You are on page 1of 2

Montréal, le 25 février 2013

Monsieur Réal Ménard Maire de l’Arrondissement Hochelaga-Maisonneuve Membre du comité exécutif et responsable du Transport

M. Ménard, Comme un nombre sans cesse croissant de nos concitoyens, nous nous réjouissons de voir Montréal parmi les villes nord-américaines les plus dynamiques en matière de vélo. En développant des infrastructures cyclables qui font aujourd’hui l’envie des cyclistes du reste du continent, l’administration municipale a joué un rôle structurant pour encourager les déplacements à vélo à Montréal. Il reste cependant encore énormément de travail à faire. Ces dernières années, le nombre de cyclistes montréalais a augmenté en moyenne de 20% par année – une croissance qui n’a pas d’égal chez les autres modes de transport. Alors que le transport actif connaissait déjà un boom sans précédent, l’arrivée de Bixi en 2009 est venue ajouter des dizaines de milliers de nouveaux cyclistes dans les rues de Montréal. Aujourd’hui, les cyclistes ne sont plus des étrangetés dans la ville : ils y sont omniprésents, y compris en hiver. Or, malgré une croissance certaine depuis 2007, le réseau cyclable montréalais ne suffit pas à la demande. Les principales voies cyclables montréalaises sont largement saturées et surchargées, au point d’occasionner des tensions entre usagers, d’augmenter les risques d’accidents et d’affecter le sentiment de sécurité des usagers. Le réseau cyclable montréalais requiert des interventions pour atténuer la surcharge qu’il subit actuellement et qui ne fera qu’augmenter encore dès ce printemps. Conscients du contexte budgétaire difficile de l’administration municipale, nous vous encourageons à utiliser les ressources disponibles là où elles profiteront au plus grand nombre de cyclistes. À cette fin, nous suggérons que la Ville mette l’accent sur trois priorités pour la saison de travaux 2013.

Désengorger l’axe nord-sud D’abord, le problème le plus criant est sans doute la saturation de l’axe cyclable nord-sud. Jusqu’à 10 000 cyclistes par jour empruntent l’axe Boyer-Brébeuf. La congestion y est un réel problème. Plusieurs interventions sont possibles pour pallier à ce problème.     Alléger la pression sur les pistes existantes en aménageant de nouvelles infrastructures cyclables: Vélo-rues, pistes unidirectionnelles sur plusieurs rues, etc. Prolonger les voies cyclables sur Émile-Duployer (dans le parc Lafontaine) jusqu’à Maisonneuve pour désengorger la piste cyclable qui traverse le parc. Prolonger la piste de la rue Maisonneuve en site propre jusqu'aux voies cyclables sur la rue Fullum. Ajouter une bande cyclable sur la rue Chateaubriand (de Villeray à Bellechasse).

 

Prolonger Saint-Urbain vers le nord, à partir du parc Jarry; vers le sud pour relier le centre-ville au Vieux-Montréal (de Maisonneuve à Saint-Antoine). Bonifier et prolonger la piste sur la rue Clark, particulièrement de manière à offrir une alternative en direction nord, en contrepartie de la bande cyclable sur St-Urbain. On pourrait également envisager de transformer cette rue en vélo-rue.

Améliorer les liens est-ouest Les problèmes de congestion et le manque de capacité sur les voies cyclables s’observent également sur plusieurs axes cyclables Est-Ouest. Les interventions suivantes sont nécessaires pour atténuer ces problèmes :     Mettre à niveau la piste cyclable de la rue Rachel entre la rue Boyer et le viaduc du CP, à la frontière de Rosemont, comme il a été fait en 2012 pour la section ouest de cette piste. Prolonger les voies cyclables Laurier jusqu'à Papineau. Détourner la piste cyclable Maisonneuve dans le Quartier des spectacles vers un trajet qui ne doit pas être constamment fermé durant la période des festivals en été. Sécuriser et améliorer l'intersection Notre-Dame et De Lorimier.

Améliorer la signalisation Finalement, les pistes cyclables en elles-mêmes ne sont guère utiles si la priorité des cyclistes n’y est pas respectée. Bonifier la signalisation permettrait d’en améliorer la sécurité et de promouvoir un meilleur partage de la route – et ce, à moindre coût. On trouve déjà à certaines intersections des pistes de la rue Maisonneuve et de la rue Côte-Ste-Catherine des affiches « Priorité aux cyclistes et aux piétons ». Une telle signalisation devrait être systématisée tout au long des pistes en sites propres.

Considérant les problèmes de congestion routière et l’engagement des élus montréalais en faveur de la mobilité durable, le bilan positif des dernières années en matière d’usage du vélo ne saurait être un prétexte pour cesser d’avancer. À titre de responsable des Transports au comité exécutif, nous vous encourageons à continuer le travail pour faire de Montréal l’une de meilleures villes de vélo du monde. Recevez, M. Ménard, l'expression de nos sentiments les meilleurs.

Simon Carreau et Pasquale Lo Mascolo Citoyens montréalais qui tiennent au développement des infrastructures cyclables à Montréal.