Cours d’ouverture – IEP de Lyon 

Année universitaire 2011-2012 (2e semestre) 

Histoire des féminismes 2 : du contrôle de la fécondité au « nouveau féminisme »
Muriel Salle – Maîtresse de conférences (Université Claude Bernard – Lyon1) muriel.salle@univ-lyon1.fr

I. Les femmes conquièrent leur droit à l’histoire

Nous qui sommes sans passé, sans histoire… »
Manifestation du 26 août 1970 :








« Il y a plus inconnu que le soldat inconnu, sa femme ».



Les années 1970 : émergence d’une histoire militante
Facteurs scientifiques
Facteurs sociologiques
Facteurs politiques

•  Nouvelles méthodes
•  Nouveaux thèmes

•  Arrivée massive d’étudiantEs sur les bancs de l université dans l entre-deuxguerres et à la Libération
•  Féminisation progressive du corps enseignant

•  Rôle du Mouvement de Libération des Femmes (MLF)

II. Le privé est politique

Manifestation féministe à Québec (22 avril 1978)

Le MLF à Paris, 1979

Manifestation du MLAC et de Choisir, 1973

Muriel Salle (MCF Université Lyon 1)

muriel.salle@univ-lyon1.fr

1920 : Loi réprimant la «   provocation à l’avortement et la propagande anticonceptionnelle   » (un médecin qui informe une femme sur des moyens contraceptifs est passible de prison).

1923 : L’avortement devient un délit, passible de la cour d’assise.

1942 : L’avortement devient même passible de la peine de mort et considéré comme un crime contre la sûreté de l’État.

1949 : Parution du « scandaleux » Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir. Des conservateurs aux communistes, tout le monde s’y met pour dénoncer un « manuel d’égoïsme érotique », un manifeste d’« égotisme sexuel ». On se scandalise des «   hardiesses pornographiques   » qu’il contient, et son auteure est qualifiée de « suffragette de la sexualité » ou d’ « amazone existentialiste ».

1956 : Création de la Maternité heureuse (qui devient Planning Familial en 1960)

1967   : La loi Neuwirth légalise la pilule mais la publicité pour les moyens contraceptifs reste interdite sauf dans les revues médicales.

1975 : Loi Veil sur l’Interruption Volontaire de Grossesse instaurant une « tolérance sous conditions » (remboursé par la Sécurité sociale en 1982).

1990 : Autorisation du RU486 (avortement médicamenteux)

1991 : La publicité pour les préservatifs est enfin autorisée, dans un contexte de lutte contre le SIDA

Médicalisation et contrôle des corps féminins
Quel que soit leur niveau de revenu, les femmes ont une consommation de services médicaux et sanitaires supérieurs à celle des hommes

Statistiques de dépistage du cancer du côlon

Spécificité de la domination masculine et des discriminations conte les femmes : elles s’exercent de manière continue, y compris en privé.
Le corps des femmes est un enjeu essentiel : son contrôle est politique
Le foyer, lieu d’exploitation du travail gratuit de reproduction, effectué par les femmes.
Sphère privée ?...
FAMILLE
… règlementée par l’État

REPENSER LA RELATION ENTRE PUBLIC ET PRIVÉ

Entre singularisation des réponses aux besoins individuels (ex : crèches parentales)….
… et implications des logiques de marché en matière prestations et de services sociaux
de

Lieu de la solidarité et de la protection des individus contre les ingérences étatiques
FAMILLE
Indissociable du travail de reproduction majoritairement accompli par les femmes
Biais pour la modulation de certains droits

« Elles sont 300 000 chaque année »

http://www.dailymotion.com/video/xpcyoc_simone-veil-une-loi-au-nom-des-femmes_news#.UREPObTciX0

http://www.parti-socialiste.fr/articles/christiane-taubira-le-mariage-pour-tous-sera-un-acte-degalite

À la française ou à l’américaine ?

Samedi 14 Mai 2011 : Vers midi, une femme de chambre de l’Hôtel Sofitel de New York accuse Dominique Strauss-Kahn de viol. Il est arrêté à 16h40 heure locale alors qu’il venait d'embarquer dans un avion à destination de Paris.
Dimanche 15 Mai : Devant les caméras, DSK sort du commissariat de Harlem menottes aux poings. Un peu plus tôt, la victime présumée, une femme de 32 ans, aurait identifié son agresseur. DSK est accusé d’acte sexuel criminel, de tentative de viol et de séquestration.
Sous le coup de sept chefs d’inculpation lors de sa première comparution devant le tribunal pénal de Manhattan, il encourt jusqu’à 74 ans de prison.

Lundi 22 Août : abandon des charges
20 janvier 2013 : Nafissatou Diallo « indemnisée » par DSK à hauteur de 1,5 million de dollars

«   troussage de domestique   » (Jean-François Kahn, journaliste de gauche)
Mise en cause de la parole de la victime par Bernard-Henri Lévy : «   comment une femme de chambre aurait pu s’introduire seule, contrairement aux usages qui, dans la plupart des grands hôtels newyorkais, prévoient des brigades de ménage composées de deux personnes, dans la chambre d’un des personnages les plus surveillés de la planète ».

Présomption de véracité (des propos de la victime)

Présomption d’innocence
(de l’accusé)

Un débat sur la séduction ?

Le political correctness dans les années 1990 :
autour de l’affaire Clarence Thomas

Chasse aux sorcières pour Élisabeth Badinter
Acceptation du harcèlement sexuel en France en 1992, mais en France peut de tomber dans une situation de «   répression à l’américaine » (selon la secrétaire d’État aux Droits des femmes de l’époque, Véronique Neiertz)
Contre la parité. « Non aux quotas de femmes » avec leurs « dérives mortelles pour notre République universaliste ».
Et de manière générale contre la discrimination positive «   à l’américaine »

Le vrai problème : la politisation de questions sexuelles.
Féminisme présent + puritanisme passé ? ou démocratisation générale des mœurs ?

III. Gestion et gouvernement des corps

Aux origines des «   politiques familiales   » : le spectre de la « dépopulation » et de la dégénérescence

Réflexion sur les implications des politiques familiales
« Je n’appelle pas secours, je n’appelle pas indemnité, ce que je demande à la Chambre   ; un secours est donné pour un besoin pressant ou passager ; une indemnité est accordée pour une perte. Avoir une famille ce n’est éprouver ni un accident ni un dommage. (…) Une allocation c’est une rémunération pour un service. La famille est un service social. »

(Abbé Lemire, Chambre de députés, 1908)

« Les charges de famille sont une considération à laquelle il n’y a pas lieu de s’arrêter. Les employés n’ont qu’à pas se marier, s’ils ne possèdent pas les ressources suffisantes pour élever des enfants. Rien ne les oblige à avoir une famille à entretenir. »

(un haut fonctionnaire, 1909)

Aujourd’hui, les 5 principales positions vis-à-vis des politiques familiales

1. Ceux qui n’en veulent pas, chacun devant assumer la charge des enfants qu’il a engendré (position fréquente chez les ultra-libéraux).
2. Ceux qui y voient un acte charitable à l’égard de personnes paupérisées par la taille de la famille à laquelle elles appartiennent (conception est répandue à droite comme à gauche, en remplaçant le mot « charité » par sa variante laïcisée « équité », ou encore « solidarité »).
3. Ceux qui trouvent dans la charité faite aux familles modestes un moyen moins onéreux que d’autres de résoudre divers problèmes.
4. Ceux pour lesquels les prestations sont un moyen d’intervention nataliste (par souci de la grandeur de leur patrie, ou plus prosaïquement, du dynamisme de l’économie et de l’avenir des retraites).
5. Ceux qui considèrent les prestations familiales comme apportant une rémunération, sans doute insuffisante, des services que rendent à la société ceux qui procréent et élèvent leurs enfants.

Nombre de semaines de grossesse limite pour pratiquer une IVG

La contraception est-elle une affaire de femmes ?
http://gem.hypotheses.org/925

Conclusion : Une nouvelle génération de féministes ?

Des militantes du groupe La Barbe
(Paris, juin 2011)
Le FEMEN, des féministes ukrainiennes seins nus (Kiev, décembre 2011)

Joumana Haddad, Superman est arabe De Dieu, du mariage, des machos et autres désastreuse inventions, Actes Sud (à paraître le 6 février)

À écouter en ligne.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful