EMBALLAGES ET TRANSPORTS

NDEYE SEYNABOU NDIAYE

I- EMBALLAGE ET CONDITIONNEMENT : DEFINITIONS

EMBALLAGE: L’emballage est la protection du produit pour le stockage, la manutention et le transport. CONDITIONNEMENT : Le conditionnement est la mise sous emballage d’un produit qui permettra sa conservation : c’est le contenant du produit. PACKAGING C’est un terme anglais qui signifie à la fois emballage et conditionnement II- BUT DE L’EMBALLAGE Le but d'un emballage est de protéger une marchandise pendant son transport, lors de manutentions, ruptures de charge successives, et stockages éventuels. Il doit être défini en fonction de la nature de la marchandise, du mode de transport et des conditions d'acheminement. Il doit faciliter la traçabilité du produit et aider à l’optimisation de la chaine logistique.

III-

FONCTIONS DE L’EMBALLAGE

A- FONCTIONS TECHNIQUES 1- CONSERVER LE PRODUIT L’emballage doit conserver un produit ou un objet. Il est indispensable de bien connaître le produit et les conditions requises pour le conditionner et l’emballer. Le contenant d’un gaz ou d’un bloc machine n’aura pas les mêmes caractéristiques (compatibilité selon la nature, le poids, la quantité etc.…). Contenir, c’est aussi avoir la possibilité de manipuler un produit.

2- PROTEGER LE PRODUIT L’emballage sert à protéger le produit contre les chocs, les intempéries, la lumière, les agressions chimiques (gaz, acide). Certaines protections sont classiques et visibles : le produit ne doit ni sécher, ni moisir, ni être mouillé. D’autres agressions moins visibles et moins évidentes existent, par exemple les rayons ultraviolets qui nécessitent une protection très importante. Les questions à se poser sont donc les suivantes : le produit est-il fragile? comment résistera-t-il aux chocs et aux vibrations? est-il sensible à l’humidité et à la sécheresse? est-il sensible au froid, au chaud, aux chocs thermiques? est-il sensible aux rayonnements ultraviolets et aux champs magnétiques? contient-il des éléments vivants? est ce un produit de valeur susceptible d’être dérobé. L’humidité contenue dans les produits peut les faire moisir s’ils sont conditionnés dans un emballage étanche. Dans ce cas, il faudra soit les conditionner dans un emballage ouvert permettant à l’humidité de s’échapper, soit les munir d’un système dessicant (pilules ou sachets qui permettent d’absorber l’humidité), soit les conditionner dans une atmosphère de gaz neutre ayant une pression suffisante pour empêcher l’eau de s’échapper du produit. 3- OPTIMISER LA CHAINE LOGISTIQUE L’emballage aide à l’optimisation de la chaîne logistique c'est-à-dire de sa fabrication jusqu’à son recyclage. Mais les parties les plus importantes à tenir en compte sont le transport, la manutention et le stockage. B- FONCTIONS COMMERCIALES L’emballage est un vecteur de communication entre le produit et le consommateur 1- ATTIRER ET INFORMER LE CONSOMMATEUR L’emballage attire et informe le consommateur grâce à la marque, au message alerte et aux renseignements sur le produit. De plus en plus de responsables commerciaux ajoutent des informations complémentaires qui seront des arguments de vente (promotion, nouvelle marque), le message doit être suffisamment complet mais sans surcharge. Certaines

informations sur le mode d’emploi pourront être insérées sur l’emballage.

Le message alerte 2- POSITIONNER LE PRODUIT

La marque

L’emballage doit positionner le produit dans l’esprit du consommateur, situer le produit au niveau de la qualité, du prix, des performances etc. L’emballage est le premier contact avec le consommateur mais aussi un relais majeur entre celui-ci et le produit. Son rôle n’est pas uniquement de supporter l’information écrite, il est le signe de reconnaissance du produit par le consommateur. Comment perçoit-on le produit par rapport à ses concurrents ? soit il est luxueux ou économique, soit il est grand public ou professionnel. Ce positionnement doit être subjectif car c’est le produit lui-même qui va le confirmer ou l’invalider. Exemple : 2 produits rendant le même service peuvent avoir une image différente de luxe ou économique de qualité ou d’usage courant, le consommateur choisira donc selon ses objectifs. 3- DIFFERENCIER LE PRODUIT L’emballage permet de différencier le produit avec une catégorie bien définie.

mais nous choisirons ceux qui sont les plus utilisés pour les transports : • Le conteneur .Les produits de beauté Les produits de la mer IV-LES TYPES D’EMBALLAGE Il existe plusieurs types d’emballage.

ensembles mécaniques et électriques etc.• Le carton • La caisse a claire-voie: tuyauterie. .

• La caisse en parois pleines: verrerie. matériel informatique etc.LE MARQUAGE ET L’ETIQUETAGE . • L’emballage de tourets: câbles électriques V.

il faut que le marquage et l’étiquetage de l’emballage soient bien précis et clairs. il faut un bon marquage. Mais attention aux indications qui risqueraient de "guider" les voleurs (colis contenant de l’or). le numéro de série de l'expédition. le nom et l’adresse de l’expéditeur et du destinataire. mais aussi bien apparent et conforme à la législation en vigueur du pays de destination. ni des rayonnements solaires). le numéro du colis etc.LE MARQUAGE Pour que la marchandise arrive bien à destination. le lieu de destination finale. B.L’ETIQUETAGE . Il doit mentionner le port d'embarquement et de débarquement. Le marquage est très formalisé en fonction du type d’emballage.Ils permettent d’identifier les colis. Il doit être lisible et indélébile (pour ne pas risquer de souffrir ni de l’humidité. A. Pour éviter des pertes ou des erreurs de routage ou de manipulation du produit.

nom et l'adresse du fabricant.Pour éviter toutes contraintes dans le pays de destination. l’entreposage et le stockage par le biais de pictogrammes . le pays d'origine. le mode d’utilisation etc. Le non respect de ces aspects entraine purement et simplement la non commercialisation du produit qui peut se solder par une destruction ou le retour du produit au pays de départ. la quantité. la DLC / DLCO/ DLU. Il doit donc : - Faciliter la commercialisation du produit par des publicités ou des promotions Donner des renseignements sur le produit à savoir : le nom. l’étiquetage devra être conforme avec la législation en vigueur mais aussi être adapté aux habitudes culturelles. Mais aussi des renseignements sur la manutention. la composition. aux langues et aux spécificités locales au niveau de la typographie.

EXEMPLE DE MARQUAGE ET D’ETIQUETAGE CONFONDU .

.

Contraintes mécaniques • Fragilité du matériel .LES CONTRAINTES SUBIES PAR LES COLIS 1.VI-LE TRANSPORT A.

LA PROTECTION DES COLIS 1. etc. ils supportent aussi de nombreuses contraintes au cours de leur transport.• Stockage • Manutention 2. à la chaleur. d'accès difficile.). aux transports (gerbage.. choc. B.. mais aussi aux manutentions portuaires qui sont plus ou moins nombreuses ou brutales. plusieurs manières par : • Calage : pour immobiliser les unités de transport • Protection anti-abrasive • Elle peut se faire de Protection anti-choc et antivibratoire . gel. L’emballage doit résister à la pression. Lorsque les marchandises sont destinées à un pays enclavé. vol. à l'humidité dans les cales des navires et dans les entrepôts. avaries dues à la cohabitation avec d'autres marchandises. vibrations) et aux stockages doivent être maitrisées par une protection mécanique. l’emballage doit être conçu de façon à pouvoir supporter sans mal un transport. aléas climatiques (humidité. les emballages maritimes doivent être spécialement conçus. Celles-ci peuvent être de plusieurs ordres : casses ou déformations lors de manutentions. En résumé. aérienne et fluviale qui sont soumis à des risques et dommages spécifiques et doivent s’adapter à ces différents mode de transport.LA PROTECTION MECANIQUE Les contraintes dues aux manutentions. Il en est de même pour les règles d'emballage des marchandises transportées par voies terrestre.Contraintes physico-chimiques • Sensibilité de la marchandise • L’environnement climatique Les colis stockés et manutentionnés subissent de nombreuses agressions. chaleur.

des accessoires de préhension sont indispensables et doivent être adaptés au besoin. Si les dimensions ou les poids dépassent ce qu’un individu peut normalement embrasser.2. Son rôle est de faciliter la manipulation des colis. il faut pouvoir les saisir et les maintenir. La manutention est en général bien équipée dans les pays développés mais ce n’est pas le cas dans les pays du sud où elle est souvent manuelle. LES PICTOGRAMMES DE MANUTENTION . Il ne faut pas s’étonner de voir des colis roulés sur leur face ou tombés si les manutentionnaires n’ont pas la possibilité de les retenir. Pour transporter des colis.LA PROTECTION PHYSICO-CHIMIQUE Les produits sont généralement très sensibles à la corrosion et à l’environnement climatique durant le transport. ces aléas doivent donc être intégrés dans la conception de l’emballage. La protection peut se faire par : • Ventilation • Barrière étanche LA MANUTENTION VII- L’emballage doit faciliter le chargement et le déchargement surtout en cas de dimensions spéciales ou de passage dans un lieu où les infrastructures de manutention sont pauvres ou insuffisantes. Il est important de connaître la destination d’un colis et les conditions de manutention à l’arrivée comme au départ avant de faire le choix de l’emballage. le stockage et pendant les ruptures de charge .

LE STOCKAGE .VIII.

les codes-barres et la RFID récemment. le suivi de l'avancement de la production . : A. l’enregistrement et le suivi des produits retournés au service après-vente. L’optimisation de la chaîne logistique devient de nos jours incontournables pour les industriels et prestataires logistiques. le suivi et la vérification des livraisons . Autrement dit. La différence entre les entreprises se fait par celle qui a le système le plus sophistiqué et le plus efficace afin d’assurer le suivi de la gestion des stocks. La chaîne logistique. il existe plusieurs outils d’identification automatisée mais les plus utilisées sont la biométrie. l'optimisation du stockage .L’emballage facilite le stockage des colis surtout grâce à des outils d’identification automatisée. à besoin d’outils capables de faciliter la traçabilité des produits et objets du débu t à la fin. l'optimisation de l'utilisation des ressources humaines. de la gestion des commandes et des flux physiques et informationnels. En résumé. matérielles et financières . sans oublier le suivi ponctuel des documents. la maintenance des matériels et des outillages. Pour ce faire. les sorties. Celle-ci est de nos jours est l’une des voies les plus sûres pour être rentables et gagner des parts de marché face à ses concurrents. les entrées. les meilleures conditions d’utilisation et de profit qu’il peut en tirer.LA BIOMETRIE . le tout dans un délai minimum. c’est le fait de donner à un produit les meilleures fonctionnalités qu’il puisse avoir. Cette optimisation peut se définir comme étant l’aptitude à améliorer la gestion de toutes les étapes de la chaîne. du stockage. l’intérêt de l’identification automatisée est de permettre aux entreprises d’avoir : • • • • • • la traçabilité totale des produits jusqu’à leur destruction . Les entreprises se doivent donc être tout le temps réactives d’où la nécessité d’optimiser tout leurs processus allant de l’approvisionnement. c'est-à-dire de leur conception à leur destruction.

Utilisé largement dans la grande distribution. les sites nucléaires etc. Le code est lu par un dispositif de lecture optique et il contient rarement des données descriptives comme l’identité du fabricant. Sa principale utilisation est pour assurer la sécurité dans certains milieux sensibles comme les banques.barres ne mentionne ni le prix. B. il est le plus utilisé dans le monde et sa particularité est qu’il existe des standards. Les cinq suivants représentent le code de l’article . Ce sont les événements du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis qui ont accélérer sa propagation. le temps passé au sein de l’entrepôt et la responsabilité de l’individu qui a manipulé tel ou tel produit s’il s’avère sensible ou confidentiel. Le dernier chiffre représente la clé de contrôle (check digit) Illustration . Si les codes-barres et la RFID suivent la traçabilité des objets. La biométrie est utilisée dans la logistique seulement pour contrôler les accès. 1. le code.LE CODE-BARRES Le code-barres est un outil d’identification automatisée en version papier représentant des caractères sous forme de suite de barres verticales d’épaisseur et d’intervalle variable. Pour le moment. Pour les codes-barres munis de huit caractères : • • • Les deux premiers chiffres représentent le code du pays d’origine . la biométrie suit celle des individus.La composition d’un code-barres L’étiquette est composée de huit à 13 caractères qui peuvent être numériques ou alphanumériques selon l’utilisation qui en est faite. ni le nom de l’article mais seulement le code du produit permettant au lecteur de donner automatique l’information enregistrée pour ce code. Elle est caractérisée par des relevés d’empreintes digitales et/ou de la rétine ou par un scanner facial. Il ne peut pas être modifié ou complété une fois qu’il est enregistré et édité. les aéroports. Le but de cette identification automatisée est que les données obtenues doivent être uniques et infalsifiables.C’est une technique qui permet d’établir l’identité d’un individu grâce à ses caractéristiques physiques.

Illustration Pays d’origine Code produit Check Digit Code fabricant L’utilisation de ces différents codes-barres est seulement dédiée à la grande distribution. .Pays d’origine Code produit Check Digit Pour les codes à 13 caractères le processus est toujours le même sauf qu’il y a le code du fabricant en plus.

LA PUCE RFID 1 Numéro d’article du produit reconnue et lisible en Europe . L’EAN 128 est un code-barres de taille variable comme ceux précités. Pour les emballages arrondis. En général. L’utilisation de ce standard donne une efficacité de la chaîne logistique et en plus. ils doivent être apposés à l’arrière de l’emballage ou sur le coté afin qu’ils soient faciles à scanner. les codes-barres comportent des failles comme le non déchiffrage des codes par le lecteur. Dans une chaîne logistique. 3. elles ne peuvent être lues et écrites en une seule fois. Ces étiquettes ne sont pas modifiables et il est impossible de les complétées. Son utilisation améliore la communication entre les prestataires logistiques. de sortie de stock et d’informations mais aussi de la gestion des approvisionnements. cela arrive pour la plupart quand les données ne sont pas enregistrées dans la base de données du lecteur ou tout simplement que les données sont incomplètes. optimise le commerce et la traçabilité des produits. les fabricants veillent toujours à ce qu’ils suivent les parties arrondis afin qu’ils puissent être mieux lus. C. il servira à identifier et tracer le produit. les distributeurs ainsi que les consommateurs. Comme toute technologie.Le positionnement des codes-barres De préférence.Le standard EAN1 (European Article Number) C’est une norme reconnue dans tous les pays de l’Union Européenne et en Amérique du Nord (UPC aux Etats-Unis).2. maitriser les flux d’entrée. composé de caractères alphanumériques d’un maximum de 48 caractères.

chariots élévateurs…) soient dotés d’équipement RFID. ses fournisseurs ainsi que ses clients grâce à la transmission d’informations. portiques. Ces documents constituent un flux d'informations qui doit précéder. Grâce au système EDI (Echange de Données Informatisées). d'une application informatique à une autre. Elle est qualifiée d’une technologie révolutionnaire visant à transformer la gestion des flux de produits. l’échange de données se fait en temps réelle. et donc un gain de temps pour les utilisateurs. par le biais de messages standard prédéfinis. d’améliorer le taux de service. • de répartir les produits par famille d’article . Les entreprises gèrent et traitent un volume important de documents (bons de commandes et factures. avec un minimum d'intervention humaine. la fluidité. L'EDI est le transfert de données structurées.La Radio Frequency Identification ou identification par radio fréquence est une technologie qui permet d’identifier des objets de tous types. Pour ce faire.. .). L’EDI permet d’avoir une relation de confiance entre l’entreprise. Grâce aux puces RFID appelées aussi tags ou étiquettes. il faut que les endroits et les moyens utilisés (entrepôts. magasins. d’éviter les ruptures et par la suite. Cette technologie révèle de formidables potentialités pour améliorer la visibilité.. accompagner ou suivre le flux physique des marchandises dans une transaction commerciale. • de demander au client de lui fournir un plan d’approvisionnement courte ou longue et de préciser sa fréquence. C’est aussi un moyen pour l’entreprise : • d’intégrer totalement la chaîne logistique . la réactivité et la sécurité de la chaîne logistique. catalogues de produits et rapports de vente. •de demander au client de confirmer une livraison. les produits peuvent être lus en masse et à distance.

 Une capacité de lecture et écriture : lecture seule. l’inventaire des stocks se fait de plus en plus rapide. • Le lecteur C’est un terminal qui émet des radiofréquences permettant de lire et d’écrire les données sur la puce. haute fréquence.La composition de la puce RFID Elle est composée de deux éléments : un tag et un décodeur (lecteur). écriture unique et lecture multiple.  Une distance de lecture : allant de 56 centimètres à dix mètres.En définitive. 1.  Un format : taille d’une boite d’allumettes ou d’une carte de visite selon le type d’application. et est caractérisée par :  Une source d’énergie : batterie embarquée pour certains tags  Une fréquence : basse fréquence.  Un mémoire de stockage  Un système d’anticollision : dans certains cas permettant de lire toutes les étiquettes contenues dans une unité hétérogène et de toutes les lire une seule fois. lecture et écriture multiple. lors du passage de l’objet sur le lecteur RFID. • Le tag Elle est composée d’une étiquette munie d’une puce et d’une antenne. ultra haute fréquence et hyper fréquence. En fait. le stock est immédiatement mis à jour et nous pouvons à tout moment commander la quantité nécessaire pour éviter une rupture de stock. Donc l’usage de lecteur sur les chariots élévateurs offre la capacité d’identifier à la fois les marchandises véhiculées et les emplacements sur lesquels elles sont déposées où prélevées. .

Il faut aussi rappeler que l’EPC est avant tout une norme standard qui va permettre le déploiement de la RFID pour la logistique. fûts etc.Le code EPC (Electronic Product Code) L’Electronic Product Code est un système de codification international qui permet l’identification unique de tous les produits de la chaîne d’approvisionnement. de livraison etc. autrement dit la traçabilité des objets (cartons.… 3.Les types de puces RFID . Lorsqu’un produit passent devant un lecteur. avec des filiales un peu partout dans le monde. 4. Celui-ci les convertit en informations numériques transmises directement aux ordinateurs.) de l’usine jusqu’à leur livraison chez le consommateur final.2.2- Fonctionnement de la RFID Une puce appelée tag ou étiquette intelligente reliée à une antenne enregistre les informations via un décodeur par ondes radio. Toutes les puces RFID sont dotées d’un code EPC (un numéro sériel) pour suivre la traçabilité du produit. palettes. de péremption. lui-même équipé d’une étiquette RFID. la date de fabrication. il déchiffre le code et donc nous pouvons connaître les informations sur le produit à savoir le prix. L’EPC Global est chargé du déploiement des technologies dans les entreprises.

reste à l’utilisateur d’y mettre toutes les données qu’il veut. modifiées et complétées plusieurs fois que nous le souhaitons.Les puces à écriture unique et lecture multiple Contrairement aux puces précitées. afin d’avoir la température des produits à temps réel et ce. ne sont ni vierges ni modifiables. 5. Elles ne sont pas équipées de batterie et sont fournies vierges. durant tout le trajet. celles-ci ne peuvent être écrites qu’une seule fois. elles ne sont plus modifiables mais ont la possibilité d’être lues plusieurs fois. C’est donc le fabricant qui lui crée un numéro sériel et la puce ne peut être lue que lors de son passage devant le lecteur.Les fréquences RFID . Et ces modifications peuvent atteindre est dépassées le million de fois.Les puces à lecture et écriture multiple Ce sont des puces qui sont fournies vierges. Une fois les informations enregistrées. contrairement aux autres qui ont la possibilité d’être lues à distance. c. a. Ces puces peuvent être lues. Elles sont équipées d’une source d’énergie permanente.Les puces à lecture et écriture seule Ce sont les plus simples car elles n’ont ni batterie intégrée.Il existe plusieurs types de puces RFID à savoir les puces à lecture et écriture multiple. en l’occurrence une batterie qui leur permettent d’enregistrer des informations lors du transport en général de produits périssables ou de produits sous température dirigée. Leur fonctionnalité est limitée et leurs coûts sont relativement faibles par rapport aux autres puces. b. les puces à écriture unique et lecture multiple et les puces à lecture et écriture seule.

56Mhz et sa distance de lecture est comprise entre 80cm et un mètre selon la zone géographique où l’on se .La basse fréquence C’est une fréquence de 9khz à 135 KHz. elle peut dorénavant l’utiliser avec une puissance plus importante et dans une bande de fréquence plus large. La différence de cette dernière entre les puces est due au fait qu’elles n’utilisent pas les mêmes technologies. Les entreprises qui n’étaient jusque là autorisées à n’utiliser qu’une distance de lecture de trois mètres au maximum peuvent désormais le faire jusqu’à dix mètres. Mais avec la nouvelle réglementation entrée en vigueur en Septembre 2006. La distance de lecture est trop faible. Ce qui est un atout non négligeable pour les entreprises afin d’optimiser de plus en plus la traçabilité des produits. Sa particularité est que les puces se lisent aussi bien sur des matières métalliques que sur les liquides. c'est-àdire moins d’un mètre plus précisément jusqu’à 56cm et ne peut lire qu’une seule puce. L’Europe par contre a tout le temps été rétissante vis-à-vis de l’utilisation de la fréquence UHF.Toutes les technologies utilisent des créneaux de fréquences qui leur sont dédiés pour éviter la perturbation des liaisons radios autrement dit éviter les interférences entre les fréquences. celle-ci utilise une fréquence à 13. Les fréquences utilisées pour la RFID sont : • • • • La basse fréquence La haute fréquence L’ultra haute fréquence (UHF) L’hyper fréquence a. C’est valable pour les puces RFID qui utilisent différentes fréquences qui vont de 9Khz à 2. Elles leur sont attribuées par l’organisme de standardisation ISO. La vitesse de transmission dépend donc du degré d’importance de la puce et de la fréquence qui lui est donnée. L’usage des fréquences RFID est partout réglementé et bien harmonisé dans le monde.45Ghz (Unité de mesure de fréquence qui vaut un cycle par seconde).La haute fréquence Tout comme la basse fréquence. b.

45 GHz et est en général que pour les bandes WIFI. Elle est de 2. en revanche.8m). réduit le passage des ondes et rend la communication mauvaise entre les puces et le lecteur. Sa puissance permet une lecture en masse dont la distance peut aller d’un à 10 mètres. nous pouvons lire plusieurs puces à la fois et elles peuvent aussi cohabiter avec les lecteurs WIFI et BLUETOOTH sans qu’il y’ait une interférence. USA=0. Cela s’explique du fait que l’eau absorbe les signaux UHF. 6. la lecture des tags est plus rapide. De plus.Les différents types de lectures des tags RFID On en distingue quasiment cinq à savoir : • • • • La lecture manuelle La lecture avec puce intégrée La lecture avec portique à puce RFID La lecture rotative . cette fréquence est plutôt particulière. sa cohabitation avec les lecteurs WIFI et BLUETOOTH est très difficile et la réglementation européenne assigne une limitation de l’utilisation de cette fréquence pour des soucis environnementaux.L’hyper fréquence Elle est rarement utilisée parce qu’elle est trop élevé est très dangereux pour l’environnement. Elle est compatible tant avec les emballages métalliques qu’avec les matières liquides. Si pour les produits qui ont un emballage métallique.L’ultra haute fréquence (UHF) Si les deux premières sont un peu semblables. elle l’est moins sur les produits aqueux (qui contient de l’eau) et en forte teneur en eau. Avec cette fréquence. c. Elle va de 400 à 950 Mhz. Elle est la plus utilisée car elle apporte plus d’atouts que les autres. d.situe (Europe= 1m .

distance qui peut être longue ou moyenne selon la performance des lecteurs.La lecture manuelle Cette lecture se fait par des lecteurs mobiles pour identifier les produits unitairement.La lecture avec puce intégrée . Ils permettent de lire à distance les objets équipés d’étiquettes RFID. b. En général la lecture se fait au contact comme les codes à barres est permet un inventaire ou une recherche rapide de produit avec des tags embarqués.• La lecture avec tunnel RFID a.

le transfert de responsabilité ou l’étape où se situe le produit dans sa courbe de vie. d. Les portiques sont un poste d’observation fixe. c. lors de passage de la palette aux portiques RFID. nous pouvons savoir immédiatement s’il ya une avarie. Ce sont des lecteurs-scanneurs et peuvent servir à détecter le changement d’état du produit. La vitesse de lecture des équipements et leur distance ont évoluées grâce aux puissances d’émission autorisées par les nouvelles normes réglementaires. autrement dit.La lecture avec portique à puce RFID Les portiques sont généralement placés dans une zone stratégique en l’occurrence à l’entrée des entrepôts. Grâce à la haute fréquence utilisée.La lecture rotative 2 Préparation de commande . Ils n’identifient que les produits qui traversent son périmètre. Ils permettent une lecture en masse d’une palette entière. le périmètre de lecture est ainsi élargi et la puce identifie directement l’emplacement de stockage des cartons ou des palettes dans la zone où elle est dédiée.Des équipements comme les chariots élévateurs sont équipés de puces pour faciliter les opérations de picking2 dans les entrepôts.

7.Ce mode de lecture consiste à introduire dans le processus d’identification un mouvement circulaire. Dans une plate-forme logistique. e. La palette est placée sur une table tournante en face du lecteur et qui réalise trois à six rotations sur elle-même. la lecture en masse de colis sur une palette permet de procéder au contrôle automatique des préparations.La RFID peut-elle modifier la distribution ? L’obligation pour les entreprises c’est de livrer le bon produit. se doter d’une technologie d’optimisation telle que la RFID semble très nécessaire. au bon moment. Il identifie de petits regroupements pour contrôler la composition des colis de détail. Pour ce faire.La lecture avec tunnel RFID Le tunnel a presque les mêmes fonctions que les portiques mais à échelle réduite. au bon endroit et dans la quantité nécessaire. Les méthodes utilisées traditionnellement .

les délais ainsi que les erreurs de stockage. Bon nombre d’entreprises ont à ce jour modifié les équipements de leurs entrepôts ou plate-forme au profit d’une identification (portiques.Les avantages et inconvénients de la RFID a. Il n’est donc plus nécessaire de lire les produits unitairement. matériels de picking etc. accélérer la transmission de l’information. améliorer sa fiabilité et diminuer le coût de la transaction. 1. Les données stockées dans la puce peuvent avoir une durée de vie maximale de dix ans. il y a un auto-inventaire du stock de l’entrepôt qui se fait automatiquement. les données peuvent être modifiées ou supprimées selon les désirs de l’utilisateur.Les avantages de la RFID L’un des principaux avantages de la RFID est avant tout la souplesse. En somme. Les erreurs d’expédition sont limitées. le lecteur parvient à le lire et l’échange des informations se fait sans erreurs puisqu’il ne lit que les données stockées dans la puce même si elle cohabite avec d’autres : la lecture en masse est possible dans ce cas car il existe des systèmes d’anticollision des étiquettes . mais aussi augmente la rapidité des rotations grâce à la lecture en masse des cartons mis sur palettes et de connaître les emplacements de stockage alloués à la marchandise. chariots. ce qui facilite sa lecture et sa rapidité. Bien que le tag soit sale ou hors de vue. Tout compte fait. Celle-ci permet de réduire les coûts de main d’œuvre. le réapprovisionnement et le stockage . De plus. les puces vont automatiser la saisie et le traitement des données. 8.La gestion des stocks : l’inventaire. cette technologie aide les distributeurs à limiter les ruptures dans les linéaires et pour les producteurs de connaître en permanence leur niveau de stocks. Après que les palettes soient par la suite acheminées vers les plates-formes de distribution des endroits ou magasins concernés.présentaient souvent quelques failles sur l’inventaire des colis et prenaient des délais trop longs pour la distribution. Elle permet une identification simple et fiable ainsi qu’une traçabilité non négligeable des objets ainsi que le contrôle des flux physiques et des flux d’informations tout au long de la chaîne logistique.).

qui est-ce qui a livré et à qui . ce qui permet d’éviter les ruptures de stocks. Aussi. elles garantissent si la chaîne de froid est respectée. par quelle porte elle est entrée. Pour les produits sous température dirigée. le système de gestion des emplacements indique immédiatement la place où ils doivent être stockés.La RFID est une solution qui facilite l’inventaire. on peut savoir d’où elle vient. 2. Cet inventaire permanent permet de déclencher un réapprovisionnement immédiat. nous pourrions ainsi dégager des conclusions relatives à la productivité ou encore des litiges possibles avec les fournisseurs. cartons ou palettes sortent de l’entrepôt ou du magasin.Les produits alimentaires Les étiquettes permettent d’avoir une visibilité constante sur les produits ainsi que leur Date Limite de Consommation afin qu’ils soient retirés à temps. permettent-ils de savoir leur chiffre d’affaires ainsi que le produit le plus productif.Le picking . En effet à chaque fois que des objets.Le marquage des palettes Celui-ci accélère le processus de livraison ou d’approvisionnement des produits. Avec la RFID. C’est un gros avantage parce que cette technologie permet une gestion des produits en temps réel. Les déterminations d’emplacements des produits se font aussi automatiquement. à quel endroit elle a été stockée. 3. qui est-ce qui a préparé les commandes. le contrôle manuel est réduit de plus en plus grâce aux bons de livraison sous forme électronique. Le fait de lire une seule puce placée sur une palette. quel en était le contenu. Dés qu’ils dépassent les portiques à l’entrée de l’entrepôt ou du magasin. à quelle heure elle est arrivée. 4. pendant combien de temps. ils sont directement déduits des stocks et inventoriés grâce à la puce. permet de connaître entièrement le contenu de cette-dernière Si l’on prend l’exemple simple d’une palette.

a. Les entreprises se doivent donc de modifier toute leur circuit de distribution ainsi que celui de leur fournisseur et ceci génère des coûts énormes qui vont être . Le temps de picking est ainsi facilité et réduit. la RFID à un coût largement supérieur aux méthodes actuelles d’identification automatisée. L’intérêt de la préparation de commande est que les erreurs sont détectées en amont et corrigées immédiatement avant que les cartons ne soient palettisés.Les contraintes de coûts Comme toute nouvelle technologie.L’optimisation des opérations de picking est l’un des axes majeurs pour la réduction des coûts et l’amélioration du taux de service. les logisticiens s’accordent des bénéfices considérables en termes de productivité. • La sélection par groupe C’est une préparation d’articles spécifiques pour des commandes multiples. d’incompatibilité (absence de standards). social (suppression de poste). environnemental ou tout simplement d’ordre technique.Les inconvénients de la RFID L’intégration des puces RFID accuse de nombreuses contraintes qui peuvent être d’ordre économique (les coûts). éthique (préservation de la vie privée). Grâce à ce système. Les puces ne sont pas interopérables par rapport aux codes barres par exemple. 9. dans une certaine catégorie de produits ou dans un endroit précis de l’entrepôt particulier. Nous différentes sortes de picking : distinguons • La sélection par un client : Il consiste à préparer différents articles d’une même commande • La sélection par type d’emballage : C’est le fait de préparer des commandes multiples en effectuant un seul passage en dépôt.

En résumé. ce qui peut être une entrave au respect de leur vie privée. il serait plus qu’approprié de désactiver les étiquettes au passage en caisse. ensuite de leur fréquence pour la distance de lecture et enfin de leur fonctionnalité. Si tel était le cas. et même s’il est en baisse. il reste encore trop cher et pénalise les PME qui veulent utiliser le système RFID. La présence de matière métallique ou aqueuse gêne la lecture de certaines puces utilisées à haute fréquence. il peut arriver qu’un tag soit lu sans le vouloir . En général il va de dix centimes à 20 euros en moyenne.Les contraintes techniques La principale contrainte est que lorsque deux puces se retrouvent l’une et l’autre collée ou dans un même champ de lecture. ou à l’arrivée de la marchandise chez le client. lors de la livraison pour qu’il n’ait pas d’intrusion dans la vie privée des clients ou même sur l’utilisation des produits. le prix des tags est à ce jour un des principaux freins à la prolifération de la RFID comparé à celui des codes barres.Les contraintes sociales L’automatisation des équipements dans la grande distribution amènerait à supprimer des milliers de postes à savoir ceux des contrôleurs de sorties en particulièrement des caisses.répercutés sur le client final par l’augmentation du coût du produit. d. cela . En effet la traçabilité du produit peut aussi être le suivi du comportement de son consommateur. entrepôts et plus c.Les contraintes d’éthique Les distributeurs ne vont pas accepter d’entourer leurs clients de puces électroniques. Les prix des puces dépendent d’abord de leur taille de mémoire pour le stockage des données. leur performance diminue ou la communication est alors brouillée. b. De plus.

nous serons obligé de faire face à une déferlante de tags incompatibles. l’une des principales contraintes de la RFID. organisation de normalisation (presente au Senegal pour le déploiement des codes barres). Il peut arrivait aussi que les . les objets métalliques. ce qui provoquerait une usurpation d’identité dans le cas par exemple de système de contrôle d’accès ou de processus de fabrication de produit si c’est un concurrent. Ce standard est créé pour répondre aux besoins de la logistique et sert de référentiel pour l’utilisation de la RFID. Nous avons constaté qu’elle ne répondait pas exactement aux contraintes environnementales car certains facteurs entre autres. e. Se posent donc des soucis de sécurité et de confidentialité. les plus grands utilisateurs de cette technologie. pour se démarquer de leurs concurrents. que les puces. européens et asiatiques. Nous pouvons aussi ajouter qu’une personne ou une entreprise tierce puisse intercepter malencontreusement des données ou de façon préméditées des informations figurant sur l’étiquette . mêmes si elles ont la même fréquence. C’est quand même décevant. ne puissent pas être lues par les mêmes lecteurs. La GS1 (Global System 1). e. ce qui provoque une incompatibilité entre les étiquettes. pour le moment est l’un des premiers a créé Gen2 qui est le standard le plus utilisé pour la RFID. ou tout simplement une solution unique détenue par un fabricant qui aura le monopole. soulignons le clairement. l’humidité et les interférences entre les fréquences engendreraient des dysfonctionnements du suivi des produits. proposent des systèmes qui leur sont communs.L’environnement La RFID ne fait toujours pas l’unanimité entre les utilisateurs.s’explique par la simple raison qu’il se trouve dans le même champ de lecture que les autres. après le coût. Les fabricants. s’il n’existe pas plusieurs standard pour les puces. En définitive.L’absence de standard Ce manque de standard est. Toutefois plusieurs organisations réfléchissent sur une standardisation des tags proposés par les américains.

Les caristes. ce qui se traduit par une mauvaise gestion de l’espace. une intrusion parasite de ces ondes électromagnétiques peut être une entrave à l’environnement car pouvant créer des maladies comme le cancer.puces se retrouvent dans les mêmes champs électromagnétiques de certains équipements informatiques comme les écrans d’ordinateurs. en général. a. De plus.L’intérêt de la RFID pour les logisticiens et leurs partenaires La traçabilité est aujourd’hui un enjeu majeur pour les logisticiens. savent où est stocké tel ou tel produit car ils regroupent ceux qui sont un peu similaires dans une même place. manque de qualification. coût élevé de la main d’œuvre. Mais il peut arriver qu’un emplacement soit totalement vide à cause des habitudes de stockage. Dans ce cas. ajoutons que les pertes et vols de palettes sont de plus en plus réduits grâce aux tags parce que le logisticien peut toujours savoir où elles se trouvent en temps réel et à quelle partie du circuit la faille a eu lieu. . En définitive. chaque palette est stockée dans un endroit particulier en fonction de ses dimensions et de l’emplacement disponible. ou électriques comme les éclairages.) ont fait qu’elles se dotent de plus en plus d’outils qui leur permettent d’assurer à leurs clients une traçabilité totale des produits ou services. intégrer des puces dans tous les équipements et emplacements d’un entrepôt ou d’un magasin s’avère nécessaire pour gagner un profit considérable et de dominer ses concurrents qui utilisent des méthodes archaïques pour la gestion de celui-ci. Grâce aux étiquettes. 10. Cette solution réduit les temps de recherche d’emplacement des produits dans les entrepôts ainsi que les erreurs qui sont fréquentes avec les systèmes actuels. De nombreuses crises dans les entreprises (perte de temps. la grippe aviaire etc. le rappel de véhicules automobiles. Les logisticiens Ils ont décidés de créer des outils spécifiques et stratégiques dédiés à la traçabilité telle que la RFID pour suivre les produits tout au long de la chaîne logistique.

En fait c’est un nouvel outil de communication entre le prestataire et son client. c. le client qui possède un identifiant RFID peut se voir proposer sur un panneau lumineux. Les distributeurs La grande distribution se trouve aujourd’hui confrontée à une concurrence rude et accrue du fait de l’apparition fulgurante des Hard Discount3.b. les magasins ont tendance à jouer sur des points qui peuvent les rapporter gros : c'est-à-dire chercher des endroits où ils peuvent optimiser la chaîne. Pour se différencier. Ils peuvent immédiatement détecter si un linéaire doit être réapprovisionné pour éviter les ruptures et satisfaire leur client afin qu’ils trouvent spontanément les produits qu’ils recherchent.Les différents usages de la RFID Il existe une multitude d’applications de la RFID dans des domaines plus ou moins sensibles qui sont entre autres : • • • Identification des palettes et cartons Les produits pharmaceutiques Les inventaires 3 Magasins qui vendent des produits moins chers . ils ont plus de contrôles sur les produits et leurs stocks sont mises à jour automatiquement. La RFID serait donc un moyen de conserver la qualité des produits et du service auprès du client. les clients demandent seulement à leurs prestataires de leur assurer la traçabilité de leur produit pour qu’en cas de dommage. 11. Ainsi. le client peut être averti de la disponibilité du produit ou des promotions qui sont faites dans les magasins. ils se sont équipés de puces RFID qu’ils apposent sur tous leurs produits généralement de grande consommation ainsi que leurs entrepôts de stockage. Les clients Pour s’assurer de la qualité des prestations qui leur sont fournies. la responsabilité de la partie où le dommage a été subi puisse être connue. En même temps. A l’approche d’un magasin. des offres commerciales par rapport à ses attentes. Pour ce faire.

contrôleurs) . • • . Authentification des passeports . Suivi de bagages dans les aéroports (Delta Airlines) . Les entreprises utilisatrices de technologies RFID Elles sont de plus en plus nombreuses grâce aux résultats positifs qu’elles ont de la RFID : • • • • • • • • METRO. NASA (système d’accès contrôlé) . Contrôle de prisonniers . Produits de luxe. Taxis de Paris. Pass d’ouverture de voiture comme les véhicules Renault . Virgin Atlantic Airlines. Wal-Mart (précurseur). pièces de théâtre . • • Etudes des migrations de certaines espèces d’animaux . Location de DVD. SNCF / RATP (titres de transport. Les ouvrages sont aussi munis de tags. Péages d’autoroute (pass liber-t en France ou les EZ-pass aux Etats-Unis) . Microsoft . à forte valeur ajoutée et téléphones portables . Suivi des conteneurs et des palettes . matchs. Billets d’entrée à des concerts. des cartes à RFID permettent aux étudiants d'accéder sans formalité à la bibliothèque 24h sur 24 et 7 jours sur 7. Sony . • • • • • • • • a. Hôpital d’Amsterdam.• • • Les contrôles d’accès La saisie automatique d'une liste de produits achetés ou sortie du stock Emprunt d’ouvrages à la bibliothèque : Dans certaines universités. Mairie de Paris .

à Londres. à Pékin. à Séoul.• • • • • • • Nokia . Airbus . Exxon Mobil . Boeing . comme précédemment cité . RFID vs CODE-BARRES (études comparatives) RFID CODE-BARRES . Transports publics aux Pays-Bas. Moscou et Paris Gillette . Procter&Gamble .

1 eur a 2 eur IX-ASPECTS JURIDIQUES DE L’EMBALLAGE L’emballage incombe toujours au vendeur sauf si les marchandises doivent être livrées non emballée (transport en vrac). Si les marchandises nécessitent une quelconque protection. les obligations du vendeur se limitent à fournir un emballage pouvant supporter le transport et/ou la manutention. car en cas d'avarie ou de perte.5 eur a 20 eur Pas cher 0. Toutes les conventions de transport et la plupart des pays réglementent les emballages et les matériaux de fabrication. la marchandise est soit remboursée. ne constitue pas une faute pour l’expéditeur. Cependant. notamment au niveau de leur marquage ou des traitements à imposer aux bois des caisses pour leur entrée dans certains pays. On devra donc accorder une très grande importance à l’emballage. soit remplacée gratuitement. Le transporteur est présumé responsable de la détérioration ou des pertes sur le plan juridique. Expédier une marchandise non emballée. il peut se dégager de sa responsabilité en émettant des .Etiquettes • peuvent contenir des • seulement 48 caractères centaines voire des milliers au maximum de caractères • impossibilité de lecture si • au travers d’un obstacle l’étiquette n’est pas dans le elles arrivent à être lues champ du lecteur De 50 cm à 10m Maximum 50cm Distance de lecture Lecture • Manuelle et automatique • Manuelle et automatique • Lecture et écriture • Lecture et écriture multiple unique Oui Non Ecriture à distance Lecture en masse Oui Non Standardisation Oui mais pas trop Oui Coût Très cher 0. Tout dépend du contrat de vente qu’il a signé.

sur le plan de l’étendue des risques à courir. moins cher doit être la prime d’assurance. elles sont classées et répertoriées sous un numéro appelé n° ONU ou UN. Il est loisible de se réjouir de ces transports très sûrs. L'absence de réserves sur un emballage visiblement mal fait ne fait pas perdre au transporteur la possibilité d'invoquer la faute de l'expéditeur (dont la preuve est toujours à sa charge). certains pays demandent une fumigation des caisses. Le vendeur devient alors responsable et se doit donc de contracter une assurance.réserves à la prise en charge ou à la livraison. un équilibre doit être trouvé (souvent par essais successifs d’emballages différents) entre le niveau de dommages que l’on ne peut accepter. XI-LES MARCHANDISES DANGEREUSES Les matières dangereuses font l'objet d'un traitement particulier . l’exportateur prendra soin de négocier les primes d’assurance. d'autres l'utilisation de bois traités -norme phytosanitaire Norme Internationale pour les Mesures Phytosanitaire : NIMP15. doit être correctement maîtrisée par l’exportateur. L'emballage de ces produits. de même . sur le coût des primes. Le vendeur pourra à son tour se dégager de sa responsabilité en se retournant contre l'emballeur. mais peut-être faudrait-il se poser la question suivante : n’y-a. le coût de l’assurance et la fréquence des sinistres. qui. Les conditions d'emballage prennent une place de plus en plus importante dans le transport . et en conséquence. Le vendeur se trouve alors écartelé entre différentes options : contentement intégrale du client moyennant un surcoût de l’emballage et une moindre compétitivité ou acceptation d’un minimum de dommage permettant des économies sur l’emballage. Plus un emballage est élaboré. et le niveau du prix de l’emballage. X.EMBALLAGE ET ASSURANCE L’interaction entre l’emballage et l’assurance. Un équilibre raisonné doit être recherché entre le coût de l’emballage. est un indice d’emballage très sophistiqué.t-il pas quelques économies à trouver en allégeant l’emballage ? Autrement dit. s’il est trop élevé. des garanties à prendre. Le prestataire de transport pourra refuser tout colis qui lui apparaîtrait insuffisamment protégé. Dans ce contexte. L’absence de dommages dus à l’emballage pour des transports répétitifs. Mais celle-ci peut ne pas fonctionner dans le cas d'un emballage non adapté. entraînera sa non-compétitivité s’il est trop élevé. entraînant la perte du client.

apprécier les dangers particuliers et appliquer les règles de séparation entre les colis et avec le personnel intervenant. il doit par conséquent être assez résistant pour l’usage prévu. Les groupes d'emballage sont souvent indiqués sur les fiches de données signalétiques pour les produits chimiques.que les conditions de transport sont soumis à des règles strictes. ou encore par rayonnement. des produits explosibles et radioactifs des matières corrosives etc. transports et stockages. Les marchandises dangereuses sont des matières susceptibles de provoquer des dégâts par contact direct. Ces emballages doivent être marqués et étiquetés pour identifier la marchandise contenue. XII- LES PRODUITS PERISSABLES L’emballage doit protéger le produit . des gaz. par émanation de vapeurs ou de gaz. auxquelles sont affectés des groupes d'emballage pour apprécier l'importance des dangers. Ces classes comportent des produits inflammables. Ces fiches retracent la composition du produit ainsi que les dispositions à prendre en cas de danger. Groupe II (danger moyen). les produits disposent de groupes d’emballage (Packing Group) qui indique le degré de risque associé à son transport. aux personnes et aux biens matériels. pour identifier la nature des dangers. Le plus grand groupe est le Groupe I (grand danger). tant internationaux que nationaux. en fonction du mode de transport et des mesures de sécurité. Il doit aussi comporter des feuilles protectrices ou de garniture pour minimiser les pertes d’humidité. Il convient tout d'abord de connaître les caractéristiques et dangers des marchandises en vue de définir leur emballage pour limiter les risques encourus lors des manutentions. L'emballage des marchandises dangereuses fait appel à des notions strictement énoncées dans les textes réglementaires. Il existe neuf classes de produits dangereux et des sous classes pour éviter tout problème durant le transport. De plus. et ce même s’il est humide. Les matériaux . Dans le cas des produits frais. Les emballages sont codifiés et testés par référence aux recommandations des Nations unies à partir desquelles sont élaborés les divers règlements internationaux et nationaux. il est nécessaire d’assurer une ventilation suffisante pour évacuer l’air. connaître les éventuels risques subsidiaires. tandis que le Groupe III présente le plus faible risque (danger mineur). L'étiquetage conforme aux prescriptions sur la sécurité du travail doit comporter des informations sur la nature des risques particuliers et sur les précautions à prendre en cas de nécessité. Elles sont réparties en classes.

produisent des gaz à effet de serre (gaz présent dans l'atmosphère terrestre et qui intercepte les infrarouges émis par la surface terrestre) émis par les industries et les transports.EMBALLAGE ET ECOLOGIE Les emballages consomment de l'énergie et des matières premières nécessaires à leur fabrication. ou si les matériaux d’emballage sont incorrectement entreposés et deviennent humides. En règle générale. et les véhicules routiers sont les plus sujets aux pannes en raison du nombre de voyages. et représentent une grande source de pollution car ils sont souvent rejetés dans la nature ou dans les mers et océans. En ce qui concerne le transport par palettes. c’est à dire une ressource renouvelable.d’emballage ne doivent pas contenir de substances pouvant engendrer des traces d’altération (changement. l’emballage est bien conçu pour la fonction qu’il doit remplir. XIII. Des problèmes ont lieu si les emballages sont modifiés sans prise en compte des exigences du transport. d’un écoulement d’air et d’une puissance frigorifique suffisants et maintenus en bon état de fonctionnement. autrement dit des équipements munis d’une isolation correcte. Le risque de tels problèmes est plus élevé dans des transports non frigorifiques que dans les cargaisons sous température contrôlée. modification) ou des odeurs. des soutes de navires et des camions diffèrent. et il est fortement conseillé à l’expéditeur d’acquérir l’expérience des équipements à utiliser. L’emballage n’est pas forcément un déchet. Le consommateur manque d’information. d’une bonne régulation de la température. souvent sur des routes en mauvais état. En règle générale les navires sont plus fiables en raison de la taille des chargements qu’ils transportent. Les règles de fonctionnement applicables au transport frigorifique dans des conteneurs. Les cartons doivent avoir la taille et la forme permettant de protéger les produits des mouvements ainsi que des pressions extérieures. Il est indispensable d’utiliser des équipements adaptés. Informer et former . Ces équipements doivent également pouvoir répondre aux exigences formulées en terme de consignes de transport. dégradation. Dans le cas des conteneurs frigorifiques. ils devront être soumis à une inspection préalable au voyage. les cartons doivent être correctement fixés aux palettes sans empêcher la circulation de l’air prévue. mais de la matière première à recycler.

. Ce n’est pas uniquement aux auto-collants des containeurs de tri de nous donner la destination et le conseil. au sein d'une filière de production où la matière première est générée puis transformée en produits similaires. Les emballages représentent à peu près 30% en poids et 50% en volume dans notre poubelle. Le carton est aujourd'hui le seul emballage qui permet de contribuer au ralentissement de l'épuisement des ressources de la planète. mis en balles et expédiés vers leur site de recyclage respectif. cet emballage génère une quantité de Co2 quatre fois supérieure à celle du carton. la bouteille plastique nécessite plus du double des ressources naturelles non renouvelables que le carton. COMMENT FAUT-IL RECYCLER UN EMBALLAGE Il faut tout d’abord collecter les emballages avant de les envoyer au centre de tri où ils seront regroupés par catégorie (acier. le carton est l’emballage qui consomme le moins de CO2 (gaz carbonique: gaz dégagé par la respiration des être vivants et animaux) pendant son cycle de vie. Cet important écart s’explique par la conception de l'emballage carton. durant tout son cycle de vie.le consommateur au tri est devenu une priorité. verre. 20% de polyéthylène et 5% d'aluminium. se pose bien avant d’arriver devant sa poubelle. Les distributeurs donnent maintenant des informations claires sur le verso de leurs emballages notamment sur le recyclage. On remarque un net avantage du carton face à la bouteille en plastique. L’emballage doit porter clairement l’information. plastique. Le recyclage est le retour de produits. Cet écart s'explique notamment par la fabrication du verre extrêmement énergivore (qui consomme énormément d'énergie). c’est la matière qui pollue le moins. Ils servent par la suite à la fabrication du même produit ou à celui d’un autre. autrement dit. Les emballages sont ensuite compactés. En effet. La question qui se pose aujourd’hui est : Y a-t-il un bon choix en matière d'emballage pour lutter contre le réchauffement climatique ? Le verre est le matériau qui présente le plus lourd bilan environnemental et pourtant il est supposé vertueux pour l'environnement grâce à son recyclage et historiquement apprécié des consommateurs. Le recyclage est une action qui aide à la survie de notre planète. papier). Malgré qu’il soit moins souvent recyclé que le verre et qu’il provienne de la coupe des arbres. composé à 75% de bois. considérés auparavant comme des déchets. car la question : « où dois-je jeter ? ». En effet.

car issu de forêts gérées durablement et possède une très faible empreinte carbone. . la fabrication d’emballage avec des énergies renouvelables et la diminution des emballages en préférant le vrac. Un emballage fortement recyclé n'est pas pour autant celui qui possède la plus faible empreinte écologique. utilisé pour la bouteille plastique. contrairement au pétrole. Les solutions qui existent aujourd’hui pour réduire le réchauffement climatique est l’utilisation d’emballage biodégradable. Le bois est une ressource renouvelable par excellence. ressource fossile (enfouie) épuisable.nécessaires à la bonne conservation des produits.