You are on page 1of 5

c.jossin J:\TRAVAIL\AUTOM\Algèbre_de_Boole\_Algèbre_de_Boole.

doc

Algèbre de BOOLE

SOMMAIRE :

1. Présentation, historique 2. Propriétés;
2.1. Identités remarquables; 2.2. Théorèmes de DE MORGAN.

3. Représentations graphiques :
3.1. Logigrammes; 3.2. Schémas à contacts; 3.3. Chronogrammes.

4. Simplification des expressions booléennes :
4.1. Méthode algébrique; 4.2. Méthode des tableaux de Karnaugh.

Outils informatiques :
. . .

Sites « Web » :
. . .

Bibliographie :
.

.

AUTOM. / Algèbre de BOOLE

1/ 5

b=a (a+b).b=a a.c) = (a.c=ab .0=0 1.c) = (a+b) . OU « exclusif » (XOR) 2. Les variables qui permettent de traiter ces informations peuvent s'organiser sous forme de fonctions.b + a.0=0 0. que l'on soit en « combinatoire » ou en séquentiel. / Algèbre de BOOLE 2/ 5 .c a+(b+c) = (a+b)+c Commutativité : Distributivité : Idempotence : Aborbtion : a. PROPRIETES Somme : fonction OU 00=0 01=1 10=1 11=1 a1=1 a0=a aa=a a =1 a Produit : fonction ET 0.ba.d a a a   = Identités remarquables : aa. ET.  b. on prend en compte.b = b.doc 1. En automatique. b a  Le complément d'un produit logique est équivalent à la somme logique des termes de cette produit.(b+c) = a.d + b.1=1 a.bc  aa .1=1 a. PRESENTATION L'algèbre de BOOLE est la logique utilisée par les ordinateurs. b=ab  a. on traite.  =0 a Associativité : Négation : fonction NON  1=1  =0 0 a  =a a. Fonctions spécialisées : NON-OU (NOR).c=a.b).  c =a. (a+c) a+a = a aa. ab=  .c + b. a.(c+d) = a.a=a a. OU.  b.c + a.c.c a+(b.a a+b = b+a a.c b b b Théorèmes de DE MORGAN : 1er Théorème : Le complément d'une somme logique est équivalent au produit logique des termes de ce produit.0=0 a. eux-mêmes complémentés.ca.1=0 1. on donne des ordres sous forme binaire (0 ou 1).(b.jossin J:\TRAVAIL\AUTOM\Algèbre_de_Boole\_Algèbre_de_Boole. NON. eux-mêmes complémentés.b= b a  2ème Théorème : AUTOM. Fonctions de base : OUI. NON-ET (NAND).

/ Algèbre de BOOLE 3/ 5 .c. b . Symboles de base a : entrée a a : entrée a  b : a . Schémas à contacts : C'est la représentation la plus utilisée comme langage de programmationdans les automates programmables. (a et b) a : a + b .doc 3. Les contacts représentant les « entrées » sont toujours placés à gauche et les « sorties » à droite. Logigrammes : Symboles logiques Fonction OUI 1 Fonction ET & Fonction NON-ET (NAND) & Fonction INHIBITION & Fonction OU Fonction NON 1 >1 Fonction NON-OU (NOR) >1 Fonction OU Exclusif : =1 3.2. (a ou b) b a : sortie S AUTOM. L'analogie directe avec les schémas de circuits électriques permet une compréhension aisée. Représentations GRAPHIQUES 3.1.jossin J:\TRAVAIL\AUTOM\Algèbre_de_Boole\_Algèbre_de_Boole.

 .d    S= c.b . / Algèbre de BOOLE 4/ 5 .b. Simplifications des expressions booléennes A partir des tables de vérité. Les graphes sont placés les uns au-dessus des autres avec une même échelle des temps. Méthode algébrique : La simplification d'une équation logique se fait très souvent par « calcul » algébrique en cherchant à mettre en facteur les variables et en utilisant les propriétés des fonctions logiques vues au chapitre 2.1.  a. Exemple 1 : S=a.3.doc 3. Il est donc nécessaire de simplifier ces équations logiques. L'abscisse représente le temps et l'ordonnée l'état logique (0 ou 1) de la variable.  ad  a  S= c.bc .b. b . Chronogrammes : Les chronogrammes sont une représentation graphique de l'évolution de l'état de variables d'entrées et de sorties. 4. a.bc Exemple 2 :  c S= a.b. mais également les variables « internes » d'un système automatisé. ba. on obtient des relations ou équations logiques souvent complexes et difficilement traduisibles en schémas ou programmes. S = a+b a t >1 b t S t 4.jossin J:\TRAVAIL\AUTOM\Algèbre_de_Boole\_Algèbre_de_Boole.  c  AUTOM.  b  b b S=a.bb.c .c.b . d c c S= c.b . 1  S= c. 1d   S= c.b. b=b . c=a.

b a b b A=0 A=1 B=0 B=1 1 0 1 1 S=  b S=a S=a b Remarque : Certaines combinaisons des entrées ne correspondent à aucun cas de fonctionnement du système.  a b b A=0 1 0 A=1 1 0 S=a .doc 4. a . S=  . Les tableaux de Karnaugh sont utiles pour simplifier les équations logiques tirées de tables de vérité. On regroupe les cases adjacentes pour simplifier. Dans la mesure où ces cas sont indifférents ou sans effet. a . a . b b A=0 A=1 B=0 B=1 0 0 1 1 S=  . On tire de cette table de vérité une équation booléenne qu'il faut simplifier.c.jossin J:\TRAVAIL\AUTOM\Algèbre_de_Boole\_Algèbre_de_Boole.2. Méthode des tableaux de Karnaugh : La table de vérité donne un aperçu rapide de l'état des variables de sorties en fonction de l'état des variables d'entrées. / Algèbre de BOOLE 5/ 5 .  a.   A . On peut regrouper en 8 cases. Exemples de simplification par tableaux de Karnaugh Équation à simplifier Tableau de Karnaugh B=0 B=1 Équation simplifiée S=  . AUTOM. B A B On simplifie également les équations en regroupant les cases de 1 en carré ou en lignes de 4 cases. A=0 B=0 B=1 1 0 A=1 0 1 Ici. Principe : Chaque case du tableau de Karnaugh correspond à un état de la variable de sortie. A 0 0 1 1 B 0 1 1 0 S 1 0 1 0 Simplification : On tire des cases l'équation de la sortie. Les groupements de cases peuvent aussi être réalisés sur les cotés des tableaux qui sont assimilés à des cylindres : « boites à Camembert ». ils peuvent être affectés de la valeur 0 ou 1 en fonction des besoins de la simplification.