scénario.98 Elle se perd traditionnellement durant la fête suivant le bal de promotion de la dernière année de lycée (Prom), symbolisant le passage à l‘âge adulte. Dans les college movies (dont les frat movies), la figure du puceau est encore souvent au coeur de l‘intrigue. 99 L‘étape étant franchie pour la majorité des personnages, le sénario commun se base sur la volonté de tout faire pour trouver le plus de partenaires sexuels possibles. Mais, les personnages principaux finissent systématiquement par tomber amoureux, la sexualité débridée se payant par des scènes absurdes et humiliantes, soulignées par un humour gras caractéristique. Le genre s‘inscrit donc dans la catégorie des comédies romantiques, inscrites dans les

« genres d‘intégration », selon Thomas Schatz100.

97

Robin Wood, "Party time or Can't Hardly Wait for that American Pie: Hollywood high school movies in the 90's", 1990-talets USA, 2001:5, vol. 29, no. 117 98 American Pie (1999) et sa saga, Elle Est Trop Bien (1999), Easy A (2010), etc. 99 Méchant puritain et stupide ou adjuvant loser attachant, le personnage vierge doit être à tout prix dépucelé. Saga American Pie, Animal House, Mexican Pie (2003), Van Wilder (2002), etc. 100 Les genres d’intégration présentent certaines caractéristiques « féminines ». Le collectif est mis en avant et le décor est civilisé, ce qui représente une idéologie stable. Les conflits sont intériorisés et émotionnels. L’amour intervient comme résolution. Ces genres sont souvent des utopies réalisées, le but étant la domestication de l’autre

72

Si l‘obtention du diplôme constitue un élément essentiel pour la création des intrigues, le fait d‘étudier est largement ignoré, ce qui créé une vie de campus idéalisée, où l‘amusement règne en maître. Les rapports parentaux sont eux aussi majoritairement absents, présentant des jeunes sans attache et sans cadre. Les ethnies, autres que blanche ne sont quasiment pas représentées ou traitées de façon peu respectueuse101, montrant une population étudiante quasi exclusivement WASP, loin de la réalité démographique des campus américains. On y voit aussi une homophobie très présente, servant de repère inversé aux personnages adolescents constituant leur sexualité. Le genre ne présente pas de vraies caractéristiques esthétiques propres. Cependant, on peut constater la présence de trois plans très récurrents: les plans larges, présentant un campus très peuplé avec des étudiants lisant dans l‘herbe, l‘arrivée au ralenti dans les couloirs de la jeune fille à séduire, ainsi que les fêtes privées dans de grandes maisons, impliquant les fameux gobelets rouges.

2.2

Les fratpics

Bien que les personnages aient entre 18 et 22 ans, le style les traite et les considère comme des adolescents, plus ou moins irresponsables. On constate donc dans ces œuvres, l‘extension de l‘adolescence aux jeunes composant le corps estudiantin, résultant certainement de l‘augmentation du nombre d‘années d‘études et donc de la dépendance parentale.

et l’intégration dans le groupe. Ces caractéristiques représentent bien le teencom et le fratcom, plus encore. T. Schatz, Hollywood Genres: Formulas, Filmmaking and the Studio System, New York, McGraw-Hill, USA, 1981, p. 22 101 Ainsi on voit apparaître les figures de l’étudiant étranger, excentrique et obsédé, ainsi que celle de l’étudiante étrangère (souvent européenne), à la sexualité débridée et toujours partiellement nue. Cette dernière figure est reprise, et poussée à son paroxysme, dans le film parodique Not Another Teen Movie (2001).

73

Les fratpics, surtout les séries B, s‘adressent normalement à une audience plus restreinte, puisque leurs cibles principales sont les « Grecs ». Faisant partie des teenpics, les fratpics s‘adressent aussi aux 14/18 ans, fascinés par la condition fantasmée de la génération précédente.102 Ces films montrent un intérêt particulier pour le nanisme, représentant surement le négatif des personnages.103 En effets, les jeunes étudiants, adolescents attardés, se sentent enfants dans des corps d‘hommes, alors que les nains se présentent comme des hommes dans des corps d‘enfants. Dès leur apparition, les fratpics se sont principalement scindés en deux sousgenres distincts : les très majoritaires fratcoms, reprenant l‘évolution et les codes des teencoms, et les frat slashers, séries B faisant partie des teen slashers. Les séries et autres productions télévisées sont apparues dès les années 2000, mais n‘ont connu un réel succès qu‘à partir de la fin de cette décennie.

2.2.1

Leurs archétypes paradoxaux

Les fratpics reprennent certaines figures archétypales, et antagonistes, du
teen movie, en les appliquant à une dynamique de groupes. Ainsi, ces personnagestypes se regroupent entre semblables pour mieux se défier et s‘affronter. Les fraternités de populaires, de losers et de rebelles, pour les hommes, ainsi que les sororités de conservatrices et de frivoles pour les femmes, s‘opposent

impitoyablement. De plus, chaque période de l‘évolution des fratpics s‘est focalisée sur un archétype particulier qu‘elle a pris pour héros, générant une image négative
102 103

T. Shary, p. 27 (op. cit.) Souvent en tant qu’adjuvant, on retrouve une personne de petite taille dans les intrigues. Quelques exemples : la saga American Pie, Glory Daze (2010), Van Wilder 3 (2009), etc.

74

des opposants. Chaque type d‘organisation jouit donc d‘une image double aux polarités antagonistes.

2.2.1.1

Fraternités masculines

« Au milieu des années 20, Hollywood montrait au public américain de jolis films mettant en scène la « vie grecque ». Cette imagerie, parfumée à la rose, saine et attachante, présentait de virils jeunes hommes et de séduisantes jeunes femmes, tous bien-élevés, pleins d’entrain, gentiment farceurs mais discrets, et toujours prêts à s’investir dans leur éducation. Si le public américain devait accorder une pensée aux fraternités, ce devait en être une emplie de gaîté insouciante et d’éternelle félicité. Des « Grecs » émanaient toujours de bonnes nouvelles. »104

Souvent assimilés aux sportifs qui peuplent les surfs movies, les populaires sont blancs, conservateurs, puritains, riches, grands, musclés et majoritairement blonds. Très masculins, ils ont la mâchoire carrée, une raie dans les cheveux et portent souvent un polo sur les épaules ainsi qu‘une visière de golf. Ils peuvent aussi arborer des manteaux en cuir bicolores, réservés aux sportifs. S‘ils incarnaient le rêve américain jusque dans les années 60, ils devinrent alors la représentation de l‘establishment aux idéaux conservateurs et puritains, que les générations de jeunes
104

“By the mid-twenties, Hollywood was showing the American public pretty pictures of fraternity life. The rosetinted images were wholesome and appealing: manly good fellows and winsome young ladies, one and all wellmannered, high-spirited, slightly naughty but discreet, and always ready to give it the old college try. If the American public had to give any thought to fraternities, it was bound to be one of carefree gaiety and ceaseless happiness. From the Greeks there were always good news.” Kent C. Owen, op. cit., p. 4

75

de la fin du XXème siècle s‘efforcèrent de combattre. Ils sont donc traditionnellement l‘ennemi, fourbe, ambitieux et prêt à tout pour réussir, que les rebelles ou les losers doivent défaire. Ces fraternités sont composées de personnages homogènes, guidés par un leader fréquemment anti-charismatique. Ils sont aussi pointés du doigt en matière de bizutage cruel et injustifié. Ils possèdent de magnifiques manoirs de chapitres au style colonial. 105

Exemple type d’une maison de chapitre de populaires

Tiré de Mystery Men (1999)

Ils sont représentés de façon très explicite dans un teen movie de série A rendant hommage aux fratmovies : Mystery Men (1999) de Kinka Usher. Ils font partie d‘une armée de super méchants, regroupant les personnages usuellement considérés comme tels dans les films hollywoodiens. On les rencontre aussi, de façon plus réaliste, dans Admis à Tout Prix (op. cit.), symbolisant l‘ancien système d‘éducation américain à abolir.

105

Grandes bâtisses en bois, peintes en blanc, avec de nombreuses colonnes extérieures et de somptueux escaliers intérieurs.

76

Figure emblématique des années 50, les rebelles sont d‘abord beaux, énergiques, irrévérencieux, séducteurs et sauvages. Ils portent les vêtements de la contre-culture à la mode : blouson noir et jeans, pour cette période. Ils changeront d‘aspect à la fin des années 70 106 et formeront des cliques hétéroclites et incontrôlables, vivant dans des maisons extrêmement délabrées et insalubres. Souffrant du syndrome de Peter Pan, leurs membres sèment la zizanie dans une ambiance bon enfant (il n‘est jamais question de viol).

Tiré d’Animal House (1978)
106

Animal House, op. cit.

77

Certaines figures se distinguent généralement dans ces groupes : Le personnage, alcoolique et stupide, au physique très imposant, le charmeur à tendances bisexuelles, le fou incontrôlable, l‘éternel étudiant vu comme un sage mystérieux, et le représentant d‘une minorité ethnique. Ils sont les responsables de canulars et de tricheries aux proportions démesurées, et représentent la sexualité libérée. Ils ne manquent jamais de faire des actions de bizutage hautes en couleurs, irresponsables, mais pas méchantes ni volontairement dangereuses, à visée humoristique.

Tiré de Revenge of the Nerds (1984)

Souvent associés aux geeks107 (passionnés d‘informatique et de sciencefiction) ainsi qu‘aux nerds108 (premiers de classe, souvent excellents en sciences), les losers sont des antihéros absolus. Affublés de lunettes, de dents qui avancent ou d‘appareils dentaires, de cheveux gras, de tenues vestimentaires ridicules, ils éprouvent de grandes difficultés à se sociabiliser, surtout avec le sexe opposé. Ils sont petits, trop maigres ou trop gros, et font souvent parti de la fanfare ou du club d‘échecs de l‘école. Cliché raciste, leurs membres sont souvent des étudiants en échange venu d‘Asie.
107 108

Une créature de Rêve (Weird Science), op. cit. La saga des Tronches (Revenge of the Nerds) de 1984 à 1994, Assault of the Party Nerds (1989), Van Wilder (op. cit.)

78

2.2.1.2

Sororités

Il est à noter que le traitement des sororités est moins approfondi que celui des fraternités. Elles sont systématiquement populaires et répondent toutes aux canons de beauté américains. Elles ne sont caractérisées que par leur niveau d‘accessibilité sexuelle. S‘estimant supérieures, les conservatrices puritaines veulent imposer leur modèle. Femmes fatales, elles sont généralement brunes, fourbes et terriblement ambitieuses. Elles vont de pair avec les fraternités de populaires dont elles partagent les caractéristiques. Les héros des frat movies doivent donc les affronter et/ou les pervertir.109

Tiré de GRΣΣK (2007)

Les candides superficielles, quant à elles, incarnent l‘essence de la jeune fille apprêtée et simple d‘esprit. A la féminité poussée à l‘extrême, tant sur un plan physique que moral, elles sont les cibles convoitées par les héros du genre.110

109 110

Animal house (op. cit.), PCU (1994), Van Wilder 3: Freshman Year (op. cit.) La Revanche d’une Blonde (2001), Southern Belles (2005), House Bunny (2008)

79

Tiré de House Bunny (2008)

Tiré de La Revanche d’une Blonde (2001)

On pourrait faire le parallèle avec les représentations de la femme dans les péplums, présentant une dichotomie entre la jeune femme candide (la fiancé, la pure) et la fourbe qui empiète sur le domaine des hommes.

2.2.2

Le frat movie

A l‘image des medias de l‘information, le frat movie ne se focalise que sur certains aspects de la « vie grecque » (la fête, les farces, l‘initiation et le bizutage), restreignant grandement la réalité de celle-ci. Il est composé de deux sous-genres, le fratcom et le frat slasher. Ces productions deviendront de plus en plus grossières et érotiques au fil des époques.

2.2.2.1

Le fratcom

Le fratcom est la section du teencom spécialisée dans la représentation de la vie grecque. Son évolution suit de près celle du genre (Voir II.2.1.1.1). L‘intrigue-type du fratcom pourrait être vue comme une réinterprétation de la parabole de David contre Goliath : la fraternité des exclus (losers ou rebelles selon

80

les époques) tente de perturber l‘ordre établi par la société, représentée par l‘université, et soutenu par les confréries de populaires. Il faudra donc résister contre l‘exclusion du système scolaire.111 On pourrait appliquer aux fratcoms la classification relative à l‘évolution des genres cinématographiques établie par Thomas Schartz112. Dans sa phase primitive, le genre se focalisait sur la figure des populaires. Les films familiaux avaient pour héros des jeunes incarnant les idéaux

conservateurs de l‘époque113. Dès les années 20, les films sociaux assombrirent l‘image des sociétés aux lettres grecques. Elles commencèrent à être décrites comme des groupes rassemblant des personnes trop ambitieuses, aux pratiques de bizutage dangereuses. La figure de la sororité machiavélique apparut114 ainsi que celle des fraternités au bizutage brutal.115 Ces nouveaux traits attribués aux populaires iront en s‘amplifiant jusqu‘à aujourd‘hui, accentuant le clivage cynique entre l‘image de perfection puritaine à maintenir, et le comportement ainsi que les motifs présidant aux actes des membres. On peut voir la première représentation de ce monde ambivalent et ironique dans Fraternity Row (1977), film inspiré d‘un fait divers, mettant en scène la mort d‘un bizut.
111

Animal House (op. cit.), King Frat (1979), PCU (op. cit.), Retour à la Fac (op. cit.), Admis à Tout Prix (op. cit.), saga American Pie (op. cit.), etc. 112 Celui-ci a isolé plusieurs périodes distinctes et récurrentes, relatives à l’évolution des genres cinématographiques américains. En effet, les genres, qui auraient en moyenne une durée de vie de 30 ans, deviendraient de plus en plus conscients de leurs caractéristiques au fil du temps et passeraient par certaines phases identiques. Tout d’abord, la « phase primitive », où le genre n’existe pas encore mais où certains éléments caractéristiques qui le constitueront font leur apparition. Puis, la « phase classique », durant laquelle ces éléments fusionnent et donnent les premiers films du genre. Ensuite, la « phase d’affinage », qui s’approprie et sublime les codes de la période précédente. Puis, la « phase baroque », qui présente une exagération des traits du genre et enfin, la « phase parodique », qui exploite les codes du genre, devenus clichés, à des fins souvent humoristiques. T. Schatz, op. cit., p. 36 113 Il s’agissait souvent de comédies musicales. L’année 1929 vit à elle seule The Forward Pass, So This Is college, Words and Music et Sweeties. Films cités dans W. Lee Umphlett, The Movies Go To College, Associated University Presses, Cranbury, USA, 1984, p. 49. 114 A Sorority Mix-up (1927), Sorority House (1939), Sorority Girl (1957) 115 Those Were The Days (1940)

81

Ces productions, ainsi que la focalisation des dernières décennies sur la figure du rebelle, servirent de base au premier film du genre : Animal House (1978) de John Landis (op. cit.). Succès considérable aux USA116, il établit la figure du rebelle libertin et incontrôlable, séduisant les candides superficielles et se battant contre les populaires conservateurs. Il influença grandement les films du genre et engendra plusieurs pastiches117.

« […] Animal House (1978), a créé une image des fraternités qui s’est répandue à des millions d’Américains les comédies […] et qui a et eu d’étranges les

conséquences.

Enchaînant

grossières

hilarantes,

réalisateurs et producteurs de télévision ont nourri l’appétit insatiable du public pour les histoires salaces à propos des fêtes et des pratiques sexuels des membres, riches, sauvages et fous, des fraternités étudiantes. »118

Dans les années 80, sous l‘influence de John Hughes et du nouvel intérêt pour la figure du loser, on voit se dessiner un changement majeur : les losers deviennent

116

Produit avec un petit budget de 2,7 de dollars, Animal House se révèle être l'un des films les plus lucratifs de l'histoire du cinéma. Depuis sa sortie, le film a recueilli une somme de 141 millions de dollars grâce aux seules ventes de VHS et de DVD. Il est classé 36ème par l’AFI parmi les meilleures comédies américaines du XXème siècle. En 2008, le magazine Empire le sélectionna parmi les 500 meilleurs films de tous les temps. John Hughes a d’ailleurs commencé sa carrière en réalisant la série Delta house (1978-1979), reprenant les personnages de ce film. 117 King frat et PCU, op. cit. 118 “ All the zany, reckless nihilism that made the 1979 movie Animal House the prevalent image of fraternities for millions of Americans, including rising generations of would-be and initiated Greeks, has brought strange consequences. In one coarsely hilarious movie after another, film-makers and television producers gorge the public’s insatiable appetite for hot stuff about partying and mating habits of the rich, wild, and crazy Greek-letter frat kids. *…+ As a result or as a metaphor, the kind of experience that students desire and expect – and tend to create for themselves – appears to be based largely on the constant pursuit of pleasure, good times, and fun.” Kent C. Owen, op. cit., p. 6

82

les héros119 et les figures des rebelles et des populaires commencent à se mêler. Les méchantes fraternités sont maintenant populaires et rebelles, et les sororités deviennent, quant à elles, superficielles, machiavéliques et conservent une façade candide.120 S‘ils sont toujours conservateurs, puisqu‘ils représentent l‘establishment, les nouveaux populaires/rebelles se séparent de leur aspect puritain pour n‘en conserver que la façade, ce qui crée une nouvelle figure : celle de la fraternité ou sororité secte puritaine, reprise principalement par le frat slasher. La fin 90 voit arriver la phase baroque, où tous les archétypes se mélangent pour créer des fraternités hybrides, à leur mariant tour les les contraires. qui De plus, les aux

rebelles/populaires

deviennent

héros,

s‘opposent

losers/conservateurs, aux geeks, aux nains, aux sectaires, etc. Toutes les combinaisons deviennent alors possibles, afin de créer du neuf avec des codes grandement usés.121 A contre-courant, Retour à la Fac (2003) de Todd Phillips s‘établie comme le grand succès du genre durant cette décennie. 122 S‘inspirant très fortement d‘Animal House, il en reprend la dichotomie et les grands traits de son intrigue : il présente une fraternité d‘anciens étudiants rebelles, recréant leur chapitre à l‘université, afin aider l‘un des leur à traverser une dépression due à un divorce. Ils devront bien sûr lutter contre leur exclusion du campus en affrontant le doyen, ancien ennemi loser et très conservateur.

119

Cependant, il est à noter que l’idée des confréries de losers s’assume comme étant un artifice scénaristique du genre. En effet, les losers sont supposés être l’antithèse des membres d’une fraternité. 120 La saga Revenge of the Nerds, Assault of the Party Nerds, op. cit. 121 Going Greek (2001), Dorm Daze (2003), American Pie 5 et 6 (op. cit.). 122 Le film a rapporté 17,5 millions de dollars et a été projeté dans 2700 cinémas pour sa semaine de sortie aux USA, le plaçant second au box-office, puis premier pour sa seconde semaine. Il a rapporté en tout plus de 17 million de dollars. Il a aussi obtenu la récompense MTV 2003 pour meilleur comédie de l’année. www.imdb.com/title/tt0302886/business

83

Une

vague

de

films

quasi

publicitaires,

aux

caractéristiques

très

ambivalentes, est apparue depuis quelques années, proposant des représentations de fraternités regroupant des losers, des populaires ainsi que des rebelles, et prônant des valeurs à la fois ultra-conservatrices (mariage à l‘obtention du diplôme et un bizutage pré-années 70) et très libérales (consommation de drogues et sexualité débridée durant le cursus)123. Depuis les années 2000, on voit aussi apparaître une branche féminine du genre, présentant une « vie grecque », où les sororités se livrent à une guerre sans merci et souvent autant intestine qu‘ouverte.124

2.2.2.2

Le frat slasher

Les films de série B que sont les frat slashers, présents depuis les débuts du genre, reprennent les codes du slasher et les appliquent aux frat movies. Ils se focalisent principalement sur l‘archétype de la candide superficielle, avec laquelle ils peuvent donner plus de poids à la figure de la proie, stupide et sans défense 125, ainsi que sur celui de la sororité secte, aux pratiques sacrificielles. Le genre se sert des éléments soulignés par la controverse (voir II.1.1) pour alimenter et justifier ses intrigues. Ainsi, les scénarii tournant autour du rite secret invoquant involontairement une force démoniaque126 et du canular, ou du bizutage, qui tourne

123 124

Fraternity House (2008), Frat Party (2009) Legally blond (op. cit.), Sorority Boys (2002), Southern Belles (op. cit.), Sydney White (op. cit.) 125 Traditionnellement présentée sous la douche, ou entrain de fuir seins nus dans les bois en début de film, elle est la cible idéale du meurtrier sanguinaire. Quelques exemples : Sorority House Massacre (1986), Sorority Girls and the Creature from Hell (1990), Sorority House Massacre II (1900), Sorority Sister Slaughter(2007) 126 Fraternity Massacre at Hell Island (2007), Frat House Massacre (2008)

84

au(x) meurtre(s)127 sont les classiques du genre. Les membres des sororités se transforment aussi régulièrement en démons et autres vampires128. Ces films libidineux sont allés jusqu‘à inspirer des productions entre slasher et film érotique129 (assez logiquement puisque l‘industrie du gore et de la pornographie emploient les mêmes personnes).

2.2.3

Les frat series

Les premières tentatives de frat series datent du début des années 2000. Ces premières séries, inspirées par la télé-réalité, sont des docu-fictions produits par MTV, censées nous immerger dans la vie des sororités et fraternités des campus aisés de Californie. Elles peignent un monde où les différents chapitres, tous plus superficiels et cyniques les uns que les autres, se livrent à une compétition de popularité.130 Elles ne remportèrent qu‘un succès mitigé et n‘ont duré qu‘une à deux saisons. Il fallut attendre 2007 pour voir arriver GRΣΣK, grand succès international131 produit par MTV, qui dépeint le « système grec » d‘une université fictionnelle inspirée des grands campus californiens.132 Très caricaturale, cette série, de par son format de 24 épisodes par saison, est la représentation la plus détaillée de ce que
127 128

The House on Sorority Row (1983), Pledge Night (1990) Nightmare Sisters (1988), Vampires of Sorority Row (1999), The Sorority (2006), Sorority Row (2009) 129 College Girls (1968), Swinging Sorority (1976), Sorority Babes in the Dance-A-Thon of Death (1991), Fraternity Demons (1992), Playboy: Sorority Girls (1997) 130 Sorority Life (2002), Meet the Greeks Sorority Fraternity (2003), Fraternity Life: Santa Cruz (2003) 131 La série a été reconduite pour sa cinquième saison cette année. Chaque saison a été suivie par plus d’un million de personnes aux USA et elle est dans le top 10 des meilleurs téléchargements sur itunes. Elle a été achetée par plus de 20 pays, dont la France. Elle est diffusée sur Virgin 17. Chiffres trouvé sur le site de usatoday : http://www.usatoday.com/life/television/news/2009-04-07-nielsensanalysis_N.htm 132 Elle est principalement tournée sur les campus de UCLA, Caltech University et USC.

85

peut être un « système grecque »133. Contrairement aux films contemporains, elle ne fait que reprendre les figures antagonistes d‘Animal House, de façon peu modernisée. Elle brosse le portrait de trois sociétés aux lettres grecques : ZBZ, la sororité la mieux coté du campus, composée de « sœurs » cyniques et fausses, très accrochées à leur image traditionnelle et prêtes à tout pour « réussir », ΩΧΓ, la fraternité la plus populaire, regroupant des membres très fortunés à l‘allure conservatrice, et KTΓ, les rebelles, tricheurs et fêtards, directement inspirés des années 80. La fraternité et la sororité numéro un, apparaissent comme des mascarades de sociétés puritaines, aux règles très strictes, mais systématiquement, et habilement détournées. 134 Cette série capturerait « l‘esprit mercantile et

hypocrite des relations sociales de notre époque comme aucune autre » selon les New York Times135. La notoriété de cette série fera des émules : Sorority forever (2008) et De Mères en Filles (Sorority Wars 2009), conflictuelles, et souvent intestines, entre sororités. Il est aussi à noter la nouvelle série Dorm Daze (2010), pastiche parodique des films des années 80, à la diégèse située en 86. Elle exploite tous les clichés de cette décennie.136 se focalisant sur les relations

133

Les saisons développent de nombreux aspects événementiels et rituéliques détaillés dans la première partie de ce mémoire. 134 Le meilleur exemple se trouve dans l’épisode 3 de la première saison : les ZBZ doivent inviter les ΩΧΔ par une sérénade officielle et mièvre. Cependant, à la seconde où la chanson officielle se termine, les « sœurs » arrachent leurs vêtements pour se retrouver en tenue affriolante, et entament une lap dance officieuse, semblable à ce que l’on peut voir dans un clip de rap. 135 “Greek captures the spirit of the hedge-fund age like nothing else.” www.nytimes.com/2007/07/16/arts/television/16bell.html?ex=1342238400&en=647b5c71c56e62c2&ei=5090&pa rtner=rssuserland&emc=rss&pagewanted=all 136 On y croise les rebelles, les populaires racistes et les geeks asiatiques.

86

CONCLUSION DE LA SECONDE PARTIE

On constate, d‘une part, que les médias de l‘information brossent un portrait très sombre des confréries estudiantines depuis leur création, à opposer à l‘image de développement intellectuel et de bien séance que leurs partisans tentent de véhiculer. D‘autre part, on voit aussi que les médias du divertissement présentent une imagerie multiple de ces fraternités, alimentée par des archétypes antagonistes se mêlant et s‘influençant, l‘un d‘entre eux l‘emportant sur les autres selon les époques. En considérant les grands succès mettant en avant des représentations de ces confréries137, qu‘il s‘agisse des teenpics ou des fratpics, deux images dominantes, inspirées de la controverse véhiculée par les médias de l‘information, se distinguent aujourd‘hui : celle de la fraternité composée de WASP populaires, carriéristes, bien nés et bien faits, hypocrites et cyniques, qui souhaitent à tout prix maintenir leur image puritaine afin de ne pas tomber en disgrâce, ainsi que celle de la confrérie hétéroclite de rebelles alcooliques, adolescents attardés, réfractaires au système universitaire. Quant aux sororités, en plus d‘une superficialité exacerbée, elles partagent les caractéristiques des fraternités de populaires. Si la plupart des auteurs s‘accordent à dire que les sociétés aux lettres grecques ont une image « négative »138, c‘est certainement par ce que leur

137 138

Animal House, Retour à la Fac et la série GRΣΣK, op. cit. R. M. Carini, J. K. Ehrhart, J. C. Hayek, R. A. Hummer, G. D. Kuh, P. T. O'Day, Kent C. Owen, D. Powell, B. R. Sandler, Henry D. Sheldon, P. Yancey Martin, op. cit..

87

représentation est chargée d‘images fortes et contradictoires, où chacun, quelles que soit ses opinions, peut trouver différents aspects à critiquer.

Le qualificatif d’argot américain « Frat » est un mot au sens mal défini mais clairement péjoratif. Il regroupe simultanément toutes les critiques que l’on peut avoir à l’attention de la « vie grecque », qu’il s’agisse du côté puritain ou du côté libertaire. Il désigne entre autre quelque chose d’irresponsable et d’hypocrite.

88

III. Étude sociologique : le chapitre Beta Pi
Afin d‘introduire l‘enquête il est important de présenter les spécificités du chapitre étudié.

1. Présentation de l’objet étudié

1.1

Le « système grec » du campus de CSULB

1.1.1

Généralités

Environ 1400 étudiants sont inscrits dans l‘ensemble des « systèmes grecs » de CSULB. L‘association inter-fraternel le (IFC – Inter-Fraternal Conference) est composé des 11 chapitres de fraternités et des 2 colonies du campus appartenant à des sociétés aux lettres grecques nationales: Fraternités générales nationales Chapitres Delta Chi – ΔΧ Kappa Sigma - ΚΣ Phi Kappa Psi - ΦΣΨ Phi Kappa Tau - ΦΚΤ Pi Kappa Alpha - ΠΚΑ Pi Kappa Phi - ΠΚΦ Sigma Alpha Epsilon - ΣΑΕ Sigma Pi - ΣΠ Tau Kappa Epsilon - ΤΚΕ Theta Chi - ΔΧ Zeta Beta Tau – ΖΒΤ Colonies Phi Gamma Delta - ΦΓΔ Sigma Chi - ΣΧ

89

Ils président à la gestion et à l‘organisation des évènements inter-fraternels. Tous les chapitres doivent suivre un programme spécifique garantissant leur engagement scolaire, leur participation aux activités sociales, le développement des capacités managériales de leurs membres, leur implication dans des actions de service à la communauté ainsi que le développement de la confraternité entre membres. Toutes ces fraternités, sauf Zeta Beta Tau, mettent en place une année de probation afin de sélectionner leurs impétrants (système normal et classique). Chaque semestre voit une nouvelle classe d‘impétrants. L‘association panhellénique (NPC – National Panhellenic Conference) est composée de 7 chapitres de sororités appartenant au système national: Chapitres de sororités générales nationales Alpha Omicron Pie - ΑΟΠ Alpha Phi - ΑΦ Delta Delta Delta (Tri-Delta) - ΔΔΔ Delta Gamma - ΔΓ Delta Zeta - ΔΖ Gamma Phi Beta - ΓΦΒ Sigma Kappa - ΣΚ

Elles ne recrutent qu‘une fois par an et sont soumises elles aussi à un programme d‘excellence. L‘IFC et l‘NPC forment le « système grec » général de CSULB, auquel nous nous intéressons dans ces pages. Il s‘occupe entre autres de coordonner l‘action des organisations le composant et de l‘organisation de conférences générales (contre le bizutage, ou pour dispenser des conseils managériaux) ainsi que d‘événements (compétitions entre fraternités et sororités). Il regroupe environ 1300 étudiants,

90

600 inscrits à l‘IFC ainsi que 700 à l‘NPC, soit approximativement 3.8% du corps étudiant.139 Deux autres « systèmes grecs », vivant en autarcie, existent sur le campus, l‘un réunissant les fraternités et sororités exclusivement afro-américaines, l‘autre regroupant les confréries culturelles mixtes.140 Ils sont ensemble composés d‘une centaine d‘étudiants.

1.1.2

Exigences spécifiques

Chaque chapitre a des exigences spécifiques, en partie dictées par leur confrérie nationale. Les seules exigences imposées par le campus concernent l‘alcool ainsi que la moyenne générale des membres qui doit être supérieure à 2.0/4.0 : minimum pour tous les étudiants de CSULB. En effet, la semaine de recrutement doit s‘effectuer sans évènements impliquant une consommation d‘alcool pour les sororités. Le manque de fonds, le bannissement de l‘alcool sur le campus ainsi que les autres problèmes qu‘une rangée fraternelle peut engendrer, sont à l‘origine de son interdiction sur le campus de CSULB. Cependant, la plus part des chapitre possèdent une maison de chapitre, généralement dans les résidences côtières. Ce quartier de Long Beach étant balnéaire, ces résidences sont souvent inhabitées durant l‘année, ce qui permet aux sociétés aux lettres grecques d‘éviter les problèmes pour tapage nocturne.

139

Il y a actuellement environ 34000 étudiants régulièrement inscrit à CSULB. www.csulb.edu/president/Alexander/Convocation/2010-2011/ Autres informations recueillies auprès de Caitlin Roberts, coordinatrice du système grec de CSULB. 140 Informations consultables sur le site officiel de CSULB : www.csulb.edu/greek/chapters

91

Les chapitres membres de l‘IFC ont aussi décidé d‘exclure les chapitres ayant une moyenne inférieure à 2.5/4.0 des tournois concernant un sport au choix par semestre, afin de motiver l‘ensemble du « système grec » général à être studieux. En effet, en plus de la notoriété, les trophées rapportent des prix sous forme monétaire. Chaque chapitre est aussi noté sur un système de points balisant l‘ensemble du comportement de ses membres. Ainsi, des points positifs sont attribués pour chaque présence à un évènement ou l‘organisation d‘un évènement caritatif, etc. Ces mêmes points sont retranchés en cas d‘absence ou de comportement indécent (bagarre, insultes), etc.

1.2

Zeta Beta Tau

Le chapitre Beta Pi fait partie de la fraternité sociale générale internationale (USA et Canada) Zeta Beta Tau. Première fraternité juive américaine, elle fut fondée en 1898 par Richard G. H. Gottheil, professeur de langue, à Columbia University. Groupe estudiantin sioniste d‘abord dénommé Z.B.T., il avait pour objectif de rassembler les étudiants juifs des universités de New York, alors exclus des fraternités générales existantes. Le besoin grandissant de se regrouper au sein d‘une même société aux lettres grecques qu‘éprouvaient les étudiants juifs poussa Z.B.T. à changer sa raison d‘être en devenant Zeta Beta Tau en 1903. Zeta Beta Tau se développa rapidement au niveau national : en 1909, elle comptait déjà 14 chapitres. Elle devint internationale en 1913 avec son premier chapitre canadien implanté sur le campus de l‘université de McGuill à Montréal. Le premier chapitre californien fut celui de USC, fondé en 1918.

92

En 1954, la confrérie amenda sa constitution nationale afin d‘ouvrir le recrutement aux étudiants de toutes confessions, quelles qu‘elles soient. De 1945 à 1969, le nombre de chapitres passa de 30 à 80 à l‘échelle internationale. En 1969 et 1970, Zeta Beta Tau inclut dans ses rangs deux autres sociétés aux lettres grecques : Phi Sigma Delta (ΦΣΓ) et Phi Epsilon Pi (ΦΔΠ). Ces dernières venaient respectivement d‘intégrer Phi Alpha (ΦΑ) et Kappa Nu (ΚΝ). Comme l‘ensemble des fraternités composant la « vie grecque », Zeta Beta tau eut des difficultés durant les années 70 et 80 à cause de la vague d‘antiestablishment, et d‘antisémitisme, frappant les USA. Durant les années 80, les organisations fraternelles estudiantines tentèrent principalement d‘endiguer le bizutage afin de redorer leur image. Dans cette dynamique, et ayant constaté que toutes les réformes antérieures contre le bizutage étaient vaines, Zeta Beta Tau fut la première fraternité estudiantine à décider de supprimer le statut d‘impétrant. Afin de le remplacer, elle instaura un programme confraternel, se substituant à l‘année de probation, composé d‘un minimum standard à connaître sur la confrérie et d‘un programme d‘éducation. C‘est aussi l‘une des seules fraternités de l‘IFC à ne pas considérer l‘adhésion comme étant un droit à vie, et donc à proposer, chaque semestre, un vote permettant d‘exclure les membres déméritants. Aujourd‘hui, la fraternité présente plus de 90 chapitres et a 140000 initiés à son actif.141

141

Site officiel de la fraternité www.zbt.org

93

1.2.1

Traditions

Au lieu d‘applaudir, ses membres claquent des doigts afin d‘exprimer leur contentement.142 Les « frères » doivent porter leur pin lorsqu‘ils sont sur le campus. Il est d‘usage de laisser la parole à chacun des membres du chapitre à chaque réunion hebdomadaire. Ceux-ci doivent entamer leur discours par « pour le mieux et pour le bien-être de la fraternité Zeta Beta Tau, et pour le chapitre X en particulier » et de conclure par « c‘est génial d‘être un zeeb ! »143. Ces réunions, qui doivent se dérouler dans un ordre précis, se concluent par l‘hymne de la fraternité.144

1.2.2

Codes

« Une élite d’Excellence. »145

142

L’explication officieuse de cette pratique est, qu’en parfait gentleman, un “zeeb” se doit toujours d’avoir une bière dans une main et une fille dans l’autre, ne lui laissant que cette option pour s’exprimer, de façon alternative à l’usage de la parole.
143

« For the good and welfare of Zeta Beta Tau fraternity, X chapter in particular » … « It’s great to be a zeeb ! ».
144

"Here's to our fraternity, may it live forever. May we always faithful be, and our bonds never sever. Though our troubles will be nigh boys, with our standards raised on high boys. We'll be loyal to our ZBT, ever loyal to our Zeta Beta Tau!" Le planning des réunions est disponible sur ce lien : ww.zbt.org/index.php?id=77 145 « A Powerhouse of Excellence. »

94

Telle est la devise des « Zeebs ». Il est important de noter le jeu de mot intraduisible inclus dans cette maxime. « Powerhouse » qui se traduirait par « groupe d‘élite » en français, fait aussi référence à la maison, qu‘il s‘agisse de la maison mère ou de celle du chapitre. Les initiales Z.B.T. (maintenant Zeta Beta Tau) représentent les premières lettres de l'expression hébreu "Zion Be-mishpat Tipadeh", Isaïe 1:27 : "Sion sera rachetée par la justice". Ce secret a été éventé par la confrérie en 1998, dans la publication officielle célébrant le centenaire de la fraternité. 146 Certaines restrictions d‘ordre confidentiel ne m‘autorisent pas à étayer d‘avantage. Les couleurs officielles de la confrérie sont « bleu cyan et blanc avec un liseré d‘or ». La fleur des « Zeebs » est l‘œillet d‘or. L‘ésotérisme et le secret de la fraternité résident dans son mot de passe, dans les symboles de son armoirie, dans ses préceptes et dans sa poignée de main. Ces aspects, connus seulement des membres, ne seront évidemment pas discutés ici. 147

1.2.3

Crédo

Nous, les membres de la fraternité Zeta Beta Tau, croyons que le développement de l’individu en tant que membre de la société, responsable et mature, est aujourd’hui, l’objectif premier de l’université.

146

M. R. Sanua, Here's To Our Fraternity: One Hundred Years of Zeta Beta Tau 1898-1998, Zeta Beta Tau Foundation, Hanover, USA, 1998, p. 1. Ce livre présente l’histoire détaillée de Zeta Beta Tau. Il est disponible gratuitement sur internet à cette adresse :http://books.google.com/books 147 Site officiel de la confrérie ww.zbt.org/index.php?id=77

95

Nous croyons que les confréries estudiantines offrent à la communauté universitaire un moyen unique, désirable et fructueux, permettant d’atteindre ce but. En se constituant en fraternité, nous nous dédions aux principes de : La Conscience Intellectuelle : les organisations fraternelles créent une atmosphère favorisant l’élargissement des horizons intellectuels des individus, les échanges d’idées avec la communauté académique ainsi que la poursuite de l’excellence scolaire. La Responsabilité Sociale : les organisations fraternelles demandent que leurs membres s’engagent et acceptent la responsabilité de participer à des actions d’aide à la communauté. L’Intégrité : les organisations fraternelles génèrent un modèle d’intégrité, un cadre pour les individus afin de leur inculquer le sens de la discipline et de les aider à rester honnêtes et loyaux. L’Amour Fraternel : les organisations fraternelles inspirent et favorisent les relations entre membres, la reconnaissance de l’institution ainsi que le respect pour la sagesse de ses traditions.148

1.3

Le chapitre Beta Pi

Fondé en 1959, le chapitre Beta Pi de la fraternité Zeta Beta Tau est affilié à l‘Université d‘Etat de Californie de Long Beach (CSULB). Très impliqué dans le « système grec » général de l‘université, le chapitre prospéra rapidement.

148

Voir annexe L : credo ZBT pour consulter la version non traduite.

96

Cependant, comme le reste des participants à la « vie grecque » nationale, il connut de grande difficulté à maintenir son statut dans les années 70. Incapable de recruter suffisamment de membres, le chapitre finit par s‘éteindre au printemps 1988. Durant les 19 années qui suivirent, les quelques tentatives de reconstruction du chapitre se soldèrent par des échecs. Il fallut attendre le printemps 2007, pour voir renaître la première véritable colonie. Dirigés par Matthew Legro, les 15 colons furent initiés par les membres du chapitre Alpha Rho (ΑP) de UCLA, ce qui fut à l‘origine du lien privilégié entre les deux entités. Les désormais « pères fondateurs » réussirent à recruter 8 membres de la classe Alpha à l‘automne 2008, et les 11 membres de la classe Beta au printemps 2009. C‘est à cette période que la colonie s‘impliqua dans la « vie grecque » du campus tant en termes de philanthropie, de « soirées sociales » que d‘événements confraternels. Elle fut aussi en mesure de louer sa première maison de chapitre, située au 311 East 44th Street à Long Beach, dans le quartier Bixby Knolls. Ce développement très rapide attira l‘attention de la maison mère, ce qui permit aux « frères » de Beta Pi d‘envisager l‘étape supérieure : l‘acquisition de la charte. La colonie reçut l‘autorisation de se constituer en chapitre lors du congrès national de l‘été 2009. La cérémonie se tint le 6 novembre 2009 dans la maison du désormais chapitre Beta Pi, en compagnie des anciens membres du chapitre disparu, des responsables de l‘université et de la fraternité nationale, ainsi que des 13 nouveaux membres de la classe Gamma. Le printemps 2010 vit les rangs de la fraternité s‘augmenter des 13 membres de la classe Delta.

97

Continuant de prospérer, le chapitre initia les 16 nouveaux membres de la classe Epsilon à l‘automne 2010, portant l‘effectif des Beta Pi à 55, son record jusqu‘à ce jour.149 Le chapitre doit aujourd‘hui affronter sa première grande crise. En effet, il a été expulsé de sa maison durant les vacances de Noël 2010 et ne présente donc plus le même attrait, ni pour ses membres, ni pour les membres potentiels. Ses effectifs ont drastiquement chuté, pour ne présenter en avril 2011 que 37 membres, incluant la classe des Zeta composée de 5 membres seulement.

1.3.1

Traditions et codes

Le chapitre a réinterprété l‘hymne de la fraternité en le rapprochant d‘un chant guerrier. Il présente aussi sa poignée de main spécifique, variante personnalisée de la poignée de main nationale. Il présente aussi certaines traditions qui lui sont propres :
 

Le chapitre possède un lieu spécifique pour les rituels. Les membres ont pour habitude de partir en camping en Californie du Nord à la mi-semestre afin de raffermir les liens confraternels.

Chaque semestre voit aussi un weekend au casino de Morongo. Située sur une réserve indienne, cette institution permet aux personnes de 18 ans et plus de pouvoir jouer (ce qui n‘est pas le cas dans les autres casinos, où la limite est à 21 ans).

149

L’effectif maximal du chapitre ne correspond pas à l’addition du nombre de membres des classes successives, car un nombre significatif des « frères » ont soit été exclus, soit ont décidé de quitter le chapitre, soit ont terminé leurs études.

98

 

Il est d‘usage de nettoyer les plages de Long Beach le dimanche matin. Lorsqu‘un membre atteint l‘âge de 21 ans, les autres frères majeurs vont célébrer son anniversaire avec lui à Las Vegas.

Etant encore très jeunes, certaines autres « traditions » sont en train de se constituer.

1.3.2

Nouveau système de recrutement

Beta Pi fait partie depuis l‘automne 2010 d‘un programme de recrutement expérimental. En effet, l‘année de probation pour les impétrants a été remplacée par six semaines de formation durant lesquelles les postulants sont mis à l‘épreuve. Ceux-ci doivent apprendre par cœur un certain nombre d‘informations sur la confrérie et sur le chapitre, parmi lesquelles on retrouve l‘intégralité des informations contenues dans ce sous-chapitre. Ils doivent aussi assister à une réunion par semaine tenue le jeudi, proposant un contenu éducatif : réflexion sur les valeurs de la fraternité, méthodologie académique, etc. Chaque postulant se voit confier une boîte contenant dix allumettes qui peuvent être craquées par un membre de l‘e-board en cas de comportement « abusif » : retard à une réunion, méconnaissance du contenu de la semaine, comportement excessif lors d‘une soirée sociale, etc. Arrivé à zéro, le postulant est exclu de sa classe.

99

1.3.3
                

Pères fondateurs

Aaron Fishman Aaron Robinson Andrew Severin Armando Munoz Benjamin Fox D‘Andre Brock Daniel Lewis Dustin Monroy Jordan Baranco-Bibb Jordan Reynolds Matthew Legro Matthew Stickman Michael King Pierce Dunham-Zemberi Robert Randazzo Ryan Gardner Tommy Trin

1.3.4 -

Présidents 2008 2009 2010 2011

Matthew Legro Dustin Monroy Eason Smith Ryan Gardner

1.3.5
     

E-board au printemps 2011

Président du chapitre : Ryan Gardner Le Vice-Président Externe : Keanu Troy Le Vice-Président Interne : Andrew Severin Le Trésorier : Eason Smith Le Directeur du Développement Confraternel : Josh Vasquez Le Directeur Administratif : Sean Mc Namee

100

2. Enquête
L‘objectif de cette enquête est d‘étudier la relation entre le chapitre Beta Pi et les images des fraternités véhiculées par les médias. Elle tentera donc de répondre du mieux possible aux questions suivantes : 1) En quelles mesures correspondent ou ne correspondent pas les images archétypales développées dans la partie II.2 de ce mémoire, au chapitre Beta Pi ? 2) Quel genre de relation entretient le chapitre avec celles-ci ? Afin de traiter ces questions, l‘enquête se base sur un questionnaire s‘inspirant le plus possible de la méthodologie de l‘enquête sociologique proposée par François De Singly. 150

2.1

Hypothèses

Il est important de noter les spécificités géographiques et sociales de Long Beach. En effet, faisant partie intégrante de Los Angeles, l‘influence du cœur de la métropole y est indiscutable. Si Los Angeles n‘est pas la « ville qui ne dort jamais », c‘est incontestablement celle qui se divertit toujours. Capitale internationale du divertissement, elle regroupe les « industries »151 américaines du cinéma et de la musique. On constate la présence d‘un nombre très important d‘individus en relation avec ces marchés. Le rapport à l‘audiovisuel, qu‘il s‘agisse du cinéma ou de
150

Voir annexe M : questionnaire original. F. De Singly, Le Questionnaire, Série “L’Enquête Et Ses Méthodes”, Armand Colin, Paris, France, 2005. 151 Les Californiens s’y réfèrent sous ce terme.

101

la télévision, y est donc omniprésent et unique.

De plus, le département

audiovisuel de CSULB est l‘un des meilleurs de Californie, et son campus sert souvent de décors pour diverses productions audiovisuels: NCIS, Dexter, Moneyball (2011), etc. En somme, la grande majorité ainsi que les plus grands succès des fratpics et des teenpics, dépeignant la « vie grecque », ont été tournés et/ou s‘inspirent des « systèmes grecs » des campus voisins : UCLA, USC, UC Santa Cruz, etc. Même si CSULB n‘est pas un campus aussi aisé que ces derniers, on pourrait supposer que ces productions audiovisuelles aient une influence particulièrement élevée, et donc flagrante, sur les chapitres de son « système grec », dont Beta Pi. En outre, comme le suggère Kent C. Owen, on pourrait supposer que ces productions cinématographiques inspirent les jeunes Grecs à l‘échelle nationale: « Le loufoque et téméraire nihilisme, initié par le déjanté Animal House (1979), a créé une image des fraternités qui s’est répandue à des millions d’Américains, incluant les « Grecs » en place et ceux en devenir, et qui a eu d’étranges conséquences. […] En résultat, ou en tant que métaphore, le genre d’expérience dans le « système grec » que les étudiants désirent ou espèrent, et tendent de créer, apparaît être largement basé sur la poursuite incessante du plaisir, du bon temps et de l’amusement. »152

152

“ All the zany, reckless nihilism that made the 1979 movie Animal House the prevalent image of fraternities for millions of Americans, including rising generations of would-be and initiated Greeks, has brought strange consequences. In one coarsely hilarious movie after another, film-makers and television producers gorge the public’s insatiable appetite for hot stuff about partying and mating habits of the rich, wild, and crazy Greek-letter frat kids. *…+ As a result or as a metaphor, the kind of experience that students desire and expect – and tend to create for themselves – appears to be based largely on the constant pursuit of pleasure, good times, and fun.” Kent C. Owen, op. cit., p. 6

102

On pourrait donc s‘attendre à ce que les membres du chapitre Béta Pi s‘identifient assez largement à l‘archétype des rebelles des fratpics. Cependant, le fait que le campus soit relativement modeste, en comparaison avec UCLA et USC, ainsi que certaines caractéristiques du chapitre Beta Pi, sa récente constitution par exemple, laissent entrevoir que la réalité de celui-ci semble être bien plus complexe que ce que l‘on pourrait envisager de façon stéréotypée.

2.2

Portrait social comparé des membres du chapitre Beta Pi

2.2.1

Ages et origines sociales

Tableau 1 : Age des membres du chapitre 18 ans 1 2,70 19 ans 12 32,4 20 ans 12 32,4 21 ans 7 19 22 ans 3 8,1 23 ans 1 2,70 27 ans 1 2,70 Total 37 100

Nombre de membres Effectif en Pourcentage

Le chapitre Beta Pi rassemble aujourd‘hui 37 jeunes hommes étudiants, régulièrement inscrits à CSULB, durant l‘année scolaire 2010/2011. On voit qu‘il est composé en majorité (64,8 %) de jeunes hommes ayant entre 19 et 20 ans. 81 % de ses membres sont originaires de la région de Los Angeles et les 19 % restant sont originaires de Californie du Nord. Le chapitre est donc majoritairement composé de membres issus de la population locale, ce qui est correspond bien à la première hypothèse.

103

Tableau 2 : ethnies des membres du chapitre Blancs 51,4 Latins 32,4 Asiatiques 10,8 Samoa 5,4

Membres en %

Loin des archétypes des fratpics quasi exclusivement composés de Blancs, le chapitre Beta Pi, s‘il présente une majorité de Blancs, intègre aussi d‘autres ethnies en proportion significative.

2.2.2

Statut social

Tableau 3 : position sociale des parents des membres153 Chef d’entreprise, cadre supérieur (catégorie 1) Parents des membres en % 16,2 Cadre, profession intellectuel ou libérale (catégorie 2) 35,1 Profession intermédiaire (catégorie 3) Employé (catégorie 4) Ouvrier (catégorie 5) Inactif, retraité (catégorie 6)

27

10,8

5,4

5,4

En appliquant les catégories de l‘INSEE, même s‘il y a des différences qui seront négligées ici entre la France et les USA, on voit que les membres sont issus de milieux sociaux différents et majoritairement (78.3 %) des catégories 1, 2 et 3, composant l‘upper et la middle class : l‘équivalent de la classe moyenne et de la classe supérieure française.

153

Ce tableau reprend la grille simplifiée des positions sociales de l’INSEE à destination des sondages d’opinion, proposée par F. De Singly, p. 51, op. cit.

104

Cependant, il n‘y que 16,2 % de membres issus de la upper class, qui est le milieu social exclusif des membres types des fraternités de populaires. De plus, 73 % des membres du chapitre ont un travail étudiant afin de subvenir à leurs besoins, ce qui met en évidence leur niveau de vie assez moyen.

2.2.3

Rapport à la religion

Tableau 4 : Effectif des membres religieux en fonction de la fréquence à laquelle ils se rendent à leur lieu de culte Jamais Quelques fois par an Quelques fois par mois Une fois par semaine 2 0 0 2 Plus d’une fois par semaine 1 0 0 1 Total en nombre de membres 11 9 1 21

Catholiques Protestants Bouddhiste Total en nombre de membres

4 3 0 7

2 4 1 7

2 2 0 4

Tableau 5 : engagement religieux du chapitre Beta Pi Fréquence cultuelle raisonnée 1. Plus d’une fois par semaine 2. Une fois par semaine 3. Quelques fois par mois 4. Quelques fois par ans 5. Jamais 6. Athéisme/Agnosticisme Total en % Effectif en % 2,70 5,40 10,90 18,9 18,9 43,2 100 engagement religieux 8,1 1. Fort 2. Moyen

81 3. Faible

105

On constate donc que le chapitre Beta Pi, avec ses 81% de membres présentant un engagement religieux faible, est une antenne très peu religieuse de Zeta Beta Tau. On voit aussi paradoxalement (en considérant l‘histoire de la confrérie) qu‘il n‘y a aucun membre de confession juive. Il faut encore une fois mettre ces données en regard des archétypes des confréries étudiantes, le chapitre partageant cette caractéristique avec les confréries de rebelles athées, s‘opposant aux populaires puritains.

2.2.4

Rapport à la politique

Tableau 6 : Intérêt des membres pour la politique en fonction de leurs affinités électorales
Ne se prononce pas Très intéressé Intéressé Peu intéressé Pas intéressé Total en nombre de membres 4 1 5 2 5 10 Démocrate +++ ++ Centriste Républicain +++

+

+

++

1 3 1 2

1 3 6 3 3 1 7 3 1 2

1 2 1

1

Total en nombre de membres 4 12 19 2

4

1

37

106

Tableau 7 : affinités électorales des membres Affinités raisonnées des membres pour la politique Républicain +++ ++ + + ++ +++ Démocrate Ne se prononce pas Total en % 13,5 99.91 Effectif en % Tendance

2,70 10,81 8,1 18,9 27 13,5 5,40

13,51

1. Républicaine

54

2. Centriste

18,9 3. Démocrate

Tableau 8 : intérêt des membres pour la politique Intérêt raisonné des membres pour la politique Très intéressé Intéressé Peu intéressé Pas intéressé Total en % Effectif en % Tendance

10,8 32,4 51,4 56,8 5,4 100

1. Fort 2. Moyen

3. Faible

On constate tout d‘abord sur le tableau 6 que le chapitre présente une réalité politique très hétérogène, avec des membres plus ou moins engagés avec des affinités différentes. On peut ensuite isoler deux tendances avec les tableaux 7 et

107

8 : les membres déclarent être majoritairement centristes et ne s‘intéressent que faiblement à la politique.154 En associant ces indices, on peut voir que l‘on est loin de l‘antichambre de parti politique que mettent en avant les chapitres des archétypes de populaires républicains, ainsi que de l‘image ultra libérale des rebelles démocrates.

2.2.5

Niveau académique

Tableau 9 : Age des membres en fonction de leur année d‘étude (en nombre d‘étudiants)

18 ans 19 ans 20 ans 21 ans 22 ans 23 ans 27 ans

Première année 1 5 0 0 0 0 0

Seconde année 0 7 6 0 0 0 0

Troisième année 0 0 6 4 0 0 0

Quatrième année 0 0 0 3 3 1 1

Les résultats du tableau 9 présentent des élèves ayant l‘âge normal correspondant à l‘année universitaire envisagée. Cela indique donc qu‘ils ont eu une scolarité normale en terme de redoublement. Le chapitre présente un groupe d‘étudiants hétérogène, inscrits dans des filières diverses, notamment 43,2 % en Ingénierie, 24,3 % en Commerce et 18,9

154

Les parties III.1.2.3 et III.1.2.4 concernant la religion et la politique appliquent le modèle proposé par F. De Singly, p. 59, op. cit.

108

% en Sciences Humaines. De plus, on dénombre une proportion élevée d‘élèves en doubles diplômes (29,7 %) parmi les membres et la moyenne générale du chapitre est l‘une des plus élevées de l‘IFC de CSULB : 3.1/4.0. En associant ces indices, on voit donc qu‘ils sont loin de l‘archétype des cancres rebelles ainsi que de celui des populaires, systématiquement inscrits en Sciences Politiques et/ou en Commerce.

2.2.6

État matrimonial

Les zeebs de Beta Pi sont célibataires à 73 % ; de plus, 80 % des membres en couples sont en situation de concubinage aves des personnes extérieures au « système grec ». Ces caractéristiques les éloignent davantage des fraternités de populaires puritaines valorisant la constitution du couple au sein de la « vie grecque ».

109

2.2.7

Autres critères

Membres du chapitre Beta Pi (2009)

A l‘inverse des fraternités de populaires, les critères physiques ne rentrent pas en compte dans le recrutement au sein du chapitre Beta Pi. Comme on peut le constater sur la photographie, Beta Pi regroupe des jeunes aux goûts, aux physiques, ainsi qu‘aux styles vestimentaires différents, habillés comme des jeunes hommes de classe moyenne californienne. Il n‘y a pas de figure-type en ce qui concerne ces membres. De plus, il n‘y eu ni bizutage, ni canular (ni tricherie organisée, ni viol, ni incendie) spécifiques aux organisations fraternelles, durant l‘année passée en immersion dans le chapitre afin de produire cette étude. La maison du chapitre présentait une hygiène très discutable et un état de délabrement avancé, à rapprocher des maisons de rebelles.

110

2.1.1

Tableau bilan comparatif

Ethnie Statut social Religion Politique : Sensibilité Intérêt Différence entre membres Académique : Filière

Archétype des chapitres de populaires  Blanche  Classe supérieure  Puritain     Républicaine Très intéressé Homogène Homogène : Sciences Politiques / Commerce Très bons élèves En couple avec une « Grecque »

Archétype des chapitres de rebelles  Blanche  Indifférent      Athée Démocrate Indifférent Homogène Hétérogène : Indifférent

Archétype des chapitres de losers  Blanche  Indifférent      Indifférent Indifférent Indifférent Indifférent Homogène : Sciences Appliquées Excellents élèves Célibataire

Chapitre Beta Pi        Mixte Classe moyenne Peu religieux Centriste Intérêt faible hétérogène Hétérogène: Ingénierie / commerce / Sciences Humaines Très bons élèves Célibataire Si en couple, pas avec une « grecque » Hétérogène Classe moyenne Absent Maison délabrée

Niveau Etat matrimonial

 

 

Très mauvais élèves Hétérogène

 

  

Autres : Physique Style vestimentaire Bizutage Maison

   

Bodybuildé Establishment Violent Manoir très entretenu

   

Hétérogène Contreculture Démonstratif Maison délabrée

   

Hétérogèn e Particulier Indifférent Indifférent

   

Au vu de ce tableau bilan, on constate que le chapitre Beta Pi présente, de façon éparse, relativement peu des caractéristiques que l‘on retrouve chez les archétypes des fratpics, ce qui met en exergue le clivage entre les images dépeintes dans les fratmovies et ce groupe d‘étudiants. Qu‘en est-il de la relation qu‘ils entretiennent avec celles-ci ?

111

2.2

Beta Pi et les représentations des fraternités

2.2.1

Exposition aux images véhiculées par les médias du divertissement

Les tableaux suivants présentent l‘exposition des membres du chapitre aux plus grands succès des fratpics ainsi qu‘aux teenpics présentant des images marquées des fraternités. Tableau 10 : fratpics vus par les membres du chapitre155 Retour Animal à la Fac house 33 32 89,2 86,5 Les Glory Tonches Daze 20 12 54 32,4 American American Greek Pie 6 Pie 5 11 9 9 29,7 24,3 24,3

Nombre de membres % de l’effectif

Tableau 11 : teenpics reprenant le genre vus par les membres du chapitre Admis à Tout Prix 30 81 Van Wilder 30 81 L’Effet Papillon 26 70,3 Mystery Men 17 45,9

Nombre de membres % de l’effectif

On

constate

que

les

membres

du

chapitre

ont

été

exposés

très

majoritairement aux deux plus grands succès du genre Retour à la Fac (2003) et

155

Les films Assault of the Party Nerds, PCU, Sorority boys, Dorm Daze, Frat Party et Van wilder 3, ayant fait un score inférieur à 10 %, n’ont pas été assez vus pour être représentatifs. Pour voir la liste complète ayant servi à la constitution de ce tableau, se référer à l’annexe M : questionnaire original.

112

Animal House (1978) ainsi qu‘aux teenpics Admis à Tout Prix (2006), Van Wilder (2002) et l’Effet Papillon (2004), reprenant les codes du genre. L‘enquête a aussi révélé que les membres du chapitre n‘ont quasiment eu aucun contact avec les frat slashers les plus connus.

2.2.2

Relation d’admiration

73 % des membres du chapitre se déclarent fan d‘au moins un fratpic ou teenpic assimilé au genre.156 Parmi les films les plus influents, on retrouve Retour à la Fac avec 43,2 %, Animal house et Van Wilder avec tous deux 24,3 %, et enfin Admis à Tout Prix avec 13,5 %. De plus, 37,8 % des membres du chapitre ont spécifié qu‘ils trouvaient ces films inspirants et donc qu‘ils s‘y identifiaient.157 Tableau 12 : consommation des films les plus vus par le chapitre (en nombre de membres) Consommation Forte normale consommation (vu 1 fois) (vu de 2 à 3 fois) 7 10 5 8 9 11 10 15 Très forte consommation (vu de 4 à 10 fois) 12 10 9 5 Consommation Régulière (plus de 10 fois) 4 4 3 3 Total en nombre de membres 33 30 30 32

Retour à la Fac Van Wilder Admis à Tout Prix Animal House
156

Les teenpics plaçant des personnages de fraternité dans des rôles centraux, souvent en tant qu’antagonistes, ont été assimilés. 157 La réponse la plus courante étant : « Ces films présentent ce que toutes les fraternités aspirent à être. »

113

On constate tout d‘abord que les membres du chapitre consomment ces 4 films de façon très importante. On peut souligner que 43,2 % des membres du chapitre déclarent avoir vu Retour à la Fac plus de 4 fois.

Tableau 13 : relation entres les films valorisés par le chapitre et les archétypes des fratpics
Archétype Protagoniste Archétype Antagoniste

Retour Fac

à

la

Rebelle

Populaire

Animal House

Rebelle

Populaire

Admis à Tout Prix

Rebelle

Populaire

Van Wilder

Rebelle/Loser

Populaire

En supposant que l‘intérêt, et donc l‘indentification aux protagonistes, augmentent avec le niveau de consommation, on constate que les membres du chapitre s‘identifient fortement à l‘archétype du rebelle et rejettent donc celui des populaires. De plus, force est de constater que le chapitre prend souvent ces films pour références. En effet, les surnoms de deux des membres proviennent, l‘un de Retour à la Fac, l‘autre d‘Animal House. La vidéo de présentation du chapitre sur leur site internet s‘intitule « Get Back to School »158 en référence au titre original de Retour à

158

www.myspace.com/zetabetataucsulb

114

la Fac : Back to School. De nombreuses répliques de ces deux films ont été employées lors de divers événements durant l‘année.159 Enfin, le chapitre arborait fièrement un poster d‘Animal House dans le salon de sa maison, le président expliquant, à qui voulait bien l‘entendre, que le film avait été écrit et réalisé par un zeeb.

2.2.3

Relation d’aversion

« On est l’antithèse de ce qu’on pourrait attendre d’une fraternité. »160

Ces mots, qui ont souvent été répétés durant l‘année par les dirigeants (e-board et chaires) indiquent la position de rejet officielle du chapitre, envers les images des fraternités.

« Personne ici n’avait l’intention de s’engager dans une confrérie à son arrivée à Cal State. »161

159

On a pu entendre scander « toga, toga… » (Animal House) , « I miss you Blue ! » ou encore « love sucks ! » (Retour à la Fac) assez régulièrement. 160 Matthew Legro, père fondateur du chapitre, lors de l’initiation de la classe Zeta (Printemps 2011). 161 Matthew Legro, père fondateur du chapitre, lors de l’initiation de la classe Zeta (Printemps 2011).

115

Cette affirmation s‘est avérée plutôt correcte. A la question « Aviez-vous l‘intention de rejoindre une fraternité lorsque vous êtes arrivé à l‘université ?» 70,2 % des membres du chapitre ont répondu « non », 18,9 % « oui » et 10,8 % étaient indécis. Ceux qui ont choisi de répondre « non » ont à 84,6 % justifié leur choix en indiquant qu‘ils rejetaient « l‘image des fraternités »162. 47,4 % d‘entre eux ont décrit l‘archétype des populaires (Blancs, grands, musclés, prétentieux, racistes, manipulateurs et égoïstes), 36,8 % l‘archétype des rebelles (stupides, alcooliques, irresponsables et mauvais élèves) et 15,8 % un amalgame des deux (grands Blancs musclés, mauvais élèves, prétentieux, alcooliques et manipulateurs). Or, 86,7 % des membres rejetant l‘archétype des rebelles (seul ou en amalgame), soit 27 % de l‘effectif total du chapitre, déclarent être fan d‘au moins un fratpic. De plus, à la question « Qu‘est-ce que la « vie grecque » représente pour vous ? », ils ne sont que 18,9 % à mentionner l‘aspect festif,163 sur lequel se seraient certainement focalisés les rebelles. Si le profil général des membres du chapitre montrait déjà clairement un rejet des caractéristiques négatives de l‘archétype des populaires, on constate de façon assez surprenante, en combinant les deux indices développés ci-avant, qu‘ils rejettent aussi officiellement les traits principaux des rebelles, valorisés dans leurs films « cultes ». Ceci dévoile une relation d‘admira-version assez ambiguë, où l‘officiel et l‘officieux sont en tension. Le nivellement par le bas, que prône la figure
162

Les réponses les plus récurrentes étant : « Je ne suis pas du genre fraternité. » et « les médias et/ou ma famille m’ont donné une mauvaise image des fraternités ». 163 Les réponses les plus représentées concernent la constitution d’un réseau social amical et professionnel à 86,5 %, les prises de responsabilités à 75,7 %, et l’implication dans la vie du campus à 54 %.

116

du rebelle, est ici rejeté consciemment par les membres qui lui accordent une valeur négative, alors qu‘il est valorisé dans le cadre privé. On pourrait considérer ce comportement comme l‘un des moteurs du cynisme apparent des membres du « système grec », mis en avant dans les fratpics contemporains. Ceux qui avaient l‘intention de rejoindre une fraternité (18,9 % de l‘effectif total) ont nié l‘existence d‘une image des fraternités étudiantes à 57 %, pourcentage bien plus élevé que celui de ceux qui ne souhaitaient pas s‘inscrire (24 %). Ils constituent à eux seuls 40 % de l‘effectif des membres ayant choisis de nier l‘existence d‘une image des confréries. Le fait que chacun de ces membres étaient en contact avec la « vie grecque » de par un membre de leur famille avant de s‘inscrire à l'université leur a certainement permis d‘avoir une vision plus réaliste de la « vie grecque », et de s‘éloigner ainsi des représentations des fratpics.

2.3

Limites et difficultés de l’enquête

Si cette enquête tente bien de « traiter des faits comme des choses »164 en étant la plus objective possible, l‘aspect secret des organisations fraternelles oblige à les étudier de l‘intérieur, et donc à en devenir membre, ce qui a pour effet certain de réduire l‘objectivité de l‘enquêteur. En effet, la difficulté principale concernant la réalisation de cette étude a été la position paradoxale dans laquelle on se retrouve lorsque l‘on doit étudier un sujet de l‘intérieur tout en essayant de grader du recul ainsi qu‘un esprit critique.

164

P. Bourdieu, J.C. Chamboréron, J.C. Passeron, Le Métier de Sociologue, Mouton-Bordas, Paris, France, 1968 Cité par F. De Singly, op. cit., p. 15

117

Le deuxième défi a été d‘essayer de sélectionner la méthode sociologique adéquate et de tenter de l‘appliquer en constituant un questionnaire. La création de celui-ci ainsi que son dépouillement se sont avérés être des exercices de style assez difficiles à maîtriser, en espérant en avoir tiré des conclusions proches de la réalité. Si un premier essai n‘est jamais évident, « notre zèle [s‘est efforcé] de corriger notre insuffisance », pour paraphraser William Shakespeare165. De plus, cette enquête n‘a pour objectif que de brosser un portrait unique, d‘un chapitre singulier, dans un contexte précis. Elle ne saurait donc prétendre à être généralisée ou à représenter plus que ce qu‘elle concerne.

165

W. Shakespeare, Romeo et Juliette, Gallimard, Paris, France, 2001

118

CONCLUSION DE LA TROISIEME PARTIE

Le chapitre Beta Pi, illustrant bien la richesse et la diversité du réel, correspond relativement peu aux archétypes des fratpics : on pourrait le définir comme un groupe multiethnique de jeunes hommes américains appartenant à la middle class, au niveau académique élevé, majoritairement peu religieux, centristes et célibataires, inscrits dans des filières diverses, ayant pour ambition de profiter des différentes opportunités sociales qu‘offre la « vie grecque », tant en termes professionnels que festifs. Cette antenne de la fraternité Zeta Beta Tau entretient des liens privilégiés avec les fratpics. Si ses membres ne sont que peu touchés par les séries B, ils affectionnent beaucoup les grands succès du genre. S‘identifiant à l‘archétype des rebelles, comme le laissait le présumer Kent C. Owen, ils rejettent clairement les caractéristiques négatives de l‘archétype des populaires. Cependant, on voit qu‘ils rejettent aussi l‘archétype des rebelles dans leur discours en lui accordant une valeur négative. Ils montrent ici la volonté de maintenir une image de bienséance puritaine, bien que leurs aspirations soient plus libertaires. Cette relation

d‘admiraversion, admiration de l‘archétype des rebelles, qu‘ils trouvent « inspirant » dans le cadre privé, et aversion dans leurs dires, met bien en avant le cynisme et l‘hypocrisie du « système grec », souligné par le New York Times.166

166

www.nytimes.com/2007/07/16/arts/television/16bell.html?ex=1342238400&en=647b5c71c56e62c2&ei=5090& partner=rssuserland&emc=rss&pagewanted=all

119

CONCLUSION GÉNÉRALE

Depuis leur création, les fraternités estudiantines américaines déchainent les passions. Que l‘on soit pro fraternités ou anti fraternités, il est éminemment difficile de faire la part des choses sur ces organisations. En effet, présentant des défauts à la démesure de leurs qualités, elles sont une réalité sociale aussi riche que complexe, associant les extrêmes, que nous avons tenté de décrire de la façon la plus exhaustive possible dans ces pages. On constate que ces sociétés aux lettres grecques entretiennent des rapports contradictoires avec leurs diverses représentations. Si les confréries étudiantes tiennent à véhiculer une image puritaine, remise grandement en cause par la presse, ce sont les fratpics, films ambigus prônant à la fois les valeurs fondamentales américaines et le nivellement par le bas typique de l‘adolescence, qui inspirent, en partie au moins, les « Grecs » en place ou en devenir. Les membres de ces confréries rejettent donc officieusement l‘image bienséante qu‘ils essayent de maintenir et s‘identifient à l‘image contestataire qu‘ils estiment être en devoir de rejeter. Cette situation, où l‘on tente de faire coexister le puritanisme de la société américaine167 avec l‘évolution libérale de celle-ci, ainsi que l‘intense et constante socialisation à laquelle sont soumis les « Grecs », favorisent le double discours,

167

« La religion aux Etats-Unis occupe une place centrale dans les mentalités comme dans le paysage national. Les Américains forment un peuple religieux. *…+ En 2001, 96 % des Américains reconnaissent croire en Dieu, 90 % affirment prier au moins une fois par semaine, près de 70 % appartenir à un groupe religieux, 50 % parler de leur foi tous les jours sur leur lieu de travail, 40 % pratiquer au moins une fois par semaine (soit quatre fois plus qu’en 167 Europe). » F. Durpaire, H. Harter, A. Kapsi, A. Lherm, La Civilisation Américaine, Quadrige/PUF, Paris, France, 2004, pp. 227-243.

120

hypocrite et cynique, que l‘on peut imputer à la « vie grecque ». A l‘image du traitement de « soirées sociales », les règles d‘un autre temps établies par les constitutions sont fréquemment détournées afin de pouvoir associer ces aspects antagonistes. Ces comportements ambivalents évoquent la pratique de la « doublepensée »168, seule alternative permettant de concilier, de façon contradictoire et simultanée, le mode vie moderne américain ultra matérialiste avec les tabous, et autres interdits, imposés par les religions. C‘est bien cette tension que l‘on retrouve dans le traitement des teenpics et de leurs intrigues, bien qu‘ils aillent en se libéralisant depuis leur création. De par cet aspect, « La vie grecque » semble être assez symptomatique de la culture américaine en conflit avec elle-même, puisqu‘elle est à la fois religieuse et libertaire. En effet, les USA, regroupant depuis leurs origines des citoyens aux valeurs et cultures très différentes, pourraient être décrits comme la société du paradoxe, puisqu‘ils fédèrent les opposés. Ainsi, selon Reed Moran169, les États-Unis seraient une nation double, opposant des citoyens religieux, ayant des systèmes de valeurs dogmatiques, aux citoyens non religieux, s‘appuyant sur les fondements de la philosophie grecque et de la découverte de soi. De plus, la jeunesse de cette nation qui cherche encore son identité, ainsi que l‘impact très visible de « l‘industrie culturelle » et de son star system sur Los Angeles et sa banlieue, y favorisent un rapport à l‘adolescence exacerbé. En effet, à l‘instar des cours de récréation, l‘importance de l‘image est primordiale dans la ville que les Californiens appellent « la capitale du divertissement ». Etre en vogue est
168

Introduite par George Orwell dans son roman 1984, la double-pensée confère aux mots deux sens antagonistes et simultanés que l’on ne peut admettre que de façons paradoxales : soit en changeant de paradigme, soit en pratiquant un mélange de mauvaise foi et d’auto-persuasion. 169 Professeur de pensée critique à CSULB.

121

souvent la condition sine qua non pour pouvoir travailler dans le milieu de l‘audiovisuel, que l‘on appelle « le village ». On constate donc de façon évidente que la volonté de conserver sa jeunesse à tout prix, d‘être « cool » ou plutôt « bitchin‘ »170, est l‘une des caractéristiques fondamentales de la Californie du Sud. Cette valorisation extrême de la jeunesse dans tous ses aspects, en particulier le côté autodestructeur de l‘adolescence, s‘oppose à l‘importance primordiale de l‘image puritaine que les étudiants des très riches campus de la région doivent conserver. C‘est ce clivage particulièrement flagrant qui exacerbe sans doute l‘aspect ironique des « systèmes grecs » de ces campus et qui explique certainement le lien privilégié qu‘ils entretiennent avec les fratpics, ces derniers les prenant majoritairement pour décor. Quoi qu‘il en soit, force est de reconnaître que, quelle que soit la polémique séculaire à leur sujet, ces institutions estudiantines présentent de nombreuses opportunités aux membres qui les rejoignent. En effet, quoi que l‘on puisse en dire, elles poussent souvent les étudiants à prendre leurs premières responsabilités dans le milieu associatif, à s‘impliquer dans la vie du campus et à se constituer un réseau social vaste et diversifié. De plus, quels qu‘en soient les motifs, la « vie grecque » favorise bien la philanthropie et l‘aide à la communauté. Aussi, les sociétés aux lettres grecques semblent être assez représentatives de la société américaine, en cela qu‘elles illustrent le besoin fondamental de se constituer en communautés, éprouvé par les individus outre-Atlantique. Il s‘agit certainement d‘une résultante de l‘Histoire des États-Unis d‘Amérique, ceux-ci ayant été peuplés par des colons, donc des exilés, se regroupant plus facilement en
170

Adjectif d’argot californien, il signifie « intimidant » et « affirmé » dans son acception positive et « prétentieux » ou « puant » dans son sens péjoratif.

122

communautés issues d‘un même pays, constituant ainsi des quartiers spécifiques : Little Italy, China Town, French Corner, etc. Enfin, il est important de constater que la « vie grecque » américaine présente une variante française : l‘Ordre de la Faluche.171 Si elle a 127 ans cette année, cette association étudiante et ses traditions ne sont aujourd‘hui quasiment entretenues que par les étudiants de médecine. Axée exclusivement sur l‘aspect festif, elle présente des rites épurés et une réalité sociale beaucoup moins riche que celle du système universitaire américain. Il serait intéressant d‘en faire le comparatif et de tenter d‘appréhender, et de comprendre, la dynamique à l‘origine de leurs différences.

171

Association étudiante créée en 1884, la Faluche tire son nom de la coiffe officielle des étudiants français, empruntée aux étudiants de l’université de Bologne. Ce béret sert à mettre en exergue le parcours scolaire ainsi que les goûts de l’étudiant, celui-ci l’agrémentant de médailles ou de pins significatifs. Cette organisation est apolitique, non-religieuse, et les étudiants de toutes les disciplines peuvent s’y joindre à condition d’y être acceptés. A l’instar des confréries américaines, elle a aussi calqué ses rites sur le modèle initiatique des sociétés secrètes médiévales. www.faluche.info

123

BIBLIOGRAPHIE
Sources principales Livres de référence
J. L. Anson, R. F. Marchesani Jr, Baird's Manual of American College Fraternities, Baird‘s Manual Foundation, Indianapolis, USA, 1991 F. De Singly, Le Questionnaire, Série “L’Enquête Et Ses Méthodes”, Armand Colin, Paris, France, 2005 Encyclopedia Americana, Grolier, Danbury, USA, 2001 M. E. Odem, J. Clay-Warner, Confronting Rape and Sexual Assault, Worlds of Women n°3, SR Books, Wilmington, USA, 1998 M. R. Sanua, Here's To Our Fraternity: One Hundred Years of Zeta Beta Tau 18981998, Zeta Beta Tau Foundation, Hanover, USA, 1998 T. Shary, Teen Movies: American Youth on Screen, Wallflower Press, Brighton, UK, 2005 H. D. Sheldon, American Education, Student Life and Customs, Arno Press and the NY Times, New York, USA, 1969

Publications scientifiques
E. J. Allan, M. Madden, ―Hazing in View: College Students at Risk‖, University of Maine, College of Education and Human Development, USA, Mars 2008 T. Doherty, ―Teenager and Teenpics: The Juvenilization of American Movies in the 50‘s”, Uniwin Hyman, Boston, USA, 1988 Article de presse R. Wood, "Party time or Can't Hardly Wait for that American Pie: Hollywood high school movies in the 90's", 1990-talets, USA, 2001:5, vol. 29, no. 117 Sites web www.csulb.edu : site officiel de California State University Long Beach www.imdb.com : Internet Movie Data Base www.nicindy.org : site officiel du Conseil Inter-Fraternel National

124

www.npcwomen.org : site officiel du Conseil Pan-Hellénique National www.universalis.fr : site officiel de l‘Encyclopédie Universalis www.zbt.org : site officiel de la confrérie Zeta Beta Tau

Sources secondaires Livres
E. E. Aiken, The Secret Society System, New Haven, USA, 1882 P. Bourdieu, J.C. Chamboréron, J.C. Passeron, Le Métier de Sociologue, MoutonBordas, Paris, France, 1968 J.P. Dennis, Queering Teen Culture: All-American Boys and Same-Sex Desire in Film and Television, Harrington Park Press, New York, USA, 2006 D. Desantis, Inside Greek U: Fraternites, Sororities and the Pursuit of Pleasure, Power and Prestige, University Press of Kentucky, Lexington, USA, 2007 F. Durpaire, H. Harter, A. Kapsi, A. Lherm, La Civilisation Américaine, Quadrige/PUF, Paris, France, 2004 W. Lee Umphlett, The Movies Go To College, Associated University Presses, Cranbury, USA, 1984 H. Nuwer, Wrongs of Passage: Fraternities, Sororities, Hazing and Binge Drinking, Bloomington and Indianapolis, Indianapolis, USA, 1999 G. Orwell, 1984, Harcourt Brace and Company, San Diego, USA, 1949 D. Powell, Fraternity Row, Brewster Publications, Los Angeles, USA, 1963 T. Schatz, Hollywood Genres: Formulas, Filmmaking and the Studio System, McGraw-Hill, New York, USA, 1981 W. Shakespeare, Romeo et Juliette, Gallimard, Paris, France, 2001 G. Stanley Hall, Adolescence: Its Psychology and Its Relation to Psychology, Anthropology, Sociology, Sex, Crime, Religion and Education, D. Appleton and Company, New York, USA, 1904 A. C. Stevens, Cyclopaedia of Fraternities, Book Tower, Detroit, USA, 1907

125

V. Turner, Betwixt and Between: The Liminal Period in Rites of Passage, Open Court Publishing Company, Illinois, USA, 1967 A. Van Gennep, Rites of Passage, University Of Chicago Press, Chicago, USA, 1961 A. D. White, College Fraternities, The Forum, New York, USA, 1887

Publications scientifiques
J. K. Ehrhart, B. R. Sandler, ―Campus Gang Rape: Party Games ?‖, Association of American Colleges, Washington DC, USA, 1985 J. C. Hayek, R. M. Carini, P. T. O'Day, G. D. Kuh, ―Triumph or Tragedy: Comparing Student Engagement Levels of Members of Greek-Letter Organizations and Other Students‖, Journal of College Student Development, USA, v43 n°5 p643-63 Sep-Oct 2002 H. Wechsler, G. W. Dowdall, G. Maenner, J. Gledhill-Hoyt, H. Lee, ―Changes in Binge Drinking and Related Problems Among American College Students Between 1993 and 1997 : Results of the Harvard School of Public Health, College Alcohol Study‖, Journal of American College, USA, 1999 P. Yancey Martin, R. A. Hummer, ―Fraternities and Rape on Campus‖, Gender and Society 3, n°4, USA, Décembre 1989

Sites web
books.google.com www.faluche.info : site officiel de la Faluche Française www.larousse.fr www.nytimes.com

126

FILMOGRAPHIE
Films
A Sorority Mix-up (1927) de Al Nathan Admis à Tout Prix (2006) de Steve Pink American Graffiti (1973) de George Lucas American Pie (1999) de Paul Weitz American Pie Présente : Campus en Folie (2007) de Steve Rash American Pie Présente : String Academy (2006) de Joe Nussbaum Animal House (1978) de John Landis Arold et Kumar Chassent le Burger (2004) de Danny Leiner Assault of the Party Nerds (1989) de Richard Gabai Beach Party (1963) de William Asher Bikini Party (1964) de William Asher Blackboard Jungle (1955) de Richard Brooks Brotherhood (2010) de Will Canon College Girls (1968) de Stephen C. Apostolof Destination Finale (2000) de James Wong Dorm Daze (2003) de David Hillenbrand et Scott Hillenbrand Easy A (2010) de Will Gluck Elle est trop bien (1999) de Robert Iscove Euro Trip (2004) de Jeff Schaffer Frat House Massacre (2008) d‘Alex Pucci Frat Party (2009) de Robert Bennett Fraternity Demons (1992) de Charles B. Rubin Fraternity House (2008) de Antonjis Prizevoits 127

Fraternity Massacre at Hell Island (2007) de Mark Jones Fraternity Row (1977) de Thomas J. Tobin Freaky Friday (2003) de Mark Waters Free Grass (1969) de Bill Brame Going Greek (2001) de Justin Jackham Grease (1978) de Randal Kleiser Hackers (1995) de Lane Softley Halloween (1978) de John Carpenter House Bunny (2008) de Fred Wolf I Was a Teenage Werewolf (1957) de Gene Fowler Jr. Joysticks (1983) de Greydon Clark Juno (2007) de Jason Reitman King Frat (1979) de Ken Wiederhorn l’Arroseur Arrosé (1895) des frères Lumière L’Ennemi Public réalisé (1931) de William A. Wellman La Folle Journée de Ferris Bueller (1986) de John Hughes La Fureur de vivre (1955) de Nicholas Ray La Revanche d’une Blonde (2001) de Robert Luketic Maryjane (1968) de Maury Dexter Mean Girls (2004) de Mark Waters Mexican Pie (2003) de Jason A. Carbone et Mike Fleiss Muscle Beach Party (1964) de William Asher Mystery Men (1999) de Kinka Usher Nightmare Sisters (1988) de David DeCoteau PCU (1994) de Hart Bochner

128

Pineapple Express (2008) de David Gordon Green Playboy: Sorority Girls (1997) de Styx Jone Pledge Night (1990) de Paul Ziller Porky’s (1978) de Bob Clark Quarante Ans Toujours Puceau (2005) de Judd Appatow Retour à la Fac (2003) de Todd Phillips Retour Vers le Futur (1985) de Robert Zemeckis Revenge of the Nerds (1984) de Jeff Kanew Road Trip (2000) de Todd Phillips Rock All Night (1957) de Roger Corman Rock Around the Clock (1956) de Fred F. Sears Rock Pretty Baby (1956) de Richard Bartlett Rock, Rock, Rock (1956) de Will Price Rose bonbon (1986 - Pretty in Pink) de John Hughes Scream (1996) de Wes Craven Sidney White (2007) de Joe Nussbaum Sixteen Candles (1984) de John Hughes So This Is college (1929) de Sam Wood Sorority Babes in the Dance-A-Thon of Death (1991) de Todd Sheets Sorority Boys (2002) de Wallas Wolodarsky Sorority Girl (1957) de Roger Corman Sorority Girls and the Creature from Hell (1990) de John McBrearty Sorority House (1939) de John Farrow Sorority House Massacre II (1900) de Jim Wynorski Sorority House Massacre (1986) de Carol Frank

129

Sorority Row (2009) de Stewart Hendler Sorority Row (2009) de Stewart Hendler Sorority Sister Slaughter (2007) de Susan Hippen Southern Belles (2005) de Paul S. Myers Souviens-Toi l’Eté Dernier (1998) de Danny Cannon Super Grave (2007) de Judd Appatow Surf Party (1964) de Maury Dexter Sweeties (1929) de Frank Tuttle Swinging Sorority (1976) de Don Trendall Teenage Monster (1958) de Jacques R. Marquet The Breakfast Club (1985) de John Hughes The Forward Pass (1929) de Edward F. Cline The House on Sorority Row (1983) de Mark Rosman The Social Network (2010) de David Fincher The Sorority (2006) de Bodie Norton The Trip (1967) de Roger Corman Those Were The Days (1940) de Theodore Reed Twilight (2008) de Catherine Hardwike Une créature de rêve (1985 - Weird Science) de John Hughes Vampires of Sorority Row (1999) de Dennis Devine et Kathryn Glass Van Wilder (2002) de Walt Becker Van Wilder 3: Freshman Year (2009) de Mort Nathan Vendredi 13 (1980) de Sean S. Cunningham Very Bad Trip (2009) de Todd Phillips W. (2008) d‘Oliver Stone 130

Words and Music (1929) de James Tinling

Séries télévisées:
De Mères en Filles (Sorority Wars ; 2009-?) de James Hayman Fraternity Life: Santa Cruz (2003) de Brian Krinsky Glory Daze (2010-?) de Walt Becker GR∑∑K (2007-?) de Patrick Sean Smith Meet the Greeks Sorority Fraternity (2003) de Michelle Brando Sorority forever (2008-?) de Big Fantastic Sorority Life (2002-2004) de Sergio Myers

131

LEXIQUE
Bachelor’s degree : licence américaine, généralement en quatre ans. Beta Pi : chapitre de la confrérie Zeta Beta Tau sur le campus de CSULB. Big brother (ou big) : frère expérimenté étant chargé de guider un frère novice. Bizutage : pratiques estudiantines abusives souvent consommation d‘alcool et la sexualité, voir II.1.2.1. Chapitre : antenne d‘une confrérie sur un campus donné. CSULB : California State University Long Beach. E-board : membres dirigeants d‘un chapitre. Famille : groupe de frères au sein d‘un chapitre constitué sur la base : « grand frère », « grand frère du grand frère », etc Frat movies : Teen movies mettant en scène des Grecs et/ou ciblant un public de Grecs. Frat series : séries télévisées ou internet s‘inscrivant dans les fratpics. Frat slasher : frat movies s‘inscrivant dans le genre des slashers. Fratcom : teencom appliqué aux frat movies. Fratpics : teenpics mettant en scène des Grecs et/ou visant un public de Grecs. Frère (brother ou bro) : un membre d‘une fraternité étudiante se réfère aux autres membres composant cette dernière sous le terme de « frère ». Grec : membre d‘une confrérie étudiante. Initiation : rituel symbolisant le passage de l‘état d‘impétrant à celui de frère Inter-Fraternity council (IFC) : association regroupant les fraternités étudiantes nationales américaines. Lettres : sweat-shirt présentant les lettres de la confrérie remis lors de l‘initiation par un « big » à son « little ». Il symbolise le passage du statut d‘impétrant à celui de membre officiel. Les lettres peuvent aussi désigner de grandes lettres en bois disposées sur la façade des maisons de chapitre. Elles marquent l‘appartenance à la fraternité nationale et représente les valeurs de celle-ci. en rapport avec la

132

Little borther (ou little) : statut d‘un frère novice par rapport à son « big » : frère expérimenté chargé de le guider. Loser : archétype des teenpics, voir II.2.2.1. Lower level : deux premières années de Bachelor‘s degree. Maison de chapitre : lieu de vie du chapitre, voir I.2.3.1. National Panhellenic Council (NPC) : association regroupant les sororités étudiantes nationales américaines. Paddle : batte en bois remise par un « little » à son « big » en signe de respect et/ou de soumission. Pin : broche symbolisant l‘appartenance en tant que membre, ou impétrant, à une fraternité étudiante. Pledge : impétrant, frère en devenir. Populaire : archétype des teenpics, voir II.2.2.1. Potentiel : profane intéressé par un chapitre Rangée fraternelle (fraternity row) : ensemble de maisons de chapitres constituant une rue sur le campus. Rebelle : archétype des teenpics, voir II.2.2.1. Société aux lettres grecques : fraternité étudiante. Sœur (sister ou sis’) : une étudiante membre d‘une sororité se réfère aux autres membres composant cette dernière sous le terme de « sœur ». Système grec : ensemble des chapitres de différentes fraternités sur un campus. Teen movies : films d‘exploitation ciblant les adolescents. Teencom : teen movie s‘inscrivant dans les comédies romantiques. Teenpics : œuvres audiovisuelles dédiées aux adolescents. UCLA : University of California Los Angeles. Upper level : deux dernières années de Bachelor‘s degree. USC : University of Southern California.

133

Vie grecque : ensemble des activités et des membres de fraternités étudiantes à l‘échelle nationale. Zeta Beta Tau : l‘une des confréries étudiantes nationales américaines.

134

ANNEXES
A. Arbre généalogique des sociétés secrètes B. California hazing law
……………………………………………….……………………………………………………….………………………………

p. 136

……………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….…………………………………………………………………

p. 137 p. 138 p. 143 p. 144

C. Exemples de faits divers D. Fait divers : « roofies »

……………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….…………………………………………………

……………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………

E. Incendies de maisons de chapitres F. Fait divers : accident domestique G. Assurance

……………………………………………….……………………………………………………….…………………………………………………………….

……………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….…………

p. 145

……………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………….……..

p. 146 p. 147

H. Statistiques du National PanHellenic Council I. Fraternités des présidents des USA J. Marketing teen movies

……………………………………………….…………………………………………………………………………..

……………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………….…………

p. 148 p. 149

……………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….…………………………………………….………...

K. Credo ZBT

……………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….………………………………………………………

p. 150

L. Questionnaire original

……………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………….……………………………………………………………

p. 151

135

A. Arbre généalogique des sociétés secrètes

136

B. California hazing law
http://www.csufresno.edu/studentactivities/documents/CALIFORNIA_HAZING_LAW.pdf

137

C. Exemples de faits divers
Pledges charged in connection with Cornell frat death 05/06/2011 05:57 AM http://centralny.ynn.com/content/top_stories/542386/pledges-charged-inconnection-with-cornell-frat-death/ ITHACA, N.Y. -- Prosecutors say it was a mock kidnapping, part of a fraternity tradition, that led to the death of 19-year old George Desdunes. On Thursday, four defendants stood before a judge, all former pledges of the Sigma Alpha Epsilon fraternity at Cornell University. EJ Williams, Max Haskin and Ben Mann, all 19, are charged with first degree hazing and unlawfully dealing with a child. Williams is also charged with criminal nuisance. A fourth defendant who is under the age of 19 was also charged, but his name has not been released. Prosecutors say the four took a complicit Desdunes and another frat brother to a campus apartment around 1 a.m. February 25th after Desdunes called a designated driver for a ride home from a bar. Investigators say the pledges bound Desdunes' hands and feet with zip ties and duct tape and quizzed him on the history of the fraternity. When Desdunes answered incorrectly, prosecutors say the pledges gave him water, flavored syrups, sugar or vodka and made him do exercises, such as situps. Desdunes passed out on the way home around 5 a.m. and the pledges left him on a couch in the library of the frat house. That is where a custodian found him later that morning. Desdunes was taken to Cayuga Medical Center and pronounced dead. His blood alcohol content was .35 percent. "The grand jury has reviewed this case very carefully, has lodged misdemeanor offenses against these young men, but certainly has made very clear that they are not responsible for the death of Mr. Desdunes," say Ray Schlather, Haskin's attorney. A representative from Cornell University said none of the students are currently enrolled. The Sigma Alpha Epsilon house has been suspended and vacated. The three named defendants pleaded not guilty to all of the charges. "He certainly intends to fight this and clear his name and it is expected that when the dust finally settles, that's exactly what will happen," Schlather said of his client. All of these charges are misdemeanors and carry a maximum punishment of one year incarceration. It's not yet known whether the case will go to trial. Attorneys for Mann and Williams declined to comment. Representatives of the Sigma Alpha Epsilon fraternity did not appear in court, and prosecutors say a corporate summons will be issued. 138

A Fraternity Hazing Gone Wrong
www.npr.org/templates/story/story.php?storyId=5012154 November 14, 2005 It's a parent's nightmare and a nagging fear for the people who run colleges and universities: A young fraternity pledge dies when hazing gets out of control. It's happened at least once each year for more than three decades. Nine months ago it happened at Chico State University in California, and this time prosecutors did something unusual: They filed felony criminal charges against the fraternity brothers involved. But that's not much comfort to the family of Matthew Carrington, who died during the Feb. 2, 2005, hazing accident. In his 22 years, Gabriel Maestretti has often been a role model: an altar boy, high school homecoming king and a volunteer coach. But in the past year he's also been called a "tormentor" and "a mean drunk." And earlier this month, he became something worse: a felon. The Butte County courtroom of Judge Stephen Benson was awash in red, the color worn by family and friends of Matthew Carrington to honor him. Gabriel Maestretti, deeply religious as a boy, had never been in trouble before. Yet, according to the district attorney, he was the most culpable in Carrington's death. He stood before the judge, baby-faced, with the physique of a linebacker, choking back tears. "I did what I did out of a misguided sense of building brotherhood, and instead I lost a brother. I will live with the consequences of hazing for the rest of my life," Maestretti told the court. "My actions killed a good person, and I will be a felon for the rest of my life, and I'll have to live with that disability, but I'm alive and Matt's not. " Moments later, Maestretti and three of his fraternity brothers — John Fickes, 20, Carlos Abrille, 22, and Jerry Lim, 25 — were handcuffed and led off to jail. Matthew Carrington would have turned 22 this month. He grew up with his younger brother in a small ranch-style house in Pleasant Hill, east of San Francisco. Debbie 139

Smith has a giant portrait of her son on the fireplace mantle. Dozens of snapshots fill the coffee table and bookshelves. "We did everything together as a family, so we have tons of pictures, and I have to have them out," she said. "I have this need to just be surrounded by him. I can't put him away." Like a lot of moms, Debbie Smith says her son was destined for great things. But Carrington's plans weren't grandiose at all. He just wanted to graduate and get a good job, marry and have kids, his mother says. Now, she mourns the wedding she'll never attend, the grandchildren she'll never hold. Boarded-up on the edge of campus is the Chi Tau fraternity house. From the outside, the white building doesn't look like a crime scene. The basement, says Chico Police detective Greg Keeney, the lead investigator on the case, is another story. "It's kind of like the medieval castle dungeon," says Keeney. In February, at the time of Carrington's death, the dark and dirty basement would have been very cold, says Keeney. Repeatedly scribbled on the walls was the phrase, "In the basement, no one can hear you scream." Carrington died during Chi Tau's "Hell Week." Junior fraternity brothers were in charge and were told to be tough on the pledges. Carrington was at the Chi Tau, located in Chico, Calif., north of Sacramento to support his friend, Mike Quintana. Both were sober, according to police reports. The two pledges were ordered downstairs and told to do calisthenics in raw sewage that had leaked on the floor. For hours, according to district attorney Mike Ramsey, they were interrogated and taunted. There were forced pushups and trivia quizzes. Through it all, the Carrington and Quintana were ordered to drink from a five-gallon jug of water, which was filled over and over. Fans blasted icy air on their wet bodies. They urinated and vomited on themselves. Then, according to DA Ramsey, something went terribly wrong. Carrington collapsed and started a seizure. Fraternity members didn't initially call an ambulance. By the time they did, it was too late. Carrington was taken to Enloe 140

Medical Center, where his heart stopped. At about 5 a.m. he was pronounced dead from water intoxication, which caused the swelling of his brain and lungs. Not a single fraternity brother was there, a fact that still haunts his mother. "All I could think of was, 'Matt's alone. Nobody is with him... why is that?' " she said. Hours passed from the hospital's first call to Carrington's parents before they learned how he died. Hazing is illegal in the majority of states, including California. But usually it's a misdemeanor offense that brings a slap on the wrist. Most colleges have banned hazing, and rogue Greek chapters have been suspended. But sometimes the strategy backfires. Hazing expert Hank Nuwer says once they're decertified, these chapters are accountable to no one. "It's kind of like having unregulated gangs on campus, and yet it's a hidden problem that doesn't get discussed on the news a lot," says Nuwer. It was a problem at Chico State. Chi Tau was among a handful of suspended fraternities that had been in trouble before. For now, the school has shut down all Greek recruitment. A task force is overhauling all the rules for student conduct. And University President Paul Zingg has threatened the ultimate punishment — an outright ban on fraternities and sororities. "They talk about integrity and scholarship and holy friendship forever," says Zingg. "And I basically said, if that's really what you believe in, you've got a respected place on this campus. But if you're nothing but drinking clubs masquerading as fraternities, you don't." Fraternity members pass the now-defunct Chi Tau house everyday on their way to classes. It's a vivid reminder of Carrington's death. "We're still dealing with it. Everybody's still kind of haunted by it," says Adam Cherry, a Chico State junior and a member of Sigma Pi, a fraternity which he says doesn't haze. He thinks it's only right that the defendants are in jail. But he resents being lumped together with the young men implicated in Carrington's death.

141

"This fraternity, Chi Tau, was not recognized by the school, not recognized by anybody. So basically they were just a bunch of guys with letters on their house," says Cherry. There's a growing movement to toughen the penalties for hazing. Two states, New York and Florida, have done it already, and Carrington's parents say now it should be California's turn. They want hazing out of the education code and charged under the penal code, like other violent crimes. But even that's not enough, says Debbie Smith. Something else has to change: the mindset that considers hazing just part of college life. "I understand that they didn't intend to kill Matt," she says. "My hope is that they learned something, that we all learned something, and that they can teach others from their experience so that we don't have to have this keep happening to our children." It may be too late for Gabriel Maestretti, who will serve one year in jail. But he, too, wants to get the message out. "I accept my punishment, with the hope that it will serve as a warning to others not to follow the path I did," he said during his sentencing. "Hazing isn't funny, it's not cute. It's stupid, dangerous. It's not about brotherhood, it's about power and control." For other students, the message hasn't sunk in yet. Despite the trauma of Carrington's death, two more Greek organizations at Chico State have already been suspended for misconduct this semester.

142

D. Fait divers “roofies” UCF fraternity under investigation after being accused of using date rape drug on women
http://www.centralfloridafuture.com/mobile/ucf-fraternity-under-investigation-afterbeing-accused-of-using-date-rape-drug-on-women-1.2522718 By Katie Kustura News Editor A University of Central Florida fraternity accused of using a date rape drug on women is being investigated by the UCF Police Department and UCF's Office of Student Conduct. Members of the Delta Upsilon fraternity have been accused by three unnamed members of UCF's Kappa Kappa Gamma sorority of attempting to drug their drinks. According to statements from the three sorority sisters, members of DU were playing a ‗game' with ‗roofies' that involved drugging random drink bottles before socials, passing them around to the girls on the bus not knowing which bottles had been drugged and trying to guess at the end of the night. This particular alleged incident happened during a pirate-themed social on Feb. 10. We're taking this very seriously, said Sgt. Troy Williamson, the police department's community relations supervisor. UCF officials released this statement regarding the incident: "The UCF Office of Student Conduct and UCF Police will be conducting reviews of the incident. Our No. 1 priority is to provide a safe environment for the entire university community, including our Greek organizations. We support the efforts of our fraternities' and sororities' national offices to hold their members accountable to the values that the vast majority of our students uphold." According to a letter from Delta Upsilon International Fraternity's Executive Director Justin Kirk addressed to UCF's DU chapter, the redevelopment phase for their chapter of DU, which was placed on reorganization status on Jan. 25 by DUIF, ends on March 28. Appeals to the board of directors are also due that day.

143

E. Incendies de maisons de chapitres
http://www.usfa.dhs.gov/downloads/pdf/statistics/v2i12-508.pdf

144

F. Fait divers : accident domestique
WSU student falls from frat house window http://www.washingtoninjuryattorneyblog.com/2009/11/wsu_student_falls_from_frat_ho.html
November 11, 2009

A 20-year-old Washington State University (WSU) student suffered back injuries after he fell three stories from a fraternity house window and landed on the windshield of a parked car. The accident occurred at the Alpha Kappa Lambda fraternity in Pullman, Washington. According to a report in The Seattle Times, the student was taken to Pullman Regional Hospital with back injuries. The student was conscious a while after the accident. Alcohol was involved. In May of this year, a 21-year-old WSU student from Bend, Oregon was killed after a fall from a cliff near campus. The University of Washington in Seattle has also had its share of students falling from frat house windows. In May, a 22-year-old student was seriously injured after a fall from the Sigma Chi fraternity house. This information is provided by Washington Injury Attorney blog, a service of The Farber Law Group. We represent people with serious personal injuries including traumatic brain injury andspinal cord damage. Contact The Farber Law Group at 1-800-244-9087 or attorney@hgfarber.com to schedule a free and confidential case evaluation. We have offices in Seattle and Bellevue to assist you.

145

G. Assurance
http://www.frmtltd.org/wfdata/files/2003fall.pdf

146

H. Statistiques du National PanHellenic Council
http://www.npcwomen.org/resources/pdf/2009%20Stats_Final.pdf

147

I. Fraternités des présidents des USA
http://www2.davidson.edu/studentlife/involved/pcourt/pcourt_docs/Sel_USPresFraternity%20Men(jun 02).pdf

148

J. Marketing teen movies

149

K. Credo de Zeta Beta Tau
We, the members of Zeta Beta Tau fraternity, believe that the development of the individual as a responsible, mature member of society is the primary goal of the university today. We believe that fraternity offers to the university community a unique, desirable and successful means of achieving this goal. In fulfilling the purposes of fraternity, we dedicate ourselves to the principles of: INTELLECTUAL AWARENESS. Fraternity creates an atmosphere conducive to the expansion of the individual's intellectual horizons, the interchange of ideas within the academic community and the pursuit of scholastic excellence. SOCIAL RESPONSIBILITY. Fraternity requires the individual to commit himself and accept his responsibility to participate. INTEGRITY. Fraternity generates a standard of personal integrity – a framework for the individual to maintain honesty, exhibit loyalty and retain a sense of selfdiscipline. BROTHERLY LOVE. Fraternity inspires and expresses the interrelation of the individual with his fellows, his pride in the institution and respect for the wisdom of its tradition.

150

L. Questionnaire original

BETA PI SURVEY
Thank you bros for filling this survey! It will only take 10 minutes.  Circle the right answer when you can. PLEASE, DO NOT PUT YOUR NAME ON IT. PART I – General information

1. How old are you? ___________ 2. Are you originally from South-California? Yes / No If “No”, Where are you from? _______________ How long have you been living in South-California? ______________ 3. What ethnicity(ies) do you belong to? White / Black / Asian / Latino / Native American / Other 4. What is your religion? (Write “none” if you do not have one) _________________ If you have one, how often do you go to your place of worship? Never / A few times a year / A few times by month / Once a week / Several times a week 5. Are you interested in politics? I am not / Not so much / I am / Very much If you are, what is your political inclination? (Circle the appropriate number.) Democrat 1 / 2 / 3 / 4 / 5 / 6 / 7 Republican 6. What is your current degree class level? Freshman / Sophomore / Junior / Senior / Grad Student / Ph.D. 7. What are your major and minor? (Write “none” if you don’t have one.) Major__________________ Minor _________________ or Double Major_______________ 8. What are your parents’ occupations? Father _____________ Mother________________ 9. How much do they approximately make by year? Father_______________ Mother________________ 10. Are your parents still in a relationship? Yes / No 11. Do you still live with them (living in the dorms is “No”)? Yes / No If “Yes”, if they are separated, who do you live with? _______________ 12. Give an approximation of your budget by month (including living expenses)? __________ 13. Do you have a job? Yes / No If yes what is it? _____________ 14. Do you hold a responsibility role in the chapter (chair/eboard)? Yes / No
151

15. Do you have another extra scholar activity, beside the fraternity? Yes / No If yes, what is it (what are they)? ________________________________________________ 16. Do you have a significant other? Yes / No If “Yes”, does she/he belong to the Greek system? Yes / No What is your relationship status? Boyfriend-Girlfriend / Other:______________
PART II – Teenpics and fratpics
Please, check the correct boxes and rate the movies that you have seen. Rating system: 1 to 5. 1 = I hated it! / 2 = Not good / 3 = Neutral / 4 = Pretty good / 5 = I loved it!

Engaged

/

Married

Have you ever seen?

Never

Once

2 or 3 times

4 to 10 times

More than 10 times

Rate (X/5)

I have bought the dvd or netflix

FILMS Fraternity Row (1977) Animal House (1978) King Frat (1979) Fraternity Vacation (1985) Revenge of the Nerds or sequel(s) (1985 - 1995) Assault of the Party Nerds (1989) PCU (1994) Going Greek (2001) Sorority Boys (2002) Dorm Daze (2003) Old School (2003) American Pie 5: The Naked Mile (2006) American Pie 6: Beta House (2007) Fraternity House (2008) Frat Party (2009)

Mystery Men (1999) Van Wilder (2002) The Butterfly Effect (2004) Accepted (2006) Van Wilder 3: Freshmen Year (2009) Legally Blond or sequel(s) (2001)

152

Southern belles (2005) Sydney White (2006) Pledge This (2006) House Bunny (2008)

Sorority house Massacre (1986) Nightmare Sister (1988) Sorority Girls and the Creature from Hell (1990) Pledge Night (1990) Have you ever seen? Never Once 2 or 3 times 4 to 10 times More than 10 times Rate (X/5) I have bought the movie or the series.

Vampires of the Sorority Row (1999) Sorority Sister Slaughter (2007) Fraternity Massacre at Hell Island (2007) Frat House Massacre (2008) Sorority Row (2009) Brotherhood (2010)

SERIES Sorority Life (2002) Meet the Greeks Sorority Fraternity (2003) Fraternity Life: Santa Cruz (2003) GRΣΣK (2007 – 2011) Sorority forever (2008 – 2011) Sorority Wars (2009 – 2011) Glory Daze (2010 – 2011)

17. Do you consider yourself a fan of one or several of these movies or series? Yes / No If “Yes”, which one(s)?
_____________________________________________________________________________________ _____________________________________________________________________________________ _____________________________________________________________________________________ _____________________________________________________________________________________ ______________________________________________________________________

If “Yes”, why do you like them?
___________________________________________________________________ ___________________________________________________________________ ___________________________________________________________________ 153

___________________________________________________________________ ___________________________________________________________________ ___________________________________________________________________ ___________________________________________________________________ ___________________________________________________________________ ___________________________________________________________________ ___________________________________________________________________ ___________________________________________________________________ ___________________________________________________________________ ___________________________________________________________________ ___________________________________________________________________ ___________________________________________________________________ ___________________ PART III – Open questions

18. Did you have the intention to join a fraternity when you arrived in college? Yes / No / I hadn’t decided yet Why? ______________________________________________________________________________ ______________________________________________________________________________ _____________________________________________________________________ If “No” or “I hadn’t decided yet”, what made you change your mind? ______________________________________________________________________________ ______________________________________________________________________________ _____________________________________________________________________ 19. Is there (a) typical sorority girl image(s) for you? Yes / No / I don’t know If “yes”, can you describe it/them using only adjectives? ______________________________________________________________________________ ______________________________________________________________________________ ______________________________________________________________________________ __________________________________________________________________ If “yes”, how would you value this stereotype? Negative 1 / 2 / 3 / 4 / 5 / 6 / 7 Positive - Or I don’t know False 1 / 2 / 3 / 4 / 5 / 6 / 7 True – Or I don’t know 20. Is there (a) typical frat boy image(s) for you? Yes / No / I don’t know If “yes”, can you describe it/them using only adjectives? ______________________________________________________________________________ ______________________________________________________________________________ ______________________________________________________________________________ __________________________________________________________________
154

If “yes”, how would you value this stereotype? Negative 1 / 2 / 3 / 4 / 5 / 6 / 7 Positive - Or I don’t know False 1 / 2 / 3 / 4 / 5 / 6 / 7 True – Or I don’t know 21. How would you describe your brothers? (Use adjectives only) ______________________________________________________________________________ ______________________________________________________________________________ ______________________________________________________________________________ __________________________________________________________________ 22. For you, what is Greek life about? Only spread words, do not make sentences. ______________________________________________________________________________ ______________________________________________________________________________ ______________________________________________________________________________ __________________________________________________________________ 23. When you introduce yourself to people outside of the Greek life, how do you present your membership to a fraternity? Straightforward / I wait to know them better / Only if they ask / I don’t tell

155