ANNEXE

A l’arrêté portant approbation de la méthode de calcul Th-BCE 2012

Méthode de calcul Th-BCE 2012

La méthode de calcul Th-BCE 2012 a été developpée par le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment

Méthode de calcul Th-BCE 2012

SOMMAIRE
1.
1.1 1.2

GENERALITES ........................................................................................................................ 13
INTRODUCTION ............................................................................................................... 13 STRUCTURATION DU BATI ................................................................................................ 14

1.2.1 1.2.2 1.2.3 1.2.4
1.3

LE NIVEAU « BATIMENT » ....................................................................................... 14 LE NIVEAU « ZONE » ................................................................................................. 14 LE NIVEAU « GROUPE » ........................................................................................... 14 LE NIVEAU « LOCAL » .............................................................................................. 15 GENERALITES............................................................................................................. 15 CHAUFFAGE REFROIDISSEMENT .......................................................................... 16 VENTILATION ............................................................................................................. 16 L'EAU CHAUDE SANITAIRE .................................................................................... 16 L'ECLAIRAGE ARTIFICIEL ....................................................................................... 17

STRUCTURATION DES SYSTEMES ....................................................................................... 15

1.3.1 1.3.2 1.3.3 1.3.4 1.3.5 2.
2.1 2.2

LES PRINCIPALES DONNEES CONVENTIONNELLES .................................................. 18
LES DONNEES CLIMATIQUES CONVENTIONNELLES .............................................................. 18 LES DONNEES CONVENTIONNELLES D'OCCUPATION ET D'USAGE ........................................... 19

2.2.1 2.2.2 3.
3.1 3.2

LES SCENARIOS CONVENTIONNELS .................................................................... 20 LES AUTRES CONVENTIONS D'USAGE................................................................. 29

DESCRIPTION DE LA METHODE DE CALCUL................................................................ 30
SCHEMA GLOBAL ............................................................................................................ 30 LES DONNÉES D'ENTRÉE................................................................................................... 30

3.2.1 3.2.2 3.2.3 3.2.4 3.2.5 3.2.6 3.2.7 3.2.8 3.2.9 3.2.10 3.2.11
3.3 3.4

LE CLIMAT .................................................................................................................. 30 L'ENVIRONNEMENT PROCHE ................................................................................. 30 LES SCENARIOS LIES A L'OCCUPATION DES LOCAUX .................................... 30 L'ENVELOPPE DU BATIMENT ................................................................................. 31 L'ORGANISATION INTERIEURE DU BATIMENT ................................................. 31 L'INERTIE THERMIQUE ............................................................................................ 32 LE CHAUFFAGE ET LE REFROIDISSEMENT ........................................................ 32 L'EAU CHAUDE SANITAIRE .................................................................................... 32 LA PRODUCTION D'ELECTRICITE.......................................................................... 33 LA VENTILATION .................................................................................................. 33 L'ECLAIRAGE .......................................................................................................... 33 LES SAISONS ............................................................................................................... 34 LES SORTIES REGLEMENTAIRES........................................................................... 34 LES INDICATEURS PEDAGOGIQUES ..................................................................... 34 Règle d’arrondis ............................................................................................................. 34

LES CALCULS INTERMÉDIAIRES ........................................................................................ 34

3.3.1 3.4.1 3.4.2 3.4.3 4.
4.1

LES SORTIES REGLEMENTAIRES ET LES INDICATEURS ......................................................... 34

MODE DE DESCRIPTION DE LA METHODE ................................................................... 35
MODE DE DESCRIPTION D'UN OBJET .................................................................................. 35

FICHES ALGORITHME DES COMPOSANTS ET DES ASSEMBLAGES ............................... 36

2

Méthode de calcul Th-BCE 2012

5.
5.1

METEO ET ENVIRONNEMENT EXTERIEUR ................................................................... 36
C_Eex_Climat extérieur ........................................................................................................ 36

5.1.1 5.1.2 5.1.3
5.2

Introduction .................................................................................................................... 36 Nomenclature ................................................................................................................. 37 Description mathématique ............................................................................................. 39 Introduction .................................................................................................................... 41 Nomenclature ................................................................................................................. 42 Description mathématique ............................................................................................. 45

C_Eex_environnement_proche ................................................................................................ 41

5.2.1 5.2.2 5.2.3 6.
6.1

SCENARIOS ET ENVIRONNEMENT INTERIEUR ............................................................ 56
C_EIN_Scénarios conventionnels ............................................................................................. 56

6.1.1 6.1.2 6.1.3
6.2

Introduction .................................................................................................................... 56 Nomenclature ................................................................................................................. 57 Description mathématique ............................................................................................. 60 Introduction .................................................................................................................... 68 Nomenclature ................................................................................................................. 69 Description mathématique ............................................................................................. 72 Introduction .................................................................................................................... 77 Nomenclature ................................................................................................................. 78 Description mathématique ............................................................................................. 81

C_Ein_Indicateurs de confort.................................................................................................. 68

6.2.1 6.2.2 6.2.3
6.3

C_Ein_Détermination des saisons ............................................................................................. 77

6.3.1 6.3.2 6.3.3 7.
7.1

BATI .......................................................................................................................................... 92
S3_BAT-Assemblage_Batiment................................................................................................ 92

7.1.1 7.1.2 7.1.3
7.2

Introduction .................................................................................................................... 92 Nomenclature ................................................................................................................. 93 Assemblage des composants .......................................................................................... 95 Introduction .................................................................................................................... 98 Nomenclature ................................................................................................................. 99 Description mathématique ........................................................................................... 106 Nomenclature ............................................................................................................... 114 Description mathématique ........................................................................................... 117 Introduction .................................................................................................................. 118 Nomenclature ............................................................................................................... 119 Description mathématique ........................................................................................... 122 Introduction .................................................................................................................. 129 Nomenclature ............................................................................................................... 130 Description mathématique ........................................................................................... 134 Introduction .................................................................................................................. 139 Nomenclature ............................................................................................................... 140 Assemblage des composants ........................................................................................ 142

C_CALC_Calculs_bâtiment ................................................................................................... 98

7.2.1 7.2.2 7.2.3
7.3

S1-Bat-Assemblage des espaces tampons ................................................................................... 114

7.3.1 7.3.2
7.4

Gestion/Régulation des espaces tampons solarisés ........................................................................ 118

7.4.1 7.4.2 7.4.3
7.5

Espaces tampons............................................................................................................... 129

7.5.1 7.5.2 7.5.3
7.6

S2_BAT-assemblage_zone .................................................................................................... 139

7.6.1 7.6.2 7.6.3

3

Méthode de calcul Th-BCE 2012
7.7 C_CALC_calculs_zone ....................................................................................................... 147

7.7.1 7.7.2 7.7.3
7.8

Introduction .................................................................................................................. 147 Nomenclature ............................................................................................................... 148 Description mathématique ........................................................................................... 157 Introduction .................................................................................................................. 170 Nomenclature ............................................................................................................... 171 Description mathématique ........................................................................................... 176 Introduction .................................................................................................................. 194 Nomenclature ............................................................................................................... 195 Assemblage des composants ........................................................................................ 202 Introduction .............................................................................................................. 207 Nomenclature ........................................................................................................... 208 Description mathématique ....................................................................................... 216 Introduction .............................................................................................................. 227 Nomenclature ........................................................................................................... 228 Assemblage des composants .................................................................................... 231 Introduction .............................................................................................................. 233 Nomenclature ........................................................................................................... 235 Description mathématique ....................................................................................... 239 Introduction .............................................................................................................. 246 Nomenclature ........................................................................................................... 248 Description mathématique ....................................................................................... 253 Introduction .............................................................................................................. 286 Nomenclature ........................................................................................................... 287 Description mathématique ....................................................................................... 295 Introduction .............................................................................................................. 309 Nomenclature ........................................................................................................... 310 Description mathématique ....................................................................................... 312 Introduction .............................................................................................................. 318 Nomenclature ........................................................................................................... 319 Description mathématique ....................................................................................... 321 Introduction .............................................................................................................. 324 Nomenclature ........................................................................................................... 325 Assemblage des composants .................................................................................... 326 Introduction .............................................................................................................. 327 Nomenclature ........................................................................................................... 328 Description mathématique ....................................................................................... 329

C_VEN_Débits_d’air_Cep ................................................................................................... 170

7.8.1 7.8.2 7.8.3
7.9

S2_BAT_assemblage_groupe ................................................................................................ 194

7.9.1 7.9.2 7.9.3
7.10

C_CALC_calculs_groupe .................................................................................................... 207

7.10.1 7.10.2 7.10.3
7.11

S1_BAT_assemblage_baies ................................................................................................... 227

7.11.1 7.11.2 7.11.3
7.12

C__BAT_gestion/régulation de l’ouverture des baies ..................................................................... 233

7.12.1 7.12.2 7.12.3
7.13

C_BAT_Gestion_protections_mobiles ...................................................................................... 246

7.13.1 7.13.2 7.13.3
7.14

C_BAT_Baie vitrée ............................................................................................................ 286

7.14.1 7.14.2 7.14.3
7.15

C_BAT_Calcul des débits d’air entrant liés à l’ouverture des baies .................................................... 309

7.15.1 7.15.2 7.15.3
7.16

C_BAT_ensemble_baies ...................................................................................................... 318

7.16.1 7.16.2 7.16.3
7.17

S1_BAT_assemblage_parois opaques ....................................................................................... 324

7.17.1 7.17.2 7.17.3
7.18

C_BAT_ensemble_parois opaques .......................................................................................... 327

7.18.1 7.18.2 7.18.3
7.19

C_BAT_paroi opaque ......................................................................................................... 331

4

Méthode de calcul Th-BCE 2012

7.19.1 7.19.2 7.19.3
7.20

Introduction .............................................................................................................. 331 Nomenclature ........................................................................................................... 332 Description mathématique ....................................................................................... 334 Introduction .............................................................................................................. 337 Nomenclature ........................................................................................................... 338 Description mathématique ....................................................................................... 339 Assemblage des composants .................................................................................... 340 Introduction .............................................................................................................. 341 Nomenclature ........................................................................................................... 342 Description mathématique ....................................................................................... 344 Introduction .............................................................................................................. 346 Nomenclature ........................................................................................................... 347 Description mathématique ....................................................................................... 348 Introduction .............................................................................................................. 349 Nomenclature ........................................................................................................... 350 Description mathématique ....................................................................................... 355

S1_BAT_assemblage_ponts_thermiques ................................................................................... 337

7.20.1 7.20.2 7.20.3 7.20.4
7.21

C_BAT_pont thermique ...................................................................................................... 341

7.21.1 7.21.2 7.21.3
7.22

C_BAT_ensemble_ponts_thermiques ....................................................................................... 346

7.22.1 7.22.2 7.22.3
7.23

C_BAT_comportement thermique d’un groupe ........................................................................... 349

7.23.1 7.23.2 7.23.3 8.
8.1

VENTILATION....................................................................................................................... 362
C_VEN_BBIO ................................................................................................................. 362

8.1.1 8.1.2 8.1.3
8.2

Introduction .................................................................................................................. 362 Nomenclature ............................................................................................................... 363 Description mathématique ........................................................................................... 365 Introduction .................................................................................................................. 367 Nomenclature ............................................................................................................... 368 Description mathématique ........................................................................................... 371 Introduction .................................................................................................................. 381 Nomenclature ............................................................................................................... 382 Description mathématique ........................................................................................... 386 Introduction .................................................................................................................. 400 Nomenclature ............................................................................................................... 401 Description mathématique ........................................................................................... 407 Introduction .................................................................................................................. 425 Définition ..................................................................................................................... 425 Nomenclature ............................................................................................................... 426 Description mathématique ........................................................................................... 428 Introduction .................................................................................................................. 429 Nomenclature ............................................................................................................... 430 Description mathématique ........................................................................................... 433

C_VEN_Bouche_conduit ..................................................................................................... 367

8.2.1 8.2.2 8.2.3
8.3

C_VEN_ CTA_DAV .......................................................................................................... 381

8.3.1 8.3.2 8.3.3
8.4

C_VEN_Mécanique_double _flux ........................................................................................... 400

8.4.1 8.4.2 8.4.3
8.5

C_VEN_Mécanique_Basse-Pression ........................................................................................ 425

8.5.1 8.5.2 8.5.3 8.5.4
8.6

C_VEN_Mécanique_SF ...................................................................................................... 429

8.6.1 8.6.2 8.6.3

5

Méthode de calcul Th-BCE 2012
8.7 C_VEN_Ventilation naturelle et hybride par conduits ................................................................... 437

8.7.1 8.7.2 8.7.3
8.8

Introduction et définition ............................................................................................. 437 Nomenclature ............................................................................................................... 438 Description mathématique ........................................................................................... 443 Introduction .................................................................................................................. 455 Nomenclature ............................................................................................................... 456 Description mathématique ........................................................................................... 457 Introduction .................................................................................................................. 458 Nomenclature ............................................................................................................... 459 Description mathématique ........................................................................................... 461 Introduction .............................................................................................................. 465 Nomenclature ........................................................................................................... 466 Description mathématique ....................................................................................... 468 Introduction .............................................................................................................. 470 Nomenclature ........................................................................................................... 471 Assemblage des composants .................................................................................... 473

C_VEN_Aération .............................................................................................................. 455

8.8.1 8.8.2 8.8.3
8.9

C_BAT_Puits climatique ..................................................................................................... 458

8.9.1 8.9.2 8.9.3
8.10

C_VEN_gestion_régulation_Puits_climatique ............................................................................. 465

8.10.1 8.10.2 8.10.3
8.11

S1_BAT_assemblage_puits_climatique ..................................................................................... 470

8.11.1 8.11.2 8.11.3 9.
9.1

ECLAIRAGE ........................................................................................................................... 477
C_ECL_éclairage .............................................................................................................. 477

9.1.1 9.1.2 9.1.3 10.
10.1

Introduction .................................................................................................................. 477 Nomenclature ............................................................................................................... 480 Description mathématique ........................................................................................... 484

CHAUFFAGE, REFROIDISSEMENT ............................................................................ 501
C-Emi-Systèmes Emissions du groupe en chaud et en froid.............................................................. 501

10.1.1 10.1.2 10.1.3
10.2

Introduction .............................................................................................................. 501 Nomenclature ........................................................................................................... 502 Description mathématique ....................................................................................... 510 Introduction .............................................................................................................. 525 Nomenclature ........................................................................................................... 526 Description mathématique ....................................................................................... 528 Introduction .............................................................................................................. 533 Nomenclature ........................................................................................................... 534 Description mathématique ....................................................................................... 536 Introduction .............................................................................................................. 538 Nomenclature ........................................................................................................... 539 Description mathématique ....................................................................................... 541 Introduction .............................................................................................................. 544 Nomenclature ........................................................................................................... 545 Description mathématique ....................................................................................... 548

C_Emi_Bilan hydrique ....................................................................................................... 525

10.2.1 10.2.2 10.2.3
10.3

C_Ein_Détermination des saisons de fonctionnement des systèmes de chaud et de froid ............................ 533

10.3.1 10.3.2 10.3.3
10.4

C_Ein_Programmation des relances des systèmes ........................................................................ 538

10.4.1 10.4.2 10.4.3
10.5

S1_Dist_Assemblage des systèmes de chauffage et de refroidissement ................................................. 544

10.5.1 10.5.2 10.5.3

6

Méthode de calcul Th-BCE 2012
10.6 C-DIST-Gestion/régulation des distributions de chauffage et de refroidissement du groupe ........................ 551

10.6.1 10.6.2 10.6.3
10.7

Introduction .............................................................................................................. 551 Nomenclature ........................................................................................................... 552 Description mathématique ....................................................................................... 555 Introduction .............................................................................................................. 563 Nomenclature ........................................................................................................... 564 Description mathématique ....................................................................................... 567 Introduction .............................................................................................................. 570 Nomenclature ........................................................................................................... 571 Description mathématique ....................................................................................... 575 Introduction .............................................................................................................. 582 Nomenclature ........................................................................................................... 583 Description mathématique ....................................................................................... 586 Introduction .............................................................................................................. 589 Nomenclature ........................................................................................................... 590 Description mathématique ....................................................................................... 594 Nomenclature ........................................................................................................... 598 Description mathématique ....................................................................................... 601 Introduction .............................................................................................................. 602 Nomenclature ........................................................................................................... 603 Description mathématique ....................................................................................... 606 Introduction .............................................................................................................. 608 Nomenclature ........................................................................................................... 609 Description mathématique ....................................................................................... 614 Introduction .............................................................................................................. 622 Nomenclature ........................................................................................................... 623 Description mathématique ....................................................................................... 625 Introduction .............................................................................................................. 628 Nomenclature ........................................................................................................... 631 Description mathématique ....................................................................................... 640 Introduction .............................................................................................................. 670 Nomenclature ........................................................................................................... 670 Description mathématique ....................................................................................... 672 Introduction .............................................................................................................. 674 Nomenclature ........................................................................................................... 675 Description mathématique ....................................................................................... 679

C-Dist-Distribution de chauffage et de refroidissement du groupe ...................................................... 563

10.7.1 10.7.2 10.7.3
10.8

C-DIST-Gestion/régulation des distributions intergroupes de chaud et de froid ...................................... 570

10.8.1 10.8.2 10.8.3
10.9

C-Dist-Distribution intergroupes de chaud et de froid .................................................................... 582

10.9.1 10.9.2 10.9.3
10.10

C-Dist-Gestion/régulation des réseaux de distribution des CTA ........................................................ 589

10.10.1 10.10.2 10.10.3
10.11

C-Dist-Distributions intergroupes des CTA ................................................................................ 598

10.11.1 10.11.2
10.12

S1_Syst_Assemblage de la génération ...................................................................................... 602

10.12.1 10.12.2 10.12.3
10.13

C_Gen_Transferts Entre Generateurs Sur Boucle D’eau ................................................................ 608

10.13.1 10.13.2 10.13.3
10.14

C_GEN_Transferts entre locaux par les générateurs DRV ou thermofrigopompes .................................. 622

10.14.1 10.14.2 10.14.3
10.15

C_GEN_Gestion/régulation de la génération .............................................................................. 628

10.15.1 10.15.2 10.15.3
10.16

C_GEN_Générateur direct à effet joule .................................................................................... 670

10.16.1 10.16.2 10.16.3
10.17

C_GEN_Générateurs à combustion ......................................................................................... 674

10.17.1 10.17.2 10.17.3

7

Méthode de calcul Th-BCE 2012
10.18 C_GEN_PERFORMANCE_COMBUSTION_par_défaut ............................................................... 697

10.18.1 10.18.2 10.18.3
10.19

Introduction .............................................................................................................. 697 Nomenclature ........................................................................................................... 697 Description mathématique ....................................................................................... 698 Introduction .............................................................................................................. 701 Nomenclature ........................................................................................................... 702 Description mathématique ....................................................................................... 704 Introduction .............................................................................................................. 707 Nomenclature ........................................................................................................... 707 Description mathématique ....................................................................................... 709 Introduction .............................................................................................................. 711 Nomenclature ........................................................................................................... 712 Description mathématique ....................................................................................... 717 Introduction .............................................................................................................. 790 Nomenclature ........................................................................................................... 791 Description mathématique ....................................................................................... 796 Introduction .............................................................................................................. 862 Nomenclature ........................................................................................................... 864 Description mathématique ....................................................................................... 869 Introduction .............................................................................................................. 880 Nomenclature ........................................................................................................... 880 Description mathématique ....................................................................................... 882 Introduction .............................................................................................................. 886 Nomenclature ........................................................................................................... 887 Description mathématique ....................................................................................... 893

C_GEN_Systèmes de cogénération .......................................................................................... 701

10.19.1 10.19.2 10.19.3
10.20

C_GEN_poêles et inserts ..................................................................................................... 707

10.20.1 10.20.2 10.20.3
10.21

C_GEN_THERMODYNAMIQUE_Elec ................................................................................... 711

10.21.1 10.21.2 10.21.3
10.22

C_GEN_THERMODYNAMIQUE_GAZ .................................................................................. 790

10.22.1 10.22.2 10.22.3
10.23

C_Gen_Sources amont des générateurs thermodynamiques ............................................................. 862

10.23.1 10.23.2 10.23.3
10.24

C_gen_Réseau de chaleur et de froid ....................................................................................... 880

10.24.1 10.24.2 10.24.3
10.25

C_GEN_Calculs génération .................................................................................................. 886

10.25.1 10.25.2 10.25.3 11.
11.1

ECS ...................................................................................................................................... 908
S1_BAT_production_instantanée_ECS_(dé)centralisée .................................................................. 908

11.1.1 Introduction .............................................................................................................. 908 11.1.2 Nomenclature ........................................................................................................... 909 11.1.3 Assemblage des composants de la production d’ECS instantanée, centralisée ou décentralisée ............................................................................................................................. 911
11.2 S3_BAT_production_stockage_ECS_(dé)centralisée ..................................................................... 914

11.2.1 Introduction .............................................................................................................. 914 11.2.2 Nomenclature ........................................................................................................... 915 11.2.3 Assemblage des composants de la production d’ECS centralisée ou décentralisée avec stockage(s) ....................................................................................................................... 917
11.3 S3_BAT_production_ECS_centralisée_appoints_décentralisés ......................................................... 920

11.3.1 Introduction .............................................................................................................. 920 11.3.2 Nomenclature ........................................................................................................... 921 11.3.3 Assemblage des composants de la production d’ECS centralisée avec appoints décentralisés ............................................................................................................................. 924

8

Méthode de calcul Th-BCE 2012
11.4 S3_BAT_production_mixte .................................................................................................. 926

11.4.1 11.4.2 11.4.3
11.5

Introduction .............................................................................................................. 926 Nomenclature ........................................................................................................... 927 Assemblage des composants de la production mixte ............................................... 929 Introduction .............................................................................................................. 931 Nomenclature ........................................................................................................... 932 Description mathématique ....................................................................................... 934 Introduction .............................................................................................................. 939 Nomenclature ........................................................................................................... 940 Description mathématique ....................................................................................... 942 Introduction .............................................................................................................. 947 Nomenclature ........................................................................................................... 948 Description mathématique ....................................................................................... 950 Introduction .............................................................................................................. 954 Nomenclature ........................................................................................................... 955 Description mathématique ....................................................................................... 958 Introduction .............................................................................................................. 965 Nomenclature ........................................................................................................... 966 Description mathématique ....................................................................................... 968 Introduction .............................................................................................................. 975 Nomenclature ........................................................................................................... 976 Description mathématique ....................................................................................... 978 Introduction .............................................................................................................. 982 Nomenclature ........................................................................................................... 983 Description mathématique ....................................................................................... 985 Introduction .............................................................................................................. 986 Nomenclature ........................................................................................................... 987 Description mathématique ....................................................................................... 988 Introduction .............................................................................................................. 989 Nomenclature ........................................................................................................... 990 Assemblage des composants du générateur pour stockage ...................................... 991 Introduction .............................................................................................................. 994 Nomenclature ........................................................................................................... 995 Description mathématique ....................................................................................... 997 Introduction ............................................................................................................ 1001 Nomenclature ......................................................................................................... 1002 Assemblage des composants .................................................................................. 1004

C_EMI_Emission_ECS ....................................................................................................... 931

11.5.1 11.5.2 11.5.3
11.6

C_EIN_besoins_ECS .......................................................................................................... 939

11.6.1 11.6.2 11.6.3
11.7

C_DIS_Distribution_ECS_du_groupe ...................................................................................... 947

11.7.1 11.7.2 11.7.3
11.8

C_DIS_Distribution_ECS_intergroupe ..................................................................................... 954

11.8.1 11.8.2 11.8.3
11.9

C_STO_Ballon_de_stockage ................................................................................................. 965

11.9.1 11.9.2 11.9.3
11.10

C_STO_gestion_régulation_base ballon .................................................................................... 975

11.10.1 11.10.2 11.10.3
11.11

C_STO_gestion_régulation_appoint_ballon ............................................................................... 982

11.11.1 11.11.2 11.11.3
11.12

C_STO_échangeur_ballon ................................................................................................... 986

11.12.1 11.12.2 11.12.3
11.13

S1_GEN_générateur_pour_ballon .......................................................................................... 989

11.13.1 11.13.2 11.13.3
11.14

C_GEN_Boucle solaire ....................................................................................................... 994

11.14.1 11.14.2 11.14.3
11.15

S2_GEN_ballon_base_seule ................................................................................................ 1001

11.15.1 11.15.2 11.15.3

9

Méthode de calcul Th-BCE 2012
11.16 S2_GEN_ballon_base_solaire_AI ......................................................................................... 1008

11.16.1 11.16.2 11.16.3
11.17

Introduction ............................................................................................................ 1008 Nomenclature ......................................................................................................... 1009 Assemblage des composants .................................................................................. 1011 Introduction ............................................................................................................ 1016 Nomenclature ......................................................................................................... 1017 Assemblage des composants .................................................................................. 1019 Introduction ............................................................................................................ 1025 Nomenclature ......................................................................................................... 1026 Assemblage des composants .................................................................................. 1028 Introduction ............................................................................................................ 1034 Nomenclature ......................................................................................................... 1035 Assemblage des composants .................................................................................. 1037 Introduction ............................................................................................................ 1043 Nomenclature ......................................................................................................... 1044 Assemblage des composants .................................................................................. 1047 Introduction ............................................................................................................ 1055 Nomenclature ......................................................................................................... 1056 Assemblage des composants .................................................................................. 1058 Introduction ............................................................................................................ 1066 Nomenclature ......................................................................................................... 1067 Assemblage des composants .................................................................................. 1070 Introduction ............................................................................................................ 1080 Nomenclature ......................................................................................................... 1081 Assemblage des composants du CESCAI.............................................................. 1085 Introduction ............................................................................................................ 1096 Nomenclature ......................................................................................................... 1097 Description mathématique ..................................................................................... 1099 Introduction ............................................................................................................ 1101 Nomenclature ......................................................................................................... 1102 Assemblage des composants .................................................................................. 1104 Introduction ............................................................................................................ 1110 Nomenclature ......................................................................................................... 1111 Assemblage des composants .................................................................................. 1113

S2_GEN_ballon_base_echangeur_AI ..................................................................................... 1016

11.17.1 11.17.2 11.17.3
11.18

S2_GEN_ballon_base_solaire_AS_ballon ................................................................................ 1025

11.18.1 11.18.2 11.18.3
11.19

S2_GEN_ballon_base_échangeur_AS_ballon ............................................................................ 1034

11.19.1 11.19.2 11.19.3
11.20

S2_GEN_ballon_base_solaire_AS_instantané ........................................................................... 1043

11.20.1 11.20.2 11.20.3
11.21

S2_GEN_ballon_base_échangeur_AS_instantané ....................................................................... 1055

11.21.1 11.21.2 11.21.3
11.22

S1_GEN_CESCI............................................................................................................. 1066

11.22.1 11.22.2 11.22.3
11.23

S2_GEN_CESCAI........................................................................................................... 1080

11.23.1 11.23.2 11.23.3
11.24

C_STO_Gestion-régulation_de_la_Boucle_de_Chauffage ............................................................. 1096

11.24.1 11.24.2 11.24.3
11.25

S2_GEN_Système_Solaire_Combiné_appoint_Chauffage_indépendant ............................................. 1101

11.25.1 11.25.2 11.25.3
11.26

S2_GEN_Système_Solaire_Combiné_appoint_chauffage raccordé ................................................... 1110

11.26.1 11.26.2 11.26.3 12.
12.1

PERTES............................................................................................................................. 1119
C_PER_Pertes et consommations électriques récupérables ............................................................ 1119

12.1.1 12.1.2 12.1.3

Introduction ............................................................................................................ 1119 Nomenclature ......................................................................................................... 1120 Description mathématique ..................................................................................... 1123 10

Méthode de calcul Th-BCE 2012

13.
13.1

PHOTOVOLTAIQUE ....................................................................................................... 1125
S1_PV_installation_PV ..................................................................................................... 1125

13.1.1 13.1.2 13.1.3
13.2

Introduction ............................................................................................................ 1125 Nomenclature ......................................................................................................... 1126 Assemblage des composants .................................................................................. 1127 Introduction ............................................................................................................ 1128 Nomenclature ......................................................................................................... 1129 Assemblage des composants .................................................................................. 1130 Introduction ............................................................................................................ 1131 Nomenclature ......................................................................................................... 1132 Description mathématique ..................................................................................... 1134 Introduction ............................................................................................................ 1136 Nomenclature ......................................................................................................... 1137 Description mathématique ..................................................................................... 1138

S2_PV_global_PV ........................................................................................................... 1128

13.2.1 13.2.2 13.2.3
13.3

C_PV_capteur_PV .......................................................................................................... 1131

13.3.1 13.3.2 13.3.3
13.4

C_PV_onduleurs_PV ....................................................................................................... 1136

13.4.1 13.4.2 13.4.3 14.
14.1

SORTIES ........................................................................................................................... 1139
PO_I35_sorties_fiche_xml_Bbio ........................................................................................... 1139

14.1.1 14.1.2 14.1.3
14.2

Introduction ............................................................................................................ 1139 Nomenclature ......................................................................................................... 1140 Description mathématique ..................................................................................... 1143 Introduction ............................................................................................................ 1148 Nomenclature ......................................................................................................... 1149 Description mathématique ..................................................................................... 1152

PO_I35_sorties_fiche_XML_Cep_Tic .................................................................................... 1148

14.2.1 14.2.2 14.2.3 15.
15.1

CONFORT D’ÉTÉ............................................................................................................ 1158
Sn_METHODE TH E....................................................................................................... 1158

15.1.1 15.1.2 15.1.3 16.
16.1

Introduction ............................................................................................................ 1158 Nomenclature ......................................................................................................... 1159 Description mathematique ..................................................................................... 1161

ENR ................................................................................................................................... 1167
C_Enr_Calcul de la part ENR ............................................................................................. 1167

16.1.1 16.1.2 16.1.3 17.
17.1 17.2 17.3 17.4 17.5 17.6 17.7 17.8 17.9

Introduction ............................................................................................................ 1167 Nomenclature ......................................................................................................... 1168 Description mathématique ..................................................................................... 1170

SCENARIOS CONVENTIONNELS................................................................................ 1173
BATIMENT A USAGE D’HABITATION - MAISON INDIVIDUELLE OU ACCOLEE ......................... 1173 BATIMENT A USAGE D’HABITATION - LOGEMENT COLLECTIF ........................................... 1175 BUREAUX ................................................................................................................... 1178 COMMERCE, MAGASIN, ZONES COMMERCIALES .............................................................. 1184 ETABLISSEMENT D’ACCUEIL DE LA PETITE ENFANCE (CRECHE, HALTE-GARDERIE) ............. 1191 ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ........................................................................................... 1199 ENSEIGNEMENT SECONDAIRE (PARTIE JOUR) .................................................................. 1207 ENSEIGNEMENT SECONDAIRE (PARTIE NUIT) .................................................................. 1217 ENSEIGNEMENT - UNIVERSITE....................................................................................... 1222

11

Méthode de calcul Th-BCE 2012
17.10 17.11 17.12 17.13 17.14 17.15 17.16 17.17 17.18 17.19 17.20 17.21 17.22 17.23 17.24 17.25 17.26 17.27 17.28 17.29 17.30 17.31 17.32 BATIMENT A USAGE D’HABITATION - ETABLISSEMENT SANITAIRE AVEC HEBERGEMENT...... 1231 ETABLISSEMENT SPORTIF SCOLAIRE ............................................................................. 1237 ETABLISSEMENT SPORTIF MUNICIPAL ou PRIVE .............................................................. 1242 BATIMENT A USAGE D’HABITATION - FOYER DE JEUNES TRAVAILLEURS ............................ 1247 BATIMENT A USAGE D’HABITATION - CITE UNIVERSITAIRE ............................................... 1255 HOPITAL (PARTIE JOUR) ............................................................................................... 1261 HOPITAL (PARTIE NUIT) ............................................................................................... 1270 HOTEL 0 1* ET 2* (PARTIE JOUR) .................................................................................... 1277 HOTEL 0 ET 1* (PARTIE NUIT) ........................................................................................ 1283 HOTEL 2* (PARTIE NUIT) ............................................................................................... 1289 HOTEL 3*, 4* et 5* (PARTIE JOUR) .................................................................................... 1295 HOTEL 3* (PARTIE NUIT) ............................................................................................... 1303 HOTEL 4* et 5* (PARTIE NUIT) ........................................................................................ 1309 INDUSTRIE - 3 x 8h ........................................................................................................ 1315 INDUSTRIE 8h à 18h ....................................................................................................... 1323 RESTAURATION SCOLAIRE - 1 REPAS / JOUR, 5j/7 .............................................................. 1331 RESTAURATION - 1 REPAS / JOUR, 5j/7 ............................................................................. 1336 RESTAURATION - 2 REPAS / JOUR, 6j/7 ............................................................................. 1341 RESTAURATION - 2 REPAS / JOUR 7j/7 .............................................................................. 1346 RESTAURATION SCOLAIRE - 3 REPAS / JOUR, 5j/7 .............................................................. 1351 RESTAURATION COMMERCIALE EN CONTINUE (18h/j 7j/7) .................................................. 1356 TRIBUNAL .................................................................................................................. 1360 TRANSPORT - AEROGARE ............................................................................................. 1370

12

Méthode de calcul Th-BCE 2012

1. GENERALITES
1.1 INTRODUCTION
La méthode de calcul Th-B-C-E 2012 a pour objet le calcul réglementaire des coefficients Bbio,Cep et Tic. Elle n’a pas pour vocation de faire un calcul de consommation réelle compte tenu des conventions retenues. Cette méthode de calcul utilise comme données d’entrée tous les éléments descriptifs du bâtiment et de ses équipements qui sont définis de façon opposable. Ces données d’entrée des éléments descriptifs du bâtiment et de ses équipements sont constituées de deux types de paramètres différents : Des paramètres dits intrinsèques qui correspondent aux caractéristiques propres du composant, Des paramètres dits d'intégration correspondants à la mise en œuvre dans le projet étudié. Par exemple, le coefficient U d'une baie est un paramètre intrinsèque alors que son orientation est un paramètre d'intégration. Les éléments apportés après la réception du bâtiment ainsi que les paramètres indépendants du bâtiment intervenant dans la méthode de calcul sont définis de façon conventionnelle. Le coefficient Bbio exprimé en points caractérise l'efficacité énergétique du bâti. Il permet d'apprécier celui-ci par rapport aux besoins de chauffage, de refroidissement et de consommations futures d'éclairage artificiel. Il s'appuie sur la valorisation des éléments suivants : La conception architecturale du bâti (implantation, forme, aires et orientation des baies, accès à l'éclairage naturel des locaux …), Les caractéristiques de l'enveloppe en termes d'isolation, de transmission solaire, de transmission lumineuse, d'ouverture des baies et d'étanchéité à l'air, Les caractéristiques d'inertie du bâti. Le coefficient Cep exprimé en kWh/(m².SHONRT) d’énergie primaire représente les consommations d’énergie de chauffage, de refroidissement, d’eau chaude sanitaire, d’auxiliaires et d’éclairage des bâtiments. Ce coefficient Cep ajoute au coefficient Bbio l'impact des systèmes énergétiques suivants : Systèmes de chauffage et de refroidissement, y compris les auxiliaires, Systèmes d'eau chaude sanitaire y compris les auxiliaires, Auxiliaires de ventilation (l’impact des débits d’air étant pris en compte dans les consommations des systèmes de chauffage et de refroidissement). Systèmes d'éclairage, Systèmes de production locale d'énergie, y compris les auxiliaires. Le coefficient Tic exprimé en ° est la température opérative (correspondant à la sensation de C l'occupant) maximale horaire calculée en période d'occupation pour un jour chaud d'été conventionnel, associée à une séquence chaude représentative.

13

Méthode de calcul Th-BCE 2012

1.2
1) 2) 3) 4)

STRUCTURATION DU BATI
le niveau « Bâtiment », le niveau « Zone », le niveau « Groupe », le niveau « Local ».

Un bâtiment est décrit dans cette méthode de calcul suivant quatre niveaux :

1.2.1 LE NIVEAU « BATIMENT »
C'est le niveau où s'expriment les exigences réglementaires en matière de coefficient Bbio et C. Les éléments communs à tout le bâtiment (par exemple la situation géographique ou l’altitude) sont définis à ce niveau.

1.2.2 LE NIVEAU « ZONE »
Ce niveau correspond à un regroupement des parties de bâtiment pour lesquels les scénarios d'utilisation sont identiques. A titre d'illustration, les scénarios des locaux de la zone nuit d'un hôtel, ou l'ensemble des logements d'un immeuble collectif auront les mêmes scénarios d'occupation. Conventionnellement, tous les locaux d'une zone sont considérés comme étant en connexion aéraulique. L'impact des défauts d'étanchéité est donc calculé à la frontière d'une zone. C'est donc également à ce niveau que sont définies les possibilités de ventilation traversante, ou entre niveaux, relativement à l'impact des défauts d'étanchéité.

1.2.3 LE NIVEAU « GROUPE »
Ce niveau regroupe la quasi-totalité des informations requises. C'est en particulier à ce niveau que s'effectue le calcul des températures intérieures (et donc la vérification de l'exigence réglementaire afférente) ainsi que des besoins de chauffage, de refroidissement et d'éclairage. Une même zone sera séparée en différents groupes pour les raisons suivantes : 1) Les locaux principaux ont des évolutions de température très différentes : c'est par exemple le cas si une partie des locaux principaux d'une même zone est refroidie et les autres non, 2) Les locaux ont des températures proches mais on veut séparer des besoins de chauffage et / ou de refroidissement. L'éclairement intérieur est calculé au niveau du groupe après distinction entre parties ayant ou non accès à l'éclairage naturel. Du fait de la définition de la zone, les différents groupes d'une même zone sont en connexion aéraulique. La structuration des groupes par rapport à ces échanges est la suivante : Une zone peut comporter un ou plusieurs groupes dits « standards », Une zone peut comporter 0 ou 1 groupe dit de « circulation ». Conventionnellement, si on définit un groupe de circulation, les autres groupes sont connectés

14

Méthode de calcul Th-BCE 2012

aérauliquement avec lui, et seulement avec lui.

1.2.4 LE NIVEAU « LOCAL »
Au sens de la présente méthode de calcul le niveau « Local » permet d'affiner les apports internes de chaleur et d'humidité, pris en compte ensuite au niveau du groupe. Les surfaces de locaux sont définis par usage, au niveau de la zone.

Zone1

Groupe 1

Local 1

Zone 2

Groupe 2

Local 2

Batiment 1

Zone 1

Groupe 1

Zone 2

Groupe 2

1.3

STRUCTURATION DES SYSTEMES

1.3.1 GENERALITES
Cette présente méthode de calcul distingue les systèmes correspondant aux usages suivants : 1) 2) 3) 4) 5) 6) Chauffage, Refroidissement, Ventilation, ECS, Eclairage, Production d'énergie non liée aux systèmes précédents.

Hormis le dernier, les autres systèmes sont directement liés à la satisfaction du confort des occupants. Pour chacun des systèmes 1 à 5, cette méthode de calcul distingue les trois niveaux suivants : 1) L'émission correspondant à la satisfaction du besoin de l'occupant : chaleur, froid, débits (soufflés et/ou extraits), eau chaude sanitaire, lumière artificielle, 2) La distribution correspondant aux réseaux alimentant les émetteurs,

3) La génération, correspondant à l'alimentation énergétique des réseaux de distribution. Du fait qu'un même générateur peut être commun à plusieurs bâtiments, il est nécessaire de prévoir un niveau correspondant, appelé projet. En cohérence avec sa définition, tous les émetteurs 1 à 5 sont définis au niveau « Groupe ». Du fait de la définition du groupe, différents émetteurs de même fonction peuvent coexister dans un même groupe.

15

Méthode de calcul Th-BCE 2012

Groupe

1

2 3 chaud

1

2 3 froid

1

2 3 ECS

1 2 3 ventilation

1 2 3 éclairage

1.3.2 CHAUFFAGE REFROIDISSEMENT
Chaque émetteur présent dans un groupe est caractérisé par sa fonction (chauffage ou refroidissement), son ratio d'émission par rapport au groupe (basé sur la surface relative desservie), et ses caractéristiques propres d'émission et de régulation. La distribution est séparée en une part secondaire et une part primaire pouvant présenter des taux de pertes récupérables différentes. Les caractéristiques principales d'un réseau sont ses pertes (en W/K), sa température et les consommations d'auxiliaires. La génération regroupe l'ensemble des dispositifs de stockage, de génération et de composant amonts à la génération (énergie renouvelable, tours de refroidissement, boucle primaire, …).

1.3.3 VENTILATION
Les entrées d'air, les défauts d'étanchéité et l'ouverture des baies pour le confort thermique sont traités dans la partie "bâti". Cette méthode de calcul traite dans cette partie des différents systèmes de ventilation spécifique, que ce soit pour l'hygiène ou le confort thermique. Les "émetteurs" sont les bouches, ou équivalents, connectés aux débits requis (fournis ou extraits) pour le groupe. Les " réseaux de distribution" sont caractérisés par des pertes aérauliques. Les "générateurs" sont les moteurs : extracteurs, centrales de traitement d'air, dispositifs d'aspiration statique ou hybride.

1.3.4 L'EAU CHAUDE SANITAIRE
Les émetteurs sont les dispositifs finaux de fourniture d'eau chaude sanitaire (robinets, mitigeurs) qui traduisent la transformation du besoin d'eau chaude sanitaire à une demande de couple quantité - température. Les réseaux de distribution et les générateurs sont pris en compte de façon analogue au chauffage.

16

Méthode de calcul Th-BCE 2012

1.3.5 L'ECLAIRAGE ARTIFICIEL
Contrairement aux usages chauffage et eau chaude sanitaire, il n'y a pas formellement de distribution et de génération pour l’éclairage. Seule l’émission est prise en compte et correspond aux différents systèmes d’éclairage dont la consommation est calculée en fonction de l'éclairement naturel, de la régulation des systèmes et de leurs puissances. Pour ce qui concerne les usages maison individuelle ou accolée et logements collectifs et les chambres des usages : enseignement secondaire (partie nuit), établissements sanitaires avec hébergement, foyer de jeunes travailleurs, cité universitaire et hôtel (partie nuit), autant les émetteurs de chauffage, d’eau chaude sanitaire et de ventilation peuvent être caractérisés au moment du projet de construction et ainsi correspondre à des éléments descriptifs du bâtiment définis par le concepteur et opposables, autant en ce qui concerne l’éclairage, il est impossible de connaître les « émetteurs » qui seront mis en place par le futur occupant. C’est la raison pour laquelle, cet éclairage est conventionnel puisque la méthode de calcul considère que la puissance installée d’éclairage est identique quel que soit le type de bâtiment. Pour les autres usages, le concepteur définit lui-même les systèmes d’éclairage qui seront installés dans le bâtiment. Ils sont donc caractérisés au moment du projet. Par conséquent, cette méthode de calcul laisse la possibilité au concepteur de valoriser la régulation des systèmes d’éclairage ainsi que leurs puissances. Quelle que soit la catégorie de bâtiment, les éclairages suivants ne doivent pas être pris en compte lors de l’application de cette méthode de calcul: l’éclairage extérieur, l’éclairage des parkings, l’éclairage de sécurité, l’éclairage destiné à mettre en valeur des objets ou des marchandises. Cette dernière catégorie couvre : les objets d’art tels que les peintures, les sculptures, les objets d’art avec un éclairage incorporé (lustres…), l’éclairage localisé destiné à mettre en valeur les tables de restaurant.

17

Méthode de calcul Th-BCE 2012

2. LES PRINCIPALES DONNEES CONVENTIONNELLES
Dans cette méthode de calcul, les données climatiques et celles relatives à l'occupation et l'usage des bâtiments sont définies de façon conventionnelle. Ces différentes conventions ne sont pas adaptées à la prédiction des consommations énergétiques futures d'un bâtiment donné pour les années suivant sa mise en service. Ces données climatiques et ces conventions d'occupation et d'usage ont été définies de façon à être les plus proches possibles des conditions moyennes sur le segment de bâtiment visé.

2.1

LES DONNEES CLIMATIQUES CONVENTIONNELLES
Le rayonnement solaire : il permet de calculer les apports de chaleur pour le bâti, ainsi que l'efficacité des capteurs solaires thermiques ou photovoltaïques spécifiques. De façon à permettre son calcul pour toute orientation et inclinaison et pour la prise en compte des effets de masques, il est fourni sous forme d'une composante directe et d'une composante diffuse, Le rayonnement lumineux : utilisé pour calculer l'éclairement naturel dans les locaux, il est décrit sous la même forme que le rayonnement solaire et à partir de celui-ci, Le rayonnement froid vers la voûte céleste, Les températures et humidité de l'air, La vitesse du vent pour une altitude de 10 m en zone ouverte, La température de l'eau froide du réseau.

Les variables climatiques prises en compte dans cette méthode de calcul sont les suivantes :

Les années type se veulent représentatives, pour chaque paramètre, des valeurs moyennes ainsi que des extrêmes, a minima sur une base mensuelle. Ces années type de référence ont été définies à partir de la norme Européenne NF EN ISO 159274 « Performance hygrothermique des bâtiments. Calcul et présentation des données climatiques ; Données horaires pour l'évaluation du besoin énergétique annuel de chauffage et de refroidissement » en suivant une procédure basée sur le choix de mois représentatifs, qui sont ensuite raccordés aux limites afin d'éviter des sauts brusques de variables. La constitution de ces années type de référence a été effectuée sur la base de fichiers annuels des données mesurées par Météo-France sur la période de janvier 1994 à décembre 2008. Ces données climatiques ont ensuite été post-traitées de façon à ramener les données à une altitude nulle et à effectuer la séparation des rayonnements directs et diffus. La température du sol à 1m de profondeur a été prise en référence comme température d'entrée de l'eau froide du réseau. Les données climatiques sont en heure solaire. En matière de segmentation géographique, il a été retenu 8 zones climatiques dont les stations de référence sont précisées sur la figure ci-après, en cohérence avec les exigences réglementaires.

18

Méthode de calcul Th-BCE 2012

2.2

LES DONNEES CONVENTIONNELLES D'OCCUPATION ET D'USAGE

Les conditions d'occupation des bâtiments sont définies de façon conventionnelle puisqu'elles ne peuvent être vérifiées sur la base des caractéristiques du bâtiment et de ses équipements énergétiques. Afin de se rapprocher des données « moyennes », cette méthode de calcul prend en compte la destination des locaux du bâtiment de manière générale (habitat, école, bureau…) et de manière plus précise au niveau des différents locaux (salle de réunion, circulations…). Cela signifie que des scénarios conventionnels sont définis au niveau de la zone et d’autres au niveau du local. Ces données sont décrites sous forme de scénarios temporels horaires. Elles représentent les usages et comportements moyens des occupants d’un bâtiment. L'unité de base est la semaine, avec des modifications liées aux périodes de vacances. Cette méthode de calcul prévoit par exemple pour les maisons individuelles ou accolées et les logements collectifs une absence des occupants pendant deux semaines au mois d’août et une semaine au mois de décembre. Les données relatives à l’occupation sont en temps légal. Le temps légal est le temps en usage en France, il est égal au temps solaire avec une heure de plus en hiver et deux heures de plus en été. Cette méthode de calcul gère le passage de l’un à l’autre.

19

Méthode de calcul Th-BCE 2012

2.2.1 LES SCENARIOS CONVENTIONNELS 2.2.1.1 Scénarios conventionnels définis au niveau de la zone
Les scénarios conventionnels définis au niveau de la zone sont les suivants : Les scénarios de présence qui indiquent si la zone est ou non occupée. A cette occupation sont liées des températures de consigne en chauffage et en refroidissement, basées sur le réglage par les occupants du thermostat pour les périodes d'occupation, et du gestionnaire (ou d'un système de programmation) pour les périodes d'inoccupation. Ci-dessous une représentation des températures de consigne dans les maisons individuelles ou accolées et les logements collectifs (chauffage et refroidissement) un jour de semaine. Ces scénarios sont différents le mercredi (présence des occupants l'après-midi) et le week-end (présence continue des occupants).

Températures de consigne sur une journée de semaine dans un logement
Température (en° C)) 31 29 27 25 23 21 19 17 15 0 2 4 6 8 10 12 Heures En mode chauffage En mode refroidissement 14 16 18 20 22 24

Les scénarios de ventilation (nécessité ou pas de ventilation pour les occupants), proches des précédents, mais qui permettent une remise en route de la ventilation avant l'occupation, conformément aux réglementations en vigueur pour les usages autres que d’habitation. Les scénarios d'éclairage (nécessité ou pas d'éclairage artificiel) qui sont basés sur les scénarios de présence en prenant en compte les périodes de sommeil. Pour ce qui concerne les usages maison individuelle ou accolée et logements collectifs et les chambres des usages : enseignement secondaire (partie nuit), établissements sanitaires avec hébergement, foyer de jeunes travailleurs, cité universitaire et hôtel (partie nuit), le système d’éclairage est entièrement conventionnel. Cela signifie que l’impact sur les consommations énergétiques ne résulte donc que des caractéristiques des baies. Pour les usages « maison individuelle ou accolée » et « logements collectifs », la puissance d’éclairage conventionnelle est prise égale à 1.4 W/m² dans cette méthode de calcul. Cette valeur résulte d’une puissance totale installée dans le bâtiment de 14 W/m² et d’un facteur de non-simultanéité d’utilisation des différents points d’éclairage. Cette puissance de 14 W/m² correspond à l’installation d’un point lumineux (lampe fluo-compacte de 11 W) par tranche de 8 m² environ. De plus cette méthode de calcul considère que seulement 10 % des points lumineux sont allumés simultanément.

20

Méthode de calcul Th-BCE 2012

Ci-dessous une représentation de la présence d’éclairage artificiel pour les usages « maisons individuelles ou accolées » et « logements collectifs » sur une journée. Cela ne signifie pas que la méthode prend en compte systématiquement une consommation énergétique d’éclairage durant ces heures. Une consommation énergétique est calculée uniquement lorsque l’éclairement naturel est insuffisant.

Présence d'éclairage artificiel sur une journée dans le logement

2

1

0
10 :0 0 12 :0 0 14 :0 0 16 :0 0 18 :0 0 20 :0 0 22 :0 0 0: 00 2: 00 6: 00 4: 00 8: 00 0: 00

Heures Weekend Semaine

Les besoins d'eau chaude sanitaire, qui répartissent en profils horaires le besoin hebdomadaire exprimé en litres d'eau à 40 ° qui correspond à la température moyenne C d'utilisation finale. En ce qui concerne les usages autres que « maison individuelle ou accolée » et « logements collectifs », ces besoins sont calculés en fonction du nombre d’équipements (par exemple le nombre de chambres pour une cité universitaire ou pour un hôtel). Pour les maisons individuelles ou accolées et les logements collectifs, ces besoins sont calculés en fonction de la densité d'occupation conventionnelle. Ce besoin d'eau chaude sanitaire est pris égal à 500 litres à 40° C/adulte/semaine en moyenne. Il est modulé suivant les périodes d’occupation/inoccupation et la période de l’année (été/hiver et périodes de vacances). Ces besoins sont exprimés par unité de surface. C’est la raison pour laquelle, en ce qui concerne les maisons individuelles ou accolées et les logements collectifs, le besoin hebdomadaire est calculé en reliant la densité d'occupation à la surface habitable. Afin de prendre en compte le fait que les enfants possèdent une demande en eau chaude inférieure à celle des adultes, la notion de nombre d’adultes équivalents a été introduite. Les résultats obtenus sont illustrés par le graphe suivant pour les maisons individuelles ou accolées et les logements collectifs :

21

Méthode de calcul Th-BCE 2012

Ci-dessous une représentation de la répartition du besoin d’eau chaude sanitaire sur une journée dans une maison individuelle de 90 m² habitable.

Besoins d'eau chaude sanitaire sur une journée dans une maison de 90 m²
30 Besoins d'eau chaude sanitaire (en litres) 25 20 15 10 5 0 Octobre-Mars Avril-Septembre

8: 00 10 :0 0 12 :0 0 14 :0 0 16 :0 0 18 :0 0 20 :0 0 22 :0 0
Heures

4: 00

0: 00

2.2.1.2 Scénarios conventionnels définis au niveau des locaux
Les scénarios conventionnels définis au niveau des locaux sont les suivants : Apports internes de chaleur liés à la présence humaine qui dépendent du nombre d’occupants du bâtiment et des scénarios de présence. Cette méthode de calcul prend en compte le fait que, dans les « maisons individuelles ou accolées » et les « logements collectifs », les apports soient différents pour les adultes et les enfants, et, pour les deux, plus faibles durant la période de sommeil en introduisant également la notion du nombre d’adultes équivalents. En ce qui concerne les autres usages, suivant le type de bâtiments, le taux d’occupation (nombre de personnes par m²) est déterminé conventionnellement par cette méthode de calcul, ce qui permet d’en déduire directement les niveaux d’apports internes de chaleur. Cette méthode de calcul considère conventionnellement que le corps d’un adulte au repos

2: 00

6: 00

22

0: 00

Méthode de calcul Th-BCE 2012

dégage une puissance de 90 W et celui d’un adulte en période de sommeil dégage 63 W. Ci-dessous une représentation des niveaux d’apports internes dus à la présence humaine sur une journée dans une maison individuelle de 90 m² habitable.

Niveaux d'apports internes dûs aux occupants sur une journée de semaine dans une maison de 90 m²
180 Apports de chaleur (en W)) 160 140 120 100 80 60 40 20 0 0 2 4 6 8 10 12 Heures 14 16 18 20 22 24

Apports internes d’humidité liés à la présence humaine qui dépendent du nombre d’occupants du bâtiment et des scénarios de présence. Cette méthode de calcul prend en compte le fait que, dans les « maisons individuelles ou accolées » et « les logements collectifs », les apports soient différents pour les adultes et les enfants, et, pour les deux, plus faibles durant la période de sommeil en introduisant également la notion du nombre d’adultes équivalents. En ce qui concerne les autres usages, suivant le type de bâtiments, le taux d’occupation (nombre de personnes par m²) est déterminé conventionnellement par cette méthode de calcul, ce qui permet d’en déduire directement les niveaux d’apports internes d’humidité. Cette méthode de calcul considère conventionnellement que le corps d’un adulte au repos dégage une humidité de 0.055 kg/heure et celui d’un adulte en période de sommeil dégage 0.0385 kg/heure. Apports internes de chaleur dus aux équipements qui représentent la chaleur dégagée par l’ensemble des équipements « mobiliers » (électroménagers, ordinateurs …) qui ont un impact important sur les besoins énergétiques de chaleur et de refroidissement. Ces apports internes dépendent du taux d’équipement des bâtiments. Cette méthode de calcul distingue les apports internes de chaleur liés aux équipements en fonctionnement permanent et ceux liés aux équipements qui fonctionnent uniquement lors des périodes de présence des occupants. En ce qui concerne les maisons individuelles ou accolées et les logements collectifs, conventionnellement, la puissance de chaleur dégagée par l’ensemble des équipements en occupation est prise égale à 5,7 W/m² et celle dégagée par les équipements en période de sommeil et en inoccupation est prise égale à 1,1 W/m². Cette puissance moyenne a été définie en prenant en compte la présence des équipements suivants :

23

Méthode de calcul Th-BCE 2012

Equipements pris en compte

Apports internes de chaleur en kWh/(m².an) 3,7 6,8 5,0 0,6 8,0 2,2 26.3

Cuisson Audiovisuel Informatique Lavage Froid (fonctionnement continu) Appareils ménagers Total

En ce qui concerne les autres usages, chaque catégorie de bâtiment possède son propre taux d’équipement donc des niveaux d’apports internes de chaleur définis séparément et de façon conventionnelle également. Ci-dessous une représentation des niveaux d’apports internes dus aux divers équipements présents dans une maison individuelle de 90 m² habitable sur une journée.

Niveaux d'apports internes dûs aux équipements sur une journée dans une maison de 90 m²
600 Apports de chaleur (en W)) 500 400 300 200 100 0 0 2 4 6 8 10 12 Heures 14 16 18 20 22 24

Apports internes d’humidité dus aux équipements qui représentent l’humidité dégagée par l’ensemble des équipements « mobiliers » (électroménagers, ordinateurs …) qui ont un impact sur l'efficacité énergétique de certains équipements de refroidissement. Ces apports internes dépendent du taux d’équipement des bâtiments. Conventionnellement, les bâtiments à usage d’habitation ont des apports internes d’humidité nuls. En ce qui concerne les bâtiments à usage autre que d’habitation, ces apports internes sont dépendants du type de bâtiments et des périodes d’occupation/inoccupation.

24

Méthode de calcul Th-BCE 2012

2.2.1.3 Synthèse des scénarios
Chaleur : Apports Chaleur : apports interne interne en équipement hors occupation (hors occupation (hors éclairage) W/m² éclairage) W/m² utile utile

Zone

Plage d'occupation /zone Horaire chauffage/climatisation

Température de consigne chaud/zone

Température de consigne froid/zone

Horaire éclairage zone

Horaire ventilation zone

Locaux

Ratio par défaut surface utile du local/surface utile du goupe (%)

Nombre occupants nominal /m² utile par local

Besoin unitaire hebdomadaire en ECS à 40° C

Bâtiment à usage d'habitation - logement collectif Bâtiment à usage d'habitation - maison individuelle ou accolée

24h/24; 7j/7 (innocupée 2 semaines en août et une en décembre) 24h/24; 7j/7 (innocupée 2 semaines en août et une en décembre Lun - Ven 8h-18h

19

16

7

28

30

30

Eclairé de 7h à 9h et de 19h à 22h Eclairé de 7h à 9h et de 19h à 22h

idem occupation

logements circulation maison individuelle Bureau salle de réunion Circulation Accueil Sanitaires collectifs salles de jeux salle de repos Bureau salle de réunion Circulation Accueil Sanitaires vestiaire salles de classe Bureau salle de réunion salle de repos Circulation Accueil Sanitaires vestiaire salles de classes salle de réunion salles enseignement informatique Salle de conférence salle polyvalente Bureau standard centre de documentation Salle des professeurs Circulation Accueil Sanitaire collectifs douches collectives Sanitaire collectifs Circulation chambre sans cuisine ni salle de bain salles de classe amphithéatres, salle de conférence salles enseignement informatique centre de documentation Bureaux salle de réunion Accueil hall d'entrée circulation Sanitaires collectifs

90 10 100 60 10 26 3 30 20 15 10 15 10 55 10 5 15 10 5 25 10 5 15 10 5 5 20 5 10 10 20 60 35 15 5 5 10 5 20 5

Voir fiche algo

5,7 0 5,7 16 10 0 0 0 0 16 10 0 0 0 16 10 0 0 0 0 10 26 10 16 5 0 0 0 0 0 0 0 0 10 26 5 16 10 0 0

1,14 0 1,14 1,6 0 0 0 0 0 1,6 0 0 0 0 1,6 0 0 0 0 0 0 2,60 0 1,60 0,05 0 0 0 0 0 0 0 0 0 2,60 0,05 1,60 0 0 0 0,2 L/m² de surface utile 0,2 L/m² de surface utile

19

16

7

28

30

30

idem occupation

Voir fiche algo 0,1 0,42 0 0 0.25 0,67 0.067 0,42 0 0 0,66 0.067 0,42 0,67 0 0 1 0 0 0.33 0.1 0.1 0.67 0 0 0 0 0 0.17 1 0.33 0 0.1 0,1 0,42 0 0

Bureaux

19

16

7

26

30

30

idem occupation

idem occupation

1,25 L/m² de surface utile

Etablissement d'accueil de la petite enfance (crèche,halte-garderie)

Lun-Ven 7h-19h

21

18

7

26

30

30

idem occupation

idem occupation

52.5 L/nb de lits

Enseignement Primaire

Lun - Ven 8h-17h inoccupée en vacances scolaires

19

16

7

26

30

30

idem occupation

idem occupation

0,2 L/m² de surface utile

Enseignement secondaire (partie jour)

Lun - Ven 8h-18h; Sam 8h-12h innocupée en vacances (vacances lycée)

19

16

7

26

30

30

idem occupation

idem occupation

Enseignement secondaire (partie nuit)

Lun-Ven 18h-8h; Sam : présence jusqu' à 12h;Dim : présence à partir de 18h; innocupée en vacances (vacances lycée)

19

16

7

26

30

30

Eclairé de 7h à 9h et de 19h à 22h

idem occupation

330 L/nb de lit

Enseignement - université

Lun-Ven 8h-18h; Sam 8h-12h

19

16

7

26

30

30

idem occupation

idem occupation

25

Méthode de calcul Th-BCE 2012
Ratio par défaut surface utile du local/surface utile du goupe (%) Nombre occupants nominal /m² utile par local Chaleur : apports Chaleur : apports internes en internes équipement occupation (hors hors occupation (hors éclairage) W/m² éclairage) W/m² utile utile

Zone

Plage d'occupation /zone Horaire chauffage/refroidissement

Température de consigne Température de consigne chaud/zone froid/zone

Horaire éclairage zone

Horaire ventilation zone

Locaux

Besoin unitaire hebdomadaire en ECS à 40°C

Bâtiment à usage d'habitation - Foyer de jeunes travailleurs

24h/24h ; 7j/7

19

16

7

26

30

30

Lun-Ven : 7h-9h et 19h22h Sam-Dim : 7h-22h

Idem occupation

Bâtiment à usage d'habitation - Cité universitaire

24h/24h ; 7j/7

19

16

7

26

30

30

Lun-Ven : 7h-9h et 19h22h Sam-Dim : 7h-22h

Idem occupation

Hôtel 0 étoile et 1étoile (partie nuit)

18h-9h ; 7j/7 ; pas de vacances

19

16

7

26

30

30

7h à 9h et 19h à 23h y compris le WE

Ventilée 24h/24h

Hôtel 2 étoiles (partie nuit)

18h-9h ; 7j/7 ; pas de vacances

19

16

7

26

30

30

7h à 9h et 19h à 23h y compris le WE

Ventilée 24h/24h

Hôtel 3 étoiles (partie nuit)

18h-9h ; 7j/7 ; pas de vacances

19

16

7

26

30

30

7h à 9h et 19h à 23h y compris le WE

Ventilée 24h/24h

Hôtel 4 étoiles 5 étoiles (partie nuit)

18h-9h ; 7j/7 ; pas de vacances

19

16

7

26

30

30

7h à 9h et 19h à 23h y compris le WE

Ventilée 24h/24h

Hôtel 0 étoile, 1 étoile et 2 étoiles (partie jour)

6h-20h ; 7j/7

19

16

7

26

30

30

Idem occupation

Idem occupation

Hotel 3 étoiles, 4 étoiles et 5 étoiles (partie jour)

6h-20h ; 7j/8

19

16

7

26

30

30

Idem occupation

Idem occupation

Restauration - 1repas/jour, 5j/7

Lun-Ven : 9h -15h - innocupée dernière semaine de décembre Lun-Ven : 9h -15h - innocupée vacances scolaires Lun - Ven 6h-15h + 16h-20h innocupée en vacances (vacances lycée)

19

16

7

26

30

30

Idem occupation

Idem occupation

Restauration scolaire - 1repas/jour, 5j/7

19

16

7

26

30

30

Idem occupation

Idem occupation

Restauration scolaire 3 repas/jour, 5j/ 7

19

16

7

26

30

30

Idem occupation

Idem occupation

Salle de conférence Chambre sans cuisine avec salle de bain Bureau standard Circulation Accueil Sanitaires collectifs Foyer Douches collectives Chambre sans cuisine avec salle de bain Bureau standard Circulation/Accueil Sanitaires collectifs Douches collectives Chambre sans cuisine avec salle de bain Sanitaires collectifs Locaux de services Circulation Chambre sans cuisine avec salle de bain Sanitaires collectifs Locaux de services Circulation Chambre sans cuisine avec salle de bain Sanitaires collectifs Locaux de services Circulation Chambre sans cuisine avec salle de bain Sanitaires collectifs Locaux de services Circulation Bureau standard Sanitaires collectifs Circulation Accueil Salle petits déjeuners Bureau standard Sanitaires collectifs Circulation Accueil Bar Salle petits déjeuners Salle de séminaires réunion Salle restaurant Cuisine Locaux de services Salle restaurant Cuisine Locaux de services Salle restaurant Cuisine Locaux de services

10 50 5 15 5 10 5 60 5 15 10 10 73 1 3 23 73 1 3 23 73 1 3 23 73 1 3 23 12 5 43 40 10 4 17 9 17 43 70 20 10 70 20 10 70 20 10

0.33 0.17 0,1 0 0 0,1 0 0.17 0,1 0 0 0 0,075 0 0 0 0,05 0 0 0 0,0428 0 0 0 0,0375 0 0 0 0.067 0 0 0,5 0.067 0 0 0,1 0,5 0,42 0,77 négligé* 0 0,77 négligé* 0 1.11 négligé* 0

10 6,8 16 0 0 6 0 6,8 16 0 0 0 5,3 0 0 0 4 0 0 0 4,428 0 0 0 4,625 0 0 0 16 0 0 88.9 16 0 0 34.4 44.3 10 0 négligé* 0 0 négligé* 0 0 négligé* 0

0 0 1,60 0 0 0 0 0 1,60 0 0 0 0,80 0 0 0 0,60 0 0 0 1,67 0 0 0 1,57 0 0 0 0 0 0 7 0 0 0 4.7 2,3 0 0 négligé* 0 négligé* 0 négligé* 0 902,7 L/chambre 655,2 L/chambre 586,2 L/chambre 420,6 L/chambre 330 L/nb de lits 330 L/nb de lits

0,24 L/m² de surface utile

0,24 L/m² de surface utile

45 L/nombre de repas servis pour un self 45 L/nombre de repas servis pour un self 95 L/nombre de repas servis pour un self

26

Méthode de calcul Th-BCE 2012
Ratio par défaut surface utile du local/surface utile du goupe (%)
70 20 10 70 20 10 70 20 10 75 10 5 10 75 10 5 10 50 20 10 10 10 20 5 5 15 20 15 15 5 5 5 25 5 25 20 15 10 10 60 5 5 10

Zone

Plage d'occupation /zone Horaire chauffage/refroidissement

Température de consigne Température de consigne chaud/zone froid/zone

Horaire éclairage zone

Horaire ventilation zone

Locaux

Nombre occupants nominal /m² utile par local
0,59 négligé* 0 0,59 négligé* 0 0,59 négligé* 0 0.1 0 0 0 0.1 0 0 0 0.063 0 0 0 0,1 0,08 0 0 0 0,06 0.57 0,4 0.14 0.14 0 0 0 0.4 0.57 0,42 0,1 0 0,05 0 0 0

Chaleur : apports Chaleur : apports internes en internes équipement occupation (hors hors occupation (hors éclairage) W/m² éclairage) W/m² utile utile
0 négligé* 0 0 négligé* 0 0 négligé* 0 0 0 0 0 0 0 0 0 6,8 0 0 0 16 6,8 0 0 0 0 16 0 5 5 0 0 0 0 16 10 16 0 2 0 0 0 0 négligé* 0 0 négligé* 0 0 négligé* 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1,20 0 0 0 1,60 1,20 0 0 0 0 1,60 0 0 0 0 0 0 0 1,60 0 1,60 0 0 0 0 0

Besoin unitaire hebdomadaire en ECS à 40°C
306 L/nombre de repas servis 357 L/nombre de repas servis 189 L/nombre de repas servis 1.25 L/m² de surface chauffée

Restauration 2 repas/jour, 6j/7

Lun-Sam : 10h-15h + 17h-23h

19

16

7

26

30

30

Idem occupation

Idem occupation

Restauration 2 repas/jour, 7j/7 Restauration commerciale en continue (18h/j 7j/7)

Lun-Dim : 9h-15h + 17h-23h

19

16

7

26

30

30

Idem occupation

Idem occupation

Lun-Dim : 6h-24h

19

16

7

26

30

30

Idem occupation

Idem occupation

Etablissement sportif scolaire

Lun - Ven 8h-18h; innocupée en vacances (vacances lycée) Lun-Sam 8h-22h et Dim 8h-13h (fermé une semaine en décembre)

15

7

7

26

30

30

Idem occupation

Idem occupation

Etablissement sportif municpal ou privé

15

7

7

26

30

30

Idem occupation

Idem occupation

Bâtiment à usage d'habitation - Etablissement 24h/24h ; 7j/7 ; pas de vacances sanitaire avec hébergement

21

18

7

26

30

30

6h-10h et 16h-20h

Idem occupation

Hôpital partie nuit

24h/24h - 7j/7

21

18

7

26

30

30

100% (de la puissance installée) d'éclairage de 8h à 19h puis diminution à 35% de 19h à 8h

Idem occupation

Hôpital partie jour

8h-19h ; 6j/7

21

18

7

26

30

30

Idem occupation

Idem occupation

Industrie - 3x8h

0h-24h 7j/7

15

7

7

26

30

30

Idem occupation

Idem occupation

Salle restaurant Cuisine Locaux de services Salle restaurant Cuisine Locaux de services Salle restaurant Cuisine Locaux de services Salle de sport Circulation Accueil Sanitaires collectifs Douches collectives Salle de sport Circulation Accueil Sanitaires collectifs Douches collectives Chambre sans cuisine avec salle d'eau Circulation accueil Douches collectives Sanitaires collectifs Bureau Chambre sans cuisine avec Douches collectives Sanitaires collectifs Circulation accueil Locaux soins et offices Bureau Salle d'attente et urgence Aire de production Aire de production Sanitaires collectifs Circulation accueil Douches collectives Salle d'attente et consultation Bureau Salle de réunion Bureau standard Circulation Accueil Aire de production Sanitaires - vestiaire Douches collectives Locaux de services

1200 L/nb de douches

600 L/lit

820 L/lit

0.24 L/m² de surface utile

0,2 L/m² de surface utile

Zone

P a ge d'occup ation / zone l Horair e chauffag e/ref roidissemen t

Tempér atu re de consigne Tem pérat ure de consign e chau d/zone fro id/zone

H aire écl ir age or a zon e

Hor aire ven tilation zon e

L ocaux

Ratio p ar d éfaut surf ace utile du local/sur face ut le i du goup e (% )

Nombr e occu pants nomin al /m² ut ile par local

C eu r : appor ts ha l C aleur : appo rt s h int ernes en int ern es équipemen t occup ation (hor s hor s occupat ion (h or s éclair age) W /m² éclairag e) W /m² utile u tile

B eso in unit aire hebd omadair e en E C à S 40° C

27

9 14.1 0 0 0 0.24 L/m² de surface utile 0 0 0 0.24 L/m² de surface utile 0.6 0 0 0 0 0.24 L/m² de surface utile 0 28 .33 0.5 40 25 28 1 1 5 0.2 L/m² de surface utile 0. zones commerciales Lun-sam : 7h-22h 6j/7 19 16 7 26 30 30 idem occupation sauf 50% de 7h à 8h idem occupation Bureaux standard Circulation Accueil Aire de production Sanitaire vestiaire Douches collectives Locaux de services bureaux standards Accueil salle des pas perdus Attente gardée Salle d'audience correctionelle Salle d'audience civile bibliothèque circulation Locaux de services sanitaires vestiaires Voyageurs Galeries de circulation Commerces Bureaux Inspection filtrage Sanitaire vestiaire Petit magasin de vente (inférieure à 300m²) Aire de vente (surpérieure à 300m²) Circulation (mail) sanitaires collectifs douches collectives Locaux de services 10 10 60 5 5 10 58 8 4 7 7 2 6 5 3 42 17.3 10.2 0 0.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Zone Plage d'occupation /zone Horaire chauffage/climatisation Température de consigne chaud/zone Température de consigne froid/zone Horaire éclairage zone Horaire ventilation zone Locaux Ratio par défaut surface utile du local/surface utile du goupe (%) Nombre occupants nominal /m² utile par local Chaleur : Apports Chaleur : apports interne interne en équipement hors occupation (hors occupation (hors éclairage) W/m² éclairage) W/m² utile utile Besoin unitaire hebdomadaire en ECS à 40° C Industrie .8h à 18h 8h18h. magasin.7j/7 19 7 7 26 30 30 Idem occupation sauf réduit à 33% de 0h à 5h Idem occupation Commerce.2 0 0 16 0 2 0 0 0 16 0 0 0 0 5 0 0 0 5 2 5 16 10 0 48 (éclairage scénique) 8 de 8h à 13h et 2 de 13h à 22h 8 0 0 0 1.60 0 0 0 0 0 0. 8h-21h .pas de vacances 19 16 16 26 30 30 idem occupation idem occupation Transport .00 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1.5j/7 (pas de vacances) 15 7 7 26 30 30 idem occupation idem occupation Tribunal 5j/7.1 0 0.15 0.25 0.33 0 0.1 0.1 0.33 0.25 0.05 0 0 0 0.3 4.08 0.12 0.Aérogare 6h-24h.9 10.

2.2. On décrit ci après quelques-uns des ces impacts et les données conventionnelles correspondantes. Ce comportement est pris en compte dans cette méthode de calcul par une durée d'utilisation hebdomadaire conventionnelle de ce grand débit. ou au cours des périodes où ces dispositifs ne sont pas activés (hiver. de l'éblouissement (mise en place en cas de rayonnement indirect important).2.3 La gestion des débits d'air dans l'habitat L'occupant a en général la possibilité de passer en grand débit en cuisine lors de la préparation des repas. certains aspects de l'impact de l'occupant sont directement intégrés dans cette méthode de calcul. 2. 2. 2.2 La gestion de la surventilation par ouverture des baies La méthode de calcul prévoit un scénario de gestion manuelle (par les occupants) de l’ouverture des baies à des fins de surventilation naturelle (pour le confort thermique).2. Elle prévoit également la présence éventuelle d’un système de gestion automatique de l’ouverture. du confort thermique (fermeture de ces protections en journée en période estivale) et de la sécurité. Ces valeurs conventionnelles sont définies dans le tableau suivant : Durée d’Utilisation du Grand Débit exprimée en nombre d’heures/semaine Ventilation mécanique Ventilation naturelle par conduit et ventilation hybride Dispositifs à gestion manuelle (par défaut) Dispositifs avec temporisation Maison Individuelle ou accolée Logement Collectif 14 7 14 28 29 . mi-saison. La gestion manuelle définie dans cette méthode de calcul varie donc selon le type d'utilisation des locaux et selon la période de l'année.2.2 LES AUTRES CONVENTIONS D'USAGE En parallèle aux scénarios décrits ci-avant. extérieure.1 La gestion des protections mobiles La gestion des protections mobiles par l'occupant résulte de son action par rapport à la maîtrise de l'éclairement (fermeture de ces protections dans les chambres en période de sommeil). périodes d’inoccupation…).Méthode de calcul Th-BCE 2012 2. Dans les deux cas. les modèles reposent sur les niveaux de températures intérérieure et Ces scénarios ne sont applicables que dans les bâtiments qui ne sont pas équipés de systèmes actifs de refroidissement.2.2. Pour certains cas ces actions manuelles sont mises en relation avec les automatismes correspondant aux mêmes actions. permettant la surventilation nocturne.

2 L'ENVIRONNEMENT PROCHE Il permet de modifier les caractéristiques climatiques précédentes pour prendre en compte l'environnement local du bâtiment. primaire) réseaux centrales sources amont éventuelles (solaire.1 SCHEMA GLOBAL Le schéma global de structuration des données d'entrée de la méthode est le suivant : ThBCE 2012 vu des entrées utilisateurs Projet batiment zones groupes situation géographique : département.2. primaire) réseaux (sec.2.3 LES SCENARIOS LIES A L'OCCUPATION DES LOCAUX 30 . air…) masques masques masques vérandas vérandas vérandas bati générateurs 3. SHOrt type de zone (liste) Photovoltaique perméabilité interne pour les débits au travers de l'enveloppe indicateur gpe standard ou circulation Surface utile inertie baies parois opaques ponts thermiques bouches d'air perméabilité débits d'air requis systèmes émetteurs chauds émetteurs froid robinets d'ECS éclairage articificiel locaux (liste conv) surface utiles et accès à l'éclairage naturel bouches ou équivalent réseaux (sec.1 LE CLIMAT Les données d'entrée correspondantes sont la zone climatique (qui fait appel à l'année type de référence associée) et l'altitude (qui corrige ces données). . la méthode de calcul distingue les masques lointains (définis par une hauteur de masque par tranche azimutale. DESCRIPTION DE LA METHODE DE CALCUL 3. 3. altitude. . 3. . primaire) réseaux (sec. Pour la prise en compte des masques. Il permet également de prendre en compte l'impact local en matière de vitesse du vent et de réflexion de l'environnement proche (valeurs conventionnelles). les masques végétaux et les masques proches horizontaux et verticaux.2.Méthode de calcul Th-BCE 2012 3. En ce qui concerne les masques proches..2 LES DONNÉES D'ENTRÉE 3. des masques de géométrie complexe doivent être assimilés à la représentation simplifiée de la méthode de calcul et traduit en matière de masques horizontaux ou verticaux équivalents. ou par un profil de type rue).

définies dans les règles Th-Bat. ce critère permet de prendre en compte les potentialités. Ces valeurs par défaut sont pénalisantes par rapport aux valeurs courantes. transmission lumineuse ainsi que d'ouverture liée au confort d'été. 3. Les ouvertures spécifiques intentionnelles liées à la ventilation et/ou à l'air comburant sont décrites en matière de caractéristiques débit-pression. La perméabilité est décrite en matière de débit sous 4 Pa par m² de paroi. Le caractère de perméabilité intérieure pour l'impact de la perméabilité des façades : ceci permet de distinguer. le ratio est supérieur à 0 et inférieur ou égal à 1 suivant sa profondeur et la hauteur de la partie supérieure de la baie. Elles peuvent être utilisées sans qu’il soit alors besoin de les justifier. la part est nulle.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Les seules données d'entrée sont le type de zone et la répartition des locaux pour le calcul des apports de chaleur et d'humidité. Toute valeur utilisée comme donnée d’entrée du calcul doit pouvoir être justifiée. entre étages. Le caractère de perméabilité intérieure pour l'ouverture des baies en confort thermique. en ce qui concerne les caractéristiques physiques ci-dessus.2. l'impact du vent entre façades opposées. ou pour le tirage thermique. au niveau d'une zone. Cependant pour simplifier l’application des règles. • • 31 . les débits en jeu étant largement supérieurs au cas précédent. De même nature que la précédente. La gestion des protections mobiles et des ouvertures peut être manuelle (avec un comportement conventionnel) ou automatique (avec prise en compte des caractéristiques propres du système de régulation. Les parois opaques et les ponts thermiques sont pris en compte de façon analogue aux baies en considérant uniquement les aspects d'isolation et de transmission solaire.5 L'ORGANISATION INTERIEURE DU BATIMENT Elle est prise en compte sous les aspects suivants : • Le type et la surface des locaux pour les apports internes avec en complément la part en accès à l'éclairage naturel (ceci étant lié au système d'éclairage utilisé).4 L'ENVELOPPE DU BATIMENT Les baies transparentes sont décrites en matière de caractéristiques énergétiques et lumineuses : isolation. Si le local bénéficie d'une baie transparente. transmission solaire. des valeurs par défaut sont définies pour un certain nombre de données d’entrée. Si le local est aveugle. 3. Les données d'entrée sont. Il est conventionnel excepté pour les logements collectifs.2.

les pertes des réseaux du groupe sont considérées comme intégralement récupérables. Ces pertes sont fonction des déperditions des réseaux et de l'écart température moyenne du réseau-température d'ambiance. Les cas échéant. sol. Les températures des réseaux sont fonction du type d'émetteur et varient au fil du temps en fonction du système de gestion régulation. Conformément à ces règles. essentiellement liée aux phénomènes de stratification et par la part convective radiative de l'émission. Les générateurs sont caractérisés par des modèles de fonctionnement dépendant de la puissance appelée par le réseau de distribution.8 L'EAU CHAUDE SANITAIRE La structuration est identique aux systèmes de chauffage et de refroidissement : La nature des équipements terminaux (douche.7 LE CHAUFFAGE ET LE REFROIDISSEMENT Les émetteurs sont caractérisés par leur variation spatiale (différence entre la température dans la zone d'occupation et la température moyenne du local).Méthode de calcul Th-BCE 2012 3. Du fait de leur nature répartie. Les circuits de distribution sont caractérisés par leurs pertes thermiques. Les réseaux primaires sont caractérisés soit par des pertes thermiques à l'instar des réseaux de chauffage soit par l'énergie requise pour leur maintien en température. de la température de source aval (distribution) et éventuellement de la température amont. moyenne. Chaque matrice associée au système de gestion régulation du générateur permet de calculer les énergies consommées et éventuellement produites par nature et par zone ainsi que les énergies récupérables (vers l'ambiance ou vers d'autres systèmes de génération). La régulation des émetteurs est caractérisée par une variation temporelle (K) exprimant la différence entre la température moyenne de la zone d'occupation et la température de consigne ainsi que par les parts convective et radiative "vue" par la sonde de régulation. Les systèmes de génération sont constitués d'un ou de plusieurs générateurs. air extérieur. soit par une méthode à point permettant une approche plus fine en fonction des caractéristiques des parois intérieures et extérieures du local. Les réseaux de distribution secondaire prennent en compte la quantité d'eau chaude sanitaire perdue à chaque puisage. les puissances et la régulation des circulateurs en distinguant deux niveaux d’arborescence : réseau du groupe et réseau intergroupes. très lourde) soit forfaitaire. légère. avec la possibilité de définir différentes valeurs de puissances liées à la régulation. 3. et permet de définir les caractéristiques d'inertie Cm et de surface d'échange équivalent Am. fonction du volume d'eau dans le conduit.6 L'INERTIE THERMIQUE Elle est calculée conformément aux Th-Bat (partie Th-I). différentes approches sont possibles : • Détermination en matière de classe d'inertie (très légère. bain. • 3. 32 . tours de refroidissement. A chaque classe d'inertie est associée une valeur conventionnelle pour Am et pour Cm.2.2. des dispositifs de stockage et des systèmes solaires thermiques. est également décrit le ventilateur de recyclage local. robinets…) permet de moduler les besoins d'ECS initiaux. lourde. éventuellement associés à des sources amont.2. Calcul direct de Am et Cm à partir des caractéristiques détaillées des parois intérieures et extérieures.

11 L'ECLAIRAGE Les systèmes d'éclairage sont définis par leurs puissances et leur mode de gestion régulation (manuel et/ou automatique). valorisés par leur étanchéité. Chaque système est associé à la part en éclairage naturel des locaux desservis. recyclage.10 LA VENTILATION Du fait de la cohérence requise entre réglementation thermique et réglementations d'hygiène.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Les ballons de stockage sont décrits par leurs caractéristiques thermiques (isolation. Les éléments terminaux (hors bouches d'air en façade définies précédemment) permettent de prendre en compte les systèmes de gestion régulation soit par un débit équivalent. Elle n'est pas prise en compte pour les autres cas. de refroidissement et sur le confort thermique. Les systèmes de production photovoltaïque sont caractérisés par les panneaux photovoltaïques (caractéristiques énergétiques. par sonde CO2 ou de présence pour les autres usages). les débits énergétiques équivalents sont fournis par les Avis Techniques relatifs à ces systèmes.2. Les ventilateurs et centrales de traitement d'air sont définis par leurs caractéristiques propres (ventilateur (s). volume en particulier) et par leur mode de gestion régulation. La production est calculée au niveau du bâtiment. qui doivent respecter à minima les valeurs liées aux réglementations d'hygiène. 3.2. Ces consommations sont considérées comme source de chaleur intégralement récupérable.) et les systèmes de gestion régulation associés. ce qui permet de calculer sa consommation énergétique au fil du temps. orientation et inclinaison en degrés. Ces débits ont un impact sur les besoins et les consommations de chauffage. échangeur.9 LA PRODUCTION D'ELECTRICITE La production d’électricité peut être de deux natures : Production photovoltaïque Production associée aux systèmes de cogénération (micro-cogénérateur avec appoint intégré. 3. et en partie externe où l'étanchéité est complétée par l'isolation.2. ces consommations étant prises en compte dans le calcul du coefficient Cep. Les conduits sont séparés en partie située à l'intérieur du volume chauffé. L'utilisateur définit donc les débits de ventilation de son projet. masques) et les circuits électriques associés. Pour certains systèmes régulés (hygroréglables dans les maisons individuelles ou accolées et les logements collectifs. soit par un facteur correctif des débits initiaux portant soit sur les débits soit sur les durées d'utilisation selon différents modes. surface. ou cogénérateur avec appoint séparé).. 33 . les débits de ventilation à assurer (soit repris soit extraits) sont systématiquement des données d'entrée du calcul. la ventilation par seule ouverture des baies est prise en compte en intégrant un facteur comportemental par rapport aux exigences en matière de débit. pertes qui peuvent également être récupérable dans l'ambiance. 3. L’orientation est prise en compte de façon continue en degrés. l'ensemble se traduisant par des pertes que le générateur doit compenser. batteries chaude et froides. Leurs impacts sont traduits en matière de températures et humidités d'air entrant (pour les systèmes apportant de l'air aux locaux) et par les consommations de ventilateurs. Quand les réglementations d'hygiène l'autorisent. Les générateurs sont décrits de façon analogue aux systèmes de chauffage.

coefficient Cep.3. Ces indicateurs peuvent être disponibles avant d’effectuer un calcul (par exemple les caractéristiques géométriques du bâti) ou nécessitent que le calcul ait été effectué (par exemple l'efficacité moyenne annuelle d'un générateur). de type d'énergie. 3. été.1 LES SAISONS Dans de nombreux cas. le chauffage n'étant opérationnel qu'en hiver.2 LES INDICATEURS PEDAGOGIQUES Ils ont pour objectif d'aider à la compréhension des résultats obtenus et de permettre ainsi d'identifier les postes à éventuellement améliorer.4 LES SORTIES REGLEMENTAIRES ET LES INDICATEURS 3. la fin de la saison est basée sur un indicateur d'inconfort cumulé. 3. Si aucun système n'est en fonctionnement.3 REGLE D’ARRONDIS Les résultats de calculs. mi-saison.4. Une seconde série permet une appréciation concaténée des données d'entrée du projet pour le bâti et les systèmes. Une première série d'indicateurs permet un analyse plus fine des valeurs Bio et Cep en matière d'usage.1 LES SORTIES REGLEMENTAIRES Elles sont relatives aux exigences réglementaires : coefficient Bbio. ou à celui des sorties.Méthode de calcul Th-BCE 2012 3.4. 3. Ceci correspond donc à 4 dates intermédiaires pour chaque année. qui sont calculées par rapport au fonctionnement simulé au niveau de chaque groupe : si un système de chauffage ou de refroidissement est en fonctionnement. doivent être fournis avec un chiffre après la virgule. Ils nécessitent évidemment que le calcul ait été effectué. le fonctionnement des équipements (qu'ils concernent le bâti ou les systèmes) présente un aspect saisonnier. de discrétisation spatiale (bâtiment > zones > groupes) et temporelle (valeurs mensuelles).3 LES CALCULS INTERMÉDIAIRES On décrit ici uniquement les aspects complémentaires aux algorithmes de calcul liés aux points précédents.4. Tic et contribution des énergies renouvelables (Aepenr). On distingue 3 saisons : hiver. 34 . la fin de la période est calculée sur la base de l'énergie consommée lors des 3 semaines précédentes. Ceci peut être lié à la présence d'automatismes mais également à des comportements conventionnels du gestionnaire ou de l'occupant. 3. Une troisième série d'indicateurs (pouvant être optionnels) nécessitent un nouveau calcul permettant une comparaison avec le projet étudié (par exemple les apports solaires récupérés). intermédiaires ou finaux.

de paramètres dit d'intégration correspondants à la mise en œuvre dans le projet étudié (Par exemple. 4. MODE DE DESCRIPTION DE LA METHODE Cette méthode de calcul est basée sur une approche orientée « objet » dont le principe est de décrire chaque composant en termes de paramètres.1 MODE DE DESCRIPTION D'UN OBJET Un objet au sens de la présente méthode de calcul permet un traitement de l'information par l'intermédiaire d'algorithmes de calcul. Une fiche objet est structurée de la façon suivante : Des paramètres qui permettent de décrire les caractéristiques à prendre en compte. Des post processeurs d'intégration et traitement des résultats horaires. Des entrées et des sorties qui font le lien avec les autres objets du cœur de calcul. le coefficient U d'une baie est un paramètre intrinsèque alors que son orientation est un paramètre d'intégration). et de sorties. et permettant d’alimenter les objets le composant. Cette méthode de calcul est structurée de la façon suivante : Un cœur de calcul qui effectue les calculs annuels au pas de temps horaire pour les coefficients Bbio. Les calculs sont menés pour une année civile non bissextile allant du lundi 1er janvier au 31 décembre et non bissextile.Méthode de calcul Th-BCE 2012 4. d'entrée. Des pré processeurs utilisés en amont du cœur de calcul. 35 . Ces valeurs sont les données à fournir par l'utilisateur de la méthode de calcul. Cep et Tic. On distingue des paramètres dit intrinsèques qui correspondent aux caractéristiques propres du composant. pouvant faire appel à des variables internes ou des constantes. Une description mathématique des algorithmes.

1. la procédure permet d’attribuer à chaque pas de temps : Les données relatives au temps la température extérieure de l’air sec et son humidité. 36 . le poids d’eau. la vitesse du vent la direction du vent.1 INTRODUCTION La présente fiche a pour objet de mettre à disposition du moteur de calcul les données météorologiques d’entrée nécessaires au calcul réglementaire. rayonnement direct normal et diffus horizontal) les données d'éclairement la donnée de rayonnement froid vers la voute céleste. Le Ministère de la Construction tient les données climatiques par zone climatique a disposition.1 C_Eex_Climat extérieur 5. METEO ET ENVIRONNEMENT EXTERIEUR 5.Méthode de calcul Th-BCE 2012 FICHES ALGORITHME DES COMPOSANTS ET DES ASSEMBLAGES 5. La procédure décrite ici vise à attribuer à chaque pas de temps les données météorologiques relatives à chaque projet en fonction : Du département De l’altitude Une fois ces informations renseignées. les données solaires (position du soleil.

1. - Paramètres d’intégration du composant Nom départe ment Alt Dmer Durb Description Numéro du département Altitude du projet Distance à la mer Distance à l’îlot urbain m km km Unité Min 1 0 0 0 Max 95 Conv. 1 correspond au lundi Nombre d’heure de décalage entre l’heure légale et l’heure UTC L’heure du jour L’heure de la semaine Le numéro de la semaine Le numéro du mois Le numéro du jour de l’année Température extérieure d’air sec au niveau de la mer Humidité relative Poids d'eau au niveau de la mer Rayonnement direct normal au rayonnement solaire Rayonnement diffus horizontal Température du ciel différence température du ciel – température d'air La vitesse du vent à 10 m de hauteur Direction du vent Hauteur du soleil Orientation du soleil par rapport au sud (lever négatif) Latitude Longitude Température d'alimentation en ECS à l’altitude zéro °C % g/kg as W/m² W/m² °C K m/s deg rd rd deg deg °C Unité Min 0 1 1 1 1 1 1 1 1 1 -20 0 0 0 0 0 0 -π Max 8759 8760 31 7 2 24 168 52 12 365 50 100 25 1370 1370 π/2 +π Conv. - 37 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 5. Entrées du composant Nom Htsm Description Heure pour le calcul annuel (UTC+1) Unité Paramètres intrinsèques du composant Nom Htsmd Htsmf Jour_mo is jsem EHLO IHJ IHS ISEM IMOIS Jour_an née Te0 Hr0 we0 RdirnDn Rdiff Teciel dTeciel Vent dirVent γ ψ Lat Long Teau0 Description heure de début du pas de temps en UTC heure de fin du pas de temps en temps UTC Le jour du mois Numéro du jour de la semaine.2 NOMENCLATURE Le Tableau 1 donne la nomenclature des différentes variables du modèle.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 Sorties Nom Htsmd Htsmf Jour_mo is jsem EHLO IHJ IHS ISEM IMOIS Jour_an née Te we IDn Idi Teciel Vent dirVent γ ψ Lat Long Teau EDn Edi Hleg θbase_ext Description heure de début du pas de temps en temps UTC heure de fin du pas de temps en temps UTC Le jour du mois Numéro du jour de la semaine. sens horaire (négatif au lever. positif au coucher) Latitude Longitude Température d'alimentation en ECS Eclairement normal au rayonnement Eclairement diffus horizontal Heure légale Température extérieure de base (corrigée par l’altitude) °C kg/kg as W/m² W/m² K m/s deg radian radian deg deg °C Lux Lux h °C Unité Variables internes Nom θbase_ext_0 Pvs Description Température de base pour le département associé à l’altitude 0m. 1 correspond au lundi Nombre d’heure de décalage entre l’heure légale et l’heure UTC L’heure du jour en temps UTC L’heure de la semaine Le numéro de la semaine Le numéro du mois Le numéro du jour de l’année Température extérieure d’air sec pour le site Poids d'eau pour le site Rayonnement direct normal au rayonnement solaire Rayonnement diffus horizontal Température du ciel La vitesse du vent à 10 m de hauteur direction du vent Hauteur angulaire du soleil au dessus de l’horizon Angle horaire du soleil avec le midi pour origine. 1013 Tableau 1 : Nomenclature du modèle 38 . Pression de vapeur saturante Unité °C hpa Constantes Nom P Description Pression atmosphérique Unité hpa Conv.

43. 13. Calcul de l'heure légale Il est bien entendu que cette heure doit être strictement inférieure à 24h. En été. 14. 28. 84. 11. 42. 70. 07. 94. 44. 67. 54. 86. 23. 80. 83 Température de base θbase_ex_0 -9 -6 -3 La température de base est constante pour toute la simulation. 74. 16. 79. Lorsque l’heure solaire est de 12h alors l’heure légale est de 13h. 60. 52. 22. L’heure solaire de 23 à 0 de la veille est donc l’heure légale de 0 à 1h du jour.1. le décalage est de deux heures. 69. 88. Elle fait également l’objet d’une correction d’altitude. 92. 71. 72. 06. 61. 93. 09. 18. L’heure solaire de 22 à 23h la veille est donc l’heure légale de 0 à 1h du jour et l’heure solaire de 23 à 0h de la veille est l’heure légale du jour de 1h à 2h. 26. 85. 90. 15. 37. 63. 47. 35. 95. 05. 12.0025* altcorr)/1000 Teau = Teau0-0. 58. 04. 32. 57. 25.005 * altcorr we = (we0 – 0. 55. le site est considéré à 100m et altcorr = 100m. 46. 34. 2B. 87. 10. 56. 27. 75.005 * altcorr Te = Te0 – 0. 76. 17. Pour les autres données de sortie. 30. 41. 68.3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE Les données de sortie de même nom que les données d'entrée ont la même valeur. Hleg =IHj+EHLO Correction d'altitude. 82. En hiver. 29. 21. 03. 81. 45. 53. 31.Méthode de calcul Th-BCE 2012 5. 33.005* altcorr Le paramètre altcorr prend les valeurs suivantes : • Si l’altitude est inférieure ou égale à 400m. 64. 59. 48. 19. 91. 51. les calculs sont les suivants Calcul de la température de base extérieure En fonction du département il est affecté une température de base à chaque département selon le tableau suivant : Département 01. 36. Lorsque l’heure solaire est de 12h l’heure légale est de 14 heures. 40. 78. 50. 08. 73. 02. La correction d’altitude se fait en appliquant les formules suivantes : θbase_ext = θbase_ext_0 – 0. 77. 39 . 89. le décalage est d’une heure. 49. 2A. 62. 66. 24. 38. 39. 65.

3.31804423E-04xγ4 + 1.03753210E-08xγ6 + 2.24650445E+01xγ + 2. altcorr = 900m. altcorr = 500m.38954889E+00) Si IDn <1 W/m2 Si IDn > 120 W/m2 Sinon Edi = 124 Idi Edi = 128 Idi Edi = 116 Idi 40 .90312257E-06xγ5 . Calcul des données EDn et Edi EDn = IDn*(-1. Si l’altitude est supérieure à 800m. le site est considéré à 900m.99283162E-02xγ3 6. le site est considéré à 500m.72171072E-01xγ2 + 1.Méthode de calcul Th-BCE 2012 • • Si l’altitude est comprise entre 400m et 800m inclus.

sans masques. calcul du rayonnement solaire réfléchi par le sol sur la paroi.1 INTRODUCTION Cette fiche algorithme concerne le calcul du rayonnement solaire et le calcul de l’éclairement naturel sur une paroi compte tenu de la présence éventuelle de masques. calcul de l’éclairement naturel diffus sur la paroi. Six types de masques sont considérés : .masques proches verticaux droite et/ou gauche . .masque lointain constitué d’arbres à feuilles caduques. architecturaux ou lointains. sans masques. sur la paroi compte tenu des masques. sans masques.2. calcul du rayonnement solaire diffus sur la paroi. caractérisés par leur débord et leur distance à la paroi étudiée. les ponts thermiques.masque lointain de type plan vertical éloigné. sans masques. • • Calcul du rayonnement direct. On calcule également la correction locale de la vitesse du vent. calcul de l’éclairement naturel réfléchi par le sol sur la paroi.Méthode de calcul Th-BCE 2012 5. ainsi que les parois d’espace tampon. les capteurs solaires photovoltaïques et les capteurs solaires thermiques. Dans tous les calculs les angles sont en radians. Les masques proches ne sont applicables que sur les parois opaques. Il est possible de prendre en compte une combinaison d’un masque proche horizontal et de masques proches verticaux. sans masques. ponts thermiques et baies. quelle que soient leur inclinaison. prise en compte des masques solaires. les baies et les parois vitrées d’espace tampon verticaux (inclinaison égale à 90° ).masque lointain défini par tranches azimutales. 41 . caractérisé par son débord et sa distance à la paroi étudiée. calcul de l’éclairement naturel direct sur la paroi. considérés comme infinis. Calcul de l’éclairement direct. du rayonnement diffus et réfléchi par le sol. caractérisé par l’angle sous lequel le masque est vu.2 C_Eex_environnement_proche 5. sur la paroi compte tenu des masques.masque proche horizontal . . sans masques. de l’éclairement diffus et réfléchi par le sol. Les phases du calcul sont les suivantes : • • • • • • • calcul du rayonnement solaire direct sur la paroi. le rayonnement froid de la voûte céleste et la température d’eau froide utilisée pour l’ECS. considéré comme infini. . Les masques lointains sont applicables sur l’ensemble des composants parois opaques. .

2 42 . 270° : Est) Orientation du masque. 180° : Nord .2 0. dans le cas d’un masque vertical lointain pour une paroi horizontale Inclinaison de la paroi considérée.2. α ° 0° 360 - β 0° 180 - lpb hpb alb albecl dvd dpd dvg dpg dhm dhp dE m m m m m m m m m 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 +∞ +∞ 1 1 +∞ +∞ +∞ +∞ +∞ +∞ +∞ 0.2 NOMENCLATURE Le Tableau 2 donne la nomenclature des différentes variables du composant. (0° : horizontale vers le haut . 90° : verticale. Entrées du composant Nom IDn Idi ψ γ EDn Edi Teciel Te we Vent Dirvent Description Rayonnement solaire direct normal Rayonnement solaire diffus horizontal isotrope Azimut du soleil (Angle du soleil par rapport au sud) Hauteur du soleil Eclairement naturel direct normal Eclairement naturel diffus horizontal Température du ciel Température extérieure d’air sec Poids d’eau La vitesse du vent à 10 m de hauteur Direction du vent Unité W/m² W/m² rd rd Lux Lux °C °C kg/kg as m/s ° Paramètres intrinsèques du composant Nom Description Unité Min Max Conv. (0° : Sud . Paramètres d’intégration du composant Nom Description Azimut de la paroi considérée. 90° : Ouest . ev.Méthode de calcul Th-BCE 2012 5. ev. 180° : horizontal vers le bas) Largeur de la paroi Hauteur de la paroi Albédo du sol pour le rayonnement solaire Albédo du sol pour l’éclairement naturel Pour masque vertical droit Profondeur du masque proche vertical droit Distance entre la paroi et le masque proche vertical droit Pour masque vertical gauche Profondeur du masque proche vertical gauche Distance entre la paroi et le masque proche vertical gauche Pour masque proche horizontal Profondeur du masque proche horizontal Distance entre la paroi et le masque proche horizontal Pour masque vertical lointain Distance entre le masque vertical lointain et la paroi ° Unité Min Max Conv.

ev Errp* .ev Qer* Jour_ast ro Description Température extérieure d’air sec Poids d’eau La vitesse du vent corrigée à 10 m de hauteur Direction du vent Température du ciel Angle entre le soleil et la normale à la paroi considérée Rayonnement direct atteignant une paroi Rayonnement diffus atteignant une paroi Rayonnement réfléchi atteignant une paroi Eclairement direct atteignant une paroi Eclairement diffus atteignant une paroi Eclairement réfléchi atteignant une paroi Eclairement total atteignant une paroi Densité de flux de chaleur de l’environnement extérieur vers la voûte céleste. Valeur conventionnelle fixée à 0. compte tenu de l’inclinaison de la paroi Période du jour pendant laquelle le soleil est au dessus de l’horizon Unité °C kg/kg as m/s ° °C rd W/m² W/m² W/m² Lux Lux Lux Lux W/m² - Variables internes Nom ev Cvent Drp Dfp Rrp Erp Efp Errp FfDir FfDiff Description Indice de l’élément d’enveloppe Correction locale de la vitesse du vent.9 Rayonnement direct incident Rayonnement diffus incident Rayonnement réfléchi incident Eclairement direct incident Eclairement diffus incident Eclairement réfléchi incident Facteur d’affaiblissement du rayonnement solaire direct Facteur d’affaiblissement du rayonnement solaire diffus Unité W/m² W/m² W/m² Lux Lux Lux - 43 .ev Drp*.ev Rrp* .Méthode de calcul Th-BCE 2012 hpE Az γi T_simul_déb _veg T_simul_fin _veg Nmasque Id_masque[ Nmasque] Hauteur du masque lointain vertical par rapport au centre de la paroi Pour masque vertical par tranches azimutales Angle des différentes tranches Azimutales Hauteur en (°) de l'horizon vu du centre de la paroi intégrant les masques naturels et urbains existants et futurs pour chaque tranche azimutale Heure de simulation à partir de laquelle on considère que les arbres à feuilles caduques portent des feuilles (début de saison végétative) Heure de simulation à partir de laquelle on considère que les arbres à feuilles caduques ne portent plus de feuilles (fin de saison végétative) Nombre de masques protégeant la paroi k Identifiant des masques m ° ° 0 0 +∞ 90 876 0 876 0 7 - h 0 2161 h - 0 0 - 6553 - Sorties Nom Te we Ventc Dirvent Teciel Θ.ev ETp* .ev Dfp* .ev Erp* .ev Efp* .

5.dif Facteur d’affaiblissement du rayonnement solaire réfléchi Facteur d’affaiblissement du rayonnement solaire direct dû au masque proche vertical droit Facteur d’affaiblissement du rayonnement solaire direct dû au masque proche vertical gauche Facteur d’affaiblissement du rayonnement solaire diffus dû au masque proche vertical droit Facteur d’affaiblissement du rayonnement solaire diffus dû au masque proche vertical gauche Facteur d’affaiblissement du rayonnement solaire direct dû au masque proche horizontal Facteur d’affaiblissement du rayonnement solaire diffus dû au masque proche horizontal Facteur d’affaiblissement du rayonnement solaire direct dû au masque lointain défini par un plan vertical Facteur d’affaiblissement du rayonnement solaire diffus dû au masque lointain défini par un plan vertical Facteur d’affaiblissement du rayonnement solaire direct dû aux masques lointains définis par tranches azimutales Facteur d’affaiblissement du rayonnement solaire diffus dû aux masques lointains définis par tranches azimutales Facteur d’affaiblissement du rayonnement solaire direct dû aux masques lointains constitués d’arbres à feuilles caduques définis par tranches azimutales Facteur d’affaiblissement du rayonnement solaire diffus dû aux masques lointains constitués d’arbres à feuilles caduques définis par tranches azimutales Angle azimutal entre le soleil et la paroi - Fh-dir Fh-dif FE-LV-dir - FE-LV-dif - FE-Az.dif ° Φ Constantes Nom hre Description Coefficient d’échange radiatif extérieur Unité W/m² /K Conv.5 Tableau 2 : Nomenclature des différentes variables du modèle 44 .dir - - FEAz_cad.dir Fvg.dif Fvg.dir Fvd.Méthode de calcul Th-BCE 2012 FfRp Fvd.dir - FE-Az.dif FEAz_cad.

on calcule l'angle entre ce rayonnement et la normale à la paroi.Méthode de calcul Th-BCE 2012 5.masque vertical lointain. π / 180 Prise en compte des masques Le composant ‘environnement proche’ calcule les rayonnements solaires et les éclairements dans la direction de la paroi.3. Chaque paroi protégée peut être protégée par un à six types de masques : . Avant le calcul des masques tous les facteurs d’affaiblissement sont forcés à 1. Pour décrire un masque il convient de décrire ses paramètres d’intégration.1 Calcul du rayonnement solaire direct La donnée d'entrée étant le rayonnement direct normal. Pour les masques proches. pour finalement aboutir aux rayonnements et aux éclairements incidents sur la paroi. Drp • Calcul de l’angle entre le soleil et la normal à la paroi étudiée : π  θ = min .2. π / 180 β .masque constitué d’arbres à feuilles caduques. seuls les ponts thermiques « verticaux » (par exemple les linéaires entre deux façades) sont concernés. Le pont thermique est alors modélisé sous la forme d’une paroi opaque verticale dont l’orientation est celle définie au niveau du pont thermique et dont la largeur est conventionnellement fixée à 30 cm. prend en compte les masques éventuels. . Cas particulier des ponts thermiques Les ponts thermiques peuvent se voir appliquer des masques lointains quels que soient leur inclinaison et leur profil. .2. droite et gauche. π / 180 Hauteur sur l’horizon des masques par tranches azimutale γi . Il est possible de prendre en compte une combinaison d’un masque proche horizontal et de masques proches verticaux. .3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE Conversion des angles an radians Orientation du masque Inclinaison de la paroi α .masque vertical lointain par tranche d’azimut. . ainsi seuls les masques décrits ont un impact sur les calculs. 5.masque proche horizontal.masque proche vertical. Il conviendra alors d’adopter une description détaillée de ses derniers (voir fiche « C_Bat_Ponts thermiques »). Arc cos(cos(γ ) ⋅ sin(β ) ⋅ cos(ψ − α ) + sin(γ ) ⋅ cos(β )) 2  • Calcul de Drp sur le plan étudié : (1) Drp = cos(θ) ⋅ I Dn 45 (2) . IDn. On en déduit le rayonnement sur le plan étudié.

2. n'est fonction que de son inclinaison et du rayonnement diffus isotrope Idi : Dfp = I di ⋅ 0. Dfp.5 ⋅ (1 + cos(β)) (3) 46 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 5. le rayonnement atteignant l’orientation considérée.2 Calcul du rayonnement solaire diffus Compte tenu de l'hypothèse d'isotropie du rayonnement diffus.3.

Erp. Efp. Errp. on calcule l'angle entre cet éclairement et la normale à la paroi.3 Calcul du rayonnement solaire réfléchi par le sol Le rayonnement solaire réfléchi par le sol est supposé isotrope.3. Le rayonnement réfléchi atteignant l’orientation considérée.5 ⋅ (1 − cos( β ) ) Avec : (4) I Dh = I Dn ⋅ sin(γ) (5) 5.5 ⋅ (1 + cos(β )) (8) 5.2.4 Calcul de l’éclairement naturel direct La donnée d'entrée étant l’éclairement direct normal.7 Correction locale de la vitesse du vent à 10 m de hauteur Ventc = Vent.2. L’éclairement réfléchi atteignant l’orientation considérée. • Calcul de l’angle entre le soleil et la normal à la paroi étudiée : π  θ = min .3.2. On en déduit l’éclairement sur le plan étudié. l’éclairement atteignant l’orientation considérée.3.Cven Avec conventionnellement : Cvent = 0. Rrp.2.2. n'est fonction que de son inclinaison.9 5. EDn.6 Calcul de l’éclairement naturel réfléchi par le sol L’éclairement réfléchi par le sol est supposé isotrope.3.2. n'est fonction que de son inclinaison.5 ⋅ (1 − cos( β ) ) Avec : (9) E Dh = EDn ⋅ sin(γ ) (10) 5.0 ) * (11) 47 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 5.3.3. Arc cos(cos(γ ) ⋅ sin(β ) ⋅ cos(ψ − α ) + sin(γ ) ⋅ cos(β )) 2  • Calcul de Erp sur le plan étudié : (6) Erp = cos(θ ) ⋅ EDn (7) 5.8 Calcul du rayonnement froid vers la voûte céleste Qer = hre ⋅ (Teciel − Te ).5 Calcul de l’éclairement naturel diffus Compte tenu de l'hypothèse d'isotropie de l’éclairement diffus. n'est fonction que de son inclinaison et de l’éclairement diffus isotrope Edi : Efp = Edi ⋅ 0. max (cos (β ). de l'albédo du sol et de l’éclairement global horizontal (EDh + Edi) : Errp = (E Dh + E di ) ⋅ alb ecl ⋅ 0. de l'albédo du sol et du rayonnement global horizontal (IDh + Idi) : Rrp = (I Dh + I di ) ⋅ alb ⋅ 0.

10. parois d’espace tampon et ponts thermiques verticaux (voir Figure 1). Jour_astro = 0 (12) 5.3. baies.2.3. alors.3.1 Rayonnement solaire direct et éclairement naturel direct Figure 1 : Masques proches verticaux 1 L’indice d indique la partie droite et l’indice g indique la partie gauche 48 .10 Masques proches verticaux1 Ce type de masques est associé uniquement aux parois opaques.2.Méthode de calcul Th-BCE 2012 5. Jour_astro = 1 Sinon.2.0001.9 Calcul de la durée du jour Si γ ≥ 0. 5.

5.10.dir = 1  − si β ≠ ( paroi non verticale) 2  Fvg .dir = 1  π (13) π Les facteurs d’affaiblissement sont les mêmes pour l’éclairement naturel direct que pour le rayonnement solaire.dir = 1 − si cos(φ ) < 10−5   Fvg . Fvg.2 Rayonnement solaire diffus et éclairement naturel diffus Les facteurs d’affaiblissement pour le rayonnement solaire diffus et pour l’éclairement diffus ne sont pas pris en compte.dir et Fvd.dir = 1   Fvd .dir = Min  Max  0 .dir.2. 49 .dif = 1 Fvd. − d vd × tg (φ )         d ld − d pd   . 1 −   lp       − si d vd ≤ 0 Fvd . sont calculés comme suit : − si β = ( paroi verticale) 2 φ =ψ − α − si cos(φ ) ≥ 10−5 ( si entrée du soleil dans le plan concerné ) − si d vg > 0   d lg = Max  0 .dir = 1 − si d vd > 0   d ld = Max  0 .dir = 1    Fvd .3. 1 −   lp       − si d vg ≤ 0 Fvg . 1 Fvd . d vg × tg (φ )         d lg − d pg   . Fvg.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Les facteurs d’affaiblissement du rayonnement solaire direct incident. 1 Fvg .dir = Min  Max  0 .dif =1 Les facteurs d’affaiblissement sont les mêmes pour l’éclairement naturel diffus que pour le rayonnement solaire.

1     π (14) {Fh − dir − si cos(φ ) < 10 − 5 =1 {Fh − dir − si β ≠ =1 ( paroi non verticale) 2 {Fh − dir = 1 π Les facteurs d’affaiblissement sont les mêmes pour l’éclairement naturel direct que pour le rayonnement solaire.11 Masque proche horizontal Ce type de masques est associé uniquement aux parois opaques. d hm  cos(φ )      d h − d hp Fh − dir = Min  Max 0 .2.1 Rayonnement solaire direct et éclairement naturel direct Partie avec protection solaire d hm Partie sans protection solaire Figure 2 : Masque proche horizontal Le facteur d’affaiblissement du rayonnement solaire direct Fh-dir est calculé comme suit : − si β = ( paroi verticale) 2 φ =ψ − α − si cos(φ ) ≥ 10 − 5 ( si entrée du soleil dans le plan concerné) − si d hm > 0  tg (γ )   d h = Max 0 . 1 −   hp   − si d hm ≤ 0    . 5.11. baies.2.3. 50 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 5. parois d’espace tampon et ponts thermiques verticaux.3.

11.3. 51 . Fh-dif. est déterminé selon l’équation suivante : − si β = ( paroi verticale ) 2 − si d hm > 0 h   d hp + p 180 2 θg = ⋅ arctan   d π hm   Fh − dif = − si d hm ≤ 0       π θg 90 =1 (15) {Fh − dif − si β ≠ { ( paroi non verticale ) 2 Fh − dif = 1 π Les facteurs d’affaiblissement sont les mêmes pour l’éclairement naturel diffus que pour le rayonnement solaire diffus.Méthode de calcul Th-BCE 2012 5. Le facteur d’affaiblissement du rayonnement solaire diffus.2.2 Rayonnement solaire diffus et éclairement naturel diffus Soit θg l’angle sous lequel le point central de la paroi voit le ciel.

2.3.dif = 1 Les facteurs d’affaiblissement sont les mêmes pour l’éclairement naturel diffus que pour le rayonnement solaire diffus.12 Masque lointain défini par un plan vertical 5.2. un pont thermique.3. 5. une paroi d’espace tampon.12.12.2 Rayonnement solaire diffus et éclairement naturel diffus Pour toute inclinaison FE-LV. (voir Figure 3).1 Rayonnement solaire direct et éclairement naturel direct Ces masques sont applicables à une paroi opaque. Figure 3 : Masque lointain défini par un plan vertical Le facteur d’affaiblissement du rayonnement solaire direct dû au masque lointain vertical. 52 . un capteur photovoltaïque ou un capteur solaire thermique dont les dimensions sont considérées négligeables par rapport à celles du masque et quelle que soit l’inclinaison du composant.3.Méthode de calcul Th-BCE 2012 5. fE-LV.2. une baie.dir est calculé de la manière suivante : ∀β φ =ψ −α − si cos(φ ) ≥ 10 − 5 ( si entrée du soleil dans le plan concerné) − si hp E > 0 dhE = d E ⋅ tg (γ ) cos(φ ) si dhE > hp E ⇒ FE − LV = 1 si dhE < hp E ⇒ FE − LV = 0 − si hp E ≤ 0 FE − LV = 1 − si cos(φ ) < 10 − 5 FE − LV = 1 (16) Les facteurs d’affaiblissement sont les mêmes pour l’éclairement naturel direct que pour le rayonnement solaire.

dir = 1 Les facteurs d’affaiblissement sont les mêmes pour l’éclairement naturel direct que pour le rayonnement solaire.1 Rayonnement solaire direct et éclairement naturel direct On définit 18 tranches azimutales d’une amplitude de 10° Dans chaque tranche. ….dir calculé comme en 5.3. donc constituent un masque.1 Rayonnement solaire direct et éclairement naturel direct pour les arbres à feuilles caduques Les arbres à feuilles caduques ne portent des feuilles.dif = 1 Les facteurs d’affaiblissement sont les mêmes pour l’éclairement naturel diffus que pour le rayonnement solaire diffus. 5.1.2.3. et quelle que soit l’inclinaison du composant.14.2. un capteur photovoltaïque ou un capteur solaire thermique dont les dimensions sont considérées négligeables par rapport à celles du masque (voir Figure 3).13. 5. une baie.2 Rayonnement solaire diffus et éclairement naturel diffus FE-AZ.2. Figure 4 : Exemple : masques lointains définis par 4 tranches azimutales Les facteurs d’affaiblissement sont les mêmes pour l’éclairement naturel direct que pour le rayonnement solaire.3.3. 53 . 18) correspondant à la hauteur de l'horizon vu du centre de la paroi intégrant les masques naturels et urbains existants et futurs.3. une paroi d’espace tampon.3.Méthode de calcul Th-BCE 2012 5. angle γi (i = 1. 5. Lorsque l'azimut du soleil par rapport à la normale à la paroi (Φ) se situe dans une tranche donnée.2.dir =0) (voir Figure 4).14 Masques lointains constitués d’arbres à feuilles caduques 5.13 Masques lointains définis par tranches azimutales Ces masques sont applicables à une paroi opaque. si γ est supérieur à l'angle γi de cette tranche.13. on considère un . la paroi est éclairée (FE_Az.13. un pont thermique. Sinon FE_Az_cad.2. qu’une partie de l’année définie par : Tsimul_deb_veg < Tsimul < Tsimul_fin_veg Ainsi : Si Tsimul_deb_veg < Tsimul < Tsimul_fin_veg FE_Az_cad. sinon elle est à l'ombre (FE_Az.2.dir =1). 2.

Id_masque[Nmasque] de dimension Nmasque.dir n =1 (17) • Facteurs d’affaiblissement globaux pour le rayonnement diffus et l’éclairement diffus Le facteur d’affaiblissement global du rayonnement solaire diffus ou de l’éclairement diffus de la partie protégée de la paroi dû aux masques proches et aux masques lointains verticaux.dif calculé comme en 5. FfDir.14.2 Sinon FE_Az_cad. Un indentifiant. ev = 1 54 .2.3. est calculé comme suit : (19) FfRp . est calculé comme suit : FfDif .3.dif = 1 Les facteurs d’affaiblissement sont les mêmes pour l’éclairement naturel diffus que pour le rayonnement solaire diffus.13. chaque masque étant identifié par : Masque constitué d’arbres à feuilles caduques : Masque lointain par tranches azimutales : Masque lointain par un plan vertical : Masque proche horizontal : Masque vertical gauche : Masque vertical droit : E_Az_cad E_AZ E_LV h vg vd Le calcul proposé convient pour les combinaisons de masques proches de type loggia.ev = Nmasque ∏ FId _ masque[n ].2 Rayonnement solaire diffus et éclairement naturel diffus pour les arbres à feuilles caduques Si Tsimul_deb_veg < Tsimul < Tsimul_fin_veg FE_Az_cad.ev = Nmasque ∏ FId _ masque[n ]. 5.2. Id_masque[] contient autant d’identifiant que de masques en œuvre.3.dif n =1 (18) • Facteurs d’affaiblissement globaux pour le rayonnement réfléchi et l’éclairement réfléchi Le facteur d’affaiblissement global du rayonnement solaire réfléchi ou de l’éclairement réfléchi de la partie protégée de la paroi dû aux masques proches et au masque lointain vertical. FfDir.Méthode de calcul Th-BCE 2012 5. permet de connaître les masques en œuvre sur la paroi.2.15 Facteurs d’affaiblissement globaux Une paroi peut être protégée par plusieurs masques dont le nombre est déterminé dans le paramètre d’intégration Nmasque. FfDir. • Facteurs d’affaiblissement globaux pour le rayonnement direct et l’éclairement direct Le facteur d’affaiblissement global du rayonnement solaire direct ou de l’éclairement direct de la partie protégée de la paroi dû aux masques proches et aux masques lointains verticaux. est calculé comme suit : FfDir.

FfRp.ev + Efp*.FfRp.ev = Drp.3.ev Dfp*.FfDiff.3.ev = Dfp.Méthode de calcul Th-BCE 2012 5.ev Errp*.ev Rrp*.ev Efp*.FfDir.ev 5.FfDiff.FfDir.ev 55 .ev = Efp.ev = Rrp.ev = Erp.ev = ERrp.17 Eclairement atteignant une paroi Erp*.2.ev + Errp*.ev = Erp*.16 Rayonnement atteignant une paroi Drp*.2.ev ETp*.

1. Le scenario d’occupation à proprement parlé se définit au niveau de la zone. indépendamment du bâtiment. 56 . de températures et d’apport internes (occupant. Le détail des scénarios est fourni au chapitre 17.1 C_EIN_Scénarios conventionnels 6. SCENARIOS ET ENVIRONNEMENT INTERIEUR 6.Méthode de calcul Th-BCE 2012 6. La zone est divisée en locaux. matériels …). Les apports internes sont définis au niveau des locaux.1 INTRODUCTION Cette fiche présente le préprocesseur de fabrication des scenarios d’usage.

réduit de moins de 48h. s ) s p ch ( j .1. Ratio de surface utile du local l / surface utile de la zone Occupation surfacique maximale Apport maximal de chaleur interne du aux occupants. h ) a p ch ( m . Paramètres intrinsèques du composant Nom Description Type d’usage de la zone. réduit de plus de 48 heure)par jour/heure Indicateur d’utilisation de la ventilation en occupation ou inoccupation mois/semaine Indicateur d’utilisation de la ventilation en occupation ou inoccupation par jour/heure Unité Min Max Conv. par occupant. du local l Apport maximal d’humidité interne du aux occupants. s ) s p occ ( j . du local l Apport maximal de chaleur interne du local l Apport maximal d’humidité interne du local l Volume requis par unité Température de consigne de chauffage en occupation normale (confort) Température de consigne de refroidissement en occupation normale (confort) Température de consigne de chauffage si réduit de moins de 48h Température de consigne de refroidissement si réduit de moins de 48h Température de consigne de chauffage si réduit de plus de 48h Température de consigne de refroidissement si réduit de plus de 48h Indicateur d’occupation de la zone par mois/semaine Indicateur d’occupation de la zone par jour/heure Indicateur de consigne de chauffage (vacances ou non) par mois/semaine Indicateur de consigne de chauffage (confort. s ) s p vent ( j . h ) 57 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 6. - Usagezone Typelocal l Rat loc - 0 1 - N occ _ nom l Q max_ occ l ω max_ occ l Q max_ proc l ω max_ proc W/occ Kg/h/ occ W/m² Kg/h/ m² L/sem aine °C °C °C °C °C °C bool Bool Bool Bool Bool Bool Bool Bool 0 -∞ 0 -∞ 0 0 -∞ -∞ -∞ -∞ -∞ -∞ 0 0 0 -1 0 -1 0 0 +∞ +∞ +∞ +∞ +∞ +∞ +∞ +∞ +∞ +∞ +∞ +∞ 1 1 1 1 1 1 1 1 - V ECS _ nom + θ iich + θiifr 0 θ iich 0 θiifr − θ iich − θiifr a p occ ( m . s ) fr p sfr ( j. réduit de plus de 48 heure)par jour/heure Indicateur de consigne de refroidissement (vacances ou non) par mois/semaine Indicateur de consigne de refroidissement (confort. h ) p a ( m. h) a p vent ( m .2 NOMENCLATURE Le Tableau 3 donne la nomenclature des différentes variables du modèle de C-Ein-Scenarioconventionnel. réduit de moins de 48h. Type d’usage d’un local de la zone. par occupant.

s ) s p ECS ( j . h ) a t ch ( m . - A gr Nb lg t Surface utile du groupe g de la zone Nombre de logement en logement collectif et pour les maisons accolées Sorties Nom Description Unité W W Kg/h W W Kg/h Bool Bool °C °C Bool Nocc g φ int. s ) s t ω ( j .5 α conv Paramètres d’intégration du composant Nom Description Unité m² Entier Min 0 0 Max +∞ +∞ Conv. h) Indicateur de fonctionnement de l’éclairage mois/semaine Indicateur de fonctionnement de l’éclairage par jour/heure Indicateur de fonctionnement de l’ECS par mois/semaine Indicateur de fonctionnement de l’ECS par jour/heure Facteur correctif du taux d’occupation du local l par mois/semaine Facteur correctif du taux d’Occupation du local l par jour/heure Ratio d’apports internes de chaleurs du local par mois/semaine Ratio d’apports internes de chaleurs du local par jour/heure Ratio d’apports internes d’humidité du local par mois/semaine Ratio d’apports internes d’humidité du local par jour/heure Part des apports internes sous forme convective Bool Bool Bool Bool Réel Réel Réel Réel Réel Réel - 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 0.conv g φ int_ occ . h ) a t occ ( m .Méthode de calcul Th-BCE 2012 a p light ( m . conv g φ int. rad g ω int Nombre d’occupants d’un groupe Apports internes convectifs hors-occupants et éclairage d’un groupe g Apports internes radiatifs hors-occupants et éclairage d’un groupe g Apport d’humidité hors-occupants au groupe g Apports internes convectifs dus aux occupants d’un groupe g Apports internes radiatifs dus aux occupants d’un groupe g Apport d’humidité dus aux occupants au groupe g Clé de répartition horaire pour le calcul des besoins d’ECS Indicateur de ventilation de la zone (Occ / Inocc) Indicateur d’éclairage de la zone (Occ / Inocc) Température de consigne initiale de chauffage commune à tous les groupes de la zone Température de consigne initiale de refroidissement commune à tous les groupes de la zone Indicateur d’occupation de la zone (Occ / Inocc) g φ int_ occ . h ) a tω (m . s ) s t occ ( j . rad g ω int_ occ ah I vent I ecl θiich θ iifr I occ _ zone 58 . s ) s p light ( j . s ) s t ch ( j . h ) a p ECS ( m .

0 : inoccupation de jour. Indicateur d’usage associé à l’enseignement : ienseignement 0 : usage non affilié à l’enseignement 1 : usage d’enseignement ou affilié. Indicateur d’occupation pour la gestion des protections mobiles. h) Tableau 3 : Nomenclature du modèle 59 . réduit de plus de 48 heures) par jour/heure entier entier entier entier Ivac iecs (j) Bool entier Pfr_s(h) entier Variables internes Nom Description Heure de la journée Jour de la semaine Semaine de du mois Mois de l’année Surface utile de la zone Ratio de surface utile d’un groupe g sur la surface de la zone Nombre d’occupants du local l Apports internes convectifs au local l Apports internes radiatifs au local l Apport d’humidité interne du local l Nombre maximal d’occupation du local l Nombre d’adultes équivalents Surface habitable de la zone Surface moyenne d’un logement Ratio de surface habitable Indicateur d’occupation de la zone par mois/semaine pour la gestion des protections mobiles Indicateur d’occupation de la zone par jour/heure pour la gestion des protections mobiles Unité m² m² W W Kg/h m² m² Entier Entier h j s m Az g Rat gr l N occ l φ int. conv l φ int. 1 : occupation. réduit de plus de 48 heures) par jour/heure Indicateur de consigne de refroidissement (confort. s ) s pocc _ gpm ( j . 1 : usage habitation ou hébergement. Iocc_gpm -1 : inoccupation de nuit ou de vacances.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Indicateur de vacances de la zone (=0 en période de vacances) Indicateur qui précise si le jour j est inclu dans la période de fonctionnement de la génération ECS. Relance pch_s(h) Indicateur de consigne de chauffage (confort. réduit de moins de 48h. Indicateur d’usage habitation ou hébergement. réduit de moins de 48h. rad l ω int N max N adeq Ahab A lgt Rathab a p occ _ gpm ( m. Usage iherbegement 0 : usage non-habitation et non-hébergement.

1 Calendrier Au niveau des scenarios d’occupation.1.3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE 6.1 23H 2H UTC / 3H Leg .3. la date est donnée par 1. et le numéro de la case est comme suit : Numéro case scénario (à partir de 1) 2 3 … 1 3 … 2 2 … 2 Itération (à partir de 0) 0 1 … UTC début 0H 1H … UTc fin 1H 2H … Hleg début 1H 2H … Hleg fin 2H 3H … 1H 3H … 2H 2H … 2H Case 3 Passage à l’heure d’été 1895 1896 … 23H 0H … 0H 1H … 0H 2H … 1H 1H … 1H Case 2 Passage à l’heure d’hiver 7031 23H 0H 7032 … 0H … 1H … 0H H UTC / 2H Leg 8759 0H UTC /: 1H LEG . l’heure du jour j entre 1 et 7 h entre 1 et 24 qui se déduisent de l’heure hannée de la simulation par incrémentations successives.Méthode de calcul Th-BCE 2012 6. l’heure UTC. La semaine du mois 3.3 H UTC / 4 Leg Case 1 60 . l’heure légale. Il faut connaitre le nombre de semaine pour chaque mois défini conventionnellement : Mois Nombre de semaines 1 4 2 4 3 5 4 4 5 5 6 4 7 4 8 5 9 4 10 4 11 5 12 4 On suppose que l’année commence un Lundi. Le jour de la semaine 4. Chaque caractéristique d’occupation sera fonction de ces 4 paramètres. La correspondante entre les itérations. Les fichiers descriptifs sont décrits en heure légale.1. Le mois de l’année m s de 1 à 12 de 1 à 4 ou 5 suivant le mois 2.

3x8h Industrie .université Bâtiment à usage d’habitation . 1* et 2* (partie jour) Hôtel 3*.2 Liste d’usages prévus pour une zone L’usage est défini au niveau de la zone.logement collectif Etablissement d’accueil de la petite enfance (crèche.1 repas/jour. 5j/7 Restauration scolaire . zones commerciales Etablissement sportif scolaire Bâtiment à usage d’habitation . haltegarderie) Enseignement primaire Enseignement secondaire (partie jour) Enseignement secondaire (partie nuit) Enseignement .aérogare Bâtiment à usage d’habitation . 5j/7 Restauration . Chaque zone est associée à un usage unique parmi les possibilités suivantes : N° d’usage 1 2 3 4 5 6 7 8 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 22 24 26 27 28 29 30 32 33 34 36 37 38 Type d’usage associé Bâtiment à usage d’habitation .8h à 18h Tribunal Etablissement sportif municipal ou privé Restauration scolaire .maison individuelle ou accolée Bâtiment à usage d’habitation . 6j/7 Commerce.3. magasin.Cité universitaire Industrie . 4* et 5* (partie jour) Bureaux Restauration commerciale en continue (18h/j 7j/7) Restauration . 5j/7 Valeur de ihebergement 1 1 0 0 0 1 0 1 1 1 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 Valeur de ienseignement 0 0 0 1 1 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 1 Tableau 4 : Liste des usages de la zone 61 .Foyer de jeunes travailleurs Hôtel 0* et 1* (partie nuit) Hôtel 2* (partie nuit) Hôtel 3* (partie nuit) Hôtel 4* et 5* (partie nuit) Hôtel 0*.2 repas/jour.1 repas/jour. 7j/7 Restauration .Etablissement sanitaire avec hébergement Hôpital (partie nuit) Hôpital (partie jour) Transport .Méthode de calcul Th-BCE 2012 6.1.3 repas/jour.2 repas/jour.

Ce produit peut être de deux type : ×et sont décrits par leurs tables de vérité Tableau 5 et Tableau 6. on définit 1. s 0 1 0 0 0 1 0 1 Tableau 6 : Algèbre de bool ET symbolisée par × 62 . Le chauffage : les températures de consigne en chauffage à choisir parmi 3 possibles : normales. h ) ( m. fr ( j . 3. s ) -1 0 1 -1 -1 -1 -1 0 -1 0 0 1 -1 0 1 Tableau 5 : Algèbre de Bool modifiée pour les autorisations de chauffage/refroidissement symbolisée par ⊗ × p a ch . L’occupation : la zone peut être occupée ou pas 2. g∈zone (21) On définit la surface utile de chaque local : l Al = A z Rat loc .Méthode de calcul Th-BCE 2012 6. fr s p ch . Le refroidissement : les températures de consigne en refroidissement à choisir parmi 3 possibles : normales. s.3 Surface utile de la zone On définit la variable intermédiaire suivante pour chaque groupe : g Agr Rat = Sachant que la surface utile de la zone est : g gr Az g gr . (22) 6. en arrêt de moins de 48h. ⊗qui ⊗ p a ch . fr ( j . L’éclairage : Arrêt ou marche de l’éclairage Chacune de ces 5 grandeurs que l’on dénomme génériquement ici pocc (m.1. La ventilation : Arrêt ou marche des systèmes spécifiques de ventilation 5. s ) qui décrit le comportement annuel.3. (20) Az = ∑A . h ) ( m.1.3. en arrêt de plus de 48h 4. en arrêt de plus de 48h. fr s p ch . h) est définie s comme un produit d’une valeur p occ ( j . en arrêt de moins de 48h. h ) qui décrit le comportement hebdomadaire et d’une a valeur p occ ( m .4 Scenarios d’occupation : la zone Au niveau de la zone. j.

Un jeu pour l’occupation standard. s) valant 0 ou 1 qui décrit un comportement moins fin. un jeu pour l’inoccupation de moins de 48h. h ) = 0 p fr (m.5 Apports internes : le local Les renseignements au niveau de la zone sont qualitatifs uniquement. s. Un local est caractérisé par un ratio de surface utile. Indicateur de ventilation en occupation ou inoccupation 9. s. h ) = −1 fr a s p ch (m. j . s ) ⊗ pch ( j . j . Température de consigne de refroidissement 4. h ) = p ch (m. h ) = p a (m. h ) = p a (m. j . Ils ne définissent pas combien de personnes occupent une zone. 6.1. s. j . j . fr ( m. s . h ) = p ch (m. h) pouvant varier de 0 à 1 et d’un tint (m. j . s. s. h) qui dénote les pondérations pour chacune des trois grandeurs de manière générique. et un jeu pour une inoccupation de plus de 48h. h ) = p a (m. Indicateurs relatifs au type d’usage 2. s ) ⊗ p sfr ( j . h ) = 0 fr a s pch (m. La stratégie est similaire à la zone. s ) ⊗ p ch ( j . j . Ce type d’information est rentré au niveau du local. h ) est la suivante : θ iich  θ iifr θ iich   θ iifr θ iich  θ iifr  − = θ iich − = θ iifr 0 = θ iich 0 = θ iifr + = θ iich + = θ iifr si si si si si si a s pch (m.3. s. La mise en marche du système d’éclairage. s ) ⊗ p sfr ( j .6 Calcul des sorties Le cœur de calcul a besoin des sorties suivantes : 1. Apports internes de chaleur hors occupants et éclairage 6. mais uniquement si elle est occupée.1. s. Il est le produit standard d’un t int ( j. Nombre d’occupants 5.Méthode de calcul Th-BCE 2012 6. Apports d’humidité hors occupants et éclairage 7. une valeur maximale d’apport de chaleur par unité de surface lié aux usages et une valeur maximale d’apport d’humidité par unité de surface lié aux usages. t int ( m. une valeur maximale du nombre d’occupants par unité de surface.3. h ) = −1 p fr (m. Indice d’occupation de la zone 8. s ) ⊗ p ch ( j . h ) = 1 fr (23) 63 . s ) ⊗ p sfr ( j .1. 6. h ) = pch (m.3.7 Températures de consignes On dispose d’un jeu de 3 températures de consignes en chauffage et de trois températures de consigne en refroidissement définies au niveau de la zone. j . Températures de consignes de chauffage 3. L’algèbre de calcul de p ch . pouvant varier de 0 à 1. On définit de manière générique un réel. h ) = 1 p fr (m.

3. ( )( ) (29) et est nul pour l’autre local.1 Calcul de N occ Calcul en maison individuelle ou accolée et logement collectif Pour ces deux usages particuliers.3 × ( N max − 1. h ) . 64 .75 (28) Le nombre d’adultes équivalents est défini au niveau du local. t occ (m . p occ (m .75 N max Et (24) • En usage « Bâtiment à usage d’habitation – logement collectif » : Dans ces usages. et un autre de circulation. il ne peut y avoir que deux locaux. On calcul la surface habitable qui est la surface du local d’habitation : A hab = Rat hab Az .7.3. un d’habitation. on effectue alors le calcul suivant du nombre d’adultes équivalents N adeq comme suit : • En usage « Bâtiment à usage d’habitation – maison individuelle ou accolée » :  1 si A gr < 30m 2  = 1. j .1.75 − 0.75 + 0. Le nombre d’occupants du local d’habitation hab est donné par : hab a s a s N occ (m .75 + 0.Méthode de calcul Th-BCE 2012 6.7.75) si N max ≥ 1. h ) . s .025 A gr si A gr ≥ 70m 2  si N max  N adeq =  1 . s ) × p occ ( j .1. On calcul ensuite la surface moyenne par Algt = Ahab .1.3 × ( N max − 1. Nblg t (26) Cette surface est utilisée pour calculer N max comme suit : N max  1 si A lgt < 10m 2  = 1.75 N max ≥ 1.75 ) si N max < 1.1 6.035 A lgt si A lgt > 50m 2  (27) Le nombre maximal d’adultes équivalent est défini par N max si N max < 1.01875 × (70 − A gr ) si 30m 2 ≤ A gr < 70m 2  0.01875 × (50 − A lgt ) si 10m 2 < A lgt < 50m 2  0.75 − 0. On commence par calculer la possibilité d’occupation au niveau de la zone en suivant l’algèbre ×. où Rathab correspond au logement : (25) Rat l du local d’habitation. h ) = N adeq .t occ ( j . s ).75  N adeq = Nblg t ×  1.

h ) ( ) (37) 65 . h )) (33) On calcule aussi les apports internes de chaleur au groupe g en sommant sur l’ensemble des locaux des groupes : g g l φint.rad (m. s . s . s. j .(t ω (m . h) = Ratgr ∑ Nocc (m. h )) (35) Et g g l ωint (m.3 Calcul des apports internes dus aux occupants Les apports internes de chaleur sont : g g l l φint_occ.rad (m. s .3.4 Apports internes de chaleur dus aux usages Le calcul des apports internes de chaleurs se fait uniquement au niveau du local : l l a s φ int.t occ ( j .1. j. s. h) × Qmax_occ l (31) Les apports internes d’humidé sont : g g l l ωint_occ (m. h ) = p vent (m . s. h) × Qmax_occ l φ g int_ occ. s ).2 Calcul dans les autres usages l l a s a s N occ (m .7. s ). s. h) = Ratgr ∑φint.rad l (m. h ) = Al ω max_ proc .1. j. s. j. s ) × p occ ( j . h) = Ratgr ∑ωint (m.1.1.t ch ( j . s ).7.5 g int.1.t ch ( j . j. s.7. p occ (m . h) l (36) 6. s. s ) × p vent ( j . s ). h) = Rat ∑φint.3. h )) l l a s φ int.3.conv (m. h ) .conv (m. h) × ωmax_occ l (32) 6.conv (m. j . s. j. h ) = Al N occ _ nom . j. h) = Rat g gr l l (1 − α conv )∑ Nocc (m. j. s. s . s. s. s . h) = Ratgrαconv ∑ Nocc (m. h) l φ 6. h ) = Al α conv Q max_ proc . s.7. conv (m .Méthode de calcul Th-BCE 2012 6. h) g gr l (34) Apports internes d’humidité dus aux usages Le calcul des apports internes d’humidité se fait uniquement au niveau du local : l l a s ω int (m . j. rad (m . j .3.6 Ventilation L’indicateur de ventilation en occupation ou inoccupation se décide au niveau de la zone : a s I vent (m . j . j. j. j . h ) = Al (1 − α conv )Q max_ proc (t ch (m. h ) ( )( ) (30) 6.3. t occ (m . j.t ω ( j . j.(t ch (m .7.

j . alors iecs(j)=0 Sinon iecs(j)=1 (39) 6.9 Indicateur de vacances a I vac (m. h) = 0 (42) p s occ _ gpm (43) Pour tout j Pour hdeb de 7 à 22 s s Si p occ ( j . pour attribuer à chaque pas de temps un pourcentage des besoins d’ECS hebdomadaires. h fin + 1 = 1 ( ) ( ) (44) Pour h de hdeb à h fin s s p occ _ gpm ( j . h) =  s − 1 si pocc ( j. hdeb − 1) = 1 Pour h fin de hdeb à 22 s s Si pocc j . s .3. s. h ) = p ECS (m.8 Indicateur de fonctionnement de l’ECS Pendant les vacances des zones dont l’usage est affilié à l’enseignement.7.1. h fin = 0 et p occ j .10 Indicateur d’occupation de la zone a s I occ _ zone (m . l’éventuel réseau primaire d’ECS est arrêté. h ) = p occ ( j . s .1.7. h) ( ) (38) 6. h ) = p occ (m . 66 .7.Méthode de calcul Th-BCE 2012 6. s ) = 0 s  1 si pocc ( j. h ) = p occ _ gpm (m . h ) ( ) (45) Dans l’équation (45). h) = pocc (m. j .1.1.3.7.7. Si ienseignement = 1 et ivac=0.1. s ) =  a − 1 si pocc (m. h ) a s Iocc gpm (m .3.11 Indicateur d’occupation pour la gestion des protections mobiles p a occ _ gpm a  1 si pocc (m. h) = 1 ( j . on utilise l’algèbre de Bool du Tableau 5. se décide au niveau de la zone : a s ah(m. s ) × p ECS ( j . j . s ) ⊗ p occ _ gpm ( j . s. s ) × p occ ( j .3. j. h deb ) = 0 et p occ ( j . h ) ( (41) 6.3. s ) = 1 (m. s ) ( ) ) (40) 6.7 Clé de répartition horaire pour les besoins d’ECS La clé de répartition ah.

h) (47) 67 . s ) × p light ( j . j .Méthode de calcul Th-BCE 2012 6. s pch_s(h) = p ch ( j . h ) Pfr_s(h) = p sfr ( j.7.3.3.12 Eclairage La mise en marche de l’éclairage se décide au niveau de la zone a s I ecl (m .1.1. h ) = p light (m.13 Renvois des indicateurs nécessaires pour la relance L’information d’arrêt de plus ou moins 48h permet de déterminer les scénarios de relance en distinguant les cas de relance quotidienne en semaine et de relance après une période d’absence prolongée. h ) ( ) (46) 6. s .7.

Ci-dessous une représentation des différentes zones de températures opératives en fonction de θrm pour des températures de consigne classiques de 19° et 28° C C. La limite haute de cet intervalle peut prendre des valeurs différentes selon qu’on considère la situation d’un groupe refroidi par un système de climatisation ou rafraîchi par surventilation naturelle. est alors dépendante de la moyenne glissante de la température extérieure θrm pour le jour j. Figure 5: Confort et inconfort thermique de l'occupant Les sorties de la présente fiches sont de deux natures : indicateurs d’inconfort d’une part. 3 catégories d’ambiance intérieure échelonnées sont distinguées : la limite haute en température. 68 . et écarts aux limites de température d’inconfort d’autre part.2 C_Ein_Indicateurs de confort 6. notée θop_inc_max. La limite basse de cet intervalle correspondant à la température de consigne de chauffage telle que définie dans les scénarios de la zone d’appartenance du groupe.1 INTRODUCTION Le présent composant a pour objectif de déterminer à chaque pas si la température opérative intérieure du groupe se trouve dans l’intervalle correspondant au confort des occupants.Méthode de calcul Th-BCE 2012 6. Dans ce deuxième cas de surventilation naturelle.2.

moy(0.2. au pas de temps h. 1: occupation. inconfort froid. -1: inoccupation. du groupe considéré. Indicateur traduisant l’occupation au temps h : 1: en occupation 0 : en inoccupation Température de consigne de chauffage du groupe au pas de temps h. inconfort chaud. 0 : occupation. θop_inc_C1 θop_inc_C2 θop_inc_C3 Paramètres conventionnels intervenant dans la définition de θop_inc_max. -1: inoccupation. Indicateur d’inconfort chaud déterminé par rapport à la température de consigne de refroidissement θiifr. 2 et 3. en catégorie d’ambiance 1.fr(h) Ent 69 . Uni iinconf_cons. iocc_zone(h) θiich(h) °C θiifr(h) °C θop. pas d’inconfort froid. °C Paramètres intrinsèques Nom Description Uni Min Max Conv. Température de consigne de refroidissement du groupe au pas de temps h. à puissances des systèmes nulles. 0 : occupation.2 NOMENCLATURE Le Tableau 7 donne la nomenclature des différentes variables du modèle de calcul.Méthode de calcul Th-BCE 2012 6.ch(h) Groupe Ent iinconf_cons. Valeurs des températures extérieures sur l’ensemble du jour précédent. on notera h le pas de temps de simulation.0) (h) Température intérieure opérative moyenne ressentie. Entrées du composant Nom Description Uni h °C Ent IHJ {θ ei(h)}j-1 Zone Heure du jour. Dans toute la suite de la fiche. et j le jour de simulation correspondant. pas d’inconfort chaud. °C -∞ +∞ 2 3 4 Sorties Nom Description Indicateur d’inconfort froid déterminé par rapport à la température de consigne de chauffage θiich. 1: occupation.

pas d’inconfort chaud. 0 : occupation. 0 : occupation. -1: inoccupation. 2 et 3 K.fr Nombre de degrés-heures d’inconfort chaud en période d’occupation déterminé par rapport à la température de consigne de chauffage θiifr.ch Nombre d’heures d’inconfort froid (en période d’occupation) déterminé par rapport à la température de consigne de chauffage θiich. Indicateur d’inconfort chaud déterminé par rapport au seuil d’inconfort en catégorie d’ambiance 2. 2 et 3. h Nbhinc_C1.fr(h) Ent iinconf_C3. Indicateur d’inconfort chaud déterminé par rapport au seuil d’inconfort en catégorie d’ambiance 3.fr(h) ∆θop_inc_C1.fr(h) ∆θop_inc_C3. Ecart à la température de consigne de refroidissement en situation d’inconfort chaud. et en catégorie d’ambiance 1. 1: occupation. inconfort chaud. pas d’inconfort chaud. 2 et 3 °C °C Nbhinc_cons. pas d’inconfort chaud.ch(h) °C ∆θop_inc_cons. 1: occupation. h Nbhinc_cons. -1: inoccupation.h DHinc_C1. inconfort chaud.fr Nbhinc_C3.fr Nombre de degrés-heures d’inconfort chaud en période d’occupation déterminé par rapport au seuil d’inconfort en catégorie d’ambiance 1. en situation d’inconfort froid. K. -1: inoccupation.fr Nombre d’heures d’inconfort chaud en période d’occupation déterminé par rapport au seuil d’inconfort en catégorie d’ambiance 1.fr(h) Ent iinconf_C2.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Indicateur d’inconfort chaud déterminé par rapport au seuil d’inconfort en catégorie d’ambiance 1. inconfort chaud.h DHinc_cons.ch Nombre de degrés-heures d’inconfort froid en période d’occupation déterminé par rapport à la température de consigne de chauffage θiich.fr Nombre d’heures d’inconfort chaud en période d’occupation déterminé par rapport à la température de consigne de chauffage θiifr. iinconf_C1. K.fr DHinc_C2.fr Nbhinc_C2. Ecart à la température de confort. h DHinc_cons.fr DHinc_C3.fr(h) Ent ∆θop_inc_cons. 0 : occupation.fr(h) ∆θop_inc_C2.fr(h) Ecart à la température de consigne de chauffage en situation d’inconfort froid.h 70 . 1: occupation.

°C Tableau 7 : Nomenclature du modèle 71 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Variables internes Nom Description Température extérieure moyenne journalière glissante valable au jour j. 2 et 3. Température extérieure moyenne journalière glissante valable au jour j-1. Température moyenne extérieure journalière valable au jour j (calculée sur l’ensemble des températures horaires du jour j-1). Uni θrm (j) °C θrm (j-1) °C θei.moy (j) θop_inc_max_C1 (h) θop_inc_max_C2 (h) θop_inc_max_C3 (h) °C Seuil de température opérative d’inconfort chaud en catégorie d’ambiance 1.

Si θop. différant d’une constante. (en occupation mais sans inconfort froid) iinconf. Cette méthode donne ainsi lieu à 3 calculs de seuil maximal de confort.2. Ce seuil maximal peut être déterminé par deux méthodes différentes : Soit il est égal à la température de consigne de refroidissement θiifr(h) du groupe au pas de temps considéré. « mémoire » thermique…). iinconf. et fait appel à une classification du groupe en catégorie d’ambiance thermique (1.2. telle que définie dans la norme NF EN 15251. La notion d’inconfort ne concerne que les périodes d’occupation du groupe. Soit il est calculé en prenant en compte les aspects psychosociologiques (capacité d’agir manuellement sur les conditions intérieures. l’adaptation de la vêture et le possible impact des vitesses de circulation d’air.3.2 Inconfort chaud On considère que l’état d’inconfort chaud est atteint lorsque la température opérative moyenne ressentie par les occupants. et renvoie donc quatre informations différentes sur l’inconfort chaud. devient supérieure à une valeur seuil. La méthode employée pour tenir compte de ces facteurs exploite la moyenne glissante journalière des températures extérieures θrm(j).ch (h) = 1 Sinon.1 Inconfort froid On considère que l’état d’inconfort froid est atteint lorsque la température opérative moyenne ressentie par les occupants.Méthode de calcul Th-BCE 2012 6.ch (h) = -1 (48) 6.3. (en inoccupation) iinconf. à puissances des systèmes nulles.ch (h) = 0 Sinon. 72 .3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE 6. alors. La présente fiche réalise les tests pour les quatre situations. 2 ou 3). Si iocc_zone(h) = 1. à puissances des systèmes nulles.moy(0. devient inférieure à la température de consigne de chauffage θiich pour le groupe.0) (h) < θiich(h) (en occupation et en inconfort froid).2.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 6. on détermine les valeurs de θop_inc à utiliser dans le calcul des θop_inc_max. Si j = 1. 8 + ∆ θ op _ inc _ C 3 ) (50) Ci-dessous une représentation graphique de l’évolution de θop_inc_max en fonction de θrm. 0 . on calcule θrm (j).2. seuil d’inconfort maximal de température opérative ressentie pour les trois catégories d’ambiance. Les formules de calcul des θop_inc_max sont les suivantes : θ op _ inc _ max_ C 1 ( h ) = MAX (θ iifr (h).33 × θ rm ( j ) + 18 .8 + ∆ θ op _ inc _ C 2 ) θ op _ inc _ max_ C 3 ( h ) = MAX (θ iifr (h).1 Calculs intermédiaires pour l’inconfort chaud en surventilation naturelle Dans un premier temps. la moyenne glissante au jour j de la température extérieure. moy ( j ) Dans un second temps.33 × θ rm ( j ) + 18 . 8 × θ rm ( j − 1) + 0 .3. Cette moyenne est calculée au premier pas de temps du jour j (h tel que IHJ=1) et reprise pour l’ensemble des autres pas de temps du jour. 0 . 33 × θ rm ( j ) + 18 . 33 32 θop_inc_max 31 30 29 28 27 26 10 12 14 16 18 20 θrm Figure 6: Limite haute de la zone de confort thermique en fonction des catégories d'ambiance Zone d'inconfort chaud C1 C2 C3 Consigne de refroidissement Zone de confort thermique 22 24 26 28 30 73 . 0 .2.moy ( j ) = 24 θ rm ( j ) = 0 . pour une température de consigne de refroidissement de 28° C. ∑θ j −1 ei ( h) (49) θ ei. 2 × θ ei . θ rm ( j ) = 0 Sinon.8 + ∆ θ op _ inc _ C 1 ) θ op _ inc _ max_ C 2 ( h ) = MAX (θ iifr (h).

0) (h) > θop_inc_max_C1(h). (en occupation) Si θ op. fr × ∆θ op _ inc _ C 3.3.fr (h) = 0 Si θop.moy ( 0. fr × iinconf _ cons .moy (0. iinconf_C1. fr × ∆θ op _ inc _ C1.fr (h) = -1 iinconf_C3.0 ) ( h) (52) iinconf _ cons.fr (h) = -1 (51) 6.ch + 1 2 2 2 × θ iich ( h) − θ op .Méthode de calcul Th-BCE 2012 6.moy (0. moy ( 0. Ces écarts servent de base à la définition des périodes d’autorisation de chauffage et de refroidissement.3 Calcul des écarts aux critères d’inconfort Les écarts aux critères d’inconfort ne sont non-nuls que lorsque les conditions d’inconfort chaudes ou froides sont remplies. (en inoccupation) iinconf_cons.0 ) (h) (53) ∆θ op _ inc _ C 2 . fr ( h) = iinconf _ cons .ch × ∆θ op _ inc _ cons .0) (h) × θ op _ inc _ max_ C 2 ( h) − θ op .fr (h) = 1 Sinon.fr (h) = 0 Si θop.3.0) (h) 74 . fr ( h) = iinconf _ C 3.moy(0. ∆θ op _ inc _ cons .ch + 1 × θ op _ inc _ max_ C1 (h) − θ op .2.moy(0. iinconf_C2.0) (h) > θop_inc_max_C2(h). alors.moy ( 0.0) (h) > θiifr(h).2.fr (h) = 0 Sinon. fr (h) = iinconf _ C1. iinconf_C3.moy ( 0.fr (h) = 1 Sinon.0 ) (h) × θ iifr (h) − θ op . fr × iinconf _ cons .fr (h) = -1 iinconf_C1.fr (h) = -1 iinconf_C2. iinconf_C2.ch + 1 iinconf _ cons .fr (h) = 0 Si θop. moy ( 0.ch + 1 2 × θ op _ inc _ max_ C 3 (h) − θ op .ch + 1 2 iinconf _ cons . fr (h) = iinconf _ C 2.fr (h) = 1 Sinon.0) (h) > θop_inc_max_C3(h). iinconf_C3.2 Test par rapport aux critères d’inconfort chaud Si iocc_zone(h) = 1. iinconf_cons.2.fr (h) = 1 Sinon. iinconf_cons.ch (h) = iinconf _ cons . iinconf_C1.

si iinconf _ C 3. fr A chaque pas de temps h. fr (h) = 1 Nbhinc _ C1. . fr = Nbhinc _ C3. fr (h) = 0 ou − 1) Nbhinc _ cons. fr Nbhinc _ C3. fr ( h) = 0 ou − 1) A chaque pas de temps h. fr = Nbhinc _ cons. fr + 1 Nbhinc _ C 2.sinon (iinconf _ C 2. fr + 1 Nbhinc _ cons. fr = Nbhinc _ cons. fr = 0 A chaque pas de temps h.ch = 0 A chaque pas de temps h.sinon iinconf _ cons. fr = Nbhinc _ C1.3.Méthode de calcul Th-BCE 2012 6. fr = 0 Nbhinc _ C3.sinon (iinconf _ C 3. fr (h) = 1 . En inconfort froid : Initialisation : Nbhinc _ cons.ch = Nbhinc _ cons. fr (h) = 1 . fr = Nbhinc _ C 2. .si iinconf _ cons. fr Nbhinc _ C 2. fr + 1 (55) ( ) Nbhinc _ C1. fr (h) = 0 ou −1 A chaque pas de temps h.ch = Nbhinc _ cons. . fr = 0 Nbhinc _ C 2. fr = Nbhinc _ C1.sinon (iinconf _ cons. fr = Nbhinc _ C 3. .2.4 Calcul du nombre d’heures d’inconfort Le nombre d’heures d’inconfort est calculé pour les cinq critères d’inconfort. fr = 0 Nbhinc _ C1. fr = Nbhinc _ C 2. .ch + 1 . fr (h) = 1 . fr 75 .ch (h) = 1 Nbhinc _ cons. La variable Nbh est incrémentée de 1 à chaque pas de temps durant lequel l’occupant est en inconfort.sinon iinconf _ C1.si iinconf _ cons.ch En inconfort chaud : Initialisation : Nbhinc _ cons.ch (h) = 0 ou −1 (54) ( ) Nbhinc _ cons. fr (h) = 0 ou − 1) Nbhinc _ C 3.si i inconf _ C1.si iinconf _ C 2. fr + 1 .

fr = ∑ ∆θ h h op _ inc _ cons. fr = ∑ ∆θ ∑ ∆θ h (57) Note : les résultats fournissent le nombre de degrés-heures d’inconfort en période d’occupation. En inconfort froid : DH inc _ cons. fr (h) op _ inc _ C 3.5 Calcul de la somme des degrés-heures d’inconfort Cette somme exprime les écarts entre la température d’inconfort et la température réelle du groupe sans systèmes de chauffage ni de refroidissement (températures en évolution libre).3. fr (h) op _ inc _ C 2. fr = DH inc _ C 3.ch (h) (56) En inconfort chaud : DHinc _ cons. fr (h) DH inc _ C 2.2. les écarts de températures étant nuls en période d’inoccupation. 76 . fr (h) ∑ ∆θ h op _ inc _ C1.ch = ∑ ∆θ h op _ inc _ cons. fr = DH inc _ C1.Méthode de calcul Th-BCE 2012 6. sur l’ensemble des pas de temps de l’année (8760 heures ici).

Saison effective : elle conditionne le fonctionnement des émetteurs.h. réseaux de distribution et générateurs de chauffage et/ou refroidissement du groupe. La saison effective est une combinaison des saisons propres des différents groupes connectés à une même génération au travers de leurs réseaux de distribution. Pour un groupe donné. l’ensemble des systèmes de chauffage (de refroidissement) sont désactivés : les besoins éventuels transmis par les émetteurs ne sont pas pris en compte. 25 semaines j=183 9 semaines j=246 j=365 17 semaines et 1 jour Interdiction de refroidir Test sur la condition de début de saison de refroidissement Autorisation de refroidir Test sur la condition d’arrêt de la saison de refroidissement 77 . L’achèvement d’une saison propre est quant à lui associé sur une comparaison de la moyenne glissante des besoins en chaud et en froid du groupe à une valeur limite de 2 Wh/m². En dehors de la saison effective de chauffage (de refroidissement). L’initiation d’une saison propre repose sur la comparaison du total cumulé des degrés-heures d’inconfort thermique à un seuil de 40 ° C. En chauffage. l’année de simulation se décompose ainsi : j=0 1 sem. Les saisons propres sont déterminées aux travers de tests logiques menées à chaque début de jour de simulation. deux saisons différentes interviennent dans le moteur RT 2012 : Saison propre : elle conditionne les algorithmes de gestion et de régulation des différents composants du groupe. Elle peut être commune à plusieurs groupes ou non. selon les isolations hydrauliques possibles au niveau de la génération.1 INTRODUCTION La fiche détermination des saisons intervient en amont de l’ensemble des calculs du groupe.Méthode de calcul Th-BCE 2012 6.3. La présente fiche ne traite que la procédure relative aux saisons propres.3 C_Ein_Détermination des saisons 6. l’année de simulation se décompose ainsi : j=0 8 semaines j=57 18 semaines j=183 10 semaines j=253 16 semaines et 1 jour j=365 Autorisation de chauffer Test sur la condition d’arrêt de la saison de chauffage Interdiction de chauffer Test sur la condition de début de saison de chauffage En refroidissement.

j-1) Description Heure du jour. ch(h) lié à l’inconfort froid du jour j-28 au jour j-1 inclus (672 pas de temps).gen. du jour j-28 au jour j-1 inclus (672 pas de temps).fr(h)}(j-28.j-1) kWh {Qsys_fr(h)}(j-28.gen. Ensemble des valeurs des degrésheures θop_inc_cons.ch(h)}j-28 . hors prise en compte des saisons.j-1) °C Calculs groupe {Qreq.Méthode de calcul Th-BCE 2012 6.2 NOMENCLATURE Le Tableau 8 donne la nomenclature des différentes variables du modèle de calcul.j-1) Groupe kWh { θop_inc_cons. Ensemble des sommes des différentes valeurs des demande en énergie de refroidissement au niveau des générations du projet. Ensemble des valeurs des degrésheures θop_inc. du jour j-28 au jour j-1 inclus (672 pas de temps).j-1) Wh 78 . Ensemble des valeurs des besoins de chauffage du groupe. s la semaine de simulation et m le mois au sens de la décomposition faite pour les scénarios. Uni Ent {Qsys_ch(h)}(j-28. j le jour de simulation. hors prise en compte des saisons. Ensemble des valeurs de l’indicateur traduisant l’occupation du jour j-28 au jour j-1 inclus. on notera h le pas de temps de simulation.ch(h)}(j28 .3.j-1) °C { θop_inc. Ensemble des valeurs des besoins de refroidissement du groupe. Dans toute la suite de la fiche.fr(h) liés à l’inconfort chaud du jour j-28 au jour j-1 inclus (672 pas de temps).j-1) Wh {Qreq. du jour j-28 au jour j-1 inclus (672 pas de temps).fr(h)}j-28 . Entrées du composant Nom IHJ Zone {iocc_zone(h) }(j-28. Ensemble des sommes des différentes valeurs des demande en énergie de chauffage au niveau des générations du projet. jour j-28 au jour j-1 inclus (672 pas de temps).

Voir Tableau 10 Cat_amb Ent 0 3 [poccs(J.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Sorties Nom Gestion/régulation des ouvertures et protections mobiles Description La saison propre du groupe au jour j. à comparer à la moyenne glissante des besoins de chauffage °C. Jour de fin de la saison de refroidissement propre au bâtiment. m² Min 0 Max +∞ Conv.pro(j) Ent. Seuil de fin de saison de chauffage.pro(j) Ent. Indicateur de saison de chauffage. à comparer à la moyenne glissante des degrés-heures θop_inc. 2: mi-saison.H)]J=1 à 7 et H=1 à 24 Matrice des indicateurs d’occupation de la zone par jour/heure Ent 0 1 - Paramètres de basculement des saisons de fonctionnement Seuildebut_ch Seuil de début de la saison de chauffage. Saison(j) Ent. 3: saison de chauffage. 2 et 3 définies dans la fiche « Indicateurs de confort ». 1 : le groupe est en saison de refroidissement. Autch. sous forme d’entier : 1: saison de refroidissement.h 0 +∞ 40 Seuilfin_ch Wh/ m² 0 +∞ 2 79 . Jour de début de la saison de refroidissement propre au bâtiment. Indicateur de saison de refroidissement. Uni. Uni. 1 : le groupe est en saison de chauffage. Jour de début de la saison de chauffage propre au bâtiment.ch(h). - Paramètres intrinsèques Nom Description Catégorie d’ambiance du groupe considéré au regard des catégories 1. Min Max Conv. Autfr. Uni. Jour de fin de la saison de chauffage propre au bâtiment. jdebut_chgr jfin_chgr jdebut_frgr jfin_frgr j j j Bâtiment j Paramètres d’intégration Nom Agr Description Surface utile du groupe en m². 4 : saison mixte de chauffage et refroidissement.

h 0 +∞ 40 Seuilfin_fr Wh/ m² 0 +∞ 2 Variables internes Nom Description Nombre d’heures d’occupation de référence correspondant à une semaine d’occupation type pour l’usage considéré.h Ent Tableau 8 : Nomenclature du modèle 80 .progr(j-1) Repris du jour j-1 Ent. Moyenne glissante sur 4 semaines des besoins bruts de chauffage du groupe. Moyenne glissante sur 4 semaines des besoins bruts de refroidissement du groupe. Seuildebut_fr °C. Seuil de fin de saison de refroidissement. au jour précédent.h MGdh_frgr(j) Nbj_intégration. Nbh_occ_ref h Nbh_occ_somme(j) h Autch .fr(h) liés à l’inconfort chaud.h d’inconfort.ch(h) liés à l’inconfort froid.fr(h). Moyenne glissante sur 4 semaines des degrés-heures θop_diff. Nombre de jour d’intégration pour le calcul des °C.fr °C. Moyenne glissante sur 4 semaines des degrés-heures θop_diff. Ent. Uni. Autorisation de refroidir propre au groupe.progr(j-1) MGbchgr(j) MGbfrgr(j) MGdh_chgr(j) °C.ch Nbj_intégration. Autorisation de chauffer propre au groupe. à comparer à la moyenne glissante des degrés-heures θop_inc. Wh/ m² Wh/ m² Autfr . Nombre d’heures d’occupation cumulé sur la période de sommation des °C.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Seuil de début de la saison de refroidissement.h d’inconfort. au jour précédent. à comparer à la moyenne glissante des besoins de froid.

unique pour une simulation. pro ( j ) prend la valeur 1 à partir du jour de l’année où la condition d’initiation est remplie jusqu’au jour où la condition d’arrêt est remplie. une somme glissante sur une durée de 4 semaines précédent le jour actuel j des degrés-heures en situation d’inconfort thermique froid (telle que définie dans la fiche « Indicateurs de confort »). pro ( j ) gr La variable Autch. pro ( j ) : 1 ⇒ 0 gr Aut ch . - Elle repose sur les hypothèses suivantes : Au pas de temps initial et tout au long des 8 premières semaines de simulations. une moyenne glissante sur une durée de 4 semaines précédent le jour actuel j des besoins en chaud du groupe. Nbh _ occ _ ref = ∑ ∑ p occ ( J . pro ( j ) : 0 ⇒ 1 Le nombre d’heures d’occupation de référence correspond à une semaine d’occupation type pour l’usage considéré. H ) J =1 H =1 7 24 (58) 81 . L’ensemble des jours entre ces deux dates constituent la saison de chauffage propre au groupe. La saison d’autorisation de chauffage ne peut se terminer qu’entre le 57ème jour de simulation (1er mars au sens des scénarios) et le 183ème jour de simulation (1er juillet au sens des scénarios).3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE gr 6. pro ( j ) = 0 gr Aut ch .3. Pour la fin de la saison de chauffage. Le calcul est réalisé en début de simulation. au sens des scénarios) et la fin de la simulation - - j=0 8 semaines j=57 18 semaines j=183 j=253 j=365 10 semaines 16 semaines et 1 jour gr Aut ch . La définition de ces deux dates se fonde sur: Pour le début de la saison de chauffage.3. pro ( j ) =1 (valeur initiale). pro ( j ) = 1 gr Aut ch . gr Autch.Méthode de calcul Th-BCE 2012 6.3.1 Calcul de Autch. Il est calculé par sommation de l’ensemble des valeurs du tableau des indicateurs d’occupation de la zone par jour (1 à 7)/heure (1 à 24). La saison d’autorisation de chauffage ne peut redébuter qu’entre le 253ème jour de simulation (1er jour de la 2ème semaine de septembre.

3.Méthode de calcul Th-BCE 2012 6.3. - Pour le 253ème jour de simulation : Nb h _ occ _ somme ( j ) = Nb h _ occ _ ref gr MG dh _ ch ( j ) = ∑ ∆θ h∈s −1 op _ inc _ cons . ch (h) - Enfin. ch (h) 82 .1 Calcul de MGdh. ch (h) (59) - Pour les trois semaines suivantes. on étend progressivement la moyenne glissante à une durée de 4 semaines. ce qui correspond à chaque pas de temps h tel que IHJ = 1. Le calcul est effectué au premier pas de temps de chaque jour j de simulation. la relation ne consiste plus qu’en un décalage de la somme glissante : Nbh _ occ_ somme( j) = Nbh _ occ_ somme( j −1) + MG gr dh _ ch ∑i h∈ j −1 occ_ zone (h) − occ_ zone h∈ j −28 ∑i (h) (61) ( j ) = MG gr dh _ ch ( j − 1) + ∑ ∆θ h∈ j −1 op _ inc _ consf . La relation ne consiste plus qu’en une addition à la somme glissante : Nbh _ occ_ somme( j) = Nbh _ occ_ somme( j −1) + gr gr MGdh _ ch ( j ) = MGdh _ ch ( j − 1) + ∑i h∈ j −1 occ_ zone (h) (60) ∑ ∆θ h∈ j −1 op _ inc _ cons . une fois ce délai passé.ch gr MGdh _ ch ( j ) est calculé pour chaque jour de simulation à partir du 253ème jour de simulation. La valeur obtenue est conservée pour l’ensemble des pas de temps du jour j (h tels que 2≤IHJ≤24). ch (h) − ∑ ∆θ h∈ j − 28 op _ inc _ consf .1.

1. ce qui correspond à chaque pas de temps h tel que IHJ = 1. - Pour le 57ème jour de simulation : MG gr bch 1 ( j) = 672 ∑Q j − 28 j −1 sys _ ch (t ) (62) A gr - Ensuite.Méthode de calcul Th-BCE 2012 6. ème gr jour de simulation et MG bch ( j ) est calculé pour chaque jour de simulation à partir du 57 ème jusqu’au 183 jour de simulation non-inclus.2 Calcul de MGbch en calcul BBio Le processus suivant n’est à appliquer que dans le cadre d’un calcul du coefficient BBio. la relation ne consiste plus qu’en un « décalage » de la moyenne glissante : Pour h tel quel IHJ = 1 (début du jour j). Le calcul est effectué au premier pas de temps de chaque jour j de simulation. 1 MG ( j ) = MG ( j − 1) + 672 gr bch gr bch ∑Q j −1 sys _ ch (t ) − ∑ Qsys _ ch (t ) j − 28 (63) A gr 83 . La valeur obtenue est conservée pour l’ensemble des pas de temps du jour j (h tels que 2≤IHJ≤24). jusqu’au 183ème jour non-inclu.3.3.

pro ( j − 1) - Pour la période allant du 183ème jour au 252ème jour de simulation. pro ( j ) = 1 (67) Sinon. pro ( j ) = Autch.Méthode de calcul Th-BCE 2012 6. pro ( j ) = 1 - Pour la période allant du 57ème jour au 182ème jour de simulation : gr Si Autch.3. La valeur obtenue est conservée pour l’ensemble des pas de temps du jour j (h tels que 2≤IHJ≤24). Le calcul est effectué au premier pas de temps de chaque jour j de simulation.3. on applique (66) Pour les 8 premières semaines conventionnellement une valeur de 1 : gr Autch.ch gr Autch.4 - Assemblage des calculs de simulation (jour 1 à 56). pro ( j ) = 0 84 . gr Si MG bch ( j ) ≤ Seuil fin . ème gr jour de simulation et MG bch ( j ) est calculé pour chaque jour de simulation à partir du 57 ème jusqu’au 183 jour de simulation non-inclus. gr gr Autch.1. gr Autch. le chauffage est conventionnellement interdit : gr (68) Autch. j −1] MG ( j ) = 672 A gr gr bch (64) - Ensuite. pro ( j − 1) = 1. - Pour le 57ème jour de simulation : ∑ Qreq _ gen _ ch (h) 1 h∈[ j −28. la relation ne consiste plus qu’en un « décalage » de la moyenne glissante : Pour h tel quel IHJ = 1 (début du jour j).1. gr gr MGbch ( j ) = MGbch ( j − 1) + 1 h∈ j −1 672 ∑Q req _ gen _ ch ( h) − A gr ∑Q h∈ j − 28 req _ gen _ ch ( h) (65) 6.3 Calcul de MGbch en calcul des consommations Le processus suivant n’est à appliquer que dans le cadre d’un calcul des consommations du projet.3. ce qui correspond à chaque pas de temps h tel que IHJ = 1. jusqu’au 183ème jour non-inclus.3. pro ( j ) = 0 Sinon.

pro ( j ) = Autch.ch × MAX(0. pro ( j − 1) Nbh _ occ _ somme( j ) 4 × Nbh _ occ _ ref ) (69) 85 . gr gr Autch.5. gr gr Autch. pro ( j ) = 1 Sinon. Si MGdh _ ch ( j) ≥ Seuildébut. gr Autch. pro ( j ) = 0 Sinon. pro ( j − 1) = 0.Méthode de calcul Th-BCE 2012 - Pour la période allant du 253ème jour à la fin de la simulation : gr Si Autch.

pro ( j) = 1 Aut gr fr . on considèrera les hypothèses suivantes : - La première semaine de simulation est utilisée pour la détermination d’une valeur initiale de Aut gr.2 Calcul de Aut gr. Pour iclim =1 : 1 sem. h=0 25 semaines j=183 9 semaines j=246 h =8760 17 semaines et 1 jour Aut gr fr . on autorise le refroidissement La saison d’autorisation de refroidissement se termine dans la période allant du 246ème jour de simulation à la fin de la simulation. jour (non-inclus). Pour la fin de saison de refroidissement. une moyenne glissante sur une durée de 4 semaines précédent le jour actuel j des besoins bruts en froid du groupe. Durant cette première semaine de simulation. fr Dans le cas où le groupe ne dispose pas de système de refroidissement (iclim=0). Cette restriction repose sur l’hypothèse que cette fr première semaine n’est pas une semaine d’inoccupation. pro ( j ) . - Dans une première approche. on applique une valeur nulle : Aut gr. et ce quels que soient les usages. fr - La saison d’autorisation de refroidissement débute avant le 183ème jour de simulation (1er juillet au sens des scénarios). pro ( j) : 0 ⇒ 1 Aut gr fr . la variable Aut gr. pro ( j) :1 ⇒ 0 86 . pro ( j) = 0 . une somme glissante sur une durée de 1 à 4 semaines précédant le jour actuel j des degrés-heures en situation d’inconfort thermique chaud (telle que définie dans la fiche « Indicateurs de confort »). pro ( j) = 0 Aut gr fr .3. pro ( j ) fr gr La variable Aut gr.3. mais pour l’aspect refroidissement.Méthode de calcul Th-BCE 2012 6. pro ( j ) . pro ( j) est équivalente à Autch. fr La définition de ces deux dates se fonde sur: - Pour le début de la saison de refroidissement. pro ( j) est nulle toute l’année. Entre le 183ème et le 246ème quelques soient les cas.

- Pour le 8ème jour de simulation : Nb h _ occ _ somme ( j ) = Nb h _ occ _ ref (70) MG gr dh _ fr ( j) = ∑ ∆θ h∈s −1 op _ inc . fr ( h ) ∆ θ op _ inc _ C 2 . La relation ne consiste plus qu’en une addition à la somme glissante : Nbh _ occ_ somme( j) = Nbh _ occ_ somme( j −1) + MG gr dh _ fr ∑i h∈ j −1 occ_ zone (h) (71) ( j) = MG gr dh _ fr ( j −1) + ∑ ∆θ h∈ j −1 op _ inc.2 Calcul de MGdh. on étend progressivement la moyenne glissante à une durée de 4 semaines. fr (h) Ensuite. jusqu’au 183ème jour de simulation non-inclus. fr (h) − ∑ ∆θ h∈ j −28 op _ inc.3.Méthode de calcul Th-BCE 2012 6.3. fr ( h) - Pour les trois semaines suivantes.2. ce qui correspond à chaque pas de temps h tel que IHJ = 1.1 Catégories d’ambiance du groupe Les valeurs de ∆ θ op _ inc . Le calcul est effectué au premier pas de temps de chaque jour j de simulation. fr ( h ) Tableau 9: Correspondance entre Cat_amb et les valeurs de ∆ θ op _ inc . fr ( h ) ∆ θ op _ inc _ C 1.3. La valeur obtenue est conservée pour l’ensemble des pas de temps du jour j (h tels que 2≤IHJ≤24). Cat_amb 0 1 2 3 ∆ θ op _ inc . fr ( h ) ∆ θ op _ inc _ C 3.3. la relation ne consiste plus qu’en un « décalage » de la somme glissante : Nbh _ occ_ somme( j) = Nbh _ occ_ somme( j −1) + MG gr dh _ fr ∑i h∈ j −1 occ_ zone (h) − occ_ zone h∈ j −28 ∑i (h) (72) ( j) = MG gr dh _ fr ( j − 1) + ∑ ∆θ h∈ j −1 op _ inc.3 Calcul de MGbfr en calcul BBio 87 . fr ( h ) à récupérer La valeur de catégorie d’ambiance retenue dépend du type d’usage du projet : USAGE de la zone au sens des scénarios Bâtiments à usage d’habitation Autres usages Valeur de Cat_amb 3 1 Tableau 10: Relation entre les catégories d'ambiance et le type d'usage 6.2.3. fr ( h ) ∆ θ op _ inc _ cons . fr ( h ) à récupérer de la fiche « Indicateurs de confort » dépendent de la valeur du paramètre intrinsèque Cat_amb attribuée au groupe. fr (h) 6.2.3.fr pour le groupe gr MGdh _ fr ( j ) est calculé pour chaque jour de simulation à partir du 8ème jour de simulation et jusqu’au 183ème jour de simulation non-inclus.

3.4 Calcul de MGbfr en calcul des consommations Le processus suivant n’est à appliquer que dans le cadre d’un calcul des consommations du projet. Le calcul est effectué au premier pas de temps de chaque jour j de simulation. et jusqu’à la fin de la simulation. ce qui correspond à chaque pas de temps h tel que IHJ = 1. ce qui correspond à chaque pas de temps h tel que IHJ = 1. la relation ne consiste plus qu’en un « décalage » de la moyenne glissante : Pour h tel quel IHJ = 1 (début du jour j).2. La valeur obtenue est conservée pour l’ensemble des pas de temps du jour j (h tels que 2≤IHJ≤24). Le calcul est effectué au premier pas de temps de chaque jour j de simulation. - Pour le 246ème jour de simulation : Au premier pas de temps du jour (IHJ =1) : ∑ Qreq _ gen _ fr (h) 1 h∈[ j −28. 1 MG ( j ) = MG ( j − 1) + 672 gr bfr gr bfr ∑Q h∈ j −1 req _ gen _ fr ( h) − A gr ∑Q h∈ j − 28 req _ gen _ fr (h ) (76) 88 . et jusqu’à la fin de la simulation. - Pour le 246ème jour de simulation : Au premier pas de temps du jour (IHJ =1) : 1 MG ( j ) = 672 gr bfr ∑Q j − 28 j −1 sys _ fr (t ) (73) A gr - Ensuite.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Le processus suivant n’est à appliquer que dans le cadre d’un calcul du coefficient BBio. gr MGbfr ( j ) est calculé pour chaque jour de simulation à partir du 246ème jour et jusqu’à la fin de la simulation.3. 1 MG ( j ) = MG ( j − 1) + 672 gr bfr gr bfr ∑Q j −1 sys _ fr (t ) − ∑Q j − 28 sys _ fr (t ) (74) A gr 6. gr MGbfr ( j ) est calculé pour chaque jour de simulation à partir du 246ème jour et jusqu’à la fin de la simulation. la relation ne consiste plus qu’en un « décalage » de la moyenne glissante : Pour h tel quel IHJ = 1 (début du jour j). La valeur obtenue est conservée pour l’ensemble des pas de temps du jour j (h tels que 2≤IHJ≤24). j −1] gr MGbfr ( j ) = 672 A gr - (75) Ensuite.

Aut gr. pro ( j ) = Aut gr. pro ( j ) = Aut gr. pro ( j ) = 1 fr Sinon.Méthode de calcul Th-BCE 2012 6. Aut gr. pro ( j ) = 0 fr Sinon. pro ( j ) = 1 fr - (79) Pour la période allant du 246ème jour à la fin de la simulation : Si Aut gr. pro ( j ) = 0 fr - (77) Pour la période allant du 8ème jour au 182ème jour: Si Aut gr.3.3. pro ( j ) = 0 fr Sinon. jusqu’au 8ème jour non-inclus : Aut gr. Aut gr. pro ( j − 1) fr fr - Pour la période allant du 183ème au 245ème jour : Aut gr. gr Nbh _ occ _ somme( j) 4 × Nbh _ occ _ ref ) (78) Aut gr. pro ( j − 1) fr fr (80) 89 .5 - Assemblage des calculs Pour la première semaine de simulation.2.5. pro ( j ) = 1 fr Sinon. fr gr Si MG bfr ( j ) ≤ Seuilfin_fr Aut gr. Aut gr. fr Si MGdh _ fr ( j) ≥ Seuildebut_ fr × MAX(0. pro ( j − 1) = 1. pro ( j − 1) = 0.

3. de manière à simuler les conditions d’été. pro ( j ) = 1 fr   gr  Aut ch. Aut gr. pro ( j) Saison gr ( j ) gr Tableau 11: Relations entre Autch.3.eff ( j ) = 0  (82) (83) 6. Les autorisations effectives sont prises égales aux autorisations propres du groupe : gr gr  Aut ch.3.3.4 Cas particulier du calcul de la température intérieur de confort (méthode Th-E) Dans le cadre de la méthode Th-E. on applique conventionnellement les valeurs suivantes.eff ( j ) = Aut ch. pro ( j ) = 0  gr  Aut ch . pro ( j ) . pro ( j ) et les saisons propres de groupe fr 90 . pro ( j ) Mi-saison Saison de chauffage Saison mixte 0 1 1 0 0 2 1 0 3 1 1 4 Aut gr fr .Méthode de calcul Th-BCE 2012 6. pro ( j )   gr gr  Aut fr .3.5 Passage des variables d’autorisation à la saison propre Le passage des variables d’autorisation déterminées ci-dessus à la valeur de Saison selon le tableau suivant : gr ( j ) se fait Saison de refroidissement gr Autch. sans pour autant activer les systèmes d’émissions :  Aut gr.eff ( j ) = 0   gr  Aut fr .3.eff ( j ) = Aut fr . pro ( j )  (81) 6.3 Cas particulier du calcul du BBio Dans le cadre du calcul du BBio la méthode de calcul des autorisations propres décrites ci-dessus est appliquée.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 6. pro ( j − 1) > Aut ch . fr fr j gr _ fr = j fin 91 .3. alors. gr gr Si Aut ch .3. alors. pro ( j ) . Pour chaque bâtiment (d’indice bat) du projet. pro ( j − 1) < Aut ch . pro ( j ) . gr j debut _ ch = j gr gr Si Aut ch . alors.1 Détermination des dates de début et fin de saisons propres Les dates de début et de fin pour la saison propre de chauffage et la saison propre de refroidissement sont uniques pour un groupe. pro ( j ) . fr fr gr jdebut _ fr = j (84) Si Aut gr. pro ( j ) . j gr _ ch = j fin Si Aut gr.5. pro ( j − 1) > Aut gr. pro ( j − 1) < Aut gr. alors. Elles sont déterminées pour une exploitation dans le fiche de sortie du projet.

4) le niveau "Local". le niveau projet sera être utilisé pour les données géographiques 92 . 3) le niveau "Groupe".Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. Le niveau bâtiment est le niveau où s'exprime l'exigence réglementaire en termes de coefficient Bbio et C.1. 2) le niveau "Zone". 2 En cas de calcul simultané sur plusieurs bâtiments. Cette fiche décrit les assemblages au niveau ‘’bâtiment’’.1 INTRODUCTION Un bâtiment est décrit suivant 4 niveaux : 1) le niveau "Bâtiment".1 S3_BAT-Assemblage_Batiment 7. Les éléments communs à tout le bâtiment (par exemple la situation géographique) sont définis à ce niveau2. BATI 7.

2 NOMENCLATURE Le Tableau 12 donne la nomenclature des différentes variables du modèle Entrées du système Nom Description Unité Paramètres intrinsèques du système Nom Description Unité Min Max Conv. Sorties Nom bât Bchm Description Besoins mensuels en chaud d’un bâtiment Besoins annuels en chaud d’un bâtiment Besoins mensuels en froid d’un bâtiment Besoins annuels en froid d’un bâtiment Besoin mensuel bâtiment Besoin annuel bâtiment en éclairage artificiel d’un Unité kWh/m²S HON kWh/m²S HON kWh/m²S HON kWh/m²S HON kWh/m²S HON kWh/m²S HON kWh/m²S HON kWh/m²S HON Wh/m²SH ONRTgr Wh/m²SH ONRTgr W/m²SH ONRT.1. Paramètres d’intégration du système Nom dépar teme nt Alt Dmer Durb Description Numéro du département Altitude du projet Distance à la mer Distance à l’îlot urbain m Km Km Unité Min 1 0 0 0 Max 95 Conv.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.K m²/m² Bchbât bât Bfrm Bfr bât bât Becl m en éclairage artificiel d’un Becl bât Bbio m Bbio at Besoin bioclimatique mensuel du bâtiment Besoin bioclimatique annuel du bâtiment Besoins mensuels bruts d’ECS du bâtiment Besoins annuels bruts d’ECS du bâtiment Ratio de transmission linéique moyen global des ponts thermiques du bâtiment Surface totale des baies d’un bâtiment. rapportée à sa surface habitable Pour le bâtiment Energie finale mensuelle et annuelle Energie primaire mensuelle et annuelle Energie finale par énergie Becsmb Becsbat Ratiopsi Ratiobai es 93 .

Méthode de calcul Th-BCE 2012 Energie primaire par énergie Variables internes Nom Description Unité Constantes Nom Description Unité Conv. Tableau 12 : Nomenclature des différentes variables du modèle de bâtiment 94 .

Figure 7 : Assemblage des composants d’un bâtiment 95 .1.3 ASSEMBLAGE DES COMPOSANTS Le schéma de la figure ci-dessous présente l’organisation des composants pour l’ensemble d’un bâtiment pour le calcul de Cep.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 Le niveau ‘bâtiment’’ rassemble d’une part l’ensemble des zones. dans la partie supérieure. on trouve les paramètres d’intégration des différents composants ou des assemblages intervenant. de réduction des flux solaires et de réduction de l’éclairement naturel dus à la présence de l’espace tampon sont déterminés. Pour la détermination du coefficient Bbio. .les réseaux de distribution de chaleur et de froid. fiche ‘détermination des saisons’. d’ECS. sont identiques et d’autre part les composants qui concernent le bâtiment dans son ensemble : . ‘Espaces tampons’ Les coefficients de réduction des déperditions thermiques. entrés au niveau de l’interface utilisateurs.les saisons pour les systèmes. de froid. celles-ci correspondant à un regroupement des parties de bâtiment pour lesquelles les usages. La fiche algorithme est organisée en trois parties : • en haut à gauche. constituée des différents générateurs de chaleur. L’information harmonisée est renvoyée aux groupes. . les paramètres intrinsèques étant définis dans les fiches algorithmes. donc les scénarios d'utilisation. Chaque composant est relié aux autres par des flèches symbolisant les échanges de données. .la génération. serres… . L’enchaînement des calculs est le suivant : ‘Climat extérieur’ Les données météorologiques du pas de temps sont rendues disponibles.le climat extérieur. Il s’agit notamment d’organiser les priorités de fonctionnement. Le calcul du coefficient Cep fait appel à des composants supplémentaires : .les réseaux de distribution d’ECS. les calculs sont conduits au niveau de chaque groupe. . • • Le détail de chaque composant ou de chaque assemblage est au niveau de chaque fiche algorithme. dans la partie en couleur. pouvant être en relation avec un puits climatique selon les cas. en considérant les besoins propres à chaque groupe et ensuite harmonisées pour l’ensemble du bâtiment. notamment pour le fonctionnement de l’émission. les résultats étant dirigés vers le module de ‘calcul groupe’ puis ‘calcul zone’ et enfin ‘calcul bâtiment’.les espaces tampons : vérandas. de chaleur et d’ECS ainsi que de leur gestion régulation. 96 . de chaleur ou de froid.les systèmes aérauliques. Les saisons sont définies d’abord au niveau de chaque groupe. on trouve l’organisation proprement dite des différents composants. on distingue les composants amont.

‘Calculs bâtiment’ On effectue un post traitement des sorties du bâtiment : cumuls mensuels et annuels. 97 . ‘PV_installation_PV : La production d’énergie d’origine photovoltaïque est calculée.Méthode de calcul Th-BCE 2012 ‘Zones’ Les zones sont traitées comme présenté dans la fiche ‘assemblage zone’. ‘Part-ENR’ : La contribution ENR des générateurs et de la production locale d'énergie électrique utilisant les ENR est determinée. Cep. Bbio. L'apport dû aux ENR est exprimé en énergie primaire. ‘Groupes’ Les groupes sont traités comme présenté dans la fiche ‘assemblage groupe’.

1 INTRODUCTION Cette fiche a pour objet de recenser tous les calculs de résultats ramenés au niveau du bâtiment. 98 .2.2 C_CALC_Calculs_bâtiment 7.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.

Wh m² Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Cef_chzn Cef_frzn Cef annuels Cef mensuels Cef_ecszn Cef_eclzn Cef_auxvzn Cef_auxszn Cef_ch_mzn(m) Cef_fr_mzn(m) Cef_ecs_mzn(m) Cef_ecl_mzn(m) Cef_auxvzn(m) Cef_auxszn(m) 99 . Energie finale totale consommée par les auxiliaires de ventilation (et ventilateurs des émetteurs) pour l’année entière. Entrées du composant Nom Emissio n Description Energie requise pour le chauffage totale du groupe. PondPV(h) W Qw_brutsgr(h) z Abaies Besoins horaires bruts d’ECS Surface totale des baies de la zone Energie finale totale consommée pour le chauffage dans la zone pour l’année entière.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. Energie finale totale consommée pour le chauffage dans la zone pour le mois m. Energie finale totale consommée pour l’ECS dans la zone pour l’année entière. Energie finale totale consommée par l’éclairage artificiel des locaux de la zone pour le mois m. Energie finale totale consommée pour le refroidissement dans la zone pour le mois m. au pas de temps h.2 NOMENCLATURE Le Tableau 13 donne la nomenclature des différentes variables nécessaires pour effectuer les calculs au niveau du bâtiment. Energie finale totale consommée par les auxiliaires de distribution pour le mois m. Energie finale totale consommée par les auxiliaires de ventilation (et ventilateurs des émetteurs) de la zone pour le mois m. Energie finale totale consommée pour le refroidissement dans la zone pour l’année entière. Unité Wh Wh Wh Qsys_chgr(h) Qsys_frgr (h) CECL_GR(h) PV Ecl. Energie finale totale consommée par l’éclairage artificiel des locaux dans la zone pour l’année entière. Consommation d’énergie finale pour l’éclairage d’un groupe sur une heure Puissance électrique délivré par l’onduleur de l’installation PV sur le réseau en énergie finale. Energie finale totale consommée par les auxiliaires de distribution pour l’année entière.2. Energie requise pour le refroidissement totale du groupe. Energie finale totale consommée pour l’ECS dans la zone pour le mois m.

Energie finale totale fournie par utilisation du bois pour la zone sur l’année entière. Energie primaire totale consommée pour le refroidissement de la zone pour le mois m. Energie primaire totale consommée par les auxiliaires de ventilation (et ventilateurs des émetteurs) de la zone pour l’année entière. Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Cep_chzn Cep_frzn Cep annuels Cef mensuels Cef par énergie Cep par énergie Cep_ecszn Cep_eclzn Cep_auxvzn Cep_auxszn Cep_ch_mzn(m) Cep_fr_mzn(m) Cep_ecs_mzn(m) Cep_ecl_mzn(m) Cep_auxvzn(m) Cef_auxszn(m) Cef_gazzn Cef_fodzn Cef_chazn Cef_boizn Cef_elezn Cef_rdczn Cep_gazzn Cep_fodzn 100 . Energie finale totale fournie par utilisation du charbon pour la zone sur l’année entière. Energie primaire totale consommée par les auxiliaires de ventilation (et ventilateurs des émetteurs) de la zone pour le mois m. Energie primaire totale consommée par l’éclairage artificiel des locaux de la zone pour le mois m. Energie primaire totale consommée par l’éclairage artificiel des locaux de la zone pour l’année entière. Energie primaire totale fournie par utilisation du gaz pour la zone sur l’année entière. Energie primaire totale consommée par les auxiliaires de distribution de la zone pour l’année entière. Energie primaire totale consommée pour le refroidissement dans la zone pour l’année entière. Energie primaire totale consommée pour l’ECS de la zone pour le mois m. Energie primaire totale consommée pour l’ECS dans la zone pour l’année entière. Energie primaire totale consommée pour le chauffage de la zone pour le mois m. Energie finale totale fournie par utilisation du gaz pour la zone sur l’année entière. Energie finale totale fournie par utilisation de l’électricité pour la zone sur l’année entière. Energie finale totale fournie par utilisation des réseaux de chaleur pour la zone sur l’année entière.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Energie primaire totale consommée pour le chauffage dans la zone pour l’année entière. Energie primaire totale fournie par utilisation du fioul domestique pour la zone sur l’année entière. Energie primaire totale consommée par les auxiliaires de distribution de la zone pour le mois m. Energie finale totale fournie par utilisation du fioul domestique pour la zone sur l’année entière.

gr. Energie électrique primaire consommée par les auxiliaires de boucles solaires pour la génération gen. ramenée au m² de SHONRT.gr Eep_sol_totgen. Energie solaire thermique annuelle cumulée pour la génération gen. Energie primaire totale fournie par utilisation des réseaux de chaleur pour la zone sur l’année entière.gr. Consommations annuelles en énergie primaire par générateur thermodynamique et par groupe. Longueur des ponts thermiques déperditifs du groupe Coefficient de transmission thermique du pont thermique vertical l Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Whep Cep_chazn Cep_boizn Cep_elezn Cep_rdczn Cep_rdchgen. Energie finale totale consommée par la zone pour l’année entière. répartie par groupe.gr Eep_prelecgen. ramenée au m² de SHONRT.gr Whep Whep Whep Wh Wh Wh/m ² par an Wh/m ² par an m W/m. - Usagezone SHONRTz Sorties Nom Description Surface Hors Œuvre Nette au sens de la RT du bâtiment Besoin mensuel en chaud d’un bâtiment par m² de SHONRT Besoins mensuels en chaud d’un bâtiment en points Unité m² Wh/m² SHONR T SHONRT bât Bchm Bch bât _ m pts points 101 . Energie finale totale consommée par la zone pour l’année entière.gr Cep_rdfrgen. Energie électrique finale annuelle totale produite par la génération attribuée au groupe gr.gr Eep_aux_totgen. Cep_frgnr. Energie primaire totale fournie par utilisation du bois pour la zone sur l’année entière. répartie par groupe. K Cefzn Cepzn LgrPT Ψl Paramètres d’intégration du composant Nom Description Usage de la zone Surface Hors Œuvre Nette au sens de la RT de la zone Unité m² Min 1 0 Max 31 +∞ Conv. Energie primaire totale fournie par utilisation des réseaux de chaleur pour la zone sur l’année entière.gr Calculs génération Whep Cep_chgnr. Energie électrique primaire annuelle totale produite par la génération attribuée au groupe gr. Energie primaire totale fournie par utilisation des réseaux de froid pour la zone sur l’année entière.gr Eef_prelecgen. Energie primaire totale fournie par utilisation de l’électricité pour la zone sur l’année entière.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Energie primaire totale fournie par utilisation du charbon pour la zone sur l’année entière. Cep_ecsgnr.

Energie finale totale consommée pour le refroidissement dans la zone pour le mois m. Energie finale totale consommée par les auxiliaires de distribution du bâtiment pour l’année entière. Energie finale totale consommée pour le refroidissement dans le bâtiment pour l’année entière. Energie finale totale consommée pour l’ECS dans le bâtiment pour l’année entière. Energie finale totale consommée par les auxiliaires de ventilation (et ventilateurs des émetteurs) du bâtiment pour le mois m. points points points Wh/m²S HONRTgr Wh/m²S HONRTgr Cef_chbat Cef_frbat Cef annuels Cef_ecsbat Cef_eclbat Cef_auxvbat Cef_auxsbat Cef_ch_mbat(m) Cef_fr_mbat(m) Cef_ecs_mbat(m) Cef_ecl_mbat(m) Cef_auxvbat(m) Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Cef mensuels 102 . Energie finale totale consommée pour l’ECS dans le bâtiment pour le mois m. Energie finale totale consommée pour le chauffage dans la zone pour le mois m. Energie finale totale consommée par l’éclairage artificiel des locaux du bâtiment pour l’année entière.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Bchbât Bchbat pts bât Bfrm bât Bfrpts _ m Besoin annuel en chaud d’un bâtiment par m² de SHONRT Besoin annuel en chaud d’un bâtiment en points Besoin mensuel en froid d’un bâtiment par m² de SHONRT Wh/m²S HONRT points Wh/m² SHONR Besoins mensuels en froid d’un bâtiment en points Besoin annuel en froid d’un bâtiment par m² de SHONRT Besoin annuel en froid d’un bâtiment en points Besoin mensuel en éclairage artificiel d’un bâtiment par m² de SHONRT points Wh/m² SHONR T T Bfr bât bat Bfrpts points Wh/m² SHONR T bât Beclm Becl bât _ m pts Besoin mensuel en éclairage artificiel en points Besoin annuel en éclairage bâtiment par m² de SHONRT artificiel d’un points Wh/m² SHONR T Beclbât Beclbat pts Bbiom Bbio Becsmbat Becsbat Besoin annuel en éclairage d’un bâtiment en points Besoin bioclimatique mensuel du bâtiment par m² de SHONRT Besoin bioclimatique annuel du bâtiment par m² de SHONRT Besoin mensuel bruts d’ECS du bâtiment Besoin annuel bruts d’ECS du bâtiment Energie finale totale consommée pour le chauffage dans le bâtiment pour l’année entière. Energie finale totale consommée par les auxiliaires de ventilation (et ventilateurs des émetteurs) du bâtiment pour l’année entière. Energie finale totale consommée par l’éclairage artificiel des locaux du bâtiment pour le mois m.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 Energie finale totale consommée par les auxiliaires de distribution du bâtiment pour le mois m. Energie primaire totale consommée pour le chauffage du bâtiment pour le mois m. Energie primaire totale consommée pour le refroidissement du bâtiment pour le mois m. Energie primaire totale consommée par les auxiliaires de ventilation (et ventilateurs des émetteurs) du bâtiment pour le mois m. Energie primaire totale consommée par l’éclairage artificiel des locaux du bâtiment pour le mois m. Energie finale totale fournie par utilisation du gaz pour le bâtiment sur l’année entière. Wh/m ² par mois Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Cef_auxsbat(m) Cep_chbat Cep_frbat Cep annuels Cep mensuels Cef par énergie Cep_ecsbat Cep_eclbat Cep_auxvbat Cep_auxsbat Cep_ch_mbat(m) Cep_fr_mbat(m) Cep_ecs_mbat(m) Cep_ecl_mbat(m) Cep_auxvbat(m) Cep_auxsbat(m) Cef_gazbat Cef_fodbat Cef_chabat Cef_boibat Cef_elebat Cef_rdcbat 103 . Energie finale totale fournie par utilisation du bois pour le bâtiment sur l’année entière. Energie primaire totale consommée pour l’ECS du bâtiment pour le mois m. Energie primaire totale consommée par les auxiliaires de distribution du bâtiment pour l’année entière. Energie primaire totale consommée par l’éclairage artificiel des locaux du bâtiment pour l’année entière. Energie finale totale fournie par utilisation des réseaux de chaleur pour le bâtiment sur l’année entière. Energie finale totale fournie par utilisation du charbon pour le bâtiment sur l’année entière. Energie primaire totale consommée par les auxiliaires de distribution du bâtiment pour le mois m. Energie primaire totale consommée pour l’ECS dans le bâtiment pour l’année entière. Energie primaire totale consommée pour le chauffage dans le bâtiment pour l’année entière. Energie primaire totale consommée par les auxiliaires de ventilation (et ventilateurs des émetteurs) du bâtiment pour l’année entière. Energie finale totale fournie par utilisation de l’électricité pour le bâtiment sur l’année entière. Energie primaire totale consommée pour le refroidissement dans le bâtiment pour l’année entière. Energie finale totale fournie par utilisation du fioul domestique pour le bâtiment sur l’année entière.

Energie électrique primaire totale produite par les générateurs du bâtiment (cogénération). Energie finale totale produite par les panneaux photovoltaïques du bâtiment. ramenée au m² de SHONRT. Energie primaire mensuelle produite par les panneaux photovoltaïques du bâtiment.bat. Energie primaire totale fournie par utilisation des réseaux de froid pour le bâtiment sur l’année entière. Cep_ecsgnr. ramenée au m² de SHONRT. Energie primaire totale fournie par utilisation du fioul domestique pour le bâtiment sur l’année entière. Energie électrique finale totale produite par les générateurs du bâtiment (cogénération). Ratio de transmission linéique moyen global des ponts thermiques du bâtiment Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Whep Cep_gazbat Cep_fodbat Cep par énergie Part ENR Cep_chabat Cep_boibat Cep_elebat Cep_rdcbat Cep_rdchbat Cep_rdfrbat Cep_chgnr.K Eef_PVbat Eep_PVbat PV Eef_PV_mbat Eep_PV_mbat Eef_prelecbat Eep_prelecbat Cefbat Cepbat Ratiopsi 104 .bat Eep_sol_totbat Eep_auxst_totbat Whep Whep Wh/m ² par an WhEP /m² par an Wh/m ² par mois WhEP /m² par mois Wh Wh Wh/m ² par an Wh/m ² par an W/m² SHON RT. Consommations annuelles en énergie primaire par poste et par générateur. Energie finale totale consommée par le bâtiment pour l’année entière. Energie primaire totale fournie par utilisation des réseaux de chaleur pour le bâtiment sur l’année entière. Energie primaire totale produite par les panneaux photovoltaïques du bâtiment. Energie primaire totale fournie par utilisation du bois pour le bâtiment sur l’année entière. Energie finale totale consommée par le bâtiment pour l’année entière. Cep_frgnr. Energie primaire totale fournie par utilisation du charbon pour le bâtiment sur l’année entière. Energie solaire thermique annuelle cumulée pour le bâtiment bat. Energie finale mensuelle produite par les panneaux photovoltaïques du bâtiment. Energie électrique annuelle cumulée des auxiliaires des boucles solaires pour le bâtiment bat. Energie primaire totale fournie par utilisation de l’électricité pour le bâtiment sur l’année entière. Energie primaire totale fournie par utilisation des réseaux de chaleur pour le bâtiment sur l’année entière.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Energie primaire totale fournie par utilisation du gaz pour le bâtiment sur l’année entière.bat.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 Constantes Nom Description Constante associée aux besoins de chaud Constante associée aux besoins de froid Constante associée aux besoins d’éclairage Coefficients d’énergie primaire correspondant aux différents types d’énergie. Durée de la simulation en heures Unité Réel h Conv. i=10 à 60 Duree_simul Tableau 13 : Nomenclature des différentes variables nécessaires à divers calculs au niveau du bâtiment 105 . 2 2 5 8760 α1 α2 β Coefep(i).

3 Calculs dynamiques au niveau du bâtiment Les besoins de chaud.2 L’exigence Ratio_psi Le ratio de transmission thermique linéique moyen global des ponts thermiques.3.3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE Les calculs s’effectuant au niveau du bâtiment sont détaillés ci-dessous. Il s’exprime en Watt par m² de surface SHONRT et par degré Kelvin d’écart de température.2.mensuels par bâtiment ∑ ∑Q bât Bch m = gr∈bât h∈mois gr sys _ ch SHON RT et bât Bch bât _ m = α1 * Bchm pts (87) .annuels par bâtiment bât Bfr = ∑ Bfr mois =1 bât m bât Bfrpts = α 2 * Bfr bât (90) et 106 . d’éclairage sont exprimés en Wh/m²SHONRT du bâtiment puis en points lorsque les notations portent le suffixe « pts ». nommé Ratiopsi.2 = ∑ Bch mois=1 12 bât m Bch bât = α1 * Bch bât pts et (88) Calcul des besoins de froid .2.3.1 Calcul des besoins de chaud . traduit les déperditions par transmission. 7.3.2. 7.3.3.2.3.2.2.annuels par bâtiment bât Bch 7.1 La surface du bâtiment La SHONRT du bâtiment s’exprime de la manière suivante : SHON RT = ∑ SHON z∈bat z RT (85) 7.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. à travers tous les ponts thermiques des liaisons.3. de froid.mensuels par bâtiment ∑ ∑Q bât Bfrm = gr∈bât h∈mois gr sys _ fr SHON RT 12 et bât bât Bfrpts _ m = α 2 * Bfrm (89) . conformément aux règles Th-U : ∑ψ Ratio psi = gr∈bât l gr * l PT (86) SHON RT 7.

Bch m + α 2 .2.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.annuels Le besoin total bioclimatique d’un bâtiment.mensuels Bbiobât est obtenu en sommant sur un mois les besoins mensuels de chaud.4 ∑ Becl mois =1 bât m Becl bât = β * Becl bât pts et (92) Calcul du besoin bioclimatique Bbio .mensuels par bâtiment ∑ ∑ Cecl bât Becl m GR = gr∈bât h∈mois SHON RT 12 et bât Becl bât _ m = β * Beclm pts (91) .Becl m (93) . bât bât bât bât Bbio m = α 1 .annuels par bâtiment Becl bât = 7.3.4 Calcul des besoins d’ECS Les besoins d’ECS ne font pas partie du calcul du Bbio.3.3.2. Il est cependant intéressant de les évaluer.3. de froid et d’éclairage m d’un bâtiment. Les résultats horaires sont sommés sur chaque mois de l’année. noté Bbio. 7.3 Calcul des besoins d’éclairage .Bfrm + β . pondérés par les coefficients réglementaires. est obtenu en sommant sur l’année les besoins bioclimatiques mensuels du bâtiment bât Bbio = ∑ Bbio mois =1 12 bât m (94) Le Bbio du bâtiment est exprimée en nombre de points.2. ∑ ∑Q bat Becs m = gr ∈bat h∈mois gr w _ bruts (h) (95) SHON 12 RT Becs bat = ∑ Becs mois =1 bat m (96) 107 . puis sur l’année entière.3.

gr ep _ ch (97) gnr Cep _ .1 Consommations par générateur thermodynamique et par bâtiment Afin de déterminer la part d’énergie renouvelable du bâtiment bat associée à la production thermodynamique.3. on réalise les sommations des énergies fournie (solaire thermique) et consommée (auxiliaires) par les boucles solaires pour chaque pour chaque génération gen desservant un groupe gr appartenant au bâtiment bat.2. bat Eep _ sol _ tot = gr∈bat bat Eep _ auxst _ tot = ∑  ∑E   gen → gr  gen .ecs = ∑C gr∈bat gnr .2.5 Calculs dynamiques au niveau du bâtiment lors d’un calcul de consommations 7.5. gr ep _ fr (98) gnr bat Cep _ .5.2 Bilan des boucles solaires pour le bâtiment Afin de déterminer la part d’énergie renouvelable du bâtiment bat associée à la production solaire thermique.3 Consommations en énergie primaire des réseaux de chaleur et de froid bat Cep _ rdch = gr∈bat ∑  ∑C     gen→ gr SHON RT gen. gr ep _ rdch     (102) bat Cep _ rdfr = gr∈bat ∑  ∑C   gen→gr SHON RT gen.2. gr ep _ sol _ tot         (100) gr∈bat ∑  ∑E   gen→ gr  gen . gr ep _ auxst _ tot (101) 7.3. gr ep _ ecs (99) 7. gr ep _ rdfr     (103) 108 .3.bat = fr ∑C gr∈bat gnr .ch = ∑C gr∈bat gnr . On définit donc : gnr bat Cep _ .3.2.5.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. il est nécessaire de connaitre pour chaque générateur thermodynamique gnr (idtypegnr=503 à 509) desservant un bâtiment bat les consommations en énergie primaire par poste.

5.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.6 - bat ep _ fr = ∑C mois=1 12 (107) bat ep _ fr _ m Consommations en énergie finale et primaire d’éclairage du bâtiment Les consommations d’éclairage en énergie finale sont exprimées : Sous forme de résultats mensuels : ∑ SHON bat C ef _ ecl _ m = z∈bat z RT z .C ep _ ecl _ m (108) SHON RT 109 .5.3.2.C ep _ (106) fr _ m = z∈bat SHON RT - Sous forme d’un résultat annuel total : bat Cef _ fr = ∑C mois=1 12 bat ef _ fr _ m C 7.3.3.C ef _ ecl _ m SHON RT ∑ SHON bat C ep _ ecl _ m = z∈bat z RT z .C ep _ ch _ m (104) SHON RT - Sous forme d’un résultat annuel total : bat Cef _ ch = ∑C mois=1 12 bat ef _ ch _ m bat Cep _ ch = ∑C mois=1 12 (105) bat ep _ ch _ m 7.C ef _ fr _ m = z∈bat SHON RT ∑ bat C ep _ fr _ m z z SHON RT .2.5.2.C ef _ ch _ m SHON RT ∑ SHON bat C ep _ ch _ m = z∈bat z RT z .5 - Consommations en énergie finale et primaire de refroidissement du bâtiment Les consommations de refroidissement en énergie finale et primaire sont exprimées : Sous forme de résultats mensuels : ∑ SHON bat C ef _ fr _ m z RT z .4 - Consommations en énergie finale et primaire de chauffage du bâtiment Les consommations de chauffage en énergie finale et primaire sont exprimées : Sous forme de résultats mensuels : ∑ SHON bat C ef _ ch _ m = z∈bat z RT z .

C ef _ auxv _ m = z∈bat SHON RT ∑ SHON bat C ep _ auxv _ m = z∈bat z RT z .3.C ef _ ecs _ m = z∈bat SHON RT ∑ bat C ep _ ecs _ m = z∈bat z z SHON RT .Méthode de calcul Th-BCE 2012 - Sous forme d’un résultat annuel total : bat Cef _ ecl = ∑C mois=1 12 bat ef _ ecl _ m bat Cep _ ecl = ∑C mois=1 12 (109) bat ep _ ecl _ m 7.C ep _ auxv _ m (112) SHON RT 110 .7 Consommations en énergie finale et primaire pour l’eau chaude sanitaire du bâtiment Les consommations d’eau chaude sanitaire en énergie finale et primaire sont exprimées : Sous forme de résultats mensuels : ∑ SHON bat C ef _ ecs _ m z RT z .3.5.8 Consommations en énergie finale et primaire pour les auxiliaires de ventilation du bâtiment Elles s’expriment : Sous forme de résultats mensuels : ∑ SHON bat C ef _ auxv _ m z RT z .C ep _ ecs _ m (110) SHON RT - Sous forme d’un résultat annuel total : C bat ef _ ecs = ∑C mois=1 12 bat ef _ ecs _ m bat Cep_ ecs = ∑C mois=1 12 (111) bat ep _ ecs_ m 7.2.2.5.

Elles s’expriment : - Sous forme de résultats mensuels : ∑ SHON bat C ef _ auxs _ m = z∈bat z RT z .2.Cef _ PV _ m 111 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 - Sous forme d’un résultat annuel total : bat C ef _ auxv = ∑C mois=1 12 bat ef _ auxv _ m bat Cep _ auxv bat = Cep _ auxv _ m mois=1 ∑ 12 (113) 7.3.C ep _ auxs _ m (114) SHON RT - Sous forme d’un résultat annuel total : bat Cef _ auxs = ∑C mois=1 12 bat ef _ auxs _ m C bat ep _ auxs = ∑C mois=1 12 (115) bat ep _ auxs_ m 7.9 Consommations en énergie finale et primaire pour les auxiliaires de distribution d’eau du bâtiment des pompes et circulateurs des réseaux de Elles incluent les consommations chauffage/refroidissement et d’ECS.2. constituée d’un ou plusieurs composants PV.5. bat φ ef _ prod _ PV ( h ) = ∑P PV ⊂ bat PV ond ( h )(× 1h ) (116) Elles s’expriment : Sous forme de résultats mensuels : ∑φ bat E ef _ PV _ m bat ef _ prod _ PV (h) (117) = h∈mois SHON RT bat bat Eep _ PV _ m = Coefep(50).C ef _ auxs _ m SHON RT ∑ SHON bat C ep _ auxs _ m = z∈bat z RT z . est définie au niveau du bâtiment.3.10 Production photovoltaïque d’électricité du bâtiment La production photovoltaïque.5.

C ef _ cha (123) SHON RT ∑ SHON bat C ef _ boi = z∈bat z z RT .2.11 Production d’électricité des générateurs (cogénération) attribuée au bâtiment bat Eef _ prelec =   gen gr  ∑ Eef _ .5.C ef _ ele (125) SHON RT ∑ SHON bat C ef _ rdc = z∈bat z z RT .C ef _ boi (124) SHON RT ∑ SHON bat C ef _ ele = z∈bat z z RT .5.C ep _ fod (128) SHON RT 112 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 - Sous forme d’un résultat annuel total : bat Eef _ PV = ∑C mois=1 12 bat ef _ PV _ m (118) E bat ep _ PV = Coefep(50).C ep _ gaz (127) SHON RT ∑ SHON bat C ep _ fod = z∈bat z z RT .Eef _ prelec 7.3.12 Consommations en énergie finale et primaire de la zone par type d’énergie Les consommations par type d’énergie s’expriment uniquement sous forme d’un résultat total annuel : ∑ SHON bat C ef _ gaz = z∈bat z z RT .C ef _ rdc (126) SHON RT ∑ SHON bat C ep _ gaz = z∈bat z z RT .C bat ef _ PV 7.C ef _ fod (122) SHON RT ∑ SHON bat C ef _ cha = z∈bat z z RT .2.C ef _ gaz (121) SHON RT ∑ SHON bat C ef _ fod = z∈bat z z RT .prelec  ∑  gr∈bat  gen→ gr  (119) (120) bat bat Eep _ prelec = Coefep(50) .3.

C ep _ cha (129) SHON RT ∑ SHON bat C ep _ boi = z∈bat z z RT .C ep _ rdc (132) SHON RT 7.Méthode de calcul Th-BCE 2012 ∑ SHON bat C ep _ cha = z∈bat z z RT . bat bat bat bat bat bat bat bat bat Cef = Cef _ ch + Cef _ fr + Cef _ ecl + Cef _ ecs + Cef _ auxv + Cef _ auxs − Eef _ PV − Eef _ prelec bat bat bat bat bat bat bat bat bat Cep = Cep _ ch + Cep _ fr + Cep _ ecl + Cep _ ecs + Cep _ auxv + Cep _ auxs − Eep _ PV − E ep _ prelec (133) (134) 113 .5.C ep _ boi (130) SHON RT ∑ SHON bat C ep _ ele = z∈bat z z RT .3. La production photovoltaïque du bâtiment ainsi que la production à demeure par les systèmes de cogénération sont soustraites du résultat.C ep _ ele (131) SHON RT ∑ SHON bat C ep _ rdc = z∈bat z z RT .13 Consommations totales du bâtiment en énergie finale et primaire Les consommations totales en énergie finale et en énergie primaire sont obtenues par sommation sur l’ensemble des postes.2.

- Groupes en contact avec l’espace tampon Indicateur d’usage d’habitation et d’hébergement. Indices d’occupation des différents groupes gr en contact avec l’espace tampon au pas de temps h. Coefficient de transmission thermique global du pont thermique l entre l'extérieur et l’intérieur.3. Aet Surface au sol de l’espace tampon. Idi ihergementgr ioccgr(h)gr⊂et m/s Entrées de la fiche « Environnement proche ». sans les espaces tampons. Bool Ent ioccgr(h-1)gr⊂et Ent θigr(h-1)gr⊂et Saisongr(j)gr⊂et °C Saison propre au groupe au jour j. au temps h1. Températures de l’air intérieur. ψ. Indices d’occupation des différents groupes gr en contact avec l’espace tampon au pas de temps h-1. sans les espaces tampons. - 114 . θext (h) °C Vvent(h) γ. au pas de temps h. sans les espaces tampons. Entrées du composant Nom Description Unité h Environnement extérieur hlég(h) Heure légale au pas de temps h. Coefficient de transmission thermique global de la paroi opaque k entre l'extérieur et l’intérieur.1 NOMENCLATURE Le Tableau 14 donne la nomenclature des différentes variables de la présente fiche. Température de l’air extérieur. des différents groupes connectés à l’espace tampon.3 S1-Bat-Assemblage des espaces tampons 7. Dans toute la suite de la fiche.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. Ent. Vitesse du vent au pas de temps h. on notera h le pas de temps de simulation et j le jour de simulation. Coefficient de transmission thermique global pour la baie vitrée b entre les environnements intérieurs et extérieurs. Idr. Baies Hges_set(h-1) b W/K Parois HTH_setk W/K HTH_setl PT W/K Paramètres d’intégration du composant Nom Description Unité m² Min 0 Max +∞ Conv.

Vecteur des azimuts des N parois de l’espace tampon donnant sur l’extérieur. avec surventilation Unité Min Max Conv. hors surventilation par ouverture des baies.m²) 0 +∞ Uet_pb 0 +∞ - Parois extérieures de l’espace tampon solarisé N Entie r 0 +∞ - {Uuen}n={1.m²) 0 +∞ - {αwen}n={1. tel que défini dans les règles Th-U. Vecteur des coefficients de transmission thermique Uue des N parois de l’espace tampon donnant sur l’extérieur.N} ° (ang) ° (ang) 0 360 - {βwen}n={1.N} W/(K . sans protection mobile en place. Vecteur des facteurs solaires des N parois de l’espace tampon donnant sur l’extérieur. TRHet vol/h 0 +∞ - Httfet m 0 +∞ - {Auen}n={1. 1 : espace tampon mobiles.K ) W/(K .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Taux de renouvellement d’air de base de l’espace tampon.N} m² 0 +∞ - Paramètres intrinsèques du composant Nom Description Indicateur entier : 0 : espace tampon non-solarisé. Vecteur des facteurs solaires globaux des N parois de l’espace tampon donnant sur l’extérieur. Indicateur entier : 0 : espace tampon mobiles.N} Réel 0 1 - 115 . Indicateur entier : 0 : espace tampon 1 : espace tampon naturelle. Coefficient de déperdition thermique équivalent par le plancher bas de l’espace tampon. Caractérisation de l’espace tampon isolarise ent 0 1 isurv ent 0 1 1 sans protections ent avec protections 0 1 iprot ET nonsolarisé bet_ns Coefficient b de réduction des déperditions de l’espace tampon non-solarisé. Capacité thermique quotidienne de l’espace tampon par unité de surface au sol. Nombre de parois de l’espace tampon donnant sur l’extérieur. 1 : espace tampon solarisé.N} 0 90 - {Swe_spn}n={1. Vecteur des surfaces des N parois de l’espace tampon donnant sur l’extérieur. Réel 0 1 ET solarisé Cm_et_surf kJ/( m². Hauteur de tirage thermique en surventilation naturelle de l’espace tampon. non-surventilé.

θet_fer1.N} Vecteur des facteurs solaires globaux des N parois de l’espace tampon donnant sur l’extérieur. Températures de consigne de l’espace tampon pour la surventilation naturelle. avec protection mobile en place. Différence de température entre l’extérieur et l’intérieur de l’espace tampon à respecter. avec protection mobile en place. θet_ouv2. Unité Composants d’enveloppe et entrées d’air btherm(h) - bsolaire(h) Coefficient de réduction des flux solaires dû à la présence de l’espace tampon. θet_fer2 dθext/et °C 0 +∞ - °C 0 +∞ - θ ext _seuil °C 0 +∞ Sorties Nom Description Coefficient de réduction des déperditions thermiques dû à la présence de l’espace tampon. - θet (h) °C Tableau 14 : Nomenclature du modèle 116 .N } n Réel 0 1 - Réel 0 1 - Surventilation de l’espace tampon Partouv_et_inocc Réel 0 1 θet_ouv1. Vecteur des ratios d’ouverture maximale des N parois de l’espace tampon. Température d’air dans l’espace tampon au pas de temps h. - becl(h) Coefficient de réduction de l’éclairement dû à la présence de l’espace tampon (concerne uniquement les baies vitrées).N} n Réel 0 1 - {Tle_ap }n={1. Réel 0 1 - {Tle_sp }n={1. Vecteur des facteurs de transmission lumineux globaux des N parois de l’espace tampon donnant sur l’extérieur. sans protection mobile en place.N} {Rouv_maxn}n={1. Vecteur des facteurs de transmission lumineux globaux des N parois de l’espace tampon donnant sur l’extérieur.Méthode de calcul Th-BCE 2012 {Swe_apn}n={1. Température extérieure minimale à respecter. Part des parois de l’espace tampon dont l’ouverture est possible à maintenir en inoccupation.

SORTIES btherm(h).Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. Cm_et_surf. Rprotet_inocc Environnement extérieur iprot isolarise . θet. naturelle: θet_ouv1. Les espaces non-solarisés sont pris en compte au travers du coefficient b défini dans les règles Th-U. . ψ.Baies isurv Surv. θigr(h-1) ihergementgr Protections mobiles: Protet_ext. bsolaire(h). θext _seuil Gestion/régulation de l’espace tampon {Drp*(h)n}n={1.N} {Dfp*(h)n}n={1. θet_fer2.i_pm_limb. θet. Idr(h). qui réalise les calculs d’éclairement et de flux solaires en fonction des orientations des parois et des masques de l’espace tampon. les apports solaires et l’inertie globale du composant.Ponts thermiques. becl(h). θet_ouv2. Idi(h) Composants: .N} Rouvet_eff(h). qui détermine à chaque horaire quelle position des protections mobiles et quel ratio de surventilation naturelle sont appliqués. Qv. θext (h). qui simule de manière dynamique le comportement de l’espace tampon solarisé en prenant en compte les échanges thermiques. Vvent(h) HTH_setk HTH_setl Hges_setb isolarise = 0 bet_ns Aet.2 DESCRIPTION MATHEMATIQUE L’assemblage des composants intervenant dans la modélisation des espaces tampons est le suivant : Assemblage espace tampon – RT2012 Interface Code Pas de temps h-1 Φrejetgnr(h-1) Scénarios ASSEMBLAGE ESPACE TAMPON saisongr(j).. Espace tampon.et. θext (h) γ.3.N} αwe.. selon une modélisation conventionnelle du comportement des occupants.i_pm_limh. {Etp*n}n={1. Uet_pb Parois de l’espace tampon: 1 à N Uue αwe βwe Swe_sp Swe_a Tle_sp Tle_ap Rouv_max αwe βwe N:1 isolarise = 1 Espaces tampons N:1 . le renouvellement d’air. éventuellement corrigé si l’espace tampon est utilisé pour une production d’ECS thermodynamique. θet (h) Figure 8: Assemblage des composants espaces tampons L’assemblage fait appel à trois composants : Environnement proche.N} n Rprotet(h). . dθext/et. θet_fer1. - - 117 .Parois opaques. Ce composant n’est pas utilisé dans le cas d’un espace tampon non-solarisé. βwe Environnement proche hlég(h).base. {Rrp*(h) }n={1.. Ce composant est le même que pour les parois et baies définies au niveau du groupe. Gestion/régulation de l’espace tampon. Vvent(h). Httfet...

Elle varie en fonction de la saison.4 Gestion/Régulation des espaces tampons solarisés 7. sur la température d’air extérieur et sur la vitesse locale du vent. Cette régulation est soumise à certaines hypothèses.4.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.1 INTRODUCTION La gestion/régulation des espaces tampons d’intervient que dans le cas d’espaces tampons solarisés : véranda. serre. 118 . et se base sur la température d’air intérieure du local solarisé. jardin d’hiver… Elle définit de manière horaire les ratios de protections mobiles ainsi que ratios d’ouverture pour surventilation des parois extérieures vitrées de l’espace tampon.

4.fingr(h-1) θet (h-1) {Etp*n}n={1. Indicateur d’usage d’habitation. au temps h. on notera h le pas de temps de simulation et j le jour de simulation. Vitesse du vent au pas de temps h. Température de l’air extérieur.N} °C Espa ce tamp on °C Lux Sorties Nom Description Position (exprimée en ratio surfacique) des protections mobiles sur l’ensemble des parois vitrées protégées de l’espace tampon. 0 : usage autre que d’habitation et d’hébergement. Température d’air dans l’espace tampon au pas de temps h-1. Autfr. Unité Espace tampon Rprotet(h) Réel Rouvet_eff(h) Réel 119 . Ratio surfacique d’ouverture des parois vitrées de l’espace tampon au temps h. La valeur 1 correspond à l’ouverture maximale qu’admet la baie.2 NOMENCLATURE Le Tableau 15 donne la nomenclature des différentes variables du modèle de calcul. Unité h θext (h) °C Vventc(h) m/s Autch. Valeur initiale=10 Vecteur des éclairements naturels totaux sur les parois extérieures vitrées de l’espace tampon. Autorisation de refroidir propre au groupe.pro (j)gr⊂et gr Ent. Température opérative intérieure des groupes gr reliés à l’espace tampon. Dans toute la suite de la fiche. Ent. Entrées du composant Nom Environnement extérieur hlég(h) Description Heure légale au pas de temps h.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. La valeur 0 correspond à l’interdiction de chauffer. La valeur 0 correspond à l’interdiction de refroidir. 1 : usage d’habitation et d’hébergement. Scénarios ihergementgr Bool Grou pes θop.progr(j)gr⊂et Saisons Autorisation de chauffer propre au groupe.

Température limite basse pour l’abaissement des protections de l’espace tampon. 1 : possibilités de surventilation naturelle via des parois manoeuvrables.i_pm_limb °C 0 +∞ Voir Tableau 16 θet. 1 : extérieures. 0 : pas de possibilités de surventilation naturelle. 1 : présence de protections mobiles.i_pm_limh °C 0 +∞ - idprot Entier 0 1 0 Protet_ext Entier 0 1 - Surventilation de l’espace tampon θet_ouv1. θet_fer2 dθext/et_ouv Températures de consigne de l’espace tampon pour la surventilation naturelle. Saisonet(h) Entier 120 . 0 : pas de protections mobiles. θet_ouv2. Température limite haute pour l’abaissement des protections de l’espace tampon. Indicateur de saison au sens de l’espace tampon. θet_fer1. m/s 0 +∞ 15 θet. Indicateur de protections mobiles en place. Ecart de température avec l’extérieur maximal de surventilation naturelle.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Paramètres intrinsèques Nom Description Unité Min Max Conv. Entier 0 1 1 Variables internes Nom Description Unité Entier N Nombre de parois de l’espace tampon donnant sur l’extérieur. 0 : intérieures. Conventionnellement fixé à 1. Vventc_lim Protections de l’espace tampon Seuil de vitesse de vent limite pour lequel les protections extérieures sont remontées en gestion manuelle. Indicateur d’emplacement des protections mobiles des parois de l’espace tampon (extérieures ou intérieures). °C 0 +∞ Voir Tableau 18 Voir Tableau °C 0 +∞ 17 °C 0 +∞ Voir Tableau θext_seuil_ouv 17 idsurv Indicateur de surventilation naturelle possible de l’espace tampon. Température extérieure minimale de surventilation naturelle.

La valeur 1 correspond à l’ouverture maximale qu’admet la baie. Indicateur booléen prenant la valeur 1 si l’espace tampon est uniquement en contact de zones à usages d’habitation ou hébergement. °C θet_regul(h-1) °C Rprotet(h-1) Réel Rouvep_eff(h-1) Réel Rouvet_req(h) Réel Rouvet_req(h-1) Réel Autouv_et(h) Réel ihergement_et Bool iper_sommeil(h) Bool Tableau 15 : Nomenclature du modèle 121 . Température de référence utilisée par la gestion de l’espace tampon. Position (exprimée en ratio surfacique) des protections mobiles sur l’ensemble des parois vitrées protégées de l’espace tampon. Autorisation d’ouverture des parois de l’espace tampon en fonction de la température extérieure. Ratio surfacique requis d’ouverture des parois vitrées de l’espace tampon au temps h pour le refroidissement naturel. Ratio surfacique d’ouverture des parois vitrées de l’espace tampon au temps h.Méthode de calcul Th-BCE 2012 θet_regul(h) Température de référence utilisée par la gestion de l’espace tampon. Ratio surfacique requis d’ouverture des parois vitrées de l’espace tampon au temps h -1 pour le refroidissement naturel. Indicateur de période de sommeil. au pas de temps h-1.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. l’information de saison utilisée est celle au niveau de l’espace tampon.4.4. 122 . (135) Saisonet(j) = 1. (saison mixte) Sinon. pro ( j ) > 0 . 7.fingr(h-1))gr lié à ET) (137) Un temps de réaction des occupants d’une heure est pris en compte (valeurs de θ à h-1).1 Précalculs dynamiques 7.3. si ∑ Aut gr ⊂et gr fr . pro ( j) > 0 Saisonet(j) = 3. la température prise en compte dans les algorithmes de gestion de l’espace tampon est la suivante : θet_regul(h)= MAX(θet (h-1) .1. si ∑ Aut gr ⊂et gr ch. alors.1 Saisons au sens de l’espace tampon solarisé L’indicateur de saison au sens de l’espace tampon est déterminé à partir des indicateurs de saisons des différents groupes en contact avec lui.3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE 7. Saisonet(j) = 2 (mi-saison) Dans toute la suite de la fiche. (saison de refroidissement) Sinon. alors. Cet algorithme passe par des variables Autch.4.2 Température de référence pour la gestion de l’espace tampon Afin de prendre en compte à la fois le confort dans les locaux occupés et les éventuelles surchauffage dans l’espace tampon même.1.3.θop.pro(h) et Autfr. les algorithmes de gestion/régulation ne sont plus actifs en période nocturne de manière à tenir compte du sommeil des occupants.2 Indicateur ihebergement_et L’indicateur ihebergement_et ne prend la valeur 1 que si l’intégralité des groupes en contact avec l’espace tampon solarisé sont des locaux d’habitation ou d’hébergement.3. (saison de chauffage) Sinon. Si ∑ Aut gr ⊂et gr ch.pro(h) pour chacun des groupes en contact avec l’espace tampon. pro ( j) > 0 .4. ihebergement_et = MIN(ihebergementgr) (136) 7. pro ( j) > 0 et ∑ Aut gr⊂et gr fr .4. MAX(ioccgr(h). Saisonet(j) = 4. Dans ce cas.3.

i_pm_limh 28° C 30° C Tableau 16: Valeur des températures de consigne pour la gestion des protections mobiles de l'espace tampon solarisé La vitesse de vent est également prise en compte pour les protections mobiles extérieures. associées à un modèle de gestion simplifié.i_pm_limb θet. alors.3. et on applique un ratio de protection nulle à l’ensemble des parois de l’espace tampon : Si idprot= 0. l’algorithme décrit ci-dessous n’est pas pris en compte.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. 123 . La gestion/régulation des protections mobiles de l’espace tampon repose sur la température de référence pour la gestion de l’espace tampon au travers du diagramme représenté en Figure 9.4. On considère de plus que ces protections sont légères et sans impact sur les coefficients de transmission thermique Ue des parois de l’espace tampon vers l’extérieur.i_pm_limh Figure 9: diagramme du ratio de protections mobiles en fonction de la température au sein de l’espace tampon Saison mixte ou misaison 26° 28° C Saison de refroidissement 24° C 26° C Saison de chauffage θet. Les températures de consigne sont définies de manière conventionnelle en fonction de la saison.3 Gestion/régulation des protections mobiles des parois vitrées de l’espace tampon En l’absence de protections mobiles. Rprotet(h) = 0 (138) Dans le cas contraire (idprot= 1). les protections mobiles prises en compte au niveau des espaces tampon sont conventionnellement de type stores enroulables intérieurs ou extérieurs. Rprotet(h) 100% 0% θet_regul(h) (°C) θet.i_pm_limb θet.

(période où l’espace tampon reçoit de l’éclairement) Si Protet_ext =0 ou Ventc(h) ≤ Ventc_lim. alors.Méthode de calcul Th-BCE 2012 L’algorithme est donc le suivant : Si ∑ Etp * n =1 N n >0. (période où l’espace tampon ne reçoit pas d’éclairement) Rprotet(h) = 0 124 .i_pm_limh. Rprotet(h) = 0 Sinon. (protections extérieures et vitesse de vent supérieure à la limite de blocage des protections) Rprotet(h) = 0 Sinon. (139) Rprotet(h) = Rprotet(h-1) Sinon.i_pm_limb. Rprotet(h) = 1 Sinon. alors. alors. (protections intérieures ou vitesse de vent inférieure à la limite de blocage des protections) Si θet_regul(h) ≤ θet. si θet_regul(h) ≥ θet.

pour correspondre à un mode de gestion par les occupants (Tableau 17). L’algorithme est donc le suivant : Si θ ext _ seuil _ ouv ≤ θ ext ( h ) et θ ext ( h ) ≤ θ et _ regul ( h ) − d θ ext / et _ ouv .4.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.1 Autorisation de surventilation de l’espace tampon solarisé (140) La gestion de la surventilation naturelle repose sur une autorisation en fonction de la température extérieure. Autouv_et(h) = 0 (141) Les valeurs de consigne sont conventionnelles en surventilation naturelle.3.4. Saison de chauffage -6° C 12° C Saison mixte ou mi-saison -6° C 10° C Saison de refroidissement -6° C 8° C Surventilation naturelle dθext/et_ouv θext_seuil_ouv Tableau 17: Paramètres conventionnels d’autorisation de surventilation naturelle de l’espace tampon solarisé 125 .3.4 Surventilation de l’espace tampon solarisé On considère conventionnellement que l’espace tampon solarisé peut être surventilé par ouverture de ses parois. Autouv_et(h) = 1 Sinon.4. idsurv= 1 7. alors. L’hypothèse retenue est celle d’un mode de gestion manuel par les occupants.

4.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.3.2 Algorithme de gestion de la surventilation naturelle Le refroidissement de l’espace tampon peut être effectué par surventilation naturelle. via l’ouverture des parois extérieures. L’exposition au bruit de celui-ci n’est pas prise en compte. dans la mesure où elle intervient déjà au niveau des baies du bâtiment. Les occupants du bâtiment gèrent le ratio d’ouverture afin d’éviter une température trop élevée au sein de l’espace tampon. L’hypothèse retenue est celle d’une gestion manuelle.4. L’algorithme de gestion repose sur un diagramme à hystérésis tel que décrit ci-dessous : Rouvet_req(h) 100% 0% θet_fer2 θet_fer1 θet_ouv1 θet_ouv2 θet(h-1) (°C) Figure 10: Diagramme des valeurs de Rouvet_req en fonction de la température de l'espace tampon Les valeurs de consigne utilisées en fonction de la saison au sens de l’espace tampon sont les suivantes : Saison de chauffage θet_ouv1 θet_ouv2 θet_fer1 θet_fer2 29° C 30° C 27° C 26° C Mi-saison ou saison mixte 27° C 28° C 25° C 24° C Saison de refroidissement 25° C 26° C 23° C 22° C Tableau 18: Paramètres conventionnels de consigne pour la gestion de la surventilation naturelle de l’espace tampon 126 .

Rouvet_req(h) = 0 Sinon. Si θet_regul(h) ≤ θet_ouv1. alors.4. iper_sommeil(h) = 0 (142) 7. iper_sommeil(h) = 1 Sinon. alors.3. (cas : θet_ouv1< θet_regul(h) < θet_ouv2) Rouvet _req (h) = max( θet _ regul (h) − θet _ ouv1 . Si ihergement_et = 1 et (hleg(h) > 22 ou hleg(h) < 7).5 Sinon. (cas : θet_fer 1 > θet_regul(h) > θet_fer2) Rouvet _ req (h) = min( θet _ regul (h) − θet _ fer2 . Rouvet_req(h) = Rouvet_req(h-1) Sinon.4. les occupants sont conventionnellement en période de sommeil entre 22h et 7 h heure légale. Rouvet_req(h) = 1 Sinon. Rouvet_req(h) = 0. Rouvet _ req (h − 1)) θet _ ouv2 − θet _ ouv1 (143) Sinon.3.4.4 Ratio de surventilation requis en fonction de la température dans l’espace tampon solarisé L’algorithme de gestion/régulation en fonction de la température de l’espace tampon intervient en période d’occupation ou d’inoccupation des locaux. Si θet_regul(h-1) ≤ θet_regul(h) (augmentation de température dans l’espace solarisé). alors. Si θet_regul(h) ≤ θet_fer2.3 Période de sommeil nocturne en usage d’habitation et hébergement Dans les groupes en usage d’habitation et hébergement. Rouvet _ req (h −1)) θet _ fer1 − θet _ fer2 127 . (diminution de température dans l’espace solarisé) Si θet_regul(h) ≥ θet_fer1.4. alors. Rouvet_req(h) = Rouvet_req(h-1) Sinon. si θet_regul(h) ≥ θet_ouv2.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.

Rouvet_req(h) (144) 128 . Le reste des parois est refermé.4.5 Ratio de surventilation naturelle effectif En occupation.3. De nuit en résidentiel/hébergement.4. alors. Rouvet_eff(h) = Rouvet_req(h-1) Sinon. le dernier état d’ouverture en occupation est conservée pour la part Partouv_et_inocc des parois de l’espace tampon. l’état de la surventilation évolue heure par heure en fonction des températures sur lesquelles la régulation est faite.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. Si iper_sommeil(h) = 1 (en période de sommeil). (hors périodre de sommeil) Rouvet_eff(h) = Autouv_et(h) .

Un espace tampon est caractérisé par trois coefficients de réduction btherm .Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.5 Espaces tampons 7. b solaire .1 INTRODUCTION Les espaces tampons regroupent l’ensemble des locaux non-chauffés (c’est-à-dire chauffés à une température inférieure à 12° en occupation) et des espaces solarisés (véranda. atrium. Ces coefficients de réduction sont ensuite appliqués à chaque baie.5. C jardin d’hiver…). déterminés de manière dynamique. i ( h ) .i ( h ) et b ecl . au travers de leurs composants. et peut entrer en interaction avec différents groupes.i ( h ) . paroi opaque et pont thermique situés à l’interface entre le volume chauffé et le volume de l’espace tampon. serre. Un espace tampon est défini au niveau du bâtiment. 129 .

Vecteur des rayonnements réfléchis incidents pour les différentes parois extérieures de l’espace tampon.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. Ratio surfacique d’ouverture des parois vitrées de l’espace tampon au temps h. Dans toute la suite de la fiche. des différents groupes connectés à l’espace tampon. Vecteur des rayonnements diffus incidents pour les différentes parois extérieures de l’espace tampon. Valeur initiale=10°C Environnement proche {Dfp*(h)n}n={1. Valeur initiale=19°C Coefficient de transmission thermique global pour la baie vitrée b entre les environnements intérieurs et extérieurs. Températures de l’air intérieur. Rejets froids des générateurs thermodynamiques d’ECS utilisant l’air de l’espace tampon comme source amont (évaporateur).N} {Rrp*(h)n}n={1.N} Vitesse du vent au pas de temps h. La valeur 1 correspond à l’ouverture maximale qu’admet la baie. sans les espaces tampons. Vventc(h) {Drp*(h)n}n={1. ext. Coefficient de transmission thermique global de la paroi opaque k entre l'extérieur et l’intérieur. Description Uni de l’air extérieur. sans les espaces tampons. au temps h-1. Φrejetgnr(h-1) W Gestion/régulation Rprotet(h) Réel Rouvet_eff(h) Réel θet(h-1) °C 130 .N} W/m ² Groupes θ gr i. sans les espaces tampons. Coefficient de transmission thermique global du pont thermique l entre l'extérieur et l’intérieur. Entrées du composant Nom Env. Valeur initiale= OW Position (exprimée en ratio surfacique) des protections mobiles sur l’ensemble des parois vitrées protégées de l’espace tampon. Température d’air dans l’espace tampon au pas de temps h-1.5. Vecteur des rayonnements directs incidents pour les différentes parois extérieures de l’espace tampon. au °C m/s W/m ² W/m ² θext (h) Température temps h. on notera h le pas de temps de simulation et j le jour de simulation. fin (h-1)gr⊂et °C Baies Hges_setb W/K Parois HTH_setk W/K HTH_setl PT W/K Génér.2 NOMENCLATURE Le Tableau 19 donne la nomenclature des différentes variables du modèle de calcul.

base m3/h 0 +∞ Httfet m 0 +∞ - Paramètres intrinsèques Nom Description Indicateur booléen : 0 : espace tampon non-solarisé. Uni Min Max Conv.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Sorties Nom Composants d’enveloppe et entrées d’air Description Coefficient de réduction des déperditions thermiques dû à la présence de l’espace tampon. Coefficient b de réduction des déperditions de l’espace tampon nonsolarisé. Surface au sol de l’espace tampon.K ) -∞ +∞ - ET solarisé Cm_et_surf 0 +∞ 200 131 . Coefficient de réduction de l’éclairement dû à la présence de l’espace tampon (concerne uniquement les baies vitrées). associé aux défauts d’étanchéité et éventuelles entrées d’air. hors surventilation. 1 : espace tampon solarisé.et. Capacité thermique quotidienne de l’espace tampon par unité de surface au sol. Unité Min Max Conv. isolarise ET non-solarisé bool 0 1 bet_ns Réel -5 1 Due W/° C kJ/( m².N} Espace tampon m² 0 +∞ - Aet m² 0 +∞ - Qv. tel que défini dans les règles Th-U. Température d’air dans tampon au pas de temps h. l’espace Uni btherm(h) - bsolaire(h) - becl(h) - θet (h) °C Paramètres d’intégration Nom Description Vecteur des surfaces des N parois de l’espace tampon donnant sur l’extérieur. Débit d’air de base de l’espace tampon. Coefficient de déperdition du local chauffé non-solarisé vers l’extérieur. Coefficient de réduction des flux solaires dû à la présence de l’espace tampon. {Auen}n={1. Hauteur de tirage thermique en surventilation naturelle de l’espace tampon.

m² ) 0 +∞ - {Swe_sp }n={1.N} Parois extérieures de l’espace tampon solarisé W/( K. Unité Het_th_ext W/K Het_th_intgrgr⊂et W/K W/° C °C Het_th_int_eq θi_eq(h) débits d’air de l’espace Qv_et_ent(h) m3/h 132 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Uet_pb Coefficient de déperdition thermique équivalent par le plancher bas de l’espace tampon.N} Réel 0 1 - Variables internes Nom Description Coefficient de transmission thermique global de l’espace tampon vers l’extérieur. Vecteur des ratios d’ouverture maximale des N parois de l’espace tampon.N} Réel 0 1 - {Tle_apn}n={1. Coefficient d’échange thermique avec le volume chauffé équivalent. avec protection mobile en place. Vecteur des facteurs solaires globaux des N parois de l’espace tampon donnant sur l’extérieur. Vecteur des facteurs solaires globaux des N parois de l’espace tampon donnant sur l’extérieur. Températures de l’air intérieur vue par l’espace tampon au pas de temps h. Vecteur des coefficients de transmission thermique Uue des N parois de l’espace tampon donnant sur l’extérieur. sans protection mobile en place. W/( K. Vecteur des facteurs de transmission lumineux globaux des N parois de l’espace tampon donnant sur l’extérieur.N} Réel 0 1 - {Rouv_maxn}n={1. Vecteur des facteurs de transmission lumineux globaux des N parois de l’espace tampon donnant sur l’extérieur. Débit volumique total entrant dans l’espace tampon au pas de temps h (venant de l’extérieur). Entie r 0 +∞ - {Uuen}n={1. sans protection mobile en place.N} n Réel 0 1 - {Swe_ap }n={1. Coefficients de transmission thermique global de l’espace tampon vers les différents groupes gr. avec protection mobile en place.N} n Réel 0 1 - {Tle_spn}n={1.m² ) 0 +∞ - N Nombre de parois de l’espace tampon donnant sur l’extérieur.

6 0. ηapp_sol_et Réel 0. exprimée en Wh/°C. Facteur correctif d’atténuation utilisé dans le calcul de becl. Facteur correctif d’atténuation utilisé dans le calcul de bsolaire. Somme des flux d’échanges thermiques de l’espace tampon avec l’extérieur et le volume chauffé.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Aouv_et(h) Surface d’ouverture des parois de l’espace tampon.N} Vecteur des rayonnements solaires globaux atteignant les différentes parois extérieures de l’espace tampon.34 KkJ_Wh Cw 1/3. Constante de prise en compte des effets de tirage thermique dans les débits par les ouvertures. Flux de chaleur total transmis au travers des parois extérieures à l’espace tampon.001 Cst 0. m² Qv_surv_ouv(h) Débit de surventilation par ouverture des parois de l’espace tampon. l’espace m3/h Fs_et(h) Cm_et W °C W/m ² {Isr*(h)n}n={1.s²) 0. Constante de prise en compte de la vitesse du vent dans les débits par les ouvertures. Unité Conv. Capacité thermique de tampon.8 ηatt_Sw Réel 0.0035 Tableau 19 : Nomenclature du modèle 133 . Puissance totale des générateurs thermodynamiques d’ECS utilisant l’air de l’espace tampon comme source amont (évaporateur). Somme des coefficients d’échange thermiques de l’espace tampon avec l’extérieur et le volume chauffé. Capacité thermique volumique de l’air dans les conditions standards de l’atmosphère. Coefficient de passage du kJ au Wh.9 Cv_air 0.9 ηatt_Tl Réel Wh/ m3/ K Wh/ kJ m/(° C. Coefficient de correction dynamique utilisé pour prendre en compte les puissances d’évaporateurs dans les espaces tampons non-solarisés. Φet(h) W Het(h) W/° C Φrejet(h) W Ccorr_th(h) W Constantes Nom Description Rendement de récupération des apports solaires par l’espace tampon solarisé.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. La température d’air intérieure équivalente vue par l’espace tampon est calculée de manière dynamique en fonction des températures des différents groupes en contact : ∑ (H θ i _ eq ( h ) = gr ⇔ et gr et _ th _ int ( h ).5.5.3. H et _ th _ int_ eq ( h ) (147) 134 .θ igrfin ( h − 1)) .3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE 7.1 Coefficient d’échange avec le volume chauffé et température intérieure équivalents Le coefficient de transmission thermique global d’un groupe gr vers l’espace tampon est calculé de la manière suivante: gr H et _ th _ int ( h ) = ∑ Hg  b∈et   b∈ gr b es _ set (h) + ∑H  k ∈et   k ∈ gr k th _ set (h) + ∑H  l∈et   l∈ gr l th _ set (h) (145) Le coefficient de transmission thermique global équivalent vers le volume chauffé est le total des coefficients de l’ensemble des groupes en contact avec l’espace tampon : H et _ th _ int_ eq ( h ) = ∑H gr ⇔ et gr et _ th _ int (h) (146) Les deux calculs précédents sont réalisés en début de simulation.

2 ∑ gnr ⇔ et φrejet gnr (h − 1) (148) Coefficient de correction Les espaces tampons non-solarisés sont caractérisés par des coefficients de réduction des déperditions constants. C corr _ therm (h) = 1 bet _ ns Due .5.2.5.5. De manière à tenir compte de l’impact de cet échange.3. on considère que ce type de système ne peut pas être utilisé sur des espaces tampons solarisés.θ ext ( h ) + (1 − btherm ( h )). C corr _ therm ( h ) = 1 Sinon. Le coefficient de réduction des déperditions doit faire l’objet d’un calcul préalable selon les règles Th-U. Due .(θ i _ eq ( h) − θ ext (h)) − φ rejet (h) .C corr (h ) _ therm (150) (151) (152) bsolaire (h) = 0 becl (h) = 0 On en déduit la température d’air au sein de l’espace tampon : θ et ( h ) = btherm ( h ).(θ i _ eq ( h) − θ ext ( h)) bet _ ns (149) Avec Due coefficient de déperdition du local non-chauffé ayant abouti au calcul du b (en W/K).2.2 Cas des espaces tampons non-solarisés 7. Il subit une correction en fonction de φ rejet (h ) . Si φ rejet ( h ) = 0 .1 Utilisation de l’espace tampon pour les générateurs thermodynamiques d’ECS Certains systèmes de production d’ECS thermodynamique utilisent l’air des espaces tampons en tant que source amont (évaporateur). on détermine pour chaque pas de temps la somme des puissances des évaporateurs : φrejet (h) = 7.3.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. et coefficients de réduction des flux solaires et de l’éclairement nuls au cours de la simulation. Le calcul des différents coefficients de réduction est le suivant : b therm ( h ) = b et _ ns . Conventionnellement.θ i _ eq ( h ) (153) 135 .3.

5.3.1 Coefficients de transmissions thermiques avec l’extérieur L’espace tampon est en contact avec l’extérieur au travers de ses parois externes.2 ∑ (A n =1 N n ue n . Aet (154) Capacité thermique de l’espace tampon La capacité thermique de l’espace tampon s’exprime en Wh/° : C Cm_et = Cm_et_surf .1. Fs_et(h) θext(h) Ret_ext θet(h) Ret_int_eq θi_eq(h) Cm_et Les « résistances » du réseau englobent les phénomènes d’échange thermique par conduction au travers des parois.5.3 Cas des espaces tampons solarisés Les espaces tampons solarisés font l’objet d’une modélisation dynamique simplifiée prenant en compte les échanges thermiques par les parois extérieures et intérieures. et avec le volume chauffé au travers de ses baies.3.3. les ponts thermiques de l’enveloppe de l’espace tampon vers l’extérieur ne sont pas pris en compte. Aet .5.5.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. KkJ_Wh (155) 136 .1 Coefficient de réduction des échanges thermiques Le calcul du coefficient de réduction des pertes thermiques btherm.3. les phénomènes de convection/rayonnement. et les échanges aérauliques (renouvellement d’air).3. H et _ th _ ext = 7.U ue ) + U et _ pb .3. Le coefficient de transmission thermique global par les parois de l’espace tampons est constant au cours de la simulation. On adopte la modélisation simplifiée réseau RC suivante du comportement thermique de l’espace tampon. 7. Par soucis de simplification. parois opaques et ponts thermiques. L’objectif est le calcul de la température d’air d’équilibre horaire dans l’espace tampon. 7.i(h).i(h) passe par le calcul de la température d’air à l’intérieur de l’espace tampon solarisé.1. de manière à déterminer la valeur du coefficient de réduction btherm. les débits d’air entrants et les apports solaires par les parois de l’espace tampon.3.

3.4 Calcul des débits entrants dans l’espace tampon Le bilan des échanges aérauliques entre l’espace tampon.3. l’extérieur et l’intérieur du bâtiment sont modélisés de manière simplifiée. Swe_ ap n=[1.1. on retiendra 1. Au final. ainsi que de la part transmise directement au volume chauffé.N] n n Fs _ et (h) = η app _ sol _ et × ∑ (S we × Aue × Isr *n (h)) n =1 On introduit également un rendement de récupération des apports solaires ηapp_sol_et de 80% pour tenir compte des défauts de transmissions et d’absorption des apports solaires de l’espace tampon. Par défaut.3 Calcul des apports solaires de l’espace tampon Le vecteur des rayonnements solaires globaux sur les N parois extérieures de l’espace tampon se calcule par sommation des vecteurs des différents termes : {Isr*(h)n}n={1.N] + (1− Rprot (h)). Les éventuelles mises en place des protections mobiles sont prises en compte au travers d’un facteur solaire spécifique. des surfaces et des facteurs solaires des parois extérieures.N}+{Dfp*(h)n}n={1. On intègre à ce bilan : Le débit de surventilation naturelle par ouverture des parois extérieures de l’espace tampon : n Aouvet (h) = Rouvet _ eff × ∑ Rouv _ max n × Aue n =1 N (159) (160) Qv _ surv _ ouv (h) = 1800.5.N}+{Rrp*(h)n}n={1. 7.Aouvet (h) × [Cw.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.N} (156) Le flux de chaleur total transmis à l’espace tampon est obtenu par produits des rayonnements globaux.5 Remarque : l’hypothèse retenue pour la circulation d’air est celle d’un espace tampon sur une façade et ne profitant pas des circulations d’air traversantes dans le bâtiment. {S } n we n=[1.N] n n = Rprot (h).1. le débit total au pas de temps h est le suivant : Q v _ et _ ent ( h ) = Q v _ et _ base + Q v _ surv _ ouv ( h ) (161) 137 .5.3.0 m3/h par m2 de surface au sol de l’espace tampon.3.N} ={Drp*(h)n}n={1.Vvent c (h) 2 + Cst × Httfet × ABS(θ ext (h) − θ et (h − 1))]0. Un débit associé aux infiltrations d’air par les défauts d’étanchéité et les entrées d’air de l’espace tampon Q v _ et _ base .Swe_ sp et et N { } { } (157) (158) n=[1.

5.e m _ et  H et ( h)  H et ( h)   7. n =1 N n =1 N n le (168) ∑A n ue 138 .θ i _ eq ( h ) La somme des coefficients d’échange thermique est la suivante (en W/° C): (162) H et ( h ) = H et _ th _ ext + 0.3.5.5.3.2 Coefficients de réduction des apports solaires et des apports lumineux Les parois extérieures de l’espace tampon agissent comment des filtres du rayonnement solaire et de l’éclairement en provenance de l’extérieur. Aue (166) ∑A n =1 n .3.3. on limite la valeur du btherm à -15 pour des raisons de robustesse du la modélisation du comportement thermique du groupe. Aue n ue {T } n le n=[1.θ ext ( h ) + H et _ th _ int_ eq ( h ).N] n n = Rprot (h).Q v _ et _ ent ( h ) ).34 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.1. Cet effet de filtre est modélisé au travers du coefficient bsolaire et becl qui évoluent de manière dynamique en fonction de l’état des protections mobiles. n =1 N N n we n .5 Bilan thermique de l’espace tampon La somme des flux thermiques de l’espace tampon est la suivante (en W) : φ et ( h ) = Fs _ et ( h ) + (H et _ th _ ext + 0. btherm (h) = MIN (1. 7. θ i _ eq (h) − θ et ( h) θ i _ eq (h) − θ ext ( h) ) (165) Si btherm (h) < −15 . le coefficient btherm prend la valeur suivante.Q v _ et _ ent ( h ) + H et _ th _ int_ eq On en déduit la température d’air au sein de l’espace tampon : (163)  φ (h)  −C θ et ( h) = −  et − θ et ( h − 1) .1.3.Tle_ sp et et { } { } (167) n=[1. pouvant être négative. ou positive et inférieure à 1.N] ∑T becl (h) = η att _ Tl .N] + (1− Rprot (h)). btherm (h) = −15 Note : de même.3. Tle_ ap n=[1.6 Calcul du coefficient de réduction thermique btherm φ et ( h) H et ( h ) (164) Au final. ∑S bsolaire (h) = η att _ Sw. alors.34 .

Conventionnellement.6 S2_BAT-assemblage_zone 7.6. tous les locaux d'une zone sont considérés comme étant en connexion aéraulique. 139 . La zone est aussi le niveau auquel sont définies les valeurs de consignes (Températures de consigne en chauffage et en refroidissement) La zone est composée de un ou plusieurs groupes.1 INTRODUCTION Le niveau zone correspond à un regroupement des parties de bâtiment pour lesquelles les usages donc les scénarios d'utilisation sont identiques. Les besoins en refroidissement et en chauffage sont calculés à leur niveau.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. L'impact des défauts d'étanchéité est donc calculé à la frontière d'une zone.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.6. i ( h ) s a n t - Coefficient de réduction de l’éclairement dû à la présence de l’espace tampon i (concerne uniquement les baies vitrées).2 NOMENCLATURE Le Tableau 20 donne la nomenclature des différentes variables du modèle en indiquant les modèles élémentaires concernés. sous forme d’entier : 1: saison de refroidissement . T o u t b therm . Unité W/m² W/m² rd rd Lux Lux °C °C kg/kgas °C m/s ° h Numéro du jour de simulation. Entrées du système Nom IDn Idi ψ γ EDn Edi Teciel Te we Teau Vent Dirvent IHJ h j Description Données météorologiques Rayonnement solaire direct normal Rayonnement solaire diffus horizontal isotrope Azimut du soleil (Angle du soleil par rapport au sud) Hauteur du soleil Eclairement naturel direct normal Eclairement naturel diffus horizontal Température du ciel Température extérieure d’air sec Poids d’eau Température de l’eau froide La vitesse du vent à 10 m de hauteur Direction du vent heure de la journée (1 à 24) Pas de temps horaire.i ( Coefficient de réduction des flux solaires dû à la présence de l’espace tampon i. 4 : saison de chauffe avec autorisation de refroidir. b solaire . - 140 . gr eff 2: mi-saison .i ( h Coefficient de réduction des déperditions thermiques dû à la présence de l’espace - tampon i. Choix des saisons j s a i s o n Saison La saison effective à appliquer au groupe au jour j. 3: saison de chauffe avec interdiction de refroidir . c o m p o b ecl . Espaces tampons Ent.

Sorties Nom Description Température du hall à la fin du pas de temps Humidité relative du hall à la fin du pas de temps Besoins mensuels en chaud d’une zone Besoins annuels en chaud d’une zone Besoins mensuels en froid d’une zone Besoins annuels en froid d’une zone Besoin mensuel en éclairage artificiel d’une zone Besoin annuel en éclairage artificiel d’une zone Besoin bioclimatique mensuel de la zone Besoin bioclimatique annuel de la zone SHONRT de la zone Pour la zone surfaces des parois transmission thermique énergie finale mensuelle et annuelle énergie primaire mensuelle et annuelle énergie primaire par énergie Unité °C θ ihall _ fin ω hall fin z Bchm kg/kg kWh/m²SHONRTz kWh/m²SHONRTz kWh/m²SHONRTz kWh/m²SHONRTz kWh/m²SHONRTz Bch z z Bfrm Bfr z z Beclm Becl z z Bbiom kWh/m²SHON RT z points points m² Bbio z SHONRTz Variables internes Nom Description Unité Tableau 20 : Nomenclature des différentes variables du modèle de zone 141 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Paramètres intrinsèques du système Nom Description Unité Min Max Conv. Paramètres d’intégration du système Nom Description Unité Min Max Conv.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.3 ASSEMBLAGE DES COMPOSANTS Les schémas des figures ci-dessous présentent l’organisation des composants pour l’ensemble d’une zone: .6. Figure 11 : Assemblage des composants d’une zone pour le calcul de Bbio 142 .la Figure 12 dans le cas du calcul Cep.la Figure 11 dans le cas du calcul Bbio. .

Méthode de calcul Th-BCE 2012 Figure 12 : Assemblage des composants d’une zone pour le calcul de Cep 143 .

1 Bilan aéraulique Une zone étant composée de un ou plusieurs groupes. le modèle aéraulique implique l’existence d’un groupe d’échange aéraulique. _ fin fin Le bilan aéraulique a pour but le calcul de la pression au niveau du plancher de la zone. ve ωive eQm ∑ hall = v ω fin ve ∑ Qm ve où : ve Qm dénote le débit massique de l’air entrant ve . voir Figure 13. la zone y est composée de différents groupes dont le groupe d’échange aéraulique Hall.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Les étapes du calcul Th-BCE2012 effectués à partir de la zone sont les suivantes : 1. 3. Les températures des ces flux étant a priori inconnues à ce niveau du calcul. un groupe Hall fictif est généré par le logiciel pour le besoin du calcul. 2. l’utilisateur a la possibilité de rentrer un ou plusieurs groupes. Ainsi.3. Les seules grandeurs qui doivent être calculées au niveau de ce groupe fictif sont la température de l’air et l’humidité de l’air. uniforme par définition dans toute la zone. S’il n’en rentre pas. Toutefois. par lequel transitent tous les échanges aérauliques entre les groupes composant la zone. Calcul du bilan aéraulique au niveau de la zone . Elles se sont de la manière suivante : θ ihall = ve _ fin ve ∑ θiveQm ve ∑ Qm (169) ve . Comportement thermique pour chacun des groupes de la zone . Ce groupe fictif est alors étanche à l’environnement extérieur est ne possède aucun système ni aucun apport interne. 144 . appelé Hall. l’utilisateur a la possibilité de rentrer au maximum un groupe de circulation qui joue alors le rôle du groupe Hall. on est conduit à utiliser les températures calculées au pas précédent. θ ihall est la température finale du hall et ω hall est son humidité finale. 7.6. Le modèle aéraulique Th-BCE2012 est décrit dans la fiche C_VEN_Débits_d’air. Il reçoit pas non plus d’apports énergétiques de quelque nature que ce soit et ne possède aucune inertie. où j est un indice sur le nombre de groupe hors le groupe Hall. θ ive sa température et ωive son humidité. ainsi que l’ensemble des débits massiques échangés avec le groupe Hall Q mj . prise en compte des systèmes aérauliques (pour CEP seulement).

Seules la température et l’humidité du Hall fictif sont nécessaires pour poursuivre le calcul. Le réseau RC demande en entrée les températures Tgmaj. Dans un premier temps. 1.2 Comportement thermique Le comportement thermique est étudié à l’échelle du groupe comme décrit dans la fiche C_BAT_comportement_thermique_d’un_groupe. On identifie l’ensemble des groupes donnant de l’air au hall. On traite ensuite le groupe Hall. et précise l’enchainement des calculs. 7.6. La température θ ie de chacun de ces débits d’air est calculée par les réseaux RC. La température finale de l’air du Hall est notée θ ihallfin . Dans une deuxième temps. Puis celui des groupes 2.4 & 6. les débits massiques Qgmaj et les humidités wgmaj des flux l’air entrant. Ces groupes sont traités en premier. les groupes dits d’entrée. 145 . On procède comme suit. celui du hall (fictif ou pas).3. Ce calcul a besoin en entrée des débits d’air entrants dans le groupe ainsi que de leurs températures et humidités. 3 & 5. on traite son comportement thermique par le modèle du réseau RC comme n’importe quel autre groupe.Méthode de calcul Th-BCE 2012 La figure suivante montre une zone constituée de plusieurs groupes dont le hall. 2. on effectue le comportement therrmique des groupes 1. _ • Si le groupe est fictif. un venant de chaque groupe d’entrée dont le comportement thermique a été calculé dans l’étape précédente. on retient un comportement simplifié. On effectue le calcul de leur comportement thermique via le modèle RC. Il a alors Ne débits entrants. Groupe 1 Groupe 4 Groupe 2 Hall Groupe 5 Groupe 3 Groupe 6 Figure 13 : Bilan aéraulique d'une zone à 6 groupes plus un hall. • Si ce groupe n’est pas fictif et correspond à un groupe de circulation entré par l’utilisateur. On appelle N e leur nombre.

CTA et extracteurs par exemple. 7. θ ir .3 Systèmes aérauliques (pour CEP seulement) Les systèmes aérauliques. sont en relation avec C_VEN_Débits_d’air à qui ils transmettent les débits introduits et les débits repris. Le débit massique entrant dans chaque groupe est calculé par le bilan aéraulique. On traite enfin les groupes r qui reçoivent de l’air du hall. Ces systèmes calculent la température de l’air en entrée de chaque groupe et la consommation électrique des ventilateurs lorsqu’ils sont présents.3. Le cas échéant. La température de ces débits entrant est θ hall . La température de l’air du groupe r . au pas de temps courant est une des sorties j du réseau RC que l’on garde pour la suite.Méthode de calcul Th-BCE 2012 3.6. 146 . un puits climatique peut être relié à certains systèmes aérauliques.

Certains calculs de ventilation sont donc effectués au niveau de la zone. De plus. 147 .7 C_CALC_calculs_zone 7.1 INTRODUCTION Dans le modèle TH-BCE2012. les zones sont étanches entre elles. Les calculs décrits cidessous permettent d’évaluer. au niveau de la zone. des informations utiles initialement calculées au niveau du groupe.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.7. tous les groupes appartiennent à une zone.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. A gr. perm f m² gr Atoit .2 NOMENCLATURE Le Tableau 21 : Nomenclature du modèle donne la nomenclature des différentes variables nécessaires pour effectuer les calculs au niveau de la zone. perm m² m² m² gr A opv Agrophh 148 . Entrées du composant Nom IMOIS ve Qm Description Mois de l’année Débit massique de l’air du débit entrant ve Température de l’air entrant Unité kg/s °C Débits d’air θ ive ωive Humidité de l’air entrant Indice d’occupation de la zone 0 = zone inoccupée 1 = zone occupée Cet indice correspond aux plages d’occupation données par les scénarios conventionnels.7. Besoins mensuels en chaud du groupe par m² de SHONRT Besoins annuels en chaud du groupe par m² de SHONRT Besoins mensuels en froid du groupe par m² de SHONRT Besoins annuels en froid du groupe par m² de SHONRT Besoins mensuels d’éclairage du groupe par m² de SHONRT Besoins annuels d’éclairage du groupe par m² de SHONRT Besoin bioclimatique mensuel du groupe par m² de SHONRT Besoin bioclimatique annuel du groupe par m² de SHONRT Besoins mensuels bruts d’ECS du groupe Besoins annuels bruts d’ECS du groupe Somme des parois déperditives du groupe Somme des parois déperditives excepté le plancher bas du groupe (utile pour les calculs de perméabilité) Somme des parois déperditives verticales du groupe (utile pour les calculs de perméabilité) Somme des parois déperditives horizontales excepté le plancher bas du groupe (utile pour les calculs de perméabilité) Surfaces des parois déperditives opaques verticales du groupe Surface des parois déperditives opaques horizontales tournée vers le haut du groupe kg/kg iocc_zone - gr Bchm Wh/m²S HONRTgr Wh/m²S HONRTgr Wh/m²S HONRTgr Wh/m²S HONRTgr Wh/m²S HONRTgr Wh/m²S HONRTgr Wh/m²S HONRTgr Wh/m² SHONRT gr Bchgr gr Bfrm Calculs groupe Bfrgr gr Beclm Beclgr gr Bbiom Bbio gr Becsmgr Becsgr gr AT Wh/m²S HONRTgr Wh/m²S HONRTgr m² m² ATgr perm .

fr (h)}j-28 .j-1) Wh {Qreq. Ensemble des sommes des différentes valeurs des demande en énergie de refroidissement au niveau des générations du projet. Bbio W/K Hventgr W/K Débit s d’air Hv_défz W/K Hgesgr(h) gr A baies gr Abaies − v gr A baies W/K m² m² m² m² m² m² m² - −h Ensemble baies gr A baies − sud gr A baies − nord gr Abaies −ouest gr A baies − est Partbaies_sudgr Partbaies_nord gr Partbaies_ouest Partbaies_est gr gr Partbaies_horizgr Détermination des saisons {Qreq.ch(h )}j-28 . du jour j-28 au jour j-1 inclus (672 pas de temps).Méthode de calcul Th-BCE 2012 Agrophb LgrPT HTh_opgr Surface des parois déperditives opaques horizontales tournée vers le bas du groupe Longueur des ponts thermiques déperditifs du groupe Coefficient de transmission thermique global de l’ensemble des parois opaques du groupe entre l'extérieur et l’intérieur Coefficient de transmission thermique global de l’ensemble des parois opaques verticales du groupe entre l'extérieur et l’intérieur Coefficient de transmission thermique global de l’ensemble des parois opaques du groupe horizontales orientées vers le haut entre l'extérieur et l’intérieur Coefficient de transmission thermique global de l’ensemble des parois opaques du groupe horizontales orientées vers le bas entre l'extérieur et l’intérieur Coefficient de transmission thermique global de l’ensemble des ponts thermiques du groupe Déperditions par système de ventilation spécifique Bbio au niveau du groupe Déperditions par les défauts d’étanchéité au niveau de la zone Facteur de transmission thermique global pour l’ensemble des baies du groupe entre les environnements intérieurs et extérieurs Surface totale des baies du groupe Surface totale des baies verticales du groupe Surface totale des baies horizontales du groupe Surface de baies verticales sud du groupe Surface de baies verticales nord du groupe Surface de baies verticales ouest du groupe Surface de baies verticales est du groupe Pourcentage de baies du groupe orientées au sud (azimut α =0°) Pourcentage de baies du groupe orientées au nord (azimut α =180°) Pourcentage de baies du groupe orientées à l’ouest (azimut α =90°) Pourcentage de baies du groupe orientées à l’est (azimut α =270°) Pourcentage de baies horizontales du groupe (orientation β=0°) Ensemble des sommes des différentes valeurs des demande en énergie de chauffage au niveau des générations du projet. m² m W/K HTh_opvgr W/K HTh_ophhgr W/K HTh_ophbgr W/K HTh_PTgr Ventil.gen. jour j-28 au jour j-1 inclus (672 pas de temps).gen.j-1) Wh 149 .

Energie primaire totale consommée pour le chauffage dans le groupe pour le mois m. Energie primaire totale consommée pour le refroidissement dans le groupe pour le mois m. Energie finale totale consommée par l’éclairage artificiel des locaux dans le groupe pour l’année entière. Energie finale totale consommée par les auxiliaires de distribution pour le mois m. Energie primaire totale consommée pour le chauffage dans le groupe pour l’année entière. Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Cef_chgr Cef_frgr Cef annuels Cef_ecsgr Cef_eclgr Cef_auxvgr Cef_auxsgr Cef_ch_mgr(m ) Cef_fr_mgr(m) Cef mensuels Cep annuels Cep mensuels Cef_ecs_mgr(m ) Cef_ecl_mgr(m ) Cef_auxvgr(m) Cep_auxsgr(m) Cep_chgr Cep_frgr Cep_ecsgr Cep_eclgr Cep_auxvgr Cep_auxsgr Cep_ch_mgr(m ) Cep_fr_mgr(m) 150 . Energie primaire totale consommée pour l’ECS dans le groupe pour l’année entière. Energie finale totale consommée pour le refroidissement dans le groupe pour l’année entière. Energie finale totale consommée pour le chauffage dans le groupe pour le mois m. Energie primaire totale consommée pour le refroidissement dans le groupe pour l’année entière. Energie finale totale consommée par les auxiliaires de ventilation (et ventilateurs des émetteurs) pour l’année entière. Energie finale totale consommée pour l’ECS dans le groupe pour l’année entière. Energie finale totale consommée par l’éclairage artificiel des locaux dans le groupe pour le mois m. Energie finale totale consommée par les auxiliaires de distribution pour l’année entière. Energie finale totale consommée par les auxiliaires de ventilation (et ventilateurs des émetteurs) pour le mois m.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Energie finale totale consommée pour le chauffage dans le groupe pour l’année entière. Energie finale totale consommée pour le refroidissement dans le groupe pour le mois m. Energie primaire totale consommée par les auxiliaires de distribution pour l’année entière. Energie finale totale consommée pour l’ECS dans le groupe pour le mois m. Energie primaire totale consommée par les auxiliaires de ventilation (et ventilateurs des émetteurs) pour l’année entière. Energie primaire totale consommée par l’éclairage artificiel des locaux dans le groupe pour l’année entière.

Energie finale totale consommée par le groupe pour l’année entière. Energie primaire totale fournie par utilisation de l’électricité pour le groupe sur l’année entière. Energie finale totale fournie par utilisation des réseaux de chaleur pour le groupe sur l’année entière. Energie finale totale fournie par utilisation du fioul domestique pour le groupe sur l’année entière. Energie primaire totale fournie par utilisation du charbon pour le groupe sur l’année entière. ramenée au m² de SHONRT. Energie finale totale consommée par le groupe pour l’année entière. Energie primaire totale fournie par utilisation des réseaux de chaleur pour le groupe sur l’année entière. Energie primaire totale consommée par les auxiliaires de ventilation (et ventilateurs des émetteurs) pour le mois m. Energie finale totale fournie par utilisation de l’électricité pour le groupe sur l’année entière. Energie finale totale fournie par utilisation du charbon pour le groupe sur l’année entière. Energie primaire totale consommée par les auxiliaires de distribution pour le mois m.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Cep_ecs_mgr( m) Cep_ecl_mgr(m ) Cep_auxvgr(m) Cep_auxsgr(m) Energie primaire totale consommée pour l’ECS dans le groupe pour le mois m. Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Cef_gazgr Cef_fodgr Cef par énergie Cep par énergie Cef_chagr Cef_boigr Cef_elegr Cef_rdcgr Cep_gazgr Cep_fodgr Cep_chagr Cep_boigr Cep_elegr Cep_rdcgr Cefgr Cepgr 151 . Energie primaire totale fournie par utilisation du fioul domestique pour le groupe sur l’année entière. Energie finale totale fournie par utilisation du gaz pour le groupe sur l’année entière. Energie primaire totale fournie par utilisation du gaz pour le groupe sur l’année entière. Energie primaire totale consommée par l’éclairage artificiel des locaux dans le groupe pour le mois m. ramenée au m² de SHONRT. Energie primaire totale fournie par utilisation du bois pour le groupe sur l’année entière. Energie finale totale fournie par utilisation du bois pour le groupe sur l’année entière.

noté Agr dans le code.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Paramètres d’intégration du composant Nom Usagezone SHAB Description Usage de la zone Surface habitable du groupe (pour les usages maison individuelle ou accolée et logement collectif) . - SURT SHONRTz categorie_CE1 _CE2gr Isclimatisegr m² m² - 0 0 1 0 +∞ +∞ 2 1 - Sorties Nom Description Température du hall à la fin du pas de temps Humidité relative du hall à la fin du pas de temps SHONRT de la zone Surface habitable de la zone (pour les usages maison individuelle ou accolée et logement collectif) Surface utile de la zone (pour les usages hors maison individuelle ou accolée et logement collectif) Somme des surfaces des groupes CE1 appartenant à la zone Somme des surfaces des groupes CE2 appartenant à la zone Somme des surfaces des groupes climatisés appartenant à la zone Besoins mensuels en chaud d’une zone par m² de SHONRT Besoins annuels en chaud d’une zone par m² de SHONRT Besoins mensuels en froid d’une zone par m² de SHONRT Besoins annuels en froid d’une zone par m² de SHONRT Besoin mensuel en éclairage artificiel d’une zone par m² de SHONRT Besoin annuel en éclairage artificiel d’une zone par m² de SHONRT Besoin bioclimatique mensuel de la zone Unité °C kg/kg m² m² θ ihall _ fin ω hall fin SHONRTz SHABz SURTz SCE1z SCE2z Sclimz z Bchm m² m² m² m² Wh/m ²SHON RT z Bch z z Bfrm Wh/m ²SHON RT z Wh/m ²SHON RT z Bfr z z Beclm Wh/m ²SHON RT z Wh/m ²SHON RT z Becl z z Bbiom Wh/m ²SHON RT z Wh/m ²SHON 152 .noté Agr dans le code. Surface Hors Œuvre Nette au sens de la RT de la zone Catégorie CE1 ou CE2 du groupe (1=CE1 / 2=CE2) Indicateur au niveau du groupe précisant si le groupe est climatisé ou non (0=non climatisé / 1=climatisé) Unité m² Min 1 0 Max 31 +∞ Conv. Surface utile du groupe (pour les usages hors maison individuelle ou accolée et logement collectif) .

perm_surf m²/m² SHONR T m²/m² 153 . perm f z Atoit .Méthode de calcul Th-BCE 2012 RT z Bbio z Besoin bioclimatique annuel de la zone Wh/m ²SHON RT z Becsmz Becsz z AT Besoins mensuels bruts d’ECS de la zone Wh/m ²SHON RT gr Besoins annuels bruts d’ECS de la zone Somme des parois déperditives de la zone Somme des parois déperditives excepté le plancher bas de la zone Somme des parois déperditives verticales de la zone Somme des parois déperditives horizontales excepté le plancher bas de la zone Surfaces des parois déperditives opaques verticales de la zone Surface des parois déperditives opaques horizontales tournée vers le haut de la zone Surface des parois déperditives opaques horizontales tournée vers le bas de la zone Surface totale des baies de la zone Surface totale des baies verticales de la zone Surface totale des baies horizontales de la zone Pourcentage de baies de la zone orientées au sud (azimut α =0°) Pourcentage de baies de la zone orientées au nord (azimut α =180°) Pourcentage de baies de la zone orientées à l’ouest (azimut α =90°) Pourcentage de baies de la zone orientées à l’est (azimut α =270°) Pourcentage de baies horizontales de la zone (orientation β=0°) Longueur des ponts thermiques déperditifs de la zone Surface habitable de la zone divisée par la SHONRT de la zone Surface utile de la zone divisée par la SHONRT de la zone Surfaces des parois déperditives opaques verticales de la zone divisée par la SHONRTz Surface des parois déperditives opaques horizontales tournée vers le haut de la zone divisée par la SHONRTz Surface des parois déperditives opaques horizontales tournée vers le bas de la zone divisée par la SHONRTz Surface totale des baies de la zone divisée par la SHONRTz Somme des parois déperditives de la zone divisée par la SHONRTz Somme des surfaces des parois opaques de Wh/m ²SHON RT gr m² m² m² m² m² m² m² m² m² m² m m²/m² SHONR T z AT . perm z Aopv Azophh Azophb z Abaies z Abaies −v z Abaies − h Partbaies_sudz Partbaies_nord z Partbaies_ouestz Partbaies_est z Partbaies_horizz LzPT SHABsurfz SURT_surfz m²/m² SHONR T Azopv_surf m²/m² SHONR T Azophh_surf m²/m² SHONR T Azophb_surf m²/m² SHONR T Azbaies_surf m²/m² SHONR T AZT_surf AZT. perm A z .

SHONR T m/m² SHONR T Qz4Pa_surf m3/(h. Energie finale totale consommée par l’éclairage artificiel des locaux dans la zone pour l’année entière.Méthode de calcul Th-BCE 2012 la zone excepté le plancher bas divisée par la SHONRTz LzPT_surf Longueur des ponts thermiques déperditifs de la zone divisée par la SHONRTz Perméabilité à l'air de l'enveloppe de la zone sous 4Pa (par m² de parois déperditives hors plancher bas) Perméabilité à l'air de l'enveloppe sous 4Pa rapporté à la SHONRT de la zone Facteur de transmission thermique global pour l’ensemble des baies de la zone entre les environnements intérieurs et extérieurs moyenné sur l’hiver Coefficient de transmission thermique global de l’ensemble des parois opaques de la zone entre l'extérieur et l’intérieur Coefficient de transmission thermique global de l’ensemble des parois opaques verticales de la zone entre l'extérieur et l’intérieur Coefficient de transmission thermique global de l’ensemble des parois opaques de la zone horizontales orientées vers le haut entre l'extérieur et l’intérieur Coefficient de transmission thermique global de l’ensemble des parois opaques de la zone horizontales orientées vers le bas entre l'extérieur et l’intérieur Coefficient de transmission thermique global de l’ensemble des ponts thermiques de la zone Déperditions par système de ventilation spécifique au niveau de la zone moyennées sur l’hiver Déperditions par les défauts d’étanchéité au niveau de la zone moyennées sur l’hiver Energie finale totale consommée pour le chauffage dans la zone pour l’année entière. m²SH ONRTz) W/K Qz4Pa_SHONRT Hges_hiver z HTh_opz W/K HTh_opvz W/K HTh_ophhz W/K HTh_ophbz W/K HTh_PTz W/K Hvent_hiverz Hv_déf_hiverz W/K W/K Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Cef_chzn Cef_frzn Cef annuels Cef mensuels Cef_ecszn Cef_eclzn Cef_auxvzn Cef_auxszn Cef_ch_mzn(m) Cef_fr_mzn(m) 154 . Energie finale totale consommée pour l’ECS dans la zone pour l’année entière. m²) m3/(h. Energie finale totale consommée par les auxiliaires de distribution pour l’année entière. Energie finale totale consommée pour le chauffage dans la zone pour le mois m. Energie finale totale consommée pour le refroidissement dans la zone pour l’année entière. Energie finale totale consommée pour le refroidissement dans la zone pour le mois m. Energie finale totale consommée par les auxiliaires de ventilation (et ventilateurs des émetteurs) pour l’année entière.

Energie finale totale fournie par utilisation du fioul domestique pour la zone sur l’année entière. Energie finale totale fournie par utilisation du charbon pour la zone sur l’année entière. Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Cef_ecs_mzn(m) Cef_ecl_mzn(m) Cef_auxvzn(m) Cef_auxszn(m) Cep_chzn Cep_frzn Cep annuels Cef mensuels Cef par énergie Cep_ecszn Cep_eclzn Cep_auxvzn Cep_auxszn Cep_ch_mzn(m) Cep_fr_mzn(m) Cep_ecs_mzn(m) Cep_ecl_mzn(m) Cep_auxvzn(m) Cep_auxszn(m) Cef_gazzn Cef_fodzn Cef_chazn Cef_boizn 155 . Energie primaire totale consommée par les auxiliaires de ventilation (et ventilateurs des émetteurs) de la zone pour l’année entière. Energie finale totale consommée par l’éclairage artificiel des locaux de la zone pour le mois m. Energie finale totale fournie par utilisation du bois pour la zone sur l’année entière. Energie primaire totale consommée pour l’ECS de la zone pour le mois m. Energie finale totale consommée par les auxiliaires de distribution pour le mois m. Energie primaire totale consommée pour l’ECS dans la zone pour l’année entière. Energie primaire totale consommée pour le refroidissement dans la zone pour l’année entière. Energie primaire totale consommée par l’éclairage artificiel des locaux de la zone pour le mois m. Energie primaire totale consommée par les auxiliaires de ventilation (et ventilateurs des émetteurs) de la zone pour le mois m. Energie primaire totale consommée pour le refroidissement de la zone pour le mois m. Energie finale totale fournie par utilisation du gaz pour la zone sur l’année entière. Energie primaire totale consommée pour le chauffage dans la zone pour l’année entière. Energie primaire totale consommée par l’éclairage artificiel des locaux de la zone pour l’année entière.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Energie finale totale consommée pour l’ECS dans la zone pour le mois m. Energie primaire totale consommée pour le chauffage de la zone pour le mois m. Energie primaire totale consommée par les auxiliaires de distributionde la zone pour le mois m. Energie primaire totale consommée par les auxiliaires de distribution de la zone pour l’année entière. Energie finale totale consommée par les auxiliaires de ventilation (et ventilateurs des émetteurs) de la zone pour le mois m.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 Energie finale totale fournie par utilisation de l’électricité pour la zone sur l’année entière. ramenée au m² de SHONRT. ramenée au m² de SHONRT. Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Cef_elezn Cef_rdczn Cep_gazzn Cep_fodzn Cep par énergie Cep_chazn Cep_boizn Cep_elezn Cep_rdczn Cefzn Cepzn Constantes Nom Description Constante associée aux besoins de chaud Constante associée aux besoins de froid Constante associée aux besoins d’éclairage Unité Conv. Energie primaire totale fournie par utilisation du fioul domestique pour la zone sur l’année entière. Energie primaire totale fournie par utilisation du bois pour la zone sur l’année entière. Energie primaire totale fournie par utilisation de l’électricité pour la zone sur l’année entière. 2 2 5 α1 α2 β Tableau 21 : Nomenclature du modèle 156 . Energie finale totale consommée par la zone pour l’année entière. Energie finale totale consommée par la zone pour l’année entière. Energie primaire totale fournie par utilisation du gaz pour la zone sur l’année entière. Energie primaire totale fournie par utilisation des réseaux de chaleur pour la zone sur l’année entière. Energie finale totale fournie par utilisation des réseaux de chaleur pour la zone sur l’année entière. Energie primaire totale fournie par utilisation du charbon pour la zone sur l’année entière.

2 Calculs initiaux au niveau de la zone 7.2.7. Elle est calculée de la façon suivante : c’est une donnée d’entrée pour les usages MI et LC .3.7. à partir de la SHONRT des groupes appartenant à la zone : z SHON RT = ∑ SHON gr∈z gr RT (170) 157 .1 7.7.1 Les surfaces de la zone La SHON au sens de la RT La surface retenue pour les calculs au niveau de la zone est la SHONRT de la zone.1.3. pour les autres usages.3.3.1 Schéma de principe Les calculs s’effectuant au niveau de la zone sont détaillés ci-dessous.2.3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE 7.7.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. 7.7.

habitable) de la zone est la somme de toutes les surfaces utiles (resp. 2} z SU RT = ∑ SHAB gr∈z gr (171) ∑ SU gr∈z gr RT (172) 7.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.1.3 La surface des groupes CE1 et CE2 de la zone La surface des groupes en catégorie CE1 (resp.3.7.1.3.2.7.7.1.3.2. 2} ∑SHAB gr∈z Is _ c lim atise=1 gr (175) Sczlim = ∑SU gr RT (176) gr∈z Is _ c limatise=1 7. CE2) de la zone s’exprime de la manière suivante Si UsagezoneЄ{1. 2} Sczlim = Si Usagezone≠{1.2.2.7. Si UsagezoneЄ{1.2 La surface utile ou la surface habitable de la zone La surface utile (resp.3.1 Parois vitrées horizontales z Abaies−horiz = ∑A gr gr baies−horiz (178) 158 .2 Surface totale des parois vitrées z Abaies = ∑A gr gr baies z et Abaies _ surf = z Abaies SHON z RT (177) 7. 2} z SCE1 = ∑SU gr RT et z SCE2 = ∑SU gr RT (174) gr∈z categorie_ ce1 _ ce2=1 gr∈z categorie_ ce1 _ ce2=2 7.3.4 La surface des groupes climatisés de la zone La surface des groupes climatisés de la zone s’exprime ainsi Si UsagezoneЄ{1. 2} z SCE1 = ∑SHAB gr∈z categorie ce1 _ ce2=1 _ gr et z SCE2 = ∑SHAB gr∈z categorie ce1_ ce2=2 _ gr (173) Si Usagezone≠{1.2. habitables) des groupes lui appartenant. 2} SHAB z = Si Usagezone≠{1.7.2.

6 Surface de baies verticales à l’est ∑A z part baies − est = gr gr baies − est z Abaies (183) 7.2.4 Surface de baies verticales au Nord ∑A z part baies − nord = gr gr baies − nord z Abaies (181) 7.2.2.2.3.7.3.2 Parois vitrées verticales z Abaies−v = ∑A gr gr baies−v (179) 7.2.5 Surface de baies verticales à l’ouest ∑A z partbaies − ouest = gr gr baies − ouest z Abaies (182) 7.3.7.3.2.2.3.7.7.3.2.2.3 Surface de baies verticales au Sud ∑A z partbaies− sud = gr gr baies− sud z Abaies (180) 7.7.2.3.3 Surface totale des parois opaques z Aop = ∑A gr gr op (184) 7.7.7.1 Surface totale des parois opaques verticales z Aopv = ∑A gr gr z opv et Aopv _ surf = z Aopv z SHON RT (185) 159 .2.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.3.2.

7. perm z T .2.3.2.3.7.7.2. perm = ∑A gr z gr AT .2.3 Surface totale des planchers bas z Aophb = ∑ gr gr Aophb et z Aophb_ surf = z Aophb z SHONRT (187) 7. perm et AT . est la somme des parois vitrées et des parois opaques de la zone (excepté le plancher bas).3. perm .2 Surface totale des planchers hauts z Aophh = ∑ gr gr Aophh et z Aophh_ surf = z Aophh z SHONRT (186) 7. noté ATz .2. perm = ∑A gr gr gr ophh + Abaies−h (191) 160 .7. perm .Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. perm _ surf = z SHON RT (189) 7.3. est la somme des parois vitrées et des parois opaques horizontales de cette zone (excepté les planchers bas).7. perm = f 7. est la somme des parois f vitrées verticales et des parois opaques verticales de cette zone.4. Az .7.3.4. z AT = ∑A gr gr z T et AT _ surf = z AT z SHON RT (188) 7. est la somme des parois vitrées et des parois opaques de la zone.3. z Atoit.2 Parois déperditives verticales L’ensemble des parois déperditives verticales de la zone.3. noté AT .4.3 ∑A gr gr gr opv + Abaies−v (190) Parois déperditives horizontales excepté le plancher bas z L’ensemble des parois déperditives horizontales de la zone excepté le plancher bas.3. z AT .1 Parois déperditives excepté le plancher bas L’ensemble des parois déperditives de la zone excepté le plancher bas.4 Parois déperditives z L’ensemble des parois déperditives de la zone.2. perm . noté A z . noté Atoit .

AT .3.1 Calculs des déperditions au niveau de la zone Par les toitures z H th _ ophh = ∑H gr gr th _ ophh (196) 7.7 7. ces dernières sont moyennées sur les mois de janvier et de février. 3 z Q 4 Pa _ SHONRT = z z Q 4 Pa _ surf .7. AT .2.2 Par les murs verticaux z H th _ opv = ∑H gr gr th _ opv (197) 7.3.6 Calcul de la perméabilité à l’air au niveau de la zone 3 z Q 4 Pa _ surf s’exprime en m /h/m² de surfaces déperditives de la zone excepté les planchers bas.3.2.7.7. perm SHON z RT (195) 7.2.7.2.3.3 Par les baies en hiver Les déperditions par les baies pouvant varier à chaque pas de temps.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.3.3.2.2. perm ∑ Z     −1 (194) z Q4 Pa _ SHONRT s’exprime en m /h/m²SHONRT . z Q 4 Pa _ surf = 1 z AT . Pour IMOIS≤2  z  Hges _ hiver = moyenne  IMOIS≤2  ∑ gr  gr Hges _ hiver (h)    (198) 161 .5 Calcul de la longueur totale des linéiques de la zone z l PT = ∑l gr gr PT (192) z l PT _ surf = z l PT z SHON RT (193) 7.7.7. perm  1 ⋅ gr gr   gr∈z Q 4 Pa _ surf .7.7.7.

2.3.2.7.7.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.7.7.7.2.7.7.3.2.6 Pour IMOIS≤2 Par les défauts d’étanchéité en hiver Hvz_ def _ hiver = moyenne v _ def (h) Hz IMOIS 2 ≤ ( ) (201) 7.4 Par les planchers bas z Hth _ ophb = ∑H gr gr th _ ophb (199) 7.3.7 Pour IMOIS≤2 Par la ventilation spécifique Bbio en hiver   z gr H vent _ hiver = moyenne H vent (h)   IMOIS≤2  gr∈z   ∑ (202) 162 .5 Par les ponts thermiques z Hth _ PT = ∑H gr gr th _ PT (200) 7.3.7.

2 . Elles le sont de la manière suivante : θ ihall _ fin ω hall fin ∑θ Q = ∑Q ∑ ω eQ = ∑Q ve i ve ve m ve ve i v ve m ve ve m ve m (203) ve où Qm dénote le débit massique de l’air du débit entrant ve .annuels z Bch = 7.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.3.7.3.3 .7. Il ne reçoit pas non plus d’apports énergétiques de quelque nature que ce soit et ne possède aucune inertie. θ ive sa température et ωive son humidité. L’utilisateur a la possibilité de rentrer au maximum un groupe de circulation qui joue alors le rôle du groupe Hall. Le modèle aéraulique implique l’existence d’un groupe d’échange aéraulique Hall par lequel transitent tous les échanges aérauliques entre les groupes.mensuels ∑ Bch mois =1 12 z m (205) Calculs des besoins de froid par zone ∑ ∑Q z Bfr m = gr ∈ z h∈mois gr sys _ fr z RT (h) (206) SHON 163 . l’utilisateur a la possibilité de rentrer un ou plusieurs groupes.3. d’éclairage sont exprimés en Wh/m².3. de froid.1 Calculs de ventilation au niveau de la zone Pour chaque zone. un groupe Hall fictif est généré par le logiciel pour le besoin du calcul.7.3 Calculs dynamiques au niveau de la zone 7.3.3. Ce groupe fictif est alors étanche à l’environnement extérieur et ne possède aucun système ni aucun apport interne. Les seules grandeurs qui doivent être calculées au niveau de ce groupe fictif sont la température de l’air et l’humidité de l’air.3. S’il n’en rentre pas. _ fin Les besoins de chaud. θ ihallfin est la température finale du hall et ω hall est son humidité finale.7. 7.mensuels Calculs des besoins de chaud par zone ∑ ∑Q z Bch m = gr∈z h∈mois gr sys _ ch ( h ) z RT (204) SHON .

Les résultats horaires sont sommés sur chaque mois de l’année.4 Calcul des besoins d’ECS Les besoins d’ECS ne font pas partie du calcul du Bbio.Méthode de calcul Th-BCE 2012 .7.Becl m (210) .4 .3. pondérés par les coefficients réglementaires.7.Bfrm + β . Il est cependant intéressant de les évaluer. puis sur l’année entière.7.mensuels ∑ Bfr mois =1 12 z m (207) Calculs des besoins d’éclairage par zone ∑ ∑ Cecl z Becl m = gr ∈z h∈mois gr (h) (208) SHON z RT .3. 7.Bchm + α 2 . ∑ ∑Q z Becs m = gr ∈ z h∈mois gr w _ bruts z RT (h) (212) SHON 12 z Becs = ∑ Becs mois=1 z m (213) 164 . est obtenu en sommant sur l’année les besoins bioclimatiques mensuels de la zone Bbio z = ∑ Bbio mois=1 12 z m (211) Le Bbio de la zone est exprimé en nombre de points. z z z z Bbio m = α 1 .3.3.annuels Le besoin total bioclimatique d’une zone. de froid et d’éclairage d’une zone.5 Besoin bioclimatique par zone .3.annuels z Becl = ∑ Becl mois =1 12 z m (209) 7. noté Bbioz.annuels z Bfr = 7.mensuels z Bbiom est obtenu en sommant sur un mois les besoins mensuels de chaud.

1.7.5.5 Calculs dynamiques au niveau de la zone lors d’un calcul de consommations 7.3.7.5.C ep _ fr _ m (216) z SHON RT - Sous forme d’un résultat annuel total : zn Cef _ fr = ∑C mois=1 12 zn ef _ fr _ m zn Cep _ fr = ∑C mois=1 12 (217) zn ep _ fr _ m 165 .7.C ef _ fr _ m z SHON RT ∑ SHON zn C ep _ fr _ m = gr ∈zn gr RT gr .Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.3.1.C ep _ ch _ m (214) z SHON RT - Sous forme d’un résultat annuel total : C zn ef _ ch = ∑C mois=1 12 zn ef _ ch _ m zn Cep _ ch = ∑C mois=1 12 (215) zn ep _ ch _ m 7.2 Consommations en énergie finale de refroidissement de la zone Les consommations de refroidissement en énergie finale et primaire sont exprimées : Sous forme de résultats mensuels : ∑ SHON zn C ef _ fr _ m = gr ∈ zn gr RT gr .C ef _ ch _ m _ ch _ m = gr ∈ zn z SHON RT ∑ SHON z C ep _ ch _ m = gr ∈ zn gr RT gr .1 Consommations en énergie finale et primaire de chauffage de la zone Les consommations de chauffage en énergie finale et primaire sont exprimées : Sous forme de résultats mensuels : ∑ SHON z C ef gr RT gr .3.

1.3.C ef _ ecs _ m z SHON RT ∑ SHON zn C ep _ ecs _ m = gr ∈ zn gr RT gr .C ef _ ecl _ m z SHON RT ∑ SHON zn C ep _ ecl _ m = gr ∈ zn gr RT gr .Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.5.3.4 zn ep _ ecl = ∑C mois=1 12 (219) zn ep _ ecl _ m Consommations en énergie finale pour l’eau chaude sanitaire de la zone Les consommations de refroidissement en énergie finale et primaire sont exprimées : Sous forme de résultats mensuels : ∑ SHON zn C ef _ ecs _ m = gr ∈ zn gr RT gr .C ep _ ecs _ m (220) z SHON RT - Sous forme d’un résultat annuel total : C zn ef _ ecs = = ∑C mois=1 12 zn ef _ ecs _ m C zn ep _ ecs ∑C mois=1 12 (221) zn ep _ ecs_ m 166 .C ep _ ecl _ m (218) z SHON RT - Sous forme d’un résultat annuel total : zn Cef _ ecl = ∑C mois=1 12 zn ef _ ecl _ m C 7.3 Consommations en énergie finale et primaire d’éclairage de la zone Les consommations d’éclairage en énergie finale sont exprimées : Sous forme de résultats mensuels : ∑ SHON zn C ef _ ecl _ m = gr∈ zn gr RT gr .1.7.7.5.

3.5.6 zn ep _ auxv = ∑C mois=1 12 (223) zn ep _ auxv_ m Consommations en énergie finale pour les auxiliaires de distribution de la zone des pompes et circulateurs des réseaux de Elles incluent les consommations chauffage/refroidissement et d’ECS.1.7.C ef _ auxs _ m z SHON RT ∑ SHON zn C ep _ auxs _ m = gr ∈ zn gr RT gr .Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.3. Elles s’expriment : - Sous forme de résultats mensuels : ∑ SHON zn C ef _ auxs _ m = gr ∈ zn gr RT gr .C ef _ auxv _ m z SHON RT ∑ SHON zn C ep _ auxv _ m = gr ∈ zn gr RT gr .C ep _ auxs _ m (224) z SHON RT - Sous forme d’un résultat annuel total : C zn ef _ auxs = = ∑C mois=1 12 zn ef _ auxs _ m C zn ep _ auxs ∑C mois=1 12 (225) zn ep _ auxs_ m 167 .7.5.1.C ep _ auxv _ m (222) z SHON RT - Sous forme d’un résultat annuel total : zn Cef _ auxv = ∑C mois=1 12 zn ef _ auxv_ m C 7.5 - Consommations en énergie finale pour les auxiliaires de ventilation de la zone Sous forme de résultats mensuels : ∑ SHON zn C ef _ auxv _ m = gr ∈ zn gr RT gr .

C ep _ rdc (237) z SHON RT 168 .C ep _ fod (233) z SHONRT ∑ SHON zn Cep _ cha = gr∈zn gr gr RT .C ef _ fod (227) z SHONRT ∑ SHON zn Cef _ cha = gr∈zn gr gr RT .Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.1.C ep _ boi (235) z SHON RT ∑ SHON zn Cep _ ele = gr∈zn gr gr RT .7 Consommations en énergie finale et primaire de la zone par type d’énergie Les consommations par type d’énergie s’expriment uniquement sous forme d’un résultat total annuel : ∑ SHON zn Cef _ gaz = gr∈zn gr gr RT .7.C ef _ gaz (226) z SHONRT ∑ SHON zn Cef _ fod = gr∈zn gr gr RT .C ef _ rdc (231) z SHON RT ∑ SHON zn Cep _ gaz = gr∈zn gr gr RT .3.C ef _ ele (230) z SHONRT ∑ SHON zn C ef _ rdc = gr∈zn gr gr RT .C ef _ boi (229) z SHON RT ∑ SHON zn Cef _ ele = gr∈zn gr gr RT .C ef _ cha (228) z SHONRT ∑ SHON zn C ef _ boi = gr∈zn gr gr RT .C ep _ ele (236) z SHONRT ∑ SHON zn C ep _ rdc = gr∈zn gr gr RT .C ep _ gaz (232) z SHONRT ∑ SHON zn Cep _ fod = gr∈zn gr gr RT .C ep _ cha (234) z SHONRT ∑ SHON zn C ep _ boi = gr∈zn gr gr RT .5.

1.8 Consommations totales de la zone en énergie finale et primaire Les consommations totales en énergie finale et primaire sont obtenues par sommation sur l’ensemble des postes : zn zn zn zn zn zn zn Cef = Cef _ ch + Cef _ fr + Cef _ ecl + Cef _ ecs + Cef _ auxv + Cef _ auxs zn zn zn zn zn zn zn Cep = Cep _ ch + Cep _ fr + Cep _ ecl + Cep _ ecs + Cep _ auxv + Cep _ auxs (238) (239) 169 .3.7.5.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.

Ces derniers correspondent aux débits passant par les entrées d’air et par les défauts d’étanchéité de l’enveloppe. Les débits d’air spécifiques sont définis au niveau du groupe.8 C_VEN_Débits_d’air_Cep 7.Les gains en débit d’air sont comptabilisés positivement.∆ P = Pext − Pint “Remarques” Les débits entrés par l’utilisateur sont en m3/h. La zone est l’élément de base qui contient tous les autres. .Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. La perméabilité et les entrées d’air sont définies au niveau du groupe. La zone se divise en groupes.1 INTRODUCTION Cette fiche décrit le bilan aéraulique au sein d’une zone. c'est-à-dire qu’on définit une unique pression au niveau du plancher Pib . 3.Les débits massiques d’air sont exprimés en air sec [kg/s]. Une zone regroupe plusieurs groupes qui ne peuvent communiquer que par l’intermédiaire d’un groupe particulier appelé hall. . Les débits d’air entrant dans un groupe ou une zone sont considérés positifs. “Conventions” . Chaque groupe possède des parois. Dans chaque groupe est définie une température. Chaque paroi a une inclinaison et un azimut qui nous permet de lui associer différents paramètres dont on aura besoin au cours du calcul. 2. Elle est homogène du point de vue aéraulique. Le code de calcul les convertit en m3/s . les pertes en débit d’air sont comptabilisées négativement.8. Note : les défauts d’étanchéité de l’enveloppe sont aussi appelés perméabilité à l’air. La hiérarchisation des différents éléments est la suivante : 1. 170 . les débits sortant sont négatifs. Il faut distinguer les débits d’air spécifiques liés à un système de ventilation des débits d’air dus à la transparence de l’enveloppe.

M' j r 171 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. g q Air _ Neuf .8.s_ souffle g. q specs _ repris g . - Mj Entrées d’air j m3/h Pa Pa m3/h - ∆P j 1 ∆P2j Pression de changement de comportement de l’entrée j Pression de changement de comportement de l’entrée j Module du défaut d’autorégulabilité Atténuation du débit du système anti-retour. ωairs_ souffle Température du débit spécifique soufflé au niveau du groupe g par le système s Poids d’eau du débit spécifique soufflé au niveau du groupe g par le système s Paramètres intrinsèques du composant Nom Description Module de l’entrée d’air Unité Min -∞ -∞ -∞ 0 0 Max +∞ +∞ +∞ +∞ 1 Conv.2 NOMENCLATURE Le Tableau 22 donne la nomenclature des différentes variables du modèle de calcul aéraulique Entrées du composant Nom Description Heure de l’année Température extérieure au pas de temps Humidité spécifique du site Vitesse du vent au pas de temps Unité - h Climat θext we h °C kg/kgas Vventc θ ig fin . Humidité absolue intérieure du groupe à la fin du °C PsysFR.g fin temps h −1 kg/kgas g.min Débit volumique minimal d’air neuf.s q spec _ soufflé Débit volumique spécifique repris au niveau du groupe g par le système s Débit volumique spécifique soufflé au niveau du groupe g par le système s m3/h m3/h Spécifi. Groupe h m/s Température de l’air du groupe g au pas de temps h − 1 Besoin en froid du groupe g. Il correspond au débit d’hygiène m3/h °C kg/kgas g Tair. g W ωi.

s m . débit entrant dans le groupe via les défauts d’étanchéités Au pas temps horaires.entr Q vg. défini pour garantir la cohérence avec le calcul de la température des groupes. 0 : usage non-résidentiel et nonhébergement. Air _ Neuf g . - z A fg A tg Altitude du lieu Somme de la surface déperditive des baies et des parois opaques verticales du groupe Surface des toits du groupe g Sorties Nom Description Pression au niveau du plancher de la zone Débit massique Unité Pa Kg/s °C kg/s kg/s PIB g Qmaj g T maj j entrant dans le groupe g Température du débit massique le groupe g j entrant dans q m . Bool 0 1 - hzone h plafond m m m3/h/m2 -∞ -∞ 0 +∞ +∞ +∞ - Q 4gPa _ surf Paramètres d’intégration du composant Nom Description Unité m m² m² Min 0 0 0 Max +∞ +∞ +∞ Conv. débit entrant dans le groupe via les entrées d’air kg/s q kg/s g ω maj j entrant dans le kg/kgas m3/h m3/h Q vg. 0 : pas de transferts verticaux entre niveaux 1 : transferts verticaux possibles entre niveaux - 0 1 δpermea_verti cale Bool 0 1 - zone ihergement Indicateur d’usage résidentiel ou hébergement. Poids d’eau du débit massique groupe g Au pas temps horaires. EA .Méthode de calcul Th-BCE 2012 δ traversant Booléen égal à 1 pour traversant et 0 si non Indicateur de transferts d’air verticaux à l’intérieur de la zone (perméabilité verticale. 1 : usage résidentiel ou hébergement. On utilise une même valeur pour tous les groupes d’une même zone.cond q m . soufflé . def . aération Débit massique repris par le groupe de ventilation (CTA ou VMC DF) Débit massique soufflé par le groupe de ventilation (CTA ou VMC DF) Débit massique d’air neuf Débit massique d’aération par ouverture de fenêtre du groupe. Hauteur du plancher de la zone par rapport au sol Hauteur de plafond de la zone Perméabilité à l’air du groupe.cond q m . voir définition dans fiche « C_Bat_Débits d’air en Cep »).entr 172 .rep .

gprev du pas de temps h-1 Déperditions par les défauts d’étanchéité au niveau de la zone W/K Variables internes Nom Description g t Unité - Rat Rat Groupe g f g RatEA g Rat' EA g C p . sort ρ i.1 q v.g prev et de kg/m3 Hv_défz l’humidité spécifique wi.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Q vg. débit sortant dans le groupe via les entrées d’air Masse volumique de l’air du pas de temps h. débit sortant dans le groupe via les défauts d’étanchéités Au pas temps horaires.v g C p .t Ratio de la surface de toits de groupe g sur la surface totale de toit de la zone Ratio de la surface de façade de groupe g sur la surface totale de toit de la zone Ratio caractérisant le module de l’entrée d’air du g Ratio caractérisant le module du défaut d’autorégulabilité de l’entrée d’air du g Coefficient de pression du vent « sous le vent » pour le groupe g Coefficient de pression du vent « au vent » pour le toit pour le groupe g Coefficient de pression du vent pour le toit pour le groupe g Surface des façades de la zone Surface de toit de la zone Altitude « basse » de la zone Altitude « haute» de la zone Altitude moyenne du toit de la zone Coefficient de débit d’air de l’entrée d’air Section de l’entrée d’air m² m² m m m A zone f zone A toit Zone zb zh zt Cj j m2 m2 m3/s m3/s m3/s/Pa m3/s - Aj C' j Entrées d’air j Coefficient de débit d’air associé au défaut d’autorégulabilité de l’entrée d’air j Section associée au défaut d’autorégulabilité de l’entrée d’air j Coefficient de l’anti-retour de l’entrée d’air A' j rj q v . EA . def . sort Q vg.2 j aj bj zone Cdef _ façade débit volumique au premier changement de comportement débit volumique au deuxième changement de comportement Pente du comportement autoréglable de l’entrée d’air j Ordonnée à l’origine du comportement autoréglable de l’entré d’air j Coefficient de la perméabilité horizontale Pe rm éa 173 .s g C p . g Au pas temps horaires. calculée à partir de la température m3/h m3/h θi.

vh - g Cdef _ façade. sh m3/s g qv. sh Perméabilités équivalentes g Cdef _ façade.EA. sb m3/s Cdef _ façade.Méthode de calcul Th-BCE 2012 zone C def _ toit Coefficient de la perméabilité verticale m3/s Débits d’air équivalents dus aux entrées d’air g qv.def . sb - g C def _ toit - g qm.sort(∆P Débit volumique sortant par tous les défauts d’étanchéité du groupe kg/m3 g Qv.vb - - g Cdef _ façade.vh Débit d’air volumique total équivalent au niveau du groupe g au vent en haut Débit d’air volumique total équivalent au niveau du groupe g au vent en bas Débit d’air volumique total équivalent au niveau du groupe g sous le vent en haut Débit d’air volumique total équivalent au niveau du groupe g sous le vent en bas Coefficient de perméabilité haute sous le vent de la zone Coefficient de perméabilité basse au vent du groupe g Coefficient de perméabilité haute au vent du groupe g Coefficient de perméabilité basse sous le vent du groupe g Coefficient de perméabilité du toit Débit massique d’air neuf entrant par la transparence de l’enveloppe à la température extérieure Débit massique d’air traversant par la transparence de l’enveloppe Débit massique d’air échangé avec les autres groupes Débit massique d’air que les groupes autres que le hall échangent avec le hall Débit massique repris par la ventilation spécifique Débit massique soufflé par la ventilation spécifique Débit massique d’air neuf g qv.sort(∆P) Débit volumique sortant par toutes les entrées d’air du groupe kg/m3 174 . spec _ soufflé kg/s q m .vb m3/s g qv.EA. Air _ Neuf kg/s kg/m3 Qvg. hall g q m . EA.neuf kg/s kg/s kg/s kg/s kg/s g q m. EA.entr (∆P Débit volumique entrant par tous les défauts d’étanchéité du groupe g Qv.entr(∆P) Débit volumique entrant par toutes les entrées d’air du groupe kg/m3 g Qv.trav g qm g q m . spec _ repris g q m . EA.def. EA.

spec.s Constantes Nom air _ souffle Description Masse volumique de référence pour une température dPref de référence = 19 °C Température de référence Unité kg/m3 °C Pa Pa g/mol g/mol m/s2 Conv .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Qvg.1 ∆ Pref . 1.9 76 18 0. 2 Ma MW R H _ EA Cd g Tableau 22 : Nomenclature du modèle 175 .sort (∆P Somme des débits volumiques spécifiques sortants du groupe ρext g ρ int Masse volumique de l’air extérieur Masse volumique de l’air du groupe g Masse volumique de l’air soufflé par le système spécifique s du groupe g ρ g .92 0.81 ρ ref θ ref {C } p Collection des coefficients de pression du vent Différence de pression de référence pour le calcul des débits des entrées d’air Différence de pression de référence pour le calcul de la perméabilité masses molaires de l’air masses molaires de l’eau Rapport indiquant la position de l’entrée d’air en absence de perméabilité verticale Coefficient de décharge Pesanteur ∆ Pref .68 9.entr (∆P Somme des débits volumiques spécifiques entrants dans le groupe kg/m3 kg/m3 kg/m3 kg/m3 kg/m3 Qvg.spec.2 19 20 4 28.

on associe la masse volumique suivante : g ρint = (241) du groupe g est : La masse volumique de l’air soufflé par le système de ventilation spécifique g . alors : g T AN = T air _ out g T AN = θ ext La masse volumique de l’air neuf entrant dans le groupe via une entrée d’air a alors pour expression : g ρ AN = ρ ref .3.(273 + θ ref ) g . si l’air neuf entrant dans le groupe via une entrée d’air transite d’abord par un espace tampon.s air _ souffle ) × (1 + ω 1+ ω g . Dans le cas contraire I c lim atique = Faux Si I c lim atique = vrai .g ) ρref .(273 + θ ref ) (273+ T ) g AN × (1 + ωe ) 1 + ωe × (M a M w ) (243) 176 .s air _ souffle ) g .g × (M a M w ) s (240) A un nœud de température d’air intérieur (pour chaque groupe donc).Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. alors on définit : Si I c lim atique = Faux .g.1 Définitions 7.8. fin ) 1 + ωi.3.(273 + θ ref ) × (273 + θ ext ) 1 + ωe × (M a M w ) (1 + ωi.3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE 7.s air _ souffle ρ = (273+ T ρ ref .1 Définition des masses volumiques La masse volumique de l’air extérieur a pour expression ρ ext = (1 + ωe ) ρ ref .1.8.8.s air _ souffle × (M a M w ) (242) Pour un groupe donné.(273+ θ ref ) × (273+ θi. on a I c lim atique = vrai .

20 -0.60 -0.50 -0.40 -0.50 -0.20 60°-80° -0.60 -0.t Toit Hauteur de la zone C P .comp correspondent respectivement à la pression extérieure et à la pression intérieure vues par le composant en façade.70 4 h moy < 15 m Normal Ecranté Ouvert 15 m < h moy < 50 m Normal Ecranté h moy > 50 m Ouvert Tableau 23 : C p pour les zones traversantes (réf : tableau A.70 -0.70 -0.3 Définition des coefficients de pression Cp Pour le toit ou pour une façade donnée. (244) où Pext. g .3 EN NF 15242) Dans la norme. le coefficient de pression Cp K est fonction de l’exposition au vent et de la hauteur de la zone comme on peut le voir dans le Tableau 23 : et le Tableau 24.20 -0.ρ ext .50 -0.s façades sous le vent façades au vent (selon son inclinaison β par rapport à la verticale)3 30°-60° Ouvert +0.50 -0.65 +0.25 +0.50 +0.05 +0.20 -0.1.8.comp − P comp.80 -0.2 Définition des pressions La différence de pression à laquelle est soumise un composant situé sur une façade de la zone (perméabilité ou entrée d’air) a pour expression : ∆Pcomp = Pext.v Ecrantage C P . C P . (245) et Pint.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.60 -0. (246) 7. ces valeurs sont données en fonction de l’angle par rapport à l’horizontal 90 − β Les coefficients de pression du vent fournis sont valables pour un secteur d'approximativement ± 60° par rapport à l'axe de façade. 4 3 ( ) 177 .70 -0.comp et Pint.50 -0. VVentc 2 ( ) 2 − g.60 -0.3.50 -0.40 -0.60 >80° -0.30 -0.45 +0.20 -0.3.70 -0.20 -0.z comp . int.comp = C p ρ ext . z comp . La direction du vent n’est pas considérée de façon plus spécifique. Ces dernières ont pour formulation : 1 Pext .20 -0. comp = Pib − ρ int .1.25 +0.30 -0.8.70 -0.

défini selon la procédure suivante Si i herbergeme nt = 1 (usage d’habitation ou d’hébergement) ou hzone < 3 (m). on peut avoir différentes valeurs de C p . On définit les coefficients de pression au niveau de chaque groupe de la manière suivante : g 1. δ permea _ verticale = 0 (pas de transferts d’air verticaux entre Sinon.1. g g Selon la hauteur de la zone et donc du groupe. C p .05 Tableau 24: C -0. s et g de C p . on considèrera un toit avec inclinaison β par rapport à la verticale: • • comprise entre 30° et 60 ° pour les maisons individuelles ou accolées et les logements collectifs > 80 ° pour les autres usages.v coefficient de pression de la paroi du groupe au vent. C p . s façades sous le vent C P . C p . en se basant sur la hauteur de celle-ci (tirage thermique) et le confinement éventuel entre niveaux.t (voir Tableau 23). s g 3. alors.v . Il s’agit d’un paramètre conventionnel.3.8. niveaux de la zone) (247) δ permea _ verticale = 1 (possibilité de transferts d’air verticaux entre niveaux de la zone) 178 . de C p . coefficient de pression sur le toit du groupe.t coefficient de pression de la paroi du groupe sous le vent. g 2.05 pour les zones non traversantes 0 p La hauteur moyenne de la zone est définie par h moy = h zone + 0 . 5 h plafond . v façades au vent C P . 7.4 Caractérisation de la possibilité de transferts d’air verticaux entre niveaux d’une zone (perméabilité verticale) L’indicateur δpermea_verticale caractérise la possibilité de transferts d’air entre niveaux d’une zone.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Note : Conventionnellement. pour les zones traversantes. C P .t Toit 0.

On introduit la somme des surfaces de façade et la somme des surfaces de toiture au niveau de la zone: A zone f A zone t = = ∑A ∑A g g g f g t (248) ainsi que les ratios de surface de façade et de toit au niveau du groupe g Rat Rat g f = = Ag f A fzone Atg Atzone (249) g t 179 .5 Définition des surfaces déperditives Chaque élément de l’enveloppe d’un groupe (parois opaques donnant sur l’extérieur. A partir de ces données et pour chaque groupe.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.3.1. on comptabilise les diverses surfaces (façade. Une façade est une paroi opaque ou une baie dont l’inclinaison par rapport à la verticale est inférieure à 30° La surface totale des façade d’un groupe g est A fg . toit) : 1.8. baie vitrées et ponts thermiques) est une entrée utilisateur. 2. . Un toit est une paroi opaque ou une baie dont l’inclinaison par rapport à la verticale est supérieure à 30° La surface totale de la toiture d’un groupe g est A tg .

3.5 (250) Dans le cas où on considère une entrée d’air fixe sans autorégulabilité. 1.5 i qv .M j .8.1 Calcul des débits des entrées d’air Ce paragraphe vise le calcul des débits d’air passant par une entrée d’air de la zone.2). q vj. EA Mj M' j r ∆ Pref .1  région est alors     0 . On décrit d’abord la partie principale 0 ≤ ∆ P ≤ ∆ P1 :  10 On introduit A j = 10 −4.8.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.2.3. A j .1 ∆P 1 ∆P2 ∆P Figure 14 : Courbe caractéristique d’un entrée. Le débit volumique dans cette   0. La section ou le module de l’entrée d’air correspond à la section totale de l’entrée d’air de la zone répartie selon le paragraphe suivant (§7. Le débit volumique d’une entrée d’air est décrit par un comportement caractéristique illustré Figure 14 constitué de 4 tronçons de courbes.EA (∆P ) = C j ∆P 0. ∆P = ∞ .  ∆Pref .8.2 Les entrées d’air 7. ρ  ref j   .2.5  2 et C = C d . 1 180 .3. On montre l’ensemble des entrées utilisateurs qui peuvent être ajustées afin d’obtenir une entrée d’air fixe ou bien pour obtenir un comportement autoréglable anti-retour.

5 0. Attention : Il faut vérifier que C' ≥ C j j (254) ∆P 1 ∆P2 0. d’où on déduit le débit volumique de l’autorégulation q vj. 1 On introduit qv . (251)  2 où C ' j = C d . il est égal à 1.5 (255) où r est le coefficient de réduction de l’anti-retour.M ' j .∆ P1 − q v . Il est constitué de deux tronçons de courbes. est une partie qui se comporte de nouveau comme une entrée d’air fixe. ∆P1 < ∆P : On décrit un système autoréglable. Un commence par décrire cette dernière : • ∆P2 < ∆P - qvj. 10   ∆Pref .EA (∆P ) = C ' j ∆P 0. une partie linéaire. EA (∆P ) = − rC j ∆P 0. EA (∆P ) = a × ∆ P + b . un dispositif anti-retour peut être implémenté : q vj. A' j et A' j = 10 − 4.1 ∆P2 − ∆P1 q v .5 0. ∆P < ∆P ≤ ∆P2 : c’est le partie autoréglable à proprement parler.5 .5     0. ρ  ref •    .1 qv.1 ∆ P2 ∆P2 − ∆ P1 (253) .5 = C ' j ∆P2 . 2 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 2. En l’absence d’anti-retour.5 . La caractéristique est alors monotone croissante ce qui est nécessaire pour le solveur. (252) a b = = − q v . 3. Si ∆P < 0 .1   0. 2 On définit = C j ∆P1 0.5 (ou de manière équivalente a ≥ 0 ). 2 − q v . 181 .

2.15) Altitude haute : z h = z + h plancher + 0. La hauteur de tirage thermique est négligeable. On parlera de zone avec perméabilité verticale. On parlera de zone sans perméabilité verticale.25 × min(hzone . δ permea _ verticale = 1 ( ) Les différents composants décrivant les entrées d’air sont définis aux altitudes suivantes : Altitude basse : zb = z + h plancher + 0.2 Répartition du nombre des entrées d’air et de leur position Répartition des entrées d’air Les entrées d’air doivent être réparties de manière conventionnelle au niveau du groupe comme spécifié dans Tableau 25.3. utilisés pour le calcul du paragraphe suivant (§7. δ permea _ verticale = 0 ( ) Les différents composants décrivant les entrées d’air sont définis à l’altitude (unique) suivante : Altitude unique : z b = z + h plancher + RH _ EA × min (hzone .3.75 × min (hzone .2.3) La hauteur de tirage thermique induit des transferts d’air verticaux à l’intérieur de la zone. Elle n’induit pas des transferts d’air verticaux significatifs à l’intérieur de la zone.8. Répartition des entrées d’air En haut En bas Façade au vent 1/4 1/4 Façades sous le vent 1/4 1/4 (z = zh ) ( z = zb ) Tableau 25 : Répartition des entrées d’air dans la zone Hauteur des entrées d’air La répartition et la hauteur des entrées d’air impactent sur les valeurs de pression intérieure et extérieure. Elle est fonction de la hauteur de tirage thermique et donc de la hauteur des locaux de la zone et de son degré de cloisonnement entre niveaux. 6 5 182 .15) Cas d’une zone avec hauteur de tirage thermique négligeable6 . Elle est déterminée de la façon suivante.8. Cas d’une zone avec hauteur de tirage thermique significative5 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.1).

3. EA g (257) Les caractéristiques des entrées d’air sont définies dans les groupes de façon générique au paragraphe 7. EA 4 Tableau 26 : Répartition des entrées d’air dans le groupe (NF EN 15242) Avec : Rat g EA = q vg.2.1. la valeur du paramètre rde l’entrée d’air est conservée (cf. EA (∆P ) ∑ q (∆P ) g v . ( ) 183 .8. EA (∆P ) = ∑q g g v .vh (∆P ) = Rat EA qvzone (∆P ) qvg. Pour chaque groupe.2. EA 4 1 g qvg. Ainsi : pour une entrée fixe : Rat = g EA M j.vb (∆P ) = 1 g Rat EA qvzone (∆P ) .g ∑M g j.8. EA (∆P ) (256) Cette entrée d’air est ensuite répartie de manière conventionnelle dans chaque groupe comme indiqué dans le Tableau 26. ∆P1 et ∆P2 seront les mêmes pour tous les groupes d’une même zone. on définira un deuxième ratio : Rat' = g EA M j '.1. sb (∆P ) = . EA 4 1 g Rat EA qvzone (∆P ) .g (258) - pour une entrée auto réglable.3. EA 4 qvg.Méthode de calcul Th-BCE 2012 L’entrée d’air équivalente On définit pour la zone une entrée d’air équivalente dont la caractéristique est la somme des caractéristiques de toutes les entrées d’air de tous les groupes: zone q v .). g (259) Les différences de pressions caractéristiques ∆Pref . g ∑M g j '. sh (∆P ) = . Répartition des entrées d’air En haut En bas Façade au vent Façades sous le vent ( z = zb ) (z = zh ) 1 g Rat EA qvzone (∆P ) qvg. : Figure 14 et § 7.

(260) Répartition des défauts d’étanchéités au niveau de la zone Les défauts d’étanchéités sont répartis conventionnellement au niveau de la zone de la façon suivante : 1/4 1 1/4 Vent 1/4 1/4 1/4 Zone sous la toiture 1/4 1/4 Vent 1/4 Zone sans contact avec la toiture Figure 15 : Répartition conventionnelle de la perméabilité au sein d'une zone Le Tableau 27 et le Tableau 28 présentent la répartition conventionnelle des défauts d’étanchéité. Répartition des défauts d’étanchéité En haut En bas Façade au vent Façades sous le vent (z = zh ) ( z = zb ) 1 zone Cdef _ façade 4 1 zone Cdef _ façade 4 1 zone Cdef _ façade 4 1 zone Cdef _ façade 4 Tableau 27 : Répartition des défauts d’étanchéité dans une zone sans contact avec la toiture 184 . De ces deux indices.1 Répartition du nombre de défauts d’étanchéité et de leur position Données des défauts d’étanchéités au niveau du groupe Les défauts d’étanchéités sont des données du groupe.3 La perméabilité 7. Q 4gPa _ surf et qui caractérisent les perméabilités horizontale et verticale.3.8. Ils sont caractérisés par un coefficient.3. on déduit les coefficients de perméabilité de la zone par C zone def _ façade = = ∑ (4) g A fg Q4gPa _ surf 2/3 C zone def _ toit ∑ (4) g Atg Q4gPa _ surf 2/3 .3.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.8.

vb = g Cdef _ façade.vh Façades sous le vent Toit g zone C def _ toit = Rat tg C def _ toit ( z = zb ) (z = zh ) En bas 1 1 zone g zone Rat g Cdef _ façade Cdef _ façade. Equation (240)). Répartition des défauts d’étanchéité En haut Façade au vent g Cdef _ façade.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Répartition des défauts d’étanchéité En haut En bas Toit Façade au vent Façades sous le vent Toit zone C def _ toit ( z = zb ) (z = zh ) 1 zone Cdef _ façade 4 1 zone Cdef _ façade 4 - 1 zone Cdef _ façade 4 1 zone Cdef _ façade 4 - (z = hzone ) Tableau 28 : Répartition des défauts d’étanchéité dans une zone avec contacts avec la toiture Répartition des défauts d’étanchéité au niveau du groupe La pression au-dessus du plancher n’étant définie qu’au niveau du groupe du fait de la dépendance de la pression sur la température (cf.vb = Rat g Cdef _ façade f f 4 4 1 1 zone g zone = Rat g Cdef _ façade Cdef _ façade. la perméabilité conventionnelle doit être répartie au niveau du groupe comme décrit dans le Tableau 29.sh = Rat g Cdef _ façade f f 4 4 - Toit (z = hzone ) Tableau 29 : Répartition des défauts d’étanchéité dans un groupe 185 .

15 ) perméa Cas d’une zone avec hauteur de tirage thermique négligeable (δ verticale = 0 ) - Altitude basse : z b = z + h plancher + 0 .3 ) 186 . 25 × min (h zone .15 ) Altitude haute : z h = z + h plancher + 0 .15 ) Altitude du toit : z t = z + h plancher + min (h zone . utilisés pour le calcul du paragraphe suivant (§7.1). zb et z h sont analogues à ceux définis pour les entrée d’air.3.3 ) Altitude du toit : z t = z + h plancher + min (h zone .8.3 ) Altitude haute : z h = z + h plancher + 0 . 75 × min (h zone . 75 × min (h zone .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Hauteur des défauts d’étanchéité La répartition et la hauteur des défauts d’étanchéité impactent sur les valeurs de pression intérieure et extérieure. perméa Cas d’une zone avec hauteur de tirage thermique significative (δ verticale = 1) Les différents composants décrivant les entrées d’air sont définis aux altitudes suivantes : Altitude basse : z b = z + h plancher + 0 .2. 25 × min (h zone .

7 1. z h et z t .Foyer de jeunes travailleurs Hôtel 0* et 1* (partie nuit) Hôtel 2* (partie nuit) Hôtel 3* (partie nuit) Hôtel 4* et 5* (partie nuit) Hôtel 0*.logement collectif Etablissement d’accueil de la petite enfance (crèche.7 1. 7j/7 Restauration .7 1.8. 5j/7 Restauration .7 1. 1* et 2* (partie jour) Hôtel 3*.def .0 1.7 1.7 1. 6j/7 Commerce.Cité universitaire Industrie .7 1.3 Valeurs par défaut de la perméabilité à l’air de l’enveloppe N° d’usage 1 2 3 4 5 6 7 8 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 22 24 26 27 28 29 30 32 Type d’usage associé Bâtiment à usage d’habitation . zones commerciales Etablissement sportif scolaire Bâtiment à usage d’habitation .7 1.7 3.0 3. haltegarderie) Enseignement primaire Enseignement secondaire (partie jour) Enseignement secondaire (partie nuit) Enseignement .0 1.e tan cheite = ∑ qv . 4* et 5* (partie jour) Bureaux Restauration commerciale en continue (18h/j 7j/7) Restauration .2 repas/jour. On identifie donc cinq (ou quatre) débits volumiques dus aux défauts d’étanchéité.7 1.7 1.1 repas/jour.7 1.7 1.3.3. def ∈g (262) 7.2 Débits d’air dus à la perméabilité à l’air Les débits volumiques d’air dus à la perméabilité sont évalués à partir de la formulation suivante : g q v . La différence de pression est évaluée aux hauteurs zb . On fait la somme sur les défauts appartenant au groupe : g qv .7 1.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.3.Etablissement sanitaire avec hébergement Hôpital (partie nuit) Hôpital (partie jour) Transport .maison individuelle ou accolée Bâtiment à usage d’habitation .7 1. magasin.3.7 1.2 repas/jour.université Bâtiment à usage d’habitation .7 1.0 187 . 2/3 .7 3.m )) Pas de valeur par défaut 1.3x8h Valeurs par défaut 3 2 (m /(h.7 3.7 1.aérogare Bâtiment à usage d’habitation .8.7 1. (261) Chaque groupe possède à priori cinq perméabilités réglementaires (quatre s’il ne possède pas de toit). def (∆ P ) = sgn (∆ P )C def ∆ P g où C def est un des 5 (ou 4) coefficients du Tableau 29.

g. les débits massiques sont définis comme suit : Isouf = 0 g q m ..s × q spec _ repris (267) (268) g q m .4 Les débits spécifiques d’air massiques au niveau du groupe g.0 1. 5j/7 3.3.2 Cas d’une Ventilation Mécanique double Flux Dans le cas d’une ventilation mécanique double flux (VMC DF ou CTA à débits constants).. s spec _ souffle g = ρ air. les débits massiques sont définis comme suit : g q m .7 1.Méthode de calcul Th-BCE 2012 33 34 36 37 38 Industrie .spec _ repris = ∑  ∑ qm.. s_ souff × 3600 −1 g .s × q spec _ repris (265) Isouf = 1 g q m . 5j/7 Restauration scolaire ..4.3.s _ repris  spec g  s    g qm.spec _ soufflé .spec _ repris et/ou soufflé q sm.s × q spec _ souffle (266) 7.spec _ souffle = ∑  ∑ qm..3 repas/jour.. s spec _ repris = ρ int × 3600 −1 g .8.8.s × q spec _ souffle 188 . s_ souff × 3600 −1 g .8. on fait la somme des débits spécifiques soufflé et repris au niveau de la zone :   g qm.3.8h à 18h Tribunal Etablissement sportif municipal ou privé Restauration scolaire .0 1.7 Tableau 30 : Valeurs par défaut de la perméabilité à l’air de l’enveloppe 7. s spec _ souffle g = ρ air.. s du Au final.1 repas/jour.1 Cas d’une Ventilation Mécanique simple Flux (263) (264) Dans le cas d’une ventilation mécanique simple flux par extraction ou par insufflation..4.s _ souffle  spec g  s  7. Les débits volumiques spécifiques repris q specs _ repris et/ou soufflé q specs _ soufflé par le système g s g groupe g sont transformés en débits massique q m .7 3. s spec _ repris = ρ int × 3600 −1 g .

4.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.. les débits massiques spécifiques d’un groupe sont définis comme suit : g q m .. spec _ soufflé = 3600 −1 g. s spec _ souffle g = ρ air. on définit un nouvel objet : 189 . s spec _ soufflé (275) Par ailleurs.3.3..3.s × q spec _ souffle (274) Et g q m . s spec _ repris g = − q m .4. g × ρ Airs _ soufflé × q spec _ soufflé (269 ) Et g q m . s spec _ soufflé (270) 7.q vg (272) g H vz _ def = ∑ C p × q m g∈z (273) Avec : ∆ P = Pext − Pint ≤ 0 : ρ = ρ int ρ = ρ ext si ∆ P = Pext − Pint > 0 7.q vg (271) Avec : ∆ P = Pext − Pint ≤ 0 ρ = ρ int g ρ = ρ AN si ∆ P = Pext − Pint > 0 Les débits massiques passant par les défauts d’étanchéités ont pour formulation : g q m = ρ ..4. pour garantir la cohérence avec le calcul de la température des groupes (fiche C_Bat_Calculs des débits de surventilation naturelle par ouverture des baies). s_ souff × 3600 −1 g .8. s spec _ repris g = − q m .8.3 Débits spécifiques dans le cas d’une CTA à débit variable Dans le cas d’une CTA à débits variables.8..4 Calcul des débits caractérisant la transparence de l’enveloppe Les débits massiques passant par une entrée d’air pour formulation : g q m = ρ . les débits massiques sont définis comme suit : g q m .5 Cas d’une Ventilation naturelle par ouverture des fenêtres Dans le cas d’une ventilation naturelle par ouverture des fenêtres.

5 Calculs du Pib On calcule Pib en imposant que la somme des débits massiques de la zone soit nulle conformément à la loi de conservation de la masse d’air (dans la zone). def _ toit t .3.s × q spec _ repris (278) 7. g g g + q m . sb g q m .4. les débits massiques sont définis comme suit : g q m . EA. g sh .6 Cas d’une Ventilation naturelle par conduit ou de ventilation hybride Dans le cas d’une ventilation naturelle par conduit ou de ventilation hybride. s spec _ repris = ρ int × 3600 −1 g . _ façadesh (∆Psh . def _ façade .vb (∆Pvb .g g m . vb (∆P ) + q vb . Par conséquent. def (∆ P ) + qm . l’algorithme renvoie la pression Pib . spec _ souffle (276) 7.def . def . s spec _ repris = ρ int × 3600 −1 g .. EA .soufflé = 0 Autrement dit ∑ [q groupe g m . cet équilibre aéraulique définit une équation dont Pib est l’inconnue. EA . t. g g m . Une fois cette équation résolue numériquement. qm . spec _ repris = 0 où chacun des ∆P est la différence de pression calculée pour le composant considéré. 190 . g ) + q m .3. les débits massiques sont définis comme suit : g q m . EA (∆ P ) + q m .sb (∆Psb . def _ façade .Méthode de calcul Th-BCE 2012 g g . g g m .7 Ventilation Mécanique Basse Pression Dans le cas d’une ventilation Mécanique Basse Pression..8.repris + q m . s aération = q m . g (∆P ) + q )+ q (∆P ) ) + q (∆P ) + q sb .spec _ souffle + q m .g Chaque différence de pression dépend de Pib . g g m . vh vh . def _ façade .3. EA . g (279) g m .s q m . sh (∆P ) ] + q m .t (∆ P ) n’est présent que si la zone est en contact avec un toit.s × q spec _ repris (277) 7.8.8.4. g Note : le terme q m .vh (∆P ) + vh ..

EA.def .vh (∆Pvh.6 Calculs des débits échangés entre les groupes et le Hall Pour un groupe donné.sb (∆Psb. g ) g g g g g q m.0) EA def (284) g g Les débits en sortant q spec _ repris et q spec _ soufflé sont les mêmes que ceux en entrée. EA. repris + q m . Une valeur négative exprime un transfert d’air du Hall vers le groupe. g ) + q m. g ) + qm. g ) + qm. Le débit spécifique soufflé est à la température spécifique du système de ventilation et le débit spécifique repris est à la température intérieure du groupe. on définit un débit d’air échangé avec le hall : g g q m (∆ P ) = q m . EA (∆ P ) + q m . 191 .traversant = ∑ min(qm. Une valeur positive de cette dernière correspond à un transfert d’air du groupe vers le Hall.def (∆P ) = q m.def .0) + ∑ max(qm.sh (∆Psh. EA.EA .vb (∆Pvb. g ) + qm. On le calcule en sommant sur tous les débits dus aux entrées d’air et tous les débits d’air dus aux défauts d’étanchéité du groupe : g g g qm. Hall est négatif. g ) + qm.def _ façade.def _ toit (∆Pt .vb (∆Pvb.3. Sinon. le groupe est un groupe dit extracteur.def _ façade. EA. une différence est faite entre le hall par lequel transite l’ensemble de l’air intérieur et les autres groupes.vh (∆Pvh. hall (∆ P ) (282) Si le débit g q m . g ) (281) Dans le modèle de ventilation de TH-BCE2012.def _ façade. Pour ces groupes. g ) + qm.neuf = ∑ max(qm.def _ façade.0) EA def (283) Le débit d’air traversant est le débit sortant par l’enveloppe à la température intérieure du groupe et avec l’humidité du groupe: g g g qm. EA . def (∆P ) + q m .0) + ∑ min(qm. le débit massique d’air échangé avec les autres groupe est calculé par g g g g g q m (∆ P ) = − q m .8.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. soufflé ( ) (280) Avec : g g g g q m.sb (∆Psb. g ) g g + qm. EA (∆P ) = q m. c’est un groupe d’entrée Le débit d’air neuf est le débit rentrant par l’enveloppe à température extérieure avec l’humidité extérieure.sh (∆Psh.

g et son humidité est ω i . g fin .3. si q m . Leurs températures sont les températures T air. - On compte un débit supplémentaire pour chaque débit spécifique soufflé s dans le groupe g g g . La température de - ce débit est alors Ti . Leurs températures sont les températures T air. g g Enfin.7 Calcul des sorties Dans le cas d’un groupe g qui n’est pas un hall : g Q maj : il y en a autant que de débits d’air entrant. - On compte un débit supplémentaire pour chaque débit spécifique soufflé s dans le groupe g g g . hall < 0 . hall si q m . s_ souffle et leurs humidités sont ω air. g fin où g dénote ici le hall.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. on le rajoute aux débits entrants avec une température qui est la - température du hall et une humidité qui est l’humidité du hall ω i . s_ souffle . Dans le cas d’un groupe g qui est un hall : g Q maj : il y en a autant que de débits d’air entrant. Sa température est T maj = T ext et son humidité est g ω maj = ω ext . 192 . On compte donc un débit pour l’air neuf g par la transparence de l’enveloppe. on rajoute aux débits entrants chacun des − q m . Sa température est T maj = T ext et son humidité g est ω maj = ω ext . s_ souffle et leurs humidités sont ω air. On compte donc un débit pour l’air neuf g entrant par la transparence de l’enveloppe.8. s_ souffle . g Enfin. hall > 0 .

( ) ∑Q Soit pour un groupe autre que le Hall : g maj =q g air _ neuf g g g + ∑ qm. ∑ max(q def ∈g v. 7.Hall > 0 g g g = q air _ neuf + ∑ q m . sommé sur tous les composants du groupe… 193 . Hall (286) Soit pour un groupe autre que le Hall : ( ∑ω j maj ×Q g maj = ωext × q Hall air _ neuf Hall g g + ∑ωspec × qm. Hall > 0 g ( ) (285) Pour le Hall : ∑Q g maj ( ) Quel que soit le groupe : ∑ω j maj g g g j × Qmaj = ωext × qair _ neuf + ∑ω spec × qm. g prev × qm. Hall si vu du Hall. 0) ∑ min(q def ∈g v. qm.spécifique _ soufflé + qm.8 Explicitation des termes g Q maj g et ω maj g g Ce paragraphe vise simplement à expliciter les termes Q maj et ω maj .3.3. EA .9 Calcul des débits entrants et sortants du groupe Les débits sont exprimés en m3/h. ∑ω j maj ×Q g maj g g g g = ∑ = ω ext × q air _ neuf + ∑ ω spec × q m. Hall si q m. 0) (∆P ). Hall prev × q m.3.8.8. Hall si vu du Hall . sort = A chaque pas de temps.def .Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. EA Où Q=débit total.8. .def Où Q=débit total. sort A chaque pas de temps.entr = Q vg. sommé sur tous les composants du groupe… 7.8. j prev × qm≠jg .spécifique_ soufflé + ∑ωi .2 Débits par les entrées d’air Q vg. 0 ) (∆ P ).spécifique_ soufflé + ∑ωi. q m. Hall > 0 g Pour le Hall : ( ) 7.9.i v .1 Débits par les défauts d’étanchéité Qvg. spécifique _ soufflé + ωi .entr = Qvg. ∑ max (q = ∑ min (q i i g . ∑Q Quel que soit le groupe g : g maj =q g air _ neuf g + ∑ q m . EA (∆ P ). spécifique _ soufflé j j + ∑ q m≠ jg si q m≠ jg > 0 .3.def . 0 ) g .def (∆P ).i v .9. EA .Hall si qm.

le bilan hydrique du groupe. . des besoins de refroidissement et des consommations de l’éclairage artificiel.9 S2_BAT_assemblage_groupe 7. En sortie du groupe les besoins de chauffage et les besoins de refroidissement sont dirigés vers le réseau de distribution intergroupes. Au plan du fonctionnement et compte tenu de la définition de la zone.1 INTRODUCTION Le groupe est une partie d’un bâtiment homogène au plan de l’usage et du fonctionnement. Le groupe est en relation avec des composants extérieurs : . Ce niveau regroupe la quasi totalité des informations nécessaires à la prise en compte du bâti et des équipements intérieurs tels que l’éclairage et les dispositifs terminaux de ventilation. Le groupe fait appel aux composants suivants : .les données météorologiques. . La structuration des groupes par rapport à ces échanges est la suivante .les parois opaques.une zone peut comporter 0 ou 1 groupe dit de "circulation" Par convention. . pour les équipements et les systèmes. . à l’intérieur de groupes un traitement des résultats est effectué pour obtenir des données agrégées ou des cumuls.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.les scénarios.une zone peut comporter un ou plusieurs groupes standards. . 194 .le comportement thermique du groupe.les ponts thermiques.les parois vitrées. . éclairage). les apports internes et les indicateurs de fonctionnement (ventilation. les différents groupes d'une même zone sont en connexion aéraulique. .l’éclairage.la perméabilité. les autres groupes sont connectés aérauliquement avec lui et seulement avec lui.9.l’émission. . . . .la ventilation. prise en compte au niveau de la zone. ainsi c’est le lieu de calcul des besoins de chauffage. La zone est une partie de bâtiment rassemblant un ou plusieurs groupes ayant le même usage. Finalement. qui fournissent pour la zone les températures de consigne. elle calcule les échanges aérauliques entre les groupes d’une même zone.les saisons.le calcul des indicateurs de confort destinés à la détermination des saisons au niveau du bâtiment.les espaces tampons. . si on définit un groupe de circulation.

Données issues des scénarios Indice d’occupation de la zone 0 = zone inoccupée 1 = zone occupée Indice d’occupation de la zone dans laquelle se situe le groupe 0 = zone inoccupée. sous forme d’entier : 1: saison de refroidissement . iocc_zone - IEcl - s c é n a ri o s θ iifr θ iich g φ int. rad g φ int_ occ .2 NOMENCLATURE Le Tableau 31 donne la nomenclature des différentes variables du modèle d’assemblage des fiches algorithmes liées aux groupes. 4 : saison de chauffe avec autorisation de refroidir. 3: saison de chauffe avec interdiction de refroidir . conv groupe g g ωint g g ω g int_ occ Apport d’humidité dus aux occupants au groupe kg/h 195 . conv g φ int. éclairage non autorisé Cet indice correspond aux plages d’occupation données par les scénarios conventionnels.9.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. Ivent Indicateur de ventilation de la zone (Occ / Inocc) Données issues du groupe au pas précédent Température de consigne initiale de refroidissement Température de consigne initiale de chauffage Apports internes convectif hors-occupants et éclairage d’un groupe g Apports internes radiatifs hors-occupants et éclairage d’un groupe g Apports internes convectif dus aux occupants d’un Apport d’humidité hors-occupants au groupe Bool °C °C W W W kg/h Unité W/m² W/m² rd rd Lux Lux °C °C kg/kg as °C m/s deg - M é t é o gr Saison ( j ) eff Ent. éclairage autorisé 1 = zone occupée. 2: mi-saison . Entrées du système Nom IDn Idi ψ γ EDn Edi Teciel Te we Teau Vent Dirvent IHJ Description Données météorologiques Rayonnement solaire direct normal Rayonnement solaire diffus horizontal isotrope Azimut du soleil (Angle du soleil par rapport au sud) Hauteur du soleil Eclairement naturel direct normal Eclairement naturel diffus horizontal Température du ciel Température extérieure d’air sec Poids d’eau Température de l’eau froide La vitesse du vent à 10 m de hauteur Direction du vent Heure du jour en temps solaire moyen Choix des saisons s ai s o n La saison effective à appliquer au groupe au jour j.

débit sortant dans le groupe via les entrées d’air Masse volumique de l’air du pas de temps h. débit entrant dans le groupe via les défauts d’étanchéités Au pas temps horaires. def . i ( h ) Coefficient de réduction des flux solaires dû à la présence de l’espace tampon i. b solaire . - m² - b ecl .gprev du pas de temps h-1 196 . calculée à partir de la température θ i . EA . rad Apports internes radiatifs dus aux occupants d’un groupe g Données calculées au pas précédent W -∞ +∞ - wint θ op . g et de prev kg/m3 l’humidité spécifique wi. Surfaces maximales d’ouverture des parois de Aouv max_l’espace tampon attribuées aux différentes baies reliées à l’espace tampon i (au prorata de leurs surfaces d’ouverture respectives). débit sortant dans le groupe via les défauts d’étanchéités Au pas temps horaires. au pas de temps h-1. entr Q vg. def . - Ventilation perméabilité Q g maj Débit massique j entrant dans le groupe g kg/s °C kg/kg as m3/h m3/h m3/h m3/h g T maj Température du débit massique groupe j j entrant dans le g entrant dans le v e n til a ti o n g ω maj Poids d’eau du débit massique groupe g Q vg. entr Q vg. fin (h1) Température ressentie par l’occupant à la fin du pas de temps Température ressentie par l’occupant au pas de temps h-2.Méthode de calcul Th-BCE 2012 g φ int_ occ . Température intérieure de l’air du groupe considéré. g Au pas temps horaires. Hauteur du soleil corrigée Nombe d’heures pendant lesquelles Einat est supérieu à Seuil_auto_lumi en occupation au pas précédent Température de masse finale au pas de temps précédent Valeurs des températures extérieures sur l’ensemble du jour précédent. EA . fin (hG r o u p e (t1) 2) θi γ' (h-1) Nbh_Einat _sup(t-1) ( θ mt − ∆ t ) °C °C {θ (h)}j-1 ei b ai e s T o u t c o m p o s a n t { { Espaces tampons Nombres d’espaces tampons différents reliés aux nb _ esp _ baies d’indice b reliées à l’espace tampon i. i ( h ) Coefficient de réduction des déperditions thermiques dû à la présence de l’espace tampon i. débit entrant dans le groupe via les entrées d’air Au pas temps horaires. b therm . sort Q vg. i ( h ) Coefficient de réduction de l’éclairement dû à la présence de l’espace tampon i (concerne uniquement les baies vitrées). sort ρi. °C °C °C ° h θ op .

perm Wh/m²S HONRTg r m² m² m² m² A gr perm f. gr Atoit . Sorties Nom gr Bch m Description Besoins mensuels en chaud du groupe Unité Wh/m ²SHO NRTgr Wh/m ²SHO NRTgr Wh/m ²SHO NRTgr Wh/m ²SHO NRTgr Wh/m ²SHO NRTgr Wh/m ²SHO NRTgr points points Wh/m²S HONRTg r Bchgr Besoins annuels en chaud du groupe gr Bfrm Besoins mensuels en froid du groupe Bfrgr Besoins annuels en froid du groupe gr Becl m Besoins mensuels d’éclairage du groupe Vers fiches « calculs zone » et « sorties_fiche_XML » » Beclgr gr Bbiom Besoins annuels d’éclairage du groupe Besoin bioclimatique mensuel du groupe Besoin bioclimatique annuel du groupe Besoins mensuels bruts d’ECS du groupe Besoins annuels bruts d’ECS du groupe Somme des parois déperditives du groupe Somme des parois déperditives excepté le plancher bas du groupe (utile pour les calculs de perméabilité) Somme des parois déperditives verticales du groupe (utile pour les calculs de perméabilité) Somme des parois déperditives horizontales excepté le plancher bas du groupe (utile pour les calculs de perméabilité) Bbio gr Becsmgr Becsgr gr AT gr AT . perm 197 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Paramètres d’intégration du système Nom Description Parois opaques : voir fiche Assemblage des parois opaques Ponts thermiques : voir fiche Assemblage des ponts thermiques Baies vitrées : voir fiche Assemblage des baies vitrées Eclairage : voir fiche Eclairage Ventilation spécifique : voir fiche ventilation spécifique Bilan hydrique : voir fiche bilan hydrique Comportement thermique : voir fiche comportement thermique du groupe Emission : voir fiche émission Indicateurs de confort : voir fiche indicateurs de confort Calculs du groupe : voir fiche calcul du groupe Unité Min Max Conv.

du jour j-28 au jour j-1 inclus (672 pas de temps). Wh/m ²SHO NRT par an Wh/m ²SHO NRT par an Wh/m ²SHO NRT par an Wh/m ²SHO NRT par an Wh/m ²SHO NRT par an Wh/m ²SHO NRT par mois calculs mensuels calculs annuels 198 .sort Qvg.sort {Qreq.Méthode de calcul Th-BCE 2012 gr A opv gr A oph Surfaces des parois déperditives opaques verticales du groupe Surfaces des parois déperditives opaques horizontales du groupe −v m² m² m² m² gr A baies Surface totale des baies verticales du groupe Surface totale des baies horizontales du groupe gr A baies − h Qvg. m3/h m3/h m3/h m3/h m3/h m3/h . r Cef_ch_mg (m) Energie finale totale consommée pour le chauffage dans le groupe pour le mois m. Cef_ecsgr Energie finale totale consommée pour l’ECS dans le groupe pour l’année entière.EA. jour j-28 au jour j-1 inclus (672 pas de temps). Cef_eclgr Energie finale totale consommée par l’éclairage artificiel des locaux dans le groupe pour l’année entière.entr Qvg.gen détermination saisons Moyenne (en occupation) du débit volumique entrant par tous les défauts d’étanchéité du groupe Moyenne (en occupation) du débit volumique sortant par tous les défauts d’étanchéité du groupe Moyenne (en occupation) du débit volumique entrant par toutes les entrées d’air du groupe Moyenne (en occupation) du débit volumique sortant par toutes les entrées d’air du groupe Moyenne (en occupation) de la somme des débits volumiques spécifiques entrants dans le groupe Moyenne (en occupation) de la somme des débits volumiques spécifiques sortants du groupe Ensemble des sommes des différentes valeurs des demande en énergie de chauffage au niveau des générations du projet.gen .spec.ch(h)}j28 . Cef_auxsg r Energie finale totale consommée par les auxiliaires de distribution pour l’année entière.j-1) Wh Cef_frgr Energie finale totale consommée pour le refroidissement dans le groupe pour l’année entière.def . EA.fr (h)}j28 .spec. Ensemble des sommes des différentes valeurs des demande en énergie de refroidissement au niveau des générations du projet.j-1) Wh {Qreq.def .entr Qvg.entr Qvg. Cef_auxvg r Energie finale totale consommée par les auxiliaires de ventilation (et ventilateurs des émetteurs) pour l’année entière.sort Qvg.

gr Cef_ecs_m (m) Energie finale totale consommée pour l’ECS dans le groupe pour le mois m. Cep_eclgr Energie primaire totale consommée par l’éclairage artificiel des locaux dans le groupe pour l’année entière. CEP mensuels gr Cep_ch_m (m) Energie primaire totale consommée pour le chauffage dans le groupe pour le mois m. Cef_auxvgr (m) Energie finale totale consommée par les auxiliaires de ventilation (et ventilateurs des émetteurs) pour le mois m. Cep_ecsgr Energie primaire totale consommée pour l’ECS dans le groupe pour l’année entière.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Wh/m ²SHO NRT par mois Wh/m ²SHO NRT par mois Wh/m ²SHO NRT par mois Wh/m ²SHO NRT par mois Wh/m ²SHO NRT par mois Wh/m ²SHO NRT par an Wh/m ²SHO NRT par an Wh/m ²SHO NRT par an Wh/m ²SHO NRT par an Wh/m ²SHO NRT par an Wh/m ²SHO NRT par an Wh/m ²SHO NRT par mois Cef_fr_m (m) gr Energie finale totale consommée pour le refroidissement dans le groupe pour le mois m. Cef_auxsgr (m) Energie finale totale consommée par les auxiliaires de distribution pour le mois m. 199 . Cep_auxv gr Energie primaire totale consommée par les auxiliaires de ventilation (et ventilateurs des émetteurs) pour l’année entière. gr Cef_ecl_m (m) Energie finale totale consommée par l’éclairage artificiel des locaux dans le groupe pour le mois m. CEP annuels Cep_chgr Energie primaire totale consommée pour le chauffage dans le groupe pour l’année entière. Cep_auxs gr Energie primaire totale consommée par les auxiliaires de distribution pour l’année entière. Cep_frgr Energie primaire totale consommée pour le refroidissement dans le groupe pour l’année entière.

r Cep_auxvg (m) Energie primaire totale consommée par les auxiliaires de ventilation (et ventilateurs des émetteurs) pour le mois m. Cep par énergie Cep_gazgr Energie primaire totale fournie par utilisation du gaz pour le groupe sur l’année entière.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Wh/m ²SHO NRT par mois Wh/m ²SHO NRT par mois Wh/m ²SHO NRT par mois Wh/m ²SHO NRT par mois Wh/m ²SHO NRT par mois Wh/m ²SHO NRT par an Wh/m ²SHO NRT par an Wh/m ²SHO NRT par an Wh/m ²SHO NRT par an Wh/m ²SHO NRT par an Wh/m ²SHO NRT par an Wh/m ²SHO NRT par an r Cep_fr_m (m) g Energie primaire totale consommée pour le refroidissement dans le groupe pour le mois m. gr Cep_ecl_m (m) Energie primaire totale consommée par l’éclairage artificiel des locaux dans le groupe pour le mois m. Cef_rdcgr Energie finale totale fournie par utilisation des réseaux de chaleur pour le groupe sur l’année entière. Cef_elegr Energie finale totale fournie par utilisation de l’électricité pour le groupe sur l’année entière. Cef_boigr Energie finale totale fournie par utilisation du bois pour le groupe sur l’année entière. Cef_fodgr Energie finale totale fournie par utilisation du fioul domestique pour le groupe sur l’année entière. Cef_auxsgr (m) Energie primaire totale consommée par les auxiliaires de distribution pour le mois m. Cef_gazgr Energie finale totale fournie par utilisation du gaz pour le groupe sur l’année entière. 200 . Cef par énergie Cef_chagr Energie finale totale fournie par utilisation du charbon pour le groupe sur l’année entière. gr Cep_ecs_m (m) Energie primaire totale consommée pour l’ECS dans le groupe pour le mois m.

ramenée au m² de SHONRT. Tableau 31 : Nomenclature du modèle 201 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Wh/m ²SHO NRT par an Wh/m ²SHO NRT par an Wh/m ²SHO NRT par an Wh/m ²SHO NRT par an Wh/m ²SHO NRT par an Wh/m ²SHO NRT par an Wh/m ²SHO NRT par an Cep_fodgr Energie primaire totale fournie par utilisation du fioul domestique pour le groupe sur l’année entière. Cep_rdcgr Energie primaire totale fournie par utilisation des réseaux de chaleur pour le groupe sur l’année entière. Cep_elegr Energie primaire totale fournie par utilisation de l’électricité pour le groupe sur l’année entière. ramenée au m² de SHONRT. Cep_chagr Energie primaire totale fournie par utilisation du charbon pour le groupe sur l’année entière. Cep_boigr Energie primaire totale fournie par utilisation du bois pour le groupe sur l’année entière. Cepgr Energie finale totale consommée par le groupe pour l’année entière. Cefgr Energie finale totale consommée par le groupe pour l’année entière. Variables internes Nom Description Unité Constantes Nom Description Unité Conv.

la Figure 17 dans le cas du calcul Cep. le calcul des besoins d’ECS et la présence d’un réseau de distribution de groupe d’ECS.3 ASSEMBLAGE DES COMPOSANTS Les schémas des figures ci-dessous présentent l’organisation des composants pour l’ensemble d’un groupe : la Figure 16 dans le cas du calcul Bbio. la présence d’un réseau de distribution de groupe de chaleur et de distribution de froid. Le calcul de Cep reprend les mêmes composants que le calcul de Bbio avec cependant : le calcul de l’émission qui correspond alors au projet. La prise en compte des systèmes de ventilation est à l’extérieur du groupe.9. la prise en compte de la relance du système de chauffage refroidissement en fin de période d’inoccupation. 202 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.

θm. Fsa Débits d’air Iocc. θm.0).type_local. Flt_2 Flt_3 1 Nbh_occ_einat_sup(t-1) Nbh_occ_einat_inf(t-1) Nbh_occ_nuit(t-1) 1 . Φsys.0).conv 1 1 Φsh_s_pt Φsh_vc_pt HTh_pt 1 1 θiich θiifr 1 Eclairage Sortie Nbh_Einat_sup Nbh_occ_einat_sup Nbh_occ_einat_inf Nbh_occ_nuit Taux_eclnat.moy(0.fin(t-1) ωi.moy(0. Φsys.AE. Eclairage . θop. .fin(t-1) Comportement d’un groupe Iocc. Qmaj Sortie : Agrbaies-sud.moy(0.fin θi.gfin. gr gr gr gr gr Bbio m. A opv. Nbh_occ_einat_sup Nbh_occ_einat_inf.fin.10). Qgv.0). θsd. θrm.perm.moy(10. θs. Φcrois.moy(10. Agrophh. Beclgrm. Bfrgr. ōθvtch.c . αk.zone Vent bouche conduit .sort.perm.Agr . Φsys. Bchgrm. θi.c .l .ch. .zone SHONgr CECL_GR 1 θi.l .l .FeclC. solaires.fin. T_simul_deb_veg Assemblage Parois opaques θop. .possibilité d’ouverture de la baie et paramètres de gestion de l’ouverture.Fs2 . Qgv. βk.l . άl. Psd.spec.0).moy(0. Φsys.Type de protection mobile et paramètres de gestion .moy(0.fin(t-1) θop. Grp Indicateurs de confort Calcul groupe sortie ωi.rad g Φ int_occ.Ratem.spec_soufflé Tgair_soufflé(t-1) ωgair_soufflé(t-1) 1 Iocc.entr.moy(10.zone comportement . Indicateurs de confort émission .ε_échangeur 1 Saisonpro(j) θi.0). Nbh_occ_nuit Taux_eclnat.fin.ōθvsfr. lumineuses .fin Qgmaj ωgmaj ωgint ωgint_occ ωigfin(h-1) Bilan hydrique Sorties Φsys.moy(0.fin.def.c. .fin(t-1) 1 Ivent 1 Vent spé Bbio .masques.entr.Caractéristiques des baies : thermiques.fin θop. θop. θs. θi.types et caractéristiques des masques Assemblage Baies calcul groupe Agrbaies-v.entr.Alocal.10).fin(t-2) θi.ōθvsch. Qgv.10). Agrbaies-h. θs.10).0).fin.moy(0.T_simul_fin_veg. θrm.chem.moy(0.spec_repris Qgs.frem.0).Agr.chem. Bbio . θop.0). θi. θrm. A op Baies .sort. gr gr A ophb.zone gr Calcul groupe Lgrpt calcul groupe Agropv.spec.0). A T.c. Nbh_Einat_sup.masques.Fs3 . Bchgr. 1 Θop.i.moy(0.f . Φsys.moy. Agroph.Fr_grad_ecl .Fs1 .f . θop.rad Φgint. θsd.type_bat.débits spécifiques Iecl 1 Ivent Bouche conduit Ventilation spécifique Bbio TP. Cm.def.f. ōθvtfr. Agrbaies-v. Φsys.fin.Am.Hges Ftvc 1 1 Φsh_s_op Φsh_vc_op HTh_op 1 1 Qgmaj wgmaj Tgmaj 1 1 g Φ int.fin(t-1) Saison pro(j) TP.fin θs.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Assemblage Groupe Bbio météo btherm bsolaire becl Interface Détermination saisons Indicateur confort(t-1) Assemblage Espace tampon Scénarios Débit d’air Code θi. ωi.0). θm. météo Iocc. θs.10). A T.niveau_détail_calcul TP.frem.Type_vegetal. gr gr A toit.l. Type_calcul .Ratio_ecl_nat.FeclR 1 θm.f. θm.k.fin Figure 16 : Assemblage des composants d’un groupe pour le calcul de Bbio 203 . Qgv. Grp 1 . ωi.fr. .gmoy.fin(t-1) 1 Qgs.Iclim Saisonpro(j) Emission Indicateurs de confort Calcul groupe Bfrgrm.Ratem. A f. .seuil_auto_lumi 1 Flt_1. ωi.Ak.moy(0.conv Φgint_occ.0). météo Ponts thermiques . Agrbaies-h.moy(0. Psd.moy(10.perm.sort. Qgv. Qgv. . météo Assemblage Ponts thermiques Parois opaques . partbaies_sud.AE. θm. Beclgr.moy(10. βl. Type_calcul .

θs.fr . θm. soufflé Bouche conduit θi.moy(0. Type_calcul . météo Baies .possibilité d’ouverture de la baie et paramètres de gestion de l’ouverture.moy(10.moy(10.seuil_auto_lumi 1 Flt_1. θi. Agrophh.moy(0.zone Indicateurs de confort Scénarios Saisoneff(j) Météo Scénarios Relance ECS - Indicateurs de confort Emission ECS Besoin ECS Bilan hydrique Qsys.10).débits spécifiques Iecl Détermination Saisons Saisonpro(j) Indicateur confort(t-1) 1 Ivent 1 Code Qgs. lumineuses .zone(h) Iocc.ch.10). ωi. Rateff_frem Qv_recircem ωsatem.masques. partbaies_sud Qmaj Sortie : Agrbaies-sud. Φcrois. Grp 1 .Agr. αk.0).fin(t-1) Iocc.conv 1 Nbh_occ_einat_sup(t-1) Nbh_occ_einat_inf(t-1) Nbh_occ_nuit(t-1) Eclairage 1 θiich θiifr 1 comportement .fin. Φcrois.rad g Φ int_occ. em Qsys.spec_repris Qg.fin θi.FeclR 1 θm.zone Ponts thermiques . Iclim Θop.l . Sorties Qsys. θop.fin. άl.fin θs. Qsys. fuites.moy(0. Qsys.fr.0).k. θs. Type_calcul . Réseau ECS groupe Φcrois.fin.moy(10.moy(0.Hges Ftvc 1 1 Φsh_s_op Φsh_vc_op HTh_op 1 1 Φsh_s_pt Φsh_vc_pt HTh_pt 1 1 Qgmaj wgmaj g T maj 1 1 g Φ int.0). Saisoneff(j) Iocc.fin Wvent_loc_tot Φvent_loc_vc em .fr. . Φsys.moy(0.ch. Nbh_occ_einat_inf Nbh_occ_nuit. soufflé Qgs.fin(t-1) Comportement d’un groupe émission .repris.T_simul_fin_veg.Type de protection mobile et paramètres de gestion .Am. θm. θop. Wvent_loc_tot.type_local. .fin Réseau CH FR groupe Régulation TP.Ratem.0). θm.l .Alocal. Cm.moy(0.fr.moy(0.rad Φgint. CECL_GR Nbh_occ_einat_sup Nbh_occ_einat_inf Nbh_occ_nuit Taux_eclnat. .0).Agr. météo Iocc. .zone Assemblage Ponts thermiques Assemblage Baies calcul groupe Agropv.0). .ch. soufflé Qgs.chem.moy(10.fin θop.fin(t-1) θi. Agrophb. ωi.conv Φgint_occ. θsd.Fs1 . θs. .niveau_détail_calcul TP.fin(t-1) ωi. cond.gmoy.l . météo Assemblage Parois opaques θop. Agrbaies-h.10). 1 .FeclC. θop. θs.Ratio_ecl_nat. Fsa Sortie CECL_GR. Agrop Calcul groupe Lgrpt Eclairage .i. Agrbaies-v.Fs2 . βk.moy(10.Fs3 . .repris. Rateff_fr Rateff_frem Qv_recircem ωsatem Qsys.fr.0). . θm.0). θop. Flt_2 Flt_3 1 calcul groupe Agrbaies.spec_repris.moy(0.fin(t-1) Saisonpro(j) TP.0).moy(0.Type_vegetal.zone SHONgr Figure 17 : Assemblage des composants d’un groupe pour le calcul de Cep 204 . θi. θrm. CECL_GR.moy(0.Ratem.10).gfin.fin.type_bat.0).moy(0. météo. βl. θrm. θsd. Grp Indicateurs de confort Calcul groupe Débits d’air Iocc.10).Ak.l. Taux_eclnat.l . θi.0).types et caractéristiques des masques Parois opaques .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Assemblage Groupe Cep météo Assemblage Espace tampon btherm bsolaire becl Interface Saisons systèmes Scénarios Qg.Fr_grad_ecl . Φvent_loc_vc Rateff_frem .fin θm.fin. CECL_GR Nbh_occ_einat_sup. θrm. θi. solaires. θi.spec_soufflé Tair_soufflé(t-1) ωair_soufflé(t-1) Débit d’air Saisoneff(j) Saisonpro(j) C_VENT Vent bouche conduit .zone(h-1) Emission Iocc.masques.Caractéristiques des baies : thermiques.ch. T_simul_deb_veg TP.

le débit de fuite du réseau pour une bouche compte tenu des scénarios et de la nature du système. ’assemblage ‘Ponts thermiques’ : Même principe. ’assemblage ‘Parois opaques’ : Il est constitué de ’environnement proche’ et de ‘paroi opaque’. Ce dernier envoie les débits. qui correspondent soit aux données de sortie soit aux données d’entrée des composants. on trouve l’organisation proprement dite des différents composants. locaux non chauffés en contact avec les locaux chauffés objet du calcul réglementaire. ‘ventilation spécifique Bbio’ : Ce composant représente le système de ventilation conventionnel pour le calcul du coefficient Bbio. Chaque composant est relié aux autres par des flèches symbolisant les échanges de données. leurs paramètres intrinsèques étant définis dans leurs fiches algorithmes. on trouve les paramètres d’intégration des différents composants ou des assemblages intervenant dans le groupe. • L’enchaînement des calculs dans le groupe est le suivant : ‘bouche conduit’ : Ce composant détermine le débit soufflé et le débit repris.Méthode de calcul Th-BCE 2012 L’assemblage est organisé en trois parties verticales : • à gauche du trait vertical dans la partie interface. à droite dans la partie code. 205 . serres. on distingue les composants hors du groupe mais en relation avec lui : le climat qui fournit les données météorologiques. Ces données. pour CEP. les espaces tampons : vérandas. Il est dans le groupe. Ces données sont utilisées par les systèmes de ventilation et le composant ‘débit d’air’. dans la partie supérieure droite. nécessaires à la suite des calculs dans le groupe. les scénarios. le calcul de la perméabilité à l’air et des échanges aérauliques entre groupes conduit au niveau de la zone. les températures et les humidités pour l’ensemble des bouches du groupes. • • Le détail de chaque composant ou de chaque assemblage est au niveau de chaque fiche algorithme. sont précisées sur les flèches. définis au niveau des zone. la ventilation et les saisons pour les systèmes. En relation avec la météo et les espaces tampons il calcule d’une part les flux de chaleur dû au rayonnement solaire et dû au rayonnement froid de la voûte céleste transmis au groupe et d’autre part le coefficient de transmission thermique global de l’ensemble des parois opaques.

entrant dans le groupe permettent de calculer le niveau d’éclairement naturel dans le groupe et ainsi de représenter la gestion des systèmes d’éclairage. ‘calcul du débit par ouverture des baies’ et ‘ensemble baies’. annuels. les espaces tampons et les l’assemblage baies il calcule la consommation d’éclairage ainsi que les rejets thermiques. ‘relance’ : Commande la relance des installations de chauffage et de refroidissement du groupe en anticipation d’une période d’occupation. ‘indicateurs de confort’ : On détermine l’état du confort thermique des occupants afin de calculer les débuts des saisons de chauffage et de refroidissement. détermine les besoins de chauffage et de refroidissement compte tenu de la saison. pour le calcul de Cep il est fait en relation avec l’émission. ‘calculs groupe’ : ‘calcul groupe’ effectue un post traitement des sorties du groupes : cumuls mensuels. ‘baies vitrées’. ‘éclairage’ : En relation avec la météo.Méthode de calcul Th-BCE 2012 ‘assemblage baies’ : Il fait intervenir ‘environnement proche’. pris en compte dans le comportement du groupe. ‘comportement thermique du groupe’ : Est lié aux composants de l’enveloppe à l’éclairage et à la ventilation et calcule le comportement du groupe sous forme d’une matrice de température destinée à ‘émission’. ‘gestion et régulation des protections solaires’. En relation avec la météo et les espaces tampons il calcule d’une part les flux de chaleur dû au rayonnement solaire (trois composantes) et dû au rayonnement froid de la voûte céleste transmis au groupe et d’autre part le coefficient de transmission thermique global de l’ensemble des parois opaques. ‘bilan hydrique’ : Le bilan hydrique du groupe est réalisé. Le calcul est réalisé au niveau du projet. ‘gestion régulation de l’ouverture des baies’. calculés par ‘assemblage baies’. 206 . calcul du Bbio. Sont calculés également les flux lumineux transmis au groupe pour le composant éclairage. ‘détermination des saisons’ : Sur la base des indicateurs de confort et des besoins du groupe. ‘émission’ : Se fondant sur le comportement du groupe et les températures de consigne. sont calculées les saisons de chauffage et de refroidissement pour le groupe. ‘détermination des saisons des systèmes’ : Sont calculées les saisons de chauffage et de refroidissement à l’échelle des systèmes de production d’énergie (génération). Les flux lumineux.

207 . etc. paroi opaque. perméabilité. d’éclairage.10 C_CALC_calculs_groupe 7. La fiche « calculs génération » s’efforce donc de déterminer par groupe le pourcentage de la consommation globale des générateurs calculée au niveau du projet.10. Par ailleurs. de ventilation. entité élémentaire de calcul. Les algorithmes ci-dessous récupère des sorties de ces fiches pour les traiter afin de disposer d’indicateurs réglementaires et/ou à vocation pédagogiques sur le bâti ou les systèmes.) au niveau de l’unité de calcul. d’ECS. au niveau du groupe.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.…) appartient à un groupe. il est intéressant de connaître les consommations (de chauffage. de refroidissement.1 INTRODUCTION Chaque élément de base d’un bâtiment (baie. Les fiches « ensemble » synthétisent ces éléments au niveau d’un groupe.

def Débits d’air .10.2 NOMENCLATURE Le Tableau 32 donne la nomenclature des différentes variables nécessaires pour effectuer divers calculs au niveau du groupe. entr Q vg. on notera h le pas de temps de simulation. def . débit sortant dans le groupe via les entrées d’air m3/h m3/h m3/h m3/h m3/h m3/h g. q specs _ soufflé Q vg.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. débit entrant dans le groupe via les entrées d’air Au pas temps horaire. Baies Surface totale des baies verticales du groupe Surface totale des baies horizontales du groupe Somme des longueurs des ponts thermiques du groupe gr A baies −h Ass. sort Q vg. entr Q vg. débit sortant dans le groupe via les défauts d’étanchéités Au pas temps horaire. débit entrant dans le groupe via les défauts d’étanchéités Au pas temps horaire. PT gr lPT m m² SHONRTgr Spécifi. Entrées du composant Nom Emissions Description Energie requise pour le chauffage totale du groupe. EA . q specs _ repris SHONRT du groupe Débit volumique spécifique repris au niveau du groupe g par le système s Débit volumique spécifique soufflé au niveau du groupe g par le système s Au pas temps horaire. sort iocczone Indice d’occupation de la zone à laquelle appartient le groupe - 208 . Energie requise pour le refroidissement totale du groupe. Dans toute la suite de la fiche. j le jour de simulation et m le mois de simulation. Consommation d’énergie finale pour l’éclairage d’un groupe sur une heure Surfaces des parois déperditives opaques verticales du groupe Surfaces des parois déperditives opaques horizontales du groupe orientées vers le bas Surfaces des parois déperditives opaques horizontales du groupe orientées vers le haut Somme des surfaces des parois opaques du groupe −v Unité Wh Wh Qsys_ch(h) Qsys_fr(h) CECL_GR(h) gr A opv Ecl. g. kWh m² m² Ass. EA . PO gr Aophb gr Aophh m² m² m² m² gr Aop gr A baies Ass.

Les lignes correspondent aux différents postes (3). Matrice des consommations en énergie finale en fonction des postes et du type d’énergie.énergie) gen. les colonnes aux différentes sources d’énergie (6). par génération et par groupe Consommation mensuelle en énergie primaire de refroidissement.gr Cef_fr_mgen.chgen. par génération et par groupe Consommation mensuelle en énergie primaire de chauffage.gr Cep_fr_mgen. Energie consommée par les circulateurs du réseau de distribution interne au groupe de chaud et de froid au pas de temps h.énergie) (h)} Wh Générateur s+ ballons Matrice { cef (poste . Matrice des consommations en énergie finale au pas de temps h de l’assemblage ballon. par génération et par groupe Générateurs Matrice gnr {Qcef (poste . Demande en énergie de refroidissement au niveau de la génération gen pour le groupe gr. Consommation électrique totale des ventilateurs locaux des émetteurs du groupe au pas de temps h. Energie consommée par les circulateurs du réseau de distribution intergroupe de chaud et de froid au pas de temps h.gr Wh Wh Wh Wh Wh Wh 209 .gr Cep_chgen.gr (h)} Qreq.frgen.gr (h) Calculs génération Wh Cef_ch_mgen. répartie au niveau du groupe Demande en énergie de chauffage au niveau de la génération gen pour le groupe gr.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Matrice des consommations en énergie finale au pas de temps h du générateur.gr (h) Wh Wh Qreq. par génération et par groupe Consommation mensuelle en énergie finale de refroidissement. Consommation mensuelle en énergie finale de chauffage. Energie consommée par les auxiliaires du réseau de distribution intergroupe d’ECS au pas de temps h.gr Cep_ch_mgen. par génération et par groupe Consommation annuelle en énergie finale de chauffage. par génération et par groupe Consommation annuelle en énergie primaire de chauffage. Les lignes correspondent aux différents postes (3). les colonnes aux différentes sources d’énergie (6).énergie) ballon (h)} Q Wh Ventilateurs Wventmoys(h) Wh Wvent_loc_tot(h) Wh Consommations des circulateurs Wauxds(h) Wh Wauxdp (h) Wh Waux_prim-edp-e(h) Wh {Qcef(poste .gr Cef_chgen. Consommation des auxiliaires du système de ventilation du groupe au pas de temps h.

Paramètres d’intégration du système Nom Description Mois de l’année Usage de la zone Surface habitable du groupe (pour les usages maison individuelle ou accolée et logement collectif) . Cep_chagen. par génération et par groupe Cef_frgen.gr.gr. Cep_boigen.gr } {Cep_gazgen.noté Agr dans le code.gr Cef_ecs_mgen.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Consommation annuelle en énergie finale de refroidissement. par génération et par groupe Consommation annuelle en énergie primaire d’ECS. Cep_rdcgen.gr Cep_frgen.gr. Cep_elegen.gr. Surface utile du groupe (pour les usages hors maison individuelle ou accolée et logement collectif) . par génération et par groupe Consommation annuelle en énergie primaire de refroidissement. Cef_fodgen. par génération et par groupe Consommation mensuelle en énergie primaire d’ECS. Cef_rdcgen. non corrigés par les émetteurs d’ECS Wh Paramètres intrinsèques du système Nom Description Unité Min Max Conv. Cep_fodgen.gr} Qw_brutsgr Wh Wh Wh Wh Wh Wh Matrice des consommations annuelles d’énergie finale (de chaud. de froid et d’ECS) par génération et par groupe Wh Matrice des consommations annuelles d’énergie primaire (de chaud.gr.gr Cef_ecsgen. - IMOIS Usagezone SHAB SURT SHONRTz m² 0 +∞ - m² 0 +∞ - 210 .gr {Cef_gazgen. Cef_boigen.gr.gr.gr.gr Cep_ecsgen.gr. Cef_chagen. par génération et par groupe Consommation annuelle en énergie finale d’ECS.noté Agr dans le code. Surface Hors Œuvre Nette au sens de la RT de la zone Unité m² Min 0 1 0 Max 12 31 +∞ Conv. Cef_elegen. par génération et par groupe Consommation mensuelle en énergie finale d’ECS. de froid et d’ECS) par génération et par groupe Wh Besoins horaires d’ECS du groupe.gr Cep_ecs_mgen.gr.

spec.entr Qvg.EA. m² gr Atoit .spec.def .entr Qvg.def .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Sorties Nom gr Bch m Description Besoins mensuels en chaud du groupe Besoins annuels en chaud du groupe Besoins mensuels en froid du groupe Besoins annuels en froid du groupe Besoins mensuels d’éclairage du groupe Besoins annuels d’éclairage du groupe Besoin bioclimatique mensuel du groupe Besoin bioclimatique annuel du groupe Besoins mensuels bruts d’ECS du groupe Besoins annuels bruts d’ECS du groupe Somme des parois déperditives du groupe Somme des parois déperditives excepté le plancher bas du groupe (utile pour les calculs de perméabilité) Somme des parois déperditives verticales du groupe (utile pour les calculs de perméabilité) Somme des parois déperditives horizontales excepté le plancher bas du groupe (utile pour les calculs de perméabilité) Surfaces des parois déperditives opaques verticales du groupe Surfaces des parois déperditives opaques horizontales du groupe Surface totale des baies verticales du groupe Surface totale des baies horizontales du groupe Moyenne (en occupation) du débit volumique entrant par tous les défauts d’étanchéité du groupe Moyenne (en occupation) du débit volumique sortant par tous les défauts d’étanchéité du groupe Moyenne (en occupation) du débit volumique entrant par toutes les entrées d’air du groupe Moyenne (en occupation) du débit volumique sortant par toutes les entrées d’air du groupe Moyenne (en occupation) de la somme des débits volumiques spécifiques entrants dans le groupe Moyenne (en occupation) de la somme des débits volumiques spécifiques sortants du groupe Unité Wh/m²S HONRTgr Wh/m²S HONRTgr Wh/m²S HONRTgr Wh/m²S HONRTgr Wh/m²S HONRTgr Wh/m²S HONRTgr points Bchgr gr Bfrm Bfrgr gr Becl m Beclgr gr Bbiom Bbio gr Becsmgr Becsgr gr AT gr AT .sort m3/h m3/h m3/h m3/h m3/h m3/h 211 . perm m² gr A opv gr A oph m² m² m² m² gr A baies gr A baies −v −h Qvg.entr Qvg.sort Qvg. perm points Wh/m²S HONRTgr Wh/m²S HONRTgr m² m² « calculs zone » et « sorties_fiche_XML» A gr perm f.sort Qvg. EA.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 Ensemble des sommes des différentes valeurs des demande en énergie de chauffage au niveau des générations du projet. Energie primaire totale consommée pour le refroidissement dans le groupe pour l’année entière. du jour j-28 au jour j-1 inclus (672 pas de temps).gen. Energie primaire totale consommée pour l’ECS dans le groupe pour l’année entière. Energie finale totale consommée par l’éclairage artificiel des locaux dans le groupe pour l’année entière. Energie finale totale consommée par les auxiliaires de distribution pour l’année entière.gen. Energie finale totale consommée par l’éclairage artificiel des locaux dans le groupe pour le mois m. Energie finale totale consommée par les auxiliaires de ventilation (et ventilateurs des émetteurs) pour le mois m. jour j-28 au jour j-1 inclus (672 pas de temps).j-1) Wh Cef_chgr Cef_frgr Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Cef annuels Cef mensuels Cep annuels Cef_ecsgr Cef_eclgr Cef_auxvgr Cef_auxsgr Cef_ch_mgr(m) Cef_fr_mgr(m) Cef_ecs_mgr(m) Cef_ecl_mgr(m) Cef_auxvgr(m) Cef_auxsgr(m) Cep_chgr Cep_frgr Cep_ecsgr Cep_eclgr 212 . Energie finale totale consommée par les auxiliaires de distribution pour le mois m. Ensemble des sommes des différentes valeurs des demande en énergie de refroidissement au niveau des générations du projet. Energie finale totale consommée pour l’ECS dans le groupe pour l’année entière. Energie finale totale consommée par les auxiliaires de ventilation (et ventilateurs des émetteurs) pour l’année entière. Energie finale totale consommée pour l’ECS dans le groupe pour le mois m. Energie finale totale consommée pour le refroidissement dans le groupe pour l’année entière. Energie finale totale consommée pour le refroidissement dans le groupe pour le mois m.fr (h)}j28 . Energie primaire totale consommée pour le chauffage dans le groupe pour l’année entière. Energie finale totale consommée pour le chauffage dans le groupe pour l’année entière. Détermination des saisons {Qreq. Energie primaire totale consommée par l’éclairage artificiel des locaux dans le groupe pour l’année entière. Energie finale totale consommée pour le chauffage dans le groupe pour le mois m.j-1) Wh {Qreq.ch(h)}j28 .

Energie finale totale fournie par utilisation des réseaux de chaleur pour le groupe sur l’année entière. Energie primaire totale fournie par utilisation du fioul domestique pour le groupe sur l’année entière. Cep_auxvgr Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par mois Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Cep_auxsgr Cep_ch_mgr(m) Cep_fr_mgr(m) Cep mensuels Cep_ecs_mgr(m) Cep_ecl_mgr(m) Cep_auxv (m) gr Cep_auxsgr(m) Cef_gazgr Cef_fodgr Cef par énergie Cep par énergie Cef_chagr Cef_boigr Cef_elegr Cef_rdcgr Cep_gazgr Cep_fodgr 213 . Energie primaire totale consommée pour le chauffage dans le groupe pour le mois m. Energie finale totale fournie par utilisation du bois pour le groupe sur l’année entière. Energie primaire totale consommée pour l’ECS dans le groupe pour le mois m.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Energie primaire totale consommée par les auxiliaires de ventilation (et ventilateurs des émetteurs) pour l’année entière. Energie primaire totale consommée par les auxiliaires de ventilation (et ventilateurs des émetteurs) pour le mois m. Energie finale totale fournie par utilisation du gaz pour le groupe sur l’année entière. Energie finale totale fournie par utilisation du charbon pour le groupe sur l’année entière. Energie finale totale fournie par utilisation du fioul domestique pour le groupe sur l’année entière. Energie primaire totale consommée par l’éclairage artificiel des locaux dans le groupe pour le mois m. Energie primaire totale fournie par utilisation du gaz pour le groupe sur l’année entière. Energie finale totale fournie par utilisation de l’électricité pour le groupe sur l’année entière. Energie primaire totale consommée par les auxiliaires de distribution pour le mois m. Energie primaire totale consommée pour le refroidissement dans le groupe pour le mois m. Energie primaire totale consommée par les auxiliaires de distribution pour l’année entière.

Energie finale totale consommée par les auxiliaires de distribution au pas de temps h. Energie primaire totale fournie par utilisation de l’électricité pour le groupe sur l’année entière. Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Wh/m ² par an Cep_chagr Cep_boigr Cep_elegr Cep_rdcgr Cefgr Cepgr Variables internes Nom Consommations horaires par poste du groupe en énergie finale (hors éclairage) Description Energie finale totale consommée pour le chauffage dans le groupe au pas de temps h. Energie finale totale consommée pour le refroidissement dans le groupe au pas de temps h. Energie finale totale consommée par le groupe pour l’année entière. Energie primaire totale consommée par les auxiliaires de distribution au pas de temps h. Energie primaire totale consommée pour le refroidissement dans le groupe au pas de temps h. Energie primaire totale fournie par utilisation des réseaux de chaleur pour le groupe sur l’année entière. Energie finale totale consommée par le groupe pour l’année entière. Energie primaire totale consommée pour le chauffage dans le groupe au pas de temps h. Energie primaire totale consommée par les auxiliaires de ventilation (et ventilateurs des émetteurs) au pas de temps h. ramenée au m² de SHONRT. Energie primaire totale fournie par utilisation du bois pour le groupe sur l’année entière. Coefficient pour passer d’une SURT à une SHONRT Unité Wh Qcef_chgr(h) Qcef_frgr(h) Qcef_ecsgr(h) Qcef_auxvgr(h) Qcef_auxsgr(h) Qcep_chgr(h) Wh Wh Wh Wh Consommations horaires par poste du groupe en énergie primaire (hors éclairage) Wh Qcep_frgr(h) Wh Qcep_ecsgr(h) Wh Qcep_auxv (h) gr Wh Qcep_auxsgr(h) α(Usagezone) Wh - 214 . Energie finale totale consommée par les auxiliaires de ventilation (et ventilateurs des émetteurs) au pas de temps h.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Energie primaire totale fournie par utilisation du charbon pour le groupe sur l’année entière. Energie primaire totale consommée pour l’ECS dans le groupe au pas de temps h. Energie finale totale consommée pour l’ECS dans le groupe au pas de temps h. ramenée au m² de SHONRT.

Coef.1)} Réel - Tableau 32 : Nomenclature du modèle 215 . 2 2 5 α1 α2 β Constante associée aux besoins de chaud Constante associée aux besoins de froid Constante associée aux besoins d’éclairage Matrice des coefficients d’énergie primaire associés aux différents types d’énergie. CEP {Coefep(énergie . et autant de lignes qu’il y a de types d’énergie. Elle ne comporte qu’une colonne.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Constantes Nom Coefficient BBio Description Unité Conv.

10. zone 7.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.1 Les surfaces du groupe La surface retenue pour les calculs au niveau du groupe est la SHONRT du groupe.10.3.2.2 Calculs initiaux au niveau du groupe 7.3. noté AT .10.2. est la somme des parois vitrées et des parois opaques de ce groupe gr gr gr gr AT = Aop + Abaies − v + Abaies − h gr (289) 216 .3.10.3.3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE 7.2 Parois déperditives L’ensemble des parois déperditives du groupe. Elle est calculée de la façon suivante : à partir de la surface habitable et de la SHONRT au niveau de la zone pour les usages MI et LC : gr z SHON RT = SHON RT * SHAB gr ∑ SHAB gr ∈ z gr (287) - à partir de la surface utile du groupe et d’un coefficient multiplicateur pour les autres usages : SHON gr RT = SU RT * α (Usage zone ) (288) Où α(Usage ) est défini dans l’arrêté.10.1 Positionnement de la fiche algorithme 7.

3.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. 7.2. Les résultats finaux s’expriment en Wh/m²SHONRTgr.1 Besoins de chaud par groupe Les résultats sont exprimés sous forme : .3.10.annuelle Le besoin total en chaud d’un groupe.10. gr gr A gr perm = Aopv + Abaies − v f.3.3 Calculs associés aux groupes lors d’un calcul du Bbio Pour chaque groupe.3.10. est la somme des parois vitrées verticales et des parois opaques verticales (c’est-à-dire des façades) de ce groupe. les besoins de chaud. noté Atoit .2. est la somme des parois vitrées et des parois opaques de ce groupe (excepté les planchers bas). de froid et d’éclairage sont sommés par mois et sur l’ensemble de l’année de simulation.3.mensuelle gr Bch m est obtenu en sommant sur un mois les besoins de chaud du groupe ∑Q gr Bch m = h∈mois gr sys _ ch ( h ) (293) gr SHON RT . noté A f . noté AT . perm .10.5 Parois déperditives horizontales excepté le plancher bas L’ensemble des parois déperditives horizontales du groupe excepté le plancher bas.3. perm .10. est obtenu en sommant sur l’année les besoins de chaud mensuels du groupe Bch gr = ∑ Bch mois =1 12 gr m (294) 217 .4 Parois déperditives verticales L’ensemble des parois déperditives verticales du groupe. gr gr gr Atoit . gr gr gr gr gr AT .2. perm = Aophh + Abaies − h gr (292) 7. noté Bchgr. est la somme des parois vitrées et des parois opaques horizontales de ce groupe (excepté les planchers bas). perm = Aophh + Aopv + Abaies − v + Abaies − h gr (290) 7.3 Parois déperditives excepté le plancher bas L’ensemble des parois déperditives du groupe excepté le plancher bas. perm . gr (291) 7.

noté Beclgr.3.10. est obtenu en sommant sur l’année les besoins bioclimatiques mensuels du groupe 218 .2 Besoins de froid par groupe Les résultats sont exprimés sous forme : . est obtenu en sommant sur l’année les besoins d’éclairage mensuels du groupe Becl gr = ∑ Becl mois =1 12 gr m (298) 7. est obtenu en sommant sur l’année les besoins de froid mensuels du groupe gr Bfr = ∑ Bfr mois =1 12 gr m (296) 7.10. gr gr gr gr Bbio m = α 1 .Bch m + α 2 .3.annuelle Le besoin total en éclairage d’un groupe. pondérés par les coefficients réglementaires. noté Bfrgr.4 Besoin bioclimatique par groupe Les résultats sont exprimés sous forme : .Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.Becl m (299) .3 Besoins d’éclairage par groupe Les résultats sont exprimés sous forme : .3.3.mensuelle gr Beclm est obtenu en sommant sur un mois les besoins d’éclairage du groupe ∑ Cecl gr Becl m = h∈mois gr (h) (297) gr SHON RT . de froid et d’éclairage du groupe.Bfr m + β .annuelle Le besoin total bioclimatique d’un groupe.mensuelle gr Bbiom est obtenu en sommant sur un mois les besoins mensuels de chaud. noté Bbiogr.3.annuelle Le besoin total en froid d’un groupe.mensuelle gr Bfrm est obtenu en sommant sur un mois les besoins de froid du groupe ∑Q gr Bfr m gr sys _ fr (h) (295) = h∈mois gr SHON RT .3.10.

4 Calcul des besoins d’ECS Les besoins d’ECS ne font pas partie du calcul du Bbio. Les résultats horaires sont sommés sur chaque mois de l’année. ∑Q gr Becs m gr w _ bruts (h) (301) = h∈mois gr SHON RT Becs gr = ∑ Becs mois =1 12 gr m (302) Ces besoins n’intègrent pas l’éventuelle correction due aux émetteurs ECS du groupe. Il est cependant intéressant de les évaluer.Méthode de calcul Th-BCE 2012 12 Bbio gr = ∑ Bbio mois =1 gr m (300) Le Bbio du groupe est exprimé en nombre de points.10. puis sur l’année entière.3. 219 . 7.

uniquement en période d’occupation (iocczone=1). sort (∆P)) (304) 7.s Qvg.2 Débits moyens en occupation par les entrées d’air La moyenne de ces débits. sur l’année donne : Qvg. EA.3.5.sort = moyenne  ∑ q spec _ repris   s  (305) 220 .def .def .def .1 Débits moyens en occupation par les défauts d’étanchéité La moyenne de ces débits.entr (∆P)) Qvg.entr (∆P )) Qvg.3.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.10. EA. EA.entr = moyenne(Qvg.3.10.3 Débits moyens en occupation spécifiques Le débit entrant dans le groupe par la ventilation spécifique est le débit soufflé.5.s Qvg. EA. sur l’année donne : Qvg. Les moyennes sont faites sur les périodes d’occupation (iocczone=1)   g . sur l’année) entrants et sortants du groupe sont donnés à titre indicatif et sont exprimés en m3/h. le débit sortant est égal au débit repris (il est négatif).entr = moyenne(Qvg. sort = moyenne(Qvg.def . sort = moyenne(Qvg.10.5 Calcul des débits moyens entrants et sortants du groupe en occupation Les débits moyens (en période d’occupation.spec . sort ( ∆P )) (303) 7.10. uniquement en période d’occupation (iocczone=1). 7.spec .3.5.entr = moyenne  ∑ q spec _ souffle   s    g .

1 Sorties horaires des générations Les consommations des générations desservant le groupe se présentent sous la forme de la matrice du Tableau 33. une année… 7.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.1 Calculs au pas de temps horaire 7.10. 7. La fiche calculs groupe fournit l’ensemble des valeurs nécessaires sur la période d’intégration (en général les 28 jours précédant le jour j) utilisée dans les procédures de détermination des saisons par groupe .energie ) ( h ) = ∑Q gen ∈ gr gen .6. Les lignes représentent les différentes postes de consommations associés aux composants générateurs et assemblages avec stockage.6. énergie par énergie ou intégrées sur un mois. gr Qreq _ gen _ ch (h) = ∑ Qreq. Les colonnes correspondent aux différents types d’énergie rencontrés.10) … Qcef(1 .frgr (h) sont les demandes en énergies totales aux bornes de l’ensemble des génération du projet.3.6.ch  gen→ gr  gr gen. pertes de distributions internes au groupe et de distributions intergroupes inclues. Tableau 33 : Matrice des consommations en énergies finales {Qcef (poste . sont ensuite sommées poste par poste. puis celles au niveau de la génération pour un groupe (avec l’exposant gen. fr gen→ gr  (307) 221 .3.10) Qcef(2 .3 Calculs horaires des demandes en énergies totales de chaque groupe Qreq.6.chgr(h) et Qreq. energie ) ( h ) (306) 7.20) … … … … Qcef(3 .gr). l’objectif des paragraphes ci-dessous est d’exprimer les sorties au niveau d’un groupe (avec l’exposant gr).1.6 Calculs associés aux groupes en calcul des consommations Après les calculs de sorties au niveau de la génération (avec l’exposant gen). Elles sont utilisées comme référence pour la détermination des saisons par groupe.10. gr cef ( poste . gr gen.2 Matrice des consommations en énergies finale et primaire du groupe On récupère à chaque pas de temps h les matrices des consommations en énergie finale des générations reliées au groupe : gr Q cef ( poste .3.gr(h)} En Wh 1 : Chauffage 2 : Refroidiss.10.gen.3.1.3.10.énergie)gen.10. 10 : Gaz 20 : Fioul 30 :Charbon 40 : Bois 50 :Electricité 60 : Réseau de chaleur Qcef(1 .gen.1. Les matrices des générations du projet pour lesquelles au moins un élément appartenant à un même groupe est relié. gr Qreq _ gen _ fr (h) = ∑ Qreq.60) 3 : ECS Cette matrice est en sortie de la génération (voir fiche C_Gen_Calculs génération).

6. gr cef ( 3.5 gr cef _ ch (h) = ∑ ∑ (Q gen∈gr en=10 60 gen.1. gr ( h ) = W ventmoy ( h ) + W vent _ loc _ tot (h ) (311) 7.3. gr cef ( 2.6. gr (h) aux (312) 222 . gr Wcef _ auxd (h) = ∑W dp −e→ gr dp− e.10. la consommation totale de chauffage en énergie finale d’un groupe correspond à la somme de l’ensemble des valeurs constituant la ligne 1 de toutes les matrices des générations reliées à ce groupe (Tableau 33) : Q 7. la consommation totale de refroidissement en énergie finale d’un groupe correspond à la somme de l’ensemble des valeurs constituant la ligne 2 de toutes les matrices des générations reliées à ce groupe (Tableau 33) : gr Qcef _ fr (h) = ∑ ∑(Q gen→gr en=10 60 gen.10.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. gr W cef _ auxv gr s . gr cef (1.10. la consommation totale d’ECS en énergie finale d’un groupe correspond à la somme de l’ensemble des valeurs constituant la ligne 3 de toutes les matrices des générations reliées à ce groupe (Tableau 33) : Q 7.1.8 Consommations en énergies finale et primaire des auxiliaires de distribution du groupe Elles incluent les consommations des auxiliaires de toutes les distributions intergroupes et des distributions des CTA liées au groupe.6.10.4 Consommations horaires de chauffage du groupe Pour un pas de temps h.7 gr cef _ ecs (h) = ∑ ∑(Q gen∈gr en=10 60 gen.1.3.en) (h) ) (309) 7.3.3.6.3.1. gr aux _ prim−e (h) + ∑W dp→ gr dp.1.10.6 Consommations horaires d’ECS du groupe Pour un pas de temps h.6.en) (h) ) (310) Consommations en énergies finale et primaire des auxiliaires de ventilation du groupe Elles incluent les consommations des auxiliaires des centrales de traitement d’air (intégrant celles des éventuels puits climatiques) et des ventilateurs locaux des émetteurs du groupe (calculées au niveau des émissions équivalentes). gr aux (h) + ∑W ds∈gr ds aux (h) + ∑W dCTA→ gr dCTA.en) (h) ) (308) Consommations horaires de refroidissement du groupe Pour un pas de temps h.

3.6. gr ef _ fr _ m gr SHON RT ∑C gr C ep _ fr _ m = gen∈gr gen.6. refroidissement et ECS sur tous les générateurs sont déjà réalisées au niveau des fiches C_Gen_Calculs Génération.10.2. 7. gr ep _ fr (316) gr SHON RT 7.6.10.10. gr ef _ fr gr SHON RT ∑C gr C ep _ fr = gen∈gr gen .2. gr ep _ ch _ m (313) gr SHON RT - Sous forme d’un résultat annuel total : ∑C gr C ef _ ch = gen → gr gen . gr ef _ ch gr SHON RT ∑C gr C ep _ ch = gen → gr gen .3 Consommations en énergies finale et primaire d’ECS du groupe 223 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. gr ef _ ch _ m gr SHON RT ∑C gr C ep _ ch _ m = gen∈gr gen.3. gr ep _ fr _ m (315) gr SHON RT - Sous forme d’un résultat annuel total : ∑C gr C ef _ fr = gen∈ gr gen .3.10.2 Consommations en énergies finale et primaire de refroidissement du groupe Les sommations des consommations de refroidissement en énergies finale et primaire (divisées par la SHONRT du groupe) sont exprimées : Sous forme de résultats mensuels : ∑C gr C ef _ fr _ m = gen∈gr gen.2.6. les sommations des consommations de chauffage en énergies finale et primaire (divisées par la SHONRT du groupe) sont exprimées : Sous forme de résultats mensuels : ∑C gr C ef _ ch _ m = gen∈gr gen.1 Consommations en énergies finale et primaire de chauffage du groupe Une fois la simulation annuelle terminée. gr ep _ ch (314) gr SHON RT 7.2 Calculs mensuels et annuels Les sommations des consommations de chauffage.3.

C gr ef _ ecl 224 . gr ep _ ecs _ m (317) gr SHON RT - Sous forme d’un résultat annuel total : ∑C gr C ef _ ecs = gen∈gr gen.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Les sommations des consommations d’ECS en énergies finale et primaire (divisées par la SHONRT du groupe) sont exprimées : Sous forme de résultats mensuels : ∑C gr C ef _ ecs _ m = gen∈gr gen.4 Consommations en énergies finale et primaire d’éclairage du groupe Les consommations d’éclairage en énergies finale et primaire sont exprimées : Sous forme de résultats mensuels : ∑C C gr ep _ ecl _ m gr ecl (h) gr Cef _ ecl _ m = h∈mois gr SHONRT (319) = Coefep(50.3.2.C gr ef _ ecl _ m Sous forme d’un résultat annuel total : gr C ef _ ecl = ∑C mois =1 12 gr ef _ ecl _ m (320) C gr ep _ ecl = Coef ep ( 50.6.1) . gr ef _ ecs _ m gr SHON RT ∑C gr C ep _ ecs _ m = gen∈gr gen . gr ep _ ecs (318) gr SHON RT 7. gr ef _ ecs gr SHON RT ∑C gr C ep _ ecs = gen∈gr gen.10.1) .

3.C gr ef _ auxd 225 .C ef _ auxd _ m - Sous forme d’un résultat annuel total : C gr ef _ auxd = ∑C mois =1 12 gr ef _ auxd _ m (324) C gr ep _ auxd = Coef ep (50.2.10.6.3.1) .Cef _ auxv _ m - Sous forme d’un résultat annuel total : gr Cef _ auxv = ∑C mois =1 12 gr ef _ auxv _ m (322) C 7.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.1) .2.6.1) .5 Consommations en énergies finale et primaire des auxiliaires de ventilation par groupe Elles s’expriment : Sous forme de résultats mensuels : ∑W gr C ef _ auxv _ m gr cef _ auxv gr RT (h ) (321) = h∈mois SHON gr gr Cep _ auxv _ m = Coefep(50.10.6 gr ep _ auxv = Coef ep (50.C gr ef _ auxv Consommations en énergies finale et primaire des auxiliaires de distribution par groupe Elles s’expriment : Sous forme de résultats mensuels : ∑W gr Cef _ auxd _ m = h∈mois gr cef _ auxd (h) gr SHON RT (323) gr gr C ep _ auxd _ m = Coef ep ( 50.1) .

gr ef _ gaz (325) gr Cef _ fod = ∑C ∑ gen∈gr gen.10.boi (328) gen∈gr gr Cef _ ele = gen gr Cef _.3.2.1) × C ef _ fod gr gr C ep _ cha = Coef ep (30.cha gr C ef _ boi = ∑ ∑ gen gr Cef _. s’expriment uniquement sous forme d’un résultat total annuel : gr Cef _ gaz = ∑C gen∈gr gen∈gr gen.6.1) × C ef _ ele gr gr C ep _ rdc = Coef ep (60.ele (329) gen∈gr gr Cef _ rdc = ∑ gen gr Cef _.1) × C ef _ gaz gr gr C ep _ fod = Coef ep ( 20.rdc (330) gen∈gr gr gr C ep _ gaz = Coef ep (10.7 Consommations en énergie finale et primaire par type d’énergie du groupe Les consommations par type d’énergie et par génération.1) × C ef _ rdc (331) (332) (333) (334) (335) (336) 7.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.1) × C ef _ boi gr gr C ep _ ele = Coef ep (50.3.6. pour un groupe. gr ef _ fod (326) (327) gr Cef _ cha = gen gr Cef _.10.8 Consommations totales en énergie finale et primaire du groupe Les consommations totales en énergie finale et primaire sont obtenues par sommation sur l’ensemble des postes : gr gr gr gr gr gr gr C ef = C ef _ ch + C ef _ fr + C ef _ ecl + C ef _ ecs + C ef _ auxv + C ef _ auxd gr gr gr gr gr gr gr C ep = C ep _ ch + C ep _ fr + C ep _ ecl + C ep _ ecs + C ep _ auxv + C ep _ auxd (337) (338) 226 .1) × C ef _ cha gr gr C ep _ boi = Coef ep ( 40.2.

la fiche baies (calcul des flux solaires et lumineux transmis au groupe.calcul des débits par ouverture des baies . calcul du coefficient de transmission thermique global) .environnement proche (calcul des flux solaires et lumineux incidents en tenant compte des masques proches et lointains.) 227 . de Hges. compte tenu de l’inclinaison de la paroi) .11 S1_BAT_assemblage_baies 7.11.gestion-régulation de l’ouverture des baies (calcul du ratio d’ouverture des baies) .1 INTRODUCTION Six fiches algorithmes liées aux baies sont assemblées : .Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. rayonnement vers la voûte céleste. et calcul de la densité de flux de chaleur de l’environnement extérieur vers la voûte céleste.ensemble baies (sommation sur toutes les baies du groupe des flux solaires et lumineux transmis au groupe. etc.gestion des protections mobiles (calcul du ratio de baies avec la première protection mobile et éventuellement le ratio de baies avec une seconde protection mobile) .

b - becl.i.i. 3: saison de chauffe avec interdiction de refroidir . au pas de temps h-1. Unité Saison saison gr eff ( j) Ent.2 NOMENCLATURE Le Tableau 34 donne la nomenclature des différentes variables du modèle d’assemblage des fiches algorithmes liées aux baies. proche) ψ γ EDn Edi Teciel Te we Dirvent °C g/kga s ° m/s - V vent _ c Scénarios conv. fin (h-2) θi (h-1) γ' IDn Idi Température ressentie par l’occupant à la fin du pas de temps Température ressentie par l’occupant au pas de temps h-2. Hauteur du soleil corrigée Rayonnement solaire direct normal Rayonnement solaire diffus horizontal isotrope Azimut du soleil (Angle du soleil par rapport au sud) Hauteur du soleil Eclairement naturel direct normal Eclairement naturel diffus horizontal Température du ciel Température extérieure d’air sec Poids d’eau Direction du vent La vitesse du vent corrigée jour de l'année (1 à 365) heure légale de la journée (1 à 24) Indice d’occupation de la zone 0 = zone inoccupée 1 = zone occupée Coefficient de réduction des déperditions thermique dû à la présence de l’espace tampon i sur la baie vitrée b Coefficient de réduction de l’éclairement dû à la présence de l’espace tampon i sur la baie vitrée b °C °C °C ° W/m² W/m² rd rd Lux Lux Climat ext.b - 228 .11. 2: mi-saison . θ op . sous forme d’entier : 1: saison de refroidissement . Jour_année Hleg iocc_zone - Espace tampon btherm. Température intérieure de l’air du groupe considéré.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. Entrées du système Nom Description La saison effective à appliquer au groupe au jour j. (pour la fiche Env. 4 : saison de chauffe avec autorisation de refroidir. fin (h-1) Groupe θ op .

b - IdET - Paramètres intrinsèques du système Nom Description Unité Min Max Conv. Sorties Nom Hges Description Facteur de transmission thermique global pour l’ensemble des baies du groupe entre les environnements intérieurs et extérieurs Flux de chaleur transmis au groupe par l’ensemble des baies du groupe sous forme de rayonnement de courte longueur d’onde Flux de chaleur transmis au groupe par l’ensemble des baies du groupe sous forme de rayonnement de grande longueur d’onde et d’échange convectif Flux de chaleur transmis au groupe par l’ensemble des baies du groupe à travers la lame d’air intérieure ventilée (lame d’air se situant entre la baie vitrée et la protection solaire intérieure) Flux transmis dû au rayonnement froid vers la voute céleste pour l’ensemble des baies du groupe Flux lumineux transmis au groupe de l’ensemble des baies du groupe. Paramètres d’intégration du système Nom Description Voir fiche Voir fiche des baies Voir fiche Voir fiche Voir fiche baies Voir fiche Environnement proche gestion-régulation de l’ouverture gestion-régulation des PM baies calcul des débits par ouverture des ensemble baies Unité Min Max Conv. sous forme directe Flux lumineux transmis au groupe de l’ensemble des baies du groupe sous forme hémisphérique Flux lumineux transmis au groupe par de l’ensemble des baies du groupe sous forme demi-hémisphérique Pourcentage de baies du groupe orientées au sud (azimuth α =0°) Surface totale des baies du groupe −v −h Unité W/K Fs1 W Fs2 W Fs3 W Ftvc W Flt1 lumen Flt2 lumen Flt3 Partbaies_sud gr Abaies gr A baies gr A baies lumen m² m² m² Surface totale des baies verticales du groupe Surface totale des baies horizontales du 229 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Coefficient de réduction des flux solaires dû à la présence de l’espace tampon i sur la baie vitrée b Indicateur de présence d’un espace tampon sur la baie vitrée b (0-pas d’espace tampon / 1-présence d’un espace tampon) bsolaire.i.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 groupe Débit massique d’air entrant dans le groupe par les baies. à la température θei (h). Qmaj(h) kg/s Variables internes Nom Description Unité Constantes Nom Description Unité Conv. Tableau 34 : Nomenclature du modèle 230 .

X Aouvmax.b Flt2. Agrbaies_sud Note : en dehors des six fiches constituant l’assemblage baies (détaillées ci-dessous).Durb Tsimul_deb_veg Tsimul_fin_veg 1ère étape bis Espaces tampons X Rouv. Agrbaies-v. ψ. Prot_ext. Te.b Fs1. expo_BR i_clim mode_gestion (*3) Matrices consignes Type-PM.3 ASSEMBLAGE DES COMPOSANTS Interface Code Projet .b 1 Baie vitrée Calculs au niveau du groupe 4ème étape Calcul du débit par ouverture des baies du groupe 4ème étape Ensemble baies Sommation sur toutes les baies du groupe Sorties par groupe : Hges Fs1 Fs2 Fs3 Ftvc Flt1 Flt2 Flt3 Qmaj Agrbaies.département .Dmer . Type-de-calcul X bécl.i 1 1 Teciel.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. Pderog.b 1ère étape Gestion-régulation de l’ouverture des baies Entrées utilisateur Caractéristiques des baies thermiques.b 3ème étape Tout sur les baies sauf masques α.b 1 Drp*b.Alt . Pocc.b Rprot11-partGPM. type-GPM (*2). solaires et lumineuses Type de protection mobile et paramètres de gestion Possibilité d’ouverture de la baie et paramètres de gestion de son ouverture Types et caractéristiques des masques Httf.b X btherm.b 1 PartGPM Rprot2. Cpr (*8). type_horl (*2). Qer*b. Errp*b 1 1 1 Rprot1partGPM.b becl. δtraversant Pocc.b Fs3. Idi 1 Assemblage baie vitrée : pour une collection de parois 1ère étape βb.b α. Dfp*b.b Flt1. M_horl_jour (*2) Environnement proche Etp* 2ème étape Gestionrégulation des Protections Mobiles 1 Rouv.b Ftvc. seules les fiches algorithme sur la météo et les espaces tampons sont représentées.b X bsolaire. Idn. Pderog_ouv. Erp*b.b.i.b 1 Météo Hsol.11. 231 .b Fs2. PM2. Rrp*b.b 1 X Hges. Masques.i.i. γ. Efp*b. detec_pres. Agrbaies-h.b Flt3. αb. car elles sont étroitement liées à toutes les fiches de l’assemblage.

4) Quatrième étape : calculs au niveau du groupe Enfin.11.calcul des débits par ouverture des baies . envoie aux algorithmes de l’assemblage baies les trois coefficients b dynamiques. la fiche « espaces tampons » (positionnée au niveau du bâtiment). .Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.gestion-régulation de l’ouverture des baies . 2) Deuxième étape : calcul des ratios de protections mobiles Dans la fiche algorithme « gestion des protections mobiles » se calculent des paramètres qui viendront modifier les caractéristiques physiques de la baie (calculs des ratios de fermeture de l’élément baie pour la première et éventuellement pour la seconde protection mobile. Dans le même temps. . A la suite de ces calculs.…). la fiche algorithme « ensemble baies » fait la sommation. En cas de surventilation d’un espace tampon (forcément vitré par définition). . . voici les étapes du calcul : 1) Première étape : conditions en amont de la baie La fiche algorithme « environnement proche » calcule les flux lumineux et solaires incidents sur l’ensemble des baies du groupe (nécessite une remontée d’informations des paramètres d’intégration de chaque baie pour calculer uniquement les flux utiles). de la surface maximale d’ouverture ainsi que des calculs relatifs à l’intégration des baies dans le groupe (pourcentage de baies au Sud. etc. la fiche algorithme « gestion-régulation de l’ouverture des baies » détermine le ratio surfacique d’ouverture de la baie ou des espaces tampons au pas de temps h.i. sur toutes les baies du groupe. 3) Troisième étape : calculs au niveau d’une baie La fiche algorithme « baies » calcule les flux lumineux et solaires transmis au groupe.baies vitrées.1 Description de l’assemblage Six fiches composent l’assemblage baies : . .b est supposé égal à 1.environnement proche . le coefficient btherm. Pour chaque pas de temps et pour un élément baie (ensemble vitrage + menuiserie + protections mobiles). à partir des paramètres précédents et des paramètres intrinsèques de la baie avec ou sans les protections mobiles qui lui sont associées.3.) Parallèlement.gestion-régulation des protections mobiles . en fonction des orientations et des surfaces maximales d’ouverture des baies. des flux lumineux et solaires transmis au groupe par une baie. la fiche « calcul des débits par ouverture des baies » évalue les débits d’air par ouverture des baies au niveau du groupe. 232 .ensemble baies.

La différence de température entre l’intérieur et l’extérieur au pas de temps précédent. L’ouverture des baies est gérée indépendamment des protections mobiles. et donc la surventilation nocturne commandée. Un mode de gestion automatique autorise la surventilation en période d’inoccupation. on ne fait pas appel à la surventilation naturelle au cours de la saison de refroidissement. mais également selon l’exposition au bruit de la baie considérée. - Les hypothèses retenues sont les suivantes : La ventilation hygiénique du bâtiment est gérée indépendamment de la surventilation par ouverture des baies. il s’agit d’un paramètre du système de régulation.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. Fs2) ou au travers d’une lame d’air intérieure ventilée (Fs3). pour signifier que les occupants maintiennent l’ouverture même lorsque la température extérieure est supérieure à la température intérieure ressentie. Au-delà de θei_seuil_haut. Les débits d’air frais entrant sont directement liés au ratio d’ouverture des baies. Ce sont alors les occupants du groupe qui gèrent le ratio d’ouverture des baies selon les sensations de froid ou de chaud qu’ils perçoivent. ne concernant que les ouvrants accessibles dans des locaux occupés. permettant d’éviter de surventiler le groupe lorsque l’effet en termes de refroidissement s’avère nul ou négatif. le maximum des débits entrants par les baies est retenu dans la modélisation thermique du groupe. Le système de régulation peut éventuellement faire l’objet d’une dérogation manuelle par les occupants. qui consiste à faire circuler de l’air frais en provenance de l’extérieur dans le groupe.12. qui est piloté selon un mode de gestion : - soit automatique. - - La modélisation prend en compte les facteurs externes suivants : - - 233 . En dessous d’un certain seuil θei_seuil_bas. Les débits par ouverture des baies n’interviennent pas dans les calculs de pressions d’équilibre du groupe. ni sur le calcul des flux de chaleur transmis par les baies au groupe sous forme de rayonnement (Fs1. Dans les bâtiments climatisés. Un mode de gestion manuel exclue la possibilité de surventilation en période d’inoccupation hors usages d’habitation. L’ouverture des baies est incompatible avec le fonctionnement des systèmes de refroidissement.12 C__BAT_gestion/régulation de l’ouverture des baies 7. l’ouverture des baies est interdite . en manuel. L’ouverture des baies n’a aucun impact sur le calcul du facteur de transmission thermique global par les baies (Hges). La température extérieure θei. un ratio de modération de l’ouverture augmentant linéairement est appliqué. l’ouverture maximale est possible. Dans le cas d’un bâtiment où les baies servent également à l’aération. En automatique. ce seuil est conventionnellement négatif. Le ratio d’ouverture des baies est commandé par un système de régulation obéissant à des consignes de températures. l’ouverture des baies à des fins de surventilation n’est plus possible. Lorsque cette dernière descend en dessous d’un seuil dθext_int.1 INTRODUCTION La surventilation par ouverture des baies est une méthode de refroidissement passive. A partir de ce seuil et jusqu’à une valeur θei_seuil_haut (>θei_seuil_bas). soit manuel.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 Ratio de modération Rouvθei(h) 100% 0% ∆θext_int θei_seuil_bas θei_seuil_haut θop(h-1) θei(h) (°C) Figure 18: ratio de modération de l'ouverture en fonction de la température extérieure Note : un θext_int négatif est conventionnellement retenu en gestion manuelle.fin est un profil à hystérésis basé sur 3 paramètres θop_base. Le profil choisit pour cette évolution du ratio d’ouverture en fonction de θ op. θop1 et θop2 (voir Figure 19).fin à la fin du pas de temps précédent. qui n’a d’impact en termes de gestion que pour le mode manuel. Rouvθop(h) 100% 0% ∆θop1 θfer2 = θop_base θfer1 θouv1 ∆θop2 θouv2 θop(h-1) (°C) Figure 19 : Ratio d'ouverture en fonction de la température opérative intérieure au pas de temps précédent 234 . - L’exposition au bruit expo_BR de la baie considérée. ou perçue par la sonde du système de régulation. La température opérative intérieure θop. en considérant que les occupants prolonge l’ouverture même lorsque la température extérieure devient supérieure à la température intérieure afin de maintenir une circulation d’air dans le bâtiment. Selon la température ressentie par les occupants. le ratio d’ouverture des baies évolue entre ses ouvertures minimale et maximale.

au temps h. réduit de moins de 48h. Température de l’espace tampon solarisé le cas échéant. La valeur 1 correspond à l’ouverture maximale qu’admet la baie. on notera h le pas de temps de simulation. Indicateur de consigne de refroidissement (confort.fin (h-2) °C Saison (j) Entier Sorties du composant Nom Description Ratio surfacique d’ouverture de la baie au temps h. La saison propre au groupe gr au jour j.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. Température de l’air extérieur. Entrées du composant Nom Description Unité hlég Heure légale au pas de temps h. Température de consigne de refroidissement en occupation normale (confort) Température intérieure opérative du groupe considéré à la fin du pas de temps h-1. réduit de plus de 48 heures) par jour/heure Indicateur d’occupation au temps h : vrai : zone en occupation faux : zone en inoccupation Indicateur d’occupation au temps h-1. 0 : usage non-résidentiel et nonhébergement. Unité Rouv(h) Réel Paramètres intrinsèques du composant Nom Description Unité Min Max Conv. Indicateur d’usage d’habitation ou hébergement.12.fin (h-1) Groupe °C θop. 1 : usage résidentiel ou hébergement. sous forme d’entier h °C °C θei (h) θet (h) ihergement Bool Zone Pfr_s(h) Entier iocc_zone(h) iocc_zone(h-1) θiifr_+ Entier Entier °C θop.2 NOMENCLATURE Le Tableau 35 donne la nomenclature des différentes variables du modèle de calcul. 235 . Dans toute la suite de la fiche. Température intérieure opérative du groupe considéré à la fin du pas de temps h-2. et j le jour de simulation correspondant.

Entier 1 1 expo_BR mode_gestionhiv mode_gestionmis mode_gestionete 3 Entier 0 2 θop1_man θop2_man θop_base_man Gestion manuelle °C 0 +∞ voir Tableau 37 °C -∞ +∞ dθext_int_man °C 0 +∞ θei_seuil_bas_man θei_seuil_haut_man °C 0 +∞ 236 . dans la plage « soirée » en exposition au bruit BR1. peut prendre 1. - 0 1 0.5 Cprocc_BR1_mat réel 0 1 Cprocc _BR1_jou réel 0 1 Cprocc _BR1_soi Valeurs de Cpr(h) réel 0 1 Cprocc _BR1_nui réel 0 1 Cprocc _BR23_mat réel 0 1 Cprocc _BR23_jou réel 0 1 Cprocc _BR23_soi réel 0 1 Cprocc _BR23_nui réel 0 1 Paramètres d’intégration du composant Nom Description Part des baies en groupe occupé pour lesquelles un occupant peut agir manuellement Unité Min Max Conv. dans la plage « journée » en exposition au bruit BR1. Coefficient Cpr. Coefficient Cpr. Coefficient Cpr. Zone Pocc - 0 Voir « C_Bat_Gestion des protections mobiles ». Coefficient Cpr. dans la plage « matinée » en exposition au bruit BR1. dans la plage « journée » en exposition au bruit BR2 ou 3. Coefficient Cpr.2 ou 3 comme valeur. Niveau d’exposition au bruit de la baie.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Pderog_ouv Part de la baie dans des locaux occupés pouvant faire l’objet d’une dérogation. dans la plage « soirée » en exposition au bruit BR1. en occupation. Coefficient Cpr. Coefficient Cpr. Températures extérieures seuils pour la modération de l’ouverture des baies en gestion manuelle. en occupation. en occupation. en occupation. Température de base de construction du diagramme à hystérésis en gestion manuelle. en occupation. dans la plage « nuit » en exposition au bruit BR1. dans la plage « nuit » en exposition au bruit BR2 ou 3. Coefficient Cpr. Différence limite de températures entre l’extérieur et l’intérieur pour la surventilation naturelle en gestion manuelle. en occupation. en occupation. Paramètres de définition du mode de gestion de l’ouverture des baies de la zone. dans la plage « matinée » en exposition au bruit BR2 ou 3. Paramètre de base de l’hystérésis en gestion manuelle. en occupation.

au regard des 4 catégories fixées (voir Tableau 38) Ratio de modération de l’ouverture en fonction des températures extérieures et intérieures.Méthode de calcul Th-BCE 2012 θop_1_aut θop_2_aut Gestion automatique Paramètres de base de l’hystérésis en gestion automatique. ratio d’ouverture de la baie en fonction de la température opérative θ op (h). En automatique non-dérogé. Coefficient de prise en compte de la plage horaire et l’exposition au bruit. °C 0 +∞ θop_base_aut °C 0 +∞ dθext_int_aut °C -∞ +∞ θei_seuil_bas_man θei_seuil_haut_man °C -∞ +∞ Variables internes Nom Description Ratio surfacique d’ouverture de la baie au temps h-1. Ratio de modération de l’ouverture en fonction des températures extérieures et intérieures. sans tenir compte des coefficients et autorisations. Différence limite de températures entre l’extérieur et l’intérieur pour la surventilation naturelle en gestion automatique. ratio d’ouverture de la baie en fonction de la température opérative repris du pas de temps h-1. En manuel ou dérogation. ratio d’ouverture de la baie en fonction de la température opérative repris du pas de temps h-1. Différences de températures entre l’extérieur et l’intérieur à respecter. Unité Rouv(h-1) Réel Rouvθop_man(h-1) Réel Rouvθop_aut(h-1) Réel Moment_journee (h-1) Rouvθei _man(h) Entier Réel Rouvθei _aut(h) Réel Rouvθop_man(h) Réel Rouvθop_aut(h) Réel Cpr(h) Réel 237 . ratio d’ouverture de la baie en fonction de la température opérative θ op (h). Entier représentant le moment de la journée au pas de temps h-1. en gestion manuelle. Cette donnée d’entrée est la donnée de sortie de la fiche au pas de temps précédent. Températures extérieures seuils pour la modération de l’ouverture des baies en gestion automatique. La valeur 1 correspond à l’ouverture maximale qu’admet la baie. En manuel ou dérogation. En automatique non-dérogé. en gestion manuelle. sans tenir compte des coefficients et autorisations.

θouv_2_man. °C Températures de consigne de l’hystérésis de gestion en manuel. au regard des 4 catégories fixées (voir Tableau 38) Entier θouv_1_man. θouv_2_aut.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Pauto_nonderog(h) Part de la baie en gestion automatique nondérogée. θfer_1_man. θfer_1_aut. Réel Moment_journee (h) Entier représentant le moment de la journée au pas de temps h. θfer_2_aut Températures de consigne de l’hystérésis de gestion en manuel. °C Tableau 35 : Nomenclature du modèle 238 . θfer_2_man θouv_1_aut.

1 Définition du mode de gestion Les modes de gestion sont définis au niveau de la baie.1.3. 2 : gestion automatique des ouvertures de baies. Les variables mode_gestion[Saison] peuvent prendre les valeurs suivantes: - 0 : ouverture des baies interdites ou impossibles.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. Ce mode est interdit en groupe climatisé au cours de la saison de refroidissement. 7.3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE 7. 1 : gestion manuelle des ouvertures de baies (par les occupants).12.3. l’ensemble des modes de gestion sont autorisés.12. Elles sont les mêmes pour tous les usages.1 Paramètres d’intégration et intrinsèques 7.2 Paramètres en gestion manuelle Les températures de consigne permettant la modélisation des actions des occupants vis-à-vis de l’ouverture des baies sont intégralement conventionnelles. Dans le cadre de la méthode Th-E.3. Les valeurs permettant la définition des températures de consigne sont conventionnellement dans le Tableau 36. mais on considère alors que les baies sont fermées en période d’occupation (au sens des systèmes de froid). Ce mode est applicable en groupe climatisé au cours de la saison de refroidissement. Saison de chauffage (hiv) ou Saison mixte 3° C 1° C 26° C -6° C 12° C 18° C Mi-saison (mis) 3° C 1° C 24° C -6° C 10° C 18° C définies Saison de refroidissement (été) 3° C 1° C 22° C -6° C 8° C 16° C θop_1_man θop_2_man θop_base_man dθext_int_man θ ei_seuil_bas_man θ ei_seuil_haut_man Tableau 36: Paramètres conventionnels de consigne de gestion en gestion manuelle et dérogée 239 .12.12.

ces valeurs dépendent des paramètres de régulation utilisés dans le système automatique. d’utiliser les valeurs par défaut suivantes : Saison de chauffage (hiv) ou Saison mixte 3° C 1° C 26° C 2° C 12° C 18° C Mi-saison (mis) 3° C 1° C 24° C 2° C 10° C 18° C Saison de refroidissement (été) 3° C 1° C 22° C 2° C 8° C 16° C θop_1_aut θop_2_aut θop_base_aut dθext_int_aut θ ei_seuil_bas_aut θ ei_seuil_haut_aut Tableau 37: Matrice d'intégration des températures de consigne dans le cas d'une gestion automatique 7.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. si θ ei _ seuil _ bas _ man < θ ei (h) ≤ θ ei _ seuil _ haut _ man . de la température opérative intérieure au pas de temps précédent et des paramètres précédemment définis.3 Calcul de Rouvθei Le ratio Rouvθei dépend de la température extérieure. alors.3. équivalent à la description faite en Figure 18: Si θ ei (h) ≤ θ ei _ seuil _ bas _ man . alors. alors. Rouvθei _ aut = 1 Sinon.12. Rouvθei = θ ei (h) − θ ei _ seuil _ bas _ aut θ ei _ seuil _ haut _ aut − θ ei _ seuil _ bas _ aut (340) Sinon. Rouvθei _ aut = 0 Sinon. Rouvθei _ man = 1 Sinon. alors. si θ ei _ seuil _ bas _ aut < θ ei (h) ≤ θ ei _ seuil _ haut _ aut . Rouvθei _ man = 0 Sinon.12. Pour la part non-dérogée. alors. Rouvθei _ man = 0 Si θ ei (h) ≤ θ ei _ seuil _ bas _ aut . Il est calculé via l’algorithme suivant. alors.1 Paramètres en gestion automatique Les paramètres de consigne en gestion automatique sont définis au niveau de la baie. si θ ei (h) ≤ θ op (h − 1) − ∆θ ext _ int_ man . L’utilisateur a la possibilité : - d’utiliser ses propres valeurs de consigne. Rouvθei _ aut = 0 240 .2.3. si θ ei (h) ≤ θ op (h − 1) − ∆θ ext _ int_ aut . Rouvθei _ man = θ ei (h) − θ ei _ seuil _ bas _ man θ ei _ seuil _ haut _ man − θ ei _ seuil _ bas _ man (339) Sinon.

et mi-saison : θouv_1_man = MIN(θop_base_man + θop_1_man . θouv_2_man = θop_base_man + θop_1_man + θop_2_man. en saison de refroidissement. le jeu de données retenu est conventionnellement celui de la saison de refroidissement. θfer_2_aut = θop_base_aut (341) (342) (343) 241 . on utilisera l’information Saisonj −1). en saison de chauffage ou saison mixte : θouv_1_man = θop_base_man + θop_1_man. θop_2. En manuel.θiifr_+. Pour une gestion manuelle.θop_2_man). θfer_2_man = MIN(θop_base_man . un jeu pour la dérogation (« _man ») et un pour la non-dérogation (« _aut ») sont utilisés. Il est nécessaire de les calculer en fonction des données d’intégration : θop_1. θouv_2_man = MIN(θop_base_man + θop_1_man + θop_2_man . θfer_1_aut = θop_base_aut + θop_2_aut. En calcul de la température intérieure de confort (voir fiche «Sn_Méthode Th-E»). ce dernier dépendant de la valeur de Saisonj) en donnée d’entrée. θouv_1_man ) Pour une gestion manuelle. θouv_2_man. un seul jeu de températures de consigne est utilisé ( (jeu « _man ») En automatique. θ fer_1 et θ fer_2 ne sont pas explicitement données en tant que variables d’intégration. et θop_base.3.4. θ ouv_2.θiifr_+). ( ( Lorsque l’information Saisonj) n’est pas disponible (premier pas de temps de chaque jour).4 Calcul de Rouvθop _man et Rouvθop _aut 7. θouv_2_man).Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. θfer_1_man = MIN(θop_base_man + θop_2_man . θfer_1_man = θop_base_man + θop_2_man . θfer_2_man = θop_base_man Pour une gestion automatique : θouv_1_aut = θop_base_aut + θop_1_aut θouv_2_aut = θop_base_aut + θop_1_aut + θop_2_aut.12.12.1 Détermination des températures de consigne Les quatre températures θ ouv_1.3.

Si iocc_zone(h-1)=0 (en inoccupation à h-1). si θ op. Rouvθ θ fer _ 1 _ man − θ fer _ 2 _ man op _ man (h − 1)) 242 .1 En gestion manuelle L’algorithme est la traduction du diagramme à hystérésis de la Figure 19.4.5 ( h − 1) Sinon.2. Si θ op.fin (h-1)≤ θouv_1_man .4. (diminution de température opérative) Si θ op. Rouv θ op _ man = 0 Sinon.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. Rouv θ op _ man = Rouv θ op _ man Sinon.fin (h-1)≥ θfer_1_man . (cas: θfer_2_man < θ op.2 Process de calcul des ratios d’ouverture 7. Rouv θ op _ man =1 Sinon.fin (h-1)≥ θouv_2_man.12.fin (h-1)≤ θfer_2_man . Rouv θ op _ man = 0 . Rouv θ op _ man = Rouv θ op _ man ( h − 1) Sinon. (augmentation de température opérative) Si θ op. Rouvθ θ ouv _ 2 _ man − θ ouv _ 1 _ man op _ man (h − 1)) (345) Sinon.12. fin (h − 1) − θ ouv _ 1 _ man .3.3. fin (h − 1) − θ fer _ 2 _ man . (cas : θouv_1_man < θ op.fin (h-1)< θouv_2_man ) Rouvθ op _ man = max( θ op .fin (h-1)< θfer_1_man ) Rouvθ op _ man = min( θ op.fin (h-2)≤ θ op. complété des spécificités du mode de gestion manuel : Rouv = 0 θ op _ aut (344) Si θ op.fin (h-1).

fin (h-1)(augmentation de température opérative) Si θ op.fin (h-2)≤ θ op.12.fin (h-1)≥ θouv_2_aut. si θ op.fin (h-1)< θouv_2_aut ) Rouvθop _ aut θ op.4. Rouvθop_aut = Rouvθop_aut(h-1) Sinon.3. Pour la partie non-dérogée (mode_gestion[Saison] = 2) : Si θ op. fin (h − 1) − θ fer _ 2 _ aut .2.3. (diminution de température opérative) Si θ op. Rouvθop_aut = Rouvθop_aut(h-1) Sinon. Rouvθ θ fer _ 1 _ aut − θ fer _ 2 _ aut op _ aut (h − 1)) 243 . fin (h − 1) − θ ouv _ 1 _ aut = max( . L’algorithme est exactement identique au cas de la gestion manuelle décrit au 7. Si θ op.2 En gestion automatique Pour la partie des baies dérogée (mode_gestion[Saison] = 2).fin (h-1)≤ θfer_2_aut . (cas : θouv_1_aut < θ op.4.fin (h-1)< θfer_1_aut ) Rouvθop _ aut = min( θ op.1.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. (cas : θfer_2_aut < θ op.fin (h-1)≥ θfer_1_aut .2.12. Rouvθ θ ouv _ 2 _ aut − θ ouv _ 1 _ aut (346) op _ aut (h − 1)) Sinon.fin (h-1)≤ θouv_1_aut . Rouvθop_aut = 0 Sinon. Rouvθop_aut = 1 Sinon.

Pauto_nonderog (h) = 0 (347) 7. Ce paramètre est conventionnel selon le type d’usage : l’ensemble des valeurs sont définies dans la fiche « C_BAT_Gestion des protections mobiles ».3 x Pocc Tableau 38: Valeurs de Cpr(h) en période d’occupation 244 .12. l’ouverture de la baie est soumise aux critères de nuisances sonores extérieures et de moment de la journée. expoBR (BR 1. Pocc représente la part des locaux effectivement occupé en période d’occupation. heure légale. 4:nuit). 2:journée.3.7 x Pocc Soirée : hlég de 18h à 22h Pocc 0. Le modèle alors utilisé pour cette dérogation est celui d’une gestion manuelle.3. Moment_journee(h) est à établir sur la base de hlég.1 En gestion manuelle Le coefficient Pauto_nonderog(h) n’intervient pas dans les calculs.6 Coefficient de prise en compte des plages horaires et de l’exposition au bruit Cpr(h) En gestion manuelle. Pocc. en fonction des créneaux horaires quotidiens définis dans le tableau 4 (1:matinée.12. On modélise cette influence par le coefficient Cpr(h).5. On calcule un pourcentage Pauto_nonderog(h) de baies qui fonctionnent en automatique sans dérogation de la part des opérateurs. BR 2 ou BR 3). Ce ratio prend en compte la part de locaux fréquentés par les occupants en période d’occupation (Pocc).12. ou en dérogation de gestion automatique.3. et Moment_journee(h).7 x Pocc Journée : hlég de 9h à 18h Pocc 0. En occupation : Pour tous les types d’usages : En période d’occupation Matinée : hlég de 7h à 9h BR1 BR2 et BR3 Pocc 0. En période d’inoccupation.Pderog_ouv) Sinon. 3:soirée.5.5 Coefficient de prise en compte de la part de derogation de la régulation automatique P_auto_nonderg(h) 7. on considère que l’ensemble des baies sont hors dérogation.12. ainsi que le taux d’occupants Pderog_ouv appliquant effectivement une dérogation de l’ouverture automatique (selon des facteurs d’accessibilité ou de comportement). Au final : Si iocc_zone(h) = 1 (en occupation).(1 .7 x Pocc Nuit : hlég de 22h à 7h Pocc 0.3. Pauto_nonderog(h) est fonction du taux d’occupation effectif des locaux et de la part de baies dont la dérogation est possible. Les données d’entrée impliquées dans la définition de Cpr(h) sont : iocc_zone(h).2 En gestion automatique La gestion automatique de l’ouverture des baies peut être dérogée par les utilisateurs.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. En période d’occupation. lorsqu’ils sont présents dans le bâtiment. Pauto_nonderog (h) = (1-Pocc)+ Pocc. Pauto_nonderog (h) = 1 (348) 7.

Rouv θ 0 _ man + Pauto _ nonderog ( h).Méthode de calcul Th-BCE 2012 En inoccupation : Si iocc_zone(h) = 0 (inoccupation). alors. (352) Rouv ( h) = (1 − Pauto _ nonderog (h )).3.12. Rouv ( h) = 0 Sinon. Rouv ( h ) = Cpr ( h ). alors.Rouv θei _ aut . Rouv ( h ) = Cpr ( h ).Rouv θei _ man . Si Moment_journee(h-1) < 4 (hors créneau « nuit » au temps h1). (350) (351) Rouv(h) = Rouv(h − 1) Sinon. En habitation et hébergement.Rouv θ 0 _ aut 245 . une distinction est faite en fonction du type d’usage de la zone : d’une part zones à usage d’habitation ou d’hébergement. d’autre part autres usages. Cas mode_gestion[Saison] = 0 : pas d’ouverture des baies Rouv(h) = 0 Cas mode_gestion[Saison] = 1 : gestion manuelle Si ihergement =1. Rouv θ ei _ man .7 Calcul final de Rouvb(h) En gestion manuelle. Cpr(h) = 0 (349) 7. on considère que l’ouverture de la baie est bloquée sur la position qu’elle avait à 23h.Cpr (h ). Rouv θ 0 _ man Sinon. pour toute la durée de la période « nuit ». Rouv θ ei _ man . Rouv θ 0 _ man Cas mode_gestion[Saison]= 2: gestion automatique Si Saison(j) = 1 (saison de refroidissement) et Pfr_s(h) = 1.

Ces ratios de surface sont associés à la baie et évoluent à chaque pas de temps.la seconde protection mobile (PM2) vient en complément de la première et a une unique fonction d’anti-éblouissement.1 INTRODUCTION Cette fiche a pour objectif le calcul des ratios surfaciques de baie protégée par la première protection mobile (PM1) et/ou par la seconde protection mobile (PM2). Sa gestion est manuelle et sa position intérieure. Le store vénitien n’est permis que pour les baies verticales. comment appliquer ces types de gestion.13 C_BAT_Gestion_protections_mobiles 7. la baie est caractérisée par deux protections mobiles. store enroulable ou store orientable (vénitien). Elle est également caractérisée par sa position (intérieure ou extérieure). quand appliquer ces types de gestion . Figure 20 : Modes de gestion par type de protection mobile 246 .13. . La Gestion des Protections Mobiles (GPM) doit permettre de déterminer : les types de gestion . dont on définit les types : .Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.la première protection mobile (PM1) est de type volet. En termes de protections.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 Figure 21 : Répartition des modes de gestion 247 .

Entrées du composant Nom Description La saison propre au groupe au jour j.2 NOMENCLATURE Le Tableau 39 donne la nomenclature des différentes variables du modèle de gestion des protections mobiles. Coefficient de réduction de l’éclairement dû à la présence de l’espace tampon i sur la baie vitrée b Indicateur de présence d’un espace tampon sur la baie vitrée b (0-pas d’espace tampon / 1présence d’un espace tampon) °C - Scénarios conv. 3 : saison de chauffe avec interdiction de refroidir . iocc_zone - iocc_gpm - Espace T becl. 2 : mi-saison . fin (h-1) Jour_année hleg Température ressentie par l’occupant à la fin du pas de temps précédent Jour de l’année (1 à 365) Heure légale de la journée (1 à 24) Indice d’occupation de la zone 0 = zone inoccupée 1 = zone occupée Cet indice correspond aux plages d’occupation données par les scénarios conventionnels. Env. Eclairement incident total sur la baie. sans prise en compte du (des) espace(s) tampon(s) Vitesse du vent corrigée Unité Saison Saison gr ( j) Ent. - 248 . 4 : saison de chauffe avec autorisation de refroidir. Indice d’occupation de la zone pour la gestion des protections mobiles -1 = zone inoccupée la nuit ou en vacances 0 = zone inoccupée le jour 1 = zone occupée Cet indice correspond aux plages d’occupation données par les scénarios conventionnels.b Description Indice indiquant qu’il s’agit de la baie vitrée b Indice indiquant qu’il s’agit de la zone Indice indiquant que la première protection mobile est de type volet Indice indiquant que la première protection mobile est de type store enroulable Indice indiquant que la première protection mobile est de type store vénitien Facteur de transmission lumineuse global du flux incident direct pour la partie de la baie Unité Min 0 Max 1 Conv.13.b - IdET - Paramètres intrinsèques du composant Nom b z v se sv Tliap_dir.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.proche Etp* lux V vent _ c m/s Groupe θ op .i. sous forme d’entier : 1 : saison de refroidissement .

[lux] lorsque la première protection mobile est de type volet Matrice de seuils d’éclairement pour lesquels la seconde protection mobile est entièrement fermée en occupation.b 0 1 - Tldap_ref. pour la gestion manuelle Matrice de seuils d’éclairement pour lesquels la seconde protection mobile est entièrement fermée en occupation. pour la gestion automatique Pour la gestion manuelle Limite haute pour la température opérative moyenne du jour précédent.Méthode de calcul Th-BCE 2012 vitrée b avec protection mobile Facteur de transmission lumineuse global du flux incident diffus de la partie avec protection mobile de la baie vitrée b Facteur de transmission lumineuse global du flux incident réfléchi de la partie avec protection mobile de la baie vitrée b Pour les PM1 de type volet ou store enroulable Pour la gestion automatique Seuil d’éclairement incident pour la gestion automatique lux Limite haute pour la température opérative moyenne de °C l’heure précédente.5 26.b 0 1 - Eclim_auto Toph1limh_auto Toph1limb_auto Vventlim_auto M_Rprot1_auto 0 -∞ -∞ 0 [0] +∞ +∞ +∞ +∞ [1] - Topj1lim_manu_v[z] Topj1lim_manu_se[z ] Vventlim_manu _se M_Rprot1_man u_occ_v[z] M_Rprot1_man u_occ_se[z] M_Rprot1_man u_inocc_v[z] M_Rprot1_man u_inocc_se[z] M_Ecl2_occ1_v [z] M_Ecl2_occ1_s e[z] -∞ -∞ 0 [0] [0] [0] +∞ +∞ +∞ [1] [1] [+∞] 26. en occupation et en inoccupation.5 10 - [0] [+∞] - Eclim_auto_sv Vventlim_auto_ sv M_Rprot1_auto _sv Eclim_manu_sv Vventlim_manu _sv M_Rprot1_man u_sv[z] M_Ecl2_occ1_s v[z] 0 0 [0] 0 0 [0] [0] +∞ +∞ [1] +∞ +∞ [1] [+∞] 15000 10 - Rprot2_1-partGPM Rprot2_occ0 0 0 1 1 - 249 . en occupation et en inoccupation. en occupation et en inoccupation. [lux] lorsque la première protection mobile est de type store vénitien Pour les PM2 (quelque soit PM1) Ratio de surface de baies protégées par la seconde protection mobile en inoccupation Ratio de surface de baies protégées par la seconde protection mobile pour un éclairement nul Tldap_dif. [lux] lorsque la première protection mobile est de type store enroulable Pour les PM1 de type store vénitien Pour la gestion automatique Seuil d’éclairement incident pour la gestion automatique lux seuil de vitesse de vent limite pour lequel les stores m/s vénitiens (extérieurs) sont remontés en gestion automatique Matrice des ratios de fermeture des stores vénitiens. utilisée en gestion automatique Matrice pour calculer le ratio de fermeture des volets ou des stores enroulables. utilisée en gestion automatique Limite basse pour la température opérative moyenne de °C l’heure précédente. en gestion manuelle lorsque la protection °C est de type volet Limite haute pour la température opérative moyenne du jour précédent. en gestion manuelle lorsque la protection °C est de type store enroulable Seuil de vitesse de vent pour lequel la protection m/s (extérieure) de type store enroulable est remontée Matrice pour calculer le ratio de fermeture des volets en occupation et pour la gestion manuelle Matrice pour calculer le ratio de fermeture des stores enroulables en occupation et pour la gestion manuelle Matrice pour calculer le ratio de fermeture des volets en inoccupation et pour la gestion manuelle Matrice pour calculer le ratio de fermeture des stores enroulables en inoccupation et pour la gestion manuelle Matrice de seuils d’éclairement pour lesquels la seconde protection mobile est entièrement fermée en occupation. utilisée en gestion automatique Seuil de vitesse de vent pour laquelle la protection m/s (extérieure) est remontée. pour la gestion automatique Pour la gestion manuelle Seuil d’éclairement incident pour la gestion manuelle lux seuil de vitesse de vent limite pour lequel les stores m/s vénitiens (extérieurs) sont remontés en gestion manuelle Matrice des ratios de fermeture des stores vénitiens.

=faux si c’est la nuit) Indicateur de saison (1-hiver / 2-mi-saison / 3-été) Valeur maximale des trois facteurs de transmission lumineuse de la baie vitrée b avec protection mobile Ratio de surface de baies protégées par la première protection mobile de type volet ou store enroulable en gestion automatique Unité lux °C °C Bool - Rprot1_auto - 250 . pour des protections de type volet ou store enroulable Matrice des heures de distinction jour/nuit pour l’horloge personnalisée.b Description Eclairement incident total sur la baie.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Paramètres d’intégration du composant Nom usagezone Pocc[z] Pderog[z] Type_PM Protext PM2 Description Type d’usage de la zone (utilisée pour les données conventionnelles) Part des baies en groupe occupé pour lesquelles un occupant peut agir manuellement Part des baies dans les locaux occupés dont les protections mobiles sont en dérogation manuelle Type de PM1 (0-pas de PM/ 1-volet / 2-store enroulable / 3-store vénitien) Protection intérieure (=faux) ou extérieure (=vrai) Présence d’une seconde protection mobile Unité Bool Bool Min 1 0 0 0 Faux Faux Max 31 1 1 3 Vrai Vrai Conv. Faux Type-GPM Detec_pres Type_horl M_horl_jour Type-GPM-sv Type_horl_sv M_horl_jour_sv Pour les PM1 de type volet ou store enroulable Type de gestion de la première protection mobile de type volet ou store enroulable (=1 si automatique avec dérogation. après prise en compte du (des) espace(s) tampon(s) Température opérative maximale du jour précédent Température opérative maximale du jour Heure de début de jour pour la gestion automatique (si horloge personnalisée) Heure de fin de jour pour la gestion automatique (si horloge personnalisée) Indique les périodes de jour et de nuit (=vrai si c’est le jour . pour des protections de type volet ou store enroulable Pour les PM1 de type store vénitien Type de gestion de la première protection mobile de type stores vénitiens (=1 si gestion sun-tracking. pour des protections de type volet ou store Bool enroulable Type d’horloge pour la distinction jour/nuit en gestion automatique (0-pas de distinction jour/nuit / 1-horloge crépusculaire / 2-horloge personnalisable). =3 si gestion automatique 45°) Type d’horloge pour la distinction jour/nuit si gestion automatique (0-pas de distinction jour/nuit / 1-horloge crépusculaire / 2-horloge personnalisable) pour les stores vénitiens Matrice des heures de distinction jour/nuit pour l’horloge personnalisée pour les stores vénitiens 1 3 Faux Vrai 0 2 [1] [24] - 1 3 0 [1] 2 [24] - Variables internes Nom Etp** Topj-1_max Topj_max Hj_début Hj_fin Jour Saison_GPM Tlimax. =3 si gestion manuelle motorisée) Présence d’un détecteur de présence (pour la dérogation manuelle). =2 si gestion manuelle-position fixe des lames. =2 si gestion manuelle non motorisée.

en gestion manuelle et en occupation le jour (dans le cas où il n’y a pas de seconde protection mobile) Seuil d’éclairement incident pour lequel Rprot1_manu_occ_se = 1 (en gestion manuelle et en lux occupation le jour dans le cas où il n’y a pas de seconde protection mobile) Ratio de surface de baies protégées par la première protection mobile de type store enroulable. pour un éclairement nul. =2 si auto avec dérogation sans détecteur de présence. en gestion manuelle et en inoccupation Seuil d’éclairement incident pour lequel Rprot2_occ_se = 1 lux (en occupation. en gestion manuelle et en occupation le jour (dans le cas où il n’y a pas de seconde protection mobile) Seuil d’éclairement incident pour lequel Rprot1_manu_occ_v = 1 (en gestion manuelle et en lux occupation le jour dans le cas où il n’y a pas de seconde protection mobile) Ratio de surface de baies protégées par la première protection mobile de type volet. en gestion manuelle et en occupation Ratio de surface de baies protégées par la première protection mobile de type store vénitien. pour un éclairement nul.b Rprot1_manu_o cc0_v Ecl1_manu_occ 1_v Rprot1_manu_o cc_v Rprot1_manu_i nocc_v Ecl2_occ1_v Rprot1_manu_o cc0_se Ecl1_manu_occ 1_se Rprot1_manu_o cc_se Rprot1_manu_i nocc_se Ecl2_occ1_se Rprot1_auto_oc c_sv Rprot1_auto_in occ_sv Rprot1_manu_o cc_sv Rprot1_manu_i nocc_sv Ecl2_occ1_sv 251 . =3 si gestion manuelle non motorisée. =4 si gestion manuelle motorisée) Ratio de surface de la baie vitrée b protégée par la seconde protection mobile Pour les PM1 de type volet Ratio de surface de baies protégées par la première protection mobile de type volet. en gestion automatique et en occupation Ratio de surface de baies protégées par la première protection mobile de type store vénitien. en gestion manuelle et en occupation Ratio de surface de baies protégées par la première protection mobile de type store enroulable. en gestion automatique et en inoccupation Ratio de surface de baies protégées par la première protection mobile de type store vénitien. pour les stores enroulables) Pour les PM1 de type store vénitien Ratio de surface de baies protégées par la première protection mobile de type store vénitien. en gestion manuelle et en inoccupation Seuil d’éclairement incident pour lequel Rprot2_occ_v = 1 lux (en occupation.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Rprot Rprot0 Eclman Terme générique caractérisant un ratio de fermeture d’une protection mobile Terme générique caractérisant un ratio de fermeture d’une protection mobile pour un éclairement nul Terme générique caractérisant un seuil d’éclairement incident pour lequel une protection mobile est entièrement lux fermée Type de gestion de PM1 de type volet ou store enroulable prenant en compte un éventuel détecteur de présence (=1 si auto avec dérogation+détecteur de présence. en gestion manuelle et en occupation Ratio de surface de baies protégées par la première protection mobile de type volet. pour des PM1 de type volet) Pour les PM1 de type store enroulable Ratio de surface de baies protégées par la première protection mobile de type store enroulable. pour les stores vénitiens) Type-GPMmanu Rprot2. en gestion manuelle et en inoccupation Seuil d’éclairement incident pour lequel Rprot2_occ_sv = 1 lux (en occupation.

b Rprot2.b Constantes Nom Description Unité Conv.partGPM » des locaux (0 – ouverte. 1 – fermée) Unité partGPM Rprot1partGPM. b Rprot11partGPM. Tableau 39 : Nomenclature des différentes variables du modèle de gestion des protections mobiles 252 . 1 – fermée) Position de la seconde protection mobile de la baie vitrée b (0 – ouverte.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Sorties Nom Description Pourcentage de la surface des baies appartenant soit aux locaux réellement occupés d’un groupe en période d’occupation (si gestion manuelle). soit aux locaux en dérogation manuelle (si gestion automatique) Position de la première protection mobile de la baie vitrée b dans la « partGPM » des locaux (0 – ouverte. 1 – fermée) Position de la première protection mobile de la baie vitrée b dans la partie « 1.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. Conventions .3. On attribura donc un RprotpartGPM pour la part PartGPM de la baie et un Rprot1-partGPM pour la part (1.Les tableaux relatifs à la gestion manuelle feront l’objet d’une convention non modifiable par l’utilisateur de Th-BCE 2012 et définie pour chaque zone.1 Structure des calculs Notations Les données conventionnelles sont définies pour chaque type de zone. 253 .3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE 7. L’indice 1 affecté au Rprot ou à Ecl caractérise la première protection mobile.La GPM d’une baie consiste à déterminer les ratios surfaciques de baie protégée. Les tableaux relatif aux automatismes seront. au moins initialement. tel que : Rprot = 0 si la baie est sans protection mobile Rprot = 1 si la protection mobile est en place Répartition des locaux en période d’occupation On définit une part PartGPM de la baie qui correspond aux locaux réellement occupés en période d’occupation telle que définie dans les scénarii d’usage. avec l’indice : [z] numéro de la zone concernée On distingue les trois types de protections mobiles par les indices suivants : _v _se _sv volet store enroulable store vénitien L’indice 0 accolé à occ caractérise la valeur du Rprot pour un éclairement nul.13. Exemple : Rprot1_manu_occ0 est le ratio de fermeture de la première protection mobile pour un éclairement nul (en occupation et en gestion manuelle). Cette règle est valable pour la gestion manuelle.13.PartGPM). L’indice 2 affecté au Rprot ou à Ecl caractérise la seconde protection mobile. L’indice 1 accolé à occ caractérise la valeur de l’éclairement pour un Rprot=1. . des données d’entrée de la méthode. On appelle Rprot un ratio de surface relative de protection de la baie.

la baie en période d’occupation est partagée entre la gestion manuelle par dérogation et la gestion automatique. Règles pour la dérogation de la gestion automatique Le principe de la dérogation est de l’appliquer sur une partie de la part des locaux réellement occupés.volet. on applique la gestion manuelle par dérogation sur une partie de la baie et la gestion automatique pour le reste Si la protection mobile 1 est gérée manuellement : • • En période d’inoccupation. store enroulable • • • automatique avec dérogation manuelle motorisée manuelle non motorisée . on applique la gestion manuelle d’inoccupation sur la totalité de la baie En période d’occupation. on applique la gestion manuelle d’occupation sur une partie de la baie (correspondant à la part des locaux réellement occupés) et la gestion manuelle d’inoccupation pour le reste (correspondant à la part des locaux réellement inoccupés) 254 . Résumé des règles de gestion Si la protection mobile 1 est équipée d’une gestion automatique : • • En période d’inoccupation.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Mode de gestion à prendre en compte pour la première protection mobile . De cette manière. on applique la gestion automatique sur la totalité de la baie En période d’occupation.store à lames orientables • • • suntracking avec dérogation automatique fixe 45° avec dérogation manuelle NB : les cas « manuelle motorisée avec commande générale dérogeable » sont assimilés à manuelle motorisée.

7. la matrice pour le calcul du Rprot est définie au niveau de la baie.13. A chaque pas de temps.2 Calcul de l’éclairement incident L’éclairement incident est corrigé par la présence d’espaces tampons. b . la donnée Topj − 1max ne sera pas accessible. 255 .3. fin (h-1)) si incrémentation de Jour_année alors Topj-1max = Topjmax Topjmax = 0 (353) Note : pour le premier jour de l’année. Etp * (354) Où Etp** est l’éclairement incident sur la baie. On prendra une valeur nulle par défaut (Cela n’aura de toute façon que peu d’impact.2. une matrice pour le calcul du Rprot est définie conventionnellement pour chaque usage (donc au niveau de la zone). 7. θ op . À chaque pas de temps : Topjmax = max (Topjmax .13. Si la gestion est manuelle. après correction due à la présence d’un espace tampon.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Spatio-temporel Si la gestion est automatique.13.1 Calcul de la température maximale du jour précédent Certaines fonctions de gestion-régulation définies ci-dessous nécessitent de connaître la température opérative maximale du jour précédent. notée Topj − 1max . la température opérative maximale du jour précédent étant utilisée uniquement en été).3.3.2. On pose Etp * * = b ecl . Selon l’usage de la zone à laquelle appartient la baie étudiée. l’outil va chercher dans cette matrice la valeur de Rprot correspondante. l’outil va chercher dans la matrice correspondante la valeur de Rprot.2 Calculs préliminaires 7.

en période de jour et en absence d’une seconde protection mobile. 256 .13. Figure 22 : Calcul d’un Rprot en fonction de l’éclairement Si Etp** ≥ Eclman Rprot= 1 Si Etp** < Eclman Rprot = Rprot0 + (1 − Rprot0) ⋅ Etp * * Eclman (355) Pour les quatre cas suivants. lorsque le local est occupé et en période de nuit . lorsque le local est inoccupé . le ratio de fermeture des protections mobiles ne se calcule pas à partir de l’éclairement (il prend une valeur unique définie dans les matrices correspondantes) : • • • • • si la protection mobile est de type store vénitien . en gestion manuelle. lorsque le local est occupé et en présence d’une seconde protection mobile . en gestion manuelle.3. en gestion manuelle.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. le ratio de fermeture d’une protection mobile de type volet ou store enroulable dépend de l’éclairement.2.3 Calcul d’un Rprot en fonction de l’éclairement Lorsque le local est occupé. Le principe général de calcul est détaillé ci-dessous. en gestion automatique.

(356) 7.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.2.1 En gestion manuelle ((type-PM=1 ou 2 et Type-GPM=2 ou 3) ou (type-PM=3 et Type-GPM-sv=2)) En gestion manuelle.4.13. Ce paramètre conventionnel est défini pour chaque zone.2.13. partGPM est la part des baies en locaux occupés.3. 7.4 Calcul de Part_GPM PartGPM permet de distinguer deux types de locaux ayant des ratios de fermeture des protections mobiles différents. En période d’occupation (iocc_zone=vrai) partGPM = Pocc[z] En période d’inoccupation (iocc_zone=faux).3. partGPM = 0 Pderog[z] est la part des baies en locaux occupés dont la gestion des protections mobiles est la dérogation manuelle. partGPM = 0 Pocc[z] est la part des baies en groupe occupé pour lesquelles un occupant peut agir manuellement. partGPM représente la part des baies du groupe dont la gestion des protections mobiles est la dérogation manuelle.13.2.3. En période d’occupation (iocc_zone=vrai) partGPM = Pocc[z]*Pdérog[z] En période d’inoccupation (iocc_zone=faux). (357) 257 .2 En gestion automatique ((type-PM=1 ou 2 et Type-GPM=1) ou (type-PM=3 et TypeGPM-sv=1 ou type-GPM-sv=3)) En gestion automatique.4.

si la gestion est automatique avec dérogation (type-GPM=1) • si il y a un détecteur de présence (detec_pres=vrai) type-GPM-manu =1 • si pas de détecteur de présence (detec_pres=faux) type-GPM-manu =2 . La création de la variable interne type-GPMmanu permet de simplifier le traitement des données stockées dans les matrices.3.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. le ratio de fermeture Rprot dépend du type de gestion de la première protection mobile.13.si la gestion manuelle est motorisée (type-GPM=3) type-GPM-manu =4 (358) 258 .5 Création d’une variable interne pour les volets et les stores enroulables Pour des protections mobiles de type volet ou store enroulable.2.3 Récapitulatif Groupe appartenant à une zone occupée (iocc_zone=1) Groupe appartenant à une zone inoccupée (iocc_zone=0) Baies en locaux occupés Baies en locaux inoccupés Baies en locaux inoccupés PartGPM=Pocc Baies non dérogées dans Baies en dérogation les locaux occupés et baies manuelle dans les en locaux inoccupés locaux occupés (gestion automatique) PartGPM=Pocc*Pderog Baies en locaux inoccupés (gestion automatique) Figure 23 : Synthèse du calcul de part_GPM en fonction des configurations 7.13.si la gestion manuelle est non motorisée (type-GPM=2) type-GPM-manu =3 .2.3.4. .

6 Calcul du paramètre saison_GPM Saison_GPM est une variable interne nécessaire uniquement pour faire le lien entre la fiche algorithme saison et les algorithmes de cette fiche. chauffage) • si Saison gr ( j ) =2 et Saison gr ( j ) =4 (359) saison_GPM=2 (mi-saison) • si Saison gr ( j ) =1 saison_GPM=3 (été.13.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. Elle se calcule de la manière suivante : • si Saison gr ( j ) =3 saison_GPM=1 (hiver. refroidissement) 259 .3.2.

En effet. comme suit : Si iocc_gpm = 1 Jour = vrai.2.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.Pour la gestion manuelle (type-GPM=2 ou type-GPM=3).13.1 Pour les PM1 de type volet ou store enroulable (Type-PM=1 ou 2) .2. Jour=faux • si l’horloge est personnalisable (type_horl=2). 7.13. le paramètre Jour est lié à l’éclairement incident sur la baie considérée. Si Hj_debut(saison_GPM) < Hleg ≤Hj_fin(saison_GPM) alors Jour=vrai sinon Jour=faux (360) Figure 24 : matrice M_horl_jour . Si Etp**≠0. le paramètre Jour dépend des données que l’occupant aura définies dans la matrice M_horl_jour. on se base sur l’éclairement total incident Etp** pour distinguer le jour de la nuit en occupation. Ce paramètre varie selon le type d’horloge et selon le type de gestion des protections mobiles. Le paramètre iocc_gpm permet de différentier l’occupation de l’inoccupation dite de jour et de celle dite de nuit ou de vacances.7.Pour la gestion automatique (type-GPM=1) • si type_horl=0.3. La fiche « Scénarios conventionnels » définit donc les périodes d’inoccupation pour lesquelles la position des protections mobiles sera celle de l’inoccupation en journée et les périodes d’inoccupation pour lesquelles la position des protections mobiles sera celle de l’inoccupation la nuit (notamment les périodes de weekend et de vacances).7 Calcul du paramètre jour Le paramètre booléen Jour permet de distinguer les colonnes jour et nuit des matrices. Jour=vrai si Etp**=0. on ne distingue pas le jour et la nuit. si Etp**=0 Si iocc_gpm = 0 Jour = vrai Si iocc_gpm = -1 Jour = faux (361) 260 . Le paramètre iocc_gpm intervient donc également dans le calcul du paramètre Jour. si Etp**≠0 Jour = faux. Jour=vrai • si l’horloge est crépusculaire (type_horl=1). dans le cas de la gestion manuelle. pendant les périodes d’inoccupation la position des protections mobiles doit rester fixe et ne doit pas dépendre du paramètre Jour.3.

on ne distingue pas le jour et la nuit. on se base sur l’éclairement total incident Etp** pour distinguer le jour de la nuit en occupation.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. Jour=faux • si l’horloge est personnalisable (type_horl_sv=2). .7. Jour=vrai • si l’horloge est crépusculaire (type_horl_sv=1). ci-dessous) si Hj_debut(saison_GPM)< Hleg ≤ Hj_fin(saison_GPM) alors Jour=vrai sinon Jour=faux (362) Figure 25 : matrice M_horl_jour_sv . Le paramètre iocc_gpm permet de différentier l’occupation de l’inoccupation dite de jour et de celle dite de nuit ou de vacances. le paramètre Jour dépend des données que l’occupant aura définies dans la matrice M_horl_jour_sv (cf.Pour la gestion automatique (type-GPM-sv=1 ou type-GPM-sv=3) • si type_horl_sv=0.2. Mais les heures de début et de fin de jour peuvent être différentes. pendant les périodes d’inoccupation la position des protections mobiles doit rester fixe et ne doit pas dépendre du paramètre Jour. dans le cas de la gestion manuelle. La fiche « Scénarios conventionnels » définit donc les périodes d’inoccupation pour lesquelles la position des protections mobiles sera celle de l’inoccupation en journée et les périodes d’inoccupation pour lesquelles la position des protections mobiles sera celle de l’inoccupation la nuit (notamment les périodes de weekend et de vacances). le paramètre Jour est lié à l’éclairement incident sur la baie considérée. comme suit : Si iocc_gpm = 1 Jour = vrai.3. Le paramètre iocc_gpm intervient donc également dans le calcul du paramètre Jour.2 Pour les PM1 de type store à lames orientables (Type-PM=3) Le principe est le même que pour les volets ou les stores enroulables. Si Etp**≠0. si Etp**≠0 Jour = faux. Jour=vrai si Etp**=0. En effet.Pour la gestion manuelle (type-GPM-sv=2).13. si Etp**=0 Si iocc_gpm = 0 Jour = vrai Si iocc_gpm = -1 Jour = faux (363) 261 .

fin . le ratio de fermeture Rprot dépend directement de la température opérative à la fin du pas de temps précédent.8 Calcul de l’hystérésis Si la gestion des protections mobiles de type volet ou store enroulable (type_PM=1 ou 2) est automatique. Etp**) et pour θop. on a les profils suivants : Si x < y Si x > y Rprot y Rprot x x Toph1_limb Toph1_limh y Θop. qui est décrite par le schéma cidessous : En notant : • • x la valeur du Rprot issue de la matrice M_Rprot1_auto dans une situation donnée (occupation/inoccupation.2. et y la valeur du Rprot issue de la matrice M_Rprot1_auto dans la même situation mais pour Toph-1limh < θop.3. saison.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.fin (°C) Toph1_limb Toph1_limh Θop. La stratégie de fermeture fait intervenir une fonction d’hystérésis. en fonction de la température opérative 262 . jour/nuit.13.fin (°C) Figure 26 : Forme générale du profil du ratio de fermeture d’une protection mobile en gestion automatique.fin < Toph-1limb.

fin θop. tandis que les cases en vert et bleu représentent les valeurs conventionnelles (gestion manuelle et dérogation manuelle). jour jour nuit Etp* < Eclim_auto Etp* ≥ Eclim_auto Première protection mobile de type volet ou store enroulable dérogation hiver manuelle sans mi-saison détecteur de Topj-1_lim_manu < Topj-1_max été présence Topj-1_max < Topj-1_lim_manu occupation gestion automatique dérogation hiver manuelle avec mi-saison détecteur de Topj-1_lim_manu < Topj-1_max été présence Topj-1_max < Topj-1_lim_manu hiver mi-saison gestion automatique inoccupation été hiver mi-saison été hiver gestion mi-saison manuelle non Topj-1_lim_manu < Topj-1_max motorisée été Topj-1_max < Topj-1_lim_manu hiver gestion manuelle motorisée gestion manuelle mi-saison été hiver gestion mi-saison manuelle non Topj-1_lim_manu < Topj-1_max motorisée été Topj-1_max < Topj-1_lim_manu hiver gestion manuelle motorisée mi-saison été Topj-1_lim_manu < Topj-1_max Topj-1_max < Topj-1_lim_manu Topj-1_lim_manu < Topj-1_max Topj-1_max < Topj-1_lim_manu sans 2nde protection PM1 Rprot0 avec 2nde protection (mise en place ou non) PM1 Rprot PM2 Ecl2 nuit Toph-1limh < θop.fin θop. Le premier tableau concerne le cas où la première protection mobile est de type volet ou store enroulable.fin < Toph-1limb Toph-1limb Toph-1limb θop. Il s’agit d’une concaténation des matrices définies dans la nomenclature. le second concerne le cas où la première protection mobile est de type store vénitien.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. Les cases en jaune représentent les valeurs définies par l’utilisateur (gestion automatique). Les cases en bleu se distinguent par la caractérisation des ratios de fermeture pour la seconde protection mobile (quant elle est présente).3.3 Présentation des matrices de ratios de fermeture et des valeurs conventionnelles Les 2 tableaux ci-dessous présentent de manière globale la structure des matrices utilisées pour les calculs des ratios de fermeture d’une protection mobile. permettant d’illustrer la caractérisation globale de la gestion des protections mobiles d’une baie.fin < Toph-1limh < θop.fin < Toph-1limh < θop.13.fin Rprot Rprot Rprot Rprot Rprot Rprot PM1 Ecl1 PM1 Rprot idem avec ou sans détecteur de présence occupation inoccupation idem avec ou sans PM2 Figure 27 : matrice générale des ratios de fermeture dans le cas où la première protection mobile est de type volet ou store enroulable Première protection mobile de type store vénitien dérogation manuelle hiver mi-saison jour Etp** < Eclim_auto_sv Rprot Etp** ≥ Eclim_auto_sv Rprot nuit Rprot jour Etp** < Eclim_manu_sv Rprot Etp** ≥ Eclim_manu_sv Rprot nuit Rprot PM2 Ecl2 idem gestion manuelle idem gestion manuelle été occupation hiver gestion mi-saison automatique été automatisme hiver inoccupation mi-saison été hiver gestion occupation mi-saison manuelle gestion été manuelle hiver gestion inoccupation mi-saison manuelle été Figure 28 : matrice générale des ratios de fermeture dans le cas où la première protection mobile est de type store vénitien 263 .

qui regroupent des usages considérés comme similaires du point de vue de la gestion des protections mobiles. Le tableau suivant présente ces regroupements d’usages. ainsi que les paramètres d’intégration Pocc et Pderog qui sont eux fixés pour chacun des 34 usages.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Les matrices conventionnelles (gestion manuelle) ont été définies pour 6 familles. 264 . store enroulable et store vénitien). Figure 29 : Regroupement d’usages et valeurs des paramètres Pocc et Pderog pour chaque usage Les tableaux suivants correspondent aux matrices conventionnelles (gestion manuelle) pour chacune des 6 familles d’usages et pour les 3 types de protections mobiles (volet.

hôtellerie et hébergement » Figure 31 : Matrice conventionnelle pour les PM1 de type volet et pour les usages de la famille « bureau » 265 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Figure 30 : Matrice conventionnelle pour les PM1 de type volet et pour les usages de la famille « habitation.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 Figure 32 : Matrice conventionnelle pour les PM1 de type volet et pour les usages de la famille « enseignement » Figure 33 : Matrice conventionnelle pour les PM1 de type volet et pour les usages de la famille « restauration » 266 .

Méthode de calcul Th-BCE 2012 Figure 34 : Matrice conventionnelle pour les PM1 de type volet et pour les usages de la famille « hôpitaux-nuit » Figure 35 : Matrice conventionnelle pour les PM1 de type volet et pour les usages de la famille « autres usages » 267 .

hôtellerie et hébergement » Figure 37 : Matrice conventionnelle pour les PM1 de type SE et pour les usages de la famille « bureau » 268 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Figure 36 : Matrice conventionnelle pour les PM1 de type SE et pour les usages de la famille « habitation.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 Figure 38 : Matrice conventionnelle pour les PM1 de type SE et pour les usages de la famille « enseignement » Figure 39 : Matrice conventionnelle pour les PM1 de type SE et pour les usages de la famille « restauration » 269 .

Méthode de calcul Th-BCE 2012 Figure 40 : Matrice conventionnelle pour les PM1 de type SE et pour les usages de la famille « hôpitaux-nuit » Figure 41 : Matrice conventionnelle pour les PM1 de type SE et pour les usages de la famille « autres usages » 270 .

Méthode de calcul Th-BCE 2012 Figure 42 : Matrice conventionnelle pour les PM1 de type SV et pour les usages de la famille « habitation. hôtellerie et hébergement » Figure 43 : Matrice conventionnelle pour les PM1 de type SV et pour les usages de la famille « bureau » Figure 44 : Matrice conventionnelle pour les PM1 de type SV et pour les usages de la famille « enseignement » 271 .

Méthode de calcul Th-BCE 2012 Figure 45 : Matrice conventionnelle pour les PM1 de type SV et pour les usages de la famille « restauration » Figure 46 : Matrice conventionnelle pour les PM1 de type SV et pour les usages de la famille « hôpitaux-nuit » Figure 47 : Matrice conventionnelle pour les PM1 de type SV et pour les usages de la famille « autres usages » 272 .

de l’occupation du groupe. de la température opérative moyenne du pas de temps considéré.pour une gestion manuelle. les ratios de fermeture dépendent du type de protection mobile (type-PM).4 Calcul des ratios de fermeture de la première PM dans Th-BC Les ratios de fermeture de la première protection mobile Rprot1partGPM et Rprot11-partGPM sont calculés à chaque pas de temps. de la vitesse du vent et de la saison. 273 . du critère Jour/nuit. de la vitesse du vent corrigée et de la température maximale du jour précédent.13. de la saison. de la présence ou non d’une seconde protection mobile. . de l’éclairement global incident.3.pour une gestion automatique. Ces ratios de fermeture se calculent à partir des données stockées dans les matrices et dépendent de nombreux paramètres d’entrée : . les ratios de fermeture dépendent du critère Jour/nuit.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. du type de gestion de la protection mobile (type-GPM et type-GPM-sv).

4. b = Rprot0 + (1 − Rprot0) ⋅ avec Etp * * Eclman (364) Rprot0 = Rprot1_man u_occ0_v(t ype . Rprot1partGPM. saison_GPM.2) alors que Rprot11-partGPM est déterminé en gestion automatique.b = Rprot1_manu_occ_v[z] (Jour. Topj-1max) Et.3.b = Rprot1_auto (Jour. PM2.1.3. Topj − 1max ) o sinon Rprot1partGPM. fin . θ op . Figure 48 : matrice pour calculer le Rprot des PM1 de type volet.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. saison_GPM .manu. Etp**.1 Pour les PM1 de type volet (Type-PM=1) 7. si Etp** ≥ Eclman Rprot1partGPM.manu.GPM .13. Etp**.1 Pour la gestion automatique (type-GPM=1) Rprot1partGPM est déterminé en gestion manuelle par dérogation (cf. Rprot11-partGPM. type-GPM-manu. fin . en gestion automatique • En période d’occupation (iocc_zone=vrai). saison_GPM) • En période d’inoccupation (iocc_zone=faux). iocc_zone. saison_GPM) (365) 274 .1.b = Rprot1_auto (Jour.13. θ op . o si Jour=vrai et si PM2=faux.GPM .b=1 si Etp** < Eclman Rprot1 partGPM.b = 0 Rprot11-partGPM. saison_GPM . §7.4.4.13. dans tous les cas.3. iocc_zone. Topj − 1max )  Eclman = Ecl1_manu_ occ1_v(typ e .

b (locaux inoccupés) est déterminé en gestion manuelle en inoccupation.2 Pour la gestion manuelle (type-GPM=2 ou 3) Rprot1partGPM. en gestion manuelle et en occupation Figure 50 : matrice pour calculer le Rprot des PM1 de type volet. en gestion manuelle et en inoccupation 275 .3. Leurs calculs se font à partir des données stockées dans les matrices suivantes : Figure 49 : matrice pour calculer le Rprot des PM1 de type volet.b (locaux occupés) est déterminé en gestion manuelle en occupation alors que Rprot11-partGPM.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.4.1.13.

b = 0 Rprot11-partGPM. saison_GPM. Topj − 1 max ) (366) o sinon Rprot1partGPM. Topj-1max) • En période d’inoccupation (iocc_zone=faux). si Etp**≥ Eclman Rprot1partGPM. type-GPM-manu. Rprot1partGPM. PM2. o si Jour=vrai et si PM2=faux. Rprot11-partGPM. PM2. type-GPM-manu. Topj-1max) (367) 276 . saison _ GPM .Méthode de calcul Th-BCE 2012 • En période d’occupation (iocc_zone=vrai). saison_GPM. Topj − 1 max )   Eclman = Ecl 1 _ manu _ occ 1 _ v ( type . dans tous les cas.b=1 si Etp**< Eclman Rprot1 partGPM. type-GPM-manu. saison_GPM.b = Rprot1_manu_inocc_v[z] (Jour. Topj-1max) Et.manu . PM2.GPM .b = Rprot1_manu_inocc_v[z] (Jour.b = Rprot1_manu_occ_v[z] (Jour.GPM . b = Rprot0 + (1 − Rprot0) ⋅ Etp * * Eclman avec  Rprot 0 = Rprot 1 _ manu _ occ 0 _ v ( type . saison _ GPM .manu .

2.13.4.b =0).4. Figure 51 : matrice pour calculer le Rprot des PM1 de type volet. 277 .13.3.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. les protections mobiles – quant elles sont situées à l’extérieur – seront remontées (Rprot1partGPM.b = Rprot11-partGPM. Pour une vitesse de vent réelle supérieure à cette limite (cette dernière étant fixée conventionnellement pour les stores enroulables).3.2 Pour les PM1 de type store enroulable (type-PM=2) 7. en gestion automatique La suite des calculs fait intervenir la notion de vitesse limite de vent. Les Rprot en gestion automatique sont calculés à partir du tableau ci-dessous.1 Pour la gestion automatique (type-GPM=1) Rprot1partGPM est déterminé en gestion manuelle par dérogation alors que Rprot11-partGPM est déterminé en gestion automatique.

Rprot1partGPM. iocc_zone. θ op .b= 1 si Etp**< Eclman Rprot1 partGPM. fin . saison_GPM) • En période d’inoccupation (iocc_zone=faux). Rprot1partGPM.GPM . θ op .b= 0 o sinon Rprot11-partGPM.Méthode de calcul Th-BCE 2012 • En période d’occupation (iocc_zone=vrai). Rprot11-partGPM.b= 0 o sinon Rprot11-partGPM. Topj-1max) Et. Rprot11-partGPM.b = Rprot1_auto (Jour. iocc_zone. Etp**. dans tous les cas. saison_GPM. o Si V vent _ c ≥ Vventlim_manu_se et Prot_ext = vrai. b = Rprot0 + (1 − Rprot0) ⋅ Etp * * Eclman avec Rprot0 = Rprot1_man u_occ0_se( type . saison_GPM) (369) 278 .b = Rprot1_auto (Jour.GPM . saison_GPM . fin . Topj − 1max ) (368) o sinon Rprot1partGPM.b = 0 o Si V vent _ c ≥ Vventlim_auto et Protext = vrai. o Si V vent _ c ≥ Vventlim_auto et Protext = vrai. PM2. si Etp**≥ Eclman Rprot1partGPM. Topj − 1max )  Eclman = Ecl1_manu_ occ1_se(ty pe .b= 0 o Sinon o si Jour=vrai et si PM2=faux.b = Rprot1_manu_occ_se[z] (jour. saison_GPM .manu.manu. type-GPMmanu. Etp**.

2. Leurs calculs se font à partir des données stockées dans les matrices suivantes : Figure 52 : matrice pour calculer le Rprot des PM1 de type store enroulable.3.13. si la vitesse de vent dépasse le seuil limite conventionnel. en gestion manuelle et en occupation Figure 53 : matrice pour calculer le Rprot des PM1 de type store enroulable.4. 279 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.2 Pour la gestion manuelle (type-GPM=2 ou 3) Rprot1partGPM (locaux occupés) est déterminé en gestion manuelle en occupation alors que Rprot11partGPM (locaux inoccupés) est déterminé en gestion manuelle en inoccupation. les stores enroulables seront relevés. en gestion manuelle et en inoccupation De même que précédemment.

saison_GPM. PM2.b= 0 Rprot11-partGPM.b = Rprot1_manu_inocc_se[z] (Jour.b= 0 o sinon o si Jour=vrai et si PM2=faux. Topj-1max) (371) 280 . saison_GPM.Méthode de calcul Th-BCE 2012 • En période d’occupation (iocc_zone=vrai). Topj-1max) Et. Topj-1max) • En période d’inoccupation (iocc_zone=faux) Rprot1partGPM.b= 0 Rprot11-partGPM. saison _GPM . Topj − 1max ) o sinon Rprot1partGPM. dans tous les cas.GPM . PM2. type-GPMmanu.b=1 si Etp**< Eclman Rprot1 partGPM. o Si V vent _ c ≥ Vventlimmanu_se et Protext = vrai. saison_GPM. Rprot11-partGPM.b = Rprot1manu_inocc_se[z] (Jour.GPM . si Etp**≥ Eclman Rprot1partGPM. b Etp * * = Rprot0 + (1 − Rprot0) ⋅ Eclman (370) avec  Rprot 0 = Rprot 1 _ manu _ occ 0 _ se ( type .manu . Rprot1partGPM. PM2. type-GPM-manu. type-GPMmanu.manu . Topj − 1max )   Eclman = Ecl1 _ manu _ occ1 _ se ( type .b = Rprot1_manu_occ_se[z] (Jour. saison _GPM .

b= 0 o sinon Rprot11-partGPM.1 Si la gestion est automatique (type-GPM-sv=1 ou type-GPM-sv=3) Rprot1partGPM est déterminé en gestion manuelle (équivalent à de la dérogation) alors que Rprot11partGPM est déterminé en gestion automatique.13.13. Etp**.4. o Si V vent _ c ≥ Vventlim_manu_sv et Protext = vrai.3.b = Rprot1_auto_inocc_sv (Jour.b= 0 o sinon Rprot11-partGPM. Les Rprot en gestion automatique sont calculés à partir du tableau ci-dessous.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. saison_GPM) o Si V vent _ c ≥ Vventlim_auto_sv et Protext = vrai.b= 0 o sinon Rprot1partGPM. jour matrice M_Rprot1_auto_sv Etp** < Eclim_auto_sv Etp** ≥ Eclim_auto_sv nuit Rprot1_auto_occ_sv groupe en occupation hiver mi-saison été Rprot1_auto_inocc_sv groupe en inoccupation hiver mi-saison été Figure 54 : matrice pour calculer le Rprot des PM1 de type store vénitien en gestion automatique Un seuil limite pour le vent (dont la valeur est propre aux stores vénitiens) permet de prendre en compte les contraintes structurelles. • En période d’occupation (iocc_zone=vrai).3 Pour les PM1 de type store vénitien (type-PM=3) 7.4.b= Rprot1_auto_occ_sv (Jour. saison_GPM) • En période d’inoccupation (iocc_zone=faux) Rprot1partGPM. Rprot11-partGPM.b= 0 o si V vent _ c ≥ Vventlim_auto_sv et Protext = vrai.3. saison_GPM) (373) (372) 281 .b= Rprot1_manu_occ_sv[z] (Jour. Rprot1partGPM. Etp**.3. Rprot11-partGPM.

4.3. Leurs valeurs sont stockées dans la matrice suivante : jour matrice M_Rprot1_manu_sv[z] hiver mi-saison été Etp** < Etp** ≥ Eclim_manu_sv Eclim_manu_sv Rprot1_manu_occ_sv nuit groupe en occupation Rprot1_manu_inocc_sv groupe en inoccupation hiver mi-saison été Figure 55 : matrice pour calculer le Rprot des PM1 de type store vénitien en gestion manuelle Un seuil limite pour le vent (dont la valeur est propre aux stores vénitiens) permet de prendre en compte les contraintes structurelles.b= Rprot1_manu_inocc_sv[z] (Jour. • En période d’occupation (iocc_zone=vrai). saison_GPM) Rprot11-partGPM.b= 0 o sinon Rprot1partGPM. saison_GPM) (374) • En période d’inoccupation (iocc_zone=faux) Rprot1partGPM.2 Si la gestion est manuelle (type-GPM-sv=2) Rprot1partGPM (locaux occupés) est déterminé en gestion manuelle en occupation alors que Rprot11partGPM (locaux inoccupés) est déterminé en gestion manuelle en inoccupation. Rprot1partGPM.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.b = Rprot1_manu_inocc_sv[z] (Jour.b= 0 Rprot11-partGPM.3.b= 0 Rprot11-partGPM.13. o Si V vent _ c ≥ Vventlim_manu_sv et Protext = vrai. Etp**. saison_GPM) (375) 282 .b= Rprot1_manu_occ_sv[z] (Jour.

b est calculé dans les locaux occupés.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. o si Etp** < Ecl2_occ1 Rprot 2. 0 En présence d’une seconde protection mobile (PM2=vrai).3.b= 1 (376) Avec Rprot2occ0 = 0 (conventionnellement) Ecl2_occ1 = Ecl2_occ1_v si la première protection mobile est de type volet (type-PM=1) Ecl2_occ1 = Ecl2_occ1_se si la première protection mobile est de type store enroulable (type-PM=2) Ecl2_occ1 = Ecl2_occ1_sv si la première protection mobile est de type store vénitien (type-PM=3) 283 .13. Son ratio de fermeture Rprot2. elle n’a un impact que sur les éclairements transmis au groupe. • En période d’occupation (iocc_zone=vrai). b = Rprot 2 occ 0 + (1 − Rprot 2 occ 0 ) ⋅ Etp * * Ecl 2 occ1 o si Etp** ≥ Ecl2_occ1 Rprot2.5 Calcul des ratios de fermeture de la seconde PM dans Th-BC Une seconde protection mobile (ayant pour seule fonction celle d’anti-éblouissement) peut venir suppléer la première.b se calcule à chaque pas de temps de la manière suivante Rprot2 En présence d’une seconde protection mobile en occupation 1 Rprot2_occ0 (=0 ici) Ecl2_occ1 Etp** (lux) C’est-à-dire. pour la partie de la baie sur laquelle la première protection mobile n’est pas mise en place. Rprot2. Sa gestion est manuelle. Par hypothèse.

Ecl2_occ1_se et de Ecl2_occ1_sv (dépendant du type de gestion.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Les valeurs de Ecl2_occ1_v.b =0 (377) 2) S’il n’y a pas de seconde protection mobile (PM2=faux).b= 0 (378) 284 . de la zone et de la saison) sont stockées dans les matrices suivantes : Figure 56 : matrice pour calculer le seuil d’éclairement de PM2 lorsque PM1 est de type volet Figure 57 : matrice pour calculer le seuil d’éclairement de PM2 lorsque PM1 est de type store enroulable Figure 58 : matrice pour calculer le seuil d’éclairement de PM2 lorsque PM1 est de type store vénitien • En période d’inoccupation (iocc_zone=faux). Rprot2. par convention. la seconde protection mobile n’est pas descendue : Rprot2.

1 Rprot1partGPM.1 Rprot1 partGPM.b = max(Tliap_dir.b .Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.b= 1 Dans tous les cas.b ≥ 0. Tldap_ref. Tldap_dif. on pose Tlimax.b . les lames du store vénitien sont conventionnellement inclinées à 90° 285 . Les premières protections mobiles étant descendues. la seconde protection mobile est obsolète dans les règles Th-E.b < 0.9 Rprot11-partGPM.6 Calcul des ratios de fermeture des PM dans Th-E Pour évaluer le confort d’été.b= 0.b=1 Rprot11-partGPM. on pose Tlimax. les premières protections mobiles sont supposées entièrement descendues en occupation comme en inoccupation (sauf si le taux de transmission lumineuse des baies avec volets ou stores enroulables est trop faible et nécessite que certaines protections mobiles soient relevées pour le confort visuel).b = Tliap.b (379) 2) Pour les premières protections mobiles de type store vénitien (Type-PM=3).3.b= 1 Si Tlimax. Rprot2. 0 Pour les premières protections mobiles de type volet ou store enroulable (Type-PM=1 ou 2).b) (380) Si Tlimax.b=0 (382) (381) Rappel : dans les règles Th-E.13.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. 286 . à travers la baie vitrée et du rayonnement froid vers la voûte céleste Calcul des flux lumineux transmis au groupe à travers la baie vitrée La possible installation de stores vénitiens en tant que protections mobiles impose de tenir compte de la hauteur du soleil et de la séparation en direct-diffus-réfléchi des flux solaires et lumineux incidents.14.1 INTRODUCTION Cette fiche algorithme décrit les paramètres d’une baie vitrée et les calculs effectués au niveau de la baie.14 C_BAT_Baie vitrée 7. à savoir : • • • Calcul du coefficient de transmission thermique Calcul des rayonnements solaires globaux transmis au groupe.

horiz.b becl.vert. Proche Description Rayonnement direct incident Rayonnement diffus incident Rayonnement réfléchi incident Eclairement direct incident Eclairement diffus incident Eclairement réfléchi incident Coefficient de réduction des déperditions thermique dû à la présence de l’espace tampon i sur la baie vitrée b Coefficient de réduction de l’éclairement dû à la présence de l’espace tampon i sur la baie vitrée b Coefficient de réduction des flux solaires dû à la présence de l’espace tampon i sur la baie vitrée b Indicateur de présence d’un espace tampon sur la baie vitrée b (0-pas d’espace tampon / 1présence d’un espace tampon) Pourcentage de la surface des baies appartenant aux locaux réellement occupés d’un groupe en période d’occupation Position de la première protection mobile lorsque la baie vitrée b appartient au pourcentage «partGPM » des baies du groupe (0 – ouverte.b IdET Espaces tampons partGPM - Gestion des PM Rprot1partG PM. Entrées du composant Nom Drp* Env.b Usp.14.2 NOMENCLATURE Le Tableau 40 donne la nomenclature des différentes variables du modèle de baie vitrée. - 287 .i.i. 1 – fermée) Position de la seconde protection mobile de la baie vitrée b (0 – ouverte.b - Rprot11partGPM.b - Rprot2.horiz.i. 1 – fermée) Position de la première protection mobile lorsque la baie vitrée b appartient au pourcentage « 1partGPM » des baies du groupe (0 – ouverte.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. 1 – fermée) Hauteur du soleil corrigée Densité de flux de chaleur de l’environnement extérieur vers la voûte céleste.b Uap. compte tenu de l’inclinaison de la paroi Unité W/m² W/m² W/m² lux lux lux - Dfp* Rrp* Erp* Efp* Errp* btherm.b Description Indice indiquant qu’il s’agit de la baie vitrée b Coefficient de transmission thermique de la baie vitrée verticale b sans protection mobile en place Coefficient de transmission thermique de la baie vitrée horizontale b sans protection mobile en place Coefficient de transmission thermique de la baie vitrée verticale b avec protection mobile en place Coefficient de transmission thermique de la baie vitrée horizontale b avec protection mobile en place Unité W/m²K W/m²K W/m²K W/m²K Min 0 0 0 0 Max +∞ +∞ +∞ +∞ Conv.b Uap.b γ’ Météo ° W/m² Qer* Paramètres intrinsèques du composant Nom b Usp.b bsolaire.vert.

b d’onde + convective.b d’onde (directe).b 0 1 d’onde (directe).b incident direct transmis sous forme diffuse de la 0 1 baie vitrée b sans protections mobiles en place Pour les baies avec PM de type volets ou stores enroulables en place Facteur solaire. pour le calcul de Tic Facteur de transmission lumineuse global de la Tliap. de la baie vitrée b sans 0 1 Sw1sp-c. pour le calcul de Tic Facteur solaire. de la baie vitrée b avec 0 1 protection mobile en place.b baie vitrée b sans protections mobiles en place 0 1 (=Tldsp.b 0 1 d’onde (directe). de la baie vitrée b sans 0 1 protections mobiles en place.b protection mobile en place. de la baie vitrée b sans 0 1 protections mobiles en place.b 0 1 protections mobiles en place. pour le calcul de Tic Facteur solaire. composante liée à la lame d’air intérieure ventilée. composante grande longueur Sw2ap-e. de la baie vitrée b sans protections mobiles en place. composante grande longueur Sw2ap-c.b d’onde + convective. pour le calcul de Cep Facteur solaire.b protections mobiles en place. pour le calcul de Cep Facteur solaire.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Pour la baie sans protections mobiles en place Facteur solaire. pour le calcul de Cep Facteur solaire. composante liée à la lame d’air Sw3sp-e. pour le calcul de Cep Facteur solaire. de la baie vitrée b avec 0 1 protection mobile en place. pour le calcul de Cep Facteur solaire. composante courte longueur Sw1ap-e.b intérieure ventilée. de la baie vitrée b sans Sw3sp-c. pour le calcul de Cep Facteur solaire.b 0 1 diffuse de la baie vitrée b avec protection mobile en place Pour les baies avec protections mobiles de type stores vénitiens en place Matrice des facteurs solaires dans le cas général M_Sw_BC pour les stores vénitiens pour le calcul des consommations Matrice des facteurs solaires dans le cas général M_Sw_E pour les stores vénitiens. composante courte longueur d’onde (directe). composante courte longueur Sw1sp-e. de la baie vitrée b avec protection mobile en place. composante courte longueur Sw1ap-c. de la baie vitrée b avec protection mobile en place. composante grande longueur d’onde + convective. pour le calcul de confort d’été M_Tl_BCE Matrice des facteurs de transmission lumineuse - - - - - - - - - - - - - - - - 288 . composante liée à la lame d’air intérieure ventilée. pour le calcul de Tic Facteur de transmission lumineuse global de la Tlisp. composante grande longueur Sw2sp-e.b) Facteur de transmission lumineuse du flux Tlidsp. pour le calcul de Tic Facteur solaire. de la baie vitrée b sans Sw2sp-c.b intérieure ventilée.b 0 1 d’onde + convective.b 0 1 protections mobiles en place. composante liée à la lame d’air 0 1 Sw3ap-c. pour le calcul de Tic Facteur solaire.b 0 1 baie vitrée b avec protection mobile en place Facteur de transmission lumineuse du flux lumineux incident direct transmis sous forme Tlidap. de la baie vitrée b avec protection mobile en place. de la baie vitrée b avec 0 1 Sw3ap-e.

pour les règles Th-BCE si la gestion est « position fixe » Facteur solaire du rayonnement incident direct. composante courte longueur d’onde (directe). de la baie vitrée b avec protection mobile en place. pour les règles Th-BCE si la gestion est suntracking Matrice des facteurs solaires pour les stores vénitiens. composante grande longueur d’onde + convective. pour les règles Th-E si la gestion est suntracking Matrice des facteurs de transmission lumineuse pour les stores vénitiens. de la baie vitrée b avec protection mobile en place. de la baie vitrée b avec protection mobile en place. pour une inclinaison des lames du store vénitien αSV donnée. pour une hauteur du soleil γ et une inclinaison des lames du store vénitien αSV données. composante courte longueur d’onde (directe).b(αSV) - 0 1 - Sw1ap_dire. composante courte longueur d’onde (directe). composante courte longueur d’onde (directe). composante courte longueur d’onde (directe).b(αSV) - 0 1 - Sw1ap_refe. pour une inclinaison des lames du store vénitien αSV donnée.b(αSV. pour les règles Th-BC si la gestion est suntracking Matrice des facteurs solaires pour les stores vénitiens.b(αSV. composante grande longueur d’onde + convective. . pour le calcul de Cep Facteur solaire du rayonnement incident direct.b(αSV) - 0 1 - Sw2ap_dirc. de la baie vitrée b avec protection mobile en place.b(αSV. pour les règles Th-BC si la gestion est « position fixe » Matrice des facteurs solaires pour les stores vénitiens.b(αSV) - 0 1 - 289 .γ’) - 0 1 - Sw2ap_difc.Méthode de calcul Th-BCE 2012 pour les stores vénitiens dans le cas général Matrice des facteurs solaires pour les stores vénitiens. pour le calcul de Cep M_suntrac king_Sw_ BC M_suntrac king_Sw_ E M_suntrac king_Tl_B CE M_fixe_S w_BC M_fixe_S w_E M_fixe_Tl _BCE - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - Sw1ap_dirc. pour une inclinaison des lames du store vénitien αSV donnée. pour le calcul de Tic Facteur solaire du rayonnement incident direct. de la baie vitrée b avec protection mobile en place. pour une hauteur du soleil γ et une inclinaison des lames du store vénitien αSV données.γ’) - 0 1 - Sw1ap_difc.b(αSV) - 0 1 - Sw1ap_refc. pour le calcul de Tic Facteur solaire du rayonnement incident réfléchi. pour une inclinaison des lames du store vénitien αSV donnée. pour le calcul de Cep Facteur solaire du rayonnement incident diffus. de la baie vitrée b avec protection mobile en place. pour les règles Th-E si la gestion est « position fixe » Matrice des facteurs de transmission lumineuse pour les stores vénitiens. de la baie vitrée b avec protection mobile en place. pour le calcul de Cep Facteur solaire du rayonnement incident réfléchi. pour une hauteur du soleil γ et une inclinaison des lames du store vénitien αSV données pour le calcul de Tic Facteur solaire du rayonnement incident diffus.γ’) - 0 1 - Sw1ap_dife. de la baie vitrée b avec protection mobile en place. composante courte longueur d’onde (directe). pour le calcul de Cep Facteur solaire du rayonnement incident diffus. pour une inclinaison des lames du store vénitien αSV donnée.

pour le calcul de Tic Facteur solaire du rayonnement incident réfléchi.b(αSV. pour le calcul de Tic Facteur solaire du rayonnement incident diffus. pour le calcul de Tic Facteur solaire du rayonnement incident réfléchi. pour une inclinaison des lames du store vénitien αSV donnée. pour une inclinaison des lames du store vénitien αSV donnée. composante grande longueur d’onde + convective.b(αSV) - 0 1 - Tliap_dir. pour le calcul de Tic Facteur de transmission lumineuse global du flux incident direct de la baie vitrée b avec protection mobile en place.b(αSV) - 0 1 - Sw3ap_refe. pour le calcul de Cep Facteur solaire du rayonnement incident diffus.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Facteur solaire du rayonnement incident réfléchi. Facteur de transmission lumineuse du flux incident direct transmis sous forme diffuse pour la baie vitrée b avec protection mobile en place.γ’) - 0 1 - Tlidap_dir. de la baie vitrée b avec protection mobile en place. de la baie vitrée b avec protection mobile en place. pour le calcul de Cep Facteur solaire du rayonnement incident réfléchi.b (αSV.b(αSV. pour le calcul de Tic Facteur solaire du rayonnement incident direct.b(αSV) - 0 1 - Sw2ap_refe. pour une hauteur du soleil γ et une inclinaison des lames du store vénitien αSV données. pour une inclinaison des lames du store vénitien αSV donnée. de la baie vitrée b avec protection mobile en place. pour le calcul de Cep Facteur solaire du rayonnement incident direct. de la baie vitrée b avec protection mobile en place.b(αSV) - 0 1 - Sw3ap_dirc.γ’) - 0 1 - Sw2ap_dife. pour une inclinaison des lames du store vénitien αSV donnée. pour le calcul de Tic Facteur solaire du rayonnement incident diffus. composante liée à la lame d’air intérieure ventilée. composante liée à la lame d’air intérieure ventilée.γ’) - 0 1 - Sw3ap_dife. pour une inclinaison des lames du store vénitien αSV donnée. de la baie vitrée b avec protection mobile en place. pour une hauteur du soleil γ et une inclinaison des lames du store vénitien αSV données. pour une hauteur du soleil γ et une inclinaison des lames du store vénitien αSV données. de la baie vitrée b avec protection mobile en place.b(αSV) - 0 1 - Sw3ap_dire.b(αSV) - 0 1 - Sw3ap_refc. composante grande longueur d’onde + convective.pour le calcul de Cep Facteur solaire du rayonnement incident direct. pour une hauteur du soleil γ et une inclinaison Sw2ap_refc. composante grande longueur d’onde + convective.γ’) - 0 1 - Sw3ap_difc. pour une inclinaison des lames du store vénitien αSV donnée. composante liée à la lame d’air intérieure ventilée.b (αSV. composante liée à la lame d’air intérieure ventilée. pour une hauteur du soleil γ et une inclinaison des lames du store vénitien αSV données. composante grande longueur d’onde + convective. composante liée à la lame d’air intérieure ventilée. de la baie vitrée b avec protection mobile en place. de la baie vitrée b avec protection mobile en place.b(αSV) - 0 1 - Sw2ap_dire. pour une inclinaison des lames du store vénitien αSV donnée.γ’) - 0 1 290 . composante liée à la lame d’air intérieure ventilée. de la baie vitrée b avec protection mobile en place.b(αSV. de la baie vitrée b avec protection mobile en place.

Facteur de transmission lumineuse du flux incident réfléchi transmis sous forme diffuse de la baie vitrée b avec protection mobile en place. sous forme d’angle en ° (0° pour le sud. Facteur de transmission lumineuse global du flux incident diffus de la baie vitrée b avec protection mobile en place. Unité m² ° ° Min 0 0 0° 0 Max +∞ 360 90° 3 Conv.b (αSV) - 0 1 - Tli2. =3 si gestion manuelle motorisée) Type de gestion de la première protection mobile de type stores vénitiens (=1 si gestion sun-tracking. Tldap_dif. 270° l’est. - α. pour une inclinaison des lames du store vénitien αSV donnée. pour une inclinaison des lames du store vénitien αSV donnée.b (αSV) - 0 1 - Tlidap_ref. =2 si gestion manuelle non motorisée. Ne sert que pour le calcul de la Ticréf.b Tlid2. 90° : verticale) Type de protection mobile 1 (0-pas de PM / 1volet / 2-store enroulable / 3-store venitien) Type de gestion de la première protection mobile de type volets ou stores enroulables (=1 si automatique avec dérogation.b Swsp-e. et 180° le nord).b Description Ratio de protection de la baie vitrée b Unité - Swsp-c.Méthode de calcul Th-BCE 2012 des lames du store vénitien αSV données.b βb Type-PM Type-GPM - 1 3 TypeGPM-sv - 1 3 αSV PM2 loc_occ_pas s ° bool - 0 faux 90° vrai 1 0 Variables internes Nom Rprot. 90° l’ouest. =2 si gestion manuelle-position fixe des lames. pour une inclinaison des lames du store vénitien αSV donnée. =3 si gestion automatique 45°) Inclinaison des lames du store vénitien (0° : lames horizontales .b Facteur solaire global protections mobiles en Facteur solaire global protections mobiles en de la baie vitrée place pour le calcul de la baie vitrée place pour le calcul b sans du Cep b sans du Tic - 291 .b (αSV) - 0 1 - Tldap_ref. 90° : lames verticales) Présence d’une seconde protection mobile Position de la baie dans son local (= 0 si la baie dans local à occupation passagère / = 1 si la baie est hors local à occupation passagère). Facteur de transmission lumineuse global du flux incident réfléchi de la baie vitrée b avec protection mobile en place. Inclinaison de la baie vitrée b (0° : horizontale vers le haut .b Pour la baie avec l’éventuelle seconde protection mobile Facteur de transmission lumineuse global de la baie vitrée b avec la seconde protection mobile 0 en place Facteur de transmission lumineuse du flux incident direct transmis sous forme diffuse de la 0 baie vitrée b avec la seconde protection mobile en place 1 1 Paramètres d’intégration du composant Nom Ab Description Surface de la baie vitrée b Orientation de la baie d’indice b.

composante grande longueur d’onde + convective. pour le calcul de Cep Facteur solaire du rayonnement incident réfléchi. de la baie vitrée b avec protection mobile en place.b - Sw1ap_dire.b - 292 . de la baie vitrée b avec protection mobile en place. composante courte longueur d’onde (directe). de la baie vitrée b avec protection mobile en place. de la baie vitrée b avec protection mobile en place.b - Sw2ap_dire. pour le calcul de Tic Facteur solaire du rayonnement incident diffus.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Facteur solaire global de la baie vitrée b avec protection mobile en place pour le calcul du Cep Facteur solaire global de la baie vitrée b avec première protection mobile en place pour le calcul du Tic Facteur de transmission lumineuse global de la baie vitrée b sans protections mobiles en place (=Tlisp. de la baie vitrée b avec protection mobile en place. pour le calcul de Tic Facteur solaire du rayonnement incident réfléchi. composante liée à la lame d’air intérieure ventilée.b - Sw2ap_difc. pour le calcul de Tic Facteur solaire du rayonnement incident réfléchi.b - Sw2ap_dife. pour le calcul de Tic Facteur solaire du rayonnement incident direct.b - Sw2ap_refe.b Swap-e.b Tldsp. pour le calcul de Cep Facteur solaire du rayonnement incident diffus. composante grande longueur d’onde + convective. de la baie vitrée b avec protection mobile en place.b - Sw1ap_refc. pour le calcul de Tic Facteur solaire du rayonnement incident direct. composante courte longueur d’onde (directe). pour le calcul de Tic Facteur solaire du rayonnement incident diffus.b - Sw3ap_difc.b - Sw2ap_refc. de la baie vitrée b avec protection mobile en place. composante courte longueur d’onde (directe). composante courte longueur d’onde (directe). de la baie vitrée b avec protection mobile en place. Jeu de variables internes Facteur solaire du rayonnement incident direct. pour le calcul de Cep Facteur solaire du rayonnement incident diffus. pour le calcul de Cep Facteur solaire du rayonnement incident direct. composante liée à la lame d’air intérieure - Swap-c. composante courte longueur d’onde (directe). composante grande longueur d’onde + convective. de la baie vitrée b avec protection mobile en place.b - Sw1ap_dife.b - Sw2ap_dirc. pour le calcul de Cep Facteur solaire du rayonnement incident diffus.b - Sw1ap_difc. pour le calcul de Cep Facteur solaire du rayonnement incident direct.b - Sw3ap_dirc.b - Sw1ap_dirc. composante grande longueur d’onde + convective. de la baie vitrée b avec protection mobile en place. composante grande longueur d’onde + convective.b) pour l’éclairement incident diffus. de la baie vitrée b avec protection mobile en place. pour le calcul de Cep Facteur solaire du rayonnement incident réfléchi. composante grande longueur d’onde + convective. de la baie vitrée b avec protection mobile en place. composante courte longueur d’onde (directe). de la baie vitrée b avec protection mobile en place.b - Sw1ap_refe.

b Tliisp.b Sw3ap_refe. de la baie vitrée b avec protection mobile en place. composante liée à la lame d’air intérieure ventilée. pour le calcul de Tic Facteur de transmission lumineuse global du flux incident direct de la baie vitrée b avec protection mobile en place Facteur de transmission lumineuse du flux incident direct sous forme diffuse de la baie vitrée b avec protection mobile en place Facteur de transmission lumineuse global du flux incident diffus de la baie vitrée b avec protection mobile en place Facteur de transmission lumineuse global du flux incident réfléchi de la baie vitrée b avec protection mobile en place Facteur de transmission lumineuse du flux incident réfléchi par le sol sous forme directe.b Tliiap_ref.b Description Rayonnement solaire global atteignant la baie vitrée b Facteur de transmission thermique global pour la baie vitrée b entre les environnements intérieurs et extérieurs Coefficient de transmission thermique de la baie vitrée b sans protections mobiles en place Coefficient de transmission thermique de la baie vitrée b avec première protection mobile en place Unité W/m² W/K W/m²K W/m²K Hges. pour le calcul de Cep Facteur solaire du rayonnement incident réfléchi. de la baie vitrée b avec protection mobile en place. pour le calcul de Cep Facteur solaire du rayonnement incident direct.b Sw3ap_dire. composante liée à la lame d’air intérieure ventilée. pour le calcul de Tic Facteur solaire du rayonnement incident réfléchi.b Sorties Nom * I sr .b Tlidap_ref.b Tldap_ref. de la baie vitrée b avec protection mobile en place.Méthode de calcul Th-BCE 2012 ventilée. transmis sous forme directe de la baie vitrée b avec protection mobile en place Facteur de transmission lumineuse du flux incident direct transmis sous forme directe de la baie vitrée b avec la seconde protection mobile en place Sw3ap_refc. de la baie vitrée b avec protection mobile en place. pour le calcul de Tic Facteur solaire du rayonnement incident diffus.b Usp.b Tlidap_dir.b Sw3ap_dife.b Tlii2. composante liée à la lame d’air intérieure ventilée. transmis sous forme diffuse de la baie vitrée b avec protection mobile en place Facteurs de transmission lumineuse calculés (direct en direct) Facteur de transmission lumineuse du flux incident direct transmis sous forme directe de la baie vitrée b sans protections mobiles en place Facteur de transmission lumineuse du flux incident direct transmis sous forme directe de la baie vitrée b avec protection mobile en place Facteur de transmission lumineuse du flux incident réfléchi par le sol.b 293 . de la baie vitrée b avec protection mobile en place. composante liée à la lame d’air intérieure ventilée.b Tliiap_dir.b Uap.b Tldap_dif.b Tliap_dir.

b Flt3. 25. et 180° le nord).0 30 60 0 Tableau 40 : Nomenclature des différentes variables du modèle de baie vitrée 294 .b W lumen lumen lumen m2 ° α.b W Fs2. 270° l’est.b Constantes Nom he β1 β2 flf. b Description Coeff. 90° l’ouest. sous forme d’angle en ° (0° pour le sud.b Rouvmax.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Flux de chaleur transmis par la baie vitrée b au groupe sous forme de rayonnement de courte longueur d’onde Flux de chaleur transmis par la baie vitrée b au groupe sous forme de rayonnement de grande longueur d’onde et d’échange convectif Flux de chaleur transmis par la baie vitrée b au groupe à travers la lame d’air intérieure ventilée (lame d’air se situant entre la baie vitrée et la protection solaire intérieure) Flux transmis dû au rayonnement froid vers la voute céleste Flux lumineux transmis au groupe par la baie vitrée b.b Flt1.b Aouvmax.b W Ftvc. Fs1.b Flt2. d’échange global (convectif+radiatif) extérieur Inclinaison de la baie vitrée b en-dessous de laquelle on considère la baie horizontale Inclinaison de la baie vitrée b au-dessus de laquelle on considère la baie verticale Facteur de perte solaire de la baie vitrée b Ratio d’ouverture maximale de la baie vitrée b sur la surface totale en tableau Unité W/m²K ° ° - Min 0 0 0 Max +∞ 1 1 Conv.b W Fs3. sous forme directe Flux lumineux transmis au groupe par la baie vitrée b sous forme diffuse Flux lumineux transmis au groupe par la baie vitrée b sous forme réfléchie Surface d’ouverture maximale de la baie b Orientation de la baie d’indice b.

* b b b (383) 7.* + Rrp .1 Structure des calculs 7.14. Il est convenu que les baies vitrées ne peuvent donner que sur des espaces tampons vitrés.14.2 Calcul des rayonnements solaires globaux Le rayonnement solaire global atteignant la baie vitrée b (avec ou sans protections mobiles) s’écrit : * I sr .3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE 7.3.* + Dfp .3.14. 295 . Pour le calcul de confort d’été (le mode Th-E équivaut aux modes Th-EB et Th-EC). les espaces tampons ne sont pas pris en compte.14.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.b = Drp .3 Présence d’un espace tampon Un espace tampon peut être accolé à la baie de surface totale Ab. La présence d’un espace tampon aura pour conséquence de modifier les flux solaire et lumineux incidents ainsi que les déperditions thermiques de la baie.3.

pour la baie sans protections mobiles : . b β 2 − β1 (384) . b = U sp.si β1 ≤ β < β 2 .b est calculé par interpolation linéaire entre la position horizontale et la position verticale U sp.si β1 ≤ β < β 2 . horiz.b ) sont calculés en tenant compte de l’inclinaison de la baie.si β2 ≤ β ≤ 90° . le coefficient de transmission thermique U ap. vert.b Uhoriz. b . b ( β ) = U ap. b Le principe est le même pour la baie avec protections mobiles : . vert.b et U ap.4. vert.b est calculé par interpolation linéaire entre la position horizontale et la position verticale U ap. b 296 . b β 2 − β1 (385) . la baie est supposée horizontale U sp. sur le principe du schéma suivant Usp. b − β 1 ⋅ U ap.1 Calcul des coefficients de transfert thermique Uap.b Inclinaison β de la baie b par rapport à l’horizontale β = 0° β1 = 30° β 2 = 60° Figure 59 : Evolution du coefficient de transmission thermique de la baie en fonction de son inclinaison Où β est l’angle. la baie est supposée verticale U sp. horiz. b = U sp.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. la baie est supposée verticale U ap.si 0° ≤ β < β1 .4 Calcul du coefficient de transfert thermique global 7. b − β 1 ⋅ U sp. b = U ap.b et Usp.si 0° ≤ β < β1 .b Uvert. Autrement dit. entre l’horizontale et le plan de la baie. horiz. vert. vert.si β2 ≤ β ≤ 90° .3.14.3. b β 2 − β1 ⋅β + β 2 ⋅ U ap. b β 2 − β1 ⋅β + β 2 ⋅ U sp.b ou Uap. b − U sp. horiz.14. b ( β ) = U sp.horiz.b Les coefficients de transmission thermique sans et avec protections mobiles ( U sp. b = U ap. le coefficient de transmission thermique U sp. b . b − U ap.horiz. vert. exprimé en degré. la baie est supposée horizontale U ap.

b ) ⋅ U ap. 297 .Rprot1Part_GPM (1-PartGPM) .b ) ⋅ U sp. est calculé de la manière suivante : • si la gestion de la protection mobile est manuelle (387) C’est-à-dire si type-GPM=2 ou si type-GPM=3 ou si type-GPM-sv=2 Hg es.b + (1 − Rprot1partGPM.b.b ⋅ U ap.b Le ratio de fermeture de la baie b par la première protection mobile s’exprime .3.s’il n’y a pas de protection mobile (type-PM=0) Rprot 1 partGPM . on gardera la convention suivante : une paroi est dite verticale lorsque l’angle de cette paroi avec le plan horizontal (β) est égal ou supérieur à 60 degrés.Part_GPM C’est-à-dire si type-GPM=1 ou si type-GPM-sv=1 ou si type-GPM-sv=3.b (386) Le coefficient de transfert thermique global pour la baie vitrée entre les environnements intérieur et extérieur. soit en dérogation manuelle) GROUPE APPARTENANT A UNE ZONE OCCUPEE PartGPM .b ⋅ U ap.b +  Hg es.b = A b ⋅ b therm. b ) • si la gestion de la protection mobile est automatique.b ) ⋅ U sp.b ⋅   (1 − part GPM ) ⋅ U ap.b = A b ⋅ b therm.si 0 ≤ Rprot11-partGPM. b ⋅ (1 − Rprot ( . (la gestion est soit automatique.b    ( ) (388) . part GPM ⋅ Rprot1partGPM.b = Rprot 11− partGPM .14.Rprot11. b = part GPM ⋅ Rprot 1 partGPM .b +  Hg es.b + (1 − part GPM ) ⋅ Rprot 11− partGPM . elle est dite horizontale lorsque cet angle est inférieur à 60 degrés.si Rprot11-partGPM.4. b + (Rprot . Pour la suite des calculs.Gestion en dérogation manuelle .2 Calcul du coefficient Hges. Hges.s’il y a une protection mobile (type-PM≠0) Rprot . b < 1 part GPM ⋅ Rprot1partGPM.b =0 .b = 1 .b    ( ) Note : l’inclinaison de la baie n’a d’impact que sur le coefficient de transmission thermique. .b + (1 − Rprot1partGPM.b ) ⋅ U sp.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.Gestion automatique .b ⋅   (1 − part GPM ) ⋅ U sp. b = A b ⋅ b therm.

3.14.1 Jeu de variables internes La création d’un jeu de variables internes simplifiées (cf. permet d’alléger les notations pour la partie de la baie avec protections mobiles en place. RprotpartGPM caractérise le pourcentage de protections mobiles entièrement descendues alors qu’en gestion automatique RprotpartGPM caractérise le pourcentage de la surface totale de baies couvertes.5.7 298 .3. utilisé notamment pour le calcul des flux solaires et lumineux transmis au groupe.6 et 7.14.14. ci-dessous.3. Flux incidents -> Composante 1 -CLO Composante 2 – GLO+convectif Composante 3 -lame d’air ventilée Direct Sw1ap_dir-c Sw2ap_dir-c Diffus Sw1ap_dif-c Sw2ap_dif-c Réfléchi Sw1ap_ref-c Sw2ap_ref-c Sw3ap_dir-c Sw3ap_dif-c Sw3ap_ref-c Tableau 41 : Facteurs solaires pour Th-BC Flux incidents -> Composante 1 -CLO Composante 2 – GLO+convectif Composante 3 -lame d’air ventilée Direct Sw1ap_dir-e Sw2ap_dir-e Sw3ap_dir-e Diffus Sw1ap_dif-e Sw2ap_dif-e Sw3ap_dif-e Réfléchi Sw1ap_ref-e Sw2ap_ref-e Sw3ap_ref-e Tableau 42 : Facteurs solaires pour Th-E Direct Facteur global Part direct -> diffus Diffus Tldap_dif Réfléchi Tliap_ref Tlidap_ref Tliap_dir Tlidap_dir Tableau 43 : Facteurs de transmission lumineuse pour Th-BCE Ces paramètres sont utilisés aux paragraphes 7.5 Création d’un jeu de variables simplifiées La création d’un jeu de variables internes. uniquement pour la partie de la baie avec protections mobiles) facilite la suite des calculs.14.3. Note 3 : en gestion manuelle. 7.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Note 2 : une orientation est attribuée aux parois horizontales afin de leur associer les masques lointains correspondants. 7.

les coefficients de la matrice ne dépendent pas de la hauteur du soleil γ’. Tli_ap_dir.Pour Th-BC. Sw2ap_dir-c. En gestion « position fixe » Si la gestion des stores vénitiens est de type « position fixe » (type-GPM-sv=2 et type-GPMsv=3). Hypothèse : la baie accueillant un store vénitien ne peut être que verticale (β = 90°) .Pour Th-E. on impose : αSV = 90° (conventionnel) Les lames étant verticales.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.3.b et Sw3ap_dir-c.14.3. les coefficients de la matrice ne dépendent pas de la hauteur du soleil γ’.3.b. Les autres coefficients de la matrice sont constants .5.Pour Th-BC.5. . on impose : αSV = 45° pour tous les coefficients.5. on impose : αSV = 90° γ’ pour tous les coefficients .b et Tlid_ap_dir.2.2 Entrées Pour les règles Th-BCE 2012.la hauteur du soleil corrigée γ’ . 7. Sw1ap_dir-c. 7.14.les valeurs de facteurs solaires et de taux de transmission lumineuse (dépendants de la hauteur du soleil et de l’inclinaison des lames) sont issues des matrices suivantes : En gestion « suntracking » Les données d’entrée se résument alors aux cases colorées ci-dessous : 299 . dans un cadre réglementaire. les entrées sont .b.1 Hypothèses Th-BCE 2012 En gestion « sun tracking » Si la gestion des stores vénitiens est de type « sun tracking » (type-GPM-sv=1). .2 Traitement des données des stores vénitiens – préprocesseur Th-BCE 2012 Ce paragraphe a pour objectif le calcul des composantes du facteur solaire et du taux de transmission lumineuse lorsque la protection mobile est de type store vénitien.b ne dépendent que de la hauteur du soleil γ’.Pour Th-E. Le principe est d’attribuer à chaque variable interne l’entrée utilisateur correspondante.2. la position des lames est fixe. on impose : αSV = 90° (conventionnel) Les lames étant verticales.le type de gestion (sun tracking ou position fixe) .14. on fait l’hypothèse que les lames restent perpendiculaires au rayonnement solaire incident.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 Facteurs solaires pour Th-BC 2012 (matrice M_suntracking_Sw_BC) Facteurs solaires pour Th-E (matrice M_suntracking_Sw_E) Facteurs de transmission lumineuse pour Th-BC et pour Th-E (matrice M_suntracking_Tl_BCE) En « position fixe » Les données d’entrée se résument alors aux cases colorées ci-dessous : 300 .

. avec γ’ . } Sw1ap_dir-c. . γ’) Sw2ap_dif-c.14. . avec γ’ ∈ {0. 15.3. 45.en gestion « suntracking ». 30.b = Sw2ap_dif-c.b (αSV) Sw1ap_ref-c.3 Calculs des facteurs solaires et des facteurs de transmission lumineuse Les facteurs solaires et les facteurs de transmission lumineuse s’écrivent comme suit. 60. γ’) Sw1ap_dif-c.b (αSV) Sw2ap_ref-c.b (αSV. .b = Sw1ap_dir-c.2.b (αSV.b = Sw2ap_ref-c.5.b (αSV) 301 .b = Sw2ap_dir-c. .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Facteurs solaires pour Th-BC 2012 (matrice M_fixe_Sw_BC) Facteurs solaires pour Th-E 2012 (matrice M_fixe_Sw_E) Facteurs de transmission lumineuse pour Th-BC et pour Th-E (matrice M_fixe_Tl_BCE) 7.b (αSV) (389) Sw2ap_dir-c. Dans Th-BC.b = Sw1ap_ref-c.b = Sw1ap_dif-c.en « position fixe ». 75} et αSV = 90° γ’ - ∈ {0° 15° 30° 45° 60° 75° et αSV = 45° .

b = Sw1ap_ref-e. Cependant. Sw1ap_dir-e.b = Sw2ap-c.b. Tlidap_dir.b Sw2ap_dir-e.b = Tlidap_ref.b = Sw1ap-e. on pose Sw1ap_dir-c.b = Sw2ap_ref-c.b (αSV) Tliap_dir. Sw3ap_ref-e.b. afin de pouvoir utiliser les équations décrites ci-après.b Sw2ap_dir-e.b Sw3ap_dir-e. Sw1ap_dif-e.b (αSV) Sw3ap_ref-c.b (αSV. Sw3ap_dif-e. les lames sont conventionnellement verticales (αSV = 90° Les taux de transmission lumineuse ne dépendent donc pas de la hauteur du soleil.b = Sw2ap_dif-c.b = Sw2ap-e.b = Sw3ap-e. γ’) Tlidap_ref.b = Sw3ap_dir-c.b.b.b (αSV.5.b. Dans ce cas.b. diffus et réfléchis.b (390) 7. γ’) Tldap_dif.b (αSV) ).b (αSV) Tlidap_dir.3.b. cette répartition devient nécessaire.b = Sw1ap_dif-c.b.b (αSV) Tldap_ref.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Sw3ap_dir-c.b = Sw3ap_dif-c.b = Tldap_dif.b = Sw2ap_ref-e.b = Sw3ap_dif-c. les données d’entrées ne font pas la distinction entre les rayonnements et flux lumineux incidents directs.b Sw1ap_dir-e.b = Tliap_dir.b = Tldap_ref. γ’) Sw3ap_dif-c.14.b.b Sw2ap_dir-c. Tlidap_ref.b = Sw3ap_ref-c.b = Sw3ap_ref-c.b = Sw3ap-c.b Tliap_dir.b = Sw1ap-c.b. Tldap_ref. Dans Th-E.b (391) 302 .3 Traitement des données des protections mobiles autres que stores vénitiens Dans le cas où les protections mobiles ne sont pas de type stores vénitiens (de type volets ou stores enroulables).b Sw3ap_dir-e.b = Sw3ap_ref-e.b Sw3ap_dir-c. Sw2ap_ref-e.b = Sw1ap_dif-e.b = Tlidap_dir. Sw1ap_ref-e.b = Sw2ap_dif-e. Tldap_dif.b (αSV.b = Sw3ap_dif-e.b = Sw1ap_ref-c. Les variables internes ci-dessous sont donc directement égales aux paramètres intrinsèques. Sw2ap_dif-e.

b =Sw2 ap_ref.b (où Swap-c.b=Sw1ap_dif. les facteurs solaires et les facteurs de transmission lumineuse sont identiques pour les trois flux incidents (solaires ou lumineux) direct.b et Swsp-e.b = Tld ap_dif. Dans Th-BC.b+Sw3sp-c.b =Sw1 ap_ref.b =Tldap_ref.b = Tldap_dif.b = Swap-e.b) Dans Th-BC.b+Sw2ap-e. Swap-c. la valeur par défaut du facteur solaire global de la partie de la baie sans protections mobiles est inférieure de 0.b=0 (395) (394) (393) (392) 303 . égale au facteur solaire dans Th-E.b+Sw3sp-e. pouvant faire référence aux règles Th-S.b = Tld ap_ref.b= Tlidap.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Tliap_dir.14. la valeur du facteur solaire global de la partie de la baie avec protection mobile est.b =Tlidap_ref.4 Valeurs par défaut Les valeurs par défaut.b Sw2 ap_dir.b Tli ap_dir.b=Sw1ap-e. se calculent conformément aux règles Th-S.b+Sw2ap-c.b+Sw3ap-e.b =Sw3 ap_ref.b Sw3 ap_dir.b Par défaut.b+Sw2sp-e.5.b+Sw2sp-c. Sw1ap_dir. par convention. pour les parties de la baie avec ou sans protections mobiles.0.b =Sw3 ap_dif.b 7.1 au facteur solaire dans Th-E. sont écrites ci-dessous pour les protections mobiles autres que les stores vénitiens. Pour la partie de la baie avec protection mobile.b et Swap-e.b = Tliap.b = Tlidap_ref.b =Sw2 ap_dif.b=0 Tlidap_dir.b = Swsp-e.b) La décomposition du facteur solaire en trois composantes Sw1 / Sw2 / Sw3.b Tlidap_dir.3. diffus et réfléchi.b=Sw1sp-e.1 (où Swsp-c.b .b=Sw1sp-c. Swsp-c.b+Sw3ap-c. les taux de transmission lumineuse du flux incident direct transmis sous forme diffuse sont nuls pour les parties avec ou sans protection mobile de la baie vitrée Tlidsp.b=Sw1ap-c.

b + R prot.b ⋅ Dfp *. b ⋅ Rrp * .b + R prot.b ( ) (397) • Flux de chaleur transmis par la baie vitrée au groupe à travers la lame d’air intérieure ventilée (lame d’air se situant entre la baie vitrée et la protection solaire intérieure) : Fs3.b   * ⋅  1 − R prot.b ⋅ I sr . b ⋅ Sw2 sp.b +     Sw1ap_dif.b +      Sw2 ap_ref.b U ap.b     (398) • Flux de chaleur transmis au groupe à travers la baie vitrée b. le flux de chaleur transmis au groupe à travers la baie vitrée b.b +     ⋅  Sw2 ap_dif. Note 2 : en présence d’un espace tampon.b     (396) Flf. b ⋅ Drp *. le calcul des flux de chaleur transmis au groupe s’effectue de la même manière.6 Calcul des flux de chaleur transmis au groupe par la baie vitrée b Quelque soit le type de protections mobiles. Il est supposé nul. sont transmis au groupe sous forme de trois flux de chaleur : • Flux de chaleur transmis par la baie vitrée au groupe sous forme de rayonnement de courte longueur d’onde : Fs1.b    ⋅ Qer * Ftvc.b +     Sw3ap_ref. Il prend en compte le pourcentage de flux réfléchi par les parois internes du groupe vers l’extérieur.b ⋅ + R prot. dû au rayonnement froid vers la voute céleste est supposé nul.b ⋅ Drp *.b ⋅ (1 − f lf.b ⋅ Rrp *. b    ( )  Sw1ap_dir. 304 .3. b ⋅ Drp * . • Flux de chaleur transmis par la baie vitrée au groupe sous forme de rayonnement de grande longueur d’onde et d’échange convectif :   * ⋅  1 − R prot.b = A b ⋅ bsolaire.b ⋅ Sw3sp. b ⋅ I sr . b     Sw2 ap_dir. Les flux solaires globaux incidents sur la baie vitrée. b ⋅ Rrp *. dû au rayonnement froid vers la voute céleste : Si IdET=0 Usp. b = A b ⋅ bsolaire . b = A b ⋅ b solaire .b = 0 Note : Qer* tient compte de l’inclinaison de la baie.b +  ⋅    Sw1ap_ref.b est le facteur de pertes solaires. b ⋅ Sw1sp. b ⋅ I sr .b = Ab ⋅  1 − R prot.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.b +    ⋅  Sw3ap_dif.b + R prot.14.b    ( )  Sw3ap_dir. b ) ×   *  1 − R prot.b      Fs 2. b ⋅ Dfp * . b ⋅ Dfp *.b ⋅  he he    ( ) (399) Sinon Ftvc.

b 305 .b = Sw2 sp − e.b = Sw1ap _ ref −c.b .b = Sw3 ap _ dif −c.b Sw3 ap _ ref .b Sw1sp.b = Sw2 ap _ dif −e.b = Sw1ap _ dif −e.b Sw3 ap _ dir .b = Sw1ap _ dir −c.b Sw2 sp .dans Th-E.b Sw2 ap _ ref .b Sw3 ap _ dif .b Sw1ap _ ref .b = Sw1ap _ dif − c.b = Sw2 ap _ ref − c.b = Sw1 sp −c.b = Sw3 ap _ ref −e.b Sw3 ap _ ref .b Sw2 sp .b Sw3 ap _ dif .b = Sw2 ap _ dir −c .b Sw3 ap _ dir .b = Sw2 ap _ ref − e.b = Sw3 ap _ dir −e.b = Sw2 ap _ dir − e.b Sw 2 ap _ dir .b Sw1ap _ dif .b = Sw3 ap _ dif −e.b = Sw3 ap _ ref −c.b = Sw1 sp −e.dans Th-BC.b = Sw3 ap _ dir −c.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Avec. Sw1ap _ dir .b Sw2 ap _ dif .b Sw2 ap _ ref .b = Sw2 sp − c .b (401) Sw3 sp. Sw1ap _ dir .b = Sw1ap _ dir −e.b Sw2 ap _ dir .b = Sw1ap _ ref −e.b (400) Sw3 sp.b Sw1ap _ ref . .b = Sw3 sp −c.b Sw1sp.b Sw2 ap _ dif .b = Sw3 sp −e.b = Sw2 ap _ dif − c .b Sw1ap _ dif .

le flux lumineux provenant du sol Errp*.7.b (404) Taux de transmission du flux incident diffus sur la partie de la baie vitrée avec protection mobile : Tldap_dif.14.b + Tlidap_ref.b = Tlisp.le flux lumineux diffus Efp* .b (402) Taux de transmission du flux incident diffus arrivant sur la partie de la baie vitrée sans protection mobile : Tldsp.le flux lumineux direct Erp* .b + Tlidsp.14.b (405) Taux de transmission du flux incident réfléchi sur la partie de la baie vitrée avec protection mobile (sous forme directe et sous forme diffuse) : Tldap_ref. .Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.b + Tlid2. diffus et réfléchi est nécessaire si les protections mobiles sont des stores vénitiens. 306 .3.3.b (403) Taux de transmission du flux incident direct sur la partie de la baie vitrée avec protection mobile : Tliap_dir.b = Tliiap_ref.b (406) Taux de transmission du flux incident direct sur la partie de la baie vitrée avec la seconde protection mobile : Tli2.b = Tliiap_dir.1 Calcul des taux de transmission lumineuse Taux de transmission du flux incident direct arrivant sur la partie de la baie vitrée sans protection mobile : Tlisp.b + Tlidap_dir.7 Calcul des flux lumineux transmis au groupe par la baie vitrée b Il y a trois types de flux lumineux incidents sur la baie : . .b = Tliisp.b (407) Note : la distinction entre direct. 7.b = Tlii2.

Elle est caractérisée par un taux de transmission lumineuse global Tli2. b ⋅ Tlid sp . b ⋅ Tlii ap _ ref .Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.b et un taux de transmission du flux incident direct en diffus Tlid2.b = Ab ⋅ becl .b  R prot. hors composante due au flux diffusé par la protection) Flt 3. b ⋅ Tld sp .b + 1 − R prot.b : flux lumineux transmis au groupe par la baie vitrée b sous forme directe (en provenance du direct hors composantes due au diffusé par la protection) Flt 1. Sur le schéma suivant.b ⋅ R prot.b + 1 − R prot. b ⋅ Tlid ap _ dir . Flt1.b nul si on fait l’hypothèse que la baie n’est pas diffusante) 3.2 Expression des trois flux transmis au groupe par la baie vitrée b Sans présence d’une deuxième protection mobile Les flux transmis au groupe s’expriment de la façon suivante (unité : lumen) : 1.b + 1 − R prot. Ces deux paramètres sont conventionnels dans Th-BCE 2012 : le facteur de transmission 307 . la seconde protection mobile (Rprot2.b (le taux de transmission de la composante directe du flux incident en flux direct se déduit de ces deux valeurs).14. dans la partGPM des locaux.b ⋅ ERrp * [ ( ) ] (410) En présence d’une 2ème protection mobile : Une seconde protection mobile anti-éblouissement gérée manuellement est susceptible d’être mise en place.b : flux lumineux transmis au groupe par la baie vitrée b sous forme réfléchie (en provenance du sol et en direction du plafond.b) vient s’ajouter.b ⋅ R prot. Eventuellement.b + 1 − R prot.b ⋅ Erp * [ ( ) ] (408) 2.b = Ab ⋅ becl . b ⋅ Tlid ap _ ref . b ⋅ Tlid sp . b ⋅ Tlii sp . b ⋅ Tlii sp .b : flux lumineux transmis au groupe par la baie vitrée b sous forme diffuse Flt 2. b ⋅ Tlii ap _ dir .7. b ⋅ Tld ap _ dif .b = Ab ⋅ becl .b ⋅ Efp *   + R prot. le ratio de fermeture n’est pas propre à une baie mais à un ensemble de baies.3. Elle ne s’utilise que pour les baies dont la première protection mobile n’est pas descendue et uniquement pour les baies appartenant à partGPM. Flt2. à la première protection mobile. Flt3.b ⋅ Erp *  ⋅  + R prot.b + 1 − R prot.b ⋅ ERrp  [ [ [ ( ) ( ( ) ) ] ] ]     *  (409) (avec Tlidsp.

b         part  ⋅ Rprot1partGPM + (1 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 lumineuse global est conventionnellement égal à 0. Tli2.b       + part GPM ⋅ (1 − Rprot1partGPM ) ⋅ Rprot2.b      [ [ [ ] ] ] ] ] [ [ [ ] (413) [ [ [ ] ] ] Flt 3.b    + part GPM ⋅ (1 − Rprot1partGPM ) ⋅ Rprot2 .part GPM ) ⋅ Rprot11-partGPM ⋅ Tlid ap_ref.b = A b ⋅ b ecl.b ⋅ Tlid 2.b ⋅ Tli 2.part GPM ) ⋅ (1 − Rprot11. b ) ⋅ Tlii sp.14.b ) ⋅ Tlid sp.b = A b ⋅ Rouvmax .part GPM ) ⋅ (1 − Rprot11.b ) ⋅ Tlid sp. Le rayonnement direct est transmis à travers la seconde protection mobile uniquement sous forme diffuse. b    [ [ [ ] ] (414) ] 7.part GPM ) ⋅ Rprot11.b    + (1 .partGPM ⋅ Tlii ap_dir.part GPM ) ⋅ (1 − Rprot11.b (415) 308 .partGPM ) + part GPM ⋅ (1 − Rprot1partGPM ) ⋅ (1 − Rprot2.partGPM ⋅ Tlii ap_ref.1.b  ⋅ Erp * +      + (1 . b ⋅  part GPM ⋅ Rprot1 partGPM + (1 .b=0.b    [ [ [ ] ] (412) ] Flt 2.part GPM ) ⋅ Rprot11.part GPM ) ⋅ Rprot11-partGPM ⋅ Tld ap_dif.partGPM ) + part GPM ⋅ (1 − Rprot1partGPM ) ⋅ (1 − Rprot2 .3.part GPM ) ⋅ Rprot11-partGPM ⋅ Tlid ap_dir. b = A b ⋅ b ecl.part GPM ) ⋅ (1 − Rprot11-partGPM ) + part GPM ⋅ (1 − Rprot1partGPM ) ⋅ (1 − Rprot2.b GPM     + part GPM ⋅ (1 − Rprot1partGPM ) ⋅ Rprot2.partGPM ) + part GPM ⋅ (1 − Rprot1 partGPM ) ⋅ (1 − Rprot2 .1 (411) Les flux lumineux transmis s’écrivent alors Flt 1.b          part GPM ⋅ Rprot1partGPM + (1 .b  ⋅ Erp *   + (1 .b      ⋅ Efp * +   + part GPM ⋅ (1 − Rprot1partGPM ) ⋅ Rprot2.b  ⋅ ERrp *      + (1 .b=0. b ) ⋅ Tlii sp. b  ⋅ ERrp *    + (1 .part GPM ) ⋅ (1 − Rprot11-partGPM ) + part GPM ⋅ (1 − Rprot1partGPM ) ⋅ (1 − Rprot2. b     + part GPM ⋅ (1 − Rprot1 partGPM ) ⋅ Rprot2 .8 Calcul de la surface effective d’ouverture de la baie La surface effective d’ouverture s’exprime sous la forme Aouvmax . b ⋅ Tlii 2. b ⋅ Tlii 2.1 Tlid2.b = Ab ⋅ becl.b ⋅   part GPM ⋅ Rprot1partGPM + (1 .b ⋅ Tlid 2.b ⋅  part GPM ⋅ Rprot1partGPM + (1 . b ) ⋅ Tld sp.

1 INTRODUCTION La surventilation par ouverture des baies est un moyen de rafraîchir de manière passive un bâtiment. Les protections mobiles mises en place sur les baies ne modifient pas les débits de surventilation par ouverture des baies. effectué pour le calcul de la pression intérieure Pib.15 C_BAT_Calcul des débits d’air entrant liés à l’ouverture des baies 7. Ils n’ont donc aucun impact sur les débits de ventilation spécifiques et les débits d’infiltration/par les entrées d’air. lorsque les paramètres de températures le permettent. Ce calcul a lieu à chaque pas de temps h. qui sont traités dans la fiche « gestion/régulation de l’ouverture des baies ». La présente fiche exploite les données en provenance des différents composants baies de manière à calculer un débit massique d’air entrant par les baies sur l’ensemble du groupe (noté Qma_ouv). Le calcul des débits par ouverture des baies repose sur les hypothèses suivantes: Les débits de surventilation par ouverture des baies ne sont pas pris en compte dans le bilan des flux d’air.15.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. Elle obéit à une modélisation temporelle du ratio d’ouverture des baies en fonction de tout un ensemble de facteurs. Les débits d’air entrant par les baies ne contribuent pas à la ventilation d’hygiène. - 309 .

Description Débit massique d’air entrant dans le groupe par les baies.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. Température intérieure de l’air du groupe considéré. Httf Groupe m 0 15 δtrav_surv Bool 0 1 - 310 . 270° l’est. au temps h. définie à l’échelle du groupe. Correspond à la différence d’altitude entre le point le plus bas de l’ouverture la plus basse et le plus le plus haut de l’ouverture la plus haute. à la température θei (h). Orientation de la baie d’indice b. sous forme d’angle en ° (0° pour le sud. Température équivalente de l’air extérieur. Dans toute la suite de la fiche. gr. au sens de la surventilation par ouverture des baies : 1= traversant 0 = non-traversant Unité Min Max Conv. Booléen traduisant le caractère traversant du groupe. Unité Qmaj (h) kg/s Paramètres d’intégration Nom Description Hauteur pour le tirage thermique.15. Surface d’ouverture maximale de la baie d’indice b : Aouvmaxb = Rouvmaxb x Ab Unité m/s Vvent_c(h) Groupe θei(h) °C θi(h-1) Débits d’air °C qm. La valeur 1 correspond à l’ouverture maximale qu’admet la baie. défini pour garantir la cohérence avec le calcul de la température des groupes. au temps h. Ratio surfacique d’ouverture de la baie d’indice b.aerationgr. on notera h le pas de temps horaire de simulation.s kg/s αb ° Baie Rouv (h) b Réel Aouvmaxb m2 Sorties Nom Comp. Débit massique d’aération par ouverture de fenêtre du groupe. 90° l’ouest.2 NOMENCLATURE Le Tableau 44 donne la nomenclature des différentes variables du modèle de calcul. au pas de temps h-1. et 180° le nord). Entrées du composant Nom Description Vitesse du vent à une altitude de 10 m par rapport au sol.

Débit massique entrant de surventilation naturelle. Angle d’orientation inférieur de l’algorithme. au pas de temps h. Masse volumique de référence Température de référence Unité m/(°C. Débit volumique entrant de surventilation naturelle. Coefficient de correction de l’impact du vent pour le cas d’un groupe traversant. dans le cas traversant. au pas de temps h. s²) kg/m3 °C Conv. Surface d’ouverture équivalente des baies pour l’orientation globale n. Angle d’orientation de référence de l’algorithme. Indice de sommation des configurations d’orientation pour le cas traversant. 0. Surface d’ouverture équivalente de la baie d’indice b.0035 ρref θref 1. Constante de prise en compte des effets de tirage thermique. Racine carrée de la somme des produits 2 à 2 des surfaces d’ouverture pour les quatre orientations globales retenues. Angle d’orientation supérieur de l’algorithme.001 0. Masse volumique de l’air extérieur entrant dans le groupe.2 19 Tableau 44 : Nomenclature du modèle 311 . Valeur de Sors pour la configuration d’orientation d’indice k.k m² Constantes Nom Cw Cst Description Constante de prise en compte de la vitesse du vent. Unité Aouv(h) m2 Aouvb(h) m2 Aouvn(h) m2 Sors m C_corrtrav(h) Réel ρext(h) Qv_surv_nat(h) kg/m3 m3/h Qm_surv_nat(h) n k C_corrtrav kg/s Variable de l’algorithme de calcul de Entier Entier αref αhaut αbas ° ° ° Sors. Indice de sommation des orientations pour le cas traversant.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Variables internes Nom Description Surface d’ouverture équivalente de l’ensemble des baies pour le groupe.

3. En logement collectif. De différentes constantes aérodynamiques. et peut être différent pour plusieurs groupes appartenant à une même zone d’habitation collective.maison individuelle ou accolée Bâtiment à usage d’habitation . En maison individuelle ou accolée.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.15. Il est à saisir par l’utilisateur au cas par cas. De la différence entre la température de l’air extérieure et intérieure (prise avec un exposant de 0.15. halte-garderie) Enseignement primaire Enseignement secondaire (partie jour) Enseignement secondaire (partie nuit) Enseignement . Une conversion est ensuite effectuée pour renvoyer un débit d’air massique. associées au vent et au phénomène de tirage thermique. Dans le deuxième cas.15. Du caractère traversant ou non-du groupe au sens de la surventilation par ouverture des baies. N° d’usage 1 2 3 4 5 6 7 8 Type d’usage associé Bâtiment à usage d’habitation . exprimé en kg/s.5).2 Caractère traversant d’un groupe au sens de la surventilation par ouverture des baies Le caractère traversant d’un groupe au sens de la surventilation par ouverture des baies n’est pas identique au caractère traversant au sens des circulations d’air horizontales entre locaux. dans la mesure où l’occupant a toute liberté d’action sur les portes intérieures. le caractère traversant dépend de la configuration du groupe.logement collectif Etablissement d’accueil de la petite enfance (crèche. dans le premier cas. la valeur de δtrav_surv est conventionnellement prise égale à vrai pour les usages à grands volumes et faux dans le reste des cas. Pour les autres usages d’habitation.Foyer de jeunes travailleurs δtrav_surv 1 Nonconventionnel 0 0 0 0 0 0 312 . le caractère traversant est lié à la possibilités d’ouvrir les portes intérieures entre deux façades d’orientations différentes.3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE 7. En effet.université Bâtiment à usage d’habitation . le groupe est conventionnellement considéré comme traversant pour la surventilation. un détalonnement des portes intérieures est suffisant. D’une hauteur de référence prise pour tenir compte des phénomènes de tirage thermique. 7.1 Description du Modèle utilisé Le débit volumique d’air dû à l’ouverture des baies est fonction : De la vitesse du vent (valeur prise à 10 m de hauteur).3.

Pour les groupes dont la différence d’altitude entre la partie inférieure de l’ouvrant le plus bas et la partie supérieure de l’ouvrant le plus haut est supérieure à 4 m. Dans les autres cas. égale à 1. 5j/7 Restauration . magasin.3. zones commerciales Etablissement sportif scolaire Bâtiment à usage d’habitation .Méthode de calcul Th-BCE 2012 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 22 24 26 27 28 29 30 32 33 34 36 37 38 Hôtel 0*. - 313 .3 Valeur de Httf Httf correspond à la différence d’altitude entre le point le plus bas de l’ouverture la plus basse et le plus le plus haut de l’ouverture la plus haute pouvant communiquer sans obstacles dans un groupe.8h à 18h Tribunal Etablissement sportif municipal ou privé Restauration scolaire . 5j/7 Restauration scolaire . l’utilisateur saisit la différence d’altitude entre la partie inférieure de l’ouvrant le plus bas et la partie supérieure de l’ouvrant le plus haut du groupe.3 repas/jour. 1* (partie nuit) Hôtel 2* (partie nuit) Hôtel 3* (partie nuit) Hôtel 4* et 5*(partie nuit) Hôtel 0*. 7j/7 Restauration .1 repas/jour.15. 1* et 2* (partie jour) Hôtel 3*.5 m.aérogare Bâtiment à usage d’habitation .Cité universitaire Industrie . Pour les maisons individuelles.Etablissement sanitaire avec hébergement Hôpital (partie nuit) Hôpital (partie jour) Transport .3x8h Industrie .2 repas/jour. 6j/7 Commerce. 5j/7 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 1 0 1 1 0 0 0 0 Tableau 45: relation entre le type d'usage et le caractère traversant du groupe au sens de la surventilation par ouverture des baies 7.2 repas/jour. La valeur est employée pour quantifier le tirage thermique intervenant dans la surventilation par ouverture des baies.1 repas/jour. 4* et 5*(partie jour) Bureaux Restauration commerciale en continue (18h/j 7j/7) Restauration . on saisit également cette valeur (limitée à 15 m). la valeur est conventionnelle.

Dans le cas où une partie de la baie est fixe. il convient d’en prendre compte dans la définition du Rouvmax global de la baie.5 (418) Le calcul de débit est plus complexe. plus les baies sont réparties sur des orientations différentes de l’enveloppe du bâtiment. du fait de l’introduction d’un coefficient correctif C_corrtrav.15. Chacun de ces ensembles regroupe toutes les baies dont l’orientation est comprise dans un intervalle de ±45° par rapport au point cardinal associé (le tout couvrant 360° ). En non-traversant (δtrav_surv = faux) : δ Le calcul de débit consiste en une sommation sur l’ensemble des baies. choisie pour prendre en compte cet état de fait.Httf . et plus l’effet du caractère traversant sur les débits de surventilation est important. Il correspond au rapport de la surface maximale d’ouverture sur la surface en tableau (surface Ab caractérisant la baie). Q v _ surv _ nat ( h ) = 1800 .4 Calcul du débit volutmique de surventilation naturelle Le ratio d’ouverture maximale Rouvmaxb est une propriété dépendant du type de fenêtre et de son angle maximal d’ouverture. Ci-dessous un exemple d’illustration de la répartition des baies d’un groupe en ensembles 314 . Ce coefficient correctif permet de prendre en compte l’augmentation de débit que peut générer le vent lorsque le bâtiment est traversant au sens de la surventilation par ouverture des baies. Aouv ( h ). par rapprochement de leurs orientations à quatre points cardinaux du bâtiment. consiste à répartir les baies en quatre ensembles.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. Cette augmentation de débit dépend de la position des baies les unes par rapport aux autres. ABS (θ ei ( h ) − θ i . C w .3. La méthode simplifiée. fin ( h − 1) En traversant (δtrav_surv = vrai) : δ [ ] 0 . on évalue les Aouvb(h) et Aouv(h). Les valeurs par défaut suivante peuvent être utilisée. Pour chaque baie d’indice b: (416) Aouv b ( h ) = Rouv b ( h ) × Aouv max b ( h ) La sommation est ensuite: Aouv ( h ) = ∑ Aouv b b (h ) (417) Le calcul est ensuite scindé en deux selon que le bâtiment considéré est traversant ou non. Type d’ouvrant Française et Anglaise Angle d’ouverture de 90° Italienne et soufflet Angle d’ouverture de 15° Soufflet D’oscillo-battant Angle d’ouverture de 7° Coulissant Ratio d’ouverture b Rouvmax 80% 40% 20% 40% Tableau 46: valeurs par défaut du ratio d'ouverture maximal d’un ouvrant en fonction de son type Dans un premier temps. En effet. la surface d’ouverture totale des baies pour le groupe.Vvent _ c ( h )² + C st .

C _ corrtrav Où: 3 ( Aouv(h) + 3 × S ors )2 = Aouv(h) 2 (420) 4 S ors = ∑ ∑ Aouv n1=1 n 2 = n1+1 n1 ( h) × Aouv n 2 ( h) Ainsi. Le cas de figure aboutissant à la valeur de Sors la plus basse est retenue pour la modélisation. et plus élevée sera la valeur de C_corrtrav. plus les ouvrants seront répartis de manière homogène sur les quatre ensembles d’orientation du groupe. Cette précaution revient en fait à analyser l’impact du caractère traversant du groupe selon deux directions de vent décalées de 45° et retenir celle qui minimise les débits de surventilation par . Le calcul des Aouvn est effectué pour deux distributions de points cardinaux décalées de 45° l’une par rapport à l’autre. Une précaution supplémentaire est prise pour éviter de surévaluer les débits dans les cas de figure où les baies séparées seulement par quelques degrés d’orientation d’écart ne se retrouvent réparties dans deux ensembles différents. conventionnellement N-E-S-O et NE-SE-SO-NO. Voici un exemple de justification de la précaution prise : 315 . ouverture des baies.Méthode de calcul Th-BCE 2012 cardinaux : N O S Ensemble Ouest : αb = 90° ±45° E Ensemble Nord : αb = 180° ±45° Groupe Ensemble Est : αb = 270° ±45° Ensemble Sud : αb = 0° ±45° Les quatre Aouvn constituent respectivement les sommes des surfaces d’ouverture des baies pour chacun de ces quatre ensembles : Aouvn (h) = ∑ Aouv (h) b b .α b =α ref ± 45° (419) Le coefficient correctif C_corrtrav est lié aux produits deux à deux des Aouvn.

k = ∑ ∑ Aouv n1=1 n 2 = n1+1 3 4 n1 ( h) × Aouv n 2 ( h) Fin de la boucle « Pour k de 1 à 2 ». constitué d’un seul ensemble.(273 + θ ref ) (273 + θ ei ) (423) 316 . Cet exemple met en avant l’intérêt de réaliser le calcul pour deux distributions cardinales différentes. fin ( h − 1) [ ] 0 . (421) S ors . alors que les baies des ensembles Ouest et Sud ont une différence d’orientation de quelques degrés seulement.5 (422) 7. Aouv ( h ).Méthode de calcul Th-BCE 2012 Groupe N E Groupe O S Ensemble Ouest : αb = 90° ±45° Ensemble Sud : αb = 0° ±45° Ensemble Sud-ouest : αb = 45° ±45° Pour la première configuration. Pour n de 1 à 4. deux ensembles sont différenciés. qui correspond à un coefficient correctif de 1.V vent _ c ( h )² + C st . L’effet de circulation d’air traversante entre ces deux baies n’est pas significatif dans la pratique. Au final. Aouvn = Aouvn+Aouvb Fin de la boucle sur les baies du groupe.3. l’algorithme à utiliser pour le calcul de Sors est le suivant : S’il y a au moins une baie. ABS (θ ei ( h ) − θ i .45° Pour chaque baie d’indice b : Si (αb≥αbas et αb<αhaut).k=1 . et on utilise la relation ci-dessous pour le calcul du débit de surventilation : Q v _ surv _ nat ( h ) = 1800 .Httf .k=2) On utilise ensuite la formule pour le calcul de C_corrtrav. Aouvn = 0 αref = (k-1) x 45° + (n-1) x 90° αhaut = αref + 45° αbas = αref . C w . La méthode retient donc le cas de droite.15.C corr _ trav .5 Conversion en débit massique On exprime tout d’abord la masse volumique de l’air entrant: ρ ext = ρ ref . Fin de la boucle « Pour n de 1 à 4 ». Pour k de 1 à 2. Sors. Sors = MIN(Sors.

g . aération  s∈gr  (425) Il s’agit d’un débit d’air extérieur.6 Cas d’un groupe avec ventilation naturelle par aération Dans le cas d’un groupe avec ventilation naturelle par aération. par cohérence.Méthode de calcul Th-BCE 2012 On convertit ensuite le débit volumique en débit massique: Qm _ surv_ nat (h) = Qv _ surv_ nat (h) 3600 × ρext (424) 7.15. un seul débit entrant d’ouverture des baies est pris en compte dans la modélisation thermique.s   Qma j = max ∑ q .3. Ce débit est pris égal au maximum des débits d’aération et du débit de surventilaiton naturelle. Qm _ surv _ nat (h)    m. 317 .

le ratio d’ouverture maximale de chaque baie.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.1 INTRODUCTION La fiche algorithme « ensemble baies » a pour objectif de collecter toutes les données relatives à chaque élément baie (comme les flux solaires et lumineux transmis au groupe à travers chaque baie.16 C_BAT_ensemble_baies 7.16. 318 . etc.) et de les sommer au niveau du groupe.

Sorties Nom Hges(h) Description Facteur de transmission thermique global pour l’ensemble des baies du groupe entre les environnements intérieurs et extérieurs Flux de chaleur transmis au groupe par l’ensemble des baies du groupe sous forme de rayonnement de courte longueur d’onde Flux de chaleur transmis au groupe par l’ensemble des baies du groupe sous forme de rayonnement de Unité W/K Fs1 Fs2 W W 319 . et 180° le nord).b Flt3. 90° l’ouest.b W Fs2. Le numéro du mois Unité W/m² W/K Fs1. sous forme d’angle en ° (0° pour le sud.b Flt1.2 NOMENCLATURE Le Tableau 47 donne la nomenclature des différentes variables de l’ensemble baies.b W lumen lumen lumen ° - α.b Hges. - Paramètres d’intégration du composant Nom Description Unité Min Max Conv.b Cli mat IMOIS Paramètres intrinsèques du composant Nom b Description Indice indiquant qu’il s’agit de la baie vitrée b Unité Min Max Conv. sous forme directe Flux lumineux transmis au groupe par la baie vitrée b sous forme diffuse Flux lumineux transmis au groupe par la baie vitrée b sous forme réfléchie Orientation de la baie d’indice b. Entrées du composant Nom Isr.b(h) Description Rayonnement solaire global atteignant la baie vitrée b Facteur de transmission thermique global pour la baie vitrée b entre les environnements intérieurs et extérieurs Flux de chaleur transmis par la baie vitrée b au groupe sous forme de rayonnement de courte longueur d’onde Flux de chaleur transmis par la baie vitrée b au groupe sous forme de rayonnement de grande longueur d’onde et d’échange convectif Flux de chaleur transmis par la baie vitrée b au groupe à travers la lame d’air intérieure ventilée (lame d’air se situant entre la baie vitrée et la protection solaire intérieure) Flux transmis dû au rayonnement froid vers la voute céleste Flux lumineux transmis au groupe par la baie vitrée b.16.b W Baie Fs3.b W Ftvc.b Flt2.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. 270° l’est.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 grande longueur d’onde et d’échange convectif Flux de chaleur transmis au groupe par l’ensemble des baies du groupe à travers la lame d’air intérieure ventilée (lame d’air se situant entre la baie vitrée et la protection solaire intérieure) Flux transmis dû au rayonnement froid vers la voute céleste pour l’ensemble des baies du groupe Flux lumineux transmis au groupe de l’ensemble des baies du groupe. sous forme directe Flux lumineux transmis au groupe de l’ensemble des baies du groupe sous forme diffuse Flux lumineux transmis au groupe par de l’ensemble des baies du groupe sous forme réfléchie Pourcentage de baies du groupe orientées au sud (azimut α =0°) Pourcentage de baies du groupe orientées au nord (azimut α =180°) Pourcentage de baies du groupe orientées à l’ouest (azimut α =90°) Pourcentage de baies du groupe orientées à l’est (azimut α =270°) Pourcentage de baies horizontales du groupe (orientation β=0°) Surface totale des baies du groupe Surface totale des baies verticales du groupe Surface totale des baies horizontales du groupe Surface de baies du groupe orientées Sud Surface de baies du groupe orientées Nord Surface de baies du groupe orientées Ouest Surface de baies du groupe orientées Est Fs3 W Ftvc Flt1 Flt2 Flt3 Partbaies_sud Partbaies_nor d W lumen lumen lumen m² m² m² m² m² m² m² Partbaies_ou est Partbaies_est Partbaies_hor iz gr Abaies gr A baies − v gr A baies −h gr Abaies− sud gr Abaies− nord gr Abaies − ouest gr A baies − est Variables internes Nom Description Unité Constantes Nom Description Unité Conv. Tableau 47 : Nomenclature du modèle 320 .

Flt1 : flux lumineux transmis au groupe par l’ensemble des baies vitrées du groupe sous forme directe (en provenance du direct hors composantes due au diffusé par la protection) Flt1 = ∑ Flt1. b b∈groupe (429) 4. Flux de chaleur transmis au groupe par l’ensemble des baies vitrées du groupe à travers la lame d’air intérieure ventilée (lame d’air se situant entre la baie vitrée et la protection solaire intérieure): Fs3 = ∑ Fs3. b b∈groupe (432) 321 . b b∈groupe (427) 2. Flt2 : flux lumineux transmis au groupe par l’ensemble des baies vitrées du groupe sous forme hémisphérique Flt2 = ∑Flt2. b b∈groupe (428) 3.16.3. b b∈groupe (430) 7.16.b (426) 7.16. b b∈groupe (431) 2.3. Flux de chaleur transmis au groupe par l’ensemble des baies vitrées du groupe.2 Calcul des flux de chaleur totaux transmis au groupe 1. Flux de chaleur transmis par la baie vitrée au groupe sous forme de rayonnement de grande longueur d’onde et d’échange convectif : Fs2 = ∑ Fs2.1 Calcul du coefficient de transfert thermique global de l’ensemble des baies du groupe Hges = ∑ Hg b∈groupe es.3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE 7.3.16.3 Calcul des flux lumineux totaux transmis au groupe 1.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. dû au rayonnement froid vers la voute céleste : Ftvc = ∑ Ftvc. Flux de chaleur transmis au groupe par l’ensemble des baies vitrées du groupe sous forme de rayonnement de courte longueur d’onde: Fs1 = ∑ Fs1.

3.16.16.3.3.16. b b∈groupe (433) 7.4.2 Calcul de la surface de baies verticales au Sud gr A baies − sud = Part baies − sud gr * A baies (435) 7. Flt3 : flux lumineux transmis par l’ensemble des baies vitrées du groupe sous forme demihémisphérique (en provenance du sol et en direction du plafond.3.6 Calcul de la surface de baies verticales à l’ouest gr gr A baies − ouest = Part baies − ouest * A baies (439) 322 .4 Calcul de la surface de baies verticales au nord gr A baies − nord = Part baies − nord gr * A baies (437) 7. hors composante due au flux diffusé par la protection) Flt3 = ∑ Flt3.5 Calcul du pourcentage de baies verticales d’un groupe ayant une orientation Ouest On considère qu’une paroi vitrée verticale a une orientation ouest si 45° < α < 135° ∑ Ab part baies _ ouest = 45°<α <135° 60° ≤ β b ≤ 90° 60° ≤ β b ≤ 90° ∑ Ab α (438) 7.16.3.4.4 Calculs divers au niveau du groupe 7.4.Méthode de calcul Th-BCE 2012 3.16.3.3.16.1 Calcul du pourcentage de baies verticales d’un groupe ayant une orientation Sud On considère qu’une paroi vitrée verticale a une orientation Sud si −45° ≤ α ≤ 45° ∑ Ab part baies _ sud = − 45°≤α ≤ 45° 60° ≤ β b ≤ 90° 60° ≤ β b ≤ 90° ∑ Ab α (434) 7.16.4.3 Calcul du pourcentage de baies verticales d’un groupe ayant une orientation nord On considère qu’une paroi vitrée verticale a une orientation nord si 135° ≤ α ≤ 225° ∑ Ab part baies _ nord = 135°≤α ≤ 225° 60° ≤ β b ≤ 90° 60° ≤ β b ≤ 90° ∑ Ab α (436) 7.4.4.

16.4.16.16.9 Calcul de la surface totale des parois vitrées verticales du groupe gr Abaies−v = ∑ Ab b∈groupe 60° ≤ βb ≤ 90° (442) 7.10 Calcul du pourcentage de baies horizontales d’un groupe On considère qu’une paroi vitrée est horizontale si β = 0° ∑ Ab part baies _ horiz = β = 0° ∑ Ab (443) 7.4.3.16.11 Calcul de la surface totale des parois vitrées horizontales du groupe gr Abaies−h = ∑ Ab b∈groupe βb < 60° (444) 7.16.4.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.8 Calcul de la surface de baies verticales à l’est gr gr A baies − est = Part baies − est * A baies (441) 7.4.4.16.3.3.3.7 Calcul du pourcentage de baies verticales d’un groupe ayant une orientation Est On considère qu’une paroi vitrée verticale a une orientation Est si 225° < α < 315° ∑ Ab part baies _ est = 225°<α <315° 60° ≤ β b ≤ 90° 60° ≤ β b ≤ 90° ∑ Ab α (440) 7.12 Calcul de la surface totale des parois vitrées du groupe gr gr gr Abaies = Abaies − v + Abaies − h (445) 323 .3.4.3.

17.la fiche C_BAT_paroi_opaque (calcul des flux solaire et lumineux transmis au groupe.la fiche C_BAT_ensemble_parois_opaques. compte tenu de l’inclinaison de la paroi.la fiche C_EEX_environnement_proche pour le calcul des flux solaires et lumineux incidents en tenant compte des masques proches et lointains. calcul du rayonnement vers la voûte céleste. . et le calcul de la densité de flux de chaleur de l’environnement extérieur vers la voûte céleste.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. 324 .1 INTRODUCTION Trois fiches algorithmes liées aux parois opaques sont assemblées .17 S1_BAT_assemblage_parois opaques 7. . calcul du coefficient de transmission thermique global).

Tableau 48 : Nomenclature du modèle 325 .k bsolaire. Sorties Nom φsh_s_op Description Flux de chaleur dû au rayonnement solaire absorbé transmis au groupe à travers l’ensemble des parois opaques Flux de chaleur dû au rayonnement froid de la voûte céleste transmis au groupe à travers l’ensemble des parois opaques Coefficient de transmission thermique global de l’ensemble des parois opaques entre l'extérieur et l’intérieur Surface des parois déperditives opaques verticales du groupe Surface des parois déperditives opaques horizontale (toiture) du groupe Surface des parois déperditives opaques horizontale du groupe tournée vers le bas Surface totale des parois déperditives opaques du groupe Unité W φsh_vc_op W HTh_op Agropv Agrophh Agrophb Agrop W/K m² m² m² m² Variables internes Nom Description Unité Constantes Nom Description Unité Conv.2 NOMENCLATURE Le Tableau 48 donne la nomenclature des différentes variables du modèle d’assemblage des fiches algorithme liées aux parois opaques.k Description Rayonnement solaire direct normal Rayonnement solaire diffus horizontal isotrope Azimut du soleil (Angle du soleil par rapport au sud) Hauteur du soleil Coefficient de réduction des déperditions par la paroi opaque k due à la présence de l’espace tampon i Coefficient de réduction des apports solaires par la paroi opaque k due à la présence de l’espace tampon i Unité W/m² W/m² rd rd - Paramètres d’intégration du système Nom Description Environnement proche : voir fiche environnement proche Parois opaques : voir fiche paroi opaque Ensemble parois opaques : voir fiche ensemble parois opaques Unité Min Max Conv. Entrées du système Nom M é t é o E T IDn Idi ψ γ btherm.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.17.

La présence d’un espace tampon est prise en compte par des coefficients de réduction des déperditions et des apports solaires. La fiche C_EEX_environnement_proche calcule les rayonnements solaires atteignant la paroi compte tenu de la présence possible de masques proches et/ou lointains.3 ASSEMBLAGE DES COMPOSANTS Le schéma de la figure ci-dessous présente l’organisation des composants pour l’ensemble des parois opaques d’un groupe.17.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. Est déterminé également le coefficient de transmission thermique global de la paroi. 326 . Ces rayonnements sont alors utilisés par C_BAT_paroi_opaque pour déterminer le flux de chaleur dû au rayonnement solaire ainsi que le flux de chaleur dû au rayonnement froid de la voûte céleste transmis au groupe par la paroi.

18.1 INTRODUCTION Cette fiche calcule les propriétés de l’ensemble des parois opaques ainsi que la surface totale des parois opaques du groupe.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. 327 .18 C_BAT_ensemble_parois opaques 7.

Entrées du composant Nom φsh_s.18.2 NOMENCLATURE Le Tableau 49 donne la nomenclature des différentes variables du modèle d’assemblage des fiches algorithme liées aux parois opaques. k Description Flux de chaleur dû au rayonnement solaire absorbé transmis au groupe à travers la paroi opaque k Flux de chaleur dû au rayonnement froid de la voûte céleste transmis au groupe à travers la paroi opaque k Coefficient de transmission thermique global de la paroi opaque k entre l'extérieur et l’intérieur Inclinaison de la paroi opaque k (0° : horizontale vers le haut . 90° : verticale.k φsh_vc.k βk Ak Sorties Nom φsh_s Description Flux de chaleur dû au rayonnement solaire absorbé transmis au groupe à travers l’ensemble des parois opaques Flux de chaleur dû au rayonnement froid de la voûte céleste transmis au groupe à travers l’ensemble des parois opaques Coefficient de transmission thermique global de l’ensemble des parois opaques entre l'extérieur et l’intérieur Coefficient de transmission thermique global des parois opaques verticales du groupe entre l'extérieur et l’intérieur Coefficient de transmission thermique global des parois opaques du groupe horizontales vers le haut entre l'extérieur et l’intérieur Coefficient de transmission thermique global des parois opaques du groupe horizontales vers le bas entre l'extérieur et l’intérieur Surface des parois déperditives opaques verticales du groupe Surface des parois déperditives opaques horizontales tournée vers le haut du groupe Surface des parois déperditives opaques horizontales tournée vers le bas du groupe Surface totale des parois déperditives opaques du groupe Unité W φsh_vc W HTh HgrTh_ v W/K W/K HgrTh_ hh W/K HgrTh_ hb W/K m² m² m² m² Agropv Agroph h Agroph b Agrop Variables internes Nom Description Unité Constantes Nom Description Unité Convf Tableau 49 : Nomenclature du modèle 328 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. 180° : horizontal vers le bas) Surface de la paroi k Unité W W W/K ° m² HTh.

k k∈groupe (447) 7.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.3.3.4 Surface totale des parois opaques du groupe gr Aop = ∑ Ak k∈groupe (449) 329 .3.2 Calcul du flux de chaleur dû au rayonnement solaire absorbé transmis au groupe φsh _ s = ∑φsh _ s.18.3 Calcul du flux dû au rayonnement froid de la voûte céleste transmis au groupe φsh _ vc = ∑φsh _ vc.18.18.18.k k∈groupe (448) 7.3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE 7.18.3.1 Calcul du coefficient de transfert thermique global de l’ensemble des parois opaques du groupe HTh = ∑ HTh. k k∈groupe (446) 7.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.5 Surface et coefficients de transfert thermique des parois opaques du groupe par inclinaison si 60 ≤ β k ≤ 120 ( paroi verticale) gr Aopv = ∑ Ak k∈groupe ∑ k∈groupe gr H Th _ opv = H Th _ k ( parois horizontale vers le haut) (450) si β k < 60 gr Aophh = ∑ Ak k∈groupe ∑ k∈groupe gr H Th _ ophh = H Th _ k sin on gr Aophb = ( paroi horizontale vers le bas) ∑ Ak k∈groupe ∑ k∈groupe gr H Th _ ophb = H Th _ k 330 .18.3.

19.1 INTRODUCTION Cette fiche algorithme concerne les paramètres de description d’une paroi opaque et les calculs effectués au niveau de la paroi opaque.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.19 C_BAT_paroi opaque 7.k. Calcul du coefficient de transfert thermique global HTh. à savoir : • • Calcul du flux solaire et du rayonnement de la voûte céleste transmis au groupe à travers la paroi. 331 .

90° : verticale. 180° : horizontal vers le bas) Heure de simulation à partir de laquelle on considère une toiture végétalisée couverte de végétation (début de saison végétative) Heure de simulation à partir de laquelle on considère une toiture végétalisée sans végétation (fin de saison végétative) Unité m² ° Min 0 0 0 0° Max +∞ 1 1 180° Conv.k Sf-c.v.k - Paramètres intrinsèques du composant Nom Sf-c.2 NOMENCLATURE Le Tableau 50 donne la nomenclature des différentes variables du modèle de paroi opaque. 1 : végétalisé 0 : calcul de Cep. compte tenu de l’inclinaison de la paroi Coefficient de réduction des déperditions par la paroi opaque k due à la présence d’un espace tampon Coefficient de réduction des apports solaires par la paroi opaque k due à la présence d’un espace tampon i Unité W/m² W/m² W/m² W/m² btherm.19.k Uk Inclk Description Facteur solaire de la paroi opaque k pour le calcul du Cep (paroi non végétalisée) Facteur solaire de la paroi opaque k pour le calcul du Tic (paroi non végétalisée) Facteur solaire de la paroi opaque k pour le calcul du Cep (toiture végétalisée) Facteur solaire de la paroi opaque k pour le calcul du Tic (toiture végétalisée) Coefficient de transmission thermique de la paroi k 1 : parois verticale. h 0 8760 2161 T_simul_fin_v eg h 0 8760 6553 332 .k Sf-e. 1 : calcul de Tic Inclinaison de la paroi opaque k (0° : horizontale vers le haut .k Sf-e.k - bsolaire.v. 2 : paroi horizontale flux ascendant. Entrées du composant Nom Drp* Dfp* Rrp* Qer* Description Rayonnement direct atteignant la paroi Rayonnement diffus atteignant la paroi Rayonnement réfléchi atteignant la paroi Densité de flux de chaleur de l’environnement extérieur vers la voûte céleste. - Paramètres d’intégration du composant Nom Ak Typevegetal Type_calcul β T_simul_déb_ veg Description Surface de la paroi k 0 : non végétalisé.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. 3 : paroi horizontale flux descendant Unité W/m²K Min 0 0 0 0 0 Max 1 1 1 1 +∞ Conv.

k Description Flux de chaleur dû au rayonnement solaire absorbé transmis au groupe à travers la paroi opaque k Flux de chaleur dû au rayonnement froid de la voûte céleste transmis au groupe à travers la paroi opaque k Coefficient de transmission thermique global de la paroi opaque k entre l'extérieur et l’intérieur Coefficient de transmission thermique global de la paroi opaque k entre l'extérieur et l’intérieur en l’absence d’espace tampon Unité W φsh_vc.k Description Indice indiquant qu’il s’agit de paroi opaque k Facteur solaire de la paroi opaque k Coefficient de transmission thermique de la paroi opaque k dans sa position réelle en œuvre Résistance thermique de la paroi k Coefficient de transmission thermique de la paroi k en position verticale Coefficient de transmission thermique de la paroi k en position horizontale flux ascendant Coefficient de transmission thermique de la paroi k en position horizontale flux descendant Coefficient de réduction des échanges avec la voûte céleste par la paroi opaque k due à la présence d’espace tampons Rayonnement solaire global atteignant la paroi opaque k Unité W/m² W/m²K m².k HTH.k HTH_set.K/W W/m²K W/m²K W/m²K W/m² Constantes Nom he β1 β2 β3 β4 Description Coefficient d’échange global (convectif+radiatif) extérieur Inclinaison de la paroi k en-dessous de laquelle on considère la paroi horizontale flux ascendant Inclinaison de la paroi k au-dessus de laquelle on considère la paroi verticale Inclinaison de la paroi k en-dessous de laquelle on considère la paroi verticale Inclinaison de la paroi k au-dessus de laquelle on considère la paroi horizontale flus descendant Unité W/m²K ° ° ° ° Conv.k Uhoriz.asc.k W W/K W/K Variables internes Nom k Sf.k Uk_β Rthk Uvert.0 30 60 120 150 Tableau 50 : Nomenclature des différentes variables du modèle de paroi opaque 333 .des. 25.k Uhoriz.k bvoute.k Isr.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Sorties Nom φsh_s.

k = S f − e.k .v .19.19.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. Typevegetal = 1. bsolaire. k = A k ⋅ S f . s' il s' agit du calcul de Tic Type _ calcul = 1  Pour les parois végétalisées hors période de repos végétatif. en période de repos végétatif on utilise les facteurs solaires suivants :  S f . et pour les parois végétalisées.3.k  . Typevegetal = 0.2 Prise en compte des espaces tampons Une paroi opaque peut être en contact avec un espace tampon.3 Calcul du flux solaire transmis au groupe Le flux solaire global absorbé par la paroi opaque k et transmis au groupe s’écrit : Φ sh _ s . on utilise les facteurs solaires suivants :  S f .k. s' il s' agit du calcul de Cep Type _ calcul = 0    S f . s ' il s ' agit du calcul de Tic pour uneparoi végétalisé e Type _  calcul = 1 334 .3.19. k = Drp * + Dfp * + Rrp * (451) 7. On fait l’hypothèse que l’espace tampon bloque les échanges de la paroi k avec la voûte céleste. k . k ⋅ I sr . L’effet de la présence de l’espace tampon est une réduction des échanges au travers de la paroi traduite par les coefficients btherm. k (452) Avec : Compte tenu du cycle de vie annuel de la végétation.k = S f − c.k. ainsi : bvoute.k. s ' il s ' agit du calcul de Cep pour une paroi végétalisé e Type _ calcul = 0   S f .1 Calcul du rayonnement solaire global Le rayonnement solaire global atteignant la paroi opaque k s’écrit : I sr .k = S f −e .k = 0 7. bvoute.k   .v . b solaire . c'est-à-dire lorsque Tsimul_deb_veg < Tsimul < Tsimul_fin_veg.k .k = S f − c .19.3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE 7.3. on considère qu’elle n’est présente qu’une partie de l’année définie par : Tsimul_deb_veg < Tsimul < Tsimul_fin_veg Ainsi pour les parois non végétalisées.

la paroi est supposée horizontale flux ascendant Uk_β = Uhoriz.3. entre l’horizontale et le plan de la paroi.k − Uhoriz. exprimé en degré.k β4 − β3 ⋅β + β4 ⋅ U horiz.k β = 0° β1 = 30° β 2 = 60° Figure 60 : Evolution du coefficient de transmission thermique de la paroi en fonction de son inclinaison Où β est l’angle.asc. le coefficient de transmission thermique est calculé par interpolation linéaire entre la position horizontale et la position verticale Uk _β = Uvert.asc.k β4 − β3 . Ainsi.k .k 335 .k − β3 ⋅ U vert.4 Calcul du Coefficient de transmission thermique global Calcul du coefficient de transmission thermique de la paroi k selon Inclk Si Inclk = 1 Sinon si Inclk = 2 Sinon si Inclk = 3 Rthk = 1/Uk – 0. − β1 ⋅ Uvert.des. pour la paroi k : .k .14 Rthk = 1/Uk – 0.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.21) Le coefficient de transmission thermique Uk est calculé en tenant compte de l’inclinaison de la paroi. la paroi est supposée horizontale flux descendant Uk_β = Uhoriz.des.17) Uhoriz.si 0° ≤ β < β1 .si β 3 ≤ β < β 4 . k Inclinaison β de la paroi k par rapport à l’horizontale Uvert.k = 1 / (Rthk + 0.17 Rthk = 1/Uk – 0.des.si β 2 ≤ β < β 3 ° .si β1 ≤ β < β 2 . sur le principe du schéma suivant : Uk Uhoriz.k − Uhoriz.19. le coefficient de transmission thermique est calculé par interpolation linéaire entre la position horizontale flux descendant et la position verticale U k _β = U vert.21 Uvert.k = 1 / (Rthk + 0.si β 4 ≤ β ≤ 180° .k kk ⋅β + β2 − β1 (453) .asc.14) Uhoriz.des. la paroi est supposée verticale Uk_β = Uvert.asc. k β2 − β1 β2 ⋅ Uhoriz.k = 1 / (Rthk + 0.

k  Qer* ⋅  he      (456) 336 .3. k = A k ⋅ b therm .5 Calcul du flux de chaleur dû au rayonnement froid de la voûte céleste Le flux de chaleur transmis au groupe dû au rayonnement froid de la voûte céleste s’écrit : Uk _ β  Φ sh _ vc. k = Ak ⋅ U k _ β (455) 7. k ⋅ U k _ β (454) Le coefficient de transmission thermique global de la paroi opaque k entre l'extérieur et l’intérieur en l’absence d’espace tampon s’écrit : H TH _ set .19.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Le coefficient de transmission thermique global de la paroi opaque k entre l'extérieur et l’intérieur s’écrit : H TH . k = Ak ⋅ bvoute.

20 S1_BAT_assemblage_ponts_thermiques 7. calcul du rayonnement vers la voûte céleste.1 INTRODUCTION Trois fiches algorithmes liées aux ponts thermiques sont assemblées . et le calcul de la densité de flux de chaleur de l’environnement extérieur vers la voûte céleste. 337 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.20. calcul du coefficient de transmission thermique global). .la fiche C_BAT_pont_thermique (calcul des flux solaires et lumineux transmis au groupe.la fiche C_BAT_ensemble_ponts_thermiques. .la fiche C_EEX_environnement_proche pour le calcul des flux solaires et lumineux incidents en tenant compte des masques proches et lointains.

1 : calcul simplifié. Nivea u_detai l_calcul Sorties Nom φsh_s_p t Description Flux de chaleur dû au rayonnement solaire absorbé transmis au groupe à travers l’ensemble des ponts thermiques Flux de chaleur dû au rayonnement froid de la voûte céleste transmis au groupe à travers l’ensemble des ponts thermiques Coefficient de transmission thermique global de l’ensemble des ponts thermiques entre l'extérieur et l’intérieur Longueur des ponts thermiques déperditifs verticaux du groupe Unité W φsh_vc_ pt W HTh_pt Lgrpt W/K m² Variables internes Nom Description Unité Constantes Nom Description Unité Conv. répartition uniforme Unité Min Max Conv.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.0 : calcul détaillé avec les orientations .2 NOMENCLATURE Le Tableau 51 donne la nomenclature des différentes variables du modèle d’assemblage des fiches algorithme liées aux ponts thermiques.20. Entrées du système M é t é o Nom IDn Idi ψ γ btherm. Tableau 51 : Nomenclature du modèle 338 . l Description Rayonnement solaire direct normal Rayonnement solaire diffus horizontal isotrope Azimut du soleil (Angle du soleil par rapport au sud) Hauteur du soleil Coefficient de réduction des déperditions par le pont thermique l due à la présence de l’espace tampon Coefficient de réduction des apports solaires par le pont thermique l due à la présence de l’espace tampon i Unité W/m² W/m² rd rd - E T bsolaire .l Paramètres d’intégration du système Nom Description Environnement proche : voir fiche environnement proche Parois opaques : voir fiche parois opaques Ensemble ponts thermiques : voir fiche ensemble ponts thermiques Type de prise en compte des ponts thermiques : .

Parmi les paramètres d’intégration concernés. 1. dites « simplifiée » (Niveau_detail_calcul = 1) ou « détaillée » (Niveau_detail_calcul = 0 ). (457) Par hypothèse aucun de ces 4 ponts thermiques n’est lié à un masque ou à un espace tampon.20. les paramètres d’intégration suivants ne sont pas renseignés : • α . (α . L’utilisateur peut aussi opter pour une description simplifiée. défini dans l’environnement proche.90°) .Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. défini dans l’environnement proche. (α . 339 .90°) . seule la longueur est saisie par l’utilisateur. l’utilisateur saisit l’ensemble des paramètres des ponts thermiques comme décrit dans la fiche C_Bat_Pont_Thermique. β ) = (0°.3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE Les ponts thermiques peuvent être saisis de deux manières différentes. β ) = (180°. Pour la description détaillée.90°) . Le comportement du pont thermique est alors modélisé par 4 ponts thermiques différents orientés respectivement par : (α . • β . et de longueur ¼ de la longueur rentrée par l’utilisateur.90°) . β ) = (90°. (α . 2. β ) = (270°. • Il n’y alors ni masques ni espaces tampons associés. Dans ce cas.

Dans le calcul simplifié il n’y a ni masques ni espaces tampons.20. Dans le calcul détaillé des ponts thermiques les rayonnements sont alors utilisés par C_BAT_pont_thermique pour déterminer le flux de chaleur dû au rayonnement solaire ainsi que le flux de chaleur dû au rayonnement froid de la voûte céleste transmis au groupe par le pont. Est déterminé également le coefficient de transmission thermique du pont. La fiche C_EEX_environnement_proche calcule les rayonnements solaires atteignant le pont thermique compte tenu de la présence possible de masques proches et/ou lointains.4 ASSEMBLAGE DES COMPOSANTS Le schéma de la figure ci-dessous présente l’organisation des composants pour l’ensemble des ponts thermiques d’un groupe. La présence d’un espace tampon est prise en compte par des coefficients de réduction des déperditions et des apports solaires. 340 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.

21 C_BAT_pont thermique 7. à savoir : • • Calcul des flux de chaleur transmis au groupe à travers le pont thermique Calcul du coefficient de transfert thermique global HTh.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.21.l.1 INTRODUCTION Cette fiche algorithme concerne les paramètres de description d’un pont thermique et les calculs effectués. 341 .

2 NOMENCLATURE Le Tableau 52 donne la nomenclature des différentes variables du modèle de pont thermique. Paramètres d’intégration du composant Nom ll Type_calcul Description Longueur du pont thermique l 0 : calcul de Cep. - Sorties Nom φsh_s. 1 : calcul de Tic Unité m Min 0 0 Max +∞ 1 Conv.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. Entrées du composant Nom Drp*l Dfp*l Rrp*l Qer*l Description Rayonnement direct atteignant le pont Rayonnement diffus atteignant le pont Rayonnement réfléchi atteignant le pont Densité de flux de chaleur de l’environnement extérieur vers la voûte céleste.l - bsolaire.l - Paramètres intrinsèques du composant Nom Sf-c.l Ψl Description Facteur solaire du pont thermique l pour le calcul du Cep Facteur solaire du pont thermique l pour le calcul du Tic Coefficient de transmission thermique du pont thermique vertical l Unité m-1 m-1 W/m.K Min 0 0 0 Max 1 1 +∞ Conv.21.l HTh.l Sf-e.l Description Flux de chaleur dû au rayonnement solaire absorbé transmis au groupe à travers le pont thermique l Flux de chaleur dû au rayonnement froid de la voûte céleste transmis au groupe à travers le pont thermique l Coefficient de transmission thermique global du pont thermique l entre l'extérieur et l’intérieur Coefficient de transmission thermique global du pont thermique l entre l'extérieur et l’intérieur en l’absence d’espace tampon Unité W φsh_vc.l W W/K W/K 342 . compte tenu de l’inclinaison de la paroi Coefficient de réduction des déperditions par le pont thermique l due à la présence d’un espace tampon Coefficient de réduction des apports solaires par le pont thermique l due à la présence d’un espace tampon i Unité W/m² W/m² W/m² W/m² btherm.l HTh_set.

0 Tableau 52 : Nomenclature des différentes variables du modèle de pont thermique 343 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Variables internes Nom Sf.l Isr. 25.l l bvoute.l Description Facteur solaire du pont thermique l Indice indiquant qu’il s’agit du pont thermique l Coefficient de réduction des échanges avec la voûte céleste par le pont thermique l due à la présence d’espace tampons Rayonnement solaire global atteignant le pont thermique l Unité m-1 W/m W/m Constantes Nom he Description Coefficient d’échange global (convectif+radiatif) extérieur Unité W/m²K Conv.

l = S f − c.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.21.l = ll ⋅ btherm .3 Calcul des flux solaires transmis au groupe Le flux solaire global absorbé par le pont thermique l et transmis au groupe s’écrit : Φ sh _ s . l ⋅ I sr . bsolaire.l.3.l. ainsi : bvoute.21.21. l .3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE 7. On fait l’hypothèse que l’espace tampon bloque les échanges du pont thermique l avec la voûte céleste. s' il s' agit du calcul de Cep Type _ calcul = 0    S f .l .l .2 Prise en compte des espaces tampons : seulement pour le calcul détaillé Un pont thermique peut être en contact avec un espace tampon. l = Drp *l + Dfp *l + Rrp *l (458) 7.l.3.l = S f − e. l = l l ⋅ Ψ l (462) 344 .21. l (459) Avec.l = 0 7. L’effet de la présence de l’espace tampon est une réduction des échanges au travers de la paroi traduite par les coefficients btherm.  S f .21.3.4 Calcul du Coefficient de transmission thermique global Le coefficient de transmission thermique global du pont thermique l entre l'extérieur et l’intérieur s’écrit : H Th .l ⋅ Ψl (461) Le coefficient de transmission thermique global de la paroi opaque k entre l'extérieur et l’intérieur en l’absence d’espace tampon s’écrit : H Th . b solaire . s' il s' agit du calcul de Tic Type _ calcul = 1  (460) 7. l = l l ⋅ S f . bvoute.1 Calcul du rayonnement solaire global Le rayonnement solaire global atteignant le pont thermique l s’écrit : I sr .3.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.l  Qer *l ⋅ l  he      (463) 345 .3.l = ll ⋅ bvoute .21.5 Calcul du flux de chaleur dû au rayonnement froid de la voûte céleste Le flux de chaleur transmis au groupe dû au rayonnement froid de la voûte céleste s’écrit :  Ψ Φ sh _ vc .

22. 346 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.1 INTRODUCTION Cette fiche calcule les propriétés de l’ensemble des ponts thermiques ainsi que la longueur totale des ponts thermiques du groupe.22 C_BAT_ensemble_ponts_thermiques 7.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.2 NOMENCLATURE Le Tableau 53 donne la nomenclature des différentes variables du modèle d’assemblage des fiches algorithme liées aux ponts thermiques.l ll Description Flux de chaleur dû au rayonnement solaire absorbé transmis au groupe à travers le pont thermique l Flux de chaleur dû au rayonnement froid de la voûte céleste transmis au groupe à travers le pont thermique l Coefficient de transmission thermique global du pont thermique l entre l'extérieur et l’intérieur longueur du pont thermique l Unité W W W/K m Sorties Nom φsh_s Description Flux de chaleur dû au rayonnement solaire absorbé transmis au groupe à travers l’ensemble des ponts thermiques Flux de chaleur dû au rayonnement froid de la voûte céleste transmis au groupe à travers l’ensemble des ponts thermiques Coefficient de transmission thermique global de l’ensemble des ponts thermiques entre l'extérieur et l’intérieur Longueur des ponts thermiques déperditifs du groupe Unité W φsh_vc W HTh Lgrl W/K m Variables internes Nom Description Unité Constantes Nom Description Unité Conv.22. Tableau 53 : Nomenclature du modèle 347 .l φsh_vc.l HTh. Entrées du composant Nom φsh_s.

2 Calcul du flux de chaleur dû au rayonnement solaire absorbé transmis au groupe φsh _ s = ∑φsh _ s.22.22.3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE 7.l l∈groupe (466) 7.3.l l∈groupe (465) 7.3.4 Longueur totale des ponts thermiques du groupe gr L = l ∑ll l∈groupe 348 .22.3.1 Calcul du coefficient de transfert thermique global de l’ensemble des parois opaques du groupe HTh = ∑HTh.3 Calcul du flux dû au rayonnement froid de la voûte céleste transmis au groupe φsh _ vc = ∑φsh _ vc. l l∈groupe (464) 7.22.22.3.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.

refroidissement) et les températures intérieures (air. éclairage artificiel…). systèmes. 349 . Il est à souligner que les transferts thermiques par conduction entre les groupes ne sont pas pris en compte.23.1 INTRODUCTION Un groupe correspond à un local ou à un ensemble de locaux dont l’air est supposé homogène en température et en humidité. au pas de temps horaire. Il s’agit d’un modèle dynamique. Figure 61 : Schéma RC du modèle de comportement thermique d’un groupe Le modèle permet de calculer pour un groupe. les puissances requises (chauffage. des apports solaires et des gains internes dus aux occupants et aux équipements (bureautique. Le calcul s’effectue en tenant compte des échanges thermiques avec l’extérieur (à travers l’enveloppe et par ventilation).Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. On considère uniquement les transferts convectifs de chaleur via les débits d’air de ventilation entre les groupes.23 C_BAT_comportement thermique d’un groupe 7. fondé sur des simplifications du transfert de chaleur entre les environnements intérieurs et extérieurs. Ce modèle peut être représenté sous forme d’un réseau RC comme le montre la Figure 61. opérative. radiante moyenne…). Cette partie est consacrée à la description du modèle de comportement thermique d’un groupe.

d’autres groupes ou des systèmes spécifiques) à la température Taj Humidité de l’air entrant dans le groupe (en provenance de l’extérieur.23.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. d’un espace tampon. d’autres groupes ou des systèmes spécifiques) à la température Taj Flux de chaleur total transmis par les baies au groupe sous forme de rayonnement de courte longueur d’onde Flux de chaleur total transmis par les baies au groupe sous forme de rayonnement de grande longueur d’onde et d’échange convectif Flux total transmis dû au rayonnement froid vers la voute céleste Flux de chaleur total transmis par les baies au groupe à travers la lame d’air intérieure ventilée (lame d’air se situant entre la baie vitrée et la protection solaire intérieure) Facteur de transmission thermique global par les baies entre les environnements intérieurs et extérieurs Flux de chaleur total dû au rayonnement solaire absorbé transmis au groupe à travers les parois opaques Flux de chaleur total dû au rayonnement froid de la voûte céleste transmis au groupe à travers les parois opaques Unité ° C Taj °C Qmaj ωj Fs1 Fs2 Baies kg/s Kg/kg W W W Ftvc Fs3 W Hges W/K φsh_sop Parois opapqeus W φsh_vcop W HTHk Coefficient de transmission thermique global des parois opaques entre l'extérieur et l’intérieur Flux de chaleur dû au rayonnement solaire absorbé transmis au groupe à travers les ponts thermiques Flux de chaleur dû au rayonnement froid de la voûte céleste transmis au groupe à travers les ponts thermiques Coefficient de transmission thermique global des ponts thermiques entre l'extérieur et l’intérieur W/K φsh_spt Ponts thermique W φsh_vcpt W HTHl W/K 350 . d’autres groupes ou des systèmes spécifiques) par le flux d’air j Débit d’air entrant dans le groupe (en provenance de l’extérieur.−fint ) Description Température de masse finale au pas de temps précédent Température de l’air entrant dans le groupe (en provenance de l’extérieur.2 NOMENCLATURE Le Tableau 54 donne la nomenclature des différentes variables du modèle de comportement thermique d’un groupe. Entrées du composant Nom ( ∆ θ mt.

0 ) ( 10 . Température moyenne secondaire pour une puissance émise de 10 W/m² intégralement radiative. moy θ s .0) ( 10 . Am_surf 0 +∞ - Cm_surf Atgroup Agr kJ/(K. 0 ) ( 0 . moy θ i . m²) m² m² 0 +∞ - 0 0 +∞ +∞ - Sorties Nom Description Température moyenne de l’air à puissance nulle (0 . 0 ) ( 0 . 10 ) (0. moy θ i . 10 ) θ rm . 0 ) ( 0 . Température moyenne de l’air pour une puissance émise de 10 W/m² intégralement radiative. 10 ) θ m .0 ) Température moyenne de l’air pour une puissance émise de 10 W/m² intégralement convective. Température radiante moyenne à puissance nulle Matrice des températures du groupe 351 .moy θ s . Température moyenne de masse à puissance nulle Température moyenne de masse pour une puissance émise de 10 W/m² intégralement convective.moy θ m .moy ( 10 . Température moyenne secondaire du groupe à puissance nulle Température moyenne secondaire pour une puissance émise de 10 W/m² intégralement convective. moy θ s . moy (0 .moy θ m .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Eclairage FeclC FeclR φint_rad Flux convectif récupérable de l’éclairage artificiel Flux radiatif récupérable de l’éclairage artificiel Apports internes radiatifs hors-occupants Apports internes convectif hors-occupants Apports internes convectif dus aux occupants d’un groupe g Apports internes radiatifs dus aux occupants d’un groupe g Pertes récupérables des systèmes sous forme de flux de chaleur radiatif Pertes récupérables des systèmes sous forme de flux de chaleur convective Wh Wh W W W W W W Flux thermiques φint_conv φint_occ_conv φint_occ_rad φrecup_rad φrecup_conv Paramètres d’intégration du composant Nom Description Surface d’échange équivalente des parois opaques avec l’ambiance ramenée à la surface utile du groupe Agr (déterminée selon la méthode décrite dans les règles Th-Bât dans leur partie inertie Th-I) Capacité thermique quotidienne du groupe ramenée à la surface utile du groupe Agr (déterminée selon la méthode décrite dans les règles Th-Bât dans leur partie inertie Th-I) Surface interne totale du groupe Surface utile du groupe Unité m²/m ² Min Max Conv.moy (0.0 ) θ i . Température moyenne de masse pour une puissance émise de 10 W/m² intégralement radiative.

0 ) ( 0 . moy Sorties supplémentaires méthode Th-E ( 10 . des parois Unité meq ωeq Am Cm θeieq θes θem φsd kg/s kg/kg m² Capacité thermique quotidienne du groupe (déterminée selon la méthode décrite dans les règles Th-Bât dans leur partie inertie Th-I) Température équivalente de l’air entrant dans le groupe en provenance de l’extérieur et d’autres groupes Température extérieure équivalente des baies Température extérieure équivalente des composants opaques Flux de chaleur transmis par les baies vitrées au groupe sous forme de rayonnement de courte longueur d’onde Flux de chaleur transmis par les ponts thermiques au groupe sous forme de rayonnement de grande longueur d’onde et d’échange convectif Flux de chaleur transmis par les parois opaques au groupe sous forme de rayonnement de grande longueur d’onde et d’échange convectif Flux de chaleur transmis par les baies vitrées au groupe à travers la lame d’air intérieure ventilée (lame d’air se situant entre la baie vitrée et la protection solaire intérieure) kJ/K °C °C °C W φsl W φsh W φsvl W 352 . Température opérative moyenne ressentie à puissance nulle Température opérative moyenne une puissance émise de 10 W/m² intégralement convective.moy θ op .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Température radiante moyenne pour une puissance émise de 10 W/m² intégralement convective. 0 ) ( 0 . moy θ op . du débit d’air neuf soufflés au niveau du groupe et du débit d’air en provenance d’autres groupes Humidité spécifique équivalente de l’air au niveau du groupe Surface d’échange équivalente opaques avec l’ambiance. Coefficient de transmission thermique correspond aux composants opaques du groupe donnant sur l'extérieur et aux ponts thermiques les concernant Facteur de transmission renouvellement d’air (= 1/Rei) thermique dû θ rm .moy θ rm .0 ) ( 10 . Température radiante moyenne pour une puissance émise de 10 W/m² intégralement radiative. 10 ) HTH-gr W/K Hgei Rms W/K K/W Résistance thermique d’échange entre surfaces internes et l’ambiance intérieure les Hges Facteur de transmission thermique global pour les baies entre les environnements intérieurs et extérieurs (= 1/Res) W/K Variables internes Nom Description Somme des débits d’air entrants au niveau des parois extérieures du groupe. 10 ) °C °C °C °C (0. Température opérative moyenne ressentie pour une puissance émise de 10 W/m² intégralement radiative.moy θ op .

Méthode de calcul Th-BCE 2012 Flux de chaleur convectif au nœud d'air θi dû aux sources internes et aux apports de chaleur convectifs dus à la lame d'air intérieure ventilée du vitrage Flux de chaleur radiatif au nœud θs dû aux sources internes Flux de chaleur radiatif au nœud θm dû aux sources internes Facteur de transmission thermique dû aux échanges internes par convection et rayonnement (= 1/Ris) Facteur de transmission thermique global pour les baies entre les environnements intérieurs et extérieurs (= 1/Res) Facteur de transmission thermique entre les surfaces internes et l'air intérieur Facteur de transmission entre l'environnement extérieur et la surface intérieure des parois opaques (= 1/Rem) Coefficient de transfert Coefficient de transfert Coefficient de transfert Flux de chaleur (pour Psys = 0) Coefficient adimensionnelle Coefficient adimensionnelle Puissance sensible totale (convective+radiative) émise par le ou le(s) émetteurs du groupe Puissance sensible totale convective émise par le ou le(s) émetteurs du groupe Puissance sensible totale radiative émise par le ou le(s) émetteurs du groupe au nœud de température θs Puissance sensible totale radiative émise par le ou le(s) émetteurs du groupe au nœud de température θm Coefficient d’échange radiatif corrigé Enthalpie spécifique équivalente de l’air au niveau du groupe Enthalpie de l’air entrant dans le groupe à la température Taj Part radiative des apports internes récupéré au nœud de température θm Part radiative des apports internes récupéré au nœud de température θs Part restante du flux solaire transmis par les baies sous forme de rayonnement CLO au nœud de température θs Part restante du flux solaire transmis par les baies sous forme de rayonnement CLO au nœud de température θm φi φs φm Hgis Hges Hgms Hgem U1 U2 U3 φmtot Ptop Ptrm φsys φsys_conv φsys_rad_s φsys_rad_m hrs heq hj frm frs frsd frmd W W W W/K W/K W/K W/K W/K W/K W/K W W W W W W/m²K J/kg - 353 .

Méthode de calcul Th-BCE 2012 Constantes Nom hri hci Cv Ca Hfg fsa Description Coefficient d’échange radiatif intérieur Coefficient d’échange convectif intérieur Chaleur massique de l’eau Chaleur massique de l’air Chaleur latente de vaporisation de l’eau Part du flux solaire φsd transmise directement au nœud de température θi Unité W/m²K W/m²K J/kgK J/kgK J/kgK Conv.5 1830 1006 25*105 0.5 2. 5.1 Tableau 54 : Nomenclature des différentes variables du modèle de comportement thermique d’un groupe 354 .

φm. La droite du groupe.1 Etapes de calculs Le comportement thermique d’un groupe est représenté par une droite appelée « la droite du groupe ». Etape 3 : calcul des flux de chaleur internes φi. Cette droite exprime la relation linéaire qui existe entre la température du groupe mesurée par la sonde de température. Hgem.3. et la puissance totale (convective + radiative) fournie par le système d’émission (ventilo-convecteurs. θsd. Le calcul du comportement thermique d’un groupe s’effectue suivant les étapes suivantes: • • • • Etape 1 : calcul des coefficients de transferts thermiques Hgei. Hgis et Hgms. Le comportement du système d’émission est également représenté par une courbe reliant θsd et φsys. Etape 2 : calcul des températures extérieures équivalentes θeieq. Hges. la courbe du système d’émission et leur point d’intersection sont calculés à chaque pas de temps de simulation. radiateurs…) du groupe. Etape 4 : calcul de la matrice du comportement thermique du groupe 355 .3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE 7. φs. θes.23. φsys. et θem.23.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. L’intersection entre cette droite et la courbe de comportement du système d’émission permet d’obtenir la température de fonctionnement du groupe et la puissance totale émise par le système d’émission.

est calculé comme suit : Hg ei = m eq ⋅ (C a + C v ⋅ ω eq ) (467) Avec.5 × A gr Le coefficient de transfert thermique entre les surfaces internes des composants opaques et l'air intérieur. Le coefficient de transfert thermique dû aux échanges internes par convection et rayonnement. h is = h ci + h rs (471) (472) Atgroupe = 4. est calculé à l’aide de l’équation suivante : Hg ms = h is ⋅ A m Où : A m = A m _ surf × A gr (473) (474) Le coefficient de transfert thermique entre l'environnement extérieur et la surface intérieure des parois opaques.23. meq = ∑ Qma j j (468) ∑ Qma ω eq = j j j ⋅ωj (469) j ∑ Qma Remarque : dans le cas où l’air entrant provient d’un espace tampon.2 Calcul des coefficients de transferts thermiques Le coefficient de transfert thermique dû renouvellement d’air. est calculé à l’aide de l’équation suivante : Hgis = A tgroupe 1 1 − h ci h is (470) Avec.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.3. Hgei. Hgem. Hgis. Hgms. est calculé à l’aide de l’équation suivante : Hg em = 1 1 H TH −gr − 1 Hg ms (475) Avec. on prendra l’hypothèse que l’humidité spécifique est celle de l’air extérieur. H TH − gr = H THl + H THk (476) 356 .

3 Calcul des températures extérieures équivalentes Les températures extérieures équivalentes sont calculées comme suit : • Température extérieure équivalente des baies : θes = θei + Avec : φsl Hges (478) φ sl = Fs 2 + Ftvc • Température extérieure équivalente des parois opaques : (479)  1 1 θ em = θ ei + φ sh ⋅   Hg + Hg em ms  Avec :     (480) φ sh = φ sh _ s + φ sh _ vc + φ sl _ s + φ sl _ vc • (481) Température équivalente de l’air entrant dans le groupe en provenance de l’extérieur et d’autres groupes : θ eieq = (C h eq − H fg ⋅ ω eq a + C v ⋅ ω eq ) (482) L’humidité équivalente ωeq est calculée selon l’équation (469). h j = (C a + C v ⋅ ω j ) ⋅ Ta j + H fg ⋅ω j (484) 357 . les coefficients HTH-gr .3. Hgei et Hges sont rajoutés aux sorties de la fiche.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Dans le cadre de la méthode Th-E. On calcule également la résistance Rms (voir ci-dessous) : Rms = 1 Hgms (477) 7. L’enthalpie équivalente heq est calculée comme suit : ∑h h eq = j j j ⋅ Qma j j ∑ Qma (483) Avec.23.

usages…). Ce flux est calculé à l’aide de l’équation suivante : φ i = f sa ⋅ Fs1 + Fs 3 + φ int_ conv + φ int_ occ _ conv + φ recup _ conv + Fecl _ c (485) Les flux de chaleur radiatifs φs et φm injectés respectivement aux nœuds de température θs et θm comprennent (voir équation (486) et (487) ): • • Une partie du rayonnement solaire transmis par les baies sous forme de rayonnement de courte longueur d’onde. Une partie des pertes récupérables des systèmes. 358 . Une partie des pertes récupérables des systèmes φ s = f rsd ⋅ (1 − f sa ) ⋅ Fs1 + f rs ⋅ (φ int − rad + φ int_ occ _ rad + φ recup _ rad + Fecl _ r ) φ m = f rmd ⋅ (1 − f sa ) ⋅ Fs1 + f rm ⋅ (φ int − rad + φ int_ occ _ rad + φ recup _ rad + Fecl _ r ) Avec. située entre les vitrages et leurs protections solaires intérieurs mobiles.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Calcul des flux de chaleur internes Le flux de chaleur convectif φi injecté au nœud de température θi comprend : • • • • Les apports internes convectifs (occupants. (486) (487) Atgroupe − Am − f rs = Atgroupe f rm = Am A tgroupe Hges his (488) (489) Atgroupe − Am − ∑ Ab f rsd = Atgroupe − ∑ Ab b b (490) f rmd = Am Atgroupe − ∑Ab b (491) On note que les puissances convectives et radiatives émises par le système d’émission ne sont pas incluse dans les flux φi. φs et φm. Ces puissances sont représentées par les flux de chaleur φsysconv et φsys-rad. Une partie du rayonnement solaire transmis par les baies sous forme de rayonnement de courte longueur d’onde. Les apports de chaleur convectifs liés à la lame d'air intérieure ventilée.

• ∆θm + Hgem ⋅ θm − θem + Hgms ⋅ θm − θs = φm + φsys−rad−m ∆t ( ) ( ) (495) La température opérative θop est calculée comme suit : θ op = p top ⋅ θ s + (1 − p top )⋅ θ i (496) Avec. p trm = 1 + h ci h rs (499) Les équations (493) et (494) peuvent être écrites de la manière suivante :   φi + φsys−conv    Hg ⋅ θ + φ + φ   ms m s sys−rad−s + Hges ⋅ θes + U1 ⋅  θeieq +   Hgei    θs = Hgms + Hges + U1 (500) 359 .3.4 Bilan thermique d’un groupe Cm est calculée de la manière suivante: C m = C m _ surf × A gr (492) La représentation du modèle thermique en réseau RC (voir Figure 61) se traduit par les bilans thermiques suivants : • Bilan thermique pour le nœud de température θi : Hg ei ⋅ θ i − θ eieq + Hg ( ) is ⋅ θ i − θ s = φ i + φ sys − conv ( ) (493) • Bilan thermique pour le nœud de température θs : Hg es ⋅ θ s − θ es + Hg ( ) is ⋅ θ s − θ i + Hg ( ) ms ⋅ θ s − θ m = φ s + φ sys − rad − s ( ) (494) • Bilan thermique pour le nœud de température θm : Cm De plus.23.  h  p top = 0.5 ⋅  1 + ci   hrs    • (497) la température θrm est calculée à partir des températures θi et θs à l’aide l’équation suivante : θ rm = p trm ⋅ θ s + (1 − p trm ) ⋅ θ i (498) Avec.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7.

5 ⋅ (U 3 + Hg em ) + φ mtot  3.moy = t t θ(m) + θ(m−∆t ) 2 (508) En remplaçant θi et θs par leurs valeurs indiquées dans les équations (500) et (501).5 ⋅ (U 3 + Hg em ) 3. 2 ⋅ h ri (502) U1 = 1 1 1 + Hgei Hgis (503) U 2 = U 1 + Hg es (504) U3 = 1 1 1 + U 2 Hg ms (505) φ mtot = φ m + φ sys − rad − m + Hg em ⋅ θ em   φ i + φ sys −conv  φ + φ + Hg es ⋅ θ es + U 1 ⋅  + θ eieq   sys − rad − s    s Hg ei    +U3 ⋅ U2 (506) La résolution de l’équation différentielle (495) est effectuée suivant le schéma de résolution de Crank-Nicholson en considérant un pas de temps d’une heure : Cm Avec.6 ⋅ ∆t (509) 360 .6 ⋅ ∆t  Cm + 0.moy −θs = φm + φsys−rad−m ( ) ( ) (507) θm.Méthode de calcul Th-BCE 2012 θi = Avec.moy −θem + Hgms ⋅ θm. la température de masse θm au pas de temps (t) est exprimée en fonction de sa valeur au pas de temps (t-∆t) de la manière suivante : ( θ mt − ∆t ) ⋅  ( θ mt ) =  Cm  − 0. (Hg is ⋅ θs + Hg ei ⋅ θ eieq + φi + φ sys−conv Hg is + Hg ei ) (501) h rs = 1. ( ( θmt ) −θmt −∆t ) ∆t + Hgem ⋅ θm.

θm.et θrm pour les trois cas suivants : • • • Evolution libre : φsys-conv = 0 x Agr (W).moy et θop. la puissance sensible totale (convective+radiative) émise par le système d’émission du groupe.fin. θs.fin. (512) 361 .5 Matrice de comportement thermique du groupe Soit φsys.23. φsys-rad = 0 x Agr (W).moy. θs.et θrm sont calculées respectivement pour : • • Cas 1 – Calcul pour la température de masse moyenne sur le pas de temps : θm = θm. φsys-rad = 10 x Agr (W). Cette matrice et le modèle du système d’émission. θrm. θs. θrm. Il s’agit donc de θi. θop. La matrice de comportement thermique du groupe est ainsi une matrice de 5 lignes et 6 colonnes comme le montre l’équation (512). Les valeurs des températures θi. φsys-rad est repartie entre les deux nœuds de température θs et θm de la manière suivante : φsys−rad−s = f rs ⋅ φsys−rad φsys−rad−m = f rm ⋅ φsys−rad (511) La matrice de comportement thermique d’un groupe comprend les valeurs des températures θi. θm.fin. Puissances émises convectives : φsys-conv = 10 x Agr (W).3. θs. Cas 2 – Calcul pour la température de masse à la fin du pas de temps : θm = θm(t)= θm.Méthode de calcul Th-BCE 2012 7. φsys-rad = 0 x Agr (W). Puissances émises radiatives : φsys-conv = 0 x Agr (W). φsys s’écrit : φ sys = φ sys − conv + φ sys − rad (510) φsys-conv et φsys-rad sont respectivement les puissances sensibles convectives et radiatives émises par le système d’émission du groupe. θop. θop.fin.fin.moy.moy.moy. permettent de déterminer les valeurs effectives de la puissance totale émise et des températures du groupe au pas de temps considéré. Il s’agit donc de θi.

Modélisation de réseaux et de bouches reliés à une CTA 362 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 8.1 C_VEN_BBIO 8. Cette proposition repose sur la modélisation simplifiée de la norme européenne EN NF 15241. VENTILATION 8. Figure 62.1 INTRODUCTION Cette fiche algorithme décrit le système de ventilation utilisé pour le calcul du BBIO.1.

cond θ i.Méthode de calcul Th-BCE 2012 8. Entrées du composant Nom Description Indicateur de ventilation de la zone (Occ / Inocc) Débit volumique spécifique repris au niveau du groupe par le système S Débit volumique spécifique soufflé au niveau du groupe par le système S Débit repris par le système S en tenant compte des conduits Débit soufflé par le système S en tenant compte des conduits Température de l’air intérieur du groupe à la fin du pas de temps précédent Température extérieure au pas de temps Unité Bool m3/h m3/h m3/h m3/h °C °C kg/kgas h I vent g .5 ε Paramètres intrinsèques Constantes Nom Cpa pel Description Chaleur massique de l’air Taux de récupération sur les ventilateurs Unité J/kg.cond g . Textrs2 Description Température de l’air repris après impact des pertes du conduit Température de l’air repris après impact du ventilateur d’extraction Température de l’air soufflé après impact de l’échangeur Température de l’air soufflé après impact du ventilateur de soufflage Puissance électrique du ventilateur de reprise Puissance électrique du ventilateur de soufflage Unité °C °C °C °C W W T souf 1 Tsouf 2 Pventrep Pventsouf 363 .K Conv.s qsoufflé.1. fin θ ext wext Dugd h Poids d’eau dans l'air extérieur au pas de temps h Durée d’Utilisation du Grand Débit exprimée en h/semaine Paramètres d’intégration du composant Nom Description Efficacité de l’échangeur .s q spec _ souffle g. fixée à 0.5 pour le calcul du BBIO Unité ad Min 0 Max 1 Conv. T extrs1 g.s q spec _ repris g .8 0 1 Variables internes Nom g. 0. q reps.2 NOMENCLATURE Le Tableau 55 donne la nomenclature des différentes variables du modèle de calcul des débits de ventilation spécifique pour le calcul du Bbio. 1006 0.

s q spec _ repris g .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Sorties Nom g .s q spec _ souffle g Tair _ souffle g ω air _ souffle Description Débit volumique spécifique repris au niveau du groupe par le système S Débit volumique spécifique soufflé au niveau du groupe par le système S Température de l’air soufflé dans le groupe (en provenance de l’extérieur ou d’autres groupes) Humidité de l’air soufflé dans les groupes (sortie CTA) Déperditions par la ventilation Unité m3/h m3/h °C kg/kgas Hvent W/K Tableau 55 : Nomenclature du modèle 364 .

Textrs1 = θigfin .2 Températures de l’air extrait On définit dans ce paragraphe la température de l’air à la sortie du ventilateur de reprise 1.1 Définition des puissances de ventilateur Pour le calcul du BBIO.3. on considère que les ventilateurs de soufflage et d'extraction sont de puissance nulle.1. la puissance des ventilateurs est nul (paragraphe 8.34× abs q ( g .1.1). Température après impact du ventilateur d'extraction : g . Textr2 = Textrs1 + pel × Pventrep 0.s rep. 365 .3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE Pour le calcul du BBIO.cond ) (Eq 516 ) On rappelle que pour le BBIO. 8.s g. le système de ventilation est une VMC à débit soufflé et extrait constant avec efficacité d’échangeur de 50 %.3. on a : Quel que soit Ivent Pvent rep = 0 (Eq 513 ) Et Pvent souf =0 (Eq 514 ) 8. pour tous les usages. (Eq 515 ) 2. L’impact des pertes de conduit est nul dans le calcul du BBIO : g.3.1.1. Ainsi.Méthode de calcul Th-BCE 2012 8.

1. la température de l’air soufflé est définit comme suit : g T Air _ soufflé = Tsouf 2 (Eq 519 ) L’humidité de l’air neuf fourni au groupe par le système de ventilation conventionnel du BBIO est défini comme suit : g ω air _ soufflé = ω ext (Eq 520 ) 8.4 Déperditions par la ventilation g.3 Cas du réseau de soufflage 1.cond ) (Eq 518 ) On rappelle que pour le BBIO.s soufflé.Méthode de calcul Th-BCE 2012 8.s H vent = qsoufflé. cond * C pa * (1 − ε ) (Eq 521 ) 366 .3. La température de l’air soufflé après impact de l’échangeur statique est définie comme suit : T souf 1 = θ ext + ε × (T extr 2 − θ ext ) (Eq 517 ) 2.3. Au final.1.1.3.1).34× abs q ( g . Température après impact du ventilateur d'extraction : Tsouf 2 = Tsouf1 + pel × Pventsouf 0. la puissance des ventilateurs est nul (paragraphe 8.

2 C_VEN_Bouche_conduit 8. Figure 63. Modélisation de réseaux et de bouches reliées à une CTA 367 . Cette proposition repose sur la modélisation simplifiée de la norme européenne EN NF 15241.2.1 INTRODUCTION Cette fiche algorithme décrit les débits aux bouches d’extraction et aux bouches de soufflage.Méthode de calcul Th-BCE 2012 8. Elle tient aussi compte des pertes des conduits d’amenée d’air et des conduits d’extraction.

2 NOMENCLATURE Le Tableau 56 donne la nomenclature.s Acond .2.conv_ base logements collectifs. Débit volumique spécifique conventionnel soufflé g. Débit volumique spécifique conventionnel repris en g. souffle.s en occupation pour les usages autre que maison qspec.inocc individuelle ou accolée et les logements collectifs. Débit volumique spécifique conventionnel soufflé g.B.s base en maison individuelle ou accolée et les qspec.rep g . souffle.occ Description Unité m3/h Min 0 Max +∞ Conv. Débit volumique spécifique conventionnel repris g.s qspec. Débit volumique spécifique conventionnel soufflé g. - Débit volumique spécifique conventionnel repris en occupation pour les usages autre que maison individuelle ou accolée et les logements collectifs.s en inoccupation pour les usages autre que maison qspec.Méthode de calcul Th-BCE 2012 8.s qspec.rep. Débit volumique spécifique conventionnel repris en g.D) Ratfuitevc Ratio des fuites en volume chauffé Crdbnr Coefficient de réduction des débits Cdep Coefficient de dépassement Durée d’Utilisation du Grand Débit exprimée en Dugd h/semaine g .soufflé. s en inoccupation pour les usages autre que maison qspec.s qspec.rep. Cletres Classe d'étanchéité du réseau (A.s qspec.conv _ base en base en maison individuelle ou accolée et les logements collectifs. Entrées du composant Nom Description Unité Bool Bool I vent IdbesoinCH_i nocc_prev IdbesoinFR_i noc_prev Irelance(h)CTA Indicateur de ventilation de la zone (Occ / Inocc) indicateur de besoin de chauffage au pas précédent en inoccupation dans un groupe relié à une CTA DAC avec recyclage ou DAV indicateur de besoin de froid au pas précédent en inoccupation dans un groupe relié à une CTA DAC avec recyclage ou DAV indicateur de phase de relance Bool entie r Paramètres d’intégration du composant Nom g.inocc individuelle ou accolée et les logements collectifs. soufflé.C.conv _ po int e en pointe en maison individuelle ou accolée et les logements collectifs.conv _ po int e pointe en maison individuelle ou accolée et les logements collectifs. soufflé m3/h 0 +∞ - m3/h 0 +∞ - m3/h 0 +∞ - m3/h 0 +∞ - m3/h 0 +∞ - m3/h 0 +∞ - m3/h 0 +∞ - 0 ad h m2 m2 m K/ W m2K/ W m3/h 2 1 0 0 0 0 0 -∞ 0 1 +∞ +∞ +∞ +∞ +∞ +∞ - Surface du conduit de reprise Surface du conduit de soufflage Résistance thermique de la partie du conduit de reprise située hors volume chauffé Résistance thermique de la partie du conduit de soufflage située hors volume chauffé Rrep Rsoufflé Cas DAV : débit de soufflage pour le 368 .occ individuelle ou accolée et les logements collectifs. Débit volumique spécifique conventionnel soufflé g.s Acond .rep.rep.

s q soufflé . dep g. min g . min Sorties Nom g .s q soufflé .regul g . 1.s q soufflé . fuites 369 . regul Description Débit de reprise avec régulation Débit soufflé avec régulation Débit soufflé tenant du coefficient de dépassement de la bouche Débit repris maximum Débit soufflé maximum Débit repris minimum Débit soufflé minimum Unité m3/h m3/h m3/h m3/h m3/h m3/h m3/h g . max g q rep.Méthode de calcul Th-BCE 2012 préchauffage en occupation Cas DAV : débit de soufflage en zone neutre en occupation Cas DAV : débit de soufflage pour le préchauffage en inoccupation Cas DAV : débit de soufflage en zone neutre en inoccupation Ttypologie Isouf Maison individuelle ou accolée et les logements collectifs. s. qreps. q reps.s q soufflé . Ratdebcond dP 0 Pa +∞ Constantes Nom Description Coefficient de la fenêtre Unité Réel Conv. ou autres usages Isouf= 0 extraction Isouf = 1 insufflation m3/h m3/h m3/h 0 0 0 - +∞ +∞ +∞ 1 - entier 0 Paramètres intrinsèques Nom Ratsurfcond Description Valeur conventionnelle du rapport de la surface de conduit aéraulique à la surface habitable (SHAB) Valeur conventionnelle du rapport de la surface de conduit aéraulique au de débit de ventilation Différence de pression Unité 0 Min +∞ Max Conv.s qrepris.s qspec _ repris g . max g .s qspec_ souffle Description Débit volumique spécifique repris au niveau du groupe pour le système s Débit volumique spécifique soufflé au niveau du groupe pour le système s Débit repris tenant compte des fuites du réseau pour le système s Unité m3/h m3/h m3/h g .7 Cfenb Variables internes Nom g.

s Acond .Méthode de calcul Th-BCE 2012 g .s q soufflé . dep Dugd Crdbnr cdep Ratfuitevc Débit soufflé tenant compte des fuites du réseau pour le système s Débit repris en tenant compte des conduits pour le système s Débit soufflé en tenant compte des conduits pour le système s Débit repris tenant du coefficient de dépassement de la bouche Durée d’Utilisation du Grand Débit exprimée en h/semaine Coefficient de réduction des débits Coefficient de dépassement Ratio des fuites en volume chauffé Cas DAV : débit maximal de soufflage pour le préchauffage Cas DAV : débit minimal de soufflage imposé dans le cas de la DAV m3/h m3/h m3/h m3/h h ad ∞ 0 m3/h m3/h Pa m /(s.cond g.s q soufflé .rep g . soufflé Coefficient de fuite de réseau Surface du conduit de reprise Surface du conduit de soufflage Tableau 56 : Nomenclature du modèle 370 . q reps. fuites g .s Acond . m2 ) sous 1 Pa m² m2 3 dP Différence de pression Kres g .s q repris . cond g .

s g.s g . max = − q spec .2.1. 371 .s qreps.s q reps. g .2. min = q spec . occ g . en maison individuelle ou accolée et les logements collectifs.min = 0 (Eq 525 ) Dans le cas particulier de l’aération.1. Pour chaque bouche.3. les débits correspondent au débit d’hygiène.s q soufflé . min = 0 (Eq 524 ) Si Isouf = 1 g . occ g. soufflé . Pour le calcul du Bbio.2. max = 0 (Eq 523 ) On définit le débit minimal d’air soufflé ou repris de la bouche comme suit : Si Isouf = 0 g.s qrep.s qrep. g .3. 8.s q soufflé .1 Cas d’une ventilation autre que la CTA à Débit d’Air Variable Ce paragraphe traite de tous les systèmes de ventilation autre que les CTA (Centrale de Traitement d’Air) à Débit d’Air Variable.s q soufflé . rep . soufflé .1 Si Isouf = 0 Cas des usages hors maison individuelle ou accolée et logements collectifs On définit le débit maximal d’air soufflé ou repris de la bouche comme suit : g. Dans le cas (exceptionnel) où cette hypothèse ne serait pas vérifiée.2. il conviendrait pour chaque local de prendre soit en extraction soit en fourniture le plus grand des débits (en valeur absolue) conforme à la réglementation et de mettre l’autre à 0 avant de cumuler les débits par groupe. on définit un débit minimal et un débit maximal soufflé ou repris.3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE Les débits volumiques sont définis au niveau du groupe. Pour le calcul des consommations. inocc g .Méthode de calcul Th-BCE 2012 8. ventilation naturelle par ouverture des fenêtres.s q soufflé . 8.max = 0 (Eq 522 ) Si Isouf = 1 g. max = qspec . Il traite aussi de l’aération (ouverture des fenêtres) et du débit de l’assistance mécanique des systèmes de ventilation hybride (naturelle assistée). inocc g.3. min = − q spec . L’indicateur de ventilation de la zone I vent est vrai quand la zone est occupée du point de vue de la ventilation et est faux sinon.les débits sont des débits d’hygiène. rep .1 Définition du débit minimal et débit maximal de la bouche 8. Les débits de ventilation sont par ailleurs différents selon que la zone est occupée ou inoccupée.1. alors qu’en autres usages ce sont des débits totaux soufflés ou extraits. on fait l’hypothèse que la réglementation d’hygiène (réglementation ventilation) impose par local soit des débits à fournir (soufflage) ou des débits à extraire (débit repris).

conv _ base g. il s’agit d’indiquer les débits d’hygiènes pendant l’assistance mécanique. qreps.2 Si Isouf = 1 Cas d’une ventilation CTA-DAV On définit le débit maximal d’air soufflé ou repris de la bouche comme suit : g. max = 0 (Eq 527 ) On définit le débit minimal d’air soufflé ou repris de la bouche comme suit : Si Isouf = 0 g. q reps. ZN max g .2 Si Isouf = 0 Cas des maisons individuelles ou accolées et les logements collectifs. g.s qreps. conv _ po int e g.s q soufflé . max = 0 (Eq 526 ) Si Isouf = 1 g. On définit le débit maximal d’air soufflé ou repris de la bouche comme suit : g. Note : 1.s qsoufflé .s q soufflé .CH . soufflé . min = − qspec .s g . conv _ base g.occ g . CH . min = 0 (Eq 528 ) Si Isouf = 1 g . ZN max = − q soufflé . g.1.s q soufflé . ZN . CH max = 0 g . rep .s g.s q soufflé .1. g. CH max = 0 g.1.s q reps. max = q soufflé . min = q spec . qreps.3. 2. ZN . g .CH .3. conv _ po int e g. 8. soufflé . En ventilation naturelle pure ces renseignements sont sans objet. occ g.s q soufflé . ZN max = 0 (Eq 533 ) On définit le débit minimal d’air soufflé ou repris de la bouche comme suit : 372 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 8. max = − qsoufflé . Dans le cas de la ventilation hybride.s q soufflé .occ g . min = 0 (Eq 529 ) Pour les systèmes hygroréglables. occ (Eq 530 ) g.s qreps. max = qspec . les débits seront calculés à partir des valeurs fournies par les Avis Techniques.2.s qsoufflé .s qreps.s = q soufflé .s qrep.2. CH .s g . rep . ZN max (Eq 531 ) =0 (Eq 532 ) Si Isouf = 0 g. max = − q spec .

q reps.3.1.CH min = 0 g .s q soufflé . q reps. min = q soufflé .2.s q reps. g . 8.s − q soufflé .1.s g.1 Cas des usages des maisons individuelles ou accolées et des logements collectifs.3 Cas du Bbio On définit le débit maximal d’air soufflé ou repris de la bouche comme suit : Cas des usages hors maison individuelle ou accolée et hors logements collectifs. qreps. ZN min g .1. CH . inocc (Eq 534 ) g. On utilise les équations du §8. CH .s q soufflé . inocc g . ZN min = 0 La CTA DAV est employée uniquement hors maison individuelle ou accolée et hors logements collectifs. inocc g.s q soufflé .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Si Isouf = 1 g . inocc g.CH min g. CH . min = − q soufflé .2 373 .2. ZN . CH .s = q soufflé .1. On utilise les équations du §8.1. ZN .2. ZN min (Eq 535 ) =0 (Eq 536 ) Si Isouf = 0 g.3.s q soufflé .3. ZN min =0 (Eq 537 ) = g.

9 0. Crdbnr = 1 quelle que soit l’occupation.3 (avec Crdbnr = 1). 374 . dans le cas des maisons individuelles ou accolées et des logements collectifs.2. on utilise les équations du §8.max g .s qrep.regul = Crdbnr× qrep.s g .2.3.s g .Méthode de calcul Th-BCE 2012 8. on utilise les équations du §8. q reps. Des valeurs différentes de Crdbnr peuvent être utilisées si elles sont issues de procédures d’Avis Technique ou de certifications équivalentes. max Dans le cas d’une CTA DAC avec recyclage. 8.2 Définition des débits régulés Ce paragraphe présente les règles de valorisation de la régulation des terminaux de soufflage et de reprise.max (Eq 538) (Eq 539 ) (Eq 540 ) (Eq 541 ) = vrai ou si (Eq 542 ) Si Ivent = faux : g . Dans le cas particulier de l’aération.2.s g.8 Tableau 57 : Coefficient de réduction des débits hors maisons individuelles ou accolées et hors logements collectifs suivant le mode de régulation En période d’inoccupation (Ivent = faux).s g .2.2.regul = Crdbnr × q soufflé .s q soufflé .2.regul = Crdbnr× qsoufflé.regul = Crdbnr × q reps. L’algorithme associé est décrit ci-dessous.2.regul = Crdbnr× qsoufflé.regul = Crdbnr × qrep.min si CTA DF avec recyclage et si (IdbesoinCH_inocc_prev IdbesoinF_inocc_prev = vrai ou si Irelance(h)CTA = 1) g.2.min g . Crdbnr = 1 Note : 1. 8. 3. De même pour les autres usages.2 (avec Crdbnr = 1). g.max g . 2. Ainsi.2 Dans le cas hors maisons individuelles ou accolées et hors logements collectifs En période d'occupation (Ivent = vrai).1 Cas du Bbio Dans le cas particulier du Bbio. les débits nominaux des systèmes avec régulation des débits sont multipliés par un facteur correctif Crdbnr dont les valeurs par défaut sont les suivantes : Coefficient de réduction des débits (Crdbnr) Aucune régulation des débits Dispositif de détection d’utilisation du local Dispositif de comptage d’occupants ou sondes CO2 1 0.3.s qrep.2.3. Si Ivent = vrai : g.3.s g.s qsoufflé.3. Dans le cas particulier du DAC. si dans un groupe relié à cette CTA un besoin de chaud en saison de chauffage ou de froid en saison de refroidissement est détecté en inoccupation alors la CTA démarre et tous les groupes connectés sont irrigués. Crdbnr = 1 quelle que soit l’occupation et l’usage du groupe. Crdbnr = 1 quelle que soit l’occupation. s qsoufflé.

les débits énergétiques équivalents seront calculés à partir des valeurs fournies dans les Avis Techniques ou dans une procédure equivalente. Dugd = 14.2. Ces systèmes peuvent également faire l'objet d'un Avis Technique. on définit Crdbnr = 1. Pour les bouches dont le fonctionnement n'est pas indépendant (cas par exemple d'un dispositif local commandant le passage en grand débit de toutes les bouches d'un même logement). On appliquera donc cette durée et pour la cuisine et pour la salle de bains.regul est un résultat de calcul. activée. précisant les règles de calcul à appliquer. ou d’une procédure équivalente. le débit régulé q reps.Méthode de calcul Th-BCE 2012 8.min × (168 − Dugd ) = Crdbnr × (Eq 543 ) 168 (Eq 544 ) g.max × Dugd + qrep. (Ivent = vrai ou Ivent= faux). 2. on considère par défaut que le passage en grand débit se fait de manière non concomitante et on applique donc pour chacune des bouches le temps de fonctionnement correspondant à l'ensemble des bouches munies d'un dispositif de gestion. si un logement est muni d'un dispositif central de passage en grand débit et qu'il est commandé par un dispositif manuel en cuisine et dans une salle de bains. En ventilation naturelle et en ventilation hybride où l’assistance mécanique n’est pas g. max × Dugd + qsoufflé. Pour le calcul du BBIO.3.2.s g . g . Pour les systèmes hygroréglables. min × (168 − Dugd) 168 Durée d’Utilisation du Grand Débit (Dugd) exprimée en h/semaine Avec Dugd comme suit : Ventilation mécanique Dispositifs à gestion manuelle (par défaut) Dispositifs avec temporisation Maison Individuelle ou accolée Logement Collectif 14 7 14 28 Ventilation naturelle par conduit et ventilation hybride Tableau 58 : Durée d’Utilisation du Grand Débit Note : 1.s qsoufflé.s g.s qsoufflé. A titre d'exemple.regul g .3 En maisons individuelles ou accolées et en logements collectifs Quelque soit l’occupation. 375 . le temps total de fonctionnement en grand débit sera de 14 h + 14 h = 28 h.s qrep.s qrep. régul = Crdbnr× g.

regul = Crdbnr× qsoufflé.min (Eq 547 ) si IdbesoinCH_inocc_prev = faux ou si IdbesoinFR_inocc_prev = faux et si irelance (h) = 0 (Eq 548 ) si IdbesoinCH_inocc_prev = vrai ou si IdbesoinFR_inocc_prev = vrai et si irelance (h) = 1 g.CH .CH. min g.s g .CH . regul = Crdbnr× qsoufflé. max (Eq 546 ) Si Ivent = faux : g .s g .CH . max (Eq 549 ) Dans le cas d’une CTA DAV.CH.s g.s g.CH.regul = Crdbnr× qsoufflé. ZN .s g.ZN . max g. s qrepZN. ZN .CH . s qsoufflé.2. max g . 376 .s qsoufflé.min g.s qrep.s qsoufflé.regul = Crdbnr× qsoufflé.s g.ZN .CH . regul = Crdbnr× qrep. max g. s qsoufflé. s g. Si Ivent = vrai : g.CH . s qrep.s qrep.CH .CH .2.ZN .regul = Crdbnr × qrep.min g .4 Cas du DAV Dans le cas particulier du DAV. regul = Crdbnr× qrep.CH . s g. regul = Crdbnr× qrep.Méthode de calcul Th-BCE 2012 8.s g.3. ZN . par défaut Crdbnr = 1 quelle que soit l’occupation.s qsoufflé.s qrepZN . regul = Crdbnr× qsoufflé. si dans un groupe relié à cette CTA un besoin de chaud en saison de chauffage ou de froid en saison de refroidissement est détecté en inoccupation alors la CTA démarre et tous les groupes connectés sont irrigués.max (Eq 545 ) Et g.s g . regul = Crdbnr × qrep.

Dans l’aération. dep = Cdep × qrep.10 Cdep issu de l’ATec ou équivalent Tableau 59 : Valeurs de Cdep à considérer Cas particuliers : 1.s g. 2.s qrep.ZN .3.regul g.CH .s qsoufflé. dep = Cdep × qrep.3.dep = Cdep × qsoufflé. on utilise : Cdep BBio =1 (Eq 552 ) 8.s g .Méthode de calcul Th-BCE 2012 8. s qrep. Cdep = Cfenb quelle que soit l’occupation.s qsoufflé. regul g . Valeurs de Cdep Valeur par défaut Composants auto réglables certifiés Composants sous avis technique (ATec) ou procédure équivalente 1.2. Pour le calcul conventionnel du BBIO.s g. s g. regul g. s qrep.CH . CH .s g . ZN .3.s qsoufflé.3 Coefficient Cdep On intègre également l'impact du coefficient de dépassement.CH . regul g .25 1.1 Cas du DAV On intègre également l'impact du coefficient de dépassement. g .dep = Cdep × qsoufflé. regul (Eq 550 ) (Eq 551 ) Le coefficient de dépassement Cdep est un facteur multiplicatif visant à prendre en compte les contraintes de dimensionnement de l’installation de ventilation et la dispersion des caractéristiques de composants.2.dep = Cdep × qsoufflé. g. ZN .dep = Cdep × qrep.ZN .s g.regul (Eq 553 ) (Eq 554 ) (Eq 555 ) (Eq 556 ) 377 .

Méthode de calcul Th-BCE 2012

8.2.3.4 Prise en compte des fuites des réseaux
On présente dans ce paragraphe le mode de prise en compte des fuites dans les réseaux aérauliques, principalement entre les ventilateurs et le volume chauffé (voir Figure 63). Les fuites totales sont les suivantes :
g ,s g ,s qrepris, fuites = −3600× Kres× Acond,rep × dP0.667

(Eq 557 )

Et/ou
g ,s g ,s qsoufflé, fuites = 3600× Kres× Acond,soufflé × dP0.667

(Eq 558 )

Kres est fonction de la classe d'étanchéité du réseau : Classe d’étanchéité du réseau Cletres A B C Valeur par défaut DEF Cas de l’aération et du BBio Kres (m3/(s.m2) sous 1 Pa) 0,027 10-3 0,009 10-3 0,003 10-3 0,0675 10-3 0

Tableau 60 : Valeurs conventionnelles de Kres

Les valeurs de la différence de pression dP sont définies comme suit : • •
g, Si q reps,dep = 0 ; alors g ,s Si qsouf ,dep = 0 ; alors

dP = 0 dP = 0

g, pour le calcul de q reps, fuites g ,s pour le calcul de qsouf , fuites

Si non, les valeurs dP sont définies sont présentées dans le Tableau 61 Les valeurs des ratios sont également présentées dans le Tableau 61.

378

Méthode de calcul Th-BCE 2012

Ratfuitevc Ratio de part de conduit en volume chauffé Par défaut Maison individuelle ou accolée Bâtiment collectif Bâtiment hors maisons individuelles ou accolées et hors logements collectifs

Ratsurfcond (m par m de SHAB)
2 2

Ratdebcond m par m /h
2 3

dP en Haute Pression Pa

dP en moyenne Pression Pa

dP en Basse Pression

Pa conventionn el 20 20

conventionnel

conventionnel

conventionnel conventionnel

0.25 0.5

0.1 0.05

80 160

40 40

0.75

0.05

250

Tableau 61 : Valeurs des paramètres Ratfuitevc, Ratsurfcond et Ratdebcond

Haute Pression : • • • C_VEN_Mécanique_simple_Flux : Mécanique Extraction Mécanique (VMC SF) et Insufflation

C_VEN_Mécanique_Double_flux : VMC DF et CTA à Débit Constant et à Débit Variable C_VEN_CTA-DAV : DAV

Moyenne Pression : Ventilation Mécanique Basse Pression (C_VEN_Mécanique_BassePression) Basse Pression : Ventilation Naturelle par conduit et Ventilation hybride (C_VEN_VNat-VNHyb). En Maison Individuelle ou accolée
g ,s Acond = SHAB × Ratsurfcon d

(Eq 559 )

En non résidentiel ou en logement collectif
g ,s g ,s Acond,rep = abs qrep,max × Ratdebcond

(

)

(Eq 560 )

Et/ou
g ,s g ,s Acond,soufflé = qsoufflé,max × Ratdebcond

(Eq 561 )

Au final :
g,s g,s g ,s qspec _ repris = qrep,dep + Ratfuitevc× qrepris, fuites g ,s g ,s g ,s qspec_ soufflé = qsoufflé,dep + Ratfuitevc× qsoufflé, fuite

(Eq 562 ) (Eq 563 )

379

Méthode de calcul Th-BCE 2012

Débit volumique repris ou soufflé après prise en compte de la totalité des conduits (Débit vu par le ventilateur, à utiliser pour le dimensionnement).
g,s g,s g,s qrepris,cond = qrep, dep + qrepris, fuites g,s g,s g,s qsoufflé,cond = qsoufflé,dep + qsoufflé, fuite

(Eq 564 ) (Eq 565 )

Note :

En ventilation naturelle et dans le cas d’une ventilation hybride où l’assistance mécanique n’est pas activée, les débits ci-dessus définis sont calculés par les fiches correspondantes.

8.2.3.5 Cas DAV
g,s g, s Acond , rep = abs qrep, CH , max × Ratdebcond g,s g,s Acond , soufflé = qsoufflé, CH , max × Ratdebcond

(

)

(Eq 566 ) (Eq 567 )

g,s g, s g,s qspec _ repris = qrep, ZN , dep + Ratfuitevc× qrepris, fuites g,s g, s g, s qspec _ soufflé = qsoufflé, ZN , dep + Ratfuitevc× qsoufflé, fuites g ,s g ,s g ,s qrepris,CH,cond = qrep,CH,dep + qrepris, fuites g, s g, s g,s qsoufflé,CH , cond = qsoufflé,CH , dep + qsoufflé, fuites g ,s g ,s g ,s qrepris,ZN,cond = qrep,ZN,dep + qrepris, fuites g ,s g ,s g ,s qsoufflé,ZN ,cond = qsoufflé,ZN ,dep + qsoufflé, fuites

(Eq 568 ) (Eq 569 ) (Eq 570 ) (Eq 571 ) (Eq 572 ) (Eq 573 )

380

Méthode de calcul Th-BCE 2012

8.3

C_VEN_ CTA_DAV

8.3.1 INTRODUCTION
Cette fiche algorithme décrit le calcul des températures, de l’humidité de l’air repris et soufflé dans le cas d’une Centrale de Traitement d’Air à Débits d’air Variable. Elle décrit aussi l'impact énergétique des ventilateurs du préchauffage et du prérefroidissement. Cette proposition repose sur la modélisation simplifiée d’un système de ventilation à débits constants, à débits variables ou à double flux hygiénique décrite en Figure 64 (norme européenne EN NF 15241).

Figure 64. Modélisation d’une Centrale de Traitement d’Air

381

Méthode de calcul Th-BCE 2012

8.3.2 NOMENCLATURE
Le Tableau 62 donne la nomenclature des différentes variables du modèle. Entrées du composant
Nom Description Unité Bool Entier Entier Ent. °C °C °C kg/kgas kg/kgas kg/kgas kg/m3 m3/h m3/h m3/h m3/h m3/h m3/h m3/h m3/h h m2 m2 Wh

Ivent
Autch,eff(j) Autfr,eff(j) irelancegr(h)

Indicateur de ventilation de la zone (Occ / Inocc) Autorisation de chauffage effective pour la CTA (voir définition des saisons des systèmes). Autorisation de refroidissement effective pour la CTA (voir définition des saisons des systèmes). Indicateur de période de relance des groupes reliés à la CTA. Température de l’air intérieur du groupe à la fin du pas de temps précédent Température en sortie du puis climatique ou de l’espace tampon au pas de temps

θ i , fin

T air

_ out

h h

θ ext
wext

Température extérieure au pas de temps Poids d’eau de consigne d’humidification

Poids d’eau dans l'air extérieur au pas de temps h Poids d’eau dans l’air extrait du groupe g au pas de temps h-1 d’humidification Masse volumique de l’air extrait du groupe g au pas de temps h-1 d’humidification Débit volumique de fuite du conduit de reprise (arrivant à la centrale) Débit volumique de fuite du conduit de soufflage (partant de la centrale) Débit repris par le système S en mode chauffage en tenant compte des conduits Débit soufflé par le système S en mode chauffage en tenant compte des conduits Débit repris par le système S en zone neutre en tenant compte des conduits Débit soufflé par le système S en zone neutre en tenant compte des conduits débit volumique minimal de reprise en zone neutre au niveau du groupe débit volumique minimal de soufflage en zone neutre au niveau du groupe Durée d’Utilisation du Grand Débit exprimée en h/semaine Surface du conduit de reprise Surface du conduit de soufflage Indicateur des besoins de chaud du pas h Indicateur des besoins de froid du pas h Energie requise pour le refroidissement du groupe

ωcons
ω i , g , prev ρ i , g , prev
g,s qrep, fuites g,s qsouffle, fuites g, s qrep,CH,cond g,s qsoufflé,CH , cond g,s qrep, ZN,cond g,s qsoufflé, ZN, cond
g ,s q spec g ,s q spec _ repris

_ souffle

Dugd
g ,s Acond,rep g ,s Acond ,soufflé

Ibch Ibfr QsysFR

382

Méthode de calcul Th-BCE 2012

Paramètres d’intégration du composant
Nom Description
_ occ

Unité W W W W m3/h m3/h ad Bool ad ad 0 m2K/W m2K/W

Min 0 0 0 0 -∞ -∞ 0 Vrai 0 1 0 0

Max +∞ +∞ +∞ +∞ +∞ +∞ 1 Faux 1

Conv. -

Pvent nom , soufflé

Pventnom,soufflé _ inoc Pvent Pvent
nom , rep _ occ

nom , rep _ inoc

Puissance électrique nominale des ventilateurs de soufflage en non résidentiel en occupation, Puissance électrique nominale des ventilateurs de soufflage en non résidentiel en inoccupation, Puissance électrique nominale des ventilateurs de reprise en non résidentiel en occupation, Puissance électrique nominale des ventilateurs de reprise en non résidentiel en inoccupation, variateur de puissance inclus si présent débit volumique maximal soufflé

-

s qm ,soufflé,cond _ max_ occ

s qm,soufflé,cond _ max_inocc débit volumique maximal repris

b

Crdbnr Cdep Ratfuitevc Rrep Rsouf

Ratio de prise en compte de la présence de locaux non chauffés pour la partie des conduits correspondante Booléen indiquant le raccordement éventuel à un puits climatique Coefficient de réduction des débits Coefficient de dépassement Ratio des fuites en volume chauffé Résistance thermique de la partie du conduit de reprise située hors volume chauffé Résistance thermique de la partie du conduit de soufflage située hors volume chauffé 1 : variation de fréquence

-

+∞ +∞

type_ventilateu r

2 : aubes inclinées vers l’arrière et registre de règlage 3 : aubes inclinées vers l’avant et registre de règlage

-

-

-

-

Type_hr

type d’humidificateur : 1 à vapeur 2 pulvérisation ou ruissellement

-

-

-

-

Paramètres intrinsèques
Nom Description Température de l’air neuf (température extérieure en absence de puits climatique), en dessous de laquelle le taux d’air neuf est minimal Température de fonctionnement en tout air neuf Température de refroidissement Température de consigne de préchauffage Température de consigne de prérefroidissement Température de la batterie de prérefroidissement. Poids d’eau de consigne d’humidification Unité °C °C °C °C °C °C kg/kgas Min -∞ -∞ -∞ -∞ -∞ -∞ 0 Max +∞ +∞ +∞ +∞ +∞ +∞ 1 Conv.

TENC Text TAN
Text
ref

T cons , prechaud T cons
, prefroid

Tbatt

ωcons

383

Méthode de calcul Th-BCE 2012

Constantes
Nom Description Rendement des ventilateurs Chaleur massique de l’air Chaleur de vaporisation de l’eau Unité J/kg.K J/kg Conv.
0,8 1006 2501000

pel
Cpa L

Variables internes
Nom
g ,s A cond g ,s A cond g ,s H cond , rep , ext

Description Surface des conduits de reprise donnant sur l’extérieur Surface des conduits de soufflage donnant sur l’extérieur Conductivité thermique du conduit de reprise Conductivité thermique du conduit de soufflage Température du local non chauffé Température de l’air repris après impact des pertes du conduit Température de l’air extrait avant impact du ventilateur du système de ventilation S Température de l’air repris après impact du ventilateur d’extraction du système de ventilation S Température de l’air soufflé après impact de l’échangeur du système de ventilation S Température de l’air soufflé après impact du ventilateur de soufflage du système de ventilation S Température de l’air neuf vu par le système de ventilation S (la CTA ou la VMC DF) Température minimale à atteindre pour éviter le gel dans l’échangeur Température de l’air après la boîte de mélange Température de l’air après la batterie de préchauffage Température de l’air après la batterie de prérefroidissement Température de l’air à la sortie de la CTA. Déshumidification sur la batterie froide Humidité de l’air extrait au pas de temps h-1 Humidité de l’air après la boîte de mélange Humidité de l’air après la batterie froide Humidité de l’air à la sortie de la CTA Poids d’eau de l’air à saturation à Tbatt
, min

Unité m2 m2 W/K W/K °C °C °C °C °C °C °C °C °C °C °C °C kg/kgas kg/kgas kg/kgas kg/kgas kg/kgas kg/kgas m3/h W W -

, soufflé , ext

, rep , ext

H

g ,s cond , souf , ext

T LNC
g, Textrs1 s Textr 1

s T extr 2

s T souf 1

s T souf

2

s TAN

Te ech , min T souf T souf T souf T Air
, mel

, prechaud

, prefroid

_ soufflé , CTA

Dw
ω i , prev

ωmel
ω souf , prefroid ω souf , CTA

ωsat
g, q Airs _ Neuf

Débit volumique minimal d’air neuf. Il correspond au débit d’hygiène Puissance des ventilateurs de la CTA (par zone) Puissance électrique de l’échangeur (zone)

Pvent Pech

384

Méthode de calcul Th-BCE 2012
s qm ,soufflé,cond _ max_ occ s qm,soufflé,cond _ max_inocc

débit massique maximal soufflé débit massique maximal repris

kg/s kg/s

0 0

Sorties
Nom
g Tair, s_ souffle g ω air _ souffle g ,s q spec g ,s q spec

Description Température de l’air soufflé dans le groupe (en provenance de l’extérieur ou d’autres groupes) Humidité de l’air soufflé dans les groupes (sortie CTA) Débit volumique spécifique repris au niveau du groupe par le système S Débit volumique spécifique soufflé au niveau du groupe par le système S Consommation des ventilateurs de la CTA (par zone) Consommation électrique de l’échangeur (zone) Puissance électrique pour le préchauffage (zone) Puissance électrique pour le prérefroidissement (zone) Puissance électrique pour l’humidification (zone) Taux d’air neuf du système de ventilation S

Unité °C g/kgas m3/h m3/h Wh Wh W W W

_ repris

_ souffle

Cvent Cech Pprechaud Pprefroid PchaudHR

Taux

S AN

ad

Tableau 62 : Nomenclature du modèle

385

Méthode de calcul Th-BCE 2012

8.3.3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE 8.3.3.1 Principes généraux des centrales à débits variables
On décrit ici les Centrales à Débit variable mono conduit avec refroidissement seul et chauffage terminal. Pour la description des centrales de traitement d’air à débits variable, on retient une prise en compte unique sur la base des composants suivants : boîte de mélange ventilateurs, batteries de préchauffage et de prérefroidissement, humidification.

L’ensemble du système est composé : d’une centrale assurant la fourniture d’air neuf, le soufflage et l’extraction de l’air, ainsi que son prétraitement. Elle calcule la consommation électrique des auxiliaires et les consommations impliquées par un prétraitement de l’air. On intègre également les fonctions de free cooling, d’un ensemble de systèmes locaux permettant d’assurer les besoins de chauffage et refroidissement, il n’y a pas de ventilateur dans les systèmes locaux, d’un réseau hydraulique reliant la batterie de chauffage des émetteurs locaux à la génération de chaleur. Un réseau hydraulique relie également le préchauffage à la génération de chaleur et un réseau hydraulique relie le prérefroidissement à la génération de froid. On entre la longueur de ces réseaux.

La centrale DAV est représentée par une seule fiche algorithme mais découpée en deux parties : Partie 1 Calcul de la température et de l’humidité de l’air soufflé dans chaque groupe. Après la partie 1 a lieu la prise en compte du comportement thermique des groupes puis de l’émission. On dispose alors des besoins des groupes qui permettent de définir les débits réels soufflés et repris par la centrale. Partie 2 Calcul des débits totaux réels soufflés et repris par la centrale, calcul du débit d’air neuf, Calcul des consommations. On décrit successivement le calcul des débits, des consommations de ventilateur, des températures et des humidités pour la partie centrale. Les sorties sont : la consommation électrique des ventilateurs ainsi que celles des autres auxiliaires, les besoins de préchauffage et de prérefroidissement par type de générateur.

Si l’humidificateur est de type à vapeur sa consommation est dirigée vers le comptage électrique. Le débit d’air pris en compte peut varier (par exemple en occupation et inoccupation), mais doit être prédéfini.

386

Méthode de calcul Th-BCE 2012

Le modèle tient compte les déperditions thermiques par les conduits.

8.3.3.2 Gestion
La centrale fonctionne de la façon suivante : 1. en période d’occupation au sens de la ventilation : fonctionnement correspondant au mode occupation des scénarios (débits et taux de renouvellement d’air), 2. en période d’inoccupation au sens de la ventilation : fonctionnement correspondant au mode inoccupation des scénarios (débits et taux de renouvellement d’air). Toutefois : en phase relance du chauffage ou du refroidissement la centrale fonctionne avec les débits correspondant à l’occupation et avec un taux d’air neuf d’inoccupation, lorsqu’un besoin de chauffage ou un besoin de refroidissement est détecté la centrale fonctionne au pas de temps suivant avec un taux d’air neuf d’inoccupation et avec les débits correspondant à l’occupation. Lorsque le besoin cesse, au pas suivant la centrale revient au fonctionnement d’inoccupation.

8.3.3.3 Température et humidité en sortie de la DAV (partie 1)
8.3.3.3.1 Principe
L’évolution de la température de soufflage de la centrale DAV est décrite par la Figure 65.
Taux d’air neuf Ouverture AN AN mini AN mini Tout AN

soufflage

Préchauffage

Zone neutre

Refroidissement

Tenc

Texttan

Textref

Tei

Figure 65 : Principe de fonctionnement de la centrale DAV

Mode Préchauffage : Tant que la température d’air neuf est inférieure à la température de préchauffage, Tenc, la consigne de préchauffage est Tcons,prechaud. Lorsque la température extérieure devient supérieure, le préchauffage est arrêté. Mode neutre : Entre Tenc et TextTAN, on passe progressivement du débit d’air neuf minimal à tout air neuf.

387

Méthode de calcul Th-BCE 2012

Mode refroidissement tout air neuf : Lorsque la température de l’air neuf est supérieure à la température de fonctionnement en tout air neuf, TextTAN, et inférieure à la température de refroidissement, Textref, la centrale fonctionne en tout air neuf et en mode refroidissement, la consigne est Tcons,prefroid . Mode refroidissement air neuf minimal : Lorsque la température de l’air neuf est supérieure à la température de fonctionnement en tout air neuf, Textref, la centrale fonctionne en mode refroidissement.

8.3.3.3.2

Algorithme

Ainsi, la température de l’air à la sortie de la CTA à débits variables est donc définie comme suit :
En occupation (Ivent = vrai) Si TANS < Tenc
Si Autch,eff(j)=1, alors,
s T Air , souffle , CTA

= T C , prechaud
s = T AN

Sinon,
s T Air , souffle , CTA

Sinon, si TANS < TextTAN

Si Autch,eff(j)=0 et si Autfr,eff(j)=0, alors,
s s T Air , souffle ,CTA = T AN

Sinon,
s s T Air , souffle,CTA = Text AN

(Eq 574 )

Sinon, si TANS < Textref

Si Autfr,eff(j)=1, alors,
s T Air , souffle , CTA = T C , prefroid

Sinon,
s T Air , souffle , CTA s = T AN

Sinon, si TANS ≥ Textref

Si Autfr,eff(j)=1, alors,
s T Air , souffle , CTA = T C , prefroid

Sinon,
s T Air , souffle , CTA s = T AN

Et :
ω CTA = ω CTA , prev
En inoccupation (Ivent = faux) Si TAN < Tenc :
s T Airsouffle CTA

(Eq 575 )

S

= θ is, fin , prev

(Eq 576 )

Avec :
zone g,s ∑ θ i , g , fin, prev × qm, rep, cond g s qm, rep, cond

(

)

θ is, fin, prev

=

(Eq 577 )

388

Méthode de calcul Th-BCE 2012

Sinon :
Si TANS < TextTAN
Si Autfr,eff(j)=1, alors,

Sinon,
s T Air , souffle , CTA = θ is, fin , prev

Si TANS < Textref

Si Autfr,eff(j)=1, alors,
s T Air , souffle , CTA = T C , prefroid

(Eq 578 )

Sinon,
s T Air , souffle , CTA = θ is, fin , prev

Si TANS ≥ Textref

Si Autfr,eff(j)=1, alors,
s T Air , souffle , CTA = T C , prefroid

Sinon,
s T Air , souffle , CTA = θ is, fin , prev

Et :
ω CTA = ω CTA , prev
(Eq 579 )

L’humidité de l’air soufflé correspond à l’humidité en sortie de la CTA.
g, ω Airs _ soufflé = ω CTA

389

Méthode de calcul Th-BCE 2012

8.3.3.4 Température et masse volumique de l’air soufflé dans un groupe
La température de l’air soufflé dans un groupe donné dépend de la température en sortie de la CTA à débits variables et des pertes du réseau.
g, s air _ soufflé

T

=T

s Air _ souffléCTA ,

−T

(

s Air _ souffléCTA ,

− TLNC

)

g ,s    3600× Hcond,souf,ext 1− exp −   × g, g ,s  Cpa× ρairs_ souffle× qsoufflé,cond     

(Eq 580 )

Avec
T Lnc = (1 − b ) × θ i , g , fin + b × θ ext
g ,s H cond,soufflé,ext

(Eq 581 ) (Eq 582 )

=

g ,s Acond,soufflé,ext g ,s Rsoufflé + 0.02

Et
g ,s A cond , soufflé , ext

= (1 − Ratfuitevc

g ,s A cond

, soufflé

(Eq 583 )

8.3.3.5 Calcul des débits dans la centrale après calcul des groupes (partie 2)
8.3.3.5.1 Fonctionnement d’une unité terminale de la DAV
La figure ci-dessous présente le fonctionnement d’une unité terminale DAV.
Débit Chauffage Zone neutre Refroidissement

Débit supplémentaire en froid

Débit soufflé en chauffage

Débit minimal soufflé Ti Système DAV local

Figure 66 : Principe de fonctionnement d’une unité terminale DAV Note : En mode refroidissement, le débit soufflé est modulé en fonction de la température intérieure. L’unité terminale permet d’imposer, en fonction des besoins de chauffage ou de froid du groupe, les débits massiques d’air entrant dans ce groupe.

390

Méthode de calcul Th-BCE 2012

8.3.3.5.2

Définition des débits massiques d’une DAV

On définit dans ce paragraphe les débits massiques utilisés pour le calcul des puissances énergétiques dans la centrale. Pour un groupe donné, on a :

Groupes en mode chauffage : Ibch = vrai
Le débit soufflé et le débit repris dans la CTA (Débit massique d’air en début de réseaux) pour les groupes en mode chauffage sont égaux à :
g g, g,s qm,,s , cond = 3600−1 × ρ ints × qrep, CH , cond rep g g, g,s qm,,s , cond = 3600−1 × ρairs_ souffle × qsoufflé,CH , cond soufflé

La masse volumique de l’air soufflé est :
g, ρ airs_ souffle =

(273+ T

ρref .(273+ θref )
g, s air _ souffle

)

(Eq 584)

Groupes en mode refroidissement : Ibfr = vrai
Le débit soufflé et le débit repris dans la CTA (Débit massique d’air en début de réseaux) pour les groupes en mode refroidissement sont égaux à :

  QsysFR g −1 g ,s g ,s qm,,s ,cond = (Cdep)  + 3600 × ρair _ soufflé × qsoufflé,ZN,cond soufffé  Cpa× (θi,g − TAir _ soufflé,CTA)  

(Eq 585 )

  QsysFR g −1 g g ,s qm,,s ,cond = −(Cdep)  + 3600 × ρint × qrep,ZN ,cond rep  Cpa × (θi ,g − TAir _ soufflé,CTA )  
Groupes en zone neutre : Ibch = faux et Ibfr = faux

(Eq 586 )

Le débit soufflé et le débit repris dans la CTA (Débit massique d’air en début de réseaux) pour les groupes en zone neutre sont égaux à :
g g, g, s qm, soufflé, cond = 3600−1 × ρ airs_ soufflé × qsoufflé, ZN , cond g g g, s qm,,s , cond = 3600−1 × ρ int × qrep, ZN , cond rep

(Eq 587 ) (Eq 588 )

Au final, les débits massiques vus par la CTA
g s qm,soufflé,cond = ∑ qm,,s soufflé,cond g g s qm,rep,cond = ∑ qm,,s ,cond rep g

(Eq 589) (Eq 590)

391

Méthode de calcul Th-BCE 2012

Débits d’air neuf en occupation et en inoccupation

Pour un groupe donné, le débit minimal d’air neuf dépend de l’occupation. Il correspond au débit hygiénique en période d’occupation du groupe. Si Ivent = vrai (Occupation), on définit
g, q Airs _ Neuf , min g ,s = q soufflé , ZN , cond

(Eq 591 )

Si Ivent = faux (Inoccupation), on définit :
g, q Airs _ Neuf , min

= 0

(Eq 592 )

On en déduit le débit massique minimal d’air neuf utilisé par la CTA à débit variable :
s g g, q m , Air _ Neuf ,min = 3600 −1 × ∑ ρ air,s souffle × q Airs _ Neuf ,min _ zone

(

)

(Eq 593)

Le débit d’air neuf utilisé par la CTA à débit variable dépend de la température de l’air neuf Si
s q m , Air _ Neuf s = q m , Air _ Neuf , min

.

(Eq 594)

Sinon, si
s s s s q m, Air _ Neuf = q m, Air _ Neuf ,min + q m,soufflé,cond − q m, Air _ Neuf ,min ×

(

(T ) (Text

s AN

− TENC AN − TENC )

)

(Eq 595)

Sinon si
s q m , Air _ Neuf s = q m , soufflé , cond

(Eq 596)

Sinon
s q m , Air _ Neuf s = q m , Air _ Neuf , min

(Eq 597)

De plus, le taux d’air neuf s’exprime de la manière suivante
S Taux AN = s q m, Air _ Neuf s q m,souffle,cond

(Eq 598)

392

Méthode de calcul Th-BCE 2012

8.3.3.6 Températures dans le groupe d’extraction
On définit dans ce paragraphe la température de l’air à la sortie du ventilateur de reprise. Température après impact des pertes de conduit :
g ,s   H cond ,rep ,ext g, Textrs1 = θ ig fin − θ i ,cond − TLnc × 1 − exp  − ,  C pa × abs q g ,s  m ,rep ,cond  

(

)

( (

))

   

(Eq 599 )

Avec :

θ i , cond =

g g g (1 − Ratfuitevc) * qm,,s , fuites * TLNC + qm,, s , cond − (1 − Ratfuitevc) * qm,,s , fuites * rep rep rep g qm,,s , cond rep

(

)

(Eq 600 )

T Lnc = (1 − b )× θ ig fin + b × θ ext ,
g ,s H cond,rep,ext =
g ,s A cond

(Eq 601 ) (Eq 602 ) (Eq 603 )

g ,s Acond ,rep,ext g ,s Rrep + 0.02

, rep , ext

= (1 − Ratfuitevc

g ,s A cond

, rep

La température de l’air extrait vu par la CTA est définie comme suit :

∑ (T
T
s extr 1

g ,s extr 1

g × q m ,, s , cond rep

)

=

g

(Eq 604 )

q

s m , rep , cond

Température après impact ventilateur d'extraction :
s s Textr 2 = Textr1 +

s C pa × abs (q m,rep ,cond )

pel × Pvent rep

(Eq 605 )

On considère que les ventilateurs de soufflage et d'extraction sont de puissance égale. On fait l'hypothèse que 80 % de l'énergie consommée par le ventilateur est transmis à l'air ( pel = 0.8) et que le ventilateur d'extraction est situé entre le conduit et l'échangeur (position favorable).

393

Méthode de calcul Th-BCE 2012

8.3.3.7 Température et humidité de l’air dans le réseau d’amenée d’air
Boîte de mélange Température de l’air après la boîte de mélange La température de l’air à la sortie de boîte de mélange est calculée comme suit :
s Tsouf ,mel

(T =

s extr2

s s s s × qm,souf ,cond − qm, Air _ Neuf + Tsouf 1 × qm, Air _ Neuf s qm,souf ,cond
s s T souf 1 = T AN

(

)

)

(Eq 606 )

Avec :
(Eq 607 )

Humidité absolue de l’air après la boîte de mélange L’humidité absolue de l’air à la sortie de boîte de mélange est calculée comme suit :

ωmél =
Avec :

ext

s s s × qm, Air _ Neuf + ωi , prev × qm,souf ,cond − qm, Air _ Neuf s qm,souf ,cond

(

))

(Eq 608 )

zone

g ,s ∑ ωi , g , prev × qm,soufflé,cond g s qm ,souffllé,cond

(

)

ωi , prev =

(Eq 609 )

Ventilateur Température après impact ventilateur de soufflage (considéré comme après l'échangeur)

Tsouf 2 = Tsouf ,mel +

pel × Pvent souf
s C pa × q m , souf ,cond

(Eq 610 )

Le ventilateur de soufflage est traité avant le préchauffage et le pré refroidissement de façon à intégrer l’échauffement du ventilateur dans le bilan. En effet, dans la réalité la sonde de régulation étant dans le groupe, l’apport dû au ventilateur est pris en compte. Cette disposition est sans effet sur les consommations et simplifie les calculs.

394

Méthode de calcul Th-BCE 2012

Impact des batteries et de l’humidification On notera que la batterie de préchauffage et la batterie de prérefroidissement ne fonctionnent pas simultanément. Température après la batterie de préchauffage La température en sortie de la batterie de préchauffage est calculée de la façon suivante : Si et Autch,eff(j)=1, alors,
T souf
, prechaud

= max (T Cons , prechaud ; T souf
, préchaud

2

)

(Eq 611 ) (Eq 612 )

Sinon
s T souf

= T souf

2

Température et humidité après l’humidification Si et Autch,eff(j)=1, alors,

ωsat = 10−3 × exp18.8161 − 

ω souf
Si Type_HR = 1 Si Type_HR = 2 (vapeur)
, hum

 4110.34  (Tsouf , préchaud + 235.0) 

(Eq 613)

= min( ω sat ; max (ω mel ; ω cons ))

(Eq 614)

T souf

, hum

= T souf

, préchaud

(pulvérisation ou ruissellement))
s s s me = Qm,soufflé,cond (ωsouf ,hum − ωmel )
s s qm,soufflé,cond ⋅ cpa + cpv ⋅ ωmel ⋅ Tsouf , prechaud + me ⋅ cpe ⋅ Te − me ⋅ L s qm,soufflé,cond a s + cpv ⋅ ωsouf ,hum

(Eq 615)

Tsouf ,hum =
Sinon

((

) ⋅ (cp

)

)

T souf

, hum

s = T souf

, préchaud

(Eq 616) (Eq 617)

ω souf , hum = ω mel
Température et humidité après la batterie de prérefroidissement Si , et Autfr,eff(j)=1, alors,

La déshumidification sur la batterie de refroidissement, Dw, est déterminée à partir du calcul du facteur de by-pass équivalent, BP :

  TCons , prefroid − Tbatt    BP = min1;    Tsouf , hum − Tbatt     

(Eq 618 )

395

Méthode de calcul Th-BCE 2012

Dw = min ((ω sat − ω mel );0 ) × (1 − BP )
Le poids d’eau de l’air à saturation à Tbatt est calculé comme suit :

(Eq 619 )

ω sat = 10 −3 × exp18.8161 − 

4110 .34   (Tbatt + 235 .0 )  

(Eq 620 )

La température en sortie de la batterie de refroidissement est calculée comme suit :
T souf
, prefroid

= T souf

, hum

− max (0; (T souf

, hum

− TCons , prefroid

))

(Eq 621 )

Et l’humidité en sortie de la batterie froide a pour expression :

ω souf
Sinon,

, prefroid

= ω mel − Dw

(Eq 622 )

T souf , prefroid = T souf ,hum

(Eq 623 ) (Eq 624 ) (Eq 625 )

ω souf

, prefroid

= ω hum

Pprefroid = 0

En sortie de la CTA à débit variable
s T Air _ soufflé , CTA = Tsouf , préfroid

(Eq 626 ) (Eq 627 )

ω souf

,CTA

= ω souf

, préfroid

396

Méthode de calcul Th-BCE 2012

8.3.3.8 Calcul des consommations d'énergie des auxiliaires
La puissance électrique appelée du moteur du ventilateur est égale à sa puissance nominale en occupation pondérée par une constante, Cvent_DAV, dépendant du taux de charge du ventilateur et du type de variation de vitesse. En occupation
Taux
ch arg e _ vent s = q m , soufflé , cond s / q m , soufflé , cond _ max_ occ

s s s q m , soufflé ,cond _ max_ occ = q soufflé ,cond _ max_ occ × ρ air _ souffle / 3600

(Eq 628)

si Tauxcharge_vent > 1 alors Tauxcharge_vent = 1

En inoccupation
Taux
ch arg e _ vent s = q m , soufflé , cond s / q m , soufflé , cond _ max_ inocc

s s s q m , soufflé ,cond _ max_ inocc = q soufflé ,cond _ max_ inocc × ρ air _ souffle / 3600

(Eq 629)

si Tauxcharge_vent > 1 alors Tauxcharge_vent = 1

Cas de la variation de fréquence Pour le ventilateur à variateur de fréquence, la courbe donne un ratio de puissance de 120% pour le débit nominal. En effet, les 20% de surpuissance sont dus à la consommation du variateur de fréquence. Si taux de charge de 30 à 100 % :
C vent
_ DAV

= 1 . 9107 * ( Taux

ch arg e _ vent

) 2 − 0 . 9579 * Taux

ch arg e _ vent

+ 0 , 23

(Eq 630)

Sinon si taux de charge >0 et inférieur à 30 % :

C vent _ DAV = 0,12
Sinon si taux de charge nul :

(Eq 631)

C vent _ DAV = 0

(Eq 632)

Cas de ventilateur à aubes inclinées vers l’arrière avec registre de réglage Pour ce cas, la courbe donne un ratio de puissance de 110% pour le débit nominal. Si taux de charge de 20 à 100 % :
C vent
_ DAV

= − 0 . 4464 * ( Taux

ch arg e _ vent

) 2 + 1 . 2107 * Taux

ch arg e _ vent

+ 0 , 33

(Eq 633)

Sinon si taux de charge >0 et inférieur à 20 % :

C vent _ DAV = 0,56
Sinon si taux de charge nul :

(Eq 634)

C vent _ DAV = 0

(Eq 635)

397

Méthode de calcul Th-BCE 2012

Cas de ventilateur à aubes inclinées vers l’avant avec registre de réglage Pour ce cas, la courbe donne un ratio de puissance de 130% pour le débit nominal. Si taux de charge de 30 à 100 % :
C vent
_ DAV

= 1 . 1607 * ( Taux

ch arg e _ vent

) 2 − 0 . 3679 * Taux

ch arg e _ vent

+ 0 ,52

(Eq 636)

Sinon si taux de charge >0 et inférieur à 30 % :

C vent _ DAV = 0,50
Sinon si taux de charge nul :

(Eq 637)

C vent _ DAV = 0

(Eq 638)

La consommation électrique du ventilateur est égale à : En période d’occupation ou si Ibch = 1 ou si Ibfr = 1 (période de besoins) ou si irelance(h)= 1 (période de relance) :
Pvent
soufflé

= Pvent = Pvent

nom , soufflé _ occ

× C vent _ DAV

(Eq 639 ) (Eq 640 )

Pvent

rep

nom , rep _ occ

× C vent _ DAV

Dans les autres cas, en inoccupation hors périodes de relance ou de besoin :
Pvent
soufflé

= Pvent = Pvent

nom , soufflé _ inoc

× C vent _ DAV

(Eq 641 ) (Eq 642 )

Pvent

rep

nom , rep _ inoc

× C vent _ DAV

Par conséquent :
Cvent = (Pvent
rep

+ Pvent

soufflé

)

(Eq 643 )

8.3.3.9 Calcul des besoins d'énergie des batteries et de l’humidification
8.3.3.9.1 Besoin d’énergie du au préchauffage (CTA à débits constants)
Le besoin d’énergie du au préchauffage est calculé comme suit : Si Autch,eff(j)=1, alors, Sinon,
Pprechaud = 0 (W)
s s s Pprechaud = C pa × q m, soufflé ,cond × max(TCons , prechaud ; Tsouf 2 ) − Tsouf 2

[

] (W)

(644)

8.3.3.9.2

Besoin d’énergie du au prérefroidissement (CTA à débits constants)

Le besoin d’énergie du au pré-refroidissement est calculé comme suit : Si Autfr,eff(j)=1, alors, Sinon,
Pprefroid = 0 (W)
s Pprefroid = q m, soufflé ,cond × C pa × (Tsouf , prefroid − Tsouf ,hum ) + L × Dw

[

] (W)

(645)

398

Méthode de calcul Th-BCE 2012

8.3.3.9.3

Besoin d’énergie du à l’humidification (CTA à débits constants)

Le besoin d’énergie du à l’humidification est calculé comme suit : Si Type_HR = 1 Si Autch,eff(j)=1, alors,
Pélectrique
, HRvapeur s = q m , soufflé , cond

× L × max (0 ; (ω souf

, hum

− ω mel

))

(W) (646)

Sinon,
Pélectrique
, HRvapeur

= 0 (W)

Si Type_HR = 2
Pélectrique
, HRvapeur

= 0 (W)

(647)

399

Méthode de calcul Th-BCE 2012

8.4

C_VEN_Mécanique_double _flux

8.4.1 INTRODUCTION
Cette fiche algorithme traite des systèmes de ventilation mécanique double flux. Elle décrit à la fois la VMC Double flux et les CTA à débits soufflé et extrait constants. On peut remarquer que contrairement aux centrales double flux hygiénique (VMC DF) qui n’assurent que le prétraitement et la fourniture de l’air hygiénique, les centrales à débit soufflé et extrait constants sont aussi utilisées pour le traitement thermique des locaux. Cette fiche algorithme décrit le calcul des températures, de l’humidité de l’air repris et soufflé ainsi que les puissances des auxiliaires. Elle décrit aussi l'impact énergétique des ventilateurs et leurs modes de gestions. Cette proposition repose sur la modélisation simplifiée d’un système de ventilation à débit constant ou à double flux hygiénique décrite en Figure 67 et basé sur la norme européenne EN NF 15241.

Figure 67 Modélisation d’une Centrale de Traitement d’Air à Débits Constants

Cette fiche permet de représenter les centrales à double flux : centrale VMC-DFH : système de ventilation mécanique à double flux, CTA-DAC : centrales double flux à débit d’air constant : o o centrale à double flux sans recyclage centrale à recyclage

400

Méthode de calcul Th-BCE 2012

8.4.2 NOMENCLATURE
Le Tableau 63 donne la nomenclature des différentes variables de la modélisation des systèmes de ventilation mécanique double flux. Entrées du composant
Nom Description Indicateur de ventilation de la zone (Occ / Inocc) Indicateur de saison propre de chauffage. 1 : le groupe est en saison de chauffage. Indicateur de saison de chauffage effective de la CTA. 1 : le groupe est en saison de chauffage. Indicateur de saison de refroidissement effective de la CTA. 1 : le groupe est en saison de refroidissement. Température de l’air intérieur du groupe à la fin du pas de temps précédent Température en sortie du puits
_ out

Unité Bool

I vent

Autch,pro (j)
Gr

gr

Ent.

Autch,eff(j)
saisons des systèmes

Ent.

Autfr,eff(j)

Ent.

θ

g

i , fin

°C

T air

climatique au pas de temps

h

°C °C kg/k gas kg/k gas kg/ m3 m3/h m3/h m3/h m3/h h m2 m2 m2K/ W

θ ext
wext

Température extérieure au pas de temps

h

Poids d’eau dans l'air extérieur au pas de temps h Poids d’eau dans l’air extrait du groupe g au pas de temps h-1 d’humidification Masse volumique de l’air extrait du groupe g au pas de temps h-1 Débit volumique spécifique repris au niveau du groupe par le système S Débit volumique spécifique soufflé au niveau du groupe par le système S Débit repris par le système S en tenant compte des conduits Débit soufflé par le système S en tenant compte des conduits Durée d’Utilisation du Grand Débit exprimée en h/semaine
, rep

ω i , g , prev ρ i , g , prev
g ,s q spec _ repris g ,s q spec _ souffle g, q reps,cond g ,s qsoufflé,cond

Dugd

A cond

Surface des conduits de reprise Surface des conduits de soufflage Résistance thermique de la partie des réseaux de reprise située hors volume chauffé

Acond , soufflé
Rrep

401

Méthode de calcul Th-BCE 2012
Résistance thermique de la partie des réseaux de soufflage située hors volume chauffé masse volumique de l’air soufflé au pas précédent température d’eau froide indicateur de besoin de chauffage au pas précédent en inoccupation dans un groupe relié à une CTA DAC avec recyclage indicateur de besoin de froid au pas précédent en inoccupation dans un groupe relié à une CTA DAC avec recyclage indicateur de phase de relance

Rsoufflé

m2K/ W kg/ m3 °C Bool

ρ s _ souffle,CTA air
te IdbesoinCH _inocc_pre v IdbesoinFR _inocc_pre v Irelance(h)
CTA

Bool entie r

Paramètres d’intégration du composant
Nom Description Puissance électrique du ventilateur de reprise en non résidentiel en occupation Puissance électrique du ventilateur de reprise en non résidentiel en inoccupation Puissance électrique du ventilateur de soufflage en non résidentiel en occupation Puissance électrique du ventilateur de soufflage en non résidentiel en inoccupation Puissance électrique du ventilateur de reprise en résidentiel en débit de pointe Puissance électrique du ventilateur de soufflage en résidentiel en débit de pointe Puissance électrique du ventilateur de reprise en résidentiel en débit de base Puissance électrique du ventilateur de soufflage en résidentiel en débit de base Température extérieure de consigne au dessus de laquelle l’échangeur peut être by-passé en période de chauffage Température intérieure de consigne au dessus de laquelle l’échangeur peut être by-passé en période de chauffage
été Text , by − pass

Unité

Min

Max

Conv.

Pventoccrep Pventinoccr
ep

W

0

+∞

-

W

0

+∞

Pventoccsouf Pventinoccs
ouf

W

0

+∞

-

W

0

+∞

Pventpointr
ep

W

0

+∞

Pventpoints
ou

W

0

+∞

Pventbasere
p

W

0

+∞

Pventbases
oufflé

W

0

+∞

°C

-∞

+∞

-

Température extérieure de consigne au dessus de laquelle l’échangeur peut être by-passé hors période de

°C

-∞

+∞

402

Méthode de calcul Th-BCE 2012
chauffage
été Tint, by − pass

Température intérieure de consigne au dessus de laquelle l’échangeur peut être by-passé hors période de chauffage Taux d’air neuf du système de ventilation S Température de l’air neuf (température extérieure en absence de puits climatique), en dessous de laquelle le taux d’air neuf est minimal Température de l’air neuf (température extérieure en absence de puits climatique), au dessus de laquelle le taux d’air neuf est minimal Température de consigne de préchauffage Température de consigne de prérefroidissement Ratio de prise en compte de la présence de locaux non chauffés pour la partie des conduits correspondante Booléen indiquant le raccordement éventuel à un puits climatique Poids d’eau de consigne d’humidification température extérieure au dessus de laquelle le préchauffage n’est pas autorisé température extérieure au dessous de laquelle le prérefroidissement n’est pas autorisé température limite basse de sortie coté rejet de l’échangeur type d’humidificateur : 1 à vapeur 2 pulvérisation ou ruissellement Ratio des fuites en volume chauffé 0 1

Taux

S AN

ad

0

1

-

TENC

°C

-∞

+∞

TENF

°C

-∞

+∞

Tconsprechaud Tconsprefroid

°C °C

-∞ -∞

+∞ +∞

-

b

ad

0
Vra i 0

1

-

Iclimatique

Bool kg/k gas

Faux 1

-

ωcons
Texprechaud

Texprefroid TsechrepLIM Type_hr Ratfuitevc

Paramètres intrinsèques
Nom Description Température de dimensionnement de batterie de prérefroidissement (à renseignement au niveau des réseaux de distribution de froid) Puissance de l’échangeur nature de la représentation de l’échangeur : 0 : représentation détaillée 1 : représentation simplifiée Efficacité de l’échangeur pour une représentation simplifiée : ad 0 1 Unité Min Max Conv.

θ dim_

fr

°C W

0

+∞

Pelec,ech niveau_det ail_echang eur ε

-

-

-

-

403

Méthode de calcul Th-BCE 2012
calculée en s’appuyant sur les normes NF EN 308 et EN 13141-7 en condition de débits réels, mesurée ou déclarée Coefficient d’échange global de l’échangeur pour une représentation détaillée nature de l’échangeur: 1 : écoulements à contre courant 2 : écoulements à courants parallèles 3 : écoulements à courants croisés avec les deux fluides brassés Bypass de l’échangeur 1 : présence, 0 : absence Antigel de l’échangeur 1 : présence, 0 : absence

UA

W/K

-

-

-

type_echan geur

-

-

-

-

Is_bypass Is_antigel

-

-

-

-

Sorties
Nom
g Tair, s_ souffle

Description Température de l’air soufflé dans le groupe (en provenance de l’extérieur ou d’autres groupes) Humidité de l’air soufflé dans les groupes (sortie CTA) Consommation des ventilateurs de la CTA Puissance nécessaire à la sécurité antigel Consommation électrique de l’échangeur Puissance nécessaire au prérefroidissement Puissance nécessaire au préchauffage (zone) Puissance nécessaire à l’humidification à vapeur Débit volumique spécifique repris au niveau du groupe par le système S Débit volumique spécifique soufflé au niveau du groupe par le système S Débit d’air neuf soufflé température moyenne des groupes connectés consommation électrique des auxiliaires par groupe pour les ventilateurs, les auxiliaires de l’échangeur Débit d’air rejeté par la centrale, débit utilisé pour les machines thermodynamiques sur air extrait. Température de l’air rejeté par la centrale, température utilisée pour

Unité

°C kg/k gas W W W W W W m3/h m3/h kg/s °C

g ω air, s_ souffle

Cvent Pchaud,ag Cech Pprefroid Pprechaud PchaudHR
g ,s q spec _ repris g ,s q spec _ souffle

s qm , Air _ Neuf
s θ i, fin

Waux_vS,
GR

W

Qmair_extrait Tair_extrait

kg/s °C

404

min T souf . soufflé H cond . ag Tsouf .CTA masse volumique de l’air soufflé kg/ m3 Variables internes Nom Description . ext Unité A cond Surface des conduits de reprise donnant sur l’extérieur Surface des conduits de soufflage donnant sur l’extérieur Conductivité thermique du conduit de reprise Conductivité thermique du conduit de soufflage Température du local non chauffé Température de l’air repris après impact des pertes du conduit Température de l’air extrait avant impact du ventilateur du système de ventilation S Température de l’air repris après impact du ventilateur d’extraction du système de ventilation S Température de l’air soufflé après impact de l’échangeur du système de ventilation S Température de l’air soufflé après impact du ventilateur de soufflage du système de ventilation S Température de l’air neuf vu par le système de ventilation S (la CTA ou la VMC DF) Température minimale à atteindre pour éviter le gel dans l’échangeur Température de soufflage antigel Température de l’air après la boîte de mélange Température de l’air après la batterie de préchauffage Température de l’air après l’humidification Température de la batterie de prérefroidissement au pas de temps m2 m2 W/K W/K °C °C °C Acond . °C Tsouf . prefroid T Air _ soufflé .mel Tsouf . rep .Méthode de calcul Th-BCE 2012 les machines thermodynamiques sur air extrait.ext T LNC g.souf .hum Tbatt h Température de l’air après la batterie de prérefroidissement Température de l’air à la sortie de la CTA.rep .CTA °C °C 405 . s ρ air _ souffle. prechaud Tsof.ext H cond. Textrs1 s Textr 1 s T extr 2 °C s T souf 1 °C s T souf 2 °C s T AN °C °C °C °C °C °C Te ech .

souffle .50 Dw kg/k gas kg/k gas kg/k gas kg/k gas kg/k gas kg/k gas W g/s kg/s kg/s ω i . CTA ω sat Pvent me s q m . K J/kgK J/kgK J/kg kg/m 3 Conv. εutile max = 0.2 20 0.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Déshumidification sur la batterie froide Humidité de l’air extrait au pas de temps h-1 Humidité de l’air après la boîte de mélange Humidité de l’air après la batterie froide Humidité de l’air à la sortie de la CTA Poids d’eau de l’air à saturation à Tbatt Puissance des ventilateurs de la CTA (par zone) masse d’eau évaporée Débit massique d’air neuf soufflé par la CTA Débit massique soufflé par la CTA Température de l’air à l’intérieur des conduits d’extraction Débit capacitif de l’air repris Débit capacitif de l’air neuf rapport du débit capacitif minimal au débit maximal des deux fluide de l’échangeur Nombre d’unités de transfert de l’échangeur Débit capacitif de l’air rejeté Efficacité maximale de l’echangeur en l’absence de valeurs certifiés ou déclarés. Chaleur de vaporisation de l’eau masse volumique de l’air de référence température de référence Rendement des ventilateurs Unité J/kg. Chaleur massique de l’eau. prev ω mel ω souf . 1006 1830 4180 25010 00 1. air _ neuf s q m . prefroid ω souf .8 Cpa Cpv Cpe L ρref θref Pel °C - Tableau 63 : Nomenclature du modèle 406 . cond θicond Cair_repris Cair_neuf C NUT Cair_rejeté εutile max °C W/K W/K W/K Constantes Nom Description Chaleur massique de l’air Chaleur massique de la vapeur d’eau.

le réseau relie alors l’émetteur local et la génération de chaleur et la génération de froid. En l’absence de préchauffage et/ou de prérefroidissement. pas de calcul de consommation de ventilateur. qui doivent être tels qu’ils puissent relier les batteries de préchauffage.4. 8. il est pris en compte dans la CTA. 407 . composé : d’une centrale assurant la fourniture d’air neuf. La centrale réelle est ainsi représentée par un système équivalent du point de vue énergétique. un réseau relie la batterie de préchauffage à la génération de chaleur et un réseau relie la batterie de prérefroidissement à la génération de froid.Méthode de calcul Th-BCE 2012 8. d’un ou plusieurs émetteurs locaux permettant de déterminer les besoins de chauffage et refroidissement.3.3.4. ventilateurs. ainsi que son prétraitement éventuel. on applique la méthode de détermination des besoins dans les conditions suivantes : le débit d’eau est variable dans la batterie. Pour les centrales à débit soufflé et extrait constant avec recyclage et batteries régulées en fonction de la température intérieure. boîte de mélange. les batteries terminales le cas échéant et les émetteurs locaux aux générateurs correspondants.3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE 8. on retient une prise en compte unique sur la base des composants suivants : batterie antigel. l’émetteur local est alors relié par un réseau sans pertes. - En présence de préchauffage et/ou de prérefroidissement. ventilateurs. celles-ci sont représentées par les émetteurs locaux.2 Centrales à débits constants Pour la description des centrales à traitement d’air à débits constants. S’il y a des batteries terminales de chauffage elles sont reliées à la génération de chaleur. on conserve une organisation simple des calculs.1 Ventilation Mécanique Contrôlé Double Flux Les systèmes de ventilation mécanique contrôlé double flux sont constitués des éléments de base suivant : échangeur (sans batterie antigel). Elle calcule la consommation électrique des auxiliaires et les consommations impliquées par un prétraitement de l’air. de réseaux hydrauliques. En présence de batteries terminales de chauffage. le soufflage et l’extraction de l’air. la température de la batterie est déterminée sur la base des besoins. On intègre également les fonctions de free cooling. échangeur. Cette organisation permet d’éviter le croisement de la droite du local avec une centrale de traitement d’air. Pour l’émetteur local. humidification. batteries de préchauffage et prérefroidissement.4.

lorsqu’un besoin de chauffage ou un besoin de refroidissement est détecté la centrale fonctionne au pas de temps suivant avec les débits correspondant à l’occupation et un taux d’air neuf d’inoccupation. des températures et des humidités pour la partie centrale. Lorsque le besoin cesse. 8. en période d’occupation au sens de la ventilation : fonctionnement correspondant au mode occupation des scénarios (débits et taux de renouvellement d’air).3 Gestion Les centrales fonctionnent de la façon suivante : 1. des consommations de ventilateur. la central fonctionne comme ci-dessus et tous les groupes qui lui sont reliés sont irrigués.4.3.Méthode de calcul Th-BCE 2012 On décrit successivement le calcul des débits. - Note : Le changement de régime de fonctionnement en période de relance ou en cas de besoin ne concerne que la centrale à recyclage. si la centrale est reliée à des bouches situées dans différents groupes. les besoins de préchauffage et de prérefroidissement par type de générateur. au pas suivant la centrale revient au fonctionnement d’inoccupation. Le modèle tient compte des déperditions thermiques par les conduits. lorsqu’un de ces groupes est en phase relance ou lorsqu’il présente un besoin de chaud ou un besoin de froid. Toutefois : en phase relance du chauffage ou du refroidissement la centrale fonctionne avec les débits correspondant à l’occupation et avec un taux d’air neuf d’inoccupation. Celle-ci est en relation avec l’émission par l’intermédiaire des bouches de soufflage et de reprise. 408 . 2. Les sorties sont : la consommation électrique des ventilateurs ainsi que celles des autres auxiliaires. en période d’inoccupation au sens de la ventilation : fonctionnement correspondant au mode inoccupation des scénarios (débits et taux de renouvellement d’air). Si l’humidificateur est de type à vapeur sa consommation est dirigée vers le comptage électrique.

cond    ( ( ))     (648) Avec : θi . g .s qspec _ repris * θigfin + qrep.cond )     g  (654) Avec Pventrep défini au paragraphe 8.ext g Rrep + 0.s g .1.s qrep.ext = g .rep (652) Afin de prévoir le cas où plusieurs conduits d’extraction sont reliés au groupe d’extraction du système de ventilation S. g .s i .Méthode de calcul Th-BCE 2012 8.rep.cond = g .8.4. rep .rep. On fait l'hypothèse que le ventilateur d'extraction est situé entre le conduit et l'échangeur (position favorable). 409 . C pa × abs  ∑ ( ρ i .cond ( ) (649) TLnc = (1 − b ) × θ i .ext = (1 − Ratfuitevc) × Acond . × ρ i .s Acond.cond ) (653) ∑ (ρ g ) Température après impact ventilateur d'extraction : s s Textr 2 = Textr 1 + 3600 × pel × Pvent rep   g. g .rep. prev × q reps.  C pa × abs ρ i . ext  1 − exp  − × g. on définit : ∑ (T s Textr1 = g g . Textrs1 = θ ig fin . fin + b × θ ext (650) H g . prev × q rep.02 (651) g .s g . prev × qreps.3.4.s g .cond − qspec_ repris * TLnc . g .s extr1 g. g . Température après impact des pertes de conduit : g.4 Calcul de températures dans la partie extraction On définit dans ce paragraphe la température de l’air à la sortie du ventilateur de reprise du système de ventilation S. prev × q reps. − θ icond − TLnc ( ) g .3.s   3600 × H cond .cond g .s Acond . g .s cond.

εtmes étant la valeur justifiée par un essai effectué par un laboratoire indépendant et accrédité selon la norme NF EN ISO/CEI 17025 par le COFRAC ou tout autre organisme d’accréditation signataire de l’accord européen multilatéral pertinent pris dans le cadre de la coordination européenne des organismes d’accréditation sur la base de la norme NF EN 308. er Si Is_bypass = 1 (présence de by pass) gr ←CTA gr 1 cas : période de chauffage : MAX ( Autch. refroidir). . .8 x εdecl .5 Efficacité de l’échangeur et règle de by-pass En l’absence de by pass on ne prend pas en compte le paragraphe relatif à l’activation du by pass.3. on a I c lim atique = vrai . L’efficacité. la température extérieure est supérieure à une température de consigne.4. Trois conditions doivent être respectées simultanément : la température extérieure est inférieure à la température intérieure. Dans le cas où l’air neuf transite par un puits climatique avant d’arriver au réseau d’amenée d’air. notée (contrôle de tex) la température intérieure est supérieure à une température de consigne notée (besoin de froid). - - Concernant les règles de by-pass. εt = Min (0.Méthode de calcul Th-BCE 2012 8.9 x εtmes. la CTA l’est également. εutile max). alors on définit : s T AN = θ ext (656) L’efficacité de l’échangeur prend la valeur entrée si le by pass n’est pas activé ou absent et est nulle lorsque le by-pass est activé. (possibilité de . εt. de l’échangeur prend une des valeurs suivantes : la valeur issue d’une certification basée sur la norme NF EN 308 ou sur la norme EN 13141-7 si le produit est certifié par un organisme indépendant accrédité selon la norme NF EN 45011 par le COFRAC ou tout autre organisme d’accréditation signataire de l’accord européen multilatéral pertinent pris dans le cadre de la coordination européenne des organismes d’accréditation. alors on définit : s T AN = Tair _ out (655) Si I c lim atique = Faux . Si < et si > et si > (657) 410 . εt = 0. le by-pass est activé pour éviter les surchauffes. εdecl étant la valeur déclarée par le fabricant. Dans le cas contraire I c lim atique = Faux . on distingue la période de chauffage des autres périodes de l’année. pro ( j )) = 1 Durant la période de chauffage. La période de chauffage est définie à partir des groupes desservis par la CTA : si au moins un groupe est en saison de chauffage. Si I c lim atique = vrai .

Si < et si > et si > (658) On rappelle que par défaut. la température extérieure est supérieure à une température de consigne. cond g zone ( ) (659) θis. refroidir). Trois conditions doivent être respectées simultanément : la température extérieure est inférieure à la température intérieure. g × qrep.s g. fin × ρi . les règles de by-pass prennent en compte les stratégies de freecooling. . g × qrep. (possibilité de . Avec : zone g. pro ( j )) = 0 gr ←CTA Hors de la période de chauffage.Méthode de calcul Th-BCE 2012 gr 2ème cas : hors de la période de chauffage : MAX ( Aut ch. . 411 .s ρi . cond ) (absence de by pass) L’efficacité de l’échangeur n’est pas modifiée. fin Sinon si Is_bypass = 0 = ∑ g ( g. notée (contrôle de tex) la température intérieure est supérieure à une température de consigne notée (besoin de froid).s ∑ θi . le by-pass est désactivé avec par conséquent la valeur du paramètre δ by − pass = 0 .

s qm. mesurée pour des débits connus.air _ neuf (661) C= max(Cair _ neuf .(1−C ) écoulements à courants parallèles (664) Si type_echangeur = 2 ε= 1 − e − NUT . Cair_ repris ) (662) écoulements à contre courant ε = NUT NUT + 1 (663) sinon ε= 1 − e− NUT.C − NUT    (666) Note : le coefficient global de l’échangeur. Cair _ repris ) NUT = Si type_echangeur = 1 si C = 1 UA min(Cair _ neuf . prev × qrep.Méthode de calcul Th-BCE 2012 8. rep . g . prise en compte détaillée de l’échangeur : s . UA. s Cair _ repris = C pa × qm .4.6 Température et humidité dans le réseau d’amenée d’air de la VMC-DFH Efficacité de l’échangeur Prise en compte du by pass de l’échangeur (660) Sinon Si niveau_détail_échangeur = 0.cond s C air _ neuf = C pa × qm . (1+C ) 1+ C (665) écoulements à courants croisés avec les deux fluides brassés Si type_echangeur = 3 ε= 1 C 1   1 1 − e − NUT + 1 − e − NUT. peut être déterminé à partir de la performance.3. Cair _ repris ) min(Cair _ neuf . cond . Température après impact de l’échangeur du système de ventilation s 412 .(1−C ) 1 − C * e−NUT. rep. ε. cond = 3600−1 × ∑ ρ iggs.

souf .ext = (671) g . Air _ Neuf = ∑ ρ air _ soufflé.CTA. prev × qsoufflé.CTA.s Acond . cond    g .s H cond.cond ( ) (669) Avec Pventrep défini au paragraphe 8. g.souf .s   3600 × H cond .s g . prev × qsoufflé .souf .s qm .s Rsoufflé + 0. Si niveau_détail_échangeur = 0 prise en compte détaillée de l’échangeur : 413 . ext 1 − exp  − × s g . C air _ repris ) C air _ neuf (667) Si niveau_détail_échangeur = 1 prise en compte simplifiée de l’échangeur : Utilisation du paramètre efficacité de l’échangeur : εt Température après impact de l’échangeur du système de ventilation s s s s s T souf 1 = T AN + ε t × Textr 2 − T AN ( ) (668) fin si Remarque : L’efficacité sur les écarts de température peut se déduire de l’efficacité fondée sur l’échange d’énergie : εt = εe * min(Cair_neuf . s soufflé _ = s Tsou 2 − ( s Tsou 2 − TLnc ) g . utilisés par les machines thermodynamiques sur air extrait : conventionnellement la machine thermodynamique doit se situer après l’échangeur.s C pa × abs∑ ρ air _ soufflé.souf (672) Avec ρ air _ soufflé .souf . cond (674) Débit et température de l’air extrait. CTA défini par l’équation (727).4. Cair_repris) / Cair_neuf Température après impact du ventilateur de soufflage (considéré comme après l'échangeur) s s Tsouf 2 = Tsou1 + 3600 × pel × Pvent s g . prev × qsoufflé.Méthode de calcul Th-BCE 2012 s s s s Tsouf 1 = T AN + ε × (Textr 2 − T AN ) * min (C air _ neuf .8. La température après impact des pertes du réseau de soufflage situé hors volume chauffé g Tair.3.s  C pa × ρ air _ soufflé .s Acond . ω air s_ soufflé = ω ext (673) Le débit massique d’air neuf soufflé par la CTA est défini comme suit : s s g.ext = (1 − Ratfuitevc ) × Acond .1.02     (670) Avec g .ext g .CTA.

7 Cas du réseau d’amenée d’air de la CTA-DAC 8. les centrales sont arrêtées au sens de la ventilation.1 Taux d’air neuf et débits massiques d’air neuf Taux d’air neuf pour les centrales à double flux sans recyclage En occupation (Ivent = vrai).3. on distingue deux types de fonctionnement du cycle économiseur (free cooling) : Régulation standard : dans ce cas.ag * ( ) min(Cair _ neuf . rejeté Si niveau_détail_échangeur = 1 prise en compte simplifiée de l’échangeur : s s s s Tair _ extrait = Textr2 − ε t × Textr2 − Tsouf . le taux d’air neuf est le suivant : Taux s = 1 En inoccupation (Ivent = Faux). s T ENC ≤ T AN ≤ T ENF s Sinon. Dans ce second cas. air _ extrait = qm . si T AN > T ENF si S S Taux S = TauxAN + 1 − TauxAN × ( T ) ((T − TENC ENF − TENC ) s AN ) (683) (684) s et si T AN < θ is. si T AN > T ENF Taux S = 1 Taux S s et si T AN > θ is. pour les CTA sans recyclage (présence d’un échangeur et d’une sécurité antigel). rejeté (676) 8.7. (677) Taux s = 0 Taux d’air neuf pour les centrales à double flux à recyclage En occupation (Ivent = vrai) (678) Pour les CTA avec recyclage.4.Méthode de calcul Th-BCE 2012 s s s s Tair _ extrait = Textr2 − ε × Textr2 − Tsouf . prev = Taux s AN (685) 414 . prev s Sinon.3. on maintient un débit d’air neuf supérieur au débit minimal en mode refroidissement si la température extérieure est inférieure à la température intérieure : s Si T AN < T ENC Taux S S = Taux AN (682) Sinon.Cair _ rejeté) Cair _ rejeté (675) s s qm . fin . le taux d’air neuf est toujours minimal en mode refroidissement. ag ( ) s s qm . fin .4. air _ extrait = qm . il est calculé de la façon suivante : s Si T AN < T ENC s Si T AN > T ENF Taux Taux S S = Taux = Taux S AN S AN (679) (680) Sinon S S Taux S = TauxAN + 1 − TauxAN × ( T ) ((T − TENC ENF − TENC ) s AN ) (681) Régulation optimisée sur la température extérieure et sur la température de reprise.

min = Textr2 (T sec h + repLIM S − Textr2 ) ε (690) sinon Note : Te ech . La température d’entrée de l’échangeur du réseau d’amenée d’air de soufflage est alors définie comme suit : il n’y a pas de sécurité antigel hors de la saison de chauffage 415 .s qm.3.soufflé. Air _ Neuf = Taux S × q m .. min = −∞ Les valeurs par défaut de TsechrepLIM peuvent être utilisées dans le cas où il n’existe pas de valeurs données au niveau national : Bâtiment résidentiel TsechrepLIM : 5 ° C Echangeurs à plaques en bâtiment non résidentiel : 0 ° C Echangeurs rotatifs en bâtiment non résidentiel : -5 ° C Valeur par défaut pour TsechLIM 5 ° C.cond soufflé (687) Le débit massique soufflé par la CTA est défini comme suit s s g .cond = 3600−1 × ρ Air _ soufflé. Il faut donc maintenir la température de l’air neuf à l’entrée de l’échangeur au dessus d’une valeur limite.cond (689) Le lien avec le puits climatique a lieu ici.cond = 3600−1 × ρ Air _ soufflé .CTA.CTA. prev × ∑ qsoufflé.s . TsechLIM.7. .2 Température et humidité dans le réseau d’amenée d’air de la CTA Sécurité antigel si Is_antigel = 1 (présence de sécurité antigel) La température de l’air en sortie coté rejet ne doit pas descendre en dessous d’une certaine valeur.4. si ε ≠ 0 S Teech.s qm.cond s ( ) (688) Le débit massique d’air neuf soufflé par la CTA est défini comme suit : s s q m . température limite basse de sortie coté rejet. 8. Le débit massique soufflé dans un groupe donné est défini comme suit : g s g .Méthode de calcul Th-BCE 2012 En inoccupation (Ivent = Faux) S Taux AN = 0 (686) Notes : TauxAN est le taux minimal d’air neuf dans l’air soufflé en occupation au sens de la ventilation pour assurer les besoins hygiéniques. afin d’éviter le givrage de l’échangeur. prev × q soufflé . soufflé .

g . ag = T AN Température après impact de l’échangeur Efficacité de l’échangeur Prise en compte du by pass de l’échangeur (693) sinon Si niveau_détail_échangeur = 0. cond . s Tsouf .s qm.eff(j)=1. Cair _ rejeté ) min(Cair _ neuf . soufflé.(1−C ) ε= 1 − C * e−NUT. (1+C ) 1+ C (698) 416 . s s s s qm. Cair _ rejeté ) NUT = Si type_echangeur = 1 si C = 1 UA min(Cair _ neuf . ag = T AN (692) - sinon si Is_antigel = 0 (absence de sécurité antigel) s Tsouf .(1−C ) Si type_echangeur = 2 écoulements à courants parallèles (697) ε= 1 − e − NUT . prise en compte détaillée de l’échangeur : s . prev × qrep. rep.cond s Cair _ rejeté = C pa × qm.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Si Autch.air _ neuf − qm. cond = 3600−1 × ∑ ρ iggs. min ) (691) s Tsouf .cond + qm. rejeté (694) C air _ neuf = s C pa × qm .ag = max (T AN .air _ neuf C= max(Cair _ neuf . Cair _ rejeté ) (695) écoulements à contre courant ε = NUT NUT + 1 (696) sinon 1 − e− NUT. alors. rep. Te ech .rejeté = qm. Sinon.

C 1 − e NUT  1− e   (699) Note : le coefficient global de l’échangeur.cond > 10−2 m3 / h ( ) 417 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Si type_echangeur = 3 écoulements à courants croisés avec les deux fluides brassés ε= 1 C 1   1 + − − NUT − NUT . C air _ repris ) C air _ neuf (700) Si niveau_détail_échangeur = 1 prise en compte simplifiée de l’échangeur : Utilisation du paramètre efficacité de l’échangeur : εt Température après impact de l’échangeur du système de ventilation s s s s s T souf 1 = T AN + ε t × Textr 2 − T AN ( ) (701) fin si Remarque : L’efficacité sur les écarts de température peut se déduire de l’efficacité fondée sur l’échange d’énergie : εt = εe * min(Cair_neuf . air _ extrait prise en compte détaillée de l’échangeur : ( ) min(Cair _ neuf . air _ extrait = qm . Si niveau_détail_échangeur = 0 s s s s Tair _ extrait = Textr2 − ε × Textr2 − Tsouf . rejeté (703) Boîte de mélange Température de l’air et humidité absolue après la boîte de mélange Si ∑q s g .s soufflé. ag ( ) s s qm .ag * s qm . Cair_repris) / Cair_neuf Débit et température de l’air extrait. UA. mesurée pour des débits connus.Cair _ rejeté) Cair _ rejeté (702) = s qm . rejeté Si niveau_détail_échangeur = 1 prise en compte simplifiée de l’échangeur : s s s s Tair _ extrait = Textr2 − ε t × Textr2 − Tsouf . ε. Température après impact de l’échangeur du système de ventilation s s s s s Tsouf 1 = T AN + ε × (Textr 2 − T AN ) * min (C air _ neuf . utilisés par les machines thermodynamiques sur air extrait : conventionnellement la machine thermodynamique doit se situer après l’échangeur. peut être déterminé à partir de la performance.

d’humidification et d’antigel sont asservies aux saisons de fonctionnement de la CTA. prérefroidissement.souf . g . Air _ Neuf ( ) ) q s m.mel T (T = s extr 2 s s s s × qm. g .cond (704) Et l’humidité absolue de l’air à la sortie de boîte de mélange est calculée comme suit : s ωmel = (ω ext s s s × qm.cond ) (706) Si non.préfroid « Alerte : la température extérieure d’autorisation de préchauffage est supérieure à la température extérieure d’autorisation de prérefroidissement » (710) Outre leurs modes de gestion respectifs.cond (709) Impact des batteries et de l’humidification On notera que la batterie de préchauffage et la batterie de prérefroidissement ne fonctionnent pas simultanément. s s Tsouf .mel = Tsouf 1 (707) s ω mel = ω i . calculés au niveau de la fiche « C_Pro_Détermination des saisons des systèmes ».mel + pel × Pventsouf s Cpa × qm.cond ) ∑ (ρ g zone i .cond ( )) (705) Avec : ∑ (ρ ω i . Si Tex. souf . × ω i . Air _ Neuf + ωi . prev (708) Ventilateur Température après impact ventilateur de soufflage (considéré après la boîte de mélange) s s Tsouf 2 = Tsouf . Air _ Neuf + Tsouf 1 × qm. prev × qm.eff(j) et Autfr.cond − qm. 418 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Alors. g .préchaud ≥ Tex. Les indicateurs de saison utilisés sont Autch. soufflé. prev × q reps. la température de l’air à la sortie de boîte de mélange est calculée comme suit : s souf . Air _ Neuf s qm.cond − qm. prev g.eff(j).souf . souf . les batteries de préchauffage. prev = g zone i . elle-même héritées des saisons au niveau des groupes desservis.s rep . prev ×q g .

Méthode de calcul Th-BCE 2012 Température après la batterie de préchauffage La température en sortie de la batterie de préchauffage est calculée de la façon suivante : 419 .

alors. prefroid − Tbatt    BP = min1. préchaud + 235.cond (ω souf .soufflé. alors.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Si θext < Tex.hum = Sinon s s qm. soufflé . hum = T souf .cond ⋅ cpa + cpv ⋅ ω ( s souf .eff(j)=1. TBatt = θ dim_ fr +2 (719) 420 .cond ⋅ cpa + cpv ⋅ ωmel ⋅ Tsouf .hum v ) T souf . Dw.eff(j)=1. prechaud = Tsouf 2 (712) Température et humidité après l’humidificateur Si Autch. hum = T souf .0 ) × (1 − BP ) (717) (718) L’écart conventionnel de température entre la batterie d’eau et l’eau froide est de 2 K. ωsat = 10−3 × exp18. s Tsouf .préfroid et Autfr. ω cons )) (714) T souf . prechaud . BP :   TCons. est déterminée à partir du calcul du facteur de by-pass équivalent.hum − Tbatt      Dw = min ((ω sat − ω sou . max (ω mel . prechaud = max(TCons. hum = ω mel  Température et humidité après la batterie de prérefroidissement La température en sortie de la batterie de prérefroidissement est calculée comme suit : Si θext > Tex.hum − ω mel ) Tsouf . préchaud (pulvérisation ou ruissellement)) (715) s s s m e = Q m . prechaud   ω souf .    Tsouf . (716) La déshumidification sur la batterie de refroidissement.0)  (713) = min( ω sat .préchaud et Autch. hum   4110. prechaud + me ⋅ cpe ⋅ Te − me ⋅ L (( ) ) q s m.eff(j)=1.8161 −   ω souf Si Type_HR = 1 Si Type_HR = 2 (vapeur) . hum ).34  (Tsouf . alors. Tsouf 2 ) (711) Sinon s Tsouf . soufflé.

prefroid = ω sou . hum − max (0 .8161−   = T souf  411034  .hum ω souf . hum − Dw (722) (723) (724) T souf . (T souf − T Cons .  (Tbatt + 235.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Le poids d’eau de l’air à saturation à Tbatt est calculé comme suit : ωsat = 10−3 × exp18.0)   . hum (720) T souf . prefroid = T souf . prefroid . hum Dw = 0 421 . prefroid )) (721) L’humidité en sortie de la batterie froide a pour expression : ω souf Sinon . prefroid = ω sou .

s Acond .souf .  Cpa × qsoufflé.02 (729) g .s g.souf .Méthode de calcul Th-BCE 2012 En sortie de la CTA Température en sortie de la CTA La température en sortie de la CTA est finalement définie est égale à : s TAir _ soufflé .CTA = Tsouf .(273 + θ ref ) s 273 + Tair _ souffle .s    3600× Hcond.CTA ) (727) Température après les pertes du réseau de soufflage situé hors volume chauffé g .s air _ soufflé T =T s Air _ soufflé. souf (730) 422 . préfroid (726) Masse volumique de l’air en sortie de la CTA s ρ air _ souffle . prefroid (725) Humidité en sortie de la CTA L’humidité absolue de l’air en sortie du soufflage de la CTA correspond à celle qui arrive dans les groupes.CTA      (728) Avec : g .souf .s Rsoufflé + 0.CTA g .ext g .ext = (1 − Ratfuitevc ) × Acond .cond × ρairs_ soufflé.ext 1 − exp −  − TLNC )× g .s Acond . s ωairs_ soufflé = ω souf .ext = g .s H cond.CTA − (T s Air _ soufflé. Elle est définie comme suit: g.souf .CTA = ( ρ ref .s g .

4.4.4.3. (Tsouf .3.ag = C pa × q m .eff(j)=1.ag − T AN )) [ ] (740) = 0 (W) 423 . ag s s Pchaud .4.1 Consommation d’énergie des ventilateurs (VMC DF et CTA à débits constants) En non résidentiel (VMC DF et CTA à débits constants) Pvent Pvent rep souf Si Ivent = vrai = Pventocc = Pventocc = Pventinocc rep souf (731) Si Ivent = Faux Pvent Pvent rep souf rep souf = Pventinocc (732) = vrai ou si si CTA DF avec recyclage et si (IdbesoinCH_inocc_prev IdbesoinF_inocc_prev = vrai ou si Irelance(h)CTA = 1) Pvent Pvent rep souf = Pventocc = Pventocc rep souf (733) Par conséquent : Cvent = (Pvent rep + Pvent souf ) ) (734) 8.2 Dugd En résidentiel. Pchaud .3.9 Calcul des besoins d'énergie des batteries.8.4.3.4.8.9.1 8. quelque soit Ivent (VMC DF) equ = max Dugd ( s . de l’humidification et de l’antigel 8. ech La consommation électrique de l’échangeur est calculée comme suit : (739) 8. sur l ' ensemble des bouches du système (735) (736) Cvent = Avec : Pventpo int e × Dugd equ + Pventbase × (168 − Dugd equ ) 168 Pventpo int e = Pventpo int e Soufflé + Pventpo int e rep Pventbase = Pventbase Soufflé (737) (738) + Pventbase rep 8.3. alors.8.8. 8.4.3.2 Consommation d’énergie des auxiliaires de l’échangeur (CTA à débits constants) C ech = Pelec .Méthode de calcul Th-BCE 2012 8.8 Calcul des consommations d'énergie des auxiliaires La consommation (Wh) consiste à sommer les puissances (en Watt) qui sont évaluées à chaque heure.1 Besoin d’énergie due à l’antigel (CTA à débits constants) La consommation d’énergie due à la sécurité antigel est donnée par : Si Autch. Air _ Neuf × max (0. Sinon.1.3.1.

eff(j)=1. hum − ω mel )) (W) (743) Sinon.s ∑ qspec _ soufflé s S.Méthode de calcul Th-BCE 2012 8.4. hum − Tsouf . Pélectrique .3. hum − T Cons . cond × L × max (0 . alors. prechaud . aux auxiliaires de l’échangeur g. Pprefroid = 0 (W) s Pprefroid = qm. (ω souf . Sinon. HRvapeur s = q m . prefroid )) 8. prefroid = max (0 .9. prefroid ) + L × Dw [ ] (W) (742) Rappel : T souf .3. Tsouf 2 ) − Tsouf 2 [ ] (W) (741) 8. WauxGR _V = ( ) (745) 424 . alors. hum − T souf .9.2 Energie due au préchauffage (CTA à débits constants) La consommation d’énergie due au préchauffage est calculée comme suit : Si Autch. cond × C pa × (Tsouf .eff(j)=1. Sinon.4. (T souf .9.eff(j)=1.cond × max(TCons . Pprechaud = 0 (W) s s s Pprechaud = C pa × q m.4. Pélectrique . soufflé .9. HRvapeur = 0 (W) Si Type_HR = 2 Pélectrique .3.5 Energie par groupe due aux ventilateurs. soufflé.s (Cech + Cvent) × qspec _ soufflé g. HRvapeur = 0 (W) (744) 8. soufflé .4 Besoin d’énergie du à l’humidification (CTA à débits constants) La consommation d’énergie due à l’humidification est calculée comme suit : Si Type_HR = 1 Si Autfr. alors.3 Besoin d’énergie du au pré-refroidissement (CTA à débits constants) La consommation d’énergie due au pré-refroidissement est calculée comme suit : Si Autfr.4.3.

rep Figure 68 Modélisation d’un système de ventilation Mécanique Basse Pression 8.Méthode de calcul Th-BCE 2012 8.lrep Textr1 Qma.lrep Ventilateur. débit Qma. Local non chauffé Mécanique Basse Pression Tlnc Zone occupée (groupe) Ti Qmarep – Qma.2 DEFINITION Le système d’extraction mécanique basse pression est conçu pour les logements collectifs équipés de conduits individuels ou de conduits collectifs de type SHUNT.5.5 C_VEN_Mécanique_Basse-Pression 8.5. températures et humidités d’air repris pour le calcul du Cep ainsi que l'impact énergétique des ventilateurs pour les systèmes de ventilation mécanique basse pression. Il permet d’assurer le fonctionnement permanent de l’assistance mécanique de l’évacuation de l’air vicié. un ensemble de bouches d'extraction. Il est composé de (liste non exhaustive) : un ensemble d'entrées d'air.1 INTRODUCTION Cette fiche algorithme décrit le calcul des débits. un réseau de conduits aérauliques. un caisson d’extraction. 425 . Cette proposition repose sur la modélisation simplifiée d’un système de ventilation à débit constant décrite en Figure 68 (EN NF 15241).

fin θ ext wext Dugd g . q reps. Entrées du composant Nom Description Indicateur de ventilation de la zone (Occ / Inocc) _ repris Unité Bool m3/h m3/h °C °C kg/kg as h m2 m2K/ W Ivent g . - Paramètres intrinsèques Nom Description Unité Min Max Conv. cond θ i.s q spec Débit volumique spécifique repris au niveau du groupe par le système S Débit repris par le système S en tenant compte des conduits Température de l’air intérieur du groupe à la fin du pas de temps précédent Température extérieure au pas de temps g.s A cond . 1006 0.5. rep h Poids d’eau dans l'air extérieur au pas de temps h Durée d’Utilisation du Grand Débit exprimée en h/semaine Surface du conduit de reprise Résistance thermique de la partie du conduit de reprise située hors volume chauffé Rrep Paramètres d’intégration du composant Nom Isouf Pventbase Pventpointe b ITypologie Description Isouf=0 extraction Isouf = 1 insufflation Puissance électrique du ventilateur en résidentiel en base Puissance électrique du ventilateur en résidentiel en pointe Ratio de prise en compte de la présence de locaux non chauffés pour la partie des conduits correspondante Indique la typologie : Résidentiel (Maison individuelle ou accollée ou logement collectif) ou non résidentiel Unité W W ad Min 0 0 0 0 Max 1 +∞ +∞ 1 Conv. Constantes Nom Cpa Description Chaleur massique de l’air Rendement des ventilateurs Unité J/kg.3 NOMENCLATURE Le Tableau 64 donne la nomenclature des différentes variables.K Conv.8 pel 426 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 8.

rep . rep .s H cond Surface du conduit de reprise donnant sur l’extérieur Conductivité thermique du conduit de reprise Température du local non chauffé Puissance du ventilateur Durée d’Utilisation équivalente du Grand Débit exprimée en h/semaine lorsqu’il y a plusieurs bouches . ext T LNC Pvent Dugdequ Sorties Nom g . ext Unité °C °C m2 W/K °C W h Textr 1 Textr 2 g .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Variables internes Nom Description Température de l’air repris après impact des pertes du conduit Température de l’air repris après impact du ventilateur d’extraction .s q spec _ repris Description Débit volumique spécifique repris au niveau du groupe Consommation des ventilateurs de la zone Unité m3/h W Cvent Tableau 64 : Nomenclature du modèle 427 .s A cond g .

cond − qspec _ repris * TLnc .s H cond.s Textr1 (748) = θ i . s qrep. fin − θ i . g × abs qreps.5.s A cond . ext = (1 − Ratfuitevc Température après impact ventilateur d'extraction : g.02 g . g .cond   ( ( ))     (749) Avec θi . rep.rep . des températures et des humidités.cond ( ) (754) 428 . rep (751) (752) (753) g .Méthode de calcul Th-BCE 2012 8. g. g.2 Calcul des consommations électriques de ventilateur La consommation (Wh) consiste à sommer les puissances (en Watt) qui sont évaluées à chaque heure.1 Définition des puissances des ventilateurs Isouf = 0 et quelque soit Ivent Dugd equ = max Dugd ( s . 8.4. ext = g.ext 1 − exp − × g . sur l ' ensemble des bouches du système ) (746) (747) Pvent = Pventpo e × Dugdequ + Pventbase (168− Dugdequ ) int × 168 8.s   Cpa × ρ i .3 Calcul des températures de l’air Température après impact pertes du conduit : g . Cpa × ρi . s g. rep.4 DESCRIPTION MATHEMATIQUE On décrit successivement le calcul des consommations de ventilateur. fin + b × θ ext g. Cvent= Pvent 8.s Rrep + 0. cond ( ) (750) T Lnc = (1 − b ) × θ i .5.5. g . Textrs2 = Textrs1 + 3600× pel × Pvent g.s ) × A cond .cond − TLnc ( ) g .ext g.cond = g.4. s g.4. s Acond.s   3600 × H cond .5. rep .s qspec _ repris *θig fin + qrep. g × abs q rep .

lrep Ventilateur.1 INTRODUCTION Cette fiche algorithme décrit le calcul des débits. Cette proposition repose sur la modélisation simplifiée d’un système de ventilation à débit constant décrite en Figure 69 (EN NF 15241). débit Qma.lsou Local non chauffé Extraction Mécanique Ou Insufflation Mécanique Tlnc Tsoufflé Zone occupée (groupe) Ti Qmarep – Qma.rep Figure 69 Modélisation d’un système de ventilation Mécanique Simple Flux par Insufflation ou par Extraction 429 .6.sou TAN Tsou1 Qma. températures et humidités d’air repris et soufflé pour le calcul du Cep ainsi que l'impact énergétique des ventilateurs pour les systèmes de ventilation mécanique simple flux par extraction ou par insufflation.6 C_VEN_Mécanique_SF 8.lsou Qmasou – Qma. Ventilateur.lrep Textr1 Qma. débit Qma.Méthode de calcul Th-BCE 2012 8.

g . - Pventocc Pventinocc Pventbase Pventpointe W W W W Bool ad 0 0 0 0 Vrai 0 +∞ +∞ +∞ +∞ Faux 1 - I c lim atique b - 430 . prev IsaisonGR Cvent_pc Masse volumique de l’air extrait du groupe g au pas de temps h-1 indicateur de la saison pour chaque groupe connecté consommation du ventilateur du puits climatique Paramètres d’intégration du composant Nom Isouf Description Isouf = 0 si extraction Isouf = 1 si insufflation Puissance électrique du ventilateur de soufflage ou de reprise en occupation en non résidentiel Puissance électrique du ventilateur de soufflage ou de reprise en non résidentiel en inoccupation Puissance électrique du ventilateur en résidentiel en base Puissance électrique du ventilateur en résidentiel en pointe Booléen indiquant le raccordement éventuel à un puits climatique ou un espace tampon Ratio de prise en compte de la présence de locaux non Unité Min 0 Max 1 Conv.Méthode de calcul Th-BCE 2012 8. q reps.s q spec Débit volumique spécifique repris au niveau du groupe par le système S Débit volumique spécifique soufflé au niveau du groupe par le système S Débit repris par le système S en tenant compte des conduits Débit soufflé par le système S en tenant compte des conduits Température de l’air intérieur du groupe à la fin du pas de temps précédent Température extérieure au pas de temps g . Entrées du composant Nom Description Indicateur de ventilation de la zone (Occ / Inocc) _ repris Unité Bool m3/h m3/h m3/h m3/h °C °C kg/kg as h °C kg/m3 W Ivent g .2 NOMENCLATURE Le Tableau 65 donne la nomenclature des différentes variables. cond g . fin θ ext wext Dugd h Poids d’eau dans l'air extérieur au pas de temps h Durée d’Utilisation du Grand Débit exprimée en h/semaine Température en sortie du puits climatique au pas _ out T air de temps h ρ i .s q soufflé .s q spec _ souffle g.6. cond θ i.

rep g . rep . ext Surface du conduit de reprise donnant sur l’extérieur Surface du conduit de soufflage donnant sur l’extérieur Conductivité thermique du conduit de reprise Conductivité thermique du conduit de soufflage Température du local non chauffé Acond .K Conv. souf .s A cond . rep . Textrs1 g Description Puissance des ventilateurs Puissance des ventilateurs du groupe Température de l’air repris après impact des pertes du conduit Température de l’air extrait avant impact du ventilateur du système de ventilation S Température de l’air repris après impact du ventilateur d’extraction du système de ventilation S 1 Unité W W °C °C s Textr 1 s T extr 2 °C s T souf Température de l’air soufflé après impact du ventilateur du système de ventilation S Température de l’air soufflé après impact du réseau de soufflage du système de ventilation S Température de l’air neuf vu par le système de ventilation S (la CTA ou la VMC DF) °C °C °C m2 m2 W/K W/K °C s T souf 2 s TAN A cond . souf .s A cond . soufflé Surface du conduit de reprise Surface du conduit de soufflage Résistance thermique de la partie du conduit de reprise située hors du volume chauffé Résistance thermique de la partie du conduit de soufflage située hors du volume chauffé Indique la typologie : Résidentiel (Maison individuelle ou accollée ou logement collectif) ou non résidentiel Ratio des fuites en volume chauffé - m² m² m2K/ W m2K/ W 0 0 0 0 +∞ +∞ +∞ +∞ Rrep Rsouf ITypologie Ratfuitevc 0 1 Paramètres intrinsèques Nom Description Unité Min Max Conv. ext H cond . 1006 0.Méthode de calcul Th-BCE 2012 chauffés pour la partie des conduits correspondante g .8 pel Variables internes Nom Pvent Pvent g. ext H cond . ext T LNC 431 . Constantes Nom Cpa Description Chaleur massique de l’air Rendement des ventilateurs Unité J/kg.

s_ souffle g ω air. s_ souffle Cvent Cventg θ is.s q spec _ souffle g T air. température moyenne des groupes connectés à la CTA Indicateur de saison vu de la centrale Débit d’air rejeté par la centrale.Méthode de calcul Th-BCE 2012 s TAN Température de l’air neuf vu par le ventilateur (système de ventilation S) Température de l’air à l’intérieur des conduits d’extraction Durée d’Utilisation équivalente du Grand Débit exprimée en h/semaine lorsqu’il y a plusieurs bouches °C °C θicond Dugdequ h Sorties Nom g . Température de l’air rejeté par la centrale. température utilisée pour les machines thermodynamiques sur air extrait. Masse volumique de l’air soufflé dans les groupes déperditions par la ventilation Unité m3/h m3/h °C g/kga s W W g . débit utilisé pour les machines thermodynamiques sur air extrait. part du ventilateur du puits climatique comprise le cas échéant. fin IsaisonS Qmair_extrait °C kg/s Tair_extrait ρgsair_soufflé Hvent °C kg/m3 W/K Tableau 65 : Nomenclature du modèle 432 .s q spec _ repris Description Débit volumique spécifique repris au niveau du groupe Débit volumique spécifique soufflé au niveau du groupe Température de l’air soufflé dans le groupe (en provenance de l’extérieur ou d’autres groupes) Humidité de l’air soufflé dans le groupe (en provenance de l’extérieur) Consommation des ventilateurs de la zone Consommation des ventilateurs du groupe g.

8.1 En non résidentiel Ventilation Mécanique Simple flux par extraction Isouf = 0 Si Ivent = vrai Si Ivent = faux Pvent= Pventocc Pvent= Pventinocc (755) (756) Ventilation Mécanique Simple flux par insufflation Isouf = 1 Si Ivent = vrai Si Ivent = faux Pvent= Pventocc Pvent= Pventinocc (757) (758) 8.Méthode de calcul Th-BCE 2012 8. quel que soit Ivent Dugd equ = max Dugd ( s . la répartition par groupe est définie comme suit : Pvent g = g.3.6. des températures et des humidités.s Pvent × q spec _ repris ∑ (q s g .2 En résidentiel.3.s spec _ repris ) (761) Ventilation Mécanique Simple flux par insufflation Isouf = 1 et quel que soit Ivent Pvent = Pventpo int e × Dugd equ + Pventbase × (168 − Dugd 168 equ ) (762) En résidentiel et en non résidentiel.s Pvent × q spec _ soufflé g.6. la répartition par groupe est définie comme suit : Pvent g = g .3.1.1 Définition des puissances des ventilateurs 8.6. sur l ' ensemble des bouches du système ) (759) Ventilation Mécanique Simple flux par extraction Isouf = 0 et quel que soit Ivent Pvent = Pventpo int e × Dugd equ + Pventbase × (168 − Dugd 168 equ ) (760) En résidentiel et en non résidentiel.1.6.s ∑ q spec _ soufflé s ( ) (763) 433 .3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE On décrit successivement le calcul des consommations de ventilateur.

prev ×q g .s qspec _ repris *θig fin + qrep. cond − TLnc ( ) g .6. fin + b × θ ext g.cond = g.s   3600 × H cond . Textrs1 = θ ig fin . cond . on définit : ∑ (T s Textr1 = g g . Cvent= Pvent La consommation est définie par groupe de la façon suivante : (764) Cventg = Pventg (765) 8.s A cond . rep Afin de prévoir le cas où plusieurs conduits d’extraction sont reliés au groupe d’extraction du système de ventilation S. rep . air _ extrait = 3600 −1 × ∑ ρ iggs. prev × q reps.6. − θ i .s rep. g .2 Calcul des consommations électriques de ventilateur La consommation (Wh) consiste à sommer les puissances (en Watt) qui sont évaluées à chaque heure. rep. ext 1 − exp  − × g.3. g . s g.s H cond.s qm . rep . g . prev × q reps. C pa × abs  ∑ ( ρ i . prev × qreps.cond ) Température après impact du ventilateur d'extraction : s s Textr 2 = Textr 1 + 3600 × pel × Pvent rep   g.cond ) (771) ∑ (ρ g i . cond − qspec _ repris * TLnc . prev × qrep .  C pa × abs ρ i .cond )     g  s T air _ extrait = T extr 2 (772) Débit et température de l’air extrait. g .s extr1 g. s g.1 Simple flux par extraction : Températures à l'extraction Température après impact des pertes de conduit : g. ext g. cond    ( ( ))     (766) Avec : θi . air _ extrait × C pa (773) (774) 434 .3 Calcul des températures de l’air 8. s qrep.Méthode de calcul Th-BCE 2012 8. s .3.3. ext = (768) (769) (770) Acond. g.6. cond ( ) (767) T Lnc = (1 − b ) × θ i . s H vent = qm . ext = (1 − Ratfuitevc )× g . g.3.02 A cond .s Rrep + 0. × ρ i . g . rep. utilisés pour les machines thermodynamiques sur l’air extrait.

souf . cond  pa air _ souffle . alors on définit : S T AN = T air _ out (775) Si I c lim atique = Faux . s_ soufflé = T sou. s2 (782) L’humidité de l’air soufflé est : g ω air. souf (781) La température de l’air soufflé dans le groupe par le système S est définie comme suit : g g T air. s_ soufflé = ω e .3. prev   (778) Avec T Lnc = (1 − b ) × θ i .s R soufflé + 0. alors on définit : S T AN = θ ext (776) Température après impact du ventilateur de soufflage : s s Tsou 1 = T AN + 3600 × pel × Pvent  g.6. Dans le cas contraire. on a I c lim atique = vrai .souf .ext g .s × q soufflé . prev × q soufflé . = (273 + ρ ref .s  C × ρ g. ρ airs _ souffle .2 Simple flux par insufflation : Température de l’air soufflé Dans le cas où l’air neuf transite par un puits climatique avant d’arriver au réseau d’amenée d’air neuf. ext (783) Masse volumique de l’air soufflé g. g .s C pa × abs  ∑ ρ airs _ souffle . cond   ( )      (777) La température après impact des pertes du réseau de soufflage situé hors volume chauffé g.souf . Tsous2 = s Tsou1 − ( s Tsou1 − TLnc ) g. s_ souffle ) ) (784) La température intérieure moyenne des groupes connectés et vue de la centrale d’insufflation pour la gestion du puits climatique est déterminée de la façon suivante : 435 .s H cond .3. souf .s   3600 × H cond .(273 + θ ref g Tair. Si I c lim atique = vrai .s A cond . I c lim atique = Faux . ex t  − × 1 − exp g.02 A cond .Méthode de calcul Th-BCE 2012 8.ext = (779) (780) Acond . g. fin + b × θ ext g . ext = (1 − Ratfuitevc )× g .

× q soufflé .s ∑ θi . ρ airs_ souffle g .s × qsoufflé.s g .Méthode de calcul Th-BCE 2012 zone g .cond g zone θis.s g .s H vent = C pa × abs  ∑ ρ airs _ souffle . fin × ρ air _ souffle × qsoufflé. cond   ( (786) 436 . g.cond ) )  g. fin ( ) (785) = ∑ g ( g.

7. Le dispositif mécanique permet ainsi de suppléer aux faiblesses éventuelles du tirage thermique et des effets du vent (tirage naturel).1 INTRODUCTION ET DEFINITION Cette fiche algorithme décrit les deux systèmes de ventilation suivant : Le système de ventilation naturelle par conduits. Le système de ventilation hybride.Méthode de calcul Th-BCE 2012 8. Ces dispositifs ne s’appliquent qu’aux usages de maison individuelle ou accolée et de logements collectifs. 437 . Ventilation naturelle Par conduit individuel par conduits collectifs (Shunt) Figure 70 Schématisation de système de ventilation naturelle par conduit Ventilation hybride : la ventilation hybride est un système qui bascule d’un mode mécanique à un mode naturel et inversement.7 C_VEN_Ventilation naturelle et hybride par conduits 8. Ventilation naturelle par conduit : c’est un système qui permet de ventiler naturellement (tirage thermique et effets du vent) un logement par des conduits individuels seuls ou des conduits individuels raccordés à des conduits collectifs.

j le jour de simulation. voir définition dans fiche « C_Bat_Débits d’air en Cep »). Dans toute la suite de la fiche.vent(h) Saisonpro(j) m/s Bool Ent °C kg/m3 Pa Résultats au pas de temps précédent θi.7. idusage Usage de la zone considérée. Indicateur de transferts d’air verticaux à l’intérieur de la zone (perméabilité verticale.Méthode de calcul Th-BCE 2012 8. Entrées du composant Nom Description Heure légale au pas de temps h. Pression différentielle intérieure moyenne au niveau du sol calculée sur le pas de temps précédent. on notera h le pas de temps de simulation. s la semaine de simulation et m le mois au sens de la décomposition faite pour les scénarios. Indicateur de la saison Température de l’air intérieur du groupe gr associé au système à la fin du pas de temps précédent Masse volumique de l’air intérieur du groupe gr associé au système à la fin du pas de temps h. pour la zone considérée.2 NOMENCLATURE Le Tableau 66 donne la nomenclature des différentes variables du modèle de calcul des débits de ventilation spécifique pour le calcul du Bbio.c(h) iocc.fin(h-1) ρ i. Unité hleg(h) Environnement extérieur h °C kg/kg as kg/m3 θext(h) ωext(h) ρext(h) vvent.fin(h-1) Pib(h-1) Paramètres d’intégration du composant Nom Description Unité Min Max Conv. Vitesse du vent issue des fichiers météorologiques Indicateur d’occupation de la zone au sens de la ventilation. Température extérieure au pas de temps h. Poids d’eau dans l'air extérieur au pas de temps h Masse volumique de l’air extérieur au pas de temps h. 0 : pas de transferts verticaux entre niveaux Entier 0 +∞ Zone δpermea_verticale Bool 0 1 - 1 : transferts verticaux possibles entre niveaux hzone Hauteur du plancher de la zone par rapport au sol Nombre d’ensembles bouche équivalente/conduit/extracteur identiques m 0 +∞ - Nid - 1 +∞ 438 .

Section de pointe de la bouche d’extraction.5 +∞ +∞ +∞ 20 1 - Bouche auto. Hauteur équivalent du conduit de ventilation naturelle.conv_base Paramètres intrinsèques du composant Nom Description Type de ventilation : 1 : Ventilation naturelle par conduit.05 439 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Bouche fixe Asect_base Asect_pointe [dP1.…. Hauteur de tirage thermique du conduit de ventilation naturelle. Surface de l’enveloppe du conduit pour le calcul des fuites. Conditions de mesures de la bouche d’extraction autoréglable (pressions de référence).] Acond Percond Section de base de la bouche d’extraction. Périmètre du conduit de ventilation naturelle.conv_pointe qspec. Coefficient de réduction des débits Coefficient de dépassement Durée d’Utilisation du grand débit exprimée en h/semaine Débit volumique spécifique conventionnel repris en pointe en résidentiel Débit volumique spécifique conventionnel repris en base en résidentiel cm² cm² Pa m3/h m² m m m 0 m3/(s.] [Qv1.Qv6. Coefficient de fuite de réseau de ventilation (sous 1 Pa) Pression de référence dans le conduit pour le calcul des fuites Résistance thermique de la partie du conduit de reprise située hors volume chauffé. 1 : bouche fixe. Coefficient de pertes de charge du conduit sur sa partie droite. Propriétés du conduit hcond hmot Ratfuitevc Kres dPref Rrep Crdbnr Cdep Pa m2K/ W Réel Réel h m3/h m3/h Ventilation hybride Dugd qspec. idtype_vent - 1 2 - idtype_bouche - 1 2 - λcond - 0 +∞ 0. 2 : bouche autoréglable. m2 ) 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 +∞ +∞ +∞ +∞ +∞ +∞ +∞ +∞ +∞ +∞ +∞ 1 1. Résultats de mesures de la bouche d’extraction autoréglable. Unité Min Max Conv. Ratio des fuites en volume chauffé du réseau de ventilation.rep. 2 : Ventilation hybride (naturelle assistée).…. Type de bouche d’extraction.dP6.rep.

reg.c. Seuil de température pour le basculement du système de ventilation naturelle hybride en mode mécanique Seuil de vitesse de vent pour le basculement du système de ventilation naturelle hybride en mode mécanique Horaires fixe (par rapport à hleg) d’activation de l’assistance mécanique (voir Tableau 68). statique Coefficient de pertes de charge du coude équivalent représentant les confluences du réseau.hgd.Méthode de calcul Th-BCE 2012 χcoud [vcond.j] j=1 à 8 Vvent. - 0 +∞ 1.l] l=1à10 Vecteur des températures extérieures prises en compte pour les basculements entre régimes de fonctionnement.c] considéré.cond Dcond m² m 440 .réf en fonction de la vitesse d’air dans le conduit (8 valeurs). Unité Aboucheeq m2 Asection.15 - -∞ +∞ - [Cextr.k. Tableau des valeurs de vitesse d’air dans le conduit pour lesquelles sont défini les Cextr (8 valeurs). m/s 0 +∞ - [Pvent.pointe Variables internes Nom Puissances de ventilateur de l’assistance mécanique en période de pointe.vvent.hyb - 0 +∞ - °C -40 +∞ - vvent.k] k=1à10 m/s 0 +∞ - [θext. Coefficient de perte de charge singulière de l’extracteur statique. Aire de la section du conduit. W 0 +∞ - Description Section totale de l’ensemble des bouches d’extractions associées au système de ventilation naturelle par conduits.hyb m/s 0 +∞ - [hgd. Matrice des puissances de ventilateur de l’assistance mécanique pour le couple [θext .fin hgd.2. l=1à10 W 0 +∞ - Pvent. Tableau des valeurs de coefficient de dépression pour un vent horizontal de vitesse Vvent. Vecteur des vitesses de vent prises en compte pour les basculements entre régimes de fonctionnement.1.reg.hgd. Vitesse de vent de référence pour la caractéristique de l’extracteur statique.j] j=1 à 8 Extrat.lim.fin ] Ventilation hybriqde h 1 24 [vvent.lim.s.réf - -∞ +∞ - m/s 0 +∞ 8 ξextr θ ext. Diamètre du conduit de reprise relié à l’extracteur.l] k=1à10.1.deb .2deb .

s Surface des conduits de reprise donnant sur l’extérieur Conductivité thermique du conduit de reprise m2 W/K Vitesse de l’air dans le conduit. Pertes de charge du conduit de ventilation naturelle. Débit volumique repris au travers des fuites de réseau.ext Hcond.dep(h) qv. Dépression au niveau de l’extracteur pour une vitesse vcond. sans prise en compte des fuites du réseau.bouches(h) qv. Pertes de charge associées à la bouche d’extraction équivalente associée au conduit. 441 . Vitesse de l’air dans le conduit corrigé en fonction de la vitesse de vent au pas de temps h. m/s vcond.s_lim2(h) Cextr_lim1(h) dPextr_lim1(h) dPextr_lim2(h) Cextr m/s m/s - Pa Pa - Bilan des pertes de charge du conduit dPbouche (h) dPcond(h) dPcoud(h) dPextr_i(h) dPmot(h) qv. qv.dPref qv.….s_lim1(h) vcond.dP1. Différence de pression associée au tirage thermique dans le conduit. modélisées par un coude équivalent.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Acond.corr Modélisation de l’extracteur statique m/s vcond.bouches. Débits de fuites pour les différents points de mesure de la bouche autoréglable. Pertes de charge des confluences du conduit de ventilation naturelle. Débit volumique à travers les bouches d’extraction à dPref. Débit volumique repris total au niveau des bouches. Vitesse d’air limite 1 dans le conduit pour la modélisation de l’extracteur statique (voir paragraphe associé). Débit repris tenant du coefficient de dépassement de la bouche équivalente.dP6. Coefficient de dépression de l’extracteur statique interpolé à partir de la vitesse de vent réelle et de la vitesse dans le conduit. Dépression au niveau de l’extracteur pour une vitesse vcond. Débit volumique repris total avec prise en compte des fuites du réseau.sou.s_lim2(h).fuites(h) Débit volumique soufflé au travers des fuites de réseau. Coefficient de dépression au niveau de l’extracteur pour une vitesse vcond.rep. Pertes de charge et effet moteur éventuel de l’extracteur statique.ext vcond. pour la modélisation de l’extracteur.rep.fuites.dPref [qv.fuites.s_lim1(h).] Pa Pa Pa Pa Pa m3/h m3/h m3/h m3/h m3/h m3/h m3/h m3/h qv.rep.s_lim1(h).fuites.s. Débit volumique de fuites du réseau à la pression dPref.cond(h) qv.uites(h) qrep. Vitesse d’air limite 2 dans le conduit pour la modélisation de l’extracteur statique (voir paragraphe associé).

Consommation du ou des ventilateurs pour le groupe. Unité qv. Accélération de la pesanteur. Température de l’air soufflé dans le groupe en refoulement (en provenance de l’extérieur) Humidité de l’air soufflé dans le groupe en refoulement (en provenance de l’extérieur) ωair_soufflé(h) Constantes Nom Cd g Description Coefficient de décharge.dep(h) θet(h) Sorties Nom Description Débit volumique spécifique repris au niveau du groupe pour le système de ventilation naturelle.68 9.spec.spec.rep(h) m3/h Textr1(h) Cvent(h) qv.souf(h) Tair_soufflé(h) °C Wh m3/h °C kg/kga s Débit volumique spécifique soufflé au niveau du groupe pour le système de ventilation naturelle en refoulement. Température de l’air repris après impact des pertes du conduit.81 Tableau 66 : Nomenclature du modèle 442 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Débit soufflé tenant du coefficient de dépassement de la bouche équivalente. au niveau de l’extracteur. m3/h °C qsou. Température des espaces tampons prise en compte pour les déperditions du réseau hors volume chauffé..s-2 Conv. 0. Unité Réel m.

443 . chaque conduit dispose de son propre extracteur. la méthode prévoit un calcul du débit total dans les conduits du système. ce débit moyen approché est considéré fixe dans le bilan aéraulique. les systèmes de ventilation naturelle par conduits (ou hybrides) sont pris en compte comme un système de ventilation standard : dans un premier temps. χcoud (adimensionnel).Méthode de calcul Th-BCE 2012 8. on modélise un conduit équivalent d’une hauteur égale à la différence d’altitude entre le débouché et la moyenne des hauteurs des bouches raccordées. Ainsi. on intègre également un calcul de la consommation des ventilateurs.3. dans le cas de conduits unitaires. extraction) ou négatif (refoulement dans le conduit). permettant d’aboutir à la pression intérieure au pas de temps actuel.1 Calcul du débit dans le conduit en ventilation naturelle Le débit dans un conduit qv. fonction de hmot. Il peut être positif (situation normale.3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE Du point de vue de l’organisation des calculs. l’effet moteur associé au tirage thermique dans la conduite dPmot. dPbouche. Les systèmes de ventilation naturelle par conduits et de ventilation hybride tels que décrits dans la présente fiche ne s’appliquent qu’aux usages de maison individuelle ou accolée et de logements collectifs. sur la base d’une gestion en fonction de la température extérieure et de la vitesse de vent. chaque conduit est modélisé sur la base de ses vrais caractéristiques. les pertes de charge aux confluences. on exprime chacun des termes suivants en fonction du débit volumique dans la conduite de ventilation naturelle qv.cond(h): la perte de charge des bouches d'extraction. la perte de charge et l'effet moteur éventuel statique des dispositifs de couronnement dPextr.7. - Dans le cas de la ventilation hybride. différence d’altitude entre le point de référence pour le calcul de Pib et le débouché de conduit. ainsi que les propriétés de l’air extrait. A ce titre.7. la perte de charge du conduit. on décrit une bouche équivalente dont les caractéristiques de dimensionnement sont calculées sur la base de la somme de toutes les bouches raccordées. - - 8. dPcond. la présente fiche se substitue à la fiche C_Ven_Bouche et conduit. sur la base de la pression intérieure (Pib) calculée sur l’heure précédente. en prenant en compte le débit total incluant les fuites des conduits. si plusieurs bouches d’extraction sont connectées à un même conduit. conventionnellement représentées par un coude de coefficient de perte de charge. dans un premier temps. dPcoud.cond(h) est obtenu par résolution d’un bilan aéraulique de la conduite de ventilation naturelle depuis l’intérieur du logement jusqu’à l’extérieur. Les hypothèses retenues sont les suivantes: dans le cas d’un conduit Shunt. dans un second temps.

Par conséquent. afin de couvrir la gamme opérationnelle du dispositif comme indiquée par le fabricant.667 (792) 444 .667 (789) q v .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Dans un second temps. On définit également pour chaque valeur de dP (chaque indice j).3. en considérant que l’ensemble bouche et fuites se comportent selon la loi de la bouche : dPbouche = dPref × 8.1 Bouches d’extraction fixe: idtype_bouche =1 (787) Dans le cas d’une bouche d’extraction fixe.1. un débit de fuite correspondant : qv.1. on résout numériquement l’équation : F (qv . Les valeurs de débit moyen (m3/h) sont évaluées pour les points 1 à 6 d’échantillonnage de dPbouche. fuites. 5 (790) Note : cette dernière équation est issue de l’application du théorème de Bernoulli à la bouche d’extraction.cond ) (q v . Aboucheeq = 0.max Tableau 67 : Courbe caractéristiques d’une bouche autoréglable A partir de ce tableau de caractéristiques. d Pr ef = 3600 × Kres × Acond × dPref 0 .0001× Dugd × Asect _ po int e + (168 − Dugd) × Asect _ base 168 ( ) ( ) (788) Dans la pratique.1. on se conformera à la courbe caractéristique définie suivant la norme EN 13141-2 sous une différence de pression de référence dPn.cond.2 qv . via l’algorithme suivant.3.bouche .cond × ABS (qv . ces caractéristiques sont souvent définies en grand débit et en petit débit. Pour passer du petit débit au grand débit. d Pr ef + qv .cond ) = dPextr . il convient de renseigner les sections en base et en pointe en cm2 (les sections seront converties en m2 pour le logiciel).d Pr ef ) 2 (791) Bouche d’extraction autoréglable: idtype_bouche =2 Dans le cas de bouches d’extraction autoréglable.1. on utilise un dispositif permettant d’agrandir les sections des bouches. fuites . il est possible d’exprimer la différence de pression dPbouche en fonction du débit qv.dPj = 3600× Kres × Acond × dPj 0.bouche. les valeurs à renseigner prennent la forme du tableau suivant : Mesure (indice j) dP (Pa) Débit moyen (m3/h) dP0=0 qv0=0 1 dP1 qv1 2 dP2 qv2 3 dP3 qv3 4 dP4 qv4 5 dP5 qv5 6 dP6= dPmax qv6 = qv. on réalise un calcul approché de la différence de pression au niveau de la bouche. d Pr ef  2 = 3600 × C d × Aboucheeq ×  × dPref ρ  ref     0. fuites. A un débit dans le conduit donné.7.7. s + dPcond + dPcoude + dPbouche − dPmot = 0 8. On considère que la pression de référence pour le calcul du débit par les bouches et par les fuites est la même : q v .

cond Percond = 4π 2 (797) 445 . cond ≤ q v . max . On définit pour chaque conduit un conduit équivalent de la façon suivante : Pour un conduit shunt. alors. fuites . q v . fuites .dPj .667 dPbouche Sinon. faire. alors.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Si q v .2 Pertes de charge du conduit On considère que la température dans les conduits est toujours égale à la température d’air intérieur du groupe. j + qv. 0 . La hauteur équivalente hcond doit être prise égale à la différence d’altitude entre le débouché et la moyenne des hauteurs entre la bouche d’extraction la plus haute et la bouche d’extraction la plus basse.dPj −1 × (qv. max + q v . d Pr ef = 3600 × Kres × Acond × dP1 0. la surface du conduit relié au groupe de ventilation s (extracteur) est définie comme suit : Asec tion.cond = dP1 ×  q +q v . d Pr ef  v . d Pr ef  v . Fin du « tant que » dPbouche = dPj −1 + dPj − dPj −1 qv.7. on interpole linéairement entre les valeurs de débits) Si q v . j −1 − qv. fuites.dPj − qv. (refoulement) q v . cond ≤ q v . Pour les conduits unitaires. si q v .cond > qv . fuites .cond .1     2 (795) Soit l’indice entier j correspondant aux colonnes du tableau 2 : j =1 Tant que qv.1. j −1 − qv . fuites. on travaille conduit par conduit en fonction de leurs caractéristiques réelles. d Pr ef     2 (793) Sinon. alors.cond = − dP1 ×  q +q v . max .3. Dans le cas de la ventilation naturelle par conduit et de la ventilation hybride. fuites . j + qv. 0 < q v . q v . fuites . fuites . cond < q v . d Pr ef = 3600 × Kres × Acond × dP1 0 .1 .dPj −1 ) 8.cond − qv. cond > q v . fuites . (796) j =j+1 . d Pr ef = 3600 × Kres × Acond × dPmax 0. on retient le périmètre et la section réels du conduit Per cond et Asec tion .cond × q  v .1     2 (794) Sinon. (cas q v .  q v .667 dPbouche = dPmax  q v .667 dPbouche  q v . fuites. plus la hauteur conventionnelle de la bouche par rapport au sol.

s × abs(vcond. Les courbes monotones d’un extracteur sont présentées à titre illustratif sur le graphe suivant. basé sur le coefficient de pertes de charge singulière ξextr. La courbe est obtenue expérimentalement sous un vent de 8 m/s et pour différentes vitesses d’air dans le conduit.5 m/s Vent de référence =8 m/s 3 4 5 6 1 m/s 1. En dehors de cet intervalle.c (h) (802) Ces coefficients ne sont valables que sur l’intervalle de vitesses dans le conduit prévu par la courbe.3.7. s ) 8. dans les conditions suivantes : Indice j vcond. 446 . lui aussi issu d’une procédure d’essai.cond Asection.1. s × abs (v cond . telle que décrite dans la norme EN 13141-5.1 (801) Prise en compte de l’extracteur Caractérisation de l’extracteur La prise en compte du comportement statique des extracteurs est réalisée par l’intermédiaire de la courbe caractéristique décrivant les valeurs du coefficient de dépression (Cextr).5 × λcond _ i ×  cond  × ρint × vcond.s = qv.3.s ) cond D   cond  Les pertes de charges singulières du conduit : (800) dPcoude = 0 .corr = v cond .3 8. Pour se placer dans les conditions de vent du pas de temps.cond × 3600 (799) Les pertes de charges linéaires du conduit sont aussi calculées : h  dP = 0.5 m/s 2 m/s 3 m/s 7 4 m/s 8 8 m/s Pour chacun des essais.j 1 0 m/s 2 0. l’effet du vent devient négligeable.5 × χ coude × ρ int × v cond .rep. une valeur Cextr. on corrige la vitesse de conduite pour réaliser l’interpolation entre les valeurs du tableau : vcond .3. on utilise la courbe de modélisation de l’extracteur sans vent.cond Percond (798) La vitesse de l’air dans le conduit est définie comme suit : vcond.1. s . s × vvent _ réf v vent.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Le diamètre du conduit est défini comme suit : Dcond = 4× Asec tion.7.j est à renseigner.s. Ceci est justifié par le fait que pour un ratio vitesse dans le conduit sur vitesse du vent élevé.

s_lim1 correspond au dernier point d’essai de la courbe caractéristique : vcond . n = n+1 .0 8.vcond. Tant que 1  ρ int. pour différentes vitesses de vent On définit deux grandeurs vcond.s_lim1 et vcond. _ lim 1 ( h ) dPextr _ lim 2 ( h) = 1  ρ int.s_lim2 est déterminé à chaque pas de temps par l’algorithme suivant : Soit un entier n initialisé à 2 à chaque pas de temps. s .s . s . _ lim 2 ( h ) = n .8 1 2 dPextr _ lim 1 ( h ) = ρ ext ( h ).s .9 m/s Figure 71: Exemple de profils de dépression de l'extracteur (en Pa) en fonction du débit dans le conduit.8 × vvent _ réf vvent.0 -10.0 -8. Si v vent . Fin du tant que.0 -6.c ( h ) ) 2 - vcond.s_lim2 permettant le choix du modèle à utiliser. c ( h ) > 0 .0 dépression (pascals) 6. alors : .(n. s . (806) v cond .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Courbes caractéristiques d'un extracteur statique en fonction de la vitesse du vent 10. fin (h − 1) + ρ ext (h)  .(v vent .c(h) non-nulle.C extr _ lim 1 ( h ).v cond . vcond. ainsi que les valeurs de pertes de charge dPextr associées.c (h) (803) (804) (805) C extr _ lim 1 ( h) = C extr .(v cond . Le calcul de ces valeurs n’est réalisé qu’en cas de vitesse de vent vvent. _ lim 2 ( h) )2 . _ lim1 (h))2 < dPextr _ lim1 (h) .ξ extr . faire. fin (h − 1) + ρ ext (h)  . s .0 2.   2 2  447 .0 -4.  2 2   et n<20.0 -2.s_lim2 est la valeur approchée de vitesse dans le conduit pour laquelle la dépression au niveau de l’extracteur calculée à partir du modèle sans vent dépasse celle calculée à partir de la courbe caractéristique pour le vent réel.0 0.0 0 100 200 300 4 m/s 400 500 2 m/s 600 vent nul 700 débit (m3/h) référence 7.ξ extr .0 4. _ lim 1 (h) = vcond .vcond .

j −1 v cond .s .3. c ( h ) > 0 et v cond . s . On distingue les cas suivants : • Cas v cond . _ lim1 (h) . s )2 dPextr = . _ lim 2 ( h ) On se situe sur la transition entre le modèle sans vent basé sur les pertes de charge singulière et le modèle de la courbe caractéristique.s ≤ 0 (refoulement) : on prend la valeur de C extr correspondant à v cond . c ( h ) > 0 et v cond .c ( h ) = 0 m/s ( ∀v cond . s > 0 ) : On utilise le modèle sans vent basé sur les pertes de charge singulière : 1  ρ int. _ lim1 ( h)   • (810) Cas v vent . fin ( h − 1) + ρ ext ( h)  .7. s ≤ v cond .v vent . j −1 ) L’expression de dPextr en fonction de la vitesse de vent est la suivante : dPextr = • 1 ρ ext ( h ). _ lim 2 ( h ) ou v vent . Fin du « tant que » C extr = C extr .c ( h ) 2 2 (807) Cas v vent . s . j − C extr . s . s ( h ) > v cond . On interpole entre les deux valeurs limites :   vcond .corr − v cond . _ lim 1 ( h ) < v cond . telles que définies dans la norme EN 13141-5.C extr .c ( h ) 2 2 (809) Cas v vent .j : Soit l’indice entier j correspondant aux colonnes du tableau 2 : j =2 Tant que v cond . corr > v cond .v vent .   2 2  (811) 448 . j .c(h). On interpole entre les valeurs de Cextr.ξ extr .1 dPextr = • 1 ρ ext ( h ). s .3. s .(v cond . s . s .s calculée en équation (799) et la vitesse du vent au pas de temps h vvent. _ lim 1 ( h ) On se situe sur la plage de fonctionnement correspondant aux courbes caractéristiques des extracteurs.(dPextr _ lim 2 (h) − dPextr _ lim1 (h) ) + dPextr _ lim1 (h) dPextr =  v  cond .Méthode de calcul Th-BCE 2012 8. c ( h ) > 0 et 0 < v cond .s = 0 C extr = C extr . s . j −1 + C extr . s . j −1 × (v cond . (808) j =j+1 .1.C extr .2 Expression de la dépression de l’extracteur en fonction de la vitesse dans le conduit Soit la vitesse dans le conduit vcond. _ lim 2 (h) − vcond . s ≤ v cond .s − vcond . s . faire. s . s . j − vcond .

s = h cond . s × g × (ρ ext ( h ) − ρ int. le tirage thermique est exprimé comme suit : dPmot . on retient par défaut : h mot . s = h mot . s = h zone + 2 (m) (814) La sortie de toiture est supposée à 2 m au-dessus du plancher haut de la zone. la valeur par défaut est la suivante : h mot . En considérant une différence d’altitude de 2 m entre la bouche et le sol. 449 . s + 2 (m) (813) - δ permea _ verticale = 1 : pour les zones où les transferts d’air entre niveaux sont possibles et significatifs (hauteur de zone supérieure à 3m). de la hauteur de tirage thermique et de la pression dans la zone (dans le groupe donc). fin ( h − 1) ) + Pib ( h − 1) (812) Elle dépend donc de la différence de température intérieur/extérieur.7. en fonction de l’indicateur de transferts d’air entre niveaux de la zone δpermea_verticale : - δ permea _ verticale = 0 : pour les zones dont les niveaux sont étanches entre eux. le calcul s’effectue conventionnellement à mi-hauteur de la zone.3.1.4 Calcul du tirage thermique Pour un conduit i donné. La hauteur de tirage thermique est un paramètre pouvant faire l’objet d’une définition par défaut.Méthode de calcul Th-BCE 2012 8.

Note : ci-dessous. Les coefficients Cdep et Crdbnr sont déterminés selon les modalités de la fiche « C_Ven_Bouche et conduit ».3. Crdbnr est conventionnellement égal à 1. fuites ( h )) Les débits repris sont nuls : qrep.167 Cd × Aboucheeq ×  ρ   ref  (817) (818) q souf . cond . on adapte le jeu de données de sortie. on définit alors le nombre de conduit identique par NId.5  2   + Kres × Acond × ABS(dPbouche ) 0.cond 0.7. en tenant compte de la régulation et du coefficient de dépassement. On rappelle qu’en maison individuelle ou accolée et logements collectifs.dep (h) = −Cdep × Crdbnr × ( Nid × qv.cond + q souf . fuites (h) = − × N id × qv .167 q souf .1 Ventilation naturelle Comme il est possible d’avoir plusieurs conduits identiques. les débits d’indice « rep » ou « souf » sont considérés du point de vue du groupe étudié.3.2 Calculs des débits repris (ou refoulés) 8. cond < 0 : Dans ce cas. Il y a donc inversion de signe.7. dep ( h ) = 0 (819) 450 .5  2   + Kres × Acond × ABS (dPbouche ) 0. cond peut être positif (repris) ou négatif (soufflé).167 Cd × Aboucheeq ×  ρ   ref  (815) Les débits aux bouches pour l’ensemble des conduits identiques.Méthode de calcul Th-BCE 2012 8. On identifie le débit repris par les bouches et le débit repris total (hors et dans le volume chauffé) en imposant que leur somme est égale au débit total dans le conduit q v .cond + qrep. fuites(h) = 0 q rep . les débits insufflés sont Kres × Acond × ABS(dPbouche ) 0.167 qrep. fuites (h) = − × N id × qv . fuites (h)) Les débits insufflés sont nuls : (816) qsouf . dep ( h ) = 0 Cas q v . Selon le cas. Le débit q v . alors qu’on se plaçait du point de vue du conduit dans la résolution.dep ( h ) = − C dep × C rdbnr × ( N id × q v . fuites(h) = 0 q souf .2. Cas q v .cond 0. sont définis comme suit : qrep. cond ≥ 0 : Le débit de fuites total pour l’ensemble de conduits identiques est défini comme suit : Kres × Acond × ABS(dPbouche ) 0.

1.2.2. Le débit repris. on considère que les horaires d’utilisation du grand débit en cuisine sont les suivants : Dugd 0 (pas de grand débit) >0 idusage / Maison Individuelle ou accollée Logement Collectif Horaires de passage en grands débits au sens de hleg(h) Non appliqué hgd. Conventionnellement.deb =11h à hgd.la vitesse de vent est inférieure à la vitesse de consigne vvent.fin =13h hgd. s’appliquant en occupation et en inoccupation.fin =19h hgd.c. Les coefficients Cdep et Crdbnr.deb =18h à hgd.fin =20h Tableau 68 : Horaires d'utilisation du grand débit cuisine en ventilation hybride Des valeurs différentes de durées d'utilisation peuvent être issues d'Avis Techniques ou de procédures de certification équivalentes. Ce système ne s'applique qu'au secteur résidentiel. On considère que le système peut fonctionner en naturel pur ou en mode mécanique. des conditions météorologiques (vitesse de vent et température d’air extérieur). ainsi que la durée Dugd. le débit de base est imposé par l’assistance mécanique lorsque : . Au final l’algorithme est le suivant : 451 . On rappelle qu’en maison individuelle ou accolée et logements collectifs.la température d’air extérieur est supérieure à la température de consigne.1.2.1.deb =11h à hgd. En dehors de ces plages horaires.7.lim. Le passage d'un mode à l'autre s'effectue en fonction: de créneaux horaires fixes.2.3. est alors calculé comme celui d’un système mécanique simple flux standard.fin =12h hgd.hyb. sont déterminés selon les modalités de la fiche « C_Ven_Bouche et conduit ».Méthode de calcul Th-BCE 2012 8. .1.2.2 Ventilation hybride : prise en compte de l’assistance mécanique Ce paragraphe décrit l’assistance mécanique des systèmes de ventilation hybride (naturelle assistée). Crdbnr est conventionnellement égal à 1.deb =18h à hgd.

2. 452 . conv _ base × (168 − Dugd ) 168 0 .c . Il convient donc de connaitre : les valeurs de températures extérieures (l valeurs) et de vitesses de vent (k valeurs) provoquant des basculements entre régimes de fonctionnement. reg . ce qui correspond à une situation de refoulement. k −1 ≤ v vent . et lmax. que l’on soit en ventilation naturelle par conduit ou en assistance mécanique (ventilation hybride).  h (h) ∈ [h gd . Pvent.lim.3.2.lim. 667 q rep .reg.dep (h) = 0  Sinon. 2 .1.1. reg . θext. Note : lorsque l’assistance mécanique est activée. h gd .k ≤ v vent .1).l −1 ≥ θ ext .lim.3. fin ] Si  ou ou ( v vent . rep . deb .7. hyb  On note kmax.1 > θ ext . on définit le débit repris spécifique (pour le calcul du Pib) comme suit : q v . la dimension du vecteur des [vvent .1 < v vent .c .3 Débit repris spécifique Au final.reg . les valeurs de puissance consommée par les ventilateurs d’assistance pour les différents couples de valeurs de températures extérieures et de vitesses de vent (k x l valeurs). la dimension du vecteur des [θ ext. on vérifiera :  ∀k . rep ( h ) = q rep .lim.1 et 8.7. fin ]  leg alors.c ( h ) < v vent .1. spec . hyb    ∀l .3 Calcul des consommations d'énergie des ventilateurs L’assistance mécanique fonctionne suivant une matrice de régulation modulant la puissance du ventilateur en fonction du tirage naturel à compléter.1. h gd . dep ( h ) = −Cdep × Crdbnr × q spec .7. q rep . conv _ po int e × Dugd + q spec . la valeur de puissance pour les périodes de passage en débits de pointe. reg .3. fuites ( h ) (821) Note : exceptionnellement ce débit noté repris. Si plus d’un point de fonctionnement est défini.reg .l ≥ θ ext . lim hyb et θ ext ( h ) > θ ext .hyb doivent être définis. les débits de fuites sont calculés sur la base du dPref (20Pa) correspondant à la basse pression. 8.c. fuites ( h ) = − N id × 3600 × Kres × A cond × dP ref (820) q souf . hyb ).k ] .7. On applique le calcul de débit en ventilation naturelle (voir 8. rep .l ] .reg . reg . deb .3. dep ( h ) + Rat fuitevc × q rep . peut être positif. 8.lim.hyb et Vvent. Le paramétrage est limité à k max < 10 et lmax < 10. A minima. fuites (h) = 0   q souf . 0 ≤ v vent . 2 . θ ext .Méthode de calcul Th-BCE 2012  h leg ( h ) ∈ [ h gd .

reg. si v vent .. c ( h ) < v vent . k et k<kmax.reg9 Pvent.1 vvent.2 θext. deb . l =l+1 . k=1 l=1 Tant que v vent . alors.reg. fin ]  leg C vent ( h ) = Pvent . 2 .l θext.1. h gd . k =k+1 .reg. (pas besoin d’assistance) C vent ( h) = 0 (Wh ) 453 .k-1 … Pvent.reg.1 Figure 72 : Format de la description mathématique du comportement de l'assistance mécanique : Pvent (W). po int e Sinon.2 Pvent. k . Fin du « tant que » C vent ( h ) = Pvent .c(m/s) Au final l’algorithme est le suivant : Si  h leg ( h ) ∈ [ h gd . vvent. lim hyb et θ ext (h ) > θ ext .10 . Fin du « tant que » Tant que (822) θ ext ( h ) > θ ext .reg.1 vvent. faire..lim. faire.1. 2 .10.k.reg.2.1 .2.l et l<lmax.2 … Pvent. (passage en grand débit)  ou h (h ) ∈ [h gd . reg .1 θext.k .reg.1. hyb .1 θext.1. reg .reg.1 Pvent.2 Pvent.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Valeurs de températures extérieures de régulation Valeurs de vent pour la régulation vvent.9 Pvent. en fonction des couples θext(°C) et vvent. l Sinon.k. deb . fin ]  .. (besoin d’assistance mécanique) Soit k et l des entiers correspondant aux indices décrits en figure 3. c ( h ) < v vent . alors.l-1 θext.reg..l … Pvent.l … … … Pvent. c .10.1. h gd . vvent.10 Pvent.

02 A cond .7.2 Calcul des températures et des humidités spécifiques dans le cas du refoulement En refoulement. T air _ souffle ( h ) = θ ext ( h ) (827) (828) ω air _ souffle ( h ) = ω ext ( h ) 454 .ext = Et : Acond. Température après impact pertes conduit :    H cond.ext R + 0. rep (826) 8.rep.7. g . ext = (1 − Rat fuitevc )× A cond . fin (h − 1) − (θ i .rep. on considère que l’air soufflé est à température et humidité spécifique extérieure.4 Calcul des températures 8.cond    Avec θ et ( h ) = (1 − b ) × θ i .4.1 Calcul des températures dans le cas de l’extraction.3.4.Méthode de calcul Th-BCE 2012 8. rep .ext  Textr1 (h) = θ i .34 × (abs(q  (h)))   v . fin (h − 1) − θ et (h))× 1 − exp −  0.3.3.7. g . fin ( h ) + b × θ ext ( h ) (823) (824) (825) H cond.rep. g .

8.8 C_VEN_Aération 8.1 INTRODUCTION Cette fiche algorithme décrit les systèmes de ventilation naturelle par ouverture de fenêtres. La ventilation par ouverture des fenêtres est traitée au niveau de chaque groupe qui en est équipé. 455 . Elle décrit le calcul des débits d’air.Méthode de calcul Th-BCE 2012 8. de la température et de l’humidité de l’air. La ventilation par ouverture des fenêtres est représentée à l’aide d’une fenêtre équivalente par groupe.

2 NOMENCLATURE Le Tableau 69 donne la nomenclature des différentes variables du modèle de calcul des débits de ventilation spécifique pour le calcul du Cep.Méthode de calcul Th-BCE 2012 8. Constantes Nom Description Unité Conv . Paramètres intrinsèques Nom Description Unité Min Max Conv . Entrées du composant Nom Description Unité Bool m3/h kg/kga s °C °C bool Ivent g q spec _ souffle Indicateur de ventilation de la zone (Occ / Inocc) Débit volumique spécifique soufflé Poids d’eau dans l'air extérieur au pas de temps h Température extérieure au pas de temps wext θ ext T air _ out h Température en sortie de l’espace tempon Indique si l’air neuf fourni par la fenêtre transite au préalable par un espace tampon I c lim atique Paramètres d’intégration du composant Nom Description Unité Min Max Conv . Variables internes Nom g TAN Description Température de l’air neuf vu par la fenêtre Unité °C -∞ +∞ - Sorties Nom g T air _ souffle g ω air _ souffle g q spec Description Température de l’air soufflé dans le groupe provenance de l’extérieur ou d’autres groupes) Humidité de l’air soufflé dans les groupes (sortie CTA) Débit volumique spécifique soufflé (en Unité °C kg/kg as m3/h _ souffle Tableau 69 : Nomenclature du modèle 456 .8.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 8. g T AN = θ ext (Eq 830 ) La température de l’air fourni est donc : g T air _ soufflé g = T AN (Eq 831 ) 8. g T AN = T air _ out (Eq 829 ) Si I c lim atique = Faux . Dans le cas contraire I c lim atique = Faux .2 Calcul de Humidité L’humidité de l’air neuf fourni au groupe par la fenêtre est défini comme suit : g ω air _ soufflé = ω ext (Eq 832 ) 457 .3.8.1 Calcul de températures Dans le cas où l’air neuf fourni par la fenêtre transite au préalable par un espace tampon on a I c lim atique = vrai . Si I c lim atique = vrai .3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE 8.3.8.8.

d’algorithmes et de données de sorties. un modèle stationnaire monodimensionnel.1 INTRODUCTION Dans le cadre de la réglementation thermique RT2012. est développé pour évaluer les performances d’un puits climatique. Il est décrit dans le présent rapport en termes de données d’entrées.9 C_BAT_Puits climatique 8.9. issu de la norme NF EN 15241. 458 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 8.

- Paramètres intrinsèques du composant Nom nd L di ep λtube Description Nombre de conduits Longueur du conduit Diamètre intérieur du conduit Epaisseur du conduit Conductivité thermique du conduit Unité m m m W/mK Min 1 0 0 0 0 Max + + + + + Conv. est égal à θair-in) Débit d’air massique entrant dans le puits climatique Humidité de l’air extérieur Indicateur de fonctionnement du by-pass du puits climatique Unité °C kg/s kg/kg as - δbypassPC( h) Paramètres d’intégration du composant Nom Type_s olPC Z Altitude Description Type de sol dans lequel se trouve le puits climatique (0=Sol humide / 1= Sable sec / 2= Sable humide / 3= Argile humide / 4=Argile mouillée) Profondeur d’enfouissement des conduits Altitude du projet 0 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 8.supérieur à 800m Unité m - Min 0 0 0 Max 4 +∞ 2 Conv.9.2 NOMENCLATURE Entrées Nom θe(h) mair(h) ωext(h) Description Température de l’air extérieure (entrant dans le puits. - ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ Variables internes Nom ε θsol hi Ug Vair v0 JH AH VS Description Efficacité du puits climatique Température du sol Coefficient de surface interne entre l’air et la face intérieure du conduit Coefficient d’échange global entre l’air et le sol Débit volumique de l’air Vitesse de l’air dans le conduit Heure annuelle Facteur de correction de l’amplitude pour la température du sol Déphasage de la température du sol par rapport à la température extérieure Amplitude de la variation annuelle de la température d’air extérieur La température extérieure moyenne annuelle Coefficient de correction de la température du sol en fonction de la nature du sol Unité °C °C W/mK W/mK m3/h m/s h h °C °C - ∆θ a θam gm 459 .entre 0 et 400m 1 .entre 400m et 800m 2 .

22 1006 Sorties Nom θairout Description Température de l’air sortant du puits climatique Débit d’air en sortie du puits climatique Humidité de l’air en sortie du puits climatique Booléen indiquant le raccordement éventuel à un puits climatique Unité °C Kg/s kg/kg as Bool PC (h) out mairPC (h) ωairPC out (h) Iclimatiqu e Tableau 70 : Nomenclature du modèle 460 . 1.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Constantes Nom ρair Cpair Description Masse volumique de l’air Capacité calorifique de l’air Unité Kg/m J/kgK 3 Conv.

3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE 8.3.9. En pratique. le puits climatique n’est pas forcément nécessaire. Son utilisation peut être contrôlée par la température de l’air extérieur. Il est basé sur une approche stationnaire et monodimensionnelle ainsi que sur les hypothèses suivantes : o Le sol est considéré homogène et non perturbé par les échanges thermiques air/sol . avec un décalage horaire (pour tenir compte de l’inertie) . o Le conduit enterré est considéré cylindrique. o Le sol est considéré comme une source thermique infinie. o La température à la surface du sol est considérée égale à la température de l’air ambiant extérieur. permet de déterminer la température de l’air en sortie de l’échangeur géothermique.3. o La température de la surface extérieure du conduit enterré est la même que celle du sol . Il est constitué d’un ensemble de conduits enterrés dans le sol et connectés au système de ventilation.3.Méthode de calcul Th-BCE 2012 8. en tirant partie de l’inertie thermique du sol. permettent un chauffage hivernal ou un refroidissement estival de l’air neuf introduit dans le bâtiment ventilé. o Les échanges latents sont négligés . 461 .9.1 Présentation du puits climatique Le puits climatique est généralement appelé puits canadien pour une fonction de chauffage et puits provençal pour une fonction de refroidissement. un échangeur d’air géothermique. droit et horizontal . Suivant ces hypothèses.2 Modèle physique 8. Le but de ce système est d’amortir l’oscillation thermique journalière ou saisonnière portée par l’air. les échanges thermiques entre l’air présent dans la canalisation enterrée et la terre.2. le modèle retenu. 8.9.9. Le puits climatique est ainsi. La gestion du puits climatique est traitée dans la fiche algorithme « Gestion-régulation du puits climatique ». En intersaison.1 Caractéristiques du modèle Le modèle proposé pour l’évaluation des performances thermiques du puits climatique est issu de la norme NF EN 15241.

552 9. (835) ∆T A = (La moyenne mensuelle maximale.805 10.378 7.067 6.9. Finalement.800 8.446 ∆T A 7.446 ∆T A 7.732 10. C’est pourquoi.3 La température du sol La température du sol dépend de la température moyenne annuelle d’air extérieur (θam). VS et gm. de l’amplitude annuelle de la température d’air neuf (∆θa).3.244 11. la température du sol est modélisée sous la forme d’une courbe sinusoïdale.552 11.01381 Z 2 − 0. En mode de confort d’été.118 TAM 7.366 9.9. Etant donné que les variations de températures dans le sol sont moins importantes qu’à la surface. Il peut être relié à plusieurs systèmes de traitement d’air (voir fiche d’assemblage).800 8.2.338 9.1993⋅ Z + 0. Avec : AH = max1 − 0.244 15.511 6.511 6. la température du sol à une profondeur Z.378 9.3.805 8.118 TAM 9. 0 ⋅ ⋅ ( ) (833) (834) VS = 24 × (0. la température de l’air neuf est corrigée par les coefficients AH. 8.2 Position du modèle puits climatique dans l’architecture Le puits climatique est décrit au niveau d’un bâtiment.960 14.244 13.960 10. il est impossible de calculer les températures moyennes mensuelles à partir du fichier météorologique dédié au calcul du confort d’été.338 9.805 12. dans ce cas.732 12.2.1786 + 10.118 462 . le calcul de la Tic s’effectue sur une séquence chaude de quelques jours.171 8.552 7.960 12.3385 × Z 3 − 0.366 9.732 8. est déterminée suivant la formule :   2⋅ π  θ G = gm ⋅  θ AM − AH ⋅ ∆θA ⋅ sin × [JH − VS + 24 ⋅ 25]     8760   TAM est la moyenne des moyennes mensuelles.la moyenne mensuelle minimale)/2.0195 × Z 4 ) Ou AH représente l’amplitude et VS la dérive de la courbe.Méthode de calcul Th-BCE 2012 8.252 8.171 8.800 8.067 6.446 ∆T A 7.366 9. Dans les cas où le puits climatique est pris en compte pour le calcul du confort d’été.252 10.000335 Z 3 .134 8.134 8.171 8.298 × Z − 1.511 6.134 8.067 6.338 9. de la nature du sol et de la profondeur d’enfouissement du conduit (Z).252 12. Ainsi.0156 × Z 2 + 0.378 11. on utilisera les valeurs suivantes de TAM et ∆T A : Altitude=0 Zone climatique H1A H1B H1C H2A H2B H2C H2D H3 Altitude=1 Altitude=2 TAM 11.

5 0.3. PC θ air − out = θ e PC Si δ by − pass = 0.3.90 0.88 1.   mair ⋅ Cp  air   n  d  Ug = 1 di + 2 ⋅ e p  ln  di  (837) 1 2 ⋅ π ⋅ λtube  1 +  h i  (838) 2 0.9.98 1.9. m air * 3600 n d ⋅ ρ air (839) Vair = (840) v0 = V air π ⋅  di    2  2 (841) 8.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Les valeurs par défaut pour le coefficient gm sont présentées dans le tableau ci-dessous : Type_solPC 0-Sol humide 1-Sable sec 2-Sable humide 3-Argile humide 4-Argile mouillée Conductivité (W/mK) 1.4 La température d’air en sortie du puits climatique La température de l’air en sortie du puits climatique est calculée comme suit : PC Si δ by − pass =1.25  100  100  di   .00 0.9 Masse volumique (kg/m3) 1400 1500 1500 1800 1800 Capacité (J/kgK) 1400 920 1200 1340 1590 Facteur correctif gm 1. par hypothèse.45 2.7 1.2.13 + 0.05 Tableau 71 : Propositions de gm pour différents types de sol 8. égale à l’humidité de l’air extérieur : PC ω air − out = ω ext (842) 463 .2.23 × θe − 0.5 L’humidité de l’air en sortie du puits climatique L’humidité de l’air en sortie du puits climatique est supposée. PC θ air − out = θ e + ε ⋅ (θ sol − θ e ) (836) Avec :      −U g ⋅ L  ε = 1 − exp .75   4.04 1.0077×  θe   × v0 hi =   0.

9.3.2. PC m air − out = m air (843) 464 . Par hypothèse.6 Le débit d’air en sortie du puits climatique Le débit d’air dans le puits climatique est une donnée d’entrée fournie par le(s) composant(s) de traitement d’air. puis compilée au niveau de l’assemblage puits climatique. il n’y a pas de pertes de débit entre l’entrée et la sortie du puits climatique.Méthode de calcul Th-BCE 2012 8.

10. Dans le contexte de bâtiments à la fois confortables et basse consommation.10 C_VEN_gestion_régulation_Puits_climatique 8.1 INTRODUCTION Les puits climatiques sont intégrés dans la méthode réglementaire Th-B-C-E 2012. Le composant ci-dessous s’inspire des algorithmes du by-pass d’une ventilation double-flux et exprime les équations de gestion-régulation du by-pass du puits climatique. il est nécessaire que le puits climatique soit géré au mieux afin de profiter ou non (selon les conditions extérieures et intérieures) de l’échangeur géothermique. 465 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 8.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 8.by-pass_PCété °C -∞ +∞ - θext. - 0 1 - Paramètres d’intégration du composant Nom Description Température intérieure de consigne au dessus de laquelle l’échangeur du puits climatique peut être by-passé en période de chauffage Température extérieure de consigne au dessus de laquelle l’échangeur du puits climatique peut être by-passé en période de chauffage Température intérieure de consigne au dessus de laquelle l’échangeur du puits climatique peut être by-passé hors période de chauffage Température extérieure de consigne au dessus de laquelle l’échangeur du puits climatique peut être by-passé hors période de chauffage Unité Min Max Conv.10. Gestion du by-pass en fonction des températures intérieures et extérieures Unité Min Max Conv.2 NOMENCLATURE Le Tableau 72 donne la nomenclature des différentes variables du modèle.finPC(h) IsaisonPC(j) Paramètres intrinsèques du composant Nom typegest_PC Description Type de gestion du puits climatique et de son by-pass 0. Entrées du composant Nom Description Température extérieure au pas de temps h Température de l’air intérieur vue par le puits climatique à la fin du pas de temps précédent Indicateur de saison propre au puits climatique Unité °C °C - θe(h) θi. Pas de by-pass 1.bypass_PC été °C -∞ +∞ - Sorties Nom Description Indicateur de fonctionnement du by-pass du puits climatique Unité - δbypassPC(h) 466 .bypass_PC hiver °C -∞ +∞ - θext. θint.bypass_PC hiver °C -∞ +∞ - θint.

Tableau 72 : Nomenclature des différentes variables du modèle 467 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Variables internes Nom Description Unité Constantes Nom Description Unité Conv.

fin .3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE 8. précèdent les calculs énergétiques (transfert de chaleur du sol vers l’air circulant dans le puits.3. by − pass _ PC . etc. by − pass _ PC et si θ iPC . La gestion-régulation d’un puits climatique doit permettre de tirer profit au maximum des gains énergétiques apportés par le puits climatique sans altérer le confort de l’occupant.10. La modulation éventuelle des débits est pilotée par le système de ventilation en aval du puits climatique.3.Méthode de calcul Th-BCE 2012 8. (contrôle de la température de l’air extérieur) . notée hiver θ ext . consommation des auxiliaires.10. (possibilité de refroidir) . 8. décrivant les modes des gestion-régulation d’un puits climatique. . refroidir) . fin hiver > θ int. Trois conditions doivent être respectées simultanément : la température extérieure est inférieure à la température intérieure.10. 8. alors (845) PC δ by − pass = 1 2ème cas : hors de la période de chauffage Hors de la période de chauffage (IsaisonPC≠chauffage).10. la gestion du by-pass n’a d’impact que sur les températures de soufflage d’air. Trois conditions doivent être respectées simultanément : la température extérieure est inférieure à la température intérieure vue par le puits climatique. l’échangeur géothermique peut être by-passer pour souffler à l’intérieur du (ou des) groupe(s) directement de l’air extérieur. lorsque certaines conditions sont assemblées. la température extérieure est supérieure à une température de consigne.1 Les principes de la gestion-régulation du puits climatique Ce modèle. Pour cela.3.2 Si le by-pass est en gestion manuelle (typegest_PC=1) Concernant les règles de by-pass. . les règles de by-pass du puits climatique prennent en compte les stratégies de free-cooling. le by-pass est activé pour éviter les surchauffes. la température intérieure est supérieure à une température de consigne notée < θ iPC . Autrement dit. Hypothèse : le débit et l’humidité de l’air sont supposés identiques en entrée et en sortie du puits climatique. 1er cas : période de chauffage Durant la période de chauffage (IsaisonPC=chauffage).1 Si il n’y a pas de by-pass (typegest_PC=0) PC δ by − pass = 0 (844) 8. si θ ext et hiver θ ext > θ ext . by − pass _ PC .2.3.) Dans ce modèle.2 Calcul de l’indicateur de by-pass du puits climatique Ce calcul est horaire. (possibilité de 468 . on distingue la période de chauffage du reste de l’année.10.2.

θ ext . si θ ext et été θ ext > θ ext . fin Autrement dit. by − pass _ PC et si θ iPC . alors (846) PC δ by − pass = 1 On rappelle que par défaut.Méthode de calcul Th-BCE 2012 - la température extérieure est supérieure à une température de consigne. by − pass _ PC la température intérieure est supérieure à une température de consigne notée été . 469 . θ int. by − pass _ PC . fin été > θ int. notée été (contrôle de la température de l’air extérieur) . le by-pass est désactivé avec par conséquent la valeur du PC paramètre δ by − pass = 0 . by − pass _ PC < θ iPC .

après passage dans l’échangeur géothermique.la fiche puits climatique qui. calcule ce même couple de données en sortie.Méthode de calcul Th-BCE 2012 8.1 INTRODUCTION Deux fiches algorithmes liées aux puits climatiques sont assemblées : . .la fiche gestion-régulation du puits climatique qui décrit les modes de gestion du puits climatique ainsi que les périodes de fonctionnement du by-pass . 470 . à partir d’un débit massique d’air et de la température extérieure.11 S1_BAT_assemblage_puits_climatique 8.11.

Paramètres d’intégration du système Nom Description Mode de calcul (0-Th-B calcul du Bbio / 1-ThC calcul du Cep / 2-Th-EB calcul du confort d’été en mode besoins / 3-Th-EC calcul du confort d’été en mode consommations) Voir fiche puits climatique Voir fiche gestion-régulation du puits climatique Unité Min Max Conv.fins(h) isaisons(h) qsm. Mode - 0 2 - Sorties Nom Description Booléen indiquant le raccordement éventuel à un puits climatique Température de l’air sortant du puits climatique Débit d’air en sortie du puits climatique Humidité de l’air en sortie du puits climatique Unité Bool °C kg/s kg/kg as Iclimatique θair-outPC(h) mair-outPC(h) ωair-outPC(h) Variables internes Nom Description Indicateur de fonctionnement du by-pass du puits climatique Température d’air à la fin du pas de temps Unité °C δbypassPC(h) θi.Méthode de calcul Th-BCE 2012 8. Entrées du système Nom Description Température de l’air extérieure (entrant dans le puits) Humidité de l’air extérieur Température d’air à la fin du pas de temps précédent du système de ventilation s connecté au puits climatique Indicateur de saison lié au système de ventilation s connecté au puits climatique Débit massique d’air neuf en entrée du système de ventilation s connecté au puits climatique Unité °C kg/kg as °C kg/s Climat Syst.finPC(h) 471 .2 NOMENCLATURE Le Tableau 73 donne la nomenclature des différentes variables du modèle d’assemblage des fiches algorithmes liées au puits climatique.air_neuf(h) Paramètres intrinsèques du système Nom Description Voir fiche puits climatique Voir fiche gestion-régulation du puits climatique Unité Min Max Conv. ventilation θe(h) ωext(h) θi.11.

Tableau 73 : Nomenclature du modèle 472 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 précédent vu par le puits climatique Débit d’air massique entrant dans le puits climatique mair(h) kg/s Constantes Nom Description (Voir fiches de l’assemblage) Unité Conv.

le puits climatique passe en mode chauffage. .3.11.11.11.3. fin = s → PC s i . un puits climatique peut être connecté au(x) système(s) de ventilation suivant(s) : ventilation SF Insufflation (C_VEN_Mécanique_F) ventilation DF ou DAC (C_VEN_Mécanique_Double_Flux) Un PC peut desservir plusieurs systèmes de ventilation. alors i saison = chauffage (849) 473 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 8. il n’y a pas de puits climatique.2 Débit massique en entrée du puits climatique Le débit massique d’air entrant dans le puits climatique est égal à la somme des débits massiques d’air attendus par les systèmes de ventilation.1 Prétraitement des données 8. air − neuf ) 8. L’air entrant dans le puits climatique est de l’air extérieur.11. Hypothèses : Pour les calculs en mode Bbio (Th-B).2. air − neuf ) (848) ∑( s → PC s q m .3. 8.1 La température intérieure de gestion-régulation du puits climatique La température d’air utilisée pour la gestion-régulation du puits climatique est la moyenne pondérée des températures d’air vue par les systèmes de ventilation. Pour le calcul des consommations (Th-C) ou du confort d’été en mode « consommations » (ThEC). ∑ (θ θ iPC .gestion-régulation du puits climatique .2 La saison au niveau du puits climatique La saison au niveau du PC (utile pour sa gestion-régulation) est une compilation des saisons de chaque système de ventilation.2.11.air−neuf (847) 8. fin s × q m .puits climatique . S’il existe au moins un système de ventilation s tel que s PC i saison = chauffage . Dès qu’un système de ventilation est en mode chauffage.3. PC mair = ∑q s→PC s m.3 ASSEMBLAGE DES COMPOSANTS Deux fiches composent l’assemblage : .

474 . deux températures seuils (une pour la température intérieure et une pour la température extérieure) conditionnent l’utilisation du by-pass. 2) Deuxième étape : le puits climatique Le puits climatique permet de modifier la température d’air en entrée du système de ventilation en utilisant un échangeur géothermique.11. Cette température sera identique pour tous les systèmes de ventilation reliés au puits climatique.2. pour chacune des deux périodes ainsi définies.3 Indicateur de présence d’un puits climatique L’indicateur suivant permet d’informer les systèmes de ventilation mécanique de la présence d’un puits climatique.3 Ordre des calculs Pour un puits climatique et pour chaque pas de temps d’un calcul de Cep : 1) Première étape : gestion-régulation du by-pass du puits climatique Le puits climatique peut être by passé lorsque l’échangeur géothermique n’est pas intéressant d’un point de vue énergétique.3.3. de la nature du sol.4 Le puits climatique dans le calcul du confort d’été Le puits climatique n’intervient pas dans le calcul de confort d’été en mode « besoins » (Th-EB) : Si Mode =2 I c lim atique = 0 Si Mode =3 I c lim atique = 1 (851) 8. pour le calcul des consommations. A partir des caractéristiques physiques du puits climatique.Méthode de calcul Th-BCE 2012 8.11. Si Mode =0 I c lim atique = 0 Si Mode =1 I c lim atique = 1 (850) 8.2. Un indicateur de by-passage est envoyé aux algorithmes du puits climatiques. La gestion-régulation du by-pass est basée sur le même principe que celui du by-pass d’une ventilation double flux à savoir : une distinction entre la période de chauffage et le reste de l’année .3.11.… nous pouvons en déduire la température en sortie du puits climatique.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 8.11.3.4 L’assemblage puits climatique Figure 73 : Schéma d'assemblage du modèle de puits climatique 475 .

476 . A cela s’ajoute un indicateur Iclimatique informant le système de ventilation de la présence d’un puits climatique en amont de l’installation de ventilation. une humidité et un débit massique. La température de sortie du puits climatique est utilisée par tous les systèmes de ventilation reliés au puits climatique.Méthode de calcul Th-BCE 2012 8. le système de traitement d’air reçoit une température d’air.3.5 Post-traitement des données A la suite des algorithmes de l’assemblage puits climatique.11.

ECLAIRAGE 9.1. c’est la partie sans accès à l’éclairement naturel qui impose le fonctionnement de l’éclairage artificiel pour l’ensemble du local. sans baisse de puissance due à la gradation. dans le local considéré.1 Présentation La méthode Th-BCE 2012 reprend certains éléments de méthode Th-CE de la RT 2005. Si seulement une partie du local a accès à l’éclairement naturel. Les principales évolutions sont les suivantes : • Deux puissances électriques installées sont prises en compte : o Puissance électrique surfacique correspondant au régime de fonctionnement normal des lampes.Méthode de calcul Th-BCE 2012 9. Mode arrêt automatique : seule l’extinction est effectuée automatiquement lorsque le seuil d’éclairement est dépassé. • 477 .1. un local dispose d’un seul mode de mise en marche et d’extinction de l’éclairage. Puissance électrique surfacique correspondant au fonctionnement des appareillages et périphériques de gestion lorsque les lampes sont éteintes. Le système de gestion fractionné gère indépendamment la partie ayant accès à l’éclairement naturel et la partie n’y ayant pas accès. ce qui se traduit par une valeur de C1 spécifique à ce local. la notion de local est introduite : • • • • un local a une puissance d’éclairage artificiel spécifique. Lorsque le système n’est pas fractionné. Baisse de la puissance installée de référence dans le résidentiel. o • • • • Prise en compte plus détaillée des modes de gestion de l’éclairage et du taux d’occupation effective des locaux par l’intermédiaire d’une matrice de coefficients C1.1. o Afin de valoriser différents systèmes de gestion et l’accès à l’éclairage naturel de parties spécifiques d’un groupe. On définit donc deux coefficients C2 par local.1 C_ECL_éclairage 9. tout ou partie de la surface d’un local peut avoir ou non accès à l’éclairement naturel. Introduction de deux modes de gestion marche-arrêt par détection du franchissement d’un seuil d’éclairement : o Mode marche et arrêt automatiques : l’allumage et l’extinction sont effectués automatiquement lorsque le seuil d’éclairement est franchi. Le coefficient C34 de la RT 2005 est renommé C2. il peut y avoir une gestion de l’éclairage en fonction de la lumière naturelle uniquement dans cette partie du local (fractionnement ou « zonage » de l’installation).1 INTRODUCTION 9.

Cette dernière catégorie couvre : • les objets d’art tels que les peintures.1. Pour les chambres des usages d’enseignement secondaire (partie nuit).1.maison individuelle ou accolée et Bâtiment à usage d’habitation. Les éclairages suivants ne doivent pas être pris en compte lors de l’application de la méthode : • • • • l’éclairage extérieur. Bâtiment à usage d’habitation – Foyer de jeunes travailleurs. l’éclairage des parkings.Méthode de calcul Th-BCE 2012 9.2 Types de bâtiments visés Cette méthode est applicable à tous les bâtiments. l’éclairage spécialisé destiné à la réalisation de process particulier.3 Quel éclairage prendre en compte ? L’éclairage pris en compte correspond à celui nécessaire aux activités des occupants à l’intérieur des locaux chauffés.1. les sculptures. l’éclairage de sécurité.1.logement collectif. Pour les usages Bâtiment à usage d’habitation. l’éclairage destiné à mettre en valeur des objets ou des marchandises. Bâtiment à usage d’habitation – Cité universitaire. Bâtiment à usage d’habitation – établissement sanitaire avec hébergement et hôtel partie nuit. le système d’éclairage est conventionnel pour le calcul des coefficients Bbio et C. les objets d’art avec un éclairage incorporé (lustres…) mais pas les luminaires décoratifs. 9. le système d’éclairage est conventionnel pour le calcul des coefficients Bbio et C. 478 . l’éclairage localisé destiné à mettre en valeur les tables de restaurant. Il n’est pas possible de fournir une liste exhaustive de ces éclairages particuliers mais ils couvrent notamment : l’éclairage de scène dans les locaux utilisés pour le spectacle et les loisirs sous réserve que cet éclairage vienne en complément d’un éclairage général et qu’il soit commandé par un système de commande dédié accessible au seul personnel autorisé.

.part non récupérée des apports d’éclairage. fixé à 4.3.1. fixé à 0.5 Les types de locaux Le paramètre type_bat en entrée du Tableau 75 est renseigné automatiquement d’après l’usage du bâtiment défini au niveau de la zone.ratio de la surface totale des parois du groupe à la surface utile du groupe.ratio de récupération sous forme convective des apports d’éclairage.5.1 Eclairage pour le calcul du coefficient Cep : Voir §9.coefficient de réflexion lumineuse des parois du groupe.2 Valeurs conventionnelles . .1.1. . 479 .1.4 Types de calcul Eclairage pour le calcul du coefficient Bbio : Voir §9.ratio de récupération sous forme radiative des apports d’éclairage.1. fixé à 0. 9.1. fixé à 0. .5.5.3.5.Méthode de calcul Th-BCE 2012 9. fixée à 0.

l Agr Ratiolocal.Méthode de calcul Th-BCE 2012 9.l Description Type de local (voir Tableau 75) Surface utile du groupe Part de la surface du local l dans celle du groupe Part du local l ayant accès à la lumière naturelle Fractionnement du type de gestion en fonction de l’éclairement naturel Fr_Grad_ecl. période de jour.1.l Ratioécl_nat.l 0 = gestion non fractionnée de l’éclairage dans le local 1 = gestion fractionnée de l’éclairage dans le local Seuil_auto_lumi Seuil d’autonomie lumineuse du groupe lux 0 300 0 1 Unité m² Min 0 0 Max 1 1 Conv. période de nuit Nbh_occ_Einat_sup(t -1) Nbh_occ_Einat_inf(t -1) Nbh_occ_nuit(t-1) Nombre d’heures pendant lesquelles Einat est supérieur à un seuil en occupation de jour au pas précédent Nombre d’heures pendant lesquelles Einat est inférieur à un seuil en occupation de jour au pas précédent Nombre d’heures en occupation de nuit h Unité lm lm lm h h Paramètres d’intégration du composant Nom type_local. Entrées du composant Nom Flt_1 Flt_2 Flt_3 Description Flux lumineux entrant sous forme directe par les baies Flux lumineux entrant sous forme hémisphérique par les baies Flux lumineux entrant sous forme semi hémisphérique orienté vers le plafond par les baies Indice de fonctionnement de l’éclairage de la zone dans laquelle se situe le groupe IEcl 0 = éclairage artificiel non autorisé 1 = éclairage artificiel autorisé Cet indice correspond aux plages d’occupation données par les scénarios conventionnels.2 NOMENCLATURE Le Tableau 74 donne la nomenclature des différentes variables du modèle de consommation d’éclairage. - 480 . 0 : le soleil est sous l’horizon. Indicateur du jour au sens astronomique : Jour_astro 1 : le soleil est au-dessus de l’horizon.

Correspond aux périodes d’inoccupation zones commerce. Pecl_tot. appareillages d’alimentation et périphériques de gestion) Correspond aux périodes d’occupation Puissance surfacique totale des appareillages et périphériques de gestion de l’éclairage artificiel dans le local l. Eff_ecl_immo_proj et Unité Min Max Conv. 4 = extinction automatique par détection de franchissement d’un seuil de éclairement.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Paramètres intrinsèques du composant Nom Description Puissance surfacique totale d’éclairage installée à poste fixe dans le local l (lampes allumées.l 2 = gradation automatique assurant un éclairement constant sur la zone de tâche 3 = allumage et extinction automatiques par détection de franchissement d’un seuil de éclairement.l W/m² 0 - - 20 lm/W 0 70 80 90 110 - 0 4 - 0 4 zone de bureaux : densité de puissance de l’éclairage immobilier du projet pour les locaux de bureaux Zone bureaux : Eclairement requis du projet pour les locaux de bureaux W/m²/10 0 lux 0 - - Eiproj Lux 0 - - 481 .l W/m² 0 - - Pecl_aux.l 1 = Interrupteur manuel marche/arrêt 2 = Interrupteur manuel marche/arrêt et programmation horaire (horloge) 3 = Marche et arrêt automatiques par détection de présence et d’absence 4 = Marche manuelle et arrêt automatique par détection d’absence Mode de gestion de l’éclairage artificiel en fonction de l’éclairage naturel dans le local l : 0 = gestion impossible avec la lumière du jour 1 = gestion manuelle de la lumière du jour par interrupteur marche-arrêt Grad_ecl. magasin. zones commerciales : Efficacité lumineuse des lampes de l’éclairage immobilier du projet pour les locaux aire de vente et les petits magasins : Eff_immo_projet halogène fluocompacte fluorescente halogénures métalliques sodium haute pression Mode de commande de l’éclairage artificiel du local l : 0 = pas de commande manuelle ni de détection d’occupation (éclairage permanent pendant les plages d’occupation) Gest_ecl.

issues des valeurs d’éclairement à maintenir sur la surface de référence de la zone de tâche.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Sorties Nom CECL_local CECL_GR FeclC FeclR FeclNE Nbh_occ_Einat_sup Nbh_occ_Einat_inf Nbh_occ_nuit Nbh_ecl_non_aut Taux_occ_einat_sup Taux_eclnat Taux_fond_local Taux_pas_eclnat Grp_sans_accès Grp_accès_mixt e Grp_accès_total Description Consommation d’énergie finale pour l’éclairage d’un local sur une heure Consommation d’énergie finale pour l’éclairage d’un groupe sur une heure Flux convectif récupérable de l’éclairage artificiel Flux radiatif récupérable de l’éclairage artificiel Flux récupérable de l’éclairage artificiel non émis dans le local Nombre d’heures pendant lesquelles Einat est supérieur à un seuil en occupation de jour Nombre d’heures pendant lesquelles Einat est inférieur à un seuil en occupation de jour Nombre d’heures en occupation de nuit Nombre d’heures pendant lequel l’éclairage est non autorisé Ratio du nombre d’heures pendant lesquelles Einat est supérieur à un seuil en occupation de jour Ratio des surfaces du groupes ayant accès à la lumière naturelle Ratio des surfaces du groupes étant situées en fond de local profond Ratio des surfaces du groupes n’ayant pas accès à la lumière naturelle Indicateur de groupe sans accès à l’éclairage naturel Indicateur de groupe avec une partie sans accès à l’éclairage naturel et une partie avec accès Indicateur de groupe ayant un accès complet à l’éclairage naturel Unité kWh kWh Wh Wh Wh h h h h - Variables internes Nom Aeclnat Einat FlTeq Description Surface du groupe ayant accès à la lumière naturelle Eclairement naturel intérieur Flux lumineux total équivalent transmis au groupe Eclairement intérieur de référence pour le type de local considéré Eiref Les valeurs sont données dans le Tableau 75. Ces valeurs sont spécifiées dans la norme NF EN 12464-1 coefficient correspondant au taux d'utilisation de l'éclairage en l'absence d'éclairage naturel Facteur de dépendance de l’éclairage artificiel à l’occupation lux Unité m² lux lm C1 - 482 .

zones commerciales: Efficacité lumineuse conventionnelle pour le calcul de la puissance d’éclairage au-dessous de laquelle un éclairage mobilier est nécessaire pour les locaux aire de vente zone commerce. magasin. petits magasins et bureaux zone commerce.5 0.AT Crec_ecl_conv Crec_ecl_rad Crec_ecl_non_emis Description Coefficient de réflexion lumineuse des parois du groupe Ratio de la surface totale des parois du groupe à la surface utile du groupe Récupération sous forme convective des apports d’éclairage Récupération sous forme radiative des apports d’éclairage Part non récupérée des apports d’éclairage zone commerce. magasin. petits magasins et bureaux zone commerce. zones commerciales: Puissance de l’éclairage ‘mobilier’ du projet pour les locaux petits magasins Unité Conv. magasin. zones commerciales: Puissance électrique conventionnelle de l’éclairage pour le calcul de la puissance d’éclairage audessous de laquelle un éclairage mobilier est nécessaire pour les locaux aire de vente zone commerce.5 4. 0. zones commerciales et bureaux : Puissance de l’éclairage ‘mobilier’ du projet pour les locaux aire de vente.Méthode de calcul Th-BCE 2012 coefficient correctif de C1 pour les locaux bénéficiant d'éclairage naturel Facteur de dépendance de l’éclairage artificiel à la lumière naturelle Coefficient C2 pour la partie du local ayant accès effectif à l’éclairement naturel Coefficient C2 pour la partie du local n’ayant pas accès effectif à l’éclairement naturel zone commerce. magasin. zones commerciales et bureaux : Puissance de l’éclairage ‘immobilier’ du projet pour les locaux aire de vente. zones commerciales: Valeur limite de puissance d’éclairage du projet en dessous de laquelle un éclairage ‘mobilier’ est utilisé pour les locaux aire de vente zones bureaux : Niveau d’éclairement de l’éclairage ‘immobilier’ du projet pour les locaux de bureaux C2 - C2ae C2pae - Pecl_immo_projet W/m² Pecl_mob W/m² Plim_projet W/m² Ecl_immo_projet Lux Constantes Nom R RgrA. magasin.0 Eff_conv lm/W 80 Plim_conv W/m² 20 Pecl_mob_petit_m agasin W/m² 50 Tableau 74 : Nomenclature du modèle 483 .5 0.5 0. magasin.

1 Zones hébergement hors hôpitaux Ce calcul n’est à mener qu’une seule fois en début de simulation.l = 4 W/m² Pecl_aux.3. pour Th-C 9.maison individuelle ou accolée. Pecl_tot.l = 4 W/m² 484 .l = 0 W/m² Gest_ecl = 1 Grad_ecl = 1 Sinon Pecl_tot = 2 * Eiref / 100 W/m² (853) Eiref est issu du Tableau 75.logement collectif Pecl_tot = 1.4 W/m² (852) si Type_bat = Enseignement secondaire (partie nuit) ou Bâtiment à usage d’habitation – Foyer de jeunes travailleurs ou Bâtiment à usage d’habitation – Cité universitaire ou Bâtiment à usage d’habitation – établissement sanitaire avec hébergement et si Type_local = chambre sans cuisine ni salle de bain ou chambre sans cuisine avec salle de bain ou chambre sans cuisine avec salle d’eau Pecl_tot.1.3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE 9.Méthode de calcul Th-BCE 2012 9. si Type_bat = Enseignement secondaire (partie nuit) ou Bâtiment à usage d’habitation – Foyer de jeunes travailleurs ou Bâtiment à usage d’habitation – Cité universitaire ou établissement sanitaire avec hébergement et si Type_local = chambre sans cuisine ni salle de bain ou chambre sans cuisine avec salle de bain ou chambre sans cuisine avec salle d’eau Pecl_tot.3.65 W/m² Pecl_aux.l.3. 9.1.2.1.l = 0 W/m² Gest_ecl = 1 Grad_ecl = 1 si Type_bat = hôtel (partie nuit) et si Type_local = chambre sans cuisine avec salle de bain Pecl_tot.l = 4. pour Th-B si Type_bat = Bâtiment à usage d’habitation. Bâtiment à usage d’habitation.l. Pecl_tot.1.1 Calcul de la puissance d’éclairage totale.2 Calcul de la puissance d’éclairage totale.

appelé ici mobilier.65 W/m² Pecl_aux. Les deux ont bien évidemment un impact sur les consommations d'énergie et les apports internes alors que seul le premier est connu.1. 50 * (1 – Pecl_immo_projet / Plim_projet)} La puissance d’éclairage totale installée est alors : Pecl_tot.2 Eclairage d’accentuation de l’aire de vente des commerces Ce calcul n’est à mener qu’une seule fois en début de simulation.l On calcule la valeur limite en-dessous de laquelle un éclairage mobilier est utilisé : Plim_projet = Plim_conv * Eff_conv / Eff_immo_projet L’éclairage mobilier a pour valeur : Pecl_mob = max {0 . La consommation d'éclairage résulte de l'éclairage général. P lim projet = P lim_ conv . on peut calculer cette même valeur limite pour une autre efficacité. Une contrainte pour cette prise en compte est qu'il est délicat de prendre en compte le niveau d'éclairement requis ou calculé hors du champ d'une réglementation énergie et qui nécessiterait de définir de façon opposable et les niveaux requis et le mode de calcul du résultat. × Eff _ conv / Eff _ immo _ projet (854) Au dessous de cette valeur. mi fluorescente). En retenant une valeur conventionnelle de puissance Plim_conv associée à une efficacité lumineuse Eff_conv en-dessous de laquelle on considère qu'un éclairage mobilier est nécessaire.l = 4.l = Pecl_immo_projet + Pecl_mob_petit_magasin si Type_local = aire de vente Pecl_immo_projet = Pecl_tot. opposable et appelé ici immobilier et l'éclairage apporté après construction.l = Pecl_immo_projet + Pecl_mob 485 .l = 0 W/m² Gest_ecl = 1 Grad_ecl = 1 9.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Pecl_aux.2. Le principe retenu est de prendre en compte l'efficacité lumineuse moyenne des seules sources de l'éclairage immobilier.3. Si Type_bat = commerces magasins ZI si Type_local = petit magasin de vente Pecl_immo_projet = 0 Pecl_mob_petit_magasin = 50 W/m² Pecl_tot.l = 0 W/m² Gest_ecl = 1 Grad_ecl = 1 si Type_bat = hôtel (partie nuit) et si Type_local = chambre sans cuisine avec salle de bain Pecl_tot. le complément est calculé sur la base d'une puissance surfacique de 50W/m² (mi halogène.

486 . opposable et appelé ici immobilier et l'éclairage apporté après construction.2.l = Pecl_immo_projet + Pecl_mob sinon Pecl_tot. Si l’éclairage immobilier ne permet pas d’atteindre l’éclairement requis.2.l = Pecl_immo_projet 9. l’éclairage mobilier assure le complément sur la base de 1 W/m²/100 lux.l si Pecl_immo_projet < 10 W/m² Ecl_immo_projet = 100 * Pecl_immo_projet / Eff_ecl_immo_projet si Ecl_immo_projet < Eiproj Pecl_mob = (Eiproj .Méthode de calcul Th-BCE 2012 On considère que la puissance mobilière et la puissance immobilière sont gérées de la même façon.1. appelé ici mobilier. Si Type_bat = bureaux si Type_local = bureaux Pecl_immo_projet = Pecl_tot. La consommation d'éclairage résulte de l'éclairage général.3 Locaux de bureaux des zones de bureaux Ce calcul n’est à mener qu’une seule fois en début de simulation.3.3.Ecl_immo_projet)/100 sinon Pecl_mob = 0 Pecl_tot. 9.4 Autres locaux Les caractéristiques des systèmes d’éclairage des autres locaux sont des données d’entrée.1.

Fl Teq R gr A . 0 . on prendra Einat = 0 pour tous les locaux du groupe. 0 .1.3 Calcul de la surface du groupe ayant accès à la lumière naturelle (voir §9. Ratioecl_nat.l l∈goupe (855) 9.l .Méthode de calcul Th-BCE 2012 9. Aeclnat = ∑ Agr . At * A eclnat (1 .4 Calcul de l’éclairement naturel dans les parties y ayant accès Sommation sur le nombre de baies du groupe pour calculer le flux lumineux équivalent pénétrant dans les parties du groupe ayant accès à la lumière naturelle. Ratio_ local. 6 (856) Calcul du niveau d’éclairement naturel dans les parties du groupe ayant accès à la lumière naturelle : Ei nat = 1.6.3.1) Ce calcul n’est à mener qu’une seule fois en début de simulation : sommation sur les locaux d’un groupe. 487 . 2 + Flt _ 2 + Flt _ 3 .1. Fl Teq = Flt _ 1 .3.8 .1.3.R 2 ) (857) Note : Pour les groupes dont tous les locaux ont un accès impossible à la lumière naturelle (Aeclnat = 0).

(1 − Ratio ecl_nat. . on incrémente une variable de comptage. Grp_accès_total = 1 (858) heures de nuit heures de jour : . on définit les taux suivants : . l . Grp_accès_mixte = 0. Ainsi. L’évaluation de l’autonomie s’effectue au niveau du groupe. Ainsi. Grp_accès_total = 0 Grp_sans_accès = 0.5 Calcul de l’autonomie en lumière naturelle L’autonomie en lumière naturelle est le nombre d’heures pendant lesquelles l’éclairage naturel est suffisant et pendant lesquelles on n’a pas recours à l’éclairage artificiel. Grp_accès_mixte = 0. l 488 . Grp_accès_mixte = 1.part de surface du groupe ayant accès à la lumière naturelle Tauxeclnat = Aeclnat / Agr si Tauxeclnat = 0 si 0 < Tauxeclnat < 1 si Tauxeclnat = 1 Grp_sans_accès = 1. l )) l .lorsque l’éclairage est autorisé : IEcl = 1 Si Jour_astro = 0.part de surface du groupe en fond de local profond ayant accès à la lumière naturelle Si Ratioeclnat > 0 Taux fond_local = ( ∑ Ratio local . lorsque l’éclairement naturel intérieur dépasse une valeur de référence Seuil_auto_lumi.3. l .1. on donne aussi les proportions des surfaces du groupe ayant accès à la lumière naturelle. Grp_accès_total = 0 Grp_sans_accès = 0.lorsque l’éclairage est non autorisé : IEcl = 0 Nbh_ecl_non_aut = Nbh_ecl_non_aut(h-1) + 1 On évalue également l’autonomie d’un groupe en lumière naturelle par un taux de disponibilité de la lumière naturelle pendant les plages d’occupation et les heures de jour : Taux_occ_einat_sup = 100*Nbh_occ_Einat_sup / (Nbh_occ_Einat_sup + Nbh_occ_Einat_inf) Pour compléter l’indicateur d’autonomie en lumière naturelle. alors Nbh_occ_nuit = Nbh_occ_nuit(h-1) + 1 Sinon si Jour_astro > 0 Si Einat ≥ Seuil_auto_lumi Nbh_occ_Einat_sup = Nbh_occ_Einat_sup(h-1) + 1 sinon Nbh_occ_Einat_inf = Nbh_occ_Einat_inf(h-1) + 1 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 9.part de surface du groupe n’ayant pas accès à la lumière naturelle Si Ratioeclnat = 0 Taux pas_eclnat = ∑ Ratio local .

la consommation des périphériques de gestion est nulle : si Gest_ecl = 0 ou si Gest_ecl = 1 ou si Gest_ecl = 2 ou si Grad_ecl = 0 ou si Grad_ecl = 1 alors Pecl_aux = 0 CECL_local.l*Alocal.l*C2ae. Il s’agit de la puissance résiduelle correspondant aux périodes d’inoccupation ainsi qu’aux périodes d’occupation durant lesquelles les lampes sont éteintes. C’est pourquoi la consommation horaire n’est pas nécessairement strictement nulle et est au minimum égale à la consommation horaire de ces appareillages et périphériques de gestion.1.IEcl) .3.l*Alocal*(1.6. y compris le système de gestion intégré dans les luminaires ou associé à ces derniers. l (859) Le calcul de la consommation d’éclairage artificiel d’un local est la somme de deux contributions : • • le produit de la puissance d’éclairage artificiel installée par sa durée d’utilisation effective sur une heure (lampes allumées).l*C1. lorsque l’éclairage artificiel est éteint Lorsque le local est en période d’occupation mais que les lampes sont éteintes par le dispositif de gestion de la lumière naturelle.3.l + (1-Ratioécl_nat. Elle inclut la puissance des lampes et accessoires. lorsque la zone est occupée (IECL=1) le produit de la puissance des appareillages et des périphériques de gestion par la durée de non utilisation. 489 . Pecl_aux est la puissance surfacique des appareillages et des périphériques de gestion intégrés dans les luminaires ou associés à ces derniers. à l’exclusion des dispositifs d’éclairage de sécurité.Méthode de calcul Th-BCE 2012 9.1. Pecl_tot est la puissance surfacique installée pour l’éclairage intérieur des locaux.l = 1/1000 * Maximum { (Pecl_tot.l] + Pecl_aux. Pecl_aux. Ratiolocal_l Puissances surfaciques d’éclairage Les puissances surfaciques d’éclairage sont définies au niveau du local. il doit subsister la consommation des appareillages et des périphériques de gestion.l*Alocal } (860) avec : Alocal_l = Agr . En l’absence de dispositifs de gestion. lorsque les lampes sont éteintes.l* IEcl)*[Ratioécl_nat.l)*C2pae.maison individuelle ou accolée et Bâtiment à usage d’habitation.1 Calcul pour tous usages à l’exception de Bâtiment à usage d’habitation. Tous les dispositifs d’éclairage installés à poste fixe ainsi que les éclairages d’appoint des postes de travail doivent être pris en compte.logement collectif Le calcul horaire s’effectue au niveau du groupe en sommant les contributions des différents locaux qui le composent : C ECL _ GR = l∈goupe ∑ C ECL _ local .6 Calcul des consommations d’éclairage 9.

o Marche manuelle et arrêt automatique : Gest_ecl = 4 Le ou les luminaires ne peuvent être allumés qu’à l’aide d’un interrupteur manuel dans la partie à éclairer (ou tout près de cette zone) et. C1 est toujours pris égal à 1. chaque local peut être associé à un taux d’occupation effective spécifique (voir la norme NF EN 15193). En effet. ni de détecteur de présence ou d’absence (éclairage permanent pendant les plages d’occupation) : Gest_ecl = 0 Remarque : Si Gest_ecl = 0. etc. 490 . Ce cas peut correspondre à un local à éclairement permanent (escalier. Pecl_aux = 0 o Interrupteur manuel marche/arrêt et système de programmation horaire (horloge) : Gest_ecl = 2 Remarque : Si Gest_ecl = 2. ils sont automatiquement et complètement éteints par un système de gestion automatique 15 min au plus tard après détection de la dernière présence dans cette partie.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Prise en compte du type de commande d’éclairage : coefficient C1 Le coefficient C1 correspond à un pourcentage moyen d'utilisation qui dépend d’une part du mode d’allumage et d’extinction de l'éclairage artificiel et d’autre part du type de local. Les différents modes de gestion sont les suivants : • Systèmes sans détection automatique de présence et/ou d’absence o Pas d’interrupteur manuel.) : Si Gest_ecl = 0 : C1 =1 Les valeurs de C1 pour les autres types de commande sont données dans le Tableau 75. On suppose que l’éclairage est déclenché automatiquement pendant les plages d’occupation. Pecl_aux = 0 • Systèmes avec détection automatique de présence et/ou d’absence o Marche et arrêt automatiques : Gest_ecl = 3 Le système de gestion allume automatiquement le ou les luminaires à chaque fois qu’il y a une présence dans la partie à éclairer et les éteint automatiquement et complètement au maximum 15 min après détection de la dernière présence dans cette partie. Elles ont été calculées à partir de la méthode donnée dans la norme NF EN 15193 « Exigences énergétiques pour l’éclairage ». s’ils ne sont pas éteints manuellement. Pecl_aux = 0 o Interrupteur manuel marche/arrêt : Gest_ecl = 1 Remarque : Si Gest_ecl = 1. Lorsqu’il n’y a aucun interrupteur ou détecteur d’occupation dans le local (Gest_ecl=0).

4 0.6 0.8 0.85 0.9 0.55 0.7 0.9 0.75 0.7 0.75 0.8 0.75 0.6 0.7 0.5 0.5 0.5 0.6 0.6 0.95 0.7 0.75 0.5 0.8 0.9 0.65 0.8 0.7 0.65 0.7 0.7 0.7 0.7 0.7 0.7 0.6 0.6 0.5 0.4 0. salle de conférence salles enseignement informatique Enseignement centre de documentation université Bureaux salle de réunion Accueil hall d'entrée circulation Sanitaires collectifs Salle de conférence Chambre sans cuisine avec Bâtiment à usage salle de bain d'habitation Bureau standard Foyer de jeunes Circulation Accueil travailleurs Sanitaires collectifs Foyer Douches collectives Chambre sans cuisine avec salle de bain Bâtiment à usage Bureau standard d'habitation .85 0.75 0.7 0.8 0.85 0.6 0.85 0.9 0.65 0.8 0.6 0.6 0.85 0.6 0.5 0.75 0.6 0.65 0.65 0.7 0.7 0.55 0.75 0.6 0.55 0.55 0.75 0.75 0.6 0.7 0.5 0.7 0.6 0.7 0.8 0.9 0.6 0.6 0.6 0.6 0.8 0.7 0.75 0.Méthode de calcul Th-BCE 2012 type de zone type de local interrupteur manuel et système de interrupteur manuel programmation Gest_ecl = 1 horaire Gest_ecl = 2 0.4 0.7 0.75 0.9 0.9 0.8 0.6 Marche manuelle / arrêt automatique Gest_ecl = 4 0.7 0.8 0.7 0.8 0.75 0.5 0.6 0.95 0.8 0.5 0.5 0.6 0.6 0.6 0.7 0.8 0.65 0.6 0.6 0.6 0.65 Marche et arrêt automatiques Gest_ecl = 3 0.6 0.75 0.7 0.7 0.85 0.7 0.95 0.85 0.75 0.75 0.75 0.85 0.55 0.8 0.6 0.5 0.7 0.6 0.7 0.75 0.7 0.95 0.7 0.55 0.5 0.55 0.4 0. haltegarderie) Enseignement primaire Bureau salle de réunion Circulation Accueil Sanitaires collectifs salles de jeux (hors restauration et bureau) salle de repos Bureau salle de réunion Circulation Accueil Sanitaires vestiaire salles de classe Bureau salle de réunion salle de repos Circulation Accueil Sanitaires vestiaire salles de classes salle de réunion salles enseignement informatique Salle de conférence salle polyvalente 500 500 100 200 300 300 500 500 100 200 300 500 300 300 100 200 300 300 300 300 500 500 300 100 200 200 200 100 300 300 300 300 500 500 300 100 200 300 300 500 100 200 500 200 300 500 100 200 200 Enseignement secondaire (partie jour) Bureau standard centre de documentation Salle des professeurs Circulation Accueil Sanitaire collectifs douches collectives Enseignement Sanitaire collectifs secondaire (partie Circulation nuit) chambre sans cuisine ni salle de bain salles de classe amphithéatres.9 0.75 0.4 0.6 0.9 0.65 0.8 0.6 0.7 0.8 0.8 0.7 0.65 0.5 Eréf (lux) Bureaux Etablissement d'accueil de la petite enfance (crèche.95 0.85 0.8 0.85 0.8 0.9 0.85 0.5 0.9 0.75 0.9 0.95 0.Cité Circulation/Accueil universitaire Sanitaires collectifs Douches collectives 491 .85 0.8 0.75 0.65 0.5 0.7 0.6 0.8 0.7 0.7 0.5 0.75 0.4 0.8 0.75 0.5 0.65 0.6 0.6 0.7 0.5 0.6 0.75 0.8 0.9 0.6 0.5 0.4 0.65 0.8 0.85 0.7 0.

8 0.7 1 1 0.65 0.05 0.02 0.7 0.7 0.7 0.6 0.06 1 1 0.55 0.7 0.6 0.55 0.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Hotel 0 et 1* (partie nuit) Hotel 2* (partie nuit) Hotel 3* (partie nuit) Hotel 4* ou 5* (partie nuit) Hotel 0*1* 2* (partie jour) Hotel 3*.04 0.7 1 1 0.8 0.8 0.5 0.7 0.4 0.5 0.65 0.5 1 1 0.05 1 1 0.5 0.65 0.8 0.6 0.7 0.5 0.02 1 1 0.06 1 1 0.95 0.8 0.9 0. 5j/7 Restauration scolaire .55 0.06 0.6 0.3 repas/jour.5 0.75 1 1 0.05 0.75 0.7 0.7 0.05 1 1 0.8 0.04 1 1 0.8 0.02 1 1 0.02 1 1 0.4 0.65 0.5 0.05 0. 6j/7 Restauration .95 0.6 1 1 0.5 0.06 1 1 0.1 repas/jour.9 0.75 1 1 0.55 0.8 0.4 0.65 0.65 0.06 0.5 0.6 0.7 0.5 0.5 0.85 0.06 1 1 0.04 1 1 0.9 1 0.1 repas/jour.75 0.7 0.04 0.05 1 1 0.65 0.05 1 1 0.6 0.02 0.7 1 1 0.6 0. 4* ou 5* (partie jour) Restauration .6 0.5 0.85 0. 5j/7 Restauration scolaire .75 1 0.85 0.75 0.04 1 1 0.75 0.6 0.6 0.4 0.02 0.9 0.6 0.8 0.02 0.7 0.8 1 0.6 0.6 0.6 1 0.75 0.8 0.7 0.8 0.04 1 1 0.7 1 0.65 0.5 0.7 0. 5j/7 Restauration 2 repas/jour.5 0.75 0.6 0.9 0.02 1 1 0.05 1 1 0.8 1 1 0.6 0.5 0.6 1 1 0. 7/7 Restauration commerciale en continu (18h/j 7j/7) Etablissement sportif scolaire chambre sans cuisine avec salle de bain sanitaires collectifs Locaux de services Circulation chambre sans cuisine avec salle de bain sanitaires collectifs Locaux de services Circulation chambre sans cuisine avec salle de bain sanitaires collectifs Locaux de services Circulation chambre sans cuisine avec salle de bain sanitaires collectifs Locaux de services Circulation Bureau standard sanitaires collectifs Circulation Accueil Salle à manger (petit déjeuner) Bureau standard sanitaires collectifs Circulation Accueil Bar Salle à manger (petit déjeuner) salle de séminaires réunion Salle restaurant Cuisine Locaux de services Salle restaurant Cuisine Locaux de services Salle restaurant Cuisine Locaux de services Salle restaurant Cuisine Locaux de services Salle restaurant Cuisine Locaux de services Salle restaurant Cuisine Locaux de services salle de sport Circulation Accueil Sanitaires collectifs Douches collectives salle de sport Circulation Accueil Sanitaires collectifs Douches collectives chambres sans cuisine avec salle d'eau Circulation accueil Douches collectives sanitaires collectifs bureau 0.95 0.6 0.6 0.7 0.06 0.02 1 1 0.85 0.65 1 1 0.04 0.8 1 1 0.6 0.7 0.7 0.8 0.65 0.9 0.06 1 1 0.7 0.65 0.05 0.9 1 0.6 1 1 0.6 1 0.06 0.04 1 1 0.7 300 200 200 100 300 200 100 100 300 200 200 100 300 150 200 100 500 200 100 200 500 200 100 200 200 500 200 200 200 200 200 200 200 200 200 200 200 200 200 200 200 200 200 200 300 150 200 200 300 150 200 200 500 200 200 200 500 Etablissement sportif municipal ou privé Bâtiment à usage d'habitation : établissement sanitaire avec hébergement 492 .8 0.6 0.2 repas/jour.7 0.04 0.7 0.

7 1 1 1 0.5 0.8 0.8 1 0.8 0.7 0.5 1 0.7 0.8 0.02 500 200 200 200 500 500 500 500 500 200 200 200 500 500 500 500 100 300 200 200 200 500 100 300 200 200 200 500 300 500 500 500 500 100 200 200 200 150 300 500 500 200 300 300 300 200 200 200 Industrie .95 0.65 0.7 0.85 1 0.85 1 0.7 1 0.6 0.05 0.5 1 0.85 0.8 1 0.9 0.65 0.9 0.8 0.7 0.04 0.5 0.02 0.65 0.75 1 0.85 1 0.65 0.6 0.5 0.9 0.6 1 0.8 0.7 1 0.5 0.9 0.7 0.06 0.7 0.3x8h Industrie .9 0.75 0.06 0.8 1 0.9 1 0.6 1 0.04 0.7 1 0.5 0.95 0.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Hôpital (partie nuit) Hôpital (partie jour) Chambres sans cuisine avec salle d'eau Douches collectives sanitaires collectifs Circulation accueil Locaux soins et offices Bureau Salle d'attente et urgence consultation Aire de production Aire de production sanitaires collectifs Circulation accueil Douches collectives Salle d'attente et consultation Bureau salle de réunion Bureaux standard Circulation Accueil Aire de production Sanitaire vestiaire Douches collectives Locaux de services Bureaux standard Circulation Accueil Aire de production Sanitaire vestiaire Douches collectives Locaux de services bureaux standards Accueil salle des pas perdus Attente gardée Salle d'audience correctionelle Salle d'audience civile bibliothèque circulation Locaux de services sanitaires vestiaires Voyageurs Galeries de circulation Commerces Bureaux Inspection filtrage Sanitaire vestiaire Petit magasin de vente Aire de vente (surpérieure à 300m²) Circulation (mail) sanitaires collectifs douches collectives Locaux de services 1 0.6 1 0.02 0.7 1 0.6 1 1 1 0.65 1 1 0.8 0.5 0.06 1 0.75 1 0.04 1 0.65 1 0.5 1 1 1 0.05 0.85 0.6 0.05 0.85 0.9 1 1 1 0.6 1 0.7 0.9 0.65 1 1 1 0.6 1 1 0.8 1 0.65 1 0.6 1 0.7 0.8 1 0.5 0.9 1 0.7 0.7 1 1 0.7 1 0.7 1 0.7 0.6 0.65 1 0.7 0.85 0.85 0.75 1 0.7 0.7 0.8 0.9 0.7 0.9 0.65 0.65 0.6 0.7 1 0.8 0.8 0.85 0.7 1 1 1 0.8 0.04 0.7 0.6 0.65 0.7 1 0.05 1 0.6 0.6 1 0.5 1 0.8h à 18h Tribunal Transport Aérogare Commerce / Magasin Zone commerciale Tableau 75 : Valeurs du coefficient C1 et de l’éclairement intérieur de référence 493 .5 0.6 0.7 0.5 1 1 0.85 0.9 0.02 0.6 0.65 0.06 0.

On rappelle que les valeurs de référence de l’éclairement à maintenir sur la zone de tâche Eiref sont données dans le Tableau 75 selon le type de local considéré. Lorsque l’éclairement naturel intérieur dépasse l’éclairement intérieur à maintenir. • Gestion par détection de franchissement de seuil d’éclairement (interrupteur crépusculaire) : o Allumage et extinction automatiques par détection de franchissement de seuil d’éclairement : Grad_ecl = 3 Ce mode de gestion consiste à allumer automatiquement l’éclairage artificiel lorsque l’éclairement naturel intérieur est inférieur à l’éclairement à maintenir dans le local. De plus. Ils doivent se trouver dans des positions adéquates pour détecter les variations de l’éclairement de la zone de tâche.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Prise en compte de la gestion de l’éclairage artificiel selon les apports de lumière naturelle : coefficient C2 L’utilisation de l’éclairage artificiel peut être avantageusement adaptée aux apports de lumière naturelle. l’éclairage artificiel est automatiquement éteint lorsque l’éclairement naturel intérieur est supérieur à l’éclairement à maintenir dans le local. dans ce mode. Ces modes de gestion n’apportent pas tous les mêmes gains énergétiques. On considère alors. Ces valeurs proviennent des exigences de la norme NF EN 12464-1 (Eclairage des lieux de travail — Partie 1 : Lieux de travail intérieurs). de manière à maintenir un éclairement total (naturel et artificiel) constant. il existe plusieurs modes de gestion qui permettent de réduire le temps effectif d’utilisation et/ou la puissance effective de l’éclairage. égal à 2 fois l’éclairement intérieur à maintenir dans le local. Au-delà d’un niveau d’éclairement naturel intérieur plus important. 494 . L’efficacité de ces modes de gestion est liée au bon montage des capteurs de niveau d’éclairement. on considère que les lampes sont automatiquement éteintes et que seuls les périphériques et appareillages de gestion continuent de fonctionner. • Gestion par gradation automatique à éclairement constant : Grad_ecl = 2 La gradation automatique permet d’apporter le complément de lumière artificielle lorsque l’éclairement naturel intérieur n’est pas suffisant. ce qui conduit à des coefficients C2 différents. Les modes de gestion de l’éclairage artificiel selon les apports de lumière naturelle sont tous basés sur un seuil d’éclairement qui correspond à un éclairement à maintenir sur une surface de référence de la zone de travail dans le local considéré. que la puissance effective de l’éclairage artificiel au niveau minimal est égale à 15% de la puissance de fonctionnement au niveau maximal. Le coefficient C2 correspond à un pourcentage moyen d'utilisation qui dépend du mode de gestion de l'éclairage en fonction des apports de lumière naturelle. o Extinction automatique par détection de franchissement de seuil d’éclairement : Grad_ecl = 4 Ce mode de gestion consiste à éteindre automatiquement l’éclairage artificiel lorsque l’éclairement naturel intérieur est supérieur à l’éclairement à maintenir dans le local. En effet. l’éclairage artificiel est automatiquement réduit à son minimum.

• pour les groupes d’une profondeur plus importante.5*(hLi – hTa) [m] des parties des groupes situées à une distance d’une baie supérieure à 2. Le coefficient C2 suit alors une loi modélisée par la courbe correspondante de la figure 1. ce mode de gestion autorise l’allumage de l’éclairage artificiel par l’utilisation d’un interrupteur manuel ou d’un détecteur de présence. 3) Accès impossible L’accès à l’éclairage naturel est impossible pour les locaux sans baies. Détermination de l’accès à l’éclairage naturel d’un local 1) Accès effectif Les locaux ayant un accès effectif à l’éclairage naturel sont constitués : • des groupes munis de baies et dont la profondeur est inférieure ou égale à 2.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Lorsque que l’éclairement naturel intérieur est inférieur à l’éclairement à maintenir dans le local. qui correspond à un comportement statistique moyen de l’usager. lanterneaux).5*(hLi – hTa) [m] hLi étant la hauteur du linteau par rapport au sol [m] et hTa la hauteur du plan de travail (plan de référence) par rapport au sol [m]. sous réserve que les luminaires éclairant ces parties soient commandés de façon indépendante. perpendiculaire au centre de la paroi vitrée. • On appelle profondeur. 2) Accès réduit Les locaux ayant un accès réduit à l’éclairage naturel sont constitués : • pour les groupes munis de baies et dont la profondeur est supérieure à 2.5*(hLi – hTa). la distance. des parties du groupe munies de parties vitrées uniformément réparties en toiture (éclairage zénithal. sous réserve que les luminaires éclairant ces parties soient commandés par un dispositif commun à toutes les parties du local. des parties des groupes situées à une distance d’une baie inférieure à 2. sheds. on suppose que l’usager intervient lui-même sur l’éclairage artificiel en fonction de l’éclairement naturel intérieur. 495 . entre celle-ci et une autre paroi du local. des parties des groupes situées à une distance d’une baie inférieure à 2.5*(hLi – hTa). Pour les locaux sans système de gestion de la lumière naturelle mais munis d’interrupteurs manuels marche-arrêt (Grad_ecl=1).5*(hLi – hTa).

l = 1 Les valeurs des coefficients C2 sont données par des fonctions affines par morceaux. Les coordonnées des points de références de ces fonctions sont données par le Tableau 76.l = C2pae.l dans la partie du local l sans accès à la lumière naturelle Le système de gestion fractionné gère indépendamment la partie ayant accès à l’éclairement naturel et la partie n’y ayant pas accès. Lorsque le système n’est pas fractionné. Si seulement une partie du local a accès à l’éclairement naturel.l = 1 C2pae. illustrées par la Figure 74 et la Figure 75. • Si Fr_Grad_ecl.l = 1 C2ae. il peut y avoir une gestion de l’éclairage en fonction de la lumière naturelle uniquement dans cette partie du local. Les valeurs de C2 sont obtenues par interpolation linéaire entre ces points de référence.l = 0 C2ae. l dans la partie du local l avec accès à la lumière naturelle C2pae.l Sinon si Ratio_écl_nat.l (une partie du local n’a pas accès à la lumière naturelle) calculés à l’aide des données du Tableau 76 avec Einat/4 calculé à l’aide des données du Tableau 76 avec Einat (tout le local a accès à la lumière naturelle) calculés à l’aide des données du Tableau 76 avec Einat (tout le local n’a pas accès à la lumière naturelle) Si Ratio_écl_nat.l = C2ae. on considère que l’éclairement naturel intérieur dans la zone n’y ayant pas accès n’est pas nulle mais est égal au quart de l’éclairement naturel intérieur de la zone y ayant accès (Einat/4).l = 0 (le système de gestion n’est pas fractionné) : Si 0 < Ratio_écl_nat. On définit donc deux coefficients C2 par local : • C2ae.l Si Ratio_écl_nat. Lorsqu’une partie seulement de local a accès à la lumière naturelle.l = C2pae.l < 1 C2ae.l = C2pae.l C2ae.l < 1 C2pae.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Prise en compte du fractionnement de l’éclairage artificiel en fonction des apports de lumière naturelle : On suppose que : • • toute ou partie de la surface d’un local peut avoir ou non accès à l’éclairement naturel. c’est la partie sans accès à l’éclairement naturel qui impose le fonctionnement de l’éclairage artificiel pour l’ensemble du local. 496 .l (une partie du local n’a pas accès à la lumière naturelle) calculés à l’aide des données du Tableau 76 avec Einat/4 (tout le local a accès à la lumière naturelle) calculés à l’aide des données du Tableau 76 avec Einat Sinon (le système de gestion est fractionné) : Si 0 < Ratio_écl_nat.

C2 = 0) pour Einat > EiRef.l .l . C2 = 0) pour Einat > 2800. 497 .l . C2 = 0.l. on a C2 = 0 Point A : (Einat = 0 . C2 = 1) 1 : Gestion manuelle de l’éclairage en fonction de la lumière du jour Point G : (Einat = 700 .4 – EiRef. C2 = 1) 2 : Gradation automatique à éclairement constant Point E : (Einat = EiRef.3) (interrupteur manuel) Point J : (Einat = 2800 .15) Point I : (Einat = 2* EiRef. C2 = 1) Point B : (Einat = 100 .l .15) Point H : (Einat = 2* EiRef.7 – 7* EiRef. • Point F : (Einat = EiRef.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Grad_ecl 0 : Pas de système de gestion de la lumière naturelle et pas d’interrupteur manuel Points de référence pour les coefficients C2 indiqués dans la Figure 74 C2 = 1 Point A : (Einat = 0 . on a C2 = 0 Point A : (Einat = 0 . C2 = 0.l . C2 = 0) pour Einat > EiRef. on a C2 = 0 Point A : (Einat = 0 .l < 700 (voir figure 1) : Point D : (Einat = EiRef.l . C2 = 1) Point B : (Einat = 100 . C2 = 1) Si EiRef. C2 = 1) Point C : (Einat = EiRef.l .l . C2 = 0. C2 = 0) pour Einat > 2* EiRef. C2 = (1/6)*(6. C2 = 1) Point F : (Einat = EiRef.l.l /1000)) 4 : extinction automatique par détection de franchissement d’un seuil d’éclairement. C2 = 0) pour Einat > EiRef. C2 = 1) Point B : (Einat = 100 .l .l. • Tableau 76 : Points de référence pour calculer les valeurs des coefficients C2. on a C2 = 0 Si Ei. C2 = 0.l ≥ 700 (voir figure 2) : Point G : (Einat = 700 . on a C2 = 0 3 : allumage et extinction automatiques par détection de franchissement d’un seuil d’éclairement.l . C2 = 0.3) Point D : (Einat = EiRef.l /7000)) Point F : (Einat = EiRef.

l Eclairement naturel intérieur Einat (lux) Figure 75 : Courbes donnant les valeurs de C2 selon l’éclairement naturel intérieur et le mode de gestion des apports de lumière naturelle.l supérieur à 700 lux.4 G 0.6 Gradation automatique Allumage et extinction automatiques par détection de franchissement de seuil d'éclairement Extinction automatique par franchissement de seuil d'éclairement 0.l Eclairement naturel intérieur Einat (lux) Figure 74 : Courbes donnant les valeurs de C2 selon l’éclairement naturel intérieur et le mode de gestion des apports de lumière naturelle.8 Gradation automatique 0.6 Allumage et extinction automatiques par détection de franchissement de seuil d'éclairement Extinction automatique par franchissement de seuil d'éclairement 0. Exemple pour un éclairement intérieur EiRef.2 E 0 0 500 F 1000 1500 H I D J 2000 2500 3000 EiRef.l 2*EiRef.l inférieur à 700 lux.l 2*EiRef.2 E 0 0 F 500 H I 1000 1500 J 2000 2500 3000 EiRef.4 G 0. 498 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Coefficient C2 A B 1 interrupteur manuel C 0.8 D 0. Exemple pour un éclairement intérieur EiRef. Coefficient C2 1 A B C interrupteur manuel 0.

9 .2 Bâtiment à usage d’habitation.1.Méthode de calcul Th-BCE 2012 9.05) Point J : (Einat = 2800 .4 W/m² Note : cette valeur résulte d'une puissance totale installée de 14 W/m2 et d'un facteur de non simultanéité d'utilisation des différents points d'éclairage. L'impact sur les consommations ne résulte donc que des caractéristiques des baies.6. on a C2 = 0 Figure 76 : Courbe donnant les valeurs de C2 selon l’éclairement naturel intérieur en résidentiel 499 . C2 = 0. C2 = 1) Point B : (Einat = 100 . C2 = 1) Point G : (Einat = 200 . Les formules définies ci-dessus sont utilisées avec les valeurs suivantes : • Puissance surfacique d'éclairage installée conventionnelle : Pecl_tot = 1.type de contrôle : interrupteur seul • Grad_ecl = 1 La valeur de C2 est obtenue par interpolation linéaire entre les points suivants : • • Points de référence pour le coefficient C2 indiqué dans le Tableau 76 Point A : (Einat = 0 . • Puissance surfacique des appareillages et des périphériques de gestion : Pecl_aux = 0 W/m² Ratio_ecl_nat = 1 Gest_ecl = 1 C1 = 0. Bâtiment à usage d’habitation.3.logement collectif Le calcul est entièrement conventionnel. C2 = 0) Pour Einat > 2800.maison individuelle ou accolée.

flux radiatif.Méthode de calcul Th-BCE 2012 9.flux non émis dans le local FeclNE = Crec_ecl_non_emis CECL_GR Conventionnellement : Crec_ecl_conv = 0. FeclC = Crec_ecl_conv CECL_GR . FeclR = Crec_ecl_rad CECL_GR .1. 500 .5 Crec_ecl_rad = 0.3.5 Crec_ecl_non_emis = 0 Les valeurs de FeclC et de FeclR sont ajoutées respectivement au flux convectif dû à des sources internes et au flux radiatif dû à des sources internes.7 Calcul des apports récupérables dus à l’éclairage Les flux émis s'expriment de la manière suivante : .flux convectif.

il faut calculer la température vue par le régulateur de l’émetteur effectif. Les températures finales du groupe atteintes suite à la transmission de l’énergie au groupe via les émetteurs. l’autre pour l’émission de froid. on déterminera : Les besoins totaux du groupe en énergie. 3. Dans un premier temps.1 C-Emi-Systèmes Emissions du groupe en chaud et en froid 10. REFROIDISSEMENT 10.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10. CHAUFFAGE. On interpole à la température de consigne pour obtenir la puissance requise totale pour le groupe. On calcule la puissance requise par émetteur et toutes les températures obtenues à la fin du pas de temps en prenant en compte l’émission. lui-même défini par une variation temporelle et une mesure de température. - A partir de ces émissions équivalentes. On calculera également les consommations des ventilateurs locaux équivalentes pour l’ensemble du groupe. définis par une consommation électrique et une énergie transmise à l’ambiance sous forme de chaleur. 501 . caractérisée par : Ses propriétés physiques : variation spatiale. 4. et la comparer aux températures de consigne. 5. on déterminera les propriétés des deux émetteurs équivalents. parts des phénomènes convectifs et radiatifs dans les échanges avec l’ambiance La part de la demande en énergie du groupe assurée par l’émission équivalente pour le chaud et pour le froid.1 INTRODUCTION Cette fiche permet la définition d’une émission équivalente en chauffage et une émission équivalente en refroidissement. 2. Ensuite. il faut déterminer si le système a besoin de chaud. Les étapes de calcul sont les suivantes : 1. Son dispositif de régulation. de froid.1. Les demandes en énergie de chacun des émetteurs présents dans le groupe. on calcule la relation entre puissance totale de l’émetteur équivalent et température moyenne vue par la sonde (droite du groupe). l’un pour l’émission de chaud. Pour cela. pertes au dos. Dans un deuxième temps. Ses ventilateurs locaux. température de fonctionnement. ou pas de besoins.

Température moyenne de masse à puissance nulle Température moyenne de masse pour une puissance émise de 10 W/m² intégralement convective.10)(h) °C °C θrm.moy(10. Température moyenne secondaire pour une puissance émise de 10 W/m² intégralement radiative.moy(0. Température moyenne de l’air pour une puissance émise de 10 W/m² intégralement radiative.10)(h) °C Comportement themrique du groupe °C θm.0)(h) θs.10)(h) °C 502 . Ent. °C iocc_zone(h) iocc_zone(h-1) θi.moy(0. Température radiante moyenne pour une puissance émise de 10 W/m² intégralement radiative.0)(h) °C θop.0)(h) θm.0)(h) θi. Température opérative moyenne ressentie à puissance nulle Température opérative moyenne une puissance émise de 10 W/m² intégralement convective. Entrées du composant Nom Description Unité Ent. °C θi.1.moy(0.moy(0.0)(h) °C θop. on notera h le pas de temps de simulation et j le jour de simulation.moy(0.moy(0.moy(10.0)(h) Indicateur d’occupation au temps h Indicateur d’occupation au temps h-1 Température moyenne de l’air à puissance nulle Température moyenne de l’air pour une puissance émise de 10 W/m² intégralement convective.moy(0.10)(h) °C θs.moy(0. Température moyenne de masse pour une puissance émise de 10 W/m² intégralement radiative.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10.0)(h) °C θm. Température opérative moyenne ressentie pour une puissance émise de 10 W/m² intégralement radiative. Température moyenne secondaire du groupe à puissance nulle Température moyenne secondaire pour une puissance émise de 10 W/m² intégralement convective.0)(h) °C θs.moy(10.moy(10.2 NOMENCLATURE Le Tableau 77 donne la nomenclature des différentes variables de la présente fiche.moy(0.moy(10.0)(h) °C θrm.0)(h) °C θrm.10)(h) °C θop.moy(0. Dans toute la suite de la fiche. Température radiante moyenne à puissance nulle Température radiante moyenne pour une puissance émise de 10 W/m² intégralement convective.

Température de consigne initiale de refroidissement définie par le scénario de relance au pas de temps h. - idem_chaudem idem_froidem Propriétés de l’émetteur δθvs_chem δθvs_frem Pemconv_chem Pemconv_frem Pperem Booléen indiquant si l’émetteur em a une fonction de chauffage. Ratio de pertes au dos de l’émetteur sur l’énergie émise. 1 : le groupe est en saison de chauffage. Température de consigne initiale de chauffage au pas de temps h. Autfr. Ratio d’énergie convective sur l’énergie totale transmise pour le froid.eff(j) Ent. Energie latente fournie par l’ensemble des émetteurs au pas de temps h. Bool 0 1 - °C °C -∞ -∞ +∞ +∞ - 0 1 - - 0 1 - - 0 1 503 . Relance θiich_relance(h) Température de consigne initiale de chauffage définie par le scénario de relance au pas de temps h. Energie latente fournie par l’émetteur em au pas de temps h. Variation spatiale en mode refroidissement.eff(j) Ent. Température de consigne initiale de refroidissement au pas de temps h Indicateur de saison effective de chauffage. Déshum. Variation spatiale en mode chauffage. 1 : le groupe est en saison de refroidissement. Ent. (après croisement) Qsys_latem (h) Wh Qsys_lat (h) Wh Paramètres intrinsèques du composant Nom Description Unité Bool Min 0 Max 1 Conv.Méthode de calcul Th-BCE 2012 irelance(h) Indicateur de période de relance au pas de temps h. Ratio d’énergie convective sur l’énergie totale transmise pour le chaud. Indicateur de saison effective de refroidissement. Booléen indiquant si l’émetteur em a une fonction de refroidissement (un émetteur peut avoir les deux fonctions). °C θiifr_relance(h) Environnement intérieur °C θiich(h) °C θiifr (h) °C C_Ein_Determination des saisons Autch.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 Mode de gestion/régulation des ventilateurs locaux de l’émetteur : 0 : Pas de ventilateur. 1 : Régulation manuelle uniquement, 2 : Régulation automatique nécessitant un fonctionnement permanent des ventilateurs, 3 : Régulation automatique permettant un arrêt total des ventilateurs lorsque la température de consigne est atteinte. Présence d’un régime de super petite vitesse automatique sur le ventilo-convecteur. Puissance des ventilateurs locaux du ventilo-convecteur en régime de grande vitesse. Puissance des ventilateurs locaux du ventilo-convecteur en régime de moyenne vitesse. Puissance des ventilateurs locaux du ventilo-convecteur en régime de petite vitesse. Puissance des ventilateurs locaux du ventilo-convecteur en régime de super petite vitesse. Seuil de besoins de chauffage à partir duquel le ventilo-convecteur fonctionne en régime de moyenne vitesse. Seuil de besoins de froid à partir duquel le ventilo-convecteur fonctionne en régime de moyenne vitesse. Type de régulation de la batterie de refroidissement : 0- Batterie à débit d’eau régulé de façon progressive 1- Autre cas (température de batterie constante) Débit de recirculation en grande vitesse, exprimé en m3/h. Débit de recirculation en moyenne vitesse, exprimé en m3/h. Débit de recirculation en petite vitesse, exprimé en m3/h. Température de dimensionnement de la batterie froide de l’émetteur.

GestVCVem

Ent.

0

3

-

ispvem PVCV_GVem

Bool

faux

vrai

-

W

0

+∞

-

PVCV_MV
Paramètres des émetteurs à recyclage d’air

em

W

0

+∞

-

PVCV_PVem

W

0

+∞

-

PVCV_SPVem

W

0

+∞

-

SeuilVCV_pvmv_chem

Wh/m²

0

+∞

20

SeuilVCV_pvmv_frem

Wh/m²

-∞

0

-20

idregul_batt

-

0

1

-

Qv_recirc_GVem

m3/h

0

+∞

-

Qv_recirc_MVem

m3/h

0

+∞

-

Qv_recirc_PVem

m3/h

0

+∞

-

θbatt_dimem

°C

0

25

504

Méthode de calcul Th-BCE 2012 Facteur de by-pass de la batterie pour une batterie à débit d’eau régulé de façon progressive (conventionnel). Variation temporelle en mode chauffage. Variation temporelle en mode refroidissement. Ratio caractéristique de la mesure de température effectuée par le régulateur de l’émetteur pour le chaud. Valeurs extrêmes : 0 : mesure sur la température radiante, 1 : mesure sur la température de l’air. Ratio caractéristique de la mesure de température effectuée par le régulateur de l’émetteur pour le froid. Valeurs extrêmes : 0 : mesure sur la température radiante, 1 : mesure sur la température de l’air.

FBbattem

Réel

0

1

0.8

δθvt_chem δθvt_frem
Propriétés du dispositif de régulation

°C

0

+∞

°C

-∞

0

Psd_chem

Réel

0

1

0.5

Psd_frem

Réel

0

1

0.5

Paramètres d’intégration du composant Nom
Description Unité Min Max Conv.

Rats_chem

Ratio de la surface utile traitée par l’émetteur à la surface utile totale du groupe en chaud. Ratio de la surface utile traitée par l’émetteur à la surface utile totale du groupe en froid. Part assurée par l’émetteur dans l’énergie de chaud totale fournie à la surface utile traitée. Part assurée par l’émetteur dans l’énergie de froid totale fournie à la surface utile traitée. Booléen indiquant si le groupe est refroidi. Surface utile du groupe. Type de réseau de distribution du groupe : 0 : réseau de distribution fictif, 1 : réseau de distribution hydraulique.

-

0

1

Emetteur

Rats_frem

-

0

1

Ratt_chem

-

0

1

Ratt_frem

-

0

1

Groupe

iclim Agr

Bool

0

1

-

0

+∞

-

Distribution de froid du groupe

idtype

Ent.

0

1

-

505

Méthode de calcul Th-BCE 2012 Mode de régulation de la température de la distribution du groupe associée à l’émetteur. Température de départ de dimensionnement (si le réseau fonctionne à température de départ constante). Température de retour de dimensionnement (pour le mode à température de retour constante). Différence nominale de température dans le réseau de distribution du groupe entre départ et retour, liée au dimensionnement en froid.

idgest_fr

Ent

1

3

-

θdep_dim_fr

°C

-∞

+∞

-

θret_dim_fr

°C

-∞

+∞

-

θem_dim_fr

°C

-∞

+∞

-

Sorties
Nom Description Unité

Rateff_chem

Part de l’énergie fournie au groupe effective assurée par l’émetteur en chauffage. Part de l’énergie fournie au groupe effective assurée par l’émetteur en refroidissement. Demande en énergie de chauffage transmise par l’émission à son réseau de distribution du groupe au pas de temps h. Demande en énergie de refroidissement transmise par l’émission em à son réseau de distribution du groupe au pas de temps h. Débit massique de recirculation effectif sur la batterie froide de l’émetteur em. Humidité spécifique à saturation pour la température de batterie θbatt. Température vue par la sonde effective à la fin du pas de temps Température de l’air à la fin du pas de temps Température de masse à la fin du pas de temps Température opérative du groupe à la fin du pas de temps Température ressentie par l’occupant à la fin du pas de temps Température vue par la sonde effective moyenne sur le pas de temps

Ent

Sorties par émetteur

Rateff_frem

Ent

Qsys_frem(h)

Wh

Qsys_chem(h)

Wh

Déshum.

Qm_recirc_effem(h)

kg/s

ωsatem(h)

kg/kg as °C

θsd,fin (h)
Sorties au niveau du groupe

θi,fin (h) θm,fin (h) θs,fin (h)

°C °C

°C

θop,fin (h)

°C

θsd,moy(h)

°C

506

Méthode de calcul Th-BCE 2012 Température moyenne de l’air sur le pas de temps Température de masse moyenne sur le pas de temps Température opérative moyenne du groupe sur le pas de temps Température ressentie par l’occupant moyenne sur le pas de temps Puissance de chauffage nécessaire issue du croisement. Puissance de refroidissement nécessaire issue du croisement. Indicateur de besoins de chaud nonnuls au pas de temps h. Indicateur de besoins de froid nonnuls au pas de temps h. Energie requise pour le chauffage totale du groupe. Energie requise pour le refroidissement totale du groupe. Consommation électrique totale des ventilateurs locaux des émetteurs du groupe. Energie consommée par les ventilateurs locaux de l’ensemble des émetteurs du groupe et transmise à l’ambiance sous forme de chaleur.

θi,moy(h)

°C

θm,moy(h

°C

θs,moy(h)

°C

θop,moy (h)

°C

Φcrois_ch(h) Φcrois_fr(h) idbch(h) idbfr(h) Qsys_ch(h) Qsys_fr(h)

W

W

Bool

Bool

Wh

Wh

Ventilateurs locaux

Wvent_loc_tot(h)

Wh

Φvent_loc_vc(h)

Wh

507

Méthode de calcul Th-BCE 2012

Variables internes
Nom Ratem_eq_ch
Description Unité -

Part de l’énergie fournie au groupe assurée par l’émission en chaud. Variation temporelle de l’émetteur équivalent de chaud. Variation spatiale de l’émetteur équivalent de chaud. Ratio d’énergie convective de l’émetteur équivalent de chaud Ratio caractéristique de la mesure de température effectuée par le régulateur associé à l’émetteur équivalent de chaud. Valeurs extrêmes : 0 : mesure sur la température radiante, 1 : mesure sur la température de l’air. Température de consigne équivalente en chauffage. Température vue par la sonde de l’émetteur équivalent de chaud au début du pas de temps Part de l’énergie fournie au groupe assurée par l’émetteur équivalent en froid. Variation temporelle de l’émetteur équivalent de froid. Variation spatiale de l’émetteur équivalent de froid. Ratio d’énergie convective de l’émetteur équivalent de froid Ratio caractéristique de la mesure de température effectuée par le régulateur associé à l’émetteur équivalent de froid. Valeurs extrêmes : 0 : mesure sur la température radiante, 1 : mesure sur la température de l’air. Température de consigne équivalente en refroidissement Température vue par la sonde de l’émetteur équivalent de froid au début du pas de temps.

δθvt_ch δθvs_ch
Emetteur équivalent de chaud

°C

°C

Pemconv_eq_ch

-

Psd_ch

-

θi_eq_ch(h)

°C

θsd_eq_ch(h)

°C

Ratem_eq_fr

-

δθvt_fr δθvs_fr
Emetteur équivalent de froid

°C

°C

Pemconv_eq_fr

-

Psd_eq_fr

-

θi_eq_fr (h)

°C

θsd_eq_fr(h)

°C

508

Méthode de calcul Th-BCE 2012 Ratio d’énergie convective de l’émetteur équivalent sollicité (soit le chaud, soit le froid). Ratio caractéristique de la mesure de température effectuée par le régulateur associé à l’émetteur équivalent sollicité (soit celui de chaud, soit celui de froid). Valeurs extrêmes : 0 : mesure sur la température radiante, 1 : mesure sur la température de l’air. Température vue par la sonde associée au régulateur de l’émetteur équivalent sollicité (soit le chaud, soit le froid), en fin de temps et à puissance émise nulle. Température vue par la sonde associée au régulateur de l’émetteur équivalent sollicité (soit le chaud, soit le froid), en fin de temps et à puissance émise de 10 kW. Température de consigne équivalente (soit de chaud, soit de froid). Consommation électrique des ventilateurs locaux de l’émetteur em. Energie transmise à l’ambiance par les ventilateurs sous forme de chaleur. Débit volumique de recirculation des ventilateurs locaux de l’émetteur em. Débit massique de recirculation des ventilateurs locaux de l’émetteur em. Température de batterie froide de l’émetteur pour le calcul de la déshumidification. Ordonnée à l’origine de la droite du groupe Pente de la droite du groupe Puissance moyenne utile appelée par le groupe Puissance nécessaire issue du croisement

Pemconv

-

Emetteur équivalent sollicité

Psd

-

θsd_0(h)

°C

θsd_10(h)

°C

θic(h) Wvent_locem (h)

°C

Wh

Φvent_loc_ambem (h)
Ventilateurs locaux

Wh

Qv_recircem(h)

m3/h

Qm_recircem(h)

kg/s

θbattem(h)

°C

a0
Droite du groupe

W W/°C W W

a1 Φutil(h) Φcrois(h)

Constantes
Nom Ca Description Chaleur massique de l’air sec. Unité J/kgK Conv. 1006

Tableau 77 : Nomenclature du modèle

509

Méthode de calcul Th-BCE 2012

10.1.3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE
10.1.3.1.1 Emission conventionnelle en calcul de BBio
Pour le calcul du coefficient BBio, on adopte une émission équivalente conventionnelle pour chaque groupe, avec les caractéristiques suivantes : Un seul composant émetteur de chauffage par groupe, Un seul composant émetteur de refroidissement par groupe refroidi (iclimgr = 1), Variation spatiale (en chauffage : δθvs_chem et en refroidissement : δθvs_frem) : 0 K, Variation temporelle (en chauffage δθvt_chem et en refroidissement δθvt_frem) : 0 K, Part convective de transmission de l’énergie au groupe (en chauffage : Pemconv_ch et en refroidissement : Pemconv_fr) : 0.5, Pertes au dos (Pperem) : 0, Ratio caractéristique de la mesure de température effectuée par le régulateur de l’émetteur (en chauffage : Psd_chem, en refroidissement : Psd_frem) : 0.5, Pas de ventilateurs locaux.

10.1.3.2

Caractérisation des émetteurs

10.1.3.2.1 Variations spatiales associées à l’émetteur en chauffage
Pour le calcul de consommations (Th-C), L’émetteur est caractérisé par une variation spatiale en chauffage δθvs_chem et une en refroidissement, dépendant de la classe de l’émetteur utilisé et de la hauteur sous plafond du local desservi. La méthode de calcul ThC offre deux possibilités de définition de ce paramètre : le choix d’une classe A, B (déclinée en B1, B2 et B3) ou C pour le chauffage, la définition directe d’une valeur de variation spatiale à appliquer en fonction de chauffage, dans le cas où celle-ci peut être justifiée.

Les catégories d’émetteurs de chaud concernées par les différentes classes sont les suivantes : Classe A : plancher chauffant, Classe B1 : émetteurs à forte induction : diffuseurs à jet vertical descendant, buses, diffuseurs tourbillonnaires, à géométrie variable, etc… Classe B2 : diffusion d'air, poutres climatiques, ventilo-convecteurs, Classe B3 : émetteurs rayonnants (autres que plancher), plafond chauffant. Classe C : autres cas.

510

Méthode de calcul Th-BCE 2012

δθvs_ch

em

Locaux de moins de 4 mètres sous plafond 0 0 0 0.2 0.4

Locaux de 4 à moins de 6 mètres sous plafond 0 0 0.6 0.8 1.2

Locaux de 6 à moins de 8 mètres sous plafond 0 0.5 1.7 1.2 2.0

Locaux de plus de 8 mètres sous plafond 0 1.0 2.8 1.6 2.8

Classe A Classe B1 Classe B2 Classe B3 Classe C

Tableau 78 : Valeurs de variation spatiale en chauffage en fonction des paramètres impliqués

Dans le cas particulier des poêles et inserts, les valeurs par défaut suivantes sont proposées :

δθvs_chem
Appareil desservant 1 seul niveau 0.9 Appareil desservant 2 niveaux 1,4

Tableau 79 : Valeurs de variation spatiale en chauffage pour les poêles et inserts

511

Méthode de calcul Th-BCE 2012

10.1.3.2.2 Variations spatiales associées à l’émetteur en refroidissement
L’émetteur est caractérisé par une variation spatiale en refroidissement δθvs_frem, dépendant de la classe de l’émetteur utilisé et de la hauteur sous plafond du local desservi. La méthode de calcul ThC offre deux possibilités de définition de ce paramètre : le choix d’une classe A, B ou C pour le refroidissement, la définition directe d’une valeur de variation spatiale à appliquer en fonction de refroidissement, dans le cas où celle-ci peut être justifiée.

Les émetteurs de froid concernés par les différentes classes sont les suivants : Classe A : plancher froid, système à déplacement d’air, Classe B : diffusion d’air, émetteur avec brassage de l’air ambiant, poutres climatiques, Classe C : plafond rafraîchissant, autres cas.
Locaux de moins de 4 mètres sous plafond 0 0 0 Locaux de 4 à moins de 6 mètres sous plafond 0.4 0.2 0 Locaux de 6 à moins de 8 mètres sous plafond 0.8 0.4 0 Locaux de plus de 8 mètres sous plafond 1.2 0.6 0

δθvs_frem
Classe A Classe B Classe C

Tableau 80 : Valeurs de variation spatiale en refroidissement en fonction des paramètres impliqués

10.1.3.2.3 Parts convectives de transmission de l’énergie au groupe
Un émetteur transmet l’énergie pour le chaud et/ou pour le froid au travers d’échanges à la fois radiatifs et convectifs. Selon le profil de l’émetteur, les parts des phénomènes radiatifs (1-Pem) et convectifs (Pem) dans les échanges seront différentes. L’une peut se déduire de l’autre car leur somme est égale à l’unité. On définit un Pem en chaud et un Pem en froid.
Description de l’émetteur Pas d’émetteur de chaud. Soufflage d’air chaud (convecteurs, ventilo-convecteurs, aérothermes…). Emetteurs muraux rayonnants (panneaux rayonnants, radiateur à eau chaude…). Planchers chauffants, tubes rayonnants gaz basse température, panneau radiant lumineux gaz, inserts, poêles à bois (autre que accumulation). Murs chauffants, panneaux rayonnants de plafonds, cassette rayonnante basse ou moyenne température, poêles à accumulation. Plafond chauffant, radiant électrique infrarouge moyen ou infrarouge court Pemconv_ch 0 0.95 0.70 0.50

0.35 0.20

Tableau 81 : Parts convectives en chauffage Pemconv_ch en fonction de la typologie d'émetteur

512

Méthode de calcul Th-BCE 2012

Description de l’émetteur Soufflage d’air froid (ventilo-convecteurs…) Poutre froide Plafond rafraîchissant, panneaux rafraîchissant de plafond Mur rafraîchissant Plancher rafraîchissant

Pemconv_fr 0.95 0.80 0.50 0.35 0.20

Tableau 82 : Parts convectives en refroidissement Pemconv_fr en fonction de la typologie d'émetteur

10.1.3.2.4 Pertes d’énergie au dos de l’émetteur
Pour les émetteurs intégrés aux parois donnant sur l’extérieur ou un espace non-chauffé, des pertes d’énergie sont à comptabiliser. Ces pertes au dos sont caractérisées par Pper, part perdue de la quantité d’énergie (chaud ou froid) fournie au groupe par l’émetteur.

10.1.3.2.5 Variations temporelles associées à l’émetteur
L’émetteur est caractérisé par une variation temporelle en chauffage δθvt_chem et une en refroidissement δθvt_frem, fonction de la précision de la régulation terminale du couple régulateur/émetteur à l’échelle du local. La méthode de calcul offre quatre alternatives dans la définition de ces valeurs : La saisie directe d’une valeur certifiée, notamment pour les robinets thermostatiques, les régulations d’ambiance et les thermostats intégrés. Note : en froid, le paramètre de la méthode δθvt_frem est définie négativement. Il convient donc de retenir l’opposé de la valeur justifiée si celle-ci est définie positivement. La saisie de la valeur justifiée,augmentée de +0.5K en mode chaud ou de (-0.5K) en mode froid, par un essai effectué par un laboratoire indépendant et accrédité selon la norme NF EN ISO/CEI 17025 par le COFRAC ou tout autre organisme d’accréditation signataire de l’accord européen multilatéral pertinent pris dans le cadre de la coordination européenne des organismes d’accréditation sur la base des normes harmonisées. A défaut de valeur certifiée, les valeurs par défaut suivantes sont retenues :
δθvt_chem
Couple régulateur/émetteur ne permettant pas un arrêt total de l’émission Couple régulateur/émetteur permettant un arrêt total de l’émission
δθ
vt_ em fr

-

Valeur de la variation temporelle en chauffage 2.0 1.8 Valeur de la variation temporelle en froid -2.0 -1.8

Couple régulateur/émetteur ne permettant pas un arrêt total de l’émission Couple régulateur/émetteur permettant un arrêt total de l’émission

Tableau 83 : Valeurs par défaut de variations spatiales en chauffage et en refroidissement

513

Méthode de calcul Th-BCE 2012

-

Pour les poêles et inserts uniquement, les valeurs de variations temporelles retenues sont conventionnelles, en fonction du mode de régulation :
Type de régulation Avec thermostat d’ambiance Régulation manuelle Tout type de locaux 2 2,5

Tableau 84: Valeurs conventionnelles de variations temporelles dans le cas de poêles et inserts

10.1.3.2.6 Température perçue par le dispositif de régulation de l’émetteur
La finalité du dispositif de régulation de l’émetteur est de mesurer la température intérieure du local et d’adapter en fonction d’une température de consigne l’énergie à fournir. La température intérieure perçue par ce dispositif est une moyenne pondérée de la température de l’air intérieur et de la température radiante dans le groupe, le coefficient de pondération pour la température d’air étant noté Psd (chauffage : Psd_chem et refroidissement: Psd_frem ). La valeur conventionnellement retenue est de 0.5, quelques soient les configurations de régulateurs.

10.1.3.2.7 Ratem en chaud et en froid
Chaque groupe possède un émetteur équivalent de chaud et de froid. Un émetteur équivalent est décrit par les mêmes caractéristiques qu’un émetteur, à l’exception des pertes au dos et des puissances de ventilateurs locaux. La contribution de chaque émetteur est définie par son Ratchem et son Ratfrem Ces ratios sont obtenus à partir : de Rats, ratio de la surface utile du local (ou des locaux) desservi(s) par l’émetteur sur la surface utile totale du
groupe,

locaux).

de Ratt, ratio de répartition des besoins entre plusieurs émetteurs desservant un même local (ou des mêmes

Ratchem = Rats_chem x Ratt_chem
(861)

Ratfrem

=

Rats_frem

x

Ratt_frem

514

Méthode de calcul Th-BCE 2012

10.1.3.2.8 Calcul des émetteurs équivalents
Pour définir correctement l’émetteur équivalent, on a donc besoin de définir la contribution effective em de chaque émetteur à l’émetteur équivalent par l’intermédiaire des Rat eff pour chaque émetteur. La somme des Rat em doit toujours être plus petite ou égale à 1. Si cette somme est nulle, alors le em Rat eff correspondant est nul aussi.

Rat

em eff _ ch

=

em Rat ch , em ∑ Rat ch em

Rat

em eff _ fr

=

Rat em fr

(862)

∑ Rat em fr
em

.

On détermine les caractéristiques des deux systèmes équivalents comme suit :
Emetteur de chaud équivalent : Emetteur de froid équivalent :

Ratem _ eq _ ch Psd _ eq _ ch Pem _ eq _ ch

= = = = =

δθ vt _ eq _ ch δθ vs _ eq _ ch

∑ Rat ∑ Rat ∑ Rat ∑ Rat ∑ Rat
em em em em em

em ch em ch _ eff em ch _ eff em ch _ eff em ch _ eff em × Psd _ ch em × Pem _ ch em × δθ vt _ ch

Ratem _ eq _ fr Psd _ eq _ fr Pem _ eq _ fr

= = = = =

δθ vt _ eq _ fr

em × δθ vs _ ch δθ vs _ eq _ fr

∑ Rat ∑ Rat ∑ Rat ∑ Rat ∑ Rat
em em em em em

em fr em fr _ eff em fr _ eff em fr _ eff em fr _ eff em × Psd _ fr em × Pem _ fr em × δθ vt _ fr em × δθ vs _ fr

(863)

515

Méthode de calcul Th-BCE 2012

10.1.3.3

Détermination du besoin

10.1.3.3.1 Calculs préliminaires
On détermine si le groupe a besoin de chaud, de froid, ou rien. On commence par calculer les températures de consignes corrigées des variations :

θ i _ eq _ ch (h) = MAX (θ iich ( h);θ iich _ relance ( h)) + δθ vs _ eq _ ch + δθ vt _ eq _ ch , θ i _ eq _ fr (h) = MIN (θ iifr (h);θ iifr _ relance ( h)) + δθ vs _ eq _ fr + δθ vt _ eq _ fr .

(864)

On détermine ensuite les températures perçues par les régulateurs fictifs des deux émetteurs équivalents. Elles sont reliées aux températures de l’air et à la température radiante moyenne via les coefficients Psd .

θ sd _ eq _ ch ( h ) = Psd _ eq _ ch ⋅ θ i , moy ( 0 , 0 ) ( h ) + (1 − Psd _ eq _ ch ) ⋅ θ rm ,moy θ sd _ eq _ fr ( h ) =
Psd _ eq _ fr ⋅ θ i ,moy
(0,0)

( h ) + (1 − Psd _ eq _ fr ) ⋅ θ rm ,moy

(0,0)

( h) (h)
(865)

(0,0)

10.1.3.3.2 Détermination des propriétés de l’émetteur équivalent sollicité
A un pas de temps donné, on considère conventionnellement qu’un seul des deux émetteurs équivalent peut être sollicité (un groupe ne peut être refroidi et chauffé au même pas de temps). Si θ sd _ eq _ fr ( h ) > θ i _ eq _ fr ( h ) , alors l’émetteur équivalent sollicité est celui de froid. Si θ sd _ eq _ ch ( h ) < θ i _ eq _ ch ( h ) , alors l’émetteur équivalent sollicité est celui de chaud. Dans le cas où ces deux conditions seraient vérifiées, on considère alors que la demande en chauffage est prioritaire sur la demande de froid. Si les deux comparaisons sont fausses, alors aucune des deux émissions n’est sollicitée.
Si

θ sd _ eq _ ch ( h ) < θ i _ eq _ ch ( h ) ,

Psd = Psd _ eq _ ch Pem = Pem _ eq _ ch

θ ic = θ ich
Sinon, Si

(866)

θ sd _ eq _ fr ( h ) > θ i _ eq _ fr ( h ) ,

Psd = Psd _ eq _ fr Pem = Pem _ eq _ fr

θ ic = θ ifr
Si aucun système n’est mis en fonctionnement, les températures finales du groupe sont simplement les températures finales en l’absence d’émission issue de la matrice du groupe.

516

Méthode de calcul Th-BCE 2012

10.1.3.4

Droite du groupe

La droite du groupe est définie par la relation linéaire qui existe entre la puissance totale du système et la température moyenne vue par la sonde

φ crois = a 0 + a1θ sd .

(867)

Celle-ci dépend du type d’émetteur équivalent mis en marche, froid ou chaud. Pour déterminer les coefficients de la droite, il faut commencer par calculer les températures moyennes de l’air et radiante moyenne à partir de la matrice du groupe dans le cas où les puissances sont nulles, et dans le cas où φ conv = Pemconv × 10 × A gr et φ rad = (1 − Pemconv ) × 10 × A gr . ( Pemconv dépendant du système considéré). Celles-ci valent :

θ i ,moy _ 0 (h) θ rm,moy _ 0 (h) θ i , moy _ 10 (h) θ rm,moy _ 10 (h)

= = =

θ i , moy (h), θ rm,moy (h),
( 0,0 ) (0,0)

Pem ⋅ θ i , moy(10 , 0 ) (h) + (1 − Pem ) ⋅ θ i ,moy( 0 ,10 ) (h),

(868)

= Pem ⋅ θ rm ,moy(10 , 0 ) (h) + (1 − Pem ) ⋅ θ rm ,moy0 ,10 ) (h),

Les températures correspondantes perçues par la sonde sont :

θ sd _ 0 ( h) = Psd θ i ,moy _ 0 (h) + (1 − Psd )θ rm ,moy _ 0 (h), θ sd _ 10 (h) = Psd θ i , moy _ 10 (h) + (1 − Psd )θ rm,moy _ 10 (h).

(869)

Les coefficients a 0 et a1 sont calculés par :

10  ⋅ θ sd _ 0 (h), a 0 ( h) = − θ ( h) − θ sd _ 0 (h)  sd _ 10  10  a1 (h) = ⋅ θ sd _ 10 (h) − θ sd _ 0 ( h)  

(870)

517

Méthode de calcul Th-BCE 2012

La Figure 77 montre un exemple de droite du groupe :

Figure 77 : Droite de comportement thermique d’un groupe

10.1.3.5

Calcul de la puissance totale requise par le groupe

Pour le calcul de la puissance totale requise, on considère que les émetteurs équivalents sont aptes à fournir une puissance infinie. La courbe de fonctionnement est donc une droite verticale θ sd = θ ic . La puissance requise φ crois par le groupe est calculée par croisement entre cette courbe de fonctionnement et la droite du groupe. Si iclim = Vrai alors,

φ crois ( h ) = a 0 ( h ) + a1 ( h ) ⋅ θ ic ( h )
Sinon, (871)

φ crois ( h ) = max( a 0 ( h ) + a1 ( h ) ⋅ θ ic ( h ), 0 )
La Figure 78 illustre les calculs effectués dans l’équation

Figure 78 : Intersection avec la droite du groupe

518

Méthode de calcul Th-BCE 2012

Il est également nécessaire de calculer les puissances de croisement pour chacun des émetteurs équivalents :

  φcrois _ ch (h)   φcrois _ fr (h) 

= =

max(0,φcrois (h) ) min(0, φcrois (h) )

(872)

10.1.3.6

Impact des saisons de fonctionnement

La demande d’énergie déterminée par croisement n’est effective que si le groupe se trouve en période où l’usage des systèmes est autorisé. Dans le cas d’une puissance requise de chauffage, cette dernière ne sera donc effective que si Saison(j) = 3 (saison de chauffage) ou 4 (saison mixte de chauffage et de refroidissement). Dans le cas d’une puissance requise de refroidissement, cette dernière ne sera donc effective que si Saison(j) = 1 (saison de refroidissement) ou 4 (saison mixte de chauffage et de refroidissement). En calculs du BBio, les données relatives aux saisons de fonctionnement sont celles propres du groupe (voir fiche C_Ei_Détermination des saisons). En calculs des consommations, les données relatives aux saisons de fonctionnement sont les données effectives, issus d’une procédure commune à l’ensemble des groupes desservis par la même génération (voir la fiche C_Gen_Détermination des saisons de fonctionnement des systèmes). Si ( θ sd , fr > θ ifr et Aut fr , eff ( j ) = 1 ) ou si ( θ sd , ch < θ ich et Aut ch , eff ( j ) = 1 ), alors, φ util ( h ) = φ crois ( h ) Si φ crois ( h ) ≠ 0 , alors,

 φ crois _ ch (h) id bch (h ) = φ crois (h)   φ crois _ fr (h)  id bfr (h ) =  φ crois ( h) 
Sinon,

(873)

id bch ( h ) = 0  id bfr ( h ) = 0
Sinon,

φ util ( h ) = 0 (W) id bch ( h ) = 0  id bfr ( h ) = 0
Dans le cas d’une φutil nulle, les températures finales du groupe sont les températures calculées dans la fiche comportement thermique du groupe, à puissance appliquée nulle.

519

Méthode de calcul Th-BCE 2012

10.1.3.7

Puissances requises et pertes au dos par émetteur

Les énergies requises en chauffage et en refroidissement(en Wh) par l’émetteur em au pas de temps h sont les suivantes :

Q

em sys _ ch

(h) = id

em em _ chaud

× ×

em Rateff _ ch × MAX (0;φutil (h)) em 1 − Pper em Rateff _ fr × MIN(0;φutil (h)) em 1 − Pper

(874)

Q

em sys _ fr

(h) = id

em em _ froid

10.1.3.8

Modélisation des ventilateurs locaux des émetteurs (en méthode Th-C uniquement)

10.1.3.8.1 Principe
La modélisation des ventilateurs locaux concernent les émetteurs gainés ou carrossés de type ventilo-convecteurs. On considère que ces ventilateurs possèdent au moins trois régimes de fonctionnement : à petite, moyenne et grande vitesse. Un régime de super petite vitesse peut également être valorisé dans le cadre des ventilateurs à régulation automatique avec sonde intégrée (voir ci-dessous). A chaque régime de fonctionnement est associé une puissance électrique PVCV et un débit de recirculation Qm_recirc. Le débit de recirculation correspond au débit effectif d’air intérieur qui fait l’objet d’un recyclage par l’émetteur. Ce débit de recirculation est considéré constant sur un pas de temps donné. En ce qui concerne la régulation, on considère que les ventilateurs sont systématiquement asservis à la programmation et basculent en régime de grande vitesse (GV) en période de relance. Hors période de relance, les cas suivants sont distingués (selon la valeur de GestVCVem): Régulation manuelle uniquement : le fonctionnement étant soumis à l’appréciation des occupants, on considère qu’il est permanent aussi bien en occupation qu’en inoccupation. Le choix entre régime de petite vitesse (PV) et moyenne vitesse (MV) est déterminé lors du premier pas de temps d’occupation, en fonction des besoins en énergie de chaud ou de froid. Régulation automatique nécessitant un fonctionnement permanent des ventilateurs: le fonctionnement est permanent pour permettre à la sonde intégrée de mesurer correctement la température ambiante. Le régime retenu est adapté chaque heure aux besoins de chaud ou de froid calculés. En l’absence de besoins, le régime de super petite vitesse est enclenché si l’appareil en dispose. Régulation automatique permettant un arrêt total des ventilateurs lorsque la température de consigne est atteinte : la régulation permet un arrêt des ventilateurs locaux en l’absence de besoins, et une adaptation du régime aux besoins le reste du temps.

-

-

Quelque soit le cas, les ventilateurs locaux ne sont activés qu’au cours des saisons de fonctionnement (chauffage et/ou refroidissement selon les fonctions de l’émetteur).

520

Méthode de calcul Th-BCE 2012

10.1.3.8.2 Algorithme de calcul des consommations électriques et des débits de recirculation d’un ensemble de ventilateurs locaux
em La présence de ventilateurs locaux est signalée par : Gest VCV > 0 .

Les ventilateurs locaux ne sont activés qu’au cours des saisons de fonctionnement de l’émetteur auquel ils sont associés, ce qui se traduit par :
em id em _ chaud = 1 et Aut ch , eff ( j ) = 1

Ou
em id em _ froid

(875)

= 1 et Aut

fr , eff

( j) = 1

Dans le cas où ces conditions sont vérifiées, l’algorithme suivant est appelé :

Si id relance ( h ) = 1 , alors, (en relance, le régime grande vitesse est imposé)

Qvem recirc ( h ) = Q vem recirc _ GV _  _  em em Wvent _ loc ( h) = PVCV _ GV 
Sinon, si

GestVCVem = 1, (gestion manuelle uniquement) Si id occ _ zone ( h ) = 1 et id occ _ zone ( h − 1) = 0 , alors,
em em Si Q sys _ ch ( h ) > Rat eff _ ch . A gr .Seuil em Q sys _ fr em VCV _ pvmv _ ch

ou

( h ) < Rat

em eff _ fr

. A gr . Seuil

em VCV _ pvmv _ fr

, alors,

Qvem recirc ( h) = Qvem recirc _ MV _  _  em em Wvent _ loc ( h) = PVCV _ MV 
Sinon,

Qvem recirc ( h ) = Q vem recirc _ PV _  _  em em Wvent _ loc ( h) = PVCV _ PV 
Sinon,

Q vem recirc ( h ) = Q vem recirc ( h − 1) _  _  em em W vent _ loc ( h ) = W vent _ loc ( h − 1) 
Sinon, si

(876)

GestVCVem = 2, alors, (gestion automatique nécessitant un fonctionnement permanent des ventilateurs) Si i spv = 1 et id bch ( h ) = 0 et id bfr ( h ) = 0 , alors,

Q vem recirc ( h ) = 0( m 3 / h )  _  em em W vent _ loc ( h ) = PVCV _ SPV 
Sinon,
em em Si Q sys _ ch ( h ) > Rat eff _ ch . A gr .Seuil em VCV _ pvmv _ ch

ou

Q

em sys _ fr

( h ) < Rat

em eff _ fr

. A gr . Seuil

em VCV _ pvmv _ fr

, alors,
,

Qvem recirc ( h) = Qvem recirc _ MV _  _  em em Wvent _ loc ( h) = PVCV _ MV 
Sinon,

Qvem recirc ( h ) = Q vem recirc _ PV _  _  em em Wvent _ loc ( h) = PVCV _ PV 

521

Méthode de calcul Th-BCE 2012
Sinon, si

GestVCVem = 3, alors, (gestion automatique permettant l’arrêt total des ventilateurs lorsque la température de consigne est atteinte) Si id bch ( h ) = 0 et id bfr ( h ) = 0 , alors,

Q vem recirc ( h ) = 0( m 3 / h )  _  em W vent _ loc ( h ) = 0(W ) 
Sinon,
em em Si Q sys _ ch ( h ) > Rat eff _ ch . A gr .Seuil em VCV _ pvmv _ ch

ou

Q

em sys _ fr

( h ) < Rat

em eff _ fr

. A gr . Seuil

em VCV _ pvmv _ fr

, alors,
,

Qvem recirc ( h) = Qvem recirc _ MV _  _  em em Wvent _ loc ( h) = PVCV _ MV 
Sinon,

Qvem recirc ( h ) = Q vem recirc _ PV _  _  em em Wvent _ loc ( h) = PVCV _ PV 
On considère que l’ensemble de la consommation des ventilateurs est transmise à l’ambiance sous forme de chaleur : Φvent_loc_vcem (h) = Wvent_locem (h) (877)

10.1.3.8.3 Consommation totale des ventilateurs locaux
Ensuite, on réalise la sommation des consommations électriques de l’ensemble des ventilateurs locaux des émetteurs du groupe :
em Wvent _ loc _ tot (h) = ∑Wvent _ loc (h) em

(878)

On somme également l’ensemble des parts transmises à l’ambiance de ces consommations électriques.
em φvent _ loc _ vc (h) = ∑φvent _ loc _ vc (h) em

(879)

10.1.3.8.4 Débit de recirculation effectif et humidité à saturation des émetteurs à recyclage d’air
La température de dimensionnement de la batterie froide est la température de dimensionnement des réseaux d’eau froide ou la température d’évaporateur (climatiseur à détente directe). Dans ce dernier cas, faute d’informations, la valeur conventionnelle retenue est 9° : C Si idtype2nd = 0 (réseau fictif, climatiseur à détente directe) : em θ batt _ dim = 9°C Si idtype2nd = 1 (réseau d’eau ou fluide de distribution) : Si idgest_fr = 1 (température de départ constante) :

(880)

θ

em batt _ dim

em dep _ dim_ fr

em ∆θ em _ dim_ fr

2

Si idgest_fr = 2 (température de retour constante) :
em em θ batt _ dim = θ ret _ dim_ fr + em ∆θ em _ dim_ fr

(881)

2

522

Méthode de calcul Th-BCE 2012

La batterie est représentée à l’aide d’un facteur de bypass : l’air sortant de la batterie est considéré comme un mélange d’air à saturation à la température de la batterie, θbatt et d’air non affecté par son passage. Selon le type de régulation de la batterie (idregul_battem), le débit de recirculation effectif et la température de batterie sont calculés de manière différente : idregul_battem = 0, batterie à débit d’eau régulé de façon progressive : le débit de recirculation effectif est calculé sur la base du débit de recirculation total au régime de fonctionnement du ventilateur. On retient un facteur de by-pass conventionnel de FBbatt =0,8. La température de batterie est variable :
em em em Qm _ recirc_ eff (h) = FBbatt × Qm _ recirc(h)
em em θ batt (h) = MAX (θ batt _ dim ;θ i ,moy (h) + em Qsys _ fr (h) em Ca × Qm _ recirc _ eff (h)

(882)

(°C ))

(883)

-

idregul_battem = 1, autre cas (température de batterie constante) : le débit de recirculation effectif est calculé sur la base des besoins sensibles en froid. La température de batterie est la température moyenne de dimensionnement:
em em θbatt (h) = θbatt _ dim
em − Qsys _ fr (h) em Ca × (θ i ,moy (h) − θ batt (h))

(884)

Q

em m _ recirc _ eff

( h) =

(885)

Pour les émetteurs munis de ventilateurs locaux, l’impact de la déshumidification sur le bilan hydrique nécessite de connaitre l’humidité spécifique de saturation de la batterie froide, calculée à partir de la température de surface de la batterie froide θbatt. L’expression de l’humidité spécifique à saturation est la suivante :
em ωsat (h) = 10−3 ×

HRsat 4110.34 × exp(18.8161− em ) 100 θ batt (h) + 235.00

(886)

Où l’humidité relative à saturation est HRsat = 100

10.1.3.9

Besoins, températures moyennes et finales au niveau du groupe

Au final, les besoins effectifs totaux du groupe se calculent de la manière suivante :
em Qsys _ ch (h) = ∑Qsys _ ch (h) em em Qsys _ fr (h) = ∑Qsys _ fr (h) em

(887)

Les dérives des températures de consigne dans la définition de la température θ op , fin sont celles correspondant à l’émetteur de chaud si le système est en chauffage, à l’émetteur de froid si le système est en refroidissement, et sont nulles si aucun système n’est en marche.

523

Méthode de calcul Th-BCE 2012

Les températures finales au sein du groupe sont obtenues par les interpolations linéaires suivantes :

 φ util − conv φ ⋅ θ i , fin (10 , 0 ) − θ i , fin ( 0 , 0 ) + util − rad ⋅ θ i , fin ( 0 ,10 ) − θ i , fin ( 0 , 0 ) θ i , fin = θ i , fin ( 0 , 0 ) + 10 10   φ util − conv φ ⋅ θ s , fin (10 , 0 ) − θ s , fin ( 0 , 0 ) + util − rad ⋅ θ s , fin ( 0 ,10 ) − θ s , fin ( 0 , 0 ) θ s , fin = θ s , fin ( 0 , 0 ) + 10 10   φ util − conv φ ⋅ θ m , fin (10 , 0 ) − θ m , fin ( 0 , 0 ) + util − rad ⋅ θ m , fin ( 0 ,10 ) − θ m , fin ( 0 , 0 ) θ m , fin = θ m , fin ( 0 , 0 ) + 10 10   φ φ θ rm , fin = θ rm , fin ( 0 , 0 ) + util − conv ⋅ θ rm , fin (10 , 0 ) − θ rm , fin ( 0 , 0 ) + util − rad ⋅ θ rm , fin ( 0 ,10 ) − θ rm , fin ( 0 , 0 ) 10 10   φ φ θ op , fin = θ op , fin ( 0 , 0 ) + util − conv ⋅ θ op , fin (10 , 0 ) − θ op , fin ( 0 , 0 ) + util − rad ⋅ θ op , fin ( 0 ,10 ) − θ op , fin ( 0 , 0 ) 10 10   − id bch ( h ).(δθ vt _ eq _ ch + δθ vs _ eq _ ch ) − id bfr ( h ).(δθ vs _ eq _ fr + δθ vt _ eq _ fr ) 

(

)

(

)

(

)

(

)

(

)

(

)

(888)

(

)

(

)

(

)

(

)

Les températures moyennes au sein du groupe sont obtenues par les interpolations linéaires suivantes :

 φ util − conv φ ⋅ θ i , moy (10 , 0 ) − θ i , moy ( 0 , 0 ) + util − rad ⋅ θ i , moy ( 0 ,10 ) − θ i , moy ( 0 , 0 ) θ i , moy = θ i , moy ( 0 , 0 ) 10 10   φ util − conv φ ⋅ θ s , moy (10 , 0 ) − θ s , moy ( 0 , 0 ) + util − rad ⋅ θ s , moy ( 0 ,10 ) − θ s , moy ( 0 , 0 ) θ s , moy = θ s , moy ( 0 , 0 ) 10 10   φ util − conv φ ⋅ θ m , moy (10 , 0 ) − θ m , moy ( 0 , 0 ) + util − rad ⋅ θ m , moy ( 0 ,10 ) − θ m , moy ( 0 , 0 ) θ m , moy = θ m , moy ( 0 , 0 ) + 10 10   φ φ θ rm , moy = θ rm , moy ( 0 , 0 ) + util − conv ⋅ θ rm , moy (10 , 0 ) − θ rm , moy ( 0 , 0 ) + util − rad ⋅ θ rm , moy ( 0 ,10 ) − θ rm , moy ( 0 , 0 ) 10 10   φ φ θ op , moy = θ op , moy ( 0 , 0 ) + util − conv ⋅ θ op , moy (10 , 0 ) − θ op , moy ( 0 , 0 ) + util − rad ⋅ θ op , moy ( 0 ,10 ) − θ op , moy ( 0 , 0 ) 10 10  − id bch ( h ).(δθ vt _ eq _ ch + δθ vs _ eq _ ch ) − id bfr ( h ).(δθ vs _ eq _ fr + δθ vt _ eq _ fr ) 

(

)

(

)

(

)

(

)

(

)

(

)

(889)

(

)

(

)

(

)

(

)

Avec :

φutil −conv (h) = Pemconv ⋅ φutil (h)   φutil −rad (h) = (1 − Pemconv ) ⋅ φutil (h). 

(890)

10.1.3.10

Prise en compte de l’énergie latente (en calcul des consommations uniquement)

Après réalisation du calcul de déshumidification, on ajoute les besoins en froid latents aux besoins sensibles précédemment calculés pour les différents émetteurs et pour le groupe :
em em Q sys _ fr ( h) + = Q sys _ lat ( h )   Q sys _ fr ( h) + = Q sys _ lat ( h ) 

(891)

524

Méthode de calcul Th-BCE 2012

10.2

C_Emi_Bilan hydrique

10.2.1 INTRODUCTION
Cette fiche décrit le bilan hydrique au sein de chaque groupe d’une zone donnée. Une zone regroupe en effet plusieurs groupes qui ne peuvent communiquer que par l’intermédiaire d’un groupe particulier appelé hall. Ce bilan hydrique est réalisé après le calcul des systèmes d’émission. Concernant les débits, on utilisera les mêmes conventions que dans la fiche calcul débit. Le bilan hydrique du groupe pour une durée donnée correspond : à la masse d’eau dans l’air entrant et dans l’air sortant, aux apports internes d’humidité, à la déshumidification éventuelle sur la batterie froide. L’inertie hygroscopique des locaux est négligée.

Pour la déshumidification, la batterie est représentée à l’aide d’un facteur de bypass : l’air sortant de la batterie est considéré comme un mélange d’air à saturation à la température de la batterie, θbatt et d’air non affecté par son passage.

525

Méthode de calcul Th-BCE 2012

10.2.2 NOMENCLATURE
Le Tableau 85 donne la nomenclature des différentes variables du modèle de calcul du bilan hydrique Entrées du composant
Nom Description Unité

Apports Env. int. scénarios.

internes

d’humidité

hors kg/s

Aω_int_hors_occ(h) occupants dans le groupe, issus des
Apports internes d’humidité occupants, issus des scénarios. des

Aω_int_occ(h)
Qmaj(h)

kg/s

Calcul_débits

Débits d’air sec entrant j dans le groupe au pas de temps h.
Humidité spécifique de l’air entrant

kg/s

j,
kg/kg as

ωmaj(h)

pouvant être l’humidité extérieure, l’humidité en provenance des autres groupes, ou l’humidité issue d’un composant CTA. Humidité absolue intérieure du groupe à la fin du pas de temps h − 1 Part de l’énergie fournie au groupe effective assurée par l’émetteur en froid. Indicateur de besoins de froid non-nuls dans le groupe. Débit volumique de recirculation effectif sur la batterie froide de l’émetteur em. Humidité spécifique à saturation pour la température de batterie θbatt.

ωi,g,fin(h-1)

kg/kg as Réel

Rateff_frem
Systèmes d’émission

idbfr(h) Qm_recirc_effem
(h)

Ent

kg/s

ωsatem(h)

kg/kg as

Paramètres d’intégration du composant
Nom group e V Description Volume du groupe Unité m3 Min 0 Max +∞ Conv. -

Variables internes
Nom Description Unité

Aω_int(h)
∆thumem(h)

Apports internes d’humidité totaux pour le groupe.

kg/s

Temps de déshumidification des différents émetteurs.

h

526

Méthode de calcul Th-BCE 2012

tsecem(h)

Temps nécessaires avant début de la déshumidification pour les différents émetteurs
Humidité spécifique du local associé à l’émetteur, en considérant une déshumidification tout au long du pas de temps. Humidité spécifique du local associé à l’émetteur, sans aucune déshumidification tout au long du pas de temps. Humidité spécifique du local associé à l’émetteur sur la période où la déshumidification a effectivement lieu. Temps total de déshumification du pas de temps, en secondes.

h

ωi,g,fin,deshu_perm (h)

em

kg/kg as

ωi,g,fin,_sans_deshuem(h)

kg/kg as

ωi,g,moy_deshuem(h)

kg/kg as

dtdeshu(h)

s

Sorties
Nom Description Unité kg/kg as kg/kg as Wh Wh

ωi,g,fin(h) ωi,g,moy(h)
Qsys_latem (h) Qsys_lat (h)

Humidité absolue intérieure du groupe à la fin du temps

h

Humidité absolue intérieure moyenne du groupe à la fin du temps h.

Energie latente fournie par l’émetteur em au pas de temps h. Energie latente fournie par l’ensemble des émetteurs au pas de temps h.

Constantes
Nom Description Unité kJ/kg Conv. 2500

Lv_eau

Chaleur latente de vaporisation de l’eau à pression atmosphérique.

Tableau 85 : Nomenclature du modèle

527

Méthode de calcul Th-BCE 2012

10.2.3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE 10.2.3.1 Hypothèses et modèle mathématique

La production de vapeur d’eau en cuisines, WC et salles de bains n’intervient pas dans le bilan hydrique car l’extraction est considérée comme directe. Dans le cadre du bilan hydrique, on fait l’hypothèse que les débits d’air sec entrant sont égaux aux débits d’air sec sortant. On connait au pas de temps t, l’humidité spécifique à la fin du pas de temps précédent. La variation d’humidité spécifique dans le groupe est décrite par l’équation différentielle en temps suivante :

dω i = dt

∑ Q (ω
maj j

maj

− ω i , g + Aω int +

)

∑Q
em∈ gr

em m _ recirc _ eff

em × MIN 0; ω sat − ω i , g

(

)

(892)

(V × ρ )
i, g

Avec : g Les Q maj

correspondent aux différents débits d’air entrant dans le groupe (kg/s) au pas de temps h.

-

em Les Q m _ recirc _ eff correspond aux débits de recirculation des émetteurs de froid à recyclage

d’air, aux niveaux desquels peut avoir lieu une déshumidification dans le cas où l’humidité intérieur est supérieur à l’humidité de saturation de la batterie.

10.2.3.2

Fonctions de calculs

Les apports internes totaux d’humidité spécifique sont calculés à partir des données issues des scénarios :

Aω int (h) = Aω int_ occ (h) + Aω int_ hors _ occ (h)

(893)

528

Méthode de calcul Th-BCE 2012

On définit les fonctions de calculs suivantes, permettant la résolution du bilan hydrique tel que proposé ci-dessus : CalculHumiditeSpeFin(Ratem_eff(-),Qm_recirc(kg/s),ωsat(kg/kgas),T(s),ωini(kg/kgas)) Cette fonction calcule l’humidité spécifique ωfin atteinte au bout d’un temps T à partir d’une humidité initiale ωini. L’algorithme de la fonction est le suivant :

   Ratem _ eff . ∑ Qmaj (h) × ω maj (h) + Aω int (h)  + Qm _ recirc × ω sat      j  − ω ini em A = Ratem _ eff .∑ Qmaj (h) + Qm _ recirc  j   Ratem _ eff .∑ Qmaj (h) + Qm _ recirc  j B = Ratem _ eff .V .ρ i , g (h − 1)  

(

)

(894)

ω fin = ω ini + A × (1 − e − B ×T

)

-

CalculHumiditeSpeMoy(Ratem_eff(-),Qm_recirc(kg/s),ωsat(kg/kgas),T(s),ωini(kg/kgas)) Cette fonction calcule l’humidité spécifique ωmoy sur une période de durée T, obtenue à partir d’une humidité initiale ωini. L’algorithme de la fonction est le suivant :

   Ratem _ eff . ∑ Qmaj (h) × ω maj (h) + Aω int (h)  + Qm _ recirc × ω sat      j  − ω ini em A = Ratem _ eff .∑ Qmaj (h) + Qm _ recirc  j   Ratem _ eff .∑ Qmaj (h) + Qm _ recirc  j B = Ratem _ eff .V .ρ i , g (h − 1)  

(

)

(895)

 ω moy = ω ini + A × 1 −  B ×T   

1 − e − B×T 

529

Méthode de calcul Th-BCE 2012

-

CalculTemps(Ratem_eff(),Qm_recirc(kg/s),ωsat(kg/kgas),ωini(kg/kgas),ωfin(kg/kgas)) Cette fonction calcule la durée T nécessaire pour atteindre une humidité spécifique finale ωfin à partir d’une humidité initiale ωini. L’algorithme de la fonction est le suivant :
   Rat em _ eff . ∑ Q maj (h) × ω maj (h) + Aω int ( h)  + Q m _ recirc × ω sat      j  A= − ω ini em  Rat em _ eff .∑ Q maj ( h) + Q m _ recirc  j  Rat em _ eff .∑ Q maj (h) + Q m _ recirc   j B = Rat em _ eff .V .ρ i , g (h − 1)   ω − ω ini C = 1 − fin  A    

(

)

(896)

T =−

ln(C ) B

10.2.3.3

Variation de l’humidité spécifique dans le groupe en calcul du Bbio

Le bilan hydrique intervient en aval du processus associé aux systèmes d’émission du groupe. ωi,g,fin(h-1) vient alimenter la modélisation des échanges aérauliques entres groupes. En calcul du coefficient BBio, la déshumidification sur les batteries froides n’intervient pas. En utilisant, les fonctions précédemment définies :
ω i , g ( h ) = CalculHumi diteSpeFin (1( − ), 0 ( kg / s ), 0 ( kg / kga ), 3600 ( s ), ω i , g ( h − 1))
fin fin

(897)

Où T = 3600 s Note : La valeur de l’humidité spécifique à la fin du pas de temps h, ω i, g fin est utilisée en entrée du bilan hydrique au pas de temps h+1. On notera aussi qu’au pas de temps h + 1, la masse volumique ρ i , g , prev est calculée à partir ω i, g prev et θ i, g prev (du pas temps h ) dans la fiche algorithme C_VEN_Débits_d’Air. A l’inverse, on peut calculer la durée requise pour atteindre une humidité spécifique donnée.

530

g . Si em ωi .3.4 Variation de l’humidité spécifique dans le groupe en calcul des consommations Le bilan hydrique intervient également en aval du processus associé aux systèmes d’émission du groupe. ω sat ( h). g fin (h) = CalculHumi  em ωi . moy _ deshu ( h) = CalculHumiditeSpeMoy( Rat em _ eff . fin . moy _ deshu (h) = CalculHumiditeSpeMoy( Rat em _ eff . de volumes calculés à partir du Rateffem. Q m _ recirc _ eff ( h).Méthode de calcul Th-BCE 2012 10. alors. ω sat ( h ).2. fin ( h ) = CalculHumi diteSpeFin ( Rat em _ eff .0( kg / s ). deshu _ perm ( h)  em em em em ω i . ω i . fin . alors. ω i . Le débit total d’air brassé.3600( s ). fin ( h) = ω i . on calcule indépendamment les évolutions de l’humidité spécifique dans les locaux desservis par des types d’émetteurs de froid différents. g fin (h − 1  (898) Sinon. dt sec ( h ). L’air brassé par la batterie est considéré comme un mélange d’air à saturation à la température de la batterie.2. (le calcul est identique au calcul dans le cadre du BBio. Qm _ recirc _ eff (h). g ( h − 1 . L’humidité spécifique du groupe à la fin du pas de temps est alors la moyenne pondérée des humidités spécifiques finales des locaux par leurs Rateffem. (il y a eu déshumidification tout au long du pas de temps) dt (h) = 3600( s )  deshu  em em ω i .3600(s).1 Processus pour chaque émetteur Le processus suivant ne diffère de celui du calcul du BBio que si le groupe est desservi par un ou des émetteurs de froid.0(kg / s). L’humidité spécifique au début du pas temps ωi.fin(h-1) vient alimenter la modélisation des échanges aérauliques entres groupes. Si idbfr(h)=0. (la déshumidification a lieu dès le début du pas de temps) fin em em em ω iem . g . et que ceux-ci sont sollicités (idbfr(h)=1). 10. fin . est appelé débit de recirculation (voir fiche C_Emi_Systèmes d’émission). g fin (h − 1)) ωi . g moy _ deshu (h) = 0(kg / kgas)  Sinon. ω sat ( h ). ω sat (h).3600 ( s ). ω sat ( h))   em em em em ω i . g fin (h − 1  dt sec ( h ) = 1 − dt deshu ( h )   em em em em ω i . alors. Par simplification. ω sat ( h ))  531 . g . ωi . ω i .4. g . deshu _ perm ( h ) ≥ ω sat ( h ) . et d’air non-affecté par le passage. dt deshu (h).g. avec une décomposition en locaux) dt (h) = 0(s)  deshu  em em diteSpeFin( Ratem _ eff .g fin em Si ω i . Q m _ recirc ( h). ω sat (h). deshu _ perm ( h ) = CalculHumi diteSpeFin ( Rat em _ eff . g (h − 1) ≥ ωsat (h) .0(kg / kgas).3. Q m _ recirc _ eff ( h ). g fin (h − 1). En calcul des consommations le modèle de calcul global du groupe n’est plus valable dans la mesure où intervient la déshumidification au niveau des batteries des différents émetteurs froids. en contact direct avec la batterie. g . (la déshumidification s’est arrêtée au bout d’un temps dtdeshu) em em em em dt deshu (h) = CalculTemps ( Rat em _ eff . g . ω i .

g .g ( ) (899) (Wh) 10.2 Humidité spécifique finale du groupe L’humidité finale du groupe est la moyenne des humidités spécifiques des locaux desservis par des émetteurs de froid différents. sans _ deshu ( h ) ≤ ω sat ( h ) . moy _ deshu (h) = CalculHumiditeSpeMoy( Rat em _ eff . moy _ deshu ( h) = 0  Sinon. g . fin. on calcule l’énergie latente de déshumidification de l’ensemble des émetteurs : em Qsys _ lat (h) = ∑Qsys _ lat (h) (Wh) em (901) 532 . fin .6 em em × dtdeshu (h) × Qm _ recirc_ eff (h) × MAX 0. alors. 3600 ( s ). fin .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Sinon. 0 ( kg / s ). fin ( h) = ω i . ω sat (h). g . ω sat ( h).ωiem. dt deshu (h). ω sat (h))  dt deshu (h) = 3600 − dt sec (h)  em em em em em ω i . pondérées par les Rateffem. sans _ deshu ( h)  em ω i . ω i . ω sat (h)) On en déduit l’énergie latente fournie par la batterie froide en déshumidification : em Qsys _ lat (h) = − Lv _ eau 3. (la déshumidification se déclenche au bout d’un temps dtsec et se poursuit jusqu’à la fin du pas de temps) em em em dt sec ( h) = CalculTemps ( Rat em _ eff . fin (h) (kg/kgas) .moy _ deshu (h) − ωsat (h) . fin.g _ deshu ( h ) = CalculHumi diteSpeFin ( Rat em em _ eff em .4. Q m _ recirc _ eff (h). (h) = ∑ Rat em∈gr em eff .4. (h) = CalculHumiditeSpeFin( Rat em _ eff .2. dt deshu ( h).3.0(kg / s). ω sat ( h))  em em em em em ω i .3. g . g . g . ω sat ( h ).ωiem.2. Q m _ recirc _ eff ( h). fin . (la déshumidification n’a pas lieu du tout au cours du pas de temps) dt deshu ( h) = 0( s )  em  em ω i . g fin ( h − 1)) em Si ω i . ωi. g . ω i .g (900) 10. g fin (h − 1). sans . (la déshumidification n’a pas lieu au début du pas de temps) ω iem .3 Calcul de l’énergie latente de déshumidification du groupe Au final. ω sat ( h).

Les saisons de chauffage et de refroidissement effectives sont communes à l’ensemble des groupes reliés à la génération. - 533 .1 INTRODUCTION La détermination des saisons de fonctionnement des réseaux intergroupes. La procédure est indépendante pour le chauffage et pour le refroidissement. Les dates de début et de fin des saisons de chauffage et de refroidissement peuvent donc être différentes pour chacun des groupes reliés à la génération. La génération doit être maintenue activée tant qu’au moins un des groupes qu’elle dessert se trouve en saison propre de fonctionnement.3 C_Ein_Détermination des saisons de fonctionnement des systèmes de chaud et de froid 10. Deux types de raccord entre la génération et les réseaux de distributions intergroupes sont pris en compte : Raccordement permanent : il est impossible de condamner un des réseaux de distribution de la génération. Si l’arrêt de la saison de chauffage (ou de refroidissement) est signalé pour un de ces groupes. h=0 h=8760 GR 1 … GR N Ensemble des groupes Saison de fonctionnement Figure 79: illustration de la procédure de détermination des saisons au niveau de la génération Le principe est le même pour les réseaux de distribution intergroupes et des CTA. il continuera d’être chauffé (refroidi) tant que tous les groupes reliés n’auront pas atteints la fin de la saison de chauffage (ou de refroidissement) Raccordement avec isolement hydraulique : il est possible de condamner indépendamment les différents réseaux de distribution intergroupes au niveau de la génération. de CTA et de la génération passe par une comparaison des valeurs de saisons de fonctionnement des différents groupes desservis par une même génération.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10.3.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 10.progr(j) Ent.gr iddesservi_frgen.2 NOMENCLATURE Le Tableau 86 récapitule sous forme de nomenclature les différentes variables employées dans la présente fiche. Ent 0 1 - Variables internes Nom iddesservi_chgen. Unité Entie r Entie r 534 . Autfr. Paramètres d’intégration du composant Nom Génératio n Description Type de raccordement de la génération aux réseaux de distribution : 0 : Avec possibilité d’isolement 1 : Permanent Fonction du réseau de distribution primaire : 1 : réseau pouvant assurer le chauffage. Entrées du composant Nom Description Unité Projet IHJ(h) Heure solaire au pas de temps h. Ent 0 1 - idfonction_frds Fonction du réseau de distribution secondaire : 1 : réseau secondaire pouvant assurer le refroidissement. h C_Ein_Deter. on notera h le pas de temps de simulation et j le jour de simulation.gr Description Indicateur de desserte en chauffage du groupe gr par la génération gen. Indicateur de desserte en refroidissement du groupe gr par la génération gen. idraccord_reseaugen Ent 0 1 Distributions primaires idfonction_chdp Ent 0 1 - idfonction_frdp Fonction du réseau de distribution primaire : 1 : réseau pouvant assurer le refroidissement. Unité Min Max Conv. des saisons Autch.progr(j) Ent. 1 : le groupe est en saison de refroidissement. Ent 0 1 - iclimgr Gr. Indicateur de saison de refroidissement. Ent 0 1 - Distributions secondaires idfonction_chds Fonction du réseau de distribution secondaire : 1 : réseau secondaire pouvant assurer le chauffage. Indicateur de saison de chauffage.3. 1 : le groupe est en saison de chauffage. Dans toute la suite de la fiche. Indicateur de groupe climatisé.

Indicateur de saison effective de refroidissement pour le groupe gr. Ent. CTA et dist. associées AutchCTA(j) Ent. Indicateur de saison de fonctionnement en chaud pour la CTA et ses réseaux. AutfrCTA(j) Ent. Indicateur de saison de fonctionnement en froid pour la CTA et ses réseaux. Autfrgen(j) Ent. Indicateur de saison de fonctionnement en chaud pour la génération. Indicateur de saison de fonctionnement en chaud Indicateur de saison de fonctionnement en froid.effgr(j) Indicateur de saison effective de chauffage pour le groupe gr.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Sorties Nom Emissions dist. Distribution intergroupes Autchdp(j) Autfrdp(j) Ent. Génération Autchgen(j) Ent. Ent. Autfr.effgr (j) Ent. Indicateur de saison de fonctionnement en froid pour la génération. Tableau 86 : Nomenclature du modèle 535 . du groupe Description Unité Autch.

on prend en compte aussi bien les distributions intergroupes reliées à des systèmes d’émissions que celles reliées à des CTA.id raccord _ reseau .3.3.3. gr gr gr  Aut fr ( j ) = MAX (id desservi _ fr . Autch ( j )) gen→ gr   gr gen. Aut fr ( j )) gen→ gr  (903) 536 . au travers des gen .eff ( j ) = MAX (id desservi _ fr .3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE La procédure décrite ci-dessous est réalisée au pas de temps journalier (à chaque début de jour de simulation.2 Saisons de fonctionnement des groupes desservis Pour chacun des groupes du projet.1 Saison de fonctionnement de la génération Figure 80: Agencement des composants On détermine pour chaque génération les groupes desservis en chaud et en froid. gr gr  Aut ch ( j ) = MAX (id desservi _ ch .Méthode de calcul Th-BCE 2012 10. gr gen gen  Autch. Elle se situe en aval du calcul des saisons par groupe et en amont de la procédure associée aux systèmes (émissions. La génération est maintenue activée tant qu’un groupe desservi par elle est en saison de fonctionnement. gr indicateurs id desservi _ ch et id desservi _ fr . distribution. (le groupe est au moins desservi par une génération avec gen → gr raccordement permanent des réseaux : il est dépendant des saisons d’une ou plusieurs générations) gr gen.3. Pour déterminer ces groupes. pro ( j )) gr ← gen  (902) 10. Les groupes non-climatisés ne sont pas pris en compte pour le refroidissement. gen gen . Aut ch . gr gen .eff ( j ) = MAX (id desservi _ ch .3. on réalise la procédure suivante : gen Si MAX (id raccord _ reseau ) >0.id raccord _ reseau . alors. génération). 10.ic lim Aut fr . Elle n’est applicable que dans le cas d’un calcul des consommations (méthode Th-C). tel que IHJ(h) = 1). gr gen gen  Aut fr . pro ( j )) gr ← gen   gen gen .

eff ( j )) gr ← dp Aut dp fr . dp gr Aut ch . eff ( j ) = MAX ( Aut ch .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Sinon. eff ( j ) = MAX ( Aut gr fr .3. pro ( j )   gr gr  Aut fr . pro ( j )  (904) 10.eff ( j ) = MAX ( Aut fr .4 Saison de fonctionnement des CTA (et réseaux de CTA) On déduit des informations de saisons par groupe celles des CTA et des réseaux intergroupes associés.eff ( j ) = Aut fr .eff ( j )) gr ←CTA  (906) 537 .eff ( j )) gr←CTA   CTA gr  Aut fr .3.3. eff ( j )) gr ← dp (905) 10.3 Saison de fonctionnement des réseaux intergroupes On déduit des informations de saisons par groupe celles des réseaux intergroupes.eff ( j ) = Aut ch .3. (le groupe est indépendant en termes d’enclenchement saisonnier des systèmes de chauffage et de refroidissement) gr gr  Aut ch . CTA gr  Autch.eff ( j ) = MAX ( Autch.

Méthode de calcul Th-BCE 2012 10. supérieure à 48h. qui se déclenchent de manière quotidienne. Il convient ainsi de distinguer : les relances après une courte période d’inoccupation. qui se déclenchent suite aux semaines d’absence. et de manière hebdomadaire pour certains usages (week-end). les relances après une période d’inoccupation prolongée. Elle n’est appliquée que lors d’un calcul des consommations. quelques heures avant le basculement prévu par les scénarios. inférieure à 48h. 538 . Il s’agit de retranscrire les consignes générées par les programmateurs qui relancent les systèmes de chauffage ou de froid pour atteindre les consignes de température dès l’arrivée des occupants.1 INTRODUCTION La relance se traduit par un basculement des températures de consigne à leurs valeurs en occupation.4 C_Ein_Programmation des relances des systèmes 10.4.

0 : Consigne d’absence de moins de 48h. Typepgrm_ch Typepgrm_fr Type de programmation de la relance pour le chauffage. Type de programmation de la relance pour le refroidissement. s’appliquant à tous les systèmes reliés au groupe via des émetteurs.2 NOMENCLATURE Le Tableau 87 donne la nomenclature des différentes variables de la présente fiche. Scénarios {pch(t)}t=h à h+6 Ent.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10.4. Ent. s’appliquant à tous les systèmes reliés au groupe via des émetteurs. {pfr(t)}t=h à h+6 Saisons Ent. 1 3 - θext_reg_sup Scénarios °C - - 15 θiich_+ °C -∞ +∞ - θiifr_+ °C -∞ +∞ - 539 .eff(j) Indicateur de saison effective de chauffage pour le groupe gr. 1 3 - Ent. Uni Météo θext_base θext(h) °C °C Température de l’air extérieur au pas de temps h. 1 : Consigne de présence. Ent. Valeurs des pas de temps h à h+6 de l’indicateur de consigne de chauffage : -1 : Consigne d’absence de plus de 48h. Valeurs des pas de temps h à h+6 de l’indicateur de consigne de refroidissement. Entrées du composant Nom Description Température extérieure de base pour la zone géographique et l’altitude du projet. Autch. Dans toute la suite de la fiche. Limite de température extérieure au-delà de laquelle la durée de relance est nulle Température de consigne de chauffage en occupation normale (confort) Température de consigne de refroidissement en occupation normale (confort) Programmation Ent.eff(j) Autfr. on notera h le pas de temps de simulation et j le jour de simulation. Paramètres intrinsèques du composant Nom Description Uni Min Max Conv. Indicateur de saison effective de refroidissement pour le groupe gr.

Uni trelance_ch(h) trelance_fr(h) h h θiich_relance(h-1) Température de consigne initiale de chauffage définie par le scénario de relance au pas de temps h-1. Température de consigne initiale de refroidissement défini par le scénario de relance au pas de temps h. Groupe θiich_relance(h) Température de consigne initiale de chauffage défini par le scénario de relance au pas de temps h.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Sorties Nom Description Indicateur de période de relance au pas de temps h. Indicateur de période de relance au pas de temps h pour un composant CTA donné. Uni irelancegr(h) Ent. Durée de la relance pour le refroidissement exprimée en nombres d’heure. Variables internes Nom Description Durée de la relance pour le chauffage exprimée en nombres d’heure. °C θiifr_relance(h-1) °C Tableau 87 : Nomenclature du modèle 540 . °C θiifr_relance(h) °C CTA irelanceCTA(h) Ent. Température de consigne initiale de refroidissement définie par le scénario de relance au pas de temps h-1.

on définit trois types de programmations possibles (Typepgrm_ch) : 1 : horloge à heure fixe.2 Durées de relance selon les cas Durée de relance : trelance(h) Type de programmation associé Inoccupation prolongée pch(t)=-1 6h 4h Variation linéaire en fonction de θext. entre 0 et 3h Voir ci-dessous.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10. Typepgrm_ch Inoccupation courte pch(t)=0 2h 2h 1h 1 2 3 Horloge à heure fixe Horloge à heure fixe associée à un contrôle d’ambiance Optimiseur Tableau 88: Type de programmation et durée de relance en chauffage Durée de relance : trelance(h) Typepgrm_fr Type de programmation associé Inoccupation courte pfr(t)=0 1h 1h 0h (fonctionnement permanent) Inoccupation prolongée pfr(t)=-1 3h 2h 0h (fonctionnement permanent) 1 2 3 Horloge à heure fixe Horloge à heure fixe associée à un contrôle d’ambiance Sans horloge Tableau 89: Type de programmation et durée de relance en refroidissement 541 . Pour le chauffage.3. pour le chaud et le froid indépendamment. 10.4.4. 2 : horloge à heure fixe associée à un contrôle d’ambiance.3. 3 : optimiseur.1 Types de programmation La relance est gérée par une programmation définie au niveau du groupe.3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE 10. 2 : horloge à heure fixe associée à un contrôle d’ambiance.4. possibles (Typepgrm_fr) : 1 : horloge à heure fixe. on définit également trois types de programmations Pour le refroidissement. 3 : pas d’horloge.

le temps de relance varie de manière linéaire entre 0 et 3h. (909) θiich_relance(h) = θiich_relance(h-1) (° C) Sinon. On arrondit trelance(h) à la valeur entière la plus proche : ∆t relance _ ch (h) = ARRONDI( Si Si 3(heures) × (θ ext (h) − θ ext _ reg _ sup )) θ ext _ base − θ ext _ reg _ sup _ ch _ ch ∆ t relance ∆ t relance _ ch _ ch ( h ) ≥ 3 . ∆ t relance ( h ) = 3( h ) (h ) = 0(h ) (907) 10. alors.Méthode de calcul Th-BCE 2012 La durée de relance en chauffage n’est calculée que pendant la saison de fonctionnement des systèmes de chauffage du groupe (Autch.eff(j)=1).3 Détermination des températures de consigne de relance Valeurs initiales (h=0) : θiich_relance(h=0) = 0 (° C) θiifr_relance(h=0) = 100 (° C) (908) A chaque pas de temps de simulation au-delà du pas de temps initial. alors. alors. θiich_relance(h) = θiich_+ Sinon.4. lorsqu’on est en présence d’un optimiseur. suite à une inoccupation prolongée. θiich_relance(h) = 0 (° C) 542 . C) θiich_relance(h) = 0 (° Sinon. il faut réaliser les processus suivants : Pour le chauffage : le calcul n’a lieu qu’en saison de fonctionnement des systèmes de chauffage (Autch. alors. en fonction de la température extérieure du pas de temps h.eff(j)=1).eff(j)=1). La durée de relance en refroidissement n’est calculée que pendant la saison de fonctionnement des systèmes de refroidissement du groupe (Autfr. ∆ t relance ( h ) ≤ 0 . Si θiich_relance(h-1) < θiich_+ . θiich_relance(h) = 0 ° . Si pch(h+ trelance(h)) = 1 et pch(h+ trelance(h)-1) < 1.3. alors. En dehors. C Si pch(h) <1 . Pour le chauffage.

θiifr_relance(h) = θiifr_+ Sinon.4 Indicateurs de phase de relance au niveau du groupe Cet indicateur intervient dans la détermination du régime de fonctionnement des ventilateurs locaux des émissions équivalentes du groupe : Si θiich_relance(h) > 0 ou θiifr_relance(h) < 100. irelance (h) = 1 Sinon. alors. Si θiifr_relance(h-1) > θiifr_+ . En dehors. 10. alors. (910) θiifr_relance(h) = θiifr_relance(h-1) Sinon. durant toute la saison de refroidissement.eff(j)=1).3. Si Typepgrm_fr < 3 alors. θiifr_relance(h) = 100 ° . C Si pfr(h) <1 .4.3. irelance (h) = 0 gr gr (911) 10.4. alors. Ses phases de relance sont directement liées aux phases de relance de ces groupes : CTA gr i relance ( h ) = MAX (i relance ( h )) gr ⇔ CTA (912) 543 . alors.5 Indicateurs de phase de relance au niveau des centrales de traitement d’air Une centrale de traitement d’air (noté CTA) peut irriguer un ou plusieurs groupes. θiifr_relance(h) = 100 (° C) En fonctionnement permanent (Typepgrm_fr =3 : Sans horloge).Méthode de calcul Th-BCE 2012 Pour le refroidissement : le calcul n’a lieu qu’en saison de fonctionnement des systèmes de refroidissement (Autfr. θiifr_relance(h) = 100 (° C) Sinon. soit θiifr_+ (voir algorithme ci-dessus). Si pfr(h+ trelance(h)) = 1 et pfr(h+ trelance(h)-1) < 1. θiifr_relance(h) = θiifr_+ Sinon. la température de consigne de refroidissement est fixée de manière permanente à sa valeur en occupation.

qui génèrent des pertes et transmettent l’information d’énergie requise aux générations. organisées sous forme d’un assemblage génération décrit dans la fiche du même nom. situés au niveau du groupe.1 INTRODUCTION Les systèmes de chauffage et de refroidissement regroupent l’ensemble des composants qui permettent de subvenir aux besoins d’énergie des différents groupes du projet.5 S1_Dist_Assemblage des systèmes de chauffage et de refroidissement 10. Des générateurs de chaud ou de froid. et qui font office d’interface entre comportement thermique du groupe et systèmes. Des réseaux de distribution du groupe et inter-groupes. Les systèmes sont constitués : Des émetteurs de chaud ou de froid. - - Figure 81: Assemblages des systèmes de chauffage et de refroidissement 544 .5.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10.

Indicateur d’occupation au temps h : 1 : zone en occupation 0 : zone en inoccupation Indicateur d’occupation au temps h-1 : 1 : zone en occupation 0 : zone en inoccupation °C °C iocc_zone(h) Scénarios (zone) Ent.θm.0)(h) θs.0)(h) θm. θi.θrm.0)(h) θop.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10.moy(0.0)(h) °C θiifr_relance(h) °C Comportement thermique (groupe) Matrice des températures du groupe °C 545 .0)(h) . Température de consigne initiale de refroidissement définie par le scénario de relance au pas de temps h.10)(h).0)(h) θrm. θs.moy(0. Température de consigne initiale de refroidissement au pas de temps h Saison effective au groupe au jour j. iocc_zone(h-1) Ent.2 NOMENCLATURE Le Tableau 90 donne la nomenclature des différentes variables de la présente fiche.moy(10.moy(10.moy(0.moy(0. Matrice des températures moyennes aux différents nœuds de températures du groupe pour des puissances convectives et radiatives de 0 et 10kW: θi. Entrées du composant Nom Description Unité Météo (projet) θext_base θext(h) Température extérieure de base du site accueillant le projet. Température extérieure d’air sec au pas de temps h.moy(0.θop.moy(10. irelance(h) Relance (groupe) Ent.0)(h).moy(10.0)(h).5. θi. θop. Indicateur de période de relance au pas de temps h.10)(h). on notera h le pas de temps de simulation et j le jour de simulation.0)(h).moy(0. Dans toute la suite de la fiche.θrm. °C °C Saison (groupe) Saisoneff(j) Ent.10)(h).moy(0.10)(h).10)(h) θs.moy(10. θiich(h) θiifr (h) Température de consigne initiale de chauffage au pas de temps h.moy(0.moy(0. θiich_relance(h) Température de consigne initiale de chauffage définie par le scénario de relance au pas de temps h. θm.0)(h).moy(0.

Wh Φvent_loc(h) Wh utions du Wauxds(h) Wh 546 . Energie consommée par le circulateur du réseau de distribution du groupe au pas de temps h. Paramètres physiques des distributions intergroupes de CTA. Paramètres des gestions/régulations des distributions intergroupes. Paramètres physiques des distributions du groupe. Paramètres physiques des distributions inter-groupes Paramètres des gestions/régulations des distributions intergroupes de CTA. - - - - - - - - - - - - Distributions du groupe - - - - - - - - Distributions inter-groupes - - - - Distributions de CTA - - - - - - - - Sorties Nom Ventilateurs locaux Description Unité Wvent_loc_tot(h) Consommation électrique totale des ventilateurs locaux des émetteurs du groupe. Paramètres des ventilateurs locaux des émetteurs du groupe (voir fiche Sn_Emi_Systèmes d’émissions). m² 0 +∞ - Paramètres intrinsèques du composant Nom Emissions équivalentes Description Unité Min Max Conv. Paramètres de l’émetteur équivalent de froid (voir fiche Sn_Emi_Systèmes d’émissions). Agr Surfaces utiles des groupes du bâtiment.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Paramètres d’intégration du composant Nom Groupe Description Unité Min Max Conv. Paramètres de l’émetteur équivalent de chaud (voir fiche Sn_Emi_Systèmes d’émissions). Energie consommée par les ventilateurs locaux de l’ensemble des émetteurs du groupe et récupérables par le groupe sous forme de chaleur. Paramètres des gestions/régulations des distributions du groupe.

Energie dépensée par le circulateur du réseau de distribution inter-groupe au pas de temps h. Indicateurs de période de relance pour les différents réseaux intergroupes de chaud et de froid.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Φaux_vcds(h) Energie consommée par le circulateur et récupérable par les groupes sous forme de chaleur au pas de temps h. Energie consommée par le circulateur et récupérable par les groupes sous forme de chaleur au pas de temps h. Températures de départ des différents réseaux de chauffage et de refroidissement. Températures moyennes des différents réseaux de chauffage et de refroidissement. Wh Φpertes_vcds(h) Wh Distributions inter-groupes Wauxdp(h) Wh Φaux_vcdp(h) Wh Φpertes_vcdp(h) Wh θmoydp(h) θmoydCTA(h) θdepdp(h) θdepdCTA(h) Qsys_chdp(h) Qsys_chdCTA(h) Qsys_frdp(h) Qsys_frdCTA(h) idrelancedp(h) idrelancedCTA(h) °C Assemblage génération °C Wh Wh Bool Tableau 90 : Nomenclature du modèle 547 . Pertes de distribution du réseau intergroupe vers des locaux chauffés appartenant (pertes récupérables). Pertes de distribution du réseau du groupe vers des locaux chauffés appartenant au groupe (pertes récupérables). Besoins horaires en chauffage augmentés des pertes totales de distribution pour les différents réseaux intergroupes de chauffage Besoins horaires en chauffage augmentés des pertes totales de distribution pour les différents réseaux intergroupes.

3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE 10. - 548 .1 Assemblage avec des systèmes d’émissions L’assemblage des systèmes de chauffage et de refroidissement est constitué de plusieurs sousassemblages communiquant entre eux.5. Il a pour fonction le calcul de la demande horaire en énergie du groupe sur la base des informations de scénarios. Le premier a pour rôle le calcul des températures et débits du réseau en fonction des paramètres de gestion introduits par l’utilisateur .5. définis au niveau du groupe. de saisons et de relance.3. Figure 82: Assemblage des composants des systèmes de chauffage et de refroidissement On distingue les sous-assemblages suivants : Le module systèmes d’émission. ces derniers sont modélisés à l’aide d’un composant gestion/régulation de la distribution du groupe et d’un composant distribution du groupe. L’assemblage distributions du groupe. Le système d’émission d’un groupe peut associer plusieurs types d’émetteurs. Chaque émetteur est associé à un ou à un couple de réseaux de distributions du groupe (chauffage et refroidissement) . utilisés sur des locaux différents ou en association dans un même local.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10. le second réalise le calcul des pertes du réseau et de l’énergie électrique consommée par les circulateurs (auxiliaires de distribution).

modélise les systèmes de production d’énergie. en réalisant la connexion entre réseaux de distributions des groupes et générations. Au pas de temps suivant. elles sont ensuite transmises sous formes d’apports internes aux groupes desservis. Ces dernières sont regroupées et sommées dans la fiche Calcul des pertes et consommations récupérées. Les demandes en chaud et en froid Qsys_chdp(h) et Qsys_frdp(h).Méthode de calcul Th-BCE 2012 - L’assemblage distributions inter-groupe. - - 549 . Les pertes et consommations récupérables par le volume chauffé sous forme de chaleur ou de puissance de froid. décrit séparément. Un réseau de distribution intergroupe est également modélisé à l’aide d’un composant gestion/régulation de la distribution et d’un composant distribution (voir le paragraphe sur les distributions du groupe). les températures de réseau (moyenne et de départ). et les indicateurs temporels (saison et relance). L’assemblage génération. Ces données sont regroupées et sommées dans la fiche Calculs groupe. - Les diverses sorties des assemblages sont : Les consommations d’auxiliaires de ventilation associées aux ventilateurs locaux et aux circulateurs de distribution. Il permet de décrire un niveau supplémentaire dans l’arborescence des réseaux. Toutes ces informations alimentent l’Assemblage génération.

prérefroidissement.3. ainsi que des modes de gestion. humidification et antigel. définis pour le système CTA. humidification et antigel. Figure 83 : Assemblage des composants des systèmes associés à une CTA Le module composant CTA. La demande est calculée au niveau des composants CTA. à partir des consignes de températures et d’humidités.2 Assemblage en présence d’une CTA Une CTA est associée à ses réseaux propres.5. indépendants du reste des réseaux de distribution.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10. 550 . Les réseaux de CTA sont intergroupes. préchauffage. a notamment pour fonction le calcul des besoins en prérefroidissement. pour la prise en compte des consommations de préchauffage. défini au niveau de la zone.

- La régulation de la puissance à fournir peut avoir lieu soit sur le débit (débit variable). Les règles de modélisation sont les suivantes : En l’absence de conduite de distribution hydraulique. et température retour. c’est-à-dire pour l’ensemble des systèmes sur air tels que les pompes à chaleur à détente directe. Dans le cas d’un réseau hydraulique. Note : dans ce dernier cas. Coefficient de régulation des circulateurs. Débit volumique. Cette règle est valable aussi bien pour les réseaux fictifs. température de retour constante. On considère qu’en parallèle le système opère un contrôle sur la température en un point du réseau : température de départ constante.6. les convecteurs et radiateurs électriques et les poêles à bois. que pour les réseaux hydrauliques 4 tubes (conduites de chauffage et refroidissement matériellement séparées) et 2 tubes « réversible » (une seule conduite assurant chauffage et refroidissement en alternance selon les périodes).Méthode de calcul Th-BCE 2012 10. afin de lier la description des systèmes d’émission et de génération. Réduction de pertes liée à un fonctionnement intermittent.6 C-DIST-Gestion/régulation des distributions de chauffage et de refroidissement du groupe 10. Un composant émetteur à fonction unique (chauffage seul ou refroidissement seul) est associé à un et un seul composant distribution du groupe partageant sa fonction. les données suivantes sont calculées : Température de départ.1 INTRODUCTION Les composants distributions du groupe représentent les réseaux de distribution locaux. chute de température dans les émetteurs. en contact direct avec les systèmes d’émissions. la description des caractéristiques physiques de la conduite unique est effectuée deux fois. soit sur l’écart de température départ/retour (débit constant). soit sur l’intermittence (système en tout ou rien). Ils sont déclinés selon leur fonction : réseau de chauffage ou réseau de refroidissement. ventiloconvecteur) est associé à un composant distribution du groupe de chauffage et un composant distribution du groupe de refroidissement. 551 . ou température de départ fonction des conditions extérieures (en chauffage uniquement). un composant distribution du groupe de type fictif est introduit. plafond. Un composant émetteur chauffant/rafraîchissant (par exemple plancher.

Entrées du composant Nom Description Unité Env. 0 1 - idtypedp Ent.moygr(h ) Qsys_chem( h) Qsys_frem( h) Température de l’air extérieur au pas de temps h. idtype Type de réseau de distribution du groupe : 0 : réseau de distribution fictif. transmise par l’émetteur em à son réseau de distribution au pas de temps h. ext. Type de réseau de distribution intergroupes associé. 0 1 - Paramètres intrinsèques du composant Nom Description Unité Min Max Conv. °C Systèmes d’émission Wh Wh Paramètres d’intégration du composant Nom Description Unité Min Max Conv. Température de l’air intérieur moyenne dans le groupe au pas de temps h (après croisement). idfonction Fonction du réseau de distribution du groupe : 1 : chauffage 2 : refroidissement Ent. 1 : réseau de distribution hydraulique. transmise par l’émetteur em à son réseau de distribution au pas de temps h. 2 : Régulation à débit constant et fonctionnement intermittent. Energie requise de chauffage. 552 Ent. Indicateur de période de relance du groupe au pas de temps h. 1 3 - . 3 : Régulation à débit variable. °C θext (h) irelancegr(h ) θi. 0 1 - Gestion du réseau de distribution iddebit_ch ou iddebit_fr Ent. °C Groupe Ent. Dans toute la suite de la fiche.6.2 NOMENCLATURE Le Tableau 91 donne la nomenclature des différentes variables de la présente fiche. on notera h le pas de temps de simulation et j le jour de simulation. θext_base Température extérieure de base pour la zone géographique et l’altitude du projet. Mode de régulation de fonctionnement : 1 : Régulation à débit constant et fonctionnement continu.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10. Energie requise de refroidissement.

1 : Vitesse constante. liée au dimensionnement en chauffage. θdep (h) Température du départ du réseau du groupe au pas de temps h. Ent 1 3 - θext_lim_ch °C - - 15 θdep_ch_min °C - - 20 Températures de dimensionnement θdep_dim_ch ou θdep_dim_fr Température de départ de dimensionnement (pour les modes à température de départ constante ou modulation en fonction de la température extérieure). Différence nominale de température dans le réseau de distribution du groupe entre départ et retour. Température de retour de dimensionnement (pour les modes à température de retour constante). 2 : Vitesse variable et maintien du réseau à une pression différentielle constante. Distrib du gr. Mode de régulation du circulateur du réseau du groupe en chauffage : 0 : Pas de circulateurs. 0 3 - Sorties Nom Période de relance Description Unité irelance(h) Indicateur de période de relance au pas de temps h. Valeur minimale de température de départ du réseau du groupe en chauffage en fonctionnement. Température du retour du réseau du groupe au pas de temps h. à transmettre au réseau de distribution intergroupes. m³/h -∞ +∞ - Gestion des circulateurs idcirc_ch ou idcirc_fr Ent. Limite de température extérieure audelà de laquelle la température de départ adopte sa valeur minimale. en chauffage.Méthode de calcul Th-BCE 2012 idgest_ch ou idgest_fr Mode de régulation de la température du réseau du groupe. °C -∞ +∞ - θret_dim_ch ou θret_dim_fr θem_dim_ ch °C -∞ +∞ - ou θem_dim_f r °C -∞ +∞ - qresid qnom_ch ou qnom_fr m³/h -∞ +∞ - Débit volumique nominal dans le réseau du groupe. Ent. 3 : Vitesse variable évoluant de manière à réduire la pression différentielle dans le réseau. °C θret (h) °C 553 . Débit résiduel minimal du réseau du groupe dans le cas d’une régulation à débit variable.

Propriétés de l’eau kg/m 3 998 Wh/( kg. δfonct(h) Modpertes( h) Modcirc(h ) Variables internes Nom Réel Réel Description Unité qreq (h) Débit volumique requis pour fournir l’énergie au groupe au pas de temps h. m³/h Ent. m³/h θem(h) °C Constantes Nom Description Unité Conv.Méthode de calcul Th-BCE 2012 qeff(h) Débit volumique effectif totale dans le réseau du groupe. T=20°C). Coefficient de modulation des pertes de réseaux en fonction de leur gestion.163 Tableau 91 : Nomenclature du modèle 554 . ρeau Cp_eau Masse volumique de l’eau liquide dans les conditions standards de pression et de température (P = 1atm. Ecart de température dans le réseau du groupe entre départ et retour. Capacité thermique massique de l’eau liquide dans les conditions standards de pression et de température (P = 1atm. T=20°C). Coefficient de modulation de la puissance des circulateurs en fonction de leur mode de gestion. Indicateur de fonctionnement du réseau de distribution.°C ) 1.

La condition à vérifier est : dp id type = id type (914) 10.6.3.3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE 10.3. Le réseau de groupe et celui intergroupes doivent alors avoir les mêmes fonctions.2 Lien avec la programmation des relances La distinction entre période de fonctionnement normale et période de relance est réalisée sur la base de l’indicateur suivant.1 Cohérence avec le réseau de distribution intergroupes Un réseau de distribution du groupe doit être connecté à un et un seul réseau de distribution intergroupes. Les conditions à vérifier sont: id fonction _ ch = id dp _ ch fonction  ou  dp id fonction _ fr = id fonction _ fr (913) Le type du réseau du groupe doit être celui du réseau de distribution intergroupes.6.6.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10. connu au niveau du groupe : gr id relance = id relance (915) 555 .

6. 556 .2 Réseau hydraulique de chauffage (idtype=1.6. ainsi que les écarts nominaux de températures entre branche départ et retour.1 Températures de dimensionnement Les températures de dimensionnement sont saisies par l’utilisateur.3.3. Les PAC à détente directe.3 Description des processus de calculs Selon les valeurs de idtype et idfonction.3. le lien entre émetteur et génération est modélisé par un réseau de distribution fictif.3.3. Les données de sortie sont les suivantes : θdep(h) = 0 (°C) θret(h) = 0 (°C) Modpertes(h) = 0 Modcirc(h) = 0 qeff(h) = 0 (m3/h) δfonct(h) = 0 (916) 10.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10.3.3.6. Les générateurs d’air chaud. idfonction =1) 10.6.2 Voir 10.2. se référer au chapitre cité pour la procédure utilisée.3 1 idfonction =2 Tableau 92: Récapitulatif de l'appel des procédures 10. Cela concerne : L’ensemble des dispositifs de chauffage à effet joule. idtype idfonct_ch Fonction du réseau Tous les cas Chauffage uniquement Refroidissement uniquement Processus appelé 0 / idfonction =1 Voir 10.1 Voir 10. sans pertes ni consommations d’auxiliaires.3.6.1 Cas d’un réseau fictif (idtype=0) En l’absence de fluide caloporteur liant la génération aux systèmes d’émission (cas des générateurs sur air ambiant). Les poêles et inserts.6.3.3.6.3.3.3.

 ρ eau . q ) req resid  eff  Mod pertes (h) = 1  Qsys _ ch (h) ∆θ em (h) = ρ eau .6.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10. alors.C p _ eau . et on calcule les grandeurs inconnues à partir des grandeurs fixées par le mode de gestion. (réseau en fonctionnement) δ fonct ( h ) = 1 Sinon. si id debit _ ch ( h ) = 2 .3.2.6. (réseau à l’arrêt) (920) q req (h) = 0(m 3 / h)  3 q eff ( h) = 0(m / h)  ∆θ em ( h) = 0(°C )  Mod pertes ( h ) = 0  (921) 557 . On utilise toujours un bilan énergétique au niveau de l’émetteur.C p _ eau qeff (h)   Sinon.2.3.C p _ eau q nom _ ch . (réseau à débit constant et fonctionnement intermittent) (918) ∆θ em ( h) = ∆θ em _ dim_ ch  q req ( h) = q nom _ ch  q eff ( h) = q nom _ ch  Q sys _ ch ( h)  Mod ) pertes ( h ) = MIN (1.∆θ em ( h)  Sinon. Si δ fonct ( h ) = 1 . (réseau à débit variable) Qsys _ ch (h)  q req (h) = ρ eau .3. (917) δ fonct ( h ) = 0 10. alors. alors. (réseau à débit constant et fonctionnement continu) (919) Q sys _ ch ( h)  ∆θ em ( h) = ρ eau .3 Débit requis et diminution de température de fluide suite au passage dans les émetteurs Le calcul diffère selon les modes de gestion. (réseau en fonctionnement) _ ch Si id debit ( h ) = 3 .2 Indicateur de fonctionnement Le fonctionnement des réseaux est asservi à la demande de chauffage issue des émetteurs : Si Q sys _ ch ( h ) > 0 (Wh).C p _ eau q nom _ ch  q ( h) = q nom _ ch  req q ( h) = q nom _ ch  eff  Mod pertes ( h) = 1  Sinon. alors.3.∆θ em _ dim_ ch  q (h) = MAX (q (h).

(θ ret _ dim_ ch + ∆θ em (h)) + (1 − δ fonct (h)).3.θ igr (h) .4 Température de départ La température du fluide en tout point de la branche de départ est considérée constante.3.3.3.3.6. Du point de vue du calcul règlementaire.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10.2.θ dep _ dim_ ch + (1 − δ fonct (h)).3. et ce quelque soit la température d’eau chaude circulant dans les réseaux de distribution.2.6 Cas idgest_ch =2 : température de retour constante θ dep (h) = δ fonct (h). on considère comme infinie la puissance des émetteurs.3.3. selon le profil suivant : Figure 84 : Evolution de la température de départ en fonction de la température extérieure 558 .moy 10. égale à θdep(h).6. la température de départ moyenne sur le pas de temps est calculée en fonction de la température extérieure.1 Cas idgest_ch =3 : modulation en fonction de la température extérieure (923) Lorsque le réseau est en fonctionnement.2. La température de départ des réseaux est conventionnellement calculée à part selon un mode de régulation parmi les trois ci-dessous. Les modes de gestion suivants sont pris en compte : 10.2.θ igr (h) .6.moy 10.6.6.5 Cas idgest_ch=1 : température de départ constante (922) θ dep (h) = δ fonct (h).

Note : Les circulateurs à vitesse variable ne sont valorisés que dans le cadre d’un réseau à débit variable. alors. (circulateurs à vitesse variable et maintien du réseau à pression différentielle constante) 2  q eff ( h )  3  Mod circ ( h ) = Mod pertes ( h ). θ dep ( h ) = MAX (θ i ( h ) + ∆ θ em ( h ). q  nom _ ch   Si idcirc_ch=3. θ igr ( h) + ∆θ em (h). θ dep ( h ) = θ dep _ dim_ ch Si θext(h) > θext_base et θext(h) < θext_lim_ch.3.  q nom _ ch   q nom _ ch     (925) 10.6. alors.3. (circulateurs à vitesse constante) Mod circ ( h ) = Mod pertes ( h ) Si idcirc_ch=2. Si θext(h) ≥ θext_lim_ch.1 Températures de dimensionnement Les températures de dimensionnement sont saisies par l’utilisateur. alors.Méthode de calcul Th-BCE 2012 L’algorithme correspondant est le suivant : Si δ fonct ( h ) = 1 . moy   θ dep ( h) = MAX  θ dep _ ch _ min − θ dep _ dim_ ch × (θ ext ( h) − θ ext _ base ))  θ dim_ ch +   θ ext _ lim_ ch − θ ext _ base   Sinon.5 q eff ( h )     Mod circ ( h ) = Mod pertes ( h ). ainsi que les écarts nominaux de températures entre branche départ et retour. et à vitesse variable évoluant de manière à réduire la pression différentielle dans le réseau. Si idcirc_ch=0. (924) θ dep ( h ) = θ igr ( h ) . alors.6.3.3. moy 10.2.3. θ dep _ ch _ min ) Si θext (h) ≤ θext_base.3. à vitesse variable avec maintien de la pression différentielle constante.3 Réseau hydraulique de refroidissement (idtype=1.   .3. 559 . (circulateurs à vitesse variable évoluant de manière à réduire la pression différentielle dans le réseau) 2 2 3    0 . idfonction =2) 10. Mod circ ( h ) = 0 Si idcirc_ch =1.5 q eff ( h ) + 0 .6.7 Gestion des circulateurs en chauffage On considère trois types de circulateurs possibles : à vitesse constante. alors.

3. alors. (réseau à débit variable) Qsys _ fr (h)  q req (h) = ρ eau .C p _ eau . alors. Si δ ( h ) = 1 . alors. (réseau à débit constant et fonctionnement continu) (928) Q sys _ fr ( h )  ∆θ em ( h) = ρ eau .3 Débits requis et diminution de température de fluide suite au passage dans les émetteurs Le calcul diffère selon les modes de gestion.qeff (h)  Mod pertes (h) = 1  Sinon.∆θ em ( h)  Sinon.3. (réseau en demande) _ fr fonct Si id debit ( h ) = 3 . (réseau en fonctionnement) δ Sinon. et on calcule les grandeurs inconnues à partir des grandeurs fixées par le mode de gestion.  ρ eau . si id debit _ fr ( h ) = 2 . q ) req resid  eff  Qsys _ fr (h) ∆θ (h) = em  ρ eau . (réseau à débit constant et fonctionnement intermittent) (927) ∆θ em ( h) = ∆θ em _ dim_ fr  q req ( h) = q nom _ fr  q eff ( h) = q nom _ fr  Q sys _ fr ( h )  Mod ) pertes ( h ) = MIN (1.2 Si Indicateur de fonctionnement Le fonctionnement des réseaux est asservi à la demande de refroidissement issue des émetteurs : Q sys _ fr ( h ) < 0 (Wh).∆θ em _ dim_ fr  q (h) = MAX (q (h).6.C p _ eau q nom _ fr  q ( h) = q nom _ fr  req q ( h) = q nom _ fr  eff  Mod pertes ( h) = 1  (929) 560 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 10.3. fonct (h) = 1 (h) = 0 (926) δ fonct 10.C p _ eau q nom _ fr .6.3.C p _ eau .3. On utilise toujours un bilan énergétique au niveau de l’émetteur.3. alors.

3. (réseau à l’arrêt) q req (h) = 0(m 3 / h)  3 q eff ( h) = 0(m / h)  ∆θ em ( h) = 0(°C )  Mod pertes ( h ) = 0  (930) 10.6. Les modes de gestion suivants sont pris en compte : 10. alors.θ i ( h ) (932) 10. égale à θdep(h). Si idcirc_fr =0.( θ ret _ dim_ fr + ∆ θ em ( h )) + (1 − δ fonct ( h )). (circulateurs à vitesse variable évoluant de manière à réduire la pression différentielle dans le réseau) 2 2 3    0 .4 Température de départ La température du fluide en tout point de la branche de départ est considérée constante.θ i ( h ) (931) Cas idgest_fr=2 : température de retour constante fonct ( h ).5 Cas idgest_fr=1 : température de départ constante fonct θ dep ( h ) = δ 10.3. Note : Les circulateurs à vitesse variable ne sont valorisés que dans le cadre d’un réseau à débit variable. alors.3. (circulateurs à vitesse variable et du réseau à une pression différentielle constante) 2  q eff ( h )  3  Mod circ ( h ) = Mod pertes ( h ).6.3. (circulateurs à vitesse constante) Mod circ ( h ) = Mod pertes ( h ) Si idcirc_fr =2.3. alors.7 Gestion des circulateurs en refroidissement On considère trois types de circulateurs possibles : à vitesse constante.3.3.3.3.6. et à vitesse variable évoluant de manière à réduire la pression différentielle dans le réseau.6 θ dep ( h ) = δ ( h ).3.6.3.3. q   nom _ fr  Si idcirc_fr =3. alors. Mod circ ( h ) = 0 Si idcirc_fr =1. à vitesse variable avec maintien de la pression différentielle constante.  q nom _ fr   q nom _ fr     (933) 561 .θ dep _ dim_ fr + (1 − δ fonct ( h )).5 q eff ( h ) + 0.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Sinon.5 q eff ( h )     Mod circ ( h ) = Mod pertes ( h ).

De ce fait.4 Température de retour dans le réseau du groupe Pour le calcul de la température sur la branche de retour du réseau du groupe. Si δ fonct ( h ) = 0 . on considère conventionnellement que les émetteurs ne sont pas munis de by-pass. la température de retour moyenne sur le pas de temps est égale à la température de départ moyenne ( θ dep (h ) ) diminuée de la chute de température liée au transfert d’énergie à l’ambiance ( ∆θ em (h ) ).3. (934) θ ret ( h ) = θ dep ( h ) − ∆θ em ( h ) 562 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 10. θ ret ( h ) = θ dep ( h ) (réseau sans débit : θ ret ( h ) = θ dep ( h ) = θ igr ( h ) ) . moy Sinon. alors.6.3.

7.7 C-Dist-Distribution de chauffage et de refroidissement du groupe 10. Plusieurs réseaux de distribution du groupe peuvent être connectés à un même réseau de distributions intergroupes. sur la base des sorties de la gestion/régulation établie. 563 .1 INTRODUCTION La présente fiche décrit le calcul des pertes et des consommations de circulateurs pour un composant distribution du groupe de chaud ou de froid.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10. Un réseau de distribution du groupe correspond au deuxième niveau d’arborescence d’un réseau de distribution.

Energie requise de refroidissement. Température de l’air intérieur moyenne dans le groupe au pas de temps h (après croisement).moy (h) Systèmes d’émission gr °C Qsys_chem(h) Wh Qsys_frem(h) Wh Gestion/régulation du réseau de distribution du groupe Modpertes(h) Réel Modcirc(h) Réel θdep(h) θret(h) °C °C Paramètres d’intégration du composant Nom Description Unité Min Max Conv. E. idfonction Fonction du réseau de distribution du groupe : 1 : réseau pour le chauffage. ext. 564 Entier 1 2 - Lvc m 0 +∞ - Lhvc m 0 +∞ - .Méthode de calcul Th-BCE 2012 10. Coefficient de modulation des pertes de réseaux en fonction de leur gestion. Température du départ du réseau du groupe au pas de temps h. Longueur de réseau de distribution situé en volume chauffé. Température du retour du réseau du groupe au pas de temps h. Description Unité °C θext (h) Température de l’air extérieur au pas de temps h. on notera h le pas de temps de simulation et j le jour de simulation.2 NOMENCLATURE Le Tableau 93 donne la nomenclature des différentes variables de la présente fiche. btherm(h) Réel θi.tamp. Coefficient de prise en compte d’un espace tampon (non-solarisé).7. Dans toute la suite de la fiche. transmise par l’émetteur em au réseau de distribution du groupe au pas de temps h. Longueur de réseau de distribution situé hors volume chauffé. Coefficient de modulation de la puissance des circulateurs en fonction de leur mode de gestion. Energie requise de chauffage. 2 : réseau pour le refroidissement. Entrées du composant Nom Env. transmise par l’émetteur em au réseau de distribution du groupe au pas de temps h.

sur sa fraction en volume chauffé. Puissance du circulateur du réseau du groupe.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Paramètres intrinsèques du composant Nom Description Unité Min Max Conv.5 Sorties Nom Distrib intergr. 1 : réseau de distribution hydraulique. Waux (h) Wh P. idtype Type de réseau de distribution du groupe : 0 : réseau de distribution fictif. gr. récupérables Φaux_vc (h) Wh Φpertes_vc (h) Wh 565 . et c. Coefficient de déperdition linéaire moyen du réseau. Coefficient de déperdition linéaire moyen du réseau. Pertes thermiques du réseau de distribution du groupe en volume chauffé. Consommations d’énergie des circulateurs transmise au volume chauffé sous forme de chaleur au pas de temps h. Part de la consommation électrique des circulateurs transmise à l’ambiance sous forme de chaleur. sur sa fraction hors volume chauffé. Energie consommée par le circulateur du réseau de distribution du groupe au pas de temps h. Wh Cal. Entier 0 1 - Paramètres intrinsèques du réseau de distribution Paux_ch ou Paux_fr Umoyen_vc_ch ou Umoyen_vc_fr Umoyen_hvc_ch ou Umoyen_hvc_fr Pcirc_vc W 0 +∞ - W/(m. Description Unité Qsys_ch(h) ou Qsys_fr(h) Besoin en énergie augmenté des pertes thermiques du réseau du groupe.K) 0 +∞ - W/(m.K) 0 +∞ - W 0 +∞ 0.

Température moyenne dans le réseau de distribution du groupe. Température de l’air autour de la conduite hors volume chauffé.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Variables internes Nom Description Unité Φpertes_hvc(h) Pertes thermiques du réseau de distribution du groupe hors volume chauffé. Wh θmoy(h) °C θhvc(h) °C Tableau 93 : Nomenclature du modèle 566 .

1 Voir 10.3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE Selon les valeurs de idtype et idfonction.7.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10. Dans ces configurations de systèmes. Si idfonction= 1.3. se référer au chapitre cité pour la procédure utilisée. Le réseau est donc sans pertes et la demande d’énergie est transmise directement au réseau intergroupes. c’est-à-dire : L’ensemble des dispositifs de chauffage à effet joule : convecteur. (fonction refroidissement) Qsys_ch(h) = 0 (Wh) Qsys_fr(h) = Qsys_frem(h) Les consommations d’auxiliaires et pertes thermiques de distribution sont nulles. Les petits climatiseurs.2 Voir 10.7.1 Réseau fictif (idtype =0) L’absence de réseau du groupe physique correspond à l’introduction des systèmes sans circulation de fluide caloporteur.3. il n’y a pas physiquement de réseau de distribution.3. idtype idfonction Fonction du réseau / Tous les cas Chauffage Refroidissement Processus appelé 0 Voir 10.7.3 idfonction =1 1 idfonction =2 Tableau 94: Récapitulatif de l'appel des procédures 10. radiateur… Les poêles et inserts.3.7. Waux (h) = 0 (Wh) Φpertes_vc (h)= 0 (Wh) Φpertes_hvc (h)= 0 (Wh) (936) (935) 567 . alors (fonction chauffage) Qsys_ch(h) = Qsys_chem(h) Qsys_fr(h) = 0 (Wh) Sinon.7.

7. θ moy ( h ) − θ igr ( h )) . Waux (h) = Modcirc(h) .2 Réseau hydraulique de chauffage (idtype =0. qui se traduit par un coefficient de modulation Modcirc(h) issu de la fiche gestion/régulation du réseau du groupe. θ moy (h) − θ hvc (h) ) (939) (940) 10. en considérant que les longueurs des portions de départ et de retour sont identiques : θ moy ( h ) = θ ret ( h ) + θ dep ( h ) 2 (937) Les pertes totales du réseau vers des espaces chauffés sont les suivantes : φ pertes _ vc ( h ) = Mod pertes ( h ) × U moyen _ vc _ ch × L vc × MAX ( 0. moy (938) Les pertes totales du réseau vers des espaces non-chauffés ou l’extérieur sont les suivantes : θ hvc (h) = btherm (h) ×θ ext (h) + (1 − btherm (h)) ×θ i (h) φ pertes _ hvc (h) = Mod pertes (h) ×U moyen _ hvc _ ch × Lhvc × MAX (0.3 Calcul des besoins en énergie augmentés des pertes du réseau du groupe La demande en énergie du couple émetteur/réseau du groupe est finalement la suivante : Qsys_ch(h) = Qsys_chem(h) + Φpertes_vc (h) + Φpertes_hvc (h) Qsys_fr(h) = 0 (Wh) (943) 568 . Waux (h) (Wh) (942) 10.3.1 Calcul des pertes du réseau de distribution du groupe On exprime tout d’abord la température moyenne dans le réseau.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10.3.3.2.2.2 Calcul de la consommation des auxiliaires de distribution La consommation d’énergie des circulateurs du réseau du groupe dépend de leur mode de gestion.7. une part Pcirc_amb = 50% de l’énergie consommée par les circulateurs du réseau du groupe est transmise à l’ambiance des locaux chauffés : Φaux_vc (h) = Pcirc_vc .7. Paux_ch (.7. idfonction =1) 10.1h) (941) Conventionnellement.2.3.

en considérant que les longueurs des portions de départ et de retour sont identiques : θ moy ( h ) = θ ret ( h ) + θ dep ( h ) 2 ( h ) × U moyen × L vc × MIN ( 0.1h) (948) Conventionnellement.3 Calcul des besoins en énergie augmentés des pertes du réseau du groupe La demande en énergie du couple émetteur/réseau du groupe est finalement la suivante : Qsys_ch(h) = 0 (Wh) Qsys_fr(h) = Qsys_frem(h) + Φpertes_vc (h) + Φpertes_hvc (h) (950) 569 .3.2 Calcul de la consommation des auxiliaires de distribution La consommation d’énergie des circulateurs du réseau du groupe dépend de leur mode de gestion. moy (944) Les pertes totales du réseau vers des espaces chauffés sont les suivantes : φ pertes _ vc ( h ) = Mod pertes _ vc _ fr (945) Les pertes totales du réseau vers des espaces non-chauffés ou l’extérieur sont les suivantes : θ hvc (h) = btherm (h) ×θ ext (h) + (1 − btherm (h)) ×θ i (h) (946) φ pertes _ hvc (h) = Mod pertes (h) ×U moyen _ hvc _ fr × Lhvc × MIN (0. qui se traduit par un coefficient de modulation Modcirc(h) issu de la fiche gestion/régulation du réseau du groupe.3.3.3. Waux (h) (Wh) (949) 10. Waux (h) = Modcirc(h) . idfonction =2) 10.7.7.3.1 Calcul des pertes du réseau de distribution du groupe On exprime tout d’abord la température moyenne dans le réseau.7. Paux_fr (.3. θ moy (h) − θ hvc (h) ) (947) 10. une part Pcirc_amb = 50% de l’énergie consommée par les circulateurs du réseau du groupe est transmise à l’ambiance des locaux chauffés : Φaux_vc (h) = Pcirc_vc .3.3 Réseau hydraulique de refroidissement (idtype =0.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10. θ moy ( h ) − θ igr ( h )) .7.

de la même façon que les réseaux de distribution du groupe les réseaux intergroupes 2 tubes « réversible » (une seule conduite assurant chauffage et refroidissement en alternance selon les périodes) sont modélisés au travers d’une séparation virtuelle en un composant distribution de chauffage et un composant distribution de refroidissement. Le débit total est égal à la somme de l’ensemble des débits effectifs circulant dans les réseaux du groupe desservis. c’est-à-dire pour l’ensemble des systèmes sur air tels que les pompes à chaleur à détente directe. afin de lier la description des systèmes d’émissions et de génération. l’état du réseau intergroupe hérite des profils de gestion/régulation des différents réseaux de distribution du groupe desservis : La température de départ est prise égale au maximum des températures requises au niveau des groupes desservis.8 C-DIST-Gestion/régulation des distributions intergroupes de chaud et de froid 10. un composant distribution du groupe de type fictif est introduit. Un composant distribution du groupe (chauffage seul ou refroidissement seul) est associé à un et un seul composant distribution intergroupes partageant sa fonction. 570 . Les règles de modélisation sont identiques. La température de retour est la moyenne pondérée par les débits effectifs des différentes températures de retour des réseaux du groupe desservis. Le coefficient d’intermittence est pris égal au maximum des coefficients d’intermittence des réseaux du groupe desservis. les convecteurs et radiateurs électriques et les poêles à bois. connectant un ensemble de distributions du groupe (locales) à un système de génération. Il en résulte que.8. - A chaque pas de temps.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10. à savoir : En l’absence de conduite de distribution hydraulique.1 INTRODUCTION Les réseaux intergroupes constituent un deuxième niveau dans l’arborescence de la distribution.

Qsys_chds(h) Wh Qsys_frds(h) Wh Paramètres d’intégration du composant Nom Description Unité Min Max Conv. Entie r qeffds (h) m³/h θdep ds (h) °C θretds (h) °C Distr.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10.em Part de l’énergie effective assurée par l’émetteur em en chauffage. Température de l’air intérieur moyenne dans le groupe gr au pas de temps h (après croisement). δfonctds(h) Indicateur de débit dans le réseau du groupe : 0 : Le réseau du groupe ne débite pas. idfonction Fonction du réseau de distribution intergroupes : 1 : chauffage.8. pour le chauffage ou le refroidissement.2 NOMENCLATURE Le Tableau 95 donne la nomenclature des différentes variables de la présente fiche. Part de l’énergie effective assurée par l’émetteur em en refroidissement. Température du retour du réseau du groupe ds. Débit volumique dans le réseau du groupe en chauffage ou refroidissement. à transmettre au réseau de distribution intergroupes. second. Les distributions des groupes seront désignées par l’exposant ds. 1 : Le réseau du groupe débite. Entrées du composant Nom Description Unité Rateff_chgr. Température du départ du réseau du groupe ds. Ent Emission Rateff_frgr. Energie requise par le réseau du groupe ds en chauffage. pour le groupe gr desservi par la distribution intergroupes.em Ent θi. pour le chauffage ou le refroidissement. pour le groupe gr desservi par la distribution intergroupes. on notera h le pas de temps de simulation et j le jour de simulation. Dans toute la suite de la fiche.moygr(h) °C irelanceds(h) Gestion/régulation distribution du groupe Ent. 2 : refroidissement 571 Entier 0 1 - . Energie requise par le réseau du groupe ds en refroidissement. Indicateur de période de relance au pas de temps h.

m³/h -∞ +∞ - Sorties Nom Description Unité θmax_ch ou θmin_fr Adess_chdp Assemblage génération Température maximale de la distribution intergroupes °C Surface totale desservie en chaud par la distribution intergroupes. Surface totale desservie en froid par la distribution intergroupes. 2 : Vitesse variable et maintien du réseau à une pression différentielle constante. à transmettre au générateur. Débit résiduel minimal dû à des circulateurs en régime de fonctionnement permanent.gr Réel irelance(h) Ent. liée au dimensionnement. Température de départ de dimensionnement. Différence nominale de température dans le réseau de distribution du groupe entre départ et retour. Mode de régulation du circulateur : 0 : Pas de circulateurs. 0 3 - Températures de dimensionnement θdep_dim_chds ou θdep_dim_frds θret_dim_chds ou θret_dim_frds θem_dim_chds ou θem_dim_frds qresidds qnom_chds ou qnom_frds °C -∞ +∞ °C -∞ +∞ °C -∞ +∞ Gestion/reg. Température de retour de dimensionnement. 572 . Ratio de la surface desservie dans le groupe gr sur la surface totale desservie par la distribution intergroupes. en chauffage. Ratio de la surface desservie dans le groupe gr sur la surface totale desservie par la distribution intergroupes. du groupe m³/h -∞ +∞ - Débit volumique nominal dans le réseau du groupe. idtype idcirc_ch ou idcirc_fr Type de réseau de distribution intergroupes : 0 : réseau de distribution fictif. 3 : Vitesse variable et variations de la pression différentielle du réseau. 1 : réseau de distribution hydraulique.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Paramètres intrinsèques du composant Nom Description Unité Min Max Conv. 1 : Vitesse constante. Indicateur de période de relance au pas de temps h. Entier 0 1 - Gestion des circulateurs Ent. en refroidissement. m² Adess_frdp m² Ratsurf_dess_chdp.gr Réel Ratsurf_dess_frdp.

pour le chauffage ou le refroidissement. Température de départ du réseau intergroupes. m³/h 573 .aval. Débit nominal du réseau intergroupes. Energie de refroidissement totale requise en entrée du réseau intergroupes.gr(h) Réel Ratbes_prim_frdp.Méthode de calcul Th-BCE 2012 θi. Débit volumique dans le réseau de distribution intergroupes au pas de temps h.eq(h) Température d’air équivalente vu par la distribution intergroupes. °C Ratbes_prim_chdp. Ratio de la surface du groupe gr sur la surface totale desservie par le réseau de distribution intergroupes Entie r °C °C Qsys_ds_req_ch(h) Wh Qsys_ds_req_fr(h) P. Energie de chauffage totale requise en entrée du réseau intergroupes. récup. Wh Ratsurfdp. et c. Coefficient de modulation des puissances de circulateur issu de la fiche gestion et régulation.gr Réel Variables internes Nom Description Unité m³/h qtot_req(h) qeff(h) qnom_ch OU Débit total requis par les réseaux de distributions du groupe.gr(h) Réel Modpertes(h) Réel Modcirc(h) Réseau de distribution intergroupes Réel δfonct(h) θdep(h) θret(h) Indicateur de débit dans le réseau intergroupes : 0 : Le réseau intergroupes ne débite pas. pour le réseau intergroupes. pour le chauffage ou le refroidissement. Température de retour du réseau intergroupes. m³/h m³/h qnom_fr qresid Débit résiduel du réseau intergroupes. Ratio des besoins de chauffage d’un groupe relié à un réseau intergroupes sur la somme de tous les besoins de chauffage du réseau intergroupes Ratio des besoins de refroidissement d’un groupe relié à un réseau intergroupes sur la somme de tous les besoins de refroidissement du réseau intergroupes Coefficient de modulation des pertes thermiques du réseau. 1 : Le réseau intergroupes débite.

Température d’ambiance intérieure conventionnelle pour le calcul des déperditions du réseau intergroupes lorsqu’il fonctionne en refroidissement. Unité Conv. θamb_ch °C 20 θamb_fr °C 26 Tableau 95 : Nomenclature du modèle 574 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Constantes Nom Description Température d’ambiance intérieure conventionnelle pour le calcul des déperditions du réseau intergroupes lorsqu’il fonctionne en chauffage.

gr dess _ fr _ fonction = 2): (955) 575 .3.3._ fr ) × A gr   em∈gr  em → dp  Rat dp ._ ch ) × A gr   em∈gr  em → dp  Rat dp .2 Total d’énergie requise dans la distribution intergroupes L’énergie totale en entrée du réseau de distribution intergroupes est la somme des besoins augmentés des pertes pour chaque réseau de distribution du groupe : Q sys _ ds _ req _ ch ( h) = Q sys _ ds _ req _ fr ( h ) = ∑Q ds → dp ds sys _ ch ds sys _ fr (h) (952) ∑Q ds → dp (h) 10. gr = Rat surf.em gr fonction = 2. gr surf _ dess _ fr = 0  dp dp Rat surf.8. gr =  surf _ dess _ fr dp  Adess _ fr  dp dp Rat surf.8.  Rat surfgr dess _ ch = 0 _  gr em  ( ∑ Rat eff .3.8.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10.1 Lien avec la programmation Le réseau est considéré en relance lorsqu’au moins l’un des groupes connectés est en période de relance.   A dp    dess _ fr = 0  dp  Adess _ ch = 0   dp Si id gr . gr dess _ ch _ (954) Pour un réseau intergroupes de refroidissement ( id dp . ds i relance ( h ) = MAX ( i relance ( h )) ds → dp (951) 10.3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE 10._ ch ) × A gr ]   gr ←dp  em∈gr  em→dp  Si id fonction = 1.8.3 Calcul des ratios et surfaces desservies La surface desservie par le réseau de distribution intergroupes est la somme des surfaces desservies par chacun des émetteurs en chauffage et en refroidissement : dp gr em   Adess _ ch = ∑ [( ∑ Rateff .  Adess _ fr = ∑ [( ∑ Rateff _ fr ) × A ]   gr ←dp  em∈gr   em→dp    (953) Pour un réseau intergroupes de chauffage ( id fonction = 1) : gr em  ( ∑ Rat eff . gr = Rat surf. gr =  surf _ dess _ ch dp  Adess _ ch   Rat dp .

grprim _ ch (h) = _  ds∈gr  ds →dp  ds sys _ ch (h) (956) Qsys _ ds _ req _ ch (h) Sinon. Pour un réseau intergroupes de chauffage ( id dp gr Rat bes. _ prim _ fr ( h ) = Rat surf.3. gr dess _ _ 576 . alors. gr dess _ ch _ Pour un réseau intergroupes de refroidissement ( id fonction = 2): dp gr Rat bes. dp gr dp Rat bes. ∑Q dp gr Rat bes. En l’absence de besoins de chaud (Qsys_ds_req_ch(h)=0) ou de froid (Qsys_ds_req_fr(h)=0). dp gr dp Rat bes.8. _ prim _ ch ( h ) = Rat surf. alors. on répartit les consommations résiduelles au prorata des surfaces desservie dans chaque groupe. _ prim _ ch ( h ) = 0 Si Q sys _ ds _ req _ fr ( h ) < 0 . _ prim _ fr (h) =  ds∈gr  ds → dp  ds sys _ fr ( h) (957) Qsys _ ds _ req _ fr (h) fr Sinon. _ prim _ fr ( h ) = 0 fonction = 1) : Si Q sys _ ds _ req _ ch ( h ) > 0 .Méthode de calcul Th-BCE 2012 10.4 Calcul horaires des ratios de demande en chauffage et refroidissement Les ratios de consommations expriment la part de chacun des groupes dans le total d’énergie requis dans le réseau de distribution intergroupes. ∑Q dp Ratbes.

mais ne comprenant pas de branche intergroupes (chauffage individuel.3.moy (961) 577 . aval ∑ Rat gr ←dp dp.8. le composant distribution intergroupes est défini comme hydraulique avec une longueur nulle et sans circulateurs. Les données de sortie pour la cohérence de montage sont les suivantes : θ max_ ch = 0 (°C) θ min_ fr (958) (959) = 100 (°C) Les données de sorties horaires sont les suivantes : θdep(h) = 0 (°C) θret(h) = 0 (°C) Modpertes(h) = 0 Modcirc(h) = 0 qeff(h) = 0 (m3/h) δfonct(h) = 0 (960) On calcule une température d’air ambiant équivalente permettant d’alimenter la modélisation des générateurs sur air dans la génération : θ idp . idtype idfonct_ch Fonction du réseau / Tous les cas Hydraulique chauffage Hydraulique refroidissement Processus appelé 0 Voir 10.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10.3. se référer au chapitre cité pour la procédure utilisée.3. 10. c’est-à-dire : L’ensemble des dispositifs de chauffage à effet joule : convecteur. par exemple). gr surf . Les petits climatiseurs.8.8.5 Description des processus de calculs Selon les valeurs de idtype et idfonction.5.3.8.1 Distribution fictive (idtype =0) L’absence de réseau du groupe physique correspond à l’introduction des systèmes sans circulation de fluide caloporteur.5. radiateur… Les poêles et inserts.1 Voir 10.3.2 Voir 10.5.8.5.eq (h) = .θ igr (h) (°C) .3 idfonction =1 1 idfonction =2 Tableau 96: Récapitulatif de l'appel des procédures Note : pour une installation avec réseau hydraulique.

le montage est jugé incorrect.3. ds θ dep ( h) = MAX (θ dep (h)) ds .∈dp (966) Si δ fonct (h ) >0.2.∈dp    ds q tot _ req (h) = ∑ q eff ( h)  ds . (réseau à l’arrêt) θ dep ( h) = θ amb _ ch  δ fonct ( h) = 0  3 q tot _ req ( h) = 0( m / h)  3 q eff ( h) = 0( m / h)  Mod pertes ( h) = 0  578 .2 Caractérisation horaire du réseau de distribution en fonction du mode de gestion L’algorithme correspondant est le suivant : ds δ fonct ( h) = MAX (δ fonct ( h)) ds .∈dp ds nom _ ch (964) ∑q ds .8.3. la référence est la température de départ.8. on calcule l’extrême de la température de départ dans les conditions nominales.5. idfonction =1) 10.5.5. ds ds ds θ max_ ch = MAX (θ dep _ dim_ ch .θ ret _ dim_ ch + ∆θ em _ dim_ ch ) ds∈dp (962) (963) θ min_ fr = 100 (°C) Le débit résiduel correspond au débit minimum en fonctionnement : q nom _ ch = qresid = ∑q ds . q resid )  (967) Sinon.∈dp  q eff (h) = MAX (q tot _ req ( h). Dans le cas où le réseau est à température de départ constante ou à régulation sur la température de départ. Si la génération ne peut pas les atteindre.2 Réseau hydraulique de chauffage (idtype =1.∈dp ds resid (965) 10.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10. Dans le cas d’une température de retour constante.1 Caractéristiques de dimensionnement La vérification de la compatibilité de la génération en termes de températures de dimensionnement impose de connaitre les températures extrêmes sollicitées par les réseaux du groupe.8. alors.∈dp  ds  Mod pertes (h) = MAX ( Mod pertes ( h)) ds .3.2.

5 q eff ( h )     Mod circ ( h ) = Mod pertes ( h ). à vitesse variable avec différentielle de pression constante.2. Si idcirc_ch =0.3. alors. (circulateurs à vitesse variable et variation de la pression différentielle du réseau) 2 2 3    0 .5. alors. q  nom _ ch   Si idcirc_ch =3. alors. alors.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10.3 Gestion des circulateurs en chauffage On considère trois types de circulateurs possibles : à vitesse constante. et à vitesse variable avec différentielle de pression variable. Mod circ ( h ) = 0 Si idcirc_ch =1.5 q eff ( h ) + 0 .8. (circulateurs à vitesse variable et du réseau à une pression différentielle constante) 2  q eff ( h )  3  Mod circ ( h ) = Mod pertes ( h ).  q nom _ ch   q nom _ ch     (968) 579 . (circulateurs à vitesse constante) Mod circ ( h ) = Mod pertes ( h ) Si idcirc_ch =2.

1 Caractéristiques de dimensionnement La vérification de la compatibilité de la génération en termes de températures de dimensionnement impose de connaitre les températures extrêmes sollicitées par les réseaux du groupe. Dans le cas où le réseau est à température de départ constante.∈dp ds nom _ fr (971) ∑q ds .5.3.∈dp  q eff (h) = MAX (q tot _ req ( h).8. la référence est la température de départ.5. alors.5.3. q resid )  (974) Sinon. on calcule l’extrême de la température de départ dans les conditions nominales.∈dp (973) Si δ fonct (h ) >0.8.8. Dans le cas d’une température de retour constante. ds θ dep ( h) = MIN (θ dep (h)) ds .3.∈dp    ds q tot _ req (h) = ∑ q eff ( h)  ds .θ ret _ dim_ fr + ∆θ em _ dim_ fr ) (°C) ds Note : ∆ θ em _ dim_ fr a une valeur négative.∈dp ds resid (972) 10.3 Réseau hydraulique de refroidissement (idtype =1. Les débits résiduels et nominaux sont conventionnellement pris égaux à la somme des débits résiduels et nominaux des réseaux du groupe : q nom _ fr = qresid = ∑q ds .3. le montage est jugé incorrect.3.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10.∈dp  ds  Mod pertes ( h ) = MAX ( Mod pertes ( h)) ds . θ max_ ch = 0 (°C) ds∈dp (969) (970) ds ds ds θ min_ fr = MIN (θ dep _ dim_ fr . idfonction =2) 10. (réseau à l’arrêt) θ dep ( h) = θ amb _ fr (h)  δ fonct ( h) = 0  3 q tot _ req ( h) = 0( m / h)  3 q eff ( h) = 0(m / h)  Mod pertes ( h ) = 0  580 . Si la génération ne peut pas les atteindre.2 Caractérisation horaire du réseau de distribution en fonction du mode de gestion L’algorithme correspondant est le suivant : ds δ fonct ( h) = MAX (δ fonct ( h)) ds .

8.5 q eff ( h )     Mod circ ( h ) = Mod pertes ( h ). ret (h)) + MAX (0. et à vitesse variable avec différentielle de pression variable. on considère qu’une partie de l’eau est transmise directement au travers d’un circuit de décharge à la branche retour.8.∈dp ds eff (h).Méthode de calcul Th-BCE 2012 10.3. alors. (circulateurs à vitesse variable et du réseau à une pression différentielle constante) 2  q eff ( h )  3  Mod circ ( h ) = Mod pertes ( h ). q   nom _ fr  Si idcirc_fr =3.3 Gestion des circulateurs en refroidissement On considère trois types de circulateurs possibles : à vitesse constante. alors. Si δfonct(h)=0. Mod circ ( h ) = 0 Si idcirc_fr =1. à vitesse variable avec différentielle de pression constante.5. alors. (circulateurs à vitesse constante) Mod circ ( h ) = Mod pertes ( h ) Si idcirc_fr =2. (circulateurs à vitesse variable et variation de la pression différentielle du réseau) 2 2 3    0 . θ ret ( h ) = θ dep ( h ) Sinon.4 Calcul des températures retour et moyenne du réseau intergroupes La température de retour du réseau intergroupes est conventionnellement prise égale à la moyenne pondérée par les débits massiques des températures de retour des différents réseaux du groupe desservis par le réseau intergroupes. alors.  q nom _ fr   q nom _ fr     (975) 10. Dans le cas où le débit devient inférieur au débit résiduel.3. alors. q resid − q tot _ req (h)) × θ dep (h) θ ds q eff (h) (976) 581 .5. Si idcirc_fr =0.3.5 q eff ( h ) + 0 . ∑ (q θ ret (h ) = ds .

9 C-Dist-Distribution intergroupes de chaud et de froid 10. Un composant distribution intergroupes doit obligatoirement être relié à une et une seule génération.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10. défini au niveau d’une génération.1 INTRODUCTION La présente fiche décrit les processus ayant lieu au niveau d’un composant distribution intergroupes de chaud et de froid. 582 . et à au moins un réseau de distribution secondaire. Plusieurs réseaux de distribution secondaires peuvent être connectés à un même réseau de distribution intergroupes. Un réseau de distribution intergroupes correspond au premier niveau d’arborescence d’un réseau de distribution. en partant du générateur.9.

tam p. °C °C Qsys_ds_req_ch(h) Wh Qsys_ds_req_fr(h) Wh Paramètres d’intégration du composant Nom Description Unité Min Max Conv. Description Unité θext (h) Température de l’air extérieur au pas de temps h. on notera h le pas de temps de simulation et j le jour de simulation. Coefficient de modulation des consommations de circulateur issu de la fiche gestion/régulation. Energie de refroidissement totale requise en entrée du réseau intergroupes.2 NOMENCLATURE Le Tableau 97 donne la nomenclature des différentes variables de la présente fiche. 2 : refroidissement m 0 +∞ - Lhvc m 0 +∞ - idfonction Entier 0 1 - 583 . Coefficient de modulation des pertes de réseaux en fonction de leur gestion. Dans toute la suite de la fiche. °C E. Energie de chauffage totale requise en entrée du réseau intergroupes.9. Longueur de réseau de distribution intergroupes situé hors volume chauffé. Entrées du composant Nom Env.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10. btherm(h) Réel Modpertes(h) Gestion/régulation du réseau intergroupes Réel Modcirc(h) Réel θdep(h) θret(h) Température de départ du réseau intergroupes. Lvc Longueur de réseau de distribution intergroupes situé en volume chauffé. ext. pour le chauffage ou le refroidissement. Coefficient de prise en compte d’un espace tampon. pour le chauffage ou le refroidissement. Fonction du réseau de distribution intergroupes : 1 : chauffage. Température de retour du réseau intergroupes.

Besoin en énergie de chauffage augmenté des pertes thermiques du réseau intergroupes.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Température ambiante équivalente en volume chauffée lorsque le réseau intergroupes est sollicité en chauffage. K) 0 +∞ - Umoy_hvc _ch W/(m. sur sa fraction en volume chauffé. K) 0 +∞ - Umoy_hvc _fr W/(m. Coefficient de déperdition linéaire moyen du réseau pour le refroidissement. Puissance du circulateur du réseau intergroupes en chauffage. θvc_ch °C - - 20 θvc_fr °C - - 26 Paramètres intrinsèques du composant Nom Description Unité Min Max Conv. Puissance du circulateur du réseau intergroupes en refroidissement. idtype Type de réseau de distribution secondaire : 0 : réseau de distribution fictif. Température ambiante équivalente en volume chauffée lorsque le réseau intergroupes est sollicité en refroidissement. Coefficient de déperdition linéaire moyen du réseau pour le refroidissement. Part des consommations d’auxiliaires transmise au volume chauffé sous forme de chaleur. K) 0 +∞ - Umoy_vc _fr W/(m. sur sa fraction en volume chauffé. °C Wh 584 . K) 0 +∞ - Sorties Nom Description Unité Génération θmoy(h) Qsys_ch (h) Température moyenne dans le réseau intergroupes. sur sa fraction hors volume chauffé. 1 : réseau de distribution hydraulique. Coefficient de déperdition linéaire moyen du réseau pour le chauffage. qui va permettre de déterminer le comportement du générateur. Coefficient de déperdition linéaire moyen du réseau pour le chauffage. sur sa fraction hors volume chauffé. Entier 0 1 - Paux_ch Puissances de circulateurs W 0 +∞ - Paux_fr W 0 +∞ - Pcirc_vc Réel 0 1 0 Coefficients d’échanges du réseau intergroupes Umoy_vc _ch W/(m.

Pertes thermiques du réseau de distribution intergroupes en volume chauffé. Pertes thermiques du réseau de distribution intergroupes hors volume chauffé. gr. °C θhvc(h) °C Φpertes_hvc (h) Wh Tableau 97 : Nomenclature du modèle 585 . et c. Consommations d’énergie des circulateurs transmise au volume chauffé sous forme de chaleur au pas de temps h. récupérables Φaux_vc (h) Wh Φpertes_vc (h) Wh Variables internes Nom Description Unité θvc(h) Température ambiante équivalente autour de la conduite en volume chauffé. Waux (h) Wh P. Wh Cal.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Qsys_fr (h) Besoin en énergie de refroidissement augmenté des pertes thermiques du réseau intergroupes. Température ambiante équivalente autour de la conduite hors volume chauffé. Energie consommée par le circulateur du réseau de distribution intergroupe au pas de temps h.

Les petits climatiseurs.3. Dans ces configurations de systèmes.9.2 Voir 10. mais ne comprenant pas de branche intergroupe (chauffage individuel.9.3.3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE Selon les valeurs de idtype et idfonction. Si idfonction = 1.1 Voir 10.1 Réseau de distribution intergroupes fictif (idtype =0) L’absence de réseau intergroupes hydraulique correspond à l’introduction de systèmes fonctionnant directement sur l’air ambiant. se référer au chapitre cité pour la procédure utilisée. Waux (h) = 0 (Wh) Φpertes_vc (h)= 0 (Wh) Φpertes_hvc (h)= 0 (Wh) θ moy (h) = 0 (°C) Φaux_vc (h)= 0 (Wh) (978) 586 .3. il n’y a pas physiquement de réseau de distribution. (fonction (977) refroidissement) Q sys _ ch ( h ) = 0 (Wh) Q sys _ fr ( h ) = Q sys _ ds _ req _ fr ( h ) Les consommations d’auxiliaires et pertes thermiques de distribution sont nulles. radiateur… Les poêles et inserts. la distribution fictive n’est pas valable. 10.9. idtype idfonction Fonction du réseau / Tous les cas Chauffage uniquement Refroidissement uniquement Processus appelé 0 Voir 10. alors (fonction chauffage) Q sys _ ch ( h ) = Q sys _ ds _ req _ ch ( h ) Q sys _ fr ( h ) = 0 (Wh) Sinon.9. par exemple). L’ensemble des dispositifs de chauffage à effet joule : convecteur.9.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10. Le réseau est donc sans pertes et la demande d’énergie est transmise directement à la génération.3.3 idfonction =1 1 idfonction =2 Tableau 98: Récapitulatif de l'appel des procédures Note : pour une installation avec réseau hydraulique. Le cas des réseaux associés à des générateurs de préchauffage ou prerefroidissement est traité dans les réseaux de CTA.

idfonction =1) 10.2.1 Calcul des pertes du réseau de distribution intergroupes On exprime tout d’abord la température moyenne dans le réseau. Waux (h) = Modcirc(h) .Méthode de calcul Th-BCE 2012 10.9. en considérant que les longueurs des portions de départ et de retour sont identiques : θ moy ( h ) = θ ret ( h ) + θ dep ( h ) 2 (979) Les pertes totales du réseau vers des espaces chauffés sont les suivantes : θ vc ( h ) = θ vc_ch φ pertes _ vc ( h ) = Mod pertes ( h ) × U moyen _ vc _ ch × L vc × MAX ( 0.3.9.2 Réseau hydraulique de chauffage (idtype =1.3.2 Calcul de la consommation des auxiliaires de distribution La consommation d’énergie des circulateurs du réseau secondaire dépend de leur mode de gestion.2. θ moy ( h) − θ hvc ( h) ) (983) 10.3. θ moy ( h ) − θ vc ( h )) (980) (981) Les pertes totales du réseau vers des espaces non-chauffés ou l’extérieur sont les suivantes : θ hvc ( h ) = b therm ( h ) × θ ext ( h ) + (1 − b therm ( h )) × θ vc ( h ) (982) φ pertes _ hvc ( h) = Mod pertes ( h) × U moyen _ hvc _ ch × L hvc × MAX (0.9. Waux (h) (Wh) (985) 10.9.1h) (984) Conventionnellement. on considère que Pcirc_vc = 0% : l’énergie consommée par les circulateurs du réseau intergroupes n’est pas transmise à l’ambiance des locaux chauffés : Φaux_vc (h) = Pcirc_vc .3 Calcul des besoins en énergie augmentés des pertes du réseau intergroupes La demande en énergie du couple émetteur/réseau secondaire est finalement la suivante : Q sys _ ch ( h ) = Q sys _ ds _ req _ ch ( h ) + φ pertes _ vc ( h ) + φ pertes _ hvc (h) (986) Qsys_fr(h) = 0 (Wh) 587 . Paux_ch (.2. qui se traduit par un coefficient de modulation Modcirc(h) issu de la fiche gestion/régulation du réseau secondaire.3.

3.9.2 Calcul de la consommation des auxiliaires de distribution La consommation d’énergie des circulateurs du réseau secondaire dépend de leur mode de gestion. Paux_fr (.3 Réseau hydraulique de refroidissement (idtype =1.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10.9.9. idfonction =2) 10. qui se traduit par un coefficient de modulation Modcirc(h) issu de la fiche gestion/régulation du réseau secondaire. θ moy ( h ) − θ vc ( h )) (988) (989) Les pertes totales du réseau vers des espaces non-chauffés ou l’extérieur sont les suivantes : θ hvc (h) = btherm (h) ×θ ext (h) + (1 − btherm (h)) ×θ vc (h) φ pertes _ hvc (990) (991) ( h ) = Mod pertes ( h ) × U moyen _ hvc _ fr × L hvc × MIN (0 . Waux (h) (Wh) (993) 10.1h) (992) Conventionnellement.3 Calcul des besoins en énergie augmentés des pertes du réseau intergroupes La demande en énergie du couple émetteur/réseau secondaire est finalement la suivante : Qsys_ch(h) = 0 (Wh) Q sys _ fr ( h ) = Q sys _ ds _ req _ fr ( h ) + φ pertes _ vc ( h ) + φ pertes _ hvc (h) (994) 588 . Waux (h) = Modcirc(h) . θ moy ( h ) − θ hvc ( h ) ) 10. on considère que Pcirc_vc = 0% : l’énergie consommée par les circulateurs du réseau intergroupes n’est pas transmise à l’ambiance des locaux chauffés : Φaux_vc (h) = Pcirc_vc .3.3.3.1 Calcul des pertes du réseau de distribution intergroupes On exprime tout d’abord la température moyenne dans le réseau.3.3. en considérant que les longueurs des portions de départ et de retour sont identiques : θ moy ( h ) = θ ret ( h ) + θ dep ( h ) 2 (987) Les pertes totales du réseau vers des espaces chauffés sont les suivantes : θ vc ( h ) = θ vc_fr φ pertes _ vc ( h ) = Mod pertes ( h ) × U moyen _ vc _ fr × L vc × MIN (0.3.9.

589 .10. Elle peut permettre de modéliser des réseaux hydrauliques de chauffage et de refroidissement.1 INTRODUCTION Un réseau de distribution de CTA est un réseau intergroupes reliant un composant CTA (niveau zone) à un composant génération (niveau du projet). On considère qu’en parallèle le système opère un contrôle sur la température en un point du réseau : température de départ constante. ou température de départ fonction des conditions extérieures (en chauffage uniquement). ou tout simplement de modéliser un lien avec une génération directe (batterie à effet joule ou PAC à détente directe) au travers d’un réseau fictif. Coefficient de régulation des circulateurs. soit sur l’intermittence (système en tout ou rien). Dans le cas d’un réseau hydraulique. les données suivantes sont calculées : Température de départ et température de retour d’eau.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10. La régulation de la puissance à fournir peut avoir lieu soit sur le débit (débit variable). La fiche gestion/régulation des distributions des CTA alimente la fiche composant distribution des CTA avec toutes les données nécessaires au calcul des pertes. température de retour constante. Débit volumique.10 C-Dist-Gestion/régulation des réseaux de distribution des CTA 10. soit sur l’écart de température départ/retour (débit constant). Réduction de pertes liée à un fonctionnement intermittent.

10. Indicateur de période de relance d’un groupe connecté à la CTA au pas de temps h. ext. - Agr Surface utile du groupe gr desservi par la CTA. L’exposant CTA représente la CTA elle-même.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10.agCTA(h) QprechaudCTA(h) CTA Consommation d’énergie due au préchauffage de la CTA. Température de l’air neuf vu par le système de ventilation S (la CTA ou la VMC DF).maxgr. 590 Ent.mel(h) θANs(h) Système de ventilation qspec_soufflegr. Description Unité θext_base θext (h) irelancegr(h) Température extérieure de base pour la zone géographique et l’altitude du projet. Consommation de chaud liée à l’humidification. Indicateur de réseau associé à l’humidification. Wh Wh Wh Wh °C °C m3/h Température de l’air extérieur au pas de temps h. Débit soufflé maximum au niveau du groupe gr par le système DAV S.maxgr. Dans toute la suite de la fiche. Consommation d’énergie pour la sécurité antigel de la CTA. QprefroidCTA(h) QchaudHRCTA(h) θsouf. Entrées du composant Nom Env. on notera h le pas de temps de simulation et j le jour de simulation. Grou pes Qchaud. °C °C Ent.s(h) qsouffle. Indicateur de réseau associé à l’antigel. Indicateur de réseau de prérefroidissement.s qsouffle. Débit volumique spécifique soufflé au niveau du groupe gr par le système S Débit soufflé maximum au niveau du groupe gr par le système DAC S. idfonction Indicateurs de fonction idprechaud idantigel idchaudHR idprefroid Fonction du réseau de distribution du groupe : 1 : chauffage 2 : refroidissement Indicateur de réseau de préchauffage.CH.s m3/h m3/h Paramètres d’intégration du composant Nom Description Unité m² Min 0 Max +∞ Conv. Consommation d’énergie due au prérefroidissement de la CTA. L’exposant dCTA représente le réseau de distribution de la CTA. Température de l’air après la boîte de mélange.2 NOMENCLATURE Le Tableau 99 donne la nomenclature des différentes variables de la présente fiche. 0 1 - Bool Bool Bool Bool 0 0 0 0 1 1 1 1 - .

Mode de régulation du circulateur du réseau de CTA : 0 : Pas de circulateur. en chauffage. Unité Min Max Conv. 2 : Régulation à débit constant et fonctionnement intermittent. 1 : réseau de distribution hydraulique. 3: modulation en fonction de la température extérieure. Mode de régulation de fonctionnement : 1 : Régulation à débit constant et fonctionnement continu. pour une régulation à température de retour constante. Température de départ de dimensionnement. Différence nominale de température dans le réseau de distribution de CTA entre départ et retour. Température de départ de dimensionnement en chauffage. 3 : Régulation à débit variable. Débit résiduel minimal dû à des circulateurs en régime de fonctionnement permanent. liée au dimensionnement en chauffage. pour une régulation à température de départ constante ou modulée en fonction de la température extérieure (chauffage). Limite de température extérieure au-delà de laquelle la température de départ adopte sa valeur minimale. Débit volumique nominal dans le réseau de CTA. 2 : température de retour constante. 2 : Vitesse variable et maintien du réseau à une pression différentielle constante. idtype Entier 0 1 - Gestion du réseau de distribution iddebit_ch ou iddebit_fr Ent 1 3 - idgest_ch ou idgest_fr Ent 1 3 - θext_lim_ch θdep_ch_min θdep_dim_ch ou θdep_dim_fr θret_dim_ch ou θret_dim_fr θem_dim_ch ou θem_dim_fr qresid qnom_ch ou qnom_fr °C - - 15 °C - - 20 Températures et débits de dimensionnement °C -∞ +∞ - °C -∞ +∞ - °C -∞ +∞ - m³/h -∞ +∞ - m³/h -∞ +∞ - Gestion des circulateurs idcirc_ch ou idcirc_fr Ent. 3 : Vitesse variable et variations de la pression différentielle du réseau. Valeur minimale de température de départ du réseau de CTA en chauffage en fonctionnement.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Paramètres intrinsèques du composant Nom Description Type de réseau de distribution de CTA : 0 : réseau de distribution fictif. -1 3 - 591 . Mode de régulation de la température du réseau de CTA : 1 : température de départ constante. 1 : Vitesse constante.

transmise par la CTA au réseau de distribution. Ratio des besoins de chauffage d’un groupe relié au réseau de CTA sur la somme de tous les besoins de chauffage du réseau de CTA. Coefficient de modulation de la puissance des circulateurs en fonction de leur mode de gestion.aval. 1 : Le réseau de CTA débite. Température du retour du réseau de CTA au pas de temps h. Energie requise de chauffage. Energie requise de refroidissement. à transmettre à la génération. Température du départ du réseau de CTA au pas de temps h.gr(h) Ratbes_frdCTA. Coefficient de modulation des pertes de réseaux en fonction de leur gestion. et c. Surface totale desservie en froid par la distribution de CTA. transmise par la CTA au réseau de distribution.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Sorties Nom P. 592 °C . récup. prérefroidissement et humidification de la CTA. Surface totale desservie en chaud par la distribution de CTA. Température minimale de la distribution de CTA en refroidissement Réel Qsys_ch (h) Wh Qsys_fr (h) Wh Réseau de distribution de la CTA θdep (h) °C θret (h) °C qeff(h) m³/h δfonct(h) Modpertes(h) Bool Réel Modcirc(h) Réel Adess_ch m² Adess_fr θmax_ch Assemblage génération m² °C °C θmin_fr Ratbes_chdCTA. Température maximale de la distribution de CTA en chauffage. Description Unité RatsurfdCTA. Débit volumique effectif total dans le réseau de CTA.eq(h) Température d’air équivalente vu par les batteries de préchauffage. Indicateur de débit dans le réseau: 0 : Le réseau de CTA ne débite pas. Indicateur de période de relance au pas de temps h. θi.gr(h) Ratio des besoins de chauffage d’un groupe relié au réseau de CTA sur la somme de tous les besoins de chauffage du réseau de CTA. Réel Réel irelance(h) Ent.gr Ratio de la surface du groupe gr sur la surface totale desservie par le réseau de distribution de CTA.

Fonction de chauffage du réseau de distribution de la CTA.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Variables internes Nom Description Unité Réel Bool Bool RatdessCTA. Fonction de refroidissement du réseau de distribution de la CTA. ρeau kg/m 3 998 Cp_eau Wh/(k g.gr idfonction_ch idfonction_fr qreq (h) Ratio de la surface desservie du groupe gr sur la surface totale desservie par la CTA.163 Tableau 99 : Nomenclature du modèle 593 . Capacité thermique massique de l’eau liquide dans les conditions standards de pression et de température (P = 1atm.° C) 1. Ecart de température dans le réseau de CTA entre départ et retour. Débit volumique requis pour fournir l’énergie au groupe au pas de temps h. T=20°C). T=20°C). m³/h θem(h) °C Constantes Nom Propriétés de l’eau Description Masse volumique de l’eau liquide dans les conditions standards de pression et de température (P = 1atm. Unité Conv.

3 Demande de chauffage et de refroidissement dans le réseau La demande de chauffage totale du réseau est la somme des demandes de préchauffage.10.10. s ∑ q soufflé. id chaudHR )   id fonction _ fr = id prefroid  (995) 10.10.3.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10.3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE 10.CH .s   grX ←   (998) CTA DAV : ∑q CTA Rat dess ..max CTA Rat dess . gr . gr i relance ( h ) = MAX ( i relance ( h )) gr ← CTA (996) 10. Une CTA n’accepte qu’un seul réseau pour chacune de ces fonctions.CH .QchaudHR ( h)   Q sys _ fr ( h) = id prefroid .10.s soufflé .1 Cohérence du montage Une CTA réalisant le préchauffage. d’antigel et d’humidification. max   ∑CTA  s∈grXq soufflé.max  ∑ grX . gr = s∈gr g .Q prechaud ( h) + id antigel . un réseau pouvant en regrouper plusieurs. si elles sont assurées par le réseau : Q sys _ ch ( h) = id prechaud .3. gr = s∈gr   ∑CTA  s∈grXq soufflé..4 Ratios de surface équivalente desservie par la bouche de soufflage On évalue la surface équivalente desservie pour chaque groupe par les bouches de soufflage connectées à la CTA au travers du ratio suivant (unique pour la simulation) : CTA DAC : le ratio est calculé sur la base des débits soufflés maximaux.Q prefroid ( h )  (997) 10.3. id antigel .10.Q antigel ( h) + id chaudHR .s   grX ←   (999) 594 . l’antigel ou l’humidification doit être au moins liée à un réseau de distribution de CTA comprenant ces fonctions.3. on détermine les indicateurs suivants : id fonction _ ch = MAX (id prechaud . Pour vérifier la cohérence du lien entre le réseau de CTA et la génération.max  ∑ grX .2 Lien avec la programmation Le réseau est considéré en relance lorsqu’au moins l’un des groupes connectés à la CTA est en période de relance. Une CTA n’accepte qu’un seul réseau de prérefroidissement.

gr Pour un réseau de CTA de refroidissement ( id fonction dCTA . gr 595 . gr gr  Adess _ ch = id fonction _ ch .3. Rat bes _ chgr ( h ) = 0 _ ch = 0 . alors. ∑ Rat dess . dCTA Rat bes _ chgr ( h ) = Rat dess . dCTA . alors. les pertes du réseau de distribution de CTA sont attribuées aux différents groupes desservis au prorata de ce ratio : dCTA CTA Rat surf . gr  A CTA = id . s spec _ souffle (h)  (h)    (1005) (h) = s∈gr gr ←CTA ∑  ∑q   s∈gr  gr .Méthode de calcul Th-BCE 2012 Les surfaces totales équivalentes desservies par la CTA sont :  CTA CTA. ∑q Rat dCTA. dCTA . gr bes _ ch gr . dCTA Rat bes _ frgr ( h ) = Rat dess . id fonction _ fr = 0) : (1002) Si Q req _ ch ( h ) > 0 . l’humidification et l’antigel. gr (1001) 10. s spec _ souffle Sinon. ∑q Rat dCTA. gr = Rat dess . s spec _ souffle Sinon. gr bes _ fr gr . on répartit les consommations résiduelles au prorata des surfaces équivalentes desservis dans chaque groupe. id fonction _ fr = 1) : (1004) Si Q req _ fr ( h ) < 0 . En l’absence de besoins de chaud ( Q req _ ch ( h ) = 0 ) ou de froid ( Q req _ fr ( h ) = 0 ). Pour un réseau de CTA de chauffage ( id dCTA .5 Calcul horaires des ratios de demande en chauffage et refroidissement Les ratios de consommations expriment la part de chacun des groupes desservis par la CTA dans le total d’énergie requis pour le préchauffage. ∑ Rat dess  dess _ fr gr ←CTA  ( ) (1000) ( ) Conventionnellement. A gr fonction _ fr . s spec _ souffle (h)  (h)    (1003) (h) = s∈gr gr ←CTA ∑  ∑q   s∈gr  gr .10. A gr ←CTA   CTA. Rat bes _ frgr ( h ) = 0 fonction _ ch = 1 . le pré refroidissement.

eq s (h) = MIN(θ AN (h)) s →CTA Le reste des calculs est similaire à celui d’une distribution du groupe. Conventionnellement. idtype idfonct_ch Fonction du réseau / Tous les cas Processus appelé 0 Voir 10. on calcule une température d’air ambiant équivalente permettant d’alimenter la modélisation des générateurs sur air dans la génération. (cas id antigel = 1 seul) (1009) θ dCTA i . cette température est prise égale à la température après la boîte de mélange pour le préchauffage et la déshumidification.2 idfonction_ch =1 idfonction_fr =0 Chauffage uniquement 1 idfonction_ch =0 idfonction_fr =1 Refroidissement uniquement Voir 10. mel ( h ) (°C) θ dCTA i . Selon les valeurs de idtype et idfonction.6.1 Absence de réseau de distribution hydraulique Les données de sortie pour la cohérence de montage sont les suivantes : θ max_ ch = 0 (°C) θ min_ fr (1006) (1007) = 100 (°C) En plus du processus.3.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10.10.6.6 Description des processus de calculs la fiche Les processus de calculs sont exactement similaires à ceux de « C_Dist_Gestion/régulation de la distribution du groupe ».3. Voir chapitre identique de la fiche « C_Dist_Gestion/régulation de la distribution du groupe ».10.6.3. aval . alors. se référer au chapitre cité pour la procédure utilisée. CTA ( h ) = θ souf .3. 596 . Si id prechaud = 1 ou id prefroid = 1 ou id chaudHR = 1 .10. aval. Elle est prise égale au minimum des températures d’air neuf des systèmes de ventilation reliés à la CTA pour l’antigel. eq (1008) Sinon.3 Tableau 100 : Récapitulatif de l'appel des procédures 10.3. Se référer à cette fiche.6.10.10.1 Voir 10.

la référence est la température de départ. Dans le cas d’une température de retour constante. on calcule l’extrême de la température de départ dans les conditions nominales. 597 .10. alors. le montage est jugé incorrect. θ min_ Sinon.3 Réseau hydraulique de refroidissement La vérification de la compatibilité de la génération en termes de températures de dimensionnement impose de connaitre les températures extrêmes sollicitées par les réseaux du groupe. la référence est la température de départ.2 Réseau hydraulique de chauffage La vérification de la compatibilité de la génération en termes de températures de dimensionnement impose de connaitre les températures extrêmes sollicitées par les réseaux du groupe. Dans le cas où le réseau est à température de départ constante ou à régulation sur la température de départ. Si la génération ne peut pas les atteindre.3. Si idgest_ch =2. Voir chapitre identique de la fiche « C_Dist_Gestion/régulation de la distribution du groupe ».Méthode de calcul Th-BCE 2012 10.10.3. Voir chapitre identique de la fiche « C_Dist_Gestion/régulation de la distribution du groupe ». θ max_ ch = 0 (°C) (1012) fr fr Si idgest_fr =2. θ max_ ch = θ dep _ dim_ ch fr (1010) (1011) Le reste des calculs est similaire à celui d’une distribution du groupe. alors.6. 10. Si la génération ne peut pas les atteindre. θ max_ θ min_ = 100 (°C) ch = θ ret _ dim_ ch + ∆ θ em _ dim_ ch Sinon. on calcule l’extrême de la température de départ dans les conditions nominales. le montage est jugé incorrect. Dans le cas où le réseau est à température de départ constante. θ min_ fr = θ ret _ dim_ fr + ∆ θ em _ dim_ fr = θ dep _ dim_ (1013) Le reste des calculs est similaire à celui d’une distribution du groupe. Dans le cas d’une température de retour constante.6.

ext. Coefficient de prise en compte d’un espace tampon. btherm(h) Réel Qsys_ch (h) Gestion/régulation des réseaux de distribution des CTA Wh Qsys_fr (h) Wh θdep (h) θret (h) qeff(h) °C °C m³/h δfonct(h) Modpertes(h) Bool Réel Modcirc(h) Réel Paramètres d’intégration du composant Nom Description Unité m Min 0 Max +∞ Conv. Longueur de réseau de distribution situé hors volume chauffé. Coefficient de modulation de la puissance des circulateurs en fonction de leur mode de gestion.tamp. Température du retour du réseau de CTA au pas de temps h. Energie requise de refroidissement. Entrées du composant Nom Env. - Lvc Longueur de réseau de distribution situé en volume chauffé. Lhvc m 0 +∞ - idfonction Entier 1 2 - Paramètres intrinsèques du composant 598 . Débit volumique effectif totale dans le réseau de CTA. Fonction du réseau de distribution de CTA : 1 : chauffage. 2 : refroidissement.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10. Energie requise de chauffage. transmise par la CTA au réseau de distribution. on notera h le pas de temps de simulation et j le jour de simulation. transmise par la CTA au réseau de distribution. 1 : Le réseau de CTA débite.11. Coefficient de modulation des pertes de réseaux en fonction de leur gestion. Description Unité °C θext (h) Température de l’air extérieur au pas de temps h. E. Indicateur de débit dans le réseau: 0 : Le réseau de CTA ne débite pas. Dans toute la suite de la fiche.1 NOMENCLATURE Le Tableau 101 donne la nomenclature des différentes variables de la présente fiche. Température du départ du réseau de CTA au pas de temps h.11 C-Dist-Distributions intergroupes des CTA 10.

Température ambiante équivalente en volume chauffée lorsque le réseau intergroupes est sollicité en refroidissement.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Nom Description Unité Min Max Conv.K) 0 +∞ - Umoyen_hvc_fr W/(m.K) 0 +∞ - Pcirc_vc W 0 +∞ 0. Entier 0 1 - θvc_ch °C - - 20 θvc_fr °C - - 26 Paux_ch Paramètres intrinsèques du réseau de distribution Puissance du circulateur du réseau de CTA en chauffage. Coefficient de déperdition linéaire moyen du réseau pour le refroidissement. sur sa fraction en volume chauffé. gr. 1 : réseau de distribution hydraulique. Wh Qsys_fr(h) Wh Cal. Part de la consommation électrique des circulateurs transmise à l’ambiance sous forme de chaleur. Besoin en énergie de refroidissement augmenté des pertes thermiques du réseau de CTA.K) 0 +∞ - Umoyen_hvc_ch W/(m. sur sa fraction hors volume chauffé. Température ambiante équivalente en volume chauffée lorsque le réseau intergroupes est sollicité en chauffage. idtype Type de réseau de distribution de CTA : 0 : réseau de distribution fictif.5 Sorties Nom Distribution primaire Description Unité Qsys_ch(h) Besoin en énergie de chauffage augmenté des pertes thermiques du réseau de CTA. Coefficient de déperdition linéaire moyen du réseau pour le chauffage.K) 0 +∞ - Umoyen_vc_fr W/(m. Waux (h) Wh 599 . sur sa fraction hors volume chauffé. Puissance du circulateur du réseau de CTA en refroidissement. Energie consommée par le circulateur du réseau de distribution de CTA au pas de temps h. C. sur sa fraction en volume chauffé. Coefficient de déperdition linéaire moyen du réseau pour le chauffage. Coefficient de déperdition linéaire moyen du réseau pour le refroidissement. W 0 +∞ - Paux_fr W 0 +∞ - Umoyen_vc_ch W/(m.

Température moyenne dans le réseau de distribution de CTA. Pertes thermiques du réseau de distribution de CTA en volume chauffé. Wh θmoy(h) °C θhvc(h) °C Tableau 101 : Nomenclature du modèle 600 . Température de l’air autour de la conduite hors volume chauffé. et c. Wh Φpertes_vc (h) Wh Variables internes Nom Description Unité Φpertes_hvc(h) Pertes thermiques du réseau de distribution de CTA hors volume chauffé.Méthode de calcul Th-BCE 2012 P. récupérables Φaux_vc (h) Consommations d’énergie des circulateurs transmise au volume chauffé sous forme de chaleur au pas de temps h.

3 Réseau hydraulique de refroidissement Voir chapitre identique de la fiche « C_Dist_Réseau de distribution du groupe en chaud et en froid ».1 Voir 10.1 Absence de réseau de distribution hydraulique Voir chapitre identique de la fiche « C_Dist_Réseau de distribution du groupe en chaud et en froid ».2.2.2 Réseau hydraulique de chauffage Voir chapitre identique de la fiche « C_Dist_Réseau de distribution du groupe en chaud et en froid ».3.2 DESCRIPTION MATHEMATIQUE Les processus de calculs sont similaires à ceux de la fiche « C_Dist_Gestion/régulation de la distribution du groupe ». 10.11.3 1 2 Tableau 102: Récapitulatif de l'appel des procédures 10.3.7. se référer au chapitre cité pour la procédure utilisée.7. 10. les pertes thermiques des réseaux de distribution vers le volume chauffé sont calculées sur la base des températures d’ambiance conventionnelles θvc_ch et θvc_fr . Selon les valeurs de idtype et idfonction. Note : étant donné que les réseaux de CTA peuvent desservir plusieurs groupes.2.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10.11. 601 .2 Voir 10.3.11.7. comme c’est le cas pour les distributions intergroupes de chaud et de froid. Se référer à cette fiche.11. idtype idfonction Fonction du réseau Tous les cas Chauffage uniquement Refroidissement uniquement Processus appelé 0 / 1 Voir 10.

ou ECS. On distingue les générations connectées à des réseaux hydrauliques.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10.12 S1_Syst_Assemblage de la génération 10. fonctionnant selon des scénarios de gestion des priorités. des générations sur l’air ambiant (connectées à des réseaux fictifs). La génération se compose d’un ensemble de générateurs de type et fonction multiples. 602 .1 INTRODUCTION Une génération reçoit les demandes en énergie d’un ou plusieurs réseaux intergroupes (chauffage/refroidissement.12. ou de CTA).

°C θmoydp-e(h) °C θdepdp-e(h) °C 603 . Unité θmax_chdp (ou θmax_chdCTA) θmin_frdp (ou θmin_frdCTA) °C Température minimale de la distribution intergroupe en refroidissement °C Qsys_chdp(h) (ou Qsys_chdCTA(h) ) Qsys_frdp(h) (ou Qsys_frdCTA(h) ) Réseaux intergroupes CH/FR et ECS Besoins horaires en chauffage augmentés des pertes totales de distribution pour les différents réseaux intergroupes de chauffage Besoins horaires en chauffage augmentés des pertes totales de distribution pour les différents réseaux intergroupes. Besoins horaires en ECS augmentés des pertes totales de distribution pour les différents réseaux intergroupes ECS. Consommation électrique de l’éventuel réchauffeur de la distribution intergroupe bouclée d’ECS. en énergie finale Wh Wh Qw_edp-e(h) Wh Wrechauf-e dp-e(h) Wh θmoydp(h) θmoydCTA(h) θdepdp(h) (ou θdepdCTA(h)) θi.2 NOMENCLATURE Le Tableau 103 donne la nomenclature des différentes variables de la présente fiche. Températures de départ des différents réseaux intergroupes d’ECS.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10. Températures de départ des différents réseaux de chauffage et de refroidissement.eqdp(h) Températures moyennes des différents réseaux de chauffage et de refroidissement.12. Dans toute la suite de la fiche.aval. on notera h le pas de temps de simulation et j le jour de simulation. Températures moyennes des différents réseaux intergroupes d’ECS. °C °C Température d’air équivalente vu par la distribution intergroupes. Entrées du composant Nom Description Température maximale de la distribution intergroupe en chauffage.

Surface totale desservie par la distribution intergroupe. en chauffage. niveau de priorité au niveau de la génération. puissances nominales. idencldp-e(j) Adess_chdp (ou Adess_chdCTA) Adess_frdp (ou Adess_frdCTA) Adess_ecsdp-e Det. Nombre de générateurs identiques. Bool Surface totale desservie par la distribution intergroupe. Gestion de la priorité.gr (h) Demande en énergie de chauffage au niveau de la génération gen pour le groupe gr.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Indicateur qui précise si le jour j est inclu dans la période de fonctionnement du réseau intergroupe. températures de fonctionnement. en refroidissement.chgen. Réel Réel Réel Autch(j) Bool Autfr(j) Bool Données d’entrée de la fiche « Sources amont des générateurs thermodynamiques » Paramètres d’intégration du composant Nom Paramètres de la gestion/régulation de la génération Paramètres des générateurs Description Unité Min Max Conv. - - - - - - - - Paramètres intrinsèques du composant Nom Paramètres de la gestion/régulation de la génération Description Unité Min Max Conv. Indicateur de saison de fonctionnement de la génération en refroidissement. matrices de fonctionnement. Emplacement de la génération. 604 Calcul s group e Wh . - - - - Paramètres des générateurs - - - - Sorties Nom Description Unité Qreq. fonction. en ECS. Indicateur de saison de fonctionnement de la génération en chauffage. rendements ou efficacités. des saisons syst. Surface totale desservie par la distribution intergroupe. Type. organisation hydraulique des générateurs et des réseaux de distribution.

frgen. Φvc_tot(h) Wh Ratsurf_gengr Ratio de la surface du groupe gr sur la surface totale desservie par la génération pour l’ensemble des postes.gr (h) Wh {Qcef(po. Qreq. recup. Résultats annuels et mensuels de consommations de la génération Résultats annuels et mensuels de consommations des générateurs Tableau 103 : Nomenclature du modèle 605 . pour la génération. et c.én. Matrice des consommations en énergie finale en fonction des postes et du type d’énergie..gr(h)} Wh P. répartie au niveau du groupe Total des pertes thermiques et consommations d’auxiliaires transmises sous forme de chaleur aux locaux.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Demande en énergie de refroidissement au niveau de la génération gen pour le groupe gr. - Indicateurs de sous-dimensionnement de la génération pour les différents postes.aux.)gen.

3 DESCRIPTION MATHEMATIQUE L’assemblage de la génération est organisé de la manière suivante : Figure 85 : Assemblage de la génération 606 .12.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10.

Surplus d’énergie par poste qui reste à fournir dans le cas où la génération a été incapable d’assurer la demande au pas de temps h. de températures de source et de températures de fonctionnement données. ECS. La fiche centralise également les calculs de report d’énergie. Cette donnée est récupérée par la génération au pas de temps h+1. Ces données sont regroupées et sommées dans la fiche Calculs groupe. ainsi que les consommations d’auxiliaires associées (cas des tours de refroidissement. Transferts entre générateurs sur boucle d’eau : effectue le bilan énergétique d’une boucle d’eau. du générateur de chauffage et de la tour de refroidissement associés à la boucle. et incluse l’appel des PAC. Sous-assemblage avec ballon(s) de stockage : modélise le comportement thermique d’un ou plusieurs ballons de stockage. Calculs de la génération : réalise l’ensemble des calculs annuels et mensuels de consommations des générateurs et de la génération. Gère également la distribution des consommations par groupe à partir des ratios préalablement calculés.Méthode de calcul Th-BCE 2012 Les composants intégrés dans l’assemblage sont les suivants : Source amont des générateurs thermodynamiques : intervient pour le calcul des températures de source des générateurs thermodynamiques. Gestion/régulation de la génération de chauffage et de refroidissement : ce composant est unique pour une génération et gère la distribution de la demande en énergie entre les différents composants et générateurs. et de ratios de répartition des pertes récupérables. des puisages ou captages. et pilote les générateurs de base et d’appoint de ces ballons. des boucles d’eau…). refroidissement. - - 607 . - - - - - - Les sorties principales de l’assemblage génération sont les suivantes : Consommations sur les différentes postes (chauffage. Transferts entre locaux par les générateurs DRV et thermofrigopompes : effectue un bilan simplifié des transferts d’énergie entre locaux au travers des générateurs DRV et des thermofrigopompes. Pertes et consommations récupérables par le volume chauffé sous forme de chaleur ou de puissance de froid. Générateur: composant décrivant le comportement d’un générateur (ou ensembles de générateurs identiques) en fonction d’une charge. Ces dernières sont regroupées et sommées dans la fiche Calcul des pertes et consommations récupérables. afin d’aboutir au calcul de leurs consommations. comprenant les consommations des auxiliaires de génération) et pour les différents types d’énergie. Elles sont ensuite transmises aux groupes desservis au pas de temps suivant. de températures de fonctionnement.

Elle est reliée à une source de chaleur et à une tour de refroidissement. assure les transferts entre PAC de groupes différents et ainsi reçoit les rejets thermiques des pompes à chaleur en mode froid et fournit de chaleur aux machines en mode chaud. Il peut y avoir transfert d’énergie entre des locaux en demande de froid et d’autres en demande de chaud via le système. elle. 608 . On vise ici les PAC sur boucle d’eau.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10. La boucle d’eau.13 C_Gen_Transferts Entre Generateurs Sur Boucle D’eau 10.1 INTRODUCTION Certains systèmes de traitement des ambiances permettent des transferts d’énergie entre des locaux dans des situations thermiques différentes. Les pompes à chaleurs sont traitées comme des groupes frigorifiques eau / air. ce qui permet de réduire la demande aux générateurs.13.

°C kg/kg as Wh ωext(h) Qreq. ext. Wh Wh Autch(j) Bool Autfr(j) Bool Températures foinctionnement θaval_ch(h) °C θaval_fr(h) °C Sour.2 NOMENCLATURE Le Tableau 104 donne la nomenclature des différentes variables du modèle de calcul des transferts.chgen. Entrées du composant Nom Env.frgen. °C θamontgnr(h) °C 609 .gr (h) G/R de la génération Qreq.13. Indicateur de saison de fonctionnement de la génération en chauffage. Température de fonctionnement définie au niveau de la gestion/régulation de la génération en refroidissement. Température amont des générateurs thermodynamiques gnr correspondant à la température mensuelle de la boucle d’eau. Demande en énergie totale de chaud de la génération reportée au pas de temps h. Description Unité θext(h) Température de l’air extérieur. Demande en énergie totale de chaud de la génération reportée au pas de temps h.Méthode de calcul Th-BCE 2012 10. amont θbe(j) Température de l’eau dans la boucle le jour j. Demande en énergie de refroidissement au niveau de la génération gen pour le groupe gr. Indicateur de saison de fonctionnement de la génération en refroidissement.gr (h) Wh Qrep_ch(h-1) Reports d’énergie Qrep_fr(h-1) Qrep_BE_chgr(h-1) Qrep_BE_frgr(h-1) Det. Wh Wh Energie en chauffage reportée du pas de temps précédent. Energie en refroidissement reportée du pas de t