L’entreprise, l’économique et le réel

Gérard Dréan

i

Table

L’entreprise,

l’économique

et

le

réel

Gérard Dréan......................................................................................................................i Table..................................................................................................................................ii Introduction.......................................................................................................................1 Objectifs et démarche de cet ouvrage......................................................................4 Plan de l’ouvrage......................................................................................................5 Chapitre 1 – Histoire d’un divorce....................................................................................8 La révolution marginaliste.......................................................................................8 La révolution keynesienne.....................................................................................10 Une économie professionnelle...............................................................................11 Les courants contemporains...................................................................................13 Conclusions............................................................................................................16 Chapitre 2 – Modèles et réalité........................................................................................17 Qu’est-ce que l’économie ?....................................................................................17 Les spécificités de l’économie...............................................................................20 Les méthodes de l’économie..................................................................................22 Les lois économiques.............................................................................................23 Les modèles économiques......................................................................................25 Modèles et langages...............................................................................................27 Résumé...................................................................................................................28 Chapitre 3 – Ebauche d’un nouveau modèle...................................................................30 Agents et biens dans le modèle standard................................................................30 L’entreprise, un agent économique complexe........................................................31 Un nouveau modèle d’agent ..................................................................................33 Activités et processus.............................................................................................34 Les processus et l’entreprise..................................................................................37 Exemple..................................................................................................................38 Conclusions............................................................................................................39

ii

Chapitre 4 - Informatique et modélisation économique..................................................41 Eléments d’informatique........................................................................................41 Objets, classes et instances.....................................................................................43 Représentation des agents......................................................................................43 Notion d’héritage...................................................................................................45 Visibilité des objets................................................................................................47 Le modèle...............................................................................................................49 La modélisation informatique................................................................................50 L’informatique comme outil de raisonnement.......................................................52 Conclusions............................................................................................................54 Chapitre 5 – Les processus..............................................................................................56 Le monde réel et le modèle....................................................................................56 Représentation des processus.................................................................................57 Consommation et échange.....................................................................................60 Valeurs d’un processus...........................................................................................61 Coûts d’un processus..............................................................................................62 Schémas de processus simplifiés...........................................................................63 Chapitre 6 – La représentation des entités économiques.................................................65 Agents, choses et machines....................................................................................65 Relations entre entités............................................................................................67 Choses et biens.......................................................................................................67 Biens et services.....................................................................................................68 Entités composites..................................................................................................70 Entités collectives et entités synthétiques..............................................................71 Les décisions..........................................................................................................72 Résumé du modèle.................................................................................................79 Mise en oeuvre du modèle.....................................................................................80 Chapitre 7 – Biens, services et transactions....................................................................83 Les actions individuelles........................................................................................83 Les transactions......................................................................................................85 Marchés et segments..............................................................................................86 Valeur, monnaie et prix..........................................................................................88 Transactions et contrats..........................................................................................89 Biens et services.....................................................................................................91 Chapitre 8 – Marchés et formation des prix....................................................................94 Les mécanismes de marché....................................................................................95 Les marchés et les biens.........................................................................................96 Les marchés réels...................................................................................................97 Vue statique............................................................................................................99 Vue dynamique.....................................................................................................100 Conclusions..........................................................................................................102 Chapitre 9 – L’entreprise agent composite....................................................................105 La structure de l’entreprise...................................................................................105 Les processus de l’entreprise...............................................................................107 L’action de l’entreprise.........................................................................................108 Le contrôle de l’entreprise....................................................................................114

iii

Le modèle de l’agent entreprise...........................................................................119 Chapitre 10 – La dynamique de l’entreprise.................................................................123 La création de l’offre............................................................................................123 Le verdict du marché............................................................................................125 Les actions à court terme......................................................................................127 Les actions sur les produits..................................................................................128 Les actions sur l’entreprise...................................................................................129 Les choix..............................................................................................................130 L’adaptation de l’entreprise..................................................................................132 Conclusions..........................................................................................................134 Chapitre 11 – Les structures sectorielles.......................................................................136 La théorie classique de la production...................................................................136 Les déterminants structurels.................................................................................138 Secteurs dispersés et secteurs concentrés.............................................................147 Evolution des structures.......................................................................................154 Relation avec la théorie standard.........................................................................154 Conclusion............................................................................................................155 Chapitre 12 – Les personnalités d’entreprise................................................................157 Organisation et culture d’entreprise.....................................................................158 La formation des personnalités d’entreprise........................................................159 La segmentation...................................................................................................160 Différenciation et incertitude...............................................................................162 Personnalités et structure......................................................................................163 Personnalités par secteur......................................................................................167 Chapitre 13 – La structuration du système productif....................................................172 Les processus comme substrat du système productif...........................................172 Un exemple..........................................................................................................172 Généralisation : secteurs et industries..................................................................175 Infrastructure et superstructure............................................................................176 Processus élémentaires ........................................................................................177 L’intégration verticale..........................................................................................178 La dés-intégration.................................................................................................182 Externalisation et internalisation..........................................................................183 Evolution et innovation........................................................................................185 Conclusions..........................................................................................................187 Chapitre 14 – De la microéconomie à la macroéconomie.............................................189 Résumé du modèle...............................................................................................189 Relations avec les modèles micro-économiques..................................................190 Les théories de l’entreprise..................................................................................192 De la micro-économie à la macro-économie.......................................................195 La question de l’agrégation..................................................................................196 L’agrégation des biens et des agents....................................................................198 Organisations et institutions.................................................................................200 Structures économiques générales.......................................................................201 La formalisation ..................................................................................................202 Chapitre 15 – Conclusions et perspectives....................................................................205

iv

Une autre conception de la discipline..................................................................207

v

Introduction
En ce début du vingt et unième siècle, les entreprises sont devenues les acteurs centraux de la vie économique, et le volume des échanges de services dépasse celui des biens matériels. En même temps, ces deux phénomènes essentiels du monde contemporain posent gravement problème à la discipline économique : l’entreprise, et plus généralement les organisations, parce que le modèle classique de l’agent économique est trop simpliste pour représenter leur infinie variété ; les services, parce que les échanges sont censés porter sur des entités ayant une existence indépendante et non sur la simple exécution d’une activité par un agent au bénéfice d’un autre. Nombreux sont les économistes qui contesteront la gravité de ces problèmes. Certains sont uniquement préoccupés de transmettre un savoir hérité des grands auteurs, envers lesquels ils éprouvent le plus grand respect et qu’ils ne songeraient pas à critiquer. D’autres – probablement le plus grand nombre – se consacrent à l’étude de classes particulières de problèmes, pour lesquelles ils considèrent que les modèles existants et l’arsenal d’outils d’analyse dont ils disposent déjà suffisent à traiter les questions concrètes auxquelles ils s’attaquent. C’est en particulier le cas des macro-économistes, qui ne pensent pas qu’une représentation réaliste des agents individuels est indispensable à l’étude des grands agrégats. Parmi ceux qui s’intéressent à l’entreprise, beaucoup pensent que les développements récents sur les coûts de transaction, la théorie de l’agence, l’économie évolutionniste ou la régulation couvrent largement le sujet, et qu’il importe d’abord de se situer par rapport à ces travaux. Pour les études d’économie concrète, on pense que, même si ces courants ne sont pas cohérents entre eux, ils fournissent cependant une panoplie d’outils d’analyse suffisante pour appréhender correctement les phénomènes. Au total, peu d’économistes contemporains pensent utile de s’attaquer aux paradigmes fondamentaux de la discipline pour faire à l’entreprise une place dans la théorie cohérente avec sa place dans le monde réel. Il est vrai qu’au premier regard, une bonne partie de l’activité des économistes semble pouvoir s’accommoder d’une représentation très primitive de l’entreprise. Un argument courant est que malgré leurs insuffisances, les théories dominantes permettent de formaliser les problèmes, de prouver des théorèmes et ainsi d’aboutir à des « résultats ». Encore faudraitil que ces résultats soient incontestablement validés par l’expérience, ce qui est loin d’être toujours le cas. Bien au contraire, au lieu d’être confrontés à la réalité observable pour valider ou invalider les hypothèses dont ils sont issus, ces prétendus résultats sont trop souvent utilisés de façon normative pour préconiser des actions qui prétendraient forcer la réalité à devenir conforme à la théorie. En tout état de cause, une telle attitude est contraire à l’esprit scientifique, qui recherche au contraire systématiquement les moindres écarts entre la réalité observable et les théories reçues, afin de mettre en lumière les insuffisances de la théorie et de la perfectionner pour accroître sa capacité à expliquer le monde réel. En défendant bec et ongles un statu quo théorique, on accepte non seulement les lacunes actuelles de la théorie, mais aussi le risque que le fossé entre la théorie et la réalité continue de s’élargir, et que l’économie devienne de plus en plus un jeu intellectuel peut-être passionnant pour ses praticiens, mais sans plus d’importance pratique que la belote ou les mots croisés. Les fondements conceptuels de l’économie « orthodoxe » contemporaine ont été posés entre le milieu du dix-neuvième et le début du vingtième siècle. A cette époque, le monde était
1

fait d’individus associés en nations gouvernées par des états, et les échanges portaient essentiellement sur des biens produits par des paysans et des artisans. Depuis, nous sommes passés à un monde où l’essentiel de la richesse est créé par des entreprises qui produisent de plus en plus des services, et où toutes sortes d’organisations, au premier rang desquelles les entreprises, jouent un rôle économique majeur. Il ne faut donc pas s’étonner que les outils forgés pour rendre compte du monde préindustriel ne suffisent pas à représenter valablement le monde contemporain. Il n’est pas non plus interdit de penser que nombre des insuffisances ou des échecs de la science économique contemporaine ont précisément pour cause l’indigence de sa représentation de l’entreprise et des services. On peut aussi penser que l’essentiel a été dit sur les mécanismes et les propriétés d’un monde qui serait réduit à des relations entre individus, et que la tâche prioritaire des économistes est maintenant d’expliquer un monde différent, où les organisations et les services tiennent une place majeure. Aujourd’hui, ce sont les entreprises qui fixent les prix et qui décident de l’emploi, deux sujets fondamentaux de la réflexion économique. Même au niveau macro-économique, le lieu privilégié de la pensée économique contemporaine, comment parler de chômage et d’emploi sans pouvoir dire pourquoi et comment les entreprises naissent et disparaissent, embauchent et licencient ? Comment parler d’investissement, de taux d’intérêt et de capital sans pouvoir dire pourquoi et comment les entreprises investissent et désinvestissent ? Comment parler de taux de change et de mouvements internationaux sans pouvoir dire comment les entreprises choisissent leurs implantations et leurs marchés ? Si, comme on le dit couramment, certaines entreprises sont plus puissantes que certains Etats et sont un agent majeur des mécanismes de développement international, l’entreprise devrait occuper dans la réflexion une place comparable à celle de l’Etat, et y être traitée comme un agent spécifique et non une simple variante de l’homo economicus. De plus, dans le monde industriel moderne, une majorité d’individus participe à la production à travers une entreprise, avec laquelle leurs relations, que ce soit la définition de leur travail, la coordination avec les autres ou la répartition de la contre-valeur de la richesse produite, ne se limitent pas à des relations de marché. En revanche, dans leur rôle de consommateurs, les mêmes individus interagissent avec des entreprises considérées comme autant d’autres agents individuels. Ce sont bien les mêmes individus qui tantôt sont des rouages d’une organisation complexe et tantôt traitent avec ces organisations d’égal à égal, et ce sont bien les mêmes organisations qu’il faut analyser tantôt comme des agents comparables à des individus, tantôt comme des assemblages complexes de ressources diversifiées. Tout un pan de la pensée économique et sociale porte sur l’opposition entre l’organisation et le marché. Les uns veulent ignorer l’organisation et croire que toutes les relations sociales sont ou doivent être régies par des mécanismes de marché. D’autres pensent que le monde est devenu trop complexe pour être abandonné aux mécanismes du marché, et en déduisent que la société doit être organisée, ou au moins régulée, par un acteur central. Or l’entreprise est justement le lieu ou ces deux formes de coordination se rencontrent. Etudier l’entreprise, sa constitution interne et ses frontières, c’est précisément étudier quelles activités sont justiciables de l’un ou de l’autre mode de coordination, et comment des îlots d’organisation peuvent se coordonner en utilisant les mécanismes du marché. Parmi les sous-disciplines de l’économie contemporaine, le lieu privilégié de cette réflexion devrait alors être l’économie industrielle, qui s’est constituée à partir des années 30 pour tenter de rendre compte de la structure réelle de l’appareil productif. De fait, cette discipline est la plus gravement frappée par le divorce entre le paradigme dominant et la réalité de l’entreprise. Elle reste majoritairement fidèle à la tradition néoclassique en

2

conservant le modèle d’une firme « boîte noire » assimilable à un individu doté des motivations et du comportement d’une personne physique, résumée par une « fonction de production ». Sa fidélité au courant dominant se traduit aussi par un recours constant à la formalisation mathématique, si bien que, dans leur grande majorité, les travaux d’économie industrielle sont moins des regards sur l’économie réelle que des exercices de virtuosité mathématique déguisés sous un vocabulaire économique, de même que les exercices d’arithmétique de notre enfance étaient souvent énoncés comme des problèmes « de robinets » sans avoir le moindre rapport avec la plomberie. Un autre aspect du même problème est la dichotomie qui existe entre la discipline économique et la littérature abondante sur l’entreprise et le management. De même que les courants dominants de l’économie veulent ignorer les mécanismes internes à l’entreprise, la littérature sur le management considère trop souvent l’entreprise in vacuo sans tenir compte des mécanismes économiques auxquels elle participe et qui la modèlent en retour. Or le test ultime d’un choix d’organisation ou de gestion, qui favorise sa propagation ou au contraire le fait disparaître, c’est l’avantage concurrentiel qu’il procure à l’entreprise et son effet sur la place de celle-ci dans le tissu industriel. Seule l’analyse micro-économique peut montrer les conséquences d’un tel avantage, et donc le bien-fondé des choix. Management et microéconomie ne s’expliquent que l’un par l’autre, et sont donc indissociables. Bref, il ne suffit pas, comme le font les « théories de la firme », de simplement expliquer l’existence des entreprises comme alternative aux relations de marché entre individus. Il faut mettre leurs actions au cœur de toute la réflexion économique, de la même façon qu’elles sont au cœur de la vie économique réelle. Il ne suffit pas de faire de l’entreprise une question parmi d’autres dans une réflexion économique dont l’essentiel les ignore par construction ; il faut faire intervenir les entreprises en tant qu’agents de plein droit, et avec leurs spécificités, dans le traitement de toutes les questions économiques. Mais il se trouve, comme nous le verrons, que le divorce entre l‘économie et l’entreprise a des racines profondes, qui résultent des circonstances historiques dans lesquelles la pensée économique s’est développée, et se rattachent à la conception même de la discipline et à ses paradigmes centraux. On ne peut mettre l’entreprise au cœur de la théorie économique sans remettre en question ses fondements épistémologiques et méthodologiques, la légitimité de ses objectifs et la pertinence de ses pratiques. Le prix à payer pour introduire l’entreprise dans l’économie est lourd, et c’est ce qui explique à la fois l’insuffisance des tentatives passées et les réticences actuelles. Pour s’engager dans une pareille aventure, il faut trois ingrédients trop rarement réunis dans une même personne : l’expérience concrète de la vie industrielle, le goût de l’abstraction, et le loisir et l’énergie de se plonger dans la masse de littérature existante. Il faut surtout être assez libre pour n’encourir aucun risque de carrière en tentant de détourner l’économie de son académisme. Autrement dit, il vaut mieux être un « économiste amateur », titre que je revendique, qu’un professionnel. Un amateur au sens propre, c’est-à-dire quelqu’un qui agit par goût et non par obligation, ne met en jeu ni sa réputation ni sa carrière, et accepte le risque d’y perdre son temps. Il ne peut certes prétendre égaler les professionnels dans la familiarité avec la littérature, mais il a l’avantage de n’avoir ni pré carré à défendre, ni rituel à observer, ni mythes à respecter, ni tribu à ménager, ni carrière à soigner. Il faut dire que nombre des plus grands étaient en ce sens des amateurs, de Richard Cantillon et Adam Smith à Alfred Marshall et à Maurice Allais. Précisons ce que j’entends ici par « économiste amateur ». Le point de vue que j’adopte est celui d’un praticien familier de l'intérieur avec l'entreprise réelle, et qui explore le corpus théorique dans le but de comprendre des phénomènes qu’il a observés dans sa vie

3

professionnelle. Cette démarche est exactement l'inverse de celle de l'économiste nourri de toutes les théories, qui étudie l'entreprise comme un objet inconnu auquel il essaie d'appliquer des outils qui lui sont familiers. Il est satisfait quand l'outil semble convenir, ne serait-ce que partiellement, pour rendre compte d’un aspect de la réalité. A l’opposé, la familiarité empirique a priori avec l’objet permet de former une idée intuitive du rapport de l'outil à l'objet, et conduit à n'accepter un outil que s’il n’entre pas en conflit avec l'objet auquel on cherche à l’appliquer. Dans l’expérience de tous les praticiens, les entreprises apparaissent d’abord comme des objets extraordinairement divers dont les actions sont dominées par l’incertitude, dont les mécanismes de décision relèvent d’une rationalité douteuse, et dont la constitution interne aussi bien que le comportement sont complexes. Cette perception commande deux attitudes envers la théorie économique : d’abord la conviction que l’économie doit savoir décrire les entreprises dans leur diversité et non les résumer à ce qu'elles ont de commun, sous la notion de « firme ». Si on se borne à ne rechercher que les propriétés communes à toutes les entreprises, on se condamne à ne trouver que quelques banalités inutiles. Les entreprises sont des objets complexes qu'on ne peut espérer appréhender complètement qu'en mobilisant toutes les théories qui ont été construites à leur sujet. Chaque contribution théorique éclaire une part de la réalité, mais aucune ne suffit à la saisir tout entière. En cherchant à construire une image unique de « la firme », chaque théorie avance des hypothèses qui sont vérifiées pour certaines entreprises mais pas pour d’autres. Il ne s'agit donc pas de choisir entre plusieurs théories mais de les synthétiser de façon cohérente en un outil d’appréhension des entreprises réelles dans leur infinie diversité, ce qui peut conduire à modifier ou rejeter certaines théories existantes ou à proposer de nouveaux éléments théoriques. La deuxième réaction induite par l’expérience empirique des entreprises est une réaction de scepticisme, voire de méfiance envers toute hypothèse théorique qui soit incohérente avec les faits d'expérience que sont leur diversité, leur complexité et leur relative irrationalité. Or presque toutes les théories existantes dérivent plus ou moins d’un modèle standard dominé par les concepts d’agent rationnel et d’équilibre, que l’étude des entreprises telle que définie dans cet ouvrage remet précisément en question. Au bout du chemin, si la synthèse que j’évoque retient tel ou tel apport de théories distinctes, il n’y restera que bien peu de chose du modèle standard sur lequel toutes reposent plus ou moins. Nous verrons que les idées fondamentales qui permettent de prendre correctement en compte les entreprises dans la théorie économique sont celles d’une tradition méconnue, celle de l’école « autrichienne » de Menger et Mises, et à travers elle de certains auteurs classiques comme Richard Cantillon, Turgot, Adam Smith et surtout Jean-Baptiste Say. L’étude des entreprises conduit aussi à jeter un autre regard sur l’histoire de la pensée économique, où le courant fondamental passerait par Say, Menger, Marshall et Mises, et où le courant walrasien de l’équilibre général serait un accident historique dont on ne peut que souhaiter l’extinction prochaine.

Objectifs et démarche de cet ouvrage
L’objectif principal de ce livre est de contribuer à la construction nécessaire d’une économie rénovée qui intègre l’entreprise, et non de construire une théorie de l’entreprise isolée, à côté d’une économie qui s’accrocherait à ses traditions historiques. Plus que de parler en détail de l’entreprise, il s’agit de proposer des outils intellectuels – concepts, modèles et

4

méthodes, en un mot un « paradigme » – qui permettent à la discipline économique d’intégrer l’entreprise de façon pertinente et efficace dans le champ de sa réflexion. Simultanément, le modèle qui est le socle de cette nouvelle construction devrait former un pont vers les autres disciplines de l’entreprise, qu’elles s’appellent management, organisation, gestion, stratégie, sociologie, etc. Il faut refuser l’atomisation de la réflexion économique – au sens le plus large – en disciplines disjointes, et s’attacher au contraire à construire des ponts entre les écoles pour permettre un enrichissement mutuel. Ce programme est ambitieux. Non seulement il s’attaque aux fondements de la discipline, et à des questions que la majorité des économistes a renoncé à aborder de front. Mais aussi, puisque les entreprises, et plus généralement les organisations, sont les acteurs majeurs du monde économique contemporain, la théorie nouvelle dont il cherche à poser les fondements conceptuels n’est en fait rien d’autre que l’économie du vingt-et-unième siècle. Il ne s’agit pas de construire une nouvelle théorie qui s’oppose aux théories existantes, mais de proposer un cadre conceptuel permettant de construire une théorie plus générale dont les théories existantes seront des cas particuliers. Un grand problème pour un économiste amateur qui s’attaque à un projet aussi ambitieux est la solitude. Si quelques économistes professionnels marquent quelque intérêt pour ma réflexion, rares sont ceux qui acceptent de consacrer un peu de leur temps à m’aider à la faire progresser. C’est que les avantages potentiels de la démarche dans laquelle je me suis engagé, et les résultats auxquels elle conduit, ne sont pas encore assez évidents pour les détourner de leurs travaux habituels, alors que les conséquences en sont dévastatrices pour la pratique académique de la discipline. Je suis donc condamné à poursuivre ma réflexion presque en solitaire, alors que toute mon expérience m’a convaincu que seul le travail en équipe est productif. C’est pourquoi j’ai souhaité rendre publique cette réflexion assez tôt pour ne pas rester éternellement dans une solitude qui devient vite stérile, et sans attendre d’avoir atteint une certaine perfection académique qui ne peut résulter que de la confrontation avec les spécialistes. J’ai donc résolu de publier cet essai tel que je me suis senti capable de le produire dans un temps raisonnable, avec ses lacunes, ses naïvetés, ses approximations insuffisamment critiquées, ses affirmations sans nuances et ses pistes inexplorées. D’où le ton de ce livre. S’il est lu, ce sera principalement par des économistes. J’aurais peut-être dû m’efforcer d’adopter leur style, leurs habitudes et leurs règles d’écriture. Mais n’appartenant pas à leur tribu, j’ai préféré ne pas faire semblant et m’en tenir au ton de l’«honnête homme » (au sens du dix-septième siècle) s’adressant à d’autres « honnêtes hommes », ce que les économistes sont aussi nonobstant leur discipline. Ce choix me permettra peut-être d’être aussi lu et compris par un public plus large. C’est ainsi que j’utiliserai peu de citations et de références, qui servent habituellement à prouver que l’auteur a bien lu tous les livres et possède bien toutes les qualifications requises. Je n’y aurai recours que dans deux cas : s’il me semble opportun de montrer qu’une idée apparemment hétérodoxe a été en réalité émise depuis longtemps par des auteurs réputés ; ou quand l’idée que je cherche à exprimer l’a été de façon tellement parfaite par un autre auteur que je préfère utiliser son texte. Bref, je ne citerai guère que les phrases que j’aimerais avoir écrites.

Plan de l’ouvrage
Les bases épistémologiques et méthodologiques de ma réflexion sont posées dans les deux premiers chapitres. Le chapitre 1 rappelle comment, entre le milieu du dix-neuvième

5

siècle et le milieu du vingtième, et alors que les entreprises devenaient progressivement les acteurs principaux de l’économie, les circonstances ont fait que la pensée économique dominante s’est enfermée dans une conception issue du monde du dix-huitième siècle, dont les paradigmes fondamentaux excluent de fait les phénomènes essentiels du monde contemporain. Cela posé, le chapitre 2 propose comme cadre de la réflexion une certaine conception de la discipline économique, de son rapport au réel et des méthodes appropriées à son objet et à ses contraintes, qui rejoint la tradition « autrichienne » de Carl Menger et Ludwig von Mises1 et surtout qui renoue avec la tradition classique d’Adam Smith, JeanBaptiste Say et John Stuart Mill. Un nouveau modèle de représentation de la vie économique est progressivement développé dans les quatre chapitres suivants. A partir de l’observation de l’entreprise, le chapitre 3 présente deux idées fondamentales : celle de représenter les agents du monde réel comme des agrégats d’agents de façon en quelque sorte récursive, et celle de formaliser le concept de processus pour représenter les activités de chaque agent, en particulier leurs interrelations. Avec ce formalisme, il devient possible de modéliser des organisations de formes et de niveaux aussi variés que nécessaire, et de les soumettre à une réflexion rigoureuse. Le chapitre 4 reprend l’idée, émise dans le chapitre 2, qu’un problème crucial de l’économie est celui des langages qu’elle utilise pour la modélisation : la prose courante permet de tout exprimer mais manque de rigueur, tandis que la formulation mathématique restreint sévèrement les phénomènes qu’elle peut représenter. Le langage de la programmation informatique pourrait jouer dans la modélisation économique un rôle intermédiaire, en offrant un mode d’expression à la fois rigoureux et général, et pouvant servir à la construction de maquettes exécutables. Ce chapitre présente les concepts de base de la programmation par objets et les modalités de son utilisation possible en économie, ne seraitce que pour favoriser une définition plus rigoureuse des concepts utilisés dans le raisonnement verbal. Sur ces bases, le chapitre 5 développe le modèle esquissé au chapitre 3 et l’étend à toutes les entités qui composent l’univers économique, en montrant comment un même modèle général peut s’appliquer depuis les choses inertes jusqu’aux agrégats macroéconomiques, en passant bien entendu par les agents conventionnels et les entreprises, les différents types d’entités se distinguant par les caractéristiques des processus dont ils sont munis. Le chapitre 6 poursuit la formalisation du modèle général en précisant la notion de processus, sa représentation et ses attributs économiques, ainsi que les différentes catégories de processus. Une attention particulière y est portée aux processus de décision. Les deux chapitres suivants rattachent ce modèle à la problématique fondamentale de la microéconomie, c’est à dire l’échange, la formation de la valeur et les transactions entre agents dans le chapitre 7, le fonctionnement des marchés et la formation des prix dans le chapitre 8. Ce détour est utile non seulement pour relier ce modèle à la théorie économique conventionnelle, mais aussi pour préciser les notions de valeur, de prix et de coût que nous utiliserons par la suite dans la discussion du fonctionnement des entreprises.

Le lecteur averti reconnaîtra presque à chaque page les positions épistémologiques développées dans le magnum opus de Mises « L’action humaine, traité d’économie ». Je donnerai au chapitre 2 les raisons pour lesquelles ces positions me semblent seules aptes à servir de fondement à la nécessaire reconstruction de l’économie, ce qui exclut en particulier la théorie actuellement dominante de l’équilibre général et ses séquelles.
1

6

Le chapitre 9 revient à l’entreprise pour en présenter d’abord un modèle général construit à l’aide des outils proposés dans les chapitres précédents, qui précise les mécanismes de formation des objectifs et des valeurs dans l’entreprise, ainsi que ses mécanismes de contrôle et le type de rationalité qui gouverne ses actions. Le chapitre 10 anime en quelque sorte ce schéma en décrivant comment l’entreprise construit son offre et son appareil de production, présente son offre au marché et réagit aux signaux qu’elle reçoit en retour, en agissant sur ses produits, son outil de production ou sa constitution même. Les chapitres 11 à 13 appliquent ce modèle à l’étude de la structuration du tissu productif, c’est à dire à la problématique habituelle de l’économie industrielle. Les chapitres 11 et 12 traitent d’abord la situation hypothétique simplifiée d’un « secteur » où les entreprises offrent un ensemble de produits parfaitement substituables. Dans ce cadre, le chapitre 11 analyse la formation des prix et des parts de marché, et donc de la structure des secteurs, en fonction des caractéristiques économiques du processus de production. En résumant la « fonction de production » par la relation entre les coûts fixes et les coûts variables, il identifie deux configurations sectorielles polaires, celle de secteur dispersé assimilable au cas classique de concurrence « parfaite » et celle de secteur concentré quasi-monopoliste dont les propriétés sont assez différentes de celles du monopole de la théorie classique. Le chapitre 12 montre comment la constitution interne de l’entreprise, c’est à dire son organisation, sa culture et son système de management, s’adaptent à l’environnement sectoriel et donc indirectement aux caractéristiques économiques du processus de production. Il se crée ainsi pour chaque type de production, donc pour chacune des formes sectorielles identifiées au chapitre précédent, des personnalités d’entreprise typiques, caractérisées par une forme d’organisation, un système de valeurs et un système de management. Ces personnalités-type sont suffisamment différentes pour être incompatibles entre elles, et entraîner l’incompatibilité de certaines formes de production au sein d’une même entreprise. Le chapitre 13 combine les apports des deux chapitres précédents pour examiner les mécanismes qui président à la structuration générale du tissu productif : diversification ou spécialisation des entreprises, intégration ou désintégration des processus de production, fusions, essaimage, alliances, etc. En conclusion, le chapitre 14 résume les propositions du présent ouvrage et les replace dans le contexte d’ensemble de la discipline économique, en les situant par rapport aux diverses approches théoriques, aux autres travaux sur l’entreprise et à d’autres disciplines plus ou moins connexes, afin d’amorcer la démarche de reconstruction de la discipline économique dont j’annonçais la nécessité dans l’introduction. Il propose en particulier une approche des agrégats économiques susceptible d’unifier ce qui est actuellement considéré comme deux sous-disciplines séparées : la micro-économie et la macro-économie. IL tente de mettre en évidence les apports de ces propositions, tout en relevant leurs lacunes et leurs insuffisances afin d’évoquer des travaux qui pourraient les pallier.

7

Chapitre 1 – Histoire d’un divorce
Pour comprendre les difficultés que rencontre l’économie pour traiter de l’entreprise, il faut retracer rapidement la formation et l’évolution de la discipline. Il ne s’agit pas de brosser un panorama complet du développement historique de la pensée économique, pour lequel le lecteur intéressé pourra se référer aux nombreux ouvrages publiés sur la question. Mon propos est de montrer que le divorce entre l‘économie et l’entreprise a des racines profondes, et que ses causes principales se rattachent à la conception même de la nature de la discipline économique et des méthodes appropriées à son objet. La pensée économique remonte à la Bible en passant par des philosophes comme Aristote, Thomas d’Aquin ou David Hume. Longtemps l’affaire de penseurs non spécialisés – d’économistes amateurs au sens propre du terme – , elle s’est progressivement constituée en discipline autonome avec les grands classiques de la fin du dix-huitième siècle et du début du dix-neuvième : Adam Smith, Jean-Baptiste Say, David Ricardo et John Stuart Mill, puis les grands marginalistes des années 1870. De façon schématique, les fondements de l’économique moderne se sont formés pour l’essentiel aux dix-huitième et dix-neuvième siècle, en réponse à des interrogations sur les questions de cette époque. Le monde était alors principalement rural et artisanal ; la production y était réalisée par des producteurs individuels, et visait essentiellement à satisfaire les besoins fondamentaux des individus. Il n’est pas étonnant que le concept d’agent économique qui a émergé de cette réflexion soit un modèle simplifié de l’individu humain, ni que celui d’organisation économique vise implicitement à expliquer comment les besoins humains élémentaires peuvent être satisfaits par des productions principalement agricoles et artisanales. L’entreprise, elle, commence à prendre une place dominante dans la société entre le milieu du dix-neuvième siècle et le début du vingtième. C’est durant cette période, comptetenu du temps nécessaire à la formation, à la maturation et à la diffusion des idées, que la pensée économique aurait dû intégrer le concept d’entreprise. Or cette période cruciale de l’histoire de la pensée économique a été dominée par deux révolutions conceptuelles qui toutes deux ont non seulement détourné les économistes de l’étude de l’entreprise en les focalisant sur d’autres questions, mais ont de plus contribué à élever des obstacles entre la pensée économique dominante et la réalité de l’entreprise moderne. A la fin du dix-neuvième siècle, la révolution marginaliste introduit le modèle de l’agent « boîte noire » et une conception « scientiste » de l’économie ; au début du vingtième siècle, la révolution keynésienne sépare la macro-économie de la micro-économie. Ces tendances se sont progressivement consolidées au fur et à mesure que la discipline économique devenait une profession structurée, et que les controverses idéologiques y prenaient le pas sur la réflexion scientifique.

La révolution marginaliste
Les premières questions de nature économique, depuis leurs lointaines origines dans la Bible, ont essentiellement porté sur la valeur des choses. A cette question fondamentale se rattachent des questions morales comme la légitimité du prêt à intérêt, ou des questions politiques comme le commerce international, la monnaie ou les impôts. Les premiers penseurs de l’économie ont identifié assez tôt les trois origines possibles de la valeur : la production, l’échange ou l’utilisation des biens. Prise globalement, leur réflexion a porté sur les trois, mais avec des poids relatifs différents selon les auteurs et les écoles. L’idée dominante est quand

8

même que la valeur des biens est déterminée par les conditions de leur production, ce qui a poussé la plupart des économistes classiques à privilégier cette activité dans leur réflexion. Au début des années 1870, Walras, Jevons et Menger proposent, simultanément et indépendamment, une conception de la formation de la valeur déjà suggérée par des penseurs précédents comme Quesnay ou Galiani, et qui deviendra le fondement du courant dominant de toute l’économie moderne. Ces auteurs posent que la valeur des choses est une notion subjective qui représente l’utilité que les hommes lui accordent, et que l’économiste ne peut appréhender que les proportions selon lesquelles les agents échangent des biens entre eux. A la suite de la « révolution marginaliste » des années 1870, le courant principal de l’économie abandonne l’idée que les choses ont un « juste prix » préexistant à tout échange, et fait passer à l’arrière-plan l’étude de la production d’où venait la valeur pour les classiques. Seul Karl Marx, dont l’ouvrage majeur « Le Capital » est paru en 1867, donc juste avant les ouvrages fondateurs de Walras, Jevons et Menger, reste fidèle à la tradition en posant que la valeur d’un bien se définit par la quantité de travail qui y est incorporée. Dans le paradigme marginaliste qui devient dominant à partir de la fin du dix-neuvième siècle, les agents économiques ne sont plus appréhendés que par les échanges auxquels ils participent. La production cesse d’être un sujet d’étude économique majeur, et le modèle du comportement des agents ne porte plus que sur leurs interactions, ce qui tend à occulter les différences de constitution interne qui caractérisent les entreprises. De plus, pour traiter des échanges de façon indépendante, il faut supposer que ce qui est échangé a une existence indépendante, ce qui tend à éliminer les services du champ de la réflexion comme l’avait déjà fait Adam Smith. En même temps, sous l’influence de la philosophie « positiviste » d’Auguste Comte, de nombreux économistes cherchent à construire une formulation mathématique des phénomènes sociaux analogue à celle qu’utilise la mécanique rationnelle. Pour cela, il faut postuler que le comportement des agents économiques est déterministe, évacuer de l’économie l’irrationnel et l’imprévisible, et inventer un modèle mathématique du comportement des agents dans l’échange. C’est ainsi que naît le modèle de l’» homo economicus », dont le comportement se résume à maximiser une « fonction de satisfaction » compte tenu de ses ressources par hypothèse limitées. L’un des trois courants de l’économie marginaliste, le courant walrasien, s’attache à démontrer l’existence d’un « équilibre général » des échanges et à en étudier les propriétés. Pour cela, non seulement il adopte le modèle d’agents ponctuels représentables par des fonctions mathématiques simples, mais il se borne à étudier leurs relations dans un cadre statique où le temps n’intervient pas, et où tous les agents sont parfaitement informés de l’état du monde qui les entoure. En focalisant toutes ses énergies sur les conditions et les attributs de l’équilibre, la théorie néoclassique élimine le temps, et son corollaire l’incertitude, de son modèle du monde. Pire encore, on ne peut démontrer l’existence d’un tel équilibre qu’en introduisant un certain nombre d’hypothèses très restrictives, qui sont progressivement devenues constitutives du paradigme néoclassique et ont même pris un caractère normatif. Les conditions d’existence de cet équilibre imaginaire, qui ne sont en réalité que des hypothèses simplificatrices commodes pour raisonner sur des situations impossibles, ont ainsi élevées en dogme et même au niveau d’un idéal d’organisation de la vie économique. Par exemple, la concurrence atomique dite « pure et parfaite » est considérée comme seule acceptable. Le choix même des termes « pure et parfaite », comme celui d’« imperfections de marché » pour désigner la réalité, révèle un jugement de valeur implicite. L’existence d’organisations est plus ou moins considérée comme nuisible à la marche vers l’optimum économique et social, et pour bien des
9

auteurs, il n’est pas besoin de les étudier puisqu’on n’en accepte pas l’existence, sinon à regret. C’est ainsi que l’économie a rejeté l’entreprise réelle hors de son champ. Ce choix d’un modèle du monde d’où l’entreprise est exclue en tant que telle s’accompagne du choix d’une méthode de travail qui rend encore plus improbable sa prise en compte. Les mathématiques, qui ne tenaient jusque là qu’une place extrêmement modeste en économie, deviennent de plus en plus l’outil privilégié voire obligatoire malgré les réserves des plus grands (Menger, Marshall et plus tard Keynes et Mises). Cet outil va progressivement déterminer le choix des sujets d’étude et des modèles du monde, au point de devenir pour beaucoup d’économistes constitutif de la discipline. Aujourd’hui, les mathématiques sont devenues pour trop d’économistes l’équivalent d’une drogue hallucinogène, qui les invite à se complaire dans des mondes imaginaires au lieu d’étudier le monde réel. Née de la philosophie au dix-huitième siècle, l’économie se perd au vingtième dans les mathématiques.

La révolution keynesienne
Dans les premières années du vingtième siècle, l’économie walrasienne est devenue dominante, mais ses conclusions sont de plus en plus contredites par l’observation du monde réel. Le marginalisme est venu expliquer le fondement théorique de l’idéologie libérale au moment même où la réalité semble contredire l’efficacité de la « main invisible » et où le marxisme fait de plus en plus d’adeptes. C’est aussi la Grande Guerre de 14-18, la révolution bolchevique de 1917, la grande crise de 1929. Les questions d’actualité sont le chômage, la pauvreté, les taux d’intérêt, la crise économique. Or le marginalisme explique bien les valeurs relatives des grandeurs économiques, mais il est muet sur leurs valeurs absolues. Comment expliquer ces phénomènes généraux et ces grandeurs synthétiques dont une approche reposant sur les comportements individuels ne peut rendre compte ? La crise de 1929 suscite de nombreuses vocations d’économistes contestataires qui sortent du cadre marginaliste pour s’intéresser aux agrégats en eux-mêmes. Elle redonne aussi une actualité à l’économie marxiste, née quelques années avant les œuvres fondatrices des grands auteurs marginalistes, et qui n’avait été jusque là perçue que comme une survivance de la doctrine classique de la valeur-travail. Jusque là, toute la théorie a été fondée sur le comportement des agents élémentaires que sont les individus. Les grands classiques ont toujours voulu fonder l’économie appliquée, normative, sur une « économie pure » positive déduite des faits. Dans la pensée économique, la continuité entre l’étude des agents élémentaires et celle des grands agrégats a été jusque là totale. La « révolution keynésienne » de 1936 accrédite l’idée qu’il est légitime d’expliquer le comportement des agrégats par celui d’autres agrégats plutôt que de s’astreindre à remonter aux agents élémentaires. On abandonne ainsi l’« individualisme méthodologique » qui avait implicitement prévalu jusque là, et on admet que les explications peuvent consister en des modèles abstraits mettant en jeu des constructions imaginaires. La macro-économie, dorénavant séparée de la micro-économie, devient la discipline reine, d’où on attend non seulement l’explication des grands problèmes du monde – crise de l’emploi, développement, équilibres internationaux – mais aussi les remèdes à ces problèmes. Pour mieux rendre compte de ces phénomènes macroscopiques, la macro-économie se détourne de l’observation des phénomènes élémentaires du réel et devient une science abstraite au sens propre du mot. Ses théoriciens ont emprunté aux sciences physiques et à Popper l'idée que les hypothèses n’ont pas à être directement vérifiées par l’observation, mais sont validées indirectement par les prévisions qui en sont déduites. Ainsi, l’économie
2

2

Karl Popper, The logic of scientific discovery (1959) 10

abandonne le terrain de l’observation des faits pour le remplacer par la construction de modèles. Pour être juste, il ne faut pas imputer cette dérive à Keynes lui-même, qui s’opposait vigoureusement à la démarche abstraite de l’économie walrasienne au nom du réalisme, et se situait ainsi dans la tradition de son maître Marshall. C’est ainsi qu’il rejetait la recherche de l’équilibre comme sans rapport avec la réalité, et replaçait le temps et l’incertitude non probabilisable au cœur des phénomènes économiques. De même, il fustigeait « les économies mathématiques qui permettent aux auteurs d’oublier dans le dédale des symboles vains et prétentieux les complexités et les interdépendances du monde réel ». Il est regrettable que ses successeurs n’aient pas eu les mêmes scrupules. Les années 1940 à 1970 ont été dominées par la fusion des idées marginalistes et d’une partie des idées keynésiennes en une « grande synthèse » qui a pu apparaître un moment comme l’aboutissement définitif de la théorie économique, qu’il ne restait plus qu’à appliquer aux problèmes concrets de la société. Deux grands courants théoriques auraient pu représenter des alternatives à ce « corpus central », le marxisme d’une part, et l’école autrichienne, qui prolonge l’école classique française de Turgot et Say, d’autre part Or la première de ces écoles a perdu beaucoup de sa crédibilité après la chute de l’URSS, et la seconde, qui reste fidèle aux conceptions réalistes de la discipline qui étaient encore celles de Marshall, est trop viscéralement attachée au libéralisme le plus intransigeant pour correspondre à l’esprit de l’époque.

Une économie professionnelle
On ne saurait comprendre l’état actuel de la discipline économique sans prendre en compte l’évolution de sa pratique. L’économie est devenue une profession à part entière, et ceux qui la pratiquent doivent revendiquer une utilité sociale. Nous sommes loin du temps d’Adam Smith, de Ricardo, de Marx, de Walras ou de Marshall, qui tous n’étaient que des « amateurs éclairés ». Les économistes ont toujours cherché à éclairer et guider l'action de ceux qui ont le pouvoir d'influencer la condition des hommes, d’où leur rôle historique de « conseiller du Prince ». A chaque époque, ils se sont attaqués aux questions qui leur semblaient importantes pour la société de leur temps. Ils ont conçu leur utilité, leur raison d’être, comme d’éclairer les pouvoirs publics, les politiques et les citoyens sur la politique économique. Ce rôle de « conseiller du Prince » est de toute évidence plus prestigieux et plus recherché que celui d’humble observateur des faits, voire d’enseignant. Il en découle que la majorité des économistes contemporains préfèrent la macro-économie à la micro-économie, et une attitude normative à une attitude purement positive. Là encore, cette attitude est favorable à un abus des mathématiques. Le Conseiller du Prince veut démontrer et non décrire, convaincre et non expliquer. On a souvent l’impression que les économistes utilisent les mathématiques comme le sorcier les incantations, pour se donner une crédibilité d’ordre surnaturel inaccessible au profane. C’est ce qu’exprimait Norbert Wiener : « de même que les peuplades primitives adoptent les modes occidentales d’habillement cosmopolite et du parlementarisme à partir d’un vague sentiment que ces accoutrements les porteront d’emblée au niveau de la culture et de la technique moderne, de même les économistes se sont habitués à affubler leurs idées plutôt imprécises du langage du calcul infinitésimal »
3

3

Cybernetics or Control and Communications in the animal and the machine, Hermann, 1958 11

De plus, le succès relatif des différentes théories économiques doit beaucoup à leur contenu idéologique. L’économie a beaucoup de mal à être une science uniquement soucieuse de décrire et d’expliquer le réel. Presque toutes les théories économiques ont un contenu idéologique particulier qui influence considérablement leur popularité, non seulement chez les économistes, mais auprès des leaders d’opinion et indirectement dans le grand public, et ceci indépendamment de leur valeur scientifique. Le débat fondamental oppose le libéralisme, qui considère que le libre jeu des forces économiques ne doit pas être entravé, et l’interventionnisme qui prône au contraire que l’intervention du pouvoir politique est nécessaire. Or l’homme de pouvoir veut intervenir par définition, sinon il ne serait pas homme de pouvoir. Il est tout aussi contre nature pour un homme politique d’être libéral que pour un boucher d’être végétarien. De même, ceux qui se considèrent comme injustement traités, mais aussi l’homme de bien qui compatit au sort de ses semblables, souhaitent une intervention de ceux qui en ont le pouvoir. Tout concourt à l’idée que, face à n’importe quel problème, « le gouvernement doit faire quelque chose ». On attend des économistes qu’ils disent quoi faire, pas qu’ils disent qu’il vaut mieux s’abstenir de toute action. Quel que soit le bien-fondé scientifique et philosophique de leurs positions respectives, l’économiste interventionniste sera mieux reçu que l’économiste libéral, et certainement mieux récompensé par le pouvoir. Pour que le libéralisme soit ou populaire, ou admis par les dirigeants, il faudrait une connaissance profonde des mécanismes fondamentaux de l’économie qui est loin d’être largement répandue. Walras a remplacé la main invisible d’Adam Smith par un système d’équations, et a introduit l’idée d’optimum économique qui sera reprise par Pareto. Les économistes marxistes vont s’emparer de cette idée pour soutenir, comme Oskar Lange, que le bonheur de l’humanité peut être obtenu par le calcul et imposé par l’Etat, au lieu d’être soumis aux « intérêts égoïstes ». Pour cette école, il devient conceptuellement possible de calculer l’optimum économique et de remplacer la « main invisible » par le calcul mathématique. Même s’il s’oppose au marxisme, Keynes apporte de l’eau au moulin des interventionnistes en discréditant aussi bien les libéraux néoclassiques adeptes de Smith à travers Walras et Marshall, que les libéraux « autrichiens » viscéralement attachés aux libertés individuelles et rebelles aux interventions de l’Etat, qui trouvent alors leur meilleur théoricien en Ludwig von Mises .
4

De toutes les tendances qui commencent à proliférer, l’école autrichienne reste seule à défendre le libéralisme, en même temps que les conceptions modestes et réalistes de la discipline économique qui étaient encore celles de Marshall et même de Keynes. Même si elle exprime souvent ses positions avec véhémence, comme Mises et Hayek, plus personne ne l’écoute et l’attitude « autrichienne » est de plus en plus isolée quand ce n’est pas honnie. Quand par hasard Mises – probablement l’un des plus grands penseurs de toute l’économie – est cité dans la littérature, c’est encore aujourd’hui le plus souvent pour le condamner sur la foi de citations hors contexte qui prouvent que ses censeurs ne l’ont pas lu. On jette le bébé avec l’eau du bain, la méthodologie avec l’idéologie. Puisque l’économie prétend au rang de science, on voudrait espérer que les positions idéologiques ne sont que des conséquences de l’analyse scientifique, ou à tout le moins qu’elles sont soigneusement évacuées du raisonnement. En réalité, on constate qu’elles forment souvent le critère principal de jugement, et que les économistes hétérodoxes comme les orthodoxes admettent ou rejettent des paradigmes entiers – méthodologie, modèles et
4

Human Action – A Treatise on Economics (1949) 12

conclusions pêle-mêle – au seul motif qu’ils satisfont ou non leurs positions idéologiques a priori.

Les courants contemporains
L’état actuel de la discipline économique se caractérise par un foisonnement de courants très divers et souvent contradictoires. Tout a été dit, et son contraire. Toutes les propositions, des plus évidentes aux plus irréalistes, ont été émises par au moins un auteur. A la différence des sciences physiques où la vérification expérimentale est le juge suprême, l’économie ne s’est pas construite par enrichissements successifs d’une part, abandon des théories invalides d’autre part, tendant vers un corpus cohérent. En économie, aucune théorie n’est jamais complètement abandonnée, et les plus fumeuses conservent toujours des adeptes. Sans une connaissance de l’histoire du développement de la pensée économique, on ne peut comprendre la structure de la production qui en résulte, ni le statut et la validité de telle ou telle position. Il n’y a pas une théorie économique, mais de multiples courants plus ou moins cohérents. Le courant walrasien se prolonge de nos jours dans le courant de l’équilibre général, et culmine dans les travaux qui ont valu le prix Nobel à Arrow et Debreu pour leur traitement mathématique rigoureux des intuitions de Walras et Pareto. En réalité, en explicitant toutes les hypothèses qui sont nécessaires pour que ce modèle ait une solution, ils ont montré combien il est éloigné de la réalité. Plutôt que de lui offrir un couronnement triomphal, ils ont touché le fond de l’impasse où il conduit, et ont définitivement relégué l’équilibre économique général, et avec lui tous ses développements ultérieurs, au rang de curiosité mathématique sans rapport avec la réalité économique. L’équilibre général ne devrait plus être enseigné que comme un chapitre clos de l’histoire de la pensée économique, ou comme une expérience de pensée permettant d’imaginer un monde où les agents seraient ponctuels et où le temps serait suspendu, afin de mieux comprendre par contraste la complexité du monde réel. L’économiste soucieux de rendre compte du réel peut ignorer tout ce qui s’est fait sur le sujet depuis Walras, y compris Pareto et le Maurice Allais des « Eléments d’Economique Pure » , et a fortiori Debreu luimême. Pour plus de sûreté, mieux vaut s’en tenir à Marshall.
5

Le corpus central dominant repose sur la fiction de l’homo economicus et sur les mythes de la rationalité et de la concurrence pure et parfaite, et s’occupe plus de prédire des valeurs sur des agrégats que de comprendre les mécanismes fondamentaux. En ne considérant que des transactions atomiques entre acteurs individuels comparables et de taille négligeable par rapport au marché, ce modèle évacue la notion même d’entreprise. En considérant que, sur chaque marché, tous les producteurs offrent un bien rigoureusement identique et que le prix se détermine indépendamment de la volonté des offreurs, il élimine et la notion même de concurrence. En supposant une information parfaite des agents, il élimine l’incertitude omniprésente dans la réalité. En s’attachant à décrire des états d’équilibre, il évacue le temps, l’innovation et le progrès technique. Enfin, le recours obligé aux mathématiques achève d’éliminer tous les phénomènes qui ne se prêtent pas à une telle formalisation. Aujourd’hui, le courant classico-keynésien est devenu largement dominant, et sa place hégémonique dans l’enseignement le fait considérer comme un dogme sacro-saint que seuls quelques irréductibles hérétiques s’obstinent à contester. Sur ce tronc principal se greffent une

D’abord ardent épigone de Walras, Maurice Allais a largement renié ses positions initiales dans sa « Théorie générale des Surplus » de 1978, tant en proposant un autre modèle du marché qu’en dénonçant comme Keynes le « charlatanisme mathématique ». 13

5

multitude de développements fragmentaires. En se consacrant à des études spécifiques, chaque chercheur semble soucieux de s’isoler dans une niche pour se différencier de ses collègues et se construire une réputation de spécialiste. Ces développements se réclament plus ou moins du modèle de la synthèse. L’étroitesse de leur champ autorise des traitements ceteris paribus apparemment rigoureux, bien qu’il arrive que les hypothèses spécifiques au domaine étudié ne sont pas toujours cohérentes avec celles du modèle général, ni avec les conditions qui provoquent l’apparition dans la réalité des phénomènes étudiés. La pratique des économistes se traduit donc par un foisonnement de travaux particuliers, qui ne sont pas tous aussi cohérents avec les fondements du courant central que leur révérence envers lui pourrait le laisser croire. L’économie se fragmente ainsi en domaines disjoints non seulement par leur objet, mais aussi par leurs paradigmes fondamentaux. Cette approche spécialisée satisfait l’ambition scientiste walrasienne en négligeant les avertissements de Marshall : « plus un problème est défini de façon étroite, plus il peut être traité avec exactitude ; mais aussi moins il correspond de façon proche à la vie réelle »
6

Dans leur ouvrage « La pensée économique depuis Keynes » , Beaud et Dostaler résument ainsi l’état de l’économie contemporaine : « Discipline éclatée, la science économique d’aujourd’hui se développe à partir d’une multitude de travaux, consacrés pour la plupart à des objets ponctuels, abordés à travers des approches réductrices. Le temps des synthèses et des reconstructions semble encore loin ».
7

Les économistes ne peuvent pourtant pas ignorer totalement l’entreprise, qui se présente pour eux d’abord comme un mystère : puisque la théorie montre que le marché est la forme la plus efficace de coordination entre les individus, pourquoi y a-t-il des entreprises ? La réponse officielle est fournie par des travaux importants comme la théorie des coûts de transaction et la théorie de l’agence. Mais ayant répondu à la question « pourquoi existe-t-il des entreprises ? », les économistes s’empressent de « se ramener au problème précédent » en les traitant comme des agents standard tout aussi ponctuels que les agents individuels et dotés d’un comportement tout aussi simple, une « fonction de production » remplaçant la « fonction de satisfaction » des agents consommateurs. Une alternative à cette vision réductrice, qui en conserve l’hypothèse que les seuls véritables agents économiques sont les individus, consiste à résumer l’entreprise aux interactions entre les individus qui la composent. En aboutissant à définir l’entreprise comme « un lieu de contrats », voire « une fiction légale », elle la prive de sa substance même et ignore sa spécificité en tant qu’acteur élémentaire de l’économie. Dans les deux cas, on met l’entreprise entre parenthèses pour sauvegarder le mythe de la boîte noire. En marge de l’économie dominante, d’autres travaux ont pris les entreprises réelles comme leur objet même, le plus souvent avec une forte connotation normative ; il s’agit de découvrir et de faire connaître les best practices qui conduisent au succès. Probablement pour cette raison, ils ne sont pas considérés par les économistes comme faisant partie de leur discipline. Réciproquement, ces auteurs ont envers l’économie dominante une attitude ambiguë : ils en utilisent les conclusions quant elles leur conviennent, mais se soucient peu de relever ses insuffisances, et encore moins d’y remédier. D’autres chercheurs plus hardis se sont résolument engagés sur de nouvelles pistes, en cherchant à partir de la réalité de l’entreprise des réponses directes aux critiques croissantes
6 “The more the issue is thus narrowed, the more exactly can it be handled: but also the less closely does it correspond to real life.» (Principles 7Le

of Economics)

Seuil (1993) 14

du modèle standard. Leur cible principale est le modèle de la boîte noire, et les hypothèses de rationalité qui sont censées décrire le comportement des agents. Le lien principal de ces travaux avec la discipline économique proprement dite passe par l’école comportementaliste de Simon, Cyert et March. D’une part ils la prolongent en leur donnant une application pratique, et d’autre part ils l’alimentent en apportant l’observation de la réalité. Il est d’ailleurs difficile de tracer une frontière nette qui séparerait cet ensemble entre une partie économique et une autre. Une mention particulière doit être accordée à l’école de la régulation, qui s’est développée en France à partir des années 70 avec comme figures de proue Robert Boyer et Michel Aglietta, au point d’occuper une place majeure dans le panorama de la discipline. Ce courant a quelques points communs avec le sujet de cet ouvrage. Sa filiation marxiste le conduit à se focaliser sur la production, contrairement aux orthodoxes pour qui l’échange est l’activité centrale, et à prendre en compte les relations de pouvoir. Sa filiation institutionnaliste lui fait reconnaître le rôle fondamental des organisations et en particulier de l’entreprise. Il cherche donc à se référer à une représentation plus réaliste de l’entreprise et des structures industrielles. Comme le présent ouvrage, l’école de la régulation s’intéresse aux structures de l’appareil productif et prend explicitement en compte le temps et les mécanismes d’évolution. Au plan méthodologique, elle se livre aussi à une vigoureuse critique envers l’économie orthodoxe et affiche également l’ambition de reconstruire une synthèse sur des bases nouvelles. Mais sa filiation keynésienne donne la primauté à la macro-économie, et on y trouve une forte teinture idéologique : présupposés quand au rôle du marché, utilisation de concepts et d’un vocabulaire hérités du marxisme comme l’opposition capital-travail ou les régimes d’accumulation, focalisation sur le rapport salarial. Ces derniers traits éloignent les régulationnistes de ma démarche, même si le point de départ présente beaucoup de traits communs. Cette extrême diversité brouille les contours de la discipline économique. Il serait bien difficile de trouver une caractéristique que tous les gens qui se disent économistes auraient en commun, et qui les distinguerait de ceux qui se réclament d’autres disciplines, par exemple la sociologie ou les « sciences de la gestion ». Il n’y a pas au fond de réelle discontinuité entre ces disciplines. Les étiquettes apparaissent souvent comme distribuées par la tradition ou les préférences personnelles, et les querelles de frontières sont dérisoires. A l’instar d’Adam Smith, les classiques étaient philosophes, et sociologues avant la lettre, et les autrichiens (Schumpeter, Mises, Hayek) sont autant philosophes qu’économistes. Marshall définissait encore l’économie de façon très large : « une étude de l’humanité dans les affaires ordinaires de la vie, qui examine la part de l’action individuelle ou sociale la plus étroitement liée à l’atteinte du bien-être et à l’utilisation des ressources matérielles qui lui sont nécessaires » . Les tentatives, relativement récentes dans l’histoire de la pensée, pour circonscrire le domaine de l’économie en la distinguant des autres sciences sociales sont stériles et contre-productives ; plutôt que de perdre son temps à opposer les disciplines, il faut s’attacher à en synthétiser les apports.
8

« Political Economy or Economics is a study of mankind in the ordinary business of life ; it examines that part of individual and social action which is most closely connected with the attainment and with the use of the material requisites for wellbeing » (Principles of Economics) 15

8

Conclusions
Au terme de ce survol de l’histoire de la pensée économique, nous comprenons pourquoi l’économie est fâchée avec l’entreprise. En même temps que celle-ci prenait une place centrale dans le monde réel, l’économie se construisait un paradigme issu du marginalisme et du keynésianisme, d’où l’entreprise était bannie. Dans le même temps, l’économie devenait une profession structurée, légitimée par la référence à ce paradigme central et par l’utilisation de raisonnements scientifiques drapés dans la formulation mathématique. Bref, les économistes regardaient ailleurs pendant que le tissu même du monde qu’ils se proposent d’expliquer se transformait radicalement. L’économie doit aujourd’hui rendre compte de phénomènes qu’elle n’a pas eu à traiter dans le cours de sa formation, et pour lesquels ses paradigmes fondamentaux n’ont pas été conçus. En ce qui concerne l’entreprise, les courants issus de l’économie semblent devenus largement stériles, tandis que les courants issus de l’observation de la réalité, qu’ils soient ou non reconnus par les économistes, sont vigoureux et prometteurs. Mais ils se tiennent en marge du courant principal que ses tenants défendent bec et ongles, sans chercher à l’attaquer de front, et donc sans espérer pouvoir réconcilier les deux courants. L’étude de l’entreprise s’est donc constituée en marge comme une discipline séparée. Tous ces travaux apportent des éclairages utiles et souvent précieux sur l’acteur central de l’économie contemporaine qu’est l’entreprise, mais il leur manque une référence commune ou un cadre conceptuel commun, et qui les rattache au reste de la discipline économique. Par défaut, ce rôle unificateur est tant bien que mal tenu par l’économie néo-classique traditionnelle, au prix d’incohérences rédhibitoires entre les prémisses mêmes de ces travaux et les hypothèses constitutives de l’économie traditionnelle. Les modèles habituels de la science économique sont incapables de représenter l’entreprise de façon satisfaisante, et donc de dire comment les entreprises naissent, grandissent, fonctionnent, régressent et meurent. Il faudrait un miracle logique pour qu’une science économique qui ignore tout ce qui constitue l’essence même du monde économique contemporain soit capable d’en rendre compte efficacement. S’il arrive que ses conclusions sont quelquefois correctes, comme le soutiennent les économistes attachés à la tradition, il faut considérer que c’est par accident. Loin d’être une insuffisance regrettable mais mineure, le divorce entre l’économie et l’entreprise est une tare majeure de la pensée économique, que de nombreux travaux récents ne sont pas parvenus à corriger. L’entreprise ne peut plus être le parent pauvre de la théorie, alors qu’elle est devenue l’acteur majeur de l’économie réelle, et les services ne peuvent pas être traités par des assimilations hasardeuses alors qu’ils représentent une part essentielle des échanges. Tant que la théorie économique ne sera pas assise sur un modèle de l’entreprise et des organisations qui en reflète les particularités et l’infinie diversité, elle restera intrinsèquement incapable de traiter correctement des questions où interviennent les organisations. Bref, il est légitime de tenter de combler ce hiatus en attaquant le problème à la racine, c’est à dire en introduisant de façon naturelle l’entreprise et les services au centre même de la réflexion économique. Mais il est devenu impossible d’intégrer correctement la réalité de l’entreprise dans l’économie dominante sans rejeter en bloc son paradigme scientiste, pour lui substituer un nouveau paradigme explicitement issu de l’étude des entreprises et de leurs interactions. C’est à cette tentative que la suite du présent ouvrage voudrait contribuer

16

Chapitre 2 – Modèles et réalité
Puisque le projet de ce livre concerne les fondements même de l’économie, il est important de bien le situer par rapport à la discipline économique telle qu’elle s’est constituée dans le passé, et telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui. Pour cela, il faut revenir sur l’objet et les méthodes de l’économie, pour mieux cerner ce que nous voulons enrichir, compléter ou remplacer, quitte à rappeler des notions familières à nombre d’économistes mais peut-être oubliées par certains ; quitte aussi à afficher une conception de l’économie en rupture avec celle de la majorité des économistes orthodoxes. Ce chapitre ne prétend aucunement être une discussion détaillée d'épistémologie économique, qui n’est pas l’objet de cet ouvrage. C’est une simple prise de position sur quelques questions fondamentales, aussi claire que possible mais pas nécessairement argumentée de façon exhaustive, qui me paraît nécessaire pour comprendre la suite.

Qu’est-ce que l’économie ?
Toutes les sciences cherchent à répondre à trois types de questions : « Que se passe-t-il … ? », « Pourquoi ? », et « Que faut-il faire pour… ? ». Chaque science particulière limite ces questions à certaines classes de phénomènes du monde réel qui constituent son objet, par exemple les particules élémentaires ou les grenouilles venimeuses d’Amazonie. Selon l’objet d’une science, les réponses aux trois types de questions ci-dessus peuvent être plus ou moins faciles à découvrir, à formuler et à vérifier, et les méthodes possibles pour y parvenir peuvent varier. La plus simple des trois questions est « Que se passe-t-il … ? ». On peut en général y répondre par la simple observation du monde réel, et éventuellement par l’expérimentation, c’est à dire l’observation d’un phénomène provoqué dans des conditions contrôlées. Si on est alors capable de décrire une chaîne d’événements qui conduit systématiquement d’un phénomène A à un phénomène B, on peut alors considérer que cette chaîne d’événements est une explication de B, qui répond à la question « Pourquoi B ? ». Plus généralement, les questions de type « Pourquoi ? » peuvent appeler deux types de réponses : scientifique si on se borne à retracer la chaîne d’événements qui conduit au phénomène qu’on veut expliquer, philosophique si on veut chercher des justifications ou des causes ultimes. La science doit se limiter à des réponses du premier type, et donc accepter que certains faits constituent pour elle des données dont elle renonce à rechercher les causes. Pour une science particulière, ces données ultimes peuvent relever d’une autre science qui les explique ; par exemple, la biologie trouve ses données ultimes dans la chimie, qui trouve ellemême ses données ultimes dans la physique des particules. Autrement dit, une chaîne causale qui fait découler un phénomène biologique d’un phénomène chimique est considérée dans le domaine de la biologie comme une explication satisfaisante de ce phénomène. Il en va de même dans le domaine de la chimie pour une chaîne causale qui fait découler un phénomène chimique d’un phénomène de physique des particules. Pour une science particulière, l’ensemble des faits amont qui sont admis comme vrais et peuvent servir d’explication est quelquefois appelé l’explanans, les faits aval qui doivent être expliqués forment l’explanandum. Le premier produit de l’activité scientifique est l’explication, définie comme un ensemble de relations causales qui relient entre eux des phénomènes de l’explanans à ceux de l’explanandum, sous la forme « tel phénomène, dans telles conditions, entraîne tel phénomène ».

17

Sous certaines conditions, une connaissance suffisante de ces relations causales permet de répondre à des questions du type « Que faut-il faire pour… ? ». On passe alors de la recherche fondamentale, par exemple la biologie, qui se limite à la recherche des causes, à la recherche appliquée, comme la médecine, qui vise à prescrire des actions. Mais insistons sur le fait que le but premier de la science est d’expliquer et non de prédire. Expliquer sans prédire peut être de la science – c’est ce que fait la biologie –, alors que prédire sans expliquer n’est que de la clairvoyance … ou de la voyance. Une science particulière se définit d’abord par la classe de phénomènes qu’elle se propose d’expliquer (son explanandum), et par les classes de phénomènes qu’elle considère comme relevant d’autres disciplines (son explanans). Elle se définit ensuite par les méthodes de travail que ses praticiens jugent appropriées à l’étude de cette classe particulière de phénomènes, et qui peuvent être différentes des méthodes appropriées par exemple à l’étude des insectes, des matériaux ou des astres lointains. Ces définitions de l’objet et des méthodes d’une science ne sont pas données a priori, et sont au contraire affaire de jugement et de choix plus ou moins consensuel. Il est donc normal que s’affrontent différentes positions épistémologiques et méthodologiques, qui caractérisent des écoles de pensée différentes et souvent en conflit. Il est impossible à un économiste d’éviter de prendre parti dans ces confrontations, bien que la plupart ne le fassent qu’implicitement en adoptant le plus souvent la tradition dans laquelle ils ont été instruits sans s’engager dans une critique explicite de ses fondements. Pour ma part, constatant que le hiatus entre l’économie et l’entreprise résulte d’une certaine conception de la discipline économique, j’ai dû forger ma propre conception, dont procède le présent ouvrage. Comme j’ai pu constater à ma grande surprise que bien des économistes ne la partagent pas, il me paraît utile de l’exposer dès le début. Nous verrons par la suite qu’elle se rattache non à la tradition dominante du « corpus central » néoclassique, mais à une tradition considérée comme marginale par une majorité d’économistes, la tradition « autrichienne » de Menger et Mises, elle-même héritière de la tradition des classiques français du dix-huitième siècle. L’objectif de la discipline qu’on appelle économie, comme celle de toutes les sciences sauf peut-être les mathématiques, est d’abord d’expliquer une certaine classe de phénomènes du monde qui nous entoure. En disant cela, nous postulons qu’il existe une réalité économique indépendante des observateurs, même si chaque observateur ne la perçoit que de façon partielle et déformée. Autrement dit, que la production, les échanges et la consommation fonctionneraient de la même façon s’il n’y avait pas d’économistes pour en parler, de la même façon que les hommes et les grenouilles seraient les mêmes sans les biologistes et les météorologistes. Ou encore qu’il existe par définition une différence irréductible entre le monde réel et les réflexions ou théories à son sujet. Il est regrettable que la langue française occulte cette différence en utilisant le même mot « économie » pour désigner certains phénomènes du monde réel et les théories qui les concernent, alors que la langue anglaise utilise « economy » pour la réalité et « economics » (que je traduirai quelquefois par « l’économique ») pour la théorie. Contrairement aux mathématiques, la science économique n’a pas toute liberté pour construire elle-même le monde qu’elle se propose d’étudier. Comme une science naturelle, elle doit en permanence vérifier que son discours est cohérent avec la réalité, qu’il s’agisse des faits qu’elle accepte comme vrais, des hypothèses qu’elle formule ou des conclusions qu’elle produit. Paradoxalement tous les économistes ne sont pas d’accord sur ces obligations pourtant évidentes, car à bien des égards l’économique n’est pas une science comme les

18

autres, au point que nombreux sont ceux qui mettent en doute le fait que ce soit tout simplement une science. Définir la classe des phénomènes économiques fait déjà problème, au point que certains économistes y ont renoncé pour définir l’économique à partir de ses méthodes plutôt que par son objet. Contentons-nous pour le moment de définitions vagues, par exemple « l’étude de l’utilisation de ressources limitées pour produire et distribuer des biens et des services destinés à la satisfaction des besoins des êtres humains ». Cette définition nous indique au moins que l’économique concerne certaines formes des relations entre les hommes en société, et est à ce titre une branche des sciences de l’homme.
9

Mais cette définition ne nous dit pas en quoi l’économie se distingue des autres sciences humaines, en particulier de la sociologie voire de la philosophie. Bon nombre des plus grands auteurs ne s’en sont pas d’ailleurs pas souciés, si bien que leur œuvre est au confluent de l’économie et d’autres disciplines : philosophie pour les pionniers de l’économie comme Aristote ou Saint Augustin, morale pour Adam Smith, sociologie pour Menger et Hayek. Ces distinctions n’ont d’ailleurs d’importance que pour les auteurs de manuels scolaires et les garde-frontières des départements universitaires. Il est plus utile de définir les disciplines par leurs centres d’intérêt respectifs que par les frontières de leurs domaines, de situer exactement le point de vue que de borner à priori la portée du regard. C’est justement aux frontières floues des disciplines que se trouvent les questions les plus profondes et les travaux les plus féconds. Les phénomènes que l’économie cherche à expliquer sont l’effet conjugué d’actions d’êtres humains, de phénomènes physiques, de phénomènes biologiques et de phénomènes psychologiques. Ces trois derniers ordres de phénomènes sont le sujet d’autres sciences et constituent pour la discipline économique un donné ultime (son explanans). L’objet propre de l’économique, ce qu’elle doit expliquer, c’est les conséquences de l’action humaine pour les autres hommes – la physique, la biologie et la psychologie étant ce qu’elles sont. En particulier, l’économique doit prendre les hommes tels qu’ils sont, ainsi que leurs actions et leurs constructions ; les jugements éthiques et les prescriptions morales ne sont pas de son domaine. Une action particulière d’un être humain particulier a des conséquences de différents ordres, dont l’explication ou la prédiction relèvent de différentes disciplines. Si je lance une pierre dans un étang, la physique me permet de dire où elle tombera, et quelles figures se formeront à la surface de l’eau. Si je fais cuire un poulet, la chimie me permet de dire quelles transformations subira sa chair, et la biologie quels effets aura sa consommation sur les convives. Parmi toutes les conséquences d’une action humaine, quelles sont celles dont s’occupe l’économie, et qui sont considérées comme des faits économiques ? Les notions centrales de l’économie sont celles de rareté et d’échange. Dans la société humaine, chaque individu exerce certaines tâches au profit d’autres individus, ce qui implique la dépendance mutuelle. Le tissu même de la société est la répartition des rôles et l’échange des services. L’économique traite des rapports que les hommes nouent entre eux à propos de la production, de l’échange et de la consommation de ce qu’ils désirent, et peut être définie comme l’étude des mécanismes par lesquels les hommes s’organisent et agissent pour se rendre mutuellement des services. Mais la plupart des ressources dont les hommes disposent pour satisfaire leurs désirs sont limitées, et toute ressource consacrée à un certain usage est ipso facto soustraite à ses

9

Lionel Robbins 19

autres usages possibles. Chaque être humain est donc amené à faire des choix, et chacun de ces choix entraîne des conséquences pour d’autres êtres humains. L’économique peut aussi être définie comme l’étude des effets systématiques des actions humaines sur les autres êtres humains, à travers leurs décisions relatives aux ressources limitées.

Les spécificités de l’économie
Dire que l’explanans de l’économie est l’action humaine, c’est dire que seules sont satisfaisantes les explications qui font remonter la chaîne causale, directement ou indirectement, aux actions d’êtres humains. C’est la définition même de l’individualisme méthodologique, qui n’est pas comme trop de gens le pensent une hypothèse selon laquelle les agents économiques seraient mus par des motifs strictement individuels et égoïstes, ni une négation de la réalité sociale, mais simplement, comme son nom l’indique, une règle de méthode qui oblige à faire remonter toutes les explications des phénomènes économiques à l’action humaine individuelle. L'essence de la discipline économique est d'expliquer des faits sociaux à partir des actions individuelles, les faits sociaux étant définis comme ceux qui sont perceptibles par d'autres acteurs que ceux qui les ont provoqués. Or les faits sociaux sont faits de la résultante d'une infinité d'actions individuelles, et les conséquences sociales des actions d'un acteur sont faites des actions individuelles de tous les autres acteurs, l'indifférence ou l’absence d’action devant être considérée comme une forme particulière d'action. L’individualisme méthodologique fait ainsi partie de la définition de l’économie en tant que discipline scientifique. Une théorie ne peut être considérée comme complète que si elle repose sur le comportement observable des acteurs individuels ; elle reste incomplète tant qu’elle repose sur des agrégats ou des comportements hypothétiques. Une théorie incomplète peut être l’œuvre d’une vie ou de toute une école, elle peut constituer un apport majeur à la pensée économique ; la communauté des économistes et le grand public doivent néanmoins la traiter comme provisoire tant que ses fondements n’ont pas été rattachés de façon satisfaisante au comportement réel des acteurs individuels. Cette règle de méthode est particulièrement impérative lorsqu’on s’intéresse à des grandeurs macroscopiques comme le taux d’inflation et le taux de chômage. Si l’économiste observe que quand l’une varie, l’autre varie d’une certaine façon qu’on peut représenter par une fonction mathématique (ce qu’on appelle une relation fonctionnelle), ce constat n’est que le tout début de la démarche scientifique, dont l’essentiel consiste à rechercher s’il existe des relations causales qui lient ces deux grandeurs entre elles, ces relations devant par définition remonter aux actions d’êtres humains individuels. Un phénomène collectif ne se manifeste pas autrement que par l’action d’individus et ne peut s’expliquer que par des actions d’individus. Autrement dit, on ne peut pas concevoir la macro-économie et la micro-économie comme deux disciplines séparées. Toute l’économique est justement dans le passage du micro au macro, des actions individuelles aux phénomènes sociaux. Les actions des hommes, qui sont à la source de tous les phénomènes économiques, comportent une forte part de libre arbitre et d’imprévisibilité. On se souvient de l’ouvrage historique du biologiste Jacques Monod où il développait la thèse que les créatures biologiques sont « le fruit du hasard et la nécessité ». Le monde physique inerte est soumis à la seule nécessité de lois naturelles totalement déterministes, même si le hasard s’y introduit par le biais du « chaos déterministe » et de la physique quantique. Dans le monde du vivant, le hasard provoque dans les organismes des mutations imprévisibles que les théories biologiques
10

10

Le hasard et la nécessité, Le Seuil (1970) 20

ne sauraient expliquer et encore moins prévoir, puis l’action implacable de lois déterministes règle les conséquences de ces mutations aléatoires et donc l’évolution du vivant. Le monde économique introduit une troisième dimension : celle des intentions des agents. Les hommes ont des objectifs et une représentation du monde qui leur permet d’entreprendre des actions qu’ils considèrent comme propres à réaliser leurs objectifs. Ces représentations, ces objectifs et ces jugements sont propres à chaque agent particulier, et donc essentiellement subjectifs. Certaines de ces actions mettent en œuvre des mécanismes préétablis qui se déroulent plus ou moins automatiquement après avoir été lancés, comme dans le monde physique. Leur lancement lui-même peut être automatique, par une sorte de réflexe, ou peut être le résultat d’une délibération plus ou moins extensive et plus ou moins consciente. Par son objet même, l’économique se sépare radicalement des sciences physiques et des sciences du vivant, où la volonté n’intervient pas. De plus, l’économique ne s’intéresse pas aux actions d’agents particuliers, mais aux interactions entre les agents. Dans le monde réel, un très grand nombre d’agents différents agissent simultanément et indépendamment. Leurs actions individuelles tantôt se contredisent, tantôt se renforcent mutuellement. De même que le battement de l’aile d’un papillon au Japon peur déclencher une tornade au Texas, un mouvement de main d’un trader à Tokyo peut déclencher des licenciements en Belgique. Ce parallèle avec les phénomènes météorologiques n’est pas fortuit. La complexité de l’objet étudié apparente la science économique à la météorologie. On y trouve la même combinatoire d’une infinité de causes indépendantes, le même souci de l’avenir et le même désir de le prévoir, et l’impossibilité de l’expérimentation contrôlée. Mais le monde de l’économique est encore plus complexe, moins déterministe et moins stable que celui de la météorologie, car les agents économiques y ont une volonté autonome et un libre arbitre. En cela, leur comportement est encore moins prévisible que celui des nuages, qui au moins ne peuvent pas se déplacer et se modifier sous l’action de leur propre volonté et selon leur propre intérêt, voire leurs caprices. Dans le monde de l’économie réelle, aucun acteur ne peut prévoir avec certitude toutes les conséquences de ses propres actions, car elles dépendent également des actions des autres acteurs. Pour la même raison, aucun observateur ne peut offrir de prévisions complètes et certaines. C’est pourquoi l’économique doit être une science modeste, d’autant plus qu’elle concerne par définition le bien-être des hommes et la réalisation de leurs désirs, et qu’elle est sollicitée en permanence, en particulier par les politiques, pour prédire l’avenir ou prescrire des comportements ou des formes d’organisation sociale. Or, à supposer même que l’économique atteigne son but premier, qui est de dire « telle action, dans telles circonstances, a telles conséquences », elle est impuissante à dire comment chacun des acteurs agira et comment les actions de tous les acteurs se composeront. Pour prédire ce qui va arriver, il faudrait d’une part connaître l’ensemble des conditions initiales, d’autre part admettre un déterminisme absolu qui exclut le libre arbitre de l’action humaine. Les économistes doivent clairement renoncer à prédire l’avenir. Il en va de même des questions morales du type « Qu’est ce qui est bon, qu’est-ce qui est mauvais ? ». La plupart des scientifiques posent en principe que la science ne peut pas répondre à des questions de ce type. Elle ne peut au mieux que dire, à partir de sa connaissance des liens de causalité entre les phénomènes, « telle action possible aura telles conséquences, et est donc plus ou moins cohérente avec tels objectifs », autrement dit « si vous visez tels objectifs, voici les actions qui vous en rapprochent et celles qui vous en

21

éloignent ». Encore serait-ce une erreur que de rechercher des conclusions normatives avant d’être sûr des faits positifs. De toute façon, l’économique ne peut en rien se prononcer sur le bien-fondé des objectifs. Comme les autres sciences, l’économique doit être a-morale au sens propre du terme, et admettre que distinguer le bien du mal relève de choix philosophiques sur lesquels la science doit rester muette.

Les méthodes de l’économie
La méthode reine des sciences physiques est la méthode « hypothético-déductive ». Elle consiste à imaginer des faits hypothétiques simples qui, s’ils étaient vrais, pourraient servir d’explication ultime à un grand nombre de faits observés, puis à déduire de ces hypothèses un certain nombre de conclusions non encore observées mais qui peuvent être soumises au verdict de l’expérience. Si ces nouvelles conclusions encore hypothétiques sont vérifiées par l’expérience, on considère les hypothèses d’origine comme vraies tant que de nouvelles expériences ne les invalident pas en prouvant que certaines nouvelles conclusions qu’on peut en tirer sont contraires aux faits observés. Cette méthode de travail ne convient pas à l’économie pour deux raisons. La première est que l’expérimentation y est à peu près impossible. Puisque la matière même de la discipline est l’interaction entre un très grand nombre d’êtres humains, on ne peut pas isoler une société expérimentale et y faire varier certains paramètres de façon contrôlée pour mesurer les conséquences. De plus, les actions dont on voudrait mesurer les conséquences mettraient en jeu la vie d’êtres humains de façon a priori imprévisible. On ne peut même pas, comme en biologie, expérimenter partiellement sur des animaux. Enfin, la même expérience, répétée de façon aussi identique que possible, donnerait vraisemblablement des résultats différents : ou bien elle porterait sur les mêmes individus, et leur comportement la deuxième fois serait différent de la première, ne serait-ce que parce qu’ils ont vécu cette première expérience et en tiendront compte consciemment ou inconsciemment ; ou bien elle porterait sur des individus différents, et il n’y a aucune raison pour que ceux du deuxième échantillon se comportent de la même façon que les premiers. Les seuls faits économiques observables sont des faits historiques résultant de la conjonction d’une infinité de circonstances particulières, qui ne sont pas toutes de nature économique, et qui ne sont ni contrôlables ni reproductibles. Seule l’observation est possible, et l’interprétation des observations fait nécessairement appel à une grande part de subjectivité. La seconde raison est que, en revanche, l’économie a un grand avantage sur les sciences physiques : dans les sciences de la nature, il existe des niveaux de réalité non observables ; on ne peut à leur sujet que faire des hypothèses, et considérer que ces hypothèses sont vraies si les conséquences qu’on en tire par des raisonnements logiques sont vérifiées dans la réalité observable. En économie, l’explanans est l’action humaine, dont chacun d’entre nous a une expérience directe. Nous tenons les deux bouts de la chaîne : les causes ultimes et les faits observables. Notre problème n’est pas de rechercher les causes ultimes des phénomènes, mais d’identifier dans un monde de relations infiniment complexe des ponts structurés et intelligibles entre des causes et des effets que nous connaissons tous deux sans comprendre leurs relations. « L’économiste part avec une connaissance des causes ultimes. Dès le début de son entreprise, il est déjà dans la position que le physicien n’atteint qu’après des décennies de recherche laborieuse » Il serait paradoxal de se priver de cet avantage, comme le font pourtant une majorité d’économistes.
11

« The economist starts with a knowledge of ultimate causes. He is already at the outset of his enterprise in the position which the physicist only obtains after ages of laborious research » (John Elliott Cairnes, Character and logical method of political economy, 1875) 22

11

La construction de la connaissance économique peut donc emprunter deux voies opposées mais complémentaires. Elle peut, comme les sciences physiques, remonter de l’aval, les phénomènes sociaux observables, vers l’amont, les actions des individus, dans une démarche analogue à la méthode hypothético-déductive. Mais elle peut aussi partir de notre connaissance directe de notre action pour en tirer des conclusions par des moyens purement logiques ; c’est la discipline que Ludwig von Mises a baptisée « praxéologie », qui était implicitement pratiquée par tous les économistes jusqu’à ce que cette attitude méthodologique soit supplantée à la fin du dix-huitième siècle par une volonté abusive d’étendre à l’économique les méthodes des sciences physiques, la tradition praxéologique n’étant plus alors perpétuée que par l’école autrichienne. Dans une entreprise cohérente de construction de la connaissance économique, les deux démarches, praxéologique et hypothético-déductive, doivent se rencontrer quelque part. Quand elle est utilisée, l’analyse hypothético-déductive doit le plus vite possible prendre comme hypothèses les conclusions de la praxéologie, et en tout cas confronter chacune de ses hypothèses aux enseignements de la praxéologie pour ne jamais faire d’hypothèses qui seraient incohérentes avec la réalité observable. S’il est possible d’admettre que la démarche hypothéco-déductive est celle qui convient à l’économique appliquée, qui part de phénomènes complexes pour en rechercher l’explication, la praxéologie est la seule démarche qui convienne à l’économique fondamentale, qui cherche à établir des lois générales communes à tous les phénomènes économiques. Les thèses présentées dans cet ouvrage ne forment pas une théorie au sens de la méthode hypothético-déductive. Elles reposent sur l’observation quotidienne de la vie des entreprises au cours d’une expérience professionnelle de plusieurs décennies, à des postes allant de la simple exécution à des postes de direction opérationnelle et jusqu’à la direction générale, en passant par des postes fonctionnels impliquant une réflexion sur les mécanismes de l’entreprise, son organisation et ses relations avec son environnement. Elles traduisent aussi les constats de nombreux autres observateurs, dont des chercheurs en gestion et des économistes. Il s’agit seulement de mettre ces résultats d’observation sous une forme qui leur permette de rendre les services qu’on attend d’une théorie, c’est à dire d’expliquer d’autres faits, en jouant pour l’entreprise un rôle analogue à celui que joue la psychologie pour expliquer les actions des êtres humains dans le raisonnement économique. C’est en quelque sorte une praxéologie de l’entreprise.

Les lois économiques
L’économique doit apporter des réponses à des questions concrètes, même si elles se limitent à la forme « Que se passe-t-il si… ? » et « Que faut-il faire pour… ? », c’est à dire à l’énoncé de relations causales liant entre eux des phénomènes du monde économique. Si la matière même de l’économie, l’action humaine, est par nature imprévisible, dans quelle mesure peut-on parler de lois économiques ? Il faut se garder de deux erreurs symétriques : l’une de croire que les phénomènes économiques sont totalement déterminés par des lois immuables et ne doivent rien au libre arbitre des acteurs, l’autre de croire que tout est possible et que les décisions des acteurs entraîneront toujours les conséquences qu’ils souhaitent, sans que leurs actes soit soumis à des lois nécessaires indépendantes de leur volonté. Puisque la substance des phénomènes économiques est l’action des êtres humains, les lois économiques, s’il en existe, doivent décrire les conséquences de l’action des êtres humains autres que leurs conséquences purement physiques. Partons d’une action particulière d’un acteur particulier. Il faut un certain temps pour qu’elle atteigne d’autres êtres humains, et
23

pour que ceux-ci réagissent ; dans cet intervalle, elle peut avoir des effets physiques, mais pas encore d’effets économiques. Dans un deuxième temps, cette action initiale commence à entraîner des réactions d’autres agents, d’abord isolées puis en nombre croissant. Chacune de ces réactions individuelles n’est pas prévisible de façon certaine et rigoureuse ; donc, tant que ces réactions sont en petit nombre, leur effet combiné ne l’est pas non plus. Pendant cette phase, il se produit des phénomènes de nature économique, mais qui restent contingents et non définis par des lois certaines. Le temps passant et les réactions se multipliant, on peut commencer à raisonner de façon statistique. L’économique est impuissante à prédire les réactions de tel ou tel autre acteur particulier, et par conséquent les interactions d’un petit nombre d’acteurs. En revanche, quand les acteurs concernés sont nombreux et semblables, et agissent de façon indépendante, le comportement global de l’ensemble qu’ils constituent peut être plus prévisible que leurs comportements individuels, de même qu’on peut prédire le comportement d’un gaz et non celui de chacune des molécules qui le constituent. Il est alors possible de représenter les effets de la cause initiale par des lois de nature probabiliste. Mais en même temps, d’autres actions entraînent d’autres réactions. Les effets de l’action originale sont affectés par les effets d’autres actions, entreprises par le même acteur ou par d’autres acteurs, si bien que les effets d’une action particulière sont rapidement submergés par les effets d’autres causes plus ou moins indépendantes. Il devient de plus en plus impossible de discerner ce qui, dans les phénomènes observés, est l’effet de la cause initiale ou l’effet d’autres causes indépendantes, et les lois économiques définies ci-dessus perdent leur validité. Ce n’est qu’en imaginant qu’aucun agent n’agit plus que pour réagir à la cause initiale qu’on peut analyser ses effets à long terme, mais cette hypothèse ne correspond évidemment à aucun état possible du monde réel. Au total, à une action d’un agent considérée comme cause initiale, on ne peut attacher des effets de façon raisonnablement certaine qu’entre le moment où les réactions des autres agents sont suffisamment nombreuses pour que leur combinaison puisse avoir une signification statistique et le moment où l'effet de cette cause initiale est dilué dans les effets d’autres actions. Cette période ne peut pas être définie avec exactitude, et même pendant cette période, la relation entre la cause et les effets ne peut être qu’approximative. Dans les raisonnements économiques courants, on peut en première approximation ignorer le délai initial qui sépare la cause du moment où apparaissent les effets statistiques. Chaque action a ainsi des effets immédiats et locaux prévisibles, mais qui le deviennent de moins en moins quand on s’éloigne du moment et du point de l’action initiale. Les lois les plus fondamentales de l’économie sont des lois locales de caractère différentiel, qui en termes mathématiques s’exprimeraient au mieux par des équations aux dérivées partielles . Elles ne sont valables qu’au voisinage de l’origine du phénomène considéré, dans un intervalle de temps petit, et toutes choses égales par ailleurs (ceteris paribus).
12

En se limitant toujours à un très petit intervalle de temps, on peut élargir cette notion de loi différentielle. Comparons en effet deux « états du monde » successifs. L’état du monde à un instant résulte des effets accumulés d’innombrables actes passés ; l’état du monde à l’instant suivant résulte des effets de ces mêmes actes, et des quelques actions entreprises dans l’intervalle. Or ces actions sont d’autant moins nombreuses, et leurs effets d’autant plus
plus exactement, pour les puristes, par des équations aux différences finies, car les grandeurs économiques ne sont pas considérées comme continues par les agents qui les manipulent. 24
12

faibles, que l’intervalle de temps est petit. Pour un petit intervalle, l’état du monde est donc à peu près prévisible à partir d’un état antérieur très proche et des seules actions intervenues dans l’intervalle ; mais il cessera vite de l’être quant l’intervalle de temps augmente. Le comportement d’une foule d’acteurs différents peut être correctement approché par celui d’une foule d’exemplaires d’un petit nombre d’acteurs « représentatifs » schématiques. Au besoin, on pourra imaginer plusieurs modèles d’acteurs représentatifs et raisonner sur une distribution probabiliste des acteurs réels entre ces modèles différents. A ce stade, la fiction de l’homo economicus ou de la firme représentative (qu’on pourrait appeler par analogie « firma economica ») peuvent être utiles. Mais ce n’est que si les acteurs sont très nombreux et semblables, et à condition que les conditions ne changent pas trop dans le temps où les forces agissent, qu’on peut parler d’équilibre ou de moyennes et formaliser les phénomènes par des modèles mathématiques. Dans tous les autres cas, c’est à dire dans la réalité, il faut accepter que le raisonnement économique ne soit pas déterministe, et seulement qualitatif. C’est fondamentalement cette hypothèse, que le monde économique est formé d’une infinité d’acteurs formant une population homogène, qui donne sa validité au modèle standard et en fixe en même temps les limites. Quand un économiste dit : « le monde est fait d’une infinité d’agents ponctuels », il dit en réalité : « je ne sais raisonner que sur un monde fait d’une infinité d’agents ponctuels », et il faut aussi malheureusement souvent entendre : « …et j’essaie de faire croire que le monde est vraiment fait, ou devrait être fait, d’une infinité d’agents ponctuels pour justifier la discipline que je pratique ». Lorsque l’économiste utilise ce modèle pour étudier une partie du monde réel où l’hypothèse du grand nombre est acceptable, ses conclusions peuvent être pertinentes. Par contre, la très grande majorité des problèmes réels du monde industriel fait intervenir des acteurs en nombre fini et souvent petit, souvent complexes et significativement différents les uns des autres. C’est l’objet du présent ouvrage de forger les outils conceptuels qui permettront de traiter de tels cas. Bien sûr, si ces outils sont capables de traiter un nombre quelconque d’agents de complexité quelconque, ils devront conserver leur validité quand le nombre des agents tend vers l’infini et que leur complexité se réduit jusqu’à ce qu’ils deviennent ponctuels, c’est à dire dans le cas particulier, « dégénéré » diraient les mathématiciens, où le modèle standard est valide. En ce qui concerne les entreprises, il n’est pas besoin, pour étudier les conséquences de leurs actions, de faire des hypothèses sur les motivations de ces actions, ni de se limiter aux actions considérées comme « rationnelles ». Mais le paradigme utilisé et la nature de la réponse seront différents selon qu’on peut considérer que le milieu pertinent est formé d’un grand nombre d’acteurs (cas du marché ou de la concurrence atomique) ou d’un petit nombre (cas de l’oligopole ou de l’oligopsone). Je développerai ces notions dans le chapitre 11 « Processus de production et structures sectorielles ».

Les modèles économiques
Pour comprendre les effets économiques de l’action humaine sur le monde réel, la théorie économique est obligée de raisonner sur des images simplifiées du monde, qu’on appelle des modèles. Mais il importe de ne voir dans ces modèles que ce qu’ils sont : des outils de raisonnement plus ou moins efficaces à l’intérieur d’un domaine particulier d’analyse de la réalité économique. Ce ne sont pas des constructions a priori dont l’étude serait par définition l’objet de la science économique, comme sont tentés de penser certains tenants de l’économie mathématique. Ce ne sont pas non plus des modèles au sens où il serait souhaitable que la réalité s’y conformât, comme on le pense trop souvent de la « concurrence pure et parfaite ». Ce sont des constructions artificielles qui ne doivent servir que pour

25

répondre à des questions du type « que se passe-t-il si… », et non pour restreindre la classe des actions dont on recherche les conséquences, ni pour prescrire ce que devrait être le monde. Comment construit-on un modèle économique ? Walliser distingue six phases :
13

1. la modélisation conceptuelle, qui consiste à inventorier et à caractériser les entités réelles qui doivent être représentées dans le modèle, et les relations entre ces entités ; 2. la modélisation formelle, qui consiste à exprimer le modèle conceptuel dans un langage formalisé qui se prête à un traitement rigoureux ; 3. la modélisation opérationnelle, qui précise les conditions dans lesquelles ce traitement rigoureux est possible ; 4. la résolution du modèle, où la représentation formelle est manipulée de façon à faire apparaître des relations entre des hypothèses et des conclusions ; 5. la validation du modèle, où le modèle est appliqué à des cas où les hypothèses et les conclusions sont connues, afin de vérifier que les conclusions tirées du modèle sont conformes à la réalité observée ; 6. l’utilisation du modèle, c’est à dire son application à des cas où les conclusions ne sont pas connues par ailleurs. Les trois premières étapes ont pour but la quatrième ; la cinquième a pour but de vérifier que le résultat des quatre premières est assez voisin de la réalité observée pour que la sixième étape, l’utilisation du modèle, ait un sens. Les choix amont, ceux des trois premières étapes, sont donc conditionnés par le souci que le modèle formel qui en résulte puisse être « résolu « dans la quatrième étape à l’aide des techniques de manipulation formelle disponibles pour le langage de représentation choisi. A chacune de ces étapes, l’économiste doit introduire de nouvelles hypothèses : d’abord celles qui sont constitutives du modèle conceptuel, puis celles qui permettent d’écrire le modèle formel dans le langage choisi, puis celles qui permettent d’appliquer les outils disponibles à la résolution du modèle formel. Chaque étape introduit des restrictions progressives par rapport aux étapes précédentes, qui sont nécessaires pour passer à l’étape suivante. Il en résulte que les conclusions tirées de la résolution du modèle, si elles sont valides pour le modèle lui-même, ne le sont pas forcément pour la réalité que le modèle est censé représenter. Tout modèle est un compromis entre un souci de réalisme et un objectif de commodité de raisonnement et de manipulation. Un modèle rigoureux et relativement simple se prêtera bien à l’analyse, au raisonnement voire à la prédiction ; mais s’il a fallu par trop le simplifier pour lui conférer cette rigueur formelle, les conclusions qu’on peut tirer de son étude ne s’appliqueront qu’imparfaitement à la réalité qu’il est censé représenter. A l’inverse, un modèle très fidèle à la réalité, donc nécessairement complexe et imprécis, ne pourra pas servir de support à un raisonnement rigoureux, ni à des prédictions utiles. Citons encore Marshall : « Si nous incluons dans notre représentation toutes les conditions de la vie réelle, le problème est trop lourd pour être traité ; si nous en sélectionnons quelques-unes, alors les longs raisonnements subtils à leur propos deviennent des jeux scientifiques plutôt que des outils de travail pratique ». La distance entre le modèle et le monde réel est toujours non nulle, et il
14

13

Walliser, B. — La science économique, Seuil, 1988 ou L’intelligence de l’économie, Odile Jacob

(1994) 26

importe de la connaître assez exactement pour savoir dans quelle mesure les conclusions tirées de l’étude du modèle peuvent s’appliquer au monde réel. Un modèle destiné à l’étude d’un problème particulier contient à la fois des hypothèses spécifiques à ce problème et des hypothèses générales extraites d’une théorie économique. En construisant un modèle particulier, les économistes s’attachent à expliciter et à justifier les hypothèses spécifiques qu’ils introduisent. En revanche, ils admettent sans discussion, souvent sans même en être pleinement conscients, les hypothèses générales de la théorie à laquelle ils adhèrent. C’est ainsi que les hypothèses explicites d’un modèle particulier peuvent être en contradiction avec les hypothèses implicites du modèle général sur lequel il repose, comme par exemple quand des propriétés de l’équilibre général, qui supposent une infinité d’agents infiniment petits, sont appliquées à l’étude des structures industrielles, qui sont formées d’un petit nombre d’agents complexes. Plus généralement, tout modèle quel qu’il soit doit obligatoirement être cohérent avec le cadre théorique fourni par le raisonnement praxéologique. En ce sens, les lois de la praxéologie constituent le modèle le plus général, le modèle ultime auquel tous les modèles particuliers doivent se rattacher. Ces lois trouvent leur expression la plus aboutie dans le magnum opus de Mises : « L’action humaine ».

Modèles et langages
L’économiste dispose traditionnellement de deux langages pour exprimer ses modèles : la prose courante et le langage mathématique. Chacun présente des avantages et des inconvénients qui les opposent l’un à l’autre. Le langage usuel permet d’exprimer n’importe quel modèle, quelle que soit sa complexité ; en revanche, il manque de rigueur et ne se prête pas à un traitement formel. Le langage mathématique se caractérise par une expression rigoureuse et la possibilité de traitement formel, mais au prix d’hypothèses simplificatrices drastiques qui éloignent les modèles mathématiques de la réalité économique. Quelles que soient la rigueur et la certitude formelle des conclusions obtenues par le raisonnement mathématique, elles risquent de ne pas s’appliquer au monde réel à cause de la distance que les hypothèses nécessaires au traitement mathématique introduisent entre la réalité et le modèle. Là où l’utilisation du langage courant risque de se traduire par un verbiage approximatif sans intérêt, le langage mathématique risque de conduire à des spéculations sans fondement concret et sans pertinence. Le choix d’un langage de modélisation est donc déterminant pour la définition même du modèle. L’histoire récente de la pensée économique, et la diversité des écoles qui caractérise l’économique contemporaine, peuvent largement se lire selon cette grille d’analyse. Depuis les origines jusqu’au milieu du dix-neuvième siècle, l’économie classique s’est contentée de modèles « verbaux », qui s’expriment par des phrases du langage courant. On peut leur appliquer des raisonnements logiques eux-mêmes exprimés sous forme « littéraire », et ils peuvent servir de base à des « expériences de pensée ». Mais cette forme d’expression et de raisonnement ne donne pas de garantie de rigueur, et offre peu de moyens de s’assurer de cette rigueur. En revanche, l’utilisation du langage courant laisse toute liberté dans la construction des modèles. A la suite de la révolution marginaliste des années 1870, la plupart des économistes du vingtième siècle ont privilégié la rigueur formelle. L’expression des modèles en langage

« If we include in our account all the conditions of real life, the problem is too heavy to be handled; if we select a few, then long drawn-out and subtle reasonings with regard to them become scientific toys rather than engines for practical work.» (Principles of Economics) 27

14

mathématique établit des standards de rigueur et apporte des moyens puissants et fiables de raisonnement formel et de calcul, donc de prédiction. En revanche, le contenu des modèles doit se limiter à ce qui est représentable sous forme mathématique et manipulable par les opérations mathématiques connues. La rigueur et la puissance prédictive peuvent être illusoires s’il a fallu pour les atteindre se contenter d’un modèle par trop éloigné de la réalité. C’est pourquoi, à côté des différentes tendances de l’économie mathématique, dominante depuis le début du siècle, il subsiste des écoles plus réalistes, et donc plus ou moins réservées quant à l’emploi des mathématiques, et attachées à une formulation « littéraire » moins restrictive. L’outil détermine largement le paradigme, et la discipline économique se trouve ainsi écartelée entre deux tendances contradictoires. En particulier, comme nous l’avons vu au chapitre précédent, le choix de l’outil mathématique rend pratiquement impossible de parler de l’entreprise de façon pertinente au sein des modèles que l’outil permet de construire. Existe-t-il une voie moyenne ? Peut-on trouver un autre outil qui permette de décrire l’entreprise et son comportement de façon plus réaliste tout en conservant des possibilités d’expression formelle, de raisonnement rigoureux et de calcul systématique ? Dans un chapitre ultérieur (chapitre 4), je proposerai de trouver un tel outil dans l’informatique et précisément dans la programmation. Le langage utilisé en informatique peut décrire une gamme infinie de comportements et leurs variations les plus subtiles. Mais les textes écrits dans ce langage doivent respecter des règles syntaxiques et sémantiques rigoureuses pour que les programmes puissent être exécutés par un ordinateur et fournir les résultats attendus. D’une part la rigueur de ces règles oblige à se poser des questions précises quand on utilise ce type de langage comme mode d’expression ; d’autre part l’exécution du modèle par une machine peut servir de validation aux textes écrits dans le langage, et constitue aussi un dispositif expérimental capable de simuler le fonctionnement des modèles. Cette idée avait été exprimée et illustrée dès 1963 dans l’ouvrage de Cyert et March « A Behavioral Theory of the Firm ». Mais les outils informatiques disponibles à l’époque étaient trop rudimentaires pour que cette voie puisse séduire un grand nombre d’économistes, et le caractère hermétique des exemples présentés, dû en grande partie à un mauvais choix de langage, a certainement beaucoup fait pour détourner de cette voie. Nous verrons dans le chapitre 4 que les progrès accomplis en informatique, en particulier le développement de la « programmation objet », peuvent donner une nouvelle actualité à cette approche de la modélisation économique. En tout état de cause, et quel que soit le langage utilisé, il restera toujours impossible d’exprimer complètement la complexité du monde réel. Toute description ne peut être qu’une représentation partielle et simplifiée de la réalité. Les concepts utilisés dans de telles descriptions ne sont que des outils, les mots d’un langage dont le pouvoir expressif est toujours limité. Les modèles construits avec ces concepts sont plus ou moins proches de la réalité, mais ne la décrivent jamais totalement ni exactement. Tout au plus peut-on rejeter ceux qui, malgré leur pouvoir de séduction formelle ou plutôt à cause de ce pouvoir, sont tellement éloignés de la réalité qu’on ne peut tirer de leur étude aucune conclusion applicable au monde réel.

Résumé
L’objectif de cet ouvrage est de proposer un modèle conceptuel général qui puisse représenter la complexité du monde économique réel et servir d’outil de raisonnement à son propos.

28

Ma démarche partira de l’observation des entreprises pour aller vers un nouveau modèle conceptuel fondamental de l’économique, qui englobe et généralise le paradigme traditionnel. Je tenterai de reconstruire les concepts à partir des faits observables dans le monde contemporain, précisément dans l’entreprise et le monde industriel, au lieu de tenter de forcer les faits à se plier à un outillage conceptuel devenu insuffisant. Cette démarche est en quelque sorte l’application aux entreprises de la démarche praxéologique présentée plus haut. La majorité des économistes contemporains, qui ont déjà adopté la méthode hypothético-déductive bien qu’ils aient l’expérience directe de l’action individuelle, n’ont pas l’expérience équivalente de l’entreprise. Même s’ils avaient des doutes quant à leur méthode appliquée à l’action individuelle, ils sont convaincus que la méthode hypothético-déductive est la seule qui convient à l’étude de l’entreprise, qui est pour eux un mystère. L’homme d’entreprise a évidemment une vision différente, pour autant qu’il ait pris la peine de conceptualiser les données de son expérience pour en abstraire les catégories essentielles de l’action de l’entreprise. A ce niveau de généralité, il ne s’agit pas d’une nouvelle « théorie de la firme », ni a fortiori d’une théorie économique générale. En particulier, je ne proposerai pas un ensemble d’assertions obtenues par un raisonnement logique à partir d’hypothèses posées a priori, et attendant une confirmation « expérimentale » par confrontation avec le réel, ce qu’on appelle généralement une théorie. Notre modèle doit simplement être conçu comme un langage et un outil pour représenter et analyser la réalité économique, non comme pouvant se substituer à cette réalité en tant que champ d’activité de l’économiste. En ce sens, il s’agit d’une certaine forme de recherche fondamentale, et non de recherche appliquée visant à résoudre des questions concrètes posées a priori. Je proposerai également un langage permettant d’exprimer ce modèle dans un formalisme permettant le raisonnement et la construction de modèles particuliers.

29

Chapitre 3 – Ebauche d’un nouveau modèle
Agents et biens dans le modèle standard
Presque toute l’économie, non seulement le modèle néo-classique standard et tous les travaux qui cherchent à le compléter et à l’améliorer tout en en conservant les fondements, mais aussi une bonne partie des travaux dits « hétérodoxes », repose sur une représentation de la réalité économique à partir de deux types d’entités élémentaires, les agents et les biens. L’activité économique y est résumée par deux types d’opérations : les échanges de biens entre agents et la transformation par certains agents (les producteurs) de certains biens (les facteurs de production) en d’autres biens (les produits). Le plus souvent, les concepts d’agent et de bien sont à leur tour représentés par des modèles qui se prêtent à un traitement formel, donc permettent l’explication et la prédiction voire le calcul, et ne se résument pas à un simple constat descriptif. A l’origine, le concept d’agent représentait de façon schématique les êtres humains dans leur seule activité d’échange ou de production. Le modèle de l’agent dans le modèle standard est donc dérivé des caractéristiques des individus humains. Les biens ont une existence indépendante de celle des agents. Ils représentent par définition ce que les agents, c’est à dire les êtres humains, peuvent s’approprier, échanger et produire. A chaque instant, chaque bien appartient à un agent, qui peut soit l’échanger contre un autre bien avec un autre agent, soit l’utiliser pour produire un autre bien qui reste sa propriété et qu’il pourra ensuite échanger. Chaque bien est parfaitement défini et différent de tous les autres, et chaque agent est indépendant de tous les autres. La nomenclature des biens, et les caractéristiques de chacun d’entre eux, sont données a priori. Il en va de même pour les agents : le modèle suppose l’existence d’une population d’agents et d’une liste de biens qui constituent des données pour l’analyse économique, et dont l’évolution éventuelle relève de facteurs extérieurs au modèle économique. La situation instantanée de chaque agent se résume à la possession d’un panier de biens. Chaque agent est capable d’attacher un niveau de satisfaction à chaque panier de biens possible, et d’établir un ordre sur ces niveaux. Un agent consommateur procédera à des échanges avec d’autres agents dans la mesure où il tire du nouveau panier ainsi constitué une satisfaction supérieure à celle de l’ancien. Certains agents appelés producteurs sont aussi capables de transformer des biens en d’autres biens selon certaines lois reliant les quantités des biens produits et les quantités des biens consommés. Ils procèderont à cette transformation de façon à maximiser le supplément de satisfaction qu’ils tirent (directement ou après échange) du panier résultant par rapport au panier d’origine. Si ce modèle représente de façon assez satisfaisante un monde pré-industriel formé de producteurs et de consommateurs individuels, paysans ou artisans, il se heurte à des difficultés lorsqu’il s’agit de représenter des organisations comme l’entreprise. Une organisation complexe peut-elle être assimilée à un agent unique ou bien doit-elle être intégralement décrite par des échanges entre les individus qui la composent ? Si on admet la première approche, il faut aussi admettre que le comportement de l’entreprise est assimilable à celui d’un individu ; si on admet la deuxième, il faut aussi admettre que les relations entre les individus dans l’entreprise sont assimilables à des échanges de biens dans le modèle standard.
30

Il est bien évident que ces deux propositions ne sont soutenables ni l’une ni l’autre, et conduisent l’une et l’autre à des modèles très éloignés de la réalité. Le modèle standard nous force à choisir un seul point d’application, l’individu ou l’entreprise, pour le modèle de l’agent qu’il propose. Dans un cas comme dans l’autre, le résultat est d’éliminer la complexité et la diversité essentielles des entreprises. En tout état de cause, le modèle de comportement de l’entreprise que constitue la fonction de production est beaucoup trop simpliste, en particulier parce qu’il évacue l’intentionnalité, le temps et l’incertitude, et réduit l’entreprise à un automate. De plus, puisque ce modèle part d’une population d’acteurs et d’une nomenclature des biens définies de façon exogène, il a les plus grandes difficultés pour traiter le progrès technologique, qui se traduit précisément par une évolution de cette nomenclature et de cette population sous l’effet de phénomènes économiques. Dans le monde moderne, les biens ne sont pas donnés a priori, mais inventés en permanence par les producteurs afin d’assurer leur survie, qui elle-même dépend de leur performance économique. Enfin, la définition des biens dans le modèle standard soulève de graves difficultés pour traiter des services, qui tiennent une place majeure dans le monde contemporain. D’une façon générale, les services n’ont pas une existence indépendante de celle des acteurs et ne sont pas susceptibles d’appropriation. Pourtant, ils ont une valeur et sont objets d’échange. Comme pour appliquer à l’entreprise le modèle de l’agent, il existe deux façons de rendre compatibles le concept classique de bien et l’existence des services. La première est de considérer que ces derniers n’ont pas de valeur réelle, et de les éliminer ainsi du champ de l’économique. C’est ce qu’ont fait en particulier certains classiques et leurs successeurs les marxistes. L’autre voie est de traiter les services comme des biens, ce qui soulève un grand nombre de difficultés théoriques et pratiques.
15

Mais, en même temps que ces insuffisances, le modèle standard possède des vertus qui lui ont permis de résister aux critiques, et de conserver sa suprématie et son caractère de référence malgré toutes les variantes et les complexifications qui en ont été proposées pour approcher la réalité de plus près. Sa force vient de sa simplicité foncière, en particulier du petit nombre des concepts fondamentaux qu’il utilise. Tout en construisant une représentation de la réalité économique où l’entreprise trouve enfin sa vraie place, je chercherai à conserver autant que possible la même simplicité et la même économie de moyens qui font la force du modèle standard. Pour cela, je continuerai à m’appuyer sur un faible nombre de concepts, aussi généraux que possible. J’essaierai aussi de conserver à ce modèle son pouvoir explicatif et prédictif, voire à renforcer ce pouvoir en rapprochant le modèle de la réalité.

L’entreprise, un agent économique complexe
Une entreprise peut être définie comme « un système humain durable organisé pour la production », c’est à dire un arrangement durable de facteurs de production afin de produire efficacement ce qu’un homme seul ou une équipe éphémère ou moins structurée ne pourraient pas produire (ou moins efficacement). Notons dès à présent que la production d’une entreprise, qui dans la théorie standard est formée exclusivement d’objets matériels, peut ici comprendre des biens immatériels ou simplement des activités qui intéressent d’autres agents (des « services »). Je préciserai cette idée au chapitre 7.

15

En gros les classiques anglais (Smith, Malthus, Ricardo), contre les classiques français (Say, Bastiat). 31

Au niveau micro-économique, le rôle de l’entreprise dans l’économie est homologue à celui des individus : produire, échanger et consommer des biens. Ces activités sont effectuées par l’entreprise entière en tant que telle. En l’absence de l’entreprise, les individus qui la composent ne produiraient, n’échangeraient et ne consommeraient pas, que ce soit isolément ou à travers de simples relations de marché, ce que l’entreprise produit, échange et consomme. Il en résulte que l’entreprise doit trouver sa place dans le modèle en tant qu’acteur élémentaire de plein droit, distinct des individus qui la composent, au même titre que les individus ou les ménages de la théorie classique. Il existe néanmoins une différence fondamentale : l’objectif ultime des individus est d’obtenir des satisfactions personnelles, qui peuvent d’ailleurs être de natures très variées. Pour cela, ils sont principalement consommateurs de biens, et produire n’est pour eux qu’un moyen d’obtenir les moyens de consommer. C’est le contraire pour l’entreprise : sa raison d’être est de produire, elle ne consomme que ce qui lui est nécessaire pour son activité de production. L’existence, les motivations et toutes les caractéristiques de l’individu sont des données de fait externes à l’économique ; l’existence, les motivations et toutes les caractéristiques de l’entreprise ne sont justifiées que par son rôle de production et par son utilité pour le reste de la société. L’individu est un être biologique et psychologique ; l’entreprise est un être économique. Il en résulte que l’économiste doit regarder l’entreprise avec d’autres yeux qu’il regarde l’être humain individuel. L’étude de ce qui se passe à l’intérieur de l’agent individu est hors du champ de l’économique ; l’économiste doit se reposer pour cela sur la biologie et la psychologie. Au contraire, l’étude de ce qui se passe à l’intérieur de l’agent entreprise est au moins en partie dans le champ de l’économique ; à travers la concurrence, les mécanismes économiques contribuent fortement à sélectionner les structures et les comportements des entreprises. Les entreprises sont des systèmes humains complexes et dotés d’une structure interne. De la même façon que les entreprises ne sont pas assimilables à des ensembles d’individus liés uniquement par des relations de marché, elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des individus représentables par le même modèle que l’être humain isolé. Elles sont régies par des mécanismes de décision complexes. Les points de décision y sont multiples et pas nécessairement cohérents. Les conflits entre individus y sont traités par d’autres mécanismes que ceux du marché. Le comportement d’une entreprise, et les objectifs qu’elle vise, sont la résultante de confrontations internes médiatisées par son organisation et son système de gestion. Loin de se résumer à la maximisation du profit, les motivations y sont complexes et changeantes. L’individu est à l’entreprise ce que le neurone est au cerveau : on ne peut ni assimiler le cerveau à un seul neurone, ni considérer les neurones comme des organismes totalement indépendants. De plus, les entreprises sont extrêmement diverses. La taille et l’organisation interne de tous les êtres humains, et même leur psychologie et leurs activités, sont assez voisines pour que les économistes, pour les besoins de leur discipline, les représentent par un modèle unique simple, où seuls certains paramètres peuvent varier d’un individu à un autre. Au contraire, les différences de taille, d’organisation et d’activité entre les entreprises sont trop importantes et trop significatives pour être ignorées, même dans les théories les plus élémentaires. Même à taille et activité comparables, les entreprises sont assez « épaisses » pour que des différences internes aient une influence déterminante sur leur comportement économique. Ce n’est pas beaucoup exagérer de dire que chaque entreprise est différente de toutes les autres. L’existence de différences profondes entre entreprises est un fait trivial, mais ignoré par les courants dominants de l’économie et du management. Ces différences ne sont pas

32

arbitraires, mais peuvent être rattachées à la nature des activités de l’entreprise, deux paramètres parmi les plus importants étant l’échelle de production et les cycles de fonctionnement. Ces différences sont en partie le résultat de processus de nature économique. De même que le comportement de chaque entreprise en tant qu’agent économique est régi par ses caractéristiques internes, de même ces caractéristiques évoluent sous l’effet des phénomènes économiques auxquels participe l’entreprise et auxquels elle est soumise. Dans ces conditions, s’évertuer à vouloir faire entrer l’entreprise dans le moule de l’homo economicus, lui-même abstraction contestable de l’être humain, procède d’une pétition de principe et non d’une attitude proprement scientifique. Il faut renoncer à voir le monde comme une population relativement homogène d’agents économiques ponctuels dont le comportement peut être décrit par une fonction mathématique simple, et où les différences entre individus ne se traduisent que par des valeurs différentes des paramètres de cette fonction. Nous devons introduire de nouveaux types d’agents, dotés de comportements divers et souvent complexes, dont le comportement externe ne peut pas être dissocié de leur structure interne, et dont la structure et le comportement peuvent eux-mêmes varier. Notre méthode de description de l’entreprise devra être suffisamment riche pour rendre compte de ces différences. Elle devra être capable de représenter aussi bien la multinationale géante que le paysan ou l’artisan de la théorie classique. L’entreprise individuelle est un cas très particulier qui seul est peut-être réductible à l’entreprise-point de la théorie classique. Ma démarche renverse en quelque sorte celle de la méthodologie usuelle : je partirai de l’observation de l’entreprise réelle pour modéliser l’agent économique le plus général, dont l’individu sera un cas particulier.

Un nouveau modèle d’agent
Comme nous venons de le voir, notre modèle de l’agent économique doit pouvoir représenter aussi bien l’entreprise dans sa globalité que les individus qui la composent. Or l’entreprise réelle est formée d’une hiérarchie d’unités emboîtées, dont chacune pourrait être, et est quelquefois, une entreprise indépendante, et dont les plus petites sont les individus. Notre modèle de l’agent économique doit donc convenir à toutes les unités quel que soit leur niveau d’emboîtement, jusqu’au niveau élémentaire de l’individu. Il doit pouvoir représenter aussi bien des agrégats d’agents que des agents élémentaires, et pour cela permettre de représenter explicitement les relations entre agents de niveaux différents. Dans ce modèle général, l’entreprise est une organisation d’agents qui a elle-même les attributs d’un agent. Plus généralement, un agent doit pouvoir être représenté comme un ensemble d’agents de niveau inférieur, mais justiciables du même modèle général. Cette approche n’est pas si nouvelle qu’il peut y paraître. Les économistes parlent souvent d’agents qui sont en fait des agrégats : un secteur d’activité est un agrégat d’entreprises, une nation est un agrégat d’individus, d’entreprises et d’institutions, une classe sociale est un agrégat d’individus. Mais ces définitions de l’agent sont en général propres à un niveau de théorie particulier : schématiquement, les agents sont supposés être des individus en micro-économie et de grands agrégats, d’ailleurs pas assez bien définis, en macro-économie. Rares sont les théories où le concept d’agent est utilisé simultanément, et de façon rigoureuse, à plusieurs niveaux. De ce fait, les économistes s’interrogent rarement sur cette opération d’agrégation en elle-même : à quelles conditions et suivant quelles règles un ensemble d’agents peut-il être considéré comme formant un agent de niveau supérieur, conforme luimême au modèle général de l’agent ? Comment peut-on déduire les propriétés de l’agent agrégé des propriétés des agents individuels qui le composent ? Inversement, si on sait dire quelque chose d’un agent composite, que peut-on en déduire concernant les agents qui le composent ?
33

De même, dans toute la littérature économique, la notion de bien peut désigner des biens élémentaires comme un modèle particulier de voiture d’un constructeur donné, ou des biens agrégés comme l’automobile en général. La macro-économie va même souvent jusqu’à représenter l’ensemble des biens par un tout petit nombre de catégories générales, à la limite par le capital et le travail, en faisant abstraction de l’infinie variété des biens qui constituent le « capital » et des activités individuelles qui constituent le « travail ». De même que nous voulons préciser les règles d’agrégation des agents en agents composites, de même nous verrons dans le chapitre 5 comment préciser les règles d’agrégation des biens en biens composites, et ce à plusieurs niveaux si nécessaire. Notre généralisation du modèle de l’agent consistera donc d’une part à transformer le concept en un concept générique applicable à des entités de niveaux différents et éventuellement emboîtés, d’autre part à établir des règles rigoureuses de passage d’un niveau à un autre. On saura ainsi décrire un agent complexe tel que l’entreprise à partir d’agents plus simples, et plus généralement faire apparaître plusieurs niveaux d’agents de façon coordonnée dans un même modèle théorique. Par extension, l’introduction formalisée dans le modèle des relations entre agents permettra de représenter différents types de relations et donc différents types d’agrégats. On peut présenter cette même idée d’une autre façon. Toutes les théories conçoivent l'univers économique comme formé d’agents liés par des relations, et cherchent à relier certains attributs de cet univers aux attributs des agents et de leurs interrelations. Autrement dit, l’univers de l’économie comporte deux niveaux : celui des agents élémentaires, qui est le lieu privilégié de la microéconomie, et le niveau collectif qui est le lieu de la macroéconomie. La présente proposition consiste à introduire des niveaux d’agrégation intermédiaires pour décrire des institutions ou des organisations intermédiaires, telles que l’entreprise ou ses parties constitutives, un secteur de production, un segment de marché, etc… Les relations entre agents pourront alors concerner des agents de même niveau comme en microéconomie, ou des relations entre un agent et l’agent de niveau supérieur qui le contient, voire des agents séparés de niveaux différents. L’univers économique devient ainsi une hiérarchie d’agents emboîtés, et le passage du niveau micro-économique au niveau macro-économique peut se faire de façon continue.

Activités et processus
Pouvoir représenter la structure interne des entreprises ne suffit pas pour rendre compte de leur extrême variété. La diversité des entreprises porte aussi sur leurs activités, telles qu’elles apparaissent en particulier dans leur « objet social » qui fait partie de leur définition juridique. Activité et structure sont deux dimensions indépendantes : deux entreprises ayant la même activité peuvent avoir des structures différentes et vice versa. La question des relations entre activité et structure est une question importante que nous aborderons dans la suite. Cette notion d’activité est toujours plus ou moins présente dans tous les raisonnements économiques, mais sans y recevoir de statut formel. Elle est représentée dans le modèle standard par la fonction de production, qui définit le ou les biens produits par l’entreprise, le ou les biens consommés par l’entreprise pour cette production, et la relation entre les quantités de biens produits et les quantités de biens consommés. Nous avons vu que cette représentation, si elle a l’avantage d’assimiler l’entreprise à un individu doté d’une fonction de satisfaction et de permettre l’usage de l’outil mathématique, est beaucoup trop simpliste pour être réaliste, ne serait ce que parce qu’elle élimine le temps. Je propose donc de faire du concept de processus un concept fondamental du modèle général du monde économique, à côté des concepts d’agent et de bien. Un processus est défini

34

comme une opération ou un ensemble d’opérations qui modifie l’« état du monde » représenté par les agents et les biens. C’est l’analogue d’une « routine » au sens où l’utilisent les économistes des écoles comportementale (Simon, March, Cyert) et évolutionniste (Nelson et Winter) Un processus se déroule dans le temps. Pendant son déroulement, il utilise les valeurs de certains attributs de certaines entités et affecte des valeurs à certains attributs de certaines entités. Dans ce qui suit, j’utiliserai le terme « entité » pour désigner un bien ou un agent, dont nous verrons par la suite qu’ils sont représentables par un même modèle. Il peut aussi détruire des entités ou en créer de nouvelles. J’appellerai « intrant » d’un processus toute entité existante dont certains attributs sont utilisés par le processus et « extrant » toute entité créée par le processus ou dont certains attributs sont modifiés par lui. Une entité peut être à la fois intrant et extrant d’un processus. C’est à travers les processus que s’introduit la dimension temporelle, essentielle pour une compréhension correcte des phénomènes économiques. La définition d’un processus fait apparaître non seulement l’ordre dans lequel les intrants sont utilisés et les extrants sont produits, mais aussi les intervalles de temps qui séparent ces événements. Un processus est toujours exécuté par une entité. Il est dit interne s’il ne modifie que l’entité qui l’exécute, externe s’il crée, détruit ou modifie d’autres entités. Les modifications apportées par un processus à une entité peuvent porter sur l’ensemble de ses attributs quelle que soit leur nature. Un processus physique modifie les attributs physiques objectifs de ses extrants, un processus mental ne modifie que des attributs psychologiques d’un agent, comme ses croyances, la représentation qu’il se fait du monde, les processus dont il est doté, etc… Un processus peut être appréhendé à deux niveaux : celui d’un schéma d'action général ou « modèle de processus », qui définit ce dont une entité est capable, et celui d’une exécution effective d'un tel schéma (une instance particulière de ce modèle de processus). Un modèle de processus contient les règles qui lient les extrants aux intrants et qui définissent les opérations qui permettent d’obtenir les extrants à partir des intrants. Une bonne partie de ces règles traduisent des relations physiques ou biologiques et ont de ce fait un caractère plus ou moins déterministe. C’est le cas de la plupart des processus de production de biens physiques ou de production de satisfactions biologiques. D’autres relations entre intrants et extrants font intervenir des considérations incertaines et n’ont pas ce caractère déterministe. Dans notre représentation des phénomènes économiques, ces règles ont la forme d’instructions qui, en fonction des valeurs de certains attributs des intrants, de l’agent qui exécute le processus et de variables caractérisant le processus lui-même, orientent le déroulement du processus, peuvent provoquer la création ou la destruction d’entités, et calculent les valeurs qui seront attribuées aux caractéristiques des extrants sur lesquelles porte l’activité. En faisant jouer aux intrants et aux extrants des rôles dissymétriques par rapport au temps, elles prennent la forme de relations de causalité. Ces règles peuvent être aussi simples ou aussi complexes qu’on le souhaite. Elles peuvent comporter des choix selon les valeurs d’intrants ou de paramètres internes. Elles peuvent être totalement déterministes pour des processus purement physiques, faire intervenir des quantités pseudo-aléatoires ou des probabilités. Les paramètres de ces lois peuvent être déterminés en partie de façon externe à l’activité (par exemple être les attributs d’intrants qui sont des extrants d’autres activités), en partie par des décisions des agents qui exécutent l’activité. A priori, on peut ainsi représenter n’importe quel comportement, aussi complexe, aussi changeant, aussi arbitraire et aussi dépendant d’états internes et de conditions extérieures qu’il puisse être.

35

Dans la pratique du raisonnement économique, la complexité de ces lois sera néanmoins limitée par les possibilités des outils de représentation, ou de modélisation, disponibles, et devra être cohérente avec la nature des problèmes à traiter et la précision visée dans les résultats. Dans le cas le plus général, un processus peut être représenté sous forme informatique par un sous-programme ou une « méthode » d’un « objet » agent. Nous verrons en effet dans le chapitre 4 que la capacité d’expression des langages informatiques est pratiquement infinie, et n’est limitée que par la possibilité de leur utilisateur de décrire ce qu’il souhaite modéliser. La décision d’exécuter un processus est prise par un agent responsable de ce processus. L’intervention des agents dans les processus se traduit par des décisions, qui sont des points précis du déroulement du processus où l’agent qui l’exécute fixe les valeurs de certains intrants ou de paramètres de l’activité. Une décision peut lancer un processus, arrêter un processus ou fixer les valeurs de certaines variables d’un processus, dites « variables de contrôle ». Les agents du monde réel examinent en permanence leur propre situation et l’état du monde qui les entoure, afin de choisir les actions qu’ils entreprendront. De même, notre modèle de l’agent doit comporter un processus d’analyse et de décision qui commande l’exécution de tous les autres processus de l’agent, et que j’appellerai son processus principal. La caractéristique du processus principal est que son exécution n’est soumise à aucun autre processus, et qu’il est exécuté en permanence. La représentation de tout agent au sens habituel du mot doit contenir un processus principal. Pour qu’un agent décide d’agir, c’est à dire d’exécuter un processus, il doit pouvoir comparer cette décision à d’autres décisions possibles, et pour cela attacher une valeur à ce processus. Cette opération est implicite et subjective pour un agent individuel, pour qui les valeurs relatives des processus forment un donné psychologique ; elle est explicite et vise une certaine objectivité pour l’agent entreprise, et fait alors l’objet du calcul économique. Comme pour les agents et les biens, la notion de processus peut être appliquée à plusieurs niveaux. Un processus peut se décomposer en processus élémentaires, et, sous certaines conditions, des processus peuvent être regroupés en un processus unique. Parallèlement, un processus peut être attaché à un agent composite ou à un agent élémentaire. L’activité d’une entreprise peut être considérée comme un seul processus complexe attaché à l’agent composite qu’est l’entreprise, ou décomposée en sous-processus plus simples attachés aux divers sous-agents qui composent l’entreprise. Un processus pourra ainsi représenter l’activité d’un service ou d’une personne. Un processus particulier d'un agent peut être interne à l'agent, en ce sens qu’il peut être exécuté indépendamment des processus exécutés par les autres agents, ou externe s’il ne peut être exécuté que si, au même moment, un autre agent exécute lui-même un processus complémentaire. Les processus internes comprennent les processus de transformation d’entités sur lesquels l’agent possède les droits nécessaires, les processus de perception de l’environnement et de construction d’une image locale du réel, les processus de décision, etc. Les processus externes comprennent en particulier les processus de communication et d’échange. Un agent est défini par l'ensemble des processus qu'il peut exécuter. Le marché est défini par l'ensemble des processus d'échange des agents. En introduisant les processus comme constituants élémentaires formalisés du modèle économique, nous pouvons modéliser séparément les relations entre agents et processus d’une part, les relations entre processus et biens d’autre part. Les opérations des agents sur les biens sont réalisées à travers des processus exécutés par les agents. Nous verrons que cette

36

représentation permet de répondre de façon élégante à de nombreuses difficultés du modèle traditionnel agents-biens, en particulier de traiter correctement les questions relatives aux services.

Les processus et l’entreprise
Dans le modèle standard, la notion de processus n’est pas séparée de celle d’agent producteur. En les distinguant, et en introduisant une représentation explicite des relations entre agents et processus, on peut représenter un grand nombre de cas qui se présentent dans la réalité. Un agent peut exécuter de nombreux processus, et le répertoire des processus qu’un agent peut exécuter peut varier dans le temps. Un processus peut concerner simultanément des agents différents, ce qui permet de représenter des processus d’échange, des processus coopératifs (services) ou des processus compétitifs (concurrence). On peut également rendre compte des phénomènes d’intégration, d’externalisation, plus généralement de modification dans les activités d’un agent. La notion de processus généralise la notion de fonction de production, en précisant les relations temporelles et causales entre l’utilisation des intrants et la production des extrants. Elle permet de représenter des changements dans l’état du monde dont la logique est beaucoup plus complexe qu’une simple relation fonctionnelle entre des quantités consommées et des quantités produites. Elle englobe les processus de production, qui dans l’entreprise sont aussi des processus de consommation. Elle englobe aussi les processus de consommation exécutés par les individus pour produire des satisfactions à partir de biens. Dans notre langage, la firme des théories classiques serait représentée par un agent doté d’un seul processus, s’exécutant en un temps nul et immuable dans le temps. Le modèle formel de ce processus est une relation fonctionnelle entre des quantités de certains intrants et des quantités de certains extrants, appelée fonction de production. Pour faire de ce modèle formel un modèle opérationnel manipulable par les outils mathématiques usuels, la plupart des théories classiques doivent en outre supposer que cette fonction est continue et dérivable. Certains développements nécessitent même qu’elle soit linéaire. Insistons sur le fait que ces choix d’hypothèses n’ont pas de fondement économique, et n’ont d’autre justification que de permettre le raisonnement mathématique. Laissons provisoirement de côté cette contrainte des outils de raisonnement. Nous pouvons construire une représentation plus fine et plus exacte d’une entreprise dans sa particularité en utilisant à la fois la possibilité de décrire un agent complexe comme une collection structurée d’agents plus simples et de caractériser chaque agent par les processus qu’il est capable d’exécuter. La décomposition la plus évidente peut reposer sur l’organisation de l’entreprise. Chaque direction sera un agent subordonné à la direction générale, et formé à son tour d’agents subordonnés correspondant aux départements et services et ainsi de suite, si nécessaire jusqu’au niveau des collaborateurs individuels. Les activités de l’entreprise sont affectées aux agents de ces différents niveaux Chaque agent possède un répertoire caractéristique de processus décrivant ses activités. Ce répertoire est réparti entre les sous-agents de niveau inférieur qui le composent, et d’autre part forme une partie du répertoire de l’agent de niveau supérieur. Les agents de deux niveaux consécutifs ou du même niveau peuvent partager certaines informations. Un agent peut ainsi influencer le comportement d’un autre agent à travers l’information qu’il lui présente, exactement comme dans la vie réelle.

37

Exemple
Illustrons ce qui précède par un exemple tiré de l’industrie informatique. Pour fabriquer des puces électroniques, on grave sur des tranches de silicium des motifs matérialisés par un jeu de masques issu du processus de conception de la puce. On obtient ainsi sur chaque tranche un grand nombre de puces qu’on teste pour marquer les puces défectueuses. On découpe alors les tranches et on termine les puces en posant les connecteurs et en les incluant dans une capsule plastique protectrice. L’élément critique essentiel de ce processus est la ligne de gravure, qui gouverne les dimensions des circuits et les performances de la puce. Une ligne de fabrication fonctionnant aux limites actuelles de la technologie industrielle coûte plusieurs milliards de dollars. De façon schématique, l’opération complète de production de puces électroniques se traduit par cinq processus ayant des caractéristiques très différentes : 1. La construction d’une ligne de fabrication, qui peut durer typiquement deux ans et coûter deux ou trois milliards de dollars; 2. La conception de la puce et la fabrication des masques, qui dure typiquement un an et coûte quelques centaines de millions de dollars ; 3. La gravure d’un lot de tranches, qui dure environ deux mois et dont les coûts propres sont négligeables ; 4. La finition d’une puce, qui dure quelques minutes et dont les coûts propres sont très faibles ; 5. La commercialisation des puces. Ces cinq processus se différencient sur de nombreux points : leur durée, la nature de leurs intrants et de leurs extrants, l’importance et la variabilité des flux monétaires qui leur sont associés, et donc le degré d’incertitude qui les affecte, leur granularité et la possibilité de les ajuster aux conditions du moment. Les opérations 1 et 2 sont monolithiques en ce sens qu’elles opèrent sur une quantité indivisible d’intrants et d’extrants. L’opération 1 peut être répétée à l’identique ou presque pour des lignes de même nature ; par contre, l’opération 2 ne sera jamais répétée à l’identique. L’opération 3 est modulable en ce sens que le nombre de tranches d’un lot est un paramètre ajustable entre des limites assez larges. Les opérations 3 et 4 sont normalement répétées à l’identique un grand nombre de fois. On devine que ces cinq processus ont des caractéristiques économiques très différentes, au point que, dans le monde réel, ils sont de plus en plus exécutés par des entreprises spécialisées. Il est intéressant de pouvoir les séparer dans le raisonnement, et en particulier de pouvoir caractériser des entreprises qui en exécutent des combinaisons différentes, afin d’étudier une forme de concurrence devant laquelle la théorie classique est impuissante : la concurrence entre structures industrielles. Notre jeu de construction se composera de cinq agents élémentaires correspondant aux cinq processus ci-dessus. Ces agents pourront être assemblés en entreprises de diverses façons, une entreprise étant un agent composite qui, en plus des processus de ses sous-agents, exécute un processus de gestion de l’ensemble. Dans la réalité, on trouve en fait quatre types d’acteurs : – le fabricant intégré, qui réalise toutes les opérations, et peut agir comme fondeur pour d’autres concepteurs ;

38

– – –

le fondeur, qui se limite à la construction de lignes de fabrication et à la gravure de tranches ; le concepteur, qui conçoit des puces et les commercialise en sous-traitant les autres opérations ; le finisseur spécialisé, qui se limite à la finition des puces.

Les « agents » élémentaires et les processus correspondants sont à peu près identiques quel que soit leur environnement. Leurs caractéristiques économiques – durée, flux financiers, structure des comptes, risques, etc. – seront à peu près inchangées quelle que soit la forme de l’entreprise, tandis que le processus de gestion de l’agent « entreprise », ainsi que ses caractéristiques économiques globales, dépendent de la composition de l’entreprise. On peut ainsi représenter de façon homogène des entreprises de composition différente, identifier les forces et les faiblesses de chacune, modéliser les mécanismes de la concurrence entre ces entreprises ainsi que les mécanismes de fusion et de dissociation d’activités, et analyser ainsi le comportement d’une organisation industrielle complexe où les entreprises sont plus ou moins spécialisées par processus.

Conclusions
A ce stade de notre réflexion, il semble que deux adjonctions fondamentales au modèle standard permettraient de représenter efficacement l’entreprise et ses activités. D’une part introduire le concept de processus, et d’autre part accepter que le modèle d’un agent soit composé d’un agrégat d’entités conformes à ce même modèle, les actions dont chaque entité est capable, y compris ses relations avec les autres entités, étant représentées par les modèles de processus dont elle est dotée. Un agent sous sa forme la plus générale peut donc être défini par : − un certain nombre de grandeurs qui définissent son identité (pour les grandeurs fixes) et son état (pour les grandeurs variables), − l’ensemble des processus qu’il est capable d’exécuter, − la liste de ses parties, qui sont elles-mêmes justiciables du même modèle, et donc indirectement les caractéristiques de ces parties et les processus qu’elles sont capables d’exécuter. L’individu du modèle économique standard est un cas particulier dégénéré du modèle général de l’agent. C’est un agent non décomposable (« atomique ») dont la « production » se compose uniquement de ses propres satisfactions. Il n’exécute que des processus de consommation « purs » dont les caractéristiques relèvent de la physiologie et de la psychologie, qui forment pour l’économique un donné exogène. Nous retrouvons ainsi l’agent-point de l’économie ou de la praxéologie. Quant au producteur individuel (le paysan ou l’artisan) il sera commode de le représenter sous la forme d’un agent composite formé d’un consommateur et d’un producteur, c’est-à-dire une entreprise dégénérée composée d’un seul individu. La notion de processus, pratiquement absente des théories habituelles ou en tous cas peu formalisée, prend ici une place centrale dans le modèle conceptuel. Les agents sont définis par les processus qu’ils exécutent. Les biens sont produits par des processus de production et utilisés par des processus de consommation. Les échanges eux-mêmes sont des processus, qu’on peut décomposer en un processus de cession pour l’un des agents et un processus d’acquisition pour l’autre, afin de les modéliser plus finement. On peut centrer une analyse

39

particulière sur l’un ou l’autre des trois concepts d’agent, de bien ou de processus, mais les deux autres interviendront nécessairement dans l’analyse. Dans les chapitres ultérieurs, je reprendrai ces concepts pour définir de façon plus rigoureuse le modèle correspondant, puis les assembler en un modèle général apte à représenter correctement l’entreprise, mais aussi à traiter bien d’autres problèmes que la théorie économique conventionnelle tend à ignorer.

40

Chapitre 4 - Informatique et modélisation économique
Jusqu’ici, le modèle conceptuel que j’ai commencé à construire a été présenté d’une façon purement littéraire, sans que les concepts qui le composent aient été exprimés sous une forme canonique à laquelle puisse s’appliquer un raisonnement rigoureux du type de celui que permet une formulation mathématique. Je laisse à d’autres auteurs le soin de décider s’il existe ou si on peut forger des outils mathématiques permettant d’écrire ces modèles sans introduire des hypothèses trop restrictives. Il est clair que le niveau de fidélité requis dépend de la nature des problèmes qu’on se propose d’étudier et des modèles qu’on veut construire pour cela. Dans ce chapitre, je me propose d’explorer l’utilisation du langage informatique, ou de formalismes voisins, en tant que langage de description des concepts que je viens d’introduire, d’une façon qui serait susceptible d’aider au raisonnement même verbal, à la construction de modèles et à la caractérisation des propriétés de tels modèles. Je rappellerai d’abord quelques éléments généraux d’informatique qui paraissent indispensables pour introduire quelques concepts essentiels. J’illustrerai ensuite comment les concepts de la programmation peuvent être appliqués à la modélisation économique, en les appliquant à un exemple simple.

Eléments d’informatique
Un ordinateur est une machine capable d'exécuter des opérations sur des informations. La description des opérations à effectuer s’appelle un programme. Un programme est fondamentalement un texte, écrit dans un certain formalisme, destiné à être interprété par une machine afin d’exécuter les opérations qu’il décrit. Les ordinateurs sont capables de représenter des informations de nature arbitraire et d’effectuer des traitements de complexité arbitraire sur ces informations. Il serait tout à fait erroné de croire que l’informatique ne peut représenter que des informations grossièrement numériques et des comportements parfaitement déterministes. En particulier, les programmes peuvent traiter des informations non numériques comme des textes, des images, des sons, etc. Il existe d’innombrables exemples de programmes simulant des comportements psychologiques ou intelligents, ou représentant des comportements non déterministes par utilisation de générateurs de nombres pseudo-aléatoires. Tout ce que les êtres humains sont capables d’écrire sous forme de programmes peut être exécuté par un ordinateur ; les limites de l’informatique sont en réalité des limites du cerveau humain. Pour permettre la préparation et le développement de programmes, l’informatique offre toutes sortes d’outils : des langages de programmation, des outils de développement et des outils d’exécution (ces outils étant eux-mêmes des programmes). Les langages de programmation informatiques servent à décrire des informations et des processus de traitement de l’information de façon telle que ces processus puissent être exécutés par un ordinateur. Il existe plusieurs niveaux de langage, allant du répertoire des ordres élémentaires directement reconnus par la machine jusqu’à des langages évolués plus ou moins proches du langage humain et plus ou moins adaptés à des classes particulières de problèmes. Pour être exécutés, les programmes rédigés dans ces langages doivent d’abord être traduits en langage machine par des programmes utilitaires appelés « compilateurs » ou « interpréteurs », euxmêmes généralement insérés dans des systèmes d’aide au développement plus ou moins riches en fonctions. Dans ce qui suit, je parlerai exclusivement de ces langages « évolués ».
41

Les programmes informatiques ne peuvent fonctionner, et fournir les résultats attendus, que s’ils sont écrits avec une extrême rigueur sémantique et syntactique. La mise au point d’un programme un tant soit peu ambitieux est une opération fastidieuse qui oblige à ne négliger aucun aspect. Cette exigence est une arme à double tranchant : elle confère à l’expression informatique la rigueur que nous recherchons, mais elle risque de rebuter l’économiste impatient et non formé à l’informatique. Il conviendra donc d’examiner comment aménager cet outil et les conditions de son utilisation de façon à en faciliter l’emploi sans perdre de sa souplesse et de sa rigueur. Les instructions qui forment le programme ne s’exécutent jamais dans un ordre immuable. De nombreuses instructions conditionnelles testent la valeur courante de telle ou telle variable ou l’état de tel ou tel indicateur, pour sauter ou exécuter telle ou telle séquence ou renvoyer à un autre point du programme. Il existe ainsi dans tout programme non trivial un grand nombre de cheminements possibles. C’est essentiellement la complexité de cette combinatoire logique qui rend un programme difficile à lire et à modifier. En effet, dans la plupart des langages de programmation actuels, le formalisme utilisé se rapproche du langage courant et ne soulève pas de difficultés insurmontables de lecture, moins en tous cas que le langage mathématique n’en présente pour un profane. En revanche, il est extrêmement difficile de saisir toutes les conséquences de l’exécution de chaque instruction pour l’ensemble des cheminements possibles. Or, dans l’utilisation que nous examinons ici, les programmes sont destinés à être lus comme n’importe quel texte par des humains et non seulement par des machines. Ils doivent également se prêter à la création de variantes par modification locale. Les modèles économiques exprimés sous forme de programmes ont donc besoin d’une structure claire, de la même façon qu’un livre est divisé en parties, chapitres, sections et paragraphes. Une catégorie de langages de programmation, appelés « langages objet », semble sur ce point particulièrement satisfaisante. Avec de tels langages, il est possible de donner au programme lui-même une structure parallèle à celle de l’univers qu’il cherche à représenter. Schématiquement, un tel programme est formé d’« objets » qui peuvent représenter chacun un objet du monde réel ou un concept. Ces « objets » informatiques contiennent des variables généralement appelées « champs », dont les valeurs définissent les caractéristiques courantes de l’entité correspondante du monde réel, et des séquences de programme généralement appelées « méthodes » qui définissent le comportement de l’objet. Ils sont donc candidats pour représenter les entités que j’ai introduites au chapitre précédent, les champs et les méthodes représentant respectivement les attributs des entités et leurs modèles de processus. Il existe sur le marché un assez grand nombre de langages dits « objet », certains « purs » en ce sens qu’ils sont complètement distincts des langages de programmation usuels, d’autres mixtes en ce sens qu’ils contiennent des langages traditionnels auxquels on a adjoint des fonctions objet. Ces derniers langages me semblent plus faciles à utiliser et mieux aptes à représenter les processus économiques. Les plus connus sont C++, Java et Pascal Objet. Ces langages diffèrent essentiellement par des détails de leurs conventions d’écriture, ainsi que par le vocabulaire qu’ils utilisent, mais leurs concepts fondamentaux sont les mêmes. Quand je voudrai utiliser un formalisme précis, j’utiliserai donc la syntaxe et la sémantique du langage Pascal , qui semble le mieux adapté aux besoins d’utilisateurs dont l’informatique n’est pas la compétence première.
16

et précisément sa version objet incluse dans le système Delphi diffusé par la société Inprise. L’environnement de développement Delphi est relativement riche et convivial, et apporte une importante bibliothèque d’objets prédéfinis. 42

16

Objets, classes et instances
Dans le langage de la programmation objet, une entité particulière du monde réel peut être représentée par une construction linguistique appelée un « objet ». Comme dans le monde réel, les entités ou objets qui ont des caractéristiques communes forment une classe d’objets. Dans le langage de la programmation comme dans le langage courant, une « classe » est une construction linguistique qui définit les caractéristiques communes à tous les objets de la classe. Un objet informatique peut représenter n’importe quelle entité du modèle conceptuel : un agent, un bien, une relation, etc. Une classe informatique peut représenter n’importe quelle classe d’entités du modèle conceptuel : la classe des agents, la classe des biens, la classe des relations, etc . Un objet informatique est un ensemble de « composants », désignés chacun par un nom unique choisi par le programmeur, qui se répartissent en « champs » et « méthodes ». Les champs sont des zones de mémoire qui contiennent la valeur courante d’une variable caractéristique de l’objet. Il existe un grand nombre de types de variables : nombres, variables booléennes, chaînes de caractères, tableaux, listes, etc… Le programmeur peut lui-même définir de nouveaux types de variables à partir des types prédéfinis. Les méthodes sont des suites d’instructions (ou sous-programmes) écrites par le programmeur et désignées par un nom particulier, dont l’exécution peut être lancée dans le cours du programme en employant ce nom. Une classe est la définition générale d’une famille d’objets. Chaque objet est créé à partir d’une classe définie préalablement, et est appelé une « instance » de cette classe. Tous les objets d’une même classe ont les mêmes composants, et ne diffèrent que par les valeurs stockées dans leurs champs. En modélisation économique, les champs de l’objet informatique qui représente une entité représenteront les attributs de cette entité, qui peuvent être en nombre quelconque et de types quelconques, à la discrétion du modélisateur. Les méthodes représentent les opérations ou processus que l’entité est capable d’exécuter.

Représentation des agents
Le modèle d’agent introduit au chapitre précédent comprend des grandeurs qui définissent son identité et son état, un ensemble de processus et une liste de ses parties, qui sont elles-mêmes justiciables du même modèle. Ce modèle peut se traduire par une classe d’objets « agent », où les grandeurs sont des champs et les processus des méthodes. La liste des parties sera elle-même référencée par un champ qui désigne un objet spécial « liste active » dont je parlerai un peu plus loin. En première approximation, cette classe peut être définie en langage Pascal comme suit:
Type TAgent = class   { champs }       Name: string;       SubAgents: TList;       { autres caractéristiques }       …   { méthodes }       Constructor create(Aname:string);

43

      Destructor free;       Procedure action;       { autres modèles de processus }       …      End;

Ces instructions définissent l’identificateur TAgent comme le nom d’une classe qui comporte les deux champs Name et SubAgents et les trois méthodes create, free et action. Le champ Name est défini comme une chaîne de caractères (le nom de cet agent), le champ SubAgents comme une liste (la liste de ses parties). Les autres caractéristiques, non détaillées ici, contiennent les autres grandeurs qui caractérisent l’agent. Les méthodes spéciales create et free sont des méthodes de service, obligatoires pour tous les objets, qui servent à créer et à détruire dynamiquement des objets de cette classe. La méthode action désigne le processus maître de l’agent. Les autres modèles de processus représentent des processus de cet agent qui seront exécutés par la méthode action selon les besoins. Notons sur cet exemple quelques règles de syntaxe du langage Pascal. Les identificateurs utilisés pour désigner toutes les entités du programme (variables, sous-programmes, objets, types, classes, etc) sont des suites arbitraires de lettres et de chiffres (et de certains caractères spéciaux), choisies par le programmeur ; le langage Pascal accepte des identificateurs très longs et ne fait pas de différence entre les majuscules et les minuscules. Les mots du langage, identificateurs ou mots clé, sont séparés les uns des autres soit par des caractères spéciaux désignant des opérateurs, soit par des blancs en nombre quelconque ; un retour à la ligne ou un commentaire sont assimilés à un blanc. Le point-virgule marque la fin d’une instruction ou d’une déclaration. Les textes entre accolades, comme { champs }, sont des commentaires qui sont ignorés par le compilateur et peuvent être utilisés librement par le programmeur.

-

-

Pour faciliter la lecture, j’utilise une convention souvent appliquée de façon automatique par le système Delphi pour afficher les programmes sur écran : les mots clé, qui sont des mots réservés définissant les opérations du langage, sont en gras, les identificateurs choisis par le programmeur en maigre, les commentaires en italique. De même, l’identificateur choisi pour désigner la classe (TAgent) est conforme à une convention de style habituelle, qui consiste à utiliser pour les noms de classe des identificateurs commençant par la lettre T (comme Type). J’utiliserai des identificateurs en anglais pour conserver une homogénéité de style avec les mots réservés du langage. Les méthodes nommées dans la définition d’un objet doivent être définies de façon détaillée par ailleurs. Pour cela, le programmeur dispose de tout le répertoire d’instructions du langage, qui lui permettent de manipuler tous les types de variables et de construire des méthodes dont la richesse et la complexité ne sont limitées que par sa propre capacité à les formuler et à les écrire. Par exemple, la méthode create doit conserver le nom de l’objet en plaçant la valeur de l’argument Aname dans le champ Name, et créer la liste SubAgents. La définition exacte de cette méthode s’écrirait de la façon suivante :

44

Constructor TAgent.create(Aname:string); Begin; Name:=Aname; SubAgents:=TList.create; End;

L’instruction suivante crée un objet UnAgent de type TAgent, c’est à dire une instance de la classe TAgent, en plaçant la chaîne de caractères « dunabla » dans son champ name:
UnAgent:=TAgent.create(‘dunabla’);

Chacun des objets de cette classe possédera les champs et les méthodes figurant dans la définition de la classe. Leurs champs pourront prendre des valeurs différentes, caractéristiques de chacun des objets, et évoluer indépendamment pendant l’exécution du programme. Par exemple, les différents objets créés sur ce modèle auront des noms différents stockés dans leur champ Name, mais auront tous les mêmes méthodes, c’est à dire les mêmes règles de comportement. Des instructions comme create et free sont des méthodes et instructions de service qui sont nécessaires dans un programme complet et bien formé destiné à être exécuté, mais n’interviennent pas dans la modélisation proprement économique. Je les ignorerai par la suite, ainsi que les détails du formalisme du langage de programmation, tant que je n’entrerai pas dans les détails de la réalisation d’un modèle exécutable. Dans la suite, je me contenterai en effet d’exploiter le double parallèle entre les objets informatiques et les entités économiques et entre les processus économiques et les méthodes informatiques. De même qu’en définissant des concepts économiques, les économistes se demandent tôt ou tard comment les traduire sous forme mathématique, nous nous demanderons comment les concepts que j’introduis pourront se traduire en langage de programmation objet. Point n’est besoin pour cela de prendre en considération tous les détails qui doivent être introduits dans un programme bien formé, mais il faut aller quand même un peu plus loin dans la présentation des outils de formulation des programmes, et poursuivre le parallèle avec l’activité de modélisation économique. La méthode action, qui modélise le comportement spontané de l’entité, peut être aussi complexe qu’on le souhaite. Elle peut ne représenter qu’une action simple sur l’état du monde, ou comporter un processus de décision complexe pouvant mettre en œuvre une palette d’actions très diverses. Il est commode de décomposer un processus élémentaire en plusieurs méthodes, ne serait-ce que pour des raisons tenant à la commodité informatique : lisibilité, possibilité d’écrire une fois pour toutes un segment de code utilisé par plusieurs méthodes, etc. La représentation d’agents réels comprendra généralement une méthode action relativement simple, se résumant au processus de décision de plus haut niveau, et un répertoire de méthodes appelées de façon sélective par cette méthode action principale en application de ses décisions.

Notion d’héritage
La définition ci-dessus reste rudimentaire. Pour modéliser un agent véritable, on voudra le doter d’autres champs et d’autres méthodes. On voudra aussi pouvoir définir des agents de type différents, par exemple des entreprises ayant des activités différentes et des structures

45

différentes. Les objets correspondants auront en commun les champs et les méthodes qui définissent la classe générale formée de tous les agents, plus des champs et des méthodes qui définissent la classe intermédiaire formée par toutes les entreprises, et enfin ceux qui caractérisent une classe particulière d’entreprises. De même, dans la réalité, un modèle particulier de voiture appartient à la classe générale des voitures, qui appartient elle-même à la classe des véhicules automobiles ; ou encore, la classe des banques appartient à la classe des établissements financiers, qui appartient à la classe des entreprises des services, qui appartient à son tour à la classe générale des entreprises. On définit une classe à partir d’une classe plus générale en la dotant d’attributs plus spécifiques. Les langages objet reproduisent ce mécanisme de spécification progressive. A partir d’une classe, autrement dit d’un modèle d’objet, il est possible de créer d’autres classes qui recevront en « héritage » les variables et les méthodes de la classe « parent ». Dans la classe dérivée, il est possible d’ajouter de nouveaux champs et de nouvelles méthodes, et de redéfinir des méthodes héritées du parent. Supposons par exemple que nous voulions modéliser le marché walrasien. Rappelons que celui-ci recourt à la fiction du « commissaire-priseur », un agent imaginaire dont la fonction est de fixer, par tâtonnements successifs, les prix de tous les biens à un niveau tel que pour chaque bien, le total des quantités offertes par les agents soit égal au total des quantités demandées. Les agents réels doivent pour cela être capables de calculer les quantités de chaque bien qu’ils souhaitent acheter ou vendre, en fonction des prix proposés et des quantités qu’ils possèdent. Le commissaire priseur doit pouvoir faire la somme des quantités offertes et des quantités demandées et calculer un nouveau prix qui rapproche de la position d’équilibre. Quand cet équilibre est atteint, il le signale aux agents réels, qui procèdent alors aux échanges qu’ils ont proposés en dernier lieu. Les objets informatiques qui représentent les agents réels doivent contenir l’inventaire des biens qu’ils possèdent. Leur processus maître, représenté par leur méthode action, doit accepter pour données les prix proposés par le commissaire-priseur. Tant que ce dernier n’indique pas que l’équilibre est atteint, chaque agent doit produire comme résultat les quantités de chaque bien qu’il offre ou qu’il demande. Quand l’équilibre est atteint, ils doivent exécuter des transactions réelles en modifiant les quantités de chaque bien qu’ils possèdent. L’objet qui représente le commissaire priseur doit pouvoir accéder aux prix des biens et aux quantités proposées à l’échange par tous les agents pour chaque bien, et posséder une méthode qui calcule de nouveaux prix tels que les quantités proposées par les agents en utilisant ces nouveaux prix se rapprocheront de l’équilibre. Les champs requis pour ces calculs doivent figurer dans des objets accessibles aux agents qui possèdent les méthodes correspondantes. Il existe à chaque instant un prix pour chaque bien, qui peut donc être placé dans l’objet qui représente le bien. En ce qui concerne les quantités possédées et les quantités proposées par les agents, il en existe à chaque instant une par agent et par bien ; elles doivent donc être placées dans des objets « relation » liant chaque agent à chaque bien. Dans la réalité, les prix seraient sur une « étiquette » attachée par le commissaire priseur à chaque bien de façon visible par les agents, les quantités possédées par chaque agent ne seraient connues que de lui et figureraient dont dans une partie « privée » de sa relation avec chaque bien, tandis que la quantité proposée figurerait dans une partie visible par le commissaire priseur. Notre modèle comprend donc quatre classes principales :

46

 une classe d’objets « biens »,  une classe d’objets « agent walrasien »,  une classe d’objets « commissaire priseur »,  une classe d’objets « relation ». La classe « bien » ne comprend que la désignation du bien, son prix courant et la liste des relations qui le concernent. Les deux classes d’agent peuvent être définies à partir de la classe générale TAgent définie ci-dessus. La classe « agent walrasien » serait définie en première approximation par :
Type TAgentWalrasien = class(TAgent)       MyGoods : TList;       Constructor create(Aname:string);       Destructor free;       procedure action;      End;

L’effet de la référence à la classe TAgent est que la nouvelle classe dérivée hérite des champs et des méthodes définis dans la classe parent : le champ name, la liste de sous-agents SubAgents (qui restera vide), le constructeur create, le destructeur free et la méthode action. Pour définir la nouvelle classe, le texte ci-dessus ajoute une liste MyGoods de relations aux biens, redéfinit les méthodes create et free pour qu’elles créent et détruisent cette liste, et redéfinit la méthode action.

Visibilité des objets
Quand on écrit un nouveau programme, il est souvent utile de réutiliser des objets définis antérieurement. Si le programme est volumineux, il peut être commode de le décomposer en parties relativement indépendantes appelées « unités », dont chacune contient les définitions d’un certain nombre de classes et d’objets. Les objets d’une unité A peuvent accéder aux objets définis dans une autre unité nommée B en incluant dans l’unité A une clause « uses B ». Chaque unité peut être compilée (c’est à dire traduite en langage machine) séparément, si bien qu’une unité nouvelle peut faire référence à des unités développées antérieurement. Le mécanisme d’héritage prend tout son sens en liaison avec cette structuration d’un programme en unités. Une classe peut être définie dans une unité par référence à une classe parent qui réside dans une autre unité, référencée par l’unité en cours grâce à une clause uses. On peut ainsi accéder à des unités de « bibliothèque » contenant la définition d’objets standard, décomposer un programme volumineux en plusieurs unités, chacune contenant des objets apparentés, ou réutiliser une même unité dans des programmes différents. Pour minimiser le risque d’erreurs, Pascal permet de limiter l’accès aux composants des objets d’une unité. Un composant déclaré privé (private) ne sera accessible que dans l’unité où il est défini, alors qu’un composant déclaré public sera accessible dans toutes les unités qui utilisent (via la clause uses) celle où il est défini. Cette syntaxe permet de protéger des champs et des méthodes d’un objet. Un niveau intermédiaire est le niveau « protégé » (protected) qui

47

s’applique à des composants qui ne sont visibles que dans les objets descendants, permettant ainsi notamment de les redéfinir sans les rendre accessibles à tous les autres objets. Il est possible de protéger encore plus finement les champs d’un objet grâce à la notion de « propriété » (property). Par exemple, le nom d’un agent est fixé une fois pour toutes lors de sa création, et on voudra généralement interdire de le modifier. Pour cela, on peut en faire un composant de type property, pour lequel le programmeur spécifie une méthode de lecture et une méthode d’écriture qui seront automatiquement exécutées à chaque accès à ce champ. L’objet intercepte en quelque sorte les références des autres objets à une propriété pour insérer l’exécution d’une méthode propre à l’agent, et donc généralement déclarée private. Une propriété pour laquelle aucune méthode d’écriture n’est spécifiée ne pourra être modifiée que par les méthodes de l’objet lui-même, et non par les méthodes d’autres objets ; inversement, une propriété pour laquelle aucune méthode de lecture n’est spécifiée ne pourra être lue que par les méthodes de l’objet lui-même. Par exemple, nous pouvons modifier la classe TAgent pour empêcher toute modification de son nom, tout en le rendant lisible :
Type TAgent = class        private   { composants non visibles par les objets d’autres  unités }       FName : string;  { le nom du champ a été changé }       SubAgents : TList;       …     public  { composants visibles par les objets d’autres unités }       Constructor create(Aname:string);       Destructor free ;       Procedure action;        Property Name : string read Fname;   { propriété permettant   de lire FName }       …      End;

Quant à l’agent walrasien, sa méthode action doit, soit calculer de nouvelles quantités, soit exécuter les transactions, selon le signal reçu du commissaire-priseur. Elle peut donc se décomposer en deux sous-programmes executetransactions et computequantities, appelées par un programme principal qui s’écrit :
Procedure TAgentWalrasien.action; Begin; If OK then executetransactions else computequantities; End;

Les deux sous-programmes executetransactions et computequantities ne sont utilisés que par la méthode action et ne sont donc pas visibles de l’extérieur de l’objet. En revanche,

48

si on devait définir des classes descendantes de TAgentWalrasien, ils devraient pouvoir y être redéfinis. On en fera donc des méthodes protégées. Au total, la classe « agent walrasien » serait définie par :
Type TAgentWalrasien = class(Tagent)     private       MyGoods : TList;     protected       procedure executetransactions;       procedure computequantities;     public       constructor create(Aname:string);       destructor free;       procedure action;      End;

Le modèle
Les classes d’objets qui représentent les concepts constitutifs du modèle étant définies, il devient possible de construire un modèle particulier. Pour cela, il faut créer à partir des classes les objets qui formeront le modèle, fixer leurs conditions initiales et créer leurs relations. On écrira pour cela un programme de construction du modèle qui crée les entités et fixe leur état initial en utilisant les méthodes create des différentes classes. Les classes définissent complètement les entités constitutives du modèle, leur comportement, les informations qui les caractérisent et auxquelles elles ont accès, et représentent donc une certaine théorie économique. Un modèle particulier définit une expérience particulière concernant cette théorie. Quand un modèle comprend un grand nombre d’objets, ou que son développement se fait par étapes logiquement distinctes comme ici le développement d’une théorie d’une part, la définition d’une expérience particulière sur cette théorie d’autre part, il est commode de le décomposer en unités séparées. Certaines de ces unités pourront contenir des objets généraux ou des fonctions générales communes à de nombreux modèles, et avoir été écrites une fois pour toutes afin d’être réutilisées dans un grand nombre de programmes particuliers. En faisant simplement référence à ces unités générales, de nouvelles unités peuvent alors utiliser tous les objets qu’elles contiennent. Un système de modélisation économique se présenterait comme une collection d’unités contenant les définitions d’objets de base, qui fourniraient en particulier toutes les fonctions de service permettant la réalisation effective des opérations de simulation. Dans leur définition économique, ces objets, et les unités qui les contiennent, pourraient se situer à des niveaux différents de généralité ou représenter des modèles conceptuels différents. Construire un nouveau modèle consisterait alors à choisir dans cette bibliothèque les objets les plus voisins de ceux qu’on désire étudier, et à écrire une ou des unités spécifiques définissant les nouveaux objets désirés, par héritage et redéfinition partielle.

49

Exécuter le modèle consiste à simuler l’écoulement du temps en faisant agir les agents conformément à leur comportement décrit dans leur définition informatique, c’est à dire en exécutant leurs méthodes action, qui représentent leur comportement propre. Dans la simulation informatique, contrairement au monde réel, il n’est pas possible que les méthodes de toutes les entités s’exécutent simultanément ; le temps y est découpé en intervalles discrets, à l’intérieur de chacun desquels les agents agissent à tour de rôle. La durée de cet intervalle élémentaire dépend de la nature de la simulation ; il peut représenter une heure, un jour, une semaine, un mois, un an selon la nature et le rythme propre des phénomènes qu’on se propose d’étudier. Mais du point de vue de chaque agent, deux exécutions consécutives de sa méthode action s’enchaînent sans discontinuité, alors qu’en réalité, entre ces deux exécutions, toutes les autres entités ont agi, et donc l’état du monde a été modifié par des actions indépendantes de celles de l’agent. Dans la pratique, les différentes entités du modèle sont organisées en listes hiérarchiques dont chaque niveau est une entité conforme à la définition ci-dessus. Par exemple, l’ensemble des agents est lui-même un objet informatique de la classe agent, et l’ensemble des biens un objet informatique de la classe bien, et le modèle complet est un objet informatique dérivé de la classe générale des entités économiques, qui comprend les agents et les biens. La simulation d’un pas de temps consiste à exécuter de façon itérative la méthode action de l’entité de rang le plus élevé, qui appellera à son tour les méthodes action des entités qui la composent, et ceci jusqu’au niveau le plus bas. On peut supposer que ce processus est géré par un programme de contrôle écrit une fois pour toutes, disponible dans une unité de bibliothèque et lancé à la fin du programme de construction du modèle. Pour pouvoir suivre l’exécution du modèle, et éventuellement en étudier le déroulement après coup, il faut en outre prévoir des fonctions d’instrumentation. Pour cela, les objets peuvent comprendre des méthodes qui affichent ou enregistrent à chaque pas leur propre état, ainsi qu’une trace des opérations qu’ils exécutent. On peut ainsi communiquer à l’expérimentateur l’état courant du modèle, et constituer un journal qui pourra être exploité après la simulation. Ces fonctions de service ne sont pas présentées ici.

La modélisation informatique
Nous avons entrevu sur cet exemple comment il est possible, en exploitant judicieusement les possibilités des langages objet, de construire des modèles informatiques dotés d’une structure parallèle à celle d’un modèle économique conceptuel, et qui reflète celle de la réalité que le modèle est censé représenter. Les « objets » qui forment ces modèles peuvent être dotés d’un nombre quelconque d’attributs de natures différentes, et d’un comportement représenté par des méthodes aussi simples ou aussi complexes qu’on le souhaite. Ils peuvent être étroitement adaptés au problème qu’on se propose d’étudier. Les hypothèses qui les sous-tendent peuvent être clairement isolées les unes des autres, et il est facile de les modifier ou de les compléter localement pour représenter des variantes de ces hypothèses. Quand on utilise l’informatique comme moyen d’expression et d’analyse des modèles économiques, que deviennent les six phases définies par Walliser, que j’ai introduites au chapitre 2? La phase de modélisation conceptuelle consiste toujours à inventorier et à caractériser les entités qui forment le modèle et les relations entre ces entités. Elle ne fait pas nécessairement appel au langage informatique, mais la description qui en résulte doit préparer la phase de modélisation formelle, qui consiste ici à exprimer le modèle dans le langage informatique choisi. Les concepts du modèle et le langage dans lequel ils sont exprimés doivent donc être proches des concepts et du langage de la programmation.

50

Les objets du modèle informatique doivent représenter les entités du modèle conceptuel. Leurs champs et leurs propriétés représentent des grandeurs caractéristiques de chaque objet. Ce peuvent être des caractéristiques de l’identité de l’objet, qui ne changent pas durant la vie de l’objet, ou des variables d’état qui caractérisent l’état courant de l’objet et varient dans le temps. Ce peuvent être des grandeurs objectives ou subjectives, y compris des variables psychologiques qui représentent l’humeur de l’agent ou son opinion sur les objets du monde extérieur, par exemple la valeur qu’il accorde aux biens. La méthode action d’un objet représente le comportement de l’entité correspondante du modèle conceptuel. Pour un agent, elle décrit précisément les opérations qu’il réalise à chaque point du temps. Ces opérations peuvent comporter un examen d’autres objets et de l’état général du modèle, dont dépendra la suite des opérations. Elles peuvent dépendre de l’état de l’objet lui-même, tel qu’il résulte de l’examen de ses variables d’état. Elles peuvent modifier des champs de l’objet ou d’autres objets, créer et détruire des objets. La phase de modélisation opérationnelle consiste alors à traduire le modèle conceptuel en un programme exécutable, en respectant pour cela toutes les contraintes de la programmation. A partir de ce point, les phases de modélisation opérationnelle, de résolution du modèle et de validation du modèle sont intimement liées dans un cycle de mise au point du programme qu’est devenu le modèle. En effet, la seule façon certaine de s’assurer qu’un programme est correct est de tenter de le faire exécuter par un ordinateur et de vérifier que les résultats obtenus sont conformes aux attentes. Nous rencontrons ici une difficulté inhérente à la méthode de simulation elle-même. Pour que la vérification soit valide, il faudrait exécuter le modèle dans des cas où les résultats sont connus par d’autres moyens, pour s’assurer que le modèle fournit bien ces mêmes résultats. Or nous utilisons la modélisation informatique justement pour représenter des situations complexes pour lesquelles il n’y a pas d’autre moyen d’obtenir les résultats que de réaliser la simulation. Au-delà de la simple vérification des mécanismes élémentaires dans des cas très schématiques, notre phase de vérification ne pourra donc porter que sur l’écriture du programme lui-même d’une part, sur la vraisemblance du comportement du modèle d’autre part. Soulignons la différence fondamentale qui existe entre la modélisation mathématique usuelle et la modélisation informatique que je propose ici. Dans les deux cas, les phénomènes du monde réel sont représentés par des informations et par des relations entre ces informations, exprimées dans un certain formalisme, qui constituent le modèle opérationnel. Dans la modélisation mathématique, résoudre le modèle consiste à soumettre le modèle à des manipulations formelles, autorisées par la théorie mathématique, afin d’obtenir un ensemble d’assertions logiquement dérivées du modèle, qui en établissent certaines propriétés et permettent par exemple de calculer les valeurs de certaines grandeurs (les inconnues) à partir d’autres grandeurs (les paramètres). Dans l’approche informatique, le modèle exprimé sous forme opérationnelle ne subit aucune manipulation formelle, et il est impossible d’en établir des propriétés par le simple raisonnement. Il ne peut qu’être exécuté sur un ordinateur, dans des cas particuliers définis chacun par un certain jeu de valeurs des paramètres et des conditions initiales. Ses propriétés générales ne peuvent être établies qu’en analysant et en interprétant les résultats de ces différentes simulations. Contrairement à la plupart des modèles mathématiques, le modèle informatique reproduit les relations temporelles et causales qui sont à l’œuvre dans le phénomène réel, et en constitue ainsi une maquette informationnelle. Sa « résolution » se réduit à l’expérimentation et ne suppose aucune connaissance des mathématiques (sauf à

51

assimiler abusivement l’informatique à une branche des mathématiques, comme c’est trop souvent le cas).

L’informatique comme outil de raisonnement
Construire un modèle conceptuel dans la perspective de le traduire ultérieurement en un modèle informatique oblige à expliciter toutes les hypothèses et à décrire les caractéristiques de chaque entité avec une grande rigueur. En détaillant les méthodes dont ces objets informatiques doivent être dotés, nous pouvons porter un jugement sur la probabilité que les agents réels que ces objets représentent aient effectivement ces capacités comportementales (ou, dans notre langage, possèdent ces modèles de processus). Pour illustrer les outils, les principes et les apports potentiels de la simulation informatique revenons sur l’exemple du modèle walrasien dont j’ai ébauché la modélisation. Dans ce modèle, chaque agent est capable de calculer la composition du panier de biens qui lui procure la satisfaction maximale sous la contrainte que la somme des prix des biens qu’il acquiert doit être égale à la somme des prix des biens qu’il cède, et d’en déduire les variations (cessions ou acquisitions) requises pour amener son panier à cette composition optimale. Pour cela, il doit posséder un processus de calcul de sa satisfaction pour tous les paniers de biens possibles, ainsi qu’une procédure d’optimisation du panier de biens. Pour une personne sachant programmer, représenter la fonction de satisfaction ne pose pas de problèmes de principe quand la forme mathématique de cette fonction est donnée. Cette fonction et tous ses paramètres seront probablement attachés à la relation entre l’agent et le bien sous forme d’une méthode de cet objet « relation », qui en langage informatique définira une de ses « propriétés ». Mais plus nous voudrons approcher le comportement humain, plus cet exercice exigera des algorithmes complexes, ce qui fera apparaître un contraste entre le caractère irrationnel et approximatif du comportement réel et la sophistication de l’appareil mathématique mobilisé pour le représenter L’optimisation elle-même nécessite un algorithme complexe qui ne peut produire un résultat qu’au prix d’hypothèses très restrictives sur la forme de la fonction de satisfaction. Tenter d’écrire cette procédure, ou examiner les procédures existantes, suffit à prouver que prêter aux agents un tel comportement optimisateur n’est pas vraisemblable. Nous savons tous que ce n’est pas un processus conscient, et il est encore plus invraisemblable de le considérer comme un processus inconscient mais réel. On ne peut donc imaginer que chacun des agents économiques soit capable de calculer son panier optimum pour un ensemble de prix donné. Le modèle walrasien repose sur un modèle de l’agent totalement irréaliste. Néanmoins, tous les algorithmes d’optimisation de fonctions sous contraintes sont itératifs. De plus, pour des systèmes autres que linéaires, les méthodes numériques connues ne peuvent donner en un temps fini que des solutions approchées. On peut donc concevoir que, au lieu de procéder à une optimisation complète à chaque interaction avec le commissairepriseur, les agents n’exécutent à chaque fois qu’un seul pas de l’algorithme d’optimisation. Ce modèle de comportement est a priori plus plausible que celui de l’optimisation complète, et il serait intéressant de mesurer grâce à la simulation comment se comparent les vitesses de convergence dans ces deux cas. Pour le commissaire-priseur, le calcul des nouveaux prix peut utiliser différents algorithmes. Le plus simple est d’augmenter ou de réduire le prix d’un certain pourcentage, selon que les agents sont globalement demandeurs ou offreurs. On peut aussi considérer que chaque pas de l’exécution du modèle donne, pour chaque bien, un nouveau point de la courbe (inconnue ex ante) qui donne la somme algébrique des quantités soumises à l’échange en fonction du prix proposé, et extrapoler ou interpoler cette fonction pour calculer le prix pour
52

lequel elle serait nulle, par exemple en la supposant localement linéaire. Il faut pour cela conserver dans chaque objet « bien » le prix précédemment proposé, et par exemple le doter d’une méthode qui, en même temps qu’elle enregistre le nouveau prix, sauvegarde le précédent. D’autres méthodes sont imaginables, qui exigeraient de conserver un historique plus complet. Dans la démarche traditionnelle, on cherche d’emblée à démontrer qu’un équilibre existe. Pour cela, on « met en équations » le modèle, c’est-à-dire qu’on cherche à l’exprimer sous une forme mathématique dont les propriétés générales sont connues, donc purgée de toute spécificité économique. Ce travail, qui a été effectué de façon rigoureuse par Arrow et Debreu, aboutit certes à démontrer l’existence d’un équilibre, mais aussi à une longue liste d’hypothèses qui doivent nécessairement être satisfaites pour que cet équilibre existe, soit réalisable et soit stable. Si on accepte l’existence de l’équilibre, il faut se demander par quels mécanismes concrets le marché peut y parvenir et s’y maintenir, autrement dit si cet équilibre tend à s’établir spontanément et s’il est stable. L’approche et la méthode informatiques sont d’emblée différentes: nous partons des mêmes hypothèses pour en déduire expérimentalement les conséquences et non pour justifier des conclusions données d’avance. De plus, nous voulons isoler ces hypothèses les unes des autres pour pouvoir les modifier séparément, examiner les conséquences de chacune d’entre elles ainsi que des variantes de chacune. La question que nous nous posons n’est pas « à quelles conditions tel résultat posé a priori est-il vrai? » mais « quelles sont les conséquences de telle hypothèse? ». Pour qu’une position d’équilibre soit atteinte, il faut que la méthode de calcul des nouveaux prix par le commissaire-priseur et la méthode de calcul des quantités échangées par les agents soient telles que chaque itération rapproche de l’équilibre. Or on peut a priori imaginer une grande variété d’algorithmes pour la réalisation effective de ces méthodes. L’expression informatique permet de définir n’importe quel algorithme, même s’il correspond à une fonction très complexe, voire de modéliser des populations différentes munies d’algorithmes différents. Au contraire, on peut munir les agents de méthodes très simples, donc plus conformes à la réalité, et étudier leur comportement collectif. Le processus de simulation permet d’observer les résultats obtenus avec ces différents algorithmes, qui peuvent ou non mener à un équilibre. Il permet même d’organiser des compétitions entre agents munis de comportements différents. Mentionnons pour mémoire le problème du choix des conditions initiales. Si les agents sont complètements identiques, leurs propositions d’échange seront par conséquent identiques. En particulier, pour chaque bien, il n’y aura que des propositions de cession ou des propositions d’acquisition, si bien qu’aucune transaction ne sera possible. Lors de la création des agents, il faut donc les doter de fonctions de satisfaction et de quantités possédées différentes d’agent à agent. De même, pour des modèles simples, on observe que le temps nécessaire à la convergence dépend grandement des prix initiaux ; pour des modèles plus réalistes, et donc plus complexes, on peut s’attendre à ce que seules certaines combinaisons de prix initiaux permettent au modèle de converger. Ces combinaisons particulières ne peuvent être obtenues que par tâtonnements, ce qui contribue à jeter un sérieux doute sur la pertinence de tels modèles. Il était déjà clair que les hypothèses sous lesquelles on peut démontrer l’existence de l’équilibre walrasien, prises une à une, sont irréalistes ; mais on pouvait néanmoins espérer que l’analyse walrasienne était une simplification utile de la réalité, permettant d’obtenir de façon rigoureuse des conclusions « robustes » qui resteraient approximativement vraies dans

53

le monde réel. La conclusion qui semble se dessiner est au contraire que la moindre déviation par rapport à une quelconque de ces hypothèses empêche l’équilibre d’exister. Au total, cette réflexion confirme que la théorie de l’équilibre général est un exercice de pure fiction. Malgré tous les résultats théoriques qui ont été dérivés de l’étude du modèle mathématique correspondant, elle ne nous dit rien quant à l’existence de l’équilibre économique dans les conditions de l’économie réelle. Au contraire, une analyse fine des conditions d’existence de l’équilibre walrasien, qu’elle soit mathématique comme celle qui a valu le prix Nobel d’économie à Gérard Debreu en 1983, ou informatique comme celle qui est esquissée ici, montre que cet ensemble de conditions ne peut pas être satisfait dans la réalité. Quelle que soit l’élégance de la construction et du raisonnement, et les satisfactions esthétiques que le théoricien peut en tirer, les propriétés de l’équilibre walrasien sont des propriétés d’un certain système d’équations, mais ne disent rien sur les propriétés du monde économique réel.

Conclusions
Un programme est d’abord un texte décrivant de façon rigoureuse des objets et des comportements. Même lorsque ce texte n’est pas destiné à être in fine exécuté par un ordinateur, l’utilisation d’un langage formel exécutable oblige à définir les concepts avec une plus grande précision et force à répondre à des questions que le langage courant tend à occulter. Représenter les concepts élémentaires par des objets force à spécifier exactement quelles sont les variables et les actions qui représentent chaque concept, et quelles ont les relations entre des concepts similaires. Pour représenter un concept par un type d’objet (une « classe »), il faut définir exactement quelles sont les grandeurs qui le caractérisent, et seront donc représentées par des « champs » de l’objet. Pour représenter son comportement par des « méthodes » de l’objet, il faut identifier et caractériser rigoureusement les différents processus qu’il peut exécuter, ainsi que les variantes de ces comportements qui définissent des classes d’objets différentes. Par exemple, quelles possibilités de mémorisation et de traitement de l’information un modèle particulier suppose-t-il chez les agents, et quels échanges d’information suppose-t-il entre eux? En se posant la question « comment modéliser un agent? », on se demande en fait ce qu’est réellement un agent, et en quoi le modèle de l’agent diffère de celui du bien, ce qui nous aide par exemple à comprendre comment une entreprise, qui est un agent particulier, peut être l’objet de transactions à l’égal d’un bien. Le recours au langage informatique peut donc être utile même si on n’utilise ensuite que la simple logique verbale. Il offre un langage d’exposition précis et rigoureux qui permet d’éviter les incohérences et d’exprimer les concepts assez précisément pour être représentables dans la formalisation choisie. Ce mode d’utilisation du langage informatique reste assez éloigné des servitudes propres à l’écriture de programmes exécutables pour que le caractère fastidieux ne soit pas un problème. Mais c’est quand même l’exactitude et la rigueur d’expression exigées par l’informatique qui fondent l’intérêt de cette démarche. De façon plus poussée, l’outil informatique peut être exploité pour construire des modèles exécutables, directement dérivés des modèles conceptuels, palliant ainsi en partie l’impossibilité d’expérimenter qui caractérise la science économique. Le modèle en cours d’étude doit alors être mis sous la forme d’un programme exécutable, qui dans le cas le plus normal décrit les lois d’évolution de l’état des objets dans le temps. Les objets principaux du modèle, généralement les agents, seront ainsi dotés de méthodes qui représentent leur comportement à chaque pas de temps. Ils seront mis en œuvre par un programme général d’animation qui simule le passage du temps, et le déroulement du programme représentera le

54

déroulement dans le temps des processus représentés par les méthodes des objets. C’est ce qu’on appelle une opération de simulation. L’informatique est alors un outil d’expérimentation et de calcul. Elle permet de confronter des théories avec l’observation, et de construire des théories testables à partir de théories générales. Ce type d’utilisation entraîne les servitudes liées aux aspects « logistiques » de l’écriture et de l’exécution de programmes, qui sont de nature à rebuter l’analyste peu familier avec l’informatique. Il est donc nécessaire d’expérimenter pour identifier les opportunités, les limites, le potentiel et les difficultés de l’approche proposée, ainsi que ce qui peut être fait pour faciliter son utilisation dans le domaine économique. Il serait également utile de définir un langage intermédiaire qui permette d’exprimer les concepts d’entité, de processus et de relation, et de décrire des modèles construits sur cette base, de façon plus rigoureuse que ne le permet la prose courante, mais sans se plier à l’extrême formalisme de la programmation ni exiger de traiter les servitudes logistiques qu’elle impose. J’esquisserai un tel langage dans les chapitres 5 à 7 (ou 8)et 6, en reprenant un par un les éléments du modèle. Notons enfin que, si la modélisation par programmes informatiques permet de concilier la rigueur des modèles avec le caractère intrinsèquement complexe de la réalité économique, elle soulève certaines questions méthodologiques fondamentales. Elle conduit en effet à mettre l’accent sur les processus économiques et leur déroulement dans le temps. Elle pousse également à considérer les relations entre les grandeurs économiques comme des relations causales et non des relations purement fonctionnelles comme en économie mathématique. Cette approche de l’économie s’apparente à l’attitude méthodologique de l’école « autrichienne » de Menger, Mises et Hayek et se démarque largement de l’attitude méthodologique néoclassique.

55

Chapitre 5 – Les processus
Dans le chapitre 3, j’ai ébauché un modèle conceptuel capable de représenter les entreprises en tant qu’agents économiques dans toute leur diversité et leur complexité. Les chapitres suivants reprennent et élaborent ce modèle, d’une part en définissant chacun de ses constituants élémentaires de façon plus précise, et d’autre part en les généralisant pour en faire des éléments de représentation de toutes les entités et de tous les phénomènes économiques. A partir du besoin de représenter les entreprises, nous aboutirons ainsi à un système de représentation qui peut être utilisé pour construire un modèle général du monde économique, ou plus raisonnablement des modèles partiels, mais qui dépassent considérablement l’entreprise en représentant n’importe quel type d’entités économiques. Le présent chapitre précise et développe la notion de processus, qui est dans le modèle l’unité élémentaire d’analyse sur laquelle repose l’ensemble de l’édifice. Le chapitre suivant reprendra le modèle de l’agent pour le généraliser à toutes les formes d’entités qui peuvent intervenir dans un raisonnement économique. Bien que l’exposé utilise le langage naturel, je m’attacherai à anticiper dans la description verbale une représentation éventuelle ultérieure en langage informatique, ce qui présente le double avantage d’inviter à une certaine rigueur dans la conceptualisation et de préparer la définition d’un langage intermédiaire entre le langage habituel et le langage informatique. Tout en étant exempt du formalisme, des contraintes, des servitudes et de la rigueur absolue de ce dernier, un tel langage apporterait une expression plus rigoureuse et constituerait une étape intermédiaire vers la formalisation informatique permettant l’expérimentation.

Le monde réel et le modèle
Dans le chapitre 3, j’ai proposé un nouveau modèle de l’agent économique, défini entre autres par un répertoire de modèles de processus qui représente les opérations dont cet agent est capable, et qui peut être composé d’une collection d’agents de rang inférieur. Nous verrons au chapitre 6 que ce modèle peut représenter n’importe quel type d’entité économique, selon la nature des processus dont il est doté. Dans ce chapitre, j’utiliserai donc le terme « entité » au lieu de celui d’« agent » pour désigner un concept plus général. J’ai aussi défini un processus comme une opération ou un ensemble d’opérations qui modifie l’« état du monde » représenté par les attributs des entités qui constituent ce monde. Les termes de « processus » et d’« entités » peuvent s’appliquer aussi bien à des processus et à des entités du monde réel qu’à leur représentation dans des modèles économiques, indépendamment du langage dans lequel cette représentation est exprimée. Selon le problème qu’il se propose de traiter, le modélisateur choisira une représentation plus ou moins détaillée des processus et des entités, et il choisira un langage pour écrire cette représentation en fonction des outils de raisonnement qu’il se propose d’utiliser. Reprenons l’exemple du chapitre 3 sur la fabrication des puces électroniques, et précisément l’opération de gravure. Dans la réalité, chacune des opérations que j’ai introduites (construction d’une ligne de fabrication, conception de la puce et fabrication des masques, gravure d’un lot de tranches, finition d’une puce, commercialisation des puces) est elle-même un ensemble très complexe d’opérations. Par exemple, pendant l’opération de gravure, un lot de tranches de silicium circule entre de nombreux appareils pour subir les

56

différentes étapes de gravure, entre lesquelles s’intercalent des étapes d’inspection qui conditionnent la suite du processus. Le nombre total d’opérations élémentaires est typiquement de plusieurs centaines. Un type particulier de puces est défini par la définition détaillée des étapes de gravure et de test, et par un jeu de masques qui contient les dessins à utiliser à chacune des étapes. Tout au long de l’exécution du processus, des défauts de gravure ou de traitement viennent s’ajouter de façon aléatoire aux défauts qui étaient présents dans la tranche vierge. A la fin, les puces terminées sont testées individuellement et les puces défectueuses sont rejetées. Le rendement, c’est à dire le rapport du nombre de puces sans défaut au nombre de puces vierges introduites au début du processus, est une caractéristique économique fondamentale de l’état du processus. D’un point de vue très synthétique, l’ensemble de toutes ces opérations peut être résumé par un modèle de processus qui accepte comme paramètres un nombre et un type de puces à produire, calcule les besoins en matériaux et le temps nécessaire, diminue les stocks de matériaux des quantités consommées et augmente le stock de puces de la quantité produite au bout du temps de production calculé. Un tel résumé suppose que le processus appelant ait vérifié la disponibilité des matériaux, sinon le processus de production doit être un peu plus complexe pour ajuster la quantité produite aux stocks réellement disponibles. Cette représentation ignore par construction les phénomènes de conflit et d’attente internes à l’usine, qui peuvent affecter les délais de fabrication, la consommation de matériaux et le rendement L’ensemble du processus réel complexe, où interviennent de nombreuses décisions humaines, peut ainsi être représenté par un modèle de processus simple qui fonctionne comme un automatisme, dans la mesure où les détails ignorés par ce modèle ne sont pas significatifs pour le problème étudié. C’est le cas par exemple si on veut étudier les phénomènes résultant de la concurrence de plusieurs fournisseurs de puces qui mettent en œuvre les mêmes technologies de production. Il faudrait passer à un modèle plus détaillé si l’analyse économique devait prendre en compte le détail de l’équipement de chaque fournisseur, ou si les fournisseurs utilisaient des techniques de production notablement différentes.

Représentation des processus
Dans ce qui suit, je n’utiliserai le terme de « processus » que pour désigner les représentations qui forment le modèle, et non les processus du monde réel. Un modèle de processus est la définition générale d’une opération portant sur certains aspects de l’état du monde. C’est en quelque sorte l’analogue d’une recette de cuisine. Il peut être décrit à deux niveaux ; une description générale de ce que fait le processus, qui permet de décrire ce dont une entité est capable, à l’attention des autres entités (« faire une tarte aux pommes ») ; et une description détaillée pas à pas du processus, qui permet à l’entité qui le possède de l’exécuter effectivement (la recette de la tarte). En langage courant, la description générale d’un processus comporte nécessairement un verbe d’action et un ou plusieurs compléments qui désignent les intrants et les extrants, avec l’indication de leur rôle dans le processus. La description détaillée est un texte, normalement écrit à l’impératif ou dans un mode équivalent, qui décrit sans ambiguïté tous les ingrédients et toutes les étapes successives de l’exécution de l’opération. Un programme informatique est une succession d’instructions, donc un texte écrit à l’impératif. Un processus peut créer ou détruire certaines entités, modifier leur état ou modifier les relations entre elles. Nous avons appelé « intrant » d’un processus toute entité existante qui

57

est utilisée par le processus et « extrant » d’un processus toute entité créée par le processus ou dont certains attributs sont modifiés par lui. Une même entité peut être à la fois intrant et extrant d’un processus. Les intrants et les extrants peuvent être des objets du monde physique, mais ne sont en aucune façon restreints à ce type d’entités. Ce peuvent être également des entités représentant des individus, des organisations ou des parties d’organisations, voire des informations telles que des procédés de fabrication ou des savoir-faire. Ce peuvent enfin être des entités totalement immatérielles, par exemple des droits attachés à des choses ou à des processus. La seule condition est qu’on puisse décrire explicitement les concepts correspondants et leur attacher des caractéristiques pouvant prendre des valeurs définies. S’astreindre à les représenter sous forme d’objets informatiques est une façon de s’assurer qu’une telle description est possible. Selon leur nature et la façon dont ils interviennent dans le processus, les intrants peuvent être restitués après modification éventuelle, totalement consommés lorsque le processus détruit les objets qui les représentent, ou partiellement consommés lorsque l’intrant est modifié mais non totalement détruit. Cette utilisation doit bien sûr être compatible avec la nature des entités elles-mêmes, qui peuvent être définies comme permanentes ou consommables, et comme partageables entre processus simultanés ou à usage exclusifs, c’està-dire ne pouvant être utilisées que par un seul processus à la fois. Par exemple, un processus peut consommer une ressource appelée « énergie », qui gouverne la possibilité qu’a une entité d’exécuter des processus. La durée d’exécution d’un processus peut dépendre de la valeur courante d’une certaine caractéristique de l’entité qui l’exécute. Il est aussi possible que certains processus ne puissent être exécutés que pour certaines valeurs de cette caractéristique. Une telle caractéristique (qu’on peut appeler énergie disponible ou à l’inverse fatigue) limite l’activité possible de l’entité. L’exécution de certains processus, notamment de consommation, peut modifier cette valeur. Cette caractéristique peut aussi être attachée à une autre entité à laquelle l’entité exécutante a accès, et qui lui sert en quelque sorte de « source d’énergie ». De même, l’exécution d’un processus peut interdire ou limiter l’exécution simultanée d’autres processus par la même entité ou des entités avec lesquelles elle est en relation. Puisque l’exécution d’un processus nécessite le plus souvent un temps fini, le temps est implicitement une ressource rare pour toutes les entités. En langage informatique, un processus est écrit sous la forme d’un algorithme, c’est à dire une « méthode » d’un objet, qui peut utiliser toutes les instructions du langage. Cet algorithme peut utiliser et modifier toutes les variables qui sont connues par cet objet, directement où à travers des relations avec d’autres objets. Des données propres à une exécution particulière du processus peuvent être fixées par le processus de décision préalable, par exemple sous forme de paramètres de l’appel de la méthode. Les intrants d’un processus sont les objets détruits par le processus et les objets dont certains champs sont lus par le processus. Les extrants sont les objets créés par le processus et les objets dont certains champs sont modifiés par le processus. Un processus se déroulant dans le temps, les intrants sont utilisés et les extrants produits à des instants particuliers du déroulement de l’activité.

Modèle et exécution
Un modèle de processus peut être exécuté à la suite d’une demande formulée par un autre processus. Les conditions particulières de cette exécution sont formées par l’état du monde au moment de l’exécution, tel que représenté par l’état courant des intrants, et peuvent être complétées par des paramètres spécifiques fournis par le processus appelant. Dans le
58

cours de son exécution, un processus peut demander l’exécution d’un autre processus en spécifiant d’une part le modèle de processus à utiliser, d’autre part certaines conditions particulières d’exécution. Les agents sont des entités capables d’agir de façon autonome, et sont donc dotés d’un processus principal qui s’exécute en permanence et commande l’exécution de tous les autres processus de l’entité. Nous verrons dans le chapitre suivant que toutes les entités qui composent l’univers économiques, y compris les choses, peuvent être représentées par le même modèle d’entité, et ne se différencient que par la présence ou l’absence d’un tel processus principal, de modèles de processus directement exécutables par d’autres entités, et par la complexité de ces modèles de processus. Un processus économique n’est presque jamais totalement réversible, surtout s’il consomme du temps d’un ou plusieurs agents. Etant donné un processus P, il n’existe pas dans la réalité de processus « inverse » qui accepterait comme intrants les extrants de P et remettrait le monde dans l’état initial en donnant à tous les intrants de P leur valeur initiale. Ceci ne signifie pas qu’il est impossible de concevoir in abstracto un tel processus, mais celui-ci ne correspondrait à aucune réalité.

Décomposition d’un processus
En plus de son choix du niveau de détail de représentation des activités, le modélisateur doit aussi choisir un niveau approprié de découpage des processus du monde réel en modèles de processus. Toute suite d’opérations qui s’enchaînent dans un ordre immuable peut être divisée de façon arbitraire, en introduisant éventuellement des variables ou même des entités nouvelles pour représenter les extrants de la première partie qui sont en même temps des intrants de la seconde. Par exemple, une séquence de dix opérations peut être considérée soit comme un seul processus formé de ces dix opérations, soit par un premier processus formé des cinq premières et se terminant par l’appel d’un autre processus formé de cinq dernières, soit par un processus formé de l’appel d’un premier processus formé des cinq premières opérations, suivi d’un appel à un autre processus formé de cinq dernières, soit toute autre forme de découpage. En termes informatiques, un algorithme, ou une séquence d’opérations, peut toujours être décomposé en séquences plus simples et écrit sous la forme d’une combinaison de ces algorithmes de rang inférieur. Pour notre propos, il sera rarement utile de pousser cette décomposition plus loin que l’obtention de processus élémentaires définissant des opérations exécutées par une même entité de façon indissociable, sans décision nouvelle de cette entité. Il ne sera donc que très rarement utile de décomposer des processus purement physiques. Une telle décomposition peut être commode par exemple quand certaines séquences d’opérations se retrouvent dans plusieurs processus différents ; on peut alors les considérer comme des sous-processus utilisables par les autres processus. A part ce cas, on l’utilisera principalement quand, en un point d’un modèle de processus, les opérations suivantes dépendent du résultat de certaines comparaisons. Il est alors commode de représenter chacune des suites possibles par un modèle de processus différent, et de limiter le processus principal aux opérations de test et à l’appel du processus approprié. On peut ainsi séparer de façon rigoureuse les processus de décision des processus qui se déroulent automatiquement sans nouvelle décision humaine, en particulier des processus purement physiques, ou qui sont considérés comme des automatismes dans le cadre du modèle en cours. On distinguera ainsi plusieurs types de processus.

59

Les processus physiques se déroulent conformément à des lois « naturelles » indépendantes de la volonté des êtres humains, qui sont des données pour l’économique. Découvrir ces lois est du domaine des sciences physiques et des sciences de la nature ; l’économie s’occupe de savoir comment les êtres humains utilisent ces lois pour satisfaire leurs désirs, en particulier dans des situations où ils doivent choisir. Par son action propre, un processus physique crée ou détruit des entités ou modifie les attributs d’entités existantes. Il se déroule le plus souvent indépendamment de l’agent qui en a demandé l’exécution, sauf lorsque celui-ci y participe avec ses propres capacités physiques. Ses résultats peuvent dépendre de l’état et des décisions d’autres agents. De plus, les modifications qu’il apporte à l’état du monde n’apparaîtront que de façon différée ; si un agent quelconque, y compris celui qui a lancé le processus, examine l’état du monde pendant l’exécution de ce processus, cet état variera dans le temps. Par contraste, les processus immatériels n’utilisent et ne produisent que de l’information et ne modifient aucune des caractéristiques physiques des entités. Plus précisément, bien que ces informations aient nécessairement un support physique, il est inutile de tenir compte des lois physiques auxquelles obéissent les phénomènes de transmission de l’information, et ces processus peuvent souvent être considérés comme purement immatériels et s’exécutant en un temps infiniment court. Un processus d’information modifie l’état interne de l’agent qui l’exécute, ou celui d’autres agents. Un processus de décision est exécuté par un agent pour déterminer lesquels de ses processus exécuter en fonction de l’état du monde. Mais on peut aussi se contenter d’une décomposition moins fine, où on trouvera des opérations de décision à l’intérieur de processus plus généraux. C’est la nature de l’étude en cours qui permettra d’arbitrer entre l’utilisation d’un grand nombre de processus simples et celle d’un plus petit nombre de processus plus complexes.

Consommation et échange
Tout processus a des intrants et des extrants ; il est à la fois consommateur et producteur. Pour l’entreprise, production et consommation sont deux faces des mêmes processus. Pour l’individu au contraire, un processus de consommation ne produit rien d’autre que la satisfaction personnelle du consommateur, et éventuellement des déchets qu’il ne considère pas comme des biens économiques. Ce sont ces processus qui déterminent les « utilités » des intrants pour cet agent, en particulier les utilités des biens matériels. Outre les biens qu’il consomme, un processus de consommation peut nécessiter d’autres intrants, et avoir un coût, des contraintes et des délais propres. Le processus concrétise ainsi la notion de « technologie de consommation » introduite par Kelvin Lancaster .
17

Des processus sont équivalents quand ils ont les mêmes extrants. En particulier, deux processus de consommation sont équivalents s’ils produisent la même satisfaction et deux processus de production sont équivalents s’ils produisent les mêmes biens. Les ensembles d’intrants de deux processus équivalents sont dits substituables ; si ces ensembles ont une partie commune, les sous-ensembles par lesquels ils diffèrent sont également substituables. En particulier, deux biens ou groupes de biens sont substituables lorsqu’ils constituent les intrants de deux processus équivalents, qui peuvent par ailleurs avoir un ensemble d’intrants communs. La notion de biens substituables se définit ainsi par rapport à un ensemble de processus équivalents, et donc par rapport à un certain ensemble d’extrants produit par ces processus.

17

Lancaster K

Modern Consumer theory (Edward Elgar, 1991) 60

Un agent peut également exécuter des processus d’échange. Dans une économie monétaire, un processus d’acquisition exécuté par un agent A transfère à cet agent des droits jusque là détenus par un autre agent B, et transfère en sens inverse une certaine quantité de monnaie. Ce même processus est vu par B comme un processus de cession. Monnaie et biens sont à la fois intrants et extrants de ce processus, où les deux agents jouent des rôles symétriques. La réalisation d’une transaction requiert l’exécution simultanée d’un processus d’acquisition par un agent et d’un processus de cession par un autre. Nous verrons au chapitre 7 que c’est l’exécution de ces processus qui seule donne aux biens des valeurs « objectives » concrétisées par un flux réel de monnaie. Cette exécution simultanée par deux agents différents de deux processus liés permet également de modéliser des relations de services, qui se caractérisent par le fait que les processus de production par un agent et de consommation par un autre sont (au moins partiellement) simultanées et interdépendantes.

Valeurs d’un processus
L’analyse économique traditionnelle utilise les notions de valeur et de coût, qu’elle attache selon les écoles à des biens ou à des relations entre agents et biens, et l’économie industrielle utilise les notions d’échelle de production. Ces mêmes notions peuvent aussi être attachées à des processus, qui sont notre unité élémentaire d’analyse. Nous pourrons ainsi transposer à une échelle plus fine, celle du processus, des analyses qui s’appliquent traditionnellement à des niveaux plus macroscopiques comme celui des entités tout entières. De la même façon que le fait qu’un agent acquiert un bien indique qu’il attache une valeur à ce bien, le simple fait qu’un agent exécute un processus indique que ce processus a une valeur pour lui. Cette valeur résulte d’une estimation subjective effectuée par cet agent particulier à un moment particulier du déroulement du processus. La première de ces estimations successives est celle que l’agent effectue ex ante, dans le cadre du processus de décision qui l’amène à exécuter le processus concerné. Par la suite, cette valeur peut varier dans le temps, jusqu’à prendre, quand le processus a été totalement exécuté, une valeur finale ex post qui n’a aucune raison d’être égale à sa valeur ex ante. Un agent peut désirer exécuter un processus, ou qu’un autre agent exécute un processus, indépendamment de la valeur des intrants et des extrants, et donc lui attacher une valeur propre. Cette valeur est importante voire déterminante pour les agents individuels, alors qu’elle est généralement ignorée dans l’entreprise. Par exemple, l’être humain individuel exécute en permanence des processus de consommation où la valeur des extrants est nulle et où il doit payer pour acquérir les intrants, ce qui ne peut se justifier que par une valeur propre du processus supérieure à celle des intrants. C’est par exemple le cas des activités bénévoles, artistiques, sportives ou charitables. A l’inverse, une entreprise n’exécute généralement un processus que si la valeur des extrants est supérieure à celle des intrants, la différence étant par définition la valeur du processus ou le « profit » qu’il produit. Il existe néanmoins de nombreux cas où la valeur propre du processus est déterminante, en particulier pour les activités des dirigeants. Ceci explique que des entreprises se lancent souvent dans des activités non profitables, ce qui les fait paraître « irrationnelles ». En attachant aux intrants et aux extrants d’un processus une valeur monétaire, on peut lui associer un flux de dépenses et de recettes, ou de coûts et de revenus. Si on admet que les valeurs peuvent être exprimées dans une unité commune, par exemple la monnaie, la valeur nette du processus est égale à sa valeur propre plus l’augmentation de valeur des extrants,

61

moins la diminution de valeur des intrants, toutes ces valeurs étant estimées par l’agent à un moment particulier et pouvant varier dans le temps. Au début de l’exécution d’un processus, la plupart de ces estimations sont purement subjectives. Les valeurs des intrants et des extrants ne peuvent devenir objectives que quand elles résultent de la réalisation effective d’un processus d’échange marchand. Il en découle que le processus dans son ensemble ne peut recevoir une valeur objective que quand il est terminé, et à condition que sa valeur propre soit nulle ou insignifiante. En particulier, les décisions relatives à un processus ne peuvent reposer que sur des valeurs subjectives : les valeurs objectives des intrants peuvent être établies par des processus d’acquisition antérieurs, mais celles des extrants ne sont par définition établies qu’à la fin du processus. Si le processus est purement interne, c’est à dire ne comprend pas la cession de ses extrants sur le marché, ces valeurs risquent de n’être établies que longtemps après la fin de son exécution.

Coûts d’un processus
Le coût d’exécution d’un processus est égal à la somme des coûts des intrants qu’il consomme. Un même modèle de processus peut souvent être exécuté à plusieurs échelles, le plus souvent dans le but d’obtenir une certaine quantité d’un extrant, la décision correspondante étant la fixation des quantités de certains intrants. Le modèle du processus définit une relation entre les quantités d’intrants utilisées et les quantités d’extrants produits par le processus. Il suffit généralement de spécifier les quantités d’un petit nombre d’intrants pour définir à travers cette relation les quantités des autres intrants utilisées et les quantités d’extrants produits, et donc le coût d’exécution du processus. Le plus souvent, spécifier la quantité d’un seul intrant ou extrant suffit pour définir toutes les autres quantités. La quantité de cet intrant ou extrant pour une exécution particulière définit l’échelle de cette exécution du processus. Si tous les intrants sont consommés de façon proportionnelle aux extrants, et à condition que la valeur unitaire de chaque intrant et de chaque extrant soit constante, la valeur totale des intrants et celle des extrants est proportionnelle à l’échelle, ainsi par conséquent que la valeur du processus. Tous les ratios de « productivité » rapportant un extrant à un intrant sont alors indépendants de l’échelle, en particulier le coût moyen des extrants. On dit alors qu’on se trouve dans une situation de rendements constants. Dans d’autres cas plus fréquents, la consommation de certains intrants est indépendante de l’échelle du processus. Leur valeur est un coût fixe encouru à chaque exécution quelle que soit la quantité des extrants produite. La « productivité » est alors d’autant plus élevée, et le coût moyen des extrants produits d’autant plus faible, que l’échelle à laquelle le processus a été exécuté est grande. On a affaire à une situation de rendements croissants. Il peut exister des cas où la consommation d’intrants et la production d’extrants obéissent à des lois plus complexes. Enfin, il est possible que la valeur unitaire de certains intrants augmente avec la quantité utilisée, ou que la valeur unitaire des extrants diminue quand la quantité produite augmente. On peut alors rencontrer des situations de rendements décroissants, où la productivité décroît quand l’échelle augmente. L’économie standard considère que le cas le plus général est celui où le rendement commence par croître, passe par un maximum pour une certaine échelle optimale, puis décroît ensuite. On généralise ainsi la notion de coûts fixes et coûts variables, en les attachant à chacun des processus. De plus, on leur donne une dimension temporelle en considérant les flux de

62

coûts et de revenus associés, dont la répartition dans le temps est une caractéristique essentielle de l’activité. Elle donne en chaque point du temps le montant de l’avance de dépenses consentie en vue d’obtenir les extrants du processus, selon l’échelle à laquelle ce processus est exécuté. Dans certains cas, il faut de plus tenir compte du coût d'existence de l'entité contenant ce processus, qui est indépendante du nombre de fois où le processus est exécuté. Ce coût d’existence est lui-même le coût d’exécution des processus qui sont nécessaires pour maintenir l’entité en état d’exécuter ses processus. Dans de tels cas, dont nous verrons des exemples aux chapitres 1, 13 et 14, le coût total encouru pour exécuter n fois un processus pendant une certaine période est de la forme A+B*n, et le coût moyen de l’exécution de ce processus est une fonction décroissante de la fréquence d’exécution. On a ce qu’on peut appeler des « économies de fréquence » analogues aux économies d’échelle. Selon la nature des processus concernés, leurs coûts d’exécution représentent toutes les formes de coûts que les théories économiques sont amenées à prendre en compte : coûts de production, coûts de transaction , mais aussi coûts d’investissement, coûts d’information, coûts de communication, etc. A chacun de ces processus, on peut attacher une valeur, des coûts qui dépendent de l’échelle et de la fréquence d’exécution,, et donc parler de façon homogène d’économies d’échelle ou de fréquence pour tous les processus quelle que soit leur nature. Nous verrons des applications de cette approche dans les chapitres 10 à 14.

Schémas de processus simplifiés
Pour les besoins du raisonnement économique, on peut souvent représenter des modèles de processus par des processus simplifiés sans perte substantielle de généralité. Pour des processus physiques qui se déroulent de façon automatique sans décision humaine, où dans lesquels les décisions humaines sont ignorées et prises en compte de façon statistique, on peut ainsi adopter l’un ou l’autre de deux schémas simplifiés selon que le processus est discret ou continu. On pourra le plus souvent considérer qu’un processus physique discret s’exécute en trois phases : une phase d’acquisition des intrants, de durée nulle, une phase de transformation qui se résume au simple passage de la durée d’exécution, et une phase de production des extrants, de durée nulle. Les phases d’acquisition des intrants et de production extrants sont entièrement caractérisées par une liste d’intrants et une liste d’extrants, dont les quantités peuvent être fonction d’un ou plusieurs paramètres présents dans les intrants. L’ensemble du processus peut alors être défini par ces deux listes et la durée d’exécution, qui peut elle-même dépendre de ces mêmes paramètres. On retrouve ainsi une représentation voisine de la notion classique de « fonction de production ». Les listes d’intrants et d’extrants retenues dans le modèle peuvent être simplifiées par rapport à la réalité. Si on peut faire l’hypothèse que certains intrants peuvent être obtenus à volonté et sans délai sur une forme de marché extérieure à l’entité considérée, l’acquisition de cet ensemble d’intrants peut être représentée par un simple flux de monnaie vers une entité extérieure qui représente ce marché. Seuls les intrants considérés comme spécifiques ou critiques seront individualisés dans la liste. De même, une partie des extrants réels peut être purement et simplement ignorés s’ils ne servent pas d’intrants à d’autres processus du modèle. Certains processus physiques sont continus en ce sens que leur durée d’exécution ne peut pas être déterminée au début de chaque exécution. De tels processus .s’arrêtent quand une fonction des valeurs courantes de certaines variables prend certains valeurs. Par exemple, une telle condition d'arrêt pourra fréquemment être que la quantité disponible d’un intrant soit nulle ou inférieure à un certain seuil, ou qu’une certains variable prenne une valeur donnée
63

qui sert de signal d’arrêt, On ne peut alors pas faire l’hypothèse simplificatrice que tous les intrants sont acquis dès le début du processus ; les intrants doivent être acquis et les extrants produits acquis au fur et à mesure de l’avancement de l’exécution, aboutissant ainsi à ; des modèles plus complexes que ceux des processus discrets. En revanche, il peut exister une relation fixe entre les intrants et les extrants, ce qui conserve les notions de productivité et d’échelle. Un grand nombre des processus qui interviennent dans l’analyse économique sont purement informationnels, dans la mesure où le support physique des informations sur lesquels ils portent est ignoré dans le raisonnement économique. De tels processus se bornent à modifier les valeurs de certaines caractéristiques de l’entité qui les exécute ou d’autres entités, à l’issue d’opérations de traitement de l’information qui peuvent être d’une complexité variable. Ils peuvent le plus souvent être considérés comme ayant une durée d’exécution nulle et ne consommant aucune ressource. Seuls des processus extrêmement complexes peuvent avoir une durée d’exécution non nulle, ce qui implique que leurs résultats, au moment où ils sont obtenus, peuvent ne pas être cohérents avec les valeurs de leurs données à ce moment. Parmi ces processus immatériels, les processus de décision occupent une place à part. Ils ne modifient généralement rien et se bornent à faire appel d’autres processus à l’issue d’opérations logiques plus ou moins complexes. Ce sont ces processus qui représentent l’essentiel de l’action humaine, et dont les interactions forment le substrat de l’activité économique. De nombreux développements théoriques se sont donné pour but de les analyser et de les décrire. Nous en parlerons plus en détail au chapitre suivant quand nous aborderons la modélisation du comportement des agents économiques.

64

Chapitre 6 – La représentation des entités économiques
Reprenons maintenant la représentation d’un agent, qui dans sa forme la plus générale peut être défini par : - un certain nombre de caractéristiques qui définissent son identité et son état ; - les processus qu’il est capable d’exécuter, dont son processus principal exécuté en permanence ; - la liste de ses parties, elles-mêmes justiciables du même modèle. Le nombre de ces grandeurs, de ces processus et de ces parties peut être quelconque, ainsi que la complexité de chacun. Par exemple, nous avons vu le cas de l’agent ponctuel des théories classiques, qui n’exécute que des processus de consommation et d’échange, dont la « production » se compose uniquement de ses propres satisfactions, et qui n’est pas composé de plusieurs parties. Cette forme spécifique d’agent est définie par la nature de ses processus. On peut imaginer d’autres types d’entités plus ou moins dégénérées, en particulier par leurs processus, et se demander si elles représentent des entités du monde réel. Pour considérer l’extrême limite de cette dégénérescence, que représente un modèle d’entité dont la liste des parties et la liste des processus sont vides ? Bien évidemment une chose simple et inerte, qui possède des caractéristiques mais n’est capable d’aucune action. Si notre modèle, conçu au départ pour représenter les entreprises, peut aussi représenter l’individu en tant qu’agent économique, et convient sous sa forme la plus dégénérée pour représenter une chose inerte, il peut sans doute être utilisé pour représenter tous les intermédiaires entre les choses inertes simples et les organisations les plus complexes. Quels sont alors les caractères spécifiques de l’agent économique et des biens économiques ?

Agents, choses et machines
Un agent est par définition capable d’un comportement autonome. Il est capable de percevoir et d’analyser la situation dans laquelle il se trouve et d’entreprendre des actions de sa propre initiative. Il est capable d’imaginer certaines modifications de lui-même et de son environnement, et de porter des jugements sur les états qui en résulteraient. Il considère que ses propres caractéristiques doivent être sous son contrôle exclusif, et qu’il doit être le seul à pouvoir les modifier. Il considère même que certaines de ces caractéristiques font partie de son domaine privé et qu’il doit pouvoir les dissimuler aux autres agents. Dans notre langage, cela se traduit par les traits suivants : un agent est doté d’un processus principal qu’il exécute en permanence et qui contrôle l’exécution de tous ses autres processus ; le modèle de l'agent comprend des processus de perception, de décision et d'action ; aucun processus d’un agent n’est directement exécutable par les autres agents ; la plupart des caractéristiques d’un agent, en particulier la liste de ses parties, ne peuvent être modifiées que par l’agent lui-même.

Ces caractéristiques ont leur équivalent dans la représentation informatique que nous avons esquissée au chapitre précédent : un objet peut avoir des composants (champs ou
65

méthodes) privés auxquels les autres agents n’ont pas accès, des composants protégés qui ne sont accessibles que par les objets des classes descendantes, et des composants publics visibles par les autres objets. A la différence d’un agent, la plupart des caractéristiques des choses inertes sont visibles par les autres entités et peuvent être modifiées conformément aux lois de la nature, ce qui ne veut évidemment pas dire de façon arbitraire. Dans la réalité, il existe également des choses capables d’une action propre plus ou moins systématique, par exemple des denrées périssables dont certaines propriétés évoluent spontanément, ou des polluants qui modifient certaines propriétés de leur environnement. Si ces transformations ont une signification économique pour le monde qu’on cherche à modéliser, on peut représenter de telles choses par une entité dotée d’un processus qui représente un phénomène physico-chimique spontané, et qui sera exécuté systématiquement à l’instar du processus principal d’un agent. Autrement dit, même l’objet qui représente une chose peut avoir une méthode action. Certaines choses peuvent aussi être des machines ou des automates capables d’exécuter certains processus à la demande des agents qui les contrôlent. Ces processus peuvent être complexes, et ces machines peuvent être représentées par des entités composites si c’est utile à leur modélisation économique. Ces entités auront les caractéristiques des choses, et comprendront en plus des processus directement exécutables par les autres entités, c’est à dire en langage informatique des méthodes publiques exécutables directement par les autres objets. Nous voyons ainsi que le modèle général de l’entité, définie par un certain nombre de grandeurs, un certain nombre de processus et la liste de ses parties, peut représenter pratiquement toutes les entités susceptibles d’intervenir dans un modèle économique. Les distinctions entre agents, machines et choses se traduisent par l’existence ou non d’un processus principal exécuté en permanence par l’entité, la complexité de ce processus et l’existence ou non de processus directement exécutables par les autres entités sans l’intervention du processus principal. Ce modèle peut représenter des êtres humains, qui d’ailleurs n’exécutent pas uniquement des tâches complexes même s’ils en sont capables, mais peuvent être réduits à exécuter un processus « automatique » pas différent de celui qu’exécuterait une machine. Ce même modèle peut aussi représenter de simples objets matériels, dont les méthodes simulent le vieillissement, le déplacement ou la déformation sous l’effet de forces physiques, les effets spontanés sur leur environnement, etc. Il peut représenter des automates régis par des logiques plus ou moins complexes, depuis des automatismes simples jusqu’à des robots sophistiqués ou des lignes de production automatisées. A l’inverse, il peut représenter des groupes humains comme les « ménages » de la théorie classique, et jusqu’à des organisations complexes comme nous le verrons par la suite. Nous n’introduisons pas de différence qualitative ni de discontinuité dans les niveaux d’» intelligence » de ces entités, qui se distinguent néanmoins les unes des autres par la nature des processus dont elles sont dotées. Au niveau de la représentation informatique, ceci correspond au fait qu’il n’existe pas de discontinuité entre des méthodes simples et des méthodes assez complexes pour représenter des comportements « intelligents » ou « irrationnels ». Cette représentation est cohérente avec l’idée qu’on ne peut pas identifier de discontinuité, mais seulement des gradations, entre les êtres humains et les animaux, ni entre les animaux et les machines, ni entre les machines et les choses inertes.

66

Relations entre entités
L’analyse économique s’intéresse non aux entités en elles-mêmes, mais à leurs interrelations. Une entité peut communiquer et interagir avec une autre entité en accédant à ses caractéristiques et à ses processus ou en lui transmettant des informations. Deux entités peuvent aussi communiquer et interagir en accédant aux caractéristiques et aux processus d’une entité tierce. Pour cela, les entités doivent au minimum connaître l’identité des autres entités avec lesquelles elles communiquent. Dans une entité composite, chaque entité est liée à l’entité de niveau supérieur et à ses entités composantes par une relation en quelque sorte implicite. Au contraire, si les deux entités sont indépendantes, la relation doit être explicite.. Sous sa forme générale, cette relation est une entité abstraite qui contient des références aux entités auxquelles elle s’applique, afin de permettre à chacune de communiquer avec l’autre, ainsi que des processus exécutables par ces entités et des paramètres caractéristiques de la relation. Les relations peuvent être de natures très variées. Dans une relation de connaissance, chaque entité se construit une image de l’autre, qui peut se modifier à chacune de leurs interactions. Dans une relation de communication, chaque entité peut placer et utiliser des informations dans une ou plusieurs variables formant une « boîte aux lettres » propre à la relation et accessible par les deux entités. Dans une relation de pouvoir, une entité peut imposer plus ou moins directement des valeurs à certaines caractéristiques de l’autre. Une relation contractuelle contient des informations qui seront utilisées par les deux entités dans certains processus. Une relation de négociation est une relation de communication visant à l’établissement d’une relation contractuelle. La nature de la relation est définie par les processus qu’elle permet à chaque entité d’exécuter et qui concernent l’autre entité. Ils peuvent lui permettre de connaître ou de modifier tout ou partie des caractéristiques de l’autre entité, d’exécuter certains de ses processus ou de présenter à cette autre entité des informations qu’elle utilisera dans ses propres processus. Pour chacune des entités liées par une relation, les processus de la relation qui lui sont accessibles sont assimilables aux processus de l’entité elle-même, si ce n’est qu’elle ne peut les exécuter que dans sa relation avec l’entité désignée. Une relation peut être asymétrique, c’est à dire présenter aux deux entités des caractéristiques et des processus différents.

Choses et biens
Le monde réel ne connaît que des choses et des activités. C’est en désirant exercer une activité, obtenir une chose ou obtenir qu’un autre agent exerce une activité que l’être humain attache une valeur à cette chose ou à cette activité et la considère de ce fait comme un bien. C’est le sens profond de la définition en forme de boutade due à Lancaster : « les biens sont ce que les gens considèrent comme des biens » . La notion de bien est une notion purement économique ; elle désigne une chose ou une activité en tant qu’objet de désir et d’échange potentiel, ce qui suppose qu’y soient attachés des droits négociables entre les agents. L’idée de bien est inséparable de celle de transaction : un bien, c’est une chose ou une activité, assortie de droits de propriété et de possibilités de transaction.
18

Jusqu’ici, rien dans notre modèle de l’entité ne dit si c’est un bien économique. Pour représenter cette notion, qui n’est pas dans la nature mais qui n’existe que dans la tête des

« Goods are what are thought of as goods Edward Elgar, 1991)

18

» (Kelvin Lancaster – Modern Consumer Theory –

67

agents, nous devons utiliser le concept de relation entre entités. Dans ce cas précis, la relation d’un agent avec un bien doit exprimer en particulier les droits de l’agent sur le bien, la quantité du bien possédée par l’agent et la valeur que l’agent accorde au bien. C’est l’existence d’une telle relation, créée à l’initiative de l’agent, qui fait de cette entité un bien. La relation entre un agent et une chose définit en particulier la perception que cet agent a de cette chose, c’est à dire les attributs que l’agent prête à la chose, mais qui sont en fait propres à la relation en ce qu’un autre agent peut prêter à cette même chose des attributs différents. Certains attributs de la relation sont de simples grandeurs, d’autres comme la valeur sont dérivées des caractéristiques du bien, des caractéristiques de l’agent, de la quantité qu’il possède actuellement, etc. Cette évaluation est réalisée par un processus qui ne peut être lié ni uniquement à l’agent, puisqu’un même agent peut utiliser des processus d’évaluation différents pour des biens différents, ni uniquement au bien puisque des agents différents peuvent utiliser des processus d’évaluation différents pour les mêmes biens. Les processus d’évaluation doivent faire partie de la relation elle-même. La définition d’une relation doit donc comprendre des processus et des paramètres caractéristiques, et ressemble de ce fait à la définition d’une entité. Nous avons vu dans le chapitre précédent qu’une telle relation peut être représentée par un objet informatique particulier. Une telle relation d’évaluation, telle que définie ci-dessus, peut a priori porter sur n’importe quel type d’entité. Elle permet de définir des droits et d’attribuer une valeur non seulement à une chose, mais aussi à un agent, par exemple une entreprise, ou un sous-agent (une partie d’une entreprise). Toute entité, y compris une machine ou un autre agent, peut faire l’objet d’une évaluation par un agent économique et ceci indépendamment de la « volonté » de cette entité (si elle est elle-même un agent économique) ou de son « propriétaire » (si elle en a un). Certaines entités peuvent être volontairement exposées et proposées à l’échange par un agent économique ; elles deviennent de ce simple fait des biens économiques. Les biens peuvent être des objets matériels de toute nature, des agents ou des droits de participation à des processus, c’est-à-dire des services. Ils présentent des caractéristiques qui pourront servir de base à leur évaluation éventuelle par des agents. Nous examinerons plus tard les processus par lesquels les agents évaluent des entités sur la base de leurs caractéristiques.

Biens et services
Presque toute la littérature économique met traditionnellement l’accent sur l’échange des choses matérielles, seules considérées comme porteuses de valeur dans les théories dominantes. Parmi les rares auteurs qui ont contesté ce parti-pris, le plus extrémiste (et le moins suivi) est sans doute Frédéric Bastiat qui a résumé l’activité économique par : « les services s’échangent contre des services », phrase qu’il explicite plus loin en écrivant : « L’action humaine, laquelle ne peut jamais arriver à créer de la matière, constitue seule le service que l’homme isolé se rend à lui-même ou que les hommes en société se rendent les uns aux autres… nul ne crée de la matière, nous nous bornons tous à nous rendre des services réciproques » . Cette position aussi exceptionnelle que pénétrante n’a guère été suivie jusqu’à nos jours.
19

Or les échanges de services tiennent une place de plus en plus importante dans l’économie réelle, et de nombreux travaux ont visé à donner aux services une place équivalente dans la théorie. Mais paradoxalement, il est impossible d’en trouver une définition totalement satisfaisante, que ce soit dans les dictionnaires courants ou dans la

19

Services privés, services publics (chapitre XVII des « Harmonies Economiques 68

»)

littérature économique. Pour chacune des définitions proposées, il est facile de trouver des exemples d’activité que les classifications des statistiques officielles, tout comme notre intuition, rangent parmi les services, et qui ne satisfont pourtant pas la définition considérée. J’ai développé ce point dans le chapitre 10 de mon livre précédent , auquel je renvoie le lecteur intéressé.
20

Ni la matérialité de l’objet de la transaction, ni la possibilité de le dissocier de sa source, ni les modalités du transfert entre le vendeur et l’acheteur ne constituent des critères permettant de séparer à coup sûr les produits des services. En prenant des exemples concrets de l’un et de l’autre, on trouve certes des différences entre certains biens et certains services, mais aucun caractère qui soit commun à tous les services et absent de tous les biens ou l’inverse, ce qui serait nécessaire pour fonder une dichotomie. Où que l’on tente de tracer une frontière entre produits et services, on trouvera toujours des offres qui se situent à cheval sur cette frontière, ou des offres que l’usage et le sens commun rangent dans une catégorie alors que la définition proposée les range dans l’autre. Or la seule raison pour penser le monde en termes d’une dichotomie entre les biens et les services est que les premiers économistes ont rapidement limité leur analyse aux choses tangibles. Ils s’intéressaient à la « valeur des choses » et à la « richesse des nations ». Il était donc naturel pour eux de limiter leur analyse à ce qui est mesurable, tangible, accumulable, c’est-à-dire les biens matériels. Plus tard, c’est pour des raisons idéologiques qu’Adam Smith a assimilé les services à des activités non productrices de valeur, suivi en cela à la fois par Marx et par les néoclassiques. Il faut donc revenir à Bastiat et poser que tout échange porte d’abord sur des services, et consiste en l’exécution d’un processus par un agent au bénéfice d’un autre agent : « fais ceci pour moi, je ferai cela pour toi ». Ce faisant, nous inversons la relation habituelle entre les objets et les activités : l’économique traditionnelle pose que les biens existent a priori ; nous remarquons au contraire que tout objet est le résultat d’un processus de production de cet objet, et n’existe que dans la mesure ou ce processus a été exécuté. En ce sens, les processus préexistent aux biens matériels. Un service peut alors être défini comme l’exécution d’un processus par un agent (le serveur) au bénéfice d’un autre agent (le client). Ce processus peut porter ou non sur des objets matériels, qu’il peut créer ou dont il peut modifier l’état ; si de tels objets existent, ils peuvent appartenir au serveur, au client ou à des tiers, ou peuvent être le client, le demandeur ou un tiers. Ces différences permettent de distinguer différentes formes de service mais n’interviennent pas dans la définition du concept général de service. Nous reviendrons sur les services dans le chapitre 7, notamment pour analyser les relations entre l’acte de service luimême et la transaction entre agents qui lui donne naissance, et qui précède généralement le processus de production, contrairement à ce qui se passe pour les biens habituels. L’échange de biens au sens strict d’entités séparables devient ainsi un cas particulier, qui se présente quand la transaction porte sur un objet séparable dont le processus de production a été complètement exécuté au moment de la transaction. Le détail des processus de production, ainsi que l’identité des agents qui les ont exécutés, peut alors être ignoré car, pour tous les autres agents, ce passé est résumé dans les caractéristiques des entités actuellement observables. Tout au plus peut-il servir à valoriser des attributs « cachés » comme la qualité, la longévité probable, etc. Autrement dit, dans ce cas et dans ce cas seul, la valeur peut être attachée aux résultats et non aux processus.

20

L’industrie informatique – structure, économie, performances (Masson, 1996) 69

Entités composites
C’est pour pouvoir représenter la diversité des entreprises que nous avons initialement proposé un modèle de l’agent « composite » formé de sous-agents qui sont eux-mêmes des agents. Nous voyons maintenant que ce modèle peut se généraliser à toutes les formes d’entités. De plus, le modèle d’une entité peut contenir d’autres entités de tous les types : le modèle d’une entreprise peut représenter de façon explicite des machines ou des choses, par exemple des stocks ; le modèle d’un agent quelconque peut représenter ses « capacités » comme autant de sous-agents. Une organisation de production peut comporter une ou plusieurs usines et un service de prévision des besoins et de planification de la production. A leur tour, ces usines seront des agents composites formés de lignes de production, considérées comme de simples automates, et d’un service local de gestion de la production. La présence d’une entité comme constituant d’une entité composite ne marque que son appartenance structurelle à cette entité de rang supérieur. Chaque entité est implicitement en relation avec celle qui la contient, et chacune de celles qui la constituent, mais la nature de ces relations doit être explicitée à travers la définition des processus qui leur sont associés. Alors que dans le cas des relations entre entités indépendantes, ces processus sont attachés à une relation explicite, ce sont les processus des entités elles-mêmes quand elles appartiennent à une même hiérarchie. Bien entendu, il reste possible pour le modélisateur de compléter ces relations implicites par des relations explicites comme pour des entités totalement indépendantes. La notion d’entité composite peut même nous être utile pour représenter de façon plus réaliste les agents conventionnels de la théorie. Par exemple, un « ménage » peut être représenté comme un agent composite formé des individus qui le composent : père, mère, enfants, etc.. Les relations entre ces personnes seront explicitement modélisées par les processus et les règles de comportement de chaque personne. Normalement, seuls les adultes pourront exécuter des processus de « travail » qui augmentent le ressources du ménage ; les possibilités que chaque membre a d’acheter des biens contre de la monnaie seront spécifiques et contrôlés par le chef de famille. Cette représentation permet de modéliser les idées proposées par Kelvin Lancaster .
21

De même, un artisan ou un travailleur indépendant pourra commodément être représenté comme formé de deux sous-agents : un consommateur pur conforme à une théorie générale et donc modélisé comme un agent standard de cette théorie, et un producteur pur, qui ne consomme que les intrants de son activité productrice. Le modèle de cet agent producteur sera spécifique de l’activité concernée. Dans une modélisation informatique, le modèle du sousagent consommateur pourra être extrait d’une bibliothèque d’entités standard, alors que celui du sous-agent producteur sera développé pour les besoins spécifiques de l’étude. Plus généralement, dans des cas plus complexes, un agent élémentaire peut mener de front plusieurs processus. Il peut alors être commode de considérer que chacun de ces processus est exécuté par un sous-agent spécialisé fictif doté des règles définissant ce processus complexe. Lancer le processus complexe revient à créer ce sous-agent fictif en l’initialisant de façon appropriée. Par exemple, dans le monde réel, un agent peut mener de front plusieurs transactions de vente ou d’achat. Il peut être commode de considérer que chacune est réalisée par un sous-agent fictif spécialisé dans l’activité de transaction. Pour acheter ou vendre un bien, l’agent créera un sous-agent « négociateur » en le dotant des règles de comportement appropriées, et contrôlera ensuite son exécution.

21

Lancaster K —

Modern Consumer theory (Edward Elgar, 1991) 70

L’utilisation de telles entités fictives permet de définir des modèle de processus qui peuvent être créés, transférés ou copiés d’une entité à une autre, auxquels des agents peuvent attribuer une valeur et sur lesquels ils peuvent établir des droits. Pour cela, nous pouvons associer à un processus une entité fictive qui a pour composants ce processus, plus éventuellement un certain nombre de caractéristiques qui peuvent servir de base à sa valorisation ou qui représentent l’état courant de son exécution. Une telle entité est un agent fictif dont on peut créer de nouveaux exemplaires, avec lequel d’autres entités peuvent établir des relations, sur lequel on peut établir des droits, qu’on peut évaluer, transmettre ou échanger à l’égal d’une chose. En informatique, une telle entité doit être représentée par un objet qui aurait ce processus comme méthode, plus éventuellement des champs caractéristiques tels que des paramètres, des champs de travail ou d’état de la méthode. Elle représente en quelque sorte, en la généralisant, une « capacité » (capability) au sens où l’ont introduit des auteurs comme Edith Penrose ou George Richardson.

Entités collectives et entités synthétiques
Nous avons vu que, dans une entité composite, les relations implicites ne marquent que l’appartenance structurelle entre entités de rang différents, et que la nature exacte des relations doit être explicitée à travers des processus. Ces relations peuvent donc a priori être quelconques, et une entité composite peut de ce fait représenter n’importe quelle forme de collectivité d’entités. Un cas particulier extrême est celui ou ces relations sont inexistantes hormis les simples relations d’appartenance. L’entité composite représente alors une population amorphe d’entités totalement indépendantes ne communiquant en aucune façon les unes avec les autres. En introduisant dans le modèle des relations spécifiques entre l’entité composite et ses entités composantes, et des relations spécifiques entre entités composantes de même niveau, on peut représenter toutes les formes de collectivités, pour autant qu’on sache expliciter les relations entre agents dans des descriptions appropriées des processus relationnels. Le modèle général de l’entité convient ainsi pour représenter un groupe humain, un groupe d’entreprises, un secteur industriel, une association, un syndicat professionnel, voire toute une collectivité nationale. A travers les relations internes de ces entités collectives, les actions de chaque entité peuvent dépendre des actions d’autres entités. Ce mode d’appréhension de l’action collective est cohérent avec le principe de l’individualisme méthodologique auquel nous entendons être fidèle. Bien que toute action soit l’action d’un individu, celle-ci peut modifier l’état d’un agent composite et conduire un des agents individuels qui composent celui-ci à entreprendre certaines actions qu’il n’aurait pas entrepris seul ; de telles actions peuvent être considérées comme dues à l’agent composite, qui peut sembler par ce biais avoir ses intentions propres. Une entité qui est composite dans la réalité peut être représentée, pour les besoins d’une étude particulière, par une seule entité dont les méthodes décrivent le comportement global. Nous parlerons alors d’une entité synthétique, qui est une métaphore pour désigner l’ensemble des entités réelles qui la composent, telles qu’elles sont structurées par les relations qui les lient, de même que les modèles de processus dont est dotée cette entité composite sont des métaphores pour désigner des processus globaux qui résultent de l’interaction des processus exécutés par les entités réelles. Cette représentation pose la question de l’agrégation sur laquelle nous reviendrons au chapitre 14. Selon le domaine et le phénomène qu’on se propose d’étudier, on peut ainsi choisir le niveau de détail le plus approprié pour représenter chaque partie de la réalité. Par exemple, si
71

on souhaite analyser en détail le fonctionnement du marché, celui-ci sera modélisé de façon détaillée, alors que l’appareil productif sera représenté par quelques agents synthétiques voire un seul. A l’inverse, si on souhaite analyser la structuration de l’appareil productif, c’est celuici qui devra être modélisé finement, alors que le marché sera représenté par quelques agents synthétiques. Un même modèle peut ainsi comporter une partie micro-économique et une partie macro-économique. Un type particulier d’entité synthétique peut représenter une population d’entités considérées comme identiques dans le cadre de l’étude, par exemple un stock de biens ou une population d’agents. Une telle entité, qu’on peut appeler une collection, sera caractérisée par les caractéristiques communes de ses éléments d’une part, par le nombre d’éléments qu’elle contient d’autre part. S’il s’agit d’un stock d’une certaine ressource, certains processus pourront augmenter ou diminuer le nombre de ces éléments, c’est-à-dire produire ou consommer la quantité correspondante de la ressource. Normalement, les variations de quantité seront contrôlées par l’agent composite auquel appartient l’entité collection, qui en est en quelque sorte le propriétaire.

Les décisions
Pour agir, l’être humain doit posséder un répertoire d’actions qu’il est capable d’exécuter et qui modifient l’état du monde ; il doit être capable d’estimer le résultat de ces actions en termes de changements dans l’état du monde ; il doit pouvoir comparer deux états du monde (réels ou imaginés) et estimer lequel il préfère ; il doit enfin être capable de choisir une action dans son répertoire et de l’exécuter. En d’autres termes, l’agent possède un « abrégé du vrai », c’est-à-dire une image de l’état du monde et une théorie qui prévoit les conséquences sur cet état de ses actions possibles, et un « abrégé du bien », c’est-à-dire des critères de comparaison de deux états du monde et des critères d’orientation de son comportement .
22

Les décisions d’un agent visent à créer certains extrants ou faire prendre certaines valeurs cibles à certains attributs de certaines entités. Pour cela, un agent ne peut agir directement que sur les intrants des processus qu’il exécute. Pour un agent donné, les valeurs des attributs variables des intrants se rangent en deux catégories : les variables de contrôle, dont l’agent peut fixer la valeur, et les variables indépendantes sur lesquelles l’agent n’a pas d’influence directe, et qui constituent pour lui des données. L’existence même de l’action indique que chaque agent possède une représentation des processus qui lui permet d’en prévoir les résultats, étant donné les valeurs qu’il affecte aux variables de contrôle. C’est ce que certains auteurs appellent une « théorie du monde ». La réalité n’est pas nécessairement conforme à cette représentation. Une fois lancé, le processus se déroule et aboutira à certains résultats, qui ne sont pas nécessairement ceux dont l’espoir avait poussé l’agent à lancer le processus. Ces écarts peuvent provenir de plusieurs sources : - le hasard peut intervenir dans les processus physiques à travers des variables non contrôlables, comme dans le cas de l’agriculture, de la recherche pétrolière ou de la fabrication des puces électroniques ; - les résultats d’une activité peuvent dépendre d’autres activités exécutées par d’autres agents ; par exemple, le volume des ventes, donc le revenu tiré d’une activité de production, dépend du comportement du marché, c’est à dire de l’ensemble des processus de consommation de tous les autres agents ;
22

Les termes « abrégé du vrai » et « abrégé du bien » sont empruntés à Claude Riveline. 72

- l’agent peut avoir une représentation erronée du processus (une théorie fausse) ; le raisonnement économique ne peut pas faire l’hypothèse que les théories sur lesquelles les hommes règlent leur comportement reflètent exactement les mécanismes réels des processus qu’ils utilisent. Autrement dit, si le comportement de l’agent est le plus souvent réfléchi, il n’est pas nécessairement rationnel. Un comportement est réfléchi lorsqu’il est précédé d’une délibération consciente. Il s’agit d’un simple constat portant sur le comportement de l’agent ex ante, et qui ne préjuge en rien de la qualité de la délibération ou de l’adéquation des actes de l’agent à ses intentions. Un comportement peut être dit rationnel s’il est objectivement approprié à ses objectifs. Il s’agit alors d’un jugement de valeur ex post, dont les critères n’en demeurent pas moins propres à chaque agent.

Représentation informatique
Comment traduire ce qui précède dans un langage inspiré du langage informatique et susceptible d’être traduit en un programme exécutable ? Puisque notre modèle du monde est constitué d’objets (au sens informatique du mot) et de relations entre objets, l’état réel du monde est défini par l’ensemble des champs de tous ces objets. Pour se former une image du monde, un agent particulier peut utiliser des champs extérieurs à tous les agents, des champs empruntés à d’autres agents, des champs intérieurs à l’agent lui-même (et pouvant donc contenir des valeurs subjectives), ou des champs construits à cet effet par d’autres agents. Pour cela, un agent peut accéder directement aux champs de certains autres objets, qui formeront alors une partie de son « abrégé du vrai », mais d’autres champs et d’autres objets peuvent lui être inaccessibles. Un agent peut même présenter aux autres agents, pour certaines variables, des valeurs qu’il a préparées dans ce but et qui sont différentes des « vraies » valeurs de ces variables, trompant ainsi son environnement volontairement ou non. Plus fréquemment, un agent peut être doté de méthodes qui analysent tout ou partie de l’état du monde et en préparent un résumé qui sera conservé sous forme de champs internes à l’agent. Ces valeurs calculées seront ensuite utilisées dans les méthodes d’évaluation et de décision. On réalise ainsi l’équivalent d’un « abrégé du vrai » local dont la correspondance avec l’état du monde réel est définie par les méthodes qui le construisent en modélisant les mécanismes de perception de l’agent. Pour prendre un exemple simple, un agent pourra retenir comme valeur d’une variable externe (disons un prix) la valeur qu’elle avait à une époque antérieure, simulant ainsi un phénomène de mémoire et de délai de diffusion de l’information. De plus, les valeurs subjectives ainsi calculées par un agent pourront être transmises à d’autres agents, qui les utiliseront en lieu et place des valeurs réelles. Les actions possibles d’un agent sont représentées par des méthodes de l’objet correspondant, qui agissent soit directement sur des champs d’autres objets, soit sur des champs de l’objet lui-même auxquels d’autres objets peuvent accéder. Le détail de la définition de ces méthodes définit les règles de calcul de ces champs, sous forme d’instructions informatiques exécutables.

Le comportement de l’agent
De nombreux travaux ont eu pour objet de modéliser le comportement réel des agents économiques, en particulier dans le cadre de l’entreprise. Notre propos n’est pas de porter un jugement sur ces différents travaux ou de choisir entre eux, mais d’établir un cadre général où des thèses différentes pourraient faire l’objet d’une étude expérimentale à travers des modèles de simulation informatique. En tout état de cause, les idées proposées ici ne sont qu’une façon
73

entre autres de modéliser le comportement humain sous une forme éventuellement représentable dans un langage informatique. Nous nous réfèrerons principalement aux analyses de l’école comportementaliste de Cyert, March et Simon, ainsi qu’au concept de « routines » proposé par Nelson et Winter . Cette dernière approche semble bien être une excellente approximation du mécanisme réel des décisions humaines, contrairement à la théorie classique où chaque décision est supposée comporter une phase de génération de la liste complète des actions possibles, une phase de prévision des effets de chacune de ces alternatives, et enfin une phase d’évaluation comparative des effets aboutissant au choix d’une action. Chacun de nous sait par expérience personnelle qu’il ne fonctionne par de cette façon, et donc que ce modèle n’est pas réaliste.
23

Dans la représentation comportementaliste, les agents réagissent à des messages de l’environnement en exécutant des schémas d’action préétablis qu’ils appellent « routines ».Chaque individu ou groupe possède un répertoire de routines, auxquelles sont associées des conditions d’exécution. L’agent examine ces conditions dans un certain ordre, et exécute la première routine dont la condition d’exécution est satisfaite. Une routine peut rechercher des informations, envoyer des informations à d’autres agents, appeler d’autres routines, etc. Ce n’est qu’exceptionnellement que l’agent, placé dans une situation non satisfaisante pour laquelle ses routines ne suffisent pas, peut avoir recours à un processus de décision analogue à celui que décrit la théorie classique. Même alors, il aura d’abord recours à ses croyances et à ses valeurs locales, et il ne procédera à une analyse rationnelle exhaustive des possibilités d’action et des résultats de chacune qu’en dernier ressort. En revanche, le répertoire de routines d’un agent évolue selon les résultats des actions qu’elles ont provoquées. Les routines perçues comme efficaces sont renforcées et intériorisées, tandis que les routines inefficaces sont progressivement oubliées et éliminées. Un tel comportement peut être directement modélisé par l’interprétation d’un ensemble de règles dont le contenu et la structure varie par apprentissage. La mémoire des agents est représentée de façon synthétique par leur état courant, qui est le résultat de leurs actions passées, et peut être représentée de façon détaillée par des objets spécifiques qui conservent une liste historique d’objets résumant chacun un évènement passé ou un état antérieur. Comme chez les animaux (dont les humains), la prévision des conséquences d’une action peut reposer sur l’historique des résultats des actions passées. Notre agent économique est en quelque sorte un animal supérieur. La représentation du comportement par un ensemble de règles a été proposée dés 1963 par Cyert et March dans « A behavioral theory of the firm », avec l’algorithme de recherche correspondant et un exemple de réalisation informatique. La discussion qui suit en est fortement inspirée.

Règles de décision
Le comportement de l’agent peut être défini par un ensemble de règles simples de la forme : « si telle condition est satisfaite, alors exécuter telle action ». Une règle associe une fonction d’évaluation, qui utilise certaines variables de l’état du monde, à une procédure qui agit sur certaines variables. Une telle règle élémentaire correspond à un « grain d’action », association d’un processus de décision pur, qui ne modifie pas l’état du monde, et d’un processus d’action élémentaire, qui ne comporte pas de décision et se déroule indépendamment de l’agent qui l’a lancé.
23

Nelson R, Winter S — An evolutionary theory of economic change (Harvard University Press, 1982) 74

La représentation informatique d’une règle est un objet ayant pour champs l’adresse d’une méthode du type condition et l’adresse d’une méthode du type action. Cet objet peut aussi contenir des indicateurs précisant la façon dont les règles doivent être utilisées et l’ont été antérieurement, par exemple comment interpréter la règle dans le contexte de l’ensemble de règles auquel elle appartient, ou le nombre d’utilisations passées de chacune. Ces indicateurs dépendent de la construction de l’ensemble de règles ; ils diront par exemple que faire lorsque la règle est satisfaite, quel est son poids relatif dans l’ensemble, etc. L’ensemble des règles connues d’un agent peut être utilisé de différentes façons. La plus simple est d’examiner les règles à tour de rôle, jusqu’à en trouver une dont la partie condition est satisfaite (la méthode condition renvoie la valeur « vrai »). La recherche est alors terminée, et on exécute la partie action de cette règle ; l’ordre dans lequel les règles sont rangées est alors significatif. Un mode d’utilisation plus complexe est d’identifier d’abord toutes les règles dont la condition est satisfaite, puis de choisir parmi celles-ci, à l’aide d’un algorithme approprié, celle dont la partie action sera exécutée. L’ensemble de règles doit alors préciser si certaines règles sont exclusives l’une de l’autre, que faire si les conditions de plusieurs règles sont satisfaites, leurs poids ou priorités respectives, etc.… Une liste de règles est représentée sous forme informatique par un objet « liste » particulier dont chaque élément est un objet « règle », complété par des champs de service indiquant par exemple la discipline d’utilisation et la discipline de gestion de l’ensemble de règles, son état courant, etc. Pour le programme, une telle liste est une variable référencée dans un champ de l’objet dont elle définit le comportement, et peut être construite et manipulée par lui, ou par d’autres agents. La méthode action de cet agent est alors un processus général d’interprétation de listes de règles, valable pour tous les agents. Un tel ensemble de règles peut être modifié par des actions de l’agent lui-même ou par des actions d’autres agents, à condition que ceux-ci soient dotés des modèles de processus nécessaires, qui sont alors des processus d’apprentissage. Les modifications peuvent porter sur les règles elles-mêmes, sur leur ordre d’exécution ou sur leur discipline d’application globale. On peut ainsi représenter des processus d’apprentissage en faisant dépendre ces modifications du résultat observé des actions effectivement exécutées. On peut aussi représenter des relations d’autorité ou d’influence quand un agent manipule les règles qui définissent le comportement d’un autre agent. Les méthodes de décision peuvent faire appel à des variables internes à l’agent considéré, dont les valeurs définissent son état à chaque instant. Ces valeurs peuvent bien entendu être manipulées par des actions de l’agent, ou éventuellement d’autres agents. L’état d’un agent, ou d’un processus, peut être implicite, c’est-à-dire défini par une méthode qui analyse des champs de l’objet, ou représenté explicitement par un champ particulier qui peut prendre un nombre fini de valeurs possibles. Dans ce dernier cas, on pourra utiliser le concept de « machine à états » proposé par certains théoriciens de l’informatique. Rien n’interdit que les processus d’action exécutés par l’agent à la suite de l’application des règles soient eux-mêmes des processus complexes comportant des décisions secondaires faisant appel à d’autres ensembles de règles. En combinant cette possibilité avec celle de représenter une grande variété d’états de l’agent décideur, il est possible de modéliser des comportements et des processus de décision extrêmement complexes.

Comportements optimisateurs
Cette représentation n’épuise évidemment pas tous les comportements humains réels. En particulier, elle semble laisser de côté les comportements de recherche d’un objectif, qui sont caractéristiques de l’action humaine. Peut-on étendre en ce sens ce mode de représentation ?
75

Tout d’abord, des comportements réellement optimisateurs au sens de la théorie économique conventionnelle sont-ils vraisemblables ? Cette théorie postule en effet que chacune des actions qui découlent de chaque décision résultant d’un processus d’optimisation conduit réellement à un optimum pour cet agent, ou plus généralement que les actions qui découlent de chaque décision atteignent nécessairement leur cible. Pour atteindre un objectif qu’il se propose, il est plus probable que l’agent choisit dans son répertoire d’actions possibles celle qui lui semble le rapprocher le plus de la situation qu’il vise, et l’exécute. Puis si la cible n’est toujours pas atteinte, il recommencera le même processus. Autrement dit, il ne détermine pas d’un seul coup une conduite optimale, mais marche vers son objectif par actions successives, chacune d’entre elles étant, parmi les actions qu’il considère à ce moment comme possibles, celle qui lui semble la plus apte à le rapprocher de sa cible à partir de sa situation actuelle. Il arrêtera ce processus quand la cible sera atteinte, ou plus vraisemblablement quand son dernier pas ne l’a pas rapproché significativement de celle-ci. Si l’objectif est de maximiser ou de minimiser une certaine grandeur, on pourra modéliser le comportement de l’agent en appliquant l’ensemble de règles de façon itérative. L’optimisation est encore définie par une condition, qui indique si l’état résultant de l’exécution d’une action est préférable à un autre, généralement l’état courant. A chaque pas, on recherchera une règle applicable telle que l’état du monde qui résulterait de son exécution soit préférable à l’état actuel, selon cette condition. Si une telle règle existe, elle sera exécutée; sinon le processus s’arrête. Cette méthode n’est évidemment pas une méthode rigoureuse d’optimisation. Elle risque d’aboutir le plus souvent à un optimum local et non au véritable optimum. Elle a par contre l’avantage d’être applicable quelle que soit la forme des règles et de la fonction à optimiser. Elle est surtout certainement plus proche du comportement humain réel que n’importe quelle méthode rigoureuse d’optimisation mathématique, en particulier le calcul complexe postulé par le modèle walrasien, qui n’est d’ailleurs mathématiquement réalisable que dans le cadre d’hypothèses particulièrement contraignantes et irréalistes. Un tel comportement peut être modélisé sur la base du le système de règles décrit cidessus. Un objectif peut être représenté par une condition qui, appliquée à un état du monde, dira si cet état est satisfaisant. Une telle condition fait partie de l’« abrégé du bien » de l'agent. De même, la notion de règle peut être utilisée pour construire une « théorie du monde », sous la forme d’un ensemble de règles qui prédisent les conséquences des actions possibles, et qui fait partie de l’« abrégé du vrai » de l'agent. Une telle règle se présente sous la forme : « si telle action est entreprise, alors tels résultats sont obtenus ». Sa partie action produit donc des résultats, d’une façon analogue aux actions réelles qui constituent le répertoire de l’agent, mais ces résultats restent internes à l’objet, et peuvent être différents de ceux que produit l’action correspondante du répertoire. Autrement dit, on peut associer à chaque action du répertoire une méthode analogue à une méthode d’action et qui prédit les résultats de cette action. On traduit ainsi le fait que les actions sont toujours décidées en fonction d’évaluations ex ante plus ou moins approfondies, tandis que la réalité est formée des résultats ex post, qui diffèrent souvent des résultats attendus. La volonté des agents ne se traduit pas toujours dans la réalité par les résultats qu’ils visaient, et inversement la réalité n’est pas toujours le fruit de la volonté des agents, même si elle est toujours le fruit de leurs actions. Les concepts et les mécanismes évoqués ci-dessus présentent une analogie évidente avec les travaux sur l’« intelligence artificielle » et en particulier les « systèmes experts », qui sont aussi utilisés pour modéliser les activités de décision humaine. Une étude détaillée des
76

développements correspondants, et des enseignements qu’on peut en tirer dans le domaine économique, sort du cadre de cet ouvrage mais pourrait apporter des ouvertures intéressantes.

Origine et évolution des règles
Les règles utilisées par un agent forment une partie de l’abrégé du bien et de l’abrégé du vrai de cet agent, et peuvent provenir de différentes origines. Elles peuvent avoir un caractère inné pour un individu humain ; elles peuvent résulter d’un enseignement spécifique dispensé par un autre agent ; elle peuvent provenir de l’imitation d’autres agents, ou au contraire de l’observation de leurs échecs ; elles peuvent être inventées de toutes pièces. Par exemple, si aucune des règles que connaît un agent ne s’applique à une situation, il pourra agir au hasard ou en s’inspirant d’une règle voisine ; l’association de cette action à la situation courante définit implicitement une nouvelle règle dont la validité pourra être testée au vu de ses résultats. Claude Riveline a proposé de distinguer quatre niveaux dans les normes de comportement des agents économiques : la matière, les personnes, les institutions, le sacré. En réalité, cette répartition est a priori purement subjective, et indique l’opinion que le sujet s’est formée quant à l’origine de la règle. Il peut considérer comme sacrée une règle imposée par la matière ou dictée par une personne, ou au contraire attribuer à la matière une règle qui est en réalité imposée par une institution. Rien ne garantit a priori que ces règles soient exactes : si l’application des règles conduit à exécuter un certain processus, les résultats réels de ce processus peuvent être différents de ceux que prédit la règle. C’est en observant le résultat de ses actions que chaque agent fait évoluer l’ensemble de règles qu’il utilise, ou ceux qu’il fournit à d’autres agents, de façon à ne retenir que les règles efficaces et à éliminer celles dont l’application l’éloigne des objectifs qu’il vise. Pour savoir quelle est la véritable origine ou la justification d’une règle, il faut opérer comme les jeunes enfants et les adolescents : voir ce qui se passe quand on enfreint la règle. C’est un des mécanismes par lesquels chaque agent ajuste le jeu de règles qu’il observe, selon les résultats auxquels elles conduisent. Dans la réalité, les règles peuvent se modifier en fonction de l’expérience de l’agent qui les utilise : les routines perçues comme efficaces sont renforcées et intériorisées, les routines perçues comme inefficaces sont progressivement oubliées. Quand un agent enfreint une règle relevant réellement du domaine de la matière, celle-ci le fait en général savoir immédiatement et clairement. Les règles provenant de la matière se renforcent d’elles-mêmes quasi-automatiquement et plus ou moins rapidement selon la durée des processus matériels auxquels elles s’appliquent. Un agent peut continuer à appliquer une règle « matérielle » fausse tant que le processus physique qu’elle a déclenché n’a pas produit ses effets, mais il découvrira tôt ou tard son erreur. Les personnes et les institutions réagissent quelquefois de façon moins immédiate et moins claire, mais la plupart du temps sanctionnent d’une façon ou d’une autre le comportement de l’agent. En tous cas, si une règle a été imputée à tort à une personne ou à une organisation, l’absence de sanction en cas d’infraction tendra à remettre en question cette imputation. En revanche, contrairement aux règles de la matière, les règles provenant des personnes ou des institutions peuvent être modifiées par les personnes et les institutions. Une règle dûment validée par un agent peut ainsi devenir invalide ou inversement, ou une règle nouvelle peut tout à coup apparaître, comme résultat des actions d’autres agents.

77

Qu’en est-il des règles considérées comme relevant du domaine du sacré ? Est sacré pour un individu ce qu’il considère comme tel ; s’il transgresse une telle règle en mettant de côté ses propres opinions à son égard, les sanctions ne peuvent provenir que de la matière, des autres personnes ou des institutions . Du strict point de vue opérationnel, le sacré n’est pas une catégorie à part ; les règles « sacrées » ont besoin d’institutions pour être renforcées. En pratique, on appelle « sacré » un impératif qu’on ne souhaite pas ou qu’on ne peut pas justifier, soit que la justification fasse appel à des considérations trop complexes pour l’agent concerné, soit qu’il s’agisse d’une règle qui est justifiée au niveau d’un groupe sans que chaque individu puisse en percevoir la justification, soit qu’il n’y ait pas de justification autre que la volonté d’un tiers qui possède le pouvoir d’imposer la règle.
24

Une règle sacrée sans justification réelle peut rester longtemps opérationnelle, car ce sont les règles qu’on hésite le plus à transgresser. Contrairement aux autres règles qui peuvent être confirmées ou infirmées par l’expérience, une règle considérée comme sacrée est en quelque sorte validée en permanence de façon tautologique par son caractère sacré lui-même. Ces mécanismes de renforcement ou d’affaiblissement des règles sont valables dans les entreprises comme dans les autres sociétés humaines. Les agents doués d’intelligence font évoluer leur comportement en fonction des résultats qu’ils observent. Ils évaluent le bien-fondé des règles en comparant les résultats réels ex post des processus dont elles ont provoqué l’exécution avec les motivations ex ante de cette exécution, et modifient en conséquence l’ensemble de règles qui définit leur comportement. Ce processus d’apprentissage concerne peu les règles provenant du monde physique, qui d’une part sont constantes dans le temps et d’autre part peuvent généralement être vérifiées individuellement par l’expérimentation contrôlée. On peut déterminer en laboratoire la température de liquéfaction de l’air en fonction de la pression ; cette « loi » restera ensuite toujours la même quel que soit le contexte. Les règles de cette nature sont donc rapidement établies une fois pour toutes, et les mécanismes de leur apprentissage peuvent généralement être ignorés dans le cadre d’une modélisation économique. Au contraire les règles de conduite économique, qui proviennent des personnes ou des institutions, peuvent changer dans le temps si les personnes ou les institutions changent. De plus, l’expérimentation en laboratoire n’est que rarement possible ; il faut agir dans la complexité incontrôlable du monde réel pour connaître les résultats des actions, qui dépendent le plus souvent de décisions prises indépendamment par d’autres acteurs. Contrairement au laboratoire, il est donc impossible de prendre deux fois la même décision toutes choses égales par ailleurs. Le pourrait-on qu’il serait impossible de garantir que les autres acteurs adopteraient alors le même comportement. Enfin, on ne mesure que rarement les effets d’une règle isolée. Il faut un certain temps pour qu’une décision particulière produise ses effets, et pendant ce temps d’autres décisions ont été prises, qui peuvent affecter le résultat de toutes les décisions antérieures. Chaque état du monde observable est le résultat d’innombrables décisions antérieures, sans qu’on puisse séparer dans l’état global les effets de chacune. Au total, les enseignements qu’on peut tirer de l’expérience dans le monde économique et dans celui de la gestion sont incertains et provisoires. Alors qu’il n’est pas nécessaire de vérifier en permanence la température de liquéfaction de l’air, il faut sonder en permanence les réactions des marchés et le comportement des concurrents.
Appliquée à la sphère personnelle, cette position est athée au sens propre et peut soulever des discussions philosophiques infinies. Appliquée à l’entreprise, on admet qu’elle sera acceptée sans discussion : est sacré dans l’entreprise ce qui est justifié par l’institution qu’est l’entreprise. 78
24

Dans ce processus de validation permanente des règles, le temps joue un rôle fondamental. Un ensemble de règles est d’autant plus efficace qu’il est plus souvent confronté à ses résultats réels. Une règle particulière peut d’autant mieux être vérifiée qu’elle peut être appliquée fréquemment dans d’assez nombreux cas suffisamment voisins, ce qui suppose qu’elle s’applique à des situations récurrentes. Sa validation sera d’autant plus fiable que ses résultats seront visibles assez peu de temps après la décision de l’exécuter, sinon cette règle cesse progressivement de pouvoir être isolée des autres décisions intervenues entre temps, de la part du même acteur ou d’autres acteurs. La durée d’un processus est donc une de ses caractéristiques économiques fondamentales. Elle représente le temps nécessaire pour que le processus produise ses résultats réels, et donc que ceux-ci puissent être comparés aux attentes qui ont présidé à son exécution. L’horizon d’une décision peut être défini comme le temps nécessaire pour en constater les conséquences, ou plus précisément pour comparer ses conséquences réelles aux prévisions qui l’ont motivée. C’est en général la durée du processus dont la règle a provoqué l’exécution.

Résumé du modèle
A partir d’une représentation de l’entreprise, nous avons construit un modèle conceptuel dans lequel tous les phénomènes économiques peuvent être représentés par des interactions entre des entités liées par des relations, et qui se traduisent par l’exécution de processus. Une entité est représente par un ensemble d’attributs et un ensemble de modèles de processus. Les attributs d’une entité peuvent représenter son identité, son état, ses relations avec les autres entités, etc. Selon ses attributs, une entité peut représenter non seulement n’importe quel agent économique, mais aussi n’importe quelle entité du monde réel, depuis des choses inertes jusqu’à des collectivités d’agents. Les relations entre entités sont représentées par un type particulier d’entité abstraite qui définit les processus exécutables par chacune des entités liées par cette relation à propos de l’autre entité. Les valeurs à un instant donné des attributs de toutes les entités qui constituent un modèle définissent un « état du monde » pour ce modèle. Un modèle de processus est la définition d’un changement possible de l’état du monde. Il peut être associé à une entité ou à une relation entre deux entités. Une entité qui possède un modèle de processus peut l’exécuter en spécifiant un certain nombre de paramètres caractérisant cette exécution particulière. Son exécution a une certaine durée. Il utilise des intrants et produit ou modifie des extrants, qui peuvent être les attributs de certaines entités ou des informations accessibles à l’entité qui l’exécute. Il peut modifier des attributs de l’entité qui l’exécute, de ses entités constitutives ou d’autres entités. Il peut être exprimé soit verbalement, soit sous forme d’un programme de type informatique, soit de toute autre façon appropriée au problème qu’on cherche à traiter. Il peut exister de nombreux types de processus : un processus de production crée de nouvelles entités, un processus de communication transmet des informations d’une entité à une autre, un processus de perception utilise des intrants du monde extérieur pour en construire une image locale, un processus d’échange déplace des entités d’un agent à un autre, un processus de décision sélectionne des processus à exécuter. Les effets d’un processus peuvent être purement internes à l’agent pour des processus de perception, de décision ou de changement d’état, ou externes pour des processus de communication et d’échange. Le marché est défini par l’ensemble des processus d’échange des agents.

79

Une entité peut posséder un processus principal qu’elle exécute en permanence, et qui peut provoquer l’exécution d’autres processus selon l’état du monde tel que perçu par l’entité. Sous sa forme la plus générale, une entité quelconque peut être représentée par un agrégat d’entités dont les relations et les interactions sont explicitées à travers les processus qu’ils peuvent exécuter. Cette décomposition d’une entité en sous-entités liées par des processus explicites peut s’opérer à un nombre quelconque de niveaux. Les relations entre une entité, l’entité de niveau supérieur auquel elle appartient et les sous-entités qui la constituent sont définies explicitement via ses processus de communication. L’agent des théories traditionnelles serait représenté par une entité élémentaire doté d’un processus extrêmement simple qui s’exécute en un temps nul. Dans ce langage, une théorie peut être exprimée sous la forme d’un ensemble de définitions d’entités, dans lequel les modèles de processus définissent le comportement supposé ou observé de chaque entité. Un modèle est un ensemble d’entités conformes à ces définitions. Si ces définitions sont écrites dans un formalisme approprié, précisément celui de la programmation par objets, un modèle formé de telles entités peut être construit et animé sur un ordinateur pour constituer une maquette expérimentale conforme à la théorie.

Mise en oeuvre du modèle
Tels que nous les avons introduits, les concepts d’agent et de processus ne correspondent pas à des entités bien définies du monde réel. Ils doivent être considérés comme des concepts abstraits à partir desquels on peut construire des descriptions d’entités du monde réel. Un même objet réel pourra d’ailleurs être décrit par une variété d’assemblages d’agents et de processus abstraits. Il serait vain de rechercher une correspondance exacte et exclusive entre ces concepts et des parties de la réalité. Ce sont des outils d’analyse, dont la définition exacte dépend de l’usage qu’on veut en faire et de la façon dont on veut les utiliser. En revanche, utilisés judicieusement, ces concepts peuvent servir pour décrire une grande variété d’organisations, de comportements et de modalités relationnelles. Ils peuvent représenter toutes les entreprises dans leur variété, et à des niveaux de détail également variés, mais aussi toute une gamme d’organisations autres que des entreprises au sens conventionnel du mot, par exemple toutes les « unités actives » de Perroux . Ils peuvent aussi représenter d’autres agrégats de biens ou d’agents au sens de la macro-économie, voire servir dans des modèles mixtes micro-macro.
25

Choix du niveau de complexité
Quand on applique ce modèle à un cas particulier, on est en permanence confronté au choix du niveau de détail approprié à la représentation de chacune des entités. Quelles parties du monde peuvent être représentées par des agents synthétiques ? Jusqu’à quel point doit-on décomposer explicitement une entité en sous-entités ? Jusqu’où faut-il détailler la description du comportement d’une entité ? Faut-il résumer ce comportement par des règles ou le décrire en détail sous forme d’instructions de programme ? Les questions de cette nature sont traitées par défaut en modélisation mathématique ; l’outil se charge d’imposer des approximations nécessairement grossières. Par contre, elles restent posées en permanence dans la modélisation informatique. Cette difficulté pour le modélisateur est l’envers de la généralité du modèle, mais constitue aussi une bonne hygiène intellectuelle en forçant à expliciter les hypothèses simplificatrices retenues.
Perroux, François — Unités actives et mathématiques nouvelles – révision de la théorie de l’équilibre économique général (Dunod, 1975) 80
25

On devra donc se poser en permanence les questions suivantes : Telle subtilité de représentation risque-t-elle de modifier substantiellement les résultats ? Est-elle significative pour mon étude ? Le meilleur moyen de connaître la réponse à ces questions sera d’ailleurs souvent de faire fonctionner et de comparer un modèle détaillé et un modèle résumé, c’est-àdire de procéder à des études de sensibilité aux hypothèses. Il faudra aussi se demander si telle subtilité correspond à un comportement vraisemblable de l’agent concerné. En particulier, le temps pose une limite à la complexité des actions. Les opérations élémentaires d’analyse, de prise de décision et de modifications de l’état interne sont considérées par défaut comme instantanées, c’est-à-dire exécutables pendant la durée du grain de temps choisi pour la modélisation. Leur complexité ne doit pas être incompatible avec cette hypothèse. Les opérations exécutées par un agent pour un appel de sa méthode action doivent donc être cohérentes avec ce qu’il peut vraisemblablement faire pendant ce temps. Des comportements complexes et évolutifs, faisant appel à des facultés d’apprentissage, peuvent être modélisés en utilisant des ensembles de règles, ce qui a l’avantage d’exprimer ces lois de comportement sous une forme voisine du langage de la psychologie et plus familière que le langage informatique. Mais pour respecter le critère de vraisemblance, ces ensembles de règles devront être de taille limitée, et les algorithmes de décision utilisés dans les règles elles-mêmes devront être raisonnablement simples. Ce modèle suffira généralement à représenter des comportements humains, en particulier dans l’entreprise où on peut faire l’hypothèse que règne à chaque niveau un certain ensemble de règles relativement limité. On voit aussi une fois de plus que le comportement optimisateur prêté à l’agent par la théorie habituelle est particulièrement invraisemblable. Dans une organisation comme une entreprise, des agents différents peuvent participer à une décision globale en exécutant chacun un ensemble de règles particulier cohérent avec la capacité réelle de chacun, ces exécutions se conditionnant mutuellement à travers un système de communication approprié. C’est ainsi qu’on représente une forme de rationalité distribuée, qui est omniprésente dans les entreprises réelles. Par souci de simplicité, on pourra représenter des comportements simples, comme ceux de machines, par des instructions de programme elles-mêmes simples, évitant ainsi la lourdeur informatique du système de règles. Au total, un modèle économique vraisemblable sera formé d’entités dont le comportement individuel sera modélisé par des règles ou des instructions relativement simples. En revanche, ces entités pourront être en grande quantité et de nombreux types différents. La complexité globale du modèle naîtra des interactions entre ces entités simples plus que de la complexité individuelle des entités. Comme dans la réalité, les propriétés du modèle seront des propriétés « émergentes » que l’analyse des propriétés de chacun des agents pris isolément ne permet pas de prévoir.

Les limites du modèle
On peut à l’opposé critiquer les limitations du modèle proposé au motif que cette représentation ne suffit pas à représenter la totalité du comportement humain. Mais il faut rappeler que notre objectif n’est pas de représenter ce comportement de façon fidèle et exhaustive, une tâche que nous laissons aux psychologues et aux philosophes, mais simplement de représenter d’une façon raisonnablement suffisante le comportement des agents économiques. La portée de cette modélisation se limite à la discipline économique, que nous avons définie comme l’étude des rapports noués par les hommes à propos de la production, de l’échange et de la consommation de ces richesses.

81

Pour le profane, la simple idée de modélisation informatique évoque a priori un parfait déterminisme, ce qui serait en contradiction avec notre image fondamentale de l’agent. En réalité, nous avons vu que les procédures qui déterminent les conditions et les actions peuvent être de complexité arbitraire, et peuvent en particulier exécuter elles-mêmes des ensembles de règles. Ces règles peuvent choisir entre plusieurs variantes existantes d’un processus ou entre plusieurs processus existants, et modifier considérablement le comportement d’un processus en modifiant ses paramètres. Les processus peuvent aussi modifier la structure d’un ensemble de règles, y introduire ou en éliminer des règles et donc des processus, modifier leurs priorités et leurs poids relatifs, etc. Les processus exécutés par un agent peuvent impliquer d’autres agents. Les processus qui impliquent des agents de rang inférieur ou supérieur dans la même hiérarchie permettront de représenter explicitement les relations entre les agents constitutifs d’une organisation. Les processus qui impliquent des agents indépendants permettront de représenter les relations entre agents au sens traditionnel de la micro-économie, par exemple différentes formes de relations de marché, mais aussi d’autres formes de coordination sociale. Par ailleurs, notre agent n’est ni omniscient ni infaillible. L’image qu’il se forme de l’état du monde est généralement partielle et peut ne pas représenter fidèlement la réalité. Les conséquences réelles de l’exécution d’une action peuvent être différentes de celles qu’il a prévues. Les critères qu’il utilise pour comparer deux états du monde lui sont personnels. Autrement dit, son comportement peut être réfléchi au sens où il résulte d’une délibération consciente, mais il n’est pas nécessairement rationnel au sens où les actions entreprises conduisent effectivement aux fins choisies. La délibération préalable peut reposer sur des prémisses inexactes ou utiliser des théories fausses. Son abrégé du bien est subjectif et son abrégé du vrai peut être inexact. Une limite apparemment difficile à franchir est de représenter un comportement véritablement créatif, qui consisterait à inventer de nouveaux processus. Au niveau de la technique informatique, cette limitation tient au fait qu’il est impossible de créer des méthodes entièrement nouvelles dans le cours de l’exécution d’un programme, car dans la plupart des systèmes informatiques, la forme sous laquelle les programmes sont écrits n’est plus accessible pendant l’exécution. Or il existe des systèmes (les interpréteurs) où le programme source est conservé et directement exécuté. Dans de tels systèmes, le programme peut se modifier lui-même, et ces modifications sont immédiatement prises en compte dans la suite de l’exécution. Des processus peuvent ainsi créer de toutes pièces de nouveaux processus. En réalité, tout comportement que nous pouvons décrire de façon rigoureuse en langage verbal peut être représenté en langage informatique sous une forme exécutable par un système approprié. Quand nous ne pouvons pas le faire, c’est parce que nous sommes incapables de décrire les mécanismes de ce comportement, dans quelque langage que ce soit, et non parce que ce langage particulier en est incapable. En tout état de cause, même si, malgré son extrême souplesse, ce mode d’expression ne suffit pas à épuiser les possibilités du comportement humain il faut admettre qu’il est infiniment plus riche de possibilités que le langage mathématique. On est en particulier bien loin de l’homo economicus de la théorie néoclassique et beaucoup plus proche de la biologie, où Marshall voyait à juste titre» la Mecque de l’économiste ».

82

Chapitre 7 – Biens, services et transactions
Relions maintenant notre nouveau modèle de la réalité économique aux théories habituelles en analysant les échanges entre agents. Tous les phénomènes économiques observables sont en effet le résultat de transactions entre agents, qui sont à l’économique ce que les interactions entre particules élémentaires sont à la physique. L’échange est le fait générateur de toute l’économie. C’est l’échange qui fait apparaître dans l’économie des grandeurs quantifiables de façon plus ou moins objective : des prix et des quantités échangées. Dans ce chapitre, nous allons donc examiner comment les objets du monde réel deviennent des biens dans et par le regard des agents, et comment ceux-ci s’engagent dans des transactions pour satisfaire leurs désirs. Nous examinerons ensuite dans le chapitre suivant comment ces transactions individuelles donnent naissance aux concepts fondamentaux de valeur et de prix, et comment elles interagissent pour former des marchés. Dans cette discussion, nous nous tiendrons pour l’essentiel au niveau des êtres humains individuels. Nous verrons ultérieurement comment ces mêmes concepts se transposent au niveau des organisations et des entreprises, que nous souhaitons englober dans un concept d’agent plus général. Les individus sont en effet à la fois les composants élémentaires des entreprises et ceux des marchés. C’est par les transactions entre individus que naissent et fonctionnent les entreprises ; c’est aussi par les transactions que les marchés autorisent les entreprises à survivre et à croître, ou les condamnent à se transformer ou à régresser, voire à disparaître. Les économistes avertis reconnaîtront une attitude typiquement « autrichienne », fidèle au subjectivisme de Menger et à l’école classique française de Galiani, Turgot, Condillac et Say, pour qui la valeur réside dans le jugement subjectif des agents, et fidèle aussi à l’individualisme méthodologique, qui impose de rattacher toutes les explications économiques aux comportement des agents individuels. En particulier, les mécanismes du marché sont inscrits dans le comportement des agents réels (qui peuvent être des organisations), et non attribués à un agent fictif comme dans les théories de l’équilibre général. On évite ainsi de personnaliser le « Marché » et d’en faire un deus ex machina dont le fonctionnement serait indépendant de celui des agents réels, comme le voudrait trop souvent la croyance populaire.

Les actions individuelles
Au commencement de la vie économique est l’action humaine. Chaque être humain, qu’il se comporte comme élément d’une organisation ou qu’en tant qu’agent isolé, agit pour satisfaire certaines aspirations ou pour atteindre certains buts qu’il se propose ou qui lui sont fixés. Il se représente un « état du monde » plus désirable pour lui que l’état actuel qu’il perçoit, et envisage des actions susceptibles de le rapprocher de cet état. Nous parlerons d’une façon générale de ses « désirs » pour parler de ce qui le fait agir, qu’il s’agisse d’obtenir une satisfaction souhaitée ou d’écarter une gêne ressentie. C’est à dessein que je choisis le terme de « désir », afin d’insister sur le caractère subjectif de ces motivations premières, pour lesquelles les catégories de « rationnel » et « irrationnel » sont dépourvues de sens. Parler de « désir » et non de « besoin » évite aussi toute discussion oiseuse sur les « vrais besoins » et les « faux besoins », qui, à supposer qu’elle ait un sens, est du domaine de la morale et non de l ‘économie.

83

Pour satisfaire un de ses désirs, un être humain doit exécuter une action, c’est à dire un processus au sens où je l’ai introduit au chapitre 3. Ce processus peut être individuel, c’est à dire exécutable isolément par l’agent qui recherche la satisfaction de son désir, ou demander la participation d’autres agents. Il peut nécessiter la possession de certains objets, que l’agent devra alors préalablement acquérir. L’économique traditionnelle se focalise sur ces objets matériels qu’elle nomme « biens » ou « richesses », mais ces objets ne sont en réalité que des moyens d’obtenir des satisfactions. D’une part la simple possession de pain ne suffit pas à satisfaire la faim, et d’autre part un être humain peut désirer autre chose que des biens matériels : être en bonne santé, assister à un concert, se déplacer, être l’objet de la considération de ses semblables, ce qui peut être satisfait par ce qu’on appelle des services. Si l’agent possède tous les processus et tous les droits sur les intrants nécessaires, il exécute le processus sans interaction sociale, et cette action ne se traduit pas par un phénomène de nature économique. Dans le cas contraire, il va chercher à acquérir ces droits ou à faire participer d’autres agents. Pour cela, il va rechercher des transactions avec d’autres agents qui possèdent ces droits ou contrôlent ces processus. C’est l’étude de ces transactions qui constitue l’objet essentiel de l’économique. L’économie concerne en effet l’homme vivant en société. Au plan économique, la coopération sociale consiste dans la possibilité pour chaque agent de s’adresser aux autres agents pour contribuer à sa propre satisfaction, et réciproquement dans l’aptitude des agents à trouver leur satisfaction en contribuant à celle des autres. Il est tout à fait fallacieux de reprocher aux économistes de réduire l’être humain à un comportement égoïste et conflictuel : certes, il est commode de considérer que chaque être humain recherche sa propre satisfaction dans chacune de ses actions, mais cette satisfaction peut provenir ou s’enrichir de la satisfaction des autres, ou de l’imitation de leur comportement. Contrairement à un reproche habituel surtout émis par les sociologues et autres penseurs « de gauche » envers l’individualisme méthodologique qui est le nôtre, l’être humain dont je pars n’est pas considéré comme totalement égoïste, voire indépendant de toute structure sociale. Ses motivations peuvent être altruistes, il peut se conformer à des usages sociaux, il peut même « être agi » par son environnement. Notre seule hypothèse est que, quoi qu’il fasse, il le fait parce que, au moment où il agit et dans la situation où il est, il le préfère à tout autre comportement. L’action elle-même constitue la preuve de cette préférence. Cela dit, toute action est bien le fait d’un individu, même quand elle est fortement influencée par son appartenance (réelle ou imaginaire) à un groupe, même quand elle est effectuée au nom d’un groupe. Rappelons que l’individualisme méthodologique ne consiste pas à dire que les agents économiques agissent de façon « individualiste » au sens courant, c’est-à-dire égoïste. Comme son nom l’indique, c’est une règle de méthode selon laquelle une explication économique n’est complète que si elle remonte à des actions individuelles, qui peuvent fort bien être conditionnées par le contexte social, voire altruistes.

84

Les transactions
Ce que devons caractériser et classer, c’est les transactions elles-mêmes plus que les entités sous-jacentes, « biens » ou « services », qui font l’objet de ces transactions. En effet, ces entités ne sont pas à proprement parler des êtres économiques ; elles ne le deviennent que dans le cadre d’une transaction envisagée ou réalisée entre deux agents. Les objets élémentaires dont s’occupe l’économique, ce sont les transactions et non les choses physiques ou les activités internes des individus. Si une chose est disponible immédiatement en quantité illimitée, c’est à dire suffisante pour satisfaire la demande de tous les agents, ceux-ci peuvent à tout instant se la procurer directement sans entrer dans une transaction avec un autre agent. N’étant pas l’objet de transactions, une telle chose n’est pas un bien économique. Si par contre, ce qui est le cas le plus général, la quantité immédiatement disponible ne suffit pas pour satisfaire tous les agents, il doit exister un moyen de décider quels agents seront satisfaits et lesquels ne le seront pas. Ce moyen peut être la rivalité physique et la loi du plus fort, ou au contraire un processus pacifique d’interaction sociale qui suppose que l’ensemble des agents conviennent d’établir et de respecter certains droits attachés à ces biens. Pour qu’une organisation sociale puisse fonctionner, il faut que les droits de chaque individu soient définis. Ils ont par exemple le droit d’entreprendre certaines actions ou de s’en abstenir, d’utiliser ou non certains objets de telle ou telle façon. Ces droits concernent aussi bien le comportement des individus que leur relation aux objets physiques, auquel cas on parle de « droits de propriété ». Je n’aborderai pas ici la question philosophique des origines et de la justification de ces droits. Je constaterai simplement qu’ils correspondent à des conventions sociales qui définissent et restreignent le comportement de chacun des agents dans l’intérêt, réel ou supposé, de la collectivité. Un bien économique est rare par définition, ce qui implique qu’il ne peut pas être obtenu par un agent sans une transaction avec un autre agent qui possède des droits sur lui. C’est en particulier le cas des services, définis ci-dessus comme « l’exécution d’un processus par un agent au bénéfice d’un autre agent », qui exigent par définition l’intervention d’un autre agent et donc ne sont pas disponibles sans une transaction avec lui. En effet, chaque activité possible d’un agent (supposé libre par définition) peut ou non être entreprise par cet agent selon sa volonté. Cette faculté qu’a l’agent de décider d’exécuter ou non un processus dont il est capable est l’équivalent pour les services du droit de propriété pour un bien. Si on excepte les processus communs à tous les agents, le nombre d’agents capables d’exécuter un processus donné est fini, et chacun d’entre eux ne peut exécuter ce processus qu’un nombre fini de fois dans un temps donné. En ce sens, un processus est rare : si pour une raison quelconque un autre agent désire qu’il soit exécuté, il doit s’engager dans une transaction avec un agent qui « possède » ce processus et conclure un accord avec lui. Un agent ne peut obtenir un service que si, au même moment, un autre agent est disposé à le lui fournir. Or tous les agents ont un comportement analogue : ceux auxquels je m’adresse pour satisfaire mes désirs cherchent aussi à satisfaire leurs propres désirs. Il peut exister des cas où un agent fournit un service ou un bien à un autre agent sans rien lui demander en échange ; mais en règle générale, chaque agent demandera à ses interlocuteurs de lui rendre un service qu’il désire en échange des services qu’il rend, ce qui constitue une transaction entre les deux agents. Le moraliste peut juger cette exigence détestable et souhaiter que les hommes se rendent mutuellement des services de façon désintéressée sans rien demander en
85

échange. L'économiste doit s’abstenir de tout jugement de cette nature et seulement constater qu’un tel désintéressement est loin d’être le cas général. L’existence de transactions résulte de deux faits. Le premier est que chaque agent accorde des valeurs différentes à des biens différents. Si je donne trois choux pour avoir dix carottes, c’est que j’éprouve plus de désir, au moment de cette transaction, pour les dix carottes que j’obtiens que pour les trois choux que je cède. Autrement dit, je pense obtenir plus de satisfaction de dix carottes que de trois choux. On appelle généralement « valeur » l’intensité du désir qu’un agent éprouve pour un bien, et on dira donc que j’attache plus de valeur à dix carottes qu’à trois choux. Mais pour échanger trois choux contre dix carottes, encore faut-il que je rencontre quelqu’un qui, au même moment, veut donner dix carottes pour avoir trois choux, et a de ce fait une perception des valeurs opposée à la mienne. Faute de rencontrer une telle personne, l’échange ne se produira pas. L’existence même des échanges nécessite et révèle que des agents différents attachent des valeurs différentes aux mêmes biens au même moment, ce qui constitue la deuxième condition pour que des échanges puissent avoir lieu. A cause de cette différence dans les perceptions, l’échange est potentiellement créateur de satisfaction. Quand il se réalise, il satisfait en tout état de cause deux désirs ex ante, même s’il ne crée pas nécessairement deux satisfactions ex post, car il reste évidemment possible qu’à l’issue du processus, les agents n’obtiennent pas la satisfaction qu’ils cherchaient. Plutôt que « les services s’échangent contre des services », on pourrait dire plus exactement que l’espoir d’une satisfaction s’échange contre l’espoir d’une autre satisfaction. Ce constat, que les deux agents gagnent généralement dans l’échange, est le fondement de la notion de « surplus » au sens de Marshall ou d’Allais. Dans une transaction, l’offreur et le demandeur sont dans des positions asymétriques. L’offreur offre un bien particulier dont toutes les caractéristiques sont arrêtées, même celles qui ne sont pas explicitées dans l’offre, alors que le demandeur décrit le plus souvent un bien en quelque sorte abstrait dans la mesure où il spécifie un ensemble particulier de caractéristiques pertinentes pour lui, qui n’est qu’un sous-ensemble des caractéristiques que possèdent en réalité les biens susceptibles de satisfaire sa demande. Du côté des offreurs, certaines caractéristiques du bien offert sont voulues, d’autres sont totalement accidentelles ; certaines sont utilisées comme arguments de vente, d’autres sont passées sous silence voire soigneusement cachées. Mais si l’offreur, dans sa proposition, ne décrit jamais qu’un sous-ensemble des caractéristiques réelles du bien offert, il n’en détermine pas moins la totalité des caractéristiques de ces caractéristiques, y compris certaines auxquelles il n’a jamais prêté attention ou qu’il préférerait différentes. Parmi les caractéristiques publiées par l’offreur, celui-ci indique le plus souvent un prix.

Marchés et segments
Du côté des demandeurs potentiels, chaque agent éprouve un désir pour un bien, autrement dit attribue une valeur à ce bien, en fonction de l’usage qu’il veut en faire. Il s’intéresse pour cela à un sous-ensemble des caractéristiques du bien, qui sont les caractéristiques pertinentes pour les processus où cet agent envisage d’utiliser ce bien, et il lui attribue une valeur en fonction des valeurs de ces caractéristiques, telles qu’il les perçoit à cet instant. Cette valeur, ainsi que la liste des caractéristiques pertinentes, peuvent varier d’agent à agent, et dans le temps pour un même agent. Chaque agent estime l’utilité des biens, ou

86

plutôt le désir qu’il éprouve pour eux, à partir de leur place dans les processus de consommation qu’il envisage à un instant donné. Le prix indiqué par l’offreur n’est qu’une des nombreuses caractéristiques qui entrent dans le choix du demandeur, et pas nécessairement la plus importante. Chaque attribut de chaque bien peut être un critère de décision pour le marché et un paramètre d’action pour les entreprises qui le produisent. Comme il existe une infinité de biens potentiels, et pour chacun une infinité de caractéristiques potentiellement pertinentes pour les agents, il est impossible d’énoncer pour chaque bien toutes ses caractéristiques potentiellement pertinentes. Chaque bien réel est différent de tous les autres, comme l’avait remarqué Chamberlin , et chacune des différences peut être déterminante dans le comportement d’un ou plusieurs agents.
26

Un agent particulier qui cherche à satisfaire un de ses désirs particuliers va rechercher les biens réels qui peuvent servir d’intrants à celui de ses processus de consommation qui vise à satisfaire ce désir. Tous ces biens réels forment un bien générique représenté par un processus de sélection propre à l’agent demandeur, qui donne comme résultat la liste des biens qui satisfont certains critères inscrits dans ce processus. On peut donc dire que ces critères, ou plus exactement le processus de sélection, constituent pour cet agent la définition d’un bien générique. Plusieurs agents peuvent être demandeurs de biens plus ou moins voisins, c’est à dire dont les définitions en termes de caractéristiques souhaitées ont une partie commune. La réunion de ces définitions définit un autre ensemble de critères de sélection, c’est à dire un autre bien générique tel que tout bien réel qui satisfait ces critères satisfait les critères de sélection d’au moins un agent de cette population et peut être choisi par lui. Si donc nous considérons l’ensemble de ces agents comme un agent composite, tout bien réel qui satisfait à la définition de ce bien générique figure dans la liste qu’établirait un agent fictif formé par cette population. Le bien générique ainsi défini décrit bien la demande de cet agent composite. Au total, à tout intrant de tout processus d’une entité quelconque, que ce soit un agent réel, un sous-agent d’un agent réel, un ensemble d’agents considéré comme une entité collective, ou à tout ensemble de tels intrants, on peut associer un ensemble de critères de sélection d’intrants réels qui définit un bien générique demandé par cette entité quand elle désire exécuter ce processus. A l’inverse, étant donné un tel bien générique, l’ensemble des agents qui en sont demandeurs, qu’on appelle généralement son marché, peut être représenté par un agent synthétique doté d’un processus qui accepte comme intrants la liste et les spécifications des biens réels qui sont offerts, et donne comme résultat les quantités de chaque bien demandées par ce marché.

26

Chamberlin E.H. — The Theory of Monopolistic Competition, Harvard University Press (1933) 87

Valeur, monnaie et prix
Chaque agent ressent simultanément des désirs auxquels il accorde plus ou moins d’importance. Comme il ne peut pas tout faire à la fois, il établit des priorités dans les actions qu’il envisage. Ces priorités tiennent compte de deux ordres de considérations : d’une part l’intensité relative de ses désirs, d’autre part l’adéquation des différents moyens de les satisfaire. Ce classement est une opinion subjective et instantanée de l’agent, la plupart du temps floue et non quantifiée. Pour l’établir, l’agent tient compte de nombreuses caractéristiques des objets, qu’il estime pertinentes pour les processus qu’il envisage. Les êtres humains sont assez semblables dans leur structure physique, leur structure mentale et leurs activités pour qu’en première approximation l’économiste pose que la hiérarchie de leurs désirs est la même pour tous. Cette simplification permet de confondre les deux niveaux de choix – entre les désirs et entre les moyens de satisfaire chaque désir – comme le fait la théorie classique. Elle a néanmoins été remise en question par certains économistes comme Lancaster dans sa « nouvelle théorie du consommateur ». Chez l’individu normal, cette activité mentale de « calcul des plaisirs et des peines » est très largement inconsciente, et dans la plupart des cas, les agents sont incapables de justifier pleinement leurs choix de façon « rationnelle ». En particulier, ils ne peuvent pas attacher à chacun de leurs désirs ni à chacune de leurs actions possibles une mesure quantitative de ce désir ou de l’utilité de cette action. Autrement dit, la valeur telle que je l’ai définie n’est pas une grandeur mesurable. Les théories construites sur l’hypothèse qu’une telle mesure est possible reposent donc sur une illusion. Imaginons néanmoins un agent fictif qui serait capable d’expliciter les considérations qui l’amènent à prendre ses décisions. Un tel agent considérerait que certaines des caractéristiques pertinentes des biens qui lui sont proposés ne peuvent pas être modifiées, alors que d’autres peuvent varier ou être négociées avec l’offreur. Il pourrait se demander comment il agirait si une de ces caractéristiques variables du bien prenait telle ou telle valeur hypothétique. En considérant une par une les caractéristiques variables communes à plusieurs biens, s’il en existe, il pourrait ainsi établir un ordre de préférence sur les biens par rapport à cette caractéristique. Par exemple, dans la mesure où toutes les voitures ont une couleur, il pourrait préférer les voitures rouges aux voitures noires, et refuser tout de go les voitures vertes. Dans une économie primitive, les agents échangent directement des biens ou des services contre d’autres biens ou services. C’est ce qu’on appelle le troc. Dans les économies modernes, presque tous les échanges sont indirects. La collectivité adopte un bien particulier pour servir d’intermédiaire dans les échanges, et toutes les transactions consistent à échanger des droits relatifs à des biens ou à des processus contre une certaine quantité de ce bien intermédiaire qu’on appelle monnaie. La monnaie est en quelque sorte une reconnaissance de dette remise en échange d’un service rendu, et qui autorise celui qui la détient à obtenir à son tour un service contre une certaine quantité de cette monnaie. La valeur de la monnaie vient de ce que chacun est prêt à en accepter en échange de n’importe quel autre bien ou service, et que de plus cette acceptation est garantie par des institutions dans les pays modernes. Le prix d’un bien ou d’un service est la quantité de monnaie qui s’échange contre une unité de ce bien ou service. En ce sens, la monnaie peut être considérée comme une unité générale de valeur, en plus de son rôle de réserve de valeur.
88

Le rôle principal de la monnaie est de fluidifier les échanges. Dans une économie de troc, le chanteur affamé serait contraint de trouver un boulanger mélomane ; dans une économie monétaire, il peut d’abord obtenir de la monnaie en chantant pour des amateurs qui ne sont pas boulangers, puis acheter du pain avec cette monnaie chez un boulanger qui déteste sa musique. Avec un peu de chance, il peut même trouver un admirateur assez convaincu de sa capacité à trouver un auditoire pour lui prêter de la monnaie et lui permettre ainsi de manger avant même d’avoir chanté. Dans une telle économie monétaire, tous les biens possèdent ainsi une caractéristique que chaque agent peut à bon droit considérer comme variable, son prix. S’il fait varier en pensée le prix de chaque bien, toutes les autres caractéristiques restant inchangées, il peut considérer qu’au-dessus d’un certain seuil, il renoncerait à acquérir ce bien et préférerait entreprendre une autre action. Ce prix limite est le prix d’achat maximum du bien pour cet agent, qu’on peut appeler sa valeur monétaire subjective, souvent désignée par « prix de réserve ». Un raisonnement analogue de la part du propriétaire d’un bien le conduit à estimer un prix au-dessous duquel il préfère conserver ce bien que le céder. L’agent peut ainsi attacher une quantité de monnaie à chaque bien, ou plus généralement à toute transaction envisagée, ce qui fait de la monnaie une unité de valeur. Mais cette notion de valeur est toujours subjective, variable d’agent à agent, et variable dans le temps pour chaque agent. La notion de « valeur intrinsèque » d’un bien n’a pas de sens en dehors du jugement subjectif des agents. La valeur n’est pas dans les choses, mais dans la tête de celui qui les envisage comme un moyen de satisfaire ses désirs. C’est une notion psychologique floue, fondée sur le rapport des attributs du bien aux processus de l’agent, tels que ce dernier les perçoit, et qui dépend de l’agent et des circonstances.

Transactions et contrats
Dans le cas simple de l’échange d’un bien matériel existant, toutes les caractéristiques de celui-ci sont fixées et la seule variable sur laquelle les agents doivent se mettre d’accord est le prix. S’ils y parviennent, les agents échangent alors le bien contre de la monnaie et se séparent à l’issue de la transaction sans envisager aucune relation future entre eux. Au contraire, si l’échange porte sur un service, dont par définition le processus de production n’a pas encore été exécuté, les agents doivent également se mettre d’accord sur les caractéristiques de ce processus futur. Cet accord se traduit par un contrat, notion en fait propre aux services, qui ne se conçoit que si l’exécution de la transaction s’étend dans la durée, et qui n’a pas de sens pour des échanges ponctuels de biens matériels existants. Son omniprésence dans le monde réel a forcé les économistes à l’introduire dans la théorie, mais elle est incohérente avec la conception restrictive des biens et de l’échange qui est celle de la théorie standard. Chaque processus appartient à un agent qui en contrôle l’exécution, qui peut ou non en proposer l’usage aux autres agents. Un processus peut devenir un service, indépendamment du fait qu’il produise ou non des extrants séparables, si l’agent qui le possède offre à d’autres agents un droit d’accès à ce processus. Cette offre peut être représentée par un ticket d’accès qui propose une description du processus afin de permettre aux autres agents de lui attribuer une valeur. Cette description est créée par l’offreur à son initiative et à sa convenance, et est la plupart du temps incomplète. L’offreur peut proposer aux autres agents de spécifier euxmêmes certaines caractéristiques du processus, de ses extrants et de ses intrants, qui peuvent être des entités fournies par ces autres agents, voire ces agents eux-mêmes.

89

Dans le cas le plus général, l’offre décrit un processus, qui peut aller du plus simple au plus complexe, précise quels paramètres de quels intrants et de quels extrants sont définis par l’offreur, et quels paramètres de quels intrants et de quels extrants sont négociables entre l’offreur et le demandeur. Une offre ainsi définie peut correspondre à un besoin chez un autre agent, qui lui attachera une valeur de son côté. Deux conditions sont nécessaires pour qu’un processus devienne un bien économique à l’égal d’une chose : que ce processus soit observable ou imaginable par un agent A, et qu’il ne soit pas immédiatement disponible pour cet agent, donc que les droits qui y sont attachés soient sous le contrôle d’un autre agent B. Un accord avec cet autre agent est nécessaire pour que l’agent A puisse satisfaire son désir. Une transaction est un ensemble d’opérations par lesquelles deux agents se mettent d’accord sur un contrat. Elle part d’une expression plus ou moins complète d’une offre et d’une demande et vise à en préciser les éléments manquants ou incohérents (paramètres, attributs de biens, conditions, etc.). J’appellerai « proposition » une telle spécification d’un bien, de droits proposés à l’échange et des conditions associées. Une offre est une proposition de cession de droits, une demande est une proposition d’acquisition de droits. La transaction entre un offreur et un demandeur aboutit à un contrat qui fixe les valeurs des paramètres négociables, ainsi que les autres conditions de l’exécution du processus comme le délai et le prix. Dans cette conception, un contrat est un acte par lequel deux agents s’engagent réciproquement à exécuter certains processus dans des conditions spécifiques. En économie monétaire, où toutes les transactions consistent à échanger un bien contre de la monnaie, la condition générale pour que l’agent A, qui possède un bien, le cède à l’agent B est que A accorde au bien une valeur moindre que celle que B lui accorde. En échangeant le bien contre une quantité de monnaie comprise entre ces deux valeurs, les deux agents seront gagnants. Dans la pratique, l’agent A aura plus ou moins consciemment et exactement déterminé à l’avance la quantité de monnaie qu’il est prêt à accepter pour céder ce bien, au besoin en fonction des valeurs des paramètres négociables et des autres circonstances de la transaction, et aura inclus cette information dans sa proposition de transaction. Le prix devient ainsi un des attributs du bien sur lesquels l’agent B fait reposer sa décision d’acquisition. Le contrat prend alors une forme dégénérée où le processus exécuté par l’agent acquéreur se résume à un versement de monnaie, alors que l’agent cédant exécute au minimum un processus de transfert de droits, et peut exécuter un processus complexe dans le cas de certains services. La proposition est en quelque sorte une ébauche du contrat, plus ou moins complète et détaillée, et qui laisse plus ou moins de liberté à chacune des parties. Le contrat passé entre les deux agents à l’issue d’une négociation éventuelle complètera l’offre de services en précisant ce que chacun s’engage à exécuter au bénéfice de l’autre, et en stipulant les paramètres de ces processus. Certaines des dispositions laissées ouvertes dans l’offre seront précisées dans le contrat, mais pas nécessairement toutes. En effet, le processus sous-jacent peut être complexe et laisser une marge considérable de décision au serveur, comme par exemple pour des services d’assistance. Dans ce cas, le processus, ainsi que ses intrants et ses extrants, ne peuvent être décrits qu’en termes très généraux. A l’opposé, ce processus peut être entièrement spécifié dès l’offre, comme pour un spectacle ou le lavage de voiture ; le choix du client est alors simplement d’accepter ou non, et sa participation se résume à être présent ou à fournir certains intrants. Pour des offres comme la réparation ou les soins, le choix et la participation du client sont tout aussi réduits, alors même que le processus n’est que très incomplètement spécifié et largement laissé au jugement du serveur, qu’il soit mécanicien ou médecin.

90

Quand le processus est complètement spécifié par l’offreur et que l’intervention du client se borne à choisir une combinaison particulière de caractéristiques parmi un petit nombre d’options préétablies par l’offreur, on se trouve en fait dans un cas très voisin de celui des produits finis, si ce n’est que le processus de production peut n’avoir pas encore été exécuté. Les échanges de produits finis, qui forment tout l’univers conceptuel de la pensée économique traditionnelle, apparaissent ainsi comme un cas très particulier, un point de l’univers des transactions économiques possibles. A l’inverse, si le processus sous-jacent est décrit de façon très générale et susceptible de nombreuses variations, son exécution suppose une coopération entre le serveur et le client. Cette coopération peut aller de la confiance totale, où toutes les décisions sont déléguées au serveur comme dans le cas des soins médicaux ou des services comme Europe-Assistance, au travail en commun coordonné pour les architectes, les agences de publicité, les avocats, etc. Pendant que le serveur exécute ce processus, le client est en relation avec lui de façon plus ou moins directe et intime. De plus, cette relation implique le système de production du serveur, alors que pour une chose classique, ce processus de production est terminé au moment de la transaction Le simple fait que l’exécution du processus de production soit postérieur à la transaction, et que sa réalisation fasse intervenir au moins deux agents, le serveur et le client, implique en particulier un risque que le résultat réellement obtenu ne soit pas conforme aux spécifications ou aux attentes du client. Le contrat doit donc préciser les limites de l’engagement du fournisseur et les sanctions en cas de non-respect de cet engagement. Dans le cas classique des services, la transaction porte sur une exécution particulière (une instance) du processus. Mais elle peut aussi porter sur le processus générique, c’est-àdire sur toutes les exécutions futures du processus. Le client acquiert alors l’exclusivité de l’exécution de ce processus par l’agent serveur, ce qui correspond pratiquement à une forme de salariat si l’agent serveur est un individu, à un accord de partenariat exclusif s’il s’agit d’une organisation. Dans le cas limite où cette transaction porte sur la totalité des processus de l’agent, y compris son processus principal de décision, on se trouve dans le cas de l’esclavage pour un individu, de la fusion-acquisition pour une entreprise.

Biens et services
Toute transaction est fondamentalement un échange de services, c’est-à-dire l’exécution d’un processus par un agent au bénéfice d’un autre agent. Si le processus concerné donne naissance à des extrants auxquels peuvent être attachés des droits de propriété, et si l’agent propriétaire du processus a décidé de l’exécuter complètement et de proposer ces extrants à l’échange, on se trouve alors dans le cas classique des transactions relatives aux biens matériels. La transaction est alors un acte simple, qui se résume pour le client à accepter le bien et les conditions de cession proposées par l’offreur, la marge de négociation éventuelle portant sur le seul prix. Ce cas s’étend aux biens immatériels dans la mesure où il est possible de leur attacher des droits de propriété, ainsi qu’aux autres types de droits et modes de cession de ces droits, par exemple aux droits d’usage temporaire conférés par les formules de location. L’échange de biens matériels est en quelque sorte une forme de « service indirect ». Au lieu de participer directement aux processus qui produisent la satisfaction du consommateur, le producteur lui fournit un objet qui permet ou facilite l’exécution de ces processus, ou la rend plus satisfaisante.

91

Dans d’autres cas, l’agent propriétaire du processus peut décider de proposer à d’autres agents d’exécuter ce processus à leur bénéfice et en leur permettant de spécifier tout ou partie des attributs des extrants ou des paramètres de ce processus. Cette situation peut concerner des cas où le processus concerné ne donne pas naissance à des extrants auxquels peuvent être attachés de droits de propriété, des cas où le processus présente une valeur pour certains agents indépendamment des extrants qu’il produit, aussi bien que des cas où le processus produit des biens matériels. La transaction ne peut alors concerner que l’exécution future du processus, et précède toujours la prestation du service. C’est le cas très général de ce qu’on regroupe habituellement dans la catégorie des services. Dans ce cas, l’exécution du processus de production par le serveur et l’exécution du processus de consommation par le client sont au moins en partie simultanées. L’acte de transaction peut alors aller du plus simple, comme pour les biens matériels, au plus complexe, comportant notamment la spécification négociée des paramètres du processus et de ses extrants et des conditions de l’échange, ainsi que les conditions de la poursuite de la relation entre le serveur et le client, y compris dans le cas où la prestation ne se révèlerait pas conforme aux attentes de ce dernier. Il existe une immense variété de situations réelles selon : − le degré d’avancement de l’exécution du processus au moment de la transaction, − l’existence d’extrants matériels séparables, − le mode de fixation de chacun des paramètres (d’avance par le serveur, par la négociation, à la discrétion du serveur en cours d’exécution), − la relation du donneur d’ordre avec les intrants et les extrants du processus (ce peut être lui-même, une chose qui lui appartient, un tiers ou une chose qui lui appartient à un tiers), − les garanties offertes par le producteur (aucune, de moyens, de résultat plus ou moins conforme). Ces critères sont largement indépendants les uns des autres, et chacun est susceptible de recevoir toute une gamme de réponses. Les combinaisons possibles sont donc nombreuses, même si certaines paraissent improbables. On pourrait ainsi identifier un grand nombre de modèles de service : le réparateur, la couturière, le coiffeur, la baby-sitter, le tueur à gages, Europe Assistance, le service téléphonique, l’impresario, l’avocat, l’agence de publicité, le conseil en gestion, le comptable, EDF, la chaîne de télévision, la restauration, l’hôtellerie, l’organisateur de voyages, l’acteur, etc… Si l’univers des transactions sur des biens séparables est un univers relativement simple, celui des transactions de service est très complexe. Une conséquence importante est qu’il faut définitivement renoncer à concevoir le monde économique comme la juxtaposition d’un univers de biens, qui obéirait à certaines lois, et d’un univers de services qui obéirait à d’autres lois. En réalité, on peut décrire d’une part un certain nombre de mécanismes et de propriétés valables pour toutes les formes de transactions quelles qu’elles soient, et d’autre part des mécanismes et des propriétés associés à des types particuliers de transactions, un de ces types étant l’échange de biens matériels. Mais au regard de ces mécanismes et propriétés particuliers, les autres types de transactions ne forment pas une famille homogène qu’on pourrait appeler « services ». Au contraire, ils se répartissent en familles différentes les unes des autres, certaines étant très proches des produits et d’autres très éloignées, mais sans qu’on puisse identifier entre elles de

92

caractéristiques communes qui les distingueraient globalement des biens matériels. L’analyse économique doit reposer sur d’autres catégories que la distinction biens/services. Au total, l’univers des transactions, ou celui des objets d’échange possibles, ne peut pas être décomposé en un univers de produits et un univers de services distincts mais comparables en étendue. Il forme un continuum pluridimensionnel de formes de prestations, dont le cas des produits finis représente un point particulier. Le concept de services ne s’oppose pas au concept de bien matériel, mais l’englobe. Il n’est donc pas étonnant qu’on aboutisse à une impasse en focalisant la réflexion sur les produits, comme le fait toute la théorie classique, et en essayant ensuite de ramener le cas des services à celui des produits comme tentent de le faire des développements plus récents. Cette situation d’impasse épistémologique est semblable à celle que nous avons rencontrée pour les agents. Les agents économiques du monde moderne se sont diversifiés en une immense variété dont l’homo economicus walrasien ne représente qu’un point singulier. De même que je propose de sortir de cette impasse grâce à un nouveau concept d’agent qui englobe l’agent ponctuel maximisateur rationnel comme un cas très dégénéré, je propose de sortir de l’impasse à laquelle conduit la dichotomie biens-services en introduisant un nouveau concept de bien qui englobe à la fois les transactions sur les choses matérielles et les innombrables formes de transactions de services.

93

Chapitre 8 – Marchés et formation des prix
Jusqu’ici, nous avons considéré les transactions indépendamment les unes des autres. D’une façon générale, un agent A cèdera un bien à un agent B en échange d’un autre bien si ces deux agents se sont rencontrés et ont constaté, chacun de son côté, qu’ils accordent plus de valeur à ce qu’ils vont recevoir qu’à ce qu’ils vont céder. Ceci implique que des agents différents attachent des valeurs différentes aux mêmes biens au même moment, faute de quoi il n’y aurait pas d’échanges. Pour qu’une transaction ait lieu, il faut que se rencontrent un agent qui souhaite acquérir un bien et un agent qui souhaite céder ce même bien, et que la valeur subjective du bien pour le demandeur soit supérieure à sa valeur subjective pour l’offreur. Dans ce cas, si les agents se mettent d’accord sur un prix compris entre ces deux valeurs subjectives, les deux gagnent à l’échange. Le commerce sert justement à apparier des agents pour lesquels les valeurs subjectives d’un bien sont compatibles. La théorie économique est a priori tout aussi impuissante à déterminer le prix qui résultera d’une négociation entre les agents concernés, qu’à déterminer les valeurs subjectives du bien pour chacun des agents. L’observation ne peut que constater les prix auxquels les échanges réels ont eu lieu. Le raisonnement permet néanmoins d’établir certaines propriétés des marchés. En économie monétaire, un agent A cèdera un bien à un agent B si ce dernier lui remet en échange une quantité de monnaie au moins égale à celle que A s’est fixée comme prix de vente minimum. A l’inverse, cette quantité de monnaie est forcément inférieure à celle que B s’est fixée comme prix d’achat maximum. Sa valeur exacte dépend d’une négociation entre ces deux agents. Si un même bien existe à de multiples exemplaires identiques qui font l’objet de transactions indépendantes entre des paires d’agents différentes, rien ne permet de penser a priori que les évaluations subjectives de tous les agents cédants d’une part, de tous les agents acquéreurs d’autre part, soient les mêmes. A supposer même qu’elles le soient, rien ne permet de penser que toutes les paires d’agents s’accordent sur le même prix. En l’absence d’un mécanisme effectif de coordination, chacune de ces transactions pourra donc se faire à un prix différent. Dans quelle mesure et comment les innombrables prix qui se forment dans les transactions individuelles peuvent-ils évoluer vers un prix unique pour chaque bien, comme le postule la théorie économique standard ? Autrement dit, comment peut-on passer des innombrables valeurs subjectives d’un bien à un « prix de marché » de ce bien ? La valeur d’un bien peut-elle devenir objective, c’est à dire « se rapporter à un objet externe et non au sujet pensant » ou encore « ne dépendre d’aucun sujet en particulier » ? La théorie économique conventionnelle a postulé a priori que la réponse à cette question est positive. Après avoir vainement cherché à définir un « juste prix » qui procèderait d’on ne sait quelle origine métaphysique, elle a échafaudé la construction imaginaire du marché walrasien, qui domine encore un pan considérable de la pensée économique. Abandonnons ces schémas imaginaires pour observer le fonctionnement de l’économie réelle. Au contraire de la théorie standard, je ne pose pas en principe l’existence d’un équilibre économique ni de « prix d’équilibre » pour les justifier ensuite par des mécanismes fictifs, mais je chercherai à schématiser les mécanismes réels, pour voir ensuite à quelle situation ils conduisent.

94

Les mécanismes de marché
Dans les marchés réels, les agents se livrent à des transactions bilatérales successives séparées les unes des autres ; la plupart du temps, aucun tiers n’intervient dans ces transactions pour en fixer le prix et la quantité. Cette réalité est assez bien représentée par le modèle que propose Maurice Allais dans sa « Théorie générale des surplus », où chaque transaction se réalise dès que deux agents constatent qu’elle dégage un « surplus », c’est à dire une différence favorable entre le prix et la valeur pour chacun des deux. Pour reprendre l’exemple du chapitre précédent, si nos protagonistes échangent effectivement trois choux contre dix carottes, ils peuvent volontiers convenir que, d’une certaine façon, trois choux « valent » dix carottes, alors que s’ils le pensaient vraiment tous deux, ils n’auraient eu aucune raison de faire cet échange. D’autres personnes ne seront pas d’accord sur cette équivalence, mais si d’aventure on constate que tous les échanges de choux contre des carottes se font dans le rapport trois contre dix, on est fondé à dire que trois choux valent « objectivement » dix carottes. Toutefois, ce ratio peut n’être que le fruit du hasard et reste susceptible de changer à tout moment. Pour qu’un prix puisse être attaché à un bien ou un service de façon réputée « objective », il faut qu’il existe des mécanismes réels qui lient entre eux les prix des différentes transactions, ce qu’on appelle habituellement un marché. Il faut de plus que ces mécanismes soient tels qu’ils fassent effectivement évoluer les prix individuels vers une valeur caractéristique de chaque bien, en un temps raisonnablement court. Cette notion de prix limite, s’il en existe un, est différente de la notion purement arithmétique de prix moyen, qu’on peut toujours calculer ex post pour un ensemble quelconque de transactions effectuées dans une période donnée, même en l’absence de tout mécanisme d’arbitrage ou de convergence. Ce prix moyen peut n’avoir été adopté dans aucune transaction, et n’est égal à la valeur pour aucun des agents. Pour l’ensemble de transactions considéré, les agents pour qui la valeur est inférieure au prix ont été les vendeurs, et ceux pour qui la valeur est supérieure au prix ont été les acheteurs. A la limite, on peut dire que les seuls agents pour qui le prix est égal à la valeur, comme le prétend la théorie économique standard, sont ceux qui n’ont participé à aucune transaction. Pour qu’un mécanisme de coordination puisse exister pour un bien, il faut évidemment que ce bien puisse être l’objet de transactions multiples à l’intérieur de la période où ces mécanismes produisent leur action, donc que ce bien existe à de multiples exemplaires. Si le bien n’existe qu’en un seul exemplaire, comme c’est le cas par exemple des œuvres d’art, il ne peut y avoir, sur une courte période, qu’une seule transaction entre un vendeur et un acheteur. Dans de nombreux cas, la fixation du prix résulte d’une négociation privée face à face, et relève donc de la psychologie et non de l’économie. Dans d’autres cas, on peut avoir recours à différents processus d’enchères pour trouver parmi les acquéreurs potentiels celui qui accorde au bien la valeur la plus élevée, ou à l’inverse trouver parmi les offreurs potentiels celui qui lui accorde la valeur la plus faible et donc en demande le prix le plus bas. On peut concevoir des marchés où il n’y aurait aucune coordination : à chaque transaction, les agents ne se souviendraient pas de leurs propres transactions passées, et ignoreraient les autres transactions passées ou en cours. C’est par exemple à peu près le cas du marché des œuvres d’art, où chaque œuvre, et donc chaque transaction, est unique, et où le rapprochement avec d’autres transactions est peu significatif.

95

Pour la grande majorité des biens, le nombre et la fréquence des transactions sont suffisants pour que les agents en conservent la mémoire, et fassent appel à cette mémoire pour leurs transactions en cours. Au minimum, ils ajusteront consciemment ou inconsciemment leur comportement aux résultats de leurs recherches précédentes de demandeurs ou d’offreurs, et conserveront ainsi une mémoire implicite de leurs transactions passées à travers certains traits de leur comportement. Ils pourront aussi conserver une trace explicite des quantités échangées et des prix, et s’y référer consciemment par la suite. Dans un marché entièrement constitué d’individus humains, et plus encore d’individus appartenant à une même culture et à un même corps social, leurs besoins et leurs critères de jugement sur des biens fréquemment échangés peuvent être assez voisins pour que tous adoptent des comportements économiques semblables. De plus, il peut exister dans une telle société des moyens permettant à l’information de circuler plus ou moins facilement, de telle sorte que les agents puissent tenir compte non seulement de leurs propres transactions passées, mais aussi des transactions réalisées par les autres agents.

Les marchés et les biens
Chaque agent est confronté à une multitude de produits, a priori tous différents les uns des autres, et détermine son comportement d’acquéreur par rapport à cette offre. Pour les individus, ce comportement d’acquéreur vise à satisfaire des désirs généraux et des demandes plus ou moins spécifiques ; pour les entreprises, il vise à satisfaire des demandes précises inscrites dans leur plan. Dans le monde réel, l’immense majorité des transactions fait intervenir la monnaie, et prennent la forme d’un échange d’un bien contre une certaine quantité de monnaie qu’on appelle son prix. Or, à tout moment, chaque agent dispose d’une quantité finie de monnaie, et tout achat réduit cette quantité, donc tout achat potentiel est en concurrence avec tous les autres achats potentiels du même agent. Cette forme de concurrence entre les biens est la concurrence walrasienne, où chaque agent est censé choisir ses acquisitions de façon à maximiser une certaine mesure de sa satisfaction, sous la contrainte que la somme des prix de ces acquisitions ne soit pas supérieure à la quantité de monnaie dont il dispose. Il existe des relations entre les biens dans l’esprit des consommateurs potentiels. Pour certains agents, acquérir un certain bien peut réduire la demande de certains autres biens, au moins pendant une certaine période. Par exemple, quand un agent a pris un repas dans un restaurant, sa demande pour les autres formes de nourriture, qu’il s’agisse de restaurants du même type ou de types différents, de sandwiches ou de pizzas, devient nulle pour quelques heures, et ce quelle que soit la quantité de monnaie dont il dispose. De même, quand il a acheté une voiture, nécessairement d’un modèle particulier, sa demande de véhicules automobiles en général devient nulle pour quelques années. On dit que de tels biens sont substituables. Quelles que soient leurs différences, ces biens substituables ont des attributs communs, ceux précisément qui leur permettent satisfaire un même désir chez les demandeurs, en correspondant aux attributs des intrants du processus de consommation qui produira la satisfaction du consommateur. Notons que des biens substituables ne le sont pas de façon absolue, mais seulement pour des processus de consommation définis. Dans le cas des êtres humains individuels, on peut admettre que les processus varient suffisamment peu d’un individu à l’autre pour que cette notion de substituabilité prenne un sens absolu. Il n’en va pas nécessairement de même pour les entreprises.

96

Etant donné un processus de consommation (ou une catégorie de désirs), tous les biens qui possèdent les caractéristiques requises pour constituer un intrant de ce processus (pour satisfaire ce désir) forment un bien générique. L’ensemble des acheteurs réels ou potentiels de ce bien générique est généralement appelé son « marché ». J’utilise ici le même terme de marché pour désigner une institution permettant les échanges, qui a le plus souvent une portée géographique et sociale limitée, en ce sens qu’elle n’est accessible qu’à certains agents et non à la totalité des échangistes potentiels. Je définirai donc un marché au sens restreint comme « l’ensemble des acheteurs réels ou potentiels d’un même bien qui sont reliés par un même mécanisme institutionnel de coordination des échanges ».

Les marchés réels
Dans son sens le plus usuel, le terme de « marché » désigne un rassemblement d’offreurs et de demandeurs dans un même lieu restreint au même moment. Cette forme de réunion est la plus courante des institutions et dispositifs matériels qui permettent aux agents de faire connaître leurs offres ou leurs demandes aux autres agents, de rencontrer des contreparties potentielles et de mener avec eux des négociations directes. Un même agent peut mener simultanément plusieurs négociations et tenir compte dans chacune des informations recueillies dans les autres. Il peut aussi mener successivement plusieurs transactions en profitant de la présence d’un grand nombre d’agents. C’est le cas des marchés villageois ou de quartier, ou des marchés de gros des biens de consommation courante. La mise en relation de transactions distinctes, même si elle reste informelle et interne à chacun des agents, peut dans une certaine mesure jouer le rôle de mécanisme de coordination, mais sans aller jusqu’à la formation de « prix de marché » attachés à chacun des biens et indépendants des agents. Un pas supplémentaire consiste à porter les transactions réalisées et leurs conditions à la connaissance de tous les agents, en confiant à un agent spécialisé ce rôle d’information. Cette information rend possible un mécanisme de coordination particulièrement fréquent et efficace qui est l’arbitrage. S’il existe pour un bien un groupe d’agents M1 (un marché) qui adopte un prix P1 et un autre groupe M2 qui adopte un prix P2 supérieur à P1, un agent peut gagner de l’argent en se présentant comme acheteur sur le marché M1 et vendeur sur le marché M2. Pour cela, il faut que le bien puisse effectivement être transféré de M1 à M2 et que le coût de transfert soit suffisamment inférieur à la différence de prix pour que l’activité d’arbitrage soit attrayante compte tenu des coûts fixes et du risque. Certains marchés réels sont dotés de mécanismes de coordination supplémentaires en faisant intervenir dans les transactions un tiers qui a pour rôle de consulter préalablement les agents et de fixer ensuite les conditions de la transaction. Un premier cas est celui des enchères, où un agent spécialisé, le commissaire priseur, recherche pour chaque bien proposé l’acquéreur qui en offre le prix le plus élevé. Dans ce système, seuls les demandeurs sont consultés pendant le fonctionnement du marché, le vendeur ne pouvant que fixer préalablement un « prix de réserve » en dessous duquel il préfère ne pas céder le bien. Les enchères sont effectuées successivement pour chaque bien ou pour chaque « lot » quand il s’agit d’une grande quantité de biens quasi-identiques, comme dans les criées au poisson. Le prix final de cession de chaque lot est automatiquement connu de tous, et peut être utilisé par les agents dans leur comportement vis-à-vis des lots suivants. De façon exceptionnelle, certains marchés comprennent un mécanisme permettant de confronter les offres et les demandes avant toute transaction, en recherchant le prix auquel le total des quantités offertes est égal au total des quantités demandées pour chaque bien. Ce
97

mécanisme est analogue à celui du commissaire priseur walrasien, ou plutôt marshallien puisque les différents biens sont traités séparément. C’est le cas des Bourses des valeurs ou des matières premières, mais loin d’être la forme dominante de marché comme le postule la théorie conventionnelle. Jusqu’à une date très récente, toutes ces formes de marchés supposaient la présence physique des échangistes en un même lieu à des moments convenus. Elles supposaient donc indirectement l’existence d’échangistes professionnels, éventuellement mandatés par les offreurs ou demandeurs de biens, qui se rendaient systématiquement dans le lieu indiqué aux heures convenues pour effectuer les transactions au nom des agents. Le développement récent des nouvelles technologiques de l’information et de la communication, et notamment d’Internet, n’impose pas le rassemblement physique des échangistes dans un même lieu mais leur permet d’accéder aux mêmes informations et de communiquer instantanément quelle que soit la distance. Ce faisant, le « commerce électronique » augmente le nombre des échangistes potentiels en admettant des échangistes occasionnels ou amateurs, tout en permettant des transactions 24 heures sur 24 et en autorisant la mise en place de mécanismes de coordination et d’information plus sophistiqués. Pour l’immense majorité des transactions courantes dans le monde contemporain, le prix des biens est fixé unilatéralement ex ante par l’offreur, éventuellement assorti de variantes prédéfinies comme des prix variables par quantités ou d’autres conditions de remise. Le prix devient ainsi une des caractéristiques publiées du bien au même titre que ses caractéristiques physiques. Chaque demandeur ne peut ni négocier un prix en baisse, ni proposer un prix supérieur pour être sûr d’être servi ; il ne fait que déterminer la quantité du bien qu’il souhaite acheter aux conditions fixées par l’offreur, Si les quantités offertes sont suffisantes, tous les demandeurs sont servis, sinon ils sont normalement servis par ordre d’arrivée, mais par hypothèse toutes les transactions ont lieu au prix d’offre. Dans un tel marché, ce sont les offreurs qui réalisent les mécanismes d’ajustement, en modifiant les prix pour les transactions ultérieures selon la demande exprimée par le marché. Les prix sont en quelque sorte négociés implicitement entre chaque offreur et l’ensemble des demandeurs sur une période plus ou moins longue, et peut évoluer vers un prix de marché au sens conventionnel. Notons que, les prix étant publiés, chaque offreur connaît le prix de tous les biens offerts, et même mieux que les demandeurs car il peut s’organiser spécifiquement pour acquérir cette information et y consacrer des ressources non négligeables. Le mécanisme de formation des prix à moyen et long terme est ici indissociable des processus de gestion des entreprises productrices, que nous examinerons au chapitre 10. Un cas à peu près symétrique est celui des appels d’offres, où c’est le demandeur qui prend l’initiative de publier la spécification d’un bien qu’il souhaite acquérir. Cette spécification définit un certain nombre de caractéristiques souhaitées mais est toujours incomplète ; elle décrit en quelque sorte un bien « abstrait » dont les biens concrets proposés en retour par les offreurs devront respecter les caractéristiques. Le prix ne figure généralement pas dans ces caractéristiques, ou de façon purement indicative. Le processus par lequel le demandeur choisira parmi les offres reçues peut faire intervenir un plus ou moins grand nombre des caractéristiques des biens proposés ; dans sa version la plus primitive du « moins disant », le seul critère de sélection est le prix, ce qui implique l’hypothèse que toutes les caractéristiques pertinentes ont été exactement spécifiées dans l’appel d’offres, et sont exactement respectées par toutes les propositions.

98

Les mécanismes de marché sont nombreux, et le mécanisme walrasien est un cas singulier particulièrement perfectionné et rare. Il n’est pas donc légitime de raisonner comme si ce mécanisme était général et que tous les autres lui étaient équivalents. Les propriétés de ce mécanisme, qui forment une bonne part de la théorie économique conventionnelle, ne sont vraies que dans les cas très rares où il est effectivement utilisé. Que peut-on alors dire des propriétés des mécanismes réels ?

Vue statique
Observons le comportement des agents dans les transactions les plus générales, en l’absence de mécanismes spécifiques de coordination. Certains ressentent des besoins et deviennent demandeurs de biens ou de services qu’ils jugent de nature à satisfaire ces besoins. Une fois de plus, j’utiliserai le terme de « bien » pour désigner tout ce que l’agent peut désirer, qu’il s’agisse de la possession d’un objet physique, de l’accès à un service ou du droit de participer à une activité. Dans son approche de la transaction, l’agent demandeur prend en considération une part limitée de l’univers des biens : ceux dont il connaît l’existence et qu’il considère comme aptes à satisfaire les besoins qu’il ressent. Un même bien peut satisfaire ou contribuer à satisfaire des désirs multiples, et il peut exister des biens différents susceptibles de satisfaire un même besoin. Parmi ces biens, l’agent établit un ordre sur la base de deux critères : l’intensité du désir qu’ils permettent de satisfaire et leur capacité à satisfaire ce désir. Cet ordre est flou, imparfait et changeant, car les désirs de l’agent peuvent être imprécis et sa connaissance des biens approximative, et les deux peuvent évoluer dans le temps, y compris entre le moment où l’agent commence à ressentir un besoin et le moment où il exécute la transaction destinée à le satisfaire. Chaque demandeur établit ainsi des contraintes sur certaines caractéristiques des biens qu’ils recherche. Certaines de ces contraintes sont absolues et définissent une classe de biens susceptibles de satisfaire cette demande, qu’on peut considérer comme un bien générique. Si par exemple le besoin à satisfaire est la faim, le bien générique correspondant est la nourriture. D’autres contraintes sont relatives et établissent un ordre ex ante sur les biens possibles. Par exemple, l’agent peut préférer la viande aux légumes, et les haricots aux chouxfleurs. Mais s’il ne trouve que des choux-fleurs, il pourra s’en contenter pour satisfaire son besoin de nourriture. On dit que des biens particuliers sont substituables s’ils peuvent satisfaire le même besoin, c’est à dire s’ils font partie du même bien générique. Le demandeur recherche des offreurs de ce bien générique, et en identifie un sousensemble. Il examine les biens particuliers proposés par ces offreurs et établit un ordre de préférence sur ces biens, en utilisant les critères et l’ordre ex ante qu’il avait préalablement établis. Dans son évaluation de l’offre réelle, le demandeur peut faire intervenir des caractéristiques auxquelles il n’avait pas pensé initialement, et peut aussi modifier ses critères d’évaluation. En particulier, il est probable que chaque offreur cherchera à modifier en sa faveur la fonction d’évaluation du demandeur, que d’ailleurs ce dernier appliquera ensuite à tous les offreurs. Cette interaction entre le demandeur et l’offre réalise le côté demande du processus de découverte, qui est selon Hayek la fonction principale du marché. Le demandeur choisit enfin un offreur et un bien. Il est évident que le bien retenu n’est pas nécessairement celui dont le prix est le plus bas, car le demandeur a tenu compte d’autres caractéristiques qui déterminent la valeur pour lui de chaque bien considéré. De plus, il n’a considéré qu’un nombre limité de biens et d’offreurs, et cela d’autant plus qu’il cherche à

99

satisfaire ses besoins dans un délai donné, car rechercher des biens et des offreurs consomme du temps et des ressources. Passons maintenant du côté de l’offre. Dans une économie moderne, celle-ci est principalement le fait d’agents spécialisés. Chacun a choisi d’être offreur de certains biens particuliers, et cherche à chaque instant à vendre une certaine quantité de chacun de ces biens, à un prix qu’il a fixé. Pour cela, il cherche d’abord à être consulté par le maximum de demandeurs susceptibles de choisir son produit, et de préférence par ceux qui lui attachent la plus grande valeur. C’est le but de son action commerciale et promotionnelle : se faire connaître, faire connaître les produits qu’il propose, et informer les demandeurs potentiels sur les avantages spécifiques de ses produits. Il peut pour cela s’adresser à d’autres agents spécialisés dans ces activités, qui lui fourniront ces services de promotion. Grâce à cette action commerciale, et à la suite de l’action de recherche des demandeurs, l’offreur se trouve à chaque instant face à un nombre fini (qui peut être nul) de demandeurs particuliers, chacun ayant sa propre évaluation subjective du produit, éventuellement affinée par une négociation avec l’offreur. Ne resteront alors en course que ceux des demandeurs dont l’évaluation subjective est compatible avec celle de l’offreur, c’est à dire ceux pour qui la valeur du bien est supérieure à sa valeur pour l’offreur. Si la quantité totale demandée par ces agents est inférieure ou égale au volume de ventes souhaité, l’offreur les servira tous ; si la quantité totale demandée est supérieure au volume de ventes souhaité (la capacité de production de l’offreur), il servira de préférence ceux qui offrent le prix le plus élevé. Bien que radicalement différente des modèles standard, cette analyse du marché réel nous permet de retrouver la « loi de l’offre et de la demande » dans sa forme statique : que seraient les prix si l’offre ou la demande était différente de ce qu’elle est ? Cette question ne se pose bien entendu que si les prix peuvent être ajustés au cours des transactions, et ne sont pas fixés a priori par les offreurs. Si les quantités offertes avaient été plus élevées, les offreurs auraient dû servir des demandeurs pour qui la valeur est moindre, donc consentir à certains des prix inférieurs, et le prix moyen aurait été plus faible. A l’inverse, si les quantités offertes avaient été moindres, les offreurs auraient pu être plus sélectifs et ne pas servir les demandeurs pour qui la valeur est la plus faible, donc le prix moyen aurait été plus élevé. On montrerait de la même façon que le prix moyen aurait varié en fonction inverse de la demande, et réciproquement comment l’offre, la demande et le prix moyen varient en fonction des valeurs accordées au bien par les agents. Ce raisonnement s’applique par exemple au cas de l’ouverture internationale des marchés. Si l’offre reste la même et que l’ouverture des marchés fait apparaître de nouveaux demandeurs, les prix montent et donc les producteurs en tirent avantage. Les pays qui ont le monopole d’un bien ont intérêt à ce que les marchés soient le plus ouverts possibles car leurs revenus augmentent. Symétriquement, si la demande reste la même et que l’ouverture des marchés fait apparaître de nouveaux offreurs, les prix baissent et les consommateurs sont avantagés. Les pays qui ne produisent pas un bien ont donc également intérêt à ce que les marchés soient le plus ouverts possible, cette fois dans l’intérêt des consommateurs.

Vue dynamique
Régulièrement, les acteurs révisent leur position en fonction des résultats qu’ils ont obtenus jusque là. Certains demandeurs ont vu leur besoin satisfait et se tournent vers d’autres biens et d’autres offreurs pour satisfaire leurs autres désirs. Ils disparaissent ainsi de ce marché, et pourront ultérieurement redevenir demandeurs de ce même bien s’il correspond à

100

un besoin permanent ou récurrent. D’autres demandeurs restent insatisfaits parce qu’ils n’ont pas obtenu la quantité souhaitée, que ce soit par insuffisance d’offre ou par impossibilité d’arriver à un accord avec les offreurs. Ils peuvent alors continuer à prospecter pour trouver d’autres offreurs, accepter des prix plus élevés ou réduire leur demande, ou réviser les conditions de formation de leur besoin même. Du côté des offreurs, ceux qui ont écoulé la quantité voulue à un prix satisfaisant peuvent ne rien changer et continuer à offrir la même quantité au même prix, ou augmenter leurs prix, ou décider d’offrir une quantité supérieure, ce qui peut nécessiter des investissements et ne produire son effet que de façon différée. D’autres n’ont pas écoulé la quantité souhaitée ou l’ont écoulée à des prix trop faibles. Ils peuvent alors réduire leurs prix ou réduire les quantités offertes, poursuivre leur action commerciale pour trouver plus de demandeurs, ou modifier les caractéristiques de leur produit, ce qui exige en général des investissements et ne porte ses fruits qu’après un certain délai. Parmi toutes ces actions possibles, chaque agent choisit ses actions réelles selon ses inclinations et son anticipation des réactions de l’environnement. Si ces agents sont des organisations, et en particulier des entreprises, on appellera ces inclinations « stratégie » de l’entreprise et on parlera de ses mécanismes de décision. Ces actions entreprises par les agents en réaction à leur situation sur le marché sont la racine et le moteur des processus évolutifs en économie. Ils peuvent entraîner non seulement des modifications des prix et des quantités comme dans le schéma walrasien, mais des modifications du produit, de l’appareil de production et de l’organisation de l’entreprise, comme nous le verrons dans le chapitre 10. Nous retrouvons là aussi la « loi de l’offre et de la demande », cette fois-ci sous forme dynamique : comment évoluent l’offre et la demande dans le temps. Cette évolution est le résultat des décisions des agents en réaction à leur situation sur le marché. Or le comportement de chaque agent n’est pas prévisible avec certitude car il dépend de sa stratégie, c’est à dire de son libre arbitre. S’il y a un très petit nombre de demandeurs et surtout d’offreurs, on ne peut rien prédire avec certitude. Mais s’il y a un grand nombre d’offreurs, il se trouvera probablement un certain nombre d’entre eux pour adopter chacun des comportements possibles, si bien qu’au global, le comportement de la collectivité des offreurs sera un composé toutes ces actions, dans certaines proportions. Une pénurie ressentie entraînera ainsi une augmentation de la production, une hausse des prix et des investissements de production. L’abondance, c’est à dire un excès d’offre sur la demande ressenti comme défavorable par les offreurs, entraînera au contraire une réduction de la production, une baisse des prix, un accroissement de l’activité commerciale et la recherche d’innovations. Plus le nombre d’agents est faible, moins il est possible de dire dans quelles proportions ces différents phénomènes se manifesteront. Nous avons en quelque sorte une variante faible de la loi de l’offre et de la demande, mais assise sur des phénomènes réels et non sur un mécanisme de coordination fictif. Notons enfin que toutes ces actions que les agents souhaitent entreprendre pour améliorer leur situation peuvent être exécutées par eux-mêmes ou confiées à des agents spécialisés, intermédiaires ou entreprises de service. Puisque l’exécution de certains processus de promotion, de recherche de clients, de recherche de fournisseurs ou d’animation du marché sont désirées par des agents, ces processus revêtent pour eux une valeur et peuvent faire l’objet de transactions. La place de ces « intermédiaires » dans l’économie n’est pas

101

intrinsèquement différente de celle des producteurs « primaires », dans la mesure où ils satisfont des désirs ressentis par d'autres agents.

Conclusions
Résumons les conclusions essentielles auxquelles nous conduit cette étude des transactions et de la formation des prix. Les agents économiques attachent de la valeur aux biens dans la mesure ou ils leur permettent de satisfaire un de leurs désirs. L’origine de la valeur est dans le rapport des biens avec les processus que l’agent souhaite exécuter. C’est à l’exécution d’un processus que l’agent attache d’abord une valeur, définie par la satisfaction qu’il en espère ou le désir qu’il en éprouve. S’il doit posséder certains droits pour exécuter ce processus, il attachera indirectement une valeur à ces droits. Si ces droits concernent des objets physiques, il attachera à travers eux une valeur aux objets eux-mêmes, qui deviennent de ce fait des biens économiques. A l’inverse de l’attitude dominante en économique, je considérerai donc que la valeur s’attache d’abord à des processus, souvent à des droits, quelquefois à des objets. Pour déterminer la valeur d’un bien et donc leur attitude à son égard dans l’échange, les agents tiennent compte, consciemment ou inconsciemment, de nombreuses caractéristiques de ce bien, le prix n’étant que l’une d’entre elles et pas nécessairement la plus importante. En fonction de ses processus, chaque agent structure ainsi pour son propre compte l’univers des biens, selon le rapport de chaque bien à ses processus, et selon le degré de substituabilité de ces biens dans les processus. La structure ainsi perçue est différente d’agent à agent. Même si plusieurs de ces biens sont directement substituables dans les processus de l’agent, celui-ci pourra leur accorder des valeurs différentes. De même, un même bien sera évalué de façon différente par différents agents. Les prix qui se forment sur le marché au fil des transactions sont le résultat d’évaluations subjectives contradictoires reposant sur de nombreux facteurs, et aucune théorie économique ne peut les déterminer avec exactitude. Ils peuvent être différents pour un ensemble de transactions sur un même bien au même moment, et deux biens considérés comme identiques peuvent être en réalité différents. Pour un agrégat de biens réels considéré comme un bien unique par omission de certaines caractéristiques, le prix est également indéterminé dans un intervalle défini comme la variation de prix acceptée par les agents pour tenir compte des autres caractéristiques pertinentes du bien. Le fonctionnement des marchés, et en particulier l’évolution des prix, dépend des mécanismes de coordination entre transactions qui sont réellement à l’œuvre dans les marchés. Le marché walrasien « pur et parfait » d’agents infiniment petits, parfaitement informés et parfaitement coordonnés, n’est qu’une fiction qui peut à la rigueur intervenir dans le raisonnement comme un cas limite quant le nombre des offreurs et des demandeurs tend vers l’infini, et que leur taille tend vers zéro . Dans l’étude des cas réels, on ne peut rien conclure sur le fonctionnement des marchés, au-delà d’une forme faible de la « loi de l’offre et de la demande », sans tenir compte de la structure de l’offre, de celle de la demande, et des mécanismes de coordination effectifs inscrits dans le comportement des agents réels.
27

27

Nous verrons plus loin qu’il faut aussi que la durée des processus qu’ils exécutent tende aussi vers

zéro. 102

L’étude de l’économie réelle doit prendre le contre-pied du paradigme dominant. Celuici postule que les mécanismes du marché doivent mener à l’équilibre économique, et imagine des mécanismes qui, s’ils existaient, pourraient réaliser cet objectif ; il affirme ensuite que ces mécanismes sont effectivement à l’œuvre dans la réalité, et va jusqu’à décréter que là où ils ne sont pas à l’œuvre, il s’agit d’» imperfections du marché » qu’il importe de corriger au plus vite. Je pars au contraire de l’observation des mécanismes réels, qui diffèrent d’un marché à l’autre, l’équilibre ne pouvant être au plus qu’un état limite, une fiction éventuellement utile au raisonnement, mais qui ne peut jamais être atteint dans la réalité. Mark Blaug a écrit : « tout ce que l’on peut trouver dans l’économie néoclassique porte sur le signe des dérivées premières et secondes, et c’est pratiquement tout » . En réalité, cette restriction caractérise l’économie réelle et non une théorie particulière. Il ne faut pas croire qu’une autre théorie pourrait faire mieux, et les théories qui prétendent à une autre précision relèvent de l’imposture. Comme a dit Keynes : « après avoir longtemps eu tort avec exactitude, il est temps d’avoir vaguement raison ».
28

Si une théorie, appuyée sur un modèle, conclut « A est égal à B », on peut en conclure que, dans la réalité, et dans le cas où les hypothèses du modèle sont satisfaites, le différence entre A et B n’est pas supérieure à la différence de valeur attachée par les agents aux facteurs non pris en compte par le modèle. Dans tous les énoncés économiques, l’expression « prix égaux » doit être remplacée par « prix ne différant pas plus que de la valeur attachée par les agents aux caractéristiques du bien ignorées par le modèle ». Dans tous les graphiques, les courbes devraient être remplacées par des bandes assez larges, si bien que les intersections de courbes, qui sont censées donner la solution de nombreux problèmes, deviendraient des régions assez vastes pour représenter fidèlement l’incertitude inhérente à toute prévision économique. On ne saurait trop recommander au lecteur des ouvrages d’économie, de quelque école qu’ils soient, la règle d’hygiène intellectuelle qui consiste à ajouter l’adverbe « approximativement » à tous les énoncés quantitatifs de théorie économique. On jugerait ainsi ce qu’il en reste d’utile, et on verrait en quoi diffèrent vraiment des énoncés issus de théories réputées contradictoires. quand on les a ainsi prudemment édulcorés.

Blaug M. — La Pensée Economique, origine et développement (Economica, 1981) — traduction de “Economic Theory in Retrospect”, (Cambridge University Press, 1978) 103

28

104

Chapitre 9 – L’entreprise agent composite
Revenons maintenant à une analyse plus détaillée des entreprises, de leur fonctionnement interne et de leurs interactions. A partir d’un premier survol de l’entreprise, j’ai introduit au chapitre 3 les concepts d’entité et de processus comme briques de base d’une représentation des agents économiques, puis suggéré une voie de formalisation de ces notions au chapitre 4, et généralisé ce système de représentation à toutes les entités économiques dans les chapitres 5 et 6. J’ai ensuite rattaché ce modèle général aux concepts fondamentaux de la microéconomie, notamment ceux de biens, de services, de transaction, de valeur, de marché et de prix dans les chapitres 7 et 8. Nous allons maintenant utiliser ces outils de description et de raisonnement pour construire une représentation des entreprises qui soit à la fois assez générale pour rendre compte de leur extrême diversité et assez formalisée pour servir de base à un raisonnement aussi rigoureux que possible. Cette représentation n’est pas une théorie au sens habituel d’un ensemble d’hypothèses imaginées pour expliquer des phénomènes dont les causes ne sont pas directement observables, mais restent à confirmer par des expériences. C’est ici un simple constat d’observations, mais structuré à un niveau d’abstraction tel qu’il puisse rendre les services qu’on attend d’une théorie, notamment celui de tenir pour l’entreprise dans le raisonnement économique la place qu’y tient la psychologie pour les actions des êtres humains. Il convient ici de rappeler notre parti-pris épistémologique : dans l’étude du phénomène entreprise, la démarche hypothético-déductive habituelle ne peut être qu’un pis-aller utilisé en dernier ressort. Les entreprises et leur comportement sont directement observables, et avant d’imaginer des hypothèses à leur sujet, il faut tout simplement aller y voir. Les entreprises sont infiniment différentes les unes des autres par leurs activités et par leurs structures. Chercher à les représenter par une entité simple qui se réduirait à ce que toutes ont en commun, c’est se condamner à en ignorer l’essentiel. Notre propos n’est pas d’essayer de définir une entreprise standard, mais de proposer des moyens pour représenter de façon utilisable une variété d’entreprises et de processus aussi grande que possible. Par exemple, si nous pouvons imaginer plusieurs formes d’agents, plusieurs comportements possibles ou plusieurs façons de faire quelque chose, l’objectif n’est pas de choisir une alternative que nous considérons comme la plus probable, la plus fréquente ou la plus satisfaisante, mais de pouvoir les décrire toutes afin de pouvoir les comparer, voire les faire figurer dans un même modèle.

La structure de l’entreprise
J’ai défini l’entreprise au chapitre 3 comme « un arrangement de facteurs de production pour produire efficacement quelque chose qu’un homme seul ou une équipe trop lâche ne pourraient pas produire (ou moins efficacement) ». C’est pour représenter de tels arrangements que j’ai introduit les notions d’agent composite, d’entité et de processus. Une entreprise sera donc tout naturellement représentée par un agent composite, pouvant avoir plusieurs niveaux de décomposition, dont chacun des sous-agents est représenté par les processus qu’il exécute et la liste des entités qui le composent, elles-même représentées de la même façon. La notion d’agent composite est beaucoup plus générale que celle d’entreprise. Un agent composite peut représenter d’autres types d’agrégats, par exemple un groupe

105

d’entreprises, une association, mais aussi un marché, un secteur d’activité formé de plusieurs entreprises, une économie nationale, etc. J’appellerai « organisation » un ensemble d’entités capables d’exercer une certaine activité collective, ou d’agir dans un certain but. Un agrégat, par exemple une collection d’entreprises, n’est une organisation que s’il existe dans cet agrégat des mécanismes permettant à ses membres de coordonner leurs actions en vue d’un objectif commun. C’est ainsi, par exemple, qu’un syndicat professionnel se distingue d’une simple juxtaposition d’entreprises. Une entreprise est une organisation dont l’activité est de produire des biens et de les offrir sur des marchés. Comme précédemment, le terme de « bien » doit être pris au sens large : la production d’une entreprise peut être formée d’objets matériels, de biens immatériels ou simplement de processus qui intéressent d’autres agents (des « services »). Chaque entreprise définit elle-même les biens qu’elle souhaite produire, leurs caractéristiques, leur mode de production, la capacité de production, les prix, etc. Une entreprise est un véritable agent économique, qui possède des droits de propriété et est autorisé à les échanger avec d’autres agents ; c’est ce qu’on appelle couramment la personnalité juridique .
29

Par définition, la tâche principale d’une entreprise, « produire efficacement quelque chose qu’un homme seul ou une équipe trop lâche ne pourraient pas produire (ou moins efficacement) », ne peut pas être assurée par un homme seul. L’entreprise doit décomposer cette tâche en tâches plus simples, distribuer ces tâches aux individus et aux machines qui la composent, et coordonner l’exécution de ces tâches. L’organisation d’une entreprise comporte donc une structure, qui définit la répartition des activités, et un système de communications qui coordonne l’exécution des activités. La structure est généralement hiérarchique. A chaque niveau à partir du sommet, les activités du niveau supérieur sont réparties entre les entités du niveau immédiatement inférieur, dont chacune se spécialise ainsi dans un répertoire d’activités restreint par rapport à celui de l’entreprise tout entière, ou dans un domaine restreint d’application de ces activités. Cette segmentation progressive, qui permet de diviser le travail jusqu’à ce que certaines tâches puissent être confiées à des individus ou éventuellement à des machines, aboutit à la spécialisation croissante des entités constitutives de l’entreprise. Le nombre de niveaux est fonction de la complexité de la tâche globale de l’entreprise et de sa taille. Une petite entreprise comportera deux niveaux : celui du patron et celui des employés. Une grande entreprise sera formée de divisions, elles-mêmes décomposées en directions, puis en départements, puis en services, etc. Les titres utilisés pour désigner chacune de ces parties n’ont aucune importance ; d’une part leur nomenclature peut varier d’une entreprise à l’autre, et d’autre part on peut très bien trouver dans une même entreprise à la fois des « départements » et des « services » directement rattachés à une « direction ». La structure de l’entreprise définit les tâches, ou les processus, que chacune des entités doit être capable d’exécuter. Chaque entité constitutive de l’entreprise est spécialisée dans certaines activités, et ce de plus en plus quand on va du sommet vers la base de la pyramide hiérarchique. Chacune de ces entités joue ainsi dans l’entreprise un rôle bien défini, exerce des activités précises et communique avec les autres entités suivant des règles également définies. Ces activités définissent un répertoire de processus que l’entité peut exécuter, et un processus de décision propre à cette entité. Les différentes entités qui constituent une entreprise ont des répertoires de processus propres qui les différencient des autres entités.

ceci n’est pas rigoureusement vrai en droit, car l’entreprise en tant que telle n’a pas d’existence légale à proprement parler. Voir Jean-Philippe Robé « L’entreprise et le droit », Que sais-je n°3442 (PUF, 1999) 106

29

Alternativement, une entreprise peut être considérée comme un ensemble structuré de processus, qui définissent ses activités d’une façon indépendante de son organisation. Je reviendrai sur cette conception au chapitre 13 pour analyser la division du travail entre entreprises.

Les processus de l’entreprise
Prise globalement, l’entreprise définit les biens qu’elle entend produire, produit ces biens, les commercialise et les distribue. Elle est en outre capable de s’organiser, de se gouverner et de se modifier, c’est-à-dire de se produire elle-même. Elle s’informe sur son environnement et communique avec les autres agents. Outre les activités fondamentales de production, on y trouve donc des activités de recherche et de développement, des activités commerciales d’acquisition des intrants et de vente des extrants, des activités de surveillance de l’environnement, de communication, des activités « métaboliques » d’auto-production. Le tout est régi par des activités de décision et de commandement réparties et communicantes. Comme je l’ai défini au chapitre 3, une activité consiste en l’exécution, par une entité constitutive de l’entreprise, d’un schéma d’action ou processus qui figure au répertoire de cette entité. Un modèle de processus est un schéma abstrait qui définit les modalités des relations du processus avec ses intrants et ses extrants. Chaque processus définit des relations temporelles entre l’utilisation des intrants et la disponibilité des extrants, en particulier la durée totale du processus, qui s’écoule entre le début de son exécution et la production du dernier extrant. Il définit aussi les dates d’utilisation de chaque intrant et de disponibilité de chaque extrant relativement à l’origine du processus. Les entités qui servent d’intrants à un processus sont communément appelées ses ressources. Chaque processus nécessite des ressources précises dans des quantités ou des proportions définies. Certaines ressources sont consommées par le processus et ne figurent pas parmi ses extrants, comme les matières premières, les pièces détachées ou le temps des acteurs. D’autres sont simplement utilisées de façon temporaire et sont à la fois des intrants et des extrants du processus, dont l’exécution peut modifier certaines caractéristiques ; c’est le cas des outils et des machines. Dans ce dernier cas, les intrants peuvent être utilisés de façon exclusive par le processus, c’est-à-dire rendus inaccessibles aux autres processus dès que l’un d’entre eux les utilise, ou au contraire partageables entre plusieurs processus qui s’exécutent simultanément. Par exemple, dans un processus d’assemblage, les pièces détachées sont des intrants consommés, les outils ou les machines sont des intrants à usage exclusif restitués après usage, les plans et procédés d’assemblage ne sont pas consommés et peuvent être partagés. Chaque processus définit enfin des relations quantitatives entre les intrants et les extrants. Pour la plupart des processus, il est possible de les exécuter pour des quantités variables de certains intrants, choisies dans certaines limites. Chaque processus définit alors les quantités d’extrants qui seront produites pour ces quantités d’intrants. Un tel processus est dit « ajustable » (scalable en anglais), et on peut alors caractériser une échelle d’exécution par la quantité d’un intrant ou d’un extrant particulier, à partir de laquelle on peut déterminer les quantités de tous les autres intrants et extrants. Dans la pratique, on choisira le plus souvent d’abord la quantité d’extrants qu’on cherche à produire, et on déterminera sur cette base les quantités d’intrants nécessaires. Il existe des processus non ajustables, pour lesquels les quantités d’intrants et d’extrants sont invariantes. L’exécution d’un processus est lancée par une décision de l’entité qui le possède. Une exécution particulière est définie par une spécification qui peut fixer des quantités
107

particulières d’intrants ou d’extrants et donc une échelle d’exécution, ainsi que d’autres paramètres de cette exécution particulière du processus. L’échelle maximale à laquelle il peut être exécuté est déterminée par la disponibilité de la ressource la plus rare relativement à ce processus, au moment où le processus est lancé ou au moment où il demande l’accès à cette ressource. Ses résultats apparaissent après un délai qui correspond à la durée d’exécution du processus. Certains processus sont purement internes à l’entreprise, en ce sens que tous leurs extrants et tous leurs intrants appartiennent à l’entreprise ; c’est le cas des processus de transformation, des processus de décision ou des processus de communication entre entités de l’entreprise. D’autres processus sont en partie externes, en ce sens que certains de leurs extrants et de leurs intrants n’appartiennent pas à l’entreprise, mais font partie de son environnement ; c’est le cas des processus de perception, d’acquisition, de cession et de communication avec l’extérieur. Un sous-ensemble de ces processus forme un processus de production qui aboutit à la formation des extrants que l’entreprise offre sur le marché en tant que biens. Une même entreprise peut comporter plusieurs processus de production plus ou moins indépendants les uns des autres, et chacun de ces processus peut être complexe. L’activité de production est la partie de ses processus que l’entreprise expose aux acquéreurs éventuels, soit directement sous forme d’offre de services, soit indirectement à travers certains des extrants de ces processus. La production résulte de nombreux processus de durées inégales et de coûts inégaux, qui vont de la conception du produit à la fabrication d’un lot, en passant par la construction d’une usine.

L’action de l’entreprise
L’affectation des tâches
A chaque instant, l’entreprise doit déterminer quels processus exécuter et à quelle échelle, en s’assurant que ces décisions sont cohérentes à travers toute l’entreprise et concourent bien le plus efficacement possible à la réalisation de ses objectifs. Les processus se déroulant dans le temps, les décisions prises aujourd’hui produiront leurs effets dans un futur qui dépend de la durée des processus concernés. L’entreprise doit donc construire un plan d’action qui définit les tâches immédiates en fonction du résultat futur qu’elle recherche. L’activité globale d’une entreprise est composée de multiples sous-activités confiées à chacune de ses entités constitutives. Certaines sont chargées d’acquérir les intrants, d’autres des différentes étapes de leur transformation, d’autres encore de leur commercialisation, d’autres enfin des activités de soutien aux activités principales. Le plan d’action global servira de guide à chacune de ces entités, afin que leur action locale soit cohérente avec le plan d’ensemble. Si certaines entités sont chargées de prendre des décisions au nom de l’entreprise, le plan d’ensemble devra être traduit en objectifs locaux et en règles locales de ces entités. Tout plan d’ensemble, quel qu’en soit l’horizon, ne peut être effectivement exécuté qu’en assignant à chaque entité des objectifs particuliers appropriés à sa fonction. Quels que soient ses objectifs, l’entreprise doit les traduire en objectifs particuliers qu’elle assigne à chacune de ses entités constitutives, et appropriés aux activités particulières de chacune de ces entités. Ces objectifs sont établis pour une période donnée et sont révisés au cours de cycles successifs de planification. Ils dépendent de l’image que se fait l’entreprise, au moment où elle établit ses objectifs, de son état et de sa situation par rapport à son environnement, en particulier de la position de l’entreprise dans son secteur et de la forme de celui-ci.

108

La traduction des objectifs généraux de l’entreprise en objectifs particuliers à court terme pour chaque entité forme le processus de planification de l’entreprise. On distingue généralement un processus de planification stratégique, qui vise à traduire les objectifs généraux de l’entreprise en objectifs et en plans d’action personnalisés pour chaque unité, mais destinés à rester stables sur une assez longue période, et un processus de planification opérationnelle, qui fixe à chaque unité des objectifs à plus court terme assortis de plans d’action contingents. Pour chacune des entités constitutives d’une entreprise, la stratégie fait pratiquement partie de sa définition permanente. Les modalités de fixation et de diffusion des objectifs et de la stratégie sont une composante importante de la culture de l'entreprise. A un extrême, la stratégie peut être élaborée à travers des mécanismes impliquant une large participation, et être diffusée largement dans l’entreprise. A l’autre extrême, la stratégie n’est connue que des seuls dirigeants si même elle existe de façon formelle, et n’intervient dans le reste de l’entreprise que de façon implicite à travers des décisions et des objectifs locaux.

Les objectifs généraux de l’entreprise
La question des objectifs de l’entreprise est controversée. Il suffit d’en connaître un peu le fonctionnement interne pour savoir que l’idée naïve de la théorie conventionnelle, selon laquelle toutes les entreprises maximiseraient leur profit à chaque instant, est fausse. A proprement parler, l’entreprise n’a pas d’objectifs ni de psychologie, elle n’a qu’un comportement. Seuls des individus ont une psychologie, ont des motivations, peuvent souhaiter quelque chose, et agissent en se fixant des objectifs. Le comportement global d’une entreprise est la résultante des comportements des individus qui la constituent. Ses actions sont le fait d'unités secondaires obéissant à leur logique locale pour viser des objectifs locaux fixés par le système de management. Dans la mesure où ce comportement semble répondre à des objectifs, ces objectifs apparents sont eux-mêmes la résultante des objectifs des individus, intégrés par un système complexe de pouvoir et d’influences réciproques. Il faut se méfier des expressions trop anthropomorphiques comme « les objectifs de l’entreprise » ou « l’entreprise souhaite … » .
30

Une fois établis, les objectifs particuliers de chaque entité deviennent la référence de toutes ses actions. Or, compte-tenu de la diversité des entités elles-mêmes, ces objectifs sont très variables d’une entité à une autre, et peuvent parfaitement se révéler contradictoires, soit par inadvertance, soit très souvent parce que la direction de l’entreprise considère que le meilleur moyen d’arriver à un comportement global équilibré dans un environnement complexe est de confier à des unités différentes des objectifs opposés. L’ensemble des objectifs opérationnels qui régissent le comportement effectif de l’entreprise à un moment donné résulte ainsi d’un processus de planification complexe. Bien que ce soit la traduction contingente d’objectifs latents permanents, la réunion de ces objectifs explicites n’est pas toujours cohérente, et il n’est pas toujours facile de deviner à travers eux la stratégie globale ou le grand dessein qui les sous-tend. De plus, ils diffèrent d’une entreprise à une autre, et évoluent dans le temps pour une même entreprise. Chaque entreprise est une organisation humaine dont l’existence est désirée par la majorité de ses membres et par un certain nombre de personnes extérieures, par exemple ses clients, ses actionnaires et ses fournisseurs. Les motivations de toutes ces parties prenantes, dont beaucoup sont contradictoires, se combinent pour former les motivations de l’entreprise,

30

même si de tels abus de langage ne sont pas totalement absents du présent ouvrage 109

en étant plus ou moins bien coordonnées par son organisation et sa culture, formelles et informelles. Les objectifs apparents de l’entreprise ont donc des sources et des fondements largement externes, et résultent d’un équilibre contradictoire et mouvant entre les motivations et les modèles de comportement des individus, médiatisé par le système de l’entreprise. L’existence même de l’entreprise est une condition préalable à la réalisation de tout autre objectif. De plus, quel que soit le projet initial qui a présidé à sa création, l’entreprise cherche le plus souvent à survivre à ce projet pour une durée illimitée, même lorsque ce projet a été accompli. Chaque entreprise offre en effet suffisamment d’avantages à un assez grand nombre d’acteurs pour que son existence devienne un objectif en soi. De plus, elle est aussi chargée par son environnement d’objectifs qui ne sont pas fondamentalement les siens, par exemple de « fournir des emplois ». L’objectif de survie et même de croissance deviennent en partie imposés de l’extérieur de l’entreprise. Outre son rôle de producteur de biens et de création de richesses, l’entreprise joue en sens inverse un rôle de répartition de la contre-valeur de la richesse créée entre ceux qui ont participé à sa création. Beaucoup ont tendance à penser que c’est là son rôle principal, et que l’objectif premier de l’entreprise est de fournir une rémunération à ses employés. En réalité, si l’entreprise est bien un moyen indirect de faire jouer aux individus le rôle de producteurs sans lequel ils ne peuvent rien espérer recevoir, elle ne peut leur distribuer que ce que le marché a bien voulu lui distribuer à elle-même à travers le jeu de la concurrence. Quand toutes ses ressources ne sont pas mobilisées pour atteindre ces objectifs de survie, l’entreprise peut se fixer des objectifs secondaires. Certain de ces objectifs secondaires sont des traductions locales de l’objectif fondamental de survie, et n’entrent donc pas en conflit avec lui. D’autres viennent s’ajouter à l’objectif de survie, et peuvent entrer en conflit avec lui dans l’utilisation des ressources de l’entreprise. De tels conflits latents sont faciles à résoudre tant que la survie est assurée, mais les objectifs secondaires seront remis en question en cas de danger grave, comme pour l’agent individu. A un moment donné, on devine que les objectifs de l’entreprise s’organisent probablement selon une hiérarchie analogue à celle que Maslow a proposée pour les individus humains. Les objectifs fondamentaux sont liés à la survie ; viennent ensuite des objectifs portant sur le confort des personnes de l’entreprise, au premier rang desquelles ses dirigeants. Viennent ensuite des objectifs de satisfaction et de prestige, voire des objectifs altruistes. En cas de crise, l’entreprise abandonnera progressivement tout ou partie de ces objectifs secondaires pour se concentrer sur sa seule survie. Mais pour préserver ces objectifs, qu’elle considère souvent comme son identité et sa raison d’être, l’entreprise essaie toujours de se tenir loin des situations où sa survie serait menacée. C’est une des raisons pour lesquelles elle vise un taux de profit supérieur à ce qui lui serait strictement suffisant pour survivre. La notion habituelle de « marge » désigne tout autant une marge de manœuvre qu’une marge bénéficiaire au sens comptable. L’observation des entreprises réelles montre que le plus fréquent de ces objectifs secondaires est d’augmenter la taille de l’entreprise, qu’elle soit mesurée par son chiffre d’affaires, sa part de marché, sa capitalisation boursière ou ses effectifs. La justification la plus couramment avancée est celle des économies d’échelle, alors même que bien souvent la taille de l’entreprise a déjà dépassé l’optimum au-dessus duquel les coûts de coordination et l’inertie l’emportent sur les économies réalisées dans les processus à rendements croissants. Les motivations réelles sont plus souvent l’ambition personnelle des dirigeants, dont le prestige social, le pouvoir et souvent la rémunération sont fonction du rang de leur entreprise dans les classements par taille, beaucoup plus que de son taux de profit. C’est aussi le confort

110

de tous au sein de l’entreprise. Une croissance régulière est en effet nécessaire pour embaucher et offrir des carrières attrayantes aux collaborateurs. De façon plus rationnelle, des objectifs comme le chiffre d’affaires ou la part de marché, ou leur croissance, ont un caractère naturel car ils montrent dans quelle proportion l’entreprise est préférée aux autres par l’ensemble des acteurs économiques. Or être préféré aux autres est un désir commun à tous les êtres humains et donc à toutes les entreprises. La taille de l’entreprise, et sa croissance qui récompense l'effort de tous, sont les objectifs généraux les mieux partagés et donc à la fois les plus spontanément poursuivis par les différentes entités et les plus faciles à leur faire accepter. Mais contrairement à la survie, l’objectif de croissance peut être objet de débat voire abandonné en faveur d’autres objectifs. Quant à l’objectif de profit, il est dans l’immense majorité des cas, plutôt ressenti comme une contrainte, un plancher au-dessous duquel il ne faut pas descendre sous peine de mécontenter les actionnaires ou de mettre l’entreprise en danger, mais qu’on ne cherche pas particulièrement à dépasser. La thèse classique de la maximisation du profit est une invention théorique conçue pour pouvoir transposer à l’entreprise le modèle (déjà contestable) de l’homo economicus qui maximise son « utilité », mais n’est absolument pas un résultat d’observation.

Le calcul économique
Chaque entreprise s’est choisi des activités particulières dont les extrants sont désirés par certains agents, et a défini des processus qu’elle désire exécuter, dont la réunion forme son processus de production. Poursuivre son activité consiste donc à exécuter de nouveau ces mêmes processus, éventuellement adaptés à des circonstances nouvelles. Elle peut aussi souhaiter exercer quelques autres activités comme investir pour l’avenir, se modifier, se préparer à des activités nouvelles, etc. L’ensemble des activités que l’entreprise désire exercer forme son projet, et la façon dont elle compte y parvenir forme sa stratégie. Pour poursuivre son activité, c’est à dire continuer à alimenter ses processus de production, l’entreprise doit obtenir les intrants qui sont nécessaires à la poursuite de ces processus, en échange des extrants qu’elle vient de produire. Or intrants et extrants sont le plus souvent de natures très diverses, et ne peuvent être échangés qu’indirectement. Dans les échanges auxquels participe l’entreprise, la monnaie est donc un intermédiaire obligé ; l’entreprise ne peut guère se concevoir qu’en économie monétaire. Une condition de survie de l’entreprise est qu’en échangeant ses extrants contre de la monnaie, elle puisse en obtenir assez pour acquérir les intrants qui lui sont nécessaires pour poursuivre son activité. La quantité de monnaie encaissée par l’entreprise pendant une certaine période doit donc être au moins égale à la quantité de monnaie qu’elle doit débourser pendant cette même période, la différence étant appelée le profit. L’entreprise n’existe, et ne peut donc fournir des services à la société, que dans la mesure ou ses créateurs d’abord, ses dirigeants ensuite, pensent que cette différence sera positive. Si ce n’est pas le cas, cela signifie que les consommateurs attachent moins de valeur à ce que l’entreprise produit qu’à ce quelle consomme, et donc qu’il vaudrait mieux qu’elle n’existât pas. Dans l’entreprise, la plupart des raisonnements sont fondés sur le calcul économique, qui consiste à affecter à une décision envisagée des coûts et des bénéfices exprimés en monnaie, reposant eux-mêmes sur le flux de dépenses et le flux de recettes engendrés par cette décision. Or la réalité des coûts comme celle des bénéfices sont toutes deux inconnues au moment de la décision, et pour la plupart des décisions, les dépenses doivent être engagées avant que les recettes correspondantes ne soient acquises. Autrement dit, les dépenses précèdent chronologiquement les recettes. En ce sens, presque toutes les actions importantes
111

de l’entreprise impliquent des investissements, même si le vocabulaire comptable réserve cette dénomination aux dépenses dont les bénéfices attendus se situent dans des exercices comptables ultérieurs. Un processus utilise toujours ses intrants avant de produire ses extrants. Relativement à un processus donné, les transactions sur les intrants précèdent généralement les transactions sur les extrants. Avant d’acquérir les intrants qui seront nécessaires à son activité, l’entreprise cherche à s’assurer que les extrants de cette activité pourront être cédés sur le marché à un prix satisfaisant. Pour cela, elle doit dresser un plan d’action assis sur une prévision de la quantité de ces extrants que le marché voudra acquérir, et à quel prix, afin de n’utiliser que les intrants nécessaires et de fixer ainsi l’échelle de ses différents processus. Pour un produit et par rapport au cycle de production habituel qui mène de la recherche au développement, à la production et à la commercialisation, les flux de dépenses se situent à tous les stades, les flux de recettes seulement à celui de la commercialisation. De plus, les dépenses résultent d’une décision unilatérale de l'entreprise, même si leur montant exact peut dépendre de facteurs extérieurs. Les recettes, par contre, dépendent non seulement de la qualité et du prix du produit, dont l’entreprise a le contrôle, mais aussi de facteurs extérieurs tels que la conjoncture, les actions des concurrents, les décisions des clients, etc. Les coûts sont immédiats et quasi certains alors que les bénéfices sont futurs et incertains. Autrement dit, les décisions ont en général un premier effet direct sur les dépenses, tandis que leur effet sur les recettes est indirect, aléatoire et tardif. On contrôle les dépenses, on espère les recettes. Pour dresser son plan d’action pour une période donnée, l’entreprise doit établir un compte d’exploitation prévisionnel. Pour en être capable, elle doit évaluer le prix auquel ses clients voudront bien acquérir chacun de ses produits, et les prix auxquels ses fournisseurs voudront bien lui céder les facteurs de production pendant cette période. Notons qu’il s’agit dans les deux cas de valeurs futures qui ne peuvent être qu’estimées, et qui dans la réalité (ex post) pourront prendre des valeurs différentes de celles qu’on avait prévues. L’examen de chaque décision importante envisagée consiste essentiellement à répondre à la question : « quel effet aura l’exécution de cette décision sur les comptes de l’entreprise ? ». En général, chaque entité prise en particulier ne dispose pas de l’information suffisante pour répondre à cette question ; pour leur permettre néanmoins de s’en approcher, l’entreprise établit des comptes particuliers souvent appelés « budgets » des entités. Un budget est l’analogue local du compte d’exploitation de l’entreprise : il fait apparaître: les prix en monnaie des tous les intrants et des tous les extrants de l’entité pour cet exercice. Ces prix sont souvent appelés « coûts internes » et la différence entre le prix total des extrants et le prix total des intrants est quelquefois appelée « contribution » de l’entité. L’entreprise attache indirectement de la valeur à ses extrants c’est à dire à ses produits, bien qu’ils ne lui soient d’aucune utilité réelle et qu’elle cherche en tout état de cause à s’en débarrasser. La valeur d’un extrant peut être définie comme la quantité de monnaie que sa cession permettra d’acquérir, c’est-à-dire son prix de cession attendu. Elle est déterminée par le jugement intégré des consommateurs, c’est à dire le marché. A l’inverse, on peut dire que la valeur d’un intrant est l’estimation de sa contribution à la formation des extrants. Mais de nombreux intrants sont nécessaires à la formation de chaque extrant de l’entreprise, et il est généralement impossible de définir de façon objective la contribution individuelle de chacun, donc sa valeur. Pour l’entreprise dans son rôle de consommateur, la valeur d’un intrant (un facteur de production) est fixée par son processus de consommation, qui est une partie du processus de production de l’entreprise. Mais si le calcul lui-même est rationnel, les coûts et les valeurs qui entrent dans le calcul ne sont le plus souvent que des estimations et des anticipations, qui
112

conservent toujours un caractère subjectif et peuvent se révéler inexactes quand elles se trouvent confrontées à la réalité. Une grandeur économique ne prend une valeur « objective » que quand cette valeur résulte d’une transaction effectivement réalisée entre acteurs indépendants. Autrement dit, elle devient objective pour un agent lorsque cet agent ne peut plus la modifier. L’entreprise est traversée par un flux de biens qui traversent ses processus d’amont vers l’aval. Or tout ce qui entre dans l’entreprise est obtenu en échange de monnaie, et tout ce qui en sort est converti en monnaie. On pourrait imaginer que la monnaie obtenue par la cession des produits remonte en quelque sorte les mêmes processus et les mêmes entités pour être finalement remise aux fournisseurs en échange des intrants qu’ils cèdent à l’entreprise. L’entreprise serait alors également traversée par un flux inverse de monnaie d’aval vers l’amont. En réalité, le circuit réel de la monnaie n’est pas nécessairement le même que celui des biens, suivi en sens inverse. La monnaie en provenance des tiers est généralement collectée en un point central et distribuée aux tiers à partir de ce même point central, qu’on appelle la trésorerie de l’entreprise. Les unités constitutives de l’entreprise n’ont pas réellement leur trésorerie propre, ce qui ne serait utile que si elles devaient porter librement leur propre jugement sur leur activité et choisir elles-mêmes leurs intrants et leurs extrants, ainsi que les fournisseurs de ces intrants et les utilisateurs de ces extrants. En réalité, dans leur très grande majorité, ces décisions leur sont dictées par l’entreprise elle-même. A l’intérieur de l’entreprise, les flux de services et de biens entre unités ne sont généralement pas accompagnés de flux de monnaie en sens inverse qui représenteraient la valeur de ces biens et services, mais simplement de documents administratifs qui enregistrent les mouvements de biens et de services. Par exemple, les unités qui achètent des biens transmettent aux services comptables des ordres de paiement pour les biens qu’elles reçoivent, et les unités qui vendent les produits leur transmettent des ordres de facturation. A l’intérieur de l’entreprise ne circulent que des biens réels, et des informations sur leurs mouvements. Les intrants et extrants internes ne font pas l’objet de transactions avec des tiers sur des marchés et donc ne reçoivent pas de valeurs objectives. En effet, seuls les processus périphériques d’acquisition et de cession donnent des valeurs objectives à certaines variables économiques ; l’acquisition donne un coût objectif et la cession donne une valeur objective, mais les autres processus (internes) laissent inchangé le caractère, objectif ou subjectif, des valeurs et des coûts. Il est donc extrêmement difficile d’attribuer une valeur aux intrants et extrants internes à l’entreprise, qui proviennent d’autres entités de l’entreprise et vont vers d’autres entités de l’entreprise. La valeur et le coût d’un bien intermédiaire sont indéterminés et ne peuvent être fixés que par des conventions propres à l’entreprise. La comptabilité interne, dite « analytique », est purement conventionnelle car elle repose sur des estimations des valeurs des biens intermédiaires établie de façon unilatérale par l’entreprise, et non de façon contradictoire par le marché. Sur ces bases, et contrairement à ce qui se passe en général pour les êtres humains individuels, la formation de la valeur dans l’entreprise peut être observée et faire l’objet d’une analyse rationnelle qu’on appelle le calcul économique. Mais si les opérations du calcul économique ont toute l’apparence de la rationalité, les valeurs sur lesquelles il opère ne sont pour la plupart que des estimations subjectives. Quand elles prennent toutes enfin une valeur objective, c’est-à-dire que tous les intrants et extrants auxquels sont associées des valeurs entrant dans le calcul ont été effectivement échangés avec des tiers sur un marché libre, le calcul devient un calcul a posteriori inutile à la décision.
113

Il faut garder à l’esprit que le résultat d’un calcul économique ne peut avoir une valeur objective que si toutes les données de ce calcul sont, soit des valeurs de grandeurs physiques objectivement mesurables, soit des valeurs de grandeurs économiques fixées par des transactions effectivement réalisées entre acteurs indépendants. Entre autres conséquences, ceci implique que le résultat d’un calcul économique dépend du moment où le calcul est effectué par rapport aux processus où interviennent ses données. Ceci signifie également que l’existence d’un marché où les acteurs agissent indépendamment et librement est une condition nécessaire pour que le calcul économique ait un sens, comme l’avait bien vu Mises.

Le contrôle de l’entreprise
Quand le plan d’ensemble a été décliné en plans locaux pour chacune des entités, les entités deviennes interdépendantes. Pour exécuter sa partie du plan, chacune d’elles doit faire l’hypothèse que les autres exécuteront leur propre partie comme prévu. Se conformer au plan en exécutant scrupuleusement sa propre partie devient alors l’objectif principal de chaque entité. Dans la vie quotidienne, c’est le plan qui constitue le véritable objectif opérationnel de toutes les entités constitutives de l’entreprise. Mais ce plan est établi à un certain instant et pour une certaine durée. Les décisions qu’il résume ont été prises à partir des informations disponibles à cet instant. Dès que le plan est établi, la réalité continue à évoluer, et les décisions qui le sous-tendent peuvent devenir inadéquates. Il est souhaitable que chacune des entités puisse ajuster son action à cette réalité. L’entreprise doit surveiller l’exécution de son plan, en particulier à travers les résultats des actions entreprises, réorienter ces actions et modifier le plan si nécessaire. Le système de gestion d’une entreprise est un ensemble de règles et de mécanismes qui visent à assurer l’intégration de toutes ses parties au service de ses objectifs, en tenant compte de la situation réelle dans laquelle elle se trouve. Ses fonctions principales sont de donner des objectifs à chaque entité et de lui présenter l’information qui lui est utile pour réaliser ses activités compte tenu de l’état réel de son environnement interne et externe. Les contraintes locales, l’incertitude, la perception des résultats réels et les opportunités d’influencer les résultats réels sont plus ou moins fortes selon la position de l’entité par rapport au monde extérieur. Pour les entités périphériques (achats, ventes, direction générale), les résultats de leurs actions sont très dépendants de l’environnement, et sont donc très incertains, mais ces entités perçoivent aussi directement et aussi immédiatement que possible les résultats réels de leurs actions et peuvent donc ajuster rapidement leur comportement. Pour les mêmes raisons, leurs décisions locales peuvent modifier notablement le résultat réel de l’entreprise toute entière et nécessiter de modifier les plans des autres entités. A l’inverse, les entités internes sans contact avec l’extérieur ne perçoivent les conséquences réelles de leurs actions que de façon indirecte et différée. De plus, leur action ne peut pas être mesurée par les valeurs réelles des intrants et extrants échangés avec l’extérieur, mais seulement par des valeurs internes conventionnelles. Elles ne peuvent ajuster leur comportement à la réalité que s’il existe dans l’entreprise des mécanismes de régulation qui leur transmettent l’état réel du monde et les changements éventuels du plan. Puisque les entités en contact avec l’extérieur doivent faire face à des situations inattendues, leur système local de décision doit leur permettre une certaine initiative et un certain niveau d’optimisation qui traduisent localement les objectifs et les règles générales de l’entreprise. Pour les entités internes, les situations auxquelles elles doivent faire face peuvent être répertoriées et leurs règles de décision plus automatiques. De plus, en cas de modification de leur plan, le système de gestion qui leur transmet ces modifications peut aussi leur fournir

114

des règles modifiées sans que le système de décision local doive nécessairement être capable de modifier lui-même ses règles de décision.

Les cycles de gestion
La condition de survie de l’entreprise, c’est à dire que ses recettes soient supérieures à ses dépenses, ne doit pas nécessairement être satisfaite dans de très courtes périodes, mais elle doit obligatoirement être respectée sur la longue durée : les dépenses peuvent excéder les recettes un jour ou un mois particuliers, mais ces périodes de déficit doivent être aussi exceptionnelles et aussi courtes que possible. Les entreprises raisonnent généralement par « exercices », qui sont des périodes de référence où les résultats sont mesurés de façon formalisée pour être portés à la connaissance des ayant droit, et souvent rendus publics. Ces résultats sont synthétisés dans deux états comptables principaux : le compte d’exploitation et le bilan. Le compte d’exploitation fait apparaître les valeurs en monnaie des tous les intrants (les dépenses) et des tous les extrants (les recettes) de l’exercice. Le bilan montre la valeur des actifs de l’entreprise (ce qu’elle possède) et de son passif (ce qu’elle doit) à la fin de l’exercice. La durée de l’exercice, imposée par les règles comptables, est généralement de 12 mois qui forment une année fiscale. Les entreprises organisent leurs cycles de gestion autour de cette durée, bien qu’elle n’ait pas de sens économique particulier. On est ainsi amené à distinguer, de façon quelque peu artificielle :  les décisions opérationnelles, dont l’horizon est inférieur à un exercice, et qui concernent les relations courantes avec les partenaires opérationnels comme les fournisseurs ou les clients,  les décisions budgétaires dont l’horizon est voisin de la durée d’un exercice et qui correspondent aux rendez-vous avec les partenaires financiers,  les décisions stratégiques dont l’horizon est supérieur à la durée de l'exercice et qui mettent en jeu la survie de l'entreprise. En réalité, les décisions de l’entreprise forment une multitude de cycles emboîtés. A court terme, les objectifs se traduisent par des décisions de nature opérationnelle dans la gestion de la trésorerie et du compte d'exploitation. Dans le moyen terme se situent les décisions d'investissement et se posent les questions de rentabilité et de structure de bilan. Les décisions à long terme concernent en particulier le métier et la structure de l'entreprise. Notons que, parmi ces différents horizons de gestion, le court terme est celui qui s’impose le plus au chef d’entreprise, non seulement par sa présence quotidienne, mais aussi parce que la question du moyen et du long terme ne se poserait pas pour une entreprise qui ne serait pas viable à court terme. Les notions de court terme et de long terme sont très variables d’une entreprise à une autre, selon la durée de ses cycles de production et l’horizon de ses décisions. Pour une entreprise où le cycle de production est de quelques jours et où les moyens de production peuvent être ajustés, en hausse ou en baisse, en quelques semaines, l’horizon du court terme est la semaine et celle du long terme le trimestre. Si à l’opposé la production dure des mois, et la définition d’un nouveau produit ou la mise en place d’une nouvelle capacité de production demande des années, un horizon d’un an est considéré comme court terme et le long terme peut couvrir dix ans. Cette variabilité des horizons économiques réels contraste avec le

115

rythme annuel imposé artificiellement à toutes les entreprises par leur environnement fiscal et financier.

Le pilotage et l’apprentissage
Quand les résultats obtenus par l’application du plan et des règles existantes se révèlent non conformes aux objectifs de ce plan, il faut modifier les plans, les règles de décision locale, ou les deux. En général, il est impossible d’isoler l’entité et a fortiori la règle de comportement qui a provoqué l’écart. L’entreprise ne peut donc la plupart du temps que signaler les écarts et laisser les entités modifier leurs règles ; dans certains cas, elle pourra aller plus loin et donner à certaines entités de nouvelles règles. Le jugement sur les résultats peut être porté directement par l’acteur qui examine l’effet de ses actions sur la réalité, ou il peut être communiqué par un autre agent qui ne donne qu’une appréciation générale. Une même entité peut recevoir des jugements indépendants de plusieurs agents, auquel cas il lui faut disposer d’un moyen de pondérer ces différents jugements. Le jugement porte le plus souvent sur l’ensemble des règles utilisées par l’agent pendant une certaine période, et non sur une règle particulière, encore moins sur une utilisation particulière d’une règle. Cette sanction peut être plus ou moins automatique selon la nature des activités de l’entité. La durée des processus joue ici un rôle essentiel. Si le cycle de fonctionnement est court, les résultats sont visibles peu de temps après les décisions qui les ont provoqués, et il est possible d’associer le résultat observé à des décisions précises et récentes d’une entité bien identifiée. On peut alors appliquer un système de motivation et d’évaluation « substantiel » qui porte sur la réalité des résultats atteints. Si le cycle de fonctionnement est long, les résultats ne sont visibles que longtemps après les décisions qui les ont provoqués. Les résultats observables sont le fruit de nombreuses décisions de nombreuses personnes, prises dans une longue durée, et il est impossible d’associer ces résultats à des décisions précises d’une entité bien identifiée. Le système de motivation et d’évaluation est alors plutôt « procédural » et porte sur le comportement des individus plus que sur la réalité des résultats.

Rationalité et structure de l’entreprise
La définition des activités de chaque entité et des règles que les agents qui en sont chargés doivent observer est une des fonctions des niveaux supérieurs de l’organisation. A côté de sa ligne opérationnelle, chargée de l’exécution des activités principales de l’entreprise, celle-ci peut comporter une ligne fonctionnelle (« staff ») chargée d’organiser et de soutenir les activités opérationnelles. Dans une telle structure, une bonne partie de l’activité de la ligne fonctionnelle et des niveaux intermédiaires des lignes opérationnelles consiste à définir les règles et des objectifs que les autres unités devront observer. Il en résulte que, plus on descend vers le bas de la hiérarchie, plus les agents représentatifs de chaque entité de l’organisation ont un répertoire d’actions limité, et sont soumis à des objectifs précis et à des règles contraignantes. Il faut aussi tenir compte de la nature de l’activité et de la plus ou moins grande présence des contraintes physiques dans chacune des entités. Dans les entreprises qui produisent des biens matériels, les activités des niveaux inférieurs sont très marquées par des contraintes et des règles physiques liées aux activités de production spécifiques de l’unité ou de l’entreprise. Les activités des niveaux supérieurs s’éloignent progressivement des contraintes de la matière et deviennent plus abstraites. Aux niveaux supérieurs, elles sont

116

largement génériques et semblables d’une entreprise à l’autre quelles que soient leurs activités de production, sauf dans les entreprises qui s’attachent à faire remonter jusqu’aux plus hauts niveaux les contraintes physiques caractéristiques de leur métier. La distribution de la rationalité dépend aussi de la taille de l’entreprise et du nombre de niveaux hiérarchiques. L’accumulation des règles est évidemment moindre dans une petite entreprise, qui laisse donc plus de liberté aux niveaux inférieurs, toutes choses égales par ailleurs. Elle dépend enfin du style de management adopté, qui peut être plus ou moins contraignant et centralisé, ou au contraire libéral et décentralisé. En résumé, la source et la forme de la rationalité dans l’entreprise varient selon les niveaux : les bas niveaux sont régis principalement par des règles strictes et claires ayant pour source la matière et les personnes. Par exemple, les processus de production sont plus ou moins automatiques même si des individus y sont impliqués en tant que ressources. A la base de l’entreprise, les automatismes dominent, et le modèle de l’automate convient pour représenter beaucoup de services de l’entreprise. Des ensembles entiers d’unités peuvent être représentés par un agent synthétique, par exemple une ligne de production, une usine voire un groupe d’usines. Bien qu’une usine soit une entité complexe, on peut considérer son activité comme totalement déterministe si l’objet de l’étude est celui des échanges marchands : elle reçoit des commandes et les sert dans un certain délai en consommant certaines ressources. A la limite, elle peut être représentée par une simple fonction de production assortie d’une durée, donc par un agent synthétique équivalent à un automate Au fur et à mesure qu’on monte dans la hiérarchie, on s’éloigne de la matière et les institutions prennent le dessus ; d’abord les institutions internes, puis les institutions externes au fur et à mesure que les institutions internes deviennent contingentes, c’est-à-dire définies elles-mêmes par les niveaux concernés de l’entreprise. Simultanément, les institutions externes deviennent de plus en plus présentes car de moins en moins médiatisées par des services spécialisés de l’entreprise. Les objectifs sont de moins en moins précis, les règles de moins en moins complètes ; la vue plus ou moins objective sur la réalité s’éloigne des faits physiques pour se tourner vers le monde économique et institutionnel. Les actes relevant de la mise en œuvre de relations considérées comme certaines sont confiées à des échelons subalternes, qu’il s’agisse de mise en œuvre de processus physiques dans la production ou de celle de méthodes mathématiques bien établies comme la résistance des matériaux, la mécanique des fluides ou les statistiques commerciales. En règle générale, plus le niveau de management est élevé, plus il s’occupe de l’incertain, au besoin en s’appuyant sur des conseillers qui sont censés connaître les théories applicables à leur domaine et savoir réaliser les calculs nécessaires. Au niveau où opère la direction d’une entreprise ou d’une branche importante, il n’existe pas de formule ni de loi générale, il faut du flair et de l’expérience. Au sommet, ne restent plus que les institutions externes et les personnes ; c’est alors le modèle de l’individu dominé par ses instincts et ses passions qui correspond le mieux au comportement des dirigeants. Si on accepte d’assimiler l’entreprise à son principal dirigeant comme le fait la théorie conventionnelle, ce doit être à un individu unique en son genre, qui agit par tâtonnements dans un monde essentiellement incertain, mu principalement par des motivations subjectives et intuitives. C’est de cette façon que sont prises en particulier la plupart des décisions dites « stratégiques », pour lesquelles l’expérience ne fournit pas de règles fiables.

117

Au total, la rationalité, censée être omniprésente dans l’entreprise, y prend des formes variables. Les passions, l’affectivité et les choix personnels règnent en maîtres au sommet, mais sont progressivement étouffées, quand on descend vers le « terrain », par une rationalité imposée provenant soit des niveaux supérieurs, soit de la réalité physique des processus. On peut ainsi répondre à la question éternelle de la rationalité de l’entreprise : « ça dépend des niveaux ». A l’intérieur et au niveau « tactique » règne une rationalité apparente représentée par le calcul économique, mais qui n’en repose pas moins sur des images du monde et des logiques locales, des « abrégés du vrai » et des « abrégés du bien » locaux, souvent subjectifs ou manipulés par les autres agents. Quant à l’entreprise dans sa globalité, telle qu’elle est incarnée par ses dirigeants, elle est tout aussi irrationnelle que l’être humain moyen, en particulier dans son comportement « stratégique » où les décisions répondent plus aux passions personnelles qu’à une forme quelconque de rationalité. Cette situation explique au passage la grande difficulté que rencontrent les chercheurs pour observer l’entreprise. C’est que sa physionomie varie selon les niveaux : de l’observation des niveaux d’exécution inférieurs, on retire une impression de rationalité étouffante, imposée soit par la matière, soit de façon plus ou moins arbitraire par les niveaux supérieurs. Plus on s’approche des niveaux de direction, plus on devrait normalement rencontrer les passions personnelles et l’incertitude. Mais plus règnent en réalité l’arbitraire et l’irrationnel, plus les acteurs cherchent à le masquer sous les apparences de la rationalité. Un dirigeant engagé dans l’acquisition d’une autre entreprise trouvera à cette action des raisons économiques, alors que la vraie motivation n’est le plus souvent que sa volonté de puissance personnelle. Les observateurs extérieurs, eux-mêmes en quête de rationalité, se laissent facilement abuser par de tels discours. Il faut avoir été soi-même un acteur à ces niveaux pour en percevoir la réalité. C’est probablement une des raisons pour lesquelles les économistes, comme les autres observateurs, surestiment grossièrement la rationalité des entreprises.

Objectifs individuels et objectifs de l’entreprise
Même si je parle par abus de langage des décisions d’une entité, toutes les actions et décisions de l’entreprise sont dues en réalité à des individus. La structure de l’entreprise définit des fonctions et des postes, caractérisés par des objectifs et des règles. A chaque instant particulier, ces postes sont occupés par des individus, qui ont eux-mêmes leurs objectifs et leurs règles acquises antérieurement ou dans l’exercice passé du poste, et qui subissent également l’influence de facteurs externes à l’entreprise. Dans son comportement quotidien, l’individu utilise une combinaison des règles et objectifs de son poste et de ses règles et objectifs personnels, dont les priorités relatives dépendent du système d’objectifs et de sanction auquel il est soumis. Chacun essaie d’atteindre ses objectifs personnels en plus de ceux que lui a attribué l’entreprise. Les « théories de l’agence » abordent le problème des mécanismes qui permettent de rendre le comportement du subordonné (l’agent) cohérent avec les intérêts du supérieur (le principal). La possibilité de mettre en place de tels mécanismes de façon efficace dépend largement de la nature des activités concernées. Pour des activités à cycle court, nous avons vu qu’il est possible de mettre en place un système de motivation et de sanction directement lié aux résultats, et donc de réduire constamment la divergence entre les intérêts, ce qui est beaucoup plus difficile pour les activités à cycle long. D’une façon générale, l’entreprise cherche à définir pour chaque entité des indicateurs de gestion représentatifs auxquels elle pourra attribuer des valeurs cibles et qu’elle pourra mesurer. De façon idéale, un tel indicateur doit associer un résultat mesurable avec des

118

paramètres contrôlables, afin que tout écart constaté puisse être corrigé en agissant sur ces paramètres. Dans la réalité, les résultats sont plus ou moins observables et les paramètres plus ou moins contrôlables par l’entité concernée. Si on veut doter chaque entité d’un indicateur global de performance cohérent avec le profit global de l’entreprise, on a le choix entre deux méthodes également insatisfaisantes : l’approche par les « coûts complets » impute à l’entité des dépenses et des recettes sur lesquelles elle n’a aucun contrôle, et l’approche par la « contribution », qui ne prend en compte que les dépenses locales et les recettes locales, pousse à des actions qui sont rarement cohérentes avec les objectifs généraux de l’entreprise. La pratique la plus courante est de doter chaque unité d’objectifs spécifiques correspondant à ses activités propres, qui ne sont que très rarement une expression locale du profit ou d’une grandeur qui s’y rattache directement. La diversité de ces objectifs croît avec la taille de l’entreprise et la durée de ses processus, qui demande une autonomie croissante des unités. Mais l’utilisation de tout indicateur local a des effets pervers, ce qui contribue à expliquer pourquoi les actes réels de l’entreprise ne sont pas nécessairement cohérents avec les objectifs qu’elle s’est fixés. Si une unité peut améliorer ses résultats et donc ceux de l’entreprise, elle cherchera probablement à en profiter d’abord en améliorant ses propres conditions de travail locales. C’est ainsi que naît le « slack », notion introduite par Cyert et March. Supposons par exemple que le plan d’une unité lui demande d’atteindre un certain résultat en dépensant 100, et qu’elle trouve un moyen de le faire en ne dépensant que 90. Il est probable qu’elle commencera par améliorer sa propre situation en dépensant par exemple 95, dont 5 consacrés à satisfaire des objectifs locaux propres à cette unité, et ne fera apparaître au niveau supérieur qu’un gain de 5. Le « slack » sert également d’amortisseur pour faire face aux imprévus, que ce soit en plus ou en moins. Si une entité peine à atteindre ses objectifs, elle commencera par rogner sur son « slack » avant de se déclarer incapable de les atteindre. Au total, la profitabilité de l’entreprise, et ses variations, sont des indicateurs très imparfaits de sa santé, qui ne peut être appréciée qu’en s’intéressant aussi à son « train de vie ».

Le modèle de l’agent entreprise
Rassemblons les éléments qui nous permettent de construire un modèle pour une entreprise dans un mode de description de type informatique. Elle sera normalement représentée par une entité formée d’une liste d’entités, chacune de celles-ci pouvant à son tour être formée d’une liste de sous-entités et ainsi de suite. Une entité dont la liste de sous-entités est vide est une entité terminale. Cette décomposition sera le plus souvent calquée sur la structure hiérarchique de l’entreprise. Chaque entité est caractérisée par des variables (des champs) représentant son identité et son état courant, et possède une méthode d’action qui définit son comportement. L’action d’une entité non terminale consiste essentiellement à faire exécuter leur méthode d’action par chacune de ses sous-entités, après avoir éventuellement exécuté une méthode propre d’action initiale, et en concluant éventuellement par l’exécution d’un méthode propre d’action finale. Les méthodes d’action peuvent être remplacées par des ensembles de règles qui font référence à des méthodes de condition et des méthodes d’action. Une règle est de la forme « si condition alors action ». Les méthodes de condition modélisent les processus de décision de l’entité en examinant l’état du monde et en donnant un résultat vrai ou faux. Les méthodes d’action modifient l’état du monde et modélisent les processus d’action sur le monde réel que

119

l’entité est capable d’exécuter. Ces actions peuvent porter sur des variables externes à l’entité ou sur des variables internes. Elles peuvent en particulier porter sur des ensembles de règles, modélisant ainsi les processus d’apprentissage Les relations entre entités dans l’entreprise sont de plusieurs formes. Elles peuvent communiquer en se transmettant des biens, qui sont à la fois les intrants d’un processus d’une certaine entité et les extrants d’un processus d’une autre entité. Elles peuvent se transmettre ou partager des informations, en particulier des règles et des évaluations quant aux résultats obtenus et à la validité des règles utilisées. Toutes les voies de transmission d’informations sont a priori possibles pour tous ces types d’information, que ce soit la voie hiérarchique, latérale, ciblée, publique, descendante, ascendante, etc… Selon la façon dont une entité peut intervenir dans les actions d’une autre entité, on pourra modéliser de relations de pouvoir. A un extrême, une entité n’a aucun moyen d’intervenir dans les décisions d’une autre entité, qui est donc libre par rapport à la première. A l’autre extrême, une entité peut directement forcer une autre entité à exécuter un processus particulier sans lui laisser la possibilité d’exécuter son propre processus de décision. Mais de nombreux cas intermédiaires sont possibles : une entité peut agir sur une autre en lui présentant une certaine image de la réalité, en lui imposant des règles, en organisant son système de règles, etc… Selon l’objectif de l’étude, on pourra représenter chaque entité d’un niveau donné par la collection des sous-entités qui lui sont rattachées, ou par une entité terminale synthétique qui résume l’ensemble de ses parties. Ce choix dépend de la finesse de détail avec laquelle on souhaite modéliser le comportement de l’entité concernée. Chaque modélisation vise à étudier l’effet de certaines décisions, en ignorant d’autres décisions considérées comme automatiques ou aléatoires dans le cadre de cette étude. Une entité pourra être résumée par une entité synthétique quand la modélisation ne porte plus sur les mécanismes internes à cette entité, et que toutes ses sous-entités peuvent être considérées comme de purs automates dans ce modèle. Alors leur état et leurs actions combinées pourront être représentés par l’état et les actions de l’entité qui les contient. Pour véritablement représenter une entreprise, c’est-à-dire une organisation qui possède des droits sur des biens, accorde une valeur aux biens et est capable d’échanger des biens avec d’autres agents, l’entité correspondante doit comporter des champs décrivant ses possessions et des méthodes d’acquisition et de cession sur le marché. Ces méthodes et ces champs peuvent apparaître soit au niveau de l’entité composite globale, soit plus généralement dans certaines de ses sous-entités spécialisées dans l’acquisition, la cession ou la gestion interne des biens. Une entité qui ne possède pas de méthode de cession représente un consommateur pur, et ne peut donc pas être une entreprise. Une entité qui n’aurait pas de méthode d’acquisition représenterait un créateur à l’état pur. Enfin, nous considèrerons qu’une entreprise forme un tout et ne peut pas être décomposée en organisations disjointes. Les entités qui la constituent doivent être connexes au sens où des extrants d’une partie sont directement des intrants d’une autre, sans passer par des transactions effectives sur un marché. Les intrants et extrants concernés peuvent être des produits intermédiaires du processus global de production, mais aussi des règles, des objectifs, des représentations du monde, etc. Autrement dit, une entreprise est une organisation qui met en œuvre une stratégie de production intégrée. Elle se distingue ainsi d’un groupe financier ou d’une société holding. Deux parties d’une organisation dont les processus ne communiquent pas directement doivent être considérées comme deux entreprises différentes.

120

La petite entreprise
La firme imaginaire de la théorie classique serait représentée par une seule entité élémentaire, dont le processus d’action est immuable dans le temps et s’exécute en un temps nul. La définition de ce processus se résume à une relation entre des quantités d’intrants et d’extrants ; la fonction de production de l’économie classique est ainsi l’équivalent du processus de production après élimination de sa dimension temporelle. Ce processus peut être exécuté à différentes échelles, et la seule décision de l’agent consiste à fixer cette échelle de façon à maximiser la différence entre le prix total des extrants et le prix total des intrants. Dans le schéma walrasien, cette firme « dégénérée » n’exécute son processus de production que sur un signal du « commissaire priseur ». En l’absence d’un tel signal, son comportement se borne à transmettre au commissaire priseur l’ensemble des quantités de chaque bien qu’elle demanderait ou offrirait, aux prix qu’il lui propose. Ce modèle d’agent, qui passerait beaucoup de temps à optimiser sa production puis produirait instantanément quelle que soit l’échelle, ne pourrait pas fonctionner dans un autre environnement institutionnel que celui du marché walrasien muni de son commissaire priseur fictif. Pour représenter de façon réaliste une petite entreprise (disons d’une dizaine d’employés), nous pouvons toujours utiliser un modèle formé d’une entité unique. En effet, le dirigeant y est omniprésent et prend personnellement toutes les décisions importantes. Sa personnalité, rationnelle ou irrationnelle, et quelles que soient ses motivations, détermine largement le comportement de l’entreprise. Celle-ci peut donc être assimilée à un individu comme dans les théories conventionnelles, si ce n’est que ses processus d’action et de décision seront plus complexes et reflèteront son activité productrice, et que ses motivations et ses processus de décision seront plus subtils que la simple recherche du profit maximum instantané Contrairement à la firme walrasienne, cette petite entreprise agit dans le temps et par tâtonnements. Elle peut commencer par lancer un processus de commercialisation pour rechercher une demande pour ses produits, dont elle doit avoir d’abord fixé le prix, puis lancer des processus d’acquisition pour se procurer les quantités d’intrants nécessaires, et enfin exécuter son processus de production. Ce schéma est celui de nombreuses entreprises artisanales ou de service. A l’inverse, une PME industrielle commence par décider de son volume de production et par lancer des processus d’acquisition pour se procurer les quantités d’intrants nécessaires, puis exécute son processus de production et enfin fixe le prix de ses produits et lance un processus de commercialisation pour tenter de les écouler sur le marché. Les résultats obtenus par une telle entreprise, que ce soit ses volumes de production, les coûts réels qu’elle supporte, ses prix ou ses volumes de vente réels, se forment progressivement et de façon étroitement dépendante du marché. Ce modèle d’agent peut s’insérer dans n’importe quel modèle du marché qui permet de rapprocher des offres et des demandes effectives à un instant donné, et de les satisfaire en fonction des conditions proposées par les agents pour chacune de ces propositions.

La grande entreprise
Dans le cas général d’entreprises importantes complexes, il faudra en trouver une représentation praticable, c’est à dire assez simplifiée pour servir de base au raisonnement, tout en étant assez proche du réel pour que les conclusions de ce raisonnement soient applicables au monde réel. Cette représentation pourra être variable selon les problèmes à traiter, mais se tiendra entre les images excessivement réductrices que sont d’une part le modèle walrasien de la firme-point, et d’autre part le modèle de la firme fiction juridique ou simple « nœud de contrats ».
121

Une entreprise complexe sera représentée par un ensemble hiérarchique d’agents spécialisés coordonnés par un système particulier d’échange de biens et d’informations. Chacun de ces agents subordonnés exécute un processus principal, qui peut faire appel à des processus secondaires, et qui se caractérise globalement par :  la nature de ses intrants et de ses extrants,  la fonction qui définit son coût total en fonction de son échelle,  son profil temporel de valorisation, qui donne en particulier le temps qui sépare les décisions de leurs résultats. Cette fonction et ce profil sont les deux caractéristiques économiques fondamentales d’un processus. La variation du coût total en fonction de l’échelle permet de déterminer une échelle économique d’exercice du processus, telle que l’agent ait intérêt à travailler à cette échelle plutôt qu’à une échelle inférieure, et que les gains éventuels à attendre d’une échelle supérieure soient trop incertains pour être activement recherchés. Pour une activité interne à l’entreprise, la relation entre cette échelle économique et la taille de l’entreprise détermine la place de l’activité dans l’organisation de l’entreprise ; pour l’entreprise dans son ensemble, la relation entre l’échelle d’exercice de son activité et la taille de son marché détermine sa place dans la structure du secteur productif. Je reviendrai plus en détail sur ces deux effets dans les chapitres 11 et 12. La durée des processus dont l’agent commande l’exécution conditionne en particulier la nature des règles qu’il observe et la façon dont il gère cet ensemble de règles, c’est-à-dire son comportement dans l’entreprise et sa relation avec les autres agents, telles qu’elles s’incarnent entre autres dans le système de gestion de l’entreprise. Une telle représentation permet d’aborder de nombreuses questions ; par exemple les questions de choix d’activités, de spécialisation ou de diversification,, des questions de localisation des activités, d’externalisation ou d’internalisation, des questions d’évolution de la structure de l’entreprise et de formation des structures sectorielles. Je développerai ces considérations dans des chapitres ultérieurs.

122

Chapitre 10 – La dynamique de l’entreprise
Etudions maintenant un ensemble particulier de transactions : les interactions entre l’entreprise productrice de biens et les consommateurs, potentiels ou réels, de ces biens. Ce sont ces transactions qui déterminent la réussite ou l’échec de chaque entreprise dans son rôle fondamental d’offreur de biens, et c’est leur étude qui peut répondre aux questions qui constituent l’objet de la discipline appelée « économie industrielle » : taille des entreprises, parts de marché, concentration des secteurs, diversification ou spécialisation, intégration ou dés-intégration. Rappelons qu’une entreprise est dite d’autant plus diversifiée (horizontalement) qu’elle offre une gamme de produits différents et opère sur plusieurs marchés, et d’autant plus intégrée (verticalement) qu’elle assure elle-même un plus grand nombre des opérations nécessaires à la production de ses produits. Notre analyse sera résolument dynamique car le temps joue ici un rôle crucial : chaque entreprise commence par définir et construire ses produits, puis elle les propose sur le marché. Les consommateurs achètent alors une certaine quantité de chaque produit, puis les entreprises enregistrent et interprètent les réactions du marché, ajustent leur production future, modifient éventuellement leurs règles de comportement, voire leur organisation, puis le cycle recommence. Or les décisions des entreprises ne produisent leur effet qu’après un certain délai, et réciproquement les décisions du marché à un certain instant sanctionnent des décisions prises par les entreprises antérieurement. L’évolution des entreprises et de leurs produits, et in fine leur place sur le marché ainsi que leurs caractéristiques propres, dépendent leur capacité à anticiper correctement les réactions du marché à leur offre, et à adapter ensuite leur production aux signaux reçus du marché. Cette capacité dépend non seulement de la qualité des mécanismes de gestion de chaque entreprise, mais aussi et plus profondément des caractéristiques des processus de production.

La création de l’offre
Une entreprise est un assemblage particulier de ressources particulières, souvent appelées facteurs de production, en vue d'une production particulière. Ces ressources comprennent des choses comme des machines, et des hommes plus ou moins porteurs de savoirs et de compétences. L'entrepreneur est par définition celui qui conçoit, met en place et fait fonctionner une telle combinaison particulière. « La fonction spécifique de l'entrepreneur consiste à déterminer l'emploi des facteurs de production. L'entrepreneur est l'homme qui affecte ces moyens à des objectifs spécifiques. » (Ludwig von Mises) Chaque entreprise a choisi de produire des biens particuliers d’une façon particulière, et s’est pour cela dotée non seulement de ressources, mais aussi d’un répertoire particulier de processus qu’elle estime nécessaires à cette production. Cet ensemble constitue ce qu’on appelle les actifs de l’entreprise, dont une partie (les actifs « spécifiques ») n’ont de valeur que pour cette production. Chaque entreprise est la concrétisation d’un processus de production particulier et non un collectif amorphe totipotent. Le simple fait pour une entreprise de s’être choisi certaines activités exclut qu’elle puisse en entreprendre certaines autres. Avant de pouvoir présenter un produit aux demandeurs éventuels, l’entreprise doit définir complètement ce produit et son mode de production, mettre effectivement en place ses outils de production et exécuter tout ou partie de ses processus. Pour cela, elle doit exécuter

123

tout un ensemble de processus de recherche et développement, de construction de son outil de production, d’acquisition de facteurs de production, et enfin de production proprement dite. Elle le fait de façon unilatérale avant toute intervention des demandeurs éventuels, sur la base d’une image de la demande qu’elle s’est elle-même construite. En règle générale, elle consacre beaucoup d’efforts à tenter d’anticiper la demande, et à faire correspondre ses décisions à une demande probable pour ses produits et à des choix techniques optimaux. Mais quelque soin qu’elle apporte et quelques ressources qu’elle consacre à la connaissance du marché et des technologies de production, ses décisions reposent sur une image qu’elle construit elle-même, et qui reste toujours subjective. Les activités productives de l’entreprise s’organisent en quatre grands processus : un processus de définition du produit, un processus de mise en place de la capacité de production, un processus de production et un processus de commercialisation. Ces processus ont des durées différentes et sont exécutés selon des cycles différents. Par rapport à un produit particulier, ces quatre processus sont exécutés dans l’ordre cidessus pour les activités de type industriel : le produit est d’abord défini, puis les moyens de production sont mis en place, puis un certain nombre d’exemplaires du produit sont fabriqués et enfin commercialisés. L’entreprise conduit le processus de production jusqu’à son terme en prenant toutes les décisions nécessaires et en investissant pour se procurer tous les intrants. Elle ne le fera que si ce processus produit des objets séparables, car c’est alors seulement que ceux-ci auront une existence indépendante et pourront être stockés pour être ensuite vendus. Elle peut aussi suspendre l’exécution du processus dans un état intermédiaire et offrir d’en poursuivre l’exécution en réponse à une demande explicite du marché. Elle y est contrainte si le processus de production ne produit pas d’objets matériels stockables, et constitue donc un service au sens strict. Elle peut aussi choisir de diviser en deux étapes un processus de production d’objets matériels : en amont, une production partielle qui conserve les attributs de la production industrielle ; en aval une finition partiellement spécifiée par le client, qui succède à une transaction avec un client particulier, et a les attributs d’un processus de service individuel. Son offre au marché, qui définit le bien proposé à l’échange, doit alors spécifier quels paramètres sont figés, lesquels peuvent être fixés par accord avec le client, et quels extrants sont attendus de l’exécution complète du processus. A part cela, l’entreprise ne fait pas de distinction fondamentale entre produits (matériels) finis, produits semi-finis et services. Le point de séparation entre le processus industriel de production partielle et les processus de finition personnalisés, où vient s’insérer le processus de commercialisation et de spécification, peut être fixé par le producteur à n’importe quelle étape du processus global de production, faisant varier le schéma de façon continue entre la production industrielle pure à une extrémité et la production sur mesure complète à l’autre (modèle de la couturière). L’entreprise construit ainsi ses produits de façon progressive. Les facteurs dont elle part doivent subir des transformations plus ou moins longues pour devenir enfin des produits finaux dont on espère qu’ils seront adaptés aux besoins du marché visé. Chacun des processus intermédiaires rapproche en principe de cet objectif, mais prend un certain temps et consomme des ressources, donc engendre des dépenses spécifiques. Si ces processus intermédiaires produisent des extrants séparables, ou produits intermédiaires, ceux-ci sont généralement de plus en plus spécifiques et leurs utilisations possibles sont soumises à des restrictions croissantes. Les risques de ne pas pouvoir vendre sur le marché les produits de l’entreprise se reportent sur les produits intermédiaires. En ce sens, toute dépense est plus ou moins un investissement, et toute dépense est plus ou moins irrécupérable.

124

L'offre de produits et de services résulte donc des décisions que prennent les acteurs industriels en fonction de leurs possibilités, de leurs objectifs, de l'image qu'ils ont de leur environnement concurrentiel et de l'idée qu'ils se font du marché. En particulier, la fixation des niveaux de prix, qui joue un rôle déterminant dans la concurrence entre entreprises et technologies rivales, procède de la stratégie concurrentielle de chaque entreprise. Contrairement à la vision habituelle, je pense réaliste de considérer qu’au moment où se passent les transactions sur le marché, il n'existe pas de relation causale directe allant de la demande vers l'offre. Dans le court terme des échanges, l’offre précède la demande.

Le verdict du marché
Quand enfin l’entreprise propose son offre aux demandeurs éventuels, chacun d’eux décide indépendamment et souverainement de l’accepter ou de la refuser. De même que l’offreur détermine souverainement ses produits et le prix auquel il souhaite les vendre, le marché détermine tout aussi souverainement les quantités qu’il accepte aux conditions fixées par l’offreur ou à des conditions négociées à l’intérieur de marges fixées par lui, le prix étant une de ces conditions parmi d’autres. En paraphrasant un dicton courant, l’entreprise propose, le marché dispose. Le marché sanctionne le comportement des entrepreneurs en achetant les produits de ceux qui ont su faire les offres les plus conformes aux désirs des demandeurs et les mettre en oeuvre de la façon la plus efficace aux yeux des clients potentiels. Le verdict du marché sur une offre particulière destinée à satisfaire un besoin particulier tient compte du jugement de tous les participants sur les priorités respectives de leurs autres besoins et des coûts associés à leur satisfaction, ainsi que des autres offres susceptibles de satisfaire le même besoin et donc directement substituables. Le jugement du marché sur chaque offre dépend de son jugement sur toutes les autres offres, et donc en particulier des actions de tous les autres offreurs. En situation concurrentielle, les résultats à chaque instant, notamment le revenu et le profit de chaque entreprise, dépendent des actions antérieures de tous les autres acteurs y compris les autres entreprises et les consommateurs, et sont donc essentiellement imprévisibles. A chaque instant, chaque entreprise examine ses résultats, tels qu’ils résultent du verdict du marché. Ces résultats peuvent être plus ou moins satisfaisants, et plus ou moins conformes aux prévisions qui avaient présidé aux décisions, et qui entre temps sont devenues des attentes. L’entreprise doit donc à chaque instant décider de poursuivre l’exécution de ses plans, ou au contraire de les modifier pour tenir compte de sa situation réelle et de ses nouvelles perspectives. Si les réactions du marché ne conduisent pas l’entreprise à modifier ses plans, elle se trouve pour ce qui la concerne dans la situation de l’équilibre « hayekien », défini comme une situation où les plans de chaque acteur sont confirmés par les actions de tous les autres, ou encore « Les plans de l’un contiennent exactement les actions qui forment des données pour les plans de l’autre ». Parmi toutes les entreprises qui opèrent simultanément sur le marché, certaines peuvent se trouver dans cet état et d’autres non. A ce point de notre raisonnement, nous nous intéressons au comportement de chaque entreprise considérée séparément, et non à la situation générale du marché. Une entreprise particulière peut percevoir un état d’équilibre au sens ci-dessus pour ce qui la concerne, alors que le marché dans son ensemble n’est pas dans un état d’équilibre, même de type hayekien. Comme les plans de l’entreprise ne sont généralement pas établis pour un seul cycle de production, ne pas modifier les plans consiste à exécuter les mêmes processus, peut-être à une échelle un peu supérieure si ces plans prévoient une expansion de l’entreprise ou si une telle

125

expansion apparaît comme possible au vu du comportement du marché. Tant que dure cette situation, l’entreprise fonctionne en quelque sorte en régime permanent. L’entreprise peut quelquefois se trouver dans le cas très favorable où toute sa production a été écoulée, et où une partie de la demande qui s’est exprimée pour son offre reste néanmoins insatisfaite. Autrement dit, l’entreprise a bien exécuté ses plans comme elle le souhaitait, mais elle voit la possibilité d’améliorer encore sa situation, soit en produisant plus qu’elle n’en avait l’intention, soit en demandant un tarif plus élevé sans que cette augmentation ait pour effet de réduire ses ventes en deçà de son offre. Si le volume de production peut être augmenté quasi-instantanément, l’entreprise optera probablement pour cette solution ; sinon, elle pourra choisir d’augmenter ses prix. Si le jugement du marché ne satisfait pas l’entreprise, pour quelque raison que ce soit, que peut-elle faire ? L’interaction entre l’entreprise et le marché se fait d’abord en agissant sur les attributs des biens, tels que perçus par les demandeurs potentiels. Sa réaction la plus immédiate sera donc de chercher à rendre ses produits plus attractifs en modifiant certains de leurs attributs, notamment leur prix, ou de les faire mieux connaître par des actions publicitaires. Une autre voie est de rendre sa production moins coûteuse en modifiant ses processus de production. Une troisième possibilité est d’ajuster sa production plus étroitement à la demande du marché en calibrant différemment les exécutions futures du processus de production. L’entreprise peut enfin se modifier elle-même, par exemple réorganiser ses processus, abandonner certains processus pour les sous-traiter à d’autres entreprises ou au contraire exécuter en interne certains processus qu’elle sous-traitait, ou enfin modifier ses processus de décision eux-mêmes. Si tout cela se révèle impossible ou échoue, l’entreprise devra alors réviser ses objectifs à la baisse. Toutes les caractéristiques du bien, du processus de production ou de l’entreprise ellemême peuvent être modifiées moyennant une certaine dépense de ressources (un investissement) et un certain délai. A un extrême, les décisions courantes d'exécution peuvent avoir un effet immédiat, mais a condition de respecter de nombreuses contraintes telles que le catalogue des produits et les tarifs courants, l'organisation et les ressources existantes, etc... qui ont fait l’objet de décisions antérieures. A l'opposé, il est toujours possible de modifier l'appareil de production ou l'organisation de l'entreprise, mais les actions correspondantes ne porteront leurs fruits que dans un délai très long. A chaque instant, les actions envisageables ont des horizons différents. On retrouve ici, sous une forme plus générale, les notions de court terme, moyen terme et long terme introduites par Marshall. Les attributs essentiels de l'entreprise comme son organisation, le secteur d'activité dans lequel elle opère, ses stratégies, son appareil de production, sont déterminés de façon consciente par les organes dirigeants dans le cadre de cycles stratégiques majeurs. Les modifications éventuelles entraînent généralement des dépenses d'investissement importantes dont le bien-fondé ne peut être vérifié qu'après plusieurs années. Il en va de même de la définition exacte des produits et des ajustements à l'appareil de production, qui correspondent à des cycles pluriannuels imbriqués dans les cycles stratégiques. Aux plus bas niveaux se situent des cycles mineurs portant par exemple sur les tarifs, les quantités produites ou les programmes de marketing, et enfin des décisions d'exécution à effet quasi immédiat. Chaque décision opérationnelle est ainsi conditionnée par un ensemble de décisions antérieures dont les conséquences s’imposent aux décisions courantes. Autrement dit, chaque caractéristique de l'entreprise possède une certaine inertie, qui en fait une contrainte pour toutes les décisions ultérieures relevant d'un cycle plus court, alors que cette même caractéristique peut être l'objet de décisions dans le cadre de cycles longs. Les
126

décisions à cycle long définissent l’environnement dans lequel seront prises les décisions ultérieures, et les contraintes auxquelles elles seront soumises. De plus, le passage du temps entre la décision et l’obtention de ses résultats laisse la place à l’intervention de nombreux facteurs non contrôlables par l’entreprise, en particulier les actions des autres agents, si bien que les conséquences réelles des décisions sont pour l’essentiel imprévisibles. Chaque décision a un temps d’élaboration (le temps de réaction de l’entreprise), un horizon (la durée future examinée pour évaluer cette décision) et un temps d’effet (le temps nécessaire à l’observation des résultats). Le marché permet à la demande de sanctionner le comportement des offreurs en agissant directement sur les performances économiques et la santé financière des entreprises. Celles-ci essaient d’anticiper cette sanction en s’organisant pour offrir des produits susceptibles de satisfaire le marché. A travers la sélection immédiate des produits, le marché sélectionne ainsi les organisations et les formes d’entreprise les mieux adaptées à la satisfaction permanente de la demande. C’est cette sélection indirecte des entreprises qui détermine la structure de l’industrie.

Les actions à court terme
De tous les signaux que l’entreprise peut recevoir du marché, le plus alarmant à court terme est un revenu inférieur à ce que l’entreprise attendait, ce qui veut dire que son offre n’est pas entièrement acceptée par les demandeurs. Une telle situation est doublement inquiétante : elle obère l’avenir dans la mesure où elle signifie que les produits de l’entreprise sont moins désirés qu’elle le pensait, et elle réduit dans l’immédiat les ressources nécessaires à la poursuite de l’activité telle que l’entreprise l’avait prévu, alors même que le verdict préoccupant du marché la pousse à entreprendre des actions supplémentaires qu’elle n’avait pas prévues. Dans l’immédiat, deux types d’actions sont envisageables : la première, pratiquement forcée, est d’ajuster les dépenses immédiates pour les rendre compatibles avec ces volumes réduits, sans modifier la définition des processus eux-mêmes. Ceci n’est possible que pour les processus de production dont le coût varie effectivement de façon significative avec leur échelle d’exécution. S’ils fonctionnent déjà à leur échelle minimale, ou si les coûts fixes sont prépondérants et les coûts variables faibles, l’entreprise ne peut réaliser que de faibles économies en réduisant l’échelle d’exécution des processus. En tout état de cause, l’entreprise doit chercher à protéger ou améliorer le profit actuel, surtout si elle doit lancer des processus de modification, dont le coût viendra s’ajouter aux coûts de fonctionnement courants. Les dépenses nécessaires à la préparation de l’avenir, y compris le développement des produits futurs, doivent en effet être supportées par les bénéfices actuels. La deuxième voie est de chercher à augmenter les recettes. Par rapport au bien considéré, les agents qui forment le marché se rangent dans trois catégories : ceux qui l’ont acquis, ceux qui n’en connaissent pas l’existence et ceux qui en connaissent l’existence mais ont décidé de ne pas l’acquérir. Pour ces derniers, les raisons de leur décision se ramènent toujours à ce qu’ils estiment que le prix demandé pour ce bien est supérieur à la valeur qu’ils lui accordent à ce moment, compte tenu de leur situation. Une des actions immédiatement possibles est donc d’informer le marché par des actions publicitaires, dans l’espoir que parmi les agents non informés, il s’en trouvera qui achèteront le produit une fois informés, et que des agents qui avaient décidé de ne pas l’acheter changeront d’avis. De telles actions publicitaires consomment des ressources, ne serait-ce que de la monnaie, et sont donc en contradiction avec la situation dans laquelle est l’entreprise, qui la
127

pousse à réduire ses dépenses. De plus, elles prennent du temps et ne produisent leurs résultats éventuels et incertains qu’au bout d’un certain temps. Les autres actions possibles consistent à modifier le bien pour le rendre plus désirable. Or le jugement du marché repose sur l’ensemble des attributs du bien proposé, et rendre le produit plus désirable demande de modifier certains de ces attributs. Cela suppose une analyse et un choix des modifications à apporter, et demande des ressources et des délais. De tous les attributs d’un bien, son prix est plus facile à modifier, que ce soit en termes de ressources ou de délais. Du point de vue de l’action sur le marché, cette faible inertie est la seule caractéristique particulière de l’attribut « prix », et c’est la raison pour laquelle la concurrence de court terme se limite à une concurrence par les prix. Mais il est clair que toute action sur le prix est délicate, faute de pouvoir prévoir avec certitude les réactions du marché à une variation de prix, que les économistes appellent « l’élasticité ». Réduire les prix a pour effet de rendre le produit plus désirable, mais les quantités supplémentaires qui seront achetées risquent de ne pas compenser la baisse de prix, et le revenu total risque de s’en trouver réduit. L’entreprise peut néanmoins prendre ce risque si elle considère que sa part de marché, mesurée en volume, est un paramètre stratégique important et qu’elle veut la préserver même au prix d’une perte de revenu. Au contraire, augmenter les prix réduira presque à coup sûr les quantités vendues, mais, selon l’élasticité, peut aussi bien réduire qu’augmenter le revenu total. Si les réactions du marché aux variations de prix pouvaient être prévues avec certitude, la gestion des entreprises deviendrait simple ; les économistes qui font l’hypothèse que les entreprises connaissent l’élasticité de la demande du marché de leurs produits passent complètement à côté du problème. Remarquons au passage que, si la fixation du prix initial d’un bien repose souvent sur une analyse des coûts de production, ses ajustements successifs ne tiennent compte que des réactions observées du marché et de ses réactions anticipées aux variations de prix. Au bout d’un certain temps, la fixation des prix d’un bien devient pour chaque entreprise un processus indépendant qui n’est plus déterminé par l’économie de la production. C’est au contraire l’évolution des prix qui gouverne l’évolution de la production, y compris son expansion ou son arrêt.

Les actions sur les produits
Tous les attributs des biens offerts par l’entreprise peuvent être pris en compte par les demandeurs dans leurs décisions d’achat. Chaque acteur a sa propre perception (exacte ou déformée), sa propre valorisation et sa propre pondération de ces attributs. L’entreprise productrice elle-même ne connaît avec exactitude ni quels attributs du bien entrent dans la décision des acheteurs, ni la relation entre ces attributs et la demande. Pour améliorer sa situation, l’entreprise va donc chercher à agir sur les attributs de ses produits de façon à les rendre plus désirables aux yeux des acheteurs potentiels, à partir de l’image qu’elle se fait de leurs désirs, elle-même une vision subjective que se construit l’entreprise. Ce faisant, l’entreprise cherche à donner aux acquéreurs potentiels des raisons de préférer ses propres produits aux produits substituables offerts par ses concurrentes, c’est à dire à différencier ses produits. C’est ainsi qu’on arrive à une situation où, comme le dit Chamberlin et contrairement aux hypothèses walrasiennes, tous les biens sont différents et chaque entreprise a le monopole de ses propres produits. Pour modifier les attributs des produits autres que leur prix, il faut toujours modifier les processus de production, et pour cela lancer des processus de modification qui consomment

128

nécessairement du temps et des ressources. Chacun de ces projets de modification a un coût et des bénéfices attendus, ainsi qu’un calendrier d’exécution. Toute modification du produit demande un certain délai, qui peut provenir soit de la nécessité de respecter des cycles naturels comme pour l’agriculture et l’élevage, soit du temps nécessaire pour la R et D et l’innovation. De plus, ces projets sont souvent dépendants les uns des autres, soit que deux caractéristiques du produit ou du processus de production soient liées, soit qu’il soit préférable de regrouper certaines actions afin de procéder à un seul cycle d’essais ou de validation externe, ou encore de maximiser l’impact publicitaire des améliorations. Dans un processus de production complexe et intégré, modifier une caractéristique remet en question tout le processus, et on aura donc intérêt à regrouper les modifications en « générations » de produit. Si les cycles de modification du produit, de production et de commercialisation sont courts, il est possible d’agir indépendamment sur chaque caractéristique du produit, d’observer rapidement le résultat et d’ajuster ainsi de façon fine et continue le produit aux conditions du marché. A l’opposé, une production à cycles longs impose de regrouper les modifications en générations liées à la durée des cycles, ce qui ne permet pas un ajustement aussi fin. Dans ce cas, la concurrence prendra une forme cyclique où de nouveaux produits seront introduits périodiquement, les actions concurrentielles entre deux annonces ne portant que sur les prix et l’action commerciale.

Les actions sur l’entreprise
Si de graves écarts entre l’offre et la demande persistent, et s’ils ont un effet négatif important, les organes de direction de l’entreprise vont en rechercher les causes pour essayer de les corriger. L’entreprise cherchera à réduire ses coûts de fonctionnement avec d’autant plus d’énergie qu’elle se sent en difficulté. Elle réagira à l’échec d’un produit non seulement en concevant des produits différents, mais aussi en modifiant son processus de conception des produits, ne serait-ce qu’en remplaçant les responsables des échecs. Elle peut ainsi remettre en question les moyens et les procédés de production, les méthodes de travail, les systèmes de gestion, les structures, les comportements et les individus. Elle peut renoncer à exécuter elle-même certains processus pour les sous-traiter à d’autres entreprises quand ses volumes de production sont insuffisants pour réaliser des économies d’échelle, mais elle devra alors tenir compte des coûts supplémentaires de coordination et des coûts de transaction. A l’inverse, elle peut décider d’exécuter en interne certains processus qu’elle sous-traitait si ses volumes sont suffisants pour apporter des économies d’échelle, ce qui peut lui permettre d’économiser des coûts de transaction. La vie de l’organisation requiert également d’autres processus qui ne font pas directement partie des processus de production. Chacun de ceux-ci peut être exécuté en interne par des agents appartenant à l’organisation, ou être acquis à l’extérieur sous forme de service. Inversement, les agents de l’entreprise ont à leur répertoire des processus qui peuvent ou non être utiles à l’organisation. Chacun d’entre eux peut être utilisé en interne par les autres agents de l’entreprise, ou offert comme service. On retrouve ainsi les phénomènes d’internalisation ou d’externalisation des activités, de spinoff ou d’acquisition de ressources, qui portent en réalité sur des processus. Les dirigeants de l’entreprise peuvent aussi constater que les actes de l’entreprise ne sont pas conformes à leurs intentions, et réexaminer ses mécanismes d’information, de commandement et de contrôle. Si leurs intentions changent, et si les décisions futures doivent être différentes des décisions passées, il faut modifier les processus de décision afin qu’ils
129

aboutissent aux décisions qui sont maintenant souhaitées. Là encore, ces modifications passent par l’exécution de processus de modification spécifiques. Pour identifier des modifications qu’elle pourrait introduire avec profit dans sa structure ou ses processus, l’entreprise peut puiser à de nombreuses sources : sa propre expérience d’actions passées qui ont réussi, l’expérience de ses dirigeants dans leurs postes précédents, l’exemple d’autres entreprises, la littérature managériale, l’intervention de conseils extérieurs ou l’invention ex nihilo. Quelle que soit l’origine d’une idée, son adéquation à la situation actuelle de l’entreprise et la probabilité que sa mise en œuvre produise le résultat visé est là encore le fruit d’une évaluation subjective qui laisse une marge considérable à l’erreur.

Les choix
Chacun des projets possibles consomme des ressources de l’entreprise, et est de ce fait concurrent de tous les autres projets. L’entreprise choisit entre ces actions et les intègre dans un plan d’action global cohérent en tenant compte de nombreux facteurs dont : – – – – – la disponibilité des ressources requises par l’action envisagée, une contrainte absolue qui élimine a priori les actions pour lesquelles les ressources ne sont pas disponibles ; leur coût estimé, y compris le coût « psychologique » ou « culturel » non chiffrable ; leur incidence estimée sur les résultats et le délai d’obtention de ces résultats ; leur probabilité estimée de réussite ; les relations d’interdépendance entre les actions.

L’horizon de ce plan doit être cohérent avec la durée des processus qu’il couvre. De façon idéale, il devrait couvrir toute la période qui s’étend de chacune des décisions envisagées jusqu’au moment où les résultats de cette décision se manifestent, c’est à dire où l’exécution des processus de commercialisation des produits affectés par cette décision donne des résultats significatifs en termes de chiffre d’affaires. Cet horizon est donc variable selon la durée des processus. Pour certaines entreprises, il peut être de quelques mois ; pour d’autres, vingt ans suffisent à peine. Mais la fiabilité des prévisions diminue avec l’éloignement dans le temps, et toute prévision devient illusoire et donc inutile au delà d’un certain horizon. Dans la pratique, beaucoup d’entreprises devront se satisfaire d’un compromis qui laisse tout plan incertain et fragile. Pour obtenir les ressources requises par une action jugée prioritaire, il peut être nécessaire de réaliser des économies sur d’autres processus utilisant ces ressources. Le plan global devra donc intégrer ces actions secondaires et leurs effets indirects. De nouveau, ces actions de libération de ressources ne donneront le plus souvent de résultats qu’après un certain délai. Si l’entreprise veut réagir vite aux circonstances, elle doit disposer de ressources immédiatement disponibles, qui forment ses réserves ou son « slack » dans la littérature anglo-saxonne. Certaines entreprises n’auront pas d’autre possibilité que d’abandonner, si leurs produits actuels sont trop peu séduisants pour apporter un revenu qui permette d’entreprendre des actions correctrices, notamment de développer de nouveaux produits. Ces critères de sélection reposent eux-mêmes sur des évaluations ou des prévisions subjectives et incertaines, à partir des informations dont dispose l’entreprise ou auxquelles elle peut accéder. Ces informations dépendent des mécanismes du marché concerné, qui peuvent avoir une dimension institutionnelle (par exemple la publication de statistiques professionnelles) ou réglementaire (par exemple si les transactions doivent être publiées).

130

L’entreprise peut observer les produits offerts par les autres acteurs, en particulier leurs prix ; avec un certain délai, elle peut se faire une idée de leurs volumes de vente, en particulier s’il existe des organismes chargés d’établir et de publier des statistiques professionnelles. Elle peut quelquefois avoir accès à des jugements comparatifs entre produits concurrents établis par des tiers. Elle peut enfin entreprendre des activités spécifiques de recherche d’information, qui feront partie de son plan d’action. Les actions de chaque agent résultent toujours de ses perceptions, de ses projections et de ses anticipations. Les résultats et la situation actuelle définissent ses moyens d’action et ses contraintes, et lui donnent des indications sur le comportement passé du monde réel, qui l’aident à anticiper son comportement futur. L’entreprise détermine le plan d’action qui lui semble optimal en tenant compte de sa stratégie, de ce qu’elle sait de l’environnement et des conséquences probables de cette action, et de ses anticipations des actions des autres acteurs. Sa rationalité et son information sont limitées. De plus, dans l’élaboration de ce plan d’action, l’analyse de la situation, les propositions d’action et la prise de décision font presque toujours l’objet d’un débat dans l’entreprise, au cours duquel s’affrontent des positions contradictoires. Par exemple, si le revenu est inférieur au revenu espéré, les financiers recommanderont généralement une réduction des dépenses et une hausse des prix, considérant implicitement que les quantités vendues seront inchangées. Les commerçants, eux, diront que le produit n’est pas assez attractif et recommanderont soit des dépenses supplémentaires de R et D, pour lesquelles ils recevront l’appui des laboratoires, soit une baisse de prix destinée à augmenter la part de marché, et souvent les deux simultanément. L’action effectivement retenue dépendra des relations de pouvoir entre ces acteurs internes et des préférences subjectives des dirigeants, qui résultent elles-mêmes de nombreux facteurs largement irrationnels. Pour juger du comportement qui en résulte, on peut se poser trois questions : que peut faire l’entreprise ? que décide-t-elle de faire ? quelle est la probabilité de réussite ? Il faut admettre que, dans la réalité, il est impossible de prévoir avec certitude le comportement d’une entreprise face à une situation donnée : elle peut parfaitement décider de faire quelque chose qui n’a aucune chance de réussir, et à l’inverse un plan d’action qui n’a que peu de chances de marcher ex ante peut néanmoins réussir. L’analyse économique doit admettre les erreurs de gestion comme les réussites inattendues. La relation temporelle entre le cycle de formation des dépenses et le cycle de formation des revenus est cruciale. Pour les processus courts, il est possible d’ajuster le coût total aux conditions réelles observées, et il existe des moyens d’agir rapidement sur les dépenses sans entraîner de conséquences à long terme. Pour les cycles longs au, contraire, les revenus n’apparaissent que longtemps après la décision, alors que beaucoup de dépenses ont déjà été encourues, sur lesquelles il est trop tard pour agir. Quelles que soient les modalités des nouvelles décisions prises pour corriger l’effet des décisions antérieures, elles ne pourront en aucun cas annuler ces dépenses. Au contraire elles entraîneront le plus souvent dans un premier temps de nouvelles dépenses tout aussi irrécupérables, dont les fruits éventuels ne seront à leur tour connus qu’au bout d’un délai qui peut se chiffrer en mois ou en années. Par ailleurs, il est impossible d’ajuster rapidement le coût total aux conditions réelles observées. Chacun des plans d’action de l’entreprise, et chacune de leurs révisions ultérieures, est construit comme un tout qui comprend des activités portant sur des quantités déterminées d’intrants particuliers, des actions bien définies portants sur l’entreprise elle-même, son environnement ou ses produits. Il ne s’agit pas d’actions élémentaires indépendantes les unes des autres. Il en résulte que la définition de chaque action trouve sa justification dans les plan global et non nécessairement dans les résultats immédiats de cette action particulière. De

131

même, une partie du plan peut être révisée non pas en fonction de ses résultats propres, mais pour maintenir la cohérence d’un plan global lui-même révisé pour d’autres raisons. Remarquons qu’il existe une correspondance étroite entre l’échelle de production et la durée du cycle. Un cycle long implique en effet généralement qu’une part importante des dépenses entraînées par une décision, par exemple la mise en place d’une production, est engagée de façon irréversible longtemps avant que se matérialisent les revenus correspondants, et en particulier avant que ne soient fixés les volumes de production. Les activités à cycle long connaissent également des investissements et des coûts fixes importants, et donc une échelle de production relativement élevée. Il est d’ailleurs difficile d’identifier dans la réalité, voire d’imaginer des activités qui présenteraient à la fois un cycle de production long et une échelle économique faible, alors que le cas inverse semble possible.

L’adaptation de l’entreprise
Pour chacun des offreurs, la demande qui s'est réellement concrétisée pour ses produits, en volume et en prix, détermine son revenu, son équilibre financier et donc sa viabilité et sa survie. Les offreurs dont les produits rencontrent durablement une forte demande prospéreront et croîtront, tandis que ceux qui se trompent trop souvent devront jeter l'éponge et disparaître. De même, à l’intérieur de chaque entreprise, les comportements, les règles et les structures qui sont perçus comme ayant conduit à des succès sur le marché seront progressivement renforcés, tandis que ceux qui sont perçus comme à l’origine d’échecs seront éliminés. Une entreprise n’existe que si ses créateurs ou ses dirigeants présument que l’utilité des biens qu’elle crée est supérieure à l’utilité des biens qu’elle consomme. Or nous avons vu que la quantité de monnaie que l’entreprise obtient en cédant ses produits sur le marché et celle qu’elle doit débourser pour acquérir les intrants qui sont nécessaires sont l’expression la plus objective de l’utilité, ou de la valeur, que la société accorde à ces intrants et à ses extrants. La différence entre ces deux quantités de monnaie, qu’on appelle le profit, mesure donc la différence d’utilité entre les extrants et les intrants, telle que perçue par l’ensemble des autres agents, et donc l’utilité des activités de l’entreprise. Ce raisonnement transpose à l’entreprise tout entière la définition de la valeur d’un processus que j’ai donnée au chapitre 6 : l’augmentation de valeur des extrants, moins la diminution de valeur des intrants, toutes ces valeurs étant estimées à un moment particulier et pouvant varier dans le temps. On ne peut pas affirmer que le prix d’un bien mesure réellement son utilité, car ce prix est fixé unilatéralement par le producteur, même s’il est guidé par les réactions des consommateurs. En revanche, le jugement effectivement prononcé des consommateurs se traduit par les quantités qu’ils achètent à ce prix. Le produit du prix par la quantité effectivement achetée est donc une mesure aussi objective que possible de l’utilité du bien. Alors qu’il est abusif de dire que le prix d’un bien est une mesure objective de sa valeur, il est infiniment plus exact de dire que le profit d’une entreprise est une mesure objective de son utilité. Dire qu’une entreprise est profitable ou dire qu’elle est utile sont deux expressions synonymes. Les performances financières, qui conditionnent la survie de l’entreprise, mesurent donc à la fois l'adaptation de l'offre au marché et celle de l’entreprise à son environnement. La sélection naturelle opère ainsi à trois niveaux : celui de la sélection des produits par le marché, celui de la sélection des organisations et des comportements à l’intérieur de chaque entreprise, et enfin celui de la sélection des entreprises et des modèles d’entreprise. L'industrie évolue ainsi selon un processus en quelque sorte darwinien, ou plutôt lamarckien puisque les caractères acquis sont ici transmissibles, dans lequel le marché joue le rôle de l'environnement
132

et la personnalité profonde des entreprises celui du matériel génétique, chaque entreprise déterminant son comportement d'offreur selon sa personnalité. Ce modèle est analogue à celui de la sélection naturelle en biologie. Chaque entreprise y est assimilée à un organisme vivant dont le comportement résulte d'une recherche active de la meilleure adaptation possible à son environnement, mais est contraint et partiellement déterminé par ses caractéristiques internes : compétences, ressources, organisation, systèmes de management, système de valeurs, schémas de comportement …, que je désignerai d'une façon générale comme sa « personnalité ». En déterminant l'évolution de chacun des offreurs en fonction du succès de ses produits, le marché effectue également une sélection entre les différentes personnalités d'entreprise, de même qu'à travers le comportement des individus l'environnement sélectionne le matériel génétique. C’est ainsi que peuvent apparaître et évoluer des « espèces » d’entreprises, caractérisées par une forte cohérence entre leurs activités, leurs caractéristiques internes et leur stratégie. Au niveau global d’une famille de produits ou d’activités, ce processus adaptatif rendra les entreprises comparables et aboutira à la constitution d’un « secteur » où les caractéristiques fondamentales des processus de production détermineront les règles du jeu concurrentiel, la durabilité des avantages, la répartition du marché et la stabilité de cette répartition, ainsi que le niveau de profitabilité des entreprises. Le moteur de cette structuration est la réaction de chaque entreprise au verdict du marché sur ses produits. Or la probabilité que chaque entreprise soit insatisfaite, et donc agisse, est d’autant plus grande que l’offre de biens pour satisfaire le marché concerné est plus grande, donc que la concurrence est intense. Autrement dit, la pression évolutive croît avec l’intensité concurrentielle. Si le marché est vaste par rapport à l’offre, ou en expansion rapide, il est plus probable que les offreurs écouleront toute leur production et donc n’auront pas de motivation pour changer radicalement. Dans cette situation, il est possible que des firmes peu adaptées au marché continuent à prospérer. En revanche, ces firmes seront mises en difficulté et devront s’adapter ou disparaître quand le marché se restreindra, ou quand les autres firmes ne leur en laisseront qu’une trop faible part. Le cas des services n’est pas fondamentalement différent. Leur caractéristique distinctive est la durée de la relation entre le producteur et le consommateur, ainsi que le fait que cette relation implique le système de production de l’offreur. Ce trait peut influencer de façon déterminante l’organisation et la culture de l’entreprise, par exemple en interdisant de séparer la fonction commerciale de la fonction production ou en imposant aux organes de production une capacité de négociation et d’adaptation sans commune mesure avec celle qui caractérise les usines dans les industries conventionnelles. Dans la production de produits finis, les attributs des offres mises sur le marché sont dissociés de ceux de l’organisation qui a servi à les produire, par exemple au travers de la description commerciale ou contractuelle qui les accompagne. Il est également assez facile d’éviter que des dysfonctionnements éventuels de la production n’apparaissent sur le marché sous la forme de produits défectueux. Pour les services au contraire, l’appareil de production de l’entreprise est directement exposé au regard et au jugement du marché, la qualité même de l’appareil de production est visible, tous les ratés éventuels sont perçus par le client. En situation concurrentielle, des structures ou une culture non adaptées sont donc plus rédhibitoires. Autrement dit, l’adaptation de la personnalité d’entreprise à la nature de sa production et aux attentes du marché revêt dans le domaine des services une importance encore plus déterminante que pour les produits.

133

Conclusions
Dans la conception que je viens d’exposer, les biens et les agents deviennent des variables endogènes. Dans les modèles habituels, le catalogue des biens et la nature de chacun, ainsi que la population des acteurs et leur comportement, sont définis par des considérations externes à l’économie. Le fonctionnement du modèle ne fait pas apparaître de biens ni d’agents nouveaux et ne modifie ni le modèle de comportement, ni la population des acteurs. Pour les biens, il ne fait varier que trois de leurs propriétés : la quantité existante, le prix et l’appropriation par un agent économique. Au contraire, dans notre modèle nouveau, les phénomènes dynamiques qui résultent des actions des agents peuvent modifier les acteurs et le catalogue des biens. De concepts exogènes, les acteurs et les biens deviennent des concepts endogènes, et on passe d’une étude limitée aux échanges à une étude englobant la variation du catalogue de biens, la variation de la population et celle de la constitution et des modèles de comportement des acteurs. Un état donné de l’appareil de production résulte de la réponse du marché, c’est à dire de la société, aux initiatives des entreprises. Ces initiatives dépendent elles-mêmes de la perception du marché par les producteurs. Les actions des entreprises portent sur toutes les caractéristiques de leurs produits, le prix n’étant qu’une de ces caractéristiques, ainsi que sur les caractéristiques de l’entreprise elle-même. Ces actions sont le fruit de délibérations rationnelles, mais qui reposent sur des évaluations et des attentes subjectives et peuvent se révéler inappropriées ou inefficaces ex post. Elles peuvent différer d’une entreprise à l’autre dans la même situation, en particulier si leurs attentes sont différentes, notamment celles des dirigeants. C’est ainsi qu’une entreprise en position dominante pourra soit s’en contenter et laisser vivre ses concurrents plus petits, soit viser le monopole et chercher à les éliminer, selon la personnalité de ses dirigeants. Le comportement de l’entreprise trouve ainsi sa racine à l’intérieur de l’entreprise, mais est soumis au jugement du marché à travers ses effets sur la production. Ce jugement entraîne une sélection « naturelle » à plusieurs niveaux – produits, système de production, système de management, entreprise. La concurrence a deux faces : d’un côté le choix des consommateurs entre les produits qui leur sont présentés et d’autre part les actions des offreurs pour faire en sorte que leurs produits soient choisis. En ce qui concerne les logiques économiques, il n’existe pas de dynamique industrielle propre aux services et qui serait différente de celle des produits. On observera en réalité dans les services une variété de dynamiques et de structures comparable à celle qui prévaut pour les produits, et à l’inverse les mêmes types de structure pourront s’appliquer aussi bien à des services qu’à des produits. Concernant les entreprises productrices elles-mêmes, certaines formes de service appellent des structures et des cultures d'entreprise proches de celles qui sont propres aux produits industriels, tandis que d'autres appellent des structures et des cultures radicalement différentes. Certaines formes de service sont moins compatibles entre elles qu'elles ne le sont avec certaines formes de produits. L’économie de la production, interne à l’entreprise, détermine la forme de concurrence et la structure du secteur. A son tour, la structure du secteur, externe à l’entreprise, détermine les critères de succès et la personnalité de l’entreprise. Les possibilités d’action d’une entreprise dépendent de son état actuel, qui est lui-même la résultante de ses actes passés et des réactions du marché à ces actes. La microéconomie et les disciplines de la gestion reposent donc sur une base commune. L’étude des réactions du marché aux actions des entreprises est du domaine de la microéconomie, tandis que l’étude des initiatives des entreprises relève de la stratégie ou du
134

management. Mais les conséquences des phénomènes étudiés par chacune des deux disciplines ne peuvent être appréhendées qu’à l’aide de l’autre. La séparation des deux disciplines serait légitime si les différences dans le management des entreprises pouvaient être évacuées du raisonnement micro-économique. Même si pour des raisons pratiques économie et management restent deux disciplines distinctes, elles doivent s’appuyer l’une sur l’autre et maintenir de leur intersection une vue commune cohérente. De plus, toute avancée dans un domaine doit pouvoir être reconnue, interprétée et si nécessaire intégrée dans l’autre.

135

Chapitre 11 – Les structures sectorielles
Dans ce chapitre, nous allons examiner l’effet externe des mécanismes décrits au chapitre précédent sur la place des entreprises dans leur secteur d’activité. C’est la face proprement économique des phénomènes d’adaptation des entreprises à leur environnement, qui détermine par exemple le nombre et la taille des entreprises présentes dans un secteur, c’est à dire le degré de concentration de ce secteur. C’est aussi l’étude des mécanismes de la concurrence et de leurs effets, qui occupe une place centrale dans la réflexion économique. Cette étude est l’objet d’une discipline appelée « économie industrielle », qui se propose d’analyser, outre le nombre et la taille des entreprises, leur diversification horizontale, c’est-àdire leur propension à offrir une gamme de produits diversifiée et à opérer sur plusieurs marchés, et leur intégration verticale, c’est-à-dire leur propension à assurer elles-mêmes l’ensemble des opérations nécessaires à la production de leurs produits. L’opposé de la diversification est la spécialisation sur un seul produit, et l’opposé de l’intégration est la spécialisation sur une seule étape du processus de production. Ces deux derniers sujets – diversification et intégration – concernent la coexistence de plusieurs processus de production à l’intérieur d’une même entreprise, et ne peuvent donc être convenablement traités tant qu’on reste fidèle au modèle de l’entreprise « boîte noire » comme le fait l’économie industrielle. Je les réserverai donc pour un chapitre ultérieur (chapitre 13), après que nous aurons examiné l’effet des mécanismes décrits au chapitre précédent sur la constitution interne des entreprises. Pour l’instant, nous nous limiterons au cas hypothétique d’entreprises spécialisées et intégrées qui ne produisent chacune qu’un seul bien et exécutent toutes les étapes de sa production.

La théorie classique de la production
En associant chaque producteur au bien qu’il produit, la théorie standard concerne bien ce même cas. De plus, elle part de l’hypothèse que la taille de chaque agent économique est négligeable par rapport à celle du marché, et que tous sont conformes au modèle unique de l’« homo economicus » rationnel et omniscient, dont le comportement se résume à maximiser une grandeur simple, qui est ici le « profit » défini comme la différence entre le prix des biens qu’il vend et celui des biens qu’il consomme. De plus, conformément à sa tradition dominante, la théorie s’intéresse aux conditions et aux propriétés d’une situation d’équilibre entre les offres et les demandes, et non aux processus d’interaction entre les agents hors de cette situation d’équilibre. La première de ces hypothèses implique l’existence d’un très grand nombre de producteurs et d’acheteurs pour chaque bien, dont chacun est trop petit pour influencer les prix sur le marché. Le prix du bien se fixe donc par confrontation de la demande globale et de l’offre globale, et devient une donnée pour chaque producteur. A ce prix, chaque producteur peut écouler toute la quantité du bien qu’il peut produire, à condition que cette quantité reste une très faible part de l’offre et de la demande totale. S’il essaie de vendre au-dessus du prix de marché, il ne vendra rien. S’il essaie de vendre au-dessous du prix de marché, il ne vendra pas plus qu’il aurait vendu à ce prix, et il gagnera moins qu’il aurait pu. Après des tâtonnements éventuels pour découvrir le prix de marché, dont d’ailleurs la fiction du commissaire-priseur vise à les dispenser, tous les offreurs vendront à ce prix, et la seule variable d’ajustement possible pour chaque producteur est la quantité qu’il produit.

136

Chaque producteur dispose de certains moyens de production qui peuvent être caractérisés par une « fonction de production » liant le coût de revient à la quantité produite. Le coût total de production pour une certaine quantité est généralement formé d'une partie fixe indépendante du volume de production et de coûts variables dépendants du volume. La théorie standard postule que, dans la majorité des cas réels, le coût variable augmente à partir d'un certain seuil de volume (loi dite « des rendements décroissants »), si bien que le coût moyen par unité produite commence par décroître quand la quantité augmente, puis recommence à croître au-delà d'une quantité « optimale ». Autrement dit, pour un appareil de production donné, il existe un volume de production optimal qui minimise le coût moyen et donc maximise le profit du producteur puisque le prix de vente est imposé par ailleurs. La quantité optimale de production et le coût moyen correspondants peuvent être différents pour chaque producteur selon son appareil de production, qui peut plus ou moins bien exploiter les technologies disponibles. De la même façon qu'il existe une quantité optimale de production pour un appareil de production donné, il existe une échelle optimale de production pour un produit et un état donné des technologies. C’est celle qui assure le coût de production unitaire le plus bas possible en utilisant au mieux les technologies disponibles, et qui procure ainsi la rentabilité maximale aux producteurs qui fonctionnent à cette échelle. L’augmentation des capacités productives et l’exploitation de nouvelles technologies nécessite des investissements. Une industrie attirera de nouveaux offreurs et de nouveaux investissements tant que la rentabilité des capitaux investis dans cette industrie est supérieure au taux d’intérêt du marché. Ces nouveaux offreurs et les quantités supplémentaires offertes vont faire baisser les prix et les profits. Dans le cas inverse, les offreurs et les capitaux tendront à déserter ce secteur tant que la rentabilité des capitaux y restera inférieure au taux d’intérêt du marché. Au total, le secteur va tendre vers une situation d'équilibre où : - les prix et les quantités échangées correspondent au point d'équilibre entre les intérêts de l’ensemble des offreurs et ceux de l’ensemble des acheteurs, - chacun des offreurs opère à une échelle au moins égale à l'échelle optimale de production, la rentabilité des capitaux investis est égale au taux d'intérêt du marché.

Ces conclusions reposent sur l’hypothèse initiale que la taille de chaque producteur est négligeable par rapport à celle du marché, ce qui implique que les technologies de production soient telles que l’échelle optimale de production soit très faible. Que se passe-t-il lorsque la fonction de production de l’un au moins des offreurs est telle que son échelle optimale de production devient égale à une part significative du marché, ou encore pire quand le coût moyen est indéfiniment décroissant, ce qui définit une échelle optimale de production infinie ? La réponse classique est que la seule configuration stable est alors celle du monopole, où le bien n’est offert que par un seul producteur. Contrairement aux offreurs sur les marchés concurrentiels, le monopoleur a le pouvoir de fixer unilatéralement le prix du bien. La théorie classique montre qu’il peut maximiser son profit en vendant à un prix supérieur à celui qui prévaudrait en situation concurrentielle, ce qui entraîne que les quantités échangées sont inférieures à celles qui seraient atteintes dans ce cas. Il est protégé de l'entrée de concurrents par le niveau des investissements que ceux-ci devraient consentir pour mettre en place un appareil de production compétitif. Ceci lui permet le plus souvent de réaliser de façon durable

137

un profit supérieur à celui qui correspond au taux d'intérêt des capitaux investis (les économistes parlent alors de « rente »). Mais ce faisant, le monopole ne satisfait que partiellement la demande, et introduit une sorte de rationnement et des prix anormalement élevés par rapport à ce que permettrait une concurrence « pure et parfaite ». C’est pourquoi les économistes classiques considèrent que les monopoles entraînent une dégradation de l’efficacité de la machine économique et que les pouvoirs publics doivent soit empêcher leur constitution ou les briser quand ils existent, soit les soumettre à des réglementations qui les contraindront à agir conformément à l’intérêt général. Or, dans la réalité, si on rencontre effectivement des secteurs où coexistent un grand nombre d’offreurs relativement petits, et qui respectent à peu près les conclusions de la théorie classique, on ne trouve jamais de véritable monopole sauf ceux qui sont créés ou protégés par les pouvoirs publics à l’aide de mesures coercitives de nature autre qu’économique. Une partie très importante du tissu productif contemporain est composé de secteurs où un petit nombre d’offreurs sont en concurrence, et où le plus important a une part de marché significative, souvent de l’ordre de 20 à 40%, mais pouvant aller jusqu’à 80 ou 90% dans les cas les plus extrêmes. La théorie standard, que ses hypothèses condamnent à ne savoir traiter que la concurrence « atomique » et le monopole, est donc impuissante à rendre compte de la texture du système productif contemporain. Trop d’économistes croient s’en tirer en rangeant ces cas dans la catégorie des « imperfections du marché », comme si leur construction abstraite d’un marché « pur et parfait » fictif devait représenter la norme, ou pire, un idéal à atteindre. Mais ce sont ces « imperfections » qui forment la réalité du marché, qu’il est préférable d’étudier directement sans référence au modèle imaginaire du marché « parfait ».

Les déterminants structurels
Reprenons donc notre démarche réaliste présentée au chapitre 2. Elle part du comportement réel de l’entreprise tel qu’on peut l’observer de l’intérieur et non tel qu’on peut l’imaginer de l’extérieur. Elle en adoptera néanmoins une représentation schématique qui risque de choquer autant les hommes d’entreprise par son caractère simpliste que les économistes par son caractère inhabituel, approximatif et peu formalisé. Mais puisque l’économiste ne peut raisonner que sur des représentations simplifiées de la réalité, mieux vaut adopter pour parler des entreprises les représentations que se construisent les hommes de l’entreprise eux-mêmes. Les états de l’économie, et en particulier la structure d'un secteur, résultent en effet des actions effectives des acteurs réels, et non du raisonnement extérieur des économistes. C’est donc de l'« abrégé du vrai » des acteurs réels qu’il faut partir, quelque opinion qu’on puisse avoir de sa validité ou de son rapport à la réalité, et non de schématisations abstraites a posteriori comme celles que construisent les économistes orthodoxes. Comme toujours dans le présent ouvrage, cette démarche d’analyse fait la part belle au temps. Tout état du monde réel résulte d’une évolution due aux pas successifs de chacun des acteurs. A chacun de ces pas, l’acteur qui l’entreprend se trouve dans un certain état, qui dépend des effets de ses décisions passées et de celles des autres acteurs. Mais il ne connaît qu’imparfaitement l’état du monde, y compris son propre état, et ne peut prévoir avec exactitude ni de façon certaine les conséquences de ses actions. Il ne peut y avoir d’abord la détermination d’un état de tous les acteurs, que ce soit ou non un « équilibre », puis réalisation instantanée de cet état par tous les acteurs, comme l’implique le raisonnement walrasien. Une marche éventuelle vers une configuration durable, que ce soit le monopole ou toute autre

138

répartition du marché, se déroule nécessairement dans le temps et par tâtonnements successifs. Cette conception de l’activité économique comme une succession de décisions prises par chacun des acteurs dans un contexte qui lui est propre peut faire penser à la théorie des jeux. Elle n’en est pas moins radicalement différente, car d’une part la théorie des jeux suppose que les acteurs ont une connaissance parfaite des décisions alternatives qui leur sont ouvertes et des conséquences immédiates de chacune, et d’autre part la théorie des jeux recherche des équilibres. Sur ces deux points, elle reste fidèle à l’épistémologie de l’économique standard, et se présente plus comme un outil différent que comme une remise en cause des paradigmes de l’agent et de l’équilibre.

Marchés et secteurs
Vis à vis de chaque entreprise, les autres agents peuvent jouer trois rôles : clients, concurrents ou fournisseurs. Un même agent peut d’ailleurs jouer simultanément plusieurs de ces trois rôles. Les concurrents d’une entreprise sont ceux qui offrent des produits substituables aux siens, et dont les ventes sont autant de ventes non réalisées par elle-même. Ce qu’un concurrent vend, l’entreprise ne le vend pas. C’est donc la répartition du marché entre offreurs concurrents qui produit les structures productives. Rappelons que j’ai appelé « bien » tout ce qui peut satisfaire un désir, que ce soit un objet matériel ou l’exécution d’un processus. L’ensemble des acquéreurs potentiels d’un bien constitue son marché. Deux biens sont dit substituables s’ils satisfont le même désir et si toute acquisition d’une quantité de l’un diminue d’une quantité équivalente la demande de l’autre. On peut alors considérer que ces deux biens, et par extension tous les biens substituables entre eux, ont un seul et même marché, et forment un même bien générique. Toutes les entreprises qui produisent un même bien générique doivent se partager le marché de ce bien et sont donc directement concurrentes entre elles, ce qui n’exclut pas que leurs produits soient différents. J’appellerai « secteur » l’ensemble des entreprises qui produisent des biens substituables entre eux. La concurrence du niveau le plus élémentaire structure d’abord chacun des secteurs. Des biens génériques aptes à satisfaire des besoins différents, et donc non substituables entre eux, définissent autant de secteurs disjoints qui se structurent indépendamment les uns des autres, au moins en première analyse.

Les décisions opérationnelles
Au moment de chaque décision, l’état de chaque entreprise peut se résumer par la définition de son produit et ses ressources de diverses natures, en particulier sa capacité de production et les autres paramètres qui gouvernent ses coûts, ainsi que par la quantité de monnaie dont elle dispose, qui a été obtenue par ses actions antérieures, que ce soit sa dotation initiale ou le produit de ses ventes Les actions qu'elle entreprend visent à modifier ses paramètres d’état – produit, ressources et autres – et se traduisent nécessairement par l’exécution de processus. Elles impliquent des décisions d’affectation de la monnaie disponible à ses différents usages possibles. Dans leur vie quotidienne, les entreprises considèrent que leurs coûts se répartissent schématiquement en deux catégories : d’une part les coûts de leurs ressources existantes et de leurs décisions passées, qu’elles doivent supporter quelles que soient leurs nouvelles décisions, en particulier celles qui concernent leur volume de production et leur volume de ventes ; et d’autre part le coût des nouvelles décisions qu’elles envisagent.

139

S’agissant de la décision quant aux volumes à produire, les entreprises font généralement l’hypothèse qu’elle entraîne un coût variable de production à peu près proportionnel au volume produit, c’est à dire que, pour les besoins de leur calcul économique, le coût unitaire de production est supposé être à peu près constant. Cette approximation est raisonnable dans un très large intervalle de volumes compte tenu de l'imprécision inhérente de toutes les grandeurs économiques. Ceci revient à considérer, contrairement à la théorie standard, que le coût moyen est indéfiniment décroissant, ou le rendement indéfiniment croissant, du moins pour les volumes sur lesquels raisonne pratiquement l’entreprise. Dans le raisonnement des entreprises, le coût des ressources existantes qu’elles prennent en compte est le coût courant par période de référence, et non un cumul dans le temps de tous les coûts fixes quelle que soit la période dans laquelle ils sont encourus, comme le suppose le plus souvent le raisonnement économique. Ce n’est pas non plus une quote-part conventionnelle des investissements passés désignée sous le nom d’« amortissements », notion comptable artificielle sans signification économique. C’est le montant, pour une période donnée, des dépenses qui sont la conséquence des décisions antérieures à cette période, autrement dit des investissements au sens large, et non le coût total de ces mêmes investissements pour l’ensemble des périodes passées, présentes et futures. Ce coût fixe peut en revanche inclure les coûts courants d'emprunts contractés antérieurement. Si les ressources actuellement disponibles ont été créées par autofinancement, seul le coût de leur entretien apparaît dans ces coûts fixes courants et non le coût de leur création ; si elles ont été créées grâce à un emprunt, alors le coût de leur création apparaît dans les coûts fixes à travers les intérêts et le remboursement de cet emprunt. En modifiant son état, l’entreprise peut modifier ce coût, mais seulement en exécutant des actions (des processus) qui ont elles-mêmes un coût et n’obtiennent de résultats qu’après un certain délai. C’est pourquoi ce coût des ressources existantes joue le rôle d’un coût fixe dans les décisions courantes. Ce coût fixe par période détermine ce que le langage courant appelle le « point mort », c’est à dire le chiffre d’affaires minimal que l’entreprise doit réaliser dans chaque période future pour rester viable, ou encore la quantité minimale de son produit qu’elle doit vendre, le prix et les coûts variables de production étant supposés donnés par le marché et par l’appareil de production de l’entreprise. Le comportement décisionnel de l’offreur a été décrit au chapitre précédent. Il doit d’abord consacrer sa monnaie disponible à rémunérer ses ressources existantes, c’est à dire couvrir ses frais fixes tels que définis ci-dessus. Il doit ensuite décider de répartir la monnaie restante entre la production d’une nouvelle quantité du bien, le financement des investissements de capacité, des investissements commerciaux et autres accroissements de ses ressources fixes, le financement éventuel d’autres processus, et une épargne destinée à des usages futurs ou à la rémunération des diverses parties prenantes comme les actionnaires ou l’Etat. Il doit enfin fixer le prix auquel il proposera son produit au marché. Les volumes effectivement vendus par chaque offreur sont alors le résultat d’un processus complexe extérieur à l’entreprise, où interviennent tous les demandeurs potentiels, qui déterminent chacun leur demande en prenant en compte les produits et les prix de tous les offreurs. C’est ce processus qui détermine la quantité de monnaie que chaque offreur obtient, qui est égale au produit de la quantité vendue par le prix de vente. Dans ce processus de marché, le prix d’un bien n'est pas le seul critère de choix utilisé par les demandeurs. Parmi les nombreuses caractéristiques des produits, certaines les rendent mutuellement substituables et autorisent donc à les regrouper en un seul bien générique,

140

d’autres les différencient les uns des autres. L’influence de ces nombreux autres critères sur le choix des agents est variable d’un demandeur à un autre, et peut varier dans le temps. La sensibilité du marché aux prix varie en sens inverse de sa sensibilité aux autres facteurs de choix. Quand l’écart de prix entre deux produits substituables est faible, les autres facteurs de choix deviennent relativement plus importants. A l’inverse, un écart de prix inférieur à 10% n’est pas nécessairement déterminant s’il existe d’autres facteurs de différenciation entre les produits. Pour un ensemble de produits directement concurrents car substituables, le marché ne définit donc pas un prix précis, mais un intervalle où les prix peuvent se situer compte tenu de l’attrait respectif des différents produits. De plus, les acteurs ne connaissent pas avec certitude la relation entre le prix et la demande. En réduisant le prix, ils prennent le risque que leurs volumes n’augmentent pas assez pour éviter une baisse de leur revenu ; en augmentant les prix, ils risquent de perdre assez de volume pour que leur revenu total baisse également. Pour agir, ils ont néanmoins besoin d'hypothèses et de prédictions, même approximatives et souvent implicites. Une telle hypothèse implicite couramment retenue est que le niveau des prix et la répartition des parts de marché ne peuvent pas varier brutalement. En effet, les parts de marché actuelles résultent d’un ensemble de causes passées qui continuent à produire leurs effets et à dominer ceux des décisions récentes, dont les effets ne se feront sentir que progressivement. Quant aux prix, même si un offreur agit brutalement et si cette action a des effets visibles sur les parts de marché, les autres offreurs réagiront instantanément sur leurs prix, qui sont rappelons-le la caractéristique la moins inerte des produits, ce qui tend à maintenir les prix dans une fourchette relativement étroite et à stabiliser les parts de marché. Donc, sauf s’ils ont des raisons particulières de s’attendre à des phénomènes de rupture, les acteurs supposeront dans leurs décisions à court terme que les parts de marché seront peu modifiées pendant les prochaines périodes. Ce raisonnement, comme ceux que je vais présenter par la suite, ne sont évidemment pas « rigoureux » au sens habituel, mais il traduit bien mieux que les théories habituelles des économistes la façon dont les entreprises raisonnent et prennent leurs décisions dans la réalité. Les économistes doivent absolument se défaire de cette idée que les entreprises raisonneraient de façon rigoureuse.

Les conditions de survie
En dehors de la définition initiale de ses produits et de ses méthodes de production, une activité industrielle fait intervenir trois décisions fondamentales prises de façon récurrente, éventuellement dans un ordre différent selon qu’il s’agit de biens matériels ou de services : une décision quant à la capacité de production, une décision quant aux volumes à produire et une décision quant au prix de cession aux clients. Ces décisions déterminent directement les dépenses de l’entreprise et influencent très indirectement, à travers leurs conséquences sur les produits et la réaction du marché, son chiffre d’affaires. Dans une activité de type industriel, le coût total dépend de la capacité et du volume. Quant au chiffre d’affaires, il est produit in fine par le processus de commercialisation, le processus de production ne produisant que des stocks de produits finis. Dans une activité de services, le coût total ne dépend généralement que de la capacité et non du volume réellement produit, et le chiffre d’affaires est directement produit par le processus de production, le processus de commercialisation intermédiaire ne produisant que des contrats. Les décisions préalables se résument alors à deux : une décision de capacité et une décision de prix ; la quantité à produire est une conséquence automatique du processus de commercialisation.

141

A chaque cycle de décision, chaque entreprise cherche au moins à se reproduire à l’identique et si possible en un peu mieux. Pour cela, elle souhaite au minimum ne pas revenir sur ses décisions passées, donc conserver ses ressources fixes, et produire autant qu’elle vend. Le revenu qu’elle obtient en vendant une quantité Q à un prix p doit donc couvrir au minimum ses coûts fixes courants augmentés du coût de la production d’une nouvelle quantité Q. Si F désigne ce coût fixe et u le coût unitaire de production, cette condition s’écrit p*Q > F +u*Q, soit Q*(p-u) > F. Cette relation peut s’interpréter de deux façons. L’entreprise peut considérer que le niveau global de prix variera peu, par exemple dans une situation voisine de la concurrence « atomique » où le prix est fixé par la confrontation de la demande globale et de l’offre globale, sans que chacun des offreurs pris isolément puisse s’en écarter durablement. La relation Q*(pu) > F définit alors le niveau de production Qmin = F/(p-u) au-dessous duquel l’entreprise ne peut pas survivre. On retrouve dans ce cas la notion habituelle de « point mort », exprimée cette fois en termes de volume de production, ou comme la part de marché minimale qu’une entreprise doit atteindre pour survivre dans une activité donnée. Si on fait l’hypothèse, au fond plus générale et tout aussi vraisemblable, que les parts de marché ne peuvent pas varier beaucoup par rapport à leur distribution actuelle et que la croissance du marché est lente, cette même condition peut aussi s’écrire : p>u+F/Q. Elle définit alors le « prix de survie » pmin de cette entreprise, c’est à dire le prix de vente du produit qui permet à l’entreprise de survivre à l’identique avec les valeurs courantes de F, u et Q. Si le prix du marché devient inférieur à ce seuil, l’entreprise va chercher à réduire F et u. Elle pourrait aussi, au moins temporairement, réduire son volume de production ; mais si elle n’agit pas pour réduire ses dépenses, elle ne pourra alors produire et vendre qu’une quantité décroissante, entraînant des recettes décroissantes et aggravant donc de plus en plus son problème de fond. Au bout d'un certain temps, l'entreprise se trouvera ligotée : même si elle connaissait de façon certaine les actions qui pourraient la sauver, elle n'aura plus les moyens de les entreprendre faute de monnaie disponible. Pour restaurer sa marge de manœuvre avant d'en arriver là, elle devra par exemple emprunter, à condition de trouver un prêteur qui lui fasse encore confiance, ou céder des actifs. Sinon, il ne lui restera plus qu’à déposer son bilan et attendre un repreneur qui devra procéder à des modifications chirurgicales. Or le coût fixe F couvre en particulier, outre les ressources d’administration, les ressources consacrées à l’action commerciale et celles consacrées à la R&D, c’est à dire à l’amélioration du produit. L’entreprise peut dans une certaine mesure espérer tailler dans ces coûts sans trop dégrader ses volumes de vente et la qualité de ses produits, mais si le prix de marché continue à baisser sous l’action des autres offreurs, il arrivera fatalement un moment où toute nouvelle réduction des coûts fixes F ou du coût unitaire de production u mettra en péril la survie de l’entreprise. A ce moment, u+F/Q, après réduction des frais fixes au minimum, représente le véritable prix de survie de l’entreprise. Tout offreur dont le prix de survie est supérieur au prix du marché de façon non justifiée par un attrait supérieur de ses produits est condamné à disparaître. Puisque F n’est jamais nul, ce prix de survie est toujours supérieur au coût variable de production u, ce qui invalide la théorie standard selon laquelle « l’optimum économique est atteint quand le prix de vente est égal au coût marginal de production ». Une entreprise qui satisferait cette condition ne pourrait pas survivre, et donc l’affirmation précédente, qui est une clé de voûte de la théorie standard, utilisée en particulier pour justifier les monopoles d’Etat, n’a aucune validité pratique.

142

Sur la base de ses volumes de vente actuels pour la génération courante et de ses estimations pour la suivante, chaque entreprise détermine plus ou moins consciemment le « prix de survie » qui lui permet de rester dans la course. Comme les autres grandeurs sur lesquelles l’entreprise règle ses décisions, le prix de survie est une estimation largement subjective. On peut néanmoins affirmer qu’il est une fonction croissante du coût unitaire u et du coût fixe F, qui peuvent être considérés comme des caractéristiques du secteur, et une fonction décroissante de Q donc de la part de marché. Par exemple, pour un secteur comme celui des puces électroniques, où les produits sont renouvelés tous les deux ans au prix d’investissements considérables, une entreprise ne peut survivre que si le revenu qu’elle tire des produits courants couvre non seulement les coûts variables, les frais commerciaux et de structure, mais aussi les investissements de R&D et de production nécessaires à la prochaine génération. Or les dépenses de recherche nécessaires pour développer une nouvelle puce, ainsi que le coût d’une ligne de production, sont en gros les mêmes pour toutes les entreprises, et leur contribution au prix de survie est donc inversement proportionnelle à la part de marché de chaque entreprise. Le prix de survie des leaders est ainsi très inférieur à celui des entreprises marginales. En cas de guerre des prix, les leaders auront la capacité de résister beaucoup plus longtemps, et si nécessaire de réduire leurs prix à un niveau où ils survivront alors que les entreprises marginales auront disparu. A l’inverse, si dans un secteur les prix de vente sont très supérieurs au coût variable de production, un entrepreneur peut juger opportun d’investir pour entrer dans ce secteur, s’il estime qu’en pratiquant un prix voisin du prix établi, il pourra obtenir assez rapidement un volume suffisant pour survivre de façon profitable. Cette notion de « seuil d'entrée » est encore plus subjective que celle de prix de survie, mais on peut néanmoins dire que ce seuil est d’autant plus facile à franchir que F est faible en valeur absolue, et donc généralement que F/u est petit.

Echelle économique de production
D’après la théorie standard, notre hypothèse simplificatrice d’un coût marginal constant entraîne que le coût moyen décroît indéfiniment quand la quantité produite augmente, et que donc l’échelle optimale de production est infinie. Mais en est-il bien ainsi dans l’esprit des producteurs, dont seules les perceptions et les actions effectives contribuent à modeler le secteur ? Tout d’abord, à chaque instant, chaque offreur a une certaine capacité finie de production. Si un agent disposait de toute l'information nécessaire, comme le suppose la théorie classique, il connaîtrait la taille du marché à toutes les dates futures, la durée de vie de son produit et les coûts de production à toutes les dates pour tous les volumes et à toutes les capacités. Il pourrait d'emblée se doter d’une capacité supérieure à la taille du marché à l’horizon qu’il s’est fixé pour obtenir le monopole, et fixer le prix optimal en fonction du coût de production à cette capacité. Encore faudrait-il qu’il trouve des investisseurs qui partagent assez son point de vue pour lui confier leurs capitaux pendant toute la durée nécessaire. Une telle omniscience et une telle justesse de prévision sont évidemment inconcevables dans la réalité, surtout pour un nouveau produit dont le marché est inconnu et les technologies de production encore dans un état primitif. Les agents ne peuvent découvrir les informations qui leur sont utiles que par tâtonnements, en entreprenant des actions qui ont un coût non nul et des conséquences réelles irréversibles, comportant chacune un risque que les agents cherchent à limiter. A tout instant, la configuration du secteur résulte d’une succession de

143

décisions prises séparément par chacun des acteurs, sur la base de l’information limitée dont il dispose. A court terme, chaque offreur produit au coût minimal quand il fonctionne à pleine capacité. Si ce n’est pas le cas, et si sa situation actuelle ne lui semble pas satisfaisante, il essaiera d’augmenter son volume de ventes, soit en améliorant la « qualité » de son produit, soit en en réduisant ses prix. Pour qu’il choisisse de réduire son prix d’un certain pourcentage x%, il faut d’abord qu’il soit convaincu que cette réduction augmentera son volume vendu d’un pourcentage supérieur à x%, afin que son revenu augmente. Le résultat réel dépend non seulement du comportement futur du marché, mais aussi des actions futures des autres offreurs ; il est donc essentiellement imprévisible. En tout état de cause, l’entrepreneur ne peut espérer que cette baisse de prix ait un effet que si elle est assez forte. Ce seuil dépend de la sensibilité du marché aux variations de prix, qui dépend elle-même de la sensibilité aux autres attributs du produit et aux coûts que les utilisateurs doivent supporter pour passer d’un produit à un autre (coûts de substitution). Si même cette baisse de prix entraîne une augmentation du revenu, encore faut-il aussi que l’augmentation des volumes entraîne une réduction du coût moyen d’un pourcentage au moins égal à la baisse du prix de vente. Cette condition impose une borne supérieure à la réduction de prix. En effet, puisque le coût moyen pour un volume Q est égal à u+F/Q, la réduction possible de ce coût est certainement inférieure à F/Q. L’offreur considèrera probablement qu’il peut réduire le prix de vente de son produit au maximum de ce même pourcentage, et se demandera quel peut être l’effet d’une telle réduction sur son volume de ventes et in fine sur son revenu. Si ses volumes sont déjà très élevés, ce pourcentage sera très faible et tout ce raisonnement potentiel restera « dans l'épaisseur du trait », c’est à dire totalement oiseux. Si cette valeur F/Q, exprimée en pourcentage du prix actuel, est inférieure au taux de tolérance aux prix, défini comme le pourcentage de variation du prix nécessaire pour que cette variation ait un effet, l’offreur considérera que toute réduction du prix est inutile. En appelant s le taux de tolérance aux prix, cette condition s’écrit : F/Q < s*(u+F/Q), ce qui donne Q > F/u*(1-s)/s. Si cette condition est satisfaite, l’offreur jugera inutile de chercher à augmenter encore le volume en baissant les prix. Le volume Qmax = F/u*(1-s)/s est en somme l’échelle maximale à laquelle l’offreur cherchera à fonctionner, que j’appellerai « échelle économique de production ». La notion d'échelle économique de production joue dans notre analyse le même rôle que celui d’échelle optimale de production dans la théorie standard. Elle représente l’échelle à laquelle l’agent producteur souhaite fonctionner, mais sans faire l’hypothèse des rendements décroissants. Elle est fondamentale pour la compréhension d'un secteur d'activité, car elle détermine le nombre des entreprises qui pourront y opérer de façon viable, et indirectement la forme de la concurrence qui y régnera et le niveau de profitabilité que ces entreprises pourront espérer. L'expression qui donne la valeur de l’échelle économique de production F/u*(1-s)/s est le produit de deux facteurs dont le premier F/u caractérise le processus de production par le rapport des coûts fixes aux coûts variables, et le second (1-s)/s est lié au marché à travers sa sensibilité au prix. Ce deuxième coefficient K est une fonction croissante de la tolérance du marché au prix et de ce fait une fonction décroissante de la spécificité du produit. La sensibilité du marché au prix a une composante psychologique : les demandeurs ne sont pas sensibles à des différences de prix infinitésimales et ne considèrent deux prix comme

144

réellement différents que s’ils sont séparés par plusieurs points de pourcentage. De plus, pour choisir entre deux biens substituables, les agents tiennent compte des caractéristiques des processus de consommation de ces biens. Ces processus peuvent faire appel à d’autres ressources, que les agents peuvent posséder ou non, et avoir un certain coût, qu’il s’agisse d’un coût d’utilisation ou d’un coût de conversion encouru pour substituer un bien à un autre en tant qu’intrant d’un processus de consommation récurrent. La spécificité d’un produit fait varier son attrait pour certains utilisateurs, ainsi que les coûts d’utilisation ou de conversion, mais elle peut requérir de la part de l’offreur des efforts de différenciation qui se traduisent par l’exécution de processus de R&D et donc des coûts. Si les produits sont très voisins, on peut penser que les volumes sont très sensibles au prix et que même un écart de prix de 5 % est déterminant. En prenant donc s=0,05, on trouve K=95/5 soit environ 20. A l’opposé, si les produits sont très différents bien que substituables, on peut penser qu’un écart de prix de moins de 20 % n’est pas déterminant et on trouve alors K =8/2 soit environ 4. L’« échelle économique de production » se situe entre 4 et 20 fois le rapport des coûts fixes aux coûts variables.

Les décisions de capacité
Si un offreur utilise déjà toute sa capacité installée, il ne peut augmenter sa production qu’en se dotant d’abord d’un supplément de capacité. Cette opération peut demander un certain temps et nécessiter des dépenses plus ou moins importantes. Si l’offreur décide de l’exécuter, son coût fixe en sera temporairement augmenté des sommes nécessaires à la construction de cette capacité, répartis sur la durée de la construction, puis du coût récurrent d’entretien et de fonctionnement de cette capacité supplémentaire. Les coûts fixes se divisent ainsi en deux parties, ceux qui sont indépendants de la capacité et ceux qui sont fonction croissante de la capacité, installée et en cours d’installation. En les augmentant, l’offreur espère obtenir des gains d’échelle, qui peuvent provenir de deux sources, un meilleur étalement des coûts fixes indépendants de la capacité et éventuellement un coût variable inférieur pour la nouvelle capacité, si le coût variable décroît quand la capacité augmente ou si le progrès technologique permet cette réduction. Mais ces avantages ne se réaliseront au mieux qu’après l’installation de la nouvelle capacité, et donc l’offreur doit avancer les sommes nécessaires. De plus, après l'installation de la nouvelle capacité, celle-ci ne sera probablement pas immédiatement utilisée à plein, et le coût moyen risque d'augmenter d'abord. Au total, l’opération se traduit d’abord par une augmentation des coûts avant de se traduire par leur réduction, et compte tenu des incertitudes du marché, cette augmentation immédiate des coûts est plus certaine que celle, ultérieure, du revenu. Les caractéristiques économiques des processus d’augmentation de capacité sont donc déterminantes. Si c’est une opération anodine et rapide, les offreurs n’hésiteront pas à la réaliser, et tout se passe comme si chacun avait de fait une capacité infinie dès le départ, puisqu’elle peut être augmentée facilement à tout moment. Si au contraire c’est une opération lourde et longue, les offreurs peuvent être tentés de s’en tenir par prudence à leur capacité installée. Dans ce cas, la stratégie de certains offreurs peut être simplement de saturer leur capacité existante, et la capacité initiale est pour chacun une décision cruciale. On retrouve ici un raisonnement voisin de celui que j’ai tenu précédemment. Si le coût fixe d’une unité de production est élevé par rapport aux autres coûts fixes indépendants de la capacité, qui comprennent l’administration, la R&D et le commerce, il n’y a que peu d’intérêt économique à multiplier les unités de production dans une même entreprise. L’échelle économique de production est alors un petit multiple de la taille d’une unité de production. Si
145

au contraire le coût d’une unité de production est faible par rapport aux autres coûts fixes, il y a un grand intérêt économique à multiplier les unités de production dans une même entreprise, et l’échelle économique de production est un grand multiple de la taille d’une unité de production. La notion d’échelle économique de production peut ainsi être appréhendée à deux niveaux : celui d’une unité de production particulière et celui d’une entreprise entière, qui peut avoir plusieurs unités de production. Par un raisonnement analogue au précédent, on montrerait que l’échelle économique de production pour une entreprise, dans un secteur où le coût d’une unité de production est C et les coûts généraux indépendants du nombre d’unités est G, varie comme G/C. En première approximation, on peut dire que le rapport entre l'échelle économique de production (EEP) et la taille globale du marché contribue à déterminer la structure finale du secteur et de chaque entreprise. Si l'EEP est très faible par rapport à la taille du marché, de nombreux offreurs peuvent fonctionner de façon durablement profitable, et la situation concurrentielle se rapproche de la concurrence « pure et parfaite » chère aux économistes. Si à l’opposé l'EEP est égale ou supérieure à la taille du marché, on a une situation de monopole où un seul offreur peut survivre. Dans les cas intermédiaires où la taille du marché est un petit multiple de l'EEP, on se trouve dans une situation dite d'oligopole où un petit nombre de entreprises se disputeront le marché.

Les asymétries du marché
La quantité de monnaie disponible pour une entreprise après rémunération des ses ressources existantes et reproduction des produits vendus, est égale à Q*(p-u) – F. Si nous admettons en première approximation que F et u sont des caractéristiques de la technique de production et donc du secteur, et ont la même valeur pour toutes les entreprises concurrentes, cette marge de manœuvre est évidemment une fonction croissante de la quantité vendue Q, mais surtout l’avantage que procure la quantité est d'autant plus grand que l'écart p-u entre prix de vente et coût variable de production est grand. Comparons maintenant deux offreurs A et B qui vendent et produisent deux biens substituables, mais en quantités très différentes QA et QB, pour des raisons dues aux préférences des consommateurs. Leurs conditions de survie respectives s’écrivent QA*(pAuA) > FA et QB*(pB-uB) > FB. Supposons pour simplifier qu’au moment considéré, seules les quantités vendues QA et QB soient différentes, autrement dit que les deux entreprises fonctionnent de façon identique et vendent au même prix, la différence entre les quantités vendues étant uniquement imputable à l’attrait relatif des biens. Les quantités de monnaie disponibles pour chacun deviennent alors respectivement QA*(p-u) - F et QB*(p-u) - F. Si QB est supérieur à QA, l’offreur B dispose, après couverture de ses coûts fixes et de ses coûts de production, d’une quantité de monnaie supérieure à celle dont dispose l’offreur A. Il pourra soit la consacrer à des actions ponctuelles de R&D ou de commercialisation, soit la conserver, soit augmenter ses ressources permanentes consacrées à ces activités et donc ses coûts fixes, ce qu’il fera vraisemblablement tôt ou tard. Il peut aussi réduire ses prix sans mettre en danger sa propre survie. Sauf à imaginer qu’il est totalement et définitivement incompétent, ce qui serait contradictoire avec sa position actuelle, il utilisera cet avantage pour améliorer son produit plus rapidement que ses concurrents, ou améliorer sa position sur le marché, ou lancer une lutte par les prix et les capacités, et accentuer ainsi son avantage initial de volume. Ignorons pour le moment les différences de prix éventuelles entre offreurs, ce qui revient à considérer également le prix, ou de façon plus réaliste la plage de prix, comme une
146

caractéristique du secteur au moins dans le court terme. Nous avons vu que la différence entre le prix et le coût variable unitaire, qui doit couvrir au minimum les coûts fixes, est d’autant plus élevé que F est grand par rapport à u. Le rapport F/u du coût fixe au coût variable, dont nous avons vu qu’il détermine l’échelle économique de production, détermine donc aussi la sensibilité du secteur aux différences de part de marché. Plus ce rapport est élevé, et plus l’avantage d’une part de marché supérieure est déterminant et durable. Résumons-nous : on peut caractériser un processus de production par le rapport F/u des coûts fixes aux coûts variables unitaires. Ce rapport caractérise également un bien dans la mesure où il existe pour chaque bien un processus de production préférable à tous les autres. Chaque entreprise cherche à faire fonctionner chacune de ses unités de production à une échelle optimale proportionnelle à ce rapport F/u, le coefficient de proportionnalité étant une fonction croissante de la tolérance du marché au prix du produit de ce processus. De la même façon, chaque entreprise cherche à se doter d’un nombre d’unités de production optimal proportionnel au rapport de ses coûts généraux (R et D, commerce, administration) au coût de construction d’une unité de production. De plus, une entreprise ne peut survivre que si le prix de son produit dépasse un certain seuil appelé prix de survie, d’autant plus élevé que les coûts fixes sont importants et d’autant plus bas que la quantité vendue est élevée, et toujours supérieur au coût unitaire de production. Enfin, pour un secteur et un processus de production donné, l’avantage que retire une entreprise d’un volume de ventes supérieur est d’autant plus grand que ce même rapport F/u est élevé. Autrement dit, plus l’échelle économique de production est élevée, plus les différences de part de marché tendront à s’amplifier.

Secteurs dispersés et secteurs concentrés
En l’absence de modification des produits et des offreurs eux-mêmes, le secteur tend-il vers une situation d’équilibre où les parts de marché des offreurs restent invariantes, ou au moins vers un régime stationnaire où la distribution des parts de marché reste à peu près invariante, même si l’identité des entreprises titulaires de ces parts de marché peut varier ? Il faudrait pour cela ou bien que tous les offreurs décident à chaque instant de se reproduire à l’identique sans chercher à conquérir un avantage, ou bien que leurs actions se neutralisent exactement, et que le marché se comporte en permanence de la même façon. Une telle situation est hautement improbable. Quand le niveau des prix et la répartition des parts de marché correspondent à une situation acceptable pour tous les acteurs, sans qu’elle soit nécessairement optimale pour chacun d’entre eux, le comportement des agents tend à perpétuer cette structure au moins le temps d’une génération technologique. Notons que la satisfaction des offreurs est relative et subjective ; elle consiste dans leur opinion que toute tentative de modification présente plus d’inconvénients et de risques que d’avantages ; c’est une position précaire qui peut être rompue à tout moment. De plus, elle dépend des objectifs que visent des offreurs et de leurs stratégies pour les atteindre, dont nous avons vu au chapitre 9 qu’ils sont fixés de façon dynamique et contingente.

Secteurs dispersés
Si le rapport F/u est faible, autrement dit si les coûts variables sont prépondérants, l’échelle économique de production est réduite, l’avantage conféré par une forte part de marché est modeste et les entreprises ont peu de liberté dans l’utilisation de leur cash-flow. Celui-ci est essentiellement consacré à financer la production courante pour continuer
147

l'activité, mais si nécessaire la production peut être réduite sans grand dommage car les dépenses sont alors automatiquement réduites dans des proportions voisines. Le faible niveau des frais fixes signifie entre autres que peu de ressources sont consacrées à la R&D ; les produits sont donc relativement simples, standard et stables. De ce fait, ce marché est fortement sensible au prix, et c’est par les prix que se fera principalement la concurrence. En général, l’échelle économique de production est très inférieure à la taille du marché. De nombreuses entreprises peuvent être présentes dans le secteur, et y occuper des parts de marché faibles et voisines les unes des autres. Puisque les coûts fixes sont relativement faibles, le prix de survie est peu supérieur au coût variable de production, et varie peu d’une entreprise à l’autre. La concurrence entre elles sera vive et amènera rapidement leurs prix de vente au voisinage de ce prix de survie. Les marges seront donc faibles et voisines d’une entreprise à l’autre. Puisque les marges sont faibles, les incidents, les faux pas ou les caprices du marché peuvent être fatals à certaines entreprises. Les abandons seront donc fréquents, mais seront compensés par des entrées fréquentes, du moins tant que le secteur présente un attrait suffisant par son taux de profit moyen et par ses perspectives de croissance. Dans la durée, et en l’absence de ruptures technologiques, l’offre adoptera une configuration de régime permanent caractérisé par un grand nombre d'entreprises occupant des parts de marché voisines et relativement faibles, pratiquant des prix tous voisins du coût variable, et obtenant des marges uniformément faibles. L’entreprise la plus importante y a rarement plus de 15% du marché et les 10 premières ne totalisent le plus souvent pas 50%. Ce régime permanent n’exclut pas que des entreprises disparaissent et naissent en permanence, sans que la distribution des parts de marché et le niveau des prix en soient significativement affectés. C’est ce que j’appellerai un « secteur dispersé », en préférant le terme « dispersé » au terme « fragmenté » plus souvent utilisé dans la littérature. D’une part c’est un meilleur antonyme de « concentré », et d’autre part ce choix nous permet de réserver le mot « fragmenté » pour désigner une structure où les différents biens sont produits par des entreprises spécialisées distinctes, par opposition à une industrie « intégrée ». Nous examinerons cette question de l’intégration verticale au chapitre 13. La faible taille des acteurs et l’intensité de la concurrence permettent d’assimiler cette forme de structure sectorielle à la concurrence atomique de la théorie standard, bien que les offreurs soient en nombre fini, que la part de marché d’aucun d’entre eux ne soit infiniment petite, que les biens offerts par chacun ne soient pas strictement identiques et leurs prix pas nécessairement égaux mais compris dans un intervalle étroit correspondant à la tolérance du marché.

Oligopoles naturels
A l’opposé du cas précédent, si le rapport F/u est élevé, autrement dit si les coûts fixes sont prépondérants, l’échelle économique de production est élevée et l’avantage conféré par une forte part de marché est significatif. Continuer l'activité demande principalement de financer les coûts fixes au moins au niveau courant, ce qui nécessite une production, donc une part de marché, suffisantes. Selon les situations, les frais fixes peuvent être consacrés en proportion variables à la R&D, à la capacité de production, aux actions commerciales, à la logistique ou à l’administration. Pour cette discussion, il convient de les diviser en deux parties : la première qui dépend de la capacité de production, l’autre indépendante de cette capacité.

148

Examinons d’abord le cas, fréquent dans les activités industrielles, où les coûts fixes de production sont prépondérants et les autres coûts fixes, en particulier ceux de R&D et de commercialisation sont relativement faibles. De plus, les ressources de production se présentent sous la forme d’unités de production séparées ayant chacune une taille optimale, et pour cette taille un coût d’investissement, un coût fixe récurrent et un coût de production unitaire dictés par l’état des technologies et largement invariantes d’une entreprise à l’autre. La dynamique concurrentielle fonctionne alors à deux niveaux : en permanence, chaque entreprise cherche à saturer sa capacité de production existante, ou du moins à faire fonctionner chaque unité de production à son échelle économique telle que définie précédemment. Pour cela, elle agira principalement sur les prix tant qu’elle prévoit que la réduction de prix se traduira vraisemblablement par une augmentation de revenu. Plus rarement, et quand sa capacité existante est saturée ou en passe de l’être, chaque entreprise examine l’opportunité d’augmenter ou non la capacité. Or si chaque incrément représente un volume important, la nouvelle capacité ne sera pas bien utilisée avant un long moment, ce qui accroîtra le coût moyen au lieu de le réduire, et cela d’autant plus et d’autant plus longtemps que l’incrément de capacité est important et coûteux. Dans ce cas, chaque entreprise renoncera vraisemblablement à augmenter le nombre de ses unités de production au-delà d’un petit nombre. En revanche, elle cherchera à produire au maximum de ses capacités et sera satisfaite si toutes ses unités de production, quel qu’en soit le nombre, sont utilisées à plein. Ce raisonnement est analogue à celui qui nous a conduit à définir l’échelle économique de production, appliqué cette fois à la capacité : un offreur cessera d’augmenter sa capacité quand la réduction du coût moyen de production qu’il peut en attendre par une meilleure répartition des coûts fixes centraux devient un pourcentage trop faible du coût de production. En particulier, si le coût d’une unité de production est très élevé, son impact sur les coûts fixes récurrents pourra être dissuasif. Dans les cas où l’activité de l’entreprise est limitée à la production de biens dont la conception et la commercialisation sont réalisées par d’autres entreprises, la structure sectorielle définit en fait le nombre d’usines, toutes de taille comparable, et ni le nombre d’usines par entreprise ni donc sa part de marché ne modifient beaucoup la profitabilité de chacune. Si la taille optimale d’une usine est faible par rapport au marché, il peut exister un assez grand nombre d’usines et d’entreprises, pratiquant des prix comparables et ayant des niveaux de profitabilité voisins.

Monopole et « monopoloïde »
Il n’en va pas de même quand les dépenses de R&D ou de commercialisation deviennent importantes, c’est à dire quand l’entreprise cherche à concevoir des produits innovants et à en assurer la promotion. Les produits peuvent alors être complexes, différenciés et évolutifs. De ce fait, ce marché est moins sensible au prix, et la concurrence portera sur tous les attributs des produits, leur prix n’étant qu’un attribut parmi d’autres. Dans des cas extrêmes, les incréments de capacité de production sont très bon marché et les coûts variables unitaires négligeables, comme pour le logiciel et plus généralement toutes les informations diffusées sous forme immatérielle. On peut alors raisonner comme si la capacité de production de chaque offreur était de fait infinie, puisqu’elle peut être augmentée à tout instant à un coût négligeable. On se trouve alors dans une situation où la première entreprise qui prend un avantage notable évolue nécessairement vers une position de monopole. Dans cette hypothèse, une configuration où de nombreuses entreprises se partageraient le marché en parts voisines ne peut pas être stable, car chacun des offreurs opèrerait à une
149

échelle trop faible pour réaliser toutes les économies d’échelle possibles, et il s’en trouverait au moins un pour tenter d’augmenter ses volumes en agissant sur le prix, ce qui entraînerait une concurrence vive. Or, s’agissant par hypothèse d’un secteur où les coûts variables sont faibles par rapport aux prix de vente, un faible avantage de volume procure des ressources supplémentaires importantes. Leur bénéficiaire peut ou bien en sacrifier une partie pour baisser les prix et accroître encore son avantage de volume, soit les consacrer à rechercher d’autres avantages à travers des améliorations du produit ou des services associés, ou des actions de promotion. Tout avantage de taille est ainsi un avantage concurrentiel qui peut être exploité pour accroître encore la taille. Est-il vraisemblable que cette marche vers le monopole, postulée par la théorie classique, aboutisse effectivement à une situation où un des offreurs a éliminé tous les autres et se retrouve seul sur le marché ? Supposons qu’une telle évolution ait lieu. Il arrive alors nécessairement un moment où le candidat au monopole est en position fortement dominante, avec 90% ou plus du marché. Il est en effet inconcevable qu’il passe brusquement d’une position où il n’a qu’une part de marché semblable à celle de ses concurrents à une position où il sert la totalité du marché et où ses concurrents ont soudain disparu. Il arrive aussi un moment où le futur monopoleur n’a plus qu'un seul autre concurrent, car les offreurs éliminés le sont nécessairement un par un. Plaçons-nous par la pensée à ce moment où deux offreurs se partagent le marché en proportions très inégales. Si l’offreur dominant détient déjà la quasi-totalité du marché, c’est que les consommateurs ont des raisons de préférer son produit. Peu importe quelles sont ces raisons, prix plus faible ou attrait plus fort, tant que cette préférence traduit des choix libres et non une contrainte artificielle. Puisque par hypothèse les coûts de cette production sont indéfiniment décroissants, l’offreur dominant réalise de plus un profit très supérieur à celui de son concurrent et peut à la fois vivre largement, investir en R et D pour assurer sa survie à long terme et servir de confortables dividendes à ses actionnaires. Sauf si ses dirigeants sont pathologiquement avides de puissance, il a toutes les raisons de se contenter de cette situation et de ne rien changer à son prix. D’ailleurs, que gagnerait-t-il réellement à conquérir une position de total monopole, à part la satisfaction du vainqueur ? Autrement dit, quel est l’enjeu véritable de cette hypothétique bataille d’extermination ? La théorie classique dit que le monopoleur peut maximiser son profit en pratiquant des prix supérieurs aux prix « concurrentiels », et qu’il rationne alors le bien en ne servant pas toute la demande qui s’exprimerait si le prix était inférieur. De plus, l’opinion populaire accuse les monopoles de négliger leurs produits et donc de mal servir les intérêts des consommateurs. Pour que cela soit vrai, il faudrait que le monopoleur, après avoir éliminé son dernier concurrent, augmente ses prix et se mette à négliger ses produits. Or, au moment où il parvient au monopole, c’est à dire quand le dernier concurrent abandonne, le prix et l’attrait du produit du dernier survivant résultent d’une bataille concurrentielle longue et acharnée, au cours de laquelle chacun des offreurs n’a cessé de réduire son prix et d’accroître l’attrait de son produit. On peut penser que celui qui est sorti vainqueur de cette bataille, c’est à dire le monopoleur, est celui qui a aux yeux du marché le meilleur produit au meilleur prix. Puisqu’il reste seul, c’est nécessairement que son prix est inférieur au prix le plus bas qui puisse être pratiqué durablement en situation de concurrence, autrement dit le fameux « prix concurrentiel ».

150

Peut-il alors impunément augmenter son prix et laisser se dégrader son produit ? Il recréerait alors les conditions qui permettaient à un concurrent de survivre et, dans une économie libre, il s’exposerait ainsi à l’entrée d’un nouveau concurrent ou au retour d’un ancien. De plus, la demande latente peut continuer à croître, ce qui rend le marché d'autant plus attractif que le monopoleur pratiquerait des prix élevés, ne servirait pas toute la demande potentielle et obtiendrait un profit élevé, comme l’enseigne la théorie classique. Au total, le monopoleur hypothétique ne peut pas s'écarter beaucoup du prix auquel il a conquis le monopole, qui est par définition un prix fortement concurrentiel, ni servir une part trop limitée de la demande. On en conclut que, en régime de liberté, c’est à dire sans protection particulière, les monopoles, s'il en existait, ne seraient ni aussi néfastes pour la société, ni aussi avantageux pour leurs détenteurs qu'on le croit communément. C'est pourquoi les offreurs dominants ne se donnent pas la peine d'y parvenir. Le processus se déroule, mais s’arrête avant d’aboutir effectivement au monopole. Dans le cas des coûts indéfiniment décroissants, les configurations « naturelles » observables dans la réalité sont celles d'oligopoles fortement asymétriques et non de monopoles. La configuration d’un tel secteur comprend un tout petit nombre d’entreprises avec des parts de marché très différentes, pratiquant des prix répartis sur un large intervalle et très supérieurs au coût variable de production, mais inférieurs à ceux que devraient pratiquer pour survivre des entreprises plus nombreuses. Ces quelques offreurs sont dans des situations très différentes, qui leur donnent des possibilités d’action différentes, et doivent de ce fait adopter des stratégies fortement différenciées. L’offreur dominant a généralement une part de marché supérieure à 60 % et une marge bénéficiaire élevée ; ses possibilités d’action sont considérables, mais son intérêt est de privilégier le statu quo. A l’opposé, les dominés survivent tout juste avec des parts de marché et des profits très faibles ; eux aussi visent à conserver le statu quo qui est synonyme de leur survie, et n’ont de toutes façons pas beaucoup de moyens de le remettre en cause. Parmi les offreurs en place, le leader n’a pas intérêt à lancer une guerre des prix qui le rapprocherait encore d’une situation de vrai monopole et pourrait l’exposer aux foudres des pouvoirs publics et de la justice. Quant aux entreprises marginales, nous avons vu qu’elles ne peuvent survivre qu’en profitant de prix suffisamment élevés. Pour pouvoir raisonnablement tenter de déstabiliser le leader, il faut posséder à la fois des volumes assez élevés pour supporter une baisse de prix, et les ressources intellectuelles et financières propres à faire espérer le développement d’un produit supérieur. Il faut de plus que le challenger possède des avantages technologiques dans la production qui lui laissent penser que, pour les parts de marché qu’il peut raisonnablement espérer, son prix de survie sera voisin de celui du leader, voire inférieur. Cette combinaison de conditions ne peut se rencontrer que chez le numéro deux du secteur. C’est donc le challenger qui détient la clef de la stabilité. S’il décide de mener une stratégie agressive, ce qui suppose qu’il ait des raisons de penser que son prix de survie est particulièrement bas, il déclenchera une guerre de prix dont le premier effet sera d’accélérer l’élimination des offreurs marginaux. Quand l’un de ceux-ci se voit contraint d’abandonner la partie, il tentera souvent de le faire assez tôt pour que ses actifs aient encore une valeur monnayable auprès d’un des survivants, si bien que les sorties prendront souvent la forme d'une absorption par un concurrent plus gros. En résumé, si les parts de marché sont très différentes, ceux qui jouissent de grandes parts seront moins enclins à les augmenter encore en baissant les prix. Tous les auteurs s’accordent d’ailleurs à penser que le leader d’un secteur n’a généralement pas intérêt à en détenir 100% en éliminant totalement la concurrence. Quant aux concurrents qui n’ont que de

151

faibles parts de marché, et sont de ce fait tout juste viables, il est probable qu’ils hésiteront à prendre le risque de baisser encore leurs prix. La concurrence tendra à se modérer, les prix à se stabiliser, et la configuration deviendra stable. Un éventuel candidat à l’entrée trouve par définition un marché déjà occupé et des prix déjà établis pour les produits existants. Pour avoir une chance de réussir, il doit ou bien offrir un produit nettement meilleur pour un prix voisin, ou un produit comparable pour un prix nettement inférieur, et même si possible conjuguer un avantage de prix avec une supériorité du produit. En même temps, il doit rendre facile la migration des utilisateurs actuels vers son produit. Au total, il est peu probable qu’un nouvel entrant puisse réussir, et il y aura donc peu ou pas d’entrées. En termes de profitabilité, nous avons vu que les plus gros offreurs sont aussi les plus profitables. Comme de plus les parts de marché sont très inégales, la profitabilité moyenne du secteur est très élevée, ce qui ne veut pas dire que toutes les entreprises opèrent à ce niveau de profit. Bien au contraire, les plus petites entreprises survivent tout juste avec un taux de profit voisin de zéro, et sont condamnées à disparaître si la demande se réduit ou si les leaders décident de se livrer à une concurrence par les prix. Cette structure ne peut être remise en question que par des ruptures technologiques. Or si par hypothèse les coûts de R&D sont élevés, c’est qu’un potentiel de progrès existe, qui donne en permanence à chacun des concurrents, voire à de nouveaux entrants, une possibilité de prendre l’avantage avec une technologie nouvelle. Autrement dit, même si le jeu de la concurrence conduit à désigner un vainqueur qui détiendra plus de 70% du marché, le titre est remis en jeu périodiquement. La mise est certes importante et le leader en place a plus de chances d’avoir pu la réunir ou de pouvoir l’emprunter. Mais tant qu’il reste un potentiel technologique inexploité et un challenger crédible, le leader est contraint à la modération dans ses prix et ne peut conserver sa place qu'en investissant sans cesse pour exploiter le potentiel de progrès. Dans un secteur concentré où existe un potentiel de progrès technologique, la concrétisation de ce potentiel est garantie par l'importance des enjeux pour le leader et ses challengers. La concurrence prend la forme de paris successifs où les challengers misent des milliards pour détrôner le leader, tandis que ce dernier en fait autant pour conserver sa place.

Exemple : les puces électroniques
Illustrons les idées ci-dessus par l’exemple de l’industrie des puces électroniques, où chaque unité de production est très coûteuse et offre une capacité importante, alors que le coût variable unitaire de production d’une puce est négligeable quel que soit le contenu de la puce. Il existe trois sortes de puces : les mémoires, les processeurs généraux et les processeurs spécialisés. A quelques détails près, une même unité de production peut produire les trois types de puce. Les investissements de production sont donc à peu près indépendants du type de puce. En revanche, les coûts fixes autres que ceux de production ont des caractéristiques différentes. Les mémoires sont des organes standardisés relativement simples dont les fonctions sont stables et dont le coût de conception est relativement modéré. A l’opposé, les processeurs généraux sont des organes hautement complexes dont la conception est très coûteuse, les processeurs spécialisés se situant entre les deux. Une entreprise peut se spécialiser dans la simple production de mémoires et de processeurs conçus et commercialisés par d’autres entreprises. Dans la mesure où les coûts de la R&D nécessaire aux procédés et aux équipements de production sont supportés par les fournisseurs de ces équipements, les coûts fixes de ces « fondeurs » se résument à peu près au

152

coût de leur capacité de production. Compte-tenu de la taille relative du marché total des trois types de puces et de la capacité optimale d’une unité de production, il peut exister un certain nombre de fondeurs, ayant chacun un petit nombre d’unités de production et des parts de marché voisines. La structure de ce sous-secteur est celle d’un oligopole. A l’autre extrême, on trouvera des concepteurs de processeurs qui confient la production à des fondeurs. Leurs coûts de production sont alors en totalité variables, et leurs seuls coûts fixes sont les coûts de conception. Etant donné que les processeurs peuvent réaliser des fonctions très diverses, ils définissent en réalité plusieurs marchés au sens où nous l’avons défini ci-dessus, un marché étant défini par un certain contenu fonctionnel de la puce. La dynamique de chacun des secteurs productifs associés à ces marchés est celle du monopole, et on peut donc s’attendre à voir apparaître dans chacun un offreur fortement dominant, comme l’est Intel pour les processeurs généraux. Il peut également exister quelques rares offreurs mixtes dont la position dominante dans un de ces segments est telle qu’elle lui permet d’y atteindre un volume suffisant pour posséder ses propres unités de production, ce qui est le cas d’Intel. En revanche, quand la taille d’un offreur mixte secondaire devient trop faible, il peut abandonner la production et s’associer à un fondeur à qui il sous-traitera la production, après lui avoir éventuellement cédé ses propres usines. C’est ce qu’ont fait dans le passé plusieurs fournisseurs de microprocesseurs.

Concurrence entre technologies de production
Supposons qu’un même bien, c’est à dire un ensemble de biens réels substituables l’un à l’autre, puissent être produits par deux technologies différentes, l’une A où les coûts variables sont prépondérants et l’autre B où les coûts fixes sont prépondérants. Le coût variable unitaire de la technologie B doit être significativement inférieur à celui de A, sinon la technologie B n’aurait aucun intérêt. En revanche, on peut faire l’hypothèse que le coût fixe sera beaucoup plus élevé dans la technologie B que dans la technologie A. Il est probable que la technologie A sera utilisée avant la technologie B, car cette dernière n’est généralement disponible qu’à un stade plus avancé du progrès et exige un temps de découverte. De plus, tant que le bien est nouveau et son marché mal connu, cette technologie présente moins de risques et ne nécessite pas les investissements que seule la certitude d’un marché suffisant et durable pourrait justifier. La technologie B, de son côté, ne devient intéressante que si la taille du marché semble assez grande. Au moment où la technologie B est prise en considération par au moins une entreprise, le secteur productif de ce bien est donc un secteur dispersé où les entreprises sont assez nombreuses, pratiquent des prix tous voisins de leur coût variable de production et obtiennent des marges relativement faibles. Une entreprise qui se propose d’utiliser la technologie B pourra conquérir une part de ce marché en offrant son produit à prix suffisamment inférieur au prix courant, tout en restant supérieur à son propre prix de survie. Pour que cette stratégie soit viable, il faut que l'écart entre les coûts variables unitaires soit suffisant, et aussi que la perspective de bénéfices soit suffisante pour justifier l'investissement initial nécessaire à l’entrée sur le marché. Pour maximiser ces bénéfices, la bonne tactique sera d’introduire le produit à un prix juste assez inférieur au prix courant pour rester très supérieur au prix de survie, et donc réaliser le maximum de profit tout en bénéficiant d’une marge de manœuvre, puis de le baisser progressivement au fur et à mesure que les volumes augmenteront, ce qui réduit le prix de survie de l’entreprise qui utilise la technologie B. Ce processus force les autres entreprises à réduire leurs prix, et donc élimine progressivement celles dont le prix de survie devient supérieur au prix de marché courant.
153

Dans la mesure où la différence des coûts variables de production est suffisante, et à condition que les nouveaux candidats à l’entrée trouvent les financements nécessaires à leur entrée, le secteur passera ainsi d’une structure dispersée utilisant la technologie A à une structure d’oligopole ou de quasi-monopole utilisant la technologie B.

Evolution des structures
Le déterminant principal de la structure d’un secteur, le rapport entre l’échelle économique de production et la taille du marché, varie pendant le cycle du produit. Supposons un produit dont la technologie de production reste à peu près constante dans le temps. Tant que ce produit est nouveau, la taille du marché peut rester voisine de l’échelle économique de production, et les coûts fixes de R&D et de commercialisation sont élevés ; le secteur adoptera donc une structure de quasi-monopole. Au cours de l’expansion du marché, cette structure pourra évoluer vers une structure d’oligopole ou de concurrence quasi-atomique selon les caractéristiques économiques des unités de production. Enfin, dans un marché en déclin, le secteur tendra à revenir à une structure de quasi-monopole quand le marché se rétrécit. Il peut arriver que l’échelle économique de production, telle qu’elle résulte de l’économie de la production et de la sensibilité du marché, soit faible et caractérise donc une structure dispersée, mais que la taille du marché soit en même temps trop petite pour que de nombreuses entreprises coexistent dans ce marché. On aura donc une structure d’oligopole avec un petit nombre d’entreprises, mais semblables en taille et en profitabilité puisque la taille ne confère pas d’avantage déterminant. On doit alors s’interroger sur la cause de la faible taille du marché. Si c’est un marché naissant destiné à croître, de nouvelles entreprises y entreront et il évoluera vers une structure dispersée. Si au contraire c’est un marché en déclin, chaque entreprise verra son marché se rétrécir et il s’engagera alors une lutte pour conserver une taille suffisante dans un marché en réduction. La dynamique d’un tel secteur deviendra analogue à celle d’une structure concentrée, avec disparition progressive d’entreprises et création d’asymétries caractéristiques d’une évolution vers une situation de quasi-monopole. Dans le cas où la taille du marché est naturellement et durablement faible, la situation instable et la structure du secteur dépendent de la satisfaction et des ambitions des entreprises en présence, sans que la profitabilité de chaque entreprise puisse s’écarter beaucoup du niveau caractéristique des secteurs dispersés.

Relation avec la théorie standard
Nous avons caractérisé deux configurations extrêmes : l’une où les coûts variables sont prépondérants, et où les entreprises peuvent être nombreuses et de tailles voisines ; l’autre où les coûts fixes sont prépondérants, et les entreprises très peu nombreuses et de taille très différentes. En passant à la limite, le premier cas de concurrence quasi-atomique tendrait vers la concurrence « pure et parfaite » de la théorie standard si les coûts fixes tendaient vers zéro, et le second cas de « quasi-monopole » tendrait vers le monopole de la théorie standard si les coûts variables tendaient vers zéro. Les raisonnements de la théorie standard s’appliquent aux secteurs dispersés : puisque tous les offreurs sont sensiblement dans la même situation et agissent de façon comparable, la notion de « firme moyenne » peut être utilisée et le secteur tout entier peut pour certains raisonnements macroéconomiques être assimilé à une entreprise unique. Par exemple, la quantité totale échangée et les prix se situent dans une zone déterminée par la relation entre la demande totale et l’offre totale, et l’étroit intervalle dans lequel doivent se situer les prix est une donnée exogène pour chacun des acteurs, dont aucun ne peut s’écarter significativement. La pression concurrentielle fera que le prix de vente sera en gros égal au coût moyen
154

augmenté d’un pourcentage relativement faible. De même, l’ordre de grandeur du taux de profit commun à tous les offreurs est déterminé par l’égalité de la rentabilité du capital investi avec le taux d’intérêt du marché des capitaux. Dans les secteurs dispersés, on peut raisonner de façon statistique en considérant que, parmi les nombreuses entreprises qui les peuplent, il y en aura toujours au moins une pour adopter un comportement efficace, et que les autres l’imiteront. On élimine ainsi largement la contingence liée à la subjectivité des perceptions et du comportement des acteurs. Un secteur productif dispersé peut bien être représenté par un ensemble de N entreprises moyennes identiques qui se comportent de façon rationnelle. On peut alors utiliser le concept de « firme représentative », et la théorie standard peut être une approximation viable de la réalité. A l’opposé, notre configuration du quasi-monopole est très différente de celle que propose la théorie standard du monopole. Elle prévoit que les monopoles purs n’existent pas dans la réalité industrielle, et que dans une économie libre, les offreurs dominants restent soumis à une pression concurrentielle suffisante pour maintenir les prix à un niveau bas. Cette position n’est pas sans rappeler le « monopole contestable » de Baumol . Elle présente l’avantage de rendre compte des configurations réelles et des actions des entreprises réelles, par exemple la situation dans les composants électroniques ou les logiciels, et la position particulière de Intel et Microsoft dans ces secteurs, ainsi que de celle d’IBM au temps de sa splendeur.
31

Elle distingue également le monopole naturel du monopole de fait, qui ne peut exister que s’il est protégé par des dispositions qui ne relèvent pas du libre jeu des acteurs économiques Quand un monopole de fait jusque là protégé devient exposé à la concurrence, deux cas peuvent se produire : si les coûts de production sont essentiellement variables, il est rapidement détruit et remplacé par un secteur dispersé ; si les coûts de production sont en majorité fixes, il reste un quasi-monopole où les nouveaux entrants ne peuvent occuper qu’une place marginale et fragile tant qu’un changement technologique majeur ne vient pas bouleverser l’économie de la production. Pour que l’offreur historique perde sa position dominante, il faudrait que les pouvoirs publics non seulement ouvrent le secteur à la concurrence, mais favorisent artificiellement les nouveaux entrants pour compenser les avantages déterminants dont jouit l’ancien monopole sur son marché. Mais les indications que peut fournir ce modèle du secteur concentré ne sont que des tendances qualitatives. En effet, les acteurs y sont par définition en petit nombre, et tout raisonnement statistique est impossible. Le comportement des acteurs est comme partout fonction de leurs objectifs particuliers et de leurs perceptions subjectives, mais ici on ne peut pas faire l’hypothèse que ces expressions de leur libre arbitre s’influenceront et se compenseront mutuellement pour donner à la structure sectorielle qui en résulte un caractère presque objectif. La configuration et l’évolution d’un secteur concentré peuvent être différentes selon les choix contingents des principaux acteurs, en particulier selon que leurs objectifs sont de conquérir la part de marché maximale ou de réaliser un profit raisonnablement élevé.

Conclusion
Les caractéristiques du secteur formé par les entreprises qui exécutent un même modèle de processus pour produire des biens substituables entre eux sont associées à certaines caractéristiques économiques de ce processus de production, en particulier la relation entre les
Baumol W.J., Panzar J.C., Willig R.D. — Contestable Markets and the Theory of Industry Structure, Harcourt Brace Jovanovitch (1982) 155
31

coûts fixes et les coûts variables. Ces caractéristiques sectorielles sont le nombre et la distribution des tailles des entreprises présentes dans le secteur, c’est à dire son degré de concentration, ainsi que le type de concurrence qui y règne et les niveaux de profitabilité que les entreprises peuvent y espérer. Le déterminant principal de ces configurations est le rapport des coûts fixes aux coûts variables, qui détermine l’échelle économique de production, et le rapport de cette échelle économique de production à la taille du marché. Ces cas extrêmes de concurrence atomique et de monopole ne sont que des cas limite « idéaux » qui n’existent pas de façon naturelle, mais qui peuvent aider à l’analyse en schématisant plus ou moins fidèlement les configurations réelles. L’écart entre la configuration réelle d’un secteur à un instant donné et sa configuration théorique dépend en particulier de l’intensité de la concurrence : plus la concurrence est vive, plus elle pénalisera les entreprises qui auront pris les moins bonnes décisions, et plus vite le secteur évoluera vers sa configuration limite. Avec le marché proprement dit, la structure du secteur dont elle fait partie constituent pour chaque entreprise l’environnement concurrentiel au sein duquel elle opère, et gouverne en partie les effets que peuvent avoir ses actions sur sa position dans le secteur. Autrement dit, comme nous allons le voir plus en détail dans le chapitre suivant, les différentes structures sectorielles, en même temps qu’elles résultent des interactions entre entreprises, définissent les règles du jeu concurrentiel propres au secteur, c’est à dire ce qui rattache le succès ou l'échec des acteurs à leurs caractéristiques et à leur comportement, de façon d’ailleurs probabiliste et non déterministe. Pour réussir dans un secteur, une entreprise doit acquérir certaines caractéristiques qui dépendent de la structure du secteur, et pour les secteurs concentrés de la place de l’entreprise dans son secteur. Ces configurations définissent non seulement les tailles relatives des entreprises du secteur, mais aussi leur organisation et leur culture interne, et influencent la possibilité d’une même entreprise d’être présente dans plusieurs secteurs différents.

156

Chapitre 12 – Les personnalités d’entreprise
Dans le chapitre précédent, l’étude des relations entre entreprises concurrentes nous a permis d’aborder deux des thèmes principaux de l’économie industrielle : le nombre et la taille des entreprises dans un secteur. Pour aborder les deux autres thèmes, la diversification et l’intégration, il nous faut pénétrer à l’intérieur des entreprises pour examiner les relations entre processus à l’intérieur d’une même organisation. Ces deux derniers sujets concernent en effet la constitution interne des entreprises et ne peuvent être convenablement traités tant qu’on reste fidèle au modèle de l’entreprise « boîte noire ». L’économique les aborde en général de façon purement quantitative à partir d’une comparaison des avantages et des coûts respectifs, en supposant implicitement que rien ne s’oppose à ce que des productions variées coexistent de façon efficace au sein de la même organisation. Nous allons voir au contraire que, pour réussir dans des productions de nature différente, les entreprises doivent posséder des qualités suffisamment différentes pour rendre incompatibles certains types de produits au sein d’une même organisation, au point que les entreprises qui tentent malgré tout ces combinaisons de produits échouent nécessairement à être concurrentielles dans l’un ou l’autre, voire dans la totalité des marchés concernés .
32

La question de l’organisation de l’entreprise a donné lieu à de très nombreux travaux et à de multiples théories souvent contradictoires. Dans leur immense majorité, ces travaux se préoccupent de définir des lois ou des règles empiriques qui seraient applicables à toutes les entreprises dans toutes les situations, quelle que soit en particulier la nature de leurs productions. Cette orientation revient à postuler que les règles d’organisation sont indifférentes à la nature de l’activité de l’entreprise. Plusieurs auteurs ont contesté ce postulat à partir des années 60, mais il a fallu attendre 1967 pour que soient exprimées et développées dans l’ouvrage maintenant classique de Lawrence et Lorsch les idées fondatrices de l’école « relativiste » ou « de la contingence », pour laquelle il n’existe pas d’organisation ni de système de management qui soit meilleur que les autres quelles que soient les circonstances. Pour Lawrence et Lorsch, « le type d’organisation requis varie suivant la nature des biens ou services fournis, les moyens mis en oeuvre et l’environnement économique à un moment donné », et la question à laquelle leurs travaux cherchent à répondre est « quelle sorte d’organisation doit-on choisir en fonction des variables économiques et des conditions du marché ? ».
33

Bien qu’ils aient noté que « le type d’organisation requis varie suivant la nature des biens ou services fournis... », Lawrence et Lorsch,, ainsi que leurs successeurs, ont surtout pris en compte l’influence de l’environnement externe et de la fonction dans l’entreprise (recherche, vente, production...), et se sont peu occupés de rattacher les choix d’organisation à la nature des biens et services produits. Le propos de ce chapitre est de rattacher l’organisation et la culture d’une entreprise aux mêmes caractéristiques économiques de sa production dont je viens de montrer comment elles gouvernent les structures sectorielles :

32 Ce chapitre reprend de nombreux éléments du chapitre 9 (« La différenciation des entreprises ») de mon ouvrage précédent « L’industrie Informatique – structure, économie, perspectives ». 33

Lawrence PR, Lorsch JW : Organization and environment (Richard Irwin, 1967) 157

– l’échelle de production, qui dépend du rapport des frais fixes aux frais variables, – la relation temporelle entre les dépenses et les recettes, c’est à dire la durée des cycles fondamentaux de production.

Organisation et culture d’entreprise
Une entreprise est une organisation hiérarchique comportant un certain nombre de niveaux, formés chacun d’une entité conforme à la définition que j’en ai donné au chapitre 5, donc en particulier pouvant à son tour être composée d’entités subordonnées. Le niveau le plus élevé est celui de l’entreprise elle-même. Les entités terminales, ne contenant pas d’entités subordonnées, sont des individus ou des machines. On appelle en général structure de l’entreprise la structure de cette hiérarchie. Dans une entreprise, l’appartenance hiérarchique définit par défaut des relations qui confèrent à l’entité supérieure des pouvoirs sur les entités subordonnées, par exemple affecter les ressources, fixer les objectifs, donner des règles, sanctionner les comportements ou les résultats. La nature et la force de ces relations de pouvoir varient d’une entreprise à une autre, et dans une même entreprise pour chaque couple d’entités, si bien que les entités subordonnées peuvent avoir des degrés de liberté variables par rapport à l’entité supérieure. Ces relations sont représentées plus ou moins implicitement dans les modèles de processus de l’entité supérieure et des entités subordonnées. De plus, il existe des relations entre entités quelconques, subordonnées ou non à une même unité, qui sont représentées explicitement par des processus de communication. Ces mécanismes de coordination peuvent être plus ou moins formels. Leur part formalisée constitue les systèmes d’information et de management de l’entreprise, tandis que leur part informelle relève de la culture. Autrement dit, les systèmes de management peuvent être définis comme la partie formelle des mécanismes de coordination, sur laquelle la direction de l’entreprise peut agir directement, tandis que la culture en comprend la part informelle, qui est secrétée de façon plus ou moins spontanée par les différents acteurs. A l’intérieur de ces systèmes, il est difficile de distinguer entre une partie information et une partie management. On parlera de système de management pour les processus dont la fonction est explicitement d’orienter les décisions des unités, de système d’information pour ce qui n’est pas explicitement lié aux décisions ; mais en réalité toute information peut entrer dans les processus de décision même si elle n’y est pas explicitement destinée. J’appellerai « organisation » d’une entreprise la combinaison de sa structure et de ses systèmes formels d'information et de management. Systèmes et structure sont fortement interdépendants. La structure est l’anatomie de l’entreprise ; elle dit comment l’entreprise est construite et comment sont affectées les tâches et les responsabilités. Les systèmes en sont la physiologie ; ils disent comment l’entreprise fonctionne et quels sont ses processus de décision et d'information. En elle-même, la structure définit par défaut un système hiérarchique qui peut être suffisant dans une petite entreprise simple. Dans une organisation plus complexe, d’autres systèmes sont nécessaires pour définir en plus les relations horizontales entre pairs, les relations transversales entre unités lointaines et les processus globaux (« business processes »). L’organisation d’une entreprise, ainsi définie, constitue la part des modalités de prise de décision et d'exécution des décisions qui a été explicitement voulue par ses dirigeants. A côté de l’organisation existent tout un ensemble de processus de communication informels, de valeurs partagées, de règles et de modèles de comportement qui se forment essentiellement par l'effet involontaire et inconscient de l'histoire de chaque entité, et

158

constituent ce qu’il est convenu d’appeler sa culture. La culture d’une entité élémentaire est formée des modèles et des règles de comportement qu’elle s’est donnée elle-même au fil du temps. La culture d’une entité composée, en particulier celle de l’entreprise toute entière, est formée de ce que les règles de ses constituants ont de commun. Dans une entreprise, la culture locale peut varier d’une entité à une autre. L’organisation concerne les relations des entités constitutives entre elles, la culture concerne le comportement propre des entités constitutives. Dans la suite de cet ouvrage, j’appellerai « personnalité » de l'entreprise l’ensemble de son organisation, c’est à dire de sa structure et de ses systèmes, et de sa culture.

La formation des personnalités d’entreprise
Nous avons vu au chapitre 10 que selon les réactions du marché à son offre de produits, l’entreprise peut être amenée à remettre en question ses méthodes de travail, ses systèmes de gestion, ses structures et ses comportements. Si elle estime ses résultats satisfaisants, les traits de sa personnalité qui leur sont associés seront considérés comme bénéfiques et seront vraisemblablement conservés voire renforcés. A contrario, si les résultats ne sont pas satisfaisants, les traits de personnalité qui leur sont associés seront eux-mêmes considérés comme néfastes et seront modifiés dans la mesure du possible. Comme nous l’avons déjà remarqué, ce mécanisme est analogue à celui de la sélection naturelle. Chaque entreprise y est assimilée à un organisme vivant dont le comportement est contraint et partiellement déterminé par ses caractéristiques internes : compétences, ressources, organisation, systèmes de management, système de valeurs, schémas de comportement …, que je désignerai d'une façon générale comme sa « personnalité ». En même temps qu’il choisit entre les produits, le marché effectue également une sélection indirecte entre les différentes personnalités d'entreprise, qui entraîne une sélection des organisations et des comportements à l’intérieur de chaque entreprise, et enfin la sélection des entreprises et des modèles d’entreprise. Quelque féconde qu’elle soit, cette analogie avec les mécanismes biologiques ne doit pas être poussée trop loin. Les entreprises ne se reproduisent pas comme les êtres vivants, et ne sont pas comme eux inéluctablement condamnées à disparaître. De plus, il est difficile de distinguer, parmi les composantes de leur définition, ce qui serait l’équivalent d’un génotype invariant et transmissible, et d’un phénotype qui serait l’expression contingente du génotype et sur lequel porterait la sélection sans que ses traits eux-mêmes soient transmissibles. En première analyse, les produits de l’entreprise appartiennent clairement au phénotype, et l’équivalent du génotype est à rechercher dans les modèles de processus dont il serait la part la plus stable. Mais chacun des modèles de processus peut être soumis à la sélection et peut être transmis par imitation à une autre entreprise. La personnalité d’une entreprise résulte donc d’une interaction entre les choix qu’elle effectue, en particulier mais pas seulement ceux que font ses dirigeants, et les signaux qu’elle reçoit du marché. C’est ce processus d’interaction qui gouverne non seulement la taille et la part de marché des entreprises et les structures sectorielles, comme nous l’avons vu au chapitre précédent, mais aussi les formes d’organisation, les systèmes de management, les cultures, les affectations des personnes aux postes et des ressources aux projets. Les structures sectorielles et les formes d’entreprise sont co-déterminées par le jugement du marché sur les produits des entreprises. Ce processus aboutit à l’émergence de formes d’entreprise différentes les unes des autres, adaptées chacune à une forme de production et à un état des technologies. Les sources de changements dans les éléments de la personnalité des entreprises sont diverses. La structure et les systèmes sont modifiés de façon intentionnelle par les organes
159

dirigeants de l’entreprise, qui peuvent puiser à de nombreuses sources : leur propre expérience d’actions passées qui ont réussi, l’expérience des dirigeants dans leurs postes précédents, l’exemple d’autres entreprises, la littérature managériale, l’intervention de conseils extérieurs ou l’invention ex nihilo. Quelle que soit l’origine d’une idée, son adéquation à la situation actuelle de l’entreprise et la probabilité que sa mise en œuvre produise le résultat visé est là encore le fruit d’une évaluation subjective qui laisse une marge considérable à l’erreur. Contrairement à l’organisation, la culture ne peut à aucun moment faire l’objet d’une décision globale et délibérée. Tout au plus la sélection des personnes, à l’embauche ou lors des affectations et des promotions, peut-elle privilégier un certain mode de pensée et de comportement, et le système de récompenses et de sanctions peut-il jouer un rôle de conditionnement interne à l’entreprise. Mais c’est l’histoire accumulée de l’entreprise qui crée les légendes, les héros et les méchants, autrement dit la mythologie par laquelle s’exprime le système de valeurs et sur laquelle se modèlent les comportements des individus. La culture est la part la plus stable et la plus contraignante de la personnalité d’une entreprise. Les décisions conscientes et rationnelles des dirigeants seront en effet plus ou moins bien exécutées et suivies selon qu’elles sont ou non cohérentes avec la culture existante. Une bonne partie des échecs s’explique par le conflit entre des décisions qui sont rationnelles au regard de la situation de l’entreprise par rapport à son environnement, mais qui sont en contradiction avec sa culture ou celle de telle ou telle de ses composantes. Au total, une entreprise est un mélange d’ordre construit et d’ordre spontané. L’état actuel de l’organisation résulte de toutes les décisions antérieures accumulées, dont des décisions trop anciennes pour que leur effet actuel puisse avoir été anticipé. Réciproquement, ceux qui sont responsables des décisions actuelles et s’attachent à en analyser toutes les conséquences n’en sont pas moins conscients qu’il est impossible de connaître toutes les circonstances futures où ces décisions auront un effet, et qu’elles auront donc des conséquences imprévisibles. Malgré les illusions dont se bercent souvent leurs dirigeants, les entreprises, comme toute organisation sociale, sont en grande partie « the result of human action, but not the execution of any human design » (Adam Ferguson, 1767).
34

La segmentation
L’organisation a pour objet de distribuer le travail de façon efficace entre les employés de l’entreprise ou de l’unité concernée. On peut la représenter en première analyse comme une répartition des activités, des ressources et des responsabilités de chaque unité entre des sous-unités de niveau inférieur, ce processus de fractionnement se déroulant de façon récursive à partir du niveau global de l’entreprise, jusqu’à ce que les unités élémentaires deviennent indivisibles en se réduisant à un individu ou un équipement élémentaire. Ce fractionnement, que la plupart des auteurs appellent segmentation, conduit à créer une hiérarchie d’unités, dotées chacune de ressources et de responsabilités, et où les responsabilités de chaque unité sont la réunion des responsabilités des sous-unités qui la composent. Commençons par l’opération élémentaire de segmentation d’une entité en entités immédiatement subordonnées. Une entité est définie par ses activités ou processus d’une part, par son champ d’action d’autre part, qui peut être un marché, un produit, une aire géographique, etc…On peut donc la segmenter selon ces deux dimensions, ce qui définit deux

Le mot anglais « design » évoque l’idée d’une construction abstraite préalable à une construction concrète, et complète a priori, ou encore d’un plan préétabli qu’il ne reste plus qu’à exécuter aveuglément. En ce sens, il n’a pas d’équivalent simple en français. 160

34

modes de division principaux. Les entités de rang inférieur peuvent soit exercer exactement les mêmes activités que l’entité de rang supérieur, chacune se limitant à une portion du champ d’action de celle-ci, ou au contraire ces entités peuvent avoir le même champ d’action que l’entité de rang supérieur, mais n’y exercer qu’une partie de ses activités. Je parlerai de segmentation « homogène » si chacune des sous-unités est dotée des mêmes modèles de processus que l’unité globale mais les exerce dans un domaine d’action réduit, et de segmentation « hétérogène » si chacune des sous-unités a pour objectifs une partie seulement des objectifs de l’unité globale, mais le même domaine d’action. La segmentation homogène généralise l’organisation spatiale ou en divisions (la « forme M » de Chandler), et la segmentation hétérogène généralise l’organisation dite fonctionnelle (la « forme U » de Chandler). Dans la structure globale, des segmentations de type homogène et des segmentations de type hétérogène peuvent alterner aux différents niveaux de la hiérarchie. Par exemple, une direction commerciale, qui résulte d’une segmentation fonctionnelle hétérogène, peut être organisée par régions, c’est à dire segmentée sur le mode géographique homogène. Chaque région peut à son tour être organisée sur le mode fonctionnel en unités spécialisées dans la vente, la promotion, l’administration, la logistique, l’aide aux clients, etc. Ces deux modes de segmentation ont des effets économiques différents selon les caractéristiques des processus de l’entité. En effet, nous avons vu qu’il est possible d’attacher à chaque exécution d’un processus un coût qui peut être fonction d'un paramètre de commande, par exemple la quantité d’un intrant ou d’un extrant particulier, que j’appellerai son « échelle d’exécution ». Comme nous l’avons vu au chapitre précédent pour une entreprise, une entité possède également une certaine capacité, définie par une certaine quantité de ressources dont la simple existence entraîne un certain coût fixe récurrent quelle que soit l’échelle réelle d’exécution. On peut alors définir pour un processus quelconque, comme pour toute activité de production, un coût fixe, un coût variable unitaire et le coût moyen d’une unité d’extrant, et donc une échelle optimale ou plus exactement une échelle économique d’exécution du processus. L’échelle maximale à laquelle chaque processus peut être effectivement exécuté est limitée par le domaine de responsabilité de l’entité. Si l’échelle économique d’exécution d’un processus est assez élevée pour être voisine de l’échelle maximale permise par le domaine de responsabilité, une segmentation homogène décomposant ce domaine en domaines plus petits conduirait à créer des entités exécutant ce même processus à une échelle réduite, ce qui entraînerait des coûts moyens inutilement élevés. La segmentation homogène n’est optimale que si tous les processus ont une échelle économique d’exécution assez faible pour être compatible avec la taille du domaine d’action des entités composantes ; si l’un au moins de ces processus présente d’importantes économies d’échelle, ces économies ne pourront se réaliser que dans une segmentation hétérogène fonctionnelle où la sous-unité chargée de ce processus opère dans l’ensemble du domaine de l’entité principale. Ainsi, de même que pour l’entreprise dans son ensemble, la relation entre l’échelle d’exercice de son activité et la taille de son marché détermine la structure du marché, de même, pour une activité interne à l’entreprise, la relation entre son échelle d’exercice et la taille de l’entreprise détermine la place de l’activité dans l’organisation. Dans une entité segmentée de façon homogène, le besoin de communication entre les sous-entités est minimal. En effet, chacune dispose des mêmes ressources que ses voisines, et opère dans un champ d’application différent. Il n’est pas utile de mettre en place un système d’information pour les relier entre elles, et le système d’information et de management qui les relie à l’unité de rang supérieur peut être réduit à sa plus simple expression. Au contraire, dans
161

une segmentation hétérogène, des entités différentes doivent travailler simultanément ou successivement sur les mêmes opérations, et le besoin d’information réciproque et de coordination est important. La structure hiérarchique devra donc être complétée par des systèmes de communication relativement élaborés.

Différenciation et incertitude
A la suite de la segmentation, les unités qui composent l’entreprise ont des activités différentes et/ou des champs d’action différents, et des formes de relations différentes avec le reste de l’entreprise. Les personnes affectées à chaque unité sont choisies parmi celles qui sont a priori les plus aptes et les mieux adaptées à ces activités et à ce champ d’action. La culture se forme spontanément dans chaque unité en fonction de sa définition formelle par la segmentation d’une part, par l’action de son environnement d’autre part. Chaque entité groupe des personnes différentes de celles des autres entités, vit une histoire différente et donc se forme une culture différente. La différenciation intentionnelle entre unités entraîne une différenciation culturelle non intentionnelle, mais plus profonde et plus stable. Parmi, les facteurs qui influencent la culture d’une unité, l’un des plus fondamentaux est la durée des processus dont elle commande l’exécution. Elle conditionne en particulier la nature des règles qu’observe l’entité et la façon dont elle gère cet ensemble de règles, c’est-àdire son comportement dans l’entreprise et sa relation avec les autres agents, telles qu’elles s’incarnent entre autres dans le système de gestion de l’entreprise. Puisque presque toutes les décisions importantes de l’entreprise reposent sur des données incertaines et comportent un risque réel d’erreur, il faut attacher une importance primordiale aux possibilités de corriger une décision lorsqu’il apparaît que ses conséquences réelles ne sont pas conformes aux prévisions ou aux attentes qui l’avaient motivée. Ceci soulève deux questions : comment se crée l’information qui permet de mesurer les conséquences réelles d’une décision ? et dans l’hypothèse où une décision se révèle incorrecte, que peut-on faire à ce moment là pour la corriger ? Pour les décisions portant sur des processus courts, leurs conséquences apparaissent rapidement. Si des décisions semblables ont été prises dans un passé récent, leurs conséquences réelles sont connues, et il est probable que les autres facteurs qui ont contribué à ces résultats n’ont que peu varié, si bien que les résultats des décisions passées peuvent valablement servir de guide pour les actions courantes. Chaque action a des conséquences limitées, qui peuvent assez facilement être corrigées en cas de besoin par une décision contraire. A la suite de ces actions, l'information se révèle vite, les agents restent peu de temps dans l'incertitude et leurs erreurs ont peu de conséquences. Dans ce cas, l’hypothèse d'omniscience des agents qui sous-tend le paradigme standard de l’économie est une approximation acceptable de la réalité. Pour les cycles longs, au contraire, les conséquences apparaissent longtemps après la décision, alors que beaucoup d’autres décisions du même agent, ou des facteurs extérieurs comme les actions des autres agents ont eu le temps d’agir et de contribuer au résultat réel, de sorte que rien ne permet d’être sûr que la même décision conduirait aux mêmes résultats. Les décisions passées produisent des effets durables, chaque observation est le résultat de nombreuses décisions et il n’est pas facile d’établir une relation fiable entre telle décision et tel phénomène observé. Si une situation est jugée insatisfaisante, il n’est facile ni de déterminer avec certitude quelle décision passée en est responsable, ni d’en corriger les effets par de nouvelles décisions qui ne feront que se composer avec les décisions passées. Les acteurs sont en permanence dans l’incertitude.

162

Les modalités de gestion d’une entité doivent donc être radicalement différentes suivant que les processus dominants de cette entité sont longs ou courts. Dans une unité à cycles courts, il est vital que les résultats soient connus rapidement et le plus exactement possible, et que les décisions soient prises rapidement. La justesse de la décision importe moins que sa rapidité et la possibilité de la corriger le cas échéant. Un système d’information et de commandement précis et rapide, assis sur des objectifs quantifiés à court terme et une supervision constante à des niveaux très détaillés, est donc nécessaire. Une telle formalisation des objectifs et des systèmes suppose une connaissance a priori des situations possibles et de la nature des décisions et des informations nécessaires, qui est impossible dans la situation d'incertitude radicale où est plongée une unité à cycles longs. Un système de gestion formel et perfectionné est ici de peu d’utilité pour les décisions courantes, et la réussite passe plutôt par la planification, la vision à long terme, l’application de règles générales, la confiance et la persévérance. Le héros type est le visionnaire infaillible et persévérant. L’efficacité de l’unité passe par l’adhésion à des objectifs généraux, l’initiative et la créativité individuelles, et la motivation à long terme. Une unité à cycles courts peut s’accommoder d’un chef autoritaire et de personnel relativement peu qualifié, peu autonome et pas nécessairement très motivé ; dans une unité à cycles longs, le chef devra plutôt être un animateur et le personnel devra être qualifié et motivé. Réciproquement, des personnes naturellement dépendantes pourront être à la fois efficaces et satisfaites dans une unité à cycles courts où des personnes créatives et indépendantes seront frustrées, alors que ces dernières seraient efficaces et satisfaites dans une unité à cycles longs où le premières seraient déboussolées. La segmentation peut avoir pour objectif de fractionner une unité à cycles longs de façon à ce que certaines de ses sous-unités fonctionnent selon des cycles plus courts. En effet, le dirigeant d’une organisation souhaite généralement la structurer de façon à clarifier les responsabilités de ses subordonnés et à faciliter le contrôle et les ajustements, et à pouvoir placer dans chacune les personnes les mieux adaptées. Un moyen d’y parvenir est d’isoler les activités à cycle long au niveau de l’état-major de l’unité globale ou dans une ou plusieurs unités spécialisées si nécessaire, afin que les autres unités fonctionnent selon des cycles plus courts. Les options de segmentation dépendent ainsi de l’activité à travers son échelle économique, qui détermine la viabilité économique des fragmentations éventuelles, et à travers son cycle, qui peut orienter la définition des sous-unités.

Personnalités et structure
Passons maintenant au niveau global de l’entreprise. Son organisation résulte de l’application récursive du processus de segmentation depuis le sommet jusqu’aux individus. A chaque niveau de la structure, la nature de la segmentation, fonctionnelle ou spatiale, induit des différences notables dans les relations entre les niveaux hiérarchiques successifs et entre les unités de même rang, et donc dans le contexte des segmentations ultérieures. Pour l’ensemble de l’entreprise, la prédominance de l’une ou l’autre forme de segmentation, en particulier aux niveaux les plus élevés, induit des différences dans les systèmes de management et la culture de l’entreprise. Dans une entreprise organisée de façon optimale, les segmentations successives doivent respecter l’échelle économique d’exercice des différentes activités. L’organisation de l’entreprise dépend alors des caractéristiques des processus de chacune des unités qui la constituent. Si l’entreprise n’a pas d’emblée pris conscience de ce phénomène, la recherche d’économies que lui imposera la concurrence l’amènera tôt ou tard à se réorganiser, faute de quoi elle risque de dégrader sa compétitivité et d’être éliminée.

163

En général, chaque entité tend à imposer à ses entités subordonnées non seulement certains éléments de leur propre comportement, mais aussi un certain type de relation avec leurs propres subordonnées. Un certain style d’organisation et de management tend ainsi à se propager du haut vers le bas de la pyramide hiérarchique, en se renforçant à chaque fois que le style de l’entité subordonné est le même que celui de l’entité de rang supérieur. Au niveau global de l’entreprise, on peut imaginer de répartir les activités entre grandes unités selon trois dimensions : – par produits si la gamme des productions de l’entreprise est vaste et diversifiée, – par grandes fonctions (Recherche, Développement, Production, Ventes, Personnel, Finance, Administration,...) – par marché ou zone géographique d’activité. Puisque notre propos est de rattacher des personnalités d’entreprise à des formes de production, nous nous intéresserons pour le moment au seul cas des entreprises offrant un type de produit unique ou à tout le moins une gamme suffisamment homogène, en laissant provisoirement de coté le cas des entreprises diversifiées. C’est précisément la connaissance des implications organisationnelles des différentes formes de production qui nous permettra d’évaluer dans quelle mesure elles peuvent coexister au sein d’une organisation unifiée, ou si au contraire il existe des incompatibilités suffisamment fortes pour ne laisser d’autre choix que la segmentation par produits, qui équivaut en fait à un conglomérat d’entreprises indépendantes sur le plan opérationnel. Avec cette réserve, le choix majeur se situe entre une segmentation fonctionnelle et une segmentation par marché, en quelque sorte spatiale. Dans la segmentation fonctionnelle, chaque sous-unité est chargée d’une partie des activités de l’entreprise et les exerce pour la totalité du champ d’action, marché et lieux, où l’entreprise est présente ; les cycles des sousunités peuvent être différents du cycle global, et différents les uns des autres. Dans la segmentation spatiale, chaque sous-unité exerce la totalité des fonctions principales de l’entreprise dans une partie seulement du champ d’action de celle-ci, par exemple dans certaines limites géographiques ; le cycle de chaque sous-unité est le même que celui de l’ensemble. L’activité de l’entreprise intervient de façon déterminante dans ce choix à travers l’échelle économique de production propre à l’activité. Si en effet la segmentation devait conduire une des sous-unités à exercer son activité à une échelle inférieure à l’échelle économique de production, cette unité et donc l’entreprise perdrait un avantage concurrentiel déterminant. Si donc le champ d’action d’une unité est juste suffisant pour lui permettre d’atteindre l’échelle économique de production, sa segmentation doit laisser entier l’appareil de production, et ne peut donc être que fonctionnelle. Ceci reste d’ailleurs vrai si on considère d’autres fonctions que la production, dès que le champ d’action d’une unité est juste suffisant pour que l’une de ses fonctions importantes atteigne son échelle économique de fonctionnement. C’est pourquoi, pour une entreprise dont la production est homogène, la segmentation la plus naturelle est fonctionnelle. En effet, au moins la définition des produits ne peut être faite qu’à l’échelle de l’entreprise toute entière. La segmentation spatiale n’est une alternative viable au plus haut niveau que si deux conditions sont satisfaites : d’une part la définition des productions ne requiert que très peu de ressources qui peuvent être gérées comme une activité d’état-major, et d’autre part la production peut être réalisée de façon économique à une échelle inférieure à celle de l’entreprise. Cette dernière condition revient à dire que l’entreprise opère dans un secteur dispersé et y occupe une part de marché importante. Cette
164

combinaison de conditions se rencontre rarement dans les activités de production industrielles, mais est fréquente dans de nombreuses activités de service. Parallèlement, une entreprise dont le cycle de production est long sera plus encline à adopter une segmentation fonctionnelle qui raccourcira le cycle de certaines de ses unités constitutives, alors qu’une entreprise à cycle court s’orientera plus volontiers vers une segmentation spatiale. La thèse de Chandler, selon laquelle la « forme M », qui correspond à l’organisation homogène en divisions, est préférable à la « forme U » , qui correspond à l’organisation fonctionnelle hétérogène, n’est en fait valable que pour des entreprises qui contiennent différents processus de production séparés. La forme du conglomérat est alors la plus efficace. Pour les entreprises plus spécialisées, la forme M n’est pas toujours possible, et quand elle l’est, elle n’est que rarement préférable.

L’organisation homogène
Dans une segmentation « homogène », les différentes unités ont des activités, des objectifs et des environnements de même nature, et des cycles de fonctionnement voisins. Il en résultera très probablement des cultures voisines, et semblables elles-mêmes à la culture des dirigeants de l’entreprise. Une segmentation homogène favorise ainsi la diffusion dans toute l’entreprise des valeurs et des modèles de comportement propres aux dirigeants, sans que cette diffusion demande d’actions particulières. En contrepartie, la culture homogène qui se crée ainsi a de fortes chances d’être peu tolérante envers les autres cultures, qui pourraient néanmoins être favorables à certaines activités. Opérant dans des champs d’action différents, les unités n’ont que peu d’occasions et de motivations pour collaborer entre elles. Elles sont juxtaposées plutôt qu’interdépendantes. Au contraire, comme les résultats de chaque unité s’expriment de la même façon et sont facilement comparables tout en étant indépendants les uns des autres, des relations de rivalité pourront facilement se développer. La direction commune peut d’ailleurs les favoriser et les exploiter dans le but d’augmenter la performance globale. Les résultats de l'unité globale sont purement et simplement la somme des résultats des sous-unités, et son succès ne dépend que du succès des sous-unités. Il n’existe pas d'activités propres au niveau global, et donc pas de besoin d’un état-major de taille notable. Les seuls besoins de coordination consistent à éviter que la conjonction d'actions des sous-unités ne soit préjudiciable à l'ensemble, par exemple sous la forme de propositions ou de produits concurrents, et éventuellement à imposer un minimum de coopération entre les sous-unités en cas de besoin. La différenciation entre sous-unités étant faible, le besoin d’intégration est limité. En revanche, puisque la culture naturelle ne pousse pas au dialogue entre unités, les mécanismes de coordination devront être formalisés. Au total, le système de management d’une organisation homogène sera un système simple mais relativement formel. Pour cet ensemble de raisons, la direction d’une unité organisée sur le mode homogène peut s’accommoder d’un grand nombre de sous-unités, ce qui favorise les structures « plates ».

L’organisation hétérogène
Les unités qui résultent d’une segmentation hétérogène ont par définition des activités et des objectifs différents, dont la réunion forme les objectifs globaux de l’unité de rang supérieur. Elles ne sont concernées que par une partie limitée de l’environnement de l’entreprise, et évoluent dans un environnement propre qui comprend un grand nombre d’éléments déterminés de façon plus ou moins conventionnelle par les autres unités de l’entreprise. Elles peuvent fonctionner selon des cycles très différents, certaines selon des
165

cycles notablement plus courts que celui de l’entreprise. Ces unités développeront donc très probablement des cultures locales différenciées, dont les valeurs et les modèles de comportement pourront être assez différentes de ceux des dirigeants de l’entreprise. Maintenir une identité culturelle d’entreprise et un niveau suffisant de motivations communes pour résoudre les conflits nécessitera des actions spécifiques de la part des dirigeants, faute desquelles l’entreprise risque des dysfonctionnements. En revanche, si cette culture globale est suffisamment vivace, l’organisation sera tolérante vis à vis de différences culturelles locales entre sous-unités. Il est plus facile à une unité résultant d’une segmentation hétérogène de se décomposer de façon homogène que l’inverse. Les unités sont interdépendantes, ce qui implique nécessairement des conflits, et doivent développer entre elles des relations de coopération. Selon que la direction aura ou non réussi à insuffler à l’ensemble une culture de dialogue et une conscience claire de l’intérêt général, ce qui répétons-le ne se réalise pas de soi-même sans actions spécifiques, la résolution des conflits se fera plus ou moins spontanément par confrontation et contact direct, ou exigera au contraire des procédures formelles et une implication constante de la direction. Le succès de l'unité globale dépend non seulement du succès des sous-unités, mais aussi de la qualité de l’intégration et donc des actions qui sont propres au niveau global. Cette intégration peut demander des équipes d’état-major étoffées, voire des départements spéciaux d’intégration. Chaque échelon de la structure ne peut contrôler efficacement qu’un nombre limité de sous-unités, ce qui tend à favoriser une structure d’autant plus « pointue » que la direction de l’unité globale est plus fréquemment impliquée dans les actions d’intégration et de résolution des conflits. Un nombre élevé de niveaux hiérarchiques étant un facteur d’inefficacité, on retrouve par ce biais l’intérêt d’une culture permettant de résoudre les conflits à des niveaux inférieurs.

Divisions et filiales
Ayant dans ce qui précède examiné la personnalité des entreprises offrant des produits homogènes, nous pouvons revenir sur les entreprises diversifiées et l’organisation en divisions de produits. Ce type d’organisation repose sur une segmentation de nature homogène, puisque chacune des divisions est responsable de l’ensemble des activités concernant son ou ses produits. La différenciation entre divisions repose principalement sur l’échelle et les cycles de production associés aux produits de chacune, et éventuellement sur les marchés dans la mesure où les produits des divisions s’adressent à des marchés différents. Il résulte des considérations ci-dessus que pour ne pas être pénalisée par rapport à ses concurrents plus spécialisés, une même division doit comporter des produits de cycle voisin, faute de quoi l’organisation et la culture de la division seront nécessairement mal adaptées à une partie de ses activités. Par exception, une division principalement responsable de produits à cycle long peut aussi se charger de produits annexes à cycle court. Sa compétitivité sera alors réduite pour ces produits et devra être compensée par des avantages d’intégration significatifs ou par des subventions internes, qui grèvent d’autant la compétitivité des produits principaux. La possibilité pour des organisations ou des cultures de coexister efficacement dans une même entreprise conditionne les choix d’activité de l’entreprise. Dans quelle mesure cette spécialisation des divisions doit-elle se concrétiser par une séparation en entités juridiques distinctes ? Autrement dit, des divisions de personnalités différentes peuvent-elles efficacement coexister à l’intérieur d’une même entreprise au sens juridique du mot ? La réponse est théoriquement oui, à condition que les dirigeants de l’entreprise soient conscients des différences de culture et non seulement acceptent mais respectent les différences d’organisation et de système de management. Remplir ces

166

conditions demande des qualités tout à fait exceptionnelles. Un dirigeant élevé dans un environnement à cycles longs répugnera à se montrer aussi tatillon voire mesquin que l’exige la bonne gestion d’une activité à cycles courts ; à l’inverse, un dirigeant habitué aux cycles courts interviendra plus qu’il ne convient dans des activités à cycle long et s’aliénera rapidement les personnes clé. Il est difficile d’attendre du même dirigeant, réputé responsable ultime, qu’il adapte son comportement à des activités aussi différentes. Un dirigeant « démocratique » peut à la rigueur forcer son talent pour contrôler le détail d’une activité si c’est nécessaire, mais se retenir d’intervenir serait un comportement proprement surhumain pour un dirigeant autocratique. Bien que ce ne soit en rien une garantie, introduire la protection d’une personnalité juridique distincte, et surtout la distance d’un conseil d’administration entre des dirigeants et des activités mutuellement incompatibles semble en tous cas une sage précaution. Pour gérer des productions très différentes, la forme conglomérale est préférable à la coexistence de divisions spécialisées dans une même entreprise

Personnalités par secteur
La nature de l’activité et la stratégie choisie pour l’entreprise conduisent sa Direction à des choix d’organisation (structure et systèmes) qui d’une part forment la part contrôlable de la personnalité de l’entreprise, et d’autre part contribuent à forger sa culture. Il est clair que l’entreprise ne peut par définition avoir qu’une seule organisation, ou alors elle se sépare en deux organisations différentes qui forment un conglomérat et non une véritable entreprise. Une première façon de poser le problème de la compatibilité entre productions est donc la suivante : dans la mesure où les choix d’organisation optimaux sont différents pour deux activités ou deux stratégies que l’entreprise souhaite poursuivre, dans quelle mesure l’entreprise peut-elle se contenter d’une organisation hybride ou doit-elle opter entre deux solutions incompatibles ? Autrement dit, dans quelle mesure des activités ou des stratégies s’excluent-elles mutuellement en demandant des organisations différentes ? Un problème analogue se pose si l’entreprise veut changer d’activité, ou entreprendre une nouvelle activité. L’organisation qui existe à ce moment est supposée convenir aux productions courantes, mais ne convient pas nécessairement aux autres productions envisagées. Si un changement d’organisation (structure ou systèmes de management) est nécessaire pour les nouvelles productions, l’organisation peut être ajustée presque instantanément, mais pas la culture, qui continue à régir le comportement réel des unités indépendamment des décisions de la Direction. De plus, la nouvelle organisation ne fonctionnera que si elle reste compatible avec la culture existante, même si elle vise à la transformer à terme.

Les secteurs concentrés
Dans les secteurs concentrés, dont l’industrie des composants est un exemple extrême, on compte un petit nombre d’entreprises relativement importantes, mais de taille très différentes. Les cycles de production sont longs et l’échelle économique est élevée, ce qui conduit à une domination de la segmentation hétérogène de type fonctionnel. L’entreprise est un assemblage complexe d’unités différenciées, liées entre elles par un système de gestion élaboré, et pilotées par rapport à un plan d’ensemble qui s’inscrit lui-même dans un système de planification à long terme cohérent avec la durée du cycle de base. Les objectifs, la culture et les motivations sont différents suivant les fonctions, et la cohésion d'entreprise doit être assurée par une forte culture d'entreprise transcendant les cultures fonctionnelles.

167

La culture d’une entreprise à cycles longs doit valoriser la planification, la vision à long terme, la confiance et la persévérance. Le héros type en est le visionnaire infaillible. Lorsque les dirigeants de l’entreprise n’appartiennent pas eux-mêmes à cette catégorie, ce qui est le cas dans beaucoup de grandes entreprises, il peut y avoir hiatus, voire conflit, entre leur culture personnelle et la culture dominante dans l’entreprise. D’une façon plus générale, une organisation à cycles longs doit pour fonctionner efficacement être capable d’intégrer des unités de culture différentes, et elle tolérera généralement bien la présence de sous-unités adaptées à des cycles courts. Les qualités d’une entreprise adaptée aux cycles longs sont cohérentes avec celles que Porter estime nécessaires à une stratégie reposant sur les qualités du produit : encouragement à la créativité et l’autonomie individuelle, organisation souple, délégation, motivation à long terme, système de mesure plutôt qualitatif. A une concurrence accrue, une telle entreprise réagira donc spontanément en cherchant à améliorer les qualités de ses produits. En revanche, mener une stratégie de concurrence par les coûts se heurte à des obstacles culturels profonds. Si l’entreprise décide de s’engager dans cette stratégie, par exemple pour répliquer à la concurrence dominante, ceci exigera une action vigoureuse de la direction sur l’organisation et la culture. Pour réussir dans des délais acceptables, cette action gagnera à être isolée dans une partie spécialisée de l’organisation.

Les secteurs dispersés
Dans les secteurs dispersés comme l’assemblage de matériels à partir de composants standards, on rencontre un grand nombre d’entreprises occupant des parts de marché relativement faibles, mais néanmoins suffisamment différentes pour que les entreprises soient très différentes en taille. Parmi ces entreprises, les petites ont une taille voisine de l’échelle économique de production, quelque faible que soit celle-ci. Leur segmentation se fait donc sur le mode fonctionnel hétérogène, mais leur taille réduite limite les effets de différenciation et leurs conséquences en termes de système de gestion. Le chef d’entreprise ou le petit groupe de dirigeants peut prendre toutes les décisions importantes et traiter ainsi les cycles les plus longs, et créer la culture d’entreprise par son exemple et son action directe. Les grandes entreprises présentes dans un secteur dispersé ont par définition une taille supérieure à l’échelle économique de production. La tendance la plus naturelle sera de privilégier une segmentation homogène par marchés, en unités réunissant commerce et production et assez petites pour permettre le rapprochement des fonctions et le contrôle au plus près du terrain, sur la base d’un compte d'exploitation semblable à celui de l'entreprise elle-même. Si la direction recherche néanmoins des économies d’échelle, production et commerce pourront être séparés, mais un système de management adéquat devra alors permettre des ajustements rapides de l’un à l’autre. Pour que l’entreprise fonctionne correctement, sa culture doit valoriser la rigueur des contrôles et la capacité d’ajustement rapide à la réalité. Le modèle de comportement — le héros dans cette culture — est le gestionnaire réaliste et sans état d’âme. La capacité de vision à long terme et la persévérance dans la fidélité à une idée sont plutôt mal vues car inutiles et à la limite susceptibles de retarder les ajustements à la situation réelle. Cette culture est homogène dans toute l’organisation et facilite grandement les relations entre les responsables, quel que soit leur niveau hiérarchique. A l’inverse, cette culture est d’autant plus intolérante envers des cultures différentes qu’elle est homogène dans toute l’entreprise. Une organisation adaptée aux cycles courts aura donc le plus grand mal à tolérer en son sein une organisation qui serait adaptée à des activités à cycles longs.

168

Les qualités de l’entreprise adaptée aux cycles courts sont cohérentes avec celles que Porter considère comme adaptées à une stratégie reposant sur le contrôle des coûts : psychologie qui valorise la discipline et le sens de l’économie, supervision constante à des niveaux très détaillés, centralisation, objectifs quantitatifs à court terme. Face à une intensification de la concurrence, une telle entreprise aura naturellement tendance à réagir par une stratégie de concurrence par les coûts, quelle que soit la nature de l’attaque concurrentielle. Si l’entreprise décide de s’engager dans une concurrence par les qualités du produit, non seulement il lui faut modifier en profondeur son organisation et sa culture, mais sa personnalité peut décourager les professionnels de haut niveau qui seraient alors nécessaires. Cette personnalité d’entreprise se rencontre dans de très nombreuses activités de services à caractère professionnel comme le conseil et l’assistance. Le caractère homogène et contraignant de la culture d’entreprise, surtout dans des entreprises de petite taille, rend difficile d’y tolérer des unités obéissant à une autre logique qui serait par exemple adaptée au développement de produits selon un cycle long. C’est pourquoi, alors que des entreprises de produits offrent souvent des services avec succès, il est extrêmement rare que des entreprises de services réussissent dans des activités de production industrielle, y compris dans le progiciel.

Les problèmes d’adaptation
La culture est l'élément le plus stable de l'entreprise, parce qu'elle y est diffuse et implicite. La culture d'une entreprise n'existe par définition que dans la tête de chacun de ses collaborateurs, et peut être extrêmement différente d'un groupe à l'autre. Agir sur la culture d'entreprise consiste à agir sur les représentations et les systèmes de valeurs implicitement présents dans la mentalité de chaque collaborateur. La Direction n'a que peu de moyens d'agir directement sur elle, et doit se contenter de l'influencer à travers l'exemple de son propre comportement et la sélection des comportements qu'elle souhaite encourager. En tout état de cause, la culture est une donnée de fait pour la plupart des décisions. Quelles que soient les actions entreprises, la culture de l’entreprise ne se modifie que très lentement. Si un changement d’activité ou de stratégie se heurte à des incompatibilités culturelles, que ce soit directement ou à travers les changements d’organisation qu’il induit, ces incompatibilités subsisteront longtemps. Il est probable que pendant ce temps l’entreprise ne sera pas compétitive pour ses nouvelles activités, et risque même de voir sa compétitivité se dégrader dans ses activités existantes. Le temps d’adaptation sera d’autant plus long que l’entreprise est importante et que son ancienne personnalité l’a rendue plus florissante. Si la concurrence est assez vive pour éliminer du marché les entreprises mal adaptées, les stratégies ou les orientations contraires à la culture existante sont ainsi vouées à l’échec, et les incompatibilités culturelles doivent en pratique être considérées comme rédhibitoires. Force est de constater qu’en pratique, un grand nombre de chefs d’entreprise ne sont pas sensibles à ces problèmes, et croient que les formes d’organisation, les méthodes de gestion et les styles de management qui conduisent au succès sont les mêmes dans toutes les activités, ou plutôt que ce qui leur a permis de réussir jusque là continuera de fonctionner quoi qu’ils entreprennent. On peut donc s’attendre à ce que toutes les combinaisons de prestations soient expérimentées, y compris les plus aberrantes. Là encore, c’est la concurrence sur chacun des marchés concernés, en particulier avec les entreprises spécialisées, qui déterminera la réussite ou l’échec des entreprises mixtes, éliminera celles qui offrent des combinaisons incompatibles, quelles que soient les raisons de cette incompatibilité, et sélectionnera ainsi les combinaisons viables.

169

En situation faiblement concurrentielle, la plus ou moins grande adaptation, des entreprises peut n’avoir que peu de conséquences. Si la concurrence n’est pas assez intense pour éliminer ou contraindre au changement les entreprises les moins bien adaptées, des entreprises de personnalités assez différentes pourront continuer à coexister dans un même secteur. A la limite, dans une situation de faible concurrence, un secteur pourra même être dominé par des entreprises mal adaptées si toutes les entreprises concurrentes sont construites sur le même modèle. Ce dernier cas est par exemple celui des prestations annexes, tant qu’elles sont annexes pour toutes les entreprises concurrentes et qu’aucune entreprise spécialisée n’aborde ce marché avec une personnalité adaptée. Les inadéquations entre la production et la personnalité peuvent ainsi ne pas avoir d’effets immédiats, et ne se manifester au détriment de l’entreprise que lorsque se produisent des événements extérieurs comme une intensification de la concurrence ou l’apparition de concurrents spécialisés mieux adaptés. A l’inverse, l’événement révélateur peut être d’origine interne, comme le lancement d’une nouvelle production ou le désir de rendre plus rentable une activité existante, ou encore la mise en oeuvre de nouvelles techniques de production qui en modifient l’échelle ou l’horizon. Enfin, une personnalité inadéquate peut être imposée de façon intempestive par un nouveau dirigeant en provenance d’un autre type de secteur, par la société-mère à la suite d’une acquisition ou simplement faute d’avoir suffisamment tenu compte des facteurs culturels à l’occasion de changements de structure. Que se passe-t-il quand une organisation adaptée à un certain type de cycle entreprend des activités relevant d’un cycle très différent ? Une organisation adaptée à des cycles longs a nécessairement un coût de fonctionnement plus élevé et une inertie plus grande. Appliquée à des activités de cycle court, elle aura tendance à offrir des produits tardifs et moins bien adaptés à l’actualité de la demande qu’une organisation adaptée à des cycles courts, tout en ayant à couvrir des frais de fonctionnement plus élevés. Une telle organisation sera donc désavantagée au point d’être condamnée à l’échec si les produits à cycle court constituent l’essentiel de ses revenus et si la situation est fortement concurrentielle. Si par contre les productions à cycle court sont à la fois secondaires et fortement liées à des productions principales à cycle long, elle peut néanmoins fonctionner de façon relativement satisfaisante quitte à subventionner les productions annexes. De plus, il est toujours possible de mettre en place à l’intérieur de l’organisation « longue » une organisation « courte » pour ces prestations secondaires. A l’inverse, une organisation adaptée à des cycles courts sera impatiente de mettre des produits sur le marché sans avoir pris tout le temps nécessaire pour les études préalables et en limitant les investissements au minimum. Elle comportera de toute façon peu de collaborateurs capables d’analyses et de prévisions à long terme. Il risque d’en résulter des produits mal conçus et de qualité insuffisante, et un appareil de production adapté préférentiellement aux séries courtes donc plus coûteux pour la production en grande série. Si les produits relèvent réellement de cycles longs, l’entreprise ne pourra pas corriger rapidement ces désavantages concurrentiels au moment où elle les constatera, et sera totalement désarmée pour résister à ses concurrents. Au total, entreprendre des activités à cycle long dans une organisation adaptée aux cycles courts est voué presque sûrement à l’échec, d’autant plus qu’une telle organisation ne pourrait s’accommoder de sous-unités possédant l’organisation et la culture requises par les cycles longs. En résumé, le jeu de la concurrence et le phénomène de sélection naturelle qui en résulte ont pour effet d’associer étroitement certaines formes de production et certaines personnalités d’entreprise. Une entreprise adaptée aux cycles longs ne pourra réussir dans de nouvelles productions que si leur cycle est de même nature ou s’il s’agit de productions secondaires

170

dont elle ne cherche pas à tirer un profit important. Une entreprise adaptée aux cycles courts n’a pratiquement aucune chance de réussir dans des activités à cycle long.

171

Chapitre 13 – La structuration du système productif
Dans les deux chapitres précédents, nous avons d’abord examiné comment la concurrence entre des entreprises qui offrent des biens directement substituables produit des structures sectorielles différentes selon les attributs économiques des processus de production de ces biens. Puis nous avons étudié comment des activités différentes peuvent ou non coexister à l’intérieur d’une même entreprise. Nous avons montré que les structures sectorielles et les personnalités d’entreprise reposent sur une base commune formée par les caractéristiques des activités des entreprises, au premier rang desquelles la durée d’exécution de leurs processus et le rapport des coûts fixes aux coûts variables pour ces mêmes processus. Dans ce chapitre, nous allons combiner les apports des deux chapitres précédents pour examiner les mécanismes qui président à la structuration générale du tissu productif : diversification ou spécialisation des entreprises, intégration ou désintégration des processus de production. Comme toujours dans cet ouvrage, nous n’essaierons pas de proposer une théorie de ces structures à proprement parler, mais simplement un outil d’analyse permettant de comprendre les situations réelles et éventuellement d'en développer une théorie, tout en illustrant cet outil proposé par quelques cas particuliers.

Les processus comme substrat du système productif
Dans le monde économique contemporain, d’innombrables entreprises produisent une multitude de biens en exécutant chacune un ensemble particulier de processus. Rappelons que nous utilisons le terme de « bien » pour désigner tout ce qu’un agent peut désirer qu’un autre agent fasse pour lui, ou qu’il pense désirable par un autre agent, que ce soit une chose matérielle ou la simple exécution d’un processus. Un bien peut être destiné à être consommé par des êtres humains ou par des entreprises dans la production d’autres biens (on les appelle alors « biens intermédiaires »). Chaque entreprise est à la fois productrice et consommatrice de biens. Un même bien peut être produit par des entreprises différentes. Pour un même bien, des processus de production différents peuvent coexister à un instant donné, et ces processus peuvent évoluer. Un phénomène fondamental est la division du travail entre les entreprises. Chacune décide de produire certains biens en utilisant certains processus, et de ne pas exécuter ellemême d’autres processus, pour lesquels elle préfère s’adresser à d’autres entreprises à travers des mécanismes de marché. Comment un entrepreneur choisit-il ses activités, aussi bien initialement lors de la création de son entreprise que tout au long de la vie de celle-ci ? Pourquoi une même activité peut-elle ne pas être rentable pour une entreprise et l’être pour une autre ? Comment les entreprises se répartissent-elles l’exécution des différents processus nécessaires à une production complexe et établissent-elles entre elles les relations de coordination nécessaires ?

Un exemple
Partons d’un bien particulier, par exemple l’ordinateur sur lequel j’écris ce texte. Il y a quelque temps, je l’ai commandé à l’entreprise Dell à travers Internet ; il m’a été livré un peu plus tard par un transporteur qui l’avait pris dans un entrepôt de cette entreprise. Pour rendre cela possible, Dell avait dû auparavant définir son catalogue et mettre en place le système

172

informatique de prise de commandes. Puis, au reçu de ma commande, elle a composé, testé et emballé mon ordinateur. Avant d’en arriver là, Dell avait dû approvisionner certains éléments comme l’écran et le clavier, qu’elle achète à des fournisseurs tiers, et assembler l’unité centrale. Préalablement à cette opération d’assemblage, Dell avait dû acquérir des unités de disques, une carte graphique, une carte son, des mémoires, un microprocesseur, etc. choisis dans le catalogue d’autres fournisseurs. Puis Dell a installé des programmes dont elle a obtenu des licences de Microsoft, McAfee, 3Com et d’autres, ainsi que des programmes qu’elle a développés elle-même ou dont elle a sous-traité le développement. L’entreprise Dell a ainsi exécuté certains processus dont elle a obtenu les intrants auprès d’autres entreprises. Pour chacun des intrants, on peut remonter à l’entreprise qui les a produits, en utilisant elle-même certains intrants, et ainsi de suite, d’entreprise en entreprise et de processus en processus, jusqu’aux intrants primaires qui sont donnés par la nature. A ce produit final qu’est mon ordinateur, on associe ainsi l’ensemble des processus qui ont dû être exécutés pour le produire, et l’ensemble des entreprises qui les ont exécutés. J’aurais pu m’adresser à un autre constructeur de PC comme Compaq, IBM ou Gateway ; en remontant alors cette autre filière, j’aurais trouvé un autre ensemble d’agents qui auraient produit et échangé d’autres biens ou services. Certains fournisseurs auraient été communs à ces différentes filières, par exemple Intel pour la fabrication des microprocesseurs et Microsoft pour le système d’exploitation ; d’autres auraient été différents. Mais dans toutes ces filières, j’aurais identifié en gros les mêmes processus et la même répartition des rôles entre types d’acteurs : assembleurs, transporteurs, revendeurs, fabricants de disques, fabricants de cartes, fabricants de processeurs, développeurs de logiciels, etc. Selon le fournisseur choisi, j’aurais dans un premier temps commandé ma machine à travers un processus de prise de commandes, et elle m’aurait ensuite été livrée par un transporteur, ou bien je l’aurais choisie dans un magasin et je l’aurais emportée moi-même, à moins que n’aie confié cette tâche à un transporteur qui m’aurait rendu ce service. Les différences entre filières n’auraient alors porté que sur les processus de commande et de livraison situés à l’aval de la chaîne. Au lieu d’un PC, j’aurais pu choisir un Macintosh chez un revendeur, et ce sont de nouveau sensiblement les mêmes processus qui l’auraient produit, mais exécutés par d’autres entreprises et peut-être regroupés différemment : par exemple, Apple n’achète pas le système d’exploitation à Microsoft mais le développe elle-même. Enfin, au lieu d’acheter un ordinateur « prêt à utiliser », j’aurais pu me composer un ordinateur sur mesure en allant choisir séparément les composants chez un revendeur et en l’assemblant moi-même. Les processus nécessaires seraient restés les mêmes sauf que j’en aurais exécuté moi-même une plus grande partie au lieu qu’ils soient exécutés par des entreprises. Au total, je peux satisfaire mon désir d’utiliser un ordinateur de multiples façons, chacune supposant que des agents économiques exécutent pour cela un ensemble de processus liés les uns aux autres. Si maintenant je compare tous ces ensembles de processus indépendamment de leur répartition entre agents, je constaterai qu’ils comportent : - une partie commune à peu près invariante selon le chemin choisi, qui constitue le processus fondamental de production du bien considéré, - des processus d’échange entre les agents qui interviennent dans la production,y compris moi-même en tant que consommateur, et qui dépendent de la répartition des processus de production entre les agents,
173

- des processus de gestion internes à chaque agent, qui dépendent de la constitution et de la personnalité de l’agent considéré, notamment de son répertoire de processus de production et d'échange. Par exemple, pour produire un ordinateur avec les technologies actuelles, il faut toujours graver un microprocesseur, des puces de mémoire et d’autres puces spécialisées, les assembler sur des cartes électroniques, fabriquer divers autres éléments comme des plateaux de disques magnétiques ou optiques, des écrans cathodiques, des claviers, puis procéder à différentes étapes d’assemblage, et enfin prendre des commandes, procéder à l’assemblage final et transporter le système chez l’acheteur. Ces processus peuvent être répartis de multiples façons entre les entreprises qui interviennent dans cette production, mais doivent être exécutés quelle que soit cette répartition. Nous avons ainsi pu associer à un bien, ici le micro-ordinateur installé chez moi prêt à l’emploi, une structure de processus de production sous-jacente à la structure de l’appareil de production proprement dit. Cette infrastructure est définie par le bien considéré et l’état des technologies. Une telle infrastructure étant donnée, une structure industrielle particulière se caractérise par une certaine répartition des processus de production entre les agents. A son tour, chaque répartition particulière des processus de production oblige chaque agent à exécuter des processus supplémentaires : des processus d’acquisition pour les intrants qu’il obtient d’autres agents, des processus de cession pour les biens qu’il propose aux autres agents à travers le marché, et des processus de coordination pour l’intégration interne des activités qu’il s’est choisies. Tous ces processus sont soumis à des contraintes et génèrent des contraintes pour les agents qui les exécutent. Leur exécution a un coût qui doit être couvert par les revenus de chaque entreprise qui les supporte. Au total, le coût de production du bien final incorpore les coûts d’exécution de tous ces processus et peut donc varier selon la structure industrielle en place alors même que les technologies de production proprement dites restent invariantes. Deux biens substituables ayant rigoureusement la même valeur pour l’utilisateur voire identiques, mais produits par deux structures différentes, peuvent donc avoir des coûts différents, ce qui se traduit soit par des prix de vente différents, soit par des profits différents pour les entreprises qui les produisent. On voit ainsi que derrière la concurrence entre produits et entre entreprises joue également une concurrence indirecte entre modèles de structure. A terme, à travers les décisions des acteurs, on peut s'attendre à voir les structures les plus efficaces l’emporter progressivement et les structures moins efficaces disparaître. De fait, dans notre exemple des micro-ordinateurs, on constate l’existence d’un modèle dominant adopté par de très nombreuses entreprises et qui sert la plus grande part du marché. Dans ce modèle, chaque type de composant (microprocesseur, mémoires, unités mécaniques, logiciel, etc.) est produit par une entreprise spécialisée, et l’assemblage final est réalisé par une entreprise qui n’a aucune autre activité de fabrication. Les seules variantes structurelles se situent en aval de ce processus d’assemblage et portent sur les processus de commercialisation, qui peuvent être soit assurés par l’assembleur lui-même (cas de Dell), soit confiées à des entreprises de distribution. Il est d’ailleurs à noter qu’un nombre croissant d’entreprises adoptent le modèle de la distribution directe, qui deviendra certainement le modèle dominant. Cette structure ne s’est constituée que récemment. Jusque vers 1980, l’industrie informatique a été presque exclusivement formée d’entreprises intégrées verticalement, dont chacune offrait la panoplie complète des éléments nécessaires à ses clients. A côté du modèle actuel d’une industrie totalement éclatée subsistent quelques modèles atypiques, parmi
174

lesquels Apple qui continue à développer ses propres logiciels de base, qui ne sont disponibles que sur ses machines, et Sun (si on admet de réunir les micro-ordinateurs et les stations de travail, ce qui est de plus en plus le cas), qui produit elle-même non seulement son propre système d’exploitation mais aussi son propre microprocesseur. Chacune de ces deux entreprises est en quelque sorte en concurrence avec l’ensemble de toutes les entreprises du modèle dominant quelle que soit leur spécialité.

Généralisation : secteurs et industries
Appliquons ce même raisonnement à l’ensemble de l’économie. Au lieu de considérer un bien particulier utilisé par un agent particulier, il nous faut maintenant parler du marché et de l’industrie en général. Dans le chapitre 5, nous avons introduit la notion de bien générique, défini par un processus de sélection applicable par un agent à l’ensemble des biens pour identifier les biens réels qui peuvent servir d’intrants à un de ses processus. Tout bien réel qui satisfait les critères représentés par ce processus de sélection fait partie de ce bien générique. A tout bien générique, on peut associer un marché formé de l’ensemble des demandeurs (réels ou potentiels) de ce bien générique. De même, on peut associer à tout bien générique l’ensemble des agents qui proposent des biens satisfaisant cette définition, que nous appellerons son « secteur ». En considérant les entreprises qui fournissent des intrants à ce secteur, nous pouvons appeler « industrie » de ce bien l’ensemble des agents qui concourent à le produire. En première approximation, l’industrie d’un bien comprend non seulement les offreurs de ce bien, mais aussi toutes les entreprises productrices de biens intermédiaires utilisés dans sa production. La définition d’un bien, qui définit aussi un secteur ou une industrie dont il constitue la limite aval, peut être choisie de façon arbitraire selon les phénomènes qu’on se propose d’étudier. A un extrême, on trouvera les biens qui sont utilisés par les processus de consommation des êtres humains, qui ne produisent aucun extrant autre que des satisfactions. Mais on peut aussi s’intéresser au secteur ou à l’industrie d’un bien intermédiaire utilisé dans la production d’autres biens. Cette définition peut aussi aller du plus précis (« le véritable cassoulet de Castelnaudary ») au plus général (« la nourriture »). D’après les définitions ci-dessus, l’industrie d’un bien contient évidemment son secteur, mais aussi toutes les entreprises dont les produits sont utilisés, directement ou indirectement, par les entreprises de ce secteur. Cette définition est trop large, car toutes les industries contiendraient alors les producteurs d’électricité, les banques et les transporteurs, pour ne citer que des exemples. Et à la limite, puisque à leur tour les entreprises productrices d’électricité utilisent les produits de nombreux autres secteurs tous eux-mêmes utilisateurs d’électricité, il serait impossible de fixer des bornes amont à une industrie, ce qui enlèverait tout intérêt à cette notion. Il faut donc fixer une limite amont à la remontée des processus de production, et s’arrêter quand un intrant n’est pas spécifique du processus de l’entreprise utilisatrice. On considérera donc que la production d’électricité est une industrie particulière, qui sert toutes les autres mais n’est incluse dans aucune. La même position vaut pour la banque, l’assurance, le transport, mais aussi pour les ordinateurs, la restauration, les articles de bureau, dont les produits sont utilisés par toutes les autres industries. Il peut arriver qu’un intrant spécifique d’un processus soit produit par une entreprise ou un processus qui produit également des extrants non utilisés par les processus des entreprises aval ou non spécifiques de leurs activités. Ce processus, et ceux qui se trouvent en amont,

175

doivent alors être inclus dans les processus qui caractérisent l’industrie, et cette entreprise doit alors être considérée comme intervenant dans plusieurs industries.

Infrastructure et superstructure
Imaginons qu’une industrie est formée par une seule entreprise, qui exécute tous les processus nécessaires à la production du bien (ou, ce qui revient au même pour notre propos, par plusieurs entreprises concurrentes, mais dont chacune exécute l’ensemble de ces activités). Ces entreprises n’exécutent de processus d’acquisition que pour des biens non spécifiques, et de processus de cession que pour le bien final. Elles exécutent en revanche des processus internes de coordination de leurs différentes activités. Si au contraire certaines entreprises se bornent à n’exécuter que certains processus de production, elles doivent exécuter des processus supplémentaires d’acquisition et de cession de biens intermédiaires, mais en contrepartie il est possible que leurs processus internes de coordination soient plus simples. Dans le cas le plus général, une industrie comporte un grand nombre d’entreprises plus ou moins spécialisées, ce qui permet un encore plus grand nombre de combinaisons d’entreprises capables de produire le bien de cette industrie. A chacune de ces combinaisons correspond un ensemble de processus exécutés par ces entreprises pour produire ensemble ce bien. Si on exclut de ces processus les processus d’acquisition et de cession inter-entreprises et les processus de coordination internes aux entreprises, on obtient un ensemble de processus de production proprement dits. Pour un état donné des technologies, cet ensemble est commun à tous les ensembles de processus qui correspondent à une production particulière, et forme l’infrastructure ou la « trame »de cette industrie. On peut alors considérer cette infrastructure de processus comme une base invariante et étudier comment les agents se répartissent ces processus, c’est à dire la division du travail entre les agents. Une industrie est ainsi caractérisée par un ensemble structuré de processus de production d’un bien générique, que nous appellerons sa trame. Une répartition particulière de ces processus de production entre des entreprises distinctes forme une structure industrielle, et définit les processus de communication et d’échange entre entreprises que celles-ci doivent être capables d’exécuter. Nous appellerons cet ensemble de processus, qui dépend de la structure industrielle, la « superstructure » de cette industrie. Cette superstructure sera d’autant plus développée que les entreprises sont plus spécialisées, c’est à dire que l’industrie est plus fragmentée. Notons que les processus de cette « superstructure » appartiennent aux entreprises et sont exécutés par elles, et non par quelque agent imaginaire qui leur serait extérieur. En définissant les processus de production et de communication dont chaque entreprise est dotée, la structure industrielle définit aussi indirectement leurs processus de coordination interne. En règle générale, ces processus devront être d’autant plus développés que chaque entreprise, et donc l’industrie, est plus intégrée. Dans le cas extrême d’une structure intégrée où toutes les entreprises exécutent la totalité des processus de production, la superstructure sera minimale et les structures internes lourdes ; ce sera l’inverse dans l’autre cas polaire d’une structure éclatée où les différents processus sont exécutés par des entreprises différentes. En fixant une répartition des processus de la trame entre entreprises distinctes, une structure industrielle particulière définit des modèles d’entreprises à partir des processus qu’ils exécutent. Chacun de ces modèles peut être adopté par plusieurs entreprises, qui se

176

trouveront alors directement concurrentes pour qu’elles exécutent. Ces entreprises forment alors parts de marché obéit aux principes que nous organisation interne, ou plutôt leur personnalité, avons développées dans le chapitre 12.

la fourniture des extrants des processus un secteur où l’évolution des prix et des avons examinés au chapitre 11, et leur est soumise aux considérations que nous

Processus élémentaires
La définition des processus qui constituent l’infrastructure ou la trame d’une industrie est en partie arbitraire. Il se peut qu’un processus puisse être lui-même décomposé en deux processus consécutifs susceptibles d’être exécutés par deux agents différents. Puisque notre ambition est d’associer à une industrie une infrastructure de processus de production commune à toutes les structures industrielles possibles, et donc indépendante de la répartition de ces processus entre les entreprises, il importe d’identifier des processus élémentaires qui ne peuvent pas être subdivisés plus avant. Un processus peut être considéré comme élémentaire si, dans l’état actuel des technologies, il n’existe pas de moment dans le déroulement de ce processus où la partie antérieure à ce moment produit des extrants identifiables que la partie aval utilise comme intrants, ce qui rendrait possible que les deux parties du processus ainsi décomposé soient exécutées par deux entreprises indépendantes interagissant à travers le marché. A ce stade de notre réflexion, nous ne nous préoccupons pas de savoir si une telle décomposition serait économiquement avantageuse, mais seulement si elle est techniquement possible. Le plus haut degré de spécialisation, ou de dés-intégration, concevable pour une industrie est celui où chaque entreprise n’exécute qu’un seul processus élémentaire de production. La trame d’une telle industrie est formée d’un certain nombre de niveaux successifs où les extrants des processus du niveau amont sont les intrants des processus du niveau aval. Les entreprises de chaque niveau sont en concurrence entre elles pour fournir les entreprises situées immédiatement en aval, qui forment le marché de leurs produits,et pour acquérir les produits des entreprises du niveau amont. Une telle industrie est donc un ensemble de secteurs, dont chacun est formé par l’ensemble des entreprises qui exécutent un processus particulier de la trame, et de marchés sur lesquels les entreprises du secteur amont échangent avec les entreprises du secteur aval. Les mécanismes de formation des prix et des parts de marché que nous avons vus au chapitre 11 s’appliquent à chacun de ces secteurs élémentaires. Le déterminant essentiel de la structure d’un secteur est l’échelle économique de production, c’est à dire l’échelle économique d’exécution du processus caractéristique de ce secteur, qui est rappelons-le égale au produit du rapport des coûts fixes aux coûts variables par un facteur qui est lui-même une fonction croissante de la sensibilité du marché au prix et de ce fait une fonction décroissante de la spécificité du produit. Si cette échelle économique de production est faible par rapport à la taille du marché, le secteur tendra à adopter une configuration formée par des entreprises nombreuses occupant des parts de marché voisines et relativement faibles, pratiquant des prix situés dans un intervalle étroit et voisins du coût variable, et obtenant des marges uniformément faibles, ce que nous avons appelé un « secteur dispersé » assimilable à la concurrence atomique de la théorie standard. Si à l’opposé l’échelle économique de production est élevée par rapport à la taille du marché, le secteur tendra à adopter une configuration d’oligopole fortement dissymétrique et stable, avec une entreprise fortement dominante réalisant des profits élevés et un tout petit nombre d’entreprises secondaires plus ou moins à la limite de la survie. Les prix du bien
177

seront du même ordre de grandeur que le prix de survie de la plus petite entreprise productrice, c’est à dire le coût variable de production augmenté du quotient des coûts fixes par la quantité vendue par cette entreprise. Quant aux marchés sur lesquels ont lieu les échanges entre les entreprises de deux secteurs consécutifs, ils prendront des allures différentes suivant la structure des secteurs amont et aval. Si les deux secteurs sont dispersés, il y aura sur ce marché un grand nombre de vendeurs et d’acheteurs, comme sur le marché «pur et parfait » de la théorie conventionnelle ; si le secteur amont est concentré et le secteur aval dispersé, un petit nombre de vendeurs feront face à un grand nombre d’acheteurs ; ce sera l’inverse si le secteur amont est dispersé et le secteur aval concentré ; si enfin les deux secteurs sont concentrés, il n’y aura sur le marché qu’un petit nombre de vendeurs et d’acheteurs. La réalité est évidemment plus complexe. Chaque entreprise choisit les processus qu’elle désire exécuter, et doit respecter dans ce choix certaines contraintes imposées par la structure actuelle du secteur. Ce faisant, les entreprises contribuent à construire cette structure. Elles peuvent modifier les caractéristiques économiques des processus existants, proposer de nouvelles combinaisons de processus ou modifier la trame elle-même par invention de nouveaux processus. A travers la concurrence entre les entreprises, les processus modifiés, les nouveaux processus et les nouvelles combinaisons sont en concurrence avec les processus existants et leur distribution actuelle entre entreprises. La structure d’une industrie à chaque point du temps, et l’évolution de cette structure, résultent ainsi de l’interaction entre les décisions des acteurs quant à leurs activités et le verdict que rend le marché à travers ses achats des produits des différentes entreprises. On peut penser a priori qu’une structure se substituera à une autre si elle se traduit par des coûts moindres, une meilleure cohérence des activités et une meilleure adéquation entre activités et ressources des entreprises.

L’intégration verticale
Examinons d’abord l’intégration d’activités dans une même entreprise. Considérons pour simplifier la situation de départ suivante : un secteur S1 utilise un bien (générique) A que les entreprises de ce secteur se procurent sur un marché MA pour produire avec le processus P1 un bien (générique) B qu’elles proposent sur un marché MB ; puis un secteur S2, composé d’entreprises distinctes de celles de S1, utilise le bien B qu’il se procure sur le marché MB pour produire avec le processus P2 un bien C qu’il propose sur un marché MC. En plus de leur processus de production P1, les entreprises du secteur S1 doivent exécuter des processus d’acquisition de A et des processus de cession de B ; de même, les entreprises de S2 doivent exécuter des processus d’acquisition de B et des processus de cession de C ; les coûts d’exécution de ces processus font partie des coûts de transaction associés à cette structure industrielle. Supposons maintenant qu’une entreprise X exécute séquentiellement les deux processus P1 et P2, dont les définitions sont inchangées. Elle se procure le bien A sur le marché MA aux mêmes conditions que les entreprises du secteur S1 et propose le bien C sur le marché MC en concurrence avec les entreprises du secteur S2. Cette entreprise a procédé à l’intégration verticale des processus P1 et P2. Quels sont les avantages et les désavantages de X par rapport aux autres entreprises, et donc de l’intégration sur la spécialisation verticale ? Quelle est en conséquence la structure « naturelle » de l’industrie formée par les processus P1 et P2, en supposant que les mécanismes évolutifs mis en branle par la concurrence feront que celle des deux structures qui est avantagée supplantera progressivement l’autre ?

178

Plus qu’une analyse rigoureuse, la discussion qui suit est un exemple des raisonnements qu’autorise la représentation des activités en termes de processus. De toute façon, comme presque toujours en économie, les prédictions exactes sont impossibles, et on ne peut identifier que des tendances. La décision d’exécuter dans une même entreprise les processus de production P1 et P2 jusque là exécutés par des entreprises distinctes est une décision d’entrepreneur qui comporte une part d’incertitude. Nous séparerons donc l’analyse de cette décision proprement dite et l’analyse de l’action qui en résulte, autrement dit la probabilité qu’une entreprise entreprenne une telle action d’intégration, qui ne dépend que de l’analyse effectuée par cette entreprise, et le résultat probable de cette action, qui dépend des réactions des autres entreprises et du marché. Bien entendu, l’entreprise qui envisage une telle action essaiera de prévoir les réactions des autres acteurs, et donc son analyse inclut une analyse de ses chances de réussite ; mais cette analyse est subjective et peut être démentie ultérieurement par les faits. Nous ferons néanmoins l’hypothèse minimale que les acteurs sont lucides, c’est à dire qu’ils ne se lanceront pas dans un projet si leurs chances de réussite sont faibles. En tout état de cause, s’ils se lancent quand même, ils seront promptement éliminés, et leur action n’aura donc pas d’importance à terme. A l’inverse, il n’est pas certain pour autant que les entreprises lucides réussiront. Nous devons donc adopter une approche statistique et considérer que le nombre d’entreprises qui réussiront dans leurs projets d’intégration, et donc l’effet total sur la structure industrielle, est corrélé avec leur probabilité de réussite. Pour tenter une opération d’intégration, il faut en avoir à la fois le désir et les moyens. Les motivations possibles peuvent être la recherche de profits supplémentaires, par exemple par une meilleure rentabilité des capitaux investis, la recherche d’une croissance du chiffre d’affaires, qui traduit souvent une simple volonté de puissance sans véritable justification économique, ou une meilleure connaissance du marché, surtout dans le cas de l’intégration vers l’aval. Pour estimer la probabilité de réussite, les paramètres à prendre en compte sont : - les caractéristiques des processus P1 et P2, et donc des secteurs S1 et S2 et des marchés MB et MC ; l’origine de l’entreprise X : secteur S1, secteur S2 ou nouvel entrant ;

- les modalités de l’action : extension d’activité de l’entreprise ou acquisition d’une entreprise du secteur-cible. Conquérir une position dans un secteur et sur un marché où on n’est pas encore présent exige toujours du temps et des investissements : d’abord ceux nécessaires à la mise en place de la nouvelle capacité de production, ensuite ceux nécessaires pour couvrir les pertes initiales pendant la durée où la part de marché passe de zéro au niveau qui justifiera l’investissement. Pour gagner du temps, l’entreprise X peut acquérir une entreprise présente dans le secteur cible, ce qui demande aussi des liquidités. Quelle que soit la méthode choisie, l’entreprise ne peut disposer des sommes nécessaires que grâce à une bonne santé financière, qui se traduit soit par la disponibilité immédiate des capitaux nécessaires, soit par une réputation suffisante pour convaincre des investisseurs tiers de les prêter. Or des entreprises opérant dans des secteurs dispersés ont généralement une profitabilité et des capitaux modestes, si bien qu’elles ne disposeront qu’exceptionnellement des réserves nécessaires à l’entrée dans un secteur concentré.

179

Prendre pied dans un secteur dispersé est relativement facile, car cela ne demande que des investissements faibles et il suffit de volumes modestes, donc susceptibles d’être vite atteints, pour que l’activité soit viable. Au contraire, prendre pied dans un secteur concentré déjà constitué est très difficile : il y faut au départ des investissements considérables, et on ne peut prétendre à des avantages concurrentiels substantiels tant qu’on n’a pas atteint des volumes élevés. Or, dès qu’un nouvel entrant est perçu comme une menace par les entreprises en place, celles-ci, et en particulier l’entreprise dominante, ont les moyens d’empêcher cette entrée en fixant les prix suffisamment en dessous du prix de survie du nouvel entrant. A priori, on en déduit que, pour une entreprise d’un secteur dispersé, il est pratiquement impossible d’entrer dans un secteur concentré et que ses chances de réussite dans un autre secteur dispersé dépendent de sa capacité financière actuelle. Pour une entreprise d’un secteur concentré, entrer dans un secteur dispersé est relativement facile, et entrer dans un autre secteur concentré est assez facile pour le dominant du secteur de départ mais difficile pour les autres. Le succès relatif réel des deux structures est déterminé par le comportement du marché final MC. Les différences de structure se traduisent sur ce marché par des différences de coût des biens C, qui intègrent le coût des biens B pour l’entreprise aval X d’une part, pour celles du secteur S2 d’autre part. Dans une intégration vers l’amont, X exécute déjà le processus P2 et est déjà présente sur le marché du produit final MC. Dès qu’elle s’est dotée des ressources nécessaires, elle peut donc exécuter immédiatement P1 à la même échelle que P2, déterminée par sa part du marché MC. Au contraire, dans une intégration vers l’aval, X n’est pas encore présente sur le marché du produit final MC et doit en gagner une certaine part alors qu’elle le connaît mal. L’intégration vers l’aval est donc plus difficile, mais elle est également plus souvent souhaitée, car la motivation de l’action d’intégration est souvent d’acquérir une connaissance du marché final afin d’obtenir un avantage sur le marché du bien intermédiaire B. Pour la structure spécialisée, les coûts encourus au total par une entreprise du secteur S1 et une entreprise du secteur S2 se décomposent de la façon suivante : coûts d’acquisition de A, coûts de production de B par S1, coûts de coordination de S1, coûts de cession de B par S1, coûts d’acquisition de B par S2, coûts de production de C par S2, coûts de coordination de S2, coûts de cession de C par S2. Pour l’entreprise X intégrée, le coût total se résume à : coûts d’acquisition de A, coûts de production de B, coûts de production de C, coûts de coordination de X, coûts de cession de C. Les différences entre les coûts unitaires de l’entreprise X d’une part, des entreprises spécialisées d’autre part, peuvent ainsi avoir quatre origines : - l’économie de coûts de transaction formée par la somme des coûts de cession de B par S1 et des coûts d’acquisition de B par S2, le profit prélevé par les entreprises du secteur S1,

- le supplément éventuel de coûts de coordination interne : coûts de coordination de X moins la somme des coûts de coordination dans les secteurs S1 et S2, - la différence d’échelle d’exécution des processus entre X et les autres entreprises.

180

Ce dernier facteur agit de façon très différente selon que les processus P1 et P2 présentent ou non des économies d’échelle importantes. Si ces deux processus ont des coûts fixes faibles, et donc s’ils entraînent des structures sectorielles dispersées, les coûts unitaires sont à peu près insensibles à l’échelle, et les seules différences de coût unitaire sont dues aux trois premiers facteurs. Or il est probable que l’économie de coûts de transaction sera supérieure au supplément de coûts de coordination, si bien que l’entreprise intégrée aura un avantage. Toutefois, cet avantage restera léger car la différence entre les coûts de transaction évités et les coûts de coordination supplémentaires est probablement faible par rapport aux coûts d’exécution des processus de production. Réunir en une seule entreprise deux activités correspondant à des secteurs dispersés ne présente donc que des avantages limités qu’il convient de mettre sérieusement en balance avec la perte possible d’autonomie, d’agilité et de spécificité. Dans la majorité des cas, deux activités de type dispersé réussiraient aussi bien séparément. Les réunir ne leur confère un avantage concurrentiel que s’il existe entre leurs chaînes de valeur de nombreuses possibilités de synergie, et cela pour des activités où l’échelle optimale est assez élevée pour dépasser l’échelle de chacune des entreprises. Au niveau de l’ensemble de l’industrie, l’existence de l’entreprise intégrée X ne changera pas notablement la structure dispersée du marché MC et de l’ensemble formé par les entreprises des secteurs S1 et S2 et l’entreprise X. Plus généralement, pour un ensemble de processus consécutifs de la trame dont aucun ne présente d’économies d’échelle significatives, la répartition de ces processus entre entreprises n’a pas de conséquences pour la structure globale. Dans les limites de cet ensemble, des entreprises spécialisées et des entreprises intégrées pourront coexister sans que cela change notablement la dynamique du marché aval que servent directement ou indirectement ces entreprises. L’ensemble des entreprises qui exécutent des processus consécutifs à faibles économies d’échelle peut être considéré comme formant un seul secteur, où coexistent des entreprises spécialisées et des entreprises localement intégrées. Il n’en va pas de même quand un au moins des processus P1 et P2 présente un fort potentiel d’économies d’échelle, autrement dit si son échelle économique d’exécution est élevée. Si c’est le cas par exemple pour le processus amont P1, le secteur S1 tend à se structurer en un secteur concentré, c’est à dire à prendre la forme d’un oligopole fortement dissymétrique. Le prix du bien B sur le marché MB s’établit à un niveau qui exclut du secteur S1 les entreprises qui exécuteraient le processus P1 à une échelle inférieure à une certaine valeur minimale. Toute entreprise qui exécute P1 à une échelle inférieure supporte un coût unitaire de production du bien B supérieur à son prix de marché. Si c’est le cas de l’entreprise intégrée X, ce supplément de coût se répercute sur son produit final C. Elle est donc désavantagée sur le marché MC, et ce d’autant plus que sa part de ce marché est plus faible. Pour compléter cette analyse, il faut prendre en considération la personnalité de l’entreprise, dont la position actuelle témoigne d’avantages concurrentiels dans son secteur d’origine, qui peuvent ou non se révéler pertinents dans le nouveau secteur et y seront rarement suffisants. Plus profondément, l’organisation et la culture qui ont permis à l’entreprise de réussir dans son secteur sont plus ou moins bien adaptées au nouveau secteur dans lequel elle s’engage. Les chances de réussite seront maximales si les activités nouvelles s’accommodent de la même organisation et de la même culture, donc a priori si les cycles majeurs des activités ont des durées voisines et si les secteurs ont des niveaux de concentration voisins. Nous avons vu au chapitre précédent que pour une entreprise opérant au départ dans un secteur dispersé, entreprendre des activités différentes, mais relevant également d’un secteur dispersé, est une opération relativement facile et susceptible de réussir. A l’opposé, des

181

entreprises adaptées aux cycles longs, donc aux secteurs concentrés, peuvent assez facilement tolérer en leur sein des organisations adaptées aux cycles courts. Des entreprises de secteurs concentrés peuvent assez facilement tenter de pénétrer dans des secteurs dispersés, mais elles n’y réussiront durablement qu’à condition de créer et de préserver pour ces activités une organisation et une culture opposées à leur personnalité d’origine, ce qui ne peut guère être garanti que par une organisation nettement séparée.

La dés-intégration
Examinons maintenant le cas inverse où une entreprise se scinde en deux entreprises indépendantes pour exécuter deux processus consécutifs qu’elle intégrait jusque-là, voire cesse d’exécuter un de ces deux processus. Il faut évidemment pour cela que cette entreprise y voie un avantage, ou le remède à une situation non satisfaisante. Dans l’entreprise intégrée, chacun des processus est exécuté à une même échelle, déterminée par la part de l’entreprise sur son marché final. Cette échelle de production effective peut, selon les activités, se situer au voisinage ou au-dessus de l’échelle économique propre à cette activité, ou au contraire lui être inférieure. Dans ce dernier cas, le coût de revient unitaire des produits est supérieur à celui que permettrait un volume de production plus élevé. Supposons que le processus de production du secteur intégré peut se décomposer en deux processus P1 et P2 séparables, c’est à dire que P1 fournit un extrant B que P2 utilise comme intrant, et qui peut être négocié sur un marché. Pour simplifier, supposons de plus que l’échelle économique de production du processus amont P1 est élevée, et que celle du processus aval P2 est beaucoup plus faible. Parmi les entreprises du secteur intégré, il s’en trouvera alors probablement au moins une dont l’échelle réelle de production est inférieure à l’échelle économique de P1 et supérieure à celle de P2, et dont les coûts de production seraient inférieurs si cette entreprise X exécutait le processus P1 à une échelle plus élevée. S’il existe déjà des entreprises spécialisées dans la production du bien intermédiaire B formant un secteur associé au marché MB, ce secteur a la forme d’un oligopole asymétrique dont au moins un des membres opère à une échelle très supérieure à celle de l’entreprise X, au point que le prix de B sur ce marché peut être inférieur à son coût de production pour l’entreprise X, même augmenté des coûts d’acquisition. Si c’est le cas, les entreprises spécialisées dans le processus P2 qui acquièrent B sur le marché pour produire des biens finaux concurrents de ceux de X sont avantagées par rapport à X sur le marché du bien final. Tôt ou tard, X ne pourra survivre qu’en abandonnant P1 pour acquérir le bien intermédiaire B sur le marché à un prix inférieur à son propre coût de production. C’est ainsi que la montée de la micro-informatique, construite à partir de composants électroniques et de systèmes d’exploitation produits par quelques entreprises spécialisées, a entraîné une restructuration du secteur des ordinateurs traditionnels, où tous les constructeurs produisaient leurs propres circuits et leurs propres logiciels, et dont la plupart se sont progressivement restreints à des activités d’assemblage, ou ont disparu. Si l’entreprise X estime avoir un avantage concurrentiel latent dans l’exécution du processus P1 et le produit B, elle peut vouloir continuer à exécuter les deux processus, mais elle doit alors offrir B sur le marché pour tenter d’y atteindre une part suffisante pour exécuter P1 à une échelle supérieure à celle du processus P2. Ce faisant, elle accepte que certains de ses concurrents sur le marché du bien final utilisent ce même bien intermédiaire B pour la concurrencer sur le marché du bien final. De ce fait, les avantages concurrentiels éventuels qu’elle tirait sur le marché du bien final des avantages de son bien B sont perdus pour son

182

activité aval P2, qui ne peut plus compter que sur des avantages propres à l’exécution des processus qu’elle conserve. De plus, cette activité aval dorénavant isolée est une activité à cycles courts où l’agilité et la liberté de manœuvre sont des atouts concurrentiels décisifs. Contraindre le secteur aval à n’utiliser que les produits de la maison-mère limite ses options et peut avoir le même effet négatif que conserver une offre intégrée. Autoriser l’amont de l’entreprise à vendre à d’autres que l’aval a pour contrepartie naturelle d’autoriser l’aval à acheter à d'autres que l'amont. Par ailleurs, les facteurs organisationnels et culturels deviennent de plus en plus critiques dans la concurrence entre entreprises spécialisées, et chaque segment de l’entreprise doit pouvoir adapter sa personnalité au secteur où il opère. Or il est probable que l’entreprise intégrée, pour réussir raisonnablement dans la production du bien B, avait adopté la personnalité adaptée à un secteur de type concentré. Sous peine d’échouer, l’activité amont et l’activité aval doivent donc devenir autonomes non seulement dans leur comportement concurrentiel à l’extérieur de l’entreprise, mais aussi à l'intérieur même de l’entreprise éclatée, qui tend à se décomposer en entreprises indépendantes. En tout état de cause, si l’entreprise décide de persévérer dans le processus P1, elle devient concurrente des autres fournisseurs dans le secteur amont S1, et s’engage de ce fait dans la dynamique de concentration caractéristique que nous avons étudiée au chapitre 11. Si ce secteur est déjà fortement constitué, l’entrée y est extrêmement difficile et la survie problématique ; la voie la plus raisonnable est alors d’abandonner complètement l’activité P1, en essayant de tirer le meilleur parti possible des actifs existants en les cédant par exemple à une des entreprises établies de ce secteur. Ce n’est que si le secteur est encore naissant qu’un nouvel entrant peut espérer s’y faire une place. Si le secteur n’existe pas, c’est à dire si aucune entreprise ne s’est spécialisée dans le processus P1, il n’y a pas de marché pour le produit intermédiaire B et toutes les entreprises qui l’utilisent le produisent elles-mêmes. Une entreprise qui reconnaît le caractère capitalistique du processus P1 et qui estime avoir un avantage concurrentiel latent dans son exécution peut vouloir offrir le produit B sur le marché dans l’espoir que d’autres feront la même analyse, mais préfèreront au contraire abandonner le processus P1 pour lui acheter le produit intermédiaire. Elle espère ainsi augmenter sa production de B et en diminuer le prix. Mais elle doit créer de toutes pièces le marché de ce produit et convaincre d’autres entreprises de modifier radicalement leurs processus de production, ce qui représente un risque non négligeable et exige un certain temps, donc des investissements élevés.

Externalisation et internalisation
La discussion ci-dessus repose sur une vue séquentielle de la trame des processus d’une industrie, où chaque entreprise exécute un ensemble de processus connexes dont elle obtient tous les intrants sur le marché et propose tous les extrants sur le marché, sans vouloir participer aux processus qui se trouvent en amont et en aval d’elle. Dans d’autres cas, une entreprise peut s’interroger sur l’opportunité d’exécuter elle-même un processus dont elle fournit les intrants et utilise les extrants, au moins en partie. Notons que ces intrants et extrants, en particulier les premiers, peuvent être de natures très diverses : non seulement des objets matériels, mais aussi des informations, des plans, des procédés de fabrication, et plus généralement des éléments de spécification du processus à exécuter. Pour exécuter ce processus en interne, l’entreprise doit évidemment posséder les ressources dotées des modèles de processus nécessaires, et avoir mis en place les processus de coordination avec ses autres activités. La taille de l’entreprise, qui lui est dictée par l’accueil réservé par le marché à ses produits finaux, détermine l’échelle effective d’exécution de tous

183

ses processus. De même, la nature des relations entre l’entreprise et chacun de ses processus détermine la fréquence à laquelle chacun de ceux-ci est exécuté. Les raisons les plus fréquentes pour externaliser un processus sont : l’impossibilité de réaliser des économies d’échelle pour les volumes imposés à l’entreprise par sa part du marché final, l’utilisation de ressources spécialisées trop rarement utilisées pour être pleinement efficaces, des différences de coût des ressources selon les entreprises, en général dues à des environnements physiques ou sociaux différents.

Mis à part ce troisième cas, comment une autre entreprise peut-elle réaliser des économies d’échelle inaccessibles à la première ? Il faut pour cela qu’elle exécute le processus concerné à une fréquence plus élevée ou à plus grande échelle que peut le faire une entreprise non spécialisée. C’est possible pour des processus qui requièrent des ressources spécialisées, mais ne sont exécutés que peu fréquemment dans la plupart des entreprises. Une entreprise qui se spécialise dans ces processus et les exécute pour des entreprises multiples peut à la fois être rentable et plus compétente. C’est le cas de nombreux services à forte composante intellectuelle comme les services juridiques, la publicité ou les différentes formes de conseil. Dans d’autres cas, le processus considéré n’est pas propre à l’entreprise ni même à son industrie. Plus précisément, les critères qui font d’un bien un intrant possible de ce processus peuvent également être satisfaits par d’autres biens produits par d’autres secteurs. Par exemple, pour des processus de transport ou de vente dans un magasin en libre service, les attributs significatifs des intrants sont la taille, le poids et d’autres caractéristiques physiques et chimiques. Le même processus peut alors accepter comme intrants des extrants de nombreux autres processus et d’autres industries, qui n’ont rien en commun sinon que leurs extrants respectent ces critères, et bien entendu que ce processus leur est utile. Par exemple, de nombreuses entreprises technologiques se bornent à concevoir des produits, qu’elles font fabriquer et commercialiser par d’autres sous leur marque. La compétence distinctive de telles entreprises est leur capacité à percevoir la demande du marché et à concevoir des produits innovants pour satisfaire cette demande. Elles s’appuient souvent pour la fabrication sur des entreprises qui se sont dotées de moyens de production où la définition de l’objet à fabriquer n’est pas entièrement inscrite dans le processus, mais peut au moins en partie être lue dans une spécification qui est un intrant du processus de production et donc un extrant de l’entreprise de conception. La mise en place de tels ateliers de production flexible nécessite des investissements plus élevés que pour un processus entièrement spécialisé, et entraîne donc une échelle économique d’exécution plus élevée mais qui peut être atteinte avec plusieurs produits différents. Les entreprises amont qui se limitent à la conception de produits n'exécutent ce processus qu'une seule fois pour chaque produit. Afin de justifier l’existence permanente des ressources correspondantes, probablement rares et coûteuses, ces entreprises doivent exercer cette activité de conception de façon continue, soit pour améliorer les produits existants, soit pour inventer des produits nouveaux. L’entreprise qui externalise un processus, c’est à dire le fait exécuter par une autre entreprise, doit le remplacer par un processus d’établissement et de gestion d’un contrat de service avec l’entreprise prestataire, qui comprend les processus de transfert des intrants et des extrants du processus sous-traité, ainsi probablement que des processus de coordination

184

supplémentaires. En contrepartie, elle peut se passer des ressources capables d’exécuter le processus en question. En règle générale, déplacer un processus de l’intérieur vers l’extérieur de l’entreprise oblige donc celle-ci à disposer de processus nouveaux de communication et d’échange avec l’extérieur, dont les coûts d’exécution constituent les « coûts de transaction » au sens de Coase et Williamson. En contrepartie, externaliser un processus peut simplifier les processus de communication interne de l’entreprise, dont les coûts d’exécution constituent les « coûts de coordination ». L’effet total dépend de la relation entre les processus de communication et d’échange liés au processus en question et les autres processus de communication et d’échange de l’entreprise, et de la même façon de la relation entre les processus de coordination liés au processus en question et les autres processus de coordination de l’entreprise. Si ces processus auxiliaires et les ressources qui leur sont consacrées sont liés exclusivement au processus externalisé, ils pourront être éliminés et l’économie sera maximale. Si au contraire ils sont utilisés par d’autres processus conservés en interne, l’économie sera marginale. Compte tenu des coûts de transaction supplémentaires, le bilan économique d’une telle externalisation ne peut être favorable que si deux conditions sont réunies : d’une part le processus sous-traité doit présenter un sérieux potentiel d'économies d’échelle qui sont hors de portée de l’entreprise, mais qu’un prestataire spécialisé travaillant pour plusieurs donneurs d’ordre peut réaliser, et d’autre part l’entreprise doit pouvoir faire l’économie effective des ressources internes qui auraient été nécessaires à cette activité. L’entreprise a intérêt à externaliser les processus pour lesquels ces conditions sont satisfaites, tant qu’elle conserve en elle-même au moins un ou plusieurs processus qu’elle peut exécuter de façon répétée et pour lesquels elle possède un avantage concurrentiel. En effet, les processus externalisés sont exécutés par des entreprises tierces également pour le compte d’autres entreprises qui peuvent être concurrentes. Un processus externalisé ne peut donc pas être la source d’un avantage concurrentiel pour l’entreprise qui l’externalise. Quant aux processus propres à l’entreprise prestataire, ils ne doivent pas nécessairement être des processus de production au sens habituel du mot, mais peuvent être des processus de coordination ou d’échange qui deviennent alors la véritable production de l’entreprise. Un raisonnement tout à fait analogue peut être utilisé pour les questions de localisation géographique des activités. Introduire une distance physique entre les lieux d’exécution de deux activités peut entraîner des différences de coût pour chaque intrant de chaque processus concerné. Les avantages éventuellement retirés de cette délocalisation doivent être mis en regard des coûts de la séparation, qui sont les coûts et la durée d’exécution des processus de conditionnement, de transport et de déconditionnement des biens transportés d’un lieu à l’autre, ainsi que les coûts supplémentaires de gestion des transports et de coordination des activités géographiquement séparées.

Evolution et innovation
Dans la discussion qui précède, nous avons implicitement supposé que la trame de l’industrie considérée conserve une structure constante dans le temps, et que seule la répartition des processus entre les entreprises peut varier, et avec elle la « superstructure » formée par les processus de communication et d’échange interentreprises, ainsi que l’« intrastructure » formée par les processus de coordination internes aux entreprises.. Nous allons maintenant généraliser cette approche en suivant l’évolution d’une industrie sous l’effet de l’innovation. Quand une entreprise est créée, c’est nécessairement parce qu’un agent économique (l’entrepreneur) perçoit une opportunité de réaliser un profit en exécutant une certaine
185

opération, c’est à dire un processus, dans certaines conditions définies par l’état actuel du tissu productif. Cette opération peut consister à appliquer de façon innovante des processus connus pour produire de nouveaux biens, à produire de façon plus efficace des biens déjà existants ou plus simplement à mettre des biens déjà connus à la disposition de marchés nouveaux. Au moment où elle se crée, une nouvelle entreprise n’a par définition que des ressources limitées et donc une capacité en processus limitée. Son créateur doit donc s’appuyer autant que possible sur des entreprises existantes pour exécuter les processus où lui-même n’apporte rien de nouveau, et concentrer ses efforts sur ceux où il estime disposer d’un avantage sur les entreprises existantes. Plus le tissu d’entreprises existant est spécialisé et différencié, plus le nouvel entrant a des chances de trouver sur le marché exactement les produits et services qui lui sont nécessaires, et plus il pourra se concentrer sur ses véritables innovations. Un haut degré de fragmentation de l’industrie est donc un facteur favorable à la création et à la réussite de nouvelles entreprises innovantes. Au départ, l’entreprise innovante a un monopole de fait sur son produit, tant que d’autres entreprises ne l’imitent pas. Si elle réussit, c’est à dire si le marché accepte ses produits, il est probable que la demande excédera la quantité que cette entreprise est capable de produire. Elle pourra donc pratiquer des prix élevés et engranger de confortables profits, mais cette situation privilégiée, jointe à l'existence d'une demande non servie, attirera vite des concurrents. Toutefois, il est possible que pendant un certain temps, d’autant plus long que la mise en œuvre du processus de production rencontre des obstacles naturels ou construits, la croissance du marché soit plus rapide que l’apparition de nouveaux concurrents. Si c’est le cas, la dynamique reste celle d’un secteur de type concentré à forte profitabilité, bien qu'un assez grand nombre d'offreurs de tailles voisines puissent coexister quelque temps. Cette dynamique de croissance accompagnée de profits élevés pousse les entreprises en place à élargir leur gamme de processus, soit de façon endogène, soit par acquisition de petites entreprises spécialisées. Simultanément, cette même dynamique favorise l’émergence de prestataires spécialisés, et en aval celle d’acteurs complémentaires qui incorporent les produits de cette industrie dans leurs propres prestations. Il y a ainsi coexistence d’un mouvement d’intégration conduit par les plus prospères des entreprises en place, qui cherchent à exécuter tous les processus de la filière, et d’un mouvement apparent de désintégration dû à l’entrée des nouveaux acteurs spécialisés. Quand l’industrie arrive à maturité, la croissance du marché se ralentit, ainsi que la croissance des entreprises dominantes et le rythme d’entrée de nouveaux acteurs. La concurrence devient plus vive et se traduit par une pression générale sur les profits, qui oblige notamment les entreprises à rechercher des économies d’échelle pour leurs processus les plus capitalistiques. C’est ainsi que les entreprises les plus intégrées verticalement ont tendance à se scinder selon l’échelle économique de production de leurs différents processus. Les unités à forte échelle économique de production, qu’elles soient déjà spécialisées ou issues de cette scission, se regroupent alors pour former des oligopoles fortement asymétriques de type « monopoloïde ». Corrélativement, les autres entreprises se cantonnent aux processus à faible échelle économique de production en formant des secteurs de type dispersé. Dans les secteurs concentrés, l’acquisition est la modalité la plus normale du processus de concentration. En effet, le nombre total des entreprises dans chacun de ces secteurs est appelé à se réduire, et comme nous l’avons vu au chapitre 11, une part de marché élevée constitue par elle-même un avantage concurrentiel déterminant. Une entreprise dominante et une entreprise désireuse de quitter le secteur trouveront donc assez naturellement un terrain

186

d’entente, l’une achetant des parts de marché et peut-être des compétences rares, l’autre réalisant une partie de ses investissements passés et offrant une voie d’évolution à ses clients. Les secteurs dispersés, où les obstacles à l’entrée sont faibles et les profits modestes, sont le lieu de beaucoup de succès éphémères que les entreprises chercheront à étendre, mais aussi de nombreux échecs qui créeront autant de proies potentielles pour les repreneurs d’entreprises. Mais dans ces secteurs, augmenter sa part de marché ou élargir sa gamme n’a qu’un intérêt relatif. De plus, si le véritable actif d’une entreprise en difficulté est son personnel, comme c’est le plus souvent le cas dans les services, il existe des façons plus simples et plus économiques de le récupérer que d’acheter l’entreprise ; il vaut souvent mieux créer une nouvelle entreprise qu’en racheter une en difficulté. Au total, il est probable que les secteurs dispersés connaîtront une activité de restructuration interne importante mais sans effet sur leur niveau global de concentration. Les industries fragmentées sont plus favorables à l’innovation que les industries intégrées. Les produits nouveaux qui résultent potentiellement du progrès technologique ont avec les produits existants des relations variées. Ils peuvent s’adresser à des besoins nouveaux, et donc n’entrer en concurrence directe avec aucun produit existant, ou au contraire constituer un remplacement possible pour des produits existants et donc entrer en concurrence avec eux sur le marché. A l’intérieur même de l’entreprise, les projets sont en concurrence entre eux pour l’affectation des ressources. Dans une entreprise diversifiée ou intégrée, ces conflits sont généralement résolus par la Direction Générale. D’une part les ressources sont allouées en fonction de la politique générale de l’entreprise, d’autre part la recherche alimente un réservoir de produits potentiels dont l’introduction éventuelle sur le marché est planifiée globalement sur le long terme en tenant compte de leur impact réciproque. Une telle attitude planificatrice est d'autant plus nécessaire que l’entreprise occupe une large partie du marché global, et d'autant plus facile à mettre en oeuvre qu'elle en exerce le leadership. C’est ainsi qu’IBM a traditionnellement développé et entretenu un portefeuille impressionnant de technologies de pointe et de produits innovants, mais ne les a généralement introduits sur le marché que sous la pression de la concurrence. Si ce mode de gestion améliore probablement la qualité et la cohérence des produits, il entraîne par contre un retard relatif des produits effectivement commercialisés, et rend l’entreprise vulnérable aux attaques ponctuelles de concurrents qui exploiteraient les toutes dernières possibilités des technologies. Au contraire, dans une industrie fragmentée, chaque acteur n’agit qu’en fonction de ses produits et de ses objectifs propres. Plus une entreprise est spécialisée, et moins elle aura de choix pour l’allocation de ses ressources de développement et de contraintes à respecter pour l’introduction de ses nouveaux produits. En quelque sorte, la sélection des projets et des produits, qui dans un monde intégré relevait largement du management des entreprises, est maintenant confiée au verdict du marché. Pour chaque entreprise, tout se passe comme si le progrès technologique était devenu une force autonome : chacune doit penser qu’il se trouvera toujours quelqu'un pour en exploiter les dernières possibilités. Aucun acteur ne peut contrôler le processus, et il faut s'organiser pour réagir au progrès et non plus tenter de le contrôler.

Conclusions
Nous avons proposé au chapitre 3 de représenter une entreprise, et plus généralement n’importe quelle entité économique, sous la forme d’une collection structurée d’entités de rang inférieur, munies chacune d’un répertoire de modèles de processus. Une entreprise se définit ainsi par ses ressources (les entités qui la constituent) et ses activités (les modèles de processus dont ces entités sont dotées). Ces processus peuvent être naturels ou inventés ; ils

187

peuvent former les étapes successives de la fabrication d’un bien, les tâches de communication et de coordination internes à chaque entreprise, ou les activités de communication et d’échange entre acteurs économiques distincts. En faisant reposer l’analyse économique sur une représentation explicite des processus que les entités économiques sont capables d’exécuter, il devient possible de représenter un processus de production complet indépendamment de la répartition de ses processus constitutifs entre les acteurs et de la forme des relations entre ces derniers. On peut ensuite définir chaque acteur par ses processus, comparer différentes répartitions possibles des processus ou analyser les variations du répertoire de processus de chacun des agents, que ce soit par externalisation ou internalisation. Cette représentation des entreprises par leurs processus, et donc par les intrants et extrants de ceux-ci, permet également de les appréhender non seulement par leurs ressources et leurs activités caractéristiques, mais aussi par leurs relations spécifiques avec les autres entreprises. On peut ainsi décrire et analyser une grande variété de formes de coopération entre entreprises distinctes, depuis la simple sous-traitance d’actes administratifs ou de production à la cession de licence ou à des formes plus élaborées dont on trouve des exemples dans les activités commerciales : concessionnaires, représentants, franchises. On peut aussi représenter des entreprises intégratrices qui n’exécutent que des processus de coordination et aucun processus de production, que ce soit sur mesure comme pour les entreprises d’ingénierie, ou sur le mode industriel pour ce qu’on appelle les « entreprises virtuelles ».

188

Chapitre 14 – De la microéconomie à la macroéconomie
Ce chapitre a pour objet de replacer les propositions du présent ouvrage dans le contexte d’ensemble de la discipline économique, en les situant par rapport aux diverses approches théoriques, aux autres travaux sur l’entreprise et à d’autres disciplines plus ou moins connexes, afin d’amorcer la démarche de reconstruction de la discipline économique dont j’annonçais la nécessité dans l’introduction. Je tenterai de mettre en évidence les apports de ces propositions et leur capacité potentielle à servir de base à cette reconstruction, tout en relevant leurs lacunes et leurs insuffisances afin d’évoquer des travaux qui pourraient les pallier.

Résumé du modèle
A partir de l’observation des entreprises, nous avons construit un nouveau modèle conceptuel de l’univers économique, en utilisant trois concepts élémentaires : celui d’entité, celui de processus et celui de relation. Le concept d’entité sert à modéliser toutes les entités qui interviennent dans l’univers économique, que ce soit des individus comme dans l’économie orthodoxe, des entreprises, d’autres formes d’organisations, etc. Formellement, une entité est une collection d’attributs, de modèles de processus et d’entités de niveau inférieur, qui sont appelés ses composants. Une entité particulière est caractérisée d’une part par la liste et la définition de ses composants, d’autre part par les valeurs de ses attributs. Toutes les entités qui possèdent les mêmes composants forment une « classe » d’entités. Un processus est une opération exécutée par une entité. Les opérations qu’une entité est capable d’exécuter sont définies par des modèles de processus, dont chaque entité possède un répertoire caractéristique. Un modèle de processus peut être aussi complexe que nécessaire, cette complexité n’étant limitée que par les capacités expressives du langage dans lequel il est décrit. L’exécution effective d’un processus est lancée par une décision de l’agent qui le possède, en spécifiant un certain nombre de paramètres caractéristiques de cette exécution particulière. Cette exécution peut utiliser et modifier des attributs de l’entité qui l’exécute, des entités constitutives de celle-ci ou d’autres entités. Elle peut aussi créer ou détruire des entités. Une relation établit un lien entre deux entités et permet aux processus de l’une d’accéder aux composants de l’autre. Les intrants et les extrants d’un processus peuvent ainsi appartenir soit à l’entité qui l’exécute, soit à des entités liées à celle-ci par des relations. Une relation peut être créée, modifiée ou détruite par une entité, en exécutant un processus approprié. Les changements d’état des entités et les interactions entre entités sont explicitées à travers les processus, qui peuvent représenter aussi bien des activités de prise de décision, des activités cognitives de perception ou de communication que des activités de consommation, de production ou d’échange. Le comportement de chaque agent est décrit par les processus qu’il exécute.

189

Réciproquement, toutes les transformations possibles de l’état du monde peuvent être représentées par des modèles de processus attachés à certaines entités. On retrouve ici une variante du principe d’individualisme méthodologique : toute action économique est formée d’actions des entités économiques, et toute assertion portant sur l’univers économique est formée d’assertions sur les entités économiques et leurs relations. En représentant correctement les entités économiques et les relations qui existent entre elles, on représente donc la totalité de l’univers économique. Dans ce modèle, le processus devient l’unité élémentaire d’analyse. Quelle que soit la nature d’un processus, on peut lui attacher un certain nombre de grandeurs caractéristiques, par exemple sa durée d’exécution, son échelle d’exécution, son coût d’exécution. Les notions classiques d’économies d’échelle ou d’échelle optimale, par exemple, se trouvent ainsi transposées du niveau de l’agent au niveau plus élémentaire du processus. A travers les modèles de processus qu’elle contient, la définition d’une entité définit le comportement de celle-ci dans certaines circonstances choisies par le modélisateur selon l’objet de son étude. Cette définition est en quelque sorte une théorie de l’action de cette entité dans ces circonstances. Une théorie économique est un ensemble d’assertions qui rattachent des phénomènes économiques au comportement des agents ; elle est donc représentable par un ensemble de définitions de classes d’entités. Un modèle économique est une collection d’entités conformes à une théorie économique, donc aux définitions d’entités qui représentent la théorie.

Relations avec les modèles micro-économiques
Nous avons vu dans les chapitres 4 et 8 comment le modèle walrasien de l’équilibre général peut être représenté à l’aide de deux classes principales d’entités : les biens et les agents. Les biens sont des choses inertes, c’est à dire des entités sans modèles de processus, dotés d’un certain nombre de caractéristiques permanentes qui définissent leur identité et d’une caractéristique variable qui est leur prix. Les agents sont des entités élémentaires et sont par hypothèse en relation a priori avec tous les biens. Leur état se résume à la quantité de chaque bien qu’ils possèdent, une variable d'état qui figure dans la relation entre l’agent et le bien. Chaque agent est doté de modèles de processus qui lui permettent de réaliser trois opérations : - calculer pour chaque bien une grandeur appelée son utilité, qui dépend des caractéristiques permanentes du bien et de la quantité de ce bien que possède l’agent (et éventuellement d’autres caractéristiques de l’état de l’agent) ; - calculer pour chaque combinaison possible de biens une grandeur appelée l’utilité de ce panier de biens ; - déterminer le panier qui possède l’utilité maximale sous la contrainte que, aux prix courants, sa valeur reste égale à la valeur des biens actuellement possédés, et en déduire les quantités de chaque bien qu’il souhaite céder et acquérir.

190

Les agents producteurs sont capables de transformer certaines quantités d’un ensemble de biens entrants en certaines quantités d’un ensemble de biens sortants. Outre les opérations précédentes, la représentation de ces agents doit contenir celle de leur ensemble de production, c’est à dire des transformations de biens dont ils sont capables. Cette définition peut prendre la forme d’un modèle de processus qui établit une relation entre certaines quantités de biens entrants et certaines quantités de biens sortants. Ces agents doivent également être dotés d’un modèle de processus qui détermine, pour les prix courants, la production pour laquelle la différence entre le prix total des biens sortants et le prix total des biens entrants est maximale. Les prix des biens sont déterminés par un mécanisme extérieur à tous les agents, c’est à dire par un agent fictif, le « commissaire-priseur », doté d’un modèle de processus qui lui permet de calculer pour chaque bien l’offre totale et la demande totale, puis un nouveau prix tel que l’écart entre l’offre totale et la demande sera réduit à la prochaine itération, et tendra finalement vers zéro. Cette théorie est donc représentée par les définitions des classes « bien », « agent consommateur », « agent producteur » et « commissaire-priseur ». Un modèle de cette famille comporte un très grand nombre d’agents consommateurs et d’agents producteurs, tous deux fixes et déterminés de façon exogène, et un nombre de relations égal au produit du nombre de biens par le nombre total d’agents. De plus, tous les processus de tous les agents sont supposés s’exécuter en un temps nul. Nous avons vu que ce modèle est non seulement très éloigné de la réalité, mais aussi et paradoxalement très difficile à construire et à faire fonctionner pratiquement, ce qui est une indication supplémentaire de son irréalisme. A partir du modèle walrasien pur, et en utilisant les modèles d’agent et de bien présentés ci-dessus, il est possible de construire de façon ordonnée un nombre infini de variantes, en introduisant séparément et indépendamment des hypothèses différentes pour chaque modèle de processus de chaque classe d’entités. Le développement de tels modèles emprunterait deux voies principales : adopter une conception plus réaliste du mécanisme de décision par lequel les agents évaluent des biens et les proposent à l’échange, et éliminer le mythe du commissaire-priseur soit en modélisant les agents réels dont l’activité consiste à faire fonctionner le marché, soit en internalisant les mécanismes de fixation des prix et d’échange dans les processus des acteurs eux-mêmes. Une théorie de cette famille conserverait probablement la même définition simple de la classe « bien », mais adopterait des définitions différentes pour les classes d’agents, ainsi que pour la représentation du marché. En contrepartie de la complexité accrue des modèles d’agents imposée par cette approche, qui se traduit par un plus grand nombre de processus gouvernés par une logique plus complexe, chaque processus doit devenir plus simple car il doit représenter un comportement plausible pour un être humain normal. De plus, ces hypothèses de comportement peuvent être isolées les unes des autres et combinées à l’infini pour construire autant de théories et de modèles logiquement liés entre eux, et qui peuvent servir de support à des expériences sur le mode hypothético-déductif, réalisées par simulation informatique.

191

En restant au niveau de modèles simples de l’agent économique, on peut introduire ainsi la dimension temporelle et son corollaire l’incertitude. A chaque instant, chaque agent exécute des processus de perception pour se construire une image du monde qui forme une partie de son état, et, sur cette base, il décide de ses actions en exécutant des processus de décision. La théorie du monde qui sous-tend ces processus de décision peut ou bien être fixe et donc faire partie de l’identité de l’agent, ou résulter de l’exécution de processus d’apprentissage qui en font une composante variable de son état. On ne suppose plus que l’agent est omniscient et parfaitement rationnel ex ante, mais sa vision du monde, les processus d’information qui la construisent et ses processus de décision sont explicités ; l’analyse ex ante de la prise de décision et l’analyse ex post des effets réels d’une décision deviennent deux questions distinctes. Les modèles de processus correspondants peuvent provenir des sciences du comportement humain, en particulier de la cognitique pour la formation des représentations que se forment les agents, et de la psychologie du comportement pour les décisions ellesmêmes. D’un même mouvement, on retrouverait les notions d’information imparfaite et de rationalité limitée, et on s’inspirerait des travaux sur l’« intelligence artificielle » et les « systèmes experts », qui sont aussi utilisés pour modéliser les activités humaines.

Les théories de l’entreprise
Tournons-nous maintenant vers l’entreprise. La théorie de la concurrence imparfaite se traduirait par des théories où le comportement des agents dépend de la part de marché qu’ils occupent, et où les mécanismes de formation des prix font intervenir le « pouvoir de marché » de chaque agent. Les modèles correspondants mettraient en scène des biens et des agents en nombre limité. Il faudrait également adopter une représentation des processus de production qui fasse intervenir le temps des opérations physiques. A l’inverse, puisque les analyses sont centrées sur les structures de production, le marché pourrait être simplement représenté par un agent synthétique qui calcule une demande totale et la répartit entre les offreurs selon certaines règles utilisant le prix et les autres caractéristiques de chaque produit. Un peu plus loin sur notre chemin vers la réalité, on rencontrerait les deux principales théories de l’entreprise qui se partagent la faveur des économistes fidèles à la tradition néoclassique : la théorie des coûts de transaction et la théorie de l’agence. Dans le langage de notre modèle, les coûts de transaction ne sont rien d’autre que les coûts des processus d’échange dont sont dotés les agents, et les coûts d’agence ceux d’une partie des processus de coordination des entités à l’intérieur d’une organisation. Pour traiter le problème commun aux deux approches, celui de l’existence et des limites de la firme, il faut prendre en considération à la fois les coûts de transaction et les coûts d’agence, comme nous l’avons esquissé au chapitre 13. De plus, notre modèle permet d’inclure si nécessaire les coûts de toutes les autres activités, et d’intégrer de façon naturelle les facteurs technologiques à la définition des processus. En continuant dans cette voie, et en exploitant la capacité qu’a notre modèle de représenter les agents économiques dans leur infinie diversité quelle que soit leur complexité, nous aboutirions aux conceptions de l’économie évolutionniste de Nelson et Winter, ellemême héritière de l’école comportementaliste de Simon, Cyert et March. Comme nous l’avons vu au chapitre 9, tous les ingrédients de base des conceptions comportementalistes se retrouvent dans notre modèle entités-processus. Les routines y deviennent des modèles de processus cognitifs et décisionnels. Un agent y devient une entité munie de variables locales qui représentent l’information dont cet agent dispose à chaque instant, et d’un répertoire de processus qui définit tout ce dont cet agent est capable, notamment ses règles de décision, autrement dit sa « rationalité ».
192

Dans la tradition comportementaliste et évolutionniste, les routines sont vues comme des opérations très simples, et s’opposent en cela aux capacités de calcul que postule la tradition walrasienne. Notre notion de processus est neutre par rapport à cette opposition. La complexité d’un modèle de processus décisionnel peut aller depuis l’application d’un test élémentaire ou d’une règle simple jusqu’à un calcul stratégique complexe. Une entité peut donc être dotée de n’importe quel degré d’« intelligence », pour autant qu’on sache le modéliser, au besoin en allant puiser des modèles dans des disciplines comme la psychologie expérimentale ou l’observation des organisations. De même qu’il pourrait être enrichissant de construire dans ce langage des modèles économiques de l’être humain à partir de la psychologie, on pourrait tenter d’exprimer dans ce langage les apports de la recherche en gestion pour en faire une partie intégrante de la théorie économique, et de voir si on peut en tirer des conclusions nouvelles et empiriquement vérifiées. La littérature dite « de gestion » contient en effet, à côté des prescriptions hasardeuses car le plus souvent hâtivement formulées dont ces travaux sont trop friands, une masse très riche de résultats d’observation largement inexploités par les économistes parce qu'incompatibles avec leurs postulats fondamentaux. A l’aide des concepts généraux proposés dans le modèle entités-processus, il devrait être possible de construire et d’utiliser des modèles économiques des entreprises assis sur des observations empiriques, et non plus imaginés dans le but de récupérer les développements théoriques construits à partir de modèles de l’individu isolé. Toutes les représentations des agents économiques qui caractérisent les diverses théories que nous venons de passer en revue peuvent être exprimées en termes d’entités et de processus dans le modèle conceptuel que nous avons défini. Les différentes hypothèses de comportement se traduisent par des répertoires et des modèles de processus différents. Les coûts pris en considération par chaque théorie sont les coûts des processus dont elle postule l’existence, c’est à dire d’une part les coûts d’existence des ressources requises pour exécuter ces processus et d’autre part leurs coûts d’exécution, qui peuvent être fonction de l’échelle à laquelle ces processus sont exécutés. Le modèle entités-processus donne donc une base commune à tous ces modèles particuliers, en utilisant un même modèle de processus pour des processus physiques, des processus de communication, des processus d’échange, des processus cognitifs, des processus de décision, des processus d’apprentissage, etc., en dotant tous ces processus du même ensemble de propriétés, dont leur durée et leur coût, et en utilisant un même modèle général abstrait pour toutes les entités quelles que soit leur nature et leur complexité. On peut ainsi d’une part mieux analyser les différences et les points communs entre ces conceptions, et en particulier les conflits apparents entre « théories de la firme », et d’autre part combiner des hypothèses extraites de différentes théories pour construire des théories plus complètes. Rappelons pour mémoire la question d’où part la construction même de ce modèle : une entreprise, ou plus généralement une organisation quelconque, doit-elle être considérée comme un agent ou seulement comme un système de relations entre agents, l’être humain individuel étant le seul agent réel ? Nous y avons répondu en introduisant le concept d’entité, qui peut être constituée de façon récursive par un ensemble structuré d’entités de rang inférieur. Une telle entité peut avoir certaines caractéristiques d’un agent économique, et peut ainsi être à la fois un agent et une collection d’agents. Quant aux modèles de processus qui définissent le comportement d’une entité complexe, ils peuvent être attachés soit directement à l’entité qui représente l’organisation, soit à des entités subordonnées qui représentent des parties de l’organisation.

193

Toute une littérature d’inspiration sociologique s’intéresse à ce qui se passe à l’intérieur des entreprises : son organisation, sa culture, les relations de pouvoir qui la structurent, les processus de perception, de communication et de décision qui l’animent. Ces analyses oublient trop facilement que l’entreprise est aussi un agent économique dont la raison d’être est de produire des biens et des services, et qui est de ce fait soumise au verdict de ses clients, et plus généralement du marché. En unifiant les représentations des processus internes et des processus externes, notre modèle permet d’étudier les interactions et les interdépendances entre le marché et les caractéristiques internes des entreprises. Cette représentation permet de résoudre certaines difficultés, voire de transcender les oppositions entre écoles que certains auteurs ont relevées, par exemple Coriat et Weinstein dans leur excellent livre « Les nouvelles théories de l’entreprise »35. Dans ce modèle, l'entreprise est vue à la fois comme un mode de coordination, comme chez les héritiers des néoclassiques, et comme un espace de production comme chez les évolutionnistes et les régulationnistes. Les processus qu’elle exécute comprennent des processus de production aussi bien que des processus cognitifs et décisionnels, et les deux sont nécessaires pour caractériser l’entreprise. Deux organisations mettant en œuvre les mêmes techniques de production peuvent différer par leurs modes de coordination et vice-versa. Notre modèle permettrait notamment d’étudier les relations entre technologie de production et organisation. De la même façon, l’entreprise est à la fois une organisation visant à coordonner les actions des agents qui la composent et une institution permettant la gestion des conflits entre ces agents. Les modèles de processus qu’elle contient peuvent représenter aussi bien des échanges d’information entre entités à des fins de coordination que des arbitrages entre positions différentes ou des décisions tenant compte d’informations apparemment incompatibles ou contradictoires, que ce soit entre managers et actionnaires ou entre dirigeants et subordonnés. Dans la réalité, l’opposition entre organisation coordinatrice et institution résolvant les conflits est artificielle : un système de management doit nécessairement comprendre les deux. En résumé, il semble que toutes les théories qui ont été avancées en matière d’économie, y compris celles qui concernent l’entreprise, peuvent être exprimées à l’aide des concepts qui constituent notre modèle entités-processus. En leur donnant ainsi un cadre conceptuel commun, il devient plus facile de les comparer et de les relier les unes aux autres, de les compléter par des emprunts aux autres théories, voire de construire de nouveaux modèles en combinant des éléments extraits de théories différentes. Un premier chantier possible serait de reformuler ces théories dans le langage du modèle entités-processus, afin d’examiner ce qu’apporte cette nouvelle formulation. Mais nous avons vu que cette représentation de la réalité économique peut mener plus loin. En permettant une description plus fine des agents économiques et de leurs activités, quelle que soit leur nature, elle peut servir de base à des développements nouveaux sur des questions à propos desquelles la théorie économique conventionnelle est muette ou qu’elle a du mal à traiter. Dans cet esprit, nous avons rencontré l’économie des services aux chapitres 5 et 7, la théorie du consommateur au chapitre 5, et bien entendu les bases d’une théorie de la répartition des activités entre organisations et à l'intérieur des organisations, que nous avons esquissée dans les chapitres 10 à 13. On pourrait prolonger cette approche pour faire entrer dans l’analyse économique les phénomènes de variation du périmètre des entreprises, par exemple les fusions et acquisitions, ou à l’inverse les cessations et les cessions d’activités. On pourrait également fonder sur ce modèle général une typologie systématique des entreprises et des organisations.
35

Livre de poche Références n° 519, 1995
194

De la micro-économie à la macro-économie
Dans notre modèle de l’univers économique, une entité complexe peut être représentée par un ensemble de parties, dont chacune a son propre répertoire d’activités et est donc ellemême conforme au modèle général de l’entité. Ces entités de rang inférieur, et l’entité qui les contient, communiquent entre elles et coordonnent leurs activités de multiples façons, définies par les modèles de processus dont elles sont dotées et les relations qui les unissent. Elles peuvent à leur tour être décomposées en sous-entités, si bien qu’une entité peut comporter un nombre quelconque de niveaux. A l’inverse, des entités peuvent toujours être regroupées en une entité de rang supérieur, la signification de ce regroupement étant définie par les processus qui lient les entités entre elles. Nous avons vu au chapitre 5 que toutes les entités du monde réel susceptibles de jouer un rôle économique, depuis les machines jusqu’aux agrégats macroéconomiques, en passant bien entendu par les agents conventionnels et les entreprises, peuvent être représentées à l’aide de ce modèle. Chaque entité d’un certain niveau est caractérisée par les processus dont elle est munie et définit les relations entre ses entités constitutives. Au niveau de complexité le plus bas, une chose inerte peut être représentée par une forme dégradée d’entité, qui ne contient aucune partie et n’est dotée d’aucun modèle de processus. Cette représentation, où chaque entité est un agrégat d’entités ayant la même représentation formelle, structuré par les processus d’échange qui les relient, peut se généraliser à toutes les formes d’organisations et d’agrégats économiques. L’agent des théories traditionnelles serait représenté par une entité élémentaire doté d’un processus extrêmement simple qui s’exécute en un temps nul, et la théorie orthodoxe devient un cas limite de notre théorie générale. A l’autre extrême, une collectivité nationale peut être représentée par un agrégat complexe, établissant ainsi un pont continu entre la microéconomie la plus « micro » et la macro-économie. Les conceptions habituelles de l’économie se polarisent sur ces deux niveaux : celui des agents élémentaires, qui est le lieu privilégié de la microéconomie, et le niveau des nations qui est le lieu de la macroéconomie. Nous avons vu que la microéconomie répugne à accorder le titre d’agents économiques à autre chose que des êtres humains individuels, ce qui la condamne à ignorer l’essentiel du phénomène entreprise. Quant à la macroéconomie, son centrage sur le niveau national plutôt que sur le niveau régional, continental ou autre, ne s’explique que parce que les nations sont le lieu principal du pouvoir monétaire et fiscal, et la lie de ce fait à un état historique particulier de la structuration politique du monde. La présente proposition permet de raisonner avec un nombre arbitraire de niveaux d’agrégation intermédiaires, qui peuvent décrire des institutions ou des organisations telles que l’entreprise ou ses parties constitutives, un secteur de production, un segment de marché, etc. Les relations entre agents pourront alors concerner des agents de même niveau comme en microéconomie, ou des relations entre un agent et l’agent de niveau supérieur qui le contient, voire des agents séparés de niveaux différents. L’univers économique devient ainsi une hiérarchie d’agents emboîtés, et le passage du niveau micro-économique au niveau macroéconomique peut se faire de façon continue.

195

La question de l’agrégation
Comment parler de façon pertinente d’agrégats, ce que fait en permanence la macroéconomie, tout en restant fidèle au principe d’individualisme méthodologique qui est constitutif de la discipline économique ? Comment les individus s’organisent-ils en agrégats ? Plus généralement, quelles sont la validité et la signification des opérations d’agrégation qui font passer des entités individuelles (agents ou biens) à des agrégats de ces entités ? Peut-on doter un tel agrégat de caractéristiques propres, champs ou valeurs, processus ou méthodes, au point de ne plus caractériser l’agrégat que par ces seules propriétés collectives et de ne plus faire référence aux entités individuelles qui le composent ? Qu'est-ce qui donne un sens réel aux attributs de l'agrégat? Remarquons d’abord que regrouper des entités dans une entité de rang supérieur, sans doter cette entité collective d’attributs ou de processus nouveaux, est simplement une façon de désigner globalement les entités constitutives par un nom unique. Il peut être commode de désigner ainsi des ensembles de biens ou des ensembles d’agents. C’est ainsi qu’un modèle, qui est une collection d’entités, est lui-même une entité. En langage informatique, la classe « modèle » est une classe descendante de la classe « entité », et exécuter un modèle consiste à exécuter les processus d’action de toutes les entités qui le composent. Cette classe pourra être dotée de champs et de méthodes de service permettant les opérations de simulation. Une telle entité collective, qui n’est que la réunion d’entités élémentaires, peut être dotée d’attributs purement statistiques tels que le nombre de ses entités constitutives, ou des valeurs moyennes de leurs attributs, qu’il est toujours possible de calculer ex post sur toute population donnée indépendamment des relations entre les individus qui la constituent. Par exemple, pour un bien générique qui est une collection de biens réels, on peut calculer un prix moyen, une distribution des prix, un prix médian, une quantité totale disponible, etc. Dans notre formulation informatique, de telles grandeurs seraient représentées par des propriétés de l'agrégat, accessibles seulement en lecture, associées à des méthodes qui calculeraient ces grandeurs à partir des attributs des entités constitutives. De tels agrégats pourraient aussi posséder des propriétés accessibles en écriture, à condition que les méthodes associées opèrent sur les entités constitutives. Autrement dit, ces agrégats ne possèdent aucun champ propre et aucune méthode propre autre que celles qui sont associées aux « propriétés » éventuellement définies sur cet agrégat, et qui opèrent sur ses entités constitutives. Une forme un peu plus étroite d’agrégation existe quand les entités de l’agrégat ont avec les autres entités du même agrégat des relations privilégiées qu’elles n’ont pas avec les entités d’autres agrégats. Ces relations peuvent donner à l’agrégat une « personnalité » particulière, même en l’absence de propriétés globales spécifiques, puisque les entités, prises individuellement, peuvent alors se comporter autrement qu’elles se comporteraient en l’absence de ces relations, à condition d’être dotées des modèles de processus qui leur permettent d’exploiter ces relations. Prenons un exemple simple dans le domaine des choses physiques : pour un agrégat d’objets capables d’échanger de la chaleur, la notion de « température de l’agrégat » prend un sens quand la température de toutes les entités est devenue la même grâce aux relations qui permettent les échanges de chaleur. De même, quand des agents, individus ou entreprises, sont liés par des relations qui leur permettent de partager des informations ou de se consulter, les notions d’ « opinion du groupe » ou de « volonté du groupe » peuvent prendre un sens. Encore faut-il pour cela non seulement que des processus de formation de ces attributs globaux existent, mais qu’ils produisent leurs résultats en un temps assez court pour que ces attributs prennent effectivement une valeur dans le cadre temporel du problème étudié.

196

Au-delà, comment caractériser les agrégats de la forme la plus générale, qui ne satisfont pas aux restrictions ci-dessus, c’est à dire qui possèdent des champs globaux qui ne se calculent pas à partir des champs de leurs composants, ou des méthodes globales (des modèles de processus) que ne possèdent pas leurs composants ? Un agrégat étant donné, la valeur d’un champ global peut être calculée de deux façons : soit en exécutant un processus de l’agrégat qui utilise les attributs des entités élémentaires, que nous appellerons un « processus de synthèse » ; soit en exécutant un processus de l’agrégat qui ne fait pas référence aux entités élémentaires, que nous appellerons « processus synthétique ». Une façon d’exprimer le principe d’individualisme méthodologique est de dire que, pour un attribut global donné, il doit toujours exister un processus de synthèse qui en définit la valeur à partir des attributs des entités constitutives de l’agrégat, et qu’il n’est légitime d’utiliser un processus synthétique que s’il donne dans tous les cas le même résultat que ce processus de synthèse. A l’inverse, que signifie le fait d’imposer une valeur à un attribut d’un agrégat autrement qu’en exécutant un processus de cet agrégat ? Une telle action ne peut avoir un sens que si elle se traduit en actions sur les entités constitutives de l’agrégat, à travers l’exécution de processus qui modifient les valeurs de certains de leurs attributs ou des relations qui les lient. De la même façon, toute méthode globale d’un agrégat n’a de sens que si les entités constitutives de l’agrégat possèdent des méthodes dont l’exécution donne les mêmes résultats que l’exécution de cette méthode globale dans les mêmes conditions. La nature propre d’un agrégat, en tant que distincte des natures des entités qui le composent, est représentée par les attributs globaux qui sont présents au niveau de l’agrégat : des valeurs caractéristiques (des champs en langage informatique) et des modèles de processus (des méthodes en langage informatique). Cette nature est définie par le rapport entre ces attributs globaux et les attributs des entités élémentaires de l’agrégat. Autrement dit, la signification économique d’un agrégat dépend des relations qui existent entre ses entités constitutives, et des modèles de processus qui exploitent ces relations. A condition que ces attributs globaux aient un sens économique, c’est à dire qu’il existe pour chacun d’entre eux un processus équivalent portant sur les entités élémentaires de l’agrégat, on peut pour certains usages représenter l’agrégat par une entité « synthétique » qui ne contient pas la liste explicite de ses parties et prend donc la forme d'une entité élémentaire fictive, ainsi que nous l’avons vu au chapitre 6. Pour qu’un tel agrégat ait un sens, il faut qu’on ait pu établir une équivalence entre chacun de ses attributs et un processus opérant sur les entités constitutives. Dans certains cas, les attributs d’un agrégat synthétique peuvent être homologues à ceux des entités individuelles qui le composent. Par exemple, un ensemble de biens peut avoir les attributs d’un bien, ou un ensemble d’agents peut avoir les mêmes attributs que les agents qui le composent. Dans ce cas, on peut considérer que l’entité synthétique joue elle-même le rôle d’une entité réelle de la classe dont elle partage la définition. C’est ainsi qu’il est possible de parler d’un ensemble de biens comme d’un bien générique, et de considérer diverses formes d’organisations comme des agents, depuis les entreprises jusqu’aux collectivités nationales et internationales.

197

L’agrégation des biens et des agents
Nous avons vu au chapitre 7 qu’une entité quelconque devient un bien quand un agent lui attache une valeur, c’est à dire éprouve le désir d’utiliser ce bien pour sa propre satisfaction. Parmi les innombrables entités dont un agent connaît l’existence à un moment donné, seules certaines lui apparaissent comme aptes à satisfaire ce désir. Pour les identifier, il exécute un processus de sélection qui examine certaines caractéristiques des entités, qui sont les caractéristiques pertinentes pour les processus où cet agent envisage d’utiliser ce bien. Ce processus de sélection, propre à l’agent demandeur, donne comme résultat la liste des biens qui satisfont certains critères inscrits dans ce processus. On peut donc dire que ces critères, ou plus exactement le processus de sélection qui les met en œuvre, constituent pour cet agent la définition d’un bien générique. Par la suite, l’agent exécutera un processus d’évaluation qui attribue une valeur à chaque bien réel de ce bien générique en fonction des valeurs de ses caractéristiques et conduit à choisir un bien réel particulier, puis il exécutera un processus de consommation qui produira effectivement la satisfaction recherchée. Les caractéristiques utilisées pour évaluer les biens peuvent être différentes de celles qui ont servi au processus de sélection. Pour une entreprise, le processus de consommation fait partie du processus général de production. Dans quelle mesure ce « bien générique » est-il réellement assimilable à un bien ? Certes, chacune de ses entités constitutives est un bien réel apte à satisfaire un même désir de l’agent, mais ces biens ne sont pas identiques : ils peuvent différer par des caractéristiques qui n’entrent pas dans le processus de sélection, et par les valeurs exactes des caractéristiques qui y entrent. Donc, en supposant que chaque bien élémentaire possède les attributs « quantité disponible », « quantité demandée » ou « prix », on ne peut pas pour autant calculer des quantités totales, ou un prix, pour le bien générique. On peut faire figurer au niveau de l’agrégat (« mettre en facteur » disent les mathématiciens) les attributs communs à toutes ses entités constitutives, qui ont servi à le définir ; mais la possibilité d’autres attributs globaux dépend du degré d’homogénéité des entités élémentaires. L’agrégation d’agents pose la question fondamentale de la validité des concepts macroéconomiques, qui dans notre langage s’exprime sous la forme : « quels attributs globaux un agrégat d’agents peut-il légitimement avoir ? ». Par exemple, est-il légitime d’attribuer à des agrégats d’agents les caractéristiques d’un agent, et donc de considérer ainsi que des agrégats peuvent tenir dans le raisonnement économique le même rôle que des individus humains ? Ce qui caractérise les agents, c’est qu’ils agissent pour satisfaire leurs désirs. Pour cela, un agent doit être capable de se former une image consciente de son environnement et de son propre état, de porter des jugements, d’avoir des objectifs, d’éprouver des désirs, d’attribuer une valeur à des entités, de former des plans, d’agir pour satisfaire ces désirs, d’échanger des entités avec d’autres agents. Dans notre langage, il doit être muni de processus de perception, d’évaluation, de décision, d’action et d’échange.

198

Or, à strictement parler, seuls les êtres humains pris individuellement ont ces capacités, et toutes les actions ne peuvent être que le fait d’individus. Mais des individus peuvent agir en collectivité pour mieux satisfaire leurs désirs. Une collectivité n’a pas d’autres désirs et n’entreprend pas d’autres actions que ses membres, mais ces désirs et ces actions peuvent être différents de ce qu’ils seraient de la part des mêmes individus s’ils n’étaient pas membres de cette collectivité. Pour parler de représentations collectives, de jugements collectifs ou d’actions collectives, il faut savoir par quels mécanismes (ou grâce à quels processus) les représentations individuelles interagissent pour s’agréger en une représentation collective, et les désirs individuels en un désir collectif, comment et par qui des actions collectives sont planifiées et entreprises pour satisfaire ces désirs, et quels résultats ces actions ont sur les entités individuelles. Comme pour les biens, il est alors possible dans certains cas d'associer à un agrégat des propriétés globales significatives, en les définissant par un processus de calcul qui utilise ses entités constitutives. Le sens de ces attributs globaux est défini par les processus et les relations qui relient les entités constitutives entre elles. Si un tel processus existe, on peut tenter de le remplacer par un processus synthétique qui fournit le même résultat en n’utilisant que des attributs globaux de l’agrégat, mais ceci suppose une connaissance suffisante de l’organisation et des « institutions » internes à l’agrégat, qui fondent le sens et la valeur des attributs globaux. Doter un agrégat de possibilités d'action propres (l'« hypostasier ») ne peut être qu'une métaphore, qu'il ne faut pas utiliser sans précautions. Dans la réalité, les relations globales d’une entité composite avec le reste du monde sont souvent le fait d’entités spécialisées de l’agrégat, par exemple les services des achats ou les services commerciaux d’une entreprise, le bureau d’une association, le gouvernement d’un Etat. Dans de tels cas, il est possible d’attacher les attributs de ces entités spécialisées à l’agrégat lui-même en tant que propriétés globales. Nous avons déjà rencontré trois cas d'agrégats d'agents : le marché, l’entreprise, le secteur d’industrie. L’entreprise, sa constitution et ses actions ont été étudiées en détail dans les chapitres précédents. Un marché, défini comme l’ensemble des agents qui sont demandeurs d’un bien donné, le plus souvent générique, est a priori un agrégat amorphe d’agents indépendants sans relations particulières entre eux. Ils peuvent avoir des points communs liés à leurs processus de consommation, mais forment rarement une communauté organisée, sauf dans certains cas particuliers. Néanmoins, pour étudier le comportement d'un agent ou d’un groupe d’agents particulier, on peut représenter l'ensemble de tous les autres par une entité synthétique qu'on appellera le marché, et qui est le fournisseur des intrants et le demandeur des extrants de ce groupe d’agents. Ce marché peut à son tour être segmenté en marchés spécialisés pour chacun des intrants et/ou extrants considérés. Ces marchés seront représentés par des agents synthétiques dotés d’un processus qui accepte comme intrants la liste et les spécifications des biens réels qui sont offerts, et donne comme résultat les quantités de chaque bien demandées par ce marché. Réciproquement, nous avons appelé secteur l’ensemble des entreprises qui offrent un certain bien. Comme celles qui forment un marché, les entreprises d’un même secteur peuvent avoir des points communs, liés cette fois à leurs processus de production. Mais elles sont souvent considérées de façon globale comme formant des agrégats significatifs pour deux autres raisons : un secteur est le lieu élémentaire de la concurrence directe, donc de la structuration de l’appareil productif ; et d’autre part les entreprises d’un même secteur sont souvent organisées en associations ou en syndicats professionnels, voire en cartels.

199

En économie industrielle, chaque secteur est souvent résumé par une « firme représentative ». La validité de ce concept varie selon le type de secteur : dans un secteur dispersé, un grand nombre d’agents sont dans des situations comparables. On peut donc faire l’hypothèse que certains entreprendront les actions objectivement avantageuses pour eux, et que certains réussiront à tirer de ces actions un avantage concurrentiel. Par effet d’imitation, ces comportements gagneront les autres agents, dans le même temps où les agents qui n’adoptent pas ces comportements seront éliminés au bout d’un certain temps par effet d’éviction concurrentielle. Progressivement, les comportements de tous les agents du secteur convergeront vers un modèle identique, qui correspond au comportement « rationnel » pour ce secteur. On peut alors représenter le secteur par un certain nombre d’exemplaires d’un même « agent moyen ». Au contraire, dans les secteurs concentrés où il ne peut exister durablement qu’un petit nombre d’agents, et qui se trouvent dans des situations différentes en termes de part de marché et de stratégie, on ne peut rien prévoir sans connaître les spécificités des agents particuliers, et les agents sont trop différents pour que la notion d’agent moyen ait un sens. Si on peut à la limite représenter ce secteur par une seule entité globale, celle-ci aura des caractéristiques très différentes de celles des agents qui le composent. En résumé, aussi bien la validité du concept d’agent représentatif que le pouvoir prédictif des modèles sectoriels croissent avec le nombre des acteurs et l’homogénéité des populations. Ce que le langage commun désigne sous le nom d’« entreprise » peut en réalité prendre des formes extrêmement diverses. Pour l’économie traditionnelle, ce sont des organisations qui produisent des objets physiques qu’elles proposent sur le marché. Nous avons étendu cette notion à des organisations qui produisent des services qu’elles proposent également sur le marché. Mais il existe aussi par exemple des organisations qui produisent des objets ou rendent des services à des utilisateurs sans passer par le marché, comme par exemple les associations humanitaires, ou des organisations qui ne font que gérer des participations financières dans des entreprises, comme des sociétés de portefeuille ou des holdings. En permettant de séparer une organisation complexe en des entités plus simples, de représenter chaque entité par les activités qu’elle exerce et de représenter explicitement les relations entre ces entités, notre modèle entités-processus permet par exemple de décomposer un conglomérat en différentes sociétés de production, une société holding et des sociétés de service interne, et de préciser la nature des relations entre ces entreprises. En utilisant les mêmes concepts, on peut aussi décrire de façon précise des associations, des syndicats professionnels, des réseaux d’entreprises, etc. Ces descriptions peuvent prendre la forme d’objets informatiques utilisables dans des systèmes de simulation, que leur base commune permet de mélanger dans des modèles complexes faisant intervenir les interactions entre toutes ces formes organisationnelles.

Organisations et institutions
Le raisonnement précédent franchit facilement la frontière traditionnelle entre organisations et institutions, qui semble importante pour beaucoup d’économistes et de sociologues. Par exemple, Robert Boyer définit les composants d’un ordre institutionnel comme suit :  une constitution, ensemble de règles générales pour traiter les conflits entre entités ;  des institutions, méthodes immatérielles pour structurer les interactions entre organisations ;
200

 des organisations, structures de pouvoir et d’action ;  des routines, structures d’action transmissibles ;  des conventions, attentes et comportements partagés, émergents mais conscients ;  des habitus, schémas de comportement internalisés, pas nécessairement conscients. En réalité, dans le langage courant, le mot « institution » est polysémique. Il peut désigner des règles partagées, qui constituent bien une « méthode immatérielle pour structurer les interactions » comme le dit Boyer, mais aussi une classe particulière d’organisations chargée de définir et de mettre en œuvre ces règles, comme l’Académie Française, l’Autorité des Marchés Financiers ou le Gouvernement, ou encore un ensemble de relations et de processus partagés entre les agents, comme le marché. Dans notre représentation, ces règles partagées sont décrites par des modèles de processus de décision, et les processus partagés sont associés à des relations. Les institutions, prises au sens large, trouvent donc une place naturelle dans notre modèle entités-processus, en continuité avec les autres formes d’organisations, de relations et de processus. Dans le sens d’organisations chargées de définir et de faire respecter des règles, ce sont des organisations particulières justiciables de la représentation générale par une entité composite dotée des modèles de processus appropriés. Dans le sens de règles partagées ou de relations, ce sont des modèles de processus ou de relations possédés par une certaine population d’agents, et qui peuvent définir des « routines » ou des « habitus », mais aussi représenter des « conventions ». L’analyse institutionnelle consiste alors à étudier comment les agents se dotent ou sont dotés de ces processus, comment se créent ces relations, comment les agents spécialisés dans leur mise en œuvre se forment et agissent, et quelle influence ont ces processus et ces relations sur le comportement de l’ensemble des agents, et sur les phénomènes économiques qui en résultent. Ces phénomènes peuvent être aussi bien le fruit d’interactions entre les agents ordinaires que l’effet de l’action des agents institutionnels au sens d’organisations spécialisées comme défini ci-dessus.

Structures économiques générales
La notion d’entité composite, que nous avons introduit dès le chapitre 3, et l’utilisation des relations, dont nous avons donné une définition formelle au chapitre 5, permettent de représenter toutes les formes de mise en relation des entités économiques. L’appartenance d’une entité à une entité composite définit entre ces deux entités des relations implicites, qui se limitent à la connaissance par chaque entité de l’entité de niveau immédiatement supérieur et des entités de niveau immédiatement inférieur, c’est à dire la possibilité d’accéder à leurs attributs. Les modalités d’utilisation par une entité des attributs des entités des niveaux adjacents sont définies par les modèles de processus dont est dotée l’entité.

201

Des entités quelconques, pouvant elles-mêmes appartenir à des entités composites, peuvent être liées par des relations explicites de natures très diverses, qui permettent de représenter toutes les formes de réseaux. Un type de réseau est défini par un ou plusieurs types de relations (des « classes » en langage informatique). Un réseau particulier peut être défini de deux façons : soit de façon globale comme un ensemble d’agents liés par des relations du ou des types définissant le réseau, soit de façon centrée sur un agent particulier comme l’ensemble des agents liés à cet agent par des relations de certains types. Un même agent peut appartenir à un nombre quelconque de réseaux, alors qu’il ne peut appartenir qu’à une seule entité composite (et par implication à celles de rang supérieur qui contiennent cette dernière). Les relations qui lient les agents d’un réseau permettent d’abord à ces agents de se « connaître », c’est à dire d’accéder aux attributs et aux composants des agents auxquels ils sont liés par ces relations. Les modalités d’accès à ces composants sont définies par les propriétés et les modèles de processus dont sont dotées les relations. A travers les relations ainsi définies, un agent peut utiliser les valeurs des attributs ou les modèles de processus d’un autre agent, et à l’inverse agir sur lui en modifiant son état, y compris éventuellement ses modèles de processus eux-mêmes, et l’information à laquelle cet agent a accès. On peut ainsi modéliser les relations de toutes natures : non seulement des relations d’échange ou d’information, mais aussi des relations d’influence ou de pouvoir. Au total, on peut introduire dans un modèle économique des agents de natures différentes, dotés de règles de comportement différentes, y compris les entreprises, les organisations de toute nature comme les associations et les institutions On peut aussi y introduire des agents chargés de faire fonctionner le marché : le commissaire-priseur walrasien, mais aussi des arbitragistes, des bourses, etc. En enrichissant le modèle de l’agent, on peut passer de façon continue de la caricature walrasienne aux théories du comportement les plus sophistiquées, et par une infinité de cheminements différents. De plus, on peut relier ces agents par toutes formes de réseaux, et au total représenter de façon rigoureuse toutes les formes d’organisation et d’interaction sociale : entreprises, mais aussi associations, syndicats, etc. Entre la stricte hiérarchie et le pur marché idéal des économistes néoclassiques, on peut représenter toutes les formes intermédiaires qui constituent le monde réel, qu’il s’agisse de contrats, de canaux d’information, de structures de coopération ou de régulation, ou de tous autres arrangements institutionnels.

La formalisation
Mais la généralité même de cette représentation fait problème. Il ne suffit pas de dire qu’on peut tout décrire avec les quelques éléments de base que nous avons définis : les entités, les processus et les relations. Il faut aussi caractériser plus finement ces concepts élémentaires, et donner les règles d’assemblage de ces concepts en concepts d’ordre supérieur, autrement dit définir une grammaire permettant de construire des mots et des phrases à partir de ces éléments en leur attribuant un sens. Au chapitre 6, le concept de processus, qui est le composant le plus élémentaire de notre système de représentation, n’a été défini que de façon très générale, de façon à pouvoir représenter n’importe quelle transformation du monde réel, de l’image que s’en forment les agents ou de leur état. Mais une définition aussi générale se prête mal au raisonnement sur des problèmes concrets. Il faudrait identifier et caractériser quelques types fondamentaux de processus, comme nous l’avons esquissé au chapitre 6 en distinguant des processus de production, des processus d’échange, des processus de communication, des processus de perception, des processus de décision, etc.

202

Pour chacun de ces types fondamentaux, il faudrait définir ses attributs économiquement significatifs : durée, échelle d’exécution, coûts, etc. Puisque, dans une même entité, une action quelconque peut toujours être décomposée en actions plus simples qui se commandent les unes les autres, les règles d’agrégation des processus sont simples et on peut espérer qu’un répertoire restreint de formes canoniques de processus, auxquelles sont associées des propriétés économiques simples, permettrait de représenter l’essentiel des processus réels que les économistes peuvent vouloir modéliser. De même, pour le concept de relation, il faudrait identifier et caractériser quelques types de base : par exemple, entre un agent et une chose, des formes standard de la relation d’évaluation et de la relation de possession de droits ; entre agents, des formes standard des relations de communication, de pouvoir, de transaction, de contrat. Il faudrait enfin identifier et caractériser quelques classes fondamentales d’entités, et surtout définir les règles d’agrégation des entités qui s’appliquent au passage d’un niveau au niveau supérieur, ainsi que celles qui définissent la validité et la signification des attributs de l’agrégat, en particulier de ses capacités d’action ou modèles de processus propres en fonction de la constitution de l’agrégat, c’est à dire de la nature de ses éléments et des relations qui les lient. Ces règles seraient l’expression du principe d’individualisme méthodologique, qui exige que tout phénomène économique soit décrit à partir des actions d’acteurs individuels ou de leur conjonction. Toute propriété d'un agrégat et toute action d'un agrégat ou sur un agrégat doit être décrite à partir des propriétés de ses entités constitutives et d'actions de ces entités ou sur ces entités.. Préciser les règles de composition des entités et des processus revient à définir une algèbre des processus et des entités. Il est possible qu’un petit nombre de formes « canoniques » de processus, de relations et d’entités suffise pour représenter par leurs combinaisons une grande variété d’agents. On aurait ainsi les bases générales d’une typologie des entreprises, et plus généralement d’une typologie des organisations et des institutions. Cette formalisation du mode d’expression pourrait se faire à différents niveaux : celui de la prose courante à une extrémité du spectre, celui de la programmation informatique à l’autre. Les amateurs de formalisation mathématique pourraient même en tenter une expression dans ce langage, comme l’ont fait Nicholas Georgescu-Roegen ou François Perroux avec ses « unités actives ». Mais il serait beaucoup plus utile d’inventer une formalisation intermédiaire entre le langage courant et le langage informatique, qui puisse servir de support à des raisonnements rigoureux sans aller jusqu’à l’écriture de modèles exécutables sur ordinateur, avec toutes les servitudes que cela implique. Il est souhaitable que toutes ces tentatives de formalisation et de perfectionnement de l’outil aillent de pair avec sa mise à l’épreuve dans des problèmes particuliers et des applications concrètes, afin d’éviter une formalisation autiste qui ne serait qu’un pur jeu de l’esprit sans contact avec le réel.

203

S’agissant de l’expression de ce modèle en langage informatique, j’ai utilisé le langage Pascal pour présenter les concepts de base de la programmation par objets et les modalités de son utilisation possible en économie. Même si ce langage et le système de développement qui l’entoure se prêtent particulièrement bien à la construction de modèles économiques cohérents avec le modèle entités-processus, et à l’expérimentation en ordinateur sur de telles maquettes, d’autres langages avec lesquels je suis moins familier peuvent dans ce domaine se révéler supérieurs. J’ai évoqué au chapitre 4 des langages comme Java ou C++, dont la seule supériorité pourrait être leur popularité actuelle. Il existe également des langages spécialisés pour les applications de simulation, parmi lesquels UML (Universal Modeling Language) est en train d’émerger comme standard, et dont il serait utile d’explorer l’application à la théorie économique. Quel que soit le langage utilisé, un effort parallèle consisterait à développer et à diffuser des outils de développement et de test particulièrement adaptés à l’utilisation en économie, parmi lesquels des objets et des méthodes standard fournissant en particulier toutes les fonctions logistiques nécessaires à l’instrumentation des modèles et à l’exécution des simulations. Cet effort coopératif reposerait sur Internet et se traduirait par la définition et la publication de nouvelles classes d’objets spécialisés pour les économistes. Une même entité réelle peut être modélisée de différentes façons selon les phénomènes auxquels on s’intéresse et le problème qu’on cherche à traiter. Une activité peut être décomposée en processus élémentaires, ou au contraire une activité complexe peut être représentée par un processus unique ; de même, un agent complexe peut être représenté par une seule entité ou par une hiérarchie d’entités plus simples. En regroupant deux entités, on combine leurs processus ; en détaillant une entité, on doit répartir ses processus entre ses entités constitutives. La pratique de ce mode d’expression permettrait de dégager progressivement une pragmatique, c’est à dire un ensemble de conseils pour bien modéliser un ensemble d’entités dans le cadre d’un problème donné.

204

Chapitre 15 – Conclusions et perspectives
Jetons un coup d’œil rétrospectif sur le parcours de ce livre. Au départ, on trouve une frustration de voir les entreprises absentes de fait de la théorie économique, alors qu’elles tiennent le rôle central dans le monde contemporain. Fort de la connaissance intime que je crois en avoir, je suis alors parti à leur recherche dans la théorie économique. Dans cette exploration, ma démarche est exactement symétrique de celle des chercheurs quand ils abordent l'entreprise. L'économiste, familier a priori avec l’ensemble des outils théoriques, étudie l'entreprise comme un objet inconnu, en cherchant à s’écarter le moins possible des assertions théoriques qu'il considère comme vraies. A l’inverse, je m’appuie sur une image empirique de la réalité économique, que j'ai moi aussi mis des années à construire et que je considère comme acquise, pour chercher dans la théorie économique les assertions théoriques qui sont cohérentes avec cette réalité. Assez logiquement, mon point de départ se situait dans le courant dominant orthodoxe, aussi appelé « standard » ou « mainstream » de la pensée économique contemporaine, dont j’ai vite dû me résigner à constater que l’entreprise en est désespérément absente. En même temps, j’ai découvert l’extraordinaire diversité de la pensée économique : à l’intérieur même du courant dominant des sous-tendances, d’ailleurs pas toujours compatibles avec le corpus central auquel elles se rattachent ; à côté du courant dominant, des écoles concurrentes, ellesmêmes avec de nombreuses variantes, et tout un foisonnement de travaux hétérodoxes plus ou moins liés à telle ou telle école. En même temps que j’éprouvais le besoin de m’affranchir de l’académisme de l’économie standard néo-classique pour me tourner vers d’autres traditions, il me fallait mettre de l’ordre dans cette diversité foisonnante des approches et des doctrines. Pour décrire ma démarche, je pourrais emprunter les phrases de Cairnes, qui écrivait déjà vers 1850 : « mon but…a été de ramener les discussions de l’Economie politique aux tests et aux standards qui étaient considérés auparavant comme les critères ultimes de la doctrine économique, mais qui ont été complètement perdus de vue par de nombreuses publications modernes …Les conflits d’opinion qui existent actuellement entre auteurs sur l’Economie Politique sont si nombreux et si fondamentaux que, à mon avis, il n’y a pas d’autre voie ouverte aux économistes, pour échapper à la confusion et aux contradictions dans lesquelles cette science est embrouillée, que de revenir aux considérations fondamentales par lesquelles l’importance des doctrines et la valeur des preuves doivent être déterminées36 » Ces considérations fondamentales, je pourrais aussi les emprunter à un quasicontemporain méconnu, François Simiand : “My aim … has been to bring back the discussions of Political Economy to those tests and standards which were formerly considered the ultimate criteria of economic doctrine, but which have been completely lost sight of in many modern publications. … The contrarieties of opinion at present prevailing among writers on Political Economy are so numerous and so fundamental, that, as it seems to me, no other escape is open to economists, from the confusion and the contradictions in which the science is involved, than by a recurrence to those primary considerations by which the importance of doctrines and the value of evidence are to be determined.” John Elliott Cairnes, The Character and Logical Method of Political Economy
36

205

« Je pars d'un postulat, de l'unique postulat que la science économique a pour objet de connaître et d'expliquer la réalité économique. Cette simple proposition, qui en elle-même peut, au premier abord, paraître un truisme, aboutit en réalité, si toutes les conséquences en sont tirées, à exclure de la science économique proprement dite (…) la majorité, sinon la plupart des travaux, théories et systèmes qui à l'heure actuelle se réclament d'elle et prétendent à la constituer… Ou bien cette économique n'est qu'une construction arbitraire, légitime comme telle, mais qui ne vaut ni plus ni moins que toutes les autres constructions analogues possibles ; ou bien cette économique veut être explicative du réel, et alors nous sommes en droit de la juger en examinant, d'une part, si la base que l'hypothèse (…) emprunte initialement à la réalité est exacte, et, d'autre part, si la théorie où elle aboutit rejoint et fait comprendre le fait. » Au bout de ce chemin, j’ai acquis la conviction que le hiatus entre le courant dominant de la discipline économique et la réalité du monde contemporain est radical et irréductible. C’est le fruit de l’histoire de la pensée économique et d’une fidélité excessive au corpus théorique qui s’est constitué avant que les entreprises ne prennent dans le monde réel leur place actuelle. L’économie marginaliste qui est à la base de l’économie standard est une théorie des interactions entre agents qui repose sur un modèle ultra-simplifié de l’agent. Pour ne pas remettre en question cet acquis, les économistes ont inventé, pour tenir dans leurs constructions existantes la place de l’agent de la théorie une fiction ad hoc (« la firme ») sans aucun rapport avec les entreprises du monde réel. Et plus on tente d’enrichir le modèle de l’agent, plus la théorie des interactions s’effrite, au point de s’effondrer complètement quand on veut y introduire un modèle de l’entreprise un tant soit peu réaliste. Chemin faisant, j’ai aussi constaté que le paradigme dominant de l’économie « standard » interdit aussi la prise en compte correcte des services, qui tiennent aussi unes place croissance dans les phénomènes économiques contemporains. En s’obstinant à rester fidèle à in paradigme hérité du dix-neuvième siècle et qui exclut par construction la réalité du vingt-et-unième, la pratique dominante de la discipline économique est fermement engagée dans la voie de l’autisme. Elle devient un simple divertissement intellectuel, tout à fait honorable au demeurant, et qui n’a rien de répréhensible à condition que ses pratiquants admettent que ce n’est qu’une gymnastique, et ne prétendent pas en tirer des conclusions, et encore moins des prescriptions applicables à la réalité. Fort heureusement, j’ai aussi découvert au long de mon itinéraire des écoles de pensée, anciennes et contemporaines, dont les positions sont compatibles avec une prise en compte des entreprises et des services. Donc, tout en arrivant à la conclusion qu’il est impossible de prendre correctement en compte l'entreprise et les services sans rejeter le paradigme dominant, je découvrais des auteurs, célèbres ou injustement occultés, dont la pensée forme une base solide pour reconstruire une économique du vingt-et-unième siècle. J’aboutis ainsi à une lecture hétérodoxe de l'histoire de la pensée économique : l'école néo-classique contemporaine est l'excroissance démesurée d'une branche pathologique issue de Walras, qui procède d'une vision extrêmement réductrice de l'économie et aboutit aujourd'hui dans une impasse cognitive où le phénomène majeur du monde économique qu'est l'entreprise est exclu par construction. La construction néoclassique est une magnifique cathédrale, mais construite dans le vide. La véritable tradition principale court des

206

scolastiques du seizième siècle à Mises et Hayek, en passant par Cantillon, Adam Smith, JeanBaptiste Say, John Stuart Mill, Menger et Marshall, et intègre la meilleure part de Keynes. La tradition dite autrichienne n'est pas une hétérodoxie mineure, mais l'expression actuelle de la tradition principale, occultée depuis un siècle. En ce qui concerne l’entreprise, il est significatif que les courants contemporains les plus prometteurs que sont le comportementalisme de Simon, March, Cyert et Leibenstein et l'école évolutionniste de Nelson, Winter et Dosi revendiquent les mêmes fondements que la tradition autrichienne, sans d'ailleurs y faire explicitement référence : réalisme, priorité à la dynamique, rationalité limitée, incertitude radicale, hétérogénéité des agents, non-séparabilité entre macro et micro, importance des institutions. Plus qu'autrichiens sans le savoir, ces auteurs sont tout simplement fidèles à la tradition séculaire. Bref, en rejetant la tradition scientiste walrasienne sur laquelle est construit le courant dominant de la discipline, on renoue avec une tradition plus ancienne, celle des grands classiques, avec ceux qui l’ont perpétuée et avec ceux qui la retrouvent. A côté d’une économie Pokémon, où des milliers d’amateurs se passionnent pour des êtres imaginaires entourés de tout un folklore de fantaisie, il reste tout aussi légitime de chercher à comprendre le réel. Et pour cela, il faut résolument tourner le dos à l’économie walraso-keynésienne et renouer avec la grande tradition classique en admettant, comme Simiand, d'« exclure de la science économique la plupart des travaux qui prétendent à la constituer », au premier rang desquels la théorie de l'équilibre général, ses hypothèses et ses séquelles. Une tâche urgente et prioritaire des économistes devrait maintenant être de reconstruire un nouveau cadre théorique où les entreprises occupent la place centrale et dont le temps est une dimension fondamentale. C'est dans la tradition « autrichienne » de Menger et Mises qu'on trouvera les fondements épistémologiques de cette économique nouvelle, qui sont d'ailleurs ceux de toute l'économie avant Walras, voire encore de Marshall. Quant aux meilleurs développements sur l'entreprise, on les trouvera dans l'école comportementaliste et dans l'école évolutionniste, qui ont redécouvert les bases épistémologiques correctes sans pour autant se réclamer de la tradition autrichienne.

Une autre conception de la discipline
En quoi le présent ouvrage peut-il contribuer à cette reconstruction ? Mon but initial était de proposer un système de représentation des entreprises et de leurs mécanismes de gestion qui soit cohérent avec leur réalité plutôt qu’avec une théorie antérieure qui les ignore par construction. Pour cela, j’ai pris comme objet central de ma réflexion les organisations et non les individus, en m’intéressant aux actions et non plus aux équilibres. Partant du constat fondamental de l’infinie diversité des activités et des structures des entreprises, je suis arrivé à un schéma qui repose sur trois principes : l’unité élémentaire d’analyse est non plus l’agent et le bien, mais le grain d’action (le processus) et sa description le modèle de processus ; les agents y sont caractérisés par un répertoire particulier de modèles de processus ; les relations entre agents y sont explicitées. Ce langage de représentation permet de décrire les entreprises dans leur infinie diversité, mais fournit aussi un mode de représentation explicite et générale des organisations et des relations. D’un côté, il permet facilement de passer aux organisations les plus simples que sont les individus, et de retrouver toutes les assertions de la microéconomie conventionnelle.

207

De l’autre, il permet d’analyser tous les niveaux d’organisation et de collectivités, et particulier les collectivités nationales, et donc de traiter les questions relatives à ces niveaux, qu’on appelle généralement macro-économie. Plus généralement, il permet de raisonner sur toutes les formes d’entités économiques : individus, organisations et institutions, quels que soient leur niveau et leurs interrelations, et de raisonner simultanément sur plusieurs niveaux. Tout cela ne constitue pas à proprement parler une « théorie ». Tout au plus ce qu’on pourrait appeler une « vision » de l’économie ; une vision substantielle : de quoi parle-t-on ? une vision axiomatique : quelles assertions admet-on comme des vérités a priori ? une vision épistémologique : quelles questions se pose-t-on et par quel moyen peut-on y répondre ? Ce n’est encore ni un ensemble d’énoncés hypothétiques concernant les objets dont on parle, et destinés à expliquer leurs propriétés, ni un ensemble structuré d’énoncés liant des causes à des conséquences. Sur le long chemin qui conduit à une théorie, j’en suis resté aux premières étapes : l’observation des faits et leur transcription sous une forme qui puisse servir de support à un raisonnement rigoureux. Une question reste posée, que la plupart des économistes à qui j’ai présenté mon travail ont immédiatement soulevée : quelle est l’utilité de ce travail et quels résultats nouveaux peuton en attendre ? en quoi ce travail fait-il progresser notre connaissance des phénomènes économiques ? Ceux qui admettent que mon objectif est légitime me demandent : qu’est-ce qui vous fait penser que vous réussirez mieux que des générations d’économistes ? Des interrogations d’autant plus acerbes que ma condamnation de l’économie orthodoxe m’aliène la majorité des économistes. On peut trouver quelques éléments de réponse directe dans ce livre. Le plus évident est sans doute une nouvelle façon de poser les questions relatives aux services, qui a été présentée au chapitre 7, cohérente avec l’idée fondamentale (et combien « autrichienne » !) que le sujet de l’économie, ce sont les activités des êtres humains sont plus fondamentales plus que les produits de ces mêmes activités. On peut aussi trouver dans le chapitre 9, à partir de la généralisation des notions d’échelle d’exécution aux processus, les bases d’une théorie économique de l’organisation ; dans le chapitre 11, un renouveau de certains résultats d’économie industrielle avec la discussion des formes sectorielles et notamment du quasimonopole ; dans le chapitre 12 le début d’une théorie des relations entre formes sectorielles et constitution interne des entreprises, et dans le chapitre 13 celles d’une théorie de la distribution des activités entre entreprises, notamment des phénomènes de spécialisation, d’intégration et de dés-intégration. Tout cela donne autant d’exemples des raisonnements que peut permettre la représentation que je propose, mais ne forme certes pas une « théorie » au sens que donnait à ce mot William Baumol dans une correspondance : « une machine à produire des théorèmes ». De même, je n’ai pas cherché à produire les « résultats non triviaux » qui auraient constitué pour certains la preuve nécessaire de l’utilité de mon travail. Je m’en suis tenu pour l’essentiel au niveau de l’objectif initial : introduire une représentation utilisable de l’entreprise dans la théorie économique; proposer un mode de représentation, pas une théorie de l’entreprise. Ce qui pourrait passer pour une négligence reflète en réalité une différence fondamentale de conception de la discipline économique, sur laquelle je me suis déjà expliqué au chapitre 2. Le simple choix du mot « théorème » est révélateur : ce n’est qu’en mathématiques qu’on démontre des théorèmes ; dans les sciences de la nature, que ce soit la physique, la chimie ou les sciences du vivant, on cherche à découvrir des lois, et on le fait par l’observation. Assimiler l’économie aux mathématiques en parlant de « théorèmes » est une
208

attitude récente qui implique que l’économique peut être déconnectée de la réalité observable. Mais toute théorie doit être la théorie de quelque chose qui existe en dehors d’ellemême, de façon que la théorie puisse être confrontée à un réel indépendant. « Qu’est-ce donc que la théorie, sinon la connaissance des lois qui lient les effets aux causes, c’est-à-dire, des faits à des faits37 ? ». Dans ces conditions, que pourraient être les « résultats » « nouveaux » et « non triviaux » que l’on me somme quelquefois de produire ? un fait encore jamais observé ? un résultat inattendu parce que non conforme à la réalité observable ? La théorie deviendrait alors peut-être « intéressante », mais ce serait la théorie d’un monde imaginaire, un échafaudage abstrait sans rapport avec la réalité ; En économie, tout ce qu’on peut faire, c’est trouver une meilleure explication à des faits déjà observés, notamment en la faisant reposer sur d’autres faits observés plutôt que sur des faits imaginaires inventés pour la circonstance (des hypothèses au sens de la méthode hypothético-déductive habituelle). C’est ce que j’ai voulu faire en partant de l’observation des entreprises réelles pour donner de leur fonctionnement une description assez générale pour rendre les services qu’on attend d’une théorie. L’économique a une ambition à la fois descriptive (dire ce qui est), explicative (dire pourquoi c’est ainsi) et prescriptive (dire ce qu’il faut faire). Dans cet ouvrage, j’ai complètement abandonné la dimension prescriptive, considérant qu’il faut au moins la différer jusqu’à ce qu’on ait atteint un consensus sur la dimension descriptive et explicative, ce qui veut peut-être dire la différer éternellement. Cette façon de pratiquer l’économie procède d’une autre conception de la discipline. Une « théorie » n’y est pas vue comme un ensemble d’assertions hypothétiques considérées comme vraies et qui servent de base à une explication logique des phénomènes économiques, à l’exclusion de toutes autres assertions alternatives. Comme l’écrivaient March et Simon, « la théorie économique n’est qu’un langage conçu pour fournir un cadre systématique dans lequel analyser des problèmes économiques »38. Pratiquer la discipline économique consiste à jeter une série de coups de projecteur sur le monde réel, en utilisant de préférence un projecteur efficace et non déformant. Bien sûr, toute réflexion économique doit utiliser des modèles des agents dont elle cherche à comprendre les interactions. Mais le problème des économistes est que les modèles de comportement humain que leur fournissent les psychologues ne sont pas formulés de façon à servir de base au raisonnement économique, si on admet que celui-ci dit emprunter ses outils aux sciences exactes, et en particulier les mathématiques. A partir de là, la réflexion économique peut prendre deux orientations : la première est d’inventer d’autres modèles qui conviennent aux outils, comme le fait toute la tradition walrasienne et néo-classique. La deuxième – la tradition autrichienne à laquelle j’adhère – pose cette limitation comme constitutive de la discipline économique et redéfinit donc celle-ci comme une discipline purement qualitative. On peut aussi tenter de définir un nouvel outil (ou langage) de représentation des comportements humains réels qui soit utilisable pour la réflexion économique. C’est ce que j’ai tenté de faire dans cet ouvrage.
37 38

Jean-Baptiste Say, Traité d’Economie Politique, Discours préliminaire

« Economic theory is simply a language designed to provide a systematic framework within which to analyze economic problems » (A behavioural theory of the firm, Prentice Hall, 1963)
209

Les économistes ne sont pas plus fondés à se définir leur propre modèle de l'être humain ou de l’entreprise que leur propre modèle de la gravitation universelle ou de la biologie. L'économie doit emprunter ses modèles de l'être humain à la psychologie et ceux des entreprises à leur observation. Plus elle s'en éloigne, moins ses conclusions ont de chances d'être valides. L'économie doit étudier comme disait Marshall « l'homme tel qu'il est : pas un homme abstrait ou « économique », mais un homme de chair et de sang », ou Mises « L'économie étudie les actions réelles d'hommes réels. Ses théorèmes ne se réfèrent ni à l'homme idéal ni à des hommes parfaits, et pas davantage au mythique homme économique (homo œconomicus) ni à la notion statistique de l'homme moyen (average man) ». Elle ne doit plus se laisser aller à inventer ses propres modèles de l'être humain avec le seul critère parfaitement autiste qu'ils permettent à ses outils intellectuels habituels de fonctionner. Elle doit aller chercher ses représentations des êtres humains chez les psychologues et les anthropologues et ses représentations des organisations chez les sociologues et les chercheurs en gestion. Et si ces modèles sont rebelles aux outils habituels des économistes, c'est d'outils qu'ils doivent changer. C’est donc un nouvel outil que j’ai voulu proposer. J’ai tenté d’en illustrer le potentiel par un certain nombre d’exemples. Reste à espérer que des économistes voudront bien s’en saisir ou s’en inspirer, tant pour le perfectionner que pour l’appliquer à l’analyse des phénomènes économiques du monde réel.

210

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful