Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.

43 — 55
e
Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €
ABDELMALEK SELLAL :
“L’amendement de la Constitution
aura lieu prochainement”
OUVERTURE HIER DE LA SESSION DE PRINTEMPS DU PARLEMENT
“L’internationalisation
de la crise
malienne
empêche son
dénouement”
KAMEL REZZAG-BARA
UNITÉ D’IMPRESSION
DE PRESSE À BÉCHAR
Réalisation prévue
en novembre
M. Mohamed Saïd, ministre de la
Communication, a visité, hier à Béchar,
le chantier de réalisation de l’unité
d’impression de presse. Le ministre
a insisté sur le respect des délais
de réalisation.
Le Président de la République a procédé hier
à un mouvement partiel dans le corps des walis
L’enchantement
recommencé
Quel frais et immense plaisir de revisiter l’Algérie touristique.
Surtout lorsque toutes les conditions sont réunies pour faire de
cette mémorable villégiature, un impérissable souvenir. Grâce
bien sûr au nouveau train de mesures incitatives prises au plus
haut niveau et l’Onat promoteur attitré de cette historique virée
au pays profond…
De Amar Zentar
Plusieurs projets de loi au menu
R
E
P
O
R
T
A
G
E
COOPÉRATION
ALGÉRO-BRITANNIQUE
Londres veut
élargir sa
coopération
aux énergies
renouvelables
22 Rabi’ Ethani 1434 - Mardi 5 Mars 2013 - N°14760 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287
L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E
ACCESSION
DE L'ALGÉRIE À L'OMC
P. 7
PP. 16-17
P. 8
P. 3
P
h
o
t
o
s

:

N
a
c
é
r
a

I
.
P. 32
PP. 4-5
P. 3
P. 9
COUPE D’ALGÉRIE
(8
es
DE FINALE)
◗ USMA - USMH
(16h au 5-Juillet)
◗ CRBAF - CRB
(14h) Stade Demène Debbih
(Aïn M'lila)
P. 31
11
e
round des
négociations
multilatérales
le 5 avril
VIRÉE AU PAYS PROFOND
◗ OULD KHELIFA :
“L’Algérie
possède une
grande majorité
d’hommes
et de femmes
intègres”
◗ BENSALAH :
“ Faire toute
la lumière
sur les
affaires de
corruption”
◗ DAHO
OULD KABLIA :
“Alger n’a pas été
informée d’un
éventuel décès
de Abou Zeïd et
de Belmokhtar”
CE MATIN A 9 H, A L’HOTEL HILTON
Rencontres B2B avec des entreprises italienne
L’ICE, Bureau pour
la promotion des
échanges de l’ambas-
sade d’Italie en collabo-
ration avec la chambre
de commerce de Bres-
cia – PRO BRIXIA, or-
ganise ce matin de 9 h à
17 h à l’hôtel Hilton,
des rencontres B2B
pour des entreprises ita-
liennes opérant dans di-
vers secteurs avec plus de 70 entreprises algériennes. L’objectif de
cette initiative est de créer de nouvelles opportunités commerciales
entre les entreprises des deux pays et en les élargissant à d’autres sec-
teurs d’activité.
EL MOUDJAHID 2
Mardi 5 Mars 2013
Mét éo
Sur les régions Nord, le temps sera générale-
ment voilé à nuageux avec quelques pluies en
cours de journée, devenant localement orageuses
et plus fréquentes à partir de l’après-midi, notam-
ment vers les Hauts-Plateaux de l’Ouest et du
Centre.
Les vents seront variables (20/40 km/h) sur
l’Ouest et le Centre et de secteur sud-est (30/50
km/h) vers l’Est.
La mer sera peu agitée.
Sur les régions Sud du pays, le temps sera
voilé à nuageux du sud-ouest vers la Saoura et le
Nord Sahara avec pluies locales en cours de jour-
née et soirée.
Ailleurs, ciel partiellement voilé.
Les vents seront de secteur ouest à sud-ouest
(30/50 km/h) atteignant parfois 60 km/h avec
soulèvement de sable locaux.
Températures (maximales-minimales) pré-
vues aujourd’hui :
Alger (20°-11°), Annaba (19°-12°), Béchar
(21°-8°), Biskra (26°-16°), Constantine (24°-
11°), Djanet (37°-18°), Djelfa (23°-11°), Ghar-
daïa (31°-15°), Oran (17°-10°), Sétif (17°-7°),
Tamanrasset (32°-15°), Tlemcen (18°-11°).
VOILÉ
AGENDA CULTUREL
DEMAIN A 15 H
AU PALAIS DE LA CUL-
TURE MOUFDI-ZAKARIA
Conférence de Afroun Mahrez
La bibliothèque du Palais de la culture
Moufdi-Zakaria abritera, demain à 15 h,
une conférence de l’auteur M. Afroun
Mahrez pour la présentation de son ou-
vrage intitulé  : «Fresque historique de
l’Algérie de Massinissa au 5 juillet 1962».
*******************************
DU 6 AU 18 MARS,
A LA GALERIE D’ARTS ASSELAH-HOCINE
Vernissage de l’exposition
de l’artiste Naïma Touabi
L’Etablissement arts et culture de la wilaya d’Alger organise un ver-
nissage de l’exposition de l’artiste peintre, Naïma Touabi, à compter du
6 au 18 mars à la Galerie d’arts Asselah-Hocine.
*******************************
JEUDI 7 MARS A 17 H, AU PALAIS
DE LA CULTURE MOUFDI-ZAKARIA
Vernissage de l’exposition « Palettes au féminin »
A l’occasion de la journée mondiale de la Femme, le Palais de la cul-
ture organise un vernissage de l’exposition collective «Palettes au fémi-
nin» des artistes-peintres Mejda Benchaabane, Samia Boumerdassi,
Nadia Cherrak, Meriem Kazout, Safia Meghnem et Fatiha Nait El Ho-
cine, suivi d’une présentation de l’ouvrage Patchwork des sens par
M
me
Samia Boumerdassi.
LE 9 MARS A 8H30 AU CENEAP
« Santé de la femme en Algérie »
Dans le cadre de la célébration de la journée de
la Femme, l’Association algérienne pour la pla-
nification familiale (AAPF) organise une confé-
rence-débat sur le thème : «Santé de la femme en
Algérie» et ce, le 9 mars à partir de 8 h 30 au siège
du CENEAP, 98, RN 1 - Birkhadem.
LUNDI 11 MARS, A 8 H 30
A L’HÔTEL HILTON
L’entreprise et les réseaux sociaux
Le Cercle d’Action et de Réflexion autour de l’Entreprise
(CARE) organise avec le soutien de la Fondation Friedrich-
Naumann, un petit-déjeuner débat ayant pour thème «L’en-
treprise et les réseaux sociaux» prévu lundi le 11 mars, à
8 h 30, à l’hôtel Hilton.
Benmeradi à Blida
Le ministre du Tourisme et de
l’Artisanat, M. Mohamed Benme-
radi, effectue ce matin à partir de
9 h, une visite de travail et d’ins-
pection des structures relevant de
son secteur dans la wilaya de
Blida.
************************
Ghlamallah à Oran
Le ministre des Affaires reli-
gieuses et du Wakf, M. Bouabdallah
Ghlamallah, effectue aujourd’hui une
visite dans la wilaya d’Oran où il pré-
sidera l’ouverture des travaux d’un
séminaire national sur les «Elites re-
ligieuses et défense de la patrie» à
11 h à l’université Senia d’Oran, et
dans l’après-midi à 16 h à la salle de
la mutuelle des travailleurs de l’éducation et de la culture
où il présidera la clôture des deux journées d’étude dans le
cadre de la 11
e
campagne du fonds de la Zakat.
DU 5 AU 8 MARS
A HASSI-MESSAOUD
3
e
Salon international
des fournisseurs de produits pétroliers
La 3
e
édition du Salon international Hassi-Messaoud des
fournisseurs de produits se déroulera du 5 au 8 mars. Ce
Salon professionnel international de quatre jours consacré
aux fournisseurs de produits et service en rapport avec l’ac-
tivité pétrolière et gazière comptent plus de 280 exposants
avec 25 pays participants, 20.000 visiteurs professionnels
clés dans le secteur des hydrocarbures, 8 conférences et 16
ateliers d’entreprise seront donnés pendant les 4 jours.
CE MATIN A 9 H
AU SIEGE
DU FCE
Dispositifs de
règlement des litiges
Le Forum des chefs d’en-
treprise organise ce matin à 9
heures, à son siège, 69 lotis-
sement Benhaddadi – Ché-
raga, un atelier de réflexion
sur «Les dispositifs privés de
règlement des litiges dans les
relations commerciales».
CE MATIN A 8 H 30 A L’APN
« Le rôle de la femme dans la sphère politique »
L’APN organise demain à partir de 8 h 30 une journée d’étude sur le
thème : «Dynamisation du rôle de la femme dans la sphère politique».
NEDJMA
7
e
édition du concours
«Média Star»
destiné aux journa-
listes professionnels
«Média Star» ré-
compense les meil-
leurs reportages,
enquêtes, articles de
fond (analyse, com-
mentaire, éditorial
et chronique), illustrations de presse (photos, ca-
ricatures et dessins), émissions d’information ra-
diophoniques et télévisuelles, qui traitent du
thème des Technologies de l’Information et de la
Communication (TIC), de la problématique liée à
leurs usages sociaux ainsi qu’à leur développe-
ment en Algérie.
Le concours est ouvert aux travaux publiés et
diffusés entre le 22 mai 2012 et le 14 mars 2013.
CE MATIN A 10 H, A L’HÔTEL EL
AZHAR - ORAN
Le suivi des activités de transport
L’UGCAA organise
une réunion régionale
des représentants des
transporteurs des wi-
layas de l’Ouest intitu-
lée : «Organisation du
suivi des activités de
transport de passagers
et de marchandises à
travers les routes et le
transport en taxi» qui
aura lieu ce matin à 10 h à l’hôtel El Azhar, au n° 70 de la
rue Benzerdjeb (Plateau) à Oran.
DEMAIN A 10 H,
AU FORUM CULTUREL D’EL MOUDJAHID
La nouvelle Génération du cinéma algérien
Le Forum Culturel d’El Moudjahid organise, demain, à 10 heures, une
conférence-débat sur la nouvelle Génération du cinéma algérien en présence
des cinéastes Said Mehdaoui, Mouenes Khemmar, Yanis Koussim, Yasmine
Chouikh et Anis Djaad.
Nation
EL MOUDJAHID 3
Mardi 5 Mars 2013
Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a
procédé à un mouvement dans le corps des walis, a indiqué hier,
un communiqué de la Présidence de la République.
Ce mouvement comporte :
Au titre des fins de fonctions : - Fehim Yahia, wali de Sidi
Bel Abbès, admis à faire valoir ses droits à la retraite. - Alaili
Maâmar, wali d’El Oued, appelé à exercer une autre fonction. -
Boubekeur Abderrahmane, wali de Saida, appelé à exercer une
autre fonction. - Semmoudi Salim, wali d’El-Bayadh, appelé à
exercer une autre fonction.
Au titre des mutations : - Bouguerra Ali, wali de Bouira,
est muté à la wilaya de Ouargla. - Meziane Said, wali de Ta-
manrasset, est muté à la wilaya de Saida. - Maskri Nacer, wali
de Ouargla, est muté à la wilaya de Bouira. - Khelfi Mohamed
Lïd, wali d’Illizi, est muté à la wilaya d’El-Bayadh. - Chater
Abdelhakim, wali de Tindouf, est muté à la wilaya de Taman-
rasset.
Au titre des nouvelles nominations : - Zergoune Slimane,
wali délégué de la circonscription administrative de Baraki est
désigné en qualité de wali de Tindouf. - Hattab Mohamed, se-
crétaire général de la wilaya d’Alger, est désigné en qualité de
wali de Sidi Bel Abbès. - Sendid Mohamed Mounib, directeur
d’études auprès du Premier ministre, est désigné en qualité de
wali d’El Oued. - Madhoui Ali, député à l’Assemblée populaire
nationale (APN), est désigné en qualité de wali d’Illizi.
Le Président Bouteflika procède
à un mouvement dans le corps des walis

La révision de la Constitution annoncée par le
Président de la République dans son discours à
la nation au mois d’avril 2011, aura bien lieu et
l’adoption de la nouvelle mouture de la loi fon damen-
tale interviendra par voie référendaire a affirmé, hier,
en marge de l’ouverture de la session de printemps du
conseil de la nation le Premier ministre M. Abdelmalek
Sellal qui n’a toutefois pas donné de date pour l’organi-
sation du référendum qui suivra bien entendu la discus-
sion du projet au sein du Parlement. Il n’y a donc aucun
doute à se faire sur l’engagement du Président de la Ré-
publique comme certains ont voulu l’insinuer en laissant
entendre que la promesse d’une révision de la Constitu-
tion avait tout l’air d’être renvoyée aux calendes
grecques. Le travail qui attend les institutions et tous les
acteurs qui auront à apporter leur contribution dans
l’élaboration du nouveau texte qui sera soumis au suf-
frage universel constituera l’étape de parachèvement
des réformes politiques annoncées par le Président de
la République dans son discours à la nation du mois
d’avril 2011, dans le but de renforcer la démocratie et
l’Etat de droit. Des réformes qui concernent plusieurs
domaines de la vie politique comme la loi sur les élec-
tions, la loi sur les partis politiques, la loi sur l’informa-
tion,la loi sur la participation de la femme au sein des
institutions, qui sont entrées dans le droit positif et dont
la mise en application a pu être constatée lors des deux
dernières consultations(élections législatives et locales).
Des rendez-vous qui ont constitué autant d’étapes ayant
contribué à consolider l’édifice de l’Etat de droit et de
la démocratie dans notre pays à la faveur de l’émer-
gence d’institutions légitimes et crédibles gage de stabi-
lité et de prospérité. Des succès qui ont été salués par la
communauté internationale notamment nos principaux
partenaires qui ont renouvelé à l’occasion leur volonté
de renforcer leur coopération avec l’Algérie dans les dif-
férents domaines aussi bien politiques (droits de
l’homme, etc.) qu’économiques. Le contenu des amen-
dements au texte actuel qui reflètera bien entendu les
choix faits dans certains domaines comme la répartition
des pouvoirs entre l’Exécutif et le législatif notamment
révélant par la même, s’il y a ou non une préférence
pour un présidentialisme fort ou au contraire une pré-
éminence du Parlement dans la distribution des pou-
voirs entre les institutions est de la plus haute
importance. La concertation déjà entamée avec les élus
des partis représentés au sein du Parlement dans le
cadre du travail préparatoire pour la confection du pro-
jet de révision de la Constitution est significatif de la vo-
lonté d’ouverture, de dialogue et de participation des
forces agissantes de la société, le Président de la Répu-
blique ayant expressément évoqué dans son discours à
la nation la mise à contribution des experts en droit
constitutionnel dans le cadre de cette révision de la loi
suprême. C’est dire que le débat sur un projet détermi-
nant pour l’avenir du pays s’avère des plus utile et le
bienvenu dans le contexte actuel d’une Algérie qui fait
face à de nombreux défis, les avis notamment des spé-
cialistes devant contribuer à éclairer l’opinion publique
qui aura à se prononcer sur le texte mais également sou-
haitons-le, à favoriser les bons choix, ceux en adéquation
avec les aspirations de notre peuple.
M. Brahim
Le couronnement d’un processus
SELLAL L’A ANNONCÉ, HIER, AU PARLEMENT
L'amendement de la Constitution aura lieu prochainement
L'
amendement de la
Constitution aura lieu
prochainement. C’est ce
qu’a affirmé hier le Premier minis-
tre, M. Abdelmalek Sellal, dans
une déclaration à la presse en
marge de l’ouverture de la session
de printemps du Parlement. Le
Premier ministre a annoncé que cet
amendement de la Loi fondamen-
tale qui «aura lieu prochainement»,
sera accompagné d’un débat au
Parlement. Le Premier ministre a
précisé que pour l’heure, «rien n'a
été décidé quant à la présentation
du projet lors de cette session ou
celle d'automne». Il ajoutera que
«ce sera annoncé en temps oppor-
tun». «Ce qui est sûr, le projet est
actuellement à l'étude», a ajouté M.
Sellal. De même qu’il a tenu à pré-
ciser que la révision constitution-
nelle «passera par voie
référendaire». Le Premier ministre
a ainsi affirmé que «Bien sûr qu'il
y aura un référendum pour la révi-
sion constitutionnelle». Il est à rap-
peler que le projet de la révision de
la Constitution est un engagement
que le président de la République
avait pris le 11 avril 2011. Dans
son discours adressé à la nation, il
avait annoncé «un programme de
réformes politiques, visant à ap-
profondir le processus démocra-
tique et à permettre aux citoyens de
contribuer davantage aux décisions
dont dépendent leur avenir et celui
de leurs enfants » dans cette op-
tique plusieurs projets de lois
avaient été élaborés sur la base
d’une large consultation politique
à laquelle ont été associés l’ensem-
ble des acteurs politique, écono-
miques, sociaux et représentants
des associations syndicales et du
mouvement associatif. A cette oc-
casion, le chef de l’Etat avait néan-
moins estimé nécessaire de procé-
der à une révision de la loi
fondamentale du pays. «Pour cou-
ronner cet édifice institutionnel vi-
sant à renforcer la démocratie, il
importe d'introduire les amende-
ments nécessaires à la Constitution
du pays» avait-il annoncé. il avait
aussi tenu à rappeler que les amen-
dements qu’il souhaitait introduire
reflétait une conviction et une vo-
lonté anciennes qu’il avait eu à ex-
primer à maintes reprises. De
même que le chef de l’Etat avait
précisé que cette révision qu’il se
promettait de faire «passera par la
création d'une commission consti-
tutionnelle, à laquelle participeront
les courants politiques agissants et
des experts en droit constitutionnel
». Ajoutant que cette commission
était appelée à lui faire des propo-
sitions dont avait-il promis, il
s’engageait à s'assurer «de la
conformité avec les valeurs fonda-
mentales de notre société, avant de
les soumettre à l'approbation du
Parlement ou à vos suffrages par la
voie référendaire». A savoir
qu’elles sont la nature des amende-
ments qui seront introduits à l’ac-
tuelle Constitution. Des chefs de
partis ont été reçus par le Premier
ministre en vue de les écouter et re-
cueillir leurs propositions sur la
question. Ainsi si certains préco-
nise deux mandats d’une durée de
sept ans non renouvelables, d’au-
tres pensent qu’il n’y a aucun mal
à ne pas limiter le nombre de man-
dats présidentiels dans la mesure
où le peuple aura à s’exprimer à
chaque fois pour élire le président
de la République.
Nadia Kerraz
Le prince
héritier
d’Abu Dhabi
en visite de
travail et de
fraternité
en Algérie
Le prince hériter d’Abu Dhabi,
commandant en chef adjoint
des forces armées de l’Etat des
Emirats arabes unis, Cheikh
Mohamed Ben Zayed Al Na-
hyane, effectuera aujourd’hui et
demain une visite de travail et
de fraternité en Algérie, a indi-
qué un communiqué de la pré-
sidence de la république. La
visite «sera une occasion pour
souligner la volonté des deux
pays de donner une impulsion
nouvelle aux relations bilaté-
rales et de consacrer la coordi-
nation et la concertation autour
des questions arabes, régionales
et internationales d’intérêt com-
mun», ajoute le communiqué.
«L’amendement de la Constitution aura lieu prochainement et fera l’objet
d’un référendum», a déclaré hier le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal,
à la presse, en marge de l’ouverture des travaux de la session de printemps
des deux Chambres du Parlement. Il a précisé qu’un débat sera ouvert, autour
de cette révision, au niveau du Parlement.
Il a toutefois souligné que «rien n’a été décidé quant à la présentation de
l’avant-projet lors de cette session ou celle d’automne». «Ce sera annoncé
en temps opportun», a-t-il dit. «Ce qui est sûr, le projet est actuellement à
l’étude», a ajouté M. Sellal. Par ailleurs, le Premier ministre a déclaré à la
presse que «la révision constitutionnelle est à l’ordre du jour et se fera dans
les tous prochains mois», précisant que «si le changement de la loi fonda-
mentale touche les équilibres du pouvoir» un référendum s’imposera.
M. Sellal a indiqué, à ce propos, avoir discuté de la révision de la consti-
tution avec les différents partis politiques siégeant au Parlement. «Leurs
avis (partis politiques) ont été remis à la Commission chargée de traiter le
projet au niveau du gouvernement», a-t-il dit. «C’est un travail initial», a-
t-il ajouté, sans donner plus de détail.
Salima Ettouahria
RÉVISION DE LA CONSTITUTION
Le projet est à l’étude
P
h

:

N
a
c
é
r
a
Nation
Mardi 5 Mars 2013
EL MOUDJAHID 4
D
ans son allocution d’inauguration de
la session de printemps, le président
l’Assemblée populaire nationale, M.
Mohamed Larbi Ould Khelifa, qui a donné un
aperçu sur les activités de l’Assemblée et sur
le programme de cette session riche en projets
de loi à débattre, a affirmé que l’Algérie pos-
sède une grande majorité d’hommes et de
femmes intègres dans différents postes de res-
ponsabilité qui veillent à préserver les fonds
publics, ajoutant que cela ne veut pas dire que
tous les Algériens sont infaillibles ou des dia-
bles corrompus, l’exception ne fait pas la
règle. Il a par ailleurs mis en évidence l’ac-
cent sur la nécessité de permettre à l’Etat avec
toutes ses institutions de faire face à de nom-
breux défis, évoquant la maîtrise de la gestion
et sa rationalisation ainsi que la lutte contre
la corruption et la dilapidation sous toutes ses
formes, autant de défis qui constituent des
exigences urgentes. M. Ould Khelifa a, en
outre, affirmé que le véritable défi consiste à
parachever les réformes dans un climat de sé-
curité, de stabilité et à un rythme accéléré de
développement, en prenant en charge les
préoccupations des citoyens et en faisant face
aux défis imposés par l’environnement géo-
politique marqué par une grande instabilité
qui encourage l’internationalisation du fait
de la menace terroriste au Sahel.
La session de printemps, déclarée ouverte
depuis hier, par les présidents des deux insti-
tutions législatives, s’inscrit dans la poursuite
de l’exécution de la dernière tranche du pro-
gramme national de développement écono-
mique et social et du parachèvement de
l’adaptation législative et réglementaire avec
des objectifs bien définis afin de doter le pays
des instruments juridiques et des mécanismes
d’action nécessaires au renforcement de la
rentabilité de l’outil de production en vue de
hâter la croissance économique et d’amélio-
rer le pouvoir d’achat des citoyens, comme
l’ont rappelé lors de leur allocution les prési-
dents des deux chambres. De nombreux
textes de lois sont annoncés lors de cette ses-
sion et concernent notamment le parachève-
ment de la législation des secteurs clés de la
vie nationale. Il s’agit en particulier de quatre
projets de loi déposés durant l’intersession,
avec, notamment le projet de loi relatif à l’or-
ganisation de la profession des avocats s’agis-
sant du secteur de la justice, du projet de loi
relatif aux conditions d’exercice de l’activité
commerciale pour le secteur du commerce,
du projet de loi relative à l’organisation et au
développement de la formation et des activi-
tés physiques et sportives ou encore du projet
de loi fixant les règles applicables aux activi-
tés de la poste, des télécommunications et
celles liées aux technologies de l’information
et de la communication.
A ces quatre textes de loi qui se trouvent au
niveau des commissions permanentes de
l’APN pour examen, sept autres avant-pro-
jets de loi, en élaboration, figurent dans
l’agenda de la session de printemps. Ils
concernent le secteur de la communication
avec le projet de loi relatif à l’audiovisuel, du
secteur des hydrocarbures et des mines avec
le texte de loi portant loi minière, de la justice
s’agissant du projet modifiant et complétant
le Code pénal et du projet de loi relative à
l’organisation des établissements péniten-
tiaires et l’insertion des détenus.
D’autres départements ministériels planchent
sur des avant-projets de loi qui sont suscepti-
bles de figurer à l’ordre du jour de cette ses-
sion, à l’exemple du ministère des Finances
qui planche sur l’avant-projet de loi modifiant
et complétant le code des douanes.
Cette session verra, comme à l’accoutumée,
le dépôt du projet de loi des finances complé-
mentaire pour 2013 dans l’éventualité de
nouveaux besoins nécessitant la répartition
des crédits des budgets sectoriels ou de nou-
velles orientations fixées au gouvernement en
matière de programmes et de projets priori-
taires à d’autres secteurs obligeant des re-
cours au budget de l’Etat, notamment, en
matière de santé, de logement, de travaux pu-
blics, ou d’énergie pour les régions du sud du
pays. L’agriculture, l’hydraulique, l’éduca-
tion, la formation professionnelle qui consti-
tueront des priorités pour le gouvernement,
peuvent bénéficier des concours financiers et
en conséquence, entraînent l’élaboration
d’une loi de finances complémentaire.
En matière d’activités parlementaires, les dé-
putés de l’APN entameront aujourd’hui,
mardi, une journée d’étude consacrée à la
commémoration de la journée mondiale de la
Femme autour de la marche dynamique du
parcours et du bilan de la seconde moitié de
la société dans l’acquisition de ses droits et
libertés.L’action parlementaire, qui se dessine
tout au long des cinq prochains mois de ce se-
mestre, sera également marquée par d’in-
tenses activités politiques sachant que les
groupes parlementaires siégeant au sein de
l’Assemblée ne manqueront pas d’initiatives
pour stimuler les activités des différentes
commissions permanentes et proposer des
thèmes d’étude et de débats.
Houria A.
M. OULD KHELIFA :
“L’Algérie possède une grande majorité d’hommes
et de femmes intègres”
M. BENSALAH :
“Faire toute la lumière
sur les affaires
de corruption”
D
ans son allocution d’ouverture, le président du
Conseil de la nation, M. Abdelkader Bensalah,
a précisé que le rôle du Parlement ne se limitait
pas à la représentation du peuple, dans la mesure où il
s’agit d’un espace d’action législatif et d’un cadre ju-
ridique pour exercer le contrôle sur l’action du gou-
vernement et de l’efficience de la mise en œuvre des
mécanismes et des outils que lui permet la Constitu-
tion. Et à ce titre, M. Bensalah a estimé nécessaire
d’engager une réflexion avec l’exécutif sur les moda-
lités d’évaluation de l’expérience menée en termes de
contrôle parlementaire pour améliorer le rendement
des deux pouvoirs. Le Conseil de la nation, qui vient
de renouveler la moitié de ses membres, entame sa
quatrième législature depuis sa création, en 1998, à la
faveur de la révision de la Constitution en 1996, contri-
buera à l’enrichissement la législation algérienne, en
apportant sa propre touche et les observations et autres
recommandations des sénateurs au cours de l’examen
de la série de textes de lois figurant à l’ordre du jour
de cette session. Ils serviront certainement de docu-
ments référentiels aux membres de l’exécutif dans la
mise en œuvre du plan d’action du gouvernement pour
l’application de la dernière tranche du programme
quinquennal 2010-2014. Sur un autre registre, M. Ab-
delkader Bensalah, a souligné l’importance d’investir
la justice de toute la confiance afin de lui permettre
d’accomplir son rôle dans le calme pour ce qui est des
affaires liées à la corruption récemment évoquées par
certains titres nationaux et étrangers. “Nous devons in-
vestir notre justice de toute la confiance (...) afin de lui
permettre d’accomplir son rôle dans le calme, loin de
tout préjugé qui pourrait influer sur son travail”, a in-
diqué M. Bensalah dans une allocution. Rappelant la
nécessité de “faire la lumière sur ces affaires”, il a ap-
pelé à éviter de tomber dans la surenchère politicienne
qui n’apporte rien de nouveau, estimant qu’‘‘elle ternit
bien au contraire, l’image de l’Algérie et passe sous
silence le travail colossal du pays dans les différents
domaines”. M. Bensalah a appelé d’autre part, à ne pas
faire de la rétention lors du prononcé des verdicts car,
a-t-il dit, “dans ce pays, il y a des milliers de cadres
qui fournissent de gros efforts”, soulignant l’impor-
tance de faire “la distinction entre les comportements
et la société concernée (Sonatrach) en sa qualité de
compagnie économique pionnière qui occupe une
place mondiale et contribue à la prospérité des enfants
de l’Algérie”. Par ailleurs un hommage appuyé a été
rendu à la mémoire de deux sénateurs et anciens
moudjahidine de la lutte de libération nationale, décé-
dés.
Houria A.
D
eux cérémonies ont marqué,
hier, l’ouverture solennelle
et officielle de la session de
printemps 2013 du Parlement dans
ses deux chambres, le Conseil de la
nation et l’Assemblée populaire na-
tionale, dont les travaux se sont dé-
roulés en présence de M.
Abdelkader Bensalah, président du
Conseil de la nation, M. Mohamed
Larbi Ould Khelifa, président de
l’APN et du Premier ministre, Ab-
delmalek Sellal, ainsi que les minis-
tres du gouvernement, la présidente
du Conseil d’Etat et le président de
la Cour suprême.
Les travaux d’ouverture de la ses-
sion de printemps 2013, comme de
tradition, ont débuté à l’Assemblée
populaire nationale avant de se
poursuivre au Conseil de la nation.
OUVERTURE, HIER, DE LA SESSION DE PRINTEMPS DU PARLEMENT
Plusieurs projets de loi au menu
« La stabilité du Sahel est très
importante pour l'Algérie »
Le président de l'Assemblée populaire nationale (APN), M. Mohamed Larbi Ould
Khelifa, a affirmé hier à Alger que la stabilité de la région du Sahel était "une question
très importante pour l'Algérie". "Les complications de la désintégration qui se sont
manifestées au Mali, telles que dans tous les pays déstabilisés, ont fait surgir la menace
sécuritaire et entraîné l'attaque effroyable contre la base gazière d'In Amenas" a indiqué
le président de la chambre basse du Parlement à l'ouverture de la session de printemps
du Parlement. "L'Armée nationale populaire, les forces sécurité et les cadres de la
plate-forme gazière ont déjoué cet attentat et nos braves héros ont pu sauver des in-
nocents parmi les Algériens et leurs partenaires étrangers", a ajouté M. Ould Khelifa.
Il a rappelé que l'Algérie œuvrait depuis longtemps à soutenir l'unité du Mali, à en-
courager le dialogue entre les parties qui condamnent le terrorisme et à aider ce pays
à développer aussi bien le Nord que le Sud.
RÉUNION SUR LA STRATÉGIE PARLEMENTAIRE DE LUTTE
CONTRE LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES
Une délégation parlementaire à New York
Une délégation parlementaire algérienne
prendra part à la réunion sur “La stratégie
parlementaire de lutte contre la violence faite
aux femmes et aux filles”, prévue aujourd’hui
à New York, par l’Union interparlementaire
(UIP) en collaboration avec l’Organisation
des Nations unies (ONU), a indiqué un com-
muniqué de l’Assemblée populaire nationale
(APN). La réunion se penchera sur les
“moyens d’associer les parlementaires à une
volonté politique véritable pour lutter contre
la violence faite aux femmes et aux filles” et
contre “la violence faite aux femmes activant
dans le domaine politique”, a précisé le com-
muniqué.
Selon la même source, la réunion se veut
une occasion “pour impliquer les parlemen-
taires, en vertu de leur activité parlementaire,
dans la lutte contre ce phénomène en colla-
boration avec les différentes organisations in-
ternationales qui activent dans ce domaine”.
L’Assemblée populaire nationale (APN) sera
représentée lors de cette rencontre, par la
vice-présidente, M
me
Fatiha Aouisset, et la dé-
putée Meftali Yamina.
H. A.
Nation
Mardi 5 Mars 2013
EL MOUDJAHID 5
EVENTUEL DÉCÈS DES TERRORISTES
ABU ZEID ET BELMOKHTAR
“L’Algérie n’a pas été informée”
Les autorités algé-
riennes “suivent au
quotidien la situation
des membres de la
communauté algérienne
établis en Syrie”, a dé-
claré hier le secrétaire
d’État chargé de la
Communauté nationale
à l’étranger, M. Belka-
cem Sahli. Dans une
déclaration à la presse
en marge de la séance
d’ouverture de la ses-
sion de printemps du
Parlement, M. Sahli a
affirmé que les autorités
algériennes “suivent au
quotidien la situation
des membres de la communauté algé-
rienne établis en Syrie en vue de leur prê-
ter l’aide nécessaire”. Évoquant la
situation des Algériens n’ayant pas pu
quitter la Syrie pour rejoindre l’Algérie,
M. Sahli a indiqué que “des aides finan-
cières leurs sont octroyées en coordination
avec l’ambassade d’Algérie dans la ré-
gion”. Concernant les Algériens qui sont
rentrés de Syrie, le secrétaire d’État a pré-
cisé que “des mesures ont été prises pour
les aider à reprendre le cours de leur vie
dans leur pays d’origine”. “Une cellule de
crise est systématiquement installée à
chaque fois qu’une crise éclate dans un
pays donné, dans le cadre du suivi de la
situation des membres de la communauté
algérienne établis dans ledit pays et pour
leur apporter toute l’aide nécessaire”, a
poursuivi M. Sahli. Il a affirmé, dans ce
contexte, que les autorités algériennes
“procèdent toujours, en coordination avec
les ambassades algériennes dans les pays
qui connaissent des crises ou des troubles
sécuritaires, à un suivi quotidien de la si-
tuation des membres de la communauté
algérienne établis dans ces pays”, ajoutant
qu”‘un tel suivi a été assuré au profit des
Algériens établis en Tunisie, en Égypte et
en Libye”. Concernant les Algériens éta-
blis au Mali, M. Sahli a précisé que leur
situation “est spécifique, étant donné qu’il
s’agit d’une communauté nomade”. Il a,
dans ce contexte, mis l’accent sur le rôle
des autorités algériennes qui apportent
toute l’aide et l’assistance nécessaires aux
réfugiés en provenance du Mali et leur
réunissent les conditions d’accueil au ni-
veau des régions frontalières.
SITUATION DE LA COMMUNAUTÉ
ALGÉRIENNE EN SYRIE
M. Belkacem Sahli :
Un suivi quotidien
L
e ministre de
l’Éducation na-
tionale, M. Ab-
delatif Baba Ahmed, a
démenti hier toute
éventualité de fuite de
sujets du baccalauréat
(session juin 2013),
comme cela a été rap-
porté par certains or-
ganes de presse. En
marge de l’ouverture
de la session de prin-
temps de l’Assemblée
populaire nationale
(APN), le ministre a
déclaré à la presse
qu’”il est absolument
impossible qu’il y ait
une fuite de ces sujets eu égard aux me-
sures draconiennes mises en œuvre dans
l’élaboration des sujets des examens de
fin d’année, et plus particulièrement
quand il s’agit de l’examen du baccalau-
réat”. Tout en s’interrogeant sur les rai-
sons qui entourent la circulation de telles
informations alors que l’année scolaire
n’en est qu’à son deuxième trimestre, le
ministre a exigé des auteurs de cette ru-
meur sur cette fuite, de présenter des
preuves.
Salima E.
FUITE DES SUJETS DU BACCALAURÉAT :
M. Abdelatif Baba Ahmed dément
M. Abdelmalek Sellal : “Le gouvernement
déterminé à accélérer le développement
de l’ensemble des régions du pays”
EN MARGE DE L’OUVERTURE DE LA SESSION DE PRINTEMPS DU PARLEMENT
L
e gouvernement est “dé-
terminé” à faire en sorte
que l’ensemble des ré-
gions du pays, particulièrement
celles du Sud et des Hauts Pla-
teaux, connaissent le même ni-
veau de développement que
celui du Nord, a affirmé lundi
à Alger, le Premier ministre, M.
Abdelmalek Sellal. “Nous
sommes déterminés au niveau
du gouvernement à faire en
sorte que l’ensemble des ré-
gions, particulièrement celles
des Hauts Plateaux et du Sud,
rejoignent le même niveau de
développement que celui du
Nord”, a déclaré M. Sellal à la
presse, en marge de l’ouverture
de la session de printemps de
l’Assemblée populaire natio-
nale (APN). “Beaucoup” de
cadres du Sud connaissent des
promotions, “et nous allons
continuer à le faire”, a-t-il, par
ailleurs, relevé. Le Premier mi-
nistre a indiqué que sa dernière
visite à Illizi, à l’occasion de la
célébration des festivités du
double anniversaire du 24 fé-
vrier (création de l’UGTA et la
nationalisation des hydrocar-
bures), a été une occasion pour
se réunir avec les autorités lo-
cales et les représentants de la
société civile, et débattre des
préoccupations de la population
locale. “J’avais fais un appel à
Illizi en direction de la jeunesse
de la wilaya pour participer
avec nous à ramener le calme et
la sérénité au niveau de cette ré-
gion, et je pense que cet appel a
été entendu”, a-t-il ajouté.
DÉCRET EXÉCUTIF RELATIF AUX INDEMNITÉS DES ÉLUS
M. Daho Ould Kablia :
Le texte est susceptible
d’ “améliorer leur situation”
L
e ministre de l’Intérieur et des
Collectivités locales, M. Daho
Ould Kablia, a affirmé hier, en
marge de l’ouverture de la session de
printemps de l’APN, que le décret exécu-
tif fixant les conditions de détachement
des élus locaux et les indemnités qui leur
sont allouées visait “l’amélioration de la
situation des élus”. Ce décret prend en
considération “le volume des communes
et des responsabilités”, et vise “l’amélio-
ration de la situation des élus selon les
responsabilités qui leur sont dévolues”, a
indiqué M. Ould Kablia dans une décla-
ration à la presse. Le Premier ministre,
M. Abdelmalek Sellal, a signé, en février
dernier, le décret exécutif fixant les
conditions de détachement des élus lo-
caux et les indemnités qui leur sont al-
louées. Ce décret vient en application des
dispositions de la loi 10-11 du 22 juin
2011 relative à la commune et de la loi
07-12 du 21 février 2012 sur la wilaya.
Les dispositions de ce décret prennent en
charge la question de la rémunération des
élus locaux dans le sens d’une améliora-
tion à la mesure de la responsabilité qui
leur est conférée par la loi, et ce grâce à la mise
en place d’un système de compensation adéquat
visant à mieux indemniser les élus qui participent
plus activement que d’autres à la gestion des col-
lectivités locales. Le système de rémunération
mis en place prend compte à la fois “la taille dé-
mographique de la commune et de la wilaya, la
référence à l’évolution des salaires dans la fonc-
tion publique et les spécificités propres aux col-
lectivités locales en termes de charge de travail,
de volume des responsabilités et de classement
suivant la zone géographique”. Les élus concer-
nés par ce décret sont : le président de l’Assem-
blée populaire de wilaya et ses adjoints, les
présidents des Commissions permanentes de
l’Assemblée populaire de wilaya, le président de
l’Assemblée populaire communale et ses ad-
joints, les délégués spéciaux communaux et les
présidents des Commissions permanentes de
l’Assemblée populaire communale. Les élus
“non permanisés” bénéficient d’une indemnité
mensuelle de représentation.
S. E. et APS
RÉUNION DU BUREAU DE L’APN
Trois projets de loi soumis aux
commissions permanentes compétentes
Le bureau de l’Assemblée populaire nationale (APN) a soumis hier, lors de sa
réunion présidée par M. Mohamed Larbi Ould Khelifa, président de l’APN, trois (3)
projets de loi aux commissions permanentes compétentes. Il s’agit du projet de loi
relatif aux conditions d’exercice des activités commerciales, du projet de loi relatif
à l’organisation et au développement de la formation et des activités physiques et
sportives, et du projet de loi fixant les règles applicables aux activités de la poste,
des télécommunications et à celles liées aux technologies de l’information et de la
communication, a précisé un communiqué de l’APN. Le bureau s’est, par la suite,
enquis des préparatifs en prévision de la tenue, mardi au siège de l’APN, de la jour-
née parlementaire sur “la dynamisation du rôle de la femme dans le domaine poli-
tique”. Il a également pris connaissance de la demande formulée par la commission
de la santé, des affaires sociales, du travail et de la formation professionnelle pour
l’organisation d’une journée d’étude sur le thème “La formation chez les jeunes :
réalité et perspectives”.
Interrogé sur des informa-
tions rapportées récemment
par des médias citant le prési-
dent tchadien Idriss Deby, fai-
sant état de la mort des deux
chefs d’AQMI, Abdelhamid
Abu Zeid et Mokhtar Bel-
mokhtar au Mali, le ministre
de l’Intérieur et des Collecti-
vités locales, M. Daho Ould
Kablia, a affirmé que l’Algé-
rie n’a jusqu’à présent été in-
formée “par aucun pays” du
décès des deux terroristes.
“Aucun pays ne nous a in-
formé du décès des terroristes
Abdelhamid Abu Zeid et
Mokhtar Belmokhtar”, a indi-
qué M. Ould Kablia. Récem-
ment, des rapports de presse
internationaux avaient évoqué
la mort d’Abdelhamid Abu
Zeid, l’un des chefs de l’orga-
nisation Al Qaeda au Ma-
ghreb islamique (AQMI), et
de Mokhtar Belmokhtar, sur-
nommé “le borgne”, chef de
l’organisation des “Moulatha-
mine”, dissidente d’AQMI.
La katiba des “signataires par
le sang”, affiliée à l’organisa-
tion des “Mulathamine”,
avait revendiqué l’attentat ter-
roriste perpétré en janvier der-
nier contre le complexe
gazier de Tiguentourine (wi-
laya d’Illizi) et qui a fait 37
morts parmi les otages.
S. E.
Nation
Mardi 5 Mars 2013
EL MOUDJAHID 6
REPUBLIQUE ALGÉRIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTÈRE DE LA DEFENSE NATIONALE
2
E
REGION MILITAIRE
El Moudjahid/Pub
ANEP 509277 du 05/03/2013
Avis d’appel d’offres national ouvert
N°38/2012/213
Le Ministère de la Défense Nationale lance un avis d’appel d’offres national ouvert en
vue de :
- TRAVAUX DE REFECTION EN TCE DES BLOCS ET VRD AU NIVEAU
DE SIDI ALI BOUZIDI - WILAYA DE SIDI BEL-ABBES
Les sociétés intéressées par le présent A.O.O. titulaires d’un certificat de qualification,
catégorie II et plus, spécialisées travaux TCE, peuvent se présenter à l’adresse suivante :
DIRECTION REGIONALE DES FINANCES
2
e
REGION MILITAIRE
BP N°08 TERRE 02 ECKMUHL - ORAN
pour retirer les cahiers des charges, contre paiement de la somme de 5.000,00 DA (cinq
mille dinars algériens).
Les personnes déléguées pour le retrait du cahier des charges doivent se munir :
- d’une copie légalisée d’une pièce d’identité en cours de validité ou procuration
notariée ;
- d’une lettre d’accréditation délivrée par le candidat à la soumission ;
- d’une copie légalisée du registre du commerce de la société ;
- d’une copie légalisée du bon de versement de la somme citée ci-dessus ;
- d’une copie légalisée du certificat de qualification et de classification
professionnelles (pour les entreprises de bâtiment et travaux publics), ou de l’agrément
(pour les bureaux d’études).
Les offres comprenant les pièces et documents exigés dans le cahier des charges devront
être scindées en deux (02) parties :
1- Une offre technique comprenant les documents requis par le cahier des charges;
2- Une offre financière commerciale comprenant les documents requis par le cahier des
charges.
Les offres (technique et financière), contenues dans deux (02) enveloppes distinctes,
doivent parvenir sous pli cacheté à l’adresse ci-après :
DIRECTION RÉGIONALE DES FINANCES
2
E
RÉGION MILITAIRE
BUREAU D’ADMINISTRATION DES CAHIERS DES CHARGES
BP Nº08 / TERRE 02 ECKMUHL - ORAN
L’enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra comporter que la mention
: Soumission à ne pas ouvrir
Avis d’Appel d’Offres National Ouvert
Nº38/2012/213
Les soumissions doivent être adressées ou déposées à l’adresse indiquée ci-dessus avant
le : La date limite de dépôt des offres fixée à TRENTE (30) jours à compter de la première
date de publication du présent avis au Bulletin officiel des marchés de l’opérateur public ou
dans les quotidiens nationaux.
La date d’ouverture des plis est fixée dans le cahier des charges.
Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée de 180 jours
à compter de la date limite de dépôt des offres.
APRÈS AVOIR ANNONCÉ UNE GRÈVE POUR
DES AUGMENTATIONS DE SALAIRE
Les travailleurs du quotidien
Liberté rejoignent leur poste
Annoncée pour la journée d’hier, la grève des travailleurs du quoti-
dien Liberté n’aura duré, en fait, que quelques heures.
Hier après-midi, tout le personnel du journal Liberté a rejoint son
poste de travail habituel, à l’issue d’une fructueuse séance de négocia-
tions ayant regroupé, dans la matinée, la direction du journal et la sec-
tion syndicale.
La section syndicale de Liberté a, pour rappel, annoncé une grève
de trois jours devant débuter, hier. Un communiqué, signé par le secré-
taire général de la section syndicale affiliée à l’UGTA, souligne
qu’après le dépôt d’une plateforme de revendications demandant l’ou-
verture de négociations avec la direction sur « les droits les plus élé-
mentaires », à savoir les salaires, la classification professionnelle et
l’installation du comité de participation, « inexistant depuis la création
du journal. » Dans ce communiqué, la section syndicale de Liberté écrit
qu’ « après plusieurs tentatives de régler le conflit par le dialogue, une
rencontre a été organisée pour se solder par un autre échec, car la di-
rection refuse toujours de s’engager sur quoi que ce soit.
« Malgré cela, deux assemblées générales ont été tenues », précise
la section syndicale, qui a fait savoir qu’un ultimatum de quinze jours
a été adressé à la direction le 6 février dernier. Il convient de souligner
enfin que le forum hebdomadaire « En toute liberté » a été annulé, hier,
à cause de la grève. La rencontre devait être animée par M. Abderrah-
mane Hadj Nacer, ancien gouverneur de la Banque d’Algérie.
Soraya G.
Depuis jeudi après-midi, la so-
ciété de production de lait Colaital
de Birkhadem est en grève, paraly-
sant ainsi la distribution de lait en
sachet dans la capitale et plusieurs
wilayas du centre, a indiqué M.
Fethi Messar, directeur général de
l'Office national interprofessionnel
du lait (ONIL).
Intervenant sur les ondes de la
Chaîne III, de la Radio nationale,
M. Messar a fait savoir que cette
grève est sortie de son cadre légal
puisque les revendications ne sont
plus d’ordre socioprofessionnel.
« Cette grève est la résultante
d’un conflit interne entre les syndi-
calistes qui se battent pour des
postes au sein de cette entreprise
publique », a-t-il encore expliqué.
Et d’ajouter que ce débrayage a été
jugé, avant-hier, illégal, par le tribu-
nal et que les forces publiques vont
intervenir pour la reprise de l'acti-
vité de cette usine qui produit plus
de 400.000 litres de lait/jour.
Entre temps et pour palier au
manque de lait qui commence à se
faire ressentir notamment dans la
capitale, l'ONIL en tant qu'office de
régulation, a pris toutes les disposi-
tions nécessaires pour assurer la
disponibilité de ce produit fort prisé
par les Algériens.
Dans ce sens, M. Messar, a an-
noncé qu'une production supplé-
mentaire de 400.000 litres de lait
par jour a été assurée par six autres
laiteries afin de couvrir les besoins
de la capitale notamment.
Les quantités de poudre de lait
destinées à la laiterie de Birkhadem
ont été déjà distribuées sur les 6 au-
tres laiteries qui interviennent dans
la capitale pour d'augmenter leur
production et assurer les 400.000 li-
tres de lait produites chaque jour
par colaital.
Il a, par ailleurs, expliqué que le
manque de lait en sachet remarqué
dans certaines communes de la ca-
pitale est dû à une perturbation de
la chaîne de distribution affectée par
ce mouvement de grève.
M. Messar a saisi l’occasion
pour évoquer les différentes actions
entreprises par l’Etat en vue de pro-
mouvoir la filière lait qui a bénéfi-
cié d’une aide directe des pouvoirs
publics de plus de 14,9 milliards de
dinars à 2012.
Il a, à ce sujet, rappelé la mise en
place de la politique du renouveau
rural qui a permis le développement
de la production nationale en ma-
tière de lait crû collecté qui est
passé de 190 millions de litres en
2009 à 750 millions de litres à fin
2012.
Le DG de l’ONIL a estimé nom-
bre de laiteries qui font de la col-
lecte à 154 début 2013 contre 88
entreprises en 2009.
Kamélia H.
POUR PALLIER LE MANQUE DE LAIT
DANS LA CAPITALE SUITE À LA GRÈVE
La direction de Colaital mobilise
six autres producteurs
U
ne protestation grandissante
qui fait mugir de colère les
occupants de l’école dans
une grève de la faim qui bouclait
son 9
e
jour. Le bras de fer est déci-
demment engagé entre les minis-
tères de tutelle, l’administration et
l’ensemble des étudiants dont il
faut rappeler qu’une dizaine d’en-
tre eux ont opté après le pourrisse-
ment de la situation pour une
solution dramatique pour alerter les
autorités sur les problèmes de leur
établissement. Comme dans tout
conflit arrivé au terme radical op-
posant deux parties en litige, il
nous a paru nécessaire de donner la
parole à chacun des deux pour ex-
poser les points de vue de chacun,
car peut-être qu’au bout du tunnel
une voix de dialogue mettant fin au
problème pourrait statuer et propo-
ser une solution définitive. Inter-
rogé sur la question un premier
étudiant d’allure malingre, mais
imperturbable sur son opinion nous
a répondu « C’est une grève qui a
été lancée depuis 2011, le pro-
blème aujourd’hui est que les deux
ministères de tutelle à savoir le mi-
nistère de la Culture s’occupant des
affaires administratives et celui de
l’Enseignement qui a en charge la
pédagogie ont toujours négligé cet
institut. Maintenant nous sommes
dans une crise et une impasse. Les
étudiants sont poursuivis en justice
or ce que nous demandons c’est
que les deux ministères prennent
leur responsabilités car bien avant
cette grève l’institut ne fonction-
nait pas puisque nous avons des
problèmes avec la gestion adminis-
trative, l’obtention des diplômes,
les professeurs et le matériel », dé-
clare-t-il. De fait la situation aux
dire d’autres étudiants perdure de-
puis deux ans au moment où l’épi-
neux différend a été soumis au
ministère de la Culture avec l’éla-
boration de trois ateliers de ré-
flexion comme problème de
l’équivalence des diplômes, l’amé-
lioration de la qualité de la forma-
tion, le manque critique de matériel
et l’atelier que la ministre de la
Culture a elle-même proposé en
2011 et qui concernait la vie cultu-
relle des étudiants au sein de l’éta-
blissement et les échanges avec
d’autres écoles de formations.
Cette première réunion s’est termi-
née sur une entente qui promettait
l’application de la plate-forme des
revendications telles que mention-
nées. « Cette grève n’est pas une
décision des étudiants, mais le pro-
cessus logique d’une situation qui
ne trouve pas de solution et de
cadre de concertation. Nous de-
mandons juste de travailler pour la
culture algérienne car nous aimons
notre pays et il ne faut pas oublier
que c’est le seul institut en Algérie
qui enseigne le cinéma. » L’avis du
directeur de l’institut semble aller
dans le même sens à savoir l’ur-
gence de sortir cette institution cul-
turelle du marasme dans lequel,
elle est empêtrée aujourd’hui. Sau-
ver l’ISMAS est aussi une priorité
du directeur Benmahdoub Abdela-
ziz alias l’écrivain Habib Ayyoub
qui nous a donné une série d’infor-
mations sur la vérité d’un conflit et
non une position ou un quelconque
parti pris : « J’ai été installé, il y a
un an le 19 janvier 2012 et je dois
vous dire que je ne connaissais pas
les antécédents de cet institut. J’ai
eut malgré tout le temps d’observer
les choses durant l’année écoulée
où j’ai noté pas mal de dysfonc-
tionnement, mais ce n’était que la
partie visible de l’iceberg. Il y avait
autre chose en fait », tient-il à sou-
ligner et de poursuivre : « Je savais
pertinemment que l’année du 50
e
anniversaire allait être celle du lan-
cement de films, de pièces de théâ-
tre et de télévisions privées. Je
voulais protéger mon encadrement
académique et professoral, j’en-
tends bien sûr les professionnels
qui travaillent ici. Ce que je crai-
gnais, c’est que les étudiants tailla-
bles et corvéables ne soient
pompés par ces télévisions. Au-
jourd’hui, l’institut ne sert unique-
ment pour la restauration et
l’hébergement des étudiants », af-
firme-t-il. En réalité après la ren-
trée scolaire les étudiants ont
devaient se présenter aux rattra-
pages, certains parmi eux n’ayant
obtenu une moyenne générale de 3
sur 20 et aux dire de notre interlo-
cuteur ces derniers considèrent
qu’ils sont à l’institut uniquement
pour travailler et non pour étudier.
Or selon lui, les étudiants doivent
fournir un minimum d’efforts et
devant le constat de l’absence des
étudiants, le directeur réunit un
conseil de discipline pour deman-
der qu’on rétablisse les présences
qui se font selon une fiche de cours
qui est remise par les professeurs.
Mais les étudiants ne l’entendent
pas de cette oreille et décide d’une
journée de protestation puis d’em-
pêcher le personnel administrative
de se présenter à leur poste. La mi-
nistre de la Culture a récemment
décidé de fermer les portes de
l’institut temporairement en atten-
dant une solution.
Lynda Graba
GRÈVE DE LA FAIM À L’ISMAS
DE BORDJ EL KIFFAN
De la lumière pour
y voir plus clair…
L’Institut supérieur des métiers, des arts du spectacle et de l’audiovisuel faisait grise mine hier.
Il fait surtout entendre parler de lui depuis quelque temps en faisant appel à l’opinion publique.
P
h
.

:

A
.

H
a
m
m
a
d
i
Publicité
Nation
Mardi 5 Mars 2013
EL MOUDJAHID
7
L’ASSOCIATION
TRIBUNE
CULTURELLE
AU SIÈGE DU
QUOTIDIEN ECHAÂB
Hymne à la
femme arabe
Le rôle de la femme arabe a été
hier, au centre des débats d’une
conférence organisée par l’associa-
tion tribune culturelle au siège du
quotidien Echaâb sur le thème « la
femme arabe entre hier et aujourd’hui
: réalités et défis ». Animée par Maî-
tre Fatma-Zohra Benbraham, en pré-
sence de M
me
Zhor Ounissi, ancienne
ministre, et Zahia Benarous, membre
du Sénat. Cette rencontre a regroupé
de jeunes de l’association ainsi que
des représentants de différents sec-
teurs.
L’accent a été mis sur le parcours
de la femme arabe et algérienne en
particulier « qui était présente en
force dans la lutte armée contre l’oc-
cupant », a notamment souligné M
e
Benbraham tout en rappelant que son
parcours historique est marqué par de
hauts faits d’armes et de bravoure.
Elle a indiqué à cet effet, que la
femme arabe est en train de franchir
aujourd’hui une étape majeure « hau-
tement significative », car après avoir
fait ses preuves dans les domaines
économique et technologique, elle a
investi tous les secteurs et réalisé des
acquis sociopolitiques.
Elle a indiqué que l’Algérie « a
réuni tous les moyens et pris toutes
les dispositions pour parachever le
processus de promotion de la femme
afin de lui permettre d’occuper la
place qui lui sied tant au plan poli-
tique qu’économique.» « La femme
qui a lutté aux côtés de l’homme sans
aucune discrimination a tracé son
chemin après 1962 pour sa participa-
tion active dans le développement du
pays », précise-t-elle.
La conférencière n’a pas omis de
rappeler les lois qui ont, de ce fait,
donné leurs fruits et qui se sont tra-
duites par l’augmentation de la parti-
cipation de la femme à la vie
politique avec 31,81% à l’APN, lors
des dernières élections législatives de
mai 2012. Tout en insistant sur
l’avancée enregistrée par la femme
algérienne par rapport aux femmes
arabes, M
e
Benbraham évoque les
différents programmes et méca-
nismes mis au point par l’Etat pour
faciliter l’accession de la femme à
l’entrepreneuriat et l’encourager au
travail, à la production et à l’investis-
sement dans tous les secteurs.
« Ces programmes ont donné des
résultats plus que remarquables au re-
gard du nombre de femmes entrepre-
neurs, industrielles et innovatrices
dans tous les domaines productifs et
avec une compétence avérée », a es-
timé la femme de loi.
Pour leur part, les autres partici-
pants à cette rencontre, n’ont pas
omis de mettre en exergue le rôle de
la femme, dans les sociétés arabes en
tant que mère, sœur, fille et femme de
militants de tous bords, et notamment
celles qui résistent au quotidien, font
face à toutes les forces d’oppression,
et paient le prix fort en sacrifiant ce
qu’elles ont de plus cher. Ceci d’au-
tant que nos sociétés, considérées
comme machistes, dominées par les
hommes et les traditions ancestrales,
ne permettent pas à ces femmes de
s’épanouir complètement. « C’est
donc un combat au quotidien,
qu’elles mènent, pour arracher leur
émancipation », ont tenu à signaler
les intervenantes. Aussi, c’est un
hommage tout particulier qui a été
rendu à toutes ces femmes qui n’ont
de cesse de s’affranchir des us et cou-
tumes qui ankylosent la société arabe,
à l’image des Saoudiennes et des
Emiraties, ceci sans oublier les Sy-
riennes, Palestiniennes, Bahreïnies,
Sahraouies, Tunisiennes, Egyp-
tiennes… et toutes ces femmes
arabes qui ont bravé et bravent tou-
jours, le danger et les tabous, au mé-
pris du qu’en dira-t-on, et souvent de
leur vie !
S. S.
«L
’Algérie a importé
pour près de 29 mil-
lions de dollars de
produits finis en 2012 », a déclaré
hier à Alger, le sous-directeur de la
régulation de la pharmacie au ni-
veau du ministère de la Santé, M.
Madjid Benmekhlouf, lors de la
tenue de la première rencontre « B-
to-B Brand India Pharma.»
Il faut dire que, comme il a été an-
noncé lors de cette rencontre, après
de nombreuses années de relations
bilatérales fortes sur le plan écono-
mique, le gouvernement indien à
travers Pharmexcil — Conseil in-
dien pour la promotion des exporta-
tions pharmaceutiques — a décidé
de renforcer son partenariat dans le
secteur en organisant cette première
rencontre. Plus de 40 entreprises in-
diennes pharmaceutiques ainsi que
de nombreux institutionnels y ont
pris part.
M. Benmekhlouf a expliqué que «
ce genre de rendez-vous, permet
des prises de contact entre les opé-
rateurs du secteur du médicament,
des deux pays dans le but de créer
des possibilités d’échanges d’expé-
rience et pourquoi pas, la signature
de partenariat.»
Et d’ajouter : « toutes les offres des
laboratoires qui sont intéressés par
le développement des molécules en
Algérie seront étudiées.» Il a estimé
que « l’investissement dans la bio-
technologie en partenariat avec les
groupes étrangers est l’une des prio-
rités du ministère de la Santé.»
En effet, l’Inde est considérée
comme « la Pharmacie du Monde »
en termes de médicaments géné-
riques, la part du marché indien en
Algérie est en constante augmenta-
tion.
Pour sa part, Son Excellence, M.
Kuldeep Singh Bhardwaj, ambassa-
deur de l'Inde en Algérie a déclaré
que « les opérateurs pharmaceu-
tiques sont prêts à investir en Algé-
rie, tout en respectant les lois
économiques en vigueur, notam-
ment celle relative à la répartition
des capitales entre investisseur
étranger et local (49-51).»
Pour appuyer ses dires, il a expliqué
que « l’Inde détient le savoir-faire
et l’expérience requis dans le do-
maine du médicament.»
En termes de chiffres, il a indiqué
que « l'industrie pharmaceutique de
notre pays évaluée à 28 milliards de
dollars, dont 13,3 milliards sont
destinés à l'export, est en croissance
constante.»
De son côté, le président de l’Union
nationale des opérateurs de la phar-
macie (UNOP), M. Abdelouahed
Kerrar a déclaré que « dans le cadre
de la diversification des sources
d'approvisionnement des matières
premières et des intrants rentrant
dans le cadre de la fabrication, cette
visite d'entreprises indiennes
conduite par Son Excellence l'am-
bassadeur d'Inde en Algérie est
utile.» Et d’ajouter : « cette rencon-
tre permettra aux producteurs algé-
riens d'élargir leur champ de pros-
pection d'approvisionnement en
matières premières et excipients et
permettra aussi aux entreprises in-
diennes de prendre connaissance du
cahier des charges des matières pre-
mières et des normes de qualité et
de pureté requis par le Laboratoire
National de Contrôle.»
Il a expliqué que « l'UNOP dont
plusieurs membres sont déjà expor-
tateurs souhaite que nos chancelle-
ries à l'étranger conduisent des
visites similaires pour promouvoir
la production nationale.»
En effet, plus de 440 entreprises in-
diennes ont été homologuées par le
FDA American - Food and Drug
Administration - et 2.300 brevets
ont été accordés aux fabricants in-
diens, répondant à la plupart des
normes de qualité internationales
telles que DEQM - Direction Euro-
péenne de la Qualité du Médica-
ment, MHRA - Medicines and
Health Regulatory Agency ou en-
core TGA - Therapeutic Goods Ad-
ministration ainsi que le contrôle
rigoureux de l'Etat, les produits
pharmaceutiques indiens sont distri-
bués dans plus de 200 pays sur les
cinq continents.
Avec sa forte production et un pôle
de Recherche & Développement
pointu, l'Inde est considérée comme
la pharmacie du monde en termes
de médicaments génériques. Paral-
lèlement, avec un vivier du médica-
ment qui explose, avec plus de 17%
de croissance en 2012, l'Algérie est
le premier marché pharmaceutique
du bassin méditerranéen.
Wassila Benhamed
COOPÉRATION ALGÉRO-INDIENNE DANS LE DOMAINE PHARMACEUTIQUE
Les opportunités du marché algérien
«L
a crise au Mali, en dépit
d’incontestables évolu-
tions, n’a pas encore connu
son dénouement. Son « internationali-
sation » a fait défaut et empêché le pro-
cessus des négociations d’aboutir au
résultat escompté. » Tel est le constat
établi, hier, par M. Kamel Rezzag-
Bara, conseiller auprès de la Prési-
dence de la République, lors d’un
séminaire tenu à l’Ecole nationale
supérieure de sciences politiques intit-
ulé « les dynamiques crisogènes au
Sahel ».
Selon lui, «  cette universalisation
du problème ne garantit ni « l’intégrité
territoriale et ethnique des Maliens ».
D’où la nécessité, suggère-t-il, de « ré-
duire le nombre d’intervenants ».
D’autre part, le Dr Rezzag-Bara a
mis en relief la « primauté du dialogue
et la solution politique », qu’il consid-
ère comme « l’unique issue de la
crise ».
Aggravée par « la solidarité des
groupes terroristes entre eux », la ten-
sion au Sahel, et en particulier, au nord-Mali, a
atteint son paroxysme. «  Depuis le début de
cette période de turbulences, les exigences des
terroristes ont augmenté d’un cran. Ce sont 150
millions de dollars qui leur ont été versés aux
fins de libérer les 15 personnes kidnappées »,
révèle-t-il.
L’Algérie qui a réitéré, à Genève, son appel
pour la pénalisation du paiement des rançons
qu’elle considère comme une manne financière
qui nourrit les activités criminelles des groupes
terroristes, « participe à la mise en place de lois
coercitives ». La situation au Sahel, dans ses
différents épisodes, a connu la « jonction entre
groupes terroristes et fomenteurs de troubles ».
Et M. Rezzag-Bara de faire part de l’existence
d’un million d’armes qui circulent dans une ré-
gion « devenue un transit des drogues, qui vien-
nent notamment du Maroc et de l’Amérique
latine».
« Frappés de plein fouet par un terrorisme
impitoyable, les pays du Sahel, ajoute M. Rez-
zag-Bara, ont été surpris par un épiphénomène
au grand danger  : le narco-terrorisme.» Il af-
firme que « 60 tonnes de drogue ont été intro-
duites dans le Sahel ». Pis encore, regrette le
conférencier, « cette zone s’est transformée en
un nouveau pôle pour des activités relevant du
crime organisé ». Pour éviter son «afghanisa-
tion», l’ONU compte mettre les mécanismes
adéquats. Plus loin, l’expert lie ces turbulences
à la guerre en Libye et l’intervention étrangère,
notamment celle des forces de l’OTAN, qui a
résulté d’une « inquiétante libre circulation des
armes ».
Et de souligner l’« enchevêtrement des mou-
vements revendicatifs et mouvements terro-
ristes, d’où la difficulté de savoir qui est qui.»
Ces éléments réunis ont fait apparaître « une
crise humanitaire et des dépassements multiples
du droit international ». Les rapports onusiens
ont précisé qu’« entre 15 à 18 millions de Sa-
héliens sont sous-alimentés et leur taux de mor-
talité figure parmi les plus élevés au monde.»
L’extrême pauvreté, poursuit M. Rezzag-Bara,
« a facilité la tâche aux terroristes pour embri-
gader des jeunes appâtés par les 5.000 euros
donnés à chacun d’eux.» M. Rezzag-Bara met
en garde contre trois dangers majeurs : « mili-
tarisation, ethnisation et destruction de la ré-
gion. De son côté, Benamar Bendjena, colonel
à la retraite, a qualifié l’intervention
militaire française sur le sol malien
d’« approche belliqueuse ». Ses re-
tombées sont nombreuses. Au plan
local, il s’agit, selon lui, du risque
d’une guerre civile qui plane sur le
Mali. L’envoi des troupes militaires
« supposé salvateur, devient un fac-
teur accélérateur de la désintégration
de l’unité nationale et territoriale du
Mali, plongé dans la spirale de l’insé-
curité pour une période difficile à dé-
terminer.» Quant à l’aspect
socio-économique, l’ancien officier
supérieur prévient contre l’aggrava-
tion de la pauvreté d’une part, et de
l’autre, contre le risque de présence
permanente des forces étrangères. A
plan régional, le Sahel « risque de de-
venir un théâtre pour la lutte anti-ter-
roriste.» Quant aux retombées sur la
sécurité nationale, M. Bendjena sou-
ligne que l’intervention près de nos
frontières sud « constitue une menace
avérée à l’instabilité et expose la sé-
curité nationale au risque, notamment
celui de l’obligation d’agir impliquant ainsi les
forces de l’ANP dans le conflit.»
Dans une communication intitulée « de la
crise à la confrontation armée au Mali », le co-
lonel Noureddine Amrani pose quant à lui, une
kyrielle de questions : le conflit malien ne se-
rait-il pas une prolongation de la guerre li-
byenne ? Qui mieux que la France pouvait avoir
une meilleure appréciation tactique sur le ter-
rain  ? Pourquoi les Français ont attendu six
mois pour demander d’intervenir ? Pourquoi la
France a préféré les armes, au dialogue ? Pour
les perspectives, le colonel Amrani estime que
« pendant un certain temps, l’unité et l’écono-
mie maliennes resteront très précaires.» Enfin,
il n’omettra pas d’évoquer le risque de « persis-
tance de la crise et l’éventuel déclenchement
d’une guerre civile ». Néanmoins, point trop
s’en faut, les experts réunis hier, ont estimé que
le ciel devrait « s’éclaircir au fur et à mesure »,
ceci partant du principe que les populations de
ces régions « ont trop souffert et n’aspirent qu’à
une chose désormais : un retour à la paix !» 
Fouad Irnatene
KAMEL REZZAG-BARA AU SÉMINAIRE
SUR LES DYNAMIQUES CRISOGÈNES AU SAHEL
“L’internationalisation de la crise malienne
empêche son dénouement”
P
h
.

:

N
e
s
r
i
n
e
Economie
EL MOUDJAHID 8
Mardi 5 Mars 2013
RÉÉVALUATIONS DES
PROGRAMMES DANS
LE SECTEUR DES
TRAVAUX PUBLICS
"Insignifiantes",
selon Ghoul
Le montant des réévaluations
des programmes dans le secteur
des Travaux publics est "insigni-
fiant" et s’affiche en baisse
continue d’année en année, a af-
firmé lundi à Alger, le ministre
du secteur, M. Amar Ghoul. "Les
réévaluations dans le secteur des
Travaux publics, comme dans
les autres secteurs d’ailleurs,
sont très faibles aujourd’hui par
rapport au passé, et elles sont en
train de régresser annuellement
(...) Nous n’avons aucun pro-
blème dans ce sens", a déclaré
M. Ghoul à l’APS, en marge de
l’ouverture de la session de prin-
temps du Conseil de la nation.
Mais lorsqu’on parle de rééva-
luations, il faut bien les distin-
guer des montant relatifs aux
programmes nouveaux ou com-
plémentaires, a fait remarquer
M. Ghoul. "On parle parfois de
réévaluations de programmes on
les confondant avec des restruc-
turations ou des programmes ad-
ditionnels ou nouveaux", a-t-il
souligné. Sur l’autoroute Est-
Ouest, par exemple, le montant
d’un milliard d’euros annoncé
comme le coût de réévaluation
de ce grand projet ne représente
en fait que le coût des pro-
grammes complémentaires an-
nexés à ce projet, selon le
ministre. "Le projet de cette au-
toroute n’a pas connu de rééva-
luation signifiantes, sauf que la
construction de routes ou d’auto-
routes supplémentaires pour as-
surer la liaison avec certaines
villes s’est avérée parfois indis-
pensable, ce qui a engendré des
coûts supplémentaires", a-t-il ex-
pliqué. Mais, "ce n’est pas une
réévaluation. Ce sont carrément
des programmes nouveaux", a-t-
il dit, assurant que l’enveloppe
budgétaire consacrée pour la
réalisation de ce mégaprojet, es-
timée à plus de 11 milliards de
dollars, "n’a pas été dépassée ou
révisée à ce jour". La Caisse na-
tionale d’équipement pour le dé-
veloppement (CNED) avait
précisé, la semaine dernière, que
les réévaluations de programmes
en Algérie étaient dues, en par-
tie, au manque de maturation des
études mais aussi aux travaux
supplémentaires qui sont sou-
vent intégrés aux grands projets.
À titre d’exemple, les études re-
latives à la sécurité ont été toutes
révisées pour remplacer la glis-
sière métallique, prévue initiale-
ment par une glissière en béton,
alors que des ponts, dont la réa-
lisation n’a pas été inscrite aupa-
ravant, ont été intégrés aux
projets pour faciliter la vie des
citoyens, a indiqué le directeur
général de la caisse, Farouk
Chiali.
La réévaluation de ce projet,
"très rentable sur le plan socio-
économique", même s’il ne l’est
pas sur le plan financier, selon
M. Chiali, est donc essentielle-
ment due aux travaux supplé-
mentaires, a-t-il conclu. Le
représentant du département des
Finances avait tenu à préciser, à
ce titre que la réévaluation des
projets "ne signifie en aucun cas
un relèvement des plafonds bud-
gétaires qui leur sont alloués".
Les 11 milliards de dollars "res-
teront donc inchangés", avait-il
insisté.
L
es récentes, comme les futures visites des
délégations étrangères institutionnelles ou
économiques, montrent pleinement que le
marché algérien reste attractif malgré un contexte,
le moins qu’on puisse dire, difficile, au plans ré-
gional (révolutions arabes) et international (crise
financière et économique). En effet, il faut dire que
la conjoncture économique actuelle pousse nombre
de pays et de partenaires à trouver des débouchés
extérieurs à leurs entreprises pour alimenter et re-
donner des couleurs à une croissance en rade, si ce
n’est en déclin.
Par ailleurs, l’effort d’investissement engagé
par le pays pour renforcer ses infrastructures et son
appareil de production constitue et nourrit de nom-
breuses opportunités pour définir et conduire des
partenariats gagnant-gagnant dans de nombreux
domaines, tels que le logement, les industries de
transformation, l’énergie, le secteur de la réalisa-
tion et dans bien d’autres branches d’activité. Par
ailleurs, même s’il ne faut pas sortir de Harvard
pour comprendre et admettre que le climat des af-
faires dispose de grandes marges de progression,
le marché algérien suscite un intérêt certain et
croissant pour les partenaires économiques tradi-
tionnels comme pour de nouveaux pays et acteurs
internationaux. Toute la question pour les acteurs
de ce partenariat sera de trouver la bonne formule
garantissant l’équilibre des intérêts et la pérennité
des flux de coopération et d’échanges. L’enjeu,
pour l’économie nationale, est de diversifier ses
structures de production et d’acquérir les techno-
logies lui permettant de réduire la dépendance aux
hydrocarbures. Il s’agit d’atteindre, à terme, une
relative intégration intra et intersectorielle.
Pour ce faire, notre économie est appelée à di-
versifier ses partenaires tant sur le plan géogra-
phique que sur la nature de ses partenariats, pour
valoriser le marché algérien.
Ce qui veut dire que l’atout de l’attractivité du
marché algérien doit être «joué» et utilisé dans le
cadre d’une vision stratégique claire et pertinente,
porteuse d’une perspective de croissance et d’ave-
nir pour le pays et les futures générations. L’expé-
rience des pays émergents et leur régulière, mais
puissante ascension dans les statistiques mondiales
de la production mondiale et des échanges interna-
tionaux, illustre bien comment leurs marchés res-
pectifs ont été optimisés et valorisé pour concevoir
et construire des coopérations et des partenariats
de qualité aux effets structurants et durables sur
leur croissance et leur développement national.
C’est là tout le secret des efforts de convergence
et de cohérence entre les intérêts nationaux et les
intérêts industriels, commerciaux et financiers des
partenaires ; le marché algérien et les perspectives
de son expansion nécessiteront encore des apports
pluriels de partenaires de qualité soucieux de
mener, avec les acteurs économiques nationaux,
des activités et projets s’inscrivant dans la durée.
C’est pourquoi il ne s’agit pas, pour l’économie
nationale — vous l’aurez compris — d’une seule
et simple intensification du rythme ou du volume
de ses échanges commerciaux avec partenaires an-
ciens et nouveaux, mais bien plus, car l’objectif
premier, en fait, est et restera de mettre en œuvre
et en place une architecture des intérêts communs
et réciproques à travers des flux soumis aussi bien
à des critères géoéconomiques qu’à des nécessités
géostratégiques au service d’une vision politique
régionale et internationale bien comprise par toutes
les parties concernées. C’est là aujourd’hui le ca-
hier de charges d’un partenariat durable et profita-
ble pour chacune des parties prenantes autour du
caractère captif du marché algérien qu’il faut ex-
ploiter, chacun avec ses atouts et ses contreparties.
Yacine Ould Moussa
ATTRACTIVITÉ DU MARCHÉ ALGÉRIEN
Un atout à exploiter
“U
n forum d’affaires algéro-catalan
se tiendra à Barcelone le 14 mars,
en collaboration avec l’Agence pu-
blique de support à l’entreprise catalane
ACCIO», a annoncé M. Rachid Reddaf,
conseiller Chargé de la communication à
l’Agence nationale d’intermédiation et de régu-
lation foncière.
S’exprimant hier lors d’une conférence de
presse organisée au niveau de l’Aniref, il a sou-
ligné que «ce forum d’affaires sera organisé
dans le cadre de la promotion des investisse-
ments en Algérie, notamment à travers la créa-
tion de partenariat avec des entreprises
étrangères».
S’agissant du nombre de participants à ce
rendez-vous, M. Rachid Reddaf a fait savoir
qu’une délégation algérienne représentant dif-
férentes institutions chargées de la promotion
de l’investissement en Algérie et des associa-
tions et organisations patronales seront pré-
sentes à ce forum. Tout en précisant que «plus
de 330 opérateurs prendront part à cet événe-
ment, dont 92 entreprises algériennes».
Selon lui, ce forum a pour objectif principal
d’examiner les opportunités d’investissements
et de partenariat en Algérie pour le compte des
entreprises catalanes, et de prospecter les oppor-
tunités d’affaires entre les entreprises des deux
pays à travers les multiples rencontres, telles
que l’organisation d’une session B to B. Celle-
ci, qui permettra aux promoteurs algériens de
rencontrer leurs homologues espagnols, est pré-
vue durant cet évènement.
En ce qui concerne les domaines des entre-
prises participantes, il a indiqué que les organi-
sateurs invités sont les hommes d’affaires
algériens opérant dans les secteurs du BTPH et
matériaux de construction, des équipements in-
dustriels, de la machinerie agricole, des équipe-
ments pour l’agroalimentaire, des équipements
électriques et électroniques.
Et de poursuivre que «lors de ce forum, nous
examinerons les possibilités de collaboration,
notamment dans le domaine de l’aménagement
de parcs industriels et de plateformes logis-
tiques». Avant d’ajouter que «la réalisation du
programme de 42 parcs industriels demandent
l’expérience des entreprise étrangers, dont les
Espagnols qui ont une grandes expérience en la
matière». En relevant que «lors de la tenue de
la rencontre d’affaire Algérie-Italie, samedi der-
nier, deux entreprises italiennes ont montré leur
volonté de participer dans la réalisation de ces
parcs industriels, dont l’appel d’offres a été
lancé récemment».
Makhlouf Ait Ziane
FORUM D’AFFAIRES ALGÉRO-CATALAN
330 entreprises attendues
ACCESSION DE L'ALGÉRIE À L'OMC
11
e
round des négociations
multilatérales le 5 avril
La 11
e
réunion formelle des négociations multilatérales pour l’accession de l’Algérie à l’Organisation mondiale du commerce (OMC)
se tiendra le 5 avril prochain à Genève, a indiqué hier à Alger le ministre du Commerce, Mustapha Benbada.
"C’
est officiel : le 11
e
round se tiendra le 5
avril prochain", a
déclaré M. Benbada à l’APS, en
marge de l’ouverture de la session de
printemps du Conseil de la nation.
Depuis son installation en 1995, le
groupe de travail chargé de l'acces-
sion de l'Algérie à l'OMC a tenu dix
réunions formelles et deux réunions
informelles, dont la dernière s'est dé-
roulée fin mars 2012. Ce groupe a
déjà examiné le régime du commerce
de l'Algérie. Son premier projet de
rapport a été élaboré en 2006 et a été
révisé en 2008. Le projet de rapport
révisé a été transmis à l'OMC en dé-
cembre dernier et sera distribué à
l'occasion de ce 11
e
round. La pro-
chaine réunion du groupe de travail
examinera, outre le projet de rapport
révisé, les réponses de l'Algérie aux
questions additionnelles des mem-
bres de l'organisation, ainsi que la
progression des mises en conformité
du régime du commerce algérien et
des négociations bilatérales sur les
consolidations tarifaires et les enga-
gements spécifiques sur le commerce
des services. Une vingtaine de projets
d'accords sont en cours de discussion.
"L'examen du régime du commerce
algérien se poursuit en ce qui
concerne le régime des licences d'im-
portation, les obstacles techniques au
commerce, la mise en œuvre des me-
sures sanitaires et phytosanitaires,
l'application des taxes intérieures, les
entreprises publiques et les privatisa-
tions, les subventions et certains as-
pects de protection des droits de
propriété intellectuelle qui touchent
au commerce", avait souligné le mi-
nistre. Une vingtaine de projets d'ac-
cords d'engagement sur les questions
systémiques sont en cours de discus-
sion, avait affirmé une source proche
du dossier. Sur le plan bilatéral, les
négociations se poursuivent avec 13
pays et des progressions notables ont
été enregistrées avec plus de la moitié
d'entre eux, avait ajouté la même
source. Six accords bilatéraux avec le
Venezuela, Cuba, la Suisse, le Brésil,
l'Uruguay et l'Argentine ont été déjà
finalisés. Une délégation d'experts al-
gériens s'était rendue les 17 et 18 dé-
cembre dernier à Washington pour
rencontrer des experts américains
dans le cadre des négociations avec
les États-Unis en vue de conclure un
accord bilatéral pour permettre à l'Al-
gérie d'accélérer son processus
d'adhésion à l'OMC. Les Américains
ont affiché une certaine disponibilité
à tenir une rencontre, à Alger ou à
Washington, pour négocier et essayer
d'aplanir certaines divergences, et
qu'il ne restait qu'à déterminer la date,
selon une source proche du dossier.
"Il y a une certaine compréhension de
la part des Américains de la situation
de l'Algérie", avait souligné la même
source. Une rencontre informelle
avec l'Union européenne pourrait
également intervenir avant la tenue
du 11
e
round des négociations multi-
latérales. "Notre partenaire européen
souhaite prendre connaissance de
notre dossier avant la réunion for-
melle, pour voir de quelle manière il
pourrait nous aider. Nous avons
adressé une correspondance à l'UE
pour marquer notre disponibilité à
tenir une réunion informelle. Nous at-
tendons toujours une réponse", a en-
core fait savoir le ministre.
Economie
EL MOUDJAHID 9
Mardi 5 Mars 2013
ENSEIGNEMENT DE LA LANGUE ANGLAISE EN ALGÉRIE
Le Royaume-Uni disposé à contribuer
à sa promotion
L
e ministre britannique pour
l'Afrique du Nord et le
Moyen-Orient, M. Alistair
Burt, a affirmé hier à Alger que son
pays était "disposé à contribuer à la
promotion de l'enseignement de la
langue anglaise en Algérie".
M. Burt a indiqué, dans une décla-
ration à l'APS à l'issue de sa visite à
l'école privée d'enseignement de la
langue anglaise en Algérie "Lingua-
phone", que l'Algérie avait besoin de
spécialistes de haut niveau pour ren-
forcer et promouvoir l'enseignement
de la langue anglaise. Il a souligné
également la disponibilité de son pays
à contribuer à l'amélioration du niveau
d'utilisation de cette langue et au dé-
veloppement de la performance du
centre culturel et de l'enseignement de
la langue anglaise relavant de l'ambas-
sade d'Angleterre à Alger (British
council).
Le ministre britannique qui est
également chargé de la lutte antiterro-
riste s'est félicité des relations "bonnes
et positives dans différents domaines"
liant l'Algérie et la Grande-Bretagne.
Il a estimé que sa rencontre dimanche
avec le Premier ministre, M. Abdel-
malek Sellal, avait permis de passer
en revue "plusieurs questions d'intérêt
commun, notamment celles ayant trait
aux relations bilatérales".
M. Burt a indiqué que ses entre-
tiens avec M. Sellal avaient permis
"un échange de vues sur les dévelop-
pement de la situation politique et sé-
curitaire dans la région", soulignant
qu'un "projet est en cours d'étude sur
l'établissement d'un nouveau partena-
riat stratégique de sécurité entre le
Royaume uni et l'Algérie en prévision
de la réunion de la commission bila-
térale créée dans cet objectif". Il a en
outre rappelé ses entretiens avec le
ministre délégué chargé des Affaires
maghrébines et africaines, M. Abdel-
kader Messahel, qui ont porté, a-t-il
précisé, sur la "nécessité de renforcer
la coopération bilatérale dans les do-
maines économique, commercial, po-
litique et sécuritaire entre les deux
pays".
M. Burt a exprimé, dans ce
contexte, "la solidarité de son pays
avec l'Algérie suite à l'attentat terro-
riste qui a visé récemment le site ga-
zier de Tiguentourine à In Amenas".
L'école "Linguaphone" a été créée en
2003 à Alger dans le but de contribuer
à l'amélioration du niveau de forma-
tion de la langue anglaise au profit de
professionnels, notamment des
hommes d'affaires.
Plusieurs annexes de cette école
sont déployées dans plusieurs wilayas
du pays.
M. ABDELKADER MESSAHEL
Les deux pays satisfaits
du niveau de leur
coopération bilatérale
Londres veut élargir sa coopération
aux énergies renouvelables
Le ministre britannique chargé du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord, M. Alistair
Burt, a affirmé hier à Alger que son pays allait élargir sa coopération énergétique avec
l'Algérie au développement des énergies renouvelables.
"L
e Royaume-Uni veut élar-
gir sa coopération énergé-
tique avec l'Algérie,
réservée jusque-là au domaine du gaz
et du pétrole, aux énergies renouvela-
bles", a déclaré M. Burt en marge d'un
forum algéro-britannique sur l'énergie
et l'environnement. Les travaux de ce
forum, le premier du genre entre les
deux pays, ont été ouverts par le mi-
nistre de l'Aménagement du territoire,
de l'Environnement et de la Ville, M.
Amara Benyounès.
Les Britanniques proposent leur
"grande expertise" dans le domaine
de la gestion des déchets, de l'effica-
cité énergétique et de l'énergie solaire
où se dégagent plusieurs opportunités,
a indiqué M. Burt. Ils comptent aussi
partager leur savoir-faire avec l'Algé-
rie dans le cadre du programme natio-
nal de développement des énergies
renouvelables, et ce "à travers un par-
tenariat basé sur un soutien mutuel".
M. Burt s'attend à plus de coopé-
ration entre les universités et les en-
treprises des deux pays pour réaliser
un transfert de technologie. L'aug-
mentation des prix et de la consom-
mation énergétique au niveau
mondial, ainsi que les effets liés au
changement climatique constituent
des défis "nécessitant des solutions
mondiales. Mais il s'agit aussi de défis
que nous devons relever au niveau
local", estime le ministre britannique.
"Trouver des solutions durables à
l'énergie mondiale. L'Algérie et le
Royaume-Uni doivent travailler en-
semble au niveau politique, institu-
tionnel, scientifique et commercial
pour trouver des solutions durables à
l'énergie mondiale et aux défis des
changements climatiques", a-t-il sou-
tenu. "Je pense que l'expérience algé-
rienne est un exemple du dilemme
mondial. La consommation domes-
tique de l'énergie ne cesse d'augmen-
ter (...), alors que l'investissement
dans les nouvelles sources énergé-
tiques n'a pas été aussi rapide que
nous l'aurions espéré", a souligné le
ministre britannique. Pour l'Algérie,
le choix d'aller vers les énergies moins
polluantes nécessite des moyens co-
lossaux et un transfert technologique
des pays industrialisés, selon M. Be-
nyounès. "Nous sommes prêts à aller
vers ces industries moins polluantes,
mais le problème qui se pose pour
nous, c'est le transfert de technologie
et le coût élevé de cette technologie",
a souligné pour sa part M. Benyounès.
Rappelant la responsabilité historique
des changements climatiques incom-
bée aux pays industrialisés, le ministre
a souligné que l'Algérie était un mem-
bre actif au niveau du G77 et participe
à la prise de décision au plan interna-
tional sur cette question. "Les concen-
trations entropiques de gaz à effet de
serre dans l'atmosphère se sont accu-
mulées avec l'industrialisation. De ce
point de vue, la responsabilité histo-
rique des pays industrialisés est un
fait. De même que le droit au dévelop-
pement des nations sous-développées
est un droit inaliénable, comme le
soulignent les résolutions de l'ONU",
a-t-il dit.
Mais sans un transfert de techno-
logies de pointe relatives à l'exploita-
tion de nouvelles sources de l'énergie
avec des rendements plus efficaces et
des coûts raisonnables, "les pays du
Sud ne peuvent ni assurer leur déve-
loppement ni contribuer à la réduction
des gaz à effet de serre", estime M.
Benyounès.
Au plan interne, l'Algérie, qui agit
déjà par une utilisation plus accrue
des sources d'énergies moins émet-
trices de ces gaz, a élaboré un pro-
gramme d'énergies renouvelables (so-
laire et éolien) pour faire évoluer son
mix énergétique.
Un programme de réalisation de
transports en commun urbain peu
émetteur de CO2 a été aussi lancé
dans toutes les grandes villes, alors
que des actions de sensibilisation sont
menées pour prendre en compte l'ef-
ficacité énergétique dans les nouvelles
constructions. "Tout ceci constitue des
investissements lourds qui témoignent
de notre engagement à assurer le bien-
être des populations et la préservation
des équilibres environnementaux", af-
firme M. Benyounès.
L'Algérie compte sur la coopéra-
tion internationale et le renforcement
des capacités nationales pour concré-
tiser ses objectifs liés au développe-
ment et au respect de l'environnement.
Le pays table sur une production
de 22.000 MW d'électricité d'origine
renouvelable d'ici à 2030, dont 10.000
MW pourraient être destinés à l'expor-
tation et 12.000 MW au marché natio-
nal.
La concrétisation de ces projets
permettra à l'horizon 2030 de produire
40% des besoins de l'Algérie en élec-
tricité à partir des énergies renouvela-
bles.
Synthèse RN
M. Sellal reçoit M. Alistair Burt
L
e Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, a reçu di-
manche à Alger, le ministre britannique chargé du
Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord, M. Alistair Burt,
en visite de travail en Algérie, indique un communiqué des ser-
vices du Premier ministre. La rencontre a été l'occasion de "pas-
ser en revue de nombreuses questions d'intérêt commun liées
aussi bien aux relations bilatérales qu'à l'actualité internatio-
nale", précise la même source. "Ainsi, après avoir évoqué la
coopération économique et le volet relatif au niveau et à la qua-
lité des échanges commerciaux, l'entretien a permis un échange
de vues sur l'évolution de la situation politique et sécuritaire
dans la région, notamment au Sahel". "En outre, le projet de
formation d'un nouveau partenariat stratégique de sécurité entre
le Royaume-Uni et l'Algérie a été examiné en perspective de la
tenue prochaine d'une réunion du comité bilatéral créé à cet
effet", note le communiqué. L'audience s'est déroulée en pré-
sence du ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et
africaines, M. Abdelkader Messahel.
L
e ministre délégué
chargé des Affaires ma-
ghrébines et africaines,
M. Abdelkader Messahel, a
souligné dimanche la satisfac-
tion de l'Algérie et de la
Grande-Bretagne du niveau
de leurs relations et des pas
"très positifs" réalisés dans le
cadre du renforcement de la
coopération bilatérale dans les
domaines économique et po-
litique. Au terme de ses entre-
tiens avec le ministre
britannique chargé du Moyen-
Orient et de l'Afrique du
Nord, M. Alistair Burt, M.
Messahel a indiqué avoir pro-
cédé à une évaluation "glo-
bale" des relations bilatérales,
se disant satisfait de ce qui a
été fait jusqu'à présent et des
pas "très positifs" réalisés en
matière de renforcement de la
coopération bilatérale sur les
plans économique et commer-
cial et de concertation poli-
tique entre les deux pays.
Il a également été question
d'examiner les relations entre
les deux pays dans le domaine
sécuritaire, selon le ministre
qui a rappelé l'accord conclu
entre les deux pays lors de la
visite du Premier Ministre bri-
tannique, M. David Came-
roun en Algérie, portant
création d'une commission
chargée des questions de sé-
curité et de lutte contre le ter-
rorisme.
La situation au Mali et
dans la région du Sahel était
aussi au menu des entretiens,
a affirmé le ministre, préci-
sant que les deux parties "ont
longuement discuté des dé-
marches à entreprendre pour
régler les problèmes de ce
pays frère et voisin". Dans ce
contexte, il a affirmé que les
deux parties ont évoqué les
démarches visant à résoudre
la crise politique au Mali, les
prochaines élections et le dia-
logue national consacré dans
la feuille de route malienne, et
qui, a-t-il dit, "intéresse tous
les concernés parmi les popu-
lations du nord qui refusent la
division du pays et rompent
avec le terrorisme et le crime
organisé". Cette approche tra-
duit "la position exprimée par
l'Algérie depuis quelques
mois, position partagée avec
le partenaire britannique", a
rappelé le ministre.
Concernant la lutte contre
le terrorisme, M. Messahel a
réitéré la position de l'Algérie
qui souligne que "la sécurité
dans la région est menacée
par le terrorisme et le crime
organisé, dont la lutte relève
de la responsabilité de tous les
pays membres de l'ONU".
"Dans cette optique, nous
avons discuté des prochaines
démarches, dont le remplace-
ment des forces de l'Afrique
de l'Ouest par les forces de
maintien de la paix de
l'ONU", a-t-il dit, relevant
une convergence de vues
entre les deux pays à ce sujet.
COOPÉRATION ALGÉRO-BRITANNIQUE
Régions
EL MOUDJAHID 10
Mardi 5 Mars 2013
El Moudjahid/Pub ANEP 510485 du 05/03/2013
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE
AVIS D'APPEL D'OFFRES NATIONAL OUVERT N° 151/2013/TA6
Le Ministère de la Défense nationale lance un avis d'appel d'offres national ouvert pour :
Acquisition de fournitures de bureau
Les entreprises intéressées par le présent avis d'appel d'offres peuvent se présenter à l'adresse ci-
après :
Ministère de la Défense Nationale
Les Tagarins - Alger
pour retirer le cahier des charges, contre versement de la somme de
5.000,00 DA (Cinq Mille Dinars Algériens), pour les sociétés de droit algérien et l'équivalent en
devises, pour les sociétés étrangères, au compte n° 19700335 ( RIB 00897001197000033507), ouvert
auprès de la Trésorerie centrale d'Alger.
Les personnes déléguées pour le retrait du cahier des charges doivent se munir :
- d'une copie légalisée d'une pièce d'identité en cours de validité ;
- d'une lettre d'accréditation, délivrée par le candidat à la soumission ;
- d'une copie légalisée du registre du commerce de la société ;
- d'une copie légalisée du certificat de classification et de qualification professionnelles (pour les
entreprises de bâtiment et travaux publics), ou de l'agrément (pour les bureaux d'études) ;
- de la copie originale du bon de versement de la somme due et du bordereau de change des
devises pour les entreprises étrangères.
Les offres comprenant les pièces et documents exigés dans le cahier des charges devront être
scindées en deux (02) parties :
1- une offre technique comprenant les documents requis par le cahier des charges ;
2- une offre financière commerciale comprenant les documents requis par le cahier des charges.
Les offres (technique et financière), contenues dans deux (02) enveloppes distinctes, doivent
parvenir sous pli cacheté à l'adresse ci-après :
Direction des Services Financiers
Bureau Administration des Cahiers des charges
Boîte Postale N°184 - Alger-Gare - Alger
L'enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra comporter que la mention :
"Soumission" à ne pas ouvrir
Avis d'Appel d’Offres National Ouvert
N° 151/2013/TA6
Les soumissions doivent être adressées ou déposées à l'adresse indiquée ci-dessus, avant le 18
avril 2013.
La date d'ouverture des plis est fixée dans le cahier des charges.
Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée égale à celle de
préparation des offres fixée dans le cahier des charges.
QUOTA DES 935
LOGEMENTS
À BORDJ BOU
ARRERIDJ
"La liste des
bénéficiaires
sera
corrigée"
La liste des bénéfi-
ciaires du quota des 935
logements publics loca-
tifs, affichée mardi der-
nier dans la commune de
Bordj Bou Arreridj, ne
sera pas annulée mais
corrigée, a indiqué le
wali, M. Azzedine Me-
cheri.
"La liste des bénéfi-
ciaires du quota des 935
logements publics loca-
tifs, affichée mardi der-
nier dans la commune de
Bordj Bou Arreridj, ne
sera pas annulée mais
juste corrigée", a déclaré
le wali qui animait di-
manche soir un point de
presse au siège de la wi-
laya. "Malgré le nombre
important de recours dé-
posés avec plus de 6.000,
la liste ne sera pas annu-
lée du fait qu’elle est fia-
ble à 80 ou 90 % et que
10 à 20 % seulement des
noms seront rayés", a t-il
précisé. M. Mecheri
a également indiqué que
la commission de recours
qu’il va présider lui-
même "sera renforcée par
des notables et des repré-
sentants de quartiers,
choisis par les citoyens,
pour donner encore plus
de transparence à l'étude
des recours".
Qualifiant cette dé-
marche de "démocratie
participative", le wali de
Bordj Bou Arreridj a sou-
ligné que "des sanctions
seront prises à l'encontre
de tout fonctionnaire
convaincu d’avoir parti-
cipé à mettre sur cette
liste des noms de per-
sonnes n’ouvrant pas
droit à un logement so-
cial". Rappelons que cette
liste de bénéficiaires de
logements sociaux avait
suscité, aussitôt après son
affichage, une importante
vague de protestation et
des manifestations de
mécontentement dans la
ville, conduisant le ser-
vice d’ordre à se dé-
ployer pour protéger les
édifices publics.
FORMATION PROFESSIONNELLE
4.618 stagiaires à la rentrée
de février
C
FPA-II, un centre flambant neuf
situé au pied du mont Doui et
s’étalant sur 18 000m
2
. Un en-
semble architectural aéré, avec ses ate-
liers, ses salles de cours et les annexes
composées de dortoirs et d’un réfectoire.
Ce centre, dirigé par M
me
Rahmani Ha-
kima, accueille ses tout premiers pen-
sionnaires. Vingt-six inscrits dans la
spécialité maintenance, froid et climati-
sation et une quarantaine inscrits dans le
cadre de l’apprentissage, spécialité cui-
sine de collectivités et secrétariat. Au ni-
veau des ateliers, des équipements
encore dans des cartons seront, pour
ainsi dire, inaugurés par les stagiaires,
souligne M. Omar Khadroun, directeur
de wilaya de la formation profession-
nelle. Un centre qui fera certainement le
plein à court terme au regard des spécia-
lités proposées. Au total, ce sont plus de
4.600 stagiaires recensés pour cette ren-
trée de février. Pour le responsable du
secteur, les prévisions ont été largement
dépassées, c’est dire l’engouement que
suscite la formation professionnelle dés-
ormais auprès des jeunes, le portail par
excellence vers le monde du travail au-
tant directement que dans le cadre de la
micro entreprise. Décomposé, le nombre
global donne 1.366 inscrits en formation
résidentielle, 2.100 apprentis, 484 ins-
crits dans les cours du soir, 136 dans le
cadre de la formation conventionnée et
522 femmes au foyer bénéficiant d’une
formation au niveau des structures dé-
centralisées, principalement en milieu
rural.
Le secteur de la formation profes-
sionnelle dispose d’une capacité globale
de formation de plus de 6.000 places pé-
dagogiques. Avec l’institut national spé-
cialisé de Khemis-Miliana et ses deux
annexes, 17 centres de formation profes-
sionnelle, trois annexes de CFPA et 12
annexes rurales complètent la carte du
secteur au niveau de la wilaya.
A. M. A.
Plusieurs disciplines ouvertes aux jeunes
pour la session de mars
L
a rentrée de la formation professionnelle pour
mars 2013 a été minutieusement préparée au ni-
veau des centres de formation professionnelle
de la wilaya de Bejaia. 30 établissements profession-
nels d’une capacité pédagogique de 7.200 places avec
1.160 lits pour internat et 2.720 places en demi-pen-
sion sont répartis à travers la wilaya. Ce secteur
compte actuellement 12.952 stagiaires. La capacité
d’accueil est de 25 centres de formation profession-
nelle (CFP), de 4 annexes en plus d’un institut national
alors qu’un projet de réalisation de trois instituts à Sidi
Aich, Souk El Tenine et El Kseur seront prochaine-
ment lancés ainsi que deux centres à Bordj Mira et
Ighil Ali. L’effectif d’encadrement se compose de 488
formateurs, dont 371 professeurs, 51 professeurs spé-
cialisés premier degré et 61 professeurs deuxième
degré avec grade master 2. Cet encadrement dispense
un enseignement pour 64 spécialités réparties entre 16
filières pour le cycle résidentiel et 61 spécialités pour
le cycle professionnel. Par ailleurs, le secteur de la for-
mation professionnelle à Bejaia a enregistré plusieurs
projets de réalisation à l’exemple de l’aménagement
et de la réhabilitation du CFPA garçons « Younès La-
kehal » à Bejaia dont les travaux ont atteint un taux
de 85% pour un montant financier de 80 millions de
dinars. De même que la réalisation et l’équipement de
5 nouvelles bibliothèques à Kherrata, Aokas, Akbou
et deux à Bejaia ainsi que 6 logements de fonction au
CFP garçons inscrits sur le programme de 42 loge-
ments pour le secteur. Ainsi, la formation et l’ensei-
gnement professionnels regroupent plusieurs activités
pour les jeunes garçons et filles ainsi que l’encadre-
ment pour 250 femmes au foyer en collaboration avec
la direction de l'action sociale (DAS) pour les cours
de cuisine, gâteaux, coiffure et couture.
M. Laouer
TOURISME
De nouveaux projets seront lancés cette année
D
es projets portant sur l’aménage-
ment de nouveaux sites à même
de favoriser le développement
du tourisme seront lancés cette année à
Tébessa dans l’optique d’améliorer l’at-
tractivité de cette région au riche poten-
tiel, a indiqué dimanche le directeur du
Tourisme et de l’Artisanat. Ces projets,
qui entrent dans le cadre d’une stratégie
locale arrêtée pour le court et le moyen
termes, portent sur la réalisation et
l’équipement, sur des terrains boisés, de
quatre campings et de deux aires de dé-
tente. Un montant de 130 millions de
dinars a été mobilisé pour cette opéra-
tion, a fait savoir le directeur du secteur,
M. Kamel Tighza. Les campings seront
aménagés sur une superficie totale de
8 ha, délimitée dans les localités de
Boukhadhra, Ferkane, Guestal et Saf-
saf, tandis que les aires de détente oc-
cuperont une superficie de près de 5 ha
près du mont Gaâgaâ, à El-Hammamet,
et du col de Bekkaria. Ces sites offrent,
selon le même responsable, de «réelles
possibilités pour développer l’écotou-
risme». M. Tighza a également fait état,
dans le même contexte, d’un projet de
restauration et de réhabilitation de la
station thermale de Sidi Yahia, dans la
localité d’El-Meridj, ainsi que la
construction, à proximité des trois
postes frontaliers de Bouchabka, de Ras
Layoun et d’El-Meridj, de kiosques
destinés à promouvoir le produit artisa-
nal local. Le secteur du tourisme sera
renforcé «d’ici à quelques mois» par
cinq nouvelles agences de tourisme et
de voyages, selon le même responsable
qui a rappelé que 7 agences activent ac-
tuellement dans la wilaya. En matière
d’hébergement, deux nouveaux établis-
sements hôteliers totalisant plus de 200
lits sont en voie de réception à Bekkaria
et à Bir El Ater, a encore indiqué le
directeur du tourisme.
ARCHÉOLOGIE
Une statuette antique en bronze récupérée
L
es éléments de la première Sûreté urbaine de Tébessa
viennent de récupérer à Oum El Bouaghi, dans le cadre
d’une procédure d’extension de la compétence
territoriale, une statuette en bronze datant de l’époque
romaine, a-t-on appris dimanche auprès de la Sûreté de
wilaya. Cette pièce de 5 kg et de 50 cm de haut, représentant
le Christ, et dont la valeur a été estimée à 20 millions de
dinars, devait être exportée frauduleusement vers l’Europe
via la Tunisie. Trois individus ont été arrêtés pour être
présentés devant le tribunal d’Oum El-Bouaghi aussitôt après
l’achèvement de l’enquête en cours, a précisé la même
source. Le vol et le trafic de pièces archéologiques a pris des
proportions alarmantes ces dernières années à Tébessa, mais
aussi dans plusieurs autres wilayas de l’Est du pays connues
pour renfermer des sites et des objets archéologiques de
première importance.
AIN DEFLA
BEJAIA
TEBESSA
Publicité
Monde
Mardi 5 Mars 2013
EL MOUDJAHID 11
POUR PROTÉGER LES CIVILS SAHRAOUIS
Le Conseil consultatif sahraoui appelle
l'Onu à une "intervention urgente”
◗ NUCLÉAIRE IRANIEN
L'AIEA demande à Téhéran
un accès sans délai
au site militaire de Parchin
Le chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique
(AIEA), Yukiya Amano, a demandé hier à l'Iran de four-
nir un accès rapide au site militaire de Parchin, près de
Téhéran. "Je demande de nouveau à l'Iran de fournir
sans autre délai un accès au site de Parchin, qu'un accord
soit atteint ou non sur une approche structurée", a dé-
claré M. Amano au conseil des gouverneurs de l'AIEA,
réuni à huis clos à Vienne.
◗ VIOLENCES EN EGYPTE
4 morts à Port-Saïd
Quatre personnes, dont deux policiers, ont été tuées dans
des violences à Port-Saïd dans le nord-est de l'Egypte, a
indiqué hier le ministère égyptien de l'Intérieur. Des in-
dividus ont tiré "de manière aléatoire" aux abords d'un
commissariat, tuant deux membres de la police anti-
émeutes. Deux hommes ont également été tués et plus
de 400 personnes blessées, précise le ministère.
◗ KOWEÏT
L'opposition réclame
des réformes politiques
L'opposition koweïtienne a annoncé la création d'une
large coalition et réclamé des réformes de fond dont la
reconnaissance des partis politiques dans cet émirat pé-
trolier du Golfe. La nouvelle alliance, baptisée la Coali-
tion de l'opposition, réunit presque tous les groupes
politiques, les syndicats, de jeunes militants et des orga-
nisations de la société civile.
◗ ÉLECTIONS GÉNÉRALES AU KENYA
14,3 millions d’électeurs aux
urnes sur fond de violence
C'est sur fond de violence et de morts que 33.000 bu-
reaux de vote ont ouvert hier à travers le Kenya pour
permettre aux 14,3 millions d'électeurs issus de 42 eth-
nies de choisir parmi huit candidats leur prochain prési-
dent de la République, outre les autres représentants
d'Etat.
◗ ATTENTAT À LA BOMBE
À KARACHI (PAKISTAN)
45 morts
Au moins 45 personnes ont été tuées hier dans un atten-
tat à la bombe survenu à Karachi dans le sud du Pakis-
tan, a annoncé la police dans un nouveau bilan. Cet
attentat est le plus meurtrier en plus de trois ans à Kara-
chi, poumon économique du Pakistan déjà miné par une
guerre des gangs et une vague d'assassinats sur fond de
rivalités politiques, ethniques et économiques com-
plexes.
◗ LIBYE
Tripoli condamne l'attaque
contre une église à Benghazi
Le ministère libyen des Affaires étrangères a "ferme-
ment condamné l'attaque jeudi dernier contre l'église
égyptienne à Benghazi, et l'agression du prêtre Paula
Isaac et son adjoint de la part d'éléments armés irrespon-
sables". Le gouvernement a formé une commission d'en-
quête regroupant les ministères de l'Intérieur, de la
Défense et de la Justice et a "pris les dispositions néces-
saires pour sécuriser l'église et ses occupants", a ajouté
un communiqué du ministère libyen.
SYRIE
Des dizaines de morts
PERSISTANTES DISSENSIONS ENTRE LES
PARTIES CONCERNÉES EN CENTRAFRIQUE
L'UA "préoccupée"
L'Union africaine (UA) s'est dite "préoccupée" par de persis-
tantes dissensions entre les parties concernées par les accords
politiques et de cessez-le-feu en République centrafricaine
(RCA), signés le 11 janvier dernier à Libreville au Gabon, in-
dique un communiqué de cette organisation panafricaine.
"Tout blocage dans la mise en œuvre des accords signés pour-
rait conduire à une nouvelle dégradation de la situation poli-
tique et sécuritaire en RCA", a averti l'organisation
panafricaine. L'UA "exhorte tous les acteurs concernés à faire
preuve de l'engagement et de la volonté politique qu'appelle
la situation, et encourage le gouvernement d'union nationale
à travailler au cantonnement des différentes forces en pré-
sence, ainsi qu'à la mise en œuvre du processus de désarme-
ment, de démobilisation et réintégration", poursuit le texte.
UN OFFICIER ISRAÉLIEN FOULE AU PIED LE SAINT CORAN
EN PLEINE ESPLANADE
La Ligue arabe condamne
L
e Conseil consultatif sahraoui a
appelé l'Onu, dans une lettre
adressée au secrétaire général des
Nations unies, M. Ban Ki-Moon, d'"inter-
venir en urgence" et à prendre les me-
sures nécessaires pour la libération de
tous les détenus politiques sahraouis qui
croupissent dans les geôles marocaines.
Composé des notables accrédités auprès
de l'Onu chargés de l'indentification des
électeurs participants au référendum d'au-
todétermination, le conseil a dénoncé les
peines injustes prononcées par un tribunal
militaire marocain à l'encontre des civils
sahraouis.
Le Conseil demande également à
l'Onu d'intervenir pour l'annulation des
peines prononcées à l'encontre le groupe
de Gdeim Izik, et la libération incondi-
tionnelle de tous les détenus politiques
sahraouis et de faire la lumière sur le sort
de plus de 651 personnes disparues", a in-
diqué dimanche l'Agence de presse sah-
raouie (SPS). Il a en outre exhorté l'ONU
à "assumer pleinement ses responsabili-
tés" en ce qui concerne la protection des
civils désarmés, mettant l'accent sur la né-
cessité de "mettre en place rapidement un
mécanisme efficace pour garantir la pro-
tection des droits de l'homme au Sahara
occidental". Le Conseil a rappelé dans sa
lettre que "plusieurs rapports élaborés par
des observateurs internationaux et des or-
ganisations compétentes ayant suivi les
étapes du procès, ont relevé que le procès
manquait totalement d'éléments fonda-
mentaux de la légalité et des conditions
d'un procès juste". Après avoir rappelé le
rapport de la commission de l'ONU sur
les droits de l'homme élaboré en 2006
dont la publication officielle a été entra-
vée par certaines parties, il a cité celui du
rapporteur spécial de l'Onu sur la torture,
présenté à l'occasion de la 22
e
session du
conseil des droits de l'homme qui vient
s'ajouter à des centaines d'autres docu-
ments pour confirmer la gravité de la vio-
lation par le Maroc des droits de l'homme
au Sahara occidental depuis son occupa-
tion le 31 octobre 1975".
Des dizaines de personnes ont été
tuées dans une offensive majeure
lundi des forces régulières sy-
riennes pour la reprise de quartiers
sous contrôle des rebelles dans la
ville de Homs, dans le centre de la
Syrie, selon l'Observatoire syrien
des droits de l'homme (OSDH).
"Il s'agit des combats les plus vio-
lents depuis des mois et il y a des
dizaines de morts et de blessés
parmi les assaillants", a affirmé
l'ONG. L'armée gouvernemen-
tale, épaulée par des miliciens
pro-régime les "Forces de défense
nationale", a attaqué le centre de
Homs où sont retranchés les re-
belles, notamment dans la Vieille
ville et les quartiers de Jourat al-
Chayah, Khaldiyé et Karabis.
C'est à Homs que le soulèvement
populaire contre le régime en
place, en mars 2011, dans le pays
a été le plus intense avant que l'ar-
mée ne reprenne le contrôle d'en-
viron 80% de l'agglomération.
Dimanche, les violences ont fait
près 90 morts — 40 rebelles, 36
soldats et 14 civils — à travers le
pays, selon un bilan de l'OSDH.
La Ligue arabe condamne
énergiquement le fait qu'un of-
ficier israélien foule au pied le
saint Coran et agresse des
femmes alors qu'elles appre-
naient le Coran en pleine es-
planade de la mosquée d'El
Aqsa (El Qods). Un officier is-
raélien a agressé dimanche un
groupe de femmes en train
d'apprendre le Coran sur l'Es-
planade de la mosquée d'El
Aqsa du côté de Bab El Ma-
ghariba, et foulé au pied le
saint Coran pour les forcer à
quitter les lieux, notamment
au niveau de cette porte réser-
vée par les autorités d'occupa-
tion au passage des colons et
aux touristes.
Dans une déclaration à la
presse, M. Mohamed Sbih, se-
crétaire général adjoint de la
Ligue arabe, a souligné que
"l'incident de dimanche, bien
qu'il soit dirigé contre le peu-
ple palestinien de manière gé-
nérale, et la population d'El
Qods en particulier qui défen-
dent avec courage El Aqsa, est
un message adressé aux Na-
tions arabes et islamiques",
mettant l'accent sur l'urgence
qu'il y a pour la Nation arabe
et islamique de répondre fer-
mement à la provocation is-
raélienne comme le font
actuellement les habitants d'El
Qods. M. Sbih a énuméré les
"nombreuses et graves" profa-
nations commises par les mi-
litaires israéliens dans les
lieux sacrés musulmans et
chrétiens, assurant que les ha-
bitants d'El Qods continueront
de défendre ces lieux et récla-
ment un soutien.
Brèves
Rencontre Abbas-Kerry
Les violations israéliennes à El Qods occupée, la colonisation, et la question des détenus palesti-
niens en grève de la faim devraient dominer les discussions d’hier à Ryadh entre le président pa-
lestinien Mahmoud Abbas et le secrétaire d'Etat américain John Kerry, en visite dans la région.
"Le président Abbas va exposer à la nouvelle administration américaine le point de vue palestinien
avant la visite de M. Obama dans la région", a déclaré l'ambassadeur de Palestine à Ryadh, Jamal
al-Choubaki. M. Abbas va, au cours de ce premier entretien avec M. Kerry, "souligner les violations
israéliennes à El Qods occupée et la poursuite de la colonisation, et soulever la question des détenus
palestiniens en grève de la faim" dans les prisons israéliennes, a-t-il ajouté, à la radio palestinienne.
Publicité
U
n livre de circonstance, diront les uns,
puisqu’il paraît au mois de mars, à l’occa-
sion de le fête internationale de la femme,
un livre essentiellement de compilation, diront les
autres, pour d’autres raisons. Il faut peut-être rele-
ver qu’il s’agit d’un beau livre, dont la maquette est
bien étudiée et les illustrations, sans être originales
n’en demeurent pas moins expressives. Toutefois,
l’essentiel réside très certainement dans le choix fait
par l’auteur cette fois-ci. Après ses deux premiers
ouvrages consacrés au parcours de deux monstres
sacrés de la chanson algérienne, Guerouabi et La-
mari en l’occurrence, Abdelkrim Tazaroute nous
offre une large rétrospective du champ lyrique na-
tional à travers le portrait qu’il dresse de vingt-trois
dames qui ont marqué notre histoire durant les cin-
quante dernières années. Oui, des dames dont le
parcours peut se ressembler dans les grandes lignes,
mais qui, en même temps, témoigne d’une force de
caractère extraordinaire quand on pense aux condi-
tions dans lesquelles elles ont fait leurs premiers pas
et exercé un métier qui se situait aux limites du
tabou, pour ne pas dire qu’il s’identifiait à une
transgression tant les lourdeurs sociologiques
étaient pesantes. Chanter était pour ces dames une
manière de s’affirmer, une manière de se rendre vi-
sible, une manière aussi d’accompagner les familles
algériennes, ou simplement tout un chacun, dans le
quotidien ou dans les grands moments de la vie, en
célébrant la joie de vivre d’un pays dont l’histoire
est multimillénaire, mais dont le potentiel est jeune
et dynamique et refuse de renoncer à son droit im-
prescriptible d’aller de l’avant, de composer et
d’écouter des poèmes, d’aimer et de rêver. A l’évi-
dence, le corpus retenu par l’auteur nous paraît
assez représentatif des genres musicaux qui traver-
sent la scène lyrique algérienne dans la mesure où
l’on trouve aussi bien les interprètes de la musique
traditionnelle que les interprètes des musiques mo-
dernes ou même «fusionnelles», des chanteuses de
toutes les régions de notre grand et beau pays. Le
choix bien que délicat n’en est pas moins judicieux,
le traitement intelligent et la date de sa sortie tout à
fait heureuse puisqu’elle coïncide avec la double
célébration de la journée du 8 Mars et du cinquan-
tenaire de l’indépendance nationale. Une belle ma-
nière de rendre hommage à la mémoire de ces
dames emblématiques d’une cause et d’une convic-
tion, courageuses, patriotes et talentueuses. C’est ce
qui n’a pas échappé du reste à la préfacière, Mme
Khalida Toumi, ministre de la Culture, qui observe
que «l’auteur a choisi de livrer cet ouvrage le 8
mars 2013 : tout un symbole ! J’allais dire tout un
programme ! Et oui ! Le 8 mars est la journée
consacrée aux bilans des luttes des femmes dans le
monde et en Algérie. C’est aussi la journée pour
dire leurs espoirs et donner de la voix à leurs com-
bats présents et futurs.»
Chérif Jalil
(+) Tazaroute (Abdelkrim) : Elles, des voix
algériennes - Préface de Khalida Toumi, éd.
Rafar, Alger, 2013, 124 pages. Warda el
Djazaïria, Cheikha Tetla, Fadéla Dziria, Seloua,
Nora, Nouara, Cherifa, Hnifa, Rimiti, Beggar
Hadda, Houria Aïchi, Nadia Benyoucef, Hassiba
Amrouche, Fella Ababsa, Nassima Chaabane,
Beihdja Rahal, Zoulikha, Zahouania, Souad
Massi, Cheikha Djenia, Hasna El Bacharia,
Chaba Yamina et Malika Domrane.
Culture
EL MOUDJAHID 15
Mardi 5 Mars 2013
Les plus belles voix de l’Algérie en livre
A l’évidence, le corpus retenu par l’auteur nous paraît assez représentatif des genres musicaux qui traversent la scène lyrique algérienne
dans la mesure où l’on trouve aussi bien les interprètes de la musique traditionnelle, que les interprètes de musiques modernes ou même
«fusionnelles », des chanteuses de toutes les régions de notre grand et beau pays.
INAUGURATION AU MAMA DE L’EXPOSITION
«LE CABINET DE CURIOSITÉS DE MAITRE B. S.»
Un voyage initiatique dans le monde des arts
U
ne importante et remarquable exposition
rassemblant des œuvres d’art et des
pièces précieuses, faisant partie de la
collection particulière de Salim Becha, se tient
depuis lundi dernier au Musée d’art moderne et
contemporain (MAMA) de la ville d’Alger.
L’inauguration par M
me
Khalida Toumi, minis-
tre de la Culture, d’un événement jusqu’ici iné-
dit dans son genre, et dont les visiteurs ne se
lasseront certainement pas d’admirer dans un
attirant jeu de lumières et de couleurs les objets
d’art de qualité et de valeur, disposés avec, on
le pressent, beaucoup de soin et une touche ar-
tistique qui cadre bien avec le décor dans des
niches. Les organisateurs — et à leur tête M.
Mohamed Djehiche, directeur du musée, de
cette exposition qui attire d’emblée le regard du
tout-venant auront, pour la réussite de cette mani-
festation culturelle, su mettre en valeur et en relief
cette collection qui comporte plus de 2.000 pièces
glanées çà et là lors des nombreux périples à l’étran-
ger de ce donateur algérien qui les conservait dans
son cabinet depuis une vingtaine d’années : «C’est
une exposition qui sort quelque peu du cadre du
musée. Si on l’a acceptée, c’est parce qu’elle pré-
sente un aspect particulier et qu’elle nous donne une
vision sur l’évolution des arts et des techniques
puisqu’il y a un peu ici de tou», nous dira le direc-
teur du MAMA en guise d’explication avant d’ajou-
ter à propos du titre : «Cabinet de curiosités, c’est
ainsi que l’on a surnommé cette exposition parce
que vraiment, elle obéit aux mêmes principes que
les cabinets des XVII
e
et XVIII
e
siècles, ceux qui
font partie de l’art de la renaissance dans une
époque où les amateurs occidentaux découvraient
les objets rares, de nouveaux modes, de nouvelles
façons de vivre.» Il faut sans doute rappeler ce que
l’on entendait autrefois par l’expression «cabinet de
curiosités». C’était, comme le mentionne M. Dje-
hiche dans son introduction, « le lieu où des objets
collectionnés, avec un certain goût pour l’hétéro-
clisme et l’inédit, étaient entreposés et exposés par
les aristocrates, les savants et les amateurs d’art. En
amassant les objets les plus bizarres, ces collection-
neurs avaient la sensation de pouvoir saisir, de sur-
prendre et de comprendre le processus de la création
du monde. Le visiteur peut, en effet, jeter un regard
circulaire sur l’ensemble des pièces exposées et
constater d’un étage à un autre qu’il a réellement
l’embarras du choix lorsqu’il contemple l’incroya-
ble éventail des objets de toutes catégories et genres
entre célèbres tableaux de peinture, miniatures, cal-
ligraphie, céramique, médaillons, masques, bronze,
bois, armes, poissons fossiles, pierres, industries li-
thiques, cuivres et manuscrits sur l’astronomie
arabe et livres saints du Coran, dont les feuilles sont
décorées d’or ou encore traitant de son exégèse par
un grand penseur, sans compter l’époque de l’âge
préhistorique auquel tous ces objets en très bon état
de conservation correspondent. A ce sujet, le di-
recteur du musée dira à propos de ce collection-
neur : «Maître Salim Becha a amassé toutes ces
pièces en fonction de ses goûts, des coups de
cœur qu’il avait. Dès qu’il trouvait un objet qui
lui plaisait même s’il ignorait ce que c’était,
c’était pour lui une pièce rare qui interpellait sa
curiosité. Donc, il l’acquérait en payant le prix,
juste pour son plaisir. Quand il se promenait
dans les villes du monde, sa passion était de
rendre visite aux brocanteurs et autres anti-
quaires. A un moment donné, sa collection a
pris une telle ampleur qu’il a décidé de l’offrir
au musée plutôt que de la garder chez lui.» Et
d’ajouter : «Cette importante donation sera par
la suite attribuée à tous les musées parce qu’il
n’y a pas mal d’objets qui relèvent de leur ty-
pologie et non du nôtre.» Pour notre collectionneur
qui a tenu à nous préciser humblement que son seul
mérite est d’avoir pu rassembler tous ces objets de
valeur et œuvres d’art, il a précisé qu’il a pendant
près d’une vingtaine d’années beaucoup voyagé
dans plusieurs pays du Moyen-Orient et particuliè-
rement en Suisse, France et Espagne : «J’ai pu ras-
sembler l’ensemble de ma collection à travers cette
exposition. Cela va de la peinture moderne aux an-
tiquités et jusqu’à l’époque sumérienne ; il y a aussi
des antiquités chinoises, phéniciennes et romaines.
Je m’adonne à cette passion depuis mon plus jeune
âge et aussi grâce aux instituteurs de l’école de Bis-
kra où j’ai grandi. Depuis ma deuxième année
moyenne, j’ai commencé à collectionner les pa-
pillons, puis en vieillissant, j’ai eu un peu plus de
moyens pour acheter ces pièces. J’ai pu retrouver
certains objets chez un antiquaire français à Mon-
treux, ainsi qu’un autre dans la ville de Paris et une
bonne partie dans les salles de vente à Genève.»
Lynda Graba
FESTIVAL ALGÉRO-
ESPAGNOL À ORAN
Hommage aux femmes
cinéastes
Un festival cinématographique algéro-
espagnol dédié aux femmes réalisatrices
se tient depuis dimanche dernier à la
Cinémathèque d'Oran avec douze longs-
métrages à l'affiche de cette manifestation
programmée jusqu'au 9 mars prochain.
Ces journées du 7
e
art, qui coïncident
également avec la célébration de la journée
mondiale de la Femme, sont organisées par
l'Institut culturel espagnol Cervantès
d'Oran en collaboration avec le Centre
algérien de la cinématographie (CAC,
Cinémathèque algérienne). Le public est
dans ce contexte convié à deux séances de
projection chaque après-midi, a indiqué la
direction de la Cinémathèque d'Oran en
signalant la présence de plusieurs
réalisatrices et comédiennes algériennes et
étrangères. Le ton de ce festival sera donné
avec Mel Watni, le premier long-métrage
de Fatima Belhadj qui sera accompagnée,
à cette occasion, de l'actrice Amel Himeur,
jouant un des principaux rôles dans ce film
aux côtés de Chafia Boudraa et Salah
Aougrout (Souilah). L'Institut Cervantès a
annoncé, pour sa part, la présence des
réalisatrices espagnoles Judith Colell,
Silvia Rey et Ana Palacios, ajoutant que
ces journées visent à promouvoir les
échanges culturels dans le cadre de la
coopération algéro-espagnole. L'Espagne
est le premier pays de l'Union européenne
à avoir signé un traité d'amitié, de bon
voisinage et de coopération avec l'Algérie,
paraphé par les deux parties le 8 octobre
2002, a rappelé M. David Alvarado,
directeur de l’Institut Cervantès.
NOUVELLE CRÉATION
DU THÉÂTRE
RÉGIONAL DE BATNA
El Moudniboun au
festival du théâtre
professionnel d’Alger
Une nouvelle pièce intitulée El
Moudniboun (les coupables), deuxième
création du Théâtre régional de Batna
(TRB) pour l’année 2013, est en phase
d'être finalisée, a indiqué dimanche dernier
le directeur de cette institution culturelle.
Cette nouvelle œuvre sera programmée au
Festival du théâtre professionnel qui se
tiendra prochainement à Alger, a souligné
M. Mohamed Yahiaoui. La pièce, écrite
par Ahmed Aggoun, s’articule autour de
cinq personnages qui avaient rendez-vous
avec un avocat désigné pour prendre leur
défense. Or, un sixième personnage allait
assister à l’entrevue pour être ensuite
assassiné par l’homme de loi qui sollicite
«le silence» de la part de ses clients. Peu à
peu, tous les personnages vont devenir
coupables dans cette pièce «noire»
tournant autour de l’absurde et s’appuyant
sur le texte, mais également sur la
scénographie, le décor et la musique, selon
son metteur en scène. Le Théâtre régional
de Batna a ouvert la saison par la pièce
Bouzenzel, mise en scène par Meryem
Alleg qui l’a présentée au 2
e
Festival
national du théâtre féminin, ouvert
vendredi dernier à Tizi Ouzou.
NOTES DE LECTURE
REPUBLIQUE ALGÉRIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE
2
E
REGION MILITAIRE
El Moudjahid/Pub
ANEP 509285 du 05/03/2013
Avis d’appel d’offres national ouvert
N°41/2012/213
Le Ministère de la Défense Nationale lance un avis d’appel d’offres national ouvert en
vue de :
- TRAVAUX DE REFECTION EN TCE DES BLOCS ET VRD AU NIVEAU
DE TELAGH - WILAYA DE SIDI BEL-ABBES
Les sociétés intéressées par le présent A.O.O. titulaires d’un certificat de qualification,
catégorie II et plus, spécialisées travaux TCE, peuvent se présenter à l’adresse suivante :
DIRECTION REGIONALE DES FINANCES
2
e
REGION MILITAIRE
BP N°08 TERRE 02 ECKMUHL - ORAN
pour retirer les cahiers des charges, contre paiement de la somme de 5.000,00 DA (cinq
mille dinars algériens).
Les personnes déléguées pour le retrait du cahier des charges doivent se munir :
- d’une copie légalisée d’une pièce d’identité en cours de validité ou procuration
notariée ;
- d’une lettre d’accréditation délivrée par le candidat à la soumission ;
- d’une copie légalisée du registre du commerce de la société ;
- d’une copie légalisée du bon de versement de la somme citée ci-dessus ;
- d’une copie légalisée du certificat de qualification et de classification
professionnelles (pour les entreprises de bâtiment et travaux publics), ou de l’agrément
(pour les bureaux d’études).
Les offres comprenant les pièces et documents exigés dans le cahier des charges devront
être scindées en deux (02) parties :
1- Une offre technique comprenant les documents requis par le cahier des charges;
2- Une offre financière commerciale comprenant les documents requis par le cahier des
charges.
Les offres (technique et financière), contenues dans deux (02) enveloppes distinctes,
doivent parvenir sous pli cacheté à l’adresse ci-après :
DIRECTION RÉGIONALE DES FINANCES
2
E
RÉGION MILITAIRE
BUREAU D’ADMINISTRATION DES CAHIERS DES CHARGES
BP Nº08 / TERRE 02 ECKMUHL - ORAN
L’enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra comporter que la
mention : Soumission à ne pas ouvrir
Avis d’Appel d’Offres National Ouvert
Nº41/2012/213
Les soumissions doivent être adressées ou déposées à l’adresse indiquée ci-dessus avant
le : La date limite de dépôt des offres fixée à TRENTE (30) jours à compter de la première
date de publication du présent avis au Bulletin officiel des marchés de l’opérateur public ou
dans les quotidiens nationaux.
La date d’ouverture des plis est fixée dans le cahier des charges.
Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée de 180 jours
à compter de la date limite de dépôt des offres.
P
h

:

T
.

R
o
u
a
b
a
h
Publicité
Société
17
Mardi 5 Mars 2013
16EL MOUDJAHID EL MOUDJAHID
L’enchantement recommencé
P
rologue : Tout commence en cette
après-midi hivernale ensoleillée à
l’aéroport international Houari
Boumediene lieu de regroupement collec-
tif de la délégation en partance vers
Constantine premier point de chute pré-
lude à un circuit touristique qui nous mè-
nera d’est en ouest ponctuée de haltes
dans des stations thermales notamment
celles de Hammam Guergour dans la wi-
laya de Sétif et Bouhanifia relevant de la
wilaya de Mascara. Avant le retour sur
Oran pour une autre virée au complexe
touristique les Andalouses et l’hôtel New
Beach juste à quelques encablures de ces
mêmes Andalouses et non moins sérieux
concurrent si l’on juge par la qualité des
prestations de os amis investisseurs tu-
nisiens au savoir-faire avéré soit dit en
passant et qui ont eu la main heureuse en
venant s’implanter ici en cette corniche
oranaise tout simplement éblouissante.
D’autant plus que le soleil radieux et la
brise marine caressant le bleu azur de la
mer n’en finissaient pas de séduire un re-
gard déjà conquis. Mais déroulons plutôt
tout cet itinéraire en quelques raccourcis
non moins révélateurs du bond qualitatif
identifié nonobstant certains aspects lacu-
naires tout au long de cette mémorable
virée en ce qu’elle aura marqué tous les
esprits et tout particulièrement ceux de
nos illustres hôtes littéralement subjugués
par cet enchantement recommencé.
Constantine du Vieux Rocher
et des 8 ponts suspendus
Rendons d’abord à l’hôtel Cirta ce qui
lui appartient : c’est le deuxième par l’an-
cienneté de sa construction après celui de
la paix à Oran. En dehors de toute image
d’Epinal forcément réductrice on ne sau-
rait décrire l’antique Cirta et son histoire
aussi tumultueuse que jonchée de hauts
faits sans évoquer ce fameux Vieux Ro-
cher et ses non moins fameux ponts sus-
pendus au nombre de huit au total en
attendant la réception définitive du hui-
tième, sous lesquels coule parfois indolent
parfois chantant ou grondant le Rhumel
ligne de démarcation naturelle entre les
deux rives abritant respectivement les
deux quartiers phare de la cité outre l’in-
contournable Casbah en restauration. No-
nobstant la fameuse statue de Michel
Constantin dont le nom rime forcément
avec Constantine. Comme quoi il suffit
parfois d’une petite voyelle pour tout se
remettre en mémoire… Mais que serait-
on donc Constantine sans ce Rhumel qui
en accentue la singularité et le cachet fort
pittoresque ? En tout cas traverser les
deux rives en un «historique» aller retour
à bord du téléphérique constitue un grand
moment d’émotion et une sublime décou-
verte. Car la cité est ainsi configurée
qu’elle ne saurait laisser indifférent tout
visiteur fut-il autochtone de transit ou tou-
riste étranger en quête forcément de sen-
sations fortes et de tout ce qui ne sent pas
le déjà vu et le déjà ressenti. Mais bon
l’essentiel est que nos illustres hôtes en
sont repartis la tête pleine de contrastes et
de panoramas fugaces certes au vu du sé-
jour éclair qui aurait donc mérité les pro-
longations. N’eut été les impératifs et
quelque part les impondérables du respect
scrupuleux du timing. Car il y a tellement
de choses à voir et découvrir n’est-ce pas
Michel Constantin entre autres, en cette
cité gorgée de curiosités et d’atouts plu-
riels qu’on aurait souhaité bien volontiers
jouer les prolongation. Impression au de-
meurant unanimement partagée y compris
et surtout par nos hôtes du jour plongés
dans le ravissement. D’autant plus que le
délégué régional de l’est le fort sympa-
thique et non moins véritable cheville ou-
vrière par toute sa disponibilité et son
énergie contagieuse, le sieur Mohamed-
Chérif Djebbari pour ne pas le nommer se
sera fort bien acquitté de sa mission de
guide éclairé fournissant aux uns et aux
autres heureux invités force explications
sur cette cité pas tout à fait comme les au-
tres… Et c’est non sans quelque goût
d’inachevé sinon de frustration que nous
quittons l’antique Cirta, son art culinaire,
son malouf, ses venelles et tout ce qui fait
l’identité d’une cité pour emprunter la
route sinueuse de Hamam Guergour dans
la wilaya de Sétif capitale des Hauts-pla-
teaux de l’Est encore couverts d’un blanc
manteau de neige et balayée par un vent
vivifiant.
Hammam Guergour station
thermale lovée au creux d’une vallée
Après une route en lacets faite de prai-
ries verdoyantes et de mamelons qui en
distinguent le relief escarpé sur fond de
monts enneigés, apparaît au loin la station
Hammam Guergour seconde halte de
cette randonnée au tracé pédagogique.
Accueil sobre mais très chaleureux
comme il le serra partout ailleurs au de-
meurant l’Algérien sachant y faire dans
ce domaine aussi important que les sites
en eux-mêmes sinon plus puisque la pre-
mière image de toute institution est ren-
voyée par le manager principal. Visite des
lieux dont une partie repeinte à la hâte et
sentant encore la peinture fraîche. Autant
le site est absolument magnifique autant
cette béatitude sera quelque peu altérée
par une bonne partie du matériel en proie
à la rouille en attendant, rassure le direc-
teur général Sahnoun Samain le choix im-
minent du bureau d’études retenu après
l’appel d’offres et donc le lancement des
travaux de restauration et d’extension.
Bien entendu et si l’on se réfère aux sta-
tistiques fournies par le gestionnaire prin-
cipal de l’établissement le taux de
fréquentation est appréciable» tout au
long de l’année avec des pics enregistrés
durant la bonne saison. Bref tout ceci
pour conclure que cette station présentera
certainement un tout autre visage une fois
son lifting achevé et l’impérieuse néces-
sité de se conformer aux normes mon-
diales régissant le management de pareils
établissements. Appelés nécessairement à
revoir leur copie pour plus d’efficacité et
son corollaire immédiat de rentabilité :
car tout investissement mérite sinon se
doit impérativement de se traduire sur le
terrain par un retour d’investissement.
Ceci est d’ailleurs si vrai qu’aujourd’hui
et au regard justement des fonds colos-
saux débloqués par l’état pour une mise à
niveau salutaire du secteur touristique que
les managers ne pourront plus invoquer la
seule excuse du manque de moyens pour
justifier l’injustifiable… Allez bye Ham-
mam Guergour et bonjour la capitale ral-
liée par route… Un bon sommeil
réparateur à l’Aurassi avec vue imprena-
ble sur la fameuse baie d’Alger que ne se
lassaient d’admirer nos hôtes et dont le
photographe se fera un plaisir jubilatoire
d’immortaliser par le crépitement inces-
sant des flashs. C’est que l’enjeu en valait
vraiment la chandelle…Et demain est une
autre destination.
La station thermale
de Bouhanifia
La capitale de l’Ouest toujours égale à
elle-même les quatre saisons durant, est
traversée en coup de vent avant d’y reve-
nir tantôt pour y passer la nuit en longeant
sa corniche déroulant ses douze kilomè-
tres de côtes après son extension. Nou-
veau point de chute la station thermale de
Bouhanifia dans la wilaya de Mascara
jadis si réputée pour la qualité de ses vi-
gnobles notamment outre l’épopée histo-
rique de l’émir Abdelkader dans sa
résistance à l’occupation française. Dans
le bus, les boutades vont bon train et nos
convives apprécient l’humour méditerra-
néen espace dont ils sont partie intégrante
à bien des égards. Pendant qu’un fond
musical varié met du baume au cœur, dé-
lasse et décompresse.
D’autant que les explications du guide
s’efforçant avec plus ou moins de bon-
heur de capter l’attention souffrent de
quelques contusions… Car n’est pas
guide qui veut mais qui peut... C’est au-
tour du délégué régional ouest Hamou
Belahcene de ses prénom et nom, avec sa
bonne bouille et sa faconde quasi atavique
de prendre le relais et venir par moments
à la rescousse du guide lorsque celui-ci
perdait pied malgré une volonté affichée
de bien faire.
Au loin les monts de l’Ouarsenis arbo-
rent leur neige éternelle. Là aussi le pay-
sage exhibe fièrement ses atouts pluriels.
Et il fait bon respirer goulûment toute la
pureté de l’air. Au demeurant la faim
commence à creuser les estomacs…
Hamam Bouhanifia vient d’être rallié
après une bonne heure de trajet sous
bonne escorte. Pieds à terre et accueil des
responsables simple mais toujours aussi
chaleureux. Une collation pour marquer
le coup et reprendre du poil de la bête
avant l’exposé classique sur l’état des
lieux et les perspectives. Grosso modo il
y a urgence signalée s’agissant de la vé-
tusté du matériel devant servir à la réédu-
cation et la remise en forme notamment.
Autre grief les lieux ne paraissent pas
jouir de cette nécessaire convivialité qui
invite à y séjourner et se retaper au mieux.
Un étape retapé et repeint à la va vite. Ce
qui n’échappe point à la sagacité des
hôtes. Tout comme l’aspect architectural
par endroits lugubre avec des espèces de
corridor mal éclairés. Mais promesse so-
lennelle est faite par Charef Houari le di-
recteur général et son encadrement corps
médical et administratif confondus que
«les choses iront nettement mieux sous
peu» c'est-à-dire une fois retenu le parte-
naire devant concrétiser la nouvelle confi-
guration du site. En attendant tout le
monde à table pour une hrira version lo-
cale aménagée et l’incontournable cous-
cous accompagné de viande locale
réputée fondant sous la bouche et appré-
ciée par tous les invités à sa juste saveur.
Tout comme le thé à la menthe qui s’en
viendra fort opportunément donner un
coup de pouce salutaire aux estomacs
repus. Un détail qui a son importance
pour conclure ; les collectivités locales
devraient s’impliquer davantage dans
l’hygiène de leurs domaines ou champ de
compétence respectifs car la commune où
est implantée cette station thermale offre
aux visiteurs un aspect déplorable. Dont
acte…
Retour à Wahran El-Bahia,
sa corniche et ses sites
Ici tout respire la plénitude et cette
sensation de bien-être qui s’incruste
jusqu’au tréfonds de l’âme. Et lorsque le
regard se promène sur les flots bleus azur
d’une mer sans rides on comprend mieux
alors pourquoi les Romains et les Turcs se
sont livrés une féroce bataille pour la
conquête de Wahran el-Bahia. De Santa
Cruz surplombant la baie d’Oran la vue
est imprenable : le vieil Oran et la nou-
velle ville finissent presque par se rencon-
trer. Mais le plus beau reste à venir en la
personne d’un guide pas tout à fait
comme les autres, standing ovation mille
fois méritée, Abdelhak Abdeslam. Arché-
type de l’Oranais par sa faconde, sa
gouaille, ses traits fins et réguliers, il aura
incontestablement été le clou de ces qua-
tre mémorables journées. C’est que ce
fraîchement converti pourtant au métier
de guide connaît Oran comme sa poche.
Et lorsqu’il en décrit et raconte son
histoire tumultueuse toute l’assistance est
subjuguée autant par son élocution que
par la maîtrise parfaite de son sujet. Vrai-
ment un guide digne du nom et qui mérite
un grand coup de chapeau pour nous avoir
fait aimer Oran encore plus…On com-
prend mieux d’ailleurs pourquoi les Espa-
gnols y sont restés pas moins de 300 ans
avant d’être délogés à leur tour par les
Turcs qui subiront ensuite le même sort
après 30 ans de règne sur la cité. Sur un
autre versant mais toujours sur la corniche
un complexe privé implanté ici récem-
ment et répondant à la douce appellation
de New Beach drivé de main de maître
par un duo de managers Tunisiens les ci-
devant Djamel Belazzoug et Kouki Saber,
aura marqué les esprits et rallié tous les
suffrages et pour cause ! La soirée offerte
en l’honneur des convives par les respon-
sables de ce coquet complexe serti de
thermes, autant sur le plan culinaire, la
qualité des prestations que l’animation
musicale confiée à un jeune groupe
«Atlas» aussi doué qu’éclectique, cette ul-
time soirée donc en joignant l’utile à
l’agréable n’est pas prés de déserter les
esprits conquis. Vraiment historique cette
soirée. Et quand la ressource humaine et
la nature jouent une partition commune
avec autant de complémentarité il ne nous
reste qu’une alternative ; un grand coup
de chapeau à tous pour ce haut degré de
professionnalisme…
Tourisme culturel
pour la fine bouche…
Rahmani Mohamed guide ayant roulé
sa bosse, le verbe haut et une voix qui
porte donne quelques repères sur les sites
historiques qui apparaissent déjà au loin
sur la route de Tipasa par temps clair.
Mais il ne fait pas que de l’histoire
puisqu’il parlera climat et micro climat
sans oublier les cultures sous serre lon-
geant le littoral. Histoire de surfer habile-
ment entre le passé et le présent. Quand
bien même la fatigue du long périple se
fait encore sentir. D’où par moments une
attention à peine polie…Mais une fois sur
sites et le tombeau de la Chrétienne et les
ruines romaines visitées au pas de charge
pour cause de timing exciteront et capte-
ront toute la curiosité des visiteurs. Pen-
dant qu’une bruine mouillait l’environ et
signait l’empreinte d’un automne finis-
sant. Allez après le plein les yeux de
bribes du passé retour à la ripaille et bom-
bance. Au menu poisson bleu et poisson
blanc. Autant les sardines grillées se lais-
saient manger au grand ravissement des
papilles gustatives autant le merlan frit, la
raie et les crustacés taquinaient les fins
palais. Bref comme dirait l’autre, le régal
fut fort honnête et rien ne manquait au
festin…
Ce n’est qu’un
au revoir mes frères…
Epilogue : Sur la route du retour vers
Alger le copieux repas de tantôt a fait ses
preuves : assoupissement général pour
cause d’estomacs assouvis. Malgré le thé
ou le café réputé pour ses vertus diges-
tives. Déjà la petite pointe de nostalgie
entame ses effets. Tandis que tout le
monde appréhende l’heure fatidique de la
séparation. Ô temps suspends ton vol et
vous heures propices suspendez votre
cours… C’est que de véritables liens
d’amitié se sont tissés durant ce séjour des
plus instructifs et fructueux. Comme si les
deux rives ne faisaient plus qu’une.
Comme si toutes les barrières supposées
ou réelles venaient de voler en éclats.
Nous ne sommes plus que des humains
bassement mortels et hautement
conscients qu’au-delà de toute considéra-
tion avouée ou larvée ne resteront au fond
dans l’oued que ses galets. Et lorsque
l’heure de la séparation a sonné même les
dieux du ciel comme pour partager notre
tristesse ont sorti leur artillerie lourde :
une véritable bourrasque soufflant subite-
ment sur l’aire de départ.
Mais qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il
tonne rien n’émiettera l’irremplaçable
chaleur humaine qui gomme et efface
d’instinct toutes les différences. Et en
terme de chaleur les méditerranéens en
connaissent plutôt un bout. Une seule
preuve ? Cet accueil collectif réservé à
nos invités de marque qui restera sans
doute gravé dans les mémoires respec-
tives. Et c’est là, la victoire du groupe, de
tout le groupe, retentissante s’il en est…
A. Z.
Reportage
Quel frais et immense plaisir de revisiter l’Algérie touristique. Surtout lorsque toutes les conditions sont réunies pour en
faire et une mémorable villégiature et un impérissable souvenir. Grâce bien sûr au nouveau train de mesures incitatives
prises au plus haut niveau et l’Onat promoteur attitré de cette historique virée au pays profond…
Reportage de Amar Zentar
Heu-reux !
Nos deux illustres hôtes respectivement
Patrick Abissat directeur général de Sélec-
tours et Alain Bernard responsable service
groupes outre, évidemment leur jovial et
non moins talentueux photographe qui
connaît bien la maison Algérie, soit dit en
passant, ont été «émerveillés et comblés et
par la qualité de l’accueil qui leur a été ré-
servé et par le haut degré de professionna-
lisme de tout l’encadrement véritablement
aux petits soins…». Et la réflexion participe
davantage de la sincérité et de l’intime
conviction que des usages purement proto-
colaires en vigueur en pareilles circons-
tances. C’est que durant tout leur séjour ils
auront été entourés de toute la sollicitude et
égards dus à leur rang et leur auguste per-
sonne. Ceci sans exagération ni forfanterie
aucune. Ils ne se priveront d’ailleurs point
de le clamer haut et fort chaque fois que
l’opportunité leur sera offerte. Et s’il fallait
vraiment une seule preuve fort probante de
leur satisfaction et de leur adhésion au fa-
meux accord de partenariat triangulaire ou
tripartite, ce document paraphé pratique-
ment la fleur aux dents…
A. Z.
Un encadrement
à la hauteur
Franchement et de l’avis unanime tout le
personnel dépêché par le ministère du Tou-
risme pour encadrer cet événement aura été
à la hauteur autant par sa compétence que
sa disponibilité de tous les instants. Car de
Said Boukhelifa, conseiller du ministre à
Mourad Selatnia DG de l’Onat en passant
par les délégués régionaux de l’Est et de
l’Ouest, l’attachée de presse la charmante et
enjouée Khadidja outre les représentants de
Air-Algérie, nonobstant le personnel d’exé-
cution, tous, absolument tous auront été à la
hauteur des missions respectives qui leur
auront été confiées. D’ailleurs on avait da-
vantage l’impression d’avoir à faire à une
équipe soudée et unie comme les doigts
d’une main tant chacun aura donné le meil-
leur de lui-même au service du collectif. Et
surtout de nos illustres hôtes rassurés, im-
pressionnés et conquis par cette disponibi-
lité de tous les instants. Bravo à tous…
A. Z.
Le groupe Atlas : du talent
à revendre…
Quelle bonne et excellente idée d’avoir
fait appel à cette formation musicale ora-
naise pour animer la dernière soirée à l’hô-
tel New Beach sis sur la corniche oranaise
pour rappel, pas loin du complexe les Anda-
louses pour mémoire. Car ce groupe au re-
gistre fort diversifié fait de ‘açri, malouf,
chaabi, rai, nonobstant des morceaux
connus tirés du répertoire universel, aura
littéralement subjugué et ravi une assis-
tance qui en a presque oublié le repas co-
pieux alliant savamment plats traditionnels
et usuels par ailleurs. Et durant deux
bonnes heures pratiquement le public aura
apprécié à sa juste valeur et ce jeune groupe
qui a plusieurs cordes à son arc et leur ca-
ractère fort éclectique. Franchement, c’est
ce qui s’appelle joindre l’utile à l’agréable…
A. Z.
VIRÉE AU PAYS PROFOND
Hammam Guergour Hammam Bouhanifia
Alger la Capitale
La ville d’Oran
Les ruine de Tipasa
La ville de Constantine
Société
17
Mardi 5 Mars 2013
16EL MOUDJAHID EL MOUDJAHID
L’enchantement recommencé
P
rologue : Tout commence en cette
après-midi hivernale ensoleillée à
l’aéroport international Houari
Boumediene lieu de regroupement collec-
tif de la délégation en partance vers
Constantine premier point de chute pré-
lude à un circuit touristique qui nous mè-
nera d’est en ouest ponctuée de haltes
dans des stations thermales notamment
celles de Hammam Guergour dans la wi-
laya de Sétif et Bouhanifia relevant de la
wilaya de Mascara. Avant le retour sur
Oran pour une autre virée au complexe
touristique les Andalouses et l’hôtel New
Beach juste à quelques encablures de ces
mêmes Andalouses et non moins sérieux
concurrent si l’on juge par la qualité des
prestations de os amis investisseurs tu-
nisiens au savoir-faire avéré soit dit en
passant et qui ont eu la main heureuse en
venant s’implanter ici en cette corniche
oranaise tout simplement éblouissante.
D’autant plus que le soleil radieux et la
brise marine caressant le bleu azur de la
mer n’en finissaient pas de séduire un re-
gard déjà conquis. Mais déroulons plutôt
tout cet itinéraire en quelques raccourcis
non moins révélateurs du bond qualitatif
identifié nonobstant certains aspects lacu-
naires tout au long de cette mémorable
virée en ce qu’elle aura marqué tous les
esprits et tout particulièrement ceux de
nos illustres hôtes littéralement subjugués
par cet enchantement recommencé.
Constantine du Vieux Rocher
et des 8 ponts suspendus
Rendons d’abord à l’hôtel Cirta ce qui
lui appartient : c’est le deuxième par l’an-
cienneté de sa construction après celui de
la paix à Oran. En dehors de toute image
d’Epinal forcément réductrice on ne sau-
rait décrire l’antique Cirta et son histoire
aussi tumultueuse que jonchée de hauts
faits sans évoquer ce fameux Vieux Ro-
cher et ses non moins fameux ponts sus-
pendus au nombre de huit au total en
attendant la réception définitive du hui-
tième, sous lesquels coule parfois indolent
parfois chantant ou grondant le Rhumel
ligne de démarcation naturelle entre les
deux rives abritant respectivement les
deux quartiers phare de la cité outre l’in-
contournable Casbah en restauration. No-
nobstant la fameuse statue de Michel
Constantin dont le nom rime forcément
avec Constantine. Comme quoi il suffit
parfois d’une petite voyelle pour tout se
remettre en mémoire… Mais que serait-
on donc Constantine sans ce Rhumel qui
en accentue la singularité et le cachet fort
pittoresque ? En tout cas traverser les
deux rives en un «historique» aller retour
à bord du téléphérique constitue un grand
moment d’émotion et une sublime décou-
verte. Car la cité est ainsi configurée
qu’elle ne saurait laisser indifférent tout
visiteur fut-il autochtone de transit ou tou-
riste étranger en quête forcément de sen-
sations fortes et de tout ce qui ne sent pas
le déjà vu et le déjà ressenti. Mais bon
l’essentiel est que nos illustres hôtes en
sont repartis la tête pleine de contrastes et
de panoramas fugaces certes au vu du sé-
jour éclair qui aurait donc mérité les pro-
longations. N’eut été les impératifs et
quelque part les impondérables du respect
scrupuleux du timing. Car il y a tellement
de choses à voir et découvrir n’est-ce pas
Michel Constantin entre autres, en cette
cité gorgée de curiosités et d’atouts plu-
riels qu’on aurait souhaité bien volontiers
jouer les prolongation. Impression au de-
meurant unanimement partagée y compris
et surtout par nos hôtes du jour plongés
dans le ravissement. D’autant plus que le
délégué régional de l’est le fort sympa-
thique et non moins véritable cheville ou-
vrière par toute sa disponibilité et son
énergie contagieuse, le sieur Mohamed-
Chérif Djebbari pour ne pas le nommer se
sera fort bien acquitté de sa mission de
guide éclairé fournissant aux uns et aux
autres heureux invités force explications
sur cette cité pas tout à fait comme les au-
tres… Et c’est non sans quelque goût
d’inachevé sinon de frustration que nous
quittons l’antique Cirta, son art culinaire,
son malouf, ses venelles et tout ce qui fait
l’identité d’une cité pour emprunter la
route sinueuse de Hamam Guergour dans
la wilaya de Sétif capitale des Hauts-pla-
teaux de l’Est encore couverts d’un blanc
manteau de neige et balayée par un vent
vivifiant.
Hammam Guergour station
thermale lovée au creux d’une vallée
Après une route en lacets faite de prai-
ries verdoyantes et de mamelons qui en
distinguent le relief escarpé sur fond de
monts enneigés, apparaît au loin la station
Hammam Guergour seconde halte de
cette randonnée au tracé pédagogique.
Accueil sobre mais très chaleureux
comme il le serra partout ailleurs au de-
meurant l’Algérien sachant y faire dans
ce domaine aussi important que les sites
en eux-mêmes sinon plus puisque la pre-
mière image de toute institution est ren-
voyée par le manager principal. Visite des
lieux dont une partie repeinte à la hâte et
sentant encore la peinture fraîche. Autant
le site est absolument magnifique autant
cette béatitude sera quelque peu altérée
par une bonne partie du matériel en proie
à la rouille en attendant, rassure le direc-
teur général Sahnoun Samain le choix im-
minent du bureau d’études retenu après
l’appel d’offres et donc le lancement des
travaux de restauration et d’extension.
Bien entendu et si l’on se réfère aux sta-
tistiques fournies par le gestionnaire prin-
cipal de l’établissement le taux de
fréquentation est appréciable» tout au
long de l’année avec des pics enregistrés
durant la bonne saison. Bref tout ceci
pour conclure que cette station présentera
certainement un tout autre visage une fois
son lifting achevé et l’impérieuse néces-
sité de se conformer aux normes mon-
diales régissant le management de pareils
établissements. Appelés nécessairement à
revoir leur copie pour plus d’efficacité et
son corollaire immédiat de rentabilité :
car tout investissement mérite sinon se
doit impérativement de se traduire sur le
terrain par un retour d’investissement.
Ceci est d’ailleurs si vrai qu’aujourd’hui
et au regard justement des fonds colos-
saux débloqués par l’état pour une mise à
niveau salutaire du secteur touristique que
les managers ne pourront plus invoquer la
seule excuse du manque de moyens pour
justifier l’injustifiable… Allez bye Ham-
mam Guergour et bonjour la capitale ral-
liée par route… Un bon sommeil
réparateur à l’Aurassi avec vue imprena-
ble sur la fameuse baie d’Alger que ne se
lassaient d’admirer nos hôtes et dont le
photographe se fera un plaisir jubilatoire
d’immortaliser par le crépitement inces-
sant des flashs. C’est que l’enjeu en valait
vraiment la chandelle…Et demain est une
autre destination.
La station thermale
de Bouhanifia
La capitale de l’Ouest toujours égale à
elle-même les quatre saisons durant, est
traversée en coup de vent avant d’y reve-
nir tantôt pour y passer la nuit en longeant
sa corniche déroulant ses douze kilomè-
tres de côtes après son extension. Nou-
veau point de chute la station thermale de
Bouhanifia dans la wilaya de Mascara
jadis si réputée pour la qualité de ses vi-
gnobles notamment outre l’épopée histo-
rique de l’émir Abdelkader dans sa
résistance à l’occupation française. Dans
le bus, les boutades vont bon train et nos
convives apprécient l’humour méditerra-
néen espace dont ils sont partie intégrante
à bien des égards. Pendant qu’un fond
musical varié met du baume au cœur, dé-
lasse et décompresse.
D’autant que les explications du guide
s’efforçant avec plus ou moins de bon-
heur de capter l’attention souffrent de
quelques contusions… Car n’est pas
guide qui veut mais qui peut... C’est au-
tour du délégué régional ouest Hamou
Belahcene de ses prénom et nom, avec sa
bonne bouille et sa faconde quasi atavique
de prendre le relais et venir par moments
à la rescousse du guide lorsque celui-ci
perdait pied malgré une volonté affichée
de bien faire.
Au loin les monts de l’Ouarsenis arbo-
rent leur neige éternelle. Là aussi le pay-
sage exhibe fièrement ses atouts pluriels.
Et il fait bon respirer goulûment toute la
pureté de l’air. Au demeurant la faim
commence à creuser les estomacs…
Hamam Bouhanifia vient d’être rallié
après une bonne heure de trajet sous
bonne escorte. Pieds à terre et accueil des
responsables simple mais toujours aussi
chaleureux. Une collation pour marquer
le coup et reprendre du poil de la bête
avant l’exposé classique sur l’état des
lieux et les perspectives. Grosso modo il
y a urgence signalée s’agissant de la vé-
tusté du matériel devant servir à la réédu-
cation et la remise en forme notamment.
Autre grief les lieux ne paraissent pas
jouir de cette nécessaire convivialité qui
invite à y séjourner et se retaper au mieux.
Un étape retapé et repeint à la va vite. Ce
qui n’échappe point à la sagacité des
hôtes. Tout comme l’aspect architectural
par endroits lugubre avec des espèces de
corridor mal éclairés. Mais promesse so-
lennelle est faite par Charef Houari le di-
recteur général et son encadrement corps
médical et administratif confondus que
«les choses iront nettement mieux sous
peu» c'est-à-dire une fois retenu le parte-
naire devant concrétiser la nouvelle confi-
guration du site. En attendant tout le
monde à table pour une hrira version lo-
cale aménagée et l’incontournable cous-
cous accompagné de viande locale
réputée fondant sous la bouche et appré-
ciée par tous les invités à sa juste saveur.
Tout comme le thé à la menthe qui s’en
viendra fort opportunément donner un
coup de pouce salutaire aux estomacs
repus. Un détail qui a son importance
pour conclure ; les collectivités locales
devraient s’impliquer davantage dans
l’hygiène de leurs domaines ou champ de
compétence respectifs car la commune où
est implantée cette station thermale offre
aux visiteurs un aspect déplorable. Dont
acte…
Retour à Wahran El-Bahia,
sa corniche et ses sites
Ici tout respire la plénitude et cette
sensation de bien-être qui s’incruste
jusqu’au tréfonds de l’âme. Et lorsque le
regard se promène sur les flots bleus azur
d’une mer sans rides on comprend mieux
alors pourquoi les Romains et les Turcs se
sont livrés une féroce bataille pour la
conquête de Wahran el-Bahia. De Santa
Cruz surplombant la baie d’Oran la vue
est imprenable : le vieil Oran et la nou-
velle ville finissent presque par se rencon-
trer. Mais le plus beau reste à venir en la
personne d’un guide pas tout à fait
comme les autres, standing ovation mille
fois méritée, Abdelhak Abdeslam. Arché-
type de l’Oranais par sa faconde, sa
gouaille, ses traits fins et réguliers, il aura
incontestablement été le clou de ces qua-
tre mémorables journées. C’est que ce
fraîchement converti pourtant au métier
de guide connaît Oran comme sa poche.
Et lorsqu’il en décrit et raconte son
histoire tumultueuse toute l’assistance est
subjuguée autant par son élocution que
par la maîtrise parfaite de son sujet. Vrai-
ment un guide digne du nom et qui mérite
un grand coup de chapeau pour nous avoir
fait aimer Oran encore plus…On com-
prend mieux d’ailleurs pourquoi les Espa-
gnols y sont restés pas moins de 300 ans
avant d’être délogés à leur tour par les
Turcs qui subiront ensuite le même sort
après 30 ans de règne sur la cité. Sur un
autre versant mais toujours sur la corniche
un complexe privé implanté ici récem-
ment et répondant à la douce appellation
de New Beach drivé de main de maître
par un duo de managers Tunisiens les ci-
devant Djamel Belazzoug et Kouki Saber,
aura marqué les esprits et rallié tous les
suffrages et pour cause ! La soirée offerte
en l’honneur des convives par les respon-
sables de ce coquet complexe serti de
thermes, autant sur le plan culinaire, la
qualité des prestations que l’animation
musicale confiée à un jeune groupe
«Atlas» aussi doué qu’éclectique, cette ul-
time soirée donc en joignant l’utile à
l’agréable n’est pas prés de déserter les
esprits conquis. Vraiment historique cette
soirée. Et quand la ressource humaine et
la nature jouent une partition commune
avec autant de complémentarité il ne nous
reste qu’une alternative ; un grand coup
de chapeau à tous pour ce haut degré de
professionnalisme…
Tourisme culturel
pour la fine bouche…
Rahmani Mohamed guide ayant roulé
sa bosse, le verbe haut et une voix qui
porte donne quelques repères sur les sites
historiques qui apparaissent déjà au loin
sur la route de Tipasa par temps clair.
Mais il ne fait pas que de l’histoire
puisqu’il parlera climat et micro climat
sans oublier les cultures sous serre lon-
geant le littoral. Histoire de surfer habile-
ment entre le passé et le présent. Quand
bien même la fatigue du long périple se
fait encore sentir. D’où par moments une
attention à peine polie…Mais une fois sur
sites et le tombeau de la Chrétienne et les
ruines romaines visitées au pas de charge
pour cause de timing exciteront et capte-
ront toute la curiosité des visiteurs. Pen-
dant qu’une bruine mouillait l’environ et
signait l’empreinte d’un automne finis-
sant. Allez après le plein les yeux de
bribes du passé retour à la ripaille et bom-
bance. Au menu poisson bleu et poisson
blanc. Autant les sardines grillées se lais-
saient manger au grand ravissement des
papilles gustatives autant le merlan frit, la
raie et les crustacés taquinaient les fins
palais. Bref comme dirait l’autre, le régal
fut fort honnête et rien ne manquait au
festin…
Ce n’est qu’un
au revoir mes frères…
Epilogue : Sur la route du retour vers
Alger le copieux repas de tantôt a fait ses
preuves : assoupissement général pour
cause d’estomacs assouvis. Malgré le thé
ou le café réputé pour ses vertus diges-
tives. Déjà la petite pointe de nostalgie
entame ses effets. Tandis que tout le
monde appréhende l’heure fatidique de la
séparation. Ô temps suspends ton vol et
vous heures propices suspendez votre
cours… C’est que de véritables liens
d’amitié se sont tissés durant ce séjour des
plus instructifs et fructueux. Comme si les
deux rives ne faisaient plus qu’une.
Comme si toutes les barrières supposées
ou réelles venaient de voler en éclats.
Nous ne sommes plus que des humains
bassement mortels et hautement
conscients qu’au-delà de toute considéra-
tion avouée ou larvée ne resteront au fond
dans l’oued que ses galets. Et lorsque
l’heure de la séparation a sonné même les
dieux du ciel comme pour partager notre
tristesse ont sorti leur artillerie lourde :
une véritable bourrasque soufflant subite-
ment sur l’aire de départ.
Mais qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il
tonne rien n’émiettera l’irremplaçable
chaleur humaine qui gomme et efface
d’instinct toutes les différences. Et en
terme de chaleur les méditerranéens en
connaissent plutôt un bout. Une seule
preuve ? Cet accueil collectif réservé à
nos invités de marque qui restera sans
doute gravé dans les mémoires respec-
tives. Et c’est là, la victoire du groupe, de
tout le groupe, retentissante s’il en est…
A. Z.
Reportage
Quel frais et immense plaisir de revisiter l’Algérie touristique. Surtout lorsque toutes les conditions sont réunies pour en
faire et une mémorable villégiature et un impérissable souvenir. Grâce bien sûr au nouveau train de mesures incitatives
prises au plus haut niveau et l’Onat promoteur attitré de cette historique virée au pays profond…
Reportage de Amar Zentar
Heu-reux !
Nos deux illustres hôtes respectivement
Patrick Abissat directeur général de Sélec-
tours et Alain Bernard responsable service
groupes outre, évidemment leur jovial et
non moins talentueux photographe qui
connaît bien la maison Algérie, soit dit en
passant, ont été «émerveillés et comblés et
par la qualité de l’accueil qui leur a été ré-
servé et par le haut degré de professionna-
lisme de tout l’encadrement véritablement
aux petits soins…». Et la réflexion participe
davantage de la sincérité et de l’intime
conviction que des usages purement proto-
colaires en vigueur en pareilles circons-
tances. C’est que durant tout leur séjour ils
auront été entourés de toute la sollicitude et
égards dus à leur rang et leur auguste per-
sonne. Ceci sans exagération ni forfanterie
aucune. Ils ne se priveront d’ailleurs point
de le clamer haut et fort chaque fois que
l’opportunité leur sera offerte. Et s’il fallait
vraiment une seule preuve fort probante de
leur satisfaction et de leur adhésion au fa-
meux accord de partenariat triangulaire ou
tripartite, ce document paraphé pratique-
ment la fleur aux dents…
A. Z.
Un encadrement
à la hauteur
Franchement et de l’avis unanime tout le
personnel dépêché par le ministère du Tou-
risme pour encadrer cet événement aura été
à la hauteur autant par sa compétence que
sa disponibilité de tous les instants. Car de
Said Boukhelifa, conseiller du ministre à
Mourad Selatnia DG de l’Onat en passant
par les délégués régionaux de l’Est et de
l’Ouest, l’attachée de presse la charmante et
enjouée Khadidja outre les représentants de
Air-Algérie, nonobstant le personnel d’exé-
cution, tous, absolument tous auront été à la
hauteur des missions respectives qui leur
auront été confiées. D’ailleurs on avait da-
vantage l’impression d’avoir à faire à une
équipe soudée et unie comme les doigts
d’une main tant chacun aura donné le meil-
leur de lui-même au service du collectif. Et
surtout de nos illustres hôtes rassurés, im-
pressionnés et conquis par cette disponibi-
lité de tous les instants. Bravo à tous…
A. Z.
Le groupe Atlas : du talent
à revendre…
Quelle bonne et excellente idée d’avoir
fait appel à cette formation musicale ora-
naise pour animer la dernière soirée à l’hô-
tel New Beach sis sur la corniche oranaise
pour rappel, pas loin du complexe les Anda-
louses pour mémoire. Car ce groupe au re-
gistre fort diversifié fait de ‘açri, malouf,
chaabi, rai, nonobstant des morceaux
connus tirés du répertoire universel, aura
littéralement subjugué et ravi une assis-
tance qui en a presque oublié le repas co-
pieux alliant savamment plats traditionnels
et usuels par ailleurs. Et durant deux
bonnes heures pratiquement le public aura
apprécié à sa juste valeur et ce jeune groupe
qui a plusieurs cordes à son arc et leur ca-
ractère fort éclectique. Franchement, c’est
ce qui s’appelle joindre l’utile à l’agréable…
A. Z.
VIRÉE AU PAYS PROFOND
Hammam Guergour Hammam Bouhanifia
Alger la Capitale
La ville d’Oran
Les ruine de Tipasa
La ville de Constantine
Télévision
Mardi 5 Mars 2013
EL MOUDJAHID 24
Auj ourd’ hui
Canal Algérie
09h30 : Le soleil et la vérité (15)
10h00 : El ardh el haya (07)
10h30 : Loulou (08)
11h00 : Questions d'actu (rediff)
12h00 : Journal en
français+météo
12h25 : Yakoute (13)
13h45 : Ziyarat la tounssa (01)
14h20 : Yaoumiyate moudir ame
15h20 : Sebaq el madjarate (03)
16h00 : Football USMA-
USMH (Coupe d'Algérie 8
es
de
finale)
18h00 : Journal en tamazight
18h30 : Le soleil et la vérité (16)
19h00 : Journal en
français+météo
19h30 : Vestiges et patrimoine :
Laghouat (1
re
partie)
20h00 : Journal en arabe
20h45 : Uni-Vert
22h00 : Gala artistique
23h00 : Expression livre
00h00 : Journal en arabe
Sélection
23h00
16h00
20h45
Réalisée par Nylda OUZIALA et proposée par Youssef
SAIAH
Une émission consacrée exclusivement à la littérature,
aux auteurs algériens.
L’objectif de celle-ci est de montrer à un large public,
tant algérien qu’émigré, que la littérature algérienne non
seulement se porte bien, mais que l’édition et la diffusion
sont en net progrès ces dernières années.
Une belle affiche est offerte au public amateur de
la balle ronde ce mardi avec le derby algérois, qui
opposera l’USMA à l’USMH au stade du 5-Juillet,
et ce, pour le compte des huitièmes de finale de la
Coupe d’Algérie.
Football : Coupe d’Algérie (8
es
de finale)
USMA-USMH
Uni-Vert est une émission spécialement consacrée à
l’environnement et à l’écologie. Les journalistes
abordent à chaque numéro un thème qu’ils développent
à travers des reportages et dans des débats avec des
experts, mais aussi une chronique info, une rubrique de
vulgarisation et des paroles d’enfants.
UNI-VERT
Expression Livre
El Moudjahid/Pub
ANEP 509142 du 05/03/2013
République Algérienne Démocratique et Populaire
AGERFA
AGENCE DE GESTION ET DE REGULATION FONCIERES
DE LA WILAYA D’ALGER
BOULEVARD AISSA-BEN-FEDDAH, ZERALDA
N° D’IDENTIFICATION FISCALE : 098916090001039
TEL : (021) 32 54 05
AVIS D’ATTRIBUTION PROVISOIRE DE MARCHÉ
Conformément au décret présidentiel n° 10-236 du 07/10/2010 portant
réglementation des marchés publics, modifié et complété par le décret
présidentiel n° 12-23 du 18/01/2012, la Direction de l’Agence de Gestion et
de Régulation Foncières de la Wilaya d’Alger (A.G.E.R.F.A) informe
l’ensemble des soumissionnaires ayant participé à l’Appel d’Offres National
N° 002/A.G.E.R.F.A/DG/2012, daté du 30/12/2012 et du 31/12/2012, paru
dans les quotidiens nationaux EL MOUDJAHID, ECHAAB et
L’AUTHENTIQUE, relatif aux :
Travaux de réalisation d’une Galerie Technique, poste source
(Ouvrage en béton armé) au Quartier d’Affaires d’Alger, commune de
BAB-EZZOUAR ;
que le projet sus-cité est attribué provisoirement à l’Entreprise citée ci-
dessous :
ENTREPRISE
SARL G.C.R.T.P
NIF :
000342359001252
NOTE TOTALE
D’EVALUATION DE
L’OFFRE TECHNIQUE
66,90
MONTANT DE
L’OFFRE (DA) EN
T.T.C
20.736.846,00
DELAIS
D’EXECUTION
05 MOIS
CRITERES DE
CHOIX
Soumissionnaire
qualifié et le
moins-disant
Les Soumissionnaires contestant le choix opéré pourront introduire leur
recours auprès de la commission des marchés de l’A.G.E.R.F.A dans les dix
(10) jours, à compter de la première date de publication du présent avis dans
les quotidiens nationaux et ce, conformément aux dispositions de l’article 114
du Décret présidentiel n° 10/236 du 07/10/2010, modifié et complété par le
Décret présidentiel n° 12-23 du 18 janvier 2012 portant réglementation des
marchés publics.
El Moudjahid/Pub ANEP 509282 du 05/03/2013
AVIS D'APPEL D'OFFRES NATIONAL OUVERT
N°39/2012/213
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTÈRE DE LA DEFENSE NATIONALE
2
e
REGION MILITAIRE
Le Ministère de la Défense Nationale lance un avis d’appel d’offres national
ouvert en vue de : TRAVAUX DE REFECTION EN TCE DES BLOCS ET VRD
AU NIVEAU D’EL DHAYA - WILAYA DE SIDI BEL-ABBES.
Les entreprises et sociétés intéressées par le présent AOO, titulaires d’un
certificat catégorie II et plus, spécialisées travaux TCE peuvent se présenter
à l’adresse suivante : DIRECTION REGIONALE DES FINANCES
2
e
RÉGION MILITAIRE
BP Nº 08 TERRE 02 ECKMUHL - ORAN
pour retirer les cahiers des charges, contre paiement de la somme de 5.000,00
DA (cinq mille dinars algériens).
Les personnes déléguées pour le retrait du cahier des charges doivent se munir :
- D'une copie légalisée d'une pièce d'identité en cours de validité, ou
procuration notariée.
- D'une lettre d'accréditation, délivrée par le candidat à la soumission.
- D'une copie légalisée du registre du commerce de la société.
- D'une copie légalisée du bon de versement de la somme citée ci-dessus
- D'une copie légalisée du certificat de qualification et de classification
professionnelles (pour les entreprises de bâtiment et travaux publics), ou de
l'agrément (pour les bureaux d'études).
Les offres comprenant les pièces et documents exigés dans le cahier des
charges devront être scindées en deux (02) parties :
1. Une offre technique comprenant les documents requis par le cahier des
charges;
2. Une offre financière commerciale comprenant les documents requis par le
cahier des charges.
Les offres (technique et financière), contenues dans deux (02) enveloppes
distinctes, doivent parvenir sous pli cacheté à l’adresse ci-après :
DIRECTION REGIONALE DES FINANCES
2
e
RÉGION MILITAIRE
Bureau d’Administration des Cahiers des Charges
BP Nº08 TERRE 02 ECKMUHL - ORAN
L’enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra comporter
que la mention :
Soumission à ne pas ouvrir
Avis d’Appel d’Offres National Ouvert
Nº 39/2012/213
Les soumissions doivent être adressées ou déposées à l'adresse indiquée ci-
dessus avant le : La date limite de dépôt des offres est fixée à TRENTE (30) jours
à compter de la première date de publication du présent avis au Bulletin officiel
des marchés de l’Opérateur public ou les quotidiens nationaux.
La date d'ouverture des plis est fixée dans le cahier des charges.
Les soumissionnaires resteront engagés pendant une durée de cent quatre-
vingts (180) jours à compter de la date limite de dépôt des offres.
Publicité
Détente
EL MOUDJAHID 25
Mardi 5 Mars 2013
C
D
E
P
E
U
P
L
E
R
K
A
T
A
N
G
A
I
S
M
A
A
A
E
C
A
U
T
I
O
N
N
E
R
M
H
E
M
G
S
N
N
R
X
E
M
P
O
I
G
N
A
D
E
A
Y
S
O
E
U
T
T
C
T
A
R
G
I
L
I
F
E
R
E
R
P
T
U
N
B
I
I
O
R
E
N
T
R
E
R
O
I
S
E
I
O
A
T
T
S
P
T
N
U
N
R
R
R
F
E
T
E
E
A
H
C
F
A
I
I
O
R
N
S
E
I
E
E
I
I
N
R
T
E
U
R
E
R
M
S
D
U
E
I
B
O
R
I
T
R
E
D
Y
L
A
I
T
D
E
T
A
S
R
O
I
T
U
C
P
E
M
N
L
B
N
T
T
E
N
E
L
T
L
N
R
T
S
I
E
H
E
I
E
A
A
E
E
I
T
R
S
E
O
D
T
U
S
R
C
C
D
E
S
I
R
C
I
S
L
C
T
M
S
E
A
O
A
U
R
U
I
T
O
D
E
A
T
B
A
R
A
P
A
M
I
G
E
O
E
O
V
E
R
N
T
F
I
I
N
O
P
A
L
I
D
E
R
S
P
C
E
D
P
E
R
A
N
R
G
Q
H
N
I
T
I
A
T
T
E
L
A
G
E
L
E
R
E
M
A
U
Y
A
N
A
A
S
S
O
M
P
T
I
O
N
M
D
R
A
G
E
L
C
A
R
D
I
S
J
O
N
C
T
I
F
P
A
A
N
I
T
I
H
G
I
E
X
P
L
O
I
T
A
N
T
E
G
N
I
E
T
N
E
E
F
R
E
S
O
L
U
M
E
N
T
R
E
T
E
R
E
O
D
E
C
R
Y
P
T
E
R
S
U
B
O
D
O
R
E
R
E
DOCTRINE
D’ OCCUPATION
3. Dépeupler
6. Décrypter
11. Cautionner
12 . Empoignade
13. Argilifère
14. Entretoise
16. Assomption
17. Disjonctif
18 . Exploitant
19. Résolument
21. Attelage
26. Katangais
28. Subodorer
31. Endiable
32 . Marihuana
33. Retremper
34. Hypocrite
35. Cafardage
36 . Estafette
37. Itinérant
38 . Moutarde
39. Birmanie
40. Gentiment
41. Langagier
42 . Subsister
43. Croquette
7. Arçonner
8. Salinage
9. Extrusion
10. Demi-tarif
15 . diatribe
20.Egouttoir
22 . Réassurer
23 . Souricier
24 . Perceptif
25 . Coucherie
27 . Evidement
29 . Déteindre
30 . Prosélyte
1. Antipodal
2 . Staphylin
4 . Antitrust
5. Empanache
Mot CACHÉ
SOLUTION PRÉCÉDENTE : COHABITATION
Mots CROISÉS
Nº 3924
Mots FLÉCHÉS
Nº 3 924
Grille
Nº 3 924
Page animée par Mourad Bouchemla
Définitions
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
I
II
III
IV
V
VI
VII
VIII
IX
X
HORIZONTALEMENT
I-Dans le wagon-Réfléchir. II-Étêter-Possessif.
III-Déplacé au gré de tous-Trônent en Italie. IV-
Dégraisse-Pèriodes. V-Cacahuète.VI-Note-Tout ridé.
VII-Crie dans la nuit-Fou.VIII-Accompagne le
mélo-En avenir-Privatif. IX-Préposition-Rapporte
tout. X-Se mettre à l’abri au combat.
VERTICALEMENT
1-Aromatiser. 2-Organe-Poinçon à cuir. 3-Boisson-
Dans la boule. 4-Navire de marchandises. 5-Préfixe-Une
assurance-En bas. 6-Découpé-Base organique.7-Partira-
Mot passe-partout. 8-Forêt septentrionale-Dans la niche.
9-Met à sécher-Pratique Religieuse. 10-Rassurer.
EN TONNE
—————————
TROIS
—————————
ARBRES
PÉRIODE
DE GLACIATION
——————————
TRESSE
——————————
EN PREMIER
DIALECTE CHINOIS
———————————
RENDRE RESPIRABLE
———————————
EN HARMONIE
STADE
—————————
PISTE DE SKI
——————————
POÈTE
PIEU MIS
À L’ENVERS
———————————
FROTTE
———————————
MARTEAU
DE COUVREUR
PETITE
MISÈRE
———————
NATUREL
POINT GAGNANT
—————————
RIDEAU
—————————
EN SIX
QUI REJETTE
————————
ESSAYA
QUAND MÊME
————————
TERME
DE COURT
CLAIR
—————————
CÔTE FACE
DE MONNAIE
—————————
UN ARRÊT
HABITANTS
—————————
EN SERIE
—————————
COLÈRE
EN PEAU
————————
REBELLE
————————
NOUAIT
VERSIFIER
———————
EN SÛRETÉ
———————
DU MONDE
EMPÊCHÉE
DE PARLER
—————————
DANS LE BAIN
————————
ABATTUE
SOLUTION DES MOTS CROISÉS
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
SOLUTION DES MOTS FLÉCHÉS
W O M E D I T E R
A E C I M E R T
P I O N P A T E S
A L L E G E A N S
A R A C H I D E
F
R
A A G E G R
U L U L E T A R E
M E L I A R I N
E N E B R U I T E
R E T R A N C H E R
W U R M N A
E
T T E
U N I E M E M N T
I M P U E R A
A V E R
L
T
S
I
T O P
S E R I E
S
R E
S R S L A L O M
O S A E I E A
R A C
E
L E A S S E
T U E
P
B I O D
I X T E N T U E R
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Publicité
El Moudjahid/Pub
ANEP 510532 du 05/03/2013
AVIS D'INFRUCTUOSITE
Conformément aux dispositions des articles 44 et 122 du décret présidentiel nº 10-236 du 07/10/2010, modifié
et complété par le décret présidentiel Nº 12-23 du 18/01/2012, portant réglementation des marchés publics,
l’opération « ACQUISITION DE VEHICULES » AON nº 01/2013/DG/EMS ;
Lot nº 1 : Un (01) fourgon de type utilitaire châssis long.
Lot nº 2 : Six (06) fourgons de type utilitaire.
Lot nº 3 : Vingt et une (21) fourgonnettes de type utilitaire tôlées.
Lot nº 4 : Trente (30) scooters.
a été déclarée infructueuse.
EMS CHAMPION POST SPA
Vie pratique
EL MOUDJAHID
29
Mardi 5 Mars 2013
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA
20, rue de la Liberté, Alger
Téléphone : 021.73.70.81
Présidente-Directrice générale
de la publication
Naâma Abbas
Rédacteurs en chef
Kamal Oulmane — Achour Cheurfi
DIRECTION GENERALE
Téléphone : 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
DIRECTION DE LAREDACTION
Téléphone : 021.73.99.31
Fax : 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUREAUX REGIONAUX
CONSTANTINE
100, rue Larbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
ORAN
Maison de la Presse
3, place du 1
er
Novembre : Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BORDJ BOU-ARRERIDJ
Ex-siège de la wilaya
Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
SIDI BEL-ABBES
Maison de la presse Amir Benaïssa
Immeuble Le Garden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAIA :
BP 68 - Béjaia 06000
TIZI OUZOU :
Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts)
Bâtiment 3, 1
er
étage, Nouvelle ville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
TLEMCEN :12, place Kairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MASCARA : Maison de la Presse
Rue Senouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
CENTRE AIN-DEFLA:
Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBLICITE
Pour toute publicité, s’adresser
à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et
de Publicité “ANEP”
ALGER : 1, avenue Pasteur
Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150
Télex : 81.742
ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours de la Révolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70
ABONNEMENTS
Pour les souscriptions d’abonnements, achats de
journaux ou commandes de photos, s’adresser au service
commercial : 20, rue de la Liberté, Alger.
COMPTES BANCAIRES
Agence CPA“Che” Guevara - Alger
Compte dinars n° 102.7038601 - 17
Agence BNALiberté
- Dinars : 605.300.004.413/14
- Devises : 605.310.010078/57
Cptes BDL - Agence Port Saïd
- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28
- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger
IMPRESSION
Edition du Centre :
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’Impression de l’Ouest, Oran
Edition du Sud :
Unité d’Impression de Ouargla (SIA)
DIFFUSION
Centre : EL MOUDJAHID
Tél. : 021 73.94.82
Est : SARL“SODIPRESSE” :
Tél-fax : 031 92.73.58
Ouest : SARL“SDPO”
Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL“TDS”
Tél-fax : 029 75.02.02
France : IPS (International Presse Service)
Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..
Vie religieuse
- Dohr.........…..............12h59
- Asr.............................16h15
- Maghreb................... 18h49
- Icha……...……........20h07
mercredi 23 Rabie Ethani 1434
correspondant au 6 mars 2013 :
- Fedjr........................05h46
- Chourouk.................07h12
Horaires des prières de la journée du mardi 22 Rabie Ethani 1434
correspondant au 5 mars 2013 :
Le ministre des Affaires étrangères,
le ministre délégué chargé des Affaires
maghrébines et africaines, le Secrétaire
d’Etat chargé de la Communauté
nationale à l’étranger, le Secrétaire
général et l'ensemble du personnel du
ministère des Affaires étrangères, très
affectés par le décès de la mère de leur
collègue M. REGUIEG MOKHTAR,
lui présentent ainsi qu’aux membres de
sa famille leurs sincères condoléances
et les assurent en cette pénible
circonstance de leur profonde
compassion.
Ils prient Dieu Le Tout-Puissant
d'accorder à la défunte Sa Sainte
Miséricorde.
CONDOLEANCES
El Moudjahid/Pub ANEP 510569 du 05/03/2013
Le Docteur Rachid Benaïssa,
ministre de l’Agriculture et du
Développement rural, le Secrétaire
général, le Chef de Cabinet et
l’ensemble des cadres et personel du
ministère, très affectés par le décès de
M. AHMED MAHSAS, moudjahid et
ancien ministre de l’Agriculture,
présentent à toute sa famille et ses
proches leurs sincères condoléances et
les assurent en cette douloureuse
circonstance de leur profonde
compassion.
Que Dieu Le Tout-Puissant accorde
au défunt Sa Sainte Miséricorde et
l’accueille en Son Vaste Paradis.
«A Dieu nous appartenons et à Lui
nous retournons.»
CONDOLEANCES
El Moudjahid/Pub ANEP 510063 du 05/03/2013
A la mémoire de notre mère, cette grande dame.
Cela fait quarante jours que nous a quittés à jamais pour un monde meilleur
notre chère mère
SEMIANE ZAKIA NÉE MORGSI
Rien n'a pu apaiser notre profonde douleur et combler l'immense vide que tu
as laissé, si ce n'est notre foi inébranlable en Dieu.
Elle avait 64 ans lorsque notre chère et bien-aimée mère, grand-mère et
épouse rendit l'âme suite à une maladie qu'elle a combattue avec beaucoup de
courage et de dignité, en ce tragique et inoubliable jour du mercredi 23 janvier
2013 au petit matin.
Depuis, ton image plane et planera devant nos yeux. Tes souvenirs moraux
et physiques que nous nous remémorons à tout moment resteront indélébiles.
Personne ne pourra oublier ta générosité, ta bonté, ton franc-parler et surtout ton profond attachement
à la famille, chère mère, grand-mère et épouse.
En ce douloureux souvenir, tes enfants M'hamed dit «Samy», Djamel et Nesrine ainsi que ton époux
Liès présentent leurs vifs et sincères remerciements à toutes celles et tous ceux qui ont compati à la
douleur de la famille et leur ont apporté leur soutien et leur réconfort en cette rude épreuve. Nous
demandons aussi à toutes celles et tous ceux qui ont connu notre regrettée défunte d'avoir une pieuse
pensée en sa mémoire, en priant Dieu Le Tout-Puissant de lui accorder Sa Sainte Miséricorde et de
l'accueillir en Son Vaste Paradis éternel.
Tu resteras à jamais vivante dans nos cœurs et présente dans nos esprits.
Repose en paix Zouaki à côté de ton papa.
Allah yarhmek.
«A Dieu nous appartenons et à Dieu nous retournons.»
Tes enfants et ton époux
COMMEMORATION DU 40
e
JOUR ET REMERCIEMENTS
El Moudjahid/Pub du 05/03/2013
El Moudjahid/Pub
C'est avec une vive émotion et une
grande tristesse que Monsieur Youcef
YOUSFI, Ministre de l'Energie et des
Mines, ainsi que l'ensemble du personnel
du ministère de l'Energie et des Mines ont
appris le décès de la regrétée mère de
Monsieur Mokhtar REGUIEG,
Directeur Général du Protocole à la
Présidence de la République.
En cette pénible et douloureuse
circonstance, ils présentent leurs sincères
condoléances à toute la famille de la
défunte et l’assurent de leur profonde
compassion, priant Allah le Tout-Puissant
d’accorder à la défunte Sa Miséricorde et
de l'accueillir en Son Vaste Paradis.
«A Allah nous appartenons et à Lui
nous retournons.»
CONDOLEANCES
El Moudjahid/Pub ANEP 510405 du 05/03/2013
Le ministre des Affaires étrangères,
le ministre délégué chargé des Affaires
maghrébines et africaines, le Secrétaire
d’Etat chargé de la Communauté
nationale à l’étranger, le Secrétaire
général et l'ensemble du personnel du
ministère des Affaires étrangères, très
affectés par le décès de la mère de leur
collègue MME CHERNAI
RACHIDA FOUZIA épouse SAADA,
lui présentent ainsi qu’aux membres de
sa famille leurs sincères condoléances
et les assurent en cette pénible
circonstance de leur profonde
compassion.
Ils prient Dieu Le Tout-Puissant
d'accorder à la défunte Sa Sainte
Miséricorde.
CONDOLEANCES
El Moudjahid/Pub ANEP 510567 du 05/03/2013
Le ministre des Affaires étrangères,
le ministre délégué chargé des Affaires
maghrébines et africaines, le Secrétaire
d’Etat chargé de la Communauté
nationale à l’étranger, le Secrétaire
général et l'ensemble du personnel du
ministère des Affaires étrangères, très
affectés par le décès du frère de leur
collègue M. MAHDI BOUDJEMAA,
lui présentent ainsi qu’aux membres de
sa famille leurs sincères condoléances
et les assurent en cette pénible
circonstance de leur profonde
compassion.
Ils prient Dieu Le Tout-Puissant
d'accorder au défunt Sa Sainte
Miséricorde.
CONDOLEANCES
El Moudjahid/Pub ANEP 510568 du 05/03/2013
Monsieur Mohand Akli BENYOUNES, président
de l'Association des moudjahidine de la Fédération du
FLN en France 1954/1962 Wilaya VII Historique et tous
les membres de l'Association, très attristés par le décès
de leur frère moudjahid Abderrahmane MAHDJAT,
présentent à sa famille leurs sincères condoléances et
l’assurent en cette pénible circonstance de leur profonde
sympathie.
Puisse Dieu Le Tout-Puissant accorder au défunt Sa
Sainte Miséricorde et l'accueillir en Son Vaste Paradis.
«A Dieu nous appartenons à Lui nous
retournons.»
CONDOLEANCES
El Moudjahid/Pub du 05/03/2013
El Moudjahid/Pub du 05/03/2013
URGENT vend F4 au deuxième étage
situé à Dergana (Bordj El-Kiffan)
Tél. : 0663 29.31.98
IMPORTATEUR dispose de stock de papier peint,
parquet stratifié, moquette gerflex, gazon synthétique
Tél. : 0554 25 30 65 / 0560 01 51 79 / 0550 85 13 97.
El Moudjahid/Pub du 05/03/2013
-ì,···-

_¹ì
--~¹ì ª-¹-'- ; _--, ,'-=-

'- ¸-·¹- _~ Q-=,¹ì '¢¹·= ·_¹-Vì '¢-, ~;-¹- _¹ì --¹ì;¹ì J-=, ,-=
-¹=¹ì ,ì- ¸- ~ì;-¹ì ; -,-·-¹'- '¢¹--ì ; ¸¹'·¹ì '¢-'-- ¸- -,;¢= ; ;-·-¹ì .

,-ì _¹- ·J¹=¹ì ~'~-¹ì ì-» ; ~ì,'=ì Q- ª-'-- ; ¸~-- Q- ª¹'~ì ;---ì
-,~Vì J-¹ ; ;-¹ -'--¹ì ç¹'= ; -ì,·¹ì _-~'- ª=~¹ì _'=- J'--
=ì ;--ì '-- -----¹ì -'-=ì ; -'--ì Q- ª--,-¹ì ì Q ; Qì;~,¹ì ~'-= '¢--~-
Qì;¹~¹ì ; ,-~¹ì ;-'-ì ; '--¢¹- .

} ¢--'~ì ì-ì Q--¹ì Q-,-'~¹ì ,~- ; Q;·=ì, ª-¹ì '-ì ; = '-ì ì;¹'- ª--~- ; {
'-= _-~- '¢--~ì ; '»ì,- =ì ~-= ; -----¹ì =ì ;=, - ª
} -=ì '- = ; _=-ì '- = {
¡,'-, ,-,·¹ì --- -'-~Vì
~'--~-~-¹ì _>~ì ; Q'-~¹ì ; ª=~¹ì ,-,;
l dj hid/ b ° d / /
ANEP 510478 du 05/03/2013
EL MOUDJAHID 30
Sports
Mardi 5 Mars 2013
LIGUE DES CHAMPIONS D’AFRIQUE
ASFA Yennenga - ES Sétif
et JSM Béjaïa - Asante Kotoko en 32
es
de finale
COUPE DE L’UAFA (1/2 FINALE ALLER)
USMA - El Ismaily :
les Egyptiens attendus
vendredi prochain à Alger
Le club égyptien de football d’El-Ismaily est attendu
vendredi prochain à Alger pour affronter l’USMA en
match aller des demi-finales de la coupe arabe de football
(UAFA) prévu le 12 mars 2013 au stade de Omar Hamadi
(Bologhine). La délégation sportive du club de l’élite
égyptienne comprendra 31 personnes dont une vingtaine
de joueurs. Le match retour de déroulera le 2 avril pro-
chain en Egypte. L’USMA a atteint ce tour (Quarts
de finale) après avoir passé le cap du club jordanien El-
Boqaa (6-1 aller, 3-2 retour). El Ismaily a, pour sa part,
composté son billet face au CR Belouizdad à l’issue des
tirs au but 4-1 (1-1 en match aller et retour). Quant à l’au-
tre demi-finale, elle opposera El-Arabi du Koweït au Raja
Casablanca (Maroc). La finale de l’édition 2013 est pro-
grammée pour le 24 avril (aller) et le 14 mai (retour).
VOLLEY-BALL
CHAMPIONNAT D’AFRIQUE
DES NATIONS JUNIORS (2
e
JOURNÉE)
L’Algérie bat la Sierra Leone (3-0)
L
a sélection algérienne de volley-ball (juniors-garçons) a
battu la Sierra Leone par 3 sets à 0, en match comptant pour
la 2
e
journée du Championnat d’Afrique des nations de la caté-
gorie (Groupe A), disputé dimanche à Sidi Bou Said (banlieue
de Tunis). La formation algérienne exempte lors de la journée
inaugurale jouée samedi, était opposée, hier, à la sélection du
pays organisateur, la Tunisie, avant d’affronter respectivement
le Congo aujourd’hui et le Rwanda demain. Cette compétition
prévue du 2 au 10 mars, regroupe dix pays répartis en deux
groupes de 5 chacun. Les deux premiers seront qualifiés pour
les demi-finales et également pour le championnat du monde
qui aura lieu en Turquie, du 22 août au 1
er
septembre 2013.
HANDBALL
Coupe d’Algérie seniors dames
(1/8
e
finale)
Programme, aujourd’hui :
A Sétif : CS Mouloud Mammeri - CRB Mila (9h00)
A Sétif : GS Pétroliers - NRF Constantine (11h00)
A Sétif : FS Constantine - HBC El Biar (12h30)
A Constantine : JS Awzelaguen - ESFOR Touggourt (11h00)
A Oued Sly : RIJ Alger - HBC Gdyel (14h30)
A Sidi Bel-Abbès : IRF Oran - HHB Saïda (13h30)
La rencontre OJS Constantine - ASFAK Constantine a été an-
nulée (forfait de l’OJSC). L’équipe du CH Bachdjarah est
exempte de ce tour.
Les membres de l'assem-
blée générale (AG) de la Fé-
dération algérienne de
handball (FAHB) ont adopté
les bilans moral et financier de
l'exercice sportif 2011-2012
et du mandat olympique
2009-2012, lors de leur ses-
sion ordinaire tenue, hier, au
siège du Comité olympique
algérien à Ben Aknoun
(Alger).
Le quorum a été atteint
avec la présence de 61 mem-
bres sur les 84 que compte
l'assemblée générale de la
FAHB, dont le président sor-
tant Djaâfer Aït Mouloud. Le
bilan moral a été adopté par
37 membres contre 18 non et
6 abstentions, tandis que le
bilan financier a été approuvé
avec 37 voix contre 12 non et
7 abstentions.
Au cours de cette AG ordi-
naire, il a été procédé à l'ins-
tallation de la commission de
candidatures, composée de 5
membres et à la commission
de recours (3 membres) en
vue de l'assemblée générale
élective.
L’
ES Sétif, championne
d’Algérie en titre, af-
frontera le club burki-
nabé de l’ASFA Yennenga
tandis que la JSM Bejaia se me-
surera aux Ghanéens d’Asante
Kotoko en 32
es
de finale de la
Ligue des champions d’Afrique
de football, à l’issue des matchs
du tour préliminaire retour qui
ont pris fin dimanche. L’ESS
était exemptée du premier tour
tandis que la JSMB a écarté
sans trop de peine les Nigériens
d’Olympic (aller 3-0, retour 0-
0). L’Aigle noir de Sétif jouera
à l’extérieur le match aller entre
le 15 et le 17 mars avant d’ac-
cueillir l’ASFA Yennenga du 5
au 7 avril. De son côté, la
JSMB jouera d’abord à domi-
cile contre l’Asante Kotoko
avant de se déplacer à Accra
pour le match retour.
L’
USM Alger, unique représentant algérien en
Coupe de la Confédération africaine de foot-
ball, affrontera le club camerounais de Pan-
thère sportif du Ndé, lors des 32
es
de finale de la
compétition dont le tour préliminaire a pris fin di-
manche. Les hommes de Rolland Courbis étaient
exemptés du tour préliminaire, tandis que le Panthère
sportif du Ndé a écarté le club tchadien d’Elect Sport
(aller 2-0, retour 1-1). L’USMA, 4
e
en championnat
d’Algérie et toujours en course en coupe des clubs de
l’Union arabe de football (UAFA) où elle est qualifiée
pour les demi-finales, jouera le match aller face aux
Camerounais au stade Omar Hamadi de Bologhine
entre le 15 et le 17 mars. La manche retour est prévue
au Cameroun du 5 au 7 avril.
AG ORDINAIRE DE LA FAHB :
Adoption des bilans moral
et financier
COUPE DE LA CAF (32
e
DE FINALE)
L’USMA hérite des Camerounais de Panthère Ndé
LIGUE 2
Achour Nedjar
nommé manager
général du MO
Constantine
L’entraîneur Achour
Nedjar a été nommé au
poste de manager général
du MO Constantine
(ligue 2 de football), a-t-
on appris d’une source
proche du club constanti-
nois. Achour Nedjar (63
ans) a signé un contrat
courant jusqu’à la fin de
la saison. Nedjar qui a en-
traîné, au cours de sa car-
rière, de nombreux clubs
de l’est du pays, est libre
de tout engagement de-
puis sa démission de
l’USM Khenchela
(championnat national
Amateurs, groupe Est).
CAN-2019
La RD Congo tenue de préserver l’indépendance
de sa fédération (CAF)
L
a Confédération africaine de
football (Caf) a exigé du
gouvernement de la République
Démocratique du Congo (RDC)
de préserver l’indépendance de sa
fédération en matière d’organisa-
tion, condition sine qua non, d’ac-
ceptation de sa candidature pour
l’organisation de la Coupe
d’Afrique des nations en 2019. «
Nous prenons acte de votre dos-
sier de candidature à l’organisa-
tion de la 32
e
édition de la CAN
en 2019, mais avant tout, la CAF
vous demande d’annuler la note
circulaire, émanant du ministre
des Sports congolais et interdisant
l’organisation des matchs natio-
naux aux stades privés », écrit
l’instance du football africain,
dans sa lettre transmise au pre-
mier ministre congolais Augustin
Matata Ponyo et rapportée par le
journal Le Potentiel. Les mem-
bres de la Linafoot ont pourtant
publié un calendrier, malheureu-
sement rejeté par le ministre des
Sports, programmant quelques
matchs de la Linafoot dans le
stade privé, en l’occurrence le
stade de Mazembe. Selon le se-
crétaire de la CAF, Hicham El
Amrani, avant que le dossier de la
RDC ne soit confronté aux autres
dossiers similaires émanant d’au-
tres pays africains dont l’Algérie,
la Côte d’Ivoire, le Kenya, dans
le cadre de l’ouverture des candi-
datures (vers la fin du premier se-
mestre en cours), le ministre des
Sports congolais Baudouin Banza
Mukalayi doit le plus vite possi-
ble, annuler sa note circulaire in-
terdisant l’utilisation des stades
privés surtout pour les matchs de
la Ligue nationale de football (Li-
nafoot). Selon le journal Le Po-
tentiel, la lettre de la CAF, oblige
le ministre des Sports congolais
de respecter les règlements de
l’instance africaine, afin de
consolider la candidature de la
RDC pour l’organisation de la
CAN-2019. « Dans le cas
contraire, la RDC ne perdra pas
seulement sa candidature, mais
sera aussi exposée à des sanctions
graves, qui pourraient mettre en
difficulté le développement du
football congolais. »
REPUBLIQUE ALGÉRIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTÈRE DE LA DEFENSE NATIONALE
2
E
REGION MILITAIRE
El Moudjahid/Pub
ANEP 509291 du 05/03/2013
Avis d’appel d’offres national ouvert
N°34/2012/213
REPUBLIQUE ALGÉRIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTÈRE DE LA DEFENSE NATIONALE
2
E
REGION MILITAIRE
Le Ministère de la Défense Nationale lance un avis d’appel d’offres national ouvert en
vue de :
- TRAVAUX DE REFECTION EN TCE DES BLOCS ET VRD AU NIVEAU
DE SIDI ALI - WILAYA DE MOSTAGANEM
Les sociétés intéressées par le présent A.O.O. titulaires d’un certificat de qualification,
catégorie II et plus, spécialisées travaux TCE, peuvent se présenter à l’adresse suivante :
DIRECTION REGIONALE DES FINANCES
2
e
REGION MILITAIRE
BP N°08 TERRE 02 ECKMUHL - ORAN
pour retirer les cahiers des charges, contre paiement de la somme de 5.000,00 DA (cinq
mille dinars algériens).
Les personnes déléguées pour le retrait du cahier des charges doivent se munir :
- d’une copie légalisée d’une pièce d’identité en cours de validité ou procuration
notariée ;
- d’une lettre d’accréditation délivrée par le candidat à la soumission ;
- d’une copie légalisée du registre du commerce de la société ;
- d’une copie légalisée du bon de versement de la somme citée ci-dessus ;
- d’une copie légalisée du certificat de qualification et de classification professionnelles
(pour les entreprises de bâtiment et travaux publics), ou de l’agrément (pour les bureaux
d’études).
Les offres comprenant les pièces et documents exigés dans le cahier des charges devront être
scindées en deux (02) parties :
1- Une offre technique comprenant les documents requis par le cahier des charges ;
2- Une offre financière commerciale comprenant les documents requis par le cahier des
charges.
Les offres (technique et financière), contenues dans deux (02) enveloppes distinctes, doivent
parvenir sous pli cacheté à l’adresse ci-après :
Direction Régionale des Finances
2
e
Région Militaire
Bureau d’Administration des Cahiers des Charges
BP Nº08 / Terre 02 ECKMUHL - Oran
L’enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra comporter que la mention :
Soumission à ne pas ouvrir
Avis d’Appel d’Offres National Ouvert
Nº 34/2012/213
Les soumissions doivent être adressées ou déposées à l’adresse indiquée ci-dessus avant le :
La date limite de dépôt des offres fixée à TRENTE (30) jours à compter de la première date de
publication du présent avis au Bulletin officiel des marchés de l’opérateur public ou dans les
quotidiens nationaux.
La date d’ouverture des plis est fixée dans le cahier des charges.
Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée de 180 jours à
compter de la date limite de dépôt des offres.
Publicité
Sports
Mardi 5 Mars 2013
EL MOUDJAHID 31
COUPE D’ALGÉRIE (8
es
DE FINALE)
E
n voilà une affiche ! De celle qu'on
aimerait voir et avoir à chaque tour
de Coupe d'Algérie. Du même acabit
que JSK-MCA (32
e
de finale, ndlr) ou
MCO-ASO (8
e
de finale, ndlr). Cet USMH-
USMA de ces 8
e
de finale réuni deux
équipes aux philosophies diamétralement
opposées. A la veille de ce choc, un paramè-
tre, un seul, peut faire la différence. L'argent
! L'USMA a de quoi se la jouer toute en pail-
lettes, alors que l'USMH joue à l'économie.
A l'inverse, techniquement parlant, l'équipe
banlieusarde a de bien meilleurs arguments
à faire valoir, à commencer par sa place de
dauphin, même si les deux dernières dé-
faites, la bronca des supporters et la boude-
rie de Charef, sont venus jeter un coup de
grisou sur un parcours qui s'annonçait
jusqu'ici presque parfait. C'est la raison pour
laquelle, certains à El Harrach estiment, à
juste titre d'ailleurs, que l'USMH n'aborde
pas ce sommet des 8
es
de finales dans les
meilleures conditions possibles. A contrario,
l'USMA parait dans une bonne phase.
A vrai dire mitigée, mais il va s'en dire,
qu'elle ne déroge pas à la règle instaurée par
l'équipe usmiste qui nous a habitués au meil-
leur comme au pire à rythme maintenu. Tant
mieux pour le suspense qui sera, gageons-
le, entier.
Amar B.
Comment se présente cette
chaude empoignade face à
l'USMH ?
Bien ! On s'y est préparés
comme il se doit et le groupe
est vraiment motivé. L'USMH
est un adversaire de taille, qui
est difficile à manier. Mais, on
ce qui nous concerne, nous
avons des atouts à faire valoir
aussi.
L'USMA n'a pas été gâtée par
le tirage au sort, n'est-ce
pas ?
Cela est valable pour les deux
équipes. C'est vrai que les
confrontations USMA-USMH
ont de tout temps étaient fort
disputées et difficiles. C'est
comme on dit un derby pas-
sionnant qui est suivi par un
large public, constitué par les
inconditionnels des deux
équipes et autres amateurs de
foot. Vous savez, pour espérer
gagner la coupe, il faut être ca-
pable de battre n'importe quel
adversaire qui se présente à
vous.
Sachant que le titre de cham-
pion vous a échappé cette sai-
son, la Coupe d'Algérie
constitue pour l'USMA l'oc-
casion de se racheter auprès
de ses fans, non ?
Tout à fait ! C'est pour nous le
match de la saison, comme on
dit. On ne doit surtout pas le
rater. On est déterminés à en
découdre à bon escient avec
nos amis harrachis et on fera le
maximum pour passer cet
écueil. On a les moyens de le
faire et on se doit d'être à la
hauteur. Surtout pour le club et
pour nos supporters à qui on
veut offrir la joie de la qualifi-
cation.
Entretien réalisé
par M.-A.A.
LAÏFAOUI (DÉFENSEUR USMA)
“Le match de la saison pour nous”
DEMOU (DÉFENSEUR USMH)
“Nous les avons déjà battus”
L'USMH reste sur deux faux
pas en championnat, est-ce la
meilleure période pour jouer
l'USMA, en 8
e
de finale de la
Coupe d'Algérie ?
Il n'y a pas de meilleur
contexte. Les matchs, il faut les
prendre tels qu'ils viennent. Il
ne faut pas verser dans la
conception que l'USMA doit
être abordée au milieu de deux
victoires par un gros score.
Nous sommes conscients de
nos capacités. Ce n'est pas à
nous de les craindre.
Est-ce le discours du coach ?
Oui, mais, c'est aussi l'avis du
groupe. Nous avons déjà dé-
montré par le passé qu'on pou-
vait battre n'importe quel
adversaire pour peu que nous
soyons dans un grand jour.
La bouderie de Boualem Cha-
ref pendant deux jours, la
grogne des supporters, vous
ont-ils perturbés ?
Un petit peu, quand même. On
ne pouvait pas rester insensi-
bles à ça. Ça nous a quelque
peu affectés, mais on s'est vite
remis au travail. Nous avons un
match important à préparer, à
partir de là, un minimum de
concentration devait être de
mise. C'est la moindre des
choses.
Qu'est-ce qui peut faire la dif-
férence face à l'USMA ?
L'envie et le collectif. Nous les
avons déjà battus. Ce match ne
constituera pas une première.
On sait à qui on a affaire. C'est
un gros morceau effectivement,
mais on a quand même notre
idée sur leurs petites faiblesses.
On tâchera de les exploiter.
Entretien réalisé par
Amar Benrabah
« C'est pas parce que le CRBAF évolue en Ligue 2, que nous allons le
sous-estimer. Si cette équipe est leader de son championnat, c'est bien
parce qu'elle a de la qualité et des ressources. Pour notre part, notre
équipe qui se porte bien en ce moment, a beaucoup gagné en
confiance. Le Chabab a une belle histoire avec la Coupe d'Algérie et
nos joueurs sont décidés à réussir le match attendu d'eux pour permet-
tre au CRB de passer aux quarts de finale. On veut cette coupe.
M.-A.A.
BOUALI (ENTRAINEUR DU CRB)
“Nous voulons cette coupe”
« Cette saison tout nous sourit pour le moment (rire). Pourvu que ça
dure. A l'occasion de notre match face au CRB, on doit tous faire en
sorte de donner une bonne image de notre équipe et de notre ville Aïn-
Fakroun. Le Chabab sera accueilli avec des fleurs et nos supporters se-
ront exemplaires en termes de sportivité avec nos invités. Sur le terrain
les deux équipes se battront dans un total fair-play et que le meilleur
gagne. Il faut savoir que le principal objectif pour nous cette saison
n'est autre que l'accession en Ligue 1. Une qualification ne pourra que
nous combler de bonheur. Nos joueurs joueront cette rencontre sans
complexe et feront le maximum pour gagner. »
M.-A.A.
NEGHIZ (ENTRAINEUR DU CRBAF)
“On jouera ce match sans complexe”
USMA - USMH (16 H AU 5-JUILLET)
Le suspense reste entier
CRBAF - CRB (14 H) STADE DEMENE DEBBIH
(AÏN M'LILA)
Le Chabab se méfie
du leader de la Ligue 2
L
e stade des frères Demène Debbih
d'Aïn M'lila renouera cet-après-midi
à partir de 14 heures avec l'ambiance
des grands jours, comme du temps où
l'ASAM évoluait au sein de l'élite du foot-
ball national. Cela à l'occasion de l'affiche
inédite qui opposera pour le compte des hui-
tièmes de finale de la Coupe d'Algérie, le
CRB Aïn Fakroun, actuel leader de la Ligue
2 professionnelle au Chabab de Bélouizdad
qu'on ne présente plus. Il faut dire que les
deux équipes marchent bien en ce moment
et affichent la belle forme. Les hommes de
Nabil Neghiz veulent créer l'exploit en éli-
minant de leur chemin le CRB, d'autant plus
qu'ils évolueront comme ''chez eux'' à Aïn
M'lila leur lieu de domiciliation cette saison,
devant leur public qui ne manquera pas de
venir nombreux assister à cette belle empoi-
gnade. Cela surtout que l'épreuve Dame
coupe procure un engouement spécial chez
les supporters. Pour leur part, les camarades
d'Ousserir qui sont déterminés à aller le plus
loin possible en Coupe d'Algérie, seule
compétition pour eux qui pourrait leur per-
mettre de décrocher un titre cette saison.
D'où l'importance qu'accordent les cama-
rades de Amar Ammour à cette compétition.
Toutefois, leur mission ne s'annonce guère
de tout repos devant le CRBAF, bien fa-
çonné par un excellent technicien nommé
Nabil Neghiz, qui a donné une âme à cette
formidable équipe qui constitue l'une des
belles surprises de cette saison en Ligue 2,
en compagnie du RC Arba. Surtout
lorsqu'on sait que les poulains du jeune pré-
sident émérite Hacène Bekkouche demeu-
rent jusque-là invincibles au stade Demène
Debbih, où ils n'ont concédé qu'un seul
match nul face à l'ES Mostaganem. Cette
opposition ne devrait pas manquer d'inten-
sité et de rebondissements, sachant que les
deux équipes jouent l'offensive et tiennent
à ne pas s'arrêter en si bon chemin. Certes,
contrairement au CRB qui mise sur la coupe
pour sauver sa saison, le CRB Aïn-Fakroun,
qui pour sa part met le paquet afin de réali-
ser l'accession en Ligue 1 qui sera historique
pour ce petit club, n'est pas pour autant dis-
posé à laisser tomber la Coupe d'Algérie.
Une victoire contre le Chabab, qui sur le pa-
pier part favori, lui permettra de se booster
pour la suite de son parcours qui s'annonce
très difficile en Ligue 2, avant de pouvoir
réaliser la montée. C'est une bonne occasion
aussi pour les camarades du capitaine Tou-
fik Kabri de se mesurer à un adversaire de
ce standing pour prouver la valeur de leur
équipe, quii n'est pas leader de la Ligue 2
par hasard. Il y a derrière cette équipe de
braves hommes qui veillent au grain, qui
veulent propulser le CRBAF vers l'avant et
qui veulent prouver qu'avec les hommes
qu'il faut, un travail bien planifié et une ges-
tion saine, on peut faire la grandeur d'un
club, aussi petit soit-il.
Mohamed-Amine Azzouz
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE
PREMIERE REGION MILITAIRE
El Moudjahid/Pub
ANEP 508883 du 05/03/2013
Avis d’appel d’offres national ouvert
N°28/2013/C2
Le Ministère de la Défense Nationale lance un avis d’appel d’offres national ouvert en
vue de :
L’APPROVISIONNEMENT DES UNITÉS DU PREMIER COMMANDEMENT REGIONAL
DE LA GENDARMERIE NATIONALE EN PRODUITS D’HYGIÈNE CORPORELLE.
Les entreprises et sociétés intéressées par le présent avis peuvent se présenter au siège
de la :
PREMIERE REGION MILITAIRE
Sis à : Blida
pour retirer les cahiers des charges, contre paiement de la somme de CINQ MILLE
DINARS ALGÉRIENS (5.000.00 DA), pour les sociétés de droit algérien au compte nº227
ouvert auprès de la trésorerie publique - Wilaya de Blida.
Les personnes déléguées pour le retrait du cahier des charges doivent se munir :
- d’une copie légalisée d’une pièce d’identité en cours de validité ;
- d’une lettre d’accréditation délivrée par le candidat à la soumission ;
- d’une copie légalisée du registre du commerce de la société ;
- d’une copie originale du bon de versement de la somme citée ci-dessus.
Les offres comprenant les pièces et documents exigés dans le cahier des charges devront
être scindées en deux (02) parties :
1- Une offre technique comprenant les documents requis par le cahier des charges ;
2- Une offre financière commerciale comprenant les documents requis par le cahier des
charges.
Les offres (technique et financière), contenues dans deux (02) enveloppes distinctes,
doivent parvenir sous pli cacheté à l’adresse ci-après :
Direction Régionale des Finances de la Première Région Militaire
Bureau d’Administration des Cahiers des Charges
BP Nº64 A / Terre 01 / Blida
L’enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra comporter que la
mention
Soumission à ne pas ouvrir
Avis d’Appel d’Offres National Ouvert
Nº28/2013/C2
Les soumissions doivent être adressées ou déposées à l’adresse indiquée ci-dessus
avant la date limite de dépôt des offres fixée à 30 jours à compter de la première date de
publication.
La date d’ouverture des plis est fixée dans le cahier des charges.
Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée de 90 jours
égale à celle de la préparation des offres fixée dans le cahier des charges.
Publicité
D E R N I E R E S
Pétrole
Le Brent
à 110,64
Monnaie
L'euro à
1,300
dollar
139
e
SESSION
DU CONSEIL
DE LA LIGUE ARABE
M. Medelci demain
au Caire
Le ministre des Affaires étrangères,
M. Mourad Medelci, prendra part à la
139
e
session du Conseil de la Ligue
arabe au niveau des ministres des Af-
faires étrangères prévue demain et
jeudi prochain au Caire, a indiqué,
hier, le ministère dans un communi-
qué. Plusieurs points importants sont
inscrits au menu de la session, notam-
ment l’élaboration de l’ordre du jour
qui sera soumis au 24
e
sommet arabe
qui se tiendra à Doha (Qatar) les 26 et
27 mars 2013”, a précisé la même
source.
Les ministres des Affaires étran-
gères auront également à examiner “le
rapport du secrétaire général sur les
mesures prises concernant la reforme
de la Ligue arabe et de l’action inter-
arabe”. Dans ce cadre, il est prévu
d’”informer le Conseil ministériel du
rapport élaboré par la commission
chargée de la réforme de l’action de la
Ligue arabe, présidée par M. Lakhdar
Brahimi”, ajoute le communiqué. Les
ministres débattront en outre “des
questions politiques majeures dont la
question palestinienne, la crise sy-
rienne, outre les autres dossiers poli-
tiques notamment la dénucléarisation
de la région du Moyen-Orient”.
C’est avec beaucoup de tristesse
que nous avons appris le décès
du frère de M. MEHENNI Abdela-
ziz, président de la CIPA.
En cette douloureuse circons-
tance, M. Sidi Saïd Abdelmadjid,
Secrétaire général de l’UGTA, au
nom du Secrétariat National, au
nom des travailleuses et des tra-
vailleurs, et en son nom personnel,
présente à la famille du défunt, ses
sincères condoléances et l’assure
de sa profonde sympathie.
Que Dieu Tout-Puissant accorde
au défunt Sa Sainte Miséricorde et
l’accueille en Son Vaste Paradis.
A Dieu nous appartenons et à Lui
nous retournons.
CONDOLÉANCES
UNITÉ D’IMPRESSION DE PRESSE À BÉCHAR
Réalisation prévue
début novembre
M. Mohamed Saïd, ministre de la Communication a visité, hier, à Béchar, le chantier de réalisation de l’unité
d’impression de presse. Le ministre a insisté sur le respect des délais de réalisation.
L
e ministre de la Communi-
cation, M. Mohamed Saïd,
a insisté, hier, à Béchar, sur
la réalisation et la mise en exploita-
tion au début de novembre prochain
de l’unité d’impression de presse,
relevant de la Société d’impression
d’Alger (SIA). Le ministre de la
communication qui a visité le chan-
tier de réalisation de cette unité a
mis l’accent sur l’apport de cette
unité à l’impression et à la diffusion
des différents titres de la presse na-
tionale dans les wilayas du sud-
ouest du pays, Béchar, Adrar,
Tindouf, Naâma et El-Bayadh. Une
enveloppe de 689 millions de dinars
est allouée à la réalisation de ce
projet de communication dont 305
millions de dinars proviennent des
fonds propres de la SIA qui compte,
à travers cette unité, mettre un terme
aux problèmes de distribution de la
presse dans le Sud-Ouest, a signalé
son directeur général.
Cette unité, qui s’étend sur une
superficie de 8.580 m
2
dont 1.400
m
2
bâtis, aura une capacité d’im-
pression de 35.000 exemplaires de
quotidiens et hebdomadaires à
l’heure, et d’une capacité totale de
production de 50.000 livres et ou-
vrages par jours. Un total de 99 em-
plois, dont 59 directs et 40 indirects,
seront créés en phase d’exploitation
de cette unité.
Le ministre de la Communica-
tion a achevé sa tournée dans la wi-
laya par une visite des sièges
régionaux des entreprises de la Té-
lédiffusion Algérienne (TDA), de la
télévision et de la radio locale où il
a reçu des explications sur le fonc-
tionnement et les prestations four-
nies par ces entités. En visitant le
siège de TDA, M. Mohamed Saïd a
insisté auprès des responsables ré-
gionaux de cette entreprise sur la
généralisation de la réception par les
habitants des 21 communes de la
wilaya des programmes de la Télé-
vision numérique terrestre (TNT),
reçue actuellement uniquement à
Béchar et au chef-lieu de la com-
mune frontalière de Beni-Ounif.
FESTIVAL CULTUREL
ET DE SOLIDARITÉ AVEC
LE PEUPLE SAHRAOUI
Une centaine
de participants à Béchar
Une centaine de participants sont at-
tendus aujourd’hui pour prendre part à un
festival régional culturel et de solidarité
avec le peuple sahraoui, organisé à Bé-
char à l’initiative de l’Union nationale de
la jeunesse algérienne (UNJA). Une forte
délégation politique et culturelle de la
République arabe sahraouie démocra-
tique (RASD) et des représentants de
l’UNJA des wilayas de Béchar, Adrar,
Tindouf, El-Bayadh et Naâma, et du
mouvement associatif local prendront
part à la rencontre qui s’étalera sur deux
jours. Selon les organisateurs, le festival
a pour objectif de “renforcer les liens cul-
turels et de solidarité entre les peuples al-
gérien et sahraoui”. Plusieurs activités
politiques et culturelles animées par des
diplomates et artistes sahraouis et des res-
ponsables nationaux de l’UNJA sont pro-
grammées.
Des stands dédiés aux différentes
phases de la lutte du peuple sahraoui pour
son autodétermination, des conférences-
débats sur la question sahraouie ainsi que
des représentations artistiques sont éga-
lement au menu de ce festival qui s’ins-
crit dans le cadre des actions de solidarité
du peuple algérien avec la juste cause du
peuple sahraoui, ont souligné les organi-
sateurs.
Equip-auto Algérie a ouvert,
hier, ses portes aux palais des ex-
positions, Pins maritimes jusqu’au
7 mars. Un lieu où les profession-
nels de la maintenance et de la
sous-traitance automobile se sont
donné rendez-vous pour des
échanges et des partenariats
La 7e édition du plus grand
Salon professionnel international
de l’Aftermarker automobile et vé-
hicules industriels en Afrique du
Nord, réunira pendant 4 jours sur
7000 m
2
d’exposition, près de 200
exposants dont 75% issus de 15
pays. « Les participants au carre-
four économique représenteront
une offre répondant aux attentes de
7000 visiteurs professionnels at-
tendus ( 60% étant des prescrip-
teurs ou décideurs influents », a
déclaré Nabil Bey Boumezrag,
commissaire général du Salon
Equip-Auto lors d’un point de
presse.
La tenue de cette manifestation
annuelle intervient au moment où
le secteur de la pièce de rechange
et l’activité de sous-traitance en
Algérie connaissent un intérêt
grandissant de la part des pouvoirs
publics, notamment avec le projet
d’installation de l’usine de mon-
tage du constructeur Renault en
Algérie.
Selon le conférencier, EQUIP
AUTO ALGERIA est incontesta-
blement le lieu de rencontre entre
fabricants, distributeurs et répara-
teurs à la recherche de nouveaux
produits, services et partenaires.
Et d’ajouter que les exposants in-
ternationaux ont pris conscience
de l’importance de prendre part à
cet événement incontournable du
secteur de l’après-vente automo-
bile en Algérie. Cette année,
EQUIP AUTO ALGERIA 2013
accueillera sur 3 halls d’exposi-
tion, près 200 exposants directs re-
présentant plus de 300 marques
leaders de l’équipement automo-
bile et poids lourds, ainsi que les
principaux importateurs et fabri-
cants algériens de pièce de re-
change et de matériel de garage.
Pour cette édition qui a re-
groupé plusieurs acteurs nationaux
de la sous-traitance, les visiteurs et
professionnels ont pu constater,
pas ailleurs, une présence plus
qu’ap- préciable d’exposants algé-
riens dans l’industrie automobile.
«  Plus que jamais, l’émergence
d’une sous-traitance nationale as-
surera l’avenir de l’industrie mé-
canique en Algérie et sera un pilier
fort d’une économie algérienne en
pleine progression  », a souligné
Nabil Bey.
M. Mendaci
Les Moudjahidate rendent hommage à l’une de leurs sœurs de combat Zoulikha Benzine dé-
cédée le 9 août 2012.
Un recueillement à sa mémoire se fera le vendredi 8 mars à 10h30 au cimetière d’El Madania
(ex-Clos Salembier).
Toute les personnes qui l’ont connue et qui se sentent proches de son combat sont conviés à cet
hommage.
VENDREDI 8 MARS À 10H30
AU CIMETIÈRE D’EL MADANIA
Hommage à la moudjahida ZouliKha Benzine
7
e
ÉDITION D’EQUIP-AUTO ALGÉRIE
Une sous-traitance de qualité
pour une industrie automobile forte
Santé, beauté, voyage, cuisine, tout pour être
bien dans son corps, pour être bien dans sa tête.
C’est ce que promettent les organisateurs de la 9e
édition du Salon international de la femme « Eve
2013 » inauguré, hier, à la Safex par la ministre
de la Solidarité nationale M
me
Souad Bendjabal-
lah. Organisé par le World Trade Center Alegria,
en partenariat avec la Safex, la manifestation re-
vient cette année plus ambitieuse et plus promet-
teuse au grand bonheur des femmes pour
lesquelles ce Salon est exclusivement consacré.
Et comme chaque année, « Eve 2013 » coïncide
avec la célébration de la journée internationale de
la Femme, c’est pourquoi le Salon se veut être,
un espace réservé exclusivement pour la femme
algérienne à travers les nombreux exposants spé-
cialisés dans les secteurs d’activité relatifs à son
univers, à son bien-être, à sa féminité ainsi qu’à
son foyer. « La visite de ce genre de Salon nous
permet de poser certaines questions, de nous
orienter vers les pistes à même de régler certains
problèmes et certaines contraintes que rencontrent
les participants  » dira M
me
la ministre dans un
point de presse organisé a l’issue de sa visite des
stands présents. Ainsi, l’invitée du Salon se de-
mande combien de produits exposés sont locaux ?
Combien de femmes sont employées au sein des
entreprises présentes à ce Salon ? Pourquoi les
femmes n’investissent pas dans le domaine des
produits exposés ? Et, enfin, quel est le rapport
qualité-prix des produits qu’on présent aux
femmes algériennes ? M
me
la ministre espère que
le bilan qui sera fait à la clôture du Salon qui se
déroulera sur six jours, des réponses a toutes ces
questions seront disponibles. M
me
Bendjaballah
regrette que « des femmes entrepreneurs soient
absentes de la manifestation, elle affirme pourtant
que 60% des crédits accordés dans le cadre du
soutien a l’emploi ont bénéficié à des femmes et
que le nombre d’entreprise créées par des femmes
dans le cadre de l’ASEJ est important. » Elle in-
siste sur le respect et le contrôle de la qualité des
produits vendus aux femmes particulièrement les
produits cosmétiques. A la veille du 8 mars, la mi-
nistre de la Solidarité invite les femmes algé-
riennes à « rester vigilantes afin de garder leurs
acquis. »
Farida Larbi
9
e
ÉDITION DU SALON INTERNATIONAL DE LA FEMME EVE 2013
Une opportunité pour faire le point 

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful