Facteurs qui influent sur la santé

Points saillants

Soins hospitaliers en cas de crise cardiaque chez les Inuits

Existe-t-il des différences entre les taux de crises cardiaques chez les Inuits et les autres personnes au Canada? Y a-t-il des différences entre les facteurs et les résultats liés au traitement? Le rapport Soins hospitaliers en cas de crise cardiaque chez les Premières Nations, les Inuits et les Métis, publié par l’Initiative sur la santé de la population canadienne (ISPC) de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS), met en lumière ces enjeux dans une analyse des données et un survol des interventions canadiennes visant la prévention et le traitement des problèmes de santé cardiovasculaire. La présente fiche d’information résume les conclusions du chapitre 2 : Hospitalisations à la suite d’une crise cardiaque dans les régions à fort pourcentage d’Inuits. Le manque d’uniformité dans la saisie de l’origine ethnique dans les dossiers des hôpitaux à l’échelle nationale constitue un important obstacle à la déclaration des taux de crises cardiaques et de traitements connexes chez les peuples autochtonesi au Canada. Afin de contourner cette difficulté, nous avons adopté une approche fondée sur la région géographique afin de comparer les patients vivant dans les régions où une proportion relativement élevée d’habitants s’identifient comme Inuits (appelées régions à fort pourcentage d’Inuits) par rapport aux patients des régions éloignées à faible pourcentage d’Autochtonesii. Les résultats reposent sur des données totalisées sur sept ans, soit de 2004-2005 à 2010-2011. Les résultats sont présentés en fonction du cheminement clinique type des patients victimes de crise cardiaque.

Pour de plus amples renseignements sur les Premières Nations, les Inuits et les Métis et pour obtenir un résumé des interventions favorisant la santé cardiovasculaire au Canada, veuillez télécharger le rapport complet au www.icis.ca/ispc.

Notre vision

De meilleures données pour de meilleures décisions : des Canadiens en meilleure santé

Notre mandat

Exercer le leadership visant l’élaboration et le maintien d’une information sur la santé exhaustive et intégrée pour des politiques avisées et une gestion efficace du système de santé qui permettent d’améliorer la santé et les soins de santé

i. Au Canada, le terme collectif « peuples autochtones » englobe les Premières Nations, les Inuits et les Métis. ii. Puisque, dans le cadre de cette étude, les résidents des régions à fort pourcentage d’Inuits étaient situés dans des régions éloignées, leur expérience des soins hospitaliers a été comparée à celle des habitants de régions canadiennes à faible pourcentage d’Autochtones considérées comme éloignées.

Nos valeurs

Respect, intégrité, collaboration, excellence, innovation

www.icis.ca Au cœur des données

Points saillants

Facteurs qui influent sur la santé

Cheminement clinique
• Événement de crise cardiaque • Profil des patients • Distance des services • Type de traitement • Durée du séjour • Transferts d’établissements

Admission et diagnostic

Traitement et résultats

Admission et diagnostic
Événement de crise cardiaque
Les taux d’événement de crise cardiaque des résidents des régions à fort pourcentage d’Inuits étaient inférieurs à ceux des régions éloignées à faible pourcentage d’Autochtones. Le taux de nouveaux événements de crise cardiaque (voir les définitions) était de 35 % inférieur chez les habitants des régions à fort pourcentage d’Inuits comparativement à ceux des régions éloignées à faible pourcentage d’Autochtones (122 par rapport à 189 pour 100 000 habitants, respectivement).

Profil des patients
Les patients victimes d’une crise cardiaque vivant dans les régions à fort pourcentage d’Inuits étaient généralement plus jeunes. L’âge médian à l’admission pour une crise cardiaque était inférieur de 10 ans chez les patients des régions à fort pourcentage d’Inuits (61 ans), comparativement à ceux des régions éloignées à faible pourcentage d’Autochtones (71 ans). Les patients victimes d’une crise cardiaque vivant dans les régions à fort pourcentage d’Inuits étaient moins susceptibles de souffrir de diabète au moment de leur admission à l’hôpital que les patients des régions éloignées à faible pourcentage d’Autochtones (11 % et 25 %, respectivement).

Distance des services
Les résidents des régions à fort pourcentage d’Inuits étaient plus susceptibles de parcourir de grandes distances afin d’obtenir des soins cardiaques que ceux des régions éloignées à faible pourcentage d’Autochtones. Tous les patients victimes d’une crise cardiaque ont franchi plus de 500 km pour accéder à l’hôpital le plus près doté de services de revascularisation. En revanche, les trois quarts (74 %) des patients habitant les régions éloignées à faible pourcentage d’Autochtones se situaient à un maximum de 250 km de l’hôpital le plus près doté de services de revascularisation.

2

Points saillants

Facteurs qui influent sur la santé

Traitement et résultats
Type de traitement
Les taux d’intervention cardiaque étaient semblables chez les patients victimes d’une crise cardiaque habitant dans les régions à fort pourcentage d’Inuits et ceux habitant dans les régions éloignées à faible pourcentage d’Autochtones. Plus de la moitié des patients victimes d’une crise cardiaque dans les régions à fort pourcentage d’Inuits ont subi une coronarographie en milieu hospitalier (54 % par rapport à 57 % pour les régions éloignées à faible pourcentage d’Autochtones) et 42 % ont subi une intervention de revascularisation, soit une ICP ou un PAC (44 % pour les régions éloignées à faible pourcentage d’Autochtones). (Voir les définitions des interventions.)

Durée du séjour
La durée du séjour était semblable chez les patients hospitalisés pour une crise cardiaque habitant dans les régions à fort pourcentage d’Inuits et ceux habitant dans les régions éloignées à faible pourcentage d’Autochtones. La durée médiane du séjour à l’hôpital après admission pour crise cardiaque était de sept jours pour les patients des régions à fort pourcentage d’Inuits et de six jours pour les patients des régions éloignées à faible pourcentage d’Autochtones.

Transferts d’établissements
Le nombre de transferts d’établissements était semblable chez les patients victimes d’une crise cardiaque habitant dans les régions à fort pourcentage d’Inuits et ceux habitant dans les régions éloignées à faible pourcentage d’Autochtones. Une fois admis à l’hôpital, 42 % des patients victimes d’une crise cardiaque dans les régions à fort pourcentage d’Inuits ont dû être transférés au moins une fois à un autre établissement afin de recevoir les soins nécessaires, ce qui est semblable au taux de transfert associé aux patients des régions éloignées à faible pourcentage d’Autochtones (40 %).

Définitions
Un événement de crise cardiaque correspond à une première hospitalisation où la crise cardiaque constitue le diagnostic principal. Si le patient subit plus d’une crise cardiaque au cours d’une période de 28 jours d’une année donnée, les crises cardiaques sont considérées comme un seul événement. La coronarographie est une intervention diagnostique qui permet de visualiser les artères du cœur. Elle peut servir à évaluer l’ampleur de l’atteinte coronarienne et à déterminer quel type de traitement est le plus approprié. Les interventions de revascularisation aident à rétablir la circulation sanguine vers le cœur en éliminant ou en contournant les blocages dans les artères. Il existe deux types d’interventions de revascularisation : l’intervention coronarienne percutanée (ICP) et le pontage aortocoronarien (PAC). L’intervention coronarienne percutanée (ICP) est une intervention non chirurgicale qui consiste à insérer un ballonnet dans une artère bloquée, puis à le gonfler afin de la dilater. Le pontage aortocoronarien (PAC) est une intervention chirurgicale pratiquée dans les cas où plusieurs artères du cœur présentent un rétrécissement ou un blocage important. Au cours de l’intervention, on greffe des segments d’artères ou de veines d’autres parties du corps pour contourner les obstructions dans les artères du cœur.

3

Points saillants

Facteurs qui influent sur la santé

Limites
Étant donné le nombre limité de patients victimes d’une crise cardiaque dans les régions à fort pourcentage d’Inuits, il n’a pas été possible d’évaluer les disparités en ce qui a trait à certaines comorbidités et d’examiner les résultats des soins hospitaliers. Ainsi, nous n’avons pas été en mesure de dessiner le portrait complet de l’expérience de soins des patients victimes d’une crise cardiaque vivant dans ces régions. Il est certes possible que le petit nombre d’hospitalisations en soins de courte durée à la suite d’une crise cardiaque relevé chez les résidents des régions à fort pourcentage d’Inuits indique que le fardeau des maladies cardiaques y est moins lourd que dans la population générale, mais ces chiffres peuvent également refléter la difficulté pour les Inuits d’accéder aux soins de courte durée.

Interventions visant à soutenir les Autochtones : de la prévention au traitement
Un examen pancanadien prenant appui sur les résultats obtenus à partir des données quantitatives a permis de cerner les stratégies de prestation des services de santé qui aident les peuples autochtones à faire face à des maladies chroniques. Les relations entre les patients, les dispensateurs et leur collectivité sont au cœur de bon nombre de ces stratégies. Il importe donc d’établir des relations qui permettent de surmonter les barrières géographiques et culturelles dans le cadre de la prestation des services de soins de santé. Pour de plus amples renseignements, voir le chapitre 4 : Interventions visant à soutenir les Autochtones — de la prévention au traitement dans le rapport intégral.

4

Imprimé au Canada sur du papier recyclé en janvier 2013