COMPTABILITE BANCAIRE - GHENE Carine

Qui sont les acteurs du monde bancaire ? Les acteurs du monde bancaire Les clients La bourse- les marchés financiers La CBFA Les Banques centrales BNBBCE Les Réviseurs d’Entreprises Les agences  les banques les établissements de crédits Pourquoi établissements de crédit et pas banques ? Car banques, on confond avec banque mixte (dépôts et participationscrise des années 30, les banques ne savaient plus rendre l’argent des dépôts) alors que les établissements de crédit = dépôt et action L’essence même de l’activité bancaire ; Crédit <------------- BANQUE --------------> Dépôt 2 bourses 1 bourse ------------------------Effet multiplicateur Tout ceci fonctionne grâce à la confiance du public. 1ère grande crise : Les années 30 Système des banques mixtes (dépôt/crédit), mais ils utilisaient les dépôts pour des participations dans des entreprises qui tombent en faillite. Les épargnants sont venus rechercher leur or….que les banques ne savaient pas rendre. Des mesures ont été prises pour rétablir la confiance ; - séparer les banques mixtes, ne pas mettre dépôt/crédit avec le fait de prendre des participations. -création de la Commission bancaire devenue Commission bancaire, financière et assurances. CBFA La CBFA a rejoint maintenant la Banque centrale. Rôle de la CBFA ? Contrôle prudentiel microéconomique donc contrôle des banques, une par une. Contrôle de 3 niveaux ; - Envoyer un rapport, le schéma A - Les inspecteurs de la CBFA qui viennent sur place, viennent lors de la création d’un nouveau produit. - Contrôle révisoral par un Réviseur agrée par la CBFA (rapport sur les chiffres, la structure, la capacité des personnes qui gèrent la banque) Contrôle 2X/an ; vérification des comptes et contrôle interne. CBFA

Audit interne (la police dans les banques) Imposé par la CBFA

Réviseur

Les réviseurs interviennent aussi pour le fonds de protection des dépôts, assurances pour le petit épargnant. Le fonds de protection des dépôts sert si une banque tombe en faillite, il y a une assurance pour le petit épargnant (aujourd’hui 100.000€). Ceci est donc audité par les Réviseurs. Rôle de la Banque Nationale ? Rôle important avec les banques. - Elle a un rôle d’information pour le public (publication des bilans) - Elle garde et gère les réserves officielles de monnaie - Elle frappe la monnaie en € pour la Belgique. - Elle a un rôle de contrôle bancaire au niveau macroéconomique - Politique monétaire Association de coupole : association de banques ABB et CEBELFIN (association de coupole du monde financier plus grande qui reprend les sociétés de bourse, leasing, Swift, Isabel…) La crise financière des années 2008-2009 La crise des années 30 était liée au manque de confiance des épargnants. La crise financière 2008-2009 prend ses racines vers 1999/2000 aux USA bulle internet. Chute des valeurs de tout ce qui est sur internet. Sociétés côtées sur internet alors qu’elles ne valaient pas grand-chose.  Taux d’intérêt maintenu très bas Puis en 2001 aux USA, attaque terroriste du 11/09. Peur d’une récession.  Taux d’intérêt bas pour relancer l’économie. Beaucoup de liquidité. Politique des grands travaux, construction. Relance de la guerre. Epoque de grands développements. Les banques prêtent pour l’immobilier aux subprimes, c’est-à-dire aux gens dans une situation financière précaire. Aux USA, taux variables (alors qu’en Belgique on préfère les taux fixes). Taux bas. Prêt à des gens qui ont peu de moyen. Entre dépôt et prêt, les banques ne gagnent pas grand-chose. En Belgique, on commence à prendre de plus en plus de risques pour avoir de la croissance.  Titrisation. Rendements élevés au plus le débiteur est risqué, mais on prend beaucoup de risque car si les gens ne savent plus payer, les banques reprennent simplement la maison, qui vaut plus cher qu’à l’achat et comme les gens ont déjà remboursé un peu, les banques ne perdent pas grand-chose. Crise immobilière en 2006  Taux d’intérêt augmente Mais aux USA les taux sont variables. Si avec des taux bas, les gens avaient déjà des soucis de remboursement, avec les taux qui augmentent, impossibilité de rembourser. Saisie des immeubles. Mais comme il y a d’un coup trop d’offre d’immeubles, il n’y a pas assez de demande, donc les immeubles ne se vendent plus. De 2006 à 2008, crise des subprimes qui génère un manque de liquidité qui se ressent chez nous en juin 2008. Problème de liquidités sur le $ car le $ se raréfie. Le 15/09/2008 Lehmann Brother. Les USA ont laissé tomber Lehmann Brother donc chute de Lehmann Brother qui va générer la chute des autres. Crise mondiale.

Fin 2009, début 2010…en Belgique Fortis. L’état belge sécurise Fortis, puis Dexia s’effondre, l’état sécurise Dexia, puis KBC… ING étant hollandais on n’a pas entendu parler de cette chute en Belgique.

Le cadre légal L’activité bancaire est spécifique. La comptabilité reflète la réalité. Le cadre légal bancaire s’inspire du droit des sociétés et du droit comptable. Les banques sont des sociétés anonymes donc lois qui vont avec les SA. Droit comptable Loi de 1975 et AR de 1976. Dans la loi de 1975, on retrouve ; - La partie double - L’image fidèle - La prudence, sincérité et bonne foi - Inventaire - Comptes annuels - Livres et journaux - Journal centralisateur pour l’irréversibilité des écritures Dans l’AR de 1976, on retrouve ; - Les comptes annuels en € - Basé sur la continuité des activités - Pas de compensation - Prorata Dans le droit des sociétés - Déposer les comptes annules - Rapport des administrateurs On ne retrouve pas ; - Le bilan simplifié - Les avis de la CNC - Le PCMN De nouvelles lois adaptées pour les banques sont décidées par la CBFA AR du 23/09/1992 sur les comptes annuels - Date de mise à disposition, on passe les écritures en fonction de la date de mise à disposition - Inscription dans les postes sur base de la durée initiale. Aucun transfert ne s’exécute par la suite (ex 17 à 42) AR du 28/04/1992 sur les informations périodiques Informations périodiques mensuels à remettre à la CBFA = SCHEMA A.  AR du 5/12/1995 sur les fonds propres Le financement le plus cher est le capital. Le capital comprend le taux + la prime de risque Il faut maximiser l’utilisation du capital.

• Risque de concentration. Le risque n’est pas le même qu’on prête à un particulier ou à l’Etat. . Les marchés financiers Qui participent ? Les gouvernements. arbitrage Le marché des dérivés Instrument symétrique ou asymétrique Standardisé Evaluation des prix en fonction des sous-jacents   - . Il faut calculer 2 volets .Il faut avoir un effet de levier entre le capital et les dettes.Les marchés financiers Il y a 4 marchés financiers   Le marché des capitaux Vise des titres commercialisables Maturité à Long terme Pas d’intervention bancaire On trouve : des actions. des hybrides. la capital soit assurer les risques (Bale I et II) Une SA doit avoir un capital de 61500€. si prêt à 2 Etats. couverture. des marchés interbancaires. • Risque de crédit. Quand on veut se financer on se tourne vers . des obligations. des effets de commerce. les investisseurs privés. risque lié à la contrepartie. marché LT Le marché de l’argent Vise des titres commercialisables Maturité à Court terme Pas d’intervention bancaire On trouve : des bons de trésor. Pas de prêt si pas de capital. Le marché à terme Informel Pas commercialisable Se passe via des écrans ou par téléphone Maturité Court terme Ca tourne tout le temps Pas standardisé On trouve : around the clock. une banque ne fonctionne pas avec 61500€. spéculation.Les banques . . Calcul pour trouver les fonds propres. les entreprises. ils doivent être suffisants que pour couvrir le risque. On impose un capital de 250 millions de FB mais montant purement théorique. Ex . des billets de trésorerie. les institutions financières.Les fonds propres.

futurs. Intermédiaires= . on trouve : swap.- Différent type de maturité Comme instrument de dérivés. Il y a un contact entre les 2 brokers. il y a aussi un BROKER (qui peut être différent de celui du vendeur). . Ce custodian a un BROKER (Lehmann Brother.les gouvernements .les organisations supranationales .les institutions financières Investisseurs= . EMETTEUR INTERMEDIAIRE INVESTISSEURS Ce sont les banques qui recherchent les investisseurs par différents types d’intermédiaire.particulier .les banques . son rôle est de ramener le vendeur avec l’acheteur.les banques . le 1er intermédiaire est le CUSTODIAN (Banque de NY.les compagnies d’assurance .des entreprises . Du côté du vendeur. forward.les banques d’investissement Emetteurs= . action. Du côté de l’acheteur. Citibank…). Comment s’organisent ces marchés financiers ?  Le marché primaire = le marché des nouvelles émissions de titres . Marylinch…). c’est celui qui va garder les titres.les agents de change .les banques centrales  Le marché secondaire VENDEUR <------------------> ACHETEUR Il y a plusieurs intermédiaires entre les 2.les fonds de pension .

Jeu d’écritures chez Euroclear. $. le Broker contacte le CUSTODIAN pour transférer les titres de l’un à l’autre. les actions (très risqué)  Risques au niveau de la transformation . -Risques liés au taux de change -Risques liés au taux d’intérêt -Risques de liquidité -Risques de crédit lié à la contrepartie  Risques au niveau des services . bon d’Etat ( pas de risque). un dépôt de 500 milles € à 1 mois puis crédit d’1 million de $ à 6 mois. Ex . La transformation génère des risques  Métier de risques. $. VENDEUR CUSTODIAN BROKER CUSTODIAN <--------------------------------------------------> ACHETEUR BROKER CUSTODIAN SOCIETE TE CLEARING Le métier de banquier L’activité 1ère d’une banque c’est le dépôt et crédit Crédits <---------Banque -----------> Dépôts Reçoit des dépôts (devises : €. il faut s’adapter à la devise. (Euroclear). au terme et à l’échelle.1million Terme : -à vue Echelle : 1000 -à 1 mois -500milles -à 1 mois -1 milliard -à 6 mois -1000 -à 6 mois -1 million -à 1 an -à 1 an  Métier d’intermédiaire  Métier de transformation. Il y a des sociétés de CLEARING. £) et accorde des crédits (devises : €.Quand il y a accord. Ils prennent les titres de partout dans le monde. au plus il faut prendre des risques Ex . Si ce n’est pas le même broker (ex l’un est au Japon l’autre en France). les obligations (peu de risque). Au plus on veut prendre du bénéfice. £) Terme : -à vue Echelle :.

placement. on donne le prix. Une entreprise . la banque a ses risques propres mais également les risques de ses clients contre lesquels elle se couvre. garantie. à poursuivre son activité et à se développer. En faisant du trading. donc risque de taux et risque de crédit (vu que le fournisseur ne paie qu’en février N+1. la banque va générer une marge bénéficiaire qui va servir à payer ses actionnaires. il peut d’ici là tomber en faillite) Une société commerciale gère son risque propre. ex cycle de confection Collection fournisseur Mars Février achat et production Mai vente paiement du Janvier N+1 En mars.)  Métier de services : coffre.  Le risque de taux de change A P . comptes. tandis qu’une banque gère ses risques propres mais aussi les risques de ses clients. introduction en bourse. le fait d’avoir mal conseillé.…. caution. …. titres. Les risques du métier de banquier . Différence entre une banque et une entreprise ? L’entreprise a ses risques propres contre lesquels elle se couvre. conseil. Risques propres Risque des clients COUVERTURE ACTIVITE DE TRADING MARGE BENEFICIAIRE La banque va prendre une couverture de risque pour elle-même mais aussi pour ses clients.-Risque opérationnel (l’erreur humaine.

Pour ne pas avoir de perte de change ou de devise.000€ à payer Le client fait un dépôt d’1M € pour 1an au taux de 2%.8 = 1$ Si 0. il faudra se refinancer. Quelle solution ? Séparer les 2 opérations.500 M $ en intérêt. mais il n’est pas facile de trouver de la liquidité sur le marché et si l’on trouve à quel taux la banque va-t-elle l’avoir ? Risque du taux d’intérêt. On va se couvrir swap d’intérêt. risque de taux de change. 8M X 4%= 320000€ converti en $ à 0.  Risque de liquidité et taux d’intérêt A (2025) 1M à 5% 500. .9. On a perdu 1M €. 5% sur les 10M = 0. Peut-on faire ce prêt ? Quel risque ? Est-ce profitable pour la banque ? 8M € = 10M $ à 4% 0. En 2011.000€ vont tomber tous les ans pdt 15 ans P 1M à 2% (2011) En 2011. trouver à qui prêter ce M et le faire à 3%. Pour le dépôt d’1M € à 2%. Transfer du risque de liquidité et de change vers un risque de crédit lié à la contrepartie. on passe d’1M à 2M.7 on aurait gagné 1M.5% Dépôt 80M € 2% Le client Usine sa demande un prêt de 10M $ et il est prêt à payer 5%. A (2025) 1M€ à 5% à 3% P 1M€ à 2%(2011) 1M€ à 4% (2025) (2011)1M€ 2 problèmes ? Gonflement du bilan. trouver quelqu’un qui déposera 1M€ à 4% jusqu’en 2025. Solution ? Instrument financier dérivé. Si on était passé à 0.9 Que va valoir les 10M $ à l’échéance ? 9M € à devoir rembourser alors qu’emprunté 8M € Mais 1% d’intérêt en $. Pour le prêt d’1M à 5%. 200. Un autre client veut acheter une villa et demande un prêt hypothécaire d’1M€ à 5% pour 15ans donc jusqu’en 2025.Titre 80 M € 3.

ne produit rien. Introduction à la comptabilité bancaire Pourquoi la comptabilité bancaire est-elle spécifique ? L’activité est spécifique. A $ P On se couvre pour en $. Reporting social (sur base belge) Vue consolidée (IAS IFRS . Pour une grosse opération on la fait individuellement. Couverture sur l’accessoire. Comptabilité=image fidèle de la réalité. schéma A. couverture ALM (gestion bilantaire). on va se couvrir sur Sur l’ensemble du bilan. le taux d’intérêt est à 7%. reflet de son activité Une banque ne transforme rien. On ne gonfle pas le bilan. plan comptable différent. Activité : gestion des risques. On ne couvre pas opération par opération. la contrepartie va devoir payer la différence Si le taux est à 2% on devra payer la différence. exigence. pas de risque de contrepartie. Around the clock. Vision par le court terme et long terme . quand on va devoir se refinancer à quel taux aura-t-on le refinancement ? Accord pour se refinancer dans 1 an pour 1M € à 2. mais pour les autres on va regarder le bilan. A € P Problème de liquidité et de taux d’intérêt.5% en 2011. - .5%. Si en 2011. sortir des reporting sur le capital (Bale I et II). Exigence en matière d’information Pourquoi ses activités sont-elles particulières ? En externe . pas de produit fini. IAS 39 instruments dérivés) Il y a plusieurs plans comptables orientés en fonction des besoins. On bloque le taux à 2.En 2011. On calcule le différentiel.

Valeurs disponibles année VII. Les Fonds propres se retrouvent tout en dessous du passif et les immobilisations au dessous de l’actif. Chiffres d’affaire II.Charges financières VII.Comptes régularisation C P I. 4. SCHEMA A 1.Immobilisations -corporelles -incorporelles -financière III. Actif Passif Hors bilan Produits Charge Cours Estelle A l’actif.Subsides III.B&S III.Stock V.A P I.Impôts Toute une série de postes ne sont pas appropriés dans un bilan classique pour une banque.Produits except V.Créances LT IV.Autres charges expl VI.Provisions IV.Approvisionnement II. 5.Comptes régularisation I.Rémunérations IV. Capital -primes émission -réserves -bénéfice/perte II. 2.Dettes à+1an échéant ds VI.Autres prod exploit III.Impôts I. dans un bilan classique on part du plus immobilisé vers le plus circulant.Créances CT VI.amorté RV V. on fait l’inverse.Frais d’établissement II.Dettes CT VII.Dettes LT V. 3.Produits financiers IV. .Dot. En bilan bancaire.Charges except VIII.

Idem pour les portefeuilles.Augmentation de capital => non => 180 / 2280 .Est-ce que c’est l’activité habituelle de la banque ? o Si non ----------------------- d’office les comptes 140 / 240 o Si oui ------------------------ est-ce que l’opération porte sur des titres ?  Si oui ---------------- comptes 130 / 230  Si non ----------- est-ce que ma contrepartie est bancaire ? • Si oui ------------ comptes 110 / 210 • Si non --------- compte 120 / 220 Exemples d’écriture qui peuvent se passer en banque : se placer dans la position de la banque . non.Emprunter 100 M€ chez Dexia => oui. on l’appelle agent délégués o 120/220 : la clientèle (Entreprise. particulier. tout au dessus. etc) . à l’actif et au passif.Achat d’actions Solvay : 1000 € => oui. non => 120 / 220 Phénomène de l’effet miroir : . Les crédits se retrouvent à l’actif. non. agents délégués  Agents délégués : chez Dexia.Les dépôts se retrouvent au passif.Dépôt client 1000€ : oui. Actif Crédits Portefeuille Compte de régul Immobilisations Passif Dépôts Portefeuille Compte de régul Fonds propres 3 questions magiques : .Swap d’intérêt avec ING => on est au niveau de l’hors bilan => pour après . banque centrale. non => 120 / 220 .Achat de PC => non => 140 / 240 . oui => 110 / 210 . tout au dessus.Effet miroir entre l’actif et le passif o On part du court terme vers le long terme o 110/210 : toutes les opérations interbancaires (banques. non. agences d’Etat. le directeur de l’agence est un indépendant. oui => 130 / 230 .Retrait 1000€ par Mr X => oui. juste en dessous.

1 = interbancaire .110 : créances sur les établissements de crédit Imaginons que je fais un prêt de 100 M€ à ING => effet sur mon compte de résultat => on génère des intérêts. Actif Passif 110 Interbancaire 210 220 Clientèle 220 130 Valeur mobilière 230 Dettes représentées par un titre 140 Autres 150 Créances non recouvrables ou douteuses250 Réduction de valeur et provisions 160 Compte de régularisation 260 170 Immobilisations 270 dettes subordonnées 180 Actions propres 180 capitaux propres - Effet miroir au niveau du compte de résultat 410/510 : seul poste qui va réellement changer de la comptabilité commerciale Produits (4) Charges (5) 410 Exploitation 510 420 Exceptionnel 520 430 Régul et reprise d’impôt 530 Impôts 440 Pertes 540 Bénéfice 450 Impôts différés et réserves immunisées 550 460 Pertes de l’ex à affecter 560 Bénéfice à affecter Effet miroir au niveau du bilan et du compte de résultat . qu’on va retrouver en classe 4 => 411.2 = clientèle .1 : intérêts interbancaire 4 = Produits 11 = intérêts .o o o 130/230 : valeur mobilière à l’actif.3= valeur mobilière Comptabilité analytique intégrée à la comptabilité bancaire !! origine : commission bancaire . dettes représentées par un titre du côté passif Ces trois catégories sont typiquement bancaires Les comptes 140/240 et suivants suivent les règles qu’ont a apprises pour l’activité commerciale.

o Autres résultats financiers 415 = produits des immobilisations financières o Tous les dividendes qu’on peut recevoir de nos filiales 417 / 517 = autres exploitations Au final : RESULTAT D’EXPLOITATION 416/515 : amortissements et reprises RESULTAT APRES AMORTISSEMENTS 514 : frais de personnels .412 o 412 = revenus d’actions et autres valeurs mobilière à revenus variables => n’est qu’un compte de produits o Rien à voir avec notre bénéfice d’exploitation et avec les dividendes qu’on peut recevoir de nos filiales => voir le 415 o Résultat revenus variables o - - - 413 / 512 : commissions o Gestion de fortune. métaux précieux. opérations à terme. services de paiements.Actif 110 120 130 Passif Produits 411.411/511 : corps business . les découverts. trading. réalisation de valeurs mobilières. o Résultat de l’activité de commission 414 / 513 = autres financiers o Opérations de change.2 411. garde de coffre.1 411.3 Charges Produits et charges d’exploitation : . dérivés. de la clientèle (2) ou de l’activité titres (3) o 511 = charges d’intérêts o 411 – 511 = résultat net d’intérêts . activité première de la banque !! 411 =revenus d’intérêts qui proviennent de l’activité bancaire (1).

90  310…9 • 999. Création de comptes miroirs avec débit et crédit pour avoir une contrepartie o Ex : on s’attend à recevoir des dollars (dépôt): c’est de l’actif => o 310…0 • 999. les écritures se passent dans l’hors bilan et le jour de la mise à disposition des fonds.Est-une liste => pas de partie double ! . elle est réglée le jour même !! o Le but de la compta bancaire est de refléter l’image fidèle : donc il faut indiquer les contrats qui ont été passé mais qui n’apparaissent pas encore dans le bilan => au temps 1 on a un engagement pour 1M$ et au temps 2 (2 jours plus tard). souvent un délai entre la passation du contrat et l’exécution du contrat : c’est le délai d’usage (2jours dans le monde bancaire). o Ex : j’emprunte 1M$ auj. on pourra inscrire ces opérations au bilan.Pourquoi bilan différé ? o Lien avec la date de mise à disposition o En compta commerciale : on émet la facture au moment de la livraison du bien ou souvent lorsque le service a eu lieu o En bancaire. on place l’argent et si on a trop peu on emprunte le montant nécessaire pour combler ce trous et peu importe la situation.Est soit un Bilan différé soit des droit et engagements .- 516 : autres frais administratifs L’exceptionnel RESULTAT NET Le hors bilan (3) : . on reçoit notre 1M$ qu’on va pouvoir mettre au bilan  Temps 1 : écriture hors bilan  Temps 2 : annulation de l’écriture hors bilan et écriture bilantaire o C’est ce qu’on appelle un bilan différé Jusqu’à la date de mise à disposition.99 Ex : on s’attend à livrer des dollars (crédit) : c’est du passif =>  - o . je les reçois dans deux jours o Date de mise à disposition = date à laquelle on va pouvoir disposer du 1M$ o Les seules opérations qui se font le jour même sont les opérations de trésorerie => on regarde tout ce qui est rentré dans la journée et tout ce qui est sorti => si on a trop.Partie où il faut vraiment tout analyser car reflète toute une série d’éléments .

soit l’autre mais pas les deux sinon on grossit le bilan Actif 120 100 150 100 (100) 0 250 Passif 100 - Financement acquis : on prend la valeur actuelle des flux o Un certificat de trésorerie = tranche de la dette publique met avec un délai beaucoup plus limité.Réduction de valeur : o Pas de créance commerciale en banque o On prend un élément du 120 et on le transfère en 150 => on acte une RDV o Ou alors on maintien le crédit au 120 et on met la provision dans un compte 250 o Soit l’un.Date de mise à disposition (cfr ci-dessus) . o Ex : elle désire avoir un financement pour une période de quatre mois contre lesquels elle cède ses certificats de crédit pour pouvoir emprunter des fonds o Certificat ont plusieurs valeurs : . jamais d’échange de principal 330 : Produits et charges couverts anticipativement 340 : Crédit d’engagement 350 : Lignes de crédit 360 : Garanties 370 : Valeurs créances confiées 380 : autres droits et engagement - - Quelques spécificités liées au service bancaire : .Deux grandes parties dans la catégorie hors bilan : bilan différé et droits et engagements BILAN DIFFERE 310 : opérations au comptant en voie de liquidation DROITS ET ENGAGEMENTS 320 : opération à terme o Swap d’intérêt : échange de flux d’intérêt au terme d’une période décidée à l’avance.

997 M€ => valeur au jour où elle va rembourser son emprunt À quelle valeur va-ton enregistrer cette opération =>     Aujourd’hui. contrepartie non bancaire (le client) => 220  D 110 Caisse 500€ C 220 Compte à vue 500€ .  Valeur actuelle = 1. mais dans quatre mois on devra repayer la valeur future On ne peut pas enregistrer l’opération à la valeur future car cela intégrerait un élément d’intérêt qui doit figurer à part La différence entre la valeur actuelle et la valeur future. contrepartie bancaire (= ma caisse) => 110  Crédit : alimentation du compte client => compte client = ressources = compte de passif (2) => activité normale.o Valeur nominale = 2 M€ => valeur le jour où on émet le titre (marché primaire). pas sur les titres. ne nous apporte pas grand-chose. je vais enregistrer l’opération à la valeur actuelle. il reçoit ces 500 € qui passent dans sa caisse (remarque : un mistercash est une caisse) => première partie de l’opération o Deuxième partie de l’opération : mettre ces 500€ sur le compte à vue du client  Débit : caisse => Compte d’actif (1) + activité normale.Le compte à vue : o Ouverture de compte : mon client dépose 500€ cash sur le compte à vue o Le client donne 500 € matériel et le transforme en un « immatériel » o Du côté du banquier.939 M€ => valeur au jour où elle veut son financement  Valeur future = 1. Valeur d’information. pas sur les titres. ce sont les intérêts. Chapitre I : Les activités premières de la banque : corps business de la banque Première activité : Actif Crédit BANQUE Passif dépôts Compte à vue Compte d’épargne Les dépôts : .

Une banque qui agit en bon père de famille ne va pas mettre tous ces œufs dans le même panier => x% pour les particuliers.1 pour les comptes à vue et 221. 1) On va d’abord regarder la contrepartie : particulier. Emprunt hypothécaire pour acheter un appartement ou un emprunt hypothécaire pour acheter un yacht (bien immobilier) => risque fort différent puisque le yacht sorti du magasin perd de sa valeur (évalué à la valeur de rebus = valeur en vente forcée) tandis que l’appartement est évalué à la valeur de son achat. une contrepartie publique. 2) A quelle durée va-t-on faire ce crédit ? La durée va avoir un effet très différent en termes de risque 3) A-t-on affaire à un crédit ou à un quasi-crédit ? Crédit = décaissement. on va le débiter  Augmentation du compte d’épargne de 250 € : cpte de passif => pour l’augmenter. Fortis misait plus sur le trading. on vient de lui piquer son sac et il a besoin qu’on lui avance 1000€ => ok . titres. assurance qu’on a souscrit) . on va le créditer  D 220 cpte à vue 250€ C 220 Epargne 250€ Pour être exact : 221.o Ensuite. . Taux d’intérêt = taux EUROBOR + prime de risque => pour diminuer le risque. tandis que BNP Paribas mise plus sur le retail banking. mes parents se portent garants pour rembourser à ma place si je fais défaut.Garanties morales (pour mémoire) : bill gates rentre dans une agence Fortis. quasicrédit = crédit d’engagement = pas de décaissement (ex : crédit documentaire) Le risque du crédit sera fort différent en fonction de ces trois éléments => risque de crédit = risque lié à la contrepartie (ferait éventuellement défaut). on prend des garanties => évaluation de l’actif en vente forcée 3 types de garanties : évaluation de ces garanties à leur valeur de rebus . x% pour les autres banquiers.6 pour les carnets d’épargne Autre exemple : je paye mon loyer de 500€ à mon propriétaire qui a son compte dans la même banque = un client paye son loyer de 500€ à un autre client  D 221. Le risque qu’on va assumer sera différent en fonction de la contrepartie.11 Cpte à vue client locataire 500€ C 221.12 Cpte à vue client propriétaire 500€  o o Les crédits : Le processus pour faire les crédits n’est pas identique d’une banque à l’autre. une région. entreprises. je (=client) transfère 250€ sur mon carnet d’épargne Diminution du compte à vue de 250 € : cpte de passif => pour le diminuer. x% pour les états. etc.Garanties réelles : je mets un bien en garantie (= emprunt hypothécaire.Garanties personnelles : je me lance dans mon activité et j’ai besoin d’une voiture mais je n’ai pas de fond. un état.

les lignes de crédit (350). on se pose la question « est ce que ma contrepartie est bancaire ? » . il y a une durée de vie du crédit. Dans le hors bilan il y a les garanties (360). hypothèque Cycle normal d’un crédit . placements à terme. Quand on commence un crédit. peu utilisée. compte 120/220 Ex 100€ déposé sur compte à vue au guichet. carnets de dépôt. . . Est-ce l’activité habituelle de la banque ? . les quasi crédit (ex . Au passif on alimente le compte à vue de la personne et à l’actif le compte bancaire de la banque.Si non.Si c’est non. de ces 100€ sur son dépôt à vue. on se retrouve dans les comptes 130/230 Si non. il va en déposer 50 sur son carnet de dépôt Débit 220 dépôt à vue pour 50 A crédit 220 carnet dépôt pour 50 Au niveau des crédits . dépôts spéciaux Dans les crédits on trouve. au passif : les dépôts (compte 220) Dans les dépôts on trouve . . les crédits à la consommation (voiture.Les garanties morales. Compte 360. Les garanties sont qq chose qui va diminuer le risque que le client ne rembourse pas. les comptes à vue. crédit documentaire). les crédits hypothécaires. comptes 110/210 . Débit 110 caisse pour 100 A crédit 220 Dépôt à vue pour 100 Ex . Garantie sur la notoriété de la personne. Ex : parent se porte garant pour les enfants . matériel). Dès qu’on touche à des activités bancaires on oublie ce qu’on a vu dans le passé. 3 questions .Les sûretés réelles.Si c’est oui. on se pose la question « est-ce que l’opération porte sur des titres ? » Si oui. Types de garantie . Une garantie se retrouve au hors bilan.Cours du 22 mai Activité phare des banques : A l’actif : le crédit (compte 120).Si oui.Les garanties de types personnelles. Ex . on se retrouve dans les comptes 140/240 .

Ex .2 (compte de produit d’intérêt à la clientèle) Débit 220 A crédit 411. Si on a 100 et qu’on utilise 15. Suite à cette offre. un client arrive dans une agence pour une offre pour une maison. On extourne pas une ligne de crédit s’il n’y pas eu une utilisation complète. Pour crédit hypothécaire ou à la consommation. Des garanties sont données soit au moment du contrat soit juste après.000€. La facilité de crédit permet d’aller en négatif sur le compte bancaire Le contrat est la différence. alors qu’un crédit il y a contrat. . et ce contrat génère une ligne de crédit. trimestriel. au moment du prélèvement. Au niveau de la comptabilisation .(ex : Sabena) Un particulier peut avoir un crédit de caisse. Après il y a le remboursement.). la facilité n’est qu’une facilité.2 et 120 Garantieextourne compte 360 Crédit à la consommation X vient demander pour sa voiture pour 15. Il faut souvent une contribution du client au départ. Qui dit contrat dit ligne de crédit. demande le taux. et d’un compte 411. On va débiter le compte du client 220 au crédit d’un compte 120 pour le capital. Beaucoup d’intérêt au départ. c’est un contrat. jusqu’à la fin de la vie du crédit. il y a une analyse crédit qui va se faire sur une série de critères (position du client. Différence entre crédit et facilité de crédit . on maintient les 100 en ligne de crédit. Quand on donne une offre pas de comptabilisation Analyse crédit pas de comptabilisation Quand le crédit est accordé. Il va y avoir un prélèvement car le client va utiliser sa ligne de crédit. position de la banque etc. Une partie capital et une partie intérêts. Dès qu’un crédit est accordé il y a un contrat. on va lui accorder ce crédit donc contrat de crédit. il y a l’extourne de la garantie. Remboursement soit remboursement mensuel. si la banque décide que plus de facilité y’en a plus. ouverture de ligne de crédit comptabilisation hors bilan 350 Puis garantiecomptabilisation hors bilan 360 Prélèvement total comptes de bilan. compte à vue 220 et à l’actif on a un crédit 120 (120 à 220) On annule la ligne de crédit que quand il y a un prélèvement total. mais toujours avant le prélèvement. la banque est tenue de s’engager. extourne de la ligne de crédit. A la fin de vie du crédit. en capital et en intérêt. c’est ce contrat qui détermine que c’est un crédit. il accepte. On va avoir un montant constant mais la partie capital et intérêt variable.

sûreté réelle Compte 360 à 360 Quasi crédit(340) C’est un engagement que la banque fait. sûreté réelle Compte 360 à 360 Crédit hypothécaire Il faut une inscription hypothécaire au bureau des hypothèques. la banque se porte garant. compte 360 à 360 3) Extourne car il prend l’entièreté Compte 350 à 350 Puis 120 crédits pour 15. L’un va dire envoi des couleurs. Pour fluidifier on va créer ce crédit documentaire. l’autre va dire paiement avant.000 à compte 350 pour 15. Imaginons qu’on veut acheter des couleurs en Inde. extourne de la garantie.000 (car dans comptes hors bilan pas de contrepartie genre actif et passif) 2) Garantie . donc engagement dit hors bilan. On a d’un coté le client dans un pays A de l’autre le fournisseur dans un pays B. opération interbancaire donc 210. Le client remet un chèque certifié au garage en faveur du garagiste qui soit est client et donc 220. contact avec la société en Inde. Opération commerciale. . C’est une caution. compte 360 à 360 3) Extourne car il prend l’entièreté Compte 350 à 350 Puis 120 crédits pour 15.000 à 220 comptes spéciaux 4) Le client va rembourser par mois Au débit : compte 220 à crédit compte 120 et 411. paiement après. extourne de la garantie. Ex .2 5) A la fin du crédit. est-ce un titre ? non) 4) Le client va rembourser par mois 400€. Chacun va s’adresser à sa banque.000 à 220 compte à vue pour 15. Tout va être une histoire de circulation de document. 1) Compte 350 à compte 350(car dans comptes hors bilan pas de contrepartie genre actif et passif) 2) Garantie . Inscription pour 15 ans donc faut renouveler l’inscription.1) Compte 350 pour 15. soit garagiste client ailleurs et va passer par la banque nationale.2 5) A la fin du crédit.000 En général l’argent va pas chez le client mais directement au garage. Emission d ‘un chèque certifié (activité habituelle ? oui. envoi après. crédit documentaire. Existe depuis que le commerce international existe.000 ou 210 pour 15. Au débit : compte 220 à crédit compte 120 et 411.

Tous les banquiers européens doivent avoir une réserve monétaire à la BC pour aider la BCE si celle-ci en a besoin pour réinjecter les bonnes devises. client banque B Débit compte 220 à crédit 110 BNB 2) Je paie la maison d’hôtes cliente à la société Générale en France et le correspondant est BNP Débit compte 220 à crédit 210 VOSTRO BNP 3) La banque BNP achète 10 millions de $ contre 9 millions d’€. Ces banquiers correspondants ce sont les compte NOSTRO (= les comptes de la banque chez les correspondants) et les comptes VOSTRO (= les comptes des correspondants dans les comptes de la banque). Contrôle d’un expert externe qui s’assure que la marchandise est bien conforme à celle expédiée. Pour des opérations entre Belgique et étranger. Pourquoi des relations avec des autres banquiers ? Tous les clients ne sont pas client à la même banque. 1) Estelle. 110/210 Les dépôts et crédits qui se font avec les banquiers. tailleur en cm et millimètre). cliente banque A paie son loyer à Thierry. toujours s’arranger alors pour qu’il soit à 0. Pas de réel crédit. c’est vraiment un crédit car la banque se retrouve avec la marchandise sur le dos (ex éléphant). il y a des banquiers correspondants. Toutes les banques ont un compte à la banque nationale. Client refuse marchandise parce que contrôle pas bien fait. la chambre de compensation=équilibrage de trésorerie. opération avec ING. La banque envoie le paiement à la banque B qui l’envoie au fournisseur. Des fois ca ne se passe pas bien. En pratique. Des fois c’est le client qui n’a pas bien lu les documents du fournisseur et donc ce n’est pas la banque qui est fautive (ex .000€ à BNP.Le client va envoyer des documents à sa banque A qui va les envoyer à la banque B qui va les envoyer au fournisseur. Perte de confiance de l’€. Le compte de la banque nationale ne peut jamais être en négatif. La BCE a ses réserves. juste une caution de la part des deux banques.Les garanties locatives sont aussi des quasi crédits. Ex . Celle-ci va jouer le rôle intermédiaire. Actif Passif 110 BNB 210 VOSTRO NOSTRO Emprunt interbancaire Réserve monétaire Prêt interbancaire Exercices . on doit 9 millions et ING me doit 10 millions . Le fournisseur va envoyer au client la marchandise et les documents. la BCE va racheter tous les € que les clients veulent vendre car perte de confiance et va réinjecter d’autres devises. En fin de journée Dexia doit 100. Pas de compensation ! La réserve monétaire= sert au niveau de la banque centrale.

opération avec Citibank NY. on doit passer l’écriture . En fin de journée si on est en négatif sur la BNB on emprunte auprès d’une banque pour renflouer. La banque BNP achète 10 millions de $ contre 9 millions d’€ J’achète des $. Si non est-ce que j’achète ces titres pour faire du profit à court terme ? . Des opérations comme ca y’en a tous les jours. En J contrat noué. il faut envoyer 100 millions € à la BC. Les € ont les a. Réévaluation en fin de journée. Les portefeuilles bancaires Que peut-on avoir comme titres dans une banque ? « Est-ce que ce sont les titres de la banque elle-même ou ceux des clients ? » Si titres des clients ça se retrouve en hors bilan compte 370 Valeurs & créances confiées et reçues. Si titres de la banque elle-même  est-ce que le but. 5) Appel à la réserve monétaire. P&L profits and loses= compte de résultats. Pour pouvoir montrer une image fidèle on doit prendre en considération le jour J. Produits classe 4 donc provient d’un actif 411 Charges classe 5 donc provient d’un passif 511 Bilan différé . Maintien de la devise d’origine et équivalent en €. Au débit compte 110 NOSTRO pour 10 millions $ avec un équivalent de 9 millions € à crédit compte 210 VOSTRO Citibank NY La comptabilité est tenue en €. Mais si c’était contre des YEN. en J+2 exécution de contrat=date de mise à disposition.Au débit compte 110 BNB pour 10 millions $ avec un équivalent € de 9 millions€ à crédit 110 BNB compte pour 9 millions € 4) La banque BNP achète 10 millions de $ contre 9 millions d’€. Au débit compte 110 réserve monétaire pour 100 millions€ à crédit compte 110 BNB pour 100 millions€. l’intention est d’avoir un lien durable ? Si oui on se retrouve dans les comptes 170/270. cette opération va prendre cours dans 2 jours. je ne les achète pas le jour même. On va passer une écriture au jour J . 310 Engagements pour 10 millions$ avec équivalent € de 9 millions à 310 engagements pour 10 millions$ avec équivalent € de 9 millions. Comptabilité des devises qui est double. 310 pour X YEN équivalent € à 310 pour X Yen avec équivalent € (car comptabilité bancaire en €). Problématique des fonds propres et immobilisations financières.

Dans le trading book (but faire du profit à CT) on trouve 2 types d’éléments . on ne peut pas les maintenir ici car échéance passée.Si oui  on parle de portefeuille de trading. La différence entre les 2 c’est du profit donc compte 4. Tous les titres non vendus seront transférés dans un autre portefeuille. Ex . ce sont des commissions donc 413. sinon compte 134 2) des clients viennent acheter ces obligations Au débit compte 220 (si c’est un client de la banque). c’est l’activité habituelle d’une société de holding. C’est l’intention qui désigne dans quelle rubrique on va les transférer. 1) société client fait un emprunt obligataire. Si non on parle de banking. . si pas prise ferme on ne les a pas payés à Solvay. Ex si durée du titre est dans 2 mois d’office trading. 2 pour passif. L’objectif au départ quand on veut avoir des titres est que sa durée de détention est inférieure à sa durée résiduelle. soit valeurs mobilières à réaliser si on reste dans du trading. qu’on en place 9 milles. tout ce qui reste dans le 131.4 autres emprunts à +1an à placer pour 1 millions € au crédit compte 220 compte à vue pour 980 milles€. PS . des participations bancaires mais pas des participations qui sont des participations commerciales. Comment déterminer que CT ou pas CT ? La détention est de maximum 6 mois. pas possible car au départ on pensait à du CT. Explication 1 pour actif. On se retrouve dans le marché primaire.21 pour 20 milles € A la fin de la période de placement. Si prise ferme on a payé à Solvay.4 doit sortir pour être placé ailleurs. son activité habituelle n’est pas de prendre des participations. 110 caisse (si paiement cash à la banque) au crédit compte 131. Si pas prise ferme= si on prend 10 milles titres Solvay.4 . Car quand tout va mal on décide de les garder tout d’un coup plus longtemps pour arranger les choses. 110 BNB (si pas client). 3 pour titres. banque prend ferme une partie de l’émission (obligations) pour 1 millions € et paie 980 milles € Au débit compte 131. on est avec des clients donc 413. une banque. à l’échéance les milles restants on les renvoie à Solvay.Titres et valeurs mobilières à réaliser . Prise ferme= s’engager à prendre autant de titres et à les placer maximum 6 mois. l’important c’est l’intention au départ.valeurs mobilières à placer. portefeuille de placement. La banque va acheter comme sorte de participations. 2 méthodes : Prise ferme ou pas.

principe de prudence. volumes des transactions suffisantes Le critère pour l’évaluation est donc est-ce que le marché est liquide ou pas ? Si marché liquide . on va prendre la valeur la plus basse des 2. NOSTRO : nos comptes chez eux => comptes d’actif VOSTRO (= LORO) : leurs comptes chez nous => comptes de passif Grand principe : pas de compensation !! excepté par rapport à la BNB qui n’a qu’un compte à l’actif => il faut toujours rétablir le compte. sincère et bonne foi. on va prendre la plus petite valeur des deux. On ne prend donc uniquement que les 513. A la clôture. la moins value va aller en 513 Autres charges financières.9M€ => compte de passif => on verse 0. Si marché pas liquide . donc 90. Tous les jours on va réadapter. on garde la valeur comptable de 100. mais mon client doit payer chez CityBank => je verse chez mon intermédiaire JP Morgan qui s’arrange pour verser chez CityBank. Marché liquide= -marché organisé . la charge car principe de prudence. le titre est à 110 pour un titre acheté à 100. on va utiliser l’évaluation markt to market (prix du marché). donc en dessous de la valeur comptable de 100. à ce moment là.fonctionner de gré à gré régulièrement (bourse) à l’initiative des établissements financiers teneurs de marché qui en assurent la cotation . Si titre à la clôture est à 90 (markt to market). Si titre à la clôture est à 110 (markt to market) pour le titre acheté à 100. On prend le prix du marché.beaucoup d’activités. La plus value de 10 va aller en 414 autres produits financiers. le titre va fluctuer. S’il était à 90. jamais en négatif Achat 1M$ contre 0.9M€ chez JP Morgan : On reçoit 1M$ => compte d’actif => on a 1M$ qui arrive sur notre compte => 110 NOSTRO On donne 0. Si la valeur est inférieure au markt du market. comme il est liquide. Cours du 5 juin 2010 Rappel : 110 : BNB (enablor : permet l’exécution des transferts entre banques => joue le rôle de la chambre des compensations) Point de contact avec les étrangers : intermédiaire bancaire Ex : Je suis BNP Paribas => mon contact aux US c’est JP Morgan.9M€ sur leur compte => 210 VOSTRO Pas de compensation !! .Trading book est un portefeuille très dynamique. Son évaluation va dépendre de savoir si on a affaire à un marché qui est liquide ou pas.

Ce sont des opérations à court terme. jusqu’à leur échéance (ex : obligation) ou jusqu’à un délai décidé au départ. Lien durable ? dans les 170 dans le bas du bilan car n’est pas une activité normale de la banque (séparation des activités bancaire en ’30). 132 + 134 Écriture supplémentaire par rapport au cours du 22 mai : Échéance du 131. avec ou sans prise ferme.À l’initiative d’établissements financiers teneurs de marché : la bourse => donne les cotations Markt to market : +values et –values sont prises en compte de résultat au jour le jour Sinon Lowcom Le Banking Book : portefeuille de placement L’intention est de garder les titres jusqu’à leur fin de vie. Remarque : comptes de trading : 131. Quand on a de nouvelles émissions.Rappel : équivalent monétaire : le 1M$ sera retraduit € de manière quotidienne en fonction du taux de change. 1) Est-ce que ce sont nos titres ? ou est-ce que ce sont les titres des clients ? Si ce sont les titres des clients => 370 hors bilan 2) Intention : lien durable ? Si oui : 170 / 270 => immobilisations financières / dettes subordonnées Si non : est-ce une intention de profits à CT ? Le Trading Book : portefeuille commercial (rappel du cours du 22 mai 2010) Durée de détention < durée résiduelle du titre. Titres à placer : La banque joue le rôle de l’intermédiaire dans l’émission des obligations.Grand volume de transaction . Réserve monétaire : constitution d’une réserve minimum d’euros pour la politique monétaire (injection d’euros sur le marché) LES TITRES : Intention qui compte. Titres à réaliser : Comment évaluer ces titres : marché liquide ou non . ce sont des périodes très très courtes. soit dans un compte de trading (132 ou 134 : valeur mobilière à réaliser) soit dans un compte de banking en fonction de l’intention.000€ de titres => on va devoir déplacer les titres.4 : on a une prise ferme et il reste pour 100. Compte de banking : 133 + 135 Evaluation du portefeuille : .Marché organisé .

091 Dernière année : 988.297 % = taux d’intérêt actuariel => !! il est constant. le yield vaut 8. Intérêt : (80 + yield) / 950 = 9. EVALUATION D’UN TITRE A REVENU FIXE Exercice : calcul de la valeur actuarielle On achète une obligation à 950 (en dessous du pair). Taux d’intérêt facial : taux à l’échéance => différent du taux actuariel Comment calculer le taux réel ? Deux période dans le temps : Achat : 950 € Échéance : 1000€ + 60€ = 1060 € Taux actuariel : (1060 . Par contre. Il faut tenir compte de ce rendement chaque année. chaque année. Yield = 11. Ecriture à l’échéance de la première année : Débit 130 8. L’échéance est supérieure à 6 mois donc on peut la mettre dans le banking book.950) / 950 => on peut le taux facial + la différence entre le montant remboursé et le montant acheté (puisqu’on achète en dessous du pair comptable) Pour passer les écritures : 1ere chose à penser : on achète à 950 et on est remboursé de 1000 => on a donc une différence de 50 qui doit être répartie sur la durée de l’obligation. On pourra l’extourner. 2ième exercice : idem mais sur 5 ans et intérêt facial à 8% 950 80 80 80 80 80 50 Comment calculer le yield ? on utilise une fonction « tri excel » qui demande le prix d’achat. on va utiliser le rendement actuariel pour une obligation.3181. remboursable à 1000€ et intérêt facial à 6%. Qui plus est dans le cas d’une obligation.3 8. On va faire la différence entre des titres à revenus fixes (intérêts d’obligations) et des titres à rendements fluctuants. mais de 958.3 9.091 C 411. comment leur donner une valeur à la date d’aujourd’hui ? On se fiche que le prix fluctue tous les jours.3181. notre emprunt obligation à notre actif augmente de ce 8. Actif Passif . Dans notre cas.21. on fixe le taux au départ.32 A l’échéance de la deuxième année. Donc.79 => total 1000€. c’est le même sur les 5 ans. le prix de remboursement et le taux d’intérêt facial.3181. le yield change chaque année. le yield doit être recalculé : le montant à l’actif n’est plus de 950.Comment évaluer ces titres.32 C 411. Débit 130 9. avec une échéance d’un an.

on en achète 10. C’est du quasi capital. Evaluation : valeur d’acquisition sauf cas exceptionnels où on peut passer par le P&L.00 EVALUATION D’UN TITRE A REVENU VARIABLE : évaluation Lowcom Exemple : on a un titre qui est à 100. si jamais on décide de réévaluer le titres car la perte ou la plus value est durable. mais uniquement lorsqu’un cas est exceptionnel (le titre a été acheté à 30 et il ne vaut plus que 3).2) ou non convertible (233. Par contre. . On est donc à 1000€. On prend le journal et on regarde sa cotation => s’il est à 1010. Les titres de l’autre côté du bilan : En court terme : emprunt obligataire représentés par un titre à court terme => 230 En long terme : emprunt obligataire représentés par un titre à long terme => 270 Cet emprunt est-il subordonné ou non ? si oui. il se retrouve juste au dessus du capital au niveau du remboursement en cas de cessation d’activité. 15 ou à durée indéterminée. Quand on veut émettre des obligations.1) 270 : obligation subordonnée : convertible (272) ou non convertible (271). La CBFA va veiller à ce que les informations fournies aux souscripteurs soient exactes et exhaustives pour qu’ils puissent prendre une décision en connaissance de cause. on ne change rien. Dans le cas inverse. sinon c’est 10. il y a une réglementation à suivre. .3181 9.00 8. 230 : obligation non subordonnée : convertible (233. 11. on peut passer les comptes d’exploitation exceptionnels => en cas de perte de valeur : on va faire une dotation de réduction de valeur sur IF. C’est un emprunt qui est sur minimum 5 ans d’échéance.79 1000. A la période de clôture : on maintient la valeur d’acquisition comme telle. C’est la CBFA qui détermine la date d’émission. on n’enregistre pas de profit car c’est un investissement long terme et que par prudence on ne l’enregistre pas. Titres avec lien durable : Quand on prend une participation à lien durable : on l’enregistre à la valeur d’acquisition. si la valeur du titre sur le marché est inférieure. Il faut avertir la CBFA au moins 15 jours avant l’émission désirée. !!! comme le lien est durable. alors on se retrouve en 270.091 .950. on valorise le titre à sa valeur de marché. on ne fait pas ces réévaluations chaque année ou chaque mois. on peut aussi faire une réévaluation à la hausse et le passer en profit.

Comment couvrir les risques ? par de l’hedging ou du trading. on aura une évaluation en fonction du marché liquide (markt to market) ou non (lowcom). mais bien sur le $. on va utiliser le markt-to-market (revenu variable) ou la méthode du prorata (revenu fixe). L’élément risque = sousjacent (taux d’intérêt. La logique de la valorisation des titres est en étroite corrélation avec l’évaluation des produits dérivés puisque bien souvent les titres sont les sous-jacents qu’on vise à protéger. Le Micro-hedge : en fonction du sous-jacent. des obligations. Le swap : Swap de taux d’intérêt.) Dans le cas du monde bancaire. Micro-hedge = hedging : couvre un élément ou un ensemble d’éléments qui ont la même nature. On ne va jamais avoir de produits dérivés sur l’euro (!!). Macro-hedge = trading : on couvre l’ensemble des éléments d’un bilan (ALM : asset and liability management). On est en macro. Comment le comptabiliser ? un produit dérivé joue sur une fluctuation et jamais sur le sous-jacent. on va mettre ça dans le hors bilan. 1er élément : l’élément couvert est exposé au risque 2ième élément : l’élément d’intention dès le départ 3ième élément : corrélation entre variation de la valeur intrinsèque de l’élément couvert et la valeur de l’opération couverte. Le but de ces éléments est de compenser ou de réduire le risque. Il n’y a pas d’échange de capitaux. Je me concentre sur un élément bien particulier. Dès lors. sur le yen. swap de taux d’intérêt et de devises Swap : contrat par lequel deux parties s’échange respectivement une chose pour une autre. cours du pétrole. swap de devises. d’un autre côté les custodian. du blé. etc. etc. Durée usuelle d’un swap : 3 mois à 10 ans Montant : 1 à 10M$ . les risques sont les taux d’intérêt et le cours des devises. prix des actions. devise. En macro-hedge. LES PRODUITS DERIVES Un produit dérivé : on doit avoir une notion de risque. D’un côté les clients.Les titres de nos clients : 370 : valeurs et créances confiées.

1M€ (équivalent) Crédit 110 BNB Fortis 1M€ L’engagement compte sur le principal et pas sur les intérêts. mais échange de la différence entre les deux devises. Débit 321. Swap d’intérêt et de devises : combinaison des deux. Dexia vend 1M$ pour 1.21 Swap de devises et d’intérêts USD à recevoir 1M$ (équivalent en euro : 1.1M€ à l’échéance. Exercice : Enoncé ? Opération entre Dexia et Fortis (donc en Belgique).1M€ contre 1M$ Période 1 : Je donne 1M$ 1M$ Je reçois 1. On s’engage à livrer 1.22 Swap de devises et d’intérêts à livrer 1.Swap de taux d’intérêt : échange entre deux parties qui s’accordent sur un échange de taux d’intérêt pendant un temps déterminé et basé sur un montant notionnel. On va inscrire les deux parties de l’opération dans le hors bilan.512 Opérations de couverture 6875€ Crédit 110 BNB (on paie à Fortis) 6875€ DOLLARS Débit 110 BNB (on reçoit de Dexia) 6250$ (à convertir en euros au taux du jour !!) Crédit 411.250$ 3ième opération : livraison des montants 1. Je paie des euros et je reçois des dollars. EUROS : Débit 511.1M€ 2ième opération : échange mensuel de montants : 6.1M€ Période 2 : Période 3 : Je reçois des î sur mes $ : 6250$Je récupère mes dollars : Je donne des î sur les € : 6875€ Je rends les euros 1ière opération : Débit 110 BNB Dexia 1. Cours du 7 juin 2010 .1M€ Compte miroir Débit 321. Swap : 10M€ 3 mois => taux fixe contre taux variable Swap de devises : échange de montants équivalents mais exprimés en devises différentes => pas d’échange de principal.512 Opérations de couverture 6250$ 3ième opération : extourne de l’opération 1.1M€) Compte miroir 2ième opération : je reçois et je paie des intérêts.1M€. 1ière opération : échange au contant de 1M$ contre 1.875 € contre 6.

trading. Les produits dérivés . Trading on regarde l’évaluation du titre.Rappel cours précédent Les titres . revenu fixe ? Utilisation du prorata Revenu variable? Markt to market Macroedge . si obligation à 4% alors que sur marché 5% on va acheter l’obligation en dessous du pair comptable pour compenser. Lien durable ? Oui. Les titres des autres compte 370 Valeurs et créances confiées et reçues. Au dessus du pair et en dessous du pair. de l’autre on récupère. Swap. On actualise la différence la valeur à l’échéance (donc valeur de remboursement) et la valeur d’achat= YIELD. Non alors profit à CT ? Oui. Couvre l’ensemble du bilan. . Si titre passe de 100 à 150 En markt to market on passe en profit En Lowcom on prend en compte que les pertes. Achat 950 et remboursement à 1000. CBFA décide la date d’émission des obligations. L’intention qui compte pas la nature. Couvre une seule opération couverte ou un ensemble de même nature Macro edge trading. En fonction du marché liquide (markt to market) ou pas (lowcom) Bankingon regarde revenu fixe (valeur actuariel) ou revenu variable (lowcom) Lien durable. élément d’intention. corrélation (corrélation entre variation valeur de l’élément couvert et les éléments de couverture) Microedge hedging. prend actif et passif. risqué global qu’on couvre. 2 branches min. Evaluation du dérivé? Microedge. participations. Utilisés pour couvrir un risque. d’un on donne. marché liquide ?markt to market Marché pas liquide? lowcom. C’est un produit financier pour couvrir un risque Couverture du risque.. non banking. On évalue à la valeur d’actualisation. Au niveau des titres au passif y’a les emprunts subordonnés (= 270) et non subordonnée (230) Convertibles ou non convertibles.

quoiqu’il arrive on est sur de ne pas avoir de défaillance). est-ce qu’un fait du mircoedge ou marcoedge ? 6mois Future. Acheteur perte limité à sa prime Le vendeur a l’obligation d’acheter ou de vendre. FRA. Différentiel. on regarde le taux. la partie adverse nous doit 1%. de devises (juste 2 branches) ou les 2 (échange initial des montants. exercice à une date précise du contrat. Méthode d’évaluation . mais un marché réglementé. Option américaine. 2ème flux . Pas d’appel de marche. on va recevoir intérêts en €. doit s’exécuter suivant quantité et prix du contrat. de l’autre on paie des charges en $ 3ème flux . Par rapport au FRA c’est un marché organisé. puis échange intérêts. Proche du swap d’intérêt. 3 autres instruments dérivés . donc on doit traduire cela en hors bilan. Contrat entre 2 parties en dehors d’un marché réglementé (de gré à gré) pour lequel les parties conviennent un taux d’intérêt. pas une obligation. Contrat entre 2 parties dans lequel l’acheteur obtient du vendeur en échange du paiement d’une prime convenue le droit d’acheter (call) ou de vendre (put) un montant spécifié d’une valeur sous jacente. extourne. Absence de risque de crédit(on doit payer des garanties. 1er flux . Echange du capital ( $ en €) entre banquier belge 210 ou 110 si banque étrangère (NOSTRO/VOSTRO) Swap 320 On s’engage à rééchanger les flux à terme. Si 4%. Intérêts . à une date future prédéterminée et à un prix convenu. Échange des fonds. Pas un marché de gré à gré. FRA(3. Risque que sur le différentiel si la partie ne paie pas. prêt ou emprunt notionnel (base de calcul de l’intérêt) mais pas échange du montant).9) 1M€ 5% 3 mois Conclusion Au bout de 3 mois. Contrat négocié sur une bourse. L’acheteur détient le droit d’acheter ou de vendre. . puis transfert inverse de fonds). on doit payer 1% à la partie adverse Si 6% .Swap d’intérêts. exercice durant toute la durée du contrat Option européenne. 2 parties s’engagent à acheter ou vendre une quantité standardisé d’un titre ou autre instrument financier spécifique. paiement de la différence entre le taux du contrat et le taux du marché. Se couvrir contre la fluctuation du taux d’intérêt.

crédit hypothécaire. un quasi crédit. créance douteuse. trading.340 et 120 340. 1er temps . cbfa.(swap. on passe 120 à 150 et on passe une réduction de valeur en 150 Lien durable ? Profit CT ? oui Trading Non banking 2 questions sur tout le cours. rien décaissé Alors que 120 on va décaisser On passe en 250 dès qu’on a le moindre doute. à l’échéance le client ne paie pas. là on passe en évolution incertaine on maintient en 120 et on prend une provision en 250 2 mois après on sait que client au chômage. question courte genre définition) Trading ?Macroedge en dérivé. . Trading/banking Crise Année 30/2008 Pas de comptabilisation Questions qu’on se pose pour passer les écritures dans le bilan (3 questions) Puis questions rapides pour gagner points ou remonter côte. en portefeuille profit à CT 20min.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful