Collection folio junior

dirigée par Jean-Olivier Héron et Pierre Marchand

Gerald Lientz

Meurtre au Club Diogene
Sherlock Holmes/1
Traduit de l'anglais par Noël Chassériau OCR et Hyperliens par GRUUL Illustrations de Gérard Delepierre

Gallimard

Titre original : Murder at the Diogenes Club © Iron Crown Enterprises, 1987, pour le texte. © Éditions Gallimard, 1991, pour la traduction française et les illustrations. Tous nos remerciements vont à Mme Jean Conan Doyle, qui a bien voulu autoriser la reprise des personnages de l'œuvre de sir Arthur Conan Doyle.

Sommaire
Holmes et Watson Règles du jeu Feuille d'Aventure Répertoire des Indices Répertoire des Déductions et Décisions Londres à l'époque victorienne Carte de Londres Les protagonistes Prologue

Holmes et Watson*
Apparu pour la première fois en 1887 dans La Tache écarlate, publiée dans le numéro de Noël du Beeton's, Sherlock Holmes reste un personnage de premier plan, remarquablement vigoureux et fascinant pour un homme d'un âge aussi avancé. Le domicile du détective, au 221 B Baker Street, est aujourd'hui un véritable sanctuaire, pas seulement l'appartement dans lequel Holmes vivait, raisonnait et jouait du violon quand il ne parvenait pas à discerner la signification exacte d'un indice ou le mobile tortueux d'un criminel. Nous savons à la fois beaucoup et peu de choses sur Sherlock Holmes en tant qu'être humain. Fils d'un gentilhomme campagnard (et petit-fils du peintre français Vernet), Holmes semble avoir peu attiré l'attention avant son séjour à l'université, où ses dons extraordinaires pour appliquer la logique, l'observation et la déduction à la solution de petits mystères lui valurent la réputation d'être une sorte de génie. Holmes en tira les conséquences en ouvrant un cabinet de détective privé, probablement en 1878. Quatre ans plus tard, il fit la connaissance d'un ancien médecin militaire, le Dr John Watson, qui devint son collaborateur. Quatre romans et cinquante-six nouvelles nous apprennent tout ce que nous connaissons sur ces compagnons disparates et leurs prodigieuses aventures. Moins une personnalité nettement définie qu'un amalgame de caractères contradictoires et inhabituels, Holmes prenait peu d'exercice, mais n'en était pas moins un homme vigoureux et un coureur exceptionnellement rapide. Capable de travailler avec acharnement durant des jours et des jours sans prendre aucun repos et en mangeant à peine, il lui arrivait, pendant ses périodes d'inactivité, de passer toutes ses journées au lit. Sa déclaration la plus révélatrice se trouve peut-être dans L'Aventure de la pierre mazarine : « Je suis un cerveau, Watson. Le reste de ma personne est un simple appendice. » Holmes faisait peu de cas des connaissances abstraites, allant jusqu'à affirmer qu'il lui importait peu de savoir si c'était la Terre qui tournait autour du Soleil ou le contraire. En revanche, il était capable d'identifier d'innombrables variétés de cendres et d'odeurs de tabac à la vue et à l'odorat. Les criminels et leurs méthodes l'obsédaient : il lisait scrupuleusement tous les faits divers des journaux londoniens.

Virtuose du déguisement, le détective se fit passer avec succès pour un prêtre italien âgé, pour un palefrenier ivre et même pour une vieille femme ! Un Watson éberlué était un bon test pour Holmes, qui semblait prendre un plaisir tout particulier à mystifier un compagnon charmant, mais quelque peu balourd. Dans Le Signe des Quatre, Holmes décrit brièvement les qualités dont tout bon détective devrait être abondamment pourvu (intuitivement si possible) : des facultés d'observation et de déduction développées, et un vaste éventail de connaissances précises (et souvent inhabituelles). Dans ce « Livre dont vous êtes le héros », vous aurez amplement l'occasion de tester vos aptitudes dans ces domaines et, en recommençant l'aventure, de perfectionner vos talents de détective. Aussi remarquable qu'il fût par ses dons et sa conscience professionnelle, Sherlock Holmes était loin d'être parfait. Surclassé par Irene Adler dans Un scandale en Bohême, il reconnut volontiers avoir été vaincu par «la» femme. En 1887, il avoua à Watson que trois hommes avaient été plus forts que lui (et que Scotland Yard). La leçon que Holmes tira lui-même de ces échecs est révélatrice : « Il se peut que le fait de posséder comme moi des connaissances particulières et des pouvoirs spéciaux incite à rechercher une explication complexe là où une solution plus simple est à portée de la main. » Apprenez donc à vous fier à vos propres observations et à vos propres déductions - lorsqu'elles sont sensées et concordent avec les indices matériels et les témoignages de gens de confiance -, ne tirez pas trop vite de conclusions et, si vous le désirez et si les circonstances le permettent, n'hésitez pas à demander conseil à Holmes ou à Watson. Et maintenant, faites assaut d'intelligence avec le plus célèbre détective privé de tous les temps. Surtout, ne vous laissez pas démoraliser : si vous ne réussissez pas du premier coup, recommencez, c'est tout ! Il serait peut-être bon de garder à l'esprit le conseil que donnait Holmes à Watson et à tous les apprentis détectives : « C'est une de mes vieilles maximes, dit-il, que quand on a éliminé l'impossible, ce qui reste, aussi improbable que cela paraisse, doit être la vérité. » Bonne chance et bonne chasse !

Règles du jeu*
Dans le cas (fréquent) où le chiffre tiré doit être majoré d'un bonus, considérez les résultats supérieurs à 12 comme « 12 » et les résultats inférieurs à 2 comme « 2 ». Indices et solution de l'énigme Au cours de votre enquête, vous recueillerez divers indices (par exemple : une empreinte de pied, l'arme du crime, un article de journal) et vous serez appelé à prendre des décisions ou à procéder à des déductions (par exemple : vous décidez de filer quelqu'un, vous déduisez que l'assassin est le valet de chambre). Souvent, le texte vous demandera d'effectuer l'une des opérations suivantes : Enregistrez l'Indice x, ou enregistrez la Décision x, ou enregistrez la Déduction x. « x » est une lettre s'il s'agit d'un Indice, un chiffre pour les Décisions et Déductions. Lorsque le cas se produit, remplissez la ligne appropriée du « Répertoire des Indices » ou du « Répertoire des Déductions et Décisions » figurant au début du livre en y inscrivant l'information recueillie et le numéro du paragraphe. Vous pouvez copier ces listes pour les réutiliser ultérieurement. Vous trouverez également dans le texte d'autres renseignements utiles ne nécessitant pas un « enregistrement». Comme vous pouvez souhaiter en prendre note, une case NOTES figure au bas de votre Feuille d'Aventure. N'oubliez pas que certains des indices ou des renseignements fournis peuvent être dénués de sens ou dépourvus d'intérêt, leur seul rôle étant de brouiller la piste. Équipement et argent Chaque fois que vous acquérez de l'argent ou un équipement quelconque, notez-le dans les cases prévues à cet effet sur la Feuille d'Aventure. Les pence (1 penny), les shillings (12 pence), les guinées (21 shillings) et les livres (20 shillings) peuvent vous servir, au cours de votre enquête, à payer un repas, un hébergement, un transport, un pourboire, etc. Certains équipements peuvent modifier vos aptitudes en bien ou en mal ; le texte vous le précisera. Vous commencez l'aventure avec l'argent indiqué sur la Feuille d'Aventure préétablie qui figure au début du livre.

Choix d'un personnage Il existe deux manières de choisir son personnage. Vous pouvez : soit adopter le personnage entièrement décrit au début du livre ; soit inventer votre propre personnage en vous conformant à la méthode simple exposée au paragraphe suivant. Si vous ne souhaitez pas inventer votre propre personnage, adoptez le personnage préétabli figurant en tête de ce livre. Si vous préférez l'inventer vous-même, conformez-vous aux instructions données dans ce paragraphe, en notant les caractéristiques de votre personnage sur la Feuille d'Aventure vierge. Il est préférable de porter ces indications au crayon, afin de pouvoir les effacer et les modifier. Si besoin est, vous pouvez copier cette Feuille d'Aventure pour l'utiliser à votre convenance. En procédant à l'invention de votre personnage, référez-vous, à titre d'exemple, au personnage préétabli de la première Feuille d'Aventure. Aptitudes Les six aptitudes ci-après influent sur vos chances d'accomplir certains actes au cours de votre aventure. (comprenant la vigueur physique, l'adresse, le courage, la pugnacité et les talents de pugiliste) : cette aptitude exprime votre capacité d'exécuter les actions exigeant de l'équilibre, de la coordination, de la rapidité, de l'agilité et de la vivacité. Parmi ces actions peut figurer le fait de vous battre, d'esquiver une attaque, de courir, de grimper, de monter à cheval, de nager, etc.
FORCE

(comprenant l'artifice, le camouflage, le travestissement, la ruse, l'art d'obtenir des informations) : faites appel à cette aptitude quand vous voudrez vous déplacer sans être vu ou entendu, dérober quelque chose, forcer une serrure, vous sortir d'un mauvais pas, vous déguiser et bien d'autres circonstances du même ordre.
HABILETE

(comprenant la sensibilité, la perspicacité, le raisonnement, la déduction et la chance) : cette aptitude traduit votre talent pour interpréter et faire concorder les renseignements, les indices, etc. Elle reflète également votre capacité à émettre des hypothèses et à concevoir des soupçons.
INTUITION

(comprenant la façon de poser des questions, de jouer un rôle, de se mêler à la foule, de négocier et de faire preuve de diplomatie) : cette aptitude traduit votre talent pour parler aux gens, pour discuter avec eux, pour en obtenir des informations. Elle reflète également votre sociabilité et la facilité avec laquelle vous vous adaptez aux divers milieux, ainsi que vos dons pour jouer la comédie et l'art de dissimuler vos propres pensées et vos sentiments personnels.
COMMUNICATION

(comprenant la perception, la vigilance et la faculté de vous identifier à quelqu'un) : cette aptitude traduit la quantité d'informations que vous recueillez par perception visuelle.
OBSERVATION

(comprenant l'éducation, l'instruction, l'actualité et le don des langues): cette aptitude traduit votre expérience et vos compétences dans divers domaines tels que langues étrangères, art, histoire, actualité, chimie, tabacologie, biologie, etc.
CONNAISSANCES

Bonus d'aptitude Chacune de ces aptitudes est affectée d'un bonus d'aptitude qui intervient lorsque vous entreprenez certaines actions. Quand le texte vous dit d'« ajouter votre bonus », c'est à ces bonus d'aptitude qu'il fait allusion. Notez que ces « bonus » peuvent aussi bien être négatifs que positifs, quand vous commencez à créer votre personnage, vous disposez de « six bonus + 1 » à attribuer à vos diverses aptitudes. Vous pouvez affecter plus d'« un bonus + 1 » à une aptitude déterminée, sans jamais dépasser trois. D ANS ce cas, «deux bonus + 1 » attribués à une même aptitude deviennent «un bonus + 2», et « trois bonus + 1 » « un bonus + 3 ». Chacun de ces bonus doit être inscrit sur la Feuille d'Aventure en face de l'aptitude correspondante. Si vous n'attribuez aucun « bonus + 1 » à une aptitude, inscrivez en regard « un bonus - 2 ». Certains équipements, ou des blessures survenues au cours de votre aventure, peuvent influer sur vos bonus. Notez ces modifications dans la case des « Bonus ». *

Londres à l'époque victorienne*
A l'époque où Holmes exerçait ses talents à Londres, du début des années 1880 jusqu'en 1903, l'ère victorienne était beaucoup plus qu'un sujet d'étude et de plaisanterie. La reine Victoria gouverna l'Angleterre pendant plus de soixante ans, règne d'une durée sans précédent ; ses goûts et ses opinions reflétèrent et formèrent ceux de la société anglaise. Après la révolution industrielle (1750- 1850), l'Angleterre fit un bond en avant qui transforma un pays en majeure partie rural en nation manufacturière puissante et prospère. (Les romans de Charles Dickens décrivent d'une façon dramatique cette cruelle et passionnante période de brusque mutation sociale.) En dehors des frontières, l'empire colonial fit flotter l'Union Jack (et implanta les mœurs britanniques) en Afrique, aux Indes et en Extrême-Orient. C'est d'ailleurs au cours de la campagne d'Afghanistan que le Dr Watson fut blessé. Cosmopolite et néanmoins fière d'elle-même, Londres comptait, à la fin du xixe siècle, plus de six millions d'habitants, dont beaucoup venaient des quatre coins du monde. Elle s'enorgueillissait de la haute société de Park Lane tout en abritant une pouilleuse Chinatown où l'opium s'achetait et se consommait comme du thé. Pour vous orienter, sachez que Baker Street se trouve au sud de Regent's Park, non loin du Jardin zoologique, au cœur de l'élégant quartier du West End. Les moyens de locomotion usuels étaient le train et la voiture à cheval, mais les gens marchaient beaucoup : les voleurs prenaient souvent leurs jambes à leur cou pour se rendre d'un point à un autre !

*

Les protagonistes*
Pierre Armand : Français, importateur de vins et d'alcools. Sir Alexander Bassett-Hynde : historien, membre du club Diogène. Bowser et Fitzhugh : turfistes professionnels. Henry Hamilton : avocat ayant remis une lettre au colonel Sylvester avant sa mort. Lord Hampton : riche propriétaire de chevaux de course. Mycroft Holmes : membre du club Diogène, frère de Sherlock Holmes. Irish Star : cheval de course réputé. L'honorable Charles Martin : membre du Parlement et du club Diogène. Amiral William Nelson : membre du club Diogène. John Oliver : palefrenier d'Irish Star. Henry Raines : entraîneur d'Irish Star. Roscoe : bookmaker. Sir Andrew Saint-James : président du club Diogène. Tom Smithson : serveur au club Diogène. Stanly : un des irréguliers de Baker Street. Colonel Ian Stuart : propriétaire d'Irish Star. Colonel Philip Sylvester : membre du club Diogène récemment décédé. Lord Trent : industriel, membre du club Diogène.

Le docteur Watson est à son bureau et Holmes se repose près de la fenêtre.

PROLOGUE*
Par une belle journée d'été qui ensoleille les trottoirs de Londres, vous décidez d'aller rendre visite à votre mentor, Sherlock Holmes, et à votre cousin, le Dr John Watson. Peut-être M. Holmes vous confiera-t-il aujourd'hui une affaire à résoudre par vos propres moyens ? Lorsque vous arrivez au 221 B Baker Street (le B indique qu'il s'agit de l'appartement du premier étage), Mme Hudson vous accueille avec le sourire, bien qu'elle soit visiblement occupée à un grand nettoyage. - Ça fait plaisir de vous revoir, dit la logeuse de Holmes. M. Holmes et le Dr Watson sont là. Vous connaissez le chemin. - Oui, m'dame, répondez-vous en vous dirigeant vers l'escalier. - Vous pourriez me rendre un petit service, continue-t-elle. (Vous vous arrêtez.) Le journal du Dr Watson vient d'arriver. Si vous le preniez, ça m'éviterait de monter une fois de plus. Je viens de porter un télégramme au docteur, et j'ai du travail par-dessus la tête. Bien entendu, vous acceptez. Lorsque vous frappez à la porte, Holmes vous crie d'entrer, et les deux hommes vous reçoivent sans cérémonie. Le Dr Watson est à son bureau, en train d'écrire ; un télégramme dépasse de sa poche. Holmes, la pipe tirant de façon satisfaisante, se repose près de la fenêtre. Après avoir répondu à leurs salutations, vous remettez son journal à votre cousin et vous vous asseyez pour bavarder avec Holmes. Bien que rarement spontanées, les réflexions du détective méritent toujours d'être écoutées. Tout en parlant, vous remarquez que Watson déplie son journal, lit attentivement la dernière page, puis met le journal de côté avec un grognement de dégoût. Holmes fait entendre un petit rire. - Vous avez entièrement raison, Watson. Vous gagnerez davantage en rédigeant l'histoire de Silver Blaze qu'en pariant sur n'importe quelle course de demain. - C'est la décision que je viens de prendre, Holmes, répond Watson. Ces chevaux auront du mal... Comment savez-vous à quoi je pensais ?

- Élémentaire, mon cher Watson, rétorque Holmes. En observant et en raisonnant, comme d'habitude. D'ailleurs, Watson, vous tirez un tel parti de mes analyses des petits incidents quotidiens que vous seriez mal venu de vous en plaindre. - D'accord, Holmes, autant pour moi, acquiesce Watson avec un sourire en rougissant un peu. Mais je ne vois absolument pas comment vous vous y êtes pris cette fois. Je ne vous avais même pas dit que je relatais l'une de vos enquêtes, et encore moins laquelle. - Très bien, Watson, je vais vous l'expliquer. (Holmes fait une pause.) Et puis non, j'ai une meilleure idée. Notre jeune ami va reconstituer mon raisonnement et nous montrer jusqu'à quel point il a assimilé ma technique. Allez, montrez-nous ce que vous savez faire. Je vous aiderai un peu. Brusquement nerveux, vous passez vos idées en revue en essayant de vous rappeler tous les détails significatifs de la matinée. - Par où dois-je commencer ? Demandez-vous pour gagner du temps. - Pourquoi ne pas essayer d'abord le télégramme ? propose Holmes. Peu avant votre arrivée, Watson a reçu une dépêche qu'il a fourrée dans sa poche sans la lire. Qu'est-ce que vous en déduisez ? - Qu'il était pressé, répondez-vous, et vous portez la main à votre bouche, consterné d'avoir parlé sans réfléchir. Non, comment aurait-il pu être pressé alors qu'il était assis à son bureau ? Il doit y avoir une autre raison. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Intuition. Si vous obtenez : De 2 à 6 De 7 à 12 Rendez-vous au 323 Rendez-vous au 638

101 - Que prévoient exactement les règlements du club en ce qui concerne le comportement et l'admission des membres ? Demandez-vous. Sir Andrew se détend ; là, il est sur un terrain plus solide. - Toute conversation est formellement interdite dans les salons mis à la disposition des membres, sauf dans la pièce que nous appelons le salon des étrangers. Naturellement, il m'arrive de donner des ordres aux domestiques, qui sont autorisés à parler (uniquement de sujets ayant trait à leurs fonctions) dans les pièces de service. Nous les payons assez cher pour pouvoir nous montrer exigeants. Quant aux modalités d'adhésion, nous sommes plutôt plus libéra u x que d'autres. Notre établissement est couteux, et il n'est pas du goût de tout le monde. D'autre part, le fait que les membres ne sont pas appelés à frayer les uns avec les autres nous permet d'être tolérants. Pourvu qu'un homme s'abstienne de tout ce qui serait de nature à perturber l'ambiance du club, nos membres l'acceptent. En fait, l'un des membres dont la candidature a soulevé le plus de discussions est M. Sherlock Holmes, à cause de sa profession et du retentissement qu'elle risque d'avoir parfois dans le public. Finalement, son attitude parfaite durant des années, en tant qu'invité, et le profond respect que nous éprouvons pour son frère Mycroft nous ont conduit à accepter son adhésion. Rendez-vous au 379. 102 - Je suis curieux de savoir, commencez-vous, comment vous avez été amené à remettre une lettre au colonel. Cela me paraît sortir des attributions d'un avocat. Au contraire, répond-il en riant, c'est une fonction tout à fait naturelle lorsque l'auteur de la lettre désire que celle-ci parvienne à son destinataire avec un maximum de discrétion. Je suis rentré depuis peu en Angleterre et j'essaie de me constituer une clientèle, si bien que les honoraires d'une telle mission sont les bienvenus. Un homme que je ne connaissais pas s'est présenté à mon bureau, il m'a expliqué qu'il avait une information d'une importance capitale à faire parvenir au colonel, et qu'il préférait que je lui remette l'avertissement en main propre.

L'avertissement ? Répétez-vous avec surprise. C'est le mot qu'il a employé, « l'avertissement », répond Hamilton. L'enveloppe était cachetée, mais étant donné la réputation du colonel Sylvestre, le fait-il qu'il reçoive un avertissement n'a pas semblé extraordinaire. Enregistrez l'Indice Y. Si vous posez des questions sur la lettre, rendez-vous au 215. Sinon, rendez-vous au 420.

103 - Je sais bien, commencez-vous, qu'aucun homme de cheval n'a jamais aimé perdre une course, sur- tout dans des circonstances suspectes. Le colonel hoche affirmativement la tête. Néanmoins, continuez-vous, je m'étonne qu'un incident aussi prosaïque que la perte du prix de l'épreuve puisse avoir des conséquences dramatiques pour votre écurie. Stuart commence par se rebiffer, puis il acquiesce. - C'est naturel, je suppose qu'il faut que vous soyez au courant, mais c'est humiliant pour un homme de mon rang d'aborder de tels sujets. Oui, j'ai besoin de savoir, dites-vous d'un ton encourageant. - Eh bien, reconnaît le colonel Stuart, la perte de ce prix risque de causer ma ruine. Si j'avais engagé Irish Star dans une épreuve d'aussi bas niveau, c'était pour une seule et unique raison : gagner le prix et payer mes dettes. Maintenant, je vais être obligé de vendre Irish Star, et peut-être aussi mon écurie. Les larges épaules du colonel s'affaissent devant l'étendue du désastre. Enregistrez l'Indice B, puis lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Intuition. Si vous obtenez : De 2 à 5 De 6 à 12 Rendez-vous au 376 Rendez-vous au 487

104 - Avez-vous obtenu un échantillon du contenu de la bouteille du colonel Sylvester au bar du club? demande Holmes. Si vous avez enregistré l'Indice N, rendez-vous au 375. Sinon, rendez-vous au 143.

105 Vous vous apprêtez à fouiller l'écurie du colonel Stuart. Si vous commencez par la chambre du palefrenier, rendez-vous au 197. Si vous commencez par la stalle d'Irish Star, rendez-vous au 455. Si vous commencez par la sellerie, rendez-vous au 404.

106 - Il y a quelqu'un, Watson, chuchotez-vous. Il faut faire quelque chose ! Aidez-moi à enfoncer la porte. Watson regarde la porte et secoue la tête. - Il faudrait une hache pour fracturer cette porte, murmure-t-il. Vous ne pouvez pas crocheter la serrure ? D'ailleurs, si nous enfoncions la porte, le portier appellerait immédiatement la police, et nous aurions du mal à nous justifier. - Je ne sais pas si je parviendrai à crocheter la serrure, répondez-vous, mais je vais essayer. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Habileté. Si vous obtenez : De 2 à 7 De 8 à 12 Rendez-vous au 464 Rendez-vous au 473

107 - Vous avez la liste des clients qui vous ont acheté ce brandy ? Demandezvous au commerçant. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Communication. Si vous obtenez : De 2 à 6 De 7 à 12 Rendez-vous au 498 Rendez-vous au 535

108 Plutôt que de fouiller les immeubles bordant le passage, vous préférez vous embusquer sous un porche d'où vous apercevez leurs façades. Votre attente s'éternise, et, à vos côtés, Watson s'impatiente. Une demi-heure s'écoule, pas la moindre trace de Hamilton. Si vous continuez à attendre, rendezvous au 271. Mais il aurait peut-être mieux valu explorer les bâtiments. Si vous décidez de fouiller : Le premier, l'arrière-boutique d'une épicerie Rendez-vous au 558 Le deuxième, un cellier Le troisième, une auberge abandonnée Rendez-vous au 561 Rendez-vous au 194

109 Vous passez soigneusement en revue les preuves que vous avez rassemblées, en espérant que Holmes reconnaîtra que vous avez démontré la culpabilité de Hamilton. Si vous avez enregistré l'indice Q, rendez-vous au 525. Sinon, rendez-vous au 531.

110 Vous examinez attentivement le bureau de Watson. Enveloppes, timbres et autres fournitures emplissent les casiers du fond. Des feuilles manuscrites s'entassent du côté gauche, tandis que le papier blanc est à droite, à portée de la main. Watson fait semblant d'écrire, peut-être pour reconsti-tuer la scène. Trois boules de papier froissé sont dispersées autour de ses pieds. Rendez-vous au 435.

111 Vous songez à la rumeur selon laquelle lord Hampton aurait essayé d'acquérir Irish Star à bas prix. Si vous le questionnez sur ce point, rendezvous au 493. Sinon, rendez-vous au 317.

112 - Je pense que le colonel Sylvester a été assassiné par son valet de chambre, qui le haïssait, déclarez-vous d'un ton hésitant, et vous décrivez la conduite du domestique dans l'appartement de son maître. - Le valet de chambre pourrait difficilement être coupable, répond Holmes. Il y a peu de chances pour qu'un homme de ce milieu ait eu connaissance de la drogue, et il n'existe aucune preuve suggérant qu'il aurait pu commettre le crime. Rendez-vous au 296.

113 Vous vous apercevez que Hamilton est trop vigoureux pour vous, et vous n'avez même pas le temps d'appeler à l'aide avant que son dernier coup de poing ne vous assomme. Vous reprenez vos esprits lentement. Quelqu'un vous bassine le visage et la nuque à l'eau fraîche. En ouvrant les yeux, vous constatez que Watson, l'air anxieux, s'est accroupi à côté de vous pour soigner vos contusions. - Combien de temps suis-je resté sans connaissance ? Demandez-vous.

- Une demi-heure, sinon plus, répond le docteur. Quand j'ai estimé que j'avais attendu assez longtemps, je vous ai trouvé couché par terre. J'ai peur que Hamilton n'ait filé depuis belle lurette. Rendez-vous au 409.

114 Le colonel Stuart vous dévisage avec un dégoût manifeste. - Vous aurait-on laissé patauger dans une nouvelle enquête, après le gâchis que vous avez fait lorsque mon cheval a été drogué ? (Vous ne trouvez pas de réplique appropriée, et il continue.) C'est une chance pour la justice que, cette fois, il ne s'agisse pas vraiment d'un crime. Si VOUS avez enregistré la Déduction 12, rendez-vous au 175. Sinon, rendezvous au 350.

115 Holmes écoute attentivement votre explication et approuve d'un imperceptible hochement de tête. - Compte tenu de la présence de Hamilton au moment de la mort de Sylvester, la lettre constitue probablement, en elle-même, une preuve suffisante, reconnaît-il, mais il serait quand même plus probant de démontrer qu'il avait un mobile pour commettre ce crime, ainsi qu'un contact quelconque avec les Antilles, établissant un lien, fût-il circonstanciel, entre Hamilton et la drogue. Néanmoins, vous avez résolu l'affaire. Rendez-vous au 539.

116 - Et maintenant, demandez-vous à l'employé de Roscoe, je peux consulter la liste des enjeux ? - Cer... Cer... certainement, monsieur, bredouillet-il servilement.

Vous regardez le livre et constatez avec surprise que personne n'a misé gros sur Maiwand ni sur aucun des autres rivaux d'Irish Star. Pendant que vous réfléchissez, Watson vous presse de partir. - Allez, venez, murmure-t-il. J'ai un train à prendre, et le colonel Stuart vous attend. Lorsque vous acquiescez, votre cousin s'en va précipitamment. Rendez-vous au 228. 117 En fouillant dans vos souvenirs, vous vous rappelez avoir déjà entendu parler de ce brandy. Un seul magasin de Londres, Amber's, importe cette marque. Enregistrez l'Indice M et rendez-vous au 609.

118 - Je crois que c'est Pierre Armand, le concurrent français de Sylvester, qui a commis le crime, déclarez-vous. Ce serait une coïncidence par trop extraordinaire qu'un homme ruiné par Sylvester et connaissant bien les Antilles (donc pouvant se procurer la drogue fatale) soit justement celui qui importe le brandy de Sylvester. - Mais non, absolument pas, rétorque Holmes. | Comment aurait-il introduit la drogue dans le brandy ? Réfléchissez un peu. Il n'aurait pas osé droguer toutes les bouteilles uniquement parce que c'est la marque que boit le colonel Sylvester. Le mobile d'Armand est des plus légers, à mon avis, et la méthode que vous suggérez est... impossible ! Rendez-vous au 296. 119 Vous vous demandez si la sérénité du club n'est jamais troublée par une antipathie personnelle entre ses membres. Sans possibilité de vider une querelle par une éventuelle discussion, l'hostilité risque de prendre des proportions de nature à engendrer pratiquement n'importe quoi. Se pourrait-il que l'un des membres qui se trouvaient dans le petit salon en même temps que le colonel Sylvester ait eu un motif particulier de le détester? Si vous vous renseignez sur les membres du club se trouvant dans le salon avec le colonel Sylvester, rendez-vous au 366. Sinon, rendez-vous au 499.

120 - Je crois que c'est le serveur, Tom Smithson, qui a assassiné le colonel, déclarez-vous à Holmes. Pour venger la mort de son frère. Holmes secoue négativement la tête en vous lançant le genre de regard torve qu'il lui arrive de décocher à Watson en certaines circonstances. - Il n'existe absolument aucun indice justifiant cette accusation, dit-il, pas l'ombre d'une preuve. Si un homme comme Smithson décidait de commettre un meurtre, il le ferait avec une matraque ou un couteau, pas avec une drogue bizarre qui tue indirectement, vous ne croyez pas ? Rendezvous au 296. 121 Vous décidez de vous en tenir à votre plan initial et de prendre l'express pour Bristol, où vous requérez l'assistance de deux agents de la police locale mais, quand l'omnibus arrive, Hamilton n'en descend pas, et une fouille approfondie du convoi montre qu'il ne se dissimule nulle part. Rendez-vous au 409. 122 Vous remerciez le barman de son obligeance et vous quittez le bar. En arrivant dans le hall, Watson vous demande : - Alors, vous vous décidez à lire cette lettre, oui ou non ? Vous vous apercevez à ce moment que l'enveloppe est toujours dans votre main. Rendez-vous au 587. 123 - Je m'apprêtais à filocher le dénommé Oliver comme vous me l'aviez demandé, dit Stanly tout essoufflé, mais, à ce moment-là, j'ai vu les « Bobbies » l'embarquer. Du coup, j'ai pensé que ça ne rimait pas à grandchose de leur filer le train, alors je suis revenu. Vous lui donnez une pièce et vous le remerciez. Rendez-vous au 129.

124 - J'ai vu ce type sortir de l'écurie en portant des seaux, continue Stanly, mais il les a posés dans un coin et il est revenu derrière l'écurie. Là, il a tâtonné derrière un des volets de la fenêtre et il a ramené quelque chose. C'était trop petit pour que je puisse voir ce que c'était, alors j'ai continué à le filer. Finalement, il s'est glissé en douce derrière la baraque des rafraîchissements, et je l'ai vu jeter cette petite bouteille sur le tas d'ordures qui se trouve là. Il vous tend un flacon de médicament dont l'étiquette porte : DISTILLAT D'OPIUM HASTINGS. Enregistrez l'Indice H, puis lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Connaissances. Si vous obtenez : De 2 à 5 De 6 à 9 Rendez-vous au 398 Rendez-vous au 200

De 10 à 12 Rendez-vous au 255

125 Holmes paraît abasourdi. - Vous parlez sérieusement ? demande-t-il. Rendez-vous au 999.

126 - Après avoir trouvé le flacon de médicament, avez-vous vu Oliver faire autre chose ? Demandez-vous à Stanly. Lancez deux dés. Si vous obtenez : De 2 à 7 De 8 à 12 Rendez-vous au 418 Rendez-vous au 340

127 Vous explorez en tapinois la cave de l'auberge abandonnée. Soudain, vous entendez tousser dans un coin, et vous vous rappelez le catarrhe de Hamilton. Vous avancez vers le bruit et vous découvrez l'avocat tapi entre deux tonneaux. Vous vous jetez sur lui avant qu'il ne se soit aperçu de votre présence. Rendez-vous au 612.

128 - Vous pensez que c'est moi qui ai écrit cela ? demande-t-il. Lorsque vous acquiescez, il manifeste bruyamment son mépris en bougonnant : - Et moi qui vous croyais doué d'un minimum de bon sens ! Pauvre crétin, je m'appelle Ian Stuart, pas Henry. Bon, vous avez encore d'autres stupidités pour me faire perdre mon temps ? Rendez-vous au 350.

129 Vous finissez lentement votre repas en réfléchissant à ce que vous avez appris. Si vous avez enregistré l’indice H, rendez-vous au 551. Sinon, rendez-vous au 480.

130 Vous souriez à Mycroft en réfléchissant à la meilleure manière de poser vos questions. Si vous lui demandez ce qu'il pensait de Sylvester, rendez-vous au 136. Sinon, rendez-vous au 658.

131 Lorsque vous achevez votre exposé du crime, Holmes ébauche un mince sourire. - On fera quelque chose de votre cousin, Watson. Il a indiscutablement l'étoffe d'un bon détective. Bien qu'il ne soit pas parvenu à réunir toutes les preuves, il a néanmoins bâti une accusation solide. Si vous souhaitez l'aide de Holmes, rendez-vous au 546. Si vous préférez tenter à nouveau de résoudre le mystère par vos propres moyens, rendezvous au 237.

132 Au moment où vous vous penchez sur la liste, Roscoe vous empoigne par l'épaule. - Non, mais qu'est-ce que vous croyez, mon gars ? Fichez-moi le camp si vous ne voulez pas que je vous apprenne les bonnes manières ! Rugit-il en agitant son énorme poing sous votre nez. Si vous partez, rendez-vous au 228. Si vous vous j colletez avec Roscoe, rendez-vous au 618. 133 - Si vous en avez fini avec moi, je m'en vais, dit Holmes en consultant sa montre. Donnez tous vos soins à cette enquête : cela vous portera peutêtrechance, on ne sait jamais. Venez demain matin à Baker Street, vous me direz ce que vous aurez appris.

Vous acquiescez, et le détective s'en va à grands pas. Sir Andrew SaintJames vous prend alors en charge. - Nous vous fournirons toute l'assistance possible, commence-t-il. J'espère que vous allez régler cette horrible histoire le plus rapidement et le plus discrètement possible. Si vous voulez voir le corps, il serait préférable de le faire sans tarder : des ambulanciers attendent déjà pour l'emporter. Sinon, je ferai venir ici tous ceux qui pourraient savoir quelque chose d'utile. - Qui sont les témoins ? Demandez-vous. - Ils sont dix, répond-il. Je suis désolé de faire attendre autant de gens, mais la mort du colonel a été si soudaine qu'elle paraît fort étrange. Étant donné ma position, je me doute que vous souhaitez probablement me poser quelques questions. En dehors de moi, six membres du club se trouvaient dans le salon où le colonel s'est éteint. Vous avez déjà parlé à M. Sherlock Holmes, mais son frère Mycroft était également présent ainsi que sir Alexander Bassett-Hynde, le célèbre historien, l'honorable Charles Martin, le député, lord Trent, l'industriel et l'amiral William Nelson. Un avocat, M. Henry Hamilton, a remis cet après-midi une lettre au colonel Sylvester, tandis que le colonel Ian Stuart, cousin et héritier du défunt, était venu lui rendre visite. Enfin, j'ai prié Tom Smithson, le domestique qui servait ces messieurs, de rester, au cas où vous auriez quelque chose à lui demander. Si vous voulez voir le corps, rendez-vous au 253. Si vous commencez immédiatement l'audition des témoins, rendez-vous au 181. 134 Le dernier objet intéressant est une enveloppe posée sur la table, à côté du fauteuil du colonel Sylvester. - Cette lettre a été remise au colonel juste avant son décès, dit sir Andrew. Il n'a pas eu le temps de la lire. - Autant regarder tout de suite de quoi il s'agit, dit Watson en s'emparant de la lettre. Holmes répète toujours qu'on ne doit jamais négliger le moindre indice, aussi insignifiant qu'il paraisse. Bizarre, ajoute-t-il en jetant un coup d'œil sur l'enveloppe avant de vous la passer. Vous commencez par lire la suscription. Le chiffre 13 figure dans le coin supérieur gauche de l'enveloppe, dont l'adresse est libellée ainsi :

Colonel A.J. Sylvester Au club Diogène Fleet Street – Londres - Qu'est-ce qui vous paraît bizarre, docteur ? Demandez-vous en soupesant l'enveloppe. - Eh bien, l'adresse, répond Watson. Nous sommes à Pall Mall, pas à Fleet Street. - L'adresse ne doit pas avoir grande importance, puisque la lettre a été portée à la main, suggère sir Andrew. Vous plairait-il maintenant de parler au barman qui était de service cet après-midi ? Sinon, j'ai du travail pour lui. Si vous voulez voir le barman, rendez-vous au 465. Sinon, rendez-vous au 587.

135 Vous racontez à Holmes qu'Oliver a reçu une somme d'argent de Roscoe, apparemment sans avoir joué, et Holmes approuve d'un bref hochement de tête. - C'est probablement suffisant pour faire arrêter ce coquin, dit-il. Oliver a dû, pour le moins, avertir Roscoe que le cheval ferait une mauvaise course. Il aurait été préférable de démontrer qu'Oliver était en possession de la drogue, mais je suis sûr que votre solution est la bonne. Si vous voulez tenter à nouveau de résoudre le mystère par vos propres moyens, retournez au Prologue et recommencez votre enquête. Sinon, rendez-vous au 460. 136 - Que pensiez-vous du colonel Sylvester ? Demandez-vous. Quel genre d'homme était-ce ? Mycroft vous observe un instant avant de répondre, comme s'il se demandait si vous finirez par vous décider à lui poser une question importante. - Je ne peux pas dire que je l'appréciais, mais je ne le détestais pas non plus. Il était terriblement ordinaire : il cherchait systématiquement le plus court

chemin pour arriver à ses fins. Pas une lumière, mais convenable tant qu'on ne lui en demandait pas trop. Vous soupirez en vous demandant si quelqu'un finira par vous faire une réponse nette. Rendez-vous au 658. 137 - Excusez-moi, docteur, mais un ami m'a donné une fiole de médicament hippiatrique, et j'aimerais avoir l'opinion d'un spécialiste avant de l'utiliser. Vous lui tendez la bouteille, qu'il regarde pendant un bon moment avec des yeux ronds avant de se décider à vous répondre. - Je ne me doutais pas qu'il en existait encore, murmure-t-il, car il n'y en a jamais eu beaucoup. Le Dr Hastings était un bon hippiatre, et il aimait se livrer à des expériences. Dans son idée, cette préparation était destinée à calmer les chevaux trop fougueux, mais il est mort avant d'avoir pu l'expérimenter à fond. Seuls quelques amis à lui ont eu l'occasion de l'utiliser, mais aucun n'a jamais pu en découvrir la formule. Je dois dire que je suis très surpris de la voir dans un hippodrome. C'est un produit à utiliser chez soi, à la ferme. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Intuition. Si vous obtenez : De 2 à 8 De 9 à 12 Rendez-vous au 480 Rendez-vous au 306

138 - D'accord, je comprends que ça puisse vous paraître bizarre, dit le jockey, mais c'est un truc à moi. Faut vous dire que chaque jour que Dieu fait, je monte un tas de chevaux différents. Ils n'ont pas tous bon caractère, et une petite gâterie les rend mieux disposés à me tolérer sur leur dos. D'autres fois, quand le cheval est comme Irish Star était aujourd'hui, je me dis que ça le réveillera un peu de grignoter un petit quelque chose. Quand je l'ai échauffé, c'est tout juste s'il tenait sur ses jambes. Et il n'a pas fait d'étincelles, comme vous avez pu le voir. Il vous tourne le dos et, sans plus s'intéresser à vous, il fait signe au patron du bistrot de renouveler les consommations. Rendez-vous au 439.

139 L'idée que Hamilton ait pu prendre un bateau pour revenir par la Tamise vous séduit, et vous télégraphiez aux autorités de Greenwich pour leur demander d'ouvrir l'œil. Pendant que vous attendez la confirmation, le Bristol Express est arrivé et reparti. Watson vous emmène à son club pour attendre le résultat, et vous êtes en train de boire une tasse de thé lorsque le télégramme arrive : il n'y avait aucun voyageur ressemblant à Hamilton sur le bateau à son passage à Greenwich. Rendez-vous au 409. 140 - Le palefrenier du colonel Stuart, John Oliver, a drogué Irish Star, déclarez-vous avec une assurance qui s'accroît lorsque vous voyez Holmes incliner affirmativement la tête. - Quelles preuves avez-vous ? demande ensuite le détective. Vous devez expliquer ce que vous avez découvert. Les preuves se rapportant à l'affaire comprenant les Indices F, H, I, et la Déduction 10. Si vous avez enregistré : L'Indice F uniquement Rendez-vous au 332

La Déduction 10 mais pas les Indices H ou I Rendez-vous au 470 L'Indice H mais pas l'Indice I L'Indice I mais pas l'Indice H Les Indices H et I Rendez-vous au 571 Rendez-vous au 135 Rendez-vous au 500

141 Avec un frémissement de joie, vous sentez vos bras se refermer sur les jambes du meurtrier et le faire trébucher. Il se retourne pour vous assommer mais s'arrête aussitôt : Watson est là, et son pistolet d'ordonnance rend Hamilton parfaitement docile. Rendez-vous au 613. 142 - Les hommes que j'ai aperçus sont des turfistes professionnels, explique Holmes. Ils ont été impliqués dans quelques histoires de courses dont le résultat paraissait surprenant, mais aucune charge n'a pu être retenue contre eux devant le tribunal. Je n'avais pas eu l'occasion de m'occuper de ces affaires, mais je suis néanmoins surpris, même si le Jockey Club n'a pas

pu les faire exclure définitivement des champs de courses, qu'on laisse ces individus approcher les chevaux. Celui qui a l'air d'un gentleman s'appelle Fitzhugh, son acolyte : Bowser. Watson vous conduit sur l'un des mamelons qui s'élèvent entre les écuries et la piste et déplie une couverture sur le gazon pour que vous puissiez vous asseoir. - Je m'installe toujours ici, explique-t-il. - Un endroit fétiche ? demande ironiquement Holmes en s'asseyant. Watson essaie de le foudroyer du regard. - La chance n'a rien à voir là-dedans, Holmes. D'ici, nous verrons parfaitement les chevaux s'échauffer, et nous sommes près des stands des bookmakers. La justesse de cette remarque se vérifie durant les premières courses. Watson profite au mieux de l'emplacement en assistant à la victoire de son poulain. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Intuition. Si vous obtenez : De 2 à 5 De 6 à 12 Rendez-vous au 363 Rendez-vous au 384

143 Vous secouez négativement la tête, gêné de ne pas y avoir pensé. - La bouteille, Holmes ? demande Watson. Comment la bouteille pourraitelle nous éclairer? C'est dans le verre que le colonel a bu. Holmes le foudroie du regard. - Si la drogue se trouvait déjà dans la bouteille, Watson, cela signifierait que davantage de gens, et peut-être pas les mêmes, ont eu la possibilité d'empoisonner le colonel Sylvester. Si vous avez enregistré l'Indice R, rendezvous au 169. Sinon, rendez-vous au 157.

144 - Lord Hampton a fait droguer le cheval, déclarez-vous fermement. Ses rapports avec le médicament le désignent comme le coupable : aucun des autres suspects ne pouvait se le procurer facilement. - Bien raisonné, reconnaît Holmes. Il aurait été préférable de découvrir également un mobile, mais votre argument est irréfutable. Maintenant, il nous reste à décider comment nous allons nous y prendre avec Sa Seigneurie, qui va arriver d'un instant à l'autre. Si vous voulez tenter à nouveau de résoudre le mystère par vos propres moyens, retournez au Prologue et recommencez votre enquête. Sinon, rendez-vous au 185. 145 Holmes vous regarde avec un étonnement mêlé de dégoût lorsque vous nommez ceux qui, d'après vous, ont drogué le cheval. - Mais non, soupire-t-il. Vous me décevez profondément. Si vous voulez tenter à nouveau votre chance, retournez au Prologue et recommencez votre enquête. Sinon, rendez-vous au 148. 146 - Puis-je vous demander ce qui est arrivé à votre frère ? Dites-vous d'un ton encourageant. - Oui, monsieur, mon frère John. Il a été tué aux Indes, sous les ordres du colonel, oh, il y a bien une bonne dizaine d'années de cela. Enregistrez l'Indice P. Si vous posez d'autres questions sur le colonel, rendez-vous au 386. Sinon, rendez-vous au 269.

147 Vous vous demandez si c'est par hasard que le vieil ennemi de Sylvester, Pierre Armand, se trouvait justement à Londres le jour du meurtre. Si vous allez voir Pierre Armand à son hôtel, rendez-vous au 556. Sinon, rendezvous au 349.

148 - Si vous aviez réfléchi sérieusement, dit Holmes en allumant sa pipe, vous vous seriez rendu compte qu'il paraît évident que c'est le palefrenier, John Oliver, qui a administré la drogue au cheval. Rendez-vous au 621.

149 Holmes secoue la tête, manifestement déçu par votre réponse. - Mais non, dit-il, comment pouvez-vous vous tromper à ce point ? Si vous désirez reprendre votre enquête, retournez au Prologue et recommencez tout. Sinon, rendez-vous au 156.

150 - Je pense que lord Hampton est coupable, dites-vous. L'impressionnante démonstration d'Irish Star a éveillé la jalousie de Sa Seigneurie. Le petit sourire de Holmes fait place à un froncement de sourcils. - C'est plus une supposition qu'une déduction fondée sur des faits, dit le détective. Il vous faut une prouve ! Lord Hampton ne va pas tarder à arriver, et nous devons nous mettre d'accord sur une ligne de conduite qui rende justice au colonel Stuart. Si vous désirez tenter à nouveau de résoudre le mystère par vos propres moyens, retournez au Prologue et recommencez votre enquête. Sinon, rendez-vous au 185.

151 - Pourquoi êtes-vous venu voir le colonel Sylvester ? Demandez-vous. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Communication. Si vous obtenez : De 2 à 8 De 9 à 12 Rendez-vous au 280 Rendez-vous au 530

152 - Quel que soit le poison employé, il a été foudroyant, murmurez-vous. - C'est le moins qu'on puisse dire, répond Watson encore un peu secoué. Je suis sûr que Holmes possède un ouvrage décrivant les toxiques qui produisent un effet pareil. Rendez-vous au 445. 153 Vous sentez la balle de Hamilton traverser le pan de votre veston, mais vous plongez dans les broussailles et vous le jetez par terre. Le choc lui fait lâcher son arme. Avant qu'il ait pu réagir, Watson apparaît en brandissant son pistolet. Vous ligotez rapidement les mains de Hamilton. Rendez-vous au 613. 154 Vous vous rendez dans un bistrot proche de l'hippodrome, où l'irrégulier de Holmes doit venir vous retrouver. En l'attendant, vous commandez à dîner. Vous êtes en train de manger lorsque le jockey d'Irish Star fait une entrée tapageuse et commande une tournée pour les hommes qui l'accompagnent. Si vous parlez au jockey, rendez-vous au 437. Sinon, rendez-vous au 439.

155 Holmes secoue la tête, manifestement déçu par votre réponse. - Mais non, dit-il, comment pouvez-vous vous tromper à ce point ? Si vous désirez reprendre votre enquête, retournez au Prologue et recommencez tout. Sinon, rendez-vous au 156. 156 - Il me semblait que la culpabilité de lord Hampton ne faisait de doute pour personne, conclut Holmes en soufflant un nuage de fumée bleue vers le lustre. - Un peu de patience, Holmes, dit Watson en riant. Il apprendra. Vous aussi, quand vous étiez jeune, il vous est arrivé d'échouer une fois ou deux. Le détective jette un regard noir sur son ami, puis il rit doucement. - Il va falloir que je vous surveille, Watson. Vous êtes comme le bon vin : vous vous améliorez en vieillissant.

Peu après, vous prenez congé et vous quittez Baker Street découragé, mais impatient de rivaliser à nouveau de perspicacité avec M. Holmes. Rendezvous au 237. 157 L'analyse du brandy terminée, vous aidez Holmes à nettoyer et à ranger son matériel. Pendant que vous finissez de récurer et d'essuyer, il vous demande s'il peut faire autre chose pour vous. - Je ne peux pas quitter Baker Street ce matin, ajoute-t-il, mais si je peux vous être utile sans sortir d'ici, je suis à votre disposition. Si vous l'interrogez sur le colonel Sylvester, rendez-vous au 547. Si vous allez chez Hamilton, rendez-vous au 364. Sinon, rendez-vous au 305.

158 Vous réfléchissez soigneusement à votre prochaine démarche. Si vous avez enregistré la Déduction 14, rendez-vous au 147. Sinon, rendez-vous au 349. 159 Vous savez que le médicament en question peut diminuer sensiblement les performances d'un cheval, mais il faudrait pour cela qu'il ait été administré à l'animal plusieurs heures avant la course. Enregistrez la Déduction 9. Si vous avez enregistré l'Indice G, rendez-vous au 601. Sinon, rendez-vous au 302. 160 - B'soir, patron, dit Stanly. J'ai suivi cet Oliver comme vous m'aviez dit. Si vous avez enregistré la Décision 21, rendez-vous au 123. Si vous avez enregistré l'Indice H, rendez-vous au 608. Sinon, rendez-vous au 124.

161 Vous sursautez lorsque la balle vous frappe avec la violence d'un train lancé à toute vitesse, puis la douleur vous fait perdre conscience. En reprenant vos esprits, vous trouvez Watson occupé à panser votre blessure. Lorsque vous tentez de vous redresser, il vous en empêche.

- Il faut rattraper Hamilton, marmonnez-vous en vous débattant. Watson secoue négativement la tête. - Après avoir tiré sur vous, répond-il, il s'est levé pour vous achever plus commodément. Au lieu de cela, c'est moi qui l'ai abattu. Et maintenant, laissez-moi vous bander pour pouvoir vous conduire sans risque jusqu'à la gare. Après quoi il faudra que vous logiez avec Holmes et moi durant une quinzaine de jours, compris ? Vous voici arrivé à la fin de votre aventure. 162 Lorsque vous vous mêlez à la foule qui entoure le maréchal ferrant et Phillips, ce dernier vous repère. - Minute, Bench, dit-il en regardant autour de lui, j'ai l'impression qu'il vaut mieux qu'on règle cette question plus tard, quand il y aura moins d'oreilles à la traîne. Les deux hommes se séparent avec un hochement de tête. Rendez-vous au 358. 163 - Quelle opinion aviez-vous du colonel Sylvester ? Demandez-vous. - Opinion..., bougonne-t-il. Si je viens dans ce club, c'est parce que c'est le seul endroit de Londres où je peux ignorer tous les gens qui m'entourent, où je ne suis pas obligé de frayer avec eux. Je trouve les sujets de mes études historiques infiniment plus agréables à fréquenter que mes contemporains en chair et en os. Rendez-vous au 300. 164 - Il y a des traces d'une poudre, dites-vous après avoir effectué les analyses, mais en trop petite quantité pour être identifiables. - Dommage, murmure Holmes. C'est tout ce qui restait dans le verre ? Si vous avez enregistré l'Indice K, rendez-vous au 385. Sinon, rendez-vous au 373.

165 Vous remerciez lord Hampton d'avoir bien voulu vous recevoir et vous prenez congé en vous demandant ce qu'il convient de faire maintenant. Rendez-z-vous au 212. 166 Vous avez beau ouvrir tout grands les yeux et les oreilles, la foule qui vous entoure ne vous apprend rien d'intéressant. Rendez-vous au 668. 167 - Ce que j'ai vu, monsieur ? répond le serveur perplexe. A dire vrai, je n'ai pratiquement rien vu. Je me suis contenté de porter leurs consommations à ces messieurs. Ça s'est passé comme ça se passe toujours ici : les membres du club s'assoient et lisent leur journal sans jamais dire un seul mot. Personnellement, je trouve ça bien agréable. Ce n'est pas comme dans certains clubs où la moitié des membres font semblant de vous traiter en copain. - Combien de consommations le colonel Sylvester a-t-il pris ? Demandezvous. - Le colonel en a bu deux, monsieur. Ça m'a frappé parce que ce n'était pas son habitude. En général, il ne prenait qu'un seul verre en lisant le Times. Rendez-vous au 246. 168 - La liste tire à sa fin, annonce sir Andrew avec un soupir de soulagement. Vous voulez parler à l'honorable Charles Martin, membre du Parlement, ou vous préférez y renoncer ? Si vous désirez voir Martin, rendez-vous au 543. Sinon, rendez-vous au 198. 169 - Lorsque nous avons isolé le produit étranger, vous avez murmuré quelque chose comme « coup-de-soleil », M. Holmes. Qu'est-ce que vous vouliez dire ? Demandez-vous. - Tiens, j'ai parlé tout haut ? S’étonne-t-il. Eh bien, c'est le nom usuel de la drogue que nous avons découverte dans le brandy. Elle est extraite d'une plante des Antilles. Les indigènes de ces îles l'utilisent comme médicament. Le coup-de-soleil est un stimulant très puissant, d'où son nom. Les méde-

cins ont constaté qu'il accélère le rythme cardiaque et fait monter la tension. Il est spécialement actif quand la personne qui l'absorbe est déjà excitée. Watson lève les yeux, l'air troublé. - Mais alors, Holmes, dit-il, administrée à un homme comme Sylvester, qui semblait être constamment au bord du coup de sang, une telle drogue risquait fort d'être mortelle. - Précisément, acquiesce Holmes. Un assassinat très astucieux et difficile à faire admettre à un jury. Mais le fait que le meurtrier a utilisé cette drogue nous est très utile. Le coup-de-soleil est extrêmement rare, car on ne le trouve que dans une ou deux des plus petites îles. L'homme qui l'a employé doit avoir un lien quelconque avec les Antilles. Rendez-vous au 157.

170 - Qu'est-ce que vous reprochez à Irish Star, John ? Demandez-vous au docteur. D'après ce qu'en dit M Holmes, il semble avoir toutes les chances de gagner. - Eh bien, répond Watson, ce que Holmes ne comprend pas, c'est qu'un cheval ne court pas toujours au maximum de ses moyens, et j'ai entendu dire qu'Irish Star ne serait pas en forme aujourd'hui. Et si on élimine Irish Star, Maiwand vaut bien n'importe quel autre cheval de la course. Quelle que soit l'opinion de Holmes sur mon compte, je ne suis quand même pas assez bête pour parier sur un tocard uniquement parce que son nom me plaît. Watson rit sous cape tandis que Holmes reste impassible, apparemment indifférent à sa taquinerie. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Intuition. Si vous obtenez : De 2 à 7 De 8 à 12 Rendez-vous au 603 Rendez-vous au 478

171 Vous remerciez le colonel Stuart d'avoir répondu à vos questions et, après avoir échangé quelques mots avec sir Andrew, il se retire. Rendez-vous au 454.

172 - J'aimerais fouiller l'écurie, si vous le permettez, dites-vous au colonel. Nous y trouverons peut-être une preuve. Le colonel paraît surpris, mais il accepte. - Eh bien, si vous y tenez... dit-il lentement. Rendez-vous au 105. 173 - C'est lord Hampton qui a fait droguer le cheval, déclarez-vous avec assurance. De tous les suspects, c'est le seul qui soit en relation avec la drogue. - C'est un argument valable, reconnaît Holmes, mais il serait préférable de prouver que personne d'autre ne pouvait se la procurer. Un mobile aurait également été utile, mais je pense que cet indice sera suffisant. Reste maintenant à décider comment nous allons nous y prendre avec Sa Seigneurie, qui va arriver d'un instant à l'autre. Si vous voulez tenter à nouveau de résoudre le mystère par vos propres moyens, retournez au Prologue et recommencez votre enquête. Sinon, rendez-vous au 185.

174 En dehors du colonel Stuart et de vous-même, la petite écurie est déserte ; l'unique stalle visible est celle d'Irish Star. Le bâtiment paraît vieux et décrépit, mais on se rend compte que les propriétaires de l'hippodrome ont entrepris des travaux de remise en état. Le colonel Stuart remarque votre inspection des lieux et il rit. - Cette écurie n'est peut-être pas la plus belle du champ de courses, mais on me laisse l'occuper gratuitement parce qu'elle est en cours de rénovation. Nous n'avons qu'une semaine à passer ici et, comme mes ancêtres écossais, j'estime qu'il n'y a pas de petites économies. Si vous interrogez le colonel Stuart, rendez-vous au 219. Si vous interrogez ses employés, rendez-vous au 481.

175 Il vous semble de plus en plus plausible que la mystérieuse lettre soit une menace adressée par le colonel Stuart au colonel Sylvester. Si vous interrogez Stuart au sujet de la lettre, rendez-vous au 476. Sinon, rendezvous au 350. 176 - Complètement idiot, murmure Watson. Rendez-vous au 999.

177 - Alors, pas d'autres suspects ? Questionne Holmes toujours souriant. Si c'est tout, Watson et vous auriez intérêt à dresser l'itinéraire de votre expédition d'aujourd'hui. - Et l'avocat, Hamilton ? dit Watson. C'est peut-être un personnage trop obscur... Si vous demandez des renseignements sur Hamilton, rendez-vous au 488. Sinon, rendez-vous au 356.

178 Vous comprenez que lord Hampton est un homme ambitieux, et vous vous demandez si cette ambition irait jusqu'à devenir propriétaire d'Irish Star. Si vous interrogez lord Hampton sur sa proposition d'achat d'Irish Star, rendez-vous au 493. Sinon, rendez-vous au 317. 179 - Dans le milieu des courses, presque tout le monde joue, reconnaît Raines. Je suis l'une des rares exceptions. J'entraîne des chevaux pour de nombreux propriétaires, et je récolte tellement de tuyaux que la plupart des paris que je pourrais faire me causeraient plus de soucis que de profit. Et qui plus est, monsieur, cela fait quarante ans que je suis dans le métier et je connais toutes les manières dont un cheval peut perdre. Regardez simplement ce qui est arrivé aujourd'hui à Irish Star, et vous comprendrez que n'importe quel pari peut comporter de gros risques. Rendez-vous au 380.

180 Vous cherchez d'autres questions à poser à sir Alexander. Si vous lui demandez son opinion sur le colonel Sylvester, rendez-vous au 163. Sinon, rendez-vous au 300. 181 - Il va falloir que j'utilise votre bureau, sir Andrew, dites-vous. - Très bien, répond-il en se demandant peut-être si vous ferez le poids face aux éminents et taciturnes membres du club. Enregistrez la Décision 11 et rendez-vous au 189.

182 La boutique d'Amber, Vins et Spiritueux, occupe le sous-sol d'une entreprise plus importante, un escalier descend de la rue jusqu'à son entrée caverneuse. L'intérieur est sombre et poussiéreux, tapissé de casiers emplis de centaines de bouteilles de toutes sortes, pour la plupart couchées. Le petit homme jovial et rondouillard qui se tient derrière le comptoir est visiblement le propriétaire. - Amber à votre service, messieurs, s'empresse-t-il d'annoncer. Que puis-je faire pour vous ? - J'enquête sur la mort subite du colonel Philip Sylvester, expliquez-vous. Bien que rien ne prouve qu'il s'agisse d'un meurtre, il se pourrait que ce soit le cas. Il paraît que c'est vous qui lui fournissiez le brandy Saint-Gabriel qu'il avait coutume de boire.

- C'est exact, répond-il plutôt refroidi. Vous avez des raisons de supposer que quelque chose clochait dans le brandy que je lui ai livré ? - Absolument pas, vous empressez-vous d'affirmer. Mais c'est le devoir d'un détective d'examiner tout ce qui a rapport avec la victime d'un crime. - Dans ces conditions, je serai heureux de vous aider, déclare Amber. Si vous lui demandez qui lui livre le brandy, rendez-vous au 259. Sinon, rendez-vous au 484.

183 La bouteille de brandy contient une très forte dose de drogue facile à identifier. En apprenant cela, Watson paraît surpris et troublé. - Dites donc, Holmes, cela accroît considérablement le nombre des suspects, non ? dit-il. Si c'est la bouteille qui était droguée et non le verre, n'importe qui aurait pu le faire. Le coupable n'avait pas besoin de se trouver au club cet après-midi-là. Pourtant, je me souviens que l'amiral Nelson a vu Sylvester boire dans le verre sans être incommodé. Très juste, Watson. Il ne s'agit que d'hypothèses, bien entendu, vous rappelle Holmes, mais plusieurs explications sont possibles. L'assassin aurait pu, par exemple, profiter de l'émotion générale pour revenir au bar après le crime et verser quelque chose dans la bouteille. - Pourquoi l'aurait-il fait, Holmes ? interroge Watson. C'était terriblement risqué. - Parce qu'il a pu penser comme vous, Watson, que cela élargissait l'éventail des suspects et, par conséquent, le protégeait. S'il avait accès au brandy, rien ne le relierait plus à la drogue. Le colonel Sylvester étant mort, il me semble que ce serait un soulagement. Holmes fait une pause, soupire et résume sa pensée. - Nous y avons quand même gagné quelque chose : cet échantillon permet d'identifier la drogue avec certitude. Et, entre ses dents, il murmure «coup-de-soleil» comme s'il fouillait dans sa mémoire. Enregistrez l'Indice R. - De quelle drogue s'agissait-il, Holmes ? S’enquiert Watson. - D'une décoction antillaise baptisée «coup-de-soleil » par ceux qui la connaissent, répond Holmes, c'est-à-dire pratiquement personne en dehors de son pays d'origine. C'est un stimulant extrêmement puissant, capable de provoquer une congestion cérébrale chez un homme déjà prédisposé aux coups de sang, comme le colonel Sylvester. Rendez-vous au 157.

184 Vous reniflez le mouchoir et vous comprenez qu'il est imbibé d'un alcool quelconque... peut-être le brandy du colonel ? Vous vous hâtez d'emprunter un autre bocal à Watson et d'y enfermer le mouchoir. Enregistrez l'Indice K et rendez-vous au 207. 185 Le plan mis au point, vous êtes tous fin prêts lorsque Mme Hudson fait entrer lord Hampton. Le pair du royaume est plus élégant et plus aristocratique que jamais. - Si j'ai bien compris le sens de votre invitation, M. Holmes, dit-il avec un grand sourire, vous seriez à même de régler la question de la cession d'Irish Star? Remarquant alors l'intensité du regard de Holmes et la haine qui flamboie dans les yeux de Stuart, il perd le sourire. - Qu'est-ce que cela signifie ? bredouille-t-il. Pourquoi me dévisagez-vous de cette façon ? J'exige qu'on m'explique le motif de cette inquisition ! - Je n'arrive pas à comprendre, répond courtoisement Holmes, pourquoi un homme de votre réputation risquerait de voir son nom traîné dans la boue dans le seul but de payer un cheval moins cher. Vous êtes riche, Votre Seigneurie, vous auriez pu acheter ce pur-sang au triple de sa valeur sans même vous en apercevoir. Je me demande ce que les gens vont dire ? Vous laissera-t-on encore pénétrer sur un champ de courses? C'est difficile à croire, mais j'ai maintenant des preuves incontestables. Lord Hampton ne discute pas l'accusation, il n'essaye pas de se justifier, mais il devient si pâle que Watson l'observe avec une vigilance professionnelle. Puis il baisse piteusement la tête. - Je ne mérite aucune miséricorde, soupire-t-il, car c'est la cupidité qui a scellé mon destin. J'étais furieux de voir cet admirable cheval courir tellement en dessous de ses possibilités, alors que, sous mes couleurs, il serait devenu célèbre. Il serait vain de dire que je ne récidiverai jamais : les commissaires vont m'exclure à vie, après ce que j'ai fait. Il paraît anéanti. Le visage de Holmes s'adoucit quelque peu.

- Les choses peuvent peut-être encore s'arranger, dit-il. Je ne suis pas de Scotland Yard. Je suggère que vous donniez des instructions à votre notaire pour que l'écurie du colonel Stuart soit financée comme elle devrait l'être. Quant à vous, je sais qu'on vous a offert un poste à l'étranger qui vous tiendrait éloigné durant deux ans. Expiez vos crimes en servant la Reine et en dédommageant votre victime. Ainsi, quand Irish Star sera devenu un grand crack, vous aurez la satisfaction de vous dire que vous avez contribué à son ascension vers la gloire. Au bout d'un instant, le pair du royaume accepte les conditions de Holmes. Il s'en va avec le colonel Stuart pour mettre leur arrangement financier au point et, après avoir bavardé encore un moment avec Holmes et Watson, vous regagnez vos pénates. Vous ne pensez qu'à une chose : quelle sera votre prochaine affaire ? Rendez-vous au 237. 186 Vous confiez la lettre à Watson et vous le priez de la mettre sous clef à Baker Street. Le lendemain matin, quand vous verrez Holmes, vous lui demanderez si vous devez la lire ou pas. Si vous avez enregistré la Décision 20, rendez-vous au 189. Sinon, rendez-vous au 203. 187 Vous expliquez à Armand que vous enquêtez sur la mort du colonel Sylvester et que vous avez entendu dire que le défunt avait été en rapport d'affaires avec lui dans le passé. Si vous lui demandez son opinion sur le colonel Sylvester, rendez-vous au 243. Sinon, rendez-vous au 412. 188 Vous sortez avec Watson pour poursuivre l'enquête. Dans la rue, vous partez d'un bon pas à la recherche d'un fiacre. - Vous savez, cousin, confiez-vous au docteur, je suis content de pouvoir régler cette affaire autre ment que sous l'œil de M. Holmes. J'apprécie énormément son aide, mais... - Je vous comprends parfaitement, approuve Watson en riant. J'ai plus d'admiration pour lui que je n'en ai jamais éprouvé pour quiconque, mais il faut avouer qu'à force d'avoir toujours raison, il finirait par faire douter de lui-même l'homme le plus efficace du monde. Par qui commence notre liste de visite ?

Si vous avez enregistré l'Indice M, rendez-vous au 485. Sinon, rendez-vous au 614. 189 Après avoir disposé à votre convenance les sièges du bureau de sir Andrew, vous annoncez au président du club que vous êtes prêt à procéder à l'audition des témoins. Je vois que vous avez pensé à tout, sir Andrew, dites-vous en consultant la liste des noms. J'aimerais que le Dr Watson et vous-même restiez dans la pièce pendant que j'interrogerai ces messieurs. Comme vous voudrez, répond-il avec raideur. Espérons que cela minimisera le dérangement et la contrariété de toutes les personnes concernées. Sherlock Holmes a suggéré que son frère Mycroft soit interrogé en premier, si vous êtes d'accord. Vous approuvez, et sir Andrew envoie un groom chercher Mycroft Holmes. Il vous vient à l'idée que sir Andrew préférerait probablement une enquête discrète qui échoue à une enquête couronnée de succès qui ferait une publicité de mauvais aloi au club Diogène, et vous vous demandez s'il n'est pas au courant de certains faits dont il aurait omis de vous parler. Si vous posez d'autres questions à sir Andrew, rendez-vous au 419. Sinon, rendez-vous au 475. 190 Vous vous apercevez que les deux hommes qui encaissent leurs gains sont Bowser et Fitzhugh, et vous trouvez intéressant que ces deux joueurs notoires aient fait des enjeux aussi modestes. Enregistrez l'Indice E et rendez-vous au 527. 191 « Comment ai-je pu être aussi bête ? » vous demandez-vous. Rendez-vous au 999.

192 Holmes écoute attentivement votre explication, puis il hoche la tête. - Excellent ! dit-il. Votre exposé répond à toutes les questions. Rendez-vous au 546. 193 Votre analyse ne décèle la présence d'aucun produit suspect dans le brandy provenant de la bouteille. Rendez-vous au 526. 194 Watson et vous décidez de fouiller le troisième bâtiment, une auberge abandonnée avec sous-sol. Watson entre par la porte de derrière pour explorer la salle, tandis que vous vous glissez silencieusement dans la cave. Vous commencez par examiner soigneusement la pièce obscure. Les anciens propriétaires ont laissé des tonneaux et des caisses qui offrent autant de bonnes cachettes, mais donnent peut-être à un chasseur averti une chance de surprendre son gibier. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Habileté. Si vous obtenez : De 2 à 7 De 8 à 12 Rendez-vous au 284 Rendez-vous au 127

195 - La seule affaire que nous ayons eu à résoudre dans le monde du turf est celle de Silver Blaze, poursuit Holmes, et je suis sûr que Watson gagnera davantage s'il en tire une nouvelle que s'il joue aux courses. Rendez-vous au 442. 196 - Et non seulement mon cheval s'est rétabli, M. Holmes, mais le vétérinaire qui l'a examiné le lendemain à découvert des traces de drogue, ajoute le colonel Stuart. On a fait prendre à Irish Star un médicament expérimental baptisé DISTILLAT D'OPIUM HASTINGS. V o u s e n av e z e nt e nd u pa r l e r , M. Holmes ? Le détective hoche la tête.

- Bien sûr. On a publié un article sur ce sujet il y a trois ou quatre ans. Cette potion empêcherait certainement un cheval de courir bien, à condition toutefois de lui être administrée plusieurs heures avant la course, car elle peut mettre très longtemps à agir. Rendez-vous au 335. 197 Si la Décision 5 est enregistrée, rendez-vous au 105. Lorsque vous aviez jeté un coup d'œil sur l'écurie, vous aviez cru que le palefrenier couchait habituellement dans la sellerie. Vous vous apercevez maintenant qu'une cloison de bois divise l'espace disponible en deux petites pièces. L'installation de John Oliver consiste en une étagère portant un rasoir et un peigne, un lit pliant sur lequel sont pliées deux couvertures, et un coffre glissé sous le lit. Des vêtements sont suspendus à trois crochets plantés dans le mur. Une petite fenêtre munie d'un volet coulissant donne un peu d'air. Enregistrez la Décision 5, puis lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Habileté. Si vous obtenez : De 2 à 7 De 8 à 12 Rendez-vous au 513 Rendez-vous au 422

198 - Le dernier nom de la liste, Dieu merci, annonce sir Andrew en s'essuyant le front. L'amiral William Nelson. Vous voulez le recevoir ? Si vous recevez l'amiral, rendez-vous au 509. Sinon, Rendez-vous au 596. 199 - Vous savez, colonel, commencez-vous en l'empêchant de faire appeler un policeman, nous risquons d'avoir beaucoup de mal à prouver la culpabilité de ce gredin. Pourquoi ne pas le laisser filer ? M. Raines avertira ses confrères, et nous pouvons être certains qu'Oliver n'aura jamais plus la possibilité de truquer la moindre course.

- Ça, je vous le garantis, monsieur, ajoute Raines. Dès que ça se saura, il ne trouvera même plus à s'embaucher pour astiquer les chevaux de bois d'un manège. Le colonel Stuart commence par se rebeller contre cette suggestion, mais il finit par accepter. Brusquement, Oliver bondit et saute par la fenêtre, mettant ainsi un terme à cette scène pénible. Rendez-vous au 298.

200 En regardant l'étiquette du flacon, vous vous rappelez que ce « médicament » est en réalité une potion destinée à calmer les chevaux trop fougueux. Enregistrez la Déduction 8 et rendez-vous au 126.

201 - Sa carrière militaire aurait-elle été entachée par un scandale quelconque ? Demandez-vous. Quelque chose qui pourrait avoir conduit à la tragédie d'aujourd'hui ? - Peu plausible, répond sir Andrew avec raideur, bien que le bruit ait couru qu'il avait commis une légère erreur, ce qui a amené l'état-major de notre armée des Indes à suggérer qu'il n'avait peut-être pas toutes les qualités requises pour un chef de corps. De plus, il y a près de quinze ans qu'il a quitté l'armée: personne n'attendrait aussi longtemps pour se venger. Depuis sa retraite, le colonel était dans les affaires. Rendez-vous au 434.

202 - Qu'est-ce qui vous rendait si sûr de vous ? Demandez-vous. Je croyais que les entraîneurs, connaissant toutes les manières dont un cheval peut perdre une course, n'étaient jamais pleinement ronflants avant une épreuve. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Communication. Si vous obtenez : De 2 à 5 De 6 à 12 Rendez-vous au 290 Rendez-vous au 242

203 Votre enquête au club Diogène est terminée, et vous vous sentez à la fois dérouté et épuisé. Watson le remarque. - Vous paraissez au bout du rouleau, dit-il. C'est fatigant de réfléchir, hein ? Rentrez donc chez vous et reposez-vous. N'oubliez pas que Holmes vous attend demain matin à Baker Street. Il faut que vous soyez en forme, mentalement et physiquement. Rendez-vous au 627.

204 Un domestique fait entrer M. Henry Hamilton, qui se présente comme un avocat londonien. C'est un homme solidement bâti, élégant et apparemment en forme, bien qu'il tousse un peu. Vous estimez qu'il doit friser la quarantaine. A en juger par ses vêtements, sans être riche, il est à l'aise. - Je vous remercie d'avoir accepté de répondre à quelques questions, commencez-vous. (Cela vous rend nerveux d'interroger un avocat, presque autant que d'interroger Holmes en personne.) Nous découvrirons probablement que le décès du colonel est dû à des causes naturelles, mais mieux vaut s'en assurer.

- Je suis entièrement d'accord avec vous, répond-il aimablement d'une voix curieusement aiguë. Pour qui s'intéresse à la nature humaine, quelques heures au club Diogène sont du temps bien employé, vous ne pensez pas ? Qu'aimeriez-vous savoir ? Si VOUS l'interrogez sur la lettre, rendez-vous au 102. Sinon, rendez-vous au 420.

205 - Vous avez cru que j'avais écrit cette lettre ? demande-t-il, et votre acquiescement le surprend. Je n'aurais pas attendu ça de vous. Néanmoins, j'admets que cela puisse éveiller les soupçons de certaines personnes. Moimême, je me serais méfié, bien qu'on imagine mal un héritier menaçant de ruiner celui dont il doit recueillir la fortune. Il regarde à nouveau la lettre et sourit. - Il y a autre chose qui cloche : mon prénom est lan, pas Henry. Mais peutêtre l'ignoriez-vous ? Vous riez ensemble, et vous êtes soulagé qu'il ne soit pas fâché. Rendez-vous au 326. 206 - Pourtant, vous avez précédemment déclaré que le colonel devait être le genre d'homme à recevoir des avertissements de temps à autre, objectezvous aimablement. - Eh bien, j'avais effectivement entendu parler de lui, répond Hamilton en rougissant, mais cela ne veut pas dire que je le connaissais, vous comprenez ? Pour entendre la rumeur publique, il suffit d'avoir des oreilles. Rendez-vous au 537. 207 - Vous voulez examiner la lettre que le colonel Sylvester avait reçue cet après-midi ? demande sir Andrew en désignant la main gauche de la victime. Quoique je voie mal comment cette lettre pourrait avoir une importance quelconque, étant donné que le colonel Sylvester est mort sans avoir eu le temps de la lire. - Tout peut être important, monsieur, répond Watson en détachant l'enveloppe des doigts raidis. Tiens, c'est bizarre, murmure-t-il en vous la tendant. Avant de réagir à sa réflexion, vous regardez la suscription. L'enveloppe, dans un coin de laquelle est inscrit le chiffre 13, est libellée ainsi : Colonel A. J. Sylvester Au club Diogène Fleet Street – Londres

- Qu'est-ce qui vous paraît bizarre, docteur? Demandez-vous. - Eh bien, l'adresse, répond Watson. Nous sommes à Pall Mail, pas à Fleet Street.

- Aucune importance, coupe sir Andrew, puisque la missive a été portée à la main. Maintenant, si vous voulez interroger mon barman ou d'autres domestiques, je vous serais obligé de le faire au plus vite : certains membres commencent à s'impatienter de l'absence de service. Si vous allez au bar, rendez-vous au 465. Sinon, rendez-vous au 587.

208 Vous sentant gêné (et persuadé que Holmes vous aurait signalé tout ce qui pouvait être important sans que vous ayez besoin de le questionner), vous décidez de ne pas interroger le détective. Rendez-vous au 133.

209 - Lord Hampton est coupable, affirmez-vous. Il voulait acheter Irish Star, et la défaite de celui-ci aurait fait baisser son prix, étant donné la situation financière désespérée du colonel Stuart. De plus, lord Hampton est le seul de tous les suspects qui pouvait se procurer la drogue. - Très bien, dit Holmes tandis que Watson vous tape dans le dos avec enthousiasme. Mais, ajoute Holmes, Sa Seigneurie en personne va arriver ici d'une minute à l'autre. Comment allons-nous obliger ce scélérat à avouer sa culpabilité ? Rendez-vous au 185.

210 Watson et vous sautez dans un fiacre qui vous conduit à l'adresse communiquée par Holmes. Le cab vous amène à un quartier agréable, dans les faubourgs de Londres. Hamilton occupe l'étage supérieur d'un petit pavillon. Pendant que Watson paie le cocher, vous frappez à la porte et vous demandez à parler à l'avocat. - M. Hamilton ? S’enquiert la logeuse. Je vais voir s'il peut vous recevoir. Elle vous fait entrer dans un salon donnant sur l'arrière de la maison avant de monter chez Hamilton. - Je pense que si vous lui remettez ce mot, madame, dites-vous en lui tendant le message chiffré rédigé par Holmes, il acceptera de nous recevoir. Vous entendez la logeuse frapper à la porte de l'avocat. Quelques secondes après, un choc sourd retentit à l'extérieur. Vous vous précipitez à la fenêtre pour voir Hamilton traverser la cour au galop, sauter par-dessus la barrière et se ruer dans l'allée. Watson, le preux chevalier, ne vous attend pas pour se lancer à sa poursuite. Rendez-vous au 467.

211 - J'ai bien peur que ce soit le colonel Stuart qui ait commis le crime, ditesvous. Il avait un mobile : son besoin d'argent, et il aurait pu entendre parler de la drogue quand il était en poste aux Antilles. - Il aurait pu, rétorque Holmes, mais je doute que ce soit le cas. D'autre part, étant donné l'étrange testament de Sylvester, Stuart n'avait pas intérêt à assassiner le colonel. D'après tout ce que j'ai appris sur ses déplacements au club, je ne vois pas à quel moment il aurait pu introduire la drogue dans le brandy. Rendez-vous au 296. 212 Vous réfléchissez à votre démarche suivante. Qui allez-vous interroger maintenant ? Si vous avez enregistré la Décision 4, rendez-vous au 576. Sinon, rendez-vous au 668. 213 - Nous avons établi que Watson avait été distrait par la dernière page du journal, résume Sherlock Holmes. Reste à déterminer ce qu'on trouve toujours en dernière page. Je ne connais qu'une seule chose qui y figure tous les jours : la liste des chevaux engagés dans les courses du lendemain. Ce point acquis, on peut logiquement en déduire que si cette liste distrait Watson, c'est probablement parce qu'il est en train d'écrire une affaire ayant trait aux courses. Rendez-vous au 195.

214 La foule s'amasse devant l'écurie tandis qu'un policeman emmène John Oliver. Enregistrez la Décision 21 et rendez-vous au 336.

215 - Il vous a dit de quoi parlait la lettre ? Demandez-vous. - Non. Il m'a remis une enveloppe cachetée sans ajouter un mot à ce que je vous ai déjà rapporté. Il m'a semblé que cette enveloppe était restée fermée jusqu'au moment où le colonel s'est effondré. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Intuition. Si vous obtenez : De 2 à 8 De 9 à 12 Rendez-vous au 420 Rendez-vous au 351

216 Le dépit vous fait secouer la tête. - Impossible de me rappeler quelles rubriques on trouve en dernière page, reconnaissez-vous. Qu'est-ce qui l'a distrait, M. Holmes ? Rendez-vous au 213. 217 Le reflet d'un rayon de soleil dans la vitre d'une armoire à pharmacie attire votre regard. Lorsqu'un nuage l'obscurcit, vous voyez que l'armoire contient une bouteille étiquetée DISTILLAT D'OPIUM HASTINGS. Vous aimeriez bien avoir une explication immédiate avec lord Hampton, puis vous vous rappelez que Holmes vous a recommandé d'agir avec tact. Et si quelqu'un exige un maximum de tact, c'est bien un pair du royaume. Enregistrez l'Indice W et rendez-vous au 165. 218 Bien qu'on ne réponde pas à votre coup de sonnette, vous entendez, derrière la porte, des bruits de meubles malmenés. Si vous décidez d'enfoncer la porte, rendez-vous au 106. Sinon, rendez-vous au 457.

219 - J'aurais aimé vous poser auparavant quelques questions, dites-vous timidement, afin de me faire une idée d'ensemble de la situation avant d'interroger les autres.

- Tout ce que vous jugerez utile, répond le colonel Stuart. L'essentiel est de régler cette affaire au plus vite. Si vous l'interrogez sur ses employés, rendez-vous au 381. Si vous l'interrogez sur la défaite d'Irish Star, rendez-vous au 103.

220 - Mon opinion ! répond-il d'une voix bourrue. Je partageais évidemment celle de tous les gens sensés qui avaient eu affaire à lui. Le colonel Sylvester était un salaud de la plus belle eau. Même mort, il continue à embêter tout le monde. Rendez-vous au 560.

221 - Je vous remercie de votre amabilité, M. Hamilton, dites-vous courtoisement. J'espère que nous ne vous avons pas trop gâché votre soirée. - Je n'ai fait que mon devoir, je vous assure, répond-il en se levant, puis il s'incline en silence et se retire. Watson se tourne vers vous. - Ce type aurait intérêt à vivre sous un climat plus doux, dit-il. Cette toux et ce teint cireux n'annoncent rien de bon. Rendez-vous au 334. 222 Holmes vous regarde avec un étonnement mêlé de dégoût lorsque vous nommez celui qui, d'après vous, a drogué le cheval. - Mais non, soupire-t-il. Vous me décevez profondément. Si vous voulez tenter à nouveau votre chance, retournez au Prologue et recommencez votre enquête. Sinon, rendez-vous au 148.

223 - Vous connaissiez l'homme qui vous a remis la lettre ? Demandez-vous à Hamilton. - Non, je ne l'avais jamais vu, répond-il avec raideur, les yeux baissés, puis il vous regarde, voit votre expression incrédule et reprend : il m'a remis un mot d'introduction de l'un de mes confrères, déclarant qu'il était un gentleman parfaitement honorable ayant besoin d'un service discret. Comme il offrait une somme rondelette à titre de provision en contrepartie de mon intervention et de ma discrétion, il aurait été déraisonnable de le pousser dans ses retranchements. Si vous avez enregistré la Décision 13, rendez-vous au 224. Sinon, rendez-vous au 221.

224 Vous demandez à Hamilton de vous décrire son client. Il bredouille une réponse vague. - Vous savez, il me serait difficile d'être précis, car il se dissimulait sous un vaste pardessus et un chapeau à large bord. J'ai supposé que l'absence de curiosité était l'une des choses qu'il était disposé à payer. - Aurait-il pu s'agir d'un étranger? Demandez-vous. - Je ne crois pas, répond-il, puis il fait une pause et ajoute : après tout, ce n'est pas impossible. Non pas qu'il ait eu le moindre accent, mais sa façon de parler avait quelque chose d'insolite... une certaine manière de choisir ses mots et de construire ses phrases qui n'était pas naturelle. Oui, au fond, il pouvait être étranger. Rendez-vous au 221. 225 A bonne distance de la clairière, vous donnez vos instructions à Watson. - Restez là. Je vais m'approcher de lui en catimini et l'appréhender par surprise. Pour que j'aie une chance d'y parvenir, il ne faut pas qu'il se doute que nous sommes dans le bois. Ne bougez pas avant que je vous appelle... ou que vous l'entendiez tirer. Watson acquiesce en silence : il aurait

manifestement préféré jouer un rôle plus actif. Vous commencez par marcher sous-bois en longeant l'orée de la clairière puis, lorsque vous arrivez à proximité de la cachette de Hamilton, vous vous accroupissez et vous avancez en rampant. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Habileté. Si vous obtenez : De 2 à 7 De 8 à 12 Rendez-vous au 330 Rendez-vous au 672

226 Vous avez des doutes lorsque Hamilton affirme n'avoir jamais entendu parler du colonel Sylvester, et vous cherchez par quel moyen vous pourriez le sonder plus avant. Si vous biaisez en parlant d'autre chose, rendez-vous au 411. Si vous accusez Hamilton de mensonge, lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Communication. Si vous obtenez : De 2 à 8 De 9 à 12 Rendez-vous au 345 Rendez-vous au 580

227 Vous secouez Oliver qui s'est écroulé, hébété, et vous êtes en train de lui verser un seau d'eau sur la tête lorsque le colonel Stuart et Raines arrivent en courant. - Que s'est-il passé ? S’enquiert le colonel.

- Quand mes questions sont devenues trop précises pour son goût, Oliver a essayé de m'assommer, répondez-vous. Mais il n'est pas plus doué pour la boxe que pour le mensonge. (Vous recommencez à le secouer.) Et maintenant, dites la vérité ! - D'accord, patron, d'accord, pleurniche le palefrenier. Mais arrêtez de me taper dessus. Un homme m'a donné quelque chose à verser ce matin dans l'eau d'Irish Star. C'est ce truc-là qui l'a empêché de luire une bonne course. Oliver se fait tout petit en voyant la fureur qui déforme le visage de Raines et celui du colonel Stuart. - Bon, allons chercher un policeman, il s'occupera de ce gredin ! Gronde le colonel. Sinon, je risque de le cravacher de mes propres mains ! La menace du colonel fait faire la grimace à Oliver. Enregistrez l'Indice G. Si vous appelez la police, rendez-vous au 214. Sinon, rendez-vous au 466. 228 Comprenant que vous n'en apprendrez pas davantage, vous vous dirigez vers les écuries pour parler au colonel Stuart et à ses employés. Un lad qui promène un cheval vous indique celle qui vous intéresse. Le colonel vous accueille aimablement, bien qu'il soit encore visiblement sous le choc. - J'espère que vous avez appris quelque chose, dit-il. Mes hommes vous attendent. Rendez-vous au 174. 229 Vous montrez la lettre au colonel Stuart en lui expliquant qu'elle a été délivrée le jour même en main propre par un avocat. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Communication. Si vous obtenez : De 2 à 4 5 ou 6 De 7 à 12 Rendez-vous au 476 Rendez-vous au 128 Rendez-vous au 205

230 - Pour quelle raison êtes-vous venu ici aujourd'hui ? Demandez-vous. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Communication. Si vous obtenez :

De 2 à 4 De 5 à 12

Rendez-vous au 280 Rendez-vous au 530

231 - Faites, je vous en prie, répondez-vous. Le vieux marin a visiblement envie de parler. Eh bien, même ici où personne n'ouvre la bouche, le bruit court que le brandy du colonel Sylvester aurait été empoisonné. Or, je sais que ce n'est pas le cas. Toutes les personnes présentes redressent la tête. - Je vais vous expliquer ce qui s'est passé, dit-il comme s'il s'apprêtait à vous raconter une légende de matelots. Je venais de terminer la lecture d'un article du Times qui m'avait particulièrement énervé et j'avais un urgent besoin de boire une goutte pour me calmer. J'ai sonné, et j'ai vu le serveur arriver. Je le couvais des yeux, vous pouvez me croire. Il a commencé par servir le colonel Sylvester. Je voyais mon verre de grog posé sur son plateau et j'avais presque envie de me lever et d'aller le chercher moi-même, tellement j'avais la gorge sèche. J'avais donc les yeux fixés sur le serveur et je faisais des vœux pour qu'il se dépêche, mais avant qu'il ne se dirige vers moi, j'ai vu le colonel boire une gorgée de brandy. Alors si la boisson avait été empoisonnée, elle l'aurait tué sur le coup, non ? Vous êtes obligé d'en convenir. Mais quand j'ai eu mon grog, reprend l'amiral, je me suis replongé dans le Times et je n'ai plus rien vu jusqu'à ce que le colonel tombe raide mort. Enregistrez l'Indice O et rendez-vous au 605.

232 - A quoi ça rime, la question que vous avez posée à Bobby ? demande l'un des amis du jockey. Vous essayez d'insinuer qu'il a fait du mal à ce crétin de bourrin ? Le colosse s'approche de vous en brandissant un poing gros comme un jambon. Pour obtenir d'autres informations dans ce bistrot, il va falloir vous battre. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Force. Si vous obtenez : De 2 à 6 De 7 à 12 Rendez-vous au 261 Rendez-vous au 304

233 - Avez-vous remarqué quelque chose pendant que vous étiez dans le petit salon, cet après-midi ? Demandez-vous le plus respectueusement possible. - Dans le petit salon ? répète-t-il. Mais non. Au club, je ne suis pas censé voir quoi que ce soit. Le tapage que tous ces gens ont fait en se rassemblant ici, quand le pauvre colonel Sylvester est tombé raide mort, a attiré mon attention, mais je n'avais rien remarqué auparavant. Rendez-vous au 550. 234 - Pourquoi êtes-vous tellement opposé à ce que je consulte votre liste de parieurs ? Demandez-vous. - Et pourquoi je vous laisserais fouiner dans mes papiers, mon prince ? Qui vous êtes, d'abord ? J'aimerais bien le savoir. - J'essaye de découvrir pour quelle raison Irish Star a tellement mal couru aujourd'hui, répondez-vous. Visiblement, vous vous y attendiez, car vous avez misé tout votre argent sur Maiwand, alors que vous offriez la plus grosse cote pour Irish Star. Pourquoi ? - Oh, ça, répond Roscoe avec un sourire penaud, c'est une question de métier, c'est tout. Il n'y a rien là-dedans qui puisse tracasser un flic. Un type

bien placé m'a refilé un tuyau comme quoi Irish Star n'était pas en forme, alors j'ai étalé les risques en conséquence. - Et vous vous êtes fié à ce tuyau ? Demandez-vous. - Je l'avais payé assez cher, répond-il, et je dois encore de l'argent dessus. Dans le boulot, personne ne s'aviserait de me raconter des blagues quand il y a autant de fric à la clef. (Prévoyant ce que vous allez lui demander, Roscoe secoue négativement la tête.) Non, pas question, je ne vous dirai pas de qui il s'agit. C'est normal qu'un homme d'affaires achète un petit renseignement, et je promets toujours de garder le secret. Et je le garde ! L'employé de Roscoe aide son patron éclopé à gagner la sortie pendant que Watson, en vous criant des excuses, part en courant pour attraper son train. Rendez-vous au 228. 235 Vous avez déchiffré le code secret ! Enregistrez l'Indice Q. Si vous êtes au club Diogène, rendez-vous au 440. Si vous êtes à Baker Street, rendez-vous au 501. 236 Vous prenez une profonde inspiration, et Watson sourit lorsque vous désignez l'autre côté du sentier. Vous vous enfoncez dans les bois en marchant prudemment, et vous poussez un soupir de soulagement quand les arbres s'espacent et qu'une petite clairière apparaît. Soudain, vous empoignez Watson par son pardessus et vous le tirez à l'abri du sous-bois : vous avez entrevu quelque chose à l'autre bout de la clairière. - Hamilton est à l'affût, il nous attend, chuchotez-vous à Watson. Il a dû estimer qu'il devait nous éliminer pour avoir une chance de s'enfuir. Watson hoche la tête et murmure : - Qu'est-ce qu'on fait ? Si vous demandez à Watson de vous couvrir pour vous permettre de bondir sur Hamilton, rendez-vous au 250. Si vous dites à Watson de ne pas bouger pendant que vous effectuez un mouvement tournant pour surprendre Hamilton, rendez-vous au 225.

237 Vous avez un jour ou deux devant vous pour faire le bilan de votre enquête sur l'affaire Irish Star. Ce recul va vous permettre d'analyser les fautes que vous avez commises dans l'interprétation des indices et l'appréciation du caractère et du rôle des protagonistes. Inutile de dire qu'à la prochaine occasion, vous ne commettrez pas les mêmes erreurs.

Par un bel après-midi, vous allez rendre visite à votre cousin, le Dr Watson. Il est seul : Holmes est allé passer un moment au club de son frère. Vous êtes lancés dans une agréable conversation qui vous permet, à l'un comme à l'autre, de raviver vos souvenirs de divers événements familiaux lorsqu'on frappe à la porte. Mme Hudson apparaît, qui remet un message au docteur. Il le lit et plisse le front d'un air songeur. - Comment diable pouvait-il le savoir ? murmure-t-il. - Qu'est-ce que M. Holmes savait? Demandez-vous, puisqu'une seule personne au monde peut plonger Watson dans un tel abîme de perplexité. - Comment savait-il que vous seriez ici ? répond-il encore un peu troublé. Il me demande de vous amener au club Diogène le plus rapidement possible. (Watson fait une pause, les yeux perdus dans le vide.) Et comment avezvous su que le message émanait de Holmes ? demande-t-il, alors que vous en êtes déjà à lui tendre son pardessus et son chapeau. - Si Holmes a besoin de nous d'urgence... Heureusement, Watson trouve rapidement un fiacre. Le bavardage de votre cousin est un bruit de fond qui ne fait qu'accroître votre excitation. Une affaire ! Et Holmes requiert votre aide ! Lorsque le cab arrive à destination, la présence de l'inspecteur Lestrade, de Scotland Yard, faisant les cent pas devant la porte du club Diogène, augmente encore votre surprise. Le policier repousse les amicales salutations de Watson avec un grognement. - J'aurais dû me douter que vous ne tarderiez pas à montrer le bout du nez, Watson, aboie-t-il. Ça ne rate jamais, chaque fois que M. Holmes tombe sur quelque chose d'un tant soit peu mystérieux. - Qu'est-ce qui s'est passé, Lestrade ? interroge Watson. Nous ne savons rien, si ce n'est que M. Holmes nous a enjoint de venir ici le plus vite possible. Ce qui s'est passé ? Rugit l'inspecteur d'une voix que des années de frustrations ont chargé d'amertume. Un assassinat de sang-froid, si ça se trouve, mais ces gens-là... (Il soupire et hausse une épaule en direction du club)... ne veulent pas du scandale d'une enquête de police. Le colonel Philip Sidney Sylvester gît là-dedans, aussi mort qu'on peut l'être, brutalement fauché à la fleur de l'âge. Il pourrait s'agir d'une crise cardiaque, mais ils ont l'air de croire qu'il a été empoisonné. Vu la

réputation du bonhomme, ça pourrait bien être le cas. Mais ils refusent de laisser la police s'en occuper, car ils n'admettent pas que le sacro-saint silence de leur club soit troublé par le remue-ménage d'une enquête officielle. Et Dieu me pardonne, ils ont suffisamment d'influence pour m'empêcher de faire mon métier. - Mais pourquoi Holmes nous a-t-il fait venir? demande Watson en lui coupant la parole. - Holmes vous a fait venir parce qu'il refuse d'enquêter lui-même sur l'affaire ! hurle Lestrade tremblant d'exaspération. A cause d'un soi-disant engagement qu'il aurait pris au moment où il a été admis comme membre. Holmes se trouvait sur les lieux et il est témoin du décès, ce qui ne permet pas de le choisir comme enquêteur. C'est pourquoi il a fait venir votre cousin pour le remplacer. Bon sang, je payerais cher pour être dans un trou de souris et voir l'illustre Sherlock Holmes rester bouche close pendant qu'un autre détective se livre aux interrogatoires et aux recherches. Chacun son tour: il m'a assez souvent obligé à en passer par là. Bon, eh bien, je vous souhaite bonne chance, messieurs. Vous allez en avoir besoin, avec ces gens-là. Lorsque vous sonnez à la porte du club, on vous conduit directement au bureau du président, sir Andrew Saint-James, où vous retrouvez Sherlock Holmes assis dans un coin. Bien que visiblement contrarié par les événements, le détective vous adresse, à Watson et à vous, un signe de tête amical. - Je vous remercie d'être venus aussi vite, messieurs, commence sir Andrew, un quinquagénaire élégant et distingué qui zézaye légèrement. Une tragédie s'est produite ici aujourd'hui, et comme le bruit commence à courir qu'il pourrait s'agir d'un crime, j'ai estimé nécessaire de faire appel à un enquêteur. Étant donné le règlement du club et la position sociale d'une bonne partie de ses membres, il est essentiel que l'affaire soit traitée avec un maximum de tact et de discrétion, tout au moins jusqu'à ce que la malveillance soit établie. En principe, voyez-vous, nous ne disons plus un mot une fois franchie la porte du club : c'est un sanctuaire de silence. Réfrénant votre jubilation, vous inclinez solennellement la tête. Watson vous a laissé entendre que le club Diogène sert de couverture aux services les plus secrets du gouvernement. Cette affaire pourrait être d'une importance vitale pour la Couronne !

- Voici les faits, poursuit sir Andrew. L'un de nos membres, le colonel Sylvester, est mort cet après-midi. Comme il était en bonne santé, on peut légitimement soupçonner une intervention criminelle. J'ai demandé à toutes les personnes qui pourraient savoir quelque chose de ne pas s'éloigner, afin que vous puissiez les interroger. Le corps est resté dans le petit salon où il s'est effondré, si vous souhaitez y jeter un coup d'œil avant que les ambulanciers qui attendent ne l'emportent. - Je ferai de mon mieux, vous empressez-vous de répondre. Pouvez-vous me décrire les circonstances exactes du décès ? - Je vais essayer de le faire sans avoir recours aux ouï-dire, intervient Holmes avant que Saint-James ait pu répondre. Quelque chose a dû contrarier le colonel, car il a vidé d'un trait un verre de brandy pratiquement plein... un excellent brandy qu'il aurait normalement dégusté à petites gorgées. Presque aussitôt, il est tombé raide mort. Je regrette de ne pas pouvoir me consacrer personnellement à la solution de cette énigme, ajoute-t-il. Vous approuvez d'un hochement de tête. - L'inspecteur Lestrade nous a expliqué que le règlement du club vous interdit d'enquêter vous-même. Holmes ébauche l'un de ses rares sourires. - Je n'ai pas été entièrement sincère avec Lestrade, avoue-t-il. Ce soir, j'ai rendez-vous avec un homme qui sait quelque chose sur des bijoux disparus. Si Lestrade apprenait de qui il s'agit, il s'estimerait en droit d'intervenir et retarderait probablement la récupération des objets volés. Je suis donc obligé de m'en aller rapidement, et il y a beaucoup à faire ici. C'est pourquoi je vous ai fait venir. Souhaitez-vous me poser quelques questions ? Je me trouvais dans la pièce au moment où le colonel est mort. Si vous interrogez Sherlock Holmes, rendez-vous au 433. Sinon, rendez-vous au 208.

238 Vous déduisez du style un peu ampoulé de la lettre qu'elle émane d'un étranger qui détestait Sylvester. Eenregistrez la Déduction 13 et rendezvous au 648.

239 Vous relisez la curieuse missive en vous demandant ce qu'il faut en penser. Si vous croyez qu'elle émane d'un étranger, rendez-vous au 238. Si vous estimez qu'elle n'a rien à voir avec le meurtre, rendez-vous au 648. Si vous pensez que c'est un message chiffré, rendez-vous au 421. Si vous avez la conviction que c'est une menace adressée par le colonel Stuart au colonel Sylvester, rendez-vous au 625. 240 - Quels sont les employés qui ont eu affaire au colonel aujourd'hui ? Demandez-vous. Ceux qui auraient pu voir quelque chose, s'entend. - Uniquement le serveur, Tom Smithson, répond-il. C'est lui qui a apporté au colonel Sylvester le verre de brandy qu'il a bu avant de s'effondrer. - Il y a longtemps qu'il travaille pour vous ? - Six mois environ, répond sir Andrew. Smithson est un homme taciturne, un solitaire... exactement ce que nous recherchons, parce qu'il n'a pas tendance à bavarder et à déranger les membres. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Intuition. Si vous obtenez : De 2 à 6 De 7 à 12 Rendez-vous au 119 Rendez-vous au 657

241 Hamilton se défend avec l'énergie du désespoir, mais vous êtes trop rapide pour lui. Un adroit croc-en-jambe le fait trébucher, et, quand il se relève, vous l'expédiez au royaume des songes d'un formidable uppercut au menton. Rapidement, vous lui liez les mains et vous appelez Watson. Rendez-vous au 613.

242 - En règle générale, je serais d'accord, admet Raines. Mais Irish Star est un degré au-dessus des chevaux auxquels il était opposé aujourd'hui. Et non seulement il était de loin supérieur à ses concurrents, mais il était en très, très bonne forme ces temps derniers. Tenez, pas plus tard qu'avant-hier, à l'entraînement, je l'ai fait courir avec le champion de l'écurie de lord Hampton, Queens-land, et il ne lui a pas cédé une encolure. Si vous ne me croyez pas, vous pouvez demander à lord Hampton : il était là, et ça l'a vivement contrarié. Il faut dire, continue Raines comme s'il faisait une conférence, qu'au classement officiel, Irish Star est juste au-dessous des cracks de grands prix, tout • intime il était juste au-dessus des chevaux contre lesquels il courait aujourd'hui. Enregistrez l'Indice D et rendez-vous au 430. 243 - J’aurais aimé, poursuivez-vous, connaître votre opinion sur le défunt colonel Sylvester. Le visage d'Armand s'assombrit et une brusque flambée de haine lui fait plisser les paupières. - Le colonel Sylvester... je devrais aller danser sur sa tombe, monsieur, s'il ne m'avait pas ruiné pour la seconde fois en mourant au mauvais moment. - Comment cela ? Demandez-vous. - Si vous vous êtes un peu renseigné, vous devez savoir que, il y a quelques années, le colonel Sylvester m'a acculé à la faillite. Bon, nous vivons dans un monde cruel et notre métier est difficile. Ça, je veux bien l'admettre. Mais je sais aussi que la roue tourne. Et j'allais avoir ma revanche. En France, j'ai des relations bien placées dans l'administration, et je tenais le colonel Sylvester dans le creux de ma main : ou bien il me restituait une bonne partie de ce qu'il m'a pris, ou bien je le ruinais. Et qu'est-ce qu'il fait ? Il meurt. Pouah ! Rendez-vous au 412. 244 - A quoi pensez-vous ? dit Holmes. Rendez-vous au 999. 245 Vous approuvez d'un hochement de tête ce que vient de vous dire Hamilton, tout en vous demandant s'il pourrait savoir autre chose d'utile. Si vous lui posez des questions sur le colonel, rendez-vous au 474. Sinon, rendez-vous au 411.

246 Vous interrogez Smithson sur ses antécédents. - Oh, je n'ai jamais quitté Londres, monsieur. J'ai vécu et travaillé ici toute ma vie. Ce n'est pas comme mes frères, dont la plupart sont dans l'armée. Je suis employé ici, dans ce club, depuis près d'un an. Si vous lui demandez son opinion sur le colonel Sylvester, rendez-vous au 671. Sinon, rendez-vous au 269. 247 Au bout de quelques minutes de réflexion, la bizarrerie du style vous fait conclure que la lettre a été écrite par un étranger, ou que c'est un message chiffré. Si vous pensez qu'elle est codée, rendez-vous au 421. Si vous croyez qu'elle a été rédigée par un étranger, rendez-vous au 238. 248 Un examen plus approfondi de la lettre vous fait penser qu'elle doit être chiffrée. Si vous essayez de décrypter le code, rendez-vous au 421. Si vous estimez que c'est du temps perdu, rendez-vous au 258. 249 Votre plongeon désespéré manque Hamilton et vous vous écrasez sur le sol où vous restez étourdi quelques secondes. Dès que vous avez récupéré, vous vous lancez à la poursuite de l'avocat en appelant Watson à la rescousse. Rendez-vous au 567. 250 - Vous avez toujours votre pistolet, n'est-ce pas ? Demandez-vous. - Certainement, répond-il en sortant l'arme de sa poche. - Bon, alors voilà mon plan. Je vais me jeter sur Hamilton et l'empoigner à bras-le-corps. Vous, vous le tenez en joue pour l'empêcher de se redresser. Une fois que je le tiens, vous vous approchez, et il sera forcé de capituler. C'est très dangereux, commence-t-il par protester, mais vous lui imposez silence. - On ne peut pas se permettre de le laisser filer à nouveau, maintenant qu'on l'a retrouvé. Sans un mot, vous vous frayez un chemin jusqu'à la lisière des arbres et vous montrez à Watson l'endroit où vous avez aperçu

Hamilton. Watson reste à couvert, vérifie son arme et hoche la tête. Plié en deux, vous traversez la clairière en courant en zigzag. La détonation du revolver de Hamilton vous fait frissonner. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Force. Si vous obtenez : De 2 à 4 De 5 à 7 De 8 à 12 Rendez-vous au 389 Rendez-vous au 161 Rendez-vous au 153

251 - Quel malotru ! s'exclame Watson. Rendez-vous au 999.

252 - Vous aviez parié sur Irish Star, M. Raines ? Demandez-vous. - Non, monsieur, j'ai pour principe de ne jamais jouer aux courses, répond l'entraîneur avec franchise. J'estime que c'est incompatible avec ma position. Si vous approfondissez la question, rendez-vous au 399. Sinon, rendezvous au 380. 253 Saint-James donne un ordre, et un domestique vous conduit dans un petit salon. Les murs sont tapissés de rayonnages garnis de livres à reliure de cuir. De place en place, un fauteuil confortable flanque une table massive et, aux quatre coins de la pièce ainsi que près de la porte, des guéridons offrent un échantillonnage des derniers journaux et magazines parus. Mais le cadavre du colonel détourne votre attention d'un examen plus poussé du cadre. Le colonel Sylvester était un homme grand et fort. Il est étendu de tout son long sur le tapis, les bras en croix et la tête de côté, ce qui vous permet de voir son visage convulsé, rendu encore plus horrible par les yeux exorbités et la bouche figée dans un affreux rictus. Derrière vous, Watson en a le souffle coupé. Un verre gît sur le sol à côté de la main du mort, dont

l'autre main est crispée sur une enveloppe. Enregistrez la Décision 20, puis lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Intuition. Si vous obtenez :

De 2 à 6 De 7 à 12

Rendez-vous au 152 Rendez-vous au 492

254 - Je crois que Roscoe a payé Oliver pour droguer le cheval, dites-vous. Sa réputation est des plus douteuses, et je sais qu'il a remis de l'argent à Oliver. Et pourquoi l'aurait-il payé, si ce n'est pour truquer la course ? Holmes secoue négativement la tête. - Je ne pense pas qu'on puisse lui imputer ce genre de vilenie, réfléchit le détective. Son code moral est assurément sujet à caution, mais truquer une course n'est pas dans ses capacités. Je croirais plutôt qu'Oliver a vendu à Roscoe le tuyau qu'Irish Star ferait une mauvaise course : votre palefrenier est assez entreprenant pour se faire financer par plusieurs commanditaires, explique Holmes au colonel Stuart avant de poursuivre. Et puis Roscoe n'irait pas courir le risque de perdre son commerce pour assurer le résultat d'une course : un individu de cet acabit se contente de petits profits. D'autre part, je doute qu'il ait pu se procurer la drogue. Si vous désirez tenter à nouveau de résoudre l'énigme par vos propres moyens, retournez au Prologue et recommencez tout. Sinon, rendez-vous au 585.

255 En lisant l'étiquette du flacon, vous comprenez que ce médicament était de nature à ralentir le cheval et qu'il a dû lui être administré plusieurs heures avant la course. Enregistrez la Déduction 9 et rendez-vous au 126. 256 Vous décidez d'affronter Roscoe. Watson veille à ce que l'employé n'intervienne pas, mais c'est tout ce qu'il peut faire pour vous. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Force. Si vous obtenez : De 2 à 6 De 7 à 12 Rendez-vous au 369 Rendez-vous au 545

257 Vous regardez la lettre, vous réfléchissez et vous estimez qu'elle doit être chiffrée. Une fois parvenu à cette conclusion, vous décidez d'essayer les divers codes que vous connaissez, et vous décryptez rapidement le message. Rendez-vous au 270.

258 L'idée d'un message chiffré est amusante, mais vous décidez que la lettre n'a probablement rien à voir avec le meurtre, puisque le colonel Sylvester n'a pas eu le temps de la lire. Vous la confiez donc à Watson pour qu'il la mette en sûreté et vous réfléchissez à ce qu'il convient de faire ensuite. Si vous avez enregistré la Décision 20, rendez-vous au 189. Sinon, rendezvous au 203. 259 - Qui vous a fourni le Saint-Gabriel? Demandez-vous. - Je l'achète à un explorateur français, Pierre Armand, s'empresse de répondre Amber. C'était autrefois un très gros négociant, mais il n'a plus qu'une toute petite affaire. Enregistrez l'Indice S et rendez-vous au 484. 260 - M. Holmes, avez-vous remarqué quelque chose aU moment où le colonel Sylvester est mort : à qui il parlait, et ce qu'il était en train de faire ? Mycroft secoue sa grosse tête. - Navré de vous décevoir, mais j'étais plongé dans la lecture et je n'ai levé les yeux qu'en entendant le bruit qu'il a fait en tombant. Bien entendu, il ne parlait à personne : c'est une chose formellement interdite au club Diogène. Rendez-vous au 130.

261 Votre dernier souvenir du combat est un poing fonçant vers votre visage. Vous reprenez conscience sur le trottoir, la figure et les yeux ruisselants. Un nouveau seau d'eau achève de vous ranimer, après quoi l'homme qui vous a assommé et un autre individu vous remettent sur vos pieds et vous enfournent dans un fiacre.

- Ramenez-le à Londres, ordonne l'un d'eux au cocher en lui remettant un peu d'argent. L'homme qui vous a assommé se penche à la portière et brandit une fois de plus le poing sous votre nez. - Et ne remettez plus les pieds ici ! Gronde-t-il. Si jamais je vous retrouve en train de fouiner dans les parages, c'est deux cabs qu'il faudra pour remporter vos abattis. Vous avez beaucoup trop mal à la tête pour discuter. Renonçant à rencontrer l'irrégulier de Holmes, vous vous adossez à la banquette du cab et vous tâtez prudemment votre œil au beurre noir et votre joue enflée. Rendez-vous au 480. 262 - Avez-vous aperçu des inconnus à proximité des écuries dans la matinée ? Des gens qui n'avaient rien à faire là ? Questionnez-vous. Oliver réfléchit en plissant ses petits yeux en vrille et finit par hocher la tête. - Oui, patron, justement, il se trouve que j'ai remarqué deux messieurs, des gros flambeurs qui s’appellent Bowser et Fitzhugh. Mais il faut dire que ces deux-là, ils sont toujours à tourniquer autour des écuries dans l'espoir de récolter un tuyau, si vous voyez ce que je veux dire. Bien sûr, celui qui renseignerait une paire de fouinards (tomme ceux-là, ça lui coûterait sa place et une bonne raclée par-dessus le marché. Enregistrez l'Indice V et rendez-vous au 309. 263 Vous décidez que Hamilton a dû prendre le train se dirigeant vers Bristol. Entre le moment où il s'est enfui de l'appartement et celui où il est monté dans le fiacre, il n'a probablement pas eu le temps de mettre au point un plan plus élaboré. L'express de Bristol ne tarde pas à entrer en gare, vous atteindrez donc cette ville avant le tortillard pris par Hamilton. Durant le trajet, Watson et vous n'ouvrez guère la bouche jusqu'au moment où le train ralentit. - On doit arriver à l'embranchement avec la ligne qui relie Market Blandings et la côte sud, marmonne Watson en étouffant un bâillement. On va s'arrêter quelques minutes pour prendre des voyageurs et le courrier. Une pensée soudaine vous vient à l'esprit :

- D'ici, on doit également pouvoir prendre un train vers le sud ? - C'est probable, répond Watson, mais je ne connais pas les horaires. (Il relève brusquement la tête.) Vous pensez que Hamilton aurait pu changer de train ici ? demande-t-il. Holmes a eu recours à ce stratagème en 1891 pour échapper à Moriarty. Mais nous n'avons pas le temps de chercher notre homme, le train repartirait sans nous : il n'y a que quelques minutes d'arrêt. Vous interrogez rapidement le chef de train, qui vous informe qu'aucun convoi n'a quitté cette gare en direction du sud depuis le passage de l'omnibus Vous lui demandez s'il est possible de savoir si quelqu'un en est descendu, lorsqu'il a fait halte. - J'en doute, monsieur, répond-il, à moins que cette personne n'ait parlé au chef de station. Dans ces petites gares, le chef de station est trop occupé charger les bagages et à renseigner les voyageurs pour remarquer les gens qui descendent. Si vous continuez jusqu'à Bristol, rendez-vous au 121. Si vous fouillez la gare à la recherche de Hamilton, rendez-vous au 590. 264 - Faut-il en conclure que le colonel n'a pas été assassiné ? S’enquiert Watson. - Qu'est-ce que vous voulez dire, Watson ? demande Holmes. - Eh bien, le brandy de la bouteille n'est pas drogué, apparemment, et l'amiral a vu Sylvester boire dans son verre sans être incommodé. Le brandy devait donc être normal, et c'était la seule méthode qu'on aurait pu utiliser pour empoisonner le colonel. - Puissamment raisonné, Watson, dit Holmes. Vous êtes d'accord avec le docteur ? Vous demande-t-il. Si vous êtes d'accord, rendez-vous au 670. Sinon, rendez-vous au 477. 265 La suggestion de Mycroft vous fait dresser l'oreille, car elle vous rappelle ce qu'a dit Saint-James : il y avait bien une tache dans le passé du colonel. Si vous interrogez Mycroft sur le passé de Sylvester, rendez-vous au 656. Sinon, rendez-vous au 632.

266 - Balivernes, dit Mme Hudson. Rendez-vous au 999. 267 - Parfait, dit Holmes en inclinant la tête. On fera quelque chose de vous. Nous allons faire venir lord Hampton ici pour qu'il répare ses méfaits, mais il faudra y mettre les formes, étant donné son rang. Tout bref qu'il soit, le compliment de Holmes vous met du baume au cœur. Rendez-vous au 185. 268 - Pouvez-vous m'apprendre un détail quelconque sur Oliver qui m'aiderait à l'interroger ? Demandez-vous. Plus un détective sait de choses, mieux il est armé. - Qu'est-ce que vous voulez que je vous raconte sur mon palefrenier? Nous ne fréquentons pas les mêmes milieux. (Le colonel a l'air furieux, puis son expression change.) Il s'est produit un incident curieux : avant la course d'aujourd'hui, John est passé devant les stands des bookmakers en même temps que moi, et je l'ai entendu miser sur Irish Star. Il n'aurait sûrement pas parié sur le cheval s'il avait fait quoi que ce soit pour l'estropier ? Enregistrez l'Indice F et rendez-vous au 481.

269 Vous remerciez le serveur de sa bonne volonté. - A votre service, monsieur, répond-il, et il s'en va. Rendez-vous au 602. 270 Avec une excitation croissante, vous décryptez la lettre et vous la lisez à Watson et à sir Andrew. - Elle dit : « Mon colonel, la lâcheté qui vous a dés honoré a ruiné ma vie en anéantissant mon amour. Vous êtes condamné à mort. Henry Hamilton. » Hâtivement, vous réfléchissez à la meilleure façon de tirer parti de cette découverte. Enregistrez l'Indice Q. Si vous avez enregistré la Décision 20, rendez-vous au 327. Sinon, rendez-vous au 319.

271 Vous rappelant l'insistance constante de Holmes sur la nécessité de la patience, vous continuez à attendre en surveillant les maisons. Hamilton finira bien par sortir ! A vos côtés, Watson est de plus en plus nerveux, et vous lui faites signe de se calmer. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Observation. Si vous obtenez : De 2 à 7 De 8 à 12 Rendez-vous au 573 Rendez-vous au 313

272 - Le cheval était-il bien préparé pour cette course ? Demandez-vous. J'ai entendu dire qu'Irish Star était au mieux de sa forme et fin prêt pour la longueur. - Pour tout vous dire, monsieur, répond le palefrenier, je m'étais demandé, dans la semaine, si cette course, c'était pas une de trop avant de le mettre au vert. Mais ce n'était pas à moi d'en juger. Mon travail, à moi, c'est de le nourrir, de le penser et de nettoyer son box, c'est tout. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Intuition. Si vous obtenez : De 2 à 8 De 9 à 12 Rendez-vous au 641 Rendez-vous au 515

- D ANS

273 une mercerie? demande Holmes d'un ton dubitatif.

Rendez-vous au 999. 274 Vous décidez qu'il serait bon d'avoir un entretien avec M. Hamilton. Si vous avez enregistré l'Indice Q, rendez-vous au 607. Sinon, rendez-vous au 204.

275 - Vous entreteniez des relations personnelles avec le colonel Sylvester, amiral ? Quelle opinion aviez-vous de lui, en tant qu'homme ? Demandezvous. L'amiral éclate d'un rire qui secoue toute son imposante personne. - Des relations ? Le moins possible, parce que c'était un poltron et une canaille. Heureusement, dans ce club, j'ignore tous les autres membres, ce qui est bien agréable quand il s'agit d'individus comme celui-là. Rendezvous au 622. 276 Vous vous demandez si cette lettre va se révéler un indice important en décachetant l'enveloppe que le colonel tenait à la main au moment de sa mort. Enregistrez la Décision 22. La missive qu'elle contient est rédigée sur une feuille de papier blanc ordinaire et a probablement été transcrite par un employé de bureau. Dans le coin supérieur gauche est inscrit le chiffre 13. Vous lisez : Mon colonel, Sachez que la plus vile lâcheté est celle qui fait de vous un voleur. A préférer d'être déshonoré comme filou plutôt que d'être éventuellement ruiné, en eau sant ma faillite, votre vie fastueuse est en péril. En anéantissant ma fortune, mon avenir, votre amour du lucre vous perdra. Vous êtes par cupidité condamné à péricliter, à être financièrement mort. Lieutenant-colonel Henry Stuart Hôtel Hamilton Que faut-il penser de cette lettre ? Si vous ne l'aviez pas trouvée dans la main d'un mort, aurait-elle la moindre signification, d'autant plus que le mort en question ne l'a pas lue ? Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Connaissances. Si vous obtenez : De 2 à 5 6 ou 7 8 ou 9 Rendez-vous au 239 Rendez-vous au 247 Rendez-vous au 248

De 10 à 12 Rendez-vous au 257

277 - Pas très sport, quoi ? dit Watson. Rendez-vous au 999.

278 Vous relisez la lettre en pesant plus soigneusement ses termes, mais aucune conclusion ne s'impose immédiatement à l'esprit. Si vous pensez qu'elle était destinée à compromettre Stuart, rendez-vous au 639. Si vous pensez qu'elle a été rédigée par un étranger, rendez-vous au 588. Si vous pensez qu'elle dissimule un message chiffré, rendez-vous au 308. 279 Après avoir relu la lettre, vous déduisez de son style ampoulé qu'elle doit émaner d'un étranger ou être en code. Si vous pensez qu'elle a été rédigée par un étranger, rendez-vous au 588. Si vous pensez qu'il s’agit d'un message chiffré, rendez-vous au 308. 280 - J'avais désespérément besoin d'argent ! Aboie-t-il, les joues en feu. Qu'est-ce que vous croyez ? Et mon seul espoir était de me traîner aux pieds de ce répugnant personnage. Lui poser d'autres questions ne servirait manifestement à rien. Enregistrez l'Indice B et rendez-vous au 171. 281 Vous estimez que la lettre est rédigée selon un code secret, et vous décidez de le décrypter. Vous pouvez relire le paragraphe 361. Si vous décryptez le code, rendez-vous au 519. Si vous n'y parvenez pas, rendez-vous au 315. 282 - M. Smithson, dites-vous avec bienveillance, je sais que cette tragédie a dû vous bouleverser, mais j'aimerais que vous nous racontiez, à votre manière, ce que vous avez vu aujourd'hui dans le petit salon. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Communication. Si vous obtenez : De 2 à 7 De 8 à 12 Rendez-vous au 557 Rendez-vous au 167

283 - Ce qu'il écrit ? Murmurez-vous. Sur quels indices puis-je me fonder ? Si vous avez enregistré l'Indice Z, rendez-vous au 383. Sinon, rendez-vous au 424. 284 En vous faufilant dans la cave de l'auberge abandonnée, vous heurtez une pile de caisses qui s'effondre avec un tintamarre à réveiller les morts. Hamilton bondit hors de sa cachette et s'élance vers la porte. Vous plongez vers lui dans l'espoir de le plaquer aux jambes avant qu'il ne l'ait atteinte. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Force. Si vous obtenez : De 2 à 8 De 9 à 12 Rendez-vous au 249 Rendez-vous au 612

285 - Dites donc, demandez-vous soudain, pourrais-je avoir un échantillon du brandy que buvait le colonel ? Cela pourrait m'aider à comprendre ce qui lui est arrivé. Le barman hésite une seconde, puis il prend un carafon de cristal taillé et verse un doigt de son contenu dans un des pots du Dr Watson. - Maintenant, ça ne fera de tort à personne, dit-il en riant. Le colonel n'en boira certainement plus. Enregistrez l'Indice N et rendez-vous au 122.

286 - Évidemment ! rétorque Holmes d'un ton méprisant. Un détective devrait se rendre compte qu'Irish Star avait un comportement tout à fait anormal. Votre question m'étonne et me déçoit. Mais peu importe. Cela fait plaisir à Watson de marquer de temps en temps des points contre moi, et je n'ai pas le temps de m'occuper de cette affaire avant le départ de mon train. Holmes tourne les talons et s'en va sans vouloir en dire davantage. Rendezvous au 654.

287 Vous réfléchissez à la déclaration d'Oliver selon laquelle Irish Star n'était pas bien préparé pour la course. Serait-ce un mensonge ? Lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Intuition. Si vous obtenez : De 2 à 7 De 8 à 12 Rendez-vous au 641 Rendez-vous au 339

288 - Qu'est-ce que ça signifie ? demande le valet de chambre. De quel droit me questionnez-vous ? Nous allons appeler la police, menacez-vous négligemment. Son humeur combative l'abandonne aussitôt. - Quand j'étais jeune, le colonel Sylvester m'a surpris en train de dérober de l'argent dont j'avais besoin pour sauver la vie de mon père, explique-t-il à mi-voix. Je suis certain qu'il a conservé les preuves de mon larcin, et je suis venu les détruire avant que la justice ne les saisisse et que les « bobbies » ne viennent me chercher. - Bon, très bien, dites-vous en essayant de le calmer. Je comprends votre problème, mais j'ai besoin de documents susceptibles de nous éclairer sur la façon dont le colonel conduisait ses affaires et peut-être de nous révéler le nom de la personne qui pouvait souhaiter sa mort. Le rire sarcastique du valet de chambre vous fait froid dans le dos. - Mon bon monsieur, tous ceux qui le connaissaient avaient envie de le tuer. Mais je vais vous trouver vos documents. Il y a un classeur, ici, sur lequel il veillait particulièrement. Vous inventoriez le contenu dudit classeur. La plupart des papiers semblent être une correspondance d'affaires ordinaires, des lettres émanant d'employés de sociétés concurrentes. Toutes ces lettres portent le chiffre 13 dans le coin supérieur gauche. D'après leur contenu, vous vous faites une idée précise du genre d'homme d'affaires qu'était Sylvester : rusé, malhonnête et mesquin. Si vous avez enregistré l'Indice Q, rendez-vous au 518. Sinon, rendez-vous au 505.

289 Aussitôt que vous comprenez que la lettre est chiffrée, vous vous employez à la décrypter. Vous essayez les divers codes que vous connaissez et vous découvrez rapidement que celui qui a été utilisé est du nombre. Rendezvous au 297. 290 - Je suis l'un des meilleurs entraîneurs de chevaux de course de ce pays : je sais reconnaître quand un cheval est prêt à gagner ! Insiste Raines en tapant du poing dans sa paume. Je l'avais bien dit au colonel que ce serait du temps perdu de discuter avec des gens comme vous. Je vous salue. Et Raines, furieux, vous plante là et s'en va. Rendez-vous au 570.

291 - J'enquête sur le décès du colonel Sylvester, expliquez-vous. M. Hamilton est lié d'une certaine manière à l'affaire et, bien entendu, ses antécédents pourraient aider à comprendre quel rôle il a pu jouer dans ce drame, si tant est qu'il en ait joué un. Le vieux monsieur devient tout rouge et il exprime une vertueuse indignation. - Jouer un rôle dans un meurtre ? Grotesque ! Rien de ce que Hamilton a pu faire chez nous il y a plusieurs années ne saurait se rattacher à cette histoire. James, reconduisez ces messieurs. L'employé vous raccompagne sans autre cérémonie et Watson et vous n'avez plus qu'à envisager votre démarche suivante. Rendez-vous au 158.

292 - Puis-je vous demander ce que vous faites, monsieur ? Demandez-vous. Le valet de chambre se retourne, l'air furieux. Voyons, monsieur, nous ne vous voulons pas de mal, lui assurez-vous. Tout ce que nous cherchons, ce sont des indices relatifs à la mort du colonel. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Communication. Si vous obtenez : De 2 à 5 De 6 à 12 Rendez-vous au 637 Rendez-vous au 288

293 Votre conversation vous amène au stand de Roscoe au moment où un homme à l'allure aristocratique s'y présente. Roscoe se précipite au comptoir pour recevoir personnellement le nouvel arrivant, qui lui tend un ticket et auquel il remet une liasse de billets. - Voilà votre compte, lord Hampton, dit Roscoe en souriant nerveusement. Cinq livres à huit contre un, il vous revient quarante-cinq livres. Je suis surpris que vous n'ayez pas misé davantage sur votre propre cheval. Lord Hampton glisse l'argent dans sa poche avec un petit rire. - Ne le dites à personne, Roscoe, chuchote-t-il, mais je n'avais pas une très grande confiance en mon cheval. Pas plus tard qu'avant-hier, Irish Stara couru à l'entraînement contre mon crack. Queensland, et il ne l'a pas lâché une seconde Queensland étant beaucoup plus rapide que Maiwand, je ne pensais pas que ce dernier avait la moindre chance, si bien que j'ai joué une petite somme, pour le principe. Si j'avais su qu'Irish Star était aussi hors de forme, j'aurais vidé ma bourse. Lord Hampton porte deux doigts à son chapeau et s'en va d'un pas majestueux. Enregistrez l'Indice D. Pendant que Roscoe règle le Dr Watson, vous remarquez deux hommes auxquels l'employé remet dix-huit livres. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Observation. Si vous obtenez : De 2 à 5 De 6 à 12 Rendez-vous au 527 Rendez-vous au 190

294 Après avoir rectifié votre erreur, Holmes allume sa pipe et s'installe confortablement pour exposer l'affaire. - Les indices désignent John Oliver, le palefrenier du colonel Stuart, comme étant l'homme qui a drogué Irish Star. Il avait évidemment toute latitude d'approcher le cheval en temps voulu pour que le médicament agisse, ce qui n'était pas le cas de la plupart des autres. Oliver a également prédit qu'Irish Star ferait une mauvaise course, alors que tout le monde était persuadé qu'il allait gagner, et un palefrenier, surtout un palefrenier mal payé, ne doit pas être très difficile à soudoyer. L'allusion à ses difficultés financières fait rougir le colonel Stuart. Rendez-vous au 460.

295 - Non, je pense que j'ai bien fait de ne pas lire la lettre, décidez-vous. L'affaire est déjà assez embrouillée sans y ajouter des éléments qui n'ont rien à voir avec elle. - Il serait peut-être préférable que je la mette sous clef, pour plus de sûreté, suggère Holmes. Vous lui remettez la lettre, qu'il commence par ouvrir et par lire. Watson et vous savez que, dans ces cas-là, il est plus sage de ne pas questionner Holmes. Rendez-vous au 405. 296 Vous n'êtes pas parvenu à résoudre correctement l'énigme de l'assassinat du colonel Sylvester. Si vous voulez tenter à nouveau de découvrir la solution, rendez-vous au 237. Si vous préférez entendre l'explication de Holmes, rendez-vous au 520. 297 Le cœur battant d'excitation, vous lisez la traduction à haute voix devant Holmes et Watson. - Le texte était chiffré ! Vous exclamez-vous. Voilà ce qu'il dit : « Colonel, la lâcheté qui vous a déshonoré a ruiné ma vie en anéantissant mon amour. Vous êtes condamné à mort. Henry Hamilton. » Hamilton, l'homme qui a apporté la lettre au colonel Sylvester ! Enregistrez l'Indice Q et rendez-vous au 501.

298 Convaincu de n'avoir plus rien à apprendre dans l'écurie du colonel Stuart, vous décidez de partir. Vous prenez congé du colonel en lui expliquant que vous allez poursuivre vos investigations ailleurs. En retournant vers la piste, vous croisez un groupe d'hommes excités qui congratulent un gentleman svelte et élégant. Vous vous approchez et vous comprenez, aux louanges qu'on lui adresse sur lamagnifique course de son cheval, que ce dandy est lord Hampton. Si vous parlez à lord Hampton, rendez-vous au 583. Sinon, rendez-vous au 212.

299 - Se pourrait-il que l'auteur de cette lettre soit un étranger ? Demandezvous en faisant semblant d'être frappé d'une soudaine inspiration. Vous avez vu l'homme qui l'a probablement écrite. Hamilton semble désarçonné par votre question, puis il s'arrête pour réfléchir. - Oui, dit-il, vous pourriez bien avoir raison. Peut-être un Allemand ou un Suédois connaissant parfaitement l'anglais. Pendant qu'il me parlait, j'avais remarqué qu'il faisait un effort pour s'exprimer sans accent, et il n'en avait effectivement aucun. Son élocution paraissait un tout petit peu trop précise, comme s'il devait réfléchir à la façon dont les mots se prononcent en anglais. Et on retrouve le même genre d'application dans la lettre. Vous hochez la tête comme si vous approuviez. Si vous évoquez la possibilité d'un concurrent en affaires, rendez-vous au 633. Sinon, rendezvous au 401. 300 Sir Alexander s'impatiente visiblement. N'ayant pas d'autre question à lui poser, vous vous empressez de le remercier et vous vous levez pour lui ouvrir la porte. Rendez-vous au 461.

301 Votre analyse ne décèle rien d'anormal dans le brandy de la bouteille. Rendez-vous au 526. 302 Vous rangez précieusement le flacon dans la poche de votre veston et vous vous demandez si vous devez fouiller d'autres parties de l'écurie. Si vous poursuivez vos recherches, rendez-vous au 105. Sinon, rendez-vous au 298. 303 Vous vous demandez quelle question vous allez poser à lord Trent. Si vous l'interrogez sur l'opinion qu'il avait de Sylvester, rendez-vous au 568. Sinon, rendez-vous au 560.

304 Vous envoyez le gros copain du jockey au tapis d'un fulgurant crochet du droit et vous vous tournez à nouveau vers le petit homme. - Ben mon vieux, dit-il lentement en contemplant son ami évanoui. J'ai l'impression que vous avez gagné une réponse à votre question. Rendezvous au 138. 305 - Il y a tellement de choses qu'il serait bon de savoir, soupirez-vous. Mais je ne voudrais pas vous faire perdre votre temps en vous posant des questions sur des gens qui n'ont probablement aucun intérêt. - Ne vous tracassez pas pour cela, dit Holmes. C'est seulement par la pratique que vous apprendrez à séparer le bon grain de l'ivraie. Si vous vous renseignez sur le colonel Stuart, rendez-vous au 516. Sinon, rendez-vous au 413. 306 - Vous dites que quelques personnes seulement l'ont expérimenté? Demandez-vous, et le vétérinaire acquiesce. Vous vous souvenez de qui il s'agissait ? - Je ne me rappelle pas tous les noms, bredouille le vétérinaire éméché, mais il me semble que la plupart devaient être des Écossais ou des Irlandais. Le Dr Hastings était lui-même écossais, et il fréquentait surtout ses compatriotes. Le seul d'entre eux qui faisait courir par ici, c'était lord Hampton. Vous souhaitez le bonsoir au vétérinaire. Enregistrez l'Indice X et rendez-vous au 480. 307 - Salut, patron, dit Stanly la bouche pleine en dévorant le morceau de pain qu'il vient de prendre dans votre assiette. J'ai filé Bowser et Fitzhugh comme vous m'aviez dit, mais ils n'ont rien fait d'intéressant. Personne ne leur a refilé de pognon, et ils n'ont causé à personne, sauf bonjour-bonsoir. Quand ils sont montés dans un cab pour rentrer à Londres, je suis venu vous faire mon rapport, même s'il n'est pas intéressant. Vous remerciez le jeune Stanly de son aide, et il quitte aussitôt la cohue du bistrot enfumé. Rendez-vous au 129.

308 La lettre pourrait être chiffrée, vous décidez donc de la relire. Rendez-vous au 281. 309 Persuadé d'avoir tiré tout ce que vous pouviez de John Oliver, vous le congédiez. Le palefrenier prend un seau et part chercher de l'eau. Calmé par le colonel Stuart, Henry Raines, l'entraîneur, est maintenant disposé à vous parler. Vu de près, il affiche l'assurance tranquille du vrai professionnel. Si vous avez enregistré l'Indice G, rendez-vous au 336. Sinon, rendez-vous au 353. 310 - De quel genre d'hommes s'agit-il ? répète le colonel Stuart. D'hommes consciencieux et travailleurs, évidemment, sinon je ne les emploierais pas. Si j'avais des raisons de me méfier de l'un ou de l'autre, je n'aurais pas eu besoin de faire appel aux services d'un abruti de détective. Je me serais adressé directement à Scotland Yard ! Rendez-vous au 481.

311 Holmes continue à diriger votre analyse de la scène. - La question que vous devez vous poser ensuite, c'est : Watson écrivait-il des lettres ou l'une de ses nouvelles ? Essayez d'y répondre en observant simplement le bureau : il devrait vous fournir tous les indices nécessaires. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Observation. Si vous obtenez : De 2 à 6 De 7 à 12 Rendez-vous au 574 Rendez-vous au 110

312 - Bon, dit Holmes. Vous êtes prêt ? Vous acquiescez. - Commencez par nous dire qui a effectivement drogué Irish Star, reprend Holmes. Nous verrons ensuite pour le compte de qui le coupable a agi. Si vous désignez : Le jockey Raines, l'entraîneur John Oliver, le palefrenier Bowser et Fitzhugh Rendez-vous au 222 Rendez-vous au 579 Rendez-vous au 354 Rendez-vous au 145 313

En dépit de la fébrilité de Watson, vous concentrez toute votre attention sur les trois bâtiments dont vous ne quittez pas les issues des yeux. Vous êtes récompensé de votre patience lorsque Hamilton en jaillit et traverse la chaussée au galop en appelant un cab. Vous vous lancez à sa poursuite, et lorsqu'il cherche à vous esquiver, vous plongez pour le plaquer aux jambes. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Force. Si vous obtenez : De 2 à 6 De 7 à 12 Rendez-vous au 249 Rendez-vous au 141

314 Hamilton se défend comme un beau diable, mais vous êtes trop agile pour lui. Un coup de hanche le déséquilibre et, lorsqu'il se relève, un solide uppercut au menton l'étend pour le compte. Après l'avoir ligoté, vous appelez Watson. Rendez-vous au 613.

315 - Je ne suis pas fichu de décrypter le code secret, admettez-vous d'une voix morose. - En général, je ne suis pas très doué non plus dans ce domaine, dit gentiment Watson. Il m'arrive parfois de penser que Holmes prétend trouver un sens à ce qui, en réalité, n'en a pas pour le seul plaisir d'humilier les êtres inférieurs que nous sommes. Rendez-vous au 584. 316 Le code secret est trop compliqué pour vous. Rendez-vous au 438. 317 - Je ne suis pas un habitué des courses, dites-vous, mais Irish Star m'a paru apathique quand il est arrivé sur la piste. Je suis étonné que les commissaires l'aient laissé courir. - Oh, les commissaires y auraient regardé à deux fois avant de le contrôler, répond lord Hampton avec brusquerie. C'est un cheval beaucoup trop populaire. Si vous avez enregistré l'Indice H, rendez-vous au 662. Sinon, rendez-vous au 165.

318 - Diaboliquement astucieux, dit Holmes. Rendez-vous au 999.

319 Après vous avoir entendu expliquer le sens caché de la lettre, sir Andrew envoie chercher Mycroft Holmes. Vous révélez à celui-ci la signification du message codé, et il reconnaît son importance d'un hochement de tête. - Néanmoins, ajoute-t-il, je me garderais de toute précipitation. Cet homme n'est plus ici, et il ne peut pas savoir ce que nous avons découvert. Réfléchissez à la meilleure façon de vous y prendre avec lui, puis parlez-en avec Sherlock quand vous irez le voir, demain matin. Cette nuit-là, vous ne dormez guère, trop occupé à ruminer les éléments de votre enquête, mais vous parvenez à maîtriser suffisamment votre impatience pour ne pas arriver au 221 B avant la fin du petit déjeuner. Holmes et Watson vous accueillent chaleureusement et, à vous trois, vous réfléchissez à la portée de la lettre décryptée. Rendez-vous au 501. 320 - Pourquoi avez-vous dit à votre frère qu'Irish Star ne gagnerait pas la course ? Demandez-vous. Cette question fait reculer le palefrenier comme s'il avait reçu un coup de poing. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Communication. Si vous obtenez : De 2 à 7 De 8 à 12 Rendez-vous au 649 Rendez-vous au 616

321 - Je suis un peu surpris de vous voir arroser si joyeusement une aussi cuisante défaite, dites-vous en cherchant ce que vous pourriez ajouter pour alimenter la conversation. - Et moi, rétorque le jockey, je suis très surpris que vous estimiez que ça vous regarde. J'ai monté trois gagnants, aujourd'hui, et c'est une bougrement bonne raison pour trinquer. Et puis, autant que les copains en

profitent : en saison, quand on est obligé de se tenir en forme pour monter tous les jours, on ne peut pas dépenser son argent autrement. Sur ces mots, il vous tourne le dos et commande une nouvelle tournée pour ses camarades. Manifestement, le jockey ne veut plus avoir affaire à vous. Rendez-vous au 439. 322 - Qui vole un œuf vole un bœuf, dit Holmes. Rendez-vous au 999.

323 - Je suis désolé, M. Holmes, mais je n'arrive pas à comprendre pourquoi il ne l'a pas lue. Même si quelque chose me préoccupait, il me semble que je lirais une dépêche, parce qu'elle pourrait concerner ce qui me tracasse. - Non, non ! Riposte Holmes, faites travailler votre tête ! Vous avez marqué un point en disant que Watson était préoccupé par ce qu'il écrivait. Quand Watson prend la plume, il écrit durant des heures sans lever le nez. Rendez-vous au 311. 324 - Le coupable est lord Hampton, affirmez-vous hardiment. Il voulait acquérir Irish Star, et une contre-performance ferait baisser le prix. - Une machination assez sordide, vraiment, dit Holmes. Votre conclusion est exacte, mais votre position serait meilleure si vous aviez découvert un lien entre Sa Seigneurie et la drogue. Quoi qu'il en soit, lord Hampton sera là dans quelques minutes, et nous devons nous mettre d'accord sur la conduite à tenir. Si vous désirez tenter à nouveau de résoudre le mystère par vos propres moyens, retournez au Prologue et recommencez tout. Sinon, rendez-vous au 185. 325 - A mon avis, dites-vous, la course a été truquée par Bowser et Fitzhugh, les flambeurs. S'ils tourniquaient ce jour-là autour des écuries, c'était probablement pour s'assurer qu'Oliver avait bien rempli sa mission. Holmes secoue négativement la tête.

- Faux, dit-il. Je dois avouer que je le regrette, mais si c'était le cas, ces deux fripouilles auraient joué beaucoup plus gros. Je me suis renseigné auprès de certains informateurs, et rien n'indique qu'ils aient encaissé d'une manière ou d'une autre une importante somme d'argent. Et avec ces deux lascars, pas de profit signifie pas de mobile... et donc pas de cause. Si vous désirez tenter à nouveau de résoudre le mystère par vos propres moyens, retournez au Prologue et recommencez tout. Sinon, rendez-vous au 585. 326 - En fait, dites-vous, je sais très peu de choses sur votre cousin. - Félicitez-vous-en, marmonne Stuart. Si vous l'interrogez sur Sylvester, rendez-vous au 471. Sinon, rendez-vous au 659. 327 Vous expliquez le code secret à sir Andrew et au Dr Watson, qui reconnaissent que cela fait indiscutablement planer les plus graves soupçons sur Henry Hamilton, d'autant plus que c'est lui qui a remis la lettre au colonel Sylvester. Vous êtes tous d'accord pour le rappeler sous prétexte de discuter de l'affaire, puis pour trouver un moyen de le prendre en défaut et de lui arracher une confession. - Mais je pense, ajoute sir Andrew, qu'il serait bon que Mycroft Holmes assiste à votre entretien avec Hamilton. Il pourrait faire pencher la balance en obtenant les réponses dont vous avez besoin, et si le suspect passe aux aveux, la présence d'un témoin supplémentaire ne fera pas de mal. Vous acceptez, et sir Andrew envoie chercher Mycroft Holmes. Vous commencez à vous demander si le président du club vous a bien révélé tout ce qu'il sait. Si vous interrogez sir Andrew, rendez-vous au 419. Sinon, rendez-vous au 475. 328 Les grosses bottines de Hamilton font voler la croisée en éclats et, en passant au travers, il se retient juste assez au montant supérieur pour ralentir sa chute. Vous vous précipitez à la fenêtre pour le voir atterrir sur ses pieds, bouler sur le trottoir, se relever d'un bond et courir vers un cab qui l'attendait. Avant que vous n'ayez pu prendre votre respiration pour

appeler à l'aide, le cocher fouette son cheval et le cab disparaît au premier croisement. Le Dr Watson vous arrête au moment où vous vous ruez sur la porte. - Doucement, mon jeune ami, dit-il posément. Plus de tête et moins de jambes. - Mais il va nous échapper ! Criez-vous. - Non, il est obligé de passer chez lui. Même s'il avait prévu sa fuite, il a dû y laisser au moins un bagage. Nous le rattraperons. Sir Andrew vous tend la carte de Hamilton, sur laquelle figure l'adresse personnelle de l'avocat. Rendez-vous au 364.

329 Votre attaque surprise fait tomber Hamilton et, malgré ses efforts pour se libérer, vous n'avez aucun mal à le maîtriser avec l'aide de Watson et de sir Andrew. Moins de trois quarts d'heure plus tard, l'inspecteur Lestrade vient le chercher et l'emmène. Lorsque vous retrouvez Sherlock Holmes à Baker Street, il n'est évidemment question que de l'affaire. Rendez-vous au 331.

330 Vous n'avez pas été suffisamment silencieux en marchant dans le bois. Hamilton vous entend. Il fait volte-face et tire une balle qui atteint l'arbre le plus proche de vous. Au moment où vous bondissez sur lui, l'assassin fait à nouveau feu. Lancez deux dès et ajoutez votre bonus de Force. Si vous obtenez : De 2 à 4 De 5 à 7 De 8 à 12 Rendez-vous au 389 Rendez-vous au 161 Rendez-vous au 153

331 - Triste histoire, Holmes, commente Watson. Si cette homme n'était pas aussi aigri, on pourrait sympathiser avec lui. - C'est possible, Watson, rétorque sèchement le détective, mais je me suis aperçu que tous les criminels, quels qu'ils soient, trouvent invariablement de bonnes excuses pour dissimuler le véritable mobile de leur méfait. Quoi qu'il en soit, il sera difficile, même avec sa confession, d'inculper Hamilton d'autre chose que d'homicide involontaire. Un bon avocat pourrait même attendrir le jury au point de faire acquitter Hamilton. Comment savoir ? Il sera également difficile de prouver que c'est la drogue, quelle que soit sa composition, qui a causé la mort du colonel Sylvester par congestion cérébrale. - Enfin, Holmes, riposte Watson, nous avons quand même démontré que personne d'autre n’avait la moindre responsabilité dans cette affaire, c'est déjà ça. On ne peut jamais prévoir avec certitude ce qui se passera une fois le coupable remis entre les mains de la justice, mais c'est de la chasse qu'on tire satisfaction, pas de ses conséquences. - Peut-être, Watson, peut-être, murmure le détective. Vous partagez les sentiments de Holmes : maintenant que vous avez mené cette enquête jusqu'au bout et que votre aventure a été couronnée de succès, la seule chose qui vous intéresse est de savoir quelle sera votre prochaine affaire.

332 Vous expliquez que vous pensez qu'Oliver a drogué le cheval parce qu'il a parié sur lui. Les yeux de Holmes s'arrondissent de stupeur. - En l'absence de tout autre indice, je ne vois pas comment le fait de parier sur un cheval pourrait prouver qu'on l'a drogué... même si vous vous êtes débrouillé pour tomber juste. Mais il arrive à Watson lui-même de deviner juste de temps à autre. Si vous voulez tenter à nouveau de résoudre le mystère par vos propres moyens, retournez au Prologue et recommencez tout. Sinon, rendez-vous au 294. 333 Une fois de plus, vous demandez à Hamilton ce qu'il pensait du colonel Sylvester. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Communication. Si vous obtenez : De 2 à 6 De 7 à 12 Rendez-vous au 337 Rendez-vous au 342

334 Sir Andrew consulte à nouveau sa liste. - Vous devriez recevoir maintenant le colonel Stuart, dit-il. Il est le dernier à ne pas être membre du club, et il n'a pas vu le colonel Sylvester avant de venir reconnaître le corps. Si vous interrogez le colonel Stuart, rendez-vous au 403. Sinon, rendezvous au 454. 335 - Et maintenant, jeune homme, dit Holmes en se tournant vers vous, si vous nous expliquiez ce qui s'est passé et qui est le coupable ? Vous commencez par énumérer les indices que vous avez découverts, puis vous résumez les phases de votre enquête en vous efforçant d'en dire le moins possible, car vous redoutez de soumettre une conclusion erronée à Holmes. Si vous avez enregistré l'Indice G, rendez-vous au 522. Sinon, rendez-vous au 443.

336 - M. Raines, commencez-vous en choisissant soigneusement vos mots, avez-vous une opinion quelconque sur le mobile qui aurait poussé Oliver à droguer le cheval ? - Il a fait cela pour de l'argent, évidemment, grogne l'entraîneur. Quelqu'un a dû lui promettre une bonne rétribution pour faire ce sale travail, et si je connaissais les coupables, je les ferais sortir de leur trou et je leur tordrais le cou. Ça me fait voir rouge d'avoir perdu cette course alors que j'aurais mis ma tête à couper que la victoire était dans la poche. Si vous lui demandez pourquoi il était si confiant, rendez-vous au 202. Sinon, rendez-vous au 430. 337 - Je vous ai déjà dit que je ne connaissais pas le colonel Sylvester ! répond Hamilton avec brusquerie. Je ne vois pas pourquoi je continuerais à perdre mon temps à répondre aux questions de quelqu'un qui ne m'écoute pas. Il s'agite sur son siège, prêt à se lever et à partir. Si vous le laissez aller, rendez-vous au 387. Si vous lui demandez pourquoi il a écrit la lettre, rendez-vous au 417. 338 - Je crois qu'il fait de la correspondance, dites-vous lentement. Probablement une série de lettres informant divers collègues d'un sujet quelconque. Il a hâte d'en avoir terminé, c'est pourquoi il ignore tout le reste. Holmes paraît déçu de votre réponse. - Au moins, vous ne répétez pas comme un perroquet, c'est toujours ça, ditil. Quand j'ai analysé les actes de Watson, j'ai dit qu'il écrivait une nouvelle. Mais indépendamment de cela, regardez bien. Lorsqu'un homme rédige plusieurs lettres, est-ce qu'il empile les missives terminées à côté de lui, ou est-ce qu'il met chacune sous enveloppe et la timbre avant de commencer la suivante ? De plus, vous ne croyez pas que Watson aurait un livre d'adresses àportée de la main, s'il écrivait à plusieurs personnes ?

Convaincu par la logique de Sherlock Holmes, vous hochez lentement la tête. - Maintenant, observez les boulettes de papier, à ses pieds. S'il écrivait sur le même sujet à diverses personnes, gâcherait-il du papier au point de froisser et de jeter certaines feuilles ? Non, cette façon de faire est le propre de l'artiste créateur, dépité de voir sa pensée s'égarer dans une mauvaise direction. Maintenant, voyez si vous pouvez me dire quelle histoire Watson est en train de relater. Rendez-vous au 283.

339 - N'essayez pas de me faire gober ce genre de balivernes, dites-vous à Oliver d'un ton sec. Je ne suis pas idiot. Ayez donc le courage de me dire la vérité, si vous ne voulez pas être interrogé avec moins de ménagements à Scotland Yard ! Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Communication. Si vous obtenez : De 2 à 9 Rendez-vous au 346

De 10 à 12 Rendez-vous au 524 340 - Désolé, patron, mais le temps que je récupère la bouteille qu'il avait jetée, il s'était tiré, et je ne l'ai plus revu jusqu'à ce qu'il revienne à l'écurie. Rendez-vous au 129. 341 - Stupéfiant ! s'exclame Watson. Rendez-vous au 999.

342 Hamilton paraît mécontent que vous lui posiez à nouveau la question, puis il hausse les épaules. - Cela m'ennuie d'admettre que je connaissais un homme comme le colonel, dit-il lentement, mais je suppose que je n'ai pas le choix. Je l'avais effectivement rencontré une ou deux fois, et j'avais appris certaines choses sur son compte avant d'accepter de me charger de lui porter cette lettre. Un homme

méchant et malhonnête, si vous voulez mon avis. Je n'avais aucune envie de le fréquenter davantage. Si vous décidez de le laisser partir, rendez-vous au 387. Si vous lui demandez pourquoi il a écrit la lettre, rendez-vous au 417. 343 En soulevant le verre, vous remarquez que le mouchoir que le colonel serre dans la main droite est imbibé de liquide. Curieux, vous reniflez celui-ci pour essayer de l'identifier. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Connaissances. Si vous obtenez : De 2 à 5 De 6 à 12 Rendez-vous au 441 Rendez-vous au 184

344 - Quel genre d'homme était le colonel Sylvester ? Demandez-vous. Je n'ai jamais entendu parler de lui. - Ça ne m'étonne pas, répond-il avec un sourire ambigu. Tous ceux qui étaient au courant de la carrière du colonel s'efforçaient de l'oublier le plus vite possible. Dans l'armée, il avait gagné ses galons aux Indes, en grande partie grâce à sa fortune. Néanmoins, il a trouvé que la vie militaire n'était pas de son goût, et il a démissionné pour se consacrer à des activités commerciales en Angleterre, à Londres. Si vous posez des questions sur les états de service de Sylvester dans l'armée, rendez-vous au 201. Sinon, rendez-vous au 434. 345 - Cela paraît peu plausible, dites-vous. L'avocat devient tout rouge et serre les poings. Puis il se lève. - Je ne vois pas en quoi une lettre que le colonel n'a pas ouverte pourrait concerner une enquête sur un décès qui est très probablement naturel, mais je ne vois surtout pas pourquoi je perdrais mon temps puisque vous ne me croyez pas. Bonsoir, messieurs. Il s'incline avec raideur devant le Dr Watson et sir Andrew, vous ignore ostensiblement, et il sort, visiblement énervé. - Vous vous y êtes mal pris avec lui, commente Watson. Espérons, dans votre intérêt, qu'il est aussi peu important qu'il le paraît. Rendez-vous au 334.

346 - Qu'est-ce que ça signifie : vous dire la vérité ? Riposte Oliver rouge de colère. J'ai pas l'habitude de mentir, et je ne tolère pas qu'on me traite de menteur. Rendez-vous au 641. 347 Pendant que Roscoe et son employé s'occupent du Dr Watson effondré, vous consultez rapidement la liste de joueurs. A votre grande surprise, aucun n'a misé plus de cinq livres sur Maiwand au stand de Roscoe, et les paris sur les autres outsiders ne sont pas plus importants. Vous vous redressez au moment où Watson se remet péniblement sur ses pieds. - Ça va bien, docteur? Demandez-vous avec une feinte anxiété. - Oui, cousin, mais ce n'est pas grâce à vous. La chasse aux criminels est moins dangereuse avec Holmes. Il faut que je me dépêche, sinon je vais rater mon train, ajoute-t-il, et il part en courant. Rendez-vous au 228. 348 - Quelle idée grotesque, dit Holmes. Rendez-vous au 999. 349 Il nous reste une dernière visite à faire, cousin, dites-vous à Watson. M. Holmes a beaucoup insisté pour que je me rende à l'appartement du colonel Sylvester, où je pourrai peut-être dénicher un indice concernant sa mort ou ses affaires. Je risque d'avoir besoin de votre aide, pour peu que le personnel se montre peu coopératif. Rendez-vous au 458. 350 - Vous étiez l'unique parent et héritier du colonel Sylvester ? Le colonel Stuart hoche la tête. - Je ne l'avais pas choisi. Si vous l'interrogez sur ses relations avec Sylvester, rendez-vous au 392. Sinon, rendez-vous au 462.

351 Quelque chose vous turlupine dans sa réponse... peut-être la mention d'un avertissement. Si vous essayez d'obtenir d'autres renseignements de Hamilton, rendez-vous au 345. Sinon, rendez-vous au 420. 352 Vous reconnaissez le nom du médicament sur le flacon et vous comprenez qu'il pourrait fort bien ralentir un cheval. Enregistrez la Déduction 8. Si vous avez enregistré l'Indice G, rendez-vous au 601. Sinon, rendez-vous au 302. 353 Vous réfléchissez à la question qu'il vaut mieux poser à Raines. Si vous lui demandez s'il a parié sur Irish Star, rendez-vous au 252. Si vous lui demandez pourquoi le cheval a fait une si mauvaise course, rendez-vous au 453. 354 Holmes ébauche l'un de ses rares petits sourires. - Bravo, dit-il, vous avez effectivement nommé le coupable. Rendez-vous au 621. 355 Durant toute l'entrevue, Martin n'arrête pas de regarder sa montre. Comprenant l'allusion, vous le remerciez de vous avoir consacré un peu de temps et vous lui souhaitez une bonne soirée. Rendez-vous au 198. 356 Lorsque vous avez fini de consulter les fiches des suspects dans les dossiers de Holmes, vous vous mettez en devoir d'établir un itinéraire pour vos démarches de la journée. Vous êtes en train de dresser avec Holmes la liste des gens à voir quand, à votre grande surprise, Watson vous interrompt. - Dites donc, commence-t-il, je viens de me rappeler qu'il doit y avoir, dans mes cantines, quelque chose qui pourrait vous être utile. Si vous acceptez l'offre de Watson, rendez-vous au 388. Sinon, rendez-vous au 426.

357 - Oui, M. Holmes, j'ai lu la lettre, dites-vous. Je l'ai confiée au Dr Watson. Watson tend la lettre au détective, qui la lit rapidement en hochant la tête. - Et alors, quelle conclusion en avez-vous tiré ? demande finalement Holmes. Si vous avez enregistré : L'Indice Q et la Décision 20 Rendez-vous au 359

L'Indice Q maispas la Décision 20 Rendez-vous au 370 La Décision 12 La Décision 13 Sinon Rendez-vous au 494 Rendez-vous au 372 Rendez-vous au 447 358 Après avoir fait leurs paris, Holmes et Watson reviennent en poursuivant leur discussion sur les chevaux. Lorsqu'ils sont confortablement installés sur le gazon, des trompettes sonnent pour annoncer l’arrivée des concurrents et des pur-sang sur la piste. Le Dr Watson se redresse, tout excité. - Les voilà, Holmes, dit-il en montrant les chevaux. Le beau gris, sous la casaque jaune et bleu, c'est Irish Star. Maiwand est le noir : son jockey est en marron. Vous les voyez ? Lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Observation. Si vous obtenez : De 2 à 7 De 8 à 12 Rendez-vous au 508 Rendez-vous au 651

359 - La lettre était chiffrée, M. Holmes, expliquez-vous, et quand je l'ai décryptée, j'ai découvert que Henry Hamilton, l'avocat qui l'a apportée au club, avait bel et bien décidé de tuer le colonel. Néanmoins, j'ai estimé qu'il valait mieux réunir davantage de preuves avant de le confondre. Holmes approuve d'un hochement de tête. - Vous avez bien fait, dit-il. Au stade actuel de votre carrière, il est probablement préférable d'agir avec circonspection dans des circonstances de ce genre. Bon, mettons-nous au travail. Rendez-vous au 405.

360 - Je crois, dites-vous, que c'est le jockey qui a fait prendre la drogue au cheval, lorsqu'il lui a glissé quelque chose dans la bouche, juste avant le départ. Holmes paraît étonné. - Comment pouvez-vous proférer une telle accusation ? demande-t-il. Ou même imaginer une chose pareille ? Étant donné la drogue utilisée, il a fallu qu'elle soit administrée au cheval plusieurs heures avant que le jockey ne l'approche. Irish Star donnait déjà des signes d'apathie en arrivant au paddock. Si vous voulez tenter à nouveau de résoudre le mystère par vos propres moyens, retournez au Prologue et recommencez tout. Sinon, rendez-vous au 294.

361 Vous décachetez l'enveloppe et vous lisez la lettre, dans le coin supérieur gauche de laquelle est inscrit le chiffre 13. Elle est rédigée sur un papier bon marché et semble avoir été transcrite par un employé de bureau. Son libellé est le suivant : Mon colonel, Sachez que la plus vile lâcheté est celle qui fait de vous un voleur. A préférer être déshonoré comme filou plutôt que d'être éventuellement ruiné, en causant ma faillite, votre vie fastueuse est en péril. En anéantissant ma fortune, mon avenir, votre amour du lucre vous perdra. Vous êtes par cupidité condamné à péricliter, à être financièrement mort. Lieutenant-colonel Henry Stuart Hôtel Hamilton A la première lecture, cette missive vous laisse perplexe. - C'est indiscutablement étrange, commentez-vous. Les autres n'ont pas besoin d'encouragements pour la lire à leur tour. Au bout de quelques minutes, Watson émet une opinion : - Je vois deux possibilités, dit-il, mais j'ai l'impression qu'elles ne s'appliquent ni l'une ni l'autre à cette affaire. A en juger par son style tarabiscoté, cette lettre pourrait être l'œuvre d'un ennemi du colonel Sylvester de nationalité étrangère. Le colonel Stuart étant beaucoup trop pauvre pour pouvoir se permettre d'insulter aussi férocement son bienfaiteur éventuel, on peut également supposer qu'un ennemi à lui a écrit cette lettre dans le but de brouiller les deux colonels. Mais, dans un cas comme dans l'autre, je ne vois absolument pas quelle incidence cela pourrait avoir sur notre affaire. Tout comme vous, il paraît perplexe. - Qu'en pensez-vous, M. Holmes? Demandez-vous. Holmes secoue la tête et vous répond : - C'est vous qui menez l'enquête, et je ne voudrais pas vous influencer en vous donnant mon avis, sauf si vous renoncez ou si vous échouez.

Néanmoins, il serait peut-être bon que j'entende le vôtre. C'est vous le détective, mais il se pourrait que je décèle quelque faille dans votre raisonnement. Commencez par relire la lettre. Prenez votre temps. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Connaissances. Si vous obtenez : De 2 à 5 6 ou 7 8 ou 9 Rendez-vous au 278 Rendez-vous au 279 Rendez-vous au 281

De 10 à 12 Rendez-vous au 289 362 - Pourquoi, à votre avis, Irish Star a-t-il aussi mal couru ? Demandez-vous. Lord Hampton prend son temps pour vous répondre. - Je reconnais que cela m'a surpris, dit-il lentement. Ce cheval s'était entraîné avec mon crack, en début de semaine, et il s'en était fallu de peu qu'il ne le batte. Irish Star aurait dû distancer Maiwand et les autres de plusieurs longueurs. Mais ça, c'est la glorieuse incertitude du turf, ajoute-til d'un ton un peu différent. Aussi bon soit-il, on n'est jamais sûr de ce qu'un cheval va faire. Enregistrez l'Indice D et rendez-vous au 629. 363 Watson tire sa montre de son gousset. - Venez, Holmes, dit-il d'un ton pressant. Allons déposer nos enjeux avant que les chevaux n'entrent en piste pour l'épreuve principale. A quoi bon attendre, puisque nous savons tous deux quel cheval nous voulons jouer ? Ils se dirigent vers les guichets des bookmakers, vous laissant seul. A ce moment, le nom d'Irish Star, prononcé par deux hommes qui bavardent derrière vous, vous fait dresser l'oreille, et vous vous retournez. L'un d'eux est Phillips, le marchand de grains que Holmes vous a désigné un peu plus tôt. L'autre, à en juger par son imposante stature et son tablier de cuir, doit être un maréchal-ferrant. C'est Phillips qui parle. Vous décidez de vous rapprocher discrètement pour écouter leur conversation. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Habileté. Si vous obtenez :

De 2 à 5 De 6 à 12

Rendez-vous au 162 Rendez-vous au 538

364 Accompagné de Watson, vous sautez dans un cab pour vous rendre au plus vite à l'adresse de Hamilton. Lorsque votre voiture s'arrête devant un modeste pavillon des faubourgs de Londres, vous voyez votre gibier s'éclipser par la cour et sauter la barrière pour s'enfuir en courant par le passage qui dessert l'arrière de la maison. Vous vous élancez tous deux à sa poursuite, laissant le cocher réclamer à grands cris le montant de sa course. Rendez-vous au 467. 365 - Positivement génial, dit Watson. Rendez-vous au 999. 366 - Six membres du club se trouvaient dans le petit salon où le colonel est mort, dites-vous. L'un d'eux le connaissait-il particulièrement ? Sir Andrew réfléchit en fronçant les sourcils. - On peut se le demander, répond-il avec une moue dubitative. Le colonel Sylvester n'était pas très populaire. Il s'était énergiquement opposé à l'admission de Sherlock Holmes, en adressant au comité d'admission des notes comminatoires déclarant que le club ne devait pas servir de couverture aux activités professionnelles de M. Holmes. Sherlock et Mycroft Holmes ne le lui avaient pardonné ni l'un ni l'autre. L'amiral Nelson détestait le colonel, continue sir Andrew, pour des motifs ayant apparemment trait à la carrière militaire de ce dernier. De plus, Sylvester avait la manie d'écrire au Times, et l'amiral était excédé par les critiques que le colonel formulait contre la Marine. Il avait échangé des lettres acerbes avec M. Bassett-Hynde au sujet de la version qu'il avait donnée de certaines campagnes aux Indes, et il avait laissé entendre que M. Martin et ses amis formaient l'élément le moins valable de quelques méprisables factions parlementaires. Enfin, lord Trent et lui étaient des concurrents acharnés en affaires, et ils s'étaient livrés à des joutes épistolaires par Times interposé, conclut sir Andrew en se demandant s'il n'avait pas été trop bavard. Si l'un d'eux avait écrit que la terre est ronde, l'autre aurait soutenu qu'elle est plate. Dans le salon de lecture, ils occupaient toujours des fauteuils placés au même bout de la table, mais ne s'adressaient jamais la parole. En fait, ils faisaient l'orgueil du club, d'une certaine manière.

- Comment cela ? Demandez-vous, surpris. - Mais oui, nous en étions très fiers, dit sir Andrew en souriant pour la première fois depuis que vous avez commencé à l'interroger. Quelle meilleure illustration pourrait-on imaginer de l'intégrité de notre règlement que deux ennemis irréductibles assis côte à côte durant des années sans jamais échanger un mot ni se prêter la moindre attention ? Rendez-vous au 499. 367 - Bonsoir, monsieur, dites-vous en vous levant pour accueillir l'historien. Je vais m'efforcer de vous faire perdre le moins de temps possible. - Je vous en remercie, répond-il avec raideur. Il est grand et mince, il porte des lunettes et est vêtu avec une élégance et un goût parfaits. Si vous lui demandez ce qu'il a vu, rendez-vous au 623. Sinon, rendez-vous au 180. 368 En deux temps, trois mouvements et quatre coups de poing, vous mettez le valet de chambre hors de combat puis, avec l'aide de Watson, vous entreprenez l'examen des documents. Malheureusement, ceux-ci sont dans un tel désordre que vous ne trouvez rien d'intéressant. Rendez-vous au 457. 369 Lorsque vous reprenez conscience, rossé et meurtri, Watson est en train de ranger quelque chose dans sa trousse de cuir noir. Après s'être assuré que vous n'êtes pas blessé, il s'excuse de vous quitter et part en hâte prendre son train. Réduisez votre bonus de Force de 1 point pour le reste de cette aventure et rendez-vous au 228.

370 - La lettre était une menace de mort émanant de Hamilton, l'avocat, et elle est chiffrée. Néanmoins, M. Hamilton avait déjà quitté le club lorsque je l'ai lue, et votre frère m'a conseillé de ne rien entreprendre avant de vous avoir vu ce matin. - Mycroft est un homme très circonspect, murmure Holmes. Eh bien, en présence de cette preuve, je vois deux possibilités. Ou bien vous poursuivez votre enquête afin de réunir d'autres éléments et de formuler une accusation aussi circonstanciée que possible, ou bien vous foncez et vous arrêtez le suspect. Vous connaissez son adresse ? Vous acquiescez d'un hochement de tête. Si vous recherchez d'autres indices, rendez-vous au 405. Si vous décidez d'arrêter Hamilton, rendezvous au 555. 371 - C'est lord Hampton, le propriétaire rival, qui a fait droguer le cheval, affirmez-vous. - Comment êtes-vous parvenu à cette conclusion ? demande Holmes en souriant. Vous devez avoir des preuves sérieuses pour formuler une accusation aussi grave contre un pair du royaume. Les preuves se rapportant à l'affaire sont les Indices D, U, W et X. Si vous avez enregistré : Uniquement l'Indice D ou même aucun de ces Indices L'Indice U, mais ni W ni X L'Indice X, mais pas U L'Indice W, mais pas U Les Indices U et W, mais pas X Les Indices U et X Rendez-vous au 150 Rendez-vous au 324 Rendez-vous au 144 Rendez-vous au 173 Rendez-vous au 506 Rendez-vous au 209

372 - Je crois que la lettre a été écrite par un étranger qui en voulait au colonel Sylvester, expliquez-vous. Le style a un côté guindé qui n'est pas naturel. Holmes approuve d'un hochement de tête. - Eh bien, dit-il, si vous avez raison, nous devons rechercher activement d'autres indices, car rien n'indique de qui il pourrait s'agir, n'est-ce pas ? Rendez-vous au 405. 373 - C'est tout, confirmez-vous. Après avoir regardé l'enveloppe, le colonel avait pratiquement vidé son verre d'un trait. Rendez-vous au 104. 374 - Je vous ai déjà expliqué que, dans ma situation, je ne trouverais pas correct de jouer, rétorque Raines. Si vous n'écoutez pas ce que je vous dit, ce n'est pas la peine que je perde mon temps à vous répondre. Je n'ai pas que ça à faire. Visiblement furieux, l'entraîneur s'en va d'un pas rageur, et vous avez le sentiment que toute nouvelle tentative d'entretien avec lui sera vouée à l'échec. Rendez-vous au 570.

375 - Oui, M. Holmes, j'en ai un peu, répondez-vous. Le barman était très complaisant. - Parfait, dit Holmes. Poursuivez les analyses. Si vous avez enregistré la Décision 20, rendez-vous au 534. Sinon, rendezvous au 183.

376 Après avoir pris quelques notes, vous vous demandez si vous allez poser d'autres questions au colonel Stuart. Si vous l'interrogez sur ses employés, rendez-vous au 381. Si vous interrogez les employés, rendez-vous au 481. 377 Souhaitant vous dégourdir les jambes après ces heures d'entretien assis, vous vous rendez dans la pièce où le colonel Sylvester a trouvé la mort. Sir Andrew vous désigne son fauteuil, mais le corps a été enlevé. Vous apercevez sur le sol un verre au fond duquel subsiste un peu de liquide brun. A votre requête, le Dr Watson sort de sa trousse un petit bocal vide, et vous y transvasez soigneusement le liquide. Rendez-vous au 134. 378 Le jeune Stanly arbore un grand sourire en s'asseyant à votre table et en s'emparant d'un morceau de pain. - Eh bien, patron, je souhaiterais que M. Holmes me donne toujours des boulots aussi faciles que celui que vous m'avez confié aujourd'hui. Roscoe a fait la tournée de ses confrères, et ils lui ont tous remis de l'argent. Après quoi il s'est assis à sa table et il a réglé tout le monde rubis sur l'ongle. J'ai trouvé un coin où me cacher tout près de lui, et j'ai entendu absolument tout ce qu'il disait. - A-t-il versé une somme importante à quelqu'un ? - Non à personne. Aucun des joueurs qui avaient parié sur Maiwand n'avait misé gros. Le seul paiement un peu important qu'il ait fait n'avait pas l'air d'un gain au jeu. Un type nommé Oliver, qui est palefrenier chez le colonel Stuart, s'est amené, et Roscoe lui a refilé un paquet de billets. J'ai pas pu voir combien il y en avait parce qu'Oliver s'est empressé de les enfouir dans sa poche, mais ça faisait une belle liasse. Et il n'a pas été question de pari. Merci, patron, ajoute-t-il quand vous lui versez un verre de bière. A votre santé ! Enregistrez les Indices I et C et rendez-vous au 129.

379 - Si je comprends bien, dites-vous, tout ce que vous exigez des postulants, c'est q u 'i l s s e conforment au règlement du club et payent leurs cotisations ? - C'est formulé un peu brutalement, répond sir Andrew, mais je dois reconnaître que cette interprétation est assez exacte. - La règle du silence doit être difficile à imposer au personnel, insinuezvous. Sir Andrew acquiesce, puis il ajoute : - Mais nous payons beaucoup mieux que la plupart des autres clubs, et cela compense pas mal de petits inconvénients. Si vous l'interrogez sur les employés qui ont eu affaire ce jour-là au colonel Sylvester, rendez-vous au 240. Sinon, rendez-vous au 119.

380 Vous réfléchissez un instant à une réponse en cherchant la meilleure façon de formuler la question suivante. Si vous lui demandez pourquoi le cheval a si mal couru, rendez-vous au 453. Sinon, rendez-vous au 430.

381 - Avant que j'interroge vos employés, colonel, j'aimerais que vous me parliez un peu d'eux, dites-vous. Quelles sont leurs fonctions, et de quel genre d'hommes s'agit-il ? Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Communication. Si vous obtenez : De 2 à 6 De 7 à 12 Rendez-vous au 310 Rendez-vous au 431

382 Avant de vous demander vos conclusions, Holmes écoute le colonel Stuart qui a une nouvelle information à lui communiquer. - Oui, M. Holmes, il est plus évident que jamais qu'Irish Star a été drogué. Maintenant que l'effet du produit a eu le temps de se dissiper, le cheval a retrouvé toute sa vitalité. Si vous avez enregistré la Déduction 9, rendez-vous au 600. Sinon, rendezvous au 196.

383 - Eh bien, M. Holmes, dites-vous en réfléchissant aux indices, je sais qu'il est difficile de distraire le Dr Watson lorsqu'il est occupé à écrire : il a ignoré le télégramme. Malgré cela, il s'est emparé du journal que je lui ai remis et a aussitôt consulté la dernière page. Par conséquent, la nouvelle à laquelle il travaille a dû lui rappeler une chose qui se trouve toujours en dernière page. Maintenant, de quoi peut-il bien s'agir ? Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Connaissances. Si vous obtenez : De 2 à 8 De 9 à 12 Rendez-vous au 216 Rendez-vous au 566

384 - Vous avez l'habitude de jouer chez un bookmaker attitré ? Demandez-vous à Watson pendant qu'il empoche ce qu'il a gagné dans la course précédente. - Je vais toujours chez Roscoe, répond-il. Le nom semble faire tiquer Holmes qui s'enquiert : La réputation de cet individu ne vous dérange pas, Watson ? Le bruit a couru que Roscoe avait trempé dans plusieurs affaires douteuses.

- Oh, on en dit autant de tous les autres, riposte Watson. Tout ce que je sais, c'est que ce Roscoe est honnête avec ses clients. Quand il m'arrive de gagner, il a toujours l'argent disponible pour me payer, ce qui n'est pas le cas de tous ses concurrents. Et il a un stand dans chaque hippodrome, ce que je trouve pratique. De plus, on obtient souvent de meilleures cotes chez un homme qui fait un gros chiffre d'affaires. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Connaissances. Si vous obtenez : De 2 à 7 De 8 à 12 Rendez-vous au 363 Rendez-vous au 548

385 - J'en ai un autre échantillon, M. Holmes, répondez-vous. Le mouchoir du colonel en était imprégné, à ce que je crois, et je l'ai mis de côté. - Alors analysez-le, dit le détective. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Connaissances. Si vous obtenez : De 2 à 5 De 6 à 12 Rendez-vous au 391 Rendez-vous au 577

386 - Vous en avez voulu au colonel de la mort de votre frère ? Demandez-vous. - En vouloir au colonel ? répète-t-il avec stupeur. Oh, je ne me permettrais jamais de critiquer un colonel, monsieur. D'ailleurs, ce n'est pas notre genre, dans ma famille. A chaque génération, nous avons toujours deux ou trois garçons sous les drapeaux, et il leur arrive parfois de se faire tuer. C'est très triste et on les pleure, monsieur, mais quand on fait la guerre, c'est une chose qui peut arriver. Rendez-vous au 269.

387 Vous décidez de laisser partir Hamilton pour l'instant, vous tapez du plat de la main sur la table et Watson se détend. - Je vous remercie de votre obligeance, M. Hamilton, dites-vous gravement et l'avocat se retire. Lorsque la porte s'est refermée derrière lui, Watson bondit sur ses pieds, consterné. - Comment pouvez-vous le laisser filer comme ça ? demande-t-il. Cette lettre constitue pratiquement un aveu. - Je n'en suis pas certain, répondez-vous. C'est un homme intelligent : le confronter au message décrypté ne provoquerait pas nécessairement une confession et ne nous fournirait pas le renseignement dont nous avons besoin pour prouver que c'est lui qui a causé la mort de Sylvester. Il est préférable d'approfondir la question. Vous avez encore des témoins qui attendent, sir Andrew ? Rendez-vous au 334. 388 En dépit du scepticisme affiché par Holmes, vous acceptez l'offre de votre cousin et, tandis qu'il monte rapidement l'escalier, vous en profitez pour vous justifier : - Il a été si bon pour moi, M. Holmes, que je ne pouvais décemment pas refuser sa proposition de m'aider, vous ne croyez pas ?

Holmes acquiesce à contrecœur. Le célèbre détective serait-il jaloux ? Peutêtre est-il vexé d'être tenu à l'écart de cette passionnante affaire et aimeraitil voir régler au plus vite toutes les questions pendantes. Watson, souriant, revient avec un gros album de coupures de presse. - J'ai collectionné cela pendant deux ou trois ans, à mon retour d'Afghanistan, explique-t-il. Chaque fois que les journaux parlaient d'un accrochage en Inde ou en Afghanistan, je découpais l'article. Et quand il m'arrivait de rencontrer l'un de mes anciens camarades qui en savait plus long, je notais ses commentaires et je les ajoutais au reste. D'un geste théâtral, il ouvre l'album sur l'un des derniers articles, que vous lisez avec avidité. Opérations militaires en Inde Des unités de la 17e brigade spéciale, commandées par le colonel Philip Sylvester, se sont récemment heurtées à des bandes de hors-la-loi dans la zone frontalière séparant l'Inde de l'Afghanistan. Après avoir tenté durant des semaines de disperser les éléments hostiles, le colonel Sylvester a été attaqué le soir du 17 juillet, alors que ses hommes commençaient à dresser le camp pour la nuit. Le colonel Sylvester a aussitôt doublé les sentinelles et envoyé des estafettes demander de l'aide au régiment cantonné dans la région. Les escarmouches se sont poursuivies toute la nuit, mais la vigilance des forces britanniques a évité une attaque en règle. L'ennemi s'est enfui à l'aube, lorsque les soldats de la 17e et de la 19e brigade sont venus relever la compagnie du colonel Sylvester. Les pertes britanniques furent légères : un officier et un soldat tués, et cinq soldats blessés. Les morts faisaient partie des messagers envoyés chercher de l'aide lors de l'attaque nocturne contre le camp de Sylvester. Capturés par de véritables barbares, ces deux dévoués militaires ont été torturés à mort avec une sauvagerie qui a horrifié même les vétérans les plus endurcis de l'armée frontalière. Le général Montgomery donna alors au colonel Sylvester l'ordre de rejoindre le district de Delhi pour faire son rapport sur la situation au gouverneur général. Il fit également conduire à Delhi plusieurs chefs capturés, afin que leurs crimes soient jugés par le gouvernement. Le général Montgomery a continué à traquer les troupes irrégulières au cœur des montagnes. L'opération a pris fin quand l'ennemi a été dispersé aux quatre vents.

Les pertes britanniques comprennent le lieutenant Terrence Saunders et le caporal John Smithson, morts au champ d'honneur, et le capitaine Edward Trent, tué dans un accident. Le lieutenant Saunders laisse une sœur, Mary Victoria. Le capitaine Trent laisse son père, le major général Gabriel Trent, ses frères Henry et Thomas, et son oncle, lord Trent, le magnat de l'import-export. Une deuxième coupure, datée de quelques mois plus tard, signale la démission du colonel Sylvester. A côté de ces articles figure une note manuscrite de l'écriture à peu près indéchiffrable de Watson : D'après sir H., les morts étaient dues à l'incompétence et à la couardise du colonel, et seule la bienveillance incompréhensible du haut commandement a permis à celui-ci de démissionner au lieu de subir la révocation et la disgrâce en cour martiale. - Très intéressant, Watson, dit Holmes. Maintenant, si vous voulez bien prendre votre pistolet, j'aimerais que vous accompagniez notre jeune ami. Poursuivre un meurtrier peut toujours être dangereux. Watson accepte aussitôt. Enregistrez la Déduction 18 et rendez-vous au 188.

389 Une douleur fulgurante vous laboure la poitrine lorsque la balle de Hamilton fait mouche. Sans réaliser ce qui vous arrive, vous vous écroulez, mort avant d'avoir touché le sol. Votre enquête est terminée... 390 - Tout à fait extraordinaire, marmonne Watson. Rendez-vous au 999.

391 - Le second échantillon révèle la présence d'un produit étranger dans le brandy, mais vous ne parvenez pas à l'isoler et à l'identifier. Rendez-vous au 104.

392 - Apparemment, constatez-vous, vous n'aimiez guère le colonel Sylvester. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Communication. Si vous obtenez : De 2 à 7 De 8 à 12 Rendez-vous au 511 Rendez-vous au 553 393 Vous avez fait les analyses le plus consciencieusement possible. - Voilà qui est très significatif, vous ne trouvez pas, Holmes? demande Watson. Le verre de brandy était empoisonné, alors que la bouteille ne l’est pas. L'assassin est donc fatalement quelqu'un qui avait la possibilité de s'approcher du verre de Sylvester. Le détective hoche gravement la tête. Si vous avez enregistré l'Indice R, rendez-vous au 169. Sinon, rendez-vous au 157. 394 Vous décidez que ce serait complètement idiot. Rendez-vous au 999.

395 - Qu'est-ce que vous voulez dire ? demande Watson. - Mon cher Watson, répond Holmes, l'analyse du brandy se trouvant dans le verre a révélé la présence d'un produit étranger, même si votre cousin n'a pas réussi à l'identifier. Je l'avais déjà isolé quand nous nous étions livrés à nos expériences, mais je n'avais rien dit sur le moment pour ne pas influencer son analyse. Vous dissimulez votre surprise : Holmes vous avait caché un indice ! - Il s'agit, continue Holmes, d'un extrait végétal provenant des Antilles. Ceux qui le connaissent et l'utilisent l'appellent « coup-de-soleil ». C'est un stimulant extrêmement puissant, qui, à forte dose, devait provoquer une congestion cérébrale chez un sanguin comme Sylvester. Oui, il s'agit bel et bien d'un meurtre. Il faudra une enquête approfondie pour trouver son auteur. Rendez-vous au 157. 396 Hamilton est trop fort pour vous. Pendant que vous essayez d'en venir à bout avec vos poings, il vous assomme en vous fracassant un tonnelet vide sur le crâne. Vous perdez connaissance. Quand vous reprenez vos esprits, Watson est près de vous, en train de ranger son flacon de sels. Vous avez mal partout et, ce qui est plus grave, vous savez que le meurtrier vous a échappé. Lancez deux dés. Si vous obtenez : De 2 à 6 De 7 à 12 Rendez-vous au 630 Rendez-vous au 631

397 Vous demandez à Watson de ranimer Roscoe afin de pouvoir l'interroger. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Communication. Si vous obtenez : De 2 à 6 De 7 à 12 Rendez-vous au 483 Rendez-vous au 234

398 Vous lisez l'étiquette, mais vous n'avez jamais entendu parler de ce médicament et vous n'avez pas la moindre idée de l'effet qu'il produirait sur un cheval. Rendez-vous au 126. 399 - Vous ne jouez jamais ? Demandez-vous avec surprise. J'étais convaincu que, dans le milieu du turf, tout le monde tentait sa chance de temps en temps. Comment pouvez-vous résister ? Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Communication. Si vous obtenez : De 2 à 10 11 ou 12 Rendez-vous au 374 Rendez-vous au 179

400 - Il ne reste plus qu'une chose que j'aimerais bien voir, dites-vous. Vous devez avoir une réserve du brandy Saint-Gabriel que le colonel avait l'habitude de boire ? Le valet de chambre hoche affirmativement la tête et vous conduit au bar. - Il avait terminé une bouteille avant-hier soir, et je n'avais pas encore regarni le carafon quand j'ai appris sa mort. Toutes les bouteilles sont cachetées, et un examen attentif montre que les cachets sont identiques : apparemment, aucune bouteille n'a été trafiquée. Vous remerciez le valet de chambre de son aide. Rendez-vous au 457. 401 Vous observez Hamilton en vous demandant jusqu'à quel point vous avez intérêt à le pousser dans ses retranchements. Si vous lui demandez son opinion sur le colonel Sylvester, rendez-vous au 497. Si vous dévoilez vos batteries, rendez-vous au 417. Sinon, rendez-vous au 387.

402 Lord Trent est un homme âgé, maigre et sec, aux cheveux blancs et aux yeux durs. Il va falloir faire preuve de tact pour obtenir de lui des informations utiles. Si vous lui demandez de vous raconter ce qui s'est passé, rendez-vous au 428. Sinon, rendez-vous au 303. 403 Un domestique fait entrer le colonel Stuart. Le visage rond et bien portant dont vous vous souveniez est pâle et tiré par les événements. Si vous avez identifié la personne qui a drogué Irish Star, rendez-vous au 610. Si vous n'avez pas réussi à découvrir le coupable, rendez-vous au 114. 404

Si la Décision 6 est enregistrée, rendez-vous au 105. La sellerie est luisante de propreté, et tout le matériel est impeccablement rangé. Les harnais sont suspendus à des crochets fixés au mur, les selles reposent sur des chevalets, les couvertures sont soigneusement pliées sur des étagères, tandis que plusieurs grosses malles abritent les objets moins volumineux. Enregistrez la Décision 6, puis lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Habileté. Si vous obtenez : De 2 à 7 De 8 à 12 Rendez-vous au 513 Rendez-vous au 640

405 - Il me semble que le premier indice à examiner devrait être le brandy du colonel, dit Holmes. Si nous ne pouvons pas démontrer qu'on y avait versé quelque chose, tout le reste est sans objet. Holmes a sorti son matériel. Ensemble, vous analysez le brandy provenant du verre du colonel, en espérant y découvrir un élément étranger identifiable. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Connaissances. Si vous obtenez : De 2 à 7 De 8 à 12 Rendez-vous au 164 Rendez-vous au 577

406 A votre retour à Baker Street, Holmes vous accueille avec impatience. Il vous laisse à peine le temps de vous asseoir et de vous préparer un verre avant de vous demander : - Bon, alors, qui a assassiné le colonel Sylvester ? Si vous accusez : Pierre Armand Lord Trent Henry Hamilton Le valet de chambre de Sylvester Tom Smithson Le colonel Stuart Rendez-vous au 112 Rendez-vous au 120 Rendez-vous au 211 Rendez-vous au 118 Rendez-vous au 469 Rendez-vous au 502

407 - Vous n'avez pas d'autres renseignements sur le Français ? Demandez-vous à Holmes. Le détective réfléchit un instant, puis il examine un rayonnage et en tire un annuaire français des professions. Cet ouvrage vous apprend que Pierre Armand a été un très gros négociant en vins et spiritueux, l'un des plus importants de France. Il traitait de grosses affaires en Angleterre, dans tout le bassin méditerranéen et aux Antilles, et se rendait souvent dans toutes ces régions. - Un grand voyageur, commente Watson tout excité. Et les Français prétendent que la vengeance est un plat qui se mange froid. Il pourrait être notre homme. Enregistrez la Déduction 15 et rendez-vous au 305. 408 Lorsque les chevaux sont échauffés, on les fait rapidement ranger sur la ligne de départ et le signal est donné. Les pur-sang s'élancent, mais Irish Star démarre moins vite que les autres et il ne réagit pas aux coups de cravache de son jockey. Le grand favori est nettement en arrière du peloton, et les deux ou trois chevaux de tête semblent bien décidés à creuser l'écart, craignant probablement que la supériorité du cheval gris ne finisse par se manifester. Fouaillé par les coups de cravache de son jockey, Irish Star essaie de se reprendre, mais il n'est pas en forme. Trois chevaux passent la ligne d'arrivée groupés, et les cris enthousiastes de Watson semblent indiquer que Maiwand pourrait bien être le gagnant de l'épreuve. Irish Star finit avec dix longueurs de retard, l'air éreinté et pratiquement épuisé par l'effort qu'il a fourni. - Autant pour la science, Holmes, dit Watson en riant. Grâce à cette victoire, ma patte folle me tourmentera moins les jours de pluie. Holmes considère le docteur d'un œil dédaigneux. - Vraiment, Watson ? demande-t-il. La balle se serait-elle à nouveau déplacée de votre épaule à votre jambe ? Je pensais qu'il serait évident, même pour des yeux aussi partiaux que les vôtres, qu'il y avait quelque chose de tout à fait anormal dans le déroulement de cette course.

Vous intervenez avant que Watson n'ait eu le temps de manifester bruyamment son indignation. - Anormal, M. Holmes ? Demandez-vous avec curiosité. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Communication. Si vous obtenez : De 2 à 5 De 6 à 12 Rendez-vous au 286 Rendez-vous au 663

409 Humilié par votre échec, vous retournez à Baker Street pour en informer Holmes qui hoche la tête avec consternation. - Enfin, finit-il par soupirer, nous connaissons le coupable, c'est toujours ça. Je vais envoyer un mot à Lestrade. La police à quelques avantages sur nous, dans des cas comme celui-là, et elle parviendra peut-être à arrêter ce gredin avant qu'il n'ait quitté le pays. Allons, continue-t-il en remarquant combien vous paraissez découragé, ne prenez pas cela au tragique. Comme Watson pourrait vous le dire, il m'est arrivé, à moi aussi, de laisser échapper des coupables. C'est déjà une bonne chose de savoir qui a commis le crime : cela évite de soupçonner des innocents et peut empêcher le responsable de récidiver. Un peu réconforté, vous quittez Baker Street en ruminant les gaffes qui ont amené la fuite de Hamilton et en vous promettant qu'elles ne se reproduiront pas à l'avenir et que vous remettrez vous-même le coupable entre les mains de la justice. Cette enquête est terminée mais, avec un peu de chance, vous aurez très bientôt l'occasion d'en mener une nouvelle à bien. 410 - Vous ne voyez pas qui aurait pu vouloir modifier les performances d'Irish Star ? Demandez-vous au colonel. - Bien sûr que non ! répond-il avec indignation. Si je le connaissais, je serais allé m'expliquer avec lui, je n'aurais pas couru après M. Holmes. Il s'agit sûrement d'une fripouille qui a fait le coup pour se remplir les poches en jouant un autre cheval. Holmes interrompt votre interrogatoire en poussant

un sifflement strident, et un galopin d'une douzaine d'années, assez malpropre, arrive en courant et se fige dans un garde-à-vous assez approximatif. - Je vous présente le jeune Stanly, dit Holmes en se tournant vers vous, l'une des recrues de ma petite troupe d'irréguliers. Il vit pratiquement avec les chevaux, connaît tout le monde et est au courant de tout ce qui se passe dans l'hippodrome et aux alentours. Confiez-lui la surveillance de l'un de vos suspects, cela vous permettra d'élargir votre champ d'action. Vous acceptez cette suggestion et vous donnez vos instructions au gamin. Enregistrez la Décision qui correspond à la filature demandée, puis rendezvous au 427. PERSONNE À FILER Roscoe Fitzhugh et Bowser John Oliver DÉCISION À ENREGISTRER 1 2 3

411 Vous cherchez un autre sujet à aborder avec Hamilton. Si vous l'interrogez sur l'homme qui lui a remis la lettre, rendez-vous au 223. Sinon, rendezvous au 221. 412 Vous remerciez M. Armand de sa courtoisie et de son aide, et vous quittez l'hôtel. Rendez-vous au 349. 413 - Vous savez, cousin, dit Watson, je continue à m'interroger sur lord Trent. Vu la place qu'il occupait, il lui aurait été facile de verser quelque chose dans le brandy du colonel Sylvester sans qu'on s'en aperçoive. Si vous interrogez Holmes sur lord Trent, rendez-vous au 582. Sinon, rendez-vous au 177.

414 - Quand je vous bousculerai, chuchotez-vous au Dr Watson, laissez-vous tomber et faites semblant d'être étourdi. Aussitôt, vous trébuchez et vous heurtez le docteur qui percute ostensiblement une chaise voisine du stand de Roscoe et s'écroule comme s'il était blessé. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Habileté. Si vous obtenez : De 2 à 9 Rendez-vous au 132

De 10 à 12 Rendez-vous au 347 415 - Comme il vous plaira, dit Holmes. Rendez-vous au 999.

416 - Vous avez trouvé quelque chose sur Hamilton, M. Holmes ? Demandezvous. Mais il est peut-être trop peu connu ? Cette lettre fait pourtant de lui le principal suspect. Holmes vous tend l'annuaire, où vous lisez : Henry Hamilton : Associé de l'étude Barnes, Grable et Anderson, 1881-1883. Conseiller de la Reine, Nassau, Bahamas, 1883-1894. Avocat indépendant, Londres, 1894. - Veuf de Mary Victoria Saunders, épousée en 1880, décédée en 1894. Adresse: 417 B Hunter's Court, Londres. Enregistrez la Déduction 17 et rendez-vous au 356. 417 Vous inclinez brusquement la tête et vous voyez Watson et sir Andrew se raidir.

- Mais pourquoi lui avoir adressé cet étrange message dans lequel vous le condamniez à mort, M. Hamilton ? Interrogez-vous soudain. C'est un comportement surprenant de la part d'un avocat respectable. Hamilton se lève et arpente la pièce comme un fauve en cage, en vous dévisageant avec stupeur, les yeux hors de la tête. - Vous êtes fort, espèce de démon ! Rugit-il. Vous avez déchiffré le code secret, hein ? Pendant un instant, vous l'observez tous en silence, attendant ce qui va se passer. Il finit par se ressaisir, au prix d'un gros effort. - Très bien, dit-il en recommençant à faire les cent pas. Un homme aussi astucieux mérite de connaître la vérité. Lorsque le colonel Sylvester était dans l'armée, sa pleutrerie et sa sottise l'ont conduit à charger deux hommes d'une mission inutile qui leur a coûté la vie après d'abominables tortures. L'un de ces hommes était mon beau-frère, et le choc a tellement éprouvé ma femme que sa santé et sa raison n'y ont pas résistée. Les médecins ayant déclaré qu'un climat plus doux pourrait lui faire du bien, nous sommes partis aux Antilles. Là-bas, son état s'est un peu amélioré, mais elle ne s'est jamais complètement rétablie et elle a fini par s'éteindre au bout de douze longues années de souffrance et de désespoir. Je suis rentré en Angleterre où j'ai constaté que je ne pourrais me faire qu'une petite clientèle, sans aucun espoir d'atteindre un jour les sommets de ma profession. Vous commencez à éprouver une certaine pitié pour Hamilton, tout coupable qu'il soit. - Néanmoins, cela n'aurait pas suffi à faire de moi un assassin, déclare-t-il en vous regardant dans les yeux. Mais je me suis renseigné sur le colonel Sylvester et j'ai appris qu'il avait fait fortune dans les affaires tout en restant le même homme cruel et avide : il s'était enrichi grâce aux mêmes tares qui avaient causé la ruine de mon bonheur. C'est à ce moment-là que j'ai décidé de le tuer, et j'y suis parvenu. Lorsqu'il s'est penché pour ramasser la lettre, j'ai versé une poudre dans son brandy, pour provoquer la congestion cérébrale qui l'a tué. Mon seul regret est qu'il soit mort sur le coup. J'aurais préféré le condamner à des années d'agonie comme ma malheureuse épouse.

- Vous vous arrogez le droit d'être à la fois juge, jury et bourreau ? demande Watson. Hamilton s'arrête de tourner en rond le temps de hocher gravement la tête. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Intuition. Si vous obtenez : De 2 à 10 11 ou 12 Rendez-vous au 491 Rendez-vous au 569

418 Stanly vous sourit pour vous préparer à la révélation qu'il vous réserve. - Oui, patron. Pour ce qui est de me faire courir, Oliver m'a fait courir, mais je ne l'ai pas lâché d'une semelle et, en fin de compte, il s'est rendu au stand de Roscoe. Et là Roscoe lui a remis un gros paquet de billets... sans qu’il ne soit jamais question de pari. Je m'étais camouflé derrière le stand et j'ai entendu tout ce qu'ils disaient, patron : à aucun moment ils n'ont parlé d'un cheval gagnant. Vous remerciez Stanly de son bon travail, et il quitte le bistrot. Enregistrez l'Indice I et rendez-vous au 129. 419 - Avant que nous n'interrogions ces messieurs, je me demande si vous pourriez m'en apprendre un peu plus long, dites-vous à sir Andrew. Vous donnez l'impression d'être parfaitement au courant de tout ce qui se passe autour de vous. Sir Andrew hésite une seconde. - D'accord, c'est normal, à condition que toutes les questions que vous me poserez concernent directement votre enquête. Si vous l'interrogez sur le colonel Sylvester, rendez-vous au 344. Sinon, rendez-vous au 504. 420 Vous posez encore à Hamilton quelques questions d'ordre général, pour essayer de vous faire une idée sur son état d'esprit. Si vous lui demandez ce qu'il a vu dans le petit salon, rendez-vous au 496. Sinon, rendez-vous au 245.

421 Vous estimez qu'un message secret doit être dissimulé dans la lettre, et vous décidez d'en découvrir la teneur. Vous pouvez relire la lettre au 276. Enregistrez la Décision 22. Si vous ne parvenez pas à déchiffrer le message, rendez-vous au 438. Si vous découvrez la clef du code secret, rendez-vous au 519. 422 Entre le volet et le mur extérieur, vous découvrez un petit flacon de médicament enveloppé dans un mouchoir d'homme. Vous le déballez pour lire l'étiquette. Rendez-vous au 628. 423 Vous savez que le colonel Stuart a menacé Sylvester, mais vous vous interrogez sur l'opportunité de lui montrer la lettre et de lui demander des explications. Si vous montrez la lettre au colonel Stuart en le priant de s'expliquer, rendez-vous au 229. Sinon, rendez-vous au 326. 424 - Je ne vois pas ce qui pourrait me l'indiquer, avouez-vous à Holmes. Vous voulez bien me l'expliquer ? - Oui, Holmes, ajoute Watson. Comment pouvez-vous le savoir ? - Élémentaire, mon cher Watson, répond Sherlock Holmes. Quand vous écrivez, vous êtes très concentré : rien, ou presque, ne peut vous distraire de votre travail. Pourtant, quand le journal est arrivé, vous vous êtes jeté dessus et vous avez aussitôt consulté la dernière page. On peut logiquement en déduire que ce que vous avez trouvé en dernière page avait un rapport étroit avec l'histoire que vous êtes en train d'écrire, puisque vous avez négligé le télégramme. Rendez-vous au 213.

425 Vous vous demandez si Armand pourrait avoir entendu parler du « coupde-soleil » pendant ses séjours aux Antilles. Si vous interrogez Armand sur le « coup-de-soleil », rendez-vous au 532. Sinon, rendez-vous au 187. 426 - Non, merci, cousin, répondez-vous poliment. En revanche, je serais heureux d'avoir votre compagnie aujourd'hui. D'ici ce soir, j'aurai sûrement besoin d'un vaillant compagnon à mes côtés. La déception s'efface du visage de Watson, et il se joint avec plaisir à Holmes et à vous pour établir l'itinéraire de la journée. Rendez-vous au 188. 427 - Bon, eh bien, apparemment, vous voilà chargé de l'enquête, ajoute Holmes en consultant sa montre. Soyez prudent. Ne formulez aucune accusation et n'attirez pas inutilement l'attention sur ce qui s'est passé avant d'avoir réuni des preuves irréfutables. Dans une affaire comme cellelà, la moindre trace de soupçon peut causer autant de tort à une réputation qu'une condamnation en bonne et due forme. A moins que vous ne réussissiez à obtenir une confession du coupable, je vous conseille de vous contenter de réunir des indices et de me soumettre vos conclusions lorsque je rentrerai à Londres. Je vous préviendrai dès que je serai de retour à Baker Street. Watson, rejoignez-moi sur le quai de la gare, s'il vous plaît. Bonne chance. Le détective s'éloigne mais il fait demi-tour, une dernière pensée lui traversant l'esprit. - N'oubliez pas le chien qui n'a pas aboyé cette nuit-là, dit-il. - Qu'est-ce que vous voulez dire, Holmes ? demande Watson sans vous laisser le temps de poser la question. - Il m'est venu à l'idée, Watson, explique Holmes, que celui - quel qu'il soit qui s'est arrangé pour faire perdre Irish Star ne voulait peut-être pas faire gagner Maiwand. Là-dessus, il tourne les talons et s'en va. Si vous accompagnez le Dr Watson qui va toucher ses gains, rendez-vous au 489. Si vous allez directement à

l'écurie avec le colonel Stuart, enregistrez la Décision 4 et rendez-vous au 565. 428 - Je vous remercie d'avoir accepté de m'accorder quelques instants, commencez-vous. Pouvez-vous me fournir une indication quelconque sur le comportement du colonel Sylvester dans le petit salon, cet après-midi ? Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Communication. Si vous obtenez : De 2 à 8 De 9 à 12 Rendez-vous au 463 Rendez-vous au 626 429 Vous aimeriez bien savoir ce que Holmes pensait du défunt colonel Sylvester. Son opinion aurait pour vous une grande valeur, car peu d'hommes sont meilleurs juges de la nature humaine que Sherlock Holmes. Si vous demandez à Holmes son opinion sur Sylvester, rendez-vous au 444. Sinon, rendez-vous au 611. 430 - Je vous remercie d'avoir bien voulu me consacrer quelques instants, ditesvous à Raines. Il n'y a pas de quoi, répond l'entraîneur. Rendez-vous au 570. 431 - Pour autant que je sache, il n'y a pas grand-chose à en dire, répond le colonel Stuart. Henry Raines, mon entraîneur, est l'un des meilleurs du pays. Il travaille pour la plupart des grosses écuries et ne se risquerait pas à compromettre une situation pareille, si jamais il était assez stupide pour perdre volontairement une course. Quelle supposition grotesque ! Quant à mon palefrenier, John Oliver, il est chez moi depuis deux ans et s'est toujours montré dévoué, même quand j'étais en retard pour payer ses gages.

Si vous posez des questions sur le palefrenier, lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Communication. Si vous obtenez : De 2 à 6 De 7 à 12 Rendez-vous au 572 Rendez-vous au 268

Si vous ne lui posez pas de questions, rendez-vous au 481. 432 Le gros de la foule quitte l'hippodrome après la course principale, mais beaucoup de gens s'attardent à commenter la réunion de la journée. Une enseigne signale le stand de Roscoe, de loin le plus animé. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Observation. Si vous obtenez : De 2 à 7 De 8 à 12 Rendez-vous au 592 Rendez-vous au 166

433 Vous hésitez à poser la première question, ne parvenant pas à réaliser ce fait stupéfiant : c'est vous qui interrogez Sherlock Holmes au cours d'une enquête criminelle ! Si vous demandez à Holmes ce qu'il a vu au moment de la mort de Sylvester, rendez-vous au 619. Sinon, rendez-vous au 429. 434 - Je vois, murmurez-vous. Et le colonel avait bien réussi dans les affaires ? - Fort bien, se hâte de répondre sir Andrew. Mais je dois reconnaître qu'on a parfois laissé entendre que ses méthodes commerciales n'étaient pas toujours irréprochables. Rien de précis, notez bien, sinon nous ne l'aurions pas accepté parmi nous, mais plutôt une certaine tendance à être à l'affût de toutes les occasions. - Mais rien qui puisse vous empêcher de l'accueillir parmi vous, répétezvous. Si vous demandez quel est le règlement du club, rendez-vous au 101. Sinon, rendez-vous au 379.

435 - Maintenant que vous avez examiné son bureau, dit Holmes, à votre avis, qu'est-il en train d'écrire ? Des lettres ou une nouvelle ? Si vous répondez « des lettres », rendez-vous au 338. Si vous répondez « une nouvelle », rendez-vous au 512. 436 - Non, répondez-vous après réflexion. Tout compte fait, je doute que nous y apprenions quelque chose d'utile. Rendez-vous au 614. 437 Vous allez trouver le jockey d'Irish Star, et vous lui dites qui vous êtes. - Le colonel Stuart m'a chargé de procéder à une enquête sur la course de cet après-midi. Vous voulez bien m'en parler ? Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Communication. Si vous obtenez : De 2 à 7 De 8 à 12 Rendez-vous au 456 Rendez-vous au 503

438 Le message codé a résisté à vos tentatives de décryptage. Vous espérez qu'il n'a aucun rapport avec la mort du colonel Sylvester. Si vous êtes au club Diogène, rendez-vous au 648. Si vous êtes à Baker Street, rendez-vous au 315. 439 Votre dîner tire à sa fin lorsque le jeune Stanly pousse la porte du pub et vous cherche des yeux. Vous dites un mot et le patron le laisse entrer. Il vient s'asseoir à votre table. Si vous avez enregistré : La Décision 1 La Décision 2 La Décision 3 Rendez-vous au 378 Rendez-vous au 307 Rendez-vous au 160

440 Très excité, vous réfléchissez à la signification du message décodé et à la meilleure façon d'en tirer parti. Si vous avez enregistré la Décision 20, rendez-vous au 327. Sinon, rendez-vous au 319. 441 Vous ne parvenez pas à identifier le liquide dont le mouchoir est imprégné. Absorbé par la scène du crime, vous laissez de côté l'inutile carré de linon. Rendez-vous au 207. 442 - A propos, Watson, continue Holmes avec un sourire malicieux, est-ce que, dans votre nouvelle, vous avez parlé du chien qui n'avait pas aboyé cette nuit-là? - Bien sûr, Holmes, c'est l'un des points forts de mon récit, répond Watson. - C'est essentiel, dit Holmes en se tournant vers vous, et très instructif. Quand vous procédez à une enquête, intéressez-vous autant à la chose qui manque ou qui ne s'est pas produite qu'à celle qui se trouve là ou qui s'est produite. Maintenant que nous vous avons définitivement fait perdre le fil de votre inspiration, Watson, est-ce que vous ne devriez pas lire ce télégramme ? - Quel télégramme ? demande Watson en tombant des nues. Ah oui, le télégramme. (Il ouvre l'enveloppe et parcourt rapidement la dépêche.) Ça par exemple ! Holmes, c'est justement de sir Henry Baskerville. Il nous invite à passer le week-end chez lui : il a quelque chose à vous montrer qui justifie le déplacement. - Pas possible? dit Holmes. Eh bien j'en doute fort, car si c'était le cas, il serait venu en personne à Londres. Il estime sans doute qu'il nous doit une invitation en échange de la petite énigme que nous avons résolue il y a quelque temps. Puisque c'est à vous que le télégramme est adressé, Watson, c'est à vous de répondre que nous refusons. - Je n'en ferai rien, Holmes, réplique votre cousin. Sir Henry nous avait soumis une affaire passionnante, reconnaissez-le. Nous pouvons bien lui sacrifier un week-end. Le grand air vous fera beaucoup de bien, et aucune enquête ne vous retient à Londres.

- Bon, d'accord, Watson, soupire Holmes. Je sens que je n'aurai pas une minute de répit avant d'avoir accepté. Nous prendrons le train vendredi en fin d'après-midi. Et le détective consacre à nouveau toute son attention à sa pipe. - Je n'ai qu'un seul regret, Holmes, reprend Watson après avoir confié la réponse à un coursier pour qu'il la porte au bureau du télégraphe. - Lequel, Watson ? - Vous allez rater une occasion de m'apprendre l'art de choisir le cheval qui gagnera la course : vendredi, nous avions décidé de nous rendre à l'hippodrome. Holmes vérifie l'horaire du train et hoche la tête. - Mais non, Watson, dit-il. Nous prendrons le train à la gare qui est à côté du champ de courses. A moins que le programme ne soit retardé pour une raison ou pour une autre, nous devrions avoir le temps d'assister à l'épreuve principale et d'encaisser nos gains. - Vous fréquentez les champs de courses, M. Holmes ? Demandez-vous avec une certaine surprise. Je ne vous savais pas turfiste. - J'y vais rarement, répond Holmes, mais Watson à besoin de l'aide d'un esprit logique pour réduire quelque peu ses pertes. La course de vendredi me fournira une excellente démonstration : je connais avec certitude le cheval qui la gagnera, alors que Watson a un point de vue différent sur la question. - Venez donc avec nous, suggère Watson. Comme ça, j'aurai un témoin quand je prouverai à Holmes que la logique pure n'est pas la solution de tous les problèmes. Rendez-vous ici à midi... d'accord, Holmes ? - D'accord, approuve le détective, mais vous comprenez, à son expression, que son cerveau est déjà absorbé par un autre sujet, et vous prenez congé aussi rapidement que la politesse le permet. Le vendredi, vous êtes retardé par des problèmes mineurs, et Holmes et Watson s'apprêtent à monter dans un fiacre lorsque vous arrivez en courant à Baker Street. Le cocher est en train de charger leurs bagages sur le toit du cab.

- Vous avez failli nous manquer, dit Watson avec un sourire. L'après-midi promet d'être passionnant. Holmes est persuadé qu'il connaît déjà le vainqueur de la course principale et il se moque de mon choix. Allez, montez, on s'en va. Vous ne vous le faites pas dire deux fois, et vous vous retrouvez bientôt cahotant de concert dans des rues où la majorité des passants ont des préoccupations autrement plus sérieuses qu'un après-midi aux courses. Toutefois, ayant l'occasion inespérée de vous entretenir avec le plus célèbre détective privé du monde, vous prêtez peu d'attention à la foule londonienne. - Alors, vous avez fait des progrès ? S’enquiert courtoisement Holmes, mais vous avez l'impression que votre apparence et votre comportement le renseignent parfaitement sur vos modestes succès et vous pesez soigneusement les termes de votre réponse. - Il me semble que je ne me débrouille pas trop mal. J'ai réussi à retrouver quelques objets perdus et à découvrir des indices, mais j'éprouve les mêmes difficultés que la police quand il y a plusieurs suspects possibles. J'ai l'impression qu'il me faudra des années pour acquérir votre don d'aller droit au cœur du problème, M. Holmes. - Vous y consacrerez toute votre vie, approuve Holmes et, malgré cela, il vous arrivera plus d'une fois de vous conduire comme un imbécile. Cela m'est arrivé, comme Watson l'a révélé au monde entier dans ses ouvrages. Mais il y a une chose qu'il ne faut jamais oublier : où que vous soyez, quoi que vous fassiez, gardez les yeux ouverts et observez tout ce qui pourrait conduire à un forfait. J'ai remporté mes plus grands succès dans des affaires où j'avais senti à l'avance qu'il allait se produire quelque chose : cela m'avait permis de prendre des mesures pour empêcher le crime ou pour arrêter le coupable en flagrant délit. C'est ainsi que Watson et moi avons dissuadé le Dr Roylott de se débarrasser de sa belle-fille et que nous avons résolu diverses affaires. - Vous sous-estimez sûrement votre talent, Holmes, intervient Watson. A vous entendre, les tâches les plus ardues paraissent toujours toutes simples. - Absolument pas, insiste Holmes. Si vous savez qu'un homme riche a pour héritier un garçon qui a désespérément besoin d'argent, vous pouvez prévenir un crime en glissant un mot dans l'oreille de l'héritier. Si, cet après-

midi, nous apercevons un flambeur notoire en train de miser une grosse somme sur un tocard, nous défendrons l'intégrité du turf en alertant discrètement les commissaires. Un homme qui souhaite faire une carrière de détective doit continuellement ouvrir l'œil et observer tout ce qui l'entoure. C'est la seule façon de faire ce métier. - Oh, assez parlé boutique, Holmes ! Coupe Watson. Si vous nous parliez plutôt de la course de cet après-midi ? Expliquez-nous pourquoi votre approche logique et scientifique des handicaps donnera de meilleurs résultats que mon intuition irraisonnée. Watson rit gaiement, tandis que Holmes se rembrunit. - Vous avez tort de vous moquer de la logique, Watson, rétorque Holmes. Reconnaissez que votre façon de choisir des chevaux au hasard vous a coûté la moitié de votre pension. - N'exagérons rien, Holmes, bougonne Watson. J'ai quand même remporté quelques jolis succès. - A quel cheval vont vos préférences aujourd'hui, M. Holmes ? Demandezvous. - Je vais jouer Irish Star, répond le détective. C'est un cheval très puissant et très régulier en toutes circonstances. Il est d'une classe nettement supérieure à celle de ses concurrents, et il a fallu un imprévisible concours de circonstances pour qu'il dispute cette épreuve. Compte tenu de ses performances antérieures et de sa forme actuelle, il est mathématiquement impossible qu'il ne gagne pas. - Je comprends, dites-vous, impressionné. Alors, pourquoi mon cousin ne joue-t-il pas également Irish Star ? - Le Dr Watson, répond Holmes d'un ton condescendant, a décidé de parier sur un cheval appelé Maiwand parce que c'est le nom de la bataille au cours de laquelle il a été blessé. Je crois qu'il considère cela comme un heureux présage. Watson paraît un peu gêné, mais sa façon de serrer les mâchoires prouve qu'il ne changera pas d'avis. Si vous voulez interroger Watson à propos d'Irish Star, rendez-vous au 170. Sinon, rendez-vous au 603.

443 - Un brillant exposé de la situation, dit doucement Holmes, mais venez-en au nœud de l'affaire. Qui, selon vous, a drogué Irish Star ? Si vous accusez : Le jockey Henry Raines, l'entraîneur Bowser et Fitzhugh John Oliver Rendez-vous au 360 Rendez-vous au 514 Rendez-vous au 591 Rendez-vous au 140 444 Holmes hoche la tête. - Je connaissais peu Sylvester et ne souhaitais pas le connaître davantage. J'ai néanmoins quelques notes sur lui à Baker Street, car j'avais prévu qu'il risquait de devenir, un jour ou l'autre, un client ou une victime. Un homme mesquin et retors, en dépit de son apparence distinguée. Rendez-vous au 611.

445 Vous examinez attentivement le verre : il reste quelques gouttes de brandy dans le fond. A votre requête, Watson vous passe un bocal vide, et vous y versez le verre de brandy. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Observation. Si vous obtenez : De 2 à 6 De 7 à 12 Rendez-vous au 207 Rendez-vous au 343

446 Holmes écoute patiemment vos arguments concernant la culpabilité de Hamilton, puis il secoue la tête. - Vous tenez le coupable, mais il vous faut davantage de preuves pour étayer une accusation. Vous avez démontré qu'il avait pu connaître la drogue, mais vous ne présentez pas l'ombre d'un mobile. Néanmoins, il est peut-être possible de remédier à cette lacune. Si vous souhaitez l'aide de Holmes, rendez-vous au 546. Si vous voulez tenter à nouveau de résoudre le mystère par vos propres moyens, rendezvous au 237. 447 - J'estime que la lettre n'a probablement rien à voir avec notre affaire, ditesvous à Holmes. Comment une lettre que le colonel Sylvester n'a pas eu le temps de lire pourrait-elle influer sur la question de savoir qui l'a tué ? Holmes paraît surpris, puis il hoche la tête. - Eh bien, dit-il, si telle est votre conclusion, il ne nous reste plus qu'à nous mettre au travail et à analyser l'autre indice. Rendez-vous au 405. 448 - Le colonel Stuart m'a chargé de procéder à une enquête, expliquez-vous. Rendez-vous au 999. 449 - Amiral, commencez-vous, avez-vous remarqué quoi que ce soit dans les faits et gestes du colonel Sylvester qui sortait de l'ordinaire, avant sa mort ? - Non, on ne peut pas dire que ce que j'ai vu sortait de l'ordinaire, répond-il. Mais si j'admets avoir regardé, je risque de me faire renvoyer du club pour indiscrétion. (Il observe sir Andrew du coin de l'œil avant de continuer.) Si vous insistez, je vous le dirai quand même. Si vous le priez de poursuivre, rendez-vous au 231. Sinon, rendez-vous au 605.

450 - Si vous souhaitez en apprendre plus long sur Mamilton, vous pourriez rendre visite à l'étude dans laquelle il travaillait autrefois, suggère Watson. Bien que, après tant d'années, ce soit probablement du temps perdu. Je doute qu'aucun de ses anciens associés y soit encore. Si vous allez à l'ancienne étude de Hamilton, rendez-vous au 564. Sinon, rendez-vous au 158. 451 - Seigneur, quel épouvantable drame ! Vous exclamez-vous. Je plains ce pauvre homme de tout mon cœur. Il a dû avoir une fin horrible, pour que sa sœur soit bouleversée à ce point. - Absolument horrible, confirme Grable. Il était officier dans l'armée des Indes. Par la faute de l'incompétence de son commandant, il a été capturé par des barbares qui lui ont fait subir des tortures abominables. Un imbécile quelconque a révélé à la jeune femme comment son frère était mort. J'ai appris que l'homme dont la maladresse avait causé la perte du jeune homme, le colonel Sylvester, s'était éteint brusquement hier. Enregistrez la Déduction 23 et rendez-vous au 158. 452 - Je vous remercie d'avoir accepté de me parler, commencez-vous. Aussi surprenant que cela puisse paraître, Mycroft vous intimide encore plus que son illustre frère, car vous avez entendu dire que son aspect pataud cache une sagacité et une intelligence exceptionnelles. Si vous lui demandez ce qu'il a vu au moment de la mort du colonel, rendez-vous au 260. Sinon, rendez-vous au 130. 453 - Avez-vous une idée de la raison pour laquelle Irish Star a si mal couru aujourd'hui ? Demandez-vous à l'entraîneur. Raines hésite, puis il secoue négativement la tête.

- Sincèrement aucune, à moins que le colonel Stuart n'ait vu juste et que le cheval n'ait été drogué. J'aurais mis ma tête à couper qu'il gagnerait cette course, parole d'honneur. Si vous lui demandez pourquoi il était aussi certain de la victoire, rendezvous au 202. Sinon, rendez-vous au 430. 454 Sir Andrew consulte une fois de plus sa liste et fait une pause pour réfléchir. - Si vous estimez que cela en vaut la peine, je pense qu'il vaudrait mieux faire venir maintenant sir Alexander Bassett-Hynde, dit-il. Il a des obligations ce soir, et il est contrarié d'être obligé d'attendre. Si vous interrogez sir Alexander, rendez-vous au 367. Sinon, rendez-vous au 461. 455 Si la Décision 7 est enregistrée, rendez-vous au 105. Vous entreprenez de fouiller la stalle d'Irish Star. Elle est confortable, solidement bâtie, la paille est fraîche et propre, le râtelier et l'abreuvoir sont garnis. Tout est prêt pour accueillir le cheval. Enregistrez la Décision 7, puis lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Habileté. Si vous obtenez : De 2 à 7 De 8 à 12 Rendez-vous au 513 Rendez-vous au 640

456 - Vous en parler? demande-t-il d'un ton sarcastique. De quoi voulez-vous qu'on parle ? Le cheval n'avait rien dans le ventre et il s'est fait coiffer. Ce sont des choses qui arrivent, même aux grands cracks. Excusez-moi, mes copains ont soif. Il vous tourne ostensiblement le dos. Rendez-vous au 439. 457 Convaincu que vous n'avez plus rien à faire là, vous quittez le domicile de Sylvester. Vous prenez un fiacre pour regagner Baker Street. Rendez-vous au 406.

458 Vous arrivez en compagnie de Watson à l'adresse de Mayfair où le colonel Sylvester habitait. C'est un bel immeuble, et il suffit de voir la décoration du vestibule et de l'escalier pour comprendre que les gens qui l'habitent sont très fortunés. Le portier vous indique l'appartement de Sylvester. Mais, quand vous sonnez à sa porte, vous n'obtenez pas de réponse. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Observation. Si vous obtenez : De 2 à 5 De 6 à 12 Rendez-vous au 457 Rendez-vous au 218

459 - Quelle horrible histoire, murmurez-vous. Comment ce malheureux garçon est-il mort ? Demandez-vous avec curiosité. Grable vous lance un regard acéré. - Je ne vois pas quel rapport cela peut avoir avec le fait d'engager ce pauvre Hamilton comme avocat. Je n'ai pas de temps à perdre en conversations oiseuses. Jones, reconduisez ces messieurs. L'employé vous fait sortir sans trop de cérémonies, et il ne vous reste plus, à Watson et à vous, qu'à envisager votre démarche suivante. Rendez-vous au 158. 460 - Bien entendu, ajoute Holmes, s'il est important de savoir qui a drogué le cheval, il est primordial de démontrer par qui il a été payé pour le faire. Oliver n'aura probablement jamais l'occasion de récidiver, tandis que son employeur risque de sévir à nouveau. Une fois de plus, vous passez les indices en revue pour essayer de résumer les conclusions qui vous permettront de désigner le coupable. Holmes interrompt votre exposé. - Contentez-vous de nous dire qui a payé John Oliver pour droguer Irish Star, coupe-t-il. Si vous accusez :

Le colonel Stuart Lord Hampton Bowser et Fitzhugh Roscoe

Rendez-vous au 598 Rendez-vous au 371 Rendez-vous au 325 Rendez-vous au 254

461 - Qui est le suivant ? Demandez-vous à sir Andrew. - Lord Trent, celui qui avait l'habitude de s'asseoir à côté du colonel. Vous voulez lui parler ? Si vous demandez à voir lord Trent, rendez-vous au 402. Sinon, rendezvous au 168. 462 - De l'avis de tous, votre cousin était un homme à éviter, dites-vous, et Stuart acquiesce. Si vous lui demandez pourquoi il est venu au club, rendezvous au 151. Sinon, rendez-vous au 171. 463 - En voilà une question ! s'exclame lord Trent apparemment outré. J'ai autre chose à faire qu'à violer le règlement du club en espionnant mes confrères. Après cette sortie, il se calme un peu et continue : - Il ne m'a pas semblé y avoir eu beaucoup d'animation ni d'activité particulière autour de son fauteuil avant qu'il ne tourne de l'œil. Des domestiques et d'autres personnes se sont approchés de lui, mais je n'y ai pas prêté grande attention. J'ai levé les yeux quand il s'est écroulé : je lui en voulais d'enfreindre la loi du silence. Je l'ai vu tomber. Sentant que, pour une fois, je devais m'intéresser un peu à lui, je me suis agenouillé à ses côtés et je lui ai tâté le pouls, mais il était déjà mort. Rendez-vous au 303.

464 Le canif de Watson se révèle inopérant pour forcer la serrure, et vous ne pouvez pas ouvrir la porte. Rendez-vous au 457. 465 Vous acquiescez à la proposition de sir Andrew et vous le suivez au bar sans penser à la lettre que vous tenez à la main. Sir Andrew dit au barman de répondre à toutes vos questions, et vous commencez par demander comment le service est organisé. - Ce qui m'intrigue le plus, ajoutez-vous, c'est la manière dont vous vous y prenez pour servir les consommations puisque le règlement du club interdit aux membres de parler. - Effectivement, monsieur, il a fallu s'organiser, c'est sûr. Les premiers temps, quand le club a été créé, nous avons éprouvé de grosses difficultés, mais maintenant, c'est relativement simple. En arrivant, chaque membre dépose à la porte une note indiquant ce qu'il désire boire dans la journée. Ensuite, quand il a soif, il lui suffit d'appuyer sur le bouton de sonnette placé sous le bras de son fauteuil, et un serveur lui apporte aussitôt la boisson voulue. Il faut que tout se fasse très vite, monsieur, parce que ces messieurs ne sont pas précisément du genre patient. - Je suppose que vous disposez d'un important assortiment de boissons ? Demandez-vous. - Eh bien, oui et non, répond-il. Beaucoup de nos membres apportent leur bouteille personnelle, et je la tiens à leur disposition. Les messieurs qui font partie d'un club comme le nôtre ont généralement tendance à se singulariser également par leurs goûts en matière de boissons, si vous voyez ce que je veux dire. Vous hochez la tête. Si vous demandez ce que le colonel Sylvester buvait, rendez-vous au 482. Sinon, rendez-vous au 122.

466 - Un moment, colonel, s'il vous plaît, coupez-vous. Avant que nous remettions cet individu à la police, j'aimerais lui poser quelques questions. Qui vous a payé pour droguer Irish Star? Demandez-vous à Oliver. - Ça, je vous le dirai pas, pas question ! répond le palefrenier avec un courage inattendu. Je dénoncerai personne, jamais, même si ma vie en dépendait. Il faiblit en voyant le colonel Stuart et vous-même marcher vers lui d'un air menaçant et ajoute : - Mais si vous êtes pas trop vaches avec moi, je vous donnerai ce qui reste de la drogue. Le colonel ayant accepté, il extirpe un petit flacon de sa cachette, sous une couverture, et vous le remet. Rendez-vous au 628. 467 En courant dans le passage, vous voyez Hamilton tourner dans une ruelle transversale qui rejoint la rue. Vous l'y poursuivez, mais quand vous arrivez dans la ruelle, il a disparu. Vous continuez jusqu'à la rue, mais l'assassin n'est visible nulle part. - Où est-il passé ? demande Watson. Il a dû se cacher dans l'un de ces locaux, dit-il en désignant les trois bâtiments qui séparent le passage de la rue. L'autre côté de la ruelle est occupé par un entrepôt abandonné dont les portes condamnées sont visiblement impraticables. Vous vous arrêtez pour réfléchir. Le premier bâtiment comporte une porte de derrière donnant sur la ruelle au niveau du sol ; le deuxième possède une large trappe à deux abattants conduisant à une cave ; le troisième a deux issues, l'une au rezde-chaussée, l'autre au sous-sol, vous pouvez rester au coin de la ruelle pour surveiller les entrées des immeubles. Dans ce cas, rendez-vous au 108. Mais, si vous décidez d'entrer : Dans le premier bâtiment Rendez-vous au 558 Dans le deuxième bâtiment Rendez-vous au 561 Dans le troisième bâtiment Rendez-vous au 194

468 Au moment où, découragés, vous allez renoncer à rattraper Hamilton, un fiacre passe dans la rue et un gamin crie :

- C'est le cab de Martin... celui dans lequel votre bonhomme est parti ! Vous courez après le cab. - Où avez-vous déposé votre dernier client ? Demandez-vous. - En quoi ça vous regarde ? Riposte le cocher d'un ton roque. Il a payé sa course. - Cet homme est un assassin, rétorquez-vous. Si vous ne voulez pas qu'on vous accuse de l'avoir aidé à s'échapper... Cette menace retient l'attention du cocher qui essaie de vous calmer. - Hé là, mon gars, doucement, dit-il, je savais pas que ce type était un assassin, parole d'homme. Vous n'allez quand même pas arrêter un pauvre prolétaire uniquement parce qu'il a accidentellement chargé un criminel ? Vous ne feriez pas une chose pareille, mon gars. - Bon, alors conduisez-nous à l'endroit où vous l'avez déposé, dit Watson. Et en vitesse ! - Même si je le faisais, ça ne vous avancerait à rien, réplique-t-il. Je l'ai conduit à la gare, et il a sauté dans l'omnibus. Mais peut-être bien qu'on pourrait quand même le coincer. Ce train-là dessert seulement la ville. Si votre client veut quitter Londres, faudra qu'il change à la station de Riverside, à cinq kilomètres d'ici. Et pour peu que le train y arrive avec quelques minutes de retard, eh bien vous cueillerez votre bonhomme comme une fleur. - Alors partons ! s'écrie Watson. Rendez-vous au 578.

469 - Lord Trent a assassiné le colonel Sylvester, affirmez-vous. Il le haïssait depuis des années, et il avait indiscutablement toutes les facilités voulues pour verser quelque chose dans le brandy. Holmes secoue négativement la tête. - Rien, dans le passé de Trent, ne le rattache aux Antilles donc à la drogue, et je doute de la solidité de son mobile. Les deux hommes n'étaient pas concurrents en affaires. En fait, lord Trent est probablement désolé du décès de Sylvester : leur échange de lettres dans le Times le distrayait. Rendez-vous au 296. 470 Holmes approuve quand vous expliquez que vous soupçonnez Oliver qui a dissuadé son frère de miser sur Irish Star alors que tout le monde s'attendait à ce que le cheval gagne. - C'est une conclusion raisonnable, admet-il, mais j'aimerais voir des preuves plus concrètes. Il serait plus probant de rattacher Oliver à la drogue ou de démontrer qu'il a touché de l'argent. Si vous souhaitez tenter à nouveau de résoudre le mystère par vos propres moyens, retournez au Prologue et recommencez tout. Sinon, rendez-vous au 460. 471 - Vous étiez en bons termes avec votre cousin ? Demandez-vous. Stuart paraît un peu surpris, puis il hoche la tête. - Bien sûr, cette question est logique, sa mort a été si soudaine... Non, à dire vrai, nous n'étions pas en bons termes, bien que je fusse son seul proche parent. C'était un homme dur, qui n'aimait personne et se méfiait de tout le monde. Il devait sentir que les gens disaient du mal de lui derrière son dos. Et il n'y avait pas grand-chose à apprécier ou à respecter en lui : il s'était conduit comme un pleutre et un incapable aux Indes, et depuis qu'il était rentré en Angleterre, c'était un homme d'affaires fourbe et malhonnête. Quand j'ai cherché à être aimable, il s'est défié de moi et il a fini par m'insulter en me lisant son testament.

- Que dit ce testament ? Demandez-vous en dissimulant votre curiosité. - Eh bien, il m'accusait quasiment de chercher à l'assassiner. Le testament spécifie que, au cas où il viendrait à mourir d'une manière suspecte, je ne toucherais pas un sou avant que la culpabilité de quelqu'un d'autre n'ait été établie. Si ma situation financière n'avait pas été aussi dramatique, je lui aurais répondu de léguer sa fortune à son chat ! Rendez-vous au 659. 472 Vous n'avez jamais entendu parler du brandy Saint-Gabriel. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Intuition. Si vous obtenez : De 2 à 7 De 8 à 12 Rendez-vous au 609 Rendez-vous au 634

473 Vous parvenez à faire jouer la serrure et, accompagné de Watson, vous pénétrez silencieusement dans l'appartement. Il n'y a personne dans le vestibule ni dans le salon, mais le bruit vous amène dans un bureau, au fond, où un homme solidement bâti, en tenue de valet de chambre, est en train de vider les dossiers et de compulser fébrilement les documents avant de les jeter au feu. Si vous l'attaquez, rendez-vous au 549. Si vous lui adressez la parole, rendez-vous au 292. 474 - Vous connaissiez le colonel Sylvester, ne fût-ce que de réputation ? Demandez-vous à Hamilton. - Non, je ne l'avais jamais vu et je n'avais pas entendu parler de lui, répond Hamilton. Il se pourrait d'ailleurs que ce soit pour cette raison que mon client m'ait choisi. Il estimait peut-être qu'il serait gênant que le colonel me reconnaisse. Si VOUS avez enregistré l'Indice Y, rendez-vous au 206. Sinon, lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Intuition. Si vous obtenez : De 2 à 7 De 8 à 12 Rendez-vous au 411 Rendez-vous au 226

475 Le groom revient en ramenant Mycroft Holmes. C'est un homme grand et fort, aux yeux gris pénétrants (comme son frère) et à l'allure imposante, qui a perpétuellement un air préoccupé comme s'il était aux prises avec un casse-tête mathématique. - Bonsoir, Mycroft, lui dit sir Andrew. Je vous remercie d'être venu. Ce jeune gentleman enquête sur la mort du pauvre Sylvester. Il semble que votre frère avait d'autres obligations pour la soirée. Sherlock et moi avons pensé que vous pouviez avoir remarqué quelque chose d'intéressant. - A votre disposition, acquiesce sans enthousiasme Mycroft en se laissant tomber dans le seul fauteuil assez vaste pour l'accueillir. Rendez-vous au 452. 476 Le colonel Stuart lit rapidement la lettre. Lorsqu'il l'a terminée, vous lui demandez : - Vous avez adressé ce message au colonel Sylvester pour lui faire peur ? Le teint fleuri du colonel vire à l'écarlate, et il lève son stick d'un air menaçant. - A quoi rime cette question stupide ? Rugit-il et, lorsque le Dr Watson se lève pour s'interposer, il sort en trombe de la pièce. - Un peu de tact est parfois utile, insinue sir Andrew d'un air pincé. J'espère que Stuart n'avait rien d'utile à nous apprendre car, maintenant, nous ne le saurons jamais. Rendez-vous au 454. 477 - Non, M. Holmes, répondez-vous. Il y avait quelque chose dans le verre. Il ne peut pas en être autrement ! C'est la seule explication logique. Peut-être que ce produit n'était pas assez virulent pour qu'une seule petite gorgée provoque la mort du colonel. Rendez-vous au 395.

478 - Qui vous a dit qu'Irish Star ne serait pas en forme ? Demandez-vous au docteur. Tom Oliver, l'un des serveurs de mon club. En me voyant consulter le programme des courses, ce matin, il m'a mis en garde contre ce cheval. - Un serveur de votre club, Watson ? demande Holmes en feignant l'incrédulité. Je m'étonne qu'un expert aussi qualifié en matière de forme perde son temps dans un emploi subalterne. Watson hausse les épaules pendant que Holmes ricane, puis il réplique : - N'empêche que ce garçon a des accointances à l'hippodrome. Reconnaissez, Holmes, qu'il vous est arrivé maintes fois de puiser des renseignements à des sources encore plus surprenantes. Cette riposte provoque une dissertation de Holmes sur quelques-uns des témoins les plus inattendus auxquels il a eu affaire au cours de sa carrière. Enregistrez l'Indice T et rendez-vous au 603. 479 - Vous avez lu la lettre trouvée sur le corps ? demande Holmes. - Non, monsieur, répondez-vous. Je ne suis pas convaincu qu'elle ait un rapport quelconque avec notre affaire. Après tout, le colonel ne l'a pas lue. - Je trouve que vous devriez la lire, insiste Watson. Elle nous apprendrait peut-être quelque chose d'utile sur son destinataire. Si vous lisez la lettre, rendez-vous au 361. Sinon, rendez-vous au 295. 480 Ayant réuni toutes les informations que vous semblez devoir obtenir, vous rentrez chez vous pour y attendre le retour de Sherlock Holmes et du Dr Watson. Vous occupez votre esprit à des lectures instructives, comme le recommande Holmes, espérant éviter ainsi de ressasser continuellement l'affaire, mais celle-ci vous obsède et, nuit après nuit, vous vous demandez si vous avez découvert les bons indices et si vous les avez interprétés logiquement. C'est un soulagement de recevoir un mot de M. Holmes vous

annonçant son retour et vous priant de venir à Baker Street lui donner la solution de l'énigme. Vous vous rendez chez lui sans tarder. Quand vous y arrivez, Watson et le colonel Stuart sont avec le détective, qui leur explique quelques aspects inhabituels de l'affaire. Si vous souhaitez simplement nommer le coupable, rendez-vous au 312. Si vous préférez commencer par passer les indices en revue et présenter à M. Holmes un exposé plus circonstancié du forfait, rendez-vous au 382. 481 Le colonel Stuart vous mène à d'autres écuries dans lesquelles il loue deux stalles. Celles-ci sont aussi propres et bien tenues l'une que l'autre, et une sellerie impeccable abrite un lit pliant sur lequel couche le palefrenier. Les deux employés de Stuart vous attendent. Henry Raines, l'entraîneur, est un homme maigre, sec, avec un nez en bec d'aigle et de petits yeux perçants. Il semble très qualifié. A côté de lui, John Oliver, le palefrenier, est en tenue de travail. Avec son visage ouvert et ses joues rouges, c'est un ouvrier comme un autre. - Ce monsieur est un détective, annonce le colonel Stuart. Il est évident qu'Irish Star a été victime aujourd'hui d'une machination quelconque destinée à le ralentir, et je l'ai chargé de procéder à une enquête. - Une enquête ? Riposte Raines les yeux flamboyants. Faut-il en conclure que vous nous soupçonnez d'avoir fait quelque chose au cheval, monsieur ? - Non, pas du tout, le rassure Stuart. Je vous expliquerai. Il vaut mieux que vous commenciez par Oliver, vous dit le colonel. Vous faites signe à John Oliver qui vous suit dans une stalle vide. - Vous savez, M. Oliver, il va falloir m'aider, parce que je ne connais strictement rien à l'entretien des chevaux de course et aux fonctions de ceux qui s'en occupent, dites-vous, pour le mettre à l'aise. Il me faut des renseignements précis si je veux avoir une chance de démêler cette affaire. - Bien sûr, patron, répond le palefrenier avec empressement. Je suis toujours heureux de rendre service. Posez vos questions, je vous expliquerai tout ce que vous avez besoin de savoir.

- Merci, dites-vous. Je ne manquerai pas de faire part de votre bonne volonté au colonel Stuart. Tout d'abord, quelles sont au juste vos occupations, en tant que palefrenier ? - A peu près celles que vous pensez, patron, répond Oliver. Le matin, je nettoie la stalle et j'y mets de la paille fraîche. Je donne à manger au cheval, et parfois je lui fais prendre un peu l'air. Mais les jours de course comme aujourd'hui, M. Raines envoie un de ses lads le promener avant l'épreuve, pour que j'aie le temps de tout briquer avant qu'il ne regagne sa stalle. Et puis, évidemment, je le panse deux fois par jour, je le tiens aussi propre qu'un sou neuf. Si vous avez enregistré l'Indice T, rendez-vous au 644. Sinon, rendez-vous au 495.

482 - Il paraît que le défunt colonel Sylvester buvait du brandy, dites-vous. C'était celui que vous avez en stock ? - Oh non, monsieur, pas lui ! répond le barman qui commence par rire avant de prendre l'air confus. Il ne buvait que du Saint-Gabriel, un alcool distillé dans un monastère français. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Connaissances. Si vous obtenez : De 2 à 9 Rendez-vous au 472

De 10 à 12 Rendez-vous au 117 483 - Pourquoi cette réaction violente quand on demande à voir la liste de vos clients ? Demandez-vous. Vous avez quelque chose à dissimuler ?

- Dissimuler quelque chose ? Pas moi, patron, pas moi, proteste Roscoe. C'est seulement que j'aime pas qu'on regarde mes papiers. Ça m'a déjà valu des ennuis, quand des dames ont envoyé des types se renseigner sur leur mari. Un homme a droit à un peu de discrétion. Vous ne tirez rien de plus de Roscoe. Son employé l'aide à se relever et Watson part en courant pour attraper son train. Rendez-vous au 228. 484 - Je suppose que les clients qui vous achètent un alcool aussi rare doivent se compter sur les doigts de la main, dites-vous à Amber qui acquiesce sans donner de précisions. Si vous demandez à voir la liste des clients, rendez-vous au 107. Sinon, rendez-vous au 528. 485 - J'envisage de me rendre chez Amber, le commerçant auquel le colonel achetait son brandy, dites-vous. - A h ? Vous pensez que quelqu'un a substitué une bouteille empoisonnée à celle que le colonel gardait au club ? Si vous allez chez Amber, rendezvous au 182. Sinon, rendez-vous au 436. 486 - Je compense les mises, c'est tout, comme tout le monde le fait dans ma partie, grogne Roscoe. Vous sentez qu'insister davantage risquerait de mal tourner. Rendez-vous au 293. 487 - Quelqu'un vous a-t-il proposé d'acheter Irish Star ? Demandez-vous. - Eh oui ! Bougonne Stuart. Et, comme un imbécile, j'ai refusé. Lord Hampton m'avait offert d'acquérir le cheval mardi dernier, après qu'Irish Star eut couru contre son crack, Queensland, parce qu'il souhaitait laisser le champ libre à Maiwand. Il m'avait proposé à peu près la moitié de ce que

j'estimais être la valeur du cheval, mais en précisant qu'il réduirait sensiblement son offre si Irish Star ne gagnait pas la course d'aujourd'hui. Maintenant, je crains d'être obligé de céder ce bijou à un prix très inférieur. Vous hochez la tête avec sympathie. Enregistrez l'Indice U et rendez-vous au 376. 488 Vous commencez à interroger Holmes sur Hamilton mais, à peine avezvous ouvert la bouche, qu'il vous tend un annuaire des hommes de loi londoniens, dans lequel vous trouvez la mention suivante : Henry Hamilton : Associé de l'étude Barnes, Grable et Anderson, 18811883. Conseiller de la Reine, Nassau, Bahamas, 1883-1894. Avocat indépendant, Londres, 1894. Veuf de Mary Victoria Saunders, épousée en 1880, décédée en 1894. Adresse : 417 B Hunter's Court, Londres. Enregistrez la Déduction 17 et rendez-vous au 356. 489 Après avoir dit au colonel Stuart que vous le rejoindrez à son écurie dans quelques minutes, vous accompagnez le Dr Watson qui se rend aux stands pour toucher ses gains. A chaque table, un ou deux hommes sont assis devant un gros registre dans lequel ils inscrivent quelque chose lorsqu'un client chanceux vient leur présenter un ticket gagnant. Pour autant que vous puissiez vous en rendre compte, ces clients chanceux semblent peu nombreux. L'un des stands, protégé par un vélum, arbore une large enseigne proclamant :
ROSCOE, LA MAISON DE CONFIANCE

Watson, qui se hâtait vers le stand de Roscoe, s'arrête en chemin pour parler à un homme qui passe rapidement de table en table en touchant de l'argent à chacune d'elles. Watson lui tape sur l'épaule. - Vous devriez être en train de payer, Roscoe, pas d'encaisser, dit-il d'un ton badin et il ajoute : Je vous présente mon cousin. - Je suis enchanté de faire la connaissance d'un parent du docteur, car c'est l'un de mes plus fidèles clients, dit le bookmaker en accompagnant sa phrase d'un rire tonitruant.

Roscoe est un homme bâti en force qui commence à s'empâter. Il est vêtu d'une veste de grosse laine marron et d'un chapeau melon. - Eh bien, docteur, ça me fait toujours plaisir de vous voir, reprend-il, surtout quand vous n'êtes pas accompagné de votre ami Holmes. Ce type-là me rend nerveux : on dirait qu'il connaît toutes les mauvaises pensées qui me traversent la tête avant même qu'elles ne me soient venues à l'esprit. Roscoe repart à rire. Enregistrez l'Indice C. Si vous interrogez Roscoe sur ses gains, rendez-vous au 507. Sinon, rendez-vous au 293. 490 Le visage de Holmes reste de marbre pendant que vous pataugez dans votre exposé sur le rôle et la culpabilité de Hamilton : visiblement, vous décevez profondément le détective. - Comment pouvez-vous porter une telle accusation? demande-t-il. Vous n'avez aucune preuve sérieuse pour l'étayer. Rendez-vous au 296. 491 Brusquement, au beau milieu de ses fiévreuses déambulations, Hamilton bondit et passe au travers d'une des fenêtres ! Rendez-vous au 328. 492 - Cousin John, dites-vous lentement à Watson, voudriez-vous examiner le défunt et me dire de quoi il est mort, à votre avis ? Le docteur s'accroupit et examine rapidement le corps. Puis il se relève et s'essuie les mains avec son mouchoir avant de prendre la parole. - Eh bien, dit-il finalement, à première vue, je dirais que le malheureux a succombé à une congestion cérébrale. Il a le physique d'un homme sujet aux coups de sang, voyez-vous, et il présente tous les symptômes caractéristiques. Rendez-vous au 445.

493 - J'ai appris que vous aviez tout récemment offert d'acheter Irish Star, dites-vous négligemment en guettant sa réaction. Lord Hampton, surpris, hausse un sourcil, puis il rit doucement. - J'ai toujours prétendu qu'il était impossible de garder un secret sur un champ de courses, dit-il à mi-voix. Je savais que le colonel Stuart avait des ennuis d'argent, et je lui ai proposé d'acheter son cheval en pensant faire une bonne affaire. Elle sera probablement encore meilleure maintenant : j'ai entendu dire que si le colonel ne remportait pas le prix, les commissaires pourraient entreprendre une action en justice pour l'obliger à payer ce qu'il doit à l'hippodrome. Mais je l'avais loyalement prévenu : je lui avais dit que je paierais 500 livres avant la course et 250 après. Une espèce de pari entre nous, en quelque sorte. Enregistrez l'Indice U et rendez-vous au 317.

494 Vous expliquez à Holmes que, à votre avis, la lettre est une menace émanant du colonel Stuart. Le détective secoue négativement la tête. - Allons, voyons, dit-il, est-ce que ça vous paraît plausible ? Si le colonel était homme à envoyer une telle lettre, ce dont je doute, il l'aurait certainement signée de son véritable prénom. Je pense que vous avez intérêt à découvrir d'autres indices. Au travail ! Rendez-vous au 405.

495 Vous observez un instant le palefrenier. - Vous savez, Oliver, beaucoup de gens ont été surpris, aujourd'hui, de la lamentable prestation d'Irish Star. Le colonel Stuart pense qu'il a subi un dommage quelconque. Avez-vous une idée de ce qui aurait pu se passer, ou de la raison pour laquelle le cheval a si mal couru ? - Moi, patron ? demande Oliver éberlué. Mais si je savais pourquoi un cheval court bien certains jours et mal d'autres jours, je gagnerais beaucoup mieux ma vie qu'en nettoyant des écuries. Un cheval, même le meilleur, c'est aussi imprévisible que le temps qu'il fera. Il y en a qui disent qu'il a même cinquante manières différentes de perdre une course, si ce n'est plus ! Alors si le colonel imagine qu'on a fait quelque chose à son cheval, il se monte le bourrichon. Oliver attend votre réponse en se balançant sur ses talons. Si vous gardez le silence, rendez-vous au 666. Si vous demandez si Irish Star était en forme, rendez-vous au 272. 496 - Avez-vous remarqué quoi que ce soit d'inhabituel dans le petit salon, lorsque vous avez apporté la lettre au colonel Sylvester? Demandez-vous. Quelle a été sa réaction quand vous la lui avez remise ? L'avocat réfléchit un instant. - Vous préférez poser cette question à quelqu'un qui n'est pas lié par le règlement du club, hein ? dit-il en riant, puis il continue : Quand je suis arrivé au club, le portier m'a indiqué où se trouvait le colonel et il a beaucoup insisté sur le fait que le règlement exigeait le silence absolu. - Et ensuite, qu'est-ce qui s'est passé ? - Un domestique m'a conduit au salon et m'a désigné le colonel Sylvester. Je me suis approché de lui et j'ai attendu qu'il daigne lever les yeux vers moi. Il m'a ostensiblement ignoré. - Le colonel était très à cheval sur le règlement, murmure sir Andrew, mais vous lui faites signe de se taire.

Alors, au bout d'un moment, poursuit Hamilton, j'ai laissé tomber la lettre sur ses genoux, d'où elle a glissé sur le tapis. Et puis j'ai tourné les talons et je suis parti car, visiblement, je n'avais pas de réponse à espérer. Au moment où j'atteignais la porte, j'ai entendu un choc sourd. Le colonel était étendu de tout son long sur le sol, et la première personne qui l'a touché a déclaré qu'il était mort. Il tenait l'enveloppe à la main, mais j'ai eu l'impression qu'il ne l'avait pas décachetée. Rendez-vous au 245. 497 - Qu'est-ce que vous pensiez du colonel Sylvester ? Demandez-vous à Hamilton. - Ce que j'en pensais ? répond l'avocat d'un ton interrogateur. Mais je ne le connaissais absolument pas, j'ignorais tout de lui. Si vous lui demandez pourquoi il a écrit la lettre, rendez-vous au 417. Si vous répétez votre question, rendez-vous au 333. 498 - La liste de mes clients ? demande Amber choqué. Je ne leur ferais pas l'affront d'inscrire leur nom dans un registre ! Rendez-vous au 528. 499 - Je vous remercie, sir Andrew, dites-vous respectueusement. Votre aide m'a été infiniment précieuse. Rendez-vous au 475. 500 Vous vous empressez d'expliquer à vos auditeurs qu'Oliver était en possession de la drogue et qu'il a reçu une somme importante de Roscoe, lequel n'avait apparemment pas de raison de lui donner de l'argent. - Bravo ! s'exclame Watson enthousiasmé par votre succès, tandis que Sherlock Holmes approuve d'un bref hochement de tête qui vous cause tout autant de satisfaction.

- Très bien, dit le détective, cela couvre les points essentiels. Vous commencez à faire preuve d'un certain bon sens. Rendez-vous au 460. 501 Lorsque vous révélez le contenu du message chiffré, Watson est stupéfait. - Ma parole, Holmes ! S’exclame-t-il, ce Hamilton a un culot incroyable ! Il apporte lui-même au colonel la lettre qui le condamne à mort et trouve le moyen d'exécuter le pauvre malheureux. - Très audacieux, en effet, acquiesce Holmes, et si M. Hamilton était parmi nous, je le féliciterais de son sang-froid, sinon de son ingéniosité. Néanmoins, si cette lettre désigne le coupable, elle est loin de résoudre tous les problèmes. Nous ignorons comment Hamilton a provoqué la mort du colonel Sylvester, s'il l'a réellement provoquée, et pour quelle raison il l'a fait. - Vous avez des idées ? Demandez-vous. - Des idées, riposte Holmes. Si j'en avais, cela semblerait indiquer que c'est moi qui mène l'enquête et pas vous. Cependant, ajoute-t-il, il me semble que vous avez le choix entre deux attitudes. Ou bien vous poursuivez vos investigations comme si de rien n'était jusqu'à ce que vous ayez réuni des preuves plus concluantes, ou bien vous allez trouver Hamilton et vous essayez de le bluffer pour lui faire avouer sa culpabilité. Cela dit, vous avez intérêt, si vous optez pour la seconde solution, à vous faire accompagner par Watson et son revolver... - Ce serait sûrement plus sage, approuve chaudement Watson. - Oui, ce type pourrait bien être dangereux, murmure Holmes. Si vous continuez votre enquête, rendez-vous au 584. Si vous affrontez Hamilton, rendez-vous au 364. 502 - C'est l'avocat, Henry Hamilton, qui a assassiné le colonel Sylvester, déclarez-vous avec assurance. Holmes hausse les sourcils. - Ah ? dit-il. Et pour quelle raison, à votre avis ? Rendez-vous au 109.

503 - Bon, dit le jockey. Si le colonel vous a embauché, je suppose que je peux vous consacrer cinq minutes, bien que je ne voie pas de quoi on pourrait parler. Le cheval se traînait, et j'ai dû le cravacher. Je prends ce que l'entraîneur me donne et je le monte de mon mieux. M vous avez enregistré l'Indice A, rendez-vous au 594. Sinon, rendez-vous au 321. 504 - Je suppose que vous n'aviez jamais entendu parler du colonel Sylvester, dit sir Andrew, et vous acquiescez. En fait, il n'y a pas grand-chose à en dire. Il avait servi aux Indes pendant quelques années, puis il a quitté l'armée et regagné l'Angleterre. Depuis son retour, c'est-à-dire depuis une douzaine d'années, il était dans les affaires. Rendez-vous au 434.

505 Vous rendez les lettres au valet de chambre qui les met de côté. - Puis-je faire autre chose pour vous? demande-t-il. Si vous demandez à voir la réserve de brandy de Sylvester, rendez-vous au 400. Sinon, rendez-vous au 457. 506 - C'est lord Hampton qui a incité Oliver à faire ce qu'il a fait, annoncezvous. Il voulait acheter Irish Star, et une défaite ferait baisser son prix. De plus, il était en possession de la drogue. Vous êtes persuadé que M. Holmes va critiquer vos déductions, mais, au contraire, le Dr Watson applaudit avec enthousiasme et Holmes lui-même vous gratifie d'un mince sourire. - Bon travail, dit le détective. C'est amplement suffisant pour régler la question, mais il aurait mieux valu démontrer qu'aucun des autres suspects ne pouvait se procurer la potion. Maintenant, aidez-moi à décider comment

nous allons nous y prendre avec Sa Seigneurie, qui devrait arriver d'une minute à l'autre. Si vous voulez tenter à nouveau de résoudre le mystère par vos propres moyens, retournez au Prologue et recommencez tout. Sinon, rendez-vous au 185.

507 - La perspicacité de M. Holmes est parfois un peu gênante, reconnaissezvous, et j'espère que je ne lui ressemble pas trop. (Roscoe plisse les paupières comme s'il s'attendait à une question embarrassante.) Il s'agit seulement d'un petit détail, continuez-vous. Quand nous sommes arrivés, le Dr Watson et moi, vous étiez en train de toucher de l'argent chez certains de vos confrères. Cela m'a surpris : j'ignorais que les bookmakers jouaient chez leurs concurrents. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Communication. Si vous obtenez : De 2 à 8 De 9 à 12 Rendez-vous au 486 Rendez-vous au 529 508 Watson surveille attentivement Irish Star, peut-être dans l'espoir de déceler une imperfection quelconque qui justifiera la clairvoyance de son choix. - Tiens, le jockey fait manger quelque chose à Irish Star, s'étonne-t-il soudain. Le moment me semble curieusement choisi. Enregistrez l'Indice A et rendez-vous au 408.

509 Le ventripotent amiral fait son entrée en se dandinant plus majestueusement que ne le fera jamais aucun canard. C'est un colosse bedonnant de cent cinquante kilos, et le balancement acquis au cours de toute une vie en mer est encore amplifié par sa masse considérable. Il vous salue avec bonne humeur, en vous assurant que sa longue attente ne lui a causé aucun dérangement. Si vous lui demandez ce qu'il a vu, rendez-vous au 449. Sinon, rendez-vous au 605.

510 - La sale petite crapule, dit Watson. Rendez-vous au 999.

511 - Vous vous entendiez bien avec votre défunt cousin ? Demandez-vous au colonel Stuart. - Mon cousin n'aimait personne, répond sèchement Stuart. Et comme nous n'avions pas les mêmes goûts, je l'évitais le plus possible. Rendez-vous au 462. 512 - A mon avis, dites-vous, il doit rédiger une histoire. C'est ce que suggèrent les pages d'écriture empilées près de son coude gauche. Et quand ce qu'il écrit ne lui donne pas satisfaction, il froisse la feuille et la jette par terre. D'autre part, de la correspondance ne l'absorberait pas aussi complètement. Et, enfin, on s'attendrait à voir quelques lettres achevées, sous enveloppe. Holmes sourit. - Très bien. Maintenant, voyons si vous connaissez le sujet de sa nouvelle. Rendez-vous au 283. 513 Une fouille plus approfondie de l'écurie ne révèle rien d'intéressant. Si vous cherchez ailleurs, rendez-vous au 105. Sinon, rendez-vous au 298.

514 - Le coupable doit être Henry Raines, déclarez-vous en essayant de paraître sûr de vous. Holmes secoue la tête. - Il n'y a pas l'ombre d'un indice qui l'accuse, riposte le détective et, de toute manière, un homme jouissant d'une telle réputation dans le monde des courses n'irait pas la compromettre en perdant volontairement une épreuve. Le risque serait beaucoup trop grave pour le bénéfice qu'il en tirerait. Si vous voulez tenter à nouveau de résoudre le mystère par vos propres moyens, retournez au Prologue et recommencez tout. Sinon, rendez-vous au 294. 515 - Allons, M. Oliver, dites-vous en l'observant, je suis sûr que vous pouvez être plus précis. Qu'est-ce qui ne vous plaisait pas dans le comportement d'Irish Star avant la course ? - C'est difficile à dire. Un ensemble de petits détails. Par exemple, il était moins éveillé que d'habitude. Quand on connaît bien un cheval, on sent un tas de trucs qu'on ne peut pas expliquer. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Intuition. Si vous obtenez : De 2 à 8 De 9 à 12 Rendez-vous au 641 Rendez-vous au 339 516 - J'hésite à envisager qu'un ancien client puisse être un assassin, dites-vous, mais auriez-vous des renseignements sur le colonel Stuart ? - Ne laissez pas vos sentiments personnels s'immiscer dans votre enquête, grogne Holmes. Je vous certifie que Watson lui-même sait fort bien que, si jamais il devait se fourvoyer dans la voie du crime, ce n'est pas notre amitié qui m'empêcherait de le traquer. Pendant que votre cousin accueille cette boutade avec un rire qui tire sur le jaune, Holmes fouille dans sa bibliothèque et en extrait un volume. - Voilà un ouvrage qui pourrait vous aider, dit-il. Il est destiné aux professionnels du turf, et on y trouve les antécédents de la plupart de ceux

qui possèdent des chevaux ou qui les font courir. On s'y intéresse principalement à l'intégrité de ces derniers, à cause du tort considérable qu'un scandale causerait à l'ensemble de la profession. Vous lisez le paragraphe consacré à Stuart. Lorsqu'il était dans l'armée, il a occupé pendant un certain temps un emploi subalterne en Inde, mais l'essentiel de sa carrière militaire s'est déroulé dans une garnison des Antilles. Vous en faites la remarque. - Oui, acquiesce Holmes, cela manque un peu de panache pour un homme qui incarne si bien l'image du chef de corps mais le colonel Stuart n'est pas riche, et un régiment de moindre prestige, cantonné dans les îles, devait lui offrir plus de possibilités de promotion. Pour lui, c'était probablement le seul moyen d'accéder au grade d'officier supérieur. Enregistrez la Déduction 16 et rendez-vous au 413.

517 Vous ne vous souvenez pas d'avoir jamais entendu parler des propriétés de ce médicament. Si vous avez enregistré l'Indice G, rendez-vous au 601. Sinon, rendez-vous au 302. 518 Vous commencez par être surpris que des employés de maisons concurrentes aient adressé au colonel Sylvester des lettres aussi longues, alors que les correspondances commerciales sont généralement assez succinctes, puis une soudaine intuition vous fait appliquer le code secret à ces missives. Une fois traduites en clair, elles révèlent que ses correspondants fournissaient à Sylvester des informations lui permettant de ruiner ses rivaux. Armand est l'une des victimes de ce trafic. - Voilà qui éclaircit une énigme, dites-vous à Watson. Tout comme la lettre qu'elle contenait, l'enveloppe était codée : le chiffre 13 inscrit dans le coin devait être une sorte de signal annonçant la présence d'un message chiffré. Lorsque Sylvester a reçu ce signal au club Diogène, le jour du drame, il a aussitôt compris que quelqu'un avait déchiffré son code secret, ce qui, pour lui, signifiait probablement la ruine. Pas étonnant qu'il ait vidé son brandy d'un trait, et celui-ci a produit son effet. Rendez-vous au 505.

519 Le paragraphe suivant est rédigé selon le code que vous venez de décrypter : une fois déchiffré, il vous indiquera où vous rendre. Si vous ne connaissez pas le code, rendez-vous au 438. Pour traduire et déchiffrer ce message, le secret du code consiste à lire d'abord le dernier mot ; premier principe : le mot précédent suit, puis le suivant le précède. La troisième ligne saute, et vous lisez ensuite la deuxième ; la quatrième passe troisième, puis le mot précédent remplace le suivant. Le paragraphe 316 aide à comprendre. Pour gagner aisément, c'est facile : évitez le piège du 235, simple traquenard. 520 Watson semble étonné que Holmes réfute votre démonstration. - Eh bien, Holmes, dit-il d'un ton bourru, puisque mon cousin se trompe, expliquez-nous comment le colonel Sylvester a été tué. - Je sais comment on s'y est pris, Watson, répond Holmes, mais avant de vous l'expliquer à tous les deux, je dois encore préciser un point de détail. Attendez-moi ici, cela ne me prendra pas plus d'une heure. Vous êtes tous deux sur des charbons ardents, et vous ressassez l'affaire en tendant l'oreille pour guetter le bruit de la porte d'entrée. Holmes revient au bout d'une heure, une lueur de satisfaction dans les yeux. - Alors, vous savez tout, maintenant ? Questionne Watson d'un ton quelque peu acerbe. - Prétendre tout savoir est toujours trop osé, Watson, mais j'en sais suffisamment, répond le détective. Je viens de parler à M. Grable, l'ancien associé de Hamilton, et ce qu'il m'a raconté m'a fourni le mobile. Je savais déjà que Hamilton était l'assassin par la lettre qu'il avait apportée. - Comment cela ? demande Watson surpris. Qu'est-ce qu'elle avait de particulier, cette lettre ? - Mon cher Watson, explique patiemment Holmes, cette lettre était chiffrée : je n'ai pas eu grand mal à la décrypter. Hamilton annonçait à Sylvester qu'il allait le tuer. Lorsque Sylvester s'est penché pour ramasser l'enveloppe sur le tapis, Hamilton a versé la drogue dans son verre, puis il s'est éclipsé. Aussitôt que Sylvester a vu l'enveloppe, qui était également codée,

l'émotion qu'il a éprouvée lui a fait vider son verre d'un trait, ce qui a provoqué la congestion cérébrale dont il est mort. - Mais pourquoi, M. Holmes ? Demandez-vous. Le détective pousse un soupir. - C'est ce que Grable vient de m'apprendre. Lorsqu'il était dans l'armée, le colonel Sylvester a fait une bourde qui a causé la mort du beau-frère de Hamilton dans des conditions particulièrement atroces. Quand la femme de Hamilton a appris comment son frère avait péri, elle s'est complètement effondrée. Le ménage est parti vivre à Nassau parce que les médecins avaient estimé que, pour elle, c'était le seul espoir de rétablissement. Il semble qu'elle ait souffert pendant des années et ait fini par s'éteindre l'année dernière. Hamilton est rentré en Angleterre pour venger les souffrances de son épouse et le tort causé à sa propre carrière par son long exil. Rendez-vous au 546. 521 Vous n'apprenez rien de plus. Rendez-vous au 999.

522 - Excellent, dit Holmes, une confession simplifie les choses. Bon travail. Ce compliment vous met du baume dans le cœur. Rendez-vous au 460.

523 Vous voyez deux hommes se mêler à la foule, l'un tiré à quatre épingles comme un dandy, l'autre dans la tenue tapageuse d'un sportif de la plus basse classe. - Qu'est-ce que vous leur reprochez, M. Holmes ? Holmes vous regarde avec satisfaction. Le métier commence à entrer, murmure-t-il. Rendez-vous au 142.

524 Oliver rougit de colère, et vous vous raidissez dans l'attente d'une attaque. - Vous posez trop de questions, fouinard ! Rugit-il en se jetant sur vous les poings brandis. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Force. Si vous obtenez : De 2 à 6 De 7 à 12 Rendez-vous au 542 Rendez-vous au 227 525 Vous commencez vos explications en traduisant à Holmes le message chiffré, et vous les continuez en lui exposant les autres indices que vous avez découverts. Si vous avez enregistré la Déduction 23 ou les Déductions 17, 18 et 19, rendez-vous au 192. Si vous avez enregistré l'Indice R et la Déduction 17, rendez-vous au 533. Sinon, rendez-vous au 115.

526 - Cet échantillon ne contient rien d'autre que du brandy, M. Holmes, déclarez-vous et vous avez la satisfaction de le voir approuver. Si vous avez enregistré l'Indice 0, rendez-vous au 264. Sinon, rendez-vous au 393. 527 Tandis que diverses personnes reçoivent de l'argent des mains de Roscoe et de son employé, vous remarquez que ce dernier inscrit quelque chose dans un registre chaque fois que quelqu'un touche son dû, et vous supposez qu'il s'agit de la liste des gagnants de la dernière course. Si vous essayez de jeter un coup d'œil sur la liste, rendez-vous au 414. Sinon, rendez-vous au 586. 528 Ayant tiré d'Amber tous les renseignements que vous pouviez en attendre, vous le remerciez et vous partez. Rendez-vous au 614.

529 - Je comprends que ça puisse sembler bizarre à quelqu'un qui n'est pas familier avec ma profession, dit Roscoe en faisant à nouveau entendre son rire tonitruant. Nous appelons cette façon de parier entre nous « faire la contrepartie ». Si j'encaisse trop de paris sur un cheval déterminé, surtout un outsider, j'en mise une partie chez mes concurrents, histoire de réduire les risques. Ça m'évite d'avoir une trop grosse somme à débourser si jamais l'outsider vient à gagner. Aujourd'hui, j'étais spécialement méfiant, parce que lord Hampton faisait courir un outsider. Vous verrez que tout le bel argent que vous m'avez vu toucher va disparaître lorsque mes clients se pointeront. Regardez ! Ça commence déjà ! Rendez-vous au 293. 530 Le colonel Stuart semble prêt à vous arracher les yeux lorsque vous lui posez la question, puis il sourit en rougissant. - J'avais terriblement besoin d'argent, avoue-t-il. La dernière fois que nous avons été en rapport, je crois que vous avez compris que j'avais... des difficultés financières, dirons-nous. Comme je méprisais mon cousin, je m'étais juré de ne jamais lui demander de m'aider mais, finalement, j'ai atteint un stade où d'autres auraient autant à souffrir de ma faillite que moi-même. Alors je suis venu ici et j'ai remis au barman un mot pour mon cousin, et puis je suis allé l'attendre dans le salon des étrangers. Seulement, ce n'est pas lui qui est venu, c'est sir Andrew, pour m'annoncer la mort de mon cousin. Enregistrez l'Indice B et rendez-vous au 171. 531 Vous expliquez à Holmes et à Watson, qui vous prêtent une oreille attentive, comment les indices se recoupent. Si vous avez enregistré : La Déduction 23, ou les Déductions 17, 18 et 19 Rendez-vous au 192 Les Déductions 17 et 18 Rendez-vous au 131 L'Indice R et la Déduction 17 Rendez-vous au 446 Sinon Rendez-vous au 490

532 Après avoir échangé quelques banalités avec Armand, vous lui demandez à l'improviste : - Qu'est-ce que vous pouvez nous apprendre sur le « coup-de-soleil » ? - Le « coup-de-soleil » ? répète-t-il visiblement perplexe. De quoi s'agit-il ? D'un nouvel alcool que vous aimeriez me voir importer ? Rendez-vous au 187.

533 Holmes écoute vos explications et hoche la tête avec satisfaction. - La solution que vous suggérez est logique et rationnelle, bien qu'il soit toujours possible de faire mieux. La lettre prouve que Hamilton haïssait suffisamment le colonel Sylvester pour le tuer, et vous avez démontré que Hamilton avait fait un séjour aux Antilles, ce qui lui donnait le moyen de commettre le crime. Votre argumentation aurait été plus solide si vous aviez découvert une preuve matérielle concernant le motif qu'avait Hamilton pour détester Sylvester. Rendez-vous au 539.

534 Vous analysez l'échantillon de brandy provenant de la bouteille du colonel Sylvester. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Connaissances. Si vous obtenez : De 2 à 7 De 8 à 12 Rendez-vous au 301 Rendez-vous au 193

535 - La liste de mes clients ? demande Amber. Pour quoi faire ? Si un ennemi notoire du colonel a acheté ce brandy, expliquez-vous patiemment, cela pourrait indiquer qu'il a substitué une bouteille empoisonnée. Notez bien que je ne m'attends guère à découvrir quoi que ce soit, vous hâtez-vous d'ajouter en voyant naître le doute dans ses yeux. J'espère seulement éliminer une possibilité. Cette mise au point le rassure, et il fournit une courte liste de noms. En dehors de celui de Sylvester, aucun ne vous est connu. Rendez-vous au 528.

536 - Mon opinion ! Bougonne-t-il. Quelle opinion voulez-vous que j'aie ? Si je me suis inscrit dans ce club, c'est justement pour ne pas être obligé de me faire une opinion sur les gens qui m'entourent. Rendez-vous au 560. 537 - J'ai rencontré deux ou trois fois le colonel Sylvester. Dans ses transactions commerciales, il avait tendance à oublier de payer jusqu'à ce qu'il ne puisse plus faire autrement. J'ai eu l'occasion de représenter quelques-uns de ses créanciers qui avaient dû s'adresser à la justice pour toucher leur argent. Par eux et par les recherches préliminaires que j'ai entreprises, je suis parvenu à la conclusion que le distingué colonel était en réalité un homme cupide et malhonnête. Une quinte de toux secoue l'avocat, et il lui faut quelques minutes pour pouvoir reprendre la parole. Excusez-moi. Je vous assure que je le connaissais à peine et que je n'avais aucune envie de le connaître davantage. Rendez-vous au 411.

538 Après vous être mêlé un instant à la foule, vous vous arrêtez à côté des deux hommes en faisant semblant d'être plongé dans la lecture de votre programme. - Alors comme ça, Bench, demande Phillips au maréchal-ferrant, le colonel Stuart vous doit de l'argent, à vous aussi ? A moi comme à tout le monde dans l'hippodrome ! Bougonne le maréchal. Ça me désole de dire ça, parce que c'est un grand sportsman et un excellent turfiste, mais si Irish Star ne lui décroche pas un prix cet après-midi, je crois qu'on sera tous obligés de s'adresser aux commissaires. Le colonel sera peut-être forcé de vendre Irish Star, si ça se trouve, mais j'ai des gosses à nourrir et tous les autres sont logés à la même enseigne. Phillips hoche gravement la tête. - Dans ce cas-là, j'en ferai autant, approuve-t-il. Mais je crois que Stuart pourra payer. Irish Star est le meilleur cheval de l'épreuve, et j'ai entendu dire qu'il est en pleine forme. Vous vous éloignez des deux hommes pour voir revenir vos amis. Enregistrez l'Indice B et rendez-vous au 358.

539 Si vous avez correctement désigné le coupable, vous n'avez pas réuni tous les indices incriminant Hamilton. Peut-être devriez-vous reprendre l'affaire depuis le début et voir si vous pouvez présenter à M. Holmes une conclusion plus complète, comprenant le mobile, la méthode et l'occasion. Si vous recommencez tout, rendez-vous au 237. Si vous préférez écouter l'explication détaillée de Sherlock Holmes, rendez-vous au 520. Si vous voulez traquer l'assassin, rendez-vous au 546.

540 - Surprenante déduction, ricane Holmes. Rendez-vous au 999.

541 Watson et vous n'avez pas la moindre idée de l'endroit où se trouve maintenant Hamilton, et vous ne voyez pas comment vous pourriez le poursuivre dans ces conditions. Rendez-vous au 409.

542 Vous reprenez vos esprits sous la douche dont Oliver vous asperge généreusement. - Je m'excuse d'avoir cogné aussi fort, patron, dit-il en vous aidant à vous relever, mais je pouvais pas me laisser traiter de menteur sans réagir, pas vrai ? Peu désireux de vous colleter à nouveau avec le robuste palefrenier, vous gardez le silence. Rendez-vous au 641.

543 Un domestique fait entrer l'honorable Charles Martin, que vous cataloguez aussitôt comme un homme constamment sur ses gardes, qui se prépare avec un soin méticuleux et se présente toujours exactement sous l'aspect qu'il entend donner de lui-même. Il est vêtu avec une élégance raffinée, sans l'ombre d'une faute de goût, et ses gestes sont parfaitement mesurés. Si vous lui demandez ce qu'il a vu dans le petit salon, rendez-vous au 233. Sinon, rendez-vous au 550.

544 Vous reprenez conscience sur le palier, auprès de Watson qui tamponne vos ecchymoses. Lorsque vous lui demandez pourquoi il n'a pas obligé le valet de chambre à s'expliquer, il vous répond que celui-ci l'a menacé d'appeler la police s'il ne vous sortait pas immédiatement de l'appartement. Et comme vous étiez entrés en forçant la serrure, Watson n'a pas osé insister. Vous comprenez que cette visite domiciliaire ne figurera pas au palmarès de vos plus brillants succès. Rendez-vous au 457.

545 Le souffle court, Roscoe gît à vos pieds, inconscient et meurtri, tandis que son employé affolé s'efforce de le ranimer. Si vous lisez la liste, rendez-vous au 116. Si vous interrogez Roscoe, rendez-vous au 397.

546 Vous attendez anxieusement toute autre suggestion que Holmes pourrait proposer. Si vous avez enregistré l'Indice Q, rendez-vous au 555. Sinon, rendez-vous au 554. 547 - M. Holmes, commencez-vous, avez-vous quelque chose, dans vos archives, sur le colonel Sylvester ? Si j'en savais plus long sur son compte, il me serait peut-être plus facile de découvrir qui l'a tué et pourquoi. Holmes opine du bonnet. - J'ai classé quelques notes le concernant, ainsi que des coupures de presse, explique-t-il, car j'avais l'impression que c'était le genre d'homme susceptible d'intéresser un jour ou l'autre ma profession. Mais je le voyais plutôt dans le rôle du criminel que dans celui de la victime, ajoute-t-il d'un ton un peu morose. Vous lisez avidement ces documents. Il semble que Sylvester ait quitté l'armée en état de disgrâce, mais Holmes ne connaît pas les circonstances exactes. De retour en Angleterre, il s'était lancé dans diverses spéculations portant sur les tissus, les spiritueux et le bois d'œuvre. Plusieurs articles mentionnent sa réputation d'intransigeance et d'indélicatesse. Il lui arrivait souvent de frôler l'illégalité, et il semblait prendre un plaisir particulier à ruiner ses concurrents, tant Anglais qu'étrangers. C'était notamment le cas d'un Français, naguère propriétaire d'une très grosse fortune, qui n'exploitait plus qu'une toute petite affaire de vins et alcools. - Ce n'est pas le seul, ajoute Holmes. Il en a acculé beaucoup d'autres à la faillite de la même manière que ce Français, Pierre Armand. Watson lève les yeux, surpris.

- Pierre Armand, Holmes ? demande-t-il. D'après cet article, il est censé être à Londres, à l'hôtel Royal William, près des docks. Enregistrez la Déduction 14. Si vous questionnez Holmes sur Armand, rendez-vous au 407. Sinon, rendez-vous au 305.

548 En fouillant dans vos souvenirs de faits divers, vous y retrouvez le nom de Roscoe. La presse sportive avait signalé à plusieurs reprises la chance surprenante dont il avait bénéficié en prévoyant l'échec de favoris très côtés, ce qui lui avait permis d'empocher des bénéfices substantiels. Néanmoins, tout semblait indiquer que cette « chance » était due à des tuyaux fournis par des garçons d'écurie plutôt qu'au truquage des courses. Rendez-vous au 363.

549 Indigné à l'idée que le valet de chambre pourrait détruire des preuves, vous vous jetez sur lui et vous essayez de le maîtriser. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Force. Si vous obtenez : De 2 à 6 De 7 à 12 Rendez-vous au 544 Rendez-vous au 368 550 Vous réfléchissez aux questions qui vous permettront de tirer quelque information utile de cet important personnage. Si vous demandez à Martin son opinion sur Sylvester, rendez-vous au 643. Sinon, rendez-vous au 355. 551 Vous remarquez, à une table voisine, un homme en train de s'enivrer consciencieusement. A côté de lui, une trousse de cuir noir. Vous comprenez, aux boutades des consommateurs qui lui adressent la parole, qu'il est vétérinaire. Si vous l'interrogez sur la drogue, rendez-vous au 137. Sinon, rendez-vous au 480.

552 Holmes secoue négativement la tête, manifestement déçu de votre réponse. - Mais non, dit-il. Comment faites-vous pour ne pas voir ce qui vous crève les yeux ? Si vous voulez tenter à nouveau votre chance, retournez au Prologue et recommencez tout. Sinon, rendez-vous au 156.

553 - Vous étiez en bons termes avec votre cousin, demandez-vous. Stuart paraît un peu surpris, puis il hoche la tête. - Bien sûr, cette question est logique, sa mort a été si soudaine... Non, à dire vrai, nous n'étions pas en bons termes, bien que je fusse son seul parent proche. C'était un homme dur, qui n'aimait personne et se méfiait de tout le monde. Il devait sentir que les gens disaient du mal de lui derrière son dos. Et il n'y avait pas grand-chose à apprécier ou à respecter en lui : il s'était conduit comme un pleutre et un incapable aux Indes et, depuis qu'il était rentré en Angleterre, c'était un homme d'affaires fourbe et malhonnête. Quand j'ai cherché à m'entendre avec lui, il m'a fait comprendre qu'il ne m'aimait pas, puis m'a décrit en détail son injurieux testament. - Que dit ce testament ? Demandez-vous en dissimulant votre curiosité. - Eh bien, il m'accusait quasiment de chercher à l'assassiner, poursuit le colonel sans cacher son indignation. Le testament spécifie que, au cas où il viendrait à mourir d'une manière suspecte, je ne toucherais pas un sou avant que la culpabilité de quelqu'un d'autre n'ait été établie. Si ma situation financière n'avait pas été aussi dramatique, je lui aurais répondu de léguer sa fortune à son chat ! Enregistrez l'Indice B et rendez-vous au 462.

554 - Vous n'avez pas réussi à décrypter le message chiffré contenu dans la lettre que Hamilton avait apportée au colonel Sylvester, dit Holmes. Cette lettre prouve la culpabilité de l'avocat.

- Quel était le code, Holmes ? demande Watson. Et comment une simple lettre peut-elle condamner un homme ? Le visage de Holmes devient dur comme une pierre : c'est l'expression du chasseur traquant sa proie. - C'était un code très simple, Watson. Un mot sur trois, en commençant par le premier, composent le texte du véritable message. J'ai compris que la lettre était chiffrée dès que j'ai vu l'enveloppe, parce que les initiales du colonel étaient inexactes, tout comme l'adresse du club. Le numéro 13, qui figure aussi bien sur la missive que sur son enveloppe, signale manifestement que quelque chose est dissimulé dans la lettre. Une fois décodé, le message dit : « Colonel, la lâcheté qui vous a déshonoré a ruiné ma vie en anéantissant mon amour. Vous êtes condamné à mort. Henry Hamilton. » - Bon sang, Holmes, ça vaut une confession ! S’exclame le Dr Watson. Rendez-vous au 555. 555 - Hamilton est toujours en liberté, dit Holmes, mais je suis persuadé qu'il n'a pas encore quitté le pays. Je doute qu'il essaie de fuir s'il ne sait pas qu'il est soupçonné. Le détective se tourne vers vous et vous remet une lettre. - Portez ce message à Hamilton. Il l'informe, en code, que nous le savons coupable. Cela devrait l'inciter à avouer ou à prendre la fuite. - J'y vais de ce pas, M. Holmes, dites-vous avec empressement. Le détective vous arrête d'un geste. - Watson, dit-il, soyez assez bon pour accompagner votre cousin, pour le cas où il aurait besoin d'un coup de main. Et prenez votre revolver... un assassin est un assassin, après tout. Watson approuve et vous sautez tous les deux dans un fiacre, les derniers mots de Holmes tintant à vos oreilles : « Faites vite ! Le gibier est levé ! » Rendez-vous au 210.

556 L'hôtel Royal William est un établissement modeste mais confortable. En arrivant, vous faites porter vos cartes à Armand qui vient vous rejoindre dans un petit salon. C'est un Français typique, au visage rond barré d'une fine moustache noire. - Que puis-je pour vous, messieurs, demande-t-il ? Si vous avez enregistré l'Indice R et la Déduction 15, rendez-vous au 425. Sinon, rendez-vous au 187. 557 - Si j'ai vu quelque chose, monsieur? répond le serveur surpris. En vérité, je n'ai rien vu de particulier. C'était comme tous les soirs : ils étaient tous assis et lisaient sans dire un mot. Et c'est bien plus agréable que ces clubs où la moitié des membres veulent faire copain avec vous. - Combien le colonel Sylvester a-t-il bu de verres ? Lui demandez-vous. - Le colonel a bu deux verres. Je l'ai remarqué parce que, d'habitude, il n'en prend qu'un seul en lisant son journal. Rendez-vous au 246. 558 Flanqué de Watson, vous pénétrez dans l'arrière-boutique d'une épicerie où, malgré une fouille en règle, vous ne trouvez pas trace du fugitif. Un mot avec le commerçant vous révèle que personne n'a traversé son magasin. Rendez-vous au 567. 559 - A votre avis, demandez-vous anxieusement à Hamilton, quel était le but de cette lettre ? A quoi est due cette impression d'étrangeté à laquelle vous faisiez allusion ? - Je n'arrive pas à le déterminer, répond-il lentement, d'une voix hésitante. De toute manière, la façon dont elle est rédigée est bizarre. Il y a quelque chose d'anormal dans le choix des mots et la construction des phrases. Si vous lui demandez s'il pense que l'auteur de la lettre est un étranger, rendez-vous au 299. Sinon, rendez-vous au 401.

560 Vous remerciez lord Hamilton de sa patience et de son amabilité. - Apparemment, je n'avais guère le choix, répond-il avec un sourire. Bonsoir. Rendez-vous au 168. 561

Le deuxième bâtiment ne comporte pas de porte à l'arrière, mais sa cave donne sur la ruelle. Vous descendez tous les deux prudemment les marches et vous vous retrouvez au milieu des caisses et des tonneaux d'un marchand

de vin. Des recherches attentives démontrent que Hamilton ne s'y cache pas. Vous montez l'escalier intérieur conduisant au magasin et, après avoir expliqué votre présence, vous apprenez par le commerçant que personne ne s'est enfui par sa boutique. Rendez-vous au 567. 562 - Mais pourquoi avoir joué Irish Star, si vous saviez qu'il n'était pas en forme ? Demandez-vous. Le colonel Stuart vous a vu miser sur lui. - Il s'agissait seulement d'une demi-couronne, patron, répond-il aussitôt. Et, comme vous l'avez dit, le maître était là. Si j'avais parié sur un autre cheval, ça m'aurait coûté ma place et peut-être une bonne raclée par-dessus le marché. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Intuition. Si vous obtenez : De 2 à 8 De 9 à 12 Rendez-vous au 641 Rendez-vous au 339 563 - Qu'est-ce que vous voulez dire, M. Holmes ? Demandez-vous surpris. De quels individus parlez-vous ? - De ceux-là, répond-il en désignant deux hommes qui se mêlent à la foule. L'un d'eux est habillé avec une élégance raffinée de dandy, l'autre arbore les vêtements voyants du turfiste de bas étage. Rendez-vous au 142. 564 Les bureaux de l'étude Barnes, Grable et Anderson, où Henry Hamilton fit ses premiers pas dans la carrière juridique, sont situés dans un bel immeuble en pierre de taille proche du tribunal d'Old Bailey. L'aménagement intérieur, mobilier, tentures et éclairages, fait cossu et sérieux. Il s'agit manifestement d'une de ces vieilles firmes conservatrices qui sont le rempart de l'Empire. Après vous avoir fait attendre une bonne demi-heure, on vous introduit dans le sanctuaire de George Grable, le plus ancien associé de l'étude. C'est un vieux bonhomme ratatiné qui paraît fragile mais dont les yeux sont encore vifs et pénétrants. - Que puis-je faire pour vous, messieurs? S’enquiert-il aimablement.

- Je suis à la recherche de renseignements sur l'un de vos anciens collaborateurs, M. Henry Hamilton, expliquez-vous. - Des renseignements ? S’étonne-t-il. Dans quel but, monsieur? Nous n'avons pas l'habitude de parler de nos confrères uniquement pour passer le temps. Si vous répondez que Hamilton pourrait être mêlé à une mort suspecte, rendez-vous au 291. Si vous répondez que vous envisagez de faire appel aux services de Hamilton, rendez-vous au 636.

565 Le colonel Stuart vous fait fendre la foule et contourner les stands pour gagner le secteur des écuries. Il marche vite, à grands pas, et les gens semblent s'écarter précipitamment devant lui. Rendez-vous au 174. 566 - Mais bien sûr ! Vous exclamez-vous soudain. Les programmes des courses sont toujours en dernière page. J'ai un ami qui les lit tous les matins. Et si les réunions hippiques peuvent distraire mon cousin de son travail, c'est qu'il doit être en train d'écrire une nouvelle où il est question de courses de chevaux. Je suppose que ce Silver Blaze dont vous avez cité le nom est un cheval de course auquel vous avez eu affaire à un moment ou à un autre. Watson éclate de rire et bat des mains. - Bravo ! D'ici peu, il vous rendra des points, Holmes, dit-il. Mais je ne suis pas certain d'être enchanté à l'idée que vous serez dorénavant deux à disséquer mes moindres gestes. L'appréciation de Holmes est plus mesurée. - Pour un début, ce n'est pas trop mal, admet-il. Rendez-vous au 442.

567 Lorsque vous débouchez dans la rue, Watson et vous, vous ne voyez pas trace du fugitif. Heureusement, Watson aperçoit l'un des irréguliers de Holmes, qui vous dit avoir vu un homme qui pourrait être Hamilton sauter dans un fiacre quelques minutes plus tôt. Lancez deux dés. Si vous obtenez : De 2 à 7 De 8 à 12 Rendez-vous au 541 Rendez-vous au 468

568 - Lord Trent, continuez-vous en vous efforçant d'être aussi respectueux que possible, quelle était votre opinion sur le colonel Sylvester ? Il ouvre des yeux ronds, momentanément désarçonné. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Communication. Si vous obtenez : De 2 à 4 De 5 à 7 De 8 à 12 Rendez-vous au 536 Rendez-vous au 220 Rendez-vous au 669

569 Après avoir raconté sa triste histoire, Hamilton continue un instant à faire les cent pas, puis, brusquement, il s'arrête, pivote sur ses talons et se rue sur l'une des fenêtres de la pièce. Ayant prévu son geste, vous bondissez pour lui barrer le passage. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Force. Si vous obtenez : De 2 à 6 De 7 à 12 Rendez-vous au 328 Rendez-vous au 329

570 Lorsque vous avez fini de parler à Raines, le colonel Stuart vient vous trouver. - Je pense que vous êtes en possession de tous les renseignements que mon personnel pouvait vous fournir, dit-il. Vous avez encore quelque chose à faire à l'écurie ? Je suis assez pressé. Si vous demandez à fouiller l'écurie, rendez-vous au 172. Sinon, rendez-vous au 298.

571 Vous expliquez qu'Oliver étant en possession de la drogue, c'est presque certainement lui qui l'a fait absorber au cheval. Holmes acquiesce. Le métier commence à entrer, dit-il lentement. Vous vous êtes bien débrouillé, mais vous avez besoin d'un coup de main pour déterminer qui a poussé Oliver à agir, c'est bien cela ? Vous hochez gravement la tête. Si vous désirez tenter à nouveau de résoudre le mystère par vos propres moyens, retournez au Prologue et recommencez tout. Sinon, rendez-vous au 460. 572 - Ces derniers temps, demandez-vous, vous n'avez rien remarqué, dans le comportement d'Oliver, qui pourrait éveiller les soupçons ? - Qu'est-ce que vous voulez dire ? Riposte le colonel Stuart. S'il y a du louche, c'est à vous de le découvrir ! A moins que vous ne pensiez que je suis pour quelque chose dans l'échec de mon cheval ? Vous vous hâtez de

lui assurer qu'une telle idée ne vous a jamais effleuré l'esprit. Rendez-vous au 481. 573 La fébrilité de Watson vous distrait au mauvais moment, et quand Hamilton traverse la rue d'un bond en hélant un fiacre, vous en êtes réduit à faire un plongeon désespéré pour tenter de compenser l'avance qu'il a prise sur vous. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Force. Si vous obtenez : De 2 à 10 11 ou 12 Rendez-vous au 635 Rendez-vous au 141 574 En examinant le bureau de Watson à la recherche de détails révélateurs, vous remarquez la présence d'enveloppes, de timbres et de plumes de rechange. Une pile de feuilles manuscrites s'entassent à gauche du docteur qui fait semblant d'écrire, peut- être pour faciliter vos observations. Rendez-vous au 435.

575 - Qui aurait pu tuer le colonel Sylvester ? Demandez-vous à Mycroft. Il réfléchit un bon moment avant de vous répondre. - Je ne peux pas vous désigner un suspect, mais je peux vous suggérer plusieurs mobiles plausibles. Sylvester était un homme d'affaires retors et il adorait asticoter les gens par des lettres à la presse et autres piques du même tonneau, mais je doute que ces futilités soient des motifs suffisants pour un meurtre. A moins qu'il n'ait acculé quelqu'un à la ruine, et je sais

que ce n'est le cas d'aucun des membres qui se trouvaient dans le salon. Non, dit-il en s'adossant au fauteuil qui gémit sous son poids, il vaudrait mieux vous pencher sur sa carrière militaire : si quelqu'un lui en voulait pour un méfait commis durant cette période, il se pourrait que sa rancune soit tenace. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Intuition. Si vous obtenez : De 2 à 8 Rendez-vous au 632

De 10 à 12 Rendez-vous au 265 576 Vous vous demandez s'il y a quelque chose à tirer de Roscoe et de ses confrères. Si vous vous mettez en quête de Roscoe, rendez-vous au 432. Sinon, rendez-vous au 668. 577 Votre analyse est couronnée de succès, mais le précipité que vous obtenez vous est inconnu. Il s'agit manifestement d'un produit organique, mais votre compétence en matière de chimie s'arrête là. A ce moment-là, vous entendez Holmes murmurer «coup-de-soleil» entre ses dents, mais il ne vous fournit aucune explication. Enregistrez l'Indice R et rendez-vous au 104. 578 Lorsque Martin arrête son cab devant la gare de Riverside, vous constatez que vous arrivez trop tard : un panache de fumée s'effiloche au-dessus de la voie. Martin s'efforce de tempérer votre déception. - Vous désolez pas, m'sieur, commence-t-il, la partie n'est peut-être pas encore perdue. Si votre homme est monté dans ce train-là, c'est jamais qu'un tortillard, et l'express qui va s'amener dans une demi-heure le rattrapera avant l'arrivée à Bristol. Mais j'ai réfléchi à votre affaire, et votre bonhomme avait deux autres possibilités. Il aurait pu prendre le bateau qui vient de partir d'ici pour descendre le fleuve jusqu'à Greenwich, où il rejoint les gros steamers. Ou alors, il aurait pu se cacher dans ce bois, de l'autre côté de la voie. Il est commode, ce bateau, vous savez : il fait la navette

entre ici et Greenwich. Si votre type est dedans, un télégramme à la police de Greenwich devrait permettre de le cueillir à l'arrivée. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Connaissances. Si vous obtenez : De 2 à 8 De 9 à 12 Rendez-vous au 581 Rendez-vous au 589

579 Holmes vous regarde avec un étonnement mêlé de dégoût lorsque vous nommez celui qui, d'après vous, a drogué le cheval. - Mais non, soupire-t-il. Vous me décevez profondément. Si vous voulez tenter à nouveau votre chance, retournez au Prologue et recommencez votre enquête. Sinon, rendez-vous au 148.

580 Vous secouez lentement la tête. - Ce n'est pas tout à fait exact, n'est-ce pas? Demandez-vous en vous efforçant de ne pas être vexant. Hamilton rougit, paraît furieux, puis il acquiesce. - C'est une relation dont je ne suis pas particulièrement fier, explique-t-il. Rendez-vous au 537.

581 Vous avez beau vous creuser la tête, vous ne trouvez rien qui puisse vous éclairer sur la conduite à tenir. Rendez-vous au 597.

582 Vous vous rangez à l'avis de Watson et demandez à Holmes s'il a, dans sa bibliothèque, quelque chose sur Sa Seigneurie. - Bien sûr qu'il a quelque chose, intervient Watson. Holmes possède des renseignements sur toutes les personnalités en vue de Londres. C'est un élément essentiel de son talent. Holmes salue ce compliment d'un sourire pincé, puis il sort le volume demandé. Celui-ci ne contient pas grand-chose sur lord Trent. - Il a passé toute son existence à Londres, s'est surtout occupé de chemins de fer, et a la réputation d'être dur en affaires, mais foncièrement honnête, résume Holmes. Si vous avez enregistré l'Indice Q, rendez-vous au 416. Sinon, rendez-vous au 177. 583 Vous abordez hardiment lord Hampton et vous vous présentez à lui. Après l'avoir complimenté sur sa victoire, vous lui expliquez le travail qui vous a été confié. - La contre-performance d'Irish Star a vivement contrarié le colonel Stuart qui souhaitait que M. Holmes se livre à une enquête, expliquez-vous en observant attentivement la réaction de lord Hampton. M. Holmes ayant un train à prendre, c'est moi qui ai hérité de l'affaire. Je serais heureux d'entendre le point de vue d'un spécialiste aussi qualifié que vous l'êtes en matière de chevaux, Votre Seigneurie. Lord Hampton a d'abord l'air surpris, puis il accepte et vous conduit dans un petit bureau confortable, à côté de son écurie. - Je préfère discuter d'un sujet aussi délicat en privé, explique-t-il. Alors, que puis-je faire pour vous ? Si vous l'interrogez sur Irish Star, rendez-vous au 362. Sinon, rendez-vous au 629.

584 Vous repliez la lettre et vous la tendez à Watson pour qu'il la mette de côté, puis vous vous tournez vers Holmes : - Vous avez le temps de m'aider à examiner les autres indices ? Rendez-vous au 405. 585 - Non, continue Holmes, nous pouvons partir du principe que John Oliver a été payé par quelqu'un d'infiniment plus honorable : lord Hampton. Les yeux de Watson s'ouvrent tout grands, tandis que le visage du colonel Stuart se durcit. - Pourquoi a-t-il fait une chose pareille, Holmes ? Questionne Watson lorsqu'il retrouve la parole, une fois l'effet de surprise passé. - Pourquoi un homme, quel qu'il soit, devient-il un délinquant ? répond le détective d'une voix songeuse. Pour éprouver des sensations fortes, peutêtre, ou pour la satisfaction de se dire qu'on a gagné. - Qu'on a gagné quoi ? Il n'a pas joué gros sur Maiwand ! Objectez-vous. Qu'est-ce que ça lui a rapporté de droguer Irish Star ? - Il espérait gagner le cheval, Irish Star, explique Holmes. Lord Hampton avait proposé d'acheter l’animal, mais il s'était heurté à un refus. Il pensait pouvoir l'acquérir dans de meilleures conditions si le colonel Stuart ne touchait pas le prix de l'épreuve. C'est le galop d'essai qui avait opposé Irish Star à Queensland qui a dû être le facteur décisif. A ce moment-là, lord Hampton a compris que le pur-sang du colonel Stuart était aussi rapide que son propre crack, même si, officiellement, il était classé à un niveau inférieur. Holmes fait une pause pour rallumer sa pipe et il souffle vers le plafond des auréoles de fumée bleue. - Si lord Hampton acquérait Irish Star et lui faisait courir des grands prix comme ceux d'Ascott ou d'Epsom, reprend le détective, les bookmakers lui offriraient certainement des cotes très avantageuses, quel que soit le montant de ses enjeux. S'il s'est contenté, vendredi dernier, d'une mise modeste, c'est parce que Maiwand n'était pas assuré de la victoire, même après l'élimination d'Irish Star. Enfin, lord Hampton est l'un des rares

propriétaires qui avaient expérimenté le médicament du Dr Hastings. Maintenant, il ne nous reste plus qu'à régler la question avec lui. Il ne va pas tarder à arriver. Rendez-vous au 185. 586 Vous souhaitez bon voyage au Dr Watson qui enfouit ses gains dans ses poches et part en courant retrouver M. Holmes. - Voilà le train ! vous crie-t-il de loin. Rendez-vous au 228.

587 Vous soupesez l'enveloppe. Si vous lisez la lettre, rendez-vous au 276. Sinon, rendez-vous au 186.

588 - Le style ampoulé m'incite à penser que c'est un étranger, ennemi du colonel Sylvester, qui a rédigé la lettre, dites-vous avec assurance. Holmes vous observe un instant, puis il hoche la tête sans se compromettre. - Si c'est le cas, dit-il, cette lettre ne peut avoir aucun rapport avec le crime. Je vous suggère donc de l'oublier et d'orienter votre enquête dans une autre direction. Rendez-vous au 584. 589 Les recommandations de Holmes portent leurs fruits. Devant la gare, vous achetez les horaires des bateaux : et vous constatez tout de suite qu'aucun navire ne quitte Greenwich ce jour-là : Hamilton n'aurait donc eu aucun intérêt à prendre la navette. En revanche, un steamer doit quitter Bristol à destination de Nassau le soir même, à dix heures. Rendez-vous au 597.

590 Vous descendez de l'express et vous déambulez avec Watson sans vous presser dans la gare de correspondance, laissant votre train partir sans vous. L'un suivant l'autre, vous visitez sans succès la salle d'attente des premières classes et vous débouchez sur le quai des grandes lignes. Soudain, vous entendez tousser sur le côté de la gare. Flanqué de Watson, vous vous dirigez vers le bruit pour découvrir Hamilton tapi dans un coin sombre. Il lève les yeux en entendant vos pas et, pendant une seconde, il reste paralysé par la surprise. Mais sa peur ne dure pas. Sortant un revolver de sa poche, il fait feu sur vous au jugé, traverse la voie en courant et disparaît dans les bois. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Force. Si vous obtenez : 2 ou 3 De 4 à 12 Rendez-vous au 389 Rendez-vous au 646 591 - C'est Bowser et Fitzhugh, les flambeurs, qui ont drogué le cheval, déclarez-vous. C'est vous-même qui m'avez fait remarquer qu'ils sortaient des écuries. Holmes secoue la tête, et son regard liquéfierait une statue. - Non, absolument pas, grogne-t-il, bien qu'ils en soient probablement capables. Ils ne sont pas arrivés assez longtemps avant la course pour avoir administré la drogue. De plus, s'ils avaient drogué le cheval, ils auraient parié beaucoup plus d'argent sur la course. Si vous désirez tenter à nouveau de résoudre le mystère par vos propres moyens, retournez au Prologue et recommencez tout. Sinon, rendez-vous au 294.

592 Entraîné par l'enthousiasme de la foule, vous prêtez peu d'attention aux bavardages individuels et vous n'apprenez rien d'utile. Rendez-vous au 668. 593 Vous demandez à sir Andrew de faire venir Tom Smithson, le serveur, et celui-ci ne tarde pas à se présenter. Il a l'air très nerveux. C'est un petit homme mince, au visage passe-partout, qui semble se fondre dans le décor lorsqu'il attend respectueusement vos questions. Si vous lui demandez ce qu'il a vu dans le petit salon, rendez-vous au 282. Sinon, rendez-vous au 246.

594 - J'ai remarqué que vous avez fait manger quelque chose au cheval, avant la course, dites-vous. Qu'est-ce que c'était ? C'est la première fois que je vois un jockey faire une chose pareille. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Communication. Si vous obtenez : De 2 à 8 De 9 à 12 Rendez-vous au 232 Rendez-vous au 138

595 Sir Andrew consulte à nouveau sa liste. - Je pense que nous pourrions recevoir maintenant M. Henry Hamilton. Il a apporté une lettre au colonel Sylvester, mais il n'avait aucun autre lien avec le défunt. Vous souhaitez lui parler ? Si vous recevez M. Hamilton, rendez-vous au 274. Sinon, rendez-vous au 334. 596 - J'ai l'impression que vous avez oublié un nom sur votre liste des personnes à interroger, dites-vous à sir Andrew lorsqu'il se lève. - De qui voulez-vous parler ? Riposte sir Andrew. - J'aimerais parler à Tom Smithson, le serveur qui a apporté le verre de brandy fatal à Sylvester. Sir Andrew acquiesce à contrecœur. Si vous parlez au serveur, rendez-vous au 593. Sinon, rendez-vous au 602. 597 Vous scrutez le quai du regard et, constatant que le chef des porteurs est provisoirement inoccupé, vous vous hâtez d'aller le trouver pour lui demander s'il a vu un voyageur sans bagages monter dans le train de Bristol. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Communication. Si vous obtenez : De 2 à 7 De 8 à 12 Rendez-vous au 599 Rendez-vous au 604

598 - J'hésite à formuler une telle accusation contre mon client, commencezvous, mais je crois que le colonel Stuart a pris lui-même des mesures pour que son cheval perde la course, certainement dans le but d'aplanir ses difficultés financières. Holmes écarquille les yeux de stupeur, le colonel devient écarlate et serre les poings, et Watson murmure avec accablement : - Ce n'est pas possible, vous ne parlez pas sérieusement. - Je crains bien qu'il ne parle sérieusement, docteur, dit Holmes, bien qu'il soit difficile de deviner par quelles voies il a pu parvenir à une telle conclusion. Lorsqu'un homme ayant de graves problèmes d'argent joue son propre cheval gagnant, on voit mal pourquoi il s'arrangerait pour que celuici perde la course. Réfléchissez un peu, que diable ! Même Lestrade ferait mieux. Si vous voulez tenter à nouveau de résoudre le mystère par vos propres moyens, retournez au Prologue et recommencez tout. Sinon, rendez-vous au 585. 599 Le porteur vous laisse à peine le temps de terminer votre phrase avant de secouer rageusement la tête. - Un voyageur sans bagages ? Non, mais qu'est-ce que vous croyez ? Que j'ai des yeux derrière la tête, ou quoi ? J'avais tellement de boulot, avec ce train, que je n'aurais pas remarqué un homme à trois jambes, alors vous pensez ! Rendez-vous au 606.

600 Holmes se tourne vers vous : - Avez-vous découvert de quel produit on s'était servi pour ralentir Irish Star ? - Oui, M. Holmes, certainement, répondez-vous partagé entre une légitime fierté et la crainte d'un échec. Il s'agit d'une préparation appelée DISTILLAT D'OPIUM HASTINGS. Holmes incline la tête. - J'ai entendu parler de ce médicament. Ce serait effectivement un excellent moyen de freiner un cheval, bien que le Dr Hastings l'ait créé dans un but tout différent. Le colonel Stuart vous lance un regard acéré. - Mais, M. Holmes, c'est formidable ! S’exclame-t-il. Cela corrobore exactement l'opinion du vétérinaire de l'hippodrome quand il a examiné Irish Star. Rendez-vous au 335. 601 Vous sentez une bouffée de confiance vous monter à la tête : non seulement vous avez découvert qui a drogué Irish Star, mais aussi la drogue utilisée ! Il sera donc sûrement facile de trouver qui a soudoyé Oliver pour faire ce vilain travail. Enregistrez la Déduction 8. Si vous faites arrêter Oliver, rendez-vous au 214. Sinon, rendez-vous au 199.

602 Satisfait d'en avoir fini avec les interrogatoires, vous poussez un soupir de soulagement, et les autres paraissent presque aussi contents que vous. Si vous avez enregistré la Décision 20, rendez-vous au 203. Sinon, rendezvous au 377.

603 Holmes meuble le reste du trajet jusqu'au champ de courses par des anecdotes sur ses enquêtes passées et rappelle quelques informateurs inattendus qui lui ont permis de résoudre des énigmes. Vous l'écoutez de toutes vos oreilles, espérant pouvoir utiliser certains de ses procédés lorsque vous vous trouverez devant des problèmes similaires. Vous finissez par atteindre l'hippodrome de Thameside. C'est un terrain modeste, car sa saison annuelle ne dure que quelques semaines. La piste est entourée de vallonnements qui présentent le double avantage d'offrir des sièges confortables aux spectateurs n'ayant pas trouvé de place dans les tribunes exiguës et de protéger les écuries du brouhaha des gradins et du fracas de la voie ferrée toute proche. La peinture fraîche des tribunes et des barrières, le parfait état du gazon, tout montre que les organisateurs ont fait de leur mieux pour que la piste ovale soit prête à accueillir les courses. Lorsque vous franchissez le portail, Holmes, fidèle à son habitude d'observer tout ce qui l'entoure, lance un regard circulaire. - Rien de spécial à l'horizon, Holmes ? interroge Watson. J'espère que vous n'allez pas nous obliger à renoncer à tous les plaisirs qui nous attendent pour nous lancer aux trousses de quelque coquin, dit-il en riant. Holmes sourit du bout des lèvres. - Pas de coquin en vue, mais voilà quelqu'un qui a croisé une fois mon chemin. (Il montre un petit homme grassouillet en costume de sport, en train de donner des directives au conducteur d'un chariot.) Il s'appelle Phillips. Ne sachant plus à quel saint se vouer, il s'apprêtait à dérober à un oncle l'argent nécessaire pour se lancer dans les affaires. J'ai averti l'oncle qui a écouté les projets de son neveu et lui a avancé les fonds. Aujourd'hui, il fournit en grain et fourrage la moitié des écuries de course du sud de l'Angleterre. (Soudain, le visage de Holmes se durcit.) Je ne comprends pas qu'on laisse ces individus approcher des écuries ! Marmonne-t-il. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Observation. Si vous obtenez : De 2 à 8 De 9 à 12 Rendez-vous au 563 Rendez-vous au 523

604 Le porteur vous écoute et hoche la tête. - J'ai vu ce type, dit-il. Il est monté dans l'omnibus deux minutes avant le départ. Pourquoi le cherchez-vous ? - Parce qu'il a tué quelqu'un, répond Watson avant que vous n'ayez pu ouvrir la bouche. - Un assassin, hein ? (Le porteur réfléchit un instant.) Pour ce qui est d'être monté dans le train, il y est monté, mais certains dégourdis ont un truc pour semer les ramasseurs de billets et autres contrôleurs : ils montent dans un wagon côté quai, et ils en descendent à contre-voie pour se cacher dans le bois jusqu'à que celui qui les cherche soit reparti. Vous remerciez le porteur et vous lui donnez un pourboire pour son renseignement. Payez 1 shilling. Rendez-vous au 606. 605 Quelle question faut-il poser à l'amiral ? Si vous lui demandez son opinion sur Sylvester, rendez-vous au 275. Sinon, rendez-vous au 622. 606 Vous vous rendez compte que le moment est venu de prendre une décision : vous disposez de tous les renseignements que vous obtiendrez sur la question. - Alors, demande Watson, qu'est-ce qu'on fait ? Choisissez, je suivrai le mouvement. Si vous croyez qu'il a pris le bateau, rendez-vous au 139. Si vous fouillez les bois, rendez-vous au 645. Si vous attendez l'express, rendez-vous au 263.

607 Avant l'arrivée de Hamilton, vous révélez à sir Andrew la teneur du message chiffré. - Alors, vous allez l'accuser du crime ? demande-t-il. - Je ne sais pas encore, répondez-vous. Sa lettre est pratiquement un aveu, mais ce n'est pas la preuve formelle qu'il a mis sa menace à exécution. Mycroft approuve d'un hochement de tête. - Qu'est-ce que vous comptez faire, dans ces conditions ? Vous réfléchissez un instant avant de répondre : - Je vais l'interroger. Si je décide de l'accuser, j'inclinerai nettement la tête avant de lui demander pourquoi il a écrit la lettre. S'il me paraît imprudent de formuler cette accusation, je taperai sur la table du plat de la main. Vous disposez sir Andrew et Watson de telle façon que, à vous trois, vous puissiez empêcher Hamilton de s'enfuir par la porte, puis vous dites au domestique de le faire entrer. Lorsqu'il se présente, l'air indécis et circonspect, vous le remerciez d'avoir attendu et vous lui offrez un siège. C'est un homme correctement vêtu, à l'allure respectable, qui ne paraît ni riche ni pauvre et est affligé d'une toux sèche et douloureuse. - Il n'y a pas lieu de me remercier, dit-il. Un avocat est au service de la justice, et je sais qu'il est de mon devoir d'apporter toute l'aide possible dans une affaire de mort suspecte. - C'est très aimable à vous, monsieur, dites-vous. La question pour laquelle nous avons besoin de votre concours est la lettre que vous avez apportée à la victime. Nous savons que vous n'étiez qu'un intermédiaire, mais vous avez vu l'expéditeur et vous êtes un homme intelligent et expérimenté. Vous lui tendez la lettre, qu'il lit d'un air intrigué. - C'est assez étrange, dit-il lentement. Il y a là-dedans quelque chose de pas tout à fait normal. Si vous lui demandez son opinion sur la lettre, rendez-vous au 559. Sinon, rendez-vous au 401.

608 - Alors, qu'est-ce que vous avez découvert d'intéressant en filant Oliver ? Demandez-vous à Stanley. - Ça m'a pris du temps, patron, mais j'ai fini par décrocher la timbale, répond Stanly avec satisfaction. Il a pas mal tourniqué dans la foule, mais il ne se méfiait pas d'un petit gars comme moi et, en fin de compte, il m'a conduit à quelqu'un d'autre. Rendez-vous au 418.

609 Hésitant sur la conduite à tenir, vous vous tournez vers Watson qui vous encourage d'un clin d'œil. Si vous demandez au barman un échantillon du brandy du colonel Sylvester, rendez-vous au 285. Sinon, rendez-vous au 122. 610 Le visage du colonel Stuart s'illumine lorsqu'il vous aperçoit, et il vous serre vigoureusement la main. - Ainsi, dit-il en souriant, c'est encore vous qui êtes chargé de l'enquête ? Eh bien, je suis sûr que vous allez élucider le mystère en deux temps trois mouvements... si tant est qu'il y ait un mystère à élucider. Vous le remerciez de son compliment et vous passez aux choses sérieuses. Si vous avez enregistré la Décision 12, rendez-vous au 423. Sinon, rendezvous au 326. 611 Vous vous demandez si l'une des autres personnes présentes avait un mobile pour tuer le colonel Sylvester ou pour le faire empoisonner par un

tiers. Si vous questionnez Holmes sur les mobiles, rendez-vous au 615. Sinon, rendez-vous au 620. 612 En empêchant Hamilton de fuir, vous l'obligez à se battre. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Force. Si vous obtenez : De 2 à 8 De 9 à 12 Rendez-vous au 396 Rendez-vous au 314 613 Vous livrez l'assassin à la police et vous regagnez triomphalement Baker Street avec Watson. Rendez-vous au 617.

614 Vous vous demandez quelle va être votre prochaine démarche. Si vous avez enregistré la Déduction 17, rendez-vous au 450. Sinon, rendez-vous au 158. 615 - L'un des hommes qui se trouvaient dans le petit salon avait-il un motif pour s'en prendre au colonel Sylvester ? Demandez-vous. - Un mobile d'assassinat, murmure Holmes, s'il s'agit bien d'un assassinat. J'ai vu des gens en supporter bien davantage sans jamais lever le petit doigt, alors que d'autres ont tué pour presque rien : un affront imaginaire, une vétille, n'importe quoi. Chacune des personnes présentes avait un grief qui aurait pu l'amener à tuer. Bien entendu, on pourrait en dire autant de tous les clubs de Londres. Rendez-vous au 620. 616 - Alors, Tom vous a raconté ça, hein ? demande-t-il d'un air mécontent, puis il hausse les épaules. Faut toujours qu'il ouvre sa grande gueule, celuilà, et je crois qu'il aime bien votre Dr Watson. La vérité, c'est que les canters de ce matin n'avaient pas été fameux, et quand les canters sont mauvais, c'est mal parti pour toute la journée. Mais Tom n'aurait pas dû jacasser.

Si vous avez enregistré l'Indice F, rendez-vous au 562. Sinon, rendez-vous au 287. 617 Averti télégraphiquement par Watson, Holmes avait fait monter un souper fin pour fêter l'événement. Au dessert, le grand détective sourit ironiquement. - Le goût du succès est agréable au palais, n'est-ce pas? dit-il avec son petit rire caustique, surtout celui d'un succès aussi exemplaire, si j'ose dire. Même si, à mon avis, la justice va éprouver quelques difficultés à établir la culpabilité de l'accusé. Il faut reconnaître qu'il a choisi « l'arme » du crime avec une remarquable subtilité. - Oh, on n'aura aucun mal à obtenir une condamnation, riposte Watson la bouche pleine. Lorsque nous l'avons remis à Lestrade, Hamilton a fait une confession complète. J'ai l'impression qu'il était tellement secoué d'avoir été capturé aussi rapidement qu'il n'a pas réfléchi aux arguments de sa défense. - La rapidité de sa capture a effectivement été une chance, approuve Holmes, car s'il s'était écoulé plus de temps, un crime de cette nature aurait été indécelable. Le colonel Sylvester a réellement succombé à une congestion cérébrale, et je suis sûr que son médecin l'avait plus d'une fois mis en garde contre une telle éventualité. Hamilton a simplement fait le nécessaire pour que sa victime meure un peu plus tôt que prévu. - D'accord, dit Watson, mais je doute que Hamilton soit sévèrement condamné : après tout, il n'a tué que pour venger les souffrances de son épouse, pas pour un motif sordide. - C'est possible, concède Holmes. N'empêche que le procédé qu'il a employé était impitoyable et soigneusement prémédité, et je suis persuadé qu'il n'aurait pas hésité à vous supprimer tous les deux si cela avait pu le sauver. Le meurtre est rarement la marque d'une belle nature, en fin de compte. Il a pris la peine de se renseigner sur le point faible de Sylvester, puis il a laissé tomber la lettre à terre pour que le colonel ne le voie pas droguer le brandy. Et cette lettre jouait en elle-même un rôle essentiel en incitant Sylvester à vider son verre d'un trait afin qu'il absorbe toute la dose de drogue d'un seul coup.

- Comment serait-ce possible, Holmes ? rétorque Watson de son ton le plus perplexe. Il n'a pas lu la lettre ! - L'enveloppe suffisait, répond Holmes. Sylvester savait que toute personne décryptant son code secret le conduirait fatalement à la ruine, car elle serait à même de révéler toutes les indélicatesses qu'il avait commises depuis des années. Et l'enveloppe était codée ! Le chiffre 13 inscrit dans un coin signalait qu'elle contenait un message secret, et c'est cette révélation qui a tellement secoué le colonel Sylvester. Pour une fois, la superstition s'est justifiée et le chiffre 13 a effectivement porté malheur. Les deux amis continuent à discuter, mais leurs voix semblent s'estomper progressivement. Aussi heureux que vous soyez du succès que vous venez de remporter, dès la fin de l'enquête vous commencez déjà à vous demander quelle sera la prochaine... 618 Vous avez à peine le temps de réaliser que vous êtes engagé dans une bagarre que Roscoe vous martèle l'estomac de ses poings. Vous vous défendez comme un beau diable pour essayer de compenser votre infériorité en poids, tandis que Watson et l'employé s'empêchent mutuellement d'intervenir. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Force. Si vous obtenez : De 2 à 8 De 9 à 12 Rendez-vous au 369 Rendez-vous au 545 619 - M. Holmes, commencez-vous d'un ton très protocolaire, vous vous trouviez dans le petit salon lorsque le colonel Sylvester est mort. Qu'avezvous remarqué à ce moment-là? Est-ce que quelqu'un s'est approché de lui ? Holmes a un petit sourire. - Vous comptez sur mes talents, mon ami, mais je crains qu'ils ne vous soient d'aucun secours. Lorsque je suis au club, je me conforme aux engagements que j'ai pris et je mets un point d'honneur à ne rien voir, à ne rien remarquer. Un comportement aussi radicalement en contradiction avec ma

nature profonde et mes habitudes invétérées est un exercice intellectuel des plus stimulants. Rendez-vous au 429.

620 Avec un certain soulagement, vous remerciez Holmes de la patience dont il a fait preuve avec vous. Il semble également assez soulagé. Rendez-vous au 133. 621 - Cela dit, soupire Holmes, si c'est bien Oliver qui a administré la drogue au cheval, le coupable qu'il faut démasquer, c'est celui qui se cache derrière lui, celui qui tirait les ficelles du palefrenier, si j'ose dire ! Si vous nommez : Le colonel Stuart Lord Hampton Roscoe Bowser et Fitzhugh Rendez-vous au 552 Rendez-vous au 267 Rendez-vous au 149 Rendez-vous au 155 622 Vous remerciez l'amiral de son aide, et le vieux marin paraît sincèrement déçu que vous ne souhaitiez pas l'écouter davantage. Un comble ! Rendezvous au 596. 623 - Monsieur, commencez-vous, avez-vous remarqué quelque chose dans les agissements et le comportement du colonel Sylvester, pendant le temps que vous avez passé avec lui dans le salon de lecture ? Il vous toise avec arrogance. - L'une des raisons qui m'ont fait choisir ce club est le règlement qui interdit formellement aux membres de s'observer les uns les autres. Je m'y conforme scrupuleusement. - Vous n'avez rien remarqué du tout ? Insistez-vous.

- Absolument rien jusqu'au moment où l'on m'a prié de quitter la pièce pendant qu'on s'occupait du corps. Je ne l'ai pas regardé : les cadavres me coupent l'appétit. Rendez-vous au 180. 624 Confus, vous vous retirez. Rendez-vous au 999.

625 Manifestement, la lettre est une menace adressée par le colonel Stuart à son cousin le colonel Sylvester, mais cette menace concerne plutôt sa fortune que sa vie. Enregistrez la Décision 12 et rendez-vous au 648.

626 Lord Trent paraît surpris de votre question. Vous vous hâtez d'ajouter : - Je sais que le règlement du club vous interdit de vous intéresser à votre entourage, mais il me semble difficile d'ignorer ce qui se passe autour du fauteuil voisin. Un léger sourire effleure fugitivement les lèvres minces de lord Trent. - Vous avez raison, c'est pratiquement impossible, d'autant plus qu'il y régnait une telle activité que j'en étais plus qu'un peu incommodé. Sylvester a commencé par se faire apporter un verre dès son arrivée. Ensuite, un peu plus tard, environ une heure avant qu'il ne meure, un domestique lui a présenté une carte de visite : c'est notre manière habituelle d'annoncer un visiteur, parce qu'elle évite d'avoir à parler. Le colonel n'a pas bougé. Il a même commandé un deuxième verre, ce qu'il n'avait pas l'habitude de faire dans l'après-midi. Après cela, un homme s'est approché de lui et est reparti aussitôt. Quelques secondes après le colonel s’est levé brusquement. Il a empoigné son verre, l'a vidé d'un trait - ce qui est une façon choquante de traiter un bon brandy - et s'est écroulé. J'ai jugé que cela justifiait une entorse au règlement et je lui ai tâté le pouls, mais il était déjà mort. Rendez-vous au 303. 627

Cette nuit-là, vous dormez mal et vous ressassez interminablement les circonstances de l'étrange fin du colonel Sylvester. Vous êtes reconnaissant à Holmes de vous avoir invité à venir lui en parler. Vous arrivez à Baker Street au moment où le détective et Watson sortent de table, leur petit déjeuner terminé. Tous deux vous accueillent amicalement. Watson est d'humeur taquine. - Alors, demande-t-il en souriant, avez-vous déjà déterminé si l'infortuné colonel a ou n'a pas été assassiné ? Vous allez peut-être battre l'un des records de vitesse établis par Holmes. - Allons, Watson, intervient Holmes, laissez-lui le temps de se retourner. Il n'a probablement pas encore examiné les indices. Il se peut, par exemple, qu'il n'ait pas lu la lettre trouvée sur le corps. Si vous avez enregistré la Décision 22, rendez-vous au 357. Sinon, rendezvous au 479. 628 Une étiquette manuscrite indique : DISTILLAT D'OPIUM HASTINGS. Enregistrez l'Indice H, puis lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Connaissances. Si vous obtenez : De 2 à 7 De 7 à 9 Rendez-vous au 517 Rendez-vous au 352

De 10 à 12 Rendez-vous au 159 629 - Je serai content quand cette affaire sera tirée au clair, déclare lord Hampton d'un ton convaincu. Le moindre soupçon de scandale est déplorable pour tout le monde. Quand un cheval est aussi remarquable qu'Irish Star, c'est doublement révoltant de le voir courir aussi mal. Si vous avez enregistré l'Indice U, rendez-vous au 111. Sinon, lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Intuition. Si vous obtenez : De 2 à 6 De 7 à 12 Rendez-vous au 317 Rendez-vous au 178

630 - Que s'est-il passé ? demande Watson aussitôt que vous avez suffisamment récupéré vos esprits pour vous exprimer intelligiblement. - Hamilton et moi avons eu une petite explication à coups de poing et il a été le plus fort, expliquez-vous d'un air penaud. Combien de temps suis-je resté dans les pommes ? - Trop longtemps, je le crains. J'ai attendu en haut près d'une demi-heure pour commencer à m'inquiéter, descendre et vous trouver par terre. Vous poussez un soupir accablé : à l'heure qu'il est, Hamilton doit être loin. Rendez-vous au 409. 631 - Que s'est-il passé ? demande Watson aussitôt que vous avez suffisamment récupéré vos esprits pour vous exprimer intelligiblement. - Hamilton et moi avons eu une petite explication à coups de poing et il a été le plus fort, expliquez-vous d'un air penaud. Combien de temps suis-je resté dans les pommes ? - Pas longtemps. Il m'a semblé entendre un bruit bizarre dans la cave et je me suis inquiété. Alors je suis descendu et je vous ai trouvé assommé. Cette nouvelle vous fait bondir sur vos pieds. - Mais alors, courons ! Nous avons peut-être encore une chance de le rattraper. Rendez-vous au 567. 632 N'ayant plus rien à lui demander, vous remerciez Mycroft de son aide. Il incline la tête avec solennité et s'en va. Rendez-vous au 595. 633 - Cet homme aurait-il pu être un rival de Sylvester dans les affaires ? Demandez-vous. - Les affaires ? demande-t-il d'un air étonné, puis sa voix change et il continue avec assurance : Vous avez raison, monsieur, ce devait être un rival en affaires. Un concurrent ayant perdu tout espoir de l'emporter pourrait se laisser entraîner à menacer son adversaire de le ruiner. (Une

nouvelle idée semble le frapper.) Mais alors, si c'était bien le but de cette lettre, elle n'est pour rien dans sa mort. Je vous avoue que c'est un soulagement. Il m'était désagréable de penser que j'avais pu jouer un rôle, aussi minime et involontaire soit-il, dans la mort de ce pauvre homme. Si vous lui demandez pourquoi il a écrit la lettre, rendez-vous au 417. Sinon, rendez-vous au 401. 634 - M. Smithson, demandez-vous au barman, le brandy du colonel a-t-il quelque chose de particulier ? Il hoche affirmativement la tête. - C'est une marque très rare, sa production est limitée. A Londres, il n'est importé que par un seul détaillant, Amber, qui s'est spécialisé dans les alcools sortant du commun : beaucoup de membres du club s'adressent à lui pour obtenir leur boisson favorite. Enregistrez l'Indice M et rendez-vous au 609. 635 Vous atterrissez à plat ventre dans la poussière et, en vous relevant, vous voyez Hamilton s'engouffrer dans un fiacre qui roule déjà. Le temps de vous remettre, un peu commotionné, la voiture tourne un coin de rue et disparaît. Pendant que vous réfléchissez aux nouvelles dispositions à prendre, Watson fait signe à un gamin qui s'amuse de votre mésaventure. - Mais c'est le docteur ! s'exclame le galopin. Comment va M. Holmes ? M. Holmes se porte comme un charme, mon garçon, répond Watson, mais je n'ai pas le temps de bavarder. Pouvez-vous me dire où est allé ce fiacre ? - Je pourrais si vous m'en laissiez le temps, répond-il, mais il vaut mieux que vous l'attendiez. Le cocher de ce cab revient souvent charger des clients par ici parce qu'il est amoureux d'une des serveuses du pub qui fait le coin. Lancez deux dés. Si vous obtenez : De 2 à 7 De 8 à 12 Rendez-vous au 541 Rendez-vous au 468

636 - J'ai besoin d'un avocat, expliquez-vous, et ayant eu récemment l'occasion de rencontrer M. Hamilton, j'envisageais de faire appel à lui. Avant d'aller le trouver, j'ai lu le résumé de sa carrière dans un annuaire, et je me suis demandé pourquoi il avait brusquement quitté une étude de premier plan comme la vôtre pour aller s'enterrer dans un poste sans avenir aux colonies. Je souhaite évidemment confier mes intérêts à un homme sérieux. Le vieux monsieur soupire. Il réfléchit un instant et prend la parole : - Je conçois que cela puisse paraître surprenant mais, en fait, c'est tout à l'honneur de ce pauvre Hamilton. (Il fait une pause, se rend compte qu'il n'a pas été assez explicite et continue.) Hamilton était un jeune homme très prometteur, avec un bel avenir devant lui et une charmante épouse pour l'aider à atteindre les sommets de sa profession. Et puis la tragédie l'a frappé. Sa femme ayant perdu son frère dans des circonstances dramatiques, sa santé physique et morale s'est gravement dégradée, et les médecins ont déclaré que son seul espoir de guérison résidait dans un départ pour les pays chauds, où un climat plus clément et un dépaysement complet s'uniraient pour l'aider à rétablir une constitution très ébranlée. Étant l'homme qu'il est, Hamilton nous a aussitôt donné sa démission, et il est allé aux Bahamas où notre Ordre a pu lui procurer un emploi. Hélas, sa malheureuse épouse ne s'est jamais remise complètement, bien que le climat ait semblé améliorer son état. Lorsqu'elle s'est éteinte, l'hiver dernier, Hamilton est revenu en Angleterre pour tenter de recoller les débris de son ancienne vie. Je puis vous assurer que ce pauvre garçon mérite tous les succès dus à un homme de bien. M. Grable s'adosse à son fauteuil comme s'il estimait vous avoir dit tout ce que vous avez besoin de savoir. Enregistrez la Déduction 19, puis lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Communication. Si vous obtenez : De 2 à 7 De 8 à 12 Rendez-vous au 459 Rendez-vous au 451

637 Le valet de chambre bondit sur vous en poussant un cri de désespoir. Son attaque vous prend au dépourvu. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Force. Si vous obtenez : De 2 à 7 De 8 à 12 Rendez-vous au 544 Rendez-vous au 368

638 - Eh bien, dites-vous en essayant de traduire votre pensée, le Dr Watson devait être très absorbé par ce qu'il écrivait. Connaissant son caractère, je suppose qu'une fois installé à son bureau, mon cousin ne lève plus le nez avant d'avoir achevé le travail qu'il s'est fixé. - Très bien, dit Holmes. Vous avez des chances de réussir. Enregistrez l'Indice Z et rendez-vous au 311.

639 - Je partage l'une des opinions du Dr Watson, répondez-vous, et Watson paraît surpris. Je pense que quelqu'un a essayé de compromettre le colonel Stuart, peut-être dans l'espoir que Sylvester déshériterait son cousin. Le visage de Holmes reste impénétrable. - Eh bien, finit-il par dire, si c'est le cas, on voit mal comment cela pourrait avoir un rapport avec la mort du colonel : une personne ourdissant une telle machination ne souhaiterait certainement pas voir Sylvester passer de vie à trépas avant que la ruse n'ait porté ses fruits. Rendez-vous au 584. 640 Vous ne trouvez rien d'intéressant, bien que vous ayez fouillé partout avec le plus grand soin et découvert de nombreuses petites cachettes, toutes vides. Si vous poursuivez vos investigations ailleurs, rendez-vous au 105. Sinon, rendez-vous au 298.

641 Les yeux fixés sur la porte grande ouverte, vous vous demandez quelles questions vous pourriez encore poser à John Oliver. Si vous lui demandez qui il a vu approcher de l'écurie, rendez-vous au 262. Sinon, rendez-vous au 309. 642 - Puis-je vous poser quelques questions, colonel ? Commencez-vous. - Bien sûr, répond-il. - Qui s'occupe de votre cheval ? - Son entraîneur est Henry Raines. Il jouit d'une excellente réputation dans le milieu des courses et entraîne les chevaux de nombreux propriétaires, dit le colonel. C'est l'un des hommes les mieux considérés de la profession. Le gros ouvrage est effectué par mon palefrenier, John Oliver. Il est chez moi depuis deux ans et s'est toujours montré dévoué, bien qu'il me soit arrivé de le payer avec un peu de retard. Rendez-vous au 410. 643 - Qu'est-ce que vous pensiez du colonel Sylvester, en tant qu'homme ? Demandez-vous. - Vous savez, je ne le connaissais pas, répond Martin. Je me suis laissé dire que sa réputation n'était pas des meilleures, mais on dit tant de choses... L'un des gros avantages de ce club est que l'on n'est pas obligé d'entretenir le moindre rapport avec les autres membres. Nous nous contentons de coexister sans nous déranger mutuellement. C'est parfois très... reposant. Rendez-vous au 355.

644 - Figurez-vous, dites-vous, que j'ai fait la connaissance d'un autre Oliver, aujourd'hui : un certain Tom Oliver, qui travaille au club du Dr Watson. C'est un parent à vous ? - Tom ? Je me demande bien pourquoi vous me parlez de lui, marmonne le palefrenier. Bon, enfin peu importe : c'est mon frère. C'est curieux que vous nous ayez connus tous les deux le même jour, hein? Enregistrez la Déduction 10. Si vous l'interrogez sur ce qu'il a dit à son frère au sujet d'Irish Star, rendez-vous au 320. Sinon, rendez-vous au 495.

645 En compagnie de Watson, vous explorez le bois qui borde la gare de Riverside en pensant que Hamilton a pu s'y cacher. L'express de Bristol est parti depuis longtemps lorsque vous devez vous rendre à l'évidence : votre hypothèse était erronée : il n'y a pas trace de l'assassin dans le bois. Rendez-vous au 409. 646 Instinctivement, vous vous baissez, et la balle de Hamilton passe au-dessus de votre tête. Watson vous regarde avec inquiétude : courir les bois à la poursuite d'un assassin armé n'est pas forcément du goût de tout le monde. Si vous vous enfoncez dans le bois, rendez-vous au 236. Si vous demandez l'aide de la police locale, rendez-vous au 650.

647 - Ce n'était qu'une hypothèse, dit sèchement Holmes. Rendez-vous au 999. 648 Lorsque vous avez fini de lire l'étrange missive, vous la confiez à Watson pour qu'il la mette de côté et vous réfléchissez à votre démarche suivante. Si vous avez enregistré la Décision 20, rendez-vous au 189. Sinon, rendezvous au 203. 649 - Tom a dit que je lui avais déconseillé de jouer Irish Star ? Demande Oliver bouche bée. Ça, alors ! Cet imbécile a compris tout de travers, patron : au contraire, je lui avais dit de miser toutes ses économies sur le cheval. Jamais je m'aviserais de débiner le crack de mon maître, patron : ça me coûterait ma place et tout espoir d'en trouver une autre. Rendez-vous au 495. 650 - Cela m'a tout l'air d'un cas où la police pourrait se révéler utile, dites-vous à Watson. Allons la chercher. Il approuve, et vous découvrez que la police locale se limite à un unique policeman qui habite non loin de la gare. Lorsque vous lui expliquez que vous êtes à la poursuite d'un assassin, il n'a pas l'air de vous croire et semble prêt à vous mettre à la porte. Vous tentez désespérément de le convaincre que vous êtes on ne peut plus sérieux. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Communication. Si vous obtenez : De 2 à 6 7 ou 8 De 9 à 12 Rendez-vous au 652 Rendez-vous au 653 Rendez-vous au 655

651 - Cet Irish Star est vraiment un splendide animal, reconnaît Watson en examinant le beau cheval gris. Mais, pendant qu'il se lance dans un panégyrique enthousiaste (bien qu'il ait joué un autre cheval), vous trouvez au contraire qu'Irish Star a l'air éteint, apathique, et qu'il marche comme un somnambule. Rendez-vous au 508. 652 - Un assassin, hein ? Ricane le policeman. Vous autres gens de la ville, vous vous imaginez qu'on est tous des jobards, par ici. Un assassin, rien que ça ! Alors que j'ai deux voleurs de poulets à arrêter. Allez, fichez-moi le camp. Vous vous hâtez tous les deux de décamper. Vous explorez le bois et, n'y trouvant rien, vous finissez par y renoncer et reprendre un train en direction de Londres. Rendez-vous au 409. 653 Après avoir un peu discuté, le policeman finit par vous croire. - Venez avec moi, monsieur. Je vais vous conduire chez le maire, il fera le nécessaire. Le maire écoute votre récit, maintenant corroboré par le policeman, et il télégraphie à tous les postes de police des localités environnantes dans l'espoir qu'ils pourront mettre la main sur Hamilton. Lancez deux dés. Si vous obtenez : De 2 à 8 De 9 à 12 Rendez-vous au 661 Rendez-vous au 660 654 Pendant que vous attendez en silence le signal annonçant que les résultats de la course sont homologués, un homme grand et fort s'approche de vous à grands pas. Avec son dos droit, ses reins cambrés et son visage sanguin barré d'une moustache poivre et sel, c'est le prototype de l'ancien militaire. - M. Sherlock Holmes? demande-t-il au célèbre détective, il me semblait bien vous reconnaître. Je suis le colonel Ian Stuart, le propriétaire d'Irish

Star. Comme vous le savez peut-être, il était le grand favori de la course d'aujourd'hui. - Je suis au courant, répond sèchement Holmes. Il se trouve qu'il m'a fait perdre une livre. - Alors, si vous êtes turfiste, monsieur, vous pensez sûrement que mon cheval a été victime d'une machination quelconque. J'aimerais que vous enquêtiez sur cette affaire. Cette fois, Holmes se dégèle un peu. - J'ai effectivement remarqué que quelque chose clochait, répond-il, et je reconnais qu'il serait intéressant d'enquêter sur la question. Cela dit, je dois prendre le train ce soir et je crains de ne pas avoir le temps de m'occuper d'une nouvelle affaire avant mon retour. (Puis il s'adoucit, peut-être parce que la déception du colonel lui fait pitié.) Vous pourriez vous adresser au cousin du Dr Watson, ici présent, ajoute-t-il. - Vous me le recommandez, monsieur ? S’enquiert le colonel. - Il débute dans le métier, mais il n'est pas plus empoté que les inspecteurs de la police officielle, répond Holmes avec le plus grand sérieux. Vous pourriez trouver pire. Lorsque le colonel Stuart vous propose de vous charger de l'enquête, vous acceptez avec enthousiasme et vous commencez aussitôt à l'interroger. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Intuition. Si vous obtenez : De 2 à 7 De 8 à 12 Rendez-vous au 410 Rendez-vous au 642 655 Vos explications passionnent d'emblée le police-man qui, impatient de se mettre en chasse, vous conduit aussitôt chez le maire. Celui-ci se pique à son tour au jeu, envoie des télégrammes à toutes les localités avoisinantes et réunit une douzaine de volontaires pour battre les bois et débusquer Hamilton. Lancez deux dés. Si vous obtenez : De 2 à 5 De 6 à 12 Rendez-vous au 661 Rendez-vous au 660

656 - A vous entendre, dites-vous, il semblerait que le colonel ait commis quelque impair dans l'armée. Quel incident a mis fin à sa carrière militaire ? Cette question semble enchanter Mycroft. - Sherlock est bon professeur, dit-il à Watson avant de se tourner à nouveau vers vous. Sylvester aurait pu conserver son commandement durant des années s'il n'avait pas eu la malchance d'être chargé de nettoyer un secteur infesté par une bande de pillards. Une nuit, les avant-postes de son cantonnement furent attaqués. Se croyant assiégé par un ennemi supérieur en nombre, Sylvester envoya un officier et un soldat porter un message demandant des renforts de toute urgence. Ces deux hommes furent capturés par les rebelles qui les torturèrent à mort. Au lever du jour, on constata que les assaillants étaient à peine une cinquantaine. Les pertes causées par l'affolement de Sylvester consternèrent ses supérieurs qui, peu après, lui firent comprendre qu'il avait intérêt à démissionner de l'armée. Tandis que vous réfléchissez aux conséquences possibles de cette histoire, Mycroft soupire et conclut : - Si vous découvrez un lien entre cette bourde et la mort de Sylvester, vous tiendrez le bon bout. Rendez-vous au 632. 657 Vous réfléchissez à la description que sir Andrew a faite du serveur. Si vous demandez s'il existait un lien entre Smithson et le colonel, rendez-vous au 673. Sinon, rendez-vous au 119. 658 Ignorant si vous parviendrez à tirer quelque chose d'utile de Mycroft, vous hésitez à lui demander s'il a des soupçons sur le meurtrier possible de Sylvester. Si vous demandez à Mycroft qui aurait pu tuer le colonel, rendezvous au 575. Sinon, rendez-vous au 632. 659 Vous acquiescez d'un hochement de tête compréhensif en vous demandant si vous avez d'autres questions à poser au colonel Stuart. Si vous l'interrogez sur ce qui s'est passé ce jour-là, rendez-vous au 230. Sinon, rendezvous au 171.

660 Grâce à l'intervention du maire, Hamilton est arrêté à la gare suivante au moment où il s'apprêtait à monter dans un train en direction du sud, et vous regagnez tous les deux Baker Street en triomphateurs. Rendez-vous au 617. 661 La chasse se poursuit toute la nuit, mais vous n'entendez plus parler de Hamilton. Manifestement, il a échappé à ses poursuivants. Rendez-vous au 409. 662 Tout en parlant, vous examinez le petit bureau de lord Hampton. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus d'Observation. Si vous obtenez : De 2 à 8 De 9 à 12 Rendez-vous au 165 Rendez-vous au 217 663 - Évidemment ! répond Holmes. J'ai senti qu'il se passait quelque chose d'anormal quand j'ai vu que le cheval avait l'air apathique en sortant du paddock. Vous vous rappelez ce que je vous ai dit des crimes qu'on décèle avant qu'ils ne soient commis ? - Certainement, monsieur, répliquez-vous. Qui aurait pu faire une chose pareille ? Vous allez vous livrer à une enquête ? - Je n'en aurai guère le temps, puisque Watson et moi devons prendre le train dans une heure. Néanmoins, deux ou trois hypothèses me viennent à l'esprit.

- Lesquelles ? - Vous y avez sûrement songé vous-même, répond le détective, mais je vais quand même vous les énumérer. Cela épargnera à Watson la peine d'imaginer un dialogue, si jamais il écrit une nouvelle sur cette petite mésaventure. Je crois vous avoir fait part de mon étonnement en apercevant Bowser et Fitzhugh dans les parages des écuries : ces individus seraient parfaitement capables de droguer un cheval. Deuxièmement, je me suis toujours interrogé sur Roscoe : en son temps, il a bénéficié de quelques coups de chance vraiment surprenants. Ensuite, il y a des gens qui pensent que lord Hampton serait prêt à tout, ou presque, pour faire gagner ses chevaux, non pour ce que cela lui rapporterait, mais pour la satisfaction de posséder un gagnant. Enfin, supposons que le colonel Stuart, le propriétaire d'Irish Star, ait de graves soucis d'argent : il serait astucieux d'engager un cheval dans une course qu'il est sûr de gagner, puis de s'arranger pour qu'il la perde après avoir misé sur l'un de ses concurrents. Mais seule une enquête permettra de déterminer laquelle de ces hypothèses est la bonne, ou si le coupable, à supposer qu'il y en ait un, est quelqu'un auquel nous n'avons pas pensé. Il se pourrait, par exemple, qu'un autre propriétaire souhaite acquérir Irish Star: la défaite de celui-ci, s'ajoutant aux hypothétiques problèmes financiers du colonel Stuart, ferait évidemment baisser le prix de vente. Rendez-vous au 654.

664 Vous décidez de ne rien dire à Holmes. Rendez-vous au 999.

665 Vous essayez de convaincre le gardien que vous devez absolument parler aux commissaires. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Communication. Si vous obtenez : De 2 à 7 De 8 à 12 Rendez-vous au 540 Rendez-vous au 322 666 Après un silence embarrassé, Oliver reprend : - Oui, m'sieur, je crois que le cheval était dans un mauvais jour, tout simplement. Ça m'a étonné, parce qu'il paraissait fin prêt pour la course, mais c'est une chose qui arrive parfois aux meilleurs. (Il vous adresse un clin d'œil de connivence.) Avant de perdre trop de temps à enquêter sur cette affaire, n'oubliez pas que le colonel n'est pas toujours pressé de régler ses factures, si vous voyez ce que je veux dire ? Rendez-vous au 641. 667 - Foutaises, grogne Watson. Rendez-vous au 999.

668 Vous regardez votre montre pour constater que l'heure de votre rendezvous avec l'irrégulier de Holmes approche. Le moment est venu de quitter l'hippodrome. Rendez-vous au 154.

669 - Mon opinion... dit-il, et l'ombre d'un sourire traverse son visage ridé. Mon opinion, c'est que s'il a été assassiné, je n'en suis pas autrement surpris. C'était un homme déplaisant, malhonnête en affaires. Je ne peux pas affirmer qu'il ait effectivement transgressé la loi, mais il a sûrement frôlé l'illégalité de très près. Nous étions en concurrence, vous comprenez, et prêts à sauter sur la moindre occasion de l'emporter. Il avait l'esprit vif,

comme le prouvaient ses lettres aux journaux, et il arrivait à faire paraître sensé le raisonnement le plus absurde jusqu'à ce que je démolisse sa théorie. Bref, l'un dans l'autre, Sylvester était un fumier de la plus belle eau : peu de gens le regretteront. Rendez-vous au 560.

670 Holmes éclate de rire. - J'ai l'impression que vous partagez trop le solide bon sens de ce brave Watson, ce qui est bien naturel entre cousins. C'est un assassinat subtil, difficile à prouver, mais c'est bel et bien un assassinat. Cela ne fait pas l'ombre d'un doute. Rendez-vous au 395.

671 - Quelle opinion aviez-vous du colonel Sylvester ? Demandez-vous. Il paraît effrayé. - Je ne suis pas autorisé à avoir d'opinion sur les membres du club. Tout ce que je savais du colonel, c'est qu'il commandait le régiment de mon pauvre frère. Si vous le questionnez sur son frère, rendez-vous au 146. Sinon, rendezvous au 269. 672 Hamilton ne vous entend pas approcher. Vous bondissez sur lui et le choc lui fait lâcher son pistolet. L'empoignade est si acharnée qu'il ne vous reste pas assez de souffle pour appeler Watson à la rescousse. Lancez deux dés et ajoutez votre bonus de Force. Si vous obtenez : De 2 à 6 De 7 à 12 Rendez-vous au 113 Rendez-vous au 241

673 - Smithson avait-il un lien quelconque avec le colonel? Demandez-vous. Il aurait pu avoir été autrefois son domestique, ou sous ses ordres dans son ancien régiment ? - Non, je ne pense pas, répond sir Andrew. Nous nous efforçons d'éviter ce genre de coïncidences : elles ont tendance à créer des rapports incompatibles avec l'atmosphère de notre club. Rendez-vous au 119.

999 Vous avez fait fausse route et votre enquête s'est fourvoyée dans un cul-desac qui ne débouche sur rien ! Revenez sur vos pas !

*

*

Savez-vous qu'il existe près de vingt séries de «livres dont vous êtes le héros»?

SÉRIE SHERLOCK HOLMES Gerald Lientz, Milt Creighton et Peter Ryan

Qui sera capable de résoudre les énigmes les plus obscures, d'éclaircir les plus noirs mystères, si le grand Sherlock Holmes lui-même se trouve dans l'impossibilité de prendre les choses en main? C'est vous, bien sûr, qui mènerez l'enquête dans les bas-fonds de Londres ou dans la bonne société victorienne... Meurtre au Club Diogène L'Émeraude de la Rivière Noire Le Maître Chanteur d'Appledore Le Crime du Docteur Watson

SERIE DEFIS FANTASTIQUES Steve Jackson et Ian Livingstone Nul ne peut rester insensible au charme de la toute première des séries de «livres dont vous êtes le héros», inspirée de l'univers du célèbre Seigneur des Anneaux, de J. R. R. Tolkien (Folio Junior). De nombreuses aventures qui vous emmèneront sur Titan, dans des contrées inconnues ou même dans l'espace.

Le Sorcier de la Montagne de Feu La Citadelle du Chaos La Forêt de la Malédiction La Galaxie Tragique La Cité des Voleurs Le Labyrinthe de la Mort L'Ile du Roi Lézard Le Marais aux Scorpions La Sorcière des Neiges Le Manoir de l'Enfer Le Talisman de la Mort Le Mercenaire de l'Espace Le Combattant de l'Autoroute Le Temple de la Terreur Les Trafiquants de Kelter Défis Sanglants sur l'Océan Rendez-Vous avec la M.O.R.T. La Planète Rebelle Les Démons des Profondeurs L'Épée du Samouraï L'Épreuve des Champions La Grande Menace des Robots Les Sceaux de la Destruction La Créature venue du Chaos La Forteresse du Cauchemar La Crypte du Sorcier Le Chasseur des Étoiles Les Spectres de l'Angoisse Le Rôdeur de la Nuit Les Gouffres de la Cruauté L'Empire des Hommes-Lézards Les Esclaves de l'Éternité Le Justicier de l'Univers Le Voleur d'Ames Le Vampire du Château Noir La Nuit des Mutants Les Sombres Cohortes

L'Élu des Six Clans Le Volcan de Zamarra Le Sceptre Noir La Vengeance des Démons

Série Sorcellerie ! Steve Jackson Pour sortir vainqueur des périls que vous aurez à affronter, il vous faudra vous servir habilement du Livre des Formules Magiques qui figure à la fin du livre. Les Collines Maléfiques La Cité des Pièges Les Sept Serpents La Couronne des Rois

Série Chroniques Crétoises John Butterfield, David Honigman et Philip Parker Vous, Althéos, vous connaissez le monde fabuleux de la mythologie, dans lequel se côtoient les dieux et les héros, et c'est à vous qu'il revient d'abattre la tyrannie du Minotaure, avec l'aide des dieux si toutefois vous savez vous les concilier. La Vengeance d'Althéos Le Labyrinthe du Roi Minos L'Odyssée d'Althéos

Série Dragon d'Or Dave Morris et Oliver Johnson Il y a longtemps que plus personne — pas même vous ! — ne connaît plus votre nom, mais tous tremblent devant le Dragon d'Or! Le Tombeau du Vampire Le Dieu Perdu Le Seigneur de l'Ombre La Malédiction du Pharaon Le Château des Ames Damnées L'Œil du Dragon

Série La Voie du Tigre Mark Smith et Jamie Thomson Toute votre existence s'est déroulée dans un seul but: devenir un Ninja accompli. Tel était l'objet de l'enseignement que vous ont dispensé les moines de l'Ile des Songes Paisibles, qui se sont donné pour mission d'aider les hommes à lutter contre le mal omniprésent dans le monde. La Vengeance du Ninja Les Parchemins de Kettsuin L'Usurpateur d'Irsmun Le Grand Maître d'Irsmun Les Seigneurs de la Guerre Les Démons du Manmarch

Série Loup Solitaire Joe Dever et Gary Chalk Douze aventures au cours desquelles vous progresserez dans la sagesse Kaï avant de maîtriser les Disciplines Magnakaï en combattant les innombrables Drakkarims dont les hordes menacent sans cesse le Dessi.

Les Maîtres des Ténèbres La Traversée Infernale Les Grottes de Kalte Le Gouffre Maudit Le Tyran du Désert La Pierre de la Sagesse La Forteresse Maudite Dans l'Enfer de la Jungle La Métropole de la Peur Dans les Entrailles de Torgar Les Prisonniers du Temps Le Crépuscule des Maîtres Les Druides de Cener Le Captif du Roi-Sorcier La Croisade du Désespoir

Série Loup*Ardent J. H. Brennan A l'issue de votre première aventure, vous, Loup*Ardent, ne serez plus seulement un combattant, mais aussi un sorcier en puissance. A condition que vous vous en sortiez, car c'est presque mourant que vous avez été recueilli par le sorcier Baldar... La Horde des Démons Les Cryptes de la Terreur L'Ultime Combat de la Horde Les Maîtres du Mal

Série Astre d'Or Ian Page et Joe Dever Vous êtes Astre d'Or, sorcier Majdar initié à la Haute Sorcellerie. Aujourd'hui les Majdars vivent cachés dans l'Ile de la Désolation, et c'est sur vous qu'ils comptent pour retrouver la gloire passée...

Le Sorcier Majdar La Cité Interdite Le Royaume de l'Oubli La Guerre des Sorciers

Série Quete du Graal J. H. Brennan C'est Merlin l'enchanteur en personne qui vous envoie en mission : là où ont échoué Lancelot du Lac et tous les preux chevaliers de la Table Ronde, vous, Pip, réussirez-vous? L'Antre des Dragons Le Château des Ténèbres Les Portes de l'Au-Delà Le Voyage de l'Effroi Au Royaume de l'Épouvante Le Temps de la Malédiction Le Tombeau des Maléfices La Légion des Morts

Série Histoire Simon Farrell et Jon Sutherland Quel que soit le camp que vous choisirez, vous serez plongé dans des époques passées, au premier rang de l'action, et vous serez ainsi à même de faire basculer le cours de l'histoire. L'Ombre de la Guillotine A Feu et à Sang La Dernière Invasion Pour l'Indépendance ! Les Vaisseaux de Feu

Série Les Messagers du Temps James Campbell

Selon que vous êtes garçon ou fille, vous serez le Prince ou la Princesse du Temps, en mission dans des époques passées ou futures, et vous livrant une compétition fraternelle mais rude dont l'enjeu n'est rien de moins que le trône du Royaume du Temps. Le Carillon de la Mort Le Masque de Sang L'Homme au Cheval de Brume Objectif : Apocalypse

Série Épouvante J.H. Brennan Retrouvez l'ambiance inquiétante inspirée de la légende du comte Dracula et du roman Frankenstein de Mary Shelley (Folio Junior). Frankenstein le Maudit La Château de Dracula

SERIE LES PORTES INTERDITES Ian et Clive Bailey Vous allez vous heurter aux forces obscures qui s'exercent au-delà des lumières de la raison et de la science. Pour les vaincre, il faudra toutes les capacités psychiques qui sont les vôtres, car elles ne peuvent être vaincues par les seules forces physiques. L'Horreur dans la Vallée Terreur hors du Temps

SERIE LE MAITRE DU DESTIN Paul Vernon

Des aventures au cours desquelles vous serez aidé, dans vos déplacements, par d'astucieux petits plans qui émaillent le texte. La Forêt du Dragon Le Maître du Feu

SERIE DOUBLE JEU Simon Farrell et Jon Sutherland

Des aventures à partager à deux, chacun avec son livre, au cours desquelles vous pourrez faire alliance avec votre partenaire ou, au contraire, le combattre sans merci. Issel le Guerrier Darian le Magicien Coréus le Prince Bardik le Voleur Lothar le Sorcier Clovis le Chevalier

SERIE DEFIS ET SORTILEGES Gildas Sagot Des aventures à jouer en solitaire ou à partager à deux, trois ou quatre. Le héros dispose en outre, même pourses parties en solitaire, de plusieurs modes de déplacements originaux. Quatre aventures au cours desquelles vous pourrez incarner, dans le monde de Dorgan, des personnages aux caractères bien différents. Kandjar le Magicien Keldrilh le Ménestrel Caïthness l'Élémentaliste Péreim le Chevalier

Cinquante ans après Kandjar, Keldrilh, Caïthness et Péreim, quatre nouvelles aventures en solitaire dans le monde de Dorgan vous permettront d'incarner quatre héros à la fois : Valkyr, Galidou, Laurin et Yamaël. Le Héritiers de Dorgan Le Sanctuaire des Horlas

SERIE LES TERRES DE LEGENDE Dave Morris et Oliver Johnson Un véritable jeu de rôle comprenant des règles, des sortilèges et des scénarios qui vous permettront de vivre d'innombrables aventures, sous l'œil vigilant du Maître de Jeu. Le Livre des Règles Initiation à la Magie Le Secret des Elfes Les Créatures de l'Ombre La Puissance des Ténèbres Les Terres de Légende

SERIE L'ÉPEE DE LEGENDE Dave Morris et Oliver Johnson Dans l'univers des Terres de Légende, des aventures à vivre seul ou à partager à deux, trois ou quatre. Les Treize Mages Le Maître des Rêves Le Port des Assassins L'Impossible Mission Les Murailles de Spyte

*

Retrouvez le véritable Sherlock Holmes dans la collection Folio Junior

Né en 1859 et mort en 1930, sir Arthur Conan Doyle n'était pas à l'origine écrivain mais médecin. Par goût de l'aventure, il parcourt les mers et prend part aux campagnes du Soudan et à la guerre des Boers. C'est d'ailleurs à une œuvre patriotique sur la guerre en Afrique qu'il doit d'être anobli par la reine Victoria. C'est pourtant la première aventure de Sherlock Holmes qui vaudra à son auteur un succès immédiat. Un succès tel que celui-ci, jaloux, finira par faire disparaître son personnage. Mais le public le forcera à ressusciter le détective! Pourtant l'auteur, énergique et sportif, parvint lui-même à élucider plusieurs énigmes policières. Le Chien des Baskerville, roman le plus célèbre de sir Arthur Conan Doyle, vous permettra de découvrir l'univers des aventures de Sherlock Holmes et, pourquoi pas, de vous familiariser avec les méthodes du célèbre détective. Les circonstances dramatiques de la mort de sir Charles ont réveillé le souvenir de l'antique malédiction qui pèse sur la famille des Baskerville : en effet, dès que l'heure de la mort a sonné pour l'un d'eux, une démon lui apparaît sous la forme d'un chien monstrueux. Sherlock Holmes, mis au courant de l'affaire, envoie son fidèle compagnon, le docteur Watson, veiller sur sir Henry Baskerville, dernier héritier de la famille, tandis que lui-même, décidé à faire la lumière sur cette énigme, mène son enquête à l'insu de tous...

*

Achevé d'imprimer en février 1994 sur les presses de l'imprimerie Hérissey à Évreux (Eure)

Loi N° 49-956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse N" d'imprimeur : 64301 Dépôt légal : février 1994 1" dépôt légal dans la même collection : avril 1991 ISBN 2-07-033622-0 Imprimé en France

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful