You are on page 1of 85

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Le petit commentaire

Secrets du Mémoire de la Mue

Paco Alpi JUIN 2007 °°°
1 / 85 Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Le petit commentaire

Secrets du Mémoire de la Mue

Quelques secrets étonnants et utiles, - tirés du mémorable Mémoire de la Mue, i.e. : Yi Jing, I Ching, Yi King °°° Mille remerciements à celles et ceux qui trouveront dans ces quelques pages quelque délectable ressource.

Paco Alpi JUIN 2007 °°°

2 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Quelques secrets bien gardés
Ce que ne dit pas le Mémoire de la Mue, plus connu en Occident sous les noms de Yi King, ou Yi Jing, ou I Ching, alias le Livre des Changements, ou le Traité canonique des Mutations, c'est la raison de son succès avéré, depuis quelque trois millénaires environ. Et pourtant... Il n'est pas, pour cause d'ancienneté, certes, de texte plus commenté, repris, traduit, retraduit, transposé, transformé, sinon, sans doute, la Bible et le Coran, dans leurs diverses versions, dans un tout autre domaine, il est vrai. La différence, cependant, est essentielle : La Bible, dans ses multiples formes, et le Coran, de même, proposent une lecture, divine, forcément divine, de la parole, et de sa relation avec les humains. Il s'agit de leur raconter une belle histoire, celle d'un Dieu, unique et tout puissant, qui aurait décider d'organiser quelque peu le désordre des passions humaines, en fixant des lois, des normes et des règles, dont le respect offrirait la séduisante perspective d'atteindre, sans doute aucun, au paradis. Quant à l'efficacité de ces discours, c'est une autre histoire... De ce point de vue, le Mémoire de la Mue a le mérite assez rare de n'avoir rien de religieux, rien à dire des dieux, de leurs discours, de leurs promesses, ni de leurs menaces, - et s'il évoque, rapidement, les fantômes, les démons, et les cauchemars, c'est pour les classer dans le registre des illusions dangereuses, et infréquentables. Car c'est de cela qu'il s'agit, - essayer d'y voir clair, de se dégager des faux semblants, des illusions, de l'apparence trompeuse de la réalité.

3 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

°°° Les choses et les êtres changent, ils et elles évoluent, se modifient, disparaissent, ou réapparaissent, s'accordent ou se contredisent, s'opposent, puis s'harmonisent, dans une danse incessante, contrastée et mouvante. Qu'y a-t-il de réel, dans tout cela ? Y a-t-il seulement quelque chose de réel, sur quoi compter et s'appuyer, au besoin, à défaut de paroles divines, de promesses illusoires, et de manipulations frauduleuses ? Curieusement, le Mémoire de la Mue n'offre pas ici une réponse toute faite, il propose plutôt un cheminement démonstratif, un raisonnement par récurrence, et ce qui s'apparente, finalement, à une expérimentation patiente et prudente, - à vous de voir, après tout... Ce que nous savons du réel, du substrat, de l'essence, du sens, du support même de la réalité, honnêtement ? Pas grand'chose. Nous n'apercevons du monde, concrètement, que des formes et des signes, des signaux et des messages, le plus souvent inaccessibles, sinon par expérience, et encore... En pratique, les êtres sont complexes, compliqués, contradictoires, et les choses, incertaines, et dangereuses. Pourtant, il paraît plus raisonnable et sensé d'en tenir compte, avant de prendre une décision, quelle qu'elle soit, avant de faire un choix. Décider, choisir, ou même décider de ne pas choisir, c'est cependant changer quelque chose dans l'ordre du possible, et modifier au moins sa propre position quant au choix qui s'était présenté, comme une alternative. Soit l'un, soit l'autre. Le Mémoire de la Mue propose d'étudier les termes de cette décision, ou de cette alternative, de ce dilemme, non pas comme s'il existait seulement deux réponses, - c'est oui, ou c'est non, - mais plusieurs points de vue, une gradation entre les
4 / 85 Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

possibles, des variations, des tonalités, de légères différences, des nuances ou même des interférences, qui devraient permettre d'affiner son jugement. Avant de trancher. °°° Exemple. - Que faire, en face de ce problème-là ? Rester immobile et de marbre, réservé et silencieux, hésiter longuement, ou même se défiler, profil bas, chercher l'inspiration, pour réagir en souplesse, sans brutalité, sans avoir à user de la force, voilà au moins trois comportements sensiblement différents, ou trois modalités d'une même attitude. = Ne pas bouger, ne pas se décider, ne pas s'engager... sans réfléchir ! Mais peut-être vaudrait-il mieux, avant de faire quoi que ce soit, mobiliser ses énergies, prendre son élan, donner son avis, essayer d'éclairer la situation, d'y voir clair. Echanger en somme, avant de changer d'avis, écouter l'avis des autres, avant de donner son accord. Et voilà trois autres attitudes possibles, ou trois modalités pour tenter de résoudre le dit problème... = Se décider, en parler, s'engager, s'il le faut bien, ou pour qu'advienne un mieux. Dans cet exemple, le problème ou la question qu'il s'agissait d'examiner importent peu, en fait, l'important est d'avoir transformé le choix, la décision à prendre, ou plutôt l'incertitude initiale, - que faire ? - en six moyens au moins d'aborder la question, ou de poser le problème, posément.

5 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Et au lieu de trancher, - oui, non, - formuler des nuances éventuelles, observer les variations possibles, peser les divers points de vue. Ce que décrit cet exemple, sommaire, certes, c'est un processus d'évaluation, transposable et adaptable. Observer, examiner, évaluer. Assez subtil, en somme. °°°

°°° La terre, la montagne, la brume, le vent, le tonnerre, le soleil, le lac, le ciel... Huit formes élémentaires suffisent à décrire une image approximative du réel, c'est-à-dire de la Mue, qui nous décrit comme une Mémoire en cours d'élaboration, d'échange, et donc de changement. Succession de symboles, les trigrammes chiffrent le réel, c'est un code, simple, limpide, régulier, une gamme de nuances, de notes, de repères. Aller et retour, en suivant de gauche à droite, les petits dessins, partons du plus simple, de la terre, qui nous porte et nous supporte, qui nous accueille, patiente, maternelle, n'en sommesnous pas les enfants ? De ce point de vue, on aperçoit, ensuite, une colline, un mont, une montagne, qui pèse sur l'horizon, immobile, sereine, comme un repère, justement. Est-ce un obstacle ? Peut-être, et en effet, dans les collines, s'accroche la brume, qui masque le paysage, et rend la marche incertaine. Pourtant, depuis les collines, vient ce ruisseau,
6 / 85 Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

bientôt petite rivière; qui dévale et cascade allègrement, rires d'enfant, jusqu'au lac, qu'il alimente, probablement. Puis, après la montagne et la brume, une brise légère, qui danse dans les arbres, et devient alors visible, le vent, donc, souvent nécessaire pour chasser les nuages, que parfois il apporte, discrètement. Au loin gronde le tonnerre, lointaine menace d'orage, mais la pluie serait la bienvenue, avec la chaleur qu'il fait, et l'eau qui commence à manquer. On aperçoit des éclairs, il va falloir rentrer. Tant qu'il fait encore jour. Chaque été, reviennent les orages, la chaleur, les incendies de forêts, le soleil amical et généreux a aussi ses inconvénients, qui ne le sait ? Mais les pluies de l'automne alimenteront le lac, autour duquel vit le village, et sur lequel se reflète, immense et serein et changeant, le ciel. °°° La terre, la montagne, la brume, le vent, le tonnerre, le soleil, le lac, le ciel... C'est un jeu de signes, de cartes, de symboles, très simple en somme. Des images, sages, qu'il suffit d'observer, - pour savoir le temps qu'il fait, ouvrir la fenêtre. C'est un jeu d'images, anciennes et naturelles, tout simplement. Ou encore une représentation des formes de l'énergie, qui vibre et circule, en permanence, même quand elle paraît immobile, et surtout quand elle paraît absente, secrète et cachée. Cette énergie, dans laquelle nous sommes pris, qui nous constitue, et nous consume, nous n'en connaissons que les signes, les effets, les formes, qui s'équilibrent, interfèrent et se transforment, muent et se transmuent, en d'autres signes, d'autres effets, et d'autres formes. Il suffit d'observer, c'est une danse joyeuse et triste parfois, une musique profonde jusqu'au silence qui la suit, et un silence profond, d'où provient une légère mélodie, parfaitement inutile, essentielle, donc.

7 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Revenir sur terre, reprendre pied, dans la réalité, la surprise serait que ça marche, ce machin, que ça permette de s'orienter, d'y comprendre quelque chose. La poésie, c'est bien joli, mais ça ne nourrit pas son homme, c'est comme la musique, on n'a pas le coeur à danser, quand il n'y a plus de pain. Et en réalité, ce n'est pas seulement le pain qui manque. Note, avec un peu de courage, on reprend le problème, de A jusqu'à Z, de l'idée virtuelle à la réalisation réelle, concrète, pratique, et on regarde si ça marche, point par point. Savoir si on n'a rien oublié. Facile, il suffit d'observer le mode d'emploi, de suivre la méthode, étape par étape. Cette rivière ou ce lac, le point d'eau autour de quoi les humains s'assemblent, bon début. La richesse, qu'ils cherchent et donc produisent, l'énergie qui les anime, et parfois les affole, ça vous inspire ? Peut-être pas, il reste des incertitudes, et de belles inconnues... En fait, il faudrait savoir d'où ça vient. Et déjà j'entends l'autre, qui ajoute, astucieux : - et savoir où ça va. Et oui. °°°

8 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Petit voyage
Aucun projet n'existe, ou n'existera, s'il ne dispose d'un minimum d'énergie. Basique constatation, sans doute. Mais cette énergie, à son tour, ne fonctionne qu'à la condition de circuler, de se distribuer et de se répartir, aussi justement que possible, sans quoi elle s'épuise, et disparaît. A défaut d'énergie, chercher l'inspiration, l'étincelle, le déclic, l'élan, et justement, quelque chose se produit, surprise. Pourtant, rien n'est simple, la route est longue, dure et même parfois pénible. Le temps consomme l'énergie disponible auparavant, et voilà qu'il faudrait trouver de nouvelles ressources. Aucun projet n'existe s'il ne renouvelle le monde qui l'a fait naître et surgir, et c'est ainsi que nous changeons. Naître ne nous suffit pas, il est vrai. Encore faut-il devenir, faire le chemin, en découvrir les charmes et les méandres, les aspérités et les perspectives. Bien sûr, il y a les autres, à qui nous devons quelque chose, puisque nous partageons la même terre, sous le même ciel, obscur et lumineux, sombre et souriant, c'est selon. A leur tour, les humains partagent le sol, le territoire, le village mondial et l'horizon. Ce n'est pas toujours simple, une seule planète, pour une seule humanité, c'est même le problème, majuscule. °°°

9 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

°°°

Sous le ciel, la terre, rien de plus simple, et de plus terre à terre. Ainsi, il y a un horizon. Du soleil, vient la lumière, lunaire parfois, quand vient la nuit. Ainsi, il y a de l'énergie. Au bord du lac, un arbre, un saule peut-être, ou un simple roseau, que le vent anime, doucement. Ainsi, il y a de la nature, de l'eau, et même de la vie. Et sur la montagne, parfois, l'orage et le tonnerre, fulgurances. Ainsi, il y a de l'inertie et du mouvement. Rien ne paraît plus simple que cette description symbolique du contraste changeant, parmi lequel nous allons.

°°°

[ *] Extrait du Mémoire de la Mue, trad. Paco Alpi & Alain Constantin, que vous retrouverez à l'adresse suivante : http://www.scribd.com/doc/69140/LE-YI-JING-v-4 Les curieux consulteront également, s'ils le souhaitent, Là, que des signes : http://www.scribd.com/doc/87148/La-que-des-signes-v-002 °°°

10 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

-1-

Le Ciel

Le ciel dont parle le Mémoire de la Mue, premier ou dernier des hexagrammes, n'a rien à voir avec les cieux, habités des dieux, des religions antiques ou modernes. C'est le ciel réel, tel que nous le contemplons parfois, la nuit ou le jour, avec sa Voie lactée, ses étoiles, ses planètes, sa lune, ses nuages, ses orages, son soleil, modeste ou généreux, dangereux, parfois. Si l'on vous propose des versions où ce signe prendrait la place de l'Etre, du Divin, de l'Esprit, de l'Un, de l'Absolu, bref de l'idée occidentale d'un Dieu unique et tout puissant, d'un Créateur, ou de quelconques déités, - passez votre chemin, ce ne sont que billevesées. Le ciel réel, tel que le perçoit le Mémoire, c'est l'espace sous lequel nous vivons, et c'est tout-à-fait suffisant, comme dimension, cette immensité, cette profondeur. Lever le nez, et voilà le ciel, sombre ou clair, changeant. Sa caractéristique essentielle, c'est le mouvement. Car il est le lieu et le signe d'un mouvement incessant, donc d'une énergie inlassable, toujours variable, d'un passage permanent, d'un état à l'autre. De l'obscurité la plus profonde à la lumière la plus vive, éblouissante, et inversement. Un peu à l'image des émotions, le Ciel est de l'énergie potentielle, pas encore exprimée, ou pas encore réalisée. Danse puissante, solaire, d'où vient la vie. Ponctuellement, néanmoins, le ciel prend toutes les apparences, celles du froid glacial de la nuit, au milieu de l'hiver, ou de la brume matinale, dans l'obscurité du petit matin, pas encore levé..., celle du temps qui passe, quotidien, celle de l'espace vide, peut-être orageux, ou celle, solaire, de l'heure de midi, qui ne fait que passer. Splendeur, certes, passagère, et fugace, lumineuse et obscure, vive et mouvante, tel est le ciel du Mémoire de la Mue.
11 / 85 Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

°°° A propos d'énergies et de ressources naturelles Si le Ciel représente l'une des formes fondamentales de l'énergie, il devrait être possible d'y trouver ... l'inspiration. Dans le Mémoire de la Mue, auquel il faut se reporter, il gouverne un certain nombre d'hexagrammes, dont l'harmonie (11), et son inverse, la contradiction (12). Là, le secret est visiblement dans la position respective des trigrammes, dans l'équilibre qu'ils trouvent ou non, et c'est une idée basique, - l'harmonie suppose que soit résolue la contradiction, de manière équitable. Notre petite planète pleine de bleus a un gros problème de ressources, en énergies renouvelables, comme on dit. Qu'en sait donc le Mémoire ? Voyons s'il est possible d'avancer un peu, à ce propos. Le Mémoire permet d'imaginer des axes de recherche, des pistes possibles, par exemple : - si l'énergie vient de la terre, celle que nous cultivons, la ressource potentielle viendra peut-être d'une meilleure répartition des sols cultivables, et des productions locales, - à condition de maîtriser le risque que serait une stratégie de mono-production de biocarburants, par exemple, si elle vient à détruire des emplois et déstabilise les productions vivrières. Vaste thème, vital. - si l'énergie vient du sous-sol, on trouve certes l'exploitation des minerais et des matières premières, mais aussi la notion étrange de gisement, dont on sait qu'ils sont pillés, et s'épuisent alors, ou encore les productions géothermiques, assez peu développées. - si l'énergie vient de la brume, des nuages, de l'incertitude, outre recueillir la rosée, l'eau de pluie, l'énergie des phénomènes
12 / 85 Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

aléatoires reste un domaine quasiment inexploré. Imaginez, canaliser les tsunamis et les cyclones, les faire tourner pour en récupérer la puissance gaspillée ! Et voilà des mini-centrales dans nos siphons... - si l'énergie vient du vent, non plus des tempêtes, mais des brises, que n'avons-nous des éoliennes, là où ils sont habituels, dans les jetstreams, peut-être. Et si l'énergie venait de l'air, on trouverait peut-être à exploiter de nouveaux gaz, dont l'hydrogène, peut-être. Si l'énergie vient du bois, auquel nous devons l'oxygène, pour partie, peut-être serait-il temps d'arrêter le massacre... - si l'énergie vient du tonnerre, de l'éclair, nous ne savons pas encore transformer les puissances extrêmes de l'orage, les charges statiques énormes, mais rien ne dit qu'en cherchant... Voilà, l'arc électrique, prudence, quand même ! - si l'énergie vient du soleil, nous voici à nouveau avec la photosynthèse, les piles solaires, le modèle nucléaire, avec les plasmas, les fours solaires, sur lesquels beaucoup de recherches restent à faire. Les marais comme les forêts dessalent l'eau saumâtre, qu'allons-nous faire de toute cette eau douce, inespérée... - si l'énergie vient du lac, outre l'hydroélectricité, les marémotrices, sans parler du fameux moteur à eau, des piles à combustible, il faudrait aussi se souvenir que le lac représente la société, qui est en elle-même un étonnant gisement d'énergie. Se souvenir alors que les gisements sont pillés. Et s'épuisent, alors. - si l'énergie vient du ciel, gravitation, électromagnétisme, flux solaire, vents solaires, minerai lunaire, inertie, comme il tentant, le rêve de recréer des étoiles, leur mouvement, et voilà un joli feu d'artifice, plus dangereux qu'il n'y paraît. Energie mobile et changeante, voilà la communication, les satellites, et d'invisibles réseaux de plus en plus puissants, et peut-être, de plus en plus fragiles...
13 / 85 Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

A cette base, minimale, on pourrait ajouter bien d'autres domaines, où l'énergie se développe et circule, se cache et réapparaît, sans doute. Mais l'idée était seulement d'observer la naissance du pluriel, là où la question semblait se poser au singulier, - l'énergie manque ? Alors cherchons des énergies, sous d'autres formes. Inattendues, neuves. °°° Que dit le Ciel, de ce parcours trop rapide et pas assez approfondi ? Qu'en tirer, retenir, en fait ? :: On aperçoit un exemple sommaire d'exploration de la réalité à l'aide d'une grille de lecture qui, l'air de rien, a près de trois millénaires d'ancienneté, d'expérience. :: On aperçoit aussi un questionnement inattendu, - au fait, si le problème des ressources en énergies n'était pas du côté de la ressource, mais du côté de son usage, de sa répartition ? :: On aperçoit enfin l'usage du principe de contradiction, - la solution est ailleurs, et celui du principe d'équilibre : les solutions excessives s'autodétruisent, se consument d'elles-mêmes. Enfin, le Ciel pose une petite question supplémentaire, qu'avons-nous oublié ? Et pourtant, c'est sans doute l'essentiel... °°°

14 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Si ces quelques lignes n'étaient rien d'autre qu'un tour d'horizon, une exploration sommaire et préliminaire, à titre d'essai, il faudrait alors noter, indexer, souligner, les moments où l'image fait écho, les phases où l'idée éveille une autre idée, plus pratique, ou plus simple. A vous de voir. A vous de jouer. A chacun sa bonne étoile, les étoiles ne manquent pas... °°° Pratique Cependant, nous direz-vous, l'exploration des ressources énergétiques potentielles pour la planète, c'est bien joli, - mais ce qui vous intéresse vraiment, c'est l'énergie dont vous avez besoin, pour votre propre vie, au quotidien, et pour l'améliorer... Voyons ce que peut nous proposer la liste des trigrammes, pour commencer. A l'heure où nous n'avons plus qu'une seule planète, pour une seule humanité, comment s'y retrouver, comment ne pas s'y perdre, dans ce territoire trop vaste, trop complexe, trop compétitif, et trop dur ? :: Première solution, explorer le terrain, les environs, on y trouve des repères, des points d'eau, des bosquets, des fourrés, des déserts, et même des sources. Notre énergie première vient sans doute de la terre qui nous porte, du lieu où nous vivons, par chance ou par hasard. La terre est prolifique et généreuse, pour qui cultive la patience. Concrètement, sur votre bout de terrain, qu'avez-vous donc choisi de cultiver ? Ou plutôt, ce que vous avez choisi de cultiver, est-ce bien ce qui vous permettra d'en sortir, de vous en sortir, ou de vous épanouir, progressivement ?

15 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

:: Deuxième étape, déjà. Sur la route, les obstacles, petits, moyens, et grands, vont par trois. Parce qu'il faut franchir ou contourner les premiers, pour atteindre les collines, et ensuite, ensuite seulement, prétendre aux sommets. Chercher un repère. Commencer par se débarrasser des petits obstacles, et déjà les collines paraissent plus proches, ou moins ardues. :: Dans un troisième temps, vient l'incertitude, l'hésitation, le doute. Pourquoi vous inquiéter ? Vous avez déjà exploré les environs, gravi quelques collines, franchi quelques obstacles, vous êtes donc en chemin, et il suffit sans doute de suivre votre chemin, de marcher au milieu du chemin, tranquillement, lucidement. Pas facile, c'est vrai. Alors faites une pause... Soufflez, respirez, le vent chasse la brume. :: Avez-vous, à ce moment-là, retrouvé l'inspiration ? Sur la piste qui mène à l'énergie, soyez comme l'arbre, qui puise ses forces dans le sol, grâce à ses racines profondes, mais s'étend joyeusement vers le soleil, qui lui donne son énergie. Voyez comme il utilise la souplesse de ses branches, pour résister aux tempêtes, et la force de son tronc, pour soutenir ses branches. :: A bien réfléchir, certes, vous n'êtes pas un arbre, ni chêne, ni roseau, mais un humain en quête d'énergie. Le fruit de l'énergie, c'est son résultat, son effet, on peut se demander, en effet, quels sont les fruits que vous voulez produire, vous, avec toute cette force dont vous disposez, ou toute cette douceur, que vous y mettez. Alors, il est peut-être temps de vous y mettre vraiment, de rassembler votre courage, et d'y aller, ça va faire des étincelles. Et même chauffer. :: Solaire, l'énergie rayonne, et vous voilà rayonnant. Joyeux, donc. Heureuse, ou heureux. Mais le feu a besoin du bois qui l'alimente, de l'air qui en diffuse et porte la chaleur. On peut ici chercher, dans l'amour ou l'amitié, dans les liens qui vous unissent
16 / 85 Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

aux autres, ce qui alimente votre énergie, et vous rend joyeux. Rayonnante, ou rayonnant. Et ça vous va. :: Autre chose vient alors, plus difficile. Avant dernière étape. Vous aviez commencé par trouver le moyen d'être un réceptacle de l'énergie extérieure, puis vous êtes devenu un émetteur d'énergie, un transmetteur rayonnant, souriant et joyeux, mais justement, vous n'êtes plus seul, ni seule. Et les autres comptent sur vous, comme peut-être hier, vous comptiez sur eux. Les autres, quels autres ? :: Mais direz-vous, si vous avez suivi, il manque une étape. La dernière. Car vous n'êtes pas, nous ne sommes pas humains sous le ciel, mais sur la terre aussi, autrement dit, quelque part entre le début et la fin, sur le chemin. Sous le ciel, évidemment, toutes les étapes du chemin, toutes les nuances du cheminement, l'énergie est partout, mobile, changeante, dans le mouvement, et dans le silence, dans la nuit et dans le jour, dans la première étape, dans les suivantes, comme dans la dernière. °°° Sous le ciel, donc, le mouvement, les formes de la diversité des énergies, qui circulent et produisent la mue, le changement, et peut-être une notion oubliée, celle de l'universel. Donc, nous en reparlerons, si vous le voulez bien, nous redirons les étapes du chemin, depuis la première, ou la dernière, au choix, puisqu'elles se tiennent par la main, et que l'énergie y circule, vive et mouvante, visible et invisible à la fois. C'est du moins ce qu'avance le Mémoire de la Mue, semble-t-il. Deux parcours, semble-t-il, l'un sur les énergies potentielles de la planète, l'autre sur la mobilisation des énergies individuelles, permettent alors d'opérer un croisement, de chercher
17 / 85 Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

une relation, entre les termes des deux démarches, pas seulement deux à deux, mais en examinant tous les croisements possibles.

Ainsi fonctionne l'intelligence, qui relie des termes apparemment éloignés, et leurs trouve des concordances, ou des antinomies, des ressemblances, ou des différences, une logique et des relations, - qui justement font sens. Deux tours d'horizon, le premier rapidement, le second pour repérer ce qui, à bien regarder, aurait pu échapper au premier regard, et alors seulement, on aperçoit quelques nuances, ou quelque signe. Tiens donc... A vous de jouer. °°° [ On peut examiner ici la grille de construction des hexagrammes, dans le Mémoire de la Mue, p. 4, - et commencer à repérer quelques similitudes, ici ou là. ] °°°

18 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

-2-

La Terre
La terre, dont parle le Mémoire de la Mue, est pleine de

mystère. Minuscule et perdue, dans l'immensité étonnante de l'univers, petite boule de roches et d'argile, simple poussière parmi les galaxies, granule ridicule, doté d'un peu d'eau, et d'un peu d'air, la terre ne paye pas de mine, pauvre petite planète bleue. Et semble-t-il, le Mémoire de la Mue l'a même placée en seconde position, après le ciel universel, de toute façon, il fallait bien commencer quelque part, pour faire le tour de l'horizon. Il fallait bien une deuxième direction, verticale. Pour nous qui en venons, et qui y retournons, la terre n'est pas rien, c'est même pratiquement notre seul lieu, la seule planète où nous pouvons survivre, ou tenter de survivre, patiemment. Vous qui cherchiez l'inspiration, tout à l'heure, écoutez le secret de la terre, c'est un puits d'énergie inépuisable, c'est un creuset puissant qui recueille l'eau du ciel, la pluie, la brume, l'orage, la rosée, un réceptacle, plein de bienveillance pour les humains, qui pourtant... Cette énergie qu'elle accumule, elle la restitue, multipliée, à foison. Elle est la générosité splendide du blé, du riz, des céréales, de l'arbre fruitier, la profusion de la nature tout entière, et paradoxalement, la permanence de cette générosité. Inlassable bienveillance. Elle prolifère, symbole du don.

19 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Elle est l'argile, et l'humus, modeste décantation des poussières d'étoiles, dont nous sommes faits. Elle est la générosité même, non pas en promesse, mais en acte, en action, en gestation patiente, en un mot, elle porte la vie. °°° Que dit le Mémoire, de ce symétrique inverse du ciel qu'est la terre ? D'abord, qu'elle a évidemment autant d'importance, exactement, que le ciel. L'une et l'autre sont complémentaires, indispensables l'un à l'autre, essentiels l'un et l'autre. L'immense, et la minuscule. Inutile d'essayer d'imaginer l'un sans l'autre. L'essentiel et le dérisoire. La terre est, du point de vue des terriens et terriennes, exactement essentielle. °°° :: La puissance de la terre, c'est peut-être la multiplication, la répétition inlassable d'un minuscule travail, la persévérance, constance inébranlable. :: La puissance de la terre, c'est peut-être l'intériorité, la discrétion, la réserve, là où le ciel est créativité, exubérance, extériorisation, elle est de l'ordre de l'immanence. Un mot qui signifie ce qui demeure à l'intérieur. :: La puissance de la terre, c'est peut-être ce qu'elle offre au jardinier, cette disponibilité, la matière première grâce à laquelle il peut travailler et produire, fleurs et fruits, légumes et racines. Dont se nourrit le village.

20 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Et l'énergie circule, comme toujours, invisible, secrète, patiente. En lente accumulation, sans gesticulation. Elle circule, entre le ciel et la terre, entre la terre et le ciel, sans jamais cesser son mouvement, se multipliant pour se répandre, se divisant pour s'accumuler, respiration. °°° Si le ciel permettait d'imaginer la question : Que faire ?, la terre permet d'aborder une des démarches possibles, Oui, mais comment faire ? Suivre l'exemple que propose le Mémoire, par exemple... Ou pas. A vous de voir... °°° C’est du travail de la terre, du labeur tranquille et patient du paysan, précisément de ses mains calleuses et actives, et des semailles que viendront les moissons, alternance verticale des mouvements, énergie descendante, puis ascendante, ainsi viennent les grains et les fruits, comme chacun sait. °°° [*] Extrait du Mémoire de la Mue, trad. Paco Alpi & Alain Constantin, que vous retrouverez ici : http://www.scribd.com/doc/69140/LE-YI-JING-v-4 °°°

21 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

"Travailler, c'est trop dur", répond une vieille chanson, issue des temps de l'esclavage, certes. Pas si vieille, en fait. Mais ce que propose le Mémoire, ce n'est pas l'injonction d'un commandement, (divin, bien sûr...), "Tu travailleras à la sueur de ton front", on devine que c'est pénible, et comme une punition. Non, ce que propose le Mémoire, c'est d'examiner, d'observer minutieusement le "comment" travailler, non pas pour quoi ou pour qui, pour quel salaire ou quelle galère, mais "comment". Ce qui se passe à travers le travail, et où passe l'énergie, comment elle circule, et produit tel ou tel résultat. Au fond de la salle de classe, quelques sacripants fainéants ajoutent, goguenards : - Mais ce qui nous intéresse vraiment, c'est surtout comment ne pas travailler, puisque travailler fait suer, comment faire pour ne pas se faire suer... Là aussi, secret bien gardé. °°° Soyez comme l'arbre, propose le Mémoire. Entre autres solutions. Comment ? Voyez l'arbre, qui tire ses ressources de la terre qui le porte, de ses racines, et son énergie de ses branches, de ses feuilles, tendues vers le ciel, vers la lumière. Croissance lente et cyclique, par étapes annuelles, soumise aux aléas du climat et du sol, jusqu'à la production de fruits, peut-être, ça dépend.

22 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Travaille-t-il, pas vraiment. Il se contente, si l'on peut dire, d'être selon sa nature, pommier ou olivier, chêne ou prunier, saule ou cerisier, et de produire ce qu'il peut. Voyez le bambou, cette espèce d'herbe, qui fournit ses tiges ligneuses, solides et souples, par compétition verticale, et se développe en stolons, ramifications souterraines, à l'horizontale. Recueillir la lumière, l'énergie, la transformer, cette énergie, en produits divers, feuilles et fleurs, tiges et racines, qui permettent alors d'atteindre d'autres ressources, plus profondes, plus lointaines, cette étrange mécanique végétale est un système assez simple, et en plus, il fonctionne, dans des limites mesurables, et dépérit, quand les conditions locales deviennent hostiles. °°° Comment fait l'arbre, du point de vue de l'énergie, sans aller jusqu'à entrer dans le détail, comme il faudrait... Il tire ses ressources vitales de son environnement local, immédiat, des profondeurs de la terre, où plongent ses racines, du sol où il s'est implanté, autrefois. Ce réseau radiculaire dépend notamment des circulations d'eau et d'air dans la terre, le sol, sels minéraux solubilisés, chimie complexe de la limite entre minéral et végétal, étranges coopérations minuscules, transformation de l'inerte en vivant. Dans l'herbe, quelques gouttes de rosée, sous le soleil levant. Mais son développement dépend aussi de l'énergie solaire, de la lumière et de la chaleur, du climat, des vents dominants, des saisons, des insectes, des prédateurs, et là encore, sa croissance et sa survie dépendent de l'environnement, et des énergies, plurielles, qui y circulent. Puis le vent chasse la brume matinale.

23 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

En fait, l'arbre est un vecteur particulier des énergies locales, il en porte des parcelles et particules, de la terre vers le ciel, fournissant feuilles et fruits, et un peu d'oxygène, puis les restituent, du ciel vers la terre, fournissant de l'humus, et un peu de gaz carbonique. Etrange magie de la vie, dont nous tirons partie. °°° Comment tirer partie de cette prose, de cette glose, nous qui ne sommes pas de bois..., mais plutôt des prédateurs de la forêt, où nous avons longtemps trouvé moult ressources. Ce que dit la métaphore de l'arbre, c'est la formation d'un système, qui tire partie de son environnement. En y trouvant l'usage d'au moins deux sources, symbolisée par la terre et par le ciel, pas seulement l'eau et le soleil, l'une apporte le carburant, l'autre l'énergie. Ce que produit naturellement l'arbre, grâce à ce quasimoteur végétal, les fibres, les feuilles, les branches, le tronc, l'écorce, les fleurs et les fruits, c'est simplement ce qui lui suffit à être un arbre, à le devenir, - fructifère et productif, sain et prolifique, - selon les conditions locales, climatiques, pédologiques, et grâce aux soins du jardinier, du forestier, peut-être, ou à l'aide des abeilles, et des insectes pollinisateurs... Ainsi, l'arbre de vie. Tout un programme, en somme, biologique, qui épuiserait les sols, sans doute, s'ils ne se renouvelaient, par cycles naturels, et décomposition. °°°

24 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Voilà donc le secret de la terre, elle produit, construit, et déconstruit, elle élabore, par multiplication, de la vie, et en récolte les fruits, en cycles longs, grâce à la circulation des énergies et des ressources, dans des configurations locales, qui finissent plus ou moins par être globales, planétaires. ... Que font les locataires ? Nous, qui ne sommes pas des bûches, mais des bûcherons, pas des arbres, ni de bois, mais des prédateurs, nous dépendons quand même des ressources locales, notre croissance, ou notre survie, dépendent quand même de la circulation des énergies, sous toutes leurs formes, c'est-à-dire de ce que nous produisons, en devenant humains, quelque part entre la terre et le ciel, entre le ciel et la terre. Dire que nous dépendons de notre environnement, des conditions d'existence, des systèmes naturels, culturels, sociaux, qui nous constituent, d'un milieu de vie, d'un médium vital, d'un support et d'un substrat planétaires, dire cela ne suffit pas. Parce que tant bien que mal, nous agissons sur cet environnement, ce milieu qui nous entoure, nous porte, et nous épuise, parfois. Dès lors, ce que nous produisons, dans tous les domaines, influe à son tour sur l'environnement, en y exportant les sousproduits de nos gestes et de nos actes, paroles ou musique, discorde ou harmonie, bruits ou fureur, voyez le résultat. L'idée d'un système global, composé de sous-systèmes en interaction permanente, l'idée d'une terre où circulent en boucle toutes les énergies qui s'y déploient, et se transforment, l'idée d'une cohérence de tous les humains, pour exploiter toute une planète, ces trois idées ne sont pas neuves, loin de là. Mais nous n'avons pas fini d'en tirer les conséquences.
25 / 85 Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

°°° Pause. Le ciel est vide. Silencieux, muet, glacial. Infini, presque, inachevé, mécanique, cosmique, inaccessible, peuplé d'espaces, mais vide. Quelques satellites, civils ou militaires, en marquent la limite. La terre est un désert, couvert d'une eau imbuvable, deux-tiers d'océans, un tiers de roches inhospitalières, de steppes incultes, de sables torrides, territoire nu, dont seulement une toute petite partie est cultivable, habitable, à peu près. Quelques frontières, naturelles, et d'autres, surréalistes. Dans ce paysage naturel strictement inhumain, quelques villes surpeuplées, asphyxiées, quelques peuplades, plus ou moins sauvages, des forêts qui disparaissent, des glaciers qui disparaissent, banquises en dérive, des fleuves en forme de décharges publiques ou privées, du béton qui se répand, un peu partout, du bitume qui brûle, et empeste, joli tableau. Dans l'océan d'ignorance, quelques îlots de connaissance, quelques parcelles d'humanité, quand même. Dans l'océan réel, n'en parlons pas, ça n'est pas mieux. Fin de pause. °°° Ainsi, nous allons dans la nuit, tournant en rond, avec la terre, à sa vitesse, toupie sans autre horizon, que l'infini glacial. Quelque part entre le ciel et la terre, le jour n'a pas fini de se lever, sur une humanité qui n'a pas fini de se réveiller, à peine à l'aube. Une étrange musique vient de la nuit des temps, dans le Mémoire, la Mue
26 / 85 Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

. Une minuscule mélodie, parfois inaudible. Un léger crissement. Des pas dans la nuit. Quelqu'un ? Quelqu'une ? °°° Donc il y eut de la matière, et de l'énergie, - ce que symbolisent le ciel et la terre, du mouvement, et de l'inertie. L'un ne va pas sans l'autre, ce qui n'est pas rien. L'un ne va pas sans l'autre, pas d'énergie, pas de résultat, pas de mouvement, pas de changement, - au moins en apparence, puisqu'alors, les choses se contentent de suivre leur cours, et leur entropie différentielle, leur pente naturelle. La matière s'accumule, jusqu'à effondrement, à moins qu'une étincelle ne l'embrase... L'un ne va pas sans l'autre, et trop d'énergie ne produit pas mieux que du bruit, saturation inaudible, explosion chaotique, désordre vide, magma illisible, confusion généralisée, épuisement immédiat, combustion quasi instantanée, implosion nucléaire, avalanche majestueuse, éboulement inattendu, cyclones et tsunamis, ... voir la liste des crises et catastrophes, leur théorie, leur enchaînement, et leurs conséquences, - qui est à la fois déperdition, et changements. Litanie. L'un ne va pas sans l'autre, l'excès d'un côté, le manque de l'autre, complémentaires, inverses, symétriques, et finalement, synergiques antagonismes. °°°

27 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

° Le temps de digérer cette information fondamentale, une page de sciences. Il n'était pas évident de poser que l'énergie et la matière, qu'apparemment tout sépare, la nature et la fonction, la structure et l'organisation, - ont en réalité une relation intime, un rapport réel et mesurable, scientifiquement prouvé, éprouvé. En fait, il a fallu attendre l'année 1915, au tout début du XXe siècle de l'ère dite chrétienne, pour qu'il soit établi mathématiquement, dans le domaine de la physique fondamentale, que le rapport entre l'énergie et la matière, est une valeur mesurable et finie, et que cette valeur est constante. C'est encore une approximation, une simple donnée scientifique, une équation simplificatrice, une avancée de la pensée, améliorable. Rien d'absolu, donc, mais une sérieuse indication, aux conséquences redoutables. La valeur de cette constante, qui mesure le rapport entre l'énergie et la matière, est égale à la vitesse de la lumière, multipliée par elle-même, c'est-à-dire au carré. Nous qui partions d'un questionnement sur les secrets du Mémoire de la Mue, et avions trouvé deux questions basiques, - que faire, sous le ciel, et comment faire, sur la terre, - nous voici avec quelques éléments d'information, à prendre avec prudence, à ne pas manipuler sans précautions : - certes, nous ne pesons pas grand'chose, dans l'immensité de l'univers, mais nous pensons, peut-être parce qu'il y a un horizon. - certes, nous croyons disposer d'un environ, une petite planète, déjà largement malmenée, et cabossée, alors qu'elle nous
28 / 85 Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

donne un milieu de vie, fragile et précieux, en voie d'épuisement, en danger, certainement. - de plus, il existe d'une part de la matière, et d'autre part, de l'énergie. L'une ne va pas sans l'autre. Elles sont même, l'une et l'autre, dans un rapport constant, relativement. Elle sont reliées, par une valeur mesurable, une équation. - enfin, si l'on entend bien, nous ne sommes pas loin d'être capables de détruire la matière, pour produire de l'énergie, nous ne sommes pas loin d'avoir l'énergie suffisante pour détruire toute vie, nous ne sommes pas loin de manquer de tout, à commencer par le simple bon sens, mais tout est relatif, le pire n'est pas certain. °°° Présentement Retour sur une découverte en cours d'élaboration, restée secrète jusqu'à présent. Le Mémoire de la Mue est rempli de scories, de savoirs oubliés, et abandonnés sur le sable, de schémas structurés, dont la clé s'est perdue, d'images dont le code paraît indéchiffrable, sans parler de quelques croyances devenues inutiles. Et pourtant, le document originel, constitué de 64 positions relatives, et d'autant d'images, de signes ou de pictogrammes, reste opérationnel, dans sa structure, ce qui ne manquera pas de surprendre les spécialistes, et même les néophytes. Portée par quatre piliers, qui peuvent permuter, sans pour autant changer de sens, une grille de soixante signes suffit à décrire, sommairement, les dimensions fondamentales du réel. Système de représentation, rien d'autre. Codifier le réel, la science ne fait rien
29 / 85 Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

d'autre. Ainsi divise-t-elle chaque heure en soixante minutes, chaque minute de même, et le cercle en six fois soixante degrés. Par convention. °°° L'origine de cette structure formelle qu'est le Mémoire, c'est la découverte du carré magique, dont les 9 cases permettent de coder la rose des vents, ou les orients de la boussole, si vous préférez. Pensée magique, tout simplement, géométrie élémentaire, ébauche, tout autant, d'une arithmétique sophistiquée. Combinatoire simple, les huit trigrammes, combinés avec euxmêmes par deux "donnent" inévitablement les soixante-quatre hexagrammes, pas un de plus, ni un de moins... Et si les trigrammes "représentent" l'horizon élémentaire, dans sa globalité, alors, la grille des hexagrammes représente l'ensemble, ouvert il est vrai, des situations possibles, horizontale et verticale. Cet ensemble est ouvert, parce qu'il tourne autour d'un point invisible, le neuvième trigramme, où le cycle recommence, inversé, centre vide du cercle, ou plutôt de la roue, par quoi passe son axe. Cet ensemble se produit, et se reproduit, parce qu'il n'épuise pas le réel, mais aussi supporte six niveaux de variations, et autant de nuances. Et en effet, la roue tourne, quand elle avance ou recule. °°°

30 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Et tout d'un coup, surprise, il existe dans la nature (et la nature humaine), au moins un code en base quatre, capable de se reproduire, de se réparer, de supporter des variations minimes sans cesser de fonctionner, et de s'auto-assembler en intégrant ces variations. Ce code, secret et vital, c'est notre ADN, base de notre structure génétique intime. Etonnant, non ? Autrement dit, il existe au moins un niveau de réalité où les computations de positions de codons permettent de déterminer l'expression d'une organisation humaine, proprement humaine, tout en acceptant des variations partiellement aléatoires de caractères. Si la structure originelle du Mémoire de la Mue est de type mathématique et même expérimental, ceci ne prouve en rien cependant une quelconque véracité du "texte", pris dans une autre réalité, celle du langage. Si la structure fonctionne, se produit, se reproduit, accepte des variations, comme par définition, le reste n'est pas certain, au contraire, parce qu'il s'agit du dit, de paroles échangées, de supputations, pas toujours claires. Ici non plus, pas de vérité absolue, en fait. Au contraire, le langage est toujours du registre de l'approximation, même et surtout quand il se veut rationnel et scientifique. Mais si le texte du Mémoire de la Mue est une approximation, et d'autant plus qu'il s'agit d'une traduction parmi tant d'autres, ou plutôt d'une interprétation fondée sur une structure double, il n'en reste pas moins efficace, parce qu'il fonctionne comme un écho symbolique du réel.

31 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

- Quel réel ?, direz-vous. Et en effet, c'est un mystère inépuisable. Un secret, peutêtre. Les secrets doivent être examinés patiemment, jusqu'à ce qu'ils se délivrent. Est-ce un secret, un silence, ou une évidence, pas encore partagée ? Ou encore un lointain reflet de la réalité, dont nous allons nous contenter, pour l'instant, si faire se peut. °°° [*] Plus d'informations ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/ADN Il aura fallu atteindre le milieu du XXe siècle pour que la structure opérative de l'ADN soit découverte. °°°

32 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

-3-

La Montagne

Après cette plongée inattendue dans la réalité vive de la matière, sous le signe de la terre, telle que le Mémoire permet de l'apercevoir, sans doute fallait-il prendre un peu d'altitude, et non pas de hauteur, pour distinguer quelque perspective. De là-haut, au sommet de la montagne, qu'y aurait-il donc à contempler, le silence de l'espace, la ligne douce et vague de l'horizon, ou cette troisième dimension des humains, l'intériorité, la vision intérieure, ce que nous appelons la conscience, pleine et entière, parfois. Perspective. En trois dimensions, déjà. Ce n'est pas un cheminement facile, que d'atteindre ce regard-là, qui suppose le respect de soi, mais aussi un minimum de lucidité. Le Mémoire de la Mue n'est rien d'autre qu'une longue et hasardeuse méditation. Parfois fructueuse. Et il en donne la recette, à ceux et celles qui le désirent. Bien sûr que la route est difficile, pleine d'obstacles, mais si elle était simple comme promenade dominicale le long du canal, en vaudrait-elle la peine ? Cette route-ci exige un peu d'attention, de patience, de persévérance, mais elle n'a rien d'inaccessible, elle demande un peu de concentration, et c'est presque tout. Un peu d'inertie, mais oui, d'immobilité calme, de tranquillité vigilante, de silence aussi. Un temps pour la méditation, un temps pour la contemplation, un peu de réflexion, si vous préférez, avant toute décision, est-ce trop demander ? Que faire ? Comment faire ? Mais est-ce bien vous qui le désirez ? - Voir clair...
33 / 85 Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

°°° Par où commencer, direz-vous... Eh ! bien, par vos pieds, tout simplement. S'il s'agit de marcher, sur la route intérieure qui conduit au sommet, le chemin dépend des premiers pas, qui permettent de trouver l'équilibre. Immobile, cherchez l'équilibre intérieur en commençant par le plus simple, basique, les pieds. Inertes et immobiles, détendus et silencieux. Les orteils. Et même le petit doigt. Ne bougez plus. Vous qui vouliez marcher vers les sommets, voilà que vos jambes refusent de vous porter, les cuisses et les mollets vous semblent inertes, - comment pourriez-vous marcher, si vous ne savez où vous allez ? Comment pourriez-vous atteindre le sommet de la montagne intérieure, si vous n'en avez pas le désir, ou la volonté ? Quelque chose vous empêche ? Mais si votre coeur est triste, laissez la tristesse là où elle est, sur le bord du chemin, patience. Respirez doucement, immobile et patient. Trouver la paix intérieure est difficile, sentez comme vos reins, vos hanches, votre ventre, semblent raides, et lourds, - mais si votre coeur est triste, laissez la tristesse là où elle est, la raideur ne sert à rien. Reprenez vos forces, doucement, en respirant, calmement. En souplesse, dans le silence, un sourire secret. Alors seulement, le rythme de votre respiration, calme et doux, commence à vous donner un peu de sérénité. Soyez comme le voyageur, qui se restaure et trouve le repos, la-haut dans les collines. Vigilant et serein. La vie est un voyage intérieur, votre voyage dépend de votre démarche, de ce qui vous guide, de votre coeur et de vos reins, de votre patience, ou de votre persévérance, et voilà que votre respiration vous donne le confort suffisant pour examiner, silencieusement, ce que vous dites, aux autres et à vous-même.
34 / 85 Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

- Vos paroles, sont-elles sincères, justes, et mesurées ? Vraiment ? Alors, tout va bien. Une brise légère murmure dans les collines, doucement. Silencieusement. Vous avez atteint, non pas le sommet, mais la sérénité intérieure, le calme, la juste respiration, qui permettent la contemplation, ou la méditation. Alors voyez, comme l'énergie circule, verticale et alternative, - ainsi commence l'ouverture d'esprit, avec bienveillance. °°° Six étapes vous ont conduit à cet instant, assez simplement, mais ce n'est qu'un commencement, à vous d'aller plus loin, si vous le désirez. La forme initiale de cette méditation, c'est l'hexagramme 52 qui la fournit, intégralement, dans un texte légèrement différent. Il représente la montagne par excellence, que seule la pratique permet de visiter, et de fréquenter. Il représente la colonne vertébrale, qui soutient et permet tout mouvement, et la respiration, vitale. Voyez vous même. Les Commentaires du Mémoire de la Mue vous en diront plus, sur l'usage éventuel de la lucidité, qui va "du plus loin au plus près", et permet alors d'examiner la situation sans illusions, - voilà où en sont les choses, voilà où vous en êtes... Alors viendra peut-être la juste décision, celle qui vous permettra de progresser. °°°

35 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Les formes que prend la Montagne dans le Mémoire, c'est-à-dire les hexagrammes où elle exprime les nuances de son code principal, sont assez souvent des étapes difficiles, où il faudra mobiliser, rassembler ses énergies. Grâce à la méditation, certes, mais aussi en apprenant à contrôler ses forces, à en mesurer les risques. Par l'expérimentation, puis l'expérience. La force particulière de la Montagne, c'est ... son inertie. C'est une masse considérable, une puissance redoutable, qui porte la terre jusqu'aux confins du ciel, c'est un signal remarquable, puisqu'il permet de se repérer, et c'est enfin une frontière, parfois infranchissable. Cette inertie, celles des choses, et des êtres, qui ne bougent pas, et préféreraient ne rien changer, elle s'accumule, prolifère, jusqu'à atteindre sa limite, - à savoir le moment où les choses et les êtres doivent changer, par excès, ou par nécessité. L'érosion les a usés, usées, et voilà qu'elles et ils disparaissent, s'effacent, changent, abandonnant leurs dépouilles, leurs restes, leur poussière, leur mue, sur le bord du chemin. C'est ainsi que l'inertie est redoutable, elle contient son propre vide, et c'est ce qui l'épuise. °°° Ce que devient l'inertie, quand elle atteint son comble, est l'une ou l'autre des autres formes de l'énergie, elle se transforme alors, et donne la chansonnette joyeuse du ruisseau qui dévale de la montagne, le grondement sourd qui annonce l'orage, ou pire, le tremblement de terre.
36 / 85 Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Ou encore, elle se transforme en soupir de soulagement, en impulsion renouvelée, comme le ruisseau devient rivière, et fleuve, et océan. Sous l'oeil du veilleur, attentif et juste, elle devient repère, sur l'horizon ou passage discret vers d'autres contrées, qui sait. Et la voilà creuset, - pas de montagne sans vallon, - où s'abrite songeur, un étang calme et serein, tranquille refuge pour les oies sauvages, majestueuses. °°°

Quelques facettes escarpées

:: Dévalant de la montagne, là-haut, une source, qui chantonne gaiement, se faufile entre tous les obstacles, qu'elle franchit allègrement, en suivant naturellement sa pente naturelle. Voilà un secret bien gardé, qui nourrit les fontaines, et remplit le village de jolis rires d'enfants. :: Comme un arbre parmi les sommets, tenace, persévérant, comme une brise légère qui se faufile sinuant entre les collines, harmonieuse, et voilà la fidélité, douce et stable, qui permet la progression intérieure, et promet de belles moissons. Ainsi, réussir est affaire de fidélité à soi-même, de persévérance, d'harmonie intérieure, de patience ! Il y a donc de quoi faire ! :: Dans l'adversité, savoir se retirer, savoir reculer, quand l'obstacle est infranchissable, savoir préserver l'essentiel, quand les temps sont hostiles, le Mémoire est de bon conseil, le plus souvent, qui recommande la modestie, et la prudence.

37 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Trois images, trop sages, sans doute, - les humains sont joyeux, mais changeants, versatiles et infidèles à leurs propres paroles, agressifs et obstinés, alors, - toujours prêts à s'entretuer, pour un rien, un clocher, un minaret, une borne, une virgule, - n'importe quel prétexte suffit, pour déclencher la folie. °°° C'est alors que l'inertie, la résistance, deviennent certes nécessaires, si faire se peut. Profonde et simple sagesse, s'arrêter, avant de s'engager, dans une mauvaise querelle, s'arrêter avant de prendre une décision inutile et vaine, s'arrêter devant la moindre injustice, le temps de retrouver le calme, ou la sérénité, ou la paix intérieure, voilà qui permettrait de préserver le coeur, et ce pour quoi il bat, et continue de battre. °°°

Transitions Dans le petit tour d'horizon que nous avions entrepris dans le but de lever quelques-uns des secrets qui habitent le Mémoire de la Mue, et en constituent le ressort, le motif ou le moteur, le mobile même de sa pérennité, c'est-à-dire son efficacité, qu'avons-nous trouvé, jusqu'à présent ? Des images qui font signe, des signes qui forment un code, une méthode sommaire, mais expérimentale, une structure, simple et sophistiquée, qui tire sa force ou sa souplesse des articulations qu'elle construit, formule et élabore, par permutation récurrente, et peut-être un système de pensée qui tente de saisir, de repérer les facettes de la réalité, une soixantaine de facettes, quand même, d'emblée.

38 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Comme le jeu d'échecs actuel, cette matrice comprend soixante-quatre cases, exactement, chacune représentée par une image, un hexagramme, et chaque hexagramme acceptant de un à sept degrés de précision, qu'indiquent les traits dits mutants ou mutables. Même en tenant compte d'une consultation classique en trois temps, le nombre de combinaisons possibles est évidemment fini. Et c'est plutôt rassurant.

Mais s'agit-il de lire et de décoder le réel ? Ou seulement d'en approcher, avec prudence et méfiance, parce qu'en réalité, le réel nous demeure inaccessible, étrange mystère. Pour l'appréhender, nous disposons de ces fragments que sont les symboles, du langage, toujours approximatif, et de quelques fragiles certitudes, mathématiques. Et c'est déjà beaucoup, sans doute mieux que rien. Puis, soudain, dans le silence matinal, de petites mélodies, le chant des oiseaux, comme des rires d'enfants, le jour se lève, joyeux et souriant, et resplendit majestueusement sur l'étang endormi. °°° Inaccessible, le réel ? Insaisissable ? Mon oeil... Il suffit d'ouvrir le dico, et le réel, c'est très précisément "ce qui existe vraiment", un fait réel et véritable, ça devrait pouvoir exister, non ? Se vérifier, alors... A défaut de quelqu'un, ou de quelqu'autre, des êtres en devenir variable, sans doute existe-t-il des choses, que l'on puisse tenir pour réelles et vraies. Par exemple ?
39 / 85 Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

La terre, le soleil, le ciel, l'horizon, la montagne, l'argile, la cendre, la poussière, les étoiles, la lune, ... L'eau dans la rivière, le saule sur la rive, la charrette chargée de fruits, la brise, la pluie, le tonnerre, quand vient l'orage, l'incendie dans la forêt, là- haut ... L'énergie, le mouvement, l'inertie, la matière. La vie, la connaissance, la science. Ou encore, par définition, l'ensemble des nombres réels, rationnels ou non, c'est réel, non ? Tout à fait réels, faudrait-il en douter ? Mais tout autant en devenir, insaisissables, inaccessibles, intangibles, dans leur structure profonde, d'ondes stables, de corpuscules mobiles, de sables mouvants, de relations quantiques, impalpable musique, variations permanentes, décomptes aléatoires, - un chat, qui passait par là, est-il mort ou vivant, demande Schrödinger, en posant le principe d'incertitude, comme relation fondamentale, il y a quelque temps. Personne n'en savait rien, heureusement pour le chat, peut-être. °°° [*] Pour en savoir plus : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89quation_de_Schr%C3%B6ding er

°°°

40 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

-4-

La Brume

Deux symboles représentent, dans le Mémoire, l'eau, l'un sous la forme de la brume, des nuages, qui peut-être apporteront la pluie, - l'autre sous la forme du lac, étang, rivière ou fleuve, qui de même, grossissent ou diminuent, au fil des saisons, c'est selon. Deux images au lieu d'une, que faire de cette information ? Choisir, mais comment faire ? Autre solution, ne rien faire, et les prendre comme elles sont, en accepter la diversité pour ce qu'elle est, la chance de disposer de deux formes possibles, pour une seule substance, deux approches possibles pour un seul phénomène, après tout, ce n'est peut-être pas si naïf que cela. Il y a donc, selon le Mémoire, le ciel et la terre, certes, l'énergie et la matière, leur relation complexe et double, mais aussi l'inertie, symbolisée par la montagne. Dans le paysage apparemment immobile, deux formes vagues, deux mouvements obscurs apparaissent, brouillard, ou reflets, - mais est-ce une illusion, qui sait, ou deux aspects de la même chose ? Faut-il s'en inquiéter ? °°° Le trigramme de la brume représente l'incertitude, l'hésitation, et même le danger. Le voyageur improbable, qui voulait s'attaquer aux plus hauts sommets, voilà que la brume et le brouillard lui masquent le chemin, comment pourrait-il avancer sans chuter dans les ravins, insondables de part et d'autre, ou même dans les ornières, qui marquent le passage...
41 / 85 Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Pourtant, la brume fait bien partie du paysage, elle est l'obscurité, reposante, la clarté lunaire, parfois inquiétante, elle représente cette donnée éminemment incertaine, qu'est la durée. °°° Le Mémoire le sait bien, qui raconte la Mue, le temps nous est compté, certes, mal nul ne sait pour combien de temps encore, la brume va obstruer le chemin. Sans doute va-t-elle se lever. Pour combien de temps ? Et s'il y a bien un passage, sans doute ne faudrait-il s'y engager qu'au bon moment, sans quoi le risque existe de s'y perdre, et de chercher alors à en sortir, pendant on ne sait combien de temps... L'art du cheminement sur le chemin de la vie est savoir incertain. Mais il y a dans le Mémoire quelques images, pour guider nos pas. :: Dans l'obscurité la plus profonde, préserver la lumière, - il s'agit de la lumière intérieure, et pas seulement de la lueur d'un bout de chandelle, précieuse quand même. :: Dans le doute le plus obscur, chercher la lumière, - il s'agit de la sagesse, sans doute, ou de ce qu'en disent les sages, peut-être, le texte originel n'est pas très clair sur ce point. :: Dans les passages difficiles, marcher au milieu du chemin, et redoubler d'attention, c'est un exercice qui permet de se surpasser, pas à pas, - dit le texte. Et soudain, au détour du chemin, voilà quelqu'un, quelqu'une, un être humain.

42 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Et voici, inattendu et évident, le temps de l'entr'aide, offrir son aide, accepter de l'aide, c'est tellement simple, et cela permet de franchir le gué, de passer l'obstacle, de sortir de cette mauvaise passe. Entr'aide mutuelle, réciproque. Soulagement partagé. Etonnant, non ? °°° Rien ne vous étonne, possible. Dans le désert inhumain que dessine l'horizon, voici un repère, mais rien ne vous étonne, et pourtant. Presqu'aussi vieux que l'écriture, apparu il y a trois millénaires environ, ce grimoire où l'entr'aide est exactement décrite, et à plusieurs reprises, comme l'un des symboles humains les plus puissants, comme la réponse principale à la difficulté, à l'incertitude, au danger. Deux mains qui tirent sur la même corde, et peut-être le voyageur en détresse au fond du ravin sera-t-il sauvé. Deux mains qui s'activent pour renforcer la digue, et peut-être l'inondation sera-telle contenue. L'entr'aide ainsi est une des formes premières de sauvegarde de l'humain. Une forme première de l'énergie. Sans doute, à celles et ceux qui cherchent que faire et comment faire, dans la situation présente, la réponse paraîtra évidente, simpliste, insuffisante. Une autre image alors.

43 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Dans les ronces et les épines, une jeune pousse, prisonnière de ses racines, en souffrance. Elle cherche par tous les moyens, de toutes ses forces, l'air et la lumière. Ainsi, la vie. Sortir des temps difficiles n'est sans doute pas si simple. Chercher l'entr'aide. Chercher l'air et la lumière. Trouver, plutôt. °°° Dans le doute, que faire ? - Quelques réponses, en vrac, faites le tri. Attendre Consolider Savourer un bon repas Consulter un ancien, un autre, un sage Continuer le chemin Demander conseil Faire le tri Garder ses forces Marcher tranquillement Ne pas s'en faire Ne pas s'enferrer Ne pas s'épuiser Partager Passer la passerelle, le pont, le gué Préserver l'essentiel Rassembler ses forces Renoncer Respirer calmement Retrouver sa lucidité S'arrêter S'en retourner S'engager vraiment sur la route S'entr'aider S'organiser. S'unir Se libérer Se préparer Trouver la lumière Veiller sur les enfants Vérifier Voir venir Voir plus loin ... °°° Cette liste ne sert à rien, strictement à rien, et en tout cas, pas à celles ou ceux qui ne doutent de rien. Cette liste est incomplète, mal pensée, mal rédigée. Trop longue.
44 / 85 Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Elle occupe de l'espace et du temps, elle consomme un peu d'énergie, très peu, mais ne produit pas grand'chose, comme résultat. Trop courte Que fait-elle là, d'ailleurs ? Elle ne pose pas les bonnes questions, donc elle n'obtient que des réponses médiocres. Elle oublie des items, en grand nombre, - calculer, mesurer, choisir, décider, réfléchir, sécuriser, assurer, par exemple. Elle n'est même intéressante qu'à la condition de chercher ce qu'il lui manque, ce qu'elle oublie. Trois items seraient suffisants, sans doute, mais lesquels ? A vous de jouer. °°° De quoi s'inquiéter ?

Toujours en mouvement, majestueux, splendide, le ciel annonce parfois de terribles orages, des tempêtes et des cyclones, et des inondations, qui détruisent les récoltes, voire les habitations, sans parler de la neige et de la glace, des saisons, - la prochaine sera-t-elle clémente, nul ne le sait. L'avenir est incertain, basique constatation. Et donc prévoir les pénuries, si possible, serait sage. Prévoir des secours, en cas de désastre, de même. Et en effet, les catastrophes, les famines, les pénuries, les désastres n'ont jamais été rares, dans la durée. Il n'y a donc pas de raison de les ignorer. Toujours incertaine, la terre n'est pas si solide qu'on le pense, elle tremble, s'affaisse, s'éboule, s'effondre, entre en éruption, se bouleverse, cataclysmes naturels, séismes dévastateurs, tsunamis
45 / 85 Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

sur les rives et les côtes, voir paragraphe précédent. La nature n'est toujours généreuse, elle est parfois terrible et hostile, inhospitalière et féroce. Il n'y a donc pas de raison de l'ignorer. Entre le ciel et la terre, les humains, terriens et terriennes, bien peu prévoyants, bien peu solidaires, sauf exception bien médiatisée. Peut-être le pire ne vient-il pas de la nature déchaînée, dont on peut apprendre à se défendre, peut-être le pire vient-il directement des humains, de leurs conflits, de leurs rivalités, de leurs croyances, de leurs guerres, de leur misère, de leur injustice, de leur barbarie. Liste non close. Et en effet, les guerres, les conflits, les rivalités, les désastres, les famines, les catastrophes, civiles, militaires, humanitaires, n'ont jamais manqué. Il n'y a donc pas de raison de l'ignorer. °°°

46 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

-5-

Le Vent

Puis le vent chasse doucement les nuages et la brume, ainsi l'incertitude ne dure pas, finalement. Pas éternellement, en tout cas. La brise balaye les nuages, certes, et même ceux qu'elle avait apportés... Est-ce vent, brise ou tempête, qui obtient ce résultat, parfois l'un, parfois l'autre... Dans l'urgence, s'efface alors le doute, quand il est temps d'agir. Découvrir la solidarité, l'entr'aide, le contrat social, les règles qui régissent la relation à l'autre, aux autres, voilà tout un programme. Et il est temps d'agir. Après cette période incertaine, de vague à l'âme, d'inquiétude, d'anxiété, reprendre son souffle. Respiration, à nouveau, souffle profond, double. Elle est retrouvée. Quoi ? L'inspiration. °°°

La forme que décrit le trigramme du vent, c'est la souplesse, la douceur, la subtilité. En un mot l'intelligence, qui jamais n'use de la force, et contourne les obstacles. Dans cette subtilité, quelques pièges, parfois, l'incertitude n'est pas loin, elle s'est juste effacée, - pour la chasser vraiment, il faudrait un peu plus que du vent. Dans cette subtilité, le risque réel, c'est le mensonge, la fausse promesse, les belles paroles.

47 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

La force que décrit l'hexagramme du souffle du vent, c'est celle de la parole donnée, ou plus précisément, échangée. Il s'agit de faire un accord, avec soi-même et avec l'autre. Partenaire, compagne ou compagnon, fournisseur ou client, peu importe. Ce qui compte vraiment, c'est que cet accord soit juste, et respecté, de part et d'autre. Durable, alors. Vaste programme, à nouveau. °°° Qu'y a-t-il à entendre, des énergies subtiles qui circulent, ici aussi peut-être ? Un peu de musique, par exemple, il s'agit d'harmonie, et surprise, l'harmonie est rentable, parce qu'elle est efficace. Tandis que la discorde paralyse les énergies. Qu'y a-t-il à savoir, du côté de la subtilité ? Qu'elle se perd dans les sables, quand elle est trop subtile, et qu'elle épuise l'échange, ou l'annule, par excès ou par défaut. Au fond, l'honnêteté est une garantie pour l'avenir, tandis que la tromperie le menace, d'évidence. Qu'y a-t-il à découvrir, à propos de la parole, dans le Mémoire ? Sans doute la notion d'échange équitable, équilibré, juste, à la source du commerce, certes, mais tout autant de la diplomatie, dont la mission est de résoudre les conflits. Les éviter, les apaiser, les effacer.

48 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

De la diplomatie, le Mémoire dit qu'elle est discrète et efficace, quand elle produit un contrat et un accord, "Comme un double lien réciproque et mutuel". C'est un accord, "présent et conforme, mutuel et réciproque, comme un contrat qui les lie tous les deux, et les relie". Pour insister autant, il faut croire que ce n'est pas évident, qu'il n'est pas si simple de faire la paix, ou de renoncer, une fois l'accord conclu et les sceaux échangés, à l'idée de dénoncer le contrat, si l'occasion se trouve ou se présente. Et pourtant, il s'agissait de sortir d'une période troublée, douteuse, pleine d'aléas et d'incertitude, de dangers. Faire la paix, échanger les menaces de conflit ou de guerre contre un accord équitable, ça ne paraît une si mauvaise idée. Et pourtant, en effet...

[*] Pour en savoir plus : Voir aussi l'hexagramme 27. La bouche est lieu de passage des paroles et des nourritures, sur quoi il faut veiller, elles sont les unes et les autres, précieuses... Vitales. °°°

49 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Multiples négociations

Pour parvenir à un accord équitable et durable, voyons la procédure que décrit le Mémoire. Petit tour d'horizon, et voici les données initiales, échangées en un inlassable va-et-vient, navette des messagers, discussion énergique, autrement dit. Aux négociateurs, le Mémoire recommande la vigilance, certes, et d'aller examiner jusqu'au moindre détail. Tiens donc ! Puisqu'il y a un conflit, des rumeurs et des croyances, des contradictions, établir un bilan de l'avis des parties, et pour cela les convoquer, puis consulter les historiens, les géographes, les savants, les gardiens des mémoires... Chercher calmement à dénouer la situation. Pour retrouver l'inspiration, observer les hésitations, évaluer les complications, soulever les supputations, voyez pourquoi et comment les vents sont contraires. La partie adverse a des arguments, les prendre en compte. Curieusement, les vents deviennent alors favorables, pour cela, il faut prévoir trois cas de figure, trois types de solution, trois scénarios, pour commencer à y voir clair. Le pire, le meilleur, l'intermédiaire, qui est médiocre ou moyen, sans doute. Oui, au milieu, un moyen. . C'est affaire de sagesse, finalement. Le sage est celui qui partage sa sagesse, sans rien en perdre lui-même. Précision supplémentaire, avant l'accord, comme pour tout évènement, compter trois jours auparavant, et trois jours après. Histoire de prévoir l'organisation des festivités, et leurs lendemains...
50 / 85 Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Mais voilà, il y aura des complications, des arguties, et si les promesses ne sont pas tenables, ou pas tenues, l'accord se terminera par un échec. Le prévoir serait sage. Se méfier des fauxsemblants, élémentaire prudence... Risque sinon de tout perdre. °°° Le sage confirme ses engagements, réaffirme ses alliances, s’organise et diffuse ses messages, - parce qu’il désire que la parole soit respectée. Ainsi son influence subtile s'étend doucement. Après le temps de l’alliance, souple et conforme, viendra celui de l’amitié, et du partage. °°° Ce petit cours sommaire de négociation est extrait, presque mot pour mot, du Mémoire de la Mue, (hexagramme 57). D'accord, c'est basique. Mais s'il s'agissait, en réalité, de passer un accord avec vous-même, de prendre une résolution, à propos d'un sujet sur lequel vous hésitez, n'en irait-il pas de même ? Faites alliance avec vous-même... Essayez, c'est amusant. A vous de jouer. °°°

51 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Le vent redouble, et danse, sur la cime des arbres, qu'il fait bouger, visiblement. C'est alors qu'il devient visible. Il redouble et pénètre partout, jusqu'au moindre recoin. Et c'est ainsi qu'il est subtil. Dans la forêt, où il aime à circuler, il menace parfois les grands arbres, mais répand aussi leurs graines aux alentours. C'est ainsi qu'il participe à son renouvellement. C'est une force invisible, le plus souvent, qui prend parfois le signe du bois, dont on sait qu'il est nécessaire au feu, et à la chaleur du foyer. Douceur, donc, sous cette forme aussi. Douceur de vivre, encore à venir, sans doute. °°° Quelques instants sous le signe du vent Parmi les hexagrammes, le vent occupe quelques positions intéressantes. Tous les hexagrammes en font autant, certes, mais... C'est un signe de passage, comme tous les hexagrammes, certes, mais peut-être rend-il plus visible la circulation des énergies, leur mouvement subtil. Ainsi, quand il passe sur la terre, c'est pour devenir moment de contemplation. Et s'il s'élève au dessus du ciel, c'est pour observer les moindres détails. Le voilà passant sur la montagne, il y est signe de fidélité, à soi-même et à l'autre. Au dessus de la brume, il la disperse, et prône l'entr'aide, la solidarité Soutenu par l'énergie de l'éclair, il est le don, la générosité.
52 / 85 Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Allié au feu, il diffuse la chaleur du foyer, en en fournit l'énergie. Enfin, sur le lac, il permet de découvrir la vérité intérieure... Autant d'étapes dans votre réflexion, en somme... En position seconde, il dessine, avec la brume, le puits qui signale le centre du village, et promet de jolies rencontres, sous le ciel. Il désigne aussi le travail de la terre, la prévoyance, la durée, la neutralité ou la solitude, et la séduction, entre autres. Voyez vous même, le texte dans son moindre détail... En vérité, il pénètre partout... C'est bien pourquoi il est signe d'intelligence, subtile et pénétrante. Et on va bien en avoir besoin... Un peu d'air. °°°

53 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Le vent, le bois, et l'arbre Pour aller jusque dans le détail, le vent qui glisse dans les arbres représente aussi autre chose, l'arbre, le bois, et partant, cette notion complexe, qui se nomme l'environnement. :: L'idée d'écologie est relativement récente, dans sa forme moderne, d'étude des relations du vivant avec son milieu de vie, généralisée à l'étude des écosystèmes, où se forment nos conditions de vie. :: L'idée d'environnement est sans doute beaucoup plus ancienne, l'humanité depuis qu'elle existe a compté avec son environnement, cherchant d'abord à y survivre, puis à y vivre. :: De ces deux dimensions, par généralisation et analyse expérimentale entre autres, proviennent les sciences de la complexité, qui tentent de rendre intelligible un monde qui ne sait plus ni d'où il vient, ni où il va. Dans ce contexte, où se mêlent la science, plurielle, et l'urgence, singulière, le Mémoire de la Mue propose une démarche à la fois systémique et expérimentale, symbolique et méthodique. Modestement. Ce n'est pas rien, d'imaginer une recherche qui part d'emblée du postulat que les êtres et les choses, les énergies et les éléments, s'influencent, en permanence, évoluent, de même, et inter-agissent réciproquement, autour d'un équilibre jamais parfait, jamais atteint, toujours en recherche d'une harmonie possible. Au fond, ce postulat ressemble à l'image que donnerait une science réunifiée, et non plus morcelée, ouverte, et non plus cloisonnée, indisciplinée, certes, mais respectueuse, au sens profond et étymologique de ce mot. °°° En savoir plus : http://fr.wikipedia.org/wiki/Portail:Environnement °°°
54 / 85 Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

-6-

L'Orage

Le tonnerre et les éclairs se succèdent, grand remueménage dans le ciel et sur la terre, voici l'orage, étonnant déploiement d'énergies. Imprévisible, incontrôlable, c'est pour chacune et chacune comme une épreuve, exigeante et fertile. Bientôt viendra la pluie, enfin ! Il y a de l'excès, dans ce phénomène météorologique, et des risques, qui impliquent la prudence. Mais ce que souligne le Mémoire, c'est le retour à l'équilibre, le retour de la pluie après une période de sécheresse, et l'annonce d'une bonne nouvelle probable, malgré les apparences. Que faire, en face du danger, de l'impondérable, de l'imprévisible ? Gardez le calme, et le coeur serein. Rester sans crainte devant le changement qui s'annonce. Ne pas se laisser désemparer, déstabiliser. Du point de vue de ce qui devrait changer, - la sécheresse, le manque d'eau, la pénurie, donc, - le tonnerre et l'éclair annoncent une impulsion énergique et favorable, extérieure il est vrai, aux spectateurs, aux spectatrices, muets devant cette tourmente peutêtre bénéfique. Image un peu sommaire, deux enfants apeurés et inquiets, contemplent muets, la scène de ménage, inattendue, que leurs parents sont en train de jouer, avec force cris, du bruit, de la fureur, des larmes, ça va mal, mieux vaut se garder d'intervenir, ne pas s'en mêler, se garer même, cette colère inhabituelle finira bien par se calmer...

55 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Du point de vue de ce qui doit changer, - l'orage oblige à veiller ... à se réveiller, à changer, à avancer, à bouger. Oui. A s'adapter, se conformer à la nouvelle situation, encore floue. Retrouver ses esprits, - le ciel s'était assombri, l'orage semble semer la confusion, il gronde, les éclairs claquent, comme en colère, le vent s'en mêle, mais dans le même mouvement, le ciel est en train de se dégager, il se libère des nuages, qui délivrent de la pluie. Du point de vue de ce qui aura changé, après l'orage, il y a quelques dégâts, de la vaisselle cassée, des bleus, non pas seulement dans le ciel, c'est un orage violent, sérieusement. Donc il va falloir réparer ce qui a été cassé, changer ce qui a été abîmé, ou même détruit. Le calme revient, et la sérénité, le Mémoire propose l'entr'aide, pour accompagner le dénouement de la crise, de la scène, au lendemain de l'orage. L'entr'aide, à nouveau. Parce qu'elle fait du bien, inévitablement. °°° Etonnant, non ? Et tellement évident. Le Mémoire, dans cette démonstration limpide prend un événement naturel, l'orage, par exemple, et il en décrit finement le déroulement, connu de tous, le ciel chargé, les éclairs impressionnants, le déchaînement du tonnerre, du vent, les vives bourrasques, la pluie qui vient, en rafales brusques, le ciel qui se dégage et s'éclaircit, le retour au calme, après la tempête. Cet épisode décrit aussi les phases et les étapes d'une crise, d'un coup de colère, d'une scène de ménage, d'un conflit violent, brutal. Et il y trouve, par la même occasion, comme un mode de résolution, d'un problème humain, - banal ou fatal, c'est selon.

56 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Est-ce là une leçon de choses, ou un petit traité de morale pratique ? Les deux, certes. Un peu plus aussi, grâce à la fonction symbolique, dont on perçoit l'usage intensif, - ça parle à l'esprit, ça dit quelque chose de l'humain, des humains, de leurs émotions, parfois brusques, de leur dynamique relationnelle, et ça fournit, dans le même temps, un soulagement, très exactement ici le soupir de soulagement, que chacun connaît, quand l'orage est passé. Comme par magie, vous venez de soupirer, vous aussi. De souffler, comme après un moment de tension, les muscles se relâchent, se détendent, et l'esprit de même. Il s'est passé, il se passe donc quelque chose, à observer attentivement le déroulement d'un texte, qui reproduit assez finement le code d'un moment, émotionnel et physique, déjà connu, il est vrai. °°° Une page de pub. Le monde occidental moderne connaît déjà parfaitement le charme et la magie des images, leur impact sur les cibles, leur pouvoir, émotionnel et inconscient, il en use et en abuse dans la publicité, la communication commerciale, les discours politiques, et même, inévitablement, dans la manipulation sociale que sont les religions, les croyances, les mouvements d'opinion, de toute nature. Sur ce point, le monde occidental moderne n'a rien inventé, l'humanité utilise dans le langage courant, même le plus élémentaire, des systèmes de signaux simples, pour attirer l'attention de l'interlocuteur, de l'interpellé, de l'autre, et en obtenir des gestes ou des actes, des faits actuels, et des mouvements efficaces. Attention ! Alerte ! Aux armes ! Au feu ! Allô ! Au secours ! A l'aide !
57 / 85 Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Assurez-vous de n'avoir rien oublié, - Achetez vite cet excellent gadget, Avant qu'il soit trop tard... Aaaah !

Fonction phatique, mise en phase des pratiques, conformation des esprits, formatage, tout simplement, par mimétisme naturel, - la même émotion devrait produire le même résultat pour tous les mêmes mécanismes. Mise en mémoire d'instructions formatée(s), voici les mèmes, un néologisme à la mode. Dans ce paysage, où les formes et les signes dominent, ni le sens, ni le bon sens ne sont donnés, ou s'ils l'étaient, anesthésiants et mensongers, on pourrait toujours les juger, à leurs résultats, aux traces catastrophiques qu'ils laissent, parmi les environs, dans la nature, et dans la population humaine. Après la débâcle, restera-t-il des survivants ? Les nuages s'amoncellent, gronde l'orage, au loin, roulent les tambours du ciel, comme s'accumule l'énergie, en menace perceptible de tous. Quand la tempête sera passée, inévitablement, réparer les dégâts, si possible, et imaginer le soulagement... Soupir, à nouveau. °°°

58 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

-7-

Le Soleil

Grande nouvelle, le jour se lève, comme chaque jour. Voilà une nouvelle exactement banale, et parfaitement fatale. Il y a donc lieu de l'examiner de plus près, pour sortir peut-être du dédale obscur. Et justement, voilà que le Mémoire propose un fil d'Ariane, et un espace de réflexion. Au petit jour, nous avions entrepris un petit voyage, une promenade de santé, dans les collines, la brume et le vent s'en sont mêlés, et l'orage est passé, dans la nuit. Voilà que le jour se lève, nouveau. A nouveau. Pourtant, quelque chose a changé, entre temps. - C'est déjà l'équinoxe. - Non, c'est le solstice, plutôt... Quelques secondes séparent ces deux répliques, en apparence. Trois mois plus tard, à nouveau, l'équinoxe, sans doute, ou trois mois plus tôt, les jours s'allongent ou raccourcissent, et se multiplient. Jour après jour, ainsi, l'énergie toujours présente, croît et décroît successivement, en rythmes lunaires et annuels, toujours recommencés. Révolution solaire. Ainsi, sous le soleil exactement, s'accumulent les richesses, de moissons en moissons, de semailles en moissons, de moissons en semailles. Passent les semaines, petits signes dans les calendriers, et ce qui a été semé, en son temps, sera récolté, en son temps. Passent les ans, évidemment. C'est ainsi, vient le temps de la mue, dont le Mémoire garde la trace, fragile et puissante à la fois.

59 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

°°° Transmutation Sous le signe de l'énergie libérée, terriblement efficace, du feu, quand il est sous l'eau, voici l'eau ordinaire qui se met à bouillir, et bouillante, se transforme en vapeur, s'évapore, et disparaît. Variante, l'eau bout, déborde, le feu s'éteint, dans un nuage d'énergie dissipée. Que s'est-il donc passé ? Etrange transformation. Travail de l'énergie, en démonstration, énigme physique, concrète, reproductible, fait réel dont il s'agit de percevoir les applications, les similitudes, la logique. Disparition, de l'eau, ou du feu, y songer, dans le second cas, comme effet de l'énergie, et aboutissement d'un usage de l'énergie qui va à son terme, et épuise son objet. °°° Qu'en dit le Mémoire de la Mue, de cette mue, et que metil en mémoire ? Il émet l'idée, l'hypothèse, que de cette transformation, il reste quelque chose, et même autre chose, - tout se transforme, et fait peau neuve, en une perpétuelle métamorphose. Un peu de fumée, nuage de vapeur, quelques cendres. ... les choses comme les êtres se séparent, changent de forme, et muent. Ainsi, faire peau neuve. Transmutation. C'est même, probablement, l'idée centrale du Mémoire, cette transmutation incessante. De la naissance, à l'enfance, de là jusqu'à l'âge adulte, incessante mue. Deux exceptions, - l'une, peut-être, l'amitié, qui est "un lien si puissant qu'il résiste au changement". L'autre, c'est celle du
60 / 85 Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

sage, qui traverse le changement, tout en poursuivant son chemin, "et se renouvelle par là même". Après le changement, vient le temps du partage, et de la bienveillance, dit le texte. °°° C'est une constatation simple, commune dans les campagnes, et parfois dans les villes, le feu produit de l'énergie, de la chaleur, et quand il a fini de brûler, il en reste des cendres, des fumées, et le souvenir de la douce ou terrible chaleur. Dans l'opération, le bois a disparu, transformé en énergie. On voit donc disparaître l'énergie, à sa source, quand elle a rempli son rôle. Se pose alors la question du renouvellement des ressources, ou de l'épuisement des gisements. Mais inversement, quand l'énergie s'accumule, sans pour autant remplir son rôle, qu'advient-il ? Dans la thématique du feu, ou du soleil, l'énergie est essentielle, elle anime notamment la société, quand elle produit des richesses. Eblouissante, la richesse. Et quand la société ne tire pas profit de ces richesses qu'elle a produites, énergie bloquée, confisquée, détournée, alors, le Mémoire prétend que gronde la révolte, ou la révolution, renversement du pouvoir, de l'autorité, et quête d'une nouvelle transformation... La question méritait d'être posée. °°° En coups redoublés, sous le soleil exactement, gronde le tonnerre, comme un avertissement. Sérieux. Il y avait richesse et abondance, où donc sont-elles passées, dans quelles poches se sont-elles perdues, et dans quels gaspillages sont-elles réapparues ?

61 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Qu'une part des récoltes serve, certes, aux semailles, c'est simple nécessité. Qu'une part des récoltes, serve de réserve, pour le village et la communauté, c'est tout-à-fait normal, et qu'une part encore des récoltes soit offerte à l'empereur, qui veille là-bas au loin, pourquoi pas, puisque tout le monde en fait autant. En coups redoublés, l'orage annonce que quelque chose ne va pas, il devrait rester les deux-tiers de la moisson, à celui qui l'a produite, et récoltée. Le village s'organisait hier en fonction de cette répartition des charges. Mais voilà que la récolte a disparu, la moitié de ce qui restait, environ, s'est envolée. Où donc est-elle passée ? Des voix s'élèvent, qui réclament justice... Justice ? °°° Comprendre le changement ? Rien de plus simple. Dans la bouilloire, oubliée sur le coin du feu, de l'eau. Un peu plus tard, il n'y a plus rien. Etrange disparition, dont le Mémoire dit quelque chose, l'eau a disparu, mais il doit bien y avoir, quelque part, quelque trace de cette mue. Après réflexion, examen, et vérification, l'eau est bien passée quelque part. Elle circule, sous la forme de vapeur, de nuage, de rosée, elle ira se condenser ailleurs, se transformer, en neige, en glace, en pluie, et cette découverte fut, sans doute, source d'étonnement, ou d'émerveillement. La voilà bientôt, qui alimente le lac, là, juste en bas de la la colline, ou la rivière, et même le puits.

62 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Comprendre le changement, facile. Avant, il y avait quelque chose, après il n'y a plus rien, il s'est donc passé quelque chose, rien de magique, mais le résultat, mesurable, rationnel, reproductible, d'un travail invisible de l'énergie en action, et c'est quand même étonnant, non ? A ceux et celles que rien n'étonne, on peut certes poser la question malicieuse, - et où donc passe toute l'énergie que vous déployez, pour paraître puissant ou puissante, notable et respectable ? Dans la vapeur et la fumée, dont vous vous enivrez ? Où donc est passée l'eau qui alimentait votre moulin, et vous donnait du grain à moudre, et du pain sur la planche... Qui sait ? °°° Avec le temps, au bout d'un certain temps, le feu aussi s'est éteint, il en reste des cendres, sans doute. Double disparition, l'eau et le feu, transformés, transmués. Ainsi, mutation des énergies, en perpétuel mouvement. Parfaitement visible(s). °°° Comprendre de le changement, pas si simple. Avant il n'y avait rien, et voici qu'il y a un être, étonné et surpris, du monde étrange et incompréhensible dans lequel le voilà plongé. La faim et la soif, malaise vital, alarme instinctive, comment faire pour la soulager, petits cris dans la nuit, presque désespérés, jusqu'à ce que vienne une entité dotée du pouvoir de supprimer la faim, la soif, le mal-être, par magie efficace. Fatigue, sommeil, et retour du cycle, alternance de souffrance et de soulagement, comme se suivent la nuit et le jour.

63 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Avant il n'y avait rien. Deux entités se sont réunies, elles ont échangé des informations, des signes, des messages, des codes, et même des secrets, et voilà qu'il y a de la vie, et cette litanie des cris, qui ponctuent les temps, alternés, de souffrance profonde, et de soulagement, - plaisir reçu comme un don, codes premiers, archaïques et sensibles, inscrits dans les registres de mémoire, aux premières pages. Avec quelques mélodies, murmurées, mélopées scandées, en contre-point, naissance de la musique. Ainsi naissance de la parole, qui cherche à comprendre le monde, l'apprivoise, le décrit, en réponse à d'obscures et lointaines souffrances, premières.

°°° L'aviez-vous vu comme ça, le changement ? Comme une réponse, en mémoire, d'une mue, et d'une alternance intrinsèque à la vie. Consulter le Mémoire de la mue, en écouter la petite musique, est peut-être un moyen d'entendre une partie des codes et des messages archaïques échangés dans la nuit des temps, par les humains, quand ils cherchaient à comprendre le changement, y décelaient des énergies en mouvement, et parfois des paroles efficaces. Et prendre place alors dans une longue lignée, de celles et ceux qui cherchent encore, et trouvent. °°°

64 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

-8-

Le Lac

Comme vous vous en doutiez, le lac n'est pas un lac, à proprement parler, c'est une forme élémentaire et symbolique, constituée de trois petits traits, comme tous les trigrammes, et qui représente l'énergie la plus complexe de toutes, celle de la société humaine, sous toutes ses formes. Le lac n'est pas un lac, c'est aussi bien un étang tranquille, un ruisseau vigoureux, une rivière féconde, un fleuve parfois tumultueux, une réserve d'eau, obtenue par retenue, et même un puits, autour de quoi le village perdure. Et en effet, les humains se ressemblent et se rassemblent, ils créent des alliances, parfois pour faire face à l'adversité, ils construisent des passerelles, qui servent aussi de frontières, se rencontrent, malgré tout, se suivent de génération en génération, changent, certes, et bien sûr, échangent, commercent, communiquent, échouent parfois, et s'épuisent alors, en conflits incessants, à quoi il faut veiller, mais tous se trouvent sur le même chemin, où ils marchent, sous le ciel, pensent-ils, sur la terre, aussi bien. D'accord, le paragraphe qui précède ne recouvre qu'une toute petite partie de la réalité, une parcelle des épisodes multiples des relations humaines, et sans doute mériterait d'être examiné, critiqué, reconstruit. Par exemple, à quelle étape en êtes-vous, sur votre chemin, dans votre cheminement, pour votre propre compte ?

65 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Le lac est lieu de convergence, où les eaux se rassemblent, s'unissent, et par temps calme, reflètent sereinement le ciel, le paysage, l'univers tout entier. Un miroir, en somme, de ces moments multiples où les humains se rassemblent, se retrouvent, les uns et les autres. Bonne fortune, ce temps de retrouvailles, et de festivités, n'est-ce pas ? °°° Que font donc les humains quand ils se retrouvent, après un temps où ils s'étaient perdus de vue, peut-être ? Ils échangent des propos, des souvenirs, des nouvelles, des projets, se communiquent des informations, sur les uns et les autres, sur leur devenir. Ils échangent, et partagent, des paroles, de l'amitié, et c'est, le plus souvent, un moment précieux, harmonieux, de plaisir simple. Conversation amicale, entre semblables. Paisible, l'amitié, joyeux moment d'harmonie, et de plaisir partagé, douceur de vivre, certes, à condition que ce moment soit, de part et d'autre, sincère, authentique, sans quoi ce serait illusion, et promesse d'orages, comme chacun sait. Eblouissant, le Mémoire de la mue parle à mots couverts des émotions les plus précieuses, les plus profondes, et des ressorts secrets de la communication, conçue comme une combinaison de formes, porteuses ou non d'harmonie. Bien sûr, ce discours est discutable, naïf, optimiste, voire simpliste. Et pourtant... Voyez la suite ! °°°

66 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

La société humaine produit, comme c'est sa nature, et sa fonction, des êtres humains, que la terre accueille et recueille, et où ils se rassemblent, comme gouttelettes d'eau dans la rivière. Puis, quand les humains se rassemblent, ils produisent à leur tour la société humaine, car telle est leur nature, leur fonction. Voyez le résultat, de cette double interaction, de ce chaînage systémique, dont nous sommes la ressource initiale, les acteurs, et le résultat. - Quelque chose ne va pas ? En effet. °°° Ayant posé la question insoluble d'une société humaine, aux prises avec l'adversité, le conflit, la pénurie, la misère, la guerre, l'imprévision, la folie ordinaire, l'ignorance, le mensonge, ... d'une humanité en manque d'humanité, - y a-t-il, selon le Mémoire, la moindre perspective d'amélioration ? Une bonne soixantaine de réponses, quelques conseils de bon sens, quelques avertissements catégoriques et formels, est-ce suffisant ? Non, à l'évidence, il y a encore du pain sur la planche, et du grain à moudre, dans les méandres du vieux grimoire, quelques trésors et quelques secrets, qui en font, précisément, un trésor de l'humanité. °°° Première proposition remarquable : trouver la juste mesure, sage moyen pratique d'éviter les débordements, de toutes sortes. Le Mémoire en donne une image concrète et parlante, la juste mesure, c'est un boisseau, un simple seau de bois. Il sert à distribuer l'eau du puits, ou le grain du grenier, aussi justement que possible.

67 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Distribution équitable, voilà un secret raisonnable, qui recommande de préserver l'avenir, le grain pour les futures semailles, et l'eau de même. La bonne mesure fait du bien, douce harmonie, plénitude, comme le savent les musiciens...

Deuxième proposition remarquable : veiller à économiser l'énergie, la vôtre et celle des autres, car est-il écrit, " le moindre excès, le plus petit détail, même sans importance, a son importance". Voilà une exigence pointilleuse, un étroit chemin pour qui cherche l'excellence. La route est plus longue qu'il n'y paraît, en fait. Savoir que l'essentiel est du côté du moindre détail n'est pas rien. Troisième proposition remarquable : ce petit voyage dans les arcanes et les secrets du Mémoire de la Mue n'avait qu'un seul but, qu'un seul objet, et il est temps d'en parler. A quoi bon, en effet, feuilleter le grimoire, si ce n'est pour y trouver quelque vérité utile, utilisable, en réalité ? Et justement, voici l'image même de la cible, clairement décrite, dans toutes ses particularités. °°° Sur le lac, tranquille en apparence, immobile image qui reflète le ciel, dit la légende, et tous ses mouvements, en multiples variations, voici que passe le vent, une toute petite brise suffit, et s'effacent soudain les belles images, illusoires, trompeuses. C'est donc quand se dissipent les illusions, qu'il y a quelque chance d'y voir clair... La société humaine n'est pas cette image sage et tranquille, paisible et sereine, idéale, en somme. Elle n'est ni juste, ni mesurée, ni attentive aux plus petits, elle n'est ni raisonnable, ni équitable, et encore moins économe.

68 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

L'image du lac, autour de quoi se rassemblent les humains, il faut donc la réexaminer, et tenter d'y insuffler un peu d'intelligence. De connaissance, de sagesse, d'humanité, appelez cela comme vous voulez. Le Mémoire de la Mue propose la notion de bienveillance lucide, de tendresse vigilante, appelez cela comme vous voulez. Comme vous pouvez. Quelques images décrivent, ou illustrent, cette notion, autour de laquelle tourne l'hexagramme 61. Voyez ce que vous pouvez en faire, si vous le désirez, c'est vous qui voyez. °°° La vraie puissance est celle du coeur. Alors vient l'harmonie intérieure. A la surface du lac tranquille, la brise douce disperse les images, les reflets, et les illusions, ainsi se manifeste ce qui n’est pas visible. Le sage distingue, derrière l'écran des apparences, ce qui est vrai, et ce qui est juste. Il tranche les litiges avec attention, et évite ainsi les exécutions. Modération. La compréhension, la bienveillance, sont sources de prospérité, pour celui qui sait distinguer les vessies et les lanternes, les porcs et les poissons, et cultive la juste mesure, sans préjugés. L’ancien dessin représente une flèche qui atteint son but, d'une part, et l'oiseau qui protège sa nichée, d'autre part. La lucidité est comme la flèche, la compréhension est comme l'oiseau, bienveillance. °°° [ hexagramme 61, Commentaires ]

69 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Quelques perspectives, ainsi A explorer rapidement quelques-uns des secrets du Mémoire de la Mue, avons-nous pour autant avancé, utilement, ou nous sommes-nous perdus en chemin, en supposant que le petit commentaire permettrait d'éclairer un peu le fonctionnement du Mémoire, qui pourtant se suffit, probablement. Car ces quelques pages laissent entière l'énigme, à quoi bon consulter les oracles, quand gronde l'orage à l'horizon ? En effet. D'autant plus que d'autres commentaires, d'autres éclairages, auraient pu être plus utiles et judicieux, soit sur la méthode, soit sur le système, par exemple. Comprendre la réalité, pour y agir, y vivre, y survivre, et même s'y épanouir, n'est certes pas simple. Puisque tout change, ou presque, ou qu'il faudrait changer, tout, ou presque. Comprendre le changement, ses mécanismes, ses enjeux, et l'énergie qu'il demande et consomme, en somme. Dire que le monde est un système de systèmes, parcouru par des énergies, des forces et des formes, en interaction permanente, perpétuelle ou presque, c'est un début, qui laisse entière la question d'y pouvoir faire quelque chose. Vient alors la question d'une méthode, pour cheminer sans se perdre, pas simple, là non plus. °°°

70 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Deux mots sur la méthode, bienvenus. Par où commencer, si le système dans lequel nous sommes plongés, est une boucle complexe d'informations en perpétuel renouvellement, un peu à la manière d'une bande de Möbius, auto-alimentée ? Y circulent des énergies et des signaux, en quantité, des alarmes et des alliances toujours incertaines, des mouvements massifs, des opinions vacillantes, des inerties considérables, véritable bazar illisible, indécodable, un chantier, en somme... Huit repères alors permettent de simplifier le chantier, de distinguer le haut du bas, l'ouest et l'est, le dérisoire et l'essentiel, peut-être. Partir alors de l'hypothèse d'un chemin, d'un cheminement, d'une route, d'un parcours permet, parfois, de construire un discours, une description élémentaire, sur quoi il est toujours possible de revenir. Voyons cela. °°°

[*] Voir aussi : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ruban_de_M%C3%B6bius
°°°

71 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Reformulations, exemple.

1 Appelons projet cette idée initiale, y comprendre quelque chose, c'est comme une question, un peu vague, comme une envie, un désir, et un moment un peu brumeux, où tout pourrait devenir possible, peut-être, si ce n'était pas simplement un rêve, qui sait. 2 Partant de ce point brumeux, apparu un lundi, par exemple, donnons nous quelques jours pour y voir clair, si possible. Appelons contexte le cadre, l'entourage, l'environnement dans lequel se situe le projet, - et nous voilà dans l'obligation de dessiner des contours, un schéma, une silhouette, une forme préliminaire, une figure, une représentation sommaire du processus qui devrait permettre de formuler les caractéristiques de notre projet. 3 Sur l'horizon, apparaissent ensuite quelques obstacles, qu'il faudra bien franchir, d'une manière ou d'une autre, ou contourner, ou dépasser, selon. Appelons objectifs ces obstacles, ce qu'il s'agit d'atteindre, de modifier, pour que le projet fonctionne, et donne satisfaction, à ceux auxquels il s'adresse, ou se destine. Par expérience, les objectifs vont par trois, à court, moyen, et long terme, par exemple. On peut déjà ici commencer à évaluer les difficultés, ou les priorités. 4&5 Plusieurs questions se posent alors, après ce premier tour d'horizon sommaire, par exemple une question double : de combien d'énergie faudra-t-il disposer, et pendant combien de temps ? Ou encore, quelle sera la durée du processus, et sa consommation d'énergie, sous quelle forme, et pour quel résultat escompté ?

72 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

6 Alors le projet commence à prendre forme ? Examinons ici concrètement ce que cela signifie, en termes pratiques, s'il devenait réel, matériel, avec quels matériaux, quels éléments physiques, quels moyens matériels, financiers, humains ? Prévoir la réalisation, son organisation, ses suites, petit programme, ou vaste projet, multiplication de gestes et d'actes précis, contrôlés et vérifiés, condensation du projet, en somme. 7 Nous y voilà, ce joli projet a des implications, des conséquences, des résultats en termes humains, il concerne des gens, des personnes, des acteurs, des utilisateurs, des hommes ou des femmes, il change quelque chose, dans le corps social, dans la socialité, dans les échanges économiques, dans la vie des gens ? La vôtre, ou celle des autres... Partenaires, compagnes et compagnons, fournisseurs ou clients, voyageurs ou passants, sur le chemin, eux aussi. 8 En vérité, c'est alors seulement que votre projet prend son sens, ou manifeste qu'il en manque, quand vous aurez examiné toutes les étapes qui précèdent, dans le détail, et vérifié qu'il n'y manque rien ... Qu'avons-nous oublié ? Si tout va bien alors, se mettre en mouvement, sinon, recommencer l'examen détaillé, point par point. 9 Ce processus, à peine ébauché, a pour particularité de se reproduire, par réexamens successifs, contrôles et vérifications, jusqu'à réalisation, ou reformulation du projet initial. Il implique, par construction, une réitération, et quelque réflexion. Qu'avonsnous oublié ? °°°

73 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Autrement dit C'est un schéma circulaire, qui reproduit la circulation de l'énergie, telle que la décrivent les trigrammes, de manière imagée. :: :: :: :: l'élan, le projet, l'inspiration initiale, l'impulsion = l'éclair ou le tonnerre. le contexte, le cadre, l'environnement, le système, = l'arbre, et le vent, parfois. les obstacles, les objectifs, les priorités, la démarche, = la montagne, les collines, selon. l'énergie, le temps, la durée, le résultat, le budget, le calendrier, = le soleil, et la brume, en somme. les moyens, matériels, financiers, humains, concrets et réels, le faire, = = la terre. les autres, les gens, la société, et vous, la cible, = le lac. le sens, ou l'absence, contrôle et vérification, le mouvement, = le ciel, peut-être.

::

:: ::

Certes, ce schéma se termine sur un questionnement, double, nécessaire : - Que manque-t-il ? - Qu'avons-nous oublié ? Et les réponses se trouvent dans le réexamen des points précédents, jusqu'au moindre détail. °°° Relecture, donc. Huit trigrammes, comme une trame.. En forme de résumé, de synthèse, et d'interrogation..

74 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

°°°

-9-

Petit Traité des Trois Traits
Tiré du Mémoire de la Mue

La terre Civilisation terrienne, terrestre, la terre est notre première et dernière base, socle ou vaisseau, berceau, de l’humus naît l’humain, définitivement. Terre, argile féconde, douce et malléable, obscure ou claire, humide ou froide, mystérieuse source de vie, humble origine, réceptacle immense, simple matière... De la terre vient la culture. Inépuisable. Secrète et puissante énergie, ressource et creuset des formes de vie, où puisent le monde végétal, puis le monde animal, et les humains de même. °

La montagne La terre qui nous porte et nous supporte, forme aussi, comme repères dans le paysage, des collines, des monts, des pics, des éminences. Et des creux, des vallées, des vallons, des plaines et des plateaux, en vives variations. La terre, humble et douce, qui parfois tremble et gronde, imposante. Ainsi la montagne, solide et stable en apparence, donne à voir à la fois la puissance de la terre, onde porteuse et généreuse, énergie douce et durable, et sa limite, en forme ondulatoire. Ainsi savons-nous parfois vers où nous cheminons, et vers quels sommets.
75 / 85 Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

°

La brume Dans les collines, s’accroche la brume, en rubans clairsemés, entre deux vallons obscurs, passent les nuages à l’horizon, ciel incertain. Transpiration. L’eau circule, vient de la terre et y revient, se faufile dans les défilés, et disparaît, pour réapparaître plus loin, insaisissable. Nuages, neige, brumes, bruine, petite pluie, crachin léger, pluies généreuses des moussons, brouillard opaque, soit quelques gouttes, il suffirait d’un peu de vent pour les balayer, les disperser. Nuages ou brumes, promesse de pluie... Circulation, comme celle des ombres sous la lumière lunaire. Changeante et lunatique, parfois si belle, quand la lune est presque pleine, incertaine et pourtant sereine. Nocturne. °

Le vent Dans les cimes des arbres de la forêt, au loin, comme une houle verte et sombre, à l’horizon, voilà qu’il y a du vent, longues et puissantes bourrasques, comme à la frontière inférieure du ciel, pourtant clair. Ici, cependant, ne souffle qu’une douce brise, légère, à peine perceptible. C’est ainsi que le vent est à la fois puissant et invisible, discret et pénétrant, jusqu’au moindre recoin, image de la subtilité. Subtile, de même, la graine minuscule, qui se faufile entre les grains de sable, d’argile, d’humus, et deviendra bambou ou peuplier, chêne ou épi de blé, fleur ou fruit, selon. Petit souffle de vie, donc, aussi bien. Respiration.
76 / 85 Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

°

L’éclair Parfois les vents enflent, soudain, et voilà que grondent le tonnerre et l’orage, trombes d’eau, bienvenues pour ceux qui attendaient la pluie, mais puissant danger pour les grands arbres, tout autant. Phénoménale énergie, qui ébranle et la terre et le ciel, puis s’épuise, presque soudainement, ne laissant subsister que la trace lumineuse d’un arc-en-ciel, messager du soleil revenu. La foudre est, comme l’éclair, image d’un élan spontané, violent, vital, d’une impulsion vive, évidente, troublante, - ainsi dit-on coup de foudre, pour évoquer les premiers pas d’une histoire d’amour, éphémère ou durable, selon. Vive, comme épine de la rose. Comme étincelle. °

La lumière Du feu viennent la chaleur et la lumière, du soleil sans doute vient la vie, avec son charme et ses saisons, ses ombres et ses étés, ses semailles et ses moissons. Au coeur de cette énergie pleine de splendeurs, éblouissantes, brûlent presqu’invisibles, des combustibles, le bois ou le charbon, l’huile ou le pétrole, ou même l’air indispensable, que nous respirons, certes. Du feu vital, nous avons tiré l’image même du foyer, autour duquel les humains se retrouvent, se rassemblent, et prospèrent, mais aussi celle du lever du jour, clarté mobile qui prendra fin au crépuscule.
77 / 85 Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Ainsi, le feu symbolise la lumière, le visible, la chaleur, et les liens qui relient les humains. Mais aussi le temps, qui à la fois libère et consomme l’énergie. Car c’est ainsi qu’elle se renouvelle, et se transforme, dit l’antique légende. °

Le lac C’est de l’eau, tout simplement, et la voilà qui forme, ici ou là, dans la montagne ou la vallée, un lac, ou l’une de ses nombreuses variantes, une mare ou un étang, un fleuve ou un delta, un ruisseau ou une grande rivière, un point d’eau ou un puits, car la sagesse de l’eau courante est de toujours chercher son point le plus bas, où elle pourra se reposer, tranquille et joyeuse. Sur la surface calme et sereine du lac, se reflètent le ciel, et ses horizons changeants, au gré du jour et de la nuit. Noir profond, gris métallique, vif argent sous la lune, jaune solaire, bleu immense et blanc éblouissant, rouge crépuscule, toutes les saisons, toutes les nuances, toutes les couleurs s’y reflètent, et même celles de l’arc-enciel, fugaces. Mais voilà qu’un souffle de vent, léger, imperceptible, disperse toutes ces images fluides, insaisissables, il est vrai. °

78 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Le ciel, pluriel Sous le ciel, d’étoiles et de nuées, obscur ou lumineux, clair ou nuageux, nous vivons, observant le monde qui nous entoure, et y cherchant un chemin praticable. Le ciel, en perpétuel mouvement, nous offre un horizon, changeant, et quelques lumières, mobiles, sources de vie, mouvantes. Il est ainsi à l’image du don, porteur de richesse, actuel et potentiel, à la fois. Sous le ciel, la terre, les humains, leurs villages, leurs histoires, leurs vies, et tout le reste, multitude de rencontres élémentaires, de paroles, de musiques, de conflits et de fêtes. Pourtant, le ciel est vide, tout aussi bien, dans la nuit froide et obscure, il représente alors l’espace presqu’infini de nos rêves, un lieu ouvert comme une page blanche, où écrire nos aspirations, ce qui nous manque, ou ce qui nous réjouit. Librement, présentement, spontanément, le ciel nous offre un horizon, l’air et la lumière, l’eau et la terre, et l’énergie sous toutes ses formes, où s’épanouit la vie, de même. Voilà pourquoi il est immense, sans doute. °°°

79 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Combinatoire élémentaire

Au commencement, de l’énergie et de la matière, de l’espace et du temps, et adviennent la terre, l’eau, l’air, la lumière, leurs variations, combinaisons, transformations, dont les résultantes multiples s’appellent la vie, sans doute. Variante, il y a des choses, et des êtres, par myriades, parmi lesquels advient l’humain, solitaire et pluriel, par couples, clans et tribus, par groupes, d’enfants, de vieillards et d’adultes, en villages et sociétés de toutes formes, paysans et sourciers, soldats et bouviers, forgerons et savants, sages et idiots, villageois ou nomades, voyageurs et marchands, sous les étoiles, exactement. Le Mémoire de la Mue raconte la rencontre des huit éléments schématiques de la réalité avec eux-mêmes, il imagine que chaque instant peut se décomposer, comme une rencontre de deux mouvements, comme un symbole, une articulation, une césure. Pour chaque signe, et pour chaque variante, le texte recueille et note ce que dit l’expérience, et c’est ainsi que naît une écriture, par compilation de pictogrammes. Mais du réel, nous ne connaissons jamais que des représentations, imparfaites, améliorables. Cela n’empêche pas le Mémoire de la Mue d’être vérifiable, étrangement véridique, souvent, et améliorable, cependant. °

80 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Dans l’espace qui sépare, et inclut la terre et le ciel, l’aventure et l’expérience humaines se déploient, dix mille choses et êtres en constituent le contexte ou le cadre, l’environnement ou les circonstances. Dans la durée qui sépare et inclut deux battements de coeur, deux instants, de même, se déploient toutes les illusions, les rêves, les aspirations des humains, et tout aussi bien, leurs paroles, gestes et actes, qui constituent la trame de l’histoire, petite ou grande, selon. Dans l’interstice qui sépare et inclut l’un et l’autre, l’espace et le temps, immenses ou minuscules, qu’importe, dansent les formes et les signes de ce qui apparaît, ce qui devient, puis disparaît, et puis revient, l’ordre des apparences, le cheminement des formes, en variations multiples, la réalité, en somme. Huit formes élémentaires dessinent déjà un lexique basique, une métaphore faite d’images simples, complémentaires, construites comme une série réversible, aléatoire, symétrique, orientable, - c’est une simple table, une base de données, extensible et variable, à la manière d’une table de Pythagore, où huit symboles composent soixante-quatre rencontres, et autant d’images inscrites dans l’instant. Dans l’instant, et à son image, peut-être. Deux points de vue, contradictoires, complémentaires, permettent de dessiner une perspective, d’envisager un lien, une passerelle, un passage, entre ce qui semble et ce qui devient, entre les signes et les mots, entre les mots et les choses, éléments variables de la possible réalité. °°°

81 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Décrypter l’instant présent ne nécessite pas vraiment, la plupart du temps, autre chose qu’un peu de bon sens, un coup d’oeil au ciel indique aisément s’il fait beau, ou s’il va pleuvoir, passer le nez à la fenêtre suffira, pour savoir d’emblée, s’il fait doux ou s’il gèle, et si les plantes du jardin ont besoin d’eau.

C’est donc dans les situations complexes, confuses, incertaines, dans les moments où l’âme fait des vagues, qu’il est possible de consulter utilement le Traité de la mue, pour y entendre un autre point de vue, une hypothèse, y trouver une perspective, y lire la trame d’une interrogation, et la réponse qui va avec. En fait, il s’agit d’inventer un dialogue, de trouver un début de réflexion, de fabriquer, artificiellement, un autre point de vue, pour tenter d’éclairer une situation obscure. Y parvenir est déjà un commencement, une manière de prendre du recul, ou d’apercevoir un horizon possible. Résolument, par définition, le Traité de la mue pose le principe qu’il existe un autre point de vue, une autre perspective, et un passage, de cette situation à telle autre, éventuellement possible ou supportable, supposable ou probable. C’est déjà étonnant, cette hypothèse qu’il y a de la liberté, un autre chemin, un passage. °°°

82 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

°°° Index : quelques mots-clés

accord, entr'aide, conflits, diplomatie, échange, équité, contrat, Bible, Coran, Livre des Changements, Secrets, Dieu, déités, ordre, communication, publicité, efficacité, fonction symbolique, crise, colère, drame, croyances, religions, illusions, doute, incertitude, projet, méthode, système, souplesse, intelligence, écologie, environnement, gisement, villes, déserts, complexité énergies, matière, mouvement, inertie, vitesse, lumière, indispensable, recette, utile, manque, oublis, perte, excès, mémoire, mue, négociations, procédure, subtilité, jeu, accord, amitié, harmonie, petit guide, vademecum, mémoire, grimoire, Möbius, potentiel, puissance, temps, durée, épuisement, que faire et comment faire, mode d'emploi, structure, reformulation, relecture, exemple, processus, travail, respect, universel, méditation, contemplation, autre, paroles, soulagement, soupir, reprise, transmutation, séparation, changement, naissance ! symboles, signes, images, énergie, effets, formes, voyage, ressources, délectables, traité des trois traits, trésor de l'humanité, avertissement, juste mesure, économie, cible... trigrammes, secrets, sens, signification, démonstration, exemple. °°°

83 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit commentaire Table des matières Quelques secrets bien gardés Ce que ne dit pas le Mémoire de la Mue, p. 3 Le Ciel Le ciel dont parle le Mémoire , p. 11 La Terre La terre, dont parle le Mémoire, p. 19 La Montagne Après cette plongée inattendue, p. 33 La Brume Deux symboles représentent, p. 41 Le Vent Puis le vent chasse doucement, p. 47 L'Orage Le tonnerre et les éclairs, p. 55 Le Soleil Grande nouvelle, p. 59 Le Lac Comme vous vous en doutiez, p. 65 Petit Traité des Trois Traits Tiré du Mémoire de la Mue, p. 75 Index mots-clés, p. 83 Table des matières, p. 84

-1-2-3-4-5-6-7-8-9-

84 / 85

Paco Alpi . fr

Secrets du Mémoire de la Mue Le petit traité des trois traits

Voir aussi [ *] Le Mémoire de la Mue, trad. Paco Alpi & Alain Constantin, disponible en ligne, librement, à l'adresse suivante : http://www.scribd.com/doc/69140/LE-YI-JING-v-4 Les curieux consulteront également, s'ils le souhaitent, Là, que des signes : http://www.scribd.com/doc/87148/La-que-des-signes-v-002 °°° Le présent document est libre d'usage, de copie, de droits, sous réserve de mention des auteurs, et sauf pour une utilisation commerciale. Licence Creative Commons. http://creativecommons.org/licenses/by-nc/3.0/deed.fr = Attribution - Paternité - Pas d'usage commercial = Commentaires bienvenus Contact : via scribd.com http://www.scribd.com/people/view/21977 Paco Alpi mis en ligne : Juin 2007 85 pages environ ... °°° Ce texte est un test de format de téléchargement, il contient les Secrets du Mémoire de la Mue, à l'identique. Ou presque ? °°°

85 / 85

Paco Alpi . fr