You are on page 1of 43

REVUE DE PRESSE – SEMAINE DU 23 AU 2 MARS 2009

LA VIE DU MODEM...........................................................................................................................................................3
VIE INTERNE ......................................................................................................................................................................3
26 Février 2009 - Le Mouvement Démocrate dévoile ses nouveaux outils Internet .................................................3
Présentation par Marielle de Sarnez du Blog www.les européens .fr........................................................................3
Forum Démocrate - Appel à compétences.................................................................................................................3
AGENDA .............................................................................................................................................................................3
Université populaire.......................................................................................................................................................3
rappel : première session le 14 mars sur le thème de la liberté numérique................................................................3
Deuxième session le samedi 4 avril : "Panne de transmission, panne d'éducation" ..................................................4
Jean-Luc Bennahmias ....................................................................................................................................................4
Jean-Luc Bennahmias en réunion publique à Lyon le 6 mars ...................................................................................4
Jacqueline Gourault........................................................................................................................................................5
Jean Peyrelevade ............................................................................................................................................................5
REACTIONS ET INTERVENTIONS .......................................................................................................................................5
Nathalie Griesbeck.........................................................................................................................................................5
23 février 2009 - Nathalie Griesbeck : taux réduit de TVA : Feu vert du Parlement européen La balle est dans le
camp des Etats membres............................................................................................................................................5
Jean-François Kahn........................................................................................................................................................5
25 février 2009 - Jean-François Kahn: la crise est chez nous "comme le nuage de Tchernobyl" .............................5
Marielle de Sarnez .........................................................................................................................................................6
24 Février 2009 - L’Express –Décès du maire du XIVe arrondissement ..................................................................6
LE MODEM DANS LES MEDIAS ....................................................................................................................................7
“L’AFFAIRE” PEROL .........................................................................................................................................................7
Le Figaro – 25 Février 2009 - Bayrou "incompétent", selon Chatel .........................................................................7
France Info – 25 Février 2009 - Polémique Pérol : François Bayrou dénonce "l’exploitation de l’opinion"............7
Les Echos – 24 Février 2009 - La majorité rejoint l'opposition dans ses critiques....................................................8
AFP – 23 Février 2009 - Polémique sur l'hypothèse Pérol à la tête de l'Ecureuil-Banques populaires.....................9
LES NOUVEAUX OUTILS INTERNET DU MOUVEMENT DEMOCRATE ............................................................................10
01Net – 26 Février 2009 - François Bayrou dévoile sa stratégie Internet ...............................................................10
Le Figaro – 26 Février 2009 - Bayrou veut «rassembler les intelligences» sur Internet .........................................11
Le Journal du Dimanche – 25 Février 2009 - Le Modem tisse sa toile ...................................................................12
Daily Bourse – 26 Février 2009 - Avec lesdemocrates.fr, Bayrou développe sa stratégie internet.........................13
Exprimeo - 26 Février 2009 - François Bayrou ouvre la bataille sur Internet .........................................................13
PRESSE .............................................................................................................................................................................15
Le Figaro......................................................................................................................................................................15
24 Février 2009 - Parlement : le code va changer ...................................................................................................15
26 Février 2009 - Frédéric Lefebvre : "Le cap du gouvernement est le bon"..........................................................16
Le Monde .....................................................................................................................................................................16
27 Février 2009 – Analyse. Parti socialiste : une "union sacrée" sans réconciliation, par Michel Noblecourt .......16
Médiapart .....................................................................................................................................................................18
Le Point ........................................................................................................................................................................19
26 Février 2009 - PS : ce que les "royalistes" ont obtenu de Martine Aubry ..........................................................19
Libéstrasbourg..............................................................................................................................................................20
26 Février 2009 - Jean-François Kahn : "Avec l'ampleur de la crise, mon discours est audible" ...........................20
Le Post .........................................................................................................................................................................20
23 Février 2009 - Ségolène Royal se Bayrou-ise.....................................................................................................20
AUDIOVISUEL ..................................................................................................................................................................21
François Bayrou ...........................................................................................................................................................21
France Info - 27 Février 2009 - Parlons Net : "Bayrou, l’affaire Pérol, les Européennes, le web et la Rolex".......21
François Bayrou était l'invité des 4 vérités sur France 2, jeudi 26 février à 7h50. ..................................................22
FJ - 1
Jean-François Kahn......................................................................................................................................................22
23 Février 2009 - Jean-François Kahn : l'invité d'Inter du lundi 23 février.............................................................22
Jacqueline Gourault......................................................................................................................................................22
LE MODEM EN REGIONS..............................................................................................................................................22
ROYAUME-UNI ................................................................................................................................................................22
Le Petit Journal – 25 Février 2009 - Le Modem UK en lice pour les européennes.................................................22
GUADELOUPE ..................................................................................................................................................................23
Blog MoDem Guadeloupe – 24 Février 2009 - Notre position ...............................................................................23
REUNION ..........................................................................................................................................................................24
Clicanoo – 28 Février 2009 - Michel Lagourgue : le Modem est solidaire du Collectif .........................................24
LYON ET SA REGION ........................................................................................................................................................25
Lyon Capitale – 26 Février 2009 - Les centristes veulent supprimer la "Ville de Lyon"........................................25
Le Progrès – 27 Février 2009 – Des élus MoDem pour la suppression de la ville de Lyon....................................26
NORD ................................................................................................................................................................................26
1er Mars 2009 – La Voix du Nord – Tourcoing : L'entreprise MoDem ne connaît pas la crise et veut relancer les
débats publics...........................................................................................................................................................26
27 Février 2009 – La Voix du Nord – Arras : « Non à l'alliance PS - MoDem à Arras... », tagué sur le mur des
Faucons rouges ........................................................................................................................................................27
24 Février 2009 – Nord Eclair – Tourcoing. MoDem : « On n'a pas fait voeu de silence »....................................28
SUD-OUEST ......................................................................................................................................................................28
Sud-Ouest – 2 Mars 2009 – Trélissac : Grand débat. Drôle d'ambiance avant l'élection qui doit remplacer le
Conseil municipal invalidé ......................................................................................................................................28
Sud-Ouest – 28 Février 2009 – Gers : Où est passé le Modem ? ............................................................................29
Ubacto – 25 Février 2009 - Élections européennes de juin 2009. ...........................................................................30
Sud-Ouest – 25 Février 2009 - Une élue Modem de Périgueux veut défendre les magasins du centre-ville.........31
Communiqué du Mouvement Démocrate de Lot-et-Garonne ................................................................................31
EST ...................................................................................................................................................................................32
Dernières Nouvelles d’Alsace (DNA) – 27 Février 2009 – Mulhouse : Élections à la 5e section .........................32
Ma commune.info – 24 Février 2009 - Modem: «Les nuages s’amoncellent sur la Franche-Comté»....................32
ACTUALITES ....................................................................................................................................................................33
NICOLAS SARKOZY .........................................................................................................................................................33
Le Journal du Dimanche – 23 Février 2009 - Atteint du syndrome Giscard? .........................................................33
REFORME DES COLLECTIVITES TERRITORIALES ..........................................................................................................34
Le rapport Balladur..................................................................................................................................................34
Le Monde - 26 Février 2009 - Le Web déjà mobilisé contre le rapport Balladur ...................................................34
23 Février 2009 – Vivre à Chalons - La Bourgogne et la Franche-Comté réunies ?...............................................35
Les Echos – 26 Février 2009 – Ile-de-France : au moins80 projets pour la relance................................................36
CRISE ...............................................................................................................................................................................37
Le Nouvel Economiste – 27 février 2009 – Lattre ouverte…de New-York............................................................37
ELECTIONS EUROPEENNES – LISTES SOCIALISTES.......................................................................................................38
Blog Parti Socialiste - Parfum printanier autour des listes européennes du PS.......................................................38
Blog Le Monde – 1er Mars 2009 - France; listes européennes du PS: un “parfum” entêtant ..................................41
RENDEZ-VOUS CONFERENCE ..........................................................................................................................................42
Stratégies – Newsletter du 27 Février 2009 - Médias sociaux et démocratie (avec intrevenants ayant œuvre pour
le MoDem)...............................................................................................................................................................42
NOUVEAU PARTI .............................................................................................................................................................42
23 Février 2009 – AFP - Carl Lang lance son mouvement, le Parti de la France ...................................................42
SONDAGE .........................................................................................................................................................................43
L’Express – 28 Février 2009 - Nicolas Sarkozy toujours dans le rouge..................................................................43

FJ - 2
LA VIE DU MODEM

VIE INTERNE

26 FEVRIER 2009 - LE MOUVEMENT DEMOCRATE DEVOILE SES NOUVEAUX OUTILS INTERNET

Lors d'une conférence de presse le mercredi 25 février, le Mouvement Démocrate a présenté ses nouveaux
outils internet composés d'un nouveau média social "Les Démocrates" et d'une plateforme intégrant un bureau
virtuel pour les militants le "Forum Démocrate".

Pendant plus d'une heure, François Bayrou, accompagné de Christophe Ginisty et de Nicolas Voisin,
spécialistes des "médias Internet" et de la communication, ont présenté ces deux plateformes web et répondu
aux questions de la presse.
Voir : http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/lancement-media-social-lesdemocrates-bureau-virtuel-
forum-democrate-250209.html

PRESENTATION PAR MARIELLE DE SARNEZ DU BLOG WWW.LES EUROPEENS .FR

http://www.dailymotion.com/user/mouvementdemocrate/video/x8hblx_presentation-du-blog-
leseuropeensfr_news
http://www.leseuropeens.fr/

FORUM DEMOCRATE - APPEL A COMPETENCES


Le Forum Démocrate est un projet collaboratif. Il a été conçu par une équipe de bénévoles pour des militants et
maintenant qu’il est en ligne, il nous appartient à tous de le faire évoluer. Nous avons besoin de nombreux
talents. Nous avons besoin de développeurs pour continuer à faire évoluer le bureau virtuel et finaliser quelques
applications clés (l’agenda, la gestion des groupes, l’administration,…) et nous avons besoin de modérateurs et
d’animateurs pour intervenir sur le contenu des différents espaces du Forum Démocrate (et notamment sur les
wikis). Si vous souhaitez participer à ce projet et que vous avez un peu de temps à y consacrer, écrivez-moi :
christophe.ginisty@gmail.com. Je compte sur vous. Merci d’avance.
http://www.forumdemocrate.fr/2009/02/26/participez-au-developpement-du-forum-democrate/

AGENDA

UNIVERSITE POPULAIRE

RAPPEL : PREMIERE SESSION LE 14 MARS SUR LE THEME DE LA LIBERTE NUMERIQUE


de 10h à 17h30 au siège du Mouvement Démocrate, 133 bis rue de l'Université Paris 7ème.
Pour vous inscrire, envoyez un mail avec vos coordonnées et la session à laquelle vous souhaitez participer à
l'adresse : universitepopulaire@lesdemocrates.fr Présentation par Jean-Pierre Rioux :
http://www.dailymotion.com/user/mouvementdemocrate/video/x8icr8_jeanpierre-rioux-lancement-de-
luniv_news

FJ - 3
DEUXIEME SESSION LE SAMEDI 4 AVRIL : "PANNE DE TRANSMISSION, PANNE D'EDUCATION"

La deuxième session aura lieu le samedi 4 avril de 10h à 17h30


au siège du Mouvement Démocrate, 133 bis rue de l'Université Paris 7ème.

Thème de la deuxième session : Panne de transmission, panne d’éducation


L’avenir appartient aux sociétés du savoir accru et partagé : toute fracture cognitive peut donc être fatale. Le
présentisme et l’instantanéité ambiants signalent une rupture dans la temporalité et dans la transmission : nous
voici orphelins du passé comme de l’avenir. Comment mesurer cette double latence ? Comment renouer ce qui
s’est dénoué ? Comment tricoter de nouveau la transmission et l’éducation pour leur redonner du sens ? Pour
lancer l’examen de questions aussi vitales, l’Université populaire propose ce jour-là une première série
d’interventions, sur l’individu, la génération, la famille et l’enfant.

Au programme :
« Le goût de transmettre », par Nathalie Sarthou-Lajus (Études. Revue de culture contemporaine), co-auteur de
La défaite de la volonté. Les formes contemporaines du destin (Le Cerf) ;
« Génération, classes moyennes : la panne », par Louis Chauvel (Observatoire sociologique du changement,
Fondation Nationale des Sciences Politiques), auteur de Les classes moyennes à la dérive (Le Seuil) et Le
Destin des générations (PUF) ;
« Le rôle et la place de la famille dans la transmission et l’éducation », par Marie-Claude Blais (Université de
Rouen), auteure de La solidarité. Histoire d’une idée (Gallimard) et co-auteur de Conditions de l’éducation
(Stock) ;
« Redonner du sens aux savoirs », par Marcel Gauchet (École des Hautes Études en Sciences Sociales, Le
Débat), co-auteur de Conditions de l’éducation (Stock) et auteur, notamment, de La démocratie d’une crise à
l’autre (Éditions Cécile Defaut), La condition politique (Gallimard) et La démocratie contre elle-même
(Gallimard).
Pour vous inscrire, envoyez un mail avec vos coordonnées et la session à laquelle vous souhaitez participer à
l'adresse : universitepopulaire@lesdemocrates.fr

http://www.mouvementdemocrate.fr/evenements/universite-populaire/universite-populaire-1-agenda/universite-
populaire-session2.html

JEAN-LUC BENNAHMIAS

JEAN-LUC BENNAHMIAS EN REUNION PUBLIQUE A LYON LE 6 MARS

L’initiative émane des jeunes démocrates du Rhône : le 6 mars, les trois premiers de la liste MoDem du sud-est
(Rhône-Alpes, Paca et Corse) aux élections européennes, le député sortant Jean-Luc Bennahmias, Fabienne
Faure et GillesArtigues, seront à Lyon comme en prélude à la campagne proprement dite.
Les trois candidats devraient rencontrer les militants locaux de leur parti, puis participer à un débat public sur la
défense européenne en début de soirée, dans un lieu qui reste à préciser.

http://htdig.leprogres.com/Jeudi/Imprimer/1072509.html

FJ - 4
JACQUELINE GOURAULT

Sénatrice et vice-Présidente du Mouvement Démocrate sera l'invitée de Michel Field sur LCI, lundi 2 mars à
17h. Le débat portera sur la réforme des collectivités territoriales.

JEAN PEYRELEVADE

Il donnera une conférence sur le thème « Analyse Macroéconomique de la crise » le jeudi 12 mars 2009, de
18h15 à 20 heures, à l'Ecole des Mines, 60, boulevard Saint-Michel, 75006 Paris conférence payante organisée
par X Mines Consult .

REACTIONS ET INTERVENTIONS

NATHALIE GRIESBECK

23 FEVRIER 2009 - NATHALIE GRIESBECK : TAUX REDUIT DE TVA : FEU VERT DU PARLEMENT EUROPEEN LA BALLE
EST DANS LE CAMP DES ETATS MEMBRES

Nathalie GRIESBECK, Députée européenne Grand Est, se réjouit de l'adoption le 19 février par le Parlement
européen d'un rapport portant sur une modification de la directive relative à la TVA qui introduit la possibilité
d'appliquer un taux réduit de TVA sur certains services liés au secteur du bâtiment et aux services de
restauration. "Ces mesures dérogatoires peuvent permettre de provoquer un effet levier sur des activités de
services fournis localement, y compris les services à forte densité de main d'?uvre, et sont donc
particulièrement bienvenues en cette période de difficultés économiques", affirme Nathalie GRIESBECK.
En tant que Vice-Présidente de l'Intergroupe Famille Protection de l'Enfance au Parlement européen, Nathalie
GRIESBECK se réjouit également de la modification de certaines dispositions permettant l'adoption par les
Etats d'un taux réduit de TVA sur certains produits de première nécessité pour les enfants, parmi lesquels les
langes pour bébé. "Ces produits représentent un poste budgétaire très important pour les jeunes ménages et
pèsent encore plus lorsque le pouvoir d'achat s'amoindrit. Cette mesure, pour laquelle je me battais depuis
plusieurs années, va dans le bon sens", affirme Nathalie GRIESBECK.

Nathalie GRIESBECK rappelle néanmoins que "l'harmonisation fiscale constitue pour nos concitoyens une
garantie fondamentale de lutte contre les disparités économiques et le dumping social en Europe", et appelle
donc le Conseil "à œuvrer dans ce sens".

http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/europe/griesbeck-communique-presse-tva-parlement-europeen-
230209.html

JEAN-FRANÇOIS KAHN

25 FEVRIER 2009 - JEAN-FRANÇOIS KAHN: LA CRISE EST CHEZ NOUS "COMME LE NUAGE DE TCHERNOBYL"

Jean-François Kahn, tête de liste du Mouvement Démocrate dasn la circonscription Grand Est pour l'élection
européenne de juin, a déclaré mercredi à Belfort qu'il fallait arrêter de dire que "la crise va passer à côté de
nous, comme le nuage de Tchernobyl". "On vient d'apprendre les chiffres du chômage", en augmentation de
FJ - 5
90.200 chômeurs en un mois de janvier à décembre, "ce qui est un record absolu dans notre histoire", a-t-il dit à
environ 300 personnes, lors de son premier meeting de campagne pour les européennes....
(Lire la suite)
"Il faut arrêter de dire que la crise, comme le nuage de Tchernobyl, va passer à côté de nous ou encore, comme
l'a déclaré Nicolas Sarkozy il y a 15 jours, que la France est moins touchée que les autres", a déclaré Jean-
François Kahn.
Pour le candidat du MoDem, "une mesure, qui avait été prise avant la crise, devrait être annulée: c'est
l'exonération des charges des heures supplémentaires qui décourage la création d'emplois, surtout en temps de
crise", a-t-il estimé. Il a également accusé le président Sarkozy de "lancer des polémiques qui divisent comme
l'histoire Pérol, la nomination des présidents de France Télévisions par le président ou la réforme des
institutions", alors que l'urgence imposerait au pays de "faire bloc contre le chômage et la crise". "Il est inutile
d'ajouter des polémiques aux polémiques, on n'est pas obligés de cliver le pays", s'est-il exclamé.
Sur le fond, il a reproché au président d'imposer un rapprochement entre la Banque Populaire et la Caisse
d'Epargne et d'y nommer son principal collaborateur politique "comme s'il devenait lui-même directeur par
intérim: tout finit par remonter au président". "Je ne suis pas sûr qu'une personne qui a eu en charge un dossier
concernant ces deux banques puisse légalement en devenir directeur, il faudrait vérifier", a-t-il noté également.

http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/kahn-crise-nuage-tchernobyl-250209.html

MARIELLE DE SARNEZ

24 FEVRIER 2009 - L’EXPRESS –DECES DU MAIRE DU XIVE ARRONDISSEMENT

Pierre Castagnou était maire (PS) de l'arrondissement depuis 2001, Bertrand Delanoë, Martine Aubry et de
nombreux élus lui ont rendu hommage.
Le maire PS du XIVème arrondissement Pierre Castagnou est mort dans la nuit de lundi à mardi à 68 ans, des
suites d'un cancer, a annoncé le maire de Paris Bertrand Delanoë dans un communiqué.
Pierre Castagnou était devenu maire de cet arrondissement du sud parisien après les municipales de 2001, qui
avaient vu la gauche l'emporter dans la capitale.
Né le 8 septembre 1940 à Vichy, ce professeur de formation avait été inspecteur général de l'industrie. Il était
membre du courant fabiusien.
"Avec lui disparaît un élu remarquable, attentif aux autres, fin connaisseur du terrain et de chaque dossier de la
vie quotidienne", écrit M. Delanoë. Pierre Castagnou était élu parisien depuis 1983, toujours dans le XIVème
arrondissement qu'il connaissait parfaitement.
La première scrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry, a salué "un homme chaleureux, engagé, ouvert et
attentif aux autres. C'est de l'homme généreux dont se souviennent, aujourd'hui, ceux qui ont croisé la route de
cet infatigable défenseur des habitants du XIVe arrondissement de Paris", a déclaré Mme Aubry dans un
communiqué. "Avec lui disparaît une grande figure du Parti socialiste et de Paris", ajoute la maire de
Lille.
Hommages
De nombreux élus parisiens, de la majorité comme de l'opposition, lui ont également rendu hommage. Jean-
François Lamour, député du XVe arrondissement voisin et chef de file des élus UMP de Paris, a salué "l'élu de
terrain qui a su cultiver avec passion un lien de proximité particulièrement fort avec les habitants du XIVe
arrondissement, dont le quotidien aura été marqué par sa personnalité chaleureuse et son enthousiasme".
Le Nouveau Centre "garde le souvenir d'un élu apprécié de tous pour ses qualités humaines et son engagement"
tandis que la vice-présidente du MoDem, Marielle de Sarnez (MoDem), conseillère du XIVe, a rendu hommage
a un homme qui avait "une grande conscience de l'intérêt général".

FJ - 6
Pierre Castagnou avait pris en 2006 la présidence de la Régie Immobilière de la Ville de Paris (RIVP, société
d'économie mixte) et avait à ce titre mené une "opération vérité" sur des logements de haut standing occupés
dans des conditions jugées anormales. Parmi ces occupants: Jean-Paul Bolufer, qui était alors directeur de
cabinet de Christine Boutin, ministre du Logement.
Licencié en droit, diplômé de Sciences-Po Paris, certifié d'histoire, Pierre Castagnou a été notamment conseiller
technique au secrétariat général de l'Elysée après l'élection de François Mitterrand en 1981, chargé de mission
auprès du président de l'Assemblée Laurent Fabius (1988-1989), chargé de mission auprès du secrétaire d'Etat à
l'Industrie Christian Pierret (1999).

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/deces-du-maire-du-xive-arrondissement_743000.html

LE MODEM DANS LES MEDIAS

“L’AFFAIRE” PEROL

LE FIGARO – 25 FEVRIER 2009 - BAYROU "INCOMPETENT", SELON CHATEL


AFP

Le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel, a affirmé aujourd'hui que François Bayrou était "soit
incompétent, soit de mauvaise foi, soit éventuellement les deux", lorsqu'il critique la prochaine nomination de
François Pérol à la tête du groupe Caisse d'Epargne-Banque Populaire.

Un peu plus tôt, M. Bayrou avait dénoncé "une violation flagrante" de la loi par ceux chargés de la faire
"respecter", à propos de la prochaine nomination du secrétaire général adjoint et conseiller économique de
l'Elysée à la tête du deuxième groupe bancaire français.

Le président Nicolas Sarkozy avait indiqué hier à Rome que la nomination de M. Pérol ne posait pas de
"problème" aux yeux de la commission de déontologie. Dans un courrier adressé mardi au secrétaire général de
l'Elysée Claude Guéant, et transmise à la presse mercredi, le président de cette commission, Olivier Fouquet,
assure n'avoir donné qu'un "avis personnel", ceci "en l'absence de délibération de la Commission qui dispose,
lorsqu'elle est saisie, d'un délai d'un mois, éventuellement renouvelable une fois, pour se prononcer".

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/02/25/01011-20090225FILWWW00465-bayrou-incompetent-chatel.php

FRANCE INFO – 25 FEVRIER 2009 - POLEMIQUE PEROL : FRANÇOIS BAYROU DENONCE "L’EXPLOITATION DE
L’OPINION"
Raphaëlle Duchemin

François Bayrou réagit ce matin à la nomination de François Pérol, secrétaire adjoint de l’Elysée, à la tête de la
fusion des Banques populaires et Caisses d’épargne. Le président du Modem dénonce les connivences qui ont
conduit à cette nomination ainsi que l’"exploitation de l’opinion" par le chef de l’Etat.
"La commission de déontologie a donné son point de vue", affirmait hier à la presse le président français, à
l’issue du sommet franco-italien qui se tenait à Rome. "C’est faux", rétorque ce matin François Bayrou. Selon
le président du Modem,"on est une nouvelle fois dans l’exploitation de l’opinion (...) c’est très grave dans le cas
du président de la République".
La nomination de François Pérol à la tête de la fusion des Banques populaires et Caisses d’épargne est "une
violation ouverte et flagrante de la loi par ceux qui sont censés la faire respecter", estime-t-il, invitant chacun "à
FJ - 7
consulter l’article 432 paragraphe 13", selon lequel "une personne ayant exercé l’autorité publique sur une
entreprise privée, n’a pas le droit d’y occuper un emploi avant trois ans", rappelle-t-il.
Egalement interrogé sur la situation en Guadeloupe, le président du Modem décrit "une situation dangereuse où
on laisse pourrir les choses". "C’est malsain pour tout le monde", a-t-il ajouté avant de présenter ses pistes pour
résoudre le conflit : la création de "zones franches en matière fiscale et sociale" car les Guadeloupéens "n’ont
pas besoin d’assistance mais d’activité économique".
Enfin, réagissant aux propositions du comité Balladur sur la réforme territoriale, François Bayrou s’est déclaré
"favorable au rapprochement des départements et des régions", tout en soulignant la confusion actuelle de la
situation.
Lire et écouter : http://www.france-info.com/spip.php?article257667&theme=81&sous_theme=219

LES ECHOS – 24 FEVRIER 2009 - LA MAJORITE REJOINT L'OPPOSITION DANS SES CRITIQUES

Joignant leurs voix à celles de François Bayrou et des socialistes, deux élus de droite ont critiqué la possible
nomination de François Pérol à la tête du groupe bancaire. Au PS, Jean-Louis Bianco a fait entendre sa
différence.
Des tirs de barrage du PS et du Modem et deux voix discordantes à droite. La polémique s'est poursuivie, hier,
sur la possible nomination du secrétaire général adjoint de l'Elysée François Pérol à la tête du futur groupe
Caisse d'Epargne-Banque Populaire.
Dans la foulée de François Bayrou et du porte-parole du PS Benoît Hamon, qui avaient dénoncé dimanche un
grave mélange des genres, François Hollande a jugé hier sur RTL que cette nomination poserait « deux
problèmes » : l'un « déontologique», puisque François Pérol qui « est en train de régler » pour l'Elysée la fusion
des deux banques en serait également « le bénéficiaire » s'il accédait à la direction du groupe ; l'autre «
politique ». « Nicolas Sarkozy veut décider de tout, y compris de ce qui ne relève pas de ses attributions», a
souligné l'ancien premier secrétaire du PS.
« Vérification légale »
Le sénateur centriste Jean Arthuis s'est, lui, montré catégorique estimant, dans « Le Parisien », que « les règles
déontologiques n'autorisent pas » cette nomination. François Goulard réclame « une vérification sur le plan
légal ». Régu- lièrement critique à l'égard de Nicolas Sarkozy, le député villepiniste regrette « une vraie
régression » : « On renoue là avec une vieille habitude de rapports incestueux entre la haute administration et
les grandes entreprises. » Il est le seul élu UMP à s'être ainsi démarqué. Un autre villepiniste, Hervé Mariton, a
opté, lui, pour la prudence, ne voulant « pas se livrer à un procès d'intention ». La plupart des dirigeants et
grands élus du parti majoritaire se sont abstenus de commenter une décision pas encore officialisée, laissant au
porte-parole Frédéric Lefebvre le soin de fustiger la « malveillance systématique » de l'opposition. « Quand
Nicolas Sarkozy choisit de nommer des personnalités de gauche, ce sont des traîtres à la cause du côté du Parti
socialiste. Quand vous avez un homme de la compétence de M. Pérol qu'il est envisagé de nommer, on explique
que c'est le fait du prince », a-t-il attaqué sans toutefois s'aventurer sur le terrain moral.
Est-ce parce qu'il s'est souvenu que la gauche avait aussi usé de nominations politiques par le passé ? Toujours
est-il que le socialiste Jean-Louis Bianco, ancien secrétaire général de l'Elysée sous François Mitterrand, a
déclaré hier sur Canal+ ne « pas être du tout gêné » par la nomination d'un politique « compétent » à la tête
d'une banque. Avant de souhaiter « une vérification légale ».
ELSA FREYSSENET

http://www.lesechos.fr/info/finance/4834651.htm

FJ - 8
AFP – 23 FEVRIER 2009 - POLEMIQUE SUR L'HYPOTHESE PEROL A LA TETE DE L'ECUREUIL-BANQUES POPULAIRES

PARIS (AFP) — La possible nomination du secrétaire général adjoint de l'Elysée François Pérol à la tête du
futur groupe bancaire Caisse d'épargne-Banques populaires suscite la colère de plusieurs élus, qui dénoncent un
grave mélange des genres, alors que d'autres louent son "talent".
Premier à réagir dimanche, le président du MoDem François Bayrou a jugé que cette nomination, si elle était
confirmée, serait "illégale".
"Tous les textes, à la fois de déontologie et du code pénal, indiquent qu'il est interdit à une personne ayant
exercé l'autorité publique sur une entreprise privée, qu'elle soit fonctionnaire ou agent temporaire, d'exercer
quelque fonction que ce soit dans cette entreprise avant un délai de trois ans révolus", a-t-il déclaré à l'AFP.
Or, en participant au processus de fusion piloté par l'Elysée, le conseiller de Nicolas Sarkozy pour les affaires
économiques "a joué un rôle actif" dans le dossier, "jusqu'à convoquer jeudi dernier les dirigeants des deux
entités dans son bureau", a souligné François Bayrou.
Une analyse partagée par l'ancien ministre de l'Economie et président de la commission des Finances du Sénat
Jean Arthuis (Union centriste), qui juge l'hypothèse de cette nomination "choquante", dans la mesure où, à ses
yeux, "les règles déontologiques ne l'autorisent pas".
Dans les rangs de l'UMP aussi, la perspective de cette nomination provoque quelques remous.
"On renoue là avec une vieille habitude de rapports incestueux entre la haute administration et les grandes
entreprises qui était plutôt en régression ces dernières années", a déploré auprès de l'AFP le député villepiniste
François Goulard. "Pourtant, on a vu durant les années 1990 pas mal de hauts fonctionnaires mener un certain
nombre de banques à la catastrophe".
Au PS, l'hypothèse suscite l'indignation.
Le porte-parole Benoît Hamon y avait vu dimanche une "stratégie" du président Sarkozy visant à "asseoir une
partie de son influence dans les milieux économiques, par oligarques interposés ou par la volonté de placer
untel ou untel".
Au-delà du seul problème "déontologique, moral", l'ancien premier secrétaire François Hollande voit aussi un
problème "politique": nommer "son principal collaborateur" à ce poste révèle la volonté du président de
"décider de tout, y compris de ce qui ne relève pas de ses attributions".
Une analyse que ne partage pas le député socialiste Jean-Louis Bianco, proche de Ségolène Royal. "Dans la vie,
on peut être politique et on peut être homme d'entreprise", a-t-il affirmé.
"Maintenant il faut vérifier (...) s'il n'y a pas mélange d'intérêts", a-t-il toutefois ajouté.
Même son de cloche du député (UMP) Hervé Mariton. "S'il y a un problème déontologique, il existe une
commission pour le dire", a-t-il déclaré à l'AFP. "Je ne crois pas que le fait que M. Pérol ait aidé à dénouer ce
dossier constitue une raison suffisante pour nous priver de son talent".
Le porte-parole de l'UMP Frédéric Lefebvre a déploré pour sa part une "malveillance systématique" entourant
les nominations proposées par Nicolas Sarkozy, jugeant "ubuesque" la polémique concernant François Pérol, la
décision le concernant n'étant "même pas prise".
Quant au porte-parole du gouvernement Luc Chatel, il a assuré que si le collaborateur de Nicolas Sarkozy était
nommé à la tête du futur groupe, "la commission de déontologie se réunirait et émettrait un avis".

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5h8zVGyiZfdh1n6RJUTUA4l4TetQg

Aussi sur :

Le Figaro : http://www.lefigaro.fr/societes/2009/02/23/04015-20090223ARTFIG00381-caisse-d-
epargnebanques-populaires-polemique-autour-de-francois-perol-.php
Le Point : http://www.lepoint.fr/actualites-politique/reactions-bayrou-la-nomination-d-un-conseiller-de-
sarkozy-est/917/0/319636

FJ - 9
La Tribune : http://www.latribune.fr/entreprises/banques-finance/banque/20090222trib000347006/la-
polemique-enfle-autour-de-la-nomination-eventuelle-de-francois-perol-.html
Rue89 : http://eco.rue89.com/2009/02/22/caisses-depargne-et-banques-populaires-bayrou-juge-illegale-la-
nomination-de-perol

LES NOUVEAUX OUTILS INTERNET DU MOUVEMENT DEMOCRATE

01NET – 26 FEVRIER 2009 - FRANÇOIS BAYROU DEVOILE SA STRATEGIE INTERNET


Isabelle Boucq,

Le MoDem inaugure le site Lesdémocrates, un média social qui s'adresse aux internautes intéressés par le débat
politique. Les militants auront, quant à eux, un outil de collaboration dédié.
Le MoDem renforce sa présence sur le Web. Son leader, François Bayrou, a présenté deux nouveaux sites
participatifs à l'occasion d'une conférence de presse, mercredi 25 février 2009, dans ses locaux parisiens.
Lesdemocrates.fr s'adresse à tous les internautes souhaitant participer au débat politique, tandis que Forum
démocrate est un bureau virtuel réservé aux membres du parti.
Ces deux nouveautés viennent en complément du site institutionnel du MoDem et du site personnel de François
Bayrou. « Ces deux outils ne sont pas nouveaux seulement pour nous, mais aussi pour l'ensemble du paysage
Internet politique en France, estime François Bayrou, qui décrit Lesdemocrates.fr comme un média social. La
communication politique habituelle projette des messages depuis un leadership vers des personnes intéressées.
Le média social, c'est le contraire. Il vise à développer un réseau, une communauté. »
Nicolas Voisin, un vétéran du Web politique avec le blog d'interviews PoliTIC'Show et le JT six35 a conçu le
site pour le compte du MoDem. « Ouvert en bêta privée depuis 15 jours, Lesdémocrates compte déjà
500 profils et 200 blogs », annonce-t-il aux côtés de François Bayrou.
Comme sur tout réseau social, on commence par se créer un profil et une communauté d'amis. Lesdémocrates
est construit sur la plate-forme Wordpress Buddy, une émanation orientée réseau social de WordPress, et
permet aussi de créer son blog. Un outil de sondage recueille des avis en 140 caractères, à la Twitter.
Une plate-forme d'échange pour les adhérents
Au gré des préférences des lecteurs et des sélections d'un comité éditorial, certaines contributions sont mises en
avant. « Il y a une stratégie éditoriale pour devenir un vrai média. Ce site touchera tous les Français qu'ils soient
adhérents ou pas », poursuit Nicolas Voisin. Des dizaines de milliers de Français, espère François Bayrou.
« Nicolas Voisin a travaillé pour ainsi dire bénévolement, car nous n'avons pas les moyens de certaines
formations qui dépensent un demi-million d'euros sur Internet », glisse l'homme politique.
Pour le deuxième site qu'il annonçait officiellement ce mercredi, ce sont carrément des adhérents bénévoles
passionnés d'Internet qui ont été mis à contribution. Forum démocrate est un bureau virtuel, réservé aux
membres encartés, créé par des militants sous la direction de Christophe Ginisty, conseiller municipal MoDem
à Issy-les-Moulineaux.
Forum démocrate devient la tour de contrôle où les adhérents peuvent trouver d'autres personnes partageant
leurs centres d'intérêt, dialoguer en messagerie instantanée ou consulter des retours d'expérience, organiser une
réunion publique...
« Forum démocrate a été conçu dans la lignée du libre. Grâce à l'association Open Humanity, on pourra bientôt
créer des applications pour ce site, explique Christophe Ginisty dont la mission était de créer un outil sans
budget. Barak Obama a bien utilisé Internet, mais il avait de gros moyens. Nous, avec une économie de
moyens, nous voulons créer des viralités. »

http://www.01net.com/editorial/404041/francois-bayrou-devoile-sa-strategie-internet/

FJ - 10
LE FIGARO – 26 FEVRIER 2009 - BAYROU VEUT «RASSEMBLER LES INTELLIGENCES» SUR INTERNET
Propos recueillis par Samuel Potier (lefigaro.fr)

INTERVIEW - Avec son nouveau média social intitulé «Les démocrates», le MoDem compte prendre une
longueur d'avance sur l'UMP et le PS. François Bayrou explique au Figaro.fr sa stratégie Web pour fédérer son
courant de pensée.
François Bayrou prend un nouveau virage Internet. A quelques semaines des élections européennes, mais
surtout avec en ligne de mire la prochaine présidentielle dans trois ans, le président du MoDem va pouvoir
s'appuyer sur un nouvel outil pour rassembler toutes les «intelligences», tenter de conquérir un nouvel électorat
et concurrencer l'UMP et le PS sur le terrain des nouveaux médias. Tribunes, articles, vidéos, commentaires des
internautes valorisés en Une, pages personnalisées, propositions politiques… Le MoDem lance son propre
média social officiel, «Les Démocrates», avec une partie communautaire initiée par une figure de la
blogosphère, Nicolas Voisin, et un outil spécifique aux adhérents développé par un autre blogueur influent,
Christophe Ginisty. Dans un entretien au Figaro.fr, François Bayou dévoile les enjeux de ce projet.
LE FIGARO.FR - Quelle sera l'utilité politique de ce média social pour vous au quotidien ?
François BAYROU.- Au fond, le but de l'action politique est de construire des communautés de citoyens actifs,
engagés, avec des idées et une vision des événements. Notre nouveau média social nous permettra de ne pas
toucher uniquement des militants ou des adhérents déjà convaincus.
Vous voulez donc vous positionner en leader Internet devant le PS et l'UMP ?
Les deux autres partis provisoirement dominants sont encore trop traditionnels, moins mobiles, moins inventifs
que nous. Regardez : avec très peu de moyens financiers, nous sommes capables de contrebalancer les partis
politiques bénéficiant de la puissance de l'argent et ce, en élargissant notre base sur Internet. Nous allons donc
dialoguer avec ces nouvelles communautés que nous allons créer, et je n'exclus d'ailleurs pas de les réunir un
jour physiquement pour discuter avec eux. (*)
Ce média social pourrait-il également devenir une arme politique pendant les campagnes électorales, surtout la
présidentielle de 2012 qui vous laisse trois ans pour vous préparer ?
Internet sera l'une des clés de la prochaine présidentielle, mais je ne cherche pas une utilisation politique dans
l'immédiat. Construire une communauté de citoyens - plusieurs centaines de milliers potentiellement - c'est plus
profond qu'un intérêt bêtement électoral. Nous devons rassembler toutes ces intelligences, écouter leurs idées et
leur donner si nécessaire une traduction politique. Nous n'avons fait aucune promotion pour notre site, je crois
davantage au buzz qu'à la communication verticale pour cet outil.
Vous êtes-vous inspiré de la campagne américaine avant de lancer votre projet ?
Mais cette campagne était moins novatrice qu'on a voulu le dire ! Les outils étaient globalement connus, mais
les contenus du Web ont en revanche été davantage diffusés dans les médias traditionnels. C'est ça, la
nouveauté. Je ne crois pas à la simple exportation des méthodes électorales de Barack Obama ou de John
McCain. Inutile de copier. Notre média social ne peut pas être considéré comme un outil de propagande. Il
servira au contraire à tous pour se documenter, agir et approfondir davantage des sujets traités parfois trop
sommairement dans les médias classiques.
(*) Le ministre du Budget Eric Woerth a par exemple récemment invité ses amis Facebook à prendre un verre à
Bercy.

http://www.lefigaro.fr/politique/2009/02/25/01002-20090225ARTFIG00508-bayrou-veut-rassembler-les-
intelligences-sur-internet-.php

FJ - 11
LE JOURNAL DU DIMANCHE – 25 FEVRIER 2009 - LE MODEM TISSE SA TOILE
Par Jérôme GUILLAS

Le parti de François Bayrou a présenté mercredi, lors d'une conférence de presse au siège du parti centriste, rue
de l'Université à Paris, son propre réseau social: lesdemocrates.fr. Il est décliné en deux plateformes: l'une
grand public et l'autre réservée aux adhérents. Ce média social a pour ambition de "changer la philosophie de la
communication politique habituelle".
N'allez surtout pas évoquer Facebook et les Guignols de l'info avec François Bayrou. Surtout le jour où il
présente en conférence de presse le média social du Modem, lesdemocrates.fr. Demandez-lui s'il ne craint pas
que le rendez-vous quotidien de Canal+ profite de l'occasion pour le railler encore plus et il vous renvoie illico
dans vos 22. "Combien y-a-t-il d'utilisateurs de Facebook en France? Sept millions? Ça tombe bien c'est peu
ou prou le nombre de voix que j'ai obtenues à la présidentielle". Et insister ne sert à rien. "Les gens disent ce
qu'ils veulent et peuvent bien tourner en dérision les réseaux sociaux". On repassera donc. Mais du coup,
l'échange devient plus compliqué et les réponses aux questions tombent sèchement comme un couperet. "Y
aura-t-il des exclusivités réservées au réseau social qui feraient l'économie d'une conférence de presse? Des
interviews ou annonces en direct?" "Je vous réponds ‘oui'".

Le réseau social lancé par le Modem ne manque cependant ni d'ambition ni de qualités graphiques. "La
communication politique habituelle est pyramidale, autoritaire, du haut vers le bas. Nous, au Modem, nous
voulons développer un réseau". La verticalité n'est donc pas la tasse de thé de François Bayrou qui préfère, lui,
toucher l'horizon. Pour ce faire, le Modem a donc créé son réseau social, décliné en plusieurs outils: un pour le
grand public, un autre, sous forme de forum, réservé aux adhérents; un qui permettra de compiler des infos sur
la mouvance démocrate sous forme de "wiki", et un dernier outil coopératif dédié aux élections européennes qui
approchent à grand pas. En plus de ces quatre outils, le site institutionnel du Modem reste bien sûr actif. Une
folie des grandeurs? Loin s'en faut.

"Je n'ai pas de Rolex. J'ai raté ma vie et j'en suis assez satisfait"

Les deux concepteurs en chef de ces nouveaux outils internet, Christophe Ginisty et Nicolas Voisin, n'ont pas
été rémunérés. "C'est du quasi-bénévolat. Nous n'avons pas les moyens financiers des autres formations
politiques françaises qui consacrent presque un demi-million d'euros à la question. Nous ne sommes pas dans
une logique de profits, nous sommes au coeur d'un projet de société non marchand", explique François Bayrou
dans la salle cossue Jean Lecanuet du siège du parti centriste. "Voyez, ils n'ont pas de Rolex au poignet, ils
peuvent encore réussir leur vie. Moi j'ai cinquante ans passés. Ma vie est manquée et j'en suis assez satisfait",
lance François Bayrou en référence à la saillie malvenue de Jacques Séguéla. Pas de folie des grandeurs donc,
et surtout pas un outil dévolu à la gloire du chef mais une "porte d'entrée des démocrates sur la toile. C'est un
vecteur de l'expression mais pas de mon expression unique", précise François Bayrou qui, beau joueur, rappelle
d'ailleurs que pour les aficionados le site Bayrou.fr existe toujours.

"J'ai la volonté de toucher des dizaines de milliers de personnes", explique "le troisième homme" de la
présidentielle. Nicolas Voisin le relaie: "C'est un projet de long terme qui doit conduire à une mue importante
d'un mouvement politique". Christophe Ginisty lance à leur suite: "Internet permet d'amener les gens à la
politique". Sur le plan pratique, lesdemocrates.fr se veut à l'"avant-garde" (dixit WordPress) des traditionnels
outils internet politiques. Tous les logiciels sont en open source, tous les contenus sont disponibles en creative
comments, le forum des militants se présente comme un bureau de PC, il y a une web TV... Trop compliqué? Le
mieux est sans doute de jeter un oeil sur la toile.

http://www.lejdd.fr/cmc/politique/200909/le-modem-tisse-sa-toile_190340.html
FJ - 12
DAILY BOURSE – 26 FEVRIER 2009 - AVEC LESDEMOCRATES.FR, BAYROU DEVELOPPE SA STRATEGIE INTERNET
© AFP

François Bayrou a lancé jeudi lesdemocrates.fr, un "média social" censé toucher un public plus large que les
militants et qui marque le développement de la stratégie internet du Mouvement Démocrate (MoDem).
Ce site s'adresse aux "citoyens de tous âges, de tous lieux et horizons, qui se reconnaissent dans des valeurs,
une réflexion, une vision, qui se reconnaissent +démocrates+", a expliqué M. Bayrou devant la presse.
"Au-delà de toute adhésion, de tout militantisme, ils ont là le moyen de découvrir des idées, des personnes,
d'autres amitiés, qui pourront leur permettre un jour, je crois, d'être engagés", a ajouté l'ex-candidat à la
présidentielle.
Les utilisateurs peuvent y "créer leur profil, comme sur un réseau social de type Facebook", et leur blog, a
expliqué le promoteur du site, Nicolas Voisin.
Il est "ouvert à tous ceux que cela intéresse de dialoguer avec nous", a ajouté M. Bayrou. "L'idée est que ça
puisse toucher un jour des dizaines de milliers de personnes".
Lui qui avait un jour rêvé de créer un journal n'a "pas perdu du vue (son) idée". "Il n'est pas dit que sur le média
social, on n'ait pas un jour quelque chose qui y ressemble", comme en page d'accueil une sorte de "une de
journal", a-t-il glissé.
Le MoDem a également lancé un site spécifique pour les adhérents, développé par Christophe Ginisty, et un
outil "wiki" dédié aux groupes de travail sur les élections européennes, qui s'ajoutent à son site officiel
(mouvement.democrate.fr).

http://www.daily-bourse.fr/news.php?news=AFP090225182242.9y230e6y

EXPRIMEO - 26 FEVRIER 2009 - FRANÇOIS BAYROU OUVRE LA BATAILLE SUR INTERNET

Le Modem prend un nouveau virage Internet. C'est l'occasion pour faire un point sur la place d'Internet dans la
vie politique Française au moment même où Barack Obama lance le site recovery.com sur la traçabilité du plan
de relance.

La France entre-t-elle dans l'ère des cyber-élections ?

Pour répondre à la question (mode ou tendance durable), il faut dissocier le facteur stratégique et les usages
actuels.

Stratégiquement, les blogs et internet traduisent l'émergence d'une nouvelle génération d'information marquée
par la gratuité et par l'autonomie.

Ce mouvement est probablement une tendance durable qui va révolutionner le circuit de l'information. La
gratuité va s'accélérer. Les recettes publicitaires seront progressivement les seuls produits.

L'information dite autonome traduit la progression en maturité des citoyens qui vivent cette autonomie non pas
comme un désaveu mais comme une preuve de leur émancipation face à des réseaux qui ont perdu
progressivement en crédibilité.

C'est une information d'acteurs libres qui entendent casser la traditionnelle distinction entre les producteurs
professionnels d'informations et les consommateurs desdites informations.

FJ - 13
A la différence des Etats-Unis, la France n'est pas encore dans la logique du complot que les blogs permettent
de déjouer comme espaces alternatifs de liberté d'informations. Mais la France est sur le chemin de cette
évolution. Elle en est déjà à l'étape de l'instrumentalisation temporaire.

En revanche, sur le terrain des usages, comme nouvel espace d'expression, la blogosphère accueille une très
grande variété de situations.

Cette progression ouvre le champ à une communication en plein renouvellement.

Les blogs vont contribuer à diffuser des informations en dehors des règles d'usage.

Les blogs vont progressivement introduire de nouvelles règles.

La première, c'est l'émergence d'une information vivante rapidement consommable. L'information devient ainsi
un partenaire permanent de la vie. C'est une contrainte nouvelle pour les candidats qui doivent intégrer ce
besoin de production permanente d'informations.

La seconde, c'est l'équilibre entre l'incontournable anecdotisation et la place du contenu.

En ce qui concerne la place du contenu, tous les blogs politiques ou les sites internet qui ont franchi une
certaine notoriété sont ceux qui ont assumé un contenu différent de l'information traditionnelle. Généralement,
d'ailleurs en s'ouvrant à un degré d'impertinence que les supports classiques ont perdu. En 2003, l'un des sites
qui avait connu la plus belle progression de notoriété fut celui de Zack Exley, jeune informaticien de 34 ans, qui
faisait vivre des sites d'une nouvelle " satire politique " et s'était fait connaître par un portrait du Président Bush
sous la forme :
* a arrêté la drogue depuis…
* a arrêté l'alcool depuis…
* et ainsi de suite.

Autant de faits incontestables mais qui, là, d'informations marginales devenaient les vraies étapes de la vie de
GW Bush.

Internet est d'abord une culture de liberté. Les blogs qui respecteront cette liberté sans tomber dans la
diffamation ou la délation franchiront rapidement des étapes de notoriété.

Avant de s'affirmer comme un support généraliste typé d'informations, la cyber information va montrer son
influence en " issue advocacy " c'est-à-dire dans la capacité à promouvoir des causes très précises.

C'est un nouveau style d'engagement, plus autonome, plus thématique traduisant l'éclatement des référents
traditionnels.

A terme, il y aura une émergence de l'e-gouvernance. C'est la reconnaissance d'une nouvelle place des supports
électroniques : de l'information à l'enquête en passant par un meilleur partage permanent de la décision …

Trois fonctions majeures méritent une attention privilégiée :

- la fonction participative : il ne s'agit pas seulement d'offrir une nouvelle tribune médiatique mais de créer un
nouvel espace de dialogue réellement interactif. Sur le plan français, Ségolène Royal a été la première à saisir et
FJ - 14
à incarner, par son blog " désirs d'avenir ", cette vocation éventuelle d'un site Internet. C'est le projet qui prend
corps hors hiérarchie.

- la fonction innovante : Internet doit créer son propre espace, son propre rythme, ses propres exclusivités. Tous
les blogs ou sites qui ne sont qu'une bibliothèque sur écran verront une érosion rapide de leur audience. Cette
audience ne se maintient dans le temps que si le blog ou le site Internet apportent une vraie valeur ajoutée.
Qu'apportent-ils de spécifique ?

- il faut créer un espace de communication qui entoure la cyber information. Le terrain doit communiquer en
permanence l'existence d'un outil de cyber information. Ses concurrents ont une telle ancienneté, des habitudes
ancrées depuis tant de décennies que cet outil neuf ne peut naître rapidement et accéder à une taille critique que
si son existence est démultipliée par tous les autres supports possibles de communication (du papier à en-tête à
l'affiche) pour faire connaître, faire parler, faire participer.

Le site Internet du Modem veut s'émanciper de certaines de ces règles pour évoluer vers une approche
qualitative de "tribune d'idées".

La première qualité d'un blog ou d'un site Internet c'est sa capacité à faire naître et vivre de l'audience. Le reste
demeure d'une approche très élitiste.

http://www.exprimeo.fr/article/4442/francois-bayrou-ouvre-la-bataille-sur-internet.htm

PRESSE

LE FIGARO

24 FEVRIER 2009 - PARLEMENT : LE CODE VA CHANGER


L'éditorial de Paul-Henri du Limbert.

«l'exécutif cède une partie de ses prérogatives au législatif. Cela fait plus de cinquante ans que la gauche - mais
aussi parfois la droite - se lamente sur les droits bafoués du Parlement».

Pour le PS comme pour le MoDem, la chose est entendue, Nicolas Sarkozy est de la graine des apprentis
dictateurs. Son procès en autoritarisme rameute chaque jour de nouveaux procureurs. Pourtant, lorsqu'on
examine les nouvelles dispositions qui vont désormais régir la vie parlementaire, on se dit que le chef de l'État a
des progrès à faire pour entrer dans la catégorie des despotes et des potentats. Pourquoi ? Parce que l'exécutif
cède une partie de ses prérogatives au législatif. Cela fait plus de cinquante ans que la gauche - mais aussi
parfois la droite - se lamente sur les droits bafoués du Parlement. La littérature qu'on y a consacrée est
abondante et les arguments utilisés par les uns et les autres étaient souvent justifiés. Mais, pendant un demi-
siècle, rien n'a bougé, parce que tous les présidents se satisfaisaient d'un système où l'exécutif agissait à sa
guise, muselant l'opposition s'il le souhaitait, contraignant sa majorité s'il en était besoin.
Le code va changer. À partir de la semaine prochaine - et hormis sur le budget ou le projet de loi de
financement de la Sécurité sociale -, le gouvernement ne pourra utiliser qu'une seule fois par session l'article
49-3. Cela ne prêtera pas trop à conséquence quand un gouvernement pourra s'appuyer sur une large majorité,
mais il en ira tout autrement pour un premier ministre ne disposant que d'une majorité étroite ou, pire encore,

FJ - 15
d'une majorité relative. Avec une telle disposition, Michel Rocard - qui a utilisé une trentaine de fois le 49-3 -
ne serait sans doute pas resté trois ans à Matignon.
L'autre innovation, c'est l'ordre du jour partagé. C'était aussi une doléance ancienne. Jusqu'à présent, le
gouvernement était maître du calendrier, désormais, il devra aussi faire avec la volonté de l'Assemblée. Mieux
encore, les députés pourront, une semaine par mois, exercer un «contrôle parlementaire» sur l'activité
gouvernementale. Les ministres devront donc s'expliquer, argumenter, répondre aux critiques. Selon la situation
du moment, selon l'humeur de la majorité, selon l'état d'esprit du président du groupe majoritaire, ce sera une
promenade de santé ou un chemin de croix.
Autre prérogative accordée au législatif : les textes seront désormais examinés en séance publique tels qu'ils ont
été adoptés, et amendés en commission. Ça n'a l'air de rien, mais ça change beaucoup de choses parce que le
ministre concerné devra affronter sa majorité dans l'Hémicycle, ou composer avec elle.
Ce sont des exemples parmi d'autres, qui, mis bout à bout, peuvent profondément modifier les relations entre
l'exécutif et le législatif. En réalité, cette réforme sera ce que les députés en feront. S'ils l'utilisent à plein,
l'époque du Parlement «chambre d'enregistrement» sera bel et bien révolue. Inlassable défenseur des droits du
Parlement depuis 1958, le PS devrait s'en féliciter au lieu de consacrer ses journées à dépeindre Nicolas
Sarkozy en autocrate.

http://www.lefigaro.fr/debats/2009/02/25/01005-20090225ARTFIG00048-parlement-le-code-va-changer-.php

26 FEVRIER 2009 - FREDERIC LEFEBVRE : "LE CAP DU GOUVERNEMENT EST LE BON"


Raphaëlle Duchemin
Face à la forte hausse du chômage, et l’ampleur de la polémique suscitée par l’affaire Pérol, Frédéric Lefebvre,
porte-parole de l’UMP, défend pied-à-pied la ligne du gouvernement et se montre offensif à l’égard de
l’opposition.
Pour Frédéric Lefebvre "les chiffres du chômage et de la consommation à la hausse valident l’action du
gouvernement". Pour le porte-parole de l’UMP, il n’est donc pas question de revoir, comme le demande
Martine Aubry, le plan de relance par l’investissement. "Le cap est le bon", affirme-t-il.
En revanche, le changement de politique prôné par le premier secrétaire du PS, que Frédéric Lefebvre résume à
la relance par la consommation, est selon lui "stupide"" a-t-il ajouté.
Sur l’affaire Pérol, Frédéric Lefebvre ne cille pas non plus. Il justifie la nomination du secrétaire général adjoint
de L’Elysée par "la compétence" de ce dernier dont "personne en France ne doute", estime-t-il, allant même
jusqu’à demander à Martine Aubry et François Bayrou de "présenter des excuses publiques".

http://www.france-info.com/spip.php?article258146&theme=9&sous_theme=10

LE MONDE

27 FEVRIER 2009 – ANALYSE. PARTI SOCIALISTE : UNE "UNION SACREE" SANS RECONCILIATION, PAR MICHEL
NOBLECOURT

Quand Jules Guesde, socialiste révolutionnaire, entra, en 1914, comme ministre d'Etat, dans le gouvernement
de la République, l'"union sacrée" se mit en place. La guerre avec l'Allemagne avait rebattu les cartes au point
que le chantre de l'opposition à toute participation socialiste à un "ministère bourgeois" cohabitait avec ses
ennemis de la veille. Mais le patriotisme de Guesde n'était pas motivé par une volonté de réconciliation avec
l'adversaire. Juste par la conviction que "la guerre est mère des révolutions".

FJ - 16
A un autre degré, une crise économique mondiale, surtout quand elle a l'ampleur de l'actuelle, peut bousculer
des schémas bien établis. Ainsi au Parti socialiste, la crise change la donne, trois mois après l'élection de
Martine Aubry comme première secrétaire. Samedi 28 février, le conseil national du PS devrait valider l'entrée
de 31 nouveaux membres au secrétariat national - qui va se transformer en un mammouth de 80 membres, un
record sans précédent ! -, dont onze partisans de Ségolène Royal. "Face à la crise, personne ne comprendrait
que les socialistes restent divisés", a expliqué Manuel Valls, électron libre proche de l'ancienne candidate.
En apparence, Mme Aubry, d'abord très réticente, et Mme Royal, qui contestait la victoire de sa rivale, ont
signé la paix des braves. Les deux "soeurs ennemies", qui doivent de nouveau se rencontrer, ont voulu, après
des mois d'anathèmes et de procès mutuels en sectarisme, faire mentir Diderot, pour lequel "lorsque les haines
ont éclaté, toutes les réconciliations sont fausses". Sauf que l'union sacrée, opportunément affichée à un peu
plus de trois mois des élections européennes du 7 juin, n'équivaut pas à une réconciliation. La ligne politique
reste inchangée, et les deux camps conservent tous leurs désaccords sur le parti, la rénovation et surtout les
alliances.
La maire de Lille est la principale bénéficiaire de cette ouverture qui va lui donner un supplément de légitimité,
très utile après une élection étriquée, et donc un surcroît d'autorité. La main tendue aux ségolénistes - avec sans
doute en prime une mission auprès des partis sociaux-démocrates européens pour Mme Royal - va aussi
permettre à Mme Aubry de se replacer idéologiquement au centre du PS. Une posture idéale pour ne pas se
laisser enfermer dans un face-à-face avec une aile gauche qui, depuis la nomination de son leader, Benoît
Hamon, comme porte-parole et la stratégie d'accompagnement du mouvement social, occupe le devant de la
scène.
En se recentrant, Mme Aubry lance aussi un autre signal : même si elle s'en défend officiellement, elle se coule
peu à peu dans les habits d'une candidate à l'élection présidentielle de 2012. Si elle passe sans trop de mal sa
première épreuve - les élections européennes - et si elle rend durable, et non conjoncturelle, cette union sacrée,
elle peut espérer être... "en situation".
Mais l'union sacrée avec les ségolénistes a son revers, d'abord du côté de ceux qui ont fait Mme Aubry reine -
les fabiusiens et une partie des strauss-kahniens. Ils avaient misé sur la maire de Lille parce qu'elle professait
que le premier secrétaire ne devait pas être un présidentiable. Si elle change d'avis, ils vont vite se sentir floués.
Laurent Fabius, qui ne s'interdit rien pour 2012, s'agace d'être insuffisamment représenté à la direction. Et Jean-
Christophe Cambadélis rêve toujours d'un retour et donc d'une candidature de Dominique Strauss-Kahn.
La pilule s'avère dure à avaler pour des fabiusiens qui, malgré des strapontins supplémentaires, risquent d'être
dépassés en nombre au secrétariat national par les ségolénistes... et d'avoir peu d'élus aux européennes.
L'ouverture ébranle une majorité dont le principal ciment était à l'origine le "tout sauf Ségolène". Et aux
européennes, où les lieutenants de Ségolène Royal - Vincent Peillon - et de Bertrand Delanoë - Harlem Désir -
devraient se partager le porte-parolat, le PS va défendre le traité de Lisbonne honni par les "nonistes" de 2005.
Pour Mme Royal - qui subit une rude chute dans les sondages, mais se décrit "derrière" Mme Aubry -, cette
union sacrée, sans réconciliation et sans renoncement, est une aubaine qui lui offre bien des avantages. Dotée
d'un courant, "L'espoir à gauche", et ayant réactivé Désirs d'avenir, elle garde son entière liberté. Elle conserve
surtout son aspiration à être de nouveau candidate en 2012. Une détermination que l'on retrouve à chaque page
de son livre d'entretiens avec Françoise Degois, Femme debout (Denoël, 276 p., 19€). "Je n'ai aucun problème
de gestion du temps, c'est ma force absolue, confie notamment Mme Royal. Je cours dans mon couloir avec
mes objectifs. (...) L'écume des vagues, je m'adapte."
L'union sacrée va ressembler plus à une cohabitation, avec deux lignes et deux présidentiables potentielles, qu'à
un rassemblement harmonieux derrière une seule "patronne". Imposée par la crise et les européennes, la trêve
sera-t-elle durable ? En 2010, les élections régionales reposeront avec acuité la question de l'alliance avec le
MoDem de François Bayrou, auquel Mme Aubry a décerné un brevet d'opposant à Nicolas Sarkozy. Mais elle
s'est engagée à refuser tout accord. Puis se profileront, au printemps 2011, les primaires pour le choix du
candidat en 2012. Mme Aubry et Mme Royal sont favorables à des primaires ouvertes au-delà du cercle des
adhérents du PS. Jusqu'où ? En théorie, un accord est imaginable. Mais les alliés rechignent.
FJ - 17
Courriel : noblecourt@lemonde.fr.
Michel Noblecourt (Editorialiste)

http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/02/26/parti-socialiste-une-union-sacree-sans-reconciliation-par-
michel-noblecourt_1160666_3232.html

MEDIAPART

28 FEVRIER 2009 - FRANÇOIS BAYROU PARLE NET


Par Marie-Anne Kraft

Vendredi 27 février 2009, le président du MoDem était l'invité de «Parlons Net !» sur France Info, le premier
club de la presse Internet, avec lefigaro.fr, marianne2.fr, rue89.fr. Il a parlé "net" dans plusieurs sens du terme,
en parlant distinctement et clairement comme il sait le faire (le contrôle du bégaiement devenant un véritable
atout, utilisant des mots précis, le rythme permettant de bien suivre sa pensée), en disant "net" la vérité aux
Français et aussi en parlant du "Net" (la toile Internet) comme un terrain de résistance citoyenne à ce pouvoir
qui noyaute tout, un terrain aussi où s'échangent et se créent des produits, des services, des relations non
marchandes, citant l'OpenSource et le Wiki comme modèles exemplaires :

- en disant "net" la vérité aux Français, sur la République de connivence et d'influence où s'étend
insidieusement un pouvoir concentré entre les mains de quelques uns, une République qui ne respecte plus le
droit, où le président se met sans vergogne dans l'illégalité alors que son premier rôle est de la faire respecter,
car il était obligatoire de réunir la Commission de Déontologie et d'attendre son verdict pour approuver la
nomination de F.Pérol, car il est évident que cette nomination est contraire au texte de loi, et de surcroît pose un
grave déséquilibre de concurrence car F.Pérol avait pas sa fonction connaissance de tous les secrets de toutes
les banques françaises, notamment celles dans lesquelles l'Etat joue un rôle.

- en parlant du "Net", quelques jours après le lancement de son «médial social», lesdemocrates.fr, le rôle
d'Internet dans la stratégie de son parti. Convaincu du rôle de «résistance civique» du web, il souhaite faire de
ce média un espace qui verra l'émergence d'idées, parmi la base des militants et sympathisants centristes.

Il a également parlé de la crise, des solutions qu'il a préconisées pour une relance par un emprunt européen de
l'équivalent de 3% du PIB (300 M€ pour l'Europe), orienté surtout vers la protection et le développement des
PME qui font la majorité du tissus des emplois et sont plus fragilisées, pour un Livret-Epargne-Crise de 1000 €
en faveur des 5 millions de Français les plus fragiles et qui n'arrivent pas à faire face dans ces conditions de
plus en plus difficile.
Sans oublier la Guadeloupe (et la Martinique), qui devraient bénéficier d'un statut de zone franche (exonération
fiscale totale) pour compenser leur difficulté d'éloignement, renchérissant les prix des biens importés, et aussi
être mieux reconnues dans leur histoire, leur richesse culturelle.
Il s'est aussi prononcé sur le projet de réforme des régions préconisé par le Comité Balladur, rappelant qu'il a
toujours été pour un rapprochement entre les régions (qui devraient s'occuper de stratégie) et les départements
(qui devraient s'occuper de mise en oeuvre au niveau local) sur des sujets communs qui concernent
l'aménagement du territoire.

FJ - 18
Napoléon Bonaparte avait raison selon François Bayrou de préconiser trois niveau maximum pour
l'administration (commune-département-Nation), mais maintenant ce devrait être aujourd'hui selon lui :
1- Les communes, fédérées en intercommunalités,
2- Les Régions fédérant des départements,
3 L'Europe fédérant des Etats-nations.

http://www.mediapart.fr/club/blog/marie-anne-kraft/280209/francois-bayrou-parle-net

LE POINT

26 FEVRIER 2009 - PS : CE QUE LES "ROYALISTES" ONT OBTENU DE MARTINE AUBRY

Une dizaine de proches de Ségolène Royal sont entrés dans la direction du PS. Parmi eux Najat Belkacem,
Jean-Louis Bianco et Aurélie Filipetti.
Crise économique et sociale oblige, royalistes et aubrystes ont décidé d'enterrer la hache de guerre. Comme s'ils
semblaient avoir enfin tourné la page délétère du congrès de Reims. Résultat, une dizaine de proches de
Ségolène Royal sont entrés mardi à la direction du PS, parmi 31 secrétaires nationaux et adjoints. Le secrétariat
national dirigé par Martine Aubry, déjà fort de 50 membres en comptant les secrétariats thématiques,
organisationnels et les conseillers, est complété ainsi par sept secrétaires nationaux (SN), dont six reviennent à
des "royalistes".

Le sénateur David Assouline devient ainsi secrétaire national auprès de la première secrétaire ; l'adjointe au
maire de Lyon Najat Belkacem va s'occuper des questions de société ; le maire d'Argenteuil Philippe Doucet est
chargé des droits des consommateurs ; la députée Aurélie Fillipetti des questions énergétiques ; le député Jean-
Patrick Gilles de la famille et le député Gaëtan Gorce de l'exclusion. Pas de nomination en revanche pour les
ténors royalistes que sont Vincent Peillon, Manuel Valls ou François Rebsamen, qui ont choisi de rester à
l'écart.

Rencontre Royal-Aubry dans les prochains jours

Parmi les 20 secrétaires nationaux adjoints, figurent d'autres "royalistes", comme Carlos Da Silva à la
rénovation, Patrick Mennucci à l'animation et au développement des fédérations et Frédéric Léveillé à la
trésorerie - tous portefeuilles "régaliens" du parti. Le député Jean-Louis Bianco devient lui coprésident du
Forum des territoires (avec la députée aubryste Marylise Lebranchu). Les soutiens de la motion Delanoë
comme Francis Chouat (coordination), Philippe Bonnefoy (élections et vie des fédérations), Yves Colmou
(communication) et le député européen Bernard Soulage (économie) sont aussi présents. Le député Daniel
Vaillant, proche de Lionel Jospin, devient également président du comité Organisation des votes. Des proches
de Martine Aubry comme André Laignel et Laurent Baumel font aussi partie du lot.

Ségolène Royal a salué ce rapprochement entre les différentes troupes, estimant qu'"une nouvelle étape s'ouvre
avec l'entrée de (son) équipe dans la direction". Pour elle, "les Français ont besoin d'une gauche unie et apaisée.
J'ai tout fait pour cela et cette union va faire du bien". L'ancienne candidate à la présidentielle doit rencontrer
"dans les jours qui viennent" la première secrétaire "pour définir avec elle la nature de ses missions", a par
ailleurs annoncé l'eurodéputé "royaliste" Vincent Peillon à l'issue du bureau national. Reste à déterminer la
responsabilité confiée à Ségolène Royal. On évoque de possibles missions à l'étranger, auprès du Parti socialiste
européen.

Le rapprochement entre royalistes et aubrystes avait été initié récemment par des déclarations de Ségolène
FJ - 19
Royal, qui avait reconnu la légitimité de sa rivale : "Martine Aubry est la chef du Parti socialiste, et moi, je suis
derrière." "Si Ségolène veut s'inscrire dans le projet, notre porte est toujours ouverte", avait répondu la patronne
du PS.

http://www.lepoint.fr/actualites/ce-que-les-royalistes-ont-obtenu-de-martine-aubry/917/0/320197

LIBESTRASBOURG

26 FEVRIER 2009 - JEAN-FRANÇOIS KAHN : "AVEC L'AMPLEUR DE LA CRISE, MON DISCOURS EST AUDIBLE"

POLITIQUE - Le journaliste Jean-François Kahn, fondateur et ancien directeur de l'hebdomadaire Marianne,


est la tête de liste du Modem dans l'Est pour les élections européennes de juin prochain. Dans son sillage,
l'eurodéputée Nathalie Griesbeck et l'ex-secrétaire national des Verts Yann Wehrling. Mercredi soir, Jean-
François Kahn était de passage à Belfort pour une conférence sur la crise. Interview.
Vous êtes candidat Modem pour le grand Est sans adhérer au parti. Que répondez-vous à ceux qui parlent
d'opportunisme et de parachutage ?
Ce sont les deux réactions les plus idiotes que l'on puisse imaginer. J'habite et je travaille beaucoup en
Bourgogne, où j'ai une maison, mon berceau familial est dans l'Aube et mes grands parents sont originaires
d'Alsace. J'essaie de porter un message qui est le mien depuis longtemps. Il n'est pas cohérent de dire que je suis
opportuniste alors que je plaide depuis 35 ans pour une autre démarche, une autre approche. Le Modem, qui est
un parti neuf, porte en grande partie cette aspiration. Il faut inventer un autre type de société, plus juste plus
ouverte, plus humaine. La droite et la social-démocratie ne proposent pas cela.
Vous avez déclaré vouloir remettre l'homme au coeur de la société, au détriment de l'argent. Qu'y a-t-il de
concret derrière ces mots ?
Quand je disais ça avant, c'est vrai que les gens étaient effarés, ils se demandaient ce que je racontais. Pendant
des années, on a mis dans les têtes -de façon terroriste, en utilisant le terme de "modernité"- qu'il n'existait pas
d'autre société que celle-là. Aujourd'hui, avec l'ampleur de la crise, mon discours est audible. Je sors un livre
début avril dans lequel je fais 120 propositions de mesures concrètes pour le système international et la société
française. Je ne connais pas beaucoup de candidats qui ont autant de mesures à présenter.
Est-il exact que si votre liste ne compte qu'un seul élu, vous vous désisterez au profit de Nathalie Griesbeck ?
Elle est eurodéputée sortante et tout le monde m'a dit qu'elle avait fait du bon travail. Si par malheur on n'avait
qu'un élu, je lui céderais la place. Mais je ferai tout pour que nous ayons au moins deux élus, sinon trois. Il faut
dire que pour voter socialiste ou UMP aujourd'hui, il faut le vouloir... Donc ça nous laisse de bons espoirs.
Recueilli par T.C.

http://libestrasbourg.blogs.liberation.fr/actu/2009/02/jean-franois--1.html
Aussi sur :
L’Alsace : http://www.lalsace.fr/article/jean-francois-kahn-la-crise-est-chez-nous-comme-le-nuage-de-
tchernobyl---530138?symfony=e26555cb4d9b45077742336643b813e8

LE POST

23 FEVRIER 2009 - SEGOLENE ROYAL SE BAYROU-ISE

Des partisans de Ségolène Royal entrent dans l’équipe de Martine Aubry. "Il y a un hiatus entre eux et elle"
selon Laurent Joffrin, directeur de publication de Libération, sur France Info. Même Vincent Peillon, animateur
du courant de Ségolène Royal assure à l’Express que pour 2012, il « n’exclut rien ». Elle assume son style
franc-tireur et personnel comme François Bayrou et semble préparer la prochaine division de la Gauche. La

FJ - 20
droite a son Zebulon avec Bayrou, la gauche a maintenant le sien avec Ségolène Royal.

Sur France 2, le 8 février, Ségolène Royal évoquait à Laurent Delahousse une phrase que lui avait répétée un
jeune lors d'une de ses réunions, «Je n’ai pas peur de l’avenir, j’ai peur de ne pas en avoir». Elle a fait siens ces
propos. Imaginez si en plus Dominique Strauss-Kahn devenait le prochain Premier Ministre, le courant de
Ségolène Royal n’aurait plus qu’à s’associer avec François Bayrou pour avoir un espace politique car Olivier
Besancenot et Martine Aubry rempliraient l’espace à Gauche… De son côté, François Bayrou devra trouver un
oasis dans sa traversée du désert lors des élections européennes où il devrait faire un bon score.

Enfin, Il y a Daniel Cohn-Bendit, dans L'Express, qui a parié avec Jean-Marc Salmon que Nicolas Sarkozy
serait réelu Président de la République en 2012.
Il est vrai que cela y ressemble de plus en plus.
(Sources: L'Express, France Info)

http://www.lepost.fr/article/2009/02/23/1433553_segolene-royal-se-bayrou-ise.html

AUDIOVISUEL

FRANÇOIS BAYROU

FRANCE INFO - 27 FEVRIER 2009 - PARLONS NET : "BAYROU, L’AFFAIRE PEROL, LES EUROPEENNES, LE WEB ET LA
ROLEX"
David Abiker

Cette semaine « Parlons Net » reçoit François Bayrou, président du MODEM. Avec François Bayrou on parlera
donc de la politique sur internet, du rôle des sympathisants et des militants sur la toile. Avant cela on évoque
l’actualité, l’affaire Pérol, Segolène Royal, les européennes, l’impopularité du gouvernement… Pour interroger
François Bayrou, Philippe Cohen de Marianne2.fr, Pierre Haski de Rue89.com et Jerome Bouin du Figaro.fr.
Parlons Net est animé par David ABIKER.

Partie 1 : Affaire Pérol, Bayrou persiste et signe


Bayrou 1/4 : Affaire Pérol, Bayrou persiste et signe : http://www.dailymotion.com/video/x8ih0u_bayrou-14-
affaire-perol-bayrou-pers_news

Partie 2 : Crise, Rolex, Européenne Bayrou à l’heure


Bayrou - 2/4 : Crise, Rolex, Européennes - Bayrou à l’heure :
http://www.dailymotion.com/video/x8ig7d_bayrou-24-crise-rolex-europeennes-b_news

Partie 3 : La stratégie web du Modem


Bayrou 3/4 : La stratégie web du MoDem : http://www.dailymotion.com/video/x8iga3_bayrou-34-la-strategie-
web-du-modem_news

Partie OFF : Bayrou et l’OTAN


Bayrou 4/4 - le "off" : Bayrou et l’OTAN : http://www.dailymotion.com/video/x8ig9l_bayrou-44-le-off-
bayrou-et-lotan_news

FJ - 21
FRANÇOIS BAYROU ETAIT L'INVITE DES 4 VERITES SUR FRANCE 2, JEUDI 26 FEVRIER A 7H50.
http://les-4-verites.france2.fr/index-fr.php?page=accueil&id_article=84

JEAN-FRANÇOIS KAHN

23 FEVRIER 2009 - JEAN-FRANÇOIS KAHN : L'INVITE D'INTER DU LUNDI 23 FEVRIER


Jean-François Kahn, tête de liste du Mouvement Démocrate dans le grand est pour les élections européennes,
était l'invité de Nicolas Demorand sur France Inter.
http://www.mouvementdemocrate.fr/medias/kahn-france-inter-invite-europeennes-230209.html

JACQUELINE GOURAULT

Jacqueline Gourault, Sénatrice et vice-Présidente du Mouvement Démocrate était l'invitée de Michel Field sur
LCI, lundi 2 mars à 17h. Le débat portait sur la réforme des collectivités territoriales.

http://www.mouvementdemocrate.fr/agenda/gourault-ring-lci-020309.html

LE MODEM EN REGIONS

ROYAUME-UNI

LE PETIT JOURNAL – 25 FEVRIER 2009 - LE MODEM UK EN LICE POUR LES EUROPEENNES


Ecrit par Laurène Casseville

Les militants du MoDem UK se sont retrouvés lundi pour faire un point sur la campagne des européennes.
Franck Faveur, président des Jeunes Démocrates était aussi présent pour lancer une section jeune à Londres
Guilhem Nègre et Franck Faveur mettent en place une stratégie de campagne pour les élections européennes
(photo LPJ)

Le bureau MoDem du Royaume-Uni se lance dans la campagne pour les européennes. Ses militants ont choisi
de s’allier au parti des Libéraux Démocrates britanniques. "Le LibDem est le parti anglais le plus pro-européen,
explique Guilhem Nègre, responsable de la section UK et Irlande du MoDem. Les démocrates britanniques sont
aussi nos alliés au sein de l’ADLE (l’Alliance des Démocrates et des Libéraux pour l’Europe) un groupe de
députés au Parlement européen. Cela nous paraissait donc naturel de faire une campagne conjointe. Surtout que
la priorité pour le MoDem est de mener une campagne européenne".
Entre les 5 et 7 juin prochains, les Français de Londres auront le choix de voter pour un candidat Français ou
pour un candidat Anglais.

Une stratégie de campagne ciblée


Le MoDem UK met en place une stratégie pour convaincre les Français de Londres de voter pour les candidats
qu’ils soutiennent. "Meeting avec les LibDems, cafés d’informations sur les élections et communication sur le
net", sont les moyens développés par le parti pour mener campagne à Londres. Même le président des Jeunes
Démocrates est venu spécialement de Paris pour lancer une section jeune à Londres. Franck Faveur a donné
quelques conseils pour attirer davantage de jeunes au sein du bureau londonien.
Franck Faveur se dit d’ailleurs « très confiant » pour ces élections européennes. Les derniers sondages
créditeraient le MoDem de 14,5% des voix, annonce-t-il fièrement. "Optimistes mais prudents" sont pour
FJ - 22
l’instant les mots d’ordre du parti.
Laurène Casseville. (www.lepetitjournal.com – Londres) mercredi 25 février 2009

Pour plus d’informations :


www.mouvementdemocrate.org.uk

http://www.lepetitjournal.com/content/view/36806/2363/

GUADELOUPE

BLOG MODEM GUADELOUPE – 24 FEVRIER 2009 - NOTRE POSITION

Devant l'affluence constatée sur notre blog et des courriels qui nous sont adressés (de félicitations ou
d’insultes), je pense qu'il est important de préciser quelle est la position du Mouvement Démocrate de
Guadeloupe.

Le mouvement de protestation contre les profits excessifs a commencé le 20 janvier. Il est issu de la réunion de
43 syndicats, partis politiques locaux, association de consommateurs, etc.

Ils ont, ensemble, travaillé de concert depuis un an environ pour élaborer un plan comportant 126 points de
revendications tant salariales qu'environnementales, concernant l'éducation, l'emploi,etc, . Elles sont listées à
l'adresse suivante;
http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/social/guadeloupe_dom__la_crise/20090219.OBS5488/les_revendica
tions_du_lkp.html

Le Modem Guadeloupe a, depuis le début, soutenu ce mouvement qu'il considère comme étant légitime. Quand
on vit en Guadeloupe, on est tous confrontés à une vie chère, des produits souvent de 1,5 à 2 fois plus chers
que dans l'hexagone. Ceci, pour partie, à cause de marges abusives et de "pwofitation" qui a fini par exaspérer
la population.
D'autres points sont remis en cause comme par exemple la préférence d'embauche de Métropolitains par rapport
à des "locaux", et ceci à qualification égale.
Le mouvement a été, dés le départ, ordonné, sage, ouvert aux négociations. C'est après le passage d'Yves Jégo
que les choses ont commencées à s’envenimer, la population ressentant comme du mépris le silence
assourdissant du gouvernement. De source autorisée, la tactique de l'Elysée était le pourrissement du
mouvement.
C'était, à notre avis, une grave erreur et une preuve de méconnaissance totale du sujet concernant les Doms et
en particulier la Guadeloupe qui a des blessures profondes à cicatriser.
Ajouter à cela le sentiment de se faire "couillonner" en permanence par ceux qui détiennent le monopole de la
grande distribution et le mépris des autorités, il n'y a qu'un pas à franchir pour se retrouver face aux vieux
démons du Colonialisme et de la mainmise des "blancs" sur ce pays.

Il fallait, dès lors, trouver un bouc émissaire sur lequel reporter toute la hargne d’une population légitimement
mécontente.
Les "Békés" ont donc été jetés en pâture à la vindicte populaire. Rajoutez à cela le silence de Nicolas Sarkozy et
les SMS assassins qui ont circulé du genre " Les nègres devraient déjà être content d'avoir à manger" signé, soi-
disant, par Bernard Hayot, ou un autre "Quand les nègres auront faim, ils reprendront le travail" toujours signé
du même grand patron de Guadeloupe d'origine Martiniquaise.
C'en était assez pour mettre notre île à feu et à sang.
FJ - 23
Des éléments "incontrôlés" ont fait le reste, barrages, coups de feu, qui se soldent pour le moment par trois
morts inutiles.
On a rendu un hommage à Jacques Bino, syndicaliste, à Petit Canal, hier. Mais les deux autres malheureux,
morts depuis le début du mouvement de protestation, personne ne leur a rendu hommage. Une semaine avant
Jacques Bino, c’est une femme qui faisait du porte à porte cité Henri IV (Au même endroit que Bino) qui a reçu
une balle en pleine tête. Elle est décédée sur le coup. Silence à son sujet. Hier matin, c’est un jeune de 24 ans
qui s’est tué en moto sur un barrage qui était en plein virage. Pas d’hommage rendu non plus.
Les sous-entendus qui attribuent la mort de Jacques Bino à des policiers déguisés en manifestants et présents
sur les barricades sont propres à semer le doute et à attiser les tensions.
La chanson que l’on entend partout «la Gwadloup sé tan nou, la Gwadloup se pas ta yo… » devient le fer de
lance du mouvement et a même été repris lors de l’enterrement à Petit Canal de Jacques Bino, le poing levé par
la foule.
Je reviens sur cette chanson qui devient LE ciment de la révolte. Elle s’infiltre dans l’inconscient de tous, même
des enfants qui défilent à l’occasion de Carnaval. Ça laissera des traces dans leur inconscient. Le jour où on leur
dira en désignant une catégorie d’individus « eux c’est Yo, » on déclenchera un reflexe de violence qui était
« dormant » en eux.
Rester neutre dans une situation pareille n’est pas chose facile, et pourtant on essaie. En écoutant les uns et les
autres (LKP, petits patrons, Medef), on se rend compte que personne ne détient la vérité et c’est pour cette
raison que j’écrivais il y a peu « la société est la composante de nous tous ».
Rester silencieux et se taire ? C’est ce que fait malheureusement la majorité des Guadeloupéens et ils ont peur.
Peur de dire qu’ils en ont marre de ce mouvement, peur de dire qu’ils n’approuvent pas les méthodes du LKP-
UGTG. Parce que si vous qui lisez ça, dans l’hexagone, (Métropole est un terme colonialiste) vous ne pouvez
pas comprendre comment une minorité agissante arrive à prendre le pouvoir et court-circuiter les politiques en
place.
Et je ne parle pas des politiques entre eux qui en profitent pour « faire tomber le président de région » car là,
c’est l’hallali à qui politicardisera à qui mieux mieux pour le discréditer. C’est un autre problème…… politique
celui-là.
C’est un cri du cœur, Mais le jour où on ne pourra plus dire ou écrire ce que l'on pense, ce jour-là, la démocratie
sera morte.
Nicolas Del Do

http://mouvement-democrate971.over-blog.com/

REUNION

CLICANOO – 28 FEVRIER 2009 - MICHEL LAGOURGUE : LE MODEM EST SOLIDAIRE DU COLLECTIF

Le Modem participera-t-il à la manifestation du 5 mars ?


Michel Lagourgue : “Le Modem ne fait pas partie du Collectif mais reste solidaire de la population. Nous ne
voulons pas l’intégrer pour ne pas nous retrouver dans la même position que le PS qui, tout en étant dans le
Collectif, émet des propositions différentes de celui-ci. Nous participerons à la manifestation si elle se passe
dans le calme et le respect. Pour autant, nous ne souhaitons pas le démarrage d’une grève générale comme aux
Antilles.
Quels sont vos griefs de contestation ?
Le gouvernement a été lent à réagir dans cette crise. Un peu à l’image de ce qui se passe depuis deux ans : on
ne peut pas dire qu’il y ait un grand intérêt pour les Dom. Nous pensons qu’il faut redonner espoir au Dom, à sa
jeunesse. Nous regrettons que depuis que le Collectif s’est créé, il n’y ait pas eu l’ouverture de négociations. Le
dialogue et la dignité sont à privilégier. Il y a un sentiment d’injustice sociale attisée par l’impression d’être
FJ - 24
délaissé par l’Etat. Prochainement se tiendront les assises de l’Outre-mer. Il faudra y évoquer la révision de
notre système de représentation.
Par où commencer pour sortir de la crise ?
Il est temps d’entamer une réflexion sur un nouveau modèle économique. Il faut lever les tabous sur l’octroi de
mer, la continuité territoriale, la réforme de nos institutions, les zones franches et le remboursement des dettes
de l’Etat aux collectivités. Il faut se fixer un cap et le suivre de façon pragmatique. Pour la relance de l’activité,
il faut absolument que les chantiers publics envisagés avant les élections soient mis en œuvre et ne pas négliger
la formation professionnelle”

http://www.clicanoo.com/index.php?page=article&id_article=203413

LYON ET SA REGION

LYON CAPITALE – 26 FEVRIER 2009 - LES CENTRISTES VEULENT SUPPRIMER LA "VILLE DE LYON"

Lyon démocrate, groupe politique qui rassemble les élus MoDem de droite à la mairie de Lyon, soutient la
proposition du comité Balladur de créer des métropoles. Aujourd'hui, les quatre élus lyonnais ont exposé à la
presse leur vision d'une future métropole à Lyon.
Plus de "Ville de Lyon"? Selon le groupe Lyon démocrate-MoDem, il n'y a aucune raison de vouloir conserver
cette collectivité territoriale intermédiaire, si Lyon devient une métropole. C'est l'idée de la réforme proposée
par le comité Balladur, dont les membres ont voté hier à la quasi-unanimité le lancement de ce nouvel échelon
territorial. Onze grandes agglomérations (Lyon, Lille, Marseille, Bordeaux, Toulouse, Nantes, Nice, Strasbourg,
Rouen, Toulon et Rennes) seront instituées "métropoles" pour renforcer leurs pouvoirs et augmenter leurs
compétences. Christophe Geourjon, élu MoDem de la mairie de Lyon, se réjouit que cela annonce la fin d'"un
chevauchement des interventions invraisemblable".
Transparence et cohérence
Transparence et cohérence, ce doit être le leitmotiv de cette réforme selon Fouziya Bouzerda, élue Lyon
Démocrate. Son groupe politique propose que la future métropole englobe les mêmes compétences que la
"Ville de Lyon", auxquelles s'ajouteraient les compétences du département comme le prévoit le comité
Balladur, mais également des compétences de la région comme la gestion des lycées, des transports,
actuellement sous le contrôle du Sytral (syndicat mixte des transports lyonnais).
Ces nouvelles compétences seraient, selon Christophe Geourjon, "un moyen d'optimiser les investissements et
d'amener plus de coordination à grande échelle. En rendant transparentes les compétences dédiées à chaque
échelon, les gens auront une meilleur appréhension du coût des politiques locales". Mais le groupe Lyon
Démocrate veut aller jusqu'au bout de cette logique: "si la Ville de Lyon n'existe plus, il faut des vraies mairies
déléguées qui gérent la proximité", ajoute Christophe Geourjon. Il insiste sur le fait que les mairies
d'arrondissement ont un rôle-clé, qu'elles sont une référence pour les citoyens. La métropole devrait, de son
point de vue, leur déléguer la mission de nourrir des liens de proximité avec les Lyonnais.
Marine Badoux

http://www.lyoncapitale.fr/index.php?menu=02&article=7327

FJ - 25
LE PROGRES – 27 FEVRIER 2009 – DES ELUS MODEM POUR LA SUPPRESSION DE LA VILLE DE LYON

http://www.leprogres.fr/infosdujour/rhone/1072675.html

NORD

1ER MARS 2009 – LA VOIX DU NORD – TOURCOING : L'ENTREPRISE MODEM NE CONNAIT PAS LA CRISE ET VEUT
RELANCER LES DEBATS PUBLICS

Le MoDem de Tourcoing a organisé vendredi soir un débat sur la crise.


FLe contexte.- « Pour débattre des sujets, on aurait pu rester entre nous. On a plutôt décidé d'ouvrir les portes et
les fenêtres... » Frédéric Lefebvre, responsable local du MoDem, a ouvert la réunion publique de vendredi. Des
lieux de débat que le MoDem veut créer chaque trimestre. « Il est important pour nous d'avoir des temps de
réflexion et de débat. Nous voulons rompre avec le militantisme traditionnel. » Et visiblement, la formule plaît.
120 personnes étaient présentes pour parler d'un sujet brûlant : la crise.
Les acteurs.- Fidèle à son projet, le MoDem, représenté par Olivier Henno, avait invité deux représentants
syndicaux : Pierre-Richard Bontinck (CFTC) et Philippe Perrault (CFDT). « Pour nous, la crise financière est
l'accélerateur d'une crise qui existait avant.
On n'a pas su gérer la mutation économique », a analysé le responsable CFDT. Il a été rejoint par la CFTC. « Il
aurait fallu développer une intelligence économique et se mettre d'accord sur les méthodes. » À leurs côtés, un
chef d'entreprise : Fabrice Catteau à la tête d'une société de peinture de 35 salariés. « Je ne suis pas là pour
parler au nom des chefs d'entreprise. Je parle de mon expérience.
FJ - 26
» Une pratique différente du discours dominant des responsables économiques. « Ma société est passée aux 35
heures il y a une dizaine d'années avec une annualisation du temps de travail. Ainsi nous avons moins d'activité
en hiver qu'en été. À l'automne, j'ai supprimé les intérims et l'annualisation me permet de ne pas recourir au
chômage technique malgré la baisse d'activité. » Politique, syndicaliste et responsable d'entreprise se sont
voulus « optimistes » sur la fin de la crise mais il ne faut pas « refaire les mêmes erreurs ».
FLe sujet.- Pour Olivier Henno, la crise a montré l'aveuglement du monde. « Alors il ne faut pas que cela
reparte comme avant. Il faut bâtir un monde nouveau. » En ligne de mire : les banques, à la fois frileuses et
frivoles. « Je me suis installé pendant la guerre du Golfe tout le monde m'a pris pour un fou », rappelle Fabrice
Catteau. Et dans le public, une voix rappelle : « Et vous prêteriez-vous de l'argent à quelqu'un qui ne pourra
jamais rembourser ? » Tous plaident pour une meilleure répartition des richesses et pour remettre l'homme au
centre de l'entreprise et non l'actionnaire.
FLes conséquences.- « On n'a plus de certitudes. Notre responsabilité est de donner des perspectives aux gens
», ont assuré les syndicalistes, et ce pour éviter tout repli nationaliste. « Il faut se rappeler que 32 % des
emplois de la région sont dus à des investissements étrangers. » Alors acheter une Toyota n'est pas forcément
enrichir le Japon, puisqu'une usine est à Valenciennes. Au MoDem, on croit aux vertus de l'Europe, « Tout en
évitant là encore le protectionnisme. » Une première pierre pour les élections européennes du mois de juin et
une satisfaction pour le parti de François Bayrou qui a enregistré à l'issue de la réunion six adhésions. Le
discours d'Olivier Henno avait été clair : « Nous ne croyons pas aux lendemains qui chantent. Il faut une vision
lucide et humaniste. » •
ANNE COURTEL

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Tourcoing/actualite/Secteur_Tourcoing/2009/03/01/article_l-entreprise-
modem-ne-connait-pas-la-cri.shtml

27 FEVRIER 2009 – LA VOIX DU NORD – ARRAS : « NON A L'ALLIANCE PS - MODEM A ARRAS... », TAGUE SUR LE
MUR DES FAUCONS ROUGES

Dans la nuit de mercredi à jeudi, le mur de façade des Faucons rouges, le fief du PS, a été tagué. « Non à
l'alliance PS - MoDem à Arras... », une inscription qui ne fait pas rire du tout le Parti socialiste arrageois.
Ce n'est pas le concierge, mais Léon Fatous qui a découvert, en premier, le tag sur le mur des Faucons rouges,
tôt jeudi matin. Un « Non à l'alliance PS-MoDem à Arras... » inscrit, à la bombe, noir sur fond blanc. « J'en
pense rien et beaucoup de choses à la fois , déclare perplexe l'ancien maire d'Arras. On parle de possibles
alliances au niveau national mais, au niveau local, ce n'est même pas à l'ordre du jour. Qui a bien pu faire cela
? » Ce tag ne fait pas rire, mais alors pas du tout, le PS local. « Avec cette inscription, on salit l'ensemble des
socialistes de l'Arrageois , s'emporte Michel Talbot, premier secrétaire de la section arrageoise qui compte cinq
cents adhérents. Il ne faut pas prendre pour argent comptant ce qui a été écrit récemment dans un hebdomadaire
national », dans lequel on relève au passage des affirmations tendancieuses ou mal vérifiées. « Deux conseillers
MoDem viennent bien de voter le budget de Dominique Dupilet au conseil général. Mais cette idée d'alliance à
Arras n'est pas du tout dans l'air du temps. » L'inscription devait être rapidement nettoyée, hier, aux Faucons
rouges. Ce fief historique du PS arrageois qui a déjà connu des tags politiques par le passé et un incendie
volontaire en 1996. Reste à savoir qui a sorti la bombe... de peinture ?
JULIEN LECHEVESTRIER

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Arras/actualite/Secteur_Arras/2009/02/27/article_non-a-l-alliance-ps-
modem-a-arras-tagu.shtml

FJ - 27
24 FEVRIER 2009 – NORD ECLAIR – TOURCOING. MODEM : « ON N'A PAS FAIT VOEU DE SILENCE »
JEAN-FRANÇOIS REBISCHUNG > jf.rebischung@nordeclair.fr

Le MoDem se lance dans la pré-campagne des élections européennes en organisant, vendredi, un débat avec
Olivier Henno et des syndicalistes.
Les partisans de François Bayrou parlent aussi de réinvestir le terrain en se rendant chaque mois dans un
quartier.

Le vendredi 27 février, salle Louis-Paris *, le MoDem de Tourcoing organise un débat sur la crise avec comme
thème : Comment s'en sortir ?
Olivier Henno, patron du MoDem dans le Nord, débattra avec Pierre-Richard Bontinck, président de l'union
régionale CFTC, Philippe Perrault, secrétaire général de la CFDT Nord-Pas-de-Calais et un chef d'entreprise. Il
s'agit pour les centristes de se positionner avant la campagne des élections européennes.
Mais pas seulement...
Passé de cinquième sur la liste de Michel Van Tichelen l'an dernier à responsable du MoDem de Tourcoing,
Frédéric Lefebvre annonce un débat « sur des sujets de fond » par trimestre et la visite, au porte-à-porte, d'un
quartier par mois. Alors que le PS a un nouveau secrétaire local, que l'UMP s'est organisée en association avec
Tourcoing en Valeur et que les Verts affirment bien leur présence au sein de la majorité (lire le Clic Clac), les
centristes veulent se faire entendre.
Forts de leurs 8,46 % de voix au premier tour des municipales de l'an dernier, les partisans de François Bayrou
expliquent avoir passé « la phase d'organisation » au sein du parti et « celle du rodage » au sein de la majorité
municipale. « Aujourd'hui, on tourne aux alentours de 70 adhérents et on veut profiter des européennes pour
lancer une grande campagne d'adhésion », explique Frédéric Lefebvre. « Pour ce qui est de la majorité, nos
deux élus (Michel Van Tichelen et Valérie Laflamme, ndlr) sont investis et ils peuvent pleinement exercer leur
fonction et leur mission. Mais nous n'avons pas fait voeu de silence », complète le responsable.
« On a l'impression qu'on leur appartenait »
Dans les rangs de l'UMP, on parle encore plutôt de « trahison ». Jusqu'à l'an dernier, les centristes faisaient
alliance avec la droite. « On a l'impression qu'on leur appartenait, dénonce Frédéric Lefebvre. Ils sont en train
de crier à la trahison, c'est peut-être pour éviter de crier leur détresse. Nous, nous n'avons de comptes à rendre
qu'aux électeurs et aux Tourquennois. » Le MoDem veut donc se faire entendre et compte pour cela sur le
scrutin européen ; un scrutin qui peut être favorable aux centristes si l'on en croit certains sondages. « On est
convaincu qu'on a une carte à jouer, les Français sont refroidis par Nicolas Sarkozy et à gauche, on a du mal à y
voir clair », explique Frédéric Lefebvre.
Pour le responsable tourquennois, il y a donc plus qu'une ouverture entre la droite et la gauche, à condition
« d'apporter le débat » plutôt que de porter « des slogans ». « Travailler plus pour gagner plus, tout le monde en
rigole aujourd'hui », ajoute-t-il. Toutefois, à Tourcoing, le MoDem est encore loin d'avoir l'audience de la
gauche ou de la droite. * 19 h 30 au 283, rue du Brun Pain.

http://www.nordeclair.fr/Locales/Tourcoing/2009/02/24/modem-on-n-a-pas-fait-voeu-de-silence.shtml

SUD-OUEST

SUD-OUEST – 2 MARS 2009 – TRELISSAC : GRAND DEBAT. DROLE D'AMBIANCE AVANT L'ELECTION QUI DOIT
REMPLACER LE CONSEIL MUNICIPAL INVALIDE

Pas de cadeaux ! Face aux médias Les trois candidats seront cet après-midi (14 h 30 au foyer socioculturel de
Trélissac) pour un débat face aux médias. Une rencontre organisée par « Sud Ouest », France Bleu Périgord et
France 3 Périgords. Lors des municip
Dans la cinquième commune de Dordogne, les habitants ne manquent pas de lecture, chaque jour, dans leur
boîte aux lettres. À Trélissac, les trois listes qui s'affrontent pour prendre la mairie après l'invalidation de
l'équipe élue en mars 2008 ne se font aucun cadeau. La tension monte, alors qu'approche le 9 mars, date du
premier tour.

FJ - 28
Le maire sortant Francis Colbac ne décolère pas contre « les mauvais perdants » qui ont contesté les résultats
(cinq voix d'écart) de l'an dernier et les listes électorales devant la justice. Et il réfute en permanence toute
appartenance de gauche à son adversaire Pierre Maly, qui fut pourtant durant trois mandats sur sa liste et eut
autrefois sa carte au Parti communiste. Ce dernier raconte pourtant volontiers ses passages à la fête de l'Huma à
Paris.
Aujourd'hui, Pierre Maly se sent pourtant toujours de gauche, mais il insiste à chaque fois sur sa liste « arc-en-
ciel » où le Modem tient une bonne place et qui réunit aussi des personnes marquées à droite.
Le soutien d'Yves Guéna
La troisième liste qui n'a plus l'intention de faire de la figuration est celle menée par Gilbert Tardieux, que l'on
peut qualifier de divers droite. L'ancien charcutier des Romains, figure de la commune, a obtenu le soutien de
l'UMP et surtout d'Yves Guéna en personne.
« C'est la liste qui est la plus proche des idées que je défends », souligne l'ancien ministre qui assure connaître
depuis longtemps Gilbert Tardieux. Mais il ne nie par ses sympathies humaines pour Francis Colbac : « Quelles
que soient les tendances des gens, je peux avoir de bons rapports avec eux lorsqu'ils sont convenables, même si
je les combats au niveau politique. Il a été un bon vice-président lorsque j'étais président de l'agglomération de
Périgueux. Donc je ne dirai rien de mal contre lui. »
De son côté, Pierre Maly agite dans ses réunions un vieux document du comité de soutien de Francis Colbac
aux municipales de 2008 où figure le nom de Gilbert Tardieux. Ce dernier n'arrête pas de s'en expliquer : « On
avait mis mon nom en tant que président d'association sans me demander mon avis et ma signature. J'étais en
vacances à Bali et je ne l'avais même pas vu à l'époque » !
D'ailleurs, cette fois, la liste de droite qui s'était retirée après le premier tour (avec 23,80 % des voix) de 2008, a
bien l'intention d'aller jusqu'au bout. Ce qui devrait compliquer la tâche de l'équipe Maly qui avait obtenu 30,59
% au premier et espérait arithmétiquement pouvoir dépasser les 45,61 % du maire sortant.
Vieilles histoires
Alors que Pierre Maly multiplie ses propos mettant en doute l'honnêteté de Francis Colbac et ses pratiques,
l'entourage de ce dernier ressort volontiers les vieilles histoires du premier, à l'époque où il était élu municipal.
Il aurait claqué la porte parce qu'on lui refusait un poste d'adjoint ou parce qu'on avait préféré prendre son
épouse sur la liste. Lui parle surtout de désaccords sur les projets et sur la gestion communale qu'il juge
désastreuse.
Une campagne où l'ambiance est plutôt plombée. La dernière semaine qui débute avec un grand débat (lire ci-
contre) risque d'être chaude. Même l'appel au bon vieux temps, vieille ficelle, n'est plus d'aucun effet !
Les candidats organisent leur grande réunion de fin de campagne à tour de rôle au foyer socioculturel. Mardi à
18 h 30, c'est Francis Colbac. Mercredi à 19 h 30, c'est Gilbert Tardieux. Jeudi à 18 h 30, ce sera Pierre Maly.

http://www.sudouest.com/dordogne/actualite/article/517487/mil/4232131.html

SUD-OUEST – 28 FEVRIER 2009 – GERS : OU EST PASSE LE MODEM ?

DÉMOCRATES. Le parti de François Bayrou est discret dans le Gers. Tentative d'explication
Victoire Crispel et le Modem n'ont pu capitaliser les résultats de François Bayrou en 2007. (archive m.A.)
Souvenez-vous, c'était le 22 avril 2007. Au soir du premier tour des élections présidentielles. François Bayrou
affichait un score de 20, 23 % dans le Gers. Joli coup pour le Béarnais qui, dans un département voisin,
confirmait sa percée nationale.
Quelques mois plus tard, huit candidats (et bientôt neuf après un ralliement tardif à Auch) Modem, son
mouvement démocrate, partaient la fleur au fusil conquérir neuf cantons gersois. Dans bien des cas, le
mouvement de François Bayrou se frottait les mains de ne trouver sur le chemin des urnes que des candidats
PS, les amis de l'UMP, trop occupés à poursuivre une entreprise d'autodestruction, leur laissaient place libre, à
Nogaro, Lectoure, Marciac ou Auch notamment.
FJ - 29
Chasse ouverte au centre
Pour autant, le Modem drivé localement par Victoire Crispel n'a pas réussi à renouveler le score du patron
béarnais, et n'a su que jouer les trouble-fête, laissant les protégés du président Martin voler vers d'autres
victoires ! De nouveaux mois se sont écoulés, intraitables pour ce jeune mouvement qui tente de percer en cette
terre gasconne aux pièges toujours plus nombreux.
Absent des sénatoriales, peu présent dans le débat politique gersois, le Modem vit d'expédients. Il faut dire
qu'autour de lui, le mètre carré politique a pris plus de valeur que la maison de campagne en pierres que les
Anglais tentent de revendre. Ils sont nombreux à chasser au centre du terrain.
Fort de leur succès aux dernières sénatoriales, le Parti radical de gauche de Raymond Vall et le Parti radical
valoisien d'Aymeri de Montesquiou traquent la moindre proie. L'UMP en fait les frais, le PS tord le nez et le
Modem trinque. Sans oublier les partis d'extrême gauche, notamment le tout nouveau NPA, qui lancent une
opération séduction.
Le Nouveau Centre de Hervé Morin et d'un autre voisin, le Lot-et-Garonnais Jean Dionis du Séjour, ne veut pas
plus de bien au Modem. Le Nouveau Centre serait en passe de s'offrir un ancrage gersois. De quoi donner le
tournis mon bon monsieur.
« Une équipe étoffée »
Si le Modem n'est pas dans une situation très agréable, il peut tout de même compter sur sa présidente gersoise.
Victoire Crispel n'est pas du genre à baisser pavillon et s'avouer vaincue. Bien au contraire, l'ancien membre du
PRG croit en l'avenir. « Notre équipe s'est étoffée, notre parlement départemental est en place, commente-t-elle.
Nous sommes tous mobilisés par la préparation des élections européennes. »
Alors que le débat se recentre très sérieusement dans le département, le Modem, si brillant en 2007 derrière son
candidat à la présidentielle, cherche un second souffle. Pas facile face à tant de concurrents qui ne pensent qu'à
le lui couper.
Auteur : Philippe Campa
p.campa@sudouest.com

http://www.sudouest.com/gers/actualite/article/516259/mil/4227434.html

UBACTO – 25 FEVRIER 2009 - ÉLECTIONS EUROPEENNES DE JUIN 2009.

Les Jeunes Démocrates du "Modem" de la Charente-Maritime organisent leur premier café citoyen jeudi 26
février à Rochefort autour de la question "L'économie verte peut-elle connaître un développement durable ?".
Les "Comités Europe écologie" forment pour les élections européennes des listes partagées par les Verts et le
monde associatif, une seconde réunion est au programme à La Rochelle le 18 mars.
http://ubacto.com/la-une-la-rochelle/-100504.shtml
Dans un contexte de crise économique particulièrement délicat, les élections européennes de juin 2009 ne font
pas encore la une des médias. Certains courants et partis commencent quand même à faire entendre leur voix,
organisent des rencontres pour fédérer leurs énergies et invitent à ouvrir le débat sur des questions-clés. Les
Jeunes Démocrates du "Modem" de la Charente-Maritime proposent leur premier café citoyen jeudi 26 février à
Rochefort autour de la question "L'économie verte peut-elle connaître un développement durable ?". Les
"Comités Europe écologie" forment pour les élections européennes des listes partagées par les Verts et le
monde associatif. Le comité local de La Rochelle s'est réuni pour la première fois le18 février, une autre
réunion est au programme à La Rochelle le 18 mars. La cité rochelaise accueillera aussi un grand
rassemblement le 29 avril en présence des têtes de listes nationales d'Europe Écologie. S.O.S Racisme 17 : dans
le cadre de l'organisation d'une conférence-débat en mars 2009, l'association recherche des témoignages de
femmes.
http://larochelle.ubacto.com/actualites-la-rochelle/-100786.shtml

FJ - 30
SUD-OUEST – 25 FEVRIER 2009 - UNE ELUE MODEM DE PERIGUEUX VEUT DEFENDRE LES MAGASINS DU CENTRE-
VILLE

L'extension d'Auchan fait réagir. Nelly Perraud-Dausse, conseillère municipale d'opposition élue du Modem à
Périgueux, réagit avec vigueur à la décision d'extension de l'hypermarché Auchan à Marsac de 2 000 m² (qui
s'ajouteront aux 8 313 m² actuels).
Un dossier qu'elle connaît bien pour avoir longtemps défendu le commerce traditionnel à la CCI de Périgueux.
« La gauche locale laissait entendre, qu'enfin maître du jeu, elle ferait une gestion concertée de
l'agglomération... et puis rien. Le Schéma de cohérence territoriale attend depuis dix ans et l'agglomération fait
comme avant - pire qu'avant - puisque Périgueux s'en lave les mains, juge que le commerce du centre-ville ne
souffrira pas de l'installation de 2 000 m² supplémentaires... La CAP, quant à elle, ose nous balancer cette tarte
à la crème de l'équilibre est-ouest. » Un équilibre qui n'existe pas, assure Nelly Perraud-Dausse, puisqu'à l'ouest
on doit aussi compter les hypermarchés de Saint-Astier et Ribérac.
Quant au centre-ville, c'est le grand perdant. « Il ne représentait plus en 2005 que 12 % du marché global de
l'agglomération. C'est pourtant le commerce traditionnel qui crée de la richesse en centre-ville et apporte de
l'animation », ajoute l'élue.
Elle pose donc la question d'une « gestion intelligente de l'économie commerciale et de notre espace de vie ».

http://www.sudouest.com/dordogne/actualite/perigueux/article/513081/mil/4213980.html

COMMUNIQUE DU MOUVEMENT DEMOCRATE DE LOT-ET-GARONNE

Contribuer à la formation civique de nos concitoyens est une préoccupation du Mouvement Démocrate. En Lot-
et-Garonne, le MoDem organise le 1 mars une formation à l'Europe, à l'attention de ses adhérents, mais
également ouverte à tous. Onze modules seront traités, chaque module faisant l'objet d'une présentation d'une
vingtaine de minutes suivie d'un temps d'échange :
L'historique de la construction européenne
Les institutions européennes
Le Conseil de l'Europe
L'Euro et le Budget Européen
Que fait l'Europe pour moi ?
La défense européenne
Police et Justice Européenne
La Politique Agricole Commune
Le développement durable
Les Langues européennes
La Politique commune de la pêche
A l'approche des élections européennes du 7 juin, le Mouvement Démocrate souhaite aider nos concitoyens à
construire leurs choix en connaissance et responsabilité.
Cette formation aura lieu le dimanche 1 mars 2009, à la Salle des Majorettes à Aiguillon, de 10 heures à 17
heures. Renseignements au 06 84 76 31 78.
Patrick Beauvillard
Président du Mouvement Démocrate de Lot-et-Garonne

www.modem47.com

FJ - 31
EST

DERNIERES NOUVELLES D’ALSACE (DNA) – 27 FEVRIER 2009 – MULHOUSE : ÉLECTIONS A LA 5E SECTION

La 5e section du Pays de la région mulhousienne du MoDem 68 a été constituée le 26 janvier 2009 par un vote
des adhérents qui a vu l'élection de Xavier Paillocher, 34 ans, avocat en droit des affaires, en qualité de
responsable de la section. Ont été également élus : Régis Baschung, responsable adjoint, Emmanuelle Suarez,
représentante de la section au bureau départemental et Michel Guary, secrétaire de section. L'ambition de la
section sera d'attirer de nouveaux militants afin de devenir une force ... (Suite payante)

http://www.dna.fr/articles/200902/27/elections-la-5e-section,mulhouse,000013486.php

MA COMMUNE.INFO – 24 FEVRIER 2009 - MODEM: «LES NUAGES S’AMONCELLENT SUR LA FRANCHE-COMTE»

Philippe Gonon, conseiller municipal de Besançon réagit dans un communiqué à l’éventualité de la fusion entre
Bourgogne et Franche-Comté, idée émise par le comité Balladur chargé de la réforme des collectivités
territoriales. L’élu du Modem réclame l’ouverture d’états généraux de l’avenir de la région dans le cadre d’une
« mobilisation générale trans-partis».

Le communiqué de Philippe Gonon : « L’article du Monde du 22.02.2009 relatif aux travaux du Comité
Balladur, s’il confirme que toucher au millefeuille français est un sujet épineux, annonce également que les
nuages s’amoncellent sur la Franche Comté et sur Besancon.
Quatres exemples très récents confirment l’avis de forte tempête :
Le plan de relance national a superbement ignoré notre région, et notre unique ministre, a préféré jouer sa
Haute Saône d’élection contre son futur terrain de campagne régionale. Le préfet de région a beau jouer la
multiplication des « petits plans » (de relance), le compte n’y est pas. Et, nous faire croire, qu’il n’y a pas de
projet en l’état de démarrer immédiatement, c’est prendre les Francs-Comtois pour des incapables parfaits.
Combien de millions d’euros, les partenaires régionaux ont-ils du apporter pour le plan de rénovation de
Planoise et des Clairs Soleils, l’ANRU ayant «oublié» 5 millions dans le cadre du PRU bisontin?
La Franche-Comté est la région de France qui a le plus souffert de la crise économique : baisse du PIB la plus
forte de France (-2.4%) et plus forte hausse du chômage (+23%) : notre région industrielle va être touchée de
plein fouet par la récession. A-t-on envisagé un plan de relance spécifiquement régional : nos élus sont
étonnement muets sur le sujet.
Les projets de « rapprochement », « coopération renforcée » ou « fusion » (quel terme utilisé ?) entre les deux
universités de Bourgogne et de Franche-Comté suscite les pires inquiétudes quant à la pérennité de
l’indispensable outil de recherche et de formation pour le développement économique de notre territoire :
combien de centres de décision publics et privés sont partis à Dijon dans le cadre de ces fusions ( Caisse
d’Epargne, Banque Populaire, Direction des télécoms…), la liste est longue.
La loi Scellier qui prévoit un certain nombre d’avantages fiscaux pour les investisseurs immobiliers classerait
Besancon en zone C, détournant ipso facto des capitaux importants du secteur immobilier. Cette décision est
grave de conséquences pour un secteur si important en termes d’emplois et qui déjà, souffre d’une conjoncture
défavorable.
Alors, il est temps de mobiliser toutes les énergies : si l’évolution des cadres administratifs et des institutions
est sans doute inéluctable à l’aune européenne et/ou mondiale, nous devons l’anticiper, la préparer, défendre
nos points de vue avant que les décisions soient prises sans notre consentement ou sans que nous ayons eu le
temps de présenter nos arguments.
Il ne faudra pas, post mortem, envoyer des courriers à tous nos ministres et présidents pour se plaindre du sort
qui nous aura été réservée : plus d’université, plus de capitale, plus de centres de décisions, plus entreprises…

FJ - 32
Cette mobilisation générale, trans-partis et trans-courants, peut prendre la forme d’états généraux de l’avenir de
la région annonçant des choix clairs de répartition, de coopération, de rapprochement et qui se dote d’un comité
permanent de veille chargé du suivi régional des réformes en cours et réunissant les forces vives de la région,
toutes les forces vives de Franche Comté pour que nous écrivions nous-mêmes notre avenir ».

http://www.macommune.info/actualite/modem-les-nuages-s-amoncellent-sur-la-franche-comte--6497.html

ACTUALITES

NICOLAS SARKOZY

LE JOURNAL DU DIMANCHE – 23 FEVRIER 2009 - ATTEINT DU SYNDROME GISCARD?


Par Claude ASKOLOVITCH

C'est plus qu'un clin d'oeil statistique: avec 37% de satisfaits, Nicolas Sarkozy rejoint le creux historique de
Valéry Giscard d'Estaing en mars 1981, juste avant la chute. Sarko-Giscard, même espérance, même déception,
même tragédie? Un Président jeune, élu sur un discours transgressif et optimiste, une promesse de rupture
venue de la droite; un style moderne et communicant, des ouvertures à gauche: l'entrée de Françoise Giroud, en
1974, avait la même portée scandaleuse que le passage de Kouchner; un même souci, enfin d'animer
l'international, de grandir la France ou de se grandir avec elle: Sarkozy a voulu le G20, Giscard avait inventé le
G5.

Et puis des erreurs de communication; des défauts de caractère, les railleries, et la crise qui frappe. Pour la
France des années 1970, le million de chômeurs était tout aussi insupportable que la récession actuelle. Et
Sarkozy, comme Giscard, s'arc-boute sur des fondamentaux économiques tout en encadrant le malheur social,
quand l'opinion s'exaspère... A l'arrivée, le Président finit sacrifié, par sa faute, ou malgré lui? Giscard a subi
cette tragédie, sans jamais la comprendre ou l'accepter. Sarkozy en refuse la perspective. Il bouge et il se bat: un
homme d'action qui veut provoquer le respect en invitant les coups, dépourvu de la morgue régalienne de VGE.
La comparaison a ses limites. Mais il reste des parallélismes.

Giscard comme Sarkozy incarnent une droite absolue, mais le nient, dans un idéalisme sincère, calculateur, et
incompris. Giscard était moqué en aristocrate qui s'encanaille, en recevant des éboueurs à l'Elysée. Sarkozy,
c'est l'homme de Neuilly qui se voudrait le porte-voix des souffrances du vrai peuple. Cela a-t-il jamais pris?
Les deux hommes ont en commun la haine qu'ils inspirent. Elle ressemble à une vengeance. Giscard était le
meilleur, Sarkozy était le plus fort: leurs adversaires les ont d'autant plus attaqués qu'il fallait conjurer cette
supériorité. Et les pires coups sont venus de la droite. Giscard avait Chirac. Sarkozy a Bayrou. Chirac assimilait
Giscard au "parti de l'étranger" pour dénoncer son engagement européen. Bayrou accuse Sarkozy de brader le
pays en retournant dans l'Otan.

Le risque de l'indifférence

A chaque fois, c'est une accusation presque régicide: le Président n'est pas de la France, il bafoue ses valeurs
mêmes et mérite d'en être expulsé! En 1981, le RPR de Chirac utilisait contre Giscard l'affaire des diamants
offerts par Bokassa. Aujourd'hui, Bayrou décrit l'obsession de l'argent qui imprégnerait le pouvoir sarkozyste.
Cela plus la gauche qui se ressource dans l'opposition absolue, et chacun en appelle à la République: Giscard
était un monarque, Louis XV réincarné, Sarkozy est un apprenti autocrate, un Poutine français...

FJ - 33
En 1981, la convergence des attaques avait installé une évidence mortelle contre Giscard. Mitterrand -jugé
l'incarnation même de l'archaïsme- récupéra le pays. Sarkozy n'a pas de Mitterrand? Mais il y a tout le reste, et
surtout le risque majeur. Pas tellement la haine -la haine, on s'en sort toujours, et Mitterrand comme Chirac ont
été encore plus rejetés, avant d'être réélus! Mais le risque de l'indifférence méchante. Ce fut la fin de Giscard,
qui n'était plus écouté pour ce qu'il disait ou prétendait être, mais assimilé à sa seule caricature: il n'intéressait
plus, son sort était scellé. Pour Sarkozy, le risque serait d'être réduit à son tour aux constructions de ses
ennemis. Il y contribue aussi, nourrit sa caricature en s'invitant de manière permanente au coeur de l'actualité,
pénétré de sa logique et de sa confiance. Mais l'opinion est le plus injuste des alchimistes.

http://www.lejdd.fr/cmc/chroniques/200909/atteint-du-syndrome-giscard_189327.html

REFORME DES COLLECTIVITES TERRITORIALES

LE RAPPORT BALLADUR

http://www.lagazettedescommunes.com/actualite/pdf/Rapport_comite_BALLADUR.pdf

Audition de François Bayrou : http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/bayrou-commission-balladur-


150109.html

LE MONDE - 26 FEVRIER 2009 - LE WEB DEJA MOBILISE CONTRE LE RAPPORT BALLADUR

Les travaux du comité Balladur, chargé de réfléchir à une réforme des collectivités territoriales, ont suscité de
fortes inquiétudes sur Internet. Et ce avant même qu'il ne soit présenté.
L'Association des régions de France, emmenée par le président de l'Aquitaine, Alain Rousset (PS), a lancé
début février un site Internet à destination du grand public, Sauvons les régions, qui propose force explications
sur leur rôle et sur les menaces de réforme. Une campagne médias dans la presse quotidienne régionale et
nationale a même été lancée dimanche.
Plus localement, des élus picards de gauche, craignant un démantèlement de leur région – qui fut évoqué par
Edouard Balladur – ont lancé une pétition Touche pas à ma Picardie !, qui revendique 44 668 signatures
électroniques depuis le 3 février, et un groupe Facebook fort de presque 20 000 membres. Quant aux
regroupement de régions, finalement prôné par le comité sur la base du volontariat, il ne paraît pas encore
déclencher de mobilisation massive : une pétition pour la fusion des deux Normandies, ainsi qu'une seconde,
plutôt anciennes, ont peu bénéficié des récents débats sur le sujet.
En Bretagne en revanche, et dans le département de la Loire-Atlantique, divers élus se sont prononcés en faveur
de la fusion. Et si nombre d'élus régionaux, y compris de droite, se sont prononcés contre les regroupements,
c'est plus souvent dans la presse que sur leurs propres sites. Exemple en Auvergne.
"JE SOUTIENS MON DÉPARTEMENT ET JE LE DIS"
Côté départements, la mobilisation sur Internet a démarré un mois avant la remise du rapport, dont les élus
craignaient qu'il prône la disparition de cet échelon. Plusieurs conseils généraux présidés par le Parti socialiste
ont lancé des pétitions intitulées "Je soutiens mon département et je le dis" : l'Eure, l'Hérault, les Alpes-de-
Haute-Provence – qui propose aussi une brochure particulièrement pédagogique sur l'action du département –
ou encore la Seine-Maritime, qui a créé un site spécial, mis en ligne une vidéo sur Dailymotion et créé un
groupe sur Facebook.

L'Association des maires de France a surtout mis en avant, ces derniers jours, la "contribution commune de neuf
associations d'élus locaux, sur la taxe professionnelle", qui refusait sa suppression, annoncée par Nicolas
FJ - 34
Sarkozy, et demandait "une réforme ambitieuse, innovante et garantissant le lien entre les entreprises et les
territoires". Le comité semble les avoir entendues.
Le Parti socialiste se contente d'expliciter ses critiques, par la voix d'Elisabeth Guigou et de Martine Aubry. Le
dossier spécial de l'UMP sur ce sujet n'a pas été actualisé. Les Verts évoquent "un petit pas peut-être", et
réclament la fin du département comme collectivité territoriale. Le MoDem est silencieux, le PCF s'inquiète
d'un "retour au Moyen Age". Peu de collectivités ou personnalités proposaient jeudi des réactions aux
propositions du comité, il est vrai non encore officiellement remises.
Jean-Pierre Raffarin (UMP) annonce qu'il se prononcera officiellement la semaine prochaine, mais estime
"qu’il ne serait pas bon d’éclater les régions actuelles" et "pense préférable de les rassembler" – il cite d'ailleurs
la région Poitou-Charentes, qu'il présida avant Ségolène Royal. C'est finalement les élus franciliens, il est vrai
directement concernés, qui paraissent les plus réactifs.
Bertrand Delanoë, maire de Paris (PS), déplore une "occasion manquée" dans l'idée avancée d'un Grand Paris
qui supprimerait les départements. Claude Bartolone, président du département de la Seine-Saint-Denis (PS),
justement menacé, dénonce "une régression institutionnelle, sociale et démocratique". Gilles Catoire, maire
(PS) de Clichy-la-Garenne, plaide pour un référendum sur le sujet. Quant au maire de Sceaux, Philippe Laurent
(ex-UDF désormais sans étiquette), il déplore une "erreur de diagnostic", et suggère une "reformulation
profonde".

http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/02/26/le-web-deja-mobilise-contre-le-rapport-
balladur_1160894_823448.html

23 FEVRIER 2009 – VIVRE A CHALONS - LA BOURGOGNE ET LA FRANCHE-COMTE REUNIES ?


Par DERIOT Daniel
Le comité présidé par l'ancien premier ministre M.Edouard Balladur préconise dans un rapport sur l'évolution
des collectivités locales la diminution des régions.
Si ce rapport était approuvé, subsisterait une quinzaine de régions au lieu de 22 actuellement : la Bourgogne et
la Franche-Comté serait donc réunies, mais les départements demeureraient. Une inconnue : qui de Dijon ou
Besançon sera le siége de l'exécutif régional ?

UN CONSEILLER TERRITORIAL A LA PLACE DU CONSEILLER REGIONAL ET GENERAL


Evoquée un temps, la suppression des départements, ceux-ci seraient maintenus. Mais le conseiller général
deviendrait un conseiller territorial et ainsi siégerait à la fois à Dijon (Conseil Régional) et à Macon (Conseil
général). Une position sans doute dûe à l'influence de l' Assemblée des départements de France (A.D.F) dont
l'un membre du bureau a été jusqu'en avril dernier M.Christophe SIRUGUE( qui a présidé le groupe des élus de
gauche au sein de cette structure), alors président du Conseil général de Saône et Loire.
En cas d'application des préconisations, les départements n'auraient plus la responsabilité des collèges qui
dépendraient des régions.
Autre changement : pour les conseillers généraux : élus au scrutin unominal en zone rurale comme actuellement
et sous forme de listes en zone urbaine, ce qui nécessitera un rédecoupage et un regroupement des canton dans
les villes et agglomérations. Longtemps, elles aussi évoquées : le devenir des communes demeureraient mais les
intercommunalités seraient renforcées. Les communes demeurent des foyers de démocratie locale et des
structures de proximité.

UN PROFESSEUR DIJONNAIS MEMBRE DE LA COMMISSION BALLADUR


Parmi les personnalités membres de la commission Balladur, le professeur de Droit M. Michel Verpeaux. Ce
dernier, actuel professeur à la Sorbonne n'est pas un inconnu à Dijon. Il a été un temps professeur à la faculté de

FJ - 35
droit. Aux législatives de juin 2007 il a été suppléant sous l'étiquette du Modem (formation que préside
François Bayrou) après avoir été proche de l'actuel sénateur maire (PS) François Rebsamen.

Bien des conditionnels demeurent encore pour des décisions qui n'entreront en oeuvre pas avant 2014 ! Que de
chantiers en perspective pour alléger le millefeuille des collectivités territoriales .

Daniel DERIOT

LES ECHOS – 26 FEVRIER 2009 – ILE-DE-FRANCE : AU MOINS80 PROJETS POUR LA RELANCE

http://www.lesechos.fr/info/france/4835007-ile-de-france---au-moins-80-projets-pour-la-relance.htm

FJ - 36
CRISE

LE NOUVEL ECONOMISTE – 27 FEVRIER 2009 – LATTRE OUVERTE…DE NEW-YORK


Par George Soros,président du Soros Fund Management. (1)

L’euro souffre de déficience structurelle. Il a une Banque centrale mais pas de Trésor central, et la supervision
du système bancaire est laissée aux autorités nationales. Ce manque se fait de plus en plus sentir et aggrave la
crise économique.
L’enchaînement négatif
Le processus a véritablement commencé le 12 octobre 2008 après la faillite de Lehman Brothers, lorsque les
ministres des Finances européens ont jugé nécessaire d’assurer à leurs ouailles qu’il ne serait permis à aucune
autre grande institution financière de s’écrouler. En l’absence d’un ministère central des Finances, la tâche est
revenue aux autorités nationales. Cet arrangement a immédiatement provoqué une grave crise économique chez
les nouveaux Etats membres de l’Union européenne n’ayant pas encore adopté l’euro. En fin de compte, les
tensions dans la zone euro s’en sont aussi trouvées exacerbées.
Chez les nouveaux Etats membres, la plupart des crédits sont accordés par des banques de la zone euro. Donc la
plupart des foyers voient leurs dettes libellées en monnaie étrangère. Cependant que les banques de la zone euro
se tournaient vers leur pays pour protéger leur capital en le rapatriant, les monnaies et marchés obligataires est-
européens se sont retrouvés sous pression, avec une économie en berne et des foyers de moins en moins à
même de rembourser leurs dettes. Le bilan des banques en contact avec l’Europe de l’Est s’en est trouvé très
affaibli.
La capacité des Etats membres à protéger leurs propres banques a été remise en question, et le taux d’intérêt
réparti entre les actions de divers gouvernements s’est creusé de manière alarmante. En outre, les régulateurs
nationaux qui s’efforçaient de protéger leurs banques ont sans le vouloir succombé au protectionnisme. Ce qui
continue de nourrir les tensions nationales.
L’avantage de la monnaie unique
Pourtant, la crise économique actuelle souligne de manière probante les avantages d’une monnaie commune.
Sans elle, certains membres de la zone euro auraient pu subir les mêmes difficultés que les pays de l’Europe de
l’Est.
En effet, la Grèce souffre moins que le Danemark, en dépit de paramètres nettement plus accablants. L’euro est
certes menacé, mais il demeurera. Aucun doute que les membres les plus faibles vont s’y accrocher ; c’est chez
les plus forts tels que l’Allemagne qu’il est en danger.
L’attitude de l’Allemagne envers la crise économique est contraire à la plupart des positions dans le monde,
mais son passé la justifie. Ses souvenirs des années 1930 la traumatisent encore : l’inflation galopante de la
République de Weimar avait permis l’ascension d’Hitler. Tandis que le reste du monde reconnaît que la
manière de contrecarrer l’écroulement des crédits est d’étendre le fonds monétaire, l’Allemagne reste opposée à
toute politique qui pourrait provoquer une quelconque inflation. En outre, alors que l’Allemagne a toujours été
un fervent défenseur de l’intégration européenne, la voilà – et c’est compréhensible – réticente à financer de sa
propre poche le sauvetage de la zone euro.
La situation réclame toutefois une réforme institutionnelle, dont l’Allemagne bénéficierait autant que les autres.
Créer un marché obligataire gouvernemental dans la zone euro aurait un effet positif immédiat, outre le fait de
compenser une déficience structurelle.
D’une part, cela donnerait plus de crédibilité au sauvetage du système bancaire et permettrait de mieux soutenir
les nouveaux pays membres de l’Union, les plus vulnérables. D’autre part, cela servirait de mécanisme commun
permettant de financer les politiques anticycliques. S’il est bien conçu, l’Allemagne serait soulagée de sa peur
que d’autres pays viennent puiser dans ses réserves.
Pour un marché obligataire européen

FJ - 37
Les marchés obligataires de la zone euro seraient complémentaires mais ne remplaceraient pas les marchés
obligataires d’Etats actuels. Ils seraient contrôlés par des ministres des Finances de la zone euro. La régulation
du système économique incomberait à la Banque centrale européenne, tandis qu’il reviendrait aux ministres de
Finances de garantir, voire de sauver, les établissements financiers.
La zone euro serait alors dotée d’un solide système financier unitaire qui pourrait même intéresser le Royaume-
Uni, qui se débat avec son système bancaire surdimensionné et sous-capitalisé.
Les obligations de la zone euro pourraient servir à assister les nouveaux Etats membres qui ne font pas encore
partie de la zone euro. Elles pourraient aussi servir à augmenter la capacité de prêt de l’Union européenne au-
delà des mandats actuels de la Banque européenne d’investissement et de la Banque européenne pour la
reconstruction et le développement. L’UE pourrait alors investir dans des programmes porteurs d’une fonction
anticyclique aux objectifs européens importants, tels qu’un réseau d’électricité, un réseau de gazoducs et
d’oléoducs, les énergies alternatives et des travaux publics créateurs d’emplois.
Tous ces investissements ralentiraient la Russie dans sa mainmise sur l’Europe. Le temps sera long avant que
leur but anticyclique ne soit atteint, m’objectera-t-on, mais il se trouve que la récession n’est pas près de
s’arrêter non plus.
Deux problèmes épineux seraient alors à résoudre : la répartition de la dette parmi les Etats membres et la
pondération des votes accordés aux ministres des Finances de la zone euro. L’Allemagne estimerait injuste et
inacceptable de se fonder sur les critères actuels (le budget de l’UE et la composition de la BCE).
Même si de nombreux Etats membres rechigneront à s’accorder sur une solution qui transformera l’équilibre
des pouvoirs internes de l’UE, des concessions seront nécessaires pour que l’Allemagne soit de la partie. En
général, un compromis naît d’une crise. Et comme la crise bat son plein, plus tôt il sera fait, mieux ce sera.
(1) Son dernier livre s’intitule “La Vérité sur la crise financière”.
Copyright : Project Syndicate, 2009 - www.project-syndicate.org
(Traduit de l’anglais par Aude Fondard)

http://www.nouveleconomiste.fr/s1465/LETTRE.html

ELECTIONS EUROPEENNES – LISTES SOCIALISTES

BLOG PARTI SOCIALISTE - PARFUM PRINTANIER AUTOUR DES LISTES EUROPEENNES DU PS

Samedi, un peu après 13h00, les membres du conseil national en étaient tout chose. Sur le parvis ensoleillé de
la Mutualité flottait comme un parfum de printemps mais aussi, parmi les socialistes, le sentiment diffus d’avoir
retrouvé un élan collectif. Au terme d’une nuit de négociations « fatigantes mais jamais vraiment tendues », ils
venaient d’avaliser largement (189 voix pour, 18 abstentions, 14 contre) et sans éclat de voix les listes du PS
pour les élections européennes du 7 juin. Des socialistes de bonne humeur au sortir d’une de leurs grand’messe
? On avait pas vu cela depuis longtemps. Et dire que, fait exceptionnel, la réunion du conseil national, organisée
à huis clos, avait été interdite aux journalistes…
Lors de sa conférence de presse, Martine Aubry est apparue fort guillerette. « Quand j’ai été élue premier
secrétaire, on a dit: ‘ ho la la,la pauvre fille, l’Europe, c’est une des barrières qui l’attendent’. Moi je n’avais pas
grande crainte“, a-t-elle lancé. Benoît Hamon, selon elle, « n’avait besoin d’être numéro-un en Ile-de-France»
puisque « toutes les femmes de France l’adorent ». Quant à Vincent Peillon, présenté comme la « cerise sur le
gâteau » du casting socialiste, il a eu droit à un hommage « à ce qu’il représente dans le parti ». « Réconciliés
avec l’idée qu’ils se font de l’Europe », les socialistes sont en ordre de marche, estime la première secrétaire. Le
clivage entre le « oui » et le « non » hérité du référendum de 2005 serait donc définitivement forclos. Le texte
sur l’Europe, qui se présente comme un prolongement français au programme du parti socialiste européen

FJ - 38
(PSE), soumis au conseil national a d’ailleurs été adopté à l’unanimité.
Bref, ce large consensus – « l’intégration dans la direction de la motion de Ségolène Royal nous imposait
une quasi-obligation d’aboutir » considère Christophe Borgel, secrétaire national aux élections – aurait permis
de résoudre la quadrature du cercle. Il s’agissait en effet de composer des listes paritaires, faisant (un minimum
de) place à la « diversité » (20 % des candidats, selon Martine Au bry), capable d’engager un réel
renouvellement (parmi les 26 sortants qui se représentaient, seuls 13 se retrouvent en position éligible). Et,
surtout, capables de satisfaire les intérêts des quatre courants, d’ailleurs très composites, en lice au dernier
congrès.

Pour les élections européennes du 7 juin, les nominés socialistes sont donc :

En Ile-de-France
1 / HARLEM DESIR
2 / PERVENCHE BERES
3 / BENOIT HAMON
4 / MONIQUE SALIOU
5 / ALAIN RICHARD
6 / MICHELE SABBAN
7/GUILLAUME BALLAS
8/LUCILLE SCHMID
9/ PATRICK MALIVET
10/CLAIRE EDEY
11/OLIVIER FAUR
12/ ADOLE ANKRAH
13/AKLI MELLOULLI

Dans le Nord-ouest
1/ GILLES PARGNEAUX

2/ ESTELLE GRELLIER
3 / JEAN LOUIS COTTIGNY
4/ CLOTILDE VALTER
5 /PHILIPP CORDERY
6 / LAURENCE ROSSIGNOL
7 / LAURENT DUPORGE
8 / ANNE FERREIRA
9 / ARNAUD FONTAINE
10 /DELPHINE BATAILLE

Dans l’EST
1/ CATHERINE TRAUTMANN
2/ LIEM HOANG NGOC
3/ AURELIE FILLIPETTI
4/ MUSTAPHA SADNI
5/ CATHERINE BOURSIER
6/ PIERRE PRIBETICH
7/ FRANCOISE TENNEBAUM

FJ - 39
6/ ERIC LOISELET
7/ SAFIA OTTOKORE
Dans le SUD-EST
1/ VINCENT PEILLON
2/ SYLVIE GUILLAUME
3/ KARIM ZERIBI
4/ FARIDA BOUDAOUD
5/ JEAN DAVID CIOT
6/ MIREILLE PEIRANO
7/ OTMAN EL HARTI
8/ DE GENTILI EMMANUELLE
9/ BERNARD SOULAGE
10/ CECILE HELLE
11/ STEPHANE PILLET
12/ CHRISTINE PRIOTTO
13 YANN LIBRATI

Dans le SUD-OUEST
1/ KADER ARIF
2/ FRANCOISE CASTEX
3/ ERIC ANDRIEU
4/ FREDERIQUE ESPAGNAC
5/ RENAUD LAGRAVE
6/ BEATRICE PATRIE
7/ MICHEL TEYCHENNE
8/ MONIQUE COLLANGES
9/ SEBASTIEN DENAJE
10/ NATHALIE MANET CARBONIERE

Dans l’OUEST
1/BERNADETTE VERGNAULT
2/STEPHANE LEFOLL
3/ISABELLE THOMAS
4/YANNICK VAUGRENARD
5/FRANCOISE MENARD
6/MICHEL MORIN
7/ROSELINE LEFRANCOIS
8/GUY MOREAU
9/NORMA MEVEL PLA
Dans le CENTRE
1/HENRI WEBER
2/CECILE JONATHAN
3/ALAIN CALMETTE
4/KARINE GLOANNEC-MAURIN
5/FRANCOIS CASSANY
Dans les DOM
1/ERICKA BAREIGTS
2/PATRICE TYROLIEN
FJ - 40
Au vu de ces listes, on remarquera que :
- La seule tête de liste non-confiée à un sortant est celle du Nord-ouest. Un constat qui amène à légèrement
relativiser l’ampleur du renouvellement et qui, surtout, a imposé d’exfiltrer Vincent Peillon vers le sud-est et
Henri Weber vers le Centre. Où ils ont bénéficié d’une promotion puisqu’ils y sont tête de liste. Côté parité, on
note que les contraintes légales sont respectées - quand même ! - mais qu’il n’y aura que trois femmes têtes de
liste.
- Aurélie Filippetti, par ailleurs députée de Moselle, est candidate en position éligible dans l’Est. Explication ;
sa circonscription devrait être redécoupée à son détriment. Elle cherche donc à assurer ses arrières.
- En dépit de la satisfaction générale, ces listes font – hormis les sortants-sortis ou placés en position non
éligible (Marie-Noêlle Lienemann, Gilles Savary, André Laignel, Bernard Soulage, Pierre Pribetich, Michel
Teychenne…) – quelques mécontents. En particulier Gérard Collomb le maire de Lyon, qui voulait promouvoir
Thierry Philip, l’un de ses maires d’arrondissement mais aussi certains éléments de la jeune-garde de l’aile
gauche, fort marris de n’avoir pas été promus quelques semaines après avoir décroché un poste au secrétariat
national. Alors que la motion C (celle de Benoit Hamon) s’en tire globalement plutôt bien, ni Razzy Hammadi
ni Mireille Le Corre, par exemple, n’ont trouvé de point de chute.
Jean-Michel Normand

http://partisocialiste.blog.lemonde.fr/2009/02/28/parfum-printanier-autour-des-listes-europeennes-du-ps/

BLOG LE MONDE – 1ER MARS 2009 - FRANCE; LISTES EUROPEENNES DU PS: UN “PARFUM” ENTETANT

L’on pourrait d’emblée trouver ces listes décevantes par rapport aux promesses de renouvellement et de non-
cumul maintes fois assenées par la nouvelle direction du Parti socialiste….A la limite il ne fallait pas prétendre
à l’ouverture des listes européennes à tous les adhérents socialistes, puisque s’y retrouvent uniquement les
mêmes vieux caciques des différents courants et les éternels cumulards.
Ce parti ne veut véritablement pas tourner le dos à cette vieille culture de la cooptation et du parachutage qui
l’éloigne des enjeux véritables de notre siècle: l’ouverture à la diversité et la constitution des grands blocs
économiques continentaux.
Ces listes donnent plus l’impression que les différents barons ont, une fois de plus, réussi à caser leurs petites
copines et petits copains, en leur assurant une assurance tout risque européenne en temps de crise; plus qu’ils ne
se sont véritablement souciés de la consolidation sociale, économique et politique de l’Europe.
J’avoue qu’il sera difficile de battre campagne sous les couleurs socialistes face aux listes véritablement
innovantes et européennes du MoDem, des Verts….et à une moindre mesure de l’UMP.
Tout se passe encore au sein de l’élite socialiste comme si le vote des français leur est acquis d’avance, et ne
devrait être qu’une formalité, face à l’impopularité et à la diabolisation de Nicolas Sarkozy.
Pour des femmes et des hommes qui se réclament sans cesse de Barack OBAMA, ils semblent curieusement
n’avoir rien compris au mouvement de changement et à l’exigence d’éthique qui l’ont porté à la Maison
Blanche.
Encore une occasion malheureusement perdue pour la rénovation des vieilles pratiques socialistes!
Les électeurs français et le reste du monde n’attendront pas indéfiniment…Mesdames et Messieurs.
Merci
Joel Didier Engo

http://enjodi.blog.lemonde.fr/2009/03/01/france-listes-europeennes-du-ps-un-parfum-entetant/

FJ - 41
RENDEZ-VOUS CONFERENCE

STRATEGIES – NEWSLETTER DU 27 FEVRIER 2009 - MEDIAS SOCIAUX ET DEMOCRATIE (AVEC INTREVENANTS


AYANT ŒUVRE POUR LE MODEM)

26/02/2009 - Le Social Media Club France, Stratégies, Silicon Sentier et Orange vous proposent un débat sur le
thème des médias sociaux et de la démocratie lors d'une conférence, le mercredi 11 mars 2009, à Paris.
« Don't hate the media, become a media», a dit le chanteur et activiste Jello Biafra. Barack Obama et son équipe
semble avoir intégré ce gimmick à leur communication à la perfection. Après mybarackobama.com, l'actuel
locataire de la Maison Blanche met en place du «live-blogging», la possibilité de commenter les décrets et un
partenariat avec Youtube.
La transparence à tout prix, une présidence en temps réel, Obama les a concrétisées. Avant lui, Nicolas Sarkozy
l'avait tenté avec sa NSTV. De son côté, Ségolène Royal a désiré fédérer les individualités dans une tentative de
démocratie directe sur le net, avec son site desirsdavenir.org.
Blogs politiques, Twitter, irruption de la vidéo, tous ces outils et dispositifs représentent un défi pour les
appareils politiques français, qui devrait se concrétiser au cours des prochaines élections européennes.
Les nouveaux medias sociaux sont-ils une nouvelle forme d'action tenant compte de la singularité de chacun,
une communication synaptique entre militant ? Doit-on considérer comme un cinquième pouvoir les nouvelles
communications? Quelle optimisation de la circulation du message politique et pour quel périmètre d'action?
Quel poids financier et quelle influence sur le lobbying ont-ils ? Le netizen consomme-t-il de la politique pour
réenchanter la démocratie?

Le Social Media Club France, le magazine Stratégies, Silicon Sentier et Orange vous proposent de débattre de
ces questions lors d'une conférence-débat le 11 mars 2009 de 19h à 21h30, à La Cantine, 151 rue montmartre,
12 Galerie Montmartre, 75002 Paris.
Liste des intervenants:
- Nicolas Vanbremeersch alias Versac, fondateur et PDG de Spintank , célèbre blogger politique et auteur de
De la démocratie numérique (éditions du Seuil, à paraître)
- Quitterie Delmas, ex- bloggeuse vedette du Modem,
- Sophie Pène, Professeur à Paris Descartes,
- Benoit Thieulin, Fondateur et PDG de la Netscouade, créateur de desirsdavenir.org,
- Nicolas Voisin, fondateur et PDG de 22mars et bloggeur sur Nuesblog.com.
Frais de participation : 10 euros.
Attention, n'oubliez pas d'imprimer vos billets pour pouvoir participer au débat.
Inscriptions: http://www.amiando.com/socialmediaetdemocratie.html

http://www.strategies.fr/actualites/medias/112505W/medias-sociaux-et-democratie.html

NOUVEAU PARTI

23 FEVRIER 2009 – AFP - CARL LANG LANCE SON MOUVEMENT, LE PARTI DE LA FRANCE

L'ancien secrétaire général du Front national Carl Lang, qui a quitté le parti sur fond de rivalité avec Marine Le
Pen, a officiellement lancé lundi son nouveau mouvement, le Parti de la France, sous la bannière duquel il
promet cinq listes aux européennes.
"Je crois que le FN a été incarné par la personnalité de Jean-Marie Le Pen. Aujourd'hui il est nécessaire de
préparer l'avenir en reconstruisant le courant national", a lancé l'eurodéputé lors d'une conférence de presse.

FJ - 42
Carl Lang était entouré de plusieurs élus locaux issus du Front national, notamment des conseillers généraux et
des conseillers régionaux, ainsi que de quelques vieux compagnons de route de Jean-Marie Le Pen, comme
Bernard Antony, Martine Lehideux, Martial Bild ou Fernand Le Rachinel.
Un message de l'ancien vice-président du FN Jean-Claude Martinez, autre eurodéputé dissident, a été lu à la
tribune, dans lequel ce dernier apporte son soutien au mouvement de Carl Lang, dont il sera la tête de liste dans
le Sud-Ouest aux européennes de juin prochain.
Pour ce scrutin, Carl Lang a assuré qu'il n'entendait pas présenter de liste dans deux des sept circonscriptions
existantes: dans le Sud-Est et dans l'Est, où se présentent pour le FN respectivement Jean-Marie Le Pen et le
vice-président exécutif du mouvement, Bruno Gollnisch.
"Nous ne présenterons pas de liste face à Jean-Marie Le Pen au nom du passé commun" pas plus que "face à
Bruno Gollnisch, au nom de l'avenir commun", a déclaré Carl Lang, tendant ainsi la main au dernier grand
opposant à Marine Le Pen au sein du Front national.
"Dans la vie politique française il y a une nécessité je crois vitale, essentielle, de renouveau, de rupture", a
déclaré Carl Lang, estimant notamment que la classe politique n'avait "pas pris conscience des conséquences
considérables qui sont celles de la crise financière".
Renvoyant dos à dos les tenants du "système mondialiste" --un camp dans lequel il range à la fois "les libéraux"
et "les sociaux-démocrates du Parti socialiste"-- et celui des "néo-marxistes" type Olivier Besancenot, Carl
Lang a assuré qu'il existait "une troisième voie" à la fois "populaire, sociale, démocratique et européenne".
Il a aussi prôné un "euro-protectionnisme qui nous permette de protéger nos filières de production" et un
"patriotisme social", défendant la préférence nationale dans le domaine social.
Carl Lang a aussi assuré vouloir "lutter contre la communautarisation, contre la France mosaïque", opposant "la
France des terroirs et des clochers" à celle "des terroirs et des mosquées".

http://fr.news.yahoo.com/2/20090223/tpl-carl-lang-lance-son-mouvement-le-par-ee974b3.html

SONDAGE

L’EXPRESS – 28 FEVRIER 2009 - NICOLAS SARKOZY TOUJOURS DANS LE ROUGE

Selon un sondage du Figaro, une majorité de Français a une image négative de Nicolas Sarkozy... qui ferait
pourtant le meilleur score au premier tour d'une éventuelle élection présidentielle.
41% d'opinions positives contre 54% de négatives: c'est le dernier en date des sondages négatifs consacrés au
chef de l'Etat, réalisé par l'institut OpinionWay et publié par Le Figaro dans son édition de samedi.
François Bayrou est la seule personnalité politique testée dans cette étude à recueillir un solde d'opinion positif.
Le patron du MoDem recueille 44% d'avis favorables contre 42% de défavorables.
Martine Aubry arrive en deuxième position, avec 43% de bonnes opinions et 44% de mauvaises.
Nicolas Sarkozy suit immédiatement derrière.
Le chef de l'Etat serait, en revanche, le meilleur candidat possible à une hypothétique élection présidentielle
pour 39% des personnes interrogées, devant le leader du MoDem (37%), celle du PS (31%), l'ex-candidate
socialiste Ségolène Royal (28%), le porte-parole du NPA Olivier Besancenot (24%), le chef du FN Jean-Marie
Le Pen (14%), l'ancienne dirigeante des Verts Dominique Voynet (13%), la secrétaire nationale du PCF Marie-
George Buffet (12%), et le patron du MPF Philippe de Villiers (12%).

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/nicolas-sarkozy-toujours-dans-le-rouge_743820.html

FJ - 43