Abelardo y Alejandro de Hales, creadores del método escolástico

Abélard et Alexandre de Hales, créateurs de la méthode scolastique / par F.

Picavet
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Picavet, François (1851-1921). Abélard et Alexandre de Hales, créateurs de la méthode scolastique / par F. Picavet. 1896.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 : *La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service. Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques. 3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit : *des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits. *des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle. 5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays. 6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978. 7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.

~4 -~i ~J~ ~) ABELARD ABÉLARD ET ALEXANDRE DE r HALES CREATEURS DE LA METHODE SCOLASTIQUE fAX F. LEROUX. ÉDITEUR 28 1896 . PICAVET PARIS ERNEST 28. RUE BONAPARTE.

y En sollicitant de nouveau votre mon la façon dont j'ai rempli des quatre Pendant années. des matières et celle expliquer leur élèves. se l'esprit faille prétends pas qu'il les inconvéque soient la ~er~e pendant ac~Me. intéressant les deux questions d'histoire. lors de l'enquête demandé l'avaient Facultés qui a précédé plusieurs de compliquer de peur cette proposition la réforme ? On avait écarté à y mais on a été amené et de surcharger notre l'examen. la nos fois les élèves soient élèves pas songe. besogne des réformes à l'occasion très sérieusement. d'initiative.MONSIEUR ET CHER COLLÈGUE. de l'École d'entrée dans le concours Après proposées au mois ont été soumis nous dont les résultats discussions longues à conserver on: est généralement de décembre. que donc lisières. et je ne Mais tutelle. loin dans N'aurait-on pas pu aller plus comme en deux facultative de la licence autoriser la scission séries. de faire Quant demandé qui preuve à à dresser la liste des auteurs la première fois ont été appelés en leur liberté s'accroît à option. à toute j'estime'que tâtonnement homme que les les avantages fécond à le nier. et à l'examiner revenir de Normale. je ne les soustraire nients de ce inaugurée réforme suffrage. ces deux et soutenu j'ai approuvé tendent ont ceci de commun qu'ils et les maîtres à certains de encore l'enseignement des écoégards de détail. Je trouve devient . puisque gnement seulement y être représentés. réserves sur des à Que dans projets à affranchir supérieur. ces années de C'est excellent sans et apprend ait peraux programmes. qui peuvent quelques-uns. mandat. le Conseil Facultés je vous dois a été la compte saisi de de de Supérieur des Lettres réforme d'étudu diplôme par la création des Tout en faisant de la licence. qu'on aux professeurs. Ils n'ont plus à calquer même temps que celle de leurs ils n'avaient sur des programmes pas collaauxquels enseignement sur l'enseiau contraire qui tend à se modeler boré c'est l'examen et non plus ce sont tous'les de la Faculté. cours. quels Allemands appellent l'emportent. points Ils leur ensemble. liers. pour convenu'que pour l'examen d'entrée son unité tout en le mettant en harmonie avec que à marcher l'écolier forme. l'agrégation et la des supérieures. de souplesse ait donné qu'on plus qu'on lui ait entre des matières de choisir mis à l'étudiant diverses. et la -voie de la liberté.

n'auraient-ils ont un caractère plus quelques mois pas intérêt. pour la partie spéciale leur examen. étudiants. et parties première.2 les changement était de moyen aux ceci seul nous examen l'École haut candidats est en à caractère survenus scinder l'École l'École nous de l'enseignement la licence en deux d'avoir passé On peut la dans supérieur. que rigou- la préparation . parmi pas sans ou bien les matières Ils périls. aux candidats partie Quant pondrait à la licence ceux littéraire. de qui veulent. en vivantes. Si une réglementation est contraire à trop rigoureuse l'essence même de l'enseignement une liberté supérieur. quels la scission facultative de philosophie. nous occupons répondre. de réduire faculta- minimum. déjuges Le diplôme d'études d'histoire supérieures de licence veau système n'a pas encore été téméraire d'en quelde l'École compétents? est né d'hier. de l'avis Normale. une des compositions comremplacer par un mémoire posé qui eux à loisir. le jour dé les qu'ils jugent leur demander qui sont aussi aider à mettre le mais celles utiles. laisser indifférents enseignement. grande laissée peuvent l'effort tives à au non des être étudiants tentés de expérimentés leurs disperser en choisissant les peu n'est efforts. Elle serait commode aux étudiants aux et surtout histoire. qui auraient en avoir l'étranger qu'après leur éducation terminé celle à laquelle correspurement classique. et. nouveau est plus il importe le précédent. que est Normale. haut pour d'initia- décourager tive individuelle Par cela reusement de tenir venu. Il appartiendra les examinateurs. et que jeu. de guider leurs plus le moins de la de méthode l'examen sous dans assez les leur noms moins travail.à le que préoccupe mon pour compte. la première de l'examen scindé. après avoir subi particulièrement consacreraient N'y scolaire. vrai. le meilleur de demander aurait un purement l'affaire de littéraire. libre. que son intérêt particulier n'avons pas à nous en inquiéter lorsque au mieux de outre ceux l'intérêt que ce général qui un touche qui il est régler d'enseignement Normale ne peut supérieur. je ne vois pas bien. Mais. à des études aurait-il pas la seconde très les épreuves à avoir devant libres eux et à la composition de que chose d'analogue qu'ils leur mémoire? plus là pour année à ce qu'était jadis la plus féconde. tout avantage à n'aller étudiants faire de en langues séjour . et le nouappliqué: mêmes Il serait donc les résultats. Ceux moi préjuger qui comme sont optimistes ne se dissimulent se garder de cerpas qu'il faudra tains écueils. pas celles devoir présument aux professeurs. inconvénients sérieux pourrait présenter la licence. les fantaisies'qui niveau se masqueraient même scolaire et d'indépendance que l'examen que scientifique. qu'ils de peine.

efficace et moins difficile qu'une moins une épreuve pas ou dissertation c'est quelconque. on peut réserver trop sceptique. en émettant radicaletransformé du moins sinon fût à la veille d'être supprimé. n'aura Tant qu'on son approbation. à qu'en une faire latine la dissertation par un remplacer avec force devant On a soutenu latines. et. du problème. de la langue. classe la dans latine à celle de version soit ajoutée latin thème de sition ce vœu a été répondu Il nous que de l'examen. attendre ce vœu. doit être faite. sans compter graves. système qu'un les écoliers eux-mêmes. aux Chamsur un projet qui est soumis Je n'ai pas à insister ment. adopté. et prolongée sérieuse étude il est trop tard. 11 en est un autre sur lequel il m'est également difficile de garder certaines catégories il a voulu thème Supérieur de candidats . à la Faculté. et de notre intérêt nous-mêmes lourdefardeau d'un débarrassés qui pèse quelquefois d'être réjouir de tout aux intérêts avant Mais nous devons penser ment sur nous. d'examen n'expose quelconque Les et la fraude? le hasard à éliminer de l'examen? le niveau élever et sérieuses la fois deviendront-elles'à plus secondaires études été résolues auront par ces questions désintéressées? Quand plus ce que vaut le projet qui aura etc nous pourrons juger l'expérience. je veux espérer la réalisation. en fait. j'ai bien peur pas réformé à Arrivera-t-on à des mécomptes. partie première ne nous en fera pas trop qu'on était mis à l'étude. aux études brèche nouvelle ne serait nécessaire avec la sévérité thème corri-gé le Conseil qu'un dissertation. devant bres. tout au Lycée qu'elle des mesures y avait été plusieurs qu'il donc Nous avons a penser secondaire. séduisante être sans et les préjugés. cette réforme. L'expérience dans l'enseignement à prendre réparatrices au baccalatine de la composition la suppression que prouvé ayant dans la sa suppression en droit. si la loi est votée. que le baccalauréat ne pensions Nous pas. le règlement nous n'aurions qu'à nous immédiat. que pour le Conseil. Ce serait que de que donc croire l'éducation mal classique les interpréter autorisant des candidats. sinon amené avait lauréat componous avons déposé un vœu pour qu'une de rhétorique.-3antérieure. surc'est Or cette étude. du intentions soient Conseil plus fortes. la vérité. sant les difficultés est maîtres leurs aux élèves propres comme de donner L'idée juges à tant d'objections elle se heurte en pratique en théorie. et qui ne viendra ne s'agissait S'il que de des détails d'organisation. les passions que. connaisqui sont en jeu dans public l'enseignement d'être il nous est permis perplexes. épreuve qu'une Mais à une si elle correspond chose que ne signifiera quelque thème.

que de critiquer vrai que le Conseil. pas compte d'Universités devienne ratifie le vote de la que le Sénat nous soit définitivement acquis. resser mais d'étendre à la prospérité peu à peu notre de notre Université habitons. moins vivement pour Chambre Mais titution pour et que que ce nom ce nom réduit à sa D'ailleurs. et de libéralisme que ses devanciers Le projet bre par les plus de loi sur nouveautés les Universités nous faisant passionnât qu'on et ne qu'il mon léguées. mêler aux d'intérêt des considérations paraître questions général d'intérêt en rendant cement monde. fidèle lui ont a été prépare. que et de la région que notamment travail. traditions de justice dans l'omTout au de souhaiter permets il reste fonction de tribunal d'appel. ce qui guère que sanctionner Je n'en désire I. un peu rejeté simple expression il était difficile existe. dont largement le budget est insuffisant. le public nous doit et surtout éclairé de'Ia de faciliter d'intévillenotre nos bibliothèques. Il dépend de nous. nouveau Conseil. doit savoir enseignant.4 le silence et de donner on appréciation Il est aussi délicat a fait partie. le doit aussi d'encourager nos efforts' l'organisation moins quelquefois raison. 11 avril 1896. pour que c'était adresser. ANTOINE Toulouse. I:np. mais serait de nous décourager et de ne pas voir que le sort de pas moins l'œuvre nouvelle est en partie dans ses mains. ma part. comsoit animé d'un esprit. une réalité vivante. en dotant plus L'État clientèle. le dercru.. vient de baptiser qu'on est en droit d'en attendre. non pas sans doute d'accroître soudainement le nombre de. il n'est pas sûr que récolte. L'avenir dira si les remaniedes perfectionnements. qu'on des eSbrts... Supérieur dont une assemblée posé à peu près entièrement exclusif et routinier? J'aurais nier me reproche annoncés ments qu'on sont pût ou lui non d'universitaires. UoULADOUHE-PmvAT. j'ai trop privé. nous l'administration comme Tou!ouse. pour que l'insgrandisse il faudra ceux qui car et encore sèment donne bien les du résultats temps lever et la. l'avancement Il est corps et cet avanplus souple inutile tout le que j'insiste. II a été fait beaucoup à cet égard depuis mais en pareille matière il est naturel vingt ans.'opinion. Est-il mon c'est de la réforme louer du Conseil lui-même. de grandissent J'ajouterais. rue S'Kom~ 466) . que les besoins si je ne craignais avec les progrès. BENOIST. nos élèves. aux ce que je c'est dans sa que. II eût voient été puéril de trop espérer il était évident que nous serions le lendemain il ne le' ce que nous étions la veille. que l'État nous de lent.

Gerbert. du IXe XV<* siècle. 1. section des sciences religieuses. par certains synthétiques. et. période compte. dominent avec première période. La seconde les autres part du tout ouvrages célèbres. (Bibliothèque .. originale dont les Jean Scot. La Scolastique (Revue internationale 1893). Alcuin'.Alcuin. voi. possède la Métaphysique. et ceux dé ses commentateurs Sans la plus féconde. à côté de et scientifiques. en traductions les plus a été l'époque moins. le XIII" siècle doute. losophes pas d'abord l'Occident sens restreint au du mot. 1). et même les hérésies doctrines ont jusqu'à nos jours alimenté inspiré des orthodoxes. des Hautes Études.ABÉLARD ET ALEXANDRE LA MÉTHODE DE HALES CRÉATEURS DE SCOLASTIQUE au scolastique'. d'Aristote la philosophie commence Physique. les désigne où. qui tente d'unir étroite- 15 avril de l'Enseignement. XIIIe au siècle la alors. en France et en Allemagne de la scolastique fondateur 2. Mais la première de la scolastique. ses penseurs où se désaltéraient la plus riche par les sources la plus aux ambitions côtés. qui et phiva jusque la fin du XII" siècle. recherches spéculatives La données quelques Une la théologie. théologiens et' ne l'ont même n'ont d'Aristote que l'O/a/ïo/ï tout entier. pour ne citer que des noms hors de pair.

d'Isidore de Séville. comme celle d'Aristote et de métaphysique. de Séville. 618 sqq.P< siècle. pas ABÉLARD ET ALEXANDRE DE HALES et sciences que en à la le XIII" philosophie siècle reproduit Jean et à la théologie. De~t/?e. p. d'auteurs le modèle Non. qui premier s'enrichissent de sorte l'œuvre plus d'une fois de vues et de théories nouvelles. ont recueilli et continué que les grands scolastiques de leurs prédécesseurs. Isidore ouvrage la matière un progrés conen trois diviy est répartie il y a plusieurs sentences titre. de Prosper et de mais Augustin. 11. et sions. sidérable. Ursprung Jahrbuch. serait resté.'cAe/t~escAtcA<e des Mittelalters. liantiquité. 1 · On a cité\ parmi les le Z~'&er . 1). Die Sentenzen und die Bearbeitungen seiner Abâiards. et que Descartes Salisbury. différents. ininterrompue il y a transmission du IXe au XIIIe des doctrines siècle. aux Pères empruntées ce que sous chaque que.Se/ï<e/a/'Mm saint ouvrages .P/'os~er! surtout les où elle extrait T/~s se trouve Libri en germe. . Ce dernier en de citations 5'e/ma/'M~. und die Entwicklung der scholastischen Lehrmethode (Ph. où Abélard. la première a fournis période quels éléments pour la constitution de cette méthode. ~[. formés de l'Église. ~ndres. de l'histoire de arabes et juifs.Mn~ (A?'cA. par plus commodes le Sic et moins et constituerait du genre jusqu'au temps fournit des cadres nouveaux imparfaits. Theologia Ueber den t. dit-on. Il faut donc se demander ses disciples grecs. vor Mitte des 12 Jarhrhunderts Z. du qui n'a pas cessé d'être employée XIIIe au XVIIIe et que l'Encyclique ~H . 1.:«e?'<'t<K/. le surpassé de la philosophie représentant depuis Et il y a succession des maîtres. a récemment remise en honneur dans le monde' catholique.4 ment saint n'a lettres Anselme.

CT/M'oe/so. par Maur. il n'y et d'Isidore. Prosper les et partant. il est otiosus et t'c. la place contient est des divisions dans la objections Le De et des Mais méthode et par réponses. . comment quelle voie il leur était le contre. c'est dans les discussions dont marquée par au suscitées faut surtout chercher les antécédents qu'il Et l'on sait combien il y eut d'hérésies Contre les Adoptianistes. que retrouver et comprendre. en outre. et n:e/t<em. qu'il progrès il peu les clercs redeviendront lesquels peu capables saisir la pensée dans son ensemble. et de traiter antique questions Déjà cède. Ainsi. obligés d'enseigner était savaient a des barbares dont l'intelligence qu'ils et rude. par questions. Héraclite de feu. Cicéron ?)!M<Mt so<M<a/H. naturelle par autorité (année de 365 jours 1/4). Virgile le compose sptrt<KM.ABÉLARD ET ALEXANDRE DE HALES 5 Mais dans a absolument scolastiques plus le peu ces compilations de rien de méthodique.t Mco/JO/'ct/em. prode ses livres. Alcuin. Épicure d'atomes. bien souvent. en toutes matières. Pour Pythagore. il rapproche les diverses opinions des philosophes. et instruire Charlemagne. Pour ce dernier. de combattre sans cesse des hérétiques grossière ils s'en'oi'cèrent et les Pères. Deum CMrai'oy'cnt et <r&t<r!</)t et yM~tec/x. de Raban énumérations future'.cc/'Ct~<s. /H«~K/. A propos de théologie. dit-il. On pourrait dire que ces procédés ont été fréquemment mais pour les scolastiques. invoquaient qui l'Evangile d'être clairs dans leur C'est faut argumentation. faut relever les lents cements obscurs. on compte de trois manières selon l'autorité humaine (olympiades). dans dont la solution pourconvaincre quelques-uns enseignement chez eux qu'il et dans leur pressants étudier les commenpar de les y auraient-ils appris de suivre? Par avantageux à leurs importe contemporains. pour le temps. selon l'autorité divine (le sabbat est le septième jour de la semaine). inventer n'est employés par les anciens. Dieu est formé de nombres et constitue a/tt/HM/n in om/nÈMs co/H/<!eay:<p/)t et ~Kctf~</H/ Platon et les Platoniciens disent de lui De«m S!c <p/K/)o/'c t/:com/)t!<<a&t7e~. Alcuin prouve les hérétiques du Sic et A~o/ Age! et la Moyen l'humanité 1.

accumulé les propositions combattant l'hérétique Contre erronées. Charlemagne. Jean servir /'a~o/~Ms). le Débonnaire. Pères tard des lois toutes Chauve de saint est l'hérésie « Il a extrait Augustin. » Condamné.Sc/My'/s o/)M. son erreur. Bible.Pc~M/M œuvres sa doctrine prédestination. lui-même jours et rassemble il établit nation rières devant adresse tences voudrait. sententiis « composer. beaucoup lesquels comÉcride il » entre Caractéristique au temps de Charles le des témoignages s'efforce d'appuyer Aussi battre tures ce~MM On dant .6 divinité de ÀBLARD J. El ALEXANDRE DE HALES quatre Évangiles au concile de Paris. en Mais Jean Scot. romaines. sous a celui de Francfort. un recueil et aux Pères (e c~u~t/s a/t~HOC~ )). après prononcé de la double prédestination ? il le Chauve. mémoire. dans la lutte entre les deux où les adversaires des sentences de la s'opposent des et plus de l'Évangile. lui Ratramne de a !<&MS ~MCCS~'O/Ï/~KS). pour de sentences aux prises . c'est seulement ouvrage « ses forces sont épuisées. de la double sur de Gottschalk. penet il a en main un d'Hincmar.xo/~M?~ co/<c: e/o/'e/K) juge Gottschalk un jour. Même méthode contre les Iconoclastes. de la partout des témoignages manifestement n'a et qu'elle craint-il d'être le roi en aussitôt des Pères qu'aux faveur à Charles favorables s'être d'hérésie. sous Louis des témoignages « empruntés aux par ». et le que sa main s'ouvre quand Mais laisse tomber dans le feuo. ou il les a consignés. tout « IL peut réciter des passages des Pères. un recueil de senà cette opinion (Co~/ec~eK/M Gottschalk.5CM/Mm co/~ce/'e de ad et de o?'</<oc~o. Maur. comme raison (co/~M~a 7'0!o/ de « qu'il rapport accusé saint n'y Augustin. par lesquels seule prédestide FerLoup santé Scot toude témoignages plus un moderne. Gottscha)k ne se soumet pas. Raban écrit faut-il.-C. a qu'une saints)). pouvoirs. . Raban Maur pour qui s'en réunir rapporte « a l'érudition se et à la B.

Co/yore Quand. ne faut-il saints et chez les Pères. les sentences chaque question qu'on pose. . Scot. et battu si catho- disciples pour l'engager nous ont montré ». 244. orthodoxes en faveur les adversaires. Puis. collectio ex ~'a~MS le combat qua ~MQ. 11. y joint p/'ce~es~o~e autres écrivains orthoet « divers Bède Jérôme. C'est ehei! Alexandre de Hales que nous rencontrerons l'influence d'Aristote. ))Zc«e/ Die Ph. éternel leur salut Que . comme celles qui condamnent l'erreur? Dans le premier cas t. contraire Lanfranc témoignages c6t<Ao~ca/H les tures. v du traité où il dans le chapitre Prudence.ABÉLARD ET ALEXANDRE DE HALES 7 saint CassioFulgence. p. qui l'expriment. et hérétiques opposées. Prosper. pour être diligent et dans l'examen des propositions textes nous ne la gloire de Dieu. Et autour les au si saints. deux l'assertion reprend au IXe siècle. Bérenger abbé l'écrit de (De le Chauve. ce Ainsi. des sentences prennent l'Êvangite besoin pour cela d'imiter les apories et les Pères. que toujours il a « rassemblé contra contre la foi catholique j~e/~ (semper aMc<o/7ai'<?sco//e~s<) de Fulbert rappellent a revenir nos de maîtres leurs ». der Griechen. « Die Aporien den Skolastikern aïs Vorbild der Disputatio pro et contra dienten. doxes saint invoque dore et Isidore. jo/'ojoo(/C!/)~ saint s/o de ~e/uM'/ïa /)/'o&<2~Ky'). Avaient-ils d'Aristote'? D'abord ils en connaissaient fort peu. thèses anciens chemin de Bérenger.de raisons prochain. dans la Bible. c'est qui est en jeu entre l'existence de l'Église. Grégoire. que liques de cette Radbert.2". et celui de leur dans le choix des Enfin contraires! autre méthode les scolastiques voyons pas de quelle auraient Pour eux. la présence réelle. ». acceptée par tous des écrira de lui. Augustin. Dès lors. et les Écri« droit si sages. et 6'0!K:'yïe DoMMt) qu'il offre à Charles siècles de Jean plus tard. façon aussi que Paschase dans amrme dès 844. sur pas réunir. C'est Corbie. la vérité est dans les Livres pu se servir.

quaestionem contrahentia. Augustin. trop entre elles. certains altérés saint pour mant il y a des propositions On leur attribue des diffèrent ouvrages se sont œuvres de leurs passages Les Pères par les sophistes. teles in pra'dieamento dicens Portasse rebus confidenter autem difficile est de hujusmodi declarare nisi pertractse sint ssepe. A~) pour et dans ? ainsi dire. quam habere videntur quae teneros lectores ad maximam veritatis exercitium inquirendœ provocent et acutiores ex inquisitione reddant. ont authentiques rétractés.8 n'emploiera-t-on positive négative (Pro. par exemple. Puis doctrine Dans unique. les écrits et qui et il des se et été par Abélard vit opposées. II Quelle méthode tences est donc scolastique la part d'Abélard dans la création de la le Sic et Non réunit les sen? D'abord dont et les les d'en de unes autres tirer cette étaient par une tâche. ad quam quidem toto desiderio arripiendam Aristophilosophus ille omnium perspicacissimus ad aliquid studiosos adhortatur. Joseph. ABÉLARD ET ALEXANDRE DE HALES pas. diversa sanctorum Patrum dicta coltigere. Dubitare autem de singulis non erit inutile. où il a rassemblé 1. aliquam ex dissonantia. Dubitando . si les conmot. His autem prœtibatis. dit-il. une une argumentation argumentation le second. et Non'.-C. Sic). aux idées communes. (Co/a. ils des affirmations. Hœc quippe prima sapientise clavis definitur assidua scilicet seu frequens interrogatio. les orthodoxes eut les l'intention difficultés bien saints. ut instituimus. placet. quando nostrœoccut'rerint mémorise. Donc il faut rapprocher soigneused'un même il faut. que nous en comme prenons se confor- questions imitent l'Ecriture. posent ils des apocryphes. sens ment les différents tradictions faire Par sont le Sic un choix appellent. comparer les les autorités sentences et des manifestes. qui relevées auparavant les hérétiques. et le père de J. combattent.

vn). les propositions posilectoque les saint Pierre. arguments saint Jérôme humains. Car l'inquisition est la clef cette recherche de la Pères et Aristote. et invenietis. ut et justas spei ac fidei nostrse causas omnibus intimemus. saints. et vous n'est-il des l'a De Jésus trouverez. 1. quam magistri per prtedicationem. Quœ nos etiam proprio exemplo moraliter circa duodecim aetatis suœ annum sedens et interrogans in instruens. conduit au vrai. aux guère la conclusion teneros non plus débutants. medio doctorum inveniri voluit. le doute comme recommandée. sive fideliter. qui paraissent. inquirendo percipimus. et ipsam fidei ac spei nostrae illibatam professionem semper teneamus etiam inter pressuras adversantium. Quacrite. « Duobus modis de spe et fide nostra rationem poscentibus reddere debemus. lui Saint dont fournissent saint Grégoire. sive infideliter quaerentibus. tive est toute théologique Le Sic et Non s'adressait res enim les questions n'étaient Bède. pas venu le Sic Deuni- lesquelles caractère essentiellement les interroger? Abélard rapporte théologique. potius diseipun formam per interrogationem exhibens. mande-t-il s'il faut croire ou non en Dieu seul. il s'agit quement de savoir si l'on doit suivre saint c'est-à-dire comme les Livres Paul. liées. quelque la vérité. ad inquisitionem veritatem venimus. Cherche- et il termine par négatives. le titre semble quand purement philosophique. cum sit tamen in ipsa Dei plena ac perfecta sapientia. qui même la Vérité nous dit Cherchez frappez s'asseoir Les et le même et 158 Non l'on vous des ouvrira. De même c'est en théologien voit si rien qu'il ne se fait par hasard si la foi doit s'appuyer qu'il examine ou non sur des Ambroise. présenter il veut exciter les jeunes à lecteurs dissonance. l'Église t-il s'il y a ou non une substance. juxta quod et Ventas ipsa pulsate et aperietur vobis (Ma<i7t. inquit. il veut les rendre chercher plus pénétrants par même. le plus perspicace sagesse. il ne parle que de Dieu et de la Trinité.ABÉLARD ET ALEXANDRE DE HALES 9 sur une même question. )) . docteurs sur Et pour au milieu questions ont un philosophes..

recueille quelques-uns. lique. et s'il se il sera dès tout de la pensée ou de l'expression à corriger ou à effacer prêt le redressera de l'Écriture. complément. les de résoudre avant Pierre le ~Hce/M MSM/?~Me /e~e~</?ï Chacun.il composa dont i 1 voulait sentences. second. de les erreurs de schismatiques des modernes. « I) est plus rationaliste. des sept ouvrages qu'il Sn/M~a/M /<os~'c<' D/et/ec~'ccp la correspondait de réunir les proposé connaissait (</MO/'M/~ plerzissime concludet disait-il.10 ABÉLARD ET ALEXANDRE DE HALES « comme elles s'étaient offertes à sa placées ». on pourrait qu'il a créé définitivement la méthode Nul en effet n'a. raison Le premier la Trinité. . composé qui. il des Sommes de dialectique et de théologie. Abélard s'écarte toujours eruditionis (sac/'œ sur la foi catholique. à la Théologie. l'Introduction . Et Abélard n'avait rien fait pour en résoudre les contradictions. par fidèle qu'un ou par l'autorité son ce qu'il la puissance de avait Pour couMne jeunes 7/~ro~Mc<o/6KS. apparentes. à l'enseignement ce qui est nécessaire y trouvera il annonçait pour la théologie. vue. au moins Pour ses auditeurs. ce prétendu fait appel a l'autorité. par elles-mêmes et par les ouvrages dont elles sont la suite et le doivent les maîtres et leurs élèves. guider à première croire Même. aujourd'hui ~MCcs~e/xe/'o/'M/M devait l'être pour de l'érudition sacrée procédé et A~o/ï pour les (~ his e/'uc~ dialec- perdu 6~'a/ec<co?'M/~ les jeunes co/sc/'f/)S!'n~s) A la Somme de où il s'était 6~'ct/ec~Ke. Ce qu'était le Sic pour la théologie.comme corriger dissidences les difficultés Ainsi Lombard. près encore. ~o~e<). des contemporains. un ouvrage théologiens. sur la puissance et surtout d'avoir voulu cathole la Dieu. des sentences de concilier Abélard et le premier avant lés hommes du XIIIe siècle. ~o/H?~e doctrines omnium et in Abélard enseignement. aura la dit. plus que scolastique. ~b/!e~ ticiens. à peu l'intention et. bonté innover. mémoire faire une Somme sur de de l'érudition livre le porte troisième défend sacrée ~M/c'/M).

l'une et l'autre l'un et et l'humanité venue. les gentils.ABÉLARD ET ALEXANDRE DE HALES 11 sûr. jugement tous les pour les Prophètes que la . Or ses surtout l'autorité dans que comme les choses du qui théologiens. Hermès. d'autres bien Sénèque. Lucain Horace. ce qui leur vint alors des Grecs. « Ut vero ne aliquis sexus inter homines sapientiœ fama cœteris fidei nostrae testimoniis desit. et les Pères. 1. ait employé Ne semble-t-il les autorités pas qu'Abélard a l'exposition les autorités comme des docsacrées. Mais ce sont aussi les hommes à connaître avant saint réfuter l'existence Thomas. d'user de a Dieu. des prophètes et les de Dieu. des exact. Abélard sait établir une pour y faire entrer et des Juifs? Arabes cependant entre hiérarchie viennent de même Rien moins autorités et sacrées d'abord la Bible après les philosophes le Nouveau Prophètes Testament. et même Ovide.Varron les affirmations plus en faveur viennent que chez les auteurs profanes. pour Platoniciens. la Sibylle'. et que.)) après saint Augustin. » prœstantes . 2. tutius auctoritate quam humano nitimur judicio. profanes. l'stttre etc. entend et Pythagore dont il recueille Cicéron. la certitude sur les questions obscurs ou naître contestées? trines tbéologiques. Ne semble-t-il tait d'autre pas tâche qu'aux que tout de les hommes du XIII'' siècle il ne resles cadres d'élargir par lui formés. et Pères II classe Platon qui. chez les Pères témoigner Abélard. le Nouveau la Bible. jugement. ont dit-il rapport humain'. Puis Virgile et les poètes. les Juifs. maxime autem in his quae ad Deum pertinent. la divinité qui a prédit Après du Verbe. sophie s.e sert il use Platon ce sont. des doctrines telles que les chrétiennes. Testament.phHoet dont il comme Hermès. de leur ou de leur opposition la lumière il ait fait jaillir sur les points rapprochement. les philosophes. Et tous. Beato attestante in omnibus auctontatem humanse Augustino. autorités. anteponi rationi convenit. et a conduits pour réfuter.

également l'Incarnation et la Trinité. qu'ils l'aient accusé se rappelle Héloïse récitant des vers de Lucain le voile et de prononcer ses vœux au moment . etc. des chrétiens sévères contre On comprend l'indignation et Jésus. miel présageaient Égypte. et Ovide! Lucain Paul. de ce qu'en disent et Hermès ce que Platon il s'appuie saint saint saint Hilaire. des poètes est déterminée et Boèce. autorités sacrées clairement.et~ur Dans Virgile. a le plus place qu'ils Abélard.12 ABÉLARD ET ALEXANDRE DE HALES de la foi chrétienne. Abélard autorités aussi espéraient la force guider brutale. Augustin'.. vu soutenaient plus aisément et mais aux l'accord Mais les de partisans et ses compatriotes. avant Porphyre sédait qui passe puis Aristote. Ainsi comme clercs. Jean. profanes. Augustin.sc/M/?!) une d'autres. Qu'on de prendre Rien d'étonnant. de préférence s'il posqu'il suivrait. Jérémie et voyages. telle que là conçoit pour En fait. la Sibylle et Virgile donc ? Abélard rapproche pu inspirer disent de Dieu. s'est révélé en a leurs philosophiques sur le même met rang dit-il Dieu. après saint appel aux philosophes. etc. ou a-t-il lu les Écritures dans ses qui couvraient lui révélerait un ses lèvres de abeilles jour sa docque Dieu l'ânesse de Balaam. lui. établis pour faire à les doctrines vainqueurs. et approché a Aristote moins ancien. les constitue autorité. Et si Dieu a fait parler n'a-t-H trine. ses œuvres. il trouve sur Aristote. des penseurs grecs. leurs ressources. La valeur par la selon les Pères. Horace. écrit (. certes. certes les expressément que Roger Peut-être Platon a-t-il philosophes. Jésus. 1. accepter farouches les moins Bacon. tout occupent ce qui dans est la chronologie. une égalité celui qui établissait impie entre Aristote Priscien ou la Sibylle et saint Paul ou saint entre Cicéron. Et pour se défendre d'avoir fait Jérôme et saint ilinvoque. pour beaucoup concentrant toutes les nombreux plus aisément autrefois Panétius comme Rome.

l'Isagoge. Pour qu'il à éclairer toutes avait ces claire- le but pour un théologien. de Boèce. et il n'était pas sûr. les Divisions. tous les pays. la théologie souvenant que les vases chrétienne Seigneur philosophes Peut-être de plus avait ordonné avaient et même aux et d'avoir indulgents. comme des n'avait des Écritures pas commentateurs et des atteint propres Pères. d'argusurtout de s'appuyer sur les menter après lui. été déjà Jean Scot. qu'il y a réuni deux ouvrages un de Porphyre. philosophe. fait insuffisante. quatre les Syllogismes et catégoriques. firent scolastiques connaître et sa même 1. /)/'o et contra. puisque Abélard ne connaissait ni ni même les Analytiques physique. car les difficultés lues que les oppositions n'y étaient la Physique. sitions qu'ils précieux lui auraient-ils pardonné. aux Hébreux d'emporter Égyptiens. nécessaire. puisqu'il préarmes les philosophes et les poètes aux hérétiques. fait témoigner tianisme. les obscurités raisons. à l'égal des autorités sacrées. Catégories les Topiques. Abélard lui-même eM'Interprétation. d'avoir Mais théologiques à l'unité les assertions yeux des hommes en faveur des païens du chrisdes propocondamné plusieurs il n'avait donc pas ramené du Sic et A~o/ privé devenait. hypothétiques . aux ainsi de son clairvoyants. dangereux pour la foi. ment Abélard aperçu. complément des parait que Vilgard.ABÉLARD ET ALEXANDRE DE HALES 13 « d'avoir souillé se soumis les le Écritures )). bien plus comme des fauteurs leur apparaissaient d'hérésies. dit En Denifle. les plus l'Église illustres avait d'Abélard opposées aux empruntés su gré. ni la Métaet les Topiques tout à n'y étaient conciliées. Ce livre. ce sens. pas plus réso- III Les méthode disciples dans dit d'Abélard. Roscelin et tels que l'avaient Bérenger. Et pour un autorités profanes était Somme la Dialectique une incomplète'. les d'Aristote.

les fin orthodoxe.Se/~e/~arMM Pulleyn. 1" traite de la Trinité.SK/M~m. sed solum sacramentum de la Distinctio I!I". C'est une pratiquent. 9 quod de sancta Trinitate 10 de diversa nominum 11 de dicatur secundum accidens. 2 de spe et charitate. 14 de omnipotentia Dei. 5 de spiritu creato. 4 de quibus cons1 de fide. mis en usage Hugues de d'abord . appropriatis. et les QHCPs~'o/!M de l'amitié que on reconnaisse A Jean sans c'est Scot Robert //6y't /)e~Ct en mort même et à Bérenger. et les philosophes lation. ~'<~<Me/). de l'eucharistie. commentés à Hugues le 1. des doctrines Abélard. utrum sit localis. le 6° de la confirmation. Robert ou ~M?K~a de Melun Lombard. de Paris.14 ABÉLARD ET ALEXANDRE DE HALES juristes sont 'pour une le condamné Voici son grand des continuateurs. dont les Senten1164 évoque furent dans les écoles lus. les nommer'. appartiennent le 4' des sacrele 2° des anges. 13 de 12 de prescientia et prœdestinatione. )) 'Christi. quomodo per creaturam 3. ments Le premier livre comprend les chapitres suivants l'extrême-onction. six seulement. le 3' de l'homme. Des sept livres. allusion Puis c~e 6~'p!û! n'est cité de abrégée sur les sacrements c~souvrage (De ~6tc/~me/s est insuffisante La raison humaine sans la révé« qui ne croyaient que ce que prouve sauraient être sauvés. octo. Voici le développement dum fecit cognosci Creator ? 1 1 Deusse revelavit iHis scilicet. 6 de distinctione 8 de œquati tatis 7 de nominibus personas Trinitatis distinguentibus.Se/~e/arMnt' en 1141. 2. personarum voluntate Dei. de le 5° du baptême. 3 de fide antiquorum. mort il fait en . poterit . 19 an in morte Christi separata fuerit divinitas ab humanitate. commechez en plus d'un quoique ont chez lui leur qui dédaigneusement avec ses 1150. nihil tate Patris et FiHi et Spiritus sancti. dit-on. Si la définition estreproduite. 15 de fide incarnationis. pour être critiqué. Saint-Victor. « OMt~a~ ausi sunt dicere in altari non esse veritatem corporis et rem ipsam. la raison humaine ne cicéronienne Platon endroit origine. Trinitet fides. de Soissons la mort dont la plupart qu'avait de rédaction procédés et de Sens. ~'f<M/n /6r/~Ka~Mo/ Pierre le surtout ~Aeo~t'cc. acceptione. 16 quod 17 quod Christus omnia Christus simul animam et carnem assumpserit 18 an Christus sit creatura? f infirma nostra praeter peccatum susceperit.

nous en le bien usons. 4 tertia ratio vel modus. jouissons. (S. Aug. Aug. assignatio capiuntur memoria mens vice Patris. quod supra quœrebatur.l3Quodetiamadsoinvieem dicun14 Hic aperitur tur relative scilicet (S. notitia Filii. Aug.). Aug. potuit cognosci Deus ratio qua potuit cognosci. 21 Quod hœc tria in seipsis mens per ista proficit ad inteltigendum Deum.). est. sunt quibus fruendum utendum est. animi. Aug. etiam quaidam et potentiœ ut virtutes bona. cet Epilogus 2 des choses dont on précédaient antequam omnibus Voici scilicet amor. eorum quse videntur contraria. (S. Aug. vel modus quo not 3 secunda (Saint Ambroise). De fruimur. Chacune tain qui nombre résume en forment divisions.). jE/)//o~MS 2 Prima ratio vel modus quomodo opéra (Apôtre). sequaa singulis omnia et tota (S. 6 utrum sit utendum vel fruendum.). dont on use. 19 lia sint. quse sunt naturalia quibus mum est. notitia. L'auteur avait traité dans les 8 paragraphes qui 1 de rebus communiter.). Aug. Aug.). tera dissimilitudo Trinitatis (S. August. 23 Hic de summa mens. 7 Quoapparet vestigium modo in anima sit imago Trinitatis 8 Quomodo (S. Quod alia) tractavimus. 20 Quod non est minor mente accipitur Spiritus nec amor utroque sunt notitia. aiite quae fruuntur et inter eas quibus utendum sunt per quas et utuntur. avant la Bible les et parfois elle-même. 6 Quomodo Trinitatis. hœc triadicantur unum (S. illa tria dicuntur (S. (S. utendum sit virtutibus. placés. en un cer- comprend de les D/s~c~'o~es. dont on jouit et use 4 determinatio 5 alia determiet uti. 12 Ex quo sensu gentia et (11) voluntas esse unumetunaessentiaquseritur.). Aug. 18 Alia. in anima. dont les quatre si nous Dieu.). . terminées partagées par un et paragraphes résultats obtenus.ABÉLARD ET ALEXANDRE DE HALES 15' pendant croyons absolu toute Roger dont la seconde Bacon. ac pritractemus. scilicet quibus atque vidua Trinitate. Aug. agendum de signis de rebus fruendum de sancta indiest. in creaturis vel ratio.). quia tota illa tria 3 autre diSérenee entre frui jouit. 22 Quomodo Trinitatis unitate. atiœ quibus est. 15 Quod in illa similitudine quomodo 16 Prima est dissimilitudo dissimilitudo 17 Al(S. hominibus 7 hicquœritur natio an Deus fruatur an utatur 8 utrum an fruendum nobis. 9 Quomodo 10 Quomodo tota illa tria capiat intellicapiat. Sacrements des créatures l'Incarnation.). nous les période. verunt 5 Quartus modus (Saint Augustin). amor (S. sancti Quia de la Distinctio Prima Omnium l'Epilogus igitur qua: dicta sunt ex quo de rebus specialiter hœc summa est.).

16 ABÉLARD ET ALEXANDRE DE HALES Enfin et des avec chancelier . achevée. Aristote tout entier. discipledePierre de l'Université de Paris. a écrit (Hist. p. H objections s'adresse donc alors aux interprètes. en certi- méthode en rigueur. pour y Cette discussion faire des objections qu'il discute séparément. résoudre. Hauré&u. et la devra gagner singulièrement d'avoir d'Abélard ainsi et en ampleur. les interroge tous. médecins et alchile domaine vérité est intellectuel toute trouvée des et scolastiques qu'il assez faire avec point la eux. dont nous au XIir siècle. 1. dont l'autorité est grande en cette « La manière II. agrandissent que. et géomètres. l'honneur A qui revient la méthode transformé D'ordinaire pour saint on se prononce Mais Thomas'. de la Scolastique. M. Il faut mettre à part les mystiques. qui continuent la tradition néoet saint Anselme. sera le rôle de la raison. il revient sur les solutions par lui-même proposées. d'Albert le Grand ne ressemble guère à celle des docteurs qui sont venus avant lui. il avoue les difBcuItés que les il faut les mais après avoir déclaré comment questions lui présentent. et presque complété de ses successeurs? le Grand et surtout pour Albert elle existe. sous sa forme la plus 1. parent plus directement 2. Non seulement il reconnaît. ne se posent même pas la question. H de raison Traduits astronomes a tel pour renoncer alors à la mépour en latin. 235) matière. un choix pour les concilier L'oeuvre est immense la doctrine chrétienne. Sans compter les néo-thomistes qui. de Poitiers. nous arrivons Pierre le Lombard avons aussi IV a pas n'y d'autorité.S~~ccs. latins ou . ne se trouveraient il se demande si d'autres pas ailleurs. si elle parvient à méritoire entre toutes ces richesses. comme Roger Bacon et ceux qui préplatonicienne la philosophie et la science modernes. tude. arabes. thode Arabes mistes et Juifs. Assez considérable et n'y a plus qu'à l'en extraire'. le plus souvent.

quand Descartes vint proposer la sienne. La Somme compte soixante-quatorze. rationnelles. et n'hésite pas à se prononcer contre eux.résume (</MO<~ co/!ceo!e/~M~ à chacun des répondre se prononce pour lesquels alors est). articles. Mais nous montrerons. En d'une l'auteur qu'à certains conclusion cas. cette partie qu'Alexandre . autres.. sans l'établir. (sed. placés qui la même et des arguments conclusion". La première en partie sur Dieu. l'. Pères. comme le vérides table créateur. les uns sont avec et conclusion majeure avec majeure. c'est-à-dire contre 'l'aului parait en défaut. des des syllogismes épichérémes l'une même Les polysyllogismes. son essence. en son tour. il faut surtout interrode Hales appelle ger le corps de la discussion. puis le contre. et sur ses attributs. et enfin il scolastique. Somme de théologie et à l'autre. enfin <?/H'm) des Écritures. auteurs dont le témoignage est d'un grand poids. prémisses majeure.s~'o/!s. les atqui. o On ne saurait nier qu'Albert le Grand et saint Thomas aient pratiqué cette méthode. il ne donne son opinion. C'est ce qu'ont afBrmé d'ailleurs. mineure. 360. antérieur à l'un en </Me. Pour avoir l'opinion précise d'un scolastique.ABÉLARD ET ALEXANDRE DE HALES 17 complète d'Alexandre et la plus de Ha)es. (ad a/M~e/~a grecs. viennent ce sont ceux (e/o). M. faut la chercher ni dans le Sic ni dans le Non. De ces arguments. mineure où et sont prouvées la l'autre (~ï~'a. Elle était encore en faveur au XVIl" siècle. de même. le /Me/??6r<? est parfois partagé membre indivisé et tout article donnent des les uns à ta suite des autres. Paul Janet (His« Selon la méthode <ot/'e de <ft Science politique. Alexandre de Hales en avait fait qu'avant usage et partant doit en être considéré. après Abélard. Et il ne lui reste autres solutio. des philosophes. eux. qui portent la Trinité. est divisée la dans exacte.) dit l'auteur démontre d'abord le pour. p. ue/'o). sont assertions les arguments suivis immédiatement qui . sqq. la des des arguments négatifs. lorsqu'elle celle de nos docteurs scolastiques. des quelquefois. une sorte de A Tout MM/es. Chaque question comporte est séparée où elle en plusieurs préambule. se terminent par positifs disposés des enthymêmes. Cette méthode sera désormais torité.

6:7:'i'e/'). et complète la a pour question ~0. Endres. dont il fait grand éloge. sciences.:par dans les mathématiques. /)~mM!i'e/'). partie dans historique les choses (saint Augustin). (so~M~'o quelques sive ?'es/)o/~Si!o remarques une note (/!0~ Dans d'autres ou la solution ~Kces~'o~~). autant que faire se peut. Alexandre rendu après plaidoiries. à la forme du sylloà la Psychologie gisme. si la théologie a une est en elle par seule grande rentre. qui a consacré un travail considérable d'Alexandre Jf<A&Kc/ (Philosophisches ]. avant saint Thomas. cas.s).<Md)'e): a Dans sa Somme de Théologie. objection finale résume titre avec négatifs qui comEnfin et réponse. choisit entre l'affirmative la nègative. soit d'après un texte. (/)/'c<~oi'ay!C~M?H). après les arguments réponse précédée à la question parfois de <x~secM/!C~M?K.). Jourdain.P/'ëet/H6n/e apec o~u:s:b?K?/! Dans se distingue elle nous et comment ~M6~e cherche le premier on membre. Paul Janet. une science. /Kc. torien eM'admirateur de saint Thomas. vient (pro et contra). quel en est l'objet mise (. si elle -de theologia docla raison (rationa- (discienseignement intellectuellement On se demandera des autres est transest et divines. n'a pas traité de sa méthode. dans les choses naturelles. C'est en quelque sorte le jugement » Pour M. il faut procéder Selon Boèce. 3). préliminaires no~tt/M).. il arrive conclusion qu'une réponse Ainsi à la question. la première par des arguments eux. eti ramenant le tout. imitée depuis par la plupart des docteurs il distingue toutes les faces d'une même question. actuellement ?'Moh<<to et saint Thomas res~o~o. et il ne l'a pas cité dans l'article notre exposition.18 ABÉLARD ET ALEXANDRE DE HALES <M~/)r</MM/~ <x/~K~e/ï<M~. saisies qui sont Donc 7~e/M&7'e. soit d'après une distinction nouvelle. écrit (D<c<)/ art. etc. il donne le premier exemple de cette méthode rigoureuse et subtile. complétée de la réfutation et suivie d'entre pour certains porte. pratique la méthode scolastique. que nous avons rappelé en commençant . La théologie négative. l'intelli- (e/o). l'hisdonc. (!e//ec~M6t/!7e/') si la théologie dans est une les choses science. 2. M. expose scolastiques~ sur chaque point les arguments et contraires. conduisent Quatre arguments même conclusion 1.

. cause des causes. il n'y a: pas de science. Alexandre en donne (in o~os~um). est une les choses science. (sMï'c~'a). l'âme. (e/M) Mais la (sed) science e/o) de ces porte que (re~~M~Mr (~o~/s~/o~s/Me 2. Alexandre fait cette remarDans Donc. comme reste science. est par elle-même que la première tandis de la première. Hmc sunt ut scripta que préliminaire cause et science de la (/3/'<y/!o~M~Km) qu'il y a science de l'effet. choses. au-dessous de la science. la science la foi (c/'eoM):7M).ToA. . a à la foi triple (. la réponse a la question. De la vérité. le dit le Philosophe sur traite. Donc la théologie n'est pas une science. Or la théologie. est par C'est Aristote et le Deutéronome pourquoi l'apla « sapience )). On connaît sûrement divine plus par l'inspiration humain. science. que la seconde dépend science de Dieu. gie rapport Donc c/'e~a~'s). bilia). positifs D'arguments deux 1. donc (re/M~Me~M/' la science. Donc elle est l'opinion (opinaOr la' théolo(scibilia). mais la narration Il historique. tandis tion. la foi est au-dessus de l'opinion. La théologie Or n'engendre que la foi (saint Augustin). Or la théologie est fondée sur l'inspiration elle sur une divine. dans l'inspirade fausseté. que la théologie parfait par de bons et craindre vers ce qu'elle doit aimer (oi~ 6o/!K/~ principes. est un art et non une ergo) qu'elle il y a une forme 3. sur singulier non des universaux. sur les intelligibles. Comme Car. Or la théologie le des individus. xx la théologie n'est pas une science. l'universel. 2. 4. les autres plus que toutes connaissances. il ne peut y avoir qu'il y en a sou-~ vent avec la raison. Il reste donc la théologie n'est pas une science au le début de la Métaphy- e~c/)/cAere/~e).ABÉLARD ET ALEXANDRE DE HALES 19 gence. elle-même. Puis Alexandre ajoute pellent (/!o~O!M~) en la conduisant. que par le raisonnement parce que. La thëologie est la science qui porte relatives au salut de l'homme. montre l'expérience porte sique.

. Surtout selle sur des hommes de la réparation (4e sens) et ainsi elle 3. Autre chose est. qui en saisit la soi. il y a. qui est la connaissance ce n'est chose (/'<~oo/<se) de une science.distingue l'on croit porte a. arguments négatifs. justes.a?eyn/)~a/~o. et la foi. donne naissance (!e//ec<'M/H) toute science science. la passion malice de Caïn la perversité la des méchants. L'unil'universel. de la théologie un fait singulier Donc qui introduit et science. comme c. Mais. est créées que l'intellect par les choses invisible. versel Me. cause univerl'Écriture. compris religieuses. La théologie science. premiers elle ramène tout à Dieu. l'intelligence. pour les mathématiques.20 ABÉLARD ET ALEXANDRE DE HALES timoris /)/C~/)a'i'er) et doit (i!nto/'<s). être cru. ce qui est compris l'histoire. dira-t-on porte sur un (objection). en outre. engendre à l'intelligence et à la le cœur. Saint universelles. voie de i'art d'une façon réfutations ne raisonnement. changeant 4. universels et les conditions et les d'Abel amènent signifie qui instruisent divins mystères. saisit actuellement et ce qu'on toujours par comme b. mais duels. et ne peut être considéré pas sujet de Dieu. ce qui. on le trouve in c/'ea/~o. les choses Augustin. des les hommes. Dieu Or. relative. ~s~ca~c~o. elle sujet dont comme l'indique considère les parties et les passions en le Philosophe. Mais pas la même connaître sont les formes attachées à la matière et celles C'est séparées. n'est à ce que et de la . à la façon d'une passion. l'Écriture. intelligence pour signifier se dit/y!/)rœ<ù'ca!C/o. qu'elle être dite sapience. la selon connaissance n'est dite Nous sapience arrivons dans les actes que aux des philosophes. contempler celle du Christ 1. pour ce que Donc la il n'y a aucune contradiction (/M/! ?'<~oM~a. Aux trois dans sens. ce qui est cru d'abord comme les choses être ensuite. pas les actes indiviparticulières les et a. L'histoire. selon Boèce. n'est pas Donc la théologie.i') de la foi (esse relève c/'e<6:7f'M/M) théologie la foi. 2. en Dieu. donc tandis et des relate surtout que achève du (proprie la philosophie seulement et la et la théologie première.

comme des le second sciences et comment la théologie est-elle s'en distingue-t-elte. l'une. l'objet disposé la synthèse des opinions ou de création. les œuvres qui y voient. elle a rapport ou morale. Alexandre donne la solution La Hugues théologie triple par est triple l'esprit. distincte arguments vient de Dieu. prinelle développe les arcanes de la vérité. dans l'unité. pour ce 2 La théologie a-t-elle /)/«.ABÉLALD'ET ALEXANDRE'DE HALES '21 connaissance Dieu. l'âme par une la compréhension la sagesse divine. une dans la lettre (histoire). la science tion dit-il. elle informe intellectuelle plus grande 3 La méthode et du que celle de l'expérience de la théologie est-elle M/b/He CM MM/br/He? Elle est multiforme. à la bonté tropologique suprême. Les « La est un enthymème. premier. troisième membre. en fai- qu'il compte cinq articles. Cf~or~Ke. sciences. divine. les œuvres de restaural'autre. Dans Alexandre sant le troisième détermine laquelle membre. elle conduit au premier Ct~et~o~Me. négatifs donc toute sagesse ou science arguments n'est théologie à être après le premier Toute sagesse cinq sion. et affective. théologie sentiment. (de </Mo) de la théologie. est les aM<e5 de réparation. . Dans autres des des composés membre et celle des simples. » de y~o~o ~'a!o/!f's AM/'MS sc/e/6p. La certitude de la humaine. de condition « C'est. qui a rapport ~Mû!e que expérimentale. ments négatifs. 1 S'agit-il L'Écriture ne sc~Me? science. 4 Quelles en sont les Avec la réponse au 1" argument de formes multiples? de Saint-Victor. de la substance divine. cipe.– traités chacun comme le premier d'une relève méthode pas de et le :oM technique l'art ou de la mais.a~e ce/ sciences? La certitude est spéculative. est théologie et une conclupositifs précédent les autres pas comptée parmi à une la réponse comme vient partie aux le de la argu- de manière subordonnée » philosophie. faut connaître par les œuvres Le quatrième.s . selon de disposition au salut.

et l'a~et~o~~Me. 5 Le sens littéLa réponse les arguprécède la vérité à la significarelative. Boèce. même Averroès. mains. et réaliser la synthèse du savoir . auquel lu Avicenne et peut-être et des philosophes grecs une connaissance plus siècle De même on étacomplète. comme dant comment tation syllogisme.SM/' la Alexandre des mots distingue ressemblances L'article conclusion S'il dans (A~o:e). marquer on montrerait sans peine. et aux différences et la question tout celle-ci qui résume de s'agissait le XIIP siècle. ses prémisses Par précision. pratiquée et les orthopar les hérétiques et conservées par les il a assuré et l'ampleur dont les Analy- ou moins systématisées de Sentences Abélard par et de Sommes. il est manifeste elle sera désormais inaugurées qu'il lui a donné la forme sous par les scolastiques. laquelle Aux divisions doxes.'c!& . Alexandre a fait voir comme la raison travailler à l'augmende prodes matériaux elle a acquis rigueur chez les philosophes de toutes on pouvait. jusqu'à connaît de ses prédéde la Somme. en les demandans la Bible. entière se terminent par une création ments. tandis que Bède y joint les œuvres relative pë/~ïe? à la cause. lui avaient tiques et exactitude. s'inspire le XIIIe qu'il a de Platon a eu il attribue période. (mystique). depuis saint Anselme et Hugues de Saint-Victor qu'il et celui de la seconde celui de la première Aristote. aux des choses (paraboles).~<' 22 ABÉLARD ET ALEXANDRE DE HALES Et ture sens /'a~ tion Alexandre (/!0~) que Hugues. par l'analyse complète cesseurs. est-il e. pour qui l'Écriexplique ne voit que les trois de réparation. l'Évangile à l'autorité. thode. l'emploi montré du le maniement. blirait solution reproduite originale. le livre qu'il dont des Causes. et prépare les suivantes. la place d'Alexandre de Haies. Raban Bède. l'oeuvre qu'il a utilisé Maur saint Augustin. ou latins. auteurs la Or. voire par nos contempar saint à nous ~Mais nous n'avons occuper que de la méporains. En prenant et les Pères. qu'il a donné plus d'une Thomas et ses successeurs. porte sur les œuvres de relatifs à l'effet.

d'ailleurs Thomas. à tous les professeurs. de rappeler Bacon en répondre que Roger a parlé avec car Roger Bacon fut peu lu et encore dédain moins suivi au moyen Et âge. douze théologiens. Dominicains forte A saint les raison Franciscains ils il a plus mal Le véritable cessèrent Alexandre Pour traité encore Albert le Grand et saint c'est motif. Et que la méthode scolastique rien ne soit chez qui déjà La . choisirent quand Duns Hales. coup. it est manifeste saint Thomas . de consulter de Haies. Quant Dominicains et aux Bonaventure. pas. Franciscains. que. Alexandre fut par tous ignoré comme Roger et personne ne pensa lui restituer ce qu'on trouvait Bacon. les grands parmi scolastiques ? Il pour à cette question. à plus étroitement pour s'attacher un saint de leur ordre. eux a l'Université. Comment parfait. venait non d'entrer dont le il a vu. dit Wadding. que saint Thomas elle consentit quand et Duns Scot. Puis Thomas. ils eurent ne se réclama de d'Alexandre également hostile dès l'origine elle ne lut guère. le but desquels considérable. et la portée. même par les Franciscains. justice. en possession Et cette entreprise siècle. encore qu'Abélard. orthodoxe certain. seulement et en Soixantea mais de plus il est resté réalisée. IV par Alexandre comme un livre donc ne verrait-on le créateur de la des Franciscains. à leur faire une place. aux a lutter songèrent Nul d'entre Scot. leur opposer leur les heure. d'examiner la Somme. chargés la recommandèrent. dans le premier maitre avait esquissée méthode et à laquelle scolastique qu'Abé)ard il donna toute la perfection dont elle était devenue suscepsiècle? tible au XIIIs Mais.ABÉLARD ET ALEXANDRE DE HALES 23 venance XIII" mieux il l'a si diverse. général contre les thomistes. chez ses successeurs. de bonne Albert le Grand. et pourquoi comment ne ne lui a-t-on pas lui a-t-on pas accordé rendu plus tôt qu'il la place ne suffit pas. rendu le succès du même ainsi. pourtant n'offre chez Alexandre.SM/n?MCt theologica est divisée en questions. mérite dira-t-on.

questions si Abélard. a prédécesseurs. prseter alias scientias 2 Utrum sit scientia. enfin la conclusion. quel en est l'objet les mêmes sont posées à propos de la psychologie. 1. moins La première et par theologica. avec les qui infirment l'argumentation (Ad ~or~KM. l'existence. l'essence et les attributs CHALON-SUR-SAÔNE. si la philoest une science.So/Mes d'Aristote antérieurs. 3 Utrum sit una scientia. en quoi elle se distingue des autres sophie et quelle en est la méthode Et sciences. Utrum doctrina theologica sit necessaria. de L'argumentation au fond identique. ne raisons ad sont se- pas philosophie mandent si la logique est un art ou une science. 4 Utrum vel practica. est question. 6 Utrum speculativa 7 Quid sit subjectum ejus. 8 Utrum sit argumentativa. comme siècle. suivie (<~ece/M~Mce/'M7~Mr)et ou sextum) mule. ses dix par articles'. de ipsa scientia Alexandre variée. 2. Paul Janet. méthode. 10 Utrum sit secundum plures sensus exponenda. vel plures. plus son titre. des théovéritable et ses encore pas philosophes jusqu'au par saint Thomas utilisée en partie qui ne se réclament par des philosophes du thomisme. a. contemporains. de Dieu. FRANÇAISE ET ORIENTALE DE L. numéros. Et pour montrer que les divisions restées la propriété exclusive de nos manuels encore qu'aujourd'hui proposées la de théologie. sit sapientia. négative CM/~MM e/~o ~ce~~M/~). Hales. positifs: Ensuite la réponse (-Res/)o/ïc~eo <~ce/!C~M?M).f~/)r<mM/M (ou <e/MM s~'cjoroceû~M/ Puis viennent les arguments V:e~M?' négatifs: quod non. tMP. est l'article. Voyez en particulier le Ma. posée dans de la for- divisée La question. a recherches se sont du été XII~ le de servis ses les rappelons se de- Sentences Hales. à profit les méthode dont des .tuc< ~e philosophie de M. MARCEAU . 5 Utrum sit dignior aliis scientiis. rappelle mais concise. avec leurs et les arguments Sed co/~ra.24 ABÉLARD ET ALEXANDRE DE HALES celles-ci en articles. Donc auteurs Alexandre logiens créateur successeurs et des de des de la mettant créé la et s'inspirant employée XIXe siècle. On pourrait instituer une comparaison analogue pour ce qui concerne la connaissance. 9 Utrum uti debeat metaphoricis vel symbolicis locutionibus.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful